Version classiqueVersion mobile

Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France (1938-1970)

 | 
Cédric Perrin

Troisième partie. 1956-1970 : la mise en place d'une nouvelle politique

Chapitre X. Le dynamisme interne de l’artisanat

Texte intégral

1L’artisanat traverse difficilement les deux décennies 1950 et 1960. Ces années sont celles du repli après plusieurs années d’expansion. Au moment où l’économie française progresse rapidement, ce repli est souvent vu comme la preuve de la disparition de l’artisanat au xxe siècle. Toutefois, il n’est pas constant et linéaire, les premières années sont les plus dures et s’il se poursuit dans les années 1960, il est plus modéré car la chute est amortie par le retour d’années de croissance. Dès la fin de la décennie 1960, les effectifs d’artisans se stabilisent. Le contexte n’est plus tout à fait le même. Le changement concomitant de l’attitude de l’État y a sa part de responsabilité. Progressivement, celui-ci réintègre l’artisanat dans les considérants de sa politique économique. Sa place dans l’économie est reconnue comme suffisamment importante pour qu’il en tienne compte. La commission de l’artisanat devient ainsi le lieu d’échanges, de rencontres et de débats où sont posés les objectifs d’une politique de l’artisanat. Cependant, il ne suffit que cette politique existe pour qu’elle soit efficace. Les entreprises artisanales ne sont pas toujours bien appréhendées. Les ambitions ne sont pas toujours à la hauteur de la tâche à accomplir. Surtout, les moyens afférents à leur réalisation sont souvent insuffisants. Il y a bien une progression mais elle ne peut pas suffire à expliquer l’évolution de l’artisanat. Il faut donc que d’autres facteurs soient en cause. En particulier, il importe de se demander comment évolue l’artisanat, celui à qui ces mesures s’adressent. On pourra ainsi déterminer si la politique de l’État est en phase avec ses transformations et si elle est de nature à répondre à ses besoins. L’évolution de la situation démographique est l’indice d’une transformation. L’artisanat est en pleine mutation. Il trouve en lui-même les ressources pour s’adapter. Il témoigne d’un certain dynamisme, même si celui-ci ne peut dans l’immédiat qu’amortir la crise.

I. VERS UNE VIGUEUR RETROUVÉE

  • 1 En 1960, les investissements des artisans du bâtiment représente 9 % de leur chiffre d’affaires. Ce (...)
  • 2 Cf. figure 16. En 1967, le chiffre d’affaires moyen peut être estimé (par la méthode des centres de (...)
  • 3 D’après la définition : VA brute - salaires et charges/CA. AN 80AJ328, rapport du groupe de travail (...)
  • 4 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 2, 1965.

2Dans les années 1950, les artisans dénoncent les faiblesses du crédit artisanal et les lourdeurs de leur fiscalité car elles aggravent la crise dans laquelle ils sont plongés. Dans la décennie suivante, des progrès certains sont réalisés dans ces deux domaines. Les blocages qui pouvaient retenir les artisans de réaliser les investissements nécessaires pour sortir des difficultés s’estompent. La situation de l’artisanat s’améliore-t-elle pour autant ? Assiste-t-on à un redressement ? Son chiffre d’affaires global progresse. Il est de 21,1 milliards de francs en 19601, de 45 milliards de francs en 1964 et de 52 milliards de francs en 19672. L’artisanat dégage une rentabilité honorable. En 1960-1961, le taux de profit des artisans du bâtiment est en moyenne de 40,8 %3. Cette progression n’est pas isolée en Europe. En Allemagne, le chiffre d’affaires passe de 47,7 milliards de deutsche marks en 1956 à 115 milliards en 19644. L’effet se lit dans la démographie artisanale et s’accompagne d’autres transformations. L’artisanat change ses rapports à la main-d’œuvre, la taille de ses entreprises évolue, ses structures sont en mutation. Il avance progressivement vers la sortie de sa crise.

A. DÉMOGRAPHIE ET GÉOGRAPHIE

3La diminution du nombre d’artisans est le critérium habituel du déclin de l’artisanat. Il se vérifie dans les années cinquante quand la faiblesse et l’obsolescence de ses équipements éliminent les entreprises les plus fragiles et tirent ses effectifs vers le bas. L’indicateur démographique permet-il d’enregistrer un changement dans l’évolution de l’artisanat français dans les années 1960 ? La décrue s’achève dans les années soixante. Au moment où elle prend fin, les effectifs sont comparables à ce qu’ils étaient trente ans plus tôt. C’est un cycle qui s’achève.

1. Une stabilisation démographique.

  • 5 Cf. chapitre IV.
  • 6 M. Didier, E. Malinvaud, « La concentration de l’industrie s’est-elle accentuée depuis un siècle ?  (...)

4Les effectifs d’artisans en France continue de diminuer après 1960 mais le pire est passé. Les cycles observés depuis 1949 se poursuivent5. Le nouveau cycle de baisse ne débute qu’à – 1,86 % en 1959 et reste ensuite constamment en deçà de la barre des – 1 %. En 1959, les artisans de plus de 65 ans deviennent exempts de la taxe des chambres des métiers et n’apparaissent plus dans cette statistique ; cette différence explique en partie la baisse enregistrée alors. La baisse ne repasse au-delà des – 1 % qu’au début du cycle suivant en 1963 (– 1,11 %) avant que 1964 ne voie le retour de la première année positive (+ 0,09 %) depuis 1948. En 1965, il y a de nouveau baisse mais seulement de – 0,68 %. Par rapport à la décennie précédente, la décroissance reste modérée. Le stock d’entreprises artisanales ne bouge plus que modérément. Il est en train de se stabiliser. De plus, le nombre d’entreprises diminue dans tous les secteurs d’activité et pas uniquement dans l’artisanat6. L’artisanat suit une tendance générale de l’économie nationale. Il y a, tous niveaux de taille confondus, moins d’entreprises à la fin des années 1960 que vingt ans plus tôt. La seule différence est que dans l’artisanat cette tendance est traditionnellement interprétée comme la manifestation d’une crise. L’interprétation n’est pas foncièrement fausse puisque du fait de sa structure sectorielle l’artisanat ressent plus fortement cette contraction mais elle doit être nuancée.

Figure 16. Chiffre d’affaires de l’artisanat (1953-1967)

Figure 16. Chiffre d’affaires de l’artisanat (1953-1967)
  • 7 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve Plan.
  • 8 A.S.F. Elles ne peuvent donner qu’une approximation car les artisans y sont mal repérés.
  • 9 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 108.

5L’INSEE comptabilise 792700 entreprises du secteur des métiers et 48770 d’activités mixtes dans son fichier entreprise au 1er mars 1962, soit au total 8414707. Les données corrigées (pour tenir compte des environs 3 % d’exonérés) de la taxe des chambres des métiers donnent 837840. Ces chiffres se recoupent et paraissent donc suffisamment fiables. En 1968, l’enquête APCM-direction de l’artisanat dénombre 778652 artisans. Les données sur la population active non salariée arrivent à environ 775000 artisans8. Le rapport du VIe plan compte 772483 artisans en 1966 et 767319 en 1970 (en se fondant sur une estimation des entreprises de 0 à 5 salariés). Il montre bien une stabilisation à la fin des années 1960. Il n’y a qu’environ 5000 artisans en moins en 4 ans, soit une moyenne annuelle de – 0,16 %. Ces chiffres sont sous-estimés en comparaison de ceux de la taxe pour frais ou des enquêtes mais probablement d’assez peu. On peut estimer comme vraisemblable que la France compte autour de 770000 artisans en 1970. C’est légèrement plus qu’en 1938. La chute entamée en 1949 n’a donc pas totalement gommé la croissance précédente. Sur le long terme, il y a plutôt stabilité. Il est donc abusif de parler de « disparition de l’artisanat » au xxe siècle9.

  • 10 Économie et statistique, 55, 1974.
  • 11 C. Jaeger, Artisanat et…, op. cit., p. 122.
  • 12 J. Malassigné, L’artisanat…, op. cit., p. 614.
  • 13 F. Gresle, L’univers…, op. cit., p. 71.
  • 14 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 10, 1967.
  • 15 F. Gresle, L’univers…, op. cit., p. 22. N. Mayer, Une filière…, op. cit.

6À la fin des années 1960, il y a chaque année environ 40000 disparitions d’entreprises artisanales mais autant de créations10. Les flux démographiques se compensent. Ils représentent des mouvements importants puisqu’ils correspondent à un renouvellement de 5 % du stock d’entreprises chaque année. L’amélioration de la démographie artisanale s’explique notamment par un regain d’installations. Il faut toutefois être prudent. Les données sur le sujet sont extrêmement parcellaires. En Indre-et-Loire, par exemple, 6400 installations sont enregistrées en 1965 ; c’est 20 % de plus qu’en 1957. En 1971, 25 % des artisans ruraux et 30 % des urbains sont installés depuis moins de cinq ans. Autre signe de renouveau, les deux tiers de ces installations se font ex-nihilo. Seuls 34 % des nouveaux artisans tourangeaux reprennent un atelier ancien. Selon Christine Jaeger, 59 % des installations en France se font ex-nihilo, 20 % par rachat et 15 % par héritage11. Enfin, elles sont le fait de jeunes actifs. La moitié a moins de 30 ans12. La proportion d’installations ex-nihilo favorise cette jeunesse puisque, d’après François Gresle, celles-ci se font plus tôt que lorsque le fonds est hérité13. L’artisanat ne rebute donc plus les jeunes ouvriers. Il se rajeunit. Au registre des métiers d’Indre-et-Loire, 50 % des nouveaux inscrits ont moins de 30 ans et 76 % moins de 40 en 1958. En 1965, ils sont respectivement 54 % et 84 %14. Enfin, l’attrait retrouvé de l’artisanat se lit dans sa capacité de renouvellement. Il retient toujours aussi mal ses membres. D’après l’enquête INED sur la mobilité sociale entre 1965 et 1970, seulement 28 % des fils d’artisans reprennent l’atelier de leur père15. Le maintien de l’artisanat dépend de sa faculté à recruter hors de lui-même ; notamment de jeunes ouvriers. Un peu plus de 18 % des artisans (et commerçants) de 1970 ne l’étaient pas en 1965 ; près de 10 % étaient ouvriers. Un ouvrier sur cinq déclare souhaiter se mettre à son compte ; trois sur quatre quand ils travaillent dans une entreprise artisanale. Entre 1959 et 1970, la mobilité augmente. Les salariés qui deviennent indépendants sont plus nombreux. Les deux tiers sont d’anciens ouvriers professionnels.

  • 16 R. Delille, « Situation et perspectives de l’artisanat », op. cit., p. 17.
  • 17 AN 80AJ187, rapport sur l’exécution du plan en 1962.
  • 18 J. Robert, L’artisanat et le secteur des métiers dans la France contemporaine, A. Colin, Paris, 196 (...)
  • 19 J. Mallasigné, L’artisanat…, op. cit., p. 611.
  • 20 CACIL 143W68.
  • 21 CACIL 143W67.

7Pour Robert Delille, dès 1957, l’artisanat n’est pas dans une « situation catastrophique : il s’en faut de beaucoup »16. En 1963, la commission de l’artisanat conclut à la stabilité17. À la fin des années 1960, le ton des enquêtes consacrées à l’artisanat a singulièrement changé. L’optimisme est désormais de mise. En 1966, Jean Robert voit dans l’apparition de l’expression secteur des métiers « le signe d’une puissante vitalité de l’artisanat »18. Pour Jean Malassigné, l’évolution depuis 1955 reflète plus une « transformation » qu’une « dangereuse régression »19. Ces deux auteurs sont membres de la commission de l’artisanat du Ve plan. En janvier 1969, l’auteur d’un rapport sur les entreprises artisanales du canton de Château-la-Vallière (Indre-et-Loire), ouvre son mémoire en soulignant que « l’artisanat a jusque-là bien résisté »20. Dans une autre étude sur le canton de Richelieu, le rapporteur écrit qu’il n’y a « pas de déclin particulier »21.

2. Les artisans dans l’économie nationale.

  • 22 J. Duclain, Le monde des métiers…, op. cit., p. 4.
  • 23 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 2, 1965 et 8, 1966-67.

8En 1970, les auteurs de la revue Économie et humanisme peuvent se réjouir que la France ait conservé un important artisanat. L’un d’eux se demande si elle n’a pas su éviter ainsi la dépersonnalisation de l’économie subie par les autres pays industrialisés22. En fait, l’importance des artisans au sein de la population active est très voisine parmi les pays d’Europe de l’Ouest. Elle varie partout entre 4 et 5 % (tableau 15). En Allemagne aussi, le nombre d’artisans diminue. Le recensement de 1956 en dénombre 739457, celui de 1963 67100023, soit 9,3 % de moins, soit encore une chute à un rythme moyen de – 1,3 % par an.

  • 24 Contribution de huit secteurs de l’artisanat à la formation de la valeur ajoutée au niveau national (...)

9En 1962, les artisans réalisent 10 % de la valeur ajoutée nationale24. La carte est d’une rare limpidité. La part des artisans dans la valeur ajoutée régionale est la plus faible en Alsace et dans le Nord, 6,2 % dans les deux cas. Dans toutes les régions au nord de la ligne Le Havre-Genève, elle est inférieure à 7,5 %. Ensuite, elle croît régulièrement en allant vers l’Ouest et le Sud. Elle est proche de la moyenne nationale dans les régions comprises entre Paris, l’Auvergne et les Pays-de-Loire. Elle est supérieure à 11,5 % au-delà. Elle atteint 14,5 % dans le Languedoc et le Midi. Elle est au plus haut en Bretagne avec 15,8 %. Cette carte ressemble à un négatif de la France industrielle. C’est dans les régions les plus industrialisées que la contribution des artisans à la création de la richesse régionale est la moins forte. Inversement, elle est la plus importante dans les régions peu industrialisées du Sud et de l’Ouest.

Tableau 15. Artisans dans la population active en Europe vers 1955

Tableau 15. Artisans dans la population active en Europe vers 1955

Sources : M. Laloire et J. Robert.

Figure 17. Les artisans dans la valeur ajoutée régionale en 1962

Figure 17. Les artisans dans la valeur ajoutée régionale en 1962

Sources : Contribution de..., op cit.

  • 25 La source ne donne qu’une vision partielle puisqu’elle ne porte que sur huit secteurs.

10Au niveau des secteurs d’activité, la part des artisans est la plus forte dans le bâtiment et le bois avec 20 % de la valeur ajoutée25. Elle avoisine la moyenne, voire la dépasse un peu dans les matériaux de construction, les fabrications diverses et le textile. Elle est un peu plus faible (7,4 %) dans les industries polygraphiques. Enfin, elle est assez faible (inférieure à 4,5 %) dans les métaux et le verre. L’importance des artisans paraît liée aux structures de chaque branche. La contribution artisanale est la plus forte dans les secteurs où l’industrialisation est la moins avancée. Elle est la plus faible dans les activités dominées par la grande industrie et où les artisans sont peu nombreux. Dans les secteurs où les artisans comptent, ils le font partout, y compris dans les régions du Nord et du Nord-Est où ils sont moins importants. Dans le Nord, par exemple, les artisans réalisent 18 % de la valeur ajoutée du bâtiment et 24,6 % de celle du bois. En région, la part des artisans peut dépasser de beaucoup la part nationale. C’est particulièrement vrai du travail du bois. La valeur ajoutée artisanale y représente 35,4 % en Rhône-Alpes et 38 % en Bretagne, par exemple.

3. La répartition géographique.

11La France compte, en moyenne, 8901 artisans par département en 1963 mais avec des écarts importants. L’écart-type (8341) est presque aussi grand que la moyenne ; indice sûr d’une grande dispersion. Le plus petit département est la Lozère avec 1825 artisans et le plus grand est, sans surprise, la Seine avec 74246 artisans. L’écart va de 1 à 40 entre ces deux extrêmes. Cependant, Paris est un cas isolé qui fausse les données. Il y a un grand écart avec son second, le Nord, qui compte 29428 artisans. Paris exclu, l’écart n’est plus que de 1 à 16 ; il reste néanmoins assez important. Il existe de fortes inégalités dans la répartition des artisans sur le sol français.

  • 26 Cf. annexe 28.

12Outre la Lozère, les plus faibles présences se trouvent dans les deux départements des Alpes du sud, une région enclavée et peu peuplée. Le rapport avec la démographie est évident. La fameuse diagonale du vide de la population française apparaît assez clairement sur la carte de France des artisans26. Ces bordures sont également peu fournies. Plus loin, les Deux-Sèvres, la Haute-Savoie, l’Oise, le sud-est de la Normandie et la Mayenne le sont pareillement. Là aussi, ce sont des régions peu peuplées et plutôt rurales. Le type d’agriculture semble avoir peu d’influence puisque s’y retrouvent aussi bien les grandes cultures du Bassin parisien que l’élevage peu prospère des marges montagnardes. Cette répartition fait mentir les clichés qui rattachent l’artisanat à la ruralité. Cinq pôles se partagent les plus fortes concentrations d’artisans : l’Ile-de-France, le Rhône, le Nord, la Gironde et les Bouches-du-Rhône. Ces cinq zones sont les plus peuplées de France, avec notamment les plus grandes villes du pays. La vallée de la Loire et l’Alsace sont également bien fournies ; deux zones elles aussi densément peuplées et assez urbanisées. À celles-là se rajoute la Bretagne. Donc, la France des artisans est celle des villes et des fortes densités de population et des régions économiquement actives.

13La logique de cette répartition ne fait pas apparaître de grosses différences par rapport à 1943. Les régions peu artisanales sont les mêmes et les fortes concentrations apparaissent dans les mêmes zones. Quelques différences jaillissent dans les détails. La vallée de la Seine n’apparaît plus aussi nettement. La Bretagne et l’Anjou, au tout premier rang vingt ans plus tôt, sont désormais dépassées par les grands pôles urbains. Le grand Ouest subit le déclin des métiers ruraux et inversement les nouveaux métiers privilégient une implantation urbaine qui renforce la place des grandes villes. Le Sud-Ouest reste au premier plan essentiellement grâce à Bordeaux. Quelles sont les régions qui ont gagné ou perdu des artisans dans ces vingt années ? Du fait de l’incomplétude des données de 1943, seules les grandes tendances sont repérables. La France est coupée en deux. Le nord du pays perd beaucoup plus d’artisans que le sud. Les plus fortes baisses se concentrent dans le quart nord-est du pays ; en particulier dans les Ardennes, en Champagne et en Bourgogne où elles peuvent dépasser le tiers des effectifs. L’Ouest angevin et breton enregistre aussi de fortes baisses ainsi que l’Auvergne et les Cévennes. En revanche, d’autres départements ont des effectifs stables, voire légèrement en hausse (mais avec une marge d’incertitude non négligeable) dans le Sud-Ouest, en Provence ou dans le Limousin. Les années 1960 n’introduisent pas de bouleversements. Sur le long terme, il y a affaiblissement du nord, renforcement du sud-ouest, un certain recul de la Bretagne et montée de la Provence. La géographie artisanale réalise un glissement d’un quart de tour, de l’Ouest et le Sud-Ouest vers le Sud-Ouest et le Sud-Est. La différence nord-sud s’est donc renforcée (figure 18).

Figure 18. Évolution de la distribution régionale des artisans entre 1963 et 1967

Figure 18. Évolution de la distribution régionale des artisans entre 1963 et 1967

14Les plus fortes baisses touchent des départements très industrialisés : la Seine, le Nord, le Pas-de-Calais, le Rhône, la Moselle… Cependant, l’industrialisation n’est pas une explication suffisante. Dans la Nièvre, la Sarthe, la Manche ou le Finistère, l’ampleur de la chute doit plutôt être imputée à la restructuration de l’agriculture et à ses conséquences sur les artisans ruraux. Le Finistère fait apparaître une troisième explication : la baisse est en rapport avec la masse d’artisans. Au final, les plus fortes baisses se rencontrent dans trois types de départements : des foyers d’artisans, des départements très industrialisés et au contraire des départements essentiellement agricoles. Le niveau d’industrialisation paraît être le moins pertinent. Il est souvent redondant avec les foyers artisanaux. Les artisans diminuent le plus dans les départements où ils sont les plus nombreux et dans ceux où ils sont le plus liés à l’agriculture.

B. LE GLISSEMENT SECTORIEL

15Les trente glorieuses provoquent un redéploiement des activités de l’industrie française. La société de consommation suscite l’essor des industries qui profitent des gains de pouvoir d’achat des ménages (biens ménagers, radiotélévision, automobile…) tandis qu’à l’inverse des secteurs comme la métallurgie ou le textile connaissent de plus en plus de difficultés. Dans les années 1950, les problèmes de l’artisanat sont tels que ces changements restent peu perceptibles ; seul le bâtiment tire profit de la croissance. En revanche si la situation commence à s’améliorer dans les années soixante ne serait-ce pas dû aux réactions différenciées de métiers artisanaux diversement capables de profiter des opportunités de la croissance et du développement de la société de consommation ? L’artisanat doit sa survie au xxe siècle à ses grandes facultés d’adaptation grâce auxquelles la disparition de certains métiers est compensée par l’émergence de nouveaux. Ce glissement sectoriel lui permet de perdurer.

1. La santé durable du bâtiment.

16Le bâtiment vit une modification de ses structures avec le développement de la grande entreprise. Il est un peu moins purement artisanal. L’artisanat emploie 55 % de la population active du second œuvre en 1955 mais 40 % en 1969. La proportion se stabilise dans le gros œuvre mais celui-ci est déjà beaucoup plus concentré. L’artisanat y emploie 19 % des actifs en 1955 et 16 % en 1969. L’écart entre le gros et le second œuvre se réduit progressivement. Ce retrait de l’artisanat s’explique par une croissance de la population active beaucoup plus rapide que celle du nombre d’entreprises. Dans le second œuvre, 16,6 % de la population active travaille dans une entreprise de plus de 100 salariés en 1969 contre 6,8 % quinze ans plus tôt. Dans le gros œuvre, les entreprises de plus de 200 salariés emploient un quart de la population active en 1955 et 37,2 % en 1969.

  • 27 Entre ces deux dates, leur part ne descend jamais en dessous de 29 %. J. Lafort, D. Leborgne, « L’a (...)
  • 28 La part des artisans est la plus faible dans le chauffage où ils ne réalisent que 14 % du montant d (...)
  • 29 Enquête quadritrimestrielle, INSEE, 1966.

17Cette logique se retrouve en terme de part de marché ; Mais, là, la part artisanale est stable : 31 % en 1962 comme en 196727. La différence est grande entre gros et second œuvre. Cette part n’est que de 21 % dans le gros œuvre (34 % pour la maçonnerie seule) alors qu’elle est de 44 % dans le second œuvre. Au sein de ce dernier, de grandes différences existent28. Plus le nombre d’entreprises artisanales est important, plus le montant des travaux réalisés par des artisans est important. Le pourcentage d’artisans est le plus fort dans le bois et c’est là qu’ils exécutent la plus grosse part des travaux. À l’inverse, dans le chauffage, où le nombre d’artisans est le moins élevé, ils en réalisent la plus faible part. Cette façon de compter désavantage les artisans. En effet, de par leur taille les artisans réalisent les petits chantiers alors que les grandes entreprises assument les plus volumineux. De ce fait, en comptant en valeur, la part des grandes entreprises se trouve aussitôt importante puisque, par nature, elles réalisent les plus gros chantiers. Néanmoins, la division des tâches est assez nette. Le gros œuvre est plutôt l’affaire des PME et des grandes sociétés alors que le marché du second œuvre est toujours dominé par les artisans. Un même type de répartition existe-t-il pour les marchés du neuf et de l’entretien ? Les grandes entreprises se chargent-elles du neuf et les artisans de l’entretien ? Il ne semble pas que ce soit le cas. En 1966, la moitié des travaux exécutés par les artisans concerne du neuf29. Les peintres sont les seuls à échapper à cette règle (25 % pour le neuf et 75 % pour l’entretien et la réparation).

  • 30 A.S.F.
  • 31 D’après la méthode statistique des moindres carrés. X fixé, Y=ax+ b où a = cov/varX.

18L’apparition de la grande entreprise n’a pas de conséquences négatives sur les artisans. Ils sont 178000 en 1954 et 206000 en 196930. Ils augmentent de 28000 unités et de 15,7 % en quinze ans. La croissance de l’artisanat du bâtiment continue au rythme moyen de 0,9 % par an. Il existe une relation très forte entre le nombre d’artisans et le chiffre d’affaires du secteur. Statistiquement, le coefficient de corrélation linéaire r2est égal à 0,92. Il indique une très grande dépendance des deux variables. Entre 1954 et 1968, quand le nombre d’artisans croît de 1000 unités, le chiffre d’affaires croît de 1,6 milliard de francs31. Le bâtiment se développe en augmentant le nombre d’entreprises. Il y a plus d’artisans qui réalisent chacun un chiffre d’affaires croissant. Le chiffre d’affaires moyen des entreprises passe de 55700 francs en 1955 à 212200 francs. Le cas du bâtiment montre une structure artisanale économiquement performante.

  • 32 Cf. C. Perrin, Les entreprises artisanales, op. cit., annexe 31.

19Le bâtiment reste très nettement dominé par l’artisanat. Les entreprises artisanales évoluent au même rythme que les autres empêchant tout mouvement de concentration. Elles représentent constamment 85 % des entreprises du secteur32. Dans la peinture et la chauffagerie, elles augmentent un peu plus vite que les autres. Dans la branche fer, au contraire, l’artisanat perd un peu de sa domination. Dans les autres, la variation est vraiment minime. Le travail du bois est une activité presque exclusivement artisanale dans le bâtiment. La domination de l’artisanat est la moins affirmée dans la chauffagerie. Ailleurs, la part des artisans est proche de la moyenne. La maçonnerie reste l’artisanat le plus important du bâtiment avec 35 % des artisans en 1969 et 73700 maçons. Ceux du bois gardent la seconde position mais après avoir perdu de leur importance puisque leur part chute à 22 %. Ils sont 53800 à leur maximum en 1962 et seulement 47300 en 1969. La couverture-plomberie fluctue fortement. Avec 32500 artisans en 1968, elles représentent alors 15 % de l’artisanat du bâtiment. La branche peinture-aménagement profite le plus et les peintres sont 40300 en 1969, soit 19 % du bâtiment. Les deux autres branches sont peu développées. Les effectifs de la branche fer diminuent à9500 artisans en 1969. Au contraire, l’activité chauffage se répand avec 3300 artisans en 1969.

2. Des redressements.

  • 33 Annuaire rétrospectif 1948-1988, INSEE, p. 148.

20L’artisanat doit son amélioration des années 1960 au retournement de métiers en crise dans les années 1950. Ces redressements peuvent se classer en fonction de certains facteurs dominants : les avantages comparatifs de l’artisanat, le développement de nouvelles activités, les relations avec l’industrie. L’artisanat améliore sa situation dans les secteurs où il jouit d’avantages comparatifs. Il est la forme d’organisation économique la mieux adaptée, par exemple dans l’alimentation ou la coiffure. Ces secteurs étaient visiblement encombrés vers 1950 ; la crise a provoqué une cure. Désormais assainis, leurs effectifs se stabilisent, voire se relèvent. Nonobstant les difficultés, les artisans dominent toujours leurs secteurs de prédilection. Entre 1962 et 1968, le nombre de boulangeries remonte de 48000 à 55000 après s’être rétracté dans les années 1950. En 1966, seulement 3 % des boucheries et des boulangeries-pâtisseries sont des sociétés. Dans la boucherie, 79 % des entreprises sont imposées au forfait et 89 % en boulangerie-pâtisserie. En boucherie, 91 % des entreprises n’occupent pas plus de cinq personnes et 86 % en boulangerie-pâtisserie. La concentration des ventes se fait tout aussi nettement à l’avantage des artisans. En 1969, 85,8 % des achats de boucherie et 70,3 % de boulangerie sont faits chez des artisans. Les autres se font dans des commerces d’alimentation générale. Dans le cas de la viande, ils se font en supérettes et supermarchés (11,6 %). Dans la boulangerie, les concurrents les plus sérieux des artisans sont les épiciers traditionnels (12,2 %) plus que les supermarchés (6,5 %) et les autres libres services (8 %)33.

21Dans la coiffure, la concentration des entreprises reste assez faible. En 1965, la France compte 55000 artisans coiffeurs qui emploient 56000 salariés et 55000 apprentis. Comme en 1948, il y a autant de salariés que d’artisans. En vingt ans, le nombre d’artisans n’a diminué que d’environ 8 %, soit en moyenne – 0,4 % par an. La clientèle féminine reste acquise. Celle des hommes dispose d’une marge de progression. Depuis une dizaine d’années, les dépenses de coiffure croissent dans les budgets masculins. En outre, la revente de produits représente un appoint intéressant.

  • 34 AN 80AJ108, rapports des groupes de travail. P. Bachelard, L’artisanat dans l’espace…, op. cit., p. (...)
  • 35 Artisans et ouvriers d’Alsace, op. cit., p. 275.
  • 36 H. Pasquier, « Problèmes actuels… », op. cit., p. 141.

22Ailleurs, les déclins sont contrebalancés par de nouvelles activités. L’artisanat intègre les nouvelles matières. Des artisans développent des moules spéciaux pour le plastique. À Oyonnax, 368 artisans travaillent cette matière en 196934. L’essor de l’automobile et même de l’aviation donne du travail aux artisans. En Alsace, les artisans des métaux se concentrent géographiquement dans les cantons industriels35. À Besançon, Lip et Peugeot travaillent avec des artisans36. Là aussi, les artisans savent se développer en exploitant des niches ou même des branches entières peu rentables pour l’industrie.

Tableau 16. Entreprises de moins de 10 salariés dans l’automobile

Tableau 16. Entreprises de moins de 10 salariés dans l’automobile

Source : A.S.F.

  • 37 CACIL 143W68.
  • 38 C. Jaeger, Artisanat et capitalisme…, op. cit., p. 251.
  • 39 log2/log1,034 = 20,7

23Comme dans le bâtiment, artisans et industriels de la mécanique se répartissent les tâches (tableau 16). La construction est une activité très concentrée sur les grandes firmes. L’artisanat ne s’y maintient qu’en marge sur des marchés très spécialisés et dont l’ampleur est trop limitée pour permettre de construire en série. Sa part est déjà plus conséquente dans la production d’accessoires. Les artisans se partagent ce marché avec les PME. Mais, le domaine par excellence de l’artisanat est la réparation. La quasi-totalité des entreprises sont artisanales ou de petites PME. Les artisans garagistes sont près de 20000 en 1944 et 29714 en 1966. Ils augmentent de 48 % en 22 ans. Il y a plus de 440 artisans garagistes supplémentaires chaque année, soit une croissance annuelle d’en moyenne 1,7 %. La transformation de l’automobile en bien d’équipement courant profite aux réparateurs. Dans les deux branches productives, le nombre de micro-entreprises augmente mais moins vite que les autres si bien que l’artisanat perd en importance. Au contraire, cette part est stable dans la réparation. Dans la filière automobile, les grandes entreprises, secondées par les PME, construisent et les artisans réparent. Le nombre de ménages équipés grandit. Le développement du réseau asphalté facilite la diffusion des automobiles mais, en même temps, il rend les grandes agglomérations plus accessibles et met les garagistes locaux en concurrence avec les grands garages urbains. Ceux-ci sont aussi aux prises, durant les années 1960, avec une complexification croissante des véhicules automobiles. Les nouveaux modèles exigent des connaissances particulières. Aussi, la concurrence des agents spécialisés des grandes marques se fait-elle plus durement sentir37. Dans le matériel électrique, l’évolution est similaire. À la Libération, la naissance de la télévision provoque l’éclosion de nombreux petits producteurs qui sont brutalement évincés entre 1955 et 1958. L’artisanat du matériel électrique change alors de nature et se tourne vers la réparation. Le nombre de dépanneurs en radio et télévision augmente de 31 % entre 1962 et 197038. Cette évolution représente un taux de croissance annuel de 3,4 % qui témoigne d’une grande vitalité puisqu’il correspond potentiellement à un doublement en 20 ans39.

  • 40 AN 80AJ108.

24Enfin, si l’artisanat se redresse en marge de l’industrie, il le fait aussi avec l’industrie. Les industriels font appel aux artisans en diverses occasions, notamment la réalisation de prototype, la production de certaines pièces et la sous-traitance de capacité. Pour un industriel, il n’est pas intéressant de détourner une partie de l’appareil de production pour la fabrication d’un prototype conçu par ses bureaux d’études. Pour construire ce prototype dans ses usines, l’industriel doit arrêter la production, au moins partiellement, rerégler les machines et tout cela pour un seul modèle. C’est très lourd et très coûteux. Il a donc tout intérêt à externaliser la construction du prototype. Beaucoup décident alors de travailler avec un artisan qui, pour ce type de production unique, bénéficie d’une souplesse qui lui est propre. Pour la même raison, les industriels confient la construction de certaines pièces détachées à des entreprises artisanales. Dans des secteurs sensibles comme l’aéronautique, atomiser la production en la dispersant dans de multiples ateliers est une stratégie développée à la fin des années 1950 pour protéger le secret. Dans l’automobile, les artisans arrivent à produire certaines pièces détachées moins chères que l’industrie grâce à la faiblesse de leur immobilisation et de leurs frais généraux. Ils tirent avantage de consacrer leur travail presque uniquement à la production40.

  • 41 M. Piore, C. Sabel, Les chemins de la prospérité…, op. cit.
  • 42 P. Bachelard, L’artisanat dans l’espace…, op. cit., p. 73-74.
  • 43 H. Pasquier, « Problèmes actuels… », op. cit., p. 141. Sur les artisans et l’innovation, voir les a (...)
  • 44 P. Bachelard, L’artisanat dans l’espace…, op. cit., p. 74.

25Ces relations sont le fondement de districts industriels. Ce n’est pas une particularité française. Ils se retrouvent ailleurs en Europe, par exemple autour de la coutellerie à Sheffield ou à Solingen. Ils sont essentiels à l’émergence de ce que les géographes nomment la « troisième Italie » autour de la Toscane et de l’Émilie-Romagne. Pour Michael Piore et Charles Sabel, ces districts s’imposent car ils sont des lieux d’innovations et de productions souples41. En France, la vallée de l’Arve concentre près de 700 artisans du décolletage, soit la moitié du pays. À Nogent-en-Bassigny, la coutellerie fait toujours vivre une centaine d’artisans qui emploient environ 300 ouvriers42. Les horlogers se concentrent désormais dans le Jura et dans les Alpes et se spécialisent fréquemment dans la fabrication de pièces détachées. Lip, par exemple, se fournit en pièces chez des artisans bisontins. L’entreprise leur confie aussi le réglage des montres. Ces horlogers savent encore faire preuve d’inventivité. Ils sont à l’origine d’innovation. Le premier brevet de montre automatique est déposé par un artisan bisontin43. Dans la vallée de l’Arve, les industriels du décolletage confient à des artisans la fabrication de pièces uniques sur plan44. Enfin, plus classiquement, les artisans peuvent être appelés en période de pointe pour assurer une partie de la production. Dans ces secteurs, les artisans deviennent des partenaires à part entière des industriels. Ils font pour eux de la sous-traitance de capacité mais aussi de spécialité. Les relations ne sont pas de concurrence mais de complémentarité. Aussi, l’artisanat s’y développe de concert avec l’industrie.

  • 45 AN 80AJ328, conférence de presse, 9 mai 1966, CGP.
  • 46 AN 80AJ108.
  • 47 AN 80AJ328, rapport du groupe évolution et perspectives, Ve plan.
  • 48 AN 80AJ108, rapports des groupes de travail.

26Cependant, le développement sur la base de la sous-traitance industrielle n’est pas sans risque. Étienne Hirsch s’inquiète de cette évolution qui peut contrarier l’indépendance réelle des artisans. Dans la sous-traitance de capacité, le travail risque de manquer en dehors des périodes de pointe. La sous-traitance est pour les industriels un outil de régulation de la production. Les variations de la conjoncture sont reportées sur les sous-traitants qui supportent alors tout le poids des mauvaises périodes. Cette évolution permet de se maintenir mais au prix d’une instabilité accrue. Le CGP considère qu’il faut organiser les liaisons pour que la sous-traitance ne soit pas une dépendance mais une « coproduction » qui assure la pleine utilisation des équipements45. Pour prévenir les risques, la commission de l’artisanat recommande aux artisans de multiplier leurs relations commerciales, d’étoffer et de diversifier leur clientèle pour ne pas tomber dans l’orbite d’un donneur d’ordre46. Ses rapporteurs ne parlent que de risque en 1957. La sous-traitance de capacité n’est encore qu’une pratique occasionnelle des entreprises artisanales. En effet, elle suppose précisément d’avoir la capacité de production nécessaire pour aider le donneur d’ordre à honorer ses commandes en nombre et en temps. Ce type de travail s’adresse donc plus à des PME. La sous-traitance de spécialité semble être plus répandue chez les artisans. Elle est plus en conformité avec leurs possibilités. Ils sous-traitent, par exemple, le service après-vente de grandes firmes47. Cette forme est moins dangereuse pour l’autonomie. Elle place l’artisan en fournisseur de l’industriel dans un cadre plus équitable. De plus, comme chaque commande n’est pas suffisante pour faire marcher durablement l’entreprise, l’artisan est obligé de travailler avec une clientèle nombreuse, ce qui l’éloigne encore un peu plus du risque d’être satellisé par un donneur d’ordres. Les artisans qui sous-traitent ont le plus souvent une indépendance suffisante par rapport aux donneurs d’ordres48. En général, ils travaillent pour plusieurs maisons. En outre, leur souplesse leur permet de se retourner vers des fabrications voisines en période difficile ou quand les grandes firmes les délaissent.

  • 49 SAEF B51182.
  • 50 AN 80AJ328, rapport du groupe évolution et perspectives, Ve plan.

27Cependant, le rapport du Ve plan note que « la sous-traitance ne paraît pas jouer actuellement un rôle très grand dans le secteur des métiers auquel l’industrie ne fait pas largement appel »49. Elle reste confinée à des tâches bien précises. La majorité des industriels n’y recourt qu’occasionnellement. Ils craignent de ne pas trouver dans les entreprises artisanales un équipement suffisant et des possibilités de livraisons régulières. Les relations commerciales entre artisanat et industrie paraissent donc limitées par l’absence de confiance des industriels. Ce préjugé évite aux artisans de tomber dans la dépendance d’un donneur d’ordre plus puissant à l’instar de nombreuses PME. Les relations artisanat-industrie sont peu nombreuses mais saines. Les industriels qui travaillent avec des entreprises artisanales n’y cherchent pas une capacité de production mais un savoir-faire particulier. Selon la commission de l’artisanat, les artisans et les industriels qui travaillent ensemble sont en général satisfait de la sous-traitance50.

3. Les secteurs en déclin.

  • 51 AN 80AJ108.
  • 52 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan.
  • 53 A.S.F.

28Si certains artisanats se développent en marge de l’industrie, d’autres au contraire subissent l’industrialisation de leur secteur. Les plus avancés dans la crise s’enfoncent dans les difficultés. La confection, notamment, vit une « crise sévère »51. Elle aurait perdu 12000 artisans entre 1955 et 196052. Entre 1954 et 1968, le nombre des non-salariés de l’industrie textile tombe de l’indice 100 à 45. Dans celle de l’habillement, de même que dans le cuir, il passe de 100 à 65 entre 1962 et 196853. Le déclin s’alourdit constamment jusqu’à atteindre – 8 % en 1968 dans le textile et l’habillement et – 7,6 % dans le cuir.

  • 54 AN 80AJ108, P.V. de la réunion du 12 avril 1957.
  • 55 Cf. chapitre I.
  • 56 P. Bachelard, L’artisanat en région Centre, op. cit., p. 72. M. Dumas, L’évolution…, op. cit., p. 3 (...)
  • 57 J. Maho, « Paysans et petits commerçants ruraux : un exemple breton », Études rurales, 30, 1968, p. (...)

29Ces artisans n’ont pas toujours conscience de leurs handicaps. En 1957, par exemple, M. Ressicaud, de la Fédération Nationale des artisans du textile, ne pense pas que l’expansion profite plus aux industriels qu’à l’artisanat54. L’avenir le contredit. En 1961, la filature est entièrement industrielle. Le tissage occupe encore quelques artisans notamment dans des matières délicates telles le lin ou la soie mais aussi dans le coton. En revanche, la laine est devenue entièrement industrielle55. Comme toutes les activités rares, les artisans tisseurs ne se trouvent plus que dans quelques régions : le Cambrésis, le Choletais, la Normandie et les deux villes de Lyon et Saint-Étienne. Le travail de la dentelle se concentre en Bretagne, au Puy-en-Velay et à Cambrais et tend à disparaître des Vosges et de Normandie. En outre, l’activité est assez peu artisanale et emploie plutôt des ouvrières à domicile. Dans la région Centre, les artisans du textile se concentrent dans le Berry où ils vivent de sous-traitances précarisantes. Paul Bachelard cite l’exemple d’une ex-contremaître qui s’est mise à son compte et sous-traite des travaux pour son ancien patron en faisant appel à des salariées à domicile en période de pointe56. Ces « artisanes » travaillent notamment pour les maisons parisiennes et d’ailleurs 51 % sont à Paris vers 1960. De vraies indépendantes subsistent mais souvent la couture ne leur suffit plus pour vivre et beaucoup doivent compléter leur revenu comme cette Bretonne interrogée en 1963 par Jacques Maho qui s’est installée couturière en 1917 et qui fait aussi de la mercerie et la vente de tissus57.

30Si beaucoup d’entreprises textiles ont déjà disparu, celles qui survivent connaissent un certain développement et certaines spécialités résistent mieux que d’autres. Dans les fourrures, la moitié des entreprises est toujours artisanale. Dans les fabrications du luxe ou du demi-luxe, où la part du travail manuel reste essentielle et où le critère qualitatif dominant, les artisans gardent une position importante et subissent moins la crise. Toutefois, le déclin a des conséquences qui dépassent la seule sphère du textile. Cette activité était l’une des premières de l’artisanat. Elle est désormais en passe de se marginaliser. Ce recul de l’un des secteurs importants pèse sur l’évolution de l’ensemble de l’artisanat.

  • 58 Vers 1957, 34 % des ébénistes parisiens ne font que de la fabrication de meubles nouveaux tandis qu (...)
  • 59 A.S.F.
  • 60 Artisans et ouvriers d’Alsace, op. cit., p. 275.
  • 61 A.S.F., 1963.
  • 62 AN 80AJ328, rapport du groupe évolution et perspectives, Ve plan.

31À l’image du textile, le travail du bois est resté avant tout une activité de fabrication et en subit les conséquences58. L’industrialisation gagne au détriment des artisans, qui évoluent vers les meubles d’art ou la sous-traitance. Les ébénistes parisiens fournissent quelques grands magasins. D’autres produisent les boîtes des appareils de télévision. Mais ces nouveaux marchés s’avèrent peu solides. Certains disparaissent à l’image des boîtes TV où le bois est bientôt concurrencé par de nouvelles matières. Dans d’autres, les artisans sont à leur tour évincés par les séries industrielles. Les artisans du bois ne réussissent pas à établir avec l’industrie les mêmes relations de sous-traitance que leurs confrères des métaux. Leur retard technique ne leur permet pas de tenter l’aventure. Leurs marchés sont restreints ; aussi, leur nombre diminue sensiblement : de 23 % entre 1954 et 1962 et encore de 10 % entre 1962 et 196859. Cet artisanat subit des problèmes de renouvellement et vieillit. La moyenne d’âge est assez élevée. Elle est, par exemple, de 50 ans en Alsace en 196360. Le recul reste conséquent dans les années 1960 mais son rythme s’est ralenti, signe de quelques évolutions positives. En 1962, 75,7 % des entreprises du secteur sont artisanales61. La commission de l’artisanat déplore l’insuffisante collaboration des entreprises et la faible extension des débouchés commerciaux et des possibilités de vente à crédit62. Par contre, le secteur n’éprouve pas de trop grandes difficultés à suivre l’évolution technique ou à trouver du personnel qualifié bien qu’il ait du mal à le retenir car les salaires sont plus élevés dans la menuiserie du bâtiment.

  • 63 A.S.F.
  • 64 Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 115.

32Le déclin de ces secteurs n’est pas propre à l’artisanat. C’est l’ensemble de ces branches qui est en récession. Elles détruisent des emplois, qu’ils soient salariés ou indépendants. Entre le recensement de 1962 et celui de 1968, les salariés diminuent de 516 à 446 millions dans le textile, de 308 à 301 millions dans l’habillement, de 150 à 142 millions dans le cuir ou de 235 à 232 millions dans le bois63. L’indice des entreprises imposées au réel passe de 100 en 1955 à 83 en 1964 dans le bois, 74 dans le textile (soit une diminution d’un peu plus d’un quart en à peine 10 ans) et 71 dans l’habillement64. La faiblesse de l’artisanat dans les années soixante est que ces activités y sont encore importantes. C’est vrai notamment de la confection qui était l’un de ses piliers vers 1938. Sa régression ne peut qu’avoir des conséquences lourdes pour l’ensemble de l’artisanat.

4. Artisanat d’art et artisanat rural.

  • 65 AN 80AJ328, rapport du groupe commercialisation-métier d’art, Ve plan.

33La commission de l’artisanat s’intéresse particulièrement à l’artisanat d’art et à l’artisanat rural. L’artisanat d’art est pourtant marginal. Toutes activités confondues, il ne fait vivre que 21000 artisans, soit 2 % de l’ensemble. Certains métiers d’art traversent une crise grave selon la commission65. Pour celle-ci, il faut le conserver pour des raisons patrimoniales mais non économiques : « cette production se rattache à un folklore national évidemment périmé à notre époque sur le plan économique mais nécessaire de maintenir sur le plan culturel ». L’un des problèmes est les prix élevés. Les tentatives pour les diminuer donnent de mauvais résultats car elles se font au détriment de la qualité et la clientèle traditionnelle s’en détourne. La solution proposée est d’accorder des dégrèvements fiscaux. Surtout, c’est pour l’artisanat d’art que la commission travaille à l’élaboration d’une société d’exportation sur le modèle italien.

  • 66 AN 80AJ 108, rapports des groupes de travail.
  • 67 Le IVe plan établit une liste de neuf propositions. Le Ve plan réclame la création d’un fonds pour (...)
  • 68 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.
  • 69 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan.

34L’artisanat rural est plus important. C’est une catégorie transversale qui regroupe des métiers auxiliaires de l’agriculture appartenant par ailleurs à des activités différentes. Il importe aussi par son évolution inquiétante : « si le IVe plan d’équipement et de modernisation n’apporte pas plus à l’artisanat rural que n’aura apporté la réalisation du IIIe plan, il sera probablement inutile de prévoir un groupe de travail artisanat rural pour l’élaboration du Ve plan car l’artisanat rural ne sera plus alors qu’un souvenir »66. Cette inquiétude conduit à proposer des solutions pour préserver le secteur67. Aucune n’est concrétisée et elles n’enrayent pas un profond déclin68. Ces métiers vieillissent. La moyenne d’âge est de 50 ans chez les artisans ruraux du bois et de 45 ans chez ceux du fer. Les artisans ruraux passent de 80000 en 1945 à 58400 en 1954 et 43700 en 1963. Ils subissent quasiment une division par deux en vingt ans. Leur déclin est du même ordre que celui de la population active agricole69.

  • 70 AN 80AJ108, rapport de la commission de l’artisanat, juillet 1961.
  • 71 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.
  • 72 AN 80AJ 108, rapports des groupes de travail.

35Dans le Pas-de-Calais, en 1961, les artisans forment un tiers des constructeurs de matériel agricole70. À la fin des années 1960, ils conservent difficilement les activités de réparation et sont presque totalement sortis de la fabrication ou de la commercialisation. Le développement des communications les met en concurrence avec les entreprises urbaines. Les réparations ne suffisent pas à dégager des bénéfices suffisants pour investir dans du matériel moderne ou se reconvertir71. Certaines fermes et coopératives agricoles s’équipent de leurs propres ateliers de mécanique en employant de la main-d’œuvre spécialisée72. La motorisation de l’agriculture ne développe pas l’artisanat de la mécanique rurale, alimenté par des reconversions d’anciens charrons ou forgerons et peu de nouvelles installations.

36Les experts du plan veulent conserver un artisanat en monde rural pour des raisons économiques. Si les besoins des ruraux doivent être couverts par des spécialistes venant de la ville, il y aura un surcoût. En outre, ils craignent que si les artisans ruraux disparaissent certaines transformations nécessaires de l’agriculture ne se fassent pas ou soient retardées. D’où un certain paradoxe. Ce secteur en déclin, très souvent condamné pour son archaïsme, est considéré comme le cheval de Troie de la modernité. C’est demander à cet artisanat d’être son propre fossoyeur. En effet, la modernisation de l’agriculture se fait par un changement de système technique qui pousse vers la sortie les artisans des métiers ruraux traditionnels. Ce ne sont finalement pas eux qui profitent du développement de nouveaux besoins mais les concessionnaires des grandes entreprises de matériel agricole concentrées en quelques pôles ruraux. Si les artisans ruraux peuvent servir à diffuser les nouvelles techniques agricoles, ils sont finalement évincés.

  • 73 AN 80AJ108, rapports des groupes de travail (IIIe plan) et rapport de la commission de l’artisanat, (...)

37Ils peinent à conserver les réparations, ils ont définitivement perdu la fabrication et se font écarter des circuits de commercialisation. Or, les réparations ne suffisent pas. Pour survivre, il faut s’adjoindre une activité commerciale dans la lignée de l’activité principale. Les artisans ruraux sont pénalisés par leur lien au monde agricole dont les revenus restent assez faibles. Les agriculteurs paient rarement immédiatement73. L’activité subit des périodes de morte-saison et enfin les structures agricoles sont en pleine mutation. L’environnement rural est aussi un handicap. Il est difficile d’y trouver de la main-d’œuvre qualifiée.

  • 74 AN 80AJ108, rapport de la commission de l’artisanat, juillet 1961.

38De plus, pour les ruraux, les transports renchérissent le coût des approvisionnements et des pièces. Certains artisans passent des contrats avec des grandes marques dont ils deviennent concessionnaires ou dépositaires74. Cette évolution vers la vente est encouragée par la commission qui y voit un moyen de compléter les revenus tirés de la seule réparation. Les bénéfices de la commercialisation doivent permettre de financer l’équipement de l’atelier de réparation.

C. LA TAILLE ET L’EMPLOI

39Le taux de croissance exceptionnel atteint par l’économie française dans les années soixante crée une situation de plein-emploi, voire de pénurie de main-d’œuvre, qui nécessite l’appel à l’immigration. La grande entreprise se développe ainsi que le degré de concentration des structures industrielles. Inversement, l’artisanat en retrait ne semble pas devoir être concerné par ces problèmes de main-d’œuvre ; d’autant que, par définition, le nombre de salariés par entreprise est limité. Mais, en même temps, l’économie se décharge de la formation des apprentis sur l’artisanat et les artisans critiquent leur fiscalité à cause des pesanteurs qu’elle crée sur l’emploi. La question de l’emploi dans cette période de mutation reste donc posée. Si le nombre d’entreprises diminue, l’emploi, tant d’apprentis que d’ouvriers, se développe dans l’artisanat témoignant, là encore, des transformations qu’il traverse.

1. Essor et repli de l’apprentissage.

40La question de la formation et de l’apprentissage est l’un des grands thèmes abordés par la commission de l’artisanat. Les politiques d’aide à l’artisanat reposent aussi sur l’idée qu’il est un grand foyer de formation d’apprentis qu’il faut préserver. Mais l’apprentissage a-t-il réellement dans les entreprises artisanales l’importance que l’État lui attribue ? On peut en douter tant le nombre d’apprentis employé par les artisans est faible.

  • 75 SAEF B51182, commission des métiers et de l’artisanat, rapport sur l’execution du IVe plan en 1965.

41À partir de 1957, les apprentis augmentent au rythme assez vif de 3,1 % par an jusqu’en 1960 mais avec un ralentissement (figure 19). Puis, durant la seule année 1961, l’artisanat intègre 21000 apprentis supplémentaires, une hausse de 14 %. L’apprentissage semble se développer. Mais, durant le IVe Plan, la croissance annuelle n’est que de 5,9 % au lieu des 8 % prévus. En 1965, elle est de 3 % puis seulement de 2,2 % en 196675. Le nombre d’apprentis culmine à 215654 en 1966. Le décalage entre les prévisions et la réalité ne doit pas conduire à sous-estimer cette croissance. Les planificateurs pêchent par optimisme en prévoyant une croissance aussi forte. Le rythme effectif correspond déjà à un très vif développement.

  • 76 AN 80AJ187, la formation des professionnels qualifiés, APCM, juin 1965.
  • 77 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 2, 1965.

42En 1965, 20 % des artisans forment des apprentis ; un quart d’entre eux en forment plusieurs76. Selon l’APCM, les maîtres potentiels sont 300 000, près du double des faits. Il y aurait donc une forte marge de progression ou plutôt un potentiel nettement sous-employé. En somme, malgré la progression, les réticences des artisans à former des apprentis sont toujours très fortes. La moitié de ceux dont on estime qu’ils pourraient valablement en former refuse de le faire. Les maîtres d’apprentissage restent une minorité. En Allemagne, l’apprentissage est beaucoup plus développé et il progresse néanmoins. En 1964, la fédération compte 429 000 apprentis dans 670 000 entreprises artisanales77. Le nombre d’apprentis représente donc 64 % de celui des artisans. Il a progressé de dix points en dix ans.

Figure 19. Les apprentis dans l’artisanat entre 1942 et 1970

Figure 19. Les apprentis dans l’artisanat entre 1942 et 1970

43La répartition géographique est très inégale. En 1960, plus de 30 % des apprentis sont formés dans cinq départements. En 1963, le coefficient d’apprentis par artisan dans les départements varie de 0,06 à 0,48. Dans la moitié sud, il est presque partout inférieur à la moyenne nationale. Au mieux, il l’avoisine en Aquitaine et dans le Languedoc. L’embauche d’apprentis est plus développée dans la moitié nord du pays mais avec de grands contrastes puisque le plus faible et le plus fort coefficient s’y retrouve. Le minimum est à Paris et sa région. Il est également inférieur à la moyenne dans le Nord-Pasde-Calais et en Franche-Comté. Deux pôles de l’apprentissage artisanal apparaissent. L’un est formé des quatre régions Haute-Normandie, Centre, Pays-de-Loire et Poitou-Charentes. Le principal pôle est l’Alsace-Lorraine.

Tableau 17. Coefficient d’apprentis par secteurs en 1967

Tableau 17. Coefficient d’apprentis par secteurs en 1967

Source : Étude sur la modernisation…, op. cit.

44L’alimentation emploie le plus d’apprentis. Le bâtiment, les services et divers ont des niveaux très voisins et proches de la moyenne. Les métaux en emploient un peu moins alors qu’ils embauchent au contraire beaucoup d’ouvriers. Ce secteur recherche une main-d’œuvre qualifiée qui écarte les apprentis. Les branches en difficultés emploient le moins d’apprentis. L’apprentissage est quasi inexistant dans le cuir avec en tout et pour tout 716 apprentis dans toute la France. À une date où l’emploi d’apprentis est au plus fort, force est de constater la modestie de ces chiffres. Même à son zénith, l’emploi d’apprentis reste minoritaire dans l’artisanat. Il ne concerne en moyenne qu’un quart des entreprises. Dans les régions où il est développé, il ne fait que dépasser le tiers des artisans ; soit une grosse minorité mais une minorité quand même. Même en Alsace, son bassin de prédilection, il n’est pas majoritaire.

  • 78 AN 80AJ187, note sur l’évolution de l’apprentissage artisanal, 28 octobre 1964.
  • 79 Données sociales, 1987.

45Le développement n’a d’égal que le retournement qui lui succède. Le ralentissement se poursuit au point d’arriver à une stagnation au milieu des années 1960 puis de se transformer en décroissance. Le nombre d’apprentis chute alors brutalement. Il retombe à 213 500 en 1967, soit un peu plus de 1 % en moins en un an et le rythme de la décrue s’accélère ensuite. Celui-ci est en moyenne de – 4 % par an entre 1966 et 1970. En 1970, les apprentis ne sont plus que 182 900 ; 15,2 % de moins qu’en 1966. L’artisanat s’est séparé de 32845 apprentis en l’espace de quatre ans. La proportion de maîtres d’apprentissage diminue aussi. Le coefficient d’apprentis passe de 0,27 à 0,24 entre 1967 et 1970. Après avoir connu un début de développement, l’apprentissage retombe durement à ses premières réalités. La greffe n’a pas pris. L’apprentissage n’est pas dans l’artisanat un fait aussi important que l’imaginent les planificateurs. Ceux-ci ont bien prévu ce retournement en raison de l’évolution démographique, de la dévalorisation des formations manuelles et particulièrement de l’apprentissage et surtout à cause de la réforme de l’âge de la scolarité obligatoire78. Mais, dans leur esprit, il est passager. En réalité, le mouvement qui s’amorce alors dure. C’est une véritable rupture, un retournement de tendance79.

  • 80 AN 80AJ108, rapports des groupes de travail.
  • 81 En 1949, les artisans forment 70 % des apprentis en Allemagne. M. Laloire, Problèmes…, op. cit., p. (...)
  • 82 AN 80AJ108, rapport du groupe de travail formation professionnelle, juillet 1961. Elles sont prises (...)
  • 83 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 8, 1966-67, 14, 1968 et 19-20, 1969.
  • 84 AN 80AJ108, note de la commission artisanat sur la réalisation du IIIe plan et le début du IVe, 16 (...)

46L’artisanat est plus important pour l’apprentissage que l’inverse. En février 1961, il y a 152 000 apprentis en France dont 110 000 dans des entreprises artisanales80. L’artisanat forme donc 72 % des apprentis du pays81. On comprend mieux ainsi l’intérêt que porte l’État à l’apprentissage artisanal. Là aussi, l’inflexion de la politique de l’État est sensible. Dans les années 1960, il développe les soutiens aux artisans formant des apprentis. Au début, il ne semble pas avoir choisi entre distribuer des primes réduites à un grand nombre ou réduire le nombre de primes mais augmenter leur montant. Finalement, il fait les deux : le montant de l’aide croît en même temps que le nombre de primes versées. En 1960, l’État n’en distribue encore que 60682. À partir de 1962, le ministère de l’Industrie dispose d’un budget pour verser ces primes. Dans une évolution irrégulière et entrecoupée de paliers, celui-ci passe de 1,2 à 7 millions de francs entre 1962 et 196983. Les primes ne peuvent augmenter que lentement 3400 en 196284, 7900 en 1965.

Figure 20. Budget du ministère de l’Industrie pour les primes aux maîtres d’apprentissage (1962-1969)

Figure 20. Budget du ministère de l’Industrie pour les primes aux maîtres d’apprentissage (1962-1969)
  • 85 Elle demande que la prime de base passe de 150 à 500 francs et qu’elle soit élargie pour arriver à (...)
  • 86 AN 80AJ187, dossier 4bis, aide aux maîtres d’apprentissage.

47La création de 1962 suit une recommandation de la commission de l’artisanat85. Cependant, son objectif n’est pas atteint. La prime ne touche qu’un tiers des 23 000 prévus. Les bénéficiaires augmentent moins vite que le budget concerné ; ils sont multipliés par 1,3 contre 2,2. Cette différence s’explique par l’augmentation du montant de la prime (de 350 à 500 francs). Cette réévaluation, demandée par la commission et rendue nécessaire par le contexte inflationniste, ralentit l’évolution des receveurs. Avec la prime initiale, ils seraient 11286 en 1965 ; ce qui reste très en deçà des objectifs. L’État ne consacre donc pas tout à fait les moyens nécessaires à cette politique. Les objectifs initiaux sont abandonnés. La commission en vient à considérer que la prime doit être versée en fin d’apprentissage en cas de réussite de l’apprenti86. Le manque de moyens et la vive croissance de l’apprentissage artisanal obligent à se montrer plus sélectif. L’objectif est de passer du versement de 7 800 primes en 1966 à 12 000.

2. La croissance de l’emploi.

  • 87 Cf. chapitre IV.
  • 88 En 1963, le recensement industriel dénombre 410 000 salariés dans les entreprises industrielles (qu (...)

48L’évolution du nombre de salariés est plus claire. Entre 1955 et 1960, il croît probablement de 701000 à 704000 mais une certaine incertitude demeure et une légère diminution n’est pas exclue87. En effet, il diminue ensuite légèrement entre 1960 et 1962, de 704000 à 688702, soit – 1,1 % par an88. Par la suite, il croît de nouveau assez vivement. Entre 1962 et 1967, la croissance atteint une moyenne de 5,1 % par an. En 1967, l’artisanat emploie 866 700 salariés. Leur nombre augmente ensuite de 2,6 % par an en moyenne jusqu’en 1970. À cette date, 933 700 salariés travaillent dans une entreprise artisanale. Ils sont devenus plus nombreux que les artisans eux-mêmes. L’artisan est de plus en plus souvent un employeur.

  • 89 AN 80AJ187, rapport sur l’exécution du plan en 1962. AN 80AJ 328, rapport général de la commission (...)
  • 90 L’enquête de 1967, comme l’INSEE, considère le fait de travailler seul de la manière la plus strict (...)
  • 91 Économie et statistique, 55, 1974.
  • 92 Le groupe artisan d’art de la commission de l’artisanat affirme en 1961 que 50,93 % du salaire est (...)

49En proportion, les artisans travaillant seuls sont beaucoup moins nombreux que vingt ans plus tôt. En 1960 comme en 1962, 52,5 % d’artisans sont sans salariés89. En 1967, ils ne sont plus que 41,3 %90. En 1970, ils sont 42 %91. L’augmentation est légère par rapport à 1967 mais elle doit être notée car elle correspond à un renversement de tendance durable. Le pourcentage de 1967 correspond à un minimum historique. Il n’en reste pas moins que près d’un artisan sur deux travaille toujours seul. La majorité de ceux que l’on appelle parfois les petits patrons ne sont donc pas des employeurs mais cette réalité a fortement évolué et vers 1970 les artisans sont plus souvent des patrons que dans les années 1930 ou même qu’en 1950. Cela s’explique par une augmentation du nombre de salariés mais surtout par une diminution plus rapide des entreprises parmi les sans salarié. Entre 1960 et 1962, par exemple, il y a une diminution de 5,6 % des artisans sans salarié, de 4,4 % de ceux en ayant un ou deux et de 4,1 % de ceux en ayant entre trois et cinq92.

50Les artisans sans main-d’œuvre sont plus nombreux dans la moitié sud du pays. Ils sont presque majoritaires dans le Limousin (47 %) et en Midi-Pyrénées (46,3 %) et nombreux dans l’ensemble du Sud-Ouest. C’est en Alsace qu’ils sont les moins nombreux (35,4 %). Leur part est également plus faible en Haute-Normandie, en Picardie, en Lorraine, dans les Pays-de-Loire et le Centre. Les variations sectorielles sont assez fortes et chargées de sens. Trois groupes se détachent. L’alimentation est dans une situation originale : seulement 19 % des artisans y travaillent absolument seuls. C’est beaucoup moins que dans n’importe quel autre artisanat. Cette particularité tient à l’habitude d’avoir une boutique et de travailler en couple. Le second groupe est celui des métiers proches de la moyenne, où 40 à 45 % travaillent seuls. Il comprend le bâtiment, les services, la réparation, les métaux et les métiers divers. Enfin, un dernier groupe est constitué des métiers où les isolés sont majoritaires, voire très majoritaires. Il abrite les trois branches récessives que sont l’habillement, le cuir et le bois. Les différences entre les trois semblent indiquer que plus une activité est en difficulté plus la part des isolés grandit. Ainsi, dans le bois, secteur qui se porte le moins mal des trois, la part des isolés est de 53 %, alors que dans le cuir, le plus gravement en crise, elle atteint 76 %. Si au niveau d’une entreprise le fait de ne pas avoir d’employé ne peut pas être considéré comme un indice de mauvaise santé (car il s’agit fréquemment d’un choix) au niveau d’une branche entière la remarque récupère toute sa pertinence.

  • 93 AN 80AJ108, rapports des groupes de travail.
  • 94 Enquête quadritrimestrielle…, op. cit.
  • 95 S. Francès, Où va l’artisanat français ?, op. cit., p. 46.

51Aux raisons idéologiques déjà évoquées (refus du statut patronal, désir de travailler seul…) s’ajoutent des obstacles économiques. Pour un artisan isolé, embaucher un ouvrier signifie doubler sa capacité de travail. Il faut donc être sûr de pouvoir aussi doubler ses commandes. Un gouffre sépare les situations du travailleur isolé et de celui qui travaille avec un compagnon. Beaucoup hésitent à le franchir. Ils redoutent aussi les prétentions salariales des ouvriers. De surcroît, avoir un ouvrier est une contrainte. L’ouvrier est protégé par des conventions collectives, sa durée de travail hebdomadaire est limitée… L’artisan n’est pas habitué à ce rythme. Lui-même travaille souvent beaucoup plus que la durée légale hebdomadaire. Il peut craindre que l’embauche d’un ouvrier ne nuise au rythme du travail. Un salarié représente aussi des charges sociales supplémentaires à payer93. Pour toutes ces raisons, l’artisan isolé préfère continuer à travailler seul et rester maître de son travail. Selon l’INSEE, 80 % des artisans du bâtiment n’ont pas l’intention d’embaucher en 196694. Un des ébénistes parisiens interrogés par Simone Francès explique : « Je préférerais fermer mon entreprise que de prendre un compagnon »95.

  • 96 F. Gresle, L’univers de la boutique…, op. cit., p. 79.
  • 97 SAEF B51182, commission des métiers et de l’artisanat, rapport sur l’execution du IVe plan en 1965.
  • 98 Étude sur la modernisation…, op. cit.
  • 99 Elle est très légèrement supérieure en Picardie (0,3) et très légèrement inférieur en Poitou-Charen (...)

52Le reste de la main-d’œuvre est apporté par la famille. Toutefois, l’aide familiale perd de son importance à partir des années 195096. Le nombre de conjoints collaborateurs est inconnu mais pas celui des autres membres de la famille non salariés. En 1963, le recensement industriel donne une moyenne de 0,09 aide familial par entreprise97. Pour l’ensemble de l’artisanat, ils sont 171 254 en 1967 et 159 900 en 1970. Entre ces deux dates, leur nombre diminue en moyenne de 2,2 % par an. En 1967, ils sont 0,22 par entreprise artisanale98. Cette part varie très peu selon les régions99. Ce chiffre est sensiblement plus élevé que celui calculé sur les seules activités industrielles. L’aide familiale régulière et non salariée dans l’artisanat est donc essentiellement le fait des activités de service ou commerciales. Dans ces secteurs, l’atelier est souvent doublé d’une boutique où s’écoule la production, notamment dans l’alimentation, et celle-ci est tenue par l’épouse. Les données branche par branche le confirment. L’alimentation fait gonfler la moyenne avec un coefficient de 0,53 aide familial non rémunéré par entreprise. Partout ailleurs, il est nettement inférieur. Au mieux, il est à 0,27 dans les activités diverses. Il tombe à 0,09 dans le bâtiment et même à 0,05 dans les transports. Le coefficient hors alimentation n’est plus que de 0,15. Le travail familial, qui aux yeux de beaucoup d’observateurs caractérise l’artisanat, est en réalité cantonné à quelques branches bien particulières. En dehors de l’alimentation, il est devenu très minoritaire, voire rare. Il est progressivement remplacé par des salariés.

  • 100 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan, et rapport sur l’exécution du (...)
  • 101 Étude sur la modernisation…, op. cit.
  • 102 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 5, 1966.

53Entre 1955 et 1960, les artisans ayant un ou deux salariés grimpent de 36,5 % à 38,5 %. La catégorie de trois à cinq salariés reste stable en passant de 8,5 % à 9 %100. La transformation se résume essentiellement à une diminution des sans salarié au profit de ceux n’en employant qu’un, voire deux. Les structures bougent mais assez doucement. Quand ils deviennent employeurs, les artisans n’ont le plus souvent qu’un seul salarié. Ils sont près de 60 % dans ce cas en 1955 comme en 1962. De ce fait, le nombre moyen de salariés par entreprise reste assez faible. Il ne dépasse que tardivement le seuil de un. Il passe de 0,8 en 1960 à 1,1 en 1967101. En comparaison, en Autriche, il est de cinq salariés par entreprise artisanale en 1966102. Géographiquement, trois types de régions apparaissent. Ce coefficient est inférieur à un dans un grand quart sud-ouest incluant le Poitou et l’Auvergne, en Bretagne et en Basse-Normandie et enfin dans le Nord. À l’autre extrémité, il est très supérieur à la moyenne nationale en Alsace (3,7) et en Lorraine (1,9). Cette particularité reflète celle du droit local qui ne limite pas la main-d’œuvre dans la définition de l’artisan. Les autres régions, de la Picardie et des Pays-de-Loire au pourtour méditerranéen, sont proches de la moyenne nationale. C’est donc parmi les régions où les artisans sont les plus nombreux qu’ils emploient le moins de salariés.

  • 103 Cf. supra.

54Les particularités techniques priment. Les deux secteurs où les entreprises ont le plus de salariés sont les métaux avec 1,7 salarié par entreprises en 1967 et le bâtiment (1,4). Ces métiers nécessitent plus de main-d’œuvre. L’alimentation est dans la moyenne nationale avec 1,1 salarié. Dans tous les autres secteurs, le coefficient est inférieur à un. Les artisans du bois et des activités diverses sont proches de ce seuil ; ce qui confirme la primauté des facteurs techniques dans l’embauche car, économiquement, le secteur est en situation difficile. Les services, dont la réparation, se trouvent dans une situation intermédiaire avec 0,7 salarié par entreprise. Au dernier rang figurent les textiles et le cuir (0,5 et 0,4) où les difficultés économiques ne permettent pas de verser un salaire et où l’activité de chaque entreprise est trop faible pour faire travailler plusieurs personnes. La main-d’œuvre salariée n’y est pas remplacée par de la main-d’œuvre familiale gratuite103.

  • 104 D’après les registres des métiers et l’enquête INSEE.
  • 105 M. Durand, J.-P. Frémont, L’artisanat en France, op. cit., p. 64.
  • 106 INSEE, Recensement de la distribution, 1966.

55Cette répartition sectorielle ne donne qu’une image globale partiellement satisfaisante. Les besoins, et donc les effectifs des entreprises, varient beaucoup, à l’intérieur des branches d’activités, selon le métier. Ainsi, dans le bâtiment, les entreprises n’ont pas la même envergure dans le gros-œuvre et dans le second œuvre104. Dans l’alimentation, 40 % des bouchers ont au moins un compagnon contre 21 % des boulangers. Vers 1975, Marc Durand et Jean Paul Frémont font un constat comparable. Selon eux, les boulangers travaillent presque tous seuls alors que les deux tiers des bouchers se font assister105. Par contre, les bouchers n’ont, en général, qu’un seul compagnon quand les boulangers en ont plusieurs. En 1966, les boucheries emploient en moyenne 2 personnes et les boulangeries 2,6106. À la différence des précédents, les pâtissiers (qui ne font pas aussi de la boulangerie) et les confiseurs travaillent presque tout le temps seuls. Dans la confection, l’enquête INSEE montre que les métiers employeurs sont les métiers masculins. Les tailleurs apparaissent comme les plus gros consommateurs de main-d’œuvre de l’artisanat alors que le coefficient de compagnons employés par les couturières et les modistes et légèrement inférieur à la moyenne. Dans le secteur de la réparation, les employeurs sont les mécaniciens. Les dépanneurs radios et les autres réparateurs travaillent seuls le plus souvent. Dans le bois et l’ameublement, les tonneliers, les tapissiers et les matelassiers sont parmi les plus petits employeurs mais par contre les ébénistes recourent plus souvent à l’aide d’un salarié.

  • 107 Les chiffres de 1944 et 1950 sont calculés avec les coefficients des enquêtes du ministère de l’Ind (...)

Tableau 18. Population active de l’artisanat de 1942 à 1970107

Tableau 18. Population active de l’artisanat de 1942 à 1970107
  • 108 D. Chiarisoli et J.-P. Crapeau estime que l’artisanat emploie 10 % de la population active français (...)

56Au total, combien de personnes travaillent dans l’artisanat ? Selon Marc Durand et Jean Paul Frémont, ils sont 1,83 million en 1962, 1,85 million en 1967 et 1,87 millions en 1970. Les chiffres utilisés ici débouchent sur des chiffres comparables (tableau 18). Sans compter la main-d’œuvre familiale non rémunérée, l’artisanat emploie 1,53 million de personnes en 1950. Il se tient à 1,70 million de 1955 à 1962. Les salariés et les apprentis deviennent plus nombreux que les artisans eux-mêmes entre 1960 et 1962. Ils montent à 1,83 million en 1967 et probablement à 1,9 million en 1970. L’artisanat emploie, en moyenne, 9 % de la population active108. Sa part est stable. Elle ne diminue que de 0,4 point dans la décennie 1960. La taille moyenne de l’entreprise est de 2,2 personnes en 1962 et de 2,3 personnes en 1966. La diminution du nombre d’artisans et d’employés familiaux est compensée par la croissance du nombre de salariés. À la fin des années 1960, les artisans sont moins nombreux que vingt ans plus tôt mais ils sont plus souvent des patrons. L’entreprise artisanale fonctionne souvent en binôme. Elle est dirigée par l’artisan qui est assisté d’une personne. Cette personne est soit un salarié, soit un membre de la famille. Quand il s’agit d’un salarié, l’artisan préfère employer un ouvrier qu’un apprenti. Quand il s’agit d’un membre de la famille, le plus souvent c’est l’épouse.

3. Les coûts salariaux dans l’artisanat.

  • 109 Ils passent de 34 à 300 anciens francs entre 1945 et 1961. C. Bernardi, « Les relieurs », dans Arti (...)
  • 110 Résultats de l’enquête quadrimestrielle de conjoncture dans l’artisanat et les petites entreprises (...)
  • 111 AN 80AJ24, rapport annuel du plan, 1956.

57Dans les années 1950, le marché du travail est marqué par une certaine pénurie. Les entreprises se plaignent d’un manque de main-d’œuvre et se concurrencent sur ce marché. Cette tension concurrentielle fait monter les salaires. En Alsace, par exemple, le salaire horaire est quasiment multiplié par dix en une quinzaine d’années dans la reliure109. Elle n’incite pas les artisans sans salarié à embaucher. En octobre 1966, 80 % des artisans n’ont pas l’intention d’embaucher. Seulement 10 % comptent accroître leur effectif alors que 10 % pensent, au contraire, le réduire110. Néanmoins, certains secteurs ne peuvent pas se passer de salariés. Ceux-ci subissent l’alourdissement des coûts salariaux. Toutefois, les gains de productivité permettent d’absorber une partie de la hausse et de ne pas la reporter intégralement sur les prix. Le bâtiment, par exemple, réalise de gros progrès de productivité qui compensent en partie la hausse du coût de revient engendrée par la hausse des salaires111.

58Dans la concurrence à laquelle se livrent les entreprises sur le marché du travail, les artisans partent avec un handicap. Les salaires qu’ils versent sont traditionnellement inférieurs à ceux des industries. De plus, l’artisanat est bien implanté dans des branches d’activité qui, généralement, versent des salaires moins élevés que les autres branches, dont le bâtiment. Là, les artisans ne se trouvent pas tant en concurrence avec les grandes entreprises du secteur (qui versent elles aussi de faibles salaires et qui sont peu nombreuses), qu’avec les autres branches d’activité qui offrent des salaires plus élevés. Ces meilleurs salaires ne peuvent pas manquer d’attirer les salariés de l’artisanat.

  • 112 C. Perrin, Les entreprises…, op. cit. pour le détail de l’estimation.

59Les salaires versés par les artisans sont très en retard par rapport à l’industrie. Un peintre ouvrier qualifié a un salaire annuel de 7020 francs en 1966 et à 7862 francs en 1967112. Cette rémunération reste bien inférieure à celle d’un ouvrier de l’industrie (8545 francs en 1966). En devenant ouvrier industriel, cet ouvrier de l’artisanat pourrait augmenter son salaire de 21 %. La concurrence par les salaires est défavorable à l’artisanat qui n’a pas les moyens de verser des salaires intéressants et ne peut pas suivre la hausse des salaires industriels. Plusieurs hypothèses peuvent l’expliquer. La marge bénéficiaire est trop faible. La hausse du chiffre d’affaires est trop réduite pour permettre de suivre la hausse des salaires industriels. Enfin, l’objectif de l’entreprise artisanale est généralement le profit et non la croissance ; ce qui est incompatible avec une forte hausse des coûts.

  • 113 B. Zarca, L’artisanat français…, op. cit., p. 158.
  • 114 B. Zarca, L’artisanat français…, op. cit., p. 174.
  • 115 C. Jaeger, op. cit., p. 155.
  • 116 B. Zarca, L’artisanat français…, op. cit., p. 195.

60Ces départs des ouvriers de l’artisanat vers l’industrie ont des limites. L’artisanat emploie des hommes qualifiés113. Est-il réellement intéressant pour un ouvrier qualifié de quitter sa branche d’activité pour un emploi d’O.S. ou de manœuvre dans une autre activité ? En changeant de secteur, il perd l’avantage de sa qualification et ne peut prétendre qu’à des emplois peu spécialisés, c’est-à-dire moins payés. Les changements d’activité ne sont vraiment intéressants que de poste à poste. Or, ils sont moins faciles à réaliser pour un ouvrier qualifié car sa qualification se limite précisément à une activité. Les départs concernent essentiellement la main-d’œuvre sans qualification. Or, celle-ci intéresse peu les artisans. Le travail en entreprise artisanale présente pour des travailleurs qualifiés des intérêts qui contribuent à les retenir malgré des salaires inférieurs. Les salariés de l’artisanat s’estiment plus souvent satisfaits de leurs conditions de travail que leurs homologues de l’industrie. Et de fait, ils se montrent moins revendicatifs. Cette satisfaction s’explique par le faible écart qui existe entre les artisans et leurs ouvriers. Ils ont souvent la même formation, les mêmes qualités techniques. Une partie des compagnons ambitionne de s’installer à son compte et accepte donc les conditions de travail imposées par l’artisanat114. De surcroît, les artisans laissent une large autonomie à leurs ouvriers dans l’accomplissement de leur travail. Le travail en entreprise artisanale est donc perçu comme plus intéressant et plus gratifiant que le travail industriel115. Enfin, les relations de travail sont jugées meilleures. Artisans et ouvriers partagent l’apéritif offert par le client, passent leur journée ensemble à l’atelier ou sur le chantier. En échange des heures supplémentaires effectuées, l’artisan accorde facilement à son compagnon un moment pendant les heures de travail pour faire une course ou remplir une formalité administrative. Bernard Zarca parle d’une logique de « rapports d’arrangement »116. Les conditions de travail difficiles sont plus facilement acceptées car elles sont partagées par l’employeur. Par contre, les avantages procurés par la qualité du travail et l’autonomie dans sa réalisation ne suffisent certainement pas à attirer les salariés des PME et des grandes entreprises vers l’artisanat. La différence de salaire joue contre lui. L’artisanat, qui recherche de plus en plus de salariés, risque de manquer de main-d’œuvre.

  • 117 AN 80AJ187, étude du secteur des métiers de la circonscription d’action régionale du Centre, APCM. (...)
  • 118 Calculé selon la méthode des moyennes mobiles. AN 80AJ328, rapport du groupe de travail structures, (...)

61En 1959, dans la région Centre, les salaires représentent en moyenne 6 % des recettes dans les entreprises au forfait et 7 % chez celles au réel117. En 1960 et 1961, les salaires représentent 12,7 % du chiffre d’affaires dans l’artisanat du bâtiment118. Dans le canton de Château-la-Vallière, la masse salariale représente donc 7,1 % du chiffre d’affaires en 1965 et 6,1 % en 1967. Le coût global de la main-d’œuvre reste modeste et, malgré l’augmentation des salaires, il diminue plutôt. Il a peu varié par rapport à la moyenne régionale de 1959. Or, entre-temps, le nombre de salariés augmente. Chiffre d’affaires et masse salariale progressent au même rythme. La croissance de la masse salariale est compensée par la croissance de l’activité. L’augmentation du chiffre d’affaires permet d’augmenter la main-d’œuvre et l’augmentation de la main-d’œuvre permet d’améliorer le chiffre d’affaires.

II. LES INVESTISSEMENTS

  • 119 AN 80AJ108.

62Grâce aux travaux de la commission de l’artisanat, l’État commence à prendre conscience des possibilités des entreprises artisanales. En 1957, le premier rapport de la commission met en avant la simplicité et la souplesse de l’atelier, la possibilité d’augmenter ou de réduire aisément le temps de travail, la faiblesse des stocks, l’importance réduite du capital et la faiblesse des frais généraux119. Elle arrive à la conclusion que l’artisanat de production « a sa place » dans les secteurs qui « n’exigent pas trop d’équipements ». Toutefois, dans son tour d’horizon des secteurs d’activité, elle fait souvent revenir l’idée d’une insuffisance d’équipement et d’un problème d’adaptation aux nouvelles techniques : les ébénistes manquent d’informations sur les techniques nouvelles, les horlogers manquent d’outillage moderne, les garagistes ont un effort à faire pour aménager leurs ateliers et se former techniquement… Pour conserver sa place, l’artisanat doit donc investir.

A. LE DÉVELOPPEMENT DE L’INVESTISSEMENT ARTISANAL

  • 120 SAEF B42254, note relative à la répartitiondes crédits du FME affectés aux investissements sociaux.
  • 121 SAEF B34143, rapport sur les opérations de crédit artisanal en 1954.

63Il est difficile de connaître ou même d’estimer la valeur globale des investissements au début de la période étudiée. Pour 1950, le chiffre d’un milliard de francs (soit 10 millions NF) est cité par la direction des programmes économiques mais il ne porte que sur certains secteurs de l’artisanat, ceux jugés « les plus intéressants »120. En outre, l’estimation est produite en prévision de la fixation des crédits alloués au crédit artisanal. Pour justifier leur baisse, la direction a intérêt à s’en tenir à une prévision basse qui n’est pas exploitable pour établir des comparaisons. Pour 1954, un rapport sur le crédit artisanal estime les investissements à au moins deux milliards de francs (20 millions NF)121. C’est un montant crédible quoique peut-être légèrement sous-évalué. La création de la commission de l’artisanat permet de mieux connaître les investissements des artisans. Combien sont-ils à investir ?

1. La croissance des investissements.

  • 122 Le montant global des investissements peut-être estimer en 1960 grâce aux données du bâtiment. Les (...)
  • 123 Dans les faits, elle est probablement moindre puisque la valeur des investissements de 1954 n’est q (...)
  • 124 SAEF B51182, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan. Éc (...)

64Hors agriculture, 7,4 % des investissements sont réalisés par des artisans en 1963. Les investissements des artisans triplent presque entre 1960 et 1970. En francs constants, la progression est en moyenne de 7,1 % par an. La moyenne annuelle est de 16,2 % entre 1960 et 1963, de 3,5 % entre 1963 et 1970, puis à peine de 1 % entre 1967 et 1970. La somme de 1,9 milliard de francs d’investissements en 1960 est vraisemblable122. La croissance des investissements artisanaux entre 1954 et 1960 serait de 5,6 % en francs constants123. Les investissements des artisans augmentent ensuite à 3,4 milliards de francs en 1963, 4 milliards en 1964, 4,7 milliards en 1967 et enfin 5,6 milliards en 1970124. Le montant de 1970 dépasse les prévisions du Ve plan de 13,5 %.

Figure 21. Évolution des investissements dans l’artisanat

Figure 21. Évolution des investissements dans l’artisanat
  • 125 S. Francès, Où va l’artisanat…, op. cit., p. 41. Quand ils ont investi, 45 % ont acheté une ou plus (...)
  • 126 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.
  • 127 Économie et statistique, 55, 1974.
  • 128 D’après le recensement de la distribution de 1966. F. Gresle, L’univers…, op. cit., p. 133.
  • 129 Calculé comme le rapport du montant global des investissements artisanaux sur le nombre d’artisans (...)

65La croissance du montant global reflète la diffusion des investissements dans l’artisanat. Les artisans sont plus nombreux à investir et ils investissent plus. Leur propension à investir croît. Le montant moyen de leurs investissements augmente. En 1958, 43 % des artisans n’ont pas réalisé d’investissements depuis plus de dix ans125. En 1963, le rapport s’est quasiment inversé puisque désormais 42 % des artisans déclarent avoir investi dans l’année126. Ils sont 45 % en 1967 et 46 % en 1970127. Leur propension à investir est bien supérieure à celle des petits commerçants dont seulement 15,5 % investissent en 1966128. La proportion d’artisans investissant dans l’année est en hausse de quatre points depuis 1963. Le montant moyen de l’investissement artisanal est de 10 400 francs en 1963, 13413 francs en 1967 et 16 350 francs en 1970129. Sa valeur croît de 57 % entre 1963 et 1970.

  • 130 J.J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 197.

66Depuis au moins le milieu des années 1950, l’effort d’investissement est constamment en progression. Le plus fort se situe au début des années 1960. À cette date, la croissance des investissements artisanaux est même supérieure à la moyenne nationale ; la croissance des investissements productifs privés en France n’atteint que 14,8 % à son maximum en 1961130. Cette vigueur peut s’expliquer par le blocage subi depuis la fin des années 1940. À la fin des années 1950, les possibilités d’investir s’améliorent avec les progrès du crédit artisanal. Le fort développement des investissements artisanaux qui suit traduit la volonté de rattraper le retard. À partir du milieu des années 1960, cette croissance ralentit. Si elle est appréciable en valeur nominale, elle est largement amputée par la reprise de l’inflation dans les dernières années de la décennie et la progression réelle est beaucoup plus faible. La croissance nominale, dans les dernières années, permet donc essentiellement de maintenir le niveau d’investissement, voire de légèrement l’améliorer. Les restrictions budgétaires de 1963 ont pu avoir un effet négatif sur le développement de l’investissement artisanal en freinant l’essor du crédit artisanal.

  • 131 J.J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 195-197.

67Cette évolution épouse les grandes lignes de l’évolution nationale. Après le boum en 1961-1962, la progression des investissements productifs ralentit131. Leur taux de croissance passe de 12,1 % en 1960 à 14,8 % en 1961 puis retombe à 4,3 % en 1964. À cette date, il est encore de 13,6 % dans l’artisanat en francs constants. Le retard à rattraper retarde le moment où il retombe. Le développement dans les années 1960 correspond à une hausse généralisée de l’investissement en France. Les artisans deviennent capables de suivre l’évolution générale. Ils ne sont plus dépassés. On retrouve les fortes valeurs du début des années 1960 puis le même creux entre 1963 et 1967. Cependant, sur une plus longue période, le développement des investissements artisanaux apparaît comme un phénomène tardif.

  • 132 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.

68Les investissements représentent une part stable du chiffre d’affaires. En 1960, ils correspondent à 9 % du chiffre d’affaires dans le bâtiment132. Pour l’ensemble de l’artisanat, ils en représentent l’équivalent de 8,8 % en 1964 et 9 % en 1967. Leur montant est donc fortement dépendant du niveau d’activité. C’est une conséquence de l’autofinancement. Dans le bâtiment, par exemple, l’investissement des artisans passe de 525 millions de francs en 1960 à 326 millions en 1961. L’autofinancement le rend très sensible au niveau et à l’évolution du chiffre d’affaires. Sa diminution entre 1960 et 1961 correspond à une baisse parallèle de leur chiffre d’affaires. Deux raisons rendent intelligible cette liaison : la capacité de financement s’en trouve réduite mais aussi les artisans anticipent une possible poursuite de la baisse d’activité qui n’incite pas à investir.

  • 133 Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 168.

69Jean-Jacques Carré, Paul Dubois et Edmond Malinvaud distinguent les investissements légers des investissements lourds (lesquels concernent uniquement des secteurs tels l’énergie, la métallurgie ou les matériaux de construction). Les premiers fournissent ainsi un point de comparaison avec l’artisanat. Rapporté au PIB, le taux des investissements légers est de 8,4 % en 1961 et 9 % en 1963 et 1964133. La valeur ajoutée de l’artisanat reste inconnue. Les deux séries de données ne peuvent donc pas être directement confrontées. Néanmoins, si le taux d’investissement artisanal calculé sur le chiffre d’affaires est quasiment équivalent à celui des investissements légers calculés sur des valeurs ajoutées, cela tend à confirmer que le niveau d’investissement dans l’artisanat est supérieur à la moyenne nationale puisque le chiffre d’affaires est un agrégat plus important que la valeur ajoutée.

2. La répartition des investissements.

  • 134 Étude sur la modernisation, op. cit.

70Géographiquement, l’investissement moyen est le plus faible dans le sud-ouest de la France (figure 22)134. Le minimum est atteint dans le Limousin avec 10 545 francs. Le maximum l’est en Alsace avec 22 408 francs par entreprise ayant investi mais l’Alsace avec sa législation particulière et ses entreprises plus grandes forme un cas à part. En dehors d’elle, deux ensembles aux investissements importants (entre 13 500 et 16 000 francs) se dessinent. L’un à l’Ouest est centré sur la Bretagne, où l’investissement moyen est de 15 317 francs, et s’étend sur les Pays-de-Loire et la Basse-Normandie. L’autre, moins homogène, forme un arc partant de Paris pour rejoindre Midi-Pyrénées. La Franche-Comté (15 448 francs) et le Languedoc (15 310 francs) en sont les deux pôles forts. Dans les autres régions, l’investissement moyen est modéré.

Figure 22. Investissement moyen par artisan ayant investi et par région en 1967

Figure 22. Investissement moyen par artisan ayant investi et par région en 1967

Source : Étude sur la modernisation…, op. cit.

71Cette répartition met en défaut l’idée qu’il y aurait une France du nord moins densément artisanale mais avec des artisans plus dynamiques et une France du sud et de l’ouest avec beaucoup d’artisans mais archaïques. Les zones de fort investissement artisanal se trouvent aussi bien dans des régions où les densités artisanales sont faibles, comme le nord-est, que dans les bassins traditionnels tels la Bretagne ou le Midi. La corrélation inverse n’est pas vraie non plus. L’investissement n’est pas fort dans les régions où l’artisanat est fort. La règle marche pour la Bretagne, le Midi ou le Lyonnais mais a le défaut éliminatoire d’échouer dans le Sud-Ouest et en Provence. Il est assez difficile de trouver une logique à cette répartition. Les habitudes régionales paraissent prédominantes.

72Près de 60 % des investissements se concentrent en 1967 dans les deux plus importants secteurs de l’artisanat : le bâtiment (34 %) et l’alimentation (24 %). Les activités diverses viennent ensuite avec 21 % des investissements de l’artisanat. Les autres branches effectuent chacune moins de 10 % du total. Si la hiérarchie est habituelle, certains secteurs sont néanmoins surreprésentés, à l’image de l’alimentation qui fait 24 % des investissements avec 17 % des entreprises ou des métaux avec 6 % des investissements pour 4 % des entreprises. Entre 1967 et 1970, ce tableau varie peu (tableau 19). Trois groupes se dégagent. L’investissement moyen est de 18 781 francs dans les métaux, 17 437 dans l’imprimerie et de 16992 dans l’alimentation. Tous ces secteurs ont en commun d’être exigeants en terme d’installations fixes. L’investissement moyen est proche de la moyenne dans le bâtiment, le bois et dans la catégorie diverse où la polygraphie est dans la norme alors que la chimie tire vers le haut et les transports vers le bas. Enfin, il est inférieur dans les services (réparation comprise) ainsi que dans le cuir (9 980francs) et le textile (8 898 francs). Certes, ce sont des secteurs où les équipements ne sont pas forcément très coûteux, mais, la faiblesse de l’investissement est surtout la marque de secteurs vieillissants où le matériel n’est plus renouvelé. C’est l’indice d’un sous-investissement.

Tableau 19. Investissements des artisans par secteur d’activité en 1967

Tableau 19. Investissements des artisans par secteur d’activité en 1967

Source : Étude sur la modernisation…, op. cit.

73Le secteur d’activité influence la propension à investir, qui est la plus forte dans le bâtiment où 53 % des artisans investissent en 1970. Elle est supérieure à la moyenne dans l’alimentation (50 %). Ce sont donc les plus importantes branches de l’artisanat qui investissent le plus. Cette caractéristique contribue à soutenir le niveau global d’investissement. En 1969, 36 % des bouchers-charcutiers et 34,4 % des boulangers et pâtissiers investissent. Les artisans de la viande investissent en moyenne 16 200 francs et les boulangers et pâtissiers 21 400 francs. Cela représente 6,1 % du chiffre d’affaires moyen en boucherie-charcuterie et 16,8 % en boulangerie-pâtisserie. Leur financement n’est donc normalement pas un problème. Ils peuvent assez facilement être autofinancés.

Tableau 20. Investissement moyen par actif des entreprises du bâtiment en 1969 (en francs)

Tableau 20. Investissement moyen par actif des entreprises du bâtiment en 1969 (en francs)

Source : M. Lescure, op. cit., p. 52.

  • 135 Enquête quadritrimestrielle, INSEE, octobre 1966.

74En 1966, entre 30 et 35 % des artisans du bâtiment déclarent avoir acquis des équipements récemment135. En 1969, l’investissement moyen des artisans est supérieur à la moyenne du secteur. Dans le gros-œuvre, les artisans investissent autant que les firmes de plus de 500 salariés et plus que celles de 6 à 19 et de 20 à 50 salariés. Dans le second-œuvre, les plus gros investisseurs sont les PME de 6 à 19 salariés suivis des artisans. L’importance de l’investissement chute ensuite à mesure que la taille de l’entreprise augmente pour ne se redresser un peu que dans les quelques firmes de plus de 500 personnes. Les entreprises artisanales investissent donc plus que les PME et surtout plus que les grandes entreprises.

B. LA NATURE DES INVESTISSEMENTS

75L’une des faiblesses de l’artisanat qui explique son déclin est l’obsolescence et l’insuffisance de ses équipements. En ce domaine, il y a d’urgents investissements à faire. Dans le domaine immobilier, les artisans comptent souvent sur leurs locaux domestiques mais ceux-ci peuvent s’avérer inadaptés et ils sont souvent décriés pour leur vétusté. De plus, la croissance urbaine des trente glorieuses y rajoute le problème de la rénovation des centres urbains et des transferts des activités économiques en périphérie. Toutes ces données posent la question de la nature des investissements.

1. Les investissements immobiliers.

76La destination des prêts du crédit artisanal montre l’effort de rénovation des ateliers (tableau 21). Assez peu de prêts servent à la construction de locaux neufs. Quelle que soit l’origine du financement, ils ne dépassent pas 10 % du total en 1954 comme en 1956. Peu d’artisans établissent leur entreprise dans un local spécifique. L’utilisation du patrimoine immobilier personnel prévaut. L’amalgame des espaces domestiques et professionnels reste la règle. De surcroît, les difficultés propres à l’artisanat à cette date ne permettent pas de s’engager dans des constructions neuves coûteuses d’une part et ne dégagent pas de perspectives qui y incitent d’autre part.

  • 136 AN 80AJ328, rapport du groupe statistique et comptabilité, Ve plan.

77Les investissements se répartissent en trois grandes catégories : les aménagements, les travaux et les acquisitions. Les acquisitions dominent nettement avec 78 % de l’ensemble. Les aménagements représentent 15 % des investissements et les travaux 7 %. Les acquisitions immobilières restent minoritaires. Elles ne concernent qu’un quart de toutes les acquisitions en 1967. L’usage du patrimoine personnel semble donc rester la norme. Les artisans investissent peu dans l’achat de terrains qui ne forment que 3 % des acquisitions. Même les déplacements contraints, par exemple ceux dus aux rénovations urbaines, ne suffisent pas à créer des flux financiers importants en la matière. Cette modestie suggère aussi que les déplacements d’entreprises, par exemple d’une commune rurale vers l’espace urbain, sont peu nombreux. Les occasions d’investir dans un terrain sont alors peu fréquentes. Par contre, sur leur propre espace, les artisans investissent dans des bâtiments propres à l’entreprise. La famille et l’entreprise ont la même adresse mais dans des locaux distincts. Il y a une individualisation de l’entreprise. Un nombre infime d’artisans possède plusieurs établissements (0,5 %). Trois secteurs sont plus particulièrement concernés. Plus du quart se concentre dans l’alimentation, la boucherie (21,2 %) plus que la boulangerie (7,2 %). L’ameublement (7,6 %) et la confection (5,6 %) viennent ensuite. Les autres sont très dispersés entre une multitude d’activités136.

Tableau 21. Usage des prêts du crédit artisanal en 1954 et 1956 (en valeur)

Tableau 21. Usage des prêts du crédit artisanal en 1954 et 1956 (en valeur)

Source : SAEF B34143, rapport sur les opérations de crédit artisanal en 1954.

Tableau 22. Catégories d’investissements en 1967

Tableau 22. Catégories d’investissements en 1967

Source : Étude sur la modernisation…, op. cit.

Tableau 23. Nature des acquisitions en 1967

Tableau 23. Nature des acquisitions en 1967

Source : Étude sur la modernisation…, op. cit.

78La commission de l’artisanat estime que beaucoup d’artisans, notamment les garagistes, sont à l’étroit dans des locaux en centre-ville mais qu’ils hésitent à s’installer en périphérie de peur de perdre la clientèle qu’ils se sont constituée. Pour la même raison, quand l’immeuble où est installé son fonds est vendu, l’artisan est souvent obligé de se porter acquéreur s’il ne veut pas bouger au risque de perdre sa clientèle mais les réaménagements urbains provoquent des expropriations et en obligent certains à bouger. Par ailleurs, quand il n’est pas propriétaire des murs, l’artisan hésite à investir en travaux. Il estime qu’il n’a pas de raison de revaloriser un bien qui ne lui appartient pas et qui en outre risque d’entraîner une hausse de son loyer. Ces réflexions débouchent sur la création de la SIAGI en 1966. L’État et les chambres des métiers veulent prendre en compte les artisans dans l’aménagement urbain dans une période où l’urbanisation progresse rapidement et où la ville se transforme. Cependant, on peut se demander si, en prenant le problème ainsi, ils ne surestiment pas l’importance des investissements immobiliers des artisans. L’enquête de 1967 nuance ce constat. Les transformations urbaines ne provoquent pas d’importants investissements immobiliers. Toutefois, même si la création de la SIAGI repose sur une certaine exagération du problème, elle n’en est pas moins un outil utile.

2. Les investissements productifs.

  • 137 C. Jaeger, Artisanat et capitalisme…, op. cit., p. 106.
  • 138 J.P. Rioux, La France de la Quatrième République, 2 vol., Paris, Seuil, 1980-1983, p. 244.
  • 139 AN 80AJ187, étude du secteur des métiers de la circonscription d’action régionale du Centre, APCM.
  • 140 SAEF B51182, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.
  • 141 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 1, 1964.

79La localisation de l’entreprise au domicile permet de limiter les frais immobiliers et de se concentrer sur les autres investissements. La majorité des investissements concernent l’achat de véhicules ou de matériel. L’achat d’un véhicule professionnel représente près du quart des investissements (23 %) dont 29 % des acquisitions. Les achats les plus importants concernent le matériel et les machines : 34 % des investissements et 43 % des acquisitions. Cette structure connaît peu de changements. Les investissements de 1970 concernent : le matériel (36 %), le véhicule (22 %), le terrain ou le bâtiment (19 %), les travaux (7 %)137. Les artisans donnent donc la priorité au renouvellement du matériel productif. Ils se préoccupent de s’adapter et d’éviter l’obsolescence de leur équipement. Désormais, ils ont bien compris que l’avantage que leur octroie la légèreté de leur matériel sur leurs concurrents de plus grande taille dépend de son actualisation. De même, la détention d’un moyen de déplacement apparaît comme un souci important. Pour de nombreux artisans, notamment ceux du bâtiment ou des réparations, la mobilité est un facteur important. Leur travail les conduit d’un chantier ou d’un client à l’autre. L’usage d’un véhicule automobile s’impose. Les artisans le comprennent bien puisqu’ils font l’effort d’en acquérir. Dès la fin des années 1950, 53 % des ébénistes parisiens possèdent une automobile. C’est un peu plus que la moyenne des patrons de l’industrie et du commerce dont 50,1 % possèdent une automobile et surtout beaucoup plus que la moyenne nationale puisqu’à la même date seulement 28,4 % des Français ont une automobile138. En 1959, dans la région Centre, on dénombre 72 véhicules pour 100 artisans imposés au forfait et 103 chez ceux au réel139. En 1963, la commission de l’artisanat estime qu’il y a en moyenne un véhicule par entreprise artisanale140. En 1964, en Haute-Normandie, sur 100 entreprises artisanales, 77 disposent d’un véhicule141.

80La répartition des investissements est à peu près identique dans tous les secteurs, à quelques nuances près assez significatives. Le matériel se retrouve partout au premier rang sauf dans les transports et dans quelques métiers du bâtiment, notamment du second œuvre (peinture, électricité, couverture, plomberie), où il est devancé par l’achat de véhicules. Ce n’est pas une surprise pour les transporteurs ou les taxis, pour qui le matériel de base est précisément le véhicule. Cette caractéristique n’est pas non plus étonnante dans le second œuvre du bâtiment où, d’une part, les artisans travaillent avec un matériel léger et où, d’autre part, ils se distinguent des autres artisans par les changements du lieu de production. Leur espace quotidien de travail n’est pas l’atelier (ce qui ne veut pas dire qu’il n’en ait pas un) mais le chantier. Ils peuvent être appelés à travailler sur plusieurs dans la même journée. Un électricien, par exemple, peut travailler aux branchements électriques d’une maison neuve dans la journée et faire de menues réparations chez différents clients en fin de journée aux horaires où ils sont chez eux. D’une façon similaire, un peintre ou un couvreur passera l’essentiel de sa journée sur un même chantier et se rendra ensuite chez un, voire plusieurs clients, pour établir les devis de prochains chantiers ou percevoir le paiement d’un autre. Cette façon de travailler suppose, plus que dans d’autres métiers artisanaux, une grande mobilité qui justifie l’importance des investissements en véhicule.

  • 142 S. Francès, Où va l’artisanat…, op. cit., p. 40.

81À l’inverse, dans les métaux, le textile, le bois, la réparation et les métiers divers, les investissements en bâtiment sont supérieurs aux véhicules alors que le premier poste reste celui des machines. La mobilité est moins essentielle, moins quotidienne. Les véhicules servent pour l’approvisionnement et les livraisons. Ces métiers demandent surtout du matériel lourd, des machines, qui sont aussi du matériel fixe, d’où le besoin de bâtiments spécifiques pour les accueillir. Vers 1960, par exemple, 76 % des ébénistes parisiens possèdent des machines-outils (tours, scies à ruban, meules…) ; 10 % ne possèdent que des outils électriques légers (ponceuses, perceuses, rabots…) mais il s’agit de réparateurs qui n’ont pas le même besoin de machines-outils. Ils ne sont plus que 12 % à travailler sans machine ni outil électrique et donc à n’employer qu’un outillage manuel142.

  • 143 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.
  • 144 Étude sur la modernisation…, op. cit.

82Cette vague d’investissement provoque le rajeunissement des outillages. En 1965, 53 % du matériel a été acquis il y a moins de dix ans dont 29 % depuis 1960. À l’inverse, 27 % des investissements sont antérieurs à 1950143. Le matériel acquis récemment est donc à peine plus important que celui acquis il y a plus de quinze ans. En outre, acquisition récente ne veut pas dire matériel neuf. Sur l’ensemble du parc de 1965, 56,7 % ont été achetés neuf et 43,3 % d’occasions. La part du neuf a fortement diminué dans les années 1950. Le matériel acquis avant 1950 a été acheté neuf dans 59 % des cas ; celui acquis entre 1955 et 1959 ne l’est plus qu’à 35 %. Les difficultés caractéristiques de cette décennie (restriction du crédit, crise de rentabilité…) détournent donc les artisans du marché du matériel neuf, qui semble ne plus être à leur portée. Pour satisfaire leurs besoins d’investissement, les artisans se tournent majoritairement vers l’occasion. La situation s’améliore au début des années 1960. La part du neuf se redresse nettement pour atteindre 69 %. Elle est plus forte que jamais. Au total, il apparaît qu’à cette date, une part encore importante du matériel en fonction est ancienne ; voire vétuste mais depuis le début des années 1960, les artisans font un important effort pour rattraper leur retard. En 1967, 75,6 % des acquisitions sont neuves et 24,4 % d’occasions144. Il y a une très nette progression. La situation observable dix ans plus tôt s’est inversée. C’est un indice sûr de la profonde transformation de l’artisanat et de sa modernisation dans les années 1960.

83La part des acquisitions neuves varie peu selon les régions. Elle se tient presque partout entre 70 et 80 %, soit partout une nette majorité. Le minimum est atteint dans le Limousin avec 71,1 % et le maximum en Lorraine avec 82 %. L’opposition est significative. Elle montre que les régions où les artisans investissent le plus, telles la Lorraine, vont plus nettement vers du matériel neuf alors que celles où il est moins développé, telles le Limousin, donnent encore une certaine place aux occasions. Il y a une liaison entre l’importance donnée à l’investissement et les acquisitions neuves. Plus ils investissent, plus les artisans se tournent vers le neuf.

84L’écart est quasiment de vingt points entre le textile, où 63,7 % des acquisitions sont neuves, et les transports où elles le sont à 82,1 %. Toutefois, cette grande amplitude cache en réalité une certaine concentration autour de la moyenne dans les autres secteurs. Les écarts sont plus marqués à l’échelle des métiers. Le maximum d’acquisitions neuves est réalisé par les boulangers (86,4 %) et le minimum dans la confection sur mesure (44,6 %). Les écarts peuvent être forts à l’intérieur d’une même branche. Dans l’alimentation, à côté du maximum des boulangers, les bouchers et charcutiers n’investissent dans du neuf qu’à 72,2 %. Les métiers où la part du neuf est inférieure à 70 % sont peu nombreux : la confection sur mesure, les modistes (53 %), les réparateurs de cycles (60,8 %), la faïence et la porcelaine (60,9 %) et les horlogers (64 %). Tous appartiennent à des secteurs déclinants. Par contre tous les secteurs déclinants ne sont pas parmi les plus faibles pourcentages d’acquisitions neuves. Le cuir notamment, avec 75,7 %, est dans la moyenne ; il est vrai cependant que les investissements y sont peu nombreux.

III. LE FINANCEMENT

  • 145 AN 80AJ328, rapport du groupe « crédit-investissement », février 1965.
  • 146 AN 80AJ328, rapport du groupe crédit-investissement, Ve plan. Sur le long terme cette proportion va (...)

85À compter de la fin des années 1950, le crédit artisanal progresse très sensiblement et il est mieux à même de répondre à ses missions en disposant de plus de moyens. Les fonds dont disposent les Banques populaires croissent, le Crédit agricole renforce sa présence et de nouveaux agents, dont la CNME, s’ajoutent à eux pour nourrir cet essor. Toutefois, tous ces moyens ne sauraient suffire à couvrir les besoins financiers des entreprises artisanales. Ils y suffisent d’autant moins que, dans le même temps, les artisans développent leurs investissements. En 1963, 22 % des investissements seraient couverts par des prêts dont 9,5 % sont publics et 12,5 % privés (bancaires ou non)145. Donc, l’origine des crédits serait à 43 % publique et à 57 % privée et les prêts adaptés à l’artisanat ne couvriraient alors que la moitié des besoins. La commission de l’artisanat s’inquiète de cette proportion car si les prêts officiels ne sont pas parfaits, alors « que dire des crédits consentis en dehors de ce circuit »146. Les artisans doivent emprunter à des conditions qui provoquent des surcoûts par rapport au crédit artisanal de sorte que la commission considère que les prêts privés font peser des charges trop lourdes sur les entreprises, contribuent à donner mauvaise presse au crédit et nourrissent la réticence naturelle des petits entrepreneurs à y recourir. Si le crédit artisanal est insuffisant, quels sont alors les autres modes de financement utilisés par les artisans ?

A. LES ARTISANS ET LES BANQUES

86L’État a créé un secteur bancaire parapublic pour combler les carences du marché bancaire. Ainsi, les Banques populaires et le crédit artisanal doivent-ils apporter aux artisans les crédits qu’ils ne trouvent habituellement pas auprès des autres banques. Mais, ces institutions n’ont pas les moyens de couvrir seules les besoins des artisans, si bien que le rôle des autres banques ne peut pas être écarté. Les limites du crédit artisanal institutionnel conduisent à se demander dans quelle mesure les artisans trouvent à se financer auprès des banques classiques. Il est très difficile d’estimer combien le font tant les données sur ce point restent très rares et lacunaires. Il est possible que la moitié des prêts proviennent de banques classiques. Les relations entre le milieu bancaire et les artisans évoluent de la méfiance réciproque vers l’ouverture.

1. La marginalité bancaire des artisans vers 1955.

  • 147 SAEF B34143, rapport sur les opérations de crédit artisanal en 1954.
  • 148 L. Buquet, J. Bossan, « Résultats d’une enquête sur le crédit artisanal en France », in J. Hamel, L (...)

87Les artisans sont mal insérés dans le circuit bancaire. En 1954, 12 % des artisans possèdent un compte bancaire et 20 % un CCP147. Quand ils ont un compte, ils n’en ont qu’un usage limité ; 29 % n’y versent que 10 % de leurs avoirs disponibles, 14 % la moitié, 19 % les trois-quarts, et 28 % plus de 90 %. Quand ils n’ont pas de compte, c’est assez souvent délibérément. Ils considèrent que le chèque « fiscalise » les opérations alors que le numéraire ne laisse pas de traces. Beaucoup ignorent l’usage d’un chèque. Au-delà de la traditionnelle réticence des entreprises familiales à s’adresser à l’extérieur, pourquoi le recours aux banques reste-t-il si peu fréquent ? La commission de la construction cite plusieurs causes : les artisans ont des trésoreries trop faibles pour alimenter un compte-courant, ils n’ont pas l’habitude de confier leurs disponibilités à une banque, enfin ils semblent rebutés par les formalités et les garanties exigées. Selon Léon Buquet et Jacques Bossan, les artisans ne sont pas familiers des opérations de banques148. Ils n’escomptent pas leurs effets de commerce, par exemple. Ils utilisent les chèques postaux et ont peu de contacts avec les banques ; d’où des difficultés pour obtenir des prêts. Ils se plaignent des garanties demandées, des délais d’obtention trop longs et du montant trop élevé des intérêts. Globalement, il n’y a pas encore de relations régulières entre les artisans et les banquiers au milieu des années 1950.

  • 149 AN 80AJ108, rapport de la commission de l’artisanat.
  • 150 H. Bonin, « Banque et création d’entreprise », dans J. Marseille (dir.), Créateurs et…, op. cit., p (...)

88Cette marginalité est pénalisante. Le compte postal, prisé par les artisans, n’ouvre pas de possibilités de crédit149. Surtout, le banquier ne connaît pas l’artisan et manque d’éléments de confiance pour accorder un prêt. C’est d’autant plus grave que les artisans ne présentent pas les garanties habituelles ; ils ne peuvent compter que sur la confiance que leur entreprise inspire. Leurs pratiques bancaires les handicapent. À ne recourir aux banques qu’exceptionnellement, ils se privent des relations de confiance qui favorisent l’obtention d’un financement. Dans un marché de capitaux libre, l’offre se dirige vers les projets jugés rentables présentés par des entrepreneurs jugés solvables. Toute la difficulté pour les artisans est d’établir cette réputation de rentabilité et de solvabilité qui emporte le jugement des banquiers. Ils ne disposent ni des outils comptables, ni des liens avec le milieu bancaire pour le faire. Pour reprendre l’image d’Hubert Bonin, les petits entrepreneurs manquent de crédits parce qu’ils manquent de « crédit »150. Enfin, beaucoup de banquiers ne cherchent, tout simplement pas à faire du crédit artisanal. Les sommes en jeu sont trop faibles et occasionnent en regard des frais disproportionnés.

2. L’ouverture bancaire.

  • 151 M. Lescure, PME et croissance économique…, op. cit., p. 183. J.-M. Jeanneney, Forces et faiblesses (...)
  • 152 H. Bonin, « Banque et création d’entreprise », dans J. Marseille (dir.), Créateurs et…, op. cit., p (...)

89Le manque de garanties et la nécessité d’un crédit personnel sont les principaux problèmes des artisans auprès des banques. Les banques locales et régionales, mieux insérées dans l’économie locale, pourraient être une solution. Mais elles sont moins nombreuses depuis la crise des années 1930151. Cette éviction défavorise l’économie locale en détournant l’épargne. Les Caisses d’Épargne, par exemple, orientent les placements vers des valeurs publiques alors qu’au contraire en Allemagne elles mobilisent, avec les banques mutualistes, les liquidités locales vers le financement de la petite entreprise152. Dans ces conditions, les banques locales sont-elles un recours utile pour les artisans ? Acceptent-elles plus facilement de faire du crédit personnel ?

  • 153 H. Bonin, Histoire de la société bordelaise de CIC (1880-1990), L’Horizon chimérique, 1991, 300 p.
  • 154 H. Bonin, Histoire de la société…, op. cit., p. 97.
  • 155 H. Bonin, Histoire de la société…, op. cit., p. 127.
  • 156 S. Effosse, « Le crédit du nord, du Lion des Flandres à l’étoile : évolution d’une grande banque d’ (...)
  • 1

90Dans son étude sur la Société bordelaise de CIC, Hubert Bonin montre l’importance du crédit personnel dans les opérations d’une banque régionale153. Même les « grosses » entreprises locales, qui ne sont souvent malgré tout que des PME, ne sont pas en mesure de fournir les pièces comptables suffisantes pour donner des assurances au banquier. Ce dernier accorde donc le soutien de son établissement sur des critères personnels. Cette habitude profite-t-elle aux artisans ? Rien n’est moins sûr. L’exemple de la Bordelaise invite à différencier deux niveaux : le court terme et le moyen ou long terme. La Bordelaise privilégie « le métier d’escompteur ». Elle multiplie les opérations sur des effets de petits volumes pour diviser les risques. Les artisans font partie de cette « clientèle de second ordre », « peu prestigieuse »154. Par contre, la Bordelaise pratique une politique d’avances très sélective qui lui permet d’assurer une bonne profitabilité et de bons bénéfices. La volonté de maintenir la liquidité freine l’offre de crédit. Les prêts sont réservés aux « places locales », aux « bonnes maisons »155. La Bordelaise n’est pas la seule à opérer ainsi. Le Crédit du Nord apparaît à Sabine Effosse comme la banque des industriels du Nord156. Selon Alain Plessis également, les banques locales pratiquent surtout l’escompte157. Le Crédit du Nord privilégie également l’escompte des effets commerciaux aux crédits à moyen terme entre 1945 et la fin des années 1960.

  • 158 H. Bonin, Histoire de la société…, op. cit., p. 184.
  • 159 H. Bonin, « Banque et création d’entreprise », dans J. Marseille (dir.), Créateurs et…, op. cit., p (...)
  • 160 H. Bonin, Histoire de la société…, op. cit., p. 226. En 1953, d’après les estimations de la Banque (...)

91Cette politique, définie dès l’entre-deux-guerres, connaît une évolution après la seconde guerre mondiale. Elle s’ouvre un peu plus à la « clientèle de second ordre » des classes moyennes et des petites entreprises du grand Sud-ouest mais cette ouverture est assez limitée158. La diversification profite plus aux moyennes qu’aux petites PME et, a fortiori, aux artisans. La Bordelaise privilégie les entreprises huppées qui la font vivre. Les petites entreprises ne sont pas pour autant négligées, à cause du volant d’escompte et de dépôts qu’elles représentent et qui assurent à la banque une bonne liquidité, mais elles ont toujours aussi peu accès aux prêts. En 1954, un groupe de vingt firmes cumule 35 % des encours. Avec les petites entreprises, la Bordelaise s’en tient à la pratique du découvert. D’autres banques locales, à Marseille, en Bretagne, dans le Limousin, dans le Dauphiné, en Lorraine, en font autant159. Renouvelé de six mois en six mois, le découvert fournit aux artisans un crédit à moyen terme. Il représente un moyen de financement coûteux. Toutefois, la Bordelaise n’a pas suffisamment de ressources à moyen terme pour satisfaire la demande de prêts à moyen terme. Elle est donc contrainte de se montrer sélective. Elle réserve les prêts stables standards au noyau de la clientèle160. Pour les artisans, le découvert autorisé permet de financer la trésorerie mais pas les investissements. Cet exemple corrobore les analyses de la commission de l’artisanat pour qui les artisans ne trouvent du crédit sur le marché privé que dans de mauvaises conditions.

  • 161 AN 80AJ187, rapport du groupe de travail crédit, 1961.
  • 162 CL 129AH75, circulaire DAPA du 6 avril 1960.
  • 163 CL 129AH75, circulaire DAPA du 26 avril 1960. Elle est réservée aux artisans de moins de 25 ans, ay (...)
  • 164 CL 129AH75, circulaire DAP du 20 novembre 1959. Sa caution est réservée aux propriétaires de leur f (...)

92Seulement quelques banques classiques proposent du crédit aux artisans au début des années soixante161. mais, cela dénote déjà un changement d’esprit considérable. À peine dix ans plus tôt, le CGP notait leur désintérêt pour les entreprises artisanales. Désormais, les artisans apparaissent comme des clients potentiels qu’il n’est plus possible de négliger. Le cas du Crédit Lyonnais confirme cette ouverture. Celle-ci est rendue possible par l’autorisation d’intervention donnée à la CNME et par l’apparition des sociétés de caution mutuelle comme la SIAG, la SICAMA ou la CAMEL. Les banques trouvent auprès de ces institutions les garanties qui manquent habituellement aux artisans. Dès lors, elles acceptent plus facilement de s’engager. Le Crédit Lyonnais et la Worms s’engagent dans la prospection du marché artisanal dès 1954. Le Crédit Lyonnais poursuit sa coopération avec le syndicat des bouchers162. Ensemble, ils étudient une formule de crédit spécifique pour les jeunes artisans bouchers163. Le Crédit Lyonnais ne se contente pas de conforter ces premiers liens, il développe sa présence sur le marché des prêts artisanaux. En 1959, le Crédit Lyonnais aide les artisans de l’alimentation à créer une société de caution164. En ne passant pas par la CNME ces prêts sont plus souples mais courts et leur taux d’intérêt est élevé. En outre, les agences ont consigne de les réserver aux clients « dont la solvabilité apparaît comme certaine » puisque le risque n’est pas partagé avec la CNME

  • 165 CL 129AH75, circulaire DAPA du 11 juillet 1961.
  • 166 CL 129AH75, circulaire DAPA du 25 octobre 1961.

93En juillet 1961, le Crédit Lyonnais accepte de travailler avec le GICA qui vient d’être créé pour apporter sa caution aux projets immobiliers des artisans et des commerçants. Cependant, il n’accepte cette caution qu’à la condition « sine qua non » de pouvoir réescompter ces prêts au Crédit Foncier par souci de maintenir sa trésorerie. Mais, en même temps, la direction attire l’attention de ses agences sur « l’intérêt tout à fait exceptionnel » de ces opérations comportant « peu de risques » puisqu’elles sont garanties165. La direction du Crédit Lyonnais y voit un moyen de renforcer ses positions dans ce milieu professionnel. Mais, en octobre, suite à une décision des autorités monétaires, le Crédit Foncier ne peut plus réescompter ces prêts. Les agences du Crédit Lyonnais sont alors tenues de s’abstenir de traiter les dossiers GICA jusqu’à nouvel ordre166. Cet exemple montre les limites de l’ouverture du milieu bancaire. Les banques classiques ne sont toujours pas prêtes à s’engager seules.

  • 167 Le Comptoir n’accepte que les prêts à moyen terme (sept ans) réescomptables. Le Crédit Lyonnais acc (...)
  • 168 7,5 % pour les crédits réescomptables, de 8,5 % pour les non-réescomptables. Quand la durée du prêt (...)

94Quand est créée la SIAGI, le Crédit Lyonnais revient sur ce marché des prêts immobiliers. Les seuls crédits à pouvoir bénéficier de la caution de la SIAGI sont ceux dont les banques passent une convention approuvée par les ministères des Finances et de l’Industrie. En 1967, le Crédit Lyonnais et le Comptoir des entrepreneurs sont les seuls à avoir signé ces conventions167. Comme en 1955, il espère profiter de cette avance pour investir le marché avant que de nouvelles conventions soient signées. Les agences sont invitées par la direction à prendre contact avec les chambres de métiers. Le Crédit Lyonnais finance ces prêts grâce aux intérêts mais aussi par la rétrocession de la commission perçue par la SIAGI en rémunération de sa caution. Les taux d’intérêt sont supérieurs à ceux des Banques populaires ou du Crédit agricole168. Ils confirment les craintes de la commission de l’artisanat. Les conditions des crédits que les artisans peuvent trouver hors du circuit du crédit artisanal restent moins intéressantes que celles des prêts adaptés. Il y a bien une ouverture des banques aux artisans mais elle n’est pas entièrement satisfaisante. Il est donc nécessaire que les prêts officiels progressent pour accompagner dans de bonnes conditions la modernisation de l’artisanat.

B. UN FINANCEMENT ARCHAÏQUE ?

95L’archaïsme présupposé de l’artisanat reposerait, entre autres défauts, sur le recours à des financements dépassés et coûteux signes d’une mauvaise insertion dans l’économie moderne. Ces entreprises familiales recourraient de manière privilégiée aux prêts personnels. De même, l’importance des avances des fournisseurs aurait pour conséquence de les mettre sous la coupe de ces derniers. Toutefois, l’importance réelle de ces modes de financement n’a jamais été mesurée. Si celle-ci devait être contenue dans des proportions acceptables alors il faudrait réviser l’hypothèse de l’archaïsme.

1. Les financements non bancaires.

  • 169 CL 129AH75, compte rendu de l’entretien du 20 avril 1954.
  • 170 AN 80AJ32, rapport sur les problèmes financiers de la construction, mars 1953. P.V. de la réunion d (...)
  • 171 AN 80AJ328, rapport du groupe crédit-investissement, Ve plan.

96Les artisans auraient recours à des moyens coûteux qui se répercutent négativement sur le prix de revient et alourdissent leurs prix. Certains bouchers, par exemple, financent le renouvellement hebdomadaire de leurs approvisionnements grâce aux délais de paiement des chevillards qui en profitent pour relever leurs prix169. Les observateurs voient plus d’inconvénients que d’avantages au crédit fournisseur. Il est rare qu’il soit encouragé comme le fait la commission de la construction du IIe plan afin de permettre aux artisans d’acquérir du matériel lourd170. Ce crédit est plus souvent critiqué. La commission de l’artisanat, par exemple, juge les conditions de ces crédits « anormalement lourdes »171. Implicitement, elle critique aussi le démarchage opéré auprès des artisans par les fournisseurs de matériel. L’offre de vente à crédit est un moyen pour eux de placer leur matériel auprès de la clientèle artisanale. Elle est intéressante pour des artisans qui par ailleurs sont exclus des réseaux habituels du crédit mais c’est avant tout un argument commercial. Les fournisseurs ne sont pas bien préparés, ni bien placés pour faire des propositions adaptées. Aussi, le coût de ces crédits est en fait assez lourd. Le recours au crédit fournisseur par les très petites entreprises est également critiqué à cause du risque qu’il fait courir à l’indépendance du débiteur.

  • 172 S. Francès, Où va l’artisanat…, op. cit., p. 41.
  • 173 Étude sur la modernisation du secteur des métiers en 1967, Ministère du développement industriel et (...)
  • 174 M. Durand, J.-P. Frémont, L’artisanat en France, QSJ ? 1778, PUF, Paris, p. 89.

97En réalité, ce risque est limité car ce financement est peu utilisé. Vers 1958, 5 % des ébénistes parisiens, par exemple, se servent du crédit fournisseur172. En 1967, les facilités de caisses (traites fournisseurs mais aussi découvert bancaire) ne couvrent que 9 % des investissements173. En 1970, 10 % sont financés par des facilités de caisse ou le crédit fournisseur174. L’alimentation est le secteur qui utilise le plus les facilités de caisse (10 %). À l’inverse, les artisans du cuir, du bois et des services sont ceux qui s’en servent le moins. C’est en Bretagne qu’elles sont les moins fréquentes (6 %). Les artisans ne sont que 7 % à les utiliser en Bourgogne, Limousin et Auvergne. Elles le sont un peu plus fortement qu’ailleurs en Alsace et dans le Centre et surtout en Haute-Normandie (14 %).

  • 175 Étude sur la modernisation…, op. cit.
  • 176 D. Bertaux, I. Bertaux-Wiame, « Artisanal bakery in France : how it lives and why it survives », in (...)

98De même, les prêts personnels n’ont en fait qu’une importance marginale. En 1967, les prêts personnels ou les hypothèques ne financent que 3 % des investissements175. C’est la moins courue des sources de financement. Les artisans ne l’utilisent qu’en dernier recours. Ces prêts restent marginaux partout. Au mieux, ils atteignent 5 % des investissements dans le Nord et en Franche-Comté et 6 % en Basse-Normandie. Dans la confection (4,3 %), ils compensent la faiblesse des prêts bancaires. Peu importants dans les investissements, ils le sont peut-être plus au moment de l’installation. L’étude de Daniel et Isabelle Bertaux sur la boulangerie en fournit un exemple176. Les apprentis qui veulent se mettre à leur compte viennent de familles ouvrières ou paysannes de condition modeste. Les banques ne leur accordent pas de prêts. Aussi, le prêt pour s’installer ou racheter le fonds proviendrait souvent du boulanger précédent qui se retire. Pour le boulanger retraité, c’est un moyen de revendre son fonds. Les remboursements lui assurent, en outre, une rente qui complète sa retraite. Cependant, on peut aussi se demander si ainsi mise en lumière l’importance de ces prêts n’a pas été exagérée puisqu’elle ne correspond pas aux données sur les investissements. On peut aussi penser que ce mode de financement diminue, remplacé progressivement par des prêts bancaires. Cette évolution participe à la transformation de l’artisanat dans les années 1960.

2. Autofinancement et bancarisation.

  • 177 Étude sur la modernisation…, op. cit.
  • 178 Cf. annexes 35 et 36.

99L’autofinancement est le principal mode de financement. Son importance diminue un peu, mais lentement, au profit de l’appel aux banques. Il couvre 55,3 % des investissements en 1967 et 54 % en 1970 quand le crédit bancaire n’en couvre que 33 %. Comme 46 % des artisans réalisent un investissement en 1970, au final 15,2 % se sont adressés à une banque dans l’année. Entre 1956 et 1958, les ébénistes parisiens n’étaient que 11 % à le faire. En 1964, seulement 10 % des artisans français font de même. La place des banques s’apprécie donc de 52 % entre 1964 et 1970. L’autofinancement reste à la base de la quasi-totalité des formules de financement. Parmi les artisans investisseurs, 30,1 % utilisent plusieurs modes de financement simultanément177. Dans ce cas, le plus souvent (19,7 %) l’autofinancement est complété par un prêt bancaire. Quand il n’est pas associé à un prêt bancaire, il l’est plutôt par des facilités de caisse (5,4 %). Ils ne sont que 0,9 % à financer leurs investissements par l’autofinancement et un autre type de prêts. Ils sont 2,4 % à compter en même temps sur l’autofinancement, les prêts bancaires et les facilités de caisses. Enfin, 1,6 % imagine d’autres types de combinaisons. L’autofinancement est à son maximum dans l’artisanat du cuir (70 %) et inférieur à la moyenne dans l’alimentation et les services178. C’est l’inverse des prêts bancaires. L’autofinancement varie entre 53 % et 58 % dans la plupart des régions. Dans un Grand Ouest ainsi qu’en Languedoc, il se tient entre 48 % et 51 %. À l’inverse, il dépasse 59 % dans quatre régions : le Limousin, PACA, la Picardie et la Lorraine. La carte de la part des prêts bancaires est presque l’inverse de celle-ci, avec des écarts très importants (de 28 % en Picardie et en Provence à 41 % dans le Poitou).

100L’importance de l’autofinancement est ambiguë. Certes, c’est un fait positif car il donne lieu à un faible endettement et préserve l’indépendance des entreprises mais si les ressources propres sont faibles, les investissements autofinances le sont forcément aussi. La commission de l’artisanat y voit un frein à la modernisation des entreprises. Elle estime d’ailleurs que la faible surface financière des entreprises artisanales est l’un des principaux obstacles au développement des investissements. Enfin, elle s’en inquiète aussi à cause des pressions à la hausse sur les prix. Toutefois, l’autofinancement diminue.

  • 179 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.

101L’enquête de 1967 ne s’accorde pas totalement avec les chiffres du Plan tirés d’une enquête sur les investissements de 1963 où 78 % des investissements sont autofinancés. Les prêts privés représenteraient 12,5 % des financements et le crédit artisanal 9,5 %179. À partir de ces données, le Ve plan fixe pour objectif de ramener l’autofinancement à 70 %. Ce chiffre de 1963 est nettement plus élevé que ceux de 1967 et 1970. Un tel écart en si peu de temps paraît improbable. Le montant global des investissements est comparable dans les deux sources, de même que la part des prêts. Le problème semble venir de l’estimation de l’autofinancement en 1963. L’enquête citée par le Plan n’inclut pas les facilités de caisse comme celle de 1967. Celles-ci semblent être intégrées dans les chiffres de l’autofinancement par défaut (c’est-à-dire que tout ce qui n’est pas prêt est compté dans l’autofinancement). Si, de la même manière, les facilités de caisse sont intégrées à l’autofinancement pour 1967 il représente alors 64 %. L’écart entre 1963 et 1967 devient moins important. Cette correction peut être validée grâce au rapport du VIe plan où il est écrit qu’il faut compter les facilités de caisse et les crédits fournisseurs dans l’autofinancement.

  • 180 Cf. infra.

102Ces corrections permettent de confronter les deux enquêtes et de se faire une idée plus juste (mais non parfaite) de l’importance respective de l’autofinancement et des prêts. La tendance est à la diminution de l’autofinancement et au développement du crédit bancaire (officiel ou privé). Si 78 % des investissements sont autofinancés en 1963 alors que leur montant global est estimé à près de 3,5 milliards de francs, la valeur de l’autofinancement est de 2,7 milliards de francs. En 1967, le montant cumulé de l’autofinancement et des facilités de caisse (pour être comparable à 1963) est de 3 milliards de francs. Le montant des investissements autofinancés augmente peu. Donc, l’augmentation des investissements180 dans les années 1960 semble devoir être mise au compte du crédit bancaire. Ces années sont celles de la bancarisation des artisans. Ce changement permet d’accroître les investissements et de moderniser les ateliers.

  • 181 Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 195-197.

103Cette tendance à la diminution de l’autofinancement quand croissent les investissements n’est pas propre aux artisans. Jean-Jacques Carré, Paul Dubois et Edmond Malinvaud la constatent pour l’ensemble des entreprises françaises181. Le boum d’investissement qu’ils ont mesuré en 1961-1962 s’accompagne d’une diminution de l’autofinancement. Il y a donc une liaison inversement proportionnelle entre ces deux données, quel que soit le type d’entreprise. La différence entre les entreprises artisanales et les autres entreprises françaises se situe ailleurs. Le calendrier n’est pas identique. Pour Jean-Jacques Carré, Paul Dubois et Edmond Malinvaud, la diminution de l’autofinancement des entreprises françaises débute dans les années 1950 à un moment où l’offre de financement externe se libère. Le pic d’investissement de 1961-1962 accentue cette diminution. La concordance entre des besoins d’investissements encore insatisfaits et une offre libérée de financement externe explique cette tendance. En revanche, après 1963, cette offre se réduit suite au plan de stabilisation Giscard et aux mesures d’encadrement du crédit. Le recours au financement externe cesse de progresser et le rythme des investissements ralentit. Dans l’artisanat, au contraire, l’autofinancement est encore très fort au début des années 1960. Il ne diminue sensiblement qu’ensuite, c’est-à-dire à un moment où il a tendance à se stabiliser dans les autres entreprises. Concernant l’évolution des structures de financement, il y a donc un décalage dans le temps entre les entreprises artisanales et les autres. L’évolution est plus tardive dans l’artisanat.

104En dehors du fait que les artisans n’ont pas accès au marché financier, puisqu’ils n’ont ni action, ni obligation à placer, les modes de financement de l’artisanat sont en définitive des plus classiques. Les investissements sont d’abord couverts par l’autofinancement. Quand les artisans ont besoin d’un financement extérieur, ils se tournent d’abord vers les banques et dans une moindre mesure vers les traites commerciales. La majorité des autres catégories d’entreprises ne procède pas autrement. Ce financement n’est pas spécialement inventif, il n’est pas non plus archaïque.

***

105Le recul de l’artisanat s’étale sur deux décennies de la fin des années quarante à la fin des années soixante. De ce point de vue, les années soixante prolongent les années cinquante. Mais, au-delà de cette continuité d’ensemble, des changements apparaissent. Le nombre d’artisans diminue mais moins vite qu’avant. Les effectifs finissent par se stabiliser. Le déclin n’est plus général. Certains secteurs stabilisent assez tôt leurs effectifs, voire se redressent. Le déclin est essentiellement celui de branches anciennes pour lesquelles il n’est souvent pas spécifique à l’artisanat mais qui ont un poids suffisamment important pour entraîner l’ensemble alors que l’émergence de nouvelles activités ne suffit pas à le compenser. Surchargé vers 1950, l’artisanat s’assainit. Les améliorations sont dues à une modernisation du secteur. Vers 1950, l’artisanat subit l’obsolescence de ses équipements. Désormais, les artisans investissent. La progression des investissements artisanaux est soutenue pour rattraper les retards. Ce mouvement est dû à une transformation des structures de financement. L’autofinancement habituel n’y suffirait pas. Le montant des investissements autofinancés progresse peu. Ces investissements sont financés par l’emprunt bancaire. Or, les relations des artisans avec les banques sont longtemps restées marginales. Il faut donc que les artisans se « bancarisent ». C’est devenu possible grâce à une certaine ouverture du milieu bancaire et surtout grâce aux progrès du crédit artisanal. Ainsi, l’artisanat est en train de se transformer. Ses entreprises sont moins nombreuses mais elles sont plus solides, elles emploient plus de monde, elles développent leurs modes de financement et leur relation avec les banques. Elles se modernisent.

Notes

1 En 1960, les investissements des artisans du bâtiment représente 9 % de leur chiffre d’affaires. Ce pourcentage est le même pour l’ensemble de l’artisanat en 1964 comme en 1967. En l’appliquant aux investissements de 1960, on peut proposer cette estimation du chiffre d’affaires.

2 Cf. figure 16. En 1967, le chiffre d’affaires moyen peut être estimé (par la méthode des centres de classes, c’est-à-dire en multipliant les centres des classes de chiffres d’affaires par leur effectif respectif) à environ 67000 francs. Le chiffre d’affaires global est estimé à partir de cette moyenne. En1966, il est d’environ 60 milliards de francs selon la revue Économie et humanisme, op. cit.

3 D’après la définition : VA brute - salaires et charges/CA. AN 80AJ328, rapport du groupe de travail structures, Ve plan.

4 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 2, 1965.

5 Cf. chapitre IV.

6 M. Didier, E. Malinvaud, « La concentration de l’industrie s’est-elle accentuée depuis un siècle ? », Économie et statistiques, 2, 1969.

7 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve Plan.

8 A.S.F. Elles ne peuvent donner qu’une approximation car les artisans y sont mal repérés.

9 J.-J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 108.

10 Économie et statistique, 55, 1974.

11 C. Jaeger, Artisanat et…, op. cit., p. 122.

12 J. Malassigné, L’artisanat…, op. cit., p. 614.

13 F. Gresle, L’univers…, op. cit., p. 71.

14 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 10, 1967.

15 F. Gresle, L’univers…, op. cit., p. 22. N. Mayer, Une filière…, op. cit.

16 R. Delille, « Situation et perspectives de l’artisanat », op. cit., p. 17.

17 AN 80AJ187, rapport sur l’exécution du plan en 1962.

18 J. Robert, L’artisanat et le secteur des métiers dans la France contemporaine, A. Colin, Paris, 1966, p. 8.

19 J. Mallasigné, L’artisanat…, op. cit., p. 611.

20 CACIL 143W68.

21 CACIL 143W67.

22 J. Duclain, Le monde des métiers…, op. cit., p. 4.

23 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 2, 1965 et 8, 1966-67.

24 Contribution de huit secteurs de l’artisanat à la formation de la valeur ajoutée au niveau national et régional, APCM, 1968.

25 La source ne donne qu’une vision partielle puisqu’elle ne porte que sur huit secteurs.

26 Cf. annexe 28.

27 Entre ces deux dates, leur part ne descend jamais en dessous de 29 %. J. Lafort, D. Leborgne, « L’artisanat du bâtiment : un monde en transition », Économie et Statistiques, 55-56, 1974, p. 8.

28 La part des artisans est la plus faible dans le chauffage où ils ne réalisent que 14 % du montant des travaux. Elle est la plus forte en menuiserie avec 55 %. Elle est proche de la moyenne en couverture-plomberie (45 %), peinture (46 %) et électricité (47 %). Elle est plus faible en serrurerie (33 %) et en aménagements (34 %). Enquête quadritrimestrielle, INSEE, 1966.

29 Enquête quadritrimestrielle, INSEE, 1966.

30 A.S.F.

31 D’après la méthode statistique des moindres carrés. X fixé, Y=ax+ b où a = cov/varX.

32 Cf. C. Perrin, Les entreprises artisanales, op. cit., annexe 31.

33 Annuaire rétrospectif 1948-1988, INSEE, p. 148.

34 AN 80AJ108, rapports des groupes de travail. P. Bachelard, L’artisanat dans l’espace…, op. cit., p. 79.

35 Artisans et ouvriers d’Alsace, op. cit., p. 275.

36 H. Pasquier, « Problèmes actuels… », op. cit., p. 141.

37 CACIL 143W68.

38 C. Jaeger, Artisanat et capitalisme…, op. cit., p. 251.

39 log2/log1,034 = 20,7

40 AN 80AJ108.

41 M. Piore, C. Sabel, Les chemins de la prospérité…, op. cit.

42 P. Bachelard, L’artisanat dans l’espace…, op. cit., p. 73-74.

43 H. Pasquier, « Problèmes actuels… », op. cit., p. 141. Sur les artisans et l’innovation, voir les actes du colloque Artisans, industries. Nouvelles révolutions, notamment la communication de I. Inkster.

44 P. Bachelard, L’artisanat dans l’espace…, op. cit., p. 74.

45 AN 80AJ328, conférence de presse, 9 mai 1966, CGP.

46 AN 80AJ108.

47 AN 80AJ328, rapport du groupe évolution et perspectives, Ve plan.

48 AN 80AJ108, rapports des groupes de travail.

49 SAEF B51182.

50 AN 80AJ328, rapport du groupe évolution et perspectives, Ve plan.

51 AN 80AJ108.

52 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan.

53 A.S.F.

54 AN 80AJ108, P.V. de la réunion du 12 avril 1957.

55 Cf. chapitre I.

56 P. Bachelard, L’artisanat en région Centre, op. cit., p. 72. M. Dumas, L’évolution…, op. cit., p. 31.

57 J. Maho, « Paysans et petits commerçants ruraux : un exemple breton », Études rurales, 30, 1968, p. 9.

58 Vers 1957, 34 % des ébénistes parisiens ne font que de la fabrication de meubles nouveaux tandis que 20 % ne font que de la restauration. Les plus nombreux (34,5 %) font les deux. Les autres s’occupent de pose, d’agencement et font parfois en même temps de la réparation. S. Francès, Où va l’artisanat français ? op. cit., p. 27.

59 A.S.F.

60 Artisans et ouvriers d’Alsace, op. cit., p. 275.

61 A.S.F., 1963.

62 AN 80AJ328, rapport du groupe évolution et perspectives, Ve plan.

63 A.S.F.

64 Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 115.

65 AN 80AJ328, rapport du groupe commercialisation-métier d’art, Ve plan.

66 AN 80AJ 108, rapports des groupes de travail.

67 Le IVe plan établit une liste de neuf propositions. Le Ve plan réclame la création d’un fonds pour aider à la modernisation des ateliers.

68 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.

69 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan.

70 AN 80AJ108, rapport de la commission de l’artisanat, juillet 1961.

71 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.

72 AN 80AJ 108, rapports des groupes de travail.

73 AN 80AJ108, rapports des groupes de travail (IIIe plan) et rapport de la commission de l’artisanat, juillet 1961.

74 AN 80AJ108, rapport de la commission de l’artisanat, juillet 1961.

75 SAEF B51182, commission des métiers et de l’artisanat, rapport sur l’execution du IVe plan en 1965.

76 AN 80AJ187, la formation des professionnels qualifiés, APCM, juin 1965.

77 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 2, 1965.

78 AN 80AJ187, note sur l’évolution de l’apprentissage artisanal, 28 octobre 1964.

79 Données sociales, 1987.

80 AN 80AJ108, rapports des groupes de travail.

81 En 1949, les artisans forment 70 % des apprentis en Allemagne. M. Laloire, Problèmes…, op. cit., p. 279.

82 AN 80AJ108, rapport du groupe de travail formation professionnelle, juillet 1961. Elles sont prises sur le budget de l’Éducation Nationale. Leur valeur moyenne est de 125 francs.

83 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 8, 1966-67, 14, 1968 et 19-20, 1969.

84 AN 80AJ108, note de la commission artisanat sur la réalisation du IIIe plan et le début du IVe, 16 août 1962.

85 Elle demande que la prime de base passe de 150 à 500 francs et qu’elle soit élargie pour arriver à toucher 23000 artisans en 1965 avec un budget de 11,5 millions de francs. AN 80AJ187, rapport du groupe de travail « formation professionnelle et promotion artisanale », IVe plan, 1961.

86 AN 80AJ187, dossier 4bis, aide aux maîtres d’apprentissage.

87 Cf. chapitre IV.

88 En 1963, le recensement industriel dénombre 410 000 salariés dans les entreprises industrielles (qui ne sont tout l’artisanat) en employant au maximum cinq.

89 AN 80AJ187, rapport sur l’exécution du plan en 1962. AN 80AJ 328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve Plan.

90 L’enquête de 1967, comme l’INSEE, considère le fait de travailler seul de la manière la plus stricte possible, c’est-à-dire en excluant aussi l’aide familiale. De ce fait, le pourcentage d’artisans seuls est minimisé. En s’en tenant à l’exclusion des salariés et des apprentis les chiffres seraient plus élevés.

91 Économie et statistique, 55, 1974.

92 Le groupe artisan d’art de la commission de l’artisanat affirme en 1961 que 50,93 % du salaire est constitué par les charges sociales qui découragent d’employer. AN 80AJ187, rapport sur l’exécution du plan en 1962.

93 AN 80AJ108, rapports des groupes de travail.

94 Enquête quadritrimestrielle…, op. cit.

95 S. Francès, Où va l’artisanat français ?, op. cit., p. 46.

96 F. Gresle, L’univers de la boutique…, op. cit., p. 79.

97 SAEF B51182, commission des métiers et de l’artisanat, rapport sur l’execution du IVe plan en 1965.

98 Étude sur la modernisation…, op. cit.

99 Elle est très légèrement supérieure en Picardie (0,3) et très légèrement inférieur en Poitou-Charentes (0,1).

100 AN 80AJ187, rapport de la commission de l’artisanat pour le IVe plan, et rapport sur l’exécution du plan en 1962.

101 Étude sur la modernisation…, op. cit.

102 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 5, 1966.

103 Cf. supra.

104 D’après les registres des métiers et l’enquête INSEE.

105 M. Durand, J.-P. Frémont, L’artisanat en France, op. cit., p. 64.

106 INSEE, Recensement de la distribution, 1966.

107 Les chiffres de 1944 et 1950 sont calculés avec les coefficients des enquêtes du ministère de l’Industrie et de l’Insee appliqués aux nombres d’artisans du registre des métiers ou de la taxe chambre des métiers. Les chiffres de 1960 et 1962 sont ceux de la taxe des chambres des métiers + 3 %.

108 D. Chiarisoli et J.-P. Crapeau estime que l’artisanat emploie 10 % de la population active française en 1970. Économie et statistique, 55, 1974.

109 Ils passent de 34 à 300 anciens francs entre 1945 et 1961. C. Bernardi, « Les relieurs », dans Artisans et ouvriers d’Alsace, op. cit., p. 321.

110 Résultats de l’enquête quadrimestrielle de conjoncture dans l’artisanat et les petites entreprises du bâtiment, INSEE, 1966.

111 AN 80AJ24, rapport annuel du plan, 1956.

112 C. Perrin, Les entreprises…, op. cit. pour le détail de l’estimation.

113 B. Zarca, L’artisanat français…, op. cit., p. 158.

114 B. Zarca, L’artisanat français…, op. cit., p. 174.

115 C. Jaeger, op. cit., p. 155.

116 B. Zarca, L’artisanat français…, op. cit., p. 195.

117 AN 80AJ187, étude du secteur des métiers de la circonscription d’action régionale du Centre, APCM. Le salaire moyen est de 5030 francs chez les artisans imposés au réel et de 4290 chez ceux au forfait Le maximum est de 6990 francs chez les transporteurs au réel. Parmi les entreprises au forfait, le salaire moyen varie de 5900 francs chez les pâtissiers à 3 300 francs dans le bois et les métiers de l’hygiène (coiffure…).

118 Calculé selon la méthode des moyennes mobiles. AN 80AJ328, rapport du groupe de travail structures, Ve plan.

119 AN 80AJ108.

120 SAEF B42254, note relative à la répartitiondes crédits du FME affectés aux investissements sociaux.

121 SAEF B34143, rapport sur les opérations de crédit artisanal en 1954.

122 Le montant global des investissements peut-être estimer en 1960 grâce aux données du bâtiment. Les investissements des artisans s’y élèvent à 525 millions de francs (AN 80AJ328, rapport du groupe structures, Ve plan). La même année 27 % des prêts artisanaux recensés vont à ce secteur. En considérant que cette proportion doit être très proche de celle des investissements, leur montant total serait de 1,9 milliard de francs. La confrontation avec les données de 1963 et de 1964 permet de valider l’hypothèse. En effet, en partant de 1,9 milliard en 1960 les investissements artisanaux augmentent de 1,5 milliard de francs jusqu’en 1963, soit en moyenne de 500 millions de francs par an. Or, en 1964, ils augmentent de 600 millions de francs. Les deux chiffres sont très proches, notamment en tenant compte de la tendance à la croissance.

123 Dans les faits, elle est probablement moindre puisque la valeur des investissements de 1954 n’est qu’un minima certainement sous-estimé.

124 SAEF B51182, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan. Économie et statistique, 55, 1974.

125 S. Francès, Où va l’artisanat…, op. cit., p. 41. Quand ils ont investi, 45 % ont acheté une ou plusieurs machines-outils, 30 % n’ont acheté que du petit matériel électrique, 16 % ont investi dans les deux et 9 % ont fait un investissement d’une autre nature.

126 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.

127 Économie et statistique, 55, 1974.

128 D’après le recensement de la distribution de 1966. F. Gresle, L’univers…, op. cit., p. 133.

129 Calculé comme le rapport du montant global des investissements artisanaux sur le nombre d’artisans ayant investi.

130 J.J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 197.

131 J.J. Carré, P. Dubois, E. Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 195-197.

132 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.

133 Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 168.

134 Étude sur la modernisation, op. cit.

135 Enquête quadritrimestrielle, INSEE, octobre 1966.

136 AN 80AJ328, rapport du groupe statistique et comptabilité, Ve plan.

137 C. Jaeger, Artisanat et capitalisme…, op. cit., p. 106.

138 J.P. Rioux, La France de la Quatrième République, 2 vol., Paris, Seuil, 1980-1983, p. 244.

139 AN 80AJ187, étude du secteur des métiers de la circonscription d’action régionale du Centre, APCM.

140 SAEF B51182, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.

141 BN, Bulletin des chambres de métiers de France, 1, 1964.

142 S. Francès, Où va l’artisanat…, op. cit., p. 40.

143 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.

144 Étude sur la modernisation…, op. cit.

145 AN 80AJ328, rapport du groupe « crédit-investissement », février 1965.

146 AN 80AJ328, rapport du groupe crédit-investissement, Ve plan. Sur le long terme cette proportion varie peu. Mais, il y a néanmoins une légére progression de la part des prêts publics. En 1978, les Banques populaires et le Crédit agricole ne couvrent que 46 % des crédits bancaires des artisans. D’après les chiffres publiés par C. Jaeger, op. cit., p. 160.

147 SAEF B34143, rapport sur les opérations de crédit artisanal en 1954.

148 L. Buquet, J. Bossan, « Résultats d’une enquête sur le crédit artisanal en France », in J. Hamel, L. Buquet, op. cit., p. 11.

149 AN 80AJ108, rapport de la commission de l’artisanat.

150 H. Bonin, « Banque et création d’entreprise », dans J. Marseille (dir.), Créateurs et…, op. cit., p. 128.

151 M. Lescure, PME et croissance économique…, op. cit., p. 183. J.-M. Jeanneney, Forces et faiblesses de l’économie française, op. cit., p. 244.

152 H. Bonin, « Banque et création d’entreprise », dans J. Marseille (dir.), Créateurs et…, op. cit., p. 127.

153 H. Bonin, Histoire de la société bordelaise de CIC (1880-1990), L’Horizon chimérique, 1991, 300 p.

154 H. Bonin, Histoire de la société…, op. cit., p. 97.

155 H. Bonin, Histoire de la société…, op. cit., p. 127.

156 S. Effosse, « Le crédit du nord, du Lion des Flandres à l’étoile : évolution d’une grande banque d’origine régionale dans la seconde moitié du XXe siècle », Études et documents, IX, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, p. 483.

A. Plessis, « Les créateurs d’entreprises bancaires en France du XVIIIe siècle à nos jours », dans J. Marseille (dir.), Créateurs et…, op. cit., p. 167.

157

158 H. Bonin, Histoire de la société…, op. cit., p. 184.

159 H. Bonin, « Banque et création d’entreprise », dans J. Marseille (dir.), Créateurs et…, op. cit., p. 121.

160 H. Bonin, Histoire de la société…, op. cit., p. 226. En 1953, d’après les estimations de la Banque de France, la Bordelaise n’a que 383 crédits en cours dans la zone de Bordeaux.

161 AN 80AJ187, rapport du groupe de travail crédit, 1961.

162 CL 129AH75, circulaire DAPA du 6 avril 1960.

163 CL 129AH75, circulaire DAPA du 26 avril 1960. Elle est réservée aux artisans de moins de 25 ans, ayant cinq années d’expérience et sans lien de parenté avec un patron boucher, pour l’acquisition d’un fonds. Ces prêts s’étalent sur cinq ans et ne peuvent pas dépasser 50000 francs. Les artisans doivent passer par le syndicat avant de transmettre leur dossier au Crédit Lyonnais.

164 CL 129AH75, circulaire DAP du 20 novembre 1959. Sa caution est réservée aux propriétaires de leur fonds pour des prêts de deux ans au taux de 8,3 % pour l’aménagement ou l’équipement du fonds. Les demandeurs doivent fournir au Crédit Lyonnais les réponses à un questionnaire, un bilan et un compte d’exploitation.

165 CL 129AH75, circulaire DAPA du 11 juillet 1961.

166 CL 129AH75, circulaire DAPA du 25 octobre 1961.

167 Le Comptoir n’accepte que les prêts à moyen terme (sept ans) réescomptables. Le Crédit Lyonnais accepte les prêts non réescomptables jusqu’à dix ans. CL 129AH75, circulaire DAP du 10 avril 1967.

168 7,5 % pour les crédits réescomptables, de 8,5 % pour les non-réescomptables. Quand la durée du prêt doit dépasser sept ans, il est à l’appréciation du directeur de l’agence.

169 CL 129AH75, compte rendu de l’entretien du 20 avril 1954.

170 AN 80AJ32, rapport sur les problèmes financiers de la construction, mars 1953. P.V. de la réunion du 23 mars 1953 du sous-groupe financement.

171 AN 80AJ328, rapport du groupe crédit-investissement, Ve plan.

172 S. Francès, Où va l’artisanat…, op. cit., p. 41.

173 Étude sur la modernisation du secteur des métiers en 1967, Ministère du développement industriel et scientifique - APCM, 1970, 2 vol. Cf. annexes 35 et 36.

174 M. Durand, J.-P. Frémont, L’artisanat en France, QSJ ? 1778, PUF, Paris, p. 89.

175 Étude sur la modernisation…, op. cit.

176 D. Bertaux, I. Bertaux-Wiame, « Artisanal bakery in France : how it lives and why it survives », in F. Bechoffer, B. Elliott, The petite bourgeoisie. Comparative Studies of the uneasy stratum, Londres, MacMillan, 1981, p. 167.

177 Étude sur la modernisation…, op. cit.

178 Cf. annexes 35 et 36.

179 AN 80AJ328, rapport général de la commission du secteur des métiers et de l’artisanat, Ve plan.

180 Cf. infra.

181 Carré, Dubois, Malinvaud, Abrégé…, op. cit., p. 195-197.

Table des illustrations

Titre Figure 16. Chiffre d’affaires de l’artisanat (1953-1967)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 15. Artisans dans la population active en Europe vers 1955
Crédits Sources : M. Laloire et J. Robert.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 17. Les artisans dans la valeur ajoutée régionale en 1962
Crédits Sources : Contribution de..., op cit.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 18. Évolution de la distribution régionale des artisans entre 1963 et 1967
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Tableau 16. Entreprises de moins de 10 salariés dans l’automobile
Crédits Source : A.S.F.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 19. Les apprentis dans l’artisanat entre 1942 et 1970
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 17. Coefficient d’apprentis par secteurs en 1967
Crédits Source : Étude sur la modernisation…, op. cit.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 20. Budget du ministère de l’Industrie pour les primes aux maîtres d’apprentissage (1962-1969)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 18. Population active de l’artisanat de 1942 à 1970107
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 21. Évolution des investissements dans l’artisanat
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 22. Investissement moyen par artisan ayant investi et par région en 1967
Crédits Source : Étude sur la modernisation…, op. cit.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 19. Investissements des artisans par secteur d’activité en 1967
Crédits Source : Étude sur la modernisation…, op. cit.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau 20. Investissement moyen par actif des entreprises du bâtiment en 1969 (en francs)
Crédits Source : M. Lescure, op. cit., p. 52.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 21. Usage des prêts du crédit artisanal en 1954 et 1956 (en valeur)
Crédits Source : SAEF B34143, rapport sur les opérations de crédit artisanal en 1954.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 22. Catégories d’investissements en 1967
Crédits Source : Étude sur la modernisation…, op. cit.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 23. Nature des acquisitions en 1967
Crédits Source : Étude sur la modernisation…, op. cit.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1002/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search