Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un consulat et ses finances. Millau (1187-1461)

 | 
Florent Garnier

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est la version remaniée d’une thèse en histoire du droit soutenue à l’Université Panthéon-Assas Paris II le 7 décembre 2002 devant un jury composé d’Albert Rigaudière, Jean-Louis Biget, André Castaldo, Nicole Dockès-Lallement et Denis Menjot.

2J’exprime mes plus vifs remerciements à Albert Rigaudière pour son attention bienveillante, ses critiques éclairées et sa disponibilité de tous les instants. Il a également facilité la réalisation de ce travail en m’offrant la possibilité de rencontrer des spécialistes des finances urbaines en France et en Espagne.

3Je dis toute ma gratitude à Denis Menjot et à Manuel Sánchez Martínez qui m’ont fait très régulièrement participer aux rencontres qu’ils dirigent sur la fiscalité médiévale des pays méditerranéens. Denis Menjot m’a accueilli dans les séminaires de son DEA à l’Université Lumière-Lyon 2 et Manuel Sánchez Martínez a facilité mes recherches à Barcelone au Consejo Superior de Investigaciones Científicas. J’associe également Jean-Louis Biget à ces remerciements pour ses encouragements et ses conseils. Je remercie vivement Monsieur le professeur André Castaldo pour sa participation à ce jury.

4Je suis reconnaissant à Nicole Dockès-Lallement, à Christian Bruschi et aux membres du Centre lyonnais d’histoire du droit et de la pensée politique pour leur accueil chaleureux. Je remercie également Agnès Babot et Agnès Boucaud-Maître ainsi que Philippe Delaigue et David Deroussin dont j’ai eu l’honneur d’être l’assistant pendant mes années de monitorat.

5Ma gratitude et mon amitié vont encore à Jacques Frayssenge et à Véronique Grassi dont j’ai eu le plaisir de partager le travail pendant près de deux années, tout au long de mes recherches aux archives municipales de Millau. Qu’il me soit permis de rendre hommage à leur gentillesse, à leur disponibilité et à leur compétence.

6Je n’oublie pas dans ces remerciements le Comité pour l’Histoire Économique et Financière de la France, tout particulièrement Marie-Ange Santarelli, Alain Girard et Anne de Castelnau. Je remercie aussi Pierre Lançon pour son accueil bienveillant à la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, ainsi que Claudine Bloch pour ses conseils au Centre d’études d’histoire juridique.

7Que les professeurs Katia Weidenfeld et Louis-Augustin Barrière, ainsi que Marc Bompaire, Boris Bove, Pierre-Olivier Chaumet, Charles Papon et Olivier Raynaud soient chaleureusement remerciés pour leurs remarques et leur soutien. Je suis enfin redevable à Pierre Bonin de ses commentaires et des renseignements qu’il a bien voulu me communiquer.

8Mes pensées vont enfin à Mathias, Aurélien, Anne et mes parents. Qu’un juste hommage leur soit rendu pour leur disponibilité et leur soutien sans faille.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540