Version classiqueVersion mobile

Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique / Youth, Street Culture and Urban Violence in Africa

 | 
Georges Hérault
, 
Pius Adesanmi

Kano. Résumé

Olawale Albert

Texte intégral

Introduction

1Kano est l’une des villes les plus violentes du Nigeria. Depuis 1953, elle est le théâtre de troubles ethniques, religieux et de violences criminelles, en grande partie dûs à l’hétérogénéite de sa population, elle-même attribuable aux migrations ‘modernes’ qu’elle a connues. Cet exposé met en relief le rôle important de la jeunesse dans les explosions de violence. Il démontre que la ‘culture de la rue’ exerce un ascendant notoire sur les jeunes en question.

2Il convient de différencier les jeunes dans la rue des jeunes de la rue. Le premier groupe est constitué de ceux qui utilisent la rue pour des motifs répréhensibles pendant la journée et retournent chez eux le soir tandis que le second regroupe ceux qui habitent véritablement la rue et y dorment pendant la nuit. Les jeunes de la rue étant relativement peu nombreux, la plupart des jeunes qui font l’objet de cette étude sont des jeunes dans la rue. Il s’agit des Almajirai (les jeunes mendiants des écoles coraniques), des enfants qui aident leurs parents à mendier, des colporteurs, des membres de gangs, des souteneurs, prostituées et courtisanes, des intégristes musulmans et chrétiens. Tous rentrent chez eux à la fin de leur journée de ‘travail’.

3Kano, qui est une des villes les plus anciennes du Nigeria est également la plus peuplée et la plus industrialisée du nord du pays. Fondée vers le viième siècle, son islamisation ne commença que vers le XIVème et, depuis lors, la ville est devenue un centre important de la civilisation islamique. Elle fut colonisée par les Britanniques en 1903 et a subi différentes formes d’urbanisation, les autochtones (Kanawa) vivant dans le Birni (la vieille ville) et les allogènes, très nombreux, dans des quartiers distincts.

Le système almajiri

4Le système almajiri (pl. almajirai) constitue une première manifestation de la culture de la rue et de la violence urbaine à Kano. Selon ce système, des parents pauvres, sous l’influence d’une islamisation exacerbée, confient leurs enfants à des maîtres du Coran (Mallams) pour leur éducation coranique. L’enfant vit avec le Mallam et gagne partiellement sa vie en mendiant dans les rues. C’est parmi ces enfants que des fanatiques recrutent des fauteurs de troubles ethniques et religieux à leur solde. Normalement, en raison de leur âge et de leur propre culture, les Almajirai ne participent pas eux-mêmes à l’organisation de manifestations violentes. Mais quiconque souhaitant provoquer ce genre d’émeutes est sûr du soutien de ces enfants qui mendient partout : omniprésents dans les rues, les Almajirai participent avec plaisir aux troubles et aux pillages qui s’ensuivent.

Les mendiants auxiliaires

5Etroitement liée à la condition des Almajirai est l’utilisation d’enfants comme auxiliaires des mendiants handicapés. Les plus coupables sont les aveugles qui se font conduire par leurs enfants à travers les rues. D’autres utilisent leurs enfants pour assurer les répons dans des situations où la mendicité est pratiquée en chantant. Certains de ces enfants, le plus souvent des garçons, réagissant à la condition qui leur est faite, trompent leurs parents en conservant une partie des recettes quotidiennes pour leur usage personnel. Ayant de la sorte amassé quelque pécule, ils acquièrent des goûts ostentatoires qu’ils sont ensuite incapables d’entretenir et qui les dévoient vers la criminalité.

Le colportage

6La vente ambulante constitue un autre mode d’exploitation du travail des mineurs à Kano. Elle est le fait de deux groupes distincts : celui des jeunes filles haoussa ou peules qui vendent de la nourriture aux passants au profit de leurs parents et celui des jeunes originaires du sud, filles ou garçons, qui font de même. La différence réside dans le fait que les premiers, non-scolarisés, se trouvent dans la rue à longueur de journée alors que les seconds ne s’y rencontrent qu’après les heures de classe. Dans tous les cas, le colportage est, du point de vue légal, un délit : il expose les enfants à des dangers physiques et psychologiques et c’est la raison pour laquelle ces enfants sont plus souvent victimes que fauteurs de troubles.

Proxénétisme, courtisanes et prostituées

7Traditionnellement, les parents haoussa et peuls imposent à leurs filles leurs maris. Comme on peut s’y attendre, beaucoup de ces mariages ne durent guère. Des rapports sexuels intenses et des grossesses incontrôlées rendent les trop jeunes mariées victimes de fistules vésico-vaginales invalidantes. L’aliénation qui en résulte oblige l’infortunée à quitter le domicile conjugal quand elle n’en est pas chassée. Le plus souvent rejetée aussi par sa famille, la jeune divorcée trouve refuge chez des femmes proxénètes, connues sous le nom de Magajia, qui les entretiennent par vénalité. La Magajia offre les services de la jeune fille aux hommes par le truchement de jeunes souteneurs, les yan daudu. Quant aux filles originaires du sud, elles sont nombreuses à pratiquer ouvertement la prostitution dans les rues de la ville.

Jeunesse et gangstérisme

8Plusieurs groupes de gangsters criminels écrément les rues de Kano : les yan daba, les yan banga et les yan daukar amariya, dont les spécialisations et les modes d’opération sont distincts. Leurs méfaits et leurs conséquences néfastes sur la vie citadine sont semblables à ceux des loubards de Lagos, les area boys. Ils organisent des combats de rue, des pillages, des cambriolages et des vols à main armée ; en période de troubles ethniques, religieux ou politiques, ils défendent leurs quartiers contre tout envahisseur adverse. Ce sont de jeunes chômeurs auxquels peu d’emplois sont accessibles en raison de leur niveau très bas d’éducation et la majorité d’entre eux sont issus de foyers brisés. Beaucoup consomment des drogues locales ou importées avant d’accomplir leurs méfaits.

Intégrisme religieux et violence dans la rue

9Nos analyses ont jusqu’ici principalement porté sur la violence interpersonnelle. Pourtant, Kano s’est illustré par le nombre de ses conflits collectifs dont les jeunes sont les principaux acteurs. L’origine de tels accès de violence réside dans l’intégrisme religieux, en particulier celui de deux sectes islamiques : les yan tatsine, dont le leader fut feu Mohammadu Marwa, et les chiites, actuellement dirigés par le Mallam Mohammadu El Zak-Zaky. Les seconds attirent davantage de jeunes que les premiers mais tous deux comptent sur eux pour l’exercice de la violence lors des manifestations.

10L’existence de ces sectes est attribuable au désarroi de populations marginalisées par l’aggravation des problèmes de tous ordres que connaît la société nigériane actuelle. Se référant aux yan tatsine, Umar (1989) note que :

Ce qui semble être une simple corrélation entre les conditions socio-économiques misérables des Maitatsine et leur disposition violente peut en fait constituer une relation causale positive. Ne pouvant exprimer leurs doléances au plan politique à cause de leur marginalisation, ils ont recours à une forme aberrante de renouveau religieux.

11Les intégristes utilisent la religion comme plate-forme à partir de laquelle ils déchargent leur colère contre les injustices sociales et politiques qui leurs sont faites : de 1980 à février 1997, ils ont été les auteurs principaux des troubles qui ont affecté Kano. Mais il est à noter que, parfois, ce sont les provocations de l’intégrisme chrétien qui mettent en branle les groupes musulmans, ce qui ajoute une dimension non-négligeable à notre analyse : démontrant que les chrétiens sont eux aussi responsables de la création de situations propices à engendrer la violence, notre étude démystifie la thèse unidimensionnelle de la plupart de la documentation sur Kano selon laquelle l’intégrisme islamique est tenu pour seul responsable de la violence religieuse.

Suggestions

12Comme antidote au problème de la mendicité dans la rue et du colportage à Kano, il est recommandé que le gouvernement légifère contre le travail des mineurs. Pour que cette loi donne les résultats escomptés, l’enseignement devrait être rendu obligatoire jusqu’au niveau du secondaire. Les enfants des écoles islamiques devraient suivre parallèlement une formation professionnelle les rendant aptes à exercer un emploi à la fin de leur enseignement coranique. Les agences des Nations Unies telles que l’UNICEF, le BIT, le PNUD, l’UNESCO, le PGU ainsi que des ONG locales et internationales pourraient fournir l’aide nécessaire à ce genre de projet. Les autorités devraient également subventionner les activités scolaires des Mallams afin de les décourager d’envoyer leurs élèves mendier dans les rues.

13La prostitution pourrait être réduite si les parents acceptaient que leurs filles divorcées reviennent chez eux. Par le truchement des Magajia, les autorités pourraient organiser des stages de formation professionnelle pour les jeunes divorcées. A la fin d’une telle formation, il pourrait leur être octroyé des prêts à des conditions favorables pour les rendre en mesure d’établir de petites entreprises. Ces filles constituent des foyers de propagation des maladies sexuellement transmissibles : des programmes spécifiques devraient être élaborés par le Programme National de Soutien Familial, l’OMS, l’UNICEF, etc., pour éviter qu’elles ne fréquentent la rue.

14Les éruptions de violence ethnique et religieuse résultent d’une intolérance exacerbée qui pourrait être réduite par la programmation d’émissions spécifiques à la radio et à la télévision : couplets publicitaires, sermons, débats, etc. Les chaînes de radiodiffusion et de télévision de l’Etat d’Oyo diffusent ce genre d’émissions et le gouvernement de Kano pourrait suivre l’exemple.

15Notre découverte majeure au cours de cette étude est que la culture de la rue engendre des tensions sociales dont beaucoup sont dues à la suroccupation de l’espace public. Il en découle que des solutions d’ordre politique doivent être trouvées pour que la ville devienne moins stressante. Les activités licites dans la rue doivent être clairement définies de telle sorte que les citadins soient éduqués à comprendre que, par exemple, la mendicité ou la vente ambulante constituent des délits. Il est enfin recommandé qu’une attention toute particulière soit accordée aux problèmes liés à l’oisiveté : les autorités sont incitées à donner priorité absolue à l’emploi des jeunes.

© IFRA-Nigeria, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

placedeslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search