Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique / Youth, Street Culture and Urban Violence in Africa

 | 
Georges Hérault
, 
Pius Adesanmi

Les enfants de la rue à Abidjan. De la recherche-action à l’action de terrain

Hughes Ouizan-Bi

Full text

Introduction

1Le Bureau International Catholique de l’Enfance (BICE) est une ONG internationale créée en 1948 en France. Etabli à Abidjan depuis 1987, le BICE a été conduit à mener diverses actions en faveur des enfants en difficulté mais nous nous intéresserons ici à la situation particulière des enfants de la rue.

Recherche-action et connaissance des enfants de la rue

2En 1994 et 1995, le BICE a lancé un projet de recherche-action afin de mieux connaître les enfants de la rue à Abidjan. Une étude précédente, réalisée par l’UNICEF, avait avancé le chiffre de 142 000 enfants ‘en circonstances très difficiles’ sur l’ensemble du territoire ivoirien dont 14 000 à Abidjan. Le but de notre projet était de parvenir à une meilleure connaissance des enfants de la rue, de mieux décrire leurs réalités environnementales, de comprendre leurs itinéraires et d’examiner les stratégies d’adaptation qu’ils développent pour survivre. Il s’agissait au total de livrer à l’opinion publique une image plus juste des enfants de la rue.

3L’étude a été réalisée par une équipe pluridisciplinaire composée d’un sociologue, d’un criminologue, d’étudiants, de travailleurs sociaux, et a bénéficié de l’aide constante des frères amiguiens (Isaac et Ramon). Elle a comporté deux phases, un recensement et une enquête.

Le recensement

4Cette opération a démarré avec le repérage, par observation directe, de 116 lieux de prédilection où les enfants de la rue se regroupaient dans la journée. Ces mêmes endroits furent ensuite visités de nuit avec des pointages successifs entre 22 heures et 4 heures du matin. Le recensement a ainsi livré le chiffre exact de 229 enfants dormant effectivement dans la rue.

L’enquête

5Elle a été envisagée de façon qualitative et quantitative, l’approche qualitative incluant des discussions de groupe (10 groupes de 4 enfants) et des entretiens individuels avec 20 enfants. L’échantillon retenu a été arbitrairement fixé à 100 enfants.

6Les principaux résultats de l’enquête sont les suivants :

  • L’âge des enfants. 48 pour cent ont entre 6 et 12 ans, ce qui souligne le nombre important de tout petits dormant dans les rues.
  • Leur sexe. 96 pour cent sont des garçons, 4 pour cent des filles. La nouveauté est la présence de filles, dont l’âge varie de 11 à 14 ans, qui se mettent elles aussi à dormir dans les rues.
  • Leur niveau d’étude. 71 pour cent ont été scolarisés. Parmi ceux-ci, 62 pour cent l’ont été au niveau primaire et 9 pour cent ont atteint le niveau secondaire. Notons que les 29 pour cent de non-scolarisés comprennent 20 pour cent d’enfants ayant fréquenté l’école coranique et 9 pour cent d’analphabètes.
  • Le niveau économique de leur famille. 60 pour cent des enfants sont issus de familles pauvres : mère ménagère et père chômeur, retraité ou exerçant une profession subalterne (gardien, planton, etc.). Il convient cependant de faire ressortir que parmi ces parents figurent les ‘corps habillés’ (policiers, gendarmes, militaires) qui représentent 6 pour cent de la sous-population mentionnée.
  • Avec qui l’enfant vivait-il avant de se retrouver dans la rue ? 72 pour cent vivaient soit avec leur mère seule, soit avec leur père seul, soit avec un autre membre de leur famille (oncle, tante, beau-parent) ou alors avec des amis ou connaissances des parents.
  • Le temps déjà passé dans la rue. 70 pour cent d’entre eux y ont passé au moins deux ans. Ils ont donc une certaine expérience de leur univers.
  • Contact avec leurs parents. 88 pour cent des enfants n’ont ni rencontré ni même vu passer un de leur parents depuis qu’ils sont à la rue. Il y a donc rupture totale avec leur milieu d’origine.
  • Aspirations. Même si 37 pour cent consomment de l’alcool et 82 pour cent ont tâté de la drogue, leur condition ne leur apparaît pas comme une fatalité : 77 pour cent aspirent à la vie et espèrent retourner un jour en famille.

7Au travers de toutes ces données, ce sont le dysfonctionnement des liens familiaux et l’accroissement de la pauvreté qui ressortent comme facteurs principaux de la fuite des enfants vers la rue. On peut de ce point de vue discerner trois types de situations :

  • Les structures familiales faibles. Une pauvreté excessive les caractérise. Dans ces familles, les parents n’ont souvent ni la volonté ni les ressources nécessaires pour s’occuper de leurs enfants qui restent livrés à eux-mêmes. On pourrait dire que dans ces familles, il est difficile de se mettre à l’écoute des enfants.
  • Les structures familiales très rigides. De niveau économique faible ou élevé, sans doute sous la pression de pesanteurs en particulier culturelles, certaines familles adoptent vis-à-vis de leurs enfants des comportements militaires. Au nom d’une certaine conception de leur éducation, les enfants sont contraints à tout accepter de leurs parents, même si c’est aux dépens de leur développement. Dans une telle situation, il n’existe pas de véritable échange entre parents et enfants.
  • Les structures familiales souples. Ce sont celles où parents et enfants regardent dans une même direction. Il y a dans ce cas possibilité d’écoutes réciproques et de ce fait moins de chances que l’enfant soit amené à fuir la cellule parentale.

L’action du BICE sur le terrain

8Deux structures d’action ont été progressivement mises en place pour assurer la réhabilitation et l’épanouissement intégral de l’enfant de la rue.

9L’opération Sauvetage a démarré en 1993 et s’est dotée d’un centre de transit pour les enfants de la rue de 5 à 14 ans. Le but premier du centre de sauvetage est la réinsertion des enfants de la rue dans leurs familles. Le travail avec eux s’inscrit dans une démarche qui consiste surtout à se mettre à leur écoute afin de mieux cerner leurs besoins puis répondre à ceux qui acceptent de retourner chez eux. Entre cette acceptation et la réelle envie de partir, le projet sauvetage estime qu’il est important de garder l’enfant pendant un séjour de quelques semaines, six à huit, afin d’entreprendre les démarches nécessaires au retour dans sa famille. Ce temps passé au centre n’est pas un moment de récréation oisif mais un séjour où l’enfant apprend à mieux se connaître et à s’ouvrir à un sens de la vie. Sous ce rapport, une série d’activités lui est proposée pour favoriser son épanouissement : alphabétisation, sport, activités socio-culturelles, hygiène, sorties de détente, travaux manuels, etc. Des contacts peuvent aussi être pris avec d’autres structures pour son placement en apprentissage et l’exemple du centre des frères amiguiens est à citer à ce titre.

10Une autre structure du BICE travaillant en faveur des enfants et des jeunes de la rue est le Centre Pilote d’Adjamé, CEPA, ou Maison de l’Enfance. Le but de cette structure est d’aider les enfants et les jeunes de la rue à se prendre en charge. Ce centre se veut d’abord espace de jeu et d’éveil des enfants pour favoriser la construction ou le renforcement de leur résilience. Mais c’est aussi un endroit où les enfants et les jeunes travailleurs peuvent passer un moment de recueillement pour bien mûrir, avec l’aide des animateurs, leurs plans d’activité.

11Le projet CEPA accorde une importance capitale à l’initiative personnelle, à l’exécution et à l’évaluation de ses actions.

12Que ce soit au centre de sauvetage ou au CEPA, l’approche du BICE reste centrée sur l’enfant non pas en tant que simple objet d’intervention mais sujet actif de son développement. En insistant sur l’écoute (présence de l’adulte, relation d’aide, établissement de la confiance), sur l’acceptation inconditionnelle de l’enfant (valorisation de sa capacité de construction de sa vie, estime de soi, ouverture) et sur la recherche-action participative (auto-prise en charge, responsabilisation), le BICE entend faire des enfants de la rue des personnes capables de devenir des adultes heureux.

Author

Bureau International Catholique de l’Enfance. Abidjan, Côte d’Ivoire

© IFRA-Nigeria, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540