Version classiqueVersion mobile

Wilfrid Baumgartner

 | 
Olivier Feiertag

Troisième partie. Gouverner la banque de la France (janvier 1949-mai 1958)

Introduction de la troisième partie

Texte intégral

  • 1 Potut (Georges), La Banque de France du franc de Germinal au Crédit contrôlé, Paris, Plon, 1961, P (...)

1« La Banque de France est une vieille dame, et les vieilles dames ne se laissent pas très aisément conter », avertissait Wilfrid Baumgartner devenu ministre des Finances, sollicité pour préfacer en 1961 une nouvelle chronique de la Banque de France1. « Je sais pour avoir gouverné sa maison pendant onze ans la rigueur d’une discrétion qui n’a d’égale que l’épaisseur des murs qui la protègent. » Mais l’ancien gouverneur, du même mouvement, regrettait aussi, « un peu hypocrite », que l’ouvrage qu’il présentait fût resté si allusif sur « les quinze dernières années ». C’est qu’il fallait sans doute, admettait-il non sans coquetterie, laisser le temps faire son œuvre.

  • 2 Plessis (Alain), « La Banque de France depuis 1920 », in Les Banques en Europe de l’Ouest de 1920 (...)
  • 3 C’est le cas des travaux de Ramon (Gabriel), Histoire de la Banque de France d’après les sources o (...)

2L’histoire de la Banque de France au xxe siècle, et singulièrement après 1945, apparaît en effet toujours comme un champ encore largement en friche et, à la différence de l’avant-guerre, le cadre historique rapproché où camper le personnage étudié, entre 1949 et la fin de la Quatrième République, demande cette fois à être plus largement construit. Alain Plessis a souligné naguère l’absence relative de travaux proprement historiques sur le sujet2 : certes, il existe, composées par des praticiens de la Banque, des « histoires de la Banque de France », suggérées ou encouragées par les dirigeants de l’Institut d’émission. Mais, simples chroniques, dépourvues de tout système de références scientifiques aux sources utilisées, elles doivent sans excès d’honneur ou d’indignité être tenues dans le cadre d’une recherche historique pour des sources, toujours utiles, parfois précieuses, mais parmi d’autres3.

  • 4 Bouvier (Jean), Sociétés sans inflation et sociétés sous inflation du xixe au xxe siècle, Cours pr (...)

3Nombreux aussi sont les ouvrages d’économistes et de juristes, voire de journalistes, qui traitent de la place et des fonctions de la Banque de France. Mais, Jean Bouvier l’a fort bien dit, sans ironie ni acrimonie, ces auteurs, y compris ceux qui se situent dans une perspective historique, travaillent peu au contact des sources primaires4. Les sources imprimées sont certes essentielles : les comptes rendus annuels de la Banque de France, les rapports du Conseil national du crédit, rédigés au sein même de la Banque, et d’autre part les séries de l’INSEE ou des Comptes de la Nation fournissent le cadre quantitatif et indiquent l’intensité et la grandeur des évolutions où s’inscrit la Banque centrale. Mais les archives écrites, au-delà, autorisent à tenter d’introduire sur le fond des tendances profondes de la vie économique et des fluctuations de la conjoncture la place éventuelle des hommes. Les papiers du gouverneur Baumgartner permettent-ils d’apporter à cette vaste question un début de réponse ?

4Plus encore que pour l’entre-deux-guerres, l’homme n’y prend guère directement la parole : peu de notes personnelles, presque aucune trace de réflexions privées, de commentaires intimes sur les événements et les hommes. En revanche, les analyses dues à ses collaborateurs de la Banque y sont nombreuses : notes de ses deux sous-gouverneurs, surtout Jean Saltes et Pierre Calvet, de ses directeurs généraux, Jean Bolgert puis Julien Koszul pour les questions internationales, Pierre Besse puis Maurice Pérouse pour la monnaie et le crédit. Mais des nombreuses succursales de la Banque, des directions principales du ministère des Finances voisin, plus rarement du Quai d’Orsay, affluaient aussi rapports, informations et projets. Et les banques de la place, les établissements financiers publics, les grandes entreprises nationalisées, les chambres de commerce, les groupements professionnels, fournissaient tout autant renseignements et points de vue. Croisé avec les sources publiques collectées tant aux archives de la Banque elle-même qu’au ministère des Finances ou encore dans d’autres banques centrales européennes, que révèle l’ensemble de ces notes de la politique de la Banque de France et de son gouverneur ? Quelle lumière projettent-elles aussi sur le mode d’exercice de son autorité et sa marge de décision, sur les pouvoirs du gouverneur au sein de la Banque, comme sur la place de la Banque dans l’État et dans l’économie ?

5Mais Wilfrid Baumgartner lui-même, pour autant, n’est pas absent des papiers : les manifestations de son action personnelle y abondent. Sa parole surtout s’y fait entendre : dans ses murs d’abord, au conseil général de la Banque, devant le comité d’entreprise, au Conseil national du crédit, en réunion de travail avec les dirigeants des grandes banques, les agents de change, les syndicats de la Banque ; mais hors de la Banque aussi, en cent occasions différentes, en France comme à l’étranger. Pourra-t-on dire quelle mentalité perce sous le discours du gouverneur, quelle évolution a marqué sa vision du monde très changeant et instable des lendemains encore de la Libération à la fin des années 1950 ? Surtout peut-on, à travers l’homme, espérer contribuer à la connaissance du rôle de l’institution qu’il a dirigée, préciser les enjeux et les questions de l’histoire encore peu connue de la Banque de France sous la Quatrième République ?

  • 5 Cf. Feiertag (Olivier) et Margairaz (Michel) (dir.), Politiques et pratiques des banques d’émissio (...)

6Cependant, la banque d’émission n’est pas un objet historique complètement neuf, loin s’en faut. Michel Bruguière pour l’époque impériale, Alain Plessis pour la seconde moitié du xixe siècle, Jean Bouvier, Jean-Noël Jeanneney et Claire Andrieu pour la première moitié du xxe siècle ont formulé des hypothèses, exploré des pistes, proposé des synthèses qui sont autant de jalons utiles pour aborder l’histoire de la Banque, à partir de 1949 sous la direction de Wilfrid Baumgartner. Depuis une dizaine d’années, singulièrement à l’initiative de la Mission historique de la Banque de France, les études sur l’histoire de la Banque de France se sont multipliées, encouragées par les progrès qui ont marqué aussi la mise à disposition de ses sources d’archives auprès de chercheurs toujours plus nombreux5.

  • 6 Delaisi (Francis), La Banque de France aux mains des 200 familles, Paris, Comité de Vigilance des (...)

7Une question est au cœur des travaux menés hier comme de manière plus récente : celle des rapports entre l’Institut d’émission et l’État et, inévitable, le problème toujours discuté de l’indépendance de la Banque centrale. Déjà modifiés en 1936, les termes du débat valent-ils encore d’être posés après la nationalisation totale de la Banque de France ? La réforme du crédit intervenue à la Libération, l’esprit nouveau aussi qui a présidé à ces changements de structure, ont-ils contribué à modifier la nature des rapports financiers entre la banque d’émission et le Trésor public sous un régime à l’impécuniosité chronique, dont l’inflation fut globalement la donnée monétaire de base ? Il faudra bien finir par se demander si l’indépendance revendiquée, souhaitée ou redoutée de la banque d’émission passait toujours, dans la période, par la question des trop fameuses avances à l’État. Là, dans ce domaine étroit, à l’intersection de la politique et de la technique, peut prendre place l’action propre de Wilfrid Baumgartner, l’ancien directeur du Mouvement général des fonds : que laisse-t-elle entrevoir de ses préférences, de ses options et de ses refus, de la conception aussi qu’il eut de son propre rôle ? De quel poids y pesa, enfin, son réseau de relations, héritées de la période précédente, mais enrichies aussi d’apports nouveaux dans la sphère de compétences plus vaste où il évoluait désormais ? Mais on aurait tort bien sûr de limiter aux seules relations avec l’État l’histoire de la Banque et de son gouverneur après 1949. Les acquis des recherches consacrées à la Banque à des périodes antérieures l’indiquent clairement : on doit s’interroger plus généralement sur les attributions et les missions de la Banque dont les statuts définitifs ne furent pas fixés avant 1973 mais dont la nationalisation devait pourtant, pour reprendre les termes devenus célèbres du pamphlet de Francis Delaisi en 1936, aboutir à faire de la Banque de France, la « banque de la France »6. Les concours de la Banque à l’économie sont au cœur de cette interrogation, à une époque où l’économie française rattrapa, en l’espace d’une décennie capitale, le retard dont on pensait alors qu’elle était frappée depuis au moins la révolution industrielle. La question renvoie aussi à l’analyse que Wilfrid Baumgartner, l’ancien directeur du Crédit national, faisait des conditions de production, du rôle de l’investissement et de la place que l’État pouvait légitimement y tenir. Ses relations avec la place comme avec les industriels devraient s’en trouvaient éclairées, notamment dans l’enceinte du Conseil national du crédit de création alors encore récente. Les différents types de concours à l’économie font apparaître peut-être le mieux la question de l’évolution des missions de la Banque de France. Tenter de décrire les modalités de son adaptation progressive dans la période aux fonctions d’une véritable banque centrale, et donc de la modification de son rôle au sein du système bancaire et de ses interventions sur les marchés de l’argent, c’est en fait examiner, d’un mot qu’il faudra aussi expliciter, le problème sans cesse reposé de la modernisation de la Banque de France. Comment Wilfrid Baumgartner s’est-il alors colleté, une fois de plus, avec les exigences toujours renouvelées de l’insaisissable modernité du siècle ? L’hypothèse de la construction d’une économie d’endettement en France semble, là aussi, pouvoir apporter à cette question certains éléments de réponse.

8Après la Seconde Guerre mondiale, la modernité, sans doute possible, prit les formes d’une internationalisation soudain accélérée après les amorces des années 1920 et les atermoiements de la grande dépression. La monnaie comme le reste de l’économie en général en furent affectés. La Banque centrale pouvait-elle dans son action, ses attributions, son organisation même, ne pas en ressentir les effets ? Ceci revient à s’interroger sur la place occupée par la Banque de France dans le Système monétaire international défini à Bretton Woods. C’est aussi envisager la question, de plus en plus étudiée depuis que la monnaie unique européenne est devenue une réalité, des relations alors développées entre banques centrales à un moment où le problème du règlement des échanges internationaux requérait la mise en œuvre de solutions nouvelles dont l’Union européenne des paiements a sans conteste constitué entre 1950 et 1958 la forme la plus achevée. C’est enfin s’interroger sur la part prise par la banque d’émission dans la difficile gestion des finances extérieures de la France, dont l’équilibre exigeait des solutions autrement plus contraignantes que la couverture en définitive toujours assurée du déficit en francs de la trésorerie de l’État. Les formes prises dans ce contexte par la coopération entre banques centrales ont assurément constitué une autre facette de la modernisation de la Banque de France après 1945, en même temps qu’elles ont commencé aussi à marquer les limites des logiques par nature strictement nationales des logiques d’économie d’endettement.

9La Banque de France n’est pas devenue en un jour une banque centrale moderne. Mais il semble que la période où Wilfrid Baumgartner présida aux destinées de l’Institut d’émission ait correspondu à une étape importante de cette progressive modernisation, tant dans ses rapports avec l’État que dans la nature et l’importance de ses concours à l’économie, donc dans ses rapports avec le système bancaire, et que dans les formes de coopération monétaire internationale entre banques centrales qu’elle a pu contribuer à développer. Mais la question de la modernisation de la Banque après 1945 s’inscrit aussi dans la problématique plus générale de la modernisation de l’économie française dans la seconde moitié du siècle. Elle pose le problème difficile de la place de la Banque dans la croissance de l’après-guerre et de son insertion dans l’évolution de la société française et des mentalités. Elle invite également à s’interroger sur l’évolution des contenus de la modernisation, notamment à travers les mécanismes et les pratiques d’économie d’endettement qui apparaissent bien comme un fil rouge possible dans la longue carrière de Wilfrid Baumgartner. L’approche biographique, une fois encore, devrait permettre une première appréhension de questions aussi vastes. C’est d’ailleurs un de ses enjeux que d’essayer de départager, dans ce processus, la part des structures de celle qui revient à l’homme.

10L’histoire de la Banque de France entre janvier 1949 et mai 1958, au regard des trois thèmes qui viennent d’être dégagés – les rapports avec l’État, la transformation des fonctions de la Banque de France dans le système financier et son rôle dans la coopération monétaire internationale –, fait apparaître six moments différents, distingués comme autant de moments particuliers d’une évolution mais aussi comme autant de types de problèmes dominants.

11De 1949 à la fin de 1951, de la nomination de Wilfrid Baumgartner à la réapparition de l’inflation, la politique des autorités monétaires a semblé osciller entre archaïsme et modernité, tant sous l’angle de la politique du crédit, de sa place dans le système financier français profondément renouvelé au sortir de la guerre que dans ses rapports avec l’État.

12Le rôle de la Banque dans le Système monétaire international renouvelé de l’après-guerre s’est caractérisé dans la même période par une hésitation semblable, entre les formes nouvelles de la coopération monétaire nées dans la foulée de l’aide américaine et les alliances héritées du passé, au moins jusqu’au brutal retournement, à l’automne 1951, de la balance des paiements de la France.

13Dans la période suivante, les années 1952-1953 ont été caractérisées par le retour à l’ère des difficultés du Trésor et des avances directes de la Banque à l’État : c’est le moment où la question de l’indépendance de l’Institut d’émission, notamment à l’occasion de la fameuse lettre à Edgar Faure, a été posée avec le plus d’acuité.

14Sur le front des finances extérieures, de même, la période 1952-1955 a été marquée par un déséquilibre global et dominée, avec le débat autour du retour à la convertibilité des monnaies européennes, par les défis que le processus d’intégration européenne posa alors à la Banque centrale française.

15De 1954 à 1958, la Banque et son gouverneur ont été placés en face de l’évolution contradictoire de la monnaie et de la production, entre inflation et croissance, alors que la contrainte politique et extérieure se faisaient plus fortes.

16La contrainte des finances extérieures, permanente entre 1956 et 1958, a abouti dans le même temps à créer les conditions d’un redressement financier que la coupure politique majeure de mai 1958 a contribué à la fois à retarder et à rendre possible.

17Avec la Ve République s’ouvrait néanmoins clairement une nouvelle étape dans l’histoire de la Banque. Pressé dès mai 1958 d’accepter la charge de ministre des Finances, Wilfrid Baumgartner demeura certes encore rue de La Vrillière jusqu’à la fin 1959, dans des conditions politiques et administratives profondément différentes, avant d’accepter de passer rue de Rivoli. Cette nouvelle dignité couronnait, en apparence au moins, un parcours administratif hors du commun mais ne répondait pas aux vœux véritables de Baumgartner qui estimait devoir continuer à mener à bien à la Banque les évolutions qu’il avait depuis onze ans contribué, nolens volens, à mettre en chantier.

Notes

1 Potut (Georges), La Banque de France du franc de Germinal au Crédit contrôlé, Paris, Plon, 1961, Préface de Wilfrid Baumgartner, p. [1].

2 Plessis (Alain), « La Banque de France depuis 1920 », in Les Banques en Europe de l’Ouest de 1920 à nos jours, Paris, CHEFF, 1995, p. 273-282.

3 C’est le cas des travaux de Ramon (Gabriel), Histoire de la Banque de France d’après les sources originales, Paris, B. Grasset, 1929, ou de Netter (Marcel), Histoire de la Banque de France entre les deux guerres, 1918-1939, Pomponne, Monique de Tayrac, [1994] ; et surtout, pour notre période, l’ouvrage de l’ancien directeur des Études de 1967 à 1973, Koch (Henri), Histoire de la Banque de France et de la monnaie sous la IVe République, Paris, Dunod, 1983, ou encore celui de l’ancien sous-gouverneur entre 1979 et 1984, Prate (Alain), La France et sa monnaie, essai sur les relations entre la Banque de France et les gouvernements, Paris, Julliard, 1987.

4 Bouvier (Jean), Sociétés sans inflation et sociétés sous inflation du xixe au xxe siècle, Cours professé à l’IEP de Paris, 1978-1979, Cours polycopié, p. 11.

5 Cf. Feiertag (Olivier) et Margairaz (Michel) (dir.), Politiques et pratiques des banques d’émission en Europe (xviie-xxe siècle), Le bicentenaire de la Banque de France dans la perspective de l’identité monétaire européenne, Paris, Albin Michel, 2003.

6 Delaisi (Francis), La Banque de France aux mains des 200 familles, Paris, Comité de Vigilance des intellectuels antifascistes, 1936, p. 85.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search