Version classiqueVersion mobile

Wilfrid Baumgartner

 | 
Olivier Feiertag

Première partie. À l'école du trésor (1902-1936)

Chapitre II. Au Mouvement général des fonds : crise de l’État et politique de la dette publique (janvier 1931-janvier 1934)

Texte intégral

  • 1 Cette approche était déjà centrale pour Jackson (Julian), The Politics of Depression in France, 193 (...)
  • 2 Cette problématique, parmi les plus fécondes de l’histoire économique du xxe siècle et jusqu’à nos (...)
  • 3 Carré de Malberg (Nathalie), « Les inspecteurs des Finances et la défense du franc (1934- 1935) », (...)

1Dans les premiers jours de 1931, Wilfrid Baumgartner prenait ses fonctions comme sous directeur d’administration centrale au ministère des Finances, attaché à la direction du Mouvement général des fonds. C’était l’amorce d’une brillante ascension dans le cursus honorum du plus prestigieux département des Finances. Cette même année 1931, la crise économique mondiale partie en 1929 des États-Unis atteignait manifestement la France : le budget de l’État renouait avec les déficits, la Bourse et le système bancaire étaient ébranlés par une série de faillites retentissantes et en septembre, la dévaluation de la livre sterling portait un coup mortel au système monétaire international fondé sur le Gold Exchange Standard. Étonnante conjonction d’une réussite individuelle et d’une crise collective ! Elle contient tout le problème historique de la carrière de Wilfrid Baumgartner au Trésor : quelle fut la perception par les responsables des finances publiques de la dépression économique où s’est enlisée la France jusqu’en 1938 au moins ? Et, partant, quelle part de responsabilité leur revient dans sa prolongation, voire dans son aggravation ? Ces questions sont au cœur des nombreux travaux déjà consacrés, en France comme à l’étranger, à l’histoire de la grande dépression des années 19301. Plus qu’au problème de la responsabilité des hommes – c’est-à-dire le plus souvent de leur irresponsabilité supposée devant la gravité des événements –, la problématique principale est bien ici celle des conditions de possibilité de toute politique économique2. Vaste enjeu qui dépasse et de loin l’optique seulement biographique et nécessite de passer de la considération de l’individu à l’étude du groupe, comme l’a tenté de manière très éclairante Nathalie Carré de Malberg, envisageant le groupe des inspecteurs des Finances face à la défense du franc en 1934-19353. Passant de la sorte de l’individu au groupe, c’est sur l’État, qu’en dernière analyse, on pourra espérer jeter quelque lumière au moment où la crise des finances publiques traduit aussi ce que, de bords opposés, on désigne alors comme la « crise de l’État ».

2La place de la direction du Mouvement général des fonds au sein du ministère des Finances et plus généralement au sein de l’État en ces années de crise économique et financière mérite donc d’être examinée plus avant ; c’est poser la question de ses attributions et de ses pouvoirs, aussi bien vis-à-vis des ministres, tous radicaux ou modérés, qui se sont succédé dans la période, que face au Parlement où il arriva maintes fois à Baumgartner de siéger, au banc du gouvernement ou à la table des deux commissions des Finances : où passa alors, dans son cas, la limite entre l’action honorable du technicien et l’influence décriée du technocrate ?

  • 4 Baumgartner (Wilfrid), Finances publiques, Cours de l’École libre des sciences politiques, 1942-194 (...)

3Mais les relations entre la haute fonction publique et le pouvoir exécutif d’une part, législatif d’autre part, fournissent aussi un champ privilégié à l’étude du décalage possible entre le discours et l’action, l’expertise et les pratiques d’un haut fonctionnaire du Trésor : de quelle façon fut ainsi réalisé l’ajustement, toujours réclamé et au bout du compte toujours atteint, des charges et des ressources de la trésorerie de l’État, dans une période où la crise alourdissait les unes et amenuisait les autres ? Surtout, en amont, quelle analyse financière, économique, politique ou même sociale a présidé à la mise en œuvre de telle solution technique plutôt que telle autre : la conversion des rentes en 1932, les différentes émissions publiques de 1933 et 1934 ou le recours, au contraire, aux marchés financiers étrangers en 1933 ? À travers ces différentes questions, on pourra tenter de saisir de quelle manière, aussi, les évolutions à la fois quantitatives et qualitatives de la dette publique ont progressivement transformé, au cours des années 1930, la notion même de politique de la dette de l’État. Comme pouvait l’expliquer à l’issue de la décennie Baumgartner à son auditoire de l’École libre des sciences politiques, « la nécessité d’une politique de gestion de la dette publique ressort de l’influence que cette dette exerce sur la vie économique et financière d’un pays, influence qui résulte d’abord de son poids, ensuite de sa composition »4.

4Tenter d’éclairer, à travers les réflexions de son premier responsable, les motivations de la politique financière préparée au sein de l’administration du Trésor entre 1931 et 1934, n’est-ce pas donc examiner, en dernière analyse, quelle fut, entre aveuglement ou incompétence supposés et reprochés après coup, la vision de la crise économique et de ses éventuels remèdes effectivement adoptés par les techniciens arrivés aux leviers de commande alors que la conjoncture devenait mauvaise ? Quelle doctrine présida par exemple, dans la période, aux différentes formes d’intervention du Trésor dans l’économie, notamment sous la forme des sociétés d’économie mixte ? Quelle analyse fut développée au sein du Mouvement des fonds, auquel revenait statutairement la tutelle du marché financier, de la chute des investissements en relation avec l’atonie des placements privés de capitaux, à un moment où les émissions d’État dominaient les marchés de l’argent ?

5C’est tout l’intérêt de la carrière de Wilfrid Baumgartner au Mouvement des fonds, au moment de la grande dépression des années 1930, de fournir comme un cas d’école à l’appréciation délicate de la capacité d’intervention de l’État au sein d’un système financier dont il était devenu à la fois le principal intervenant et la tutelle toute puissante. En d’autres termes, on devra se demander ici, si au cours des années 1930, l’État – acteurs, institutions, modes d’intervention et de contrôle – ne s’est pas tout simplement confondu avec un certain état du système financier français.

LE TRÉSOR, « UNE ENTITÉ ASSEZ FICTIVE »

  • 5 Décret du 27 septembre 1930, ministère des Finances, AWB, 1BA10, Dr1.
  • 6 Rapporté par Wilfrid Baumgartner, La littérature et la vie, doc. cité, p. 9 et par Reynaud (Paul), (...)
  • 7 « La gestion des deniers publics », Cours de finances publiques de Wilfrid Baumgartner, version de (...)
  • 8 Ibid., correction ultérieure que l’on peut dater de 1933-1934.
  • 9 Bloch-Lainé (François) et Vogüé (Pierre de), Le Trésor public et le Mouvement général des fonds, Pa (...)

6Wilfrid Baumgartner n’avait pas vingt-neuf ans lorsque Paul Reynaud et Germain-Martin, respectivement ministres des Finances et du Budget, signèrent le décret le nommant, dès septembre 1930, sous-directeur au Trésor5. Sennep fit paraître alors une caricature représentant un huissier à chaîne entrant dans le bureau du ministre, un nourrisson en pleurs sous le bras et lui expliquant, paternel, que la cause des larmes était bénigne, que le sous-directeur du Mouvement des fonds s’était simplement encore oublié6. Révélateur de l’esprit du temps, le dessin, resté fameux, prouve en tout cas que les nominations précoces à des postes de responsabilité dans l’administration apparaissaient alors comme une nouveauté digne d’être relevée et brocardée. La direction du Mouvement général des fonds où Wilfrid Baumgartner prit, à partir des premiers jours de 1931, ses fonctions comme sous-directeur, avant d’en être nommé directeur adjoint en janvier 1934 puis directeur un an plus tard, apparaissait alors à bien des égards en effet comme l’administration la plus renommée du ministère des Finances. Cette importance semble à première vue paradoxale, si l’on veut bien admettre, comme l’expliquait à la rentrée de 1932 Baumgartner à ses élèves des Sciences politiques, que « le Trésor [était] une entité assez fictive »7. Dès l’année suivante pourtant, il jugea bon de modifier cette première appréciation et le Trésor devint sous sa plume « une entité multiple »8. Ce glissement de sens illustre l’élargissement progressif des attributions de la direction du Mouvement des fonds et la conscience que Baumgartner lui-même progressivement en acquit. Le cours de finances publiques qu’il prononça à l’École libre des sciences politiques, chaque année entre 1932 et jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, fournit ainsi de l’évolution de sa propre conception de la politique financière, de ses moyens et de ses objectifs, un tableau d’autant plus sincère que les papiers ont conservé les notes manuscrites préparatoires aux leçons qui restituent autrement mieux que les versions polycopiées du cours les évolutions de sa pensée. La place et le rôle de la direction du Trésor, son « ambiguïté » aussi, pour reprendre le mot souvent cité de François Bloch-Lainé9, autre directeur renommé du Trésor mais, lui, du deuxième après-guerre, y apparaissent avec clarté.

  • 10 Cf. Carré de Malberg (Nathalie), « La naissance de la direction du Budget et du Contrôle financier (...)

7Au sein du ministère des Finances, la direction du Mouvement des fonds en étroite liaison avec la direction du Budget de création beaucoup plus récente10, était de fait présentée dans le cours déjà réputé brillant du jeune sous-directeur comme la tête pensante de l’énorme administration des Finances :

  • 11 « La gestion des deniers publics », cours cité, leçon d’introduction, p. 3.

« Pour Barrès, il y a des lieux où souffle l’esprit. Le ministère semble plutôt un lieu où se répand la matière. Avec ses vingt kilomètres de couloirs et ses quarante kilomètres de bureaux, il semble évoquer l’aspect si souvent raillé de nos administrations : la lenteur, la poussière, les paperasses, les complications. »11

8Mais, invitant ses auditeurs à aller au-delà des apparences et cultivant l’art du renversement rhétorique, Baumgartner insistait aussitôt sur l’esprit puissant qui, selon lui, animait la moindre parcelle du « plus grand département ministériel français » :

  • 12 Ibid.

« Car les finances de l’État commandent toutes ses autres activités. Toutes les affaires importantes qui touchent la vie de la nation passent par les bureaux de la rue de Rivoli. Gouverner, c’est dépenser et par conséquent gouverner, c’est percevoir. »12

  • 13 Ibid., p. 6.
  • 14 Ibid., p. 7.
  • 15 Ibid., deuxième partie, Le Trésor, p. 1.

9Cette conception étonnamment vaste des finances publiques préparait dans son esprit la description des deux services chargés de la direction de la politique financière du ministère : la direction du Budget et la direction du Mouvement général des fonds, les autres services, comme la direction de la Dette inscrite ou la direction de la Comptabilité publique, soit selon ses estimations à peu près 90 % des effectifs du ministère, étant cantonnés dans des « tâches d’exécution »13. Les compétences de la direction du Budget se laissaient, selon lui, facilement décrire : c’était « le stade préalable et prévisionnel »14. Entre le Budget et le Trésor, dont Baumgartner regrettait la séparation administrative que le baron Louis, rappelait-il, avait un temps si opportunément abolie, il convenait qu’il y avait à la fois « opposition et interdépendance » : « Tant vaut le Budget et tant vaut le Trésor »15. Mais la définition du Trésor, admettait-il, était plus difficile. Il en proposait donc une approche purement pratique :

  • 16 Ibid.

« Le Trésor, c’est [...] le grand réservoir des ressources non pas théoriques mais matérielles.[...] La Trésorerie, c’est le service qui gère le Trésor, qui s’efforce de prévoir ses fluctuations, [...] qui procède à l’ajustement effectif des recettes aux dépenses, c’est-à-dire qui veille à ce que la caisse qu’alimentent les recettes et sur laquelle on prélève les dépenses ne soit jamais dégarnie. [...] C’est dire que la Trésorerie ne consiste pas seulement en une tâche matérielle, elle exige des missions et de la prévoyance, en un mot, une politique. »16

  • 17 Ibid., leçon d’introduction, p. 8.
  • 18 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. I, p. 11.
  • 19 « La gestion des deniers publics », cours cité, leçon d’introduction, p. 4.

10Les impératifs de cette politique, poursuivait-il, conduisaient le Trésor à « s’occuper du marché monétaire, à contrôler le marché financier, à diriger les émissions et la gestion de la dette publique, à suivre les problèmes monétaires et les relations financières internationales »17. La liste de ses attributions ainsi établie par Wilfrid Baumgartner lui-même traçait les contours de la place stratégique du Trésor, lieu d’ajustement par excellence, qui, comme l’écrit Michel Margairaz, constitue pour l’historien « le meilleur poste d’observation des enjeux, contraintes et effets de relations complexes qui se tissent entre l’État et l’Économie »18. Et le vaste champ de compétences ainsi défini soulignait assez quelle influence pouvaient exercer les analyses des fonctionnaires du Mouvement des fonds sur les décisions finales du ministre. Le rôle de grand commis à la trésorerie de l’État qui fut celui de Wilfrid Baumgartner dans toute cette période pose donc avec une particulière acuité le problème de ses rapports avec le ministre et, au-delà, de sa perception des pouvoirs du Parlement dans le domaine de la politique financière de l’État. Devant ses étudiants des Sciences politiques, il évoquait ainsi la place particulière des fonctionnaires du Trésor qui, à l’en croire, formaient dans « l’entourage immédiat du ministre [...] une sorte d’état-major, comme tel assez peu nombreux », et composé pour l’essentiel d’inspecteurs des Finances qui, rappelait-il citant le mot attribué à Villèle, étaient « les yeux et les bras du ministre dans toutes sortes de circonstances »19.

LE TECHNICIEN ET LE MINISTRE DES FINANCES

11De 1931 à 1935, trois ministres principalement se succédèrent rue de Rivoli : Pierre-Étienne Flandin, député conservateur de l’Yonne, ministre des Finances dans les cabinets Laval puis Tardieu en 1931-1932 ; Georges Bonnet, radical du Sud-Ouest et principal ministre des Finances du second Cartel des gauches tout au long de 1933 ; Germain-Martin enfin qui avait été, on l’a vu, un des professeurs de droit de Wilfrid Baumgartner, par ailleurs député de l’Hérault depuis 1928, sous l’étiquette de la gauche radicale et ministre deux fois, à la fin de 1932 et de nouveau à partir de 1934. La proximité du ministre et de ses fonctionnaires du Trésor était grande. La note de trésorerie aux règles de rédaction et au style très codifiés, dont Baumgartner s’affirma rapidement un orfèvre durant toute cette période, était une des formes de la liaison permanente entre le ministre et ses fonctionnaires du Trésor. Mais cette proximité était en fait quotidienne : elle se laisse particulièrement bien percevoir dans le face-à-face qui opposait alors le ministre flanqué de ses techniciens aux commissions parlementaires des Finances. Wilfrid Baumgartner qui siégea de la sorte plus d’une fois dans ces enceintes, décrivait les « rudes guerres » livrées au palais Bourbon et secondairement au palais du Luxembourg. Il exprima sans détour son opinion sur les pouvoirs des assemblées à l’occasion de son cours de la rentrée de 1932, deux ans avant le 6 février 1934, et au lendemain immédiat des débats houleux provoqués en commission par la volonté du néo-Cartel, qui venait d’être élu, de réviser à la baisse un budget que, dans l’opposition, il avait combattu :

  • 20 Ibid., p. 11-12.

« Il suffit d’évoquer le souvenir [...] de ces dernières semaines pour mesurer à quel point l’intervention des Commissions est accusée. [...] Que faut-il penser de ces méthodes ? [...] En agissant ainsi la Commission sort de son rôle : elle ne prépare plus la discussion du budget, elle refait la préparation du budget [...]. Il y a donc là une déviation de nos institutions contre laquelle il appartient au Gouvernement de réagir. »20

12Le jeune haut fonctionnaire condamnait donc sans hésitation ce qu’il percevait comme des entraves apportées par les parlementaires à la mise en œuvre des solutions techniques jugées les plus adaptées et ne cachait pas ses préférences pour un pouvoir exécutif capable de les imposer :

  • 21 Ibid.

« Ici, comme toujours, question d’autorité. Avec des gouvernements forts, les commissions sont relativement dociles. Avec des gouvernements faibles, elles sont déchaînées et toute politique financière devient à peu près impossible. »21

  • 22 Les papiers du haut fonctionnaire, tels qu’ils ont été transmis, ne contiennent aucun élément qui p (...)

13Expression d’un état d’esprit largement répandu dans une période qui aboutit aux affrontements du 6 février 1934, cette condamnation des pouvoirs parlementaires jugés excessifs ne signifie pas nécessairement que Wilfrid Baumgartner, à cette date, ait développé une opinion antidémocratique. Mais elle participait assurément de tout un courant de pensée qui autour d’X-Crise ou des Nouveaux Cahiers, fondés à cette même époque, pénétra, dans une proportion qui demanderait toutefois à être précisée, les milieux de la haute fonction publique. La participation de Wilfrid Baumgartner lui-même aux milieux « des relèves des années 1930 » n’est pas clairement attestée22.

  • 23 C’est la définition donnée par Jean Meynaud, La technocratie…, op. cit., p. 16. Cf. aussi : Siwek-P (...)
  • 24 Bonnet (Georges), Vingt ans de vie politique, 1918-1938, de Clemenceau à Daladier, Paris, Fayard, 1 (...)

14Ce point est important. Il donne à penser que pour le haut fonctionnaire des Finances, les solutions à la crise que traversait la France n’impliquaient pas nécessairement une rupture avec le régime existant. Il reste que les sentiments de méfiance, voire de franche hostilité, inspirés au jeune sous-directeur du Mouvement des fonds par les pouvoirs d’obstruction dévolus aux commissions parlementaires participèrent assurément d’une sensibilité de nature technocratique. Aboutit-elle pour autant à ce dessaisissement de l’homme politique au profit du technicien qui caractérise stricto sensu un pouvoir technocratique23 ? La proximité du ministre et de ses hauts fonctionnaires était de fait bien réelle. Elle se concrétisait notamment à l’occasion des longues séances de joutes verbale avec les parlementaires. Georges Bonnet témoignait ainsi des « bons moments » passés en 1933-1934 avec ces jeunes gens, Wilfrid Baumgartner mais aussi Érik Haguenin et Jacques Rueff qui formaient comme sa garde rapprochée au sortir du « champ de bataille parlementaire »24 :

  • 25 Ibid., p. 183.

« Ce supplice se terminait vers deux ou trois heures du matin : c’était le bon moment ; j’emmenais toute cette équipe de fidèles et brillants collaborateurs manger des huîtres et boire du vin blanc dans un des cafés encore ouverts. Nous étions jeunes et gais. Nous essayions d’oublier nos servitudes. Puis nous allions vite nous reposer pour quelques heures. Car les séances reprenaient au début de la matinée. »25

  • 26 Ibid., p. 167.

15Ces longues heures de travail en commun entre le ministre et ses collaborateurs pouvaient aboutir ou non, en fonction des caractères de chacun, à une relation plus personnelle. Georges Bonnet évoqua ainsi les rapports d’amitié qu’il noua plus particulièrement à cette période avec Wilfrid Baumgartner « fonctionnaire incomparable qui me renseignait avec tant d’intelligence et de sûreté sur tous les problèmes de l’heure. J’appréciais l’équilibre de sa pensée, la précision de ses réponses et l’élégance de sa parole. Il devint très vite mon ami et pendant des années j’écoutais volontiers ses conseils que je savais toujours dictés par l’affection qu’il nous portait, et dont la fidélité s’affirma dans toutes les circonstances. »26 Une parfaite connaissance des dossiers, mais surtout une clarté toute pédagogique dans la formulation de leurs enjeux et des solutions éventuelles furent pour Georges Bonnet, comme pour Paul Reynaud, trois ans plus tôt, les qualités qui expliquèrent l’établissement de relations de confiance et d’amitié entre le sous-directeur du Mouvement des fonds et certains de ses ministres rue de Rivoli. Cet accès direct au ministre, la réalité d’un front commun face au pouvoir parlementaire n’impliquent pas automatiquement l’exercice d’un pouvoir d’influence des experts sur les représentants de l’exécutif. Elle n’en est qu’une condition nécessaire qui laisse entière la question de la capacité personnelle du ministre à trancher par lui-même. Pourtant, la place apparemment prépondérante et centrale de la direction du Mouvement général des fonds au sein du ministère des Finances et donc dans l’État, pose clairement le problème des orientations de politique financière qu’elle a contribué à faire adopter et de son influence dans le cadre plus général de la politique économique de la France entre 1931 et 1935, alors que le pays s’installait durablement dans la plus grande dépression de son histoire. Les constats et les analyses faits alors par l’administration du Trésor eurent-ils leur part de responsabilité dans la prolongation et l’aggravation de la crise qui frappa la France pendant que d’autres pays, comme les États-Unis ou la Grande-Bretagne, en sortaient plus rapidement ?

LE TRÉSOR FACE À LA CRISE : LE PROCÈS DES GRANDS COMMIS

  • 27 Sauvy (Alfred), Histoire économique de la France entre les deux guerres, Paris, réédition Économica (...)
  • 28 Ibid., t. III, p. 5.
  • 29 Dubief (Henri), Le déclin de la IIIe République, 1929-1938, Paris, Le Seuil, 1976, p. 29.
  • 30 Asselain (Jean-Charles), Histoire économique de la France du xviiie siècle à nos jours, Paris, Le S (...)
  • 31 Kuisel (Richard F.), Le capitalisme et l’État en France…, op. cit., p. 177.
  • 32 Bonin (Hubert), Histoire économique de la France depuis 1880, Paris…, Masson, 1988, p. 87.
  • 33 Mouré (Kenneth), « La perception de la crise par les pouvoirs politiques », Le Mouvement Social, (...)

16Les lourdes responsabilités dans la crise encourues par les experts et les responsables politiques français au pouvoir entre 1931 et 1935 ont fait l’objet d’une manière de consensus chez la plupart des auteurs qui ont étudié la période : Alfred Sauvy, témoin direct de cette époque, a mis, un des premiers, à partir de 1965, l’accent sur l’incapacité, selon lui, des responsables de l’économie et des finances à comprendre les ressorts véritables de la crise, dénonçant « l’insouciance des dirigeants », « désorientés et impuissants » face aux difficultés économiques persistantes27. L’administration des Finances, toujours d’après Sauvy, figurerait au premier rang sur le banc des accusés : « c’est en premier lieu au ministère des Finances qu’il faut imputer les aventures subies au cours de cette période et les dommages qui en ont résulté. »28 Nombreux sont les auteurs à s’être fait l’écho de ces critiques : la politique économique de la France se serait donc résumée dans ces années à l’application de préceptes périmés, relevant « du b-a ba du libéralisme, celui des grands commis notamment »29. L’action des responsables de l’économie et des finances aurait été inadéquate et quasi inexistante : « Parler de politique face à la crise est presque un abus de langage [...]. Le dogme de l’équilibre budgétaire continue à dominer les esprits [...]. Il ne s’agit pas d’un raisonnement, mais de la transposition pure et simple au niveau macroéconomique des règles d’une saine gestion individuelle »30. Fidèles envers et contre tout à « un libéralisme sans faille », les responsables politiques et « les grands commis du Trésor restaient réputés pour leur conservatisme intransigeant »31. La cause semble donc entendue : l’enlisement de la France dans la dépression trouverait, selon tous ces auteurs, une explication essentielle dans « l’aveuglement des décideurs publics entêtés dans des politiques néfastes »32. Au total, cette politique, semble-t-il, « aggrava et prolongea la crise en France, sans préparer le chemin de la reprise »33. Incompétence, passivité, aveuglement, voire, pour Sauvy, malhonnêteté, le réquisitoire est sans appel. Mais il relève aussi d’une page d’histoire : celle de l’apogée des politiques économiques keynésiennes dont ces jugements unanimement négatifs sont contemporains. La logique biographique invite à une autre analyse des perceptions de la crise par le grand commis des Finances de la première moitié des années 1930 : non pas tenter de proposer un plaidoyer qui nous ramènerait ipso facto au procès ancien, mais s’efforcer simplement de restituer dans leur temporalité propre, sans anachronisme, les conceptions et les actions des acteurs de la politique financière de la France dans la période.

  • 34 Asselain (Jean-Charles), Histoire économique de la France, op. cit., p. 37.
  • 35 Kuisel (Richard F.), Le capitalisme et l’État en France…, op. cit., avant-propos de l’édition franç (...)
  • 36 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. II, p. 1338-1354.

17Comment, en effet, reprocher après coup aux experts des débuts des années 1930 de n’avoir pas vu « que l’élimination du déficit en période de dépression non seulement n’est pas possible, mais n’est pas souhaitable », proposition « qui est au cœur de la révolution keynésienne »34, alors qu’à cette date le changement radical de paradigme que réalise pleinement la Théorie générale parue en anglais en 1936 n’a pas encore eu lieu ? Le fil rouge de la chronologie incite au contraire à appréhender cette période clé de la carrière de Wilfrid Baumgartner en fonction des expériences qui étaient alors effectivement les siennes : la stabilisation Poincaré, la faillite du Cartel des gauches, l’inflation des années 1920, la Première Guerre mondiale, voire la Belle Époque et non le Front populaire, la Théorie générale, l’économie dirigée sous l’Occupation ou les réformes de la Libération. C’est là un point de méthode qui, au-delà de la part d’évidence qu’il comporte, peut se révéler fructueux pour l’histoire économique générale du xxe siècle. La période est en effet globalement analysée par la plupart des auteurs, implicitement ou explicitement par référence à ce qu’ils désignent comme la modernité de l’époque : portée par quelques précurseurs dans l’entre-deux-guerres, cette modernité aurait triomphé dans le domaine des pratiques et de la théorie économique après 1945. De cette modernité, Richard F. Kuisel, l’un des seuls, en a donné une définition explicite. Elle renverrait « à un capitalisme dynamique qui recherche l’expansion, la productivité, la compétitivité, l’avance technologique », appuyé sur une « économie dirigée » dont l’État assumerait la direction35. Un présupposé semblable fonde l’étude que Michel Margairaz a menée de la progressive « conversion » des responsables publics des Finances aux objectifs et aux valeurs de la modernisation économique entre 1932 et 1952 : c’est l’explication du passage d’une politique de l’offre, base de « la vulgate austéro-libérale », à une politique de la demande appuyée alors sur les principes nouveaux de « l’expanso-atlantisme »36. Assurément très fertile, cette grille de lecture laisse entière la question des formes effectivement revêtues et perçues comme telles et selon différentes temporalités, de la modernité économique et financière. La définition des contenus de la modernité est par essence toujours historique. Le développement, dix ans à peine après les travaux de Richard F. Kuisel, d’un courant de pensée fondant au contraire la modernisation économique sur le désengagement de l’État n’en est-il pas une convaincante illustration ? Quelles furent par conséquent les formes de la modernité prises en 1931-1935 pour cette « jeune école du Trésor », dont se réclamait un Wilfrid Baumgartner qui n’avait pas alors trente ans ?

18En janvier 1931, avant même le tournant conjoncturel qui suivit la dévaluation de la livre, le grand commis du Trésor proposa à ses élèves des Sciences politiques un sujet d’actualité : « Les crises économiques, leurs origines, leurs effets : dans quelle mesure les pouvoirs publics peuvent-ils pallier leurs conséquences ? » En marge de la copie d’un de ses élèves, Jean- Marcel Jeanneney, qui avait cru devoir consacrer tout un développement aux économistes libéraux classiques du début et de la fin du xixe siècle,

  • 37 Copie de Jean-Marcel Jeanneney, janvier 1931, avec annotations manuscrites de Wilfrid Baumgartner, (...)

19Jean-Baptiste Say ou encore Paul Leroy-Beaulieu, et à leur analyse des crises économiques, il intima, d’une écriture fine et péremptoire : « Laissez donc ces pauvres gens tranquilles »37. C’est donc bien un des enjeux principaux de l’étude de la carrière de Wilfrid Baumgartner au Trésor que d’essayer, abstraction faite des formes historiques prises par la modernisation économique entre 1936 et 1983, de déterminer, dans le domaine financier et monétaire qui était le sien, la doctrine qui se substitua au cours de ces années marquées par la dépression économique au corps de théories héritées de « l’ordre libéral » de la fin du xixe siècle. L’analyse de la politique financière menée au Trésor entre 1931 et 1935, alors que Wilfrid Baumgartner fut continûment chargé de la gestion de la trésorerie, peut permettre d’en saisir les grandes lignes.

UNE POLITIQUE DE GESTION DE LA TRÉSORERIE EN TEMPS DE CRISE

  • 38 Delorme (Robert) et André (Christine), L’État et l’économie, un essai d’explication de l’évolution (...)
  • 39 Straus (André), « Le financement des dépenses publiques dans l’entre-deux-guerres », in Fridenson ( (...)
  • 40 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. I, p. 18-21, p. 76-78 et 87-8 (...)
  • 41 Cette étude de l’action de Wilfrid Baumgartner à la direction du Mouvement des fonds doit également (...)

20La politique financière de l’État dans l’entre-deux-guerres a fait l’objet d’études déjà nombreuses, le plus souvent sous l’angle des dépenses publiques et donc de leur impact économique, en quelque sorte en aval de la décision proprement financière38. La question des modalités du financement non budgétaire des dépenses de l’État, qui concerne au premier chef l’action de Wilfrid Baumgartner au Trésor entre 1931 et 1935, a en revanche été moins fréquemment abordée. André Straus en a tracé le cadre chronologique et a présenté les problèmes théoriques posés par une approche modélisée de leur évolution et de leur impact sur le financement de l’économie en général39. Michel Margairaz a également traité la question à travers le problème plus global des ressources du Trésor avant et après 194540. Mais l’étude concrète de la gestion de la trésorerie, en amont de la dépense publique, a été peu abordée encore. Elle devrait pouvoir éclairer aussi bien le discours et les motivations de la politique financière que les modalités pratiques de son exécution : choix de la date des émissions publiques ; décision de recourir à l’emprunt ou à l’émission monétaire ; détermination des taux, etc. Elle peut aussi mettre en lumière les rapports noués en ces diverses occasions entre la direction du Mouvement général des fonds et les différents « correspondants » du Trésor, Caisse des dépôts, Banque de France, Crédit national, mais aussi avec les banques commerciales dont le rôle au sein du système financier semble bien avoir connu alors une mutation décisive41. Ce sont là autant d’aspects qui doivent pouvoir être appuyés sur une approche chiffrée des évolutions de la trésorerie de l’État dans la période. Or, la question des sources d’une telle étude pose ici un double problème de validité et de signification des données recueillies.

21Le premier obstacle qui se présente pour faire l’histoire de la politique financière entre 1931 et 1935 est l’absence de séries homogènes propres à rendre compte de l’évolution des différents postes de la trésorerie dans la période. Il faut attendre en effet 1936 pour disposer avec les Situations résumées des opérations du Trésor (SROT) d’un document comptable permettant une observation d’ordres de grandeur comparables entre eux. Alfred Sauvy a mis depuis longtemps ce point en évidence :

  • 42 Sauvy (Alfred), Histoire économique de la France…, op. cit., t. I, p. 110.

« Pour comptabiliser les mouvements véritables, il faudrait plonger dans les entrailles d’archives plus obscures que les finances de Charles IX. La rue de Rivoli reste dominée par la crainte de voir l’opinion et le Parlement s’y bien reconnaître dans les comptes. À tout le moins, son souci n’est pas celui de la maison de verre. »42

  • 43 Blum (Léon), « À la recherche de l’équilibre budgétaire », Le Populaire du 22 octobre 1932.

22Hétéroclites, les sources de la trésorerie seraient en outre fallacieuses. Léon Blum émit des soupçons semblables dans Le Populaire, au lendemain de la victoire du second Cartel des gauches à l’automne 1932 : « J’ai l’impression [...] que les mêmes services du ministère des Finances qui, aux temps de Tardieu et de Laval, s’appliquaient à dissimuler ou à nier le déficit, se plaisent aujourd’hui à l’amplifier de leur mieux »43. Quelques mois plus tôt, Vincent Auriol, qui faisait alors également partie avec le secrétaire général de la SFIO de la commission des Finances de la Chambre, avait formulé pour sa part des accusations plus nettes encore :

  • 44 Le Populaire du 4 juillet 1932.

« Bien des fois nous avons eu la nausée en consultant les états de trésorerie grossièrement truqués qu’on livrait à la Commission des Finances, au nom de tel ou tel ministre. Les rédacteurs aimaient mieux à coup sûr flatter le patron et le servir qu’honorer et servir la vérité. Les états présentés par Chéron, Paul Reynaud et Flandin, et rédigés par le même personnage du mouvement des fonds sont à cet égard caractéristiques. »44

  • 45 « La gestion des deniers publics », cours cité, leçon d’introduction, p. 8.

23Baumgartner, directement visé par la trop transparente allusion, laissait entendre à la même époque à ses élèves des Sciences politiques que le Trésor, comparé au Budget, était « une personnalité moins bien connue [et] qui, comme telle, et à [s]on sens injustement, prêt[ait] à la médisance »45 ! Il reste que l’établissement de données chiffrées par le Mouvement des fonds, comme d’ailleurs tout document en émanant – c’est un enseignement élémentaire du positivisme historique – dépendait étroitement de leur destinataire : renseignements fournis aux commissions des Finances ou au ministre lui-même, à un autre service du ministère ou à une administration distincte des Finances, ou bien encore documents internes destinés à ne connaître aucune diffusion. Toute analyse du discours des grands commis de la trésorerie doit donc tenir compte de l’usage pour lequel il était conçu : non seulement il pouvait y avoir un décalage entre le discours et l’action, mais encore plusieurs discours pouvaient être tenus en même temps à des niveaux différents et avec un degré de publicité variable. Pour autant, l’influence exercée sur les ministres successifs par les analyses techniques développées alors à leur intention au sein de l’administration du Trésor est indéniable. La crise contribua à donner à la traditionnelle note de trésorerie un poids jusquelà inédit. Sur ce point Vincent Auriol visait juste. La teneur des débats de la commission des Finances de la Chambre au lendemain de la victoire électorale du second Cartel des gauches fournit de la réalité de ce pouvoir du Trésor une illustration probante.

  • 46 Note pour le ministre du 2 février 1932 au sujet de la situation de la trésorerie, 4 p. dactyl., AW (...)
  • 47 Note de trésorerie au ministre du 24 juin 1932, 4 p. dactyl., AWB, 1BA11, Dr1, p. 2.
  • 48 Note de trésorerie au ministre du 30 mai 1932, 4 p. dactyl., AWB, 1BA11, Dr1.
  • 49 Procès-verbal de la séance de la commission des Finances de la Chambre des députés du 4 juillet 193 (...)

24En juin 1932, au moment où Édouard Herriot forma son cabinet, avec Louis Germain-Martin aux Finances et Maurice Palmade au Budget, la trésorerie était de fait à son étiage. Ce n’était pas une surprise. Dès février, Wilfrid Baumgartner avait averti le ministre des Finances, encore Flandin à cette date, de l’épuisement des ressources du Trésor et de la passe difficile qui l’attendait « à l’époque dite des basses eaux qui se place en mai et juin prochain »46. Le 24 juin, le Mouvement des fonds avait dressé à l’intention du gouvernement issu de la nouvelle majorité un tableau dramatique de la situation du Trésor, dont le compte à la Banque de France fut déclaré débiteur de 200 millions le 17 juin. « Il a donc fallu, expliqua le Trésor, escompter les souscriptions déjà recueillies [...] au titre de l’emprunt de l’outillage national, soit 750 millions, qui nous auront permis de doubler ce soir le cap du bilan de la Banque. »47 Il faut souligner qu’entre cette première note rédigée à l’intention du ministre du Cartel et la dernière note adressée à la veille des élections par le Trésor à Flandin48, aucune rupture de ton n’est décelable : la peinture de la gravité de la situation financière était aussi sombre avant qu’après la formation du gouvernement du Cartel. La présentation de la situation par le Trésor, sans conteste, fut la même à l’intention du dernier cabinet Tardieu que pour le gouvernement que présidait Herriot. Ceci ne signifie pas que l’administration du Trésor n’ait pas pu peser sur les décisions politiques. La réalité de son autorité sur le gouvernement se trouvait au contraire renforcée par la continuité de vues qu’elle afficha quelle que fût la majorité au pouvoir. Par une note datée du 2 juillet, elle prévint ainsi le ministre de l’inévitable renaissance de la dette flottante entraînée par l’épuisement des disponibilités du Trésor. Cette note semble avoir produit sur le gouvernement un profond effet, puisque le président du Conseil, Édouard Herriot, alla jusqu’à en citer les conclusions devant la commission des Finances du palais Bourbon où il était convoqué en compagnie du ministre du Budget pour défendre le projet de redressement budgétaire déposé par son cabinet le 1er juillet. La « lettre » du Mouvement des fonds, déclarait Herriot aux députés, « a déterminé la conviction et la résolution du Gouvernement »49. Il est vrai que sur Herriot, les avertissements du Trésor pesèrent alors d’autant plus fort que le souvenir des journées dramatiques vécues par le gouvernement du premier Cartel des gauches qu’il présidait déjà était encore vivace dans son esprit. Il l’avouait sans fard devant la commission :

  • 50 Ibid., p. 55.

« C’est vrai, je le confesse volontiers, si en pareille matière vous voulez trouver un optimiste, ne vous adressez pas à moi. [...] Je trouve une étrange coïncidence entre ce qui pourrait se passer aujourd’hui et ce qui s’est passé en 1924… Le Trésor était alors dans une situation pénible analogue à celle que je retrouve… comme s’il était de ma vocation d’être appelé auprès de ce Trésor dans les mauvais jours et de mon infortune de ne pouvoir jamais participer à sa prospérité ! »50

  • 51 Ibid.

25Une fois encore, le poids des expériences des années 1920 permet de rendre compte de bien des comportements politiques de la décennie suivante. Les difficultés financières du premier Cartel expliquent ainsi, sous le second Cartel, l’apparente conversion d’Herriot à la ligne financière alors préconisée par le Trésor. « La chute d’un gouvernement, concluait Herriot, est bien peu de chose en comparaison des éventualités – excusez le mot – que j’ai connues en 1924 et que je ne veux à aucun prix laisser revoir à mes ministres et à moi-même en 1932. »51 Le pouvoir d’influence de l’administration du Trésor était donc bien inversement proportionnel à la dégradation de la situation des finances publiques. Nul truquage des états comptables n’était nécessaire pour cela. Ce point acquis, il demeure que les insuffisances dans la tenue des écritures comptables étaient indéniables. Louis Escallier, le directeur du Mouvement des fonds, le reconnaissait lui-même, en 1932 toujours, dans une note à Germain-Martin :

  • 52 Note au sujet de la réforme de la comptabilité publique du directeur du Mouvement des fonds au mini (...)

« La direction du Mouvement des fonds n’est pas un service de comptabilité ; elle ne tient et ne doit tenir en principe aucune écriture. Son rôle est dans ce domaine d’assurer la gestion et non d’arrêter les comptes du Trésor [...]. Comme aucune situation, aucun bilan n’a jamais été envoyé à mes Services, le Ministre peut juger combien la tâche de ces derniers est devenue délicate, sinon périlleuse, surtout depuis que la Trésorerie doit faire face de son propre chef ou au titre du Budget à des charges considérables. »52

26Le constat du directeur du Mouvement des fonds, outre qu’il indique que des précautions sont nécessaires dans l’utilisation des états de trésorerie, et cela quel que soit leur destinataire, mettait l’accent sur l’alourdissement notable des charges de la trésorerie qui, à cette époque, affecta les tâches de ses services, tant dans le cadre traditionnel de ses fonctions de banquier du Budget qu’au titre des charges imputées sur ses ressources propres. Cet alourdissement explique l’évanouissement rapide, en l’espace de quelques mois, des excédents accumulés du temps de la prospérité à laquelle Poincaré avait attaché son nom. Cette inversion de tendance fit le fond de l’action de Wilfrid Baumgartner parvenu à la direction du Mouvement des fonds dès 1929. Après coup, il revendiqua d’ailleurs lui-même cette responsabilité, à la troisième personne, dans la notice qu’il rédigea en 1954 pour l’annuaire Pharos :

  • 53 Notice pour Pharos, 2 feuillets de la main de W. Baumgartner, AWB, 2BA14, Dr3.

« La crise économique de 1929 trouve Wilfrid Baumgartner à la gestion de la Trésorerie. Et c’est en cette qualité qu’il prendra une part active à toutes les mesures financières et budgétaires prises pour pallier la crise. »53

27Or l’effondrement des encaisses du Trésor a constitué la donnée initiale, majeure, de la politique financière menée au Mouvement des fonds sous la responsabilité de son sous-directeur à partir de 1931. Les transformations qui affectèrent le bilan du Trésor à partir de la fin de 1929 et jusqu’en 1932 permettent d’en prendre la mesure.

  • 54 Le Figaro du 21 décembre 1932.

28À la fin de 1932, Herriot ayant été renversé sur la question des dettes interalliées, Henry Chéron, qui avait en 1929-1930, selon ses dires, « monté la garde » autour du « trésor » accumulé par Poincaré, fut appelé à remplacer Germain-Martin au ministère des Finances dans le cabinet que forma alors Joseph Paul-Boncour, avec pour mission d’assainir les finances publiques. À cet effet, il constitua comme son prédécesseur, Raoul Péret, six ans auparavant, une commission d’experts afin de dresser le bilan de la situation financière et de proposer les mesures de redressement indispensables. Présidée par Pierre Fournier, sous-gouverneur de la Banque de France et ancien directeur du Budget, la commission ne comprenait que cinq membres, tous issus, à la différence du précédent de 1926, de l’administration des Finances : outre son président, elle réunissait René Villard, sous-gouverneur du Crédit foncier, Érik Haguenin, directeur du Budget, Albert Amet, directeur de la Dette inscrite et Wilfrid Baumgartner pour le Mouvement des fonds, à qui revint de surcroît la charge de rédiger le rapport final54. À ce titre, il rassembla une importante documentation propre à permettre l’établissement d’un tableau synthétique de la situation économique et financière telle qu’elle se présentait à la fin de 1932. L’ensemble de ces données, fort complètes, forme une source d’autant plus précieuse qu’elle était réservée à un usage interne, préalable à la rédaction du rapport final destiné, lui, au ministre et donc à connaître une certaine publicité. Elle permet de représenter assez exactement l’état de la trésorerie après deux années de crise, et son évolution depuis la fin de la période d’aisance financière qu’avait entraînée le retour de Poincaré aux affaires et qui avait duré jusqu’à l’entrée dans la dépression au début de 1931. Les transformations qui caractérisèrent la composition de l’actif du Trésor de 1929 à 1932 permettent le mieux de prendre la mesure des effets conjugués de la prodigalité des gouvernements qui succédèrent immédiatement à Poincaré, puis, à partir de la fin de 1930, des conséquences directes de la crise économique elle-même sur la situation financière de l’État (cf. figure n° 2).

  • 55 « Sur l’évolution de la trésorerie de 1926 à 1932 », note de Wilfrid Baumgartner du 31 décembre 193 (...)
  • 56 Ibid., p. 1-2.

29Au vu de cette évolution, c’est d’abord la diminution globale de l’actif du Trésor qui frappe : évalué à plus de 23 milliards de francs à la fin de 1929 encore, il était ramené grosso modo à un niveau deux fois moindre à la fin de 1932, 13 milliards environ. Cette diminution traduisait l’appauvrissement continu du Trésor engagé à partir de l’exercice 1930-1931 dans le financement à fonds perdus du déficit budgétaire. Mais elle reflète aussi l’importance de ses interventions économiques directes amorcées dès 1929. Cette double évolution est aisément perceptible dans les modifications qui affectèrent, dans l’intervalle, la composition même de son actif : elle fut en effet marquée par l’épuisement rapide et continu des actifs liquides (encaisses en devises, compte courant du Trésor à la Banque de France et recettes en caisse centrale) et par leur rapide immobilisation, pour une part, sous forme d’avances mobilisables à plus ou moins long terme. Ce double mouvement trace le cadre à la fois conjoncturel et structurel de l’action de Wilfrid Baumgartner qui fut chargé dans toute la période de la gestion de la trésorerie. C’est à ce titre qu’il rédigea en décembre 1932, fondée sur ces mêmes données, une note destinée à la commission Fournier récapitulant l’évolution de la trésorerie depuis 192655. Elle fournit de cette évolution un commentaire où il apparaît clairement quelles étaient alors ses analyses et quelles étaient les préoccupations de la trésorerie à cette date : après avoir averti de la difficulté de donner une présentation valide de la situation du Trésor « qui, par définition est mouvant et d’essence dynamique »56, le sous-directeur s’efforça d’en reconstituer les phases successives depuis le retour de Poincaré aux affaires : de 1926 à 1928, la période, décrivait-il, « a été marquée pour le Trésor non seulement par la quasi-disparition de ses charges les plus menaçantes, mais encore par la reconstitution d’importantes encaisses en francs et en devises ». Mais depuis le début de 1931, le « renversement de la situation de Trésor », commentait-il lui-même, était manifeste. Le signe le plus spectaculaire était constitué par « l’effondrement » des disponibilités monétaires du Trésor. En l’espace de quelques mois, à partir du second semestre 1930, cette rapide dilapidation du « trésor du père Gaspard », comme se plaisait à l’appeler Henry Chéron, amassé de 1926 à 1928, apparaît de manière frappante si l’on représente, isolée du reste de l’actif, l’évolution du montant des encaisses liquides du Trésor entre 1926 et la fin de 1932.

Figure n° 2. Évolution de la composition de l’actif propre du Trésor (novembre 1929-décembre 1932) (en millions de francs courants)

Figure n° 2. Évolution de la composition de l’actif propre du Trésor (novembre 1929-décembre 1932) (en millions de francs courants)

Source : « Principaux éléments de la Trésorerie », tableau de décembre 1932, dossier préparatoire au rapport des experts, AWB, 1BA12, Dr1.

Figure n° 3. Évolution des disponibilités monétaires du Trésor de juin 1926 à décembre 1932 (en millions de francs courants)

Figure n° 3. Évolution des disponibilités monétaires du Trésor de juin 1926 à décembre 1932 (en millions de francs courants)

Source : Notes de trésorerie au ministre échelonnées entre juin 1929 et décembre 1932, AWB, 1BA10, Dr7 et 1BA11, Dr1.

  • 57 Ibid., p. 7-8.
  • 58 Ibid.

30L’extrême aisance du Trésor jusqu’à la fin de 1929, évidente sur le graphique, était analysée après coup par Baumgartner comme exceptionnelle : « La situation de la trésorerie a alors été véritablement pléthorique. [...] L’actif du Trésor a été constamment supérieur à son passif, fait qui ne s’était probablement jamais produit dans les annales de notre histoire financière »57. Mais cette abondance, soulignait-il, s’expliquait déjà par « les premiers effets de la crise économique qui a entraîné un développement des dépôts notamment dans les caisses d’épargne ». La grande richesse du Trésor, de son avis, portait donc déjà en elle « les prodromes » des difficultés à venir58. Ces difficultés apparaissent avec un relief particulier dans l’évolution des encaisses en devises entre 1930 et 1934. Les modalités concrètes de leur gestion par le Trésor sont un aspect peu connu de son activité qui a concentré tous les problèmes de la gestion d’ensemble de la trésorerie dans la période. Elles illustrent la dégradation de la situation comptable du Trésor et le soutien qu’il accorda alors à différents agents économiques. C’est aussi une expérience qui marqua durablement Wilfrid Baumgartner, acteur et témoin privilégié de la ruine des avoirs de la France à l’étranger, qui marqua, et pour longtemps, la fin de sa puissance financière internationale.

LA LIQUIDATION DES AVOIRS EXTÉRIEURS DU TRÉSOR

  • 59 États mensuels des variations d’encaisse en devises de 1930 à 1934, établis par le bureau des opéra (...)

31Les états comptables mensuels des encaisses en devises étaient précisément tenus sur la base des renseignements régulièrement transmis à Paris par les agences du Trésor à l’étranger et ils comportaient également la mention explicite des opérations dont elles étaient affectées59. Leur évolution, calculée sur la base de ces états, permet de mesurer l’effondrement des avoirs et des placements de la France à l’étranger à l’occasion de la crise, en même temps que l’impact sur la trésorerie des modifications apportées au régime des changes dans la période. L’encaisse devises gérée par le Mouvement des fonds était constituée pour l’essentiel de livres sterling sur la place de Londres et de dollars à New York, secondairement de Reichsmark placés à Cologne. L’effondrement des avoirs en dollars et en livres sterling est le plus spectaculaire.

Figure n° 4. Évolution des avoirs en dollars du Trésor français (1930-1934) (en dollars courants)

Figure n° 4. Évolution des avoirs en dollars du Trésor français (1930-1934) (en dollars courants)

Source : États mensuels des avoirs en devises établis par le Bureau des opérations de trésorerie du Mouvement des fonds, 1930-1934, AEF, B 32339.

Figure n° 5. Évolution des avoirs en livres sterling du Trésor français (1930-1934) (en livres sterling courantes)

Figure n° 5. Évolution des avoirs en livres sterling du Trésor français (1930-1934) (en livres sterling courantes)

Source : Ibid.

  • 60 « Variations d’encaisse pendant le mois d’août et de septembre 1931 », AEF, B 32339.

32En septembre 1930, le solde des avoirs du Trésor en dollars et en livres représentait sur la base des taux de changes établis par la loi monétaire de juin 1928 quelque six milliards de francs, soit 86 % des avoirs de changes de la trésorerie. Les avoirs en dollars étaient de loin les plus importants puisqu’ils représentaient alors 70 % du total. Le fait marquant est évidemment l’effondrement rapide des avoirs en devises entre 1930 et 1932, plus accusé encore pour les dollars que pour les livres. L’érosion globalement continue de l’encaisse en dollars connut cependant au milieu de 1931 une soudaine et éphémère rémission, évidente sur la courbe ; elle mérite un rapide examen car elle renvoie à cet événement majeur que fut le 21 septembre 1931, la dévaluation de la livre. Les états comptables révèlent en effet qu’à deux reprises, en août et au début de septembre 1931, soit avant l’annonce officielle de la suspension de la convertibilité de la livre et de l’embargo sur les changes, le Trésor a procédé à New York à d’importants arbitrages de livres sterling contre des dollars et, secondairement contre des francs suisses et des florins, qui seuls expliquent l’amélioration provisoire du solde des avoirs en dollars à cette époque60. Or le Trésor, à en croire le témoignage de Baumgartner, avait été informé quelque temps auparavant de la dévaluation inévitable de la monnaie anglaise par Frederick Leith-Ross, le représentant de la Trésorerie britannique à Paris, venu frapper au bureau du directeur du Mouvement des fonds, Louis Escallier, pour solliciter une aide financière que la Banque de France gouvernée alors par Clément Moret aurait été sur le point de lui accorder mais qui fut finalement laissée par Londres sans suites immédiates. C’est du moins ce que Baumgartner lui-même exposa après coup à ses étudiants des Sciences politiques :

  • 61 Leçon introductive du cours de finances publiques de W. Baumgartner aux Sciences politiques, 1945-1 (...)

« [Avant 1931] la livre n’est pas une monnaie, c’est alors la monnaie. [...] Puis un beau jour, Leith Ross [se retrouve] dans l’antichambre d’Escallier. En quelques heures, une énorme opération est montée. M. et Mme Moret deviendront Sir Moret et Lady Moret, mais le 21 septembre la livre tombe. Et le désespoir de Leith Ross n’a d’égal que notre commisération. »61

  • 62 Note pour le ministre « au sujet de la politique de la trésorerie » du 24 septembre 1929, 12 p. dac (...)
  • 63 Bonin (Hubert), L’argent en France depuis 1880, banquiers, financiers, épargnants, Paris, Masson, 1 (...)
  • 64 Note de trésorerie datée d’octobre 1931, avec mention « rigoureusement confidentiel », 11 p. dactyl (...)

33La proposition française d’aide financière à la Grande-Bretagne n’empêcha pas le Trésor de spéculer pour son propre compte à la baisse de la livre. L’augmentation de ses avoirs en dollars en août et septembre 1931 en témoigne éloquemment. Mais le fait est masqué par la relative augmentation de l’encaisse en livres à Londres à peu près au même moment : elle provenait de la liquidation, par la France, de ses placements en valeurs égyptiennes et espagnoles libellées en sterling. Le Trésor, là encore, liquidait ses avoirs. Cette rapide dilapidation des ressources propres de la trésorerie a fait, il faut y insister, l’arrière-plan des premières années de Wilfrid Baumgartner au Trésor. Or, les états du bureau K du Mouvement des fonds permettent très opportunément d’expliquer mois après mois une hémorragie d’autant plus forte que les soldes retenus ne rendent pas compte de l’ampleur véritable des sorties de devises qui dans une large mesure, du moins au début, étaient encore compensées par des recettes non négligeables : intérêts créditeurs des dépôts en banques, revenus immobiliers de valeurs possédées par le Trésor, titres égyptiens ou espagnols, bons du Trésor américain, mais aussi réparations versées par le gouvernement turc ou arbitrages de Reichsmark contre dollars effectués avant l’instauration du contrôle des changes allemand en juillet 1931. Le Trésor, jusqu’au second semestre 1930, s’était d’ailleurs refusé à entamer des réserves qui, comme l’avait écrit Baumgartner en septembre 1929, investies dans des placements « d’une sécurité absolue », procuraient au Trésor des recettes importantes62. Mais à partir de septembre 1930, les sorties de devises s’effectuèrent à un rythme rapide. Elles s’expliquaient pour une part majoritaire, dans le cas de l’encaisse-livres, par le soutien apporté sans discontinuer entre 1930 et 1932 à la politique de rachat des titres de rente perpétuelle par la Caisse d’amortissement, grâce aux cessions de livres sterling qui transitèrent alors par le Mouvement des fonds à Paris ou par le Service des rentes françaises à Londres. Au total, ce sont alors près de 4 millions de livres, soit l’équivalent de près de 900 millions de francs 1928, qui ont de la sorte été investis dans la politique d’amortissement de la dette publique. Mais les cessions servirent d’une part à couvrir les besoins en devises de certaines banques privées touchées de plein fouet par la crise de 1930-193163, comme la Banque de l’union parisienne, qui servit aussi d’intermédiaire lorsqu’en 1931 la France renfloua à hauteur de 355 millions de francs libellés en dollars la Trésorerie hongroise touchée par les suites de la faillite de la Kredit Anstalt, ou encore comme la Banque nationale de crédit et le Crédit industriel et commercial contraint de liquider la Banque d’Alsace et de Lorraine64. Elles furent d’autre part débloquées au profit de collectivités locales ou des compagnies de transport contrôlées par l’État incapables de faire face à l’amortissement des emprunts contractés dans la décennie précédente sur les marchés suisses, hollandais, américains ou suédois, à une époque où l’inflation qui sévissait en France condamnait d’avance à l’échec toute émission sur le marché national. Entre septembre 1930 et la fin de 1933, c’est au total l’équivalent en dollars et en livres de quelque 3 milliards de francs qui ont dû ainsi être cédés par le Trésor :

Tableau n° 1 Affectation des cessions en devises effectuées par le Trésor entre septembre 1930 et décembre 1933 (en dollars et livres sterling courants)

Tableau n° 1 Affectation des cessions en devises effectuées par le Trésor entre septembre 1930 et décembre 1933 (en dollars et livres sterling courants)

Source : ibid.

  • 65 Note de W. Baumgartner au ministre sur la situation de la trésorerie du 16 mars 1930, 10 p. dactyl. (...)

34Ces importantes cessions en devises servirent au Trésor à financer le déficit en francs du Budget, par le jeu de leur contre-valeur en francs. Baumgartner en avait fort clairement exposé le mécanisme à Paul Reynaud dès mars 193065 : l’alourdissement des charges de la trésorerie, expliquait-il, contraignait à entamer les réserves en devises du Trésor. Mais comme il était délicat, par crainte de « complications internationales », de procéder à des ventes massives sur le marché des changes, il proposait d’utiliser le biais des sociétés « subventionnées » et des collectivités territoriales qui fourniraient au Trésor la contre-valeur des devises qu’elles recevraient de lui pour racheter avant terme leurs emprunts extérieurs. Cette politique explique donc l’extinction rapide, en 1930-1931, de la dette extérieure commerciale de la France. Le dégonflement rapide de l’encaisse en devises n’avait donc d’autre explication que la nécessité de couvrir le déficit en francs de la trésorerie et de nourrir les engagements de plus en plus lourds du Trésor assurés en quelque sorte sur ses ressources propres.

FINANCEMENT DU TRÉSOR ET LOGIQUES D’ENDETTEMENT

  • 66 « Sur l’évolution de la trésorerie de 1926 à 1932 », note de Wilfrid Baumgartner du 31 décembre 193 (...)

35Conjointement à son rôle classique de banquier du Budget, le Trésor fut en effet appelé à financer sur son budget propre les dépenses de l’État, du temps de la prospérité d’abord, comme le plan d’outillage national lancé par Tardieu, puis, avec la crise, celles destinées à soutenir, à l’intérieur, les secteurs les plus immédiatement touchés et, à l’extérieur, les trésoreries de pays où l’intérêt national bien compris pouvait justifier une intervention financière française. Les transformations dans la nature de l’actif du Trésor et le gonflement « très considérable », entre 1929 et 1932, des actifs réalisables à terme étaient donc bien, comme le faisait remarquer Baumgartner dans le cadre de la commission des experts de janvier 1933, la « conséquence de diverses interventions auxquelles il a été procédé [...] en faveur de gouvernements étrangers ou de banques nationales en difficulté, et il traduit par ailleurs les difficultés éprouvées par les grands réseaux de chemin de fer et par la Cie Générale Transatlantique »66. Le détail de ces avances du Trésor permet de prendre la mesure de son soutien aux trésoreries des pays atteints, depuis 1929, par la crise, particulièrement en Europe centrale et balkanique. Il montre aussi la réalité de son engagement au sein de l’économie française, notamment en faveur des banques et du secteur des transports. (cf. tableau n° 2)

  • 67 Germain-Martin (Louis), Contribution à l’histoire nationale de la France. Histoire de mon temps et (...)
  • 68 Ibid.
  • 69 Barbance (Marthe), Histoire de la Compagnie générale transatlantique, Paris, Arts et métiers graphi (...)
  • 70 Récapitulatif des fonds prêtés à la Transat pour le Normandie, note du Mouvement général des fonds, (...)
  • 71 Lettre d’Henri Cangardel au ministre du 2 novembre 1932, AEF, B 34 088.
  • 72 Lettre de Germain-Martin à Jean Tannery du 12 août 1932, AEF, B 34 088.
  • 73 Barbance (Marthe), op. cit., p. 281 sqq.
  • 74 Germain-Martin (Louis), Contribution…, op. cit., p. 301.
  • 75 C’est l’interprétation de Kuisel (Richard), Le Capitalisme et l’État…, op. cit., p. 177.

36Ce sont donc presque six milliards, dont 50 % au bénéfice des banques touchées par la crise de 1930-1931, qui furent ainsi engagés entre novembre 1929 et la fin de 1932, soit près de la moitié de l’actif du Trésor, encore évalué à plus de 12 milliards de francs en décembre 1932. Le renflouement de la Compagnie générale transatlantique que Wilfrid Baumgartner, pour le Trésor, suivit de près à partir de 1931 illustre bien les mécanismes et les motifs de ces avances. Les conditions dans lesquelles le Trésor s’est trouvé directement impliqué dans le financement de cette société mettent particulièrement bien au jour les mécanismes et les motifs par lesquels se sont développés dans la France des années 1930 des logiques d’économie d’endettement. D’après le témoignage de Germain-Martin, c’est à la demande expresse de Pierre Laval, alors président du Conseil, que le Trésor procéda, en juillet 1931, à un premier renflouement de la Compagnie générale transatlantique sous la forme d’une avance en devises pour le remboursement de ses emprunts contractés naguère en Angleterre et au Canada67. Le ministre décrivit dans ses souvenirs une entreprise à la gestion désastreuse, à l’équipe directoriale incompétente, chargeant particulièrement son président Octave Homberg. « La gestion était lamentable, rapportait le ministre, je pus établir que la Compagnie, étant donné les conditions d’exploitation des hôtels, aurait eu tout intérêt à remettre 500 francs par jour à chaque voyageur à condition qu’il ne descendît pas dans un des palais gastronomiques de la Compagnie. »68 C’est à Pierre Lauré, inspecteur des Finances, qu’il demanda à cette date de procéder à l’examen de la comptabilité de l’entreprise de construction maritime et de tourisme fondée par les frères Pereire sous le Second Empire69. Il lui adjoignit le concours technique d’un inspecteur de la Marine, Henri Cangardel. L’intervention du Trésor eut surtout pour but de permettre aux chantiers navals de la Compagnie à Saint-Nazaire de poursuivre la construction du paquebot T6, le futur Normandie, dont la création avait été décidée dès 1924 pour remplacer L’Ile de France sur la ligne de New York. Le financement, estimé alors à plus de 800 millions, aurait déjà dû se faire à cette époque par émission d’obligations jouissant de la garantie d’État. Mais devant les réticences du marché financier, la Caisse des dépôts dut avancer la mise de fonds de départ, soit 175 millions en novembre 193070. Au total, la Caisse des dépôts, entre 1930 et 1935, avança la totalité des sommes nécessaires à l’achèvement du paquebot, soit près d’un milliard, qui fut inauguré en 1935. Dans cette affaire, le Mouvement des fonds, que Baumgartner représentait au conseil d’administration de la Compagnie, légalement transformée en société d’économie mixte en juin 1931 suite à la décision unilatérale du Crédit lyonnais de se retirer de l’affaire, et le ministre des Finances paraissent avoir continûment soutenu le projet, forçant à plusieurs reprises la Caisse des dépôts à s’engager71. L’intervention de l’État semble alors avoir été dictée par une double considération : l’intérêt économique et social commandait de conserver en activité non seulement les deux mille ouvriers des chantiers de Penhoët, mais aussi, comme le soulignait Germain-Martin en 1932, « les milliers d’ouvriers dans les différentes usines de France » travaillant grâce aux commandes du Normandie : l’Alsthom à Belfort, Schneider et Marrel frères au Havre, à Marseille, etc.72 Enfin, l’intervention des pouvoirs publics se justifiait également en considération du prestige national attaché à la réalisation du bâtiment73. Financer en 1932-1934 le Normandie, rappelait ainsi le ministre après coup, c’était « doter la France d’un navire qui surclasserait immédiatement ceux de l’Angleterre et de l’Italie [...]. On était, concluait-il, en présence non pas d’une réalisation commerciale, mais de la création d’un magnifique drapeau réclame. »74 S’étant malgré tout heurté au refus de la Caisse, soucieuse de l’équilibre de sa propre trésorerie, le Mouvement des fonds avait consenti à la Compagnie une nouvelle avance de près de 240 millions en dollars pour le règlement de divers achats de matières premières à l’étranger. Exception qui confirme la règle75 ou indication d’une certaine évolution des mentalités et des pratiques de l’État, le sauvetage de la Compagnie générale transatlantique illustre en tout cas la nécessaire prise en compte par le commis au Trésor, Wilfrid Baumgartner, du poids des facteurs d’ordre économique, social et même national. Il révèle aussi la réalité à cette date de la subordination du facteur proprement financier à des intérêts jugés plus élevés. L’affaire montre enfin comment a pu progressivement se transformer le système financier français dans les années 1930, superposant, aussi bien sur le plan des besoins que des ressources de financement, des mécanismes d’économie d’endettement aux mécanismes du marché. Il n’est pas sans importance de souligner le poids déterminant des causes proprement politiques dans cette évolution financière. Les motivations des hommes politiques impliqués dans l’affaire, relayés en l’espèce par les hauts fonctionnaires du Trésor, résument ainsi les fondements politiques qui présidèrent à l’institution par étapes de formes d’économie d’endettement en France au xxe siècle : soucis jumeaux de la conservation de la cohésion sociale et de la « grandeur nationale ».

Tableau n° 2 Avances à long terme du Trésor au 30 novembre 1932 (en millions de francs)

Tableau n° 2 Avances à long terme du Trésor au 30 novembre 1932 (en millions de francs)

Source : Note de W. Baumgartner du 31 décembre 1932, doc. cité, passim.

37À côté de ces avances de nature économique, d’emblée considérées par la trésorerie comme pratiquement gelées, l’actif se composait aussi d’avances à caractère social, aux HBM, aux victimes des inondations de 1929-1930, aux fins d’électrification des campagnes, etc., soit un engagement total dans la période de plus de 5 milliards dont le Trésor pouvait par accord tacite obtenir la mobilisation auprès de la Caisse des dépôts. Il faut enfin, pour avoir une mesure exacte des engagements du Trésor, ajouter à ces avances théoriquement remboursables l’ensemble des charges dites « non récupérables », directement imputées à fonds perdus sur ses ressources. Ce sont elles qui expliquent la multiplication par trois de son passif entre 1929 et 1932 (cf. tableau n° 3).

38Les montants cumulés de ces divers engagements du Trésor expliquent la disparition presque totale, à la fin de 1932, des disponibilités du Trésor que n’alimentaient plus aucun excédent budgétaire ni les réparations dont le moratoire Hoover avait, en juin 1931, suspendu les paiements. Ce rapide renversement de la situation de la trésorerie marqua indéniablement le jeune sous-directeur du Mouvement des fonds. Il témoigna d’ailleurs du choc de cette expérience originelle, vingt ans après, alors que devenu entre-temps gouverneur de la Banque de France, il était confronté aux demandes financières du Trésor, mais du point de vue du créancier cette fois :

  • 76 Audition de W. Baumgartner devant le Conseil économique et social, le 30 mai 1952, AWB, 2BA7, Dr5, (...)

39« Je suis entré au Mouvement des fonds pour participer à la rédaction de la loi de stabilisation de 1928 [...] mais j’ai assisté aussi à l’effondrement d’une des plus grandes encaisses que l’on ait jamais connues et je sais qu’aucune encaisse ne résiste à une mauvaise gestion. »76

Tableau n°3 Total des charges imputées aux ressources propres du Trésor entre novembre 1929 et décembre 1932 (en millions de francs courants)

Tableau n°3 Total des charges imputées aux ressources propres du Trésor entre novembre 1929 et décembre 1932 (en millions de francs courants)

Source : « Principaux éléments de Trésorerie », tableau de décembre 1932, doc. cité.

40Jugée « mauvaise » rétrospectivement à la lumière de l’évolution qui suivit, la gestion du Trésor a-t-elle fait, à l’époque, l’objet d’une analyse différente au sein de l’administration qui en était chargée ? De la réponse à cette question dépend aussi bien la manière dont la crise fut alors perçue par les grands commis de la trésorerie que les limites du libéralisme dont ils auraient été les derniers conservateurs. L’étude de l’autre versant de la politique financière du Trésor entre 1931 et 1934, celle qui regarde cette fois du côté des ressources, devrait apporter des éléments de réponse.

ALIMENTATION DU TRÉSOR ET MARCHÉS DE L’ARGENT

41Sans faire ici la chronique au jour le jour de l’alimentation de la trésorerie sous le second Cartel des gauches, on peut tenter de présenter les traits marquants de la politique financière à laquelle Wilfrid Baumgartner donna alors sa marque. Au-delà des grandes lignes de son action, c’est sa doctrine qu’il faut essayer de saisir à travers les analyses et les orientations dont témoigne son discours, tout en étant conscient du décalage qui, comme Jean Bouvier l’a souligné à propos d’une autre crise économique, celle qui a débuté vers 1974, peut exister entre le discours sur les finances et la réalité des finances.

  • 77 Bouvier (Jean), « La crise économique insolite (1974-1979) », in Histoire économique et sociale de (...)

« Traditionnellement, écrit-il en effet, le discours sur les finances est un de ceux qui ont le plus de mal à s’adapter aux réalités des finances. D’une part en raison du fait que ce discours demeure, pour une part notable, idéologique. D’autre part, parce que l’on touche ici les limites du volontarisme étatique, confronté à la pression des besoins financiers, lesquels s’imposent à la puissance publique. »77

42Ainsi averti, peut-on rendre compte de la perception de la crise économique à travers les analyses alors développées par Wilfrid Baumgartner au sein du Mouvement des fonds ?

  • 78 Michel Margairaz, sur la base d’ailleurs d’une citation de W. Baumgartner en 1935, a souligné au pa (...)
  • 79 Rapport du comité des experts de janvier 1933, 1re version non publiée avec corrections manuscrites (...)
  • 80 Ibid.

43L’ampleur des charges nouvelles imposées au Trésor à partir de 1929 fut perçue par l’administration de la trésorerie avant tout sous l’angle de ses incidences sur la politique financière de l’État ; pour autant la dimension proprement économique de cette évolution n’était pas exclue, mais elle était lue à travers le prisme unique d’une logique d’abord financière78. À dire vrai, de la part d’une administration préposée par définition à la gestion des finances de l’État, c’est le postulat inverse qui eût été étonnant. Et pourtant, le rapport que rédigea Baumgartner au nom du comité d’experts réunis par Chéron dans les premiers jours de 1933 reconnut d’entrée de jeu l’importance nouvelle du fait économique dans la politique financière de l’État : il commençait en effet par faire le constat nouveau que « la place, chaque jour plus importante, prise par l’État dans la vie économique a[vait] étroitement associé les finances publiques à la situation générale de la production et de la richesse nationale. »79 Mais il précisait aussitôt le sens de cette liaison : d’une part, notait-il, le rythme de l’activité économique commandait directement le niveau des recettes fiscales. D’autre part, il soulignait que de mauvais résultats économiques agissaient aussi sur le volume des dépenses de l’État « par les secours ou subventions que réclament, dans les périodes difficiles, les exploitants eux-mêmes ou le personnel dont ils cessent d’assurer l’emploi. »80 C’était assurément fort loin d’une conception keynésienne avant la lettre du deficit spending ! Mais aux yeux des experts du ministère des Finances en 1933, le point de jonction essentiel entre les finances publiques et l’activité économique était toujours localisé sur les marchés de l’argent :

  • 81 Ibid.

« L’état du marché des capitaux exerce une action évidente sur la tenue du crédit de l’État, facilite, renchérit ou interdit les émissions d’emprunts, détermine la nature et le volume des ressources auxquelles le Trésor peut faire appel. »81

  • 82 Straus (André), « Le financement des dépenses publiques… », art. cité, p. 98-99.

44À l’inverse, les interventions du Trésor déterminaient le volume et surtout le prix des capitaux à la disposition des agents économiques. C’est toute la question du débat déjà ancien à cette date développé autour de l’effet d’éviction ou au contraire d’entraînement82. Si le rapport des experts de janvier 1933, destiné à connaître une large publicité, passa sous silence ce dernier aspect de la politique financière de l’État, en revanche il apparaît avec une particulière insistance dès 1929 dans le discours interne de la trésorerie et semble même avoir été continûment placé au premier plan des préoccupations de Wilfrid Baumgartner, tout au long de la période, tant sous l’angle de la gestion de la dette publique que dans la détermination et la mise en œuvre des modes de financement des moyens de trésorerie.

  • 83 Projet de note au ministre de W. Baumgartner du 5 novembre 1929, 6 p. dactyl., AWB, 1BA10, Dr7.
  • 84 Sauvy (Alfred), Histoire économique de la France…, op. cit., t. I, p. 84-86.
  • 85 Jacques Marseille a mis en évidence les indicateurs statistiques de l’essoufflement de certains sec (...)
  • 86 Note du 15 février 1932 pour le ministre au sujet de l’outillage national, 3 p. dactyl., AWB, 1BA11 (...)

45Dès la fin de 1929 en effet, encore simple chargé de mission, il rédigea à la demande de Farnier, le directeur du Mouvement des fonds, une note qui visait à démontrer au ministre, déjà Henry Chéron, que l’éventualité alors envisagée d’une émission de bons du Trésor destinée à financer le programme d’outillage national annoncé par Tardieu n’était « pas opportune au moment où apparaiss[aient] les prodromes d’un ralentissement de la vie économique » et alors qu’il semblait « essentiel d’éviter toute mesure qui aurait pour résultat d’entraîner un enchérissement du crédit »83. C’était poser d’emblée, avec beaucoup de clarté et avant même la réapparition des interventions du Trésor sur les marchés de l’argent, le problème de leur incidence sur le niveau des taux d’intérêt et partant sur le niveau de l’activité économique dont les premiers signes d’essoufflement, contrairement à ce qu’a pu avancer Sauvy84, furent perçus dès cette date par les responsables du Trésor85. Mais plus intéressante encore est la préoccupation affichée par le Trésor à propos de l’évolution du prix de l’argent et du rôle possible du crédit sur le niveau de l’activité économique. Et lorsqu’en février 1932, le dernier gouvernement Tardieu évoqua de lancer sur fonds d’emprunt une deuxième tranche de travaux dans le cadre du plan d’outillage national, Baumgartner, une fois de plus, émit un avis défavorable, attirant l’attention du ministre sur « l’enchérissement continu du loyer de l’argent » qu’une nouvelle émission publique ne pourrait qu’accentuer encore86. La grande opération de conversion des rentes décidée à l’été de 1932 par Germain-Martin répondait sans doute d’abord au souci d’alléger le service de la dette, mais parmi ses objectifs affichés figurait aussi la nécessité de contribuer à la baisse des taux. L’intérêt financier de l’État pouvait-il donc se confondre, en cette occasion, avec l’intérêt propre du marché ?

LA CONVERSION DE 1932 ET LES RESSORTS DE LA CONFIANCE

  • 87 Copie d’une réponse de Wilfrid Baumgartner à Henry Germain-Martin du 17 janvier 1949, AWB, 2BA1, Dr (...)

46Procédé traditionnel de bonne gestion des finances publiques, la conversion consista en 1932 à obtenir la transformation des titres de rente perpétuelle souscrits en 1915-1916, 1920, 1927 et 1928 portant intérêt à 5 et 6 % en un nouveau titre de rente, amortissable cette fois, portant un intérêt moindre, fixé à 4,5 %. Wilfrid Baumgartner fut l’artisan véritable de cette opération décidée par Germain-Martin en juillet, préparée durant tout l’été et appliquée en septembre 1932. Déjà anciens, puisqu’ils remontaient, on l’a vu, à la faculté de droit, les liens entre Wilfrid Baumgartner et le député de l’Hérault, professeur à l’autorité intellectuelle reconnue, expliquent pour une bonne part, bien davantage que ses relations avec Paul Reynaud par exemple, la rapidité de son ascension au Mouvement des fonds. C’est en effet Germain-Martin qui le nomma successivement directeur adjoint au Trésor en janvier 1934, puis finalement directeur en 1935. Devenu gouverneur de la Banque de France, Wilfrid Baumgartner rendit d’ailleurs hommage à Germain-Martin qui venait de disparaître, saluant en lui, dans une lettre à son fils Henry avec lequel il était également lié, « le maître qui fut toujours pour moi si affectueux et qui me témoigna si profondément cette affection en me nommant à la direction du Mouvement général des fonds »87. L’existence de tels liens personnels échappe souvent au champ d’analyse de l’histoire économique. Leur importance découle de l’unité de vues dont elle peut être l’indication, d’autant plus significative qu’elle intervient, comme ici, à la charnière entre l’administration et le monde politique.

  • 88 Germain-Martin (Louis), Contribution…, op. cit., p. 325.
  • 89 Ibid., p. 326.
  • 90 Lettre circulaire de Germain-Martin du 15 octobre 1932, AWB, 1BA10, Dr3.
  • 91 « La conversion », leçon datée du 14 novembre 1932, cours de finances publiques 1932-1933, 6 p. dac (...)

47La réalité d’une telle communauté d’analyse était patente entre Wilfrid Baumgartner et Germain-Martin dès 1932. Le ministre rapporta lui-même, dans des mémoires inédits, les circonstances de la conversion et la part active qu’y prit son sous-directeur en l’absence du directeur du Mouvement des fonds, Louis Escallier, qui, à en croire Germain-Martin, aurait alors mis la clef sous la porte, dépité de voir le successeur de Flandin rue de Rivoli sur le point de retirer toute la gloire d’une opération à laquelle il aurait voulu voir Flandin attacher son nom dès 193188 ! Splendeur et misère de la chronique administrative qui ont néanmoins leur importance à l’échelle d’une carrière individuelle, où les affaires de personnes jouent à poids égal face aux évolutions autrement plus profondes pourtant de l’histoire générale. « Heureusement, poursuivait Germain-Martin, que le sous-directeur du Mouvement général des fonds, M. Baumgartner, était en même temps dévoué et d’une loyauté absolue, avec de rares qualités d’intelligence. De plus sa capacité de travail était considérable. Il m’aida de toutes ses forces. »89 En reconnaissance du service ainsi rendu à la chose publique, le ministre jugea d’ailleurs bon d’élever, aussitôt l’opération achevée, son précieux collaborateur au premier grade dans la Légion d’honneur90. La tâche fut d’autant plus lourde que l’opération, comme Baumgartner l’expliqua au lendemain immédiat de la conversion devant son auditoire de la rue Saint-Guillaume, fut réalisée trop tard et dans un contexte économique et financier qui, d’après lui, en rendait l’exécution plus risquée qu’en 1931. Le haut fonctionnaire regrettait ouvertement que par la faiblesse des gouvernants soumis à la pression des élections prochaines, on eût ajourné une décision qui se présentait alors, à l’en croire, dans des « conditions techniques presque parfaites ». Seul « le facteur politique » empêcha donc « que [fût] cueilli un fruit pourtant mûr »91. En 1932, l’occasion passée, la situation générale, notait-il, était devenue beaucoup moins favorable :

  • 92 Ibid.

« La crise s’est accentuée en France – d’où : déficit budgétaire (difficultés nouvelles et poids intégral des largesses d’antan). Dès lors l’opération change de caractère : non plus balancement presqu’automatique des effets de la crise, mais lutte contre les résultats de celle-ci ; non plus couronnement d’un redressement financier, mais amorce d’un nouvel assainissement – l’opération devient donc dangereuse : risque de déconsolidation massive de la dette à long terme. »92

  • 93 Données du Grand Livre de la Dette, 1932, AEF, B 50 999.
  • 94 Pajot (Georges), La conversion française de 1932, thèse pour le doctorat en droit soutenue le 7 nov (...)
  • 95 Frankenstein (Robert), Le prix du réarmement français, op. cit., p. 94.
  • 96 Straus (André), « Le financement des dépenses publiques… », Le capitalisme français…, op. cit., p. (...)

48Les porteurs avaient en effet la faculté de refuser la conversion de leurs titres et d’en demander le remboursement immédiat. Or la conversion remettait en jeu un capital nominal d’un montant atteignant quelque 85 milliards, soit près de 40 % du total de la dette intérieure de l’État à cette date, et 90 % de la dette perpétuelle93. Le jeu était donc risqué, sans doute, mais les possibilités de gain justifiaient pleinement la mise : l’allégement du service de la dette qui de fait en résulta procura au Budget de l’État une économie annuelle de l’ordre de 2 milliards de francs94. C’était bien le but premier de la conversion, durant une période où le niveau de la dette publique héritée de la Première Guerre mondiale et de la reconstruction restait considérable, un peu plus de 266 milliards en 1932, malgré les efforts d’amortissement fournis sous Poincaré. Par suite, les répercussions de son coût annuel sur le Budget de l’État étaient importantes puisqu’aussi bien le service de la dette n’a jamais représenté, entre 1929 et 1935, moins de 20 milliards chaque année, soit 40 % des dépenses annuelles totales du Budget95. Le service de la dette est ainsi resté, dans toute la période, le principal poste des dépenses de l’État, loin devant les dépenses militaires, par exemple, qui venaient en deuxième position. C’est un point qu’a bien souligné André Straus96 : l’État, par le jeu de la dette publique, a toujours été à la fois le « réceptacle » mais aussi le « dispensateur » de flux financiers et il faut tenir compte de la réalité de ce double mouvement quand on étudie la question de l’influence de la politique financière de l’État sur les marchés de capitaux qui semble, au même titre qu’un souci de bonne gestion de la dette publique, avoir été au cœur de l’opération de conversion de 1932. Ces deux dimensions de la politique financière de l’État dans les années 1930, dans une certaine mesure antinomiques, étaient bien présentes à l’esprit des responsables de la conversion.

49Baumgartner y insista ainsi dans son cours des Sciences politiques : la conversion avait avant tout pour but de lutter contre la crise par l’abaissement généralisé du prix de l’argent qu’elle devait entraîner. C’est un thème qui fut largement repris au moment même de l’opération. Germain-Martin plaça d’emblée son argumentation sur ce terrain devant la commission des Finances de la Chambre réunie en séance extraordinaire le 16 septembre 1932 :

  • 97 Procès-verbal de l’audition de Germain-Martin devant la commission des Finances de la Chambre le 16 (...)

« La conversion, c’est la politique de l’argent à meilleur marché. Elle permettra l’établissement de prix de revient meilleurs. C’est donc aussi une facilité pour l’avenir en ce qui concerne la restauration du commerce extérieur. Car [...] notre commerce extérieur est dans une situation lamentable, à un degré que l’opinion ne connaît pas encore, mais qu’il faudra lui faire connaître. »97

50Dès cette date, le ministre évaluait devant les députés à environ 140 milliards le volume des capitaux sans emploi. La relance de l’activité économique, à ses yeux, passait par leur « déthésaurisation » :

  • 98 Ibid. Germain-Martin quatre ans plus tard reprit dans le récit global de son action aux Finances ce (...)

« La situation en France est paradoxale à un point que vous n’imaginez pas. 140 milliards de capitaux en dépôt et sans emploi, alors que les grandes entreprises sont obligées pour avoir des placements à un taux correspondant à peu près au taux mondial, d’aller emprunter en Hollande ou en Suisse, où ce sont le plus souvent des capitaux français qui s’engagent dans l’opération. Le Gouvernement a estimé qu’il fallait faire cesser cette situation. »98

  • 99 Procès-verbal de l’audition de Germain-Martin devant la commission des Finances de la Chambre le 16 (...)

51Cette analyse fit le fond, durant toute la période, de la perception par les responsables des Finances de la crise et des moyens pour les pouvoirs publics d’y remédier. Elle rencontrait au Parlement les vues de toute une fraction de la droite modérée, dont Maurice Petsche, déjà proche à cette date, on l’a montré, de Wilfrid Baumgartner, était assez représentatif à la commission des Finances. Il demanda ainsi au ministre, au cours de la discussion de la loi de conversion, si en dehors de cette opération, le gouvernement avait l’intention d’adopter « une politique de crédit pour faciliter le développement des entreprises nationales et permettre également la diminution de charges financières qui, d’après lui, grev[aient] l’industrie française »99.

  • 100 Ibid.

« Vous me demandez, lui répondit Germain-Martin, si les conversions vont faciliter la politique de baisse des taux d’intérêt, c’est fait pour cela. [...] Enfin autant qu’un ministre des Finances et un ministre du Budget peuvent avoir d’influence sur les établissements de crédit, nous les inviteront à faire la politique la plus large à l’égard des affaires ; il nous faut sortir de cet état de stagnation »100.

52Encore voilée devant les députés, cette critique des banques fut plus explicite, après coup, dans ses mémoires inédits :

  • 101 Germain-Martin (Louis), Contribution…, op. cit., p. 326.

« C’est peut-être dans le milieu des grandes banques que je trouvai le moins d’enthousiasme. je faisais une politique d’abaissement du taux de l’intérêt ; or, il est certain que les grands établissements de crédit, au cours des difficultés financières, de 1920 à 1940, n’ont cessé de tout faire, avec beaucoup d’habileté, pour maintenir en France un taux d’intérêt élevé, ce qui a certainement gêné l’expansion des affaires »101.

  • 102 Plessis (Alain), « Les banques, le crédit et l’économie », in Lévy-Leboyer (Maurice) et Casanova (J (...)

53Le thème des responsabilités bancaires dans la crise était au vrai fort répandu à l’époque102. Il renforce ici l’idée que la question des conditions de crédit a été dans la période une préoccupation constante non seulement pour le ministre, mais aussi pour une certaine droite parlementaire, dont Maurice Petsche semble avoir été un bon porte-parole, ainsi que pour une large fraction de l’administration des Finances, dont Wilfrid Baumgartner s’affirmait alors comme un des représentants les plus en vue. Mais le témoignage de l’ancien ministre des Finances éclaire aussi l’importance des négociations que Baumgartner dut mener dans la phase préparatoire à la conversion avec les différentes parties en jeu, dont le soutien finalement acquis explique, au moins dans un premier temps, le succès remporté par la conversion. Ces pourparlers illustrent de la façon la plus concrète la réalité du métier d’un grand commis au Trésor et la face pour ainsi dire quotidienne de la politique financière dans l’entre-deux-guerres.

  • 103 « La conversion », leçon datée du 14 novembre 1932, doc. cité, p. 5.
  • 104 Germain-Martin (Louis), Contribution…, op. cit., p. 326.

54La réussite de la conversion dépendait entièrement du comportement des porteurs de titres et de la confiance qu’ils décideraient, ou non, de témoigner à l’État, en acceptant de convertir leurs titres ou en les présentant au contraire au remboursement. Les demandes de remboursement, à l’issue des six jours qui furent laissés aux porteurs pour se décider, n’atteignirent pas, au bout du compte, 4,5 milliards, soit à peu près 5 % du capital nominal remis en jeu, encore ce reliquat fut-il partiellement remboursé par 3 milliards de souscriptions nouvelles103. La fortune semblait donc avoir souri aux audacieux qui avaient pris la décision de la conversion alors que les disponibilités du Trésor étaient à cette date, on l’a vu, tombées à un niveau presque insignifiant. Toutes les préoccupations avaient été prises à la direction du Mouvement des fonds au cours de l’été pour mettre à la disposition du Trésor une masse de manœuvre propre à le prémunir contre un éventuel run des porteurs et, plus encore, pour s’assurer de la confiance du public. Germain-Martin et Baumgartner auraient alors, selon le récit de l’ancien ministre, reçu rue de Rivoli près de trois cents personnes « de tous les milieux bancaires ou qui pouvaient avoir une influence sur les épargnants », pour leur demander, expliquait-il, « d’aider l’État pour que l’opération, faite dans des conditions délicates, réussît »104. Ces visiteurs étaient en fait les interlocuteurs habituels du Mouvement des fonds. Ils dessinent autour de Wilfrid Baumgartner le réseau de nature d’abord professionnelle qui progressivement se forma autour de lui au cours des années passées à la gestion de la trésorerie.

55Le concours le plus important prêté au Trésor pour la conversion fut celui de la Caisse des dépôts et de la Caisse autonome d’amortissement, toutes deux placées à cette date sous la forte autorité de Jean Tannery. La Caisse des dépôts constituait alors le principal réservoir de disponibilités du Trésor. Forte de l’afflux de capitaux dans les caisses d’épargne et du développement des fonds d’assurances sociales qui avaient caractérisé les années 1930-1931, elle disposait en effet d’une masse de manœuvre considérable qu’elle employa à la demande du Trésor dès le mois d’août pour soutenir en Bourse le cours de la rente afin de créer un climat de confiance propice à la réussite de la conversion.

  • 105 Priouret (Roger), La Caisse des dépôts, cent cinquante ans d’histoire financière, Paris, PUF, 1966, (...)

56Entre août et octobre 1932, les deux établissements auraient ainsi acheté pour plus de 3 milliards de rentes, contribuant largement à maintenir au-dessus du pair la plupart des fonds d’État105. Surtout, la Caisse d’amortissement accepta de mettre ses ressources à la disposition du Trésor de façon à lui permettre de faire face à d’éventuelles demandes massives de remboursement. Ces dispositions mettent en lumière les liens de trésorerie organiques qui en cette occasion comme en d’autres rattachaient le Trésor aux caisses publiques et la fréquence des rapports noués entre les hommes préposés à leur gestion. Avec les banques, les relations s’établissaient sur un pied nécessairement différent.

57Les rapports entre le Mouvement des fonds et la Banque de France s’inscrivaient, eux, dans un registre particulier. Par ses statuts, la banque d’émission demeurait à cette date un établissement privé, mais dont le gouverneur néanmoins était nommé par l’État. Clément Moret, qui avait été le premier patron de Wilfrid Baumgartner au Mouvement des fonds en 1928, avait succédé rue de la Vrillière à Émile Moreau, dès septembre 1930. Or, l’ancien directeur du Trésor avait conservé des liens étroits avec le jeune inspecteur des Finances monté en grade. Cette proximité, à la fois personnelle et institutionnelle, apparaît sans ambiguïté dans le carton que quelques semaines avant le début de la conversion, Moret retourna pour le remercier à Baumgartner qui venait de le féliciter d’une récente décoration :

  • 106 Carte de Clément Moret à Wilfrid Baumgartner du 12 avril 1932, AWB, 1BA22, Dr6 (souligné par Moret)

« Je vous sais gré de l’affection que vous voulez bien me témoigner à l’occasion de ma promotion. [...] Vous savez bien que mon passage rue de la Vrillière ne m’empêche pas de rester Mouvement des Fonds d’esprit et de cœur. Vous avez toujours été un collaborateur si sûr et si dévoué et j’ai toujours eu en vous une telle confiance que je mets dans le merci que je vous envoie toute ma vieille et sincère affection. »106

  • 107 Plessis (Alain), « Les rapports entre la Banque de France et l’État jusqu’en 1914 : tutelle ou indé (...)
  • 108 Germain-Martin (Louis), Contribution…, op. cit., p. 326.
  • 109 Pajot (Georges), La conversion française de 1932, op. cit., p. 193-196.
  • 110 Il participa ainsi le 29 novembre 1932 au banquet de clôture du 4e congrès de l’Épargne française à (...)
  • 111 Pajot (Georges), La conversion française de 1932, op. cit., p. 188 sqq.

58Ce précieux témoignage met remarquablement en évidence les limites de l’indépendance de l’Institut d’émission quand le gouverneur que l’État place à sa tête, comme c’était le cas avec Moret, mais aussi bien après 1945 avec Baumgartner lui-même, provient du Trésor. Pour autant, il serait tout aussi abusif d’en conclure que la Banque, dès avant 1936, se trouvait dans la dépendance étroite du Mouvement des fonds. D’une part, il fallait aussi compter avec le pouvoir du Conseil de régence dont le poids, comme Jean-Noël Jeanneney l’a montré pour François de Wendel, pouvait n’être pas négligeable ; d’autre part, la personnalité du gouverneur était au moins aussi déterminante que les fonctions auparavant exercées. Émile Moreau avant Clément Moret, Jean Tannery après lui, en sont une illustration probante. Il reste que la Banque de France fut dans toute la période un maillon essentiel de la politique financière du Trésor ne serait ce qu’en raison de l’étendue de son réseau de succursales sur l’ensemble du territoire national, dont la Banque, sous la pression du ministère des Finances, avait dû se doter à partir du renouvellement de son privilège en 1897107. C’est en partie par ce réseau de guichets que le Trésor, en effet, entrait en contact avec la cohorte anonyme, à la psychologie toujours inquiète, du peuple des rentiers qui fut, dans le drame financier de l’entre-deux-guerres dont le Trésor aurait été le héros tragique, comme la figuration d’un destin aux voies décidément impénétrables. C’est dire l’importance revêtue par les succursales de la Banque de France, mais aussi par les multiples guichets des grandes banques de dépôts, comme par les percepteurs, les agents de change, les coulissiers, les notaires, ces « puissants auxiliaires du Trésor »108, mais aussi les agents des compagnies d’assurances, dont l’action jusque dans le moindre chef-lieu d’arrondissement était essentielle quand il s’agissait, comme au moment de la conversion, de persuader les porteurs d’accepter la conversion sans même songer à se faire rembourser109. Parmi ces acteurs divers, les banques commerciales avaient un statut particulier puisqu’elles apparaissaient moins comme les agents du Trésor que comme ses clients, aux services parfois âprement monnayés. Elles jouaient aussi un rôle de premier plan dans la diffusion de la propagande du Trésor en faveur des émissions nouvelles. Les relations entretenues depuis 1929 par Wilfrid Baumgartner avec l’influente Fédération des porteurs de valeurs mobilières, au banquet de laquelle il assistait chaque année, avaient aussi leur importance110. Mais c’est à la presse financière que revint le rôle le plus actif dans l’action de propagande engagée à partir de juillet 1932 en faveur de la conversion111. Il posait le problème délicat et peu étudié encore des rapports entretenus entre les deux guerres par la direction du Mouvement des fonds avec le monde fort composite des journalistes financiers.

« L’ABOMINABLE VÉNALITÉ » DE LA PRESSE FINANCIÈRE ?

  • 112 L’information économique et financière du 8 août 1932.
  • 113 Pajot (Georges), La conversion française de 1932, op. cit., liste p. 189.
  • 114 Jeanneney (Jean-Noël), « La vénalité du journalisme financier entre les deux guerres », in L’argent (...)
  • 115 Sur le personnage de Louis Marin à cette date, cf. Jeanneney (Jean-Noël), François de Wendel…, op. (...)

59Dès les premiers jours d’août, L’information économique et financière avait préparé ses lecteurs à l’éventualité de la conversion dans un article éloquemment intitulé « Motifs d’un acte de confiance »112. À partir des premiers jours de septembre, la presse fut quasi unanime à soutenir l’opération. L’Agence économique et financière, L’Intransigeant, La Vie financière, bientôt relayés par les grands quotidiens, Le Temps, Le Matin, L’Écho de Paris, Le Populaire même113, appelèrent l’opinion à soutenir l’opération présentée comme le moyen de sortir de la crise et l’amorce du redressement des finances publiques. Un soutien si complet de la presse spécialisée pose inévitablement le problème plus général de la vénalité du journalisme financier, dans une période où il fut mêlé de près ou de loin à tous les scandales boursiers de l’entre-deux-guerres114. Cette attitude de la presse donna lieu, lors de la discussion de la loi de conversion le 16 septembre 1932, à un échange assez vif à la Chambre entre le ministre Germain-Martin et Louis Marin, le bouillant député de l’Union républicaine démocratique, qui s’était fait de la défense des petits rentiers une manière de spécialité depuis le débat sur la stabilisation monétaire115. Pour Louis Marin, il ne faisait aucun doute qu’une ample utilisation des fonds secrets était à l’origine d’un si unanime soutien :

  • 116 JO, Débats parlementaires, Séance extraordinaire à la Chambre du 16 septembre 1932, p. 2744.

« M. Louis Marin : “Vous retracerai-je le spectacle qu’ont donné certains journaux ces derniers jours et le nombre d’articles hostiles à la conversion qui, le lendemain étaient contredits par d’autres articles favorables à la conversion, non seulement parus dans le même journal, mais portant la même signature ! ”
“M. Léon Blum : “Articles désintéressés !”
M. Le Ministre des Finances : “Monsieur Marin, je tiens à vous affirmer devant la Chambre que ces jours-ci la presse a écrit en pleine indépendance”. (interruptions à l’extrême gauche et mouvements divers).
M. Louis Marin : “Au nom de toute la Chambre, je remercie M. le Ministre des Finances de nous avoir fait cette confidence. Elle est vraiment extraordinaire et je ne sais combien d’entre-nous croiront à cette merveilleuse innocence” ».116

  • 117 Soit : 4 lettres de R. Bollack (1BA14, Dr4 ; 1BA22, Dr2 et 6, 1BA35, Dr3) ; 1 lettre de Léon Chaven (...)
  • 118 Lettre de G. Mitzakis à W. Baumgartner du 8 janvier 1933, AWB, 1BA22, Dr6.
  • 119 Allocution de René Théry, Bulletin périodique de l’Association de la presse économique et financièr (...)
  • 120 Ibid.
  • 121 Discours de Germain-Martin au banquet annuel du 9 mai 1934, Bulletin périodique de l’Association de (...)

60Innocence ou culpabilité ? Les sources sont rares, si même elles existent, qui permettraient de trancher. Cet échange jette cependant un jour particulier mais pas nécessairement soupçonneux sur les rapports créés par Wilfrid Baumgartner et certains journalistes financiers en vue, lors de son passage au Mouvement des fonds. Avec Robert Bollack, l’administrateur de L’Agence économique et financière, avec Léon Chavenon de L’Information économique et financière, avec Georges Mitzakis surtout, le chroniqueur financier de L’Intransigeant, des liens existaient dont les papiers ont conservé la trace117. L’analyse de cette correspondance révèle une relation cordiale explicitement perçue par le journaliste comme le moyen d’un accès privilégié à l’information en échange d’un droit de regard implicitement reconnu à l’administration. C’est ainsi qu’en janvier 1933, par exemple, Mitzakis envoya à Baumgartner le texte à paraître dans L’Intransigeant d’un article consacré au dernier mouvement de personnel aux Finances et lui demandait en retour « s’il n’[était]pas possible de connaître les chiffres sur les évaluations budgétaires et les statistiques sur les recouvrements budgétaires autrement que par la voie – tardive – du Journal officiel »118. Entre l’administration du Trésor et la presse financière, l’établissement d’un tel modus vivendi n’avait à la vérité rien pour surprendre. À une époque où la presse était à peu près le seul moyen d’atteindre l’opinion, le Trésor, dont la politique financière dépendait étroitement de ses réactions, pouvait-il ne pas s’appuyer sur le relais des feuilles financières qui touchaient précisément le public que lui-même courtisait ? La rencontre du monde de la finance publique et privée et des journalistes financiers qui, tous les ans, avait lieu à l’occasion du banquet de l’Association de la presse économique et financière, sous la présidence du ministre des Finances, donne une image saisissante des relations entre les deux mondes. Le 9 mai 1934, c’est à Germain-Martin, une fois de plus installé rue de Rivoli, qu’il revint de présider, comme en 1932, les agapes tenues dans les salons de l’hôtel Continental. René Théry, le président de l’association, put se féliciter à cette occasion de la présence « des plus hautes autorités financières et économiques du pays »119. Les principaux noms de la place étaient en effet réunis : Clément Moret, Jean Tannery et Louis Martin, le directeur général du Crédit national, Yves Bréart de Boisanger, le nouveau directeur du Trésor, flanqué de ses deux directeurs adjoints, Jacques Rueff et Wilfrid Baumgartner, Édouard Jacob, le syndic des agents de change, Édouard Escarra du Crédit lyonnais et Henri Ardant de la Société générale, mais aussi Maurice Gilis, le président de la Fédération des porteurs de valeurs mobilières, ainsi que des représentants des milieux industriels : Syndicat général de la construction électrique, Comité central de la laine, etc. Le président de l’association salua particulièrement le retour de Germain-Martin aux Finances, au lendemain du 6 février 1934, rappelant les mots qu’il avait eus à l’intention des journalistes financiers lors du banquet du 25 octobre 1932, au lendemain de la conversion. Le ministre des Finances, rappelait René Théry, aurait alors dit toute l’importance qu’il attachait au rôle des journalistes de la presse spécialisée ; il aurait même déclaré les traiter en véritables « collaborateurs » et attacher « quelque prix, ajoutait Théry, à la manière dont nous expliquions au public les problèmes posés et les solutions envisagées, que vous étiez sensible aussi au soin avec lequel nous informions le Gouvernement des impressions perçues chez nos lecteurs »120. Germain-Martin, dans sa réponse, ne put que se déclarer comblé « à la fois de joie et de confusion [...] parce qu’un ministre des Finances, enchaînait-il, d’accord avec son collègue et ami de l’Intérieur, devient de plus en plus un homme qui est obligé d’être très attentif sur les mouvements de l’opinion »121. Il utilisait donc d’abord la tribune qui lui était offerte pour rendre un hommage en apparence dithyrambique aux spécialistes de la presse financière assemblés, mais pour séparer aussi le bon grain de l’ivraie :

  • 122 Ibid.

« Si en France, depuis quelque dix ans, de malheureuses feuilles – et, disons le net, des feuilles de chantage odieux – ont pullulé et gênent beaucoup les pouvoirs publics [...] au contraire, Messieurs, je vous le dis très sincèrement, je suis extrêmement frappé de la grande allure que prend de plus en plus la presse financière. Oh ! ce n’est pas pour vous faire plaisir que je dis cela. [...] Je vous assure, Messieurs, que j’apprends beaucoup auprès de vous et que vous m’instruisez tous les jours. Merci à mes maîtres ! »122

61Par ses trop fréquentes dénégations, par le trop emphatique hommage qu’il comportait de la part d’un professeur reconnu de la faculté, le discours de Germain-Martin traduit bien toute l’ambiguïté de la relation entre le ministère des Finances et la presse financière qu’il devait ménager parce qu’il avait besoin de ses services, mais à qui il tenait aussi à rappeler qu’elle restait aux bords du cercle véritable du pouvoir et que la limite entre « les maîtres » et les maîtres chanteurs était ténue. Le message du ministre se fit explicite, et il dessina admirablement les contours de la contrainte qu’une fraction de l’opinion pouvait alors exercer sur les choix de l’administration des Finances et la nature du mariage de raison qui unissait le ministre à la presse financière :

  • 123 Ibid.

« Ce soir, j’ai à vous demander quelque service [...] car un Ministre, quel que soit son zèle, quel que soit son ardeur à servir la Nation, ne peut pas tout ; il faut qu’il ait autour de lui l’appui de l’opinion publique. Cette opinion, vous contribuez à la faire, car c’est à travers les journaux financiers que filtrent ensuite dans les journaux de grande opinion les idées qui soutiennent ou dépriment le Pays. »123

62C’était reconnaître l’étroitesse de la liberté laissée aux responsables de la politique monétaire à un moment où le débat sur l’éventualité d’une dévaluation du franc se développait. À partir de la fin de 1932, la renaissance de la dette flottante renforça en effet au Mouvement des fonds le poids de la considération de l’opinion des détenteurs de capitaux, en France comme à l’étranger, aboutissant à limiter davantage, à chaque nouvelle émission, sa marge de manœuvre. C’est une évolution dont une analyse du discours des responsables de la trésorerie entre 1933 et 1934 doit tenir compte.

LE TRÉSOR, ACTEUR ET TUTELLE DES MARCHÉS DE L’ARGENT

  • 124 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 29-40.

63De la fin de 1932 à 1934, le Trésor, confronté à la mission impossible d’ajuster les recettes et les dépenses et à la saturation du marché financier, dut renouer avec l’ère des recours au marché monétaire qui avait semblé se clore avec le retour de Poincaré aux affaires124. La quête toujours recommencée des indispensables moyens de trésorerie et l’épée de Damoclès chaque jour plus lourde que fit alors peser sur la trésorerie la renaissance de la dette flottante permettent de rendre compte du discours développé dans la période par Wilfrid Baumgartner et replacent les invocations rituelles au rétablissement de l’équilibre budgétaire dans une perspective renouvelée.

  • 125 Note de W. Baumgartner pour le ministre au sujet de la situation de la trésorerie, 4 p. dactyl., AW (...)
  • 126 Ibid., p. 3.

64Dès février 1932, le sous-directeur du Mouvement des fonds avait averti le ministre que les disponibilités du Trésor devaient désormais être considérées comme épuisées. « Dans ces conditions, précisait-il, on pourrait même s’étonner que le Trésor ait pu tenir jusqu’à présent. La vérité est qu’il n’a tenu que grâce au soutien qu’ont bien voulu lui prêter la Caisse d’amortissement et la Caisse des dépôts. »125 Il ajoutait que seul un virement de 100 millions de la Banque d’Algérie et de 550 millions du Crédit national avait permis de passer la veille le cap du bilan hebdomadaire de compte du Trésor à la Banque de France. « Je ne puis dissimuler au ministre, concluait-il, qu’il ne s’agit là que de moyens de fortune et qu’encore une fois l’émission de bons du Trésor s’imposera à bref délai »126. De fait, le Trésor recommença à partir du mois suivant à recourir au marché monétaire et le plafond de circulation des bons du Trésor, fixé à 5 milliards par Poincaré en août 1926, fut relevé successivement jusqu’à atteindre 14 milliards en décembre 1932. Les chiffres officiels de la dette publique traduisent clairement la reprise de la progression de la dette flottante à partir du second semestre 1932 et de nouveau en 1934, après avoir marqué un palier en 1933. En regard, la dette perpétuelle, nettement dégonflée à l’issue de la conversion de 1932, n’évolua plus et se stabilisa autour de 50 milliards. (cf. figure n° 6)

  • 127 Note de trésorerie de W. Baumgartner au ministre du 24 juin 1932, AWB, 1BA11, Dr1.

65La progression inverse de la dette perpétuelle et de la dette flottante illustre parfaitement le déplacement, entre 1929 et 1935, des modes de financement de la trésorerie du marché financier vers le marché monétaire. Ce mouvement fut grandement facilité, dans un premier temps, par la bonne tenue du franc qui fit figure de monnaie refuge pour les capitaux flottants, au lendemain de la dévaluation de la livre. C’est ainsi qu’en juin 1932 déjà, près de 400 millions de bons du Trésor français furent souscrits par la Banque d’Angleterre127.

  • 128 « Évolution de la trésorerie depuis le début de 1933 », note de Wilfrid Baumgartner au ministre du (...)
  • 129 Jeanneney (Jean-Noël), François de Wendel…, op. cit., p. 492. À l’occasion de cette requête du Trés (...)
  • 130 Note de W. Baumgartner à G. Bonnet « au sujet de l’opération à court terme du Trésor français en Gr (...)
  • 131 Note de W. Baumgartner au ministre sur la situation de la trésorerie du 13 juillet 1933, AWB, 1BA13 (...)
  • 132 Bonnet (Georges), Vingt ans de vie politique…, op. cit., p. 167.
  • 133 Kindleberger (Charles P.), Histoire financière de l’Europe occidentale, Paris, Économica, 1986, p. (...)

66À la fin d’avril 1933, Baumgartner dressa à l’intention du ministre Georges Bonnet un bilan dramatique de la situation de la trésorerie128 : au cours du seul premier semestre, les charges de trésorerie s’étaient élevées à 7 500 millions. Sur cette somme considérable, 3 500 millions correspondaient au déficit du budget de l’État mais aussi des budgets communaux et départementaux ainsi que des budgets de l’Algérie et des colonies ; 1 900 millions correspondaient au soutien du Trésor à l’économie et aux avances d’intérêt social. Le refus de la Caisse des dépôts de mobiliser ces avances, comme elle l’avait fait jusque-là, avait fortement alourdi le déficit de la trésorerie, encore aggravé par un mouvement de retrait dans les caisses d’épargne et de demande de remboursement de bons de la Défense nationale qui grevèrent le Trésor de plus de 2 000 millions supplémentaires. Devant les réticences des banques à souscrire un nouveau contingent de bons et la fin de non-recevoir opposée par la Banque de France à toute faculté de réescompte automatique129, le Mouvement des fonds, comme l’expliqua alors Baumgartner au ministre, se tourna à contrecœur vers le marché anglais, où la maison Lazard proposa de jouer les bons offices130. Différentes banques de la City conduites par Lazard Brothers ouvrirent au Trésor public français un crédit de 30 millions de livres à trois mois, soit environ 2,5 milliards de francs. Mais dès le mois de juillet, le Trésor put commencer à rembourser cet emprunt par anticipation, fort d’un nouvel accroissement des souscriptions de bons du Trésor dont la circulation s’accrut d’un milliard au cours du mois de juin. Ces nouvelles souscriptions se poursuivirent durant toute la première quinzaine de juillet et, comme le nota Baumgartner, furent pour l’essentiel le fait de capitalistes étrangers : « Une forte proportion des souscriptions reçues ces jours derniers proviennent, directement ou non, de l’étranger. [...] Elles représentent donc un élément particulièrement instable dont on doit souhaiter plutôt la diminution que l’extension »131. Cet afflux de hot money vers la France s’expliquait aussi bien par la dévaluation du dollar intervenue en avril que par les positions défendues par la délégation française à la conférence monétaire de Londres en juin et juillet 1933, à laquelle Wilfrid Baumgartner accompagna le ministre des Finances132. La formation du bloc-or sur laquelle elle déboucha contribua assurément à orienter les capitaux américains et anglais vers les bons du Trésor français133. Mais que vînt à se profiler la perspective d’un retournement de la position du dollar ou de la livre, ou à se préciser au contraire l’hypothèse d’une dévaluation du franc, ces capitaux très mobiles eussent quitté la France aussi rapidement, qu’ils y avaient cherché refuge. Wilfrid Baumgartner exposa parfaitement en octobre 1933, alors que la masse des bons en circulation dépassait 13 500 millions, la menace considérable que cette situation faisait peser sur les finances publiques de la France :

  • 134 Note de Wilfrid Baumgartner au ministre a/s de la trésorerie et de la politique financière du 28 oc (...)

« L’aisance actuelle est à bien des égards précaire [...]. Depuis maintenant près de deux années, la trésorerie ne vit que d’appels au crédit [et] le libre jeu de la trésorerie ne dépend que davantage de la confiance des détenteurs de bons [...] ; que la stabilisation du dollar ou de la livre apparaisse prochaine et, dans l’état d’inquiétude qui caractérise l’opinion internationale, nous serons menacés d’une exportation massive de capitaux étrangers réfugiés sur notre marché, suivie peut-être d’un exode des capitaux nationaux. Au total et pour conclure, le fonctionnement de la trésorerie dépend uniquement du maintien du crédit public, lequel dépend essentiellement de l’équilibre du budget. »134

Figure n° 6. Évolution comparée de la dette flottante et de la dette perpétuelle de l’État (1929-1938) (en millions de francs courant)

Figure n° 6. Évolution comparée de la dette flottante et de la dette perpétuelle de l’État (1929-1938) (en millions de francs courant)

Source : Grand livre de la dette, 1929-1938, AEF, B 50 999.

  • 135 Cf. par exemple les analyses de Mouré (Kenneth), « La perception de la crise par les pouvoirs polit (...)
  • 136 Note de trésorerie de W. Baumgartner au ministre du 15 février 1932, AWB, 1BA11, Dr1, p. 1.
  • 137 Note de W. Baumgartner pour le ministre a/s de l’équilibre budgétaire, mai 1932, AWB, 1BA11, Dr7, p (...)
  • 138 Michel Margairaz, pourtant, relève ce fait dans son étude de la gestion de la trésorerie entre 1932 (...)
  • 139 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire, Paris, Seuil, 1976, p. 121.
  • 140 Perrot (Marguerite), La monnaie et l’opinion publique en France et en Angleterre de 1924 à 1936, Pa (...)

67Le mécanisme du piège dans lequel la trésorerie s’était laissée enfermer était très lucidement décrit. Le schéma d’enchaînement causal, dont l’analyse de Wilfrid Baumgartner témoignait, invite à reconsidérer l’attachement, en apparence économiquement injustifiable, au dogme de l’équilibre budgétaire proclamé urbi et orbi par tous les responsables des Finances de la période135. L’ajustement des recettes et des dépenses de l’État n’avait pas en soi la vertu de mettre fin à la crise économique et l’on ne voit pas très bien du reste de quelle manière et par quels mécanismes il eût pu en être autrement. Baumgartner, qui fit en effet de la nécessité du retour à l’équilibre budgétaire un des leitmotivs de ses analyses entre 1932 et 1934, ne se plaça d’ailleurs jamais sur ce terrain théorique improbable. En revanche, il lia très vite l’assainissement des finances publiques, qui à tort ou à raison était de nature à accroître dans l’opinion des détenteurs de capitaux la confiance dont l’État pouvait être crédité, au mode d’alimentation de la trésorerie depuis 1932. « Ce qu’il importe surtout à mon sens de mettre en lumière, écrivait ainsi Baumgartner dès février 1932, c’est qu’un emprunt est moins grave par ses répercussions directes que par les circonstances dans lesquelles il est émis »136. C’était mettre clairement en relation le problème du financement de la trésorerie et la notion de crédit public au double sens du terme, à la fois possibilité pour l’État de se procurer des capitaux et crédibilité dans le public de la puissance publique emprunteuse. Le rapport supposé entre l’équilibre des finances publiques et la solidité du franc, exposait toujours Baumgartner dans une note de mai 1932 « au sujet de l’équilibre budgétaire », était dès lors perçu « avec une netteté si frappante dans l’opinion publique que le contre coup psychologique d’un déficit budgétaire serait à présent beaucoup plus brutal que dans le passé »137. Les effets de l’équilibre ou du déséquilibre du Budget, aux yeux du principal responsable de la gestion de la trésorerie entre 1932 et 1934, étaient donc explicitement d’ordre psychologique et non économique. C’est un fait qui n’a pas été assez souligné par la plupart des auteurs qui, à partir de 1960-1970, ont étudié la politique économique de la France dans la période, car la variable psychologique s’intègre mal, par nature, aux modèles explicatifs de type macroéconomique qui ont servi de base théorique à l’analyse plus proprement historique alors menée138. En 1976, François Bloch-Lainé, qui à la différence de Wilfrid Baumgartner appartient davantage à la génération suivante de hauts fonctionnaires, celle qui exerça ses responsabilités sur ce versant-ci du siècle, confessa d’ailleurs après coup à propos de l’expérience Pinay de 1952 et de ses appels, alors tournés en dérision rue de Rivoli, à « la confiance des possédants et des acheteurs », qu’il s’était depuis interrogé sur le rôle de cet insaisissable élément qu’est la variable psychologique : « Cette constatation m’a conduit à faire oraison, à me demander si mes semblables et moi n’étions pas trop enclins à donner plus d’importance à la rationalité qu’au charisme, et si nous n’avions pas tort de négliger dans nos techniques le rôle de la magie. »139 On a vu depuis, avec le retour d’une situation de crise économique à partir de 1973, remise à l’honneur la considération de la psychologie collective des détenteurs de capitaux et des agents économiques en général. En ce sens, les analyses de Wilfrid Baumgartner en 1933 témoignaient bien d’une certaine modernité économique dont les contenus décidément ne peuvent jamais être définis ne varietur. Elles révèlent aussi le décalage existant alors entre les vues techniques développées au sein de l’administration des Finances et le discours public tenu à l’extérieur par ses responsables politiques, destiné à agir sur une fraction de l’opinion avec laquelle le déphasage était plus grand encore140.

  • 141 Dépêche télégraphique de E. Monick à W. Baumgartner du 9 novembre 1933, 17 heures, AWB, 1BA13, Dr2.
  • 142 Note de trésorerie de Wilfrid Baumgartner au ministre du 7 novembre 1933, 4 p. dactyl., AWB, 1BA13, (...)
  • 143 Note de trésorerie de W. Baumgartner au ministre du 2 décembre 1933, AWB, 1BA13, Dr2.
  • 144 « Inflation et Dévaluation », note de Wilfrid Baumgartner du 22 novembre 1933, 4 p. dactyl., AWB, 1 (...)
  • 145 Note de W. Baumgartner au ministre du 15 décembre 1933, AWB, 1BA13, Dr2.

68À l’automne 1933, le reflux des capitaux étrangers qui se produisit confirma la justesse des analyses du sous-directeur du Mouvement des fonds. Par une dépêche de l’attaché financier à New York, Emmanuel Monick, il fut prévenu dès le début de novembre qu’outre-Atlantique, « des rumeurs au sujet de l’instabilité du franc » et de sa dévaluation inévitable circulaient de nouveau141. Au ministre qui lui demanda d’expliquer les motifs des demandes de remboursement qui atteignirent en deux semaines près de 2 milliards de francs, il exposa que « le renouvellement ou le non renouvellement des bons dépend[ait] d’une multitude de facteurs et [qu’]on ne saurait en préjuger en se fondant uniquement sur la qualité des souscripteurs initiaux »142. Au début de décembre encore, le Trésor dut faire face à plus d’un milliard de demandes de remboursement143. À l’évidence, les capitaux étrangers quittaient la France réduisant d’autant les disponibilités et la souplesse du marché monétaire de Paris. Le Trésor faisait désormais face aux seuls capitaux nationaux sur un marché de plus en plus étroit et difficile. Dans ce contexte, on comprend que Wilfrid Baumgartner se fût résolument prononcé, à cette date, contre l’éventualité d’une dévaluation, qu’il identifiait à juste titre, si l’on veut bien considérer les risques de fuite des capitaux qu’elle comportait, à une faillite de l’État144. Or, à la même époque, il présentait au ministre les charges considérables qui attendaient le Trésor au cours de 1934, du fait d’un déficit budgétaire terminal évalué à 6 milliards et de l’arrivée à échéance cette année-là de l’emprunt Clémentel de 1924 qui représentait un capital nominal de plus de 8 milliards145. Il concluait à la nécessité d’obtenir du Parlement, avant la fin de l’année, l’autorisation de procéder à de nouvelles émissions. Mais la dégradation continue des conditions d’émission obtenues par l’État en 1933 indique assez l’ampleur des difficultés qui devaient suivre.

Tableau n° 4 Inventaire des émissions publiques en 1933 (date, produit et coût) (en millions de francs courants)

Tableau n° 4 Inventaire des émissions publiques en 1933 (date, produit et coût) (en millions de francs courants)

Note * : Le taux de revient réel comprend outre la charge de l’intérêt nominal les frais d’émission, commissions bancaires et remises diverses.

Source : Dossier « Les emprunts publics 1917-1939 », AEF, B 18 702.

  • 146 Caron (François) et Bouvier (Jean), « Guerre, crise, guerre », in Histoire économique et sociale de (...)

69Ces chiffres montrent éloquemment la réalité de la pression exercée par l’État dès 1933 sur les marchés de l’argent. Le total de quelque 20 milliards d’émission auquel on arrive pour 1933 est à rapporter par exemple à la valeur totale des émissions sur le marché financier, estimée en moyenne à 28 milliards par an pour la période 1931-1935146. L’autre élément déterminant est l’augmentation continue des taux d’intérêt réels qui marquent dans certains cas un écart de plus de 1,5 point avec le taux nominal. Ces deux éléments indiquent clairement quelle fut, à partir du début de 1934, et jusqu’à la dévaluation de septembre 1936, la double contrainte imposée à la politique financière du Trésor. Au lendemain du 6 février 1934, avec le retour de Germain-Martin rue de Rivoli et les moyens législatifs accrus dont il fut doté dans le contexte politique profondément modifié du gouvernement d’Union nationale présidé par Doumergue, le problème financier entrait dans une phase nouvelle caractérisée par le choix de la déflation.

***

70De 1931 à 1934, Wilfrid Baumgartner s’est trouvé préposé à la gestion des Finances publiques à un moment où la crise économique, en réduisant les recettes de l’impôt et en augmentant les charges de l’État, rendait de toutes les façons impossible un ajustement du budget. Confrontée à cette donnée de fait, la direction du Mouvement général des fonds, sous l’effet de l’acuité chaque jour grandissante de la question financière, s’est affirmée comme un lieu de décision central au sein du ministère des Finances et, au-delà, de l’État dans son ensemble, exerçant sur les ministres une influence indéniable et contribuant à l’émergence d’un pouvoir technique, sinon technocratique, qui n’était pas sans partager certains des thèmes de l’antiparlementarisme alors répandu dans de larges couches de la société. C’est une des facettes de la crise de l’État en France dans les années 1930.

71L’augmentation rapide des charges imposées par les gouvernements à la trésorerie a abouti à épuiser tout à fait, à partir de 1932, les disponibilités considérables amassées à partir du retour de Poincaré aux affaires en 1926. Le Trésor a assumé les différentes charges destinées à soutenir l’économie nationale et les trésoreries de pays tiers sans plan d’ensemble, se contentant d’appliquer, dans ce domaine, les décisions politiques tout en soulignant les conséquences financières graves de cet engagement croissant de l’État. On chercherait en vain à déceler dans cette politique une référence à une doctrine de type keynésien pour la simple raison que cette percée conceptuelle n’avait pas encore connu les développements théoriques et pratiques qui firent toute la modernité des politiques économiques des lendemains de la Seconde Guerre mondiale.

72En revanche, la politique financière que Wilfrid Baumgartner contribua en grande partie à définir a été fortement soumise à la contrainte d’une dette publique croissante malgré le succès apparent de la conversion des rentes qui n’effaça pas le poids énorme sur le budget du service de la dette héritée de la Première Guerre mondiale et de la reconstruction. La saturation du marché financier a contraint le Trésor à recourir massivement à l’émission de bons du Trésor dont l’augmentation rapide a abouti à placer les finances publiques sous l’épée de Damoclès d’un revirement soudain et massif des détenteurs de capitaux d’autant plus versatiles qu’ils provenaient pour une part de l’étranger. C’est dans ce contexte que prennent leur sens véritable les appels incantatoires au rétablissement de l’équilibre budgétaire et la condamnation formelle de l’éventualité d’une dévaluation par les ministres des Finances successifs, dûment avertis par les grands commis du Trésor de l’importance capitale du facteur psychologique pour la stabilité des Finances publiques. Le réseau de clientèle, des banques aux notaires en passant par les journalistes financiers, dont la direction du Mouvement des fonds était le centre, s’explique aussi par les exigences sans cesse renouvelées de la sacro-sainte confiance des déposants.

73Pour autant, il serait abusif de réduire la politique des experts du Trésor entre 1931 et 1934 à sa dimension purement financière : la gravité de la crise économique, parfaitement évaluée dès 1931, a concerné directement la trésorerie par la diminution des recettes fiscales qu’elle entraîna. La reprise des affaires était aux yeux de Wilfrid Baumgartner, comme dans l’esprit de Germain-Martin, son ancien maître de la faculté, étroitement liée au déblocage de l’immense masse des capitaux improductifs et à une politique destinée à faire baisser les taux d’intérêt. Cette politique entrait toutefois en contradiction à partir d’un certain point avec les besoins financiers du Trésor et mettait clairement en évidence le problème de la concurrence entre l’État et les sociétés privées sur les marchés de l’argent.

74Ainsi, les difficultés multiples et les brusques retournements de la période 1931-1934 ont marqué d’une forte empreinte les débuts véritables de la carrière de Wilfrid Baumgartner aux prises pour la première fois avec la responsabilité directe de la gestion des finances publiques de la IIIe République finissante. Son ascension administrative le mena dès lors à la tête de la direction du Mouvement des fonds au moment où les profonds changements politiques survenus de 1934 à 1936 mirent à rude épreuve l’indépendance traditionnellement revendiquée d’un grand commis au Trésor.

Notes

1 Cette approche était déjà centrale pour Jackson (Julian), The Politics of Depression in France, 1932-1936, Cambridge, Cambridge University Press, 1985. Elle sous-tend également les nombreux travaux que Kenneth Mouré a consacrés aux politiques monétaires françaises des années 1930. Cf. par exemple, Mouré (Kenneth), La politique du franc Poincaré…, op. cit.

2 Cette problématique, parmi les plus fécondes de l’histoire économique du xxe siècle et jusqu’à nos jours, sous-tend par exemple largement les travaux que Michel Margairaz a consacrés à l’histoire de l’État et de son rôle économique des années 1930 aux années 1950. Cf. Margairaz (Michel), « Capitalisme et État. À propos des politiques économiques en France : de la crise à la seconde guerre mondiale », Cahiers d’histoire de l’Institut Maurice Thorez, 31, 1979, p. 91-114 ; Id., L’État, les finances et l’économie…, op. cit.

3 Carré de Malberg (Nathalie), « Les inspecteurs des Finances et la défense du franc (1934- 1935) », in Du franc Poincaré à l’écu, op. cit., p. 125-169.

4 Baumgartner (Wilfrid), Finances publiques, Cours de l’École libre des sciences politiques, 1942-1943, Paris, Centre de documentation universitaire, 1943, p. 160.

5 Décret du 27 septembre 1930, ministère des Finances, AWB, 1BA10, Dr1.

6 Rapporté par Wilfrid Baumgartner, La littérature et la vie, doc. cité, p. 9 et par Reynaud (Paul), Mémoires…, op. cit., t. I, p. 289-290.

7 « La gestion des deniers publics », Cours de finances publiques de Wilfrid Baumgartner, version de base 1932-1933, 49 feuillets manuscrits, paginés par leçon, avec corrections et rajouts datés de 1933-1934, deuxième partie, Le Trésor, p. 1, AWB, 1BA5, Dr1.

8 Ibid., correction ultérieure que l’on peut dater de 1933-1934.

9 Bloch-Lainé (François) et Vogüé (Pierre de), Le Trésor public et le Mouvement général des fonds, Paris, PUF, 1960, p. 3.

10 Cf. Carré de Malberg (Nathalie), « La naissance de la direction du Budget et du Contrôle financier et les grandes étapes d’un développement contrasté (1919-1940) », in La direction du Budget entre doctrine et réalités, 1919-1944, Actes de la journée d’études de Bercy du 10 septembre 1999, Paris, CHEFF, 2001, p. 65-104.

11 « La gestion des deniers publics », cours cité, leçon d’introduction, p. 3.

12 Ibid.

13 Ibid., p. 6.

14 Ibid., p. 7.

15 Ibid., deuxième partie, Le Trésor, p. 1.

16 Ibid.

17 Ibid., leçon d’introduction, p. 8.

18 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. I, p. 11.

19 « La gestion des deniers publics », cours cité, leçon d’introduction, p. 4.

20 Ibid., p. 11-12.

21 Ibid.

22 Les papiers du haut fonctionnaire, tels qu’ils ont été transmis, ne contiennent aucun élément qui permettrait d’éclairer cette question. Son nom est certes parfois cité dans les études consacrées aux milieux technocratiques de l’entre-deux-guerres, mais toujours de manière allusive et davantage, on l’a vu dans le chapitre précédent, pour la seconde moitié des années 1920. Cf. Brun (Gérard), Technocrates et technocratie en France…, op. cit., p. 45 ; Dard (Olivier), Le rendez-vous manqué…, op. cit., p. 23.

23 C’est la définition donnée par Jean Meynaud, La technocratie…, op. cit., p. 16. Cf. aussi : Siwek-Pouydesseau (Jeanne), Le personnel de direction des ministères : cabinets ministériels et directeurs d’administrations centrales, Paris, Armand Colin, 1969, p. 32.

24 Bonnet (Georges), Vingt ans de vie politique, 1918-1938, de Clemenceau à Daladier, Paris, Fayard, 1969, p. 182.

25 Ibid., p. 183.

26 Ibid., p. 167.

27 Sauvy (Alfred), Histoire économique de la France entre les deux guerres, Paris, réédition Économica, 1984, t. I, p. 95 et 101.

28 Ibid., t. III, p. 5.

29 Dubief (Henri), Le déclin de la IIIe République, 1929-1938, Paris, Le Seuil, 1976, p. 29.

30 Asselain (Jean-Charles), Histoire économique de la France du xviiie siècle à nos jours, Paris, Le Seuil, 1984, t. II, p. 36-37.

31 Kuisel (Richard F.), Le capitalisme et l’État en France…, op. cit., p. 177.

32 Bonin (Hubert), Histoire économique de la France depuis 1880, Paris…, Masson, 1988, p. 87.

33 Mouré (Kenneth), « La perception de la crise par les pouvoirs politiques », Le Mouvement Social, n° 154, janvier-mars 1991, p. 131-156.

34 Asselain (Jean-Charles), Histoire économique de la France, op. cit., p. 37.

35 Kuisel (Richard F.), Le capitalisme et l’État en France…, op. cit., avant-propos de l’édition française, p. 17.

36 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. II, p. 1338-1354.

37 Copie de Jean-Marcel Jeanneney, janvier 1931, avec annotations manuscrites de Wilfrid Baumgartner, document issu des papiers privés de Jean-Marcel Jeanneney, dont il nous a fort obligeamment communiqué une copie.

38 Delorme (Robert) et André (Christine), L’État et l’économie, un essai d’explication de l’évolution des dépenses publiques en France (1870-1980), Paris, Éditions du Seuil, 1983, p. 611-625 ; Frankenstein (Robert), Le prix du réarmement français, 1935-1939, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982 ; Saly (Pierre), La politique des grands travaux en France, 1929-1939, New York, Arno Press, 1977.

39 Straus (André), « Le financement des dépenses publiques dans l’entre-deux-guerres », in Fridenson (Patrick) et Straus (André), Le capitalisme français 19e-20e siècle, blocage et dynamisme d’une croissance, Paris, Fayard, 1987, p. 97-114.

40 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. I, p. 18-21, p. 76-78 et 87-88.

41 Cette étude de l’action de Wilfrid Baumgartner à la direction du Mouvement des fonds doit également beaucoup aux interventions d’André Straus, de Michel Margairaz, de Bruno Théret et d’Hubert Bonin dans le cadre du séminaire sur L’histoire du Trésor en France (1870-1970) organisé par le CHEFF en 1993-1994. Qu’ils soient ici remerciés, faute de pouvoir rendre à chacun ce qui lui revient, des idées, remarques et suggestions faites à ces séances de travail. Cf. Pour une histoire du Trésor en France des années 1870 aux années 1970, Rapport sur les activités du groupe de recherche interdisciplinaire sur l’histoire du Trésor en France, CHEFF, ministère des Finances, Paris, 1997, 209 p. dactyl.

42 Sauvy (Alfred), Histoire économique de la France…, op. cit., t. I, p. 110.

43 Blum (Léon), « À la recherche de l’équilibre budgétaire », Le Populaire du 22 octobre 1932.

44 Le Populaire du 4 juillet 1932.

45 « La gestion des deniers publics », cours cité, leçon d’introduction, p. 8.

46 Note pour le ministre du 2 février 1932 au sujet de la situation de la trésorerie, 4 p. dactyl., AWB, 1BA11, Dr1, p. 3.

47 Note de trésorerie au ministre du 24 juin 1932, 4 p. dactyl., AWB, 1BA11, Dr1, p. 2.

48 Note de trésorerie au ministre du 30 mai 1932, 4 p. dactyl., AWB, 1BA11, Dr1.

49 Procès-verbal de la séance de la commission des Finances de la Chambre des députés du 4 juillet 1932, audition d’Édouard Herriot et de Maurice Palmade, p. 3, Archives de l’Assemblée Nationale (AAN), Série de la XVe législature, carton n° 8.

50 Ibid., p. 55.

51 Ibid.

52 Note au sujet de la réforme de la comptabilité publique du directeur du Mouvement des fonds au ministre du 27 juillet 1932, 4 p. dactyl., AWB, 1BA11, Dr1.

53 Notice pour Pharos, 2 feuillets de la main de W. Baumgartner, AWB, 2BA14, Dr3.

54 Le Figaro du 21 décembre 1932.

55 « Sur l’évolution de la trésorerie de 1926 à 1932 », note de Wilfrid Baumgartner du 31 décembre 1932, une version manuscrite, 13 feuillets, une version dactyl., 12 pages (les références qui suivent se fondent, sauf indication contraire, sur la version dactylographiée), AWB, 1BA12, Dr1.

56 Ibid., p. 1-2.

57 Ibid., p. 7-8.

58 Ibid.

59 États mensuels des variations d’encaisse en devises de 1930 à 1934, établis par le bureau des opérations de Trésorerie (Bureau K), AEF, B 32339, 41 états complets disponibles de trois feuillets dactylographiés chacun.

60 « Variations d’encaisse pendant le mois d’août et de septembre 1931 », AEF, B 32339.

61 Leçon introductive du cours de finances publiques de W. Baumgartner aux Sciences politiques, 1945-1946, 9 feuillets au crayon recto verso, AWB, 1BA5, Dr3.

62 Note pour le ministre « au sujet de la politique de la trésorerie » du 24 septembre 1929, 12 p. dact., AWB, 1BA10, Dr7.

63 Bonin (Hubert), L’argent en France depuis 1880, banquiers, financiers, épargnants, Paris, Masson, 1989, p. 36-37 ; Id., La Banque nationale de crédit (1913-1932), Paris, PLAGE, 2002, p. 159-180.

64 Note de trésorerie datée d’octobre 1931, avec mention « rigoureusement confidentiel », 11 p. dactyl., AWB, 1BA10, Dr7.

65 Note de W. Baumgartner au ministre sur la situation de la trésorerie du 16 mars 1930, 10 p. dactyl., AWB, 1BA10, Dr7.

66 « Sur l’évolution de la trésorerie de 1926 à 1932 », note de Wilfrid Baumgartner du 31 décembre 1932, doc. cité, p. 10.

67 Germain-Martin (Louis), Contribution à l’histoire nationale de la France. Histoire de mon temps et d’une vie, 1890-1941, manuscrit dactylographié avec corrections autographes, Archives nationales de France (ANF), 443 AP (581 Mi), p. 301.

68 Ibid.

69 Barbance (Marthe), Histoire de la Compagnie générale transatlantique, Paris, Arts et métiers graphiques, 1955, p. 36-48.

70 Récapitulatif des fonds prêtés à la Transat pour le Normandie, note du Mouvement général des fonds, bureau A3, pour le ministre, 12 janvier 1933, AEF, B34 088.

71 Lettre d’Henri Cangardel au ministre du 2 novembre 1932, AEF, B 34 088.

72 Lettre de Germain-Martin à Jean Tannery du 12 août 1932, AEF, B 34 088.

73 Barbance (Marthe), op. cit., p. 281 sqq.

74 Germain-Martin (Louis), Contribution…, op. cit., p. 301.

75 C’est l’interprétation de Kuisel (Richard), Le Capitalisme et l’État…, op. cit., p. 177.

76 Audition de W. Baumgartner devant le Conseil économique et social, le 30 mai 1952, AWB, 2BA7, Dr5, p. 13.

77 Bouvier (Jean), « La crise économique insolite (1974-1979) », in Histoire économique et sociale de la France, op. cit., t. IV, vol. 3, p. 1641-1642.

78 Michel Margairaz, sur la base d’ailleurs d’une citation de W. Baumgartner en 1935, a souligné au passage ce point dans l’analyse qu’il fait de la politique des directeurs du Trésor en 1934-1935 : « Direction et directeurs du Trésor : de l’orthodoxie à la réforme (1930-1950) », in Le capitalisme français…, op. cit., p. 52. Cette piste peut-elle être poursuivie plus loin et se révéler féconde pour l’ensemble des années 1930 ? C’est un des enjeux de la carrière de Wilfrid Baumgartner au Trésor entre 1930 et 1935.

79 Rapport du comité des experts de janvier 1933, 1re version non publiée avec corrections manuscrites de Wilfrid Baumgartner, 61 p. dactyl., AWB, 1BA12, Dr2, p. 1.

80 Ibid.

81 Ibid.

82 Straus (André), « Le financement des dépenses publiques… », art. cité, p. 98-99.

83 Projet de note au ministre de W. Baumgartner du 5 novembre 1929, 6 p. dactyl., AWB, 1BA10, Dr7.

84 Sauvy (Alfred), Histoire économique de la France…, op. cit., t. I, p. 84-86.

85 Jacques Marseille a mis en évidence les indicateurs statistiques de l’essoufflement de certains secteurs de l’économie française dès 1928-1929 qui prouvent la justesse des vues du Trésor dès cette date. Il met ce phénomène en relation avec le coup d’arrêt à l’expansion rapide du commerce extérieur qu’aurait représenté la stabilisation Poincaré, ce que Wilfrid Baumgartner en 1929, en revanche, n’entrevit aucunement. Cf. Marseille (Jacques), « Les origines inopportunes de la crise de 1929 en France », Revue Économique, n° 4, juillet 1980, p. 648-684.

86 Note du 15 février 1932 pour le ministre au sujet de l’outillage national, 3 p. dactyl., AWB, 1BA11, Dr1, p. 1.

87 Copie d’une réponse de Wilfrid Baumgartner à Henry Germain-Martin du 17 janvier 1949, AWB, 2BA1, Dr6.

88 Germain-Martin (Louis), Contribution…, op. cit., p. 325.

89 Ibid., p. 326.

90 Lettre circulaire de Germain-Martin du 15 octobre 1932, AWB, 1BA10, Dr3.

91 « La conversion », leçon datée du 14 novembre 1932, cours de finances publiques 1932-1933, 6 p. dactyl., AWB, 1BA5, Dr2, p. 1.

92 Ibid.

93 Données du Grand Livre de la Dette, 1932, AEF, B 50 999.

94 Pajot (Georges), La conversion française de 1932, thèse pour le doctorat en droit soutenue le 7 novembre 1933 à l’Université de Lille, Lille, Imprimerie Douriez-Bataille, 1933, p. 181.

95 Frankenstein (Robert), Le prix du réarmement français, op. cit., p. 94.

96 Straus (André), « Le financement des dépenses publiques… », Le capitalisme français…, op. cit., p. 98.

97 Procès-verbal de l’audition de Germain-Martin devant la commission des Finances de la Chambre le 16 septembre 1932, AAN, XVe législature, carton 8, recueil n° 3.

98 Ibid. Germain-Martin quatre ans plus tard reprit dans le récit global de son action aux Finances cette argumentation sous une forme plus ramassée mais identique : « la conversion devait amener la baisse du loyer de l’argent qui permettrait la reprise de la vie économique, condition indispensable au rétablissement de l’équilibre budgétaire », Le problème financier 1930-1936, Paris, Éditions Domat- Montchrétien, 1936, p. 176.

99 Procès-verbal de l’audition de Germain-Martin devant la commission des Finances de la Chambre le 16 septembre 1932, doc. Cité

100 Ibid.

101 Germain-Martin (Louis), Contribution…, op. cit., p. 326.

102 Plessis (Alain), « Les banques, le crédit et l’économie », in Lévy-Leboyer (Maurice) et Casanova (Jean-Claude) (dir.), Entre l’État et le marché, l’économie française des années 1880 à nos jours, Paris, Gallimard, 1991, p. 332.

103 « La conversion », leçon datée du 14 novembre 1932, doc. cité, p. 5.

104 Germain-Martin (Louis), Contribution…, op. cit., p. 326.

105 Priouret (Roger), La Caisse des dépôts, cent cinquante ans d’histoire financière, Paris, PUF, 1966, p. 338.

106 Carte de Clément Moret à Wilfrid Baumgartner du 12 avril 1932, AWB, 1BA22, Dr6 (souligné par Moret).

107 Plessis (Alain), « Les rapports entre la Banque de France et l’État jusqu’en 1914 : tutelle ou indépendance ? », in Administration et contrôle de l’économie 1800-1914, Genève, Librairie Droz, 1985, p. 56.

108 Germain-Martin (Louis), Contribution…, op. cit., p. 326.

109 Pajot (Georges), La conversion française de 1932, op. cit., p. 193-196.

110 Il participa ainsi le 29 novembre 1932 au banquet de clôture du 4e congrès de l’Épargne française à l’invitation de Maurice Gilis, le président de la Fédération des porteurs de valeurs mobilières, AWB, 1BA22, Dr3.

111 Pajot (Georges), La conversion française de 1932, op. cit., p. 188 sqq.

112 L’information économique et financière du 8 août 1932.

113 Pajot (Georges), La conversion française de 1932, op. cit., liste p. 189.

114 Jeanneney (Jean-Noël), « La vénalité du journalisme financier entre les deux guerres », in L’argent caché, op. cit., p. 205-230 ; Albert (Pierre), « La presse française de 1870 à 1940 », in Histoire générale de la presse française, Paris, PUF, 1972, t. III, p. 487-489.

115 Sur le personnage de Louis Marin à cette date, cf. Jeanneney (Jean-Noël), François de Wendel…, op. cit., p. 427-432.

116 JO, Débats parlementaires, Séance extraordinaire à la Chambre du 16 septembre 1932, p. 2744.

117 Soit : 4 lettres de R. Bollack (1BA14, Dr4 ; 1BA22, Dr2 et 6, 1BA35, Dr3) ; 1 lettre de Léon Chavenon (1BA14, Dr3) et 5 lettres de G. Mitzakis (1BA19, Dr2 et 6, 1BA22, Dr6 – deux lettres – et 1BA30, Dr4).

118 Lettre de G. Mitzakis à W. Baumgartner du 8 janvier 1933, AWB, 1BA22, Dr6.

119 Allocution de René Théry, Bulletin périodique de l’Association de la presse économique et financière du 15 mai 1934, AWB, 1BA22, Dr3.

120 Ibid.

121 Discours de Germain-Martin au banquet annuel du 9 mai 1934, Bulletin périodique de l’Association de la presse économique et financière du 15 mai 1934, doc. cité.

122 Ibid.

123 Ibid.

124 Margairaz (Michel), L’État, les finances et l’économie…, op. cit., p. 29-40.

125 Note de W. Baumgartner pour le ministre au sujet de la situation de la trésorerie, 4 p. dactyl., AWB, 1BA11, Dr1, p. 2.

126 Ibid., p. 3.

127 Note de trésorerie de W. Baumgartner au ministre du 24 juin 1932, AWB, 1BA11, Dr1.

128 « Évolution de la trésorerie depuis le début de 1933 », note de Wilfrid Baumgartner au ministre du 27 avril 1933, AWB, 1BA13, Dr1 (toutes les indications qui suivent, sauf indication contraire, en sont tirées).

129 Jeanneney (Jean-Noël), François de Wendel…, op. cit., p. 492. À l’occasion de cette requête du Trésor, le régent François de Wendel nota de manière significative dans son journal : « Nous rentrons dans le cycle de 1922 » (cité par J.-N. Jeanneney).

130 Note de W. Baumgartner à G. Bonnet « au sujet de l’opération à court terme du Trésor français en Grande-Bretagne » du 28 avril 1933, AWB, 1BA13, Dr1.

131 Note de W. Baumgartner au ministre sur la situation de la trésorerie du 13 juillet 1933, AWB, 1BA13, Dr1.

132 Bonnet (Georges), Vingt ans de vie politique…, op. cit., p. 167.

133 Kindleberger (Charles P.), Histoire financière de l’Europe occidentale, Paris, Économica, 1986, p. 452-465 et Uzan (Marc), « Un échec de la coopération économique internationale durant l’entre-deux-guerres : l’exemple de la conférence économique de Londres », in Du Franc Poincaré à l’ECU, op. cit., p. 197-227.

134 Note de Wilfrid Baumgartner au ministre a/s de la trésorerie et de la politique financière du 28 octobre 1933, 5 p. dactyl., AWB, 1BA13, Dr1, p. 2.

135 Cf. par exemple les analyses de Mouré (Kenneth), « La perception de la crise par les pouvoirs politiques », art. cité, p. 144-146.

136 Note de trésorerie de W. Baumgartner au ministre du 15 février 1932, AWB, 1BA11, Dr1, p. 1.

137 Note de W. Baumgartner pour le ministre a/s de l’équilibre budgétaire, mai 1932, AWB, 1BA11, Dr7, p. 1.

138 Michel Margairaz, pourtant, relève ce fait dans son étude de la gestion de la trésorerie entre 1932 et 1936, mais sans lui accorder la même portée dans l’explication du décalage existant entre le discours public des responsables des finances publiques et les réalités des pratiques alors suivies au sein du Mouvement des fonds. (L’État, les finances et l’économie…, op. cit., t. I, p. 51-55.)

139 Bloch-Lainé (François), Profession fonctionnaire, Paris, Seuil, 1976, p. 121.

140 Perrot (Marguerite), La monnaie et l’opinion publique en France et en Angleterre de 1924 à 1936, Paris, Librairie Armand Colin, 1955, p. 199-208.

141 Dépêche télégraphique de E. Monick à W. Baumgartner du 9 novembre 1933, 17 heures, AWB, 1BA13, Dr2.

142 Note de trésorerie de Wilfrid Baumgartner au ministre du 7 novembre 1933, 4 p. dactyl., AWB, 1BA13, Dr2, p. 3.

143 Note de trésorerie de W. Baumgartner au ministre du 2 décembre 1933, AWB, 1BA13, Dr2.

144 « Inflation et Dévaluation », note de Wilfrid Baumgartner du 22 novembre 1933, 4 p. dactyl., AWB, 1BA13, Dr2, p. 1.

145 Note de W. Baumgartner au ministre du 15 décembre 1933, AWB, 1BA13, Dr2.

146 Caron (François) et Bouvier (Jean), « Guerre, crise, guerre », in Histoire économique et sociale de la France, op. cit., (réédition 1993), t. IV, p. 659-660.

Table des illustrations

Titre Figure n° 2. Évolution de la composition de l’actif propre du Trésor (novembre 1929-décembre 1932) (en millions de francs courants)
Crédits Source : « Principaux éléments de la Trésorerie », tableau de décembre 1932, dossier préparatoire au rapport des experts, AWB, 1BA12, Dr1.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure n° 3. Évolution des disponibilités monétaires du Trésor de juin 1926 à décembre 1932 (en millions de francs courants)
Crédits Source : Notes de trésorerie au ministre échelonnées entre juin 1929 et décembre 1932, AWB, 1BA10, Dr7 et 1BA11, Dr1.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure n° 4. Évolution des avoirs en dollars du Trésor français (1930-1934) (en dollars courants)
Crédits Source : États mensuels des avoirs en devises établis par le Bureau des opérations de trésorerie du Mouvement des fonds, 1930-1934, AEF, B 32339.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure n° 5. Évolution des avoirs en livres sterling du Trésor français (1930-1934) (en livres sterling courantes)
Crédits Source : Ibid.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau n° 1 Affectation des cessions en devises effectuées par le Trésor entre septembre 1930 et décembre 1933 (en dollars et livres sterling courants)
Crédits Source : ibid.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau n° 2 Avances à long terme du Trésor au 30 novembre 1932 (en millions de francs)
Crédits Source : Note de W. Baumgartner du 31 décembre 1932, doc. cité, passim.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau n°3 Total des charges imputées aux ressources propres du Trésor entre novembre 1929 et décembre 1932 (en millions de francs courants)
Crédits Source : « Principaux éléments de Trésorerie », tableau de décembre 1932, doc. cité.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1025/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure n° 6. Évolution comparée de la dette flottante et de la dette perpétuelle de l’État (1929-1938) (en millions de francs courant)
Crédits Source : Grand livre de la dette, 1929-1938, AEF, B 50 999.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1025/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau n° 4 Inventaire des émissions publiques en 1933 (date, produit et coût) (en millions de francs courants)
Légende Note * : Le taux de revient réel comprend outre la charge de l’intérêt nominal les frais d’émission, commissions bancaires et remises diverses.
Crédits Source : Dossier « Les emprunts publics 1917-1939 », AEF, B 18 702.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1025/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search