Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Le mouvant

Texte intégral

  • 1 Cf. « Saisir le mouvant » (article à paraître).
  • 2 L’historien des institutions semble n’avoir jamais lu La pensée et le mouvant de Bergson : c’est do (...)
  • 3 La littérature sur le sujet est nulle.

1L’historien est, en principe, un expert des choses mouvantes, instables, un expert du passage du temps qui s’écoule : mais – en histoire de la bureaucratie – on n’a pas de théorie du mouvant, et la confusion est grande en ce domaine, tant on croit aux structures, aux choses stables, aux normes, aux principes, et trop souvent l’historien des institutions croit presque à un temps immobile ; il ne cherche pas à étudier le mouvant pour lui-même, dans son principe1 ; il ne s’intéresse pas à ce qui bouge, à l’instable, au précaire, au furtif ; il cède trop souvent à l’illusion de fixité2. Ce sont là des pièges coutumiers, les effets de ces croyances au stable, au connaissable, au durable, sont souvent pervers : comment l’historien de la bureaucratie peut-il s’appliquer à saisir le mouvant, l’instable ? Quelles méthodes devrait-il utiliser ? Nous croyons devoir présenter quelques observations sommaires, qui peuvent inciter l’historien de la bureaucratie à mettre en doute quelques-unes de ses pratiques3.

I. Inventaire du mouvant

2On doit faire effort pour inventorier tout ce qui tient au passage, au mouvant : on a devant soi des reflets, des regards sur des reflets, des apparences multiformes, fugitives, et ce qui est par-dessous est nécessairement ignoré, occulté (c’est le système nerveux de la main). Or comment peut-on procéder à un tel inventaire ? L’exercice pour une institution est nécessairement très arbitraire : mais il permet d’aller plus loin dans la connaissance des realia. Cherchons à saisir cette nébuleuse.

  • 4 Le contrôleur a peur d’être piégé, il craint que dans cinq ou dix ans on dise : « Il n’avait pas vu (...)

3Premier noyau : ce qui bouge en apparence, ce qui « évolue » ; mais, en général, on ignore et le point de départ, la genèse, et le point d’arrivée ; on est dans le douteux, on croit discerner des « progressions », mais ce sont des illusions, des idola : il y a nécessairement des méandres, des régressions, des inversions, des pauses, des crises, on n’a pas le droit de « simplifier » (comme dit le P. Pouget, « il y a ceci, puis cela, mais dans l’intervalle je ne sais pas » : reconnaître qu’on ne sait pas est la seule règle de sagesse). Dans un audit, quand on constate une « mutation », on se garde bien de l’interpréter, on ne sait pas ce qui s’est passé réellement, et on ignore ce qui est resté stable par-dessous ; un changement peut n’être qu’apparent, c’est souvent un piège pour un contrôleur (il y a beaucoup de changements en trompe-l’œil, sans consistance, sans durée, des villages Potemkine)4. L’historien doit être aussi méfiant que le contrôleur, il est moins armé que lui pour déceler les tromperies.

4Deuxième noyau : ce qui scintille, ce qui brille. Là encore les pièges nombreux :

  • il y a l’image que la « maison » veut donner d’elle-même : c’est une image apparente avec des jeux savants de miroir, des « manipulations » (on se reconstitue un passé mythique, un âge d’or, on obtient des « témoignages » de complaisance, on joue des amitiés et des patronages : chaque maison a – et avait – ses règles du jeu en ce domaine). L’historien ne peut se fier à ces images artificielles, souvent biaisées et infidèles ;

  • il peut utiliser le regard des autres, les maisons concurrentes, les « politiques », la presse : c’est souvent un regard cruel, hostile, intéressé (l’envie joue un grand rôle) et on ne peut guère tirer profit de ces images douteuses ou médiocres.

  • 5 Qui nous donnera une théorie générale du glissement ?
  • 6 La décadence du Parlement de Paris des années 1750-1789 offre beaucoup à réfléchir à l’historien de (...)
  • 7 Infra, p. 331.

5Troisième noyau : ce qui s’écoule inexorablement, ce qui vieillit, ce qui devient obsolète : c’est pour l’historien d’une institution une enquête passionnante, car il cherche à saisir les glissements5, les chutes, par exemple les liens qui se distendent avec le corps social, le corps politique, la perte de prestige, d’autorité, le discrédit « progressif » ; il discerne – s’il a bonne vue – les signes de vieillissement, de sclérose, d’endormissement, de déclin, il cherche à les décoder (quel rôle la « politisation » d’un corps peut-elle jouer dans son déclin ?), à comprendre pourquoi le corps ou l’institution n’est plus capable, à un moment, de se défendre contre les menaces (il y a une sorte de corruption intérieure du vouloir et de l’esprit : on n’a pas assez réfléchi sur la décadence des corps parlementaires6). Le déclassement, la mort « programmée » d’une institution donne à l’historien l’occasion d’exercer sa subtilité, son flair : il y a en général de multiples raisons d’une telle décadence, et la plupart sont des raisons « invisibles », qui échappent au regard (l’expérience le montre, quand on fait l’audit d’une institution « en crise »7 ou « en déclin », qui survit péniblement).

  • 8 Cf. L’histoire entre le rêve et la raison, 1998, p. 713-721 et supra, p. 99.
  • 9 L’histoire génétique ne peut être que probabiliste.

6Quatrième noyau : ce qui se déroule. L’historien est là en terrain plus sûr, mais ce n’est qu’une apparence. Il y a des choses qui apparaissent, se développent : on peut appliquer les règles de l’histoire génétique8 (par exemple tel mode de gestion, tel principe juridique, tel principe de sélection). On suit pas à pas le développement, on s’aperçoit des heurts, des résistances, des conflits, des hésitations, ce n’est pas un développement linéaire, le rôle des personnalités est souvent déterminant (ce sont alors des « créations ») : c’est une histoire qu’il faut compliquer, on n’a jamais que des vues parcellaires, imparfaites sur ces déroulements – suivre attentivement la croissance dans ses sinuosités, ses inflexions, ses pauses relève du « probable »9.

7Cinquième noyau : ce qui disparaît. C’est là un chapitre gênant : car on doit s’intéresser à des mortalités partielles, on constate des disparitions, des effondrements, des dégradations de valeurs, de traditions, d’habitudes, de choses « non dites », qui affaiblissent l’institution ou le corps, mais ne provoquent pas nécessairement son déclin : c’est l’usure normale des choses anciennes, le signal d’une désadaptation, mais parfois aussi d’efforts d’adaptation, la preuve de sa capacité de lutter pour sa survie. Un corps, par exemple, avait des traditions de non-politisation ; l’environnement changeant, il se politise brutalement pour échapper à la perte de pouvoir ; l’historien doit être très prudent quand il doit manier, interpréter des choses aussi douteuses, il doit vérifier les témoignages, les croiser, les critiquer – mais surtout suspendre son jugement, car ces « interprétations » sont nécessairement arbitraires, et tout peut être mis en doute (qu’est-ce qu’une tradition ? qu’est-ce qu’un changement « apparent » ? n’est-on pas dans un jeu d’images inversées ?).

  • 10 La science administrative n’a jamais consenti à étudier les régressions d’une institution – chose f (...)

8Sixième noyau : ce qui régresse. La régression d’une institution est chose qui mérite réflexion : on a des signaux multiples, mais ils ne sont pas faciles à décoder : car qu’est-ce qu’une institution qui « régresse » ? Quels sont ses concurrents, quelle est leur évolution ? A-t-elle subi des chocs ? ou bien y-a-t-il des modifications du recrutement, des épurations, des choix « politiques » médiocres ? Comment a évolué le niveau de la maison (et, le cas échéant, le taux de médiocrité) ? A-t-elle été mal gouvernée ? On voit la multiplicité des questions. Mais la réflexion théorique sur les mécanismes d’une régression est très insuffisante10, l’historien ne dispose pas d’une théorie générale de la régression, ce qui rend incertaine toute interprétation des signaux, et souvent les régressions sont très lentes, à l’échelle d’un tiers de siècle, ou d’un demi-siècle (un bureaucrate a une durée de vie de 40-45 ans).

  • 11 Les archives orales permettent de mieux saisir le vécu des administrateurs, mais la science adminis (...)

9Septième noyau : ce qui est mobile, instable, précaire, transitoire. Dans une institution, il n’est pas aisé d’inventorier cette mobilité apparente – la science administrative a dédaigné de s’y intéresser, nous manquons de monographies et de témoignages11. L’historien doit s’intéresser en priorité :

  • au flexible (une « politique de corps » peut être plus ou moins flexible),

    • 12 Ce qui renforce le poids des anciens et (statistiquement) le poids des médiocres (ce sont les bons (...)

    au fluctuant (par exemple les conflits entre les jeunes et les anciens sont par nature instables, la « conjoncture » peut varier beaucoup, les jeunes peuvent quitter le corps en grand nombre...)12,

  • au sinueux (ainsi la « politisation » d’un corps est souvent irrégulière, parfois elle est massive, parfois elle est plus discrète, presqu’« invisible », par exemple dans les années 1920),

  • à l’instable (les changements de chef de corps, de président d’institution représentent souvent des menaces pour la « maison »),

  • à l’éphémère (il y a quelquefois des velléités de réforme vite étouffées, ou le rôle créateur d’une personnalité « d’exception » est parfois interrompu par la mort...),

    • 13 Le jeu des tarets décrit par Balzac relève aussi du furtif.

    au furtif (dans toute « maison » il y a des petits groupes discrets qui se tiennent « en retrait », presqu’invisibles, qui n’interviennent pas, ou très rarement)13.

  • 14 Sur l’histoire des contre-pouvoirs, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, 1999, 203- 210.

10Huitième noyau : ce qui est caché, intérieur. Dans toute institution (l’expérience le montre) il y a un système nerveux apparent (les nerfs du poignet) et un système nerveux en profondeur, caché qui relève du « non-connaissable » ; on a des centres de décision apparents, connaissables, et des centres de décision réels, occultes, que l’on ne connaît guère que de l’intérieur, et au travers de compromis, de négociations, de conflits feutrés. C’est un jeu compliqué, instable (les rapports de forces changent avec les personnalités) – mais l’historien aurait tort de ne se fier qu’aux centres de décision « apparents », il y a toujours des balancements, des contre-pouvoirs14 qui pèsent souvent sur les carrières et sur la politique du corps.

II. Les incertitudes

11L’historien est bien embarrassé : il ne sait trop ce qu’est le mouvant, il n’a pas de doctrine sur laquelle il puisse s’appuyer, il est obligé de réfléchir par lui-même – ce qui est toujours désagréable et dangereux ; pour une institution ou un corps, il faut qu’il pose trois questions qui sont fort délicates.

12Première question : qu’est-ce que la trame du changement ? On n’en a qu’une idée floue, incertaine, douteuse ; donnons deux exemples :

  • comment s’effectue une « transition » ? Comment passe-t-on d’un système à un autre ? Ainsi comment le Conseil d’État a-t-il subi après 1945 la réforme du recrutement de l’auditorat, c’est-à-dire comment a-t-il absorbé la réforme de l’éna (qui lui faisait perdre la maîtrise de son recrutement) ? On est là dans des mécanismes difficiles à décrire, où l’on ne peut trouver que du « probable ». Il en est de même pour les changements de personnes : comment une maison passe-t-elle d’un Président à un autre ? Quelles sont les conséquences apparentes et les conséquences moins visibles ou souterraines ? Pour le passé, on ne peut guère avoir que des témoignages très incertains.

  • comment un corps résiste-t-il à des menaces ? Quelle résistance offre-t-il ? Quelles contre-mesures met-il en place ? Or l’esprit de corps – chose que personne ne peut définir – est souvent d’une grande efficacité dans de tels « conflits », un corps a beaucoup d’atouts pour résister : mais bien des actions, des contre-mesures sont très discrètes.

  • 15 Il faudrait ou les orienter en ce sens, ou mener des enquêtes particulières sur ce point, notamment (...)

13On voit les dangers d’« interprétations » trop simplistes : on est dans le domaine du probable, et les archives orales peuvent beaucoup aider à dresser un bon questionnaire15.

  • 16 Toute la difficulté de l’histoire de la bureaucratie tient à ce qu’il est impossible de ne pas teni (...)

14Deuxième question : qu’est-ce qui se dérobe, est à l’abri, en retrait ? Dans une institution, un corps – l’expérience actuelle le montre – on trouve beaucoup d’éléments cachés, instables, difficiles à « évaluer » à t, t + 1, t + n : ainsi pour un corps il y a la fonction de vivier (le corps permet de pourvoir à beaucoup de détachements qui accroissent son pouvoir), le poids « mondain » (un corps a de l’autorité par des réseaux visibles et invisibles, dont une part notable relève de la « vie privée »)16, la capacité d’intervention, de recommandation, de conseil, la « politique du corps » ; or ces fonctions ou ces « actions » ne sont pas saisissables de l’extérieur, elles ne sont pas toujours avouées, reconnues (on n’ose guère parler du convivium et du connubium), elles ne sont pas stables (il peut y avoir de fortes variations, qui ne sont pas toujours visibles, même « de l’intérieur ») ; on n’en a souvent qu’une connaissance très fragmentaire, « par aperçu » (aucun chef de corps depuis longtemps n’a rédigé de mémoires). L’historien avance là en aveugle : mais on ne peut omettre ce qui est parfois « le plus important ».

  • 17 Ce serait pourtant le seul moyen de voir ce qui est important pour lui, de saisir son vécu, ses éta (...)
  • 18 Un bon exemple en est donné par le Crédit Foncier, institution bureaucratique par excellence, qui a (...)

15Troisième question : qu’est-ce que le non-saisissable, le non-connaissable ? Mais savoir ce qui n’est pas saisissable dans une institution ou un corps est chose des plus délicates, on n’en a souvent qu’une idée très floue : par exemple le vécu d’un chef de corps, la conscience qu’il a de ses devoirs d’état, ses desseins à long terme, sa vision du monde, sa « doctrine » relèvent du non-connaissable (aucun chef de corps n’a, semble-t-il, tenu journal...)17. De même le vieillissement d’une institution, d’un corps est chose difficile à saisir dans un monde très changeant, il y a des signaux qui ne sont pas perçus, décodés, à l’intérieur même du corps, et brutalement on s’aperçoit que tout est sur le point de s’effondrer, que le désordre était installé depuis longtemps, que la mort était déjà « programmée »18. Ces deux exemples montrent que l’on doit être très attentif au non-connaissable, parce qu’il oblige à être très prudent dans ses analyses, à suspendre son jugement.

  • 19 Cf. « L’humilité » (à paraître).

16Ce sont là trois systèmes de questions, qui sont anxiogènes, mais nécessaires. Qu’est-ce qui ne peut être perçu ? est une interrogation qui donne quelqu’humilité à l’historien19. Sa situation, à l’évidence, est inconfortable :

  • son regard est extérieur, nécessairement superficiel, partiel : il ne peut accéder au vécu – de 1830, de 1890, de 1930 –, il doit rester en deçà ;

    • 20 Cf. La pensée et le mouvant, p. 16 et suiv.

    les méthodes qu’il utilise sont imparfaites, dangereuses : 1) il reconstitue, donne crédit à des choses plus que douteuses, à des abstractions incertaines, 2) il simplifie par force, bâtit de toutes pièces un continuum aux effets pervers, 3) il refuse de voir le mouvement, ou plutôt ne peut percevoir le mouvement dans son ensemble en tant que tel : s’il saisit quelque chose qui bouge, il le calcifie, 4) il projette le présent, sur le passé, avec tous les risques que dénonce Bergson20 (le présent est jugé arbitrairement l’aboutissement du passé, l’historien perd la richesse de ce qui a été et est tombé dans l’oubli),

  • il manque d’outils pour analyser, contrôler : comment peut-il analyser le douteux, par exemple les discours convenus sur l’unité du corps ou de l’institution, ou sa « doctrine » apparente ? Comment peut-il déceler le mensonge ou la « manipulation » dans certaines conduites ou règles apparemment innocentes ? Comment peut-il saisir ce qui est fugitif, transitoire 1 En histoire de la bureaucratie, on a pris beaucoup de retard pour construire ces outils.

III. Conséquences

17Pour l’historien de la bureaucratie, l’incertitude est grande : quelles méthodes doit-il appliquer ? Prenons le cas d’une institution, ou d’un corps : quelle doit être sa démarche ?

  • 21 Ces techniques n’ont pas encore montré toutes les ressources qu’elles recèlent.

18Première méthode : il doit faire effort pour « définir » le non-saisis sable de l’institution – ce qu’il ne pourra atteindre, par exemple le jeu des personnalités, les atomes crochus, les conflits, les compromis, ou encore le non-perceptible, le furtif, l’éphémère, l’instable. On doit chercher ce qui échappe au regard : mais la frontière entre le « non-connaissable » et le « connaissable », mais non encore connu, est-elle stable ? Peut-on la déplacer ? Par quels moyens ? Les archives orales et les récits de vie ont montré qu’on ne pouvait raisonner à termes constants, que des déplacements sont possibles (et que d’autres sont « probables » si on va plus loin dans cette voie)21.

  • 22 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 245-253.

19Deuxième méthode : il faut inventorier les mécanismes apparents qui donnent l’illusion de la stabilité, du « durable », du non-mouvant ; ce n’est pas aisé ; on voit bien que les modes d’écriture22, de raisonnement, de décision, de jugement, de négociation, de transmission des valeurs ont une certaine « stabilité », s’inscrivent (notamment dans les corps) dans une certaine durée : mais en fait on est là dans le douteux, le partiel, le reconstruit, on ne peut guère se fier aux documents et on doit renoncer à connaître ce qui serait « immuable » par-dessous : il y a souvent des mutations très lentes, non perceptibles. En administration rien dans son principe n’est immuable.

20Troisième méthode : on doit établir la cartographie du « connaissable ; on a trois sphères :

  • ce qui bouge en apparence,

  • les reflets, les images à l’extérieur,

  • les mutations apparentes, affirmées.

21Mais cette tentative de cartographie permet de saisir une quatrième sphère : ce qui résiste au regard de l’historien (et qui est « probablement » le plus important), les traditions ou valeurs (qui s’effritent très lentement), les menaces qui pèsent sur le corps, qui sont « invisibles », non encore dévoilées (on les pressent, mais on ne sait comment y faire face).

22Quatrième méthode : il faut créer des outils d’approche, d’analyse, des méthodes d’« interprétation », qui sont nécessairement arbitraires, abstraites. On peut ainsi chercher à saisir l’esprit de corps (chose ô combien floue), les images que le corps veut donner de lui-même (que l’on « reconstruit »), les risques à telle date (tels qu’on peut les imaginer). Ce sont là des outils grossiers (mais on n’a pas encore fait les analyses nécessaires pour l’actuel, la science administrative – et la psychologie administrative – sont très en retard et les bureaucrates ne tiennent pas tellement à ce que l’on développe de pareilles analyses, qui sont dangereuses dans leur principe). On voit bien les conséquences :

    • 23 La pensée et le mouvant, ouv. cité.

    il y a nécessairement beaucoup d’erreurs, de risques d’anachronisme : comme le rappelle Bergson23, on sait ce qui est advenu, ce qui fausse le regard, et l’historien cherche parfois, en partant de son présent, des choses qui n’ont pas de réalité, des fantômes. Il faut donc un contrôle strict pour bannir ces illusions ;

    • 24 Il est singulier que personne ne se soit intéressé à l’art de la conversation en administration : o (...)
    • 25 Il n’y a que le journal qui peut éclairer le « chrono ».

    on travaille sur des documents douteux, parcellaires, résiduels : l’activité administrative est pour une grande part orale, et la « négociation orale », les transactions disparaissent sans laisser de traces (au surplus, les témoignages oraux, 30 ans après, ne sont pas fiables le plus souvent)24 : toute une partie capitale de l’action administrative est nécessairement ignorée – ce qui conduit à avoir quelque méfiance pour l’écrit qu’on utilise (on ne peut totalement se fier à un « chrono », car on ne sait pas quelles négociations ont précédé ou suivi la note qui a survécu...)25.

  • 26 Personne ne s’intéresse – chose étonnante – à l’art de juger, qui pourtant joue un rôle capital dan (...)
  • 27 Faut-il rappeler que l’importance attachée au mouvant a nécessairement des conséquences sur la coll (...)

23Cinquième méthode : l’historien doit être en défiance contre le continuum, l’idée d’un développement régulier – alors que tout mouvement est flou, instable, irrégulier en administration, il y a des pauses, des régressions, des accélérations, des ruptures : on reconstitue arbitrairement des flux (on le voit bien aux archives orales, on construit des continuités, on bâtit une trame « épurée »), on ne voit pas ce qui est irrégulier, accidentel, singulier, fragile, transitoire : il y a ce qui n’est pas pénétrable, fixable (par exemple l’art de juger26 ou l’art de converser), ce qui est éphémère par nature (qui inventoriera l’éphémère dans une institution, ce qui « ne laisse pas de traces » ?)27.

24Sixième méthode : l’historien doit se méfier du va et vient du superficiel, de l’apparent et du par-dessous, du souterrain ; même l’expérience des choses actuelles peut l’égarer, il y a là source d’illusions, de dérapages (on suppose parfois des choses erronées) ; il faut donc montrer une grande prudence quand on cherche à appréhender le par-dessous : l’historien doit savoir contrōler sa manière de connaître les choses par-dessous, les choses cachées, et tenir en bride son imagination (il vaut mieux dire nettement : je ne sais pas et je ne peux savoir...).

Conclusion

25Peut-on tirer quelques conclusions de ces observations « provisoires » ?

26Première leçon : si l’on fait l’histoire d’une institution ou d’un corps, il faut se fabriquer une théorie du mouvant, du non-connaissable : on ne doit pas être dupe des apparences, piégé par la reconstruction arbitraire d’un mouvant qui pour l’essentiel échappe, souvent on ne saisit que la poussière d’eau qui scintille au soleil : on doit être en garde contre soi-même, et savoir qu’on a mauvaise vue.

27Deuxième leçon : on doit être en doute devant tout mouvement : on ne perçoit que des choses partielles, insuffisantes, contradictoires, on constate des mouvements en avant, en arrière, des frottements, et on ne sait comment établir la « balance ; il est nécessaire de suspendre son jugement : personne ne saisit réellement le mouvement, surtout dans une institution (les signaux de régression sont les moins visibles).

28Troisième leçon : l’historien doit se résigner à rester en deçà ; l’inconnaissable, dans une institution, est « probablement » le plus important ; le vécu de l’administrateur pour le passé, est « ineffable », et on doit bien voir toutes les limites de ce qu’on croit « savoir », c’est-à-dire de ce qu’on a l’illusion de savoir. Toute histoire d’institution conduit naturellement à un scepticisme actif, à une ignorance « qui se connaît ».

Notes

1 Cf. « Saisir le mouvant » (article à paraître).

2 L’historien des institutions semble n’avoir jamais lu La pensée et le mouvant de Bergson : c’est dommage. Et surtout il ne parle jamais à ses élèves de ces problèmes difficiles de connaissance du mouvant.

3 La littérature sur le sujet est nulle.

4 Le contrôleur a peur d’être piégé, il craint que dans cinq ou dix ans on dise : « Il n’avait pas vu que cette mutation n’était qu’une illusion, de la poudre aux yeux, que rien n’avait changé (par exemple dans les systèmes de décision ou les méthodes de calculs des coûts), il a été manipulé » (ce qui est l’injure suprême).

5 Qui nous donnera une théorie générale du glissement ?

6 La décadence du Parlement de Paris des années 1750-1789 offre beaucoup à réfléchir à l’historien de la bureaucratie (par exemple dans ses conflits avec Calonne).

7 Infra, p. 331.

8 Cf. L’histoire entre le rêve et la raison, 1998, p. 713-721 et supra, p. 99.

9 L’histoire génétique ne peut être que probabiliste.

10 La science administrative n’a jamais consenti à étudier les régressions d’une institution – chose fréquente et souvent dramatique : elle ne s’intéresse qu’aux formes de croissance (de même que les systèmes de comptabilité sont établis pour contrôler une croissance de l’entreprise, et non pour déceler des décroissances ou des régressions, ce qui explique les surprises des dirigeants).

11 Les archives orales permettent de mieux saisir le vécu des administrateurs, mais la science administrative n’a pas encore exploité les matériaux rassemblés.

12 Ce qui renforce le poids des anciens et (statistiquement) le poids des médiocres (ce sont les bons éléments qui partent).

13 Le jeu des tarets décrit par Balzac relève aussi du furtif.

14 Sur l’histoire des contre-pouvoirs, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, 1999, 203- 210.

15 Il faudrait ou les orienter en ce sens, ou mener des enquêtes particulières sur ce point, notamment auprès d’administrateurs encore dans les cadres (car la mémoire des anciens est souvent déformée sur les sujets « délicats »).

16 Toute la difficulté de l’histoire de la bureaucratie tient à ce qu’il est impossible de ne pas tenir compte de cette vie privée, qui – en particulier pour les hautes fonctions – est souvent importante : un bureaucrate est aussi un homme qui souffre, qui rêve, qui a des plaisirs, qui réfléchit, qui prie.

17 Ce serait pourtant le seul moyen de voir ce qui est important pour lui, de saisir son vécu, ses états d’âme, ses hésitations (les mémoires sont nécessairement poreux, biaisés, et cachent souvent « le plus important »).

18 Un bon exemple en est donné par le Crédit Foncier, institution bureaucratique par excellence, qui avait ses baronnies et son « clandestin », si l’on en croit la chronique.

19 Cf. « L’humilité » (à paraître).

20 Cf. La pensée et le mouvant, p. 16 et suiv.

21 Ces techniques n’ont pas encore montré toutes les ressources qu’elles recèlent.

22 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité, p. 245-253.

23 La pensée et le mouvant, ouv. cité.

24 Il est singulier que personne ne se soit intéressé à l’art de la conversation en administration : or un préfet, un diplomate, un conseiller d’État parlent beaucoup, avec souvent des « méthodes » ou des principes, qu’ils ont appris de leurs patrons, quand ils étaient jeunes. Mais seul le conseiller d’État Montyon s’est intéressé à cet art de la conversation (vers 1784)… Sur l’art de parler, infra, p. 305.

25 Il n’y a que le journal qui peut éclairer le « chrono ».

26 Personne ne s’intéresse – chose étonnante – à l’art de juger, qui pourtant joue un rôle capital dans un corps comme le Conseil d’État. C’est une lacune singulière dans la théorie de l’administration.

27 Faut-il rappeler que l’importance attachée au mouvant a nécessairement des conséquences sur la collecte des archives ? Car si l’on croit au permanent, au fixe, au stable, on peut bien fabriquer des tableaux d’éliminables, des tableaux de tri : mais si l’on s’attache au mouvant, au transitoire, à ce qui apparaît, on s’aperçoit nécessairement que la vie de l’institution fait éclater ces cadres, que l’on ne collecte pas ce qui bouge, ce qui apparaît et disparaît, ce qui émerge et se développe, ce qui est éphémère, instable. On ne collecte donc pas ce qui reflète la vie, ce qui est hors des cadres convenus : ce qui est sans doute dommage pour l’histoire de l’institution. Les cadres de classement ou tableaux d’éliminables correspondent à une vision fixiste de l’administration (ou des institutions) : les archivistes n’ont pas lu Bergson, qui pourtant (La pensée..., p. 16) évoque clairement les problèmes de collecte d’archives (cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 308).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search