Version classiqueVersion mobile

Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel

 | 
Philippe Contamine
, 
Jean Kerhervé
, 
Albert Rigaudière

Quatrième partie. Mécanismes

La place de l’Hôtel du roi dans le budget de l’État et l’économie du royaume sous Philippe IV le Bel

Élisabeth Lalou

Texte intégral

1« Le roi vit du sien ». Au XIIIe siècle encore, le domaine suffit aux dépenses royales et la seule dépense est justifiée par la personne royale. Le domaine suffit amplement à sa vie quotidienne, les aides et tailles suffisent à financer la guerre, le mariage de sa fille ou la chevalerie de ses fils. La croisade est financée par des décimes. Au XIIIe siècle, le roi capétien est riche et ses revenus, ses trésors, suffisent à assurer son rôle de souverain : il le montre par le luxe, la construction d’églises ou l’achat de prestigieuses reliques. Il est le roi, et il tient son rang.

2Mais, à la fin du XIIIe siècle, la situation a changé. Comme pour beaucoup de notions, c’est sous le règne de Philippe IV le Bel que l’Hôtel du roi en lequel se sont constitués les services domestiques et qui gère désormais la vie quotidienne du souverain, s’est distingué d’autres parties de l’administration publique. Entre le souverain, sa personne privée et les institutions de l’État, un fossé commence à se marquer. C’est alors aussi que le souverain ne peut plus seulement « vivre du sien » ; la guerre et les campagnes militaires où le roi n’apparaît même plus doivent trouver ailleurs un financement. Et c’est alors que l’impôt est créé.

3En même temps que l’État apparaît, sont conservés les premiers budgets. Je voudrais dans une première partie essayer de préciser le moment où le budget de l’État s’est mis en place, avant de chercher ce que représente désormais l’Hôtel du roi dans ce budget. Il est important en effet d’essayer de savoir quel poids il constitue dans la dépense générale du royaume et en troisième lieu, comment l’existence même de l’Hôtel constitue un foyer de richesse pour le royaume.

  • 1 Albert Rigaudière, Penser et construire l’État dans la France du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), Par (...)
  • 2 Jean Favier, Finance et fiscalité au Bas Moyen Âge, Paris, SEDES, 1971.
  • 3 Ibid., p. 14.
  • 4 Ibid., p. 19.
  • 5 A. Vuitry, Études sur le régime financier delà France avant 1789. Philippe le Bel et ses trois fils (...)

4Différents auteurs et non des moindres ont évoqué le passage du « budget » seigneurial au « budget » de l’État, le mot budget étant soigneusement muni de guillemets. Albert Rigaudière1 se penche sur cette question en tête de son article sur « l’essor de la fiscalité royale de Philippe le Bel à Philippe VI ». Jean Favier2 posait déjà la question en 1971 : « Quand ses finances cessent-elles d’être celles d’un seigneur qui vit, comme les autres, de son domaine »3. Et il y répondait partiellement : « Ce désir d’une connaissance précise de l’état des finances apparaît un peu partout dès le XIVe siècle ». « Le budget apparaît »4 donc « mais avec quelle marge d’imprécision ! » C’est à la même époque où les impôts se mettent en place pour financer la guerre5, qu’apparaissent les premiers budgets assurément demandés par les gens de finances et notamment la Chambre des comptes, le tout appartenant aux premiers balbutiements de l’État moderne. Avec l’État, les « charges publiques » apparaissent et l’Hôtel n’est plus qu’un des éléments des dépenses de l’État.

  • 6 J. Favier, Finance..., op. cit., p. 288.
  • 7 Raymond de Roover, « Aux origines d’une technique intellectuelle : la formation et l’expansion de l (...)

5Le roi doit donc d’autant plus compter que le royaume de France est grand et parce que « gouverner c’est prévoir, et pour prévoir connaître »6. Le budget, les prévisions sont donc liés à l’existence de l’État. Pour conclure cette revue historiographique rapide, je laisserai la parole à Raymond de Roover qui dans son étude sur la formation et l’expansion de la comptabilité à partie double émet le précepte : « La comptabilité publique est essentiellement budgétaire »7.

  • 8 Ferdinand Lot et Robert Fawtier, Le premier budget de la monarchie française. Le compte général de  (...)
  • 9 H. Moranvillé, « Rapports à Philippe VI sur l’état de ses finances », BEC, 48,1887, p. 380-395. On (...)
  • 10 J. Favier, Finance..., op. cit., p. 295,n° 169 ; H. Moranville, Étude sur la vie de Jean le Mercier (...)
  • 11 J. Favier, Finance..., op. cit.

6On a longtemps identifié le « premier budget de la monarchie française » – non pas avec le compte général de 1202, pourtant baptisé ainsi par ses éditeurs Ferdinand Lot et Robert Fawtier8 – avec le « Rapport à Philippe VI sur l’état de ses finances »9 qui précédait d’autres états de finance dont par exemple l’« État de la finance du roy notre sire » daté de 1388-139010. Ces premiers budgets font toutefois référence à un « hypothétique » état des finances sous Philippe le Bel11 dont nous n’avons pas conservé de traces. Dans l’état de 1344 est indiqué par exemple : « Les gages des gens du Parlement, des Enquêtes et Requêtes montent plus à présent qu’au temps du roi Philippe le Bel ». Cet état des finances a dû exister dès le règne de Philippe le Bel et il nous reste d’ailleurs, pour le règne de Philippe V et celui de Philippe IV, des documents qui, sans être de véritables budgets, s’en approchent, comme « l’abrégé des despens de Philippe V ». Même si nous avons perdu les premiers véritables budgets, la volonté de prévoir les recettes et les dépenses et d’avoir une vision globale du budget du royaume précède encore, à mon sens, le règne de Philippe le Bel, même si c’est probablement sous son règne qu’apparaît le budget de l’État.

  • 12 É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et P (...)
  • 13 Recueil des Historiens des Gaules et de la France, XXI, p. 513, « Dépenses de saint Louis de MCCL à (...)
  • 14 Malcolm Vale, The Princely court, Medieval Courts and Culture in North-West Europe, Oxford, Oxford (...)

7L’estimation des recettes et des dépenses globales existait avant le règne de Philippe IV. J’en veux pour preuve le calcul d’une moyenne journalière (« expensae dietae ») dans les comptes de l’Hôtel tenus par la Chambre aux deniers12. Nous possédons cette moyenne calculée par le comptable de la Chambre aux deniers pour 1301-1302 (mai-mars) et 1303-1304 (octobre-janvier). En 1301-1302, la moyenne oscille entre 300 et 500 l. ; en 1303-1304, elle oscille entre 300 et 400 l. Cette notion de moyenne apparaît même plus tôt. Ainsi dans le compte des dépenses de saint Louis13 pour les années 1250 à 1253, est calculée la « somme totale des despens de l’hostel pour tous les trois ans et 25 jours dessusdits 162 858 1. 8 s. 7 d. tant pour le roy comme pour la royne. C’est par jour 145 1. 8 s. 2 d. ou environ ». Malcolm Vale considère que cette prévision budgétaire dans les comptes de la monarchie française est très précoce14.

  • 15 Borrelli de Serres, Recherches..., op. cit., t. II, p. 460.
  • 16 Recueil des Historiens des Gaules et de la France, XXII, p. 252-260, Compte de 1238 ; schéma dans G (...)
  • 17 Robert Mignon, Inventaire d’anciens comptes royaux dressé par R. Mignon sous le règne de Philippe d (...)
  • 18 Robert Fawtier, François Maillard, Comptes royaux (1285-1314), Paris, 1956, t. III, p. XXIII-XXV.

8Nous avons conservé, d’autre part, quelques fragments intitulés « magna expensa et recepta »15. Mais que ce soit en 1238 ou en 1287, ces titres semblent sinon usurpés ou restitués, tout au moins ne pas correspondre à de véritables budgets16. Les « magna expensa et recepta » doivent être rattachées en outre aux opérations du Trésor. Ce titre ne se retrouve pas dans l’inventaire de Robert Mignon, qui ne mentionne nulle part de budget général17. Et nulle somme globale ne figure dans les comptes des prévôtés, bailliages ou sénéchaussées, c’est-à-dire dans les comptes ordinaires qui étaient soumis à la Chambre des comptes18.

9Parmi les comptes édités dans les volumes des Comptes royaux de R. Fawtier, sous le titre de « Comptes généraux » figurent les rôles des bailliages et sénéchaussées qui « présentent la particularité de ne point fournir de résultats généraux ». « Ces rôles des bailliages et sénéchaussées ne fournissaient pas le total des sommes qui parvenaient au Trésor royal. Ils étaient des comptes de gestion des fonctionnaires royaux ; ils servaient à contrôler cette gestion, non à renseigner le roi sur les sommes qu’il avait reçues ou qu’il devait éventuellement recevoir. » R. Fawtier explique cette particularité par le fait que ces rôles devaient être copiés après le contrôle de la Chambre des comptes et ne servaient donc plus à rien.

  • 19 Joseph Petit, Essai de restitution des plus anciens mémoriaux de la Chambre des comptes de Paris, P (...)
  • 20 Joseph Depoin, « Comptes de la préceptorie de l’abbaye de Saint Denis en France (XIIIe-XIVe siècle) (...)

10Si nous n’avons presque rien conservé d’un véritable budget général, l’idée de procéder à des prévisions devait exister toutefois. Et les listes écrites dans le cartulaire de Philippe Auguste comme celles qui ont existé dans les archives de la Chambre des comptes19 dénotent un souci de mettre au net les finances du roi, une volonté de rationalisation, de s’y retrouver. Volonté somme toute légitime et qui préludait déjà probablement aux comptes seigneuriaux. Il serait intéressant de creuser dans ce sens pour essayer de retrouver les motivations et les liens entre la plus ancienne comptabilité royale et celle de Saint-Denis20 pour laquelle la personnalité de Suger n’est pas étrangère.

  • 21 Jean Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, Paris, 1987, nota (...)

11En effet, même avant la mise en place du budget « de l’État », quand il s’agissait encore d’un budget seigneurial, le roi voulait connaître ses ressources et ses dépenses afin de pouvoir équilibrer ses comptes21. La conséquence de la lecture de ces estimations par le roi consistait d’une part à essayer d’augmenter ses revenus – faire la liste des débiteurs, essayer de faire rentrer ce qui lui est dû, et cette chasse aux recettes est particulièrement sensible sous Philippe le Bel – et d’autre part à essayer de limiter les dépenses. C’est la raison majeure pour laquelle le roi prend des ordonnances de son hôtel et ses comptables confectionnent des listes des gages ou des robes dus à ses officiers, et ce depuis le règne de Philippe Auguste, ses registres en sont emplis. Ce mouvement très clairement visible au XIIIe siècle a existé dès l’origine, et à l’identique dans les grands domaines ecclésiastiques.

  • 22 AN JJ 57 fol. 18 ; E. Boutaric (éd.), Notices et extraits de documents inédits relatifs à l’histoir (...)

12En janvier 1314, Philippe le Bel, sur le conseil de ses spécialistes des finances, légiféra sur le Trésor royal par l’ordonnance22 de Poissy du 19 janvier 1314. Dans cette ordonnance il nomme deux trésoriers au trésor du Temple, Guy Florent et maître Geoffroy de Briançon et deux trésoriers au Louvre, Guillaume du Bois et Baudoin de Rouy.

  • 23 Ce qui est visible aussi dans l’inventaire de Robert Mignon, p. 18, n° 41 « Debita hospitiorum regu (...)

13Le trésor du Temple paiera « les despens de l’ostel le roy ». Pour cela les trésoriers reçoivent en recettes 100 000 1. en provenance des bailliages normands et 80 000 1. des sénéchaussées de Toulouse, Rouergue et Quercy, Périgord, Saintonge, Auvergne et Limousin. Ils ne « paieront riens des deptes ne des arrierages du temps passé », phrase qui prouve que le roi a des dettes dans la gestion de son Hôtel23.

14Le trésor du Louvre est habilité à recevoir « toutes manieres d’autres receptes » qui proviennent des bailliages de France, Paris, Senlis, Vermandois, Amiens, Sens, Orléans, Mâcon, Bourges, Tours, du fouage de Normandie, des sénéchaussées de Beaucaire et Carcassonne, de Lyon, de Flandre, des comtés de Rethel et de Nevers, des dettes dues au roi, des amendes du Parlement et de l’échiquier, de l’émolument du sceau, des rachats, communs deniers et forfaitures et finances de fiefs, de l’aide de chevalerie et des forfaitures des monnaies. Il reçoit aussi les legs faits au roi et les recettes extraordinaires.

  • 24 É. Lalou, « Les ordonnances de l’Hôtel des derniers Capétiens directs », Höfe und Hofordnungen (120 (...)

15Cette ordonnance se trouve dans le registre des Archives nationales JJ 57, fol. 66. Ce registre qui contient l’essentiel des ordonnances de l’Hôtel du roi était l’œuvre de la Chambre des comptes24. Le sujet principal de l’ordonnance est le Trésor et la nomination des trésoriers des deux trésors du Louvre et du Temple, ce qui met l’effort pour disposer d’un budget du côté des trésoriers, non de la Chambre des comptes.

16L’ordonnance montre une volonté de rationalisation. Le roi organise les entrées et sorties d’argent entre les deux trésors qu’il institue alors. On a souvent mis en valeur l’importance de la figure d’Enguerrand de Marigny dans l’organisation générale de ce « gouvernement des finances ».

  • 25 JJ 50 n° 115, fol. 75 inv. 16.

17L’ordonnance organise les transferts d’argent. L’ordonnance spécifiait que les trésoriers ne devaient délivrer d’argent que « selonc le mandement qui leur sera fais par lettres du roy signées du seignet au lyon ou du petit seignet Mons. de Marreigny, ou par cedule signee de l’un de ces II signez et non autrement ». Cette ordonnance est la preuve des pouvoirs étendus confiés à Enguerran de Marigny. En effet, Philippe le Bel a « commis a son adonques amé et féal chevalier et chambellan, et orendroit le nostre, Enguerran, seigneur de Marrigny, le gouvernement de son trésor du Temple et dou Louvre, a cette fin que, par les lettres ou commandemnent doudit seigneur et pere ou dudit Enguerran, l’argent doudit thrésor feust baillié, despensé et administré »25.

  • 26 Ainsi dans la lettre à Jean Clersens de 1303, J. Favier, Philippe le Bel, Paris, Fayard, 1978, p. 1 (...)

18Sur le plan du scellement des actes, la description du mandement aux trésoriers qui doit être scellé soit du signet au lion, soit du signet de Marigny, fait penser aux mandements de la collection Clairambault des années 1298-1299 : sur simple queue, scellés du sceau du secret ou bien du signet d’un des chambellans, voire même déjà de Marigny. On peut penser que l’ancienne façon de procéder, en utilisant le sceau du secret qui servait aussi à tant d’autres choses, a pu entraîner sinon des malversations, tout au moins un manque de cohérence dans les ordres de délivrer les deniers. Parfois même, les deniers, y compris de grosses sommes, étaient remis « au porteur » d’une cédule sans signature, ni signet, sur la « bonne mine » du porteur26. D’où ce resserrement du donneur d’ordre sur la seule personne royale et le tout puissant chambellan Marigny.

19En ce qui concerne la répartition des recettes, les recettes des deux trésoriers du Temple qui doivent payer les dépenses de l’Hôtel sont « fournies par le Domaine, dans sa vieille conception, c’est-à-dire l’Ordinaire ». Ce sont pourtant des nouvelles terres qui appartiennent au domaine depuis seulement un siècle (la Normandie), et les sénéchaussées du domaine d’Alphonse, frère de saint Louis, qui doivent payer les dépenses de l’Hôtel. Le roi continue donc à « vivre du sien », en ce qui concerne l’Hôtel.

20Le vieux domaine (les bailliages de France, les sénéchaussées de Beaucaire, Carcassonne et Lyon), ainsi que l’« Extraordinaire » (le fouage levé en Normandie, les dettes, les amendes du Parlement et de l’échiquier, l’émolument du sel, les rachats, quints, devoirs et forfaitures, les nouveaux acquêts, l’aide pour la chevalerie du roi de Navarre, les forfaitures des monnaies) payent les dépenses autres que privées, soit extraordinaires.

  • 27 R. Fawtier, F. Maillard, Comptes royaux, op. cit., p. CXVIII. On ne peut s’empêcher de penser au pr (...)

« Si le Trésor du Temple ne reçoit pas tout le revenu de l’Ordinaire, c’est que les prévisions de dépenses pour l’Ordinaire n’atteignent pas le chiffre de recettes prévues. »27

21Avant l’ordonnance de 1314, y avait-il une répartition stricte pour l’utilisation des recettes ? Cette ordonnance serait-elle le premier texte dans lequel on distingue parfaitement que le roi a des besoins autres que ceux de son hôtel et doit prendre en compte les recettes et les dépenses extraordinaires ?

22Cette ordonnance nous donne des éléments sur la part de l’Hôtel dans cette répartition de 1314. L’ordonnance indique que les « despens de l’ostel le roy » seront de 100 l. par jour soit 36 500 1. p. par an. La définition de l’Hôtel est ici très restreinte : il s’agit de la sphère privée du roi, ce que les textes des ordonnances de l’Hôtel désignent, parmi les six métiers de l’Hôtel, comme « le roi » (le « corps le roi », la cuisine le roi, l’échanson le roi, etc.). Le commun y est probablement compté aussi, ainsi que les gages de l’hôtel, à moins que les « vadia » indiqués plus bas en même temps que les rentes sur le Châtelet ne soient les gages de l’hôtel mais c’est peu sûr.

23Aux chapitres des dépenses des traditionnels six métiers de l’Hôtel (métiers de la bouche, l’écurie du roi et la chambre du roi), s’ajoutent les chapitres habituels des dépenses larges de l’hôtel : robes (livrées), harnois, messagers, veneurs, mises des métiers (ustensiles variés), dons et aumônes, restaur des chevaux, et sergents d’armes (garde royale), soit un total de 60 000 1. Toutes ces rubriques constituent les chapitres usuels des comptes de l’Hôtel. Et je considère donc ces 60 000 1. comme dépenses de l’Hôtel. Cette somme ajoutée aux 36 500 1. mentionnées plus haut donne le résultat de 96 500 1. (la recette indiquée plus haut étant de 100 000 1.).

  • 28 Borrelli de Serres s’appuyait sur « madame de Navarre » pour dire que cette ordonnance porte une da (...)

24À ces dépenses s’ajoutent encore : l’hôtel madame de Navarre28 8 000 1., le Parlement, les comptes et l’échiquier 10 000 1., les messageries 2 000 1., les fiefs et aumônes (rentes) 60 000 l, les gages et dons sur le Châtelet 2 000 1. Pour ces rubriques, on pourrait parler de « services publics » de l’État.

25L’hôtel du roi qui a la charge de sa personne privée dépense donc 36 500 1. p. Si l’on ajoute 60 000 1. p. (dépenses de l’hôtel élargi) et 82 000 1. p. (dépenses du Parlement et de la Chambre des comptes), nous disposons ainsi d’une estimation des dépenses de l’État.

  • 29 R. Fawtier, F. Maillard, Comptes royaux, op. cit., p. CXVIII.

26Mais il nous manque cependant le chiffre des dépenses autres, des dépenses extraordinaires. « Seuls le roi et monseigneur de Marigny en disposeront à leur volonté ».29 Les dépenses de l’extraordinaire devaient être constituées pour une partie probablement des dépenses destinées à la guerre.

  • 30 Borrelli de Serres, Recherches..., op. cit., t. II, appendice C « Dépenses des hôtels en parisis ».

27L’ordonnance de 1314 nous a donné une première idée de l’estimation des recettes et dépenses, complète pour ce qui concerne l’Hôtel, et une partie des dépenses de l’État. Et cette estimation est précieuse parce qu’elle est celle du roi et de ses financiers et non le résultat des comptes et additions que se sont hasardés à faire les historiens du règne de Philippe le Bel et notamment Borrelli de Serres qui a produit entre autres un tableau général de la dépense de l’hôtel du roi aux XIIIe et XIVe siècles30.

28D’après les calculs qu’ont pu faire les historiens à partir du journal du trésor et d’après les comptes sur tablettes de cire, les dépenses de l’Hôtel auraient été de 120 000 I. par an pour 1300 et 1301 (ce qui ne correspond pas à l’augmentation que l’on pourrait supputer à partir des moyennes journalières de 300 1. p., qui devraient multiplier par trois les dépenses de l’hôtel, puisque la moyenne journalière est de 100 l. en 1314). Elles auraient été de 110 000 1. en 1298 et 131 000 1. en 1299. Entre ces dates et 1314, elles auraient donc baissé.

29La moyenne de 100 1. p. par jour paraît peu élevée par rapport aux moyennes que l’on voit indiquées dans les tablettes de cire (300 l. en 1301-1303 « sine vadiis »). Cette modification est-elle due à la dévaluation de la monnaie ? Au fait que la reine et les enfants ont disparu ? Aux économies préconisées par le vieux – 45 ans – souverain ? Ou bien encore à des chiffres sous-évalués en 1314 ?

  • 31 R. Fawtier, F. Maillard, Comptes royaux, op. cit., p. CXVI.
  • 32 Cette prudence est à vrai dire un topos des historiens du règne de Philippe le Bel qui, avant de se (...)

30Il est vrai qu’il est difficile de donner des chiffres dont on soit vraiment certain. Robert Fawtier disait : « Il est incontestable étant donné le petit nombre de nos sources, l’état fragmentaire et incomplet dans lequel nous sont parvenus un si grand nombre de ces comptes, qu’il est extrêmement imprudent de vouloir donner, pour le règne de Philippe le Bel, des chiffres de recettes ou de dépenses pour l’ensemble du règne »31. On pourrait estimer que les journaux du trésor pourraient toutefois nous apporter des éléments plus fiables que les lambeaux de comptes des bailliages et sénéchaussées. Mais sur ce point, Fawtier jugeait encore : « les documents de gestion administrative que l’on a publiés nous réduisent irrévocablement à la seule source de la comptabilité du Trésor » et « à n’utiliser que la comptabilité du Trésor, on arrive à des chiffres ne correspondant pas à la réalité, à ce qu’a véritablement payé le royaume de France et à ce qu’a véritablement dépensé le roi de France »32. Les chiffres donnés par l’ordonnance de 1314 correspondraient bien à des estimations peut-être sous-estimées.

  • 33 Borrelli de Serres, Recherches..., op. cit., t. II, p. 476-477 ; tableaux p. 441, 488, 495 : « Dépe (...)
  • 34 E. Lalou, Les comptes..., op. cit.
  • 35 Natalis de Wailly, « Dissertation sur les dépenses et les recettes ordinaires de saint Louis », Rec (...)
  • 36 Richard W. Kaeuper, Guerre, justice et ordre public. La France et l’Angleterre à la fin du Moyen Âg (...)
  • 37 John W. Baldwin, The government of Philip August : foundationsof French royal power in the Middle A (...)
  • 38 Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996.
  • 39 Elizabeth A.R. Brown, Customary Aids and Royal Finance in Capetian France, Cambridge Mass., 1992.
  • 40 J. Favier avance le chiffre de 400 000 1., Borrelli de Serres 300 000 1., pour les revenus du domai (...)

31Malgré ces précautions préliminaires, cherchons à savoir quelle part tenait l’hôtel dans le budget de l’État. Il faut, pour cela, avancer un chiffre pour la dépense totale de l’État. Ni Boutaric, ni même Jean Favier, auteur de l’étude la plus fiable sur les finances de Philippe IV, ne se sont avancés jusqu’à faire ce total général. Borrelli de Serres33 qui pourtant a eu le courage de dresser de nombreux tableaux, est lui-même très prudent. Si l’on reprend cette question sous saint Louis, l’Hôtel dépense environ un quart de la dépense globale du royaume34. Natalis de Wailly a procédé, pour le règne de saint Louis, à de savants calculs35. Les dépenses de l’Hôtel oscillaient entre 37 000 1. p. (1257) si l’on prend l’hôtel stricto sensu et 64 000 1. p. Pour ce qui est des revenus du roi, on a pu avancer le chiffre de 250 000 1.t. de « revenu moyen du roi »36, chiffre moins élevé que les 400 0001. de la fin du règne de Philippe Auguste37, mais qui correspond à une moyenne à laquelle peuvent venir s’additionner des impôts de toutes sortes. Mais saint Louis était riche. Il était en effet, selon l’expression de J. Le Goff, le « roi de la prospérité économique »38. Philippe le Bel fut au contraire le roi du début des crises. La seconde partie du règne se passa à rechercher des revenus pour financer la guerre39. Le roi devait toutefois, même s’il payait irrégulièrement les gages, pouvoir financer les dépenses de son hôtel40. Celles-ci représentaient-elles un tiers, un quart des revenus ?

  • 41 Sous Philippe VI, par rapport aux revenus du royaume, la somme de 260 000 1. p. (qui est celle des (...)

32Quelle que soit la proportion, appelée à se modifier avec les débuts de la guerre de Cent Ans41, l’aspect le plus important est la distinction désormais faite entre les dépenses du roi et de son hôtel, et les dépenses « publiques » ou les dépenses occasionnées par la guerre, qui accentue l’aspect privé du souverain en son Hôtel.

  • 42 Dont ces 10 000 1. p. figurant dans l’ordonnance du Trésor.
  • 43 É. Lalou, Essai, op. cit.

33L’Hôtel du roi, cependant, tient une grande place dans l’économie du royaume. L’Hôtel est en lui-même un foyer de richesse. Et les dépenses de l’Hôtel sont, pour le royaume, source de richesse. Les personnes qui travaillent pour l’Hôtel du roi comme pour l’État naissant s’enrichissent : les officiers du roi perçoivent des gages42, des rentes, reçoivent des dons du roi. Les fournisseurs de la cour aussi s’enrichissent : ainsi Lambert le Tailleur ou Richard l’épicier tirent profit de la vente de robes ou d’épices à la cour. Ces marchands cumulent leur métier d’artisan de la ville de Paris avec celui de fournisseur du roi. Les « acheteurs » de l’Hôtel43 du roi aussi s’enrichissent. Les chefs des six métiers de l’Hôtel ainsi que d’autres personnages étaient chargés du ravitaillement de l’Hôtel, de réunir les « garnisons » de l’Hôtel. Parmi ces personnes, on trouve par exemple, Jean d’Ays, échanson du roi, Jean Arrode, panetier du roi ou Geoffroy Coquatrix, échanson du roi. Une société très proche de la personne royale et de son Hôtel connaît une évolution notable de ses revenus et partant de son statut social.

  • 44 L’art au temps des rois maudits, exposition Paris, 1998.

34Le ravitaillement de l’Hôtel, les fournitures de « garnisons » sont des postes de vitalité commerciale et d’enrichissement. Ainsi, les marchands qui ravitaillent la cour en nourriture (blé, vin, viande, bétail, fruits, épices), en chevaux et nourriture pour ces chevaux (foin, avoine), en ustensiles (tissus, vêtements, vaisselle) ou matériaux divers (cire) sont un milieu très actif. La cour royale est une source de richesse, même si le roi qui achète ne paye pas toujours rubis sur l’ongle. La cour royale fait travailler aussi les artisans du luxe : orfèvres, artistes, enlumineurs. La fabrication de reliquaires, de monuments ou de tombeaux crée, notamment à Paris, un milieu d’artisans riches qui atteindront, un siècle plus tard, un niveau de vie très élevé. Il y aura en 1400 plus de 600 orfèvres à Paris. Déjà sous Philippe le Bel, la figure de Julien l’orfèvre, bien que partiellement connue, est l’exemple de ces artistes de cour44 .

  • 45 Maurice Rey, Le domaine du roi et les finances extraordinaires sous Charles VI (1388-1413), Paris, (...)
  • 46 Xavier de La Selle, Le service des âmes à la cour : confesseurs et aumôniers des rois de France du (...)

35La cour est source d’enrichissement aussi pour une classe plus modeste de la société. Ainsi, les restes de la cour sont-ils revendus45 en ville et quelques marchands y trouvent du profit. L’aumône46 gérée par l’aumônier du roi, par ses dons quotidiens, fait vivre aussi toute une couche sociale, ceux que l’on appelle « pauvres ».

36Le territoire de l’enrichissement n’est en outre pas limité à la seule ville de Paris. La présence royale dans Paris, avec la construction du Palais notamment, a enrichi la ville et ses marchands. Les acheteurs du roi se ravitaillent aux Halles, à la foire du Lendit.

  • 47 La Feuillie, Seine-Maritime, arr. Dieppe, c. Argueil. É. Lalou (dir), Sources d’histoire médiévale, (...)

37Mais d’autres lieux profitent aussi de la présence royale. Le souverain dispense, sur les chemins, aumônes en deniers, comme octrois de faveurs ou cadeaux spirituels (je pense notamment aux malades des écrouelles qui se pressent dans les lieux où passe le souverain). Dans les lieux où le roi possède des résidences, la construction des bâtiments, la présence de garnisons préparées pour le séjour royal, sont des facteurs d’activité aux alentours. Les travaux sont gérés et payés par les baillis et sénéchaux et se retrouvent dans leurs comptes. Ce sont d’ailleurs autant de sommes que l’on pourrait ajouter dans les comptes généraux de l’Hôtel, quoique certains des œuvres royaux soient comptabilisés dans l’ordonnance de 1314. Certains domaines royaux sont pour certains, d’ailleurs, des lieux de production en nature dont le roi peut profiter. Ainsi, le domaine de La Feuillie47 où le roi installe des haras devait disposer de suffisamment de terres pour qu’y soient produites les réserves de grains ou d’avoine nécessaires aux chevaux. Mais il n’est pas facile de connaître les revenus en nature que le roi utilise pour son hôtel. Ces denrées en nature sont peut-être comptées d’ailleurs dans les estimations des comptes de son hôtel.

38On peut évidemment se demander si la présence en un lieu du roi et de son hôtel était perçue comme appauvrissant ou, au contraire, comme un facteur d’enrichissement. La cour était-elle une invasion de sauterelles ou au contraire, l’absence du roi de certaines résidences était-elle perçue comme une « morte-saison », comme dans les stations balnéaires de nos jours.

  • 48 Françoise Autrand, Charles V le Sage, Paris, 1994, p. 779.
  • 49 Karl Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris, l’an 1296, Goteborg, 1958 ; Le livre de la taille (...)
  • 50 Raymond Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe-Auguste à la mort de Charles V, 1223-1380, P (...)

39L’Hôtel était quoi qu’il en soit le lieu de la richesse et devait être perçu ainsi. Le roi tenait son rang et il était riche. Dans les petites villes, la résidence royale était le lieu de la richesse. La richesse du roi en la ville de Paris était aussi manifeste. Les fêtes de 1313 organisées pour la chevalerie des fils du roi, sont les premières démonstrations du luxe royal que l’on retrouvera lors de la visite de l’empereur Charles IV à Charles V en 137848. Le roi est riche dans cette ville de Paris très peuplée, où les richesses n’étaient pas très bien réparties entre les gros, les moyens et les menus qui payaient la taille49 à côté des pauvres en grand nombre exemptés d’impôts ou en situation instable50.

  • 51 Jacques Le Goff, « Saint Louis à table », La sociabilité à table. Commensalité et convivialité à tr (...)
  • 52 É. Lalou, Essai, op. cit., p. 101. Quand on aura crié « au queux ! », les portiers « feront vuidier (...)

40Cette situation explique la presse que l’on perçoit autour de l’Hôtel royal et notamment autour de la table du roi. La Table royale51 est le symbole de la personne royale. La table revêt le faste dû au rang du roi capétien. La vaisselle est luxueuse, le décor de la salle tout autant. Le souverain est servi par un entourage d’officiers et de chevaliers. Les « écuyers de cuisine » commencent à apparaître. Cette table où l’on sert des mets convoités, surtout dans des temps où la disette n’était jamais très éloignée, était un objet de convoitise. C’est sensible dans les ordonnances de l’Hôtel qui contiennent quelques articles sur les personnes ayant le droit de se tenir dans la salle où l’on dîne. Celles-ci stipulent en effet qu’il faut « vider la salle » de personnes étrangères à l’Hôtel « quand on aura crié au queux ! »52

  • 53 « Les ordonnances de l’Hôtel des derniers Capétiens directs », Höfe und Hofordnungen..., op. cit., (...)
  • 54 Franck Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, PUF, 2003.

41Ces articles des ordonnances de l’Hôtel ne sont pas seulement, et surtout pas encore, la volonté53 d’une partie de la société nobiliaire de bien marquer sa différence avec les autres. Mais il est vrai que la mise en place d’un espace privé du souverain face à un espace public est à l’œuvre. Les ordonnances de l’Hôtel que prend le souverain correspondent à une volonté de mise en ordre (le document porte bien son nom d’« ordonnances »), à une volonté aussi d’économies (après tout le roi a des dettes et ne saurait nourrir trop de monde), peut-être aussi à un souci de sûreté de la personne royale54. Ce mouvement visant à séparer plus nettement l’Hôtel et la table du roi du « commun » et de toutes sortes de personnes n’ayant pas les droits pour y accéder s’amplifie après le règne de Philippe IV, alors que la guerre fait gonfler les dépenses.

42Le règne de Philippe IV le Bel est le moment où les revenus du domaine suffisent aux dépenses de l’Hôtel du roi. La part de l’Hôtel dans le budget de l’Etat représente un tiers ou un quart des revenus. Les revenus du domaine, l’ordinaire, s’amenuisent face aux revenus tirés des impôts, et les dépenses de l’Hôtel sont un moindre souci face aux dépenses en hausse de la guerre. Ce mouvement qui s’esquisse alors ira en s’amplifiant sous les rois Valois.

Notes

1 Albert Rigaudière, Penser et construire l’État dans la France du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles), Paris, Comité pour l’Histoire économique et financière de la France, 2003, notamment « L’essor de la fiscalité royale, du règne de Philippe le Bel (1285-1314) à celui de Philippe VI (1328-1350) ».

2 Jean Favier, Finance et fiscalité au Bas Moyen Âge, Paris, SEDES, 1971.

3 Ibid., p. 14.

4 Ibid., p. 19.

5 A. Vuitry, Études sur le régime financier delà France avant 1789. Philippe le Bel et ses trois fils (1285-1328). Les trois premiers Valois (1328-1380), 2 vols., Paris, 1883 ; Genèse de l’État moderne. Prélèvement et redistribution, Actes du colloque de Fontevraud, 1984, éd. J. Ph. Genet et M. Le Mené, Paris, Éd. du CNRS, 1987.

6 J. Favier, Finance..., op. cit., p. 288.

7 Raymond de Roover, « Aux origines d’une technique intellectuelle : la formation et l’expansion de la comptabilité à partie double », Annales d’histoire économique et sociale, t. 9, 1937, p. 171-193 et 271-298 ; p. 172.

8 Ferdinand Lot et Robert Fawtier, Le premier budget de la monarchie française. Le compte général de 1202-1203, Paris, Champion, 1932.

9 H. Moranvillé, « Rapports à Philippe VI sur l’état de ses finances », BEC, 48,1887, p. 380-395. On trouve d’autres « abrégiés prévisionnels » sous Philippe VI. Ainsi les prévisions de dépenses et recettes pour faire face à une guerre éventuelle en 1329, en 1331 et en 1339 : Maurice Jusselin (éd.), « Comment la France se préparait à la guerre de Cent ans », Bibliothèque de l’École des chartes, 72, 1912, p. 222-230 et l’abrégé des dépenses et recettes du roi d’environ 1334 ou 1335, De Boislisle (éd.), « Le budget et la population de la France sous Philippe de Valois », Annuaire Bulletin Société de l’Histoire de France, 1875, p. 91-94.

10 J. Favier, Finance..., op. cit., p. 295,n° 169 ; H. Moranville, Étude sur la vie de Jean le Mercier, Paris, 1888, p. 353-358.

11 J. Favier, Finance..., op. cit.

12 É. Lalou, Les comptes sur tablettes de cire de la chambre aux deniers de Philippe III le Hardi et Philippe IV le Bel (1282-1309), Robert-Henri Bautier (dir.), Paris, Académie des inscriptions et belles lettres, 1994 ; Les comptes sur tablettes de cire de Jean Sarrazin, chambellan de saint Louis, Turnhout, Brepols, 2003 (Monumenta palaeographica Medii Aevi).

13 Recueil des Historiens des Gaules et de la France, XXI, p. 513, « Dépenses de saint Louis de MCCL à MCCLIII » ; signalé dans Borrelli de Serres (Léon-Louis col.), Recherches sur divers services publics du XIIIe au XVIIe siècle, t. II, Paris, 1895,p. 477.

14 Malcolm Vale, The Princely court, Medieval Courts and Culture in North-West Europe, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 77.

15 Borrelli de Serres, Recherches..., op. cit., t. II, p. 460.

16 Recueil des Historiens des Gaules et de la France, XXII, p. 252-260, Compte de 1238 ; schéma dans Gérard Sivery, Les Capétiens et l’argent au siècle de saint Louis, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1995 ; E. Boutaric, La France sous Philippe le Bel. Étude sur les institutions politiques et administratives du Moyen Âge, Paris, Plon, 1861, p. 327 donne aussi ce titre au compte de la Chandeleur 1288 (n. st.).

17 Robert Mignon, Inventaire d’anciens comptes royaux dressé par R. Mignon sous le règne de Philippe de Valois, éd. Ch. V. Langlois, Paris, 1899.

18 Robert Fawtier, François Maillard, Comptes royaux (1285-1314), Paris, 1956, t. III, p. XXIII-XXV.

19 Joseph Petit, Essai de restitution des plus anciens mémoriaux de la Chambre des comptes de Paris, Paris, 1899.

20 Joseph Depoin, « Comptes de la préceptorie de l’abbaye de Saint Denis en France (XIIIe-XIVe siècle) », Revue Mabillon, 13, 1923, p. 249-259 ; Atlas historique de Saint-Denis. Des origines au XVIIIe siècle, Michaël Wyss (dir.), DAF 59, Paris, 1996, p. 142.

21 Jean Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, Paris, 1987, notamment le chapitre « Compter », p. 317-344. Et « Écrire, compter, mesurer », journées organisées les 21-22 mars 2001 par l’EHESS. http://www.histoire.ens.fr/colloques/ecrire/.

22 AN JJ 57 fol. 18 ; E. Boutaric (éd.), Notices et extraits de documents inédits relatifs à l’histoire de France sous Philippe le Bel, Paris, 1861, t. XX, 2e partie, p. 209-213 et à part p. 127-132 ; J. Favier, Un conseiller de Philippe IV le Bel. Enguerran de Marigny, Paris, PUF, 1956, p. 104 ; E. Boutaric, La France sous Philippe le Bel..., op. cit., p. 342-343 ; Borrelli de Serres, Recherches..., op. cit., t. II ; R. Fawtier, F. Maillard, Comptes royaux, op. cit., p. CXVI-CXVIII.

23 Ce qui est visible aussi dans l’inventaire de Robert Mignon, p. 18, n° 41 « Debita hospitiorum regum Philippi Pulchri, Ludovici, Philippi Magni et regis Caroli modemi, incepta anno M° CCC° titra » ; Robert Mignon, Inventaire.... op. cit.

24 É. Lalou, « Les ordonnances de l’Hôtel des derniers Capétiens directs », Höfe und Hofordnungen (1200-1600), 5. Symposium der Residenzen-Kommission der Akademie der Wissenschaften in Göttingen veranstaltet gemeisam mit dem Deutschen Historischen Institut Paris und dem Staatsarchiv Sigmaringen (Sigmaringen, 5-8 octobre7996), Holger Kruse et Werner Paravicini (éds.), Thorbecke, 1999,p. 91-102.

25 JJ 50 n° 115, fol. 75 inv. 16.

26 Ainsi dans la lettre à Jean Clersens de 1303, J. Favier, Philippe le Bel, Paris, Fayard, 1978, p. 197. « Laquelle somme d’argent vous envoyez tantôt à Paris, à nos gens du Louvre, par certain message qui vienne avec le porteur de ces lettres ; ou dites à celui porteur certain jour bref auquel ledit argent soit sans faute ».

27 R. Fawtier, F. Maillard, Comptes royaux, op. cit., p. CXVIII. On ne peut s’empêcher de penser au procédé utilisé précédemment en certaines circonstances : d’ordinaire le roi allait chercher au Temple suffisamment d’argent pour ses dépenses quotidiennes. Mais lorsque parfois, il se trouve en voyage dans une région éloignée de Paris, il arrive que les recettes soient prélevées directement sur les sénéchaussées ou les bailliages. Voir E. Lalou, Les comptes..., op. cit., p. XXXVI.

28 Borrelli de Serres s’appuyait sur « madame de Navarre » pour dire que cette ordonnance porte une date plus tardive. Qui est cette dame de Navarre ? Ce n’est pas Blanche la mère de la reine Jeanne, elle-même disparue, puisqu’elle est décédée. Est-ce Marguerite, épouse de Louis roi de Navarre, mais pourquoi son hôtel est-il compté à part ? Est-ce Jeanne, la fille de Louis, mais c’est encore une enfant ?

29 R. Fawtier, F. Maillard, Comptes royaux, op. cit., p. CXVIII.

30 Borrelli de Serres, Recherches..., op. cit., t. II, appendice C « Dépenses des hôtels en parisis ».

31 R. Fawtier, F. Maillard, Comptes royaux, op. cit., p. CXVI.

32 Cette prudence est à vrai dire un topos des historiens du règne de Philippe le Bel qui, avant de se plonger dans les chiffres, annoncent comme Boutaric par exemple : « Je vais essayer de donner un aperçu des recettes et des dépenses ordinaires sous Philippe le Bel ; je dois déclarer que les évaluations que je vais soumettre au lecteur ne sont qu’approximatives : toutefois elles reposent sur des bases certaines » (E. Boutaric, op. cit., p. 327).

33 Borrelli de Serres, Recherches..., op. cit., t. II, p. 476-477 ; tableaux p. 441, 488, 495 : « Dépenses des hôtels en parisis » ; p. 475, il renonce à évaluer les revenus « plutôt que de livrer aux appréciations des historiens des données absolument inexactes, telles que les chiffres de Boutaric pour le règne de Philippe le Bel » ; p. 495 : « Il faut avouer que les documents dont nous disposons ne permettent absolument pas de connaître les totaux annuels même de la recette nette et des seules dépenses d’ordre général, si ce n’est ceux d’exercices consécutifs pour lesquels ils sont donnés dans les bilans du Temple ou peuvent être extraits des Journaux ».

34 E. Lalou, Les comptes..., op. cit.

35 Natalis de Wailly, « Dissertation sur les dépenses et les recettes ordinaires de saint Louis », Recueil des Historiens des Gaules et de la France, t. XXI, p. L-LXXVII ; W.M. Ormrod, « Les monarchies d’Europe occidentale à la fin du Moyen Âge », Systèmes économiques et finances publiques, Richard Bonney (dir.), Paris, PUF, 1996,p. 128.

36 Richard W. Kaeuper, Guerre, justice et ordre public. La France et l’Angleterre à la fin du Moyen Âge, Paris, 1994, p. 72.

37 John W. Baldwin, The government of Philip August : foundationsof French royal power in the Middle Ages, Berkeley, University of California Press, 1986 ; La France de Philippe Auguste. Le temps des mutations, Actes du colloque international organisé par le CNRS (Paris, 1980), R.-H. Bautier (dir.), Paris, 1982.

38 Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996.

39 Elizabeth A.R. Brown, Customary Aids and Royal Finance in Capetian France, Cambridge Mass., 1992.

40 J. Favier avance le chiffre de 400 000 1., Borrelli de Serres 300 000 1., pour les revenus du domaine. A. Vuitry, Études sur le régime financier de la France avant la Révolution de 1789, Paris, Guillaumin, 1883,1.1, Philippe le Bel et ses trois fils, p. 313-314, estime les revenus ordinaires de la Couronne pour l’année 1305 à 410 000 1.t. monnaie faible, soit 136 000 1.t. monnaie forte.

41 Sous Philippe VI, par rapport aux revenus du royaume, la somme de 260 000 1. p. (qui est celle des dépenses de l’Hôtel) constitue le tiers environ des revenus du roi. 8 320 l. sont encore consacrées aux garnisons. La moyenne des dépenses est de 334 l. par jour contre 100 l. pour l’Hôtel de Philippe V. É. Lalou, Essai sur l’Hôtel du roi, Habilitation à diriger des recherches, Paris IV, 2003, p. 224.

42 Dont ces 10 000 1. p. figurant dans l’ordonnance du Trésor.

43 É. Lalou, Essai, op. cit.

44 L’art au temps des rois maudits, exposition Paris, 1998.

45 Maurice Rey, Le domaine du roi et les finances extraordinaires sous Charles VI (1388-1413), Paris, 1965.

46 Xavier de La Selle, Le service des âmes à la cour : confesseurs et aumôniers des rois de France du XIIIe au XVe siècle, Paris, École des Chartes, 1995.

47 La Feuillie, Seine-Maritime, arr. Dieppe, c. Argueil. É. Lalou (dir), Sources d’histoire médiévale, IXe-milieu du XIVe siècle, Paris, Larousse, 1992, p. 232.

48 Françoise Autrand, Charles V le Sage, Paris, 1994, p. 779.

49 Karl Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris, l’an 1296, Goteborg, 1958 ; Le livre de la taille de Paris, l’an 1297, Göteborg, 1962. Livres de la taille de Philippe IV le Bel : base de données de l’institut de recherche et d’histoire des textes (dir. Caroline Bourlet).

50 Raymond Cazelles, Paris de la fin du règne de Philippe-Auguste à la mort de Charles V, 1223-1380, Paris, Association pour la publication d’une histoire de Paris, 1972.

51 Jacques Le Goff, « Saint Louis à table », La sociabilité à table. Commensalité et convivialité à travers les âges, Actes du colloque de Rouen, M. Aurell, O. Dumoulin, Fr. Thelamon (éds.), Rouen, 1992, p. 133-144.

52 É. Lalou, Essai, op. cit., p. 101. Quand on aura crié « au queux ! », les portiers « feront vuidier la court de toute maniere de gent estrange et cercheront par chambres, par jardins et par preaus », mettront les resquilleurs à la porte et veilleront à ce que de la nourriture « ne pain, ne vin, ne viande, ne autre chose » ne soit distraite et emportée à l’extérieur. Trois articles constituent le serment des huissiers et portiers. Les portiers doivent faire « vuider la court », les huissiers « feront vuidier la sale quand l’en aura crié “aus keus” ! »

53 « Les ordonnances de l’Hôtel des derniers Capétiens directs », Höfe und Hofordnungen..., op. cit., p. 91-102.

54 Franck Collard, Le crime de poison au Moyen Âge, Paris, PUF, 2003.

Auteur

Élisabeth Lalou est archiviste paléographe, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Rouen, directrice du GRHIS et ancienne sous directrice de l’institut de recherche et d’histoire des textes. Elle travaille sur le pouvoir royal sous les derniers Capétiens et notamment Philippe IV le Bel. Elle a publié plusieurs ouvrages sur les tablettes de cire médiévales dont : Les comptes sur tablettes de cire de Jean Sarrazin, chambellan de saint Louis. Tumhout, Brepols, 2003.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search