Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

La genèse

Texte intégral

  • 1 Nous avons donné une esquisse générale, « L’histoire génétique », dans L’histoire entre le rêve et (...)
  • 2 Certes, beaucoup de coutumes s’effritent depuis 20 ans, mais on rencontre encore bien des résistanc (...)

1L’historien par métier cherche à saisir les origines, la genèse d’une idée, d’une pratique1 : mais en histoire de la bureaucratie la tâche est particulièrement difficile, car on rencontre beaucoup de traditions, de coutumes, souvent incertaines, obscures, opaques même2 ; c’est un monde où l’on déteste l’innovation, on est prudent par nature, on aime les « précédents », l’hésitation est considérée presque comme une vertu (on dit familièrement : « Lui au moins il ne fonce pas, il regarde où il met les pieds, ce n’est pas un aventurier, il n’a pas beaucoup d’idées, mais on est tranquille avec lui »). Or toute création, toute innovation, toute réforme entraîne beaucoup de querelles, de tâtonnements, de refus, trop d’intérêts personnels sont menacés pour qu’il n’y ait pas des manœuvres obliques, des intrigues (Balzac l’avait bien montré dans les Employés), et les cheminements d’une bonne idée sont souvent lents, incertains, parfois chaotiques : on ne sait parfois pourquoi telle innovation « a bien pris » et pourquoi telle autre a échoué. Personne ne peut savoir à quand remonte vraiment telle pratique, telle bonne idée. La matière est fort riche pour l’historien de la bureaucratie, mais il doit être prudent, éviter d’avoir une vision trop lisse, trop « raisonnable » des choses, et bien comprendre les mécanismes de la psychologie bureaucratique. Aussi voudrions-nous présenter quelques observations sur les explorations nécessaires et les obstacles que peut rencontrer l’historien.

I. Les champs à explorer

  • 3 Nous avons montré dans Une ténébreuse affaire : la Caisse Lafarge (1999) comment le Conseil d’État (...)
  • 4 Nous l’avons montré à propos de la Caisse des retraites des artistes de l’Opéra, toutes les solutio (...)
  • 5 Il fallut plus de 20 ans pour soumettre les hôpitaux au contrôle de la Cour des Comptes (le projet (...)

2Saisir la genèse d’une institution, d’une procédure, d’une technique administrative, d’un mode de pensée est chose complexe : on ne sait pas grand chose sur ce qui est « aux origines », on a du mal à repérer les hésitations, les tâtonnements, les connexions, les « préparations », les traces en sont souvent disparues (parfois volontairement), et on ne peut retrouver le bon dossier, les comptes rendus des discussions, les projets successifs ; les trous sont très nombreux et on ne sait comment préciser les rôles de tous ceux qui ont contribué à telle réforme ou à tel projet ; on ne sait pas ce qu’il serait important, ou le plus important, de savoir : comment saisir la naissance du contrôle des sociétés anonymes sous l’Empire ou celle de la technique des rapports de l’Inspection des finances ? On doit faire effort pour creuser, affouiller, remonter le plus haut, mais il faut beaucoup de chance pour retrouver la belle pièce, le brouillon du projet initial, avec ses ratures, la protestation d’une des parties ou le rapport au Ministre. Souvent l’écart est grand entre le projet « esquissé » et la première prise en compte par l’administration, entre celle-ci et la première forme « décidée », entre celle-ci et la forme définitive « approuvée » : et dès qu’il s’agit de projets techniques – comme les projets de caisse de retraite3 –, les heurts, les incompréhensions, les reculs sont nombreux4 : quelquefois la bonne idée – arrêtée par un chef de division – rebondit 10, 15 ans plus tard5.

3Or le champ des explorations à entreprendre est considérable :

    • 6 Sur ce débat, cf. Études et documents, t. XI, 2001.

    on peut s’intéresser à la genèse d’institutions, en examiner le détail technique (par exemple, pour la « création » de la Cour des Comptes, Cambacérès et Gaudin s’opposent vivement sur la portée de la réforme)6 ;

    • 7 Nous en avons publié un de 1817, concernant un hospice, Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale, (...)
    • 8 Ibidem, n° 34, 1996, p. 267-274.
    • 9 Ce sont les ptt qui avant 1940 avaient mis au point un système de notation qui servit de modèle en  (...)
    • 10 Il y aurait eu des tentatives dans les années 1840, les machines Thomas étaient en usage vers 1880  (...)

    on peut aussi chercher à saisir la genèse de procédures (par exemple pour les techniques de contrôle, les premiers rapports de l’inspection des finances7, les premiers rapports de l’Inspection générale des établissements de bienfaisance)8, on peut chercher à comprendre la naissance de pratiques (une histoire de la notation réserverait bien des surprises)9. Mais en général il n’est pas facile de saisir les « précédents », de retrouver les premières tentatives (par exemple pour l’utilisation de machines à calculer dans les services fiscaux)10 ;

    • 11 On eut recours dans les années 1840 aux services de Didion, de Bienaymé pour les calculs concernant (...)
    • 12 Pour un exemple de rapport de d’Hauterive, cf. Aux origines des maisons de retraite : Sainte-Périne (...)

    il serait nécessaire aussi de saisir la genèse de méthodes de pensée, par exemple l’introduction du calcul actuariel dans l’administration (Duvillard avait montré la voie, mais n’avait pas été compris, par exemple pour les caisses de retraite)11, la genèse de techniques comptables d’amortissement (les ingénieurs des mines les utilisèrent pour calculer les bénéfices des houillères), ou encore les pratiques du rapport au Conseil d’État (Bérenger, d’Hauterive savaient faire de savants rapports soigneusement médités)12;

    • 13 Cf. Les retraites des fonctionnaires. Débats et doctrines (1790-1914), 1996.
    • 14 Ainsi des systèmes inventés en 1794 par Montlinot dans le projet de deuxième rapport Barère (cf. Un (...)

    on peut tenter d’explorer la genèse de systèmes entiers, par exemple pour les pensions de retraite13, les constructions de logements ouvriers, ou les « secours en maladie »14, en cherchant à remonter aussi loin que possible : mais ce sont là des entreprises longues et hasardeuses.

II. Qu’est-ce que tâtonner ?

  • 15 Par exemple la construction sous le Second Empire de logements ouvriers sur le modèle anglais.
  • 16 Les œuvres religieuses ont souvent des origines inconnues, elles sont souvent à la source d’innovat (...)

4En administration on est souvent très hésitant devant un projet de réforme, une innovation, les refus sont répétés (« C’est une rêverie, c’est inutile, impossible, sans intérêt » : le langage est rituel), et entre le lancement d’un projet et sa réalisation (parfois sous une forme toute autre) s’écoulent parfois 10, 15 ans, ou plus ; les obstacles sont multiples, surtout quand il s’agit d’une « création », ou d’un transfert de modèles étrangers15 – on en a sous nos yeux l’expérience chaque jour (on continue trente ans après à discuter de la valeur de l’injonction thérapeutique de la loi de 1970 sur la toxicomanie). Les tâtonnements en administration sont nombreux, compliqués : parfois le cheminement d’un « projet » est clandestin, il y a des réseaux dissimulés (rappelons l’Envers de l’histoire contemporaine)16 et on a parfois grand mal à saisir d’où vient tel projet.

5Comment suivre le cheminement d’un projet ?

  • 17 Sur les projeteurs, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 229- 235.
  • 18 Cf. L’éna avant l’ÉNA, 1983 et L’Académie politique de Louis XIV, 1996.

61°) On doit s’intéresser aux projeteurs17, aux hommes à idées, aux doctrinaires, explorer les multiples pistes (on le voit bien pour les projets d’éna18 ou les projets de Caisses d’épargne ou d’assurances tontinières).

  • 19 Ainsi Frerson, chef du bureau des hôpitaux, cf. Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale, 1998, n (...)
  • 20 Mais on voit, au hasard d’un dossier, tel directeur au Ministère de l’intérieur suggérer en 1835 la (...)

72°) L’administration a aussi ses idées de réforme, le chef de bureau d’autrefois a parfois de l’imagination, de l’initiative19, mais les « visionnaires » sont rares20, et en général ils ne sont pas récompensés, ils ne font pas carrière.

  • 21 Nous avons montré le rôle de tels spéculateurs avec un Du Chailla, qui « invente » les maisons de r (...)

83°) On ne doit pas oublier le spéculateur qui saisit au vol une idée, et cherche à en tirer un profit personnel : c’est parfois un médiocre21 – mais la bonne idée passe souvent par son intermédiaire et on ne doit jamais oublier la pression des intérêts matériels derrière toute « réforme ».

  • 22 C’est un article du Dr Morpurgo qui en 1840, dans le Constitutionnel, donna la première idée des mé (...)

94°) La presse a un grand rôle, elle sert de vecteur, donne parfois la première esquisse d’un « projeteur »22, la première trace d’une innovation, elle peut amplifier, et déformer, une « bonne idée », elle peut aussi provoquer des batailles d’idées dangereuses.

105°) Il faut aussi faire la part d’accélérations, provenant par exemple d’encouragements étrangers, ou de l’imitation de modèles étrangers, ou de crises politiques, qui font réapparaître des idées de réforme, oubliés depuis 20 ans...

11Il n’est pas facile de suivre les cheminements d’un « projet de réforme », les obstacles rencontrés, les hésitations des responsables administratifs, des « politiques », les oppositions clandestines (on a bien failli avoir une éna en 1881, mais la Commission du Budget de la Chambre s’y opposa sous des prétextes très flous) ; le hasard, le fatum joue aussi apparemment un grand rôle dans les échecs, les abandons (c’est à la mort de Saint-Prest que disparaît l’Académie politique de Louis XIV) : mais l’historien doit demeurer très prudent, il ne sait et ne peut savoir qu’une toute petite partie des choses, ce qui est « le plus important » a toute chance de lui échapper.

III. Les objectifs de l’historien

12Que peut chercher l’historien quand il tente une telle histoire ?

13Premier objectif : on doit saisir la part de création, le jaillissement des idées, en remontant le plus loin possible, en cherchant les « origines » (« La tradition est oubli des origines », disait Husserl), en montrant le rôle des rêveurs, des éveilleurs, des aiguilleurs.

  • 23 Et même pour bien comprendre le dossier technique d’autrefois, il faudrait avoir soi-même cherché à (...)
  • 24 Également une certaine flexibilité d’esprit : on doit savoir comprendre le pour et le contre (tout (...)

14Deuxième objectif : l’historien doit montrer les obstacles à surmonter, et il y a sans doute des leçons pour l’action à en tirer, car le passé est très proche là de notre présent à nous (lancer un projet suppose les mêmes « ficelles »)23, il doit aussi souligner le rôle des passions, l’indifférence générale (pourquoi changer ce qui existe ?), les résistances doctrinales (la « doctrine » est un barrage efficace, elle est conservatrice, elle pousse à ignorer ce qui change, à scléroser l’action), l’esprit de système, qui tend à l’immobilisme : l’étude des obstacles, des freins, peut être très fructueuse, mais elle suppose une certaine expérience de la vie administrative24.

  • 25 Dans les cabinets ministériels on rencontre souvent ces passionnés, qui posent des « problèmes inso (...)

15Troisième objectif : l’historien doit s’attacher au cheminement de l’idée neuve, de l’invention, avec les influences plus ou moins occultes, les « structures parallèles », souvent très efficaces, les affinités, les atomes crochus, le rôle de personnalités têtues, volontaires, manœuvrières, qui « obtiennent la décision »25.

  • 26 Nous l’avons montré pour La réforme monétaire de l’an XI (1993).
  • 27 L’on voit bien, dans le cas de l’Académie politique de Louis XIV, combien le « projet » de l’abbé d (...)

16Quatrième objectif : l’historien, en suivant une novation dans son détail technique, peut montrer les inflexions, les modifications, les déformations – ou les enrichissements que peut subir un projet : d’une esquisse grossière, médiocre, on peut parfois tirer un texte de loi à longue durée de vie26. Un projet est très souvent chose mouvante, flexible, incertaine : on ne peut prédire à coup sûr son avenir27.

17Cinquième objectif : l’historien doit montrer les limites de notre savoir, on ne peut tout saisir, tout comprendre : on se heurte à l’opacité, à la pauvreté des sources, on commet souvent des erreurs d’appréciation : l’histoire génétique a nécessairement des limites.

18Sixième objectif : l’historien doit montrer le rôle du temps administratif, qui souvent permet les tâtonnements, les enlisements, les éclipses, les « pauses » : c’est un temps long, poreux, qui casse les plus beaux projets (celui qui refuse la novation spécule toujours sur un temps long).

IV Obstacles

19Cette histoire est difficile, il faut avoir bien conscience des obstacles à surmonter.

20Premier obstacle : les sources sont partielles et lacunaires, on a rarement le premier projet, la première esquisse, la première discussion, on remonte difficilement à la première étape (on retrouve le premier projet qui propose en 1810 de soumettre les hôpitaux au contrôle de la Cour des Comptes, mais n’y en a-t-il pas eu d’autres ?), les archives gardent rarement la trace des hésitations (l’ensemble des textes préparatoires à la réforme monétaire de l’an XI est assez exceptionnel – et encore n’a-t-on pas le procès-verbal des discussions au Conseil d’État détruit en 1871).

  • 28 Cf. L’éna avant l’éna, OUV. cité. Chacun fabriquait son projet d’éna (Pierre Laroque nous disait qu (...)

21Deuxième obstacle : il n’est pas facile de faire la part de la création. Quel est le véritable décideur ? le véritable « auteur » de la réforme ? On a souvent des équipes (ainsi par l’élaboration du projet Académie politique de Louis XIV), parfois les idées sont « dans l’air du temps » (ainsi les idées d’éna en 1930-1936…)28.

  • 29 Quand on étudie l’Académie politique de Louis XIV, il vaut mieux s’intéresser aux aspects pédagogiq (...)
  • 30 Les papiers Arnoul contiennent des notes des officiers de Rochefort vers 1685, Pontchartrain donne (...)

22Troisième obstacle : c’est une histoire où l’on peut commettre facilement des erreurs ; il faut bien connaître le problème actuel pour saisir l’importance, l’économie du projet, parfois il peut y avoir de mauvaises lectures29. Et l’historien doit se défier de son imagination, de sa capacité à « inventer » des chaînons manquants : il y a beaucoup de mirages, de faux-semblants, de rapprochements hâtifs, illusoires, on a beaucoup de mal à « reconstituer » les origines d’une coutume (par exemple, si l’on veut faire l’histoire de la notation, on découvre des « habitudes » dans la Marine des années 168030 – mais comment remonter au-delà ?).

  • 31 Si l’on voulait faire sérieusement l’histoire de la notation, il faudrait publier un recueil du XVI (...)

23Quatrième obstacle : c’est une histoire lente, qui exige beaucoup de temps, de patience : il faut publier dès qu’on le peut les documents, les discussions préparatoires, ce qui permet plusieurs « lectures » et stimule l’historien futur (par exemple les premiers projets d’éna, les premiers rapports d’inspecteurs des finances), au besoin établir des recueils de documents (nous l’avons fait, par exemple, pour les réformes monétaires de 1785, et de l’an XI et pour les pensions de retraite de fonctionnaires)31.

  • 32 Rappelons qu’en administration un rapport est adapté à son lecteur, c’est un « message » et que l’o (...)

24Cinquième obstacle : l’historien n’est pas toujours habitué à saisir les passages, les choses ténues, mouvantes, les hésitations, il n’a pas toujours la flexibilité, le tact nécessaires, il veut parfois construire des « modèles » (sous l’influence des sociologues) : en histoire de la bureaucratie il faut être prudent, l’expérience de la vie, répétons-le montre qu’il y a dans toute création ou réforme beaucoup d’arrière-pensées, d’intérêts dissimulés, de « nuances » doctrinales32. Un « projet » doit être décodé avec soin, en se défiant de ses premières impressions.

V. Prospective

25Peut-on esquisser une prospective de cette histoire compliquée ?

  • 33 Du moins c’est ce qu’on affirmait vers 1925 (cf. Armand-Delille, Le service social dans les collect (...)
  • 34 Avant de réformer l’éna, mieux vaut savoir d’où elle vient et sur quels compromis elle a été fondée (...)
  • 35 Elle peut fournir d’utiles questions pour les enquêtes d’archives orales, surtout si l’on recueille (...)
  • 36 On voit mieux ce qui se passe par-dessous, ce qui échappe au regard.

26Les facteurs favorables à son développement sont nombreux : c’est une histoire qui montre, elle stimule à bien faire, comme en archéologie on voit les résultats (par exemple le casier social serait peut-être d’origine française)33, elle peut attirer les jeunes. C’est également une histoire qui permet de mieux comprendre le présent, elle peut avoir des retombées actuelles34, elle nous fait saisir le cheminement d’une innovation, l’art de contourner des obstacles, elle accroit nos connaissances en psychologie administrative35, notre capacité à saisir de l’intérieur le jeu administratif36.

27Mais on voit bien ce qui peut freiner cette histoire « génétique » :

    • 37 Il faut sauter par-dessus les obstacles, ne pas se fier à ce qui est écrit « traditionnellement ».

    elle est difficile à mettre en œuvre, elle suppose de la ténacité, de l’imagination37, la connaissance du présent, une certaine expérience de la vie, et de la chance,

    • 38 On voit bien, par exemple, qu’en 1941-1944 on avait des projets d’éna à Vichy – comme à Londres.

    c’est une histoire qui accroit le taux d’incertitude, elle rend impossibles les grands systèmes, les explications doctrinaires, les « coupures » arbitraires38 ; par suite c’est une histoire mal vue, qui déplaît souvent aux responsables administratifs, très attachés à des traditions floues, à des images incertaines, illusoires,

    • 39 Sur le probabilisme en histoire, cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 359-368.
    • 40 C’est là un singulier changement depuis 30 ans : être sceptique est mal vu, les élèves vous en veul (...)

    cette histoire conduit au scepticisme dans une certaine mesure, à une histoire « flottante », on n’a à traiter que de choses plus ou moins « probables »39 : or la pression est de plus en plus forte contre le scepticisme en histoire, les historiens n’osent guère afficher leur scepticisme40.

Conclusion

28De ces quelques observations brèves, on peut tirer, à titre provisoire, quelques leçons.

29Première leçon : l’historien de la bureaucratie doit être prudent, il faut que cette histoire génétique réponde à un besoin, qu’elle touche à des choses importantes (d’où vient cette pratique ? pourquoi tel retard ?), qu’elle concerne aussi des problèmes actuels (par exemple la genèse des systèmes de retraite ou des caisses d’épargne permet de mieux saisir certaines difficultés) : il faut bien choisir sa cible, et viser à une certaine efficacité.

  • 41 Tel attaché d’administration du ministère de la santé avait réussi vers 1970 à mettre sur pied les (...)
  • 42 Nous avons évoqué la figure de Ropiquet, qui en 1795 sauva les hôpitaux de la ruine (cf. Bulletin d (...)

30Deuxième leçon : c’est une histoire qui tourne autour du rôle créateur des personnalités dans la vie bureaucratique : projeteurs, fondateurs, « visionnaires », manipulateurs, décideurs au tempérament sanguin, aiguilleurs, la pâte humaine est riche, et il faut bien comprendre le jeu exact des bureaucrates, ce qui n’est pas toujours facile (il y a les inconnus qui restent dans l’ombre41, les « héros anonymes »42, les « éminences grises »).

31Troisième leçon : c’est une histoire qui conduit à beaucoup d’hésitations, de tâtonnements, de nuances, on reste nécessairement en deçà, on devient peu à peu sceptique et on veut faire partager son scepticisme – ce qui crée quelqu’irritation chez ceux qui croient à une histoire lisse, mécanique.

Notes

1 Nous avons donné une esquisse générale, « L’histoire génétique », dans L’histoire entre le rêve et la raison, 1998, p. 713-721.

2 Certes, beaucoup de coutumes s’effritent depuis 20 ans, mais on rencontre encore bien des résistances dès qu’on cherche à en saisir les racines, et la science administrative s’est désintéressée de la coutume administrative.

3 Nous avons montré dans Une ténébreuse affaire : la Caisse Lafarge (1999) comment le Conseil d’État a beaucoup hésité pour contrôler les sociétés tontinières et les sociétés d’assurances, jusqu’à l’Avis de 1819.

4 Nous l’avons montré à propos de la Caisse des retraites des artistes de l’Opéra, toutes les solutions techniques ont été essayées en 200 ans.

5 Il fallut plus de 20 ans pour soumettre les hôpitaux au contrôle de la Cour des Comptes (le projet est de 1810, l’ordonnance de 1831, cf. Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale, 1997, n° 35, p. 137 et suiv.).

6 Sur ce débat, cf. Études et documents, t. XI, 2001.

7 Nous en avons publié un de 1817, concernant un hospice, Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale, n° 33, 1996, p. 165-171.

8 Ibidem, n° 34, 1996, p. 267-274.

9 Ce sont les ptt qui avant 1940 avaient mis au point un système de notation qui servit de modèle en 1946… Mais il faudrait s’intéresser aux techniques de notation dans les corps (ainsi pour le corps préfectoral, les Ponts et Chaussées, les Mines, infra, p. 247).

10 Il y aurait eu des tentatives dans les années 1840, les machines Thomas étaient en usage vers 1880 (cf. « Les machines à calculer et les bureaux en France au XIXe siècle », Études et documents, t. IX, 1997, p. 231-240).

11 On eut recours dans les années 1840 aux services de Didion, de Bienaymé pour les calculs concernant la Caisse nationale de vieillesse pour les ouvriers.

12 Pour un exemple de rapport de d’Hauterive, cf. Aux origines des maisons de retraite : Sainte-Périne de Chaillot, 1997, p. 259-275 : c’est un modèle du genre.

13 Cf. Les retraites des fonctionnaires. Débats et doctrines (1790-1914), 1996.

14 Ainsi des systèmes inventés en 1794 par Montlinot dans le projet de deuxième rapport Barère (cf. Un observateur des misères sociales..., 2001).

15 Par exemple la construction sous le Second Empire de logements ouvriers sur le modèle anglais.

16 Les œuvres religieuses ont souvent des origines inconnues, elles sont souvent à la source d’innovations sociales : ainsi les congrégations de gardes malades, les œuvres pour les domestiques (cf. P. Guiral, G. Thuillier, La vie quotidienne des domestiques, 1978).

17 Sur les projeteurs, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 229- 235.

18 Cf. L’éna avant l’ÉNA, 1983 et L’Académie politique de Louis XIV, 1996.

19 Ainsi Frerson, chef du bureau des hôpitaux, cf. Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale, 1998, n° 37, p. 232-237.

20 Mais on voit, au hasard d’un dossier, tel directeur au Ministère de l’intérieur suggérer en 1835 la création en province de chambres régionales des comptes : idée qui ne sera pas reprise avant les années 1970…

21 Nous avons montré le rôle de tels spéculateurs avec un Du Chailla, qui « invente » les maisons de retraite payantes, et un Lafarge, qui crée en 1791-1793 la plus grande société de « prévoyance » (600 000 actionnaires, 120 000 familles). Or les idées de l’un et de l’autre furent reprises plus tard par l’État…

22 C’est un article du Dr Morpurgo qui en 1840, dans le Constitutionnel, donna la première idée des méthodes d’éducation des enfants idiots d’Edouard Séguin (cf. Un pionnier de la psychiatrie infantile…, 1996, p. 22-24).

23 Et même pour bien comprendre le dossier technique d’autrefois, il faudrait avoir soi-même cherché à lancer un projet ou géré un projet.

24 Également une certaine flexibilité d’esprit : on doit savoir comprendre le pour et le contre (tout comme un juge instruit « à charge et à décharge »).

25 Dans les cabinets ministériels on rencontre souvent ces passionnés, qui posent des « problèmes insolubles », qui ont souvent tort d’avoir raison trop tôt.

26 Nous l’avons montré pour La réforme monétaire de l’an XI (1993).

27 L’on voit bien, dans le cas de l’Académie politique de Louis XIV, combien le « projet » de l’abbé de Chevremont (1691) et celui d’Arnoul (1696) avaient peu de chances de conduire à un projet sérieux : et pourtant en 1710-1711 on examina et analysa le projet de Chevremont. Il y a souvent une continuité étonnante dans les projets.

28 Cf. L’éna avant l’éna, OUV. cité. Chacun fabriquait son projet d’éna (Pierre Laroque nous disait qu’il en avait rédigé un, pour un groupe d’amis, en 1938).

29 Quand on étudie l’Académie politique de Louis XIV, il vaut mieux s’intéresser aux aspects pédagogiques...

30 Les papiers Arnoul contiennent des notes des officiers de Rochefort vers 1685, Pontchartrain donne des notes pour ceux de Brest.

31 Si l’on voulait faire sérieusement l’histoire de la notation, il faudrait publier un recueil du XVIIe siècle à 1905… Et rappelons que personne n’a republié tous les projets de réforme du Conseil d’État de 1814 à 1879.

32 Rappelons qu’en administration un rapport est adapté à son lecteur, c’est un « message » et que l’on pratique volontaire la dissimulation et la rétention d’information, et parfois le mensonge.

33 Du moins c’est ce qu’on affirmait vers 1925 (cf. Armand-Delille, Le service social dans les collectivités contemporaines, 1929, p. 48 : « C’est à Calmette que revient l’idée du visiteur-enquêteur à domicile, qu’il institue dans le dispensaire qu’il fonda à Lille vers 1904, et c’est à son exemple qu’ont été organisés, aux États-Unis, tous les services de visiting nurse, dont ce pays a eu l’initiative et que nous avons depuis la guerre imités en France »).

34 Avant de réformer l’éna, mieux vaut savoir d’où elle vient et sur quels compromis elle a été fondée. Et avant de décider de l’harmonisation des régimes spéciaux de retraite, peut-être convient-il d’en connaître les origines, notamment pour les fonctionnaires – ou les artistes de l’Opéra (rappelons que les retenues pour pensions des fonctionnaires ne sont nullement des cotisations de Sécurité sociale, elles datent de la loi de 1853 et ne sont qu’une « taxe forfaitaire sur les traitements »).

35 Elle peut fournir d’utiles questions pour les enquêtes d’archives orales, surtout si l’on recueille les souvenirs d’un grand « projeteur ».

36 On voit mieux ce qui se passe par-dessous, ce qui échappe au regard.

37 Il faut sauter par-dessus les obstacles, ne pas se fier à ce qui est écrit « traditionnellement ».

38 On voit bien, par exemple, qu’en 1941-1944 on avait des projets d’éna à Vichy – comme à Londres.

39 Sur le probabilisme en histoire, cf. L’histoire..., ouv. cité, p. 359-368.

40 C’est là un singulier changement depuis 30 ans : être sceptique est mal vu, les élèves vous en veulent, ils ne comprennent pas les raisons de ce scepticisme, ils veulent des « certitudes » (notamment en histoire administrative). Sur l’importance du scepticisme, infra, p. 231.

41 Tel attaché d’administration du ministère de la santé avait réussi vers 1970 à mettre sur pied les Services d’aide médicale d’urgence (les samu) contre le scepticisme général des bureaux.

42 Nous avons évoqué la figure de Ropiquet, qui en 1795 sauva les hôpitaux de la ruine (cf. Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale, n° 33, 1996, p. 15-31) : or les Ropiquet sont plus nombreux qu’on ne pense.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search