Version classiqueVersion mobile

Wilfrid Baumgartner

 | 
Olivier Feiertag

Conclusion générale

Texte intégral

1Dans la classique querelle des anciens et des modernes, où situer finalement Wilfrid Baumgartner, sa vie, son œuvre au xxe siècle ? Entre l’État et le marché, où replacer le grand commis, de la fin de la IIIe République aux débuts de la Ve République ? Entre les nécessaires protections de l’économie nationale et les pressantes dynamiques des marchés internationaux, comment s’est définie la politique du directeur du Trésor, du gouverneur de la Banque de France puis du ministre de l’Économie et des Finances ? Immenses questions qui, à vrai dire, sont et demeureront sans doute pour longtemps encore au cœur de l’écriture de l’histoire économique et sociale contemporaine. Au moment de conclure, il faut pourtant tâcher d’apporter, à partir du cas Baumgartner, quelques réponses à ces interrogations qui ont largement structuré l’entreprise biographique.

WILFRID BAUMGARTNER, À JAMAIS UN ENFANT DE LA « BELLE ÉPOQUE »

2La trajectoire de Wilfrid Baumgartner, comme de celle de la grande majorité des acteurs de l’histoire du xxe siècle nés avec ce siècle, est sans pareille, car elle intercale entre l’enfance et l’âge d’homme la rupture intime et universelle de la Grande Guerre. Cette singularité collective est bien celle de toute une génération, concept particulièrement opératoire ici pour tenter de comprendre le personnage, comme tant d’autres de cette histoire, au-delà de l’alternative rhétorique entre l’ancien et le moderne.

  • 1 Leçon inaugurale du cours de finances publiques aux Sciences politiques, 27 novembre 1946, AWB, 1B (...)
  • 2 Ibid., p. 21.

3Dans la mentalité de Wilfrid Baumgartner, la « Belle Époque » n’a ainsi pas cessé d’être omniprésente, au début comme à la fin. Elle constitue l’horizon nostalgique du cours qu’il prononçait en novembre 1946, dans cette même salle de l’École libre des sciences politiques, où il dispensait chaque année depuis quinze ans son cours de finances publiques, avec, à chaque rentrée, le sentiment du temps qui passe, du monde qui change et le poussait à cette mélancolie qu’il avouait alors sans fard à ses élèves et qu’il attribuait non sans élégance au retour de l’automne : « Le drame pour nous est évidemment que nous venons d’une période d’âge d’or, que sinon votre génération, du moins celle qui l’a précédée, a connu la douceur de vivre »1. Et au cœur même de cette époque heureuse et révolue, il y avait pour Baumgartner qui tendait alors une main involontaire à Jacques Rueff, l’ignorance de l’inflation, « le péché monétaire de l’occident ». « Le journal et le croissant, témoignait-il, ne coûtaient que cinq centimes en août 1914 »2.

  • 3 La littérature et la vie, doc. cité, p. 3.

4Plus d’une fois au cours de cette recherche, l’appartenance à une génération est apparue éclairante, or Wilfrid Baumgartner avait douze ans en août 1914, lorsque se produisit la fin d’un monde qui fut donc aussi le monde de son enfance : « J’ai hélas ! reçu en partage une mémoire assez implacable. Je me souviens de mon enfance ». Et d’évoquer une fois de plus l’éducation reçue avant la guerre, « les vieilles demoiselles, à l’ombre de Sainte Clotilde, où l’on forme les enfants à devenir plutôt des fourmis que des cigales »3. On a déjà dit toutes les réserves qu’à nos yeux suscite le recours à un type d’explication fondée sur les prétendus principes d’une psychologie inévitablement rudimentaire et aussi est-ce d’autre chose qu’il est question ici ; disons d’évaluer le rôle historique, pour reprendre les propres mots de Baumgartner, de « l’implacable mémoire » des acteurs de l’histoire. Et c’est pourquoi, au moment de tirer les conclusions de cette recherche, on soulignera d’abord l’attachement d’un homme qui dirigeait encore Rhône-Poulenc en 1973 au monde d’avant 1914 : la France de la stabilité monétaire de l’étalon-or, mais aussi celle de l’Empire colonial, des banquets radicaux, des rentiers, la France aussi des moissons, des vendanges et des villages.

  • 4 Les problèmes du crédit, conférence prononcée devant l’Union des industries textiles, le 16 décemb (...)
  • 5 Louis Franck, 697 ministres, op. cit., p. 126.

5C’est une autre constante mentale chez ce grand argentier, une préoccupation jamais démentie pour le rythme des travaux et des jours, une attention toujours anxieuse à « la clémence des saisons ». Le président du Crédit national le confessait en 1948 devant un auditoire à la mentalité collective assez voisine de la sienne, composé des adhérents de l’Union des industries textiles : « lorsque je me trouvais en Amérique, au début de 1947, en train de négocier un emprunt difficile et exposé à des remarques pas toujours très obligeantes, je disais : je crois que nous pouvons vous affirmer que la situation s’améliorera, et on me disait : faites-vous des réserves ? Je répondais : je fais la réserve de la récolte »4. Et c’était toujours cette même préoccupation que Louis Frank a raillée dans le portrait au vitriol qu’il a dressé du gouverneur de la Banque entre 1955 et 19585 : Cramois, le directeur-général du Crédit agricole, proche d’Henri Queuille et « dont toute la personne respirait le radicalisme d’autrefois » établissait régulièrement à l’occasion des séances du conseil général de la Banque, à la demande de Baumgartner, son diagnostic sur la production agricole « et ce diagnostic était toujours réservé […] les récoltes s’annonçaient bonnes mais les nuits anormalement froides d’avril et mai les avaient compromises et le pire était à craindre. » Sur ce, Pierre Martin, vigneron de son état, représentant au Conseil les intérêts du monde agricole, selon toujours les mémoires de l’ancien directeur des Prix, renchérissait, « poussait quelques gémissements et assurait qu’on n’avait jamais vu ça, ni dans le vignoble bordelais, ni dans les vergers de la vallée de la Garonne ». Alors « Baumgartner tirait à petits coups sur sa cigarette anglaise et disait “Messieurs, vous avez entendu l’exposé de Monsieur Cramois que je remercie. Donc : prudence, prudence !” » Au-delà de la satire, plaisante, il y a l’expression d’un trait dominant, l’indication précieuse d’un univers mental aux préoccupations bien différentes de celles des modernisateurs industrialistes, adeptes de la ville tentaculaire, de la planification modélisée et des premières autoroutes, bref, de la mentalité, bel et bien, de la génération « suivante ».

  • 6 Cf. Becker (Annette), Maurice Halbwachs, un intellectuel en guerres mondiales, 1914-1945, Paris, A (...)
  • 7 Cliché reproduit dans Jours de France du 26 janvier 1960.

6La réalité des « cadres sociaux de la mémoire », que Maurice Halbwachs mettait si nettement en évidence dès 19256, permet ainsi de dépasser largement le dilemme entre archaïsme et modernité. Les acteurs de l’histoire, à proprement parler, ne sont jamais archaïques, pas plus qu’ils ne sont modernes. Leur trajectoire, en revanche, résulte toujours d’une confrontation entre le cadre par essence persistant de leur mémoire et les ruptures des événements. La « mémoire » de Wilfrid Baumgartner, ce fut ainsi à jamais celle d’un enfant de la Belle Époque, tel qu’il apparaît sur un cliché de 1905, dans les allées ordonnées d’un jardin à la française, en robe et chaussettes blanches de la prime enfance encore, les mains sagement jointes sur la poitrine, un trop grand chapeau de paille coiffant la frange parfaite de ses cheveux blonds et un regard sérieux qui ne sourit pas tout à fait7. La « Belle Époque », en somme. Non pas tant, lorsque le mythe prend consistance au lendemain immédiat de la Grande Guerre, l’idée d’un retour souhaitable au statu quo ante que la claire conscience collective que quelque chose d’irréversible s’était produit, que du temps avait passé et que l’on ne reviendrait jamais en arrière. Les « événements » de 1905, de fait, « en avance » sur le cliché-souvenir, sont déjà, comme on le sait bien, ceux de tout le xxe siècle : le dimanche rouge de Saint-Petersbourg, la visite de Guillaume II à Tanger à bord du croiseur Panther, la prise de Port-Arthur par les Japonais, la séparation de l’Église et de l’État en France, les travaux d’Einstein sur la relativité restreinte et la composition par Manuel de Falla de La Vie Brève. Admettons donc que Wilfrid Baumgartner, ni ancien, ni moderne, a tout simplement été, sa vie durant, un homme de son temps, c’est-à-dire du xxe siècle. À ce titre, la position au sein de l’État du haut fonctionnaire qu’il est demeuré tout au long de sa longue carrière jette également une lumière particulière sur l’histoire de l’État dans la période. On a pu de la sorte contribuer à préciser les contenus mêmes de la modernité de l’époque, recourant notamment à la notion d’» économie d’endettement » qui d’une certaine manière synthétise et résume celle d’État moderne.

WILFRID BAUMGARTNER, UN HOMME DE L’ÉTAT MODERNE

7Ce n’était sans doute pas le moindre résultat espéré de l’approche biographique appliquée pour une fois au personnage d’un haut fonctionnaire de la période contemporaine que d’essayer de contribuer à la connaissance de l’État moderne pour la France du xxe siècle. Et d’abord celle des mécanismes par lesquels semble s’être opérée la montée de l’intervention de l’État dans l’économie et la société qui est l’un des grands traits communément admis de la période, de la Première Guerre mondiale au milieu des années 1980 au moins, en passant par les reconstructions successives de la Seconde Guerre mondiale.

8De ce point de vue aussi, la biographie du grand commis, expression consacrée, comporte plusieurs enseignements. Elle confirme d’abord la réalité de la croissance de l’État en France, comme dans toutes les autres sociétés industrialisées, des années 1930 aux années 1970. Toute la carrière de Wilfrid Baumgartner, dans le domaine de la sphère financière, en est l’illustration : installation rapide à compter des années 1930 de la direction du Trésor au centre du fonctionnement des marchés de l’argent, marché monétaire comme marché financier, position dominante qui dura au moins jusqu’aux réformes financières de structures du milieu des années 1980 ; extension de l’appareil financier de l’État qu’attestent bien la constitution du Crédit national dès la fin de la Première Guerre mondiale et sa montée en puissance à compter de 1936, mais aussi la nationalisation de la Banque de France entre 1936 et 1945, et également la nomination, sans précédent historique, du gouverneur de la Banque au portefeuille du ministère de l’Économie et des Finances, comme encore son « pantouflage » à la présidence de la première société industrielle privée, Rhône-Poulenc SA. Le tableau est depuis longtemps bien connu et la trajectoire du plus représentatif des inspecteurs des Finances du xxe siècle trouve pleinement à s’y inscrire. Cet itinéraire aux sommets de l’État, sa longévité aussi, donne finalement consistance à l’hypothèse qu’en France, c’est peut-être surtout par l’intermédiaire du système financier que l’intervention de l’État s’est développée, de préférence à d’autres modalités d’action plus immédiates ou plus directement économiques.

9En s’accroissant au cours du xxe siècle, l’État, toutefois, a semblé aussi remettre sans cesse en question ses limites, brouillant globalement la frontière qui dans les représentations collectives n’a cessé (et ne cesse) de l’opposer à son inverse supposé, le marché. L’analyse de l’action de Wilfrid Baumgartner dans chacune des fonctions financières qu’il a occupées, montre ainsi que dans le domaine du crédit et de la monnaie, la ligne de partage des eaux entre la finance publique et la finance privée au xxe siècle est difficilement repérable. Que ce soit à travers les mécanismes de crédit mis en œuvre, les obligations cautionnées ou le crédit à moyen terme mobilisable auxquels le nom de Baumgartner restera attaché pour l’histoire, qu’au travers de la réalité homogène des réseaux humains qui fondent, par exemple à la lumière du pantouflage des inspecteurs des Finances, le fonctionnement pratique des marchés de l’argent, ce qui frappe en dernière analyse, c’est bien l’homogénéité du système financier français dans la période. C’est l’un des apports signalé du concept d’économie d’endettement que de permettre de rendre compte de cette configuration englobante du système financier français, progressivement instituée des années 1930 aux années 1950 et atteignant son apogée au début des années 1970. L’État moderne, au xxe siècle, en France, a bien tendu à « encastrer » d’une certaine manière les marchés et leurs acteurs, au sens que ce terme revêt depuis Karl Polanyi pour le courant de la sociologie économique.

10Mais, à rebours, la biographie de Wilfrid Baumgartner et plus précisément l’analyse de l’histoire de son « réseau », conduisent à réévaluer l’unicité de l’État moderne, concept décidément par trop abstrait. Homme de relations, que toute son existence il a cultivées à la ville comme à la cour, Wilfrid Baumgartner a appartenu en effet à de multiples cercles, à l’inspection des Finances au premier chef qui, au moins dans les débuts, assura à d’incontestables mérites personnels le précieux marchepied d’une solidarité de corps. Mais, à la différence de la plupart des camarades moins glorieux de l’inspection, l’entourage du grand commis s’étendit très vite vers bien d’autres milieux, couvrant largement tout l’éventail des élites dirigeantes de la société française de la période. Pour autant, au rebours de robustes croyances, il est apparu, sous réserve de l’improbable invention de sources nouvelles, que la carrière du haut fonctionnaire, de la fin de la IIIe République aux débuts de la Ve République, n’offre pas d’exemple de ces collusions concertées entre l’intérêt de l’État et les intérêts privés dont une littérature abondante tout au long de la période a contribué à grossir le mythe.

  • 8 Cf. Hicks (John R.), The Crisis of Keynesian Economics…, op. cit.

11C’est que les intérêts de la classe dirigeante, dont l’unité elle-même est problématique, sont par essence multiples et très souvent divergents, quand ils ne s’opposent pas entre eux. Les relations, d’abord de clientèle, nouées dans les années trente entre le directeur du Mouvement des fonds et les banquiers, puis entre le gouverneur de l’Institut d’émission et les entreprises demandeuses de crédit, les liens difficiles entretenus avec son beau-père Ernest Mercier, mais tout autant les rapports établis entre le technicien et le personnel politique divers qu’il servit, autant d’illustrations de la trame complexe des intérêts croisés où s’est inscrite au coup par coup l’action du financier public. Il s’en dégage finalement l’idée que la notion d’intérêt propre de l’État, qui n’est certes pas nécessairement réductible à l’intérêt général, doit également être prise en compte, notamment sous l’angle des impératifs de sa trésorerie. Il peut du reste impliquer un conflit d’intérêts au sein même de l’appareil d’État, dont l’homogénéité, là encore, est loin d’être apparue totale : le Mouvement des fonds et la Caisse des dépôts avant 1936, le ministère des Finances et la banque d’émission, même après la nationalisation complète, ont pu par exemple poursuivre des buts différents, et distincts cependant des intérêts de la grande industrie ou des banques commerciales. Dans une période, communément caractérisée par l’intervention croissante de l’État dans la vie économique, la constatation de l’indéniable pluralité de l’État lui-même offre des perspectives d’analyse nouvelles, propre notamment à nourrir l’analyse qu’il reste largement à mener du grand mouvement de réforme économique et sociale entamée dans les années 1980 et poursuivie jusqu’à nos jours et dont la particularité est bien d’être, dans le cas français, originaire de l’État lui-même. Notons que dans cette perspective, la notion d’économie d’endettement se trouve enrichie, c’est-à-dire compliquée, par l’histoire : les mécanismes de l’endettement aboutissent sans doute à déterminer une forme de cohésion de l’ensemble du système financier, mais ils ne doivent pas masquer la réalité des rapports de forces – on a eu l’occasion de le souligner à plusieurs reprises au cours de cette recherche – qui trouvent à s’exprimer en son sein : entre prêteurs et emprunteurs, détenteurs d’argent au jour le jour et détenteurs d’épargne financière, mais aussi au sein des emprunteurs entre les emprunteurs organisés en groupes de pression à l’intérieur de l’État, comme les agriculteurs sous la Ve République, et les emprunteurs isolés. Et ces tensions, aussi bien, sont perceptibles entre les acteurs qui se trouvent placés au centre du système et ceux qui n’en bénéficient qu’à la périphérie et demandent à y entrer d’avantage. Cette réalité fortement conflictuelle amène à ne pas assimiler une économie d’endettement à une architecture parfaitement ordonnée et intangible. Elle met en question l’image souvent reprise d’un système financier français décrit dans bien des manuels comme « un jardin à la française ». Le caractère par nature instable d’une économie d’endettement était du reste parfaitement admis par John Hicks qui n’a jamais parlé que de formes d’économie d’endettement, diverses et variables dans le temps, non exclusives, en tout cas, d’autres formes d’organisation, relevant par exemple de logiques « d’auto-économie »8.

  • 9 Exposé d’Antoine Dupont-Fauville, directeur du CN, président de l’intergroupe « Financement de l’I (...)
  • 10 Perroux (François), « Les banques d’émission et l’État », Revue d’économie politique, 1945, vol. 1 (...)

12Situé d’une certaine manière, comme l’ont montré les études successives de son réseau, au centre géométrique de ces différentes logiques par nature conflictuelles, Wilfrid Baumgartner a bien été un homme de l’État moderne, garant de la cohésion d’ensemble du système. Son libéralisme foncier, en apparente contradiction avec son rôle historique dans l’institution d’une économie d’endettement en France, prend dans cette optique une signification possiblement autre. On formulera ici, au moment de conclure, l’hypothèse que cette apparente contradiction entre le discours et les pratiques gît au cœur même de l’édifice de l’économie d’endettement. Plus encore : qu’elle en est une des principales conditions de possibilité. C’est qu’en effet, toute économie d’endettement, pour reprendre les termes d’un débat qui vit intervenir au Conseil économique et social Wilfrid Baumgartner au soir de sa vie, est essentiellement marquée « par un déséquilibre volontaire » et correspond essentiellement pour une économie donnée à « une recherche de vitesse »9. En ce sens, comme le soulignait François Perroux dès 1944, elle est toujours « un pari sur l’avenir »10. Comme telle, une économie de crédit repose sur la justement fameuse « confiance », c’est-à-dire le sentiment largement diffusé dans la société que les engagements du jour seront honorés le lendemain ou même le surlendemain, que la signature, particulièrement celle de l’État, vaudra encore pour la génération suivante sur laquelle les mécanismes de l’endettement, par principe, reportent le dénouement de la « traite tirée sur l’avenir ». C’est ainsi que le discours public (c’est-à-dire à destination du public) libéral, rigoureux, austère dessine un ensemble de représentations dont l’importance, on le sait bien, est primordiale dans la détermination des comportements financiers. Ce discours récurent peut être analysé comme proprement constitutif d’une économie d’endettement en France au xxe siècle.

13Discours libéral et pratiques hétérodoxes apparaissent bien, dans cette optique, comme les deux faces d’une même réalité par nature instable : la création continue d’une économie de crédit, perpétuellement en quête des bases d’une confiance nécessaire à sa reconduction. C’est une clef qui permet de rendre compte de bien des évolutions de la politique économique en France des années 1920 aux années 1970 au moins. Elle place ainsi, on a essayé de le montrer, sous un jour nouveau le « libéralisme » affiché (mais le libéralisme ne l’est-il pas toujours ?) de Baumgartner et permet de comprendre que son action, tout au long de sa carrière aux sommets de l’administration financière, en fasse en même temps l’un des artisans principaux de la construction d’une économie d’endettement en France. Elle fournit aussi une clef pour analyser le rôle joué par le grand commis des Finances dans le domaine des relations financières internationales.

WILFRID BAUMGARTNER, UN FINANCIER PUBLIC FRANÇAIS

14Ce n’est véritablement qu’à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale que Wilfrid Baumgartner s’est trouvé placé de par ses fonctions, d’abord au titre du Crédit national, puis comme gouverneur de la Banque de France et enfin plus directement encore comme ministre de l’Économie et des Finances aux prises avec la gestion des finances extérieures de la France. À ces postes, il a sans conteste été l’un des acteurs importants de la reconstruction d’une architecture monétaire internationale après 1944, aussi bien dans le cadre nouveau du Fonds monétaire international à Washington que de l’Union européenne des paiements à Paris ou de la Banque des règlements internationaux à Bâle. Nous avons ainsi montré son implication décisive à l’occasion des négociations financières internationales auxquelles donna lieu, notamment avec les États-Unis et l’Allemagne, le difficile règlement de la grave crise des paiements extérieurs de la France en 1957-1958, comme au moment du retour généralisé à la convertibilité externe des principales monnaies européennes ou encore au cours des pourparlers qui aboutirent au tout début de 1962 à la signature des accords généraux d’emprunts, véritable acte de naissance d’une Europe monétaire.

15L’étude de l’action du financier public dans le champ des relations monétaire internationales a révélé combien le fonctionnement même des formes d’économie d’endettement qui ont pleinement prévalu en France à compter des années 1930 a impliqué une constante régulation, de type institutionnel, des rapports et des échanges entre le système financier national et les marchés internationaux de l’argent. Toute économie d’endettement, en ce sens, est par essence protectionniste. Les disparités entre systèmes financiers nationaux au xxe siècle ont dépendu dès lors de leur degré d’ouverture internationale et des formes d’économie d’endettement plus ou moins marquées qui les caractérisèrent à telle ou telle période de leur évolution. Sur ces bases, l’histoire des rapports entre le « dedans » des économies nationales et le « dehors » de la sphère des échanges internationaux n’a pu globalement se dérouler au xxe siècle que sur le mode de la conflictualité et du rapport de force international. C’est dans cette logique, on l’a vu, que Rist avait justifié la constitution du Fonds de stabilisation des changes en 1936. Plus généralement, l’histoire des mutations qu’a connues la Banque de France, comme toutes les autres banques centrales au même moment, à la jonction des systèmes financiers nationaux et des marchés internationaux, démontre tout autant que la politique monétaire extérieure de la France a fondamentalement correspondu à la gestion des interactions potentiellement déstabilisatrices entre la face interne et la face externe de la monnaie. La Banque de France, de ce point de vue, a agi avant tout comme un remarquable filtre.

  • 11 Rueff (Jacques), « L’Europe se fera par la monnaie ou ne se fera pas », Synthèse, 4e année, n° 45, (...)

16La réalité de la convergence des systèmes financiers nationaux qui a caractérisé l’histoire de la construction européenne depuis les années 1950 et jusqu’à nos jours est apparue ainsi sous un jour nouveau. Dans le cas de la France, comme on a tenté de le montrer, c’est principalement sous la contrainte internationale que le processus de sortie progressive de l’économie d’endettement s’est amorcé à compter de la fin des années 1950. Les conditions internationales de sortie de l’économie d’endettement dans le cadre de la construction européenne à compter des années 1980, qui restent toutefois largement à étudier, sembleraient pouvoir confirmer cette conclusion partielle. Ce n’est pas sans de bonnes raisons, semble-t-il, que Rueff, dès 1950, avait prévu que « l’Europe se fera[it] par la monnaie ou ne se fera[it] pas »11. Le rôle de Wilfrid Baumgartner, financier français, dans cette évolution de longue durée n’est donc pas contestable. A-t-il été pour autant décisif ?

LE PERSONNAGE, L’HISTOIRE ET LE POINT DE VUE DU BIOGRAPHE

  • 12 Braudel (Fernand), La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Lib (...)

17C’est à ce point que le problème de fond de l’explication de type biographique est placé en pleine lumière. L’ultime conclusion de la recherche pourrait bien être de fournir à l’épineuse question de l’inscription d’une histoire individuelle dans les structures globales de l’histoire économique et sociale, non certes une réponse, mais une pièce supplémentaire dans un débat méthodologique qui reste à bien des égards essentiel. Au terme de cette longue traversée du siècle, quelle a pu être la pesée de l’homme sur la marche à pas infiniment plus vastes des événements d’une époque bousculée ? C’est la question qu’à partir du postulat exactement inverse, à l’issue de son histoire de la Méditerranée et du monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Fernand Braudel s’est posée. À cette question, il avait répondu en définitive, comme l’on sait, en réaffirmant le primat de « l’histoire des structures » sur « l’histoire biographique »12. La carrière de Wilfrid Baumgartner n’a au bout du compte pas démontré autre chose : le lourd héritage humain et financier des ruptures de la Première Guerre mondiale, le poids non moins considérable de la grande dépression économique de l’entre-deux-guerres sur les politiques économiques mises en œuvre au Trésor, la forte contrainte extérieure qui pesa sur l’économie française des années 1930 aux années 1970, voilà quelques-unes des « forces profondes » qui furent le cadre véritable de la place occupée par Wilfrid Baumgartner et par bien d’autres dans le siècle. Ce sont bien là les ressorts puissants de son action seulement individuelle. Le grand homme pour l’histoire économique et sociale, en ce sens, n’existe pas. Qui en doutait ?

  • 13 Cf. Mayeur (Jean-Marie), « Compte rendu de la soutenance de thèse de Pierre Sorlin », Revue histor (...)

18Au terme de cette recherche, bien des questions naturellement demeurent sans réponse, bien des facettes du personnage restent dans l’ombre. De la biographie, il a été beaucoup question, moins du biographe lui-même, alors même que le problème des relations qui inévitablement s’établissent entre lui et son personnage constitue un thème de réflexion non dénué d’intérêt dans le champ de la critique littéraire ou même de l’histoire. On avait ainsi demandé à Pierre Sorlin, comme il est arrivé qu’on nous le demande parfois à nous aussi, s’il éprouvait une quelconque « sympathie » pour Waldeck-Rousseau auquel il venait de consacrer sa thèse13. La question n’est pas vraiment pertinente si l’on fait référence à l’acception courante de ce terme et semble entrer en contradiction avec les principes mêmes qui fondent et justifient toute recherche historique. Et puis, surtout, il nous faut bien le reconnaître : même après de si nombreuses années passées avec Wilfrid Baumgartner, et au terme de cette recherche, nous devons admettre que nous ne savons toujours pas qui a été Wilfrid Baumgartner.

  • 14 La littérature et la vie, doc. cité, p. 16.

19La question peut cependant revêtir un certain intérêt pour autant que l’on donne à la « sympathie » son sens fort et premier. Disons alors, en ce sens, que Wilfrid Baumgartner et son personnage peuvent en effet inspirer de la sympathie, tant la charge a été lourde, sa vie durant. Sa trajectoire a ainsi semblé atteindre son zénith à la fin des années 1950, dans le contexte à bien des égards radicalement nouveau de la Ve République qui a marqué le début du déclin du personnage. Cette évolution traduit aussi la fatigue véritable et l’usure d’un homme parvenu très tôt aux sommets de l’État et qui n’a cessé, toute son existence, d’être identifié à lui. Mais c’est aussi dans cette dernière période, qu’à plus d’un signe dans ses archives personnelles, se laisse apercevoir aussi son humanité, par-delà les ors et les marbres de ses fonctions toujours officielles. « Quand les gens d’un certain âge, avait coutume de dire en conclusion de bien de ses exposés Wilfrid Baumgartner citant Robert de Flers, commencent à dire tout s’en va, cela prouve simplement que tout continue. »14

Notes

1 Leçon inaugurale du cours de finances publiques aux Sciences politiques, 27 novembre 1946, AWB, 1BA 34, Dr1, p. 20.

2 Ibid., p. 21.

3 La littérature et la vie, doc. cité, p. 3.

4 Les problèmes du crédit, conférence prononcée devant l’Union des industries textiles, le 16 décembre 1948, AWB, 1BA34, Dr3, p. 8.

5 Louis Franck, 697 ministres, op. cit., p. 126.

6 Cf. Becker (Annette), Maurice Halbwachs, un intellectuel en guerres mondiales, 1914-1945, Paris, Agnès Viénot Éditions, 2003, p. 18-21.

7 Cliché reproduit dans Jours de France du 26 janvier 1960.

8 Cf. Hicks (John R.), The Crisis of Keynesian Economics…, op. cit.

9 Exposé d’Antoine Dupont-Fauville, directeur du CN, président de l’intergroupe « Financement de l’Industrie » au commissariat général au Plan, devant la section des finances du Conseil économique et social et intervention de Wilfrid Baumgartner, le 7 avril 1971, AWB, 4BA34.

10 Perroux (François), « Les banques d’émission et l’État », Revue d’économie politique, 1945, vol. 1/IV, p. 485.

11 Rueff (Jacques), « L’Europe se fera par la monnaie ou ne se fera pas », Synthèse, 4e année, n° 45, 1950, republié in L’âge de l’inflation, Paris, Payot, 1964, p. 123-129.

12 Braudel (Fernand), La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Librairie Armand Colin, 1966, seconde édition, t. 2, p. 512-514.

13 Cf. Mayeur (Jean-Marie), « Compte rendu de la soutenance de thèse de Pierre Sorlin », Revue historique, juillet-septembre 1967, p. 257.

14 La littérature et la vie, doc. cité, p. 16.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search