Version classiqueVersion mobile

Wilfrid Baumgartner

 | 
Olivier Feiertag

Deuxième partie. Au crédit national : le levier du crédit (1936-1949)

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1« Le crédit est mort, vive le crédit ! » C’est ainsi que Wilfrid Baumgartner à la fin de 1948 conclut la causerie qu’il avait donnée sur le problème du financement de l’économie à l’invitation du Comité des industries textiles. La formule, frappante, illustre parfaitement toute la période de la carrière du financier public, de son renvoi du Mouvement des fonds à son départ du Crédit national pour la Banque de France au début de 1949 : période de ruptures profondes, avec le Front populaire, la guerre, l’Occupation puis la Libération, mais période marquée aussi de continuités véritables. L’histoire du crédit à moyen terme mobilisable, développé après 1945 mais dont les débuts s’enracinent loin sous l’Occupation et même dans l’entre-deux-guerres, en fournit une illustration convaincante. Toutefois, le rôle du grand commis, libéral de tradition mais novateur aussi par nécessité, et ses rapports complexes avec le pouvoir politique révèlent aussi de notables permanences entre l’entre-deux-guerres et les débuts de la Quatrième République, une fois le balancier de nouveau stabilisé vers ce centre politique flou où voisinaient Radicaux et Indépendants et où Baumgartner inclinait décidément par tropisme social. Sa carrière à la Banque de France à partir de janvier 1949 contribua pleinement à le démontrer.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search