Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Wilfrid Baumgartner

 | 
Olivier Feiertag

Troisième partie. Gouverner la banque de la France (janvier 1949-mai 1958)

Chapitre VI. La Banque de France, l’État et l’économie aux débuts de la IVe République (1949-1951)

Texte intégral

1Si Emmanuel Monick avait été entre 1944 et 1948 le gouverneur de la transition entre la réforme encore partielle de 1936 et la nationalisation totale de 1945, Wilfrid Baumgartner fut bien le premier gouverneur nommé à la tête d’un Institut d’émission dont la propriété intégrale revenait à l’État, devenu son unique actionnaire. Les pouvoirs du gouverneur et les missions de la Banque de France se trouvèrent- ils modifiés par les circonstances jusque-là inédites de cette nomination ?

  • 1 Auriol (Vincent), Journal du Septennat 1947-1954, Paris, Librairie Armand Colin, 1977, t. III, 1949(...)

2La nouvelle de l’arrivée de Baumgartner rue de La Vrillière suscita en tout cas, sous la plume du président de la République de l’époque, Vincent Auriol, un commentaire très laudatif : « J’ai reçu Baumgartner récemment nommé gouverneur de la Banque de France. C’est un grand commis dans la tradition des débuts de la Troisième République »1. Remarquable éloge de l’ancien ministre des Finances du Front populaire à l’homme qui fut son directeur du Mouvement des fonds ; le grand commis de la fin, mais « dans la tradition des débuts » de la IIIe République, pouvait-il l’être encore sous le régime politique suivant ? Les circonstances de ce mouvement administratif méritent pour le moins examen : Baumgartner arrivait à la tête de l’Institut d’émission dans le contexte des différentes mesures prises en 1948 destinées à mettre progressivement fin au dirigisme économique imposé par les pénuries persistantes de l’immédiat après-guerre. On peut donc s’interroger sur le rôle que la Banque de France était appelée à jouer au sein de cette évolution voulue libérale et sur la part qui lui revient dans la stabilisation monétaire intervenue en 1949-1950 pour la première fois depuis la fin de la guerre.

  • 2 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. II, p. 1265.

3Or les années 1949-1950 marquent aussi, en un apparent paradoxe souligné par Michel Margairaz, « l’apogée des investissements sur fonds publics »2 ; la Banque d’émission, pour sa part, a-t-elle alors joué le jeu des investissements de modernisation ? Le témoignage du directeur du Trésor entre 1947 et 1952, François Bloch-Lainé, laisse plutôt penser le contraire : « La trésorerie et, par conséquent, le financement des investissements n’étaient pas moins suspendus aux dispositions de la Banque de France.

  • 3 Bloch-Lainé (François) et Bouvier (Jean), La France restaurée…, op. cit., p. 173.

4Mais nous avions quelque peine à mouiller celle-ci par avance. Elle courait le risque par force, sans vouloir contribuer bien clairement à sa prise. Coquetterie paradoxale »3.

  • 4 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire…, op. cit., p. 105.

5Paradoxe donc encore une fois, irritant et appelant pour le moins une tentative d’explication : à tenir pour véritable l’orthodoxie affichée du gouverneur et de la Banque, comment comprendre la politique du crédit menée par l’Institut d’émission en 1949-1950 ? Le doute provient plus particulièrement, une fois encore, de la part des crédits à moyen terme mobilisables dans le total des crédits à l’économie. Leur importance, sans doute, demande à être précisément calculée, mais ce mode de financement de toute façon ne fut pas négligeable d’autant que c’était un domaine dans lequel, F. Bloch-Lainé l’a lui-même reconnu, la Banque de France ne s’était pas montrée « [des] plus farouches »4.

6L’histoire de l’Institut d’émission entre 1949 et l’automne 1951 semble donc à première vue être placée sous le signe d’un double paradoxe : le retour à la stabilité monétaire a coïncidé avec l’apogée du financement public des investissements tandis que l’orientation donnée à la politique du crédit sous la conduite de Baumgartner, orthodoxe de réputation, visait à accroître notablement les concours de la Banque à l’économie. Le problème ainsi posé appelle une réponse qui doit prendre en compte au moins deux niveaux d’analyse : les rapports de la Banque et de son gouverneur avec le ministère des Finances et notamment avec la direction du Trésor, dont le rôle central dans la politique des investissements n’est plus à démontrer ; la politique du crédit conduite par la Banque, notamment telle qu’elle apparaît dans les débats du Conseil national du crédit, qui recoupait aussi les concours que l’Institut d’émission apportait à l’économie. À travers ces deux séries de questions, c’est en fait le problème de la définition des missions de la Banque centrale nationalisée qui est posé ainsi que la question de ses fonctions nouvelles au sein d’un système financier français sorti fortement transformé, on l’a vu, de la période des années 1930, de la guerre et de l’Occupation.

LA NOMINATION DE WILFRID BAUMGARTNER À LA BANQUE DE FRANCE

  • 5 Lettre de Jean Keim à W. Baumgartner du 19 décembre 1930 lui rendant compte de l’entretien avec Mau (...)
  • 6 Dard (Olivier), «Maurice Petsche, itinéraire, réseaux, valeurs », in Roth (François) (dir.), Les mo (...)
  • 7 AWB, 2BA2, Dr2.
  • 8 Faure (Edgar), Mémoires, op. cit., t. I, p. 210 sqq.
  • 9 Cité par Andrieu (Claire), La banque sous l’Occupation…, op. cit., p. 40.
  • 10 Cf. supra, p. 222-227.

7Les circonstances de la nomination de Wilfrid Baumgartner à la tête de l’Institut d’émission relèvent à la fois de la méthode biographique, dont on a déjà noté les apports possibles, et de l’évolution plus globale de l’histoire économique de l’après-guerre. Les deux approches se rejoignent, du reste assez bien, en cette occurrence. C’est Maurice Petsche, ministre des Finances en titre depuis six jours dans le cabinet Queuille, qui signa le décret du 19 janvier 1949 nommant Wilfrid Baumgartner à la tête de l’Institut d’émission en remplacement d’Emmanuel Monick. Les relations qui liaient en 1949 le nouveau gouverneur au ministre étaient anciennes et la proximité des deux hommes est attestée à plusieurs reprises. La plus ancienne preuve d’une relation personnelle conservée par les papiers date d’octobre 19305 : Wilfrid Baumgartner, on l’a vu, dirigeait alors le cabinet de Paul Reynaud, ministre des Finances du gouvernement Tardieu, tandis que Maurice Petsche en était le sous-secrétaire d’État aux Finances. Le personnage de Maurice Petsche à lui seul mériterait une recherche approfondie. Cette étude éclairerait sans doute une certaine tendance de la droite française, à la fois socialement conservatrice et économiquement progressiste, dont Tardieu, mais aussi Reynaud, pour s’en tenir aux hommes politiques de l’entre-deux-guerres, étaient aussi partie prenante6. Parmi les très nombreux messages de félicitations adressés au nouveau gouverneur de la Banque, la carte de Maurice Petsche était la plus brève, une des plus significatives aussi, avec ces seuls mots d’une grosse écriture : « Bravo, bien affectueusement »7. Il faut faire remonter jusqu’à la fin des années 1920, on l’a montré, les origines déjà lointaines de cette affection dont Maurice Petsche savait aussi jouer en virtuose, à en croire du moins le témoignage toujours très en verve d’Edgar Faure qui, dans toute la période, le seconda rue de Rivoli comme secrétaire d’État au budget8. En outre, il faut souligner que l’intérêt de Maurice Petsche pour l’organisation du crédit et la place qu’y pourrait occuper la banque d’émission était apparu clairement dès l’entre-deux-guerres, on l’a déjà noté, à travers son activité à la commission des Finances de la Chambre à l’occasion par exemple des débats nés autour de la nationalisation de la Banque de France au cours de l’été 1936. Il avait alors déposé une contre-proposition qui aboutissait à donner à la Banque « le contrôle de l’activité bancaire », mais sans modifier son statut légal9. Il avait été également l’un des membres de la sous-commission d’organisation du crédit réunie en 1936-1937 pour préparer les réformes du système bancaire jugées indispensables par Vincent Auriol10. En janvier 1949, la décision de Petsche de nommer Baumgartner à la tête de l’Institut d’émission pouvait ainsi s’expliquer par l’ancienneté et l’intimité de leur relation mais elle prenait place aussi dans une politique d’ensemble, amorcée dès 1948, à laquelle la Banque de France, avec l’arrivée de Baumgartner, fut étroitement associée.

  • 11 Caron (François), « Le plan Mayer : un retour aux réalités », art. cité, p. 423.
  • 12 Andrieu (Claire), « La politique du crédit, frein ou moteur de la modernisation (1945- 1950) ? », i (...)

8Il n’est pas douteux que la politique économique conduite par Maurice Petsche en 1949-1951, comme l’a souligné François Caron, s’inscrivait dans le droit fil du « retour aux réalités » recherché l’année précédente par les différentes mesures du plan Mayer et qui sembla ouvrir « l’ère libérale de la politique économique française »11. À première vue, on est donc fondé à penser que la nomination de Baumgartner prenait place dans le cadre général d’une politique financière dont le but affiché était la restauration d’une monnaie réelle et stable, en rupture avec le cycle inflationniste qui prévalait depuis la fin de la guerre. Comment comprendre, dans cette perspective, le remplacement d’Emmanuel Monick en janvier 1949 ? Sous sa conduite, la Banque aurait en effet, à suivre l’analyse de Claire Andrieu, fait preuve à l’automne 1948 d’un véritable « monétarisme avant la lettre »12 tout aussi propre à contribuer au retour de la stabilité monétaire. Il semble que les raisons de son remplacement soient donc plutôt à rechercher dans l’évolution de ses relations avec le ministère des Finances. Elles éclairent par contrecoup les circonstances de la nomination de Wilfrid Baumgartner.

  • 13 Ibid., p. 243 sqq.
  • 14 Combat du 20 janvier 1949, AWB, 2BA2, Dr2.

9Les tensions qui s’étaient manifestées entre l’Institut d’émission et le Trésor au cours de « la bataille des taux » en septembre 194813 fournissent en effet une explication immédiate au départ de Monick. La presse d’ailleurs avait alors émis la même hypothèse : « l’indépendance ombrageuse » du gouverneur nommé à la Libération, écrivait ainsi Claude Bourdet dans Combat14, aurait provoqué son remplacement par Baumgartner jugé « plus conciliant ». Le nouvel empereur avait-il donc éprouvé le besoin de pouvoir s’appuyer sur un pape plus proche du temporel ? On cite très souvent la comparaison employée par Wilfrid Baumgartner lors de son installation devant le conseil général de la Banque, sans lui donner toujours le sens que lui prêtait alors le nouveau gouverneur : loin d’insister sur les oppositions pouvant se faire jour entre les deux pouvoirs, il insistait au contraire sur les convergences propres à les rapprocher :

  • 15 Déclaration inaugurale de Wilfrid Baumgartner devant le conseil général le 20 janvier 1949, AWB, 2B (...)

10« Un gouverneur de la Banque doit remplir intégralement ses fonctions, il ne doit pas sortir de ses fonctions […]. Je m’efforcerai […] de respecter le Gouvernement, de servir l’État. Je suis sûr que le ministère des Finances, auquel me lient tant de souvenirs et une vraie fidélité, saura faciliter ma tâche. Il se trouve vis-à-vis des pouvoirs publics dans la même position que la Banque vis-à-vis de lui. […] Motif évident de ne pas transformer en inimitié, même cordiale, ce qui peut être émulation. Ces deux moitiés de Dieu, le Pape et l’Empereur, comme dit Victor Hugo, peuvent régler pacifiquement même la querelle des investitures. »15

  • 16 Ibid., p. 11.

11Cette convergence dans l’action était d’autant plus nécessaire, selon Baumgartner, que si la Banque était sans conteste « le gardien de la monnaie », elle « ne dispos [ait] pas et ne p [ouvait] pas disposer de tous les éléments qui sauvegardent la monnaie »16. Il semble bien que dès cette date, le fait nouveau de la nationalisation ait été complètement admis par le gouverneur. Il le déclara du reste publiquement quelque temps plus tard à l’occasion d’une causerie qu’il avait accepté de donner sur l’histoire de la Banque depuis sa fondation :

  • 17 La Banque de France, tradition et progrès, conférence prononcée par W. Baumgartner à l’invitation d (...)

12« Je crois pour ma part, que cette nationalisation était dans la logique des choses. Certaines de ses modalités ont pu être discutées. Mais mettre entre les mains de la nation, pour ne pas parler de l’État, ce service essentiel, ce service public qu’est la Monnaie, correspondait à une vue logique et, dans une plus large mesure, légitime. »17

  • 18 Lettre de Maurice Petsche à Wilfrid Baumgartner du 1er mai 1951, AWB, 2BA5, Dr3.

13Cet accord initial renvoyait aussi, au-delà des réalités simplement institutionnelles, à la communauté de vues qui prévalait alors entre Baumgartner et Petsche. Elle est attestée, côté jardin cette fois, par un échange de lettres intervenu entre les deux hommes à la fin de la longue présence de Petsche rue de Rivoli, quelques mois avant son décès qui se produisit en septembre 1951. « Je confie mes dernières volontés, écrivit-il alors à Baumgartner, à l’ami qui exauça, il y a près de trois ans, mes premières volontés »18. La réponse de Baumgartner, dans la même veine, est tout aussi éclairante :

  • 19 Brouillon d’une lettre de Baumgartner à Petsche, s. d., au crayon, AWB, 2BA5, Dr3.

« Mon cher Maurice, ces deux dernières années, et un peu davantage, qui ont passé si vite, et nous ont si vite marqués, ont été de belles années. Tout ne t’a pas réussi, mais tu as tenu sur l’essentiel et dans les Annales de la République tu occupes une fort bonne place parmi les ministres des Finances et pas seulement sur le plan de la durée. »19

14Il poursuivait ce bilan sur un ton plus personnel encore, non sans laisser percer une certaine émotion, à peine voilée d’une ironie de bon aloi :

  • 20 Ibid.

« Ce fut un plaisir de travailler avec toi, un plaisir fatiguant car ta nature est exigeante et ton esprit méfiant. Mais la sympathie va d’abord à l’imperfection et le christianisme a toujours mieux accueilli les pêcheurs que les fidèles à toute épreuve. C’est pourtant dans cette catégorie modeste que se rangent la plupart de tes collaborateurs et moi-même. […] Leur orgueil très probablement leur interdira le paradis qui te fera accueil. »20

  • 21 François Bloch-Lainé témoigne en ce sens ; il parle à propos de Petsche de « l’orthodoxie de comman (...)

15On peut donc tenir pour acquis, sur la base de cet échange épistolaire, le fait que de janvier 1949 à juin 1951 les rapports entre le ministre des Finances et le gouverneur de la Banque de France se sont fondés sur une réelle convergence de vues21. C’est un élément non négligeable pour comprendre l’histoire des relations entre le pape et l’empereur dans la période et qui démontre bien de quel poids peuvent peser les hommes en pareille matière. Mais le choix de Wilfrid Baumgartner à cette date pour diriger l’Institut d’émission peut aussi s’expliquer par les relations que l’homme entretenait, d’autre part, dans les milieux d’affaires.

« UN TECHNICIEN APPRÉCIÉ DE SES PAIRS »

16Déjà importante en 1935 pour saisir les pouvoirs du directeur du Mouvement général des fonds, la nature du réseau social existant en 1949 autour du nouveau gouverneur peut éclairer à cette date la question fort controversée des liens entre l’Institut d’émission et les milieux financiers. En d’autres termes, la nationalisation complète de 1945 a-t-elle eu, comme c’était l’ambition des législateurs de juillet 1936, pour résultat de faire disparaître le « mur d’argent » ?

17Au lendemain de sa nomination, la presse de tout bord, une fois de plus, souligna l’étroitesse des liens existant entre Wilfrid Baumgartner et les intérêts privés. Ainsi Carrefour, issu de la presse de la Résistance, évoqua « son gros crédit personnel » auprès des milieux d’affaires :

  • 22 Carrefour, 19 janvier 1949, AWB, 2BA1, Dr2.

« Sous la Troisième, on aurait dit de lui qu’il avait la confiance des puissances d’argent. Mais sous la Quatrième, soustraite à la puissante influence de ces puissances maléfiques, on dira plus simplement de M. Baumgartner qu’il est un technicien apprécié de ses pairs »22.

  • 23 Bouvier (Jean), Un siècle de banque française…, op. cit., p. 135.
  • 24 Bouvier (Jean), La France restaurée…, op. cit., p. 226.

18La nationalisation complète de l’Institut d’émission en 1945 semblait donc ne pas avoir pour autant rendu caduc le problème posé depuis sa fondation par le dualisme qui caractérise la Banque placée par ses activités, comme l’a défini Jean Bouvier, « à la zone-frontière des affaires des particuliers et de celles de la collectivité publique »23. La question dépasse, et englobe, les polémiques qu’elle a contribué à nourrir ; elle renvoie en premier lieu au rôle économique et éventuellement politique de la Banque centrale mais concerne aussi le rôle et les motivations de ces forces du marché que l’histoire économique cerne avec plus de difficulté que l’action de l’État. Pourtant, rappelait encore Jean Bouvier, « la puissance publique ne peut pas devenir le Deus ex machina de l’immense machinerie d’une économie et d’une société »24. Cette vérité est particulièrement évidente pour toutes les questions touchant au crédit.

  • 25 AWB, 2BA1.

19L’examen de l’ensemble des lettres de félicitations adressées au nouveau gouverneur de la Banque constitue déjà une première approche du problème. Sur un total de 501 lettres conservées dans le fonds25, les auteurs de 433 d’entre elles ont pu être identifiés (soit une marge d’incertitude de 13,5 %). Les résultats obtenus selon la méthode déjà utilisée pour la nomination à la tête du Mouvement général des fonds en 1935 et exposée à cet endroit, sont les suivants.

20

Tableau n° 6 Spectrographie de l’entourage socioprofessionnel de Wilfrid Baumgartner en janvier-février 1949

Tableau n° 6 Spectrographie de l’entourage socioprofessionnel de Wilfrid Baumgartner en janvier-février 1949

21En outre, les inspecteurs des Finances au sein des différentes catégories ont fait l’objet d’un dénombrement supplémentaire :

22Parmi les correspondants du nouveau gouverneur, les représentants des milieux d’affaires sont majoritaires avec 51 % du total : les banquiers et cadres dirigeants des banques sont les plus nombreux (27 % du total) ; on a certes continué à considérer les grandes banques nationalisées comme faisant partie du secteur privé puisqu’à prendre en compte les pratiques qui sont ici déterminantes, on s’accorde à estimer qu’elles ont continué en dépit de la nationalisation à ressortir de la logique des affaires. Mais on relève aussi la présence de la plupart des banques restées juridiquement privées : Lazard bien sûr, mais aussi Worms, la Banque de Paris et des Pays-Bas, la Banque de l’Indochine, la Banque de l’Union parisienne, etc. À la vérité, c’est leur absence qui aurait été un sujet d’étonnement. Déjà dénombrés en 1935, ils constituent le fonds hérité du passage au Mouvement des fonds. De plus, c’est parmi eux qu’on dénombre, comme c’était déjà le cas en 1935, la majorité des inspecteurs des Finances identifiés dans le total des correspondants. Cet héritage de l’avant-guerre, légèrement augmenté depuis 1935 a-t-il connu une réévaluation en passant désormais dans le capital socioprofessionnel du gouverneur de la Banque de France ?

  • 26 La participation commune de ces hommes aux cercles de réflexion d’inspiration technocratique éclos (...)

23La proportion importante des patrons de l’industrie et du commerce, plus du quart du total (28,5 %), soit une certaine augmentation par rapport aux chiffres de l’époque du Mouvement des fonds (21,5 %), appelle une explication plus complexe. Sans doute s’agit-il aussi dans ce cas de la clientèle héritée du passage par le Crédit national : représentants de groupements professionnels (Union des industries textiles, Comptoir de l’industrie cotonnière, Comité central des armateurs de France) et patrons de PME (Lesieur, Farjon, papeterie Monestier, les vernis et enduits Sand, etc.). Cette clientèle avec le développement à partir de 1944 du rôle du Crédit national dans la procédure d’octroi de crédits à moyen terme avait certes pu s’étendre aussi en direction de la grande industrie. Il n’en reste pas moins que le nombre important de patrons de la grande industrie (sidérurgie, chimie, automobile, électricité) parmi ses correspondants s’explique aussi, comme en 1935, par le jeu des relations personnelles : il en va ainsi, par exemple, des grands patrons de l’électricité, comme Henry Davezac, Roger Bouteville, Paul Huvelin, dont les activités avant guerre avaient été associées à Ernest Mercier et au groupe de Messine26.

24Si en janvier 1949 les permanences avec l’entourage de l’avant-guerre sont indéniables, quelques infléchissements se sont produits néanmoins dans l’intervalle : la nette diminution des correspondants issus de l’administration elle-même, presque deux fois moins nombreux qu’en 1935, et la diminution relative de la part des inspecteurs des Finances dans le total. Nul doute que la mise à l’écart de Wilfrid Baumgartner pendant la période de l’Occupation puis de la captivité, ajoutée à l’épuration qui renouvela dans une certaine mesure les cadres administratifs, expliquent pour une large part cette évolution. Sans compter que les promotions nouvelles d’inspecteurs des Finances, celles formées à l’ENA, avaient alors cessé de fournir à Wilfrid Baumgartner d’éventuels « poulains ». Les voies de l’influence au sein du corps passaient désormais par d’autres voies, moins directes, plus incertaines aussi.

  • 27 Martin (Roger), Patron de droit divin…, Paris, Gallimard, 1984, p. 149.
  • 28 Ibid., p. 154.

25La grande hétérogénéité qui fut à l’origine de la formation d’un tel entourage rend très improbable le type d’explication relevant peu ou prou de la théorie du complot et de l’entente occulte. Pourtant on a vu déjà quel éclairage attendre de la notion de réseau en histoire économique et sociale. Elle peut contribuer ici à analyser la politique et les pouvoirs de la Banque de France et de son gouverneur, notamment dans le domaine de la politique du crédit où les relations fonctionnelles avec le milieu des affaires étaient les plus fortes. Une parfaite illustration de ces liens est fournie par le récit que Roger Martin, qui venait d’entrer à Pontà- Mousson, a donné du rituel des « visites d’information » préalable à l’annonce de la création de SIDELOR auquel il participa en novembre et décembre 1950 en compagnie d’André Grandpierre, Léon Daum, Robert Baboin, Henri Malcor et Jacques Laurent27. Parmi « les personnages de haut niveau qui disposaient du pouvoir de mettre des bâtons dans les roues » et auxquels hommage était ainsi rendu figuraient François Bloch-Lainé, toujours directeur du Trésor, mais aussi Jacques Brunet que la nomination de Baumgartner à la Banque avait fait revenir de l’exil doré de la Banque d’Algérie au Crédit national et, last but not least, Wilfrid Baumgartner installé depuis peu « dans le somptueux décor de la Banque de France »28. La nature des rapports de sujétion ainsi établis se laisse encore plus clairement entrevoir à la lecture du contenu de certains des messages adressés au nouveau gouverneur ; son étude contribue aussi à corriger le caractère nécessairement formel de l’approche seulement comptable.

  • 29 Lettre d’H. Ardant à W. Baumgartner du 9 février 1949, AWB, 2BA2, Dr1.
  • 30 Lettre de M. Dolfuss à W. Baumgartner du 20 janvier 1949, AWB, 2BA1, Dr2.
  • 31 Lettre de J. Fouchier-Magnan à W. Baumgartner du 20 janvier 1949, AWB, 2BA2, Dr1.
  • 32 Lettre de Georges Gay, directeur général du Crédit mobilier industriel à W. Baumgartner du 21 janvi (...)

26À son arrivée à la Banque de France, Wilfrid Baumgartner disposait à l’évidence d’un grand capital de confiance dans les milieux d’affaires. « Il y a plus de dix ans, lui écrivait ainsi Henri Ardant dont la voix représentait encore bien à cette date la profession bancaire, que vous auriez dû prendre en main la charge de la monnaie et du crédit. Que n’aurions-nous pas évité ? »29. C’est Marcel Dolfuss, le directeur-général de Ford France qui l’assurait du soulagement éprouvé à la nouvelle d’une nomination qui était, ajoutait-il, « pour nous industriels, une raison de réconfort sérieuse, – et Dieu sait si nous en avons besoin ! »30 La confiance semble aussi grande de la part des agents de change : « le choix ne pouvait être plus heureux, nous nous en réjouissons tous »31. L’expression du soulagement domine dans de nombreuses lettres : « Tous les financiers de ce pays […] ne peuvent que se réjouir profondément d’une nomination qui les satisfait enfin et les rassure pleinement »32. Au-delà même du cadre seulement national, Jacques de Fouchier, à cette date président de l’Union financière d’entreprises françaises et étrangères, spécialisée dans le financement du commerce extérieur, lui faisait également part de la confiance des milieux financiers étrangers :

  • 33 Lettre de J. de Fouchier à W. Baumgartner du 29 novembre 1949, AWB, 2BA2, Dr2.

« Laissez-moi vous dire aussi combien a été favorable sur les places étrangères que je connais bien l’écho de votre désignation. Le fait que la signature de la Banque devienne la vôtre retentit de la façon la plus heureuse sur le crédit français. – J’en ai déjà éprouvé de tangibles effets. »33

27Se trouvent ainsi mis au jour certains des ressorts de la confiance, cette dimension si difficile à saisir et pourtant, on l’a pressenti déjà plus d’une fois, si déterminante en histoire financière. Cette confiance put atteindre parfois un degré à la vérité étonnant. Agabriel, président de l’Union industrielle de crédit, prononçait ainsi à cette occasion un véritable serment d’homme-lige :

  • 34 Lettre de Agabriel à W. Baumgartner du 27 janvier 1949, AWB, 2BA2, Dr1.

« Je vous dirai surtout quel encouragement nous inspire le fait que vous preniez la barre à un tournant sans doute décisif, avec quelle confiance nous suivrons vos hautes directives, avec quel désir de répondre à vos desseins nous continuerons, dans notre modeste sphère, à essayer de servir. »34

  • 35 Vagneron (Frédéric), « La Montagne, la Nation et l’Alpiniste : l’Annapurna, un sommet français au m (...)

28Si l’on fait la part des règles du genre, le contenu de ces messages cités parmi tant d’autres prouve que le nouveau gouverneur avait, pour le moins, l’oreille des milieux d’affaires. C’est une réalité dont l’étude de la politique de la Banque dans la période doit tenir compte. Plus généralement, l’analyse du réseau de Wilfrid Baumgartner au début des années 1950 éclaire de manière très nette la cohésion persistante après 1945 encore du milieu des grandes affaires caractéristique de la période antérieure. L’existence de ce groupe restreint et relativement clos au sein de la société française a reposé sur des formes de sociabilité dont le cas Baumgartner, une fois de plus, désigne parfaitement la réalité. Une illustration particulièrement intéressante en est donnée par l’appartenance du gouverneur de la Banque de France récemment nommé au réseau de soutien constitué à l’automne de 1949 dans les milieux industriels et technocratiques en vue de réunir le financement de l’expédition française qui devait accomplir la première ascension mondiale de l’Annapurna le 3 juin 195035.

  • 36 Jeanneney (Jean-Noël), « Un patronat au piquet, septembre 1944-janvier 1946 », in L’argent caché, o (...)
  • 37 Le fait est rapporté par Brun (Gérard), Technocrates et technocratie…, op. cit., p. 45.

29L’existence d’un tel réseau socioprofessionnel peut d’abord être analysée déjà comme réseau d’informateurs : ces hommes en relation personnelle avec le gouverneur purent servir d’utiles relais entre la Banque et la profession, les directives de la puissance publique et les forces du marché. Cette dimension apparaît nettement à la lecture de la demande que présenta au nouveau gouverneur, quelques jours à peine après sa nomination Henry Davezac, l’influent secrétaire général du Syndicat de la construction électrique avant guerre et depuis 1946 président de la Compagnie générale électrique, l’un des membres aussi les plus actifs du récent CNPF dont il était un des représentants au Conseil national du crédit36. Fondateur en 1937 des Nouveaux Cahiers, organe d’une certaine tendance modernisatrice du patronat français, et animateur de débats auxquels avait alors été associé Wilfrid Baumgartner37, Davezac était assez représentatif du type de relations nouées entre Baumgartner et certains patrons de la grande industrie. Après avoir, à son tour, souligné le « si unanime suffrage » qui avait présidé à sa nomination, il sollicitait de lui un entretien personnel :

  • 38 Lettre d’Henry Davezac à W. Baumgartner du 23 janvier 1949, AWB, 2BA2, Dr2.

« La partie engagée par l’équipe au pouvoir est trop décisive pour que chacun à son rang ne s’emploie pas à la faire réussir. Il y a, à l’heure actuelle dans le milieu patronal certains sentiments d’appréhension, et aussi des réactions démagogiques. Il s’agit d’apaiser les uns, et de contenir les autres. Et c’est de tout cela que je voudrais vous parler »38.

  • 39 Andrieu (Claire), « La politique du crédit… », art. cité, p. 243-245.

30Davezac faisait ainsi explicitement allusion aux critiques suscitées à l’automne 1948 par les mesures de restriction du crédit prises sous la direction de Monick, mais en étroite union avec le Trésor, et qui avaient abouti à imposer au système bancaire le mécanisme des plafonds d’escompte et des planchers d’effets publics39. Le remplacement de Monick par Baumgartner était donc aussi intervenu sur fond des polémiques nées autour de la politique du crédit, objet d’accusations contradictoires mais convergentes : pour les uns, essentiellement malthusienne, elle était un frein à l’activité économique ; trop laxiste pour les autres, elle favorisait l’inflation dont souffrait l’économie française depuis la fin de la guerre.

31Tels étaient grosso modo les termes de l’équation qui domina les premières années de Baumgartner à la Banque de France et qui, avec la question des rapports avec le ministère des Finances, figurait en bonne place au nombre des circonstances qui entourèrent sa nomination. Telles étaient également les données de base qui présidèrent à ce qu’on commençait bel et bien à appeler la « politique de crédit ».

LE PROBLÈME DE LA POLITIQUE DE CRÉDIT

  • 40 Monick (Emmanuel), Compte rendu au nom du Conseil général de la Banque, Paris, Imprimerie Paul Dupo (...)
  • 41 Monick (Emmanuel), Compte rendu des opérations présenté à Monsieur le Président de la République, P (...)
  • 42 Andrieu (Claire), « Genèse de la loi du 13 juin 1941, première loi bancaire française (septembre 19 (...)

32De 1949 à 1951, la politique du crédit a conféré à l’Institut d’émission une importance qu’on aurait tort de limiter à la seule manipulation du taux d’escompte. Il est beaucoup plus éclairant de l’analyser, en acte, à travers la notion plus globale des concours de la Banque de France à l’économie, qui comprenait aussi bien l’escompte traditionnel des effets commerciaux à court terme que, à partir de 1936, des effets de l’Office des céréales et, depuis 1944, des effets de mobilisation de crédits à moyen terme, mais aussi, et dans une proportion non négligeable depuis 1938, les différentes interventions de la Banque sur le marché monétaire : achats d’effets négociables en France, avances à 30 jours sur effets publics et avances sur titres. À l’occasion du dernier rapport présenté aux actionnaires de la Banque le 22 mars 1945, le gouverneur Emmanuel Monick avait déjà affirmé que la « mission primordiale » de son établissement était « de soutenir les forces productives du pays par une libérale et judicieuse répartition du crédit »40. Mais le compte rendu de 1946 au président de la République avait ajouté qu’elle avait aussi « le devoir de veiller à ce que les facilités offertes par le crédit soient utilisées pour des fins conformes à l’intérêt général »41. La loi de nationalisation du crédit du 2 décembre 1945 avait en effet abouti à charger l’Institut d’émission du contrôle du crédit exercé de facto à travers le Conseil national du crédit, présidé en l’absence chronique du ministre des Finances par le gouverneur de la Banque, sous l’autorité duquel était aussi placé le secrétariat du CNC. Cette évolution s’inscrivait donc sans solution de continuité dans la suite de la définition légale de la profession bancaire intervenue pour la première fois sous l’Occupation avec la loi du 13 juin 194142. Elle explique l’attention soutenue dont Wilfrid Baumgartner fit preuve tout au long de son séjour rue de la Vrillière pour les problèmes du crédit.

  • 43 Margairaz (Michel), « Les ministres des Finances, personnalités, structures et conjonctures », Le m (...)

33Mais par la politique du crédit, la Banque était également partie prenante des débats nés autour de la question plus générale des investissements, à un moment où le relèvement économique et l’équipement du pays figuraient au premier plan des impératifs nationaux. En outre, la Banque se trouva associée alors aux mécanismes des investissements publics dont Michel Margairaz a établi qu’ils culminèrent en 1949-1950, sous le ministère de Maurice Petsche, « un des responsables, note-t-il, les plus conservateurs et orthodoxes »43. La politique du crédit suivie par la Banque et son gouverneur dans la période peutelle contribuer à éclairer cet apparent paradoxe ?

  • 44 Andrieu (Claire), « La politique du crédit… », art. cité, p. 239.
  • 45 INSEE, Le Mouvement économique de la France, 1938-1948, Paris, PUF, 1950, p. 338-339.
  • 46 Bouvier (Jean), Un siècle de banque française…, op. cit., p. 165.

34Claire Andrieu a étudié les modalités nouvelles du contrôle de la Banque sur le crédit du temps de Monick, mais son analyse est beaucoup plus succincte sur la période ouverte à partir de 1949 avec l’arrivée de Baumgartner. Elle estime, pour sa part, qu’à cette date l’action de la Banque « reflua » et qu’« au printemps de 1950 le relâchement de l’action qualitative sur le crédit et l’atténuation des mesures quantitatives mirent un terme à la phase d’expérimentation que la Libération avait ouverte »44. Or cette évolution demande à être examinée plus avant, sur la base notamment de sources primaires, car elle touche directement à la progressive redéfinition des fonctions de la Banque au sein du système financier après 1945. Reprenant une répartition des différents postes figurant au bilan de l’Institut d’émission proposée par l’INSEE en 195045, Jean Bouvier a représenté de façon très suggestive le sens de l’évolution des missions de la Banque sur un siècle, prenant quelques dates repères, à la manière de sondages, entre 1871 et 1971 : le poids relatif des concours à l’économie dans le bilan de la Banque était de la sorte commodément comparé à différents moments, d’une part aux créances sur l’État, et, d’autre part, aux « comptes de garantie monétaire » (encaisse-or et devises et dépôts de garantie à l’étranger)46. Nous avons, pour notre part, tenté d’appliquer ce même cadre comptable de manière plus systématique pour chacune des années entre 1914 et 1997, aboutissant à une représentation plus complète de l’évolution de la structure des emplois de la Banque au xxe siècle (cf. figure n° 15).

Figure n° 15 Évolution de la structure de l’actif de la Banque de France au xxe siècle

Figure n° 15 Évolution de la structure de l’actif de la Banque de France au xxe siècle

Source : Annhis, situations hebdomadaires de la Banque de France (1914-1997), www.banque-France.fr/statistiques/séries chronologiques.

  • 47 Plessis (Alain), « Les concours de la Banque de France à l’Économie (1842-1914) », in Bouvier (Jean (...)
  • 48 Margairaz (Michel), « Monnaie, État et marché entre les deux guerres : le Trésor, la Banque de Fran (...)
  • 49 Perroux (François), « Les banques d’émission et l’État », Revue d’économie politique, vol. 1/ IV, 1 (...)
  • 50 Sur cette évolution générale et ses implications sur la définition des fonctions de la banque d’émi (...)

35À cette échelle, le sens général de l’évolution des emplois de la banque d’émission est très clair. La part des concours à l’économie a connu ainsi au cours du xxe siècle une évolution en trois temps bien déterminés : d’abord, une forte réduction de leur poids relatif jusqu’en 1945, dans le prolongement de la nette tendance à leur régression rapide depuis la fin du Second Empire47, mais au profit depuis la Grande Guerre et comme partout en Europe des créances sur le Trésor48 ; puis, un gonflement tout à fait sensible de leur part entre 1950 et 1974 – c’est bien le temps de la Banque comme « Centrale de contrôle et d’administration de la monnaie et du crédit » ainsi que l’écrivait François Perroux dès 194549 ; enfin, nouvelle tendance à leur diminution relative progressive depuis 1974, au profit cette fois des emplois en actifs internationaux, renouant par là avec une physionomie du bilan qui prévalait à la veille de 191450. La singularité de la période des années 1950 aux années 1970 est évidente. Quelque chose s’est passé durant les années des Trente Glorieuses en France dans le domaine des marchés de l’argent et plus généralement au sein du système financier dont témoigne la transformation qui a alors affecté les bilans de la banque d’émission. Une vue de cette évolution, isolée à l’échelle moyenne de la période de la IVe République, permet davantage encore d’en préciser la nature et le rythme (cf. figure n° 16).

Figure n° 16 Évolution de la structure des emplois de la Banque de France à la fin de chaque exercice entre 1949 et 1959 (en % du total de la valeur courante de l’actif)

Figure n° 16 Évolution de la structure des emplois de la Banque de France à la fin de chaque exercice entre 1949 et 1959 (en % du total de la valeur courante de l’actif)

Source : Bilans annuels de la Banque de France, in Comptes rendus des opérations, 1949-1959.

36Le sens de l’évolution de la structure des actifs de la Banque de 1949 à 1959 est clair : dès 1951, la part des concours à l’économie ne cesse d’en représenter plus de la moitié, près des deux tiers même en 1956. C’est une configuration totalement exceptionnelle au xxe siècle. Il faut remonter à la fin du Second Empire pour retrouver une physionomie du bilan comparable. La tendance inverse prévaut à l’évidence pour les créances sur l’État qui représentent encore plus de la moitié en 1949, au moment de la nomination de Baumgartner, et qui tendent ensuite à régresser, sans pour autant véritablement chuter en dessous d’un tiers du total des emplois, sauf en 1955. La part des comptes de garantie monétaire qui exprime assez bien la situation des finances extérieures de la France reste constamment inférieure au quart du total de l’actif et délimite avec netteté, en 1952-1953 et 1956-1958, les périodes de crise aiguë de la balance des paiements. Rien de notable sur l’évolution du poste « divers », sinon qu’il comprend dans toute la période, outre le volume variable des effets en cours de recouvrement, une estimation d’un montant ridiculement faible des actifs immobiliers de la Banque, continûment évalués à 4 millions ! L’intérêt d’étudier tout particulièrement la période 1949-1951 apparaît à l’évidence : c’est dans cet intervalle que la part des concours à l’économie est devenue majoritaire dans le total des emplois et qu’a régressé à due proportion la part des dettes de l’État envers la Banque.

37L’histoire de la conduite par les autorités monétaires de la politique du crédit et l’analyse de la conception qu’en avait le gouverneur de la Banque en revêt une importance encore accrue : la notion même de « politique de crédit », comme on l’appelait alors, était-elle clairement définie par les responsables de l’économie et des finances ? Quel rôle joua dans l’augmentation sensible de la part des concours à l’économie entre 1950 et 1951 la mobilisation des crédits à moyen terme dont le mécanisme fut étendu en mars 1950 au financement des exportations et au financement de la construction en juin de la même année ? On est en droit de se demander, apportant un élément de plus dans le débat sur la sélectivité du crédit, s’il ne s’agissait pas en l’occurrence d’une nouvelle orientation qualitative de la politique du crédit. De même, sur un plan plus classiquement quantitatif, on peut s’interroger sur l’évolution que connut, à partir de 1949, la politique du taux d’escompte : la diminution d’un demi-point du taux de base en août 1950 était peut-être faible. Mais la nouvelle aggravation des coûts survenue à l’automne 1951 correspondait à une augmentation plus importante (+ 60 %) que celle qui avait été à l’origine des tensions entre la Banque et le Trésor en septembre 1948 (+ 40 %). C’est dire qu’il convient de s’interroger d’abord sur les instruments de la politique du crédit alors à la disposition des « autorités monétaires », pluriel auguste qui laissait entière la question des modalités pratiques du partage du pouvoir en ce domaine entre la Banque et le Trésor.

LES ENJEUX DE LA POLITIQUE DU MANIEMENT DU TAUX D’ESCOMPTE

  • 51 Barrère (Alain), « La politique du crédit en France depuis 1945 », Revue économique, n° 5, 1951, p. (...)
  • 52 Koch (Henri), La Banque de France et la monnaie…, op. cit., p. 255-256 et p. 349-350.

38Le maniement du taux d’escompte fut longtemps le seul moyen d’intervention de l’Institut d’émission sur le crédit. Son évolution ne résume pas à elle seule la politique du crédit mais elle en permet une première approche pour l’ensemble de la période, d’autant qu’elle était, de fait jusqu’en 1957 puis de droit par la suite, liée aux conditions de banques. Surtout, les conditions générales du financement de l’économie au lendemain de la guerre donnèrent au crédit une importance exceptionnelle et inédite face à la faiblesse persistante du marché financier et à la lente reconstitution de capacités d’autofinancement laminées par l’inflation51. En regard, l’augmentation rapide de la demande globale dans le contexte économique de la reconstruction et de la modernisation était à l’origine du recours massif au crédit que les autorités monétaires et les milieux bancaires avaient d’ailleurs prévu, on l’a souligné, dès avant la fin de la guerre. D’autre part, l’efficacité potentielle d’une action des autorités monétaires sur l’évolution du crédit était objectivement accrue dans la période par l’insuffisance chronique des liquidités bancaires qui aboutissait à mettre continûment le marché « en banque ». L’évolution du taux de base fixe donc bien le cadre de l’action de la Banque dans le domaine du crédit. Mais l’analyse de son évolution doit être complétée par la prise en compte des taux de pénalité de « l’enfer » et du « super-enfer » (escompte en pension A et B), officiellement appliqués respectivement à compter d’octobre 1951 pour l’enfer et d’avril 1957 pour le super-enfer à l’escompte consenti aux banques au-delà de leur plafond, sous la forme d’une véritable vente à reméré52 (cf. figure n° 17).

39Sans même discuter l’efficacité du maniement du taux de l’escompte et ses effets sur l’évolution du crédit et l’activité économique, on peut le considérer comme un indicateur de tendance valable : il apparaît ainsi que durant toute la IVe République, le prix de l’argent, tout en demeurant toujours bon marché, a connu une alternance régulière de phases de hausse suivies de périodes de baisse du taux de l’escompte. Elles ont rythmé, au moins en surface, la politique du crédit et demandent donc à être expliquées, d’autant qu’elles ont suscité dans toute la période de vifs débats au sein de la Banque, mais également dans l’opinion.

40

Figure n° 17 Évolution du taux de base et des taux de pénalité de la Banque de France (1946-1959)

Figure n° 17 Évolution du taux de base et des taux de pénalité de la Banque de France (1946-1959)

Source : Bilans annuels de la Banque de France, in Comptes rendus des opérations, 1949-1959.

41L’arrivée de Baumgartner à la Banque de France coïncida avec une première phase de détente après le mouvement d’aggravation qui, sous Monick, avait caractérisé les années 1947-1948. La nouvelle aggravation de l’automne 1951 mit à l’évidence fin à la relative détente de 1950. Et l’on note qu’un mouvement identique caractérisa la période suivante : détente en 1954-1956, suivie d’un nouvel enchérissement en 1957-1958. En regard, on doit noter que les variations de la valeur du portefeuille d’escompte de la Banque dans le même temps permettent de constater une certaine synchronisation entre les mouvements des taux et l’évolution du portefeuille commercial de la Banque.

42

Figure n° 18 Évolution de la valeur du portefeuille d’escompte de la Banque de France (1949-1959) (en milliards de francs courants)

Figure n° 18 Évolution de la valeur du portefeuille d’escompte de la Banque de France (1949-1959) (en milliards de francs courants)

Source : Comptes rendus annuels des opérations de la Banque de France, 1946-1959.

43Sans entrer ici dans le détail de la composition du portefeuille, il faut relever le fait que les mouvements de hausse du taux de l’escompte, ainsi en 1952- 1953 ou encore en 1957-1958, ont coïncidé de fait avec une réduction relative de la valeur totale des effets figurant au portefeuille d’escompte de la Banque. Cette corrélation fut-elle perçue par les décideurs du moment ? Quelles motivations présidèrent aux modifications du taux de l’escompte ? C’est la première série de questions en suspens. Mais l’action sur le crédit recouvrait-elle autre chose que la traditionnelle politique du taux de l’escompte ? Et l’instauration des plafonds de réescompte en septembre 1948 n’avait-elle pas de toute façon rendu obsolète cette forme d’intervention de la Banque centrale ?

  • 53 Ibid., passim.
  • 54 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire, op. cit., p. 117.
  • 55 Andrieu (Claire), « À la recherche de la politique du crédit… », art. cité, p. 388.

44Conjointement à ses aspects quantitatifs, la politique du crédit avait également un contenu qualitatif : c’est la notion, fort à l’honneur en 1946-194753, de sélectivité ou discrimination du crédit. La Banque, appuyée sur l’autorité au moins nominale du Conseil national du crédit, pouvait indiquer aux banques les secteurs économiques devant bénéficier en priorité de crédits. François Bloch- Lainé a donné sur cette question un témoignage fort clair : la Banque ne se serait, d’après lui, jamais résolue à faire appliquer une stricte discrimination du crédit ; entre le commissariat au Plan, le ministère des Affaires économiques, d’une part, et la Banque d’autre part, cette question se serait résumée à « un dialogue de sourds »54. Au mieux, si l’on suit sur ce point Claire Andrieu, la discrimination aurait été cantonnée aux recommandations faites par le gouverneur aux banques par l’intermédiaire de l’Association française des banques, appelant à refuser les crédits dits « de spéculation » dans le seul but de lutter par ce biais contre l’inflation55. C’est l’autre aspect du problème : la Banque avait-elle les moyens d’exercer une discrimination « positive » du crédit ? Et, dans ce cas, on peut être curieux de préciser les objectifs de développement qu’elle assignait au financement de l’économie soumis à son contrôle, comme par exemple la place qu’y tenait le thème de la modernisation de l’économie. Ne convient-il pas aussi de verser à ce dossier le développement continu du crédit à moyen terme dans le portefeuille de la Banque ? La décision d’en étendre les facilités à un secteur d’activité plutôt qu’à un autre et l’examen qui présidait à l’accord préalable donné par la Banque et le Crédit national n’aboutissaient-ils pas à opérer une sélectivité du crédit ? La politique du crédit dans la période, à l’évidence, est une notion difficile à cerner et qui n’apparaissait pas, à l’époque, aux yeux des responsables économiques avec une grande netteté.

  • 56 Besse (Pierre), « Le Conseil National du Crédit », Revue économique, n° 5, 1951, p. 578-590.
  • 57 Ibid., p. 378-379.
  • 58 Ibid.
  • 59 La direction des Études de la Banque de France conserve la quasi-totalité des sténotypies des séanc (...)

45La conception qu’avait Wilfrid Baumgartner en 1949-1950 de la politique du crédit se laisse pourtant apercevoir à la lecture des discussions qui avaient lieu lors des séances du Conseil national du crédit. Le gouverneur en était de droit le vice-président et en assurait la présidence effective en l’absence quasi-systématique du ministre des Finances, président en titre. L’appréciation de la place du CNC dans la politique du crédit doit être précisée56. On peut suivre, jusqu’à un certain point, Claire Andrieu pour qui le CNC ne fut que la « chambre d’enregistrement des décisions de la Banque de France ou du ministère des Finances »57. Alors que la loi du 2 décembre 1945 l’avait doté de larges attributions, le CNC, de fait, avait vu sa capacité effective de décision réduite d’emblée par la part prépondérante prise par la Banque. C’est à cette dernière que revenaient la préparation et l’exécution des décisions du CNC. Elle assurait, d’autre part, en étroite association avec sa propre direction du Crédit précisément créée en 1946, le secrétariat du CNC, confié dès l’origine à Pierre Besse, inspecteur des Finances. Pour autant, le CNC a-t-il vraiment mené une existence « fantomatique »58 ? Les sténotypies des séances du CNC permettent de se représenter avec plus d’exactitude la teneur des réunions alors tenues rue de la Vrillière59.

46La fréquence des réunions du CNC, que la loi avait prévues obligatoirement une fois par mois, connut un incontestable ralentissement dès le second semestre 1949 : mensuelles encore jusqu’à l’été, elles devinrent alors bimestrielles et, à partir de 1951, trimestrielles. Il n’en reste pas moins qu’elles furent le lieu de débats dont l’unanimité qui se dégage des Rapports du CNC assurément ne rend pas compte.

  • 60 Séance du CNC du 15 février 1949, transcription des débats, ABF, p. 2B.
  • 61 Ibid., p. 3C.

47Ces débats portaient alors sur la définition même d’une politique du crédit, sur ses instruments et plus encore sur les éléments d’analyse propres à en déterminer les orientations. La première séance présidée par Baumgartner, le 15 février 1949, donna lieu ainsi à un échange de vue révélateur de l’imprécision théorique qui entourait alors la conduite d’une politique du crédit, mais aussi de l’état des représentations en ce domaine : Pierre Grimanelli, directeur des programmes aux Affaires économiques et également membre du conseil général de la Banque mit à cette occasion la progression du crédit en 1948 en regard avec l’indice de la production et s’inquiéta de la croissance beaucoup plus rapide du crédit : « Il convient, en conclut-il, de conserver une ligne de conduite très prudente »60. Mais Pierre Uri, qui représentait le commissariat au Plan, put affirmer à ce propos qu’il n’y avait pas « de liaison directe entre les besoins du crédit et la valeur même de la production »61. Baumgartner abonda du reste dans son sens. Édouard Escarra, devenu en 1948 président du Crédit lyonnais, proposa alors, de son point de vue, une autre approche de l’équilibre fondée sur le rapport entre ressources bancaires et besoins de crédit. Les dépôts bancaires, notait-il, étaient de toute façon insuffisants pour permettre une extension du crédit :

  • 62 Ibid., p. 2D.

« Il y a eu une époque où, au contraire, les banques avaient des comptes créditeurs et des dépôts supérieurs à leurs emplois. C’était par exemple en 1914. À cette époque-là, […] les besoins de crédit étaient plus que largement satisfaits par les dépôts des banques, et il était inutile de recourir à l’inflation de crédit. »62

48Témoignage lumineux, très révélateur de l’état des mentalités sur la question du crédit. « L’inflation de crédit » était donc toujours perçue comme une innovation risquée. À lire ses propos, il semble bien qu’en 1949, pour le représentant au CNC de la plus grande banque française, les dépôts aient fait encore et toujours les crédits. Et il est significatif de trouver alors chez Édouard Escarra, proposition majeure du syllogisme, une critique de l’État banquier, cause du déséquilibre qui, selon lui, aboutissait à détourner l’épargne des dépôts bancaires :

  • 63 Ibid., p. 3D.

« En 1914, je crois qu’il n’y avait pas encore de comptes-courants postaux, je crois qu’ils datent de 1918 ; et par conséquent, il y a, à l’heure actuelle, une somme de 150 à 180 milliards qui ne va pas dans les dépôts des banques et qui va alimenter directement, je pense, les besoins de l’État lui-même. »63

  • 64 Ibid., p. 3F.
  • 65 Séance du CNC du 25 octobre 1949, ABF, p. 1.
  • 66 Séance du CNC du 15 février 1949, AWB, 2BA2, Dr3.

49Incertitude théorique, croyance en un âge d’or qui aurait pris fin en 1914, l’environnement intellectuel de la politique du crédit dans ces premières années explique qu’elle apparaisse parfois dépourvue de vigueur et de netteté. De plus, il faut souligner que l’information statistique en matière bancaire n’en était encore qu’à ses débuts véritables. Et si le secrétariat du CNC pouvait commencer à s’appuyer sur les renseignements de la Centrale des risques, il arrivait aussi quelquefois à Emmanuel de Sèze, directeur des Études et du Crédit à la Banque, de faire reposer ses conclusions sur un empirisme sans fard. Il réfuta ainsi facilement l’éventualité d’une hausse des prix du coton : « Personnellement je passe devant les Cent Mille Chemises, j’ai vu au mois de janvier une exposition qui a porté sur des chemises à 880 francs, ce qui ne s’était pas vu depuis quelque temps »64. Il semble bien que la politique du crédit en ces années 1949-1950 a été l’objet d’un pilotage à vue dont les limites apparurent très vite à Baumgartner lui-même : si les critères de la « politique de crédit », « terme, selon lui, sans doute un peu ambitieux »65, étaient parfois difficiles à cerner, son efficacité, quant à elle, posait à ses yeux un problème « beaucoup plus délicat ». À Jean Duret, représentant de la CGT qui faisait part de ses « doutes » sur cette efficacité, la réponse de Baumgartner avait le mérite de la franchise : « Ces doutes, nous les partageons tous, et nous cherchons simplement dans cette Maison à faire de notre mieux »66. Cette ligne de conduite fort modeste, Baumgartner la résuma sans fausse pudeur lors d’une conférence prononcée devant les élèves de l’Institut d’études politiques le 21 février 1951 :

  • 67 Problèmes financiers et monétaires, conférence prononcée à l’IEP par W. Baumgartner le 21 février 1 (...)

« Voyez-vous, en gros, dans ce domaine de la politique du crédit – et ce mot politique est un bien grand mot – on ne peut qu’être guidé, d’une façon générale, par une règle de bon sens : c’est que lorsqu’il y a expansion, il faut savoir à un certain moment, si cette expansion prend trop d’amplitude, la freiner ; et quand il y a au contraire une récession, il faut savoir relâcher les contrôles, être plus libéral. »67

  • 68 Séance du CNC du 15 février 1949, AWB, 2BA2, Dr3.

50Ce bon sens affiché, revendiqué, participait bien sûr aussi de l’image que le gouverneur entendait donner de sa fonction. Mais il relevait plus profondément de la conviction, chez lui, qu’il était difficile d’aller contre les tendances du marché. Ainsi la croissance de la masse monétaire, rapportée à l’augmentation des prix, lui apparaissait-elle comme « fatale » : « nous sommes très loin d’avoir reconstitué une masse monétaire proportionnée aux indices de prix que nous avons atteints »68. Ce quantitativisme robuste faisait le fond théorique de la politique du crédit menée entre 1949 et l’été 1951.

  • 69 Séance du CNC du 17 mars 1949, transcription des débats, ABF, p. 3F.

51« Il est bien évident, et nous le savons tous, que nous sommes à un tournant », soulignait Baumgartner devant le CNC le 17 mars 194969.

  • 70 Ibid.
  • 71 Séance du CNC du 31 mai 1949, AWB, 2BA2, Dr3.

52L’instauration des plafonds de réescompte en 1948 avait eu « d’heureux résultats » et avait abouti, selon lui, à « une situation de pré-stabilisation ». La politique du crédit, à l’en croire, avait sa part dans ce début de stabilisation. Il importait dès lors de poursuivre cet « assainissement » et, conclut-il, s’« il f [allait] se garder de lâcher trop tôt les écluses du crédit, il f[allait] se garder aussi de les lâcher trop tard »70. Il apparaît donc bien que l’action sur le crédit n’était pas alors conçue seulement de manière restrictive. Le gonflement de la masse monétaire au deuxième semestre 1949 était alors interprété par le gouverneur comme l’indication du retour à la confiance par le jeu de la préférence pour la liquidité ; elle ne comportait donc aucun danger, estimait-il, même s’il était « encore trop tôt pour parler d’un relâchement général du crédit »71.

53Le 8 juin 1950, pourtant, le conseil général de la Banque décida de baisser d’un demi-point le taux de l’escompte. Dans le compte rendu de l’exercice de 1950, W. Baumgartner justifia après coup cette relative détente :

  • 72 Compte rendu des opérations de la Banque de France pour 1950, Paris, Imprimerie Paul Dupont, 1951, (...)

« Le ralentissement dans les progrès de l’activité du pays, qui a marqué le début de 1950 […] s’est accompagné, à la fin avril, d’un léger recul des utilisations de crédit enregistrées au Service Central des Risques. Ces divers symptômes […] ont incité la Banque à rechercher dans la baisse du loyer de l’argent un allégement des coûts de production, et à stimuler de la sorte l’activité des entreprises. »72

54La réalité de cet essoufflement conjoncturel de la fin de 1949 et du début de 1950 apparaît clairement dans la courbe de l’activité entre ces deux dates.

Tableau n° 7 Indices mensuels de la production industrielle (sans le bâtiment) de mai 1949 à novembre 1950 (Base 100 en 1938)

Tableau n° 7 Indices mensuels de la production industrielle (sans le bâtiment) de mai 1949 à novembre 1950 (Base 100 en 1938)

Source : INSEE, Bulletin mensuel de statistique, 1949-1950.

55Après avoir culminé en mai 1949, l’indice de la production industrielle ne retrouvait donc pas, à la sortie du creux saisonnier de l’été, le niveau qu’il avait atteint au printemps et semble avoir stagné encore durant tout le premier semestre 1950, avant de retrouver au second semestre 1950 une croissance régulière. Dès janvier, soit près de quatre mois après le début de l’essoufflement de l’activité, Baumgartner laissa entrevoir la nécessité d’un assouplissement des conditions de crédit, explicitement conçu par lui comme un moyen d’agir sur le niveau de la production :

  • 73 Déclaration de W. Baumgartner devant le CNC, séance du 27 janvier 1950, AWB, 2BA3, Dr5.

« Je crois que le moment approche où il faudra s’engager dans la voie de nouveaux assouplissements. Je crois qu’il est essentiel que, pour que le redressement de la France continue, son activité productrice reste intense. »73

  • 74 Cette incertitude théorique a été amplement soulignée par Guillaumont-Jeanneney (Sylviane), Politiq (...)
  • 75 Rattier (Gabriel), « Le Service Central des Risques Bancaires », Revue économique, n° 5, 1951, p. 6 (...)

56Sans pouvoir attribuer de façon automatique le redémarrage de l’activité à la réduction du prix de l’argent intervenue en juin 1950, il apparaît bien que les autorités monétaires, par la politique du crédit, se sont efforcées, en connaissance de cause, de piloter la croissance74. Elles disposaient à cet effet, pour la première fois, des informations fournies par la Centrale des risques qui paraissent en l’espèce avoir joué un rôle déterminant dans la décision de desserrement du crédit de juin 1950. Depuis la réforme décidée par le CNC en mars 1948, la centralisation des risques bancaires était effectuée avec une réelle précision, à l’échelon des succursales d’abord, puis à Paris, selon un rythme désormais mensuel75. Les autorités monétaires disposaient enfin de la connaissance globale des risques bancaires dont l’absence dans le passé avait été durement ressentie, par exemple au moment de la crise bancaire de 1930-1931 qui, on l’a vu, avait marqué les débuts de Baumgartner au Mouvement des fonds. Pour imparfait qu’il fût encore, c’était sans conteste un instrument au service de la modernisation de la Banque d’émission et la source d’information principale des décisions relevant de la politique du crédit. Le desserrement du crédit de juin 1950 toutefois ne doit pas être réduit au seul abaissement du taux de l’escompte. Il a comporté aussi de la part des autorités monétaires la volonté de réduire conjointement les conditions de banques.

  • 76 Bloch-Lainé (François), Le Trésor public et la politique financière, cours IEP, Paris, Les cours de (...)
  • 77 L’Agence économique et financière du 14 juin 1950 reproduit le texte de cette lettre.
  • 78 Séance du CNC du 29 juin 1950, AWB, 2BA3, Dr6.

57Dans le partage tacite des pouvoirs intervenu dans la foulée des réformes de la Libération entre le Trésor et l’Institut d’émission qu’évoquait, à cette époque, François Bloch-Lainé devant ses étudiants des Sciences politiques, le règne sur les banques avait été entièrement concédé à la Banque centrale, à qui étaient revenues la présidence et l’organisation de la commission de contrôle des banques76. C’est ainsi qu’au moment où était décidé l’abaissement du taux de l’escompte, Baumgartner écrivit officiellement à Hottinguer, le président de l’Association française des banques, pour demander à la profession d’accompagner l’effort d’assouplissement en réduisant significativement ses propres conditions de crédit ; le gouverneur envisagea la suppression de la commission d’endos et une réduction des intérêts débiteurs77. C’était porter un rude coup à la marge bénéficiaire des banquiers. Face à la levée de boucliers, Baumgartner dut composer et, devant le CNC, il proposa aux banques « une solution transactionnelle » en réduisant de moitié l’effort qui leur était demandé. « Nul n’est plus soucieux que moi de faciliter le renforcement de l’assiette des entreprises bancaires », plaida-t-il, mais ce renforcement « n’est possible et durable que si l’économie reste saine et active ». La réduction des conditions de banques dont « l’économie française se plaint depuis longtemps », était, expliqua-t-il, indispensable « à la poursuite de l’expansion »78. Face au déchaînement des doléances opposées des représentants des banques et des usagers du crédit, le gouverneur, non sans pathétique, mais bien dans le rôle qu’il affectionnait, en appela alors à l’intérêt général : « Je me sens un peu seul », avouait-il, placé comme il l’était au milieu de tant de revendications particulières, avant d’imposer finalement avec quelque fermeté l’adoption du compromis qu’il suggérait.

58L’analyse de l’assouplissement des conditions de crédit de juin 1950 montre bien que la politique du crédit ne s’est pas résumée à une action seulement restrictive. Elle indique aussi que le maniement du taux de l’escompte n’a été qu’un des aspects de l’action sur le crédit : le contrôle exercé par la Banque centrale sur les banques inscrites a pu également s’ajouter à la traditionnelle politique de l’escompte. La question du contrôle qualitatif du crédit en fournit une autre illustration.

59La nécessité d’une discrimination du crédit fut réaffirmée avec constance tout au long de 1949-1950. Les représentants de la CGT au CNC, Pierre

60Lebrun et Jean Duret, avaient fait de ce thème un de leurs chevaux de bataille :

  • 79 Séance du CNC du 17 mars 1949, pièce citée, p. 3D.

« Nous ne sommes pas quant à nous […] pour un resserrement brutal et indiscriminé du crédit, comme le préconisent nos protecteurs américains, nous sommes également opposés à un desserrement général du crédit, comme le demandent, je crois, nos collègues du patronat français ; nous pensons que c’est dans le sens d’une discrimination plus poussée qu’il conviendrait d’agir. »79

  • 80 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire, op. cit., p. 117.
  • 81 Aron (Raymond), « La politique du crédit », Le Figaro du 14 avril 1950.
  • 82 Séance du CNC du 17 mars 1949, pièce citée, p. 4D.
  • 83 Lettre de W. Baumgartner à R. Hottinguer du 31 août 1949, AWB, 2BA2, Dr8.

61Le témoignage de F. Bloch-Lainé donne un écho similaire à cette prise de position80. Mais la position de la Banque, elle, est moins bien connue. Aux yeux de son gouverneur, la discrimination faisait partie du « métier » même de banquier. Raymond Aron expliquait alors fort bien cet argument : « Les instructions du CNC ne suppriment pas la responsabilité, le droit et le devoir de faire un choix qui incombe au banquier »81. La Banque de France, pour sa part, affirmait pratiquer ce choix « avec vigilance » : « Nous n’hésitons pas […] à mettre en œuvre les discriminations qu’appellent soit la situation de telle ou telle branche, soit la situation de telle ou telle banque »82. Les accords de crédit, se justifiait le gouverneur, étaient donnés en fonction d’une double préoccupation : accompagner l’expansion, mais aussi accélérer la régression. Le « moyen extrême » d’obtenir la baisse des prix n’était-il pas « d’acculer à la chute un certain nombre d’entreprises ? » demandait-il, non sans malice, aux représentants syndicaux. Par la voie habituelle des lettres du gouverneur au président de l’Association professionnelle des banques, le contenu de cette discrimination apparaît cependant clairement : les crédits devaient être dirigés vers les entreprises qui produisaient « dans des conditions techniques favorables » ou qui s’efforçaient « de développer leurs ventes à l’étranger, principalement dans les pays à devises fortes »83. Productivité et recettes à l’exportation : en affirmant ces deux priorités, la Banque pouvait-elle faire beaucoup plus dans la voie de la discrimination du crédit, sauf à sortir du cadre général de l’économie concertée mise en place à la Libération et dans lequel le plan Monnet lui-même s’inscrivait ? Les crédits à moyen terme mobilisables constituèrent pourtant une tentative supplémentaire, particulièrement explicite en 1950, pour orienter le crédit.

LA POUSSÉE NOUVELLE DES CRÉDITS À MOYEN TERME MOBILISABLES

  • 84 Sur l’admission à la mobilisation des crédits à moyen terme à l’exportation en 1950, cf. Duchassin (...)

62En mars et juin 1950 étaient admis à la mobilisation les effets à cinq ans portant sur des opérations d’exportation et des effets de financement de la construction immobilière84. Sans entrer ici dans le détail d’une procédure qui fut surtout l’objet de débats à partir de 1956-1957 surtout, il convient de souligner qu’à cette occasion encore, le gouverneur plaida en faveur d’une politique du crédit orientée vers l’expansion. Lors de la discussion au sein du conseil général de la Banque au sujet des nouvelles dispositions aboutissant à étendre les facilités du crédit à moyen terme au financement des exportations, le président du CNEP, Georges Gaussel, dans un rôle qu’il occupa tout au long de son mandat au conseil général de 1936 à 1967, comme représentant de l’industrie et du commerce, s’inquiéta des risques monétaires de cette nouvelle extension du crédit à moyen terme. Et Baumgartner reconnut que ses alarmes étaient « parfaitement défendables du point de vue des stricts principes », mais expliqua qu’elles devaient être rapportées à la réalité de la situation économique :

  • 85 Séance du conseil général de la Banque de France du 9 février 1950, AWB, 2BA3, Dr5, p. 8.

« On doit se demander ce qu’aurait été la situation de l’industrie française, et avec elle la capacité économique et aussi fiscale du pays, à quelle cadence singulièrement lente se serait effectué le redressement de l’économie française si l’effort de production qui s’imposait au lendemain de la Libération n’avait pas trouvé dans le crédit à moyen terme un non négligeable adjuvant. »85

63À détailler ainsi l’argumentation du gouverneur, on accordera qu’il n’est pas exact de dire que les leçons de l’entre-deux-guerres n’avaient pas porté. La notion d’investissement productif était à cette date parfaitement présente à l’esprit de Wilfrid Baumgartner. L’accueil réservé deux mois plus tard aux mesures de financement du programme de construction appuie encore, s’il en était besoin, cette démonstration.

  • 86 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 1269 sqq.

64Sans revenir sur les considérations de politique intérieure et extérieure qui ont pu motiver au début de 1950 l’adoption par le gouvernement Bidault d’un programme de construction de logements86, relevons encore l’engagement sans réserve du gouverneur et de la Banque dans le financement de la construction, qui, selon lui, figurait « au premier rang des activités nationales à favoriser » :

  • 87 Séance du conseil général de la Banque de France du 22 juin 1950, AWB, 2BA3, Dr6.

« Il ne saurait être question en ce domaine de se retrancher derrière des considérations d’ordre monétaire. […] Il faut s’engager sans hésitation dans cette voie et peut-être même ne pas assigner une limite au montant total des crédits qui seront accordés. »87

  • 88 Effosse (Sabine), L’invention du logement aidé en France, op. cit., p. 236-239.

65Le conseil général était pour une fois unanime à reconnaître l’urgence tant économique que sociale du programme de construction et à souhaiter que la Banque y concourût dans toute la mesure de ses capacités88. Il apparaît donc bien qu’en acceptant d’étendre à certains secteurs d’activité la procédure de mobilisation des crédits à moyen terme, dont la progression n’était pas plafonnée, la Banque conduisait une politique du crédit indubitablement sélective.

  • 89 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. II, p. 1238.

66Ainsi donc, en matière de crédit, la Banque de France, au moins entre 1949 et 1950, a sans conteste soutenu l’effort de reconstruction et de modernisation de l’économie française : les inflexions de sa politique de l’escompte, ses recommandations aux banques en faveur d’une discrimination du crédit opérée en fonction du double impératif de la productivité et des exportations, les concours, enfin, qu’elle a apportés à l’économie par la procédure des crédits à moyen terme mobilisables, sont autant d’éléments qui s’inscrivent en faux sur les reproches de malthusianisme économique faits, dès cette époque, à l’Institut d’émission. Mais les raisons de cette apparente « conversion » ne laissent pas d’être encore mystérieuses. Sans doute Michel Margairaz a-t-il raison d’écrire que Wilfrid Baumgartner n’était pas Jean Tannery89 ; mais, surtout, la France de 1949 n’était plus celle de 1935.

67LA PLACE DE LA BANQUE DANS LA POLITIQUE DES INVESTISSEMENTS

  • 90 Bouvier (Jean), La France restaurée…, op. cit., p. 85 sqq.
  • 91 Procès-verbal du Comité spécial de la commission des Investissements, séance du 30 juillet 1949, AE (...)
  • 92 Les Échos du 2 septembre 1949, p. 3.
  • 93 Libération du 2 septembre 1949.
  • 94 Margairaz (Michel), L’État, les finances…, op. cit., t. II, p. 1261 sqq.
  • 95 Ibid., p. 1161.
  • 96 Premier rapport du Comité spécial, oct. 1949, cité par M. Margairaz, ibid., p. 1159-1160.
  • 97 Bloch-Lainé (François), La France restaurée…, op. cit., p. 178.

68Dans l’analyse que Jean Bouvier ou Michel Margairaz ont donnée de la politique des investissements publics après 1945, la Banque de France apparaît fortement liée au « pôle financier » dans le « nouvel appareil économique public »90, surtout au sein de la commission des Investissements où le sous-gouverneur, Jean Saltes, représentait l’Institut d’émission. En outre, le 6 juillet 1949, Wilfrid Baumgartner lui-même fut nommé par Maurice Petsche président du comité spécial de la commission des Investissements destiné, selon les termes mêmes du ministre, à définir, sur la base d’un « grand effort de révision » et sans avoir à sacrifier « délibérément la stabilité monétaire », « les programmes d’investissements à réaliser en 1950, 1951 et 1952 et [les] moyens matériels et financiers de les mener à bien »91. Jean Monnet devait y exercer une manière de co-présidence, en un duumvirat aux modalités peu explicites. Le secrétariat du comité reprenait cette apparente dualité : il était confié à Pierre Besse, secrétaire général du CNC et à Jean-Paul Delcourt du commissariat au Plan. Aussi Les Échos, commentant la création du comité spécial, titraient-ils : « Le plan Monnet est mort, voici le plan Baumgartner ! »92, tandis que Libération annonçait le passage « des vestiges du plan Monnet au plan sans prestige de M. Baumgartner »93. Faut-il voir dans cet épisode administratif l’indication d’une influence accrue de la Banque dans la politique des investissements ? Ou doit-on plutôt interpréter les réactions dont la presse se fit alors l’écho comme la marque du « déphasage État-opinion » dont Michel Margairaz a montré à plusieurs reprises la réalité94 ? Le travail du comité spécial, comme il l’a en effet montré, aboutit au contraire à la rédaction d’un rapport dans lequel dominait « l’apologie de l’investissement »95 : une réduction des investissements, plaidait ce rapport, « risquerait de ralentir dangereusement, voire de briser le mouvement continu d’expansion connu par notre pays depuis quatre ans : les conséquences dommageables de ce renversement risqueraient de se faire sentir jusque dans les Finances publiques, par une réduction sensible des rentrées fiscales »96. Il apparaît donc qu’à cette date encore, la politique des investissements bénéficia d’un soutien unanime au sein de l’ensemble de l’État, similaire à l’acceptation globale dont avait bénéficié, sous l’emprise de la nécessité, le plan Monnet à ses débuts. Le problème, dès lors, est de rendre compte du soutien ainsi apporté aux investissements productifs par des institutions, comme la Banque de France, ou des hommes, Wilfrid Baumgartner ou avec lui Maurice Petsche, qu’on aurait plutôt a priori rangés, à la suite de François Bloch-Lainé, parmi « les super-prudents en matière d’investissements et les monétaristes les plus orthodoxes »97.

  • 98 Andrieu (Claire), « Le financement des investissements entre 1947 et 1974 : trois éclairages sur le (...)
  • 99 Ibid., p. 44.

69« Par un paradoxe apparent, note en effet dans le même ordre d’idée Claire Andrieu, c’est au temps de la reconstruction, au moment où le Plan est le plus matérialiste, que le soutien de l’Institut d’émission lui fut le mieux acquis »98. Doit-on en conclure avec elle que ce paradoxe illustre la « distance entre l’idéologie et l’action »99 ? C’est en effet, on l’a déjà noté, l’un des ressorts de l’institution d’une économie d’endettement. Au vrai, l’idéologie de Wilfrid Baumgartner sur les investissements publics en février 1951, au terme du cycle du financement public, s’exprimait sans détour :

  • 100 Problèmes financiers et monétaires, doc. cité, p. 8-9.

« Il était parfaitement clair qu’au lendemain de la Libération, dans l’état où était la production française, il était impossible d’obtenir l’équilibre général, à la fois financier et économique, qui conditionne une monnaie saine. On a donc, je ne dirai pas délibérément, mais implicitement sacrifié les finances à l’économie. »100

  • 101 Michel Margairaz indique déjà que le partage entre ce qu’il a distingué comme « pôle économique » e (...)

70Il ajoutait, plus explicite encore, que « les programmes d’investissements », lancés « avec un certain courage », avaient été nécessaires ; pour le gouverneur, en somme, le rétablissement de la monnaie et de l’équilibre des finances publiques, à cette date encore, passait par le détour de la commission des Investissements. Cette compatibilité « à terme » des investissements et des grands équilibres financiers, évidente aux yeux des autorités monétaires, ne l’était-elle pas aussi pour les tenants du supposé « pôle économique », notamment pour le commissaire au Plan, Jean Monnet lui-même101 ?

  • 102 Procès-verbal de la séance du conseil général de la Banque du 27 octobre 1949, AWB, 2BA3, Dr1, p. 2

71Le soutien direct apporté par la Banque au financement des entreprises nationalisées apparaît dès lors avec plus de cohérence. C’est ainsi qu’en octobre et décembre 1949, la Banque facilita, par exemple, le montage d’un emprunt de la SNCF et des Charbonnages de France sur le marché des capitaux suisses : les sociétés publiques empruntèrent auprès de la Société de banque suisse de Bâle et du Crédit suisse de Zurich 250 millions de francs suisses, soit 20 milliards de francs, sur cinq ans. Cette somme fut versée en report au Fonds de stabilisation des changes sur un compte bloqué et le Fonds, par le jeu des avances de l’Institut d’émission, crédita le compte du Trésor de la contrepartie en francs. Exposant l’opération devant le conseil général de la Banque le 27 octobre 1949, Baumgartner dut reconnaître que la solution « du point de vue des principes n’[était] pas entièrement satisfaisante »102. Il put cependant la justifier facilement d’un point de vue économique : cette affaire, en effet, fut rendue publique à l’occasion de la crise politique ouverte par la démission du cabinet Queuille, le 5 octobre, et fut l’occasion d’une remise en cause de l’orthodoxie de la Banque.

  • 103 Libération du 20 octobre 1949, AWB, 2BA2, Dr8.
  • 104 JO, Assemblée nationale, 13 octobre 1949, p. 5771.
  • 105 « Quel a été du point de vue monétaire le bilan du précédent Gouvernement ? », note de W. Baumgartn (...)
  • 106 Ibid., passim.

72Alors que René Mayer tentait une nouvelle fois d’obtenir l’investiture, la presse se fit de nouveau l’écho de la possibilité de voir attribuer le portefeuille des finances à Wilfrid Baumgartner103. Or, à la surprise générale, Édouard Daladier tonna contre la politique financière menée sous le gouvernement Queuille, mettant en cause les autorités monétaires : le prêt des banques suisses à la SNCF, présenté comme la preuve d’une « prétendue restauration du crédit, n’était en réalité, s’indigna-t-il, qu’une opération d’inflation déguisée »104. Piqué, le gouverneur répondit indirectement quelque temps après au vieux chef radical par une note adressée le 16 novembre à Henri Queuille105, toujours aux affaires, mais comme vice-président du Conseil cette fois dans le cabinet Bidault. En effet, le maintien de Maurice Petsche aux Finances indiquait une continuité avec l’œuvre du gouvernement précédent et Baumgartner, toujours dans le rôle de conseiller qui fut le sien dans toute cette période, entendait par avance donner au gouvernement des arguments pour défendre une permanence qu’il estimait souhaitable : « Quel a été du point de vue monétaire le bilan du précédent gouvernement ? » demandait-il donc. Assimiler l’augmentation de la circulation fiduciaire à l’inflation était selon lui « une vue simpliste ». La reconstitution des encaisses privées qu’elle traduisait était au contraire, « comme ce fut le cas au moment du retour aux affaires de Poincaré, caractéristique d’une période de préstabilisation ». Quant aux opérations de crédits consentis en faveur des entreprises nationalisées, grâce au réescompte automatique de l’Institut d’émission, elles se justifiaient pleinement, à ses yeux, dans la mesure où il s’était agi de financer « des investissements productifs à moyen terme »106. Ainsi conçue, la formule, en effet, ne différait pas fondamentalement des opérations de mobilisation de crédits à moyen terme consentis au bénéfice des entreprises publiques dont nous avons déjà noté l’importance pour cette période. Cette opération, outre qu’elle renseigne parfaitement sur l’analyse que Baumgartner faisait à cette date de la justification des investissements productifs, pose également le problème plus général des relations de trésorerie entre la Banque et l’État et, quoique de façon indirecte, la question beaucoup plus complexe de l’évolution de la place et du rôle de l’Institut d’émission au sein du système financier au début des années 1950.

LA BANQUE NATIONALISÉE ET LE TRÉSOR BANQUIER

  • 107 Problèmes financiers et monétaires, doc. cité, p. 8.

73C’est un fait que le poste des avances de la Banque de France à l’État connut entre 1949 et 1951 une stabilité qui, même en tenant compte de la stabilisation relative du rythme de la hausse des prix à partir de la fin des années 1940, contrastait fortement avec l’augmentation très rapide qui l’avait caractérisée de 1945 à 1947. À partir de 1949, les avances provisoires de l’Institut d’émission à l’État se stabilisèrent autour de 160 milliards (contre moins de 20 milliards à la fin de la guerre). Ce chiffre demeura à peu près fixe jusqu’en 1952. Il est vrai que cette période d’assainissement des finances publiques coïncida avec la période où l’aide Marshall atteignit son maximum et où la trésorerie vivait sur le succès de l’emprunt pour la reconstruction et l’équipement auquel la Banque prit d’ailleurs une bonne part. Mais si le gouvernement ne fit plus appel à la procédure très voyante des avances directes, le soutien financier de l’Institut d’émission continua pourtant à être sollicité dans la période, mais de façon plus oblique. Wilfrid Baumgartner lui-même l’admit en février 1951 : le déficit budgétaire en 1949-1950 « s’est finalement comblé mieux qu’on ne l’avait espéré, sans doute, il faut le reconnaître, par sinon la complaisance, du moins la résignation de l’Institut d’émission »107. Ce soutien en définitive sans faille de la Banque au Trésor mérite examen, car il invite à s’interroger sur le sens des critiques que le directeur du Trésor de l’époque adressa rétrospectivement à l’Institut d’émission et à son gouverneur.

  • 108 Bloch-Lainé (François), Le Trésor public et la politique financière, cours IEP, Paris, Les cours de (...)
  • 109 Papiers internes de la direction du Trésor, dossier Banque de France ; AEF B25132.
  • 110 Bloch-Lainé (François), La France restaurée…, op. cit., p. 241.
  • 111 Saint-Geours (Jean), Pouvoir et Finances, op. cit., p. 108-109.
  • 112 F. Bloch-Lainé, Entretien avec l’auteur le 17 janvier 1994.

74Le procès que François Bloch-Lainé a dressé après coup de la Banque de France pose un réel problème pour l’histoire de l’Institut d’émission dans cette période. Ses critiques relèvent d’un double niveau d’analyse : d’une part, explication immédiate, le haut fonctionnaire qui a placé son action et son discours public, non sans courage, au service d’un projet de progrès social et de démocratie économique se serait heurté à la citadelle conservatrice de la rue de la Vrillière. Cette défiance, si perceptible dans ses souvenirs, semble bien avoir prévalu dans les faits entre la Banque et la direction du Trésor à l’époque. Dans le registre semi-public de son cours de 1952-1953 aux Sciences politiques, le directeur du Trésor soulignait ainsi que la question des rapports entre les autorités financières et les autorités monétaires n’était pas simple : « Sur le plan théorique, la question appelle une réponse très nuancée ; sur le plan pratique, les institutions demeurent, sans doute par nécessité, dans une certaine équivoque »108. Au sein de la direction, le sentiment de cette équivoque assurément dominait. En témoigne cette recommandation inscrite au crayon sur le compte rendu de la Banque de France paru en 1949, le premier dû à Baumgartner, de la main de François Bloch-Lainé à l’intention de Claude Gruson, chargé au Trésor du service des Études économiques et financières : « Prière de lire ceci avec un œil critique ». Or Gruson avait pu lui répondre, rassurant : « Ce rapport est très gentil pour nous », notant même « page 5, une allusion très favorable à la politique d’investissements »109. Il n’est pas à exclure qu’aux yeux du directeur du Trésor en 1949-1950, la Banque de France, quoique nationalisée, se dressait encore et toujours dans l’ombre portée du « mur d’argent ». Du fait de « cette préférence viscérale », de « ce réflexe fatal », la Banque, écrivait encore François Bloch-Lainé, « semble avoir toujours penché du même côté, en partageant à contretemps les fautes des perpétuels conservateurs »110. Moins explicite que Jean Saint-Geours pour qui l’étroitesse des liens entre le gouverneur et les milieux d’affaires ne fait aucun doute, car, affirme-t-il, « ils font partie de la même classe sociale, passent ensemble leurs vacances, chassent ensemble »111, François Bloch-Lainé, pour sa part, admet néanmoins lui aussi que Wilfrid Baumgartner a entretenu de bonnes relations avec les banquiers et les grands industriels : « Il était de leur bord »112 résume-t-il. Et sans doute, peut-on percevoir quelque chose encore de l’esprit de 1936 dans les flèches que, quarante ans après, il décoche au gouverneur avec qui jadis il eut maille à partir.

  • 113 Bouvier (Jean), Sociétés sans inflation et sociétés sous inflation…, op. cit., p. 4.
  • 114 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire, op. cit., p. 114.
  • 115 « Loi relative à la nationalisation de la Banque de France », JO, Lois et décrets, n° 285, p. 8002.
  • 116 Lettre de F. Bloch-Lainé à E. Monick du 6 mars 1948, AEF, B 25 131.

75Mais cette opposition est justiciable aussi bien d’un autre niveau d’analyse : Jean Bouvier conseillait à l’historien de ne pas enfourcher trop vite, ni trop tard d’ailleurs, « les coursiers de l’idéologie »113. C’est que les critiques de l’ancien directeur du Trésor révèlent également un antagonisme secondaire cristallisé, cette fois, autour de la question de la modernisation de la Banque centrale et de ses responsabilités dans le système financier largement renouvelé du début des années 1950. La « tragi-comédie » rituelle jouée entre le Trésor et la Banque autour des concours, directs ou non, à l’État, s’explique en effet fondamentalement pour Bloch-Lainé par les réticences de la Banque centrale « à encourir des responsabilités qu’elle n’estimait pas siennes »114. Mais quelles étaient sous la IVe République les responsabilités exactes de l’Institut d’émission ? C’est un fait trop peu souligné qu’il ait fallu attendre 1973 pour que la Banque de France soit enfin dotée de statuts correspondant à la situation nouvelle créée par la nationalisation complète de 1945. Le 2 décembre 1945, en effet, seul le titre premier de la loi de nationalisation avait été voté. Son article 3 stipulait que « la composition du conseil général, les statuts de la Banque de France et le régime des impôts et redevances qui lui sont applicables [devaient] être modifiés et complétés par une loi avant le 28 février 1946 »115. Il aurait donc dû revenir au gouvernement Félix Gouin dont le ministre de l’Économie nationale et des Finances était André Philip, de préparer et de faire voter cette loi définitive. Un projet de loi (n° 840) « relatif à l’organisation du crédit en France » fut de fait déposé par le ministre à l’Assemblée constituante le 2 avril 1946. Mais comme le rappelait déjà le directeur du Trésor à Monick deux ans plus tard, le projet ne fut pas alors examiné par la commission des Finances « en raison notamment de la multiplicité des travaux de l’Assemblée »116 : le vote du budget, des nationalisations du gaz, de l’électricité et des assurances suffisent en effet à expliquer que la question des nouveaux statuts de la Banque ait alors été laissée en suspens. La question de la définition légale des statuts de la banque nationalisée fut reposée ensuite périodiquement dans le cadre des procédures de contrôle auxquelles la Banque, comme toute entreprise publique, devait être soumise. Les enjeux de cette question cruciale étaient ainsi apparus clairement à l’occasion de l’examen de la gestion de la Banque, engagé pour la première fois en 1950 par la commission de vérification des comptes des entreprises publiques. Le rapport avait été demandé à René de Lestrade, rédacteur détaché à la mission de contrôle des activités financières, mais François Bloch-Lainé, comme il devait le préciser en commission, avait lui-même contribué dans une large mesure à la réalisation du rapport. Daté du 6 novembre 1950, il n’était venu en discussion qu’au mois de mai de l’année suivante devant la commission de contrôle des banques, présidée en droit par le gouverneur de la Banque de France, et à laquelle avaient été déléguées par la loi du 27 mai 1950 les attributions de la commission de vérification. Cette séance de la CCB du 24 mai 1951, dont le rapporteur était François Bloch- Lainé, en présence de Wilfrid Baumgartner, était exceptionnellement présidée par le président de la section « crédit » de la commission de vérification, afin d’éviter que le gouverneur ne soit en position de juge et de partie.

  • 117 Compte rendu sténographique de la séance de la commission de contrôle des banques du 24 mai 1951, 2 (...)

76Les échanges parfois tendus qui eurent lieu à cette occasion entre le directeur du Trésor et le gouverneur mettent en évidence que ce sont bien deux conceptions différentes du rôle de l’Institut d’émission qui se firent face. L’étude des charges et des ressources de la Banque pour l’année 1949, expliqua ainsi Bloch-Lainé, permettait, selon lui, de mettre en évidence certains problèmes « de politique générale »117 : l’évolution des effectifs, l’état du réseau des succursales de la Banque et la nature des rapports financiers avec l’État actionnaire. C’était assigner d’emblée à la discussion un horizon qui dépassait de beaucoup le simple contrôle de gestion a posteriori et mettre en cause les missions mêmes de la Banque centrale. Le premier problème évoqué par le directeur du Trésor était donc centré sur la délicate question des effectifs. Si globalement, avant et après la nationalisation, ils n’avaient pas, comme ce fut le cas autour de 1920 par exemple, été affectés d’une forte croissance (+ 6 % entre 1944 et 1946), en revanche la répartition entre employés titulaires (directeurs, chefs, rédacteurs et agents de tout grade) et employés auxiliaires s’était, elle, nettement modifiée en faveur des emplois titulaires : de 43 % du total des effectifs en 1944, leur part s’établissait à 70 % du total en 1946. Et cette tendance se poursuivit sous toute la IVe République. En 1959, les emplois de titulaires représentaient ainsi 87 % d’un effectif global en légère diminution rapporté au chiffre de 1946 (cf. figure n° 19). La diminution des emplois précaires et le fort accroissement des emplois fixes sont à mettre en relation avec les nouvelles missions échues à la Banque à compter de sa nationalisation : la création de la direction générale du Crédit et du Conseil national du crédit, de la Centrale des risques, du service des comptes courants de bons du Trésor, le développement enfin du service bancaire étranger, autant de nouveaux services permanents dont la mise en place demandait la création de nouveaux postes fixes. Le sens de cette évolution apparaît encore plus clairement si l’on considère cette fois, au sein de l’effectif total des employés titulaires, la répartition des créations – ou des suppressions – de postes entre le siège à Paris, la banque dite « centrale », et les succursales et bureaux auxiliaires (cf. figure n° 20).

77

Figure n° 19 Évolution de la répartition entre emplois titulaires et auxiliaires dans l’effectif total de la Banque de France (1944-1959)

Figure n° 19 Évolution de la répartition entre emplois titulaires et auxiliaires dans l’effectif total de la Banque de France (1944-1959)

Source : Comptes rendus de la Banque de France. Rapports des censeurs (1944-1959).

78

Figure n° 20 Répartition de l’évolution des emplois titulaires entre la Banque centrale et les succursales (1947-1959)

Figure n° 20 Répartition de l’évolution des emplois titulaires entre la Banque centrale et les succursales (1947-1959)

Source : Comptes rendus de la Banque de France. Rapports des censeurs (1944-1959).

79On le voit, à une exception près (1950), les effectifs du siège à Paris n’ont pas cessé d’augmenter entre 1944 et 1959, passant de 1 921 employés à la Libération à 4 708 aux débuts de la Ve République. Dans le même temps, le personnel des comptoirs passa de 2 714 à 5 231 employés titulaires. Mais si la progression des effectifs du siège apparaît certes quelque peu plus dynamique, notamment en 1952 à l’occasion du rattachement de l’Office des changes à la Banque, au total, ce qui frappe tout autant, c’est le maintien de la progression des effectifs des comptoirs : rapportée au nombre total des employés titulaires, la part des succursales, en 1944 (58 % du total) comme en 1959 (52 % du total), demeurait prépondérante même si l’écart avec la part des effectifs centraux s’était légèrement atténué. Si l’on considère que le nombre des comptoirs demeura inchangé dans toute la période (159 succursales et 83 bureaux auxiliaires), il est permis de penser que la question des missions de la Banque de France n’était pas encore tranchée sous la IVe République.

  • 118 Ibid., p. 5.
  • 119 Ibid.
  • 120 Koch (Henri), Histoire de la Banque de France…, op. cit., p. 168.
  • 121 Résultat des opérations de la Banque et de ses succursales, Comptes rendus annuels de la Banque de (...)

80F. Bloch-Lainé discernait donc parfaitement, en mai 1951, que derrière l’évolution des effectifs se profilait un problème « beaucoup plus vaste qui est celui de l’implantation territoriale de la Banque laquelle met en cause la question de ses fonctions »118. Et il poursuivait, en toute logique, en demandant si la Banque devait conserver une clientèle directe alors qu’elle était amenée à exercer de plus en plus « des fonctions de puissance publique »119. Cette question était historiquement fondée : alors qu’en 1935, les opérations d’escompte direct, on l’a vu, étaient encore à l’origine de près de la moitié du portefeuille de la Banque, elles commencèrent à décliner dès la réforme de 1936120. À partir de 1946, leur part dans les opérations productives de l’Institut d’émission se stabilisa à un niveau résiduel : le produit financier de l’escompte sur présentation de la clientèle directe oscilla de 1951 à 1959 autour de 30 millions de francs environ, soit constamment moins de 0,1 % du résultat annuel global121. C’est dire que l’ère de la concurrence entre la Banque de France et les banques commerciales avait indubitablement pris fin avec la nationalisation de 1945. L’escompte direct disparut d’ailleurs totalement du portefeuille de la Banque en 1971.

  • 122 Compte rendu sténographique de la séance de la commission de contrôle des banques du 24 mai 1951, d (...)

81À un troisième niveau cependant, toujours selon Bloch-Lainé, plus encore que par l’existence de son réseau de comptoirs, c’était par la nature de ses rapports financiers avec l’État, « question qui n’[était] pas moins vaste ni moins délicate »122, que l’absence de statuts était soulignée le plus crûment. Le rapport Lestrade, auquel, on l’a vu, le directeur du Trésor avait largement prêté la main, formulait explicitement le problème :

  • 123 Rapport Lestrade sur la gestion de la Banque de France, 6 novembre 1950, AEF, B 25132.

« Depuis sa nationalisation, la Banque gère sans conteste un service public, celui de la monnaie et du crédit. Mais elle a conservé intacte son autonomie budgétaire – à laquelle il n’est pas envisagé de mettre fin »123.

  • 124 Compte rendu sténographique de la séance de la commission de contrôle des banques du 24 mai 1951, d (...)

82Cette autonomie perdura longtemps après le vote de la loi de nationalisation. C’est ainsi seulement en mai 1951 que le régime fiscal de l’Institut d’émission fut fixé : la Banque était soumise, non à redevance, mais au droit commun des sociétés commerciales, et le conseil général continuait d’affecter en toute souveraineté les bénéfices de la Banque, notamment le montant des dividendes à reverser à l’État actionnaire. En outre, l’État continuait à rémunérer la Banque pour les services divers de trésorerie qu’elle était amenée à lui rendre. Aux yeux du directeur du Trésor, ce régime financier n’allait pas de soi : « Les commissions payées à la Banque correspondent-elles bien, demandait-il, au coût effectif des services rendus ? » D’autre part, s’interrogeait-il encore, « [était]-il normal et légitime que les autorités de la Banque règlent définitivement l’emploi des bénéfices ? » Enfin, il soulignait qu’assujettie à un régime fiscal de droit commun, la Banque était amenée à moins contribuer que par le jeu d’une redevance aux finances publiques124. Que l’on ne s’y trompe pas : l’enjeu du débat dépassait, et de loin, la possibilité des subsides supplémentaires qu’un régime financier plus restrictif aurait pu contraindre la Banque à apporter au Trésor. C’était bien plus largement toute la question de la place et des fonctions de l’Institut d’émission dans l’appareil économique d’État qui était soulevée ici. C’est pourquoi Bloch-Lainé appelait de ses vœux une clarification :

  • 125 Ibid., p. 5.

« Il y a ainsi un certain nombre de grands problèmes auxquels le statut de la Banque prévu par la loi du 2 décembre 1945 aurait dû, selon l’intention du Législateur, apporter des réponses. [Mais] ce statut n’a pas encore vu le jour. »125

  • 126 Ibid., p. 6

83En face, confrontation étonnante, le gouverneur, dans ses murs, se dressait dans le cadre familier où, rappelait-il d’entrée de jeu, il réunissait ordinairement la commission de contrôle des banques. Mais convenait-il aussitôt, beau joueur, « il est utile, – pour paraphraser l’orateur sacré – de se rappeler de temps en temps que, pour être assis sur ce fauteuil on n’en est pas moins sous le contrôle et sous l’autorité suprême de l’État »126. Il n’en réfutait pas moins dans leur totalité les orientations du rapport de Lestrade-Bloch-Lainé, qu’il trouvait, avouant « un certain sentiment de gêne », « plutôt aimable dans la forme, assez morigéneur [sic] dans le fond » :

  • 127 Ibid., p. 7.

« Les vieilles dames – et même celles de la rue de la Vrillière – sont sensibles à la courtoisie ; elles sont sensibles aussi à la réalité des choses et leur expérience connaît les problèmes essentiels. »127

  • 128 Ibid., p. 13.
  • 129 Lettre de M. Petsche à W. Baumgartner du 1er mai 1951, AWB, 2BA5, Dr3.

84Le principal était dit : « l’expérience » et « la réalité des choses » opposées à une définition normative et légale des fonctions de la banque centrale. Ainsi Wilfrid Baumgartner justifiait-il l’autonomie réelle de la Banque, tant sur le plan de son personnel que pour le régime financier qui la liait à l’État, par son « long passé d’autonomie » : « elle a, je dirai par vocation, une mission autonome ». De même défendait-il son implantation territoriale, rappelant que « c’était toujours l’État qui avait demandé dans le passé à la Banque l’extension de ses comptoirs »128. La réalité des faits, à l’en croire, obligeait à reconnaître que les apports de la Banque à l’État étaient autrement plus significatifs que les sommes que le Trésor lui versait au titre des commissions : ainsi était-ce plusieurs milliards que la Banque, rappelait-il, avait versés à l’État suite à la réévaluation de l’encaisse-or en 1950. De même, l’affectation des bénéfices, poursuivait-il, ne pouvait être soumise à « une répartition réglementée ». C’était en effet une décision liée à l’évolution de la conjoncture, « beaucoup plus qu’à l’importance des profits » dont la considération correspondait au « réflexe naturel d’un directeur du Trésor ». Et le gouverneur conseillait en conclusion « de se hâter lentement », selon une « marche progressive et prudente ». Le rapport définitif ne pouvait de toute façon, précisait-il, être établi sans que les services de la Banque eussent pu répondre par écrit aux différents points ; « travail de longue haleine » concédait, très conciliant, Jean Watteau, directeur de la Caisse des dépôts, et qui en tout cas, concluait sans illusions Bloch-Lainé, « nous remet assez loin ». L’affrontement des hommes n’était pas seul déterminant en cette affaire ; l’opposition de deux conceptions de l’évolution de la Banque centrale l’était bien davantage. C’est elle qui explique que Baumgartner se soit montré hostile à la nomination de François Bloch-Lainé comme sous-gouverneur, malgré la demande de Maurice Petsche qui avait promis cette promotion à son directeur du Trésor129. C’est qu’aux yeux de Wilfrid Baumgartner, la « vieille Maison » ne pouvait se transformer qu’en tenant compte de son passé et sous la pression progressive des faits. Cette manière de voir a prévalu et justifie que l’on considère l’histoire de la Banque sous la IVe République comme une période de transition : « se hâtant lentement », sous la conduite pondérée de son gouverneur, la Banque de France prenait pourtant les traits d’une banque centrale moderne, s’imposant véritablement au centre névralgique d’un système financier tout entier tourné vers l’impératif du financement d’une économie en voie de croissance accélérée.

***

  • 130 La Banque de France, tradition et progrès, conférence citée. Les références sont faites au texte qu (...)
  • 131 Ibid., p. 4.
  • 132 Ibid., p. 5.

85Sollicité en 1955 pour présenter devant un large public l’histoire de la Banque de France depuis sa fondation, Wilfrid Baumgartner donna à sa conférence un titre qui renvoyait très clairement aux enjeux de la période 1949-1951 puisqu’il plaçait lui-même la maison dont il avait la charge entre « tradition et progrès »130. Illustrant son propos, il invitait son auditoire de la salle Gaveau à le suivre pour une visite guidée de la Banque : la voiture du gouverneur entrait par la grande porte de la rue de la Vrillière : « plaçons, racontait-il, directement nos phares dans l’œil électrique qui commande les sonneries et nous avons accès dans la cour »131. De là, il pouvait gagner rapidement son cabinet par les volées de l’escalier du gouverneur, admirant « au passage les belles tapisseries de Berain qui datent du temps de l’Hôtel de la Vrillière, le premier hôtel bâti sur cet endroit par Mansard ». Il gagnait ensuite son bureau lui-même qui est « la chambre même de la Princesse de Lamballe ». Parvenu à ce point de son récit, le gouverneur jugeait bienséant d’ajouter : « Je ne prétends pas que ce souvenir hante mes discussions ou mes soucis et qu’il s’y mêle suivant la meilleure formule barrésienne, du sang, de la volupté ou de la mort ! »132 Là, au cœur de la Banque, nous étions avec l’auditoire de Wilfrid Baumgartner au centre de « la forteresse, sur les murs de laquelle, soulignait-il, vient battre le flot montant des Halles. » Outre qu’elle apporte la preuve, s’il en était besoin, que le style du gouverneur n’aurait pas déparé une chronique de La tribune de l’Histoire, cette visite guidée restitue bien son cadre de travail quotidien et surtout elle met en évidence d’une façon concrète les traits de modernité, l’œil électrique qui commandait l’ouverture des portes, mais, avec l’allusion aux halles de Baltard qui, comme au lendemain du Second Empire, continuaient dans les années 1950 à environner de leur rumeur confuse l’enceinte de la banque d’émission, elle souligne tout autant les marques héritées d’un passé toujours présent.

86L’histoire de la Banque de France et de la monnaie dans les premières années du gouverneur Baumgartner a donc été elle aussi soumise à ce balancement entre l’ancien et le nouveau : comme jadis, le gouverneur de l’Institut d’émission nationalisé conservait des liens très nombreux avec les milieux d’affaires, financiers bien sûr, mais aussi industriels. Toutefois pour le nouveau gouverneur, la place de la Banque au sein de l’État ne faisait plus aucun doute. C’est ainsi que l’on peut comprendre le soutien sans faille qu’elle a procuré au Trésor public en une période, il est vrai, où la convergence de vues entre le gouverneur et le ministre des Finances a été très grande. Cet accord s’est exprimé le mieux sur la politique des investissements, nécessité imposée par les circonstances et conçue dès le début comme le moyen de retourner à terme aux grands équilibres du marché, au prix même d’un sacrifice consenti, parce que temporaire, de la monnaie.

87C’est une même nécessité qui a poussé la Banque, à l’initiative de son gouverneur, à développer, de façon nette entre 1949 et 1951, la part des concours à l’économie à l’actif de son bilan. Mais ces concours, de plus en plus, correspondaient à un refinancement par la banque centrale des crédits bancaires, sur le marché monétaire, mais aussi par la mobilisation des effets à moyen terme. Les jours de la clientèle directe, dès cette époque, étaient en revanche comptés. Dans ce cadre, la Banque s’est également efforcée d’opérer une sélection qualitative en fonction du double critère de productivité et de compétitivité à l’exportation. Ces préoccupations n’ont pas été exemptes d’hésitation ni d’un indéniable flou théorique : les débats du Conseil national du crédit, qui joua dans la période le rôle au moins d’un utile forum, en ont été le reflet fidèle. Mais la conduite de la politique monétaire a prouvé que la Banque de France a progressivement amorcé, entre 1949 et 1951, une certaine modernisation de ses missions. Il se pourrait bien que la IVe République, de ce point de vue, ait constitué une véritable période de transition. La place et le rôle de la banque centrale, entre les mêmes dates, dans le domaine de la coopération monétaire internationale, en donne à un autre titre une preuve supplémentaire.

Notes

1 Auriol (Vincent), Journal du Septennat 1947-1954, Paris, Librairie Armand Colin, 1977, t. III, 1949, p. 60.

2 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. II, p. 1265.

3 Bloch-Lainé (François) et Bouvier (Jean), La France restaurée…, op. cit., p. 173.

4 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire…, op. cit., p. 105.

5 Lettre de Jean Keim à W. Baumgartner du 19 décembre 1930 lui rendant compte de l’entretien avec Maurice Petsche que Baumgartner lui avait obtenu en vue de solliciter une place. AWB, 1BA22, Dr1.

6 Dard (Olivier), «Maurice Petsche, itinéraire, réseaux, valeurs », in Roth (François) (dir.), Les modérés dans la vie politique française (1870-1965), Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2000, p. 397-417.

7 AWB, 2BA2, Dr2.

8 Faure (Edgar), Mémoires, op. cit., t. I, p. 210 sqq.

9 Cité par Andrieu (Claire), La banque sous l’Occupation…, op. cit., p. 40.

10 Cf. supra, p. 222-227.

11 Caron (François), « Le plan Mayer : un retour aux réalités », art. cité, p. 423.

12 Andrieu (Claire), « La politique du crédit, frein ou moteur de la modernisation (1945- 1950) ? », in Fridenson (Patrick) et Straus (André) (dir.), Le capitalisme français…, op. cit., p. 244.

13 Ibid., p. 243 sqq.

14 Combat du 20 janvier 1949, AWB, 2BA2, Dr2.

15 Déclaration inaugurale de Wilfrid Baumgartner devant le conseil général le 20 janvier 1949, AWB, 2BA2, Dr2.

16 Ibid., p. 11.

17 La Banque de France, tradition et progrès, conférence prononcée par W. Baumgartner à l’invitation de « l’Université des Annales », salle Gaveau, le 3 novembre 1955, publiée par la Banque de France en 1955, p. 15.

18 Lettre de Maurice Petsche à Wilfrid Baumgartner du 1er mai 1951, AWB, 2BA5, Dr3.

19 Brouillon d’une lettre de Baumgartner à Petsche, s. d., au crayon, AWB, 2BA5, Dr3.

20 Ibid.

21 François Bloch-Lainé témoigne en ce sens ; il parle à propos de Petsche de « l’orthodoxie de commande de son ami intime Baumgartner », La France restaurée…, op. cit., p. 170.

22 Carrefour, 19 janvier 1949, AWB, 2BA1, Dr2.

23 Bouvier (Jean), Un siècle de banque française…, op. cit., p. 135.

24 Bouvier (Jean), La France restaurée…, op. cit., p. 226.

25 AWB, 2BA1.

26 La participation commune de ces hommes aux cercles de réflexion d’inspiration technocratique éclos dans l’entre-deux-guerres et encore sous l’Occupation a été établie par Brun (Gérard), Technocrates et technocratie…, op. cit., p. 45.

27 Martin (Roger), Patron de droit divin…, Paris, Gallimard, 1984, p. 149.

28 Ibid., p. 154.

29 Lettre d’H. Ardant à W. Baumgartner du 9 février 1949, AWB, 2BA2, Dr1.

30 Lettre de M. Dolfuss à W. Baumgartner du 20 janvier 1949, AWB, 2BA1, Dr2.

31 Lettre de J. Fouchier-Magnan à W. Baumgartner du 20 janvier 1949, AWB, 2BA2, Dr1.

32 Lettre de Georges Gay, directeur général du Crédit mobilier industriel à W. Baumgartner du 21 janvier 1949, AWB, 2BA2, Dr3.

33 Lettre de J. de Fouchier à W. Baumgartner du 29 novembre 1949, AWB, 2BA2, Dr2.

34 Lettre de Agabriel à W. Baumgartner du 27 janvier 1949, AWB, 2BA2, Dr1.

35 Vagneron (Frédéric), « La Montagne, la Nation et l’Alpiniste : l’Annapurna, un sommet français au milieu du 20e siècle », mémoire de maîtrise sous la direction de Gilles Le Béguec, Université de Paris X-Nanterre, 2003, 147 p. dactyl.

36 Jeanneney (Jean-Noël), « Un patronat au piquet, septembre 1944-janvier 1946 », in L’argent caché, op. cit., p. 249. Cf. aussi : Weber (Henri), Le Parti des Patrons, le CNPF 1946-1990, Paris, Le Seuil, nouvelle édition, 1991, p. 92 sqq.

37 Le fait est rapporté par Brun (Gérard), Technocrates et technocratie…, op. cit., p. 45.

38 Lettre d’Henry Davezac à W. Baumgartner du 23 janvier 1949, AWB, 2BA2, Dr2.

39 Andrieu (Claire), « La politique du crédit… », art. cité, p. 243-245.

40 Monick (Emmanuel), Compte rendu au nom du Conseil général de la Banque, Paris, Imprimerie Paul Dupont, 1945, p. 9.

41 Monick (Emmanuel), Compte rendu des opérations présenté à Monsieur le Président de la République, Paris, Imprimerie Paul Dupont, 1947, p. 8.

42 Andrieu (Claire), « Genèse de la loi du 13 juin 1941, première loi bancaire française (septembre 1940-septembre 1941) », Revue historique, n° 546, avril-juin 1983, p. 385-397 et aussi Ead., « Les banques par fidélité au programme du CNR », in Andrieu (Claire), Le Van-Lemesle (Lucette) et Prost (Antoine) (dir.), Les nationalisations de la Libération, Paris, Presses de la FNSP, 1987, p. 310-326.

43 Margairaz (Michel), « Les ministres des Finances, personnalités, structures et conjonctures », Le ministère des Finances, Pouvoirs, n° 53, Paris, PUF, 1990, p. 108.

44 Andrieu (Claire), « La politique du crédit… », art. cité, p. 239.

45 INSEE, Le Mouvement économique de la France, 1938-1948, Paris, PUF, 1950, p. 338-339.

46 Bouvier (Jean), Un siècle de banque française…, op. cit., p. 165.

47 Plessis (Alain), « Les concours de la Banque de France à l’Économie (1842-1914) », in Bouvier (Jean) et Perrot (Jean-Claude) (dir.), États, fiscalités, économies, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985, p. 169-180.

48 Margairaz (Michel), « Monnaie, État et marché entre les deux guerres : le Trésor, la Banque de France et le marché monétaire dans une perspective comparative européenne », in Politique et pratique des banques d’émission en Europe…, op. cit., p. 419-429.

49 Perroux (François), « Les banques d’émission et l’État », Revue d’économie politique, vol. 1/ IV, 1945, p. 490.

50 Sur cette évolution générale et ses implications sur la définition des fonctions de la banque d’émission, cf. Feiertag (Olivier), « Crisis, Growth, Stability : the Evolution of the financial Responsabilities of the Banque de France in the Twentieth Century », The Journal of European Economic History, n° spécial, mars 2001, p. 87-113.

51 Barrère (Alain), « La politique du crédit en France depuis 1945 », Revue économique, n° 5, 1951, p. 511-542.

52 Koch (Henri), La Banque de France et la monnaie…, op. cit., p. 255-256 et p. 349-350.

53 Ibid., passim.

54 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire, op. cit., p. 117.

55 Andrieu (Claire), « À la recherche de la politique du crédit… », art. cité, p. 388.

56 Besse (Pierre), « Le Conseil National du Crédit », Revue économique, n° 5, 1951, p. 578-590.

57 Ibid., p. 378-379.

58 Ibid.

59 La direction des Études de la Banque de France conserve la quasi-totalité des sténotypies des séances du CNC. Il s’agit de la transcription intégrale des débats dans leur forme première et avant toute révision. Nous remercions le service des archives de la Banque (ABF) d’avoir obtenu de la direction des Études la possibilité de consulter cette source précieuse.

60 Séance du CNC du 15 février 1949, transcription des débats, ABF, p. 2B.

61 Ibid., p. 3C.

62 Ibid., p. 2D.

63 Ibid., p. 3D.

64 Ibid., p. 3F.

65 Séance du CNC du 25 octobre 1949, ABF, p. 1.

66 Séance du CNC du 15 février 1949, AWB, 2BA2, Dr3.

67 Problèmes financiers et monétaires, conférence prononcée à l’IEP par W. Baumgartner le 21 février 1951, 40 p. dactyl., p. 20, AWB, 2BA5, Dr8.

68 Séance du CNC du 15 février 1949, AWB, 2BA2, Dr3.

69 Séance du CNC du 17 mars 1949, transcription des débats, ABF, p. 3F.

70 Ibid.

71 Séance du CNC du 31 mai 1949, AWB, 2BA2, Dr3.

72 Compte rendu des opérations de la Banque de France pour 1950, Paris, Imprimerie Paul Dupont, 1951, p. 25.

73 Déclaration de W. Baumgartner devant le CNC, séance du 27 janvier 1950, AWB, 2BA3, Dr5.

74 Cette incertitude théorique a été amplement soulignée par Guillaumont-Jeanneney (Sylviane), Politique monétaire et croissance économique en France 1950-1966, Paris, Armand Colin, 1969, p. 7-24.

75 Rattier (Gabriel), « Le Service Central des Risques Bancaires », Revue économique, n° 5, 1951, p. 600-609.

76 Bloch-Lainé (François), Le Trésor public et la politique financière, cours IEP, Paris, Les cours de droit, 1952-1953, p. 278.

77 L’Agence économique et financière du 14 juin 1950 reproduit le texte de cette lettre.

78 Séance du CNC du 29 juin 1950, AWB, 2BA3, Dr6.

79 Séance du CNC du 17 mars 1949, pièce citée, p. 3D.

80 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire, op. cit., p. 117.

81 Aron (Raymond), « La politique du crédit », Le Figaro du 14 avril 1950.

82 Séance du CNC du 17 mars 1949, pièce citée, p. 4D.

83 Lettre de W. Baumgartner à R. Hottinguer du 31 août 1949, AWB, 2BA2, Dr8.

84 Sur l’admission à la mobilisation des crédits à moyen terme à l’exportation en 1950, cf. Duchassin (Marc), Le ministère des Finances et l’aide à l’exportation, 1945-1958, mémoire de maîtrise, Université de Paris-X Nanterre, 1994, 147 p. dactyl., p. 48-53. Pour l’analyse du rôle du crédit à moyen terme dans le secteur de la construction immobilière. Cf. Effosse (Sabine), L’invention du logement aidé en France, l’immobilier au temps des Trente Glorieuses. Paris, CHEFF, 2003, p. 224 sqq.

85 Séance du conseil général de la Banque de France du 9 février 1950, AWB, 2BA3, Dr5, p. 8.

86 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 1269 sqq.

87 Séance du conseil général de la Banque de France du 22 juin 1950, AWB, 2BA3, Dr6.

88 Effosse (Sabine), L’invention du logement aidé en France, op. cit., p. 236-239.

89 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. II, p. 1238.

90 Bouvier (Jean), La France restaurée…, op. cit., p. 85 sqq.

91 Procès-verbal du Comité spécial de la commission des Investissements, séance du 30 juillet 1949, AEF, B 33508, p. 2-3.

92 Les Échos du 2 septembre 1949, p. 3.

93 Libération du 2 septembre 1949.

94 Margairaz (Michel), L’État, les finances…, op. cit., t. II, p. 1261 sqq.

95 Ibid., p. 1161.

96 Premier rapport du Comité spécial, oct. 1949, cité par M. Margairaz, ibid., p. 1159-1160.

97 Bloch-Lainé (François), La France restaurée…, op. cit., p. 178.

98 Andrieu (Claire), « Le financement des investissements entre 1947 et 1974 : trois éclairages sur les relations entre le ministère des finances, l’Institut d’émission et le Plan », in Rousso (Henri), De Monnet à Massé, Paris, Éd. du CNRS, 1986, p. 41.

99 Ibid., p. 44.

100 Problèmes financiers et monétaires, doc. cité, p. 8-9.

101 Michel Margairaz indique déjà que le partage entre ce qu’il a distingué comme « pôle économique » et « pôle financier » n’est pas aussi tranché et que l’inflation préoccupait autant Jean Monnet que Roger Goetze ou François Bloch-Lainé. Cf. L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 1238. Cf. aussi : Frank (Robert), « Contraintes monétaires, désirs de croissance et rêves européens (1931-1949) », in Fridenson (Patrick) et Straus (André), Le capitalisme français…, op. cit., p. 299.

102 Procès-verbal de la séance du conseil général de la Banque du 27 octobre 1949, AWB, 2BA3, Dr1, p. 2.

103 Libération du 20 octobre 1949, AWB, 2BA2, Dr8.

104 JO, Assemblée nationale, 13 octobre 1949, p. 5771.

105 « Quel a été du point de vue monétaire le bilan du précédent Gouvernement ? », note de W. Baumgartner à H. Queuille du 16 novembre 1949, 3 p. dactylographiées, AWB, 2BA2, Dr8.

106 Ibid., passim.

107 Problèmes financiers et monétaires, doc. cité, p. 8.

108 Bloch-Lainé (François), Le Trésor public et la politique financière, cours IEP, Paris, Les cours de droit, 1953, fascicule II, p. 221.

109 Papiers internes de la direction du Trésor, dossier Banque de France ; AEF B25132.

110 Bloch-Lainé (François), La France restaurée…, op. cit., p. 241.

111 Saint-Geours (Jean), Pouvoir et Finances, op. cit., p. 108-109.

112 F. Bloch-Lainé, Entretien avec l’auteur le 17 janvier 1994.

113 Bouvier (Jean), Sociétés sans inflation et sociétés sous inflation…, op. cit., p. 4.

114 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire, op. cit., p. 114.

115 « Loi relative à la nationalisation de la Banque de France », JO, Lois et décrets, n° 285, p. 8002.

116 Lettre de F. Bloch-Lainé à E. Monick du 6 mars 1948, AEF, B 25 131.

117 Compte rendu sténographique de la séance de la commission de contrôle des banques du 24 mai 1951, 23 p. dactyl., AWB, 2BA5, Dr3, p. 2.

118 Ibid., p. 5.

119 Ibid.

120 Koch (Henri), Histoire de la Banque de France…, op. cit., p. 168.

121 Résultat des opérations de la Banque et de ses succursales, Comptes rendus annuels de la Banque de France, 1946-1959.

122 Compte rendu sténographique de la séance de la commission de contrôle des banques du 24 mai 1951, doc. cité, p. 5.

123 Rapport Lestrade sur la gestion de la Banque de France, 6 novembre 1950, AEF, B 25132.

124 Compte rendu sténographique de la séance de la commission de contrôle des banques du 24 mai 1951, doc. cité, p. 6.

125 Ibid., p. 5.

126 Ibid., p. 6

127 Ibid., p. 7.

128 Ibid., p. 13.

129 Lettre de M. Petsche à W. Baumgartner du 1er mai 1951, AWB, 2BA5, Dr3.

130 La Banque de France, tradition et progrès, conférence citée. Les références sont faites au texte qui fut effectivement prononcé le 3 novembre 1955 et non à la version publiée, AWB, 2BA21, Dr6 et Radiodiffusion du 12 décembre 1955 sur la chaîne nationale à 17h55, phonothèque de l’INA, enregistrement n° LB 2094.

131 Ibid., p. 4.

132 Ibid., p. 5.

Table des illustrations

Titre Tableau n° 6 Spectrographie de l’entourage socioprofessionnel de Wilfrid Baumgartner en janvier-février 1949
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure n° 15 Évolution de la structure de l’actif de la Banque de France au xxe siècle
Crédits Source : Annhis, situations hebdomadaires de la Banque de France (1914-1997), www.banque-France.fr/statistiques/séries chronologiques.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1034/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure n° 16 Évolution de la structure des emplois de la Banque de France à la fin de chaque exercice entre 1949 et 1959 (en % du total de la valeur courante de l’actif)
Crédits Source : Bilans annuels de la Banque de France, in Comptes rendus des opérations, 1949-1959.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1034/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure n° 17 Évolution du taux de base et des taux de pénalité de la Banque de France (1946-1959)
Crédits Source : Bilans annuels de la Banque de France, in Comptes rendus des opérations, 1949-1959.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1034/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure n° 18 Évolution de la valeur du portefeuille d’escompte de la Banque de France (1949-1959) (en milliards de francs courants)
Crédits Source : Comptes rendus annuels des opérations de la Banque de France, 1946-1959.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1034/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Tableau n° 7 Indices mensuels de la production industrielle (sans le bâtiment) de mai 1949 à novembre 1950 (Base 100 en 1938)
Crédits Source : INSEE, Bulletin mensuel de statistique, 1949-1950.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1034/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure n° 19 Évolution de la répartition entre emplois titulaires et auxiliaires dans l’effectif total de la Banque de France (1944-1959)
Crédits Source : Comptes rendus de la Banque de France. Rapports des censeurs (1944-1959).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1034/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure n° 20 Répartition de l’évolution des emplois titulaires entre la Banque centrale et les succursales (1947-1959)
Crédits Source : Comptes rendus de la Banque de France. Rapports des censeurs (1944-1959).
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1034/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par