Version classiqueVersion mobile

Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel

 | 
Philippe Contamine
, 
Jean Kerhervé
, 
Albert Rigaudière

Deuxième partie. Monnaie

La question monétaire : avis et consultations à l’époque de Philippe le Bel et de ses fils

Marc Bompaire

Texte intégral

  • 1 Raymond Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève-Par (...)

1Les affaires monétaires surgissent vraiment dans les chroniques et l’histoire de France avec Philippe le Bel. L’apparition d’une opinion publique autour de la question monétaire est évoquée par Raymond Cazelles1 à propos des années 1350 seulement, au plus fort des mutations monétaires de Jean le Bon au cri de « halte aux mutations » (et c’est le point de départ, polémique, du De moneta de Nicolas Oresme). En fait, ne faut-il pas situer l’émergence d’un débat public sur la monnaie au temps de Philippe le Bel et de ses fils ? Il semble que le mot d’ordre aurait alors été un retour à la « bonne monnaie de saint Louis », bien plutôt qu’un haro sur le roi faux-monnayeur. Depuis l’accusation de Dante, ce dossier historiographique est particulièrement étoffé et il faut nécessairement l’envisager, en cherchant à distinguer dans les conceptions de l’époque, ce qui relève de la mutation, de l’affaiblissement ou de la falsification.

  • 2 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 1978, 588 p.
  • 3 L’étude de Jacques Queinnec dans ce volume montre bien toute l’ampleur des ressources tirées de la (...)
  • 4 Il s’agit d’un corpus significatif d’avis au roi, non datés, mais allant du temps de Philippe III ( (...)

2Les témoignages sur la question monétaire sont abondants. Les chroniques parlent de politique monétaire pour la première fois en évoquant le mécontentement ou les émeutes qu’elle a suscitées. La place des questions monétaires a été bien perçue par les historiens. Jean Favier2 leur consacre un chapitre où il montre bien l’intérêt qu’y portaient les contemporains. Il décrit le débat politique au sein du conseil – le choix monétaire constituant un choix financier3-, mais aussi le débat entre techniciens analysant les enjeux et les mécanismes économiques afin d’éclairer le roi par des avis motivés. C’est sur cet ensemble de documents4 que s’appuie plus particulièrement cette étude. Elle vise moins à suivre le détail des décisions monétaires, à interpréter leurs motivations et à peser leurs conséquences qu’à recenser les questions qui, aux yeux des contemporains, étaient à l’ordre du jour telles qu’elles apparaissent au fil des ordonnances ou dans les avis, à y reconnaître les questions essentielles mais aussi les questions suggérées ou encore les questions passées sous silence. Une part importante de l’enquête s’efforce en effet de définir comment ont été recueillis ces avis, comment ils s’inscrivirent un temps au sein d’une pratique de gouvernement par consultations et assemblées, ce qui donne à ces avis techniques une coloration plus largement politique.

I. Fausse monnaie ou fausse question ?

A. La mutation

  • 5 Edgard Boutaric, « Notices et extraits de documents inédits relatifs à l’histoire de France sous Ph (...)

3« Pour ce que Thomas Brichart, maître de la Monnaie et aucuns du conseil conseillaient et voulaient que pour avoir chevance se fit la faible monnaie, qui depuis se fit, monseigneur Mouche et aucuns autres soutenaient le contraire et ne voulant pas que la bonne monnaie se gatast, pour le destourber qui en résulterait ; et pour ce que la feble ne se fesist (par leur conseil), se leva prest qui fut mis et levé sur les riches bourgeois de toutes les bonnes villes et bailliages... »5

4Cet écho a posteriori (vers 1297) des délibérations du conseil du roi en 1294 pose d’emblée la question monétaire dans ses enjeux financiers – sans mutation monétaire, il faut lever des impôts ou des emprunts – mais aussi dans ses enjeux économiques et politiques (« la gêne qui en résulterait »). Il met aussi en évidence la diversité des points de vue (et des intérêts) entre des responsables politiques, des spécialistes de la fabrication monétaire comme Thomas Brichart ou des financiers internationaux à la vision plus large comme le Florentin Musciatto Guidi dei Franzesi, dit Mouche. Ceux-ci cherchent clairement à s’exonérer de toute responsabilité dans l’affaiblissement – qui commençait peut-être à devenir impopulaire à la date de rédaction de ce mémoire. La mutation en tout cas n’était pas écartée pour des raisons de principe mais pour des raisons d’intérêt bien compris.

5Ces différentes approches ont bientôt nourri la réflexion sur les mutations. On trouve chez Oresme des pages montrant bien les avantages de la mutation sur l’impôt comme moyen de financement : rapidité, universalité, absence de négociation.

  • 6 Chapitre 22, trad. Frédéric Chartrain, Traité des monnaies, Nicolas Oresme et autres écrits monétai (...)

« Elle rapporte beaucoup de gain en peu de temps et elle est très facile à collecter et à répartir, sans possibilité de fraude de la part des collecteurs et avec des frais modiques. On ne peut en imaginer de plus équitable et de plus proportionnelle... Elle est, de plus, tout à fait générale et ni le clerc ni le noble ne s’en peuvent exempter... »6

  • 7 Béatrice Leroy, « Théorie monétaire et extraction minière en Navarre vers 1340 », Revue numismatiqu (...)
  • 8 Marc Bloch, Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe, Paris, Armand Colin, 1954 (Cahier des An (...)
  • 9 R. Cazelles, « La stabilisation de la monnaie par la création du franc (décembre 1360), blocage d’u (...)
  • 10 Géraud de Frachet, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 27 : « Occasione mutationis mone (...)

6La différenciation des intérêts des différents groupes sociaux est exprimée avec la plus grande clarté par Guillaume Le Soterel dans son avis au roi de Navarre de 13407 : la monnaie forte (à forte teneur intrinsèque en argent par unité de compte) est souhaitée par les rentiers, la moyenne par les marchands qui ont besoin de monnaie en abondance et souffrent surtout de l’insuffisance des moyens de paiement, la faible par le peuple (qui doit cens et loyers) et la très faible est profitable pour le prince en temps d’urgence et de guerre. Avant la découverte d’une formulation aussi explicite, cette puissance de transformation sociale des mutations avait retenu l’attention de Marc Bloch8, puis cette piste a été plus particulièrement explorée par Raymond Cazelles9. La mutation monétaire était donc une arme financière puissante mais dangereuse. Philippe le Bel put le mesurer quand il dut se réfugier au Temple en décembre 1306 à la suite du renforcement monétaire mettant fin à la mutation et à l’affaiblissement entamé en 1295. C’est l’épisode lié à la politique monétaire qui tient la plus grande place dans les chroniques, mais la mutation est évoquée sur le ton du récit et sans guère de jugement de valeur, sinon pour souligner l’ampleur de l’affaiblissement (adeo debilitata fuisset), selon Géraud de Frachet10.

  • 11 P. Guilhiermoz, « Avis... », art. cité, avis n° 3, 1921, p. 97 et avis n° 7, ibid., 1926, p. 99.
  • 12 Ordonnances des rois de France de la troisième race recueillies par ordre chronologique, Eusèbe de (...)

7Toutefois, les avis de ses conseillers monétaires montrent qu’ils ne comprenaient ni ne contrôlaient tous les aspects et les implications des mutations. L’avantage de la monnaie forte pour les rentiers était du moins bien compris et l’argument fut plus d’une fois utilisé face aux clercs ou aux nobles. Pour obtenir la taxation des prélats, on peut leur faire miroiter l’accroissement de leurs rentes qu’entraînerait le retour à la forte monnaie (comme le conseillent Pepe Bonaprise de Florence ou Pierre Chief de Roy de Limoges11). Un avis anonyme (n° 6) propose de jouer aussi sur ce fait dans la tactique à adopter vis-à-vis des barons qui avaient le droit de monnaie : les grands barons seront aisément persuadés qu’ils gagneront sur leurs rentes en frappant une bonne monnaie ; puis, quand on aura leur accord, les autres petits barons devront bien suivre et accepter la réforme, même ceux qui gagnaient surtout en frappant de mauvaises monnaies de contrefaçon. On était en 1315, et même après cette date, le spectre de la mutation n’est guère agité pour solliciter des subsides. Certes, Louis X reconnaît lui-même12 que les « nobles et autres gens du royaume » ont été particulièrement lésés par le « changement des monnoies », mais, selon Jean de Saint-Victor, il s’indigne surtout de leur inefficacité financière et se plaint à ses conseillers de ne pas trouver en caisse l’argent issu des mutations monétaires : « Ubi valor mutatarum toties monetarum ? » La critique des mutations recouvre désormais ces divers aspects, mais il faut bien constater que ce thème ne fait pas pour autant l’objet de surenchère ni d’une exploitation particulière dans la crise de 1314-1315. De même, dans les avis monétaires de cette période, le thème des mutations des monnaies (« muement, remuement, changement... ») est à peine évoqué par les villes de Languedoil ou de Languedoc sous Charles IV :

  • 13 P. Guilhiermoz, « Avis... », art. cité, avis n° 12, Revue numismatique, 1927, p. 104. Les villes de (...)

« Comme le changement et muement des monnoies aient esté a grant domage et a grant abessement de son royaume... vueille confirmer qu’il ne se meuve... et en ceste maniéré le [le roi] aimeront il [le peuple] pour ce qu’il sauront que ele [la monnaie] sera estable et en regracieront Dieu de son bon esgardement et de sa bonne ordinacion et proieront pour lui... »13

B. L’affaiblissement et la censure ecclésiastique

  • 14 Les documents cités ont pour la plupart été recensés dans A. Dieudonné et P. Guilhiermoz, « Chronol (...)
  • 15 Jean de Saint-Victor, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 641 : « Regi et Francorum Phi (...)
  • 16 Chronologie, nos 246-250, 242-244 : « non mutandae amplius nisi urgente necessitate et cum concilio (...)
  • 17 Chronologie, n° 284 ; J. Petit, Essai de restitution..., op. cit., n° 507 : « dudum... grave pericu (...)

8Il y a peut-être d’autres raisons pour qu’à l’époque de Philippe le Bel, le marchandage sur le retour à la bonne monnaie apparaisse presque uniquement dans les négociations avec les prélats. La promesse du retour à la bonne monnaie est une question politiquement sensible dans le cadre des relations tendues du roi avec le pape qui atteignent leur paroxysme en 1303. Le 14 mai 130414, le pape Benoît XI accorde les annates en contrepartie de la restauration de la bonne monnaie de saint Louis qui est alors promise mais qui se fait attendre15. La formulation de ces bulles évoque la mutation, mais stigmatise l’affaiblissement et ses conséquences : la diminution de poids et de valeur se trouve qualifiée de frauduleuse (« defraudatur »). Ce subside pour la guerre de Flandre est à l’origine de l’envoi d’une série de lettres aux évêques, le 15 juin16, annonçant la bonne monnaie pour la Toussaint avec un renforcement de cours à Pâques 1305. Le roi s’engageait à revenir à la monnaie de saint Louis et à ne plus pratiquer de mutation, sauf en cas de nécessité et avec l’accord des prélats et barons. Le 23 décembre 130517, cette situation d’urgente nécessité pour la défense du royaume est admise par le nouveau pape Clément V pour la mutation passée, mais le pape en profite pour souligner les conséquences pernicieuses de l’affaiblissement (« subditi... et populi... damna et deperdita gravia sunt perpessi ») et le renforcement n’intervient en fait qu’en 1306.

  • 18 Jean de Saint-Victor, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 646, : « ut papae Benedicto X (...)
  • 19 Jean de Saint-Victor, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 634.
  • 20 Géraud de Frachet, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 27 : « Philippus rex monetam deb (...)
  • 21 On ne peut dire que le chroniqueur s’engage beaucoup dans une critique des mutations ! Géraud de Fr (...)
  • 22 Géraud de Frachet, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 37 : « Rex Francorum Philippus s (...)
  • 23 Géraud de Frachet, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 39 : « quamvis in populo fieret (...)
  • 24 Jean de Saint-Victor, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 658 : « Hoc autem anno moneta (...)
  • 25 Recueil des historiens de la France, t. XXII ; A. Diverrès (éd.), La chronique métrique attribuée à (...)

9Les rares dénonciations des mutations qui apparaissent dans les chroniques contemporaines citent ces textes : la bulle de Benoît XI, à l’origine du renforcement monétaire et de l’émeute parisienne de décembre 1306, est évoquée par Jean de Saint-Victor18. C’est cette émeute qui fournit la première occasion de considérations monétaires développées dans les chroniques. Auparavant, Jean de Saint-Victor fait un simple constat en signalant (par anticipation) que la frappe d’une monnaie différente en 1296 fut la source de bien des maux19(« tunc facta est moneta diversa parisiensis et turonensis unde postea multa mala sunt orta »). Les récits des événements de 1306 en restent au même niveau du constat et voient plutôt favorablement le retour à la monnaie ancienne ou traditionnelle de saint Louis après un affaiblissement excessif20, signalant seulement une émotion populaire (« multi de populo fuerunt perturbati ») qui tourna à la sédition (« dampnosa seditio »), à cause de la charge excessive que constituait aux yeux du peuple le triplement des loyers (« communi populo grave nimium propter triplicationem consueti pretii videbatur »)21. Les critiques se concentrent en fait sur la mutation des deniers bourgeois en 1311, qui nous paraît relativement bénigne puisqu’elle se traduisit par un affaiblissement limité à 20 %, et sur le retour à la bonne monnaie de 1313. Géraud de Frachet évoque alors les réactions générales de rejet suscitées par la nouvelleté ou par l’évaluation indue des pièces qui se combinaient à la condamnation de cette exaction par les gens de savoir (« a sapientibus ») et aux démarches des nobles et magnats exprimant leur déplaisir au roi22. En 1313, il signale aussi les malheurs des marchands traqués par des contrôleurs des monnaies qui se joignaient au murmure du peuple23, mais la formule employée pour condamner les mutations se rapproche trop étroitement de celles de la bulle de Clément V (« Unde multi multa damna... perpessi sunt ») pour que l’on puisse y reconnaître l’expression d’un mouvement de critique autonome par rapport aux critiques des clercs et autres gens de savoir. Jean de Saint-Victor, dans une formule tout aussi critique, explique que les soucis des marchands sont surtout liés au manque de monnaie24, mais c’est dans la Chronique métrique de Geoffroy de Paris25 que l’on peut trouver un ton plus libre pour développer les accusations ainsi esquissées par Jean de Saint-Victor, nous y reviendrons, car l’accent n’est plus mis sur la mutation, ni même sur l’affaiblissement.

10Pour souligner le lien de la politique monétaire avec la politique vis-à-vis du Saint-Siège, je relèverai simplement une coïncidence : en 1303, alors que le renforcement promis avait été engagé par Biche et Mouche qui rassemblaient le métal nécessaire en juin, un renversement de la politique monétaire intervient le 24 août quand les monnaies leur furent retirées pour être confiées aux frères Le Flament, changeurs parisiens, qui amplifièrent l’affaiblissement au moment même où les négociations allaient basculer à Anagni le 6 septembre. La voie de fait et les mutations étaient préférées aux négociations et aux accords avec les prélats.

  • 26 C. Dupuy, Traité des monnaies..., op. cit., partie IV, Écrits de droit canon. On peut relever que B (...)
  • 27 Chronologie, n° 162 : « monetam in qua forsan aliquantulum deerit de pondere alleio seu lege quam p (...)

11C’est qu’il y avait un corps de doctrine établi chez les canonistes à l’encontre de l’affaiblissement, bien organisé autour des commentaires de la lettre d’innocent III au roi Pierre II d’Aragon en 1199, entrée dans le corpus des décrétales comme le canon quanto qui définissait le cadre acceptable pour les mutations monétaires (nécessité, consultations, prélèvement d’un profit limité...)26. Du coup, lors de l’affaiblissement monétaire en mai 1295, le roi reconnaît que ses monnaies pourraient ne pas être tout à fait du même poids d’argent que les anciennes monnaies27 et promet aux prélats de dédommager sur son domaine et sur les biens de la reine ceux qui en seraient lésés.

  • 28 P. Guilhiermoz, « Avis... », art. cité, 1925, p. 233-234, cf. M. de Marchéville, « Le denier d’or à (...)

12Pourquoi la reine ? Cela pourrait expliquer le nom de deniers d’or à la reine donné à des pièces frappées vers 1305 (citées en novembre 1305, puis décriées en 1310), et que l’on rapproche plutôt d’une émission exceptionnelle destinée à financer ses legs pieux (son testament date du 23 mars 1305) comme l’a suggéré P. Guilhiermoz28. Peut-être faut-il aussi relever que la reine de Navarre avait dû prêter serment de maintenir la qualité de la monnaie comme Philippe V qui, en 1319, jura la stabilité pour douze ans, un serment d’ailleurs comparable à celui que prêtait le roi d’Aragon auquel avait été destiné le canon quanto.

13L’affaiblissement de la monnaie était alors en cause plus que le principe de la mutation.

C. La falsification

14Question d’ordre historiographique plus qu’historique.

  • 29 Gallia Christiana, t. XIII, Paris, 1785, 1437 col., col. 158-159 ; Instrumenta, p. 122-130 ; Jean-M (...)

15Les éléments de ce dossier rebattu se limitent à quelques textes comme les plaintes de Bernard Saisset. L’évêque de Pamiers, en 1300, traite le roi de faux-monnayeur et de bâtard en proposant la couronne à Roger de Foix : peut-être s’agissait-il seulement de propos d’après boire. Les témoignages montrent qu’il attribuait au pape lui-même la paternité de ses accusations : « fabricabat falsam monetam et erat falsarius monetae, asserens dictus episcopus quod dominas papa haec dixerat Petro Flotae ». Il est clair que pour ce prélat, l’affaiblissement de la monnaie est l’équivalent d’une falsification : « prava et falsa est et sine lege et non est ibi argentum ; et falsus qui eam facit fieri nec in Curia romana daret horno unum stercus de ista pecunia »29. Certes, le pape Boniface VIII, à son tour, évoque le sujet dans la bulle Ausculta fili, de décembre 1301, où il prétend intervenir pour la correction des abus commis dans le royaume de France, parmi lesquels la mutation des monnaies pouvait figurer en bonne place. Toutefois, les échos de cet épisode, sur le plan monétaire du moins, restent des plus limités. Affaiblir la monnaie, y ajouter de l’alliage, du métal vil, c’est y mêler du faux « siprotectionem nostram habere desideras in fabricanda moneta nichil falsitatis admisceas », comme le disait déjà une lettre du pape au comte de Melgueil, datée du 23 mai 1129, qui s’inscrit dans la même tradition.

16Dante, au chant XIX du Paradis, ne dit pas autre chose en parlant de Philippe le Bel :

  • 30 Giovanni Villani, Cronica, lib. VIII, cap. LVIII, Muratori, Scriptores, t. XIII, p. 390.
  • 31 Ibid., IX, LXXVII.
  • 32 Sur l’importance de l’appellation de la monnaie, voir le chapitre 12 du De moneta de Nicolas Oresme (...)

« On verra là le deuil que répand sur la Seine, falsifiant la monnaie, celui qui mourra d’un coup de sanglier... » Le même terme de falsification est repris par Giovanni Villani30 : « Lo re di Francia per fornire sua guerra fece falsificare sue monete. La buona moneta... ilf ece piggiorare., ., facendola correre per piu assai que non valeano. Onde il re avanzava ogni di piu di libre 6 000 di parigisii ma guasto et diserto il paese… » Pour expliciter et relativiser ces propos je prendrai un exemple contemporain à Florence chez le même Giovani Villani qui, en 1316, fustige la frappe de fausse monnaie à l’atelier : « Sotto la signoria del detto bargello fecesi una moneta falsa in Firenze ch ’era quasi tutti di rame bianchitta d’ariento difuori e contavas il’uno danari sei che non valea danari quattro e chiamarsi bargellini », et plus loin « fit molto biasimata per gli buoni uomini »31. Or, le responsable de la fabrication lors du premier semestre n’était alors autre que Giovanni Villani lui-même. Les numismates ont cherché, en vain, à reconnaître ces pièces frauduleuses et à les distinguer des autres bargellini frappés durant le gouvernement provisoire de Lando d’Agobbio, bargello. Il est vrai que les pièces qu’il faisait frapper sous le nom de gros (grossi da sei, gros de six deniers) étaient des pièces affaiblies mais surtout ces gros ne contenaient qu’un quart d’argent fin. Le scandale était apparemment surtout dans l’appellation de gros appliquée à une pièce qui n’était pas d’argent de haut titre32. Plutôt que de dénomination ou de valeur monétaire, Oresme parle de même d’appellation ou de prix et dénonce dans la mutation le fait d’appeler denier ce qui n’est pas denier. Le chapitre XII porte ainsi sur la mutatio in appellatione.

D. Le désordre monétaire

  • 33 Chronique rimée attribuée à Geoffroy de Paris, Recueil des historiens de la France, t. XXII, p. 141 (...)

17C’est dans des termes analogues que je tenterai d’analyser les récriminations de la Chronique métrique de Geoffroy de Paris, celle où le ton est le plus libre. On n’y trouve pas d’accusation de faux contre le roi, bien sûr, mais de longs développements relatifs à la monnaie. Les critiques ne portent pas tant sur l’affaiblissement lui-même, ni sur la mutation que sur le renversement de l’ordre traditionnel. Celui-ci est perçu à l’occasion de la mutation du bourgeois, limitée à 20 % en 1311, et plus encore du renforcement qui a suivi, en 131333 :

« En cele année que je conte
Toute monnoie vint a honte
Et touz florins condampnez furent et par le roiaume ne corurent
qu’une noire double monnoie :
parisis et tornois lor voie
lors pristrent le royaume par tout et l’agnelet d’or, ce fut tout... »

  • 34 Le terme apparaît alors également chez Jean de Saint-Victor, op. cit., p. 658 : « moneta tam turpit (...)

18La honte34 désigne-t-elle le décri qui frappa la plupart des monnaies ou aussi l’absence de toute monnaie blanche d’argent ?

« Nul blanc argent n’ala par foire
Mez que sans plus monnoie noire
Si ne sot-on de quoi paier… »

19C’est le manque de monnaie et l’arrêt presque complet des fabrications d’argent qui sont en cause. La chronique est bavarde et consacre plus d’une centaine de vers à la question, avec une personnification de l’agnel d’or qui sort gagnant de son procès avec les autres monnaies. On peut tenter de résumer les critiques et insinuations :

20Tout d’abord, l’argent blanc et l’or ont été thésaurisés et accaparés par le roi et les Lombards :

« En la tour au roi et mis en son tresor et les Lombards en ont tiré profit ».

  • 35 La chronique métrique..., op. cit., p. 110, v. 2270-2273.

21Les deux thèmes étaient très populaires. La Chronique métrique s’y réfère déjà dans les quelques vers consacrés en 1303 à l’affaiblissement qu’elle impute35 :

« A Lombards qui i gaignerent Qui de faible loi la forgierent,
S’en orent profit li estrange... »

  • 36 Ibid., v. 5493-5498/

22Et à propos du renforcement de 1306, aux gens des métiers qui voulurent profiter du triplement de valeur36 :

« Et tous mestiers au derrenier
Ne vouloient prendre denier
Se ce n’estoit monnoie fort
(Si n’estoit pas reson mais tort)
Quant achaterent a la feble
Et gaigner voloient au treple... »

  • 37 Ibid., p. 118, v. 3093-3098. Pour Jean de Saint-Victor cf. supra, n. 24.

23La critique retombe sur les spéculateurs, les étrangers mais aussi sur les agents du roi, par exemple à propos de la double décime liée au renforcement37 :

« Et por ce ainsi sovent se change
La monnoie... Le roy les gros deniers
En a, non touz, car le conseil
Si en prend ançois a son veil… »

  • 38 Charles-Victor Langlois, « Registres perdus de la Chambre des comptes de Paris », Notices et extrai (...)
  • 39 Chronologie, n° 485.

24Ces attaques se retrouvent, on l’a vu, chez Jean de Saint-Victor pour les conseillers du roi, mais aussi pour le pape, chez Pierre Dubois ou dans divers avis sur les monnaies, souvent suivis par les ordonnances, qui exigent que les gardes du monnayage soient du royaume (avis des villes de Languedoil et de Languedoc) et que les officiers et receveurs du roi montrent l’exemple (les mêmes avis que rejoignent ceux de Paris ou du Florentin Pepe Bonaprise). Un mémoire décrivant et dénonçant ces mauvaises pratiques a été signalé38 et les ennuis de Géraud Gaite en 1318 sont aussi liés à ces questions39.

25Le second point est plus significatif : la valeur intrinsèque des monnaies n’est pas traduite dans leur cours légal.

  • 40 Géraud de Frachet, op. cit., p. 25.

26Cette attention à la valeur métallique des pièces est évidente chez les changeurs et les donneurs d’avis au roi ; elle apparaît également chez les clercs dans leur critique de l’affaiblissement mais plus rarement dans les chroniques comme chez Géraud de Frachet à propos des deniers bourgeois qui couraient pour la valeur des parisis avec le contenu métallique des tournois : « monetam burgensium quam fieri fecerat cursum suum quasi per biennium pro duplicibus habuerat (quod alias fuerat inauditum quia justum secundum pretium aequipollebat solum parvis turonensibus in valore) ». Le juste prix serait lié à la valeur métallique : c’est aussi ce que pense Giovanni Villani en dénonçant comme falsifiés des gros de 6 deniers qui n’en valaient que 4 1/2 (en contenu métallique) ! Chez Géraud de Frachet, cependant, il n’est pas certain que ce cri sur le caractère inouï de la mesure trouve là son origine. L’analyse économique et monétaire ne semble pas particulièrement poussée dans son récit : aucun lien n’est fait entre la réduction par trois du cours des monnaies en 1306 et l’affaiblissement de la monnaie dans la même proportion. La cherté du setier de blé qui en 1305 atteignit 6 l. et que le roi tenta de taxer à 2 l. n’est pas davantage associée à l’affaiblissement monétaire40.

  • 41 La chronique métrique..., op. cit., p. 141-142, v. 5421-5430.

27L’accent est plutôt mis sur la confusion entre deniers tournois et parisis alors que cette distinction des deux espèces royales est le fondement même du système monétaire. Tournois et parisis anciens sont mis au même cours. Pour la Chronique métrique également, voilà le scandale, ce qui marque le bouleversement du bon ordre immémorial41 :

« ... et lors devindrent voirement
tornois parisis par le royaume
dont mains en gesirent en chaume...
Et encore en sont esbahis
cels qui ce sevent et le virent
comment les tornois devenirent
parisis. De ceste novele
chascun qui l’ot si s’en merveille ».

  • 42 Ibid., v. 5436-5437.
  • 43 Ibid., p. 142, v. 5441-5455.

28Une prophétie de Merlin annonçait que le roi serait en danger (« perdrait grant part de son haut tenement42 »), le jour où les tournois deviendraient parisis, comprenons le jour où les poules auraient des dents, ou plus exactement où tout serait sens dessus dessous, dans la confusion, les mots, les choses, les valeurs : ce qu’exprime dans le texte le verbe « bétourner ». Et, de fait, selon l’auteur, le roi a perdu la confiance de ses sujets, il passe pour un escamoteur, insensible aux pauvres souffreteux qu’il ruine43 :

« Car le change de sa monnoie
le peuple contre lui desvoie
son visage chascun li torne :
par son coing qui se bestorne
il appert que le roi nous enchante
Premier nous fît de vingt soixante
et de quatre-vingt et dix trente [en 1303 et 1306]
Mais cest an novelmement
a fait plus fort enchantement :
“souffle en la boiste rien n’y a”
Or et argent tout est perdu
ne jamais n’en sera rendu
au soufreteux, ne croiz ne pile... »

  • 44 Ibid., p. 118, v. 3018-3020.

29L’argument correspond à une réalité, les repères concrets permettant de fixer le système des valeurs sont alors bien complexes. En 1313, les deniers bourgeois passent d’une valeur d’un denier parisis à un denier tournois. Comme il est difficile de retirer le cours des pièces antérieures, les anciens doubles parisis qui étaient pris en août à 2/3 de denier parisis (soit 5/6 de denier tournois) passent le 1er octobre 1313 à 2 deniers tournois les 3 (soit 2/3 de denier tournois) avant de tomber à une obole parisis (soit 5/8 de denier tournois), pendant que le cours des doubles tournois est réduit à une obole tournois. En 1305, déjà la chronique ne s’intéresse qu’au changement de cours44 :

  • 45 Il ne s’agit manifestement plus du prix lié au contenu métallique.

« Et cornuz et mittes lor voiez
Perdirent ; si ne furent plus pris
Comme pardevant a leur prix45 ».

30Si on suit les mutations monétaires de Philippe le Bel du point de vue du public et surtout des plus modestes utilisateurs de deniers noirs, pour qui ces deniers de compte étaient d’abord des pièces bien réelles et vitales, c’est en 1313 que le système de compte s’affole avec une multiplicité de monnaies royales de billon aux valeurs changeantes.

  • 46 Marc Bompaire, « Pour une histoire des monnaies noires », Finances, pouvoir et mémoire, Mélanges of (...)

31Nicolas Oresme ne dit pas autre chose en dénonçant dans la mutation monétaire le fait que : « on en viendrait à appeler livre ce qui n’est pas véritablement livre » (chapitre 12). En un sens, les récriminations de la chronique rejoignent les préoccupations des consultations monétaires et celles des donneurs d’avis. En effet, la préoccupation constante de la monnaie noire qui sert de fondement au système de compte et aux versements des cens m’avait particulièrement frappé dans les consultations monétaires de la période46.

II. Avis, assemblées et consultations

A. Les sources

  • 47 Cf. supra note 4 et note 7 pour l’avis au roi de Navarre.
  • 48 Henri Hervieu, Recherches sur les premiers États généraux et les assemblées représentatives pendant (...)

32Les sources que j’utilise sont moins les écrits théoriques que les préambules d’ordonnances et surtout les avis sur la question monétaire donnés aux rois de France : un corpus d’une vingtaine de textes s’étendant de 1275 aux années 1320, ou 1340 si on y inclut un avis au roi de Navarre. Ces textes ont été réunis sous ce nom par P. Guilhiermoz qui en a donné une publication dans la Revue numismatique, avec des renvois aux quelques textes publiés par ailleurs47. Une publication remarquablement commentée pour les premiers textes ; puis le commentaire se raréfie ou s’interrompt pour la publication, après la mort de P. Guilhiermoz, par les soins d’A. Dieudonné, des avis qu’il attribue à l’époque des fils de Philippe le Bel et sur lesquels je m’attarderai un peu plus. Ils sont alors étroitement liés au mode de gouvernement par consultation et réunions d’assemblées qui a fait l’objet de multiples études48, dont celles de Charles Taylor. À propos des assemblées de 1321 – qui visaient tout de même à l’unification et au renforcement des monnaies en même temps qu’à l’unification des poids et mesures et au recouvrement du domaine ou à la préparation de la croisade –, il signale l’existence de ce dossier « monétaire » pour aussitôt l’écarter : « With this material excluded we still hâve a considérable and varied body of evidence ». Pourquoi l’exclure ? Pour ses difficultés de compréhension pour les non-spécialistes : « Their focus is on very detailed and technical problem of coinage discuted at a level possible only for experts (then and now !) ».

33Pour l’étude de ces textes du point de vue de la numismatique et de l’histoire monétaire, je renvoie au travail de P. Guilhiermoz – en me réservant de les utiliser à mon tour pour remettre en perspective les décisions monétaires du règne de Charles IV, avant lequel P. Guilhiermoz avait interrompu son commentaire. L’objet de la présentation qui suit est bien davantage d’envisager leur articulation avec les autres consultations et assemblées.

34Pour pouvoir surmonter les réticences de Charles Taylor et prendre ces textes en considération, il faut d’abord pouvoir les dater, et ce n’est pas là la moindre difficulté et il faut ensuite identifier leurs auteurs. Les avis ne sont pas datés, sauf un. La date suggérée par P. Guilhiermoz est fonction de la situation monétaire qui y est décrite. On peut aussi opérer par rapprochement avec les dates et les sujets des consultations connues par d’autres sources ou encore par rapprochement avec les ordonnances monétaires qui peuvent avoir été inspirées par ces avis ou qui peuvent du moins reprendre certaines des expressions et des formules.

B. Les premiers avis : avant les mutations

  • 49 Léopold Delisle, « Mémoire sur les opérations financières des Templiers », Mémoires de l’institut n (...)

35On peut distinguer deux périodes. Dans un premier temps, avant 1308, les avis ne sont pas liés à des réunions d’experts et leurs auteurs sont le plus souvent nommés. Ils émanent de conseillers royaux, Aimar de Moncel à l’époque de Philippe III, puis les maîtres des monnaies du roi en nom collectif (peut-être à la Chandeleur 1288, où ils furent convoqués auprès du roi49) et l’un d’eux en son nom propre, le Lucquois Betin Caucinel, chevalier du roi. Ces avis se placent avant le début des mutations monétaires à Pâques 1295. Ils rappellent au roi ses prérogatives monétaires sur l’ensemble du royaume, considéré comme un tout, face aux royaumes étrangers et surtout face aux prélats et barons dont le monnayage contrevient à la législation mise en place par saint Louis, réglementation qu’ils entendent pousser dans ses ultimes conséquences. Il y est aussi question d’administration monétaire, de contrôle du métal, des mines, de l’affinage ou de l’exportation du métal et aussi du mode de gestion des ateliers monétaires.

  • 50 P. Guilhiermoz, « Avis... », art. cité, 1922, p. 204-208.

36Je m’arrête un instant sur ce point, pour souligner, en schématisant à l’extrême, un fait déjà signalé par P. Guilhiermoz50. On change alors de système de gestion : jusque-là, la concession à un maître de l’atelier donnait lieu au versement d’une redevance par livre frappée, un monetagium fixé dans le bail. C’était un système où le profit du roi était seulement proportionnel aux quantités frappées qui faisaient l’objet des enchères. Le nouveau système qui se met alors en place décharge le maître de certains frais mais lui accorde seulement une part de bénéfice, un « brassage » fixé par le bail et qui faisait l’objet des enchères (descendantes). C’est dire que la part variable du bénéfice revenait au roi sous le nom de « seigneuriage » – terme dont l’apparition est un peu plus tardive. Ainsi, si on pouvait se procurer du métal à bas prix, si en affaiblissant la monnaie on frappait davantage de pièces avec une même quantité d’argent, le profit supplémentaire et variable revenait au roi et non plus au maître. On comprend que les mutations et affaiblissements se soient développés comme source financière précisément alors. En fait, la période considérée (avant, pendant, ou juste après les mutations ?) est marquée par des hésitations (« monnaies prises en achat » ou « en la main du roi ») dont les avis se font l’écho. On expérimente aussi des baux généraux, portant sur tout ou partie des ateliers monétaires et des métaux, à une même compagnie de financiers, avec des conditions négociées et spécifiques dans chaque cas.

C. Consultations monétaires après les mutations

37Dans la période suivante, après les mutations, les décisions monétaires font référence à des consultations de prélats et de barons, de délégués des villes et d’experts.

  • 51 P. Guilhiermoz, « Les sources manuscrites de l’histoire monétaire de saint Louis et des premières a (...)

38Ce mode de décision en matière monétaire n’est pas pour autant une innovation absolue : on sait que la première ordonnance monétaire de saint Louis a été prise à Chartres le 11 mars 1263, après consultation de représentants de plusieurs villes51. Le retour à la bonne monnaie de saint Louis impliquait-il aussi un retour à la procédure de saint Louis ? Il semble plutôt que les recommandations des prélats, résumées dans la bulle de Benoît XI, rendaient éminemment souhaitable une large approbation des décisions monétaires par la communauté.

  • 52 Ordonnances..., op. cit., I, 449 et 454.
  • 53 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 168.
  • 54 Ordonnances..., op. cit., I, 475, 477.

39Ainsi, l’ordonnance du 16 avril 1308, reprise presque mot à mot dans celle du 18 janvier 130952, évoque la convocation et la tenue à Paris d’une réunion de spécialistes monétaires envoyés par les bonnes villes : « avons de nouvel mandé et fait venir a Paris de pluseurs bonnes villes deus ou troys preudes hommes de chacune qui mieus ou fait des monnoyes se connoissent pour avoir deliberacion et conseil de metre et faire revenir nos monnoyes ou point, en l’estat, en la valeur et de la loy en quoy eles estoient ou temps de mons. saint Louis nostre aieul ». Ces mentions correspondent-elles à la réunion des assemblées de Tours sur les Templiers, convoquées en mars 1308 et tenues vers le 15 mai ou s’agit-il d’une convocation spécifique comme le suggère Jean Favier53 ? La plupart des grandes ordonnances monétaires de la période évoquent ce genre de réunions de délégués des bonnes villes et l’hypothèse la plus communément admise leur associe le nom de « bourgeois », donné à la monnaie frappée en 1311, même si l’ordonnance créant les bourgeois n’est connue que par des instructions sur son application54, comme c’est souvent le cas lors des affaiblissements opérés dans la discrétion, et sans l’appareil solennel des ordonnances de retour à la bonne monnaie.

  • 55 P. Guilhiermoz, art. cité, Revue numismatique, 1922, p. 73-74.
  • 56 L. Borrelli de Serres, « Les variations monétaires sous Philippe le Bel et les sources de leur hist (...)
  • 57 Ordonnances..., op. cit., I, 520.
  • 58 Ordonnances..., op. cit., I, 527.
  • 59 Ch.-V. Langlois, « Les papiers de Guillaume de Nogaret et de Guillaume de Plaisians au Trésor des c (...)

40Paul Guilhiermoz55 a déjà proposé un relevé des ordonnances mentionnant des consultations entre 1308 et 1324 et une liste des consultations monétaires a été établie par le colonel Borrelli de Serres56. La consultation des villes est mentionnée dans les ordonnances du 15 juin 13 1 357 : « appelé avecque notre conseil et les mestres de nos monnoies grant planté de bonnes gens des bonnes villes de nostre royaume sages et esprouvés ez choses dites, aions eu traitié, deliberacion et accort ». « Mestres des monnaies et pluseurs autres bonnes gens des bonnes villes de nostre royaume, sages et connoissans ou fait des monnaies » interviennent encore le 18 septembre 131358 dans la « grant deliberacion et conseil des prelaz, dus, comtes et autres barons de nostre royaume ». C’est le cas où le mode de consultation est le plus solennel avant la prise de décision avec un conseil particulièrement élargi. Peut-être y eut-il à cette occasion des rédactions d’avis écrits : l’un d’entre eux, rédigé par Pierre Chief de Roy (n° 3), s’inscrit exactement dans ce contexte. De plus, il provient des papiers remis par Guillaume de Plaisians au Trésor des chartes. Les documents (plures rotuli super pluribus oppinionibus monetarurn) versés de même par Guillaume de Nogaret, mort en 1313, ne sont pas identifiés59. L’avis donné par 43 villes en 1314 (n° 5) ne serait-il pas également lié à l’ordonnance du 15 juin 1313, puisque ces deux documents sont les seuls à employer le terme d’accord ? Il serait cependant malheureux de devoir discuter de cette date puisqu’il s’agit du seul avis explicitement daté de tout le corpus !

D. Ordonnances monétaires et assemblées de villes en 1316

  • 60 Ordonnances..., op. cit., 1,614 bis et 615, « original scellé de cire jaune à double queue » selon (...)
  • 61 BNF, ms. Clairambault 113, n° 8883.
  • 62 BNF, ms. Clairambault 22, n° 1537.
  • 63 F. Leblanc, Traité..., op. cit., p. 228 et A. Artonne, Le mouvement..., op. cit., document XIX.

41Les prélats et barons et les maîtres des monnaies ne sont plus mentionnés à côté des experts et députés des villes dans les ordonnances des 15 janvier et 26 février 131660 : « grant deliberacion de nostre conseil et d’autres prudes hommes des bonnes villes de nostre royaume de sages et connoissans en telles choses qui pour ce ont esté a nostredit conseil appelés ». Et pourtant, c’est à cette occasion que furent examinées systématiquement les ordonnances de saint Louis : « avons fait querir et serchier par nos escripts et registres anciens les ordonnances, estatutz et commandemens sur le fait des monnaies de M. saint Louis nostre predecesseur roy de France ». Cette ordonnance solennelle fut reçue le 13 mars par le bailli de Vermandois avec une lettre close des maîtres des comptes pour la faire publier61. D’autres lettres du roi données à Paris l’an 1316 au mois de mai « esquelles a plusieurs articles sus le fait des monoies d’or et d’argent » furent reçues la veille de Pentecôte par le bailli de Senlis qui promit de les faire « crier, publier solennellement et garder »62. Cela pourrait correspondre à une ordonnance du 17 mai citée par Leblanc, s’il ne s’agissait en fait pour ce dernier texte de la charte pour le Berri et le Nivernais63 qui, elle aussi, est bien présentée comme le résultat de consultations de barons et d’experts : « cum pluribus baronibus et aliis personis villarum bonarum regni nostri in talibus sapientibus et expertis... matura deliberatione concilii... »

  • 64 Ch. Taylor, « Assemblies of French towns in 1316 », Speculum, t. 14, 1939, p. 275-289.
  • 65 Elizabeth A.R. Brown, « Assemblies of French towns in 1316 : some news texts », Spéculum, t. 46, 19 (...)

42Or ces ordonnances sont bien liées à une série de consultations. L’ordonnance du 16 janvier 1316 est prise à Orléans où, selon l’hypothèse de Charles Taylor, venait de se tenir la première des assemblées de 131664. Des délégués de la ville de Martel (Lot) y séjournèrent de décembre 1315 à la mi-janvier 1316. Une nouvelle ordonnance monétaire est prise le 26 février à Meaux où s’achevait une autre assemblée, initialement convoquée pour le 29 janvier et on y retrouve quasiment la même formule : « grant avis et deliberation de nostre conseil et grant planté de sages hommes et bien connoissans ou fait des monnaies de pluseurs bonnes villes de nostre royaume qui a ce fait ont esté a nostredit conseil appelés ». Une assemblée avait été convoquée à Bourges pour le 28 février et, le 13 février, la ville de Toulouse avait reçu le mandement d’y envoyer six députés, et celle de Gourdon d’en envoyer deux. Un ordre d’annulation du 5 février arriva tardivement et les représentants de Millau étaient déjà partis à Bourges du 17 au 29 février, comme ceux de Najac et peut-être d’Alès65 . Cette réunion à Bourges fut reportée au 14 mars et au 25 avril pour les villes du Midi, ce qui pourrait être le point de départ de l’ordonnance monétaire de mai. On peut supposer un décalage dans la tenue de ces assemblées prévues pour la fin décembre à Orléans et pour le 15 janvier à Rouen, en observant dans l’itinéraire de Louis X qu’il est à Orléans le 10 janvier, à Rouen le 10 février...

43Pourtant, les convocations des villes à ces assemblées ne mentionnent pas explicitement la monnaie mais des « choses touchant grandement le bien, l’utilité et l’honneur nécessaire de nous et de tout notre royaume et le vôtre que nous ne pouvons aisément spécifier par écrit » ou « pour le bien de son estât et pour chose que ne leur povoit escrire..., pour entendre de lui ce qui concernait son service ». Pour l’assemblée du 25 avril à Bourges, il était question de la Flandre : « propter rebelliones et seditiones... Robertus quondam cornes Flandrie ». Les lettres envoyées à Albi et Périgueux présentent ces assemblées comme un lieu d’exposition des affaires de Flandre imposant la guerre et donc la contribution (militaire ou financière) des villes. Les comptes-rendus de la ville de Riom, qui fut convoquée à cette assemblée, mentionnent la promesse d’un subside en cas de guerre. Les délégués envoyés par les villes de Quercy ou de Rouergue sont, selon Elizabeth Brown qui a suivi le cas de Najac, ceux qui avaient discuté les subsides précédents et ne sont pas connus par ailleurs pour leurs compétences monétaires.

44Ch. Taylor suggère néanmoins que la question des monnaies avait été avancée comme prétexte pour ces assemblées « perhaps as a quid pro quo for the desired backing in military policy » et considère que la fonction principale de ces réunions était d’exposer la politique royale et de préparer les esprits aux demandes de subsides. Peut-être les questions monétaires y furent-elles effectivement abordées (comme en 1308 ?), assez au moins pour que les ordonnances ultérieures puissent s’en prévaloir.

  • 66 Chronologie, n° 448 ; Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire de Bretagne, t. 1, 1 (...)
  • 67 Ordonnances..., op. cit., I, 609. BNF, ms Clairambault 27, n° 1983 ; 22, n° 2475 ; 111, n° 8711. El (...)
  • 68 A. Dieudonné, « L’ordonnance ou règlement... », art. cité.
  • 69 Jérôme Belmon, « La monnaie de Rodez : la mort d’un monnayage seigneurial (vers 1270-1340) », Revue (...)

45Pour prouver (ou suggérer) l’objet monétaire de ces assemblées, Ch. Taylor s’appuyait sur la convocation envoyée au duc de Bretagne le 11 novembre 1315 pour participer le 30 novembre à un grand conseil pour la réformation des monnaies66. Toutefois, il s’agit sans doute là plutôt de délibérations concernant le monnayage des barons. Sur cette question, l’enchaînement des dates ne semble pas très clair, car une ordonnance limitant la circulation des monnaies des barons et interdisant les monnaies étrangères semble légèrement antérieure : elle date du 19 novembre et elle fut probablement expédiée aussitôt puisqu’on en conserve des accusés de réception par les baillis d’Auvergne, et les sénéchaux de Lyon et de Toulouse dès les 4, 10 et 13 décembre (« super facto monetarum noviter factarum per barones et alios de extra regnum »)67. Le duc de Bretagne pourrait avoir été davantage concerné par le célèbre « règlement sur le monnayage des barons » qui est daté de Noël 1315 environ68. Sa mise en œuvre prit la forme de lettres d’autorisation de reprise du monnayage accordées à chaque baron. On a trace de lettres pour onze ateliers le 5 février et le 4 mai pour l’évêque de Cahors alors que l’atelier de Rodez reprenait la frappe le 23 avril69. Ces dates se rapprochant de la tenue des assemblées, on aurait là un indice supplémentaire d’une réglementation monétaire (et de réunions monétaires) à l’occasion d’assemblées convoquées sur un tout autre sujet.

46Deux avis au roi peuvent être liés à ce moment : celui qui concerne spécifiquement le monnayage des barons (avis n° 6) et celui que P. Guilhiermoz plaçait en 1313 (avis n° 4) mais qui présente les mêmes formules de rédaction : « Se il plaisoit a nostre seigneur le roi et a son noble conseil a ordener ». Ce glissement de date pourrait aussi se justifier dans la mesure où cet avis évoque un monnayage actif des barons, à l’opposé de l’analyse de Pierre Chief de Roy dont l’avis (n° 3) se situe en 1313.

E. Les assemblées monétaires de 1318

  • 70 Ch. Taylor, « Anassembly of French towns in March 1318 », Speculum, t. 13,1938,p. 295-308.
  • 71 On trouve d’ailleurs des textes similaires pour 1317 et 1318 : Jean Guérout, Registres du trésor de (...)
  • 72 Arch. mun. Narbonne, EE 2070.

47Des assemblées furent explicitement convoquées sur un thème monétaire, comme celle de mars 131870 où Périgueux envoya ses délégués à Bourges à la suite d’un mandement du roi du 15 octobre 1317 : « que vous eslisiez trois ou quatre bonnes personnes de vostre ville qui miex se congnoistront ou fait desd. monnoies », pour donner « conseil sur le fait des monnaies et plusieurs autres affaires touchant le roi, le royaume et le profit commun... »71. Les envoyés de Périgueux repartent le 2 avril avec une lettre du roi qui évoque l’avis écrit sur les monnaies remis par Périgueux en association avec d’autres villes et qui leur demande d’informer la ville sur les affaires de Flandre afin qu’elle puisse rapidement fournir aide et conseil : « expedita eisdem intentions nostra super negocio monetarum nobis suam deliberationem super hujus facto cum aliarum villarum procuratoribus per eos habitam tradiderunt ex parte ville sue predicte ». Les lettres conservées à Narbonne et remises à Jean Tirel le 2 avril sont apparemment dans des termes similaires72. Comme en 1316, il s’agissait de préparer l’opinion à une aide pour les affaires de Flandre qui occupe la seconde partie de la lettre et la monnaie n’intervenait qu’en hors-d’œuvre. De fait, on n’a conservé aucune décision monétaire significative datant de 1318. Y eut-il de véritables délibérations, des avis rédigés, comme l’indiqueraient ces lettres ?

48L’examen du déroulement de ces assemblées n’est pas très concluant. Des ordonnances monétaires suivent des réunions non monétaires (en 1316) et des avis et réunions monétaires ne conduisent pas à la rédaction d’ordonnances (en 1318).

F. « Faire une monnaye, une haulne un poids et une mesure » en 1321

  • 73 E.A.R. Brown, « Subsidy and reform in 1321 : the accounts of Najac and the policies of Philip V », (...)
  • 74 J. Petit, Essai..., op. cit., n° 124, document n° XII, p. 147-148.

49Le cas le plus emblématique reste évidemment celui des assemblées de 132173 et du projet d’unification des poids, des mesures et des monnaies qui est bien connu grâce à l’argumentaire ou instruction destiné aux commissaires du roi74 qui montre la place accordée à la question monétaire. Curieusement, dans les convocations conservées il n’en est guère question. La convocation adressée à Narbonne le 30 mars 1321 évoque l’envoi de « quatre délégués instruits et fondés suffisamment de faire aviser et accorder avec nous à Poitiers pour le 14 juin ». Pour Périgueux, il s’agit d’« aller entendre les ordonnances » et pour Millau de même. Une assemblée devait se tenir le 8 juillet à Paris pour le nord du royaume et on sait que des assemblées préparatoires se sont effectivement réunies pour les villes du Vermandois le 11 juin à Laon, en présence d’un commissaire royal.

  • 75 Jules Viard, Les journaux du Trésor de Charles IV le Bel, Paris, 1917, CXI-1834 p., n° 3583.

50Dans les intenses discussions de l’été qui, dans le Midi, ont précédé les assemblées de Poitiers puis d’Orléans, il est de même question des frais du sénéchal de Toulouse, Aimeri du Cros75, pour ses séjours dans la sénéchaussée de Carcassonne et Béziers et ses discussions répétées avec les villes, mais aussi les barons « de bona responsione facienda Pictavis super facto monetarum » ou, après la réunion de Poitiers, dans la sénéchaussée de Beaucaire « de bona responsione habenda Aurelianis super facto monetarum ». Les consuls de Martel s’y préparent aussi et veulent « parlar am los cossols de Caors sobre la anada de Poitieus ». L’aspect monétaire garde donc sa place, modeste, à Najac où l’on évoque le « fah de las mezuras e de las monedas e d’alcunas altras cosas », puis plus généralement « aver consel e demandar subzidi per razo de las mezuras e de las canas e del pes ». La part de la question monétaire se réduit parallèlement, car il n’est plus question en octobre que de l’unification et non du renforcement des monnaies, à moins que les premières consultations aient montré que celui-ci n’était plus à l’ordre du jour. Mais, encore une fois, il est clair que la monnaie est bien une façon d’engager le débat car, manifestement, les villes se sont déjà avancées sur ce sujet lors d’assemblées antérieures ou préparatoires – bien qu’on n’en ait pas trace – depuis les assemblées de 1318. Les instructions aux commissaires y insistent à deux reprises : « La monnaye universel ou tout li peuples pert tant remettre a estat deu (si comme entre vous scavez a qui on en a eu les consaux) », ou à propos des monnaies des barons : « si comme entre vous li avez conseillé, a commencé de procéder contre eux par jugement ». Les consultations monétaires ont certainement eu quelque réalité : elles ont ainsi probablement fait émerger la question d’un risque de nouvel affaiblissement des monnaies, car la question apparaît in fine dans les instructions : « si les bonnes gens... disoient au fait des monnoies quel remede on y mettroit au cas qu’il revendroit a foible estat... »

  • 76 C’est ce qu’avait fait H. Hervieu, Recherches..., op. cit.

51La question monétaire ouvre donc des débats pour un subside, en 1321 comme en 1318. Comme dans les négociations avec le pape ou les prélats en 1305, les agents du roi expliquent le coût que représente la reprise d’une fabrication saine et active ou du rachat des monnaies des barons, et tentent d’amorcer le versement de subsides : « ce ne puet il faire sans grand perte a luy de present et par aventure sans aucune du peuple ». On pourrait être tenté de placer alors un certain nombre des avis des villes que P. Guilhiermoz date de 132476. Pour ce faire, on pourrait invoquer le fait que les instructions, comme la plupart de ces avis, n’évoquent plus le rétablissement de la monnaie de saint Louis, devenu irréaliste, et qu’en 1322, Charles IV ironise sur les grandes assemblées réunies sans résultat par Philippe V, ce qui s’accorderait mal avec la réunion par ses soins d’une masse d’avis des villes. C’est cependant ce qu’il fit et comme on ne voit pas dans les avis conservés le souci de racheter les monnaies des barons, la date proposée par P. Guilhiermoz reste la plus vraisemblable. En tout cas, la question monétaire n’apparaît pas de façon très aiguë dans le programme de ces assemblées de 1321. On voit mal comment elle aurait permis d’engager un processus de contrôle de la politique royale par les assemblées. Il s’agit plutôt d’un sujet consensuel sur lequel les bonnes intentions affichées se heurtaient aux difficultés de la conjoncture.

  • 77 Le 3 mai 1317 à Paris selon la convocation du sire de Beaujeu, Arch. nat., JJ 54, n° 13.

52Parmi les arguments avancés par les instructions aux commissaires de 1321 pour justifier la demande de subsides, le voyage (la croisade) est cité avant la monnaie. C’est là aussi un thème consensuel, qui peut figurer au programme de nombreuses assemblées. En mai 131777, une assemblée avait été convoquée pour les questions concernant la croisade et autres importantes matières, « la paix et tranquillité de nos sujets », c’est-à-dire les besoins financiers : « comme nous voillions avoir avis et deliberacion sus le passaige d’outre mer lequel nous avons moult a cuer et grant désir de le accomplir a l’aide de Dieu et de vous et des autres barons et nobles de notre royaume de France et sus plusieurs autres besoignes touchanz le bon estât de notred. Royaume, la pais et la tranquillité de nos subgiez ». Un second aspect rapproche les assemblées qui portent sur la croisade ou sur les monnaies : ces matières présentent un caractère technique et c’est l’occasion de réunir des spécialistes à côté des prélats, des barons et des villes. Ainsi, le 8 octobre 1320, une assemblée est convoquée pour Noël en vue de la Croisade, et doit réunir des prélats (22 envois), des barons et des nobles (34 envois), mais aussi treize spécialistes.

G. Bourgeois et experts

53Peut-être convient-il ainsi de différencier les assemblées de délégués de villes venant aux frais de leurs mandants et les quelques cas de spécialistes conviés aux frais du roi, au vu des mentions des journaux du trésor conservés. Peut-être était-ce déjà le cas des maîtres des monnaies convoqués en 1288. On en a surtout des exemples pour l’époque de Charles IV.

  • 78 J. Viard, Les journaux..., op. cit., n° 1338, 1393, 1943.
  • 79 Arch. mun. Toulouse, AA34, n° 92 ; J. Viard, Les journaux..., op. cit., n° 3669.

54Une réunion est prévue à Paris pour le mois de juillet 1322 comme en témoigne la convocation reçue par la ville de Montpellier. Guillaume le Mestre « mandatas per regem pro habendo consilio suo super facto monetarum » se fait rembourser 20 1. p. pour ses dépenses et celles de ses compagnons, le 27 juillet 1322. Pierre de Périgord reçoit la même somme, le 7 août 1322, pour ses dépenses de voyage aller et retour et de séjour « pro habenda sua deliberatione ». Il y eut probablement un second voyage, à moins que leur séjour ne se soit prolongé, puisque Guillaume le Mestre et Pierre de Périgueux reçoivent un don supplémentaire et significatif de 100 1. p. le 27 novembre 1322 pour leurs frais de venue et de séjour, « pro eorum habenda déliberatione super facto monetarum regis »78. Il y eut de nouvelles consultations l’année suivante : Toulouse reçoit ainsi une convocation pour l’envoi de députés pour le 24 juin 1323, et Raimond Siran, qui est envoyé de Béziers en 1323, reçoit à son tour 20 1. p. le 28 juillet79, « pro habenda ipsius et J. Capderey deliberatione super facto monetarum », somme qui serait à compléter si leur séjour se prolongeait pour cette tâche.

  • 80 F. de Saulcy, Recueil..., op. cit., p. 203-205.

55Il s’agit en effet de personnes de premier plan. Guillaume le Mestre a dirigé les ateliers monétaires du roi à Sommières et Montpellier (1308-1312), du pape à Pont-de-Sorgues (1317-1321), s’est occupé de ceux de l’évêque de Cahors en 1316 et a témoigné dans les affaires d’exportation de monnaies à Montpellier vers 1320. Raimond Siran est devenu grand maître des monnaies (avant d’être poursuivi). Il a proposé un avis sous forme d’un projet d’ordonnance et de bail général des monnaies, transmis au roi le 23 octobre 1323, mais qui ne fut jamais appliqué, comme l’indique la copie conservée à la Chambre des monnaies80 qui porte la mention : « annulatum... tamen bonus est ad custodiendum per modum memorie ». Jean Chief de Roy de Limoges a dirigé l’atelier de Lausanne et se trouve aussi impliqué dans les affaires d’exportation de métal à Montpellier vers 1320. Un membre de sa famille, Pierre Chief de Roy, avait déjà remis un avis monétaire vers 1313.

  • 81 Une enquête s’impose sur les responsables monétaires de la période, leurs liens, leurs rivalités et (...)

56Les autres délégués des villes dont les noms conservés n’ont pas la même envergure, et leur notoriété s’arrête souvent aux limites de leur ville ou de leur région. On connaît en 1318 les noms de certains délégués pour les réunions à caractère monétaire pour les villes de Périgueux (R. de Maricin, P. Giraud), Narbonne (J. Tirel), Carcassonne (G. Bermont, G. Bordas), ou Montpellier (J. Ricard, P. Cavel) ; ils mériteraient des identifications et des notices précises. Un seul nom reparaît dans le domaine monétaire, celui de Jean Ricard, changeur en vue de Montpellier, lui aussi témoin et acteur dans les trafics de 1322 et qui fut maître de l’atelier de Rodez en 1316-1317. C’était bien un spécialiste monétaire81.

H. Un débat monétaire en 1321-1324 ?

  • 82 Ordonnances..., op. cit., I, 770.

57Des avis monétaires ont bien été recueillis pour les ordonnances de Charles IV en 1322 et 132382, et celles-ci font encore une fois référence à des consultations de villes autant que de spécialistes : « o l’aide de nostre grant conseil et de pluseurs autres sages cognoissans en ce fait et des bonnes gens de nos bonnes villes ». En 1324 encore, la ville de Martel s’entend avec Cahors et Limoges pour désigner un député commun. C’est à cette date que P. Guilhiermoz situe le groupe principal des avis monétaires, ses nos 8 à 17, tous conservés dans le Trésor des chartes. Certains préconisent la fabrication qui fut lancée en octobre 1322 et sont normalement antérieurs à cette date, mais les autres forment un ensemble cohérent comme le suggèrent les annotations qui sont portées au dos : partisans de la faible monnaie (« rationes illorum qui certantpro debili moneta »), « c’est le contredit de la monnaie quinzaine... », à côté de simples identifications géographiques : « l’avis de ceux de Toulouse et de Kaours, avizationes villarum lingue gallicane... » Le débat technique tourne autour de la fabrication d’une monnaie « quinzaine » ou « seizaine » comme celles qui furent frappées en 1322 et 1323, avec quelques esprits originaux prônant la monnaie forte (Limoges, n° 13, Raimond Siran) ou la monnaie faible (nos 14-15). L’analyse détaillée des avis et une chronologie fine des ordonnances et de divers comptes et textes me conduisent en effet à faire l’hypothèse d’une étape complémentaire dans l’histoire de la monnaie royale et de ses variations, avec un passage par une monnaie « seizième » au début de 1323 entre deux émissions de monnaie « quinzaine ». Finalement, le roi s’engagea à nouveau dans la voie des mutations en 1324, après un dernier projet de retour à la monnaie douzaine de saint Louis.

  • 83 Comme cet avis préconise quasiment les mêmes mesures que celui de Raimond Siran, on serait tenté de (...)

58Quelles preuves, quels indices peut-on avancer à l’appui de cette datation entre 1322 et 1324 ? Les villes de Languedoil (n° 8) rappellent qu’elles ont été mandées « a la quinzaine de la Saint Jean-Baptiste derrenierement passée ». Or, on a conservé une convocation de Montpellier pour la quinzaine de la Saint-Jean 1322. Rien n’empêche qu’il y ait eu plusieurs années des réunions à la quinzaine de la Saint-Jean, mais la convocation de Montpellier comporte des développements intéressants sur les difficultés du moment : « les monnaies consumées et detruites au point qu’il ne peut estre trouvé dans notre royaume monnaie de notre coin suffisante pour l’usage du peuple..., au dommage du peuple » qui est contraint d’utiliser « des monnaies faites sous d’autres coins et de bien moindre valeur », formules qui se retrouvent presque mot pour mot dans l’ordonnance d’octobre 1322 : « les monnoies... sont si escoulées et anienties que si po en est maintenant entre les peuples ». Mais surtout l’objectif visé est selon la convocation de « ramener la matière qui est partie du royaume au temps passé... », ce que l’ordonnance de 1322 reprend ainsi « a la fin que la matière qui est alée hors de nostre royaume, par l’engin et la cautele des soutiz et malicieuses genz puist revenir arriere en nostre royaume ». Ce sont les thèmes que l’on voit en tête de certains avis comme celui de Paris (n° 11) : « sur le conseil que le roy leur demande sur le fait des monnaies par quoi l’argent et le billon qui a esté porté hors du royaume puisse revenir » et les villes de Troyes, Orléans, Tours et Poitiers (n° 9) évoquent aussi « revendreit la matière qui est allée hors du royaume ». Deux avis anonymes (n° 14 et 15) commencent de même leurs avis : « a la fin que... la matière qui s’en est alée dehors du royaume... » et « nous disons... que se le roy veut avoir l’argent et le billon qui est ou reaume et hors du reaume ». Ce dernier avis, comme celui des villes de Languedoil (n° 8), dénonce les « subtils, malicieux et convoiteux » qui soustrairaient l’or du royaume après en avoir soustrait l’argent, formule qui se retrouve dans le préambule de l’ordonnance de 1322. Limoges (n° 13) précise que son procureur a été mandé à Paris. La portée de ce rapprochement est réduite puisque plusieurs réunions se sont tenues à Paris en 1322 et aussi en 1323 avec Raimond Siran, mais il est clair que Limoges répond alors aux idées avancées par d’autres, et notamment par les villes de Languedoc83.

  • 84 Convocations du 29 juillet 1318 pour le 15 octobre à Paris ou le 18 décembre à Toulouse.

59D’autres mentions faisant allusion au contenu des convocations royales sont moins concluantes : « l’entente du roi, si comme il l’a mandé par ses lettres, est de garder son peuple en pais et tranquillité » (n° 15). Cette formule peut être rapprochée de l’ordonnance de 1322 (« a la pais et tranquillité des subgiez ») et elle reparaît bien dans l’avis déjà cité de Troyes, Orléans, Tours et Poitiers (n° 9) : « le royaume serait en bonne paix », ou dans celui de Languedoc (n° 12) : « son peuple serait mieux apaié », mais c’est évidemment un lieu commun figurant par exemple dans l’ordonnance de janvier 1316, à propos de saint Louis qui « tint en grand pais et tranquillité son royaume et sagement le gouverna », ou dans bien des convocations d’assemblées « sus aucunes besognes touchans le bon estât de notre royaume et la paix... »84

60L’avis des villes de Languedoc (n° 12) porte, d’après ses premiers mots, « sur le fait des monnaies que le roi a présentées a son peuple sans que il n’y veut riens prendre de gains ». Cette formule revient souvent : « que li rois face donner tel feur en argent que il ne veuille rien gaagnier » (avis des villes de Languedoil, n° 8) ; « il pourrait donner sans riens gueaingnier » (Troyes et Orléans, n° 10) ; « que il n’i vuogle ghaangnier que pou ou niant » (Pepe Bonaprise, n° 7), et l’idée se retrouve dans l’avis de Paris (n° 11) : « que li roys doinst tant en argent comme il pourra donner sans perte ». On peut encore y trouver l’écho (ou l’annonce) d’une formule de l’ordonnance du 3 décembre 1322 : « afin que le peuples ne soit grevés car nous ne voulons riens gaigner ». Une enquête sur la première partie de la formule « afin que le peuple ne puisse être grevé ou dommagié » serait également productive, mais elle serait assurément bien moins décisive. Toutefois, renoncer au profit apparaît déjà dans l’avis des 43 villes de 1314 (n° 5) « et furent a acort que ly rois doint tant en or ne argent que il n’y preigne nul profit » ! L’idée et la formule étaient donc dans l’air du temps depuis la fin des mutations au moins.

  • 85 M. Bompaire, « Pour une histoire des monnaies noires », art. cité.

61J’ai eu l’occasion85 de relever certaines expressions qui passent de même d’un avis à l’autre et jusque dans les ordonnances : la « monnaie blanche mange ou dégaste ou consume la noire ». Elles devaient aussi faire partie des clichés qui traduisant sous une forme imagée la perception des phénomènes économiques et monétaires. Dans ce cas encore, il faut relever que ces formules apparaissent déjà dans l’avis anonyme n° 4, datable de 1313 ou de 1316, et surtout dans l’ordonnance de juin 1313 : « noz noires monnoies ont esté fondues et dégastées » par la surévaluation des monnaies blanches.

62L’examen comparé des divers avis et des ordonnances montre donc une relative homogénéité des interrogations et de leur expression entre le renforcement de 1313 et l’affaiblissement de 1324 et on comprend la perplexité de Ch. Taylor et sa prudence dans l’utilisation de ces textes.

  • 86 Cf. M. Bompaire, « Monnaie étrangère et monnaie locale en France XIIIe-XIVe siècle », Moneta locale (...)

63Selon son interprétation, les formules relatives à la volonté de monnayer sans rien gagner ou de revenir à la monnaie de saint Louis pouvaient fonctionner tout au long de la période comme des déclarations d’intention capables de capter l’attention favorable des populations à l’occasion d’assemblées ; on pourrait le dire également de la critique des monnaies des barons et autres monnaies étrangères86 et contrefaites. La priorité accordée à la monnaie noire était une évidence pour les députés des villes aussi bien que pour les prélats et barons. En revanche, le souci de faire revenir l’argent et de frapper la monnaie noire en abondance relève bien de problématiques économiques et sociales. L’articulation des avis qui se répondent les uns aux autres témoigne de l’organisation d’un véritable débat contradictoire. Le dossier monétaire montre ainsi que les assemblées de villes ne se limitaient pas à des tribunes pour informer la population de l’avancement des affaires du royaume et des besoins financiers du roi. La procédure de délibération mérite d’être examinée de près puisqu’il semble que les avis collectifs de villes rédigés lors des assemblées aient donné lieu à la rédaction d’avis divergents sur le moment, peut-être comme celui de Limoges ou ensuite comme l’avis anonyme (n° 15) qui se présentent comme des contre-propositions. Peut-être s’agit-il alors du travail des spécialistes invités par l’administration royale.

III. Quelques thèmes récurrents

A. L’inaccessible monnaie de saint Louis

64Sur deux points au moins, on observe une évolution sensible des positions entre les avis monétaires des périodes successives qui pourraient fournir les critères d’une datation relative des avis : l’intérêt accordé à la bonne monnaie de saint Louis et le souci du monnayage des barons.

  • 87 P. Guilhiermoz, « Les sources manuscrites... », art. cité.

65La « bonne monnaie de saint Louis » n’apparaît pas dans les premières critiques formulées par les clercs lors de la mutation de 1295-1305. Il y est simplement question de la monnaie ancienne, de la monnaie de ses prédécesseurs, précise le roi. C’est en effet le roi qui le premier invoque le patronage de saint Louis dans ses promesses aux évêques en 1305. Il s’agit de donner une légitimité particulière à la monnaie ancienne, et de lui conférer un prix particulier justifiant le versement des annates qui est alors exigé. Les ordonnances et les chroniqueurs y font écho en 1306. Puis, en 1307, le roi fait copier dans ses archives les règlements monétaires de saint Louis. L’enquête est faite avec sérieux, mais P. Guilhiermoz87 a démontré que ces textes n’étaient pas plus nombreux alors qu’ils ne le sont aujourd’hui. Une nouvelle enquête est faite avec plus de solennité encore en 1316, à la demande de Louis X, sans plus de résultats. La monnaie de saint Louis est dès lors conçue comme un monument sacré de perfection intangible. L’avis des villes de Languedoc (n° 12), en 1322, illustre bien cette révérence : « Premièrement ce seroit œuvre dou Saint Esperit se li roys notre sire et son honorable conseil pouoient trouver bonne voie par laquele bonne monnoie du pois et de la loy que la fist faire mons. saint Loys se feist en tele maniere... que elle eust perpetuité ».

66La recherche des intentions de saint Louis dans le domaine monétaire n’est pourtant pas une innovation après l’hérésie monétaire qu’auraient constituée les mutations. Dès les plus anciens avis conservés, la politique monétaire de saint Louis est prise comme référence et dans les années 1270 déjà, Aimar de Moncel (avis n° 1) se donne pour premier objectif de fixer par écrit les souvenirs qu’il en garde : « les deffences et les establissemens que fist faire li rois Loys ne sont connues ne gardées si que elles doivent estre : et les deffences furent tiex selonc ce qui me remembre et que je couche en mes escritz... ». En 1288, les maîtres des monnaies commencent de même leur avis (n° 2) : « C’est l’ordenance que li bon rois Loys, cui Diex face merci, fist… » et, un peu plus tard, Bétin Caucinel s’y réfère par deux fois pour décrire les bonnes pratiques : « Louis qui Dieu pardoint commanda et ordonna... » Le bon roi, qui n’était pas encore le saint roi, est invoqué à propos de la réglementation des mines ou du contrôle des monnaies des barons, bien plus que pour le contenu de sa monnaie. C’est sans doute là le point le plus nouveau de sa législation monétaire, nous y reviendrons. Les autres innovations qui font la gloire de saint Louis auprès des numismates ou des historiens des monnaies, la création du gros tournois d’argent matérialisant le sou et la reprise d’un monnayage d’or royal, ne sont pas un instant évoquées. Bien mieux, quand Louis X prétend régler son monnayage d’or sur celui de saint Louis, il fait probablement une double erreur, sur le type et sur le cours de sa monnaie d’or. Les mêmes ordonnances et les mêmes avis qui prennent pour modèle la bonne monnaie de saint Louis n’hésitent pas, le plus souvent, à prôner l’interdiction et le décri des gros tournois. Il est vrai que l’introduction du plurimétallisme médiéval (or, argent et billon) est certainement à l’origine des tensions sur les cours des métaux et des monnaies auxquelles se trouvent confrontés Philippe le Bel et ses fils.

  • 88 L. Blancard, « La réforme monétaire de saint Louis », Bulletin mensuel de numismatique, 3, 1895-189 (...)
  • 89 Jean-Noël Barrandon, Françoise Dumas, Le titre et le poids de fin des monnaies sous le règne de Phi (...)
  • 90 La législation interdit de façon constante la refonte des monnaies courantes et on a bien des exemp (...)

67La bonne monnaie de saint Louis, c’est uniquement la monnaie des deniers, tournois et parisis. La véritable réforme monétaire de saint Louis aurait-elle été dans la fixation du rapport entre tournois et parisis, comme le suggérait Louis Blancard88 ? Là encore, il faut déchanter. D’une part, Françoise Dumas a montré que ce rapport était bien établi dès Philippe Auguste89. D’autre part, en 1307-1308, les maîtres des monnaies ont dû modifier les conditions d’émission du denier parisis en copiant les ordonnances de saint Louis. En effet, elles étaient irréalistes déjà à l’époque de saint Louis, qui n’en a sans doute frappé que d’infimes quantités. Reste le denier tournois de saint Louis, qui devient l’unique et l’ultime référence. Il faut bien reconnaître la part d’autosuggestion que comportait sa célébration : la première ordonnance de saint Louis imposait le maintien en circulation des anciens deniers, si usés et « pelés » fussent-ils. Un demi-siècle plus tard, ils ne devaient guère avoir meilleure mine ! Le Florentin Pepe Bonaprise (n° 7) ne s’y trompe pas et demande simplement la frappe des deniers aux conditions anciennes (« que l’on fasse bon pety t. et magle de l’anziene loy ») et l’accord des 43 villes en 1314 (n° 5) porte sur la reprise d’une frappe au titre pratiqué au temps de saint Louis (« que l’en face petiz t. et p. et mailles t. et p. du temps de la loy mons. S. Loys et nulle autre monnoie »). Le respect des anciens deniers est très fort (on a vu les réactions au bouleversement de 1313 ou la priorité accordée à la monnaie noire). Il est aussi très remarquable qu’aucune des mutations de la période ne se soit accompagnée d’un décri des anciens deniers. On s’est contenté de frapper des espèces complémentaires ou concurrentes (doubles, bourgeois...) sans tenter de les refondre. Ce fétichisme du denier allait même jusqu’à inciter la plupart des donneurs d’avis à déconseiller leur refonte90. L’avis de Languedoc (n° 12) met en garde : « se l’en y donnoit plus grant pris, il se fondraient touz les bons petis p. et t... grant deplaisir... car il semblerait que l’en ne peust jamais retourner a faire bonne monnoie ». C’est, certes, une idée qui circule dans la longue durée, depuis le canon Quanto demandant au roi d’Aragon de reprendre la frappe de la bonne monnaie de son père, jusqu’à Oresme proclamant (chapitre XIX) que l’honneur du prince est de maintenir les monnaies de ses pères sans les décrier, mais elle s’applique particulièrement bien à la monnaie de saint Louis.

  • 91 Ordonnances..., op. cit., I, 755.

68C’est à l’époque de Louis X et de Charles IV que l’on trouve le plus clairement exprimée cette fascination pour la « bonne monnaie de monseigneur saint Louis ». L’ordonnance de 1316 prétend régler le monnayage sur celui de saint Louis, comme le tentera encore celle de 1329. Les convocations de députés aux assemblées en 131891, 1321 et 1322 y font référence. L’avis de Languedoc (n° 12) rend alors hommage aux bonnes intentions du roi : « Nostre sires qui a grant pouoir y vuille mettre bon conseil par lequel li roys nostre sire en puisse accomplir son desirier, lequel nous croions fermement que il soit bon et grant a faire ladite bonne monnoie ». L’attention donnée aux projets de retour à la bonne monnaie de saint Louis de Raimond Siran et Jean Chief de Roy confirme cette préférence royale. En revanche, les réactions des donneurs d’avis sont moins empressées dans ces années 1320. Les seules références à saint Louis concernent les monnaies des barons (avis n° 8, 12), l’avaluement de l’or (avis n° 16), le gros tournois (avis n° 8 et 13), mais en dehors de cet avis de Limoges et de celui de Raimond Siran, il n’en est plus question pour le billon. L’avis de Languedoc, une fois encore, l’exprime avec diplomatie : la monnaie de saint Louis, éminemment souhaitable, est devenue hors de portée : « comme nous aions veu grantment de foiz ça en arrieres donner conseil sur lad. bonne monnoie et ne soient venuz a nule perfection, nous nous doutons a mettre sur icelle... toutefoiz elle seroit la meilleur se bonnement faire se pouoit ». Le coût serait trop élevé : « se... de la loy que la fist faire mons. saint Loys se feist en tele maniéré que lui ne son pueple ne fussent trop grevez ». C’est aussi ce que les députés de 1321 avaient dû répondre aux commissaires du roi qui mettaient en avant les dépenses induites par l’assainissement de la circulation monétaire. Il avait fallu en rabattre et la formule « ramener la monnaie en état dû » s’était substituée à l’évocation du retour à la bonne monnaie de saint Louis. On notera, sans trop de surprise, que les partisans de l’affaiblissement se réfèrent rarement à saint Louis et que les ordonnances solennelles sont plutôt réservées aux tentatives de renforcement, alors que les affaiblissements sont opérés dans la discrétion, sans grandes déclarations d’intention. La multiplication des assemblées et consultations solennelles entre 1313 et 1324 témoigne sans doute d’une sincère volonté de renforcement mais aussi d’une réelle difficulté à réussir sa mise en œuvre. Contrairement aux opinions reçues, il faut aussi observer que les assemblées de villes et les avis se précipitaient beaucoup moins vers la bonne monnaie que le roi et quelques donneurs d’avis isolés.

B. Le monnayage des barons

  • 92 Adolphe Dieudonné, « L’ordonnance ou règlement de 1315… », art. cité.
  • 93 Jérôme Belmon, « La monnaie de Rodez... », art. cité.

69Cette question tient une part importante dans les délibérations et les décisions monétaires de la période, même après la célèbre ordonnance ou règlement de 1315 sur le monnayage des barons. La question a fait l’objet d’une étude classique par Adolphe Dieudonné92, qui pousse certes son enquête jusqu’en 1321-1322. Une étude récente et approfondie menée par Jérôme Belmon sur le cas de Rodez et intitulée de façon significative « La mort d’un monnayage seigneurial (1270-1340)93 » vient encore préciser bien des points en suivant les étapes de l’intervention royale. Ainsi, depuis les années 1290, ces ateliers dépendaient du bon vouloir du roi. Ils étaient le plus souvent fermés ou maintenus dans l’incapacité de frapper activement. Il montre aussi que les tentatives de reprise de la fabrication se succèdent et se prolongent plus longtemps qu’on ne le pensait et qu’elles font l’objet de toute l’attention des officiers royaux, même si les émissions sont bien peu abondantes. De la même façon, les avis des années 1322-1324 évoquent encore longuement le monnayage des barons.

70Il s’agit assurément d’un écart de perspective entre notre vision et celle des contemporains pour qui les monnaies baronniales (comme les deniers tournois de saint Louis) formaient le cadre coutumier de la circulation monétaire. Il est d’ailleurs symptomatique que les avis prévoient un retour aux conditions du monnayage traditionnel en le plaçant à l’époque de saint Louis. Ainsi, les villes de Languedoc demandent que « barons... les aient a faire aussi bonnes de pois et de loy comme il se faisoient ou temps saint Loys » et celles de Languedoil font écho : « fassent aussi bonne monnoie comme il doivent faire et tele comme il fesoient anciennement du temps mons. saint Loys ». Il y a probablement une symétrie dans la démarche de Louis X qui lance des recherches dans ses archives pour rétablir la monnaie de saint Louis et qui demande, lors de l’enquête sur le monnayage des barons, de rechercher les conditions d’émission de leurs monnaies telles qu’elles étaient d’ancienneté. Pas plus que pour les monnaies royales, ce retour aux conditions anciennes n’était réaliste. Non seulement le règlement de 1315 dut lui-même modifier les conditions d’émission de nombreux monnayages, pour leur donner plus de cohérence, mais les infractions restaient inévitables. Les avis continuent donc à traiter du monnayage des barons comme si le règlement de 1315 n’avait jamais existé. Pour autant, il n’y a pas lieu de remettre en cause la chronologie des avis pas plus que la réalité du règlement de 1315. Il n’y a pas lieu non plus de soupçonner une mauvaise volonté particulière de la part des barons.

71C’est un des points les plus nets (et les plus surprenants). L’intervention de saint Louis dans le domaine monétaire introduisant une législation applicable dans tout le royaume et permettant au roi (et au Parlement) d’intervenir partout n’a fait l’objet d’aucune contestation apparente de la part des barons, même quand il s’est agi de limiter leur propre droit de monnaie. Les infractions et les contrefaçons ne sont guère pratiquées qu’en dehors du royaume. Les cas de conflits restent limités et célèbres, qu’il s’agisse du comte de Flandre autour de 1300 ou du roi d’Angleterre en Guyenne dans les années 1320. On voit mal quelles compensations (financières) les barons pouvaient trouver à la limitation de leurs prérogatives monétaires, jusqu’au moment où le roi s’engagea dans le rachat de leurs ateliers. Et pourtant, les récriminations des barons évoquées par Géraud de Frachet en 1311 n’ont pas fourni les arguments principaux au mouvement nobiliaire de 1314-1315. À la veille du règlement de 1315, on n’a pas davantage d’écho de l’assemblée des barons sur la question monétaire en décembre 1315.

72Le public pouvait-il considérer que le monnayage des barons était le principal responsable des difficultés d’un retour à la bonne monnaie ? Les récriminations des donneurs d’avis sont réelles, surtout quand elles émanent d’agents du roi comme dans les premiers avis, antérieurs aux mutations : les monnaies des barons et les monnaies étrangères en sont l’objet principal. En 1288, les maîtres des monnaies (avis n° 2) dénoncent en particulier la concurrence que ces monnaies font aux deniers tournois « pelés ». En 1314, les députés des villes (avis n° 5) demandent au roi de faire acte d’autorité et de suspendre pendant deux ans le monnayage des barons « que le roi pourchace par devers ses barons que il ne sueffrent de faire ouvrer jusques a II ans », et l’avis anonyme (n° 4) dénonce les pratiques des changeurs qui alimentaient les ateliers des barons : « li changeurs sont alez et ont porté leur argent et leur billon partout la ou il veoient a faire leur prouffit ». Le roi avait déjà pratiqué une telle suspension et c’est précisément ce que Pierre Chief de Roy dénonçait en 1313 (n° 3) comme une mesure inefficace et malencontreuse, aussi sur le plan de la communication politique : « et les damages ne feussent ja venus de vous maiz des barons ».

  • 94 Ordonnances..., op. cit., I, 754.

73On a quelque peine à croire que le public applaudissait systématiquement dès que le roi restreignait les prérogatives des barons. Était-il suffisant de mettre à l’ordre du jour d’une assemblée de villes le monnayage des barons comme en 131794 pour s’attirer les faveurs des députés des villes ? En 1321, l’unification de la monnaie est à l’ordre du jour, mais il est probable que le coût prévisible de la voie de procès et surtout de la voie de rachat évoquée dans les instructions données aux commissaires royaux ait modéré les ardeurs des députés. L’année suivante, les avis de Languedoil, de Troyes et Orléans, et de Languedoc (n° 8, 10, 12) préfèrent une mesure moins coûteuse et demandent encore une fois la suspension des frappes des barons, mais les autres avis n’en parlent plus. La part des monnaies des barons dans les questions en débat se réduit bien au cours de la période.

74Quelles traces l’histoire monétaire du règne de Philippe le Bel a-t-elle laissées chez les contemporains ? Les clercs ont été confortés dans leur détestation de l’affaiblissement monétaire. Le titre de falsificateur (plutôt que de faux-monnayeur) en est resté au roi et a longtemps conduit les historiens à instruire un procès anachronique. Les consommateurs ont appris à se méfier des renforcements monétaires triplant en l’occurrence le coût réel des loyers. Les agents des finances royales ont retenu les immenses possibilités financières qu’offrait la maîtrise de l’instrument de production monétaire, ils n’avaient pas encore expérimenté pour autant les divers mécanismes des mutations monétaires : le terme n’a pas encore acquis un sens précis et technique en matière monétaire. Les spécialistes monétaires ont pu observer les effets des fluctuations des cours des métaux et des monnaies. Quand le roi les consulte, ils savent bien que selon les cours qu’ils proposent pour les différentes pièces d’or, d’argent ou de billon, la fabrication d’or ou d’argent pourra ou non se développer. Ce n’est pourtant pas le point sur lequel ils insistent. Pour répondre aux attentes de leurs contemporains, leurs avis s’efforcent de définir la valeur de ces monnaies par rapport à la bonne monnaie tournois de saint Louis. Les plus habiles préconisent même de frapper des pièces auxquelles on pourra donner successivement des valeurs adaptées à l’évolution de la situation monétaire. Or c’est cela précisément qui a soulevé un mouvement de protestation dans les écrits de l’époque. Le seul point qui importe au public, c’est que les pièces d’un denier tournois qui circulent toujours continuent à servir de point d’ancrage au système monétaire. Les nouvelles monnaies de compte qui se multiplient alors chez les manieurs d’argent suscitent la méfiance et l’hostilité du public qui se raccroche au caractère concret de ses deniers traditionnels. Comme il n’est plus possible d’en frapper, sans que ces pièces lourdes et neuves soient rognées, fondues ou exportées, la question du retour à la bonne monnaie de saint Louis se pose indéfiniment. La consultation des assemblées à ce sujet n’est donc pas formelle : elle est sincère, mais vaine. Des propositions contradictoires y sont recueillies et retravaillées par des spécialistes. Le système de consultation a bien fonctionné en matière monétaire, mais l’équation de départ était à peu près insoluble. L’opinion s’est donc désintéressée de la question en suspectant des manœuvres « subtiles et malicieuses » de la part des Lombards et des conseillers du roi. La question fut résolue dans les faits par les mutations de Charles IV qui entraînèrent la refonte de la plupart des deniers anciens, des deniers tournois et parisis royaux, comme des monnaies des barons.

75Ces débats monétaires ont en effet certainement aussi leur part de responsabilité dans les grands cycles de « mutations monétaires » qui ont caractérisé les règnes de Charles IV et des premiers Valois. À l’occasion de ces assemblées les notions et les mécanismes monétaires ont été précisément analysés avec leurs conséquences. L’outillage conceptuel nécessaire aux mutations s’y est forgé et il s’est en même temps diffusé parmi les représentants des villes, dans un milieu sans doute plus large que celui des rares spécialistes que l’on devait dénombrer au début du règne de Philippe le Bel.

Notes

1 Raymond Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève-Paris, 1982.

2 Jean Favier, Philippe le Bel, Paris, 1978, 588 p.

3 L’étude de Jacques Queinnec dans ce volume montre bien toute l’ampleur des ressources tirées de la frappe monétaire.

4 Il s’agit d’un corpus significatif d’avis au roi, non datés, mais allant du temps de Philippe III (un texte) à celui de Charles IV et Philippe VI, jadis publiés et commentés pour l’essentiel (17 avis) par Paul Guilhiermoz, « Avis sur la question monétaire donnés aux rois Philippe le Hardi, Philippe le Bel, Louis X et Charles le Bel », Revue numismatique, 1922,p. 73-80,p. 173-210 ; ibid., 1924,p. 109-128 ; ibid., 1925, p. 90-101 et 212-237 ; ibid., 1926, p. 91-101 ; ibid., 1927, p. 96-111 et 228-233 ; ibid., 1928, p. 106-121. S’y ajoutent deux avis (P. Guilhiermoz, avis n“9 et 11) publiés par M. de Marchéville, « Louis X a-t-il frappé des gros tournois ? », Revue numismatique, 1892, p. 38- 40 ; un avis (n° 16) publié par Louis Blancard, « Le rapport de l’or à l’argent sous saint Louis et ses successeurs », Annuaire de la Société française de numismatique, 1890, p. 397-428 ; p. 425-428 ; un avis publié par Joseph Petit, Gavrilovitch, Maury et Teodoru, Essai de restitution des plus anciens mémoriaux de la Chambre des comptes de Paris, Paris, 1899 (Université de Paris, Bibliothèque de la Faculté des lettres, VII), 264 p., n° 269, document XXIII, p. 165-166 et un autre (n° 6), relatif au monnayage des prélats et barons, publié par Adolphe Dieudonné, « L’ordonnance ou règlement de 1315 sur le monnayage des barons », Bibliothèque de l’École des Chartes, 93,1932,p. 5-54 ; p. 52-54.

5 Edgard Boutaric, « Notices et extraits de documents inédits relatifs à l’histoire de France sous Philippe le Bel », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque impériale et autres bibliothèques, XX, 1862, 482 p., 2e partie, p. 83-237 ; p. 127-128, d’après Arch. nat., J 654, n° 16.

6 Chapitre 22, trad. Frédéric Chartrain, Traité des monnaies, Nicolas Oresme et autres écrits monétaires du XIVe siècle (Jean Buridan, Bartole di Sassoferrato), Claude Dupuy (éd.), Lyon, La Manufacture, 1989, 208 p. Pour le texte d’Oresme, voir The De moneta of Nicholaus Oresme and English Mints documents, Charles Johnson (éd.), Edimbourg-Londres, Nelson, 1956, XLII-114 p.

7 Béatrice Leroy, « Théorie monétaire et extraction minière en Navarre vers 1340 », Revue numismatique, 1972, p. 105-123.

8 Marc Bloch, Esquisse d’une histoire monétaire de l’Europe, Paris, Armand Colin, 1954 (Cahier des Annales, n° 9), 96 p.

9 R. Cazelles, « La stabilisation de la monnaie par la création du franc (décembre 1360), blocage d’une société », Traditio : studies in ancient and medieval history thought and religion, XXXII, 1976, New York, Fordham University Press, p. 293-311.

10 Géraud de Frachet, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 27 : « Occasione mutationis monete scilicet de debili in fortem dampnosa seditio precipue propter locationes domorum Parisius est exorta... »

11 P. Guilhiermoz, « Avis... », art. cité, avis n° 3, 1921, p. 97 et avis n° 7, ibid., 1926, p. 99.

12 Ordonnances des rois de France de la troisième race recueillies par ordre chronologique, Eusèbe de Laurière et l’Académie... (éd.), 23 vols., Paris, 1723-1849, I, 580 (désormais cité Ordonnances).

13 P. Guilhiermoz, « Avis... », art. cité, avis n° 12, Revue numismatique, 1927, p. 104. Les villes de Languedoil n’étaient pas en reste, avis n° 8, p. 96 : « Premièrement pour ce que le pueple a esté moult grevés et damagiés par les monnoies pluseurs fois, especiaument a la mutation des monnoies... » Le terme ne cristallise pas encore toutes les oppositions comme il le fera à l’époque d’Oresme.

14 Les documents cités ont pour la plupart été recensés dans A. Dieudonné et P. Guilhiermoz, « Chronologie des documents monétaires de la numismatique royale, des origines à 1330 et 1337 », Revue numismatique, 1929, p. 209-226 ; ibid., 1930, p. 85-118 et 233-254 (qui sera cité Chronologie). Les documents eux-mêmes sont souvent publiés dans les grands recueils : Ordonnances..., op. cit. ; Recueil des historiens de la Gaule et de la France, en particulier t. 21, Guigniaut et Natalys de Wailly (éd.), Paris, 1855, LXXXIII-973 p. et t. 22, Natalys de Wailly et Léopold Delisle (éd.), Paris, 1865, XLIV-971 p. ; Félicien de Saulcy, Recueil de documents relatifs à l’histoire des monnaies frappées par les rois de France depuis Philippe II jusqu ’à François Ier, 4 vols., en particulier, t. I, Paris, 1879, XVI-569 p. Ici, Chronologie, n° 245 ; J. Petit, Essai de restitution..., op. cit., n° 578 : « quot et quanta incommoditates et damna ex diminutione monetae maxime turonensis et parisiensis quam cudi facit charissimus in Christo filius noster Philippus rex Francorum illustris quae antiquo valore et pondere jam non modice defraudatur non solum eclesiis, clericis ecclesiasticisque personis, aliisque incolis illarum partium... »

15 Jean de Saint-Victor, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 641 : « Regi et Francorum Philippo dedit annualia per annum et decimam reddituum sub hoc pacto quod monetam emendaret, quod enim non fecit ipso vivente et sententiam quam Bonifacius papa dederat contra regem revocavit ».

16 Chronologie, nos 246-250, 242-244 : « non mutandae amplius nisi urgente necessitate et cum concilio praelatorum et baronum nostrorum ».

17 Chronologie, n° 284 ; J. Petit, Essai de restitution..., op. cit., n° 507 : « dudum... grave periculum immineret, post diversos modos et vias per te... inquisitos, expediens, immo necessarium visum fuit antiquas regias et predecessorum tuorum pro hujusmodi defensione intrinseca regni tui mutare monetas ; quibus et consilii tui deliberacione mutatis alias diversis successim temporibus cudi fecisti legitimis lege et pondéré diminutis ; e qua quidem diminutione non solum subditi tui verum etiam circumadjacentium et aliarum undique populi regionum damna et deperdita gravia sunt perpessi... »

18 Jean de Saint-Victor, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 646, : « ut papae Benedicto XI promiserat quondam monetam suam per regnum suum communiter currentem duplicum scilicet emendare ; et paecepi fecit circa festum S. Johannis Baptiste [1306] ubique per urbes et castra regni sui communi edicto... quod... omnes contractas sub pretio bone monete valoris monete currentis tempore avi sui sancti Ludovici fièrent... »

19 Jean de Saint-Victor, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 634.

20 Géraud de Frachet, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 27 : « Philippus rex monetam debilem quae jam in regno XI annis vel circiter cursum habuerat volens in fortiorem et solitam commutare presertim cum paulatim adeo debilitata fuisset ut parvus florenus 36 sol. hujusmodi monete valeret circa festum S. Johannis Baptiste fecit per regnum publiée proclamari ut... omnes… solutionespretio fortis monete et antique deinceps fierent que currebat tempore beati Ludovici... »

21 On ne peut dire que le chroniqueur s’engage beaucoup dans une critique des mutations ! Géraud de Frachet, op. cit., p. 27.

22 Géraud de Frachet, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 37 : « Rex Francorum Philippus simplicum Burgensium ac duplicum fieri fecit monetam pro simplicibus duplicibusque Parisiensibus denariis concurrentem quamvis hujus moneta tum ratione valoris indebiti seu ponderis tumque ratione novitatis et cursus capi refutaretur ab omnibus ; itaque a sapientibus non minime diceretur in exactionem indebitam redundare reique publicae detrimentum ; unde nonnulli nobiles et magnates graviter conquerendo querimoniam suam et displicentiam regi exposuerunt ore tenus et expresse ».

23 Géraud de Frachet, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 39 : « quamvis in populo fieret magnum murmur. Unde multi multa damna saltem in principio perpessi sunt. Et praecipue mercatores... »

24 Jean de Saint-Victor, Recueil des historiens de la France, t. XXI, p. 658 : « Hoc autem anno moneta tam turpiter fuit deformata quod non inveniebat quomodo contractus facerent mercatores Unde regnum fuit mirabiliter desolatus sed regis consiliarii totum commodum reportabant ; papa etiam partem habuit copiosam ».

25 Recueil des historiens de la France, t. XXII ; A. Diverrès (éd.), La chronique métrique attribuée à Geoffroy de Paris, Paris, 1956.

26 C. Dupuy, Traité des monnaies..., op. cit., partie IV, Écrits de droit canon. On peut relever que Benoît XI, en soulignant le préjudice créé par la mutation, s’étend au-delà du royaume, reprend un point développé par les décrétalistes et justifiant l’intervention d’une autorité supérieure.

27 Chronologie, n° 162 : « monetam in qua forsan aliquantulum deerit de pondere alleio seu lege quam predecessores nostri reges Francorum consueverunt in monetarum fabrica observare... »

28 P. Guilhiermoz, « Avis... », art. cité, 1925, p. 233-234, cf. M. de Marchéville, « Le denier d’or à la reine », Revue numismatique, 1889, p. 567-595.

29 Gallia Christiana, t. XIII, Paris, 1785, 1437 col., col. 158-159 ; Instrumenta, p. 122-130 ; Jean-Marie Vidal, Bernard Saisset 1232-1311, Paris, 1926.

30 Giovanni Villani, Cronica, lib. VIII, cap. LVIII, Muratori, Scriptores, t. XIII, p. 390.

31 Ibid., IX, LXXVII.

32 Sur l’importance de l’appellation de la monnaie, voir le chapitre 12 du De moneta de Nicolas Oresme : de mutatione in appellatione.

33 Chronique rimée attribuée à Geoffroy de Paris, Recueil des historiens de la France, t. XXII, p. 141, v. 5384-5390.

34 Le terme apparaît alors également chez Jean de Saint-Victor, op. cit., p. 658 : « moneta tam turpiter fuit deformata ».

35 La chronique métrique..., op. cit., p. 110, v. 2270-2273.

36 Ibid., v. 5493-5498/

37 Ibid., p. 118, v. 3093-3098. Pour Jean de Saint-Victor cf. supra, n. 24.

38 Charles-Victor Langlois, « Registres perdus de la Chambre des comptes de Paris », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale..., XL, Paris, 1917, 399 p.

39 Chronologie, n° 485.

40 Géraud de Frachet, op. cit., p. 25.

41 La chronique métrique..., op. cit., p. 141-142, v. 5421-5430.

42 Ibid., v. 5436-5437.

43 Ibid., p. 142, v. 5441-5455.

44 Ibid., p. 118, v. 3018-3020.

45 Il ne s’agit manifestement plus du prix lié au contenu métallique.

46 Marc Bompaire, « Pour une histoire des monnaies noires », Finances, pouvoir et mémoire, Mélanges offerts à Jean Favier, Jean Kerhervé, Albert Rigaudière (éds.), Paris, Fayard, 1999, 840 p., p. 349-371.

47 Cf. supra note 4 et note 7 pour l’avis au roi de Navarre.

48 Henri Hervieu, Recherches sur les premiers États généraux et les assemblées représentatives pendant la première moitié du quatorzième siècle, Paris, 1879, VIII-312 p. ; André Artonne, Le mouvement de 1314 et les chartes provinciales de 1315, Paris, 1914, 235 p. (Université de Paris, Bibliothèque de la Faculté des Lettres, n° 29) ; Joseph R. Strayer et Charles R. Taylor, Studies in early french taxation, Cambridge (Mass.), 1939 ; Ch. Taylor, « Assemblies of French towns in 1316 », Speculum, t. 14, 1939, p. 275-289.

49 Léopold Delisle, « Mémoire sur les opérations financières des Templiers », Mémoires de l’institut national de France, 333-2, Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1899, p. 145, n° 144 : « monetarii vocati pro facto monetarum pro expensis factis 41. 18 s. »

50 P. Guilhiermoz, « Avis... », art. cité, 1922, p. 204-208.

51 P. Guilhiermoz, « Les sources manuscrites de l’histoire monétaire de saint Louis et des premières années de Philippe III », Le Moyen Âge, 34, 1923, p. 89-103.

52 Ordonnances..., op. cit., I, 449 et 454.

53 J. Favier, Philippe le Bel, op. cit., p. 168.

54 Ordonnances..., op. cit., I, 475, 477.

55 P. Guilhiermoz, art. cité, Revue numismatique, 1922, p. 73-74.

56 L. Borrelli de Serres, « Les variations monétaires sous Philippe le Bel et les sources de leur histoire », Gazette numismatique française, 1901-1902, p. 372, note 4.

57 Ordonnances..., op. cit., I, 520.

58 Ordonnances..., op. cit., I, 527.

59 Ch.-V. Langlois, « Les papiers de Guillaume de Nogaret et de Guillaume de Plaisians au Trésor des chartes », Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale..., XXXIX, Paris, 1909, 665 p., p. 211-256, aux p. 222, n° 51 et p. 245, n° 574 : « l’avisement du fet de la monnoie de Pierre Chief de Roy de Limoges ». On a seulement mention d’un autre avis qui pourrait dater de cette période dans François Leblanc, Traité historique des monnoies de France depuis le commencement de la monarchie jusques a présent, Paris, 1690, 436 p., p. 224.

60 Ordonnances..., op. cit., 1,614 bis et 615, « original scellé de cire jaune à double queue » selon une mention figurant dans une copie BNF, ms. fr. 11156, fol. 78.

61 BNF, ms. Clairambault 113, n° 8883.

62 BNF, ms. Clairambault 22, n° 1537.

63 F. Leblanc, Traité..., op. cit., p. 228 et A. Artonne, Le mouvement..., op. cit., document XIX.

64 Ch. Taylor, « Assemblies of French towns in 1316 », Speculum, t. 14, 1939, p. 275-289.

65 Elizabeth A.R. Brown, « Assemblies of French towns in 1316 : some news texts », Spéculum, t. 46, 1971, p. 282-297.

66 Chronologie, n° 448 ; Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire de Bretagne, t. 1, 1743, col. 1258.

67 Ordonnances..., op. cit., I, 609. BNF, ms Clairambault 27, n° 1983 ; 22, n° 2475 ; 111, n° 8711. Elle fut également criée à Nîmes en décembre (BNF, ms. Latin 11016, fol. 192 et 194).

68 A. Dieudonné, « L’ordonnance ou règlement... », art. cité.

69 Jérôme Belmon, « La monnaie de Rodez : la mort d’un monnayage seigneurial (vers 1270-1340) », Revue numismatique, 159, 2003, p. 355-418.

70 Ch. Taylor, « Anassembly of French towns in March 1318 », Speculum, t. 13,1938,p. 295-308.

71 On trouve d’ailleurs des textes similaires pour 1317 et 1318 : Jean Guérout, Registres du trésor des chartes. II, Règne des fils de Philippe le Bel. Première partie, règnes de Louis X le Hutin et de Philippe V le Long, Paris, SEVPEN, 1966, 758 p., n° 674-674 bis et n° 1503-1505. Il y est question du monnayage des barons et du retour à la monnaie de saint Louis (Ordonnances., ., op. cit., I, 754-755).

72 Arch. mun. Narbonne, EE 2070.

73 E.A.R. Brown, « Subsidy and reform in 1321 : the accounts of Najac and the policies of Philip V », Traditio : studies in ancient and medieval history thought and religion, t. 27, 1971, p. 399-431.

74 J. Petit, Essai..., op. cit., n° 124, document n° XII, p. 147-148.

75 Jules Viard, Les journaux du Trésor de Charles IV le Bel, Paris, 1917, CXI-1834 p., n° 3583.

76 C’est ce qu’avait fait H. Hervieu, Recherches..., op. cit.

77 Le 3 mai 1317 à Paris selon la convocation du sire de Beaujeu, Arch. nat., JJ 54, n° 13.

78 J. Viard, Les journaux..., op. cit., n° 1338, 1393, 1943.

79 Arch. mun. Toulouse, AA34, n° 92 ; J. Viard, Les journaux..., op. cit., n° 3669.

80 F. de Saulcy, Recueil..., op. cit., p. 203-205.

81 Une enquête s’impose sur les responsables monétaires de la période, leurs liens, leurs rivalités et leurs carrières. Il n’est pas indifférent, par exemple, de savoir que Richard Huguet qui eut la charge des ateliers royaux pour le retour à la bonne monnaie en 1306 était un Florentin, ancien agent de Biche et Mouche, et qu’après avoir dû fuir, poursuivi pour dettes, il supervisa la politique monétaire de l’empereur Henri VII en Lombardie.

82 Ordonnances..., op. cit., I, 770.

83 Comme cet avis préconise quasiment les mêmes mesures que celui de Raimond Siran, on serait tenté de l’attribuer à Jean Chief de Roy.

84 Convocations du 29 juillet 1318 pour le 15 octobre à Paris ou le 18 décembre à Toulouse.

85 M. Bompaire, « Pour une histoire des monnaies noires », art. cité.

86 Cf. M. Bompaire, « Monnaie étrangère et monnaie locale en France XIIIe-XIVe siècle », Moneta locale, moneta straniera : Italia ed Europa XI-XVsecolo..., Lucia Travaini (éd.), Milan, 1999, 448 p., p. 135-199.

87 P. Guilhiermoz, « Les sources manuscrites... », art. cité.

88 L. Blancard, « La réforme monétaire de saint Louis », Bulletin mensuel de numismatique, 3, 1895-1896, p. 5-10.

89 Jean-Noël Barrandon, Françoise Dumas, Le titre et le poids de fin des monnaies sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223), Paris, éditions du CNRS (Cahiers E. Babelon, n° 1), 1982, 104 p.

90 La législation interdit de façon constante la refonte des monnaies courantes et on a bien des exemples d’enquêtes et de poursuites, comme celle que mena Guillaume de Nogaret à l’atelier de Paris : Anatole de Barthélémy, « Enquête faite sur la fabrication de faux bourgeois dans l’atelier de Paris (1310-1312», Mélanges de numismatique, t. 1, 1874-1875, p. 124-127.

91 Ordonnances..., op. cit., I, 755.

92 Adolphe Dieudonné, « L’ordonnance ou règlement de 1315… », art. cité.

93 Jérôme Belmon, « La monnaie de Rodez... », art. cité.

94 Ordonnances..., op. cit., I, 754.

Auteur

Archiviste paléographe et docteur en histoire, Marc Bompaire est directeur de recherches au CNRS et directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études où il enseigne la numismatique et l’économie monétaire de l’Occident médiéval et moderne. Sa thèse sur La circulation monétaire en Languedoc (Xe-XIIIe siècle) est à paraître au CNRS, Cahiers Ernest Babelon. Il a, entre autre, publié : Numismatique médiévale, monnaies et documents d’origine française, L’atelier du médiéviste, Brepols, 2000 (avec Françoise Dumas) ; L’Économie médiévale, Armand Colin, 1993 (avec Philippe Contamine, Jean-Luc Sarrazin et Stéphane Lebecq).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search