Version classiqueVersion mobile

Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique / Youth, Street Culture and Urban Violence in Africa

 | 
Georges Hérault
, 
Pius Adesanmi

Umtata. Résumé

Eghosa E. Osaghae

Texte intégral

1Cette étude envisage le phénomène des jeunes de la rue dans les villes sud-africaines au travers du cas de Umtata, capitale de l’ex-homeland ‘indépendant’ du Transkei et centre d’une urbanisation intense dans une région à prédominance rurale. L’étude examine les facteurs socio-culturels et situationnels qui prédisposent au phénomène et exacerbent le problème des jeunes de la rue en Afrique du Sud en général et à Umtata en particulier. La nature exacte de ce problème complexe et ses relations réelles ou potentielles avec la violence urbaine et la criminalité sont tour à tour examinées. Place est faite à l’évaluation des efforts entrepris par les agences gouvernementales et non-gouvernementales pour faire face au problème et l’étude se clôt par un plaidoyer en faveur de mesures associant les enfants de la rue eux-mêmes à la recherche de solutions misant sur leur participation active plutôt que d’être décrétées unilatéralement par les autorités.

2Le cadre donné à cette étude est délibérément distinct de celui dans lequel s’inscrivent la plupart des études antérieures des enfants de la rue en Afrique du Sud. Suivant l’exemple de l’école de sociologie urbaine qui met l’accent sur l’originalité non-conventionnelle de la vie citadine, le phénomène est ici considéré comme un mal urbain, comme une manifestation parmi d’autres des sous-cultures spécifiquement urbaines. Cette approche privilégie le rôle des facteurs socio-culturels prédominants dans la situation des jeunes de la rue et minimise celui des facteurs liés à la personnalité chers à la psychologie sociale. Dans ce cadre, les effets des tentatives, en grande partie infructueuses, de ségréguer l’habitat à Umtata et de développer la ville selon le système de l’apartheid, l’émergence de la région du Transkei en tant que réservoir de main-d’œuvre donnant lieu à la migration des travailleurs et donc à la désorganisation des familles et du tissu social, ajoutés à l’absence de débouchés pour les jeunes noirs, définissent un ensemble de conditions sociales négatives susceptibles de conduire les enfants à la rue.

3Par ailleurs, l’étude porte sur Umtata, une petite ville ‘tiers-monde’ dans un Transkei à prédominance rurale, et non sur une des mégalopoles du ‘premier monde’, Johannesbourg, Le Cap ou Durban, qui ont servi de références empiriques à la plupart des études sur les enfants de la rue en Afrique du Sud. Assurément, le problème des jeunes de la rue est plus critique dans les grandes villes industrielles où la pathologie urbaine et les conséquences d’un urbanisme effréné sont plus flagrantes. Mais ces mégapoles ne constituent pas un cas vraiment typique pour la majorité noire : ayant été planifiées et développées comme des villes blanches, elles ont eu tendance à le rester. La sociologie et l’économie politique de l’urbanisme dans le pays, telles que formulées par son histoire ségrégationniste, rendent impératives l’étude de villes comme Umtata qui ont été conçues dès leur origine comme des zones urbaines pour noirs et qui fournissent souvent la seule expérience urbaine que les noirs sud africains peuvent avoir. L’étude des mégapoles se justifie par le fait qu’elles présentent les problèmes les plus graves d’industrialisation, de prolétarisation et d’urbanisation (chômage, manque aigu de logements, taudis, sous-culture, etc.) qui expliquent l’apparition du phénomène des jeunes de la rue. Bien qu’à échelle plus réduite, les mêmes problèmes se posent à une ville comme Umtata ; ils ne sauraient donc être négligés, d’autant que s’y ajoute le fait qu’elle constitue la première étape des migrations rurales et fonctionne comme relais pour une majorité de migrants dont certains parviennent jusqu’aux grandes villes.

4Un examen minutieux des travaux antérieurs sur les enfants de la rue a été entrepris afin de formuler un cadre conceptuel et méthodologique approprié. L’étude des enfants de la rue, particulièrement en Afrique du Sud, a été dominée par les psychologues, les criminologues et par des spécialistes de l’assistance sociale. Elle est de ce fait orientée vers la recherche de solutions de réhabilitation et de réadaptation individuelles. Cette approche a tendance à attirer l’attention sur les enfants de la rue eux mêmes au détriment du fait que les problèmes qu’ils posent sont ceux de la société toute entière et qu’il convient de les aborder en tant que variables d’un macro-système plutôt que comme micro-problèmes facilement isolables. Le cadre conceptuel requis pour une entreprise globale de cette envergure est nécessairement pluridisciplinaire, comprenant entre autres les apports de la sociologie, de l’anthropologie, de l’histoire et des sciences politiques. C’est donc par une démarche enracinée dans l’économie et la sociologie politique de l’urbanisme que cette étude a été abordée.

5Au niveau empirique, l’observation directe sur le terrain, qui a nécessité la visite répétée des lieux que fréquentent les enfants de la rue à Umtata, une familiarisation progressive à leur vie quotidienne ainsi que des échanges avec eux par le biais d’entretiens individuels non-stucturés et d’interviews en groupe, ont permis de recueillir les données. Afin de réduire la marge de réponses erronées – fournies par des jeunes qui auraient voulu dissimuler leur situation réelle par peur de représailles au cas où le chercheur serait mépris pour un agent des forces de l’ordre, ou cherchant à éveiller sa sympathie (les deux attitudes sont largement attestées) – il a fallu obtenir leur confiance en leur promettant que les résultats de cette recherche faciliteraient la formulation de politiques de réintégration auxquelles ils prendraient une part active. Les gosses se sont montrés enthousiasmés par les perspectives de solutions ne passant ni par leur éviction de la rue ni par leur internement dans un centre de réadaptation où leur liberté ainsi que leur capacité à gagner de l’argent – qui sont les principaux attraits de la vie dans la rue – seraient restreintes. L’auteur et son assistant ont également recueilli des informations auprès des autorités compétentes au sein des services de la Police Sud-africaine (SAPS) et du Ministère des Affaires Sociales à Umtata, et auprès de spécialistes des enfants de la rue au Département de Sociologie de l’Université du Transkei et du Programme des Enfants de la Rue de Umtata, Eluxolweni. Des statistiques appropriées et des données qualitatives ont ainsi été recueillies.

6Les résultats saillants de l’enquête peuvent maintenant être résumés. Premièrement, le système de l’apartheid et en particulier sa ségrégation territoriale, ses politiques urbaines et sa discrimination structurelle contre les noirs, apparaît au cœur de l’explication du taux élevé des jeunes de la rue en Afrique du Sud. Le problème affecte essentiellement la communauté noire et toutes les initiatives à entreprendre pour y faire face devront nécessairement comprendre un redressement des inégalités socio-économiques struturelles établies par le régime d’apartheid. Deuxièmement, en dépit de différences qualitatives entre Umtata et les mégapoles de Johannesbourg, du Cap et de Durban, le profil des jeunes de la rue et la nature des problèmes qu’ils posent sont semblables à ceux des grandes villes. Ainsi les jeunes de la rue sont principalement des noirs (à Umtata, ils sont exclusivement noirs) ; ce sont surtout des garçons, en général dans la tranche d’âge de 13 à 18 ans ; ils ont tendance à s’organiser en ‘gangs’ et la majorité de ces jeunes sont des habitués des centres d’accueil ou de réadaptation.

7La plupart de ces jeunes à Umtata sont originaires des zones rurales du Transkei et la ville sert pour nombre d’entre eux de point de passage obligé avant destination finale vers l’une des grandes villes. L’attrait de la vie citadine et les débouchés supposés exister dans les villes sont parmi les principaux facteurs qui concourent au phénomène des jeunes de la rue à Umtata. Il va sans dire que résoudre le problème au niveau des petites villes noires comme Umtata aidera considérablement à réduire l’acuité du phénomène dans les grandes villes.

8S’agissaht des délits qu’ils commettent, les jeunes de la rue à Umtata s’intoxiquent en inhalant des solvants, s’adonnent à la prostitution et commettent des délits liés à la rue tels le vol à la tire, le vol à l’étalage et le viol. Il ne faut cependant pas sous-estimer la possibilité de leur initiation à la grande criminalité (vols de voiture, braquages) comme leurs homologues des grandes villes, non plus que l’incidence de la paupérisation et du déclin des conditions d’existence au Transkei depuis la chute du homeland, au travers desquels se profile l’accroissement de la violence urbaine.

9Les principaux facteurs qui prédisposent les jeunes à la rue sont enracinés dans la période de l’apartheid. Ce sont essentiellement : la désorganisation sociale de la famille, et l’effrondement des valeurs et des normes culturelles, l’aliénation des jeunes et le peu de mobilité sociale pour les couches sociales les plus démunies. Ces problèmes doivent être abordés au niveau politique et la dernière partie de l’étude envisage des solutions concrètes. Comme dans les autres régions du pays, la plupart des tentatives déployées pour résoudre le problème des jeunes de la rue ont été des mesures de réhabilitation et elles ont été la fait d’individus, de missions chrétiennes et d’agences non-gouvernementales (en collaboration avec le Ministère des Affaires Sociales), toutes motivées par des raisons philantropiques et un souci de porter aide aux déshérités. Cette étude a examiné les efforts entrepris par le Projet des Enfants de la rue de Umtata, Eluxolweni, son asile de nuit et son centre de formation. Fondé et géré par une ONG chrétienne, ce projet pourvoit aux besoins d’environ 150 enfants de la rue par an, leur fournissant un abri, veillant à leur formation et les aidant à rejoindre leurs familles. Le projet a connu un succès indéniable dans ces domaines mais n’a pas empêché le maintien d’un taux élévé de retours des jeunes à la rue : beaucoup fuient le centre en raison de la discipline rigoureuse qui y règne.

10Le défaut primordial de ce type de projet et des initiatives similaires entreprises ailleurs dans le pays est que l’accent est mis sur un traitement curatif et de réadaptation au détriment des mesures préventives. Vu l’envergure de la politique globale que requiert une approche préventive – la seule susceptible de prendre le mal à la racine – l’étude plaide pour un réel engagement des institutions au niveau de l’Etat. Les stratégies à envisager devront être fondées sur la mobilisation et la participation effective des jeunes de la rue qui seront associés à la recherche de solutions satisfaisantes. Cela exigera un programme concerté au niveau national auquel participeront tous les acteurs concernés : le gouvernement dans ses instances nationales, régionales et municipales, le Ministère des Affaires Sociales, les organismes de recherches, les ONG, les organisations pour la jeunesse et les jeunes de la rue.

© IFRA-Nigeria, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search