Version classiqueVersion mobile

Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel

 | 
Philippe Contamine
, 
Jean Kerhervé
, 
Albert Rigaudière

Première partie. Modèles

Imitatio regis. Les institutions financières du comté de Forez et de la seigneurie de Bourbon au début du XIVe siècle. De l’influence monarchique et du rôle des hommes : étude comparée *

Olivier Mattéoni

Texte intégral

Je veux remercier infiniment Olivier Canteaut pour ses remarques et les renseignements relatifs aux hommes de l’administration royale de Philippe le Bel et de ses fils qu’il m’a très gentiment communiqués. Mes remerciements également à mon ami Guido Castelnuovo pour ses commentaires toujours bien venus, ainsi qu’à Madeleine Micheau et Philippe Rouillard pour leur lecture attentive.

  • 1 En 1318 est conclu le traité de mariage qui doit unir Jeanne de Bourbon et Guy de Forez, m (...)
  • 2 Sur la Chambre des comptes de Forez, l’ouvrage essentiel est celui d’Étienne Fournial, Les (...)
  • 3 Jacques Magnet, « La juridiction des comptes dans la perspective historique », dans Philip (...)
  • 4 Jean Kerhervé, Histoire de la France. La naissance de l’État moderne, 1180-1492, Paris, Ha (...)
  • 5 Édouard Perroy, « L’État bourbonnais », dans Ferdinand Lot et Robert Fawtier (dir.), Histo (...)
  • 6 Pour reprendre ici une image wébérienne sur laquelle a médité Wemer Paravicini, « Administ (...)
  • 7 Éd. Perroy, « L’État bourbonnais », art. cité, p. 298.
  • 8 Élisabeth Lalou, « La Chambre des comptes de Paris : sa mise en place et son fonctionnemen (...)
  • 9 Cette thèse est reprise pour l’organisation de la trésorerie et de la Chambre des comptes (...)
  • 10 Régis de Chantelauze, « Essai sur l’administration du Forez au Moyen Âge, pendant les XIII(...)
  • 11 Le père de Louis, Robert de Clermont, meurt en 1318, mais c’est de sa mère Béatrice qu’il (...)
  • 12 Une problématique qui emprunte beaucoup à l’apport de l’historiographie anglo-saxonne, dan (...)

1Lors d’une journée d’études consacrée à « Monnaie, fiscalité et finances au temps de Philippe le Bel » et dont l’ambition affichée, pour reprendre les mots mêmes de Philippe Contamine, l’un des organisateurs de la rencontre, est d’essayer de faire un bilan d’« une question vaste et complexe, intimement liée à la problématique de la genèse de l’Etat moderne », ne pas évoquer la situation d’un certain nombre de fiefs eût sans doute été préjudiciable à une meilleure compréhension de ce qu’était l’état de finances du royaume de France au début du XIVe siècle. Car si le royaume est d’abord constitué du domaine royal, il comprend aussi toute une série de territoires – fiefs et apanages –, à la tête desquels se trouvent des seigneurs, des comtes, des ducs, entourés d’agents et de serviteurs chargés de gérer leurs domaines, de lever taxes et redevances, le cas échéant de battre monnaie, et de contribuer ainsi à l’encadrement des hommes soumis à leur domination. Dans ce paysage, la seigneurie de Bourbon et le comté de Forez, biens patrimoniaux, occupent une place de choix. Situées au centre et au centre-est du royaume, territoires voisins dont les maîtres entretiennent des relations étroites1, ces deux entités politiques ont développé à partir du XIIIe siècle une administration financière dont les caractéristiques présentent entre elles, au début du XIVe siècle, de sensibles différences de développement. Ainsi le comté de Forez se distingue par une « précocité institutionnelle » que symbolise l’existence, dès 1317, d’une Chambre des comptes à Montbrison2. Tous les historiens du fait administratif3, comme les auteurs de manuels d’histoire4, ont souligné ce point, et tous se sont interrogés sur les raisons de cette précocité, mais sans toujours y apporter d’explications définitives. Retenons l’une d’entre elles, proposée par Édouard Perroy. Aux yeux de ce dernier, la personnalité du comte de Forez Jean Ier est pour beaucoup dans l’avancée institutionnelle du comté5. Par son action inventive, sa curiosité à l’égard des institutions royales qu’il découvre à l’occasion de ses séjours répétés à la cour de France, et son expérience d’enquêteur et d’ambassadeur pour le roi qu’il assure à plusieurs reprises, Jean Ier apparaît comme le véritable concepteur des innovations institutionnelles qui affectent le comté de Forez au début du XIVe siècle. À l’évidence, le comte de Forez n’a rien de la figure du « prince dilettante » chère à Max Weber6. Et Édouard Perroy d’écrire : « Tout se passe comme s’il [Jean Ier] avait désiré introduire sur ses terres des institutions copiées sur les plus récemment éprouvées de l’administration royale »7. Insister ainsi sur le rôle du prince, c’est privilégier dans l’explication la personnalité des hommes. Mais Édouard Perroy va plus loin dans l’analyse : selon lui, Jean Ier n’aurait fait que reprendre, en l’adaptant, un modèle d’institution centrale, celui de la Chambre des comptes du roi dont l’existence est attestée depuis la fin du XIIIe siècle8. L’administration royale aurait donc servi d’exemple au prince qui se serait complu à en imiter certains de ses rouages. Cette « lecture centralisatrice » n’est pas nouvelle quand elle est énoncée dans les années 1950 par Édouard Perroy9 – c’est l’analyse que faisait déjà en 1868 Régis de Chantelauze dans son « Essai sur l’administration du Forez au Moyen Âge » adossé à l’édition de l’Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez de Jean-Marie de La Mure10 –, et elle prévaut encore largement aujourd’hui. Toujours est-il que si l’on suit la lecture de l’historien forézien, il apparaît nécessaire, pour mener à bien la comparaison entre les institutions financières du comté de Forez et celles de la seigneurie de Bourbon au début du XIVe siècle, de prendre en considération la personnalité et l’ itinéraire des seigneurs qui présidaient alors aux destinées des deux territoires. Comme il a été dit plus haut, le Forez est sous la gouvernance de Jean Ierde 1290 à 1333. Le Bourbonnais, quant à lui, est successivement entre les mains de Robert de Clermont, fils de saint Louis, et de Béatrice, héritière de la seigneurie de Bourbon – que Robert épouse en 1276 –, puis de leur fils Louis Ier, sire et ensuite duc de Bourbon de 1310 – date de la mort de sa mère11 -à 1342. L’enjeu est d’essayer de déceler, dans le parcours respectif de ces protagonistes, les éléments pouvant aider à une meilleure compréhension des différences de développement perceptibles entre les administrations du Forez et du Bourbonnais. En envisageant le problème de la sorte, mon intention est plus précisément de faire ressortir les jeux d’influence qui ont pu contribuer à l’émergence et à la constitution de tel ou tel rouage financier. Il s’agit notamment d’examiner, à travers les cas bourbonnais et forézien, si le modèle royal a été, en matière administrative, le seul pris en compte par les barons et les seigneurs dans leur projet de construction institutionnelle. Plus largement, la présentation qui va suivre se veut une contribution à la réflexion sur les rapports entre centre et périphérie, thème ô combien important et au cœur de la réflexion sur l’organisation des pouvoirs dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge12. Pour ce faire, il conviendra de décrire les institutions financières des deux territoires considérés en vue d’en dégager les spécificités et les similitudes, puis de s’interroger sur la part de l’influence royale dans l’ordonnancement des administrations princières, particulièrement de l’administration forézienne, enfin de mettre en valeur le rôle des hommes et le poids des structures politiques et sociales dans le processus d’élaboration institutionnelle.

*
* *

  • 13 Mario Chiaudano, La finanza sabauda nel sec. XIII, 3 t., Turin, 1933-1937 (en particulier (...)
  • 14 Pour les comptes des châtellenies dauphinoises des années 1310-1320, Henri Falque-Vert, Le (...)
  • 15 Ces deux registres sont conservés, pour le premier à la Bibliothèque nationale de France ( (...)
  • 16 Ce document, coté Arch. dép. Loire, ancien fonds Verna n° 1362, est présenté dans Ét. Four (...)
  • 17 Arch. nat., P 14023, n° 1331, transcrit dans Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, (...)
  • 18 Ach. dép. Loire, B 1955 : registre de fins de comptes de châtelains et de prévôts du comté (...)
  • 19 Arch. dép. Loire, B supplément 4 (ancien fonds Verna n° 1366). Il s’agit du compte des dép (...)
  • 20 BNF, ms. lat. 10034, fol. II r°-v°. Cette ordonnance ne nous est connue que par l’enregist (...)
  • 21 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 125 : rouleau de parchemin de cinq peaux cousues, sans doute i (...)
  • 22 Les quatre châtellenies sont Bessay, Moulins, Montluçon et Montaigut ; pour cette dernière (...)
  • 23 Arch. nat., P 13782, n° 1308. Compte des recettes et dépenses de la châtellenie et justice (...)
  • 24 Après la « trahison » du connétable de Bourbon et l’arrêt du Parlement de 1527 déclarant q (...)
  • 25 Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’incendie de la Chambre des comptes de Paris (...)

2Avant toute chose, commençons par quelques mots sur la documentation à notre disposition. Le premier constat concerne l’inégalité de celle-ci, inégalité tant quantitative que qualitative. En effet, alors que la documentation forézienne, sans être pléthorique – on est loin, par exemple, des archives savoyardes pour la même époque13, ou encore des archives dauphinoises14 ! –, a conservé quelques pièces variées et de valeur pour la fin du XIIIe et le début du XIVe siècle – deux registres de la Chambre des comptes ouverts en 1317, l’un pour consigner les nominations aux offices du comté, l’autre pour noter les versements et les sorties d’actes et archives de la Chambre15, un rouleau de parchemin mutilé correspondant à un récapitulatif de comptes de châtelains rendus en 131116, un rôle des vassaux et fiefs dressé entre 1315 et 131717, un registre de fins de comptes pour les années 1321 -132518, un compte de l’Hôtel de Jean Ier pour les années 1314-131619, à quoi s’ajoute une législation en matière d’administration financière comme l’ordonnance sur le trésorier datée peut-être de 131720 –, la documentation bourbonnaise présente, quant à elle, un visage moins favorable et plus monocolore : un compte des recettes et des dépenses de la seigneurie pour les années 1286-1287, récapitulant les comptes de tous les châtelains, du bailli, du chancelier et des deux officiers en charge des bois et des vins21, un autre compte général du début du XIVe siècle, compte inédit et incomplet, détaillant pour quatre châtellenies seulement, et, à l’intérieur de chacune, baillie par baillie, l’ensemble des revenus attachés à ces entités châtelaines22, un compte des recettes et dépenses de la châtellenie de Rochefort pour l’année 131123. Si, bien entendu, l’inégalité de la documentation conservée tient aux aléas de l’histoire des archives, on doit aussi reconnaître, dans le cas présent, qu’elle constitue un élément d’appréciation du niveau de développement atteint par les deux administrations au début du XIVe siècle. C’est que l’histoire des archives foréziennes et bourbonnaises connaît, en partie, les mêmes vicissitudes : les archives comptables notamment, qui étaient conservées respectivement à Montbrison et à Moulins à la fin du Moyen Âge, furent confisquées en 1532 par François Ier et une partie d’entre elles rapatriées à Paris, à la Chambre des comptes24, où elles subirent des fortunes diverses, préjudiciables à leur conservation25. Dès lors, il faut admettre que certains documents existant pour le Forez, tels les registres de fins de comptes, le registre aux nominations et celui relatif aux versements et sorties d’archives du trésor, ou encore les ordonnances financières, n’avaient pas leur équivalent en Bourbonnais au début du XIVe siècle. Le nombre des documents et surtout leur spécificité doivent par conséquent être tenus comme des témoins d’un niveau de développement institutionnel, et cette première et simple constatation plaide pour une avance forézienne sur le Bourbonnais.

3Les institutions financières au début du XIVe siècle s’organisent autour de trois rouages principaux : l’échelon local avec la châtellenie, l’échelon central avec la trésorerie ; il s’agit là de deux institutions comptables. À cela s’ajoutent les institutions de contrôle des finances, symbolisées en Forez par la Chambre des comptes. Présentons ces trois niveaux administratifs pour les deux territoires concernés en vue d’en dégager particularités et différences.

  • 26 Éd. Perroy, « L’État bourbonnais », art. cité, p. 296-297 et Ét. Fournial, Les mémoriaux.. (...)
  • 27 Par exemple, il n’existe pas de mandement châtelain de Vichy au début du XIVe siècle, pour (...)
  • 28 Le nombre de prévôtés comtales est plus élevé au début du XIVe siècle, puisqu’on en compta (...)
  • 29 Il s’agit, selon l’ordre dans lequel les énumère le compte, des châtellenies de Belleperch (...)

4Le cadre local de l’administration, tant financière que judiciaire, est en Forez et en Bourbonnais la châtellenie, à laquelle s’identifie souvent, en Forez, la prévôté26. Au début du XIVe siècle, la carte des châtellenies dans les deux territoires est en partie dressée, même si en Bourbonnais, elle subit encore, par la suite, quelques modifications à la faveur de l’extension du domaine ducal qui se prolonge tout au long du XIVe siècle27. Entre les deux territoires, le nombre de châtellenies est loin d’être identique : on en comptabilise une cinquantaine pour le comté de Forez dans les années 132028, contre seize pour la seigneurie de Bourbon d’après le compte de 1288 signalé plus avant29. Dans la mesure où la seigneurie de Bourbon est plus étendue que le comté de Forez, il faut considérer que la taille des châtellenies foréziennes est plus petite que celle des châtellenies bourbonnaises.

  • 30 L’exemple voisin de la Savoie, même s’il est en dehors du royaume, est sur ce point assez (...)
  • 31 Selon la formule suivante : Compotus Durandi de Villaribus, castellani Belle Pertice [Bell (...)
  • 32 Arch. nat., P 13782,n° 1308 et G. Lavergne, Le parler bourbonnais aux XIIIe et XIVe siècle (...)

5Dans ce cadre qui n’a rien d’original puisque la châtellenie est également ailleurs l’échelon principal de l’encadrement des hommes30, se trouve un châtelain. En principe, ce châtelain a une compétence financière. C’est lui qui doit rendre les comptes de la recette attachée à la châtellenie. Le compte général de la sirerie de Bourbon de 1288 énumère ainsi, châtellenie par châtellenie, le nom des châtelains et, à la suite, la liste des recettes puis des dépenses dont ils sont responsables. Le registre sémantique utilisé ne souffre aucune équivoque : tous sont dénommés « castellanus », sauf deux, dont l’un est qualifié de clericus – il compte pour la châtellenie de Murat –, et le compte récapitulatif parle, pour chacun d’eux, de compotus31. De même, en 1311, le compte de la châtellenie de Rochefort est rendu par le seul Giraut Bossart, « chastellain » dudit lieu32. À la fin du XIIIe siècle et encore au début du XIVe siècle, en Bourbonnais, le châtelain apparaît donc comme le seul officier comptable responsable des finances et de la comptabilité de la châtellenie, même s’il arrive parfois que le compte puisse être tenu et rendu par un individu autre que le châtelain. En Forez, la situation semble a priori identique. C’est le châtelain en personne qui doit rendre les comptes ainsi que l’atteste le plus ancien fragment de rendus de comptes pour l’année 1311, qui commence en ces termes :

  • 33 Arch. dép. Loire, ancien fonds Verna n° 1362 : transcription dans Ét. Fournial, Les mémori (...)

« Anno Domini millesimo CCC° undecimo, videlicet die jovis in quindena festi Nativitatis beati Johannis Baptiste computaverunt castellani [...] valore et emolumentis castellaniarum suarum a tempore finium predictorum us que ad diem jovis predictam [...]33. »

  • 34 Ét. Fournial, ibid., p. 57. Les enregistrements de nomination aux prévôtés couchés dans le (...)
  • 35 Arch. dép. Loire, B 1955.
  • 36 Ibid., fol. 2.

6Pourtant, on sait qu’existe déjà depuis longtemps en terre forézienne, à côté du châtelain, un autre officier : le prévôt. Or il est presque sûr que c’est lui qui tient les comptes de la châtellenie. Car comment expliquer, comme l’écrit fort justement Étienne Fournial, « que quand le prévôt entre en charge après avoir été nommé, il soit obligé de fournir des cautions »– à l’instar du châtelain –, « et que c’est contre lui et non à l’encontre du châtelain que s’exercent les poursuites judiciaires en cas de mauvaise gestion »34 ? Les autorités semblent néanmoins s’accrocher, au début du XIVe siècle, au maintien d’une sorte de fiction selon laquelle il revient au châtelain, non au prévôt, de rendre les comptes de la châtellenie. Dans le registre de reddition des comptes de 1321-1325, registre institué par la Chambre des comptes nouvellement fondée, les comptes sont présentés par les châtelains, même pour les châtellenies dont on sait assurément qu’elles possédaient un prévôt35. Et lorsque le châtelain est dans l’incapacité personnelle de compter, c’est le prévôt de la châtellenie qui le fait à sa place, mais en son nom. On lit ainsi, au sujet de la châtellenie de Cervières, que le compte du châtelain a été rendu le 12 juin 1321 « per manum Johannis de Marenderes, prepositi36. De même, le registre évoque plus loin, pour l’année 1325 :

  • 37 Ibid., fol. 56 v°. Aussi Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 57.

« Dominus Bochardus de Chantoir, de fine suo, [de] redditibus et emolumentis Foyllose computavit ultima die maii per manum Vincentii Volpat [prepositi]37. »

  • 38 Raoul le Noir, mentionné comme receveur de Germigny et d’Ainay : Arch. nat., P 13742, n° 2 (...)
  • 39 André Leguai, De la seigneurie à l’ État. Le Bourbonnais pendant la guerre de Cent ans, Mo (...)

7Et en marge de cette indication se trouve la mention : « Ipso domino Bochardo absente ». Ainsi, en Forez, au début du XIVe siècle, le prévôt paraît bien l’officier comptable chargé des recettes et des dépenses de la châtellenie, même si, pour des raisons difficiles à expliquer, il ne compte pas devant la Chambre des comptes. Il n’empêche : le partage des fonctions entre châtelain et prévôt est déjà bien amorcé vers 1320, alors que dans la seigneurie de Bourbon, ce partage n’existe pas encore ou s’amorce tout juste. L’équivalent du prévôt forézien, à savoir le receveur à qui incombe l’ensemble des finances de la châtellenie, n’apparaît pas en Bourbonnais avant la fin du XIIIe siècle – la première mention date de 129138 –, pour se généraliser ensuite au cours du XIVe siècle39.

  • 40 Et. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 15-17.
  • 41 Ibid. Les rivalités militaires dans la seconde moitié du XIIe siècle et les deux premières (...)
  • 42 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 18.

8Sur ce point, une différence est donc perceptible entre les deux territoires. Cette différence est d’autant plus frappante que, en Forez, l’institution prévôtale est déjà vieille d’un siècle au début du XIVe siècle. Le premier acte forézien qui mentionne un prévôt comtal date, en effet, de 1218. Il concerne deux prévôtés, celles de Saint-Galmier et de Sury-le-Bois40. Par la suite, au gré de la documentation, des prévôts sont attestés dans différentes châtellenies pour épauler le châtelain. Étienne Fournial avance l’idée que cette réforme prévôtale a été généralisée dans les années 1220 et qu’elle est inséparable de l’apparition de l’institution châtelaine à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle41. Par la suite, chaque fois que le comte de Forez acquiert au cours du XIIIe siècle une seigneurie nouvelle qu’il intègre dans son domaine et qui soit susceptible d’être érigée en châtellenie, il s’attache à y nommer un prévôt et un châtelain. Et lorsqu’existe sur cette terre une prévôté fieffée ou héréditaire, il tente d’en modifier la composante juridique. L’exemple de la terre de Saint-Just-en-Chevalet est, à ce titre, des plus éclairant. Acquis un peu avant 1248 par le comte Guy V, le château de Saint-Just est doté d’un prévôt héréditaire, qu’il est difficile de remplacer. Le comte accepte alors de négocier et en 1257, le titulaire des droits composant la prévôté les lui cède. Le comte s’empresse alors de nommer un nouveau prévôt42, duquel il exige un serment et, probablement aussi, des garanties financières.

  • 43 On pense bien sûr à la prévôté de Paris dont les modalités et les enjeux de la réforme son (...)
  • 44 Dans son essai sur l’administration comtale de 1868, Régis de Chantelauze avait déjà parfa (...)
  • 45 Le premier enregistrement d’une nomination de prévôt date du 11 juin 1317 – le registre a (...)
  • 46 Pour certains, l’affermage peut constituer une « anomalie ». Gérard Sivéry montre que si l (...)
  • 47 Jean Favier, « Service du prince et service des administrés. Les voies de la fortune et le (...)
  • 48 Sur les ligues nobiliaires de 1314-1316, se reporter pour une vue d’ensemble à André Arton (...)
  • 49 L’une des raisons invoquées par les fermiers pour justifier leur comportement « rapineux » (...)
  • 50 Ainsi ce passage du poète cité par R. Telliez, ibid., p. 242, n. 3 : « Quar je regart que (...)
  • 51 La liste des ligueurs est connue grâce à deux textes : d’abord l’alliance que les nobles d (...)
  • 52 Je ne partage pas ici l’analyse d’Édouard Perroy qui parle, au sujet de l’attitude de Jean (...)
  • 53 P. Contamine, « De la puissance aux privilèges : doléances de la noblesse française envers (...)
  • 54 S’il convient de ne pas se laisser leurrer par cette revendication à caractère général, el (...)
  • 55 André Artonne, Le mouvement de 1314..., op. cit., p. 64 et 124 et Olivier Canteaut, « Le j (...)
  • 56 Sur cette activité d’enquêteur-réformateur au service de la royauté, cf. infra.
  • 57 Éd. Perroy, « Une émeute fiscale à Montbrison... », art. cité. Parmi les quarante notables (...)
  • 58 Outre la critique bien connue formulée par Geoffroy de Paris (J. Favier, Philippe le Bel, (...)

9Ce qui conduit à évoquer la question des modalités d’accession à l’office de prévôt. Par rapport à l’administration royale où les prévôtés sont très majoritairement affermées – même si, avec Louis IX, certaines prévôtés politiquement importantes sont transformées en office à nomination directe par le roi43 –, les prévôtés en Forez ne le sont pas. Les prévôts tiennent leur office en garde44 et ce, dès l’origine : ils sont désignés par le comte, rémunérés par lui, et révocables à tout moment. C’est ce qu’atteste le livre aux offices du comté de Forez qui enregistre nominations, mutations et remplacements de prévôts à partir de l’année 131745. Il y a là un point qui mérite d’être noté. Non pour souligner, au nom d’une lecture téléologique, une pré-modernité qui voudrait voir, dans l’institution prévôtale forézienne, une avancée en matière administrative par rapport à une institution prévôtale royale affermée46. Jean Favier a bien montré comment la ferme répondait à une situation particulière, à savoir l’existence d’un trop petit nombre d’hommes prêts au XIIIe et encore au XIVe siècle à se consacrer pleinement au service du prince47. Elle constituait aussi un avantage manifeste pour la royauté, celui de pouvoir disposer de sommes d’argent dont les montants, connus à l’avance, étaient immédiatement recouvrables. Cependant, le choix de la nomination a pu se trouver conforté, voire légitimé, aux yeux du comte de Forez, par les critiques que les ligues nobiliaires, et parmi elles la ligue des nobles foréziens, portèrent dans les années 1314-1315 contre les abus et les pratiques des officiers royaux. Parmi eux, les fermiers furent, avec les sergents, fortement vilipendés pour leur cupidité et leur incompétence48. Cette critique n’était assurément pas nouvelle – elle était déjà présente dans les enquêtes faites à l’initiative de saint Louis49 ou sous la plume d’un auteur comme Rutebeuf50 –, mais elle acquit, avec les ligues, une chambre d’écho qui ne laissa sans doute pas indifférent un prince comme Jean Ier, soucieux d’efficacité et de rigueur bureaucratique. Certes, le comte de Forez n’est pas partie prenante du mouvement des ligues, mais la ligue forézienne comprend suffisamment d’hommes qui lui sont proches – son lieutenant et son bailli sont au nombre des ligueurs – pour qu’on puisse supposer, sinon une connivence de sa part à l’endroit des contestataires, à tout le moins une compréhension à l’égard de leur protestation51. Il ne serait d’ailleurs pas le seul dans ce cas52. D’autres princes, et non des moindres – que l’on songe à Charles de Valois – n’ont-ils pas accordé une oreille attentive aux doléances nobiliaires53 ? Et s’ils le firent, c’est au motif, entre autres, que les nobles entendaient parler au nom de la communauté tout entière, et pas seulement en leur nom propre54. Leur critique avait prétention à refléter l’ensemble des doléances de la société. Guère étonnant, dès lors, que l’une des revendications immédiates des ligueurs fût de réclamer des réformes pour mettre fin aux abus d’une administration royale dont les écarts étaient jugés inacceptables et le coût trop exagéré55. Ainsi, opter pour une prévôté qui avait comme caractéristique institutionnelle d’être un office en garde – en fait conforter un choix administratif effectué avant lui – était pour le comte de Forez une façon de se prémunir contre certaines dérives que son activité d’enquêteur au service du roi lui avait fait toucher du doigt56. C’était aussi une manière de se montrer à l’écoute de l’opinion. Une opinion, ne l’oublions pas, encore fortement marquée en Forez par la répression imposée par la justice royale à la ville de Montbrison – du moins à certains de ses notables –, après que celle-ci, en 1308, se fut révoltée contre les agents de Philippe le Bel venus lever l’impôt57. Sans doute n’est-il pas excessif de penser qu’aux yeux de Jean Ier, qui fut cité comme complice des révoltés devant la cour du roi en 1309 avant d’être relevé de toute accusation, le choix de la nomination directe valait manifeste politique et programme de gouvernement. N’était-ce pas pour lui un moyen de montrer que, grâce à ces choix en matière administrative, sa politique de réforme était gage d’ordre et de paix, de justice et de prospérité, au contraire de la politique royale – celle de Philippe le Bel – dont la « brutalité », amplement dénoncée58, était facteur de désordre ? Il y a là une hypothèse qu’on ne peut écarter.

  • 59 Particularité qui avait déjà été bien notée, une nouvelle fois, par Régis de Chantelauze, (...)
  • 60 Pour une présentation de l’ensemble des prérogatives des prévôts royaux, outre H. Gravier, (...)
  • 61 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 12-18 et 56-61.
  • 62 Cette distinction ne se retrouve pas, par exemple, en Dauphiné où le châtelain est, au mil (...)
  • 63 Jean Ier acquiert deux seigneuries vassales importantes qui l’aident, selon l’expression d (...)
  • 64 Éd. Perroy, « Social Mobility among the French ‘Noblesse’ in the Later Middle Ages », Past (...)
  • 65 Cte de Neufbourg, « Puissance relative du comte et des seigneurs en Forez au XIIIe siècle  (...)
  • 66 La lecture du registre aux nominations ouvert en 1317 montre que toutes les catégories soc (...)

10Il reste que la comparaison entre prévôté royale et prévôté comtale forézienne n’est pas totalement opérante dans la mesure où le prévôt comtal n’est pas la réplique du prévôt royal. En effet, les prévôts comtaux en Forez ne sont pas les successeurs des viguiers : ils n’ont guère de fonction de justice ni de police59 – la charge est exercée par le châtelain –, contrairement aux prévôts royaux ou, pour le moins, à une partie d’entre eux60. Leurs prérogatives sont presque exclusivement financières. Chargés de lever redevances, cens, taxes, amendes de justice, tailles dus au comte, ils s’avèrent dès l’origine des officiers comptables61. En ce sens, l’institution est originale et son histoire, comme ses caractéristiques, montre que le modèle ici – si modèle il y a – n’est pas la prévôté royale. Il n’y a pas imitation, et l’institution naît de circonstances locales, fruit d’une réforme qui crée simultanément prévôt et châtelain, instituant entre eux une hiérarchie distinguant prérogatives judiciaires et prérogatives financières62. Mais l’institution telle qu’elle apparaît est aussi le reflet d’un ordre politique qui renvoie à la puissance de la maison des comtes de Forez au début du XIVe siècle : puissance féodale d’abord puisque, par une action vigoureuse d’inféodation et d’achat de châteaux, de seigneuries et de maisons fortes, les comtes – et, parmi eux, Jean Ier63 – parviennent à soumettre l’ensemble de la noblesse du comté à leur autorité64 ; puissance financière ensuite car, vers la fin du XIIIe siècle, le comte de Forez disposait de revenus importants, de l’ordre sans doute de 10 000 livres d’après les calculs du comte de Neufbourg, alors qu’aucun de ses vassaux n’avait plus de 500 1., la plupart d’entre eux ayant beaucoup moins65. On peut ainsi admettre que le comte de Forez avait l’autorité requise et les moyens financiers suffisants pour nommer aux prévôtés plutôt que de les affermer. L’office était à ses yeux un incontestable instrument de pouvoir lui permettant d’associer à son projet de domination et de gouvernement différentes couches de la société : nobles, non-nobles, bourgeois de villes, clercs, ces quatre catégories d’individus se retrouvant majoritairement en charge des offices de prévôts au début du XIVe siècle66.

  • 67 BNF, ms. lat. 10034, fol. II r°-v° et fol. IV. Ces deux ordonnnances peuvent être complété (...)
  • 68 Jean-Marie Pardessus, Denis-François Secousse et Eusèbe de Laurière, Ordonnance des rois d (...)
  • 69 BNF, ms. lat. 10034, fol. II. Sur les « vestisons », l’ordonnance précise : « Item volons (...)
  • 70 La première ordonnance sur la trésorerie et les finances spécifie : « Item volons et orden (...)
  • 71 Ainsi la copie de l’ordonnance dans BNF, ms. lat. 10034, fol. II, reproduit le dispositif (...)
  • 72 Ibid. Cette indication relative à l’audition du compte du trésorier prouve qu’au moment où (...)

11Deuxième institution à regarder : la trésorerie. Dans les deux territoires considérés, un trésorier est attesté au début du XIVe siècle. On est bien renseigné sur le trésorier de Forez grâce à deux ordonnances, l’une des années 1310 (peut-être 1317), l’autre de 133467 – et on ne manquera pas de relever la concomitance chronologique entre la première ordonnance comtale et l’ordonnance de Philippe V sur le Trésor royal en date du 3 janvier 131768. D’après l’ordonnance de Jean Ier, le trésorier est tenu de centraliser l’ensemble des recettes en argent du comté provenant des cens, tailles, amendes, péages, « leydes », fours, « vestisons » et « de toutes autres chouses qui […] se rendent en argent »69. Il tient à ce titre un compte. Il a en charge un certain nombre d’autres obligations, comme par exemple les accensements qu’il doit effectuer avec deux officiers70. En retour, il doit pourvoir à plusieurs dépenses. Comme les châtelains, il a obligation de rendre son compte à date régulière, et l’ordonnance des années 1310, dont le caractère édifiant est manifeste71, spécifie qu’il doit le faire devant le comte ou, en son absence, devant son lieutenant72. Toutes ces recommandations seront reprises et précisées dans l’ordonnnance de Guy VII en 1334.

  • 73 J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., 1.1, n° 408 (...)
  • 74 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 66-68.
  • 75 En Bourgogne, un receveur centralisant les recettes en provenance des caisses des châtelai (...)
  • 76 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 67-68. Le même constat a été fait pour la Bou (...)
  • 77 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 67-68. Au temps du gouvernement du comte Guy (...)

12Concernant la date d’apparition du trésorier, une différence existe entre les deux territoires. Alors qu’en Bourbonnais, la charge apparaît pour la première fois dans la documentation en 126473, le titre de trésorier est attesté beaucoup plus tard en Forez : pas avant la décennie 1310, officiellement même en 131774 . Ce retard forézien – retard non seulement par rapport à la situation bourbonnaise75 – peut surprendre. En fait, il est loisible de penser qu’il y avait au XIIIe siècle, dans l’entourage du comte, un personnage dont la fonction était de centraliser les recettes des châtellenies. Sur cette question, Etienne Fournial propose l’hypothèse suivante : dans la première moitié du XIIIe siècle, la tâche consistant à rassembler les revenus des prévôts et des châtelains pourrait avoir été assignée au bailli dont la première apparition remonte à 1229. Puis, sans doute vers le milieu du XIIIe siècle, le bailli paraît avoir cédé ses attributions financières à des bourgeois montbrisonnais que l’ on voit à plusieurs reprises encaisser les recettes des châtellenies et prévôtés. Mais on les voit en même temps prêter de nombreuses fois de l’argent au comte, et on peut légitimement se demander si le fait de percevoir les revenus des recettes ordinaires n’était pas pour eux un moyen de se rembourser de l’argent prêté à leur seigneur76. Quoi qu’il en soit, à côté de ces marchands et banquiers qui ne portent aucun titre, se trouve un serviteur qui semble avoir partie prenante avec les questions financières. Qualifié de « clerc du comte », une expression qui souligne la proximité existant entre lui et son maître, il avait comme mission de tenir à jour la comptabilité comtale. Il ne paraît pas avoir eu, en revanche, une quelconque fonction de manieur d’argent77.

  • 78 Son caractère tronqué tient au fait que la peau a été réutilisée comme couverture d’un reg (...)
  • 79 On lit ainsi : Anno Domini millesimo CCC° undecimo [...] computaverunt castellani [...] co (...)
  • 80 Dans ce document, Renaud de Langes compte pour six châtellenies, celles de Saint-Bonnet, L (...)
  • 81 « Forensi », qui vient après le mot amputé à cause du réemploi du parchemin, peut effectiv (...)
  • 82 Arch. dép. Loire, B supplément 4 (ancien fonds Verna n° 1366) ; cf. les extraits publiés d (...)
  • 83 Arch. dép. Loire, B 1955 ; Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 115-116.
  • 84 Voir les exemples pour la session de 1378 dans Et. Fournial, ibid., p. 116-117, ou pour la (...)

13Cette situation relative à la gestion du Trésor et des revenus du comte change en 1310-1311. Un document permet d’en juger : il s’agit d’une peau de parchemin tronquée et abîmée78. Elle énumère pour neuf châtellenies le montant des recettes selon l’organisation suivante : deniers d’abord, puis revenus en nature, le tout sur une colonne à gauche. Dans la colonne de droite, en vis-à-vis, figurent les dépenses correspondantes à chacune des rubriques des recettes. En dessous, sur toute la largeur du parchemin, est reporté le solde du compte. On peut penser que le document, dans son état entier, devait comprendre quatre ou cinq peaux pour récapituler l’ensemble des données comptables de la cinquantaine de châtellenies qui composaient alors le comté. Même incomplète, cette pièce est d’un grand intérêt. D’abord, au sujet de l’office même de trésorier. Le contrôle de la recette et de la dépense des châtellenies, pour l’exercice 1310-1311, est effectué en juin 1311 par Renaud de Langes79 qui compte, par ailleurs, pour plusieurs châtellenies80. En 1311, il est l’un des principaux officiers de Jean Ier, mais son titre exact a disparu lors du réemploi du parchemin81. Etienne Fournial pense que ce personnage est déjà à cette date trésorier en titre, quand bien même la titulature n’est attestée pour la première fois que dans l’ordonnance sur la trésorerie et les finances comtales, datée traditionnellement de 1317. En deuxième lieu, l’archive révèle que, dès cette époque, la séparation des services de l’ Hôtel d’avec ceux de l’administration est effective. La gestion financière de l’Hôtel donne lieu désormais à la tenue d ’ un compte particulier, parfaitement autonome de celui du trésorier, dont le plus ancien exemplaire conservé date des années 1314-131682. Enfin, l’intérêt du document réside dans sa structuration. Celle-ci est la même que celle qu’adopteront les premiers registres de fins de comptes que la Chambre des comptes établit à partir de l’année 132183, et qui vaudra par la suite, tout au long des XIVe et XVe siècles84. De ces indications, on peut retenir que le début du XIVe siècle est marqué en Forez par une vaste réforme de l’administration centrale des finances. Les finances du comte passent alors – au plus tôt vers 1310, au plus tard en 1317 – dans les mains d’un seul officier en titre, le trésorier. Cette réforme s’accompagne surtout de la fondation d’une Chambre des comptes qui constitue, sans nul doute, l’élément le plus remarquable de l’entreprise réformatrice.

  • 85 La précocité s’entend ici par rapport aux autres fiefs et principautés du royaume. Comme l (...)
  • 86 É. Lalou, « La Chambre des comptes de Paris : sa mise en place et son fonctionnement (fin (...)
  • 87 Voir Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit.

14Comme cela a été rappelé en introduction, tous les historiens des institutions ont souligné la précocité de la création de la Chambre des comptes de Montbrison85, qui voit le jour en 1317, avant même que ne soit promulguée, en 1320, l’importante ordonnance du Vivier-en-Brie qui structure la Chambre des comptes du roi de France86. Sur la naissance de l’institution87, trois points doivent être plus précisément mis en avant : d’une part la question des locaux, ensuite celle du personnel, enfin celle de la mise par écrit de pratiques liées à l’activité de la nouvelle institution, et dont l’élaboration, en l’absence d’une charte de fondation, est constituante de son identité.

  • 88 Le chevet de l’église est achevé en 1227. Sur l’histoire de la collégiale, Abbé F. Renon, (...)
  • 89 L’installation de la Chambre des comptes dans la résidence princière ou dans son environne (...)
  • 90 Roger Faure, « Le Forez de Jean Ier », Bulletin de la Diana, 56 (1997), p. 25-75 et Christ (...)
  • 91 Voir, sur ce thème, les remarques d’Élisabeth Lalou pour la Chambre des comptes de Paris à (...)
  • 92 BNF, ms. lat. 10034, fol. II. L’ordonnance indique que l’un des trois écrits relatifs aux (...)
  • 93 Dans le registre des nominations aux offices du comté que tiennent les gens des comptes, l (...)

15Il faut insister sur les locaux dans la mesure où il n’y a d’institution constituée qu’une fois celle-ci installée dans un local auquel elle s’identifie. À Montbrison, ce local est hautement symbolique : il s’agit de l’hôtel comtal, à proximité immédiate de la collégiale de Notre-Dame – l’église des comtes, fondée par Guy IV en 122388 –, au cœur de la canonia, espace sacré qui enserre l’église, confirmant à quel point la Chambre des comptes est d’abord la Chambre du prince89. Dans la résidence urbaine des comtes de Forez, la Chambre occupait une pièce (camera) sise non loin de la salle édifiée par Jean Ier vers 1295 – aujourd’hui la salle de la Diana –, et dont le décor armorié, qui décline tous les écus des lignages nobles foréziens, exalte la position dominante du comte sur sa noblesse90. Il convient toutefois de noter que l’expression camera compotorum, qui peut renvoyer tout à la fois au local de l’institution et à l’institution elle-même91, quoique utilisée dans l’ordonnance sur le trésorier des années 131092, ne s’impose pas immédiatement dans les actes de la pratique. L’expression ne semble véritablement émergée dans la documentation qu’à partir du début des années 1330, pour se diffuser ensuite rapidement93.

  • 94 Arch. dép. Loire, B 2001, fol. 53 v°. Guillaume Faure apparaît à plusieurs reprises dans l (...)
  • 95 Arch. dép. Loire, B 1837, fol. 11. Jacquement de La Faye est nommé ou confirmé garde de la (...)
  • 96 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 96 ; Arch. dép. Loire, B 2001, fol. 75.
  • 97 Humbert de Lyon et Thomas de Montaignon apparaissent en 1334, ils ont donc été nommés par (...)
  • 98 Ét. Fournial, ibid.
  • 99 Ach. dép. Loire, B 1955 ; Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cil., p. 100-101.
  • 100 Il s’agit de Bertrand de La Roue qui fut, on l’a vu (cf. supra, note 51), l’un des leaders (...)
  • 101 Pierre de Rochefort. Il faisait, lui aussi, partie de la ligue de Forez.
  • 102 Jean Lardier, trésorier de 1317 au moins à 1330 au moins : Ét. Fournial, Les mémoriaux..., (...)
  • 103 Le châtelain de Montbrison est alors Jean Mareschal. Ses rapports avec la Chambre des comp (...)
  • 104 Ainsi Mathieu de Boisvair et Girard de Rumano sont juges du comté en alternance : Ét. Four (...)
  • 105 Comme Martin Ogier, marchand et banquier de Montbrison, qui a assisté à toutes les session (...)
  • 106 Tel le prêtre Pierre de Revoyri (cf. infra, note 115), ou encore Jacquement de La Faye (cf (...)
  • 107 C’est la thèse défendue par Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 100.
  • 108 Voir l’édition récente de ce texte fondamental par É. Lalou, « La Chambre des comptes... » (...)

16La fondation de la Chambre des comptes entraîne la désignation d’un personnel. Au départ, le personnel fixe est des plus limités : il se résume à une unique personne, à savoir un clerc. Le premier clerc désigné est Guillaume Faure, qu’un acte de 1328 qualifie de familiaris comitis94. Rapidement cependant, l’effectif augmente : on compte deux clercs permanents à partir de 1326 (Guillaume Faure et Jacquement de La Faye95), puis trois en 1330 (Guillaume Faure, Jacquement de La Faye et Arthaud Maignin96). Ce chiffre se monte même à cinq clercs en 135397. Dénommés dans un premier temps « clercs du comte », ils voient par la suite leur titulature se préciser ; on parle alors pour chacun d’eux de clericus camere, clericus compotorum, clericus camere compotorum. Ces titres deviennent plus fréquents à partir des années 1330 pour s’imposer définitivement au milieu du XIVe siècle98, et l’on peut tenir cette « clarification sémantique » comme significative de la permanence de l’institution. À côté du clerc des comptes se trouvent des auditeurs. Leurs noms sont connus pour les sessions des années 1321 à 132599. De six à huit personnes selon les cas, ils peuvent être répartis en trois groupes : le premier réunit des officiers comtaux (lieutenant du comte100, bailli101, trésorier102, châtelain de Montbrison103, juge du comté104) ; le deuxième rassemble des bourgeois et des banquiers montbrisonnais105 ; le troisième est constitué principalement du clerc de la Chambre et de clercs qui œuvrent dans l’entourage de Jean de Forez106. Hormis le clerc des comptes, les autres auditeurs n’étaient pas attachés à la Chambre. Pour contrôler et juger les comptes, Jean Ier faisait appel à des individus extérieurs à l’institution. Ces derniers étaient rémunérés pour le travail effectif d’audition mais, une fois cette tâche achevée, chacun retournait à ses fonctions habituelles. Il ne me semble donc pas que l’on puisse considérer ces auditeurs comme un « corps » permanent, organisé dès l’origine107. À ce titre, ils ne peuvent être tenus comme l’équivalent du groupe des maîtres des comptes parisiens, que l’ordonnnance du Vivier-en-Brie distingue bien de la catégorie des clercs des comptes108.

  • 109 Formule empruntée à Jean-Claude Maire-Vigueur, certes pour qualifier une autre « révolutio (...)
  • 110 L’ordre chronologique est, dans l’ensemble, respecté. On remarque toutefois quelques disco (...)

17Enfin, l’institutionnalisation du contrôle des comptes et de la garde du domaine a conduit à l’émergence d’une nouvelle documentation, fruit d’une réflexion déjà avancée sur le rôle assigné à la Chambre des comptes, et révélatrice d’une véritable « révolution documentaire »109 tant ces écrits sont novateurs par rapport aux pratiques d’écriture foréziennes antérieures. Cette documentation s’organise d’abord autour de deux registres principaux dont la proximité formelle est grande : registre de papier de même format in quarto, écriture identique des premiers folios. Le premier registre est destiné à l’enregistrement, selon un ordre chronologique110, des nominations aux offices du comté comme l’indique sans équivoque le préambule :

  • 111 BNF, ms. lat. 10034, fol. 2.

« His subsequenter continentur castellani, prepositi et alii officiales domini Johannis Forensis creati etfactiper ipsum a festo Pasche currente data M° CCC° XVII° circa, necnon et quedam gracie et donationes facte familiaribus anno et dicto tempore citra111. »

  • 112 Ibid. : « Primo anno supra dicto, die sabbati post Pascha, Poncetus de Cumeu, domicellus, (...)
  • 113 Cette partie du registre est numérotée en romain de II à XXXVIII. Les folios II-VII corres (...)
  • 114 Arch. dép. Loire, B 1837.
  • 115 Là encore, le fait de confier les archives aux gens des comptes constitue un geste politiq (...)

18La première nomination consignée date du 9 avril 1317 ; il s’agit de la désignation de Poncet de Curneu comme châtelain de Châtelus et de Fontanès112. Mais le registre renferme aussi des transcriptions d’ordonnances financières concernant notamment le rôle du trésorier et de la Chambre des comptes. Original est le fait que ces ordonnances et les textes relatifs aux finances soient transcrits à l’autre extrémité du volume : le recueil était aussi un livre d’enregistrement des actes comtaux importants regardant l’administration113. Le deuxième registre avait une finalité différente114 : il était destiné à garder mémoire des prêts et mouvements d’archives déposées dans le chartrier comtal – le trésor (thésaurus) – et dont les gens des comptes se sont vu attribuer la garde115. Il est désigné ainsi dans l’incipit :

  • 116 Ibid., fol. 1.

« Anno Domini M° CCC° XVII° IIIa die mensis maii presens papirus fuit posita in hoc thesauro et sunt in hac predicta papiro scripte omnes littere que a die supradicta posite fuerunt et extracte de dicta thesauro et quis ipsas debet reddere et cum restitute fuerint debet hic scribi per quem redentur116. »

  • 117 Ainsi cet exemple, intéressant par son contenu car il renvoie à l’affaire qui a opposé le (...)

19La lecture des premiers folios montre que le versement de nouvelles pièces à la Chambre des comptes était précisément enregistré : nature et analyse de l’acte, lieu de rangement (coffret, arche, caisse), nom du dépositaire, jour du dépôt117. Les archives qui étaient empruntées donnaient lieu à une notice tout autant détaillée, comme l’atteste, parmi beaucoup d’autres, la mention suivante :

  • 118 Ibid., fol. 2v°.

« Anno [M° CCC°] XVIII°, die XXa mensis septembris, magister Michael Gorsa procurator et nos G. Fabri et G. Regis extraximus de hoc thesauro IIII litteras de feudo Ruppisbaronis quas habuit dictas procurator pro ipsis portandis ad quandam diem quam habebat dominas cornes cum Ponchono de Bausac coram gentibus regiis in Vallavia118 ».

  • 119 Ainsi cet exemple : « Anno Domini M° CCC° XX°, die festi Penthecostis, dominas Matheus de (...)

20Et lorsque les documents étaient retournés à la Chambre, le scribe annulait la notice en la rayant après avoir noté la date de la réintégration, précisant l’endroit où l’archive était replacée119.

  • 120 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 10 et 120, qui cite une minute notariale de 1 (...)
  • 121 Restitution pour les années 1349-1356 : Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 151-3 (...)
  • 122 O. Canteaut, Gouvernement et hommes de gouvernement sous les derniers Capétiens (1313-1328 (...)
  • 123 Selon les mots mêmes de l’ordonnance du Vivier-en-Brie, qui précise dans le même article : (...)
  • 124 Ibid., p. 255-269.

21Dans leur spécificité, ces deux documents ont un même objectif : élaborer des instruments de travail à la hauteur des ambitions placées dans la nouvelle institution et contribuer à la constitution d’une mémoire administrative facilement exploitable. À ces deux registres s’ajoute un « mémorial ». Étienne Fournial en a reconstitué la teneur pour la période 1349-1356, mais on est assuré que dès 1325, ce mémorial existait120. On ne sait cependant en quoi il consistait alors. Si l’on se fonde sur la restitution effectuée pour le milieu du XIVe siècle121 – et en admettant qu’elle vaille pour 1325 –, il faut en déduire que le mémorial a été pensé uniquement comme un « journal » d’audition des comptes. Il enregistre, pour chaque session, d’abord le montant par châtellenie des « investisons » et des amendes (Investiciones et entende), puis les memorialia liées à la session d’audition, à savoir principalement les informations relatives aux dépenses et aux paiements incombant à chaque prévôt pour l’exercice financier examiné. Le mémorial de la Chambre de Montbrison a donc peu à voir avec les libri memoriales de la Chambre des comptes de Paris dont la destination principale est l’enregistrement d’actes royaux (mandements, lettres de dons, ordonnances, etc.) considérés comme des « actes “mémorables” pour l’administration du royaume »122. C’est davantage du « journal » des clercs et maîtres des comptes parisiens, dont la vocation est de garder mémoire de « toutes choses qui seront faittes en ladite chambre »123, que se rapproche le mémorial de Montbrison. Cela étant, son ambition est moindre que celle du journal parisien. Contrairement à ce dernier qui n’hésite pas, selon les cas et conformément aux prescriptions de l’ordonnance du Vivier-en-Brie, à enregistrer actes royaux et requêtes adressées à la Chambre124, le mémorial forézien se contente d’être un instrument d’accompagnement des sessions d’audition de comptes.

  • 125 Arch. nat., P 14023, n° 1331 (rouleau de papier de 8 feuillets endommagés, avec de nombreu (...)
  • 126 Les fiefs recensés dans l’inventaire étaient ceux pour lesquels aucun aveu n’existait depu (...)
  • 127 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, op. cit., t. VII, n° 903. Sur l’essai de rest (...)
  • 128 Exemple : « Moss. Bonspars de Lorgo fit homage lige de czo q[ue] deveit saveir e nomar li (...)
  • 129 À l’image du rôle de 1260 qui vient d’être évoqué. Un autre inventaire contenant sous form (...)
  • 130 Ce rôle des aveux devait contribuer à un meilleur contrôle des vassaux, de leurs fiefs et (...)

22Enfin, un dernier document, dont la rédaction est contemporaine de la création de la Chambre des comptes, doit être évoqué. Il a, de fait, un rapport étroit avec la nouvelle institution car son objet concerne directement les affaires domaniales et féodales : il s’agit d’un inventaire-on parle également d’un « récolement » – des aveux et dénombrements125 partiellement dressé à partir d’un rôle des fiefs et vassaux du comte de Forez des années 1260, gardé au trésor comtal126. Pierre de Revoyri, qui était prêtre et dont la connaissance de la géographie féodale du comté paraît avoir été de bonne qualité, fut chargé de le rédiger ; il effectua ce travail, semble-t-il, entre la fin de l’année 1315 et les premiers mois de 1317127. Le but de l’initiative était clair : dresser une liste des fiefs dont l’aveu n’avait pas été renouvelé depuis longtemps ; entreprendre, si nécessaire, des enquêtes pour les biens dont les données étaient insuffisantes128 ; dans tous les cas, forcer les vassaux à répéter leurs aveux pour une réactualisation du lien féodal et une réaffirmation des droits suzerains. L’entreprise s’inscrivait parfaitement dans les missions imparties à la Chambre des comptes, quand bien même ce genre de recensement ne constituait pas une nouveauté dans la tradition administrative forézienne : des inventaires de fiefs avaient déjà été rédigés à l’initiative des comtes de Forez au cours du XIIIe siècle129. En outre, en 1293 ou 1294, soit au début de son règne personnel, Jean Ier, pour justifier le droit qu’il estimait être le sien d’amortir lui-même les fiefs acquis en Forez par les non-nobles et les clercs comme de fonder et de pourvoir en aumônes les établissements ecclésiastiques – et ce, en vue de s’opposer aux agents royaux chargés d’appliquer l’ordonnance de 1291 sur les francs-fiefs –, avait fait rédiger un long mémoire justificatif. Pour l’appuyer, une centaine d’actes d’amortissement concernant des communautés religieuses et des laïcs furent compilés et rassemblés dans un rouleau de près de 10 mètres de long130.

  • 131 Notons que l’enregistrement des nominations, s’il semble systématique en 1317, ne l’est pl (...)
  • 132 Le registre se verra détourner de sa fonction première au temps de l’administration des Bo (...)
  • 133 Arch. dép. Loire, B 1955. À la Chambre des comptes de Paris, les « restas » de comptes son (...)
  • 134 Voir l’édition du début du registre de fins de comptes pour la session de la Pentecôte dan (...)
  • 135 Relevons toutefois que, sur le plan sémantique, le mot registre/regeste/regesta n’est pas (...)

23Ainsi, tous ces instruments que la jeune Chambre des comptes forge ou initie en même temps qu’elle se structure – à ce titre, il s’agit bien là d’écrits instituants – peuvent être considérés en grande partie comme les pendants de la documentation développée alors à la Chambre des comptes du roi de France ou dans l’administration centrale à Paris. Plus précisément, livre d’enregistrement des nominations aux offices131, registre de consignation des mouvements d’archives132, inventaires de fiefs et, quelque temps plus tard, mémorial, répondent à un double souci : affermir les droits du comte en les « mémorialisant », fonder, par ailleurs, une pratique bureaucratique normative. Le caractère fonctionnel de ce nouveau « paysage documentaire » ne souffre aucune équivoque, comme en témoignent les registres de fins de comptes, désormais dressés à l’occasion des sessions d’audition. Le plus ancien registre conservé débute par la session de 1321, et le modèle semble bien ici emprunté aux usages de la Chambre des comptes de Paris133. L’intérêt de sa lecture, on l’a dit, est de montrer que l’organisation du compte rendu de l’audition de chaque châtelain est la même que celle mise en place vraisemblablement par Renaud de Langes au plus tard en 1311 : une colonne à gauche pour les recettes, une colonne en vis-à-vis pour les dépenses, un récapitulatif en dessous pour le solde134. Cette façon de présenter rationnellement les fins de comptes a donc précédé la création même de la Chambre. Surtout, les redditions de comptes sont désormais enregistrées dans des registres, et non plus sur des rouleaux. La création de la Chambre des comptes marque l’avènement du registre dans les pratiques administratives foréziennes135.

  • 136 Arch. nat., P 13782, n° 3093 et G. Lavergne, Le parler bourbonnais..., op. cit., p. 101.
  • 137 Ce statut ne s’affirme qu’à la fin du XIVe siècle, sous le principal du duc Louis II, avec (...)
  • 138 Arch. nat., P 4691, n° 32 et G. Lavergne, Le parler bourbonnais..., op. cit., p. 36-37.
  • 139 Arch. nat., P 13771, n° 2807 ; fragments transcrits dans J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, « N (...)
  • 140 Ibid., et O. Mattéoni, « La conservation et le classement... », art. cité, p. 71. En Forez (...)

24Il y a là incontestablement une « modernité » dans la réflexion et la rationalisation de la « geste administrative » qui tranche avec la situation en matière de contrôle des comptes et des officiers, au même moment, dans la seigneurie de Bourbon. Là, pas de Chambre des comptes – elle ne sera créée qu’en 1374. Le contrôle des comptabilités est effectué par un nombre limité d’individus. Le compte des recettes et dépenses du châtelain de Rochefort, seul compte de châtellenie conservé pour le début du XIVe siècle, a été vérifié en 1311 par Raoul Chaillou, bailli de Bourbonnais, noble homme Pierre de Fonconnaz, et maître Nicolas de Noisy, doyen du chapitre collégial de Hérisson, soit trois personnes au total136. Le compte a été contrôlé à Moulins, qui n’a pas encore à cette époque le moindre statut de capitale137, mais qui semble la ville où se déroulent les vérifications et auditions. Le confirme un mandement de Guiart de la Porte, bailli de Bourbonnais, daté de mai 1301, dans lequel les châtelains sont sommés d’apporter à l’occasion de la prochaine vérification de leurs comptes, à Moulins, les aveux et dénombrements des fiefs de leur châtellenie138. Sur ce dernier point, il est possible d’envisager que ces aveux et dénombrements étaient destinés à être gardés par les clercs du seigneur de Bourbon. On sait, grâce aux restes d’un inventaire parvenu jusqu’à nous sous forme de rouleau139, et dont la rédaction semble remonter au premier quart du XIVe siècle, que les aveux étaient alors conservés dans au moins un coffre – on suppose qu’il y en avait plusieurs mais le caractère lacunaire du document nous empêche de savoir combien –, et surtout qu’ils étaient nettement distingués des autres actes. Dès cette époque, les archives des seigneurs de Bourbon avaient donné lieu à un enregistrement en deux séries dictinctes, aveux et dénombrements d’une part, actes du trésor de l’autre. Cet inventaire n’avait pas encore son équivalent à Montbrison140.

  • 141 C’est ce qui ressort de l’Ordo reddendorum computorum, sans doute rédigé entre 1317 et 132 (...)
  • 142 Cf. la présentation de ce calendrier pour la période 1321-1325 restitué par Ét. Fournial, (...)
  • 143 Je remercie Olivier Canteaut à qui je suis redevable de cette remarque. De même, il ne par (...)

25De cette présentation et comparaison, que retenir ? En premier lieu, une avance de l’administration forézienne sur l’administration bourbonnaise. Cette avance ne se limite pas à la seule présence d’une Chambre des comptes à Montbrison. Elle tient aussi en une spécialisation plus précoce du personnel de châtellenie. En second lieu, une partie des réformes qui se mettent en place au comté de Forez est nettement inspirée de l’administration royale. Cela paraît indéniable pour la Chambre des comptes, au moins pour certaines de ses pratiques. Aux éléments présentés ci-dessus s’en ajoute d’ailleurs un autre : la similitude en ce qui concerne le calendrier des auditions de comptes. À la Chambre de Paris, les comptes des baillis et sénéchaux étaient contrôlés lors de deux sessions à partir du règne de Philippe V : l’une débutait le lendemain de l’octave de Pâques, l’autre commençait aux octaves de la Saint-Michel ou le lendemain de la Toussaint141. À Montbrison, le calendrier s’organise également autour de deux sessions : l’une débutait traditionnellement le lundi après la Saint-Martin avec l’audition des comptes des revenus, l’autre en mai avec le contrôle des comptes de fins, et cette seconde session s’achevait à la Saint-Jean-Baptiste142. Cela étant, l’imitation n’est pas étroite servilité : ainsi n’existe pas en Forez de groupe constitué et permanent de maîtres des comptes comme il en existe à la Chambre du roi, mais il est vrai que la charge de travail à Montbrison, moindre qu’à Paris, ne justifiait sans doute pas une telle institutionnalisation. En revanche, le registre ouvert à Pâques 1317 pour conserver mémoire des dépôts et des déplacements d’archives – et le choix de la fête de Pâques pour « créer » ce registre, manifeste du renouveau administratif auquel s’identifie la personne du comte, est éminemment symbolique – ne semble pas avoir, à cette date, son équivalent dans l’administration royale, en tout cas à la Chambre des comptes de Paris143 : n’est-ce pas la preuve que l’acculturation administrative ne doit pas être analysée selon un unique schéma qui irait du centre vers la périphérie ? Les administrations des princes et des grands ont pu aussi servir de cadres à l’élaboration de nouveaux modèles documentaires. De fait, l’imitatio regalis n’est pas la seule clé d’explication en matière d’évolution institutionnelle. L’exemple de la prévôté le montre clairement. L’institution forézienne ne reprend pas la formule royale. Elle s’en éloigne même par ses spécificités : le prévôt forézien est un gestionnaire et un comptable, nommé et rémunéré directement par le comte.

  • 144 L’influence du modèle royal ne vaut pas seulement pour les institutions financières et les (...)
  • 145 On a fait allusion plus haut à ce dynamisme institutionnel : cf. notes 30, 75, 85. Bien de (...)
  • 146 Par son mariage avec Alice de Viennois (✝ novembre 1309), fille de Humbert Ier, Jean de Fo (...)
  • 147 Les acquisitions de châteaux et de seigneuries, ainsi que les achats d’hommages, ont été f (...)
  • 148 À la mort de Guy VI, en 1278, la période de régence qui s’ouvre se marque par le renvoi de (...)

26Il n’en demeure pas moins que, dans l’ensemble, les institutions centrales foréziennes se sont forgées en prenant modèle sur l’administration royale144, même si ne peuvent être exclues d’autres influences, en provenance notamment de la Savoie et du Dauphiné. Ces deux entités politiques, situées presque aux confins orientaux du Forez, sont animées depuis le milieu du XIIIe siècle par un réel dynamisme institutionnel145. Or on sait qu’existent entre leurs maîtres et le comte Jean Ier des relations étroites146, propices à d’éventuels transferts de pratiques et de modèles administratifs. Il y a là une piste à ne pas négliger si l’on veut établir, au mieux, la généalogie des institutions foréziennes. Quoi qu’il en soit, pour essayer de comprendre le processus d’influence, il convient maintenant d’interroger les hommes, et d’abord le premier d’entre eux, le comte de Forez, tenu par certains comme l’instigateur du vaste mouvement de réforme qui affecte son territoire dans les années 1310, et dont la politique, marquée entre autres par d’importantes acquisitions de châteaux qui coûtent cher au trésor comtal147, constitue une remise en ordre par rapport à la période de régence ayant précédé son accession au pouvoir148.

  • 149 Éd. Perroy, « L’État bourbonnais », art. cité, p. 298. Béraud de Mercœur avait épousé Isab (...)
  • 150 Charles-Victor Langlois, Inventaire d’anciens comptes dressé par Robert Mignon sous le règ (...)
  • 151 Arch. dép. Loire, B supplément 4 (ancien fonds Verna, n° 1366), transcription dans M. Gono (...)
  • 152 Thomas Rymer, Foedera conventiones, litterae et cujuscunque generis acta publica inter reg (...)
  • 153 Ch.-V. Langlois, Inventaire d’anciens comptes dressé par Robert Mignon..., op. cit., n° 26 (...)
  • 154 J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., 1.1, n° 142 (...)
  • 155 Il est cité dans l’ordonnance de Saint-Germain-en-Laye, datée de juillet 1316, comme membr (...)
  • 156 Edgar Boutaric, Actes du parlement de Paris, 1re série : De l’an 1254 à l’an 1328, t. II : (...)
  • 157 Registres du Trésor des chartes, t. II : Règnes des fils de Philippe le Bel, 1re partie : (...)
  • 158 Registres du Trésor des chartes, t. II : Règnes des fils de Philippe le Bel, 1re partie : (...)
  • 159 Ch.-V. Langlois, « Registres perdus de la Chambre des comptes de Paris », dans Notices et (...)
  • 160 BNF, ms. fr. 2755, fol. 390 v°-391, et ms. fr. 2835, fol. 113 v°.
  • 161 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, 1re série : De l’an 1254 à l’an 1328,t. II : 129 (...)
  • 162 J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. I, op. cit., p.  (...)
  • 163 Les journaux du Trésor de Charles IV le Bel, publiés par Jules Viard, Paris, 1917, n° 627, (...)
  • 164 J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, op. cit., t. I, p.  (...)
  • 165 Sur les raisons de la présence un peu surprenante du comte de Forez à cette expédition, le (...)
  • 166 Sur l’administration communale italienne, analyse synthétique et précise dans Giuliano Mil (...)
  • 167 À condition bien sûr qu’il ait pu approcher les institutions des communes où il a séjourné (...)

27En 1317, au moment où il crée la Chambre des comptes de Montbrison, Jean Ier est comte de Forez depuis 1290. Il le reste jusqu’en 1333. Sans conteste, la longévité de son principat – 43 années – a été gage d’efficacité. Mais surtout, il est le premier de sa lignée à avoir été introduit dans l’entourage royal et ce, dès la fin du XIIIe siècle. L’a-t-il été par son beau-frère, Béraud de Mercœur, comme l’avance Édouard Perroy149 ? Toujours est-il que sous le règne de Philippe le Bel, il est chargé de certaines missions diplomatiques et politiques. Ainsi, il est présent dans la sénéchausée de Carcassonne aux fins d’établir un subside pour l’ost de Gascogne en 1294-1295150. Le seul compte de son Hôtel conservé pour les années 1314-1316 nous apprend qu’il réside à Paris et dans ses environs à l’automne 1315, après avoir participé à l’ost royal151. Sous Louis X, les missions au service du roi paraissent plus nombreuses que sous Philippe le Bel : mission diplomatique en Gascogne en juin 1315152, enquête de réforme en Vermandois sans doute en 1316153, mission avec Philippe de Poitiers auprès du conclave de Lyon durant l’été 1316154. L’arrivée de Philippe V sur le trône le voit moins présent au conseil mais il n’en reste pas moins au service du nouveau roi155 : il fait partie de l’ambassade envoyée à la cour d’Avignon entre novembre 1317 et mars 1318156. Surtout, d’août 1318 à décembre 1319, il prend en charge avec l’évêque de Laon, Raoul Rousselet, une longue et importante enquête de réforme en Languedoc, qui se solde par de nombreuses décisions de justice157. De retour à Paris, il est attesté à plusieurs reprises à la Chambre des comptes ou dans son orbite immédiate, témoignant d’un intérêt soutenu pour l’institution, son fonctionnement et les questions de nature financière et domaniale qu’elle avait à traiter. Citons, parmi ses nombreuses interventions, la convocation à lui faite et à plusieurs autres barons, prélats et représentants des villes, d’assister à une assemblée à Pontoise le 8 juin 1320 sur « les moyens de remédier à la détérioration du commerce et à l’appauvrissement du peuple »158, ou encore sa participation, en mars 1321, à une commission chargée d’examiner à la Chambre des comptes les titres des particuliers pour répondre à l’opération de révocation des aliénations du domaine royal lancée par Philippe V159. C’est vraisemblablement à ce titre d’ailleurs qu’il est « en conseil » à la Chambre des comptes avec les deux souverains de l’institution et deux maîtres des comptes, le 28 novembre 1321160. Entre-temps, il a été membre de la commission désignée pour enquêter sur le différend opposant le comte de la Marche et l’abbé de Charroux, et auquel un arrêt du Parlement du 9 septembre 1321 mit un terme161. C’est à cette époque qu’il acquiert des biens, maisons et parcelles de terre à Paris, rue de la Harpe, en vue d’y construire un hôtel, preuve qu’il est très présent dans la capitale162. Sous le règne de Charles IV, Jean Ier participe à l’Échiquier de Normandie à Pâques et à la Saint-Michel 1322163, avant de disparaître quelque temps des sources royales. On le retrouve de nouveau en 1328 au conseil de Charles IV164. Enfin, un dernier élément de sa biographie mérite d’être mentionné : c’est sa participation à l’expédition d’Henry VII en Italie. Jean de Forez est aux côtés de l’empereur de mars 1312 à mars 1313. Il le rejoint à Pise, puis le suit dans sa pérégrination : Rome pour le couronnement, Tivoli, la Toscane sans pouvoir entrer cependant à Florence, avant le retour à Pise. On ne sait précisément pour quelles raisons Jean de Forez a pris part à l’entreprise impériale165. En revanche, on peut penser que ce voyage a été pour lui l’occasion de découvrir le monde des cités italiennes et leur univers administratif166. Si tel a été réellement le cas, gageons que le réformateur qu’il était n’est pas resté indifférent à l’inventivité institutionnelle des communes de la péninsule167. On le voit : la figure du comte de Forez est tout sauf celle d’un « amateur ». Sises interventions dans la sphère royale s’expliquent par son statut de baron, elles tiennent aussi à ses compétences en matière financière et à son savoir administratif. Ce parcours permet, en somme, de mieux appréhender l’œuvre réformatrice de Jean Ier en Forez. On note en particulier que la création de la Chambre des comptes de Montbrison en 1317 correspond à la période où sa carrière au service du roi revêt des allures de quasi « expert ». Tout entier dévolu à l’application de la politique de réforme de Philippe V (enquêtes en Languedoc, enquêtes sur les aliénations du domaine), son cursus confère au personnage une dimension de politique doublé de technicien.

  • 168 A. Leguai, Nouvelle Histoire du Bourbonnais, des origines à nos jours, Le Coteau, Editions (...)
  • 169 Robert a été victime d’un accident de chasse en 1279, qui lui a enlevé toute faculté de go (...)
  • 170 Ibid., p. 138-140.
  • 171 J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 18 (...)
  • 172 Ibid., n° 1509, p. 259 ; Registres du Trésor des chartes, t. II : Règnes des fils de Phili (...)
  • 173 J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 16 (...)
  • 174 J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 20 (...)
  • 175 A. Leguai, Nouvelle Histoire du Bourbonnais, op. cit., p. 138.
  • 176 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, 1re série : De l’an 1254 à l’an 1328,t. II : 129 (...)
  • 177 J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. II, Paris, 1868, (...)
  • 178 A. Leguai, Nouvelle Histoire du Bourbonnais, op. cit., p. 140.
  • 179 Ibid.
  • 180 Quand il vient à Paris, le sire de Bourbon a la possibilité de loger dans la maison du boi (...)
  • 181 P. Gélis-Didot et G. Grassoreille, Le château de Bourbon-l ’Archambault, Paris, 1887 ; Fra (...)
  • 182 C’est à partir de 1315 que Louis fait entreprendre la construction de la Sainte-Chapelle d (...)
  • 183 A. Leguai, Nouvelle Histoire du Bourbonnais, op. cit., p. 141.
  • 184 Parmi les grands faits qui caractérisent l’action de Louis Ier en matière de territorialis (...)
  • 185 Il faut attendre le principal de Louis II pour voir la ville de Vichy passer dans les main (...)
  • 186 Rachat au prix de 15 000 livres tournois en date du 27 janvier 1321 : Les journaux du Trés (...)
  • 187 Christophe Giraudet, « La circulation monétaire en Bourbonnais de la fin du XIe au début d (...)

28Dès lors, la comparaison avec Louis de Bourbon n’en est que plus frappante. Le seigneur de Bourbon a fréquenté la cour de France où il a rencontré Jean de Forez. Mais son itinéraire est tout autre. Grand officier de la Couronne – il devient chambrier de France en 1311168 –, Louis Ier est d’abord un homme de guerre, qui s’illustre sur le champ de bataille. Il est de tous les grands affrontements contre les Flamands et ce, avant même d’hériter la seigneurie de Bourbon de sa mère, et le comté de Clermont de son père, Robert, lequel, en raison d’un état de santé déficient, eut une activité politique des plus limitées169 ; il y a là probablement une part de l’explication au moindre « dynamisme institutionnel » de la baronnie de Bourbon à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle. Louis est présent sur les champs de bataille de Furnes en 1297, de Courtrai en 1302, de Mons-en-Pévèle en 1304170. À la mort de Philippe le Bel, il est fidèle à ses fils et appuie Philippe V dans sa prise de pouvoir. Cette fidélité est récompensée en 1327 par Charles IV qui érige en duché, puis en pairie, la sirerie de Bourbon171. De Louis Ier, l’historiographie a surtout gardé l’image d’un homme de cour, toujours prêt à prendre l’épée et à servir dans les armées du roi, et celle d’un défenseur de la foi : n’est-il pas désigné en 1319 par Philippe V comme capitaine général de la croisade que projette le roi172, désignation renouvelée en 1322 par Charles IV173 ? Et n’accepte-t-il pas en 1333 de prendre la tête de la croisade voulue par Jean XX11174 ? Le sire de Bourbon avait aussi pour lui de réels talents diplomatiques. En 1310, il participe aux négociations qui précèdent la conclusion du traité entre l’empereur Henri VII et Philippe le Bel175. En novembre 1317, il est au nombre des ambassadeurs envoyés par le roi auprès du pape en compagnie de Jean de Forez176. En 1322, il est député en Avignon pour négocier la dissolution du mariage de Charles IV avec Blanche de Bourgogne177. On le retrouve en 1329 dans la délégation qui se rend en Angleterre pour exiger d’Édouard III l’hommage au roi de France pour la Guyenne178. Il y retourne en 1331 et en revient avec les lettres par lesquelles le roi d’Angleterre reconnaît que l’hommage prêté à Philippe VI est un hommage-lige179. Pour autant, Louis Ier ne négligea pas ses territoires, même s’il n’y fut pas, semble-t-il, très présent180. Mais son action a surtout été marquée par une politique de reconstruction et d’aménagement de châteaux et d’édifices religieux (château181et Sainte-Chapelle de Bourbon-rArchambault182, château de Moulins183), et par une politique d’expansion territoriale184 qui ne lui conféra pas cependant une domination assurée sur l’ensemble du Bourbonnais. À sa mort, en 1342, des enclaves importantes existent encore dans le duché185. Enfin, c’est sous son règne, en 1321, que le monnayage de Souvigny – que les seigneurs de Bourbon partageaient avec les prieurs bénédictins du lieu – est racheté par Philippe V186, faisant perdre aux Bourbons une source de revenus non négligeable, encore qu’ au moment où il est supprimé, l’atelier monétaire n’était plus très actif187. Ainsi les profils de Jean de Forez et de Louis de Bourbon se révèlent différents. Bien que s’étant côtoyés à Paris, l’attention que chacun d’eux a portée aux institutions royales ne fut pas la même. À l’évidence, le comte de Forez a été sensible aux réformes administratives de la royauté alors en cours. Il est témoin des changements qui affectent la Chambre des comptes en voie de structuration, et prend même part à certains de ses travaux. Fin observateur, il perçoit le caractère novateur de l’institution et sait en retenir les leçons pour son propre territoire et son gouvernement. À ce titre, la cour royale a été pour Jean Ier un creuset d’« acculturation administrative ». Néanmoins, si la réforme de l’administration centrale des finances a été possible en Forez, c’est aussi parce que, localement, se trouvaient tout à la fois des hommes capables de porter la réforme et des conditions favorables à l’application des principes réformateurs.

  • 188 Ét. Fournial a bien mis en valeur le rôle de ce personnage : Les mémoriaux..., op. cit., p (...)
  • 189 Ibid, (notice).
  • 190 Le 11 mars 1295, Renaud de Langes est procureur de Jean Ier dans l’affaire venue devant le (...)
  • 191 Arch. nat., P 4931, n° 946 transcrit dans Chartes de Forez..., op. cit., t. IV : Pièces 45 (...)
  • 192 Arch. nat., P 4913,n° 541 transcrit dans Chartes de Forez..., op. cit., t. IV, n° 597 (5 a (...)
  • 193 Les journaux du Trésor de Philippe IV le Bel, publiés par J. Viard, Paris, 1940, n° 1795, (...)
  • 194 Arch. nat., P 14023, n° 1397, transcrit dans Éd. Perroy, « L’Hôtel-Dieu de Montbrison aux (...)
  • 195 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 71.
  • 196 En juin 1318, Jean de Charlieu, chanoine et maître de chœur de l’église de Notre-Dame de M (...)
  • 197 Girard de Rumano apparaît à plusieurs reprises durant la période 1300-1325 comme judex For (...)
  • 198 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, op. cit., t. XVI, n° 1280, n. 10, p. 222 ; Éd (...)
  • 199 Cf. supra, note 104.
  • 200 Lors de cette enquête de réforme en Languedoc, il témoigne, avec le titre de légiste, dans (...)
  • 201 Girard de Rutnano reste fidèle à Jean Ier jusqu’à la mort de celui-ci : il est cité comme (...)
  • 202 Les contacts que les marchands montbrisonnais et foréziens avaient avec les marchands de l (...)
  • 203 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 75-76. Au début du XIVe siècle, Jean Lardier (...)
  • 204 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 74.
  • 205 Ibid., p. 74-78.
  • 206 Seigneur du Creuset, à proximité de Saint-Amand-Montrond, Raoul Chaillou est qualifié de c (...)
  • 207 Nicolas de Noisy (ou Nuysi) a d’abord été clerc de Robert de Clermont (cité en 1309). Fils (...)
  • 208 Vérification des comptes du châtelain de Rochefort en 1311 : Arch. nat., P 13782, n° 3093  (...)
  • 209 Pierre de Chappes reçoit toutefois en 1316 une expectative de canonicat à Châlons grâce à (...)
  • 210 Il y a peut-être une exception avec Guiart de la Porte, bailli de Bourbonnais au temps de (...)
  • 211 Alors que le mouvement inverse d’officiers du comte œuvrant pour le roi est attesté ; on l (...)
  • 212 Certes, l’absence d’une étude approfondie sur la situation économique et sociale du Bourbo (...)

29Pour réformer son administration financière, Jean Ier a pu compter sur des hommes de valeur. Le premier est Renaud de Langes. Clerc, homme de confiance de Jean Ier, il apparaît dans la documentation en 1287188. Chanoine de Lyon en 1294189, il est chargé par le comte de Forez de plusieurs missions190. En récompense, il devient sacriste (1297)191 puis chanoine (1300) de Notre-Dame de Montbrison192. En 1298, il a l’occasion d’approcher un peu les institutions financières du roi de France : en tant que procureur de Jean Ier, il perçoit à Paris le versement d’une rente193. En 1301, le comte lui confie l’administration de l’Hôtel-Dieu de sa capitale, et son premier acte de gestionnaire est d’en effectuer un inventaire des biens194. Peut-être trésorier de Forez en 1310, c’est devant lui que les comptes des châtellenies sont vérifiés l’année suivante195. Il meurt peu de temps après la fondation de la Chambre des comptes196. Il est, sans conteste, la cheville ouvrière des réformes financières voulues par Jean Ier, et cette présence auprès du comte conduit à s’interroger sur les interactions entre pratiques de gestion ecclésiastique et pratiques de l’administration comtale. À coup sûr, son expérience comme chanoine de Saint-Thomas de Fourvière lui vaut une compétence en matière administrative et financière que Jean Ier a su apprécier au moment de se l’attacher comme fidèle. Un autre personnage peut être cité, quand bien même son rôle est plus difficile à préciser : il s’agit de Girard de Rumano. Juge de Forez en alternance dans les années 1300-1325197 , recteur de l’hôpital de Montbrison en 1318198, il participe par deux fois à une session d’audition de comptes en 1322 et 1323199. Son profil est intéressant : il a accompagné Jean Ier en 1318-1319 dans son enquête en Languedoc pour le roi de France200. À ce titre, il est un bon connaisseur de l’administration royale. Juriste – les sources foréziennes le qualifient de « jurispérit » et les sources royales de « légiste »-et réformateur, il a sans doute aidé le comte de Forez, qu’il sert fidèlement durant plus de trente ans201, à penser les nouvelles institutions du comté et à faire de la Chambre des comptes l’instrument par excellence de la réforme. À côté de ces deux personnages, administrateur chevronné pour l’un, homme de loi réputé pour l’autre, le comte de Forez sait qu’il peut aussi s ’ appuyer sur certains membres de la bourgeoisie montbrisonnaise qu’ il a déjà intéressés à la gestion de ses finances au cours de la seconde moitié du XIIIe siècle et dont l’expertise comptable202 était, à ses yeux, une garantie de réussite. Et on ne manquera pas de remarquer que le premier trésorier en titre connu à partir de 1317, Jean Lardier, est un bourgeois de Montbrison, issu d’une famille de marchands de drap, banquier à l’ occasion, et richement possessionné en biens immobiliers, fiefs et terres diverses dans la capitale forézienne et ses environs203. Il demeure en charge jusqu’en 1330204. Tous les trésoriers qui lui succèdent jusqu’au milieu du XIVe siècle sont issus de ce milieu marchand205. En comparant le contexte forézien à la situation bourbonnaise, force est de constater que les conditions locales étaient loin d’être les mêmes dans les deux territoires. Si Louis de Bourbon a pu recourir, pour l’épauler, à des nobles de qualité, à l’instar de Raoul Chaillou, bailli de Bourbon en 1311 qui rejoint ensuite l’administration royale où il fait une riche carrière de bailli, d’enquêteur-réformateur avant de terminer au Parlement de Paris206, et à des chanoines, à l’ image de Nicolas de Noisy, doyen de Hérisson et son fidèle conseiller207, il les cantonne, en matière financière, à l’examen des comptes208. Plus surprenant : alors que quelques Bourbonnais sont attestés dans l’entourage de Philippe le Bel puis de ses fils – ainsi Pierre de Chappes, conseiller de Robert de Clermont en 1314, ne paraît pas passer au service de Louis Ier209 –, le sire de Bourbonne les associe guère au gouvernement de sa seigneurie210. Mais ce constat vaut aussi, semble-t-il, pour le comte de Forez qui n’entraîne pas avec lui, sur ses terres, d’hommes de l’administration royale211. Surtout, c’est l’absence en Bourbonnais d’un milieu marchand comparable à celui existant à Montbrison qui a sans doute constitué un plus lourd handicap pour Louis de Bourbon, privé d’un précieux capital financier et humain sur lequel construire une éventuelle œuvre réformatrice212. Toutefois, à cette absence de réforme en Bourbonnais, une autre raison peut être avancée. Si Jean Ier a pu imposer une réforme aussi ambitieuse en Forez, c’est parce que son autorité et sa maîtrise du territoire étaient mieux assurées que celle de Louis de Bourbon sur sa seigneurie. Au début du XIVe siècle, le comte Jean domine les seigneurs foréziens qui sont ses vassaux et cette forte assise n’a pu que l’aider dans son entreprise de construction et de perfectionnement institutionnels. À l’inverse, Louis de Bourbon n’en est pas à ce niveau de maîtrise de l’espace et des hommes. De nombreuses enclaves subsistent en terre bourbonnaise et un certain nombre de seigneurs échappent à sa domination. Occupé à les intégrer dans sa fidélité, il ne peut consacrer à l’organisation des institutions de sa seigneurie la même énergie que son voisin forézien consacre à la réforme du gouvernement de son comté.

*
* *

30Cette présentation avait une double ambition : livrer, d’une part, une réflexion sur la question des modèles bureaucratiques, leur influence et les modalités de leur diffusion au début du XIVe siècle ; évaluer, d’autre part, la place occupée par les grands, princes et barons, dans la diffusion des principes réformateurs, et proposer une analyse, à partir des exemples du Forez et du Bourbonnais, de leur action en matière de réalisations administratives dans leurs territoires respectifs.

  • 213 On ne peut manquer de faire le rapprochement entre la figure de Jean Ier et celle de son c (...)
  • 214 Les difficultés commerciales qui touchent le Forez à la fin du XIIIe siècle ne manquent pa (...)
  • 215 Quand bien même la référence à la Chambre des comptes de Montbrison n’est pas explicitemen (...)

31Concernant le Forez, il ressort que Jean Ier était doué d’une réelle lucidité et d’une incontestable intelligence politique213. Les innovations institutionnelles qui touchent le comté au début du XIVe siècle portent sa marque. En ce sens, Édouard Perroy avait vu juste en insistant sur son rôle de passeur entre l’administration royale et l’administration forézienne. Cependant, il faut aussi admettre que le Forez et ses hommes avaient, à l’image de leur maître, une réelle maturité politique dont la révolte fiscale de Montbrison de 1308 contre l’impôt royal et le mouvement forézien de ligue nobiliaire de 1314-1315 sont les témoins. Le stade de développement des villes foréziennes, l’existence au début du XIVe siècle d’une bourgeoisie marchande à Montbrison, Saint-Galmier et Feurs, certes modeste mais non moins active à l’échelle du comté214 et susceptible de soutenir un projet administratif auquel, par le biais des prêts au prince et des concessions d’offices, elle pouvait être associée, de même que la présence de juristes renommés dans l’entourage de Jean Ier, ont vraisemblablement été des facteurs importants qui ont joué pour asseoir les réformes financières. Faire cette analyse, c’est a contrario reconnaître que, en Bourbonnais, l’absence de capitale et de villes économiquement actives a sans doute constitué un obstacle à une activité réformatrice au début du XIVe siècle. Une des causes de la relative « atonie administrative » de la baronnie de Bourbon trouve là une partie de sa raison d’être. Cela étant, l’initiative de la réforme ne peut venir que du prince. Sur ce point, il faut attendre en Bourbonnais la seconde moitié du XIVe siècle pour voir le maître du territoire d’alors, le duc Louis II, fortement influencé à son tour par le modèle royal, prendre l’initiative de réformes financières pour combler le retard de son administration. Ironie de l’histoire : il fonde une Chambre des comptes en 1374, soit six ans après avoir mis la main sur le Forez où la Chambre des comptes de Montbrison, créée 57 ans plus tôt et forte de son passé et de son expérience, devient, dès lors, pour lui, une référence et un modèle à imiter215.

Notes

1 En 1318 est conclu le traité de mariage qui doit unir Jeanne de Bourbon et Guy de Forez, mariage important pour le devenir des relations entre les deux maisons, car il est au fondement de l’intégration du Forez à l’ensemble bourbonnais qui se produiten 1368-1371 : Arch.nat., P 14011, n“1155 et 1156. Analyse des différents actes relatifs à ce traité dans Jean-Marie Louis Alphonse Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, t. I, Paris, 1867, p. 253-255. Sur le processus d’intégration du Forez au Bourbonnais, Joseph-Christian Frachette, La dévolution du comté de Forez à la maison de Bourbon, 1358-1417, mémoire de maîtrise dactylographié, Université de Saint-Étienne, 1972, et, pour une présentation rapide, Olivier Mattéoni, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, p. 75-79.

2 Sur la Chambre des comptes de Forez, l’ouvrage essentiel est celui d’Étienne Fournial, Les mémoriaux de la Chambre des comptes de Forez. Restitution du registre des années 1349-1356, Mâcon, Protat, 1964, ouvrage auquel il sera fait référence à de nombreuses reprises, en raison de l’importance des données que comporte sa remarquable introduction.

3 Jacques Magnet, « La juridiction des comptes dans la perspective historique », dans Philippe Contamine et Olivier Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes, XIVe et XVe siècles, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996, p. XX, qui précise que le comte de Forez a « imité l’institution royale » pour créer la Chambre des comptes de Montbrison. Pour une mise en perspective historique de l’institution des Chambres des comptes au royaume de France au Moyen Âge et à l’époque moderne, se reporter à l’ouvrage collectif La Cour des comptes, Paris, Éditions du CNRS, 1984 (Histoire de l’administration française).

4 Jean Kerhervé, Histoire de la France. La naissance de l’État moderne, 1180-1492, Paris, Hachette, 1998, p. 202, qui écrit dans le paragraphe où est évoquée la création des Chambres des comptes dans les principautés territoriales au cours de la seconde moitié du XIVe siècle : « Seul le Forez détonne dans ce “tir groupé” puisque la Chambre de Montbrison est attestée depuis 1317 » ; Alain Demurger, Temps de crises, temps d’espoir, XIVe-XVe siècle. Nouvelle histoire de la France médiévale, t. 5, Paris, Seuil, 1990, p. 166, qui écrit : « […] le Forez, pionnier en la matière, en institua une [une Chambre des comptes] dès 1317 » ; cf. aussi Claude Gauvard, La France au Moyen Age du Ve au XVe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 451.

5 Édouard Perroy, « L’État bourbonnais », dans Ferdinand Lot et Robert Fawtier (dir.), Histoire des institutions françaises au Moyen Age, t. I : Institutions seigneuriales, Paris, Presses universitaires de France, 1957, p. 298.

6 Pour reprendre ici une image wébérienne sur laquelle a médité Wemer Paravicini, « Administrateurs professionnels et princes dilettantes. Remarques sur un problème de sociologie administrative à la fin du Moyen Âge », dans Wemer Paravicini et Karl Ferdinand Wemer (éd.), Histoire comparée de l’administration (IV-XVIIIe siècles). Actes du XIVe colloque historique franco-allemand, Tours, 27 mars- 1er avril 1977, Munich, Art mis Verlag, 1980, p. 168-181, spéc. p. 168. Werner Paravicini rappelle que pour Max Weber, c’est l’incapacité du prince à maîtriser les problèmes financiers qui explique son « expropriation » des affaires administratives. Il est clair que pour Jean Ier, ce schéma évolutif ne vaut pas.

7 Éd. Perroy, « L’État bourbonnais », art. cité, p. 298.

8 Élisabeth Lalou, « La Chambre des comptes de Paris : sa mise en place et son fonctionnement (fin XIIIe-XIVe siècle) », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes..., op. cit., p. 3-15.

9 Cette thèse est reprise pour l’organisation de la trésorerie et de la Chambre des comptes par Étienne Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 68-69 et 91-92.

10 Régis de Chantelauze, « Essai sur l’administration du Forez au Moyen Âge, pendant les XIIIe, XIVe et XVe siècles, d’après les documents nouveaux », dans Jean-Marie de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. III : Preuves fondamentales, suivies de pièces supplémentaires et documents inédits, Paris, Potier, 1868, p. 284 des pièces supplémentaires. R. de Chantelauze écrit ainsi au sujet de la création de la Chambre des comptes de Montbrison : « Elle fut très probablement instituée sur le modèle de la Chambre des comptes de Paris, établie par Philippe le Bel ».

11 Le père de Louis, Robert de Clermont, meurt en 1318, mais c’est de sa mère Béatrice qu’il hérite la seigneurie de Bourbon en 1310. Dans les titres de la maison de Bourbon, le premier acte où Louis est dénommé « sire de Bourbon » date du 7 mars 1311 : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 1297, p. 232. Sa titulature porte également le titre de « chambrier de France », charge qui lui a été octroyée par Philippe le Bel en 1310. Louis devient duc en 1327 quand la baronnie de Bourbon est érigée en duché.

12 Une problématique qui emprunte beaucoup à l’apport de l’historiographie anglo-saxonne, dans le sillage des travaux de Peter Lewis, quand bien même son angle d’analyse ne porte pas sur la seule question de l’administration et de la gestion des finances. En fait, la question des rapports centre/périphérie revient ici à poser la question de « l’acculturation administrative et politique » qui a été davantage scrutée pour la seconde moitié du XIVe siècle, à travers l’action des frères de Charles V dans leurs principautés, que pour le début du XIVe siècle (cf. le questionnement de Françoise Autrand autour du thème de la « décentralisation » des pouvoirs et de la place tenue dans ce projet par les apanages sous les règnes de Charles V et de Charles VI : Françoise Autrand, Charles V le Sage, Paris, Fayard, 1994, spéc. p. 641-668 ; Ead., Charles VI. La folie du roi, Paris, Fayard, 1986, spéc. p. 194-198, et, pour un exemple précis, Ead., Jean de Berry. L’art et le pouvoir, Paris, Fayard, 2000, spéc. p. 338-355). Sur la prégnance du questionnement « centre/périphérie » dans l’historiographie anglaise, voir en dernier lieu David Porter (dir.), France in the Later Middle Ages, Oxford, Oxford University Press, 2002, de même que certaines contributions dans Christopher Allmand (dir.), War, Government and Power in Late Medieval France, Liverpool, Liverpool University Press, 2000. À ce binôme « centre/périphérie », Guido Castelnuovo et Christian Guilleré préfèrent substituer celui de « centre/territoire » dans leur étude de l’administration territoriale du comté de Savoie au XIIIe siècle : G. Castelnuovo et C. Guilleré, « Les finances et l’administration de la maison de Savoie au XIIIe siècle », dans Pierre II de Savoie. Le « Petit Charlemagne » (†268), études publiées par Bernard Andenmatten, Agostino Paravicini Bagliani et Éva Pibiri, Lausanne, Université de Lausanne (Cahiers lausannois d’histoire médiévale, 27), 2000, p. 55. Cette question des modèles se retrouve, pour la période ultérieure (fin XIVe-XVe siècle), au cœur de plusieurs études relatives au développement administratif des différentes composantes territoriales de l’« État bourguignon » : cf., par exemple, Robert Stein, « Burgundian Bureaucracy as a Model for the Low Countries ? The Chambres des comptes and the Creation of an Administrative Unity », dans R. Stein (éd.), Powerborkers in the Late Middle Ages. Les courtiers du pouvoir au Bas Moyen Âge, Tumhout, Brepols (Burgundica, IV), 200 l, p. 3-25.

13 Mario Chiaudano, La finanza sabauda nel sec. XIII, 3 t., Turin, 1933-1937 (en particulier t. I : Irendiconti del Dominio dal 1257 al 1285 ; t. II : I « rotuli » e i « computi » della Corte di Filippo I conte di Savoia e di Borgogna dal 1269 al 1285) ; voir aussi Christian Guilleré et Jean-Louis Gaulin, « Des rouleaux et des hommes : premières recherches sur les comptes des châtellenies savoyardes », Études savoisiennes, 1 (1992), p. 51-208.

14 Pour les comptes des châtellenies dauphinoises des années 1310-1320, Henri Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné au XIIIe siècle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1997. Voir aussi l’édition de certains de ces comptes dans Georges de Manteyer, Les finances delphinales. Documents (1268-1370), Gap, 1944. En revanche, pour le duché de Bourgogne, très peu de comptes de châtellenies ont été conservés pour le premier tiers du XIVe siècle : Robert-Henri Bautier et Janine Sornay, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge. Les États de la maison de Bourgogne, vol. I : Archives centrales de l’État bourguignon (1384-1500). Archives des principautés territoriales. 1. Les principautés du Sud. 2. Les principautés du Nord (Supplément), Paris, Éditions du CNRS, 2001, p. 231-302.

15 Ces deux registres sont conservés, pour le premier à la Bibliothèque nationale de France (ms. lat. 10034), l’autre aux Archives départementales de la Loire (B 1831). Ils font plus loin l’objet d’une présentation détaillée.

16 Ce document, coté Arch. dép. Loire, ancien fonds Verna n° 1362, est présenté dans Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 70-71, que je suis car je n’ai pu accéder à cette pièce : il correspond à la couverture d’un registre de fins de comptes débutant en 1378. Ce rouleau de parchemin a été découpé sur son bord droit pour être adapté au format du registre à couvrir. D’où son caractère lacunaire.

17 Arch. nat., P 14023, n° 1331, transcrit dans Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, t. VII : Pièces 851 à 905, Georges Guichard, Comte de Neufbourg, Éd. Perroy et Jean Dufour (éd.), Mâcon, 1938, n° 903. Sur le contenu et la signification de ce document, cf. infra.

18 Ach. dép. Loire, B 1955 : registre de fins de comptes de châtelains et de prévôts du comté de Forez, 1321-1325. Registre parchemin de 57 feuillets dont les derniers sont très abîmés.

19 Arch. dép. Loire, B supplément 4 (ancien fonds Verna n° 1366). Il s’agit du compte des dépenses de Jean Ier de Forez à Montbrison, Reims, Lille où il rejoint le roi, Tournai, Paris, entre autres. Registre de 87 feuillets organisé en deux parties : une première de 30 feuillets qui comptabilisent les dépenses extraordinaires du comte de décembre 1314 à avril 1316 ; une seconde de 57 feuillets, écrits en sens inverse de la première, qui rassemblent les dépenses ordinaires de l’ année 1315. Des extraits de ce registre ont été publiés par Marguerite Gonon, Documents linguistiques de la France (série francoprovençale), t. XVIII : Documents linguistiques du Forez (1260-1498), Paris, Éditions du CNRS, 1974, p. 122-138.

20 BNF, ms. lat. 10034, fol. II r°-v°. Cette ordonnance ne nous est connue que par l’enregistrement contemporain qui se trouve dans le livre aux nominations ouvert en 1317, mais à l’autre extrémité du registre. La copie est incomplète, il manque le folio Ier du registre qui devait comprendre le début du texte de l’ordonnance, avec la datation. L’ordonnance a fait l’objet d’une édition dans Ét. Fournial, « Ordonnances des comtes de Forez relatives à l’administration financière (1317-1355) », Bulletin de la Diana, 41 (1969), p. 111-115.

21 Arch. dép. Pas-de-Calais, A 125 : rouleau de parchemin de cinq peaux cousues, sans doute incomplet car la cinquième peau révèle des traces de couture. Édition dans Jacques Monicat et Bernard de Fournoux, Chartes du Bourbonnais, 918-1522, Moulins, Crépin-Leblond, 1952,p. 274-304.

22 Les quatre châtellenies sont Bessay, Moulins, Montluçon et Montaigut ; pour cette dernière, le compte est incomplet : Arch. dép. Allier, 1 J 147. Ce compte se présente sous la forme d’un rouleau, dont quatre peaux seulement sont parvenues jusqu’à nous.

23 Arch. nat., P 13782, n° 1308. Compte des recettes et dépenses de la châtellenie et justice de Rochefort du 25 décembre 1310 au 24 juin 1311, rendu le 16 juillet 1311 à Moulins. Publié dans Géraud Lavergne, Le parler bourbonnais aux XIIIe et XIVe siècles, Paris-Moulins, Champion-Grégoire, 1909, p. 101-105 (réimpr. Laffite Reprints, Marseille, 1976) et dans Philippe Tiersonnier, Rochefort, châtellenie bourbonnaise, Moulins, Les Imprimeries réunies, 1941, p. 54-58.

24 Après la « trahison » du connétable de Bourbon et l’arrêt du Parlement de 1527 déclarant que tous les biens du duc de Bourbon devaient faire retour à la couronne, François Ier ordonne la suppression des trois Chambres des comptes de la principauté bourbonnaise en 1532. Il charge Jacques Luillier, auditeur à la Chambre de Paris, de rédiger l’inventaire des archives conservées dans les trois institutions avant de procéder à leur transfert à Paris. Certes, toutes les archives ne furent pas expédiées. Étaient concernés par cette mesure les titres et les aveux. Concernant les archives comptables, une partie des comptes de châtellenies furent néanmoins transférés, sans doute essentiellement la série des comptes mis au net ; c’est l’hypothèse défendue par Éd. Perroy et Ét. Fournial pour les Chambres des comptes de Beaujolais et de Forez. Cela étant, les comptes en question datent principalement de la fin du XIVe et du XVe siècle, et aucun ne concerne le début du XIVe siècle : Éd. Perroy, « Registres perdus de la Chambre des comptes de Montbrison », Bulletin de la Diana, 23 (1926-1927), p. 151-152 (repris dans Études d’histoire médiévale, Paris, Publications de la Sorbonne, 1979,p. 537-542) ; Ét. Fournial, « Les inventaires du trésor des chartes du comté de Forez », Bulletin de la Diana, (1989), p. 29-55, spéc. p. 41-46. Sur cette question du transfert des archives bourbonnaises à Paris après 1532, voir J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, « Notice sur les archives des anciens ducs de Bourbon avant et depuis leur translation à Paris », Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, p. X-XVII. Sur la signification politique de la confiscation des archives des ducs de Bourbon par François Ier, je me permets de renvoyer à O. Mattéoni, « Damnatio memoriœ. Les archives de la maison de Bourbon à l’épreuve de la trahison du connétable », à paraître.

25 Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’incendie de la Chambre des comptes de Paris de 1737 n’a pas détruit toutes les archives des Bourbons. Les comptes étaient conservés dans la Chambre d’Anjou, laquelle fut épargnée par les flammes. La disparition de ces comptes s’explique autrement et elle est plus tardive. En revanche, l’incendie de 1737 a fait disparaître les registres de transcrits d’actes et d’ordonnances, de même que les mémoriaux de la Chambre de Moulins : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, « Notice sur les archives... », art. cité, p. II-III et XIV-XVII.

26 Éd. Perroy, « L’État bourbonnais », art. cité, p. 296-297 et Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 16-18.

27 Par exemple, il n’existe pas de mandement châtelain de Vichy au début du XIVe siècle, pour la simple raison que la terre de Vichy n’est acquise par les Bourbons qu’en 1374. C’est suite à cette acquisition que Vichy devient siège de châtellenie ducale : voir infra, note 185.

28 Le nombre de prévôtés comtales est plus élevé au début du XIVe siècle, puisqu’on en comptabilise 52 dans le registre des fins de comptes des années 1321-1325, qu’au milieu du XIVe siècle, où il s’établit à un peu plus d’une quarantaine : Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 62-65.

29 Il s’agit, selon l’ordre dans lequel les énumère le compte, des châtellenies de Belleperche, Verneuil, Souvigny, Germigny, Moulins, Bourbon, Ainay, Jenzat, Rochefort, Billy, Montaigut, Hérisson, Murat, Chantelle, Montluçon, Gannat : J. Monicat et B. de Fournoux, Chartes du Bourbonnais, 918-1522, op. cit., p. 274-304. En 1248, quatorze châtellenies sont énumérées dans le testament d’Archambaud IX, soit Ainay, Belleperche, La Bruyère-l’Aubespin, Chantelle, Hérisson, Limoise, Montluçon, Murat, Moulins, Souvigny, Billy, Rochefort, Gannat, Montaigut : d’après Paul Dupieux, Peuples et princes en Bourbonnais, Moulins, Éditions Ipomée, 1980, p. 162.

30 L’exemple voisin de la Savoie, même s’il est en dehors du royaume, est sur ce point assez exemplaire. C’est au cours de la période 1230-1280 que se fixent les caractéristiques institutionnelles et territoriales de la fonction châtelaine : G. Castelnuovo et C. Guilleré, « Les finances et l’administration de la maison de Savoie au XIIIe siècle », dans Pierre II de Savoie. Le « Petit Charlemagne »..., op. cit. (n. 12), p. 33-150, spéc. p. 59-79 ; Bernard Demotz, « La géographie administrative médiévale : l’exemple du comté de Savoie (début XIIIe-début XVe siècle) », Le Moyen Âge, 80 (1974), p. 261-296, spéc. p. 268-274 ; et pour la période ultérieure : G. Castelnuovo, « Centres et périphéries : les châtelains en terre savoyarde (moitié XIVe-moitié XVe siècle) », dans Savoie et région alpine. Actes du 116e Congrès national des sociétés savantes, Chambéry, 1991, Paris, Éditions du CTHS, 1994, p. 97-108. En Bourgogne, la châtellenie devient « la cellule administrative essentielle dans le domaine ducal » durant la seconde moitié du XIIIe siècle, les premiers châtelains ducaux n’apparaissant pas, en effet, avant 1250 : Jean Richard, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du XIe au XIVe siècle, Dijon, Imprimerie Bemigaud et Privat. 1954, p. 484-487. Même chose en Dauphiné au milieu du XIIIe siècle : Gérard Giordanengo « L’“État” dauphinois au milieu du XIIIe siècle : une esquisse », dans Pierre II de Savoie. Le « Petit Charlemagne »..., op. cit., p. 354-355. Voir aussi Bernard Guenée, Tribunaux et gens de justice dans le bailliage de Senlis à la fin du Moyen Âge (vers 1380-vers 1550), Paris, Les Belles Lettres, 1963, p. 68-72. Pour une comparaison plus large, se reporter aux cas français et italiens étudiés pour les XIVe et XVe siècles dans G. Castelnuovo et O. Mattéoni (dir.), De part et d’autre des Alpes. Les châtelains des princes à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006.

31 Selon la formule suivante : Compotus Durandi de Villaribus, castellani Belle Pertice [Belleperche] ou Compotus relicte Johannis Auparz, quondam castellani de Borbonio, J. Monicat et B. de Fournoux, Chartes du Bourbonnais, 918-1522, op. cit., p. 274-304 (p. 276 et 284 pour les deux citations). Les deux individus qui ne sont pas qualifiés de châtelains sont d’une part un clerc : Compotus Guillelmi Oleriipro castellania de Murato [...]. Facto compoto debuit predictus clericus domino […] ; d’autre part un individu sur lequel on ne sait rien : Compotus Petri de Pontoise pro remanencia quam debuit pro castellania Canselle [Chantelle] (ibid., p. 295 et 296). Certains châtelains sont responsables de la gestion de plusieurs châtellenies, à l’image de Jean Guazier qui compte pour les châtellenies de Verneuil et de Souvigny (ibid., p. 277-280).

32 Arch. nat., P 13782,n° 1308 et G. Lavergne, Le parler bourbonnais aux XIIIe et XIVe siècles, op. cit., p. 101.

33 Arch. dép. Loire, ancien fonds Verna n° 1362 : transcription dans Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 71.

34 Ét. Fournial, ibid., p. 57. Les enregistrements de nomination aux prévôtés couchés dans le registre de la Chambre des comptes de 1317 offrent de nombreux exemples des garanties fournies par les nouveaux prévôts. En voici un exemple : « Item anno M° CGC XIX°, die dominica in crastinum puriflcationis beate Marie virginis, Johannes de Marenderes, domicellus, foetus fuit prepositus Cerverieper nobilem virum dominum Bertrandum de Rota, locum tenentem domini comitis Forensis, et cavit in presentia mei Stephani de Lent, jurati et notarii publici curie Forensis, per nobiles Johannem Marescalci et Johannem Dinaci, domicellos, qui obligaverunt omni bona sua ad deffectum bonorum dicti Johannis de Marenderes et debebat percipere XII sesteria sigilinis de messe. Postea dominus cornes ordinavit que percipiat XVIII sesteria siliginis pro toto » (BNF, ms. lat. 10034, fol. 3).

35 Arch. dép. Loire, B 1955.

36 Ibid., fol. 2.

37 Ibid., fol. 56 v°. Aussi Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 57.

38 Raoul le Noir, mentionné comme receveur de Germigny et d’Ainay : Arch. nat., P 13742, n° 2409 ; J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 903, p. 160.

39 André Leguai, De la seigneurie à l’ État. Le Bourbonnais pendant la guerre de Cent ans, Moulins, Les Imprimeries réunies, 1969, p. 171-172 et O. Mattéoni, « Service du prince, fonction châtelaine et élites nobiliaires dans la principauté bourbonnaise à la fin du Moyen Âge », dans G. Castelnuovo et O. Mattéoni (dir.), De part et d’autre des Alpes. Les châtelains des princes..., op. cit. (n. 30), p. 251-287. Attention toutefois : les seigneurs de Bourbon ont bien des prévôts au XIIIe siècle – ainsi dans les chartes de franchises octroyées aux principales villes bourbonnaises, des prévôts sont cités (cf., par exemple, les chartes de franchises de Montluçon de 1242 ou de Charroux de 1245 : J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. III : Preuves fondamentales, suivies de pièces supplémentaires..., op. cit. (n. 10), p. 94-101 des pièces supplémentaires ; René Gailloux, Institutions municipales de Montluçon jusqu ’à la Révolution, Moulins, Crépin-Leblond, 1946, p. 127 ; René Germain, « Les sires de Bourbon et le pouvoir : de la seigneurie à la principauté », dans Les princes et le pouvoir au Moyen Age. Actes du XXIIIe Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public, Brest, mai 1992, Paris, Publications de la Sorbonne, 1993, p. 201) –, mais ils sont en charge de prévôtés ou « baillies » qui correspondent principalement à des droits à percevoir en différents lieux de la châtellenie, lesquels ne se confondent pas, loin s’en faut, avec les mandements châtelains.

40 Et. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 15-17.

41 Ibid. Les rivalités militaires dans la seconde moitié du XIIe siècle et les deux premières décennies du XIIIe siècle entre la maison de Forez, d’une part, l’archevêque de Lyon puis le seigneur de Beaujeu, d’autre part, se caractérisent par l’installation de nouvelles forteresses en zone de frontières, en particulier au nord du Forez, à la frontière du Beaujolais. Les châteaux deviennent des points d’ancrage du pouvoir comtal, et l’espace qu’ils dominent se mue bientôt en mandement châtelain. La première mention attestée d’un châtelain concerne Montbrison ; elle date de 1198 : Éd. Perroy, « L’État bourbonnais », art. cité (n. 5), p. 291.

42 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 18.

43 On pense bien sûr à la prévôté de Paris dont les modalités et les enjeux de la réforme sont bien connus grâce à la relation qu’en donne Joinville : Joinville, Vie de saint Louis, texte établi, traduit et annoté par Jacques Monfrin, Paris, Classiques Garnier, 1998, p. 354-357. Sur la portée de cette réforme, Jacques Le Goff, Saint Louis, Paris, Gallimard, 1996, p. 233-238. Le cas de Paris est certes unique puisque la réforme de saint Louis fait du prévôt réformé un prévôt aux attributions de bailli.

44 Dans son essai sur l’administration comtale de 1868, Régis de Chantelauze avait déjà parfaitement noté ce point. Il écrivait n’avoir « pas trouvé d’exemple que ces offices [ceux de prévôt] aient jamais été donnés à ferme en Forez » : R. de Chantelauze, « Essai sur l’administration du Forez au Moyen Âge... », dans J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. III : Preuves fondamentales, suivies de pièces supplémentaires..., op. cit., p. 287 des pièces supplémentaires.

45 Le premier enregistrement d’une nomination de prévôt date du 11 juin 1317 – le registre a été ouvert à Pâques 1317 (cf. infra). Elle constitue la sixième nomination enregistrée. Selon le formulaire utilisé par les clercs, elle se présente ainsi : « Item eodem anno, die XIa mensis junii, Symon de Karisieu factus fuit prepositus Laviaci et debet percipere jura prepositure et guaytie dicti loci que percipiebant ceteri prepositi exceptis tribus sestaria sigilinis que percipiebant in granerio dicti loci et exceptis XL solidos quos similiter percipiebant super taillia dicti dicti (sic) loci pro un[a] pellicija] que omnia dominus comes sibi retinuit et reservavit. Cavitdictus Symon per [blanc] », BNF, ms. lat. 10034, fol. 2 v°.

46 Pour certains, l’affermage peut constituer une « anomalie ». Gérard Sivéry montre que si la prévôté royale est « archaïque dans son origine », elle sut cependant faire preuve d’innovation avec un meilleur encadrement au temps de saint Louis : Gérard Sivéry, Les Capétiens et l’argent au siècle de Saint Louis. Essai sur l’administration et les finances royales au XIIIe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 1995, p. 100-108. En Gascogne anglaise, les prévôtés et « baillies » sont aussi majoritairement attribuées par affermage dans la seconde moitié du XIIIe siècle, même si, au départ, les prévôts sont nommés par le roi d’Angleterre ou son représentant, le sénéchal de Gascogne. Mais certaines prévôtés et baillies peuvent également être concédées en don à des fidèles pour une durée limitée ou à vie, ou encore confiées en commende à des baillis : Jean-Paul Trabut-Cussac, L’administration anglaise en Gascogne sous Henry III et Édouard Ier de 1254 à 1307, Paris-Genève, Droz, 1972, p. 194-203 ; pour la période suivante, Malcom Vale, English Gascony 1399-1453. A Study of War, Government and Politics during the later stages of the Hundred Years’ War, Oxford, Oxford Ùniversity Press, 1970.

47 Jean Favier, « Service du prince et service des administrés. Les voies de la fortune et les chemins de l’opulence dans la France médiévale », Demande e consumi. Livelli e strutture nei secoli XIII-XVIII. Atti della 6a settimana distudio del l’Istituto Datini, Florence, 1978,p. 237-246, spéc. p. 240 ; cf. aussi, du même auteur, la notice « Ferme, fermier », dans J. Favier, Dictionnaire de la France médiévale, Paris, Fayard, 1993, p. 406-407.

48 Sur les ligues nobiliaires de 1314-1316, se reporter pour une vue d’ensemble à André Artonne, Le mouvement de 1314 et les chartes provinciales de 1315, Paris, F. Alcan, 1912.

49 L’une des raisons invoquées par les fermiers pour justifier leur comportement « rapineux » est l’obligation dans laquelle ils sont de rentrer dans leurs frais et de récupérer l’argent avancé pour prendre la ferme : Joseph R. Strayer, The Administration of Normandy under saint Louis, Cambridge (Mass.), 1932, p. 100-104. Sur les enquêtes du règne de saint Louis, Romain Telliez, « Per Potentiam ojficii ». Les officiers devant la justice dans le royaume de France au XIVe siècle, Paris, Champion, 2005, p. 91-102.

50 Ainsi ce passage du poète cité par R. Telliez, ibid., p. 242, n. 3 : « Quar je regart que li provost, / Qui accenssent les provostez, /Que il plument toz les costez/A cels qui sont en lor justice, / Et se deffendent en tel guise : / Nous les accenssons chierement, / Si nous covient communément, / Font il, partout tolir et prendre/Sanz droit ne sanz reson atendre » (Rutebeuf. Œuvres complètes, Edmond Faral et Julien Bastin (éd.), 1.1, Paris, Picard, 1959, p. 386, v. 96-106). Sur les critiques qui visaient les fermiers et les officiers dans leur ensemble, et les conséquences pour la royauté en matière de contrôle, R. Telliez, « Le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge : une priorité pour le pouvoir ? », dans Laurent Feller (dir.), Contrôler les agents du pouvoir, Limoges, Presses universitaires de Limoges, 2004, p. 191-209.

51 La liste des ligueurs est connue grâce à deux textes : d’abord l’alliance que les nobles de Forez conclurent avec les nobles de Bourgogne le 20 décembre 1314 (publiée dans Éd. Perroy, « La noblesse forézienne et les ligues nobiliaires de 1314-1315 », Bulletin de la Diana, 36 (1960), p. 188-221, spéc. p. 193-196 ; repris dans Études d’histoire médiévale, op. cit., p. 183-216, spéc. p. 188-191), ensuite l’alliance négociée avec les nobles de Champagne le 11 février 1315 (Arch. nat., P 14001, n° 849 et J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 1382, p. 238-239). Le lieutenant du comte présent dans la ligue est Bertrand de La Roue. Cité lieutenant dès 1312, il est au nombre des hommes chargés de garder le conclave de Lyon en 1316. Il est de nouveau lieutenant du comte à partir de 1317 et semble le rester durant toute la décennie 1320 : c’est à ce titre qu’il est présent à certaines sessions d’audition de comptes entre 1321 et 1325 (cf. infra). L’autre ligueur important est Pierre de Rochefort, seigneur de Saint-Pierre, bailli de Forez de 1313 à 1325 : Éd. Perroy, « La noblesse forézienne... », art. cité, p. 196-197 et 202 (p. 191-192 et 197 dans Études d’histoire médiévale, op. cit.).

52 Je ne partage pas ici l’analyse d’Édouard Perroy qui parle, au sujet de l’attitude de Jean de Forez face aux ligues nobiliaires, de « veule politique », en raison de sa non-intervention dans le mouvement. Il rapproche cette attitude de celle que Jean Ier avait eue en 1308, lors de la révolte fiscale de Montbrison, quand il « abandonna ses sujets à la vindicte royale » : Éd. Perroy, « Une émeute fiscale à Montbrison sous Philippe le Bel », Bulletin de la Diana, 27 (1939), p. 61-70, spéc. p. 62-63 (repris dans Études d’histoire médiévale, op. cit., p. 131-140, spéc. p. 132-133). La non-intervention de Jean Ier dans le mouvement des ligues ne signifie pas pour autant qu’il ne partageait pas les revendications de sa noblesse. On note en tout cas – et c’est un signe – que, à aucun moment, les nobles du Forez n’ont profité du mouvement pour revendiquer contre leur maître, comme cela a pu se produire ailleurs, tel en Artois, où la comtesse Mahaut fut prise à partie par sa noblesse.

53 P. Contamine, « De la puissance aux privilèges : doléances de la noblesse française envers la monarchie aux XIVe et XVe siècles », dans P. Contamine (études réunies par), La noblesse au Moyen Age, XIe-XVe siècles. Essais à la mémoire de Robert Boutruche, Paris, Presses universitaires de France, 1976, p. 235-257, spéc. p. 244. Concernant l’attitude de Charles de Valois, Philippe Contamine rapporte le témoignage des Anciennes chroniques de Flandre qui racontent que les nobles d’Artois auraient reçu du frère du roi défunt un bon accueil à leur demande d’aide pour faire aboutir « leur droit ». Une attitude confirmée par un rapport de l’ambassadeur du roi d’Aragon au concile de Lyon selon lequel Charles de Valois y aurait « renouvelé certains serments jurés durant le règne de son frère par quantité de barons et de nobles au sujet des libertés et des coutumes du royaume ». Philippe Contamine évoque également le cas du duc de Bourgogne Hugues V, dont deux de ses principaux officiers, son sénéchal et son maréchal, avaient juré la ligue de Bourgogne.

54 S’il convient de ne pas se laisser leurrer par cette revendication à caractère général, elle témoigne cependant d’un idéal politique incontestable selon lequel les nobles ont vocation « naturelle » à conseiller le roi. Ils sont dès lors les porteurs de l’idéal de réforme qui traverse la société : sur ce point, Raymond Cazelles, « Une exigence de l’opinion depuis Saint Louis : la réformation du royaume », Annuaire-Bulletin de la Société de l’Histoire de France, 1962-1963, p. 91-99.

55 André Artonne, Le mouvement de 1314..., op. cit., p. 64 et 124 et Olivier Canteaut, « Le juge et le financier : les enquêteurs-réformateurs des derniers Capétiens (1314-1328) », à paraître dans L’enquête au Moyen Age, Rome, École française de Rome.

56 Sur cette activité d’enquêteur-réformateur au service de la royauté, cf. infra.

57 Éd. Perroy, « Une émeute fiscale à Montbrison... », art. cité. Parmi les quarante notables condamnés à payer solidairement l’amende de 5 000 1.1., se trouve Jean Lardier, qui exerce à partir de 1317 au plus tard la charge de trésorier de Forez : cf. infra et Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 74-76. Quant au prévôt comtal de Montbrison et aux trois sergents qui furent arrêtés et jugés pour avoir pris part à la rébellion, leur condamnation consista en une destitution et une interdiction d’exercer toute charge publique à l’avenir. Sur les demandes fiscales des années 1308-1309 et la résistance à l’impôt, Elizabeth A.R. Brown, Customary Aids and Royal Finance in Capetian France, Cambridge (Mass.), The Medieval Academy of America, 1992.

58 Outre la critique bien connue formulée par Geoffroy de Paris (J. Favier, Philippe le Bel, Paris, Fayard, 1978, p. 601-602), d’autres textes mettent en accusation Philippe le Bel, son entourage et ses officiers. Ainsi le Liber de informatione principum, miroir anonyme écrit pour Louis X et qui sera traduit en français en 1379, à la demande de Charles V, met en scène un roi « de touz haÿ » qu’il n’est guère difficile d’identifier à Philippe le Bel. Dans ce texte, les abus des officiers royaux sont amplement décrits et dénoncés. À l’inverse, l’auteur vante l’action des enquêteurs-réformateurs, présentée comme l’arme pour mettre un terme aux excès des agents royaux : sur ce texte, Léopold Delisle, « Anonyme, auteur du Liber de informatione principum », Histoire littéraire de la France, t. XXXI, Paris, 1893, p. 35-47 et surtout Lydwine Scordia, « Le roi, l’or et le sang des pauvres dans Le Livre de l’information des princes, miroir anonyme dédié à Louis X », Revue historique, 631 (2004), p. 507-532.

59 Particularité qui avait déjà été bien notée, une nouvelle fois, par Régis de Chantelauze, en 1868, dans son « Essai sur l’administration du Forez au Moyen Âge... », J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. III : Preuves fondamentales, suivies de pièces supplémentaires..., op. cit. (n. 10), p. 287 des pièces supplémentaires, qui écrivait : l’office de prévôt en Forez « n’avoit aucun caractère juridique, comme celui des Prévôts de quelques pays voisins, qui estoient Officiers de justice ». En revanche, au cours de la seconde moitié du XIVe siècle, les prévôts foréziens, s’ils sont notaires, peuvent parfois cumuler leur charge avec celle de « clerc du papier » de la châtellenie, c’est-à-dire de greffier : cf. plusieurs exemples dans le registre aux nominations du comté de Forez, BNF, ms. lat. 10034, fol. 38 v° (Étienne Chapusu, nommé prévôt de Roanne et clerc du papier de Roanne, La Chambre et Renaison, 18 août 1355), fol. 82 v° (Jean Grésieux, nommé prévôt et clerc du papier de Saint-Victor, 29 avril 1375), fol. 85 v° (Ponchon Robertet, nommé prévôt de Savigneu et clerc tenant le papier de la châtellenie de Montbrison, 14 juillet 1378), fol. 102 v° (Jean Bergeron, nommé prévôt et clerc du papier de Marclopt, 7 mai 1385), etc.

60 Pour une présentation de l’ensemble des prérogatives des prévôts royaux, outre H. Gravier, « Essai sur les prévôts royaux du XIe au XIVe siècle », Nouvelle Revue historique de droit français et étranger, 27 (1903), p. 538-574, 648-673 et 806-874, voir G. Sivéry, Les Capétiens et l’argent au siècle de Saint Louis, op. cit. (n. 46), p. 114-118.

61 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 12-18 et 56-61.

62 Cette distinction ne se retrouve pas, par exemple, en Dauphiné où le châtelain est, au milieu du XIIIe siècle, « à la fois chef de guerre, receveur des finances et juge » : G. Giordanengo « L’“État” dauphinois au milieu du XIIIe siècle : une esquisse », art. cité (n. 30), p. 354. Elle ne se retrouve pas non plus en Bourgogne où les prévôts du domaine ducal ont aussi, comme dans l’administration royale, des prérogatives judiciaires : J. Richard, Les ducs de Bourgogne..., op. cit. (n. 30), p. 480-483

63 Jean Ier acquiert deux seigneuries vassales importantes qui l’aident, selon l’expression d’Éd. Perroy, à « parfaire son comté » car elles se situent aux limites, pour l’une septentrionale, pour l’autre méridionale, du Forez : il s’agit de la seigneurie de Roanne, achetée en deux fois (novembre 1290 et mars 1293) pour un peu plus de 2 000 1.1., et de celle de Saint-Bonnet, qui lui coûta 8 0001. v. : Éd. Perroy, « L’État bourbonnais », art. cité, p. 291 et Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 69.

64 Éd. Perroy, « Social Mobility among the French ‘Noblesse’ in the Later Middle Ages », Past and Present, 1962,p. 25-3 8 (repris dans Études d’histoire médiévale, op. cit., p. 225-238) ; Éd. Perroy, Les familles nobles du Forez au XIIIe siècle. Essais de filiation, 2t., Saint-Étienne-Montbrison, Centre d’études foréziennes-La Diana, 1976 ; Pierre Peyvel, Des vassaux et des fiefs. Étude sur les structures féodales aux limites du Forez du Bourbonnais aux XIIIe et XIVe siècles, thèse de 3e cycle dactylographiée, 2 vol., Université de Saint-Étienne, 1983 et, Id., « Structures féodales et frontière médiévale : l’exemple de la zone de contact entre Forez et Bourbonnais aux XIIIe et XIVe siècles », Le Moyen Âge, 93 (1987), p. 51-83.

65 Cte de Neufbourg, « Puissance relative du comte et des seigneurs en Forez au XIIIe siècle », Le Moyen Age, 61 (1955), p. 405-432. La majeure partie des seigneurs a des revenus largement inférieurs à 200 livres, les quatre ou cinq plus grands seigneurs du comté n’ayant pas « le quart des moyens du comte ». C’est cette puissance financière qui permet à Jean Ier de racheter les seigneuries de Roanne et de Saint-Bonnet-le-Château au début de la décennie 1290 : cf. supra, note 63.

66 La lecture du registre aux nominations ouvert en 1317 montre que toutes les catégories sociales sont associées au projet politique de la maison de Forez en participant aux offices. Ainsi, cinq nominations de prévôt sont enregistrées pour les années 1317-1320 : quatre concernent des nobles qui sont qualifiés de domicellus – en fait trois car deux nominations concernent le même individu –, le dernier n’est pas qualifié : BNF, ms. lat. 10034, fol. 1-3 v°. Pour une évaluation jusqu’au milieu du XIVe siècle, qui voit les non-nobles s’imposer dans l’office, Éd. Perroy, « Le personnel administratif du comté de Forez au XIVe siècle d’après le registre aux nominations de 1317 à 1390 », Bulletin de la Diana, 31 (1948), p. 1-35 (repris dans Études d’histoire médiévale, op. cit., p. 141-175), et J.-C. Frachette, « Les nominations des officiers de Forez au XIVesiècle », dans Mélanges Étienne Fournial, Saint-Étienne, Publications de [’Université de Saint-Étienne, 1978, p. 125-145.

67 BNF, ms. lat. 10034, fol. II r°-v° et fol. IV. Ces deux ordonnnances peuvent être complétées par une ordonnance postérieure, datée de 1347 : ibid., fol VI. Édition dans Ét. Fournial, « Ordonnances des comtes de Forez relatives à l’administration financière (1317-1355) », art. cité (n. 20), p. 111-115.

68 Jean-Marie Pardessus, Denis-François Secousse et Eusèbe de Laurière, Ordonnance des rois de France de la troisième race, vol. 1, Paris, 1723, p. 628-630 et Arch. nat. JJ 57, fol. 100. Notons toutefois que le contenu des deux textes n’est pas identique. L’ordonnance royale insiste, entre autres, sur les questions de la délivrance des deniers, de l’argent des recettes à porter au Trésor, de l’obligation faite aux trésoriers et aux changeurs d’enregistrer leurs recettes et dépenses. L’ordonnance de Philippe V paraît moins technique que celle de Jean Ier (cf. extraits notes 69 et 70), mais gardons à l’esprit que le texte du comte de Forez nous est parvenu incomplet. Merci à Olivier Canteaut d’avoir attiré mon attention sur ce rapprochement chronologique. Signalons par ailleurs que l’ordonnance comtale est en français, ce qui est nouveau au début du XIVe siècle et tranche avec les pratiques habituelles de la chancellerie forézienne qui écrit en latin ; auparavant, seules les lettres comtales de 1308 créant les foires de Montbrison avaient été rédigées en français. Incontestablement, il y a là un indice de l’influence royale : Ét. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Les Presses du Palais Royal, 1967, p. 170-172 et 297-298 et Id., « Lettres comtales instituant les foires de Montbrison (1308, 1399, 1400, 1409, 1410, 1438) », Bulletin de la Diana, 47 (1982), p. 279-294.

69 BNF, ms. lat. 10034, fol. II. Sur les « vestisons », l’ordonnance précise : « Item volons et ordenons que a touz les contes des chastellains soit aporté le paper mons. Renauz de Langes en quoy il met les vestisons pour savoir que sont les persones qu’il aura vesti. Et s’il y avoit clerc ou prestre qu’il eust vesti, nous ne volons que la vestison soit tenue, anczois volons que la chouse soit retenue pour nous, si enssi n’estoit que le clercs ou li prestres eussent somist la chouse au […] fais que la tenoient si devanter ».

70 La première ordonnance sur la trésorerie et les finances spécifie : « Item volons et ordenons que li trésoriers, mons. Reynauz de Langes et Guillemins, nostre clerc, [to]uz ensamble facent les acensemens de toutes les chouses que l’en a costume d’acenser et que l’en devra [ace]nser por le temps a venir, et qu’il vendent nos blez, nos vins, nos boys et toutes autres chouses que l’en devra vandre. Et si enssi est que li trois n’i puissent estre, nous volons que li deux y s-soient. Et volons que, avant que il délivrent nul acensement ne marché qu’il ayent fait, qu’il les nous signifient si nous sumes ou païs, et si nous n’ i sumes, si le signifient a celi qui pour nous y s-sera, en telle manere que de nostre volonté, ou de celi qui pour nous seroit ou païs, soient délivrés les chouses dessus dites. Item volons et ordenons que tait li acensement soyent fait desormays de l’une feste sant [Jehan] Baptiste jusques a l’autre, et non mie a autre terme, si ce n’estoit aucune chouse en quoy messire feit son grant proufît. Item volons et ordenons que de tous les acensemenz soyent fait checun an trois peres d’escriz, desquez li trésoriers en ait I par soy, mons. Reynauz I autre qu’il remetra en la chambre des contes, et Guillemins I autre qui sera pour nous et le nous rendra. Item volons et ordenons que au premier conte que rendront nostres chastelains ou devront se faire se peut bonement leur soir comandé, et sur poyne, que de novel il facent li trois chouses en sa chastellenie et les facent refaire par main de notaire. » : ibid., fol. II v° et Et. Fournial, « Ordonnances des comtes de Forez... », art. cité, p. 113-114. On constate que les deux officiers cités pour aider aux accensements sont directement intéressés à la réforme : Renaud de Langes est la cheville ouvrière de la réforme des institutions financières, et Guillemin n’est autre que Guillaume Faure, premier clerc désigné à la Chambre des comptes de Montbrison (cf. infra).

71 Ainsi la copie de l’ordonnance dans BNF, ms. lat. 10034, fol. II, reproduit le dispositif en colonnes que le trésorier doit respecter pour présenter les recettes dont il a la responsabilité. L’ordonnance utilise d’ailleurs le verbe « veoir » et le terme « exemplaire » pour introduire cette présentation ; cf. aussi Ét. Fournial, « Ordonnances des comtes de Forez... », art. cité, p. 112-113 : « Et veez ci l’exemplaire cornant lidiz trésoriers contera :
Somme de deners
Permeremant, per le cens de Saint Bonet, XX 1.
Item, per la taille doudit lieu, X l.
Item, per les emandes doudit lieu, C l.
Item, per les vestisons doudit lieu, XXX l.
Item, per la leyde doudit lieu, L l.
Item, per la valour dou fourt, X 1.
Item, per tel quantité de blé de tel chastel, vendu a tel personne, tel somme.
Et si en fera recepta par soy des blés vandis. Et enssi meymes ordenera son conte des blez, quar il metra : per le cens de tel chastel, XXX sesters de seigle, XX seters d’avoyne.
Item par le disme et per le quart, tant.
Et anssi fera le tout le remanant ».

72 Ibid. Cette indication relative à l’audition du compte du trésorier prouve qu’au moment où l’ordonnance est rédigée (1317 ? ou avant ?), la vérification des comptes devant un groupe d’auditeurs, comme cela est attesté à partir de 1321, n’est pas encore envisagée. Si la date de rédaction est bien 1317, cela signifie que l’idée d’une vérification devant un groupe d’auditeurs n’émerge qu’après cette date pour entrer en application au plus tôt en 1321 : cf. infra.

73 J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., 1.1, n° 408, p. 80, analysant Arch. nat., P 13771, n° 2802. Au tournant du XIIIe et du XIVe siècle, les trésoriers de Bourbonnais sont Durand Villars (-1292-1295-) et Jean de Pons (-1300-1310-) : Arch. nat., P 13572, n° 400, P 13691, n° 1689, P 13 5 52, n° 87 ; Arch. dép. Allier, ED 191, AA 10 ; J. Monicat et B. de Fournoux, Chartes du Bourbonnais, 918-1522, op. cit., n ° 214, p. 317-318.

74 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 66-68.

75 En Bourgogne, un receveur centralisant les recettes en provenance des caisses des châtelains et ordonnant les dépenses sur celles-ci apparaît vers 1280-1290. Le titre est explicitement donné en 1298 : J. Richard, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du XIe au XIVe siècle, op. cit. (n. 30), p. 420. En Savoie, le premier compte conservé que l’on peut qualifier de compte de trésorerie, car il se distingue du compte de l’Hôtel, date de 1281-1282 : G. Castelnuovo et C. Guilleré, « Les finances et l’administration de la maison de Savoie au XIIIe siècle », art. cité (n. 12), p. 53. En Dauphiné, un « trésorier receveur général » est attesté au cours du XIIIe siècle. Il faut cependant attendre 1355, soit après le Transport, pour voir la fonction réglementée dans son entier par la lettre de nomination concédée alors au nouveau titulaire, Philippe Gilier : Gaston Letonnelier, « Les droits régaliens en Dauphiné (des origines à la fin du XVe siècle) », dans F. Lot et R. Fawtier (dir.), Histoire des institutions françaises au Moyen Age, t. I : Institutions seigneuriales, op. cit. (n. 5), p. 137-156, spéc. p. 152, et surtout Anne Lemonde, Le temps des libertés en Dauphiné. L’intégration d’une principauté à la Couronne de France (1349-1408), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2002, p. 72-74.

76 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 67-68. Le même constat a été fait pour la Bourgogne où l’on voit le duc charger tel ou tel banquier de la perception des revenus du domaine en échange de sommes d’argent en liquide, avec régularisation à la fin de l’exercice financier : J. Richard, Les ducs de Bourgogne..., op. cit., p. 418.

77 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 67-68. Au temps du gouvernement du comte Guy VI († 1278), père de Jean Ier, le clericus comitis est Renaud de Villerêt.

78 Son caractère tronqué tient au fait que la peau a été réutilisée comme couverture d’un registre de fins de comptes ultérieur (cf. supra, n. 16) : Arch. dép. Loire, ancien fonds Vema n° 1362, pièce présentée par Et. Fourrnial dont je reprends la description : Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 71.

79 On lit ainsi : Anno Domini millesimo CCC° undecimo [...] computaverunt castellani [...] coram domino Raynaudo de Langes [...] Forensi : transcription dans Ét. F ournial, Les mémoriaux., ., op.cit., p. 71.

80 Dans ce document, Renaud de Langes compte pour six châtellenies, celles de Saint-Bonnet, Lavieu, Montsupt, Marols, Saint-Marcellin et Sury-le-Comtal : Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 71. On constatera que ces six châtellenies sont toutes limitrophes : elles sont situées au sud de Montbrison, et il s ’ agit pour certaines de châtellenies de montagne. Face à un tel cumul de châtellenies, qui est pour tout dire inhabituel, Ét. Fournial avance une hypothèse intéressante. À ses yeux, ce cumul serait une preuve de la mise en application de la réforme, Renaud de Langes ayant pris en main les affaires de ces châtellenies en vue d’initier les prévôts et châtelains des lieux aux nouvelles règles de présentation des comptes : ibid., p. 72. Ceci concorde parfaitement avec un passage de l’ordonnance sur les finances des années 1310 qui paraît démontrer que de nouvelles procédures en matière financière et de présentation des comptes ont bien vu le jour ; il est en effet précisé à la fin de l’ordonnance qu’une lecture aux « receveurs » doit être effectuée lors de la prochaine session de reddition des comptes : « Item, volons et ordenons que le premier jour des contes, en la presence de touz les receveurs des diz contes, ceste ordenance soit leue en tele maniéré que il l’ayent bien en memoyre » : BNF, ms.lat. 10034,fol. II v°. On notera l’utilisation du mot « receveur », non celui de prévôt ou de châtelain.

81 « Forensi », qui vient après le mot amputé à cause du réemploi du parchemin, peut effectivement faire penser que le terme manquant correspond à un titre d’office, d’où la proposition parfaitement justifiable d’Ét. Fournial en faveur de trésorier (coram domino Raynaudo de Langes [thesaurario] (?) Forensi[s]) : Et. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 72.

82 Arch. dép. Loire, B supplément 4 (ancien fonds Verna n° 1366) ; cf. les extraits publiés dans M. Gonon, Documents linguistiques de la France (série francoprovençale), t. XVIII : Documents linguistiques du Forez..., op. cit. (n. 19), p. 122-138. Signalons également l’existence pour les années 1322 (17 octobre)-1323 (12 mars) d’un fragment du journal des dépenses effectuées pour le voyage et le séjour à Paris des deux enfants du comte de Forez, Renaud et Jean : Arch. dép. Loire, B 1907, transcrit dans M. Gonon, Documents linguistiques..., op. cit., p. 138-227.

83 Arch. dép. Loire, B 1955 ; Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 115-116.

84 Voir les exemples pour la session de 1378 dans Et. Fournial, ibid., p. 116-117, ou pour la session d’audition de 1408 : Arch. dép. Loire, B 1958, extrait publié dans O. Mattéoni, « Les Chambres des comptes de Moulins, Montbrison et Villefranche-en-Beaujolais à la fin du Moyen Âge », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), Les Chambres des comptes en France aux XIVe et XVe siècles. Textes et documents, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998, p. 66-70. La seule différence entre les fins de comptes de 1321 et 1378 d’une part, 1408 de l’autre, concerne la langue : au début du XVe siècle, le latin a cédé la place au français.

85 La précocité s’entend ici par rapport aux autres fiefs et principautés du royaume. Comme l’avait bien noté Ed. Perroy, la Chambre des comptes de Montbrison est bien « la plus précoce qu’on connaisse dans un fief de la couronne » : Éd. Perroy, « L’État bourbonnais », art. cité, p. 298. Cela étant, deux territoires situés aux limites du royaume de France sont dotés d’une Chambre des comptes dès la fin du XIIIe siècle. Il s’agit du comté de Provence et du comté de Savoie. En Provence, la Chambre des comptes se structure entre 1288 et 1302, date à laquelle elle fonctionne grâce à des maîtres rationaux résidant en Provence : Raoul Busquet, « La Provence », dans F. Lot et R. Fawtier (dir.), Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, t. I : Institutions seigneuriales, op. cit., p. 249-266, spéc. p. 256-257, et Michel Hébert, « L’ordonnance de Brignoles, les affaires pendantes et l’information administrative en Provence sous les premiers Angevins », dans Claire Boudreau, Kouky Fianu, Claude Gauvard et Michel Hébert (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 41-56, spéc. p. 45. En Savoie, la sédentarisation dans une camera du château de Chambéry des clercs chargés de procéder à la vérification des comptabilités des châtelains s’effectue en 1295. Cependant la trace la plus ancienne d’un contrôle des comptabilités châtelaines date de 1261 ; elle concerne les comptes du Chablais : B. Demotz, « Une clé de la réussite d’une principauté aux XIIIe et XIVe siècles : naissance et développement de la Chambre des comptes de Savoie », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés..., op. cit. (n. 3), p. 17-26, spéc. p. 18-19. Cette remarque est importante car il existe des relations entre la maison de Savoie et la maison des comtes de Forez depuis la seconde moitié du XIIIe siècle : on ne peut écarter l’idée d’une circulation de modèles entre l’aire savoisienne, voire dauphino-savoisienne, et le comté de Forez. Sur cette question, voir infra, notes 145 et 146 ; voir aussi G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale. Les Chambres des comptes princières à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 618 (avril 2001), p. 489-510, spéc. p. 493-494 où l’auteur signale que les années 1270-1300 correspondent, en bien des endroits, « à la mise en place de contrôles comptables dus à des maîtres et d’autres conseillers qui siègent en sessions financières ». Mais cela ne débouche pas pour autant partout sur la constitution de Chambres des comptes.

86 É. Lalou, « La Chambre des comptes de Paris : sa mise en place et son fonctionnement (fin XIIIe-XIVe siècle) », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes..., op. cit., p. 3-15, et Ead., « La Chambre des comptes du roi de France », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), Les Chambres des comptes en France aux XIVe et XVe siècles. Textes et documents, op. cit., p. 3-8 (publication du texte de l’ordonnance). Aussi Danièle Prévost, Le personnel de la Chambre des comptes de Paris de 1320 à 1418, thèse de doctorat, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, 1.1, 2000, p. 14-20.

87 Voir Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit.

88 Le chevet de l’église est achevé en 1227. Sur l’histoire de la collégiale, Abbé F. Renon, Chronique de Notre-Dame-d’Espérance, Roanne, 1847 et E. Rey, Monographie historique et descriptive de Notre-Dame de Montbrison, Montbrison, 1885.

89 L’installation de la Chambre des comptes dans la résidence princière ou dans son environnement immédiat est une constante au XIVe siècle. Que l’on songe à la Chambre des comptes de Paris, accueillie au cœur même du Palais, dans l’île de la Cité, ou à la Chambre des comptes de Chambéry (cf. B. Demotz, supra, note 85), sise dans l’enceinte du château comtal, ou encore à la Chambre des comptes d’Anjou qui abandonne à la fin du XIVe siècle la « Maison des Prédicateurs » où elle était jusque-là hébergée pour le château d’Angers (Marcelle-Renée Reynaud, Le temps des princes, Louis II et Louis III d’Anjou-Provence, 1384-1434, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2000, p. 155). Sur cette question de la localisation et, au-delà, de la disposition et du décor des locaux, je me permets de renvoyer à O. Mattéoni, « Vérifier, corriger, juger. Les Chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 641 (2007), à paraître. Signalons cependant que la Chambre des comptes de Montbrison ne demeure pas à cet emplacement durant toute la période de son existence. En 1359, après l’incendie allumé par les hommes de Robert Knowles, et qui détruisit une partie de la capitale forézienne, la Chambre fut transférée au château comtal qui dominait la ville. En 1382-1383, un bâtiment nouveau fut construit à l’intérieur de l’enceinte castrale pour abriter la Chambre (Arch. dép. Loire, B 1973, compte de construction édité par Ét. Fournial et M. Gonon, Compte de la réparation du donjon et de construction de la Chambre des comptes de Montbrison (1382-1383), Paris, Klincksieck, 1967). Les gens des comptes y demeurèrent durant près d’un siècle. Vers 1470-1473, les locaux de la Chambre furent de nouveau déplacés pour être établis dans l’ancien cellier comtal, toujours dans l’espace fortifié du château (Arch. nat., P 1131, fol. 7 v°-8).

90 Roger Faure, « Le Forez de Jean Ier », Bulletin de la Diana, 56 (1997), p. 25-75 et Christian de Mérindol, « Décor monumental et pouvoir politique : la Diana de Montbrison », Bulletin de la Diana, 58 (1999), p. 95-134.

91 Voir, sur ce thème, les remarques d’Élisabeth Lalou pour la Chambre des comptes de Paris à ses débuts : É. Lalou, « La Chambre des comptes... », art. cité, p. 7.

92 BNF, ms. lat. 10034, fol. II. L’ordonnance indique que l’un des trois écrits relatifs aux accensements devra être déposé en « la chambre des contes » ; cf. supra, note 70.

93 Dans le registre des nominations aux offices du comté que tiennent les gens des comptes, l’expression « camera compotorum » apparaît pour la première fois le 10 septembre 1333 dans l’acte relatif à la présentation des cautions d’Arthaud Maignin comme châtelain de Montsupt, laquelle eut lieu « caméra compotorum hospitii dicti domini comitis » : BNF, ms. lat. 10031, fol. 7 v°. La lecture du registre est instructive car elle montre que, au début des années 1330, bien des actes intéressant directement la Chambre des comptes ne sont pas encore enregistrés « in camera compotorum ». Ainsi, la présentation et l’enregistrement des fidéjusseurs pour les prévôts et les châtelains pouvaient avoir lieu « in cancellaria Montisbrisonis » (ibid., fol. 7, cautions de Jean Dinaci, confirmé châtelain de Saint-Victor, LaTour-en-Jarez, Saint-Héand et la Fouillouse, 14 août 1333), « in hospitio dicti domini comitis » (ibid., fol. 6, cautions de Jean de Arelles, confirmé châtelain de Chambéon et de Poncins, et prévôt de Savigneu, 25 juillet 1333), ou encore « in claustro ecclesie beate Marie Montisbrisonis » (ibid., fol. 6, pleiges pour Hugues d’Acre, créé châtelain de Roanne, 6 août 1333), mais aussi devant la maison (« ante domum meam ») de l’un des clercs de la Chambre, en l’occurrence Jaquement de La Faye (ibid., fol. 6 v°, cautions de Hugues de Talaru, nommé châtelain de Cervières, 14 août 1333), ou « in longa nova logia » (ibid., fol. 6 v°, pleiges de Jean Mareschal, nommé châtelain de Lavieu, 14 août 1333).

94 Arch. dép. Loire, B 2001, fol. 53 v°. Guillaume Faure apparaît à plusieurs reprises dans le registre aux nominations comme caution ou témoin à des nominations de prévôts et de châtelains : BNF, ms. lat. 10034, fol. 3 v° (discretum Guillelmum Fabri, clericum domini comitis), fol. 4 r°-v°, 6, etc. Il est également présent à de nombreux hommages que prêtent les vassaux au comte de Forez dans les années 1324-1330 : Arch. dép. Loire, B 2001. Guillaume Faure est créé châtelain de Châteauneuf le 18 avril 1317. En février 1344, il est nommé prévôt de Saint-Germain-Laval ; il compte en décembre 1345 pour sa recette : ibid., fol. 2, 18 v° et XII ; Éd. Perroy, « Le personnel administratif du comté de Forez au XIVe siècle... », art. cité, p. 14 (repris dans Études d’histoire médiévale, op. cit., p. 155).

95 Arch. dép. Loire, B 1837, fol. 11. Jacquement de La Faye est nommé ou confirmé garde de la Chambre des comptes le 13 août 1333 : BNF, ms. lat. 10034, fol. 7.

96 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 96 ; Arch. dép. Loire, B 2001, fol. 75.

97 Humbert de Lyon et Thomas de Montaignon apparaissent en 1334, ils ont donc été nommés par le nouveau comte Guy VII dont le règne débute en 1333 : BNF, ms. lat. 10034, fol. 9 ; Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 96.

98 Ét. Fournial, ibid.

99 Ach. dép. Loire, B 1955 ; Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cil., p. 100-101.

100 Il s’agit de Bertrand de La Roue qui fut, on l’a vu (cf. supra, note 51), l’un des leaders de la ligue des nobles foréziens.

101 Pierre de Rochefort. Il faisait, lui aussi, partie de la ligue de Forez.

102 Jean Lardier, trésorier de 1317 au moins à 1330 au moins : Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 74. Sur ce personnage, cf. infra.

103 Le châtelain de Montbrison est alors Jean Mareschal. Ses rapports avec la Chambre des comptes sont étroits puisque c’est à lui que sont confiées, le 1er novembre 1323, les clés de la porte du trésor de l’hôtel comtal de Montbrison : cf. infra, note 115.

104 Ainsi Mathieu de Boisvair et Girard de Rumano sont juges du comté en alternance : Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 100. Sur Girard de Rumano, cf. infra.

105 Comme Martin Ogier, marchand et banquier de Montbrison, qui a assisté à toutes les sessions d’audition entre 1321 et 1325 : ibid.

106 Tel le prêtre Pierre de Revoyri (cf. infra, note 115), ou encore Jacquement de La Faye (cf. supra, note 95).

107 C’est la thèse défendue par Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 100.

108 Voir l’édition récente de ce texte fondamental par É. Lalou, « La Chambre des comptes... », art. cité, p. 3-8 ; cf. aussi D. Prévost, Le personnel de la Chambre des comptes de Paris..., op. cit., t. I, 2000, p. 14-20.

109 Formule empruntée à Jean-Claude Maire-Vigueur, certes pour qualifier une autre « révolution documentaire », celle qui caractérise la documentation des communes italiennes à partir de la fin du XIIe et surtout au XIIIe siècle, dans sa note critique consacrée au livre de Paolo Cammarosano, Italia medievale. Struttura e geografia delle fond scritte, Rome, 1991, et intitulée : « Révolution documentaire et révolution scripturaire : le cas de l’Italie médiévale », Bibliothèque de l’École des chartes, 153 (1995), p. 177-185.

110 L’ordre chronologique est, dans l’ensemble, respecté. On remarque toutefois quelques discordances : par exemple, la nomination de Tholomé de Jas pour régir la châtellenie de Suty-le-Bois le 4 juillet 1318 vient avant celle de Bertrand de La Roche, nommé prévôt de Saint-Héand, en date du 24 juin : BNF, ms. lat. 10034, fol. 2 v°. Ces décalages tiennent souvent au délai séparant la date de la nomination et celle de la présentation des fîdéjusseurs, qui n’intervient pas toujours immédiatement après. Ce choix n’est pas sans rappeler l’expérience du Livre rouge de la Chambre des comptes de Paris. Certes, bien que n’ayant pas la même finalité puisqu’il enregistre principalement les dons à héritage accordés par le roi et les dons à vie et à volonté, le Livre rouge innove par le parti-pris d’un enregistrement chronologique des actes royaux : O. Canteaut, « Une première expérience d’enregistrement des actes royaux sous Philippe le Bel : le Livre rouge de la Chambre des comptes », Bibliothèque de l’École des chartes, 160 (2002), p. 53-78.

111 BNF, ms. lat. 10034, fol. 2.

112 Ibid. : « Primo anno supra dicto, die sabbati post Pascha, Poncetus de Cumeu, domicellus, factus fuit castellanus de Chatellus et de Fontaneys et debet percipere jura castellanie et cavit per dominum Guillelmum de Verneto, militem, et per Morellum de Verneto. Et eadem die, dominus comes donavit domino Guillelmo de [...] quinque sesteria siliginis percipienda ad suam vitam tantum in granerio de Chatellus et non ultra quolibet anno in festo omnium sanctorum. » On le voit : l’enregistrement ne consiste pas en une transcription des actes dans leur entièreté, mais uniquement en une analyse qui en conserve la teneur principale.

113 Cette partie du registre est numérotée en romain de II à XXXVIII. Les folios II-VII correspondent aux copies d’ordonnances et de textes relatifs au trésorier de Forez (1317, 1333, 1347), mais aussi au chancelier, le tout entrecoupé de mentions de nominations à des offices supérieurs du comté (trésorier, chancelier, juge d’appeaux). Ensuite, les folios VIII-XXXVIII v° recensent les amendes du procureur général de Forez pour la période 1343-1361 : Éd. Perroy, « Le personnel administratif du comté de Forez... », art. cité (n. 66).

114 Arch. dép. Loire, B 1837.

115 Là encore, le fait de confier les archives aux gens des comptes constitue un geste politique riche de signification de la part de Jean Ier. En effet, en 1290, année de la fin de la tutelle, Hugues de Bossonelle, doyen de Notre-Dame de Montbrison, ancien juge de Forez à plusieurs reprises (décembre 1267-avril 1270, mai 1272-janvier 1273, mai-juin 1275, mars 1279-février 1281 : Et. Fournial, « Les étapes de la formation de la cour de Forez au XIIIe siècle », dans Économies et sociétés au Moyen Age. Mélanges offerts à Édouard Perroy, Paris, Publications de la Sorbonne, 1973, p. 321-330, spéc. p. 328-330) et l’un des tuteurs du comte pendant sa minorité, est accusé d’avoir porté atteinte au trésor : Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, op. cit., t. VII, n° 1212 : « Item super eo quod dominas cornes dicebat dictum decanum fregisse thesaurium, domum sive archivium dicti domini comitis ubi dicebantur esse littere, privilégia, scripta alia et res dicti domini comitis, propter quod dictus dominas cornes dicebat quodplurima de predictis amisisse et inde se enormiter lesum. » Pierre de Revoyri, auteur d’un inventaire des aveux et dénombrements entre 1315 et 1317 (cf. infra), a la responsabilité de la clé du chartrier dès 1317. Le 1er novembre 1323, on l’a dit, Jean Ier confie à Jean Mareschal, châtelain de Montbrison, la clé de la porte du trésor, mais les clés des arches et des coffres sont délivrées au clerc des comptes Guillaume Faure, qui les conserve jusqu’en 1327 : Arch. dép. Loire, B 1837, fol. 1 et 12.

116 Ibid., fol. 1.

117 Ainsi cet exemple, intéressant par son contenu car il renvoie à l’affaire qui a opposé le fils du comte, Guy, au président du Parlement de Paris, et au terme de laquelle le roi concéda une lettre d’absolution : Anno M° CCC°XXII°, die sabbati post festum Beati Vincentii, dominas de Boscovario et Guillermus Fabri deposuerunt in hoc thesauro in archa magna unam litteram regiam cum cauda duplici super absolutione domini comitis, de invasione quam dominas Guiotus de Forisio fecerat Parisis domino Egidio Aycelini : ibid., fol. 6.

118 Ibid., fol. 2v°.

119 Ainsi cet exemple : « Anno Domini M° CCC° XX°, die festi Penthecostis, dominas Matheus de Boscovario et ego G. [Fabri] reposuimus in hoc thesauro, in archa magna, septem litteras bullatas super decanatu Cathalaunensis et aliis graciis a domino Papa Johanne domino J. de Forisio » (ibid., fol. 4). Sur la question de la conservation des archives, voir Et. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 130-137, et, du même, « Les inventaires du trésor des chartes du comté de Forez », Bulletin de la Diana, 51 (1989), p. 29-55 ; également, pour une comparaison avec les autres Chambres des comptes de la principauté bourbonnaise, O. Mattéoni, « La conservation et le classement des archives dans les Chambres des comptes de la principauté bourbonnaise à la fin du Moyen Âge », dans P. Contamine et O. Mattéoni (dir.), La France des principautés. Les Chambres des comptes, ..., op.cit, p. 65-81.

120 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 10 et 120, qui cite une minute notariale de 1325 conservée dans Arch. dép. Loire, B 2001, fol. 34 v° : « Solverunt ut continetur inpapiro memorialium camere computorum [...]. »

121 Restitution pour les années 1349-1356 : Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 151-364.

122 O. Canteaut, Gouvernement et hommes de gouvernement sous les derniers Capétiens (1313-1328), 3 tomes, thèse Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 2005, t. I, p. 250-288, spéc.p. 255-269 pour la présentation des mémoriaux et des libri memoriales, et p. 269-279 pour le journal. Un rapprochement peut être fait, en revanche, entre les libri memoriales et la partie du registre aux nominations du comté de Forez qui comprend l’enregistrement des ordonnances relatives au Trésor et au trésorier (cf. supra, note 113).

123 Selon les mots mêmes de l’ordonnance du Vivier-en-Brie, qui précise dans le même article : « […] ouquel registre nous voulons que toutes choses qui y seront faites soient enregistrées chacun jour, par lequel livre on puisse sçavoir toutes choses qui fait y seront, dont il convient avoir memoire et celuy tiers clercs aidera a tenir les comptes quand mestier sera et autres choses convenables faire ». L’ordonnance fait de nouveau référence au journal dans un autre passage : « Item avons ordené et voulons que chascun samedy les maistres et les clercs qui seront establis a corrigier les escrips rapportent aux autres quiex escrips il auront corrigiez, et soient enregistrees au journal » : É. Lalou, « La Chambre des comptes... », art. cité, p. 4-5. Sur les premiers journaux de la Chambre des comptes de Paris, voir J. Petit, « Les premiers journaux de la Chambre des comptes », Bibliothèque de l’École des chartes, 60 (1899), p. 418-422 et surtout, désormais, O. Canteaut, Gouvernement et hommes de gouvernement..., op.cit., t. I, p. 271.

124 Ibid., p. 255-269.

125 Arch. nat., P 14023, n° 1331 (rouleau de papier de 8 feuillets endommagés, avec de nombreuses déchirures), transcrit dans Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, op. cit., t. VII, n° 903.

126 Les fiefs recensés dans l’inventaire étaient ceux pour lesquels aucun aveu n’existait depuis leur date d’enregistrement, qui pouvait remonter, pour certains, à plus de cinquante ans. Les mentions d’absence de lettres d’aveux récentes ou anciennes sont indiquées de la manière suivante : « It. [li] let[ra] del feu moss. Hugo[n] Mareschauz fayt a renovellar, q[uar] ja seit [czo] que nos ayam letres velles, nos no[n] t[ro]vem poi[n]t de novella »./ « [It. moss.] Thomas Groysella fit homage lige de czo q[ui]l teneit el chatel e el borc [de Mon]tbr[ison] e de czo q[ui]l avet a Fav[er]ges e a Sinzeu juxta Seint Roman. De q[ue] non [y a pas] let[ra] vielle ne novella, ne savem q[ui] o tint » : Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, op. cil., t. VII, n° 903, item 2 et item 3.

127 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, op. cit., t. VII, n° 903. Sur l’essai de restitution du travail de Pierre de Revoyri, voir la note 2 de la notice qui accompagne l’édition du rouleau. On retrouve aujourd’hui les traces du travail de Revoyri sur un certain nombre d’aveux (par exemple Arch. nat., P 490, nos 80, 84, 198, 254 ; P 491, nos 296, 512, etc.), qui portent au dos la mention suivante : Registrata est per me P. de Ripperia, ou encore : per me P.

128 Exemple : « Moss. Bonspars de Lorgo fit homage lige de czo q[ue] deveit saveir e nomar li chatellans de Neyronda. No[n] y a pas let[ra], Yczo fayt a enq[ue]rre sutilme[n]t » : ibid., charte n° 903, item 92.

129 À l’image du rôle de 1260 qui vient d’être évoqué. Un autre inventaire contenant sous forme de rouleau le dénombrement de plusieurs fiefs mouvant du comté de Forez existe pour la fin du XIIIe siècle : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres d ela maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 1051,p. 184 analysant Arch. nat., P 13992,n° 803. Un rapprochement peut être fait ici avec la Savoie où dès les années 1260, les comtes de Savoie initient des campagnes d’hommages systématiques : G. Castelnuovo et C. Guilleré, « Les finances et l’administration de la maison de Savoie au XIIIe siècle », art. cité (n. 12), p. 105.

130 Ce rôle des aveux devait contribuer à un meilleur contrôle des vassaux, de leurs fiefs et des ressources attenantes, la fiscalité féodale constituant une part substantielle des revenus comtaux. Surtout, il semble marquer le point de départ d’un enregistrement désormais systématique des aveux. Sur ce document, qualifié de Cartulaire des francs-fiefs, voir la mise au point d’Éd. Perroy, « Le cartulaire des amortissements de Forez. Composition, date, sources », Le Moyen Âge, 1949, p. 261-278 (repris dans Études d’histoire médiévale, op. cit., p. 593-611). Par ailleurs, il faut signaler que la mise sur pied de la Chambre des comptes eut des conséquences pour la rédaction de terriers. On constate, en effet, à partir des terriers ou extraits de terriers aujourd’hui conservés ainsi que des mentions dans les inventaires médiévaux, que neuf terriers furent confectionnés entre 1317 et 1325 [terriers de Bellegarde (1319), Donzy (1319), Marcilly (1321), Montbrison (1325), Néronde (1321), Renaison (1317), Saint-Haon (1319), Saint-Romain (1319), Sury-le-Comtal (1325)] : Arch. nat., P 1131, fol. 9, 17 v°, 18, 18 v°, 21 r°-v° et aussi Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 123. En 1334, l’arrivée au pouvoir de Guy VII se caractérise par une nouvelle vague de réfection de terriers de châtellenies : pour la période 1333 (date d’arrivée au pouvoir de Guy VII)-1360, près de 30 terriers furent rédigés, dont 11 pour les seules années 1333-1340.

131 Notons que l’enregistrement des nominations, s’il semble systématique en 1317, ne l’est plus dans les années 1320 : 4 nominations notées pour avril 1317, 2 pour juin, 1 pour juillet, 1 pour juin 1318,2 pour décembre 1319, 1 pour février 1320,3 pour janvier 1321, 2 pour avril 1323, 1 pour mai 1327, 1 pour février 1328. L’enregistrement des nominations ne reprend ensuite qu’en août 1333, avec l’arrivée sur le trône comtal de Guy VII, date à partir de laquelle les enregistrements paraissent systématiques : BNF, ms. lat. 10034, fol. 2-4 v° (1317-1328) et J.-C. Frachette, « Les nominations des officiers de Forez au XIVe siècle », art. cité (n. 66), p. 125-145.

132 Le registre se verra détourner de sa fonction première au temps de l’administration des Bourbons, après 1368. À partir du folio 44, débutent des transcriptions de lettres de provision aux offices du comté émanant du duc Louis de Bourbon, à quoi s’ajoutent des transcriptions d’actes ducaux et de lettres de commission : Arch. dép. Loire, B 1837. Pour une analyse du contenu du registre, Auguste Chaverondier, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Loire, t. II, Saint-Étienne, Imprimerie Ménard, 1888, p. 74-75.

133 Arch. dép. Loire, B 1955. À la Chambre des comptes de Paris, les « restas » de comptes sont, en effet, reportés au « livre des fins de comptes », appelé aussi « petit livret des restas » : BNF, ms. fr. 2755, fol. 344 v° et 351, qui précise, fol. 359, que ce petit livre a été ouvert le 1er août 1321. On ne sait s’il y avait un registre antérieur identique. Il est certain que l’adoption du registre de fins de comptes est très récente en 1321, car sous Philippe le Bel, les fins de comptes étaient reportées sur des rouleaux de debita qui répertoriaient, comptable après comptable, le solde des comptes tenus par chacun depuis l’origine jusqu’au moment de la rédaction du rôle. Si la tenue de rôles de debita n’exclut pas l’établissement de registres de fins de comptes, il semble néanmoins possible que l’apparition d’un registre de fins de comptes à la Chambre de Montbrison soit quasiment contemporaine de son élaboration à la Chambre des comptes de Paris. Ces remarques et les références qui les accompagnent sont dues à Olivier Canteaut que je remercie bien vivement.

134 Voir l’édition du début du registre de fins de comptes pour la session de la Pentecôte dans Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 115-116.

135 Relevons toutefois que, sur le plan sémantique, le mot registre/regeste/regesta n’est pas utilisé en tant que tel dans les documents du temps pour qualifier les nouveaux instruments créés par la Chambre des comptes. Ainsi le registre d’inventoriage des mouvements d’archives est dénommé « papirus » : « [...] presens papirus fuitposita in hoc thesauro et sunt in hac predicta papiro scripte omnes littere [...] » : Arch. dép. Loire, B 1837, fol. 1. Le registre aux nominations, quant à lui, n’est pas dénommé : BNF, ms. lat. 10034, fol. 2. Le terme « cahier » (quaternus) utilisé en Provence pour désigner les instruments écrits que l’ordonnance de Brignolles (1297) demande aux sénéchal, juge mage, trésorier et clavaires de tenir, ou à la Chambre des comptes de Paris pour parler des registres des dons (quaterni ad hereditatem) n’a pas cours en Forez : M. Hébert, « L’ordonnance de Brignoles... », art. cité (n. 85), p. 48-49, et O. Canteaut, Gouvernement et hommes de gouvernement..., op. cit. (n. 122), 1.1, p. 251. De même, le terme « liber » que l’on trouve à la Chambre des comptes de Paris aux fins de qualifier les mémoriaux (libri memoriales), ne se rencontre pas à Montbrison : ibid., p. 257. À titre de comparaison, signalons que dans l’ordonnance du Vivier-en-Brie, le journal est tout à la fois qualifié de « registre » et de « livre » : cf. supra, note 123.

136 Arch. nat., P 13782, n° 3093 et G. Lavergne, Le parler bourbonnais..., op. cit., p. 101.

137 Ce statut ne s’affirme qu’à la fin du XIVe siècle, sous le principal du duc Louis II, avec notamment le transfert de la Chambre des comptes de Souvigny à Moulins. Sur le rôle de Louis II dans l’émergence de Moulins comme capitale, A. Léguai, « Moulins au Moyen Âge », dans A. Leguai (dir.), Histoire des communes de l’Allier. Arrondissement de Moulins, Le Coteau, Horvath, 1986, p. 54-56.

138 Arch. nat., P 4691, n° 32 et G. Lavergne, Le parler bourbonnais..., op. cit., p. 36-37.

139 Arch. nat., P 13771, n° 2807 ; fragments transcrits dans J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, « Notice sur les archives... », art. cité, p. XXIII-XXIV.

140 Ibid., et O. Mattéoni, « La conservation et le classement... », art. cité, p. 71. En Forez, le plus ancien inventaire d’archives conservé a été rédigé vers le milieu du XIVe siècle. Dans son organisation, le principe de classement est le même que celui adopté pour l’inventaire des archives des Bourbons : Et. Fournial, « Les inventaires du trésor des chartes du comté de Forez », art. cité (n. 24), p. 29-30. Pour le coup, il y aurait en matière d’inventaire d’archives une précocité bourbonnaise par rapport aux pratiques foréziennes. Toutefois, le retard par rapport au Dauphiné, où le premier inventaire des archives des dauphins est dressé en 1277, est manifeste : Ulysse Chevalier, Inventaire des archives des dauphins à Saint-André de Grenoble en 1277, Paris-Lyon, A. Franck-A. Brun, 1869.

141 C’est ce qui ressort de l’Ordo reddendorum computorum, sans doute rédigé entre 1317 et 1320 : Et. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 104 et Les Journaux du Trésor de Philippe VI de Valois, publiés par Jules Viard, Paris, Imprimerie nationale, 1899, p. XL Avant 1317-1320, les comptes étaient présentés pour audition à quatre périodes différentes de l’année : la Saint-Remy, la Toussaint, la Chandeleur et l’Ascension : E. Lalou, « La Chambre des comptes... », art. cité, p. 9.

142 Cf. la présentation de ce calendrier pour la période 1321-1325 restitué par Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 104-106 à partir de : Arch. dép. Loire, B 1955. Le calendrier s’établit comme suit : 1321 : début de la 1re session, 12 juin (vendredi après la Pentecôte), début de la 2de, 16 novembre (lundi après la Saint-Martin) ; 1322 : début de la 1re session pas connu, début de la 2de session, 22 novembre (lundi après l’octave de la Saint-Martin) ; 1323 : début de la 1re session : 24 mai (mardi après l’octave de la Pentecôte), début de la 2de session, 21 novembre (lundi après l’octave de la Saint-Martin) ; 1324 : début de la 1re session : 16 mai (mercredi avant la quinzaine de la Pentecôte), début de la 2de, 7 novembre (mercredi avant la Saint-Martin) pour une session extraordinaire, et 14 novembre (mercredi après la Saint-Martin) pour la session normale ; 1325 : début de la 1re session : 31 mai (vendredi après la Pentecôte).

143 Je remercie Olivier Canteaut à qui je suis redevable de cette remarque. De même, il ne paraît pas non plus que le garde du Trésor des chartes tienne, de son côté, un semblable instrument propre à garder trace des mouvements d’archives. Plus généralement, sur les questions relatives à la conservation des archives royales et sur les enjeux idéologiques qui y sont attachés, voir les travaux d’Olivier Guyotjeannin, « Les méthodes de travail des archivistes du roi de France (XIIIe-début XVIe siècle) », Archivfür Diplomatik, 42 (1996), p. 295-373 ; Id., « Super omnes thesauros rerum temporalium : les fonctions du Trésor des chartes du roi de France (XIVe-XVe siècles) », dans K. Fianu et DeLloyd J. Guth (dir.), Écrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales : espace français, espace anglais, Louvain-la-Neuve, Fédération internationale des Instituts d’études médiévales, 1997, p. 109-131 ; O. Guyotjeannin et Yann Potin, « La fabrique de la perpétuité. Le trésor des chartes et les archives du royaume (XIIIe-XIXe siècle) », Revue de synthèse, 125 (2004), p. 15-44 ; Y. Potin, « L’État et son trésor. La science des archives à la fin du Moyen Âge », dans Science de l’État. Actes de la Recherche en Sciences sociales, 133 (juin 2000), p. 48-52.

144 L’influence du modèle royal ne vaut pas seulement pour les institutions financières et les pratiques documentaires qu’elles induisent. Concernant un autre domaine, celui de la justice et de la tenue des registres judiciaires, Olivier Guyotjeannin a pu récemment proposer l’hypothèse que les pratiques des juridictions royales (Châtelet et bailliages) ont contribué à l’homogénéisation des registres des justices seigneuriales et châtelaines avec la généralisation du « registre aux causes » qui s’impose un peu partout en France au cours des XIVe et XVe siècles : O. Guyotjeannin, « Les registres des justices seigneuriales de la France septentrionale (XIIIe-début XVIe siècle) », dans Giovanna Nicolaj (éd.), La diplomatica dei documenti giudiziari (daiplaciti agit acta-secc. XII-XV), Bologne, Direzione generale per gli Archivi-Dipartimento per i béni archivistici e librari, 2004, p. 49-82, spéc. p. 60-61 et 68-69.

145 On a fait allusion plus haut à ce dynamisme institutionnel : cf. notes 30, 75, 85. Bien des similitudes, tant sur la chronologie que sur les modalités de mise en place des cadres administratifs, existent, en effet, entre Savoie et Dauphiné – à quoi il faut ajouter la Provence –, et le comté de Forez. On ne peut dès lors manquer de se poser la question d’éventuelles influences d’une entité à l’autre. N’oublions pas que le Forez, par sa position géographique, appartient à l’espace franco-provençal pour une bonne part, et ouvre sur la vallée du Rhône ; il est clair que des contacts ont lieu de part et d’autre du Rhône, par le biais des marchands, mais aussi par l’entremise des princes eux-mêmes. Les échanges avec la vallée du Rhône se verront d’ailleurs stimulés un peu plus tard avec l’installation de la papauté en Avignon : Et. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez..., op. cit. (n. 68), p. 298. À la bibligraphie déjà citée dans les notes supra sur la mise en place des structures administratives en Savoie et en Provence au XIIIe et au début du XIVe siècle, on peut ajouter : C. Guilleré, « Étude comparée des finances des maisons de Barcelone et de Savoie : comté de Savoie au début du XIVe siècle », dans Savoie et région alpine. Actes du 116e Congrès National des Sociétés Savantes..., op. cit. (n. 30), p. 245-259 (cette double lecture, fort éclairante, permet d’élargir le champ de la comparaison et de dessiner un axe Savoie-Dauphiné-Provence-Catalogne le long duquel les institutions présentent entre elles bien des parentés) et Laurent Ripart, « Les bayles de Provence : genèse d’une institution princière », dans G. Castelnuovo et O. Mattéoni (dir.), De part et d’autre des Alpes. Les châtelains des princes à la fin du Moyen Âge, op. cit., p. 59-91. Sur la question des parentés institutionnelles entre Savoie, Provence et d’autres espaces princiers et royaux (Catalogne et royaume de Naples), G. Castelnuovo, « Service de l’État et identité sociale... », art. cité (n. 85), p. 483-484. Rappelons pour le Dauphiné la série des enquêtes commandées par Guigues VII entre 1250 et 1267 – le fameux Probus –, enquêtes qui témoignent déjà d’une grande capacité administrative et qui doivent être rapprochées de celles menées alors en Provence et en Savoie : G. Giordanengo « L’“État” dauphinois au milieu du XIIIe siècle : une esquisse », art. cité (n. 30), p. 351-352, et surtout L. Royer, « Le Probus et les enquêtes du domaine du dauphin au XIIIe siècle », Bulletin de l’Académie delphinale, 5e série, 7 (1914), p. 373-393 et H. Falque-Vert, Les hommes et la montagne en Dauphiné au XIIIe siècle, op. cit. (n. 14), p. 10-13 et p. 395-396.

146 Par son mariage avec Alice de Viennois (✝ novembre 1309), fille de Humbert Ier, Jean de Forez est très lié aux dauphins. C’est d’ailleurs en revenant de rendre visite à son frère, Jean, dauphin de Viennois, qu’Alice meurt le 14 novembre 1309. Après cette mort, certains historiens écrivent que Jean se serait remarié avec Aliénor, une des filles d’Amédée V de Savoie, mais cette affirmation est sujette à caution. Quoi qu’il en soit, il existait déjà, en dehors de ce mariage, des relations avec les Savoie : ainsi, la mère de Jean de Forez, Jeanne de Montfort l’Amaury, alors veuve de Guy VI et régente du comté, épouse en 1285 Louis de Savoie de Vaud. Ce dernier proposa même de marier sa propre fille, Laure, née d’une première union, avec Jean, mais la mort de la jeune princesse mit à un terme à ce projet. En outre, le fils de Jean, Renaud, épousera, en 1324, Marguerite de Savoie : J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. I, Paris, 1860, p. 320-321, 335-337,359 ; R. Faure, « Le Forez de Jean Ier », art. cité (n. 90), p. 25-26.

147 Les acquisitions de châteaux et de seigneuries, ainsi que les achats d’hommages, ont été financés en partie par des prêts consentis au comte par les riches bourgeois et marchands de Montbrison : Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 69-70. À l’évidence, la réforme des institutions financières avait aussi une finalité très concrète : mieux faire rentrer l’argent dans les caisses comtales.

148 À la mort de Guy VI, en 1278, la période de régence qui s’ouvre se marque par le renvoi de proches conseillers du comte qui avaient joué un rôle important dans l’organisation des pouvoirs : c’est le cas du « clerc » Renaud de Villerêt qui revient dans l’entourage de Jean Ier après 1290 : Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 67-68 et Éd. Perroy, « L’État bourbonnais », art. cité, p. 291. En mars 1307, Renaud de Villerêt, toujours vivant, est archidiacre de Mâcon et chanoine de Montbrison ; il donne à Jean de Forez sa maison et son pressoir de Vernay avec 40 l. t. : Arch. nat., P 13 9 52, n° 324 transcrit dans J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 1185, p. 205.

149 Éd. Perroy, « L’État bourbonnais », art. cité, p. 298. Béraud de Mercœur avait épousé Isabelle, fille de Guy VI et sœur de Jean Ier, en 1290.

150 Charles-Victor Langlois, Inventaire d’anciens comptes dressé par Robert Mignon sous le règne de Philippe de Valois, Paris, Imprimerie nationale, 1899, n° 2058, p. 259 : « Subsidia Flandrie M° CC° IIIIXX XIV° et M° CC° IIIIXX XV°, in senescallia Carcassone. Compotus subsidii facti et impositi in senescallia Carcassone et Byterris per comitem Foresii et dominum Fulconem de Regny a nobilibus personis, pro exercitu Flandrie, videlicet pro quinta parte suorum reddituum unius anni, recepti per Bartholomeum Talamuchii et Tyngum Lotoringny, receptores Carcassone, annis M° CC°IIIIxxXIV° et M° CC° IIIIXX XV° » Information fournie par Olivier Canteaut, que je remercie, comme beaucoup de celles qui suivent concernant la « carrière royale » de Jean Ier. On pourra retrouver ces références dans sa contribution à paraître : « Le juge et le financier : les enquêteurs-réformateurs des derniers Capétiens (1314-1328) », L’Enquête au Moyen Âge, op. cit. (n. 55).

151 Arch. dép. Loire, B supplément 4 (ancien fonds Verna, n° 1366), transcription dans M. Gonon, Documents linguistiques de la France (série francoprovençale), t. XVIII : Documents linguistiques du Forez (1260-1498), op. cit. (n. 19), p. 122-138.

152 Thomas Rymer, Foedera conventiones, litterae et cujuscunque generis acta publica inter reges Angliae et alios quovis imperatores, reges..., 3’ éd., La Haye, 9 vol., 1739-1745, t. II, p. 270.

153 Ch.-V. Langlois, Inventaire d’anciens comptes dressé par Robert Mignon..., op. cit., n° 2698, p. 348 : « Virimandensis. Compotus et explecta magistri Johannis de Ceres, inquisitoris ibi tunc, cum comite Foresii, domino Mattheo de Tria, magistro P. de Monciaco, redditus et factus per thesaurum, vigesima octava Septembris anno M° CCC° XVI° » ; O. Canteaut, « Le juge et le financier... », art. cité, enquête n° 18.

154 J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., 1.1, n° 1428, p. 245-246 ; Arch. nat., P 14023, n° 1455 : compte de la solde payée aux hommes d’armes placés sous le commandement de Jean de Forez pour garder le conclave à Lyon. Le compte est daté d’août 1316. À l’occasion de ce séjour à Lyon, Jean de Forez rend hommage, le 16 juin 1316, à Philippe de Poitiers, non encore roi – Louis X est mort le 5 juin – pour plusieurs châteaux foréziens et auvergnats (Montbrison, Monsupt, La Tour-en-Jarez, Montarchier, Saint-Bonnet, Cervières et Thiers) : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, op. cit., t. I, n° 1420, p. 244-245, et Arch. nat., P 13712, n° 2001, P 13712, n° 2230, P 14001, n° 901.

155 Il est cité dans l’ordonnance de Saint-Germain-en-Laye, datée de juillet 1316, comme membre du conseil pour la durée de la régence : Arch. nat., JJ 57, fol. 40 v°. Il est probable qu’il y siège jusqu’à l’avènement du nouveau roi. On ne le voit plus ensuite au conseil.

156 Edgar Boutaric, Actes du parlement de Paris, 1re série : De l’an 1254 à l’an 1328, t. II : 1298-1328, Paris, 1863-1867, n° 5440, p. 244-245.

157 Registres du Trésor des chartes, t. II : Règnes des fils de Philippe le Bel, 1re partie : Règnes de Louis X le Hutin et de Philippe V le Long. Inventaire analytique, établi par Jean Guérout, Paris, Archives nationales, 1966, n° 1927, p. 365-366, n° 2942, p. 577, n° 3064 et 3065, p. 613, n° 3070, p. 615-616, n° 3076, p. 618, n° 3078, p. 619, n° 3092, p. 624 ; O. Canteaut, « Le juge et le financier... », art. cité, enquête n° 22.

158 Registres du Trésor des chartes, t. II : Règnes des fils de Philippe le Bel, 1re partie : Règnes de Louis X le Hutin et de Philippe V le Long, op. cit., n° 2707, p. 515-516 : parmi les barons convoqués se trouvent, au côté de Jean de Forez, les comtes de la Marche, de Valois, de Boulogne et d’Eu.

159 Ch.-V. Langlois, « Registres perdus de la Chambre des comptes de Paris », dans Notices et extraits des manuscrits de la Bibliothèque nationale et autres bibliothèques publiés par l’ Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 40 (1916), p. 112-180, n° 1.

160 BNF, ms. fr. 2755, fol. 390 v°-391, et ms. fr. 2835, fol. 113 v°.

161 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, 1re série : De l’an 1254 à l’an 1328,t. II : 1298-1328, op. cit., n° 6501,p. 386.

162 J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. I, op. cit., p. 355-356 ; J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., 1.1, n° 1596, p. 276 : achat aux religieuses de Saint-Louis de Poissy d’une place appelée « le cimetière des juifs » en mai 1321.

163 Les journaux du Trésor de Charles IV le Bel, publiés par Jules Viard, Paris, 1917, n° 627, col. 131, n° 655, col. 136 et n° 1771, col. 311.

164 J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, op. cit., t. I, p. 365.

165 Sur les raisons de la présence un peu surprenante du comte de Forez à cette expédition, les historiens hésitent. Est-ce le remariage de Jean, s’il eut vraiment lieu, avec Aliéner, fille d’Amédée V de Savoie, lequel avait épousé en secondes noces Marie de Brabant, sœur de la femme d’Henri VII, qui l’explique ? Toujours est-il que Jean Ier est à Pise en mars 1312, et qu’il suit ensuite le roi des Romains jusqu’à Rome où ce dernier est ceint de la couronne impériale par trois cardinaux, au Latran, le 29 juin. Il est ensuite avec l’empereur à Tivoli et prend part à ses côtés au siège de Florence et de Fiesole en décembre. En février et mars 1313, Jean est de nouveau à Pise avec l’empereur, avant de repartir pour la France : il est attesté à Paris pour la Pentecôte 1313. Cette présence aux côtés de Henri VII a valu au comte de Forez une récompense : le 13 mars 1313, l’empereur lui cède une rente de 4 000 florins d’or à prendre sur le château de Soncino, dans le diocèse de Crémone ; le 22 mars, il est mandé au vicaire et au gouvernement de la commune de Soncino de mettre Jean de Forez ou son procureur en possession du château qui lui a été concédé en fief. Sur cet épisode, J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, op. cit., t. I, p. 340-343 et surtout C. Frachette, « Soncino, seigneurie italienne du comte de Forez (première moitié du XIVe siècle) », dans Seigneurs et seigneuries au Moyen Age. Actes du 117e Congrès National des Sociétés Savantes, Clermont-Ferrand, 1992, Paris, Éditions du CTHS, 1993, p. 167-183, spéc. p. 171-173. Sur la donation de Henri VII, J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., 1.1, nos 1338 et 1339, p. 232, qui analyse Arch. nat., P 13961, nos404 et 407 (transcription de ces deux actes dans Francesco Galantino, I conti del Forese ed i Gouffier de Boysi, Milan, 1880, p. 86-89 et 89-90 cité par C. Frachette, op. cit.). Pour une vue d’ensemble sur l’expédition d’Henri VII, William M. Bowsky, Henry VII in Italy : the Conflict of Empire an City-State, 1310-1313, Lincoln, University of Nebraska Press, 1960, et Mauro Tosti-Croce (dir.), Il Viaggio di Enrico VII in Italia, Città di Castello, Edimond, 1993 ; voir aussi Jean-Marie Moeglin, « Henri VII et l’honneur de la majesté impériale. Les redditions de Crémone et de Brescia (1311) », dans Penser le pouvoir au Moyen Age (VIIIe-XVe siècle). Études d’histoire et de littérature offertes à Françoise Autrand, textes réunis par Dominique Boutet et Jacques Verger, Paris, Éditions ENS, 2000, p. 211-245.

166 Sur l’administration communale italienne, analyse synthétique et précise dans Giuliano Milani, I comuni italiani, Rome-Bari, Laterza, 2005, et Patrick Gilli, Villes et sociétés urbaines en Italie, milieu XIIe-milieu XIVe siècle, Paris, Sedes, 2005. Ce dernier a forgé l’expression « ingénierie administrative » pour rendre compte de la technicité de la bureaucratie des communes de l’Italie centrale et septentrionale (p. 99-148).

167 À condition bien sûr qu’il ait pu approcher les institutions des communes où il a séjourné. Il y a là un point qui mériterait d’être creusé. Plus largement, sur la question d’une éventuelle influence italienne, cf. aussi infra, note 202.

168 A. Leguai, Nouvelle Histoire du Bourbonnais, des origines à nos jours, Le Coteau, Editions Horvath, 1985, p. 138.

169 Robert a été victime d’un accident de chasse en 1279, qui lui a enlevé toute faculté de gouvernement : A. Leguai, ibid., p. 137.

170 Ibid., p. 138-140.

171 J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 1850, p. 320-321.

172 Ibid., n° 1509, p. 259 ; Registres du Trésor des chartes, t. II : Règnes des fils de Philippe le Bel, 1re partie : Règnes de Louis X le Hutin et de Philippe V le Long, op. cit., n° 2796, p. 539-540 et n° 3470, p. 722 ; J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t I, n° 1526,p. 263 : pièce insérée dans la confirmation de Charles IV d’avril 1322 (cf. note suivante), Arch. nat., 13722, n° 2096.

173 J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 1633, p. 282-283 : analyse de Arch. nat., P 13722, n° 2096 ; Les journaux du Trésor de Charles IV le Bel, op. cit., n° 1710, col. 303.

174 J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 2024 et n° 2025, p. 350-352. La croisade n’aura cependant pas lieu en raison de la mort de Jean XXII.

175 A. Leguai, Nouvelle Histoire du Bourbonnais, op. cit., p. 138.

176 E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, 1re série : De l’an 1254 à l’an 1328,t. II : 1298-1328, op. cit., n° 5440, p. 244-245.

177 J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. II, Paris, 1868, p. 22n ; Les journaux du Trésor de Charles IV le Bel, op. cit., n° 386,col. 83,n° 403,col. 86,n° 1703, col. 301, n° 2583 et n° 2584, col. 451, n° 2702, col. 472, n° 3477, col. 599.

178 A. Leguai, Nouvelle Histoire du Bourbonnais, op. cit., p. 140.

179 Ibid.

180 Quand il vient à Paris, le sire de Bourbon a la possibilité de loger dans la maison du bois de Vincennes de l’ordre de Grandmont. Le 1er mai 1315, le prieur et le couvent de Grandmont lui accordent l’autorisation de résider chez eux, comme ils l’avaient fait pour son père Robert : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. 1, n° 1393, p. 240, analyse de Arch. nat., P 13631, n° 1170. Cependant, comme le comte de Forez, Louis de Bourbon se livre au début du XIVe siècle à l’achat de biens fonciers et immobiliers à Paris, dans le voisinage du Louvre, pour y avoir un pied à terre. C’est son petit-fils, le duc Louis II qui, à la fin du XIVe siècle, étendra et embellira considérablement cet ensemble pour en faire le « bel hostel » de Bourbon : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 1114, p. 195 ; Simone Roux, « Résidences princières parisiennes : l’exemple de l’hôtel de Bourbon, fin XIVe-milieu XVe siècle », dans Hans Patze et Werner Paravicini (dir.), Fürstliche Residenzen im spâtmittelalterlichen Europa, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, 1991, p. 75-104, spéc. p. 77-78.

181 P. Gélis-Didot et G. Grassoreille, Le château de Bourbon-l ’Archambault, Paris, 1887 ; François Deshoulières, Souvigny et Bourbon-l ’Archambault, Paris, Henri Laurens Éditeur s. d., p. 91 -92 ; Yves Bruand, « Le château de Bourbon-l’Archambault », dans Congrès archéologique de France. 146e session, 1988 : Bourbonnais, Paris, Société française d’archéologie, 1991, p. 97-109.

182 C’est à partir de 1315 que Louis fait entreprendre la construction de la Sainte-Chapelle de Bourbon-l’Archambault, la première, car une seconde sera construite à partir de 1483 : François Deshoulières, Souvigny et Bourbon-l’Archambault, op. cit., p. 92 et Claudine Billot, Les Saintes-Chapelles royales et princières, Paris, Editions du Patrimoine, 1998, p. 51-53. En 1336, le duc de Bourbon, avec l’accord du pape, érige en collégiale la chapelle qu’il dote de sept chanoines : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., 1.1, n° 2147, p. 372, analyse de Arch. nat., P 13732, n° 2228 et P 13762, n° 2697 (copie du XVe siècle).

183 A. Leguai, Nouvelle Histoire du Bourbonnais, op. cit., p. 141.

184 Parmi les grands faits qui caractérisent l’action de Louis Ier en matière de territorialisation de son pouvoir seigneurial, il convient de citer l’acquisition du fief de Veauce, qui relevait jusqu’alors de la couronne et que Philippe V lui cède en 1317 : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 1468, p. 372 et Arch. nat., P 13 5 62, n° 272. En outre, à la faveur du traité de mariage du 4 février 1318 entre Jeanne de Bourbon, fille de Louis Ier, et Guy, fils du comte Jean Ier de Forez, il a été conclu que le comte de Forez tiendrait en fief du sire de Bourbon ses châteaux et ses villes de Croset, Saint-Haon et Roanne, soit les possessions du Roannais sur la rive gauche de la Loire : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 1480, p. 254 et Arch. nat., P 14013, n° 1137 et P 13712, n° 1985. Par ailleurs, Louis Ier a étendu l’influence bourbonnaise en direction du Beaujolais qui sera intégré à l’ensemble bourbonnais en 1400. Ainsi, Guichard, sire de Beaujeu, prête hommage le 9 mai 1324 à Louis de Bourbon pour les châteaux d’Amplepuis et de Tarare, contre le versement d’une somme de 3 000 livres tournois à payer en trois termes : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit.t. I, n° 1727, p. 295-296 et Arch. nat., P 13 672,n° 1576.

185 Il faut attendre le principal de Louis II pour voir la ville de Vichy passer dans les mains de la famille de Bourbon, suite à la vente qu’en fait Odin de Vendat au duc le 3 avril 1374 : Arch. nat., P 13 5 72, n° 424, J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., 1.1, n° 3261, p. 572 ; acte publié dans Abbé Peynot, Vichy féodal et maison noble de Vichy, Moulins, Crépin-Leblond, 1926, p. 152-153. En 1377, Louis II récupère les châteaux de Châtelmontagne, Saint-Germain-des-Fossés et Abrest, dont l’importance stratégique, aux portes de l’Auvergne, est essentielle : Arch. nat., P 13 5 72, n° 435 et J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 3368, p. 591-592. Pour une vue d’ensemble sur cette politique d’acquisition et d’expansion, A. Leguai, De la seigneurie à l’État..., op. cit. (n. 39), p. 304-305.

186 Rachat au prix de 15 000 livres tournois en date du 27 janvier 1321 : Les journaux du Trésor de Charles IV le Bel, op. cit., n° 761, col. 152 ; Léon Côte, Histoire du prieuré clunisien de Souvigny, Moulins, Crépin-Leblond, 1942, p. 148-149 et cat. nos 163 et 163 bis, p. 343 ; Robert Bérillon, « Le duché de Bourbon : liens du sang et liens de l’argent », dans Le duché de Bourbon, des origines au connétable. Actes du colloque du Musée Anne de Beaujeu de Moulins, octobre 2000, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour, 2001, p. 95-103, spéc. p. 98-100.

187 Christophe Giraudet, « La circulation monétaire en Bourbonnais de la fin du XIe au début du XIVe siècle », Bulletin de la Société d’Émulation du Bourbonnais, 64 (1988), p. 280.

188 Ét. Fournial a bien mis en valeur le rôle de ce personnage : Les mémoriaux..., op. cit., p. 92-93 ; Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, op. cit., t. III : Pièces 301 à 450, G. Guichard, Cte de Neufbourg, Éd. Perroy, J. Dufour, Mâcon, 1934, n° 371.

189 Ibid, (notice).

190 Le 11 mars 1295, Renaud de Langes est procureur de Jean Ier dans l’affaire venue devant le juge de Forez et opposant Pierre de Verney, bourgeois de Montbrison et seigneur justicier de Champs, et le prévôt comtal de Marcilly, au sujet de l’exercice de la justice de Champs (Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, op. cit., t. XIV, n° 1235). En 1304, il est de nouveau procureur du comte de Forez (Arch. nat., P 491, n° 532, cité dans Chartes de Forez..., op. cit., t. III, notice de la charte n° 371). En 1311, il est au nombre des procureurs désignés par Jean de Forez pour transporter le corps d’Alice de Viennois, comtesse de Forez, du prieuré de Saint-Satumin-du-Port, où elle a été inhumée à sa mort, en l’église collégiale de Notre-Dame de Montbrison où elle avait élu sa sépulture dans son testament (J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. III . Preuvesfondamentales, op. cit., p. 101, et Abbé Renon, Chronique de Notre-Dame-d ’Espérance de Montbrison, op. cit. (n. 88), p. 69-71).

191 Arch. nat., P 4931, n° 946 transcrit dans Chartes de Forez..., op. cit., t. IV : Pièces 451 à 600, G. Guichard, Cte de Neufbourg, Éd. Perroy, J. Dufour, Mâcon, 1935, n° 583.

192 Arch. nat., P 4913,n° 541 transcrit dans Chartes de Forez..., op. cit., t. IV, n° 597 (5 avril 1300) ; Arch. nat., P 4921, n° 848, transcrit dans Chartes de Forez..., op. cit., t. III, n° 448 (octobre 1300).

193 Les journaux du Trésor de Philippe IV le Bel, publiés par J. Viard, Paris, 1940, n° 1795, col. 285 : Comes Forensis, dominus J., pro toto Omnium Sanctorum adhereditatem, 200 1.1. cont. per magistrum Renaudum de Langes, clericum, procuratorem suum, super Regem.

194 Arch. nat., P 14023, n° 1397, transcrit dans Éd. Perroy, « L’Hôtel-Dieu de Montbrison aux XIIIe et XIVe siècles. Essai d’interprétation économique », Bulletin de la Diana, 26 (1937), p. 103-137, spéc.p. 118-125 (repris dans Études d’histoire médiévale, op. cit., p. 345-379, spéc. p. 360-367).

195 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 71.

196 En juin 1318, Jean de Charlieu, chanoine et maître de chœur de l’église de Notre-Dame de Montbrison, en tant qu’exécuteur testamentaire de Renaud de Langes vend au comte de Forez, pour l’accomplissement des legs du défunt, une vigne sise à Sury-le-Comtal : Arch. nat., P 13951, n° 244 et J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 1501, p. 257.

197 Girard de Rumano apparaît à plusieurs reprises durant la période 1300-1325 comme judex Forensis avec d’autres (1304,1309,1310-1313,1323) ; il est cité par ailleurs, durant la même période, comme témoin dans des testaments et des aveux avec les titres de jurispérit et de magister : Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, t. XI : Pièces 1051 à 1150, G. Guichard, Cte de Neufbourg, et J. Dufour (éd.), Mâcon, 1948, n° 1142, p. 4 ; t. XII : Pièces 1151 à 1200, G. Guichard, Cte de Neufbourg, et J. Dufour (éd.), Mâcon, 1950, n° 1185, p. 5, n° 1192, p. 10, 15, 26, 28, 44 ; t. XIII : Pièces 1201 à 1232, G. Guichard, Cte de Neufbourg, J. Dufour, M. Gonon (éd.), Mâcon, 1954, n° 1205, p. 20, n° 1211, n. 5, n° 1214, p. 172, n° 1215, n° 25, n° 1227, n. 1, n° 1232, p. 441 ; t. XIV : Pièces 1233 à 1254, G. Guichard, Cte de Neufbourg, Éd. Perroy, M. Gonon (éd.), Mâcon, 1955, n° 1234, notice p. 18 et 23, n° 1235, notice p. 46, n° 1248, n. 88, p. 159, n° 1250, n. 11, p. 203, n. VIII, p. 283, n. IX, p. 289 ; t. XVI : Pièces 1256 à 1283, Cte de Neufbourg, Éd. Perroy, M. Gonon (éd.), Mâcon, 1962, n° 277, p. 181 et 182, n° 1279, p. 209, n° 1280, n. 10, p. 222 ; aussi Laurent Boyer, Introduction à l’étude du testament forézien suivie des testaments enregistrés à la cour de Forez (1310-1313), Mâcon, Fondation Georges Guichard, 1964 : les testaments édités dans ce volume pour les années 1309-1313,à partir du registre Arch. dép. Loire, B 1851, sont publiés par Girardus de Rumano, judex Forensis (exemples p. 9,17,18,19,23,27,28,31,32,34,36,37,41,44,46,48,50, 51,53,55,57,72, etc., p. 193,200, etc., p. 408,416,418,419,423).

198 Chartes du Forez antérieures au XIVe siècle, op. cit., t. XVI, n° 1280, n. 10, p. 222 ; Éd. Perroy, « L’Hôtel-Dieu de Montbrison... », art. cité, p. 117 (p. 359 dans Études d’histoire médiévale, op. cit.). Il a succédé dans cette fonction à Renaud de Langes.

199 Cf. supra, note 104.

200 Lors de cette enquête de réforme en Languedoc, il témoigne, avec le titre de légiste, dans plusieurs actes passés par le comte de Forez entre février et octobre 1319. Il est aussi, à l’occasion, qualifié de conseiller des enquêteurs-réformateurs et de familier de Jean Ier : Registres du Trésor des chartes, t. II : Règnes des fils de Philippe le Bel, 1re partie : Règnes de Louis Xle Hutin et de Philippe V le Long, op. cit., n° 2733, p. 523-524, n° 3077, p. 618-619, n° 3030, p. 601-602, n° 3034, p. 603-604, n° 3070, p. 615-616, n° 3078, p. 619, n° 3247, p. 660.

201 Girard de Rutnano reste fidèle à Jean Ier jusqu’à la mort de celui-ci : il est cité comme témoin dans le codicille du testament de Jean, en date du 2 juillet 1333, passé à Corbeil où il a donc accompagné son maître qui meurt le lendemain : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 2021, p. 350, analyse de Arch. nat., P 13702, n° 1910. Girard de Rumano avait déjà été désigné comme exécuteur testamentaire par Jean Icren 1324 : J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. III : Preuves fondamentales, op. cit., p. 97. D’une manière plus générale, il faut insister, à travers le personnage de Rumano, sur l’importance des juristes et jurispérits dans l’entourage de Jean Ier. Bien des chanoines de Notre-Dame de Montbrison qui font carrière dans l’administration comtale sont gradués en droit. Parmi ces juristes, Mathieu de Boisvair, professeur de droit, également exécuteur testamentaire de Jean Ier, occupe en alternance avec Girard l’office de juge de Forez, avant d’être nommé juge des appeaux le 18 novembre 1333 par le nouveau comte Guy VII. Il a également pris part à une session d’audition des comptes en 1322 : J.-M. de La Mure, Histoire des ducs de Bourbon et des comtes de Forez, t. I, op. cit., p. 332 et 345 ; BNF, ms. lat. 10034, fol. V v°. Cette connotation juridique de l’entourage de Jean Ier doit être soulignée : elle paraît à première vue plus marquée qu’en Bourbonnais. Sans doute la proximité du Midi n’est pas étrangère à ce constat ; le Forez est limitrophe du Velay, une dépendance de la sénéchaussée de Beaucaire où se sont illustrés quelques grands juges à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle : cf. J.R. Strayer, Les gens de justice du Languedoc sous Philippe le Bel, Toulouse, Association Marc Bloch, 1970. Cette ouverture vers le Midi explique que beaucoup de juges et de notaires foréziens aient appris le droit à l’université de Montpellier ou, plus près, aux écoles de Lyon : Éd. Perroy, « L’État bourbonnais », art. cité (n. 5), p. 295 ; sur les écoles de Lyon et l’enseignement de droit qui y était prodigué au début du XIVe siècle, présentation rapide dans René Fédou, « Paradoxes de l’histoire du Lyon médiéval », dans Finances, pouvoirs et mémoire. Mélanges offerts à Jean Favier, textes réunis sous la direction de Jean Kerhervé et Albert Rigaudière, Paris, Fayard, 1999, p. 215-216. Dans sa thèse, René Fédou montre que plusieurs professeurs de loi attestés à Lyon au tournant du XIIIe et du XIVe siècle viennent du Forez ou ont œuvré à la cour du comte de Forez ; parmi eux, on peut citer Nicolas de Billens qui a fait ses études à Bologne : René Fédou, Les hommes de loi lyonnais à la fin du Moyen Âge. Étude sur les origines de la classe de robe, Paris, Les Belles Lettres, 1964, p. 20-26, spéc. p. 24.

202 Les contacts que les marchands montbrisonnais et foréziens avaient avec les marchands de la vallée du Rhône et, au-delà, avec l’aire italienne, sont sans doute un élément à prendre en compte pour expliquer la relative « maturité » du milieu marchand montbrisonnais. L’étude de leur comptabilité, certes difficile à mener car les archives conservées sont peu nombreuses, montre néanmoins, selon les mots mêmes d’Ét. Fournial, « une technique comptable déjà évoluée qui avait dépassé le stade de la comptabilité simple et qui annonce la comptabilité à partie double » : Ét. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez..., op. cit. (n. 68), p. 666 ; pour les relations commerciales avec l’Italie, ibid., p. 175-176, 184-185, 197, 202.

203 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 75-76. Au début du XIVe siècle, Jean Lardier dispose d’une large assise sociale et politique. On l’a dit plus haut, il est au nombre des quarante notables condamnés par le Parlement en avril 1309 après la révolte fiscale de Montbrison de 1308 : Éd. Perroy, « Une émeute fiscale à Montbrison sous Philippe le Bel », art. cité, p. 61-70, spéc. p. 68 (repris dans Études d’histoire médiévale, op. cit., p. 131-140, spéc. p. 138). Après avoir abandonné la trésorerie, il est nommé auditeur des comptes et chargé de procéder aux accensements du comté le 12 septembre 1333 : BNF, ms. lat. 10034, fol. V et Éd. Perroy, « Le personnel administratif du comté de Forez au XIVe siècle... », art. cité, p. 20 (repris dans Études d’histoire médiévale, op. cit., p. 160).

204 Ét. Fournial, Les mémoriaux..., op. cit., p. 74.

205 Ibid., p. 74-78.

206 Seigneur du Creuset, à proximité de Saint-Amand-Montrond, Raoul Chaillou est qualifié de chevalier du roi dès 1313, date à laquelle il doit quitter le service de Louis de Bourbon pour entrer au service du roi. Qualifié de conseiller du roi, on le trouve comme bailli d’Auvergne à partir de janvier 1313, bailli de Caux à partir de 1317, bailli de Tours de 1320 à 1323. Par ailleurs, entre 1325 et 1327, il est à plusieurs reprises enquêteur-réformateur, commissaire royal pour le subside en vue de la guerre d’Aquitaine et commissaire aux francs-fiefs dans les sénéchaussées de Toulouse et de Bigorre ; il est qualifié dans certains actes de « chevalier du roi » : Registres du Trésor des chartes, t. II : Règnes des fils de Philippe le Bel, 2e partie : Règne de Charles IV le Bel. Inventaire analytique, établi par J. Guérout, Paris, Archives nationales, 1999, n° 4621, p. 195-196 ; Registres du Trésor des chartes, t. III : Règne de Philippe de Valois. Inventaire analytique, 3 vol., établi par Aline Vallée, Paris, Archives nationales, 1978-1984, n° 85, p. 12, n° 1404, p. 179. Il est aussi réformateur dans les sénéchaussées de Toulouse et de Carcassonne en 1327 : Registres du Trésor des chartes, t. II : Règnes des fils de Philippe le Bel, 2e partie : Règne de Charles IV le Bel..., op. cit., n° 5183 et n° 5184, p. 302, n° 5185,p. 302-303 ; Registres du Trésor des chartes, t. III : Règne de Philippe de Valois..., op. cit., n° 56, p. 8, n° 117, p. 16. Il finit sa carrière au Parlement de Paris où il est attesté comme lai dès 1322 ; il est encore membre du Parlement en 1334 : E. Boutaric, Actes du parlement de Paris, 1re série : De l’an 1254 à l’an 1328, t. II : 1298-1328, op. cit., n° 6930 A, p. 476, et R. Cazelles, La société politique et la crise de la royauté sous Philippe de Valois, Paris, 1958, p. 301, qui voyait en lui le continuateur du Roman de Fauvel. Mes remerciements à Olivier Canteaut pour les références très aimablement fournies sur ce personnage (ainsi que sur Nicolas de Noisy et Pierre de Chappes, ), et que l’on peut retrouver en partie dans « Le juge et le financier... », art. cité.

207 Nicolas de Noisy (ou Nuysi) a d’abord été clerc de Robert de Clermont (cité en 1309). Fils de Guillaume de Noisy, chambellan de Robert, il est originaire de Canettecourt, au comté de Clermont-en-Beauvaisis : Registres du Trésor des chartes, t. II : Règne de Philippe le Bel. Inventaire analytique, établi par Jean Glénisson et J. Guérout, Paris, Archives nationales, 1958, n° 515, p. 85. Il passe ensuite au service de Louis de Bourbon, dont il devient un proche et qu’il sert durant tout son principal. Il est au nombre de ses exécuteurs testamentaires désigné le 13 juin 1316 ; il est qualifié de « clerc » de Louis et doyen d’Hérisson : Arch. nat., P 13701, n° 1887. Dans son second testament en date du 27 janvier 1342, Louis Ier le désigne de nouveau comme l’un de ses exécuteurs testamentaires : ibid., P 13701, n° 1888. Le 29 mai 1321, Nicolas de Noisy, qualifié de chanoine de Reims, est témoin à l’acte qui règle les conventions de mariage conclues entre Philippe, prince de Tarente, et Louis, comte de Clermont et sire de Bourbon, au sujet du mariage de leurs enfants respectifs, Philippe et Béatrice : ibid., P 13642, n° 1367. Le 15 mai 1317, Jean XXII lui concède un canonicat en l’église de Reims avec expectative de prébende et ce, malgré le fait qu’il soit déjà chanoine prébendé de Saint-Sauveur d’Hérisson, Thérouanne, Troyes, Saint-Paul de Liège, Notre-Dame d’Étampes, Notre-Dame de Beauvais, Notre-Dame de Clermont, Saint-Évremond de Creil, et doyen de Hérisson : Lettres communes de Jean XXII, analysées d’après les registres dits d’Avignon et du Vatican, G. Mollat (éd.), 16 vol., Paris, n° 3824 ; Pierre Desportes, Fasti Ecclesiœ Gallicanœ. Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines de France de 1200 à 1500, t. III : Diocèse de Reims, Turnhout, Brepols, 1998, p. 446-447. Plus généralement, on insistera sur la place particulière du chapitre collégial de Hérisson dans les structures politiques de la seigneurie de Bourbon au début du XIVe siècle. Si Nicolas de Noisy en est le doyen durant plus de 30 ans – de 1311 au moins à 1342 au moins, soit la période qui correspond quasiment, à l’année près, à la durée du règne de Louis Ier –, le chapitre abrite en son sein des personnages qui sont loin d’être quelconques : ainsi, le fils de Raoul Chaillou (cf. note précédente), Pierre, y a été chanoine de 1324 à 1325 : Lettres communes de Jean XXII, op. cit., n° 19732 et n° 22332. Jean de Chappes, neveu de Pierre de Chappes (cf. note 209) est chanoine de Saint-Sauveur de 1325 à 1335 : Lettres communes de Jean XXII, op. cit., n° 22607, n° 25178, n° 52930 et Lettres communes de Benoît XII, J.-M. Vidal (éd.), 3 vol., Paris, 1903-1911, n° 1000. Autre personnage important lié au chapitre : Thierry d’Hérisson, prévôt d’Aire, chanoine d’Arras, Laon, Paris, puis évêque d’Arras, familier d’Agnès de Bourbon, conseiller et chancelier de Robert d’Artois, célèbre gestionnaire, fonda une vicairie perpétuelle en l’église de Saint-Sauveur d’Hérisson que Louis de Bourbon amortit pour une valeur de 12 l. t. de rente sur des biens que Thierry possédait en Bourbonnais et qu’il tenait de lui en fief : Arch. nat., P 13762, n° 2697 bis, analysé dans J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, n° 1594, p. 275. Autre exemple des relations d’intérêts qui unissaient Louis Ier à Thierry d’Hérisson : la reconnaissance de dette de 300 l. que lui accorde le sire de Bourbon pour une vente de blé et d’avoine (mars 1321) : J. Monicat et B. de Fournoux, Chartes du Bourbonnais, 918-1522, op. cit., n° 217, p. 320-322. Thierry d’Hérisson possédait de nombreux biens fonciers et immobiliers en Bourbonnais, dont plusieurs vignes. Notice biographique dans Robert Gane, Le chapitre de Notre-Dame de Paris au XIVesiècle. Étude sociale d’un groupe canonial, Saint-Étienne, Cercor-Université de Saint-Étienne, 1999, p. 331, notice n° 319.

208 Vérification des comptes du châtelain de Rochefort en 1311 : Arch. nat., P 13782, n° 3093 et G. Lavergne, Le parler bourbonnais..., op. cit., p. 101. Dans l’entourage de Robert de Clermont, un chanoine a joué un rôle important à la fin du XIIIe siècle dans l’administration de la seigneurie de Bourbon : il s’agit de Barthélemy du Montet. Prêtre et chanoine de Vatan, chancelier de Bourbon, il intervient notamment dans le règlement du différend qui opposa, dans les années 1290, Robert d’Artois et Robert de Clermont, au sujet de la succession d’Agnès de Bourbon : J. Monicat et B. de Fournoux, Chartes du Bourbonnais, 918-1522, op. cit., n° 209, p. 307-310, et n° 210, p. 310-311.

209 Pierre de Chappes reçoit toutefois en 1316 une expectative de canonicat à Châlons grâce à l’appui de Louis de Clermont, seigneur de Bourbon : Lettres communes de Jean XXII, op. cit., n° 202. Ecclésiastique qui cumule de nombreux canonicats (Amiens, Reims, Laon, Châlons, Paris, etc.), il devient évêque d’Arras en 1320, puis évêque de Chartres en 1326 et cardinal en 1327. On le retrouve comme conseiller du roi, enquêteur-réformateur dans la sénéchaussée de Lyon et bailliage de Mâcon en 1315, et surtout chancelier de France de 1317 à 1320 : R. Gane, Le chapitre de Notre-Dame de Paris..., op. cit., p. 301, notice n° 157 ; Hélène Millet, Les chanoines du chapitre cathédral de Laon, 1272-1412, Rome, École française de Rome, 1982, p. 443-444 ; G. Mollat, « Pierre de Chappes », Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique, t. XII, col. 411-413 ; O. Canteaut, « Le juge et le financier... », art. cité, enquête n° 2.

210 Il y a peut-être une exception avec Guiart de la Porte, bailli de Bourbonnais au temps de Robert de Clermont et de Béatrice de Bourbon. On a vu qu’en mai 1301, il demande aux châtelains d’apporter à Moulins, à la prochaine vérification des comptes, les aveux et dénombrements de leur châtellenie (cf. supra, note 138). Or il existe un Guiart de la Porte bailli dans l’administration royale, principalement en Champagne (Chaumont, puis Tours, ensuite Vitry et enfin Troyes) entre 1290 et 1314-1315. Intéressant est le fait qu’il y a un « hiatus » dans sa carrière royale entre 1297 et 1304 (cf. L. Delisle, « Chronologie des baillis et sénéchaux royaux, depuis les origines jusqu’à l’avènement de Philippe de Valois », Recueil des historiens des Gaules et de France, 24 (1904), p. 170). S’agit-il du même personnage ? Est-ce lui qui a été bailli de Bourbonnais durant cette période où il ne sert pas le roi ? Il est difficile de conclure d’une manière affirmative tant le nom de la Porte est courant. Mais si tel était le cas, on aurait un bel exemple de va-et-vient entre les deux administrations.

211 Alors que le mouvement inverse d’officiers du comte œuvrant pour le roi est attesté ; on l’a vu plus haut avec Girard de Rumano.

212 Certes, l’absence d’une étude approfondie sur la situation économique et sociale du Bourbonnais dans la seconde moitié du XIIIe siècle et la première moitié du XIVe – étude que l’indigence des sources, il est vrai, ne facilite guère – rend la comparaison avec le Forez difficile. On ne possède pas, en effet, pour le Bourbonnais, le pendant du livre d’Étienne Fournial sur le Forez (Les villes et l’économie d’échange en Forez..., op. cit.), la thèse de René Germain (Les campagnes bourbonnaises à la fin du Moyen Âge (1370-1530), Clermont-Ferrand, Publications de l’institut d’Études du Massif Central, 1987), traitant seulement des campagnes pour la période ultérieure. Il reste que l’analyse proposée par André Léguai dans sa thèse et ses autres travaux sur cette question offre un tableau de l’activité économique des plus médiocre. En conclusion de son développement sur l’économie du Bourbonnais au XIVe siècle, André Léguai écrit : « Au total, l’économie du Bourbonnais reste, au XIVe siècle, peu développée. Les villes sont peu nombreuses. L’activité de leurs habitants ne s’exerce que sur un plan purement local […]. Ni l’agriculture, ni l’activité industrielle ne sont susceptibles d’alimenter d’une manière ample et continue un commerce qui ne soit pas strictement local [...]. Économiquement, à la veille de la guerre de Cent Ans, le duché vit replié sur lui-même, prisonnier de sa médiocrité » (De la seigneurie à l’État, op. cit., p. 151). Ce constat est confirmé par la circulation des monnaies en terre bourbonnaise au cours du XIIIe et au début du XIVe siècle. S’il existe un courant commercial entre le Bourbonnais et le Berry, l’Orléanais, et au-delà la Bretagne, qui empruntait les vallées du Cher, de l’Indre et de la Loire – des espèces bourbonnaises, principalement des monnaies de Souvigny, ont ainsi été retrouvées dans des trésors monétaires de ces régions –, il semble avoir été en sens unique car les trésors monétaires bourbonnais ne renferment aucune monnaie de ces régions. En fait les monnaies étrangères au Bourbonnais présentes dans les trésors monétaires de la seigneurie sont peu nombreuses et proviennent pour l’essentiel des régions limitrophes. À cette aune, il est possible de conclure que les échanges avec la France du Nord et de l’Est étaient négligeables : C. Giraudet, « La circulation monétaire en Bourbonnais de la fin du XIe au début du XIVe siècle », op. cit. (n. 187), p. 296-297. En fait, seul le commerce du vin de Saint-Pourçain donne lieu à une activité d’échange à grande envergure au XIVe siècle, et, dans une moindre mesure, celui de Souvigny (Yves Renouard, « La consommation des grands vins du Bourbonnais et de Bourgogne », Annales de Bourgogne, 24 (1952), p. 230-232 et Roger Dion, Histoire de la vigne et du vin des origines au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1977, p. 267-273). Pourtant, une ville bourbonnaise – Montluçon, située sur le Cher, à l’ouest de la seigneurie – paraît avoir connu un certain dynamisme économique au milieu du XIIIe siècle, si l’on se fie à trois indices : la présence de juifs dans la cité en 1242, qu’évoque la charte de franchises d’Archambaud VIII de Bourbon (Arch. nat., P 13571, n° 351, charte publiée dans R. Gailloux, Institutions municipales de Montluçon jusqu’à la Révolution, op. cit. (n. 39), p. 123-127) ; l’autorisation octroyée en 1244 à deux marchands lombards d’Asti de demeurer à Montluçon pendant dix ans et d’y bénéficier des franchises et libertés propres aux bourgeois de la cité (Arch. nat., P 13 572, n° 375, analyse dans J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres delà maison ducale de Bourbon, op. cit., 1.1, n° 41, p. 51 ; aussi Chanoine Joseph-H.-M. Clément, Montluçon et ses richesses d’art, Montluçon, 1932, p. 55) ; le jugement du géographe arabe Edrisi qui décrit Montluçon comme une ville bien peuplée et prospère (Dominique Laurent, « Montluçon, des origines à la fin du Moyen Âge », dans A. Leguai (dir.), Histoire des communes de l’Allier. Arrondissement de Montluçon, Le Coteau, Horvath, 1986, p. 32).

213 On ne peut manquer de faire le rapprochement entre la figure de Jean Ier et celle de son contemporain, Charles II d’Anjou (1285-1309). Certes, ce dernier est roi de Sicile, et son action en matière de réforme administrative en terre provençale s’inspire des pratiques administratives royales expérimentées en Italie. Sans doute aussi, son œuvre s’inscrit dans la lignée de celle de son prédécesseur, Charles Ier. Néanmoins, la personnalité du roi, son intérêt pour la chose publique, son goût pour le droit témoignent, là aussi, d’une intelligence politique aiguë et d’un sens pratique notable. D’où une œuvre réformatrice des plus ambitieuse, qui trouve son point d’aboutissement dans une toute série d’enquêtes – lesquelles n’étaient les premières, cf. les enquêtes de Charles Ier (Édouard Baratier, Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969) –, la rédaction de la grande ordonnance de Brignolles du 31 juillet 1297 et, comme en Forez, la création d’une Chambre des comptes près de 30 ans avant celle de Montbrison : M. Hébert, « L’ordonnance de Brignolles... », art. cité (n. 85), p. 41-56 ; à compléter par Id., « Les ordonnances de 1289 et 1294 et les origines de l’enquête domaniale de Charles II », Provence historique, 36 (1986), p. 145-157, G. Giordanengo, « Arma legesque colo. L’État et le droit en Provence (1246-1343) », dans L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, École française de Rome, 1998, p. 35-80, spéc. p. 59-66, et Jean-Paul Boyer, « Construire l’État en Provence. Les “enquêtes administratives” (mi XIIIe-mi XIVe siècle) », dans Des principautés aux régions dans l’espace européen, Lyon, 1997, p. 1-26 (texte téléchargeable sur Reti medievali : http://www.retimedievali.it/).

214 Les difficultés commerciales qui touchent le Forez à la fin du XIIIe siècle ne manquent pas cependant de fragiliser certaines de ces familles marchandes et sans doute un reclassement s’effectue-t-il alors au profit de quelques-unes : Ét. Fournial, Les villes et l’économie d’échange en Forez..., op. cit. (n. 68), p. 290-292.

215 Quand bien même la référence à la Chambre des comptes de Montbrison n’est pas explicitement évoquée dans la charte de fondation du duc Louis II. Le modèle mis en avant est la Chambre des comptes de Paris : Arch. nat., P 1386, sans cote de pièce ; transcription dans O. Mattéoni, « Les Chambres des comptes de Moulins, Montbrison et Villefranche-en-Beaujolais à la fin du Moyen Âge », art. cité, p. 49-53. Sur les réformes de Louis II, A. Léguai, « Un aspect de la formation des États princiers en France à la fin du Moyen Âge : les réformes administratives de Louis II, duc de Bourbon », Le Moyen Âge, 70 (1964), p. 49-72, (repris dans A. Leguai, Les ducs de Bourbon, le Bourbonnais et le royaume de France, Yzeure, Société bourbonnaise des études locales, 2005, p. 49-65) ; je me permets également de renvoyer à O. Mattéoni, « Entre fidélité et compétence. Les conseillers du duc Louis II de Bourbon (1356-1410) », dans R. Stein (éd.), Powerborkers in the Late Middle Ages, op. cit. (n. 12), p. 177-198. Dès le début du XVe siècle, la Chambre des comptes de Moulins devient la première des trois Chambres des comptes de la principauté, la « chief de toutes les autres chambres des seigneurs de monseigneur le duc », selon les mots mêmes du lieutenant du duc Jean II, Jean de Bourbon, en 1474 : J.-M.L.A. Huillard-Bréholles, Titres de la maison ducale de Bourbon, op. cit., t. I, p. XXXIII.

Auteur

Agrégé d’histoire, Olivier Mattéoni est maître de conférences à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Sa thèse, Servir le prince. Les officiers des ducs de Bourbon à la fin du Moyen Âge (1356-1523), a été publiée aux Publications de la Sorbonne en 1998. Il a codirigé : La France des principautés. Les Chambres des comptes en France, XIVe et XVe siècles. Actes du colloque des 6, 7 et 8 avril 1995, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1996 ; Les Chambres des comptes en France aux XIVe et XVe siècles. Textes et documents, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998. Il a collaboré à « De part et d’autre des Alpes ». Les châtelains des princes à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2006. Il est en outre l’auteur de plusieurs articles et communications sur les officiers et la société politique dans les territoires des ducs de Bourbon et dans le royaume de France aux XIVe et XVe siècles.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search