Version classiqueVersion mobile

Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique / Youth, Street Culture and Urban Violence in Africa

 | 
Georges Hérault
, 
Pius Adesanmi

Kinshasa. Anomie, ‘ambiance’ et violence

Tshikala K. Biaya

Texte intégral

Introduction

1Le mouvement zaïrois de démocratisation, né le 24 avril 1990, a mis à nu la violence politique dans la ville de Kinshasa. Le vide juridique et les divers conflits de pouvoir qui s’en sont suivis ont donné libre cours à toutes les autres formes légales et illégales de violence qu’ils ont simultanément permises. Les pillages des magasins et des établissements industriels de 1991 et 1992, le massacre des chrétiens de février 1992, les règlements de compte du peuple contre les membres de la jeunesse du défunt parti-Etat, les bagarres rangées entre la garde civile et les partisans, la ‘nuit des longs couteaux’ de la Division Spéciale Présidentielle, DSP, contre les militaires pseudo-mutins, etc., tous ces incidents ont étendu à la scène urbaine la sphère de la violence qui était jusqu’à cette date contenue dans les prisons politiques et les cellules des services de sécurité. Cette violence brute et nue, naguère latente, est devenue fondatrice et régulatrice du pouvoir dictatorial lui-même et de son exercice pour sa propre reproduction. Elle constitue une composante non moins importante de la culture de la rue à Kinshasa, la capitale du pays.

2L’analyse et la compréhension de la violence contre l’enfant et le jeune dans la rue nécessitent un cadre épistémologique approprié. La violence en soi est ‘la cause de la différence entre la réalité et le potentiel’, note J. Galtung. Elle est aussi ‘le résultat d’une situation où le développement d’une personne, en terme physique ou mental, s’avère en dessous de son potentiel de développement’. Dès lors, il devient possible d’identifier des situations de violence personnelle et de violence structurelle comme étant celles où ‘les causes de cette différence apparaissent comme faisant partie de la physiologie du fonctionnement du système social et non comme sa pathologie’ (Galtung cité par NCCVACA, 1992 : 3).

3Le présent rapport s’inscrit dans cette perspective mais une large place sera faite à la description et à l’analyse de la culture de la rue kinoise, accompagnées d’un échantillon d’histoires de ses acteurs les plus défavorisés.

  • 1 Ces termes seront explicités dans les pages qui suivent.

4Depuis la seconde guerre mondiale, Kinshasa s’est développée en une vaste mégapole qui aujourd’hui compte près de 4,6 millions d’habitants dont la grande majorité vit presqu’exclusivement de la ‘débrouille’ et broie la misère. Les rues de Kinshasa ‘grouillent’ de jeunes allant de 3 à 30 ans qui ne les quittent presque jamais, jour et nuit. Les tout petits s’y réfugient puisque la cour intérieure ne possède plus d’espace de jeu. La plupart d’entre eux rentrent à la maison à l’heure du repas ou le soir. Mais il y a aussi ceux qui ont préféré la rue et qui ne la quittent pas : ils ont décidé qu’elle serait le lieu de leur vie. Les expressions de ngiriba, ngembo, ballados, kobeta libanga, bana imbwa, bana shege, mwana mayi, poro, etc.1 qui les désignent renvoient à l’univers et à la nature de cette jeunesse de la rue, à sa culture et à son évolution dans cet espace, où la musique diffusée par les hauts-parleurs des bars et des magasins berce les ‘rêves’, baplan, et les activités quotidiennes, missions, coop, de la jeunesse kinoise.

5La violence dans la rue, un phénomène récent, est liée à la politique urbaine coloniale qui rapatriait de force les jeunes sans emploi et les délinquants dans leur village d’origine. Cette politique a stimulé l’introjection de la violence chez les jeunes qui, ayant échappé à la déportation, se valorisaient comme individus urbains par des actes de violence mimétique. Souvent ces adolescents et ces jeunes adultes formaient des bandes de quartiers qui s’affrontaient en des bagarres de rue. Au besoin, ils punissaient leurs parents qui voulaient les ‘corriger’ en s’enrôlant dans l’armée. Ce modèle de valorisation n’alla pas sans des emprunts aux personnages violents du cinéma américain de série B : tous les membres de gangs portaient des noms de chefs indiens, d’acteurs de Hollywood ou de bandes dessinées. Plus tard, dans les années 60, ceux du cinéma français, font leur apparition.

6La sexualité active (viol des filles, homosexualité vénale afin de se payer des prostituées et de ‘frimer’) et la drogue devinrent pour ces jeunes les moyens de se poser comme ‘libérés’. ‘L’ambiance’, c’est-à-dire le trio musique, boisson et ndumba (prostituée), que seul l’argent permet de se procurer, compléta le tableau. Devenir ‘ambianceur’, statut social précédemment réservé aux élites coloniales, se généralise avec l’apparition de la musique des jeunes des années 70. Le parti-Etat, le MPR, récupère ensuite une partie de ces ‘délinquants notoires’ et les intègre dans diverses branches de la Jeunesse du Parti, la JMPR, et de l’animation culturelle et politique. Il leur donne l’occasion d’exprimer librement et légalement leur sentiment de puissance sur les autres jeunes et sur la société qu’ils vont désormais contrôler. Une partie de la jeunesse s’éloigne cependant de cet embrigadement en créant la SAPE – la Société des Ambianceurs et des Personnes Elégantes – et l’on note aussi un mouvement de migration des jeunes de la rue vers l’Europe (Miguel) et l’Amérique du nord (Grand Mikili, Grand Nord). Cette migration et sa culture transnationale n’a pas pour autant rompu avec la violence (vol, escroquerie, faux et usage de faux, drogue, etc.).

7La culture de la rue est donc aussi bien un mode de vivre dans la capitale en tant qu’individu urbain qu’un ensemble de pratiques de la violence, violence qui ne tourne pas à vide mais qui fait partie du fonctionnement et de la reproduction des individus et des institutions locales et nationales.

8La culture de la rue, construite et contrôlée par la jeunesse et ses différentes branches, mérite une étude approfondie pour en déterminer les différentes articulations et modes d’expression dans un contexte de transnationalité. Riche d’innovations culturelles, langagières et pratiques dans la gestion du quotidien, elle comble un manque existentiel. Elle a trouvé dans la crise économique actuelle et dans les brèches que les politiques nationales, désastreuses pour la population, lui ont ouvertes un lieu fécond pour son épanouissement. Cette culture dynamique et ses structures variées, parfois antagonistes et contradictoires mais s’épaulant les unes les autres, sont ramassées dans l’expression Kinshasa, mboka ngele : Kinshasa est une ville où il faut être sur ses gardes car la violence y est permanente. Cette dynamique culturelle, pleine d’équivoques et de paradoxes, fonctionne grâce à des appuis et des complicités, conscientes ou inconscientes, des différentes classes sociales et des politiques locales et nationales contribuant à son maintien et à son expansion (Biaya, 1996a).

Les jeunes et la rue à Kinshasa

9Assurément, les jeunes sont capables d’actes violents qu’ils perpétuent isolément ou en groupe, mais la donnée première est qu’il leur faut ‘se débrouiller’ pour assurer leur subsistance par l’exercice d’activités qui leur en donnent les moyens. Or, dans une ville où l’emploi formel a quasiment disparu, la quête de moyens pour survivre a forcé nombre d’enfants et de jeunes (8-35 ans) à gagner la rue et à s’y adonner aux divers petits métiers appelés libanga. L’expression kobeta libanga, ‘casser le caillou’, renvoie analogiquement au travail ‘vil’, ‘sale’ et non aimé. Elle renvoie aussi à un univers où la violence est toujours sous-jacente quand elle n’est pas manifeste et que nous nous attacherons à décrire. Mais examinons auparavant qui sont ces jeunes de la rue.

Origine et classification des jeunes de la rue kinoise

  • 2 Les enquêtes ont été conduites avec la collaboration de Deve Mutanda et A. Mwamba Ntita.

10Les enquêtes,2 menées au dernier trimestre 1996 et janvier 1997, laissent entrevoir une origine sociale variée des jeunes qui fourmillent dans la rue. La dimension ethnique y est fort réduite suite au transfert culturel actif, au besoin de créer un idiome de la rue et à la dynamique d’homogénéisation culturelle qui caractérisent la musique des jeunes. Les jeunes se regroupent par quartiers et par affinités sociales plus que selon leur origine ethnique. La solidarité de la rue a écarté le réfèrent ethnique pourtant vivace dans la politique nationale. Les enfants de la rue ne sont pas bavards à propos de leur parents ni de leur origine. En revanche, ils aiment parler de leur vie et des activités dans lesquelles ils sont engagés. Ils proviennent davantage des quartiers périphériques, pauvres et non lotis de Kinshasa que du centre et de ses cités planifiées. Ils préfèrent s’éloigner de leur quartier pour éviter de se faire repérer par leurs parents ou connaissances comme en témoigne l’histoire de Mfwidi :

Mfwidi (moineau, la petite sorcière)
Mfwidi, âgée de 7 ans, vit à Matonge, près de la place des artistes. Elle est habillée d’un caleçon et mendie. Elle n’a plus de voix. Elle est la fille de Ditutale et Nsingi. Sa mère a mis au monde un enfant mort-né. Ses parents ont consulté un guérisseur au sujet du décès du mort-né. Le guérisseur leur a parlé d’une petite sorcière vivant dans leur entourage. Le jeune couple a décidé d’aller consulter le groupe de prière de Kindele. Le pasteur a tout de suite localisé la sorcière : Mfwidi. Celle-ci a été l’objet d’exorcisme ; elle a passé deux nuits chez le pasteur qui priait pour elle. Rentrée à la maison, tout semblait se calmer. Une année après, la mère eut un autre mort-né. Lorsqu’elle sortit de l’hôpital, elle déclara sa fille sorcière et la chassa du toit familial. Depuis deux années, celle-ci erre à Matonge comme moineau. En quittant son quartier, elle s’est arrêtée au campus de Kinshasa où elle mendiait de l’argent et de la nourriture à l’arrêt des bus et fouillait dans les poubelles des étudiants pour se nourrir. Elle dormait dans un égout à moitié envahi par le sable, dont elle se couvrait. Un jour, une voisine l’a reconnue : elle a fui vers le centre ville en suivant la route goudronnée. Elle a rencontré d’autres gamins et elle continue sa vie. Elle refuse de changer de tenue puisqu’elle peut ainsi faire peur aux autres moineaux et aux passants qui voient en elle une sorcière et la laissent tranquille.

  • 3 D. Mutanda pense qu’il est difficile de prendre en considération leurs propos car le propre de ces (...)

11Les plus jeunes sont nés à Kinshasa (4-10 ans) ; mais les bandes des plus âgés (à partir de 16 ans) sont composés de jeunes migrants ruraux et de natifs de Kinshasa. La pauvreté, la misère, la sorcellerie et diverses formes de violence familiale sont avancées comme motif de leur départ du toit familial :3 ce qui a amené la bouche populaire à les appeler shege (cf. ci-dessous). Leur nombre, estimé à 10 000 pour les moins de 15 ans (Kalonji, 1996), s’est accru après 1991 suite à la ruine du tissu économique, à l’arrêt de l’aide étrangère, à l’inflation galopante et au double pillage et destruction des magasins et des petites et moyennes entreprises de 1991 et 1993.

12La distinction entre ‘enfant dans la rue’ et ‘enfant de la rue’ ressort des récits de leur vie quotidienne. Le passage d’un groupe à l’autre s’effectue dans le sens d’une intégration progressive du jeune suivant un mécanisme psychologique fait d’ambivalence : crainte d’une correction parentale (s’il retourne à la maison) et attrait que le monde de ses pairs, fait de liberté et de jeux, exerce sur lui. Ce monde plein de chaleur est de fait perçu comme un substitut de la famille. Par ailleurs, la misère actuelle a chassé beaucoup d’enfants du toit paternel, où la rareté de la nourriture a stimulé les sentiments égoïstes et des actes de prédation qui ont fini par briser la solidarité et la convivialité familiales. Ecoutons un témoignage :

Belande (mwana imbwa)
Belande est fils d’un pasteur originaire du Kasaï arrivé à Kinshasa en 1964 avec sa famille. Il est le sixième né de douze enfants, cinq filles et sept garçons. Sa mère, seconde épouse, a été abandonnée au profit d’une autre. Dès la troisième primaire, il a abandonné l’école car son père refusa de payer le minerval. Il commença à se ‘débrouiller’ pour avoir un peu d’argent. Belande a fui la maison parce qu’il est taxé de sorcier par sa belle-mère qui a convaincu son père qu’il la torture la nuit et que c’est lui qui a ensorcelé sa grossesse. Belande, battu et obligé de reconnaître ce pouvoir, a fui la maison peu après ce supplice. Il vivait au grand marché de Kinshasa et à la place de la Victoire. Aujourd’hui âgé de 16 ans, il a grandi dans la rue. Il a réussi à sa faire accepter par le poro [le plus âgé de la bande], qui contrôle les petits travailleurs du port Ngobila. Chaque matin, il doit être au port pour charger et décharger les marchandises des femmes commerçantes naviguant entre Brazzaville et Kinshasa. Cela lui rapporte un peu d’argent mais pas assez pour qu’il soit indépendant. Il a gagné cette place en battant au sang un autre mwana imbwa. Alors Poro l’a accepté. Belande passe la nuit au Beach Ngobila couché sur la jetée. Parfois lorsque les nuits sont froides, lui et ses pairs sont autorisés à dormir dans les couloirs du bâtiment des douanes moyennant un peu d’argent remis au soldat de garde. Leurs soirées sont bruyantes, pleines de récits de vols, de moyens de se procurer de l’argent. Parfois ils fument du chanvre qu’ils se procurent auprès des phaseurs de Barumbu ou de Kintambo Magasin.’

13Les jeunes sont arrivés à la rue à la suite d’aventures différentes mais souvent semblables par leurs causes, les circonstances et les motifs de leur départ : la misère et la violence. Parfois l’échec ou l’abandon scolaire et des motifs psychologiques déterminent aussi ce départ, comme dans le cas de Thim Ali :

Thim ‘Ali’ (mwana lunda)
Thim Mar est fils d’un professeur d’université. Il a voyagé avec sa famille dans plusieurs pays. D’après lui ces voyages lui ont ‘tourné’ la tête. Il n’a pas réussi sa seconde [2ème année après l’école primaire]. Il a été frustré’ par ses petites sœurs qui réussissaient mieux que lui à l’école. Il a commencé à fréquenter des jeunes de l’âge de 17 ans du quartier Mbanza Lemba alors qu’il en avait 13. Un jour, il finit par les rejoindre. Il a commencé à participer à la recherche de filles à violer. Ce jeu lui permettait de prouver qu’il était le plus fort, le plus beau, comme Muhammed Ali. On l’appelle aussi Marley puisqu’il était le meilleur danseur de reggae du groupe. Son père découvrit ce jeu et le mit à la porte. Il vit avec des amis qui lui avaient décrit la vie à Kahemba : les mines de diamant et l’argent fou. Un jour, il est rentré chez lui en l’absence de ses parents. Il a pris de l’argent dans le sac de sa mère et a disparu pour toujours. Trois ans plus tard, sa mère a été avertie qu’il se trouvait à la clinique universitaire, blessé au ventre et à la poitrine. Sa mère a payé les soins mais son père a refusé de le voir. Thim a préféré retourner dans la rue où il est aujourd’hui poro. Il possède sous ses ordres deux groupes de jeunes (pratiquant divers petits métiers) qui lui obéissent. Thim dit qu’ils lui doivent obéissance puisqu’il avait tué le vieux poro dont il a pris la place. Il affirme que maintenant il sait utiliser une arme à feu et possède un revolver.

14Cet univers de la rue, du manque, de la violence, mais aussi du jeu et de la liberté où des tout petits font leurs premiers pas, les conditionne à une vie de gavroche qui finit par triompher de leurs hésitations. Puis ils y grandissent et lui trouvent par la suite une justification commode et allant de soi, tel ce Ndekwe, un jeune de 18 ans qui évoquait la rébellion qui l’aurait amené à fuir Kisangani : celle-ci a bien eu lieu, mais 30 années plus tôt ! Ce prétexte, qui renvoie métonymiquement à la violence politique et sociale, suffit à ses yeux pour s’inventer phaseur.

15Les enfants et les jeunes de la rue de Kinshasa se divisent en effet en sept catégories liées à leur âge et aux activités qu’ils exercent dans la rue : les moineaux (4-7 ans), les bana shege (8-12 ans), les bana imbwa (13-17 ans), les ballados (15-23 ans), les phaseurs (15-20 ans), les ngiriba (ou yanke, gurba) (20-30 ans), les bana mayi (20-27 ans) et les kraneurs (au-delà de 25 ans). Ces appellations désignent les différentes bandes de jeunes dont les activités peuvent parfois être coordonnées par un adulte, le ngiriba ou le kraneur qui les utilise pour perpétrer des coups et des vols à main armée.

Les moineaux (4-7 ans)

16Ils sont des ‘hôtes indésirables’ dans leur famille. Ils sont des familiers des poubelles des universités et des internats d’écoles, des restaurants, des marchés, etc. Ces ‘poubelliers’, filles et garçons, tirent leur nom du milieu universitaire où les nouveaux étudiants raillaient leurs aînés qui auraient engendré ces ‘enfants de la rue’ et ne s’en seraient point occupés comme l’illustre l’exemple de Chantal :

Chantal (mwana shege)
Chantal est une fille de 8 ans. Sa mère lui a dit que son père était un étudiant à l’Université de Kinshasa. Puisqu’elle avait faim, elle a décidé de retrouver son père. Sa mère la battait et l’insultait, disant que c’était à cause de son père qu’elle était devenue ndumba [prostituée] et que ses parents l’avaient aussi reniée. Chantai est l’aînée de trois autres enfants, deux garçons et une toute petite. Chacun des trois enfants avait un jour de la semaine où le repas lui était servi. Chantai choisit de manger le lundi, mardi c’est Pitchou, mercredi c’était le tour de Max. Lorsque la mère avait de l’argent, elle donnait à manger d’abord au tout petit puisque c’est son papa qui le lui remettait cet argent. Chantai commença à mendier sur la route. Un jour sa mère la surprit et la battit copieusement. Elle s’enfuit et ne voulut plus rentrer chez elle. Elle vit aux environs de la grande poste avec un groupe de garçons et filles de son âge. Elle mendie de l’argent, de la nourriture,… De temps en temps, elle vole à l’étalage des petites choses qu’elle revend plus loin. La nuit, le groupe se cache sous des cartons derrière le bâtiment de la poste.

17Cette catégorie de jeunes enfants est abandonnée à elle-même au milieu de la place publique. Elle se crée ses propres lois et vit à qui mieux mieux dans la rue, aux arrêts d’autobus, dans les couloirs des immeubles, au marché, etc.). Dans la rue, ils se promènent par groupes de deux ou trois gosses alors que d’autres avancent isolément. Ils mendient à tour de rôle et partagent leur butin. Filles et garçons vivent ensemble, partagent leur condition d’enfant de la rue sans complexe lié au sexe. ‘Ces enfants habitent partout et nulle part. Certains parmi eux ne connaissent ni leur père ni leur mère’ (Kalonji, 1996). Ils sont a demi vêtus ou en haillons, parfois un simple sous-vêtement suffit à couvrir leur sexe. Ils jouent souvent dans les rivières Kalamu, Makelele et Ndjili qui traversent la ville.

Les bana shege (9-12 ans)

18L’apparition récente de la désignation bana shege inscrit la dynamique et l’historicité de la rue comme espace culturel qui rend la culture urbaine kinoise inséparable de sa dimension transnationale. Apparu en 1993, ce syntagme substantival qui signifie ‘les enfants de Schengen’ renvoie à la situation des Zaïrois irréguliers expulsés d’Europe suite à la centralisation des données des services d’immigration et au renforcement des contrôles de la police des frontières. Ils arrivent démunis, sales, sans habits, et reviennent à leur case de départ : eux aussi étaient engagés dans la débrouille et faisaient partie des enfants de la rue. Les bana shege vivent donc allégoriquement la même situation d’indésirables.

  • 4 ‘Chauve-souris’. Ce terme dépréciatif fait référence à l’impossibilité de l’ethno-zoologie traditi (...)

19Ils vivent en meutes qui, le matin venu, se divisent en petite bandes de trois ou quatre enfants allant à la quête de quelque chose à manger. Souvent ils passent leur journée à jouer. Lorsqu’ils ont faim, ils mendient de l’argent ou de la nourriture en apitoyant les passants avec leur histoire pathétique alliée à leur attitude malheureuse. Souvent il s’agit d’inventions narrées pour survivre. Une fois servis, heureux, ils courent jouer. Parfois ils s’en prennent à celui qui ne satisfait pas à leur demande. Leur violence est souvent orale. Ils profèrent des obscénités et des injures rituelles, aux femmes plus qu’aux hommes. Celles-là protestent parfois mais elles finissent, prises de honte, par se plaindre auprès d’autres passants de la mauvaise éducation des bana shege et de l’irresponsabilité de leurs parents ou de la société. Ces diablotins – ngembo4prennent plaisir à le faire et s’enfuient au loin, criant encore ces injures rituelles à l’adresse de la dame (cf. ci-dessous, ‘violence symbolique et langagière’). Face aux hommes, ils n’emploient pas la même tactique. Ils attendent d’être hors de leur portée pour les injurier car ceux-ci, plus entreprenants que celles-là, les rattrapent souvent et les corrigent.

Les bana imbwa (13-17 ans)

20Il s’agit de jeunes adolescents qui travaillent aux ports de Kingabwa et au Beach Ngobila et y vivent. Leurs groupes sont composés d’anciens bana shege et de nouveaux éléments venus les rejoindre. Ils aident au chargement et au déchargement des bateaux industriels, commerciaux et des passagers. Forts et bien musclés, ils vivent souvent en petites bandes contrôlées par l’un d’entre eux : le plus vieux et le plus fort, le poro. Poro est souvent de mèche avec la police du port qui, agissant en complice passive, participe aux vols. Lorsque ces jeunes écoulent leur butin sur le marché, ils partagent l’argent. Ces multiples bandes antagonistes se disputent et se bagarrent souvent entre elles mais œuvrent sur le même terrain. Ces jeunes gens ne rentrent à la ville qu’à des moments bien précis. Ils déclarent ne pas posséder de famille. Ils constituent des bandes organisées de délinquants. Leur appellation, littéralement traduite par ‘les chiens’, est éloquente : pas de parents, pas de logis, ils mènent une vie errante à la recherche de quoi vivre et leurs jeux sont violents.

Les phaseurs (15-20 ans)

21Ils sont facilement identifiés en tant que fumeurs de chanvre. Comme les bana imbwa, ils sont souvent des moineaux qui ont grandi grâce à la mendicité, aux petits larcins, jouant dans la rue, dormant à la belle étoile. Cependant, à cet âge, ils sont devenus des drogués. Ils sont reconnaissables par leur attitude, leur regard perdu, leurs habits sales et l’odeur du chanvre qu’ils dégagent. Ils ne s’écartent pas de leurs endroits préférés. Le jour, ils hantent les abris de bus ou la gare centrale ; ils mendient au centre ville et sur l’artère qui mène vers la commune de Kintambo. La nuit, ils circulent autour des bars. Parfois ils agressent un ivrogne et lui raflent son argent. Les phaseurs sont souvent des enfants qui ont fui la violence domestique, abandonné l’école par manque d’argent. Certains affirment que c’est le divorce d’un parent ou la mort d’un grand-parent, leur unique soutien, qui les a poussés à la rue.

Les ballados (17-23 ans)

22Ils constituent’ une catégorie de jeunes vivant de vols à la tire, de viols et d’agressions contre des passants. L’origine du mot ballados est encore inconnue. Certains pensent qu’il provient de mot ‘se balader’, ‘errer sans but’. La distinction sexuelle est effective dans la répartition des tâches. Les jeunes gens sont affectés aux activités de violence et d’agression des passants et surtout des passantes. Ils attaquent les femmes seules qui se hasardent à traverser le pont Kasa Vubu vers le crépuscule. Parfois ils agressent les passantes en pleine journée : ils leur arrachent leurs bijoux, leur sac à main, l’argent imprudemment tenu devant un étalage, etc. Toutes les occasions sont bonnes pour qu’ils réalisent un coup. Depuis le début des années 1980, ils ont perfectionné leurs stratagèmes. Ils opèrent en bande et lorsque l’un d’entre eux est arrête, ils interviennent à l’arme blanche ou procèdent à une campagne punitive contre le chevalier, défenseur des femmes qui s’est mis en travers de leur chemin. Celui-ci se retrouve poignardé ou agressé par le reste de la bande qui lui fait payer sa ‘témérité’. Souvent, l’objet volé n’est jamais retrouvé sur le ballados arrêté puisqu’il l’a déjà remis à un complice, la cession du bien volé s’effectuant dans l’instant qui suit l’acte. Lorsque le coup réussit, ils se retrouvent plus tard à leur repaire et en rient :

Junior, ballados : exode rural, prison et homosexualité
Junior est âgé de 18 ans. Il vient de passer deux années à la prison de Makala. C’est un ancien ballados. Il est arrivé à Kinshasa venant de Bandundu pour étudier. Il ne parlait pas lingala. L’oncle qui lui avait promis de l’aider avait déménagé ou avait été muté pour une autre région. Il s’est donc retrouvé seul. Un soir, il a voulu prendre un bus qui se rendait à Matete. Il a fraudé et a été appréhendé par le receveur du fula-fula. Il a été copieusement roué de coups et laissé inerte au sol. Quand il s’est relevé, c’était la nuit et il faisait froid. Il est allé s’abriter sous l’échangeur de Limete. Là il a rencontré trois autres adolescents qui jouaient à lancer des cailloux sur les voitures qui passaient sur l’autoroute. Il se sont liés d’amitié et ils l’ont accepté. Le matin, ils se sont mis à fumer du chanvre avant de sortir pour une mission. Ils lui ont dit : ‘Toi tu nous suis. Si nous te donnons une chose, garde-la, prends le chemin inverse et reviens nous attendre ici’. C’était sa première sortie avec ces ballados. Ils ont arraché un collier à une femme à la foire. Il a su garder l’objet. Plus tard, de coups en coups, il a été appréhendé par un homme qui l’a reconnu et l’a amené à la gendarmerie du marché central pour avoir volé son portefeuille et ses papiers. Il a eu beau nier, il a été transféré au cachot de Ndolo puis à la prison de Makala. C’est en prison qu’il a appris à fabriquer de petits jouets et à sculpter auprès d’un ‘vieux’ de chez eux. C’était le kapita général : il lui servait de domestique, de femme et de cuisinier. Ainsi il pouvait manger et être à l’abri d’autres tracas. La prison est une pègre, dit-il. Si tu n’as pas de patron, tu es fini. Un jour, un aumônier est venu visiter la prison. Comme Junior parle un peu français, il lui expliqua son cas et celui-ci s’est informé. Trois mois plus tard, il a été libéré. Aucune plainte n’avait été déposée contre lui.

23Des filles ballados font aussi partie des bandes qui pillent, volent et agressent les Kinois. Elles n’accompagnent pas le groupe qui œuvre mais opèrent d’une autre manière. Elles utilisent leur corps et leurs charmes pour attirer les ‘ambianceurs’ imprudents ou quelque mâle ivre qu’elles ramènent à leur repaire où des complices le déplument. Parfois elles disparaissent nuitamment avec le portefeuille de l’amant d’un soir qu’elles abandonnent sans le sou dans un hôtel. Suite à cette pratique, les hôtels obligent les filles à déposer en consigne leur carte d’identité pour éviter pareille mésaventure dans leur établissement.

24Les ballados possèdent leur repaires dans les vieux quartiers (Lingwala, Barumbu, Kinshasa, Kintambo,…) et dans les zones périphériques (Masina, Ndjili, Bumbu, Kingabwa, etc.) où ‘la promiscuité, l’insalubrité, le nombre élevé de bars et de marchés nocturnes, parfois le manque d’éclairage public’ (Kadiambiye et Mpanga, 1985 : 74) constituent les facteurs sociologiques déterminant leur émergence.

Les ngiriba (20-27 ans)

25Le mot ngiriba est d’origine inconnue mais il désignait initialement les groupes de jeunes délinquants des quartiers qui étaient identifiés comme des Yanke. Avant l’indépendance, ces bandes de jeunes s’adonnaient au viol des filles et aux bagarres de rue. Ils parlaient indoubill, sorte de lingua franca combinant des emprunts à diverses langues sur fond de lingala. Ils sont à l’origine de la loi sur la délinquance de 1950 et de ses modifications de 1959 et 1978. Après 1960, ce nom désigne les assassins, bandits, repris de justice et anciens militaires – souvent des déserteurs – identifiés dans les quartiers. Ils agressent oralement et physiquement les jeunes des quartiers où ils vivent. Généralement, ils viennent de Barumbu, Lingwala, Kinshasa et Kitambo, de vieilles cités indigènes coloniales. Ils haïssent les intellectuels ou les jeunes qui vont à l’école. Ils organisent et participent aux coups de force, vols de quartier et agressions armées avec des ballados. Receleurs, ils revendent aux marchands à bas prix (dits prix mangondo) les objets volés avec le concours des jeunes bana shege ou ballados. Le coup organisé est appelé mission. Anciens ballados, ils s’imposent facilement par la violence armée sur les bandes de jeunes qu’ils manipulent.

Les bana mayi, les nouveaux caids (20-30 ans)

26Les jeunes kraneurs, des sans emplois, des escrocs qui aiment la belle vie, préfèrent s’appeler entre eux bana mayi. Ils sont constitués de bandes d’anciens ballados auxquelles se sont adjoints d’autres jeunes sans emploi, des musiciens et des drogués qui, sous divers prétextes, réussissent à extorquer de l’argent, du diamant, de l’or et autres biens. Ils y parviennent en utilisant différentes formes d’escroquerie contre divers groupes sociaux de Kinshasa. L’expression mwana mayi, difficilement traduisible, remonte aux activités commerciales précoloniales qui se déroulaient sur le fleuve, mayi, et au pacte de fraternité de sang. Durant la colonisation, elle désignait les indésirables et jeunes délinquants que l’administration renvoyait au village mais qui revenaient toujours. Cette expression porte en elle un défi moral, juridique et social à la société puisque son champ lexico-sémantique cerne l’accomplissement d’actes réprouvés. Cette expression générique louangeuse recouvre un certain nombre d’activités illégales et lucratives géographiquement localisées. Ainsi les bana Ndjili, de la commune du même nom, sont ceux qui contrefont les documents relatifs à l’émigration internationale : faux passeports et faux visas qu’ils revendent aux jeunes désireux de partir pour l’étranger. Il paraît qu’ils contrefont également la carte de résident des Etats-Unis. Les bana Matonge – du quartier du même nom – sont des ‘ambianceurs’ qui pratiquent le proxénétisme, l’homosexualité et la prostitution. Les bana Mangembo – aujourd’hui Kintambo – et bana Barumbu renvoient aux deux vieux quartiers des Bills, les délinquants qui violaient les filles, les enlevaient et les séquestraient. Ecoutons Lula :

Lula (londonienne)
Quand j’avais 13 ans, j’ai été déflorée par mon cousin qui vivait chez nous. Nous habitions une maison au camp Bakwanga. Papa était mécanicien de bateau. Nous avions une petite maison avec deux chambres à coucher. Les parents occupaient une pièce et tous les enfants l’autre. Nous dormions ensemble filles et garçons. Un jour, mon cousin m’a montré comment le faire. Puis j’ai pris goût et quand papa partait en voyage sur le bateau, je fuyais la maison. J’étais libre un peu. Puis un jour, des garçons du quartier Synkin m’ont kidnappée et enfermée dans leur château fort – bakangaki ngai prévenu. J’ai passé une semaine et demi. C’était drôle. Tous couchaient avec moi. Puis un jour, j’ai fui et je ne suis plus rentrée à la maison. Maintenant, j’ai grandi. Je connais la vie et c’est dur. Surtout quand je devais vivre seule. Puis j’ai rencontré Malou, une femme ndumba au marché de Lemba. Elle m’a prise chez elle puisque je ne pouvais plus rentrer chez nous. J’ai commencé a travailler avec elle. Je suis belle et jeune. Ca a vite marché. Elle prenait l’argent et me donnait à manger, m’achetait des choses et des habits. Les hommes m’aimaient puisque je suis jeune et j’ai de beaux seins. Mais quand je pense à toutes ces choses, j’ai envie de pleurer. C’est la vie. C’est passé. Maintenant je suis londonienne. Les blancs m’aiment et moi je le fais pour l’argent. Les blancs sont bien puisqu’ils ne me battent pas. On fume, on danse, on s’amuse, parfois avec deux ou trois. Ils paient bien.

27Les difficultés du transport urbain ont provoqué un mouvement des populations vers les deux communes de Kintambo et de Barumbu, reliées au centre ville par des routes principales et un service de transport urbain régulier. Cette demande en logement a occasionné une hausse du prix des loyers ayant entraîné l’institutionnalisation de la pratique des courtiers en logement qui a été suivie, dès 1993, de celle du déguerpissement administratif. Le courtier perçoit pour ses services – la recherche d’un logis – l’équivalent d’un mois de loyer que le client ajoute à la garantie locative. Les bana mayi s’organisent et présentent un faux propriétaire au client puis disparaissent avec l’argent encaissé. D’autres s’associent à des militaires et, ensemble, ils organisent des vols et agressions à main armée (cf. ‘Jeunes en uniforme’ ci-dessous). En un mot, est mwana mayi toute jeune personne qui réussit à faire un coup et à s’en tirer sans être arrêtée ni inquiétée par la justice ni par la victime.

Les kraneurs (au-delà de 30 ans)

28Ce nom dérive du mot ‘craner’, qui signifie en indoubill ‘se promener sans but, errer et visiter des amis’. Il désigne tout adulte sans emploi mais qui aime la musique, la danse, les femmes libres et un habillement chic. Cet adulte, père de famille, organise les bandes des jeunes ballados qu’il contrôle et qu’il affecte à des opérations de vol et autres missions. Homme distingué, il est trahi par son langage plein d’argot. Certains d’entre eux sont d’anciens ngiriba qui se sont convertis au trafic, c’est-à-dire l’exploitation, la possession, l’achat et la vente de produits interdits par l’Etat et que contrôlent la police, la sûreté d’état et les autres corps spécialisés. Il s’agit de mercure, diamant, or, drogue, cobalt, etc. Le kraneur vit aussi d’escroqueries et de commissions sur les affaires des haut-placés. Ceux-ci sont souvent ses ‘petits’, des cadets qu’il a connus ou qui lui ont été présentés par d’autres cadets. L’organisation d’un coup comprend deux phases principales : la conception et la mise en place dite mission et sa réalisation, dite coop, de coopérer ou coopération. Le kraneur est souvent une sorte de Don ou parrain qui embrigade des ballados et des ngiriba pour réaliser son coup. Son entourage le désigne sous l’expression de aza mystique : nul ne connaît la source de ses revenus mais il ne se porte jamais mal.

L’univers des jeunes de la rue

29La ville de Kinshasa, avec ses 24 zones (ou communes), surprend par la ségrégation et la hiérarchie de ses quartiers, pour reprendre l’expression de M. Pain (1984 : 213). La répartition coloniale entre ville européenne et cités indigènes est vétuste et ne suffit plus à rendre compte de l’occupation des espaces ni des activités des jeunes de la rue. Dans les anciens quartiers voisinent pauvres et nouveaux riches. Les quartiers pauvres voient fleurir de riches villas. Mais la périphérie demeure bâtie de façon médiocre, sans respect des normes d’urbanisme. Elle est souvent dépourvue d’eau courante et d’électricité. Cependant les différents quartiers de Kinshasa demeurent le reflet de la stratification sociale de sa population. De nouvelles communes se sont implantées à la périphérie tout en respectant cette logique de l’habitat en courte pointe – patchwork – qui tisse constamment le contraste riche/pauvre. Les belles maisons se cachent derrière des murs hauts de six mètres mais non loin grouille la population des démunis qui n’entend pas moins vivre. Comment y parvient-elle ? Les petits métiers, très prisés puisque constituant l’unique ‘secteur d’embauché’, fleurissent partout. La sagesse populaire ne déconsidère pas leur exercice même s’il est mené dans la rue : un savoir-faire, une activité, une spécialisation qui rapportent valent à ceux qui les pratiquent la reconnaissance de la société.

Les petits vendeurs et les ‘coups de pouce’

30Les petits vendeurs ambulants, âgés de 10 à 15 ans, circulent dans les rues de Kinshasa ; ils envahissent toutes les places publiques (bars, terrasses, marchés, lieux de deuil,…) où ils vendent des cigarettes, des petits pains, des aphrodisiaques en racine ou en fruit, des œufs durs, des arachides grillées, bouillies ou fraîches, etc. Ces vendeurs ne pénêtrent pas dans les enclos des particuliers à moins que les occupants ne les y invitent. Même certaines habitations transformées en nganda, buvettes illégales pour ‘les intimes et amis’, les tiennent le plus souvent à l’écart puisqu’elles font cuisine pour leurs clients. Ces jeunes circulent toute la journée et une partie de la nuit.

31Les coups de pouce sont des jeunes gens entre 12 et 20 ans qui se réunissent aux carrefours ou aux petits marchés, les wenze de chaque quartier, et au marché central de Kinshasa. Ils se ‘spécialisent’ dans les métiers les plus demandés : aide-peintres, aide-maçons, aide-charpentiers, électriciens, etc. Ils sont particulièrement attirés par la construction puisque ce secteur ‘ne chôme pas’. Ces jeunes gens sont engagés comme journaliers par des ‘patrons’ qui possèdent un ‘chantier’ (une maison ou quelque tâche en construction). Ils sont aussi recrutés par des ouvriers qualifiés ayant signé un contrat de travail avec des particuliers. Ils sont souvent affectés aux diverses tâches de construction. Les plus habiles d’entre eux finissent par apprendre le métier et s’imposent comme ouvriers qualifiés.

32Un second groupe de coups de pouce est constitué de joueurs de dame qui s’installent, dans les communes pauvres, aux endroits où le trafic routier-est intense. Chaque fois qu’une voiture tombe en panne, ils accourent pour aider : pousser la voiture, la protéger du vandalisme, etc. En retour, ils reçoivent un petit cachet. Souvent la somme n’excède pas cinq dollars pour le groupe. Cet ‘argent inattendu’ – mbongo ya horoscope – ne l’est point. Son partage peut déboucher sur une bagarre au sein de l’équipe. L’aide qui était jadis gratuite a été érigée en moyen de vivre.

Kadafi et Quado

33Proches des coups de pouce se situent les kadafi et les quado. L’appellation des premiers provient du nom du président libyen qui ravitaillait le Zaïre en pétrole en 1973, lors de la crise pétrolière. Au début, elle référait à la vente de carburant en bidons à la sauvette. Mais depuis 1987, on voit des jeunes se mettre au service d’adultes ayant accès à des approvisionnements en carburant. L’origine du produit importe peu, honnête ou pas ! Mais le jeune a la charge de vendre ce produit au marché noir et il en retire un pourcentage ou une rétribution. Parfois son père, chauffeur de l’administration publique ou d’une compagnie privée, soutire du carburant aux voitures de service et affecte son fils à sa vente. Les grands kadafi font des ‘affaires’ florissantes avec les propriétaires de stations-service. Ceux-ci revendent au marché noir le produit acquis au prix officiel. Le propriétaire de la station déclare son stock épuisé après en avoir vendu une petite partie. Ce subterfuge lui permet d’être en règle avec l’Etat ; puis le soir, avec l’aide de coups de pouce, il vide ses réservoirs et en revend le contenu au marché noir avec le concours des grands kadafi. Les kadafi figurent parmi les jeunes les plus exposés au danger – incendie, rafle par la gendarmerie ou l’armée, etc. Rompus au jeux de la corruption, ils parviennent toujours à se tirer d’affaire en soudoyant l’agent de l’ordre ou en lui assurant régulièrement un bidon de carburant gratuit comme passe-droit pour exercer sans tracasserie ce métier.

34Quado, le réparateur des chambres à air des voitures, tire son nom d’un Portugais qui, aujourd’hui décédé ou ayant quitté le Zaïre, exerçait ce métier à Kinshasa. La ville possède des milliers de voitures dont près de la moitié roule avec des pneus usagés ou rechapés. La profession de quado s’est ainsi vite implantée et elle est exercée par des jeunes dynamiques et brutaux. Ils se sont installés aux côtés des kadafi. Ou plutôt, ces derniers ne possédant pas de panneau publicitaire, la présence du quado, signalée le long des artères par un pneu ou une pile de pneus, signale aussi la présence de son double, le kadafi.

Rabatteurs des services de transport

  • 5 Nom donné à un camion transformé en bus et affecté au transport public.

35Cette activité est exercée par des jeunes de la rue qui travaillent aux différents arrêts de taxi et de bus. Appelés génériquement res à Kinshasa, le diminutif de ‘receveurs’, ils se rassemblent chaque matin dès 4 ou 5 heures au marché central qui fonctionne comme leur centre d’embauche par les chauffeurs. Ils œuvrent en groupe de deux ou trois personnes. Le receveur principal vend les billets et contrôle les clients à la descente. Le rabatteur crie la destination du bus pour y attirer des passagers. Au besoin il les force à prendre place à bord et à prendre patience lorqu’il est vide en leur racontant des histoires. Les receveurs des bus et autres fula fula5 sont des journaliers. Ils doivent la pérennité de leur emploi à leur habileté à remplir vite le véhicule et cette tâche devient l’aune de leur efficacité. Lorsque le receveur est jugé incapable, il est vite éconduit à mi-journée, flétri du qualificatif de ‘paresseux’. Ce qui l’oblige à changer de profession. Ces jeunes ont fini par s’organiser en groupe professionnel sans qu’ils ne parviennent à disposer d’un véritable syndicat qui en imposerait aux chauffeurs. Peine perdue, puisque le chauffeur lui-même n’est pas mieux protégé. Les patrons des bus et taxis sont souvent des haut placés dans la ville et ils les remercient selon leur bon vouloir.

36Il en va de même pour le rabatteur de taxi qui travaille sans salaire fixe. Lorsqu’il réussit à remplir un taxi – cinq ou six passagers par voiture – le chauffeur lui refile un ‘coca’. Souvent des chauffeurs malhonnêtes roulent ces jeunes en leur promettant de les payer au tour suivant ou bien ils s’échappent en démarrant sans crier gare. Ce sont souvent des receveurs de bus éconduits ou des jeunes en quête d’un peu d’argent à gagner sans beaucoup d’effort. Parfois, des receveurs en repos s’adonnent à cette occupation pour arrondir leurs gains lorsque leur bus ou leur fula fula est tombé en panne.

Les ‘pousse-pousseurs’ et les ‘petits du marché’

37Les difficultés de transport et le besoin d’une main d’œuvre à moindre coût ont poussé les Zaïrois à recourir au pousse-pousse, un chariot tiré ou poussé par une personne. Ce métier, honni des Kinois mais très sollicité, est l’apanage des jeunes migrants ruraux bawuta, venus des villages et régions voisinant Kinshasa et âgés de 18 à 30 ans. Les marchés constituent leur station. Ce travail de traction exige de la force musculaire et une santé de fer. Par contre, les plus jeunes, entre 10 et 15 ans, préfèrent s’adonner au métier de bapetit ya zando, jeune porteur du marché. Cette activité consiste à aider les femmes commerçantes à héler les clients, à débarquer la marchandise des pousse-pousse ou des taxis, à la ranger sur l’étal et parfois à fixer les tableaux indicateurs des prix. Ces jeunes sont récompensés par un repas ou un ‘petit déjeuner’ que la marchande leur offre, en plus d’un petit pourboire. Ces petits du marché vivent sur le marché même. Le soir, ils s’y abritent derrière les bâtiments ou se couchent sur les étals pour y passer la nuit. Tout risque de vol est exclu puisque le marché est un endroit où la justice populaire, très violente, intervient toujours avant que la police n’arrive sur les lieux du vol. Souvent le voleur succombe à l’hôpital suite aux coups reçus.

Drogue et prostitution

38La drogue et la prostitution à Kinshasa en milieu jeune a pris de l’ampleur dans les années 1980. Le chanvre indien – ndunda ya koyita, littéralement ‘légumes secs’ – est la drogue la plus populaire. Cultivé dans le potager domestique, il a toujours été consommé sans restriction dans les milieux familiaux, où les vieux le mélangent au tabac ou l’associent à la nourriture et au café. Il est même parfois incorporé à la nourriture donnée au chien le soir pour le rendre plus méchant. Les Bill ou Yanke – bandes de jeunes délinquants – et les musiciens qui le consomment l’ont répandu en vantant ses mérites : epesaka ba idée (stimule la création), okomona clair (tu deviens fort et puissant). Sa consommation dans les camps militaires est courante et les jeunes désœuvrés en consomment car ‘il donne le goût de vivre’ – epesaka pinch. Le chanvre stimule aussi la sexualité et donne le courage d’aborder les filles. Il aiguise l’appétit et pousse à la violence. Nous y reviendrons.

39Les boîtes de nuit internationales, fréquentées par les blancs – mindele – et les riches Zaïrois, sont des lieux où la prostitution des jeunes filles et l’homosexualité se pratiquent en association avec la drogue blanche et le trafic de devises. Cette prostitution ‘high class’ conduite dans la commune de Gombe et à Mbinza, deux quartiers riches et multiraciaux, est différente de la prostitution des milieux aisés ou populaires kinois. Les jeunes prostituées disposent de différentes appellations selon qu’elles travaillent dans l’un ou l’autre périmètre. La londonienne n’est pas une bwangaise : elle est bien maquillée et habillée en pantalon, ou en culotte avec des bottes ; elle n’utilise pas de décolorant de la peau (resal, kopakola) puisque ‘le blanc la préfère naturelle’, fumant la cigarette et buvant du whisky, etc. Elle connaît les tours de la sexualité à l’occidentale (partouse, fellation…). Elle parle le français, au besoin un peu d’anglais. Elle s’oppose à la bwangaise et à la femme libre adulte mwasi ya ndumba de la cité. Cette dernière ignore ou répugne à cette ‘commodification’ du comportement sexuel. Souvent aussi richement, sinon mieux habillée que la londonienne, cette femme stylée à l’africaine ne répond pas au goût du client blanc. La bwangaise quant à elle est une petite fille qui est prise pour une passe ou pour la nuit par un’ambianceur’. Elle s’oppose aussi à la ndumba, dite ‘femme libre’. Celle-ci est une prostituée disposant d’un logis et accueillant ses clients chez elle. Souvent, l’histoire de la vie des ndumba débute par une expérience de bwangaise et des abus de la part des bandes de jeunes (grossesse précoce, viol collectif, enlèvement, etc.) comme on l’a vu avec le récit de Lula.

40La prostitution des filles prend différentes figures et constitue parfois l’unique source de revenu dans certaines familles disposant de jeunes adolescentes entre 14 et 18 années. Parfois la fille débute aussitôt que son développement physique le permet. Beaucoup de filles-mères le sont devenues moins par curiosité sexuelle que par la pression parentale et la promiscuité qui règne dans la ville de Kinshasa. Le processus de production de la prostituée semble peu varier. La fille, alors élève, rencontre un écolier de son âge. Le manque d’information sexuelle aidant, elle se retrouve grosse, quitte l’école et est confiée à la famille du garçon. Ce mariage forcé – baenceintaki ye – finit par une rupture. Ayant la charge d’un enfant qu’elle doit nourrir, elle n’a pas d’autre ressource que son propre corps pour subvenir à ses besoins, surtout qu’elle a déshonoré sa famille. Une autre voie, apparue avec la crise économique, est le proxénétisme parental. Les parents poussent leur fille sur la rue. Lorsqu’elle ne rapporte pas d’argent à la maison le lendemain, elle est battue puisque la famille ‘n’a rien dans la casserole’.

41Kinshasa attire aussi les filles-mères d’autres villes du Zaïre qui y débarquent et s’installent dans la prostitution pour y gagner leur vie. Ces filles venant essentiellement de Kisangani et Mbandaka prennent le bateau pour aller découvrir ‘Kin la Belle’. Elles se placent sous la direction d’une cousine ou d’une parente qui gère leurs gains, avant parfois de se débrouiller seules.

Les fabricants des jouets artisanaux

42Une catégorie des jeunes créatifs évoluant dans une autre direction est composée des fabricants de jouets artisanaux. Ces jeunes recyclent des matériaux usagés qu’ils ramassent dans les décharges de Kingabwa et de Limete, deux quartiers industriels de Kinshasa. Ces jeunes, mettant parfois leur vie en danger avec les matériaux qu’ils manipulent, se constituent un petit entrepôt de fils de fer, de colorants, de plaques de métal, etc., qu’ils ramènent chez eux. Parfois ils se blessent. A Kintambo, nous avons visité un groupe de jeunes qui fabriquent des voitures, des vélos et des poupées en fil de fer. L’atelier est situé dans le vieux cimetière traversé par un ru. Ils y ont installé une sorte d’enclume qui leur permet de retordre, couper et aplatir du fil de fer à l’aide d’outils de fortune. Ce même instrument leur permet aussi de procéder au découpage des plaques de métal pour fabriquer des produits artisanaux tels que des mallettes, des hochets, des statues, etc. Ces objets artisanaux sont vendus aux touristes et autres enfants de riches. Ceux-ci les préfèrent aux jouets importés qui, étant de petite taille, ne leur offriraient pas une bonne immersion psychologique dans le monde imaginaire du jeu – disent-ils !

Les jeunes dans l’univers de la violence

43La violence ouverte des jeunes prend diverses formes et pratiques que nous examinerons tour à tour : la violence entre jeunes de la rue, la violence des jeunes en uniforme, la violence partisane (celle des milices politiques), la violence contre le faible et le pauvre, la violence symbolique et langagière, la justice populaire comme violence, la violence contre les biens publics et privés et la violence dans l’univers de la prostitution et de la drogue. Nous ne les avons rassemblées en ces différentes rubriques qu’afin d’éviter des redites car il n’y a pas de coupure nette entre elles : elles dépendent dans une large mesure des parcours individuels et des situations sociales ou familiales, tels celui de Bidos :

Bidos (garde civil)
Bidos est né en 1970. Son père était vieux lorsqu’il vint au monde, le dernier né d’une famille de sept enfants : deux filles et cinq garçons. Son père est retraité et sa mère, commerçante, tient une nganda où elle vend des boissons alcoolisées et du maboke, du poisson frais préparé dans une large feuille. Ses deux sœurs sont des ‘femmes libres’ et mères célibataires. En 1985, il découvre la sexualité et abandonne les études. Son père a épousé une seconde femme sans avoir divorcé de la mère de Bidos. Celui-ci se mit à voler la recette, à voyager entre deux villes avec des prostituées, à se battre dans les bars, etc. Il porte des cicatrices sur le corps. En 1988, son frère aîné, médecin, le fait arrêter et enrôler dans la garde civile. Il est envoyé à Kibomango, à 10 km de Kinshasa, pour des entraînements. Il s’échappe avec un fusil et un pistolet. Il sait qu’il est recherché. Il est arrête près de la Place de la Victoire dans un vol à main armée, en 1991, et jeté en prison. Il reconnaît avoir agressé des passants et les avoir délestés de leur bourse. Il nie appartenir à une quelconque bande.

La violence entre jeunes de la rue

44Il y a plusieurs aspects à la violence qui règne dans l’univers des jeunes de la rue mais ils se ramènent toujours à l’imposition de la volonté d’une personne sur un groupe ou à celle d’un groupe sur un autre selon une hiérarchie de supérieur à subalterne dans les rapports. La violence au sein d’une classe d’âge donnée est moindre que celle qui prévaut entre des classes différentes. La première relève des rapports de contrôle entre pairs au sein des bandes. La seconde relève de l’exercice du pouvoir d’un aîné sur une bande de plus jeunes. Elle est souvent conduite dans le but de les exploiter comme on l’a vu avec l’exemple des kraneurs qui embrigadent les plus jeunes et les affectent à des opérations de vol, d’agression, de vente des objets volés ou recelés, etc.

45Le proxénétisme des parents ou d’autres adultes contrôlant les bénéfices des jeunes filles et des petits vendeurs s’inscrit elle aussi dans cette logique : lorsque ces enfants échouent à un ‘coup’ ou rentrent bredouilles, ils sont soumis à des brimades, des brutalités, des injures, etc.

46Quant aux bandes de la rue, elles sont souvent indépendantes les unes des autres et s’opposent entre elles. Elles opèrent sur des secteurs bien déterminés qu’elles ne peuvent impunément déborder ou agrandir, surtout lorsque les activités qu’elles y mènent s’avèrent lucratives.

La violence des jeunes en uniforme

47En uniforme, les jeunes forment depuis 1961 la majeure partie des recrues et des hommes de troupes de l’armée zaïroise : l’armée postcoloniale a poursuivi la logique coloniale du recrutement par arrestation des jeunes sans emploi. Ce faisant, elle a réussi à dégoûter toute une strate de la population et compte très peu de volontaires, y compris parmi les officiers. Depuis 1975, beaucoup d’officiers supérieurs ont été enrôlés comme miliciens à la fin de leurs études universitaires et font partie de ce groupe d’aigris en uniforme. Comme au temps colonial, l’état-major général recrute en décrétant par suprise une ‘opération bouclage’ qui est officiellement présentée comme ‘arrestation des irréguliers’ des milieux urbains. L’armée embrigada ainsi en 1967, 1970, 1973 et 1976 des jeunes chômeurs de Kinshasa et de Lubumbashi qu’elle a acheminés dans différents camps militaires d’entraînement à Ekafela et Kota Koli à l’Equateur, à Kitona au Bas-Zaïre et au Camp Rive Gauche, à Kisangani. Ces jeunes gens ne pouvaient s’enfuir puisqu’ils ne connaissaient pas la région. Toutefois, ceux qui ont été arrêtés en 1976 et 1979 et acheminés à Lokandu au Maniema, à plus de 900 km de Kinshasa, regagnèrent la ville en semant la panique sur leur parcours. Ces opérations ont été parfois camouflées sous des projets agricoles jamais montés. En effet, l’objectif national fut d’avoir une armée forte de 60 000 hommes en 1980.

48Les soldats sont donc des jeunes gens doublement aigris : pour avoir abandonné leur vie urbaine et pour avoir été entraînés à haïr la population dont ils sont supposés assurer la protection. Ils se déchaînent lorsqu’ils en ont l’occasion puisque leur métier, très peu considéré socialement, les a tournés en parias de leur société. Ils déploient de la violence non seulement parce qu’ils ont été eux-mêmes violentés mais aussi parce qu’ils vivent dans des conditions inhumaines de promiscuité avec un salaire minable et, depuis 1990, irrégulièrement payé. Evalué à un dollar US fin 1996, ce salaire équivaut à un feu vert pour la violence dans une ville où une bouteille de bière coûte deux dollars et où ‘l’ambiance’ est le rêve de tout jeune mâle. Enfermé dans l’un des camps militaires situés en pleine ville, le jeune soldat ne peut rien s’offrir avec sa solde et doit se contenter d’envier la modernité, le luxe et la technologie que déploie l’arrogante bourgeoisie kinoise. Vivant dans ces conditions, ils ont retourné leurs armes et techniques de combat contre la population avec la bénédiction du pouvoir qui les encourage à considérer le civil ‘comme une chèvre’ puisqu’il ne marche pas en rang ; ‘ravir l’épouse d’un civil c’est lui apprendre à respecter l’uniforme et ses attributs de masculinité’, etc. La violence sous toutes ses formes, y compris l’immoralité et la corruption, constitue la logique d’action du militaire.

49La violence des jeunes en uniforme a été accrue par la volonté du président de la république de rajeunir l’armée. Cette volonté cache en fait les épurations régulières d’officiers menaçant la dictature une fois qu’ils ont conquis le respect et l’admiration des troupes. Ainsi l’armée a-t-elle vu ses différents corps successivement doublés par une division nouvelle conduisant à la déréliction de l’ancienne : la division Kamanyola de 1976-1978 a été remplacée par celle de Kota Koli en 1983 ; celle-ci l’a été par la Garde civile et, enfin, la Garde civile par la Division spéciale présidentielle en 1989, cette dernière réunissant différents bataillons composés des membres de l’ethnie de Mobutu. Ces différents corps militaires spécialisés vivent à Kinshasa et dans ses environs. La coopération militaire française avait mis en place une nouvelle compagnie de parachutistes au camp CETA à côté de l’aéroport de Ndjili : ce sont ces jeunes qui vont perpétrer les pillages du 23-24 septembre 1991 qui ont transformé Kinshasa en Saïgon des années 60-70. En 1992, la DSP opère sa ‘nuit des longs couteaux’ en tuant les éléments des autres divisions pour ‘rébellion politique’ et tentative de coup d’état en faveur de l’opposition. Cette terreur au sein même des forces armées est toujours menée par ses jeunes éléments.

50Suite à sa restructuration de 1989, l’armée s’est dotée d’une branche d’intervention rapide et de sécurité, la FIS – force d’intervention spéciale – dont la mission était de s’infiltrer partout, de semer le trouble et de sévir rapidement. Cette nouvelle branche de commandos urbains issus de la DSP a semé la panique dans Kinshasa lors des pillages de juin 1990. Ces jeunes gens entraînés à Kota Koli et à Kibomango, tuèrent à l’arme blanche. Ils ont opéré à plusieurs reprises sur les divers campus universitaires de Kinshasa. Ils ont violé et massacré des étudiants de l’Institut Pédagogique National et du Campus de Kinshasa (près de 200 morts) en 1989 et celui de l’Université de Lubumbashi en mai suivant. Une chose demeure certaine, l’armée zaïroise quelle que soit sa force de frappe et son effectif, n’a jamais gagné une seule victoire contre l’ennemi depuis l’indépendance. Toutefois elle est célèbre, au pays du moins, pour son harcèlement et sa violence dirigés contre la population civile.

51La violence des jeunes en uniforme répond à deux motifs majeurs : la survie du soldat zaïrois et les opérations tactiques du terrorisme urbain d’état. La violence pour les besoins de survie du militaire se limite à des actes isolés d’hommes en uniformes attaquant un passant ou un petit groupe de Kinois qu’ils détroussent. Ces actes ont rarement lieu loin de leur caserne puisque les militaires peuvent aussi se faire agresser par la population. Ces actes, quoiqu’isolés et individuels, ont vu leur fréquence augmenter avec la transition politique et suite à l’inflation qui a complètement érodé le pouvoir d’achat du fonctionnaire et du militaire. En revanche, les opérations de terrorisme politique se sont multipliées depuis 1985, avec l’accroissement du mécontentement général et le renforcement de l’opposition politique. Utilisant les jeunes des forces armées et des services de sécurité restructurés, Mobutu les emploie à dissuader la population du bien fondé du multipartisme politique en procédant à des enlèvements, des intimidations et des arrestations arbitraires. La torture devient sa meilleure arme. En 1990, suite à la proclamation de la démocratisation du régime, ces jeunes seront utilisés aux ‘opérations punitives’ contre les militants des partis politiques de l’opposition ayant déserté le MPR. Ces jeunes armés et véhiculés s’adonnent à cœur joie à l’attaque des résidences des dirigeants politiques, violant les épouses et les filles des opposants ou des anciens partisans de Mobutu. En 1991, est constituée une branche spéciale dite ‘Les hiboux’ dont les membres opèrent dans des jeeps 4x4 Mitsubishi aux vitres teintées : ils enlèvent, ils tuent et ils s’en vantent dans les débits de boissons. En 1994, la population qui a fini par les localiser, les traque et recourt à son tour à la violence comme acte de justice populaire.

La violence des milices politiques

52La violence partisane qui était déjà un élément du quotidien à Kinshasa lors des parties de football entre les trois équipes Vita Club, Imama Note Pembe et FC Bilima, depuis 1966, ne faisait pas de mort. Limitée au jet de cailloux sur le terrain et aux insultes de quelques fanatiques dirigées contre les joueurs de l’équipe perdante, la violence s’est politisée avec la contestation de la dictature de janvier 1988, puis elle s’est radicalisée en 1990 après la ‘mort’ du MPR parti-état. Jusqu’en 1992, aucun parti politique en dehors du MPR ne possédait une jeunesse ou une milice organisée dans la capitale. Cette milice du MPR, non-armée avant que Mobutu ne démissionne de son parti, était dirigée par H. Bolamba Bula, un colonel de l’armée formé en URSS, et rompue aux pratiques du terrorisme urbain. Cet officier et ses bandes de jeunes patrouillaient en armes dans Kinshasa et revendiquèrent le plasticage des presses des journaux Elima et Umoja. Ils attaquaient tout attroupement de jeunes de plus de quatre individus. La milice du MPR était constituée d’éléments du FIS et des Services de sécurité militaire auxquels il était adjoint quelques éléments de la défunte JMPR. Elle mena des actions terroristes uniquement dans la ville de Kinshasa. En 1991, Bolamba blessera à mort un étudiant de l’Ecole Supérieure de Commerce dans une altercation à propos d’un taxi, soulevant la hargne des étudiants qui brûleront sa maison. Cette même milice tuera net J. Kapenda au siège de l’UFERI-Kinshasa, ira ‘canonner’ la maison de F. Kibassa-Maliba tuant son fils en 1992 et commettra des méfaits semblables à ceux de l’armée qui, après le massacre des étudiants de Lubumbashi (1990), essayait de se faire oublier.

53Cette violence dans la capitale obligera les autres partis à créer, fin 1991, leurs propres milices politiques pour se défendre, elles aussi composées de jeunes sans emploi âgés de 20 à 30 ans. Elles ont pour tâche de protéger les leaders politiques plutôt que d’encadrer et d’organiser les manifestations et la jeunesse du parti. En effet, elles ont été créées pour répondre a l’agression des forces armées qui empêchent régulièrement les partis politiques opposés au MPR – dont Mobutu a repris la direction dès mai 1991 – d’organiser des manifestations et des marches pacifiques, des meetings populaires, etc. : les milices politiques affrontent les forces de l’ordre et la milice adverse du MPR. Elles servent aussi à protéger les habitations des leaders qui ne bénéficient d’aucune protection légale contre les incursions de l’armée que contrôle le MPR. Au premier semestre 1996, l’UDPS a connu une scission en deux ailes : l’aile E. Tshisekedi et l’aile F. Kibasa-Maliba, dont l’affrontement dans la rue par milices interposées n’a pas fait de victimes bien que la milice tshisekediste y ait été repoussée à coups de fusil.

La violence contre le faible et le pauvre

La violence estudiantine

54La violence contre les étudiants résulte des affrontements entre agents de l’ordre et étudiants. Depuis 1969, violences, agressions et attaques militaires scandent la vie des cités universitaires kinoises qui sont très politisées et infiltrées par les services de sécurité. Elles ont connu leur apogée entre 1988 et 1991. Sans rappeler tout le chapelet des incidents, il nous semble utile d’en évoquer certains dont la signification demeure traumatique pour les étudiants, leurs parents et la population kinoise. Ces incidents d’origine politique ont finalement conduit à des prises d’assaut répétées et à la fermeture des campus universitaires par l’armée. En avril 1991, les jeux d’argent – la bindomania – qui s’étaient développés en ville et qui attiraient riches et pauvres, se sont installés sur les campus universitaires avec des fonds supposés provenir de la présidence de la république. Cette action aurait visé à briser l’opposition politique fortement implantée en ce milieu. Durant deux mois, les étudiants refusèrent d’assister aux cours pour s’adonner à ces jeux : chacun pouvait devenir ‘millionnaire’. L’imagination populaire baptisa ce milieu de nouveaux faux-riches et leur luxe extravagant de ‘Koweit sur les rives de Kinshasa’. Puis le robinet se tarit, engloutissant leurs mises. L’arrêt du jeu, appelé pour la circonstance nguma, le serpent magique, précipita la violence estudiantine contre les autorités nationales et académiques. La police qui voulut y mettre fin fut prise à partie. Les étudiants s’emparèrent des autobus et se mirent à circuler en klaxonnant sur les artères de la capitale au cri de ‘bénévolat’. Un chassé-croisé avec la police s’en suivit. Ce jeu dura tout un mois, jusqu’à ce que des négociations sur les bourses et la reprise des cours eurent lieu.

55Un an après l’annonce de la démocratisation, la politisation des étudiants devint la préoccupation majeure du pouvoir en place. La violence débuta avec un passage à tabac de parlementaires zaïrois par un groupe d’étudiants qui leur reprocha d’avoir menti à la face du monde à propos du massacre des étudiants de Lubumbashi. La commission parlementaire venait en effet d’affirmer qu’il y avait eu effectivement ‘mort d’homme’, celle d’un seul étudiant, alors que tout le monde savait qu’il s’agissait d’un massacre. La réaction musclée du gouvernement et la montée de l’armée sur la colline de l’Université de Kinshasa pour punir ces ‘enfants mal polis’ suscitèrent des réactions en chaîne dans les quartiers où les campus universitaires sont localisés. Les étudiants de l’Université de Kinshasa s’en prirent au recteur dont ils détruisirent la maison. Ils agressèrent une série de professeurs accusés – à raison – d’appartenir aux services de sécurité. Ces derniers réussirent à retourner cette agression en un conflit interethnique entre les ‘Gens de l’Est’ et ‘Gens de l’Ouest’. Le recteur Bingoto démissionna.

56Des bagarres rangées éclatèrent entre étudiants et militaires puisque la gendarmerie ne put arrêter la vague de violence contagieuse déferlant des campus vers le centre ville. L’affrontement prit des proportions inattendues. Tous les instituts supérieurs furent envahis par l’armée et la garde civile, empêchant les étudiants de se regrouper pour marcher sur la ville et exiger le départ de Mobutu et de son gouvernement. Les étudiants du campus de l’Institut supérieur des techniques appliquées, ISTA, lancèrent des ‘cocktails molotov’ sur la garde civile. Ils se saisirent d’un membre de la garde civile qu’ils brûlèrent vif en lui enfilant autour du corps un pneu qu’ils incendièrent. Une semaine plus tard, des parachutistes sautèrent de nuit sur cet institut alors que les étudiants fatigués, peu vigilants et non habitués aux affres de la guerre, dormaient. Ils envahirent le campus endormi, se vengèrent en pillant et en délogeant à coups de matraques et de ceinturons les étudiants sous le regard de leurs officiers. L’ISTA fut fermé pour plusieurs mois et, en septembre suivant, les étudiants furent obligés de se réinscrire pour permettre à la justice de retrouver les meneurs de cette violence. Hélas sans succès.

Le dévoiement des cérémonies de deuil

57Depuis environ une décennie, la mort d’un jeune, fille ou garçon, est devenue une occasion pour les jeunes accompagnant le défunt au cimetière de violenter les passants croisant le cortège funèbre ou de leur ravir quelques sous. En effet, lorsqu’un jeune homme meurt, la tradition veut que les filles de son quartier s’enduisent le visage d’un peu de boue et vice-versa s’il s’agit d’une fille. Cette pratique, connue sous le nom de rituel ekobo, qui jadis se limitait à la famille du défunt, qui inscrivait le deuil comme une participation de l’époux ou de l’épouse au voyage de son âme vers le pays des ancêtres et qui s’accompagnait de jeux et de plaisanteries, a par la suite été mercantilisée. Des jeunes gens et jeunes filles ont tourné cette pratique religieuse en occasion d’extorquer de l’argent aux passants. Ils se mirent à agresser d’abord uniquement les filles et à tourner cette pratique en dérision : une fille bien habillée se retrouvait par exemple avec sa robe tachée de boue ; puis ils ont commencé à exiger une compensation financière de celles qui refusaient de se laisser maculer leurs vêtements. La pratique a enfin dégénéré en une extorsion systématique des fonds des passants dans la rue où un deuil se tient, la valeur symbolique du rituel ekobo disparaissant complètement. De l’huile de moteur usée a remplacé la boue, moins efficace pour forcer la bourse des passantes. Désormais, chaque fois qu’un jeune – fille ou garçon -meurt, tout le quartier est en émoi. La meute de jeunes délinquants se met en place et organise cette quête forcée. Elle l’effectue sur tout le parcours du cortège funèbre du domicile au cimetière et sur le chemin du retour. Elle est composée de filles et de garçons qui chantent des chansons obscènes et vindicatives. L’argent perçu est souvent affecté à l’achat d’alcool artisanal ou de chanvre et aux plaisirs du groupe.

La chasse aux Tutsi

58Bien avant le mouvement de la démocratisation, une tension existait entre les Tutsi, qui étaient appelés ‘Rwandais’ à Kinshasa, et le reste de la population de la ville. Les politiques ethnicistes du pouvoir de Mobutu et ses manipulations avaient fini par faire d’eux des boucs émissaires. Suite à l’ordonnance de 1981, ils perdirent la nationalité zaïroise qu’ils avaient acquise ‘en bloc’ en 1972 sans recensement ni demande écrite. En 1992, la Conférence nationale souveraine ne réussit point à trouver une solution équitable pour tous lorsqu’elle ferma ses portes. Quatre années plus tard, il s’ensuivait la déconfiture de l’armée zaïroise face aux rebelles Banyamulenge, Zaïrois d’origine Tutsi, qui ont pris les armes pour faire valoir leurs droits. Cette révolte coïncida avec l’attaque de l’armée de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Kinshasa, AFDL, dans l’est du pays. Ces deux agressions ont suscité un regain de violence orale en septembre 1996 à Kinshasa : le premier ministre d’origine Tutsi fut accusé au parlement d’être un étranger et un pilleur des richesses nationales et son gouvernement voué à la colère du peuple qui craignait une nouvelle tricherie du tandem Mobutu-Kengo. En novembre, la chute des villes du Kivu précipita la jeunesse de la rue contre les Tutsi. Ceux-ci ont été violentés, leurs femmes et filles violées. Ils durent s’échapper à Brazzaville. Leurs biens ont été pillés, leur maisons occupées par ces jeunes. Toutefois personne ne peut affirmer que cette violence a été conduite par les membres d’un parti politique déterminé. Les chiffres avancés sont contradictoires, variant de 2 000 à 3 000 personnes molestées, brimées et violentées. Cette violence évoque celles qui furent dirigées contre les Congolais en 1987 et les précédentes, en 1964 et 1971 contre les Maliens, Guinéens, Ghanéens et Sénégalais accusés d’exportation frauduleuse de diamant : des motifs socio-économiques guident toujours ce genre de violence.

La justice populaire

59L’insécurité et le manque de confiance dans une justice nationale corrompue et politisée ont amené la population à se rendre justice elle-même en matière de vol, viol et agression à main armée, surtout si l’acte se passe la nuit. Les jeunes des quartiers se sont érigés en vigiles spontanés. Ils sont disponibles et solidaires dans leurs actes de violence punitive dirigés contre d’autres jeunes agresseurs, militaires ou non. Un voleur nocturne ou un agresseur qui s’introduit dans une maison a peu de chances de s’en tirer vivant s’il est surpris et arrêté par ses victimes. Celles-ci appellent au secours, le voleur s’enfuit et, s’il est arrêté, nul ne pense à appeler la police. Les jeunes gens réclament du pétrole ou de l’essence, un fer à repasser chaud ou de l’huile bouillante. Ils battent le coupable, ils lui ‘repassent’ le corps – selon l’expression courante. Puis ils versent du pétrole dans son oreille et l’abandonnent à son sort. Le coupable, affirme-t-on. survit rarement au supplice. Aux yeux des gens, cette sanction est préférable à la rencontre du même agresseur le lendemain, après sa libération par un policier corrompu.

60Les accidents de la circulation déclenchent parfois une autre variété de justice populaire où la vindicte des passants se retourne contre le conducteur du véhicule ayant heurté un piéton. Les jeunes, témoins de l’accident se ruent sur les lieux, lapident le conducteur, saccagent le véhicule sans qu’aucun secours ne soit porté au blessé. Parfois le conducteur succombe alors que la personne heurtée s’en tire : tel a été le cas du Professeur Kadima Kamuleta :

La mort de Kadima K.
En 1989, le professeur Kadima Kamuleta roulait à bord de sa voiture avec deux autres collègues. Au niveau du quartier Mbinza IPN, il heurta un petit enfant qui traversait imprudemment la rue. Kadima arrêta la voiture et voulut porter secours à l’enfant. Ses collègues lui intimèrent l’ordre de continuer et d’aller se réfugier au poste de police le plus proche. Kadima refusa de laisser cet enfant inerte au sol et sortit de sa voiture arrêtée à quelques dix mètres du lieu de l’accident. Lorsqu’il s’avança vers l’enfant, un jeune homme, vendeur dans une boutique à proximité, prit une grosse pierre et la lui lança à la tête. Kadima mourut sur place. L’enfant se releva, un peu étourdi, et puis disparut. La police a arrêté le jeune homme et l’a déféré au tribunal pour assassinat.

61Les conducteurs avertis n’arrêtent jamais leur véhicule pour secourir un blessé ou attendre le constat de la police. En revanche, un conducteur honnête qui s’arrête ne devra son salut qu’à la fuite ou alors il devra se réfugier au poste de police le plus proche.

Les ‘déguerpissement administratifs’

62Il s’agit d’un nouveau vocable apparu en 1993 à Kinshasa. Quoi que cette mesure existe dans la loi zaïroise où elle est appelée ‘délogement administratif et dirigée contre les locataires insolvables, elle n’intervient qu’après épuisement d’une procédure longue de plusieurs mois débouchant sur un rendu de jugement du tribunal de paix. Le ‘déguerpissement administratif’, beaucoup plus expéditif, l’a remplacée et s’effectue sous le signe de la violence des jeunes dans l’irrespect de la loi. L’inflation galopante et le manque de logements ont poussé les bailleurs à exiger du futur locataire une avance de six mois, voire d’un an de loyer payable en dollars. Lorsque le loyer est payé en monnaie locale, ils le réajustent au taux de change en vigueur. Cette pratique mercantiliste a conduit à la spéculation et au chantage. Des propriétaires partent en guerre contre le locataire qu’ils veulent déloger sans respecter la loi ou qu’ils veulent remplacer par un autre lorsqu’ils ont besoin d’argent. Moyennant un pot de vin, ils obtiennent une note signée et munie d’un tampon de la commune pour procéder à l’expulsion du locataire indésirable. Ils paient une bande de jeunes du quartier qui procède au délogement de l’indésirable en cassant sa porte et en mettant ses effets à la rue. L’Etat essaie timidement de lutter contre ce fléau qui n’est qu’un moyen de renflouer la bourse de propriétaires peu scrupuleux.

La violence symbolique et langagière

63La violence symbolique et langagière a pris de l’ampleur. Jadis limitée à la critique des conduites réprouvées socialement, cette forme de pratique éducative – mbwakela – a été travestie dès 1970 par la musique des jeunes qui reprend souvent des scènes de la rue et les amplifie. Les jeunes Kinois maîtrisant l’Indoubill créent des syntagmes injurieux et licencieux tirés d’autres langues pour produire des expressions et des petites poésies ad hoc qui passent dans les chansons. Ainsi la musique est-elle devenue un lieu où la violence orale des chansons est incarnée par la danse. Cette violence est souvent dirigée contre des individus ou contre la société et ses différentes classes. La musique zaïroise comporte souvent une séquence, dénommée sebene, au cours de laquelle un animateur – ataraku – lance des cris qui sont des expressions leitmotiv à travers lesquelles il défie les danseurs, l’audience et la société en général.

64Ces expressions pleines d’images et de figures de style appartiennent au champ des injures rituelles. Elles sont légion dans les milieux des enfants de la rue où deux jeunes échangent de telles injures jusqu’à épuisement de leur imagination. Les bana shege en créent eux aussi qu’ils adressent aux passantes lorsqu’ils n’obtiennent rien d’elles ou lorsque celles-ci, excédées par leur témérité, les repoussent. Ils transforment leurs campagnes de mendicité en parties d’injures rituelles. Une portion de leur repertoire est d’ailleurs reprise comme cris dans la musique zaïroise avec une signification voilée ou altérée. Les orchestres Zaiko Langa Langa de Nyoka Longo, l’orchestre Anti-Choc de Bozi Boziana, l’Empire Bakuba avec Pépé Kallé et Djuna Mumbafu ainsi que Koffi Olomide et son Quartier Latin sont les plus connus pour leur utilisation des injures rituelles et de la violence langagière dans leur performance. Leurs apostrophes ont par exemple pour noms :

65Saddam Hussein. Ce cri renvoie à toutes sortes d’abus et aux violences que le fils de Mobutu commet dans la société zaïroise puisqu’il possède de l’argent, des armes et du pouvoir : ce benjamin d’un premier lit et ancien officier de l’armée vit de l’impunité que lui assure son statut de fils du dictateur. Il viole, tue et s’empare de ce qu’il veut comme l’indiquent les deux témoignages suivants.

Kongulu est un jeune garçon qui est violent. L’autre jour, il est venu dans notre quartier. Vous savez, c’est le fils de Mobutu. Il voulait sortir avec T. Elle est fiancée. Elle est la fille d’un major. Puisqu’elle ne voulait pas de lui, il a tiré sur la fille. Elle est morte. Il a blessé aussi sa mère. Lorsque son père est revenu, il a pris son fusil et a cherché Saddam Hussein. Il a tiré sur lui et l’a raté. Mais l’armée est revenue pour l’arrêter et on ne sait pas ce qui lui est arrivé. Non. C’est son frère Manda qui amené l’armée pour se venger.
Saddam Hussein est un grand ambianceur. Il voulait que l’orchestre Wenge Musica le lance [utilise son nom dans ses cris]. Mais ces jeunes gens ne voulaient pas. Il les a fait arrêter, puis il a confisqué leurs instruments. Après ils ont accepté de le lancer. C’est comme ça il est bien avec eux. Ce sont maintenant des amis. Ils se disputaient une même fille avec JB Mpiana. Mais lui a gagné : c’est le fils du grand chacal.

66Soda aza kosepala la guerre, mokonzi aza kozela losako ‘Le militaire n’est content qu’en période de guerre, son supérieur attend toujours le salut’. Ce cri figure les relations de complicité entre le soldat, homme du rang, et son supérieur pour détrousser les citoyens. Le jeune en uniforme doit rançonner et violenter la population afin qu’il rapporte de l’argent à son supérieur. La danse imite la marche au pas du militaire et le geste du salut militaire, signe d’obéissance aveugle aux ordres reçus même s’ils sont contraires à la morale et à l’éthique du soldat.

67Bayanke bayibi mapapa y a Wara ‘Les Yanke (ici ballados) ont volé les sandales du musulman venu d’Afrique de l’ouest’. Ce cri renvoie à des pratiques apparues vers 1990. Lorsque les musulmans se rendent à la prière du vendredi à la mosquée, ils sont richement habillés : les ballados leur volent leurs belles sandales pour les revendre au marché. Le cri salue plutôt cette audacieuse action des Kinois que la danse met en scène sans omettre le désespoir des musulmans appelant vainement Allah à leur secours.

68Bana Lunda : Oy’akomela amela, oy’akobina abina. Ya pamba, ya pamba’ ‘Que celui qui veut boire, boive ; que celui qui veut danser, danse. Tout est gratuit !’ C’est la pratique de l’ostentation du jeune trafiquant de diamant qui revient de Kahemba ou d’Angola les poches pleines de dollars américains. Il dépense cet argent dans la boisson, les femmes et l’habillement élégant. Leur bar préféré est le ‘Vata Vata’, littéralement ‘La grande cour du village’, situé à Matonge. La bouche populaire affirme que les Bana Lunda gagnent cet argent en recourant à la sorcellerie. Ils ensorcellent les filles qu’ils aguichent, couchent avec elles et les ‘utilisent’ pour acquérir ‘la chance’. Voilà pourquoi ils ne deviennent pas riches et s’embrouillent avec l’argent. Ils doivent dépenser tout leur gain en plaisir de la chair.

69Masta abundaka te ! ‘Le jeune homme de bonne éducation ne se bat pas’ [même lorsqu’il est provoqué par des jeunes de la rue]. Le retour de cette expression vieille de plus de 40 années marque une tentative isolée de réagir contre le montée du phénomène de la violence dans la ville de Kinshasa. Le trio Pépé Felly, Luciana et Carlito a tenté de lutter contre ce courant. Il s’est installé dans la dialectique inverse en recourant à la même rhétorique de la rue : il utilise le mot Masta comme une figure antithétique à celle de Saddam Hussein et des bana lunda. Ce cri interpelle les jeunes à lutter contre la violence. Le titre de la chanson est ‘A bas la violence’.

70Ainsi trouve-t-on dans ces formules syntagmatiques et les danses qui leur sont associées un univers culturel où la violence de la jeunesse est présentée comme un idéal et un modèle de réussite urbaine, une éthique des antivaleurs de la rue à laquelle la jeunesse urbaine s’abreuve, mais aussi, il est important de le souligner, une distanciation satirique salutaire.

La violence liée à ‘l’ambiance’ et à la drogue

71Des bandes de jeunes exploitants de diamants ou de trafiquants en produits pétroliers, d’autres en uniforme, âgés de 20 à 30 ans, fréquentent actuellement différents bars où ils dépensent l’argent gagné par la violence, l’escroquerie et les rapines menées contre les populations civiles. Ces Bana Lunda effectuent de longs et périlleux voyages à Kahemba et en Angola, où ils échangent des produits manufacturés (radios, télévisions, musique zaïroise en cassettes, vidéo et disques) contre des diamants qu’ils viennent revendre à Kahemba ou à Kinshasa.

72Certains jeunes militaires, mal payés, se sont constitués en gardes du corps privés – chocs – des riches, politiciens et autres blancs qui les rétribuent en dollars. Ils utilisent l’uniforme et l’arme de service à la fois comme symboles de puissance et moyens de dissuasion pour éloigner les éventuels agresseurs. Mais lorsqu’un coup est monté, ils sont de mèche avec un ngiriba ou un kraneur auquel ils ont fourni l’information complète sur les produits, les sommes d’argent et autres bijoux du maître trahi. Ces bandes de jeunes ‘s’ambiancent’ en débauchant des filles mineures, vendent et fument du chanvre. Ils mènent une vie où les bagarres, le viol et les dépenses ostentatoires occupent une place de choix. Ils agressent quiconque voudrait les remettre à la raison ou se mettre en travers du chemin des bana lunda tels les parents d’une fille convoitée ou le fiancé sans le sous. Leur violence rejoint celle de Saddam Hussein.

Le vandalisme

73Les actes de vandalisme contre les biens publics, particulièrement les immeubles et leur contenu, ne connaissent pas de limite. Au Zaïre, le respect du bien public a disparu de chez les jeunes. Les écoles et autres bâtiments publics, lorsqu’ils ne sont pas gardés par des militaires armés, sont ‘cannibalises’. Isolément ou en bandes dirigées par un adulte, de jeunes pillards cassent les vitres et volent les meubles, s’y soulagent, démontent les tôles, les fenêtres, la charpente et autres matériaux disponibles qu’ils vont revendre sur le marché. La clientèle, se les procurant à bas prix, ne les dénonce pas plus qu’elle ne s’en offusque : les deux parties font une bonne affaire.

74Cette manière de faire ne surprend plus. Les garages et les véhicules de l’administration publique servent souvent de magasins de ‘pièces de rechange’ où les chauffeurs et les mécaniciens subtilisent des pièces qu’ils revendent à ceux qui les recherchent. Cette ‘cannibalisation’ du bien public s’est étendue aux voitures privées. Lorsqu’une voiture est stationnée dans les quartiers populaires, les jeunes s’affairent autour du véhicule : ils cassent une vitre et s’emparent du contenu de la boite à gants, des objets laissés sur la banquette arrière, de la veste accrochée, etc. Parfois ils siphonnent le carburant qui n’est pas protégé par une serrure ; puis ils le revendent au propriétaire en qualité de kadafi. Les phares, les enjoliveurs et autres pièces facilement démontables sont vite retirées avant que le propriétaire ne revienne. Ce genre de vol, initialement nocturne, est aujourd’hui fréquent en pleine journée au centre ville et leurs auteurs opèrent impunément puisqu’ils brandissent la menace de vengeance contre toute personne qui ‘vendrait la mèche’. Ces vols ont poussé les propriétaires de voitures à engager de jeunes gardiens qu’ils rétribuent pour éviter d’être victimes d’actes de vandalisme. Certaines cours de la maison communale et de la gendarmerie locale de Lingwala, Matete, Bandalungwa et Lemba ont été transformées en parc à voitures nocturnes. Les propriétaires s’y acquittent d’une taxe que la gendarmerie perçoit illégalement puisqu’elle ne la déclare jamais.

Données quantitatives

  • 6 ‘INS activities to date have only a minimal impact on the nation’s data problems. […] INS faciliti (...)

75L’institutionnalisation en 1974 du MPR comme parti-état, a porté un coup fatal à l’administration zaïroise et donc à la tenue de statistiques. Cette décision et son application ont ruiné la carrière du fonctionnaire affable, honnête et compétent. Celui-ci a été remplacé par le militant dont seul le degré d’adhésion au mobutisme détermine la promotion. Cette pratique a entraîné le sous-développement de l’administration publique auquel les mesures d’ajustement structurel de la Banque Mondiale et du FMI ont donné un sérieux coup. Les bureaux de police, des services de justice et les municipalités ne tiennent plus de statistiques. Les pillages du 23-24 septembre 1991 ont donné un coup de grâce à cette ‘maladie coloniale’. L’Institut national de la statistique, INS, déjà en difficulté et inadapté à ses objectifs faute de moyens,6 a perdu toutes ses données mais tente actuellement de les reconstituer avec l’aide de l’UNICEF, du PNUD, du FNUAP, etc. Les résultats du recensement de la population zaïroise de 1984 (INS & PNUD, 1991 : 227-261) et les estimations démographiques conduites en vue des élections (Ngondo, de Saint-Moulin et Tambashe, 1992 : 487-506) constituent les deux seules sources officielles récentes sur la population de Kinshasa ; elles sont complétées par les données contenues dans divers rapports de l’UNICEF (1989), l’Institut supérieur de sciences du travail, ISST et la Banque mondiale (1989).

76Evaluée à 100 000 habitants en 1945, la population de Kinshasa passe à 2 664 000 habitants en 1984 et à 4 655 313 habitants en 1994. Elle représente 31 % de la population urbaine du pays. Le nombre de jeunes Zaïrois de moins de 30 ans est de l’ordre de 73,5 % de la population totale, soit 22 979 000 habitants.

77La répartition selon l’état matrimonial des populations de 15 ans et plus résidant à Kinshasa en 1984 se présente ainsi : 50,6 % sont célibataires, 39,1 % mariés monogamiques, 1,7 % mariés polygamiques, 3,5 % d’unis de faits, 2,4 % de veufs et 2,7 % de divorcés et séparés. La migration dans la ville de Kinshasa est très élevée : 60,7 % des Kinois sont natifs de la ville contre 39,3 % nés ailleurs. Cette proportion s’est cependant réduite par rapport à ce qu’elle était il y a une trentaine d’années : sur une population de 737 190 habitants, 367 550 étaient des immigrants contre 389 640 de natifs.

Tableau n°1. Taux de scolarisation à Kinshasa en pourcentage par sexe et par groupes d’âge

Tableau n°1. Taux de scolarisation à Kinshasa en pourcentage par sexe et par groupes d’âge
  • 7 Deux difficultés majeures ont surgi au cours de cette recherche : certains bureaux de police ont r (...)

78S’agissant des enfants et des jeunes dans la rue, les statistiques sont presque toutes anciennes et partielles et le Département de la justice ne dispose d’aucune statistique relative aux jeunes de la capitale. Une enquête conduite en 1986 par K. Kadiambiye et M. Mpanga (BASE, 1988 : 67-87) dans les différents postes de police (Brigade mobile, BSRS) de 14 communes et dans les prisons de Makala et de Ndolo recense 105 jeunes âgés de 8 à 18 ans, 87 garçons et 18 filles. Deux Angolais et un Centrafricain figurent parmi eux. Nos enquêtes dans les mêmes lieux, conduites par Dévé Mutanda, ont donné un chiffre en deçà, soit 65, mais sans plus de précisions.7

79Lenoir Nimy (BASE, 1988 : 230-231), travaillant pour l’ONG Aide à l’Enfance Défavorisée, signale qu’en 1985, sur 100 enfants de la rue invités à un débat sur leur vie quotidienne, 13 prostituées étaient recensées contre 87 garçons répartis en 22 cireurs, 17 loqueurs (nettoyeurs de voitures), 13 phaseurs (fumeurs de chanvre), 18 balayeurs du marché central, 21 mendiants, 17 gardiens de voitures, 19 porteurs et 10 choqueurs (voleurs).

80En 1988, Masiala ma Solo (1990 : 40-41) a mené une enquête sur les garçons de 11 communes de Kinshasa : Kintambo, Bandalungwa, Ngaliema, Gombe, Bumbu, Barumbu, Lingwala, Masina, Kingasani, Selembao et Makala. 78 % d’entre eux proviennent des quartiers périphériques non encore urbanisés tandis que 22 % habitent les quartiers planifiés et les vieilles cités du centre. Son échantillon d’enfants dans la rue et dans les deux centres de rééducation de Kinshasa comporte 1 080 jeunes : 685 dans la rue, 214 au centre de Madimba et 181 dans celui de Mbenseke-Futi, la répartition par âge étant la suivante :

Tableau n°2. Répartition par âge d’enfants dans la rue et dans les deux centres de rééducation

Tableau n°2. Répartition par âge d’enfants dans la rue et dans les deux centres de rééducation

81En 1989, Lenoir Nimy rapporte les statistiques suivantes pour le compte de l’Aide à l’Enfance Défavorisée : sur 394 jeunes suivis au marché central en 1987, 33,92 % sont âgés de 16 à 20 ans, 30,2 % de 21 à 25 ans, 19,28 % de 11 à 15 ans, 4,56 % de 26 ans et plus et 1,01 % ignorent leur âge. 10,91 % n’ont jamais été à l’école, 18,78 % ont fait la première année de l’enseignement primaire, 21,06 % la deuxième et 27,41 % la troisième ; 17,25 % étaient en première année du cycle secondaire et 2,03 % en 3e et 5e secondaire. Quant à la situation familiale, 40 % proviennent de parents unis, 42,38 % des parents divorcés, 13,70 % ont perdu un parent et 2,29 les deux (Nimy, 1989).

Elaboration d’un cadre conceptuel et analytique

82Notre catégorisation des différentes pratiques violentes des jeunes de la rue livre une première approximation de conceptualisation du phénomène. En interprétant la violence des jeunes Kinois dans le cadre conceptuel de J. Galtung (cf. plus haut), on voit combien elle s’est solidement installée dans la culture politique au Zaïre autant qu’elle est fondatrice de la culture de la rue. La trilogie ‘agression, crime et violence’ – même si au fond elle renferme une tautologie puisqu’elle se réduit à l’unique violence et ses différentes modalités – renferme la dialectique constructrice d’un quotidien urbain qui a atteint son paroxysme avec la démocratisation. Des actes naguère isolés, réprimés et parfois désapprouvés par la collectivité ont vu leur cote augmenter suite aux opérations de répression des services de sécurité semant à dessein une insécurité généralisée. Ces ‘brigades de la mort’ effectuent des incursions dans les quartiers populaires à la recherche des opposants politiques qu’elles violentent, au sens propre comme au sens figuré. La puissance du pouvoir politique est démontrée par les arrestations arbitraires, le vandalisme et le meurtre. Menées ouvertement, ces opérations criminelles ont d’abord été contestées au travers d’une série de ‘locutions sentencieuses’ marquant la résistance populaire contre la violence étatique : ‘Lya maîtrise’, ‘Calme etonga Sozacom’ et ‘Calme eleki Mont Ngaliema’. Ces métaphores de la résistance populaire (1980-1990) même si elles dénotaient une certaine soumission passive à l’autorité politique, n’en transmettaient pas moins simultanément un message de révolte contre cette violence gratuite et la suppression de la liberté d’opinion politique et religieuse. D’autre part, la crise économique, le manque d’emploi et la misère ont poussé à la fois les jeunes des forces de l’ordre et ceux de la rue à privilégier les agressions, les crimes et la violence (sous toutes ses formes) comme moyen de vivre. Cette culture de la violence, née de raisons différentes et opposées, s’imposa et se construisit comme étant le fruit d’un choix existentiel d’une grande fraction des jeunes Kinois. La trilogie ‘agression, crime et violence’ devient paradoxalement et la trame de la culture de la rue et la forme du système politique décadent ruinant la base même du concept d’Etat comme res publicae ; elle le retourna en une monstruosité juridique avec la transition démocratique et son multipartisme (1990-1996). Dès lors, la violence s’afficha plus visiblement et de manière ostentatoire dans la rue avec les jeunes en uniforme, les bandes de jeunes de la rue (permanentes ou spontanées), les milices politiques et les étudiants.

Modèle causal

83La culture de la rue traduit l’échec des politiques nationales de développement et la négligence de la protection de l’enfance malgré l’alignement du Zaïre sur les conventions internationales relatives à cette catégorie sociale. La situation de la jeunesse zaïroise et la culture de la rue ne surprennent pas le chercheur en culture populaire. Celle-ci informe mieux que tout discours politique, toute statistique ou tout compte-rendu d’ONG s’occupant de ce groupe social. La culture populaire est construite par les classes populaires à l’aide d’un langage, de systèmes de valeurs et de concepts rendant compte de leurs réalités. La société zaïroise est avant tout une société où le peuple ‘se débrouille’ à tous les niveaux d’organisation, locale et nationale, de la vie économique et sociale. Seule la bourgeoisie nationale pourrait affirmer reposer sur l’Etat pour se maintenir et se reproduire alors que le peuple, pour survivre, s’oppose à l’Etat et invente sa raison d’être dans cette dialectique de la non-existence de l’Etat. La bourgeoisie politique qui a confisqué l’Etat, l’a tourné en moyen d’enrichissement pour la minorité et en appareil de domination et d’oppression – la violence étatique – contre le peuple. Tout essai d’explication de la culture de la rue et de ses valeurs par un modèle causal interrogerait d’abord les raisons politiques et économiques qu’ont créées les conditions historiques particulières du Zaïre. Ce paragraphe cherche à intégrer cette réalité socio-politique, économique et culturelle dans le modèle causal.

84Des études de cas et des modèles d’interprétation de la violence urbaine et de ses causes en Afrique commencent à voir le jour (cf. les publications de l’IFRA en particulier). Toutefois la mise en garde méthodologique d’E. Osaghae selon laquelle certains cas de violence restent opaques même après analyse de leurs facteurs catalyseurs, de leur contexte et de leur l’histoire, interpelle le chercheur. En effet, ‘les facteurs déclenchant la violence ne peuvent être saisis que par l’étude de cas’ (Osaghae, 1994 : 41). La recherche du ‘trigger issue’ – le facteur détonateur – dans la situation de Kinshasa nous amène à approcher et à penser sa violence selon deux types de modèles complémentaires : le modèle empirique ou factuel et le modèle structurel. Privilégiant l’étude de cas, le premier modèle relève d’une approche où la violence surgirait comme un acte posé dans des conditions particulières et déterminé par des facteurs précis. Le second modèle recherche une explication globale et cohérente qui donnerait une signification à la violence dans l’univers du vécu quotidien et existentiel des jeunes. Il recourt à un cadre épistémologique qui permet de rendre compte de la violence comme une historicité, une construction dont les divers mécanismes échappent parfois aux acteurs mais structurent leurs comportement. Ces mécanismes s’articulent entre eux et ont fini par installer cette violence structurelle au sein de la société non comme une distorsion ou une pathologie sociale mais comme un ordre articulé, une formalité des pratiques opérant dans le corps social. Ce modèle récuse toute interprétation éthique dans sa formalisation.

Le modèle empirique : l’étude de cas

85La société zaïroise, consciente du malaise social que vit sa jeunesse urbaine et qu’elle vit elle-même, y consacre des journées de réflexion depuis près de 20 ans. En 1978, la société des moralistes avait déjà dressé un réquisitoire basé sur la crise morale dont les effets touchent la jeunesse. Elle avançait comme causes le déséquilibre de la société, la négligence coupable de l’éducation et de l’enseignement, l’absolutisation de l’argent (de l’avoir, du pouvoir et du valoir), les pertes des valeurs de l’Absolu et la dégradation de la situation économique (AMOZA, 1988 : 121-125). En 1989, Mukuama note que les enfants vont dans la rue parce qu’ils jugent les ‘parents incapables matériellement et spirituellement d’apporter des solutions aux problèmes qui les préoccupent’ (Mukuama, 1989 : 4-5). M. L. Mweya avance quant à lui les facteurs socio-économiques et le manque d’une pratique morale ou religieuse chez les parents, dans les loisirs et les distractions mal contrôlées des enfants, la taille de la famille (famille nombreuse et solidarité familiale) et l’influence des bandes d’enfants de la rue. Il y ajoute les causes politiques et la rébellion. K. Kalonji enfin dénonce la démission des parents, la désunion des foyers, l’irresponsabilité des tuteurs (oncles, tantes, grands frères et sœurs) (Kalonji, 1996).

86Notre propre étude nous conduit à mettre en cause les facteurs qui suivent.

Le chômage

87Le chômage des jeunes est un fléau à Kinshasa depuis 1950. Il est provoqué par des causes exogènes et endogènes de nature structurelle et permanente que sont le taux de natalité et le tarissement des sources de nouveaux investissements. En 1960, la jonction établie entre les jeunes désœuvrés nés en ville et ceux issus de la campagne a aggravé une situation déjà préoccupante (Manwana 1987 :599). Après l’indépendance, la faible reprise des années 1970-1974, a été suivie d’une crise généralisée dont le pays ne s’est pas encore relevé. L’évolution de l’emploi dans les secteurs public, parapublic et privé reflète cette situation : l’Etat demeure le plus gros employeur avec 446 100 personnes en 1984 contre 211 110 en 1970. L’administration subira une réduction de son personnel de 32 % à la suite des politiques d’ajustement structurel. Le secteur privé et parapublic enregistre une grande instabilité : de 949 080 en 1973, son personnel ne cesse de régresser et passe à 887 000 en 1984, soit 93 % du niveau en 1973. Les projections de l’ISST à l’époque sont sombres pour le secteur formel, affirmant qu’en 1990 il ne pourra employer que 1226 700 personnes, dont 3 % de femmes, sur une population de près de 40 000 000. En revanche, le secteur informel, employant en milieu urbain 2 000 000 de personnes en 1985, passera à 7 576 000 individus (3 944 000 hommes et 3 662 000 femmes), laissant présager que le nombre de chômeurs urbains aura passé de 1 561 000 en 1985 à 2 124 000 en 1990, soit 37 % de la population urbaine active (Mwanwana, 1987 : 606-609). L’extraversion de l’économie zaïroise empêche la formation d’un marché intérieur et la création d’emplois mieux rémunérés qui permettraient une vie de famille décente.

Les guerres et la course au pouvoir

88Dès l’indépendance, la course au pouvoir a entraîné des conflits ethniques dont les retombées ont été le déplacement des populations urbaines et paysannes de ‘l’interland’ vers la capitale. Nombreux sont les enfants qui sont arrivés à Kinshasa entre 1962 et 1970 sans parents. Cet exode a convoyé des milliers d’orphelins sans qu’une structure d’encadrement efficace ne soit mise en place (Coppiers’t Wallant, 1992). Les guerres elles-mêmes constituent une autre cause de la reproduction de la violence : les armées régulières et rebelles lèvent les jeunes de 12 à 18 ans et leur apprennent à haïr et à tuer. Une fois la guerre finie, ces jeunes gens ne parviennent plus à se reclasser et se lancent dans divers actes de violence urbaine. En janvier 1997, le général B. Likulia, ministre de la défense et professeur de droit, en appelait encore aux jeunes Zaïrois de 15 à 18 ans à Kinshasa pour qu’ils s’enrôlent dans l’armée afin d’aller au front de l’Est ouvert en septembre 1996. Cette pratique n’offre à la jeunesse aucune chance d’épanouissement comme l’ont illustré les guerres des années 1960-1967. Au contraire, elle perpétue la reproduction des pratiques de la violence contre la population au détriment d’une dynamique de négociation politique et de réconciliation. Elle est en contradiction avec la philosophie et les principes de la démocratie et de la transition démocratique en cours au Zaïre. Depuis 1959, le ‘rebelle’ et l’opposant politique ne sont jamais perçus comme nos frères et concurrents politiques mais ils constituent nos ennemis mortels, même après la réconciliation. Les jeunes gens qui avaient intégré les forces katangaises ou d’autres forces en rébellion ont été tués sous couvert de ‘pacification’, de ‘pax Mobutu’ et autres amnisties nationales.

La transition démocratique

89D’une façon qui peut sembler paradoxale, le période de transition qui dure depuis six années, a donné libre cours à la violence. Elle ressemble à un psychodrame dont les acteurs refusent d’achever la catharsis. Les enjeux de la construction d’un Etat de droit sont négligés au profit des luttes partisanes qui éloignent toute possibilité de réconciliation et de redéfinition des valeurs de la société nouvelle. Malgré la tenue de la conférence nationale, la violence qui fondait la ‘postcolonie zaïroise’ n’a pu être canalisée ni réorientée vers un usage plus positif pour la société. Au contraire, elle a soulevé une autre vague de violence plus brutale encore entraînant des affrontements politiques accrus entre jeunes dans la rue. Les conflits de pouvoir ont effiloché le tissu économique, ont créé une pénurie récurrente des biens de consommation, entraînant la hausse du coût de la vie et du chômage déguisé : ils ont mis à la rue l’enfant des maisons au garde-manger vide.

La paupérisation croissante

90Depuis 1988, la misère sans cesse croissante a transformé le visage de Kinshasa. Les familles ont vu leur unité éclater suite à la dévaluation en chute libre du zaïre-monnaie et la perte d’emplois. Le système économique est grippé ; il a accru le chômage camouflé imposant inexorablement ‘le système D’ et son corollaire ‘chacun pour soi’ dans la famille moyenne aujourd’hui ruinée. Les jeux de hasard et les divers pillages qu’elle a connus (1990-1992) ont mis la ville à plat. La ruine du fonctionnaire, la pénurie de denrées alimentaires et l’extension du secteur informel ont donné l’illusion que tout le monde pouvait s’en tirer. Au contraire, le coût de la vie a augmenté aussi vite que proliférait le petit commerce domestique et de la rue. Cette ‘petite économie marchande’ ne se porte plus bien à Kinshasa. La faillite de ce secteur qui constituait le dernier rempart pour la survie des familles a transformé en ‘poubelliers’ beaucoup de jeunes. Ceux-ci ont fui le toit familial où la faim se partage et se gère. La loi du plus fort et la sous-culture du bread winner ou soutien de la famille s’est réinstallée, imposant la violence, l’exploitation et l’abus des enfants et des jeunes par leurs parents et leurs aînés. La rue est devenue paradoxalement l’unique havre de paix mais au prix de la maîtrise et de la gestion de la violence : savoir gagner et défendre son pain, c’est pouvoir défendre avec acharnement son terrain et son gagne pain à tout prix.

La sexualité précoce et le défi démographique

91Les études sur la situation des femmes, des mères et des enfants au Zaïre n’accordent pas une place suffisante à la question de la fécondité urbaine (UNICEF, 1989). P. Ngondo (1991 : 571-581) soulève l’inquiétude lorsqu’il met sur le tapis, dix années plus tard, les résultat d’une enquête sur la sexualité des jeunes Kinoises. Il établit le profil des jeunes filles de 14-19 ans, d’un quartier pauvre de Ngaba. ‘Sur un effectif de 229 filles […] ayant quitté l’école, seules 25, soit 11 % du total, étaient mariées régulièrement (avec paiement de dot) ; 39, soit 17 %, ont déclaré vivre en union consensuelle régulière (pas de dot, simple promesse de mariage, consentement plus ou moins acquis des parents), tandis que 56, soit une fille sur 4, avaient une liaison avec un ‘fiancé’ ou un ‘copain’ (lorsqu’ils étaient de la même génération), un ‘ami’ ou simplement un ‘homme’ (pour un individu plus mûr)’. La fréquence des naissances hors mariage affectait un ménage sur quatre. Ces mères célibataires se déclaraient ‘second bureau’, etc. mais les 3/4 vivaient chez leurs parents. ‘Le chemin de l’école a été pour beaucoup de filles-mères l’occasion de tous les dangers’, conclut-il. La sexualité a pris des dimensions inquiétantes sous le couvert, en partie, du mariage-refuge, dans la ville de Kinshasa où les avortements des adolescentes sont légions et souvent non déclarés. Une enquête de 1978-1980 révèle que les hôpitaux de Kinshasa, Matadi et Bukavu ont enregistré 2 645 avortement provoqués dont 47,4 % concernent des filles et des femmes de moins de 20 ans. Leurs caractéristiques sociales sont : célibataires, étudiantes ou élèves, sans revenu et primipares (Bongwele, 1985).

92La métamorphose des pratiques culturelles et la conjoncture marquée par la crise économique ont entraîné un changement des valeurs liées à la sexualité. La fille est plus sollicitée que le garçon dans cet environnement fait de mixité à l’école, dans la culture des jeunes (musique et danses érotiques) et dans les média diffusant une culture moderne non censurée et fortement empreinte de sexualité libre. Les filles ont réussi à transformer la sexualité en moyen de réussite sociale. Cette culture de la réussite passive s’est traduite dans le leitmotiv ‘choc, chic, chèque’ promu par les étudiantes des campus universitaires. Le premier, un étudiant dit aussi ‘le camarade’, aide la fille dans ses activités académiques, le second est le vrai amour et le futur père des enfants et le troisième est le bourgeois urbain qui débourse pour la survie du trio. Les étudiantes ont ainsi fini par mettre en place une sorte de proxénétisme ritualisé et hiérarchique tournant à leur avantage la sexualité qu’elles ont commodifiée pour répondre à une demande en hausse.

93Par ailleurs, la disparition des programmes scolaires du cours ‘d’Education à la vie’, incluant l’éducation sexuelle des filles de 12 à 16 ans, a rendu un mauvais service aux jeunes filles. Instauré en 1972 dans la ville de Kinshasa (Brock, 1986 : 247-252), cet enseignement sensibilisait les filles aux questions relatives à la sexualité et à ses conséquences dont elles sont par ignorance les victimes innocentes. Pourtant efficace jusqu’en 1978, il a fini par disparaître faute de subvention.

94Etant assez peu associée à des pratiques de contrôle des naissances, la sexualité débridée des adolescents des deux sexes et des adultes ajoute à la pression démographique du paysage urbain. L’urbanisation de Kinshasa pose déjà de graves problèmes aux secteurs tels que l’aménagement, le transport, la santé, l’éducation, etc. La densité est de 226 personnes au km carré ; 21 % seulement de la population ont accès à l’eau potable, etc. Mais le taux de fécondité demeure toujours à la hausse (World Bank, 1989 : 8-9, 32-34) : aucun des facteurs de croissance ne sont contrôlés ni maîtrisés par des politiques appropriées concernant la population, la santé et la nutrition.

Religion et raison ethnographique

95Le pentecôtisme populaire qui déferle sur le Zaïre a choisi Kinshasa comme son point central (1975-1996). Bien qu’il constitue aussi une autre source de violence par le non respect des droits de l’homme en matière de croyances (harcèlement religieux dans la rue et dans la vie privée et éclosion des églises nouvelles chantant et évangélisant dans les quartiers) (Biaya, 1997), il a récupéré une partie des acteurs sociaux qu’il a transformés en fanatiques et en amazones de Dieu. Ici s’ouvre le procès de la raison ethnographique. Si ce christianisme africanisé s’attaque aux autres causes de la violence et du rejet des enfants et jeunes de la rue par leur famille que sont la sorcellerie et les croyances dans la malchance et la malédiction atavique, il génère, en retour, d’autre modèles comportementaux et des référents nouveaux. Outre que ce mouvement religieux réinterprète le mal actuel en ne dissociant pas le bourreau (les membres de la classe dirigeante sont devenus des pasteurs) et la victime (le petit peuple), ces églises, malgré leur critique de la culture hédoniste des villes, ne conduisent-elles pas à une autre escroquerie débouchant sur une autre violence par leur interprétation de la culture indigène et par leurs pratiques de guérison ? L’exorcisme qu’elles utilisent à cet effet n’est nullement exempt de violence envers l’enfant et le jeune adolescent. Ces ‘marchands de Dieu’ le soumettent à des pratiques inacceptables (lavage de cerveau, tortures mentales, haine dans la famille, rejet des enfants par la famille, etc.). Ce nouveau cercle de violence subtile mené au nom de la modernité et du Dieu libérateur de la crise mérite d’être étudié lui aussi !

Le modèle global et la violence structurelle

96Depuis 1990, les africanistes essaient de poser l’Afrique comme une rationalité dont les tenants et aboutissants échappent pour comprendre son fonctionnement et un certain nombre de comportements hâtivement jugés irrationnels. La violence est un paramètre qui revient dans ces essais d’explication. La ‘postcolonie’ constitue une illustration de l’archéologie de la violence étatique. Cependant elle pèche par son afro-pessimisme. ‘Les pratiques par le bas’ négligeant la dimension de la ‘réalité vécue et sa rationalité interne’ privilégient un modèle d’interprétation exogène qui sacrifie la formalisation des pratiques à partir des concepts en langues africaines. L’étude du cas de Kinshasa définit les différents lieux d’où surgit la violence, ses agents et ses cibles. Elle montre combien la violence fonctionne comme une rationalité de la rue, comme une menace suspendue en permanence sur la tête des gens à Kinshasa. D’un côté, elle dénonce les différentes mesures légales de protection des jeunes qui fonctionnent à vide puisqu’elles les tournent en délinquants, et de l’autre, elle révèle l’existence d’une chaîne de connexions directes entre la société kinoise et la production de la violence. Point n’est besoin de faire étalage de statistiques pour s’en convaincre ! Une spirale de connexions entre les différents secteurs (économique, politique, social et culturel) organisant la société kinoise a établi la violence comme la toile de fond sur laquelle elle s’organise, se déploie et fonctionne.

97Si au départ elle s’origine dans la différence entre la réalité et le potentiel, la violence structurelle est le moyen de réguler la dynamique de cette ville, elle constitue la trame de son corps social. L’histoire comparée des cultures de la violence a aidé à comprendre sa spécificité actuelle. Elle est la plus brutale puisqu’elle institue une extermination de l’enfance – et de l’adolescence – par des groupes organisés (Landers, 1988 : 37-42). Cette extermination à Kinshasa n’a pas encore atteint le stade de l’Amérique latine ou de certains pays africains en guerre tels que le Libéria et la Somalie. Mais ses formes quotidiennes ont pris le ‘mineur’ pour cible et l’ont placé dans une catégorie d’infériorité et de subordination dans l’échelle sociale (BASE, 1991). Le jeune adolescent kinois constitue la figure type de la violence de la rue ; il est soumis directement ou indirectement à l’influence du cercle de la violence soit dans la bande de ses pairs soit dans une bande criminelle dirigée par un adulte, lui-même ancien délinquant. Parfois une organisation légale – l’armée ou les partis politiques – l’embrigade pour lui donner l’usage légitime de la violence contre d’autres jeunes lorsqu’elle ne lui sert pas de moyen de protection personnelle. Elle lui permet alors de réaliser un double coup : celui d’assurer sa survie et en même temps d’exhiber sa propre puissance dans la société. La violence devient une possibilité et une voie d’auto-valorisation dans cette société où paraître fort et riche est la condition de visibilité du sujet ou de se créer en tant qu’individu.

98Par ailleurs, la situation des jeunes à Kinshasa évoque, sans lui être comparable ni semblable, celle de Rio de Janeiro où ‘la majorité des victimes n’est pas concentrée dans le prétendu univers des enfants de la rue. Au contraire, elles possèdent des liens avec la famille et un domicile fixe’ (NCCVACA 1992 :6). Ces dernières années, l’augmentation remarquée des enfants et jeunes de la rue que la misère et la famine ont chassé du toit familial, illustre aussi l’élargissement du cercle d’impunité qui autorise l’exploitation des jeunes par les adultes et parents (pédophilie, proxénétisme, abus sexuel, viol juridique, gangstérisme, etc.). La violence structurelle prend corps, s’enracine et fonctionne dans ce contexte de la postcolonie par ses connexions politiques et, en retour, elle illustre combien les pratiques populaires du bas ne se limitent pas à de simples ruses quotidiennes ni à des escarmouches dirigées contre le pouvoir en place. Au contraire, les pratiques et la culture de la violence des jeunes déploient une structure dialectique qui est la résultante de la pauvreté urbaine construite par le système politique en place (la kleptocratie, une administration sous-développée et corrompue, le pouvoir personnel et le contrôle des populations pour sa reproduction), de l’échec de son projet de société (comme ‘res publicae’ et Etat de droit) et du dysfonctionnement de ses différents secteurs articulés sur une base économique malsaine.

Investigation des initiatives de réinsertion

Les politiques officielles

99Les politiques officielles et les initiatives associatives de réinsertion des jeunes sont actuellement peu opérantes au Zaïre. Les actions de l’Etat s’exercent à trois niveaux différents : la loi, les institutions d’encadrement et la politique d’encouragement des initiatives associatives. La loi zaïroise, héritière de l’époque coloniale, reconnaît trois types de mineurs que nous pouvons aisément rapprocher des différentes catégories d’enfants et de jeunes de la rue. Selon le décret de 1950, dans la catégorie des 0-9 ans sont inclus les moineaux et les bana shege qui relèvent des Comités sociaux de protection de la jeunesse. La catégorie des 9-16 ans à laquelle appartiennent les bana imbwa, les phaseurs et les ballados sont à déférer devant les Comités sociaux de protection ou le Tribunal de la jeunesse. Enfin, dans la troisième catégorie, 16-21 ans, entrent les ballados et les ngiriba relevant des tribunaux ordinaires et dans certains cas des tribunaux de la jeunesse. Cette minorité juridique est à distinguer de la majorité politique débutant à 18 ans. Les enfants et jeunes arrêtés et jugés pour délinquance sont punis en regard de leur âge et de la nature de la correction que la loi a instituée. En plus des prisons de Makala et de Ndolo où de jeunes adolescents sont transférés et purgent leur peine, le Zaïre possède dix centres de garde, de rééducation et de reclassement dits Etablissements de Garde et d’Education de l’Etat (EGEE), mis en place depuis 1954. La ville de Kinshasa dispose des centres de Madimba et Mbenseki-Futi dont le fonctionnement rationnel et effectif, après l’indépendance, reprit avec le premier juge du tribunal des enfants y affecté par la coopération belge en 1964 (Coppiers’t Wallant, 1992 : 114). Ce juge découvrit des mineurs enfermés avec des adultes dans la prison kinoise qui n’est rien d’autre que le prolongement de la culture de la rue derrière les barreaux. Cette continuité est assurée avec la complicité des gardiens. Voici le spectacle qu’il découvrit :

J’y vis un spectacle ahurissant. Ce n’était pas un pavillon de prisonniers mais un marché où tout s’achetait et se vendait : la nourriture, oui, la nourriture de la prison était confisquée par les ‘responsables prisonniers’ [- kapita général -] et revendue, le chanvre, l’or, des devises, des objets volés à l’extérieur qui rentraient en cachette – la prison est évidemment le meilleur endroit pour receler – et sortaient par la même voie après avoir changé de nombreuses fois de propriétaires. Tout cela était bien en vue sur des étalages comme au marche. Il y régnait une activité fiévreuse haute en couleur, avec un certain ordre maintenu par la ‘police des prisonniers’. Plus loin c’était des cachots transformés en bar… ou en bordel. (Coppiers’t Wallant, 1992 : 121-122)

100En 1967, R. Coppiers’t Wallant réussit avec l’aide d’ONG étrangères et de l’Etat à monter le centre Boyokani conçu sur le modèle du kibboutz. Cette initiative fera boule de neige. Toutefois les EGEE reprirent leur ancienne figure. Les centres de jeunes – sortes de coopératives agricoles et centres de formation aux petits métiers – ne réussissent pas à survivre après son départ. Les EGEE de Madimba et Benseke-Futi sont aujourd’hui fermés faute d’un financement régulier. Les jeunes abandonnés à leur sort par l’Etat sont partis gonfler les rues de Kinshasa dès 1991.

  • 8 Cette situation ne se sut que plus tard, lors du procès Manzikala accusé d’avoir tué des personnes (...)

101Dès 1969, les contre-effets des guerres et rébellions de 1960-1967 se font sentir dans Kinshasa, qui a connu un important flux migratoire en provenance de Bandundu, de l’ancien Kasaï et de l’Est du pays (Haut-Zaïre et Kivu). Une fois arrivés, ces jeunes gens formèrent des bandes (bills, Yanke, etc.) semant la terreur dans la ville (vol à main armée, meurtres, etc.). En 1968, l’Etat décréta un état d’exception mitigé dans la ville, où un gouverneur impitoyable et irascible fut nommé Inspecteur Spécial avec des pouvoirs élargis d’action anti-gang. J.F. Manzikala qui dirigea cette opération de ‘nettoyage de la ville’ pendant trois années, 1968-1970, ne lésina pas sur les moyens, semant partout la panique. Cette opération a été renforcée par l’ordonnance présidentielle de la même année condamnant à mort par balles et sans recours en appel toute personne arrêtée en flagrant délit de vol à main armée.8 Cinq années plus tard, soit en 1975, il y eut une nouvelle recrudescence de crimes, vols à main armée et de la délinquance juvénile, entretenue par des bandes formées de ngiriba alliés aux déserteurs et rebuts de l’armée nationale, tels ‘Bouddha, Wallace et Cie’. Ces bandes qui opéraient impunément en 1975-1976, s’attaquèrent à la bourgeoisie politique et aux proches de la présidence. Les membres du gang cité ont été condamnés à mort pour vol avec effraction de 30 000 zaïre, soit 15 000 US dollars, et meurtre du major médecin du Président en 1977. Ce procès décrispa l’atmosphère dans Kinshasa. Puis ce furent les services de sécurité qui prirent la relève.

  • 9 Ordonnance N° 78/016 du 4 juillet 1978.

102La réforme de 1978 paraît être une révision et une actualisation de la loi draconienne de 1968. Le Procureur Général de la République entama une réforme, dont les objectifs visent à (a) briser le cercle conduisant de la déviance juvénile primaire et occasionnelle à celle secondaire ou chronique par des interventions appropriées ; (b) sélectionner les interventions en cours afin écarter celles ‘qui, par leur inadéquation, amplifient la délinquance en portant des conséquences sociales, politiques et budgétaires néfastes’ ; (c) expérimenter un traitement qui allierait les pratiques thérapeutiques en milieu ouvert et celles en milieu fermé.9 Cependant cette expérience n’a pu aller loin, la crise économique et politique était déjà aux portes du pays. En dépit des difficultés qu’elles rencontrent, seules les ONG chrétiennes ont continué à fonctionner grâce au soutien financier des institutions non gouvernementales de financement internationales.

L’action des ONG en faveur des enfants de la rue

103Les premières ONG à s’occuper des enfants de la rue apparaissent en 1967. Le centre Boyokani démarra avec 40 jeunes détenus auxquels sera offert la liberté surveillée avec l’apprentissage d’un métier. Il débute avec des fonds privés et le soutien des ONG étrangères Oxfam, Entraide et Fraternité, SOS Faim, Action tiers monde, Caritas, etc. qui lui fournissent une aide d’appoint. Ses principes d’éducation sont : self-éducation, auto-gestion et auto-financement, apprentissage du travail bien fait, épargne-agriculture et préparation à la vie. Ce centre est une sorte de ferme-internat où les jeunes de la rue se transforment en producteurs de produits vivriers et se réinsèrent petit à petit dans le vie kinoise. Ce modèle de centre fermé sera inefficace pour le Centre Elikya recueillant des filles reprises de la prison de Makala. Ces centres reçurent parfois les services des experts en vulgarisation des ONG partenaires de Hollande, du matériel agricole de la Présidence de la république, etc. Plus tard, d’autres centres suivront tel Boboto, qui, dès 1970, connaissent un abandon progressif des pensionnaires et seront repris par l’Aide à l’Enfance Défavorisée.

104En 1970, chaque église possède un centre de jeunes où elle tente de reclasser les orphelins laissés par les guerres et auxquels sont adjoints les enfants de la rue originaires de Kinshasa. Entre-temps, le gouvernement a lancé ‘sa bataille’ contre la délinquance juvénile par la promulgation de la loi de 1970. Cette loi visait à renforcer son programme ‘Opération retour à la terre’ et ‘l’agriculture priorité des priorités’. Les jeunes de la rue, arrêtés et transférés hors de la ville, sont désignés juridiquement par l’expression ‘les irréguliers’ en 1973 et 1976. Cette opération de contre-exode forcé que la ville de Kinshasa applique sur la demande expresse du gouvernement ne réussit pas à ‘nettoyer’ la ville des actes de gangstérisme (vol, violence entre bandes, etc.). Les jeunes désœuvrés qui sont arrêtés et refoulés dans leurs villages d’origine situés à quelques centaine de kilomètres de la ville, reviennent. Durant cette même période,

Kinshasa connut une nouvelle vague de délinquants, homosexuels pour la plupart, communément appelée ‘farmaçon’ (déformation du terme franc-macon). Plusieurs de ces jeunes appelés Bills, Gourba ou Yanké, se livraient à l’homosexualité et à la violence pour en tirer des moyens de subsistance ou de valorisation (par exemple l’achat d’engins motorisés appelés Yamaha). L’objectif poursuivi ici était la satisfaction des besoins en argent, quels que fussent les moyens utilisés. (BASE 1988 : 70)

105Cette situation poussa les églises à organiser l’ONG Aide à l’Enfance Défavorisée, AED, en 1971. Cette organisation sans but lucratif est créée par ordonnance présidentielle en 1970 sur la requête de 18 membres, nationaux et étrangers, des églises catholique, protestante, kimbanguiste et de l’Armée du Salut. Elle a pour but d’éduquer, rééduquer, orienter socialement et humainement l’enfance défavorisée. Elle récupère aussi des anciens membres du Centre Boyokani en faillite. L’AED qui est la plus grande ONG de la ville comprend trois secteurs d’activités répartis dans les différentes communes de la ville :

106a. Placement, Observation et Rééducation pour filles et garçons

  • Le Centre Boyokani de Kitambo pour garçons avec une capacité d’accueil de 200 jeunes. Il comprend cinq sections : agriculture, ajustage-soudure, électricité, maçonnerie et menuiserie.
  • Le centre Elikya I à Limete pour jeunes filles avec les sections coupe-couture, ménagère et coiffure, dont la capacité d’accueil est de 175 unités.
  • Le Centre Elikya II à Kimbanseke avec deux sections : coupe-couture et ménagère accueillant 125 filles.
  • Le Centre Elikya III à Ngaba doté de deux sections, aide-maternelle et ménagère, accueillant 125 filles.

107La formation théorique et pratique dure trois années dont la dernière est consacrée à un stage qu’organise le centre dans les entreprises de la ville.

108b. Le secteur Formation de Cadres de la Jeunesse comprend des enseignements d’éducateurs spécialisés de 14 mois.

109c. Le secteur Recherche et Projet ayant pour but la réalisation de travaux et études portant sur différents problèmes de la jeunesse en vue d’éclairer les éducateurs. Il s’occupe aussi des différents projets de l’institution. Il dispense des services spécialisés d’encadrement de la jeunesse défavorisée qui touchent de façon suivie ou ponctuelle 4 500 jeunes environ à travers le service social de reclassement, le service social des loisirs, les services sociaux scolaires, l’internat Tobonga, le service d’éducation nutritionnel (Bilei) et le service social 8-15 ans pour les enfants de la rue.

110Créé en 1971, le service social de reclassement visait les enfants abandonnés suite aux rébellions et l’enfance inadaptée (reprise du centre Boyokam, accueil d’anciens garçons des centres de Madimba et de Mbenseke). Le service social de loisirs, né en 1977, a encadré un plus grand nombre en étendant son action aux quartiers défavorisés (Ngaliema, Kintambo, Bumbu, Selembao, Kimbanseke, Ndjili, Masina, Ngaba, Makala et Limete-Mombele), orientant les jeunes vers une formation scolaire ou professionnelle en prenant contact avec eux et organisant des loisirs (sport, activités culturelles). Le service social scolaire est implanté dans les écoles secondaires, où il aide les élèves à résoudre les problèmes personnels et familiaux qui entravent leurs études. Il aide à prévenir la délinquance juvénile, etc.

111D’autres centres plus modestes voient le jour entre 1968 et 1973, période où la violence urbaine était à son sommet à Kinshasa. Des paroisses catholiques mettent en place des centres de jeunes spécialisés dans la récupération tels que Le Carrefour des jeunes de Matonge, le Centre Lindongo du 20 mai et Le Cabaret Liyoto du Père Buffalo. Ces établissements regroupent des jeunes abandonnés dans des unités de formation professionnelle. Le Cabaret Liyoto, aujourd’hui fermé, regroupait les jeunes de la rue et leur offrait la possibilité d’apprendre un métier culturel sur le modèle des ‘cités des jeunes’ où l’éducation s’inspirait de l’art musical et du théâtre. Il a récupéré de jeunes délinquants notoires de Saint-Jean, Kinshasa et Barumbu qu’il transforma en groupes musicaux et en troupes théâtrales. Il monta, avec leur aide, l’opérette Takinga, une comédie musicale en lingala, l’orchestre Mizonto Wela Wela et sa danse ‘Cannetons à l’aisement’ et le Trio Dasufa, une équipe des comédiens-danseurs (1978-1980). Cette expérience pilote ne survivra pas au départ de son fondateur.

112En 1983, le père F. Roelants, aumônier des prisons, a ouvert un centre pour enfants de la rue dit ‘œuvre de reclassement et de protection des enfants’, ORPE. Il acceptait d’accueillir des jeunes à la condition qu’ils retournent à l’école et qu’ils se soumettent à la discipline de la maison. Ce centre, qui a débuté avec une quarantaine d’enfants, en accueille aujourd’hui près de 120. Vivant quasi exclusivement de dons locaux et de l’aide d’ONG étrangères, il bat de l’aile depuis 1991 (Kalonji 1996). Toutefois il possède trois sections : menuiserie, ajustage et maçonnerie. Il s’auto-finance à travers la menuiserie qui est devenue fonctionnelle. Il a formé près de 500 enfants âgés de 14 à 16 ans.

113La plupart de ces petits centres n’arrivaient à toucher qu’un nombre restreint d’enfants de la rue ou en liberté surveillée. Ainsi l’AED Boyokani reçut-il pour les années 1977-1982 243 jeunes qu’il a formés à différents métiers. 167 d’entre eux, soit 41 %, furent par la suite recontactés : 74, soit 40 %, exerçaient le métier qu’ils avaient appris, 26 % ne l’avaient jamais pratiqué et 34 % exerçaient une activité différente de celle apprise (BASE, 1988 : 200).

114L’Union de la jeunesse protestante, soutenue par l’église du Christ au Zaïre et d’autres ONG protestantes du monde, est parvenue, en 1995, à sensibiliser hebdomadairement 1 500 jeunes dans ses antennes. Elle a véritablement encadré 400 jeunes environ (parmi lesquels des phaseurs et des bana shege), leur donnant à manger, prodiguant des soins primaires, les orientant vers un retour à la famille, etc. Elle a aussi assuré la formation professionnelle pour jeunes filles en coupe et couture et celle des garçons en électricité (Mpuate, 1996).

115En 1987, la ‘Table ronde des ONG’ a été la première concertation entre l’Etat, les ONG et les organismes de financement des ONG. Elle regroupa 326 ONG, dont 80 % étaient installées à Kinshasa. En 1989, avec l’appui du PNUD et en collaboration avec le Département du Plan, un conseil national des ONG fut installé qui définit les conditions de reconnaisance des ONG du Zaïre. Chaque année, l’Etat organise une réunion générale avec les différents partenaires étrangers et les organisations non gouvernementales étrangères de financement à Kinshasa.

116En 1995, le Zaïre compte près de 600 ONG ; une trentaine s’occupe des enfants de la rue et du reclassement social des jeunes. 23 sont installées dans la ville de Kinshasa. A l’exception de celle déjà citées, leur action semble peu probante lorsqu’il appert que la plupart de ces institutions ne disposent pas de fonds propres ni de centre d’hébergement où les jeunes peuvent trouver refuge. Nous avons visité quatre ONG dont les bureaux sont ouverts à Kintambo, Lemba et Matete. En gros, leur philosophie et leur ligne de conduite ne s’écartent guère de celle des œuvres missionnaires. Ces ONG souffrent d’une pénurie de moyens financiers, logistiques et surtout d’espaces où réellemement implanter leurs activités dans la capitale. Les ONG nationales, démunies, ne peuvent entreprendre une action efficace sans l’appui financier et logistique des ONG étrangères. Même l’AED, le centre Kimbanguiste, l’UJP/Z et les petits centres paroissiaux dépendent de l’aide des groupes financiers comme Misereor, EZE, Cebemo, Novib, Entraide et Fraternité, Terre des hommes, Société de développement Internationale Desjardins, etc. L’appui du gouvernement se limite à la reconnaissance officielle et à la gestion juridique des ONG.

Perspectives

117Les actions positives à mener envers les enfants et les jeunes de la rue ne devraient négliger aucune des structures déjà en place : les églises, les ONG de jeunes et celles du développement. Cependant, investir dans celles du développement au stade actuel serait une entreprise onéreuse dans la mesure où leurs structures et leurs bases demeurent encore fragiles.

Actions de sensibilisation et de formation

118Le lancement d’actions de sensibilisation et de formation d’encadreurs des jeunes de la rue paraît constituer à court terme l’option la plus efficace si elle est menée par des jeunes. Ce devrait être une sorte d’éducation mutuelle entre jeunes avec la participation indirecte des adultes et d’autres institutions publiques ou ONG en charge des enfants de la rue. Ces dernières s’occuperaient de la formation des encadreurs. La sensibilisation est déjà en marche. Les jeunes chrétiens catholiques disposent de communautés telles que Bilenge ya Mwinda, Kizito-Anuarite, les jeunes de la Légion de Marie, MIEC, JEC, etc. dont l’action pour la seule ville de Kinshasa atteint aisément 1 440 0000 personnes, soit 61 % de la population catholique kinoise évaluée à 2 158 050 fidèles. Des projets de réinsertion sociale des jeunes ont été confiés aux organismes des jeunes ORPER, OSEPER, Mont Thabor et Ekolo ya Bandeko. L’église protestante, avec l’Union de la jeunesse protestante, a réussi à obtenir l’appui du Projet SIDA de l’église pour sensibiliser près de 1 500 jeunes par des émissions hebdomadaires. Un groupe de jeunes, l’association ‘Les jeunes cultivés de Misele’, a été mis en place pour lutter contre ‘le chômage, le banditisme et la pauvreté’. Cette ONG se propose de créer de petits emplois tel l’agriculture, la fabrication de briques à daube, le petit commerce, etc. Cette ‘coopérative’ regroupe des diplômés de l’université et de l’école secondaire sans emploi, des enseignants, des élèves et des jeunes du secteur informel. Comme toutes les ONG, elle ne dispose pas de fonds suffisants pour assurer sa propre autonomie d’action. La question de la sensibilisation prendrait en ligne de compte l’action médiatique, le contact direct avec les jeunes, l’organisation des conférence et de débats sur la situation des jeunes de la rue et les moyens de lutter contre la violence, etc.

Les stratégies de changement

119A court terme, la situation des enfants de la rue kinoise semble désespérante. La ville ne dispose d’aucune infrastructure d’accueil ni des moyens financiers qui lui permettraient d’organiser un plan de réhabilition autonome qu’elle financerait : de ce fait, les centres de réhabilition organisés par les églises constituent l’unique ressource disponible. Face à une enfance des rues évaluée à 10 000 individus de 8 à 18 ans, l’Institut Maman Mobutu pour filles, l’ORPE pour garçons, l’AED, UJP/Z, etc. constituent des ONG disponibles et jouissant d’une expérience fiable. Ces ONG fournissent une formation professionnelle aux jeunes de la rue qu’elles récupèrent et qu’elles essaient de reclasser dans la société zaïroise alors que les nouvelles ONG nationales et urbaines sont quasi inopérantes dans le périmètre de la ville. Elles ressemblent plus à des structures mises en place pour la survie de leurs fondateurs que destinées à soutenir la lutte contre la violence et la promotion du reclassement effectif des jeunes. Depuis 1991, ces institutions subissent une diminution de leurs fonds disponibles suite aux pillages de la ville et aux politiques nationales peu conséquentes. Des organismes tels que l’UNICEF, le FNUAP et le PNUD pourraient intervenir efficacement en aidant à l’expansion et au développement des institutions déjà existantes.

120Si à court terme, les perspectives d’une réinsertion massive des jeunes de la rue semblent quasiment nulles, une mise en place et un développement harmonieux et intégré des politiques de la jeunesse est possible à long terme. La culture de la rue devrait être étudiée en profondeur pour permettre la mise en place de stratégies de protection de l’enfance kinoise et de réhabilition des jeunes en vue de leur insertion dans l’univers du travail salarié, formel et informel (puisque telle est la forme de surexploitation des enfants aujourd’hui tolérée). Ce programme à long terme offre la possibilité de lutter contre la violence structurelle entendue comme l’extermination de l’enfance au Zaïre.

121Il est urgent qu’un recensement urbain soit organisé ; la mise à jour et la tenue des statistiques sur l’enfance devraient constituer une priorité afin que l’ampleur du phénomène des jeunes de la rue soit reconnue : d’après un expert du FNUAP-Zaïre, les enfants de la rue, les enfants dans la rue et les jeunes délinquants seraient au nombre de 35 000. Quant aux objectifs à recommander, il s’agirait de :

  • promouvoir, avec l’appui de l’UNICEF, une charte des droits de l’enfant de la rue dont la vulgarisation en langues nationales est une nécessité
  • identifier les enfants qui travaillent déjà dans la rue
  • aider les enfants de la rue à renouer avec leur famille
  • mettre en place graduellement des stratégies de contact permanent avec les enfants de la rue
  • créer un système de protection des enfants exploités et une charte du travail des enfants garantissant leur accès aux soins et services de base (école, santé, loisir, etc.)
  • promouvoir un service d’aide aux enfants et jeunes qui décrochent de la rue
  • développer des projets réalistes qui, par leur visibilité, valoriseraient ces enfants et les jeunes qui quittent la rue et qui y œuvrent
  • développer une forme d’éducation alternative qui impliquerait la participation des parents au système éducatif et capitaliser l’expérience des ‘comités de parents’ existants
  • impliquer différentes agences des Nations Unies et les ONG étrangères dans l’étude des stratégies et moyens de leur application.

122Ce programme, certes utopique, ne saurait s’implanter s’il n’est pas soutenu par une structure économique conséquente. Pour le moment, le Zaïre est en ruine. Il vit dans une situation de marginalisation extrême au point que la culture de la rue et ses structures constituent le modèle dominant de vie à Kinshasa. Et ce modèle se répand rapidement dans le pays. L’absence d’une politique de l’emploi n’est que la résultante d’un marché dont l’atrophie laisse peu de place à une prospective – à moins qu’il ne devienne permis de codifier et légaliser le secteur informel. Cette proposition que la Banque mondiale a faite en 1989 n’a pu recueillir l’accord des économistes et des nationalistes zaïrois qui y ont vu une manière de faire payer aux petites gens ce que les ‘aînés politiques’ ont empoché. Il est en outre probable qu’une telle politique économique tuerait l’unique secteur vital dont dépend la survie des petites gens.

123Le programme proposé ne peut réussir que si le cercle de la lutte existentielle au quotidien est brisé par une reprise économique et un climat politique nouveau dispensant confiance et rétablissant un Etat de droit. L’aide que des institutions comme l’AED fournissaient naguère aux jeunes s’est aussi étiolée en partie à cause des conditions actuelles au pays. Les nouvelles ONG qui aspirent à travailler avec les jeunes sont dépourvues de moyens. Les subventionner serait instaurer une autre dépendance dont elles ne sauraient se passer à condition qu’elles se transforment en unités de production rentables. L’expérience des années 1967-1995 a prouvé que les centres de jeunes ayant des activités de production et une gestion institutionnalisée et indépendante résistent mieux à l’usure et aux forces centrifuges.

Tableau final

Mitchopi : école ‘cannibalisée’ et vie dans la rue
Mitchopi, âgé de 10 ans, est le second fils d’un chauffeur de la REGIDESO. Son père est Muluba et sa mère Mukongo, décédée en couche du troisième enfant. Tous, deux frères et la sœur cadette, habitent Lemba IX. Son père les a abandonnés chez son frère aîné, divorcé à deux reprises et ancien conseiller à la présidence de la république. Aujourd’hui en faillite, il parvient tout juste à offrir un seul repas quotidien à toute la maisonnée qui comprend 21 personnes : son amie, ses deux filles, ses trois jeunes frères mariés et leurs familles (10 personnes), deux frères et deux sœurs célibataires, une sœur mariée et ses deux enfants, que visite quotidiennement l’époux et enfin deux cousins, arrivés du Kasai pour des soins médicaux. Seuls quatre autres membres de la famille travaillent : deux couturiers, une infirmière et un gardien. Puis sa grand-mère est arrivée en 1994. Mitchopi a été inscrit à l’école officielle de Lemba. Il n’a pas de sac scolaire ni de cahier. Il parle bien le lingala mais ne comprend pas le français. Il nous a conduit visiter son école. L’école est composée de quatre restes d’anciens bâtiments disposés sur une large cour de récréation. Après ‘cannibalisation’, les bâtiments semblent inachevés et ne possèdent pas de toiture. Les fenêtres et les portes n’existent plus. La salle est vide. Le tableau noir est à moitié détruit puisqu’il est construit en champlevé sur le mur. Ce hangar inachevé est sa classe. Chaque élève apporte son tabouret et celui qui habite près de l’école apporte une chaise et une table pour le maître. Le matin, ils doivent, à tour de rôle, balayer les excréments et urines des passants, des ivrognes, des enfants de la rue qui y passent la nuit. L’école pour lui est une activité passe-temps’ qui lui évite d’être utilisé comme domestique par l’amie de son père aîné’ (Tata kulutu), l’oncle paternel aîné et d’autres adultes sans emploi vivant à la maison. En effet, il y a quelques mois le dernier domestique, âgé de 13 ans, s’est résigné à quitter puisqu’il n’a jamais été payé depuis son engagement. Il recevait à manger et héritait des habits des enfants du patron. Mitchopi joue dans la rue toute la journée avec ses amis et ne rentre que le soir à l’heure du dîner unique.

Bibliographie

Bibliographie sélective

Association des Moralistes Zaïrois. 1982. Morale et société zaïroise. Actes de la première rencontre des moralistes zaïrois, du 1er au 4 novembre 1978. Kinshasa : Faculté de théologie catholique.

Bureau African des Sciences de l’Education. 1989. L’enfance, l’éducation et la déviance juvénile en Afrique. Actes du Colloque international de Kinshasa (B.A.S.E./C.I.C.C décembre 1986). Les Cahiers de Criminologie de l’Université de Montréal, N° 10.

Biaya, T.K. 1994. Mundele, ndumba et ambiance. Le vrai ‘Bal blanc et noir(e)’ in Belgique/Zaïre : Une histoire en quête d’avenir. G. de Villers, ed. Cahiers africains 9-10-11 : 95-100.

Biaya, T.K. 1996. Les paradoxes de la masculinité africaine : Une histoire des violences, identités et migrations. Canadian Folklore. Fall (à paraître).

Biaya, T.K. 1995. Continuité des genres et pratiques culturelles dans la diaspora africaine en Europe. Communication à ‘l’atelier sur la culture populaire’, CEAN-Université de Bordeaux.

Brock, B. 1986. Le Centre ‘Education à la vie’ au Zaïre. Zaïre-Afrique 204 : 247-252.

Brown, K.W. 1976. Gangays : An ethnograghic cultural approach to understanding gang delinquancy. Ph.D. dissertation, Pennsylvania University, Philadelphia.

Coppiers’t Wallant, R. 1992. Jeunesse marginalisée Espoir de l’Afrique. Un juge des enfants témoigne. L’Harmattan, Paris.

Devisch, R. 1996. Frenzy, violence and ethical renewal in Kinshasa. Public Culture 7 : 593-629.

Erpicum, R. 1988 A propos de la table ronde des ONG à Kinshasa. Zaïre-Afrique, 221 : 41-45.

INS et PNUD. 1991. Zaïre : un aperçu démographique. Résultats du recensement scientifique. Zaïre-Afrique 255 : 227-261.

Kalonji, K. 1996. La vie des ‘phaseurs’, les enfants de la rue. ANB-BIA Supplément, 1er dec. Massiala ma S. 1990. Les enfants de personne. Editions Enfance et Paix, Kinshasa.

Landers, C. 1988. A cry for help : UNICEF response to street children in the Third World. Children Environments Quarterly 5(1) : 37-42.

Manwana, M. Evolution de l’emploi au Zaïre avant et après l’indépendance. Zaïre-Afrique 220 : 595-615.

Merienne, Sierra M. 1995. Violence et Rendresse. Les enfants de la rue à Bogota. L’Harmattan, Paris.

Muluama, L. 1989. La ville africaine et ses urgences vitales : IVème Séminaire scientifique régional de philosophie de Kinshasa, 16-19 juin 1988. Zaïre-Afrique 233.

NCCVACA. 1992. Violence Against Children ans Adolescents in Brazil – Trends and Perspectives. Ministry Of Justice. Human Rights Commission. (Unofficial Translation). Rio de Janeiro.

Ngondo, P. 1991. Réflexions sur la problématique de la fécondité des adolescentes au Zaïre. Zaïre-Afrique 260 : 571-581.

Ngondo, P., L. de Saint-Moulin et O. Tambashe. La population du Zaïre à la veille des élections de 1993-1994. Zaïre-Afrique 268 : 487-506.

Osaghae, E. 1994. Pilot study on South Africa. Urban Violence in Africa. E. Osaghae et al. IFRA, Ibadan : 1-55.

UNICEF. 1989. Situation des Femmes, Mères et Enfants au Zaïre en 1989. UNICEF-Zaïre, Kinshasa.

UNICEF. 1992. Street Children in Brazil : Legislation, Tool for Action. UNICEF-Brazil.

World Bank. 1989. Zaire. Population, Health and Nutrition. Report N°7013 ZR. World Bank.

Notes

1 Ces termes seront explicités dans les pages qui suivent.

2 Les enquêtes ont été conduites avec la collaboration de Deve Mutanda et A. Mwamba Ntita.

3 D. Mutanda pense qu’il est difficile de prendre en considération leurs propos car le propre de ces ‘enfants’ est de mentir et ils tirent souvent leur pitance du mensonge.

4 ‘Chauve-souris’. Ce terme dépréciatif fait référence à l’impossibilité de l’ethno-zoologie traditionnelle de classer la chauve-souris parmi les mammifères et rongeurs ou parmi les oiseaux. De plus, elle ‘dort la tête en bas’. Le terme associe ces enfants à l’enfant terrible des contes.

5 Nom donné à un camion transformé en bus et affecté au transport public.

6 ‘INS activities to date have only a minimal impact on the nation’s data problems. […] INS facilities, supplies, and transport are all inadequate relative to needs. Many of the computers were found to be in complete disrepair, highlighting the pervasive lack of preventive maintenance’ (World Bank 1989 : 77).

7 Deux difficultés majeures ont surgi au cours de cette recherche : certains bureaux de police ont refusé de répondre aux questions, craignant une immixtion dans leurs affaires. Ils ont évoqué le passage de l’AZADHO et de ‘La Voix des sans Voix’ – deux ONG s’occupant des droits de l’homme – dont les informations avaient été utilisées précédemment pour dénoncer les tortures et les séquestrations illégales. La seconde difficulté relève de la tenue imparfaite des listes et statistiques dans ces bureaux.

8 Cette situation ne se sut que plus tard, lors du procès Manzikala accusé d’avoir tué des personnes. Dans sa défense et dans la plaidoirie de l’avocat, J.F. Manzikala dévoila cette mission secrète.

9 Ordonnance N° 78/016 du 4 juillet 1978.

Table des illustrations

Titre Tableau n°1. Taux de scolarisation à Kinshasa en pourcentage par sexe et par groupes d’âge
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau n°2. Répartition par âge d’enfants dans la rue et dans les deux centres de rééducation
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/867/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© IFRA-Nigeria, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search