Versione classicaVersione mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

La notation

Testo integrale

  • 1 On trouve aux Archives nationales les dossiers du corps préfectoral, des ingénieurs des Po (...)
  • 2 En principe la limite est de 120 ans après la naissance. Mais les archives de certains cor (...)
  • 3 L’histoire de la notation elle-même n’a pas été entreprise (infra, p. 247-255). Les invest (...)

1Que reste-t-il d’un administrateur ? Souvent on ne possède plus que ses notes annuelles qui montrent la manière dont il était apprécié dans le corps. Mais quelle est la valeur de ces « notes professionnelles » ? C’est un monde difficile à pénétrer, surtout pour l’historien qui n’a pas d’expérience de l’administration active. La note définit un certain niveau de l’administrateur, mais elle est souvent arbitraire, parfois le notateur est partial, capricieux, la note n’a qu’une valeur douteuse, incertaine, « probable »... Aucune « maison » ne ressemble à une autre en ce domaine, on a sa manière de noter aux Affaires étrangères, dans le corps préfectoral, aux Ponts et Chaussées ou aux Mines. On dispose de masses considérables de dossiers1, mais on ne sait trop comment les exploiter : si bien qu’ils sont souvent fort délaissés (la partie récente étant inaccessible)2. Nous voudrions indiquer quelques règles de prudence nécessaires dans le maniement de ces notes personnelles, et rappeler les principes de la notation, les objectifs que l’on peut poursuivre et les règles de bon usage que l’on pourrait appliquer3.

I. Le dossier personnel

  • 4 Il serait important qu’à titre exploratoire on entreprît la description des dossiers perso (...)

2Que trouve-t-on dans un dossier ? le système varie suivant les « maisons »4.

  • 5 Cf. infra, p. 247-250.

31°) On possède des feuilles de notes annuelles, imprimées, avec de multiples questions, par exemple pour le corps préfectoral5, et dans certains corps, des feuilles d’inspection (par exemple pour les professeurs les notes d’inspection générale).

42°) La feuille de notes donne l’avis du chef direct, mais souvent d’un supérieur, par exemple de l’Inspecteur général des Ponts et Chaussées compétent, et parfois les avis divergent.

  • 6 Cf. notre note « Réflexions sur le système de notation », dans La fonction publique, Cahie (...)

53°) Parfois la feuille de notes se dédouble : ainsi pour les Ponts et Chaussées, on a une feuille pour apprécier les qualités de l’ingénieur dans le poste qu’il occupe, et une autre feuille, avec d’autres questions, pour apprécier ses capacités en cas d’avancement à un poste supérieur (ce sont des qualités différentes) : ce dédoublement montre bien l’ambiguïté de la feuille unique de note6.

  • 7 Les dossiers du corps préfectoral donne un bon exemple de classement systématique.

64°) Le dossier personnel comporte bien d’autres documents, classés souvent à part7 :

  • les interventions de personnes extérieures pour l’avancement (ou pour l’entrée dans le corps)8 ;
  • les requêtes pour l’avancement, les plaintes de l’administrateur9 ;
  • des rapports sur des incidents administratifs, des plaintes d’administrés, des conflits avec les supérieurs ;
  • les propositions pour la Légion d’honneur.
  • 10 Dans les dossiers des Ponts et Chaussées, on a les feuilles de notes des années d’École, e (...)
  • 11 Quelquefois les notes annuelles – ainsi à la Cour des comptes – sont très brèves, mais ell (...)

7Les bureaux du personnel sont très conservateurs et ils glissent souvent tout dans le dossier10 : des faire-part de mariage, des notes d’audience du ministre ou du directeur, des coupures de presse : les dossiers sont souvent très différents d’allure d’une maison à l’autre11.

II. Fondements de la notation

8Les systèmes de notes reposent sur des principes communs, quels que soient les institution ou les corps.

  • 12 Il est obligé – ainsi aux Affaires étrangères – d’être au courant de toutes les petites hi (...)

9Premier fondement : les services du personnel, dans chaque « maison », ont leurs habitudes, leurs soucis, leurs méthodes d’information ; ils veulent à la fois se protéger et protéger les intérêts du corps ; on connaît très mal les principes d’action d’un service du personnel (par exemple du bureau du corps préfectoral) ; comme disait un ancien, « un bureau du personnel n’a pas de principes, pas de cœur, mais il a de la mémoire »12 et de fait, la stabilité aidant, il incarne souvent les « traditions » de la maison : mais il n’est pas aisé de comprendre les règles du jeu.

  • 13 On doit surveiller ainsi les gens qui déraillent, qui sont endettés, qui se mettent à joue (...)

10Deuxième fondement : les notations que décodent le bureau du personnel ont un but principal : mettre la maison à l’abri des gens à risques, hors normes, ou des gens médiocres qui peuvent porter atteinte à la réputation ou aux intérêts du corps13 ; les notations ont essentiellement une fonction défensive, ce qui explique la multiplicité des réserves et des critiques voilées. Mais les bureaux du personnel savent aussi décoder les notes, ils connaissent le notateur, ses intérêts, ses tics de notation, parfois sa méchanceté, sa sévérité affectée, et ils font la part du feu. On saisit parfois, par exemple pour le corps préfectoral, la manière dont le bureau lit le dossier, quand il est amené à faire une fiche de synthèse pour le ministre (à propos d’un avancement) : ils reprennent certaines réserves « dans l’intérêt du corps ».

  • 14 On n’a pas encore étudié la psychologie du notateur, les normes qu’il entend incarner, ses (...)
  • 15 Cette habitude serait disparue, nous a-t-on assuré.

11Troisième fondement : quelle que soit la grille des questions posées – qui est souvent très longue –, on cherche, quand on note, à dresser un portrait psychologique de l’administrateur (avec ses contradictions, ses points faibles, ses points forts) ; c’est presque un jeu de société (la préfète note la sous-préfète…) ; il y a souvent de belles formules, des traits spirituels, on cherche le point juste, on démonte le pantin ; parfois le jeu est cruel (noter, c’est le fin du métier), on démasque les prétentions, on voit au-delà des apparences, et les résultats – pour l’histoire psychologique – sont souvent remarquables, le trait est acéré : « Livré à lui-même, Mxxx serait un sous-préfet plus qu’ordinaire. Dirigé par sa femme, il suffit à ses fonctions » ou « S’il avait un peu plus de distinction dans les manières, Mxxx serait un sous-préfet remarquable. Ce défaut est presqu’une qualité dans les Vosges… ». On trouve même beaucoup de mépris caché dans la notation14, sous prétexte de justice, d’impartialité, on est souvent peu bienveillant. Mais en ce domaine les traditions ont tendance à se perdre depuis que les notes peuvent être communiquées (mais aux Affaires étrangères vers 1980, à côté du dossier « communicable », on avait mis à part un dossier des notes d’inspection, plus libres de ton)15.

III. Les objectifs

  • 16 Sur les principes d’une histoire psychologique, cf. Pour une histoire de la bureaucratie e (...)

12Les notes personnelles permettent de nourrir une histoire psychologique de l’administration16, si on sait les décoder intelligemment : il faut être conscient des objectifs de cette exploitation des dossiers personnels.

  • 17 La cooptation, rappelons-le, était (et est encore en partie) le grand principe de la gesti (...)

13Premier objectif : on peut tenter à partir des notes de saisir l’esprit de corps, d’appréhender les normes non écrites qui règlent le jeu des carrières, de la cooptation17 ou de la sélection, qu’il s’agisse du corps préfectoral, du corps des Ponts et Chaussées ou du corps enseignant : mais l’ esprit de corps, chose essentielle, est aujourd’hui oublié par la science administrative et par l’histoire administrative. Faire une telle histoire suppose des dépouillements attentifs, en profondeur, de nombreux dossiers, des études de cas, la publication de corpus de textes et une bonne connaissance des réalités du corps actuel.

  • 18 Sur cette histoire, infra, p. 109.
  • 19 Cf. Bureaucratie, ouv. cité, p. 453 et suiv.
  • 20 Nous avons étudié, par exemple, le dossier d’Émile Dormoy (1829-1891) dont le nom est sauv (...)

14Deuxième objectif : on peut être tenté de faire l’histoire de la souffrance administrative18, car, dans tout corps, on trouve une fraction d’administrateurs qui s’adaptent mal à leur charge, que les « patrons » aident peu, qui souffrent d’être plus ou moins inférieurs à leur tâche (quelle que soit leur bonne volonté) et dont l’avancement est arrêté ; c’est sensible dans le corps préfectoral (d’où le sous-préfet à faibles talents est rapidement exclu)19, mais aussi dans le corps des mines20. On suit à travers le dossier la dégradation de la situation d’une année sur l’autre, on possède parfois les plaintes, les notes deviennent de plus en plus cruelles...

  • 21 Mais on doit faire attention : les dossiers sont parfois épurés ou pillés, tel celui de Hu (...)

15Troisième objectif : on peut tenter une histoire des personnalités, chercher à cerner leur caractère, leur esprit d’indépendance, leur volonté d’échapper au nivellement. On peut dresser, à partir des notes, des portraits psychologiques (mais avec prudence, car les notes ne disent pas tout21 et donnent parfois des vues déformées) ; étudier quelques personnalités « à la marge » permet d’en apprendre beaucoup sur les mécanismes réels de l’administration (celui qui ne se soumet pas au modèle commun a quelques difficultés...).

  • 22 Sur la nécessité d’une histoire des conflits, cf. Pour une histoire de la bureaucratie...,(...)
  • 23 On voit même un ingénieur des mines, de Rozières, s’opposer ouvertement vers 1820 aux doct (...)

16Quatrième objectif : les dossiers personnels permettent d’entreprendre une histoire des conflits22 : on découvre les conflits entre préfets et sous-préfets, ingénieurs et ingénieurs en chef des mines, qui ont souvent des origines obscures (conflits de personnes, conflits d’autorité, conflits doctrinaux)23. Retracer un conflit dans le détail est un exercice utile d’histoire psychologique, on comprend mieux le jeu administratif.

17Cinquième objectif : on peut utiliser les dossiers de personnel pour étudier la hiérarchie, son poids, ses méthodes, les liens hiérarchiques qui fondent l’unité du corps : la notation est une arme, qui tend à maintenir une unité des principes, une unité morale et on peut étudier l’écart des appréciations entre les supérieurs, par exemple l’ingénieur en chef et l’inspecteur général, les rappels à l’ordre vis-à-vis d’éléments qui n’obéissent pas au modèle, qui « dévient », l’affirmation de l’ intéret supérieur du corps ; c’est une histoire difficile à faire (la science administrative a délaissé l’étude du principe hiérarchique), mais qui peut être très fructueuse.

  • 24 Cf. pour le corps préfectoral, Bureaucratie..., ouv. cité, p. 453-468. Le style de la nota (...)

18Sixième objectif : on peut également être tenté de faire l’histoire du style administratif à travers les notes24, c’est là où se maintiennent des traditions séculaires, des normes de style (parfois les notes sont de petits chefs d’œuvre, aussi celles données par le préfet Paul Cambon), et chaque corps a ses règles du jeu particulières.

19On voit là comment on peut utiliser efficacement la masse des dossiers personnels dont nous disposons : c’est une histoire avant tout psychologique, et nous devons rappeler qu’aucun dossier ne ressemblant à un autre, nous ne croyons pas à une exploitation statistique (elle est nécessairement très réductrice, elle mutile les dossiers, elle ne peut atteindre que des choses secondaires) : le matériel des notes est trop riche pour qu’on puisse utiliser le chiffre.

IV. Conséquences

20Examinons quelques conséquences.

21Première conséquence : aucun dossier n’étant identique à l’autre, on doit donc être très attentif à bien le décoder, à saisir tous les éléments en jeu (y compris le non-dit, qui souvent joue un rôle important), à prendre le temps nécessaire pour dépouiller, lire en proondeur un dossier (rien ne doit être négligé).

  • 25 On possède ainsi la correspondance du chef de cabinet de Jules Simon. Cohn, qui montre bie (...)
  • 26 Aujourd’hui que les notes sont communicables, cette part orale augmente nécessairement.
  • 27 Les historiens devraient bien un jour faire l’histoire des bureaux du personnel, de leurs (...)

22Deuxième conséquence : on ne doit pas croire que l’on ait tout dans le dossier ; parfois le Ministre ou son chef de cabinet reçoit des lettres personnelles, qu’on oublie de renvoyer au bureau du personnel25 (ce sont ou des lettres « mondaines », ou des lettres d’informateurs politiques), parfois le service du personnel a ses propres informateurs (la délation a toujours plus ou moins fonctionné, quel que soit le régime), et en général ce qui est important ne laisse pas de traces au dossier : interventions, bavardages mondains, action de réseaux familiaux ou religieux, le bureau du personnel a nécessairement bien des éléments d’appréciation informels, et comme disait un chef de bureau, « les notes secrètes sont les notes orales »26. Et les bureaux du personnel gardent une mémoire étonnante de la moindre défaillance27.

  • 28 Par exemple, dans la correspondance diplomatique, ainsi pour Claudel à propos de l’affaire (...)
  • 29 Dans le cas de l’ingénieur Dormoy, le dossier ne contient aucune allusion à ses écrits...

23Troisième conséquence : on ne doit pas se contenter du dossier, on peut trouver des renseignements importants, des rapports sur la conduite, les conflits dans d’autres dossiers (par exemple pour les sous-préfets, les diplomates)28 et parfois dans les écrits mêmes de l’administrateur : on ne doit pas se fier au seul dossier29.

24Quatrième conséquence : pour bien décoder des notes, on doit être prudent, éviter la précipitation :

  1. il faut, en principe, avoir noté soi-même (c’est une expérience fort utile) ;
  2. on doit bien comprendre qu’un notateur a pour buts principaux en notant un subordonné : 1 ° de mettre sa responsabilité à couvert (un subordonné peut souvent créer bien des ennuis, on a un intérêt direct à marquer « ce qui ne va pas »), 2° de mettre en garde, de façon plus ou moins codée, le Ministère sur les défaillances, les erreurs possibles du sujet (même s’il est très bien « protégé ») ; les réserves, les « intelligent, mais » multipliés ont un rôle protecteur, et les bureaux du personnel le savent bien, ils ne s’intéressent presque qu’à ces réserves ; répétons-le, elles indiquent plus ou moins un risque potentiel (dans x années, on verra si la prévision était bonne)30 ;
  3. on doit être persuadé qu’on ne sait jamais tout d’un homme31, qu’il y a de multiples petits secrets ; les notes ne disent qu’une petite partie des choses (les vraies appréciations se donnent oralement, surtout aujourd’hui, et souvent elles démentent les notes « officielles »).

25C’est là une difficulté du décodage : on n’a que des documents partiels et qui ne peuvent donner que des éléments plus ou moins probables.

  • 32 On n’écrit ce qu’on n’ose pas dire de vive voix, surtout quand on vit dans le même hôtel ( (...)

26Cinquième conséquence : l’historien prudent doit s’intéresser à la psychologie du notateur (le préfet, l’ingénieur en chef, le ministre plénipotentiaire) : il est plus ou moins expérimenté (on ne note bien qu’on bout de quelques années), plus ou moins prudent ; il note en fonction de ses intérêts personnels, parfois il note en fonction des opinions supposées du directeur du personnel ou du chef de corps, parfois il règle des comptes « dans le dos »32, parfois il a peur des protecteurs ou de la famille du subordonné : les cas de figure sont multiples et les notations sont plus ou moins biaisées.

V. Règles d’usage

27Peut-on donner quelques conseils « à ras de terre » ?

  • 33 Sur cette nécessité d’une deuxième lecture, cf. (avec J. Tulard) La méthode en histoire, 1 (...)

28Première règle : on doit se défier de sa facilité et, même expérimenté, ne pas croire qu’on puisse saisir un dossier au premier coup d’œil ; on croit comprendre un dossier personnel, et en fait, on laisse échapper beaucoup de choses ; on doit lire au moins deux fois un dossier de notes, pièce à pièce33 et chercher à lier les feuilles de notes aux pièces jointes, lettres, requêtes, interventions, incidents administratifs, qui retracent la carrière.

  • 34 S’il y a vingt feuilles, on en photocopie 4 ou 5.
  • 35 Ainsi pour un Mallarmé (nous n’avons donné que quelques feuilles signalétiques, Bureaucrat (...)

29Deuxième règle : on doit éviter de faire des « extraits » rapidement ; il faut au moins copier intégralement ou mieux photocopier les feuilles de notes les plus significatives34 (et les pièces annexes importantes), de façon à pouvoir les relire à loisir ; quand le personnage est important, on a intérêt à publier les feuilles de notes et pièces en les annotant35.

  • 36 De même pour les notes d’inspection d’un professeur, on a intérêt à connaître la carrière (...)

30Troisième règle : on doit faire attention au notateur qui peut avoir des arrière-pensées, qui a souvent ses tics de notation : on doit aller voir son dossier pour connaître sa carrière, et regarder les dossiers de notes de ses collaborateurs (par exemple, pour le corps préfectoral, on doit, pour comprendre le dossier d’un sous-préfet, voir 1) le dossier du préfet notateur, 2) les dossiers des autres sous-préfets du département). Parfois on découvre que le préfet cherche à « couler » un sous-préfet pour placer un de ses protégés ou par peur d’un subordonné trop brillant (ou trop protégé à Paris…)36.

31Quatrième règle : il faut être attentif à la logique des notes, au jeu des réserves : si l’on marque des réserves sur un jeune collaborateur, c’est pour se mettre à l’abri, car les défauts s’aggravent nécessairement avec l’âge (et parfois la réserve est doublée d’une lettre ou d’un « note orale »). Les notes renvoient à des normes non écrites du corps, qu’on peut déceler à travers telle ou telle réserve (dans une feuille de notes, les éloges traditionnellement ont bien moins d’importance que les réserves, qui seules intéressent le bureau du personnel) ou telle ou telle rubrique privilégiée (par exemple la femme, le réseau familial, la fortune).

Conclusion

32Quelles leçons peut-on tirer de ces quelques observations ?

  • 37 Les archives orales doivent inciter à développer cette histoire psychologique : et l’histo (...)
  • 38 C’est une source importante pour l’histoire du temps administratif.

33Première leçon : les notes personnelles donnent des bases sûres à une histoire psychologique de l’administration37 : on saisit des personnalités, des carrières, on voit le rôle des passions, l’importance du temps38 ; mais l’administration centrale d’autrefois (tout le monde se connaissant dans de petits ministères) a, en général, des dossiers moins significatifs que les corps et les services extérieurs.

  • 39 En 1979, pour nommer un sous-directeur, nous avons regardé les dossiers des trois candidat (...)

34Deuxième leçon : c’est une histoire difficile à faire si l’on n’a pas une certaine expérience de l’administration : les notes sont plus ou moins arbitraires, on ne doit pas les croire les yeux fermés (même les bonnes notes), souvent elles correspondent à des manœuvres, à des intrigues (on dit dans les notes ce qu’on n’ose dire en face) ; la communication du dossier a limité notablement la valeur des notes, surtout depuis 1960-197039.

35Troisième leçon : on doit être très prudent ; il faut avoir manié beaucoup de dossiers pour comprendre les règles du jeu propres à chaque maison, corps ou institution, on doit éviter des jugements trop hâtifs, et bien se garder de surestimer la valeur des dossiers qu’on a dépouillés.

Note

1 On trouve aux Archives nationales les dossiers du corps préfectoral, des ingénieurs des Ponts et Chaussées, des ingénieurs des mines, des magistrats, mais aussi des professeurs de lycée et inspecteurs d’Académie, des administrateurs coloniaux (à Aix-en-Provence) et des fonctionnaires des divers ministères... Ajoutons qu’en province on trouve des dossiers souvent curieux des directeurs d’école et instituteurs, et des dossiers de professeurs. Il serait peut-être nécessaire qu’un jour fût établi un Guide du chercheur pour les dossiers personnels (indiquant notamment les questionnaires des notes ou feuilles d’inspection) ; il pourrait s’étendre aux archives militaires.

2 En principe la limite est de 120 ans après la naissance. Mais les archives de certains corps semblent rester inacccessibles (par exemple pour l’Inspection des finances), et les travaux faits d’après les dossiers sont bien rares.

3 L’histoire de la notation elle-même n’a pas été entreprise (infra, p. 247-255). Les investissements intellectuels n’ont pas été faits : on ne possède pas de théorie de la notation, c’est un sujet tabou (et la valeur des notations s’est sensiblement affaiblie en un demi-siècle, sauf, dit-on, dans le corps préfectoral).

4 Il serait important qu’à titre exploratoire on entreprît la description des dossiers personnels-types pour chaque institution, en publiant les modèles de feuilles de notes au XIXe siècle, qui en général, ont une certaine stabilité (par exemple pour le corps des Ponts et Chaussées).

5 Cf. infra, p. 247-250.

6 Cf. notre note « Réflexions sur le système de notation », dans La fonction publique, Cahiers français d’information, janvier 1980, p. 45.

7 Les dossiers du corps préfectoral donne un bon exemple de classement systématique.

8 Ainsi les interventions de Burdeau, Jules Ferry et de Rodin en faveur de Claudel (cf. Bureaucratie et bureaucrates au XIXe siècle, 1980, p. 49-50) : Jules Ferry « se portait garant de l’honorabilité et des idées républicaines de M. Claudel ».

9 Elles sont très nombreuses dans le corps préfectoral.

10 Dans les dossiers des Ponts et Chaussées, on a les feuilles de notes des années d’École, et au ministère de la Guerre, le dossier de Valéry comporte ses compositions pour l’examen d’admission (cf. Bureaucratie..., ouv. cité, p. 71 -72).

11 Quelquefois les notes annuelles – ainsi à la Cour des comptes – sont très brèves, mais elles ont des conséquences sur le préciput (les primes).

12 Il est obligé – ainsi aux Affaires étrangères – d’être au courant de toutes les petites histoires des postes diplomatiques et un chef de bureau restait en place dix, quinze ans. Pour un portrait de chef de bureau du personnel des contributions indirectes, « Le chef du personnel en 1887 », Études et documents, t. IX, 1997, p. 675-678.

13 On doit surveiller ainsi les gens qui déraillent, qui sont endettés, qui se mettent à jouer, ou dont la vie privée devient désordonnée... Sur les règles de gestion dans le corps préfectoral, nous avons donné une esquisse imparfaite, Bureaucratie..., ouv. cité, p. 453-468.

14 On n’a pas encore étudié la psychologie du notateur, les normes qu’il entend incarner, ses réflexes de défense (il y a souvent des conflits de générations).

15 Cette habitude serait disparue, nous a-t-on assuré.

16 Sur les principes d’une histoire psychologique, cf. Pour une histoire de la bureaucratie en France, 1999, p. 141-153.

17 La cooptation, rappelons-le, était (et est encore en partie) le grand principe de la gestion des corps de petites taille, où l’on connaît les qualités et les défauts de chacun : il nous manque une étude sur les principes de la cooptation.

18 Sur cette histoire, infra, p. 109.

19 Cf. Bureaucratie, ouv. cité, p. 453 et suiv.

20 Nous avons étudié, par exemple, le dossier d’Émile Dormoy (1829-1891) dont le nom est sauvé comme l’un des fondateurs des mathématiques financières (sa Théorie mathématique des assurances sur la vie, 1878, a fait longtemps autorité), mais que le corps semble avoir considéré avec quelque dédain, et qu’on avait même cherché à sanctionner (cf. Bulletin d’histoire de la Sécurité sociale, n° 33, 1996, p. 271-283).

21 Mais on doit faire attention : les dossiers sont parfois épurés ou pillés, tel celui de Huysmans, ou incomplets (les « ennuis » de Claudel et les rapports d’inspection ne sont pas dans le dossier personnel, mais Gérald Antoine a pu y avoir accès). Le dossier d’un ingénieur fort connu comme l’économiste Dupuit, ne donne que de maigres indications (cf. « Comment réformer un système : la règle de Dupuit (1851) », Revue administrative, 1998, p. 258-266).

22 Sur la nécessité d’une histoire des conflits, cf. Pour une histoire de la bureaucratie..., ouv. cité. p. 61-62, 169.

23 On voit même un ingénieur des mines, de Rozières, s’opposer ouvertement vers 1820 aux doctrines autoritaires, anti-libérales, du Conseil général des Mines.

24 Cf. pour le corps préfectoral, Bureaucratie..., ouv. cité, p. 453-468. Le style de la notation des professeurs par l’inspection générale mériterait aussi une étude, ce sont souvent des portraits très travaillés, et parfois de petites méchancetés ou des mesquineries contre un professeur trop brillant (cf. les inspections de Bellessort, La vie quotidienne des professeurs…, 1982, p. 64-66, et celles d’Alain, ibidem, p. 74-76).

25 On possède ainsi la correspondance du chef de cabinet de Jules Simon. Cohn, qui montre bien ce jeu des informations « parallèles ».

26 Aujourd’hui que les notes sont communicables, cette part orale augmente nécessairement.

27 Les historiens devraient bien un jour faire l’histoire des bureaux du personnel, de leurs méthodes, de leurs patrons (mais il arrive que les chefs de bureau ne soient pas récompensés, ils ont parfois gêné trop de monde). Faut-il rappeler le portrait – habile – de M. Edme Le Campion, chef du personnel, dans Les gens de bureau (1862) de Gaboriau ? (cf. La bureaucratie en France aux XIXe et XXe siècles, 1987, p. 94-95). Le portrait semble toujours valable...

28 Par exemple, dans la correspondance diplomatique, ainsi pour Claudel à propos de l’affaire de Shangaï en 1898, Bureaucratie..., ouv. cité, p. 62-63.

29 Dans le cas de l’ingénieur Dormoy, le dossier ne contient aucune allusion à ses écrits...

30 Pour un bureau du personnel, personne ne se bonifie, les défauts s’aggravent avec l’âge et les responsabilités.

31 Que sait-on jamais d’un homme ? disait Alain se faisant le biographe de Lagneau.

32 On n’écrit ce qu’on n’ose pas dire de vive voix, surtout quand on vit dans le même hôtel (comme souvent dans la préfectorale).

33 Sur cette nécessité d’une deuxième lecture, cf. (avec J. Tulard) La méthode en histoire, 1986, p. 74-75 et L’histoire entre le reve et la raison, 1998, p. 787-793. Les lectures doivent être séparées par un certain intervalle.

34 S’il y a vingt feuilles, on en photocopie 4 ou 5.

35 Ainsi pour un Mallarmé (nous n’avons donné que quelques feuilles signalétiques, Bureaucratie..., ouv. cité, p. 596-599).

36 De même pour les notes d’inspection d’un professeur, on a intérêt à connaître la carrière de l’inspecteur général...

37 Les archives orales doivent inciter à développer cette histoire psychologique : et l’historien constatera plus tard, quand ils verront le dossier, qu’il y a souvent un certain désaccord entre ce que révèlent les archives orales et ce que donne le dossier personnel (notamment pour les périodes de crise).

38 C’est une source importante pour l’histoire du temps administratif.

39 En 1979, pour nommer un sous-directeur, nous avons regardé les dossiers des trois candidats administrateurs civils : les notes étaient floues, elles ne permettaient pas de choisir, et la médiocrité de la notation permettait au Directeur du personnel de nommer qui il voulait.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search