Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Wilfrid Baumgartner

 | 
Olivier Feiertag

Quatrième partie. Haut fonctionnaire des finances sous la Ve république (1958-1978) : les protections de l'économie d'endettement et la pression des marchés

Chapitre XIII. Le gouverneur au ministère des Finances : viscosité du système financier et de la société française (1959-1962)

Texte intégral

1Les structures et les mécanismes du système financier français avaient été largement tenus à l’écart de la volonté réformatrice qu’avait incarnée Jacques Rueff et qui avait abouti aux mesures d’assainissement de décembre 1958. Mais dès le début de 1959, à peine formé le premier gouvernement de la Ve République sous l’ardente autorité de Michel Debré, l’auteur de L’Ordre social reprenait son combat en faveur d’une réforme radicale de l’organisation des marchés de l’argent en France, condition sine qua non, selon lui, de la réussite complète du plan de 1958. Cette critique, au vrai assez circonstancielle, eut d’autant plus de retentissement qu’elle coïncida avec un net retournement des conditions du fonctionnement même du système financier en France : le mouvement de reflux des capitaux (130 millions de dollars en 1959) qui suivit immédiatement l’annonce des mesures de redressement, ajouté aux excédents grandissants de la balance courante (435 millions de dollars pour la balance commerciale et 190 millions pour la balance touristique rien que pour 1959) se traduisit par une augmentation des réserves du Fonds de stabilisation, acheteur unique des devises ainsi rapatriées, puisque aussi bien le contrôle des changes était maintenu. Mais ce mouvement entraînait par là même un accroissement à due proportion de la circulation en francs, donc de la liquidité d’ensemble de l’économie.

2Cette abondance inédite posait de fait sur des bases nouvelles le problème de la régulation monétaire par la banque d’émission. Demeuré en permanence étroitement en banque depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le système financier français à compter de 1959 se retrouvait donc soudain hors banque. Dans ce contexte, la remise en cause de l’organisation des marchés de l’argent se concentra sur trois griefs principaux : le mode d’alimentation du Trésor sur le marché monétaire et le marché financier, la cherté générale du crédit et la rigidité des conditions de banque, les outils de la politique monétaire de l’Institut d’émission. À travers ces trois questions, c’était bien une critique des bases mêmes de l’économie d’endettement édifiée en France depuis l’entre-deux-guerres au moins, qui était menée. La résistance dont fit alors preuve le système financier vis-à-vis de tout esprit de réforme traduit au moins autant la remarquable homogénéité des élites financières, publiques et privées confondues, que le souci politique de maintenir, par-delà le changement de régime politique et les convulsions de la décolonisation, la cohésion d’ensemble de la société française.

« POUR EUX, LA TECHNIQUE FINANCIÈRE, C’ÉTAIT L’ART D’EMPRUNTER »

3La campagne de Jacques Rueff en faveur d’une réforme en profondeur du système financier dans son ensemble débuta au lendemain immédiat de la formation du gouvernement Debré, le 8 janvier 1959, Antoine Pinay y conservant le portefeuille des Finances. Dès le 30 janvier, Rueff exposait au cours d’un déjeuner au nouveau Premier ministre et à son ministre des Finances que la réussite du plan qui venait d’être adopté dépendrait fondamentalement de la rapidité avec laquelle serait entreprise l’indispensable réforme en profondeur du système financier à même de permettre le financement « joyeux » des investissements productifs.

  • 1 Rueff (Jacques), De l’aube…, op. cit., p. 240-241.

« La réforme du 27 décembre, expliqua en effet Rueff dans son Autobiographie, tendait à une modification radicale de la gestion des finances françaises. Mais les hommes qui les géraient étaient ceux-là mêmes qui, au cours de la dernière décennie, s’étaient accoutumés au déficit et aux pratiques par lesquelles ils tentaient de le financer. Pour eux, la technique financière, c’était essentiellement l’art d’emprunter »1.

  • 2 Lettre de Rueff à Pinay du 4 février 1959, double dactyl., AWB, 2BA52, Dr7.
  • 3 Ibid., p. 243.
  • 4 Le Figaro du 7-8 mars 1959.

4Bon diagnostic, somme toute, d’une économie d’endettement ! Devant les réticences manifestées par Antoine Pinay, Rueff lui exposa dans une longue lettre datée du 4 février 1959 le contenu de la réforme qu’il avait en vue, « condition d’une relève de l’inflation par l’épargne »2. L’attaque a porté au premier chef contre les modalités d’alimentation de la trésorerie de l’État : en l’absence d’un marché monétaire qui soit véritablement un marché, le Trésor en était réduit en France à assurer ses besoins de financement au jour le jour en recourant sans répit au marché financier. De la sorte, les émissions du Trésor asséchaient le marché obligataire, y empêchant toute hausse des cours et toute baisse des taux puisqu’à aucun moment le marché des capitaux n’était caractérisé par une offre supérieure à la demande. Il était donc nécessaire de « laisser reposer le marché [financier] » et d’orienter dès lors les besoins du Trésor vers le marché monétaire. « Tous les autres pays financièrement évolués, insistait Rueff, trouv[aient] leurs ressources par émission, en faveur des banques, de bons du Trésor à trois mois »3. La France serait-elle le « seul pays civilisé » à n’y pas recourir ? Cette idée fut reprise d’une manière encore plus précise et polémique par Rueff dans un débat public organisé par Le Figaro au début de mars : « L’emprunt est un moyen barbare d’alimentation du Trésor. Le moyen des pays financièrement civilisés est le Bon du Trésor à trois mois escomptable pendant toute sa durée d’existence »4.

  • 5 Lettre de Saltes à Rueff du 9 mars 1959, AWB, 2BA52, Dr7.
  • 6 Ibid., p. 3.
  • 7 Aymard (Philippe), La Banque et l’État, la politique économique et l’évolution des techniques banca (...)

5La réforme suggérée par Rueff, en apparence seulement technique, touchait en fait d’emblée au cœur du fonctionnement de l’ensemble du système financier, impliquant dans une même critique ses trois pôles principaux : le Trésor, les banques et l’Institut d’émission. La Banque de France ne s’y trompa d’ailleurs pas qui réagit immédiatement et, par l’intermédiaire de son premier sous-gouverneur, ferrailla dès lors longuement avec Rueff sur cette question. Ainsi dès le 9 mars, Saltes lui écrivait : « Cher ami, dans le compte-rendu que publie Le Figaro du débat auquel tu as participé, certains de tes propos m’ont passablement surpris »5. Et retournant en quelque sorte l’argument, Saltes s’efforça de démontrer que le bon à trois mois, réescomptable à la Banque le jour même de sa création, revenait à financer l’inflation. Il participait donc tout autant, selon lui, du système « déplorable » mis en place « au cours de ces dix dernières années » et que le comité Rueff avait précisément cherché à supprimer6. Le mécanisme principal de souscription des bons du Trésor par le système bancaire toujours en vigueur à la fin des années 1950 avait en fait été fixé, on l’a dit, en 1948 avec l’instauration des planchers d’effets publics7. Dans la pratique, les « planchers » étaient devenus des « plafonds » : par le mécanisme des bons en compte courant créés en 1945, le quota de chaque banque était en effet alimenté et complété de manière à respecter les proportions réglementaires, de façon automatique, par simple jeu dans les écritures de la Banque de France. L’émission des bons du Trésor, pour l’essentiel d’une durée de deux ans, s’effectuait donc « à robinet ouvert », à taux fixés par le Trésor et elle avait de fait abouti à figer ne varietur la répartition des quotas d’effets publics souscrits par chaque banque en fonction d’une hiérarchie déterminée une fois pour toutes, sur la base de la situation relative de chaque banque au moment de la fixation des planchers en 1948. C’était en effet tout le contraire d’un marché. Cette configuration, codifiée certes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, s’inscrivait en fait dans la continuité, comme nous avons tenté de le montrer, de l’organisation des marchés de l’argent progressivement mise en place en France durant l’entre-deux-guerres.

6Là-contre, le modèle pour Rueff, à la fin des années 1950 comme déjà dans l’entre-deux-guerres, était le marché monétaire anglais, comme il l’exposa à Saltes au lendemain d’un déjeuner qui les avait réunis le 13 mars, à l’initiative de Pinay, et auquel assistait aussi le directeur du Trésor, Schweitzer.

  • 8 Lettre de Rueff à Saltes du 18 mars 1957, AWB, 2BA52, Dr7.

« La Banque d’Angleterre et la Trésorerie britannique, expliquait Rueff, s’attachent à n’emprunter que le jour où elles doivent dépenser. Elles peuvent le faire, car elles disposent d’un mécanisme de précision – l’adjudication de Bons du Trésor – qui leur donne la certitude d’obtenir à l’heure voulue les fonds qu’elles désirent emprunter »8.

  • 9 Rueff (Jacques), « Le mécanisme de l’escompte et le taux des bons de la Défense nationale », Revue (...)

7L’introduction en France de ce mécanisme de vente aux enchères aboutirait enfin à en faire un marché véritable, restituant aux taux d’intérêt leur pouvoir régulateur et mettant fin à la « mauvaise hiérarchie des taux » qui caractérisait alors, selon Rueff, comme déjà à la veille de la stabilisation Poincaré9, le marché monétaire français. La hausse du taux de l’escompte décidée par la Banque de France en 1957 avait en effet abouti à faire passer le taux des bons du Trésor bien « en dessous » du taux d’escompte, comme l’avait souligné Jean-Marcel Jeanneney devant ses étudiants de la faculté de droit de Paris au début de 1958 :

  • 10 Jeanneney (Jean-Marcel), Cours d’économie financière, DES, 1957-58, Paris, Les Cours de droit, 1958 (...)

« Ce qui est remarquable, c’est que dans la structure actuelle des taux du marché monétaire, le taux officiel de l’escompte [...] qui est de 5 %, est très sensiblement au-dessus du taux d’intérêt versé par le Trésor aux souscripteurs de bons du Trésor (3,5 % pour deux ans pour les bons en compte courant) »10.

  • 11 Ibid., p. 121.

8L’une des raisons de cette rigidité, comme l’expliquait sans détour Jean-Marcel Jeanneney, était qu’une élévation des taux fixés par le Trésor pour ses titres lui eût coûté trop cher, vu le volume considérable des bons en circulation, soit un montant de 2 500 milliards de francs environ à cette date. Une augmentation de deux points, avait-il calculé, aurait ainsi coûté au Trésor quelque 50 milliards par an, soit, en supposant que le produit d’une émission de bons à ce taux majoré lui ait rapporté 200 milliards, un taux marginal pour l’opération de 25 % seulement11.

  • 12 Lettre de Saltes à Rueff du 21 avril 1959, AWB, 2BA52, Dr7.

9L’argument était repris par Saltes qui opposait à la nécessité défendue par Rueff de rendre au mécanisme des taux sa liberté, le fait que « chaque point de hausse du taux des Bons représent[ait] une dépense d’environ 17 milliards, pour les seuls effets en compte courant, et de 28 milliards pour l’ensemble de la dette à court terme »12. Il y avait là, sans conteste, un élément qui pouvait expliquer les réticences des hauts fonctionnaires du Trésor à réformer le cadre légal qui réglait la souscription de ses valeurs par le système bancaire. Une économie d’endettement tend ainsi à se perpétuer en raison de la vitesse acquise, par l’effet simplement cumulatif lié au volume de la dette au-delà d’un certain seuil. Mais une seconde raison, comme l’avait aperçu Rueff lui-même, tenait au souci des banques, et particulièrement aux quatre plus grandes d’entre elles, de ne pas risquer de voir modifier, sous l’effet du principe de concurrence qu’impliquait le retour à la liberté des taux, la hiérarchie des souscripteurs établie par le mécanisme des planchers.

LES STRATÉGIES DU SYSTÈME BANCAIRE : RISQUES ET SÉCURITÉ

  • 13 Lettre de Rueff à Pinay du 18 mai 1959, publiée in Rueff (Jacques), De l’aube…, op. cit., p. 244-24 (...)
  • 14 Ibid., p. 245.
  • 15 « Note sur quelques réformes indispensables », note de Rueff à Pinay du 10 juin 1959, 11 p. dactyl. (...)

10À travers la remise en cause des modalités d’alimentation du Trésor sur les marchés de l’argent, c’était bien les banques qui étaient visées par Rueff. Sa critique de l’organisation du système bancaire français, relayant son offensive contre le Trésor, se développa tous azimuts à partir du mois de mai 1959. Le 18 mai, dans une nouvelle lettre à Pinay, il mettait ainsi pour la première fois explicitement en cause les rigidités qui résultaient selon lui des structures mêmes de la profession bancaire toujours soumise à la fin des années 1950 – il écrivait l’avoir alors découvert « avec stupeur » – à la loi de Vichy du 13 juin 194113. C’était toujours dans ce cadre légal issu de la période de l’Occupation, le Conseil national du crédit ayant simplement succédé en 1945 au comité permanent d’organisation des banques, qu’étaient, notamment, déterminées les conditions de banque et les taux minima du marché monétaire : « Comme si nous voulions à tout prix, par l’exclusion de la concurrence, nous défendre contre la baisse des taux d’intérêt que par ailleurs nous cherchons à provoquer »14. La cause, dès lors, semblait entendue. Il en exposa plus précisément les attendus dans une longue note sur quelques réformes indispensables remise à Antoine Pinay le 10 juin : « L’assainissement, financier, écrivait-il, est loin d’être terminé ». Les mesures de décembre 1958 avaient simplement créé « une plate-forme de stabilité » propre à servir de base aux « réformes permanentes » qui devaient intervenir sans délai, car « l’esprit de revendication, un instant atténué, réapparai[ssait] dans de vastes secteurs de la Nation ». Seule une réforme en profondeur de « toute la structure de notre politique de crédit » permettrait de relancer l’investissement et de démontrer ainsi aux Français « que l’assainissement financier n’a pas sacrifié l’activité économique, donc le bien-être, à la monnaie »15. Il est frappant de constater combien décidément la logique de Rueff à la fin des années 1950 anticipait, avec près de trente ans d’avance, le chômage de masse en moins, sur les arguments de cette autre réforme globale, aboutie celle-là, qui enclencha à partir du milieu des années 1980 la déréglementation du système financier français. Rueff, en 1959, ne réclamait d’ailleurs rien d’autre : la cherté du crédit qui s’opposait à la reprise de l’expansion s’expliquait bien, selon lui,

  • 16 Ibid., p. 6.

« par l’état de quasi-monopole que le Conseil National du Crédit – créé, avait-on dit, pour mettre les banques au service de la France – a institué dans l’industrie bancaire [...]. Ainsi nous avons bouleversé la France pour provoquer la baisse des taux d’intérêt et cependant nous continuons à l’interdire [...]. Je connais peu de domaine où des lois contre le cartel ou la coalition seraient plus indispensables »16.

  • 17 Le Journal du Dimanche du 21 juin 1959.

11Quelques jours après, changeant de registre à l’occasion d’un entretien qu’il accorda à Roger Priouret pour les lecteurs du Journal du Dimanche, il résumait ses conclusions en une formule plus ramassée encore : « Ce que je réclame du gouvernement, ce qui est la condition de l’expansion véhémente et joyeuse, c’est que l’on se décide à briser le cartel des banques qui maintient l’argent cher »17. Cette fois, l’offensive de Rueff, qui renouait avec un thème profondément ancré dans la mentalité de la société française et qui d’ailleurs jusqu’à nos jours n’a pas cessé de renaître périodiquement, ne resta pas alors sans retentissement au plus haut sommet de l’État.

12La question de la cherté de l’argent constitua l’une des préoccupations affichées du gouvernement de Michel Debré durant le second semestre de 1959. C’est que, passant par-dessus le ministre des Finances, Rueff avait pris l’initiative à la fin du mois d’août d’en appeler directement au général de Gaulle :

  • 18 Lettre de Rueff au général de Gaulle du 20 août 1959, copie.

« Mon Général,
Si je prends la liberté de m’adresser à vous, personnellement, c’est parce qu’il me paraît indispensable que vous acceptiez de vous pencher à nouveau, personnellement, sur le problème économique français. Ce n’est pas que les réformes de fin décembre aient été mal appliquées. [...] Mais leur objet a été entièrement perdu de vue. [...] Pour nous l’assainissement financier devait fournir le fondement d’une action réformatrice propre à extirper de notre économie, dans tous les domaines, les pratiques malthusiennes [...]. La principale de ces pratiques est d’ordre financier. Depuis un demi-siècle, la France est un pays d’argent cher ».18

13Nulle part ailleurs que dans ce texte n’apparaît aussi explicitement la volonté de réformer le système financier français qui fut celle de Jacques Rueff à la fin des années 1950 et au début encore des années 1960, au moins jusqu’à son Discours sur le Crédit de décembre 1961. Il y a bien eu alors une première tentative pour sortir de l’économie d’endettement. Cette volonté s’est habilement appuyée dans le cadre de la mutation du régime politique sur la personnification du pouvoir exécutif qui était au cœur de la Ve République, non sans effets, au moins dans un premier temps. Dès le 23 août, en effet, Michel Debré écrivait au gouverneur de la Banque de France :

  • 19 Lettre de Michel Debré à Wilfrid Baumgartner du 23 août 1959, Archives Michel Debré (AMD), 2DE21.

« Il me semble indispensable d’accomplir aussi tôt que possible une étape supplémentaire dans le domaine du crédit. Je crois, à beaucoup d’égards, qu’il est indispensable que ce soit vous qui en parliez [...] au Ministre des Finances. On ne comprendrait pas, me semble-t-il, l’effort budgétaire et la diminution de la pression du Trésor sur le marché financier s’il n’y avait, en même temps, une moins grande cherté du crédit »19.

14Dans le même courrier, le Premier ministre évoquait aussi, pris de la même passion réformatrice, son intention de rationaliser les structures bancaires françaises en supprimant une des quatre banques nationalisées et en fusionnant le sous-comptoir des Entrepreneurs avec le Crédit foncier. À Antoine Pinay directement, Michel Debré précisa quelques jours plus tard, pour faire bonne mesure, ses projets en la matière :

  • 20 Lettre de Michel Debré à Antoine Pinay du 29 août 1959, AMD, 2DE21.

« J’ai écrit au Gouverneur de la Banque en lui disant qu’il me semblait de son devoir de vous proposer de nouvelles mesures en matière de crédit. Monsieur Baumgartner est donc avisé des préoccupations gouvernementales sur ce point. [...] Je crois ensuite que nous pourrions reprendre le conclusions d’une conversation que nous avons eue ensemble il y a quelque temps et demander au Gouverneur de la Banque s’il ne peut pas, en ce qui concerne les commissions des banques, prendre la décision de principe de supprimer les taux minima [...], la décision de supprimer les taux minima est probablement un acte que nous devons décider et que vous devez notifier au Gouverneur de la Banque »20.

  • 21 Compte-rendu de la réunion du 4 septembre 1959 par H. Fournier daté du 7 septembre 1959, 2 p. dacty (...)
  • 22 Ibid., p. 2.

15Autre temps, autres mœurs. La rupture avec le mode de décision politique qui avait prévalu sous la IVe République était consommée. Le magistère du gouverneur de la Banque de France ne pouvait pas ne pas s’en trouver affecté. Wilfrid Baumgartner, de fait, répondit sans tarder à l’injonction du pouvoir exécutif. Dès le 4 septembre, il réunit sa garde rapprochée : outre Saltes et Calvet, prirent également part à la réunion Pérouse et Henri Fournier, son directeur général des Études et du Crédit. Évoquant d’emblée la missive du Premier ministre, le gouverneur exposa que de son point de vue la question du coût du crédit et des conditions de banque constituait à de multiples égards « un problème difficile » : en effet, expliquait-il, « la liberté totale (des conditions débitrices et des conditions créditrices) se heurterait presque certainement à l’opposition du Trésor, en raison du trouble que la liberté de rémunération des comptes créditeurs apporterait dans le placement des bons du Trésor »21. Quant à ne supprimer, comme le suggérait Michel Debré, que les seules conditions débitrices, poursuivait Baumgartner, « ce serait la loi de la jungle, qui risquerait de conduire à des aventures et de mettre rapidement en difficulté un certain nombre de banques ». Et Saltes d’abonder en ce sens : « La liberté, glissa-t-il, n’est concevable que si toute banque en difficulté est désormais abandonnée à son sort. Sinon mieux vaut y renoncer »22. Mais demanda alors non sans sincérité le gouverneur, « si l’on écarte la solution de la jungle, que peut-on faire ? » Dans l’immédiat, il fut décidé de mettre à l’étude cette question de façon approfondie, notamment en regard de la situation qui prévalait dans d’autres pays. Réaction, au vrai, assez traditionnelle à la Banque de France depuis sa fondation chaque fois qu’une réforme de quelque ampleur devait être introduite. Mais, au-delà de la pesanteur qu’elle révèle, l’enquête diligentée au sein de la Banque de France donna lieu néanmoins à une autopsie assez complète du système bancaire français à un moment décisif de son histoire.

  • 23 Bouvier (Jean) et alii, « Système bancaire et inflation au xxe siècle », Recherches et travaux, bul (...)
  • 24 Ibid., n° 7, p. 21.
  • 25 Guillaumont-Jeanneney (Sylviane), Politique monétaire et croissance économique en France, op. cit., (...)
  • 26 Sicsic (Pierre) et Wyplovz (Charles), « France, 1945-92 », in Crafts (Nicholas) et Toniolo (Gianni) (...)
  • 27 « Comment éviter la récession ? », débat Aux Quatre Coins de l’Opinion, Le Figaro, 7-8 mars 1959.

16Considérée en longue durée, depuis la révolution bancaire de la seconde moitié du xixe siècle et jusqu’à la fin du xxe siècle, l’évolution des banques françaises, saisie à travers le mouvement de ses bilans en volume telle qu’elle a été reconstituée sous la direction de Jean Bouvier23, apparaît marquée par deux inflexions majeures : la première, presque immédiatement perçue par les contemporains et la plus souvent mise en évidence depuis, a sans conteste correspondu au déclenchement de la Première Guerre mondiale. La seconde, passée plus inaperçue et demeurée relativement moins commentée, correspond à peu près au milieu des années 1950. C’est alors seulement, entre 1953 et 1956, que le volume des bilans bancaires retrouvait une nouvelle fois son niveau de 1913, après la première phase de récupération des années 1920, aussitôt interrompue par la crise des années 1930. La récupération du milieu des années 1950 s’avéra plus durable : elle fut suivie d’une croissance rapide et désormais régulière des bilans bancaires, marquée seulement à partir de 1970 d’un emballement manifeste24. L’évolution du bilan du Crédit lyonnais illustre parfaitement cette tendance générale : après avoir retrouvé une première fois, en 1931 seulement, son niveau de 1913, ce n’est qu’à partir de 1954 qu’il enregistra une croissance continue et rapide, puisqu’il fut multiplié par 6 entre 1954 et 1970. Sans revenir ici à la question déjà souvent débattue et demeurée ouverte des liens ayant pu exister entre cette croissance des banques et la croissance exactement corrélative de l’économie, il faut néanmoins souligner, pour s’en tenir au système financier, que c’est également à partir du milieu des années 1950, comme on le sait et pour autant qu’on puisse être sûr des données disponibles, que s’affirme dès lors résolument et de manière croissante la progression de l’intermédiation financière au détriment des autres formes de financement de l’économie, l’autofinancement et le recours au marché financier25. La tendance à l’orientation de plus en plus bancaire de l’économie française à partir du milieu des années 1950 ne fait donc aucun doute. C’est l’une des manifestations du renforcement continu de l’économie d’endettement en France sous la IVe République. La montée structurelle de la part du crédit bancaire a-t-elle pour autant été synonyme d’argent cher, comme cela a été affirmé de multiples côtés en 1959 ? La question est importante. Elle revient à se demander si la montée de l’intermédiation financière, d’une certaine manière, n’a pas constitué un frein à la croissance économique, déjà forte sans doute dans la période, mais dont il est loisible de penser qu’elle aurait été encore plus soutenue si elle avait été majoritairement autofinancée ou financée par la Bourse. L’argument relève certes de l’histoire contre factuelle, mais c’est, par exemple, un argument du même ordre qui a pu être employé pour juger des effets économiques de la planification française durant les Trente Glorieuses26. L’argument d’une économie française bridée par ses banques renvoie, en outre, à la perception de bien des contemporains de cette époque. Ainsi du jeune secrétaire général de l’UNR, Albin Chalandon, qui déclarait alors au cours d’un débat public à l’intention du non moins juvénile secrétaire d’État aux Finances, Valéry Giscard d’Estaing : « L’argent cher tient à notre organisation bancaire qui est particulièrement sclérosée ». « Sur cette sclérose, d’accord, lui répondit Valéry Giscard d’Estaing, mais vous avez vu que nous nous y attaquons. [Cependant] nous sommes fort peu aidées dans cette tâche par les habitudes des professionnels, des banquiers. Tout le monde, y compris, eux-mêmes, s’est installé dans le cycle de l’inflation, donc de l’argent cher, donc du taux d’intérêt qui est contre le risque de la dévaluation »27. Au-delà des représentations et des partis pris, passés et actuels, qu’en était-il vraiment ?

  • 28 Aymard (Philippe), La banque et l’État…, op. cit., p. 104-105.

17Il est difficile d’estimer avec quelque certitude le coût du crédit bancaire en France dans les années 1950. Cette difficulté tient d’une part à la multiplicité des formes de crédit bancaire, d’autre part au fait que les intérêts débiteurs pratiqués par les banques étaient soumis à des minima édictés sous l’égide du CNC, mais non à des maxima. Seuls les intérêts créditeurs étaient à l’inverse affectés de maxima. On peut toutefois se fonder, en première approximation, sur les séries établies par la Banque de France indiquant de manière homogène et continue pour les années 1950 l’évolution des coûts de base (taux administrés + commissions bancaires minima) du crédit bancaire (cf. figures n° 37 et n° 38). Les données rassemblées par la Banque de France fournissent une indication passable de l’évolution tendancielle du coût du crédit bancaire en France dans la période. En effet, les différents taux de mobilisation de l’Institut d’émission, pour les crédits à court comme à moyen terme, peuvent véritablement être considérés comme des taux directeurs dans la mesure où, on l’a dit, le système bancaire est demeuré structurellement endetté auprès de la Banque de France jusqu’en 1959. Le « contact » ainsi établi entre les autorités monétaires et les banques commerciales fondait la cohérence d’ensemble du coût des crédits, à la hausse comme à la baisse. De ce point de vue, il n’est pas certain que la validité du postulat selon lequel l’argent rare inévitablement serait de l’argent cher soit pleinement fondée28. La fonction directrice des taux administrés s’est trouvée, en outre, confirmée par la fixité des conditions de banque minima, demeurées quasi inchangées dans la période. Ainsi de la commission d’endos demeurée fixée ne varietur par le CNC à 0,60 % entre janvier 1948 et février 1959. Dans ces conditions, la tendance majeure, au vu des données collectées par le service des banques et établissements financiers de la Banque, est bien la faible élasticité des prix de base de l’argent entre 1949 et 1959, particulièrement vis-à-vis de l’évolution du taux d’inflation. Compte tenu des rythmes de la hausse des prix dans la période, cette viscosité du coût de base du crédit a globalement donné lieu, tendanciellement, à des taux d’intérêt réels plus souvent négatifs que positifs. C’est un premier élément qui peut amener à tempérer le thème de la cherté du crédit en France. Un autre élément à prendre en compte tient au poids relatif des différentes formes de crédit à l’actif des banques.

Figure n° 37. L’évolution du coût de base des crédits à court terme en France (1949-1959)

Figure n° 37. L’évolution du coût de base des crédits à court terme en France (1949-1959)

Sources : Tableaux de la direction du service des Banques et des Établissements financiers de la Banque de France, juin 1959, AWB, 2BA53, Dr6. Les taux annuels d’évolution des prix de détails proviennent de Patat (Jean-Pierre) et Lutfalla (Michel), Histoire monétaire de la France au xxe siècle, op. cit., p. 120, 140, 152 et 162.

Figure n° 38. L’évolution du coût de base des crédits à moyen terme en France (1949-1959)

Figure n° 38. L’évolution du coût de base des crédits à moyen terme en France (1949-1959)

Sources : Ibid.

18La notion globale de coût du crédit est par définition une abstraction. Elle résulte le plus souvent d’une simple moyenne entre le coût des différentes formes de crédits. En réalité, il conviendrait d’introduire une pondération reflétant la part effective des différents types de crédit dans les emplois des banques. C’est l’argument qui a été exposé par la Société générale et le Crédit lyonnais en 1959, fondant leur calcul du coût moyen du crédit bancaire sur la pondération suivante.

Tableau n° 11. Répartition des différents types de crédits distribués par les banques inscrites en 1959

Tableau n° 11. Répartition des différents types de crédits distribués par les banques inscrites en 1959

Source : « Comparaison entre les taux réels des crédits bancaires en France et à l’étranger », note de la Société générale, septembre 1959, 10 p. dactyl. ; « Distribution et coût du crédit en France et à l’étranger », note du Crédit lyonnais, septembre 1959, 5 p. dactyl., AWB, 2BA55, Dr5.

  • 29 Sayers (Richard S.), Banking in Western Europe, Oxford, Clarendon Press, 1962, passim.
  • 30 Selon Jacques Desazars de Montgailhard, alors directeur de l’Union européenne industrielle et finan (...)
  • 31 Feiertag (Olivier), « Les banques d’émission et la croissance économique en Europe (1945-1973) », a (...)

19La structure par types crédits dans les emplois bancaires était donc toujours caractérisée, dans la période, par la nette prédominance du crédit commercial à court terme. C’est une spécificité française qui constitue d’une certaine manière un héritage de la doctrine Germain. L’escompte, par comparaison, était alors pratiquement inexistant aux États-Unis et très réduit en Grande-Bretagne et en Suisse. Il était toutefois demeuré plus important en Allemagne, en Belgique et en Italie, mais il y était assorti de conditions plus onéreuses qu’en France29. La nette prédominance de l’escompte commercial à l’actif des banques françaises a constitué indubitablement un facteur structurel de modération du prix global du crédit dans la mesure où son coût était le plus faible en raison de la grande liquidité d’un engagement rendu quasiment sans risque par l’accès automatique, dans la limite purement quantitative des plafonds, au réescompte de la banque d’émission. La prépondérance de l’escompte allait de pair avec la part réduite du financement par découverts en France, soit environ 15 % du total des crédits bancaires à la fin des années 1950 contre 60 % en Allemagne. Or, le découvert où le risque pour la banque était le plus grand, constituait aussi assurément le type de crédit le plus cher30. La faiblesse relative de son rôle en France a donc également été un facteur de modération du coût global du crédit. D’autant plus que sa croissance s’est trouvée de fait limitée par cette autre spécificité du système de crédit français qu’ont été, dans toute la période, les crédits à moyen terme mobilisables dont le coût, à la fois en raison de sa parfaite liquidité et des bonifications qui lui étaient accordées, a toujours été très inférieur à celui des découverts31. L’évolution du taux des crédits à moyen terme à l’exportation, systématiquement maintenu à un faible niveau pour des motifs dictés par l’évolution de la balance des paiements, l’illustre particulièrement bien. Les freins qui pesaient à la hausse du coût du crédit étaient donc structurellement nombreux. Les coûts « moyens » indiqués par les banques elles-mêmes à la demande de la Banque de France confirment assez bien cette modération, notamment dans une perspective internationale.

Tableau n° 12. Coûts moyens des crédits bancaires en 1959

Tableau n° 12. Coûts moyens des crédits bancaires en 1959

Source : Ibid.

  • 32 « Comparaison entre les taux réels des crédits bancaires en France… », doc. cité, p. 2.
  • 33 « Note sur quelques réformes indispensables », doc. cité, p. 6.
  • 34 Cauboué (Pierre), Monnaie, crédit, banque, Paris, Delmas et Cie, 1957, p. 99
  • 35 Un siècle d’économie française, 1863-1963, livre du centenaire du Crédit lyonnais, Crédit lyonnais, (...)

20Ces coûts moyens sont ceux que les deux banques estimaient appliquer à une entreprise « moyenne », au chiffre d’affaires d’environ 500 millions de francs et dont la situation de trésorerie lui permettait « l’utilisation modérée des facilités de crédit ouverte »32. Ils confirment que les taux « moyens » pratiqués étaient globalement proches des taux minima établis par la Banque de France. Bien entendu, des taux plus élevés ont aussi été pratiqués. Rueff pouvait ainsi exposer à Pinay, à l’appui de ses dires, le cas « d’une avance à trois mois consenties par une banque nationalisée et qui [avait] coûté à l’emprunteur environ 15 % »33. C’est que comme l’expliquait alors ce bon praticien de la banque qu’était Pierre Cauboué, le montant total des commissions appliquées à une opération de crédit était toujours, dans les années 1950, « supposé représenter les frais de renseignement » ainsi « qu’une prime d’assurance pour le risque couru par la banque »34. La modération des taux « moyens » déclarés par les banques renvoie ainsi fondamentalement à la sécurité globale des opérations de crédit dans la période. « Grâce à une conjoncture très favorable depuis plusieurs années, reconnaissait ainsi le directeur des Études financières du Crédit lyonnais, Maurice Mogenet, en 1963, le risque inhérent aux opérations de crédit s’est rarement matérialisé par des pertes effectives »35. Le développement des crédits à moyen terme mobilisables, dont la sécurité était totale, puisqu’ils sont même demeurés la plupart du temps hors des plafonds édictés par l’Institut d’émission, en fournit la meilleure illustration. À ce facteur déjà déterminant pour le coût du crédit, s’est ajouté en outre l’impact de cette transformation majeure de la banque à compter des années 1950, d’ailleurs étroitement liée à la sécurité du système du fait de l’extrême division des risques qu’elle entraîne : l’entrée dans l’âge de la massification des opérations de crédit bancaire. Jacques Ferronnière, le directeur général de la Société générale depuis 1956, avait parfaitement mis cette évolution en évidence au début des années 1960 :

  • 36 Ferronnière (Jacques), « Le développement des services rendus au public », Société générale, 1864-1 (...)

« Avec l’extension des crédits de toute nature, les banques ont dû adopter des méthodes qui eussent paru folles à nos dirigeants de 1900. [...] La fameuse tenue détaillée des risques, leur pointage et leur ajustage mensuels entre les agences et le siège ont disparu [...]. Conséquence de la production de masse, l’escompte de masse veut à son tour des taux uniformes, égaux pour tous : la machine comme les mœurs exigent le nivellement. »36

21Le mouvement de bancarisation, inséparable de la démocratisation du crédit, a contribué ainsi sans nul doute par effet de masse, directement relié à la mécanisation et à la rationalisation de l’« industrie » bancaire, à l’abaissement du coût moyen du crédit sur la base d’une standardisation des risques.

  • 37 « Comparaison entre les taux réels des crédits bancaires en France et à l’étranger », doc. cité, p. (...)
  • 38 Bonin (Hubert), L’argent en France depuis 1880, banquiers, financiers, épargnants, Paris, Masson, 1 (...)

22C’est dire, au vu de ces éléments d’appréciation convergents, que la cherté supposée globale du crédit en France dans les années 1950 est loin d’être assurée. Les éléments de comparaison internationale calculés par la Banque de France ou par les banques elles-mêmes aboutissent même plutôt à mettre en évidence la position intermédiaire qu’aurait occupée la France pour le coût moyen du crédit bancaire, plus élevé qu’en Suisse, mais sensiblement au même niveau que les coûts moyens belges et britanniques et même inférieurs aux taux allemands et américains37. Face à la viscosité globale des taux, à la hausse comme à la baisse, caractéristique d’un système bancaire structurellement endetté auprès de la banque d’émission et où les phénomènes d’entente l’emportent sur les situations de concurrence, l’adaptation des banques françaises à l’inflation ne pouvait que difficilement passer par une action sur les prix du crédit, domaine où leur marge de manœuvre, pour toutes les raisons qu’on a tenté de mettre en évidence, n’était pas très grande. Le système bancaire français, comme l’écrit Hubert Bonin, était bien alors « entre des digues »38. La croissance rapide des bilans bancaires est pourtant incontestable, on l’a vu, à compter de la seconde moitié des années 1950. Pourrait-elle être plus aisément expliquée par une stratégie de croissance fondée sur les quantités davantage que sur les prix ?

  • 39 Bouvier (Jean) et alii, « Système bancaire et inflation au xxe siècle, De l’après Seconde Guerre mo (...)
  • 40 Bonin (Hubert), Le monde des banquiers français au xxe siècle, Bruxelles, Éd. Complexe, 2000, p. 25
  • 41 Denizet (Jean), « Évolution récente et future de la banque », Revue d’économie politique, mai-juin (...)

23Les banques françaises sont réputées avoir connu, à partir des années 1950, une phase de transformations rapides de leur nature et de leur rôle économique que l’on désigne parfois comme ayant constitué une « deuxième révolution bancaire », après celle du troisième quart du xixe siècle39. Cette mutation a correspondu en fait à l’extension des services bancaires à une fraction toujours plus large de la population française, concernant une proportion croissante du salariat et non plus seulement la clientèle traditionnelle des industriels et commerçants. L’enjeu était bien, pour les banques confrontées à l’inflation, d’augmenter leurs ressources par la multiplication des dépôts. L’indicateur le plus immédiat de cette stratégie est la densification du maillage du territoire national par le réseau de guichets bancaires. On date généralement de la fin des années 1960 le début de la « course aux guichets » et l’entrée de la société française dans l’ère de la « bancarisation »40. Et, en effet, la décision du Conseil national du crédit du 10 janvier 1967 de libéraliser totalement la création de guichets bancaires, mesure proprement « révolutionnaire » selon Jean Denizet41, a provoqué une augmentation spectaculaire de la densité du maillage bancaire en France. Le nombre des guichets bancaires a ainsi doublé grosso modo entre 1967 et 1973. Il n’est donc pas contestable que l’allégement, en 1966-1967, des contraintes administratives pesant sur les banques inscrites a constitué une étape importante de l’évolution en longue durée du système financier français.

  • 42 Ibid., p. 459.

24Mais cette tendance, si elle s’est incontestablement accélérée à partir de 1967-1968 n’était pas pour autant nouvelle. Le cadre réglementaire du Conseil national du crédit et le contrôle exercé par l’Association professionnelle des banques, contrairement à une idée souvent reprise, n’ont pas condamné le système bancaire à l’immobilisme et à « une longue période d’assoupissement »42. Très tôt, dès le milieu des années 1950, les banques de dépôts, petites et grandes, ont repris un mouvement d’expansion qui s’est traduit par une augmentation globale du nombre de guichets bancaires en France métropolitaine (et en Algérie jusqu’en 1961), (cf. figure n° 39).

Figure n° 39. Évolution du nombre total de guichets bancaires permanents (banques inscrites) en France (1949-1966)

Figure n° 39. Évolution du nombre total de guichets bancaires permanents (banques inscrites) en France (1949-1966)
  • 43 Rapports annuels du CNC pour 1954, 1955, Paris, Imprimerie nationale, 1955, p. 10-13 et 1956, p. 12 (...)

25Le nombre de guichets bancaires permanents constitue la statistique la plus souvent utilisée pour mesurer l’évolution du maillage bancaire en France. À cette aune, la reprise de la croissance des implantations bancaires à compter de la seconde moitié des années 1950 est patente : tombé à 3 326 en 1948 à la suite du mouvement de concentration imposé par le CNC qui a abouti à la suppression de près de 200 guichets, le nombre total de guichets a recommencé à s’accroître en 1954, atteignant 3 464 en 1955, puis de nouveau plus fortement à partir de 1958, s’accroissant de près de mille unités entre 1958 et 1966. Cette expansion, comme au lendemain de la Première Guerre mondiale, a pris la forme, à l’intérieur du cadre réglementaire en vigueur, d’une double stratégie d’occupation de l’espace : stratégie classique de multiplication des guichets bancaires, par ouverture de guichets permanents en utilisant au maximum les autorisations du CNC, mais également par la création, à un rythme nettement plus soutenu, de guichets non permanents dont l’ouverture n’était pas soumise à la procédure d’autorisation du CNC et devait simplement faire l’objet d’une déclaration auprès du service des banques de la Banque de France : « guichets périodiques » (ouverts en moyenne deux jours par semaine), « guichets de saison » (ouverts au maximum quatre mois par an dans des localités touristiques), « guichets de change » censés ne pouvoir en théorie recevoir aucun dépôt, et même, dans une proportion difficile à chiffrer, « guichets ambulants » dont la multiplication à partir de 1954 fut rapidement soulignée par le CNC43.

Tableau n° 13. Créations de guichets bancaires (banques inscrites) en France (1949-1966)

Tableau n° 13. Créations de guichets bancaires (banques inscrites) en France (1949-1966)

Source : Rapports annuels du CNC, 1949-1966.

  • 44 Margairaz (Michel), « Les autorités monétaires face aux banques locales et régionales. Une rational (...)
  • 45 Cf. par exemple Rapport annuel du CNC pour 1955, op. cit., p. 13.

26Dans le même temps, cette stratégie d’extension des implantations s’est accompagnée d’une politique d’intensification des réseaux. Avec le début des années 1950 s’amorce, dans la foulée des projets de « rationalisation » bancaire nourris sous l’Occupation44, un profond mouvement de réaménagement de l’espace bancaire aboutissant en moins de quinze ans à opérer la translation d’un réseau hérité de la révolution bancaire de la seconde moitié du xixe siècle, localisé sur les centres-villes et les zones rurales, vers le réseau du second xxe siècle, caractérisé par une implantation essentiellement urbaine, plus particulièrement marquée dans les banlieues nouvelles qui se développent rapidement dans la période à la périphérie des villes françaises. Cette mutation qualitative importante a été sans cesse mise en avant à partir de 1954 dans les rapports annuels du CNC pour justifier le « libéralisme » avec lequel, selon lui, il accordait les autorisations de création de guichets permanents45. Elle n’apparaît pas bien si l’on s’en tient au seul chiffre de la croissance « nette » du nombre total de guichets bancaires qui augmente environ d’un tiers entre 1954 et 1966, atteignant alors quelque 10 000 guichets – toutes catégories confondues – pour l’ensemble des banques inscrites. En effet, le mouvement de création de nouveaux guichets s’est accompagné dans toute la période d’un mouvement simultané de suppression de guichets déjà existant contribuant à atténuer de manière purement comptable l’effort d’extension mais traduisant la réalité de l’effort d’adaptation alors fourni par les banques.

  • 46 Ferronnière (J.), « Le développement des services rendus au public », in Société générale, 1864-196 (...)
  • 47 Ibid., passim.
  • 48 Un siècle d’économie française, 1863-1963, livre du centenaire du Crédit lyonnais, op. cit., p. 223
  • 49 Ibid.
  • 50 Torres (Félix), Banquiers d’avenir, Des comptoirs d’escompte à la naissance de BNP Paribas, Paris, (...)

27L’ampleur de cette mutation est confirmée, au niveau monographique, par les évolutions radicales qui, de l’avis même des acteurs de la banque, ont caractérisé leurs métiers à partir des années 1950. « La physionomie de notre métier, écrivait ainsi en 1964 Jacques Ferronnière, le directeur général de la Société générale, se développa beaucoup plus en une décennie qu’elle ne l’avait fait sans doute durant toute la première moitié du xxe siècle »46. L’ouverture de la banque à de « nouvelles couches d’usagers », comme les femmes et les jeunes, l’effort pour « acclimater dans le grand public les formes modernes du crédit », notamment par le recours à la publicité de masse à partir de 1958, la multiplication des innovations en matières de « services bancaires », comme la mise en place des virements permanents, l’extension, enfin, du réseau de guichets en fonction des évolutions dans les formes de l’activité économique, comme en témoigne l’ouverture d’une agence dans le grand hall de l’aérogare d’Orly en mars 1961, autant d’exemples de la politique à bien des égards « révolutionnaire » amorcée par la Société générale dès la seconde moitié des années 195047. La mutation a été en tout point similaire pour le Crédit lyonnais. Dès 1956, l’évolution de ses dépôts a connu un retournement de tendance à la hausse, fondée sur l’augmentation des comptes des particuliers dont le nombre est passé d’un peu moins d’1 million en 1953 à 1,8 million en 196248. Cette augmentation de ses ressources était la conséquence directe de la densification de son réseau amorcée en 1954, particulièrement avec l’ouverture, entre 1954 et 1963, de deux cents guichets périodiques, « auxquels ne s’étend[ait] pas l’obligation d’agrément préalable »49. En réalité, comme le montre encore plus nettement l’exemple de la BNCI et du CNEP dont les réseaux respectifs, moins développés à la Libération que ceux du Crédit lyonnais et de la Société générale, ont doublé entre 1945 et 196550, les contraintes structurelles et réglementaires qui ont pesé sur le coût du crédit après la guerre ont poussé les banques de dépôts à une stratégie de croissance quantitative. C’est là un des mécanismes de base de l’épanouissement d’une économie d’endettement en France dans la seconde moitié du xxe siècle dont la fin des années 1960 a constitué une manière d’apogée, mais dont les bases, assurément, ont été posées dès les années 1950, à l’intérieur du cadre réglementaire hérité de Vichy et confirmé à la Libération.

28Mais la croissance du système bancaire enclenchée à partir de 1954-1955 s’est effectuée jusqu’en 1966 au moins de manière parfaitement homothétique. La répartition hiérarchique des parts du marché du crédit a ainsi été conservée à l’identique, reconduisant pour l’essentiel le rapport de forces qui prévalait déjà à la fin des années 1930.

  • 51 Denizet (Jean), « Évolution récente et future de la banque », art. cité, p. 456 ; Bouvier (Jean), U (...)

29L’immobilisme de la hiérarchie des banques de dépôts, saisie ici à la fin des années 1950, en pleine période d’expansion et de renouvellement de leurs métiers, confirme le fonctionnement « cartellisé » du système bancaire français dans le cadre professionnel de nature corporative mis en place par la loi du 13 juin 1941, largement reconduit dans son fonctionnement, sinon dans son esprit, par la loi du 2 décembre 194551. Henri Fournier, le directeur général des Études et du Crédit à la Banque de France analysait en 1959 avec beaucoup de lucidité les blocages du système bancaire français, particulièrement sur la question très sensible des ouvertures de guichets soumise au sein du CNC à la décision du comité des Banques présidé depuis 1947 par Watteau :

Figure n° 40. Répartition des guichets bancaires par banque inscrite en 1959

Figure n° 40. Répartition des guichets bancaires par banque inscrite en 1959

Source : « Nombre de guichets exploités par les plus importantes banques de dépôts françaises en France métropolitaine », Tableau du service des Banques et des Établissements financiers de la Banque de France du 3 septembre 1959, AWB, 2BA55, Dr5.

  • 52 « Réglementation des guichets de banques », note d’H. Fournier du 16 janvier 1959, 2 p. dactyl., AW (...)

« Son défaut essentiel est de poser au Comité des banques de difficiles problèmes de sélection. [...] Le Comité ne dispose d’aucun criterium satisfaisant qui lui permettrait, soit de définir le niveau optimum de l’équipement bancaire d’une place déterminée, soit d’opérer un choix entre les demandes concurrentes. Aussi doit-il s’en remettre, dans une large mesure, aux résultats de marchandages menés entre grandes banques, sous le patronage officieux de l’APB. »52

  • 53 Note de J. Saltes au gouverneur du 16 janvier 1959, 3 p. dactyl., AWB, 2BA52, Dr1.

30Le maintien, après 1945, des logiques corporatistes qui avaient été à l’origine de l’encadrement du système bancaire sous l’Occupation est un fait avéré, comme l’illustre la substitution pure et simple de l’Association professionnelle des banques au comité d’organisation de Vichy. Saltes le soulignait sans détour à la fin des années 1950, exprimant tout particulièrement sa volonté de mettre un terme à la réglementation des guichets, dispositif « stupide », écrasant de travail pour la Banque de France, « sans aucun profit pour personne ». Mais, reconnaissait-il, « le Crédit lyonnais et la Société générale, qui sont depuis longtemps nantis, tiennent au maintien de cette forme de corporatisme »53.

  • 54 Koch (Henri), op. cit., p. 66.
  • 55 « Coefficient de division des risques », dossier du secrétariat de la commission de contrôle des ba (...)

31Et en effet, le verrouillage des implantations bancaires n’a pas empêché, on l’a vu, un mouvement d’expansion et d’intensification des réseaux des quatre principales banques de dépôts nationalisées qui à elles seules représentaient à la fin des années 1950 les trois quarts des guichets bancaires (banques inscrites). Pour les petites banques privées maintenues à la périphérie du système, la seule stratégie d’adaptation a consisté à accroître toujours plus leurs engagements dans une aire d’activité géographique étroitement circonscrite, aboutissant à gonfler les risques sans pouvoir assez les diversifier et alors même que leurs fonds propres, rongés par l’inflation, demeuraient limités. Cette évolution fut parfaitement aperçue par la Banque de France. Elle a constitué l’une des préoccupations principales de la commission de contrôle des banques, qui avait été explicitement chargée par décret en mai 1946 de fixer des ratios prudentiels, propres à garantir la solvabilité des banques54. Elle a ainsi calculé un « coefficient de division des risques » afin de mettre en évidence les banques dont les risques principaux excédaient de 50 % ou de 100 % les fonds propres (soit : le capital, les réserves et les provisions libres). Cet inventaire, synthétisé au début de 1959 à la demande du gouverneur, livre un éclairage remarquable du comportement du système bancaire à cette date, au cœur de l’économie d’endettement, mais également de la croissance sans précédent des Trente Glorieuses55.

Tableau n° 14. Les risques des banques françaises à la fin des années 1950

Tableau n° 14. Les risques des banques françaises à la fin des années 1950

Source : CCB, tableau du 14 janvier 1959, AWB, 2BA52, Dr1.

Tableau n° 15 Les risques des banques privées en 1959

Tableau n° 15 Les risques des banques privées en 1959

Source : Ibid.

32La surexposition au risque d’une partie des banques françaises à la fin des années 1950 est patente. Elle a concerné toutes les banques situées à la périphérie du système bancaire et fut même d’autant plus accentuée que la banque était éloignée du cœur. Ainsi du Crédit Commercial de France, le plus petit des « grands établissements de crédit », représentant alors à peine 1 % des guichets bancaires et porteur de plusieurs risques majeurs égaux à plus de 50 % de ses fonds propres (par exemple Ugine pour un ratio de 80 %, Fives Lille-Cail pour 70 %). Ainsi, plus généralement, de la banque privée, rejetée sur les marges d’un système dont le cœur depuis 1945 était nationalisé.

  • 56 Nous empruntons ce concept de viscosité à la thèse de Catherine Omnès où il est appliqué au champ s (...)

33Les risques élevés encourus par la plupart des banques privées, héritières de la haute banque, au tournant des années 1950 et 1960, s’expliquaient d’une part par la faiblesse structurelle de leurs fonds propres qui résultait largement des insuffisances du mouvement de concentration dans le secteur financier. Mais elle était aussi la traduction, d’autre part, de la croissance des engagements directs des banques demeurées privées dans le financement des investissements productifs depuis la fin de la guerre. La situation des banques locales dans la période, et dans l’exacte continuité de l’entre-deux-guerres, semble l’illustrer avec plus de netteté encore. La surexposition au risque des banques situées à la périphérie du système financier relevait sans aucun doute d’une stratégie de fuite en avant au sein d’un marché de l’argent dont les prix étaient bridés à la baisse comme à la hausse, où le principal emprunteur, le Trésor, avait strictement contingenté depuis 1948 ses appels de fonds et où les possibilités d’extension vers de nouveaux clients se trouvaient étroitement contrôlées par les plus grandes banques installées depuis l’avant-guerre au cœur du système. Dans cette imbrication des facteurs résidait bien la viscosité du système financier français : non pas immobile, loin s’en faut, mais évoluant en bloc, sans les modifications des écarts relatifs entre ses composantes qu’une fluidité plus grande n’aurait pas manqué de provoquer56. Cette configuration particulière du système financier français permet de rendre compte également de la résistance opposée à tout projet de réforme, en 1958-1962, comme par la suite. L’une des clefs de toute évolution résidait – Rueff ne s’y trompait pas –, dans le rôle joué par la banque d’émission à « la clef de voûte » du système financier.

  • 57 « Pour une nouvelle politique d’open market », note de A. Boccon-Gibod du 31 décembre 1958, 5 p. da (...)
  • 58 « Sur quelques aspects de l’évolution monétaire récente », note du 11 mars 1959, 8 p. dactyl., AWB, (...)

34L’afflux de capitaux à court terme qui a suivi le plan de décembre 1958 a eu pour conséquence d’accroître la liquidité du système bancaire et a permis d’amorcer dès les premières semaines de 1959 un mouvement de désendettement des banques auprès de la Banque de France. Cette tendance, en se prolongeant, aboutissait à remettre en cause le mode de contrôle exercé depuis la fin de la guerre par la banque centrale sur l’ensemble du système de crédit. Dès la fin de 1958, l’état-major de l’Institut d’émission avait clairement anticipé cette évolution possible. Boccon-Gibod, à la direction des Études, avait ainsi prévenu au lendemain immédiat de l’annonce du Plan de décembre 1958 que, « si l’effort de redressement en cours [était] couronné de succès, l’on [pouvait] s’attendre à voir les excédents de la balance des paiements et surtout le reflux des capitaux émigrés à l’étranger ou thésaurisés sous forme d’or, déterminer sur le marché monétaire un afflux de liquidités menaçant de faire perdre à la Banque de France le contrôle des opérations de crédit »57. Cette hypothèse, comme on le sait, s’est trouvée largement confirmée par les faits. L’afflux de devises, pour un montant équivalent à 200 milliards d’anciens francs au début de mars 1959, a aussitôt amené le Trésor et les banques, notait-on à la Banque de France, à réduire « leur dépendance vis-à-vis de la Banque centrale », tendant « finalement à amorcer la reconstitution d’un véritable marché monétaire où des échanges de liquidités puissent s’opérer entre les différents agents intéressés à des taux inférieurs à ceux de l’Institut d’émission, celui-ci retrouvant peu à peu son rôle traditionnel de prêteur en dernier ressort »58.

  • 59 Jéquier (Rémi), La politique des réserves obligatoires, étude de politique monétaire, Genève, Droz, (...)
  • 60 « Le Gouvernement vient de définir… », note de Jean Saltes du 2 janvier 1959, 6 p. dactyl. AWB, 2BA (...)
  • 61 « Notre système bancaire a subi… », note de Jean Saltes du 24 août 1959, 7 p. dactyl., AWB, 2BA55, (...)
  • 62 Capie (Forrest), Goodhart (Charles) et Schnadt (Norbert), « The development of central banking », i (...)
  • 63 Lettre de J. Saltes à J. Rueff du 21 avril 1959, AWB, 2BA52, Dr7.

35C’est dans ces conditions nouvelles, propices à une refonte globale du rôle de la banque centrale, que fut débattue tout au long de l’année 1959 la question de l’introduction en France d’un mécanisme de réserves obligatoires comme il en existait déjà aux États-Unis depuis 1935 ou encore en Allemagne fédérale depuis 1948 et aux Pays-Bas depuis 195459. L’obligation qui était ainsi faite aux banques de stériliser une fraction déterminée de leurs dépôts auprès de la banque centrale ne constituait pas qu’une simple mesure technique. Elle impliquait une redéfinition globale du rôle de la banque d’émission, radicalement opposé à celui qui avait été le sien depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au contrôle direct, qualitatif et irréversible de la création monétaire au sein d’un système financier clos sur lui-même, le mécanisme des réserves substituait un réglage indirect, purement quantitatif et réversible des liquidités dans un système national largement reconnecté sur l’extérieur. Saltes, le plus clairement, a très tôt perçu ce qui était alors en jeu : l’instauration d’un mécanisme de réserves obligatoires impliquait le démantèlement du « système de planchers, de plafonds, de limites d’encours » et tout le problème pour la Banque était dès lors « de savoir comment et quand [devait] se faire le passage du régime actuel au système des réserves »60. Ce problème du « passage » n’allait cesser de se poser en France jusque dans les années 1980 au moins. Le mécanisme des réserves, selon Saltes, rompait brutalement avec les modalités qui régissaient depuis vingt ans les rapports entre la banque d’émission et le reste des composantes du système financier, au premier chef avec les banques : « au souci d’indépendance qu’affichaient, il y a trente ans, la plupart des grandes banques vis-à-vis de la Banque de France, a succédé une dépendance étroite, non seulement subie mais même considérée comme une marque de faveur très appréciée »61. Ainsi s’était tissé, des années 1930 aux années 1960, un étroit réseau de relations multiples entre l’Institut d’émission et les banques commerciales, véritable filet protecteur qui permet aussi de rendre compte de la faiblesse exceptionnelle des faillites d’entreprises bancaires dans la période. C’est l’un des aspects trop rarement mis en évidence de l’évolution des banques centrales après 1945 : la stabilité remarquable du système bancaire dans les années 1950-1960 loin d’être, comme l’estiment Forrest Capie et Charles Goodhart, « à l’origine » du repli après 1945 des banques d’émission sur une fonction purement macroéconomique au détriment de leur rôle microéconomique de surveillance prudentielle62, apparaît bien au contraire comme « la conséquence » directe de la place prise au niveau macrofinancier par la banque centrale, à la clef de voûte d’une économie d’endettement. Cette assurance de refinancement automatique des banques, comme Saltes l’admettait auprès de Rueff, reposait bien sur une inversion de la fonction principale de la banque centrale devenue « par la force des choses », « prêteur en premier ressort » du système bancaire63 :

  • 64 Ibid., p. 2.

« Si l’expérience actuellement en cours évolue dans un sens favorable, il est parfaitement concevable que les taux du marché monétaire baissent et se tiennent normalement en dessous de notre taux d’escompte [...] à ce moment-là nous pourrons envisager de renoncer à notre système de plafonds puisque les trois taux d’escompte, d’enfer et de super-enfer pourront être réduits à un seul qui permettra à la banque de jouer de façon plus simple son rôle classique de prêteur en dernier ressort. »64

  • 65 « Notre système bancaire a subi… », doc. cité, p. 1.

36Mais, ajoutait le sous-gouverneur, « ceci ne dépend pas de nous ». Les règles de fonctionnement des marchés de l’argent n’étaient jamais que l’expression du « comportement de l’ensemble des Français à l’égard de leur monnaie »65. Le principal obstacle à la réforme du système financier ne tenait donc pas à la seule bonne volonté des « autorités monétaires ». Il renvoyait bien au-delà à un certain état des relations sociales dont les rapports qui prévalaient à la fin des années 1950 entre les principaux banquiers de la place et le gouverneur de l’Institut d’émission permettent bien de prendre la mesure.

STRUCTURES DES MARCHÉS DE L’ARGENT ET RELATIONS SOCIALES

  • 66 Feiertag (Olivier), « Le Crédit lyonnais et le Trésor… », art. cité, p. 821-823.
  • 67 Rivoire (Jean), Le Crédit lyonnais…, op. cit., p. 119.
  • 68 Rivoire (Jean), Le Crédit lyonnais…, op. cit., p. 140.

37L’homogénéité du milieu financier français ne datait pas des années 1950. On a pu montrer, à la suite de bien d’autres, qu’elle s’enracinait largement dans l’entre-deux-guerres et même dans le dernier tiers du xixe siècle66. L’exceptionnelle longévité d’un groupe humain, parvenu très tôt aux postes de responsabilité et toujours aux sommets du pouvoir quarante ans plus tard, a contribué sans aucun doute à renforcer encore un processus d’homogénéisation qui, dans le cas précis des élites financières, on l’a constaté plus d’une fois dans le cours de la carrière de Baumgartner, s’est nourri du phénomène du pantouflage, sur lequel se greffait le ciment puissant du sentiment d’appartenance à l’inspection des Finances. Le couple ainsi formé par Wilfrid Baumgartner et Olivier Moreau-Néret illustre à merveille cette symbiose et cette longévité : entrés l’un et l’autre à l’inspection des Finances aux lendemains de la Première Guerre mondiale (respectivement en 1919 et en 1925), ils ont rapidement été intégrés à l’administration centrale, dès 1923 pour Moreau-Néret, comme chargés de mission à la direction du Mouvement général des fonds. Bénéficiant à la fois des vides humains créés par la guerre et de l’intensification du pantouflage qui a marqué les années 1920, ils accèdent très jeunes encore à des fonctions dirigeantes au sein de la direction : Moreau-Néret est nommé sous-directeur en 1924, puis directeur adjoint en 1925, avant de démissionner de l’inspection des Finances en mars 1926, pour devenir à trente-quatre ans secrétaire général du Crédit lyonnais67. C’est à ce titre qu’il fut durant près de dix ans en relations suivies avec Baumgartner qui gravit, comme l’on sait, durant cette période le cursus honorum de la direction du Mouvement des fonds. Après la guerre, Baumgartner était nommé gouverneur de la Banque de France l’année même, en 1949, où Moreau-Néret accédait à la direction générale du Crédit lyonnais désormais nationalisé, avant d’en devenir le président en 1955. Il demeura à ses fonctions jusqu’à sa démission à la fin de 1961, atteint à près de soixante-dix ans par la limite d’âge et, de l’avis même de Jean Rivoire, voulant profiter également du fait que « son ami Wilfrid Baumgartner » était pour sa part encore ministre des Finances et pouvait de ce fait aisément valider le choix des hommes auxquels Moreau-Néret entendait confier sa succession68. La relation de proximité à la fois personnelle et institutionnelle établie au cours de ces longues carrières croisées est traduite avec une netteté remarquable dans la lettre que le président du Crédit lyonnais envoya au début de 1959 au gouverneur de la Banque de France pour marquer, au nom de la profession bancaire, le dixième anniversaire de son entrée en fonction rue de la Vrillière :

  • 69 Lettre d’O. Moreau-Néret à W. Baumgartner du 11 février 1959, AWB, 2BA52, Dr4.

« Mon cher Gouverneur,
Les banques ici représentées n’ont pas voulu que passe le dixième anniversaire de votre prise de gouvernement de la Banque de France, sans qu’elles aient l’occasion de vous dire combien elles ont été heureuses de vous voir durant une longue période occuper ce poste éminent. [...] Vous avez toujours su, avec prudence et souplesse, ménager les transitions et éviter les mesures extrêmes. La pertinence de votre raisonnement, votre éloquence et disons le mot, votre charme personnel ont convaincu les opposants [...]. À ces motifs d’admiration, permettez que nous ajoutions la reconnaissance que nous éprouvons à votre égard pour l’accueil que les uns et les autres nous avons constamment trouvé auprès de vous [...] nous avons l’impression, dans votre Cabinet, de parler à un ami. Tels sont les sentiments que nous confions à ce coffret d’argent que nous vous demandons de bien vouloir accepter ; il vous en restituera l’écho dans les jours à venir, et aujourd’hui il témoigne du souhait que nous formons d’un cœur unanime de vous voir encore longtemps à la tête de la Banque de France. »69

  • 70 Polanyi (Karl), La Grande Transformation…, op. cit., p. 88.
  • 71 Note de J. Saltes du 16 janvier 1959, AWB, 2BA52, Dr1.

38Rare témoignage, même si l’on tient compte ici des règles du genre et du goût notoire de Moreau-Néret pour le beau style, de la connivence, pour le moins, établie entre la première banque de dépôts et la banque d’émission. La personnalisation des rapports est ici évidente. Elle fonde la cohésion du milieu et garantit un fonctionnement sans heurts d’institutions totalement confondues avec les personnalités qui ont finit par les incarner véritablement. C’est en ce sens que pour reprendre la forte intuition de Polanyi, les relations de marché, dans le cadre d’une économie d’endettement, apparaissent strictement « encastrées » dans un réseau de rapports sociaux propres à la société française de la période70. La réalité des liens personnels ainsi constitués permet, au-delà, de rendre compte aussi bien de la viscosité du système financier dans son ensemble. De ce point de vue, la question de la surexposition au risque d’une proportion non négligeable des banques françaises apparaît sous un jour nouveau. C’est ainsi que l’impuissance de la commission de contrôle des banques à imposer, à l’instar d’autres pays, comme aux États-Unis, le respect d’un coefficient de division des risques, s’expliquait, de l’aveu même de Saltes, par « l’attitude du président de l’APB qui [avait] fait échouer ce projet pour la simple raison que ces dispositions le gênaient »71. Belle illustration du poids des hommes dans les évolutions du système financier, mais confirmation aussi et bien davantage du puissant mobile de conservation et de protection qui est peut-être le ressort premier d’une économie d’endettement.

  • 72 « Le Gouvernement vient de définir… », note de J. Saltes du 2 janvier 1959, doc. cité, p. 4.
  • 73 « La Banque de France, après avoir tiré… », note de J. Saltes du 1er décembre 1959, 3 p. dactyl., A (...)
  • 74 « Politique du crédit, taux du crédit, institutions du crédit », note pour le Premier ministre de M (...)
  • 75 Ibid., p. 3.
  • 76 Compte rendu de la séance tenue par le CNC le 17 décembre 1959, direction générale des Études et du (...)

39Cette motivation affleure, quoi qu’il en soit, sous chacune des analyses des cadres dirigeants de la Banque de France face à la poussée de la réforme financière qui aura marqué toute l’année 1959. « Rendre aux banques la liberté de leurs conditions ? », faisait ainsi semblant de s’interroger Saltes, avant d’écarter résolument la formule « parce qu’elle modifi[ait] trop vite et trop profondément les habitudes des banques »72. Surtout, estimait-il encore, « il serait à craindre [...] que la bagarre ainsi déclenchée n’aboutisse, suivant un processus inéluctable à l’élimination des banques provinciales et locales, voire même de banques régionales ou nationales au bénéfice des quatre grands établissements de crédit »73. C’est un argument similaire qu’avançait Maurice Pérouse dans la note qu’il rédigea à la fin de 1959 à l’attention du Premier ministre qui le pressait de le renseigner sur l’avancement de la réforme financière dont, à la fin de l’été, il avait marqué l’urgence auprès du gouverneur de la Banque : le « retour à la liberté, expliquait Pérouse à Debré, se traduirait inéluctablement par la loi de la jungle et par la disparition d’un nombre considérable de petites banques »74. En outre, ajoutait-il non sans habilité, le retour à la concurrence sur le marché monétaire vaudrait également pour le Trésor public, « lui-même largement emprunteur » et qui n’aurait dès lors d’autres solutions, en cas de tension, que de relever les taux de ses bons, choix « inéluctablement onéreux pour le Budget »75. Devant le Conseil national du crédit réuni le 17 décembre 1959 pour approuver un ensemble de modifications de détail des conditions de banque – la montagne finalement accouchait d’une souris – Baumgartner résumait sa « philosophie » en matière « de ce que l’on appelle, disait-il, la libre concurrence »76 :

  • 77 Ibid., p. 8.

« Sur ce point j’avais depuis toujours l’intuition, j’ai maintenant la conviction, que ce serait une chose dommageable finalement pour notre économie. Notre réseau bancaire est comme dans tous les pays constitué de beaucoup d’éléments [...], il n’est pas inutile, je l’ai dit maintes fois, que pour l’étude de certains cas locaux ou régionaux il y ait des banques locales ou régionales ; il n’est pas inutile [...] qu’il y ait de grandes banques commerciales à côté des banques nationalisées. »77

  • 78 Plessis (Alain), « Les banques locales, de l’essor du Second Empire à la crise de la Belle Époque » (...)
  • 79 « Le Conseil national du Crédit contre M. Rueff », Les Échos du 15 décembre 1959
  • 80 Compte rendu de la séance tenue par le CNC le 17 décembre 1959, doc. cité, p. 9.

40À travers le point de vue exprimé par le gouverneur de la Banque de France se perpétuaient donc, jusqu’à l’orée des années 1960, les éléments d’une doctrine du crédit et de la banque mûrie depuis les débuts de la IIIe République au moins78. La diversité du système bancaire, tant du point de vue de la taille, de l’aire de compétence, du statut juridique, correspondait fondamentalement à un certain état des structures économiques et sociales de la France. Les Échos, commentant à la fin de 1959 l’opposition résolue de la Banque de France et du CNC à la réforme radicale des marchés de l’argent préconisée par Rueff, n’expliquaient pas autre chose : l’hétérogénéité du système bancaire français aboutissait finalement à « une sorte de péréquation des risques » au sein d’un tissu productif lui-même très peu homogène, où quelques « très grands groupes », aux marges bénéficiaires largement garanties coexistaient toujours avec un grand nombre « d’entreprises de moindre envergure » à la situation financière « moins assurée »79. Baumgartner, à sa façon, exprimait une opinion du même ordre devant le CNC : « Il a y a dans le secteur bancaire et des forts et des faibles…, n’exagérons pas, de moins forts. Normalement les plus forts doivent l’emporter sur les moins forts et je crois [...] qu’il n’y a pas intérêt, de ce point de vue, à précipiter l’évolution des choses »80. La politique des marchés de l’argent relevait bien, hier comme de nos jours, d’un choix de société. La période qui vit Baumgartner au poste de ministre de l’Économie et des Finances, du début de 1960 jusqu’au début de 1962, en fournit une confirmation encore plus probante.

UN GOUVERNEUR MINISTRE DES FINANCES SOUS LA Ve RÉPUBLIQUE

  • 81 Rueff (Jacques), Discours sur le Crédit, Collège libre des sciences sociales et économiques, Paris, (...)
  • 82 Ibid., p. 461 et 469
  • 83 Ibid., p. 457.
  • 84 Ibid., p. 463.

41Ainsi donc la réforme du système financier à la fin des années 1950 s’était de fait trouvée largement ajournée. C’est le sens principal de la charge que Jacques Rueff prononça à l’occasion de son fameux Discours sur le Crédit, le 5 décembre 196181. Le plan de 1958, trois ans après son adoption, exposait Rueff, n’avait « été l’objet que d’une application très partielle ». L’organisation des marchés de l’argent était demeurée fondamentalement inchangée, laissant « grand ouvert » le principal « robinet à inflation » que constituait la politique du crédit menée sous l’égide de la Banque de France et du CNC. Le « cancer » des crédits à moyen terme mobilisables avait continué à « ronger la monnaie française » tandis que l’action conjuguée du CNC et des autorités monétaires, « les protagonistes du blocage », avait empêché que l’afflux de liquidités provoqué comme prévu par les mesures de décembre 1958 – soit l’équivalent de plus de trois milliards de dollars depuis janvier 1959 – entraînât le mouvement de baisse généralisée des taux d’intérêt qui seul eût permis de relayer l’inflation par l’épargne82. Autrement dit : la sortie de l’économie d’endettement ne s’était pas produite. « Assurément, martelait Rueff, trois années ont été perdues »83. À qui la faute en incombait-elle ? « J’espère, croyait-il utile de préciser, qu’on ne me fera pas l’injure de penser qu’en critiquant une politique, je critique les hommes qui l’ont mise en œuvre »84. Sans doute. Mais le seul nom cité dans le Discours sur le Crédit était pourtant celui du ministre des Finances de l’époque, qui avait aussi précédemment été le gouverneur de la Banque de France. Le fait est assez rare pour être relevé car Rueff pratiquement ne cite jamais Baumgartner dans aucune de ses publications. Son nom ainsi n’apparaît qu’une seule fois, et encore de manière très incidente, dans l’autobiographie que Rueff rédigea au soir de sa vie. Damnatio memoriae qui confirme la rivalité personnelle qui exista entre les deux hommes tout au long de leur existence, mais qui surtout pose le problème historique principal de la période de deux ans durant laquelle le gouverneur de la Banque de France occupa le fauteuil de ministre de l’Économie et des Finances, soit entre le 13 janvier 1960 et sa démission, mainte fois présentée à partir de juillet 1961 et finalement consentie à un homme usé et amer le 18 janvier 1962.

  • 85 Bucaille (Thomas), Wilfrid Baumgartner, Ministre des Finances, [13] janvier 1960-18 janvier 1962, m (...)

42Avec sa nomination comme ministre des Affaires économiques et des Finances en remplacement d’Antoine Pinay dans le gouvernement que dirigeait Michel Debré depuis le début de la Ve République, Wilfrid Baumgartner a vu sa carrière prendre un tour nouveau. Ses papiers, au premier chef, indiquent cette inflexion : à partir de 1960, les traces de son action se font plus extérieures, reflétées pour l’essentiel au miroir en général très neutre de la presse ; les éléments d’une réflexion propre plus encore qu’auparavant se dérobent, le plus souvent réduits aux notes toujours ponctuelles, étroitement « techniques », de son cabinet. De sources propres à éclairer une éventuelle « politique » financière du ministre, peu ou pas, à l’exception notable des problèmes monétaires internationaux où le ministre des Finances semble avoir continué, un temps, à être le gouverneur de la Banque de France. De cette évolution des archives de l’homme, faut-il inférer que pour Baumgartner, le plus jeune directeur du Trésor dans les années 1930, le pape de l’inspection des Finances et le gouverneur de la Banque de France à l’autorité reconnue en France et à l’étranger, par contraste, « les deux ans passés rue de Rivoli furent, sinon un échec, du moins une période sans gloire »85 ?

  • 86 De Lattre (André), Servir aux Finances, op. cit., p. 122-128.
  • 87 Ibid., p. 123.
  • 88 AO du CHEEF, Entretien n° 5 avec D. Boyer du 9 décembre 1991 par O. Feiertag.
  • 89 Ibid.

43Sans chercher à trancher, à ce stade, entre l’échec ou le succès de l’homme, il reste qu’il faut prendre en compte le jugement, pour le moins en demi-teintes, porté a posteriori par nombre de ses contemporains sur le passage de Baumgartner au ministère des Finances. Pour André de Lattre, par exemple, qui fut durant ces deux années son directeur de cabinet rue de Rivoli, et à ce titre entretint de son propre aveu « une relation quasi conjugale » avec son ministre, Baumgartner, « wonder kid des années 30 » n’aurait pas été « un réformateur-né » et en vertu d’un harmonieux partage des tâches, il lui serait surtout revenu de représenter « les Finances à l’extérieur », notamment dans les nombreux dîners en ville où « son charme faisait merveille », tandis qu’à son directeur de cabinet serait revenue de fait « la direction du grand navire de la rue de Rivoli »86. Pour André de Lattre, l’expérience ministérielle de Baumgartner aurait donc surtout abouti à mettre en évidence « les limites » de l’homme87. La tonalité est semblable dans le témoignage que porte Dominique Boyer, alors sous-directeur au Trésor, sur le passage de Baumgartner au ministère des Finances : « Il s’est trouvé un peu empêtré dans sa connaissance du sujet, le poids de ses relations bonnes ou mauvaises avec tous les acteurs financiers. »88 En fait, expliquait encore Dominique Boyer, le choix de Baumgartner par De Gaulle n’était pas le plus judicieux, « de même qu’un professeur fera un mauvais ministre de l’Éducation, un agriculteur un mauvais ministre de l’Agriculture ou un syndicaliste un mauvais ministre du Travail »89. Cette expression de l’impuissance soudaine du gouverneur devenu ministre est présente de façon encore plus précise dans le témoignage de Pierre de Calan, inspecteur des Finances de la promotion de 1936, passé à cette date dans le secteur privé, au syndicat de l’Industrie cotonnière française :

  • 90 AO du CHEFF, Entretien n° 8 avec Pierre De Calan par Aude Terray du 8 février 1989.

« J’ai le souvenir de sa fameuse formule : “ L’essentiel est de ne pas faire plus de bêtise que les autres ”. [...] Sans que ça ait l’air d’une critique, j’ai eu le sentiment qu’il administrait son ministère en super fonctionnaire, plus qu’en homme politique. Il a très bien géré les affaires courantes, mais je n’ai pas le souvenir de grandes initiatives de sa part. »90

44Ces témoignages convergents, et que l’on pourrait multiplier, indiquent assez quel est le problème principal de la période de la carrière de Baumgartner ministre des Finances : comment rendre compte de l’apparente impuissance du grand commis des finances de la IIIe et de la IVe République devenu grand argentier aux débuts de la Cinquième ?

  • 91 Debré (Michel), Gouverner autrement, 1962-1970, Mémoires, t. IV, Paris, A. Michel, 1993, p. 103.
  • 92 Jouan (Fabien), Les réformes de l’organisation bancaire en France en 1966-1967, mémoire de maîtrise (...)

45La question est importante et porte bien au-delà du cas Baumgartner. Elle renvoie à deux grands problèmes historiques. D’une part, elle s’inscrit dans l’exact prolongement de la problématique, déjà posée pour 1958-1959, de l’immobilisme persistant du système financier français et de la non-sortie de l’économie d’endettement. C’est le sens profond, on l’a dit, du Discours sur le Crédit de Rueff à la fin de 1961. Mais c’est plus généralement la question de fond de toute la « politique » financière de la Ve République jusqu’à nos jours. La résistance du système financier à la réforme s’est en effet poursuivie bien au-delà du passage de Wilfrid Baumgartner au ministère des Finances. Les premières réformes significatives, comme on sait, ne sont intervenues qu’en 1966-1967 sous l’impulsion de Michel Debré, revenu au pouvoir comme ministre des Finances : « En arrivant rue de Rivoli, écrit-il ainsi après coup dans ses mémoires de manière très (trop ?) éclairante, j’ai l’intime conviction qu’il faut changer de mentalité et, sans renoncer au droit éminent de l’État, libérer les forces financières »91. L’instauration finalement d’un mécanisme de réserves obligatoires et la suppression des planchers d’effets publics, la fusion de la BNCI et du CNEP, mais aussi la libéralisation des implantations de guichets bancaires ont marqué sans nul doute une nouvelle étape dans l’évolution du système financier français. Mais, sous réserve d’analyses plus poussées dans le cadre d’une histoire qui reste largement à faire92, on peut aussi penser que ces mesures qui ont finalement abouti à renforcer la place de l’intermédiation bancaire dans le système financier, ont retardé d’autant la sortie de l’économie d’endettement. C’est dire qu’il convient assurément de replacer l’analyse de l’action – ou de l’inaction – du ministre de l’Économie et des Finances en 1960-1961 dans cette perspective plus longue, sans laquelle, en effet, on se condamne à ne pas comprendre l’étrange impuissance de l’ancien gouverneur de la Banque de France devenu ministre, à traduire dans des actes un libéralisme depuis si longtemps affiché.

  • 93 Berstein (Serge), La France de l’expansion, La République gaullienne, 1958-1969, Paris, Seuil, 1989 (...)
  • 94 Quermonne (Jean-louis), Administration et politique sous la Cinquième République, Paris, Presses de (...)
  • 95 Cf. par exemple Dard (Olivier), La technocratie, Paris, La Documentation française, 1998.
  • 96 Zysman (John), Governments, Markets, and Growth, Financial Systems and the Politics of Industrial C (...)
  • 97 Zysman (John), op. cit., chap. III, notamment p. 112-132 ; Loriaux (Michael), op. cit., chap. II, p (...)

46Mais sur cette question difficile se greffe, d’autre part, un autre problème, depuis longtemps posé mais toujours d’actualité, qui est celui de la transformation du pouvoir des hauts fonctionnaires sous le régime politique nouveau mis en place en 1958 : à travers Baumgartner, archétype largement reconnu du « ministre technicien » de la Ve République93, c’est bien la question, ô combien fertile pour l’ensemble du xxe siècle, des rapports entre le pouvoir politique et la « technocratie », mot commode mais flou, qui se retrouve une nouvelle fois formulée, dans le cadre constitutionnel inédit de la république gaullienne. Ce chantier a déjà largement été ouvert dans le domaine des sciences politiques. Ces études examinent la question essentiellement sous l’angle des évolutions du processus de la prise de décision et aboutissent notamment à montrer la réalité de la politisation de la haute fonction publique sous la Ve République94. Dans le champ plus spécifiquement historique, le problème de la technocratie a le plus souvent été abordé à travers une réflexion sur les réseaux humains et intellectuels, système d’appartenances dont le fonctionnement, sous les différentes républiques qui se succèdent en France au xxe siècle, conduit à réévaluer la réalité même de l’État, entité décidément par trop abstraite, dont les limites sont par natures mouvantes95. On se propose ici, à travers l’histoire du ministère Baumgartner de chercher à la fois à rendre compte du problème de la conservation de l’économie d’endettement et de celui du pouvoir des techniciens sous la Ve République. Ces deux questions, en effet, pourraient bien avoir partie liée, comme l’ont bien montré dans le champ des sciences politiques, les travaux respectifs de John Zysman et de Michael Loriaux96. L’un comme l’autre sont partis d’une réflexion comparatiste sur la relative spécificité du « dirigisme français » et de son étonnante persistance depuis 1940 au moins, en dépit des mouvements d’alternance politique. L’hypothèse de base chez ces deux auteurs est que le dirigisme français peut se résumer à la forme prise en France par le système financier : « économie de crédit » (credit-based system) chez John Zysman, « économie d’endettement » (overdraft economy) pour Michael Loriaux. C’est au moyen d’un contrôle par l’administration centrale des modalités de sélection et d’allocation des ressources de financement, qu’en pratique, s’est principalement exercé depuis la Seconde Guerre mondiale le dirigisme économique français, beaucoup plus que par une politique de contrainte directe visant à définir des objectifs quantitatifs ou qualitatifs de production. Ainsi conçu, le système financier a reposé sur une place croissante de l’intermédiation bancaire et de la « transformation », dont les « autorités monétaires » garantissaient fondamentalement la solvabilité tout en définissant, à leur gré, les orientations et les bénéficiaires par une politique flexible d’administration des prix et d’encadrement adapté du crédit97.

47Ce modèle explicatif appelle sans doute des nuances, notamment dans le cas des entreprises nationalisées du secteur non-concurrentiel où le critère d’un contrôle par l’allocation de financement n’est pas le plus pertinent. Mais il renvoie aussi à une réalité dont l’analyse des mécanismes de crédit à moyen terme mobilisable ou encore de la viscosité du système financier à la fin des années 1950 et du rôle en son sein de la banque d’émission confirment largement la validité. Surtout, ce modèle fournit ici un cadre d’analyse particulièrement éclairant à l’étude du passage contraint et forcé de Baumgartner de la position réputée purement administrative et technique de contrôle du système financier qui avait été la sienne à la tête de la Banque de France à la fonction désormais politique où il se trouva placé en 1960 par le nouveau pouvoir.

  • 98 Lettre de W. Baumgartner à M. Frère, président de la BRI, s.d. [début 1960], AWB, 3BA18, Dr1.

48Il est parfaitement acquis que Wilfrid Baumgartner ne souhaitait pas quitter la Banque de France pour le ministère des Finances. Lui-même ne s’en cachait nullement. « Quitter la Banque de France a été pour moi un déchirement », écrivait-il ainsi à Maurice Frère au début de 1960. « Même si l’avenir ne m’est pas favorable, sachez que j’aurai gardé une âme de banque centrale »98. C’était bien ce sentiment de rupture qu’il avait exprimé de façon certes plus imagée devant le conseil général de la Banque au cours de la dernière séance qu’il devait présider le 14 janvier 1960 :

  • 99 PVCG, séance du 14 janvier 1960, p. 16.

« Un décret a paru au Journal officiel de ce matin qui m’appelle aux fonctions de ministre des Finances en remplacement de M. Antoine Pinay [...] je vais donc rendre maintenant à mon fauteuil tout ce que mon fauteuil m’a donné, quitte à apporter mon bagage au nouveau fauteuil que je vais occuper et dont nul ne sait s’il me le rendra »99.

  • 100 Guillaume (Sylvie), Antoine Pinay…, op. cit., p. 156-157 ; De Lattre (André), Servir aux Finances, (...)

49Déjà pressenti en juin 1958 par le nouveau pouvoir pour le portefeuille des Finances, le gouverneur, on l’a dit, avait une première fois refusé l’honneur et, tout comme François Bloch-Lainé également sollicité, indiqué le nom d’Antoine Pinay pour ce poste que l’un et l’autre jugeaient avant tout politique100. À la fin d’octobre 1958, le fait est moins connu, De Gaulle faisait une seconde tentative auprès du gouverneur qui, derechef, déclinait la proposition :

  • 101 Brouillon de lettre de W. Baumgartner au général de Gaulle du 31 octobre 1931, 2BA47, dr1.

« J’ai réfléchi encore à l’éventualité que vous m’avez indiquée, écrivait-il ainsi au Général. Abstraction faite de toutes autres considérations, de gloire ou d’intérêt, je crois que c’est l’intérêt de l’État que, dans cette période difficile, je demeure dans la fonction que j’occupe et dont l’exercice m’est connu. C’est là que je servirai le mieux votre Gouvernement. Et je vous demande de vouloir bien ne pas retenir d’autre solution »101.

50Noble indépendance du grand commis vis-à-vis du pouvoir exécutif alors que l’ancien régime à cette date n’a pas encore tout à fait cédé la place au nouveau.

  • 102 Kocher-Marbœuf (Éric), Une décennie d’actions au service de la France gaullienne, Jean-Marcel Jeann (...)
  • 103 Guillaume (Sylvie), Antoine Pinay…, op. cit., p. 191-196 et De Lattre (André), Servir aux Finances, (...)
  • 104 Interview de W. Baumgartner par S. Guillaume, cité in Guillaume (Sylvie), Antoine Pinay…, op. cit., (...)
  • 105 Lettre de M. Debré au général de Gaulle du 7 janvier 1960, AMD, 2DE29.
  • 106 Lettre de M. Debré au général de Gaulle du 12 janvier 1960, AMD 2DE29.
  • 107 Guillaume (Sylvie), Antoine Pinay…, op. cit., p. 197-198.
  • 108 Debré (Michel), Trois républiques pour une France, Mémoires, Paris, A. Michel, 1984, p. 156.
  • 109 Lettre de M. Debré à W. Baumgartner du 13 janvier 1960, AWB, 3BA1, Dr1.
  • 110 Ibid.

51Au début de 1960, cependant, les relations entre Antoine Pinay et Michel Debré, et au-delà vis-à-vis du général de Gaulle, ont connu une détérioration rapide. Cette évolution s’expliquait à la fois par des raisons tenant à la politique économique du gouvernement, jugée « dirigiste » par le maire de Saint-Chamond, en butte notamment aux projets du ministre de l’Industrie et du Commerce, Jean-Marcel Jeanneney102, mais également dans le domaine plus général de la politique extérieure où Pinay entendait mener une action personnelle103. La pression s’est donc alors nettement accentuée sur le gouverneur de l’Institut d’émission. Dès le mois de décembre 1959, il fut l’objet de sollicitations discrètes en provenance de l’entourage du président de la République, notamment de la part d’André de Lattre et de Georges Pompidou104. Le 6 janvier, Debré le recevait une première fois à Matignon : « J’ai reçu hier le Gouverneur de la Banque de France, rapportait le Premier ministre au Général de Gaulle. Il n’a pas voulu me donner de réponse : il considère qu’il ne peut le faire tant qu’il existe, en place un ministre des Finances. C’est une attitude parfaitement concevable et même très loyale »105. Dès le 12, Debré revenait à la charge auprès du gouverneur, qui persista néanmoins dans son refus, évoquant « sa ligne de conduite, sa crainte de la politique », ajoutant « qu’il estimait que M. Pinay devait rester au gouvernement, et même ministre des Finances »106. L’après-midi du même jour cependant, De Gaulle proposait sans plus tergiverser à Pinay un ministère d’État qui aurait été consacré au suivi des affaires économiques européennes. Le ministre des Finances, auquel Baumgartner avait fait part de l’offre qui lui avait été faite de lui succéder rue de Rivoli, rétorqua que les pouvoirs d’un tel ministère d’État seraient bien faibles par rapport à ceux d’un ministère des Finances détenu par l’ancien gouverneur de l’Institut d’émission107. Le 13 janvier Michel Debré écrivait à Baumgartner une longue lettre pour emporter sa décision. Les deux hommes se connaissaient en fait depuis l’avant-guerre. Ils s’étaient alors déjà croisés une première fois lorsque Debré avait fait partie, en 1938, du cabinet de Paul Reynaud aux Finances108. D’emblée, Debré, de dix ans plus jeune que son aîné, marquait sa différence : « Mon cher Gouverneur, nous n’avons, en aucune façon, suivi des carrières parallèles et je suis entré, très jeune, dans l’arène politique [...]. Vous avez parcouru une carrière en tout point admirable qui vous a, loin du bruit inutile des querelles partisanes, apporté toutes les satisfactions de travail et de commandement que vous pouviez souhaiter »109. Mais, « depuis dix-huit mois », insistait Debré, « quelque chose a changé en France, [...] le Général de Gaulle est une chance pour la France : il faut tout faire pour le succès total de cette chance. [...] J’ai eu beaucoup de patience pendant des mois, car la collaboration de M. Pinay n’était pas de tout repos – croyez-le bien [...]. Vous voilà devant une grave décision – pour vous – mais surtout une grave décision pour les affaires publiques. Ainsi en a voulu le destin. Un refus de votre part serait très grave pour le Général et pour le régime »110. La claire conscience d’un changement de régime qui s’exprime ici, la volonté « entêtée », c’est le mot qu’emploie Debré, « de correction et de rénovation » malgré le poids de « l’héritage naturel du passé », autant d’indications qui donnent tout son sens, bien au-delà de la simple chronique administrative, au passage du gouverneur de la Banque au ministère. On sait, en outre, de quelle manière radicale le général de Gaulle lui-même finit par trancher l’affaire. Baumgartner, peu de temps après son arrivée au gouvernement, en fit le récit mezza voce à Alain Peyrefitte, dans une encoignure de fenêtre, à l’occasion d’un déjeuner à l’Élysée :

  • 111 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, Ed. de Fallois/Fayard, vol. 1, 1994, p. 75-76.

« De Gaulle m’avait convoqué pour me demander de prendre la succession de Pinay. J’ai décliné l’offre : “Je ne suis pas digne. Je connais mal le milieu politique. Je ne suis pas fait pour être ministre. Je suis simplement un serviteur de l’État.” De Gaulle insiste. J’insiste dans mon refus : “J’aime mieux continuer mon action à la Banque de France qui est loin d’être achevée. “Il m’a répondu sur un ton à la fois calme et sans réplique, comme une constatation évidente : “Mais vous n’êtes plus gouverneur de la Banque de France !” »111

52Et Baumgartner de conclure à l’intention du jeune député UNR de Provins qui ne devait pas tarder, du reste, à en faire lui-même l’expérience : « Ces manières rudes vous assouplissent les reins ».

53Les circonstances bien établies de la nomination de Baumgartner rue de Rivoli ne laissent donc aucun doute, au niveau simplement biographique, sur le caractère de rupture, autrement plus marquée qu’en 1936, que ce changement de poste a revêtu dans la carrière du haut fonctionnaire. Mais l’épisode revêt aussi une signification plus générale. Sa portée ne doit pas être méconnue et la manière, du point de vue des sources, dont il a fait foisonner la documentation, écrite comme orale, en est le signe. C’est que la nomination de Baumgartner au portefeuille des Finances n’était pas seulement une illustration supplémentaire de la présence notable de « techniciens » dans le premier gouvernement de la Ve République : Couve de Murville aux Affaires étrangères, Pierre Guillaumat aux Armées et Jean-Marcel Jeanneney à l’Industrie et au Commerce en sont d’autres exemples.

54Mais la décision de faire du gouverneur de la Banque de France le ministre de l’Économie et des Finances avait une importance plus grande et cependant rarement soulignée : c’était la première fois depuis la fondation de la Banque de France en 1800 (et la dernière jusqu’à nos jours) qu’un gouverneur de l’Institut d’émission devenait ministre des Finances. Jean Bouvier, écrivant au début des années 1960 sous le pseudonyme de Jean-Jacques Laurendon, avait alors souligné le caractère exceptionnel de cette nomination :

  • 112 Jean-Jacques Laurendon [Jean Bouvier], Psychanalyse des banques, Paris, SEDIMO, [1963], p. 128.

« Dans ces dernières années, un Gouverneur de la Banque a pu devenir ministre des Finances sans que quiconque ait pu juger cette promotion comme hors du droit commun. Le gouvernement a-t-il fait plier la vieille maison devant ses vues planificatrices ou bien est-ce l’esprit ancien qui a conquis à son style et à ses vues les grands commis financiers de l’État ? »112

55La question est lourde. Elle suggère de manière assez neuve que le problème de la « dépendance » de la banque d’émission vis-à-vis de l’État n’est pas seulement à envisager dans le sens d’une influence exercée par le gouvernement sur la Banque. L’hypothèse inverse peut avoir aussi historiquement quelque fondement. Les liens de dépendance peuvent ainsi fonctionner dans les deux sens et le problème de la sauvegarde de « l’indépendance » du Trésor vis-à-vis de la banque centrale peut tout autant être posé.

  • 113 Lucien Delabrousse, Joseph Magnin et son temps (1824-1910), t. II, Le siège de Paris, le ministère (...)
  • 114 Viansson-Ponté (Pierre), « M. W.B. : le premier partout », Le Monde du 15 janvier 1960.
  • 115 Guillaume (Sylvie), « La direction du Budget et Antoine Pinay », in La direction du Budget face aux (...)
  • 116 Zysman (John), op. cit., p. 103.

56Comment, sur ces bases, interpréter la nomination du gouverneur au ministère de l’Économie et des Finances ? Le cas de figure inverse a existé avec la nomination comme gouverneur de la Banque de France de Joseph Magnin, membre de la Gauche républicaine, élu depuis 1875 sénateur de l’arrondissement de Dijon, qui avait été ministre des Finances dans les cabinets Freycinet en 1879-1880, puis Ferry en 1880-1881. Cette nomination intervenue en novembre 1881 à l’initiative directe de Gambetta a pu être analysée comme l’expression d’une volonté affichée du nouveau cabinet de « républicaniser » l’Institut d’émission en même temps que d’autres institutions, comme la Cour des comptes, dont Paul Bethmont fut au même moment nommé premier président113. Par comparaison avec ce précédent célèbre, la nomination de Baumgartner au ministère des Finances au début de 1960 peut être comprise dans une logique similaire mais en quelque sorte inversée : en choisissant de faire entrer dans le gouvernement le gouverneur de la Banque de France, c’est l’ensemble du système financier français qui se trouvait d’un coup potentiellement « politisé ». Comme l’avait écrit, non sans quelque pénétration, Pierre Viansson-Ponté au lendemain de la nomination de Baumgartner rue de Rivoli : « En France, ce sont les banquiers qui règnent sur l’économie et il régnait sur les banquiers »114. Loin de consacrer on ne sait quel envahissement du politique par la technique, cet acte de gouvernement aboutissait de la sorte à abolir la distance qui sous la IVe République n’avait pas un instant cessé de séparer le pouvoir technique des financiers du pouvoir politique. D’une certaine manière alors, comme le souligne Sylvie Guillaume, « les barrières entre l’Administration et le politique tombent. C’est aussi le signe de profonds changements entre les deux républiques »115. Jean Bouvier, pour sa part, n’avait donc pas tort de s’interroger sur le sens de cette étonnante promotion du gouverneur devenu ministre. Ce coup de force illustre sans doute, d’une manière plus générale, la fin avec l’avènement de la Ve République d’une certaine indépendance de l’administration française qui avait marqué la IVe République116. Surtout, loin d’avoir favorisé une sortie de l’économie d’endettement, elle a contribué à en confirmer l’emprise et à en accentuer les traits.

  • 117 Saint-Geours (Jean), Pouvoir et Finance, Paris, Fayard, 1979, p. 51.
  • 118 Audition de M. le Ministre des Finances devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale (...)

57Comme le souligne Jean Saint-Geours, alors rattaché à la direction du Trésor et bon observateur de cette mutation sous la Ve République, « c’est par l’intermédiaire du ministère des Finances que le pouvoir régit la France »117. Par cette remarque, le témoignage du praticien confirmait pleinement l’hypothèse de John Zysman : c’est bien, pour l’essentiel, par le contrôle indirect avant 1958, plus direct après, du système financier que s’est manifesté après 1945 le dirigisme à la française. Baumgartner lui-même l’exprimait à sa manière, qui, quelques jours après son entrée en fonction, exposait devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale qu’ayant depuis trente ans siégé aux côtés des ministres des Finances successifs, il lui fallait désormais accomplir « une mutation psychologique difficile à opérer » : « Le ministre des Finances, pour moi, représentait l’État. je dois maintenant m’identifier à l’État »118.

  • 119 « Petite conjuration contre Baumgartner », Aux Écoutes de la Finance, 6 octobre 1960 ; « La bataill (...)
  • 120 L’Année politique 1960, Paris, PUF, 1961, p. 93.
  • 121 « Offensive déclenchée contre la politique économique du gouvernement », Le Progrès, 20 septembre 1 (...)

58Cette configuration nouvelle fournit une explication d’ensemble aux difficultés que rencontra en permanence l’ancien gouverneur de la Banque de France au cours de son expérience gouvernementale. Ces difficultés apparaissent avec évidence à travers les relations globalement conflictuelles qu’il entretint avec les autres membres du gouvernement, en particulier avec le Premier ministre, Michel Debré, mais aussi avec le ministre de l’Industrie, Jean-Marcel Jeanneney. Dès le début, l’écho de ces désaccords a nourri la chronique et fait les délices des feuilles dites confidentielles comme de la grande presse. À partir de l’été 1960, la presse se fit ainsi régulièrement l’écho des rumeurs de son départ imminent, de ses éventuels successeurs parmi lesquels les noms de Georges Pompidou, de Jacques Rueff ou d’Edgar Faure revenaient le plus souvent, et de la rivalité qui l’opposerait à son secrétaire d’État aux Finances, Valéry Giscard d’Estaing119. Au-delà des tensions supposées de palais, ces campagnes de presse ont été alimentées par les critiques exprimées de façon croissante à l’encontre du ministère des Finances par certains membres de l’UNR120. « Sur le rythme actuel, avait ainsi déclaré en septembre 1960 Albin Chalandon, notre économie ne nous fournira pas les moyens de notre politique »121.

59C’est dans ce contexte que Baumgartner aurait déclaré en octobre 1960 à l’Express, provoquant l’ire bien compréhensible du général de Gaulle :

  • 122 L’Express du 6 octobre 1960.
  • 123 Debré (Michel), Mémoires, t. III, op. cit., p. 43.

60« Le régime actuel ressemble de plus en plus à celui de Vichy. Je n’ai aucune envie de devenir un nouveau Bouthillier »122. Illustration, parmi tant d’autres, de « l’esprit caustique » du ministre des Finances qui, de l’aveu même de Michel Debré, « dans les conversations mondaines, n’épargne pas le Général et encore moins [lui] même »123 ? Sans doute. Mais expression aussi, un peu à la manière d’un acte manqué, de la manière dont l’ancien gouverneur pouvait ressentir sa nouvelle situation : incorporé d’un coup, corps et âme, à la sphère du politique, Baumgartner a sans aucun doute profondément perçu la réalité d’une tentative de politisation de son personnage et de la fonction centrale qu’il était parvenu à remplir depuis onze ans au sein du système financier dans son ensemble. La référence à Vichy, qu’il importe toutefois de replacer dans la représentation de la période de l’Occupation qui prévalait à cette époque, antérieure si l’on veut au Chagrin et la Pitié, renverrait ainsi à l’indéniable osmose du pouvoir des techniciens et du pouvoir politique qui avait, toute chose étant égale par ailleurs, caractérisé les premiers temps du gouvernement de Vichy et dont la trajectoire d’un Yves Bouthillier, en effet, rend assez bien compte.

  • 124 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire…, op. cit., p. 232 ; Quermonne (Jean-Louis), « Pol (...)
  • 125 Quennouëlle (Laure), La direction du Trésor…, op. cit., p. 405-425.

61Entre les pouvoirs de la technique financière et le pouvoir politique, la IVe République avait sans conteste réussi à créer un modus vivendi que le changement de régime en 1958 a très vite remis en cause. Ainsi prennent sens les refus répétés des grands commis, Baumgartner mais aussi Bloch-Lainé ou Goetze également pressentis, de franchir le Rubicond. Ainsi également s’éclaire la raison de l’opposition de nature, sans doute exagérée par la presse, entre le ministre des Finances et son jeune secrétaire d’État : entre Wilfrid Baumgartner et Valéry Giscard d’Estaing, de vingt-cinq ans son cadet, la différence principale pourtant ne relevait pas seulement d’une question de génération. Elle se fondait bien davantage sur le choix de la carrière proprement politique que fit dès 1956 le jeune inspecteur des Finances en se faisant élire comme député du Puy-de-Dôme sous l’étiquette du Centre national des indépendants. Cette évolution est également confirmée, d’un autre point de vue, par le considérable mouvement de personnel qui aboutit entre 1960 et 1962 au départ, à la tête des principales directions du ministère des Finances, des hommes installés du temps de la IVe République, comme Pierre-Paul Schweitzer à la direction du Trésor, Gilbert Devaux, le directeur du Budget, dès juin 1960, Louis Franck, l’inamovible directeur des Prix ou encore Robert Blot à la direction générale des Impôts. Le processus de politisation de la haute fonction publique sous la Ve République, depuis longtemps souligné, est incontestable124. Il permet de rendre compte de l’effacement croissant de Wilfrid Baumgartner à compter de la fin des années 1950. Par ailleurs, au sein de l’organigramme du ministère des Finances, dont les directeurs ont ainsi été remaniés, le tournant du début des années 1960 est également marqué par une indéniable perte d’influence de la direction du Trésor, au profit notamment de la direction du Budget, sous la forte pression, comme l’a bien montré Laure Quennouëlle, de la présidence de la République125. Aussi bien, au-delà des seules questions de personnes, dont l’historien n’est pas nécessairement le mieux placé pour rendre compte, c’est à une transformation d’ensemble du rapport entre le pouvoir politique et la haute administration économique et financière qui s’accomplit au début des années 1960. L’analyse de la politique financière menée sous la conduite du ministre des Finances à l’intérieur du gouvernement dirigé par Michel Debré jusqu’au début de 1962 permet de préciser plus avant le sens que l’on peut donner à cette évolution.

LA POLITIQUE FINANCIÈRE DU GOUVERNEMENT DEBRÉ

  • 126 De Lattre (André), La politique économique de la France…, op. cit., p. 490 sqq ; Guillaumont-Jeanne (...)
  • 127 Rapports annuels du CNC pour 1960, 1961 et 1962 ; « L’évolution du crédit en 1961 et en janvier 196 (...)

62Les premières années de la Ve République ont de manière évidente été globalement marquées par une intensification des formes d’économie d’endettement en France. Cette réalité est parfaitement traduite, en première analyse, par les données macrofinancières depuis longtemps bien établies de la période126. L’un des signes les plus indiscutables de cette évolution est ainsi l’inflation de la masse monétaire qui aura caractérisé de façon croissante la période. Les liquidités et quasi-liquidités (M2) augmentent ainsi de 16,6 % en 1960, de 17, 2 % en 1961 et de 18,7 % en 1962. Cette croissance est en majeure partie fondée sur l’augmentation de la monnaie de banque. C’est ainsi qu’entre 1960 et 1962, les dépôts bancaires ont toujours représenté plus de 50 % de l’accroissement de M2. L’autre moitié étant constitué dans la proportion des deux tiers par la monnaie fiduciaire et les dépôts à terme127. Cette évolution s’expliquait en grande partie par la situation de surliquidité qui a caractérisé, à partir de l’adoption du plan de décembre 1958, l’économie française qui a alors, comme on l’a vu, fortement bénéficié d’un afflux d’or et de devises en provenance de l’étranger. Si l’on considère les contreparties de cette augmentation de la masse monétaire, ce sont bien les crédits à l’économie qui augmentent le plus et le plus vite : leur volume total augmente de 50 % entre la fin 1959 et le début de 1962, passant de 108 à 162 milliards de francs.

Tableau n° 16. Crédits à l’économie des intermédiaires financiers (1959-1962) (en milliards de NF)

Tableau n° 16. Crédits à l’économie des intermédiaires financiers (1959-1962) (en milliards de NF)

Source : Annexes aux rapports du CNC, 1959-1962, tableaux : Ensemble des crédits à court terme et des crédits à moyen terme mobilisables et Récapitulation des crédits à l’économie.

  • 128 « Projet de création d’un coefficient minimum de trésorerie pour les banques », note de Maurice Pér (...)
  • 129 Ibid., p. 3.
  • 130 Patat (Jean-Pierre) et Lutfalla (Michel), Histoire monétaire de la France au xxe siècle, op. cit., (...)

63Cette évolution, du reste, parfaitement aperçue tant à la Banque de France qu’au ministère des Finances, a été à l’origine directe de l’instauration, dès le 6 octobre 1960, du « coefficient de trésorerie » imposant aux banques inscrites de respecter un rapport minimum entre leurs actifs liquides et le montant de leurs effets à moyen terme et de leurs effets publics toujours mobilisables hors plafond auprès de la Banque de France128. En revanche, comme le soulignait Maurice Pérouse, la croissance des crédits consentis par les établissements à statut spécial, le Crédit agricole et les banques populaires au premier chef, continuerait à échapper au contrôle de la banque d’émission129. À un autre point de vue, cette poussée continue du crédit a correspondu de manière concomitante, comme on l’a vu, à une nouvelle phase d’accélération de la bancarisation, tant au niveau d’une densification du réseau de guichets qu’à celui, plus général, de la croissance des bilans bancaires. Le développement des crédits à la consommation, du fait de la libéralisation de leurs conditions à compter de juin 1960 (réduction de la part de l’apport personnel, allongement de la durée des crédits), explique pour une part non négligeable cet accroissement des crédits bancaires130. Par ailleurs, cette nette poussée du crédit s’est accompagnée, comme toujours avec un certain décalage, d’une renaissance de l’inflation, sensible à compter du second semestre de 1961, qui a été à l’origine directe du plan de stabilisation de 1963.

  • 131 Bouvier (Jean), « Histoire financière et problème d’analyse des dépenses publiques », Annales ESC, (...)
  • 132 Discours de Michel Debré sur la politique et sociale du gouvernement, Assemblée nationale, 3 octobr (...)
  • 133 Lettre de M. Debré à W. Baumgartner du 25 août 1960, AMD, 2DE21.
  • 134 Note de M. Debré à Antoine Dupont-Fauville du 13 février 1961, AMD, 2DE13.
  • 135 Lettre de M. Debré à W. Baumgartner du 13 avril 1961, AMD, 2DE21.

64Au vu de ces éléments d’histoire « froide », pour reprendre une fois de plus une distinction établie par Jean Bouvier131, l’accentuation des formes d’économie de crédit en France aux débuts de la Ve République ne laisse guère de doute. Cette évolution est largement corroborée par les principaux traits de l’histoire « chaude » de la période. Le rôle de Michel Debré, au premier chef, dans le renforcement des formes d’économie d’endettement entre 1959 et 1962, transparaît notamment avec une particulière netteté dans l’abondante correspondance qu’il entretint avec son ministre des Finances dans la période. Cette dimension constitue un fondement important de sa politique économique – et même de sa politique tout court. Comme il le rappelait à l’Assemblée nationale en octobre 1961 : « L’économie n’est pas toute la politique, mais l’économie est la clef de toute politique intérieure et extérieure ». Il affirmait du même mouvement sa « volonté continue d’expansion économique », impliquant, selon lui, la nécessité d’un effort « pour le développement et l’encouragement de crédits commerciaux et privés »132. Ce développement du crédit était étroitement associé dans les conceptions du Premier ministre à une rationalisation du réseau bancaire français, dans une logique à la fois d’aménagement du territoire et d’égalisation des conditions d’accès au crédit. Dès l’été 1960, il s’était ouvert à Baumgartner de son intention d’imposer au CNEP sa décentralisation à Toulouse ou bien de lui signifier purement et simplement sa suppression133. En février 1961, il revenait à la charge, caressant cette fois le projet de faire créer par le Crédit lyonnais un comité des investissements, installé à Lyon et ayant compétence pour toute la région sud-est, disposant donc de pouvoirs de décision autonomes vis-à-vis du siège parisien134. Il exposa en détail ses projets à son ministre des Finances par une nouvelle lettre datée du 13 avril 1961, échafaudant cette fois un vaste plan de réorganisation et développement du réseau bancaire français sur une base strictement régionale, impliquant la constitution de comités régionaux d’investissement auxquels seraient associées toutes les banques de dépôts nationalisées135. Ce grand dessein dut provoquer un certain effroi chez Baumgartner dont la réponse ne semble pas avoir été conservée, mais dont témoigne la nouvelle lettre que le Premier ministre lui adressa le 17 avril :

  • 136 Lettre de M. Debré à W. Baumgartner du 17 avril 1961, AMD 2DE21.

« Vous m’avez dit, cher ami, que ma lettre était absurde. Je n’emploierai pas le même terme, dont je pense qu’il a dépassé votre pensée. Mais ce que je peux dire – c’est que vous ne voulez pas voir un problème qui est à la fois politique et national. Si le Ministre des Finances ne veut ni m’aider ni même me comprendre, j’agirai seul. Bien à vous »136.

  • 137 Guillaume (Sylvie), Antoine Pinay…, op. cit., p. 194 ; Bucaille (Thomas), W. Baumgartner…, op. cit. (...)

65Ce volontarisme bancaire s’inscrivait assez bien dans la foulée du projet de bureau de conversion et de développement industriel, sorte de banque d’affaires d’État, associant les ressources du Crédit national et de la Caisse des dépôts et destiné, à l’origine, à assurer le financement des investissements de reconversion industrielle. Présenté à la fin de 1959 par le ministre de l’Industrie, Jean-Marcel Jeanneney, à la suggestion enthousiaste de Michel Debré, le projet s’était immédiatement heurté à l’opposition résolue d’Antoine Pinay, encore ministre des Finances, puis à la résistance plus diffuse de son successeur, avant d’être finalement abandonné, dans la forme prévue initialement, à compter du printemps de 1960. Sans reprendre ici par le menu une affaire déjà bien étudiée, y compris sur la base des papiers Baumgartner137, on peut souligner combien les conceptions qui avaient été à l’origine du projet reposaient, en dernière analyse, sur une représentation du crédit et plus généralement du facteur financier qui participait alors toujours pleinement des logiques d’économie d’endettement. C’est exactement dans le même ordre d’idée, que Michel Debré, tout au long de la période de son gouvernement, se préoccupa, avec obstination et contre l’avis de la plupart de ses conseillers, des moyens de développer les formes de crédit à la consommation. Au début de juillet 1960, il écrivait par exemple à son ministre des Finances :

  • 138 Lettre de M. Debré à W. Baumgartner du 4 juillet 1960, AMD, 2DE21.

« Peut-être vous apparaîtrai-je comme étant assez têtu, mais ayant profité de la journée de dimanche pour lire beaucoup de documents, je suis amené à vous poser, une nouvelle fois, la question : ne pensez-vous pas qu’il conviendrait d’accroître la durée des crédits à la consommation pour un certain nombre d’appareils ménagers ? D’après ce que je crois comprendre la durée actuelle est de 18 mois ; Elle pourrait être portée à vingt ou vingt-deux mois, me semble-t-il, sans inconvénient majeur. Les industries intéressées le demandent. Il y a du point de vue social tout intérêt à développer la vente de ces appareils, et si je comprends bien, des pays étrangers font un crédit encore plus long que le nôtre. »138

  • 139 Lettre de Michel Debré à Wilfrid Baumgartner du 13 octobre 1960, AMD, 2DE21.
  • 140 Ibid.

66De manière plus révélatrice encore, Michel Debré, en octobre 1960, avait demandé à son ministre des Finances dans « une lettre tout à fait personnelle » s’il lui semblait possible, dans la mesure bien entendu où « nous continuions à profiter du redressement acquis l’an dernier », « de consacrer cent ou cent vingt-cinq milliards d’anciens francs à un certain nombre d’actions limitées, économiquement et socialement indispensables ? »139 Et le Premier ministre de citer dans l’ordre : une augmentation des allocations familiales et du minimum vieillesse, le logement, les universités, les travaux publics (autoroute ou début du canal de l’Est), une Caisse de décentralisation industrielle… « Que ne pourrais-je faire, ajoutait-il, si j’avais simplement douze milliards à ma disposition en faveur des régions moins bien développées ! »140

  • 141 Lettre de Michel Debré au général de Gaulle du 4 juillet 1960, AMD, 2DE29.

67Bien entendu, Michel Debré était pleinement conscient du risque inflationniste que comportait une telle politique financière et de crédit. Au général de Gaulle qui s’était inquiété une première fois au cours de l’été 1960 d’une tendance à la renaissance de l’inflation, Debré, tout en admettant que les risques d’inflation étaient de nouveau à l’ordre du jour, avait aussi répondu que ces risques, fondamentalement, étaient la contrepartie « des charges de la France » : « Ces charges, précisait-il, sont notre honneur, notre devoir, notre responsabilité. Elles se nomment défenses nationales, Algérie, Sahara, départements et territoires d’Outre mer, Communauté. Elles se nomment aussi équipement social : écoles, logements, hôpitaux. Elles se nomment également améliorations économiques, part exemple, agriculture ou régions moins développées. Elles se nomment enfin recherche scientifique »141. Belle légitimation à l’orée de la nouvelle république du maintien des formes d’une économie de crédit ! Elle fournit sans doute une des clefs de la politique financière et même, plus largement de l’ensemble de la politique économique menée du temps où Baumgartner demeura chargé du ministère de l’Économie et des Finances.

  • 142 Bucaille (Thomas), W. Baumgartner…, op. cit., p. 159.
  • 143 Kocher-Marbeuf (Éric), Une décennie d’actions…, op. cit., p. 250.
  • 144 Larchet (Pierre), « Monsieur W.B. : Dr Erhardt [sic] ou Dr Schacht ? », Démocratie, 60, 21 janvier (...)
  • 145 Audition de M. le Ministre des Finances devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale (...)

68Au moment de conclure l’étude qu’il avait consacrée au passage de l’ancien gouverneur de la Banque de France rue de Rivoli, Thomas Bucaille avait hésité pour qualifier de manière définitive et univoque la politique économique menée sous la conduite de Baumgartner entre janvier 1960 et janvier 1962 : « On l’aura compris, écrivait-il, Baumgartner est un pragmatique, et un orthodoxe – ou du moins est-ce l’image qui le définissait aux yeux du public. Mais cette orthodoxie n’est pas évidente »142. Une incertitude semblable, mais en tout point opposée, est présente dans l’analyse qu’Éric Kocher a proposée de la politique économique de la période : « L’arrivée de Wilfrid Baumgartner, écrit-il, coïncide avec l’adoption d’une politique qui favorise à nouveau la consommation des ménages. On retrouve la pratique classique d’une politique prudente de sortie de crise par une relance de la consommation à la manière de la théorie keynésienne »143. Cette difficulté à « classer » le grand commis des Finances du début de la Ve République fut constatée, tout autant, par les observateurs contemporains. Citons ici simplement pour s’en tenir à l’exemple le plus significatif pour notre hypothèse principale, la question que posait Pierre Larchet dans Démocratie 60 au début de 1959 : « Monsieur W.B. : Dr Erhardt [sic] ou Dr Schacht ? »144. Où fut Wilfrid Baumgartner, au juste, entre 1960 et 1962 ? De fait, les grandes catégories auxquelles l’histoire économique a longtemps recouru ont-elles tendance à se brouiller quand on cherche à les appliquer aux premières années de la politique économique de la Ve République. Ainsi de l’opposition entre « l’État » et le « marché ». Ainsi de la ligne de partage entre « dirigistes » et « libéraux ». Ainsi même, dans une autre mesure, de la « gauche » et de la « droite ». Le ministre des Finances lui-même avait explicitement énoncé devant la commission des Finances de l’Assemblée ces apparentes contradictions : « Je m’efforcerai ici, dans le poste que j’occupe maintenant, de marier ces deux éléments difficiles à marier qui sont l’expansion et la stabilité, presque aussi difficiles à marier sur le plan économique que le seraient sur le plan politique le mouvement et la résistance »145.

69Seule la notion d’économie d’endettement, d’une certaine manière, est assez englobante pour permettre de dépasser ces contradictions et pour fournir une explication d’ensemble. Avec l’avènement de la Ve République, s’est opérée une forme de politisation des institutions de l’économie d’endettement. La haute fonction publique à compétence financière, comme d’ailleurs également le monde de la banque, en intégrant des logiques partisanes, cessait brutalement d’être isolée, comme elle l’était largement demeurée sous le régime précédent, des pressions des différents groupes sociaux. Le malaise ressenti par l’ancien gouverneur fait contre son gré ministre des Finances s’expliquait au premier chef par cette tentative d’appropriation par le pouvoir politique.

  • 146 « Nouvelle commission Rueff », note de Michel Debré du 26 septembre 1959, AMD, 2DE12 [souligné par (...)
  • 147 De Gaulle (Charles), Mémoires d’espoir, Paris, Plon, vol. 1, Le Renouveau, 1958-1962, p. 127-128.
  • 148 Ibid., p. 119-120.
  • 149 « Le plan de Constantine », note de la direction générale des Études et du Crédit, 20 novembre 1959 (...)

70On comprend dès lors que la perspective de la réforme financière et d’une sortie accélérée de l’économie d’endettement, c’est-à-dire le programme que n’avait cessé de préconiser un Jacques Rueff depuis 1958, se soit rapidement heurtée aux principes contraires de la politique financière qu’entendait promouvoir le gouvernement – et même, au-delà, au choix collectif de toute une société. « Le désir clandestin – si j’ose m’exprimer ainsi, avouait Michel Debré en 1959 – de Monsieur Rueff serait d’appartenir au Gouvernement. Il n’est pas question de l’envisager, ce ne serait ni utile, ni politique »146. C’était une façon de dire qu’un changement de régime financier n’était pas opportun au moment où la question de la cohésion et de la sécurité sociale, dans le contexte à bien des égards dramatique de la guerre d’Algérie, était loin d’être assurée. La politique financière menée sous l’autorité du ministre des Finances du gouvernement Debré ne peut ainsi pas être comprise si l’on fait abstraction de la présence de la guerre durant toute la période : guerre de l’autre côté de la Méditerranée bien entendu, mais aussi guerre civile dont « la guerre à outrance » de l’OAS – c’est l’expression du général de Gaulle dans ses mémoires justifiant le recours à l’article 16 de la constitution – permettait de comprendre, expliquait encore De Gaulle, « que la peur, jadis ressort des assemblées [était] devenu celui de la société tout entière »147. D’une certaine manière, le renforcement de l’économie d’endettement a été, au début de la Ve République, un des moyens de faire absorber à la société française le choc de l’achèvement de la décolonisation. Il est d’ailleurs très significatif de ce point de vue que le plan de Constantine ait été proposé dans cette période, de l’aveu même du général de Gaulle, comme le moyen d’assurer entre les deux rives de la Méditerranée « une profonde osmose, humaine, économique, culturelle »148. Les objectifs de ce plan, comme l’avait bien souligné alors la Banque de France, impliquaient un besoin de financement de l’ordre de 2 000 milliards sur cinq ans dont il était permis de se demander par quelles modalités, sinon par recours au crédit public et privé, il aurait pu être fait face149.

  • 150 Audition de M. le Ministre des Finances devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale (...)

71Sur ce « front » aussi, les logiques de l’endettement l’emportaient toujours. Ce lien très tenace entre l’économie d’endettement et la guerre dépasse d’ailleurs la seule guerre d’Algérie. Le contexte plus général de la guerre froide qui atteint au début des années 1960 son intensité maximale a sans nul doute constitué un autre facteur du choix persistant d’une économie et d’une société d’endettement. Baumgartner l’avait clairement formulé, en janvier 1960, au moment où s’achevait tout juste la crise des barricades d’Alger : dans une période où « l’avenir n’est à personne », et au-delà de la question des liens entre la France et l’Algérie, « le problème général pour le monde libre est celui, dans une période de tension – n’hésitons pas à prononcer ce mot – de maintenir ce difficile équilibre que nous cherchons nous-même entre la consommation et l’investissement »150. Cette vision du monde donne, d’une certaine manière, l’une des clefs des politiques économiques du xxe siècle, tout au long de ce grand cycle de la guerre, enclenché en 1914 et dont la déprise précisément ne s’est pas effectuée avant la décennie 1980. L’analyse de la politique monétaire extérieure conduite par Baumgartner, ministre des Finances, en fournit une autre confirmation.

Notes

1 Rueff (Jacques), De l’aube…, op. cit., p. 240-241.

2 Lettre de Rueff à Pinay du 4 février 1959, double dactyl., AWB, 2BA52, Dr7.

3 Ibid., p. 243.

4 Le Figaro du 7-8 mars 1959.

5 Lettre de Saltes à Rueff du 9 mars 1959, AWB, 2BA52, Dr7.

6 Ibid., p. 3.

7 Aymard (Philippe), La Banque et l’État, la politique économique et l’évolution des techniques bancaires en France depuis 1945, Paris, A. Colin, 1960, préface de W. Baumgartner, p. 47-52. Cf. aussi supra p. 332.

8 Lettre de Rueff à Saltes du 18 mars 1957, AWB, 2BA52, Dr7.

9 Rueff (Jacques), « Le mécanisme de l’escompte et le taux des bons de la Défense nationale », Revue politique et parlementaire, n° 33, juillet 1926, p. 80-90.

10 Jeanneney (Jean-Marcel), Cours d’économie financière, DES, 1957-58, Paris, Les Cours de droit, 1958, p. 119.

11 Ibid., p. 121.

12 Lettre de Saltes à Rueff du 21 avril 1959, AWB, 2BA52, Dr7.

13 Lettre de Rueff à Pinay du 18 mai 1959, publiée in Rueff (Jacques), De l’aube…, op. cit., p. 244-245.

14 Ibid., p. 245.

15 « Note sur quelques réformes indispensables », note de Rueff à Pinay du 10 juin 1959, 11 p. dactyl., copie transmise « avec [ses] amitiés » par Rueff à Baumgartner, AWB, 2BA53, Dr5.

16 Ibid., p. 6.

17 Le Journal du Dimanche du 21 juin 1959.

18 Lettre de Rueff au général de Gaulle du 20 août 1959, copie.

19 Lettre de Michel Debré à Wilfrid Baumgartner du 23 août 1959, Archives Michel Debré (AMD), 2DE21.

20 Lettre de Michel Debré à Antoine Pinay du 29 août 1959, AMD, 2DE21.

21 Compte-rendu de la réunion du 4 septembre 1959 par H. Fournier daté du 7 septembre 1959, 2 p. dactyl., AWB, 2BA55, Dr5.

22 Ibid., p. 2.

23 Bouvier (Jean) et alii, « Système bancaire et inflation au xxe siècle », Recherches et travaux, bulletin de l’Institut d’Histoire économique et sociale de Paris I, nos 5, 6, 7 et 8, 1977-1978.

24 Ibid., n° 7, p. 21.

25 Guillaumont-Jeanneney (Sylviane), Politique monétaire et croissance économique en France, op. cit., p. 91-99.

26 Sicsic (Pierre) et Wyplovz (Charles), « France, 1945-92 », in Crafts (Nicholas) et Toniolo (Gianni) (dir.), Economic Growth in Europe since 1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 232-234.

27 « Comment éviter la récession ? », débat Aux Quatre Coins de l’Opinion, Le Figaro, 7-8 mars 1959.

28 Aymard (Philippe), La banque et l’État…, op. cit., p. 104-105.

29 Sayers (Richard S.), Banking in Western Europe, Oxford, Clarendon Press, 1962, passim.

30 Selon Jacques Desazars de Montgailhard, alors directeur de l’Union européenne industrielle et financière, le coût final du découvert, majoré de diverses commissions « fort lourdes », s’établissait à 6,10 % pour les meilleures signatures, mais il pouvait aussi « aller au-delà, selon les régions de France, l’importance et la solvabilité du client et la nature de la profession de l’emprunteur ». L’auteur ne donne malheureusement aucun chiffre des coûts maxima pouvant être atteints sur ces bases (Le crédit et les banques, cours de l’Institut d’études politiques, 1960-1961, Paris, Les Cours de droit, 1961, fascicule 2, p. 256).

31 Feiertag (Olivier), « Les banques d’émission et la croissance économique en Europe (1945-1973) », art. cité, p. 611-617.

32 « Comparaison entre les taux réels des crédits bancaires en France… », doc. cité, p. 2.

33 « Note sur quelques réformes indispensables », doc. cité, p. 6.

34 Cauboué (Pierre), Monnaie, crédit, banque, Paris, Delmas et Cie, 1957, p. 99

35 Un siècle d’économie française, 1863-1963, livre du centenaire du Crédit lyonnais, Crédit lyonnais, Paris, 1963, p. 239.

36 Ferronnière (Jacques), « Le développement des services rendus au public », Société générale, 1864-1964, livre du centenaire, Société générale, Imprimerie Chaix, 1964, p. 119.

37 « Comparaison entre les taux réels des crédits bancaires en France et à l’étranger », doc. cité, p. 10. et « Distribution et coût du crédit en France et à l’étranger », doc. cité, p. 2-3.

38 Bonin (Hubert), L’argent en France depuis 1880, banquiers, financiers, épargnants, Paris, Masson, 1989, p. 38.

39 Bouvier (Jean) et alii, « Système bancaire et inflation au xxe siècle, De l’après Seconde Guerre mondiale à nos jours », Recherches et Travaux, Bulletin de l’IHES, n° 8, 1978, p. 21.

40 Bonin (Hubert), Le monde des banquiers français au xxe siècle, Bruxelles, Éd. Complexe, 2000, p. 250

41 Denizet (Jean), « Évolution récente et future de la banque », Revue d’économie politique, mai-juin 1970, n° 3, 80e année, p. 460.

42 Ibid., p. 459.

43 Rapports annuels du CNC pour 1954, 1955, Paris, Imprimerie nationale, 1955, p. 10-13 et 1956, p. 12-14.

44 Margairaz (Michel), « Les autorités monétaires face aux banques locales et régionales. Une rationalisation avortée du réseau bancaire dans les années 1940 », in Lescure (Michel) et Plessis (Alain), dir., Banques locales et banques régionales en Europe au xxe siècle, Paris, Albin Michel, 2004, p. 278-307.

45 Cf. par exemple Rapport annuel du CNC pour 1955, op. cit., p. 13.

46 Ferronnière (J.), « Le développement des services rendus au public », in Société générale, 1864-1964, livre du centenaire, op. cit., p. 124.

47 Ibid., passim.

48 Un siècle d’économie française, 1863-1963, livre du centenaire du Crédit lyonnais, op. cit., p. 223.

49 Ibid.

50 Torres (Félix), Banquiers d’avenir, Des comptoirs d’escompte à la naissance de BNP Paribas, Paris, Albin Michel, 2000, p. 73-77.

51 Denizet (Jean), « Évolution récente et future de la banque », art. cité, p. 456 ; Bouvier (Jean), Un siècle de banque française…, op. cit., p. 94-96 ; Andrieu (Claire), La banque sous l’Occupation…, op. cit., p. 238 sqq.

52 « Réglementation des guichets de banques », note d’H. Fournier du 16 janvier 1959, 2 p. dactyl., AWB, 2BA52, Dr1.

53 Note de J. Saltes au gouverneur du 16 janvier 1959, 3 p. dactyl., AWB, 2BA52, Dr1.

54 Koch (Henri), op. cit., p. 66.

55 « Coefficient de division des risques », dossier du secrétariat de la commission de contrôle des banques, 14 janvier 1959, AWB, 2BA52, Dr1.

56 Nous empruntons ce concept de viscosité à la thèse de Catherine Omnès où il est appliqué au champ social. Mais il est permis de supposer que ce n’est pas sans raison profonde qu’il puisse ainsi valablement circuler de la société au système financier. Cf. Omnès (Catherine), Ouvrières parisiennes, marchés du travail et trajectoires professionnelles au 20e siècle, Paris, Éd. de L’EHESS, 1997, p. 335.

57 « Pour une nouvelle politique d’open market », note de A. Boccon-Gibod du 31 décembre 1958, 5 p. dactyl., AWB, 2BA47, Dr4.

58 « Sur quelques aspects de l’évolution monétaire récente », note du 11 mars 1959, 8 p. dactyl., AWB, 2BA52, Dr6.

59 Jéquier (Rémi), La politique des réserves obligatoires, étude de politique monétaire, Genève, Droz, 1966.

60 « Le Gouvernement vient de définir… », note de Jean Saltes du 2 janvier 1959, 6 p. dactyl. AWB, 2BA52, Dr1.

61 « Notre système bancaire a subi… », note de Jean Saltes du 24 août 1959, 7 p. dactyl., AWB, 2BA55, Dr5.

62 Capie (Forrest), Goodhart (Charles) et Schnadt (Norbert), « The development of central banking », in The Future of Central Banking, The Tercentenary Symposium of the Bank of England, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 10

63 Lettre de J. Saltes à J. Rueff du 21 avril 1959, AWB, 2BA52, Dr7.

64 Ibid., p. 2.

65 « Notre système bancaire a subi… », doc. cité, p. 1.

66 Feiertag (Olivier), « Le Crédit lyonnais et le Trésor… », art. cité, p. 821-823.

67 Rivoire (Jean), Le Crédit lyonnais…, op. cit., p. 119.

68 Rivoire (Jean), Le Crédit lyonnais…, op. cit., p. 140.

69 Lettre d’O. Moreau-Néret à W. Baumgartner du 11 février 1959, AWB, 2BA52, Dr4.

70 Polanyi (Karl), La Grande Transformation…, op. cit., p. 88.

71 Note de J. Saltes du 16 janvier 1959, AWB, 2BA52, Dr1.

72 « Le Gouvernement vient de définir… », note de J. Saltes du 2 janvier 1959, doc. cité, p. 4.

73 « La Banque de France, après avoir tiré… », note de J. Saltes du 1er décembre 1959, 3 p. dactyl., AWB, 2BA56, Dr5.

74 « Politique du crédit, taux du crédit, institutions du crédit », note pour le Premier ministre de Maurice Pérouse du 14 décembre 1959, AWB, 2BA56, Dr3.

75 Ibid., p. 3.

76 Compte rendu de la séance tenue par le CNC le 17 décembre 1959, direction générale des Études et du Crédit de la Banque de France, 19 p. dactyl., AWB, 2BA56, Dr2.

77 Ibid., p. 8.

78 Plessis (Alain), « Les banques locales, de l’essor du Second Empire à la crise de la Belle Époque », in Lescure (Michel) et Plessis (Alain) (dir.), Banques locales et banques régionales en France au xixe siècle, Paris, A. Michel, 1999, p. 202-232.

79 « Le Conseil national du Crédit contre M. Rueff », Les Échos du 15 décembre 1959

80 Compte rendu de la séance tenue par le CNC le 17 décembre 1959, doc. cité, p. 9.

81 Rueff (Jacques), Discours sur le Crédit, Collège libre des sciences sociales et économiques, Paris, Éditions Celse, 1962, reproduit in Combats pour l’Ordre financier, op. cit., p. 453-473.

82 Ibid., p. 461 et 469

83 Ibid., p. 457.

84 Ibid., p. 463.

85 Bucaille (Thomas), Wilfrid Baumgartner, Ministre des Finances, [13] janvier 1960-18 janvier 1962, mémoire de DEA sous la dir. de Jean-Noël Jeanneney, Centre d’histoire de la France contemporaine, IEP, 1987, 172 p. dactyl., p. 27. Thomas Bucaille a été le premier à explorer dans le cadre de cette recherche les papiers Wilfrid Baumgartner. Qu’il soit ici remercié pour les échanges que nous avons eus alors que j’abordai à mon tour le cas Baumgartner.

86 De Lattre (André), Servir aux Finances, op. cit., p. 122-128.

87 Ibid., p. 123.

88 AO du CHEEF, Entretien n° 5 avec D. Boyer du 9 décembre 1991 par O. Feiertag.

89 Ibid.

90 AO du CHEFF, Entretien n° 8 avec Pierre De Calan par Aude Terray du 8 février 1989.

91 Debré (Michel), Gouverner autrement, 1962-1970, Mémoires, t. IV, Paris, A. Michel, 1993, p. 103.

92 Jouan (Fabien), Les réformes de l’organisation bancaire en France en 1966-1967, mémoire de maîtrise sous la direction de Michel Margairaz, université de Paris VIII, 1998.

93 Berstein (Serge), La France de l’expansion, La République gaullienne, 1958-1969, Paris, Seuil, 1989, p. 153.

94 Quermonne (Jean-louis), Administration et politique sous la Cinquième République, Paris, Presses de la FNSP, 1981 ; Quermonne (Jean-Louis) et Bodiguel (Jean-Luc), La Haute fonction publique sous la Ve République, Paris, PUF, 1983.

95 Cf. par exemple Dard (Olivier), La technocratie, Paris, La Documentation française, 1998.

96 Zysman (John), Governments, Markets, and Growth, Financial Systems and the Politics of Industrial Change, Oxford, Martin Robertson, 1983 ; Loriaux (Michael), France after Hegemony, International Change and Financial Reform, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1991.

97 Zysman (John), op. cit., chap. III, notamment p. 112-132 ; Loriaux (Michael), op. cit., chap. II, p. 55-75.

98 Lettre de W. Baumgartner à M. Frère, président de la BRI, s.d. [début 1960], AWB, 3BA18, Dr1.

99 PVCG, séance du 14 janvier 1960, p. 16.

100 Guillaume (Sylvie), Antoine Pinay…, op. cit., p. 156-157 ; De Lattre (André), Servir aux Finances, op. cit., p. 107.

101 Brouillon de lettre de W. Baumgartner au général de Gaulle du 31 octobre 1931, 2BA47, dr1.

102 Kocher-Marbœuf (Éric), Une décennie d’actions au service de la France gaullienne, Jean-Marcel Jeanneney, 1959-1969, thèse sous la dir. de Serge Berstein, IEP, 1996, vol. 1, p. 48 sqq.

103 Guillaume (Sylvie), Antoine Pinay…, op. cit., p. 191-196 et De Lattre (André), Servir aux Finances, op. cit., p. 120-121.

104 Interview de W. Baumgartner par S. Guillaume, cité in Guillaume (Sylvie), Antoine Pinay…, op. cit., p. 198.

105 Lettre de M. Debré au général de Gaulle du 7 janvier 1960, AMD, 2DE29.

106 Lettre de M. Debré au général de Gaulle du 12 janvier 1960, AMD 2DE29.

107 Guillaume (Sylvie), Antoine Pinay…, op. cit., p. 197-198.

108 Debré (Michel), Trois républiques pour une France, Mémoires, Paris, A. Michel, 1984, p. 156.

109 Lettre de M. Debré à W. Baumgartner du 13 janvier 1960, AWB, 3BA1, Dr1.

110 Ibid.

111 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle, Paris, Ed. de Fallois/Fayard, vol. 1, 1994, p. 75-76.

112 Jean-Jacques Laurendon [Jean Bouvier], Psychanalyse des banques, Paris, SEDIMO, [1963], p. 128.

113 Lucien Delabrousse, Joseph Magnin et son temps (1824-1910), t. II, Le siège de Paris, le ministère des Finances, le gouvernement de la Banque de France, Paris, F. Alcan [1924], p. 434-440 [microfilm 36045830, BNF] ; Joseph Reinach, Le Ministère Gambetta, Histoire et Doctrine (14 novembre 1881-26 janvier 1882), Paris, Charpentier, 1888, p. 350.

114 Viansson-Ponté (Pierre), « M. W.B. : le premier partout », Le Monde du 15 janvier 1960.

115 Guillaume (Sylvie), « La direction du Budget et Antoine Pinay », in La direction du Budget face aux grandes mutations des années 1950, acteur ou témoin ?, Paris, CHEFF, 1998, p. 58.

116 Zysman (John), op. cit., p. 103.

117 Saint-Geours (Jean), Pouvoir et Finance, Paris, Fayard, 1979, p. 51.

118 Audition de M. le Ministre des Finances devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale le 28 janvier 1960, AWB, 3BA1, p. 2.

119 « Petite conjuration contre Baumgartner », Aux Écoutes de la Finance, 6 octobre 1960 ; « La bataille de Rivoli », Le Canard enchaîné, 12 octobre 1960.

120 L’Année politique 1960, Paris, PUF, 1961, p. 93.

121 « Offensive déclenchée contre la politique économique du gouvernement », Le Progrès, 20 septembre 1960.

122 L’Express du 6 octobre 1960.

123 Debré (Michel), Mémoires, t. III, op. cit., p. 43.

124 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire…, op. cit., p. 232 ; Quermonne (Jean-Louis), « Politisation de l’administration ou fonctionnarisation de la politique ? », in De Baecque (Francis) et Quermonne (Jean-Louis) (dir.), Administration et politique sous la Ve République, janvier 1959-mai 1981, Paris, Presses de la FNSP, 1981, p. 329-360.

125 Quennouëlle (Laure), La direction du Trésor…, op. cit., p. 405-425.

126 De Lattre (André), La politique économique de la France…, op. cit., p. 490 sqq ; Guillaumont-Jeanneney (Sylviane), Politique monétaire et croissance économique en France, op. cit., p. 116 sqq ; Jeanneney (Jean-Marcel), « L’économie française pendant la présidence du général de Gaulle », in De Gaulle en son siècle, vol. 3, op. cit., p. 30-31.

127 Rapports annuels du CNC pour 1960, 1961 et 1962 ; « L’évolution du crédit en 1961 et en janvier 1962 », Banque, n° 191, mai 1962, p. 312-313.

128 « Projet de création d’un coefficient minimum de trésorerie pour les banques », note de Maurice Pérouse, directeur du Trésor, au ministre de l’Économie et des Finances du 3 octobre 1960, AWB, 3BA49, dr4.

129 Ibid., p. 3.

130 Patat (Jean-Pierre) et Lutfalla (Michel), Histoire monétaire de la France au xxe siècle, op. cit., p. 168.

131 Bouvier (Jean), « Histoire financière et problème d’analyse des dépenses publiques », Annales ESC, 33e année, n° 2, mars-avril 1978, p. 211.

132 Discours de Michel Debré sur la politique et sociale du gouvernement, Assemblée nationale, 3 octobre 1961, AMD, 2DE45.

133 Lettre de M. Debré à W. Baumgartner du 25 août 1960, AMD, 2DE21.

134 Note de M. Debré à Antoine Dupont-Fauville du 13 février 1961, AMD, 2DE13.

135 Lettre de M. Debré à W. Baumgartner du 13 avril 1961, AMD, 2DE21.

136 Lettre de M. Debré à W. Baumgartner du 17 avril 1961, AMD 2DE21.

137 Guillaume (Sylvie), Antoine Pinay…, op. cit., p. 194 ; Bucaille (Thomas), W. Baumgartner…, op. cit., p. 74-76 ; Kocher-Marbœuf (Éric), Une décennie…, op. cit., p. 204 sqq ; Jeanneney (Jean-Marcel), Une mémoire républicaine…, op. cit., p. 128.

138 Lettre de M. Debré à W. Baumgartner du 4 juillet 1960, AMD, 2DE21.

139 Lettre de Michel Debré à Wilfrid Baumgartner du 13 octobre 1960, AMD, 2DE21.

140 Ibid.

141 Lettre de Michel Debré au général de Gaulle du 4 juillet 1960, AMD, 2DE29.

142 Bucaille (Thomas), W. Baumgartner…, op. cit., p. 159.

143 Kocher-Marbeuf (Éric), Une décennie d’actions…, op. cit., p. 250.

144 Larchet (Pierre), « Monsieur W.B. : Dr Erhardt [sic] ou Dr Schacht ? », Démocratie, 60, 21 janvier 1959.

145 Audition de M. le Ministre des Finances devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale le 28 janvier 1960, AWB, 3BA1, p. 14.

146 « Nouvelle commission Rueff », note de Michel Debré du 26 septembre 1959, AMD, 2DE12 [souligné par OF].

147 De Gaulle (Charles), Mémoires d’espoir, Paris, Plon, vol. 1, Le Renouveau, 1958-1962, p. 127-128.

148 Ibid., p. 119-120.

149 « Le plan de Constantine », note de la direction générale des Études et du Crédit, 20 novembre 1959, AWB, 2BA56, dr4. Cf. aussi Lefeuvre (Daniel), Chère Algérie, 1930-1962, Saint-Denis, Société française d’histoire d’outre-mer, 1997, p. 283 sqq.

150 Audition de M. le Ministre des Finances devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale le 28 janvier 1960, AWB, 3BA1, p. 14.

Table des illustrations

Titre Figure n° 37. L’évolution du coût de base des crédits à court terme en France (1949-1959)
Crédits Sources : Tableaux de la direction du service des Banques et des Établissements financiers de la Banque de France, juin 1959, AWB, 2BA53, Dr6. Les taux annuels d’évolution des prix de détails proviennent de Patat (Jean-Pierre) et Lutfalla (Michel), Histoire monétaire de la France au xxe siècle, op. cit., p. 120, 140, 152 et 162.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure n° 38. L’évolution du coût de base des crédits à moyen terme en France (1949-1959)
Crédits Sources : Ibid.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau n° 11. Répartition des différents types de crédits distribués par les banques inscrites en 1959
Crédits Source : « Comparaison entre les taux réels des crédits bancaires en France et à l’étranger », note de la Société générale, septembre 1959, 10 p. dactyl. ; « Distribution et coût du crédit en France et à l’étranger », note du Crédit lyonnais, septembre 1959, 5 p. dactyl., AWB, 2BA55, Dr5.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1043/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau n° 12. Coûts moyens des crédits bancaires en 1959
Crédits Source : Ibid.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1043/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure n° 39. Évolution du nombre total de guichets bancaires permanents (banques inscrites) en France (1949-1966)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1043/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau n° 13. Créations de guichets bancaires (banques inscrites) en France (1949-1966)
Crédits Source : Rapports annuels du CNC, 1949-1966.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1043/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure n° 40. Répartition des guichets bancaires par banque inscrite en 1959
Crédits Source : « Nombre de guichets exploités par les plus importantes banques de dépôts françaises en France métropolitaine », Tableau du service des Banques et des Établissements financiers de la Banque de France du 3 septembre 1959, AWB, 2BA55, Dr5.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1043/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau n° 14. Les risques des banques françaises à la fin des années 1950
Crédits Source : CCB, tableau du 14 janvier 1959, AWB, 2BA52, Dr1.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1043/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau n° 15 Les risques des banques privées en 1959
Crédits Source : Ibid.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1043/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau n° 16. Crédits à l’économie des intermédiaires financiers (1959-1962) (en milliards de NF)
Crédits Source : Annexes aux rapports du CNC, 1959-1962, tableaux : Ensemble des crédits à court terme et des crédits à moyen terme mobilisables et Récapitulation des crédits à l’économie.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1043/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 138k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par