Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de la bureaucratie en France

 | 
Guy Thuillier

Le quotidien

Texte intégral

  • 1 Les travaux d’histoire du quotidien sont très peu nombreux : mais les Comités d’histoire o (...)
  • 2 C’est un risque non négligeable : un administrateur sait ainsi qu’il ne faut jamais prendr (...)
  • 3 Nous ne donnons qu’une esquisse. Nous avons donné quelques indications sur cette histoire (...)

1On délaisse trop le quotidien administratif : on a de savants livres d’histoire administrative qui traitent de choses abstraites, institutionnelles, ou politiques et qui oublient la vie quotidienne, ce qui fait la trame de la bureaucratie : on peut bien faire de façon brillante l’histoire des décisions, ou l’histoire de la haute administration, mais ce qui est le plus important, à nos yeux, c’est ce qui se passe chaque jour, ce vécu qu’on ne sait trop comment saisir, même aujourd’hui1. Or ce vécu pour une grande part, est immuable, malgré les apparences : un administrateur, en 1860 comme en 1960, rêve à son avancement, à ses primes, à ses querelles avec X, à ses intrigues contre Y : mais l’historien a beaucoup de peine à saisir ces rêveries quotidiennes, souvent il échoue. Ce qui doit nous inciter à beaucoup de prudence : comment explorer le quotidien administratif ? À quelles conditions ? Et comment ne pas faire sourire les bureaucrates de métier (qui sont très malicieux) ?2 C’est une entreprise difficile, qui exige beaucoup de flexibilité, de souplesse, d’attention, si l’on ne veut pas se faire piéger3.

I. Les obstacles

2On doit être conscient des obstacles que le chercheur rencontre.

3Premier obstacle : il n’y a pas de méthode assurée, chacun doit inventer sa méthode, sa « doctrine », ses repères.

  • 4 Dans les administrations centrales, les dossiers sont rarement intéressants : mais le réda (...)
  • 5 Sur l’importance des archives orales, cf. Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et (...)
  • 6 Aux archives orales on a peine à parler de la perception du temps : on a gardé mémoire de (...)

4Deuxième obstacle : on manque de sources suivies, fiables : les dossiers personnels contiennent parfois des traces importantes du quotidien (mais ils sont de plus en plus vides depuis trente ans)4, on oublie de collecter les archives des directions du personnel (service intérieur, services sociaux) jugées souvent « sans intéret historique ; l’historien est obligé de créer ses propres sources, soit d’enquêter directement, soit de constituer des archives orales5 ; malheureusement, aux archives orales, l’administrateur parle rarement des choses de la vie quotidienne, il oublie de parler de sa secrétaire, de ses rêveries, de son ennui (la mémoire est très poreuse : on oublie les différents bureaux qu’on a occupés en 40 ans de carrière...)6.

  • 7 Sur l’histoire des gestes administratifs, cf. Bureaucratie et bureaucrates du XIXe siècle,(...)
  • 8 Sur ces difficultés, cf. Pour une histoire du quotidien…, ouv. cité, p. 3-6.
  • 9 Ainsi telle sous-directrice qui jette son bloc à la tête de la secrétaire : l’histoire des (...)

5Troisième obstacle : on n’a pas de techniques d’analyse : que faut – il dire pour une telle histoire, et que faut-il ne pas dire ? C’est une histoire parcellaire, éclatée (comment faire l’histoire des gestes ?)7, inachevée (chaque jour des coutumes disparaissent, mais d’autres conventions surgissent), impressionniste (on n’a que des « faits » minuscules, isolés, non généralisables8, on a telle « anecdote », par exemple pour les gestes de violence9 ou de mépris, mais comment l’utiliser ?).

  • 10 Il est coutumier, dans l’administration, de faire des éloges par devant et de démolir par (...)
  • 11 Cf. Les femmes dans l’administration depuis 1900, 1988.
  • 12 Les femmes ont rarement conté leurs souvenirs, en dehors d’Anna Pasquin (pour la Caisse de (...)

6Quatrième obstacle : cette histoire suppose une certaine expérience de l’administration pour repérer le bon document, le décoder correctement (et prudemment : on ne peut se fier à l’écrit, une note peut être démentie par un coup de téléphone)10, et pour tout ce qui touche aux codes sociaux, on risque souvent de se tromper, ou d’être piégé par ses sources, ou de commettre des anachronismes (l’histoire de la féminisation des bureaux, sous l’angle du quotidien11, est des plus difficiles, tant les témoignages fiables sont rares)12.

II. Formes

7Comment conduire cette exploration du quotidien ? On ne peut qu’arbitrairement définir les différentes sphères du quotidien des bureaux : mais l’exercice peut être utile.

  • 13 Curieusement, nous n’avons pas de travaux sur la coutume administrative.
  • 14 Sur les codes vestimentaires, cf. Revue administrative, 1998, p. 746-747.

8Première sphère : ce qui relève de la coutume13, des codes de conventions (code de la politesse, code vestimentaire14, code du langage) qui varient suivant les « maisons », les corps, les directions mêmes : on ne vit pas le métier de la même façon au Budget et à la Direction de l’enseignement supérieur...

  • 15 Il nous manque une bonne théorie générale des gestes, ce qui entrave cette histoire.
  • 16 On disait d’un fonctionnaire qu’il était usé, et qu’il ne pouvait plus guère rendre de ser (...)

9Deuxième sphère : ce qui relève des usages du corps : les gestes – c’est probablement une des histoires les plus difficiles15 –, la fatigue, la souffrance (on a toujours beaucoup usé de médicaments), le vieillissement16

  • 17 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 179-192.
  • 18 Faut-il évoquer les amours bureaucratiques, et les petits ménages ?
  • 19 Sur l’importance des crises, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 193- (...)

10Troisième sphère : ce qui relève des usages du temps17 : la gestion du temps, l’instant, le temps long de l’ennui, le plaisir18, les « crises »19.

  • 20 Cf. « Le regard », dans R. Catherine et G. Thuillier, L’être administratif et l’imaginaire(...)

11Quatrième sphère : ce qui relève du regard : l’espace, le vu, les regards (il y a tout un art de regarder sans voir, d’observer dans les réunions, les commissions)20.

  • 21 On doit noter l’absence de tout étude sur la hiérarchie, c’est un sujet tabou.
  • 22 Sur les amis, cf. L’être administratif…, ouv. cité, p. 59-64.

12Cinquième sphère : ce qui relève de la diplomatie de bureau : on est pris dans un système de rapports hiérarchiques plus ou moins souples21, on est plus ou moins habile dans ses relations (on sait ou on ne sait pas se faire bien voir de ses patrons, de ses collègues, de ses subordonnés, on doit manœuvrer, se raccrocher à un groupe, à un clan, nouer des alliances, on a des amis22, des ennemis…). Ce sont des rapports très variables qui changent au gré des nominations (on aime bien tel chef, on est mal avec tel autre).

  • 23 Sur la rêverie et l’insomnie, ibidem, p. 65-84, 93-96.

13Sixième sphère : ce qui relève du discours intérieur, qui ne laisse aucune trace écrite et qui pourtant a un grand rôle (les rêveries de trajets, les rêveries informelles, les insomnies, les pensées obscures)23, notamment pour les incidents de bureau, les rapports avec les patrons (« suis-je bien avec X ? comment me juge-t-il ? »), la carrière (« dois-je changer de service ? »).

III. Conséquences

14Il est nécessaire d’examiner les conséquences de cette histoire du quotidien.

  • 24 Sur l’art de parler de l’administrateur, cf. infra, p. 305.

15Première conséquence : elle est opposée à l’histoire abstraite rationnelle, à l’histoire doctrinaire, idéologique : elle montre le fonctionnaire sous toutes ses facettes ; l’homme seul compte, avec ses rêveries, ses sensations, ses habitudes, sa façon de s’habiller, de parler24, de vivre : ce n’est pas un être de raison.

  • 25 Le désordre des tiroirs est chose importante : on possède des inventaires de tiroirs au dé (...)

16Deuxième conséquence : elle nous fait pénétrer à l’intérieur, dans le plus banal, au niveau le plus bas : on découvre le tacite, l’indéterminé, l’occulté, l’invisible quotidien, ce qu’on oublie le plus facilement (comment se souvenir du désordre de son tiroir ?)25 ; même aux archives orales on reconstitue à grand peine ce quotidien.

  • 26 C’est une histoire en quelque sorte immobile, ancrée dans la durée : chaque fois qu’on déc (...)
  • 27 Le récit de Blanche Py (Blanche, Mémoires d’une employée du Trésor public, 1995) a fait pr (...)
  • 28 On a beaucoup trop délaissé la partie « psychiatrique » de la vie administrative (tel méde (...)

17Troisième conséquence : c’est une histoire qui n’explique rien, une histoire en creux, presqu’une « anti-histoire » : elle se refuse à dire, à conter, à montrer des « évolutions »26 (on est bien incapable de saisir l’évolution du discours intérieur, qui tombe nécessairement dans l’oubli), elle embrouille les choses, car elle touche à des problèmes qu’on ne peut traiter vraiment (telle la souffrance, celle du haut fonctionnaire, celle du bas fonctionnaire : comment discerner les points identiques, les différences ?)27 et parfois c’est une histoire en noir qui concerne des zones troubles, marécageuses (la dépression, le suicide)28.

18Quatrième conséquence : cette histoire nous montre « ce qu’il ne convient pas de voir », ce qui n’intéresse ni les doctrinaires ni les belles âmes : c’est une histoire non convenable, in principio subversive, presque dangereuse (ce qui explique sans doute que les archives du service intérieur, et du service social ne soient pas en général collectées…).

IV. Comment développer cette histoire ?

  • 29 Sur les principes de l’ ingénierie historique, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, o (...)

19On peut poser cette question à bon droit : l’histoire du quotidien dépend, apparemment, de méthodes d’ingénierie historique29.

  • 30 Sur les méthodes pour préserver la mémoire d’un ministère, ibidem, p. 361-368.
  • 31 Elles permettent de dater nettement les évolutions (par exemple l’arrivée de la photocopie (...)
  • 32 On garde rarement ses agendas, on a peine à reconstituer son rythme de travail (sauf si l’ (...)

20Premier moyen : on doit chercher à sauvegarder les archives écrites concernant ce quotidien30 : archives du service intérieur, archives des services sociaux et médicaux, archives du service du matériel31, archives du personnel (par exemple, les plannings de vacances, le travail à temps partiel, les mesures disciplinaires), également les archives photographiques, les archives d’associations, les archives privées d’administrateurs (que garde-t-on de quarante ans d’administration ?)32.

  • 33 Cf. L’être administratif…, ouv. cité.
  • 34 Sur le journal des administrateurs, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 555-563. Ce qu (...)

21Deuxième moyen : on peut accumuler les archives orales, les récits de vie, en orientant le questionnaire vers le quotidien, la gestion du temps, le vécu, les rapports de la vie privée et de la vie administrative ; les archives orales peuvent élargir la vision, provoquer même des « ruptures » (on découvre l’importance des rêveries, des obsessions33, des déraillages ou déviations). Il serait nécessaire de collecter des journaux intimes, quand ils existent (la découverte d’un bon journal de sous-directeur nous ferait pénétrer plus avant dans le quotidien d’une direction)34.

  • 35 Pour le moment seul le Comité pour l’histoire économique et financière s’est intéressé à c (...)
  • 36 Il faudrait peut-être un jour créer une ethnographie administrative, qui permettrait de mi (...)

22Troisième moyen : la demande devrait s’accroître : demande technique des historiens, demande de mémoire des ministères ou corps (les Comités d’histoire doivent développer cette histoire psychologique des bureaux, et être attentifs à sauvegarder cette mémoire du quotidien)35, demande d’autres disciplines (science administrative, psychologie administrative)36.

  • 37 Sur l’expérience de l’administrateur, infra, p. 297.
  • 38 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 425-432 et Les femmes dans l’admin (...)
  • 39 Infra, p. 315-318.
  • 40 Infra, p. 305-313.

23Quatrième moyen : on devrait faire un effort doctrinal, chercher à préciser ce qu’est la coutume administrative, l’expérience administrative37, se donner des outils d’analyse (qu’est-ce que le vécu d’un fonctionnaire ? Comment analyser le temps vécu ? Comment saisir les codes vestimentaires, les codes sociaux ?), tenter de développer l’histoire des femmes fonctionnaires (mutation capitale de l’univers administratif et de ses rites)38, mener des analyses inventives (par exemple sur la diplomatie de bureau, la peur39, l’art de parler)40.

  • 41 A l’École pratique des hautes études, dans la nouvelle section des Sciences juridiques et (...)
  • 42 On devrait attirer l’attention, à l’École des Chartes, sur l’importance de cette histoire (...)

24Cinquième moyen : un effort d’enseignement devrait être fait41, ce qui permettrait de préciser les principes, les méthodes d’analyse, de montrer les conséquences, de rassurer les chercheurs souvent désorientés par cette histoire « en pointillé », impressionniste et d’orienter la collecte des documents écrits ou oraux (si on « oublie » de sauvegarder les archives concernant le quotidien des bureaux, c’est parce qu’aucun enseignement constitué n’existe)42.

V. Prospective

25Peut-on tenter d’esquisser une prospective ?

26On voit bien les facteurs défavorables à cette histoire :

  • la volonté de chercher la vérité : or cette histoire ne peut donner que du probable, ou même elle ne peut que laisser entrevoir des choses qui relèvent du non-connaissable ;
  • l’histoire doctrinaire, idéologique, politique supporte mal cette histoire qui « n’explique rien », qui ne se prête pas aux grandes idées, qui ne s’intéresse qu’au singulier, au banal, au minime43 ;
  • l’histoire du quotidien exige une certaine connaissance intime de l’administration, une expérience des bureaux que ne possède guère l’historien de métier44 ;
  • le chercheur n’a pas de repères, il est souvent désorienté faute de travaux de doctrine, d’enquêtes sociologiques ou psychologiques (comment faire l’histoire de la souffrance administrative pour tel corps ou ministère ?) : c’est une histoire qui paraît trop difficile45 ;
  • le manque de sources fiables, suivies accroit encore l’incertitude de l’historien, et souvent il ne sait pas décoder correctement celles qu’il possède.

27En sens inverse, on peut montrer certains facteurs favorables au développement de cette histoire :

  • on est insatisfait des vagues synthèses, des travaux qui ne nous montrent pas le vécu de l’administrateur, qui ignorent son quotidien, on est las d’histoires d’administrations qui oublient, éliminent l’administrateur en chair et en os,
  • on devient de plus en plus sceptique sur le sens d’une histoire rationalisante, déterministe, qui croit pouvoir tout expliquer46,
  • la technique des archives orales permet d’aller plus loin dans la collecte d’informations sur le quotidien, dans la connaissance du vécu, on peut feuilleter – pour le demi-siècle dernier – la mémoire des administrateurs, souvent, hélas, poreuse, imparfaite,
  • les jeunes historiens – et historiennes – ont une conception plus « sensible » de l’histoire, presque plus « romantique », ils cherchent à saisir les choses vivantes, le temps vécu, à élargir le cercle de leur curiosité, ils ont envie de construire des histoires à naître.

28Il est possible que l’on ait d’ici 2020-2030 une histoire beaucoup plus fouillée, intimiste des fonctionnaires : mais on n’en est pas encore là, l’histoire doctrinale y est très opposée.

Conclusion

29Peut-on tirer quelques leçons, à titre provisoire, de ces quelques observations ?

30Première leçon : c’est une histoire qui montre beaucoup (tout comme quand on lève une pierre moussue) ; on ne sait trop où l’on va, c’est une histoire par construction inachevée, et on peut découvrir en route bien des choses « inédites ».

  • 47 Ou encore qu’est-ce que le clandestin dans une direction ? dans un cabinet ? (sur le cland (...)

31Deuxième leçon : cette histoire du quotidien permet de mettre en doute les belles certitudes, les belles idées : que sait-on, que peut-on savoir du quotidien d’un bureau, même aujourd’hui ? Cette histoire introduit le désordre dans un monde apparemment ordonné, elle ramène tout à mi-hauteur, et parfois elle incite à poser des questions gênantes (qu’est-ce qu’un administrateur ? qu’est-ce que l’expérience ? qu’est-ce que la hiérarchie ?)47.

32Troisième leçon : l’histoire du quotidien suppose une certaine vision du monde, des realia, elle cherche à déchiffrer au-delà des apparences, elle s’intéresse à ce qui est dissimulé, occulté, tu, non-dit : c’est un regard, mais un regard subversif.

Notes

1 Les travaux d’histoire du quotidien sont très peu nombreux : mais les Comités d’histoire ont parfois lancé des recherches en cette direction à partir des concours autobiographiques (ainsi pour les percepteurs, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, 1999, p. 347- 351). Parfois un administrateur s’attache à ce quotidien en utilisant son expérience : tel B. Le Clère dans Les préfets en France, 1800-1940 (1978).

2 C’est un risque non négligeable : un administrateur sait ainsi qu’il ne faut jamais prendre la notation par un supérieur comme vérité d’évangile, qu’il y a toujours des arrière-pensées.

3 Nous ne donnons qu’une esquisse. Nous avons donné quelques indications sur cette histoire du quotidien administratif dans Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 385- 431 et dans « Pour une histoire du quotidien administratif au XIXe siècle », Revue administrative, 1976, p. 247-252. Sur les principes de l’histoire du quotidien, cf. Pour une histoire du quotidien au XIXe siècle..., 1977, p. 1-10 et L’imaginaire quotidien au XIXe siècle, 1985.

4 Dans les administrations centrales, les dossiers sont rarement intéressants : mais le rédacteur du ministère de l’Intérieur qui n’arrive pas à percer et qui se suicide permet de mieux comprendre l’obsession de l’avancement.

5 Sur l’importance des archives orales, cf. Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, 2001. Mais jusqu’à présent on a fait peu d’archives orales pour la basse administration, faute de moyens, et peut-être faute de questionnaires appropriés.

6 Aux archives orales on a peine à parler de la perception du temps : on a gardé mémoire de certains instants de plaisir ou de souffrance, mais on a « oublié » les temps longs, les temps à charge, les temps d’ennui, « où il ne se passait rien », les temps « gâchés ». Mais si l’on fait des archives orales à 35 ou 45 ans, on aura une meilleure connaissance du temps (cf. « Archives orales et science administrative », L’histoire en 2050, 2000, p. 279-283) : interroger des sujets plus jeunes et adapter le questionnaire aux thèmes du quotidien paraissent une nécessité.

7 Sur l’histoire des gestes administratifs, cf. Bureaucratie et bureaucrates du XIXe siècle, 1980, p. 359-564 – mais personne n’a continué cette enquête.

8 Sur ces difficultés, cf. Pour une histoire du quotidien…, ouv. cité, p. 3-6.

9 Ainsi telle sous-directrice qui jette son bloc à la tête de la secrétaire : l’histoire des bureaux abondent en « scènes » qui nourrissent le légendaire.

10 Il est coutumier, dans l’administration, de faire des éloges par devant et de démolir par derrière ; les notes que le préfet montre à son stagiaire de l’éna ne sont pas toujours celles qui sont envoyées à Paris, l’hypocrisie est parfois chose nécessaire.

11 Cf. Les femmes dans l’administration depuis 1900, 1988.

12 Les femmes ont rarement conté leurs souvenirs, en dehors d’Anna Pasquin (pour la Caisse des Dépôts), Ces dames les ronds-de-cuir, 1958.

13 Curieusement, nous n’avons pas de travaux sur la coutume administrative.

14 Sur les codes vestimentaires, cf. Revue administrative, 1998, p. 746-747.

15 Il nous manque une bonne théorie générale des gestes, ce qui entrave cette histoire.

16 On disait d’un fonctionnaire qu’il était usé, et qu’il ne pouvait plus guère rendre de services (les dossiers abondent en notations de ce genre). Le vieillissement – lié aux conditions de vie – était rapide au XIXe siècle, souvent une fraction importante ne pouvait arriver à l’âge de la retraite.

17 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 179-192.

18 Faut-il évoquer les amours bureaucratiques, et les petits ménages ?

19 Sur l’importance des crises, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 193- 201.

20 Cf. « Le regard », dans R. Catherine et G. Thuillier, L’être administratif et l’imaginaire, 1982, p. 51-58.

21 On doit noter l’absence de tout étude sur la hiérarchie, c’est un sujet tabou.

22 Sur les amis, cf. L’être administratif…, ouv. cité, p. 59-64.

23 Sur la rêverie et l’insomnie, ibidem, p. 65-84, 93-96.

24 Sur l’art de parler de l’administrateur, cf. infra, p. 305.

25 Le désordre des tiroirs est chose importante : on possède des inventaires de tiroirs au décès de fonctionnaires (ainsi aux Archives de la Guerre).

26 C’est une histoire en quelque sorte immobile, ancrée dans la durée : chaque fois qu’on découvre un document qui montre cette « immobilité » ou cette durée, on doit le publier.

27 Le récit de Blanche Py (Blanche, Mémoires d’une employée du Trésor public, 1995) a fait prendre conscience, en histoire administrative, qu’on avait trop tendance à oublier la psychologie de la basse administration, son vécu, ses joies et ses souffrances (et on a enregistré 6 heures d’archives orales de Blanche Py !). Les femmes dans les petits grades content mieux leurs difficultés que les hommes...

28 On a beaucoup trop délaissé la partie « psychiatrique » de la vie administrative (tel médecin de ministère important nous contait en 1980 qu’il fallait compter 1 à 2 % de fonctionnaires relevant de cette discipline).

29 Sur les principes de l’ ingénierie historique, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 15-21, 71-88. Si l’on créait un Comité d’histoire de la fonction publique, on appliquerait ces méthodes.

30 Sur les méthodes pour préserver la mémoire d’un ministère, ibidem, p. 361-368.

31 Elles permettent de dater nettement les évolutions (par exemple l’arrivée de la photocopie, de la machine à traitement de texte, de la messagerie, etc.).

32 On garde rarement ses agendas, on a peine à reconstituer son rythme de travail (sauf si l’on a tenu un journal...). Sur les archives des hauts fonctionnaires, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 577-584. Pour les archives des petits fonctionnaires, que gardent-ils ? On ne le sait trop.

33 Cf. L’être administratif…, ouv. cité.

34 Sur le journal des administrateurs, cf. Pour une histoire..., ouv. cité, p. 555-563. Ce qu’il serait important d’avoir, c’est le journal d’un petit fonctionnaire !

35 Pour le moment seul le Comité pour l’histoire économique et financière s’est intéressé à cette histoire du quotidien (en raison même des concours autobiographiques).

36 Il faudrait peut-être un jour créer une ethnographie administrative, qui permettrait de mieux appréhender ce quotidien.

37 Sur l’expérience de l’administrateur, infra, p. 297.

38 Cf. Pour une histoire de la bureaucratie, ouv. cité, p. 425-432 et Les femmes dans l’administration depuis 1900, 1988.

39 Infra, p. 315-318.

40 Infra, p. 305-313.

41 A l’École pratique des hautes études, dans la nouvelle section des Sciences juridiques et administratives.

42 On devrait attirer l’attention, à l’École des Chartes, sur l’importance de cette histoire du quotidien afin d’éviter des destructions trop massives.

43 L’histoire diplomatique ne s’est pas encore vraiment intéressée à l’histoire du quotidien des ambassades, ce qui est dommage (les archives orales révéleraient des surprises).

44 Il faudrait donner aux étudiants en séminaire une certaine initiation à la vie des bureaux, leur procurer des stages (cf. L’histoire en 2050, ouv. cité, p. 106).

45 On peut y remédier en organisant dans les Comités d’histoire des séminaires d’orientation mêlant des étudiants et des anciens, en organisant une sorte de tutorat par des anciens.

46 L’histoire du quotidien doit affirmer hautement son caractère probabiliste. Sur le probabilisme, cf. L’histoire en 2050, ouv. cité, p. 183-190.

47 Ou encore qu’est-ce que le clandestin dans une direction ? dans un cabinet ? (sur le clandestin, cf. Pour une histoire de la bureaucratie, 1999, p. 405-412). Qu’est-ce l’art de parler ? l’art de plaire ? l’art de critiquer ? On est amené, par cette histoire, à poser des questions sur notre quotidien actuel.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search