Version classiqueVersion mobile

Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique / Youth, Street Culture and Urban Violence in Africa

 | 
Georges Hérault
, 
Pius Adesanmi

Abidjan. Une situation relativement bien maîtrisée ?

Alain Sissoko

Texte intégral

Introduction

1L’Afrique noire connaît de nos jours des mutations profondes en milieu urbain où des phénomènes tels que les enfants dans et de la rue, la délinquance, la criminalité juvénile et leurs différents liens avec la drogue, l’argent et la violence sont devenus des faits courants qui interrogent autant les pouvoirs publics que les institutions internationales, les ONG et la société des adultes.

2De nombreux jeunes se trouvent en effet dans les grandes villes africaines noires de plus en plus exclus de la société où ils essayent tant bien que mal de vivre ou survivre. Objets le plus souvent de la part des adultes de préjugés défavorables, ils sont la plupart du temps considérés par ceux-ci comme des individus définitivement condamnés à vivre en marge de la société ou qu’il faut chercher à rééduquer, resocialiser, reclasser ou réinsérer. Ces jeunes sont, dans une telle perspective, chosifiés et on occulte du coup le fait qu’ils sont des acteurs sociaux ayant des pratiques, des expressions symboliques et des représentations sociales dans, et par rapport à leur espace et leur temps de vie.

3La recherche en sciences sociales qui s’intéresse de plus en plus au phénomène de la marginalisation des jeunes en milieu urbain en Afrique noire met souvent l’accent sur la détermination presque totale de ce phénomène par des facteurs macrosociaux et/ou microsociaux. Dans le premier cas on se préoccupe en général de la pesanteur ou de la pression de la crise économique et de la pauvreté urbaine sur les individus (précarité et détérioration des conditions d’existence), de la sélection scolaire, de l’absence de débouchés professionnels et des effets criminogènes de l’aménagement de l’espace des villes. Dans le second, on aborde le plus souvent les troubles de comportement et de l’affectivité chez l’enfant ou le jeune en les considérant liés aux déséquilibres familiaux ou à l’irresponsabilité des parents.

4Ces approches, quoique intéressantes, sont souvent trop réductrices de la réalité psychosociale vécue par les jeunes marginalisés (famille, rue, école, travail, société et institutions de prise en charge) et ne permettent pas dès lors d’être suffisamment à l’écoute ou de comprendre leur rationalité, leur propre culture et celle des groupes auxquels ils se réfèrent.

  • 1 Perspective d’étude développée par Riccardo Lucchini en Amérique latine, cf. Lucchini 1993 et 1996.

5Ces derniers éléments, bien que conditionnés ou en relation avec le macro et le microsocial, nous paraissent obéir ou reposer sur une certaine autonomie des sujets qui mérite à notre avis d’être étudiée de façon approfondie en Afrique noire,1 si l’on veut mieux cerner le phénomène de la marginalisation de la jeunesse et y rendre efficaces les politiques de prise en charge des jeunes marginalisés.

6Le thème ‘Jeunes, culture de la rue et violence urbaine’ sera étudié à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire et ville cosmopolite de 2 500 000 habitants environ où le phénomène des jeunes marginalisés semble prendre une ampleur croissante.

7Nous chercherons dans ce travail à identifier les jeunes dans et de la rue, à les localiser et à connaître leur parcours et leur vécu dans cet espace, à cerner les contours et les dimensions de leur culture et à étudier les rapports de celle-ci avec la violence, et à faire enfin une évaluation des actions de prise en charge de la jeunesse marginalisée (jeunes dans et de la rue, jeunes délinquants) en Côte d’Ivoire.

Note méthodologique

8L’étude a été menée durant 3 mois dans les 10 communes d’Abidjan (Abobo, Adjamé, Attécoubé, Cocody, Koumassi, Marcory, Plateau, Port-Bouët, Treichville, Yopougon) dans le souci d’avoir une certaine représentativité du phénomène au plan spatial.

  • 2 Ville située à une trentaine de kilomètres d’Abidjan.

9Cette recherche ne s’est pas limitée au milieu ouvert, mais a été également effectuée en milieu fermé au Centre d’Observation des Mineurs (COM) situé dans la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) et au Centre de Rééducation de Dabou2 qui sont des institutions étatiques de prise en charge des jeunes délinquants dans un but de comparaison des résultats de l’enquête. Cette comparaison nous paraît pertinente, étant donné que tous les jeunes pensionnaires de ces deux centres, sont, selon les informations recueillies sur place, d’anciens enfants de ou dans la rue. Notre volonté était ici de voir s’il y avait au niveau de leur culture et de leur vécu de la rue une différence significative entre des jeunes évoluant dans cet espace et des jeunes délinquants, notamment dans leurs rapports avec la violence urbaine.

  • 3 Université de Cocody, Abidjan.

10L’étude a également pris en compte des résultats de travaux (mémoires de maîtrise) d’étudiants en criminologie3 sur les jeunes marginalisés à Abidjan et nous nous sommes intéressés à l’impact de la drogue sur leur criminalité violente ainsi que celle des délinquants mineurs pris en charge au COM et au Centre de Rééducation de Dabou. Signalons enfin que nous avons pu avoir accès à des statistiques de la police ivoirienne sur la criminalité des mineurs à Abidjan. Le problème ici, comme dans la plupart des pays d’Afrique noire, est que de telles statistiques ne reflètent que la criminalité apparente et/ou légale qui reste en général fortement en deçà de la criminalité réelle.

11L’enquête a porté en milieu ouvert sur 100 jeunes (dont l’âge varie entre 14 et 25 ans), soit 10 par commune, et en milieu fermé sur 100 mineurs au plan pénal (c’est-à-dire qui n’ont pas 18 ans révolus), dont 50 au COM et 50 autres au Centre de Rééducation de Dabou. Etant arbitraire, le choix de l’échantillon de population en milieu ouvert pose bien entendu des problèmes de représentativité. Il faut dire qu’il n’existe pas de base de sondage exhaustive d’une telle population (permettant par exemple de procéder au tirage aléatoire d’un échantillon) qui est d’autre part difficilement localisable dans une métropole telle qu’Abidjan avec ses différents types d’habitats (quartiers résidentiels, précaires, habitats sur cour commune, bidonvilles…).

12Dans le souci d’avoir un éclairage plus complet des rapports entre les jeunes marginalisés et la violence urbaine, nous nous sommes entretenus avec quelques témoins privilégiés de ce phénomène : responsables de la police, d’institutions de prise en charge des jeunes en difficulté et éducateurs. Les responsables de ces institutions de prise en charge ont également été enquêtés dans le cadre de l’évaluation des actions de leurs établissements en faveur de leurs jeunes pensionnaires.

13Au niveau du recueil des informations, les méthodes d’enquête utilisées ont été l’entretien et l’observation participante effectués par 10 de nos étudiants de maîtrise (soit 1 enquêteur par commune) et nous mêmes.

  • 4 Ceci peut se comprendre étant donné que les enfants de ou dans la rue sont actuellement en Côte d’I (...)

14Sans doute saturés aujourd’hui par les nombreuses questions qu’on leur administre sous divers prétextes de recherches, les jeunes en milieu ouvert aussi bien que fermé se sont montrés au début très réticents à l’égard de l’enquête4 et n’ont finalement accepté de répondre qu’aux items de notre guide d’entretien alors que nous voulions, au départ, recueillir leurs histoires de vie, technique d’enquête davantage susceptible d’apprécier l’itinéraire (dans sa complexité) du jeune marginalisé, sa ‘carrière’ et les logiques qui lui sont propres dans la rue.

  • 5 Nous n’ignorons cependant pas que tout item, même ouvert, véhicule toujours une problématique du so (...)

15Le guide d’entretien destiné aux jeunes a été constitué uniquement de questions ouvertes, étant donné qu’elles permettent au locuteur de s’exprimer assez librement alors que les questions fermées mesurent en général beaucoup plus les catégories de pensée du chercheur que celles de l’enquêté.5

16Nous avons délibérément choisi de présenter dans le corps du travail des extraits de discours de jeunes, dans la mesure où il nous semble que la plupart du temps c’est le chercheur qui, dans les étapes de l’analyse et de l’interprétation des données, parle à la place de ces derniers, ce qui ne traduit pas toujours à notre avis la réalité de leur vécu dans la rue, de la culture et des logiques qu’ils y acquièrent ou qu’ils y développent.

17En ce qui concerne l’analyse des données, celle-ci a mis l’accent sur l’aspect qualitatif (dans la mesure où ce mode de traitement de l’information épouse assez bien les méandres du comportement de l’objet) et reposera quelquefois sur la description quantitative. Il faut dire d’ailleurs que la méthode d’analyse de type quantitatif nous paraît en général peu opérationnelle dans le cadre d’études sur les jeunes marginalisés en milieu urbain où les statistiques, quelles que soient leurs provenances, restent toujours peu fiables, et aussi parce que nous avons affaire à un phénomène très fluctuant.

Identification, localisation, parcours et vécu des jeunes dans et de la rue

18Il s’agit ici de chercher à connaître les jeunes dans ou de la rue d’Abidjan. Quel est leur nombre ? Avons-nous les moyens de l’estimer ? Qui sont-ils, quelles sont leurs caractéristiques socio-économiques (âge, sexe, niveau d’étude, nationalité, situation matrimoniale et professionnelle des parents, etc.) ? Où habitent-ils et où exercent-ils leurs activités ? Est-ce l’accumulation de problèmes socio-économiques et psychologiques qui est à l’origine de leur départ dans la rue ou est-ce le résultat d’un choix personnel ? Existe-t-il une alternance entre la maison et la rue même chez l’enfant de la rue ? Le départ pour la rue est-il définitif, a-t-il occasionné une rupture brutale et totale avec la famille ou celui-ci a-t-il été progressif ? Quelles sont les significations et représentations sociales de la rue chez les jeunes et quels types d’activités y mènent-ils ? Quelles sont enfin les compétences que les jeunes acquièrent ou développent dans la rue ?

19Pour répondre à ces interrogations importantes pour la connaissance des jeunes et de leurs rapports avec leur milieu (la famille, la rue, l’école, le travail, la société, les institutions de prise en charge), nous nous servirons surtout des résultats de l’enquête effectuée auprès des jeunes en milieu ouvert et fermé à Abidjan dans la mesure où les données relatives à ces items n’existent pas en Côte d’Ivoire, ou lorsqu’il y a des réponses à quelques uns d’entre eux, elles sont peu représentatives de la réalité.

Identification et localisation des jeunes dans et de la rue

  • 6 UNICEF – Fonds des Nations Unies pour l’Enfance.
  • 7 LAFED – La Famille pour les Enfants en Difficulté.
  • 8 BICE – Bureau International Catholique de l’Enfance

20Les chiffres relatifs au nombre de ces jeunes marginalisés varient d’une source à l’autre. Selon une estimation de l’UNICEF6 et du Ministère de la Santé et de la Protection Sociale, il y avait en 1992 à Abidjan 12 463 enfants et jeunes de la rue. Ce chiffre serait passé en 1994, toujours selon cette institution internationale, à 14 000. Des ONG telles que LAFED7 estiment que ce nombre est en deçà de la réalité et qu’il y a à Abidjan plus de 17 000 enfants de la rue aujourd’hui. Le BICE8 quant à lui, évalue l’effectif des enfants de la rue à Abidjan à 229. En fait lorsque l’on y regarde de plus près, on constate qu’en dehors de cette dernière ONG, l’UNICEF, les autres institutions non gouvernementales et les pouvoirs publics surestiment le nombre des jeunes de la rue puisqu’ils y englobent pêle-mêle les enfants de la rue, dans la rue (ceux qui rentrent chez eux tous les soirs) et les enfants abandonnés.

21La réalité de ces jeunes marginalisés reste donc, sur le plan statistique, mal connue, et on peut se demander si nous avons réellement les moyens de l’apprécier, étant donné qu’Abidjan continue d’être aujourd’hui un pôle d’attraction économique pour les ruraux et des migrants d’Afrique noire, notamment ceux qui viennent ou qui cherchent à s’y installer avec leurs familles.

22Il arrive également comme nous l’a montré notre enquête que des jeunes dans la rue ou de la rue aillent pour une raison ou une autre, s’installer dans l’intérieur de la Côte d’Ivoire pour une période déterminée (qui peut varier de 2 mois à 1 an) avant de revenir à Abidjan. Il y a donc une fluctuation de populations qui ne permet pas de mesurer fidèlement le nombre de jeunes marginalisés dans la capitale, sans parler des nouvelles arrivées de jeunes dans la rue.

23Si on considère que les jeunes de la rue (qui font en général de cet espace leur demeure habituelle) et dans la rue partagent les caractéristiques suivantes : ‘ils habitent la ville’, ‘développent des stratégies de survie’, et ‘sont exposés à des risques spécifiques importants dans leur espace de vie (la rue)’, il nous semble que les statistiques de l’UNICEF évoquées plus haut paraissent traduire correctement la réalité de ce phénomène de la marginalisation des jeunes à Abidjan. Selon ces statistiques, il y avait en 1992, 4 610 filles soit 36,99 % de la population ‘des enfants de la rue’ contre 7 853 garçons, soit 63,01 %.

  • 9 Signalons qu’en dehors de l’année 1992, il n’existe pas à notre connaissance en Côte d’Ivoire de st (...)

24En dehors de la variable liée au sexe, il faut dire qu’il existe – comme nous l’avons déjà évoqué plus haut – très peu d’informations relatives à la distribution des jeunes dans ou de la rue selon l’âge, la nationalité, l’activité ou les activités exercées, le niveau d’étude, le nombre d’enfants à charge dans la famille, la situation professionnelle et matrimoniale des parents. Ces aspects seront étudiés dans le cadre de l’enquête menée auprès des jeunes en milieu ouvert. L’UNICEF donne en revanche (pour 1992), ainsi que l’indique le tableau ci-après, des informations sur la répartition des ‘enfants et jeunes de la rue’ selon les lieux de résidence et de travail.9

Tableau n°1. Répartition des enfants et jeunes de la rue en fonction de la commune de résidence et du lieu de travail

Tableau n°1. Répartition des enfants et jeunes de la rue en fonction de la commune de résidence et du lieu de travail

25Il apparaît dans ce tableau que les ‘enfants et jeunes de la rue’ exercent dans leur grande majorité leurs activités dans leur commune de résidence. Ce qui nous incline à croire que nous avons affaire ici à des enfants dans la rue et non de la rue. Nous penchons en faveur de cette hypothèse dans la mesure où il est difficile pour un enfant ou jeune de la rue d’entretenir de très faibles relations avec sa famille tout en évoluant dans sa commune de résidence, où il peut à tout moment subir l’effet du contrôle de sa communauté ou de la société d’interconnaissance.

26Ces statistiques, si elles reposent sur des données assez fiables, tendraient à conforter l’étude du BICE selon laquelle il y aurait à Abidjan moins d’enfants de la rue qu’on ne le pense habituellement.

  • 10 A Abidjan, le Plateau peut être considéré comme la ‘commune chic d’affaires et de commerce’ où habi (...)

27Le Plateau10 est le quartier où l’on recense le plus grand nombre d’entre eux. Mais c’est aussi le quartier vers lequel se déplace un grand nombre de jeunes qui viennent y ‘travailler’ et qui regagnent le soir leurs domiciles situés dans des quartiers périphériques. Ils y exercent diverses activités parmi lesquelles sont représentés les petits métiers suivants :

  • cireurs de chaussures

  • gardiens de voitures

  • vendeurs de mouchoirs en papier

  • vendeurs de journaux

  • vendeurs ou vendeuses d’eau glacée

  • vendeuses d’oranges, d’œufs bouillis, de légumes…, aux abords des grandes surfaces commerciales et des salles de cinéma

  • mécaniciens (mécanique auto) ambulants

  • porteurs de bagages dans les marchés et dans les gares

  • ‘balanceurs’ (apprentis dans les gbakas, mini-cars assurant le transport de passagers)

  • coxers dans les gares

28Cette liste de petits métiers qui n’est d’ailleurs pas exhaustive s’inscrit dans les logiques de survie que développent les jeunes dans la rue. Signalons en outre que derrière ces petits métiers qui relèvent de l’ordre de la visibilité, se cachent bien souvent d’autres types d’activités (vols, vente de drogues, agressions, etc.) qui font référence à une logique de l’invisibilité. En fait, des études réalisées par nos étudiants de criminologie montrent que l’exercice de petits métiers sert chez de nombreux jeunes de couverture à des activités illégales. La frontière entre le champ de la normalité et celui de la déviance reste donc ici très indécise, voire inexistante, comme nous le verrons plus loin en ce qui concerne les jeunes sur lesquels nous avons enquêté.

29Notons également que de nombreux jeunes s’adonnent à la mendicité et les filles à la prostitution informelle qui leur permet d’arrondir les maigres revenus qu’elles tirent généralement de leurs autres activités.

30L’exercice de petits métiers chez les jeunes comporte des caractéristiques qui font d’eux des cibles privilégiées de la répression policière, puisqu’ils encombrent les voies et espaces publics les plus animés, ne payent pas les taxes municipales et que les adultes considèrent généralement qu’il sont tous des délinquants qui menacent l’ordre public.

31En ce qui concerne la localisation des enfants dans et de la rue, le tableau que nous avons présenté plus haut laisse apparaître le fait que la très grande majorité des ‘jeunes de la rue’ exercent leur activités dans les communes commerciales et d’affaires telles que Abobo, Adjamé, le Plateau, Treichville et Yopougon. Ceci peut aisément se comprendre dans la mesure où ils préfèrent sans doute évoluer dans de tels espaces qui leur offrent plus d’occasions de ‘se débrouiller’ ou d’y trouver une plus grande clientèle qu’ailleurs. Les véritables enfants de la rue passent quant à eux la nuit sur les trottoirs, à même le sol ou dans des caisses en carton ramassées ici et là autour des marchés, dans des véhicules stationnés dans les gares, dans les marchés, les terrains vagues, les immeubles abandonnés ou sous les ponts…

32Ce qu’il faut surtout retenir ici est que les jeunes dans et de la rue ont aujourd’hui une mobilité spatiale assez forte à Abidjan. Ceci peut s’expliquer par le fait de leur nombre sans cesse croissant qui réduit, à cause de la concurrence, les opportunités que leur offre leur espace habituel de vie (leur rue). Ils vont donc comme ils le disent souvent eux-mêmes se ‘chercher’ alors ailleurs.

33Même si certains parmi eux tissent parfois des relations socio-économiques assez durables avec des adultes dans différents réseaux d’activités, ce qui les lie d’une certaine façon à leur territoire, il est rare de voir de nos jours des enfants évoluer dans la même rue durant plus d’une année. Il n’y a donc apparemment pas d’identité de territoire chez des jeunes partageant le même espace ; ce qui compte pour eux, comme l’enquête le montrera plus loin, c’est de trouver des lieux qui leur offrent les meilleures opportunités. Il convient d’ajouter à cela que leur mobilité spatiale peut également trouver son origine dans leur volonté d’échapper au contrôle institutionnel fréquent (forces de l’ordre, institutions de prise en charge) et social (parents ou communauté d’appartenance).

34La présentation générale des enfants dans et de la rue que nous venons de faire, nous amène à étudier ci-dessous leur parcours et le vécu de leur espace.

Parcours et vécu des jeunes dans et de la rue

  • 11 Soulignons que la Variable du sexe n’a pu être prise en compte de façon complète pour des raisons i (...)

35Avant d’aborder précisément cet aspect de notre travail, il nous paraît opportun de présenter les caractéristiques socio-économiques de nos jeunes enquêtés dans et de la rue.11 L’enquête menée auprès des jeunes de 14 à 25 ans en milieu ouvert donne sur le plan de leurs caractéristiques socio-économiques les résultats suivants :

Tableau n°2. Répartition des jeunes dans et de la rue par tranche d’âge

Tableau n°2. Répartition des jeunes dans et de la rue par tranche d’âge

36En tenant compte des limites d’ordre méthodologique liées au mode de choix de cet échantillon de jeunes, un tel tableau laisse entrevoir le fait que les individus dont l’âge varie entre 14 et 19 ans constituent 77 % de la population des enfants dans et de la rue, ce qui signifie qu’au delà de cet âge, on peut se demander ce qu’ils deviennent dans la société. Une recherche que doit entreprendre Yves Marguerat à Abidjan devrait essayer de répondre à cette question. S’intègrent-ils dans la société au plan professionnel, ou dans des gangs, ou bien vont-ils ailleurs ?

Tableau n°3. Répartition des jeunes dans et de la rue par rapport au niveau d’instruction

Tableau n°3. Répartition des jeunes dans et de la rue par rapport au niveau d’instruction

37S’agissant de leur niveau d’instruction, il faut noter que la plupart des jeunes ont déclaré ne pas avoir franchi le cap des études primaires (52 %) tandis que 16 % disent avoir interrompu leur formation dans le cycle secondaire (4ème et 3ème). 23 % sont analphabètes et 9 ont fréquenté l’école coranique. Ceci peut se comprendre, dans la mesure où l’enquête montre que leurs parents appartiennent en majorité à des catégories socio-professionnelles pauvres qui ont en général du mal à faire face aux frais de scolarité de leurs enfants.

38En effet, 65 % des jeunes enquêtés sont issus de ménages dont le chef (père, mère, tuteur) est sans activité professionnelle. 33 % de ces jeunes appartiennent à des familles dont les responsables sont ouvriers, manœuvres ou petits commerçants. 2 % ont leurs parents qui travaillent dans la fonction publique où ils occupent des postes d’agents de bureau.

39S’agissant de leur nationalité, l’enquête met en relief le fait qu’il existe une forte proportion de jeunes non-ivoiriens parmi les enfants dans et de la rue. 42 % sont en effet étrangers (maliens, burkinabés et guinéens) contre 58 % d’ivoiriens. Cette situation peut s’expliquer par le fait que les populations étrangères d’Afrique noire font en général partie des pauvres en milieu urbain qui ont des difficultés à prendre en charge leurs enfants.

40Concernant la situation matrimoniale de leurs parents, l’enquête révèle que 64 % sont issus de familles unies contre 36 % de familles désunies. Ceci peut nous amener à dire – contrairement à ce qu’en pensent de nombreux auteurs, ONG et institutions internationales et de prise en charge – que les déséquilibres familiaux ne constituent pas le facteur qui explique le plus la marginalisation des jeunes en milieu urbain.

41En dehors des caractéristiques socio-économiques des jeunes exposées ici, il convient d’ajouter que la grande majorité d’entre eux, soit 89 %, ont déclaré qu’ils étaient mal intégrés dans leur espace d’habitation familial, étant donné que leurs parents ont en moyenne à charge (ce que montre l’enquête) 11 personnes qui doivent partager un logement de deux pièces (le plus souvent dans des habitations sur cour commune situées dans des quartiers précaires).

42Ces populations, démunies sur le plan financier et matériel, assistent-elles alors, impuissantes, ou encouragent-elles contre leur gré le ‘départ naturel’ de leurs enfants dans la rue ? Sont-ce les déséquilibres familiaux ou la destructuration des familles qui expliquent ce départ, celui-ci est-il le fait d’une décision, d’un choix personnel des jeunes, ou est-ce la combinaison de tous ces éléments qui rendent compte de leur marginalisation ? Comment la rue est-elle vécue par l’enfant qui s’y trouvre ? L’étude des parcours des jeunes de la rue devrait nous apporter quelques réponses à ces questions.

43Sur les 100 jeunes de notre échantillon, 11 (dont 2 au Plateau et 1 dans chacune des autres communes) ont déclaré être des enfants de la rue contre 89 qui disent appartenir à la catégorie d’enfants dans la rue. Ces jeunes s’adonnent aux différents types d’activités dont nous avons parlé plus haut. Concernant les motivations de leur départ dans la rue, nous avons pu recueillir auprès des jeunes les types de discours suivants :

AP (Enfant dans la rue). Je vis avec mon père et ma mère ; j’ai été déscolarisé au CM1 (cours moyen première année), parce que mes parents n’avaient pas les moyens de payer ma scolarité. Mon père et ma mère n’ont pas d’argent pour s’occuper de mes frères et de mes sœurs. Il n’y a rien à la maison, on ne peut même pas manger régulièrement, se soigner quand on est malade ; même un repas par jour, c’est difficile. Tout ceci m’a amené à partir un jour dans la rue pour me débrouiller. Je travaille dans la rue, je garde les voitures, je gagne entre 1 000 et 1 500 F CFA par jour ; avec ça, j’aide mes parents. On ne part pas comme ça dans la rue ; il faut avoir des amis qui y sont et qui t’encouragent à y venir. Moi, j’ai essayé pendant 2 à 3 mois ; quand j’ai vu qu’on peut se faire de l’argent dans la rue, j’ai décidé de travailler ici, ça rapporte quand même.
FD (Enfant dans la rue). J’ai arrêté mes études dans le secondaire, je suis venu dans la rue, parce que j’ai vu que l’ambiance y était au point. Je retrouve un équilibre dans la rue ; il n’y a pas de parents pour t’insulter chaque fois que tu fais une bêtise. Mes parents sont pauvres et avec ça il ne me laissent pas respirer avec leurs conseils de tous les jours. Nous les jeunes qui quittons nos parents pour aller travailler dans la rue, c’est pour avoir notre indépendance et y chercher ce que nous ne trouvons pas à la maison. Quand on est dans la rue on se sent libre et puis on y trouve tous les moyens d’avoir de l’argent. Pour venir dans la rue, il faut d’abord qu’on t’en parle, tu essayes et si tu es content tu pars tous les jours le matin très tôt de la maison pour ne rentrer que tard le soir et pour ne pas avoir affaire au vieux et à la vieille.
KC (Enfant dans la rue). C’est la mésentente entre les parents qui m’a fait partir dans la rue. Il y a toujours des histoires avec la marâtre ; mon père a chassé ma mère pour épouser une autre femme avec qui je ne m’entends pas. Il y a en plus les problèmes de nourriture à la maison, mes frères, mes sœurs et moi nous n’avons rien ; on ne peut pas s’habiller, la maison est trop petite ; on s’entasse dans une chambre pour dormir. Tout ceci m’a obligé à aller me chercher dans la rue où je trouve de quoi manger ; parfois c’est moi-même qui apporte l’argent de la popote à la maison, parce que mon père a perdu son emploi depuis longtemps. Avant de partir dans la rue, un jeune doit chercher à la connaître parce qu’il y a trop de dangers, la police, les bandits qui vous prennent votre petit argent. Voilà pourquoi j’ai mis du temps avant de décider de venir dans la rue ; mes frères eux ne veulent pas le faire parce qu’ils ont peur.
DY (Enfant dans la rue). Moi je suis venu dans la rue pour me débrouiller parce que je veux montrer à mes parents que je peux m’en sortir tout seul. C’est vrai qu’il y a le décès de ma mère qui a créé une mauvaise ambiance familiale ; mais étant donné que je n’ai pas réussi à l’école et que mon père m’en veut pour cela, il m’a négligé et j’ai décidé de travailler dans la rue pour qu’il comprenne qu’un jeune peut se débrouiller sans l’école. Il faut dire la vérité, nous les jeunes qui décidons de venir dans la rue c’est aussi parce que cela nous plait, nous préférons rester ici et nous débrouiller plutôt que d’être comme un bois mort à la maison et ne rien y faire.

44Ce sont des facteurs d’ordre socio-économique (pauvreté du milieu familial, rupture de scolarisation…) et psychologique (mésentente familiale, désunion de la famille, frustrations, révolte, ressentiment de l’enfant vis-à-vis du père et de la marâtre, volonté d’avoir une certaine indépendance par rapport aux contraintes familiales, recherche de liberté…) qui semblent expliquer à première vue le départ des jeunes dans la rue.

45Mais les types de discours recueillis montrent que chez la grande majorité des jeunes, le départ résulte également d’une décision personnelle. L’enfant, au contact de camarades ou d’amis ayant déjà une expérience de la rue, apprend à connaître les avantages et inconvénients de cet espace avant d’imiter ses pairs, de s’y installer et d’y exercer différentes activités.

46C’est en faisant jouer ses compétences cognitives et à partir d’un processus d’imitation que le jeune décidera donc de ‘se débrouiller’ dans la rue : une combinaison d’éléments relevant du macro et micro social et en relation avec une décision personnelle semblent expliquer le passage de l’enfant de la maison à la rue. Les mêmes motivations sont attestées chez les enfants de la rue et c’est la raison pour laquelle nous n’avons pas rapporté ici les discours de ces derniers à ce sujet.

47Ce passage à la rue, il faut le souligner, est en général progressif, sauf évidemment s’il s’agit d’un enfant abandonné. Nous citons ci-dessous un extrait du discours d’un enfant de la rue qui nous paraît à ce sujet fortement significatif :

NA (Enfant de la rue). Je n’étais pas à l’aise à la maison à cause des palabres des parents qui ne finissaient plus et parce qu’il n’y avait rien à la maison. Mes frères, mes sœurs et moi on ne savait pas comment se nourrir, se soigner et manger. Je suis allé voir des amis qui travaillaient et se débrouillaient depuis longtemps dans la rue ; j’ai regardé comment ils travaillaient, les problèmes qu’ils rencontraient tous les jours durant 2 mois. J’ai vu que c’était plus intéressant de vivre dans la rue qu’à la maison à cause de l’argent que l’on peut gagner ici. J’ai commencé à ne plus rentrer tous les soirs à la maison et puis un jour, je suis resté dans la rue. Cela, fait 10 ans que je suis ici, ça va dans l’ensemble. Nous qui venons dans la rue c’est parce que cela nous plait.

48Par rapport au séjour des jeunes marginalisés dans la rue, nous avons obtenu les résultats suivants : 48 % de notre échantillon nous ont déclaré qu’il travaillaient dans cet espace urbain toute la journée mais qu’ils passaient la nuit chez des amis et non chez leur parents. 11 % seulement, c’est-à-dire ceux que l’on peut considérer comme enfants de la rue ont affirmé vivre tout le temps (de jour comme de nuit) dans ce lieu. Ceci signifie qu’il n’y a que 41 % de notre échantillon qui d’après leurs déclarations rentrent dans leur famille tous les soirs.

49Ceux qui, selon leurs dires, passent la nuit chez des amis, affirment qu’ils louent avec ces derniers une petite chambre à 2, 3 ou 5 000 F par mois et n’ont par conséquent que des relations épisodiques ou inexistantes avec leurs parents. L’enquête montre donc que la majorité des enfants dans la rue (soit 48 %) ont, comme ceux de la rue, de très faibles relations avec leurs parents :

SK (Enfant dans la rue). Je suis parti de la maison, parce qu’il n’y avait rien à manger là-bas, il y avait aussi le mésentente familiale, on m’insultait chaque fois parce que j’avais échoué à l’école. Je suis venu me débrouiller dans la rue où je travaille toute la journée ; le soir je rentre dans le studio que je partage avec un ami ; mes parents, je les vois une fois tous les 3 ou 6 mois ; je n’ai pas leur temps, je me cherche, c’est tout ; il m’arrive même de ne pas les voir pendant deux ans.
KV (Enfant de la rue). Je suis dans la rue depuis 6 ans, je dors ici, je fais tout ici ; mes parents ne se préoccupent pas de ma vie, moi aussi je m’en fiche d’eux. Je gagne ma vie ici, je me débrouille comme tout le monde. Je vais parfois à la maison pour voir rapidement la famille, mais cela dépend de moi. Je peux aller tous les 2 mois comme je le faisais il y a 3 à 4 ans de cela, mais aujourd’hui ça fait à peu près 2 ans que je ne les vois plus ; je cherche l’argent, c’est tout ce que je veux ; qui a le temps aujourd’hui ?

50Comme le signifient ces deux types de discours recueillis auprès de ceux que l’on appelle enfants dans et de la rue, il existe chez ces jeunes une certaine mort sociale en ce qui concerne les relations qu’ils entretiennent avec leurs parents.

51On peut se demander alors si les modes de séjour dans la rue (passer la nuit et vivre habituellement dans cet espace ou non) sont suffisants pour définir l’enfant de et dans la rue.

52Soulignons d’autre part qu’il existe, même chez l’enfant de la rue, une alternance entre la maison et la rue. Ce séjour pouvant être variable en fonction des événements ou circonstances que l’enfant rencontre dans cet espace :

KY (Enfant de la rue). Je suis dans la rue depuis plusieurs années ; face à la pauvreté de la famille, je suis venu me débrouiller ici ; j’ai trop de frères et sœurs, nous sommes 15 au total, ce n’est pas possible de tenir le coup à la maison. Dans la rue je trouve des petits boulots, je dors ici ; cela m’arrange, puisque je travaille sur place. Je vais voir ma famille quand il y a un décès ou quand on me dit que le vieux ou la vieille ou un frère ou une sœur est très malade. L’année dernière, je suis tombé moi même gravement malade ; je n’avais pas d’argent pour me soigner ; je suis alors parti à la maison où mes parents m’ont soigné durant 1 mois avec la médecine traditionnelle.

53La rue n’est donc pas un champ clos d’évolution des jeunes marginalisés, étant donné qu’il existe en général pour la majorité d’entre eux une certaine alternance entre la rue et la maison. Il faut dire aussi que des enfants dans et de la rue privés de liberté pour infractions diverses (vol, viol, agression à main armée…) peuvent pour cette raison ne plus avoir de contact direct avec la rue durant des périodes plus ou moins longues. Dans les cas de récidive dans la délinquance, on assiste chez l’enfant à une alternance régulière entre l’institution de prise en charge, la rue et parfois la maison familiale.

54Concernant le vécu de la rue chez les jeunes marginalisés (enfants dans et de la rue), l’enquête livre des résultats intéressants. Au niveau de leurs pratiques dans la rue, tous les enfants de notre échantillon ont déclaré venir dans la rue pour s’y débrouiller. A la question de savoir ce que signifie pour eux l’expression ‘se débrouiller’, 85 % (dans lesquels sont inclus les 11 jeunes de la rue) nous ont fourni les types de réponses suivants :

Se débrouiller, c’est ‘grouiller’ pour faire tous les petits métiers qui peuvent nous permettre de vivre dans la rue. Se débrouiller c’est tout ce qui peut nous donner des ‘jetons’, c’est-à-dire l’argent.
Se débrouiller c’est se libérer des parents, avoir son indépendance dans la rue et y chercher son avenir par tous les moyens.
Se débrouiller, c’est faire des petits boulots, voler pour avoir sa nourriture, agresser les gens pour leur prendre leurs chaînes et leurs portefeuilles, mendier. Celui qui ne connaît pas tout ça ne peut pas s’en sortir dans la rue puisque, les petits boulots que nous faisons ne nous permettant pas de faire face à nos besoins vitaux, il faut se battre dans la rue pour avoir l’argent, ce qui fait qu’on peut se passer des parents.

55L’enquête révèle ici qu’il existe chez les jeunes une volonté d’avoir sur le plan socio-économique une autonomie par rapport au milieu familial et fait apparaître de façon implicite que la poursuite d’un objectif de survie légitime à leurs yeux toutes les actions qu’ils mènent dans la rue. Ces jeunes peuvent ainsi passer ‘sans problème’ de la normalité à la déviance et vice-versa.

56Un des enquêtés (enfant dans la rue) nous a à ce propos tenu le discours suivant qui nous paraît fortement significatif :

Les jeunes que vous voyez dans la rue sont tous les mêmes. Ils font semblant de s’intéresser à leurs petits boulots ; mais dès que l’occasion se présente, lorsqu’il y a un cafouillage dans la rue, ils peuvent vous voler votre portefeuille en un temps record, et revenir tout de suite sur les lieux du vol pour faire leurs petits boulots pour faire croire qu’ils sont innocents ; c’est ça se débrouiller à Abidjan. Les métiers que l’on fait, c’est ce que vous les tontons vous voyez ; mais vous ne voyez pas l’autre côté.

57De nombreux jeunes affichent ainsi leur visibilité pour se rendre invisibles. Toujours dans la logique de la débrouillardise, les jeunes font jouer pleinement leurs compétences instrumentales. Durant la saison des pluies, de nombreuses rues à Abidjan sont inondées, les caniveaux étant la plupart du temps bouchés par des déchets. C’est l’occasion que choisissent alors des enfants pour guider les conducteurs de véhicules vers les ‘bons chemins’ à suivre pour ne pas tomber dans les caniveaux ou dans les crevasses qui parsèment la chaussée. Les voitures qui suivent ces ‘bons chemins’ se retrouvent en fait rapidement piégées, au grand étonnement des conducteurs qui doivent alors payer un prix relativement élevé aux enfants pour que leur véhicule soit extrait de ces chausse-trappes désagréables.

58Les jeunes qui créent ainsi des besoins chez les adultes font donc preuve d’une grande capacité d’adaptation à la rue, puisqu’ils y saisissent toutes les occasions qui s’offrent à eux pour gagner de l’argent. Se situant dans une logique de la circularité et donc du provisoire, ils s’adonnent à différentes activités selon les situations du moment qui sont les plus opportunes.

59Sachant par exemple que lors de la fête de la Toussaint, les catholiques se rendent aux cimetières pour prier leurs morts, des jeunes les précèdent chaque année en ces lieux pour désherber autour des tombes ou pour être prêts à peindre celles-ci sur la demande des parents des défunts. Connaissant pratiquement, à force de les y voir toutes les années, les familles qui viennent dans les cimetières, ils savent localiser souvent mieux que les parents eux-mêmes les tombes de leurs défunts. C’est l’occasion qu’ils choisissent pour dire aux familles (dont ils appellent les responsables tontons ou taties) attristées qu’il mènent vers ces tombes qu’il veillent à l’entretien de celles-ci tout le temps, ce qui signifie implicitement que ces familles doivent par conséquent leur en être reconnaissantes. Prétendant même parfois que les fleurs sauvages qui poussent autour des tombes sont leur œuvre, ils savent utiliser les sentiments de tristesse des parents pour se faire en une journée pas mal d’argent.

60Les jeunes dans ou de la rue font donc jouer à merveille, à certaines occasions, leurs compétences cognitives et affectives pour réaliser leurs objectifs instrumentaux, c’est-à-dire financiers.

61En ce qui concerne les perceptions et les représentations sociales que les jeunes ont de la rue, l’enquête donne les résultats qui suivent. Tous les enquêtés considèrent que la rue constitue un espace de contraintes matérielles :

Il est difficile de vivre dans la rue et d’y travailler. On est livré à soi-même et à plusieurs dangers qu’il faut affronter seul. Il y a la mort, la pression des policiers sur vous, la maladie, l’insécurité, les bandits et les plus forts qui vous agressent pour prendre le peu d’argent que vous gagnez.

62Si la rue apparaît aux yeux des jeunes comme un espace de contraintes, elle est également pour eux synonyme de liberté :

Quand on est dans la rue on se sent libre, il n’y a pas les parents qui vous gênent, on peut être autonome, gagner son propre argent et le garder pour soi-même. Vous pouvez vous promener où vous voulez, vous êtes libre comme le vent.

63La rue est donc en général vécue de façon ambivalente par les jeunes qui disent préférer cependant, malgré les contraintes dont elle est jonchée, vivre ou travailler dans cet espace parce qu’on ‘peut y trouver son avenir’.

64A ce propos, on peut souligner que 68 % des jeunes enquêtés, ont déclaré qu’ils ne regrettent pas avoir interrompu leur cursus scolaire, dans la mesure où la rue leur permet de trouver des réponses concrètes et immédiates à leurs problèmes socio-économiques :

Même quand tu es à l’école et que ta famille est pauvre, tu n’arrives pas à manger une fois par jour, parce que les parents n’ont rien. Alors, pourquoi rester à l’école ? Les jeunes que vous voyez dans la rue ont des problèmes pour se nourrir ou s’habiller lorsqu’ils sont à la maison et à l’école. Ici, dans la rue, tu arrives toujours à gagner quelque chose directement pour te permettre de vivre. A la maison c’est la souffrance.

65L’école n’est donc pas perçue par ces enquêtés comme le seul moyen de réussite sociale. Le type de discours exposé ci-dessus est révélateur de la pauvreté économique dans laquelle baignent de nombreuses familles à Abidjan et peut permettre de comprendre la motivation des 68 % de nos enquêtés à partir de chez eux et à choisir de rester dans la rue ou d’y travailler.

  • 12 PNUD, Projet IVC/96/007/4/01/99, Abidjan.

66Une étude que nous menons actuellement dans le cadre du programme municipal de lutte contre la pauvreté urbaine à Abidjan conforte ce que nous venons de dire puisque, dans la commune d’Adjamé par exemple, l’accès à la nourriture constitue le premier besoin des ménages pauvres ; viennent ensuite dans un ordre hiérarchique décroissant, la santé, le logement, l’emploi, la collecte des ordures et la sécurité.12

67Si la majorité des jeunes enquêtés en milieu ouvert ou fermé déclarent préférer rester dans la rue à cause de la misère économique des parents et des problèmes relationnels qu’il ont avec ces derniers, le discours produit sur l’image qu’ils gardent de leur famille présente de façon paradoxale une opinion positive par rapport à celle-ci. A la question de savoir ce qu’ils pensent de leur famille, nous avons obtenu les types de réponses suivants :

J’aime mes parents, ce sont eux qui ne m’aiment pas.
Je ne pense rien de ma famille, seulement, je ne les oublierai jamais, ils m’ont apporté beaucoup dans ma vie, ma famille est gentille.
Je n’ai rien à reprocher à mes parents, c’est parce qu’ils sont pauvres qu’il y a toujours des histoires avec nous les enfants.
Je n’en veux pas trop à ma famille. Je l’aime malgré tout.

68L’image positive de la famille qui se dégage de ces discours traduit sans doute le fait que la plupart des jeunes craignent ou ne veulent pas connaître une exclusion socio-affective par rapport à leurs parents. Ceci explique pourquoi, tout en critiquant de façon acerbe leur famille à travers leurs réponses à certains items, les enquêtes idéalisent celle-ci quand des questions abordent les relations affectives qu’ils ont avec leurs parents.

69En dehors de l’école et de la famille, quelles sont les perceptions et représentations sociales que les jeunes ont de la société ? Soixante-quinze pourcent des enquêtés estiment qu’ils vivent dans une société urbaine implacable, dominée par l’argent et où des démunis comme eux n’ont aucune place. Se sentant exclus d’une société qu’ils considèrent injuste, ils éprouvent un profond ressentiment vis-à-vis de celle-ci :

Dans la société dans laquelle nous vivons, nous les pauvres on ne tient pas compte de nous ; quand tu n’as pas l’argent, qui te regarde ? On te laisse mourir ; les plus nantis se foutent de notre misère ; ils se moquent de nous ; ceci n’est pas normal, nous, on en veut à la société qui ne se préoccupe pas de nous.

70Traités le plus souvent par les adultes de délinquants, identité qu’ils refusent et qu’ils rejettent systématiquement, les jeunes de et dans la rue légitiment les actes illégaux qu’ils posent par l’anomie généralisée d’une société où les adultes ne sont pas eux-mêmes des modèles :

Ici, dans notre pays, tout le monde se débrouille ou tout le monde vole avec la vie qui est chère. Les grands frères et les tontons se débrouillent comme nous, pourquoi alors nous traitent-ils de délinquants ?

71La référence à l’anomie de la société vient en quelque sorte renforcer ou conforter l’idéologie criminelle chez des jeunes confrontés quotidiennement à des problèmes de survie.

72Face à ces représentations sociales des jeunes dans et de la rue, quelles sont les valeurs et normes qui orientent et structurent leurs différentes actions sociales ?

Culture de la rue et violence urbaine

73Lorsque l’on a demandé aux jeunes dans ou de la rue quelles étaient les valeurs, normes et attitudes qu’il fallait adopter pour pouvoir vivre dans cet espace, nous avons obtenu les types de réponses suivants auprès de leur grande majorité.

Pour vivre dans la rue et dans la société, il faut être un caïd, être dur, avoir la force, savoir grouiller pour s’en sortir dans toutes les situations.
Il faut jouer au dur, ne jamais reculer devant quelqu’un même si on sent qu’il est plus fort que soi. La rue, c’est la loi du plus fort.
Il faut être un guerrier plein. Quelqu’un qui n’a pitié de personne ; il faut être un hors-la-loi, il faut se foutre de tout, pouvoir supporter tous les malheurs de la terre.

74Dans leur logique de survie dans un espace (la rue) et une société qu’ils considèrent implacables, dans la mesure où ils sont truffés de différents types d’adversité qu’ils doivent affronter ou surmonter, les jeunes font en général référence à des ‘valeurs criminelles’ qui orientent les actes qu’ils posent ou les comportements qu’ils ont à observer. C’est sans doute par rapport à ces valeurs qu’ils ajoutent également que ‘pour vivre dans la rue il ne faut pas avoir peur de la mort’. Ce qui signifie que ces jeunes, conçoivent que leur mort sociale peut à tout moment déboucher sur la mort biologique quand ils sont confrontés par exemple aux forces de l’ordre. Le discours suivant d’un enquêté nous paraît à ce propos fortement significatif :

Quand tu n’as plus tes parents avec toi, tu es seul, tu n’as peur de rien, tu n’as de comptes à rendre à personne. Alors si la police veut te prendre pendant que tu fais un coup, il ne faut pas te laisser faire, il faut te défendre, si elle te tue qu’est-ce que tu as à perdre ?

75Chez les jeunes enquêtés en milieu fermé (’ex-enfants dans ou de la rue’) le degré d’attachement à la violence comme mode de vie à adopter semble encore plus élevé que chez les jeunes du milieu ouvert. Ils estiment en effet tous que, la société étant injuste et faite d’inégalités sociales, il est normal que chaque individu prenne son ‘dû’ par la force ou la violence dès que l’occasion se présente :

Moi je ne vole pas, je ne tue pas. Mais je comprends les bandits qui font ça. Ils sont saouls ou ils se droguent ; ils ne réfléchissent pas ; si tu mets ta banque devant eux ; ils la prennent ou l’attaquent dès qu’ils peuvent le faire. Si tu as de l’argent et que quelqu’un te fait un hold up, c’est toi qui l’a provoqué. Si tu as de jolis appareils, lui, il est sans emploi, il se cherche ; il va prendre ça, n’est-ce pas normal ? Si tu es riche qu’est-ce que tu vas aller chercher dans les quartiers de pauvres où il y a des bandits. S’ils te voient, ils vont t’attaquer, ceci est normal. Lorsqu’ils se déplacent, ils vont dans les quartiers des riches pour forcer le partage avec leurs armes à feu.

76Comme on le constate, la culture criminelle se retrouve autant chez les jeunes en milieu fermé que chez ceux qui sont en milieu ouvert. On peut souligner d’ailleurs que le recours à la violence ou aux actes violents permet, selon les déclarations de ces deux catégories d’enquêtés, de survivre dans la rue :

On est obligé d’être violent dans la rue. Si tu n’es pas violent, comment peux-tu gagner de l’argent pour t’en sortir et pour manger ?
Seule la violence peut aider à vivre dans la rue, il faut être absolument violent.

77Lors du recueil des données, nous avons constaté que ces jeunes, tout en condamnant unanimement la délinquance, (sans doute pour des raisons liées à la situation sociale de l’enquête), légitiment paradoxalement le recours à la violence comme moyen de survie dans la rue. La violence en tant que valeur, fait donc partie de la culture des jeunes dans et de la rue.

78Les surnoms que se donnent ces jeunes marginalisés ou qui leur sont attribués par leurs camarades dans la rue participent aussi chez ces derniers à la formation ou à la consolidation de cette culture criminelle. En effet, la grande majorité de nos enquêtés tant en milieu ouvert que fermé, ont des surnoms tels que Shacool, Gonzbill, Padre, Vicente, Lion blessé, Adjaro, Pancho Villa, qui font implicitement ou explicitement référence aux noms de héros ou de caïds que l’on retrouve dans les westerns américains ou dans la mafia italienne et qui leur servent de modèles d’identification.

79Interrogés sur les raisons de l’adoption d’un surnom et du rôle que celui-ci joue dans la rue et dans la société, les jeunes nous ont donné les types de réponses suivants :

Le surnom c’est la marque du respect.
Le surnom te protège par rapport aux autres qui ont peur de toi ; en plus ça te grandit un peu dans le vagabondage. Tout le pays est au courant de toi dans le vagabondage et la délinquance.

80Le surnom donne donc une identité valorisante au jeune dans la rue qui lui permet de mieux se situer socialement par rapport aux autres enfants qu’il fréquente. Il est bien évident qu’en fonction des situations, cette identité ne reste pas figée, et que l’enfant négociera son identité selon les différents contextes dans lesquels il se trouvera. En présence par exemple de l’adulte (client) à qui il offre ses services, l’enfant de ou dans la rue déclinera souvent sa vraie identité par rapport à une logique instrumentale, puisqu’il sait que de tels surnoms sont en général négativement perçus par ce dernier.

81Il faut souligner que les jeunes nous ont aussi déclaré que le surnom leur est très utile dans la rue, dans la mesure où il permet de cacher leur vraie identité :

Le surnom t’enlève de nombreux problèmes. Quand tu voles ou que tu agresses quelqu’un et que la police te recherche, celle-ci ne connaîtra que ton surnom ; ton vrai nom est pendant ce temps caché. C’est la raison pour laquelle il faut avoir toujours un surnom dans la rue.

82En dehors de la participation du surnom à la formation et la consolidation de la culture criminelle, retenons que le langage utilisé par les jeunes joue également ici un rôle prédominant. Appelé ‘nouchi’, ce langage est constitué essentiellement d’un mélange de français et de certaines langues locales, notamment le dioula (langue véhiculaire ivoirienne). Il faut dire qu’aujourd’hui ce langage est de plus en plus composé de mots formés à partir d’onomatopées.

83Le nouchi permet aux jeunes marginalisés de vivre dans un monde relativement clos, propre à eux, qui échappe bien souvent au contrôle social des adultes et des institutions de répression, et de mener ainsi impunément des activités criminelles. N’est-il pas symptomatique de constater que les jeunes sont capables d’enrichir ce langage de nouveaux mots ou expressions dès qu’ils se rendent compte que des adultes accèdent ou maîtrisent leur mode de communication ?

84Les mots de ce langage, notamment ceux constitués d’onomatopées, véhiculent tout un esprit de violence et de délinquance. En voici quelques exemples :

85Kpa ou moula saisir énergiquement
Gnaga
ou bagarre
Kparakata
violence
Wassakara
ou gnaganmisso délinquance
Gbo n’gbo
ou peto revolver
Djeda
sortir, brandir brutalement
Décravater
brandir une arme
Six, sixer
ou mourou mourou couteau a cran d’arrêt,
Debalousser
pickpocket ou voleur à la tire
Gbo n’gboma
pistolero, braqueur
Roi du soleil
spécialiste de vols de vêtements au soleil

86Cette sous-culture criminelle, où le recours à la violence par rapport à l’objectif de survie est une véritable valeur intériorisée par la grande majorité des jeunes, s’accompagne chez ces derniers de normes et de règles à suivre pour assurer leur conservation personnelle. La loi du silence constitue l’une des principales d’entre elles :

Si tu veux vivre longtemps et que tu es dans la rue, il y a des règles à respecter ; quand tes camarades font un coup et que les pé ou les gnabré (la police) arrivent, tu n’as rien vu, rien entendu et tu ne dis donc rien. Si tu es un zôgo (un mouchard), les bras môgôs (les pairs) vont finir très vite avec toi, c’est-à-dire qu’ils vont te tuer.

87En dehors de la loi du silence ; il faut signaler que la plupart des enquêtés ont déclaré rester très attachés à une autre norme qui est celle de ne jamais avoir de vrais amis, mais seulement des camarades, pour éviter d’avoir des ennuis :

Quand tu es dans la rue, il ne faut pas avoir un ami qui sait tout de toi et qui peut te dénoncer un jour. Il ne faut avoir que des camarades pour certaines activités que tu mènes pour te débrouiller.

88En fait, la majorité des ‘groupes’ de jeunes évoluent en réseaux dans la rue, caractérisés par une faible hiérarchisation, une définition diffuse des rôles attribués à chacun d’entre eux, une cohésion restreinte, une instabilité du ‘groupe’ et une appartenance transitoire et instable, qui leur permettent de se mouvoir dans un certain anonymat. Le rôle des réseaux s’inscrit surtout dans une logique instrumentale. C’est par rapport à celle-ci que se manifestent les valeurs de solidarité et de compétition :

Il y a la solidarité entre nous quand nos intérêts liés à l’argent que l’on cherche dans la rue sont menacés par d’autres groupes de jeunes ; sinon, dans la rue ici, c’est chacun pour soi, Dieu pour tous. Lorsque nous devons partager l’argent obtenu à partir d’un coup que nous avons fait ensemble, c’est là qu’il y a compétition, si quelqu’un veut doubler l’autre.

89La culture de la rue telle que décrite ci-dessus nous paraît fortement criminogène, et on peut se risquer à avancer l’hypothèse que les jeunes dans ou de la rue à Abidjan constituent une armée de réserve pour la délinquance et la criminalité violentes qui se développent de plus en plus au niveau de cette tranche d’âge dans la capitale. Cette idée est d’ailleurs partagée par les responsables de la police et les éducateurs avec lesquels nous nous sommes entretenus.

90Par rapport à la criminalité des mineurs, il est regrettable que les statistiques que nous avons consultées à la brigade des mineurs, à la DPSD (Direction de la Police, des Stupéfiants et des Drogues) et à la DPJ (Direction de la Police Judiciaire) soient peu fiables et peu exploitables, étant donné qu’elles varient d’une source à l’autre et ne retiennent pas les mêmes types d’infraction dans un cadre d’évolution historique. Ceci pose au plan quantitatif des problèmes de comparaison qui ne permettent pas de mesurer avec fiabilité l’accroissement ou non du phénomène de la criminalité des mineurs. On peut cependant retenir que la délinquance des jeunes, qui était essentiellement constituée de délits dits mineurs dans les années 80, est aujourd’hui caractérisée de plus en plus par des infractions accompagnées de violence.

91Selon les statistiques de la DPJ, la petite délinquance (vagabondage, vol à l’étalage…) avait le taux de pourcentage le plus élevé de 1986 à 1988 (79,09 % en 1986 ; 85,17 % en 1987 et 81,19 % en 1988). Les taux de ces petits délits (en tenant compte de ces même sources) auraient considérablement baissé de 1993 à 1995 (29,67 % en 1993 ; 21,25 % en 1994 et 12,20 % en 1995).

92Ce que l’on peut appeler la moyenne délinquance, c’est-à-dire les délits suivants : attaque sur la personne, détention et consommation de drogues, revente de drogues, viols, abus de confiance, ne représentait que 5,29 % en 1986 et 4,65 % en 1988. Ce type de délinquance se situe en revanche à 41,38 % en 1993 ; 43,70 % en 1994 et 32 % en 1995.

93En ce qui concerne la grande délinquance ou criminalité violente, c’est-à-dire les attaques à main armée, les coups et blessures volontaires, les braquages de véhicules, les meurtres…, ce phénomène, autrefois réduit chez les jeunes, connaît, si l’on s’en tient aux mêmes sources statistiques, une progression considérable aujourd’hui. En effet, en 1987, cette criminalité ne constituait que 2,75 % des infractions commises cette année là et 5,53 % en 1988, alors qu’en 1993, 1994 et 1995, elle représentait respectivement chez les mineurs 15,48 %, 11,25 % et 33,60 % des infractions.

94Les agressions à main armée qui constituaient 6,60 % en 1986 ; 4,06 % en 1987 et 3,93 % en 1988 se situent à 25,41 % en 1993 ; 28,75 % en 1994 et 40 % des délits en 1995.

95Le braquage des véhicules, phénomène récent à Abidjan et pratiquement inexistant chez les mineurs avant 1990, connaît chez ces derniers une fulgurante ascension. En effet, en 1993, 1994 et 1995, ce type d’infraction représente respectivement 29,67 % ; 22,50 % et 44,80 % des délits commis par les mineurs. Ces infractions sont d’ailleurs souvent suivies de meurtres. Le meurtre au niveau des mineurs était avant 1988 insignifiant. Mais à partir de cette année, les fichiers de police enregistrent 6 délinquants inculpés de meurtre, soit 0,87 % des infractions commises par ces jeunes. Ce délit se développe chez les mineurs à partir de 1990 et atteint les chiffres suivants : 12 cas en 1993 soit 15,48 % ; 14 cas en 1994 soit 17,50 % et 18 cas en 1995 soit 28 %.

96Il apparaît donc nettement, au vu de ces statistiques, que sur un plan historique la criminalité chez les jeunes change de forme, c’est-à-dire qu’elle devient de plus en plus violente et professionnalisée, étant donné que la police démantèle aujourd’hui fréquemment des gangs dont la quasi totalité des membres sont des jeunes de 14 à 25 ans.

97Il nous semble que la culture de la rue participe fortement à l’évolution de la criminalité des jeunes vers la violence – ceci a pu être constaté en milieu fermé – de même que l’usage des drogues et des stupéfiants chez ces derniers en milieu urbain. 82 % des jeunes interrogés en milieu fermé nous en effet déclaré qu’ils avaient commis leurs différents délits sous l’effet de la consommation de la drogue et ont avancé le type de propos suivant :

La drogue tout comme la délinquance sont souvent liées ; la plupart parmi nous les délinquants, nous utilisons la drogue pour ne pas avoir de sentiments lorsque nous agressons. La drogue transforme les hommes, une fois que vous êtes dans la dose, vous n’avez pas peur, même de votre père. Pour nous, pour commettre des délits tels que les agressions à main armée sur les personnes ou les braquages de véhicules, il faut être sous l’effet de la drogue. Nous ne regrettons pas, lorsque nous nous droguons, ce que nous avons fait ; la drogue nous donne la joie et nous fait oublier nos soucis ; même ici où nous sommes, la drogue circule.

98S’il est difficile sur le plan méthodologique par exemple (problème lié à l’observation des sujets) d’établir un lien direct entre la consommation de drogues ou de stupéfiants et le passage à l’acte délinquantiel violent chez un sujet, on peut tout de même affirmer que l’usage des drogues et stupéfiants reste, comme le montre le tableau suivant, très criminogène.

Tableau n°4. Délits commis par les jeunes délinquants sous l’effet de drogues ou de stupéfiants

Tableau n°4. Délits commis par les jeunes délinquants sous l’effet de drogues ou de stupéfiants

Source : DPSD 1995.

99Un commentaire lapidaire de ce tableau fait apparaître que les délits qui sont en général accompagnés de violence (vols par effraction, vols graves, vols sur la personne, attaques sur la personne, braquages de véhicules à main armée), ont souvent un lien avec la consommation de drogues et de stupéfiants chez les mineurs. Ce qui montre bien le caractère criminogène de leur usage.

100A Abidjan, la drogue fait partie du quotidien de nombreux jeunes marginalisés. Selon un responsable de la DPJ, ‘la consommation de la drogue est à l’origine du passage à l’acte criminel violent chez la grande majorité des jeunes qui s’approvisionnent facilement sur le marché’.

101Si on trouve à Abidjan des drogues dures comme l’héroïne, la cocaïne et le crack que certains jeunes consomment, les inhalants et le cannabis sont les plus répandus parce que plus facilement accessibles. Dans certains quartiers d’Abidjan et notamment dans la commune d’Adjamé, la cocaïne appelée par les jeunes caillou ou nono-mougou (en dioula, lait en poudre) est vendue à 35 à 40 000 F le gramme. Il en est de même pour l’héroïne. Le crack dénommé craie par les jeunes coûte 5 000 F le gramme.

102Etant donné les prix élevés de ces drogues, c’est tout naturellement que des jeunes marginalisés se tournent vers le cannabis appelé ganja ou kounou qui ne coûte que 100 F le sachet ou vers les inhalants que l’on peut acquérir à un coût modique. Les jeunes marginalisés affectionnent de ce fait les inhalants, étant donné qu’en plus, ceux-ci inhibent rapidement la conscience du sujet et peuvent lui permettre de passer alors facilement à l’acte criminel violent.

103Lorsque l’on sait, comme nous l’avons déjà dit plus haut, que les statistiques policières et judiciaires ne reflètent qu’une partie de la réalité de la délinquance des mineurs (comme celle des adultes), on ne peut que vivre avec inquiétude ce phénomène de la criminalité des jeunes qui doit avoir sans doute beaucoup plus d’ampleur, et s’interroger sur les mesures de leur prise en charge par la société ivoirienne.

Evaluation des actions de prise en charge des jeunes marginalisés

104Il existe en Côte d’Ivoire et notamment à Abidjan des structures de prise en charge des enfants en difficulté, en danger moral et des mineurs délinquants tant au niveau de l’Etat qu’à celui d’institutions non gouvernementales ou privées.

105En ce qui concerne l’Etat et ses actions envers les enfants ou jeunes non encore délinquants ou délinquants, on peut citer essentiellement le service de l’Education Surveillée et ses politiques préventives et curatives. Ce service qui est sous la tutelle du Ministère de la Justice s’efforce de sauver les mineurs qui sont dans une situation de ‘pré-délinquance’ et de traiter en milieu fermé ceux qui sont délinquants.

106On peut également mentionner la Brigade des Mineurs qui relève du Ministère de la Sécurité intérieure et qui se préoccupe des enfants dans ou de la rue et des mineurs délinquants. Son rôle consiste à prévenir, protéger et réprimer.

107A côté des institutions de l’Etat, il existe aujourd’hui des institutions internationales (par exemple l’UNICEF), de nombreuses ONG et des établissements semi-privés ou privés qui ont pour objectifs la rééducation et la réinsertion sociale des jeunes marginalisés. Parmi les plus dynamiques des ONG, on peut citer le BICE qui a créé des centres d’écoute pour jeunes en difficulté dans des communes d’Abidjan et le Centre Abel de Grand-Bassam qui assure une formation éducative et professionnelle reposant sur l’agro-pastoral.

108Toutes ces institutions, il faut le dire, n’ont obtenu pour l’instant que de très faibles résultats au niveau de la rééducation et de la réinsertion sociale des jeunes marginalisés. Cette faiblesse peut trouver une explication dans le manque de collaboration et de coordination réelles au niveau des activités des institutions. Il n’existe pas non plus de réflexion approfondie sur la problématique de la marginalisation des jeunes en milieu urbain et de leur prise en charge.

109Le nouveau Ministère de la Famille et de la Promotion de la Femme qui essaye de se préoccuper aujourd’hui du problème des enfants dans ou de la rue mène aussi des actions assez isolées en direction de ceux-ci et de leurs parents qui, pour l’instant, n’ont abouti qu’à des échecs. Echecs qui peuvent trouver leur origine dans le fait qu’aucune étude du milieu n’a été réalisée au niveau de ce ministère qui a voulu s’attaquer au problème des jeunes marginalisés en milieu urbain à travers des méthodes reposant uniquement sur la sensibilisation des parents et la répression.

110Au niveau des institutions de l’Etat le manque cruel de moyens matériels et financiers et de personnel qualifié (psychologues, sociologues, criminologues, travailleurs sociaux, éducateurs spécialisés…) ne permet pas au personnel travaillant dans les établissements, quelle que soit sa bonne volonté, d’atteindre les objectifs de rééducation et de réinsertion sociale qu’il vise. Ceci a d’ailleurs été fortement dénoncé par les responsables de ces institutions qui estiment qu’il n’existe pas de volonté politique par rapport aux actions de prise en charge des jeunes.

111Il faut souligner également que les centres d’accueil des jeunes marginalisés ou délinquants sont en général surpeuplés (exemple : le Centre de Rééducation de Dabou et le Centre d’Observation des Mineurs), ce qui entraîne les mêmes conséquences.

112Le fait que le COM soit situé dans l’enceinte de la MACA est fortement criminogène, puisque les jeunes délinquants y côtoient quotidiennement des adultes criminels qui sont souvent des récidivistes.

113L’attitude des parents à l’égard de la prise en charge de leurs enfants rend compte aussi de l’échec des actions de rééducation et de réinsertion sociale. En effet, la plupart des parents, une fois leurs enfants placés en institution, se considèrent débarrassés d’eux, ne leurs rendant plus visite ou n’entretenant avec eux que des relations épisodiques.

114En ce qui concerne les institutions non gouvernementales, privées ou semi-privées, celles-ci n’accueillent dans leurs établissement que très peu de jeunes, ce qui fait que leurs actions en direction de ceux-ci peuvent être considérées comme des gouttes d’eau dans la mer.

115Enfin, lorsqu’un enfant acquiert une formation professionnelle à l’issue de son séjour dans un centre d’accueil, les chefs d’entreprises refusent le plus souvent de l’intégrer dans leur structure à cause de son passé. L’étiquetage lié au passé délinquantiel d’un jeune a aussi le même effet au niveau de la famille, de la communauté ou du quartier d’accueil.

116La plupart des jeunes marginalisés sont donc confrontés en amont (au plan familial, socio-économique…) comme en aval (institution de prise en charge, famille, communauté d’accueil) à des difficultés innombrables qui les conduisent souvent à une marginalisation durable ou à la récidive.

117Quelles sont alors les propositions que nous pouvons faire par rapport à la place que les jeunes marginalisés doivent trouver dans la société ?

  • Il faut d’abord se dire que les jeunes marginalisés sont des acteurs sociaux qui ont des pratiques, significations et expressions sociales dont nous devons tenir compte eu égard à leur prise en charge. Si des jeunes veulent rester vivre ou travailler dans la rue, il faut chercher à ‘exploiter’ leurs différentes compétences et trouver avec eux des moyens ou des raisons d’adhérer à l’organisation pro-sociale de leur vie.

  • Les diverses institutions de prise en charge doivent coordonner leurs activités et mener ensemble, et avec différents spécialistes, une réflexion approfondie sur la problématique des jeunes marginalisés et de leur prise en charge. Il s’agira de trouver à partir d’expériences locales et internationales des réponses aux questions que pose cette problématique.

  • Il faut qu’il existe une réelle volonté politique au niveau de l’Etat, si l’on veut éviter les échecs actuellement manifestés dans les établissements publics de prise en charge.

  • Afin de trouver quelques solutions aux problèmes des jeunes marginalisés, les institutions de prise en charge ne doivent pas travailler seulement de concert avec les enfants mais aussi avec les parents.

  • Enfin, il faut agir vite avant qu’il ne soit trop tard, dans la mesure où le phénomène des enfants dans ou de la rue et leur culture vont aujourd’hui de pair avec la violence urbaine. Nous devons faire en sorte que l’armée de réserve que constituent les enfants de la rue se réduise de plus en plus.

Conclusion

118Le travail d’analyse que nous avons effectué permet d’avancer qu’il y a moins d’enfants de la rue qu’on ne le pense habituellement : la majorité des jeunes marginalisés évoluant dans cet espace est surtout constituée d’enfants dans la rue. L’étude montre également qu’en dehors des variables relatives au sexe, au lieu de travail et à la commune de résidence, il existe très peu de données quantitatives sur les caractéristiques socio-économiques des jeunes marginalisés. On peut retenir que les enfants dans la rue travaillent en général dans leur commune de résidence et principalement dans celles qui connaissent une forte activité économique pour des raisons liées à une logique instrumentale.

119A la recherche de gains, les jeunes dans et de la rue qui exercent différents petits métiers ont aujourd’hui une grande mobilité dans l’espace à cause de la concurrence, due à leur nombre croissant, qui réduit les opportunités qui s’offrent à eux dans leur espace habituel de vie. Cette mobilité leur permet aussi d’échapper au contrôle social et institutionnel et d’évoluer dans un certain anonymat.

120Les jeunes de sexe masculin sont majoritaires dans la rue et il n’existe pas, par rapport à une logique de survie, de frontière entre l’espace de la normalité et de la déviance chez les enfants dans ou de la rue. La majorité d’entre eux se retrouvent dans la tranche d’âge de 14 à 19 ans, beaucoup sont des non-nationaux et ils sont pratiquement tous issus de familles pauvres ayant de nombreux enfants mal intégrés dans leur espace d’habitation familiale.

121Concernant le parcours de ces jeunes, retenons que c’est une combinaison de facteurs macro et micro-sociaux, en relation avec une décision personnelle de l’enfant, qui expliquent le départ de ce dernier dans la rue. Ce départ est en général progressif et il existe, même chez l’enfant de la rue, une alternance entre la maison, la rue et l’institution de prise en charge. La rue n’est donc pas un monde clos où évolue l’enfant. Le mode de séjour dans la rue (vivre constamment dans cet espace ou non) ne permet pas d’établir une distinction nette entre enfant de la rue et enfant dans la rue, puisque de nombreux jeunes considérés comme enfants dans la rue ne rentrent pas chez eux le soir, mais passent la nuit chez des camarades. Ceci signifie que ‘des jeunes dans la rue’ peuvent n’entretenir, comme ceux de la rue, que de très faibles relations avec leur famille.

122Sur le plan du vécu de la rue, il faut noter aussi que l’enquête montre que dans leur logique de survie, les jeunes dans ou da la rue peuvent passer de la normalité à la délinquance (voire à la criminalité violente) et vice-versa et que les petits métiers exercés dans la rue ne s’inscrivent souvent dans l’ordre de la visibilité que pour servir de couverture à des activités illégales.

123A travers leurs pratiques, les jeunes dans ou de la rue font montre d’une grande capacité d’adaptation étant donné qu’ils font jouer à merveille leurs compétences instrumentales, cognitives et affectives par rapport aux différents objectifs qu’ils poursuivent.

124Même si la rue est vécue de façon ambivalente par ces jeunes, puisqu’elle leur apparaît comme un espace de contraintes et de liberté, ils préfèrent y vivre, parce qu’elle leur permet d’être plus autonomes par rapport aux parents et de répondre de façon concrète à certains de leurs besoins matériels, ce qu’ils ne peuvent, comme ils le disent, réaliser quand ils sont à la maison.

125La plupart des jeunes dans et de la rue, dans leur grande majorité des déscolarisés, ne regrettent pas d’avoir interrompu leur cursus scolaire puisqu’ils considèrent que ‘l’on peut réussir sa vie sociale’ dans la rue. Ces jeunes ont un profond ressentiment vis-à-vis de la société qui, selon eux, ne se préoccupe pas de leur sort. Ils la trouvent injuste, implacable et dominée par le monde de l’argent.

126Malgré les critiques et les reproches qu’ils font à leur famille, les jeunes marginalisés produisent à travers leurs discours une image positive de celle-ci qui peut être comprise comme volonté d’éviter une exclusion socio-affective radicale.

127Par rapport à la culture de la rue, il faut dire que l’enquête révèle que les jeunes dans ou de la rue intériorisent et développent à travers leur langage et les surnoms qu’ils adoptent ou qui leur sont attribués, les valeurs de la violence comme mode de vie incontournable. C’est une véritable sous-culture criminelle qui existe dans la rue autant chez les jeunes en milieu ouvert qu’en milieu fermé (même si celle-ci paraît plus marquée dans ce dernier espace).

128Dans cette sous-culture, les normes à adopter sont les suivantes : la loi du silence et ‘ne pas avoir d’amis’. Ceci explique sans doute pourquoi ces jeunes vivent en général dans des réseaux de faible cohésion et peu durables, et obéissant la plupart du temps uniquement à une rationalité instrumentale.

129Concernant la violence urbaine, il faut dire que celle-ci semble être de plus en plus, depuis les années 90, le fait de jeunes marginalisés, si l’on s’en tient aux statistiques criminelles de la police ivoirienne. On peut émettre alors l’hypothèse que la culture de la rue, fortement criminogène, participe sans doute à la formation et la structuration de cette criminalité violente des jeunes.

130Soulignons aussi que la consommation de drogues (dures ou non) et de stupéfiants qui devient chose courante aujourd’hui chez les jeunes rend probablement compte de leur passage fréquent à des actes violents.

131Quant aux actions de prise en charge des jeunes marginalisés, tant au niveau de l’Etat qu’à celui des institutions non gouvernementales, elles n’ont pour l’instant abouti, pour différentes raisons, qu’à de très faibles résultats au plan de leur rééducation et de leur réinsertion sociale. Il y a en effet un manque de coordination des activités de ces différentes institutions œuvrant en Côte d’Ivoire et il n’existe pas de volonté politique réelle eu égard à la prise en charge des jeunes marginalisés.

132Il conviendrait de mener sans délai une réflexion approfondie par rapport à la problématique de la marginalisation des jeunes et de leur prise en charge afin de dégager des actions cohérentes et efficaces susceptibles de contrer ou de réduire ce phénomène avant qu’il ne soit trop tard !

Bibliographie

Bibliographie

Bureau Africain des Sciences de l’Education (BASE) Institut spécialisé de l’OUA, Centre International de Criminologie Comparée (C.I.C.C), Université de Montréal. 1986. Colloque International sur l’Enfance, l’Education et la Déviance. Kinshasa, 8-13 Décembre 1986.

Cahiers de Marjuvia. Marginalisation des jeunes dans les villes africaines. Centre d’Etudes Africaines, EHESS-CNRS, Paris, Premier semestre 1996 – Cahier n° 2.

Dissou, Kadiatou. 1997. La consommation de la drogue chez les mineurs de la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan. Institut de Criminologie d’Abidjan, Janvier 1997.

Ferréol, Gilles. 1991. Dictionnaire de sociologie. Armand Colin, Paris.

Kodjo Kadja, E. 1996. Evaluation de la prise en charge institutionnelle des enfants en difficulté : l’exemple de LAFED (la famille pour les enfants en difficulté). Institut de Criminologie d’Abidjan.

Kouamé N’Guessan, J. 1996. Marché noir et délinquance juvénile : l’exemple du “Black Market” d’Adjamé. Institut de Criminologie d’Abidjan.

Lucchini, Riccardo. 1993. Enfant de la rue (Identité, sociabilité, drogue). Librairie Droz S.A., Genève, Paris.

Lucchini, Riccardo. 1996. Sociologie de la survie : l’enfant dans la rue. Presses Universitaires de France, Vendôme.

N’Guessan, Cécile. 1993. Approche criminologique du phénomène des enfants et jeunes de la rue en Côte d’Ivoire : le cas d’Abidjan. Institut de Criminologie d’Abidjan, Janvier 1993.

Sissoko, Alain. 1994. Comment développer la criminologie ? Questions actuelles, Revue trimestrielle Internationale des Cultures et Sociétés Africaines. Les Editions du Pharaon, Cotonou (Bénin), n°4, 2ème trimestre.

Zirimba, Neby C. 1996. Usage des drogues et des stupéfiants et criminalité violente chez les adolescents à Abidjan. Institut de Criminologie d’Abidjan.

Notes

1 Perspective d’étude développée par Riccardo Lucchini en Amérique latine, cf. Lucchini 1993 et 1996.

2 Ville située à une trentaine de kilomètres d’Abidjan.

3 Université de Cocody, Abidjan.

4 Ceci peut se comprendre étant donné que les enfants de ou dans la rue sont actuellement en Côte d’Ivoire l’objet de multiples sollicitations de la part de la recherche en milieu universitaire, au niveau des institutions internationales et des ONG.

5 Nous n’ignorons cependant pas que tout item, même ouvert, véhicule toujours une problématique du social ; ce qui signifie que le guide d’entretien à questions ouvertes comporte toujours des limites au plan méthodologique dont il faut être conscient.

6 UNICEF – Fonds des Nations Unies pour l’Enfance.

7 LAFED – La Famille pour les Enfants en Difficulté.

8 BICE – Bureau International Catholique de l’Enfance

9 Signalons qu’en dehors de l’année 1992, il n’existe pas à notre connaissance en Côte d’Ivoire de statistiques sur la répartition des ‘enfants et jeunes de la rue’ selon leurs lieux de résidence et de travail.

10 A Abidjan, le Plateau peut être considéré comme la ‘commune chic d’affaires et de commerce’ où habitent le plus souvent peu d’africains et qui ne connaît son dynamisme que durant la journée.

11 Soulignons que la Variable du sexe n’a pu être prise en compte de façon complète pour des raisons indépendantes de notre volonté : refus de réponse au guide d’entretien chez les jeunes filles. Il faut signaler que nous n’avons pu nous entretenir d’ailleurs qu’avec 5 jeunes filles, ce qui est insignifiant par rapport à leur représentativité au regard de la population ‘des jeunes de la rue’. L’étude n’abordera donc pas pour cela les problèmes sans doute spécifiques que ces filles rencontrent dans la rue et dans leurs milieux. Un travail de recherche consacré à cette catégorie de population mériterait à notre avis d’être mené ultérieurement.

12 PNUD, Projet IVC/96/007/4/01/99, Abidjan.

Table des illustrations

Titre Tableau n°1. Répartition des enfants et jeunes de la rue en fonction de la commune de résidence et du lieu de travail
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau n°3. Répartition des jeunes dans et de la rue par rapport au niveau d’instruction
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau n°4. Délits commis par les jeunes délinquants sous l’effet de drogues ou de stupéfiants
Légende Source : DPSD 1995.
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© IFRA-Nigeria, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

placedeslibraires.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search