Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique / Youth, Street Culture and Urban Violence in Africa

 | 
Georges Hérault
, 
Pius Adesanmi

De la violence domestique à la violence de l’espace public : des champs de réflexion séparés pour une réalité en continu

Stéphane Tessier

Texte intégral

Les violences

1La violence dans les rapports humains n’a bien évidemment rien de nouveau. La violence est avant tout relation entre des personnes. Qu’elle soit symbolique, psychologique ou physique, elle est un lien social, contrairement à l’indifférence ou à l’ignorance pacifique.

2La délinquance n’est qu’une sorte de violence, définie comme telle par le corpus de lois et de règlements admis par la société.

3Ainsi, les conflits et les rivalités se règlent par définition en termes de rapports de force dont le règlement fait appel à la violence. Progressivement, les conflits se sont extériorisés par rapport à l’environnement immédiat de la communauté. Les guerres se sont multipliées, les capacités de destruction aussi. En même temps, le progrès social nous a fait croire que le règlement domiciliaire des conflits ne serait plus physique mais resterait dorénavant pacifique et négocié.

4En réalité, nous assistons à un déplacement des conflits, parallèle à la mondialisation. Si le macro (pays et nations) parvient à négocier la répartition des richesses (entré les élites), il n’en est plus de même du micro, de l’environnement immédiat de l’individu dont les richesses se trouvent confisquées.

5Plus que la pauvreté, c’est l’exacerbation des tensions entre un rêve de consommation et une réalité qui se montre de plus en plus impossible, c’est la résignation qui génère un tel déplacement du front du conflit vers la violence de proximité. La pauvreté relative, qui crée les tensions entre un modèle de consommation typiquement urbain, moteur de la civilisation et la réalité vécue au quotidien (Kinshasa). La ville, c’est le monde des possibles, c’est l’opportunité d’accéder au pouvoir économique, qui, soit dit en passant n’est qu’un des pouvoirs possibles, même s’il envahit totalement la scène publique actuelle. Plus que la paupérisation, qui n’est pas évidente puisqu’en 20 ans, la population a doublé et ne meure pas de faim, en trois ans, le parc automobile d’Abidjan a doublé ; la violence publique naît de ce décalage entre un moteur social exclusivement économique et mondial, et un quotidien fait d’exploitation, d’accaparement des ressources par quelques uns, d’institutionnalisation de l’exploitation ne laissant plus de marge à la négociation. La délinquance est alors la réponse violente au sens réglementaire du terme à une violence psychologique du rêve martelé et désespérément inaccessible.

6Mais la violence domestique commence dans la famille. Faite aux enfants, elle peut se décliner sous plusieurs formes : familiale, domestique, au travail, à l’école, idéologique, politique, etc. La difficulté réside dans le fait que le développement de l’enfant est soumis à une suite de pressions éducatives, l’apprentissage des contraintes sociales, du respect et de l’obéissance, chacun représentant une certaine violence.

7La limitation de la liberté individuelle est une violence. Le recours à l’économique dans les rapports humains est une violence. L’apprentissage des rapports de force et de la négociation transite par la violence symbolique mais aussi, parfois physique.

8La limite entre violence acceptable car vectrice d’éducation et l’inacceptable car excessive ou sans bénéfice pour l’enfant doit être fixée. Elle est fondamentalement culturelle. Le contrat social moderne (« eurocentriste ») repose sur un monopole de la violence conférée à l’État et à la famille, chacun, à son niveau, représentant à l’égard de l’enfant l’adulte légitimé pour exercer cette violence.

Les usages sociaux de la violence

9Un point essentiel à conserver à l’esprit est qu’un jeune est un adolescent et, qu’il soit dans la rue ou non, il est en processus de développement psychomoteur qui a des besoins et des exigences.

Education

10La violence symbolique, psychologique et physique est à la base de l’apprentissage des relations sociales. Au niveau de l’espace public, de l’insertion dans la communauté, dans la génération, c’est le bizutage, l’initiation. La douleur comme mode de socialisation et lien générationnel est utilisée depuis toujours par les rites de passage traditionnels. Dans ce cadre, elle s’exerce au sein de la famille, de la fratrie, des pairs, et, bien entendu, dec gangs de Nairobi.

11L’enjeu est de déterminer dans quelle mesure cette violence peut être négociée par l’enfant, jusqu’où elle est tolérable pour le fonctionnement social et pour son propre développement, et donc à partir de quand elle cesse d’être éducative.

Identification

12Entrer en relation avec l’autre impose de s’identifier. Cette im-position de soi-même est une violence faite au territoire de l’autre. Mais c’est aussi l’expression d’un lien social. La confrontation des limites respectives de chaque territoire crée une communication.

13Marquer son territoire, le garder et le défendre, c’est manifester symboliquement son appartenance à un lieu. C’est aussi travailler la cohérence de normes et de valeurs, au travers de la cohésion du groupe : identité et appartenance aux tribus post-modernes, labiles, éphémères, non structurées mais cohérentes.

Transgression

14La violence, c’est aussi se positionner en creux par rapport aux injonctions pacifistes de la société d’ordre négocié qu’est la société moderne. L’expression d’un rejet de l’indifférence et de l’ignorance. D’autant plus forte qu’elle est aussi l’expression d’une altérité adolescente.

Les modes de violence

15On peut tenter de les décrire selon les espaces où cette violence s’exerce.

Espace privé

16Conçu comme le milieu familial, c’est l’espace où la présence du collectif et de l’État est prohibée ou limitée par l’exercice de la souveraineté du chef de famille. On a vu dans toutes les études la récurrence du phénomène du foyer monoparental féminin invoqué comme cause de la marginalisation. Par définition, les études manquent pour bien la cerner. On n’y a pas accès (on ne s’en sent pas le droit), et de plus, cette violence n’est pas gênante pour le corps social tant qu’elle reste confinée dans cet espace. Les chercheurs ne sont pas mandés par la société pour une telle intrusion. En Europe, il a fallu Dutroux le pédophile pour prendre conscience que la société conservait malgré tout une part de responsabilité. Il faut que l’enfant soit à bout et quitte sa famille pour que la société s’en préoccupe. La route reste encore longue.

Violences subies par l’enfant

17Elles sont innombrables mais ne sont définies comme telles que lorsqu’elles dépassent les limites culturellement acceptables de l’éducation : maltraitance, négligence, infanticide (Dakar), accusation de sorcellerie (Kinshasa), mariages contraints, excisions, initiations sexuelles, contribution obligatoire au revenu de la famille, obligation de s’adapter aux situations matrimoniales des parents, la plus faible étant celle des enfants battus pour leur apprendre respect et obéissance (via la crainte).

Violences exprimées par l’enfant

18Fugues, révoltes, opposition, repli sur soi, parents battus (Dakar), transgression.

Espace public

19Conçu comme l’espace où s’exerce l’autorité collective, la violence y est représentée légalement par les autorités militaires et policières qui définissent les règles du jeu. C’est aussi le lieu de socialisation des enfants et des jeunes en difficulté (au sens où ils sont privés de sources familiales et scolaires de socialisation). C’est le lieu des libertés par rapport aux contraintes tacites de la famille, où seul s’exerce le contrôle du règlement et du « pas vu, pas pris », renforcé par l’impunité entretenue par l’Etat (Lagos).

Violence subie

20Violence physique. La plus évidente est la répression policière ou paramilitaire, la justice expéditive qui est parfois assumée comme à Nairobi, comme une catharsis, une diminution des concurrences, une tentative de redorer une image (« montrer qu’on est des jeunes biens »). Les solidarités de corps n’existent que pour les plus vieux qui en ont compris l’intérêt (n’ayant pas d’autre choix sous la pression de la répression comme à Nairobi).

21Ce sont les abus sexuels.

22Ce sont les initiations, les bizutages en groupe, parfois sous forme de viols collectifs pour créer un sentiment d’appartenance, de lien.

23Violence économique.Mais c’est peut-être surtout les limitations de liberté, qu’elle soit de penser, de se reposer. C’est l’obligation vitale d’une viabilité économique, de s’adapter. Qu’arrive-t-il aux enfants qui n’ont pas accès aux postes économiques qu’offre la rue ?

24C’est donc la mise sur le marché, de façon contrainte ou voulue (mais quelle marge de réflexion ?) de l’enfant ; et qu’a-t-il à proposer ? Sa docilité, son agilité, sa capacité compassionnelle, son corps.

25Violence symbolique. C’est sans doute la pire et la plus difficile à mettre en évidence.

26Les qualificatifs surenchérissent dans le déni et parfois le scatologique pour les qualifier, eux et leur environnement : suroccupation de l’espace public (combien de voitures pour un enfant ?), néantisation sociale, pillage, assainissement, contre-culture (qui entérine une différence de nature irrécupérable), connivence ontologique de ces enfants avec l’ordure et le recyclage, marche vers la délinquance, carencés. Les fantasmes des uns et les réalités des autres : l’initiation anale (Dakar), le viol comme entrée en initiation (Nairobi), les gaz d’excréments (Lusaka) sont des affirmations proches de la rumeur. La rue est le lieu de tous les transits, et le symbole intestinal est évident.

27Propreté et décence n’ont pas toujours fait bon ménage et il fut des rois très sales, des chefs puants et des sorciers très respectés bien que couverts de crasse.

28Les enfants des rues sont des menteurs, leur discours ne peut être crédible (Kinshasa). Insensiblement, la victime devient coupable.

29Ainsi privés de capital culturel et symbolique, plus encore que de capital économique, ils ne peuvent engendrer que charité et compassion. Mais pourtant, ils sont surétudiés (Abidjan) car externalisés.

30Les images médiatisées de ces enfants sont leur source d’identité, au même titre que le regard effrayé du conducteur bloqué au feu rouge à minuit. Et cet environnement fait de crainte, de rejet dégoûté de ces déchets, de compassion à l’égard des handicapés sociaux, est mondial.

31J’ai parfois l’impression d’être en face des descriptions de sauvages faites par les premiers ethnologues qui y voyaient l’incarnation de la genèse, proche comme on le sait de l’apocalypse.

Violence exprimée

32La violence que le jeune exprime dans ses rapports de force au sein de l’espace urbain relève de plusieurs phénomènes : la reproduction de relations sociales apprises dans un environnement familial violent (lorsque le dialogue parents-enfants est violent depuis le plus jeune âge, ces derniers ne peuvent concevoir d’autre façon de communiquer) ; la transgression de relations négociées considérées comme appartenant à la société des adultes, elle-même rejetée ; la survie qui impose le rapport de force comme seul « atout » sur le marché de l’offre et de la demande ; la reproduction d’une identification violente, « vue à la télé » tout comme l’injure et l’invective identitaire ; la délinquance qui est le fait de jeunes aux multiples origines. Les « parches » colombiennes, bandes de jeunes qui écument les quartiers, sont composées d’adolescents de classes basses mais pas misérables, en crise d’adolescence et de consommation.

Violence utilisée

33La violence adolescente de la rue est une énergie qui peut être mise à profit par de nombreux acteurs sociaux.

34D’une part, les sécurités privées, les « contrats » opérés par les secteurs illégaux, les expulsions de locataires, les grands frères en France qui permettent de translater le conflit depuis le front « formel-informel » au sein même de l’informel, tendant à déplacer le front.

35D’autre part, les organisations politiques ou religieuses, les casseurs de Dakar, les uniformes de Kinshasa, de Kano qui transforme la violence « sauvage » en violence politique, en lui donnant une autre visibilité. Il ne faut pas oublier que la rue, c’est l’agora grecque, c’est-à-dire le lieu d’expression primaire du politique. De la manifestation du 1er mai à la présence d’enfants, la rue est politique. On touche là au subversif, que les dessins d’enfants du Brésil montrant une manifestation d’enfants des rues « Pivetes unidos jamas seran vencidos » avaient bien vu. Qu’en sera-t-il de l’Internationale des enfants des rues ?

Visibilité des violences

36C’est là que le lien entre l’espace privé et l’espace public s’opère.

37Dans l’espace public, la violence est visible, affichée, voire même revendiquée par les jeunes lorsqu’elle est identificatrice. Elle est utilisée aussi comme repoussoir par la société formelle à ses adolescents en mal de rupture et pour justifier à la fois l’inégalité de la répartition (ils l’ont méritée) et la nécessité sécuritaire. L’importance symbolique de la connivence scatologique citée plus haut est alors évidente. C’est donc en termes de constat officiel de violence, profondément imprégné de morale qu’on la décrira. Délictueuse, « malfaisance juvénile », opposée à la « vie décente » soi-disant recherchée par tout le monde, elle est contestation de l’ordre social, de ses normes et valeurs prétendument consensuelles.

38Dans l’espace privé, elle est masquée et ne se révèle qu’à l’occasion d’une dénonciation de l’enfant. Qualifiée de culturelle, elle est protégée des incursions du collectif.

39On oppose l’intimité du drame familial à l’obscénité de la violence publique alors que cette dernière n’est que la conséquence du premier, lui-même issu des violences collectives psychologiques, économiques, physiques en termes d’environnement, exercées par le collectif.

L’abord institutionnel de la violence

40Les cadres d’analyse et de traitement de la violence diffèrent profondément selon que l’on s’adresse à l’espace familial ou à l’espace public. Or cette discontinuité est purement formelle au sens où elle ne fait que refléter la conception moderne de la limite entre le privé et le public. En d’autres termes, les méthodes d’identification et de prise en charge des violences intra-familiales sont le reflet du degré de la protection de l’intimité de l’espace privé. Protection souvent bien pratique.

41Les habitus de chaque champ d’intervention qu’il soit privé ou public organisent la vision et la perception de la violence. Chacun d’entre eux reste cependant partagé entre le pragmatisme et la réflexion.

Espace privé

42Traditionnellement dévolu à la femme, l’espace privé fait l’objet d’interventions individuelles, psychologiques qu’assurent avec précaution les professions d’assistantes sociales, de puéricultrices, d’agents de santé, etc. Majoritairement féminin, cet environnement professionnel intervenant dans l’espace privé est le plus remis en cause lors des diminutions de postes publics, de budgets.

43Les interventions dans l’espace privé dépendent entièrement de la bonne volonté de l’individu à se laisser ainsi coloniser. On ne peut en effet intervenir en famille sans une action de déculturation, que les réflexions sur la polygamie ou l’excision mettent bien en lumière. Si la première valeur est le respect et l’obéissance que doivent les enfants à leur père, le débat s’élargit actuellement vers le droit des familles à faire travailler leurs enfants pour pouvoir survivre.

44Il faudra que cette violence privée trouve un moyen de s’exprimer à l’extérieur (de s’ex-poser) pour légitimer l’intervention publique.

Espace public

45De la déviance à la délinquance, les structures et institutions qui régissent l’espace public définissent ce qui est anti-social et disposent de la légitimité de l’intervention répressive ou protectrice. L’intervention dépend ici de la seule capacité de nuisance de l’individu qui est ainsi définie, identifiée, étiquetée par le collectif. Il n’y a donc plus de vision individuelle de l’enfant, en tant qu’être psychologique, mais c’est en tant que nuisance sociale ou politique qu’il devient objet de sollicitude.

46Par définition, lieu d’exercice de l’autorité, l’espace public est géré par les hommes. Leurs professions sont essentiellement les « corps habillés » (en uniformes) ou les éducateurs. Les actions privilégient la réinsertion au sein de l’espace privé (la famille), l’insertion dans le secteur économique (travail) et/ou l’acquisition de valeurs fondatrices, religieuses ou républicaines. Mais c’est aussi l’action répressive de l’apprentissage de l’autorité et de la force. Le secteur, très visible et légitime, bénéficie de toutes les sollicitudes des pouvoirs publics.

Principes d’identité et de réalité

47Il y a donc un seul jeune mais deux approches institutionnelles. Alors que ses violences privée et publique sont en relation continue, les interventions visant à les limiter sont contradictoires. Comment restaurer la continuité des interventions ?

48La première intervention préventive serait la promotion de la planification familiale, afin de respecter le premier droit implicite mais fondamental de l’enfant : celui d’être désiré, et non imposé par la nature, pour lui-même et non pour ce qu’il peut rapporter…

49Le deuxième type d’intervention préventive serait multifocal. La pacification de la société civile afin de diminuer les tensions génératrices de violence, aussi bien au niveau de la famille (maltraitance, négligence) qu’à celui de l’espace public (règlements des conflits). Dans ce champ, de nombreuses interventions sont envisageables. Non sécuritaires, elles viseraient à réapprendre le dialogue lorsque celui-ci s’est réduit au rapport de force.

50Enfin, les interventions de type « curatif » doivent pouvoir acquérir une cohérence. Pour cela, les deux pôles doivent se rapprocher. Il devient alors nécessaire d’augmenter l’intrusion publique dans la famille, tout en transformant la prise en charge dans l’espace public.

  • Autoriser l’usage de certains outils publics pour lutter contre la violence privée (assistance sociale, protection contre les mauvais traitements, respect du choix de l’enfant de quitter son milieu familial). Application réelle des règlements protégeant l’enfant dans son contexte familial.
  • Créer des outils d’approche privée de la violence publique (respect de l’individu, droits de l’enfant, implication des familles).

51L’application de la convention internationale des droits de l’enfant ne doit donc pas être laissée au seul espace public.

Auteur

Centre International de l’Enfance et de la Famille. Paris, France

© Institut français de recherche en Afrique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr