Version classiqueVersion mobile

Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel

 | 
Philippe Contamine
, 
Jean Kerhervé
, 
Albert Rigaudière

Quatrième partie. Mécanismes

Les ressources monétaires du Trésor (1298-1300)

Jacques Queinnec

Texte intégral

  • 1 Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. II, p. 214. Voir aussi J. Favier, Finance et (...)

1En 1298-1300, les revenus du monnayage constituent, et de loin, la plus importante des ressources du Trésor royal. Le droit de battre monnaie a certes toujours été considéré comme le type même du privilège régalien, dont le roi peut user comme bon lui semble, à tel point que Robert Fawtier a pu écrire que « la mutation monétaire constituait la seule forme d’impôt, du moins profitable, qui existât et fût admise par l’opinion publique »1. Mais s’il était tentant pour une monarchie toujours besogneuse de l’utiliser pour faire face à ses dépenses, le financement d’une part trop importante du budget par la création de monnaie n’a pas tardé à provoquer les tensions inflationnistes, puis, par contrecoup, les tentatives maladroites de déflation qui ont marqué la seconde partie du règne de Philippe le Bel.

  • 2 Jules Viard, les journaux du trésor de Philippe IV le Bel, Paris, 1940, référence abrégée ci-après (...)
  • 3 Journaux du trésor, p. LXI. Le montant total des recettes mensuelles du monnayage est, d’après le t (...)

2Jules Viard, lorsqu’il a édité les Journaux du Trésor de Philippe le Bel2, en avait bien vu l’importance, en dressant un tableau comparatif du produit du monnayage et de l’ensemble des recettes du Trésor3. Mais il n’a tenu compte, dans ses totaux, que des sommes versées en espèces par les différents ateliers de monnayage dans la caisse du Trésor central. Cela représente, pour la période du 18 mars 1298 au 16 mars 1300,942 682 1. p. En réalité, si on y ajoute les sommes versées par les monnayeurs aux receveurs locaux, aux comptables des guerres ou aux autres agents royaux, ainsi que les dépenses réglées par les monnayeurs par assignation du Trésor central, toutes les sommes comptabilisées par le journal du Trésor, même si les recettes correspondantes ne se traduisent pas par des rentrées d’espèces dans la caisse centrale, le total est de 1 489 435 1. p. C’est donc une somme supérieure de près de 60 % à celle indiquée par J. Viard, qui n’a pas inclus dans les chiffres de son tableau les paiements effectués directement par les monnayeurs, dont il avait pourtant signalé un certain nombre (p. XII-XIII). Le tableau 1 fait apparaître le montant mensuel de ces recettes monétaires.

  • 4 Journaux du trésor, n° 235.

3On ne peut évidemment faire abstraction des 546 753 1. p. de « tours de compte », sous prétexte qu’elles ne passent par la caisse du Trésor : lorsque par exemple le maître de la monnaie de Paris, Bétin Caucinel, verse directement 1 000 1. t. de rente à une tante du roi le 30 avril 12984, la caisse du Trésor n’enregistre certes aucune rentrée ni sortie d’espèces, mais le Trésor comptabilise néanmoins l’opération, et avec raison, dans son journal comme une recette de 1 000 1. t. du monnayage de Paris, et une dépense de 1 000 l. au chapitre des rentes, ce qu’il exprime comme suit :

« Nous débitons le compte du roi, sur la rente de madame Blanche, tante du roi, pour le tiers (dû) à la Chandeleur 1295, de 1 000 1.1., à elle remises par Bétin Caucinel. Et nous en créditons le roi, dans le compte du monnayage de Paris, pour le même Bétin : I 000 1.1. »

4D’où provenaient donc ces produits monétaires, considérables, comme on le voit ? Le roi battait monnaie dans un certain nombre d’ateliers monétaires, répartis dans tout le royaume pour limiter les risques et les frais inhérents aux transferts d’argent à longue distance, et satisfaire aux besoins locaux, le financement des guerres dans les régions périphériques notamment.

  • 5 Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 280, D.

5Le plus important de ces ateliers monétaires fonctionnait à Paris. Du 18 mars 1298 au 16 mars 1300, il versa au Trésor, ou paya sur l’ordre de celui-ci, 575 338 1. p., c’est-à-dire près de 40 % du produit global de l’ensemble des ateliers monétaires. Le monnayage de Paris verse en espèces au Trésor la quasi-totalité (plus de 97 %) de sa production, le surplus correspondant au règlement direct par les monnayeurs de diverses sommes dues par le roi. Le monnayage de Mâcon, déjà ancien puisqu’il existait à l’époque de saint Louis5, verse lui aussi au Louvre les neuf dixièmes de sa modeste production de 36 247 1. p., le surplus servant à régler les gages d’un des maîtres des monnaies, le coût du transport des fonds à Paris et divers frais, de voyage à Rome notamment.

Tableau 1 Production monétaire mensuelle (livres parisis)

Versements au Louvre

Paiements effectués sur place

Production totale

Mars 1298

32 800 1. p. 4. 3

655 1. p. 4

33 455 1. p. 8. 3

Avril 1298

31 120 1. p.

1 043 1. p. 2. 5

32 163 1. p. 2. 5

Mai 1298

35 460 1. p.

35 460 1. p.

Juin 1298

30 012 1. p. 14. 10

112 361 1. p. 4.11

142 373 1. p. 19. 9

Juillet 1298

36 0171. p. 14

36 335 1. p.

72 352 1. p. 14.

Août 1298

34 425 1. p. 4

41 272 l.p. 2. 3

75 697 1. p. 6. 3

Septembre 1298

55 409 1. p.

71 0891. p. 10. 8

126 498 1. p. 10. 8

Octobre 1298

107 3101. p.

3 076 1. p.

110 386 1. p.

Novembre 1298

98 080 1. p.

28 780 l.p. 11

126 8601. p. 11

Décembre 1298

14 400 1.p.

17 180 1. p.

31 580 1. p.

Janvier 1299

31 200 1.p.

2 165 1. p. 3. 7

33 365 1. p. 3.7

Février 1299

49 800 1. p.

– 92 1. p. 14.2

49 707 1. p. 5.10

Mars 1299

76 394 1. p. 1.7

109 785 1.p. 16.10

186 179 1. p. 18.5

Avril 1299

11 780 1.p.

11 780 1. p.

Mai 1299

36 000 1. p.

36 000 1. p.

Juin 1299

78 3921. p. 12

434 1. p. 4.

78 826 1. p. 16

Juillet 1299

21 452 1. p.

79 106 1.p. 3. 6

100 558 1. p. 3. 6

Août 1299

26 182 1. p.

26 182 1. p.

Septembre 1299

35 174 1. p. 12.3

28 800 1. p.

63 974 1. p. 12.3

Octobre 1299

18 800 1. p.

160 1. p.

18 960 1. p.

Novembre 1299

21 1801. p. 11.

2 038 1. p.

23 218 1. p. 11

Décembre 1299

16 000 1. p.

12 000 1. p.

28 000 1. p.

Janvier 1300

16 240 1.p.

500 1. p.

16 740 1. p.

Février 1300

13 091 1.p. 8

64 1. p.

13 155 1. p. 8

Mars 1300

15 960 1.p.

15 960 1. p.

Totaux (nets)

942 682 1. p. 1. 11

546 753 1. p. 9

1 489 435 1. p. 10. 11

6L’atelier monétaire de Montreuil-Bonnin, en Poitou, où Alphonse de Poitiers, frère de saint Louis, battait déjà monnaie lorsqu’il était investi du comté, est beaucoup plus important que celui de Mâcon, puisqu’il produit, au cours de ces deux mêmes années, 182 280 1. p., et a aussi nettement plus d’autonomie, car il n’en verse au Louvre qu’un peu plus des trois-quarts, le surplus étant utilisé par les monnayeurs pour régler directement diverses sommes dues par le roi, notamment à son frère Charles de Valois. La tendance à l’autonomie des monnayages s’accentue quand on descend vers le Midi, où existent deux importants ateliers monétaires, celui de Toulouse, dont la production s’élève, du 18 mars 1298 au 16 mars 1300, à 237 242 1. p., et celui de Sommières, dans l’actuel département du Gard, qui produit pendant la même période 196 6941. p. En effet, l’atelier de Toulouse verse seulement 42 % de sa production au Trésor à Paris, et celui de Sommières 51 % de la sienne. Une part importante, plus de la moitié à Toulouse, un peu moins à Sommières, est donc utilisée sur place, versements aux receveurs de Toulouse et de Beaucaire, au roi de Majorque et à divers comptables de guerre. Mais nous verrons que ces proportions varient au cours de la période, avec le déplacement du théâtre principal des opérations militaires de la Gascogne vers la Flandre.

  • 6 Rappelons, sans vouloir entrer dans le détail des nombreux épisodes du conflit entre Philippe le Be (...)

7Il en va tout autrement dans le nord du royaume, où la quasi-totalité (plus de 97 %) de la production des ateliers monétaires est utilisée sur place, pour le financement de la guerre de Flandre. L’atelier le plus proche de Paris est celui de Saint-Quentin, qui produit, entre le 18 mars 1298 et le 16 mars 1300, 60 006 1. p., mais il n’en verse, malgré sa relative proximité de Paris, que moins de 12 % au Louvre. Le reste en est remis au receveur de Vermandois ou à d’autres agents royaux pour la guerre de Flandre. L’atelier monétaire de Tournai, vieil évêché royal à la limite de la Flandre, est nettement plus important, car il produit, au cours de ces deux années, 117 724 1. p., presque le double de celui de Saint-Quentin. Il n’en est toutefois presque rien versé au Trésor : la quasi-totalité de sa production est directement remise au connétable de France pour les opérations de Flandre. Il en est de même pour l’atelier monétaire de Bruges, de création évidemment récente puisque cette ville, située au cœur de la Flandre, n’est que depuis peu dans la main du roi6 : son produit est cependant loin d’être négligeable, puisqu’il s’élève pour la même période à 83 364 1. p., entièrement et directement versées au connétable de France ou au maréchal Simon de Melun, pour le financement des opérations de Flandre. L’atelier monétaire de Paris produit ainsi près de 39 % de l’ensemble des monnayages, suivi de loin par celui de Toulouse avec 16 % de la production totale. Celles de l’autre atelier du Midi, Sommières, et de l’atelier poitevin de Montreuil-Bonnin, ne sont guère inférieures, avec respectivement 13 % et 12 % de la production monétaire globale. La production des ateliers du nord du royaume est beaucoup plus modeste, 8 % pour Tournai, 5,6 % pour Bruges, et 4 % pour Saint-Quentin. Le petit atelier monétaire de Mâcon vient en fin de liste, avec 2,4 % du produit total du monnayage.

8Le tableau 2 récapitule l’importance relative des produits de ces ateliers monétaires et la manière dont ils sont utilisés : ils fonctionnent en effet de manière différente les uns des autres et, de plus, comme nous le verrons, leur production et la manière dont elle est utilisée varient sensiblement au cours de la période de deux ans qui nous occupe, de mars 1298 à mars 1300.

Tableau 2 Utilisation par les monnayages de leur production (livres parisis)

Versements au Louvre

Paiements effectués sur place

Production totale

Monnayage de Paris

560 4441. p. 15

14 893 1. p. 3.9

575 337 1. p. 18.9

Monnayage de
Mâcon

32 784 1. p. 6. 3

3 462 1. p. 13.4

36 2461. p. 19.7

Monnayage de
Montreuil-Bonnin

141 594 1. p. 14. 10

41 225 1. p. 8. 11

182 8201. p. 3. 9

Monnayage de
Toulouse

99 992 1. p. 12

137 249 1. p. 8. 8

237 242 1. p. – 8

Monnayage de
Sommières

100 745 1. p.

95 948 1. p. 17.7

196 693 1. p. 17.7

Monnayage de
Saint-Quentin

7 106 1. p. 1.7

52 899 1. p. 16.

60 005 1. p. 17. 7

Monnayage de Tournai

14 1. p. 12. 3

117 709 1. p. 17. 11

117 724 1. p. 10.2

Monnayage de Bruges

83 364 1. p. 2. 10

83 364 1. p. 2. 10

Totaux
1298-1300 (nets)

942 6821. p. 1. 11

546 753 1. p. 9

1 489 435 1. p. 10. 11

I. Le monnayage de Paris, fournisseur privilégié du Trésor

A. Les paiements effectués directement par la Monnaie de Paris

9L’atelier monétaire de paris verse au trésor la majeure partie de sa production. Il effectue cependant un certain nombre de paiements pour le compte du roi, sans passer par le Trésor, qui porte au crédit du roi les sommes prélevées par l’atelier monétaire sur sa production pour régler ces dépenses, et au débit du roi les dépenses ainsi acquittées : la somme portée au crédit du roi étant égale à celle portée à son débit, la situation de la caisse espèces du Trésor ne s’en trouve pas affectée. Mais il s’agit d’opérations qui, quoique de nature variée, n’en restent pas moins ponctuelles et, en fin de compte, d’assez peu d’importance.

  • 7 Le comte Othon IV de Bourgogne, excédé par les révoltes de ses barons, avait cédé par le traité de (...)

10Il règle en effet plusieurs échéances de rentes sur le Trésor, tel un acompte de 800 1. p. à la tante du roi, Blanche de la Cerda (n° 235), sur la rente de 4 800 1. p. par an dont elle bénéficie, mais dont toutes les autres échéances lui sont payées par le Trésor, ou encore un acompte de même montant versé au comte de Saint-Pol (n° 1306) sur sa rente annuelle dont les autres termes lui sont réglés par le Trésor. Le caractère occasionnel des paiements de rente effectués par l’atelier monétaire de Paris est encore plus net lorsqu’il verse à la reine mère, Marie de Brabant, à valoir sur sa rente, 200 royaux d’or, d’une valeur de 230 1. p. (n° 978), alors qu’elle perçoit, le plus souvent au Trésor, deux rentes viagères d’un montant total de près de 10 600 1. p. par an, ou quand il verse au comte Othon de Bourgogne 800 1. p. (n° 1072) sur les 10 000 1. de rente annuelle que le roi s’était engagé à lui verser lors de la cession de son comté7. Il faut d’ailleurs se garder de voir dans ce genre d’opérations des assignations, au sens strict du terme, car si ces rentes étaient assignées sur la monnaie de Paris, cela en impliquerait le paiement régulier par celle-ci, de terme en terme, alors qu’il ne s’agit que de paiements occasionnels, sans doute ordonnés au cas par cas, par une cédule des trésoriers : la monnaie de Paris n’a jamais été chargée de régler, loin s’en faut, ni la totalité des rentes dues par le roi, ni les dépenses de l’hôtel et autres. Citons encore, dans un ordre d’idées voisin, le versement de 1 365 1. p. par le monnayage de Paris au roi de Majorque, que le roi soutient de ses subsides (n° 1901), mais c’est peu de chose à côté des 22 400 1. p. qui sont versées à Jacques de Majorque par le Trésor lui-même (nos 32 et 1860), et des 24 000 1. p. qu’il reçoit de l’atelier monétaire de Toulouse (nos 2975 et 3916), qui verse donc sans passer par le Trésor des sommes beaucoup plus considérables que celui de Paris.

11Il est à peu près équivalent, pour un créancier du roi, d’être payé par le Trésor à Paris ou par l’atelier monétaire qui fonctionne à Paris, et la raison des paiements effectués par ce dernier n’apparaît pas très clairement. Toujours est-il que le monnayage de Paris verse également des sommes pour le fonctionnement des hôtels, 655 1. p. sur le compte de Jean de Saint-Just, gestionnaire de l’hôtel du roi (n° 40), 472 1. pour les dépenses des enfants de celui-ci (n° 1072), 1 600 royaux d’or (1 840 1. p.) à un des clercs de la reine pour les « affaires secrètes » de celle-ci, 1 040 1. p. pour les besoins de l’écurie (nos 913 et 1900), 488 1. p. pour acheter des draps (n° 978). L’atelier verse également un dédommagement de 1 100 1. p. à l’université de Paris (n° 978) : dans tous ces cas la cause de ces paiements est à Paris même, le seul règlement de dépense à l’extérieur qu’on puisse relever étant le paiement de la somme, d’ailleurs modeste, de 64 1. p. à Denis d’Aubigny pour des soudoyers de la guerre de Gascogne (n° 4267).

12Il est plus compréhensible de voir le Trésor comptabiliser par des tours de compte la remise par l’atelier monétaire de Paris d’une coupe d’or à un cardinal (n° 162), ou la retenue par les maîtres des monnaies et leur clerc de leurs gages, 588 1. p. au total (nos 1546 et 2667). Il arrive par contre que la cause de quelques paiements ne soit pas indiquée, comme lorsque l’atelier verse 4 000 1. p. au maître des comptes Jean Clersens (n° 2247) ou que le trésorier Guillaume de Hangest lui rembourse une avance de 500 1. p. (n° 4133).

13Mais, en fin de compte, le total des paiements ainsi faits directement par l’atelier monétaire de Paris est peu important, puisqu’il ne se monte qu’à 14 893 1. p., soit guère plus de 2,5 % de sa production globale, qui s’élève de mars 1298 à mars 1300, comme l’indique le tableau 2, à 575 338 1. p.

B. Les versements de la Monnaie de Paris au Trésor

14Ils sont considérables. Le reste du produit de l’atelier monétaire de Paris, soit donc 97,5 % de sa production, est en effet versé au trésor du Louvre par Bétin Caucinel, auquel le journal du trésor donne plusieurs fois le titre de maître des monnaies (nos635, 1546), le plus souvent par l’intermédiaire de son fils Guillaume ou d’un de ses neveux Vanne, Jean et Guy du Portique. Ces versements sont tous enregistrés en recettes dans le journal de manière à peu près identique, comme le 29 mars 1299 (n° 74) :

« Du monnayage de Paris, pour Bétin, par Guy du Portique son neveu, 5 000 l.t. comptant, valant 4 000 1. p., sur le compte du roi. »

15On relève une centaine de versements de ce type en deux ans, soit près d’un par semaine. Notons au passage que le montant en est presque toujours exprimé en livres tournois, puis converti et comptabilisé par le Trésor en livres parisis sur la base invariable de 4 parisis pour 5 tournois : l’atelier de Paris fabrique de la monnaie tournois, mais le Trésor compte en monnaie parisis. Le tableau 3 donne le montant, mois par mois, de ces versements.

  • 8 262 800 1. si on y ajoute les 8 000 l. versées à Martin Marcel par les receveurs de Champagne pour (...)

16Ces versements, qui sont donc extrêmement importants, constituent la ressource la plus régulière du Trésor, qui lui permet de faire face aux dépenses courantes de toute nature qu’il doit assumer. A cet égard, on ne peut manquer de rapprocher les versements de la monnaie de Paris au Trésor avec ceux que fait régulièrement le Trésor à Martin Marcel, caissier de l’hôtel sous les ordres de Jean de Saint-Just, qui sont la plus importante de ces dépenses courantes. On en relève deux par mois en moyenne, et leur montant total s’élève à 252 800 1. p.8, ce qui absorbe donc près de la moitié (45 %) des versements de la monnaie de Paris au Trésor. La corrélation entre ces versements, souvent effectués le même jour, recette monétaire d’abord, versement pour les dépenses de l’hôtel ensuite, apparaît clairement, par exemple, dans les deux écritures suivantes, l’une et l’autre en date du 6 février 1299, la première en recettes, la seconde en dépenses :

« (n° 3320) : Du monnayage de Paris, par Bétin, 7 500 1. t. comptant, valant 6 000 1. p., sur le compte du roi, remises à Martin Marcel (n° 3322) : À Martin Marcel, pour les dépenses de l’hôtel du roi, 6 000 1. p. comptant, à lui remises par Bétin, sur le compte de J. de Saint-Just »

  • 9 Journaux du trésor, nos 1103-1108, 1104-1107, 1856-1860, 2043-2044, etc.
  • 10 Journaux du trésor, nos 229 et 231.

17On relève un certain nombre de ces écritures jumelles, souvent explicitement reliées l’une à l’autre comme dans l’exemple ci-dessus9, ou dont la corrélation est quelquefois seulement sous-entendue comme le 29 avril 1298, où ne sont enregistrées que trois écritures, dont le versement de 4 000 1. p. au Trésor par le maître de la monnaie de Paris, Bétin Caucinel, et celui de pareille somme par le Trésor à Martin Marcel pour les dépenses de l’hôtel10.

Tableau 3 Versements de la monnaie de Paris au Trésor (livres parisis)

Mars 1298

16 9441. p. 16 s.

Avril 1298

31 120 1. p.

Mai 1298

35 460 1. p.

Juin 1298

29 800 1. p.

Juillet 1298

25 620 1. p.

Août 1298

34 425 1. p. 4 s.

Septembre 1298

39 384 1. p.

Octobre 1298

43 978 1. p. 16 s.

Novembre 1298

58 080 1. p.

Décembre 1298

14 400 1. p.

Janvier 1299

31 200 1. p.

Février 1299

25 800 1. p.

Mars 1299

11 600 1. p.

Avril 1299

9 600 1. p.

Mai 1299

16 000 1. p.

Juin 1299

10 400 1. p.

Juillet 1299

21 400 1. p.

Août 1299

14 200 1. p.

Septembre 1299

24 760 1. p.

Octobre 1299

12 400 1. p.

Novembre 1299

5 180 1. p. 11 s.

Décembre 1299

16 000 1. p.

Janvier 1300

16 240 1. p.

Février 1300

13 091 1. p. 8 s.

Mars 1300

3 360 1. p.

Total

560 444 1. p. 15 s.

  • 11 Journaux du trésor, nos 396, 485 et 488.

18Il peut se trouver d’ailleurs que les ordres de versement des trésoriers au profit de l’hôtel ne puissent être honorés que partiellement par le Trésor, sans doute faute de liquidités, et qu’il faille attendre de nouvelles rentrées pour en verser le solde au caissier de l’hôtel : c’est ainsi qu’un ordre de paiement de 6 000 1. p. n’est réglé à Martin Marcel le 20 mai 1298 qu’à concurrence de 4 000 1., les 2 000 1. de solde ne lui étant versées que le 2 juin, jour où la monnaie de Paris effectue au Trésor un nouveau versement de 12 000 1. p.11 Une partie importante du produit du monnayage de Paris, 45 % comme nous l’avons vu, sert donc à régler les dépenses quotidiennes de l’hôtel, dont le fonctionnement normal est financé par ce revenu régulier, qui assure ainsi la vie courante de la royauté. Mais ce revenu est-il vraiment régulier ?

C. L’essoufflement de la Monnaie de Paris à partir de 1299

19Le tableau 3 montre que la production de l’atelier monétaire de Paris croît régulièrement d’avril 1298, où il verse au Trésor 31 120 1. p., jusqu’au mois de novembre de la même année, où ses versements atteignent 58 080 1. p., mais la production chute brutalement en décembre, et continue à baisser ensuite, la moyenne mensuelle de ses versements au Trésor n’étant plus, en 1299, que de 16 545 1. p.

  • 12 Moyenne entre le chiffre du mois considéré, celui du mois précédent et celui du mois suivant.

20Autrement dit, les versements de l’atelier monétaire au Trésor doublent presque d’avril à novembre 1298, pour être divisés par 3,5 l’année suivante. De tels soubresauts ne pouvaient évidemment pas être sans influence sur la situation de caisse du Trésor, contraint par ailleurs d’assumer les dépenses quotidiennes du roi. Les versements au caissier de l’hôtel absorbaient bien 45 % de ce que l’atelier monétaire de Paris versait au Trésor, mais il s’agit d’une moyenne, et le fait que les dépenses de l’hôtel soient beaucoup plus stables que la production de l’atelier monétaire, tend, au fur et à mesure que celle-ci baisse, à en faire absorber une part de plus en plus grande par l’hôtel. Le graphique 1, où nous avons utilisé, pour lisser les irrégularités de comptabilisation, le procédé des moyennes mobiles trimestrielles12, le fait apparaître très clairement : à partir de novembre 1298, la courbe des versements de la monnaie de Paris au Trésor fléchit de mois en mois, et celle des versements du Trésor à Martin Marcel pour les dépenses de l’hôtel, qui est relativement stable, la rattrape en mars 1299. La production monétaire se redresse ensuite un peu entre mai et septembre, puis fléchit à nouveau, et à partir de février 1300 elle ne suffit plus à faire face aux dépenses de Martin Marcel pour l’hôtel.

Graphique 1 Versements de la monnaie de Paris au Trésor et versements du Trésor à Martin Marcel pour les dépenses de l’hôtel (livres parisis, moyennes mobiles trimestrielles)

Graphique 1 Versements de la monnaie de Paris au Trésor et versements du Trésor à Martin Marcel pour les dépenses de l’hôtel (livres parisis, moyennes mobiles trimestrielles)

21Les ressources de l’atelier monétaire de Paris s’épuisent donc à partir de 1299, ce qui amène à se poser deux questions : pourquoi s’épuisent-elles et quelles ressources de substitution trouve le Trésor ? Il n’est pas facile de répondre à la première question. Il est peu plausible que le roi, qui avait connu en 1298 une période d’argent facile grâce à d’importantes émissions de monnaie, ait volontairement renoncé, l’année suivante, à cette solution de facilité : sans doute faut-il plutôt penser que la création de nouvelle monnaie qu’engendre toute mutation monétaire est importante au début, puis diminue par la suite lorsque la monnaie ancienne disparaît progressivement et que les ateliers monétaires ne sont plus alimentés, jusqu’à ce que la diminution des ressources royales qui en est la conséquence contraigne le roi à une nouvelle manipulation monétaire. On serait donc tenté de penser qu’on assiste au déroulement type d’une opération de ce genre : gonflement progressif de la trésorerie au début, lorsque les espèces à refrapper sont abondantes, puis baisse des frappes lorsque celles-ci se raréfient, retour enfin à la situation antérieure à l’opération, qui n’apporte en définitive au roi qu’une aisance de trésorerie temporaire, sans résoudre ses problèmes financiers à long ni même à moyen terme. Quant à la seconde question, nous allons maintenant essayer d’y répondre, en recherchant si la production des autres ateliers monétaires a pu suppléer à la baisse de production de celui de Paris.

II. L’atelier de Mâcon, monnayage satellite de Paris

  • 13 « De la monnaie faite à Mâcon », Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 280, D. Pour l’ach (...)
  • 14 Les 13 819 l.1. (11 055 l. p.) versées au Trésor le 20 mars 1298 (n° 21) sont en fait comprises dan (...)

22L’atelier monétaire de Mâcon est ancien, puisque dans le compte de l’Ascension 1248 des bailliages de France figure, parmi les recettes du bailliage de Mâcon, une recette de 1 028 1.t., « de moneta facta Matiscone », moins de dix ans par conséquent après l’incorporation du comté de Mâcon au domaine royal en 123913. C’est cependant le moins important des huit monnayages qui alimentent le Trésor, puisque sa production totale, de mars 1298 à mars 1300, ne se monte qu’à 36 247 1. p.14, moins du quinzième de celle de l’atelier de Paris. Il ne paraît d’ailleurs être en activité qu’en 1298, comme le montre le graphique 2.

23L’atelier de Mâcon, comme celui de Paris, verse au Trésor plus des neuf dixièmes de sa production, proportion qu’on ne retrouve pour aucun des autres ateliers monétaires provinciaux : 11 055 1. p. en mars 1298 (n° 21), 10 397 l. en juillet (nos 865 et 939), et 11 331 1. en novembre de la même année (n° 1298), soit au total 32 784 1. p., somme cependant sans commune mesure avec la production du monnayage de Paris. L’atelier de Mâcon n’a donc joué qu’un rôle d’appoint dans le financement du Trésor, la production de celui de Paris suffisant largement à faire face aux besoins de l’hôtel.

Graphique 2 Production de l’atelier monétaire de Mâcon (livres parisis)

Graphique 2 Production de l’atelier monétaire de Mâcon (livres parisis)
  • 15 Nous reviendrons sur la question du coût de ces transports d’argent à la fin de notre étude sur les (...)

24Quant au surplus, utilisé sur place, de la production de l’atelier, qui ne représente guère plus de 9,5 % de celle-ci, on y trouve d’abord, comme on pouvait s’y attendre, des frais de transport des sommes adressées au Louvre par l’atelier, 36 l. p. comptabilisées le 24 octobre 1298 (n° 1326) pour le transport des 11 331 1. p. adressées quelques jours auparavant à Paris, s’ajoutant à l’acompte de 3 1. p. qu’avait déjà versé le Trésor, en septembre, au sergent du Châtelet chargé de ce transport (n° 1116). Les frais de transport à Paris des autres versements de l’atelier monétaire ne paraissent pas avoir été réglés par celui-ci, le Trésor ayant payé lui-même à l’autre sergent chargé du transport des 11 055 1. p. adressées à Paris le 20 mars 1298, 39 1. p. environ pour ses frais (nos 1295 et 1869)15. L’atelier de Mâcon verse en outre à Jean Dimier, l’un des maîtres des monnaies, auquel le Louvre avait payé à l’Ascension 1298 les deux tiers de ses gages annuels de 200 1. p. (n° 635), le tiers restant dû à la Toussaint 1298 (n° 1442).

25Les autres prélèvements effectués par l’atelier de Mâcon sur sa production paraissent motivés par des raisons de commodité géographique : c’est ainsi qu’on le voit (n° 875) régler 400 1. p. au dauphin de Viennois « sur la convention intervenue entre le roi et lui-même », et 1 600 1. p. au duc Robert de Bourgogne, pour les frais de son voyage à Rome où il avait été envoyé en ambassade par le roi, puis (n° 1442), 400 1. p. au comte de Saint-Pol et 560 1. p. sur l’ordre du garde du sceau Pierre Flote, qui étaient aussi du voyage. Raoul de Milly, collecteur de diverses contributions ecclésiastiques en Bourgogne, reçoit également de l’atelier 400 1. p., sans doute pour ses frais (n° 1326). Tous ces versements sont naturellement comptabilisés par le Trésor sous forme de tours de compte, à la fois au crédit du roi en tant que recettes du monnayage, et à son débit en tant que dépenses. Mérite une mention particulière le tour de compte n° 875, par lequel le Trésor réintègre dans sa comptabilité les deux paiements de 400 1. p. au dauphin de Viennois et de 1 600 1. p. au duc de Bourgogne dont nous venons de parler, ainsi que le versement de 11 855 1. p. effectué au Trésor le 20 mars 1298 (nos 21 et 23), qu’il impute par ce tour de compte, à concurrence de 13 055 1. p., sur la production de l’atelier monétaire de Mâcon, et de 800 1. p. sur celle de l’atelier de Sommières.

III. Entre Paris et la Gascogne, les ateliers monétaires du Poitou et du Midi

26Au sud de Paris, le roi fabrique de la monnaie dans ses ateliers du Poitou, de Toulouse et du Languedoc.

A. Le monnayage de Montreuil-Bonnin

  • 16 E. Boutaric, Saint Louis et Alphonse de Poitiers, Paris, 1870, p. 181 et suiv. ; A. Molinier, Corre (...)

27Montreuil-Bonnin est situé à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Poitiers. Alphonse de Poitiers, frère de saint Louis, y battait déjà monnaie16, et lorsque ses fiefs ont fait retour à la Couronne à sa mort en 1271, le roi y a continué le monnayage. Son atelier monétaire est dirigé en 1298-1299 par Bernard Bertrand et Bernard Raimond, mais le premier reste seul en fonctions à partir de novembre 1299, le second semblant avoir été alors muté à Toulouse. Entre mars 1298 et mars 1300, le produit total de l’atelier a été de 182 820 1. p., cinq fois donc plus important que celui du monnayage de Mâcon, mais il n’en diffère pas seulement par l’importance : son activité ne s’arrête pas après 1298, et reste au contraire soutenue jusqu’en 1300. Une autre de ses caractéristiques, sans doute liée à sa situation géographique entre Paris et l’Aquitaine, mérite d’être soulignée : en effet, comme le montre le graphique 3, pendant les premiers mois de 1298, sa production est presque entièrement utilisée sur place pour régler des arriérés de la guerre de Gascogne, alors qu’à partir d’octobre 1298, la majeure partie en est adressée au Trésor à Paris, où la production de l’atelier monétaire de la capitale commence alors à s’essouffler.

  • 17 J. Petit, Charles de Valois, Paris, 1900 ; Ch. Bemont, Rôles gascons, t. III, Paris, 1906, introduc (...)
  • 18 Ne sont toutefois comptabilisées, ce mois-là, comme recettes du monnayage, que 33 625 1. p., les 40 (...)

28Jusqu’en septembre 1298, la quasi-totalité de la production de l’atelier poitevin est directement employée à l’apurement de comptes probablement relatifs à la guerre de Gascogne, à laquelle la trêve de Vyve-Saint-Bavon (9 octobre 1297) vient de mettre fin. Le Trésor comptabilise en effet, en juin 1298, le versement par les monnayeurs de Montreuil-Bonnin de 11 625 1. p., essentiellement pour payer des soudoyers au receveur de Poitou, Pierre de Melet, et aux comptables de guerre, Jean Arrode et Denis d’Aubigny (nos 560, 645 et 659). Le même mois, le journal enregistre en outre le versement par l’atelier au frère du roi Charles de Valois, qui avait été chargé de conduire la première campagne de Gascogne17, d’un don de 20 000 1. p., ainsi que d’un don de 2 400 1. p. au comte de la Marche (nos 645 et 685) : c’est donc plus de 34 000 1. p. que le monnayage de Montreuil-Bonnin consacre à ces règlements pendant le seul mois de juin 129818.

  • 19 À la plupart des versements du monnayage de Montreuil-Bonnin au Trésor correspond le règlement par (...)

29Les choses changent après l’été. À partir d’octobre 1298, la majeure partie de la production de l’atelier est envoyée au Trésor à Paris, où les versements du monnayage de Montreuil-Bonnin se succèdent : 20 000 1. p. fin octobre, 4 800 l. en novembre, 24 000 1. en février 1299, 32 000 1. en mars, 20 000 1. en mai, un peu moins de 12 000 1. en août, 16 000 1. en novembre, 12 600 1. en mars 1300, soit au total plus de 140 000 1. p. Pendant la même période, le Trésor n’enregistre, sous forme de tours de compte, que deux versements effectués directement par l’atelier, l’un de 3 600 1. p. à des marchands navarrais (n° 1611), l’autre de 4 000 1. p. au receveur de Navarre, « pour les affaires du roi en ce lieu » (n° 2246). L’atelier ne règle d’ailleurs jamais lui-même les frais de transport à Paris des deniers ainsi versés au Trésor : c’est ce dernier qui les paie au sergent du Châtelet, Simon de Boufflers, qui s’occupe généralement de ces transports, ou au clerc chargé de remettre des fonds au receveur de Navarre, auquel l’atelier adresse une partie de la monnaie qu’il produit19.

Graphique 3

Production de l’atelier monétaire de Montreuil-Bonnin (livres parisis)

Production de l’atelier monétaire de Montreuil-Bonnin (livres parisis)

30Le graphique 3 montre bien cette évolution : paiements sur place d’abord, comptabilisés par tours de compte, versements au Trésor ensuite.

31Le monnayage de Montreuil-Bonnin utilise donc une partie importante des 182 820 1. p. de sa production totale – 41 225 1. p., soit 22,5 % de celle-ci – pour des paiements sur place, sans passer par le Trésor qui se contente de comptabiliser après coup les opérations effectuées. Les versements effectués par l’atelier poitevin au trésor du Louvre restent cependant beaucoup plus importants, puisqu’ils s’élèvent au total à un peu plus de 141 594 1. p.-77,5 % de sa production totale – qui viennent suppléer, à partir d’octobre 1298, à la baisse de production du monnayage de Paris. Les impératifs géographiques jouent : la dépendance de la capitale se fait un peu moins sentir à Poitiers qu’à Mâcon, dont la distance à Paris est comparable, mais elle y reste sensible.

A. Le monnayage de Toulouse

  • 20 E. Boutaric, Saint Louis et Alphonse de Poitiers, op. cit., p. 181 et suiv. ; A. Molinier, Correspo (...)
  • 21 R. Fawtier, L’Europe occidentale de 1270 à 1328, Paris, 1940, p. 263 ; Ch. V. Langlois, Saint-Louis (...)

32L’atelier monétaire de Toulouse fonctionnait déjà, comme celui de Montreuil-Bonnin, à l’époque d’Alphonse de Poitiers, époux de la comtesse Jeanne de Toulouse20, comme il avait sans doute fonctionné du temps de ses prédécesseurs. Le comte et la comtesse étant morts sans enfants en 1271, à leur retour de la croisade de Tunis, le comté de Toulouse est alors revenu au domaine royal comme il avait été convenu lors de leur mariage21, et le roi a continué à y battre monnaie. En 1298-1299, l’atelier monétaire de Toulouse est dirigé par Bernard Carbonel, assisté par Simon de La Tour, mais ce dernier est remplacé en août 1298 par Hugues de Toulouse, puis en décembre 1299 par Bernard Raimond, l’ancien monnayeur de Montreuil-Bonnin. C’est le second en importance des ateliers monétaires royaux, puisqu’il produit, de mars 1298 à mars 1300, une somme totale de 237 242 1. p.

33Son éloignement de Paris accentue la tendance, déjà relevée à Montreuil-Bonnin, à utiliser sur place une partie importante de la production monétaire de l’atelier : à Toulouse, c’est plus de la moitié du produit du monnayage qui est ainsi utilisée. Cela n’a rien d’étonnant, car une des raisons pour lesquelles le roi conserve des ateliers monétaires éloignés de Paris, comme celui de Toulouse, est la possibilité de pourvoir rapidement aux besoins des agents locaux, auxquels l’atelier remet des fonds sans passer par le Trésor, qui régularise ensuite ces opérations au moyen de tours de compte. Et, comme à Montreuil-Bonnin, les premiers mois de 1298 sont d’abord marqués par des opérations de ce type.

34La première opération de l’atelier monétaire de Toulouse portée au journal est en effet le tour de compte suivant, par lequel le Trésor comptabilise, le 7 juin 1298 (n° 559), le prélèvement par les monnayeurs de Toulouse sur le produit du monnayage de 46 216 1. p., sur lesquelles ils ont versé 26 624 1. p. à Raoul de Breuilly et Pierre de Latilly, agents royaux chargés d’une partie des comptes de la guerre de Gascogne, 17 600 1. p. au lieutenant du receveur de Toulouse, et 1 992 1. p. à des hommes d’armes de Gascogne :

« Nous débitons le compte du roi, pour les deniers versés par Bernard Carbonel et Simon de la Tour, monnayeurs à Toulouse :
– A messire Raoul de Breuilly et à maître Pierre de Latilly, 32 080 1.1. et aussi, au même Raoul, 1 200 l.t. (26 624 1. p.)
– Et à Jean d’Albère, lieutenant de Simon Loard, receveur de Toulouse, 22 000 l.t. (17 600 l. p.)
– Et à messire Othon de Monthaut, pour le reste de ses gages et de ceux de sa compagnie, et le restor de ses chevaux dans la guerre de Gascogne, 2 430 1.t., et à Thomas de Talansac, écuyer de la compagnie du dit Othon, pour la même cause, 60 1.1. (1 992 1. p.)
Total 57 770 l.t. (46 2161. p.)
Dont nous créditons le roi, du monnayage de la monnaie frappée à Toulouse, pour les mêmes Bernard et Simon. »

35Suit le 1er août 1298 un autre versement de 40 000 1. p. de l’atelier monétaire aux receveurs de Toulouse (n° 1005), mais à partir de 1299 les versements ainsi régularisés par tour de compte s’espacent, et leur montant diminue : 23 974 1. p. le 16 mars (n° 2283), puis 12 275 1. p. le 5 juillet (n° 2975), 2 783 1. p. le 11 juillet (n° 3050), 12 000 l. p. enfin le 10 décembre (n° 3916). L’atelier de Toulouse aura donc en définitive prélevé sur sa production et versé à Pierre de Latilly et Raoul de Breuilly 26 624 1. p., au receveur de Toulouse et à son lieutenant Jean d’Albères 84 036 l. p., dont au moins une partie « pour être distribués par ce même Jean pour la guerre de Gascogne », au roi de Majorque 24 000 1. p., à divers hommes d’armes de Gascogne 2 267 1. p., ainsi que 322 1. p. de frais de transport, soit au total, essentiellement pour régler des arriérés de la guerre de Gascogne, 137 249 1. p., soit près de 58 % de sa production.

36Mais ces prélèvements diminuent avec le temps, et à partir d’octobre 1299, l’atelier effectue des versements de plus en plus importants au Trésor à Paris. Au fur et à mesure qu’il utilise moins d’argent pour solder les arriérés de la guerre de Gascogne, le monnayage de Toulouse se trouve en effet en mesure de verser au trésor du Louvre, dont les ressources monétaires en provenance de l’atelier de Paris s’amenuisent, des sommes de plus en plus substantielles : à un versement de 32 000 1. p. au Trésor le 28 octobre 1298 (n° 1353), succède le 30 juin 1299 un autre versement de 67 9921. p. (n° 2928), celui justement dont l’envoi à Paris a motivé les 322 l. de frais de transport dont nous avons parlé plus haut. L’atelier de Toulouse fait donc parvenir au Trésor, au moyen de ces deux versements, près de 100 000 1. p., soit 42 % de sa production totale.

Graphique 4 Production de l’atelier monétaire de Toulouse (livres parisis)

Graphique 4 Production de l’atelier monétaire de Toulouse (livres parisis)

37Le graphique n° 4 montre bien la diminution, entre 1298 et 1299, des paiements effectués sur place par l’atelier de Toulouse, comptabilisés au moyen de tours de compte, et corrélativement l’augmentation à partir d’octobre 1298 des versements au Trésor à Paris, où la production de l’atelier monétaire fléchit alors. En définitive, la manière dont l’atelier de Toulouse utilise sa production est très semblable à celle de Montreuil-Bonnin : importants règlements sur place pendant les premiers mois de 1298, puis à partir d’octobre 1298 accroissement progressif des versements au Trésor central. Mais la part des règlements sur place reste par contre beaucoup plus importante à Toulouse – où elle atteint 58 % de la production de l’atelier – qu’à Montreuil-Bonnin, où elle n’est que de 22,5 % : l’éloignement de Paris, et la proximité du théâtre des opérations de Gascogne, sont sans doute les raisons qui expliquent cette différence.

B. Le monnayage de Sommières

38Sommières, dont l’atelier monétaire est dirigé en 1298-1299 par Sornac Caucinel, sans doute parent du maître de la monnaie de Paris Bétin Caucinel, est situé dans le ressort de la sénéchaussée de Nîmes-Beaucaire, entre Montpellier et Nîmes. Sa production n’est guère inférieure à celle de l’atelier de Toulouse, puisqu’elle s’élève, de mars 1298 à mars 1300, à un total de 196 693 1. p. N’étant pas concerné par des opérations militaires à proximité, l’atelier de Sommières partage la plus grande partie de sa production entre le financement de la guerre en Gascogne, et subsidiairement en Flandre, qui absorbe 45 % de sa frappe, et les versements qu’il fait en numéraire au trésor du Louvre, qui en représentent 51 %.

Graphique 5 Production de l’atelier monétaire de Sommières (livres parisis)

Graphique 5 Production de l’atelier monétaire de Sommières (livres parisis)
  • 22 Recueil des historiens de la France, t. XXIV-1, p. 237. Ch. V. Langlois, Inventaire d’anciens compt (...)
  • 23 Journaux du trésor, n° 3823 ; R. Fawtier, Comptes royaux 1285-1314 (Recueil des historiens de la Fr (...)

39En trois tours de compte, datant le premier du 10 septembre 1298 (n° 1138), le second du 15 mars 1299 (n° 2266), et le troisième du 30 juillet (n° 3128), le Trésor comptabilise en effet le versement par le monnayage de Sommières, pour l’ost de Gascogne, de 16 800 1. p. aux receveurs de Beaucaire, mandataires de Mouche, de 4 000 1. p. au receveur de Toulouse Simon Loard, de 25 240 1. p. au receveur de Navarre Guillaume de Cheni, de 5 800 1. p. au clerc des comptes Jean de Dammartin, et de 38 070 1. p. à Pierre de Latilly et Raoul de Breuilly, soit au total 89 910 1. p. Il faut y ajouter, car la Gascogne n’est pas le seul théâtre de la guerre, le versement (n° 1138) de 4 000 1. p. « pour l’ost de Flandre » au sénéchal de Beaucaire Jean d’Arrabloy, qui avait en effet conduit les milices de sa sénéchaussée à l’ost de Flandre en 129722. Le dernier des tours de compte concernant le monnayage de Sommières est le règlement à Girard des Monts, receveur de la sénéchaussée d’Agen, du solde de son compte de gestion, 2 038 1. p.23

40Il est surprenant que ce soit le monnayage de Sommières, et non celui de Toulouse, beaucoup plus proche, qui se soit chargé de ce règlement : sans doute est-ce parce que l’atelier de Toulouse n’arrivait qu’à peine à faire face aux dépenses de la guerre de Gascogne, et qu’on devait avoir recours à celui de Sommières, comme pour les autres dépenses afférentes à cette guerre.

41Mais c’est au trésor du Louvre que l’atelier monétaire de Sommières fait parvenir la majeure partie de sa production, 51 % comme nous l’avons dit plus haut, proportion donc nettement supérieure à celle que verse au Trésor l’atelier de Toulouse. Le premier de ces versements, de 800 1. p. seulement (n° 23), ne mériterait qu’une mention succincte s’il n’entrait pas dans l’opération comptable complexe que nous avons déjà évoquée en parlant du monnayage de Mâcon. Mais, comme à Montreuil-Bonnin et à Toulouse, les versements de l’atelier languedocien au trésor du Louvre se font de plus en plus importants à partir de septembre 1298 : 16 025 1. p. en septembre (n° 1135), 35 200 en novembre (n° 1581), 31 920 en mars 1299 (nos 2187 et 2265), mais ils se ralentissent un peu par la suite, 10 400 1. p. en septembre 1299 (n° 3262), 6 400 en octobre par l’intermédiaire de la société lombarde des Caponi (n° 3385), sans doute parce que la production de l’atelier monétaire avait été en majeure partie absorbée par les versements comptabilisés par l’important tour de compte du 30 juillet 1299 (n° 3128).

42Au total, l’atelier a donc versé au Trésor à Paris, entre mars 1298 et mars 1300, 100 745 1. p., plus de la moitié de sa production totale de 196 694 1. p. Le graphique 5 montre l’évolution dans le temps de l’utilisation de sa production, dont la répartition entre les paiements effectués sur place et comptabilisés par tours, d’une part, et les versements au trésor du Louvre d’autre part, est cependant moins nette que pour les monnayages précédents de Montreuil-Bonnin et de Toulouse.

C. Bilan du monnayage des ateliers du Poitou et du Midi

43Il est intéressant, avant de passer aux monnayages du nord du royaume, d’essayer de faire le bilan de la production des trois ateliers monétaires du Poitou et du Midi, Montreuil-Bonnin, Toulouse et Sommières, dont la courbe de production globale fait l’objet du graphique 6, où nous avons substitué aux chiffres mensuels des moyennes mobiles trimestrielles pour rendre la courbe plus lisible.

Graphique 6 Production des ateliers monétaires du Poitou et du Midi (livres parisis)

Graphique 6 Production des ateliers monétaires du Poitou et du Midi (livres parisis)

44La production des trois ateliers a été à peu près inexistante (ou plus exactement rien, ou presque, n’en a été comptabilisé) jusqu’en juin 1298, puis a été importante pendant un peu plus d’un an, jusqu’en juillet 1299 (avec cependant un « trou » en décembre 1298-janvier 1299), et s’est enfin considérablement amenuisée à partir d’août 1299, époque à partir de laquelle elle commence à stagner à des totaux mensuels qui ne dépassent guère les 12 000 1. p., sans doute en raison du manque d’espèces à refrapper ou de métal à monnayer, comme à Paris depuis le début de 1299. On retrouve ici, comme à Paris mais avec un peu de retard, le processus suivant lequel se déroule une manipulation monétaire : production qui monte rapidement en puissance, ce qui permet, d’abord d’apurer les dettes, puis de reconstituer les réserves du Trésor, amenuisement de la production ensuite, qui entraîne progressivement des difficultés de trésorerie, et rend de plus en plus tentant un nouveau « remuement » de la monnaie.

45Si on cherche à affiner un peu l’étude, on peut distinguer plusieurs phases successives dans la manière dont est utilisée la production de l’atelier poitevin et des deux ateliers méridionaux, tous trois partagés, même si c’est dans des proportions différentes, entre le paiement des arriérés de la guerre de Gascogne et les besoins du Trésor à Paris (graphique 7). Jusqu’en septembre 1298 d’abord, la production des trois monnayages est à peu près entièrement absorbée par le règlement, effectué directement par les ateliers monétaires, d’importants arriérés de la guerre de Gascogne, que le Trésor comptabilise ensuite au moyen de tours de compte. Ce sont ainsi 79 841 1. p. qui sont utilisées en juin 1298 par les monnayages de Toulouse et de Montreuil-Bonnin (nos 559, 560, 645,659, 685), puis 40 000 1. en août par celui de Toulouse (n° 1005), et 36 840 1. en septembre par celui de Sommières (n° 1138), soit au total 156 681 1. p.

  • 24 Journaux du trésor, nos 1350-1354. Le surplus provient de la double décime des évêchés de Toulouse (...)
  • 25 Journaux du trésor, n° 1581. Le surplus provient de la double décime de la province de Narbonne.

46À partir de septembre 1298, les monnayages du Poitou et du Midi, dont les envois au Trésor à Paris avaient été jusque-là très modestes, commencent à lui adresser des sommes de plus en plus importantes. L’atelier de Sommières effectue ce mois-là un premier versement de 16 025 1. p. (n° 1135), qui est suivi, le 26 octobre, d’un versement de 20 000 1. p. par celui de Montreuil-Bonnin (n° 1346), puis deux jours après, le 28 octobre, d’un versement de 65 736 1. p. en provenance de Toulouse, dont 32 000 1. du monnayage de Toulouse24. Le 28 novembre, nouvelle arrivée de numéraire au Trésor, convoyé par Pierre La Reue lui-même, un des trois trésoriers, 50 640 1. p. au total, dont 4 800 1. prélevées sur la production du monnayage de Montreuil-Bonnin et 35 200 1. sur celle de Sommières25. En moins de trois mois, c’est 108 000 1. p. que le Trésor fait ainsi remonter des monnayages du Midi sur Paris, sans compter les décimes et autres recettes.

Graphique 7 Utilisation de la production des monnayages du Poitou et du Midi (livres parisis, moyennes mobiles trimestrielles)

Graphique 7 Utilisation de la production des monnayages du Poitou et du Midi (livres parisis, moyennes mobiles trimestrielles)

47Au cours du premier semestre 1299, époque après laquelle leur production diminue considérablement, l’atelier monétaire poitevin et les deux ateliers méridionaux partagent leur production entre paiements sur place et versements au Trésor, mais ces derniers sont très nettement prépondérants. Il reste certes à liquider des arriérés de la guerre de Gascogne et autres, ce à quoi ils consacrent 38 045 1. p. en mars (nos 2246, 2266, 2283), puis 62 058 1. au mois de juillet (nos 2975, 3050, 3128), au total un peu plus de 100 000 1. p. Mais pendant cette même période, d’importants versements au trésor du Louvre se succèdent : l’atelier de Montreuil-Bonnin lui fait parvenir 24 000 1. p. en février (n° 2122), 32 000 1. en mars (n° 2333) et 20 000 1. en mai (n° 2609), celui de Sommières 31 920 1. en mars (nos 2187 et 2265), celui de Toulouse enfin 67 992 1. en juin (n° 2928), soit au total près de 176 000 1. p., nettement plus, par conséquent, que ce qui est utilisé sur place par les monnayages. De septembre 1298 à juin 1299, le Trésor a ainsi reçu des trois ateliers monétaires de Montreuil-Bonnin, Toulouse et Sommières 284 000 1. p., ce qui lui a permis de se constituer une réserve financière pour faire face aux nouveaux projets du roi, dont la Flandre est désormais au premier rang des préoccupations.

48Ce graphique montre bien le décalage des deux courbes qui matérialisent, d’une part les paiements effectués sur place et comptabilisés par tours de compte, et d’autre part les versements au Trésor à Paris : en 1298, la première précède la seconde de plusieurs mois, tandis qu’en 1299 elles sont à peu près parallèles, mais celle des versements au Trésor est très nettement au-dessus de l’autre. Elles s’effondrent toutes les deux à partir d’août-septembre 1299.

D. Un problème connexe : les coûts de transport

  • 26 Journaux du trésor, nos 21 et 1298.
  • 27 Journaux du trésor, nos 1295 et 1869 (J. de Créqui), nos 1116 et 1326 (J. de Milleville).
  • 28 Le gros tournois d’argent, qui pèse 4,219 g., courant alors pour 15 deniers (J. Favier, Philippe le (...)

49Nous avons évoqué, en parlant des monnayages de Mâcon et de Montreuil-Bonnin, la question des frais de transport à Paris de l’argent frappé par les ateliers monétaires. Le 20 mars 1298, celui de Mâcon a adressé 11 055 1. p. au Trésor, à Paris, et 11 331 1. le 17 octobre suivant26. Les frais de transport de ces envois, convoyés par les sergents du Châtelet, Jean de Créqui et Jacques de Milleville, se sont élevés à des sommes très voisines, 39 l. 16 s. p. pour le premier, 39 l. 4 s. p. pour le second27, soit 0,35 % des sommes transportées, ce qui paraît peu élevé, eu égard au poids de l’argent transporté28, d’ailleurs 7 l. au Trésor pour le remplacement de son cheval blessé en route (n° 4487), mais à ce prix-là il ne peut s’agir que d’un cheval de somme, et la dépense reste assez modique.

Tableau 4 Frais de transport de Montreuil-Bonnin à Paris (livres parisis)

Sommes versées

Coût du transport

Versement du 26 octobre 1298 (n° 1346), frais de transport réglés le 28 décembre (n° 1826)

20 000 1. p.

101. p. 5 s.

Versement du 17 février 1299 (n° 2122), frais de transport réglés le 20 février (n° 2140)

24 000 1. p.

9 1. p. 15 s.

Versement du 29 mars 1299 (n° 2333), frais de transport réglés le 11 avril (n° 2408)

32 000 1. p.

6 1. p. 15 s.

Versement du 26 mai 1299 (n° 2609), frais de transport réglés le 30 mai (n° 2629)

20 000 1. p.

9 1. p. 1 s.

Versement du 22 août 1299 (n° 3187), frais de transport réglés le même jour (n° 3190)

11 982 1. p.

5 1. p. 16 s.

Versement du 27 novembre
1299 (n° 3816), frais de transport réglés le même jour (n° 3821)

16 000 1.p.

8 1. p. 10 s.

123 982 1. p.

50 1. p. 2 s.

  • 29 Rémunération journalière plus faible, voyage plus court : le versement du mois d’août, saison plus (...)

50Les envois de fonds de l’atelier monétaire de Montreuil-Bonnin au Trésor à Paris, que le sergent du Châtelet, Simon de Boufflers, est généralement chargé d’escorter (sauf celui du 27 novembre 1299, confié à Jean de Créqui), sont relativement nombreux, et à chaque versement de ce monnayage au Trésor correspond, comme le montre le tableau 4, le règlement de ses frais à ce sergent, 50 l. 2 s. p. au total pour 123 982 1. p. transportées. Si on s’en tient à ces chiffres, le prix de revient du transport ne s’élèverait guère qu’à 0,04 % des sommes transportées, guère plus du dixième du coût des envois de Mâcon, pour une distance comparable, puisqu’elle est de l’ordre de 350 kilomètres. Mais il semble ne s’agir, en fait, que de la rémunération du convoyeur, 5 s. par jour pour les voyages d’hiver, 4 s. seulement pour le voyage effectué au mois d’août29, et ce qu’il perçoit est fonction de la durée de son voyage, 41 jours pour le versement d’octobre 1298, 39 jours pour celui de février 1299, 28 (ou 29) jours pour celui d’août, 34 jours pour celui de novembre. Un article du journal (n° 2629) fait en effet mention, mais sans en préciser le montant, du règlement d’autres dépenses par les monnayeurs eux-mêmes, qui auraient alors dû, comme c’est le cas à Toulouse, être réintégrées dans la comptabilité du Trésor au moyen de tours de compte, mais rien de tel n’apparaît à Montreuil-Bonnin.

51Toulouse n’est pas « à cent lieues de là », mais presque, et ne fait au Trésor que des versements beaucoup moins fréquents, mais nettement plus importants. Alors qu’on relève, de mars 1298 à mars 1300, une dizaine de versements de l’atelier monétaire de Montreuil-Bonnin au trésor du Louvre, celui de Toulouse n’en effectue que deux, mais d’un montant beaucoup plus élevé, car leur total représente 70 % de la dizaine de versements faits par l’atelier poitevin. Le monnayage de Toulouse verse en effet une première fois au Trésor, à Paris, le 28 octobre 1298, une somme de 32 000 l. p. (n° 1353), comprise dans un versement global de 65 736 1. p. incluant aussi des décimes et autres recettes. Le convoyeur de ces fonds, Vital de Villerase, perçoit le même jour (n° 1355), « pour le transport et la conduite de l’argent, avec ses dépenses et celles de ses gens, de Toulouse jusqu’à Paris », 195 1. p., soit 0,3 % des sommes transportées, moins qu’à Mâcon par conséquent, alors que la distance est presque double, 700 kilomètres environ. Cet apport d’argent frais au Trésor a dû être rapidement épuisé, car en mai 1299, il dépêche à Toulouse Pierre de Crécy et Bernard de Noyentel, sergents du Châtelet, pour en ramener à nouveau de l’argent du monnayage, 68 000 1. p. qu’ils versent au Trésor le 30 juin (n° 2928). Le Trésor leur paie, pour leurs frais de voyage, 23 l. 10 s. p. pour 47 jours, soit 5 s. p. par jour à chacun (nos 2496 et 2864), chiffre identique à celui qu’il verse habituellement, nous l’avons vu, au convoyeur de Montreuil-Bonnin. Mais il comptabilise en outre, par un tour de compte du 11 juillet (n° 3050), le prélèvement par l’atelier monétaire de Toulouse de 321 1. 12 s. p. sur sa production pour les frais de ce transport, qui aura coûté en définitive 345 1. p., soit donc un peu plus de 0,5 % des sommes transportées, nettement plus qu’au premier voyage par conséquent. Soulignons que chacun de ces deux envois en provenance de Toulouse représente près de six tonnes d’argent monnayé, ce qui implique un nombre de chariots ou de bêtes de somme assez important. Tout cela ne semble pas suffire aux besoins du Trésor, car on relève encore, le 23 février 1300 (n° 4400), le départ pour Toulouse de Simon de Boufflers et d’un autre sergent du Châtelet, « pro pecunia acceleranda ». L’interruption du journal du Trésor à la mi-mars 1300 ne nous permet malheureusement pas d’en connaître les résultats.

52Quant au monnayage de Sommières, il effectue pendant la même période plusieurs versements au Trésor, d’un montant total de 100 745 1. p., mais le seul dont les frais de transport figurent dans le journal du Trésor est celui de 50 640 1. p. comptabilisé le 28 novembre 1298 (n° 1581), dont 4 800 1. provenant du monnayage de Montreuil-Bonnin, 35 200 1. de celui de Sommières, et 10 640 1. de la double décime du Languedoc : le convoyeur, qui n’est pas un modeste personnage puisqu’il s’agit de Pierre La Reue, l’un des trois trésoriers, se fait régler le même jour (n° 1591), « pour le transport et la conduite de l’argent de Montpellier et Sommières à Paris, sans compter ses dépenses ni celles de ses gens », une somme, curieusement identique à celle perçue par Vital de Villerase pour le premier convoyage de Toulouse à Paris dont nous avons parlé, de 195 1. p., soit 0,38 % des sommes transportées, alors que la distance de Sommières ou de Montpellier à Paris, en passant par Montreuil-Bonnin, est nettement supérieure à celle de Toulouse à Paris, mais ce versement ne couvrait pas, semble-t-il, la totalité des dépenses de l’escorte. Les sommes versées aux convoyeurs de Montreuil-Bonnin, qui sont très inférieures à celles versées pour le transport des fonds des autres monnayages, ne correspondent sans doute qu’à une partie des frais de transport de la production de cet atelier. Par contre, le coût des transports de fonds en provenance de Toulouse et de Sommières, qui se situe, pour des distances comparables, entre 0,3 et 0,5 % des sommes transportées, paraît assez représentatif de la réalité. Mâcon, dont le coût de 0,35 % des sommes transportées est du même ordre de grandeur, mais pour une distance moitié moindre, paraît constituer une anomalie, mais peut-être est-ce dû simplement au fait qu’une escorte minimale reste nécessaire, même si les sommes transportées sont moins importantes.

  • 30 Journaux du trésor, nos 31 et 336.

53Nous ne citerons, pour mémoire, que les frais de transport à Paris de l’argent provenant des ateliers monétaires du nord du royaume, car ils utilisent sur place, comme nous allons le voir, la quasi-totalité de leur production : on relève seulement le paiement de 7 1. 10 s. p. au convoyeur chargé de faire parvenir à Paris 4 000 1. p. provenant du monnayage de Saint-Quentin30, chiffre relativement élevé car Saint-Quentin n’est qu’à 140 kilomètres de Paris. Le tableau 5 résume ce qui précède.

Tableau 5 Coût du transport de l’argent des monnayages à Paris (livres parisis)

Somme transportée

Distance parcourue (km)

Frais de transport

Coût du transport

Voyages de Mâcon

22 3861. p.

400

79 l. p.

0,35 %

Voyages de Montreuil-Bonnin

123 982 1. p.

350

50 1. p. 2 s.

0,04 %

Premier voyage de
Toulouse

65 736 1. p.

700

195 1. p. 1 s. 2

0,30 %

Second voyage de Toulouse

67 992 1. p.

700

345 1. p. 2 s.

0,51 %

Voyage de
Sommières

50 640 1. p.

900

195 1. p. 1 s. 2

0,38 %

Voyage de Saint-Quentin

4 000 1. p.

140

71. p. 10 s.

0,19 %

IV. Entre Paris et la Flandre, les ateliers monétaires du Nord

54Au nord de Paris, trois autres ateliers battent également monnaie pour le compte du roi, à Saint-Quentin, à Tournai et à Bruges, mais leur production est moins importante, et presque entièrement utilisée sur place, en fonction des besoins de la politique royale vis-à-vis de la Flandre.

A. Le monnayage de Saint-Quentin

55Dans la partie nord du royaume, l’atelier monétaire le plus proche de Paris est celui de Saint-Quentin, mais il en est tout de même assez éloigné, à l’extrémité nord-est du bailliage de Vermandois. L’utilisation du produit de son monnayage, qui est assez modeste, guère plus de 60 000 1. p., est commandée par sa situation, à la limite du comté de Hainaut et à proximité de la Flandre.

56Il n’adresse en effet au Trésor à Paris, dont il n’est pourtant pas très éloigné, qu’une faible partie de sa production, moins de 12 % de celle-ci, soit la modeste somme de 7 106 1. p., en quatre versements : un premier versement de 4 000 1. p. est d’abord effectué par les monnayeurs Jean de Ceaus et Odon de Trocyle 22 mars 1298 (n° 31), suivi le 16 mars 1299 d’un second, de 874 1. p., fait conjointement par Jean de Ceaus et son successeur Barthélémy Panuche (n° 2276), qui a pour objet d’apurer les comptes du monnayeur sortant Jean de Ceaus, puis le 4 avril 1299 d’un troisième versement de 2 180 1. p. par le nouveau monnayeur Barthélémy Panuche et ses associés Hugues de Foulaut et Simon du Breuil (n° 2361), et enfin d’un versement de 52 l. p. par ce dernier le 4 juillet 1299 (n° 2965).

  • 31 Le montant total de l’opération est de 18 054 1. p., mais 874 1. correspondent à des opérations de (...)

57Si les versements du monnayage de Saint-Quentin au Trésor sont si faibles, c’est que la majeure partie de sa production est versée aux comptables royaux chargés du financement des opérations de Flandre. Le Trésor comptabilise en effet l’utilisation par l’atelier de 32 520 1. p. le 15 juin 1298 (n° 638), de 17 1801. p.31 le 22 décembre suivant (n° 1788), de 3 200 1. p. enfin le 10 juillet 1299 (n° 3005), soit au total 52 900 1. p. Sur cette somme, 3 200 1. p. sont versées par les monnayeurs à Guillaume de Montmaur, clerc du connétable Raoul de Nesle, 34 920 1. p. au receveur de Vermandois Renaud du Cavech, qui sert souvent d’intermédiaire entre les ateliers monétaires et les agents royaux en charge des affaires de Flandre, 13 100 1. p. à Jean Paële, banquier à Arras, pour les dépenses de la guerre de Flandre ou pour le connétable, 1 600 1. p. au comte de Hainaut sur la rente à lui accordée par le roi à la suite de la conquête de la Flandre, 80 l. p. enfin à un chevalier pour ses dommages à l’ost de Flandre.

58Ces 52 900 1. p. correspondent à 88 % de la production totale de l’atelier saint-quentinois, 60 006 l. p. au total, qui est en effet, comme celle des autres ateliers monétaires du nord du royaume, en majeure partie destinée au financement des besoins du roi en Flandre. Le graphique 8 fait apparaître la diminution progressive de la production de l’atelier qui, importante en 1298, baisse considérablement en 1299, tendance identique à celle déjà observée dans le Midi ; il montre aussi la prépondérance des opérations de financement des affaires de Flandre ainsi régularisées par tours de compte.

59C’est exactement l’inverse du monnayage de Mâcon, pourtant beaucoup plus éloigné de Paris, qui fait remonter sur Paris 90 % de sa production, et n’en utilise sur place que moins de 10 % : mais les frais de la diplomatie royale à Rome, qui sont l’essentiel de ce que finance directement l’atelier de Mâcon, sont sans commune mesure avec les besoins de la politique du roi en Flandre, à quoi les monnayages du nord du royaume consacrent la majeure partie de leur production.

Graphique 8 Production de l’atelier monétaire de Saint-Quentin (livres parisis)

Graphique 8 Production de l’atelier monétaire de Saint-Quentin (livres parisis)

60Les premiers monnayeurs de Saint-Quentin cités au journal du Trésor sont donc Jean de Ceaus et Odon de Trocy, qui versent au Trésor 4 000 1. p. le 22 mars 1298 (n° 31), puis apparaissent le 15 juin 1298 dans le tour de compte déjà cité (n° 638), où le Trésor porte à leur crédit une somme de 32 000 1. p. versée à Guillaume de Montmaur et à Renaud du Cavech. On les retrouve ensuite dans le tour de compte du 22 décembre 1298 (n° 1788), où le rapprochement des écritures de débit et de crédit montre qu’ils ont prélevé sur le produit de leur monnayage 5 680 1. p., dont ils ont versé 5 600 l. au receveur de Vermandois Renaud du Cavech, et 80 l. au chevalier Anselme d’Aigremont, pour l’indemniser de ses dommages à l’ost de Flandre :

« Nous débitons le compte du roi :
– Pour les deniers remis par Jean de Ceaus, monnayeur de Saint-Quentin :
Au comte de Hainaut, monseigneur J., pour la rente à lui concédée par le roi à perpétuité à la suite de la conquête de la Flandre, pour le terme de la Saint-Rémy 1298, (rente) nouvelle en ce qui nous concerne, 2 000 1. t. (1 600 1. p.)
A Barthémémy Panuche et Hugues de Foilliau, monnayeurs en ce lieu après ledit J. (de Ceaus), 80 1. 77 s. 6 d. t. (67 1. p. 2 s.)
Et pour 2 021 l. de cuivre, 80 l. 20 s. t. (64 1. p. 16s.)
Et pour les deniers remis au même Barthélémy par le même J. (de Ceaus), 927 1. 14 s. 6 d. t. (742 1. p. 3 s. 7 d)
– Et pour les deniers remis :
Par le même J. (de Ceaus) et Oudard de Trocy à Renaud du Cavech, de 7 000 l.t. (5 600 l. p.)
Par le même J. de Ceaus à Jean Paële, d’Arras, pour les dépenses de la guerre de Flandre, de 12 375 l.t. (9 900 1. p.)
Et par les monnayeurs de Saint-Quentin à Anselme d’Aigremont, chevalier, pour les dommages subis par lui à l’ost de Flandre, 100 1.t. (80 1. p.)
Total 22 567 1. 12 s. t. (18 054 l. p. l s.7 d.)
Dont nous créditons le roi, du monnayage de Saint-Quentin :
– Pour les susdits J. de Ceaus et Oudard de Trocy, de 7 100 l.t. (5 680 l. p.)
– Et pour le même J. (de Ceaus), de 15 467 1. 12 s. t. (12 374 1. p. 1 s. 7 d)
Le tout par cédule de la curia, faite le samedi avant la Saint-Thomas, apôtre, de 1298 ».

61C’est la dernière écriture où apparaît Odon (ou Oudard) de Trocy. Jean de Ceaus semble en effet avoir occupé seul pendant une partie de l’année 1298 les fonctions de monnayeur de Saint-Quentin, car le Trésor comptabilise aussi dans le tour de compte ci-dessus le versement sur le produit de son monnayage de 11 500 1. p., dont 1 600 l. au comte de Hainaut, et 9 900 l. au banquier d’Arras Jean Paële pour les dépenses de la guerre de Flandre. Mais il n’est sans doute pas resté seul en fonctions très longtemps, car ce même tour de compte du 22 décembre 1298 enregistre aussi sa passation de pouvoirs à ses successeurs Barthélémy Panuche et Hugues de Foilliau, auxquels il verse 1 092 l. 12 s. t. (83 1. 17 s. 6 d. t. + 81 l.t. + 927 1.14 s. 6 d. t.), soit 874 l. 1 s. 7 d. p., sans doute le reliquat de sa caisse à sa cessation de fonctions. Le Trésor a donc logiquement porté aux recettes du monnayage de Saint-Quentin la somme totale de 12 374 1. 1 sou 7 d. p. (11 500 1. p. + 874 1. 1 s. 7 d. p.). Mais comme Jean de Ceaus a versé à ses successeurs les 874 l. 1 sou 7 d. p. du reliquat du produit de son monnayage, au lieu de les verser au Trésor, celui-ci ne peut en créditer le roi et porte cette somme au débit de ce dernier, ramenant en fait de 12 374 1. 1 sou 7 d. p. à 11 500 1. p. la recette de l’atelier monétaire de Saint-Quentin pour l’exercice de Jean de Ceaus, c’est-à-dire ce qu’il a effectivement payé pour le compte du roi au comte de Hainaut et à Jean Paële. L’opération se termine le 16 mars 1299, date à laquelle le compte de Jean de Ceaus est soldé par le versement suivant au Trésor (n° 2276) :

« Du monnayage de Saint-Quentin :
– Par Jean de Ceaus seul, 164 1. 17 s. 6 d. t. (1311. p. 18 s.)
– Et par le même Jean et Barthélémy Panuche, de la même manière, 927 1. 14 s. 6 d. t. comptant, versées par le même Barthélémy, sur le compte du roi (742 1. p. 3 s. 7 d.) »

  • 32 Du moins à Saint-Quentin, car on le retrouve à Tournai en septembre 1299 (n° 3339).

62Le total correspond au reliquat du compte de Jean de Ceaus, qui était resté en suspens en décembre 1298, et qu’apure ce versement au Trésor. À partir de cette date, on ne revoit plus Jean de Ceaus32 et seuls apparaissent, comme monnayeurs de Saint-Quentin, Barthélémy Panuche et ses associés Hugues de Foulaut (ou Foilliau) et Simon du Breuil (nos 2361,2965,3005). L’atelier ne produit d’ailleurs plus rien après juillet 1299, et on peut se demander si sa cessation d’activité n’est pas définitive, car le 16 février 1300 le Trésor encaisse le prix « de la vente de l’outillage de la maison de la monnaie de Saint-Quentin » (n° 4326). Mais s’agit-il de la vente de la totalité du matériel de l’atelier monétaire ? La faiblesse du prix perçu, 8 l. p. seulement, amène à en douter.

B. Le monnayage de Tournai

63Tournai, évêché royal détaché de celui de Noyon en 1147, et le Toumaisis ne faisaient pas partie du comté de Flandre, vers lequel ils constituaient une tête de pont de la politique royale : l’existence à Tournai d’un atelier monétaire royal était pour le roi le moyen d’affirmer la présence de la monnaie royale en face de l’esterlin de Flandre.

64Le produit du monnayage de Tournai est en effet important, 117 724 1. p., près du double de celui de Saint-Quentin. Mais cet atelier n’effectue entre mars 1298 et mars 1300 qu’un seul versement au Trésor, très modique d’ailleurs puisqu’il ne s’agit que de 14 l. 12 s. 3 d. p. (n° 3336), la quasi-totalité de sa production étant absorbée par les paiements qu’il effectue sans passer par le Trésor, que celui-ci comptabilise par tours de compte. Les monnayeurs se succèdent : Guillaume Le Flament apparaît le 23 juillet 1298 pour un versement de 1 244 1. p. au connétable Raoul de Nesle (n° 960), puis le 24 octobre 1299, après sa sortie de charge, pour régulariser un versement de 160 1. p. fait longtemps auparavant au comte de Saint-Pol (n° 3433). Le 13 septembre 1298, c’est Pierre Champion qui dirige l’atelier, sur la production duquel il prélève 20 800 1. p. pour les verser au connétable, 3 200 1. p. qu’il remet au receveur de Vermandois Renaud du Cavech, et 1 609 1. p. pour les besoins de l’hôtel (n° 1149). À partir de novembre 1298, ce sont Pierre Dimier et Gautier Rengier qui y exercent les fonctions de monnayeurs : le Trésor comptabilise les 28 novembre 1298 (n° 1592) et 16 mars 1299 (n° 2281) deux versements, le premier de 24 000 1. p., le second de 37 896 1. p., au clerc Guillaume de Montmaur pour le compte du connétable. Avec le tour de compte ci-après, en date du 30 septembre 1299 (n° 3339), apparaît à Tournai un nouveau monnayeur, Jean de Ceaus, que nous avons déjà rencontré à Saint-Quentin :

« Nous débitons le compte du roi, pour les deniers remis par Pierre Dimier, monnayeur de Tournai :
– Au connétable de France, monseigneur Raoul, et à Guillaume de Montmaur, clerc, pour le même connétable, pour les affaires de Flandre, de20 000 l.t. (16 000 1. p.)
– A Jean Crespin, d’Atras, pour les travaux du roià effectuer en Flandre, de 10 000 l.p., valant 12 500 1.t.
– Aux frères Robert et Baudouin Crespin, d’Arras, en remboursement de leur prêt pour les mensualités, d’égal montant, d’avril et de mai 1299, de 2 000 l.p.
– Et pour les deniers rendus à la société des Amanati, de Pistoia, sur la somme de 4 516 1. 5 s.t. à eux empruntés en esterlins par maître Geoffroy du Bois, sur laquelle ils doivent recevoir 500 l. t. chaque mois, pour les deux premiers mois de mai et dejuin 1299, de 1 000 l.t. (800 l. p.)
– Et pour les deniers remis remis à Jean de Ceaus, chargé, avec ledit Pierre (Dimier), du monnayage de Tournai, de 5 552 1.18 s.3 d.t. (4 442 1. p. 6 s. 7 d)
Total 41 552 1.18 s.3 d.t. (33 242 l. p. 6 s.7 d)
Dont nous créditons le roi, du monnayage de Tournai, par le même Pierre Dimier. »

65L’opération est intéressante, car elle contient, outre un nouveau versement au connétable, le paiement d’un acompte sur des travaux à réaliser en Flandre, et deux remboursements d’emprunts contractés par le roi, l’un auprès des banquiers d’Arras, les frères Crespin, l’autre auprès de la société italienne des Amanati, de Pistoia, le versement par le monnayeur Pierre Dimier à son nouveau collègue Jean de Ceaus de 4 442 1. 6 s. 7 d. p. qui représentent sans doute le reliquat de trésorerie de l’atelier. Peut-être faut-il d’ailleurs relier cette remise de fonds au versement de 14 1. 12 s. 3 d. p. effectué le même jour au Trésor par Pierre Dimier (n° 3336), mais on voit mal pourquoi cette modique somme n’a pas été également remise à Jean de Ceaus.

66Le graphique 9 retrace les variations dans le temps de la production de l’atelier de Tournai, dont la quasi-totalité est consacrée au financement des opérations, ou plus généralement des affaires du roi en Flandre. Les versements effectués au connétable Raoul de Nesle ou à son clerc sont importants, 99 940 1. p., 85 % de la production totale du monnayage. Et les autres paiements sont manifestement en rapport avec les affaires de Flandre : 3 200 1. p. au receveur de Vermandois Renaud du Cavech, qui sert souvent d’intermédiaire entre les monnayeurs et les comptables de guerre ; 10 000 1. p. aux banquiers d’Arras les frères Crespin « pour les travaux du roi à effectuer en Flandre », et 2 000 1. p. pour le remboursement de leur prêt ; remboursement de 800 1. p. sur leur prêt aux banquiers italiens de la société des Amanati. Et le versement de 1 609 1. p. fait au bourgeois de Paris, Etienne Haudry, sur le compte du comptable de l’hôtel, Jean de Saint-Just, n’a-t-il pas eu lieu à l’occasion du séjour du roi en Flandre lors de la campagne de Furnes et des négociations qui ont suivi ?

C. Le monnayage de Bruges

67À la suite de la victoire des troupes royales à Furnes en août 1297, et de la trêve de Vyve-Saint-Bavon qui l’avait suivie au mois d’octobre, la majeure partie de la Flandre, dont Bruges, était restée en la main du roi, qui, fidèle à sa politique monétaire expansionniste, s’était empressé de battre monnaie à Bruges, en plein pays flamand, bien au-delà de Tournai, mais ville de « leliaerts », pro française depuis longtemps. Cela lui permettait, tout en finançant ses opérations militaires, de faire du même coup pièce à la monnaie du comte de Flandre, en inondant le pays de monnaie royale.

68Entre mars 1298 et mars 1300, l’atelier monétaire de Bruges n’effectue aucun versement au trésor du Louvre, même pas quelques livres comme celui de Tournai, ce qui n’a d’ailleurs rien de surprenant, étant donné sa localisation, l’insécurité probable des communications, et l’incertitude de la situation politique en Flandre à cette époque, où la trêve entre le roi et le comte de Flandre n’est que provisoire, les hostilités reprenant au début de 1300. Toute la production de l’atelier de Bruges, dont le graphique 9 montre l’évolution dans le temps, et qui n’est pas négligeable puisqu’elle atteint 83 364 l. p.entre mars 1298 et mars 1300, est donc utilisée sur place, et comptabilisée par le Trésor au moyen de tours de compte.

Graphique 9 Production des ateliers monétaires de Tournai et de Bruges (livres parisis)

Graphique 9 Production des ateliers monétaires de Tournai et de Bruges (livres parisis)

69Les monnayeurs en fonctions à Bruges pendant la plus grande partie de l’année 1298 sont Gautier Le Calke, un des échevins de Bruges (n° 1895), et Barthélémy Panuche, que nous avons déjà rencontré comme monnayeur à Saint-Quentin. Ils prélèvent sur la production de l’atelier d’abord 31 033 1. p. le 8 juillet 1298 (n° 844), puis 8 640 1. p. le 7 septembre suivant (n° 1134), qu’ils versent au maréchal Simon de Melun et au connétable Raoul de Nesle. Le journal enregistre encore, le 12 mars 1299 (n° 2248), le versement d’une somme de 1 444 1. p. à Guillaume de Montmaur pour le connétable, mais il s’agit d’une régularisation d’arriéré, car Barthélémy Panuche est en fonctions à Saint-Quentin depuis fin décembre 1298 (n° 1788). Celui-ci avait d’ailleurs été remplacé à la monnaie de Bruges par Oudard de Trocy qui, monnayeur à Saint-Quentin pendant le premier semestre 1298 (nos31 et 638), occupe la même fonction à Bruges le 16 mars 1299 (n° 2282), Gautier Le Calke restant en fonctions. Cette nouvelle équipe de monnayeurs, formée d’Oudard de Trocy et de Gautier Le Calke, verse à Guillaume de Montmaur, pour le connétable, 28 400 1. p. le 16 mars 1299 (n° 2282) et 13 767 1. p. le 11 juillet suivant, ainsi que 80 l. p. à Guillaume de Hangest, un des trois trésoriers (n° 3049).

70En définitive, le monnayage de Bruges a versé au maréchal Simon de Melun 23 833 1. p. « pour la garde de la ville de Bruges », au connétable Raoul de Nesle ou à son clerc Guillaume de Montmaur 59 451 l. p., « pour les deniers à lui remis à l’ost de Flandre » ou « pour les affaires de Flandre », 80 l. p. enfin au trésorier Guillaume de Hangest, « envoyé en Flandre pour les affaires du roi », soit au total 83 364 1. p., montant total de sa production.

D. Les ateliers monétaires du Nord : similitudes et différences

71Les ateliers monétaires du nord présentent une caractéristique commune : ils ne versent au Trésor à Paris qu’une très faible partie de leur production, moins de 10 % pour Saint-Quentin, presque rien pour Tournai et Bruges. Globalement, cela représente moins de 3 % de leur production, dont 97 % sont utilisés sur place, mais pas toujours de la même manière. Les monnayages de Tournai et de Bruges, situés à proximité immédiate du théâtre d’opérations de Flandre, consacrent la majeure partie de leur production aux dépenses proprement militaires : sur une production totale de 201 088 1. p., ils versent au connétable de Flandre ou à son clerc Guillaume de Montmaur, que ce soit « pour les deniers à lui remis à l’ost de Flandre » ou « pour les affaires de Flandre », 159 391 1. p., à quoi il faut ajouter 23 832 1. versées au maréchal Simon de Melun, et 10 000 1. p. à Jean Crespin « pour les travaux du roi à effectuer en Flandre », des fortifications probablement : en définitive, 94 % de la monnaie frappée dans ces deux ateliers vont donc au financement des opérations militaires. Il en est différemment pour l’atelier de Saint-Quentin qui, sur les 60 006 1. p. de sa production, ne verse que 3 200 1. p. au clerc du connétable, mais 34 920 1. p. au receveur de Vermandois Renaud du Cavech, et 13 100 1. au banquier d’Arras Jean Paële, l’un et l’autre servant d’intermédiaires entre les monnayeurs et les comptables de guerre eux-mêmes, dont ils assurent en quelque sorte les arrières. Le monnayage de Saint-Quentin apparaît plutôt comme une base arrière des opérations de Flandre, qu’il ne finance qu’indirectement.

72Certaines différences peuvent aussi être remarquées dans l’évolution chronologique de leur production, qui monte en puissance à partir de juin 1298 pour s’arrêter après septembre 1299, comme le montrent les graphiques 8 et 9. La production de l’atelier monétaire de Saint-Quentin, importante en 1298, année de préparatifs à long terme, diminue en effet considérablement en 1299 (graphique 8), lorsque l’imminence de la reprise de la guerre en Flandre fait passer au premier plan les monnayages de Tournai et de Bruges. L’essentiel de la production de ces deux derniers ateliers se situe en effet dans une période un peu plus tardive, qui va de juillet 1298 à septembre 1299, époque à partir de laquelle eux aussi cessent de frapper de la monnaie. Est-ce en raison de la proche reprise de la guerre qui, à partir de janvier 1300, risque de rendre trop exposés ces ateliers situés en pleine zone d’opérations ? Quoi qu’il en soit, la part prise dans le financement des opérations de Flandre par les monnayages du nord, Saint-Quentin, Tournai et Bruges, a été considérable et témoigne de l’effort soutenu qu’ils ont fourni.

73Il est cependant une question qui laisse un peu perplexe, c’est le chassé-croisé qu’on peut observer parmi les monnayeurs du nord, qui passent d’un atelier à l’autre pour des raisons qu’on ne saisit pas bien. Nous avons vu qu’à Saint-Quentin les premiers monnayeurs Jean de Ceaus et Odon (ou Oudard) de Trocy sont remplacés en décembre 1298 par Barthélémy Panuche, jusque-là monnayeur à Bruges, mais l’arrivée de celui-ci coincide avec une baisse très sensible de l’activité de l’atelier, qui ne produit plus rien à partir de juillet 1299. Jean de Ceaus ne reste pas longtemps inactif, puisqu’on le retrouve associé au monnayeur de Tournai, Pierre Dimier à la fin septembre 1299, mais son arrivée à Tournai est également très rapidement suivie d’un arrêt de l’activité de ce monnayage, qui cesse en octobre. Quant à l’atelier de Bruges, le monnayeur Barthélémy Panuche, muté à Saint-Quentin en décembre 1298, y est remplacé en mars 1299 par Oudard de Trocy, son prédécesseur à Saint-Quentin, et là encore l’arrivée du nouveau monnayeur est suivie, au mois de juillet suivant, par l’arrêt de la production de l’atelier. Il est étrange de voir, dans ces trois monnayages, les permutations de monnayeurs rapidement suivies d’un arrêt de la production monétaire. Est-ce une simple coïncidence ?

Conclusion

74Que faut-il retenir, en définitive, de la place de la monnaie dans les ressources de la royauté ? D’abord son énorme importance : nous avons dit que le produit total de l’ensemble des monnayages du royaume s’était élevé, du 18 mars 1298 au 16 mars 1300, à 1 489 435 1. p., ce qui est, et de très loin, la plus importante des ressources du roi. Il s’agit d’ailleurs, il faut bien le préciser, d’une somme nette : on ne relève dans la comptabilité du Trésor aucune écriture de sortie correspondant à un envoi aux ateliers monétaires d’espèces à refrapper. Les versements des monnayages au Trésor correspondent donc au seigneuriage, c’est-à-dire au profit net que le roi tire de l’émission de nouvelles monnaies.

  • 33 R. Fawtier, Comptes du Trésor (Recueil des historiens de France, Documents financiers), Paris, 1930 (...)

75On ne peut d’ailleurs manquer de comparer ce chiffre avec le produit du monnayage à la Toussaint 1296, tel qu’il figure dans le compte du Trésor à ce terme33 : le produit total du monnayage des différents ateliers monétaires s’élève à 80 815 1. p. Même si le terme de la Toussaint ne représente que les trois huitièmes de l’année (137 jours), cela correspondrait, avec toute la prudence avec laquelle il faut prendre ce genre d’extrapolations, à un produit annuel qui aurait été, en 1296, de l’ordre de 215 000 1. p. : celui de 1298-1300 s’élève, pour deux années il est vrai, à près de 1 490 000 1., mais cela représente tout de même, en moyenne annuelle, près de trois fois et demi le chiffre de 1296.

  • 34 F. Lot et R. Fawtier, Histoire des Institutions françaises au Moyen Âge, t. II, Institutions royale (...)

76À côté de cela, les autres ressources de la royauté paraissent bien faibles : la plus importante, les décimes versées par l’Église, ne permet au Trésor d’encaisser que moins de 315 000 1. p. entre mars 1298 et mars 1300, et, même si on y ajoute les annates, régales et autres contributions de l’Église, le total de ce que celle-ci verse au Trésor au cours de la période n’atteint pas 360 000 1. p., moins du quart de ce que sa monnaie rapporte au roi. Quant au centième et aux cinquantièmes levés par le roi sur l’ensemble de ses sujets, le Trésor n’enregistre à ce titre, au cours de ces deux années, qu’un peu plus de 70 000 1. p. de recettes, chiffre donc encore plus modeste, même s’il ne s’agit sans doute que d’arriérés des impositions instituées en 1295-129734 et si les sénéchaussées du Midi n’y figurent pas.

  • 35 Précisons que ce chiffre ne représente cependant pas le montant total des ressources royales, car n (...)

77Il n’est pas très facile de comparer les ressources monétaires du roi avec le montant global des revenus royaux. Si on s’en tient aux chiffres du journal du trésor, le montant des recettes que le Trésor porte au crédit du compte du roi, de mars 1298 à mars 1300, s’élève, reversements et frais de recouvrement et de transport déduits, à un total de 2 194 000 1. p., dont les ressources monétaires représentent donc plus des deux tiers. Mais ce chiffre n’inclut qu’une partie des recettes des bailliages et sénéchaussées : ces dernières versent en effet au Trésor, non la totalité de leurs recettes, mais leur « revenant-bon », c’est-à-dire ce qui leur reste après règlement de leurs frais, et des assignations et autres dépenses que leurs gestionnaires sont chargés de régler, et encore le font-elles de manière très irrégulière. Quant aux bailliages, le Trésor porte les versements qui en proviennent, non au compte du roi, mais aux comptes des baillis, en attendant sans doute que leurs comptes soient arrêtés et virés au compte du roi. Si on ajoute aux recettes portées au compte du roi par le Trésor les sommes nettes que celui-ci porte au crédit des comptes des baillis, sénéchaux et autres gestionnaires de bailliages, qui sont en fait, du moins pour la plus grande partie, des revenus royaux en attente de régularisation, on approche, pour ces deux années, les 2 500 000 1. p.35 : le produit du monnayage en représente encore près de 60 %. Une étude exhaustive de la politique monétaire de Philippe le Bel dépasserait le cadre de la présente étude, volontairement limitée aux questions d’ordre budgétaire, mais à voir l’énormité, le mot n’est pas excessif, des quantités de monnaie ainsi mises en circulation, on ne comprend que trop bien l’inflation qu’elles ne vont pas tarder à engendrer, et les soubresauts monétaires qui marquent la seconde partie du règne de Philippe le Bel.

Graphique 10 Production globale des ateliers monétaires (livres parisis, moyennes mobiles trimestrielles)

Graphique 10 Production globale des ateliers monétaires (livres parisis, moyennes mobiles trimestrielles)
  • 36 En ce sens : A. Rigaudière, « L’essor de la fiscalité royale du règne de Philippe le Bel (1285-1314 (...)

78Si le monnayage de Paris finance surtout les besoins journaliers de la royauté, aidé de Mâcon qui envoie à Paris les neuf dixièmes de sa production, les monnayages de Toulouse et de Sommières, et dans une moindre mesure celui de Montreuil-Bonnin, partagent la leur entre l’apurement des comptes de la guerre de Gascogne et, surtout à partir en 1299, l’envoi du surplus au Trésor à Paris, sans doute pour financer la nouvelle guerre de Flandre qui se profile. C’est à celle-ci qu’est également presque entièrement consacrée la production monétaire des trois ateliers du nord du royaume, Tournai et Bruges s’occupant surtout de financer les dépenses militaires en Flandre même, alors que Saint-Quentin joue un rôle de base arrière en Vermandois et en Artois. Le graphique 10 donne une vue synthétique de la part respective du monnayage de Paris et des monnayages « provinciaux » dans le produit global du monnayage. Il montre bien la différence entre la courbe régulière du monnayage parisien et la courbe en dents de scie de la production monétaire globale, provoquée par l’irrégularité de celle des monnayages provinciaux, ou, plus exactement, de la manière dont elle est comptabilisée, même si l’utilisation des moyennes mobiles trimestrielles atténue ces irrégularités. Mais il souligne aussi, ce qui est encore plus important car elle frappe autant les monnayages provinciaux que celui de Paris, l’inexorable diminution des ressources monétaires de la royauté à partir de novembre 129836 qui contraint le roi, qui s’engage à partir de janvier 1300 dans une nouvelle guerre de Flandre, nécessairement génératrice de dépenses, à rechercher d’autres expédients pour y faire face.

  • 37 F. Dumas, « La monnaie dans le royaume au temps de Philippe-Auguste », La France de Philippe-August (...)
  • 38 R. Fawtier, Comptes du trésor, op. cit., n°s 267 à 270.

79Quelques mots, pour terminer, sur le rôle respectif des deux monnaies royales alors en service. Lorsqu’au début du XIIIe siècle, Philippe Auguste a confisqué les fiefs plantagenêts, il a créé à côté de la livre parisis, monnaie royale traditionnelle, mais trop forte pour concurrencer efficacement la monnaie angevine, qui en valait à peine les sept dixièmes37, une seconde monnaie royale de moindre valeur, la livre tournois. Après quelques années de tâtonnements, le rapport entre les deux monnaies royales s’est assez rapidement fixé, la livre tournois valant les quatre cinquièmes de la livre parisis. C’est sur cette base, devenue invariable dès avant le milieu du XIIIe siècle, que sont faites, dans la comptabilité du Trésor, toutes les conversions entre les deux monnaies qu’on a l’occasion de rencontrer. Et ces conversions sont d’autant plus nombreuses que la livre tournois semble prendre de plus en plus de place, au détriment de la livre parisis. C’est en effet de la monnaie tournois que frappent les ateliers monétaires, et leurs versements au Trésor sont exprimés en cette monnaie, mais le Trésor les comptabilise chaque jour en parisis, après conversion sur la base habituelle de 4 parisis pour 5 tournois. Cela ne l’empêche d’ailleurs pas de présenter, dans ses comptes de la Saint-Jean et de la Toussaint, les recettes en deux chapitres, parisis d’abord, tournois ensuite, les recettes du monnayage étant comprises dans ce dernier chapitre38. La base de la comptabilité du Trésor reste la livre parisis, mais il tient compte de la place grandissante de la monnaie tournois, qui est celle que les ateliers monétaires fabriquent et mettent en circulation.

Notes

1 Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. II, p. 214. Voir aussi J. Favier, Finance et fiscalité au bas Moyen Âge, Paris, 1971, p. 32 et suiv.

2 Jules Viard, les journaux du trésor de Philippe IV le Bel, Paris, 1940, référence abrégée ci-après en « Journaux du trésor ». Les numéros entre parenthèses dans le texte et les notes ci-après sont ceux de cette édition. Le Journal est entièrement tenu en latin, mais pour une meilleure compréhension des mécanismes comptables nous avons traduit en français les extraits du Journal qui figurent dans le texte. Nous avons, pour la même raison, converti en monnaie parisis les sommes exprimées en tournois, sur la base, qu’utilise toujours le trésor lui-même, de 4 livres parisis pour 5 livres tournois.

3 Journaux du trésor, p. LXI. Le montant total des recettes mensuelles du monnayage est, d’après le tableau de Jules Viard, de 936 709 1. 9 s. 3 d. p., mais plusieurs chiffres en sont erronés : il a compté par erreur pour septembre 1298 le total journalier du n° 1214 de son édition du journal à la place de la recette du n° 1213, ce qui l’aconduit à augmenter les recettes réelles de 361.14 s. D’autre part, les totaux de mars et de juin 1299 ont été minorés, le premier de 10 l., le second de 6 000 1. (il faut d’ailleurs lire, pour mars 1299, 19 deniers au lieu de 19 s.) ; pour novembre 1299 enfin, une conversion inexacte du montant en tournois du n° 3769 de son édition, peut-être par confusion avec le total des recettes du jour, a majoré de 13 s. 4 deniers les recettes monétaires de ce mois.

4 Journaux du trésor, n° 235.

5 Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 280, D.

6 Rappelons, sans vouloir entrer dans le détail des nombreux épisodes du conflit entre Philippe le Bel et le comte de Flandre Guy de Dampierre, que celui-ci avait été condamné en août 1296 par la cour du roi à remettre au monarque les cinq grandes villes de Flandre, dont Bruges, favorable au roi et où « le nom de Guy de Dampierre était en exécration », et que le roi avait prise sous sa garde en janvier 1297. Le conflit entre le roi et le comte s’envenimant, l’armée royale était entrée en Flandre en juin 1297, et sa victoire à Furnes, le 20 août, avait rendu le roi maître de la majeure partie du comté, dont notamment Bruges, ce qu’avait consacré la trêve de Vyve-Saint-Bavon le 9 octobre 1297, prorogée par la suite jusqu’en janvier 1300. Le roi en avait profité pour fortifier la ville, et préparer la reprise des hostilités à la fin de la trêve (F. Funck-Brentano, Philippe le Bel en Flandre, thèse Paris, 1896,p. 170 et suiv.)

7 Le comte Othon IV de Bourgogne, excédé par les révoltes de ses barons, avait cédé par le traité de Vincennes, en mars 1295, son fief en dot à sa fille Jeanne, fiancée au second fils de Philippe le Bel, et désigné le roi comme administrateur de la dot, moyennant un don de 100 000 1. et une rente de 10 000 1. (Journaux du trésor, note sous le n° 804 ; R. Fawtier, Les Capétiens et la France, leur rôle dans sa construction, Paris, 1942, p. 154 ; J. Favier, Philippe le Bel, Paris, 1978, p. 301-303).

8 262 800 1. si on y ajoute les 8 000 l. versées à Martin Marcel par les receveurs de Champagne pour les dépenses de l’hôtel lors de son voyage en Lorraine, comptabilisées le 1re février 1300 (n° 4217), et les 2 000 1. remises à Jean de Saint-Just lui-même, également pour les dépenses de l’hôtel, le 20 avril 1298 (n° 191).

9 Journaux du trésor, nos 1103-1108, 1104-1107, 1856-1860, 2043-2044, etc.

10 Journaux du trésor, nos 229 et 231.

11 Journaux du trésor, nos 396, 485 et 488.

12 Moyenne entre le chiffre du mois considéré, celui du mois précédent et celui du mois suivant.

13 « De la monnaie faite à Mâcon », Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 280, D. Pour l’achat du comté de Mâcon à Jean de Braines par saint Louis, voir A. Longnon, La formation de l’unité française, Paris, 1922, p. 142, et R. Fawtier, Les Capétiens et la France, op. cit., p. 155.

14 Les 13 819 l.1. (11 055 l. p.) versées au Trésor le 20 mars 1298 (n° 21) sont en fait comprises dans les 16 319 1.t. de recettes du monnayage de Mâcon portées au crédit du roi le 12 juillet 1298 (n° 875), et donc à déduire du total pour en éviter une double comptabilisation.

15 Nous reviendrons sur la question du coût de ces transports d’argent à la fin de notre étude sur les monnayages du Midi.

16 E. Boutaric, Saint Louis et Alphonse de Poitiers, Paris, 1870, p. 181 et suiv. ; A. Molinier, Correspondance administrative d’Alphonse de Poitiers (Collection des documents inédits), n° 3 (lettre au sénéchal de Poitou lui demandant de fabriquer à Montreuil-Bonnin une monnaie bonne et loyale), n° 32 (compte-rendu d’essais de la monnaie), n° 70, n° 629 (lettre au maître de la monnaie de Montreuil-Bonnin), n° 630, n° 643 (lettre au sénéchal de Pohtou sur le taux de conversion des monnaies d’or en monnaie poitevine d’argent, et le paiement de ce qui est dû au comte), n° 695, nos 1920- 1928,1999 (lettre de saint Louis demandant à son frère Alphonse de cesser de fabriquer de la monnaie identique aux tournois royaux).

17 J. Petit, Charles de Valois, Paris, 1900 ; Ch. Bemont, Rôles gascons, t. III, Paris, 1906, introduction, chapitre III.

18 Ne sont toutefois comptabilisées, ce mois-là, comme recettes du monnayage, que 33 625 1. p., les 400 1. p. de surplus (500 1.1.) provenant du remboursement par le monnayeur Bernard Raimond d’un prêt que le roi lui avait fait en 1296, comptabilisé le 19 juin 1298 dans l’intéressant tour de compte suivant (n° 685), qui montre que ces écritures régularisent, souvent plusieurs mois après, des opérations comptables dont il est souvent difficile de savoir quand exactement elles ont été effectuées : « Nous débitons le compte du roi, par cédule de la chambre au dos d’une lettre du roi, pour monseigneur Charles, frère du roi, par don, de 15 000 1. t. remises par les monnayeurs de Montreuil-Bonnin à Nicolas de Maignanes, et par ledit N [icolas] à David de Sesmaisons, bailli d’Angers, recevant pour le même monseigneur Charles, en sus des autres 10 000 1. t. que le roi lui avait données. Et nous en créditons le roi : – Du reste du monnayage de Montreuil-Bonnin jusqu’à la Chandeleur 1296, par Bernard Raimond, 6 652 1. 3 s. 10 d. t. Et du prêt fait au même Bernard [Raimond] pour ledit monnayage, par le compte de Biche à l’Ascension 1296, 500 1.1. – Et d’un autre monnayage récent au même lieu, 7 8471. 16 s. 2 d. t. Le tout par ledit Bernard, et quitus » : 15 000 1. t.

19 À la plupart des versements du monnayage de Montreuil-Bonnin au Trésor correspond le règlement par le Trésor de ses frais au sergent chargé du convoyage des deniers : nous y reviendrons un peu plus loin, à la fin de cette étude des monnayages méridionaux.

20 E. Boutaric, Saint Louis et Alphonse de Poitiers, op. cit., p. 181 et suiv. ; A. Molinier, Correspondance administrative d’Alphonse de Poitiers, op. cit., nos 3, 280, 870 (lettres au sénéchal de Toulouse au sujet de la monnaie), 2058 (p. 572, 9 et p. 575, 10 : résultat d’une enquête confirmant le droit immémorial du comte de Toulouse à battre monnaie).

21 R. Fawtier, L’Europe occidentale de 1270 à 1328, Paris, 1940, p. 263 ; Ch. V. Langlois, Saint-Louis, Philippe le Bel, les derniers Capétiens directs, rééd. Paris, 1978, p. 110.

22 Recueil des historiens de la France, t. XXIV-1, p. 237. Ch. V. Langlois, Inventaire d’anciens comptes royaux dressé par Robert Mignon sous le règne de Philippe de Valois, n° 2540.

23 Journaux du trésor, n° 3823 ; R. Fawtier, Comptes royaux 1285-1314 (Recueil des historiens de la France, Documents financiers), Paris, 1953-1956, t. II, n° 17674 et suiv.

24 Journaux du trésor, nos 1350-1354. Le surplus provient de la double décime des évêchés de Toulouse et d’Agen, et de versements effectués par le receveur de la sénéchaussée de Toulouse, Simon Loard, et le collecteur, Pierre de Latilly.

25 Journaux du trésor, n° 1581. Le surplus provient de la double décime de la province de Narbonne.

26 Journaux du trésor, nos 21 et 1298.

27 Journaux du trésor, nos 1295 et 1869 (J. de Créqui), nos 1116 et 1326 (J. de Milleville).

28 Le gros tournois d’argent, qui pèse 4,219 g., courant alors pour 15 deniers (J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 188 et 192), 14 000 l.t. pèsent près d’une tonne de métal, plus encore si les envois comprenaient des deniers de monnaie « noire », mais il paraît peu probable qu’on ait transporté sur de telles distances des quantités importantes de pièces divisionnaires de faible valeur, surtout utilisées pour les transactions locales courantes. Il était d’ailleurs frappé beaucoup moins de monnaie « noire » que de monnaie « blanche » (M. Bompaire, « Pour une histoire des monnaies noires », Finances, pouvoirs et mémoire, Hommages à Jean Favier, Paris, 1999, p. 350 et 355).

29 Rémunération journalière plus faible, voyage plus court : le versement du mois d’août, saison plus favorable, est celui dont le coût du convoyage a été le moins élevé.

30 Journaux du trésor, nos 31 et 336.

31 Le montant total de l’opération est de 18 054 1. p., mais 874 1. correspondent à des opérations de régularisation entre monnayeurs successifs, que nous décrirons plus loin, en reproduisant ce tour de compte.

32 Du moins à Saint-Quentin, car on le retrouve à Tournai en septembre 1299 (n° 3339).

33 R. Fawtier, Comptes du Trésor (Recueil des historiens de France, Documents financiers), Paris, 1930, nos 267-270.

34 F. Lot et R. Fawtier, Histoire des Institutions françaises au Moyen Âge, t. II, Institutions royales, Paris, 1958, p. 218 et 230 ; J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 191 et 212.

35 Précisons que ce chiffre ne représente cependant pas le montant total des ressources royales, car n’y est compris que le revenant-bon des bailliages et sénéchaussées, et non le montant brut de leurs recettes.

36 En ce sens : A. Rigaudière, « L’essor de la fiscalité royale du règne de Philippe le Bel (1285-1314) à celui de Philippe VI (1328-1350) », Europa in los umbrales de la crisis (1250- 1350), XXI Semana de Estudios medievales de Estella, 1994, Pampelune, Departamento de Educatiὀn y Cultura, 1995, repris dans Penser et construire l’État dans la France du Moyen Âge, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2003, p. 573.

37 F. Dumas, « La monnaie dans le royaume au temps de Philippe-Auguste », La France de Philippe-Auguste : le temps des mutations, Colloque international de Paris de 1980, sous la direction de R. Bautier, Paris, CNRS, 1982, p. 541 et suiv. ; F. Lot et R. Fawtier, Le premier budget de la monarchie française, le compte général de 1202-1203 (Bibliothèque de l’École des hautes Études, fasc. 259), Paris, 1932, p. CLXXIII (Pacy) et CLXXIV (Evreux) ; J. Baldwin, Philippe-Auguste et son gouvernement, Paris, 1991, p. 22.

38 R. Fawtier, Comptes du trésor, op. cit., n°s 267 à 270.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 Versements de la monnaie de Paris au Trésor et versements du Trésor à Martin Marcel pour les dépenses de l’hôtel (livres parisis, moyennes mobiles trimestrielles)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10468/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Graphique 2 Production de l’atelier monétaire de Mâcon (livres parisis)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10468/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Production de l’atelier monétaire de Montreuil-Bonnin (livres parisis)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10468/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Graphique 4 Production de l’atelier monétaire de Toulouse (livres parisis)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10468/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Graphique 5 Production de l’atelier monétaire de Sommières (livres parisis)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10468/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Graphique 6 Production des ateliers monétaires du Poitou et du Midi (livres parisis)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10468/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphique 7 Utilisation de la production des monnayages du Poitou et du Midi (livres parisis, moyennes mobiles trimestrielles)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10468/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Graphique 8 Production de l’atelier monétaire de Saint-Quentin (livres parisis)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10468/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Graphique 9 Production des ateliers monétaires de Tournai et de Bruges (livres parisis)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10468/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Titre Graphique 10 Production globale des ateliers monétaires (livres parisis, moyennes mobiles trimestrielles)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10468/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 28k

Auteur

Licencié d’histoire, de droit privé et d’histoire du droit, Jacques Queinnec est un ancien notaire qui a soutenu une thèse d’histoire en 2005 sur La gestion du trésor royal à la fin du XIIIe siècle. Procédés et méthodes comptables. Les ressources du trésor.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search