Version classiqueVersion mobile

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Conclusion Générale

Texte intégral

  • 1 D’après le répertoire des métiers.
  • 2 Tableau de l’économie française, INSEE, 1997.
  • 3 Lettre confidentielle de la chambre des métiers d’Indre-et-Loire, juillet 2001.

1Le point de départ de ce travail était de mesurer l’évolution précise de l’artisanat au xxe siècle pour vérifier la conception courante de son déclin. À l’issu de la recherche, cette idée relève largement du préjugé. Il n’y a pas de déclin de l’artisanat sur la durée. Bien au contraire, il fait preuve de stabilité. Ce maintien n’est pas exempt de variations dont l’amplitude peut d’ailleurs être assez forte mais leurs mouvements s’annulent et se compensent pour revenir à l’équilibre. Cette évolution ressemble à la notion d’équilibre dynamique des physiciens. Il faut comprendre ainsi un équilibre qui n’est pas constant mais un mouvement dont les variations se font autour d’une même valeur et qui tendent à s’équilibrer. Pour l’artisanat au xxe siècle, la valeur d’équilibre s’établit autour de 800 000 artisans. L’importante diminution des années 1950 et 1960 n’a pas entièrement gommée la croissance précédente puisque les artisans sont légèrement plus nombreux vers 1970 qu’en 1938. L’équilibre autour de 800 000 artisans sur le xxe siècle se vérifie en élargissant la perspective aux périodes en amont et surtout en aval où les données sont plus fiables. Après une hausse dans les années 1920, il y a vraisemblablement entre 850 000 et 900 000 artisans vers 1930. Puis ils diminuent dans les années 1930 avant de reprendre leur essor à la fin de la décennie. Dans les années 1970, l’artisanat entre dans une nouvelle période de croissance qui fait mentir les tenants de son déclin. Les artisans sont 780 000 en 1973 puis 814 000 en 19771. Au 1er janvier 1996, ils sont 799 0002. Au 1er janvier 2001, 835 154 entreprises artisanales sont inscrites au répertoire des métiers3. On retrouve le même équilibre dynamique autour de la même valeur avec cette différence que les cycles deviennent plus courts et de moindre amplitude.

2Cette évolution conduit à relativiser les usages du nombre. Elle invite à ne pas sombrer dans l’illusion mathématique. Jusqu’à présent, le discours sur le déclin de l’artisanat se fonde sur la diminution du nombre d’artisans. Ce critère est-il pleinement valable ? Dans l’industrie automobile, par exemple, la concentration fait qu’il y a moins d’entreprises et personne n’y voit un signe de déclin. Bien au contraire, l’automobile apparaît comme l’une des réussites historiques de l’industrie française. Dans l’agriculture la purge depuis 1945 est encore plus sévère que dans l’artisanat. Là encore, il n’est pas possible de parler de déclin. L’agriculture française couvrait difficilement les besoins du pays à la Libération. La France est aujourd’hui la deuxième puissance agricole mondiale. Ces exemples invitent à relativiser la pertinence de l’indicateur numérique qui mérite d’être remis dans la lumière d’autres indicateurs. En 1948, les artisans sont plus d’un million. Numériquement, le secteur est à son apogée mais il est en réalité bien fragile. En 1970, l’artisanat a perdu plus de 200 000 entreprises mais les entreprises en activité sont globalement plus solides. Aussi est-il difficile de parler de déclin. L’artisanat vit plutôt une mutation.

3Cette mutation prend plusieurs aspects. Les secteurs d’activité changent. Ils s’adaptent aux évolutions de l’économie nationale. L’artisanat doit sa persistance à ses grandes facultés d’adaptation. Des secteurs et des métiers traditionnellement associés à l’artisanat dans les représentations collectives sont en réalité déjà rares dans les années 1930 (maréchaux, charrons, tonneliers…). Il y a ensuite des secteurs qui ne bougent pas beaucoup, en importance et en pratique, comme l’alimentation. Des secteurs se transforment, notamment en évoluant de la fabrication vers les services à l’image de l’artisanat de l’automobile. Mais, cette évolution n’est pas toujours suffisante. C’est le cas dans le cuir où celle-ci ne suffit pas à se maintenir à flot. Par ailleurs, certaines branches évoluent d’une production vers une autre, voire des services vers « l’industrie » à l’image des métaux où les forgerons sont remplacés par des polisseurs par exemple. Il n’y a pas de grands bouleversements de la hiérarchie des secteurs, à l’exception notable de l’habillement qui passe du rang de pilier de l’artisanat à celui de secteur secondaire. Il y a plus de changements dans les pratiques de chaque branche. L’alimentation change peu en restant centrée sur la boulangerie-pâtisserie et la boucherie-charcuterie. Le bâtiment intègre de nouveaux métiers comme celui de chauffagiste. Les métaux perdent les métiers ruraux mais développent les métiers industriels. La réparation se développe avec l’automobile, la radio, la télévision, l’électroménager… L’une des grandes faiblesses de l’artisanat au milieu du siècle est d’être mal positionné. Il est développé dans des secteurs fragiles, des industries de consommation qui vivent de profonds bouleversements (le cuir, la confection…). Ces industries vont, en partie, entraîner l’artisanat dans leur déclin. Ces fragilités ne sont pas propres à l’artisanat. Ces branches sont globalement récessives.

4La mutation concerne aussi les équipements et les investissements. La simplicité du matériel des artisans est un atout à condition de ne pas se laisser dépasser. Or, dans les années 1940, les artisans sont en train de prendre du retard. Beaucoup des nombreuses installations de cette période se sont faites avec des moyens dérisoires. Au milieu du siècle, l’artisanat est handicapé par la faiblesse et l’obsolescence de ces équipements. Il a un urgent besoin d’investir pour se moderniser mais les artisans n’ont pas de capitaux propres suffisants pour le faire et ont besoin de crédits. Ils souffrent des relations de défiance entre eux et les banques et de la faiblesse du crédit artisanal institutionnel. Le développement de l’investissement artisanal est de ce fait un phénomène tardif. Il n’en est pas moins bien réel. Le rythme de l’investissement artisanal est très soutenu dans les années 1960. Il arrive même à être supérieur à ce qu’il est dans d’autres parties de l’économie nationale, ce qui est nécessaire pour rattraper le retard. L’artisanat n’est pas un secteur figé dans ces archaïsmes. Les artisans actifs en 1970 ont fait l’effort d’adopter les développements techniques récents qui peuvent leur être utiles. Pour y parvenir, ils font également évoluer leurs principes de gestion, notamment financière. Ils transforment leurs relations au capital, aux banques et aux investissements. Ils adoptent les principes d’une gestion moderne en particulier en bancarisant leur entreprise. Les artisans se muent en véritable chef d’entreprise. Cette mutation se voit enfin dans leur relation au travail. Si la majorité reste des travailleurs isolés, c’est-à-dire sans salarié, l’idée d’embaucher les rebute moins que par le passé. En 1970, les artisans, bien qu’ils soient moins nombreux, emploient plus de monde que vingt ans plus tôt. Tous ces facteurs montrent une transformation de l’artisanat. L’entreprise artisanale de 1970 ne ressemble plus à celle de 1938. Les artisans ont su la faire évoluer. Ils doivent à cette faculté leur stabilité sur le long terme.

  • 4 C. Jaeger, Artisanat et…, op. cit., p. 179.
  • 5 C. Jaeger, Artisanat et…, op. cit., p. 201-208.

5Le tableau de cette évolution recoupe d’autres analyses. Christine Jaeger notamment voit dans l’artisanat un produit du capitalisme. Pour elle, « l’évolution du travail artisanal ne se fait pas en dehors des techniques modernes : elle en découle »4. L’évolution technique permet de réaliser certaines opérations avec peu de personnel. Dans le bâtiment, par exemple, les appareils de levage permettent à un homme seul de faire un travail qui nécessiterait sans cela plusieurs individus. Dans les secteurs faiblement capitalistiques, les artisans sont les producteurs les plus rentables. Ils peuvent vendre moins cher qu’une petite entreprise capitaliste car ils peuvent le faire au coût de production (qui inclut leur rémunération) alors que le petit capitaliste doit dégager un profit supplémentaire pour se rémunérer. Les règles concurrentielles du marché jouent en faveur de l’artisanat. Les conditions du capitalisme créent les conditions de l’artisanat5. Il survit dans cette période d’intense industrialisation de l’économie française car il reste le mode d’organisation le plus efficace pour un certain nombre de tâches. Cependant, après avoir trop facilement condamné l’artisanat, il ne faudrait pas céder à l’angélisme. L’artisanat n’est pas une panacée économique sans quoi l’industrialisation serait une erreur historique. Il est supplanté dans de nombreux domaines. Le régime de Vichy a échoué pour l’avoir négligé.

6Que penser du rôle de l’État dans cette évolution ? Sa politique est-elle efficace ? Il n’est pas de réponse simple à cette question. Elle ressemble à l’image du verre à demi-plein ou à demi-vide. En considérant les améliorations apportées, l’inefficacité et la modestie des résultats sont une conclusion possible. C’est clair pour Vichy qui malgré ses discours ne sait pas protéger les artisans contre les appétits des grandes entreprises. Le régime du maréchal Pétain peut même avoir un rôle parasitaire, par exemple quand il prive l’artisanat de bras par le zèle qu’il met à appliquer le Relève puis le STO ou encore quand il effectue une réforme nécessaire du crédit artisanal mais qu’il gèle par la rigidité des principes d’application. La gestion des matières premières est exemplaire du décalage schizophrénique entre l’idéologie officielle qui loue l’artisanat et des politiques qui donnent, de fait, le pouvoir aux grandes organisations capitalistes (entreprises, syndicats patronaux…). Vichy pêche surtout parce que son action est guidée par des considérations idéologiques. L’artisanat est pour les puristes du régime un des piliers de la Révolution nationale. Dans ce programme réactionnaire, l’artisanat est intégré dans une France rurale pas encore ravagée par les méfaits de l’économie industrielle. Le service de l’artisanat agit en fonction de ce rôle. Les pétainistes n’ont pas saisi que l’artisanat a évolué et marche de concert avec l’industrialisation. Ils se condamnent à n’agir qu’à la marge ou, pire, à contre-courant.

  • 6 P. Rosanvallon, L’État…, op. cit., p. 252.

7Le bilan est caractérisé par sa modestie pour l’essentiel de la Quatrième République. À la Libération, l’État change de paradigme. Il est en rupture avec le libéralisme. Il entend agir dans l’économie par l’adoption de politiques économiques. Il se pose dès lors la question de la place des artisans dans ces politiques ? Avec celles-ci, l’État cherche notamment à assurer la régulation de l’économie mais « la régulation ne peut être, par définition, que globale »6. Le risque est de noyer le partiel, le détail, par exemple l’artisanat. Or, l’État adopte cette politique au moment où la situation de l’artisanat se dégrade. Est-il fautif des difficultés de l’artisanat dans la décennie qui suit la Libération ?

8Répondre simplement par l’affirmative serait probablement se tromper de perspective. Il est nécessaire de replacer l’attitude de l’État envers l’artisanat dans sa politique économique générale. De ce point de vue, l’État a des priorités en 1945. L’urgence est de reconstruire le pays et de le remettre sur de bons rails. Au-delà, dans une logique interventionniste, il cherche à aiguiller le pays vers la croissance et la modernisation. Cette politique a son efficacité. La France bénéficie en effet d’une croissance parmi les plus vives des pays développés à économie de marché. Elle dépasse celle de la Grande-Bretagne et même des États-Unis. L’État ne peut pas sacrifier cet objectif fondamental à une politique sectorielle de l’artisanat, ni à une autre. Mais, est-il contraint de faire l’inverse ? Est-il nécessaire de sacrifier l’artisanat à sa politique économique ? Le choix s’explique par des contraintes budgétaires. Après la guerre, l’État ne dispose pas de ressources illimitées. Il faut donc faire des choix, déterminer les urgences et ce qui peut attendre. Les décideurs politiques conviennent alors que l’artisanat peut attendre. Le choix est aussi idéologique. Ces hommes sont guidés par une dialectique de la modernité et de l’archaïsme. L’artisanat est rangé dans la seconde catégorie. Le véritable point faible est de ne pas avoir réussi à concevoir une politique économique qui fasse une place aux entreprises artisanales.

9Si l’artisanat se porte mieux dans les années 1960, l’État y est-il pour quelque chose ? Les actions préconisées par le Plan sont diversement accueillies et peu connues des artisans eux-mêmes. Elles souffrent de cette ambiguïté qui tend à transformer les entreprises artisanales en petites unités capitalistes. Les objectifs du Plan ne sont presque jamais atteints. Leur réalisation dépend de moyens qui ne progressent qu’irrégulièrement. Malgré ces faiblesses, un consensus existe sur ce qu’il faut faire ou sur ce qu’il faudrait faire pour l’artisanat. Les faiblesses du Plan tiennent plus aux moyens mis en œuvre qu’à la justesse de l’analyse. De plus, s’ils restent faibles, ces moyens se développent et témoignent de l’implication croissante de l’État dans les années 1960.

10Par ailleurs, la situation pourrait être pire sans les actions engagées. Sous Vichy, les BAM, par exemple, ne permettent pas aux artisans d’être approvisionnés de manière satisfaisante mais, au moins, sont-ils un contrepoids face à des CO dont ils risqueraient d’obtenir encore moins si ceux-ci étaient seuls à décider. Dans les années 1960, la croissance du crédit artisanal est nécessaire à la modernisation du secteur même si ce développement reste insuffisant. La décision d’autoriser la garantie de la CNME encourage les banques classiques à s’engager sur le marché des prêts aux artisans. La position de l’État a permis de rompre la glace. Grâce à cette évolution, les artisans dépendent moins des seuls financements publics, généralement peu importants. Ils normalisent leurs relations avec le marché bancaire. Ils enrichissent la gamme de leurs moyens de financement. Dans le domaine de la fiscalité, l’État agit utilement. Les réformes qu’il engage font tomber le carcan malthusien qui freine la modernisation de l’artisanat même si l’évolution n’est pas encore tout à fait aboutie en 1970. L’État sait prendre des mesures qui favorisent la modernisation. Les actions changent parce que l’État change. La vision d’un artisanat symbole d’une France archaïque est progressivement révisée au profit de son utilité et de son importance économique notamment dans certaines régions.

11L’État appréhende mal l’artisanat. Il le voit à partir des objectifs qu’il lui assigne. Il cherche à en faire des entreprises plus grandes, de petites structures capitalistes, qui jouent un rôle actif dans la formation professionnelle et qui contribuent aux politiques régionales et d’aménagement du territoire. Or, ces objectifs n’intéressent pas forcément les artisans. Les logiques de groupement sont contraires à leur souhait d’indépendance. Ceux-ci montrent aussi peu d’intérêt pour l’apprentissage. La taille est un leitmotiv dans l’attitude de l’État qui juge les entreprises artisanales trop petites pour être productives. Il veut donc les développer. Cet aspect se retrouve dans les débats sur la définition de l’entreprise artisanale mais encore dans l’assistance technique ou dans la fiscalité. Cette politique est pourtant paradoxale car si soutenir les artisans c’est les faire grandir, c’est aussi les sortir de l’artisanat. Ici, l’État paraît victime du mythe productiviste qu’il a contribué à installer. Il est incapable de penser la petite taille économique. Habitué à voir grand, il ne croît pas aux possibilités des petites unités. Aussi, il ne sait pas concevoir une politique adaptée aux entreprises artisanales. Ce qu’il veut faire ne correspond pas aux attentes des artisans qui n’y trouvent pas leur compte. Il ne trouve pas d’écho auprès d’eux.

12Ces interlocuteurs ne lui font pas percevoir ces difficultés. L’État est confronté au difficile problème de la représentation de l’artisanat. Cette représentation existe et il est légitime que l’État travaille avec mais elle manque de représentativité. Les responsables syndicaux et les présidents des chambres des métiers ont des entreprises qui sortent de la norme. Elles se rapprochent de ce que l’État voudrait généraliser. Il a ainsi affaire à des représentants prêts à entendre son discours et à jouer son jeu. Ce n’est pas forcément le cas de la masse des artisans. Le peu d’écho rencontré par ces actions tend plutôt à le prouver. Ce décalage entre les artisans et leurs représentants explique aussi les limites des politiques engagées. L’échec des politiques mises en œuvre n’est pas seulement celui de l’État. Il est aussi celui de ses partenaires dont, au premier chef, les chambres des métiers. Ces dernières sont non seulement des partenaires mais bien souvent à l’origine des actions ; l’État ne faisant que suivre, reprendre et financer leurs initiatives. De la part de l’État, cette attitude s’explique par le fait que les chambres des métiers sont les représentantes officielles des artisans. Travailler avec elles, c’est souligner leur légitimité face aux mouvements contestataires, tel le poujadisme. Cette position et l’échec partagé remettent en question cette légitimité. Depuis la seconde guerre mondiale, elles se sont conquises un espace et sont plus actives mais elles ont peu de résultats et suscitent toujours aussi peu d’intérêt de la part des artisans ainsi que la très faible participation aux élections professionnelles continue d’en attester. En même temps, ce déficit de reconnaissance et de légitimité est une explication des échecs. Les artisans sont peu enclins à s’intéresser à des actions initiées par des institutions dont ils se détournent. Ils désavouent ainsi les notables de l’artisanat pourtant facilement porté à l’auto-satisfecit.

  • 7 P. Rosanvallon, L’État…, op. cit., p. 201.

13Sur le long terme, le dynamisme vient du milieu artisanal lui-même. L’État ne fait le plus souvent que suivre et accompagner le mouvement. Pierre Rosanvallon souligne à juste titre que la qualité de l’intervention de l’État ne se limite pas au niveau des dépenses qu’il consent dans un domaine7. Elle dépend aussi de sa capacité à en impulser des mouvements, à créer des dynamiques mais dans le domaine artisanal l’État ne sait pas l’être. Il paraît toujours avoir un temps de retard. Il ne mène qu’une politique par à-coups, sans visibilité claire sur la durée. C’est un grave inconvénient dont il paie les conséquences politiques. L’État agit ou plutôt réagit sous la pression, notamment celle du poujadisme puis du nicoudisme. Le sujet de cette thèse n’est pas la représentation artisanale ou ses expressions. Elle n’aborde pas l’histoire du poujadisme bien que les artisans y soient liés mais elle peut apporter de nouvelles clefs de lecture en montrant les origines économiques du malaise dont se nourrit le poujadisme. Ce mouvement est une réaction à la mue qu’est en train de vivre l’artisanat. Certains y laissent des plumes et se rebiffent. Il profite également des erreurs politiques de l’État qui paie pour avoir négligé et même sacrifié les artisans. Ce que le poujadisme et le nicoudisme ont d’inconvenant ne doit pas faire oublier qu’ils se nourrissent de revendications professionnelles légitimes. L’artisanat des années 1950 peut effectivement se plaindre du sort qui lui est fait tant sur le plan de la fiscalité que du crédit. Sans ces insatisfactions et sans vouloir faire de l’histoire-fiction, le poujadisme n’aurait peut-être pas la même audience.

  • 8 M. David, Brève histoire…, op. cit., p. 47-48.
  • 9 M. David, J.-C. Bachelot, Les centres de gestion et leurs enjeux, ISM, 1999.

14L’État est moins efficace que dans d’autres secteurs également en pleine mutation. Il l’est notamment moins que dans l’agriculture, un secteur tenu aussi par de petits entrepreneurs indépendants. Il n’y a pas de PAC pour l’artisanat. Il est vrai cependant que les artisans et les agriculteurs n’ont pas tout à fait la même importance dans la société française au milieu du xxe siècle. Au final, on peut se demander s’il y a jamais eu une véritable politique artisanale avant 1970. En 1970, le pays n’en est qu’à l’aube. Elle ne se dessine réellement que dans la décennie suivante8. L’élévation de l’artisanat au rang d’une véritable direction en 1969 est la première étape vers la création d’un ministère du commerce et de l’artisanat en 1972 dans le gouvernement Messmer. Le secrétaire d’État à l’artisanat lance le plan 1000 assistants techniques. En 1971, la formation professionnelle est améliorée par les quatre lois du 17 juillet. En 1973, le ministre du commerce et de l’artisanat Jean Royer obtient le vote de la loi d’orientation du commerce et de l’artisanat. Les années 1970 voient aussi la mise en place des centres de gestion, d’un conseil national du crédit artisanal et du régime fiscal du bénéfice réel simplifié qui va permettre la disparition progressive des forfaits9. La politique artisanale progresse car elle a désormais un moteur : la direction de l’artisanat. Jusque-là, le service de l’artisanat n’est pas en mesure de l’être. Il a grandement perdu de sa force après la guerre. Quant à la commission de l’artisanat du Plan, elle est un lieu de réflexion et de proposition mais pas de décision. Elle n’est pas en mesure d’imposer ce qu’elle préconise. Par exemple sur le crédit artisanal, elle dépend de la bonne volonté du ministère des Finances et notamment de la direction du Trésor. Au contraire, elle est souvent réduite à regretter de ne pas être suivie. Cette étude montre ainsi les prémices d’une politique artisanale qui ne prend toute sa dimension que dans la période suivante. Elle en montre la genèse.

15Le prolongement du présent travail est ainsi donné. Il faudrait maintenant s’interroger sur le développement de la politique artisanale dans les années 1970. La pression de la révolte du CID-UNATI semble en avoir donné l’impulsion mais en même temps on voit bien qu’il existe une telle politique dès avant. Les motivations et les voies de ce développement sont à préciser. Il serait intéressant également de savoir si elle réussit mieux que par le passé, si elle est mieux perçue. Participe-t-elle du redressement de l’artisanat dans ces années ? Elle se développe à un moment où les Trente glorieuses prennent fin et où le pays s’enlise dans la stagflation. Des relations sont-elles à établir entre ces faits ? L’une des forces de l’artisanat est de parvenir à constamment se renouveler. C’est pour lui une nécessité dans la mesure où peu d’enfants d’artisans poursuivent l’activité parentale. L’artisanat se reproduit par des apports extérieurs à lui-même. La mobilité tant sociale que géographique est donc une donnée importante de ce milieu. La méthode et les sources employées ici n’ont permis que d’aborder le sujet. Il mériterait des recherches plus approfondies. Elles nécessitent de changer d’échelle. L’approche nationale ne paraît pas la mieux adaptée pour poursuivre dans ce sens. Elle suppose davantage une étude de cas sur un bassin géographique donné à partir d’un dépouillement fin du registre des métiers et des recensements. En suivant ces voies, l’histoire de l’artisanat peut certainement encore beaucoup nous apprendre sur l’histoire de l’industrialisation et du capitalisme français.

Notes

1 D’après le répertoire des métiers.

2 Tableau de l’économie française, INSEE, 1997.

3 Lettre confidentielle de la chambre des métiers d’Indre-et-Loire, juillet 2001.

4 C. Jaeger, Artisanat et…, op. cit., p. 179.

5 C. Jaeger, Artisanat et…, op. cit., p. 201-208.

6 P. Rosanvallon, L’État…, op. cit., p. 252.

7 P. Rosanvallon, L’État…, op. cit., p. 201.

8 M. David, Brève histoire…, op. cit., p. 47-48.

9 M. David, J.-C. Bachelot, Les centres de gestion et leurs enjeux, ISM, 1999.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search