Version classiqueVersion mobile

Wilfrid Baumgartner

 | 
Olivier Feiertag

Deuxième partie. Au crédit national : le levier du crédit (1936-1949)

Chapitre IV. « La question du crédit » du Front populaire à la fin de la seconde guerre mondiale

Texte intégral

  • 1 Straus (André), « Vers la restauration de l’État », in Lévy-Leboyer (Maurice) et Casanova (Laurent) (...)
  • 2 Laufenburger (Henry), Les banques françaises, Paris, Librairie du recueil Sirey, 1940, t. I, p. 113

1Le passage de Wilfrid Baumgartner de la direction du Mouvement général des fonds au Crédit national à la fin de 1936 paraît s’être parfaitement inscrit dans l’évolution qui, par étapes, conduisit les pouvoirs publics sous l’impulsion décisive des gouvernements successifs issus du Front populaire à placer au premier rang de leurs préoccupations la question du financement de l’économie. Cette évolution a pris un tour nouveau à un moment où l’économie française a semblé ne pas pouvoir sortir de la crise dans laquelle elle était plongée depuis le début des années 19301. C’est tout l’intérêt de l’étude de la période où il présida aux destinées de l’établissement de la rue Saint-Dominique que d’essayer d’examiner dans quelle mesure Wilfrid Baumgartner, son action, ses conceptions, peuvent contribuer à éclairer le sens de cette orientation nouvelle de la politique économique et le rôle alors joué par le système de crédit dont le Crédit national semble être progressivement devenu, dans la période, sous la direction de l’ancien directeur du Trésor en disgrâce, un élément non négligeable2.

  • 3 Andrieu (Claire), La banque sous l’Occupation, paradoxes de l’histoire d’une profession, 1936-1946, (...)
  • 4 Kuisel (Richard), Le capitalisme et l’État…, op. cit., p. 190 sqq ; Margairaz (Michel), L’État, les (...)
  • 5 Plessis (Alain) et Lescure (Michel), « Le financement des entreprises en France de la fin du xixe s (...)

2Le problème de la réforme des structures de crédit court comme un fil rouge tout au long du xxe siècle. Elle prit cependant à partir de 1936 précisément un tour nouveau3. Quel rôle joua, à son niveau, le directeur général du Crédit national dans le contexte particulier de la période 1936-1938, durant laquelle tendent à s’affirmer les tendances parfois dites « néo-libérales »4, et, plus généralement, dans le large mouvement d’innovation sans cesse remis sur le métier qui caractérise l’histoire des formes de financement de l’économie depuis les débuts de la révolution industrielle au moins ? Quelle fut ainsi la politique de crédit de l’établissement dont il avait la charge, notamment dans le domaine crucial du crédit à moyen terme, en une période qui apparaît globalement comme celle de « la grande panne du financement »5 ?

  • 6 Bouvier (Jean), « Monnaie et banques d’un après-guerre à l’autre », in Braudel (Fernand) et Labrous (...)
  • 7 Lescure (Michel), « De la concurrence des secteurs bancaires publics et privés dans la France de l’ (...)

3Par ses statuts mêmes de banque semi-publique, par la présence conjointe à son conseil d’administration de représentants de la finance privée, de l’industrie et de l’État, le Crédit national semblait devoir être confronté à tous les problèmes posés par l’extension alors avérée du poids de la puissance publique dans le domaine délicat du financement de l’économie6 : comment les banques commerciales furent-elles associées à la nécessaire réforme du crédit, alors que la question de la concurrence avec les établissements bénéficiant de privilèges d’État se posait avec plus de force que jamais au moment où la crise persistante rendait les dépôts bancaires plus rares7 ? C’était un des aspects essentiels de la tâche du nouveau directeur du Crédit national entre 1936 et 1940, une des questions aussi soulevées par l’évolution des liens tissés du temps du Mouvement des fonds avec le monde des affaires.

  • 8 Loi du 10 octobre 1919 portant fondation du Crédit national, citée in Le Crédit national, Nancy, Be (...)

4Au lendemain de la défaite et des destructions de la campagne de 1939-1940, les circonstances plaçaient en apparence l’organisme fondé en 1919 « pour faciliter la réparation des dommages causés par la guerre »8 derechef en première ligne. Wilfrid Baumgartner fut-il en mesure, dans le contexte politique et administratif nouveau de la France occupée et du régime de Vichy, de faire une nouvelle fois de son établissement la banque du relèvement économique de la Nation meurtrie et privée de sa souveraineté ? Plus globalement, quelle physionomie nouvelle a revêtu le système financier français sous l’effet des innovations financières liées au contexte de la guerre ? La guerre, dès 1936 et jusqu’à la Libération, domina en effet toute la période, affectant comme tant d’autres le grand commis, confronté aux pouvoirs nouveaux et aux contraintes sans précédent institués sous l’Occupation, exposé, comme tous les cadres du moment mais avec plus d’acuité encore au sein de l’administration de l’État – de l’État dit « français » – à l’alternative évidente a posteriori de la collaboration ou de la résistance, subissant aussi l’épreuve de l’arrestation et de la captivité d’août 1943 à mai 1945.

5Limogé de la direction du Mouvement des fonds, éloigné en apparence du centre du pouvoir, Wilfrid Baumgartner fut-il pour autant écarté entre 1936 et 1945 des grands enjeux d’une période dont les évidentes ruptures mais les probables continuités aussi demandent, à l’échelle de l’homme, comme à celle du système financier, d’être examinées ?

LE CRÉDIT NATIONAL ET LA « QUESTION DU CRÉDIT » EN 1936

  • 9 Lettre de R. Truptil à W. Baumgartner du 8 décembre 1936, AWB, 1BA19, Dr5.

6Nettement moins nombreux qu’en janvier 1935 quand il s’était agi de féliciter le nouveau directeur du Trésor, les messages parvenus à Wilfrid Baumgartner au moment de son départ du Mouvement des fonds se répartissent assez nettement en deux tendances : à côté des regrets, de l’indignation, de la violence verbale même suscités par une mesure jugée imméritée, certains envisageaient sous un jour plus favorable l’avenir du nouveau directeur du Crédit national. Ainsi Roger Truptil, depuis Londres, insista sur les possibilités de développement de l’établissement : « Je sais bien que la fonction vaut ce que vaut l’homme et que le Crédit National sera transformé sous votre règne jusqu’à devenir un des rouages vitaux de notre système financier. »9 Beaucoup plus explicite, Pierre Quesnay, que Baumgartner avait connu à la Banque de France au moment de la stabilisation Poincaré et qui était devenu à cette date directeur général de la Banque des règlements internationaux à Bâle, lui indiqua dans quelle direction le Crédit national pouvait, selon lui, se développer :

  • 10 Carte de P. Quesnay à W. Baumgartner du 26 novembre 1936, AWB, 1BA19, Dr5.

« Je regrette de vous voir partir du Mouvement des fonds, mais je suis sûr que vous allez faire progressivement du Crédit national l’organisme officiel, du type Gold Disconto, Institut Belge de Réescompte, etc., qui manque sur le marché de Paris. […] Si les efforts tentés par les organismes analogues à celui que vous allez dirigez vous intéressaient pour les marchés étrangers et si nous pouvions vous aider à les étudier, je serais ravi de cette occasion de renouer avec vous nos bonnes relations et notre petit centre international d’observation des marchés serait à votre disposition. »10

7L’offre de Pierre Quesnay, l’un des plus ardents réformateurs financiers de l’entre-deux-guerres, prouve que l’idée d’une réforme du système de crédit n’était pas apparue tout armée à l’automne de 1936. Au début de l’expérience de déflation tentée sous Pierre Laval, le directeur général de la BRI déjà avait semblablement attiré l’attention de Jean Tannery, toujours à la tête de la Banque d’émission, sur l’urgence d’une réorganisation du système financier français :

  • 11 Lettre de P. Quesnay à Jean Tannery du 9 août 1935, 12 p. dactyl., ACDC, Papiers Tannery.

« Je pars comme tout le monde de cette idée que la tentative actuelle de déflation des dépenses publiques doit s’accompagner d’un certain nombre de mesures tendant au développement de l’activité économique pour compenser le ralentissement des transactions que ne peut manquer d’entraîner la mise en œuvre du programme nécessaire de réduction des dépenses de l’État. »11

  • 12 Ibid., p. 5.
  • 13 Ibid.

8Contribuant à éclairer une dimension encore peu étudiée de la politique de déflation de l’été 1935, Quesnay traça ensuite les grandes lignes d’un programme de relance de l’activité économique qui, selon lui, impliquait au premier chef une réforme du marché monétaire, où la Banque centrale était appelée à jouer un rôle nettement plus actif, et des circuits de financement à long terme de l’économie. Alors, poursuivait-il, « les courtiers auraient tôt fait de savoir que la place de Paris est enfin un marché où l’on peut, même pour peu de temps, placer ses disponibilités sans craindre d’être étranglé si l’on doit reconvertir son placement en argent liquide ! »12 La création d’un véritable marché monétaire était ainsi perçue comme la condition d’une relance des investissements productifs : « Si un tel marché existait en France, les trésoreries privées n’auraient pas besoin de garder tant de fonds improductifs, un courant de financement s’amorcerait. »13 Cette analyse n’était ni complètement neuve, ni tout à fait originale : en 1928-1930, elle avait été développée, on l’a souligné, dans l’entourage d’Émile Moreau, où Quesnay déjà s’illustrait, et elle avait alors trouvé un écho certain au Mouvement des fonds. En outre, l’expérience Flandin de janvier 1935, on l’a noté, avait également été fondée en partie sur une analyse de ce type. Si en novembre 1936, Pierre Quesnay s’adressait au président du Crédit national, c’était que dans son opinion, une telle réforme en profondeur du système de crédit ne pouvait pas être mise en œuvre en comptant uniquement sur les banques commerciales. Il l’avait exposé sans détour au gouverneur de la Banque de France en 1935 :

  • 14 Ibid., p. 4.

« Je sais bien, mon cher Gouverneur, que dans la mentalité traditionnelle actuelle, un certain nombre de banques françaises n’admettent pas qu’elles aient un rôle social à remplir vis-à-vis de l’économie du pays et des responsabilités envers quelqu’un d’autre que leurs actionnaires et leurs déposants. »14

  • 15 Pour une notice biographique de P. Quesnay, cf. Bouvier (Jean), « Quatre décideurs monétaires… », a (...)

9Les réticences des banques à ce que Quesnay désignait alors clairement comme « l’application de méthodes nouvelles de crédit », expliquent le rôle décisif qui incombait à ses yeux au secteur bancaire institutionnel, notamment à l’établissement dont Baumgartner prit la direction, à l’automne 1936. Mais l’offre de collaboration de Pierre Quesnay, tragiquement disparu par noyade au cours d’un séjour dans la propriété d’Émile Moreau dans le Poitou, en septembre de l’année suivante, resta sans suite15.

  • 16 Ansiaux (Maurice), Évolution du crédit et contrôle des banques, rapport au Congrès des économistes (...)
  • 17 Cadier (Gabrielle), « La loi Spinasse », in États, fiscalités, économies, op. cit., p. 181-187.
  • 18 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 248.
  • 19 Andrieu (Claire), La banque sous l’Occupation…, op. cit., p. 41-49.
  • 20 Ibid., p. 62-69.

10La thèse selon laquelle la reprise économique en France passait par une réforme du système de crédit était cependant largement répandue dans d’autres milieux. Il ne fait pas de doute que la crise des années 1930 avait ainsi abouti à poser sur de nouvelles bases la question du crédit, modifiant notablement les termes dans lesquelles elle avait pu être posée, par exemple dans les cercles saint-simoniens, au cours de la deuxième moitié du xixe siècle. L’évolution qui marqua la question du crédit à partir des années 1930 tient d’abord au fait que les banques furent alors tenues pour largement responsables de la crise elle-même et de son anormale persistance. Maurice Ansiaux, professeur à l’Université libre de Bruxelles, observateur averti de la réforme bancaire belge, le soulignait sans détour à l’occasion du Congrès annuel des économistes de langue française en 1935 : « Que les banques aient une large part de responsabilité dans les difficultés persistantes où se débat l’économie du monde, il n’est personne, je pense, qui soit d’humeur à le contester »16. L’idée s’était donc rapidement imposée que la sortie de la crise passait par une réforme du système bancaire fondée sur une intervention plus grande des pouvoirs publics et la mise en place de procédures de contrôle et d’orientation de l’activité des banques. En d’autres termes, la question du crédit débouchait dans le contexte de la crise des années 1930 sur la notion inédite, mais promise dès lors à un bel avenir, de « politique » du crédit. C’est ainsi, par exemple, que le premier gouvernement de Léon Blum manifesta, avec la création le 19 août 1936 des prêts Spinasse, du nom du ministre de l’Économie, un souci particulier pour les problèmes du financement des petites et moyennes entreprises qui n’étaient guère soutenues par les banques commerciales et dont la trésorerie était affectée par l’entrée en vigueur des mesures sociales votées en juin17. Dans un esprit un peu différent mais voisin fut de même créée en août 1936, la Caisse nationale des marchés de l’État destinée à financer les entreprises titulaires de contrats publics18. Placée sous la direction de Jacques Branger, elle était aussi statutairement présidée par le président du Crédit national. D’autre part, à compter de novembre 1936, au lendemain de la dévaluation, fut aussi formée la sous-commission d’organisation du crédit, à l’initiative du ministre des Finances, Vincent Auriol19. Présidée par le député socialiste André Brunet, elle n’était composée que de parlementaires au nombre desquels on relève les noms de Paul Reynaud, Maurice Petsche, Léon Baréty, Max Hymans, qui avaient tous, au titre de la commission des Finances ou à titre personnel comme dans le cas de Petsche, été en relation suivie avec l’ancien directeur du Trésor. Enfin, au même moment, était constituée au sein du Conseil national économique, une commission chargée d’étudier le « problème de l’organisation du crédit bancaire »20. La nomination de Wilfrid Baumgartner au Crédit national prit donc place à un moment où la « question du crédit », de bords différents et à plusieurs niveaux, était mise à l’ordre du jour. Quelle perception cependant en avait-il lui-même ?

LE POIDS CROISSANT DU CRÉDIT NATIONAL DANS LE SYSTÈME FINANCIER

  • 21 Procès-verbal de l’audition de W. Baumgartner devant la sous-commission de l’organisation du crédit (...)
  • 22 Exposé des motifs de la loi du 10 octobre 1919.
  • 23 Le Crédit national, op. cit., p. 19.
  • 24 Procès-verbal de l’audition de W. Baumgartner, doc. cité, p. 3.
  • 25 Ibid., p. 5.

11Au Mouvement général des fonds, Wilfrid Baumgartner avait déjà été confronté au problème du financement de l’économie, tant avec le sauvetage de la Compagnie transatlantique ou la reprise de Citroën qu’avec le soutien aux marchés agricoles ou à la construction immobilière. Il n’arrivait donc pas au Crédit national sans expérience, ni sans doctrine. Il eut l’occasion de préciser le rôle qu’il entendait faire jouer à l’établissement semi-public et la place qui à ses yeux était la sienne au sein du système financier, à l’occasion de son audition le 19 février 1937 devant la sous-commission parlementaire de l’organisation du crédit21 : le Crédit national, rappelait-il, avait été créé au lendemain de la Grande Guerre pour assurer le financement par l’État des réparations des dommages de guerre. Mais la loi du 10 octobre 1919, saisissant l’occasion de « créer en France le crédit industriel et commercial à long terme dont on avait maintes fois proclamé la nécessité sans parvenir à l’organiser pratiquement »22, dota également l’établissement de la faculté de consentir des crédits d’équipement23. Depuis, exposait Baumgartner, l’établissement, au cours de son histoire encore récente avait connu trois phases distinctes : de sa fondation jusqu’au déclenchement de la crise, le volume de ses opérations n’avait cessé de se développer du fait « de la carence au moins initiale de l’Allemagne en matière de réparations et de la hausse des prix consécutifs à l’inflation »24. Les encours, poursuivait-il, avaient atteint leur maximum en janvier 1933 avec un montant de 1 150 millions de francs. « Vint la crise économique », rappela-t-il, qui entraîna la contraction du volume des opérations. Le niveau des encours repassait donc en dessous d’un milliard en 1935-1936. Mais « un mouvement inverse, reprit-il, commença dès lors de se dessiner qui n’a pas laissé depuis quelques mois de s’accentuer sensiblement » : au début de 1937, le montant des encours atteignait, précisa-t-il, « le chiffre record » de 1 450 millions25. L’évolution décrite par Baumgartner apparaît avec évidence sur la courbe retraçant le niveau des encours du Crédit national au 31 décembre de chaque année durant toute la période de l’entre-deux-guerres (cf. figure n° 11).

  • 26 Gueslin (André) et Lescure (Michel), « Les banques publiques, parapubliques et coopératives françai (...)
  • 27 Le Crédit national, op. cit., p. 30-31.
  • 28 Lescure (Michel), « L’État, l’investissement et la petite entreprise : l’expérience des bonificatio (...)
  • 29 Baubeau (Patrice), Lavit d’Hautefort (Arnaud) et Lescure (Michel), Le Crédit national, histoire pub (...)

12Il est indéniable que le mouvement d’augmentation des encours du Crédit national déjà mis en valeur par Wilfrid Baumgartner en février 1937 s’accrut encore jusqu’à la veille de la guerre, et à un rythme particulièrement accentué puisqu’en 1939 le montant des opérations atteignait 1 800 millions. Cette évolution s’inscrivait dans le contexte d’accroissement effectif du rôle du secteur bancaire public et semi-public dans le financement global de l’économie depuis le début des années 1930 : alors qu’en 1929 encore les organismes publics ou assimilés représentaient 7,4 % du financement total des entreprises, cette proportion en effet passa à 37 % en 1935 et atteignit 40 % en 1938 au moment du gouvernement Reynaud26. Si dans le total des crédits dispensés par ces établissements, où les masses énormes de la Caisse des dépôts et secondairement du Crédit agricole dominaient, la part du Crédit national était modeste – 5 % seulement en 1938 –, il reste qu’en valeur absolue, son engagement dans le financement de l’économie progressa de 55 % de 1929 à 1938 et de 47 % entre l’arrivée de Baumgartner et 1945, soit trois fois plus rapidement qu’entre 1930 et 1936. Mais bien d’autres éléments révèlent cette extension des engagements du Crédit national entre 1937 et 1939 : ainsi, en décembre 1937, sous le gouvernement Chautemps, le montant de la dotation faite par le Trésor fut doublé, atteignant un milliard, tandis que l’établissement augmentait ses ressources en renouant avec les émissions d’obligations du Crédit national à partir de 193927. Parallèlement, le montant maximal d’un prêt fut relevé en mai 1938, à l’initiative du gouvernement Daladier cette fois, de 10 à 15 millions de francs28. La période où Wilfrid Baumgartner présida aux destinées du Crédit national semble donc bien avoir correspondu à un moment particulier de l’histoire de l’établissement29. Sans entreprendre ici d’analyser en détail la politique du Crédit national dans la période, on peut tenter de préciser le sens qu’il convient de lui donner en fonction de l’évolution des conceptions alors exprimées par son président.

Figure n° 11 Évolution de l’encours des prêts du Crédit national aux entreprises du 31 décembre 1920 au 31 décembre 1939 (en millions de francs courants, échelle semi-logarithmique)

Figure n° 11 Évolution de l’encours des prêts du Crédit national aux entreprises du 31 décembre 1920 au 31 décembre 1939 (en millions de francs courants, échelle semi-logarithmique)

Source : Rapport annuel de l’Assemblée générale des actionnaires (1920-1939), cité par Teneul (Georges-François), Contribution à l’histoire du financement des entreprises en France depuis la fin du xixe siècle, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1960, p. 45.

  • 30 Procès-verbal de l’audition de W. Baumgartner, doc. cité, p. 11.
  • 31 Ibid., p. 6.
  • 32 Ibid., p. 15.
  • 33 Ibid., discussion, p. 1.
  • 34 Ibid., p. 2.
  • 35 Ibid., exposé, p. 16.
  • 36 Ibid., exposé, p. 15.
  • 37 Ibid., discussion, p. 6.
  • 38 Ibid., p. 10.
  • 39 Andrieu (Claire), La banque sous l’Occupation…, op. cit., p. 49-55.
  • 40 Lescure (Michel), « De la concurrence… », art. cité.

13L’augmentation du volume des opérations du Crédit national entre 1936 et 1939 semble à première vue pouvoir être attribuée à la politique de crédit nouvelle que l’État chercha alors à mettre en œuvre. Wilfrid Baumgartner témoigna explicitement de cette volonté devant la commission parlementaire en février 1937 : « Je puis vous assurer que nous ferons contribuer au maximum le Crédit national à la reprise nécessaire de l’activité économique »30. Le soutien que son établissement devait apporter au financement des entreprises passait en priorité, à ses yeux, par le développement des crédits à moyen terme qui répondait, ajoutait-il, « à un indiscutable besoin »31. « Les besoins nouveaux des entreprises en trésorerie, soit à cause des nouvelles mesures sociales, soit suite à la revalorisation des stocks aboutissent déjà à faire gonfler les demandes de nouveaux prêts »32. André Brunet lui fit cependant remarquer que le principal résultat de l’enquête menée par la commission qu’il présidait avait été de faire ressortir au contraire « l’absence de crédit à moyen terme. Cela, ajoutait-il, a été un leitmotiv généralisé. »33 Or, dans le même temps, notait-il encore, les banques, en un apparent paradoxe, ne cessaient d’affirmer qu’elles contribuaient largement à nourrir les crédits à moyen terme. « Le crédit à moyen terme existe » lui répondit Wilfrid Baumgartner, mais le problème était, d’après lui, de « trouver une signature qui soit suffisamment connue pour qu’elle recueille sur le marché les capitaux que d’autres ne peuvent recueillir »34. Pour autant, il ne cantonnait pas le Crédit national dans ce rôle et lui attribuait bien d’autres missions. Il devait ainsi faciliter également le financement des marchés militaires, de l’assurance-crédit et même, « tâche malaisée », du développement outre-mer par l’intermédiaire de sa filiale, le Crédit colonial créé en 1935. Il concluait cette énumération en estimant que son établissement « pourrait également un jour, comme cela n’est pas nécessairement exclu, rendre directement de nouveaux services à l’État en assurant le financement de certaines catégories de dépenses d’intérêt économique. »35 Au total, plaidait Wilfrid Baumgartner, « le rôle du Crédit national, bien loin de se restreindre, est en train de connaître une réelle extension. »36 Maurice Petsche, dans la discussion qui suivit, alla plus loin, suggérant que le Crédit national pourrait aussi bien être amené à financer en commandite certaines affaires industrielles tournées vers l’avenir. Vue bien audacieuse pour le directeur du Crédit national qui lui rappela que c’était là plutôt le métier des banques d’affaires. À quoi Petsche, très en verve, rétorqua : « Il n’y a pas en France de banques d’affaires, il n’y a que des banques qui font des affaires ! »37 Dans une veine similaire, Gratien Candace, député des Antilles, souligna, lui, le faible développement des opérations du Crédit colonial, dont l’action, à l’en croire aurait été « contrariée » par les banques d’émission installées outre-mer, comme la Banque de l’Afrique occidentale38. Wilfrid Baumgartner réfuta l’idée d’une possible concurrence avec les banques, insistant davantage sur la réalité d’une collaboration entre elles et son établissement. Le thème de la concurrence entre les établissements de crédit publics et les banques commerciales, qui se développa dans l’entre-deux-guerres avec une acuité encore renforcée par la crise, fut en effet sous-jacent aux travaux de la commission parlementaire sur l’organisation du crédit qui se heurta d’ailleurs à l’hostilité déclarée du milieu bancaire39. Le cas du Crédit national posait un problème différent, du fait de l’influence supposée des banques, majoritaires à son conseil d’administration, dans la définition de la politique générale de l’établissement40.

LE CRÉDIT NATIONAL, UNE INSTITUTION FINANCIÈRE « MIXTE »

14En décembre 1936, Wilfrid Baumgartner avait succédé à la tête du Crédit national à Louis Martin, inspecteur des Finances également, et proche en son temps des radicaux Caillaux et Privat-Deschanel. À l’occasion d’un déjeuner-débat organisé par Les Échos en 1956, l’ancien directeur du Mouvement des fonds, interrogé une fois de plus sur les problèmes du crédit, rappela les circonstances de sa nomination rue Saint-Dominique en 1936 :

  • 41 Déjeuner-débat des Échos du 7 décembre 1956, AWB, 2BA29, Dr6.

« Il y a exactement vingt ans, je quittais le Trésor pour prendre un établissement semi-public, le Crédit national, qui a été appelé d’ailleurs à des destinées importantes, et mon prédécesseur, qui avait eu à souffrir d’un certain nombre de déceptions dues à la grande crise économique, en me passant ses dernières recommandations, m’a dit : Mon jeune ami, la vérité, c’est qu’il ne faudrait jamais faire de crédit ! (Rires) »41.

  • 42 Lettre de Ch. Schweisguth à W. Baumgartner du 20 janvier 1949, AWB, 2BA1, Dr6.

15À l’en croire, Baumgartner aurait alors été, lui, d’un avis bien différent : « J’ai trouvé déjà à cette époque, poursuivit-il, que, pour un banquier, c’était une vue un peu courte, et mon optimisme naturel aidant, je suis plutôt d’une autre opinion ». Pour autant, on peut s’interroger sur l’influence véritablement exercée par le jeune directeur général au sein du conseil d’administration dont il était aussi statutairement le président. Charles Schweisguth, dont le frère Pierre siégeait à la fin de 1936 au conseil comme représentant d’Alsthom, rappela à Baumgartner, après la guerre, le récit que son frère lui avait fait de la première séance qu’il présida en conseil, « où l’âge moyen dépassait soixante-dix ans. Vous lui faisiez penser, ajouta Schweisguth citant son frère, au Christ parmi les docteurs. Et voici, tous étaient émerveillés par sa Sagesse. »42 Au vrai, le conseil se composait alors, outre des deux directeurs du Crédit national et des deux censeurs de l’État, de quatorze banquiers et de neuf industriels, parmi lesquels beaucoup avaient déjà été en relation avec le directeur du Trésor : ainsi d’Alexandre Célier, le président du CNEP, du banquier Jacques de Neuflize qui était aussi régent de la Banque de France tout comme Frédéric Pillet-Will, de Charles Sergent, ancien directeur du Mouvement des fonds et ancien sous-gouverneur de l’Institut d’émission devenu président de la Banque de l’union parisienne, de Roger Lehideux, l’influent président de l’Union syndicale des banquiers, de Jean Boissonas de la banque Mirabaud, mais aussi d’Henry de Peyerimhoff ou de Louis Marlio issus, eux, de la grande industrie.

  • 43 Procès-verbal de l’audition de W. Baumgartner, doc. cité, p. 1 et 8.
  • 44 Ibid., p. 1.
  • 45 Ibid., p. 9.
  • 46 Lescure (Michel), « L’État, l’investissement… », art. cité, p. 233-37.
  • 47 Kuisel (Richard F.), Le capitalisme et l’État…, op. cit., p. 223-225.

16Par la composition de son conseil d’administration, le Crédit national s’affirmait bien comme une institution financière mixte. C’est dans ce sens qu’il faut s’interroger sur son rôle de régulation du marché du crédit. Il faut en effet se garder de déduire de l’ambition affichée en février 1937 de développer et de diversifier les engagements de l’établissement de crédit dont il avait la charge, que Wilfrid Baumgartner, à cette date, était devenu soudain le partisan d’un projet d’étatisation du crédit ou qu’il s’était rangé à la nécessité d’une monnaie dirigée, réclamée par ailleurs. Devant la sous-commission parlementaire, il prit d’ailleurs soin d’indiquer avec force les limites selon lui inhérentes à toute politique du crédit : « La question de l’organisation du crédit, exposait-il aux députés, ne vient qu’en second rang […]. On peut par des procédés de crédit freiner ou accentuer la tendance qui se manifeste, on ne peut pas, je crois, la renverser de manière durable »43. Par cette profession de foi, l’ancien directeur du Trésor affichait de nouveau sa conviction du primat des forces du marché et de la psychologie des agents économiques, les détenteurs de capitaux comme les entrepreneurs, sur les décisions de politique économique : pour lui, il était certes souhaitable de parvenir à ajuster les besoins et les offres de financement, mais les différents marchés de l’argent « ne s’organisent pas, ne s’improvisent pas ; ils se constituent en quelque sorte d’eux-mêmes »44. Et il concluait : « le domaine du crédit est par essence celui de la confiance librement manifestée. Si l’autorité se prend, le crédit, lui, se mérite. »45 Cette position de principe ne trouva-t-elle pas dans le développement au total limité des possibilités nouvelles de financement offertes aux entreprises par l’État entre 1936 et 1939, notamment aux PME, par le biais des bonifications d’intérêt, une manière de confirmation46 ? Dans cette notion de régulation mixte du marché du crédit, dont le Crédit national exprime bien la réalité, réside la portée de la politique nouvelle de crédit amorcée du temps du premier gouvernement Léon Blum, poursuivie avec le retour des radicaux au pouvoir à partir de l’été 1937, et renforcée encore par Paul Reynaud en novembre 1938. Par là est posé aussi le problème de la nature exacte du « néo-libéralisme » dont l’arrivée au pouvoir de Daladier et de Reynaud, à suivre Richard Kuisel, aurait signifié la mise en œuvre47. Les débats développés au sein de l’État et du système bancaire à partir de 1937 et jusqu’à la guerre, autour de la question du crédit à moyen terme, permettent d’approcher le sens et les limites de la mutation profonde du système financier qui s’est ainsi amorcée à la fin des années 1930, en manière de prolégomènes à l’institution d’une économie d’endettement.

LA « LENTE HISTOIRE » DU CRÉDIT À MOYEN TERME MOBILISABLE

  • 48 Priouret (Roger), La Caisse des dépôts…, op. cit., p. 370-375 ; Plessis (Alain), « La Caisse des dé (...)
  • 49 Audition d’Henri Deroy devant la sous-commission d’organisation du crédit le 11 février 1937, 21 p. (...)
  • 50 Ibid., p. 13.
  • 51 Bonin (Hubert), Les banques françaises de l’entre-deux-guerres…, op. cit., t. II, Les banques et le (...)

17Quelques jours avant que Baumgartner n’évoquât devant les députés de la sous-commission de l’organisation du crédit le problème posé selon lui par développement du crédit à moyen terme, Henri Deroy, toujours à la tête de la Caisse des dépôts, avait insisté dans la même enceinte sur la nécessité d’élargir selon une procédure que son établissement pratiquait à l’initiative de son directeur général de l’époque, Jean Tannery, depuis 193148, la possibilité de faire bénéficier ce type de crédit de plus larges facultés de mobilisation : le système, exposa Deroy, qui consistait à organiser la mise en pension à la Caisse d’effets pouvant aller jusqu’à cinq ans, « avait pour but d’essayer de combler une lacune de l’organisation du crédit »49. Mais il reconnaissait qu’en pratique le mécanisme n’avait « pas pris une grande extension ; il s’est même trouvé en régression du fait de la crise qui diminuait les besoins de financement ; il peut cependant, dans une période d’expansion, redevenir efficace et utile »50. Après avoir connu en effet un premier développement au cours du second semestre de 1931, les accords de mobilisation ont rapidement été freinés par l’approfondissement de la crise économique et la rapide diminution des ressources de la Caisse des dépôts. Les pressions du ministre des Finances, Flandin déjà, pour développer néanmoins la formule, semblent bien avoir été réelles au tout début de 1932 encore, amenant Wilfrid Baumgartner au titre du Mouvement des fonds à rencontrer à plusieurs reprises les principaux banquiers de la place, notamment Edmond Lebée du Crédit industriel et commercial51. De cette façon, Baumgartner s’était trouvé impliqué en quelque sorte dès l’origine dans l’histoire du crédit à moyen terme mobilisable. Mais il importe de bien marquer que le principe décidé en 1931 d’une prise en pension par la Caisse des dépôts de créances bancaires à moyen terme ne constituait pas en soi une « innovation ». D’une toute autre portée devait être le processus qui aboutit, en mai 1944, à organiser un circuit de mobilisation de créances à moyen terme reposant en dernière analyse sur la banque d’émission, c’est-à-dire non plus comme avec la Caisse des dépôts sur des ressources monétaires existantes – les dépôts des caisses d’épargne – mais bien sur de la « création » monétaire.

  • 52 Bouvier (Jean), « À propos de la lente histoire du crédit à moyen terme en France, xixe-xxe siècles (...)
  • 53 Ibid., p. 1.
  • 54 Lescure (Michel), « De la concurrence… », art. cité, p. 240-241.
  • 55 Berstein (Serge), Histoire du parti radical, Paris, Presses de la FNSP, 1980, t. I, La recherche de (...)
  • 56 Le rôle du gouverneur Fournier dans la mise au point de la procédure du crédit à moyen terme mobili (...)

18Confirmant les vues des responsables du Crédit national et de la Caisse des dépôts, la fin des années 1930 devait marquer une étape incontestablement importante dans ce que Jean Bouvier appelait « la lente histoire du crédit à moyen terme »52. Si le nom de baptême de ce type de prêt consenti pour une durée comprise entre six mois et cinq ans était apparu pour la première fois en octobre 1916 dans une circulaire signée par le ministre de l’Agriculture Méline et créant le « crédit à moyen terme » distribué par les caisses de Crédit agricole, la pratique en avait évidemment depuis toujours existé53. Mais son développement en France, plus que dans d’autres pays industrialisés, était demeuré chétif et très morcelé. La modification des processus de production tant agricoles qu’industriels à partir des années 1920, impliquant notamment l’allongement des cycles d’investissement, explique que se soit fait jour, dans l’entre-deux-guerres, une demande accrue pour ce type de financement. Sans doute, les banques avaient-elles créé dès les lendemains de la Première Guerre mondiale des filiales spécialisées dans l’octroi de crédits à moyen terme : l’Union pour le crédit à l’industrie nationale (UCINA), fondée par le Crédit lyonnais et le Comptoir d’escompte, la Société anonyme de crédit à l’industrie française (CALIF), filiale de la Société générale, etc.54 Mais les petites et moyennes entreprises n’accédaient que difficilement à ce marché, tant était grande la crainte des banques commerciales d’être immobilisée sur une affaire dont la surface financière était faible. Ces doléances s’étaient exprimées avec une particulière insistance dans le cadre de la sous-commission parlementaire d’organisation du crédit. Le retour des radicaux avec la formation du cabinet Chautemps à l’été 1937 contribua à mettre avec plus de vigueur encore à l’ordre du jour une question qui préoccupait au premier chef les classes moyennes et donc l’électorat de base du parti radical55. Le gouverneur de la Banque de France, Pierre Fournier depuis 1937, et Wilfrid Baumgartner jouèrent alors un rôle déterminant dans la mise en œuvre progressive, à partir de la fin de 1937, d’une procédure de mobilisation par l’Institut d’émission qui n’aboutit cependant pleinement qu’à la veille de la Libération56.

19En décembre 1937, Georges Bonnet, revenu rue de Rivoli, présenta ainsi à la Chambre le plan de relance par le crédit, tout particulièrement à moyen terme, qu’entendait mettre en œuvre le gouvernement :

  • 57 Discours du ministre des Finances à la Chambre le 27 décembre 1937, L’Information économique et fin (...)

« Pour aider à la reprise de l’économie, nous entendons développer très largement le crédit sous toutes ses formes. Nous savons en effet les difficultés graves que les entreprises privées rencontrent, en raison même, d’ailleurs, des besoins de l’État. »57

  • 58 Comptes rendus des réunions à la Banque de France du 8 décembre 1937, 24 décembre 1937 et 24 mai 19 (...)
  • 59 Compte-rendu de la réunion du 8 décembre 1937, doc. cité.

20Dans ce but, le gouverneur de la Banque de France avait été chargé, à la même époque, de présenter un rapport sur les développements possibles du crédit à moyen terme mobilisable. À son initiative furent donc réunis à plusieurs reprises rue de la Vrillière les directeurs de la Caisse des dépôts, du Crédit national ainsi que les représentants des principales banques de la place. Trois rencontres au moins eurent lieu entre décembre 1937 et mai 1938. La teneur des propos échangés nous est connue grâce aux comptes rendus circonstanciés que Maxime de Margerie en rédigea à l’intention du président du Crédit lyonnais58. Fournier exposa aux banquiers qu’il lui revenait « de toutes parts que le commerce et l’industrie [avaient] des besoins de crédit non satisfaits » ; mais, toujours selon le rapport du directeur du Crédit lyonnais, « il conç[evait] aussi que les établissements spécialisés dans le court terme ne v[oulaient] pas s’engager pour deux ou trois ans ; d’autre part, aurait concédé le gouverneur, il [était] possible que les ressources leur manquent. »59 Mais à suivre Henri Ardant pour la Société générale et Charles Farnier du CNEP, il convenait d’abord de ne pas surestimer ces besoins ; ils étaient d’avis qu’avec 200 ou 300 millions supplémentaires, on parviendrait à répondre à toutes les demandes non satisfaites. Deroy ayant exposé le principe de la procédure de mobilisation et de l’hypothèse selon laquelle deux signatures seulement seraient requises, les banquiers tinrent à marquer leur vive opposition à l’éventualité que leurs établissements pussent mettre leur aval « sur des traites CALIF ou UCINA, puisque nous ne voulons pas, rapportait Margerie, que nos établissements fassent du Moyen Terme ». Ainsi, la position des banques commerciales à la veille de la guerre était-elle parfaitement explicite. Il en découlait que la solution du problème nécessitait une forme d’intervention des institutions financières spécialisées dégageant les banques commerciales de toutes responsabilités. La leçon ne fut pas perdue pour Wilfrid Baumgartner.

  • 60 Compte-rendu de la réunion du 24 mai 1938, doc. cité.
  • 61 Ibid.

21En mai 1938, Fournier, nota Margerie non sans un visible ennui, « a voulu nous reparler une fois de plus de cette question » du crédit à moyen terme60. Le gouverneur, toujours en présence de Wilfrid Baumgartner, en usa cette fois différemment vis-à-vis des banques : il s’attacha à leur dépeindre la menace grave que représentait pour le système bancaire, s’il se refusait à endosser les risques qui étaient pourtant inhérents au métier de banquier, le développement des crédits à moyen terme par le moyen de la Caisse nationale des marchés de l’État : « la tendance Spinasse, précisa-t-il, était bien celle-là : il voulait que la Caisse des Marchés devienne l’amorce d’une banque d’État à qui on aurait constitué un capital, qu’on aurait bientôt autorisée à recevoir des dépôts garantis par l’État… M. Fournier, rapportait toujours Margerie, s’y serait opposé de toutes ses forces, voyant là un pas redoutable dans la voie de la nationalisation du crédit : il ne faut pas que nous demandions trop à la Caisse, ce serait extrêmement dangereux pour nous »61. C’était manier le bâton, cette fois à l’encontre des banques décidément récalcitrantes, tout en marquant les limites de l’intervention de l’État dans le système financier. Cette voie étroite entre le libre jeu du marché bancaire réticent par nature à toute idée d’un service public du crédit et le spectre de l’étatisation totale du crédit dessinait assez bien la configuration nouvelle d’un système financier faisant place en son sein à des modalités de financement inédites qu’on peut caractériser comme des formes avant la lettre d’économie d’endettement.

  • 62 Rapport au président de la République sur le décret comportant l’extension du crédit à moyen terme (...)
  • 63 Le Journal du Commerce du 2 juin 1938.
  • 64 Le crédit à moyen terme, note émanant du Crédit national, 3 mai 1938, 22 p. dactyl., Archives du Cr (...)

22Devant la fin de non-recevoir opposée à la fin de 1937 par les banques à toute participation de leur part dans l’élargissement des possibilités de financement à moyen terme, ce fut ainsi aux institutions financières spécialisées que revint la responsabilité de combler partiellement cette lacune de l’organisation du crédit. Pierre Fournier proposa ainsi au gouvernement Daladier, formé au lendemain de l’échec de l’alternative socialiste tentée par Léon Blum en mars-avril 1938, un programme de relance par le crédit qui fut repris dans un rapport public adressé sous la signature du ministre des Finances, Paul Marchandeau, au président de la République. « Le problème du crédit à l’industrie et au commerce est un des premiers qui ait retenu l’attention du Gouvernement dans l’élaboration de son programme de redressement de l’économie française. »62 Outre des dispositions élargissant les facultés d’intervention de la Caisse des dépôts et lui garantissant une faculté de mobilisation auprès de la Banque de France, le Crédit national voyait la limite individuelle de ses prêts augmentée de 10 à 15 millions, était autorisé à procéder à une nouvelle émission d’obligations d’un montant global de 500 millions et bénéficiait d’une avance supplémentaire de 300 millions auprès de la Caisse des dépôts pour faire face, « en liaison » avec les banques populaires et le Crédit hôtelier, à d’éventuelles nouvelles demandes de financement. Au lendemain de ces nouvelles mesures, Pierre Montfajon, le directeur du Crédit populaire, salua la transformation du Crédit national « devenu dans notre pays le grand organisme coordinateur du crédit à moyen terme »63. Au sein même du Crédit national, des études furent menées dans le cadre du rapport Fournier qui conclurent à la nécessité d’aménager les procédures existantes depuis 1931, évoquant notamment la possibilité de ne plus exiger que les effets à moyen terme portés à la mobilisation de la Caisse des dépôts fussent obligatoirement revêtus de deux signatures de banques en plus des signatures des deux firmes industrielles contractantes : « cette exigence paraît excessive, notait-on rue Saint-Dominique, lorsque le papier escompté porte, outre deux signatures industrielles, celle d’une banque d’une solvabilité indiscutable »64. Cette évolution progressive des esprits au cours des années 1937-1938 préparait à bien des égards les réformes essentielles décidées à l’initiative de Wilfrid Baumgartner au lendemain de la défaite de 1940. Elles jettent sur le « néo-libéralisme » réputé avoir effectuée sa percée dans l’entourage de Paul Reynaud à la veille de la Seconde Guerre mondiale une lumière nouvelle.

BAUMGARTNER, PAUL REYNAUD ET LA PRÉPARATION DE LA GUERRE

  • 65 Notes préparatoires au cours de finances publiques de 1938-1939, 16 feuillets manuscrits, AWB, 1BA5 (...)
  • 66 Ibid., p. 7.

23Le cours que Baumgartner prononça à l’automne de 1938 aux Sciences politiques rendait un écho étonnement explicite aux réformes apportées au même moment au système du crédit, en même temps qu’il nous permet d’entrevoir le sens de ce néo-libéralisme qu’on attribue au gouvernement que Paul Reynaud venait de constituer. Les finances publiques présentaient, selon le directeur général du Crédit national, « un caractère spécial » qui aboutissait à remettre en question le principe même de l’ajustement arithmétique des recettes et des dépenses de l’État. « Cette formule, poursuivait-il, largement répandue dans les manuels d’avant-guerre est à mon sens un des exemples types de la conception que l’on se faisait alors des finances publiques. Elle convenait à une période de bien-être, de prospérité, de richesse. Elle n’est plus de mise aujourd’hui. »65 Remarquable évolution qui, toutefois, n’était pas sans prolonger aussi la remise en cause des principes hérités du libéralisme classique qui avait caractérisé, on l’a souligné, les premiers enseignements de Wilfrid Baumgartner à partir de 1932. En novembre 1938, il insistait plus ouvertement encore sur la nécessité de concevoir le problème des finances de l’État en se fondant sur « une culture économique et politique » la plus large possible, sauf à s’exposer, « comme l’ont été, parfois injustement, certains de vos aînés, à être traité d’esprit mesquin ou, comme l’on a dit, de comptable »66. Il plaidait donc pour une conception bien plus large de la notion d’équilibre des finances publiques :

  • 67 Ibid.

« Les finances de l’État, ce n’est pas seulement deux colonnes de chiffres qu’il s’agit d’ajuster. Derrière ces chiffres, il y a toute la vie de l’État d’une part, toute l’activité de la Nation de l’autre »67.

  • 68 Ibid., au verso de la p. 6.

24Et, en marge de cette étonnante proposition, il avait écrit en grands caractères : « Équilibre non pas entre recettes et dépenses, mais entre Nation et État »68. Belle définition, somme toute, d’une économie d’endettement ! Mais le choix des deux termes de l’alternative trahit aussi le contexte bien particulier dans lequel ce cours fut prononcé, au lendemain immédiat des accords de Munich. Wilfrid Baumgartner porta selon toute vraisemblance en effet un jugement très sévère sur la politique d’appeasement et sur la reculade à laquelle elle venait de contraindre la France. Une lettre de réponse que René Massigli, à cette date directeur des Affaires politiques au Quai d’Orsay, lui fit parvenir peu après la ratification des accords de Munich en fournit un reflet convaincant :

  • 69 Lettre de R. Massigli à W. Baumgartner du 31 octobre 1938, AWB, 1BA27, Dr1.

« Mon cher ami,
Votre lettre exprime admirablement ce que j’ai éprouvé : d’abord un immense dégoût devant certains procédés et l’écœurement qu’appelle le spectacle de nos mœurs politiques. »69

25À ces sentiments clairement anti-munichois, René Courtin, que Baumgartner connaissait depuis leur scolarité commune aux Sciences politiques, fournit un contrepoint plus net encore en lui faisant part sans fard de son indignation et de son abattement, sentiments qui témoignaient admirablement de l’état d’esprit répandu dans certains milieux au lendemain de Munich et qui préfiguraient aussi l’engagement futur de l’homme dans la Résistance :

  • 70 Lettre de R. Courtin à W. Baumgartner du 9 octobre 1938, AWB, 1BA27, Dr1.

« Cher Wilfrid,
Ton vieil ami René est en train de sombrer dans le plus noir des cafards. Je suis moins encore écrasé par l’effroyable défaite diplomatique que nous venons de subir que par l’état de l’opinion publique qui est à l’origine du dégonflage actuel. La vague défaitiste est en train de tout emporter et l’on ne peut plus avoir de réflexe national sans être traité de communiste, de franc-maçon et de fauteur de guerre. Seul Hitler est un pauvre agneau méconnu.
Que faire ? Je m’adresse à toi qui connais si intimement Paul Reynaud. Ne pourrait-on pas créer un grand mouvement patriote destiné à remonter les énergies françaises ? »70

  • 71 Notes préparatoires au cours de finances publiques de 1938-1939, doc. cité, p. 7 ; La référence à l (...)
  • 72 Ibid., p. 15.

26Ce remarquable appel met bien en évidence les thèmes et les valeurs partagées par certains à la veille de la guerre alors que la montée des périls devenait évidente. À cette date, où se situait Wilfrid Baumgartner lui-même ? L’appel à Paul Reynaud, dont le gouvernement à cette date n’était pas encore formé, revêt dans la correspondance de René Courtin une importance particulière. Il contribue à éclairer d’une lumière nouvelle tant les mesures de redressement prises à partir de novembre que le contenu du cours que Wilfrid Baumgartner prononçait au même moment devant ses étudiants, insistant sur les valeurs mêmes que René Courtin avait mises en avant : « Concevrait-on, exposait-il, que la Race supprime à l’heure actuelle ses programmes exceptionnels de défense nationale ? »71 Il soulignait qu’il était donc nécessaire « de s’attaquer aux causes profondes de nos difficultés : à la gestion de l’État, côté dépenses, à l’atonie de notre production, côté recettes. C’est là un effort de longue haleine ; […] nous avons perdu du terrain au cours de ces dix dernières années. Nous avons frôlé la faillite, la révolution et la guerre. Comment nos yeux ne s’ouvriraient-ils pas sur la nécessité du sacrifice ? »72 Et il concluait :

  • 73 Ibid., p. 16.

« Il est temps de prouver que nous sommes encore le pays des redressements tardifs mais vigoureux et décisifs. Sans quoi après avoir dû faire l’éloge de la pauvreté, nous risquerions de devoir un jour nous contenter de célébrer les vertus que l’on tire de la défaite. N’étant pas sans reproche, soyons au moins sans peur ! »73

  • 74 Lescure (Michel), « L’État, l’investissement… », art. cité, p. 236 : selon l’auteur, 40 % des entre (...)
  • 75 Le Crédit national dans ses rapports avec l’État, rapport de la Cour des comptes du 14 juin 1939, C (...)
  • 76 Frankenstein (Robert), Le prix du réarmement français…, op. cit., p. 201-213.
  • 77 Lescure (Michel), « De la concurrence… », art. cité, p. 241-242.
  • 78 Lettre de W. Baumgartner à A. Bisson du 29 juillet 1939, AWB, 1BA24, Dr2.
  • 79 Note de Gaston Maringe, en réponse au rapport de la Cour des comptes, 29 p. dactyl., avec correctio (...)

27Le néo-libéralisme, si l’on désigne par-là les mesures de relance économique prises à l’initiative de l’État à la veille de la guerre, notamment dans le domaine du crédit qui concernait Wilfrid Baumgartner au premier chef, trouve à s’éclairer d’une indéniable dimension nationale ou encore, le mot est employé par René Courtin, patriotique. Ce patriotisme, prévaut incontestablement chez Wilfrid Baumgartner en 1938-1939. On ne peut dissocier ce sentiment de la nation en péril de la politique du crédit qu’il s’efforça de conduire à la même époque comme président du Crédit national. Ainsi se trouve également expliquée l’orientation qu’il donna aux engagements de l’établissement au moment où la progression de ses encours fut la plus forte, et dont Michel Lescure, dans le cas précis des opérations de bonification d’intérêt, a bien mis en évidence qu’ils avaient en grande partie été destinés au financement de l’effort de réarmement74. C’était également le sens du bilan sévère qu’à la veille de la guerre, la Cour des comptes dressa de la politique suivie par le Crédit national depuis l’arrivée de Wilfrid Baumgartner75 : sans doute, soulignaient les magistrats, le montant des encours de l’établissement n’avait pas cessé d’augmenter depuis 1936. Mais cet accroissement, selon le rapport, s’expliquait essentiellement par le développement des opérations faites à la demande et pour le compte de l’État : paiement des bonifications d’intérêt, souscription des obligations constituant le fonds de dotation de la Caisse nationale des marchés de l’État, souscription des obligations du plan de grands travaux de 1936, escompte surtout depuis 1938 du financement des travaux entrepris par le ministère de la Guerre, etc. « Dans toutes ces opérations, concluait le rapport, le Crédit national a joué le rôle d’un simple guichet : aucun risque n’était à sa charge ». Au contraire, ses engagements propres au service de l’économie, impliquant certes un risque pour l’établissement, avaient diminué relativement. Sous réserve d’une analyse ultérieure de la nature exacte des engagements de l’établissement entre 1938 et 1940, on peut tenir pour acquis néanmoins que la part des opérations effectuées pour le compte de l’État, notamment liées à l’effort devenu intense de réarmement76, explique pour une bonne part la rapide augmentation dans le même temps du volume de ses crédits. À ce stade, la question reste posée de la nature des freins qui, du côté de la puissance publique ou de la part des banques, furent à l’origine de cette orientation de la politique de l’établissement à la veille de la guerre77. Le rapport de la Cour des comptes, que lui communiqua son premier président Émile Labeyrie, provoqua une vive réaction de Wilfrid Baumgartner qui tint à exprimer à son auteur, le conseiller-maître Bisson, sa « déconvenue profonde et […] justifiée, [suite au] jugement peu équitable parce que sommairement mûri qu’a porté la Cour. »78 Dans la défense qu’il demanda à son directeur des prêts, Gaston Maringe, de rédiger sous son contrôle, le président du Crédit national s’efforça de démontrer que l’engagement de son établissement au service de l’économie était réel et qu’il ne fallait pas assimiler les prêts accordés sur le fonds de la dotation de l’État à des prêts « consentis pour le compte de l’État ». La responsabilité de l’établissement, soulignait la note, était en ce cas totale et elle expliquait « les pertes relativement élevées » enregistrées depuis quelques années79. Le Crédit national, était-il exposé dans la réponse, en développant effectivement ses prêts à moyen terme, remplit parfaitement son rôle en comblant une lacune indéniable de l’organisation du crédit :

  • 80 Ibid., p. 9-10.

« Il n’existe pas [en effet] parmi les opérations de crédit, d’opération plus délicates et plus dangereuses que les opérations d’avances à moyen terme à l’industrie et au commerce […]. Sur un intervalle qui au Crédit national peut atteindre dix ans, il faut encourir tous les risques : disparition du chef capable de l’entreprise, déclassement de l’outillage par effet d’inventions nouvelles, dépréciation des gages par effet de déplacement des centres d’activité, décadence d’une branche de l’industrie, crise économique générale, etc. »80

28La thèse développée par l’établissement lui-même relevait donc déjà de l’idée d’une nécessaire complémentarité au sein du système de financement entre les banques commerciales auxquelles aurait été réservé le crédit à court terme et le secteur bancaire public ou para-public seul à même d’assumer les risques réels d’immobilisation de longue durée. Cette analyse marquait aussi une étape importante dans l’évolution de la pensée de Wilfrid Baumgartner qui devait être poursuivie encore pendant la guerre. Elle montre aussi que l’ancien directeur du Trésor apprenait au Crédit national les règles élémentaires du métier de banquier. La déclaration des hostilités puis la défaite constituèrent en effet pour le Crédit national et son directeur un tournant incontestable, mais créèrent également les conditions d’évolutions nouvelles, singulièrement dans le domaine du crédit à moyen terme.

AU CRÉDIT NATIONAL DANS LA GUERRE ET SOUS L’OCCUPATION

  • 81 Paxton (Robert O.), La France de Vichy 1940-1944, Paris, Seuil, 1973, p. 251-254 ; Kuisel (Richard (...)

29Avec l’entrée dans la guerre puis sous le régime de Vichy, les hauts fonctionnaires, les « techniciens », ont bénéficié d’une influence accrue au sein de l’État et d’une autorité renforcée par les circonstances sur les représentants politiques. Autour de Paul Reynaud avant la défaite, puis dans la foulée de la Révolution nationale, un État à tendance technocratique, soustrait au contrôle parlementaire tant décrié dans les années 1930, se mit alors en place81. L’heure du retour dans les allées du pouvoir sonna-t-elle alors pour l’ancien directeur du Mouvement des fonds limogé par le Front populaire ?

  • 82 Lettre de H. Du Moulin de Labarthète à W. Baumgartner du 13 septembre 1939, AWB, 1BA28, Dr3.
  • 83 « L’exil de Royat », Espace groupe, journal interne du Crédit national, n° 4, avril 1993, p. 28.
  • 84 Lettre de G. Maringe à W. Baumgartner du 23 octobre 1939, AWB, 1BA28, Dr3.
  • 85 Selon Emmanuel Beau de Loménie, Wilfrid Baumgartner aurait fait partie, à partir de mars 1940, du c (...)
  • 86 Lettre de G. Maringe à W. Baumgartner du 15 septembre 1939, AWB, 1BA28, Dr3.
  • 87 Lettre de R. Baumgartner à W. Baumgartner du 19 octobre 1939, AWB, 1BA28, Dr1.
  • 88 Lettre de Jacques Georges-Picot à W. Baumgartner du 30 janvier 1940, AWB, 1BA28, Dr3.
  • 89 Lettre de W. Baumgartner à Jean Coutrot du 29 décembre 1939, AWB, 1BA25, Dr2. Sur le COST et son pr (...)
  • 90 Reynaud (Paul), Carnets de captivité, 1941-1945, Paris, Fayard, 1997, p. 153 [Nous remercions Jean- (...)
  • 91 Krakovitch (Raymond), Paul Reynaud dans la tragédie de l’histoire, Paris, Tallandier, 1998, p. 168.
  • 92 Lettre d’Henry Bizot à W. Baumgartner du 29 décembre 1939, AWB, 1BA28, Dr3.
  • 93 Paxton (Robert O.), La France de Vichy, op. cit., p. 169.
  • 94 Kuisel (Richard F.), Ernest Mercier…, op. cit., p. 14 ; Rochebrune (Renaud de) et Hazera (Jean-Clau (...)

30À la déclaration de guerre, Wilfrid Baumgartner, bien qu’officier de réserve, fut maintenu à son poste au Crédit national. Henry du Moulin de Labarthète, qui, lui, avait dû rejoindre son unité et qui se trouvait donc empêché de participer comme représentant de la BAO au conseil du Crédit colonial, lui écrivit alors non sans ironie : « Que devenez-vous ? J’imagine qu’en dépit de votre insolente jeunesse, votre maintien à Paris a été reconnu indispensable. »82 Dès la fin de septembre, bien avant la débâcle, Baumgartner décida en effet d’évacuer une partie des services de son établissement à l’hôtel Régina de Royat, non loin de Clermont-Ferrand, notamment les archives et le service des titres jugés hautement confidentiels83. Il envoya au même moment sa famille à quelque distance de la capitale, à La Pérelle, propriété que lui prêta Marcel Bertolus, dans l’Eure, près de Houdonville. Son frère Richard fut, lui, mobilisé et affecté en Tunisie. Ainsi qu’en témoigna Gaston Maringe dans une lettre écrite du front en octobre 1939, le pays s’installait dans la drôle de guerre : « Décidément, cette guerre n’est pas banale. Personne ne veut déclencher la bagarre »84. À Paris, malgré sa proximité ancienne avec Reynaud, Wilfrid Baumgartner semble pourtant être resté en marge des équipes constituées autour du président du Conseil85. Les éléments de correspondance conservés dans ses papiers permettent de l’établir : dès septembre 1939, Maringe y fit allusion : « J’ai appris la nomination de Rueff à la Banque de France et celle de Bouthillier au Mouvement des fonds. Qu’en pensez-vous ? On eût pu faire mieux me semble-t-il. »86 En octobre, c’est par son frère, polytechnicien également, que Wilfrid Baumgartner obtint des renseignements sur Jean Bichelonne, apparu dans l’entourage de Raoul Dautry à qui fut confiée l’organisation d’un ministère de l’armement. « Le dénommé Bichelonne dont tu me parles, lui répondit Richard qui cherchait à quitter Tunis pour se faire affecter à Paris, est un garçon fort brillant qui est sorti premier de sa promotion à l’X, après moi. Malheureusement, je ne le connais pas. »87 Baumgartner, à cette époque, fut d’ailleurs en relation avec Dautry à l’armement88, comme avec Jean Coutrot et le COST aux réunions très épisodiques duquel il lui arriva même, au début de 1940, d’assister89. Mais d’une manière générale, le directeur du Crédit national ne fut pas intégré aux équipes installées au pouvoir. Paul Reynaud lui-même confirma ce fait dans le journal qu’il tint pendant la guerre en captivité : « 15 décembre 1941, Baumgartner est touché que j’ai regretté de ne pas l’avoir pris aux Finances. Il dit : J’étais contre la guerre. Ah ? Alors je regrette moins »90. Sans pouvoir ici préciser plus avant la teneur exacte des sentiments que Baumgartner a pu exprimer en mai 1940 et plus encore en 1941 vis-à-vis de la nécessité de la guerre, il demeure en tout cas établi qu’il resta à l’écart du cabinet formé par Reynaud en mars 1940. Cette relative quarantaine peut sans doute s’expliquer par la présence influente à cette date de Bouthillier parvenu dans l’entourage immédiat de Reynaud, à compter de sa nomination comme secrétaire général du ministère des Finances en 193891. Henri Bizot, mobilisé, en témoignait qui écrivait à Baumgartner dès la fin de décembre 1939, alors que l’influence de Bouthillier rue de Rivoli, en effet, ne cessait de croître : « Je sens, par votre lettre, que vous souffrez d’être à Paris, où l’atmosphère du Ministère m’a paru irrespirable »92. L’antipathie que lui vouait l’ancien directeur du Budget de Laval en 1935 est avérée. Elle peut peut-être en partie s’expliquer par la méfiance que semble bien avoir éprouvée Bouthillier envers les protestants93. Il est possible d’y voir aussi, pour la période de l’Occupation, un effet de l’hostilité marquée dont Ernest Mercier fut l’objet sous le régime de Vichy, tout particulièrement de la part du ministre de l’Économie et des Finances : le grand patron de l’électricité et des pétroles continuait à bien des égards, sous Vichy, à symboliser cette « ploutocratie » dont il lui avait déjà été si souvent fait grief dans les années 1930. C’était là assurément le motif principal du départ de Mercier de la présidence de la Compagnie française des pétroles à la fin de 1940, en application de la loi promulguée à l’initiative directe de Bouthillier le 18 septembre 1940 et instituant la fonction de P.-D.G. À la charge contre le grand patron a pu alors certainement s’ajouter aussi le fait que la deuxième épouse de Mercier était la petite fille du capitaine Dreyfus. L’anticapitalisme et l’antisémitisme se sont donc conjugués pour tenir Mercier à l’écart sous l’Occupation94. Même si rien ne peut prouver que l’hostilité à laquelle Mercier fut en butte sous Vichy s’est étendue à son gendre, on peut à bon droit supposer qu’elle pesa également, en 1936 comme en 1940, pour maintenir loin du pouvoir le grand commis. Les conditions du maintien de Baumgartner à la tête du Crédit national après l’Armistice demandent néanmoins à être examinées. Elles peuvent en effet permettre de contribuer à éclairer davantage encore l’histoire de l’État en France sous l’Occupation.

  • 95 Cf. témoignages d’Henri Deroy et d’Olivier Moreau-Néret au colloque Le Gouvernement de Vichy (1940- (...)

31Au lendemain de la défaite, revenu à Paris dès le mois de juillet 1940, Wilfrid Baumgartner conserva ses fonctions à la tête du Crédit national grâce à la protection d’Olivier Moreau-Néret, devenu secrétaire général aux Affaires économiques, et d’Henri Deroy, nommé en juillet secrétaire général du ministère des Finances du gouvernement de Vichy95. Moreau-Néret, dans le plaidoyer qu’il constitua à sa décharge au moment de la Libération souligna ainsi, entre autres, le rôle qu’il joua vis-à-vis de Baumgartner :

  • 96 Note justificative des activités d’Olivier Moreau-Néret pendant l’Occupation, 14 p. dactyl., incomp (...)

« Pour mémoire, je rappellerai que j’empêchai avec énergie Monsieur Bouthillier de remplacer Monsieur Baumgartner à la tête du Crédit national, et celui-ci a été bien entendu au courant des intentions du ministre. »96

32Le témoignage est confirmé par une lettre que Jean Du Buit, le deuxième directeur du Crédit national, écrivit à Baumgartner en juillet 1940, au moment des faits, dans son style inimitable que les contraintes de la censure n’expliquaient pas seules :

  • 97 Lettre de Jean Du Buit à W. Baumgartner du 28 juillet 1940, AWB, 1BA27, Dr1.

« OMN [Olivier Moreau-Néret] ne m’a pas caché que c’étaient de bons amis à vous qui avaient pensé vous envoyer en Amérique. […] Il était d’ailleurs, cet OMN, bienveillant et souriant et – toujours entre-deux portes – confiant à mon endroit comme je ne l’ai jamais vu depuis 20 ans. Peut-être votre saint protecteur [Deroy] a-t-il été le sien en l’occurrence : autrement dit que vous aviez partie liée, et que vos adversaires étaient de communs adversaires – en tout cas, c’est bien votre saint protecteur qui a marché, pour vous personnellement, et non point, comme je l’avais imaginé (ô sottise, ô sottise) Saint Pierre de Chamalières y la Vrillière [Pierre Fournier].
J’ai dit à OMN que tout cela était preuve de vraie amitié de sa part ; il a souri ; et j’ai poursuivi que la vôtre était très grande à son égard. »97

  • 98 Hommage de W. Baumgartner à H. Deroy, doc. cité, p. 2.

33Très révélateur de l’atmosphère de méfiance qui prévalait au ministère des Finances sous l’Occupation, le témoignage de Du Buit met également fugitivement en lumière le système complexe de protections croisées qui prévalut alors au sein de l’Administration, se superposant aux sympathies ou aux inimitiés anciennes forgées durant l’entre-deux-guerres. La protection d’Henri Deroy se révéla ainsi déterminante dans le cas de Wilfrid Baumgartner et lui-même, devenu gouverneur de la Banque de France, le rappela après la guerre dans l’hommage qu’il rendit à son ancien condisciple des Sciences politiques à l’occasion de son départ du conseil général en 1955 : « Et quand en 1940 commencèrent les heures sombres, nous sommes quelques-uns à savoir qui fut le protecteur en étant le modérateur. »98 Maintenu donc à son poste, le président du Crédit national conçut dès la fin de l’été 1940 de faire jouer à son établissement un rôle important dans le relèvement économique du pays comme aux lendemains de la Première Guerre mondiale.

LA GUERRE ET LA GENÈSE DU CRÉDIT À MOYEN TERME MOBILISABLE

  • 99 La nouvelle mission du Crédit national aux lendemains de la campagne de 1939-1940, note de Wilfrid (...)

34« Fondé en 1919 en vue d’assurer le financement de la réparation des dommages de guerre, exposa Wilfrid Baumgartner au début de septembre 1940, le Crédit national, à vingt ans d’intervalle, va être appelé à accomplir la même tâche. »99 Les indications de la réalité de cette préoccupation sont nombreuses : dans les premiers jours de septembre, à peine rentré de Royat dans Paris occupé, Wilfrid Baumgartner proposa à Dominique Boyer, qui venait de finir sous sa direction une thèse des Sciences politiques consacrée à l’imposition des profits de guerre, de le rejoindre au Crédit national :

  • 100 Lettre de W. Baumgartner à Dominique Boyer [septembre 1940], papiers privés D. Boyer qui nous a obl (...)

« J’ai des projets pour cet établissement. Il y a tout une série de procédures nouvelles qu’il faut imaginer, mettre en œuvre et j’ai besoin à côté de moi de quelqu’un qui puisse s’y appliquer. »100

  • 101 Extrait du procès-verbal de la séance du conseil général du 6 mars 1941, ABF, boîte 7e H193, dossie (...)

35Il s’agissait d’une part de la création le 12 octobre 1940 des acceptations du Crédit national, d’autre part de la mise au point du crédit à moyen terme mobilisable, effective avec l’arrêté pris par le conseil général de la Banque de France le 11 mai 1944, deux formules de financement promises à connaître un notable développement après 1945. Les acceptations du Crédit national étaient des traites à échéance de six mois tirées par l’État au profit des entreprises titulaires de contrats publics. Une fois munies de la signature du Crédit national, ces traites pouvaient être réescomptées auprès de la Banque de France et Yves Bréart de Boisanger, placé à la tête de l’Institut d’émission, signala d’ailleurs pour la première fois en mars 1941 devant le conseil général que des acceptations de l’établissement venaient d’entrer dans le portefeuille de la Banque101. Même si, une fois de plus, rien n’atteste que le précédent des traites du travail mises en œuvre en Allemagne à partir de juillet 1933 sous l’égide de Schacht ait été à cette date connu de Baumgartner, la ressemblance entre les deux procédures est frappante. En outre, la connaissance des mécanismes de financement expérimentés par le régime nazi, à la différence de la situation qui prévalait au moment de l’expérience Flandin de 1935, s’était entre-temps considérablement diffusée en France.

  • 102 Laufenburger (Henry), « Quelques aspects de la reprise allemande, méthodes et résultats », Travaux (...)
  • 103 Nogaro (Bertrand), « Nouvelles méthodes de financement : l’expérience allemande », Revue politique (...)
  • 104 Ibid., p. 221.
  • 105 Legeu (François), Économie et finances nouvelles, conférence d’information de l’École libre des sci (...)
  • 106 Pose (Alfred), Philosophie du pouvoir, Paris, PUF, 1948, p. 2.
  • 107 Carré de Malberg (Nathalie), Entretiens avec Roger Goetze…, op. cit., p. 114, n. 42. Alfred Pose ét (...)
  • 108 Pose (Alfred), La monnaie et ses institutions, op. cit., t. II, p. 813.
  • 109 Ibid., p. 811.
  • 110 Ibid.
  • 111 Legeu (François), op. cit., p. 13. François Legeu (né en 1898 à Paris) était diplômé de l’École lib (...)
  • 112 Ibid., p. 7-8.
  • 113 Ibid., p. 17-18.

36Au début de 1938, Henry Laufenburger, alors professeur à l’université de Strasbourg, avait ainsi présenté devant le Congrès annuel des économistes de langue française l’originalité des mécanismes de financement de l’économie allemande sous le nazisme102. Mais à cette date, leurs conséquences inévitablement inflationnistes faisaient encore l’objet d’un large consensus dans la communauté des économistes. C’est ainsi que Bertrand Nogaro avait décrit en mars 1938, dans la Revue politique et parlementaire, les « nouvelles méthodes de financement » qui faisaient l’originalité de « l’expérience allemande », mais il s’était montré encore très réservé sur leur succès et sur le risque de « catastrophe financière » qu’elle comportait103. Il remettait notamment fortement en doute « la thèse » défendue par certains économistes allemands selon laquelle « l’introduction d’une quantité supplémentaire de monnaie dans l’économie n’[était] pas de nature à troubler l’équilibre des prix quand elle [était] accompagnée d’un accroissement dans la quantité des biens produits »104. Au lendemain de la défaite, cependant, l’efficacité de la politique financière nationale-socialiste sembla démontrée avec évidence par l’incontestable supériorité militaire et industrielle dont le régime hitlérien avait fait la preuve dans la conduite de la guerre105. Alfred Pose exprima le plus clairement peut-être ce renversement d’opinion, soulignant en 1948 encore combien « l’immensité du désastre » en 1940 avait par contraste mis en évidence « le prodigieux triomphe d’une Allemagne encore désarmée cinq années auparavant et qui avait réussi, malgré ses finances obérées, sa monnaie menacée à se donner en aussi peu de temps la plus formidable machine de guerre jusque-là connue des hommes, établiss[ant] l’efficacité du régime qu’elle avait choisi. »106 Dans son traité sur la monnaie et les institutions publié en 1942, le directeur général de la BNCI, dont l’engagement en faveur de la collaboration avec l’Allemagne était à cette date manifeste107, exposa de la manière la plus positive le mécanisme « des traites particulières que l’on désigne communément sous la dénomination générique de traites de travail »108. Là était bien, expliquait Pose, le moyen de financement original qui avait permis au Reich « de se lancer dans l’action », de doter l’Allemagne « d’un outillage national remarquable » et de forger « en quelques années l’arme, d’une puissance inconnue jusqu’à ce jour, qui allait lui permettre de conquérir l’Europe en quelques semaines »109. Et Pose de demander : « N’y a-t-il pas là pour nous un précédent qui nous intéresse au premier chef ? »110 Le choc de la défaite dans le domaine du crédit comme en bien d’autres provoqua donc sans conteste une mutation théorique radicale. « Le champ d’action ouvert pour des réformes des finances nationales est exceptionnellement vaste », soulignait ainsi François Legeu à l’École libre des sciences politiques en mars 1941111. Se défendant de vouloir porter un jugement sur « un système par lequel nous avons été proprement battus », le journaliste économique laissa pourtant éclater sa fascination pour le mode de financement conçu par Schacht, « d’une force et d’un rendement prodigieux », fondé « sur le développement fantastique de la production qu’a permis une dilatation extraordinaire du crédit »112. Pour Legeu, l’exemple allemand devait inciter la France à réformer les bases de son système de crédit en développant de manière accélérée la part de la monnaie de banque dans ses moyens de paiements, en livrant « la bataille du chèque » propre à mettre fin au « retard humiliant de notre pays à l’égard des comptes en banques »113. Au-delà, il exprimait à ses jeunes auditeurs de l’École libre des sciences politiques, sa conviction que le système de crédit était inséparable d’un « projet de société » qui même en tenant compte de l’idéologie dominante de la période, renvoyait assez bien aux logiques d’une économie et d’une société d’endettement :

  • 114 Ibid., p. 14.

« Là-dessus vous pensez peut-être que ces affaires de finances ne concernent que les spécialistes. Ce serait une grave erreur. Laissez-moi vous répéter que les finances modernes sont agencées de telle sorte que leur bonne marche ne peut être assurée si ce n’est avec le concours de tous. Vos habitudes, vos réactions, celles des services dont vous serez demain les membres, après-demain les chefs, tout cela forme un faisceau qui détermine l’évolution des finances de la collectivité. »114

  • 115 Laufenburger (Henry), La réorganisation économique et sociale de l’Allemagne, Service savoir, P. W. (...)
  • 116 Ibid., p. 17.
  • 117 Centre d’information interprofessionnel, L’organisation économique actuelle, conférences d’informat (...)
  • 118 Laufenbuger (Henry), « Le financement de l’économie française aujourd’hui », conférence prononcée l (...)
  • 119 Ibid., p. 99.
  • 120 Ibid., p. 98.
  • 121 Ibid., p. 106.
  • 122 Laufenburger (Henry), Finances publiques et affaires privées, cours professé à l’École d’organisati (...)
  • 123 Lettres de François Legeu à Baumgartner du 9 avril 1941 et du 10 décembre 1941 (AWB, 1BA26, Dr1) ; (...)

37Dans le domaine de la question du crédit, la rupture de 1940 est incontestable. Elle aboutit à relier une nouvelle fois les questions du crédit et de l’organisation économique et sociale dans le contexte spécifique de la « révolution nationale ». Dès la fin de 1940, Laufenburger avait ainsi tenté de saisir les ressorts de « la révolution profonde accomplie en Allemagne depuis l’avènement du national-socialisme », mettant notamment en évidence, au cœur de la « révolution économique du IIIe Reich », « une vaste opération de crédit anticipé sur la formation des capitaux nécessaires »115. La « nouvelle Allemagne » avait ainsi constitué un système propre à « diriger la formation, la circulation et l’emploi des capitaux afin d’empêcher que l’action du crédit n’affecte et n’embranche la monnaie allemande elle-même »116. Laufenburger, replié sur la faculté de Bordeaux, précisa son analyse et tenta d’en transposer les principes au problème du financement de l’économie française dans les conférences qu’il prononça en août 1941 dans le cadre de l’École supérieure d’organisation professionnelle, constituée pour « préparer à leur rôle de demain les jeunes gens qui lui sont confiés et qui se destinent à des fonctions de direction, d’administration ou de contrôle dans les Comités d’organisation professionnelle et les organismes économiques publics et privés »117. L’économie française, selon lui, se trouvait confrontée à un « tragique » problème de financement résultant à la fois de la liquidation des finances de la guerre de 1939-1940, de l’obligation de financer « la misère » née de l’Occupation et, enfin, de la nécessité de « prévoir le financement de la reprise qui sera fatale et dont, seule, la date n’est pas déterminée »118. L’ampleur et l’urgence des besoins de financement de l’économie française commandaient de s’inspirer sans plus de réserve des méthodes de financement « imposées aux Allemands par le grand financier, le Dr Schacht » qui réussit « ce tour de force apparent de mettre en circulation 60 milliards de Marks de crédit à court terme pour déclencher la reprise sans risquer l’inflation, sans provoquer la catastrophe »119. Mais, dans le même temps, Laufenburger mettait admirablement en évidence les deux conditions indispensables à la réussite de la « solution autonome » apportée depuis 1933 par l’Allemagne à son problème financier : d’une part, « le financement allemand s’était opéré depuis 1933 en vase clos ; depuis 1933, il n’y a eu aucune fuite de capital à l’étranger, aucun problème de change »120. C’était en effet bien mettre l’accent sur l’une des implications majeures d’une logique d’économie d’endettement. L’autre condition était la « rigueur sans défaillance » et la stricte « discipline » imposée à l’ensemble des acteurs économiques de l’Allemagne nazie, capitalistes comme salariés. « Effort fiscal, mais aussi effort tout court ! » concluait Laufenburger, indispensable en France aussi, « dans l’ordre nouveau qui se prépare »121. Incontestablement, la défaite a fait évoluer de manière accélérée la question du crédit en France et a précipité la mise en œuvre de mécanismes d’économie d’endettement en France, validant d’un coup le précédent allemand du système « du Dr Schacht ». « Un changement profond, pouvait ainsi écrire Laufenburger en 1943, est en voie de s’accomplir dans la technique du financement »122. Il n’est pas sans importance de noter que Baumgartner a entretenu avec Legeu comme avec Laufenburger des relations suivies, clairement attestées par ses papiers123. La réalité de l’évolution rapide du contexte intellectuel entourant la question du crédit à compter de la défaite de 1940 et des réflexions communes à un certain milieu autour du problème du financement est parfaitement illustrée par la mise au point, à l’initiative du président du Crédit national, de la formule du crédit à moyen terme mobilisable entre 1940 et 1944.

  • 124 La nouvelle mission du Crédit national aux lendemains de la campagne de 1939-1940, note citée, p. 3
  • 125 Allocution de Wilfrid Baumgartner devant le conseil d’administration du Crédit national le 24 juin (...)
  • 126 Ibid.
  • 127 Léglise (Paul), Histoire de la politique du cinéma français, Paris, Éd. Pierre Lherminier, t. II, E (...)
  • 128 Lettre de W. Baumgartner à Louis de Marcheville du 20 décembre 1940, AWB, 1BA25, Dr1.

38La procédure du crédit à moyen terme mobilisable avait ainsi été fixée dans ses grandes lignes par Wilfrid Baumgartner dès la fin de l’été 1940. Prévoyant que le financement du relèvement au moyen de l’emprunt serait rendu difficile par les besoins considérables de l’État en vertu des conventions futures d’armistice, il en conclut alors qu’il « semblerait opportun que le Crédit national fût habilité à mobiliser, au besoin auprès de l’Institut d’émission, les effets correspondant aux règlements des dommages de guerre »124. C’était poser d’emblée le principe même du crédit à moyen terme mobilisable. Devant le conseil d’administration réduit de 24 à 11 membres par la nouvelle législation du 24 novembre 1940, Wilfrid Baumgartner évoqua très clairement, en juin 1941, les nouvelles missions de son établissement « placé par les malheurs de la patrie de nouveau à pied d’œuvre »125. Il évoqua le succès remporté par l’émission d’obligations, pour un montant de 300 millions, à laquelle l’établissement venait de procéder : « La signature du Crédit national vient, la première, de réapparaître sur le marché des émissions. Nous ne voulons souligner l’accueil qui lui a été fait que comme un présage, modeste, mais favorable, du relèvement du pays »126. En outre, le Trésor, exposa-t-il, avait doté l’établissement de 50 millions supplémentaires affectés, par la loi du 19 mai 1941, au financement de l’industrie cinématographique en étroite liaison avec l’action du Comité d’organisation de l’industrie cinématographique placé sous l’autorité effective d’un commissaire du gouvernement, Guy de Carmoy, inspecteur des Finances et ancien élève de Wilfrid Baumgartner127. Le Crédit national semblait donc devoir être dans un proche avenir en mesure de répondre aux demandes de réparation qui avaient commencé à se manifester dès l’automne 1940128. Et en juillet 1941, Pierre Montfajon, le président de la chambre syndicale des banques populaires, put féliciter Wilfrid Baumgartner des efforts qu’il déployait dans ce but :

  • 129 Lettre de Pierre de Montfajon à W. Baumgartner du 6 juillet 1941, AWB, 1BA25, Dr1.

« Dominant et primant la masse des intérêts particuliers, le Crédit national est devenu l’instrument de crédit le mieux armé et le plus qualifié pour concevoir et réaliser une politique de crédit à moyen terme cohérente […]. Votre institution deviendra demain – j’en ai la conviction – l’âme de la reconstruction et du rééquipement de notre pays. »129

  • 130 Le Crédit national, op. cit., p. 56-57.
  • 131 Exposé de W. Baumgartner le 16 décembre 1941 dans le cadre de la préparation au concours de l’inspe (...)
  • 132 Rapport aux actionnaires du Crédit national remis lors de l’assemblée générale du 30 juin 1942, Par (...)
  • 133 Quelques réflexions au sujet des améliorations à apporter au crédit à moyen terme, note de Wilfrid (...)
  • 134 Ibid., p. 1.
  • 135 Ibid.

39Les résultats, dans l’immédiat, ne furent pourtant pas à la hauteur des espérances. À la fin de 1941, le solde des prêts en cours était tombé autour de 1 500 millions130, accusant une diminution de près de 20 % par rapport au niveau atteint en 1939, alors que la charge des réparations consécutives à la campagne de 1940, que Baumgartner évaluait à 50 milliards au moins131, aurait dû logiquement contribuer à accroître les encours de l’établissement. Son président admit donc, en juin 1942, devant l’assemblée générale des actionnaires, que « les obstacles » mis par « les circonstances » au cours normal du relèvement économique de la nation expliquaient la médiocrité des résultats obtenus : « ni le règlement des indemnités aux sinistrés, ni l’octroi des crédits à moyen terme n’ont connu, reconnut-il, le développement qui eût été désirable. »132 Il était devenu évident pour Wilfrid Baumgartner et pour quelques autres à cette date que la reconstruction et le rééquipement du pays étaient remis à un futur plus ou moins éloigné. C’était du moins le sens des réflexions sur l’avenir du crédit à moyen terme qu’il jeta sur le papier dès la fin de 1941133. Sans surestimer l’importance de ce mode de financement, Baumgartner notait cependant qu’il était particulièrement bien adapté à la situation dans laquelle la France se trouverait placée « demain », lorsqu’elle aurait « besoin de reconstituer son appareil industriel »134. Mais des « aménagements », soulignait-il, étaient à prévoir, car « dans l’ensemble, les banques françaises répugnent à ce genre de crédit qui leur impose trop de risque et ne leur vaut guère de bénéfice »135. La continuité avec les réflexions amorcées à partir de 1937 était manifeste. Une fois de plus, la possibilité d’un refinancement par la banque d’émission était envisagée :

  • 136 Ibid., p. 2.

« Tout tourne autour du rôle de la Banque de France […]. La question délicate est de savoir jusqu’où il faut aller […]. Une certaine intervention de la Banque de France apparaît souhaitable mais cette intervention devrait fournir une soupape de sûreté plutôt que de constituer une prise en main ».136

  • 137 Ibid., p. 3.
  • 138 Exposé de W. Baumgartner le 16 décembre 1941 dans le cadre de la préparation au concours de l’inspe (...)

40La Banque était donc destinée, à ce stade, à jouer le rôle d’un prêteur en dernier ressort appliqué – là était l’innovation fondamentale – à des créances à moyen terme. Cependant, dès le début, il était exclu que l’Institut d’émission fût ainsi mis en prise directe avec les besoins de financement de l’économie. Le rôle du Crédit national, appuyé sur l’expérience de son comité des prêts et sur son corps d’inspecteurs expérimentés, était donc essentiel : lui seul pouvait servir de filtre – Baumgartner parlait « d’écran » – entre les demandes du marché et le refinancement par la Banque. À lui revenait donc, dans l’esprit de son président, la charge d’apposer ou non sa signature sur les effets destinés à être réescomptés, étant entendu que ces facilités seraient réservées aux investissements propres à assurer le relèvement et la modernisation de l’économie nationale : seules les opérations « consenties pour les extensions ou les rénovations d’outillage », soulignait Baumgartner en 1941, seraient admises au réescompte, de préférence aux « avances consenties pour le financement des stocks ou pour la vente à crédit »137. C’était définir déjà, sans la nommer, la nécessité d’une sélectivité du crédit qui fut, après 1945, au centre des débats développés autour de la réforme du crédit. Il est donc indéniable que dès 1941- 1942, Wilfrid Baumgartner se préoccupa au Crédit national du problème du financement de la reconstruction et de la part que son établissement pouvait être amené à y prendre. À la fin de 1941, il proposa d’ailleurs aux candidats au concours de l’inspection des Finances de traiter ce sujet : « Les problèmes du crédit en France au lendemain de la défaite »138. Dans le corrigé qu’il en donna, il eut l’occasion de préciser fort explicitement sa pensée à cette date : « Au lendemain de la défaite, précisa-t-il aux candidats en commentant l’énoncé qu’il avait conçu, même s’il n’y avait pas le pluriel, il est clair que ce lendemain comportera deux phases ». Il opposa de la sorte à la « phase transitoire » née de l’Armistice et marquée par les prélèvements allemands, une « période de paix » :

  • 139 Ibid., p. 8.

« Un moment viendra où la France aura le droit de faire son bilan, de connaître les éléments et les conditions de son redressement et d’agir en conséquence. À ce moment se poseront de nouveaux problèmes de crédit. »139

LE COMITÉ FINANCIER DE LA DGEN ET LE FINANCEMENT « DE LA RECONSTRUCTION »

  • 140 Mioche (Philippe), Le plan Monnet, genèse et élaboration, 1941-1947, Paris, Publications de la Sorb (...)
  • 141 Lettre de W. Baumgartner à Henri Deroy du 24 mars 1942, AWB, 1BA24, Dr5.
  • 142 ACDC, Lettre de Le Norcy à Deroy du 15 septembre 1942 et Arrêté du 14 septembre 1942 signé par Pier (...)
  • 143 ACDC, PV de la première réunion du comité financier de la DGEN en date du 17 septembre 1942, p. 1.
  • 144 Ibid., p. 2.
  • 145 ACDC, PV de la huitième réunion du comité financier de la DGEN en date du 5 janvier 1943, p. 2.

41Wilfrid Baumgartner rejoignait ainsi par bien des points les réflexions menées au même moment autour de la Délégation générale à l’équipement national (DGEN) animée par François Lehideux, qui préfigurait – la démocratie en moins – l’œuvre de planification entreprise par Jean Monnet à la Libération140. En mars 1942, du reste, un premier rapprochement fut tenté entre le Crédit national et la DGEN : Henri Guiraud, le secrétaire général de la DGEN, un des principaux artisans du plan d’équipement décennal établi par les services de Lehideux, contacta à cette époque Baumgartner pour envisager la possibilité « d’une centralisation comptable par les soins du Crédit national des diverses opérations se rattachant à l’exécution des programmes de l’équipement national ». Mais Baumgartner se contenta alors apparemment d’informer Deroy, toujours secrétaire général rue de Rivoli, de cette éventualité future, sans y attacher dans l’immédiat d’autre importance141. Le 14 septembre 1942, toutefois, un comité financier était effectivement constitué au sein de la DGEN. Baumgartner y figurait au titre du Crédit national, ainsi que Deroy qui présidait le comité, Zaffreya, directeur de l’Économie générale au ministère des Finances, et Guiraud pour la DGEN. Le Norcy, chef du service financier de la DGEN, assurait le secrétariat du comité142. De fait, Baumgartner prit part à la plupart des réunions du comité financier de la DGEN jusqu’à son arrestation par la Gestapo en août 1943. Pour autant que les procès-verbaux des réunions permettent d’en juger, sa présence est demeurée très discrète au cours de ces réunions où furent envisagées de manière assez générale les modalités du financement « de l’après-guerre » mais aussi « les grandes directions de la politique d’équipement du pays, après la guerre »143. L’idée principale, défendue par Henri Guiraud, consistait à créer « une caisse et un fonds commun » où seraient centralisées les ressources de financement destinées à l’investissement productif et dont la gestion serait assurée par le Crédit national144. Le Norcy, pour sa part, allait plus loin encore prévoyant « que les dix années qui suivront la fin des hostilités comprendront la période reconstruction (deux ou trois ans) et un cycle économique complet (durée moyenne : sept ans) ». Il importait donc en conséquence « de prévoir un plan de financement qui s’étendra à la fois sur des périodes de prospérité et de crise, et qui pourra, en conséquence, servir de régulateur à l’économie »145. Face à ces plans sur la comète, Baumgartner opposa de manière assez constante une modération faite à la fois de pragmatisme et d’attentisme, attentif surtout à ne pas multiplier les organismes et à ne pas surcharger le Crédit national en lui attribuant des missions qui incombaient selon lui d’abord au ministère des Finances.

  • 146 Lettre de J. Corréard à W. Baumgartner du 15 janvier 1941, AWB, 1BA25, Dr1. Sur le personnage atypi (...)

42La relative prudence du directeur du Crédit national face aux propositions de la DGEN pouvait certes se comprendre à une époque où, Baumgartner lui-même l’avait noté, « les circonstances », c’est-à-dire avant tout le poids et les contraintes de l’occupation allemande, rendaient vain tout projet de quelque ampleur, réduisant de fait à très peu de chose la marge de manœuvre des administrations économiques et financières françaises. Mais elle témoignait aussi du scepticisme éveillé chez lui par toute construction trop théorique et par le principe même d’un plan à très long terme. Il s’en était d’ailleurs ouvert en février 1941 dans un échange de lettre avec Jules Corréard, inspecteur des Finances d’ancienne manière et infatigable réformateur qui lui proposait de s’associer à la mise sur pied dans le cadre du CNOF (Comité national de l’organisation française), dont il était avec Coutrot membre depuis 1920, d’une grande Caisse générale pour l’épargne et pour le travail destinée à financer le relèvement national et à éviter « la révolution sociale »146. Mais Baumgartner lui opposa un refus qui éclaire parfaitement les limites qu’il assignait lui-même à toute spéculation sur l’avenir et les réticences foncières qu’inspirait à ce praticien dans l’âme toute construction élaborée a priori sur le papier :

  • 147 Lettre de W. Baumgartner à J. Corréard du 10 février 1941, AWB, 1BA24, Dr1.

« Je ne puis pas ne pas formuler de réserve quant à l’objet et à la teneur du projet qui a été élaboré. Je suis en effet à peu près convaincu que son adoption conduirait à confondre en un même organisme un trop grand nombre d’activités et qu’elle provoquerait surtout la construction d’un échafaudage administratif insuffisamment efficace. Je ne vous cache pas que je suis à l’heure actuelle un peu effrayé de la masse d’organismes que l’on crée et que l’on projette encore de créer. J’ai un peu l’impression que l’on complique beaucoup les choses et que l’on construit un peu dans le vide. »147

43Ces réserves illustrent bien la façon dont un homme comme Baumgartner semble bien s’être tenu, par tournure d’esprit et par inclination propre, au moins autant qu’en raison de querelles de personnes, « à distance » du régime de Vichy.

UN HAUT FONCTIONNAIRE SOUS L’OCCUPATION

  • 148 Bloch-Lainé (François) et Gruson (Claude), Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, Odile Jac (...)
  • 149 Ibid., p. 96-97.
  • 150 Ibid., p. 123.
  • 151 Ibid., p. 174-175. Ce jugement nous avait déjà été exprimé oralement par François Bloch-Lainé lorsq (...)
  • 152 Cette démarche a ainsi été appliquée par Alya Aglan à François Bloch-Lainé lui-même et à l’analyse (...)

44Le problème des hauts fonctionnaires sous l’Occupation est devenu en France, depuis les années 1990, l’un des fronts importants de la recherche. L’émergence de cette question est inséparable de la prise en compte sur des bases nouvelles des spoliations antisémites sous l’Occupation et du rôle joué dans ce processus par l’État français, c’est-à-dire, au premier chef, ses administrations. La trajectoire de Wilfrid Baumgartner sous l’Occupation repose donc d’abord une nouvelle fois la question de son appartenance à l’État et, partant, la question de la nature même de l’État en France à une période où le régime politique né de la défaite en juillet 1940 s’est précisément identifié comme « État français ». Quelles relations le directeur général du Crédit national a-t-il entretenues avec l’État français au moins jusqu’à son départ en captivité en Allemagne en août 1943 ? L’interrogation, de quelque manière qu’on la prenne, revient à poser la question de son attitude sous l’Occupation, autant vis-à-vis du régime de Vichy que vis-à-vis de l’Allemagne. C’est bien la question principale de l’ouvrage qu’en 1996, François Bloch-Lainé et Claude Gruson ont choisi de publier148. Le cas de l’inspection des Finances, collectivement mise en cause à la Libération, s’y trouve particulièrement détaillé, puisque chacun de ses membres y est l’objet d’un examen visant à qualifier son engagement plus ou moins grand en faveur du régime de Vichy. C’est ainsi, à suivre ces deux auteurs, que Brunet, « républicain de droite », mais aussi Boissard ou encore Deroy, quoiqu’à un degré moindre car il avait accepté de devenir secrétaire général au ministère des Finances, sont estimés « irréprochables » et même « impeccables », comme Jean Watteau « quoique sa pensée ait été fortement réactionnaire » mais dont la femme « était anglaise ». En revanche, Pierre Herrenschmidt « a peut-être eu, lui, des sympathies plus vichyssoises. Il était le gendre de l’amiral Gensoul. Il a été chez Worms après la guerre ».149 Sur Yves Bouthillier, par contraste, le jugement est sans appel, tant son acceptation du ministère en 1940 a été perçue comme une véritable « trahison »150. Quant à Baumgartner, sa « résistance » est jugée tout au plus mondaine : « Roger Seydoux m’avait fait inviter à dîner chez Wilfrid Baumgartner, avant que ce dernier soit arrêté. Ils parlaient sans précaution, comme s’ils voulaient faire savoir leurs bons sentiments »151. La démarche de François Bloch-Lainé et Claude Grusson, eux-mêmes en leur temps hauts fonctionnaires sous l’Occupation, relève davantage de leur histoire que de l’histoire. La démarche de l’historien, surtout s’il appartient aux générations d’après guerre, est autre. Dans le cas de Wilfrid Baumgartner, elle commande d’abord d’établir les faits à partir de sources primaires quand elles existent. Elle conduit ensuite à se demander en quoi la période de l’Occupation a modifié la place et le rôle du haut fonctionnaire des finances au sein de l’appareil d’État. Elle autorise enfin à tenter de reconstituer les représentations que le grand commis lui-même a pu nourrir dans la période vis-à-vis de sa propre action, de son appartenance à l’État et des événements de la période152. De ce point de vue, un fait important est constitué par son arrestation par les Allemands en août 1943.

LA CAPTIVITÉ DE WILFRID BAUMGARTNER (AOÛT 1943-MAI 1945)

  • 153 La source principale sur cet épisode est constituée par le journal tenu par Guy de Carmoy d’août 19 (...)
  • 154 Carnets du pasteur Boegner 1940-1945, présentés et annotés par Philippe Boegner, Paris, Fayard, 199 (...)
  • 155 Kuisel (Richard F.), Ernest Mercier…, op. cit., p. 150.
  • 156 Rist (Charles), Une saison gâtée, journal de la Guerre et de l’Occupation, 1939-1945, établi, prése (...)
  • 157 Mais pas Baumgartner contrairement à ce qu’écrit Marc-Olivier Baruch (in Servir l’État français. L’ (...)

45Au petit matin du 10 août 1943, Wilfrid Baumgartner était arrêté à son domicile, l’hôtel du président du Crédit national, rue Saint-Dominique, par la police allemande. Conduit au siège de la Gestapo, rue des Saussaies, il y retrouva plusieurs autres hauts fonctionnaires de sa connaissance, dont certains inspecteurs des Finances : Jacques Brunet, directeur du Trésor, Adéodat Boissard, directeur de l’Enregistrement aux Finances, Jean Saltes, sous-directeur au ministère de la Production industrielle, Pierre de Calan, directeur de cabinet de Bichelonne devenu ministre de la Production industrielle et Guy de Carmoy, commissaire du gouvernement pour l’industrie cinématographique ou encore Henri Pignerol, dans les cadres de l’inspection153. Le lendemain, Marc Boegner, le président de l’Église réformée de France, qui connaissait Wilfrid Baumgartner depuis l’entredeux- guerres, se fit l’écho dans ses Carnets de cette vague d’arrestations : « Il semble que l’ordre, commentait-il, soit venu de loin et de haut. »154 La même vague atteignit également Jules Mény, le directeur général de la Compagnie française des pétroles, Louis Escallier, le directeur de la Banque d’Algérie, René Norguet, le secrétaire général du ministère de la Production industrielle et nombre de préfets et d’officiers de l’armée d’armistice. Ernest Mercier, visé lui aussi le même jour, mais hospitalisé et donc absent de son domicile de Neuilly, échappa de peu au même sort155. Charles Rist, qui était resté en relation avec Baumgartner depuis 1925 et l’époque de la faculté de droit, relata également l’événement : « Noël [son fils] en rentrant hier nous annonce qu’on a arrêté Baumgartner, Escallier et d’autres inspecteurs des Finances. […] Pourquoi ? »156 À cette question, en effet, la réponse est malaisée. Les conditions de la longue captivité qui suivit leur arrestation contribuent encore à obscurcir le problème. Alors que Pierre de Calan et Jacques Brunet furent libérés in extremis grâce à l’intervention du ministre des Finances, Pierre Cathala, au moment où le train qui emportait les captifs vers l’Allemagne quittait le quai157, Baumgartner et ses codétenus transitèrent par le camp de concentration de Buchenwald où ils demeurèrent une dizaine de jours avant d’être transférés à Plansee, petite station d’altitude dans le Tyrol, au pied de la Zugspitze.

  • 158 Carmoy (Guy de), Journal…, op. cit., p. 11.

46Internés à l’hôtel Forelle sous la garde d’une garnison qui atteignait cinquante hommes à l’automne 1944, les prisonniers bénéficièrent de conditions de détention relativement clémentes, même s’ils y souffrirent du froid en hiver et d’une sous-alimentation chronique. Les hauts fonctionnaires, militaires et civils, continuèrent à percevoir leur traitement et pouvaient correspondre sous certaines conditions avec la France. Wilfrid Baumgartner dès son arrivée à Plansee décida de partager sa chambre avec Adéodat Boissard : « Il est certain, notait Carmoy dans son journal à la date du 14 août 1943, que nous ne sommes traités ni comme des prisonniers de guerre, ni comme des internés civils ordinaires. Comme des diplomates…»158 Ce séjour forcé dans le Tyrol dura vingt mois. Durant cette période, les détenus organisèrent leur vie quotidienne selon des règles de sociabilité particulière, tenant compte en partie de leur position sociale et de leurs trajectoires antérieures à leur arrestation, mais en fonction aussi des règles d’existence nouvelles imposées par leur détention. Le journal de Carmoy, complété par les sources orales, en donne une description assez précise. C’est ainsi que Baumgartner utilisa ses loisirs forcés à prononcer devant ses codétenus plusieurs conférences, à l’occasion « des veillées du jeudi ». Il présenta ainsi « Quelques observations sur les finances françaises », le 19 décembre 1943 :

  • 159 Carmoy (Guy de), Journal…, op. cit., p. 77-78.

« Toujours ce talent d’exposition extraordinaire. Clarté, séduction, balancement des phrases, opposition de termes, formules frappantes, citations, anecdotes […]. Mais à y analyser de près, une lacune dans l’exposé introductif, qui était assez long : pas de définition de la monnaie. Et par voie de conséquence pas de doctrine monétaire. »159

  • 160 Ibid.
  • 161 Ibid., p. 137.
  • 162 Ibid., p. 47.
  • 163 Ibid., p. 190.

47« Au fond, concluait Carmoy, Baumgartner n’en sait rien, il n’aime pas se forcer ou se voir poser de telles questions de fond »160. Dans la même veine, il notait le 7 mai 1944 : « Baumgartner n’a pas encore lu Keynes, et je me demande s’il le fera avec l’application nécessaire ; il ne le connaît qu’à travers le second volume de Pose sur la monnaie »161. Mais les loisirs forcés des détenus de Plansee ne se limitaient pas à l’étude de la monnaie. C’est ainsi que Baumgartner participa, aux débuts de sa détention, à la rédaction de « La Poisse, organe bourgeois, conformiste et majoritaire »162. Il effectua également, le 16 septembre 1944, devant ses codétenus « une démonstration de rappel sur le plongeoir-mirador » pour illustrer une de ses conférences sur l’alpinisme163.

48Cette existence se poursuivit jusqu’à la fin de la guerre et tint par conséquent les captifs éloignés des changements rapides qui marquèrent la période de la Libération et dont les échos assourdis parvenaient pourtant jusqu’à eux :

  • 164 Ibid., p. 207.

« Nationalisation de Sciences Po et démocratisation du recrutement des grands corps de l’État. Voilà qui me rajeunit de huit ans […]. Wilfrid ne paraît pas enthousiaste. Il a été assez frappé, d’autre part, de la nomination de Monick [à la Banque de France]. Mais, que diable, il fallait bien remplacer Boisanger, et on ne pouvait attendre sa libération ! »164

  • 165 Le Figaro du 3 mai 1945.
  • 166 Cf. Carré de Malberg (Nathalie), « Entre l’État et l’entreprise : les inspecteurs des Finances d’un (...)

49Les captifs en effet ne furent finalement libérés que le 30 avril 1945 par la 7e armée américaine165. Les raisons de cette arrestation collective semblent avoir été multiples et avoir varié pour chacun des détenus de Plansee. L’analyse doit en effet tenir compte de la grande hétérogénéité des raflés de l’été 1943. Quoi de commun, en effet, entre Wilfrid Baumgartner, Henri Pignerol qui venait à la veille de son arrestation de se porter candidat pour être affecté au commissariat aux Questions juives166, ou encore Yves Bouthillier qui devait rejoindre un peu plus tard les détenus de Plansee ?

FAITS ET GESTES DU PRÉSIDENT DU CRÉDIT NATIONAL SOUS L’OCCUPATION

  • 167 Der Beauftragte des Chefs der SIPO u. SD à Militärverwaltung (V Kult), note datée du 18 octobre 194 (...)
  • 168 Vidal-Naquet (Pierre), Mémoires, t. I, La brisure et l’attente, 1930-1955, Paris, Éditions du Seuil (...)
  • 169 Déclaration sur l’honneur de non-appartenance à des associations secrètes, 24 octobre 1940, 1BA24, (...)
  • 170 Lettre circulaire de P. Labarre, directeur du Personnel, du Matériel et du Contentieux au ministère (...)
  • 171 Lettre circulaire de P. Labarre, directeur du Personnel, du Matériel et du Contentieux au ministère (...)
  • 172 Lettre de P. Labarre à Wilfrid Baumgartner du 5 août 1942, AWB, 1BA24, Dr3.

50Il est avéré que Wilfrid Baumgartner fut, dès les premiers jours de l’Occupation, l’objet d’une attention particulière de la part des autorités allemandes. Une note du 18 octobre 1940 émanant de la police politique et de sécurité (SIPO-SD) avait fait ainsi fait figurer son nom parmi les professeurs de l’École libre des sciences politiques dont le renvoi était envisagé en raison, alléguait la note de police, des liens de parenté ou d’amitié suivie qu’ils entretenaient avec des juifs. Outre Wilfrid Baumgartner, Michel Debré, Henri de Peyster et Pierre Rain étaient également cités167. Dans ses mémoires, Pierre Vidal-Naquet, dont la famille habitait le même immeuble que les Baumgartner rue de Varenne, rapporte qu’au début de l’Occupation, les Allemands interrogèrent leur concierge pour savoir si d’aventure les Baumgartner n’étaient pas juifs : « Elle les rassura »168. Le 24 octobre 1940, le président du Crédit national rentré de Royat à Paris faisait parvenir à la direction du Trésor et au chef du corps de l’inspection des Finances une déclaration sur l’honneur pré-imprimée attestant « ne jamais avoir appartenu à l’une des organisations définies à l’article 1er de la loi du 13 août 1940, portant interdiction des associations secrètes »169. Le 28 décembre 1940, par la lettre n° 1374 A, Pierre Labarre, directeur du Personnel, du Matériel et du Contentieux au ministère des Finances, demandait à Wilfrid Baumgartner de déclarer s’il n’était pas « issu de trois grands-parents ou plus de race juive ; issu de deux grands-parents de race juive, mais marié à un juif ou à une juive ». La note jugeait bon de préciser : « Est regardée comme "juif" pour l’application de la nouvelle loi toute personne issue de trois grands-parents de race juive ou de deux grands-parents de la même race si son conjoint lui-même est juif ». Le 31 décembre 1940, Wilfrid Baumgartner « né le 21 mai 1902 à Paris, d’Albert Amédée Baumgartner, et de Mathilde Clamageran », souscrivait la déclaration pré-imprimée n° 1, selon laquelle il n’était pas « juif »170. Le 25 août 1941, par une nouvelle lettre circulaire, Pierre Labarre renouvelait sa demande : « Le 1er juillet dernier, le Maréchal de France, Chef de l’État, a signalé aux Ministres et Secrétaires d’État que les déclarations relatives à l’application de la loi du 13 août 1940 avaient été, dans l’ensemble, mal rédigées, soit que les formules adoptées aient manqué de précision soit que l’importance des déclarations elles-mêmes n’ait pas été suffisamment prises en considération ». En fait de quoi, le directeur du Personnel du ministère des Finances jugeait utile de préciser que la définition de « juif » était totalement indépendante de l’appartenance « ou non à une confession quelconque ». « Est regardé comme étant de race juive le grand-parent ayant appartenu à la religion juive. La non-appartenance à la religion juive sera établie par la preuve de l’adhésion à l’une des autres confessions reconnues par l’État avant la loi du 9 décembre 1905 ». La note, enfin, évoquait les peines d’amende (de 1 000 à 20 000 francs) et d’emprisonnement (1 à 5 ans) encourues en cas de fausse déclaration, « sans préjudice du droit pour le Préfet de prononcer l’internement dans un camp spécial, même si l’intéressé est Français ». Wilfrid Baumgartner souscrivit le 26 août 1941 cette nouvelle déclaration selon laquelle il n’était pas « juif »171. Un an plus tard, à l’échéance régulière de son premier détachement, par lettre du 5 août 1942, P. Labarre lui apprenait qu’un arrêté du 3 août de la même année venait de le nommer pour une nouvelle période de cinq ans en détachement à la direction générale du Crédit national172.

51Les papiers personnels de Baumgartner ne permettent pas de dire avec exactitude si le haut fonctionnaire fut amené, dans le cadre de ses fonctions ou à titre privé, à se rendre à Vichy entre septembre 1940 et août 1943. Une correspondance datée du 11 décembre 1941 de l’hôtel du Parc à Vichy et émanant de Henry Du Moulin de Labarthète, alors directeur de cabinet de Pétain, atteste toutefois que Baumgartner s’est rendu peu avant cette date dans la capitale de l’État français :

  • 173 Carte de H. du Moulin de Labarthète à W. Baumgartner du 11 décembre 1941, AWB, 1BA27, Dr1. Il est n (...)

« Merci, mon cher Baum de votre charmante carte et de tout ce qu’elle me dit. J’ai été désolé de vous manquer lundi. Faites-moi à l’avance prévenir de vos passages. Un déjeuner épuiserait difficilement tout ce que je serais heureux de pouvoir vous dire. À bientôt donc, j’espère, à Vichy ou… à Paris. Mes hommages à Christiane et bien affectueusement à vous, Henry »173.

52Vis-à-vis du nouveau régime, quels ont pu être ses sentiments à l’automne 1940 ? La sténographie du cours qu’il prononça le 23 octobre 1940 à l’École libre des sciences politiques fournit quelques indications sporadiques :

  • 174 Ibid., p. 16.

« Ma pensée, nos pensées, iront d’abord à la Patrie. Nous avons aujourd’hui la défaite, et nous avons aussi l’appauvrissement. Ayant beaucoup perdu, ayant presque tout perdu, ne craignons plus à chaque instant de perdre quelque chose. »174

  • 175 Notes préparatoires au cours de finances publiques de 1942-1943, 4 feuillets au crayon, AWB, 1BA5, (...)

53Dans les notes préparatoires à son cours de la rentrée de 1942, on peut lire de sa main : « nous ne cessons de nous enfoncer, inflation croissante, production déclinante »175. Placé devant cette situation « affreuse », il se demandait ce qu’il convenait de faire et de ne pas faire :

  • 176 Ibid., p. 4.

« Ce qu’il ne faut pas faire :
Se résigner, succomber sous le poids de nos fautes, pourriture, – la cendre et le bain. Le remords ne vaut rien s’il ne produit l’action. […].
En profiter : l’or est mort, vive l’or (fromage). De même que certains font fortune ou font carrière dans la défaite […].
Ce qu’il faut faire :
Répudions les faux sentiments, les faux théorèmes, les faux témoins. Haïssons les mensonges qui nous font tant de mal […]. Aujourd’hui nous ne pouvons que limiter les dégâts [mais] quand nous serons de nouveau souverains… »176

  • 177 Bellescize (Diane de), Le Comité Général d’Études de la Résistance, thèse de droit, Paris II, 1974, (...)
  • 178 Teitgen (Pierre-Henri), « Faites entrer le témoin suivant », 1940-1958, de la Résistance à la Ve Ré (...)

54Quelques mois plus tard Baumgartner fut approché par la Résistance. Ce contact fut établi au nom du Comité général d’études par l’intermédiaire de Quartus [Alexandre Parodi]. Le CGE était un « groupe d’experts » fondé en juillet 1942 par François de Menthon et Jean Moulin avec la mission d’envisager les conditions d’une épuration de la haute fonction publique et d’élaborer les grandes orientations de la période qui s’ouvrirait avec la Libération177. Outre Parodi, il comprenait à cette date François de Menthon, Paul Bastid et Robert Lacoste. Au début de novembre 1942, Pierre-Henri Teitgen devint le cinquième membre du CGE, bientôt suivi de René Courtin qui prit le pseudonyme de Bérard puis celui d’Économicus178. En avril 1943, le CGE avait quitté Lyon pour Paris, en même temps que la délégation générale. À partir de cette date il se renforça nettement, accueillant par exemple Michel Debré et Jacques Charpentier, bâtonnier de l’Ordre des avocats de Paris et qui avait été l’avocat de Paul Reynaud au procès de Riom. Le contact avec Baumgartner fut établi en juillet, en même temps que pour Émile Laffon et Pierre Lefaucheux. Baumgartner lui-même rappela ces circonstances dans la déposition qu’il fit parvenir en juillet 1945 au jury d’honneur du ministère des Finances :

  • 179 Note de Mr W. Baumgartner pour le jury d’honneur du ministère des Finances, [juin 1945], 1 p. dacty (...)

« Un mois environ avant mon arrestation par la Gestapo et ma déportation en Allemagne, je reçus, de la part de mon ami Parodi, la visite d’un représentant du Général de Gaulle qui me demanda si j’accepterais de présider un Comité qui devait examiner les cas d’épuration se posant pour les fonctionnaires. Je répondis d’ailleurs que je préférais apporter mon concours au Gouvernement provisoire sur le plan technique pour lequel j’avais à la fois plus de goût et de compétence. »179

  • 180 Notice justificative de R. Truptil jointe à la Lettre de R. Truptil à W. Baumgartner [juin 1945], A (...)
  • 181 Rueff (Jacques), De l’aube au crépuscule…, op. cit., p. 171-172.
  • 182 Entretien du 17 janvier 1994 avec l’auteur.
  • 183 Notice nécrologique de Roger Seydoux due à Jean Lacouture, Le Monde du 12 juillet 1985.

55Même s’il est regrettable que la déposition de Wilfrid Baumgartner ait laissé dans l’ombre l’identité de l’émissaire du général de Gaulle, on peut tenir pour acquis que le président du Crédit national, à cette date, fut mis en rapport avec la Résistance. Le témoignage de Roger Truptil va dans le même sens : à la Libération, le président de l’Union d’escompte de Paris, qui souhaitait se mettre au service de René Pleven au ministère des Finances, fit en effet parvenir à Baumgartner un résumé justificatif de ses propres activités pendant l’Occupation. Il rapportait ainsi avoir été mis en contact en 1943 avec la Résistance par l’intermédiaire de Baumgartner lui-même : « Par Baumgartner, témoignait-il, je reprends contact avec Parodi et Courtin que je reverrai souvent, chez moi, à mon bureau ou chez Mimi Decoudu pour étudier les problèmes d’après libération »180. Le rôle de René Courtin, dont on a vu l’ancienneté des liens avec Baumgartner, auprès des hauts fonctionnaires, est également attesté par Jacques Rueff qui relate dans son autobiographie qu’il avait été contacté le 8 février 1943, soit à peu près à la même époque, par le rapporteur des questions économiques au CGE pour se joindre à leur groupe181. Le témoignage déjà cité de François Bloch-Lainé, enfin, indique qu’il participa, on l’a dit, à un dîner en 1943 « où il fut question de résistance »182, en compagnie de Wilfrid Baumgartner et de Roger Seydoux, le secrétaire général des Sciences politiques. Ce dernier, de l’avis de Jean Lacouture, faisait à cette époque office « en quelque sorte d’ambassadeur de la Résistance auprès de la fonction publique »183. Le rôle des amitiés anciennes de Wilfrid Baumgartner paraît donc avoir été déterminant : il est de fait que René Courtin, Alexandre Parodi, Jean Decoudu, Roger Seydoux, tous rencontrés dès 1919-1925, rue Saint-Guillaume, le mirent en contact, à partir de juillet 1943, avec la Résistance. L’étroitesse de la relation qui exista entre Wilfrid Baumgartner et Parodi, tous deux voisins d’enfance rue de Varenne, tous deux protestants, est particulièrement attestée. Il n’est cependant pas possible, dans l’état actuel de la documentation, de définir avec plus de précision les activités du directeur général du Crédit national dans le CGE. Il faut noter toutefois que Diane de Bellecize, dans la thèse qu’elle a consacrée au CGE, ne mentionne pas une fois le nom de Baumgartner. Il reste que le haut fonctionnaire fut effectivement approché par la Résistance, comme bon nombre de ses pairs, à l’été 1943.

  • 184 Carmoy (Guy de), Otages à Plansee…, op. cit., p. 6.
  • 185 Message de F. de Brinon à Laval du 11 août 1943 à 16 H 30, AN, 72AJ 1927. Cette référence nous a ét (...)
  • 186 Courtin (René), De la clandestinité au pouvoir, journal de la Libération de Paris, publié par Pierr (...)

56Ce fut en tout cas très vraisemblablement cette évolution au sein de l’administration qui fut à l’origine de la décision allemande de procéder en août 1943 à l’arrestation préventive des hauts fonctionnaires les plus susceptibles de rejoindre le général de Gaulle à Alger. C’était l’avis de Guy de Carmoy qui notait dans son journal dès le 12 août 1943 : « Nous sommes ou serons des otages. Un avertissement est donné à tous les cadres de l’administration et de l’ancienne armée d’armistice. »184 Cette hypothèse se trouve fortement corroborée par le message que fit parvenir à Laval, immédiatement après la rafle, Fernand de Brinon envoyé aux nouvelles auprès d’Helmut Knochen, « commandant de la police secrète politique » et d’Herbert Hagen, son adjoint, spécialisé précisément dans le renseignement sur l’activité du gouvernement français185. Brinon y précisait que ces arrestations avaient eu lieu avec l’accord de Hitler lui-même et que l’ambassade allemande à Paris n’avait pas été mise au courant. Elles auraient fait suite à une « longue enquête des services allemands » qui aurait établi que les hauts fonctionnaires concernés agissaient « contre la politique du gouvernement français et manifestement contre l’Allemagne ». Surtout, les Allemands avaient été indéniablement impressionnés par le ralliement récent de Maurice Couve de Murville à Alger. Ils ne pouvaient, rapportait Brinon, « tolérer dix autres affaires Couve de Murville ». Ainsi peut se trouver confirmée également du côté allemand l’hypothèse qu’à cette date, Wilfrid Baumgartner était entré en contact avec certains des représentants de la Résistance. Sa captivité à Plansee jusqu’à la fin de la guerre coupa cependant court à tout engagement actif de sa part dans cette voie et si cette mise en quarantaine le lava de tout reproche de collaboration, elle ne lui permit pas non plus de prendre part, dès la Libération, aux équipes dirigeantes formées à Alger ou dans les cercles de la Résistance métropolitaine186.

LE PROBLÈME DE L’ÉTAT SOUS VICHY ET L’OCCUPATION

  • 187 Baruch (Marc-Olivier), Servir l’État français…, op. cit. ; Baruch (Marc-Olivier) et Duclerc (Vincen (...)

57La trajectoire de Baumgartner durant « les années noires » apparaît donc, pour lui comme pour tant d’autres, difficile à reconstituer. Les sources écrites primaires sont rares, biaisées aussi par les circonstances de leur production. L’autocensure prévaut dans les sources privées comme dans les sources publiques. Les faits et gestes épars que l’on peut attribuer avec quelque assurance à Wilfrid Baumgartner durant la période de Vichy et de l’Occupation permettent néanmoins d’avancer quelques éléments d’analyse, propres à contribuer à l’étude du problème historique principal de l’État en France dans la période187.

  • 188 Aglan (Alya), « Christian Pineau et Jean Moulin : entre raison politique et raison d’État », in Jea (...)

58Et d’abord la démonstration, une nouvelle fois, de l’indéniable continuité de l’État. Le directeur général du Crédit national a conservé sa fonction durant toute la période, y compris durant sa captivité en Allemagne. De cette implacable continuité relève également l’acte administratif formel par lequel fut appliquée la législation antisémite ou encore les lois visant à l’interdiction de la franc-maçonnerie et dont les papiers Baumgartner, comme tant d’autres, conservent la marque. Mais cette même continuité de l’État n’a-t-elle pas prévalu aussi pour la Résistance organisée, notamment sous l’impulsion de Jean Moulin, à partir de 1942188 ? Mais c’est là un tout autre front de la recherche, que l’histoire du CGE et des conditions dans lesquelles Baumgartner, en même temps que d’autres experts, furent approchés à partir de l’été 1943, peut seulement contribuer à éclairer très partiellement.

  • 189 Margairaz (Michel), « La Banque de France et l’occupation », in Margairaz (Michel) (dir.), Banques, (...)
  • 190 Ibid., p. 59-60.

59La continuité de l’État sous Vichy apparaît, en second lieu, indissociable de la permanence des logiques techniques, à prétention autonome, tout particulièrement dans le domaine des finances. De ce point de vue, aucune rupture non plus n’est décelable entre Vichy et l’entre-deux-guerres. C’est l’un des apports de l’analyse que Michel Margairaz a donnée des positions alors adoptées par les techniciens des finances et de la monnaie dont rendent compte, pour la période de la guerre, les procès-verbaux du conseil général de la Banque de France189. Wilfrid Baumgartner, en tant que directeur général du Crédit national, y siégea en effet sans discontinuer jusqu’à son arrestation en août 1943. C’est dans ce cadre qu’il est intervenu, lors de la séance du 12 mars 1942, au cours d’une discussion relative aux modalités d’achat par la Banque d’une fraction des valeurs mobilières dites juives, déjà confisquées par les Domaines, et dont la vente était destinée à permettre le paiement de l’amende du milliard imposée aux juifs en décembre 1941. Baumgartner, note Michel Margairaz, s’y déclara « favorable au principe d’achat »190. À l’évidence, le système financier français et plus particulièrement son appareil institutionnel, s’est trouvé, en cette occasion comme en d’autres, directement impliqué dans le fonctionnement des mécanismes d’exclusion antisémites édictés sous le régime de Vichy. Cette implication, qui demanderait à être analysée plus avant, est tout aussi incontestable dans le processus de spoliation des juifs qu’on désigne aujourd’hui comme alors sous le vocable « d’aryanisation » économique.

  • 191 Archives nationales, F37/38, papiers Jacques Barnaud, note de Bourbon-Busset, secrétaire de la délé (...)

60Dans quelle mesure exacte Wilfrid Baumgartner a-t-il été impliqué dans le processus d’aryanisation économique entre le 27 septembre 1940 (date de la première ordonnance de Vichy sur les juifs imposant la présence d’une affichette jaune sur les magasins appartenant à des juifs) et le 2 décembre 1942 (versement au profit du Reich du produit des aryanisations appartenant à des juifs allemands ou ex-allemands installés en France) ? Dans cette histoire dont la teneur est aujourd’hui clairement établie, le nom du président du Crédit national est cité au moins une fois, au nombre des participants à une réunion du 27 août 1942 au cours de laquelle furent discutées les modalités de l’aryanisation de la part du capital détenue par la famille Schwob d’Héricourt dans la Société cotonnière du Nord et de l’Est191. La présence de Baumgartner y est attestée aux côtés de Jacques Barnaud, le délégué général aux Relations économiques franco-allemandes, Jean Bichelonne, le secrétaire d’État à la Production industrielle, Pierre Herrenschmidt, à cette date sous-directeur à la direction du Trésor, Zaffreya, directeur de l’Économie générale au ministère des Finances, Mourre, le directeur de l’aryanisation économique au ministère des Finances, Vidal, Lucien Boué et Bourgeois, de la direction de l’Aryanisation économique constituée au sein du commissariat général aux Questions juives. De cette réunion de l’été 1942 pourtant importante, au regard du niveau élevé de responsabilité de la plupart de ses participants, les papiers de Wilfrid Baumgartner, tels qu’ils ont été déposés à la FNSP, n’ont conservé aucune trace. Dans l’état actuel de la documentation, il est difficile de préciser plus avant les raisons de la présence du directeur général du Crédit national à cette réunion et même de formuler quelque hypothèse sur l’implication éventuelle de l’établissement de la rue Saint-Dominique dans le processus administratif de l’aryanisation économique.

61Deux éléments peuvent pourtant, à ce stade, être versés à l’analyse : en premier lieu, il semble bien que Wilfrid Baumgartner n’ait pas été formellement associé à d’autres réunions d’aryanisation. La consultation des papiers Barnaud (liasse F37/38) n’a pas permis de relever d’autres occurrences attestant sa participation à une réunion ou impliquant l’établissement dont il assurait alors la présidence. Le nom de Wilfrid Baumgartner demeure par ailleurs notablement absent de l’histoire de l’aryanisation économique en France. Sa participation à la réunion du 27 août 1942 ne s’en trouve que plus difficilement explicable encore. Le fond de l’affaire traitée à cette occasion peut-il permettre d’éclairer davantage ce point obscur de la biographie du grand commis ?

  • 192 Verheyde (Philippe), Les mauvais comptes…, op. cit., p. 93-94.
  • 193 Ibid., p. 95-103. Cf. aussi Lacroix-Riz (Annie), Industriels et banquiers…, op. cit., p. 411-414.

62La Société cotonnière du Nord et de l’Est avait été constituée en société anonyme en 1938 par fusion de plusieurs entreprises textiles de l’est et du nord de la France, effectuée sous la houlette de la société Schwob d’Héricourt. Elle comptait en 1940 parmi les entreprises textiles françaises les plus importantes, employant toujours à cette date plus de 5 000 salariés et à la rentabilité avérée malgré la guerre et l’Occupation192. Les trois quarts de son capital étaient à cette date détenus par André Schwob, soit l’équivalent de 260 millions de francs. Le processus d’aryanisation de la Cotonnière du Nord et de l’Est a été parfaitement retracé par Philippe Verheyde193. On doit ici en rappeler les principales étapes pour tenter de préciser le moment exact où le directeur du Crédit national est amené à s’y trouver impliqué : dès le 20 août 1940, par une sorte d’acte « d’auto-aryanisation » motivé par le contexte nouveau créé par la défaite et la mise en place du régime de Vichy, André Schwob s’était retiré du conseil d’administration de la société. La tâche d’aryaniser le capital de la société est revenue à Fernand Motte, du groupe textile Motte, nommé « administrateur provisoire » le 25 octobre 1940, en application de la deuxième ordonnance sur les juifs du 18 octobre 1940.

  • 194 Cité par Verheyde (Philippe), op. cit., p. 96 [souligné par nous].
  • 195 AN, F37/38, Note de Bourbon-Busset, doc. cité, p. 1.

63Au cours des négociations qui se sont alors ouvertes, en étroite liaison, d’emblée, avec les représentants de la haute administration économique et financière, Fernand Motte tenta dans un premier temps d’organiser la cession des actifs de la Cotonnière « au profit d’industriels non-juifs victimes des dommages de guerre et regroupés dans une société de gérance financièrement adossée à un organisme financier public du type du Crédit national »194. Finalement, devant le veto du secrétariat d’État à la Production industrielle à cette formule, une option de vente avait été accordée à l’été 1941 par Schwob à un groupe d’investisseurs associant Boussac et Gillet et soutenue par la Société générale. Cette option, toutefois, n’avait été officiellement enregistrée que le 1er septembre 1941 et, déjà renouvelée une fois, elle expirait officiellement le 31 août 1942 à minuit195. Elle se heurtait en effet à la clause introduite dans la convention par André Schwob de percevoir l’intégralité du produit de la cession de ses avoirs en zone sud où il avait trouvé refuge. Or, deux autres groupes s’étaient entre-temps portés acquéreurs du capital de la Cotonnière de l’Est et du Nord : un groupe d’industriels alsaciens, qui déclara rapidement forfait, et un groupe d’industriels du textile du nord et de l’est de la France, dont les frères Thiriez et les Dollfus-Mieg, appuyés, eux, sur la banque Vernes et secondairement sur le CCF.

  • 196 Ibid., p. 2.

64C’est à ce moment précis qu’eut lieu la réunion du 27 août 1942. Elle était donc destinée principalement, à la veille du délai d’expiration de l’option accordée à Gillet, à trancher entre les acquéreurs potentiels et secondairement à examiner dans quelle mesure la clause de règlement en zone sud pourrait être appliquée en regard de la législation allemande et en vertu des dispositions nouvelles de l’ordonnance du 22 juillet 1941. Il ressort des notes prises à l’issue de cette réunion (et qui demeurent muettes sur une éventuelle intervention de Baumgartner) qu’une solution transactionnelle fut alors proposée par Barnaud : soit le rachat de la société par le Comité d’organisation du textile, soit la constitution d’une société dans laquelle tous les intérêts textiles en jeu seraient associés196. Le projet ne devait cependant jamais aboutir devant le refus des autorités allemandes d’autoriser le règlement intégral au bénéfice d’André Schwob pour la cession de ses actifs. Il se perdit aussi dans les sables du fait de la volonté exprimée par les Allemands, à partir de septembre 1942, de mettre comme condition à leur accord à une cession des actifs de Schwob d’Héricourt en faveur du groupe Gillet, la cession simultanée de la part que le groupe Gillet-Thaon détenait par ailleurs dans le capital de la société allemande Koechlin, Baumgartner et Cie.

65À ce stade, et au vu des éléments disponibles, quelles hypothèses pourraient rendre compte de la participation singulière – dans tous les sens de ce terme – de Baumgartner à la réunion d’aryanisation du 27 août 1942 ? Une première hypothèse pourrait faire appel aux logiques de réseau : les relations personnelles du grand commis avec Pierre Vernes, attestées depuis au moins le début des années 1930, fourniraient un début d’explication. La participation de Baumgartner à la réunion qui devait trancher entre les différents groupes en compétition pour la reprise du capital de la Cotonnière aurait-elle ainsi été motivée par la volonté de peser sur une décision de nature administrative en faveur du groupe emmené par la banque Vernes ? C’est là pure supposition qu’aucun élément, dans l’état actuel de la documentation, ne vient étayer et ressortissant, en outre, à des logiques de solidarité sociale automatique dont on a montré, au contraire, pour la période précédente leur absence de valeur explicative. Pour la même raison, ne serait-il pas plus aventuré encore de chercher un lien à cette date entre Wilfrid Baumgartner et ses très lointains cousins demeurés en Allemagne dans l’industrie textile et alliés aux Köchlin ? Là encore, l’absence de toute preuve, jusqu’à plus ample informé, doit conduire à écarter cette hypothèse qui relève plus de la mythologie du complot que de l’analyse historique. Alors, car les faits prouvés, eux, sont têtus, pourquoi le président du Crédit national a-t-il pris part à la réunion d’aryanisation du 27 août 1942 ? La question est importante, au-delà de son intérêt seulement biographique et en deçà des implications morales qu’elle contient aussi, car elle peut contribuer à éclairer la question de l’État en France sous l’Occupation.

  • 197 Verheyde (Philippe), op. cit., p. 96.
  • 198 Aglan (Alya), « La Caisse des dépôts et consignations est-elle un rouage neutre de la spoliation de (...)
  • 199 Margairaz (Michel), « La Caisse des dépôts, les spoliations et la collaboration d’État, une articul (...)
  • 200 Cf. supra, p. 250-252.

66Une deuxième hypothèse, en effet, consiste à expliquer la présence de Baumgartner au ministère des Finances le 27 août 1942 ès qualités et non plus intuitu personae. Sa participation à la réunion d’aryanisation, dans cette optique, aurait d’abord été celle du Crédit national dont la place dans les mécanismes de l’aryanisation économique demanderait sans doute à être précisée. On a souligné, à la suite de Philippe Verheyde, que le nom du Crédit national avait été évoqué dès l’automne 1940 par l’administrateur provisoire de la Cotonnière de l’Est comme organisme financier gestionnaire du groupement d’intérêts industriels qui aurait pu être amené à reprendre le capital de la société aryanisée197. Ce recours possible au Crédit national comme « fiduciaire » des actifs résultant de la mise en application des mesures légales de spoliation n’est pas isolé. Comme l’a mis en évidence Alya Aglan, le nom de l’établissement de la rue Saint-Dominique figure également dans les moutures successives du texte du 22 juillet 1941 fixant le cadre légal et administratif de l’aryanisation économique : dans ces projets il était destiné à devenir le trustee d’un fonds alimenté par les sommes consignées à la Caisse des dépôts et consignations en application de la loi de spoliation et destiné au financement du rachat des entreprises dites « juives » par des personnes réputées « non-juives ». Mais cette mention du Crédit national disparaît toutefois du texte définitif198. Il reste que le Crédit national, comme le suggère Michel Margairaz, a sans aucun doute été conçu, à un certain moment entre 1940 et 1941, comme devant devenir l’un des rouages institutionnel de la spoliation antisémite, dans le but explicite de devenir le gestionnaire d’un fonds ad hoc alimenté par le produit des spoliations antisémites et destinés au financement de l’économie « nationale »199. Cette conception rejoignait à bien des égards celle avancée au même moment et à peu près par les mêmes hommes, on l’a vu200, au sein du comité financier de la DGEN et qui visait à faire du Crédit national le gestionnaire du grand fonds propre à financer la reconstruction et la modernisation de l’économie française après la guerre.

  • 201 Bloch Lainé (François) et Margairaz (Michel), « Dialogue autour d’une thèse », Travaux et recherche (...)
  • 202 Nous avions formulé cette interrogation à l’occasion de notre contribution orale au colloque organi (...)

67Que conclure de ces éléments épars d’un puzzle qui, dans l’état actuel de la documentation, demeure très incomplet ? Il semble difficile de situer nettement le grand commis sous l’Occupation, en l’absence de sa part de tout acte de « transgression » : pas de fait établi de collaboration avec les Allemands, pas de fait établi non plus de résistance à l’occupant. Dans le cas de Baumgartner comme pour la majorité des hauts fonctionnaires sous l’Occupation, la conformité à la norme a prévalu, l’écart est demeuré l’exception. Alors, faudra-t-il finalement, comme bien des anciens acteurs de cette époque, « plaider pour des grisailles »201 ? Non pas. On peut y voir, au contraire, sous la lumière vive des années noires, l’une des figures historiques de l’État en France, non pas cette entité abstraite, impersonnelle et par définition amorale, mais plutôt l’expression, en dernière analyse, d’un « état » donné de la société dont le haut fonctionnaire à Paris, à Vichy ou à Plansee dans le Tyrol a continué à faire partie. Comme sous Laval ou le Front populaire, Wilfrid Baumgartner, dans la guerre, a continué non pas tant à servir l’État qu’à être l’État. Reste, au-delà, la question lancinante de l’imbrication sous l’Occupation, au sein du même petit milieu des financiers publics, à l’intérieur du même dispositif financier institutionnel, de la mise en place des mécanismes du crédit à moyen terme mobilisable et des mécanismes de l’aryanisation économique202. Il est probable que la réponse à cette question soit à chercher dans la cristallisation qui semble bien s’être opérée dans la société française, des années 1930 aux années 1950, d’une fermeture étroitement « nationale » de l’économie comme du corps social. Les projets administratifs qui de toutes parts envisagent, durant les années noires, de confier au Crédit national la mission nouvelle de gérer le financement d’une économie voulue strictement nationale trouve dans cette hypothèse un commencement d’explication. Cette hypothèse, à cette étape de la biographie du grand commis, n’est pas gratuite. Elle jette sur le processus de construction d’une économie d’endettement en France une lumière mitigée et suggère que cette institution a pu se faire au risque de la fermeture nationale et du repli international.

***

68Parenthèse dans la carrière de Wilfrid Baumgartner, la période de presque dix ans qui alla de son renvoi du ministère des Finances sous le Front populaire jusqu’à la Libération vit le haut fonctionnaire qu’il demeura néanmoins, quelque peu éloigné des pouvoirs réels de l’époque. Son libéralisme affiché le tint de fait éloigné des équipes à dominante technocratique formées à la veille de la guerre et arrivées au pouvoir sous l’Occupation. Pour autant, sous l’emprise de la nécessité, l’expression de son libéralisme évolua indéniablement durant la période : les contraintes de la défense nationale et le rapide redressement de l’économie française qu’elles impliquaient l’amenèrent à une forme de néo-libéralisme qui explique les contacts qu’il noua à partir de 1943 avec le Comité général d’études mais qui se manifestèrent le plus clairement dans les projets de réorganisation du système de crédit qu’il contribua alors à définir.

69Le directeur général du Crédit national, saisissant dès 1940 les enjeux futurs de la reconstruction et de la rénovation de l’économie nationale, fut en effet à l’origine d’une réflexion novatrice sur le développement nécessaire de la place de son établissement dans le financement de l’économie et l’extension souhaitable du crédit à moyen terme par le moyen d’un refinancement possible auprès de l’Institut d’émission. Bien que cette réforme eût été préparée par les négociations menées en 1937-1938 sous la conduite de Pierre Fournier, elle correspondait pourtant à une innovation financière de grande portée : en introduisant la possibilité d’un refinancement monétaire du moyen terme, c’est un frein séculaire à l’extension du crédit qui était soudain levé. Cette révolution mentale préparait directement les modalités financières de la reconstruction et de la modernisation de la France après 1945. C’est à cette tâche que de retour de captivité Wilfrid Baumgartner, toujours à la tête du Crédit national, s’efforça de s’atteler, dans des conditions politiques et sociales néanmoins notablement différentes.

Notes

1 Straus (André), « Vers la restauration de l’État », in Lévy-Leboyer (Maurice) et Casanova (Laurent), Entre l’État et le marché…, op. cit., p. 274-287.

2 Laufenburger (Henry), Les banques françaises, Paris, Librairie du recueil Sirey, 1940, t. I, p. 113.

3 Andrieu (Claire), La banque sous l’Occupation, paradoxes de l’histoire d’une profession, 1936-1946, Paris, Presses de la FNSP, 1990, première partie.

4 Kuisel (Richard), Le capitalisme et l’État…, op. cit., p. 190 sqq ; Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 425-427.

5 Plessis (Alain) et Lescure (Michel), « Le financement des entreprises en France de la fin du xixe siècle à 1940 », contribution non publiée au colloque Le financement de l’entreprise au fil de l’industrialisation, La Sorbonne-Nanterre, septembre 1993.

6 Bouvier (Jean), « Monnaie et banques d’un après-guerre à l’autre », in Braudel (Fernand) et Labrousse (Ernest), Histoire économique…, op. cit., t. IV, vol. 1-2, p. 697 sqq.

7 Lescure (Michel), « De la concurrence des secteurs bancaires publics et privés dans la France de l’entre-deux-guerres : l’exemple du Crédit national », in États, fiscalités, économies, Actes du cinquième congrès de l’Association Française des historiens économistes, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985, p. 233-243.

8 Loi du 10 octobre 1919 portant fondation du Crédit national, citée in Le Crédit national, Nancy, Berger-Levrault, coll. L’administration nouvelle, 1975, p. 19 [Ouvrage de présentation rédigé par des cadres de l’établissement selon le principe de la collection].

9 Lettre de R. Truptil à W. Baumgartner du 8 décembre 1936, AWB, 1BA19, Dr5.

10 Carte de P. Quesnay à W. Baumgartner du 26 novembre 1936, AWB, 1BA19, Dr5.

11 Lettre de P. Quesnay à Jean Tannery du 9 août 1935, 12 p. dactyl., ACDC, Papiers Tannery.

12 Ibid., p. 5.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 4.

15 Pour une notice biographique de P. Quesnay, cf. Bouvier (Jean), « Quatre décideurs monétaires… », art. cité, p. 27. Cf. aussi, Feiertag (Olivier), « Pierre Quesnay et les réseaux de l’internationalisme monétaire », art. cité.

16 Ansiaux (Maurice), Évolution du crédit et contrôle des banques, rapport au Congrès des économistes de langue française de 1935, Paris, Domat-Montchrétien, 1935, p. 13.

17 Cadier (Gabrielle), « La loi Spinasse », in États, fiscalités, économies, op. cit., p. 181-187.

18 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 248.

19 Andrieu (Claire), La banque sous l’Occupation…, op. cit., p. 41-49.

20 Ibid., p. 62-69.

21 Procès-verbal de l’audition de W. Baumgartner devant la sous-commission de l’organisation du crédit le 19 février 1937, exposé du directeur général du Crédit national et discussion, 35 p. dactyl., ainsi que des notes préparatoires à son exposé, 11 feuillets au crayon, AWB, 1BA24, Dr2.

22 Exposé des motifs de la loi du 10 octobre 1919.

23 Le Crédit national, op. cit., p. 19.

24 Procès-verbal de l’audition de W. Baumgartner, doc. cité, p. 3.

25 Ibid., p. 5.

26 Gueslin (André) et Lescure (Michel), « Les banques publiques, parapubliques et coopératives françaises (vers 1920-vers 1960) », in Les banques en Europe de l’Ouest de 1920 à nos jours, Paris, CHEFF, 1995, p. 45-54.

27 Le Crédit national, op. cit., p. 30-31.

28 Lescure (Michel), « L’État, l’investissement et la petite entreprise : l’expérience des bonifications d’intérêt (1937-1939) », in Fridenson (Patrick) et Straus (André) (dir.), Le capitalisme français, op. cit., p. 231-232.

29 Baubeau (Patrice), Lavit d’Hautefort (Arnaud) et Lescure (Michel), Le Crédit national, histoire publique d’une société privée, Paris, J.-C. Lattès, 1994, p. 53-62.

30 Procès-verbal de l’audition de W. Baumgartner, doc. cité, p. 11.

31 Ibid., p. 6.

32 Ibid., p. 15.

33 Ibid., discussion, p. 1.

34 Ibid., p. 2.

35 Ibid., exposé, p. 16.

36 Ibid., exposé, p. 15.

37 Ibid., discussion, p. 6.

38 Ibid., p. 10.

39 Andrieu (Claire), La banque sous l’Occupation…, op. cit., p. 49-55.

40 Lescure (Michel), « De la concurrence… », art. cité.

41 Déjeuner-débat des Échos du 7 décembre 1956, AWB, 2BA29, Dr6.

42 Lettre de Ch. Schweisguth à W. Baumgartner du 20 janvier 1949, AWB, 2BA1, Dr6.

43 Procès-verbal de l’audition de W. Baumgartner, doc. cité, p. 1 et 8.

44 Ibid., p. 1.

45 Ibid., p. 9.

46 Lescure (Michel), « L’État, l’investissement… », art. cité, p. 233-37.

47 Kuisel (Richard F.), Le capitalisme et l’État…, op. cit., p. 223-225.

48 Priouret (Roger), La Caisse des dépôts…, op. cit., p. 370-375 ; Plessis (Alain), « La Caisse des dépôts et consignations et les banques commerciales des années 1930 aux années 1940 », in Aglan (Alya), Margairaz (Michel) et Verheyde (Philippe) (dir.), La Caisse des dépôts et consignations, la Seconde Guerre mondiale et le xxe siècle, Paris, A. Michel, 2003, p. 69-70.

49 Audition d’Henri Deroy devant la sous-commission d’organisation du crédit le 11 février 1937, 21 p. dactyl., ACDC, p. 12.

50 Ibid., p. 13.

51 Bonin (Hubert), Les banques françaises de l’entre-deux-guerres…, op. cit., t. II, Les banques et les entreprises, p. 127 sqq.

52 Bouvier (Jean), « À propos de la lente histoire du crédit à moyen terme en France, xixe-xxe siècles », art. dactylographié, non publié, novembre 1986, 5 feuillets (une copie nous en a été remise par Alain Plessis).

53 Ibid., p. 1.

54 Lescure (Michel), « De la concurrence… », art. cité, p. 240-241.

55 Berstein (Serge), Histoire du parti radical, Paris, Presses de la FNSP, 1980, t. I, La recherche de l’âge d’or, p. 259-392.

56 Le rôle du gouverneur Fournier dans la mise au point de la procédure du crédit à moyen terme mobilisable a été souligné par Wilfrid Baumgartner lui-même dans la préface qu’il consacra en 1973 à l’hommage collectif qui fut rendu à l’ancien gouverneur. Il souligna entre autres la continuité avec laquelle Fournier, démis de ses fonctions à la Banque en août 1940 et nommé à la tête de la SNCF, se préoccupa, sous l’Occupation, avec Baumgartner toujours, de cette question du crédit à moyen terme. Cf. Pierre Fournier, s.l., s.d. [circa 1973], [Paris], Imprimerie Lecram-Servant, 60 p., BNF, cote 8 Ln27-90771, préface de W. Baumgartner, p. 1-5.

57 Discours du ministre des Finances à la Chambre le 27 décembre 1937, L’Information économique et financière du 28 décembre 1937, ABF, boite 1, dossier « Crédit à moyen terme ».

58 Comptes rendus des réunions à la Banque de France du 8 décembre 1937, 24 décembre 1937 et 24 mai 1938 sur la question du crédit à moyen terme, ACL, dossier 16AH42.

59 Compte-rendu de la réunion du 8 décembre 1937, doc. cité.

60 Compte-rendu de la réunion du 24 mai 1938, doc. cité.

61 Ibid.

62 Rapport au président de la République sur le décret comportant l’extension du crédit à moyen terme aux petits industriels et aux petits commerçants, ABF, boîte 1, dossier crédit à moyen terme.

63 Le Journal du Commerce du 2 juin 1938.

64 Le crédit à moyen terme, note émanant du Crédit national, 3 mai 1938, 22 p. dactyl., Archives du Crédit national (ACN), p. 18.

65 Notes préparatoires au cours de finances publiques de 1938-1939, 16 feuillets manuscrits, AWB, 1BA5, Dr3, leçon inaugurale, p. 6.

66 Ibid., p. 7.

67 Ibid.

68 Ibid., au verso de la p. 6.

69 Lettre de R. Massigli à W. Baumgartner du 31 octobre 1938, AWB, 1BA27, Dr1.

70 Lettre de R. Courtin à W. Baumgartner du 9 octobre 1938, AWB, 1BA27, Dr1.

71 Notes préparatoires au cours de finances publiques de 1938-1939, doc. cité, p. 7 ; La référence à la « Race » depuis 1945 est choquante. Elle était, cependant, d’un usage courant dans l’entre-deux-guerres encore et pas seulement dans les propos des idéologues et des dirigeants des régimes racistes et totalitaires. Cf. Boyce (Robert), Introduction générale au colloque Aristide Briand et L’Europe, Paris, université de la Sorbonne, octobre 2005, à paraître.

72 Ibid., p. 15.

73 Ibid., p. 16.

74 Lescure (Michel), « L’État, l’investissement… », art. cité, p. 236 : selon l’auteur, 40 % des entreprises bénéficiaires de prêts bonifiés accordés par l’intermédiaire du Crédit national en 1939 avaient ainsi directement ou indirectement leurs investissements garantis par des débouchés militaires.

75 Le Crédit national dans ses rapports avec l’État, rapport de la Cour des comptes du 14 juin 1939, Comité supérieur de contrôle, 24 p. dactyl., AWB, 1BA24, Dr2.

76 Frankenstein (Robert), Le prix du réarmement français…, op. cit., p. 201-213.

77 Lescure (Michel), « De la concurrence… », art. cité, p. 241-242.

78 Lettre de W. Baumgartner à A. Bisson du 29 juillet 1939, AWB, 1BA24, Dr2.

79 Note de Gaston Maringe, en réponse au rapport de la Cour des comptes, 29 p. dactyl., avec corrections manuscrites de W. Baumgartner, AWB, 1BA24, Dr2.

80 Ibid., p. 9-10.

81 Paxton (Robert O.), La France de Vichy 1940-1944, Paris, Seuil, 1973, p. 251-254 ; Kuisel (Richard F.), Le capitalisme et l’État…, op. cit., p. 231-234 ; Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 499-506.

82 Lettre de H. Du Moulin de Labarthète à W. Baumgartner du 13 septembre 1939, AWB, 1BA28, Dr3.

83 « L’exil de Royat », Espace groupe, journal interne du Crédit national, n° 4, avril 1993, p. 28.

84 Lettre de G. Maringe à W. Baumgartner du 23 octobre 1939, AWB, 1BA28, Dr3.

85 Selon Emmanuel Beau de Loménie, Wilfrid Baumgartner aurait fait partie, à partir de mars 1940, du cabinet de Paul Reynaud, « comme secrétaire chargé des questions économiques » (Les responsabilités des dynasties bourgeoises…, op. cit., t. V, p. 498). Mais aucune trace de cette éventualité n’a pu être retrouvée.

86 Lettre de G. Maringe à W. Baumgartner du 15 septembre 1939, AWB, 1BA28, Dr3.

87 Lettre de R. Baumgartner à W. Baumgartner du 19 octobre 1939, AWB, 1BA28, Dr1.

88 Lettre de Jacques Georges-Picot à W. Baumgartner du 30 janvier 1940, AWB, 1BA28, Dr3.

89 Lettre de W. Baumgartner à Jean Coutrot du 29 décembre 1939, AWB, 1BA25, Dr2. Sur le COST et son président à cette date, cf. Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 487 ; Dard (Olivier), Jean Coutrot, de l’ingénieur au prophète, Besançon, Presse universitaires franc-comtoises, 1999, p. 385-400.

90 Reynaud (Paul), Carnets de captivité, 1941-1945, Paris, Fayard, 1997, p. 153 [Nous remercions Jean-Noël Jeanneney de nous avoir très aimablement communiqué, dès avant sa publication, cet extrait du journal de Reynaud].

91 Krakovitch (Raymond), Paul Reynaud dans la tragédie de l’histoire, Paris, Tallandier, 1998, p. 168.

92 Lettre d’Henry Bizot à W. Baumgartner du 29 décembre 1939, AWB, 1BA28, Dr3.

93 Paxton (Robert O.), La France de Vichy, op. cit., p. 169.

94 Kuisel (Richard F.), Ernest Mercier…, op. cit., p. 14 ; Rochebrune (Renaud de) et Hazera (Jean-Claude), Les patrons sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1995, p. 409-411.

95 Cf. témoignages d’Henri Deroy et d’Olivier Moreau-Néret au colloque Le Gouvernement de Vichy (1940-1942), Paris, A. Colin, 1972, p. 100 et 109.

96 Note justificative des activités d’Olivier Moreau-Néret pendant l’Occupation, 14 p. dactyl., incomplètes, rédigée au moment où R. Pleven était ministre des Finances, papiers Moreau-Néret, CHEFF.

97 Lettre de Jean Du Buit à W. Baumgartner du 28 juillet 1940, AWB, 1BA27, Dr1.

98 Hommage de W. Baumgartner à H. Deroy, doc. cité, p. 2.

99 La nouvelle mission du Crédit national aux lendemains de la campagne de 1939-1940, note de Wilfrid Baumgartner du 10 septembre 1940, 15 p. dactyl., AWB, 1BA24, Dr3, p. 1.

100 Lettre de W. Baumgartner à Dominique Boyer [septembre 1940], papiers privés D. Boyer qui nous a obligeamment indiqué l’existence de cette lettre.

101 Extrait du procès-verbal de la séance du conseil général du 6 mars 1941, ABF, boîte 7e H193, dossier « Crédit national ».

102 Laufenburger (Henry), « Quelques aspects de la reprise allemande, méthodes et résultats », Travaux du Congrès des économistes de langue française, Paris, Domat-Montchrétien, 1938.

103 Nogaro (Bertrand), « Nouvelles méthodes de financement : l’expérience allemande », Revue politique et parlementaire, t. CLXXIV, janvier-mars 1938, p. 217.

104 Ibid., p. 221.

105 Legeu (François), Économie et finances nouvelles, conférence d’information de l’École libre des sciences politiques, 18 mars 1941, s.l., 24 p. ; Mouchotte (Daniel-Joseph), Problèmes français de crédit et de financement, thèse pour le doctorat en droit, sous la direction de Louis Baudin, 9 décembre 1941, Paris, LGDJ, 1941.

106 Pose (Alfred), Philosophie du pouvoir, Paris, PUF, 1948, p. 2.

107 Carré de Malberg (Nathalie), Entretiens avec Roger Goetze…, op. cit., p. 114, n. 42. Alfred Pose était né en 1899 à Orthez. Diplômé d’HEC puis reçu à l’agrégation de droit, il enseigna d’abord comme professeur d’économie politique à l’université de Caen avant d’entrer comme directeur général adjoint à la Société générale alsacienne de banque en 1930. En 1932, il devient le directeur général de la BNCI, à la direction de laquelle il devait demeurer jusqu’en 1951.

108 Pose (Alfred), La monnaie et ses institutions, op. cit., t. II, p. 813.

109 Ibid., p. 811.

110 Ibid.

111 Legeu (François), op. cit., p. 13. François Legeu (né en 1898 à Paris) était diplômé de l’École libre des sciences politiques. Sa carrière fut celle d’un économiste en chambre, chroniqueur occasionnel du Figaro.

112 Ibid., p. 7-8.

113 Ibid., p. 17-18.

114 Ibid., p. 14.

115 Laufenburger (Henry), La réorganisation économique et sociale de l’Allemagne, Service savoir, P. W. Whitcomb, 10, rue Greffulhe, Paris, VIIIe, étude n° 53, 15 décembre 1940, 46 p. dactyl., Bibliothèque de droit et de sciences économiques de la rue Cujas, Grande réserve, n° 1852.

116 Ibid., p. 17.

117 Centre d’information interprofessionnel, L’organisation économique actuelle, conférences d’information organisées en juillet-août 1941, s. l., 1941, p. 3 [Bibliothèque de droit et de sciences économiques de la rue Cujas, cote 51 594].

118 Laufenbuger (Henry), « Le financement de l’économie française aujourd’hui », conférence prononcée le 7 août 1941 à l’École supérieure d’organisation professionnelle, in Centre d’information interprofessionnel, L’organisation économique, op. cit., p. 96.

119 Ibid., p. 99.

120 Ibid., p. 98.

121 Ibid., p. 106.

122 Laufenburger (Henry), Finances publiques et affaires privées, cours professé à l’École d’organisation professionnelle, Paris, PUF, 1943, p. 257.

123 Lettres de François Legeu à Baumgartner du 9 avril 1941 et du 10 décembre 1941 (AWB, 1BA26, Dr1) ; Lettre de Baumgartner à Laufenburger du 1er juin 1942 pour l’envoi d’un livre (AWBn 1BA26, Dr2). En outre les deux hommes figurent également parmi les correspondants, pas si nombreux, qui écrivirent à Wilfrid Baumgartner à son retour de captivité (cartes de bienvenue de Laufenburger du 11 mai 1945 et de Legeu du 11 mai 1945, AWB, 1BA30, Dr2).

124 La nouvelle mission du Crédit national aux lendemains de la campagne de 1939-1940, note citée, p. 3.

125 Allocution de Wilfrid Baumgartner devant le conseil d’administration du Crédit national le 24 juin 1941, ABF, boîte 7e H 193, « Crédit national ».

126 Ibid.

127 Léglise (Paul), Histoire de la politique du cinéma français, Paris, Éd. Pierre Lherminier, t. II, Entre deux Républiques, 1940-1946, p. 30 sqq.

128 Lettre de W. Baumgartner à Louis de Marcheville du 20 décembre 1940, AWB, 1BA25, Dr1.

129 Lettre de Pierre de Montfajon à W. Baumgartner du 6 juillet 1941, AWB, 1BA25, Dr1.

130 Le Crédit national, op. cit., p. 56-57.

131 Exposé de W. Baumgartner le 16 décembre 1941 dans le cadre de la préparation au concours de l’inspection des Finances et à la Cour des comptes, 4e conférence, 12 p. dactyl., papiers privés D. Boyer, p. 6 (une copie intégrale de ce document m’a été remise par Dominique Boyer, qui compta au nombre des participants de cette séance de préparation).

132 Rapport aux actionnaires du Crédit national remis lors de l’assemblée générale du 30 juin 1942, Paris, Imprimerie et Librairie centrale des chemins de fer, 1942, p. 16.

133 Quelques réflexions au sujet des améliorations à apporter au crédit à moyen terme, note de Wilfrid Baumgartner, [8 octobre 1941], 3 p. dactyl. et brouillon au crayon de la main de Baumgartner daté du 8 octobre 1941, AWB, 1BA24, Dr3.

134 Ibid., p. 1.

135 Ibid.

136 Ibid., p. 2.

137 Ibid., p. 3.

138 Exposé de W. Baumgartner le 16 décembre 1941 dans le cadre de la préparation au concours de l’inspection des Finances, doc. cité, p. 7.

139 Ibid., p. 8.

140 Mioche (Philippe), Le plan Monnet, genèse et élaboration, 1941-1947, Paris, Publications de la Sorbonne, 1987, p. 19-24.

141 Lettre de W. Baumgartner à Henri Deroy du 24 mars 1942, AWB, 1BA24, Dr5.

142 ACDC, Lettre de Le Norcy à Deroy du 15 septembre 1942 et Arrêté du 14 septembre 1942 signé par Pierre Cathala.

143 ACDC, PV de la première réunion du comité financier de la DGEN en date du 17 septembre 1942, p. 1.

144 Ibid., p. 2.

145 ACDC, PV de la huitième réunion du comité financier de la DGEN en date du 5 janvier 1943, p. 2.

146 Lettre de J. Corréard à W. Baumgartner du 15 janvier 1941, AWB, 1BA25, Dr1. Sur le personnage atypique de Corréard, plus connu sous le pseudonyme de Probus, cf. Thuillier (Guy), Bureaucratie et bureaucrates en France au xixe siècle, Genève, Droz, 1980, p. 415.

147 Lettre de W. Baumgartner à J. Corréard du 10 février 1941, AWB, 1BA24, Dr1.

148 Bloch-Lainé (François) et Gruson (Claude), Hauts fonctionnaires sous l’Occupation, Paris, Odile Jacob, 1996.

149 Ibid., p. 96-97.

150 Ibid., p. 123.

151 Ibid., p. 174-175. Ce jugement nous avait déjà été exprimé oralement par François Bloch-Lainé lorsqu’il nous avait accordé un entretien le 17 janvier 1994.

152 Cette démarche a ainsi été appliquée par Alya Aglan à François Bloch-Lainé lui-même et à l’analyse de sa résistance sous l’Occupation. Cf. Aglan (Alya), « Un fonctionnaire résistant », in Margairaz (Michel) (dir.), François Bloch-Lainé, fonctionnaire, financier, citoyen, actes de la journée d’études du 25 février 2003, CHEFF, Paris 2005, p. 1-17.

153 La source principale sur cet épisode est constituée par le journal tenu par Guy de Carmoy d’août 1943 à la Libération : Otages à Plansee (Tyrol), journal de captivité, 1943-1945, 324 p. dactyl., inédit. Un exemplaire du journal nous a été fort utilement prêté par l’auteur qui nous a également accordé un entretien le 5 novembre 1991. En outre, Pierre de Calan et Jacques Brunet ont témoigné en 1989 sur cet épisode dans le cadre des entretiens réalisés par le CHEFF (AO du CHEFF).

154 Carnets du pasteur Boegner 1940-1945, présentés et annotés par Philippe Boegner, Paris, Fayard, 1992, p. 258.

155 Kuisel (Richard F.), Ernest Mercier…, op. cit., p. 150.

156 Rist (Charles), Une saison gâtée, journal de la Guerre et de l’Occupation, 1939-1945, établi, présenté et annoté par Jean-Noël Jeanneney, Paris, Fayard, 1983, p. 349.

157 Mais pas Baumgartner contrairement à ce qu’écrit Marc-Olivier Baruch (in Servir l’État français. L’administration en France de 1940 à 1944, Paris, Fayard, 1997, p. 573).

158 Carmoy (Guy de), Journal…, op. cit., p. 11.

159 Carmoy (Guy de), Journal…, op. cit., p. 77-78.

160 Ibid.

161 Ibid., p. 137.

162 Ibid., p. 47.

163 Ibid., p. 190.

164 Ibid., p. 207.

165 Le Figaro du 3 mai 1945.

166 Cf. Carré de Malberg (Nathalie), « Entre l’État et l’entreprise : les inspecteurs des Finances d’une guerre à l’autre, recrutement, carrières et filières d’accès à la direction des Finances publiques et privées », thèse de doctorat d’histoire, université de Paris X-Nanterre, 2001, t. I, p. 384.

167 Der Beauftragte des Chefs der SIPO u. SD à Militärverwaltung (V Kult), note datée du 18 octobre 1940, AN, AJ 40/566, citée par Thalmann (Rita), La mise au pas, idéologie et stratégie sécuritaire dans la France occupée, Paris, Fayard, 1991, p. 103.

168 Vidal-Naquet (Pierre), Mémoires, t. I, La brisure et l’attente, 1930-1955, Paris, Éditions du Seuil, La Découverte, 1995, p. 40. Nous remercions Denis Rousset de nous avoir indiqué cette référence.

169 Déclaration sur l’honneur de non-appartenance à des associations secrètes, 24 octobre 1940, 1BA24, Dr3.

170 Lettre circulaire de P. Labarre, directeur du Personnel, du Matériel et du Contentieux au ministère des Finances du 28 décembre 1940 et réponse de W. Baumgartner du 31 décembre 1940, AWB 1BA24, Dr3.

171 Lettre circulaire de P. Labarre, directeur du Personnel, du Matériel et du Contentieux au ministère des Finances du 25 août 1941 et réponse de W. Baumgartner du 26 août 1941, AWB 1BA24, Dr3.

172 Lettre de P. Labarre à Wilfrid Baumgartner du 5 août 1942, AWB, 1BA24, Dr3.

173 Carte de H. du Moulin de Labarthète à W. Baumgartner du 11 décembre 1941, AWB, 1BA27, Dr1. Il est notable que dans ses souvenirs de la période, H. du Moulin ne cite pas une fois le nom du président du Crédit national. Cf H. du Moulin de Labarthète, Le temps des illusions, souvenirs, (Juillet 1940-Avril 1942), Genève, les éditions du cheval ailé, 1946.

174 Ibid., p. 16.

175 Notes préparatoires au cours de finances publiques de 1942-1943, 4 feuillets au crayon, AWB, 1BA5, Dr3.

176 Ibid., p. 4.

177 Bellescize (Diane de), Le Comité Général d’Études de la Résistance, thèse de droit, Paris II, 1974, 2 vol., 824 p. dactyl. p. 130 sqq. Sur Parodi-Quartus, cf. p. 144-145. La thèse a été partiellement publiée sous le titre : Les Neuf Sages de la Résistance, Paris, Plon, 1979. Cf. aussi : Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 723-735.

178 Teitgen (Pierre-Henri), « Faites entrer le témoin suivant », 1940-1958, de la Résistance à la Ve République, s. l., Ouest-France, 1988, p. 52.

179 Note de Mr W. Baumgartner pour le jury d’honneur du ministère des Finances, [juin 1945], 1 p. dactyl. (version définitive), AWB, 1BA30, Dr1.

180 Notice justificative de R. Truptil jointe à la Lettre de R. Truptil à W. Baumgartner [juin 1945], AWB, 1BA34, Dr5.

181 Rueff (Jacques), De l’aube au crépuscule…, op. cit., p. 171-172.

182 Entretien du 17 janvier 1994 avec l’auteur.

183 Notice nécrologique de Roger Seydoux due à Jean Lacouture, Le Monde du 12 juillet 1985.

184 Carmoy (Guy de), Otages à Plansee…, op. cit., p. 6.

185 Message de F. de Brinon à Laval du 11 août 1943 à 16 H 30, AN, 72AJ 1927. Cette référence nous a été fort obligeamment communiquée par Jean-Claude Hazera dans le cadre des recherches qu’il menait alors sur Jules Mény, le patron de la Compagnie française des pétroles. Arrêté le même jour que Baumgartner, dont il était proche par Mercier, Mény fut également interné à Plansee, mais repris à la suite d’une tentative d’évasion, il fut d’abord déporté à Buchenwald avant d’être exécuté le 22 avril 1945 au cours de l’évacuation du camp à marche forcée. Cf. Rochebrune (Renaud de) et Hazera (Jean-Claude), Les patrons sous l’Occupation, op. cit., p. 424-428.

186 Courtin (René), De la clandestinité au pouvoir, journal de la Libération de Paris, publié par Pierre Bolle, Paris, Les éditions de Paris, 1994. Courtin y note ainsi, à la date du 4 septembre 1944 : « On a offert la Banque de France à Monick […]. Il n’y a pas de candidat possible. Baumgartner est absent et paraît hors jeu comme représentant des deux cent familles » (p. 63-64).

187 Baruch (Marc-Olivier), Servir l’État français…, op. cit. ; Baruch (Marc-Olivier) et Duclerc (Vincent) (dir.), Serviteurs de l’État. Une histoire politique de l’administration française, 1875-1945, Paris, La Découverte, 2000.

188 Aglan (Alya), « Christian Pineau et Jean Moulin : entre raison politique et raison d’État », in Jean Moulin devant l’Histoire, Paris, Flammarion, 2000.

189 Margairaz (Michel), « La Banque de France et l’occupation », in Margairaz (Michel) (dir.), Banques, Banque de France et Seconde Guerre mondiale, Paris, A. Michel, 2002, p. 37-84.

190 Ibid., p. 59-60.

191 Archives nationales, F37/38, papiers Jacques Barnaud, note de Bourbon-Busset, secrétaire de la délégation générale aux Relations économiques franco-allemandes, sur la réunion du 27 août 1942, 2 feuillets dactyl. cf. Verheyde (Philippe), Les mauvais comptes de Vichy, l’aryanisation des entreprises juives, Paris, Perrin, 1999, p. 99 ; Lacroix-Riz (Annie), Industriels et banquiers sous l’Occupation, la collaboration économique avec le Reich et Vichy, Paris, Armand Colin, 1999, p. 411-412.

192 Verheyde (Philippe), Les mauvais comptes…, op. cit., p. 93-94.

193 Ibid., p. 95-103. Cf. aussi Lacroix-Riz (Annie), Industriels et banquiers…, op. cit., p. 411-414.

194 Cité par Verheyde (Philippe), op. cit., p. 96 [souligné par nous].

195 AN, F37/38, Note de Bourbon-Busset, doc. cité, p. 1.

196 Ibid., p. 2.

197 Verheyde (Philippe), op. cit., p. 96.

198 Aglan (Alya), « La Caisse des dépôts et consignations est-elle un rouage neutre de la spoliation des juifs sous l’Occupation ? », in Aglan (Alya) et alii, La Caisse des dépôts et consignation, la Seconde Guerre mondiale…, op. cit., p. 403-404.

199 Margairaz (Michel), « La Caisse des dépôts, les spoliations et la collaboration d’État, une articulation complexe », in Aglan (Alya) et alii, La Caisse des dépôts et consignation, la Seconde Guerre mondiale…, op. cit., p. 462-463.

200 Cf. supra, p. 250-252.

201 Bloch Lainé (François) et Margairaz (Michel), « Dialogue autour d’une thèse », Travaux et recherches, bulletin de l’IHES, n° 19, 1989, p. 1-17 ; Bloch-Lainé (François) et Gruson (Claude), Hauts fonctionnaires…, op. cit., p. 4-17.

202 Nous avions formulé cette interrogation à l’occasion de notre contribution orale au colloque organisé en novembre 2001 sur l’histoire de la Caisse des dépôts et consignations pendant la Seconde Guerre mondiale. Les termes mêmes de cette interrogation ont été fort bien repris par Michel Margairaz dans la conclusion générale qu’il a donnée à la publication des actes de ce colloque in Aglan (Alya) et alii, La Caisse des dépôts et consignation, la Seconde Guerre mondiale…, op. cit., p. 615.

Table des illustrations

Titre Figure n° 11 Évolution de l’encours des prêts du Crédit national aux entreprises du 31 décembre 1920 au 31 décembre 1939 (en millions de francs courants, échelle semi-logarithmique)
Crédits Source : Rapport annuel de l’Assemblée générale des actionnaires (1920-1939), cité par Teneul (Georges-François), Contribution à l’histoire du financement des entreprises en France depuis la fin du xixe siècle, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1960, p. 45.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1029/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search