Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Wilfrid Baumgartner

 | 
Olivier Feiertag

Troisième partie. Gouverner la banque de la France (janvier 1949-mai 1958)

Conclusion de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Projet de collaboration au dossier « Le Franc, mythes et réalités », La Nef, doc. cité, p. 1.

1« Central banking is not a science ; nor is it an art rather it is a craft »: c’est ainsi qu’en 1953, le gouverneur de la Banque de France définissait lui-même les tâches d’une banque centrale, citant en anglais l’ouvrage de Goldenweiser sur la politique monétaire américaine, faute, expliquait-il, d’avoir pu rendre en français l’équivalent de central banking et de craft1. L’idée sous-jacente était de rendre compte du « métier » d’une banque d’émission en insistant sur l’empirisme de ses analyses et le pragmatisme de ses missions.

2De 1949 à 1958, l’action de Wilfrid Baumgartner à la tête de la Banque a montré que cette conception était dans une large mesure fondée : son engagement indéniable au service des investissements de la modernisation et de la reconstruction de l’économie française et le soutien en définitive jamais démenti qu’elle a apporté à la trésorerie de l’État prouvent à l’évidence que la Banque de France et son gouverneur ont su, sous la IVe République, faire la preuve sous les contraintes de la nécessité d’une réelle souplesse doctrinale. On peut y voir l’indication aussi que l’Institut d’émission totalement nationalisé en 1945, devenu partie prenante de l’État, a mené dès lors une politique conforme à l’intérêt général. C’est d’ailleurs le même intérêt général qui commandait que l’indépendance de la Banque, à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières fût pleinement reconnue. Car l’autre enseignement de l’histoire de la Banque de France entre 1949 et 1958 est la part grandissante prise par les contraintes d’une véritable politique monétaire extérieure, conséquence directe des nouveaux rapports de force entre nations instaurés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, dont le processus d’intégration européenne était dans le domaine de compétence de la banque centrale la manifestation la plus nette. La communauté de vues des banques centrales occidentales tant sur la monnaie que sur les rapports avec l’État a pesé d’un poids certain sur la progressive transformation des attributions de la Banque de France : la condamnation du refinancement par une banque d’émission de tout crédit d’équipement ou encore du financement monétaire du déficit budgétaire de l’État en était les conséquences les plus visibles. C’est la voie qu’a prise la modernisation de la banque centrale, dans le sens de l’atténuation de la spécificité économique française. Un autre type de modernisation aurait été possible cependant, défendu par des hommes comme François Bloch-Lainé ou, différemment Pierre Besse, qui aurait abouti au contraire à institutionnaliser son engagement dans l’économie productive et l’aurait conduite à renoncer à son devoir d’autonomie.

3Wilfrid Baumgartner est apparu dans cette période, à tous les sens du mot, comme l’homme de la situation : son passé au Mouvement des fonds et au Crédit national mais aussi un bon sens revendiqué, une méfiance pour toute doctrine trop rigide, un art et un goût du compromis, sa réputation enfin de grand commis indépendant et compétent en ont fait l’artisan idéal de cette transition vers une certaine modernité. Son audience aussi dans les milieux d’affaires lui a assuré d’utiles relais hors de l’État, par exemple quand il a fallu progressivement faire évoluer des mentalités habituées à l’inflation vers l’adoption des valeurs de stabilité monétaire que l’ouverture européenne commandait ; et, en sens contraire, ces contacts ont pu renforcer chez lui la reconnaissance du poids des forces profondes du marché dont la monnaie elle-même n’était, à ses yeux, peut-être bien que la résultante.

4L’influence proprement politique de la Banque et de son gouverneur n’a sans doute pas été nulle : ses préférences sans doute sont allées plutôt vers Paul Reynaud ou Antoine Pinay que vers Mendès France. Mais à aucun moment dans la période, et jusqu’à plus ample informé, la Banque n’a semblé tentée de peser directement sur le jeu politique pour imposer ce qui aurait été le candidat de son choix. En revanche, elle a contribué à orienter, dans la durée, la politique économique des gouvernements successifs dans le sens du désengagement financier progressif de l’État et aussi d’un renforcement de la fiscalité indirecte. Cette influence, à n’en pas douter, s’est appuyée sur la longévité de la technostructure de la Banque et en particulier de celle de son gouverneur. Cette permanence contrastait avec l’instabilité de la vie politique. Elle concrétise le mieux le magistère d’influence exercé dans la période par les techniciens sur les hommes politiques au pouvoir. Mais son intégration dans l’appareil économique d’État paraît aussi avoir nettement abouti à borner sa marge de manœuvre : son devoir de réserve n’est jamais apparu aussi évident qu’au moment de l’expérience Mendès France ou, plus nettement encore, du passage aux affaires de Guy Mollet dans le contexte particulier de la guerre d’Algérie.

5Sous la conduite de son gouverneur bien secondé par une équipe de collaborateurs proches et dévoués, la Banque de France, à bien des égards, sous la IVe République a joué le rôle d’une Banque de la France : on peut bien sûr y voir l’effet de la nationalisation, mais plus encore du développement considérable dans la période du système bancaire dont elle a dû assurer, bon an, mal an, le contrôle comme banque des banques. On peut tout autant y voir l’effet de la mise en place à la fin de la période d’un ordre monétaire international nouveau dans lequel les banques centrales étaient destinées à occuper une place essentielle qui impliquait à la fois leur indépendance au moins formelle et leur intégration pleine et entière, au fond, à l’État qu’elles représentaient dans le concert monétaire des nations.

6Les conditions économiques et institutionnelles différentes qu’entraîna l’établissement de la Ve République modifièrent cependant la place de la Banque de France et le poids de son gouverneur au sein de l’État, en même temps qu’elles contribuèrent à donner à la dernière partie de la carrière du grand commis un caractère nouveau.

Notes

1 Projet de collaboration au dossier « Le Franc, mythes et réalités », La Nef, doc. cité, p. 1.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par