Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique / Youth, Street Culture and Urban Violence in Africa

 | 
Georges Hérault
, 
Pius Adesanmi

Dakar. Les jeunes, les autorités et les associations

Momar-Coumba Diop et Ousseynou Faye

Texte intégral

Introduction

1Les pouvoirs publics sénégalais s’intéressent, de plus en plus, à la nécessité d’élaborer un Programme national de lutte contre la pauvreté (PNLP) en vue de favoriser un meilleur partage des richesses nationales et de réduire les phénomènes d’exclusion, qui se sont aggravés en cours d’ajustement structurel.

2L’observation des tendances lourdes notées, au plan national, en cours d’ajustement structurel (Diop, 1996) justifie une telle orientation et Dakar constitue un site illustrant le bien-fondé d’une telle préoccupation. Le cas de la capitale sénégalaise permet de suivre à la trace, d’identifier et de nommer les raisons pour lesquelles les pouvoirs publics accordent, dans leurs discours, mais aussi dans les faits, une meilleure attention au sort des jeunes.

3Rappelons pour commencer quelques données de base sur la situation des jeunes. Un premier fait marquant est l’extrême jeunesse de la population de la région de Dakar. Selon les résultats du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) de 1988, 54,8 % de la population ont moins de 20 ans. Cette situation reflète celle de la nation dans son ensemble où 58 % de la population a moins de 20 ans. Au niveau des départements de la région, le plus fort pourcentage de jeunes se trouve à Pikine où les moins de vingt ans constituent 57,3 % de la population, suivi de Rufisque (56,7 %) et de Dakar (52 %).

4Le deuxième trait structurel concerne l’emploi. En 1988, dans les villes, le taux de chômage est estimé à 19,2 %, avec un pic de 24,3 % dans la région de Dakar. Dans la tranche des 15-29 ans, pour les deux sexes, il atteindrait 27,7 % dans les centres urbains. L’Enquête sur l’emploi (Sénégal/DPS, 1991) révèle une dégradation du taux d’occupation à Dakar entre 1976 et 1991. De 83,3 % en 1976, il est passé à 76,6 % en 1988 et à 75,6 % en 1991. Les jeunes de 10 à 24 ans (47,1 % de la population en âge de travailler) sont actifs à 30,2 %, principalement à cause des études (45,8 %). La population en âge de travailler (10 ans et plus), estimée à 1 096 344 par l’Enquête, comprend en majorité des hommes (50,7 %).

5Au sein des occupés, 40 % sont des salariés, 38 % des indépendants et près de 14 % des apprentis. Les artisans, ouvriers et employés non qualifiés représentent 57,2 % de la population occupée qui comporte par ailleurs 9,4 % d’employés de l’administration. Le trait dominant révélé par l’analyse est que 55,4 % (244 880) des travailleurs sont regroupés dans trois branches d’activités : le commerce, les affaires immobilières et les services divers. Pour ce qui est de la situation dans la profession, les données issues de la même source révèlent l’importance des circuits informels dans l’économie urbaine : les non salariés représentent 60 % des personnes occupées de la région.

6Le taux de chômage serait de 24,4 %. Dans la tranche des 20-24 ans, le taux de chômage est de 34,6 % pour les hommes et de 44,3 % pour les femmes.

7Un autre fait marquant réside dans l’importance du célibat. C’est dans cette région que s’observe l’âge au premier mariage le plus élevé du pays (23,7 ans alors que la moyenne nationale est de 20,1).

8Ces données indiquent une contrainte politique majeure avec laquelle il faudra compter dans la gestion des centres urbains. Croisées avec la part prise par les jeunes dans les crises politiques majeures vécues par le Sénégal depuis la fin des années 1980, elles expliquent pourquoi les pouvoirs publics, avec une assistance financière extérieure, accordent une place sans cesse croissante à ces catégories de la population dans leurs orientations stratégiques.

9Une attention de plus en plus soutenue est en effet accordée aux jeunes qui vivent dans des conditions précaires. Parmi eux, on peut citer certaines catégories de jeunes de la rue, notion qui regroupe, comme nous le verrons dans les lignes qui suivent, une population très hétéroclite assimilée souvent, à tort, à des délinquants. Avec le soutien de l’UNICEF et d’ONG, les pouvoirs publics semblent inscrire leur action en rupture avec les approches antérieures arrimées exclusivement à des préoccupations de maintien de l’ordre public. C’est ainsi que des travaux ont été menés pour mieux déterminer les caractéristiques de ces populations et élaborer des programmes d’action rompant avec les approches sécuritaires.

10C’est dans le cadre d’une appréciation de la production des connaissances sur les jeunes de la rue que s’inscrit notre investigation. Nous essayons d’identifier et de nommer certains de leurs comportements ainsi que les systèmes de valeurs qui les animent. Ce faisant, nous tentons aussi de mettre en évidence l’existence d’une culture de la rue. Celle-ci est repérable dans les modes et stratégies de survie, dans les systèmes de représentations qui permettent aux jeunes de vivre dans la rue mais aussi dans les comportements qui s’acquièrent et se renforcent dans cet espace qui constitue, pour beaucoup, une véritable croisée des chemins, une ligne de fracture dans leur vie. En effet, ceux parmi ces jeunes qui sont en rupture totale et qui cherchent dans la rue un moyen d’échapper à une certaine forme de contrôle social et territorial, y sont soumis à des processus de déconstruction-reconstruction de personnalités encore fragiles qui rendront difficile la remontée de la pente.

11La culture de la rue n’est pas nécessairement une culture de l’indocilité ou de la violence. Dans certains de ses aspects, elle est une tentative de subversion ou une réécriture des normes sociales dominantes de la société. En la décrivant, nous renseignons, en pointillé, sur la nature et l’efficacité des institutions étatiques de socialisation.

12Les acteurs de la rue sont divers. Une véritable sédimentation s’observe en leur sein en raison de la diversité des origines sociales, des trajectoires, du mode d’occupation de l’espace, ainsi que de leur héritage social. Dans une telle perspective, les enfants de la rue regroupent des populations – dont l’âge est loin d’être homogène – qui, pour des raisons socio-économiques diverses, investissent les principales artères urbaines. La rue est leur principal dénominateur commun, mais ils ne sont pas seuls dans cet espace dont on parle souvent sans bien l’identifier. La rue, c’est un ensemble de territoires investis différemment par des acteurs divers. Il existe des espaces de la mendicité, par exemple autour des mosquées lors de la prière du vendredi, les espaces des activités de l’économie informelle, ceux qui sont organisés autour des marchés, ceux de la prostitution, du commerce de la drogue, ceux qui sont envahis par les lépreux. Les groupes de la rue ne sont pas homogènes et n’ont pas les mêmes stratégies d’appropriation de l’espace. Des mendiants vivent dans la rue, de jour comme de nuit, alors que d’autres se déplacent en fonction des heures de travail. Au contact de ces différents groupes, de ces adultes ainsi que des passants, se créent, pour les enfants, des brassages qui influencent leurs comportements, créent ou renforcent des solidarités. Dans cette perspective, la rue est impensable sans les liens sociaux qu’elle crée et entretient.

13S’il y a plusieurs visages des jeunes de la rue, on doit admettre que la rue, elle non plus, ne désigne pas un espace homogène et ne recouvre pas le même contenu pour ceux qui l’investissent à des endroits et des moments précis. Elle peut être large, colorée, encombrée et bruyante. Elle peut aussi être étroite et silencieuse. La rue revêt des visages différents selon les moments et les quartiers. Sa morphologie (voies goudronnées, avec ou sans trottoirs, envahies ou non par les commerçants, électrifiées ou non, asphaltées ou non) et sa toponymie changent selon les époques. En effet, avec la mise en place d’une administration moderne, le fait majeur dans l’histoire de la rue, c’est la montée progressive d’un processus visant à rendre les particuliers irresponsables de sa gestion, ce qui, dans certains cas, a rendu chaotique le traitement des déchets urbains. Certes, les valeurs antérieures selon lesquelles les citadins et, particulièrement, les riverains sont principalement responsables de la gestion de ces espaces publics sont toujours de mise. Mais, le contrôle des activités de la rue, notamment de la circulation humaine, par la puissance publique, devient de plus en plus difficile.

14On peut retenir des évolutions sociales et économiques qui fabriquent de plus en plus d’enfants de la rue, qu’elles prennent leur source dans des facteurs multiples dont les poids respectifs sont assez difficiles à préciser. En effet, la tendance à l’informélisation de l’économie, la crise du mode de subsistance arachidier, l’aggravation de la dégradation des conditions de vie, la crise morale des familles et celle des systèmes de solidarité constituent un véritable magma d’où émerge ce phénomène. Parallèlement, les systèmes de représentations relatives à la rue ont évolué. Pour certains acteurs, la rue est le seul moyen de survie. Elle constitue la seule réponse aux mécanismes d’exclusion économique et sociale des pouvoirs politiques africains. Elle seule peut les faire rêver de ‘sortir’ de leurs conditions difficiles, leur procurer une certaine forme d’utopie, celle-là même que diffuse leur refus d’accepter leurs conditions d’existence et leur volonté de les transformer en tournant le dos à l’Etat et à ses institutions de socialisation. Dans cette perspective, pour certains jeunes qui l’envahissent, la culture de la rue se conjugue sous le mode de l’utopie. Elle offre, à travers les activités qu’elle permet, le seul moyen envisageable d’ascension sociale.

15Mais, la rue, c’est aussi, la menace de ‘sortie’ par le bas. Certains acteurs de la rue, dont des jeunes, pour faire face à l’angoisse que charrie cet espace public et les vicissitudes de leur existence propre, puisent le courage d’y rester dans des ressources qui font partir leurs vies en lambeaux. Cet aspect d’auto-destruction structure, pour certains jeunes, la culture de la rue. Dans cette perspective, malgré les changements observés dans les systèmes de représentations, la rue demeure toujours cet espace où, d’après la tradition locale, il est possible de perdre son âme, d’être terrassé par les forces obscures, celles de la néantisation.

16Une certaine stratification sociale est observable dans la rue : il y a ceux qui gagnent leur vie grâce au commerce et la proposition de services, ceux qui y vivent essentiellement de mendicité, mais aussi ceux qui contrôlent les revenus de certains jeunes qu’ils obligent à mendier ou à se débrouiller pour leur remettre, chaque soir, un montant précis. Des jeunes y pratiquent le straddling : tout en faisant des petits boulots à la limite du chômage déguisé, ils ont basculé dans la délinquance. C’est le cas de ces filles qui, tout en pratiquant la mendicité ou en vivant avec des bandes de jeunes, s’adonnent à la prostitution. Ce fait est largement signalé dans des travaux menés par Fall (1996) qui note, dans certains centres urbains, la prostitution de jeunes vendeuses d’eau et de glace ou de fruits. Ce chercheur a également observé le développement de réseaux de prostitution chez les aveugles, mendiants et surtout les jeunes filles des marchés.

17Il n’est pas aisé de repérer et de nommer les lignes de fracture entre ces différents groupes. Il est en effet difficile de bien identifier les mécanismes par lesquels et à partir de quand un jeune de la rue enjambe les barrières du système de contrôle social et territorial de son groupe familial pour basculer dans la délinquance.

Revue de la littérature

  • 1 La création romanesque s’intéresse au problème de la marginalité juvénile. Parmi les auteurs qui y (...)
  • 2 Le second établissement se présente comme le lieu de production de l’écrasante majorité de ces text (...)

18Au Sénégal, une littérature relativement abondante a été consacrée à la jeunesse dite inadaptée ou en situation difficile. Celle que nous avons recensée est composée, principalement, de travaux de recherche et d’articles de presse.1 C’est ainsi que près de 80 mémoires de fin d’étude ou de stage ont été produits à l’Ecole nationale de police et de la formation permanente (ENPFP) et à l’Ecole nationale des assistants et éducateurs spécialisés (ENAES), devenue, en 1995, l’Ecole nationale des travailleurs sociaux spécialisés (ENTSS).2

19Les travaux réalisés dans d’autres institutions publiques sont moins nombreux, ce qui témoigne de la faible sensibilité au sein de certains corps, à ces questions. L’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) qui forme les grands commis de l’Etat recrutés essentiellement parmi les étudiants des Facultés de Droit et d’Economie, se signale par une pauvreté remarquable de la production intellectuelle sur la question. L’étude comparative de la protection judiciaire des jeunes marginaux ou en danger moral des territoires du Sénégal et de la Guinée-Conakry, faite par Boiro (1990), est l’unique contribution connue de cet établissement.

  • 3 Cf. Chavent (1988), Diaw (1991), Diop (1995), Faye (1989), Gaye (1995), Ndiaye (1995) et Sy (1984).

20A l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), mémoires et thèses de doctorat consacrés au sujet qui nous intéresse concernent les filières des études psychologiques, psychiatriques, sociologiques et historiques. Hugo (1968) a ouvert la voie avec sa thèse de psychologie. Les travaux de Ndiaye (1979) et Thioune (1980) ont accordé une attention plus soutenue à des aspects tels que la représentation de la délinquance juvénile et la réaction sociale suscitée au sein des élites gouvernantes. Par la suite, de nouvelles recherches ont été entreprises pour étayer les conclusions.déjà élaborées, apporter un éclairage historique ou un autre regard.3 En volume, la production universitaire est comparable à celle qui a été réalisée à l’ENTSS où la trentaine de pages est la moyenne des travaux de recherche qui y ont été effectués.

21Au niveau des structures non gouvernementales, les travaux d’une ONG comme ENDA-Tiers-Monde annoncent une dynamique remarquable de production de travaux sur les jeunes de et dans la rue. La revue Environnement africain et la série Jeuda sont quelques uns des instruments forgés par ENDA pour asseoir sa politique éditoriale. Colloques, congrès, séminaires, projets et accords de coopération avec des départements ministériels (par exemple celui du Développement social en 1985), des institutions onusiennes comme l’UNICEF et des structures non gouvernementales homologues (exemple du BICE) sont autant de lieux et de cadres de rencontre mis à profit pour développer une réflexion nourrie qui a fait de Dakar un terrain d’observation privilégié de la délinquance juvénile.

22La presse s’intéresse, depuis la période coloniale (Kane, 1988), à la jeunesse en rupture ou en situation difficile. Depuis les années 1930, les quotidiens Paris-Dakar, puis Dakar Matin et ensuite Le Soleil ont, tour à tour, accordé une attention soutenue à cette question. Dans leur dispositif éditorial, des ‘faits divers et divers faits’ en matière de délinquance ont été répertoriés puis portés à la connaissance d’un lectorat cultivant le goût de la sensation : le compte-rendu l’emportait sur l’analyse, l’explication et la recherche de solutions. Dans une large mesure, cette presse traduisait l’idéologie de l’administration relative à une frange marginale de la population qu’il convenait de canaliser et de contrôler pour éviter qu’elle n’atteigne une masse critique pouvant perturber la logique officielle.

23A l’indépendance, on note un vaste mouvement conduisant vers les villes une population paysanne qu’une économie en voie de reconstruction et aux ressources limitées n’arrivait pas à employer. Sa concentration dans les villes et la détérioration de ses conditions de vie font d’elle une marginalité ‘débordante’ risquant d’affaiblir l’entreprise de ‘construction nationale’. Or, l’existence dans les centres urbains d’un excédent improductif de main-d’œuvre pose problème avec ses brigandages, sa mendicité et son agglomération par couches successives dans certaines zones urbaines. Une politique sévère de contrôle de la circulation humaine dans les villes est alors mise en place et renforcée d’année en année. Un exemple récent permet d’illustrer notre propos.

24Après les émeutes de 1988, l’Etat est préoccupé par la sécurité publique et le civisme des citoyens. Des rafles sont organisées. Le Conseil des ministres du 21 mars 1989 demande une mobilisation accrue des services de Sécurité pour lutter contre le vandalisme et la criminalité et, comme pour montrer le sérieux de la détermination gouvernementale, le quotidien Le Soleil du 22 mars 1989 titre : ‘Les forces de l’ordre veillent au grain’. Dans ce contexte très tendu, une campagne est déclenchée pour le réarmement moral de la population. Elle vise ‘les casseurs incapables de chanter l’hymne national’. Les autorités se penchent alors sur ce qui est désigné comme la ‘crise de la famille’ au cours d’un symposium consacré à la question. Le Soleil du 7 juin 1988 n’hésite pas à parler de ‘la crise de la famille […]. Une situation qui menace la société sénégalaise’.

25En 1988, la vague de contestation du système politique – consécutive aux élections présidentielles et législatives – communément appelée mouvement Sopi (Diop et Diouf, 1990), porteuse d’une conscience citoyenne plus aiguë, conduit les journalistes à s’intéresser de près aux mutations en cours chez les jeunes. La multiplication des organes de presse – qui participe de la construction d’un jeu démocratique – amplifie le volume de la lecture relative aux jeunes prédélinquants et délinquants.

Les thématiques majeures de la littérature

26La variété des thèmes abordés dans la littérature atteste de la richesse des informations collectées et analysées par les chercheurs, les dirigeants des ONG, les journalistes, etc. La profusion des centres d’intérêt se traduit par de nombreux documents portant sur les jeunes. Cependant, les principaux points d’étude se rapportent à la connaissance de problèmes tels que les profils des acteurs, les activités et autres stratégies de survie constitutives de la culture de la rue, l’explication du phénomène de l’inadaptation sociale et la réaction de la société.

27Dans l’étude des profils des jeunes, les articles de presse sont les plus nombreux. Le recensement partiel que nous avons effectué montre que treize documents ont été consacrés aux jeunes en rupture ou en difficulté, appelés prosaïquement ‘enfants et jeunes de la rue’ ou désignés sous des vocables péjoratifs comme ‘vandales’ ‘pilleurs’, ‘casseurs’ etc.

  • 4 Voir la bibliographie. La monographie de Tall (1981), qui ne comporte aucune enquête, reproduit des (...)
  • 5 Fall et Ly (1992) étudient les auteurs d’infanticide. D’autres travaux se penchent sur la sexualité (...)
  • 6 Entre 1988 et 1991, la presse s’est moins intéressée à l’élève de l’école coranique et à d’autres j (...)

28Les travaux de recherche effectués à l’ENAES ne deviennent vraiment significatifs qu’avec l’examen des figures de l’élève de l’école coranique, ciblé dans trois études, et de la mineure en danger moral.4 En outre, un intérêt certain y est accordé à la sexualité des filles et à l’apparition, au sein de cette couche, de ‘mères dévorantes’.5 Cette variété d’approches s’explique par la différence de préoccupations professionnelles. Alors que le journaliste a tenté de satisfaire la curiosité de son lectorat, l’éducateur spécialisé, appelé à intervenir de plus en plus dans le ‘milieu ouvert’ comprend parfaitement que le prédélinquant s’affiche comme la cible privilégiée du travailleur social en milieu urbain.6

  • 7 Dieng (1978), Dioum (1981), Ndao (1983), Sarr (1982) et Sow (1976) traitent du phénomène de la cons (...)

29Métiers du ‘commerce de la chair féminine’ (prostitution et proxénétisme), gérance de lupanars et autres ‘maisons closes’ (Diatta, 1979), consommation de drogue,7 ‘vagabondage’, sont les thèmes dominants de la réflexion sur la délinquance juvénile. Ces phénomènes, visibles et lisibles dans la rue, structurent l’imaginaire collectif et suscitent la curiosité intellectuelle. En outre, ils heurtent la conscience sociale et structurent les discours des partisans de la ‘refondation’ de la société, discours produits, ces dernières années, par les leaders de partis politiques et de mouvements de rénovation religieuse d’inspiration islamique (Gomes-Perez, 1994 ; Magassouba, 1985).

  • 8 Voir Diop (1991) et Ndiaye (1981).

30Les structures d’accueil des jeunes délinquants et les juridictions d’instruction et de jugement pour enfants reviennent constamment comme thèmes d’enquête. Il en est de même de stratégies telles que la prévention, l’observation-rééducation et l’incarcération.8 En revanche, la réinsertion, la protection et l’assistance attirent moins l’attention des chercheurs.

  • 9 Il s’agit de Cissokho (1995). Toutefois, l’intervention des ONG figure en bonne place dans les déve (...)
  • 10 Cf. les références bibliographiques portant la mention Jeuda.
  • 11 En apparence, la presse s’est peu intéressée au thème de la réaction sociale. Les quatre textes les (...)

31L’étude des textes législatifs et réglementaires a fortement mobilisé Dansokho (1987) et Thabard (1979). Application, interprétation et critique des lois et règlements sont au cœur de ces deux productions. De même, il faut consulter des conclusions d’enquêteurs n’ayant pas d’attache avec l’ENTSS pour faire le point de la documentation relative à la réaction sociale des acteurs non étatiques. Sur douze documents recensés, un seul a été produit dans ce centre de formation.9 L’appui multiforme des ONG aux cadres associatifs locaux porteurs d’initiatives d’insertion, de réinsertion ou de réhabilitation sociales est largement abordé dans les onze autres documents.10 Mais le thème de la réussite ou de l’échec des cures préconisées n’a pas encore fait l’objet d’études s’appuyant sur des enquêtes effectuées auprès d’anciens délinquants ou de délinquants endurcis. Articles de presse11 et.surtout travaux de recherche sont attendus sur ce terrain d’investigation.

  • 12 Voir par exemple : Diop (1979), Fall et Diallo (1992), Faye (1983), Hugo (1968), Ndour (1980), Seck (...)
  • 13 Exemples de Diémé (1991), et Seck (1980).

32Plus du tiers (soit 23 titres) des travaux de recherches conduits à l’ENTSS, depuis 1974, tentent d’étudier prioritairement une donnée déterminée dans l’explication de la marginalité juvénile. La famille, l’école, les mutations sociales, l’habitat et, dans une moindre mesure, les médias et le tourisme, sont convoqués pour appréhender le déclenchement des conduites délictueuse des jeunes. En règle générale, les facteurs identifiés dans les recherches sont classés et mis en relation combinatoire. Quelques rares exceptions se signalent par la production d’un discours énumératif. L’exemple le plus intéressant, à ce sujet, est le mémoire de Djigo (1981) qui répertorie 13 données factorielles. Il se dégage de la lecture des autres études une invocation très contrastée des facteurs de la délinquance juvénile. Les données sociales et culturelles se présentent comme des constantes, le fait psychologique est une variable fréquemment convoquée,12 l’économique et le politique sont des variables moyennement invoquées.13

  • 14 Cf. Gaye (1995 : 70-77) et Nare (1985 : 8-10).
  • 15 Elle est étudiée largement, pour la banlieue de Dakar, par Monkangui (1984). Hugo (1968 : 97-107) f (...)
  • 16 Ndiaye (1976) étudie le rôle et la place des unions monogamique et polygamique dans le déclenchemen (...)
  • 17 Voir Rebondo (1982) qui s’intéresse à la démission des autorités parentales.

33Le facteur social est éclaté dans les analyses. L’instabilité de la cellule familiale vient en première ligne dans nombre d’études.14 La dissociation qui frappe le couple parental, du fait de la fréquence du divorce,15 des absences répétées et prolongées des foyers d’un ou des deux conjoints, la mésentente conjugale aggravée par la fréquence de la polygamie,16 la démission de certains pères,17 la surpopulation des maisons, se combinent pour aboutir au renoncement, par la famille, à sa vocation de lieu et de force de socialisation de l’enfant.

34Parmi les autres éléments constitutifs du facteur social, le discours explicatif nomme les mutations de la société urbaine. Ces évolutions ont pour noms :

  • bidonvillisation

  • multiplication des tentations, sollicitations et besoins des citadins, néocitadins, villageois séjournant en ville

  • relâchement des mœurs et/ou crise des systèmes de solidarité

    • 18 Lire, entre autres analyses, Diop (1978), Henaine (1979), Ndour (1980) et Seck (1981). Ces évolutio (...)

    substitution progressive aux rapports de subordination entre parents et enfants, aînés et cadets, de relations d’allégeance construites sur la base du revenu monétaire18

35La remise en cause des normes de conduite est surtout l’œuvre de groupes en phase de désadaptation. Parmi ces derniers, se recrutent beaucoup de jeunes et aussi tous ces autres habitants des quartiers sous-intégrés de Dakar tentant, par la ‘débrouille’, d’infléchir, en leur faveur, le procès de distribution des richesses.

  • 19 Cf. Faye (1983), Hugo (1968), Nare (1985), Ndour (1980).

36Les valeurs qui informent ces conduites, indiquent l’importance du fait culturel dans le déclenchement et la persistance de la délinquance juvénile. Dans de nombreux études,19 l’école est désignée comme une institution où les jeunes acquièrent des aptitudes contestataires et subissent le traumatisme des échecs scolaires répétés. La loi de la sélection-élimination transforme la majorité d’entre eux en exclus du système éducatif. En d’autres termes, l’exclusion du système scolaire, en se renforçant, laisse à la marge les populations les plus démunies. Cette sélection est déjà visible à travers les résultats du concours d’entrée en sixième, moyen d’accès à l’enseignement secondaire : le taux de réussite y est, depuis de nombreuses années, d’environ 20 %. Ce numerus clausus a été fixé en fonction des structures d’accueil. Cette situation explique la faiblesse relative du taux brut de scolarisation dans l’enseignement moyen (population des 13-16 ans), qui a varié de 20,9 % en 1988/89 à 21,1 % en 1992-93. Dans l’enseignement secondaire (population des 17-19 ans), le taux de scolarisation est encore plus bas. Selon les données du ministère de l’éducation nationale, il aurait varié de 8,7 % en 1988/89 à 10,4 % en 1992/93. S’ajoute à cette situation le chômage de longue durée auquel va être confrontée la minorité des diplômés. Dans ces conditions, le rêve d’accéder au modèle de réussite eurocentrique se brise inéluctablement. La promptitude à violer les interdits, l’évasion dans la toxicomanie ou la littérature d’aventure et pornographique, la surconsommation d’images audiovisuelles chloroformantes sont, entre autres, les baliseurs de la marche des jeunes vers la délinquance.

37Cette trajectoire qui conduit des jeunes de l’école à la marginalité, atteste de l’importance du facteur psychologique. Frustration et humiliation sont le vécu quotidien de ces exclus de l’école et du travail rémunéré.

  • 20 Diop (1979) appelle cela ‘effet d’identification’

38La fragilité psychologique de l’enfant ainsi invoquée est présente, entre autres, dans Seek (1982), qui présente la loi de l’imitation comme une donnée structurante du comportement. L’émerveillement courant de l’adolescent devant le sujet le plus fort et le plus rusé étant manifeste, le besoin de s’accomplir en imitant des personnages de films20 peut le conduire facilement d’abord à la perversité puis à la marginalité.

  • 21 Lire Ndour (1982).

39L’itinéraire qui est ainsi dessiné renseigne aussi sur la persistance du sous-développement économique, considéré comme la matrice de la délinquance juvénile (Nare, 1985). L’insuffisance de l’offre de travail installant durablement un chômage massif21 ainsi que des bas salaires, rend plus difficile encore la course à l’argent, et réduit davantage le pouvoir d’achat de travailleurs salariés (Faye, 1993).

  • 22 Ces représentations touchent, de plus en plus, des quartiers résidentiels regardés autrefois comme (...)

40Cette baisse des revenus explique l’aggravation du problème de l’habitat. L’exiguïté de locaux souvent surpeuplés (Diakhaté, 1992) engendre une cohabitation tendue et la transformation de la rue en un lieu de prolongement des activités domiciliaires où prolifèrent la violence et la dépravation des mœurs. Aussi n’est-il pas étonnant que les quartiers sous-intégrés de la ville et de la banlieue de Dakar soient assimilés, dans l’imagerie populaire et dans la presse – qui joue un rôle important dans la définition de l’image et des territoires de la criminalité –, à des foyers de grande criminalité et leurs éléments jeunes à des délinquants endurcis.22

  • 23 Diémé (1991 : 5) voit dans la période 1960-1988 un moment marqué par la prédominance de la violence (...)

41La politique officielle de la ville est implicitement mise en cause dans certains travaux. Diémé (1991) et Djigo (1981) ont fait du politique un facteur déclenchant de la délinquance. Mais là où le second met en scène l’opposant porteur d’un projet de subversion, le premier, qui étudie le phénomène de la ‘casse’ assimilée à la forme prédominante de la violence des jeunes depuis les élections de février 1988,23 signale que la répressivité de l’Etat peut en être un facteur. Ainsi, les jeunes, mécontents d’un ordre politique qui les isole et les transforme en. minorité sociologique (Sankharé, 1992), n’hésitent pas, depuis cette date, à vouloir prendre périodiquement leur ‘revanche’ avec l’organisation de marches non autorisées, d’opérations concertées de destruction ou de réappropriation de biens collectifs ou privés. La jeunesse urbaine a été présente dans toutes les crises majeures vécues par le Sénégal depuis son indépendance. Les jeunes du sous-prolétariat urbain surnommés ‘les casseurs’ constituent les principaux acteurs des émeutes urbaines, particulièrement depuis 1988. Cette situation est une source de préoccupation en raison de la perméabilité de ces groupes à la manipulation et de leur utilisation dans des actions violentes.

42L’exposé de tous ces éléments d’analyse souffre, dans beaucoup d’études, du manque de détermination dans la construction de la combinatoire des données motrices. Diop (1978) et Nare (1985) font du fait économique le facteur fondamental du déclenchement et de la persistance de la marginalité juvénile. Mais le premier auteur indexe particulièrement la monétarisation de la vie de relations. L’approche de Youm (1978) qui est radicalement différente, nomme le fait psychique. Selon lui (Youm, 1978 : 10), il y a toujours ‘enchaînement de facteurs conduisant [à la délinquance] sans pour autant que ce processus soit en aucune manière automatique. En réalité, tout dépend de la réceptivité du jeune’.

43Il importe de collecter un échantillon représentatif de récits de vie de jeunes délinquants sur une durée relativement longue pour pouvoir établir la fréquence des facteurs déclenchants. A partir de cet exercice, il sera possible de produire des énoncés plus fiables et d’enrichir les connaissances actuelles sur les rapports entre jeunesse, culture de la rue ou culture de la survie à Dakar.

Investigations et analyses quantitatives sur les enfants de la rue

44Au Sénégal, comme dans les autres pays de la région, l’évaluation et le suivi de la situation des enfants de la rue est très fortement contrariée par la faiblesse du système d’information : les données existantes sont parcellaires et souvent déficientes. Néanmoins, une enquête sur les enfants de la rue a été initiée, en janvier 1996, par le Gouvernement du Sénégal et l’UNICEF, dans le cadre de leur programme de coopération (1996-2001). Ce programme contient un volet ‘enfance en situation particulièrement difficile’ qui regroupe différentes catégories : les enfants de la rue, les taalibe et les enfants travailleurs.

45Les objectifs de ce plan sont centrés sur la lutte contre la mendicité des taalibe, l’élimination progressive du travail précoce et à risques des enfants, la réhabilitation sociale des enfants de la rue, la réalisation d’études de base pour combler les lacunes documentaires sur les enfants en situation particulièrement difficile. Il existe déjà un plan d’actions en ce qui concerne le travail des enfants. Une étude a été réalisée et vise, à court terme, l’amélioration des conditions de travail des enfants et à long terme, son abolition.

46Pour 1997, l’UNICEF cherche à améliorer les conditions de vie des taalibe par l’installation de projets socio-économiques, le parrainage, des appuis en équipements pour l’amélioration de leur cadre de vie et la prise en charge sanitaire. Le Sénégal a réussi à inclure les taalibe dans le cadre de la classification de Bogota (1989) qui définit les différents catégories d’enfants en situation difficile.

47Les enquêtes et monographies qui ont été réalisées sur les enfants de la rue ont permis de programmer des actions à entreprendre au cours de l’année 1997. Des modifications surviendront après des études complémentaires, pour confirmer le nombre d’enfants concernés par ce programme.

  • 24 Parallèlement, une étude qualitative a été menée pour le compte de l’UNICEF par une psychologue (Na (...)
  • 25 Les caractéristiques du système d’information peuvent être ainsi résumées : inefficacité, utilisati (...)

48L’enquête24 de janvier 1996, dont les résultats définitifs ne sont pas encore publiés, est susceptible d’alimenter le système d’information sur les enfants de la rue et d’être utilisée dans les orientations politiques officielles. Cela est cependant contrarié par la lenteur de la remontée des informations issues des enquêtes, qui est une donnée de structure de la Direction de la Prévision et de la Statistique, DPS.25

49Avant de présenter les principales leçons issues de cette investigation, il convient de dire quelques mots sur les objectifs de l’étude. Les objectifs étaient les suivants :

  • mieux préciser le concept d’enfant de la rue et apprécier l’ampleur du phénomène dans quelques grandes villes : Dakar, Pikine, Rufisque, Saint Louis et Kaolack

  • décrire les mécanismes et processus qui poussent les enfants dans la rue

  • localiser les enfants de la rue et fournir des renseignements assez détaillés sur leurs caractéristiques socio-économiques, en liaison avec le contexte familial et environnemental

  • mettre en œuvre des programmes en faveur de ce groupe cible

50Pour tenir compte de tous ces aspects, une définition opérationnelle a été retenue. C’est ainsi qu’a été considéré comme enfant de la rue, tout enfant de 6-18 ans qui exerce une activité économique ou une stratégie de survie dans la rue. Bien que cette définition puisse être améliorée, elle a l’avantage, d’une part, de saisir les différentes catégories d’enfants qui forment cette population très hétérogène et, d’autre part, de permettre le ciblage du travail des enfants.

51Compte tenu de la complexité du sujet, une approche classique n’a pu être utilisée dans l’enquête. La démarche méthodologique mise en place a comporté trois phases : les travaux préparatoires, le recensement pilote et l’enquête.

Les travaux préparatoires

52Dans les villes retenues, il a été effectué un recensement et une identification des lieux que fréquentent les enfants de la rue. Il s’agit, essentiellement, des gares routières, des abris provisoires, des bâtiments abandonnés, des plages ainsi que des milieux à forte affluence humaine. L’identification de ces lieux a permis de constater la très forte mobilité des enfants et de donner une idée précise sur les habitudes et les heures de fréquentation de ces zones. La stratégie d’enquête retenue était variable selon le milieu considéré : ou bien il a fallu une surveillance continuelle, de jour comme de nuit, des lieux considérés comme des points de chute par ces enfants (plages, abris provisoires…) ; ou bien les recensements ont été sans difficulté particulière dans des lieux tels que les marchés, les gares routières.

Le recensement pilote

53Le recensement pilote avait pour objet de tester le questionnaire et la méthodologie d’enquête. Il a permis d’apporter les corrections nécessaires et de faire les réglages avant le démarrage de l’enquête. A cet effet, 150 enfants ont été interviewés pendant 15 jours dans les villes ciblées par l’enquête. Ce recensement avait pour objectif de mieux localiser les zones de fréquentation des enfants. A l’issue de cette phase test, un répertoire de toutes les zones de fréquentation des enfants à travers tout le pays était disponible.

Le dénombrement des enfants de la rue

54Ayant défini les ‘enfants’, il a fallu également circonscrire le concept de ‘rue’. Dans l’étude, il s’agit des rues à activités économiques intenses, mais également de zones telles que’les marchés, les places publiques, les abris provisoires, les bars ou restaurants. Les enquêteurs avaient reçu des instructions strictes pour le choix des enfants devant appartenir à l’échantillon. Il fallait, pour cela, se baser sur un récit de vie portant sur les sept derniers jours précédant l’enquête. Les critères de sélection étaient les suivants :

  • milieux habituellement fréquentés

  • raisons de leur présence dans le milieu

  • types de contacts avec la famille

55Le questionnaire utilisé dans cette enquête comportait 9 thèmes ainsi répartis :

  • identification des enfants

  • caractéristiques démographiques

  • habitat

  • environnement familial• sexe et criminalité

  • activités et loisirs

  • santé et nutrition

  • difficultés et problèmes

  • drogues et alcool

  • sexe et criminalité

56L’enquête a touché au total 3 924 enfants ainsi répartis : Dakar (1 315), Pikine (219), Rufisque (105), Saint-Louis (938), Kaolack (1347). La difficulté essentielle a concerné la période très courte de l’enquête et la très forte mobilité de la population cible. L’aspect quantitatif a été privilégié dans cette analyse et c’est pourquoi, il est souhaitable de procéder à des approches qualitatives pour faire des inférences correctes sur les problèmes liés aux processus et mécanismes de rupture.

57Il ressort des données collectées les caractéristiques suivantes.

Caractéristiques socio-démographiques

58La quasi totalité de l’échantillon est composée de garçons. En effet, les filles ne constituent que 7 % de l’effectif. Cette faible représentativité des filles s’explique de plusieurs façons :

  • leur utilisation dans les travaux domestiques

  • l’éventail plus faible des activités qu’elles peuvent mener dans la rue par rapport aux garçons

  • la plupart d’entre elles s’adonnent précocement à la prostitution et, en conséquence, ont évité d’être en contact avec les enquêteurs. Il s’y ajoute que l’enquête n’a pas couvert les grands milieux de prostitution d’enfants

Tableau n°1. Répartition des enfants selon l’âge et le sexe

Tableau n°1. Répartition des enfants selon l’âge et le sexe

Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996

59La tranche d’âge la plus représentative est celle des 15 à 18 ans qui concerne 2 025 enfants. Cette importance s’explique par la volonté précoce de se prendre en charge mais, également par les exclusions opérées par le système éducatif.

60Le groupe d’âge le moins représentatif est celui des 5 à 9 ans. Ces résultats montrent une corrélation positive très nette entre l’âge et le nombre d’enfants dans la rue. Le nombre d’étrangers est de 85 : l’échantillon est essentiellement composé (91 %) de Sénégalais. Les étrangers viennent essentiellement de pays limitrophes : Mali, Guinée. La structure ethnique est le reflet de celle du Sénégal. Les ethnies les plus représentées sont les Wolof (56 %) les Pulaar (32 %) et les Sereer (11 %). L’âge de premier contact avec la rue montre que les Pulaar, les Soninké et les Socé sont les plus représentés.

Tableau n°2. Répartition des enfants selon l’ethnie et l’âge

Tableau n°2. Répartition des enfants selon l’ethnie et l’âge

Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996

Les déterminants du phénomène

61Par déterminants, nous entendons l’environnement, les rapports avec la famille, les différents facteurs qui peuvent engendrer et multiplier les ‘enfants de la rue’. Ces facteurs sont le plus souvent décrits à travers le contexte familial, la survie des parents, les conflits avec la loi, les problèmes de santé ainsi que toute autre difficulté induite par la nature du milieu.

Exercice d’une activité

62L’enquête montre une forte propension à exercer une activité chez les enfants de la rue, même s’ils n’ont pas bénéficié, au préalable, de l’apprentissage d’un métier. En effet, 76,2 % d’entre eux exercent une activité, mais 77,4 % n’ont pas appris de métier. Les principales activités ne nécessitent pas un apprentissage sophistiqué. Il s’agit de la mendicité, du colportage et de la vente.

63La mendicité occupe une part importante des enfants rencontrés car elle est pratiquée par 814 d’entre eux, soit 27,5 % de l’échantillon ayant déclaré exercer une activité. La mendicité est très nette au niveau de la nutrition de ces enfants. Elle est un des principaux moyens de survie des enfants de la rue. A la question ‘comment vous procurez vous vos repas ?’, 1 352 enfants ont répondu ‘par la mendicité’.

64Les revenus qu’ils tirent de ces activités sont faibles car 45 % des enfants gagnent moins de 500 F CFA par jour. L’apprentissage préalable d’un métier a, toutefois, un effet positif sur les revenus gagnés. Les enfants qui ont appris un métier gagnent en moyenne 31 921 F CFA par mois alors que pour les enfants n’ayant pas suivi un apprentissage, le gain mensuel est de 25 053 F CFA. Ces gains portent sur les activités principales et les activités secondaires. L’enquête a montré que 150 enfants ont des activités secondaires.

Tableau n°3. Répartition des enfants selon l’apprentissage d’un métier et la situation familiale

Tableau n°3. Répartition des enfants selon l’apprentissage d’un métier et la situation familiale

Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996

65Les gains tirés de ces activités servent : aux parents (21,9 %), à l’acquisition de vêtements (29,9 %), à économiser (20,2 %) et aux marabouts (23,4 %). Parmi les enfants dont la mendicité est la principale activité, 823 affectent leurs revenus aux marabouts alors que parmi eux, seuls 72 enfants donnent leurs revenus aux parents. Souvent, l’exercice des activités n’est pas durable car le nombre d’enfants pratiquant une activité décroît en fonction de la durée. Enfin, 62,6 % des enfants ont choisi leurs activités, et 59,5 % des enfants éprouvent un motif de satisfaction dans l’exercice de leurs activités.

Relations avec la famille

66Les parents continuent de jouer un rôle important dans la vie de ces enfants. En effet, à la question « quels sont vos principaux moyens de survie ? », 1 216 enfants, soit 33,8 % ont répondu qu’ils dépendaient de leurs parents. L’origine des repas le manifeste puisque, pour 1 557 d’entre eux, ce sont les parents qui leur font à manger. Enfin, en cas de maladie, 1 276 enfants affirment que les soins médicaux sont assurés par leurs parents. Interrogés sur la personne qui les aide en cas de problème, 49 % des enfants répondent que c’est leurs pères tandis que pour 33,1 %, ce sont les oncles. Seuls 295, soit 7,5 % ont affirmé que ce sont leurs mères. Ces résultats s’expliquent par le fait que 74 % des mères sont des ménagères.

67L’enquête montre que 868 enfants, soit 22,1 %, vivent avec leurs parents. Les parents monogames n’occupent que 23,8 % de l’échantillon. Le taux de divorce des parents est de 9 %.Le nombre d’enfants en rupture totale (enfants habitant chez des personnes avec qui ils n’ont aucun lien de parenté et enfants vivant dans la rue) est assez élevé dans l’échantillon puisqu’ils sont 880.

Tableau n°4. Répartition des enfants selon certaines caractéristiques familiales

Tableau n°4. Répartition des enfants selon certaines caractéristiques familiales

Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996

68Même si 83 % des enfants ont leurs parents en vie, 61,1 % affirment avoir un tuteur. 1 863 enfants exercent leurs activités dans la ville où vivent leurs parents. Leurs pères exercent essentiellement les métiers de cultivateurs (24,9 %), commerçants (17,1 %) ou sont à la retraite (7,5 %). Quant aux mères, elles sont essentiellement des femmes au foyer (2 525).

Conflits avec la loi

69Environ un enfant sur quatre a fait un séjour à la police. Le nombre de séjours est inversement corrélé à l’effectif. En effet, les cas les plus fréquents portent sur un séjour car touchant 142 enfants sur les 295 qui ont fait un séjour à la police. Les enfants en rupture sont le plus en conflit avec la loi : en effet, la plupart d’entre eux ont fait un séjour à la police (166 sur 295).

Tableau n°5. Répartition des enfants selon la nature des difficultés rencontrées

Tableau n°5. Répartition des enfants selon la nature des difficultés rencontrées

Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996

70Ces données sont confirmées par les résultats de l’enquête menée par Défense des Enfants-International (DEI, 1996) à Dakar sur la base d’un échantillon de 135 enfants. Le plus souvent, ils font l’objet d’interpellations à la suite de bagarres, d’agressions ou de vols. Sur cette dernière question, l’enquête DEI montre que les sources de revenus de cette catégorie de jeunes proviennent essentiellement de petits boulots mais aussi de larcins. Dans l’ensemble, ces pratiques sont structurées par la forte tendance observée chez ces jeunes à agir en réunion. Les données de DEI relatives aux représentations des enfants concernant la police insistent sur les conditions d’hygiène assez sommaires, sur les brimades et la mauvaise qualité de la nourriture.

71Les principales raisons de l’interpellation sont le ‘vagabondage’ et le vol. 76 % des actes commis par les enfants vivant avec leurs parents portent sur le vol ou le ‘vagabondage’.

Nutrition et santé

72Une partie des enfants de la rue constitue un groupe très mobile gravitant, aux heures de repas, autour des restaurants, casernes et certains lieux d’habitations. Ils trouvent dans ces zones, un moyen d’assurer leur repas quotidien par la mendicité.

73Les principaux repas sont pris à midi (riz) et le soir (couscous). Les repas sont essentiellement assurés par les parents (39 %) et la mendicité (34,6 %). L’accès à la nourriture ne pose pas de problème pour 67, 6 % des enfants interrogés.

74Le taux de prévalence des maladies est élevé. En effet, 66,5 % d’entre eux affirment tomber souvent malades. Les maux les plus fréquents sont : maux de tête, (52,6 %), maux de ventre (20,9 %), grippe (14,5 %). En majorité, les enfants malades se font consulter dans un dispensaire (32,2 %) alors que les consultations par voie de médecine traditionnelle ne concernent que 12,5 % de l’échantillon. Les dispensaires assurent des soins médicaux de base, mais ils ne sont pas équipés pour faire certains diagnostics. Souvent les frais médicaux sont pris en charge par les familles (49,1 %). Cela confirme les liens étroits que les enfants ont gardé avec les parents.

75Le nombre d’enfants handicapés rencontrés est faible : 132 au total. Les. principaux handicaps sont visuels et moteurs. Les activités sont, dans l’ordre, la mendicité, la vente, le cirage de chaussures, le lavage de voitures.

Niveau d’éducation

76Environ 45 % des enfants interrogés déclarent savoir lire le français ou l’arabe. La grande majorité des enfants n’a pas obtenu de diplôme puisque parmi les 1 465 qui ont fréquenté l’école, seuls 10,8 % ont obtenu le certificat d’études primaires. Enfin, 69 enfants ont fréquenté le premier cycle du secondaire. Les causes d’arrêt des études sont : le manque de moyens et la faiblesse de niveau.

77L’enquête révèle que 322 enfants vivant dans la rue ont fréquenté l’école officielle. Parmi eux, 20 seulement ont accédé au premier cycle du secondaire. Pour les enfants vivant avec leurs parents, 392 ont fréquenté l’école, 24 ayant atteint le second cycle. Malgré leur niveau faible, 67 % des enfants souhaiteraient poursuivre des études orientées vers la formation professionnelle.

Tableau n°6. Répartition des enfants selon certaines caractéristiques de santé et de nutrition

Tableau n°6. Répartition des enfants selon certaines caractéristiques de santé et de nutrition

Tableau n 7. Répartition des enfants selon certaines caractéristiques socio-démographiques

Tableau n 7. Répartition des enfants selon certaines caractéristiques socio-démographiques

Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996

Tableau n 8. Répartition des enfants selon la consommation de cigarettes ou de drogue

Tableau n 8. Répartition des enfants selon la consommation de cigarettes ou de drogue

Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996

Consommation d’alcool, de cigarettes, de drogue

78Si la consommation de cigarettes est à peu près tolérée dans la société sénégalaise, il n’en est pas de même pour les drogues. L’utilisation de ces produits peut heurter certaines consciences. Ainsi, la consommation d’alcool et de drogue, ou de produits similaires, est souvent difficile à faire admettre par les enfants de la rue en présence d’un enquêteur. L’étude a montré que seuls les groupes d’enfants en rupture avec leurs familles admettent, sans détour, la consommation de ces produits, car, elle constitue chez eux une stratégie de survie, une manifestation et une affirmation de leur virilité.

79Le nombre d’enfants qui affirment avoir consommé de l’alcool est faible (105 cas). Sur cet effectif, 37 ont commis des infractions dont 19 pour vol. Toutefois, la consommation d’alcool varie selon les catégories d’enfants. On note une propension plus importante à en consommer chez les enfants en rupture alors qu’elle est négligeable chez les enfants vivant avec leurs familles.

80L’indicateur de consommation des cigarettes atteint, selon l’enquête, une proportion de 17,1 %. Chez les groupes en rupture, la consommation de cigarettes est très élevée (80 % des enfants vivant dans la rue).

81Le nombre d’enfants qui se droguent est sous-estimé par l’enquête dans la mesure ou leur usage constitue un délit. Les résultats donnent une consommation de guinz (substance chimique inhalée) plus élevée chez les enfants vivant quasiment dans la rue (36 sur 59). Il en est de même pour la consommation des autres drogues (14 sur 25) : l’environnement familial, inopérant sur les enfants en rupture totale, restreint la toxicomanie.

Sexualité des enfants de la rue

82L’enquête a soulevé la question de la sexualité des enfants de la rue, de leurs connaissances et pratiques de la contraception ainsi que des moyens de lutte contre les maladies sexuellement transmissibles. Certains enfants avaient du mal à discuter de ces problèmes, ce qui a rendu faible la proportion d’enquêtés ayant déclaré avoir eu une relation sexuelle. Pourtant, comme tend à la prouver l’encadré suivant, les abus sexuels sur les enfants ne sont pas une exception au sein des sociétés sénégalaises. C’est pourquoi les données quantitatives relatives à cette question méritent d’être examinées avec toute la prudence requise.

Contrairement à une idée répandue, au Sénégal les abus sexuels sur les enfants sont courants. Les abuseurs sexuels d’enfants se recrutent au sein de la population proche des milieux de la prostitution et de l’homosexualité mais également dans les milieux anonymes des quartiers, au sein des familles, notamment dans les villes. Dans tous les cas, il s’agit d’une pratique camouflée.
L’abuseur sadique motivé à faire souffrir un enfant quelconque non par la ruse mais par la force pouvant mener à l’assassinat ne nous a pas été signalé. En revanche, les abuseurs narcissiques recourant à la séduction d’enfants innocents mais choisis selon leur attraction (traits physiques ou sentimentaux : sympathie, sens du contact etc., la proximité résidentielle, etc.) sont identifiés dans plusieurs quartiers au sein de la population âgée des deux sexes
Ces abuseurs […] procèdent par des caresses, attouchements génitaux et pénétration orale et anale. Les pénétrations vaginales sont moins fréquentes […]. En wolof cette pratique nocturne, appelée yakataan, est assimilée à des troubles de la personnalité. […]
Les homosexuels constituent les principaux leviers du système de pédophilie. Le cas de [X] mérite d’être brièvement exposé ici. En effet, cet homosexuel connu dans les milieux politiques à Dakar, en raison de son rôle de médiateur et d’animateur de meetings, entretient une sorte de cours d’initiation à la prostitution masculine. Il réunit des jeunes d’une moyenne de 14 ans. Il sert un petit déjeuner spécial dit Ngurbaan aux environs de 10 heures et auparavant, il organise la séance de la façon suivante. Les élèves se mettent à quatre pattes en se concentrant sur la musique. Il dispose de petits objets taillés dans la malakite à la dimension du sexe mâle. Il en fait de plusieurs tailles (environ huit) du plus petit au plus grand. Il passe à tour de rôle derrière les enfants, garçons et filles, et enfonce l’instrument dans l’anus puis le retire au bout de 15 mn pour en remettre un plus grand jusqu’au dernier qui fait 20 cm. (Extrait de : Fall, 1996)

83Selon les résultats de l’enquête, environ 907 enfants, soit 23,2 % de l’effectif ont déclaré avoir eu des relations sexuelles. Les partenaires du premier rapport sexuel sont très variés. Les relations avec les amies et copines sont plus fréquentes pour 84,6 %. Ils entretiennent également des relations sexuelles avec les prostituées (11,5 %).

84L’âge au premier rapport sexuel observé est très bas chez ces enfants. En effet, à 6 ans déjà, cinq enfants affirment avoir eu leur premier rapport sexuel. C’est à partir de 12 ans que l’on note une nette augmentation du pourcentage d’enfants au premier rapport sexuel. L’explication réside dans le fait que pour certains d’entre eux, c’est un âge de transition entre l’enfance et l’adolescence. C’est généralement à cet âge que ces enfants quittent leurs familles respectives suite à un échec scolaire, à la quête d’une éventuelle liberté dans la rue. Le pourcentage le plus élevé pour le premier rapport est observé à l’âge de 15 ans. Les rapports avec le sexe opposé (97,6 %) sont plus courants que ceux qui concernent deux partenaires de même sexe.

85La prévalence contraceptive est de 24,2 %, ce qui est assez significatif, comparé au faible taux de prévalence observé dans la population sénégalaise. Cependant, sachant les conditions dans lesquelles la sexualité de ces enfants se déroule et les risques qu’ils ont de contracter des maladies sexuellement transmissibles, il faudrait à tout prix l’augmenter. Apparemment, les abus sexuels sont relativement faibles : 51 sur les 3 866 qui ont accepté de répondre à cette question.

Tableau n 9. La sexualité des enfants de la rue

Tableau n 9. La sexualité des enfants de la rue

Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996

Les jeunes, la rue et la violence

Les jeunes de la rue

86Au Sénégal, les pouvoirs publics et certains de leurs partenaires estiment que le nombre croissant des enfants de la rue traduit ‘l’ampleur grandissante et inquiétante’ d’un phénomène de société ayant pris de l’importance dès la fin des années 80 (Guèye, 1990 : 6). C’est-à-dire au moment où l’ajustement structurel a généré une forte précarisation des conditions de vie des couches sociales les plus pauvres des villes, condamnées ainsi, de facto à s’installer dans une culture de la survie. La dévaluation du F CFA a accéléré ces évolutions par une remise en cause discrète, lente mais continue du modèle de redistribution qui est à la base des solidarités “traditionnelles” et un affaiblissement des réseaux familiaux ou professionnels de protection sociale.

87Les réseaux de solidarité constituent un facteur de résorption des tensions sociales mais ils reposent en partie sur les classes moyennes dont le laminage économique fait qu’elles n’arrivent plus à les entretenir. La pression communautaire qui s’exerce, par exemple, sur le groupe des fonctionnaires (à travers le système des droits et obligations), met paradoxalement certains d’entre eux dans une situation de pauvreté que le niveau de leur revenu ne laisserait pas supposer.

88Cette situation explique les difficultés, de plus en plus grandes pour certains pauvres, à maintenir leur place au sein des réseaux familiaux d’assistance. Pour les classes moyennes, la crise de ce modèle de redistribution entraîne une résistance accrue aux obligations codifiées par les systèmes traditionnels de solidarité et un relâchement des réseaux sociaux qui permettaient d’atténuer les effets de la précarisation et de la paupérisation.

  • 26 Substantif tiré du nom d’une bande d’adolescents anglais, les Teddy Boys. Blousons noirs, Raggare, (...)

89Dans la littérature consultée, la marginalité vécue dans la rue par le jeune Dakarois a souvent pour point de départ la fugue (Seek, 1982 ; Tall, 1981). Par cet acte de protestation, il manifeste son refus d’être la victime attitrée des déficits de son foyer d’origine ou de la mauvaise tutelle sociale. Le portrait idéal du jeune de la rue construit dans le milieu des journalistes est celui d’un adolescent ‘morveux, à l’injure facile’, d’un ‘chapardeur’, d’un ‘espiègle’ qui ‘adore le jeu dangereux’ et fait ‘du plaisir cruel… son domaine secret’ (Ibou, 1989). Ndao (1987) lui donne comme âge médian 18-19 ans et le présente comme un exclu du système scolaire et un acteur de la ville né dans les espaces de pauvreté. Sa carrière délinquante s’organise autour de deux pôles : les activités de survie et la valorisation de son statut de marginal. La bande est le lieu d’inscription de cette double polarité. Le phénomène du teddyboyisme26 est l’une des tendances lourdes de l’évolution sociale à Dakar. Les bandes de jeunes prolifèrent durant les années 1970, décennie marquée par la persistance de la crise structurelle secouant le Sénégal et l’amplification de l’exode rural. En 1975, 25 bandes ont été démantelées par les forces de police (Cissé, 1976 : 8). Ce chiffre est certainement un indice de l’ampleur de ce fait de société.

90Selon Faye (1979), les lignes d’évolution de la délinquance juvénile ont pour noms : multiplication de petites bandes, prédominance des actes d’agressions, abaissement de l’âge des délinquants. Avec les politiques d’ajustement structurel, dès la décennie suivante, l’aggravation de la pauvreté favorise l’accroissement des associations de délinquants jeunes. L’insignifiance relative de leurs effectifs [2 à 7 individus par bande selon Cissé (1976)] fonctionne aussi comme un effet multiplicateur des regroupements de jeunes déviants.

91Cellule de re-construction identitaire, la bande est ouverte au jeune qui remplit les conditions suivantes : être originaire de milieux sociaux à carence affective, éducative et/ou matérielle ; patronage par un membre ou ex-membre du groupe d’accueil ; réussite aux tests de mise à l’épreuve dans le cas où la demande d’adhésion émane d’un sujet inconnu au départ des autres membres (Seck, 1981 ; Sy, 1989).

  • 27 Exemple du Club des Boys Waga de Fass III à Thiaroye (Sylla 1976), des Bad Boys et celui des Pirate (...)
  • 28 Le terme de faqmaan est revendiqué comme archétype du jeune délinquant. Ce vocable tiré du mot Wolo (...)
  • 29 Boy Thiaroye, Boy Kaolack, Boy Sinois, Boy Bambara, etc., sont des appellations courantes (Sylla 19 (...)

92Constituée à la suite d’une rencontre fortuite entre jeunes marginaux (Gaye, 1995) ou après transmutation d’un groupe de compagnons de jeux, comme le souligne Cissé (1976), la bande s’engage dans une dynamique de célébration de l’altérité et de renouvellement du marquage identitaire. Elle se donne un nom propre,27 se définit comme un rassemblement de jeunes ayant décidé de vivre dans la marge,28 re-nomme ses différents membres en fabriquant à chacun un anthroponyme (qui renvoie au lieu de provenance, au faciès, à l’ethnie29 ou correspond à un simple sobriquet), inscrit parfois cette volonté d’affirmation du soi sur le corps de chacun d’entre eux grâce à la mode du tatouage. La recherche de la distinction et de la distance sociales (Werner, 1993 : 276) préside ainsi à tous ces procédés de re-production d’identités.

93Toute cette symbolique annonce l’ancrage dans la marginalité de groupe par la reconnaissance de valeurs et l’adoption de conduites s’écartant des normes établies. Fonctionnant sur le mode de la ségrégation et comme une résultante de la désagrégation urbaine (Robert, 1966 : 269, 284), la bande est le siège de l’inversion des valeurs culturelles dominantes.

  • 30 Voir, entre autres travaux sur les fonctions de la bande, Cissé (1976), Ndiaye (1974), Robert (1966 (...)

94Cependant, la subversion à laquelle recourt la bande pour s’affirmer, n’exclut point la réappropriation de valeurs telles que la solidarité ou la fidélité. Le cadre associatif des jeunes marginaux affiche comme finalité l’offre d’un cadre de vie plus sécurisant et séduisant que les cellules familiales d’origine de ses membres.30 Ces derniers s’adonnent à des activités de survie en fonction du sexe, de leurs aptitudes physiques ou des opportunités économiques offertes par le site d’accueil de la bande. Quand celle-ci ne regroupe que des filles, la prostitution est l’activité mobilisatrice. Organisées en petites bandes localisées principalement dans des quartiers comme Rebeuss, Colobane, avant l’intégration des cercles de prostituées aguerries, les délinauantes mineures officient dans les bars et dancings du Plateau (centre urbain de Dakar) dès 21 h quand elles habitent dans la proche banlieue (Seck, 1981 : 45-48).

  • 31 Il s’agit d’un pari où le client est invité à identifier parmi trois cartes étalées celle qui est r (...)
  • 32 Sy (1989) rend bien compte de la trajectoire des faqmaan. Il distingue une phase d’évolution de ceu (...)

95En dehors du vol (à la tire ou à l’arraché par ‘dépochage’), le jeu de cartes appelé nyeti xob,31 la fouille d’objets recyclables dans les poubelles, le gardiennage et/ou le lavage des voitures, la fonction de guide, celle de portefaix ou de manutentionnaire rapportant 300 à 1 000 F CFA par jour selon Bâ (1995), sont les filières suivies par les délinquants de sexe masculin dans la lutte pour la survie. Ainsi, de 1978 à 1981, le travail consistant à décharger légumes, fruits et poissons des camions approvisionnant le marché Ndiobène Taye de Thiaroye a été considéré comme la spécialité d’une génération de jeunes marginaux désignés par le terme de faqmaan.32

  • 33 Ndao (1987) retrace, avec minutie, la journée du jeune de la rue appartenant à l’une des bandes du (...)

96Dans la gamme des activités de survie, il convient de mentionner la recherche et la défense de lieux de couchage. Encoignures de bâtiments, kiosques à pain, plages, maisons abandonnées, lieux de culte qui ne sont investis que tard dans la nuit, au terme de manœuvres d’évitement des patrouilles de police.33 En parvenant quotidiennement à échapper aux rafles, le jeune de la rue pense effectuer des progrès dans une trajectoire qui s’engouffre dans la marginalité.

  • 34 Voir Dioum(1981) Ndao(1987), Ndiaye(1976), Nédelec(1992), Sarr(1982), Seck (1982), Sy (1989), Sylla (...)
  • 35 Le vol comme acte rituel d’initiation existe chez les Balant Manooj de Guinée-Bissau. Cf. Faye 1989

97Mais la réalisation de cette attente exige, dans certains cas, qu’il réussisse, au préalable, à l’initiation à certaines pratiques comme l’inhalation (guinz) de substances chimiques enivrantes (alcool, essence, diluant cellulosique, etc.), la consommation de feuilles hallucinogènes (celle du chanvre indien appelé localement yamba),34 la soustraction frauduleuse des biens d’autrui.35 La répétition de tels gestes est de rigueur dans le déroulement d’une carrière délinquante où le contrôle de l’espace et la division du travail de groupe occupent une place centrale.

  • 36 Cet ethnonyme se retrouve en Guinée-Conakry. Susu et Fulbe du Fuuta Jalon sont les groupes ethnique (...)

98Dakar a fait l’objet d’un maillage territorial entre bandes. Chacune dispose ainsi d’un espace qu’elle contrôle. La réaffectation d’un nouveau toponyme à la localité ou à une partie de ce cadre spatial marque, au plan symbolique, l’acquisition d’un territoire par un groupe de jeunes délinquants. A Dakar, le Plateau est éclaté en unités territoriales contrôlées par des bandes de jeunes sénégalais et de Guinéens appelés Susu36 (Ndao, 1987).

  • 37 Lire les développements de Hugo (1968) et Robert (1966 : 108-123).

99Dans chacun de ces regroupements, s’affiche une hiérarchie dont la vigueur et la finesse varient en fonction des expériences collectives. Autour d’un chef de bande, supposé être le prototype du marginal endurci et doté des qualités de meneur d’hommes, gravitent un noyau de collaborateurs désignés parfois sous les noms de ministres, secrétaires et des éléments sans ‘envergure’ sociale commis aux tâches ingrates de sentinelle ou de coursier.37 Gravir les échelons d’une hiérarchie qui fonde la promotion sur la bravoure, le mérite et la confiance est une aspiration largement partagée par les jeunes marginaux.

Les jeunes dans la rue

100Deux catégories de jeunes sont à classer dans cette rubrique : les jeunes travailleurs officiant dans la rue ou dans les espaces dits ouverts et les jeunes non actifs investissant les rues des quartiers.

Les jeunes actifs

101C’est le secteur informel qui abrite essentiellement les activités professionnelles des jeunes travailleurs, installés ou non dans la rue à leur propre compte. Parmi eux, les migrants venus des campagnes occupent le devant de la scène. Les résultats de l’Enquête Emploi menée par la Direction de la Prévision et de la Statistique dans la région de Dakar donnent à leur propos les indications suivantes. Ce sont en majorité des hommes jeunes : 64 % d’entre eux ont entre 15 et 44 ans. Pour près de la moitié, l’installation à Dakar date de plus de dix ans. Ils proviennent à 57 % du monde rural, à 27 % d’autres villes sénégalaises et à près de 15 % de l’étranger. Les régions de provenance sont, dans l’ordre d’importance : Thiès, Saint-Louis, Louga et Ziguinchor.

102Dans un contexte où la main-d’œuvre, même qualifiée, n’arrive pas à trouver du travail, beaucoup de ces migrants n’espèrent un emploi que dans le secteur informel. Selon l’Enquête Emploi, les migrants sont surtout des artisans (21,5 %), des ouvriers non qualifiés (35 %) ou des commerçants (12,5 %). Selon leurs origines géographique ou ethnique, les jeunes migrants se spécialisent dans des activités économiques déterminées : cireurs, vendeurs de journaux, rechargeurs de briquets et réparateurs de chaussures Tukulër provenant des provinces du Fuuta oriental (Damga, Nguenar) ; laveurs, gardiens de voitures et vendeurs de cacahuètes, natifs de la Guinée-Conakry, des territoires locaux du Sinig (Sine), du Jegeem ou du Jobaas ; marchands ambulants de culture wolof venant du Faol (Baol), du Kajoor ou du Njambuur.

103Leur revenu mensuel variant de 15 000 F CFA à 30 000 F CFA, les jeunes cireurs envoient à leurs parents près de la moitié des sommes thésaurisées (Bart, 1985). Et cela, en dépit des tracasseries périodiques telles que les rafles et arrestations faites par la police au nom de la lutte contre le ‘vagabondage’, le colportage, l’encombrement de la voie publique, etc. Ils ont formé pendant longtemps le noyau dur des ‘enfants en conflit avec la loi’. L’encombrement de la voie publique est l’un des principaux chefs d’accusation qui leur sont adressés.

104Installés dans les gares routières centrales ou exerçant le métier de rabatteur aux intersections d’axes routiers, des jeunes se signalent par un activisme débordant dans la recherche de clients afin de percevoir, pour chaque prestation de service effectuée au profit du gestionnaire du véhicule de transport en commun, la somme de 50 ou 100 F CFA. Le vacarme créé pour attirer la clientèle, les injures et les vociférations constitutives de leurs modes de communication, les tenues vestimentaires assimilables à des loques, les odeurs fortes se dégageant des corps, caractérisent l’univers des coxeurs. Le sectionnement des lignes de desserte entrepris par les chauffeurs de ‘cars rapides’ en vue de tirer profit de la forte demande consécutive au déclin de la société nationale de transport en commun, la SOTRAC, en multipliant des points d’intersection érigés en petites gares routières, a contribué à l’accroissement des effectifs de rabatteurs. Des témoignages en nombre croissant renvoient par ailleurs au nombre de jeunes chômeurs qui s’improvisent coxeurs quand les itinéraires des ‘cars rapides’ touchent leurs quartiers.

105La gent féminine est représentée dans ce sous-groupe par des mineures et des jeunes de moins de 30 ans. Le petit commerce de produits cosmétiques, alimentaires (beignets dits accara, jus de fruits locaux), d’eau glacée ou d’objets de parure est leur spécialité. Gares routières et ferroviaires sont les lieux d’exercice de ce groupe marchand dont certains acteurs sont rémunérés ou commis à cette activité par leur(s) parent(s). Chauffeurs, apprentis-chauffeurs, rabatteurs et autres travailleurs des gares routières sont accusés souvent, à tort ou à raison, d’être les initiateurs de leur vie sexuelle et de leur pratique de l’amour vénal. La promiscuité et la dangerosité attribuée aux figures de ces derniers semblent être les déterminants de cette double accusation. Les délits d’incitation à la débauche, de détournement de mineures, de proxénétisme, ainsi énoncés en pointillé, sont commis à une échelle dont le compte-rendu statistique des autorités officielles ne permet pas encore d’apprécier convenablement l’ampleur.

  • 38 Buujumaan vient de l’addition des mots buuj (huître) et maan (homme). Il désignait, au départ, les (...)
  • 39 Situé à une vingtaine de kilomètre de Dakar, ce dépotoir accueille mensuellement 100 000 mètres cub (...)
  • 40 ibidem.

106Au chapitre des jeunes dont l’insertion dans la vie active est faite sous la dictée et le contrôle de la cellule familiale, il y a lieu de souligner également les buujumaan (récupérateurs des déchets38 des poubelles et du dépotoir de Mbeubeuss)39 et les apprentis des métiers de menuisier, de mécanicien, etc. Les premiers, exclus du système éducatif sénégalais, au nombre d’une centaine quand ils fréquentent le dit dépotoir, affirment mettre en péril leur santé physique dans la fouille de déchets à récupérer (fer, chaussures, produits plastiques) pour permettre à leurs parents de trouver l’argent nécessaire à l’entretien quotidien des familles.40 Le contact avec des marginaux, jeunes ou adultes, qui fréquentent les mêmes sites, constitue la source du danger d’immersion de ces jeunes dans l’univers de la délinquance. Quant aux seconds, l’incertitude plane sur l’issue de leur placement car, effectuant l’apprentissage de leurs futurs métiers a ciel ouvert ou dans des unités artisanales débordant dans la rue, la manipulation quotidienne de produits tels que le diluant cellulosique et l’essence en fait les cibles favorites des bandes de marginaux. Sollicités comme fournisseurs de substances chimiques à inhaler moyennant quelque argent, ils peuvent devenir des gainzeurs sans être pour autant des acteurs de la marginalité, comme le suggère Nédélec (1992). La barrière n’est franchie facilement que dans le cas où le défaut de vigilance de l’autorité parentale ou patronale conduit les sujets sensibles à fréquenter de manière assidue des bandes de jeunes délinquants.

  • 41 Voir la typologie faite par ENDA (1990 :77).
  • 42 Lire par exemple, Diop (1978), Ndiaye (1995) Ndour (1980), Samb (1973), Seck (1982), Tall (1981).

107Les jeunes mendiants sont eux aussi à compter parmi les actifs. Les enfants handicapés (bossus, nains, albinos, non voyants, manchots, etc.) fournissent des cohortes appréciables au monde des enfants mendiants dont le nombre est évalué en 1988 à 50 ou 100 000 individus (Faye et Thioub, 1996).41 Parmi ceux-ci, il convient de souligner le cas des taalibe, élèves de l’école coranique. Beaucoup de travaux ont décrit leur martyr, nommé les mutations anciennes et en cours observées dans les daara, structures d’enseignement religieux dirigées par un seriñ.42 Cette dernière autorité fait parfois l’objet d’accusations répétées selon lesquelles elle serait responsable du danger moral vécu par le taalibe en le contraignant à mendier, en l’acculant au vol, en fixant la somme d’argent à ramener quotidiennement, l’obligeant ainsi parfois à la fugue en raison des mauvais traitements qu’il lui inflige en cas de non respect des termes du ‘contrat’ de mendicité.

108L’initiation au vol, à la consommation de tabac ou de drogue, la fréquentation, puis l’adhésion à une bande sont annoncées dans ces travaux comme étant les étapes importantes de l’itinéraire suivi par un taalibe devenu un marginal. Ce propos ne doit cependant pas occulter l’absence d’étude s’appuyant sur des enquêtes minutieuses sur les taalibe devenus marginaux et sur le partage des responsabilités de leur dégénérescence entre l’Etat, la famille, le seriñ, la société.

Les jeunes oisifs

109Qui sont les jeunes non actifs, non délinquants investissant les rues de Dakar ? Constituant la majorité de la jeunesse de la rue, ils sont élèves, étudiants, chômeurs diplômés des universités et écoles d’enseignement général ou professionnel, exclus du droit à l’éducation ou du système éducatif sénégalais, migrants. Vivant dans leurs cellules familiales d’origine ou d’adoption, ils sont les maîtres des rues.

110Diakhaté (1992) montre que les enfants qui ont tendance à jouer sans permission parentale (43 %), choisissent essentiellement la rue comme lieu de loisirs. Organisés en groupes, ils jouent de 15 h à 19 h, puis de 20 h à 21 h ou 22 h durant l’année scolaire. Autrement dit, avec la demi-journée de travail instaurée à l’école, ils passent l’essentiel de leurs temps libre à organiser des jeux : football, billes, duels à l’épée et course-poursuite les après-midi et parties de cartes dès la tombée de la nuit.

111Une autre enquête faite dans la Médina – quartier de ségrégation créé en 1914 – et les cinq cités HLM révèle que ces adolescents, assurés de la complicité des parents, n’hésitent pas à ériger des barricades de fortune afin d’empêcher la circulation automobile sur les voies bitumées transformées en terrains de football (Ndiaye, 1996). Ils sont cependant tenus de partager ces aires de jeux avec les jeunes de 16 à 25 ans, voire plus. Pour ces derniers, les parties de belote, les séances de causerie et d’écoute de musique, la consommation rituelle et quotidienne de thé (ataya) sont organisées, dans bien des cas, dans la rue. En outre, celle-ci est investie durablement par eux durant l’hivernage (de 13 h à l’aube) du fait de la surpopulation des maisons. L’absence de désapprobation de leurs parents ne fait que traduire leur adhésion à un mode de vie susceptible de résoudre l’épineuse équation du couchage disponible dans les foyers surpeuplés (Diakhaté, 1992).

  • 43 M. Jackson et M. Tyson sont les vedettes les plus en vue.
  • 44 Beaucoup de groupes de rap ont été créés à la suite du succès sur la scène internationale des rappe (...)

112En revanche, l’autorité parentale est moins encline à laisser les jeunes organiser leur vie autour de codes inventés ou réinventés par eux. Tenues vestimentaires jugées excentriques, coiffures à la zulu ; jargon construit sur la base d’emprunts à la langue anglo-saxonne et d’inventions lexicales (Amath, 1994) ; affichage de célébrités afro-américaines du cinéma, de la musique et du sport comme ‘étoiles socio-métriques’ de la réussite ;43 érection de la musique rap au rang de mode d’expression privilégié du mouvement protestataire des jeunes ;44 tels sont les points de discorde culturelle entre les deux générations. L’impact du médium télévisuel sur ces choix des jeunes étant manifeste, la violence véhiculée par nombre de films et reportages déteint sur la vie dans les rues de Dakar.

La violence chez les jeunes

113La première forme de violence exercée par les jeunes est celle qui a le jeu pour cadre d’expression. Les jeux durs organisés s’inspirent des scènes vues à la télévision ou au cinéma. Le duel à l’épée, l’exercice de karaté sont transformés en manifestations publiques de rue. Coups et blessures, bénins ou non, en sont les conséquences immédiates. Cependant, cette violence ne prend des proportions réellement inquiétantes que lorsqu’elle est organisée. Bandes de filles initiatrices de rixes répétées à la borne-fontaine et, surtout, bandes d’adolescents testant leur masculinité semblent se multiplier et s’accommoder du déferlement quotidien des affrontements. Ainsi, en août 1996, deux groupes d’adolescents des quartiers riverains dénommés HLM Patte d’Oie et Grand Yoff se sont battus avec des armes blanches sur la place de la cité HLM Patte d’Oie. Malgré l’intervention de quelques parents, les scènes d’affrontement ont été reproduites du 10 au 14 août. L’influence de séries télévisées américaines sur les gangs des jeunes est invoquée par les parents qui n’ont pu restaurer le calme qu’avec la sollicitation des forces de police (Sakho, 1996). L’insécurité grandissante qu’ils stigmatisent est partagée par ceux des banlieues éloignées de Pikine, Thiaroye et Guédiawaye. Les statistiques de police de 1996 font état d’une progression importante de la criminalité, notamment des coups et blessures volontaires. Elles montrent que les mineurs sont de plus en plus appréhendés comme auteurs de délits et crimes [un mineur pour neuf délinquants en 1995 et un mineur pour sept délinquants en 1996] (Diarra, 1997). Cette progression de la criminalité apparente qui s’explique par une amélioration relative des prestations des services de police, donne à croire à un accroissement plus remarquable encore de l’insécurité dans les villes (Sakho, 1997).

  • 45 Il diffère du loxomaan (terme construit à partir du mot wolof loxo-la main) qui commet le vol en in (...)

114Parmi les délinquants organisés en bandes, la violence est au cœur des procédures de hiérarchisation. L’élection du chef de bande privilégie le courage physique et l’art de la rixe, tandis que sa destitution et son remplacement s’effectuent s’il perd un des duels devant l’opposer à chaque membre (Hugo, 1968). En vérité, la violence occupe une place centrale dans le vécu quotidien de ces groupes. Elle prend la forme d’injures quand il s’agit de sermonner des fautifs, de sévices sexuels sur les plus jeunes, de duels effectués selon des règles déterminées (auto-scarification faite avant le combat, pour manifester sa bravoure, visualisation de la victoire par la saignée à coup de lames du vaincu par les faqmaan de Thiès), de punition corporelle des auteurs d’infractions lourdes (dénonciations à la police) ou encore de batailles entre bandes. Dans leur culture de survie, ils n’hésitent même pas à simuler des rixes entre eux afin de pouvoir détrousser les passants qui tentent de les séparer (Gaye, 1995 : 27-39). Le recours à la violence est aussi fréquent chez ces marginaux quand le fëq (l’acte d’arracher) est le mode de soustraction frauduleuse du paniers des ménagères, des bijoux des femmes, des porte-monnaie des clients des bar, des poissons aux étals, etc. Toute résistance au fëqkat (délinquant volant à l’arraché)45 provoque inéluctablement l’agression de la victime (Diouf, 1992 ; Gaye, 1995). Celle-ci peut se faire dans des lieux où l’impunité est garantie par le fait que l’imaginaire populaire jette la suspicion sur tout sujet qui s’y aventure à des heures déterminées. ‘Rue bagarre’ et ‘couloir de la mort’ sont, pour un quartier comme Niarri Tali, des espaces où perdure la violence (Diémé, 1991).

115Cependant, ici comme ailleurs, la réaction sociale spontanée contre cette délinquance s’exprime sous forme de lynchage, quand le flagrant délit est établi. Il n’est pas rare que cette violence éruptive se termine par le meurtre collectif. Gaye (1995) mentionne la torture policière comme une des formes de violence les moins redoutées par les jeunes délinquants : l’incarcération est pour eux, une épreuve moins crainte que les séances de bastonnade par les ‘justiciers de la rue’. Cet auteur a livré, dans son mémoire de maîtrise, des données très intéressantes recueillies en vivant directement avec les faqmaan. Les extraits de cette étude riche en données factuelles, que nous présentons dans l’encadré suivant, décrivent leur journée.

Le Matin
Les grands se dispersent. Les petits causent, échangent des propos scatologiques : les menaces pleuvent. Et quelquefois suivent les bagarres ; les passants ou les vendeurs tentent de les séparer. Dans la mêlée, ils ont déjà réussi leur coup. Ils se dispersent en continuant de se proférer des menaces. Quelques instants après, c’est le désarroi : les gens qui croyaient porter secours retournent sur les lieux pour se plaindre ; celui-ci fait savoir que sa poche a été déchirée et vidée de son contenu, celui-là, que son portefeuille a disparu. L’on court à la poursuite des ‘délinquants’ qui se sont éclipsés en quelques secondes. Quelques traînards sont encore là à suivre le coup et les commentaires pour prévenir des dangers à revenir sur les lieux. Le novice a assisté à l’‘opération’. S’il n’a pas suivi ou jëli, c’est qu’il n’est pas initié. Il va alors à la recherche des gars à travers le marché. A l’un des endroits qui servent de retranchements à la bande, il va retrouver les garçons. Là, on fait sortir le butin ; les commentaires vont bon train sur le coup qui vient d’être exécuté ; c’est l’un des moments propices pour apprendre les techniques de vols ou moor. Les opérateurs ou meneurs et leurs auxiliaires se partagent le butin, les autres reçoivent aussi leur part ou Cër.
Selon que le ‘marché est prospère’ ou non, vers treize heures, la bande dans ses différents petits groupes, se retire dans son repaire pour savourer le móo ou guinze et s’organiser pour le déjeuner. Alin, Sing, Joe sont allés faire le buuju c’est-à-dire récupérer des objets. Si cela ne marche pas, ils promettent de cueillir des feuilles de caïlcédrats. Ils ne sont pas encore de retour. Les grands ou meneurs de la bande désignent les ‘mendiants ‘, yelliman qui chercheront la pitance dans les quartiers et restaurants voisins. Les gars qui par leur tenue ou par leur âge ressemblent le plus à des déshérités vont faire le yelli. Ils sont trois : un boy et deux mbocc. Les grands leur recommandent de bien laver les pots cachés sur les arbres.
Au milieu du jour
C’est le temps du repos et de l’attente du repas. Les grands dénichent leur chanvre. Tout le monde est gai, on cause, on farce. Les commentaires sur les rattman du marché ne tarissent pas. On enroule le dóop pour faire le joint qui, une fois allumé, doit faire le tour complet des consommateurs. C’est un des meneurs qui l’allume. On apprécie ‘l’herbe’. […] Par contre certains jouent aux cartes et d’autres à la pièce sur mise. Bientôt les esprits se surchauffent, certains grands piquent facilement des crises de nervosité d’une violence imprévisible. […].
A côté des grands, certains enfants jouent aux deux cartes, tandis que d’autres jouent à la pièce, suul. Comme chez les grands, bientôt quelques perdants troubleront l’ambiance des lieux : on réclame un jeu plus franc. Cette fois les grands vont ramener l’ordre avec plus de sévérité. Ils évitent aussi le yoole car disent-ils ‘tout le monde nous hait’.
Les Yelliman sont de retour. Il y a trois pots de riz ou po rice. On les remet aux grands qui goûtent et en choisissent pour céder les autres aux enfants c’est-à-dire aux mbocc. Tout le monde est invité car c’est le Xëwël ou grâce de Dieu. On essuiera sa main avec des feuilles d’arbres ou sur la tête même.
Le soir – La nuit
La nuit tombe, on s’occupe de se ravitailler en guinze avant la fermeture des quincailleries. On pense aussi au dîner. […] Les grands ordonnent à deux jeunes d’aller mendier le dîner. Après avoir retiré les pots, ils vont bientôt disparaître dans le quartier. Cette fois la quête n’a pas été fructueuse : quelques miettes de riz au fond des pots pour sept (07) gars. On les prend en commun. Il faudra traverser la nuit avec le ventre creux si l’on n’a pas de pièces d’argent sur soi. Toutefois la pêche n’est pas encore terminée. On se presse d’aller au cinéma pour y ‘opérer’. Au gré des bousculades devant les guichets on a réussi à voler un portefeuille et un bracelet en argent ellu mooni. Parfois, pressés entre la faim et le besoin de diluant certains grands commettent les rares cas d’agression ou gans.
On va chercher la dernière boutique pour se procurer le móonight, ou diluant de la nuit, qui n’a pas de prix fixe. Dans le ‘milieu ‘, il est vendu trop cher entre fàkkman : un tos môonight, c’est-à-dire un morceau de chiffon imbibé peut coûter jusqu’à cent (100) francs alors que pendant la journée, il vaut à peine (selon les situations de crises) vingt cinq (25) francs. La cherté de ce móo conduit les uns à offrir leur corps, et les autres à exiger cette rançon.
Pour les plus jeunes, il faudra bien se terrer car au cours de ces longues nuits, certains grands les recherchent pour assouvir leurs désirs sexuels. Tous les fàqman savent le grekk ou le kanara.
Extraits de Gaye (1995)

  • 46 Sur la précocité de la maternité, cf. Cissé (1995), Fall et Diallo (1992), Ndiaye (1993).
  • 47 Lire Cissé (1995) Fall et Diallo (1992).

116La pratique persistante de l’infanticide contribue à faire perdurer la violence46 des jeunes. Malgré les chiffres relativement faibles produits par les pouvoirs publics, cette criminalité de sang est préoccupante dans la mesure où elle est commise essentiellement par des jeunes filles de moins de 25 ans.47 L’oppression subie par les jeunes domestiques constitue une autre préoccupation. La violence morale à laquelle elles sont soumises se signale par la variété de ses formes : harcèlement sexuel, insulte, chantage, bastonnade. La description qui en est faite dans le Plan d’Action pour la Femme qui ne retient que la brutalité patronale, rend insuffisamment compte du calvaire vécu par ces ‘fillettes en situation particulièrement difficile’ (Ministère de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, 1996).

  • 48 Avec ces développements, nous tenons à tempérer l’affirmation de Bâ (1996) selon laquelle les paren (...)

117Mais la violence protestataire demeure la préoccupation essentielle des pouvoirs publics. Il y a d’abord celle qui est commise par des jeunes sur leurs parents. Longtemps étouffée par les auteurs et les victimes, elle est de plus en plus portée à l’attention de l’opinion. Elle s’expliquerait par l’aiguisement des conflits familiaux, dans un contexte de pauvreté matérielle prononcée et de désarroi profond pour les jeunes qui se réfugient dans la drogue.48

  • 49 Nous reproduisons l’expression de Bass (1989) qui a été probablement influencé par les préparatifs (...)

118Comme autre forme de violence protestataire, il y a celle qui est faite collectivement par des jeunes décidés à se faire les redresseurs des torts faits à leur quartier. Ainsi, l’agression commise sur un muezzin par des clients d’un bar de la Médina dans la nuit du 4 au 5 mai 1990 a déclenché la furie vengeresse d’une cinquantaine de jeunes : 19 bars ont été mis à sac, moins de 24 h après le forfait. Par cette attitude, ils ont reproduit la conduite des ‘émeutiers de la faim’ de 1989 et des acteurs de ‘la révolution vandale’ de la même année.49

119Le conflit sénégalo-mauritanien, en avril 1989, a été une forme sans précédent de manifestation et de déferlement de cette violence urbaine. Les ‘pilleurs’ des boutiques de commerçants maures entendaient certainement manifester leur mal vivre en s’appropriant marchandises et sommes d’argent qu’ils y trouvaient. Mais l’acte de pillage collectif est aussi une forme de mise en cause du laxisme prêté à l’Etat sénégalais dans la gestion du conflit frontalier avec la Mauritanie. Les arrestations de pilleurs (au nombre de 3 000 entre les 25 et 26 avril 1989 (Diouf, 1989) ont probablement conforté les jeunes vandales dans leur volonté de jouer le rôle de redresseurs de tort et de remettre en cause le régime de Dakar. Ce faisant, la défiance à l’égard des élites dirigeantes manifestée, de manière chaotique et bruyante (Diop et Diouf, 1990) depuis les élections de 1988, est toujours d’actualité chez une jeunesse très disputée par les partis politiques (Sankharé, 1992).

  • 50 Elles sont désignées sous le vocable wolof de Set Setal. Voir, entre autres textes, Diouf (1992), D (...)

120C’est cette conscience citoyenne acquise qui détermine largement son engagement dans l’organisation d’opérations d’assainissement et d’embellissement des quartiers.50 Celles-ci ont comme enjeu la réhabilitation de tous ces moins de 30 ans exclus du droit de vote et/ou accusés par les autorités, de février 1988 à avril 1991, d’être des éléments ‘vandales’ et ‘malsains’.

Les politiques en faveur des jeunes de la rue

La réaction de l’Etat sénégalais

121L’Etat sénégalais a hérité du pouvoir colonial français un corpus de textes législatifs et réglementaires, une doctrine et des infrastructures pour éradiquer les phénomènes de la délinquance des jeunes. Ces efforts, qui remontent aux années 1850-1860, ont fortement inspiré les autorités gouvernementales de la période post-coloniale. Une combinaison de faits historiques majeurs permet de comprendre pourquoi les jeunes ont constitué une préoccupation importante des colonisateurs au Sénégal. Elle résulte aussi bien de la mobilisation, en Europe, au xixe siècle, autour des problèmes de l’enfant que de la peur d’une perturbation durable de l’ordre social colonial due à l’accroissement, en milieu urbain, des effectifs de jeunes échappant à tout contrôle parental.

122L’abolition de la Traite négrière, en 1848, se traduit, dans la colonie du Sénégal, par l’accroissement du nombre des jeunes sans attaches familiales et sans foyer fixe. Pour ces mineurs libérés de la condition captive, prostitution forcée ou volontaire, atteintes à la propriété, vagabondage et violation des modes de vie urbaine constituent les formes d’expression dominantes de la délinquance qui est censée être leur lot quotidien (Faye, 1993). Face au risque de subversion inhérent à une telle évolution de l’ordre social, la tutelle a été choisie comme solution. Particuliers et clergé colonial ont été sollicités pour donner à ces enfants un toit, du pain, une spécialisation professionnelle et des rudiments de la culture française.

123L’amplification de l’urbanisation consécutive à la création du chemin de fer Dakar-Saint-Louis, en 1885, se traduisant par l’accroissement du nombre des jeunes ruraux se ruant vers les villes, a contrecarré la lutte des autorités coloniales contre la délinquance. L’étroitesse du marché de travail, l’anonymat et la règle de la ‘débrouille’ érigée en moyen de survie, grossissent la peur d’une subversion de l’ordre social. Aussi, la répression est-elle adoptée comme une solution idoine à ce problème de société.

  • 51 Exemple de celui de Richard-Toll créé en 1912 et dont la mission consiste à accueillir et à parfair (...)

124La peine privative de liberté et l’établissement de la prison sont mis en application dès 1888, avec la création du pénitencier agricole de Thiès (Faye, 1989 ; Thiam, 1981). Confié aux Pères du Saint-Esprit, ce centre prélude à la multiplication des prisons-écoles, dénommées aussi orphelinats agricoles51 avant que le langage officiel n’abandonne la référence à la pénitence ou à la désadaptation sociale, dès 1927, avec l’ouverture de l’Ecole professionnelle spéciale de Carabane, relayée, en 1953, par la Centre de rééducation pour enfants mineurs de Nianing, qui fermera ses portes en 1956 (Thiam, 1981 : 19-20).

  • 52 Cf l’étude de Bâ (1980).
  • 53 Mané (1980), Sow (1977).
  • 54 Diaw (1982), Ndiaye F. (1981) et Soumah (1984). C’est en 1965 qu’y a été redéfinie la mission de ce (...)
  • 55 Voir Youm (1978) qui étudie la fonctionnalité de cette institution depuis 1972, date de sa création (...)

125Le travail agricole comme châtiment, l’enseignement religieux et/ou moral et la discipline de fer comme instruments privilégiés de punition, de correction et de re-socialisation fonctionnent à plein durant cette phase de triomphe de la prison-école. L’institution, en 1957, du Centre d’Assistance et d’Observation du Mineur Inadapté (CAOMI) du Front de Terre, à Dakar, rend compte de l’inanité de ces méthodes d’intervention et traduit le souci des autorités coloniales d’accorder une place plus grande à des mesures non répressives telles que la connaissance de la psychologie du jeune délinquant et les actions éducatives et cliniques qu’elle permet. Enfin, elle annonce la complexité relative des tâches de ‘réadaptation sociale’ dévolues à l’Etat post-colonial. Jusqu’en 1974, le modèle du pensionnat demeure la préférence des pouvoirs publics sénégalais qui se contentent ainsi de reconfigurer le maillage territorial légué par la puissance coloniale, tout en érigeant un tribunal pour enfants auprès de chaque tribunal régional. Ainsi, elles créent, en 1965, le CAOMI 2 de Cambérène,52 transformé en centre d’internement de jeunes raflés avant et pendant le Festival Mondial des Arts Nègres de 1966, le Chantier d’adaptation sociale de Sébikhotane en 1969, les Centres de sauvegarde de Kandé et de Pikine53 respectivement en 1972 et 1973. Elles rouvrent le Centre de Nianing, transforment l’ancien camp des détenus politiques appelé Fort B54 et le Centre de Triage de Thiaroye55 en lieux d’internement de mineurs et assignent la même fonction à la prison de Rufisque pour les jeunes délinquantes.

  • 56 Cf. Ion et Tricart (1987) qui donnent des informations sur la gestion du travail social en France.

126Cette densification du tissu des établissements de re-socialisation des jeunes par le travail et la discipline procède, à n’en pas douter, de la volonté de l’Etat sénégalais de faire face à la prolifération de la nouvelle génération de migrants (Collignon, 1995 ; Diop, 1995 ; Faye et Thioub, 1996 ; Ndiaye, 1979). Pour mener à bien cette tâche, les pouvoirs publics décident, en 1973, de l’ouverture d’une Ecole nationale de formation des éducateurs spécialisés et de l’institution d’un corps de gardes pénitentiaires formés à l’ENPFP Durant cette période est perçue l’impossibilité de continuer à restreindre la lutte contre la délinquance à une stratégie de répression et/ou de cure sociale qui a pour lieu de déroulement privilégié le pensionnat (Thioune, 1980 : 29). Ainsi s’ouvre en 1974 une phase pendant laquelle le travail social de l’éducateur spécialisé est repensé.56

127L’action préventive, timidement entreprise avec les centres de sauvegarde de Pikine et de Kandé, dont la création rend compte de la prise en considération de la situation de l’enfance en danger moral, est désormais reconnue et privilégiée. L’action éducative en milieu ouvert (AEMO) voit le jour. Dakar et sa banlieue sont divisés en sous-secteurs (Dakar-Ville, Grand-Dakar, Pikine-Guédiawaye, Thiaroye-Diamaguène) abritant chacun un service d’AEMO dont la mission consiste à suivre l’enfant délinquant et sa famille, à aider à sa re-socialisation, à conduire des enquêtes et des exercices d’observation de mineurs placés en régime de surveillance judiciaire et à faire de la prévention en direction des enfants en danger moral (Thiam, 1981 : 2).

  • 1

128Conçue selon le modèle français de l’observation et de l’éducation en milieu ouvert, l’AEMO reconduit l’expérience des clubs de prévention, apparus en France dès 1943 (Philippe, 1966 : 320-355 ; Thioune, 1980 : 29), en les installant dans les zones les plus affectées par la délinquance juvénile. La collaboration avec des ONG a conduit une structure AEMO comme celle de Thiaroye-Diamaguène57 à se transformer en un centre multifonctionnel. Avec le partenariat de Association Village-Pilote (ONG française) en janvier 1994, il s’est lancé dans :

  • la préscolarisation de 60 enfants (âgés environ de 3-6 ans), qui sont bénéficiaires d’une initiation à la peinture et aux jeux éducatifs ;

  • la scolarisation faite dans des sections d’enseignement général et professionnel ;

  • l’activité sportive grâce à l’ouverture d’un club sportif où football, basket-ball, pétanque et athlétisme sont des disciplines à l’honneur ;

  • le maraîchage et l’élevage de poulets de chair et de pondeuses ;

  • l’accueil et l’assistance éducative de filles en situation difficile, c’est-à-dire abandonnées par leurs parents, habituées à la fugue, arrêtées par la police ou victimes de sévices répétés ;

  • le travail social classique d’AEMO : enquêtes sociales, médiation dans les conflits entre les filles et leurs familles, contact avec écoles et entreprises pour les besoins du placement, liaisons avec tribunaux et prisons (Signaté, 1995 : 43-50).

129Cette activité intense de prévention et de cure de la délinquance est notée également dans d’autres secteurs et avec d’autres travailleurs de l’Etat. Le contrôle des films et de l’accès aux salles de projection cinématographique, les méthodes de police (factions, îlotage contrôle d’identité, rondes et rafles) sont assimilés à des formes de protection des jeunes prédélinquants et d’évitement de l’expansion de la malfaisance juvénile.

130Avant la mise en œuvre des ces actions, le gouvernement a initié des actions destinées à améliorer la situation des jeunes en général. Déjà en 1971, dans le cadre de l’élaboration de la loi d’orientation de l’Education nationale, l’Enseignement moyen pratique avait été institué. Son objectif était de compléter la formation des jeunes issus de l’école primaire en vue de favoriser leur insertion dans les circuits de production. Des actions ont été menées dans le secteur informel urbain dont les plus connues sont les opérations dites kiosques à pain et les ‘magasins-témoins’.

131En août 1982, l’Etat mettait en application le programme d’insertion des Diplômés d’Etudes Supérieures (DES) titulaires de la maîtrise en droit et économie dont le chômage avait pris d’inquiétantes proportions. En 1987, la Délégation à l’Insertion, à la Réinsertion et à l’Emploi (DIRE) a été créée avec le mandat d’assurer l’élaboration, le suivi et la mise en œuvre de la politique de l’emploi. La DIRE a tenté d’étendre son action au-delà des jeunes diplômés. Un fonds spécial a été créé pour répondre aux attentes des jeunes chômeurs. Le Commissariat général à l’emploi (CGE) a été créé avec pour mandat la gestion du Fonds national pour l’emploi, du Fonds national de réinsertion des rapatriés de Mauritanie et du Fonds spécial de réinsertion. Au cours d’un conseil interministériel tenu en décembre 1988, le gouvernement a adopté un Plan d’action pour l’Emploi, document présentant ses orientations stratégiques.

132Le gouvernement a également fait des efforts en direction des jeunes les plus défavorisés. Il s’agissait, essentiellement, à la suite des tensions sociales et politiques ayant suivi les élections de 1988, de mettre en place des mécanismes de décompression dans les zones urbaines et périurbaines. Dans ce cadre, l’Agence d’exécution des travaux d’intérêt public (AGETIP) contre le sousemploi a été créée, en mars 1989. Le coût du projet était initialement de 33 millions de dollars US. Les objectifs assignés au départ au projet étaient les suivants : créer des emplois assez importants, fournir une occupation temporaire et des revenus aux jeunes, améliorer le savoir-faire des jeunes, notamment en leur procurant une expérience et une formation. Le projet avait les composantes suivantes : la réhabilitation et l’entretien d’infrastructures, la fourniture de services en rapport avec l’organisation du travail.

133L’Agence a élaboré des programmes à forte intensité de main-d’œuvre pour occuper, même temporairement, certaines catégories de jeunes peu ou pas qualifiés. Les emplois créés, dans ce cadre, reposent sur un large bassin de contrats à court terme.

134L’AGETIP réalise des projets qui lui ont été confiés par le ministère de l’Education nationale (Education IV), le ministère de la Santé publique dans le cadre du Projet de Développement des Ressources Humaines (PDRH) et le ministère de l’Agriculture. En août 1994, le nombre d’emplois créés était évalué à 87 947, la durée moyenne étant de 30 jours. L’Agence exécute aussi pour le compte de la Mission francaise de coopération et d’action culturelle un projet susceptible de générer près de 4 800 emplois pour les populations les plus démunies : projet d’équipement de ces populations en infrastructures indispensables à leur cadre de vie. Le coût de ce projet est de 1 480 000 000 F CFA.

135L’AGETIP est également maître d’œuvre d’un programme de lutte contre la malnutrition et la protection de la Mère et de l’Enfant que la Banque mondiale a mis en place en collaboration avec le PAM et la KFW. En raison du nombre d’enfants souffrant de malnutrition (150 000 souffriraient de malnutrition aiguë et plus de 300 000 de malnutrition chronique) et des conséquences de la dévaluation sur le niveau déjà élevé des dépenses alimentaires des ménages, le gouvernement a décidé d’inverser cette tendance en créant une Commission Nationale de Lutte contre la Malnutrition (décret n°94/566 du 4 juin 1994). Le Projet de Nutrition Communautaire entend préserver les groupes vulnérables de la malnutrition. Son objectif global est de contenir la dégradation de la situation nutritionnelle des enfants âgés de 6 à 36 mois vivant dans les zones urbaines. Dans l’ensemble, le programme tente de lutter contre la malnutrition grâce à la mise en place d’infrastructures. Dans ce cadre, des centres de nutrition communautaire ont été ouverts à Dakar (Arafat), Pikine Guinaw Rail et Keur Cheikh (Diourbel).

136Compte tenu du rôle de plus en plus important qu’elle joue pour les bailleurs de fonds mais aussi pour le gouvernement et des crédits mis à sa disposition, l’AGETIP apparaît comme un instrument majeur de lutte contre le sous-emploi des jeunes et un dispositif de lutte contre la pauvreté.

137Néanmoins, en raison de la précarité des emplois créés et de la grande dépendance de la structure par rapport aux financements extérieurs, des questions peuvent être posées sur l’impact d’AGETIP sur la réduction de la marginalisation des jeunes. On peut se demander aussi si le fait d’employer temporairement des jeunes pour les laisser ensuite à la marge, ne participe pas à l’entretien de leurs frustrations. La solution du type AGETIP n’est-elle pas une solution par défaut ? Cette question reste ouverte.

138L’un des gros problèmes auxquels il faudra faire face, à court terme, est de procurer du travail aux jeunes. Et le premier problème sera de savoir d’où viendront concrètement ces emplois en dehors des proclamations officielles qui insistent sur le rôle moteur de l’agriculture dans un tel processus. En effet, si les tendances à la dégradation des terroirs ne sont pas stoppées, on voit mal comment réaliser de tels objectifs.

139Pour les jeunes, le problème essentiel est relatif au chômage mais aussi à la crise morale des familles liée aux mutations sociales et aux difficultés économiques en cours, à l’impasse dans laquelle se trouve une bonne partie du système d’éducation et de formation. Comment s’étonner dès lors que les candidats à l’émigration deviennent de plus en plus nombreux ? Cette situation politique et sociale devient plus préoccupante lorsqu’on constate que l’absence de véritables mécanismes de canalisation institutionnelle de la revendication politique a favorisé à Dakar les expressions explosives cycliques. C’est ainsi que la jeunesse dakaroise a été un acteur privilégié des crises majeures vécues par le Sénégal depuis son indépendance. Les jeunes du sous-prolétariat urbain, surnommés ‘les casseurs’ constituent les principaux acteurs des émeutes urbaines, particulièrement depuis 1988. Cette situation est une source de préoccupation en raison de la perméabilité de ces groupes à la manipulation par des aventuriers et de leur utilisation dans des actions violentes. Ces contraintes seront difficiles à renverser à court terme.

140Les objectifs de l’Etat pour les jeunes de la rue ont eu des résultats très limités. L’action en leur direction a été essentiellement orientée par des préoccupations de gestion de l’ordre public, notamment par des mesures de contrôle de la mendicité et du vagabondage. Ces pratiques d’exclusion ont visé et visent toujours une population hétéroclite composée de mendiants, de colporteurs, de lépreux et des jeunes taalibe. Ces derniers ont attiré l’attention d’associations musulmanes mais aussi des pouvoirs publics et surtout d’ONG. ENDA par exemple exécute depuis 1985 un programme relatif aux enfants de la rue.

141Un effort d’analyse a été initié par le gouvernement pour cerner la situation des enfants et les questions liées à leur survie (Sénégal/UNICEF, 1993). Par ailleurs, l’Etat a mené des actions en faveur des enfants se trouvant dans des situations difficiles. Avec le concours de l’UNICEF, qui occupe une place de choix dans la politique nationale de mobilisation en faveur des enfants issus des groupes les plus pauvres de la société, le gouvernement a mis en chantier un programme qui tente d’améliorer les conditions de vie des taalibe à travers l’élaboration d’une stratégie de lutte contre la mendicité (UNICEF, 1994). Des actions sont également menées, comme nous l’avons montré, en vue de mieux connaître les caractéristiques de cette population et de disposer d’indicateurs précis sur les mécanismes de la migration de ces enfants vers Dakar ainsi que sur la perception que les populations ont de ces groupes : recensement des taalibe et étude de leur migration, étude sur le travail des enfants, étude sur les enfants de la rue.

142Tous ces efforts reposent sur un bassin d’activités assez large concernant l’amélioration des conditions de vie, la fourniture d’une éducation de base à de jeunes domestiques, essentiellement dans la région de Dakar. Par ailleurs, ces programmes comportent un important volet consacré à la recherche dont l’objectif est d’améliorer leur qualité.

143Deux plans récents annoncent les efforts qui doivent être fournis par l’Etat durant la période 1997-2001. Il s’agit du Plan national d’action sociale (PNAS) et du Plan d’action de la Femme (PAF). D’une enveloppe de 13 318 347 000 F, le PNAS, dont le maître-d’oeuvre est la Direction de l’action sociale (DAS) du Ministère de la santé et de l’action sociale (MSAS), ambitionne de redynamiser et de rendre plus performante la lutte contre la pauvreté et la déshérence sociale, par une prise en charge effective des ‘groupes vulnérables’. Cette prise en charge, qui a pour préalables la levée des contraintes (cadre juridique de la politique d’assistance à renforcer et équipement de la DAS) l’inventaire et la programmation des besoins des réponses possibles, est arrimé à une stratégie de pilotage basée sur un partenariat à directions multiples (populations concernées, collectivités locales, ONG) (Dieng, 1996).

144Le Plan d’action de la femme, dont les objectifs majeurs ont trait à la promotion de la femme et la valorisation de son rôle et de son statut dans la société, s’intéresse, entre autres cibles, aux filles. Parmi les objectifs intermédiaires identifiés en vue de leur épanouissement intégral, il y a lieu de citer prioritairement le relèvement de leur statut socioculturel, l’accès aux ressources, l’élimination de la violence, la protection et l’assistance (Ministère de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, 1996).

145Quel bilan peut-on tirer de cette intervention multiforme de l’Etat ? Au niveau institutionnel, l’absence d’une structure de coordination des activités développées par une multitude d’administrations n’autorise pas à envisager l’efficacité de l’action de la puissance publique. Par ailleurs, elle a fort longtemps hypothéqué ses chances de réussite en privilégiant, jusqu’en 1974, la répression.

146Les lieux d’accueil des jeunes en situation d’inadaptation sociale sont caractérisés par la permanence d’un mauvais fonctionnement : invoquons à titre d’exemple le cas du Fort B où ‘l’inactivité forcée et prolongée’ des pensionnaires par défaut d’encadrement, de la froideur des relations entre eux et les gardes pénitentiaires et de la promiscuité entre jeunes à carrières délinquantes nettement différenciées (Diaw, 1982 ; Ndiaye, 1981 ; Soumah, 1984).

147La carence des moyens, qui se traduit souvent par la fermeture d’ateliers, les lacunes administratives reflétées par l’absence de fiches d’accueil de mineurs délinquants ou prédélinquants, l’incurie notée dans l’intervention pédagogique avec l’inorganisation des pensionnaires en groupes et l’inexistence de réunions de synthèse sur les exercices d’observation effectués, l’insuffisance et/ou l’incompétence des encadreurs et moniteurs techniques, les ingérences répétées de notabilités religieuses, de parlementaires et du Parquet sont mis en exergue dans nombre d’études d’évaluation du fonctionnement des centres de sauvegarde et du centre dit de triage de Dakar et sa banlieue (Bâ, 1980 ; Mané, 1980 ; Soumah, 1984 ; Sow, 1977 ; Youm, 1978).

148L’inconfort dans lequel évolue le travailleur social de ces structures contribue à déprécier son intervention thérapeutique ou préventive. Suspecté d’ètre un policier en civil, quand il effectue des enquêtes en ‘milieu ouvert’, contraint à exercer le métier de confesseur quand il écoute ses interlocuteurs ou celui d’instituteur lorsqu’il s’investit dans une activité pédagogique (Ndiaye, 1981 : 4), marginalisé dans le milieu des travailleurs de la justice auquel il appartient, incompris lorsqu’il va militer dans les syndicats d’enseignants où il est perçu comme un agent supplétif qui se charge de récupérer les ‘déchets scolaires’, l’éducateur spécialisé constate, quotidiennement, le faible impact de sa lutte contre l’inadaptation sociale.

149En le faisant intervenir davantage dans l’action éducative en milieu ouvert, dès 1974, l’Etat a apparemment pris l’option de réduire ses moyens d’intervention compte tenu du fait que le modèle du pensionnat est jugé onéreux (Thiam, 1981 : 21). Cela signifierait ainsi une amorce de désengagement avant l’heure de la puissance publique. Celle-ci, consciente des limites de son intervention en faveur d’une ré-socialisation des jeunes délinquants et de protection sociale des jeunes prédélinquants exprime, par le biais d’une formule comme le parrainage des taalibe, sa disponibilité à partager avec les autorités municipales et les cadres de la vie associative la lutte pour la réussite de ces objectifs.

  • 58 Enquête du 07 septembre 1996 au Centre de Sauvegarde Pikine.

150Ce désengagement traduit une incapacité à faire face à la demande de prise en charge des jeunes inadaptés. Les améliorations notées dans un centre d’initiation professionnelle pour enfants délinquants comme celui de Pikine, qui s’est enrichi d’ateliers de sérigraphie-décoration, sculpture, mécanique et électricité automobile et photographie,58 n’augurent point un renversement positif de la portée de l’intervention des pouvoirs publics sénégalais.

151Parmi les facteurs bloquants, il y a d’abord une certaine logique mimétique qu’illustre par exemple la reproduction de formules de re-socialisation (assistance, rééducation-réinsertion) jugées eurocentriques (ENDA, 1990 ; Jeuda 77 : 14-15) et d’un discours social sur la mendicité et le vagabondage en déphasage avec certaines perceptions autochtones quand sont brocardés le taalibe, le cireur ou le vendeur ambulant, archétypes d’enfants en stratégie de survie’ (République du Sénégal/UNICEF, 1993 : 145). Ensuite, le placement en entreprise du pensionnaire d’un centre d’initiation professionnelle se heurte à la suspicion nourrie par les employeurs vis-à-vis de ce type de demandeur d’emploi (Ndiaye Baudin, 1973).

152Enfin, la crise de l’entreprise sénégalaise hypothèque lourdement le succès de cette politique de placement ou celui du lancement d’unités de fabrication artisanale au bénéfice des candidats à la réinsertion sociale.

Les autres intervenants (Municipalité de Dakar, ONG, UNICEF et populations locales)

153L’action de la Municipalité de Dakar remonte au moins à 1966. A l’occasion de la préparation du Festival Mondial des Arts Nègres, elle intervient aux côtés des autorités gouvernementales pour endiguer les déclassés sociaux et autres migrants accusés d’enlaidir la ville, cadre d’accueil des festivaliers attendus. L’équipe municipale situe son action en amont, en prenant des mesures restrictives de la liberté de mouvement des jeunes qui s’adonnent aux professions de portefaix et de cireur. C’est le sens des arrêtés municipaux portant les numéros 278 et 279/SG et datés du 22 février 1966.

154La Municipalité reprend cette collaboration au lendemain des élections troublées de 1988. La violence née de la contestation, ininterrompue de 1988 à 1991, de la transparence des résultats des élections a pour lieu de déroulement principal les allées du quartier Niari Tali. La Direction de l’Aménagement et de l’Urbanisme (DAU) de la Communauté Urbaine de Dakar (CUD), mise à contribution, propose de réhabiliter l’environnement urbain en faisant des ‘allées de la casse’ un terrain d’expérimentation. Les réalisations suivantes y sont projetées et entreprises sans difficultés majeures par la suite : aménagement de six îlots comprenant chacun une mosquée, un parking, un vidoir d’ordures, un collecteur d’eaux usées et des bancs publics et construction d’une plate-forme pour abriter les activités festives et socio-culturelles des populations riveraines. Les jeunes organisés en groupements d’intérêt économique (GIE) devaient se charger de la gestion des parkings (Diémé, 1991 : 49-50).

  • 59 Le mouvement Sopi (mot signifiant changement en Wolof) a traduit une forte aspiration au mieux-être (...)

155Répétée dans la banlieue de Guédiawaye, au lieu dit Diounkhop, cette opération montre que le centre urbain n’est pas l’unique espace disputé. Toutefois, elle rend compte d’une volonté de capturer des jeunes en leur offrant la gestion d’équipements collectifs comme exutoire à leur potentiel de subversion. Ainsi, les autorités municipales se chargent-elles d’assurer l’intermédiation recherchée par le régime de Dakar dans sa tentative de renouer le dialogue avec la jeunesse et de l’isoler, par voie de conséquence, des autres composantes du mouvement Sopi.59 Ce faisant, elles réussissent la prouesse d’aider à la réalisation du contrôle social par le contrôle spatial.

  • 60 Voir Diop (1996).

156L’endiguement, en amont, de la délinquance, qui est constitutif de cet objectif de contrôle social, se note également dans les actions caritatives du pouvoir municipal de Dakar. Il s’intéresse à l’enfance et à la jeunesse en danger moral, en investissant des fonds dans l’aide aux familles indigentes et aux élèves et étudiants qui en sont issus.60 L’adoption d’un plan d’action pour l’Enfant, en 1992, l’institutionnalisation de Centres de promotion et de réinsertion sociale, les subventions accordées à des cadres associatifs œuvrant pour la protection de l’enfance attestent de l’engagement du pouvoir municipal aux côtés des autorités gouvernementales (Diop, 1996 : 110-112).

157Les ONG qui s’intéressent aux problèmes de la délinquance juvénile, connaissent un mouvement semblable. Elles se distinguent par une intervention multiforme, d’intensité et de durée variables. Certaines d’entre elles, comme l’Association Sénégalaise pour le Bien-être familial (ASBEF), ont recours à la propagande, sa cible étant la fille nubile exposée au risque de grossesse non désirée et à la tentation de commettre, après accouchement, un acte filicidaire. La contraception s’affiche ici comme le terrain de lutte idéal dans la prévention de la violence de la fille-mère. Le Programme national de planification familiale (PNPF), qui date de 1988, offre un cadre d’action propre à établir une convergence d’objectifs avec ceux de l’Etat sénégalais (Fall et Ly, 1992 : 87-88).

  • 61 ENDA 1990, Jeuda, 78.
  • 62 Lire Lettre de la rue 1994, 11 : 14.
  • 63 ENDA 1992, Jeuda, 84.
  • 64 ENDA 1994, Jeuda, 91.

158Quoique s’investissant aussi dans la propagande par une politique éditoriale intense, ENDA-Tiers-Monde, par le biais de son démembrement appelé Jeunesse-Action, se distingue par une démarche innovante. Celle-ci se résume en peu de mots : aller vers les jeunes, les écouter, leur apporter un appui significatif en fonction de leurs demandes en matière d’insertion et de réinsertion sociales (Cissokho, 1995 ; Ndao, 1987). Ce renouvellement, qui se fonde sur une philosophie de valorisation du jeune en situation difficile ou en conflit ouvert avec la loi (regardé désormais comme un acteur conscient et incontournable du devenir historique), procède d’une lecture critique des formules d’intervention caritative et rééducative (ENDA, 1990 ; Jeuda 77). Créée en 1972, ENDA-Tiers-Monde a décidé, depuis 1985, d’appuyer les jeunes dans leurs actions d’auto-développement.61 Cette politique s’est traduite par le soutien à la conception et au lancement de projets socio-économiques (boutiques, ateliers de maroquinerie, de teinture et de batik), de mouvements associatifs capables de formuler des chartes revendicatives et d’initier des manifestations (exemple du défilé de 800 ‘jeunes de la rue’ le 1er mai 1994).62 Multiplication des associations d’enfants travailleurs, mise à jour de droits relatifs au repos, au respect et à la dignité, à la protection légale, à l’exercice du métier de son choix et dans le lieu de son choix,63 confection et port de badges par les porteurs et les gardiens-laveurs de voitures64 constituent des manifestations remarquables de ce succès.

159Cependant, ENDA n’a pas le monopole de ce type d’intervention car Aide et Action est une de ces ONG faisant des regroupements de jeunes des quartiers dits déshérités des interlocuteurs valables et des destinataires incontournables des soutiens financiers ou matériels à mobiliser. A Guédiawaye, elle a choisi de collaborer avec l’association dénommée Jamono II. Cette collaboration s’est traduite, dès 1990, par la promotion d’un modèle de partenariat qui se fixe comme priorités l’amélioration du patrimoine des équipements collectifs et le lancement d’activités de type communautaire. De 1990 à 1994, elle s’est développée dans le cadre d’une ONG dénommée Jamono Action et Développement et a abouti aux résultats suivants :

  1. réhabilitation de l’école du quartier avec la construction de 8 salles de classe, d’un bloc sanitaire, d’un bureau pour le chef d’établissement, d’un magasin et d’un logement de gardien

  2. lancement d’une unité de production avicole

  3. ouverture d’un atelier de menuiserie

  4. redynamisation des cours d’arts ménagers existant depuis 1986

  • 65 Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active. Entretien du 25 octobre 1996 au quartier Ch (...)

160Partage des charges de l’exécution de ces travaux de rénovation de l’école (salaires et matériaux fournis par Aide et Action, ouvriers et aides-ouvriers par le groupe Jamono) et crédits à rembourser par ce dernier au partenaire français selon un échéancier variant entre 12 et 24 mois (3,5 millions F CFA de prêt) ont permis d’atteindre ces résultats. Ceux-ci se traduisent, concrètement, par l’accès à un revenu mensuel de 10 000 F CFA en moyenne pour les ouvriers qualifiés de l’atelier de menuiserie, les monitrices et gestionnaires des cours en arts ménagers, d’initiation aux techniques d’aviculture, au tricot, au crochet, à la couture et à la broderie. Plus de cent jeunes, dont 75 filles, ont tiré profit de ces modules d’apprentissage entre 1994 et 1995. Cette ONG autocntone a d’ailleurs diversifié ses contacts depuis 1994. Elle est engagée dans une nouvelle collaboration avec un collectif d’enseignants français des CEMEA, et avec la Coopération francaise qui est initiatrice d’un projet de réinsertion des jeunes par l’animation sportive impliquant l’ouverture d’écoles de football et de handball, et la réfection de terrains omnisports. La création d’une bibliothèque pour enfants correspond au résultat positif le plus significatif du partenariat avec le CEMEA.65

  • 66 Cf. Soumah (1984).

161Dans la lutte pour la protection de l’enfant en danger moral, une dernière catégorie d’ONG ambitionne de reconduire la formule du pensionnat. L’Association Sénégalaise pour la Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence (ASSEA) se charge d’héberger des mineurs et d’assurer leur spécialisation professionnelle et leur orientation scolaire. Sa capacité d’accueil relativement faible (25 pensionnaires) limite l’impact de son intervention.66 La même remarque est d’ailleurs valable pour le Daara de Malika. Implanté dans la dernière auréole de la banlieue de Dakar en 1977, il a été partie prenante des décisions du séminaire de 1978 et de la réunion de 1981 du Conseil Africain de Coordination islamique. Celles-ci ont trait à l’amélioration qualitative des conditions de vie et d’étude des élèves de l’école coranique, les taalibe. Unification des programmes, établissement d’un profil-type d’enseignant et de critères rigoureux d’ouverture de centres d’éducation, nécessité de leur dotation en moyens variés, correspondent aux résolutions majeures prises lors de ces assises (Seck, 1982 : 20-22).

  • 67 Les démarches effectuées ne nous ont pas permis d’avoir des informations suffisantes sur l’exécutio (...)

162L’appui financier apparaît en bonne place dans l’implication de l’UNICEF dont la coopération avec l’état sénégalais a finalement débouché sur une sorte de partenariat. Le travail des enfants et le danger moral qui guette le taalibe sont les deux pôles autour desquels s’organise l’intervention concertée entre ces deux acteurs. Celle-ci se fixe deux objectifs : faire disparaître de la main-d’œuvre urbaine la figure de l’enfant travailleur, conformément à la lettre de la Convention 138 de l’OIT, et amélioration de la condition du taalibe, un des volets essentiels du programme pour 1992-1996 de la67 ‘Convention relative aux droits de l’Enfant et l’action sociale en faveur de l’enfance’ (République du Sénégal/UNICEF, 1993). L’allégement de la souffrance des enfants en situation difficile, l’amélioration de la connaissance de cette population exposée aux dangers de la rue correspondent à quelques uns des aspects positifs de l’engagement des autorités municipales et/ou des ONG et de l’UNICEF Toutefois, la paupérisation, qui prend des proportions inquiétantes (Diop, 1996) du fait de la crise économique et sociale, compromet en apparence les chances de succès durable de cet engagement.

163La vie associative, qui se développe dans les quartiers de Dakar depuis la décennie 1980, s’inscrit aussi dans la perspective de l’eradication de la délinquance juvénile. Le triomphe du modèle néo-libéral, dont le désengagement de l’Etat dans la régulation du jeu social et économique constitue la manifestation la plus visible, a abouti au positionnement en première ligne des leaders d’opinion et des solidarités de terroir dans la conception et la mise en œuvre de stratégies de règlement des problèmes de société. Parmi ceux-ci, la pauvreté, la misère morale, la répétition à une large échelle des phénomènes d’exclusion et de remise en cause de la distribution des richesses et des rôles sociaux, font figure de préoccupations centrales.

164Les associations sportives et culturelles (ASC) construites par les jeunes des quartiers qui se sont mobilisées depuis les années 1977-1981 autour du football et de l’activité artistique militante choisissent, par la suite, de faire de la sécurité des biens et des personnes une de leurs priorités.

165Thiaroye est un exemple de quartier où le discours sécuritaire s’est ancré. Avec l’accentuation de la pauvreté endémique et l’affaiblissement des procédures de contrôle social, on observe un accroissement de la petite délinquance urbaine. Les populations les plus touchées par la dégradation des réponses policières et judiciaires ont mis en place des mécanismes de régulation informelle. Dans ce contexte, on a noté l’installation de tribunaux informels et d’une justice de la rue, distribuée par les chefs de quartiers et les notables, et appliquée surtout aux voleurs. La logique, de fond de ces actions consiste à distribuer une justice sommaire, expéditive, jugée plus fructueuse, aux yeux de certains segments des populations, que la justice défaillante de l’Etat.

166A la suite de l’initiative des jeunes de Keur Massar de s’organiser, dès 1981, en groupes d’autodéfense (Djigo, 1981 : 46), les ASC de cette zone se dotent, en 1995, de 30 comités de vigilance. Pour lutter contre les malfaiteurs, des rondes sont effectuées en groupes de cinq par des vigiles armés de gourdins et de sifflets. Bénéficiant du soutien des adultes et des patriarches et faisant preuve d’efficacité dans la coordination de l’action des comités, les ASC se sont imposées comme des interlocuteurs de la police d’Etat. Celle-ci accepte désormais de partager sa mission de protection des biens et des personnes en se contentant de superviser les opérations des comités de vigilance.

167L’affectation d’un policier à chacune de ces unités est une des décisions de la rencontre du 27 mai 1995 entre le Commissaire de police de la brigade de Thiaroye et des responsables d’ASC (Diop, 1995 : 10). La tâche essentielle assignée à ce fonctionnaire étant d’éviter le lynchage des voleurs. l’Etat indique clairement sa volonté de réduire les ASC en forces auxiliaires d’intervention en matière de sécurité publique. Celles-ci semblent accorder peu d’attention à ces signaux car la déconstruction de l’image négative de leur terroir urbain est obnubilante. Produire une représentation positive grâce au succès de leur lutte pour la sécurité est au centre de leurs préoccupations.

168L’importance accordée au regard extérieur et à la nécessité de conformer la représentation de l’observateur à l’image recherchée, qui traduit un besoin d’intégration sociale, se note aussi chez les jeunes travailleurs du secteur de l’informel, tels que rabatteurs et apprentis-conducteurs du secteur des transports, cireurs, portefaix, etc. Avec ou sans appui extérieur, ils sont 1 300 à s’organiser en 1996.

  • 68 Cette version, fournie par Ass Yaba Ngom, le Président du GIE, lors de la rencontre du 6 novembre 1 (...)

169Ainsi les rabatteurs de la gare routière de la rue ICOTAF de Pikine, la grande banlieue de Dakar, se distinguent-ils par leurs initiatives. Ils se sont fixés des règles de conduite dont le respect scrupuleux conditionne la poursuite, pour chacun d’entre eux, d’une activité de rabattage qui peut procurer un revenu mensuel d’environ 30 000 F CFA, soit l’équivalent du SMIG local. Parmi les interdits répertoriés et appliqués, il y a la consommation de stupéfiants, de psychotropes et de produits alcooliques, la profération d’injures, le recours à un métalangage qui renseigne sur la marginalité vécue et voulue par le locuteur, l’inconduite dans les relations avec la clientèle des cars de transport et les autres acteurs du secteur informel constitué dans et autour de cette gare routière. Organisés en GIE le 1er août 1993, ces 57 ‘coxeurs’ qui se répartissent en quatre groupes de travail dont le calendrier de fonctionnement révèle que chaque unité dispose de deux jours de repos et d’une journée de travail, ambitionnent d’ouvrir un magasin de ventes de pièces automobiles et de posséder un parc de cars de transport. De telles perspectives, tracées à la suite de la décision de la Communauté Urbaine de Dakar de faciliter l’accès au crédit automobile à tout collectif de jeunes disposant d’une caution de 2 000 000 F CFA,68 traduisent l’angoisse et la volonté de survie d’acteurs sociaux qui doutent de leur avenir dans une corporation envahie, de plus en plus, par les siru (chauffeurs en chômage).

  • 69 Tall et Terenzio (1986).

170Cette volonté de se façonner une nouvelle mentalité, de nouvelles règles comportementales et une nouvelle image sociale, afin de se faire accepter, se retrouve à Colobane, quartier situé dans le territoire de la ville de Dakar. Les jeunes travailleurs du secteur informel (cireurs ou cordonniers) y ont réussi leur intégration par le biais de prestations théâtrales.69

171Ces initiatives des associations de jeunes ont abouti et aboutissent encore à des résultats remarquables. L’amélioration de la sécurité dans la rue, la baisse des vols (Diop, 1996 : 10), la tendance à l’amélioration de l’image des banlieues de Dakar et celle des jeunes travailleurs du secteur de la débrouille économique en attestent largement. Cependant, ces initiatives associatives des jeunesses locales ne prouveront leur efficacité que lorsque celles-ci auront réussi à échapper au piège de l’action d’éclat, à inscrire leur intervention dans la longue durée et, enfin, à savoir pratiquer efficacement l’esquive pour échapper aux manœuvres de capture des partis politiques et à celles de leurs propres leaders parfois tentés de monnayer avec ces derniers leur potentiel d’influence.

Conclusion

172Le poids des jeunes dans les sociétés sénégalaises est de plus en plus important. Une des tendances lourdes qui se dégage de leur évolution sociale est que les institutions étatiques de socialisation (école, université) ont de moins en moins de prise sur une bonne partie de la jeunesse. Parallèlement, les familles sont traversées par de nombreuses mutations dont la moindre n’est pas la crise des systèmes de solidarité. Face à ce phénomène et au chômage massif des jeunes sortant du système de formation, on assiste à l’effritement progressif du modèle post-colonial de promotion sociale, fondé sur l’école, qui a servi de base à la construction et à la reproduction de la classe moyenne sénégalaise.

173Le nouveau paradigme, basé sur la culture de la ‘débrouille’ et porté par une dynamique populaire, favorise l’érosion du vieux modèle de développement des premières décennies des indépendances. Ce mouvement s’observe au moment même où, en raison de la crise économique, les mécanismes qui permettaient à la classe dirigeante de procéder au contrôle politique et territorial et à l’encadrement des centres urbains deviennent de plus en plus difficiles à faire fonctionner. Cette perte progressive du contrôle des villes est repérable dans le fait que la classe dirigeante a du mal à y maintenir son hégémonie (sauf à procéder à la manipulation grossière des élections) mais aussi par la montée de la petite délinquance (imparfaitement traduite par les statistiques officielles), la mise en place, dans certains quartiers, d’une justice expéditive de la rue et la multiplication des agences de sécurité dont il faudrait comparer les effectifs à ceux de la police d’Etat.

174Sur le plan économique, même en l’absence d’un système d’information statistique périodiquement alimenté, les évolutions récentes montrent une aggravation de la pauvreté de masse. A ce sujet, la dévaluation du F CFA a constitué un choc de grande envergure – même s’il est faiblement documenté – qui a provoqué un rétrécissement de la base des classes moyennes et des difficultés de plus en plus grandes, parmi les pauvres, à se maintenir dans le système d’assistance sociale. Les politiques économiques consécutives à la dévaluation ont essentiellement privilégié le traitement des déséquilibres externes au détriment de l’amélioration des conditions de vie des populations. Le programme national de lutte contre la pauvreté, en cours d’élaboration, semble être destiné davantage à ceux qui gravitent autour du seuil de pauvreté qu’aux plus pauvres parmi les pauvres.

175Ce contexte n’est pas favorable à la domestication de la violence au quotidien. Il signe, pour de larges pans de la population, la clôture de ce que Ali El Kenz, appelle ‘l’espérance du développement’. Cela est d’autant plus remarquable que dans les conflits politiques domestiques ayant marqué le Sénégal vers la fin des années 1980, on a noté la difficulté, pour l’Etat, de mettre en place de véritables mécanismes de canalisation institutionnelle de la revendication politique chez les jeunes, ce qui a favorisé des expressions explosives cycliques comme ultime recours. Certes, les partis d’opposition ont réussi à mobiliser une partie de la jeunesse lettrée mais ils ont, en permanence, rencontré des difficultés avec les autres jeunes. La faiblesse de l’implication des jeunes citadins dans les partis politiques, en dehors des périodes électorales et de confrontation avec le régime, montre les difficultés de ces organisations à élaborer des discours et stratégies autres qu’avant-gardistes et réservés à une minorité, les lettrés. Les difficultés des partis et des syndicats à organiser les jeunes chômeurs urbains sont une donnée structurelle de la politique sénégalaise.

176Ces données conduisent à se demander quelles sont les réactions des jeunes face à un tel environnement. Aujourd’hui, les attitudes des jeunes révèlent deux réactions dominantes. Tout d’abord une migration internationale, de plus en plus importante, est observée. Elle concerne de nombreux pays africains mais aussi européens et maintenant nord-américains. On remarque aussi, dans les quartiers, la multiplication des associations sportives et culturelles (ASC), qui consacrent une partie de leurs activités à la production, à la formation professionnelle et à la gestion de l’environnement.

177Parallèlement, sous l’impulsion de l’Etat, on a noté des tentatives timides de promotion d’un entreprenariat de jeunes dans le secteur non salarié. Mais, dans l’ensemble, pour les jeunes citadins, le maître-mot est la débrouille, c’est-à-dire toutes ces activités de survie, ces petits boulots qui caractérisent les paysages urbains et dans lesquels on observe un nombre impressionnant de jeunes travaillant dans la rue.

178Suite aux crises politiques de grande envergure de la fin de la décennie 1980, marquées par une large participation des jeunes, et malgré une crise financière aiguë, l’Etat a tenté de prendre à bras le corps le problème de l’emploi des jeunes. Il a essayé de le faire, de manière timide, dans le secteur formel moderne mais surtout dans les petits boulots car le secteur moderne n’ arrive plus, comme ailleurs en Afrique, à domestiquer, de manière significative, les flux de jeunes issus du système de formation et encore moins ceux qui en ont été exclus. Compte tenu de l’ampleur des problèmes, les mécanismes mis en place ont été sélectifs et provoqué un certain désenchantement.

179En vérité, les populations urbaines, notamment les jeunes, n’ont pas attendu l’intervention de l’Etat pour apprendre à se débrouiller. Que veut dire se débrouiller pour ces jeunes ? C’est tenter de trouver une place dans cette chaîne d’exploitation en cascade que constitue le secteur informel, de s’insérer dans cette main-d’œuvre liée et d’accepter, dans certains cas, les dures lois de l’apprentissage assez bien décrites par Alain Morice, l’un des premiers mais meilleurs théoriciens du secteur informel sénégalais. La ‘débrouille’ c’est aussi, la mendicité des enfants, les activités de survie des enfants en rupture avec leurs familles et que nous avons tenté de suivre à la trace, de caractériser et de nommer tout au long de cette étude.

180Pour la plupart des jeunes, ‘la débrouille’ c’est aussi la prise de conscience de l’échec des ambitions de l’Etat post-colonial, prise de conscience d’autant plus traumatisante qu’elle s’accompagne d’une expérience individuelle faite de chocs et de bouleversements affectifs. C’est pourquoi on observe chez ces jeunes de la rue des tentatives, parfois désespérées, de renverser le cours de leur propre destin, à travers l’aventure avec des bandes de copains, loin de leurs parents, parfois en marge de la légalité. Mais, la débrouille, c’est aussi ce système de représentations, ces valeurs, cette éthique de la rue que nous avons tenté de décrire chez certains jeunes marginaux (faqmaan, loxomaan, guinzeurs) et qui participe du processus de fabrication et d’amplification de la violence urbaine.

181Face au renforcement des mécanismes d’exclusion, particulièrement de la paupérisation et de la montée de la violence urbaine, émerge de plus en plus le thème de la sécurité paradoxalement peu abordé dans les discours des différents chefs de factions qui, depuis l’indépendance, ont capturé la vie politique sénégalaise. Aujourd’hui, les thèmes de la pauvreté et de l’exclusion sont très présents dans les discours des différents segments de l’élite politique issue de la petite bourgeoisie urbaine. Pourtant, au même moment, un certaine unanimité se dégage, au sein de ce personnel, pour se soumettre aux options néo-libérales qui constituent, on le sait, une importante source d’exclusion sociale. C’est là un des mystères de la politique sénégalaise qui n’arrêtera pas d’étourdir les penseurs du politique !

182En résumé, on peut supposer, sur la base des données disponibles (aggravation de la pauvreté, baisse des réponses policières face à la petite délinquance des quartiers, multiplication des enfants de la rue et en rupture, crise des systèmes de solidarité, effets limités des politiques de l’Etat, soumission de l’économie au traitement privilégié de ses déséquilibres externes) que le renforcement des dynamiques de violence dans les centres urbains est l’hypothèse la plus probable.

183Pour renverser cette tendance, une seule alternative se présente : l’Etat doit renouer avec sa fonction d’architecte social, largement laminée, aujourd’hui, par les programmes d’ajustement structurel.

Bibliographie

Bibliographie

Amath, Cheikh Aliou et Lô, Mohamed Elimane. 1994. Façons de parler. Le jargon qui dérange. Le Soleil, 13 septembre : 5 et 7.

B.M.L. 1996. A Dakar, ils s’organisent. Le Soleil 7890, 21-22 septembre : 5.

Bâ, Cheikh. 1989. Les casseurs : de véritables pros. Le Soleil 5684, 26 avril : 4.

Bâ, Chérif. 1995. Jeunes de la rue : tranches de vie. République 276.

Bâ, Malick. 1996. Ces parents battus par leurs enfants. Le Témoin 304, 25 juin au 3 juillet : 6.

Bâ, Mamadou. 1980. Rôle du foyer socio-éducatif dans le processus de la rééducation du mineur au C.A.S de Cambérène. Dakar, ENAES, 55 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Bart, Anne-Jean. 1985. Séminaire sur ‘Les jeunes et la rue’. Profession : Cireur, laveur de voiture ou ‘coxeur’. Le Soleil 4 434, 24 avril : 10.

BASS. 1972. La vie au CAOMI de Cambérène. Les enseignants fuient les enfants. Le Soleil 693, 14-15 août : 3.

Bass, Serigne. 1989. La révolution vandale. Sopi 67, 5 mai : 8.

Besson, A. C.S.D. 1961. Seuils d’âge et législation pénale. Contribution à l’étude de problème des jeunes délinquants. Paris, Ed. Cujas, 256 p.

Billen, M. Le Guerinel, N., Moreigne, J-P., Diallo, S. 1972. Groupes informels de jeunes à Dakar. Dakar, 64 p. [Série Jeuda, 14].

Boiro, Yaya. 1990. Protection judiciaire de l’enfance délinquante ou en danger. Etude de droit comparé sénégalais et guinéen. Dakar, ENAM, 57 p. [Mémoire de fin de stage, Section de Magistrature].

Bousso, Abass Aw. 1994. Conditions de vie et d’étude des élèves des écoles coraniques de Yeumbeul à Dakar. Dakar, ENTSS, 46 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Centre Lebret. 1991. La Convention relative aux droits de l’enfant et l’action sociale en faveur de l’enfance. Dakar, 173 p. [Actes du Colloque, 30 mai-1er juin] 210, 11-17 mai : 1.

Chavent, Monique. 1988. Profession taalibe. Formation de la personne et enseignement coranique. Dakar, Université C.A.Diop, 2 tomes [CES Psychiatrie].

Cissé, Mahomed Moctar. 1976. Les problèmes de l’autorité et de la responsabilité : les conflits de générations. Dakar, ENAES, 31 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Cissé, Mame Thiaba. 1995. La maternité célibataire en milieu Niominka. Dakar, ENTSS, 76 p. [Mémoire de fin d’études, Section des travailleurs sociaux communautaires].

Cissé, Moussa. 1976. Les bandes de délinquants. Dakar, ENAES, 171 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Cissokho, Dan Boubou. 1995. Contribution à l’étude d’un modèle institutionnel des réinsertion sociale des enfants et jeunes en situation difficile de Dakar : le cas de ENDA -Tiers Monde. Dakar, ENTSS, 63 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés]. Collignon, René. 1994. La lutte des pouvoirs publics contre les encombrements humains à Dakar. Canadian Journal of African Studies, 18, 3 : 573 – 582.

Coly, Al Housseynou. 1980. La retraite et ses conséquences sociales. Dakar, ENAES, 47 p. [mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Coly, Hamidou, Kane Yacine, Ndoye Gana, Terenzia Fabrizio. 1992. Chargeurs de briquets à gaz, cireurs ambulants, porteurs de marchés, employées de maison, accompagnateurs de touristes. Quelques exemples d’appui aux enfants et travailleurs au Sénégal et ailleurs. Dakar, 24 p. [Jeuda, 83].

Dansokho, A.L. 1988. Criminalité légale et criminalité vécue des enfants et jeunes délinquants à Dakar. Dakar, 27 p. [Jeuda, 17], [Communication au séminaire UNICEF-MAS sur les enfants de la rue, 28 mai-25 juin].

Decoudras, Pierre-Marie et Lenoble-Bart, Annie. 1996. Du côté de la rue. Politique africaine 63, octobre, 168 p.

DEI-Sénégal. 1995. Atelier régional africain : Elaboration d’un plan d’action pour les droits de l’enfant. Rapport général [non numéroté]

DEI-Sénégal. 1996. Les enfants en conflit avec la loi dans la région de Dakar. Rapport final, septembre.

Diagne, Anna. 1995. Jeunesse en difficultés : Saint-Louis un centre de transit. République 274, 30 octobre.

Diakhaté, Abdoulaye. 1992. L’exiguité des habitations de cité en milieu urbain, les conséquences sociales sur les enfants. Etude sur le cas de la Cité Sicap-Karack à Dakar, Dakar, ENAES [Mémoire de fin d’études, Section des Assistants sociaux].

Diallo, Nafissatou. 1975. De Tilène au Plateau : une enfance dakaroise. Dakar-Abdijan, Les NEA, 135 p.

Diarra, Abdou Karim. 1996. Rapport officiel de la Police. Criminaité en progression Le Matin, 15, 23 janvier : 2.

Diarra, Ibrahima Madeira. 1974. La prévention, comment pourrait-elle s’organiser dans une grande ville ? Dakar, ENAES, 32 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Diatta, Mamadou. 1979. La prostitution et le proxénétisme. Dakar, ENPFP, 50 p. [Mémoire de fin d’études. Section des Commissaires de police].

Diaw, Amadou Bamba. 1991. Les stratégies de survie des jeunes et enfants de la rue approche psychosociologique. Dakar, Université C. A. Diop, 74 p. [Mémoire de Maîtrise, Philosophie].

Diaw, El Hadj Mamadou. 1982. La vie du mineur délinquant en milieu carcéral. Dakar, ENAES, 25 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Diémé, Emile. 1991. La violence urbaine : aspects socio-psychologiques de la casse à Niarri Talli.

Dakar, ENAES, 61 p. [Mémoire de fin d’études. Section des Educateurs spécialisés]. Dieng, Babacar. 1996. Action sociale. Plan de solidarité avec les nécessiteux. Le Soleil 7971, 27 décembre : 10.

Dieng, I.M. 1985. Contact enfants et jeunes de la rue à Daka. Dakar, 9 p. [Jeuda, 28].

Dieng, Mamadou. 1974. Délinquance et scolarité. Dakar, ENAES, 44 p. [Mémoire de fin

d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Diongue, Cheikh Tidiane. 1975. Bana-Bana et délinquance juvénile. Dakar, ENAES, 31 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Diop, Demba. 1981. Protection de l’enfance délinquante et en danger. Interaction du judiciaire et l’éducatif. Dakar, ENAES, 66 p. [Mémoire de fin d’édudes, Section des Educateurs spécialisés].

Diop, Khady. 1979. Mass média et délinquance juvénile Dakar. ENAES, 36 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Diop, Marième. 1991. La profession d’Assistant social : des assistants jugent leur métier. Dakar, ENAES, [Mémoire de fin d’études, Section des Assistants sociaux].

Diop, Momar-Coumba et Diouf Mamadou. 1990. Le Sénégal sous Abdou Diouf, Etat et société. Paris, Karthala.

Diop, Momar-Coumba. 1995, L’administration sénégalaise et la gestion des fléaux sociaux. L’héritage colonial. Dakar, 17 p. [Communication au Colloque sur la Commémoration du centenaire de la création de l’AOF, Dakar, 16-23 juin].

Diop, Momar-Coumba. 1996. La lutte contre la pauvreté à Dakar. Vers la définition d’une politique municipale. Dakar, Programme de Gestion urbaine, 195 p. [Série Documents de Politique].

Diop, Papa Aly. 1978. Les talibés et la délinquance juvénile. Dakar, 1978, 36 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécalisés].

Diop, S. 1990. Set-Setal : le message à facettes multiples. Le Témoin 19, 4 décembre : 4.

Diop, Satako. 1981. L’alcoolisme à Dakar. Dakar, Centenaire de la création de l’AOF. Dakar, 16-23 juin], ENPFP, 68 p. [Mémoire de Fin d’Etudes, Section des Commissaires de police].

Diop, Sidy. 1995. Des comités vigilants. Le Soleil 7 563, 21 août : 10.

Diop, Sidy. 1995. Etre jeune à Thiaroye. Le Soleil 7 563, 21 août : 7 et 10.

Diouf, Badara. 1983. Les chemins sans issue de la délinquance juvénile. Un mal sénégalisé. Le Soleil 4 056, 3 novembre : 4.

Diouf, Badara. 1983. Les chemins sans issue de la délinquance juvénile. Du vide social à la chute.

Le Soleil, 4 057, 4 novembre : 2. Diouf, Badara. 1989. Délinquance de foule. Plus de 3 000 casseurs inculpés. Le Soleil 5 686, 28 avril : 7.

Diouf, Badara. 1992. L’univers sanglant des ‘Fakhman’. Le Soleil 6 711, 14 octobre : 8-10. Diouf, Mamadou. 1992. Fresques murales et écriture de l’histoire. Politique africaine 46, juin : 41-54.

Dioum, Abdoulaye. 1981. Les stupéfiants au Sénégal. Dakar, ENPFP, 92 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Commissaires de police].

Djigo, Hamidou. 1981. La violence au Sénégal. Dakar, ENPFP, 49 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Commissaires de police].

Dramé, Pape Sanor. 1989. Pillage des boutiques de Maures. Les voleurs toujours sur la brèche. Le Soleil 5 683, 25 avril : 9.

ENDA. 1985. Perspectives d’appui aux jeunes de la rue… à Abidjan, Dakar et Kinshasa. Dakar, 4 p.

ENDA. 1985. Quel avenir pour l’enfant africain ? (Session de réflexion). Dakar, 30 p.

ENDA. 1986. Media et Jeunes de la rue. Dakar, 4 p.

ENDA. 1990. Enfants en situation difficile. Quelques axes de réflexion. Dakar, 18 p. [Jeuda, 77].

ENDA. 1990. Enfants et jeunes dans les villes. Perspective triennale 1991-1993. Dakar, 36 p. [Jeuda 78].

ENDA. 1992. Le droit de l’enfant. Dakar 27 p. [Jeuda, 84].

ENDA. 1994. Spécial 1er Mai 1994 (fête du travail). Lettre de la rue, 11 juin : 14.

ENDA. 1994. Un exemple d’évaluation participative à Bamako, Dakar et Ziguinchor : Dakar, 27 p. [Jeuda, 91].

ENDA. 1996. Programme régional de formation des Animateurs urbains en Afrique francophone et lusophone. Dakar, 30 p. [Jeuda, 79]. Fall, Abdou Salam. 1996. Approche sociologique de la prostitution [Rapport de recherche pour AIDSCAP] Doc. multigr.

Fall, Abdourahmane et Ly, Dieynaba Diallo. 1992. Les auteurs d’infanticide à Dakar avant et après le crime Dakar, ENAES, 97 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Assistants sociaux].

Fall, Mamadou. 1979. Autorité parentale et délinquance juvénile. Dakar, ENAES, 21 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Faye, Abdallah. 1979. Face à la délinquance dure : l’éducation surveillée en question. 1195 mineurs délinquants recensés en 1977. Le Soleil 2 664, 8 mars : 3.

Faye, Georges André. 1977. Les ‘grands ensembles’ et la délinquance juvénile : l’exemple de Pikine-Guédiawaye. Dakar, ENAES, 53 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Faye, Marie Iba. 1983. La prostitution à Dakar. Dakar, ENAES, 37 p. [Mémoire de Fin d’études, Section des Assistants sociaux].

Faye, Modou Mamoune. 1989. Après le pillage des boutiques de Maures. Opération grottes – 96 délinquants arrêtés, Le Soleil, 5 685, 27 avril : 2.

Faye, Ousseynou. 1989. L’urbanisation et les processus sociaux au Sénégal. Typologie descriptive et analytique des déviances à Dakar, d’après les sources d’archives, de 1885 à 1940. Dakar, Université C. A. Diop, 648 p. [thèse de Doctorat de 3e cycle, Histoire].

Faye, Ousseynou. 1993. Un aspect négligé de l’histoire sociale de la colonisation : les domestiques dans la vie de relation à Dakar de 1885 à 1940. Etude d’un salariat urbain à la périphérie du monde du travail. Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, 23 : 79-95.

Faye, Ousseynou et Thioub, Ibrahima. 1996. L’Etat et les marginaux à Dakar, Dakar, 25 p. [à paraître].

Faye, Saliou, Sall, Sileymane Demba et Traoré Assane. 1993. Les mutations socio-économiques de la famille urbaines : le cas d’un quartier de la Médina de Dakar. Dakar, ENAES, 89 p [Mémoire de fin d’études, Section des Assistants sociaux].

Gaye, Gustave Thomas. 1995. Enfants et jeunes de la rue à Thiès : les Faqmaan. Stratégies de survie et facteurs psycho-affectifs. Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Mémoire de maîtrises, 129 p.

Gning, Mamadou. 1985. Délinquance juvénile féminine au Sénégal et perspectives de création d’une institution spécialisée pour jeunes filles. Dakar, ENAES, 39 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Gomez-Perez, Muriel. 1994. L’Islamisme à Dakar : d’un contrôle social total à une culture du pouvoir ? Afrika Spectrum 29, 1 : 79-98.

Gourge, Gérard. 1955. Le problème de la délinquance juvénile et l’institution du juge des enfants. Haïti, Imprimerie de l’Etat, 168 p.

Guèye, Abdoul Karim. 1995. Bibliographie annotée sur l’enfance. Dakar, CODESRIA, 82 p.

Guèye, Iba. 1990. Saccage de bars. La fièvre du samedi soir. Sud-Hebdo 104, 10 mai : 5.

Guèye, Ousseynou. 1990. Jeunes de la rue. Radioscopie d’une délinquance. Wal Fadjri 208, 20-26 avril : 6.

Hanck, Charles et Dieng, I.M. 1980. Nouveaux opiums pour la jeunesse dakaroise. Environnement africain 14-15-16, vol IV, 2-3-4 : 503-510.

Henaine, Joseph. 1979. Système éducationnel et délinquance juvénile au Sénégal, en l’occurence à Dakar. Dakar, ENAES 18 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Hugo, Simone. 1968. Le problème de la délinquance juvénile à Dakar. Dakar, Université de Dakar, 334 p [Thèse de Doctorat de 3e cycle, Psychologie].

Ibou. 1989. L’enfant de la rue. Sopi 88, 21 juillet : 2.

Ion, Jacques et Tricart, Jean-Paul. 1987. Les travailleurs sociaux. Paris, La Découverte, 127 p

Kane, Mouhamed Mouhiddine. 1988. Image des bidonvilles, de la population marginale et des jeunes délinquants dans la presse dakaroise. Dakar, 15 p. [Jeuda, 16].

Ly, Arame Souhadou. 1985. Contribution à l’examen du problème de la réinsertion sociale des jeunes Délinquants. Dakar, ENAES, 59 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Magassouba, Moriba. 1985. L’Islam au Sénégal : demain les mollah ? Paris, Karthala, 211p. [Les Afriques].

Mané, Ibrahima. 1994. 700 enfants et jeunes difilent à Dakar. Le Témoin 194, 5-9 mai : 5.

Mané, Marie Elisabeth. 1980. Le rôle du centre de sauvegarde dans la prévention. Dakar, ENAES, 37 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Mbaye, Serigne Mor. 1994. Fakhman Mohamed, je t’aime. Sud Quotidien, 26 janvier 1994.

Mbengue, Magatte. 1980. L’observation et la rééducation dans les perspectives du milieu ouvert au Sénégal. Dakar, 42 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Mbodj, Seynabou. 1994. Les marginaux en première ligne. Wal Fadjri 639, 3 mai : 5.

Mbodj, Seynabou. 1996. Insuffisance alimentaire. Un trou dans le ventre. Wal Fadjri. 1375, 16 octobre : 6.

Mendy, Henri. 1969. Les problèmes de la jeunesse délinquante, enfance inadaptée et développement. Sénégal d’Aujourd’hui, décembre : 17-23.

Ministère de la Femme, de l’Enfant et de la Famille. 1996. Plan d’action de la Femme, décembre, 126 p.

Monkangui, Monike Monkangui. 1984. Le divorce : conséquences sociales et méfaits à Dakar département, Dakar, ENAES, 48 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Nanitelamio, Jeanne. 1996. Etude sur les enfants de la rue au Sénégal. Enquête qualitative. Rapport final. Dakar, UNICEF, 112 p.

Nare, Zoë Christine. 1985. Délinquance juvénile à Dakar. Dakar, 14 p. [Jeuda, 12].

Ndao, El Hadj Alioune. 1983. Jeunesse et toxicomanie : l’exemple de Pikine – Guédiawaye. Dakar, ENAES, 25 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Ndao, Jacques Daniel. 1982. Le tribunal pour enfants au Sénégal. Dakar, ENAES, 27 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Ndao, Makhtar. 1987. Enfants et jeunes de la rue dans la commune de Dakar : problématique de l’animation de rue. Dakar, ENAES, 59 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Ndiaye, Alioune. 1981. La double fonction de l’éducateur spécialisé en milieu ouvert au Sénégal. Dakar, ENAES, 32 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Ndiaye, Babacar. 1980. Délinquance juvénile, famille, école et société. Intersection et complémentarité. Dakar, ENAES, 28 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Ndiaye, Baudin A. 1973. En direct avec… l’ASERJ. Pour le mineur délinquant, il n’y a pas de place dans les entreprises sénégalaises. Le Soleil 864, 7 mars : 4.

Ndiaye, Fatima Moctar. 1981. Le rôle du centre d’internement des mineurs dans la rééducation des mineurs délinquants. Dakar, ENAES, 37 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Ndiaye, Mamadou Moustapha. 1979. Des ‘fléaux sociaux’ aux ‘encombrements humains’ : essai d’approche de l’évolution de la sensibilité aux questions sociales à travers la presse quotidienne. Dakar, Université de Dakar, 178 p. [Mémoire de Maîtrise, Sociologie]

Ndiaye, Mansour Malick. 1995. Enfants en situation particulièrement difficile : les talibés mendiants à Dakar. Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 81 p. [Mémoire de maîtrise, sociologie].

Ndiaye, Massamba. 1981. La délinquance au quartier de Médina : causes socio-économiques de la délinquance. Dakar, ENPFP, 74 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Commissaires de police].

Ndiaye, Mbaba Coura. 1974. L’importance des facteurs sociaux, économiques et familiaux dans la délinquance juvénile. Dakar, ENAES, 11 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Ndiaye, Monique. 1993. La gestion de la sexualité chez les jeunes de Gibraltar 1 et de la Cité Aliin Sitooye Jaata Dakar. Dakar, ENAES, 114 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Assistants sociaux].

Ndiaye, Mouhamadou K. 1996. Enfants de la rue. La génération ‘ci biti’. Wal Fadjiri 1285, 30 juin : 5.

Ndiaye, Thierno. 1976. Monogamie, polygamie et délinquance juvénile. Dakar, ENAES, 33 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Ndour, Babou. 1980. Les bouleverssements de la société traditionnelle et la délinquance juvénile. Dakar, ENAES, [Mémoire de fin d’études, Section des Etucateurs spécialisés].

Ndour, Diène. 1982. Le chômage au Sénégal : l’exemple de Dakar. Dakar, ENAES, 30 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Ndoye, Papa Khone. 1984. Tribunal pour enfants face à la délinquance. Dakar, ENAES, 31 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Nédélec, Serge. 1992. Les enfants du gainz. Plein Sud 9, mai-juin : 7 – 9. Nesse, Yolande. 1985. L’exode rural et la délinquance féminine : l’ensemble de Khar Yalla. Dakar, ENAES, 45 p. [Mémoire de Fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Rebondo, Agnès-Hortense. 1982. La démission parentale dans un centre urbain : cas de Dakar. Dakar, ENAES, 29 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Assistants sociaux].

Robert, Phillipe. 1966. Les bandes d’adolescents. Paris, Les Editions ouvrières, 987 p.

Sagna, Mbaye Thierno. 1995. La problématique de la prise en charge judiciaire et éducative des enfants en conflit avec la loi au Sénégal. Dakar, ENTSS, 39 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Sakho, Ibrahima. 1996. HLM Patte d’Oie-Grand Yoff. Quatre jours de rixe. Wal Fadjri 1325, 19 août : 6.

Sakho, Ibrahima. 1997. Chiffres de la criminalité. Entre voleurs, criminels, escrocs. Wal Fadjri 1457, 23 janvier : 6.

Sall, Serigne Mbaye. 1996. Délinquance. Le tiers des détenus a moins de 25 ans. Wal Fadjri 1354, 21-22 septembre : 3.

Samb, Amar. 1973. Matraqué par le Destin ou la vie d’_un Talibé. Dakar, NEA, 200 p.

Sankharé Mohamed. 1992. ‘Février 1988’ : de l’urbain au national. Analyse du processus de transformation d’un phénomène scolaire urbain en un problème socio-politique national. Dakar, INSEPS, 80 p. [Etudes].

Sarr, Mamadou. 1982. Essai d’investigation sur le problème de la drogue en milieu scolaire. L’exemple de trois lycées de Dakar). Dakar, ENAES, 34 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Seck, Adama. 1981. La mineure en danger moral dans le quartier d’Arafat. Dakar, ENAES, 61 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Seck, Farba. 1982. La délinquance des mineurs dans la région du Cap-Vert. Dakar, ENPFP. 58 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Commissaires de police].

Seck, Mouhamed Toulba. 1982. L’enseignement coranique au Sénégal : le problème des talibés. Dakar, ENAES 33 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Sénégal, République du/UNICEF. 1993. Analyse de la situation de l’Enfant et de la Femme au Sénégal. Dakar, 172 p.

Serigne Bass. 1989. La Révolution vandale de 1989. Sopi 67, 5 mai : 8.

Signaté, Adama. 1995. Analyse de la prise en charge de l’enfance défavorisée dans l’environnement infra-urbain de Thiaroye- Diamaguène : exemple de la collaboration AEMOL Village pilote. Dakar, ENTSS, 58 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Soumah, Rose. 1984. Délinquance juvénile et incarcération à Dakar. Dakar, ENAES. 69 p.

[Mémoire de fin d’études, Section des Assistants sociaux].

Soumaré, Niaky. 1974. Le rôle de l’éducateur spécialisé dans la socialisation des jeunes inadaptés. Dakar, ENAES, 20 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Sow, Abdoulaye. 1977. Pour une prévention efficace de la délinquance juvénile dans nos villes. Etude descriptive et critique du centre de sauvegarde de Pikine et son environnement. Dakar. ENAES, 19 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Sow, M.. 1984. Su Suuf sedde l’échec. Dakar, 108 p. [Etudes et recherches, 93].

Sy, Harouna. 1984. De la violence urbaine (Dakar-Pikine-Guédiawaye-Thiaroye). Cadre géographique. Aspects criminogèes et approche quantitative du phénomène. Université de Dakar, Faculté des Lettres et Scienbces Humaines, Mémoire de maîtrise, 153 p.

Sy, Sadibou. 1989. Des jeunes de la rue à Thiès, les Faq-Man. Dakar, ENAES, 78 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Sylla Mamadou. 1996. Mbeubeuss ou le martyre des enfants. Le Témoin, 304, 25 juin – 1er Juillet : 6.

Sylla, Asane. 1976. Le vagabondage des mineures à Pikine- Guédiawaye, Thiaroye Gare. Dakar, ENAES, 38 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Tall, Fatou. 1981. Les talibés et la délinqance juvénile. Dakar, ENAES, 32 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Tall, P. A et Terenzio F. 1986. Loxo Ci poos par la troupe. Defar sa Rew les jeunes de la rue jouent leur vie quotidienne). Dakar, 18 p. [Jeuda, 38].

Tall, Papa Abdou. 1986. Copines de la rue à Dakar. Dakar, 18 p. [Jeuda, 46].

Térenzio, F. 1985. Appui à l’émergence d’une culture urbaine des jeunes. Dakar, 23 p. [Jeuda, 32].

Térenzio, F. 1987. Agir sur l’opinion publique et sur les décideurs, en faveur des gosses des rues. Dakar. 9 p. [Jeuda, 54].

Thabard, Isabelle. 1979. Quelles approches de la délinquance juvénile en Afrique ? Dakar, 51 p. [Jeuda, 19].

Thiam, Astou Mbène. 1981. Rôle et portée de l’AEMO dans la prévention de la délinquance juvénile. Dakar, 33 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Thioune, Ousmane. 1980. L’éducation surveillée au Sénégal. Dakar, Université de Dakar, 113 p. [Mémoire de Maîtrise, Sociologie].

Touré, Fodé. 1978. ‘Les encombrements humains’ et la délinquance juvénile au Cap-vert. Dakar, ENAES, 30 p. [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Wade, Moustapha. 1981. La délinquance juvénile à Pikine. Les causes socio-économiques de la délinquance. Dakar, ENPFP [Mémoire de fin d’études, Section des Commissaires de police].

Werner, Jean-François. 1993. Marges, sexe et drogue à Dakar. Enquête ethnographique. Paris, Karthala-Orstom, 292 p.

Youm, Mohamed. 1978. Le rôle du Centre de triage de Thiaroye dans la prévention de la délinquance infanto-juvénile. Dakar, ENAES, 42 p [Mémoire de fin d’études, Section des Educateurs spécialisés].

Notes

1 La création romanesque s’intéresse au problème de la marginalité juvénile. Parmi les auteurs qui y font allusion, le nom de Nafissatou Diallo (1975) est à retenir car on trouve dans son roman autobiographique des informations sur les cinéphiles délinquants à Dakar au temps de la colonisation. Sow (1984) quant à lui, a consacré une production romanesque à l’itinéraire qui mène à la délinquance. Les productions de cinéastes comme Djibril Diop Mambéty ont contribué à sensibiliser l’opinion publique locale sur les pathologies sociales en milieu jeune et sur les angoisses existentielles qui se manifestent au sein de ce groupe social. Des films comme Bako et Touki Bouki rendent compte des fortes tendances des jeunes désœuvrés à recourir à la drogue ou à l’émigration.

2 Le second établissement se présente comme le lieu de production de l’écrasante majorité de ces textes. Les cadres de la police ont apparemment accordé moins d’intérêt au thème de notre réflexion.

3 Cf. Chavent (1988), Diaw (1991), Diop (1995), Faye (1989), Gaye (1995), Ndiaye (1995) et Sy (1984).

4 Voir la bibliographie. La monographie de Tall (1981), qui ne comporte aucune enquête, reproduit des idées reçues sur ces élèves de l’enseignement religieux.

5 Fall et Ly (1992) étudient les auteurs d’infanticide. D’autres travaux se penchent sur la sexualité, pour faire ressortir des aspects comme le rôle de la mère dans l’éducation sexuelle de la fille, la fréquence et l’ancienneté des liaisons intimes, le niveau de culture, la représentation du sexe masculin avant et après la grossesse non désirée. Voir Cissé (1995) et Ndiaye (1993).

6 Entre 1988 et 1991, la presse s’est moins intéressée à l’élève de l’école coranique et à d’autres jeunes comme les cireurs, laveurs, rabatteurs, etc.

7 Dieng (1978), Dioum (1981), Ndao (1983), Sarr (1982) et Sow (1976) traitent du phénomène de la consommation de la drogue chez les jeunes chômeurs, élèves de Dakar et de sa banlieue. Les développements de Hanck et Dieng (1980) et Nédélec (1992) informent sur les nouvelles toxicomanies.

8 Voir Diop (1991) et Ndiaye (1981).

9 Il s’agit de Cissokho (1995). Toutefois, l’intervention des ONG figure en bonne place dans les développements de Signaté (1995).

10 Cf. les références bibliographiques portant la mention Jeuda.

11 En apparence, la presse s’est peu intéressée au thème de la réaction sociale. Les quatre textes les plus intéressants que nous avons recensés abordent la rééducation, le placement en entreprise et l’encadrement des mouvements associatifs de jeunes : Bass (1972), Faye (1979), Mendy (1969) et Ndiaye (1973).

12 Voir par exemple : Diop (1979), Fall et Diallo (1992), Faye (1983), Hugo (1968), Ndour (1980), Seck (1982), Soumah (1984), Sylla (1976).

13 Exemples de Diémé (1991), et Seck (1980).

14 Cf. Gaye (1995 : 70-77) et Nare (1985 : 8-10).

15 Elle est étudiée largement, pour la banlieue de Dakar, par Monkangui (1984). Hugo (1968 : 97-107) fait des développements intéressants sur la dissociation familiale.

16 Ndiaye (1976) étudie le rôle et la place des unions monogamique et polygamique dans le déclenchement de la délinquance juvénile.

17 Voir Rebondo (1982) qui s’intéresse à la démission des autorités parentales.

18 Lire, entre autres analyses, Diop (1978), Henaine (1979), Ndour (1980) et Seck (1981). Ces évolutions constitutives du processus d’urbanisation sont à prendre en compte pour comprendre l’opinion faisant de la ville ‘une fabrique d’enfants en difficulté’ (ENDA Tiers Monde Jeunesse Action 1991, Jeuda, 79).

19 Cf. Faye (1983), Hugo (1968), Nare (1985), Ndour (1980).

20 Diop (1979) appelle cela ‘effet d’identification’

21 Lire Ndour (1982).

22 Ces représentations touchent, de plus en plus, des quartiers résidentiels regardés autrefois comme des espaces habités par des citadins nantis. La retraite, qui a sonné pour beaucoup de propriétaires des maisons de ces lieux (qui correspondent aux lotissements dénommés Sicap-Liberté, Sicap-Dieuppeul, Point E), et le chômage massif des jeunes, contribuent à accélérer la dégradation des conditions de vie et à accréditer l’idée selon laquelle ces cités sont devenues des micro-Mezzogiorno.

23 Diémé (1991 : 5) voit dans la période 1960-1988 un moment marqué par la prédominance de la violence scolaire et estudiantine. Jet de pierres, agressivité du discours écrit et oral, lynchage de condisciples ‘défaillants’ lors des grèves, incendies de biens automobiles et immobiliers en sont les principales formes d’expression.

24 Parallèlement, une étude qualitative a été menée pour le compte de l’UNICEF par une psychologue (Nanitelamio. 1996).

25 Les caractéristiques du système d’information peuvent être ainsi résumées : inefficacité, utilisation insuffisante des systèmes d’information disponibles, lenteur dans la mise à disposition des données statistiques, collecte non appropriée de l’information.

26 Substantif tiré du nom d’une bande d’adolescents anglais, les Teddy Boys. Blousons noirs, Raggare, Tsotsi, Bodgies, Mambo Boys, Stiliagin sont les appellations qu’on retrouve respectivement dans l’histoire de la marginalité juvénile en France, en Suède, en Afrique du Sud, en Australie, au Japon et dans l’ex-URSS (Robert 1966, Youm 1978).

27 Exemple du Club des Boys Waga de Fass III à Thiaroye (Sylla 1976), des Bad Boys et celui des Pirates du quartier Niarri Tally (Diémé 1991).

28 Le terme de faqmaan est revendiqué comme archétype du jeune délinquant. Ce vocable tiré du mot Wolof faq (arracher, s’arracher, (s’) extraire) et du mot anglo-saxon man (homme) traduit l’option de la marginalité sociale comme voie d’accomplissement. Pour les lectures étymologiques, voir Diouf (1992), Gaye (1995) et Sy (1989).

29 Boy Thiaroye, Boy Kaolack, Boy Sinois, Boy Bambara, etc., sont des appellations courantes (Sylla 1976).

30 Voir, entre autres travaux sur les fonctions de la bande, Cissé (1976), Ndiaye (1974), Robert (1966).

31 Il s’agit d’un pari où le client est invité à identifier parmi trois cartes étalées celle qui est retenue par l’organisateur de l’exercice ludique comme étant la référence. Celui-ci compte récupérer la mise de celui-là en trompant sa vigilance par une manipulation rapide et habile des cartes.

32 Sy (1989) rend bien compte de la trajectoire des faqmaan. Il distingue une phase d’évolution de ceux-ci à Dakar de 1978 à 1981, puis à Thiès, à partir de cette dernière date, et montre que le mot a été importé dans cette dernière ville par des commerçants établis auparavant au marché Ndiobène Taye de Thiaroye. Le phénomène faqmaan a ensuite gagné d’autres villes grâce à la route et au rail. Saint-Louis est, par exemple, atteint en 1984 (Diagne 1995). Gaye (1995) a donné une description détaillée du vécu des faqmaan de Thiès organisés dans les bandes contrôlant le marché central et la gare routière.

33 Ndao (1987) retrace, avec minutie, la journée du jeune de la rue appartenant à l’une des bandes du Plateau. Gaye (1995) a en fait de même avec les faqmaan de Thiès.

34 Voir Dioum(1981) Ndao(1987), Ndiaye(1976), Nédelec(1992), Sarr(1982), Seck (1982), Sy (1989), Sylla (1976).

35 Le vol comme acte rituel d’initiation existe chez les Balant Manooj de Guinée-Bissau. Cf. Faye 1989.

36 Cet ethnonyme se retrouve en Guinée-Conakry. Susu et Fulbe du Fuuta Jalon sont les groupes ethniques d’origine de la majorité des migrants guinéens qui choisissent Dakar comme foyer d’accueil.

37 Lire les développements de Hugo (1968) et Robert (1966 : 108-123).

38 Buujumaan vient de l’addition des mots buuj (huître) et maan (homme). Il désignait, au départ, les jeunes récolteurs d’huîtres de Mbour. Ce vocable imagé renvoie donc aux ‘collecteurs’ des déchets recyclables.

39 Situé à une vingtaine de kilomètre de Dakar, ce dépotoir accueille mensuellement 100 000 mètres cube d’ordures (Sylla, 1996). La récupération de ces déchets et leur recyclage dans les circuits de l’économie populaire urbaine font partie des activités de survie de certains groupes. Ce recyclage est effectué dans des villages de récupérateurs installés à proximité de la décharge. Des recycleurs ambulants procèdent également à la récupération, directement dans les quartiers. Ces activités présentent des risques importants non seulement pour les chiffonniers mais aussi pour les populations dans la mesure où les objets récupérés reviennent en ville à travers les circuits de l’économie dite populaire. On voit ainsi l’énorme problème posé par la gestion des déchets des hôpitaux.

40 ibidem.

41 Voir la typologie faite par ENDA (1990 :77).

42 Lire par exemple, Diop (1978), Ndiaye (1995) Ndour (1980), Samb (1973), Seck (1982), Tall (1981).

43 M. Jackson et M. Tyson sont les vedettes les plus en vue.

44 Beaucoup de groupes de rap ont été créés à la suite du succès sur la scène internationale des rappeurs locaux organisés dans l’orchestre dénommé Positive Black Soul.

45 Il diffère du loxomaan (terme construit à partir du mot wolof loxo-la main) qui commet le vol en introduisant la main dans les poches des habits de ses victimes.

46 Sur la précocité de la maternité, cf. Cissé (1995), Fall et Diallo (1992), Ndiaye (1993).

47 Lire Cissé (1995) Fall et Diallo (1992).

48 Avec ces développements, nous tenons à tempérer l’affirmation de Bâ (1996) selon laquelle les parents battus sont des individus aisés qui ont témoigné trop d’amour à leurs enfants en déployant les moyens financiers nécessaires à la satisfaction des caprices répétés de ces derniers.

49 Nous reproduisons l’expression de Bass (1989) qui a été probablement influencé par les préparatifs du bicentenaire de la Révolution française de 1789.

50 Elles sont désignées sous le vocable wolof de Set Setal. Voir, entre autres textes, Diouf (1992), Diop (1990).

51 Exemple de celui de Richard-Toll créé en 1912 et dont la mission consiste à accueillir et à parfaire la « rééducation » offerte aux mineurs ayant une « bonne conduite » lors de leur séjour aux pénitenciers de Thiès et de Bambey. Ce dernier a été créé en 1916.

52 Cf l’étude de Bâ (1980).

53 Mané (1980), Sow (1977).

54 Diaw (1982), Ndiaye F. (1981) et Soumah (1984). C’est en 1965 qu’y a été redéfinie la mission de cet établissement pénitentiaire.

55 Voir Youm (1978) qui étudie la fonctionnalité de cette institution depuis 1972, date de sa création. On notera que le CAOMI de Cambérène s’est vu assigné la même mission pendant la préparation et le déroulement du 1er Festival Mondial des Arts Nègres de 1966.

56 Cf. Ion et Tricart (1987) qui donnent des informations sur la gestion du travail social en France.

57

58 Enquête du 07 septembre 1996 au Centre de Sauvegarde Pikine.

59 Le mouvement Sopi (mot signifiant changement en Wolof) a traduit une forte aspiration au mieux-être et une profonde aversion vis-à-vis du déficit démocratique du jeu politique sénégalais. Militants de partis d’opposition et syndicats autonomes, étudiants et élèves mobilisés dans les luttes corporatives de 1987 et 1988, autres acteurs de la société dite civile ont porté le flambeau de la lutte pour le Sopi.

60 Voir Diop (1996).

61 ENDA 1990, Jeuda, 78.

62 Lire Lettre de la rue 1994, 11 : 14.

63 ENDA 1992, Jeuda, 84.

64 ENDA 1994, Jeuda, 91.

65 Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Education Active. Entretien du 25 octobre 1996 au quartier Cheikh Wade avec M. Mady Bâ, Secrétaire Général du Bureau Exécutif de Jamono Action et Développement et Président de la Commission culturelle de la Section Sports et Culture de Jamono Action et Développement.

66 Cf. Soumah (1984).

67 Les démarches effectuées ne nous ont pas permis d’avoir des informations suffisantes sur l’exécution dudit programme.

68 Cette version, fournie par Ass Yaba Ngom, le Président du GIE, lors de la rencontre du 6 novembre 1996 reste à vérifier. La politique de charme en direction des jeunes, lancée depuis mars-avril 1988, par les autorités gouvernementales et municipales, incite à la considérer comme un propos probablement tenu par une autorité édilique au cours des rencontres avec des représentants d’associations de jeunes.

69 Tall et Terenzio (1986).

Table des illustrations

Titre Tableau n°1. Répartition des enfants selon l’âge et le sexe
Légende Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/852/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau n°2. Répartition des enfants selon l’ethnie et l’âge
Légende Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/852/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Tableau n°3. Répartition des enfants selon l’apprentissage d’un métier et la situation familiale
Légende Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/852/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau n°4. Répartition des enfants selon certaines caractéristiques familiales
Légende Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/852/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Tableau n°5. Répartition des enfants selon la nature des difficultés rencontrées
Légende Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/852/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Tableau n°6. Répartition des enfants selon certaines caractéristiques de santé et de nutrition
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/852/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Tableau n 7. Répartition des enfants selon certaines caractéristiques socio-démographiques
Légende Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/852/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Tableau n 8. Répartition des enfants selon la consommation de cigarettes ou de drogue
Légende Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/852/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau n 9. La sexualité des enfants de la rue
Légende Source : Direction de la Prévision et de la Statistique, 1996
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/852/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 378k

© IFRA-Nigeria, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Place des libraires