Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Le vécu

Texte intégral

  • 1 Le contrôleur, qui cherche le dessous des choses, le sait bien : ce n’est pas le mesurable (...)

1L’historien trop souvent a une vue réductrice des choses, il utilise des outils trop grossiers pour saisir le vécu : or ce qui est ténu, furtif, flexible, ce qui échappe au regard est souvent plus important que le répétitif, le mesurable, le massif, le rigide : l’imperceptible a parfois – même dans la vie d’une institution – un rôle plus important que le visible ou le dit1. Mais dès leur plus jeune âge les historiens sont dressés à ne pas voir le non-visible, le non-mesurable, ils détournent leur regard, ils ont une attitude « raisonnable ».

  • 2 Elles tiennent à une forme de scientisme qui déforme très jeune l’esprit : or l’histoire n (...)
  • 3 Notre intention est de marquer la place d’histoire ou « oubliées », ou dédaignées, ou jugé (...)

2Cependant la vie ne se réduit pas à des vues rationnelles, raisonnées, aseptisées, elle est plus tenace, plus complexe, plus désordonnée, sa diversité est étonnante : on doit précisément réfléchir à tout ce qui lui donne son prix, à ces choses ténues, furtives, imperceptibles, glissantes qui sont oubliées volontairement par l’historien. Il faut désentraver l’histoire et chercher à aller le plus loin possible pour saisir le vécu. Nous voudrions (les résistances sont nombreuses2, et nous irons prudemment) montrer les enjeux, les marges de liberté de l’historien, la nécessité de libérer son regard et nous donnerons un exemple tiré de l’histoire de la bureaucratie3.

I. Les formes du vécu

  • 4 Désentraver le regard est sans doute une rêverie : mais si on ne parle pas aux jeunes du t (...)

3On n’attire pas assez l’attention de l’historien sur le vécu, on en parle à l’occasion, mais on glisse, on ne réfléchit pas au changeant, au fluide, au ténu. Or si l’on élargit le champ, on s’aperçoit qu’il en est de même pour bien d’autres formes du vécu : l’historien s’attache au perceptible, au rigide, au grossier, au dit, au permanent, à l’immobile, il se désintéresse du non-dit, de l’imperceptible, du fluctuant, il oublie de voir ce qui glisse entre les doigts, échappe au regard, ce qu’on ne peut arrêter, il mutile son regard, il le cloître en quelque sorte. Cette police du regard de l’historien est chose étonnante : il vit dans un monde d’abstractions, il se détourne du réel, du vécu. Or on peut chercher à inventorier ce qui tient au vécu (l’exercice est sans doute arbitraire, mais il peut fournir – nous le verrons – une liste de quaestiones qui peut désentraver le regard de l’historien)4 :

  • le ténu,
  • le fragile,
  • le flottant,
  • le fluide,
  • le glissant,
  • le changeant,
  • le nuancé,
  • le flou,
  • le flexible,
  • le variable,
  • le tortueux,
  • l’imperceptible,
  • le non-perçu,
  • l’insaisissable,
  • le non-visible, l’invisible,
  • le non-dicible, l’ineffable,
  • le caché, le dissimulé,
  • l’occulté,
  • le délié,
  • le subtil,
  • le fugitif,
  • l’éphémère, le transitoire,
  • l’instable,
  • le furtif,
  • le marécageux,
  • le corrompu,
  • le vicié,
  • le honteux,
  • le déréglé,
  • le clandestin,
  • le secret,
  • le rêvé,
  • l’obsessionnel,
  • l’illusoire.

4Il faudrait ajouter, plus loin :

  • le biaisé,
  • l’esquissé,
  • le rompu, le cassé,
  • l’interrompu,
  • le disparu,
  • l’imprévisible.

5On voit le champ d’enquête, et la multitude des histoires « possibles » si l’on s’engage dans de telles explorations. Mais les difficultés sont nombreuses :

  • il s’agit de vécus temporels qui sont difficiles à atteindre (rien n’est plus malaisé que de saisir le temps tel qu’il est vécu, l’instant qui passe) ;
  • on s’engage dans une exploration minutieuse du quotidien : mais comment peut-on analyser les gestes ou le discours intérieur ? Comment peut-on saisir l’imaginaire d’une personne ?
  • le plus souvent les sources sont indirectes, difficiles à interpréter, à décoder : il faut établir des listes de sources, une « diplomatique » du flou, ou du clandestin ou du furtif... ;
  • on doit, en fait, recourir à sa propre expérience, pour repérer les formes de ce vécu, en comprendre l’économie, la signification : dès qu’on cherche à saisir ce qui est insaisissable, à voir ce qui est « imperceptible », on doit utiliser son propre vécu ;
  • l’attention de l’historien n’est pas attirée sur ce qui glisse, échappe, est hors de portée de la raison, qui relève de la connaissance par l’intérieur : trop souvent on s’aveugle sur ces formes particulières du vécu, on ne veut manier que ce qui est apparent, saisissable, durable, on préfère ignorer la vie... ;
  • sur chacun de ces « segments », on devrait entreprendre une réflexion (qu’est-ce que le ténu ? le fragile ? etc.), chercher à l’appliquer à un champ précis de recherche (par exemple, qu’est-ce que le fugitif, ou le flottant dans une institution ?), ce qui représente une sorte d’expérimentation, et en tirer les leçons (jusqu’où peut-on aller dans cette histoire « impossible » ?)5. Mais la méthode est coûteuse en temps, elle demande une grande liberté, de la ténacité, une bonne connaissance des choses de la vie, on doit prendre quelques risques.

II. Ces histoires sont-elles possibles ?

6Assurément on a de multiples exemples de ces histoires qui sont à la marge, qui existent en pointillé, en demi-teinte dans des histoires traditionnelles, conformes à la coutume. Le maniement du ténu, du glissant, de l’ incertain, du flexible, du mouvant est souvent délicat : mais le champ est considérable, et l’on peut donner quelques exemples.

  • 6 En fait on n’a pas tiré toutes les leçons de l’œuvre de Bremond, de sa manière de voir, et (...)

7Premier exemple : l’histoire de la vie des mystiques ; l’abbé Bremond en a donné les règles6 et l’on saisit bien la nécessité du ténu, des nuances, l’art de dire à demi sans le dire, de montrer l’incertain.

  • 7 Sur cette histoire de la notation, cf. Bureaucratie et bureaucrates en France au XIXe sièc (...)

8Deuxième exemple : en histoire de la bureaucratie, quand on fait l’histoire des notes, qu’on dispose d’un corpus de notes à interpréter, on voit bien que l’histoire suppose l’art de déceler les nuances, les flexions, les ménagements, de discerner les codes invisibles, les normes implicites du notateur (la note note le notateur, telle est la tradition)7 : ce sont des textes où parfois tout est suggéré et rien n’est dit.

  • 8 Cf. Pour une histoire du quotidien au XIXe siècle, 1977 et L’imaginaire quotidien au XIXe (...)

9Troisième exemple : l’histoire du quotidien, du perçu, recouvre de multiples « histoires » : l’histoire du furtif (le geste, le regard, le signe), l’histoire de l’invisible (la perception de la courbe, le toucher du matériau, le dormir)8.

  • 9 Sur l’histoire du temps administratif, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, (...)

10Quatrième exemple : l’histoire du temps devra bien un jour être entreprise : l’histoire de l’instant, l’histoire du temps qui passe, l’histoire de l’éphémère, l’histoire du temps détendu, poreux, flottant, l’histoire de la perception furtive de l’avenir9.

  • 10 Cf. ibidem, p. 405-412 et pour le clandestin en Nivernais, L’imaginaire quotidien..., ouv. (...)

11Cinquième exemple : l’histoire du clandestin, de ce qui échappe au regard, ne se laisse pas regarder, ouvre la voie à des explorations multiples : on fera un jour l’histoire du marécageux, du honteux, du déréglé, du non-dicible, du non-convenable, du corrompu, de l’obsessionnel (par exemple pour l’histoire de la sexualité ou l’histoire de la bureaucratie10…).

12Sixième exemple : l’histoire de la rêverie est chose des plus tentantes, on doit faire l’histoire des illusions, de l’imaginaire, l’histoire des rêveries futures et celle des rêveries « en profondeur », l’histoire des « pensées imperceptibles » qui nourrissent les rêveries, l’histoire des rêveries obsessionnelles, des rêveries d’ambitions.

  • 11 Infra, p. 149.

13On voit l’importance de ces histoires qui tournent autour du non-visible, du fugitif, du ténu (nous donnerons un exemple des applications possibles à l’histoire d’une institution, quelle qu’elle soit)11.

III. Les entraves

14L’historien est le plus souvent entravé, il n’a pas la liberté de jeu nécessaire pour atteindre ces histoires.

15Première entrave : l’historien ne prend pas pour but ces choses ténues, glissantes, imperceptibles, il n’a pas lu Bergson attentivement : et quand il en traite, c’est à la marge, par hasard, par une rencontre heureuse, au détour d’une page.

16Deuxième entrave : l’historien s’intéresse, dans une institution, au permanent, au lourd, au massif, au répétitif, au « sériel », au collectif, à la norme explicite ; il craint ce qui relève de l’irrégulier, du déviant, ce qui dérange les schémas habituels, ce qui est transitoire, éphémère, il est passionné par les « structures », les règles écrites, les organigrammes...

17Troisième entrave : son attention n’est pas attirée sur le ténu, le mouvant, on veut du mesurable, le poids de la sociologie est souvent considérable – les leçons des maîtres incitent à n’avoir que des vues réductrices du réel, on n’enseigne pas le fluide, le changeant, l’incertain.

18Quatrième entrave : on constate une sorte de censure, des freins moraux (on l’a bien vu pour l’histoire de la sexualité qui touche à l’instant, au furtif, au clandestin, et qu’on encombre de statistiques douteuses).

  • 12 En histoire sociale, la pitié joue un rôle, et ceux qui ont une certaine « pratique social (...)

19Cinquième entrave : l’historien n’a pas toujours les moyens de percevoir, de palper, de sentir ce réel fugitif, la perception est souvent atrophiée chez l’historien, qui se détourne du réel, qui déclare péremptoirement : « Ceci n’a pas d’intérêt », qui ignore l’histoire du regard ou l’histoire de la rêverie. Cette atrophie est facile à constater en histoire économique, elle est peut-être moindre en histoire sociale12.

  • 13 Il est dangereux de ne faire que des esquisses impressionnistes, sans appareil d’érudition (...)

20Désentraver la pensée, suivant le mot de Claude Bernard, est une nécessité : l’historien doit s’attacher au ténu, à l’insaisissable, au mouvant, au fugitif, il doit prendre des risques (mais si on prend trop de risques, on est mal vu : il faut savoir intelligemment construire un bon risque)13 : et nous verrons l’importance de ces risques en examinant l’application de ces principes à l’histoire d’une institution bureaucratique.

IV. Prospective

21Il est malaisé de faire une prospective dans un domaine aussi incertain.

22Les facteurs défavorables sont évidents :

  • l’histoire universitaire, qui est attachée à ce qui explique, à ce qui est grossier, à ce qui apporte « des certitudes, des sécurités », comme dit Péguy,
  • le dogme qui est accepté par la majorité des historiens : la personnalité, l’individuel est « sans intérêt » (l’influence des sociologues a encore renforcé cette tendance ancienne),
  • les difficultés propres à ces histoires « impossibles » : comment construire une histoire de la souffrance, une histoire du plaisir, ou encore une histoire de la conversation ?14 Comment définir des objectifs, des sources ? Comment contrôler la validité des résultats ?
  • le désintéret : cette histoire du non-dit, du non-perçu, des choses ténues, transitoires, éphémères n’est pas « historique », digne de l’histoire (tout n’est pas objet d’histoire – contrairement à ce que soutenait Charles Samaran)15,
  • les difficultés conceptuelles pour saisir ces histoires à faire (chaque fois il faudrait une théorie générale : une théorie du ténu, du voilé, du corrompu, du marécageux...) et pour affirmer la manière de voir, la perception « possible » (par exemple pour saisir le mouvant, le non-visible, l’imperceptible...).

23On voit là de multiples impossibilités, et on n’a pas envie de se batailler.

24En sens inverse, il y a une pression forte pour désentraver l’histoire :

25Premier facteur : la fascination de ce qui paraît impossible. Il y a une certaine force du ténu, de l’invisible, de l’imperceptible, ils ébranlent l’imaginaire (on va presque jusqu’à une histoire « romantique »).

26Deuxième facteur : ces histoires montrent des choses importantes, qui renvoient à la vie telle qu’elle est vécue, à l’instant qui passe, elles mettent sur la piste de ce qui est peut-être « le plus important », c’est un pari qui marque notre liberté de jeu (à quoi bon faire de l’histoire où l’on n’est pas libre de jouer sa partie ?).

27Troisième facteur : ces histoires renvoient à nous-mêmes, à notre expérience ou à notre capacité d’analyser le vécu, le vivant : et derrière ces histoires, c’est souvent nous-mêmes que nous cherchons.

  • 16 C’est là un débat classique : nous parlons ici des jeunes historiennes de moins de 40 ans.

28Quatrième facteur : les femmes ont une relation à l’histoire sans doute différente16, elles ont des intuitions, une sensibilité plus proches de ces histoires informelles, elles sont souvent plus créatrices que les hommes.

V. Application à l’histoire d’une institution bureaucratique

29Peut-on chercher à appliquer à l’histoire d’une institution les observations qui précèdent ? En fait l’historien dépend fortement des matériaux dont il dispose : mais on peut chercher à dresser un questionnaire qui permette de saisir – plus ou moins maladroitement – ce qui relève du ténu, du furtif, du mouvant : l’essai est nécessairement très arbitraire, l’historien prend beaucoup de risques.

30Première sphère : le ténu. Dans une institution l’historien peut s’attacher (avec prudence) au climat, à l’ état d’esprit, à ce qui « est en l’air », aux équilibres internes, mais aussi aux relations entre les membres (souvent très biaisées, l’hypocrisie réglant la vie du corps), aux fils ténus que tient le chef de corps pour affirmer ou défendre son autorité, aux efforts de la « maison » pour s’adapter à une réalité bureaucratique mouvante (c’est une politique fragile, peu visible, on multiplie les petits pas). Ce sont là des choses peu saisissables – des riens – et pourtant c’est ce qui fait qu’on se plaît dans la maison, que la hiérarchie n’est pas pesante, qu’on se sent libre, que les « bons éléments » y viennent volontiers. C’est très fragile, il suffit d’un patron médiocre ou étroit d’esprit pour rompre ces équilibres subtils.

  • 17 Chaque maison a son type de « fugitif ».

31Deuxième sphère : le fugitif. Dans une maison, quelle qu’elle soit, il y a beaucoup de choses fragiles, éphémères, instables – qu’il s’agisse d’alliances, d’équilibres, de querelles, de plaisirs, d’émotions collectives : ce vécu échappe le plus souvent, il ne laisse pas de traces, mais parfois aux archives orales on reconstruit – plus ou moins adroitement – ce fugitif qui attire si peu l’attention17.

32Troisième sphère : le flottant. On constate dans une direction, une institution, des équilibres instables entre les puissants – ou les intérêts particuliers –, des frottements, des choses incertaines, vagues, des enjeux flous (quelle attitude doit-on avoir devant les envahissements des « politiques » ?). A un moment donné la conjoncture est incertaine, personne n’ose décider, prendre parti, les « autorités » flottent, on chuchote, on pressent la crise (c’est une sorte de pré-crise), on hésite sur les choix à faire ; quand un chef de corps, un directeur à l’esprit indécis, ne sait pas se décider devant des menaces, des risques inédits, la situation est souvent bien « compromise », l’inquiétude croît, des alliances se nouent, mais sine fructu : c’est souvent ainsi que des maisons commencent leur décadence.

33Quatrième sphère : le glissant. A côté des parties rigides, immobiles, on trouve dans une maison beaucoup de choses fluides, glissantes, qui échappent au regard, qui changent « insensiblement ». L’analyste doit s’intéresser aux glissements dans la doctrine (en général on la fait évoluer sans le dire, ou en disant à demi), des glissements dans l’orientation politique (les intérets du corps sont sacrifiés à des enjeux politiques, qui par construction sont variables, on glisse de droite à gauche ou de gauche à droite sans raison sérieuse), des glissements dans les traditions (on abandonne sans le dire des coutumes, tacites, des habitudes souvent à demi-clandestines, qui faisaient parfois la force du corps). Si bien qu’à t on a la plus grande difficulté à constater ces glissements imperceptibles (même les anciens ne les repèrent pas clairement, ou n’osent rien dire), et souvent on ne voit pas le glissement vers la médiocrité, vers le déclin, d’une institution qui entre dans une crise feutrée (il suffit de mauvais recrutements successifs, de patrons « faibles » ou peu capables, pour couler l’« autorité » d’une maison), et quelques années après, personne ne peut dire ce qui s’est exactement passé, on n’a pas de repères, les dégradations ont été insensibles. Et contre de tels glissements mortels, on ne peut rien faire, rien n’est « saisissable « .

34Cinquième sphère : le flexible. Dans une institution ancienne on trouve des coutumes, des principes flexibles qui, in principio, permettent les adaptations nécessaires, donnent la souplesse, l’indifférence qui rendent tout possible (ainsi on sert « tous les maîtres », quels qu’ils soient, par une tradition légitimiste). Les variations sont comme prévues, autorisées par la tradition, qui cherche avant tout à maintenir l’essentiel (le roseau doit plier pour survivre). Mais cette flexibilité, inscrite en quelque sorte dans l’esprit de l’institution, qui s’accommode des circonstances, des crises, des « maîtres » successifs, qui autorise les transitions, les ménagements, est parfois contestée par des esprits rigides, aigres, doctrinaires, intransigeants, qui provoquent des batailles de clans, toujours dangereuses pour le corps. Or une maison est faite pour conseiller le Prince, quel qu’il soit, elle n’a pas à prendre parti, à soutenir une doctrine (c’est souvent là une erreur que commettent les jeunes).

35Sixième sphère : l’imperceptible. Dans une direction, une institution, quelle qu’elle soit, ce qui ne se laisse pas saisir, ce qui est caché, invisible, en retrait, est souvent plus important que ce qui est visible, ostensible, mis en lumière ; un bon contrôleur sait bien qu’il a la plus grande peine à saisir ce qui est caché plus ou moins volontairement et que le succès de son audit tient à sa capacité à « voir l’invisible ». Or l’imperceptible est chose très dangereuse :

  • il y a des évolutions imperceptibles, lentes, non repérées de l’extérieur, ignorées du contrôle ou de la tutelle, qui éclatent brutalement en plein jour, en période de crise (Bergson l’avait bien noté)18 : une maison est minée bien avant qu’elle s’effondre19, à un moment donné on découvre qu’il n’y a plus aucun point de résistance, aucun point d’appui ;
  • on constate également des influences, des pouvoirs invisibles, dont on ne peut saisir le rôle de l’extérieur, et qui ont des formes multiples (tel le pouvoir mondain d’un corps lié aux traditions, au « patronage », aux fonctions, à l’ image) ;
  • à l’intérieur de la maison, l’unité est assurée par des liens invisibles, par des normes non-écrites acceptées par les membres, par une conception précise des devoirs d’état, par un esprit de corps protecteur, qui marque les caractères, les volontés (et parfois les déforme).

36Or il est très difficile de comprendre ce « par-dessous » qui joue un tel rôle dans une bureaucratie, quelle qu’elle soit.

37Septième sphère : le non-dicible, l’ineffable. Ce qu’on ne dit pas, ce qu’on ne peut dire est souvent aussi important dans le monde bureaucratique que ce qu’on dit : on n’ose guère en parler, puisque précisément on n’a aucune prise. Mais il faut savoir décoder les bavardages, qui sont révélateurs de certaines obsessions, de certaines illusions, parfois de certaines souffrances, qui donnent les « clefs de l’imaginaire », également décoder les discours « officiels » internes, qui cherchent à donner une image de la maison, ou encore rechercher les silences significatifs sur certains aspects négatifs (la médiocrité de certains recrutements, les paresseux, les fous, les malades, les aigris, les « incapables »). Mais il est très difficile d’avoir les bons codes, de discerner ce qui est important et ce qui ne l’est pas (avoir un incapable est sans intérêt, en avoir 10 est dangereux).

38Huitième sphère : le clandestin. C’est sans doute ce qui est le plus facile à saisir pour l’historien, qui est habitué à analyser le clandestin social. On doit distinguer : 1) le clandestin « officiel », qui est l’irrégulier, le non-autorisé, le non-déclaré, le non-surveillé, 2) la fraude coutumière, plus ou moins tolérée (les avantages personnels), 3) le clandestin immergé lié à la vie privée, aux secrets individuels, et qui concerne le corps, les gestes, la maladie, le suicide, les obsessions, les souffrances. Mais en fait le clandestin recouvre plusieurs zones :

  • ce qu’il faut ne pas voir, ce qu’il n’est pas convenable de voir (par exemple la médiocrité cachée, les baronnies, les hiérarchies parallèles) ;
  • ce qui est déréglé (les dysfonctionnements, la production d’erreurs, les doctrines déréglées, l’inefficacité) ;
  • ce qui est corrompu (les abus de pouvoir, les délations, les intérêts personnels cachés).

39Quand un contrôleur cherche à saisir ces formes de clandestin, il découvre souvent des choses intéressantes que le directeur lui-même ignore.

40On voit bien les conséquences de cette description :

  • pour étudier une direction, ou un corps, on doit examiner ce qui s’oppose à l’apparent, au lisible, au permanent ;
  • ces mots subversifs : ténu, fugitif, flottant, glissant, flexible, imperceptible, indicible, clandestin, ouvrent à l’analyste des voies inédites, que parfois le contrôleur a défrichées (par exemple pour l’imperceptible ou le clandestin). Elles s’entrecroisent, parfois elles sont floues : ces mots sont de simples outils d’analyse ;
  • on ne peut travailler que sur du plus ou moins probable : tout dépend de la capacité à trouver les bonnes traces, des traces indirectes, des traces orales (souvent très riches), à traquer le petit fait invisible ;
  • ce probabilisme corrobore nécessairement le scepticisme de l’historien (on ne peut « savoir » qu’une toute petite partie des choses, et encore de façon incertaine : on n’a que des pressentiments, des conjectures). On ne croit plus aux discours officiels de l’institution, on s’intéresse aux conflits cachés, aux intrigues personnelles, aux glissements qui annoncent les crises, à l’imaginaire. On élargit aussi le questionnaire, on désentrave la recherche, on desserre les contraintes, mais on est amené ainsi à poser trois problèmes difficiles.

41Premier problème : toute institution a ses petits secrets : seuls les anciens peuvent donner cette chronique des choses anormales (mais leur mémoire est souvent poreuse) ; les archives orales doivent nourrir cette histoire du ténu, du fugitif, de l’occulté.

42Deuxième problème : comment perçoit-on le futur de l’institution ? On trouve un mélange étonnant d’inertie, de divination, de préjugés, d’erreurs de perception. Mais, en général, on croit qu’une institution vit à l’identique (un fonctionnaire vit 40-45 ans), on ne voit pas ce qui change autour de la maison, ce qui dans la maison s’effrite, s’effondre, régresse ; il n’y a pas de cellule chargée de prévoir l’erreur, de déceler « ce qui va s’effondrer », on est très attaché à l’immuable (le métier est très conservateur), on refuse de percevoir le changeant, le mouvant, le glissant, bien des chefs de corps vivent dans l’illusion de la permanence.

43Troisième problème : l’historien ne peut saisir certaines parties du vécu, ainsi le monologue intérieur, qui ne laisse pas de trace, qui s’efface, s’annule continuellement ; or dans la vie administrative il joue un rôle important (l’administration vit en partie sur le silence) : l’historien est condamné à rester en deçà.

Conclusion

44Peut-on tirer quelques leçons de cet ensemble d’observations ?

45Première leçon : l’historien a trop tendance à s’écarter de la vie. Or une réflexion sur le ténu, le furtif, le changeant l’y ramène nécessairement, et on doit tout mettre en œuvre pour réhabiliter ces formes plus ou moins invisibles du vécu.

46Deuxième leçon : on peut entreprendre des applications particulières pour telle ou telle histoire, par exemple l’histoire d’une entreprise publique ou l’histoire d’un hôpital : c’est ce qui permettra d’accréditer ces histoires « impossibles ».

47Troisième leçon : cette histoire ramène l’historien à lui-même, à travailler sur lui-même : ce n’est pas une histoire innocente, il y faut de la ténacité, de la capacité d’entreprise, et quelqu’expérience de la vie.

Notes

1 Le contrôleur, qui cherche le dessous des choses, le sait bien : ce n’est pas le mesurable qui est le plus important, c’est ce qui échappe à l’analyse, ce dont on ne parle pas, ce qui est « occulté ».

2 Elles tiennent à une forme de scientisme qui déforme très jeune l’esprit : or l’histoire n’est pas une science.

3 Notre intention est de marquer la place d’histoire ou « oubliées », ou dédaignées, ou jugées « impossibles » – alors qu’elles possèdent un taux d’innovation très élevé (ce sont des histoires à naître, à construire, dont le statut est très incertain, et qui sont contraires aux règles coutumières de prudence).

4 Désentraver le regard est sans doute une rêverie : mais si on ne parle pas aux jeunes du ténu, du furtif, ils continueront à travailler suivant la coutume. Et si l’on y réfléchit bien, on s’aperçoit que l’historien aime ses entraves, qu’il est habitué à ce qu’il peut expliquer – même médiocrement – et qu’il n’aime pas rester en deçà.

5 Sur la théorie de l’histoire impossible, cf. L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 637-645.

6 En fait on n’a pas tiré toutes les leçons de l’œuvre de Bremond, de sa manière de voir, et lui-même s’est bien gardé de les préciser. Mais on voit bien sa méthode quand on confronte son texte et le livre qu’il a utilisé (ainsi pour la R.M. Antoinette de Jésus).

7 Sur cette histoire de la notation, cf. Bureaucratie et bureaucrates en France au XIXe siècle, 1980, p. 453-468.

8 Cf. Pour une histoire du quotidien au XIXe siècle, 1977 et L’imaginaire quotidien au XIXe siècle, 1985.

9 Sur l’histoire du temps administratif, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 179-192.

10 Cf. ibidem, p. 405-412 et pour le clandestin en Nivernais, L’imaginaire quotidien..., ouv. cité, p. 99-108.

11 Infra, p. 149.

12 En histoire sociale, la pitié joue un rôle, et ceux qui ont une certaine « pratique sociale » voient les choses autrement que l’ historien de cabinet.

13 Il est dangereux de ne faire que des esquisses impressionnistes, sans appareil d’érudition : il faut au contraire montrer qu’on a découvert des bons documents « qui parlent ».

14 La conversation joue un grand rôle dans l’administration, il y a une manière de s’engager sans s’engager, de faire parler l’autre sans s’avancer, de donner des choses ténues que l’on peut démentir, parfois de mentir par prudence : mais cet art de la conversation est très mal connu, et laisse fort peu de traces ; ce serait une histoire importante à construire (un préfet ne mène pas une conversation comme un conseiller d’État) infra, p. 305.

15 On notera qu’après 1968 surtout les conservateurs de bibliothèques (et les archivistes) se sont intéressés aux tracts, aux dazibaos, à la littérature clandestine.

16 C’est là un débat classique : nous parlons ici des jeunes historiennes de moins de 40 ans.

17 Chaque maison a son type de « fugitif ».

18 La décision erronée est prise parce qu’on ne savait pas que telle partie ou tel service avait perdu toute efficacité.

19 L’affaire du Crédit Foncier l’a bien montré.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search