Version classiqueVersion mobile

Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel

 | 
Philippe Contamine
, 
Jean Kerhervé
, 
Albert Rigaudière

Deuxième partie. Monnaie

Les monnaies de Philippe le Bel et leurs avatars

Yves Coativy

Texte intégral

« La monnaie n’existe pas dans la nature.
Elle n’existe que par la Loi.
Il dépend de nous de la changer,
et de la rendre inutile, si nous le voulons ».
Aristote, Éthique à Nicomaque

  • 1 Sur le début des turbulences économiques qui affectent la France et l’Occident bien avant (...)
  • 2 La monnaie au temps de Philippe le Bel est magistralement traitée par Jean Favier, Philipp (...)
  • 3 Nicolas Oresme (vers 1320-1382) l’a bien compris quand il associe la mutation du type de l (...)
  • 4 J. Duplessy, op. cit., p. 189 ; pour la datation de cette monnaie, voir J. Duplessy, op. c (...)

1À la fin du XIIIe siècle, le système monétaire élaboré sous le règne de Louis IX commence à vaciller. Le retournement de conjoncture, sensible dès les années 1280, aggravé par la politique expansionniste royale, très coûteuse, remet en cause le rapport simple qui unit l’or à l’argent (de 1 à 12)1. Les rééquilibrages touchent aussi bien l’or que l’argent, la petite que la grosse monnaie. Face aux troubles, la monarchie trouve des solutions empiriques et mue sa monnaie, ce qui nuit aux économies des Français mais contribue à remplir considérablement les caisses du royaume et à faire baisser les revenus immuables payés en argent comme le cens. Le peuple accuse les hommes d’affaires qui entourent le roi, à commencer par les Italiens Biche et Mouche, et subit la hausse des prix, moins rapide que celle des salaires. Le roi Philippe y gagne une réputation usurpée de faux-monnayeur2. Ces mutations font par contre la joie du numismate car elles aboutissent à une multiplication des types et en particulier de l’or (comme plus tard sous Philippe VI), ce qui permet de mieux appréhender les choix symboliques de la monarchie3. Pour l’or, par exemple, Louis IX ne laisse en dehors des monnaies frappées en Terre sainte que l’écu (1270)4, alors que son petit-fils émet six pièces différentes. De la même façon pour l’argent, les mutations aboutissent au même résultat, mais les choix symboliques sont moins marquants que dans le cas précédent. Nous étudierons bien sûr le règne de Philippe le Bel, mais en débordant un peu sur les années qui suivent car les monnaies de l’époque sont rarement datées à l’année près et les modèles qui ont eu le plus de succès ont été copiés après la mort du grand roi. Quant aux bornes géographiques de notre approche, elles sont imposées par la documentation, à savoir le royaume de France, sa mouvance et ses marges (Brabant, Hainaut par exemple).

  • 5 Sur la personnalité de Philippe le Bel, Jean Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 1-12.
  • 6 Jean Kerhervé, La naissance de l’État moderne, Paris, 1998, p. 99.
  • 7 J. Duplessy, op. cit., n° 207.
  • 8 Olivier Guillot, Albert Rigaudière et Yves Sassier, Pouvoirs et institutions dans la Franc (...)
  • 9 J. Duplessy, op. cit., nos 208 et 210. Les revenus tirés des monnaies dans les années 1298 (...)

2Le premier souverain à être représenté sur sa monnaie est le roi de France. En août 1290, Philippe le Bel ne reprend pas le thème héraldique de l’écu d’or de Saint Louis mais il se fait représenter en majesté sur le petit royal. Ce type de figuration est tout à fait caractéristique de l’esprit qui anime le roi et son entourage à la fin du XIIIe siècle. En effet, il s’attache à se séparer du commun des mortels pour apparaître de façon très hiératique. Le phénomène est renforcé par la personnalité du roi dont Bernard Saisset, l’évêque de Pamiers, dit : « ce n’est ni un homme, ni une bête, c’est une statue », ou encore « il ne sait que regarder fixement les gens, sans parler »5, et il apparaît souvent comme « un fanatique de l’autorité monarchique » (Jean Kerhervé)6. Dans ces conditions, la représentation du roi en majesté sur ses monnaies d’or s’explique très facilement ; l’image du souverain est associée au métal le plus noble et aux plus fortes valeurs en cours. Les premiers choix iconographiques ne sont pas surprenants puisque le type sigillaire en majesté est repris et appliqué à l’or en 12907. Portant la couronne à hauts fleurons, il tient le sceptre et la fleur de lis, et siège sur le trône de Dagobert, dont la forte valeur symbolique est attestée par les sceaux depuis Louis VII (1137-1180)8. Le revers représente quatre fleurs de lis, sauf sur le mantelet sur lequel la place réduite a amené le graveur à fleur-deliser les bâtons de la croix, ce qui n’est pas le cas sur les autres pièces. Au départ très sobre, la représentation se charge peu à peu. En 1290, le roi occupe encore seul l’espace avec la légende, mais les mutations monétaires et le jeu sur la valeur des pièces obligent le pouvoir à introduire des éléments supplémentaires dans le champ des pièces afin de différencier les émissions. En 1296, un entourage polylobé ne remet pas en cause la représentation du souverain, pas plus que l’adjonction de deux lis en 13059.

  • 10 J. Duplessy, op. cit., n° 209.
  • 11 Ibid., n° 211.
  • 12 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 151.
  • 13 Étienne Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, 1970, p. 90.

3Même s’ils entrent dans la logique précédente, deux changements importants ont lieu en 1303-1305. Sur la chaise d’or (22 août 1303), le roi quitte la chaise curule de Dagobert pour un trône que les numismates qualifient de « gothique », à l’ornementation chargée10. Ces évolutions correspondent à une volonté du pouvoir émetteur de la pièce d’éviter les confusions. Comme les poids et les valeurs varient d’une fois sur l’autre, il est important de distinguer les différentes espèces pour éviter toute confusion ; de plus, le trône gothique correspond mieux aux modes artistiques de l’époque. La seconde innovation a lieu avec le mantelet d’or d’avril 1305, sur lequel le roi est représenté debout, donnant naissance au type du royal11. En 1305, le retour au modèle d’origine correspond à une volonté de rassurer. Le 23 juin, la signature de la paix d’Athis conduit Philippe le Bel à promettre le retour de la bonne monnaie12. C’est chose faite avec le florin d’or à la reine, le mantelet et l’agnel. La mesure est dans l’air du temps car dès le 3 mai, une ordonnance annonce l’émission de nouveaux gros, conformes aux conditions de 130313, ce qui signifie une certaine stabilité.

Monnaies d’or

207 A petit royal d’or

207 A petit royal d’or

208 dernier d’or à la masse

208 dernier d’or à la masse

209 chaise d’or

209 chaise d’or

210 florin d’o à la reine

210 florin d’o à la reine

211 mantetet d’or

211 mantetet d’or

212 agenl d’or

212 agenl d’or
  • 14 J. Duplessy, op. cit., n° 212. Sur ce type monétaire, Yves Coativy, « Aux origines de l’ag (...)
  • 15 A. Engel et R. Serrure, Traité de numismatique..., t. IV, p. 954, précisent qu’« avant M. (...)
  • 16 Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. I, Paris, 1723, p. 477-478. Les ré (...)
  • 17 Sur la croisade comme argument en faveur de l’impôt et élément dans une stratégie vis-à-vi (...)

4L’agnel d’or de Philippe IV est émis à la fin du règne, à partir du 26 janvier 131114. Il montre à l’avers l’agneau pascal à gauche, la tête entourée d’un halo, tournée à droite, devant une croix ornée d’un gonfanon. La légende est spécifiquement chrétienne et l’attribution se fait grâce à l’abréviation Ph (ilippus) REX qui se trouve sous l’animal. Le revers est traditionnel, dans sa légende comme dans son type. Contrairement aux autres monnaies d’or de ce règne, ce n’est pas un prototype puisqu’elle trouve son origine dans l’agnel émis en Terre sainte15. Ce choix du souverain correspond certainement à plusieurs motivations : rupture nette avec la série précédente, entachée d’une mauvaise réputation, rattachement à la bonne monnaie, manifeste religieux d’un roi qui admire son grand-père. La référence à Louis IX est tout à fait explicite dans l’ordonnance du 27 janvier 1311 : « nostre monnoie d’or qui est & sera apelée à l’Aignel, laquele est du temps de St Loys, nostre très chier aïeul16 ». On peut constater que précisément à cette époque, on lève dans le royaume une décime destinée à préparer la croisade. En effet, au début de l’année 1311, Philippe le Bel abandonne sous la pression de Marigny l’idée de juger feu Boniface VIII et accueille avec empressement une proposition de Clément V qui permet d’oublier cette vengeance tardive, de mettre un terme à l’affaire du Temple et de faire une croisade17.

Monnaies d’argent

213 gros tournois à l’O rond

213 gros tournois à l’O rond

214 gros tournois à l’O long

214 gros tournois à l’O long

215 maille blanche

215 maille blanche

216 maille tierce à l’O long

216 maille tierce à l’O long

217 gros tournois à l’O long et au lis

217 gros tournois à l’O long et au lis

219 a maïlle tierce à l’O rond

219 a maïlle tierce à l’O rond

Monnaies de billon

221 denier pariss à l’O rond

221 denier pariss à l’O rond

222 obole parisis

222 obole parisis

223 A denier tournois à l’O rond

223 A denier tournois à l’O rond

224 obole tournois à l’O rond

224 obole tournois à l’O rond

225 denier tournois à l’O long

225 denier tournois à l’O long

226 obole tournois à l’O long

226 obole tournois à l’O long

227 double parisis

227 double parisis

229 double tournois

229 double tournois

230 tournois simple

230 tournois simple

231 bourgeois fort

231 bourgeois fort

232 bourgeois simple

232 bourgeois simple

233 obole bourgeoise

233 obole bourgeoise
  • 18 Nous mettons à part le double toulousain tout à fait spécifique à cette région, J. Dupless (...)
  • 19 J. Duplessy, op. cit., nos 221 et 223.
  • 20 Ibid., n° 227.
  • 21 Ibid., n° 229.
  • 22 Ibid., nos 231-232.
  • 23 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 149-150.

5Les monnaies d’argent de Philippe le Bel s’inscrivent dans la lignée de celles de ses prédécesseurs. La plus belle est le gros d’argent et ses subdivisions (maille blanche et maille tierce), repris du gros de Louis IX et de Philippe III. Les monnaies de billon sont plus originales18. On retrouve les incontournables deniers parisis et tournois19, mais les mutations du règne ont amené la frappe de nouveaux types monétaires. Le double parisis de 1295 présente à l’avers une croix feuillue toute nouvelle, et conserve au revers le type de la légende dans le champ, mais REGALIS remplace FRANC020. Il est tentant d’y voir un manifeste du droit régalien de la monarchie qui s’affirme autant dans la mutation que dans le choix de nouveaux types monétaires. Cette pièce rappelle aussi à qui sait la lire que le roi est le « premier monnayeur » du royaume. Le double tournois est aussi une nouveauté mais il reprend globalement le modèle du denier. Les bourgeois, fort et simple, sont originaux21. On voit à l’avers du premier une croix latine tréflée et au revers la légende BVRGENSIS complétée dans le champ par FORTIS sous une couronne. Le même parti est adopté pour le bourgeois simple, mais la croix latine est simplifiée et au revers NOVVS remplace FORTIS et un lis la couronne22. Au sujet du bourgeois, dont le nom apparaît en toutes lettres dans le champ, Jean Favier explique que ce choix est fait « sans doute par flatterie envers les villes »23. Jean Favier exonère en grande partie le roi de l’accusation de fraude sur sa monnaie, et met les variations du titre des espèces d’or et d’argent au compte des réajustements nécessaires pour faire face aux évolutions de la conjoncture et aux difficultés du bimétallisme naissant ; pour lui, la crise de 1303 est la seule vraie crise pour laquelle on peut mettre en doute la bonne foi du pouvoir. Il note aussi que si la population est finalement déjà habituée à la dévaluation, c’est aux mutations trop rapprochées qu’elle ne se fait pas.

  • 24 É. Fournial, Histoire monétaire..., op. cit., p. 150-153.
  • 25 Ordonnances des rois de France.... Paris, 1769, t. XI, p. 365-366.
  • 26 Marc Bompaire et Françoise Dumas, Numismatique médiévale, Paris, 2000, p. 111 et 402-403.
  • 27 Alexis Bigot, Essai sur les monnaies du royaume et duché de Bretagne, Paris, 1857, acte XV (...)

6Largement diffusées dans le royaume et au-delà, cautionnées par la puissance du souverain et la richesse du pays, les pièces de Philippe le Bel sont une source sans fin d’inspiration pour grands et petits seigneurs. La législation interdit de copier les espèces royales, ce qui n’empêche pourtant pas le phénomène. Saint Louis a été le premier souverain à légiférer clairement dans le domaine monétaire. Les règles sont simples : la monnaie du roi a cours partout, celle des barons n’a cours que sur leurs terres ; il est interdit de fondre, rogner et imiter la monnaie royale. Pour ce qui est de l’imitation, l’ordonnance de Chartres (11 mars 1263) stipule que « nuls ne puissent faire monnoye semblant a la monnoye le roy qu’il n’i ait dissemblance aperte devers croix et devers pille »24. En théorie, cette règle s’applique à tous et Alphonse de Poitiers, propre frère de roi, est rappelé à l’ordre pour avoir contrefait la monnaie royale. En pratique, il faut noter que dès l’origine, il n’y a pas de rigidité dans l’application de l’ordonnance, du fait des moyens limités de contrôle de l’État mais aussi parce que le roi n’hésite pas à accorder à certains princes le droit d’imiter sa monnaie quand c’est pour la bonne cause, en faveur des princes de l’Orient latin par exemple. Philippe III poursuit dans la voie que lui a tracée son père, et en 1275 il interdit même aux barons de contrefaire les monnaies des uns des autres. Philippe le Bel ne manque pas de poursuivre l’assujettissement de la monnaie des barons, dans un contexte de renforcement global du pouvoir de l’État. En août 1289, le roi rappelle au comte de Flandre ses obligations quant à la législation monétaire, mais il n’évoque pas la copie des espèces royales, ce qui laisse à penser qu’elle n’est pas pratiquée à cette époque en Flandre25. Cette ordonnance est la première d’une longue série visant à contrôler et à soumettre le monnayage féodal à la volonté du roi. Dans cette documentation relativement abondante, on relève quelques textes particulièrement révélateurs. La contrefaçon de la monnaie royale devient un cas royal, et le Parlement affirme en 1298 que seul le roi a compétence pour juger de la fausse-monnaie copiant la monnaie royale26. L’ordonnance au duc de Bretagne du 16 avril 1308 stipule, entre autres choses, de prohiber la circulation des monnaies contrefaites, preuve qu’il en circule dans le royaume27.

7Le roi reçoit « dans cette affaire » l’appui inattendu du pape Clément V. Dans une bulle datée du 29 décembre 1309, le souverain pontife signale que :

« certains, sans avoir l’autorité pour battre monnaie par droit, par coutume ou par privilège, frappent, fabriquent de la fausse monnaie dans le royaume de France et lieux circonvoisins ; d’autres altèrent avec application la monnaie frappée sous la marque véritable de Philippe roi de France, et la font passer pour son poids droit ; un bon nombre, qui ont le droit de frapper monnaie par droit, coutume ou privilège, dans des lieux voisins, font imprimer et graver la marque propre de la monnaie royale sur la monnaie qu’ils fabriquent en donnant à leur monnaie les mêmes rondeurs, quantité et forme de légende que la monnaie royale, le plus semblablement qu’ils le peuvent […] ; d’autres encore vont sciemment acheter des monnaies fausses hors du royaume, les importent dans le royaume et les y dépensent ».

  • 28 Ordonnances des rois de France..., op. cit., t. II, p. 605.
  • 29 Ibidem, 1.1, p. 609-610, texte cité dans M. Bompaire et F. Dumas, Numismatique médiévale, (...)
  • 30 Monnaie de Paris, ms. 4° 3, fol. 233 r°-249 r°. Sur ce document capital, on lira A. Dieudo (...)

8Cette même année 1309, en octobre, une ordonnance stipule qu’il faut montrer à des experts les monnaies dont on se sert « pour scavoir si elles sont contrefaites ou fausses »28. L’apogée de cette politique est postérieur à l’époque qui nous intéresse, mais de peu, et il nous semble utile d’en rappeler les grands traits. L’ordonnance de Louis X en 1315 condamne à nouveau la pratique de l’imitation « à cause des monnoies faites hors de notre royaume et contrefaites à nos coins et aux coins de nos barons, à cause aussi des monnoies de nosdits barons qui ne sont pas toutes du pois, de la loi ou du type ancien et convenable, (le roi interdit la circulation) d’aucune monnoie noire forgée hors de notre royaume, aucune monnoie d’or et d’argent contrefaite... à aucun prix ». Ces pièces devront être saisies et percées, envoyées à l’atelier s’il y en a beaucoup, rendues à leur propriétaire s’il y en a peu29. Au même moment, le roi fait dresser la liste des monnaies féodales et les fait représenter, dans le but d’en fixer définitivement le type, aboutissement de cette politique de réglementations, mais tentative avortée de fixer définitivement les types des monnaies féodales30.

  • 31 Victor Gaillard, Recherches sur les monnaies des comtes de Flandre, Gand, 1857, n° 169 et (...)
  • 32 Faustin Poey d’Avant, Monnaies féodales de France, Paris, 1858, n° 1888.
  • 33 Ibid., n° 2021.
  • 34 Ibid., nos 2598-2599.
  • 35 Ibid., n° 1815.
  • 36 Robert II (1272-1305) n’imite pas les monnaies royales mais conserve ses types spécifiques (...)

9Dans le royaume, compte tenu du contexte général de renforcement de l’autorité royale, les princes et plus petits seigneurs sont relativement nombreux à imiter la monnaie royale. L’or ne semble pas avoir été copié sous le règne de Philippe le Bel mais, par contre certains ne se gênent pas pour copier le gros tournois et les petites espèces. Dans le royaume, le plus engagé est le comte de Flandre Robert de Béthune (1305-1322) qui frappe des gros tournois à l’0 rond puis à l’0 long31. Les autres se contentent de reprendre les types de la petite monnaie. C’est le cas de Guillaume de Flandre (1291), vicomte de Châteaudun, qui plagie le denier tournois, mais insère un lion dans le châtel tournois32. Robert d’Artois (1298-1315) fait de même dans sa seigneurie de Celles et Mehun33, tout comme Philippe de France (1311-1316) dans le Poitou, qui émet un denier et une obole tournois au type du denier tournois, en précisant en légende « Philippe fils du roi de France »34. A Vendôme, Jean V (1271-1315) imite le denier tournois, mais le type est largement interprété35. Notons que cette petite liste pourrait induire en erreur car proportionnellement à la masse des émissions de monnaies féodales sous le règne de Philippe IV, les phénomènes d’imitation ne sont pas très importants. Dans l’ensemble, les seigneurs gardent des types spécifiques et sans ambiguïté, comme la Bretagne, la Bourgogne36, la Provence, l’Aquitaine, le Béarn, pour ne citer que les plus importants.

  • 37 A. de Witte, Histoire monétaire des comtes de Louvain, ducs de Brabant et marquis du Saint (...)
  • 38 De Witte 938. Par ailleurs, il imite l’esterlin anglais sur lequel il fait figurer aussi l (...)
  • 39 De Witte 317.
  • 40 Rénier Chalon, Recherches sur les monnaies des comtes de Hainaut, Bruxelles, 1848-1857, n° (...)
  • 41 Catalogue de la vente Robert, n° 1276.
  • 42 M. Bompaire et F. Dumas, Numismatique médiévale, op. cit., p. 113.
  • 43 J. Duplessy, op. cit., n° 219, septembre 1306.
  • 44 Collection Meyer, n° 2902 ; J. Duplessy, op. cit., n° 219, septembre.
  • 45 Duplessy, Monnaies françaises royales..., p. 103.
  • 46 D’après F. Poey d’Avant, il serait inspiré du gros au portail frappé à Alost par Philippe (...)
  • 47 On peut relever que Clément V condamne vigoureusement la contrefaçon de la monnaie royale. (...)
  • 48 M. Bompaire et F. Dumas, Numismatique médiévale, op. cit., p. 113 ; Bulletin de la Société (...)

10La situation est différente en terre d’Empire, où l’imitation est plus fréquente et concerne avant tout la grosse monnaie d’argent. Dans le duché de Brabant, Jean II (1294-1312) imite le gros tournois, ainsi que la maille blanche37. Il remplace le châtel tournois par le châtel brabançon, mais il imite aussi l’esterlin, sur lequel il fait figurer aussi le châtel brabançon38. Il crée enfin un modèle « hybride » et très beau de gros tournois où l’avers ne porte que 12 lis et l’écu de Brabant39. Dans le comté de Hainaut, c’est aussi le gros tournois qu’imite Jean II d’Avesne (1280-1304), mais l’avers est suffisamment différencié pour qu’une confusion ne soit pas possible40. Il en va de même pour le deux-tiers de gros au cavalier, dont l’avers est caractéristique du monnayage seigneurial du nord de la France, alors que le revers est spécifiquement royal. Comme Jean II de Brabant, il frappe aussi des esterlins. La Lorraine est également au cœur de ces phénomènes. Le duc Thibaut II (1303-1312) imite le gros tournois, avec une simple modification de légende, transformant TVRONVS CIVIS en TVRONVS DVCIS41. Son successeur, Ferri IV (1312-1328), pousse le vice jusqu’à adapter PHILIPPVS REX en PHIRICVS ou FERRICVS DEVX42. Il émet par ailleurs la maille tierce à l’0 rond43. C’est aussi cette pièce que l’évêque de Verdun Henri d’Apremont (1312-1349) imite, en remplaçant la bordure de 12 lis par neuf trèfles et un écusson44, ainsi que le comte de Bar Édouard Ier (1302-1336)45, alors que Gui IV de Châtillon-Saint-Pol (1300-1317) émet à Elincourt un gros au portail, imité du gros tournois46. Il est aussi intéressant de mentionner Avignon, où le pape Clément V (1305-1314) émet un gros dont le revers est inspiré de celui du roi, alors que l’avers au pape bénissant est caractéristique47. Pour en finir avec ce sujet, notons qu’en Allemagne on imite servilement les gros tournois français, et seule l’étude du détail des lettres et des liaisons de coins permet de les différencier des monnaies royales. C’est ce type de pièces qui figure, entre autres, dans le trésor de Rueras (Suisse)48.

  • 49 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 302 : en 1291 Philippe, comte de Poitiers, futur (...)

11Les raisons qui poussent certains seigneurs du royaume et d’Empire à imiter la monnaie royale sont finalement assez peu nombreuses. Les raisons économiques sont probablement les plus importantes. L’analyse du métal de ces pièces montrera vraisemblablement qu’elles ont un titre inférieur à celui de leurs modèles. Comme le cours est le même, le bénéfice qu’en tire le prince est assez facile à comprendre. De plus, ces monnaies se glissent très facilement dans l’aire de circulation de la monnaie dominante, ce qui augmente le profit de l’opération. On peut aussi relever les alliances politiques, encore que ce ne soit pas une constante. Beaucoup d’imitateurs sont proches du roi, de différentes façons : lien familial, alliance, convergence d’intérêt, service, etc. Dans la liste des petites seigneuries du royaume qui frappent des imitations du denier, on note des personnages dont il faut relever la puissance et/ou la proximité avec le roi, comme Robert d’Artois (1298-1315), seigneur de Celles et Mehun. C’est aussi le cas de Guillaume de Flandre (1291), vicomte de Châteaudun, et de Philippe de France (1311-1316) en Poitou, qui n’est autre que le fils de Philippe le Bel et futur roi49. Il n’est pas utile de revenir sur les comtes de Flandre, dont on connaît les rapports tumultueux entretenus avec les Capétiens. À part ce cas précis, on peut légitimement penser que les seigneurs qui imitent dans le royaume la monnaie royale le font avec l’accord, au moins tacite, du souverain. Leur puissance et leur rang dans la féodalité leur permettent d’enfreindre la réglementation monétaire, d’autant mieux qu’ils se contentent le plus souvent de copier des deniers.

  • 50 A. Blanchetet A. Dieudonné, Manuel..., op. cit., t. IV, p. 82-83 et 198 ; J. Favier, Phili (...)
  • 51 A. Blanchet et A. Dieudonné, Manuel..., op. cit., t. IV, p. 81 et p. 251-253.

12Le cas des seigneurs d’Empire est différent. La situation de leurs principautés donne lieu à toutes sortes de fraudes monétaires, en toute impunité puisque le roi n’a pas vraiment de moyens pour y faire appliquer sa législation. À y regarder de près, les espèces royales sont un élément parmi d’autres dans un vaste mouvement frauduleux. Par exemple, Guy de Châtillon, bouteiller de France, comte de Saint-Pol, seigneur d’Elincourt à partir de 1300 et de Ligny-en-Barrois, imite à peu près toutes les monnaies du moment, y compris celles du roi50. D’autres personnages de moindre envergure, comme Aliéner de Fauquembergue ou Louis V de Looz, comte de Chiny (1258-1299), profitent d’une opportunité et de la bonne presse des espèces royales, espérant ainsi augmenter leurs revenus à peu de frais51. Les seigneurs de Bar, de Rethel, et l’évêque de Verdun profitent eux aussi de ce phénomène. Ils possèdent tous un droit de monnaie plus ou moins légitime, dont ils usent pour émettre des pièces à leur type et dont ils abusent en copiant les espèces de leurs voisins. Il est probable que comme dans le cas de Guy de Châtillon, les types royaux entrent dans le corpus des imitations aussi bien que les espèces flamandes ou brabançonnes. Au final, le roi ne peut pas grand-chose contre les seigneurs-imitateurs et sa marge de manœuvre est relativement faible. Soit il a face à lui un seigneur hostile et il ne peut rien contre le fait qu’il copie ses pièces, soit c’est un allié et il est hors de question pour le roi de le froisser pour si peu. C’est aussi la situation du pape Clément V qui profite sans doute de ses relations privilégiées avec le roi Philippe. Comme nous l’avons dit plus haut, en dehors du comte de Flandre qui n’hésite pas à copier la monnaie d’or, les autres personnages se contentent le plus souvent de reprendre les types du denier, tout simplement pour pouvoir les faire accepter sans difficulté à la population. Les émissions peuvent certes être importantes mais elles ne remettent à aucun moment en cause la richesse ni le pouvoir de la monarchie.

  • 52 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 161-163.

13La monarchie réagit pourtant quelquefois au phénomène. En 1309 les changeurs sont spécialement chargés de vérifier les pièces avant tout paiement sur les foires et les marchés, et de cisailler ou percer les fausses pièces52. On note tout de même que Philippe le Bel semble n’avoir jamais sérieusement légiféré contre les monnaies imitées des siennes, ni n’en avoir par ailleurs autorisé la frappe. En août 1310, le roi ordonne de changer les deniers d’or à la reine, trop souvent contrefaits. Leurs propriétaires doivent les rapporter aux ateliers monétaires assez rapidement sous peine de les voir confisqués ! Notons que cette ordonnance est d’autant plus intéressante pour le roi que le retour des pièces, la fonte et la refrappe sont une source de seigneuriage très rentable... C’est d’ailleurs pour approvisionner ses ateliers que le roi n’hésite pas à décrier ses anciennes monnaies d’or ou d’argent, en 1313 par exemple. À la même époque, Marigny fait contingenter la fabrication de vaisselle en métal précieux et en interdire l’exportation. Quand ça ne suffit pas, les particuliers peuvent être obligés de vendre une partie de leur orfèvrerie, comme à Nîmes cette même année 1313. À cette occasion, l’administration rappelle la réglementation mise au point sous Louis IX, en attendant des jours meilleurs pour mettre ses vassaux ou ses voisins au pas. L’ordonnance de 1313 précise aussi qu’il est interdit de copier les monnaies royales.

14La monnaie est bien au cœur du règne de Philippe le Bel. Elle reflète parfaitement les aléas du règne, période de faste comme de doute. Le roi se montre sur ses pièces d’or, associant son image au métal noble, tandis que les pièces d’argent permettent de rappeler les grands symboles de la monarchie. Les multiples mutations monétaires font la joie des numismates et permettent de montrer les évolutions qui affectent la symbolique royale, toute nouvelle en ce domaine. Malgré la puissance du roi, de grands seigneurs ne se gênent pas pour la copier, soit avec son accord tacite, soit pour narguer un ennemi tout en gagnant de l’argent. Il n’y a cependant pas d’imitation généralisée et massive, comme celle que l’on constate au début de la guerre de Cent Ans. Il s’agit donc bien d’un dérapage contrôlé du droit régalien. La monarchie ne peut pas grand-chose contre ce phénomène : la mise au pas des ateliers dissidents ne fait que commencer, elle durera deux bons siècles.

Tableaux récapitulatifs des monnaies de Philippe le Bel53

  • 53 D’après Jean Duplessy, Les monnaies françaises royales.

Tableau 1 Les monnaies d’or de Philippe le Bel

Nom Date Titre Poids en grammes Cours en tournois
Petit royal Août 1290 1,000 3,547 10 s.
Denier à la masse 10 janvier 1296 0,916 7,094 25 s.
Chaise 22 août 1303 1,000 7,094 62 s. 6 d.
Florin à la reine 1305 1,000 4,706 ?
Mantelet Avril 1305 1,000 3,496 13 s. 3/4
Agnel 26 janvier 1311 1,000 4,196 20 s.

Tableau 2 Les monnaies d’argent de Philippe le Bel

Nom Date Titre Poids en grammes Cours en tournois
Gros à l’O rond 1285-1290 0,958 4,219 12 d.
Gros à l’O long 1290-1295 0,958 4,219 13 d. 1/8
Maille tierce à l’O long 1295 0,958 1,406 4 d. 3/8
Maille blanche 10 janvier 1296 0,958 à 0,640 2,109 7 d. 1/2
Gros à l’O long et au lis 1298 ? 0,958 4,219 13 d. 1/8 ?
Gros à l’O long et au lis 22 août 1303 0,718 4,219 26 d.
Maille tierce à l’O rond Septembre 1306 0,958 1,406 4 d. 3/8
Toulousain 1308 0,559 1,199 2 d

Tableau 3 Les monnaies de billon de Philippe le Bel

Nom Date Titre Poids en grammes Cours en tournois
Denier parisis à l’0 rond 1285-1290 0,359 1,171 1 d. 1/4
Obole parisis à l’0 rond 1285-1290 0,359 0,672 5/8 d.
Denier tournois à l’0 rond 1285-1290 0,299 1,127 1 d.
Obole toumoise à l’0 rond 1285-1290 0,270 0,618 1 ob.
Denier tournois à l’0 long 1290-1295 0,299 1,127 1 d.
Obole toumoise à l’0 long 1285-1290 0,270 0,618 1 ob.
Double parisis 1295-1305 0,480 à 0,186 1,510 2 d. 1/2
Parisis simple 1295-1303 0,186 0,755 1 d. 1/4
Double tournois 1295-1305 0,399 à 0,159 1,439 2 d.
Tournois simple 1295-1303 0,399 0,719 1 d.
Bourgeois fort 26 janvier 1311 0,479 1,359 2 d. 1/2
Bourgeois simple 26 janvier 1311 0,299 ? 1,112 ? 1 d. 1/4
Obole bourgeoise 26 janvier 1311 0,270 ? 0,618 ? 5/8 d.

Notes

1 Sur le début des turbulences économiques qui affectent la France et l’Occident bien avant la Peste noire, Philippe Contamine, Marc Bompaire, Stéphane Lebecq, Jean-Luc Sarrazin, L’économie médiévale, Paris, 1993, p. 271-297, et Élisabeth Carpentier et Michel Le Mené, La France du XIe au XVe siècle. Population, économie, société, Paris, 1996, p. 313-359.

2 La monnaie au temps de Philippe le Bel est magistralement traitée par Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 1978, ch. VI : « La monnaie du roi ». Plus général, Marc Bompaire, « Monnaie et politique monétaire en France, XIIe-XVe siècle », dans Moneda y monedas en la Europa Medieval, Pampelune, 2000, p. 112-121, et pour les aspects numismatiques, Arthur Engel et Raymond Serrure, Traité de numismatique du Moyen Age, t. III, p. 949-954, qui proposent une synthèse rapide sur le règne de Philippe le Bel ; les monnaies sont décrites une par une dans Jean Duplessy, Les monnaies françaises royales, 2e édition, Paris, 1999, vol. I, p. 102-114, nos 207-233. Désormais, les monnaies seront mentionnées d’après le nom de celui que les a inventoriées et leur numéro d’ordre dans le catalogue, dans ce cas J. Duplessy, op. cit., nos 207-233.

3 Nicolas Oresme (vers 1320-1382) l’a bien compris quand il associe la mutation du type de la monnaie aux manipulations monétaires. À ses yeux, cette pratique n’est tolérable que quand un prince étranger a contrefait les modules ou les coins du roi. Nicolas Oresme, Traité des monnaies, Claude Dupuy et Frédéric Chartrain (éds.), Lyon, 1989, p. 57-58.

4 J. Duplessy, op. cit., p. 189 ; pour la datation de cette monnaie, voir J. Duplessy, op. cit., p. 92-93. Les monnaies d’or frappées en Terre sainte sont à l’agneau et inspirées de types arabes ; J. Duplessy, op. cit., p. 196-198.

5 Sur la personnalité de Philippe le Bel, Jean Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 1-12.

6 Jean Kerhervé, La naissance de l’État moderne, Paris, 1998, p. 99.

7 J. Duplessy, op. cit., n° 207.

8 Olivier Guillot, Albert Rigaudière et Yves Sassier, Pouvoirs et institutions dans la France médiévale, 2. Des temps féodaux aux temps de l’État, Paris, 2003, p. 49.

9 J. Duplessy, op. cit., nos 208 et 210. Les revenus tirés des monnaies dans les années 1298-1300 ont été étudiés en détail par Jacques Quéinnec, La gestion du trésor royal à la fin du XIIIe siècle, thèse de doctorat, Brest, 2005, p. 120-165. L’auteur montre bien les sommes considérables que le roi Philippe tire de cette activité, soit près de 1 500 000 1. p. entre mars 1298 et mars 1300 ! Il en arrive d’ailleurs à la conclusion que l’atelier monétaire de Paris est un « fournisseur privilégié du Trésor ».

10 J. Duplessy, op. cit., n° 209.

11 Ibid., n° 211.

12 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 151.

13 Étienne Fournial, Histoire monétaire de l’Occident médiéval, Paris, 1970, p. 90.

14 J. Duplessy, op. cit., n° 212. Sur ce type monétaire, Yves Coativy, « Aux origines de l’agnel d’or royal », Bulletin de la Société française de numismatique, février 2005, p. 6-9.

15 A. Engel et R. Serrure, Traité de numismatique..., t. IV, p. 954, précisent qu’« avant M. de Marchéville, on avait partagé les agnels entre Louis IX et Louis X ». Adrien Blanchet et Auguste Dieudonné reviennent sur la question dans leur Manuel de numismatique française, Paris, 1912-1936, t. II, p. 10,154,187 et 236. Deux textes de Philippe le Bel et Louis X attribuent la création de l’agnel à saint Louis. Pour A. Blanchet et A. Dieudonné, c’est faux : ils y voient simplement la reprise pour l’agnel « de la taille du denier d’or de Saint Louis, c’est-à-dire la taille du gros tournois », et renforcent ce sentiment par le style, tout en notant au passage que le style de l’agnel de Philippe IV « est un peu plus simple » que celui de ses pièces précédentes. Il faut rappeler qu’ils ne connaissaient pas la monnaie d’or proche-orientale.

16 Ordonnances des rois de France de la troisième race, t. I, Paris, 1723, p. 477-478. Les références à Saint Louis font partie du paysage politique de la France du bas Moyen Âge ; sur ce phénomène, on lira l’important chapitre IV du livre de Colette Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 126-164. Sur l’idéal de croisade après la chute de Saint-Jean d’Acre, Paul Alphandéry et Alphonse Dupront, La chrétienté et l’idée de croisade, Paris, 1954-1959, et Philippe Hamon, « Croisade », Dictionnaire de la Renaissance, Paris, 2001.

17 Sur la croisade comme argument en faveur de l’impôt et élément dans une stratégie vis-à-vis du pape, J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 416-425.

18 Nous mettons à part le double toulousain tout à fait spécifique à cette région, J. Duplessy, op. cit., n° 220.

19 J. Duplessy, op. cit., nos 221 et 223.

20 Ibid., n° 227.

21 Ibid., n° 229.

22 Ibid., nos 231-232.

23 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 149-150.

24 É. Fournial, Histoire monétaire..., op. cit., p. 150-153.

25 Ordonnances des rois de France.... Paris, 1769, t. XI, p. 365-366.

26 Marc Bompaire et Françoise Dumas, Numismatique médiévale, Paris, 2000, p. 111 et 402-403.

27 Alexis Bigot, Essai sur les monnaies du royaume et duché de Bretagne, Paris, 1857, acte XV, p. 358-360.

28 Ordonnances des rois de France..., op. cit., t. II, p. 605.

29 Ibidem, 1.1, p. 609-610, texte cité dans M. Bompaire et F. Dumas, Numismatique médiévale, op. cit., p. 419.

30 Monnaie de Paris, ms. 4° 3, fol. 233 r°-249 r°. Sur ce document capital, on lira A. Dieudonné, « L’ordonnance ou règlement de 1315 sur le monnayage des barons », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 93, 1932, p. 5-54.

31 Victor Gaillard, Recherches sur les monnaies des comtes de Flandre, Gand, 1857, n° 169 et Blanchet et Dieudonné, Manuel..., t. IV, p. 401. Son prédécesseur imite quant à lui à Douai le denier parisis d’avant 1290, id., ibid.

32 Faustin Poey d’Avant, Monnaies féodales de France, Paris, 1858, n° 1888.

33 Ibid., n° 2021.

34 Ibid., nos 2598-2599.

35 Ibid., n° 1815.

36 Robert II (1272-1305) n’imite pas les monnaies royales mais conserve ses types spécifiques (comme en Bretagne), alors qu’Eudes IV (1315-1349) copie sans vergogne le monnayage royal à partir de 1337, d’or (Dumas 10.2, 1337) et d’argent (Dumas 10.3, 1337).

37 A. de Witte, Histoire monétaire des comtes de Louvain, ducs de Brabant et marquis du Saint-Empire-Romain, Anvers, 1894-1896, n° 299.

38 De Witte 938. Par ailleurs, il imite l’esterlin anglais sur lequel il fait figurer aussi le châtel brabançon.

39 De Witte 317.

40 Rénier Chalon, Recherches sur les monnaies des comtes de Hainaut, Bruxelles, 1848-1857, n° 24.

41 Catalogue de la vente Robert, n° 1276.

42 M. Bompaire et F. Dumas, Numismatique médiévale, op. cit., p. 113.

43 J. Duplessy, op. cit., n° 219, septembre 1306.

44 Collection Meyer, n° 2902 ; J. Duplessy, op. cit., n° 219, septembre.

45 Duplessy, Monnaies françaises royales..., p. 103.

46 D’après F. Poey d’Avant, il serait inspiré du gros au portail frappé à Alost par Philippe de Thiette (id. Brabant) (PA 6862-6863). Ce serait alors une imitation d’imitation.

47 On peut relever que Clément V condamne vigoureusement la contrefaçon de la monnaie royale...

48 M. Bompaire et F. Dumas, Numismatique médiévale, op. cit., p. 113 ; Bulletin de la Société française de numismatique, 1981, p. 114-118.

49 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 302 : en 1291 Philippe, comte de Poitiers, futur Philippe V, épouse Jeanne de Bourgogne et devient comte de Bourgogne (Franche-Comté) et prince d’Empire.

50 A. Blanchetet A. Dieudonné, Manuel..., op. cit., t. IV, p. 82-83 et 198 ; J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 241.

51 A. Blanchet et A. Dieudonné, Manuel..., op. cit., t. IV, p. 81 et p. 251-253.

52 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 161-163.

53 D’après Jean Duplessy, Les monnaies françaises royales.

Table des illustrations

Titre 207 A petit royal d’or
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
Titre 208 dernier d’or à la masse
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre 209 chaise d’or
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre 210 florin d’o à la reine
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre 211 mantetet d’or
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Titre 212 agenl d’or
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre 213 gros tournois à l’O rond
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre 214 gros tournois à l’O long
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre 215 maille blanche
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8k
Titre 216 maille tierce à l’O long
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Titre 217 gros tournois à l’O long et au lis
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre 219 a maïlle tierce à l’O rond
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 8,7k
Titre 220 toulousain
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
Titre 221 denier pariss à l’O rond
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Titre 222 obole parisis
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9k
Titre 223 A denier tournois à l’O rond
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Titre 224 obole tournois à l’O rond
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8k
Titre 225 denier tournois à l’O long
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 8,2k
Titre 226 obole tournois à l’O long
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 6,3k
Titre 227 double parisis
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 8,9k
Titre 228 paris simple
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5k
Titre 229 double tournois
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4k
Titre 230 tournois simple
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5k
Titre 231 bourgeois fort
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
Titre 232 bourgeois simple
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 7,7k
Titre 233 obole bourgeoise
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/10408/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8k

Auteur

Yves Coativy est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Bretagne Occidentale. Ses recherches sur la monnaie médiévale ainsi que sur les origines de l’État en Bretagne aux XIIIe et XIVe siècles. Sa thèse sur La monnaie en Bretagne de l’an mil à 1499, sous la direction de Jean Kerhervé, a été publiée aux Presses Universitaires de Rennes en 2006. Il est par ailleurs l’auteur de : Monnaies de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 1992 ; La Bretagne ducale. La fin du Moyen Âge, Paris, Gisserot, 1999 ; Le Trégor, Quimper, Palantines, 2006.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search