Version classiqueVersion mobile

Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique / Youth, Street Culture and Urban Violence in Africa

 | 
Georges Hérault
, 
Pius Adesanmi

Nairobi. Les gangs de la rue en direct

Deyssi Rodriguez-Torrès

Texte intégral

Présentation

  • 1 World of Work n°11, 1995.

1Fin 1994, environ 1,3 milliard de personnes dans le monde vivaient dans la pauvreté absolue : 50 % en Asie du Sud, 25 % en Asie de l’Est et 16 % en Afrique.1 Si on tient compte du fait que sur les 43 pays les moins développés, en termes d’indices de pauvreté, 32 se trouvent en Afrique subsaharienne, on constate que la pauvreté extrême est concentrée principalement sur ce continent. En effet, la majorité des pays africains se situent au bas de l’échelle de l’indice de développement humain.

2La pauvreté, l’exclusion et la marginalisation, sont des phénomènes qui se manifestent, actuellement, dans de larges secteurs de la population mondiale, urbaine et rurale. Ces phénomènes génèrent des tensions, des conflits et des déstructurations au sein des communautés qui les subissent. Les plus touchés par ce fléau social sont justement les groupes les plus vulnérables de la société et, parmi eux, les jeunes et les enfants qui doivent lutter avec les ‘moyens du bord’pour leur droit à une place dans la société ou tout simplement pour leur survie.

  • 2 Par exemple, selon des statistiques mondiales, 20 % des mères célibataires se trouvent dans sept p (...)
  • 3 Des millions de femmes ont aujourd’hui une responsabilité de chef de famille. C’est le cas dans un (...)

3Il y a plusieurs raisons avancées comme étant à l’origine de l’augmentation du nombre des enfants de la rue et des jeunes délinquants. L’existence du phénomène lui-même indique, d’une part, que les problèmes économiques se sont aggravés et que la société pauvre se paupérise davantage. A partir des années 80 l’Afrique connaît une récession économique importante et la paupérisation s’accélère avec les effets directs ou indirects des plans d’ajustement structurel. Le chômage augmente, le coût de la vie monte, l’accès aux ressources se fait de plus en plus difficile. Par ailleurs, la culture traditionnelle s’estompe, des transformations profondes affectent la société, et la famille, surtout urbaine, doit faire face à une nouvelle culture de l’individualisme. Dans cette logique, un autre phénomène émerge, l’éclatement de la famille qui engendre l’apparition d’une nouvelle catégorie sociale : celle des mères célibataires,2 donc de femmes chefs de famille.3

  • 4 ECA, 1994, Third African Population Conference, vol.1, E/ECA/POP/APC3, United Nations Economic Com (...)
  • 5 On estime qu’environ 50 % de la population de Nairobi vit dans les bidonvilles. Les squatters sont (...)

4L’apparition de cette nouvelle catégorie sociale résulte de nombreuses causes : la séparation des parents due aux migrations rurales-urbaines, la mort du père ou son abandon de la famille, les divorces, etc. Une autre situation concerne l’initiation précoce des filles célibataires à la vie sexuelle et, partant, à la maternité (phénomène courant à Mathare Valley, le plus grand bidonville de Nairobi et de l’Afrique de l’Est). La migration, la polygamie et les hauts taux de mortalité masculine, sont aussi tenus comme responsables de l’augmentation du nombre de femmes chefs de famille qui peut atteindre 35 % au Kenya.4 Ces femmes ont une position inférieure car elles n’ont pas de droits, surtout à la terre, et doivent vivre dans des bidonvilles, principaux lieux d’origine des enfants de la rue de Nairobi.5

  • 6 C.B. Lloyd, 1995, Household Structure and Poverty. What are the connections ?. The Population Coun (...)
  • 7 A titre d’exemple : 7 millions d’enfants, abandonnés et sans appui familial, travaillent tous les (...)
  • 8 Au Kenya, on estime qu’il existe environ 500 000 enfants qui ne vont pas à l’école et qui peuvent (...)

5Il existe une relation étroite entre pauvreté et femme-chef de famille : les mères qui vivent seules avec leurs enfants sont plus désavantagées que celles qui vivent dans une famille nucléaire.6 Le grand nombre de foyers entretenus à Nairobi par des femmes dans des situations de pauvreté absolue est en relation directe avec l’acuité des problèmes d’éducation des enfants ou de leur simple survie. Seules et pauvres, les femmes n’ont les moyens, ni culturels ni économiques d’accéder à la terre ou à l’emploi ; en conséquence, les maigres ressources du foyer le rendent d’une précarité extrême dont les enfants font les frais. Il ne s’agit pas d’une concurrence homme-femme qui permettrait de montrer que c’est la présence d’un homme chef de famille qui détermine le bien-être des enfants ; il s’agit plutôt d’une réalité d’exclusion économique qui, aggravée par les changements produits dans la société, ne favorise guère la situation de la majorité des pauvres urbains. Ce processus ne peut qu’entraîner une marginalisation plus poussée et enfoncer davantage les familles pauvres dans la misère. Une des conséquences de la pauvreté endémique qui frappe de nombreux pays du sud,7 est l’abandon des enfants à eux-mêmes, c’est-à-dire, l’augmentation du nombre d’enfants et de jeunes de la rue. Cette constatation s’applique également à la réalité de Nairobi où de nombreux enfants se retrouvent à la rue à la recherche de moyens légaux ou illégaux de survie.8 Quand il s’agit de moyens illégaux, l’insécurité grandit, la violence urbaine s’accroît.

  • 9 Nous définissons les enfants/jeunes de la rue comme étant ceux qui n’ont plus de liens avec leur f (...)

6Les causes de l’augmentation du nombre d’enfants et de jeunes de9 la rue à Nairobi soulève de nombreuses questions et d’autres aussi se posent autour des liens entre jeunesse et délinquance, jeunesse et violence urbaine. Quelles sont les raisons qui ont provoqué la poussée du phénomène ? Ces enfants et ces jeunes de la rue, exclus du système scolaire et du cadre des relations familiales, connaissent-ils une socialisation particulière produite par la rue ? Comment ces enfants abandonnés par la société et la famille assument-ils leur misère économique et affective ? Quel est leur rôle économique au sein du groupe qu’ils forment, leur proximité avec la délinquance et leur trajectoire dans la violence urbaine ? Quelle est leur situation juridique ? Quels moyens ont-ils pour faire face à la justice, à la police, quand ils sont appréhendés dans la rue ? Peut-on dire que ces jeunes de la rue sont en train de faire émerger une nouvelle culture urbaine, une culture propre à la rue ? Par ailleurs, quels sont les liens existant entre la pauvreté et la violence à Nairobi ?

7Ce sont certaines des questions auxquelles nous tenterons de répondre et, pour comprendre le contexte dans lequel se déroule la problématique, nous commençons cette étude par un bref aperçu de l’histoire et de l’évolution socio-économique de Nairobi. Ensuite, nous essayerons de mettre à jour les facteurs en cause dans la production d’actes de violence, en examinant la socialisation et l’intégration des jeunes de la rue par la création de gangs. Nous continuerons l’analyse en étudiant les risques physiques et environnementaux courus par tous ces jeunes dans la rue, pour ensuite essayer de conceptualiser la compréhension de leur rôle dans la violence urbaine. Nous terminerons cette étude par une description des tentatives de réinsertion entreprises par les pouvoirs publics et par les associations privées au Kenya.

  • 10 Eastleigh et Pangani sont habités par des personnes appartenant aux classes moyennes et pauvres ; (...)

8Cette étude ne prétend pas cerner exhaustivement la complexité du phénomène de la culture de la rue et de la violence urbaine à Nairobi mais elle est fondée sur des investigations menées dans quelques bidonvilles (Mathare Valley, Korogocho, Huruma State, Pangani), des quartiers populaires (Pangani, Eastleigh)10 et dans certaines rues du centre-ville. C’est dans ces secteurs que nous avons réalisé, auprès des jeunes de la rue, notre travail de terrain entre novembre 1995 et mai 1996. Nous avons interviewé 175 leaders de gangs ; ces gangs regroupent un total de 2 391 jeunes qui vivent dans la rue et qui n’ont plus d’attaches avec leurs familles. Nous avons combiné le recueil d’histoires et l’observation directe ; chaque leader contacté arrivait avec son gang ou avec une partie de celui-ci ; chaque membre du gang parlait de sa vie à lui ou à elle et nous arrivions plus tard à tenir des tables rondes sur les trottoirs, au milieu des ordures, au cours desquelles ces jeunes se sont chargé de parler de leur vie, de compléter les histoires des autres et d’exprimer, de façon collective, leurs envies, leurs exploits ou leurs chagrins. En extrapolant les estimations que nous avons faites sur le terrain, nous considérons qu’il existe au moins 100 000 enfants ou jeunes gens habitant dans les rues de Nairobi.

9Ce travail sera illustré par les récits de la vie des acteurs concernés. Nous donnons le nom de ‘jeunes’ à tous les acteurs sociaux de l’étude, filles ou garçons, sans distinction d’âge : notre travail empirique a consisté à recueillir des récits d’enfants 6 ou 7 ans aussi bien que de jeunes âgés de plus de 20 ans. Pour des raisons de sécurité, nous ne donnons pas leurs noms mais leurs initiales ; au côté de chaque initiale, entre parenthèses, nous écrivons (f) quand il s’agit d’une fille ou (g) pour un garçon, ainsi que leur âge.

10Cette étude n’aurait pu être menée à bien sans la collaboration des leaders et des membres des gangs rencontrés. Qu’ils ou elles trouvent ici l’expression de notre reconnaissance. Nous remercions aussi nos assistants de recherche kényans, principalement M. Calvin Mbugua ; sans leur aide et leur encadrement sécuritaire nous n’aurions jamais réussi à réaliser notre recherche sur un terrain aussi dangereux.

Nairobi : histoire d’une ségrégation11

  • 11 Ce développement s’inspire d’une recherche que nous avons réalisée sur l’histoire et l’évolution s (...)

11L’histoire de la ville de Nairobi commence en 1896 : il ne s’agissait alors que d’un poste de ravitaillement de la main-d’œuvre requise pour les travaux préparatoires à la construction du chemin de fer de l’Ouganda qui traversait tout le protectorat anglais. En 1899, la voie ferrée arrivait à Enkare Nairobi (« eau froide » dans la langue des masaï) et l’emplacement fut choisi pour y ériger une gare principale. Un peu plus tard, Nairobi devenait le siège de l’administration, dépôt central du chantier du chemin de fer et centre commercial.

Les dix premières années de Nairobi

12Durant cette décennie et suite à la demande de main-d’œuvre pour la construction du train, les zones d’habitation concentrées à Nairobi étaient occupées par des hommes qui travaillaient comme porteurs, commerçants ou soldats. Ces nouvelles professions correspondaient aux besoins des premiers européens établis dans le pays.

13La réglementation du droit d’habiter la ville apparaît au Kenya presque simultanément avec la naissance de celle-ci. Les centres urbains désignés étaient destinés à héberger des ressortissants étrangers, principalement les colonisateurs, mais aussi des asiatiques, en majorité indiens, avec des quartiers réservés au commerce et d’autres à l’habitat. Les rares africains qui habitaient la ville étaient ceux qui avaient un travail sur place. Ils logeaient dans des cités-dortoirs strictement encadrées et soumises, constamment, au couvre-feu.

  • 12 F. Furedi, 1990, 29, The Mau Mau War Perspective, Heinemann, Kenya, Nairobi.
  • 13 F. Cooper, 1980, From slaves to squatters. Plantation labour and agriculture in Zanzibar and coast (...)

14La délimitation des zones résidentielles et le droit à habiter la ville étaient fondés sur des lois contrôlant uniquement le mouvement des africains. Ceux-ci étaient obligés d’avoir un laissez-passer (kipande) qui servait de moyen d’identification en milieu urbain et de contrôle du travail en milieu rural. De par l’Ordonnance Urbaine (Township Ordinance) de 1902, les africains ne pouvaient rester en ville plus de 24 heures, sauf à prouver qu’ils y étaient employés.12 Ces mesures renforçaient la Loi contre le Vagabondage (Vagrancy Act) qui trouve ses origines à Mombasa en 1898, et qui a été reprise à Nairobi pour contrôler les gens qui allaient chercher du travail dans le secteur ferroviaire mais qui pouvaient ensuite l’abandonner ou en être renvoyés.13

  • 14 L’existence des bidonvilles dès le début de la période coloniale n’est donc étrangère ni au dévelo (...)
  • 15 La fabrication, la distribution et la vente de cette liqueur continue, encore aujourd’hui, à se fa (...)

15Les africains ne pouvaient habiter en ville que soumis à un contrôle extrêmement sévère alors que les pressions sur la terre en milieu rural provoquaient déjà l’exode des paysans. La présence de squatters14 urbains est cependant attestée dès le début du siècle. Le régime colonial de tenure et d’exploitation de la terre, qui ne reconnaissait aux africains aucun droit, encourageait par ailleurs une politique d’emploi au bénéfice des propriétaires européens et asiatiques. Officiellement, les africains ne pouvaient être employés que comme cheminots ou comme cuisiniers, domestiques ou jardiniers dans les maisons des européens ; dans tous les autres cas ils travaillaient dans la clandestinité, par exemple comme prostituées ou dans la distillation de la chang’aa15 (sorte de gin).

  • 16 Ces femmes africaines sont les premières autochtones à construire des maisons à Nairobi. Engagées (...)

16Les dix premières années de Nairobi peuvent donc être considérées comme celles qui ont déterminé et consolidé la segmentation spatiale, la ségrégation sociale et l’apparition d’un paysage urbain de conception occidentale. Elles déterminent parallèlement l’apparition d’une nouvelle catégorie sociale africaine, celle des femmes célibataires qui, loin de l’autorité traditionnelle, deviennent des entrepreneurs dans le secteur foncier.16

L’évolution de Nairobi de 1910 aux années 40

  • 17 T. Hirst, 1994, The Struggle for Nairobi, Majestic Printing Works Ltd., Nairobi, p.41.
  • 18 D. Etherton, 1971, Mathare Valley : A case study of uncontrolled settlements in Nairobi, Housing R (...)
  • 19 Aujourd’hui Moi air base.

17L’évolution de Nairobi se caractérise tout d’abord par sa croissance démographique. En effet, il y avait déjà en 1910 plus de 14 000 personnes habitant la ville : environ 600 européens, 3 000 indiens et 10 500 africains.17 Ensuite, par l’installation sans cesse croissante d’africains qui allaient occuper la périphérie urbaine en y construisant des quartiers informels et qui ne pouvaient habiter en ville qu’en qualité de squatters. C’est aussi à cette époque que se développe ce qui deviendra le plus grand bidonville de Nairobi : Mathare Valley. Son origine est signalée en 1919,18 quand cette zone commence une existence semi-urbaine avec l’établissement d’une caserne.19

  • 20 Ces règlementations ont renforcé l’image des indiens qui, comme les européens, étaient perçus par (...)

18Simultanément, le gouvernement prend des mesures de plus en plus rigides visant à empêcher l’établissement des africains, principalement des pauvres, dans la ville. L’objectif est aussi de mettre en place une législation pour contrôler la petite bourgeoisie émergente, contrôler le droit à la propriété urbaine et consolider le monopole de la propriété dans les mains des européens et des indiens. Finalement, en 1938, l’Etat vote des réglementations relatives à la construction, interdit la construction de maisons en dur et la location de maisons, et rend illégal le droit de propriété urbaine pour les africains.20

  • 21 F. Cooper, 1980, op. cit., 244.

19Ainsi à Nairobi, ville sans produits miniers ni autre source de richesse susceptible de contribuer à l’accumulation économique, la spéculation foncière devenait la voie royale de l’ascension économique et sociale. La croissance de la ville créant de nouvelles demandes de logements, ce nouveau marché a été assumé par les colonisateurs qui contrôlaient l’accès au sol urbain.21

20Dans le même temps cependant, et malgré ces politiques répressives et ségrégationnistes, un grand nombre de dépossédés continuèrent à s’établir en ville de façon ‘illégale’ et, parmi ceux-ci, de nombreuses femmes seules se livrant à des activités économiques destinées principalement à servir les africains qui travaillaient en ville.

Consolidation de la ségrégation urbaine à Nairobi

  • 22 Ghai and McUslain, 1970, Public Law and Politicial Change in Kenya, Oxford University Press, Nairo (...)
  • 23 B. Hertz, 1970, Land Reform in Kenya, A.I.D., Spring Review, June.

21Au fil des années la ville continue à s’accroître et avec elle le nombre de squatters. Le système de tenure de la terre se maintenait sans changement jusqu’en 1954, quand débute, avec le Swynnerton Plan, le processus d’enregistrement et d’individualisation de la propriété du sol. Les bases d’un programme de réforme de la tenure de la terre et l’intensification des politiques de développement agricole sur les terres occupées par les africains sont ainsi établies.22 En 1961 commence un programme, le Million Acre Scheme, grâce auquel on espérait, moyennant le transfert de terres des Européens aux Africains, satisfaire la demande des autochtones et contribuer à la stabilité politique du pays.23

22Ainsi se développe entre européens et africains une concurrence pour l’accès au sol ; les africains les mieux situés sur l’échelle économique et politique contribuent au développement d’une nouvelle classe liée au foncier. Cette nouvelle classe accélère encore la paupérisation des petits paysans et l’augmentation du flux migratoire des dépossédés vers Nairobi. Apparaît dès lors une ville où ségrégation et exclusion sociale coexistent avec l’émergence d’une nouvelle classe de riches autochtones, situation qui ne changea guère avec l’indépendance.

23L’évolution de Nairobi montre aussi que dans la lutte pour le pouvoir économique le recours à la violence symbolique et légale a été courant. Les méthodes utilisées ont été liées à deux objectifs : démasquer les possibles éléments subversifs et contrôler la migration vers la ville. Mais les politiques répressives n’ont pas pu arrêter le mouvement migratoire des africains, surtout à la fin de la période de l’Etat d’Urgence (1952-1960), quand des milliers de dépossédés ruraux ont occupé la ville. Tandis que le nombre des sans-abri et des squatters augmentait, les secteurs résidentiels des riches autochtones et étrangers se consolidaient.

  • 24 J.D. Barkan, 1984, op. cit. 241.

24A l’indépendance, rien ne change : le nouveau gouvernement reprend à son compte les politiques de déguerpissement et de destruction des bidonvilles. Le phénomène s’accentue encore pendant les années 70, quand les campagnes contre les squatters sont multipliées, appuyées par les autorités et par le président Kenyatta lui-même qui, en s’expliquant sur le sujet devant une délégation du Conseil Municipal, déclarait qu’il ne voulait pas que Nairobi devienne un bidonville.24

  • 25 Kenya Population Census, 1989, Volume I, Republic of Kenya, Office of the Vice-President and Minis (...)
  • 26 R.A. Obudho, 1993, Growth, Problems of the City of Nairobi, Special Report, Daily Nation, August 8

25Aujourd’hui, Nairobi est une ville qui abriterait, d’après le recensement de 1989,25 1 324 570 habitants et aurait un taux de croissance est de 7,5 % l’an.26 Cependant, d’après des estimations faites sur le terrain, Nairobi aurait une population de près de deux millions et demi d’habitants ; les bidonvilles, à eux seuls, compteraient environ un million d’habitants et, parmi eux, Mathare Valley en aurait environ 300 000. On peut en déduire que les chiffres livrés par le recensement sont sous-estimés. La ville n’arrive pas, actuellement, à garantir ni l’emploi ni le logement à ses habitants pauvres, qui représentent plus de 60 % de la population.

  • 27 Republic of Kenya, 1991, Statistical Abstract, Central Bureau of Statistics, Ministry of Planning (...)
  • 28 Gomez H. Buendia, ed., 1989, Urban crime : global trends and policies, The United Nations Universi (...)
  • 29 Voir The Standard February 12, 1995.

26On constate à Nairobi deux phénomènes parallèles. La paupérisation massive du petit peuple et l’enrichissement, par le foncier, d’une nouvelle couche sociale. Les pauvres, qui habitent principalement dans les bidonvilles, n’ont pas de revenus fixes. La plus grande partie d’entre eux survivent grâce à des activités développées dans le secteur informel. Certains ont aussi des activités informelles-illégales comme la production clandestine de chang’aa. A ceux-ci s’ajoutent les délinquants qui commettent des cambriolages et des vols, tant dans le bidonville que dans les autres quartiers. On observe une grande insécurité dans les secteurs populaires, dans les rues du centre ville et même, malgré les mesures de sécurité prises par leurs habitants, dans les quartiers de haut standing. A Nairobi, il est indéniable que la criminalité s’accroît avec la pauvreté et que toute la ville est touchée. Les vols simples et le cambriolage des habitations et des établissements commerciaux sont deux des principaux délits recensés de façon quotidienne. Par exemple, en 1989 la police a enregistré 14 920 cas de cambriolage, tandis que, pour la même année, le nombre de vols était de 13 598.27 Le nombre total des crimes enregistrés pour l’année 1993 était de 24 972.28 Par ailleurs, selon le rapport du Département de Police, il y aurait eu 10 676 cas de coups et blessures, 14 732 de cambriolages avec et sans violence, et 14 606 cas de vols.29

La culture de la rue au quotidien

27La dégradation des conditions de vie d’une grande partie de la population de Nairobi (des plus défavorisés et même des salariés moyens) ne laisse comme choix pour la survie que la création de nouvelles stratégies, délinquance et crime inclus. De plus, les politiques urbaines, depuis la période coloniale, se sont chargées de consolider les déstructurations socio-familiales et l’exemple le plus frappant est visible aujourd’hui dans ce grand nombre de foyers mono-parentaux qui peuplent les bidonvilles. Ces foyers vivent dans une situation précaire et, comme on peut le constater à Mathare Valley, les enfants ne sont pas scolarisés, ils grandissent dans la rue et n’ont rien d’autre à faire que de traîner dans le voisinage. Les facteurs économiques et les changements socio-familiaux pourraient donc être considérés comme les causes directes de l’apparition des enfants de la rue et, par la suite, des jeunes délinquants.

Pourquoi les jeunes aboutissent-ils à la rue et y restent-ils ?

28Les jeunes que nous avons rencontrés ont toujours été confrontés à une situation de pénurie et à de nombreux problèmes au sein de leur famille. Il s’agit d’enfants qui n’ont pas joui d’une alimentation adéquate et équilibrée à la maison ; plusieurs d’entre eux ont été négligés ; nombreux sont aussi ceux qui ont été victimes d’inceste et de violence domestique. C.K. (g), 14 ans, qui réside dans les rues de Korogocho, nous disait qu’il avait subi des mauvais traitements à la maison à cause des colères de son père qui arrivait tous les soirs ivre, se mettait à frapper ma mère et tous à la maison. Tous les jours le même problème. Il ne donnait rien pour la maison, je ne pouvais pas aller à l’école. J’ai décidé de quitter la maison pour gagner ma vie moi-même ; mon père ne me donnait que des coups, pourquoi devais-je rester avec lui ? Cette réflexion nous amène à comprendre, partiellement, pourquoi de nombreux jeunes qui habitent dans les rues n’ont pas été chassés de leur foyer familial mais l’ont quitté de leur ‘propre gré’.

  • 30 Plus de 60 % des foyers à Mathare Valley sont entretenus par une mère célibataire.
  • 31 Pour aller plus loin sur ce sujet voir : D. Rodriguez-Torrès. 1995 (1), op. cit.

29Dans les bidonvilles et dans les quartiers populaires de Nairobi nous avons pu constater que ces jeunes ont toujours été habitués à la rue. Quitter la maison de la mère ou des parents est donc ‘très facile’. A Mathare Valley, par exemple, une famille complète30 habite dans une seule pièce ; on fait la cuisine à l’extérieur de la hutte ; la vie sociale doit aussi se faire à l’extérieur par manque d’espace ; l’enfant reste et grandit dans la rue, il ne va pas à l’école.31 Dès sa prime enfance, il fait ses premiers pas dans la saleté, il joue au milieu des ordures et il a comme compagnie celle des autres enfants du voisinage qui grandissent eux aussi dans la rue.

30Ces enfants restent dans la rue la journée entière, presque nus, sans chaussures, dans l’attente d’avoir leur maigre repas journalier. Quand la mère n’est pas à la maison, l’enfant est gardé par des voisins ou par les autres enfants du voisinage ; nombreux sont les petits enfants qui restent tout seuls à l’entrée de leur hutte. En conséquence, la seule école connue par l’enfant, dès qu’il est tout petit, est l’école de la rue, où il restera quelques années comme observateur. Quand l’enfant fait ses premiers pas, il s’associe aux ‘activités’ de la rue, il commence à se promener de plus en plus loin du foyer familial pour, plus tard, s’éloigner définitivement. La majorité des jeunes rencontrés assurent avoir une vie meilleure aujourd’hui dans la rue qu’à l’époque où ils habitaient avec leur famille dans le bidonville.

  • 32 A propos des droits des femmes et des enfants à Nairobi, voir D. Rodriguez-Torrès, 1995 (2), Accès (...)

31Les problèmes domestiques, les divorces et les séparations sont des facteurs qui affectent aussi la vie de l’enfant. Quand les parents divorcent ou se séparent, c’est normalement la mère qui doit quitter le foyer familial, sans pouvoir emporter avec elle les affaires de la maison et sans avoir droit à une pension alimentaire lui permettant d’assurer la survie des enfants. La femme divorcée, séparée, veuve ou chassée du foyer n’a ni droits32 ni moyens d’entretenir ses enfants : elle n’a d’autre choix, dans de nombreux cas, que d’abandonner ses enfants dans la rue.

32Par ailleurs, même si suite à la séparation des parents l’enfant n’est pas parti avec la mère, l’arrivée d’une ‘nouvelle mère’ ou d’un ‘nouveau père’ créée pour l’enfant de nouveaux problèmes. Il n’est pas rare que l’enfant soit négligé par le nouvel arrivant, qu’il soit soumis à de nouveaux conflits, familiaux et/ou économiques, qui généreront son isolement, son refus et, plus tard, son expulsion de la maison. L’enfant est donc d’abord marginalisé par sa propre famille et, plus tard, il le sera par la société.

33Nous avons identifié, comme première cause de l’aboutissement des enfants dans la rue, la pauvreté qui frappe leurs familles. Ecoutons leurs témoignages :

  • 33 Les Blancs.
  • 34 Le taux de change était, en mai 1996, de 58 shillings pour 1 $US.
  • 35 Farine de maïs cuite.
  • 36 Bière locale, fabriquée de façon artisanale.
  • 37 Sorte de choux ; traduit littéralement, ‘passer la semaine’.
  • 38 Marijuana.

A.A. (g) 9 ans : Mes parents n’ont pas de travail, ils vivent aussi de la mendicité. Je venais mendier toujours avec eux. Maintenant je connais toutes les rues de Nairobi ; je ne sais ni lire ni écrire, mais je sais où se trouve tout ici. Comme je connais la ville et que j’ai des amis dans la rue, j’ai décidé de ne plus travailler ni habiter avec mes parents. En réalité, j’ai quitté ma famille parce que je voulais travailler pour ne plus être pauvre. Aujourd’hui ? Je suis toujours pauvre, très pauvre, mais je ne dois plus souffrir dans la maison de mes parents. Chez eux on manque de tout, on n’a pas de nourriture ni de lit. Dans la rue je n’ai rien mais je suis libre, je vais et je viens comme je veux. Mon travail consiste à demander de l’argent et de la nourriture aux passants. Parfois aussi je montre le chemin aux personnes qui le demandent, par exemple, aux wazungu33 et ils me donnent un peu d’argent. Oui, parfois aussi je prends ce que je peux aux autres, toujours avec l’aide et la compagnie de mes copains. Nous avons notre groupe, j’ai été admis parce qu’on me connaissait, on se voyait toujours dans la rue. J’ai toujours été dans la rue mais j’habite définitivement dans la rue depuis 3 ans. Non, je n’habite pas tout seul mais avec mon gang.
M.O. (g) 13 ans : Après la mort de mon père je suis resté à la maison avec ma mère. Elle travaille comme vendeuse de chang’aa mais elle n’avait pas assez d’argent pour me nourrir, on n’avait jamais d’argent. C’est pour cela que je suis parti de la maison… quand j’avais 8 ans. Je ramasse des papiers et des morceaux de métaux que je vends pour le recyclage… je vole aussi de la dans les kiosques ou dans le marché, et de l’argent quand je peux. Avec mon argent j’achète à manger et je vais regarder des vidéos. Si jamais il me reste de l’argent j’achète de la colle ou des sodas.
E.O. (f) 14 ans : Je suis dans la rue depuis 1986, depuis que j’ai 4 ans. J’habite dans la rue avec mes amis, avec mon gang, parce que je n’ai pas d’autre endroit où aller, mes parents m’ont abandonnée ici, dans la rue. Il m’ont abandonnée avec mon frère, qui est aussi ici dans la rue, il a 13 ans. Pour gagner de l’argent je demande aux passants, je fais de la mendicité, je gagne environ 80 shillings34 par jour.
J.O. (g) 15 ans : J’habitais avec mes parents mais j’ai quitté la maison quand j’avais 8 ans parce qu’on n’avait que des problèmes d’argent, on avait faim, la vie était très dure chez eux. Nous habitions tous dans la même pièce, on ne pouvait même pas bouger ; je n’ai jamais été à l’école, mes frères et mes sœurs non plus. Nous sommes 7 dans ma famille, mon père n’avait pas de travail et c’était ma mère qui travaillait… elle vendait du maïs grillé dans les rues. C’est pour tout ça que j’ai quitté la maison. Je ne suis jamais retourné chez mes parents, je ne sais même pas s’ils habitent encore au même endroit. Depuis que j’habite dans la rue j’ai appris à dormir sur les trottoirs et, comme chez mes parents, je dors par terre, sans couvertures et je me couche sans avoir bien mangé, c’est pour cela aussi que je sniffe la colle, pour ne pas avoir froid et pour calmer la faim. Pour avoir de l’argent je vole des portefeuilles, des sacs, des paquets, je vole ce que je peux. Si je peux voler de l’argent je le dépense en achetant un peu de nourriture, par exemple de l’ugali ;35 j’achète aussi de la colle, parfois aussi de l’alcool, de la chang’aa ou de la busaa.36 Parfois aussi, si j’ai assez d’argent, je vais regarder des vidéos. Je n’épargne pas d’argent, je dépense tous mes revenus qui ne sont pas beaucoup. Je n’ai jamais donné de l’argent à mes parents, je ne suis jamais retourné chez eux”.
M. W. (f) 18 ans : J’habite dans la rue depuis 1985 parce que je ne peux pas vivre avec mes parents, ils sont handicapés mentaux, ils sont malades et nous ont abandonnés. Nous sommes trois, deux garçons et moi, nous avons été laissés à la rue en même temps. Maintenant je ne vois plus mes frères parce que tous les deux sont en prison et ils vont rester emprisonnés encore longtemps. J’ai donc fait ma vie ici, dans la rue, avec mes amis, dans notre gang. J’ai aussi d’autres amis dans d’autres gangs, dans les bars et même des messieurs qui passent par ici. Pour avoir de l’argent je reste dans la rue pour mendier ; parfois aussi je vends mon corps aux hommes qui viennent par ici, ou à d’autres garçons de la rue. Oui, les garçons de la rue doivent me payer aussi. Parfois aussi j’ai des clients qui viennent de l’étranger, des touristes. Je ne fais pas de distinctions avec les hommes, ce qui compte c’est qu’ils me payent. Je n’ai pas un copain spécial ni un époux ; je suis libre ; si j’ai un copain c’est pour quelques minutes, je ne fais qu’échanger mon corps pour de l’argent. Non, je n’ai pas de problèmes avec les autres camarades du gang, chacun fait son travail, je les aide quand ils ont besoin et ils me protègent aussi s’il est nécessaire, par exemple, ils m’acompagnent la nuit quand je termine mon travail. Je n’ai pas connu de maison, je ne pourrais pas vous dire si je voudrais rentrer ou non chez mes parents… où ? Je suis seule, ma famille est ici dans la rue.
M.W. (f) 9 ans et S.M. (f) 12 ans : Nous sommes sœurs. Nous sommes orphelines, nos parents sont décédés il y a sept ans des suites d’une maladie. Nous sommes restées seules, je veux dire que je suis restée seule avec ma petite sœur qui n’avait que deux ans. Personne ne nous a aidées, nous sommes donc venu habiter dans la rue, avec un groupe de garçons. Nous dormons tous ensemble, sur le trottoir. Pour avoir de l’argent nous allons ramasser du papier dans les rues, nous commençons tôt le matin, vers 5 heures et nous travaillons jusqu’à 8 heures ; puis nous allons mendier dans les rues de Eastleigh. Parfois nous sommes employées par des arabes à Eastleigh, nous nettoyons et lavons leurs mosquées ou leurs voitures. L’après midi nous continuons à mendier… certains volent de l’argent et de la nourriture aussi. Quelques fois je vais aussi avec un homme mais seulement s’il me paie. Je gagne environ 40 shillings par jour, avec cet argent j’achète un peu de nourriture. Oui, ma sœur travaille aussi mais comme elle est plus petite, elle n’arrive pas à faire le même travail que je fais et elle gagne moins. Dans notre gang nous nous aidons et celui qui a de la nourriture partage avec celui ou celle qui n’en n’a pas. Oui, je sniffe de la colle, je l’achète avec mon argent.
E.K. (g) 15 ans : J’ai mes parents, quatre frères et une sœur. Mes parents sont divorcés, je ne sais pas où est mon père, je sais que ma mère habite toujours dans l’ouest du pays avec son nouvel époux. Je suis venu habiter dans la rue il y a un an, en 1995, parce que le nouvel époux de ma mère m’a chassé de chez moi. Oui, j’ai quitté le village, j’ai pris les bus et je suis arrivé à Nairobi où quelques jours après j’ai rencontré un ami dans la rue. Cet ami m’a présenté ses amis à lui et ils m’ont accepté dans leur groupe. Je crois que j’ai été accepté dans leur groupe que parce que je suis fort et grand. Maintenant j’ai ma nouvelle famille ici, dans la rue. Pour avoir de l’argent je demande de l’argent dans la rue ; je travaille aussi dans le ramassage de papiers et de boîtes métalliques. Je me lève à 4.30 du matin et je travaille jusqu’à 3 heures de l’après midi, plus ou moins. Après, je vais manger dans la rue avec mes amis ou, si j’ai assez d’argent, dans un kiosque. J’achète aussi de la colle et parfois je vais aussi au cinéma. Je gagne environ 60 shillings par jour. Les autres travaux se font la nuit, avec mes camarades du gang. Oui, nous travaillons la nuit, par groupes, nous avons nos missions, mais nous ne devons pas parler de cela.
J.N. (g) 13 ans : Je suis né à Grogon. Ma mère est décédée et depuis lors nous sommes venus habiter à Mathare. Mon père travaille dans la collecte de papiers. J’ai un frère et une sœur, je ne sais pas où ils sont. Avec l’argent que mon père gagnait il ne pouvait pas nous nourrir ni payer le loyer. C’est pour cela que je suis dans la rue depuis 8 ans… je suis venu habiter dans la rue en 1988. Dans la rue je mendie et quelques fois je ramasse du papier. Je commence à mendier vers 9 heures du matin jusqu’à 1 heure de l’après midi. Puis je mange quelque chose que j’achète ou que mes camarades de la rue m’offrent parce que nous partageons avec celui qui n’a pas à manger. Puis je vais dormir jusqu’à environ 3 heures de l’après midi pour ensuite aller chercher de la nourriture, des chips ou des restes de sukumawiki,37 dans les poubelles. Plus tard je joins mes amis du gang et nous allons nous promener ou travailler ensemble. Je gagne maximum 20 shillings par jour. Avec mon argent j’achète des drogues, parfois aussi j’achète du thé le matin. Je sniffe de la colle, je fume des cigarettes et du bhang.38 Quand je peux, j’achète aussi des vêtements.
M.M. et K.K. (g) 7 ans (jumeaux) : Nous n’avons pas de père. Notre mère était une fille de la rue mais elle est décédée. Nous sommes nés dans la rue ; nous sommes dans la rue depuis toujours. Les autres garçons de la rue se sont occupé de nous ; ils sont notre famille ; ils nous ont nourris et protégés dès que nous sommes nés, ils sont nos parents. Oui, ils nous ont trouvés dans un coin, dans la rue. Nous sommes toujours avec eux et nous allons là où ils vont ; nous travaillons aussi avec eux, nous demandons aussi de l’argent dans la rue.
N. W. (g) 12 ans : J’ai quitté la maison quand j’avais 8 ans. Je voulais aider ma mère, je voulais travailler, parce que mon père nous avait abandonnés. Je n’ai pas trouvé de travail, tout ce que j’ai pu faire c’était demander de l’argent dans la rue. Oui, parfois aussi je fais quelques petits travaux plus délicats. Je préfère ne rien dire. Je donne de temps en temps quelque chose à ma mère mais ce que j’arrive à avoir n’est pas suffisant pour moi seul, je ne peux pas l’aider. Non, je ne vais pas retourner à la maison, ma vie est ici, mes amis aussi.
K.M. (f) 6 ans : Je suis la fille d’une fille de la rue, je suis née dans la rue et je passe mon temps ici avec les autres enfants du groupe, je reste ici parce que c’est ici que ma mère m’a abandonnée ; je n’ai jamais connu de maison. Je ne sais pas qui est mon père. Ce sont les plus âgés du groupe qui se sont occupé de moi, ils m’ont nourrie et m’ont donné les habits que je possède. Je ne travaille pas, pas encore, parce que je suis très jeune. Comme je n’ai pas d’autre famille, je reste toujours près des autres membres du groupe ou je les attends dans un coin, cela dépend de ce qu’ils vont faire. Je ne suis jamais seule, je suis toujours avec mes amis du groupe… oui, ils sont ma famille.

34A partir de ces témoignages, nous pouvons dresser une liste des causes de l’aboutissement des jeunes à la rue. La majorité d’entre eux, 70 %, sont issus d’un foyer géré par une mère célibataire et ont quitté la maison ou ont été abandonnés dans la rue en raison de l’extrême pauvreté du foyer. Les autres, bien qu’issus d’une famille nucléaire, rejoignent la rue ou y sont expulsés pour la même raison, ou bien suite à la mort ou à la maladie des parents ou de l’un d’entre eux, ou bien suite à leur divorce, ces différents facteurs s’additionnant souvent.

35Un autre fait marquant réside dans l’apparition d’une deuxième génération d’enfants de la rue nés de filles de la rue qui les ont abandonnés ou qui sont décédées.

  • 39 Par exemple à Nakuru ou en d’autres régions, celles de Molo et de Kericho en particulier, que des (...)

36Par ailleurs, d’après leurs récits, nous constatons que ces jeunes ont des origines diverses mais que la plupart sont nés à Nairobi. Environ 60 % sont nés à Mathare Valley tandis que 30 %, sont nés à Eastleigh, Korogocho, Pangani, Kawangare, Kangemi, Buru Buru, Kibera, Huruma State et autres bidonvilles locaux. Le reste constitue une petite minorité de jeunes nés à la campagne ou dans d’autres villes du Kenya.39 Les récits de vie de ces jeunes nous montrent aussi la capacité de souffrance dont ils sont capables dès qu’ils arrivent dans la rue. Peut-être est-ce cette capacité qui les aide à ‘tenir’ et à se défendre dans un monde qui leur sera, pour toujours, hostile.

Vivre dans la rue

37Vivre dans la rue force les jeunes à parcourir de nouvelles trajectoires socio-spatiales, à rechercher de nouvelles solidarités et à déployer de nouvelles aptitudes qui, ensemble, définissent une sous-culture particulière. Celle-ci se manifeste dans leur façon de vivre, de manger, de s’habiller, de dormir, etc. Les références premières gravitent autour de l’entraide, de l’amitié, de la solidarité, de l’invention d’une nouvelle « famille ». De façon primordiale, c’est la lutte contre la solitude qui permet la survie du jeune dans la rue.

  • 40 Au cours des années 50, la théorie des besoins associait déjà la faim à la violence : l’organisme (...)

38La quête de nourriture est un facteur essentiel d’intégration du jeune à la rue et à son groupe. Chaque jeune déploie des stratégies autonomes ou collectives pour trouver de la nourriture même si celle-ci est ramassée dans les ordures ménagères. Le thé, le sukumawiki, l’ugali et les chips, constituent l’alimentation de base de 70 % de ces jeunes et uniquement 16 % d’entre eux consomment un repas complet. Les autres doivent se contenter de grignoter des morceaux de pain et, en général, des restes qu’ils récupèrent dans les poubelles ou qui leur sont offerts par leurs camarades. Trouver de la nourriture n’est pas une tâche facile ; pour y avoir accès, le jeune peut devenir agressif et même violent.40 Plus de 50 % de ces jeunes trouvent à manger en pratiquant la mendicité, tandis que 35 % volent la nourriture dans les kiosques, aux passants, dans le marché, aux terrasses des restaurants, dans les maisons et, parfois, même à leurs propres amis de la rue.

39La majorité de ces jeunes dorment dans la rue ‘à la belle étoile’. D’autres cherchent abri dans des maisons où s’organisent les veillées des morts, principalement dans les taudis de Mathare Valley, où ils sont à l’abri du froid et où ils peuvent glaner quelque chose à manger. Dormir signifie néanmoins être prêt à se défendre : contre d’autres voleurs, contre les raffles de la police, les agressions d’autres gangs ou d’autres jeunes de la rue et, même, contre le viol dont ils peuvent être l’objet quand ils se trouvent face à des déséquilibrés. C’est pour cela que ces jeunes se trouvent couchés en groupes, collés les uns aux autres, unis dans une fraternité qui protège les plus petits, ceux-ci dormant au milieu du groupe, entourés par leurs aînés. Il leur faut aussi dormir tout près les uns des autres pour se protéger du froid et de la pluie ; ils n’ont pas de couvertures, ils fabriquent des abris de fortune avec de vieux cartons et des journaux. C’est aussi durant la nuit qu’apparaissent d’autres liens qui modifient le comportement des jeunes : ayant un copain ou une copine, un ‘époux’ ou une ‘épouse’, ils dorment avec le groupe mais en restant en peu à l’écart.

40Leur façon de s’habiller est assez sommaire, aucun d’eux ne montrant de signes ostentatoires qui puissent le différencier des autres jeunes de la rue. En réalité, ces jeunes ne possèdent que les vêtements qu’ils portent sur eux, des vêtements très sales qui ne révèlent nulle appartenance à la société de consommation. De fait, pour le citoyen moyen, c’est la saleté de leur tenue qui constitue le premier indice du danger qu’ils constituent.

41Ces différents traits de leur vie quotidienne soulignent les efforts qu’ils déploient pour éviter la solitude. De cette façon se créent et s’entretiennent les liens d’une solidarité indispensable à la survie de l’individu et du groupe. C’est aussi sur l’entraide et sur le partage que reposent les principes organisateurs de la sous-culture de la rue et que se dessinent des trajectoires où s’imbriquent des itinéraires personnels ou collectifs, pacifiques ou violents, qui conditionnent la survie dans la rue. La solidarité demeure donc le dénominateur commun du comportement des jeunes de la rue.

  • 41 G. Balandier, 1981, Sens et Puissance, Quadrige, PUF, Paris, 63.

42Georges Balandier disait que les agents sociaux détiennent le pouvoir d’agir sur le système social, de le manipuler et en conséquence de contribuer d’une manière permanente à sa définition.41 La société des jeunes de la rue, plus structurée qu’il ne paraît au premier abord, n’échappe pas à la règle : solidarité et entraide, mais aussi endurance et violence servent à la construire. Et ces valeurs ont en commun d’être fortement orientées puisqu’il s’agit de définir un monde où survivre reste possible.

Solidarités nouvelles et recompositions sociales

  • 42 C. Denot, 1993, ‘Dieu est grand, je me débrouille seul’ ou le cas d’Inox, l’enfant d’acier, Cahier (...)

43Les jeunes de la rue ne créent pas leurs repères à partir d’apports provenant de leurs familles ou de leurs lieux d’origine. En réalité, le monde de la rue commence par engendrer une certaine déstructuration sociale qui peut entraîner certaines formes de marginalité (délinquance, prostitution…) ; mais il est aussi à l’origine de recompositions sociales.42 Celles-ci se manifestent par l’instauration de relations nouvelles se substituant à celles de la société formelle et à celles qui existaient auparavant dans leur famille (quand les jeunes l’ont connue).

44Les recompositions sociales sont déterminées, en premier lieu, par le manque de rapports socio-familiaux en dehors du circuit de la rue ; nous avons constaté que 80 % de ces jeunes n’ont plus de contacts avec leurs familles. Ceux qui gardent un lien n’en usent que de façon sporadique et il ne concerne, dans cet ordre, que la mère, les frères ou les sœurs, ou la grand mère.

45Les recompositions sociales de la rue se manifestent en second lieu par la création de nouveaux liens sociaux qui se tissent au travers de tout un ensemble de relations interpersonnelles issues de la rue telles que l’amitié, la camaraderie, l’inimitié et même l’amour. Nous avons ainsi relevé que 75 % des garçons ont une relation permanente avec une copine ou ‘épouse’ qui habite aussi dans la rue. Il s’agit de couples reconnus par le reste du groupe et ayant la liberté d’agir et de travailler en tant que couple ; ils se rejoignent pour dormir tous les. soirs ; 40 % de ces couples travaillent ensemble dans le ramassage du papier ou dans la quête de nourriture. Ces couples gardent avec eux les enfants issus de leur union ; ces enfants constituent une seconde génération d’enfants de la rue : ils y sont nés et élevés mais, à la différence des autres, ils ont un père et une mère près d’eux.

  • 43 La cohésion connote les diverses formes de solidarité et la référence à un même ensemble de valeur (...)

46Ces recompositions sociales impliquent généralement l’appartenance des jeunes à des groupes, plus exactement à des gangs structurés, qui assurent la survie du groupe, de la famille, selon leurs paroles. La vie de groupe assure la survie alimentaire et sociale, elle offre aussi des plaisirs (jouer au football, faire des promenades, regarder des vidéos ou se droguer ensemble). La vie en groupe renforce l’identité du jeune dans son rapport à la rue. Les manifestations symboliques souvent violentes de cette identité accroissent la solidarité interne du groupe, du gang. De ce fait, dans toutes les activités du groupe se manifeste un sentiment d’appartenance et une cohésion43 entre jeunes partageant les mêmes valeurs qui confortent l’identité de la rue.

  • 44 Petit bus de transport en commun.

47Nous constatons ainsi que les nouveaux liens sociaux ne se tissent pas autour de la société formelle de la ville ; 60 % de ces jeunes disent n’avoir de rapports avec personne d’autre que leurs camarades de la rue. Certains liens sont entretenus avec des ‘clients’, le terme renvoyant aux employeurs occasionnels des kiosques ou de la place du marché, et aux clients des filles prostituées. Paradoxalement, les jeunes expriment de l’admiration pour les chauffeurs de matatu44 et pour les rabatteurs des transports publics qui sont pourtant des sources de violence à leur encontre (20 % déclarent entretenir de bons rapports avec eux).

48Centrées sur la vie du groupe et sur la fréquentation presque exclusive des camarades de la rue, ces relations font que l’autre est toujours proche et quotidiennement rencontré. On constate que, de même que les solidarités urbaines conduisent les citadins à l’insertion dans des réseaux et dans des territoires, la solidarité de la rue donne vie à un nouveau symbole, celui de l’intégration qui implique, à la fois, cohérence et interdépendance. Il existe alors une adhésion à un certain ordre de valeurs représenté par une réorganisation progressive des conditions de vie et des pratiques, symbolisant l’appartenance à leur collectivité.

49Dans la construction de nouvelles références et de nouveaux symboles, les jeunes de la rue s’identifient au travers de pratiques unificatrices qui les fascinent et qui ont trait, nous allons le voir, à l’exercice de la violence. Pour faire face à leurs besoins et lutter contre l’exclusion, ils se construisent une identité par l’action délictueuse et même violente. La survie dans la rue ne peut être pacifique, les jeunes de la rue sont traités avec violence (physique, sociale et symbolique) et y répondent par des conduites agressives et d’autres violences. C’est donc par une somme de comportements violents appris et construits que les jeunes affirment leur identité et dessinent les contours d’une contre-société de la rue.

Socialisation et intégration : les gangs

50Le développement de fraternités, de solidarités, d’identités, d’appartenances, de références communes, est le fondement même de la vie dans la rue. Ces relations sont réglementées et gérées dans des organisations autonomes, les gangs. Ces relations ne se limitent pas à partager le travail ou le trottoir, ou des moments de joie. Elles sont aussi basées sur l’agression et la violence, surtout quand il s’agit de se défendre des gangs rivaux, du public ou de la police. C’est alors que ces jeunes déploient, de façon très puissante, leurs méthodes de défense, et c’est alors qu’ils légitiment l’usage de la violence en tant qu’une des raisons d’être de leur gang.

L’initiation à la vie du gang et son organisation en classes d’âge

51Le jeune qui arrive dans la rue cherche à s’intégrer à une nouvelle société, à avoir des amis et surtout, à ne pas être seul. Pour arriver à survivre et à s’intégrer à la vie de la rue, le jeune n’a d’autre recours que de demander à être admis dans un gang. L’intégration au groupe ne se fait pas de façon automatique. En réalité, le jeune doit subir des rites établis et s’intégrer à des groupes qui correspondent à son âge, comme en témoignent les récits suivants :

  • 45 Stimulant végétal qui se mâche.
  • 46 Citoyens.
  • 47 Vigile privé.

J.O. (g) 15 ans : Nous sommes 12 garçons, âgés de 12 à 16 ans, dans notre gang. Nous avons commencé nos activités en 1994. Moi, j’étais déjà dans la rue, dans un autre gang, mais j’ai dû le quitter ; j’ai donc demandé à être admis ici. Pour être admis dans le gang nous devons discuter avec le chef, il décide tout de suite si on peut rester ou non, cela dépend de la façon dont les conversations se passent ; ensuite, quand il vous dit que vous êtes un bon candidat, il vous demande une contribution, il vous dit ce que vous devez lui offrir, c’est un cadeau pour lui seul, pas pour tout le gang. Moi, je lui ai offert de la miraa,45 une bouteille de chang’aa et 50 shillings.
J. N. (g) 14 ans : Nous sommes 13 garçons, âgés de 12 à 14 ans. Nous n’avons pas de filles dans notre gang, nous ne les acceptons pas… parce que nous les détestons. Pour être admis dans le gang j’ai dû passer plusieurs épreuves : d’abord, j’ai dû offrir au leader des cadeaux… je lui ai offert une petite radio… je l’ai volée dans un magasin du coin, cela a été très dangereux mais j’ai réussi à m’échapper ; le leader était content mais il a en plus exigé de lui rapporter des drogues que j’ai dû acheter avec mon argent. Puis, j’ai dû me battre avec un membre du gang, le leader était là pour regarder ; c’est moi qui ai battu l’autre, le leader m’a donc dit que je pouvais rester. Notre leader a été choisi parce qu’il est le plus âgé et le plus fort. Notre ancien leader a été tué par la foule lors d’une opération de justice expéditive, nous avons donc dû élire un nouveau leader… nous avons décidé, à ce moment là, de lutter tous pour devenir leader, nous nous sommes donc battus et celui qui a réussi à battre tous les autres a gagné. Oui, à la fin on était tous blessés mais il n’y a pas eu de morts.
A. M. (g) 20 ans : Je suis dans la rue depuis 1988 et, depuis lors, j’appartiens à ce gang. Nous sommes 20 garçons âgés entre 18 et 20 ans. J’ai été accepté par le gang parce que j’ai réussi les épreuves… j’ai volé quelques marchandises dans un camion et j’ai aussi pris deux filles. Le vol dans le camion je l’ai fait durant la nuit, les autres membres du gang et le leader étaient là pour regarder et non pour me protéger. Le lendemain j’ai dû subir la deuxième partie de l’épreuve, tout le gang s’est déplacé à Uhuru Park pour me regarder ; comme il faisait nuit, cela a été plus facile, j’ai pris d’abord une fille qui sortait de son travail dans un restaurant et puis après, j’ai pris une autre fille qui allait prendre un matatu. Parfois, si les autres membres du gang le désirent, ils peuvent aussi prendre la fille, mais après moi ; normalement le leader ne s’approche pas, il reste là à nous regarder et à surveiller l’endroit. Nous avons déjà eu 4 leaders. Pour être le leader il faut offrir des choses aux membres du gang, offrir des drogues ou donner de l’argent ; celui qui offre le plus est nommé leader.
E. K. (g) 12 ans : Je suis à la rue depuis 6 ans. Je fais partie d’un gang, nous sommes 12 garçons et 18 filles, nous avons entre 12 et 15 ans. Je suis dans ce gang depuis 4 ans, j’ai quitté l’autre gang où j’étais parce qu’ils étaient très petits et je n’aimais pas leur façon de travailler. Quand j’ai demandé à être admis dans ce gang j’ai d’abord parlé avec le chef, à ce moment-là ce gang avait un grave problème avec un gang ennemi, un gang qui voulait prendre notre territoire ; j’ai donc été envoyé me battre, avec d’autres membres du gang, contre le gang ennemi. Oui, nous avons gagné et j’ai été accepté dans le gang. Bien sûr, j’ai été blessé, c’était une guerre aux couteaux, cela n’a pas été facile. Quand une fille demande à intégrer le gang, elle doit d’abord faire plaisir au chef, elle doit faire tout ce qu’il lui demande… Non, on ne la viole pas, elle décide d’accepter de passer l’épreuve ou de s’en aller… Parfois le chef garde la fille pour lui s’il n’a pas d’épouse mais ici, normalement, elle passe l’épreuve et ensuite elle va aussi avec les autres camarades qui le veulent, après elle reste. Elles résident ici avec nous, elles font toutes les activités avec nous, elles font d’autres jobs pour avoir de l’argent ; celles qui n’ont pas un époux sont aussi nos bienfaitrices. C’est à 19 heures que nous avons tous rendez-vous avec notre chef, ici dans notre siège.
Z. K. (f) 15 ans : Dans notre gang nous sommes 10 filles, âgées entre 10 et 15 ans. Nous n’acceptons pas de garçons dans notre groupe. J’ai été élue comme leader grâce à ma capacité à commander. Toutes les membres du gang me respectent parce que je suis très forte et aussi à cause de mes problèmes, je suis handicapée des deux jambes. Comme je suis handicapée je ne marche pas beaucoup mais je travaille, j’ai un poste où je vends des fruits, dans le centre ville. En tant que gang nous pratiquons la mendicité, parfois aussi, si nous avons l’occasion, nous prenons quelque chose, par exemple des vêtements. Il n’y a pas de loi fixe dans le gang, chaque membre est libre de faire ce qu’il veut. Nous ne sommes pas obligées de partager nos bénéfices mais, toujours, nous aidons celle qui en a besoin. Notre territoire est la rue, sans délimitation particulière parce que nous devons marcher tout le temps à la recherche de clients. Quand une fille rencontre un client elle va à l’endroit qu’il choisit, cela fait qu’on ne peut pas garder un territoire, cela ne nous sert à rien. Cela veut dire que nous sommes partout dans la ville ; nous ne restons pas toutes ensemble, nous marchons par groupes de deux. Nous ne restons pas ensemble pour ne pas nous faire remarquer, parce que nous sommes constamment harcelées par la police. Si une fille veut être admise dans le gang, elle doit accepter nos règles et participer aux activités des autres filles, travailler comme elles le font et, surtout, aider les membres du gang, dans la rue et ailleurs, en cas de besoin.
J. K. (g) 16 ans : Nous sommes 44 membres dans le gang, j’en suis le leader. Pour être accepté dans le gang le candidat doit me payer, me donner de l’argent ou des objets qui ont de la valeur. Le candidat est aussi envoyé accomplir des tâches plus délicates dans lesquelles il doit faire face aux wananchi46 et même à la police ; c’est à ce moment-là que je peux savoir s’il est bien ou non… parce qu’il démontre qu’il sait se défendre, qu’il sait voler, qu’il sait bien manier les armes. Je ne peux plus rien vous dire, ce sont des choses que nous ne racontons pas, cela fait aussi partie des conditions d’admission du gang, le candidat doit savoir garder le silence. Non, on ne peut rien raconter à personne sinon on risque sa vie. S’il s’agit d’une fille elle doit, tout d’abord, avoir des rapports sexuels avec moi et après, elle doit aussi montrer qu’elle sait se défendre dans la rue, elle doit m’offrir des cadeaux qu’elle vole… J’ai une épouse et les rapports que j’entretiens avec la candidate n’affectent pas ma vie de couple, je ne fais qu’appliquer la loi ; si la fille est admise elle ne va pas rester avec moi, elle est libre de vivre avec qui elle veut. Les filles suivent les mêmes épreuves que les garçons et elles doivent faire très attention à ne pas parler parce qu’il arrive que la police ou des indicateurs se fassent passer pour des clients pour la nuit ; mais en fait tout ce qu’ils recherchent, c’est de soutirer des renseignements à ces filles. La loi du gang est à respecter dès le premier jour d’admission, c’est la seule façon d’assurer la survie du groupe. Si jamais un des nôtres a été agressé ou assassiné, je peux aussi envoyer le candidat, qui demande d’être admis, venger notre camarade. Je sais que notre loi est très dure mais, il faut être bien organisé, rester ensemble et solidaires. C’est pour cela que tous les membres de notre gang dorment ensemble et que nous nous levons, ensemble, à 5 heures du matin. Notre gang travaille par groupes, on vole des pièces et les phares des voitures garées, on vole les biens et l’argent des gens ivres ou aux riches qui sortent la nuit. Le meilleur moment pour faire de bonnes affaires est le matin parce que les vigiles, les askari,47 dorment ou ont déjà quitté leur travail, ce qui fait qu’on peut entrer cambrioler sans trop de risques. Nous avons un revenu d’environ 880 shillings par jour et nous le partageons de façon égale et en accord avec nos besoins.

52Il existe à Nairobi des gangs composés uniquement de garçons, des gangs mixtes et des gangs uniquement féminins. Dans ces derniers, les rites ne sont pas foncièrement différents mais ils peuvent varier en fonction du caractère du leader. Comme les autres, ces groupes se sont dotés d’une loi, de codes régulateurs et possèdent les traits caractéristiques de la culture de la rue, ainsi que l’exprime un leader féminin rencontré à Mathare Valley :

C. W. (f) 20 ans : Nous avons un gang de 22 filles âgées de 15 à 20 ans. Nos activités principales sont la mendicité et le vagabondage ; nous marchons dans les rues du centre ville, de Jevanjee Garden et d’ici, sur notre territoire. En général, durant la journée, nous cherchons à manger et nous mendions. Nous nous réunissons tous les jours à 18 heures, dans notre siège, pour décider des activités de nuit. Lors de cette réunion nous décidons des rues où chacune va travailler et nous décidons quelles sont les filles qui vont partir ensemble… parce que nous allons toujours par deux, pour nous entraider. Moi, en tant que leader, je commande et je donne des consignes, par exemple, je répète de faire très attention de ne pas se faire voler par des clients qui peuvent partir sans payer, de faire très attention de ne pas se faire voler la paye par d’autres garçons ou filles de la rue. Je leur rappelle aussi de ne pas faire de bêtises, comme moi… je suis enceinte, je ne peux plus travailler, mon enfant n’a pas de père, je n’ai rien à lui offrir, voulez-vous mon bébé ?… Toutes ces consignes sont connues par les filles dès le moment où elles sont admises dans le gang et elles doivent les respecter. Si une fille n’obéit pas, en fonction de la faute, je la frappe ou je la renvoie du groupe. Quand une fille demande à être admise, je regarde tout d’abord son âge, si elle n’a pas 13 ans minimum, je ne l’accepte pas. Puis, si elle a l’âge requis, elle doit passer des épreuves durant deux jours. Le premier jour je lui ordonne de se mettre au travail et de me montrer combien d’argent elle est capable de gagner par jour. Quand elle revient avec l’argent de la journée, je le prends pour moi, mais seulement le premier jour. Par la suite, elle doit assurer qu’elle sera prête à partager en cas de besoin son argent avec les autres membres du gang. Le deuxième jour, la fille doit partir seule se promener dans la rue, nous la suivons, elle doit s’approcher des policiers et montrer quel genre de relation elle peut établir avec eux ; ceci me permet de savoir si elle sera capable de se défendre toute seule, sans être blessée et obtenir sa liberté le jour où elle sera arrêtée par la police. Quand elle a réussi les épreuves de ces deux jours, la fille s’intègre à la vie du gang, elle prend une place sur notre trottoir, nous partageons avec elle les vêtements et une des filles la prend avec elle pour lui apprendre à se comporter et à se défendre dans la rue. Parce qu’il faut qu’elle puisse faire face aux agressions ; elle doit apprendre à se battre même avec les garçons et les adultes.

53Tous les gangs rencontrés sont parfaitement contrôlés et fonctionnent à partir de principes violents. Les rites d’initiation indiquent que le jeune, sans distinction de sexe, doit déployer toute son imagination et toute sa force pour être admis dans le gang. Le rite peut aller du simple dialogue à l’exécution d’actes dangereux : nous en avons identifié plusieurs dépendant de la classe d’âge dominante dans le gang. Ainsi :

  • Le jeune doit être présenté, par un autre membre du gang, auprès du leader qui lui donne accès sans rien demander en échange ou alors il doit offrir des présents au leader sous forme d’argent, de vêtements, de drogues ou d’alcools ; si les cadeaux plaisent au leader il admet le jeune dans le gang. Ces deux formes de rite sont employées, principalement, dans les gangs formés par les moins de 15 ans.
  • Le jeune doit montrer sa force et ce dont il est capable pour lui et pour le groupe. Il s’agit de manifestations de force, de violence, auxquelles le jeune est soumis, toujours encadré par le leader, dans des situations pleines de danger. Le jeune doit donc se battre avec un jeune d’un gang ennemi, ou doit se laisser frapper par le leader qui veut lui apprendre le sens de la discipline et ce qu’il devra subir s’il n’obéit pas à la loi du gang. Ces rites sont attestés dans tous les gangs des plus de 15 ans.
  • S’il s’agit de l’admission d’une fille, elle doit toujours obéir aux caprices sexuels du leader qui peut, en outre, autoriser les autres membres du gang à agir de même. D’autres gangs, ceux des plus de 20 ans, imposent à la fille, en plus du rite sexuel, l’exécution de vols, de cambriolages et le maniement d’armes.

54Dans tous les cas, le rite est fondé sur la preuve à donner d’aptitudes propres à assurer la sécurité, la cohésion et la consolidation du groupe. S’il est suffisamment âgé, le jeune doit exhiber sa connaissance de la rue et imaginer des stratégies qui lui permettront d’exécuter des actes délictueux sans se faire arrêter par la police. En affrontant seul le danger, il est censé utiliser ses propres armes (un couteau, un canif), qu’il s’agisse de voler des objets et de l’argent aux passants, dans des maisons, dans les kiosques, dans les supermarchés, etc. en fonction de l’endroit ou de l’objectif qui lui a été imposé par le leader.

55Que leurs rites d’initiation soient plus ou moins violents, la majorité des gangs accueillent filles et garçons, renforçant le sentiment d’appartenance à une famille puisque, nous l’avons déjà vu, l’organisation de la vie en couple est un fait courant. De plus, les très jeunes enfants rencontrés dans les gangs ne sont pas toujours de nouvelles recrues mais les enfants des membres du gang. Ceci permet de comprendre pourquoi, alors que la majorité des gangs sont homogènes quant à l’âge de leurs membres, certain d’entre eux à l’inverse intègrent des individus avec des écarts importants. La répartition par âge ci-dessous en porte témoignage.

56Par ailleurs, l’analyse de l’évolution historique des gangs (nous avons constaté que la majorité d’entre eux a été fondée dans les années 80) comparée à celle de leur population laisse découvrir une autre caractéristique importante. Les gangs les plus peuplés sont aussi ceux pour lesquels la disparité des âges est la plus grande (les 9-28 ans et les 12-45 ans) : nous avons vu qu’ils étaient faits de deux générations de « citoyens » de la rue. Mais la stabilité numérique des autres – une vingtaine de membres pour les 10-15 ans, une trentaine pour les 15-20 et 15-30 ans – est des plus intrigante lorsqu’on sait que les gangs recrutent régulièrement. Comment la surpopulation est-elle évitée ? La plupart du temps, les apports nouveaux ne font que compenser les décès, les assassinats et les emprisonnements. L’équilibre numérique optimal, eu égard à l’efficacité du groupe, est ainsi préservé.

L’apprentissage de la rue : travaux informels et petite délinquance

57L’initiation à la vie de la rue et les rites de passage pour être admis dans un gang, montrent déjà au jeune ce que sera son avenir dans la rue et au sein du groupe. La hiérarchie selon l’âge le prépare aussi à celle des tâches et des obligations. Travaux informels et petite délinquance font partie des pratiques unificatrices, intégratives et pourvoyeuses d’identité qui permettent la survie du jeune, comme nous pouvons le constater dans les récits suivants relatifs à l’emploi du temps journalier typique.

  • 48 Nourriture composée de haricots rouges et de maïs.
  • 49 Chausson frit farci avec de la viande ou des légumes.

E. K. (g) 12 ans : Je dors dans la rue et me livre aux mêmes activités tous les jours. Je me lève à 6 heures du matin pour aller ramasser de la nourriture, principalement des chips, de la viande ou de l’ugali, que les gens ont jeté à la poubelle. Souvent je ne trouve rien à manger, surtout pour le petit déjeuner. Pour avoir un peu d’argent je vole du bois aux voisins, je vends ce bois et avec l’argent que je touche j’achète de la nourriture propre. Je partage aussi la nourriture avec mes camarades du gang. Je vends le bois principalement dans les kiosques, où on l’utilise pour faire la cuisine… les propriétaires des kiosques savent d’où provient ce que nous leur vendons mais ils ne disent rien, ils gagnent aussi parce que nous vendons moins cher ; parfois ils nous paient cash ou, si nous voulons, ils nous paient avec de la nourriture, par exemple, un plat de githeri.48 Durant la journée je vais avec mes camarades dans certains lieux de ramassage d’ordures pour collecter du papier, de la ferraille – que nous revendons en partageant les profits. Nous avons un gang composé de 24 jeunes de la rue ; je suis dans le gang depuis 4 ans, c’est-à-dire, depuis mon arrivée dans la rue. Avec le gang nous organisons des match de football, nous sniffons de la colle, nous fumons des cigarettes, nous volons des montres, des portefeuilles, des vêtements, etc. Le soir nous nous réunissons pour partager les profits du jour et la nourriture s’il y a quelqu’un qui n’a rien à manger. Puis je vais me coucher vers 10 heures du soir. Si je me sens malade je sniffe de la colle ou je prends d’autres drogues, c’est comme ça que je me sens bien, que je sens que je ne suis pas malade. J’ai une petite amie, elle a 12 ans et elle habite aussi dans la rue près de Utalii ; nous nous rejoignons la nuit pour dormir ensemble jusqu’au matin et parfois nous allons ensemble ramasser du papier, de la ferraille et de la nourriture. Elle n’appartient pas à mon gang mais cela ne pose pas de problème.
O.M. (g) 14 ans : Nous avons un horaire à respecter ; c’est le leader qui veille à ce que tout se passe dans l’ordre. Nous dormons tous dans le même endroit, nous nous levons entre 5 et 6 heures du matin. Oui, c’est très tôt mais c’est pour avoir le temps de prendre en victimes les personnes qui sortent tôt de chez elles pour aller travailler… nous leur volons de l’argent, le repas qu’elles emportent pour la journée, nous trouvons ainsi notre petit déjeuner. A partir de 9 heures, si nous avons de l’argent, nous allons acheter ce dont nous avons besoin, par exemple, marihuana, colle, pyrite, rochec, et comme ça le groupe est inspiré, on voit les choses plus clairement et, en plus, cela nous donne du courage pour voler même durant la journée. Pour nos activités nous sommes organisés, chacun a son job à faire… moi, je suis chargé d’ouvrir ou de casser les portes ou fenêtres, je travaille avec un passe-partout, avec mes couteaux ou je casse les portes avec un marteau. Le passe-partout m’a été offert par mes camarades. La nuit, à partir de 21 heures, nous faisons la chasse aux gens ivres, dans la rue, nous les suivons et volons leur argent. Le soir nous partageons les bénéfices de la journée, en accord avec la hiérarchie du gang. C’est le leader qui reçoit le plus.
H. O. (g) 13 ans : Nous travaillons pour des gens dans les kiosques, nous faisons la vaisselle ou les aidons à ramasser les poubelles mais ce travail n’est pas très bon, nous ne tirons presque aucun profit et de plus, nous sommes exploités par les tenanciers de ces magasins parce que nous sommes utilisés comme main-d’œuvre pas cher. Nous volons ensemble dans les rues et cambriolons dans les maisons. C’est tout ce que je fais de la journée.
B.N. (g) 17 ans : Je travaille durant la nuit comme escorte des prostituées qui vont d’un night-club à l’autre ou à l’hôtel, ou qui vont rentrer chez elles. Elles me paient toujours, elles savent que je suis toujours sur place et que je les attends jusqu’à ce qu’elles terminent leur job. Il faut les escorter parce que la rue est très dangereuse la nuit et elles peuvent être agressées ou on peut leur voler leur argent. Je travaille aussi avec un patron que j’ai, je l’accompagne toujours la nuit pour quitter son bureau ou pour aller chercher sa voiture, il me paie chaque fois, c’est moi qui le protège. Tout ce travail je le fais la nuit. Je termine mon travail vers 5 heures du matin, je vais prendre du thé puis je vais dormir. Je me lève vers 8.30 ou 9 heures du matin et retourne à (…) pour aider (…) avec qui je fais certains travaux ; quand je termine ces travaux, vers midi, je mange des chips avec du thé. Je me repose de nouveau ou je reste avec mes camarades pour ensuite, vers 17 heures, retourner à (…) et commencer à protéger mes clients ; je reste là jusqu’à 5 heures du matin. Parmi mes clients il y a aussi des wazungu, oui, des touristes qui viennent s’amuser ici la nuit ; je les protège aussi, ils paient bien les filles et moi aussi. C’est vrai, je ne dors pas beaucoup mais je me sens très bien. Mais, il y a des jours où je me sens très fatigué, alors je vais dans un centre de charité que je connais où je peux me reposer et me relaxer. Quand je me sens seul la nuit, en attendant mes clients, je vais m’asseoir avec les askari, sans quitter mon secteur, et nous parlons. Depuis que je suis dans la rue, en 1986, je suis très proche des askari et de la police aussi. Parfois la police vient me chercher pour me demander de l’aide, ils me posent des questions et je travaille aussi avec eux en tant qu’informateur. Oui, j’ai mon gang, mais mes rapports avec la police n’ont rien à avoir avec le gang, mes copains ne sont pas opposés, de toute façon je suis leur leader et comme ça nous sommes protégés. Non, je préfère ne pas parler des activités du gang ; pas encore ; de toute façon vous nous connaissez déjà, vous savez qui nous sommes et vous êtes protégée aussi. Oui, je passe beaucoup de temps seul à cause de mon travail et de mes responsabilités. Non, je n’ai pas de petite amie ni d’épouse parce que ici chacun a déjà fait son couple et les filles d’ailleurs sont déjà compromises.
E. M. (g) 17 ans : Je suis dans la rue depuis 1985. Dès que je suis arrivé dans la rue j’ai été admis dans un gang… parce que j’ai montré que j’étais fort… oui, j’étais très petit mais déjà je savais me battre… parce que j’ai appris à me défendre à Mathare où j’habitais avec ma mère. C’est moi qui ai quitté la maison parce qu’on n’avait rien, il fallait chercher à manger ailleurs. J’habite ici, cette rue est notre territoire, c’est ici que je dors. Je me lève à 4 heures du matin pour aller travailler. Je m’occupe de ramasser du papier et des bouteilles jusqu’à 9 heures. Après je vais vendre ma marchandise et ensuite je vais acheter mon petit déjeuner… un thé et parfois aussi un samosa.49 Je gagne environ 60 ou 70 shillings par jour. Vers 11 heures je suis libre et, généralement, je vais rejoindre mon gang ; nous organisons une réunion pour planifier nos activités du jour. Oui, je mange aussi à midi, avec mes camarades, de l’ugali ; nous cherchons la nourriture dans les poubelles ou nous demandons près des restaurants aux clients qui sont en train de manger. L’après midi, après avoir travaillé avec mes camarades du gang, je vais à Mathare pour acheter et boire de la chang’aa ; comme je deviens ivre très vite, je dois dormir un peu. Je dépense tout mon argent, je ne fais pas d’épargne. Je le dépense dans des choses qui peuvent me distraire, comme l’alcool, ou pour m’amuser avec les filles de la rue. Je suis très heureux quand je peux boire de l’alcool et que j’ai une fille avec moi.
M. M. (g) 15 ans : Pour gagner de l’argent je ramasse du papier ou de la nourriture, je mendie dans les rues ou je vole de l’argent aux passants. Je travaille beaucoup, je suis toujours prêt à l’action. Je me lève à 5 heures pour aller au marché fouiller dans les poubelles et récupérer les pommes de terre, les mangues etc., que les vendeurs ont jetées. Je nettoie cette nourriture et puis je vais la vendre dans la rue ; si je n’arrive pas à tout vendre, je donne ce qui me reste à mes copains de la rue.… Le soir, ça dépend ; nous participons à des jeux d’argent que les gens organisent dans la rue, nous mettons en jeu aussi notre argent mais nous savons comment faire pour gagner… ou bien nous allons voler au centre ville, pour cela nous sommes bien organisés, nous ne prenons pas aux pauvres gens qui passent dans la rue, nous préférons des affaires plus lucratives… des magasins, des entrepôts, des voitures sur la route de l’aéroport… Nous travaillons aussi bien à Mathare que dans le centre de Nairobi. Nous arrêtons de travailler à 2 heures du matin, parce qu’on est déjà très fatigué, nos journées sont très longues, nous allons donc dormir… cela dépend où nous nous trouvons à cette heure-là, nous pouvons dormir dans la rue dans le centre ou à Mathare Valley dans des maisons où sont organisées les veillées des morts.
P. O. (g) 13 ans : Je me lève entre 9 et 10 heures du matin parce que je me couche tard. Tout de suite je cherche quelque chose à manger ; après je reste avec mes copains du gang et je cherche aussi de la nourriture pour manger à midi. Vers 14 heures je me promène et, si j’ai de l’argent, je vais regarder une vidéo. J’ai rendez-vous avec mon gang à 16 heures ; nous avons différentes activités, cela dépend de notre état d’esprit ; nous pouvons aller jouer au football, par exemple, ou faire, ensemble, d’autres travaux pour avoir de l’argent. C’est à partir de 19 heures que nous sommes très occupés, c’est à cette heure que nous commençons à travailler… actuellement, nous volons des matériaux de construction, par exemple, des tôles métalliques, des tuyaux, du bois etc. Nous vendons la marchandise, nous partageons l’argent. Je dépense mon argent en achetant de la nourriture, de la colle et, parfois, je vais rendre visite à ma mère et je lui donne un peu d’argent. Oui, j’ai ma vie ici dans la rue ; j’ai une épouse, elle s’appelle Awino et elle a 11 ans ; elle fait aussi partie de notre gang mais elle ne travaille pas avec nous la nuit parce qu’elle a d’autres activités dans les hôtels du centre mais nous nous rejoignons pour dormir ensemble.
A. M. (g) 15 ans : Je ne peux pas vous parler uniquement de ma vie à moi parce que tout ce que je fais, je ne le fais pas tout seul, je le fais avec mon gang. Notre gang est composé de 46 garçons âgés entre 9 et 18 ans. Je suis le leader et nous travaillons et vivons ensemble. Nous devons nous réunir tous les jours à notre base à (…) à 10 heures, nous restons ensemble jusqu’à 13 heures ensuite nous partons à la recherche de nourriture pour le déjeuner. Nous nous réunissons à nouveau, à notre base, à 14 heures, pour commencer nos activités ; nous jouons au football et nous volons ce que nous pouvons, jusqu’à 19 heures. Comme nous savons que c’est à 19 heures que les agents de police vont dîner, nous en profitons pour aller mendier et voler dans les voitures, aux feux rouges, dans les magasins et là, à la sortie de l’église. Pour pouvoir faire ces travaux, comme nous sommes nombreux, nous nous divisons le travail ; ainsi, certains s’approchent des policiers et se mettent à leur raconter des histoires, pour les tenir occupés à l’écart, tandis que les autres volent. Nous terminons notre travail vers 22 heures, quand nous allons soit répérer des maisons à cambrioler, soit des maisons où on veille les morts pour dormir. A ce moment-là chacun d’entre nous doit se débrouiller pour trouver un endroit pour dormir parce que nous ne pouvons pas entrer ensemble dans la même maison. Maintenant je dors seul ; j’avait une petite amie mais, malheureusement, elle a dû s’en aller loin de notre territoire… parce que la police la recherchait, maintenant je suis seul.
R. M. (g) 10 ans : Ma mère est décédée il y a 3 ans. Je ne sais pas qui est mon père. Après la mort de notre mère, notre maison, à Mathare Valley, a été démolie ; mes frères et moi sommes restés dans la rue. J’ai donc été admis dans un gang, nous sommes 35 garçons ; nous dormons sur les trottoirs, ensemble. Je mendie dans la rue, près des magasins ; je gagne au maximum 60 shillings par jour. Avec mon argent j’achète de la nourriture, de l’ugali et du zukumawiki et des bananes aussi ; j’achète aussi de la nourriture pour mes copains. Je passe tout le temps avec mes copains, nous volons les passants et les touristes aussi. Oui, nous sommes toujours ensemble mais ce n’est pas toujours dans le calme… parce qu’il arrive que même mes camarades me prennent mes vêtements, ils volent mes affaires personnelles ; parfois, certains d’entre eux me prennent comme s’ils allaient m’étrangler tandis que les autres me battent. C’est très dur, cela m’arrive parce que je suis le plus petit ; cela se passe aussi quand nous énervons notre leader, à ce moment-là notre vie est en danger… Oui, j’aime bien rester dans la rue, nous nous amusons aussi et je n’ai pas d’autre endroit où aller.
M. M. (g) 15 ans : Je suis dans la rue depuis 1983. Je n’ai pas connu mon père. Je suis le fils d’une fille de la rue qui est décédée. Je n’ai pas de frères ou de sœurs. Je me suis retrouvé moi-même à la rue quand j’avais 3 ans. Ma seule famille est mon gang. J’ai un gang composé de 40 membres, filles et garçons, notre territoire est à (…) et nous avons entre 11 et 16 ans. L’activité de notre gang est d’attaquer les personnes qui voyagent vers d’autres villes, ou vers la campagne, en nous introduisant dans les matatu ou dans les trains. En tant que leader du gang, j’ordonne à tous et à toutes de se lever à 5 heures du matin pour aller attendre les voyageurs qui arrivent tôt dans les trains. Chacun connaît son job et le fait bien. Nous mettons ensemble les revenus de nos activités ; le gang gagne environ 3 000 shillings par jour, cela dépend des clients car il peut arriver qu’ils n’aient rien. Je passe presque tout mon temps avec mon gang, je dois être avec eux, il faut faire marcher les choses. Je travaille seul aussi, en ramassant du papier que je vends pour le recyclage ; avec ce job je gagne environ 20 shillings par jour ; j’utilise cet argent pour acheter de la colle et quelque nourriture. Quand je ne suis pas occupé avec mon gang, ou travaillant seul, je suis avec mon épouse… elle réside ici avec moi, elle a 15 ans, elle est aussi une fille de la rue, elle est la mère de mon fils.

58Soulignons que toutes ces activités, ‘légales’ ou ‘illégales’ sont appelées ‘travail’ par les jeunes. Ce sont ces travaux qui assurent la survie économique et sociale, ainsi que la cohésion du groupe. Tous les jeunes rencontrés réalisent des activités ‘illégales’ mais, environ 30 % d’entre eux combinent ces activités avec le ramassage de papier et d’autres objets destinés au recyclage. Il s’agit d’activités liées au secteur informel de l’économie et ils ne le font que le matin. Environ 25 % des jeunes ne font que voler, parfois spécialisés, comme dans le cas des cambrioleurs de maisons ou de voitures, tandis qu’environ 15 % survivent grâce, uniquement, à la mendicité et aux vols.

59Toutes les filles âgées de plus de 12 ans travaillent dans la prostitution, mendient et sont associées aux activités de leurs gangs (espionnage, vols, transport et vente de marchandise volée, recrutement de filles destinées à satisfaire les demandes des clients nationaux et des touristes, etc.). Exception faite de la dernière activité, elles restent en groupe et travaillent de pair avec leurs camarades de la rue. Les filles de la rue sont plus visibles durant la nuit, seules ou en groupe, à la recherche de clients ou tout simplement en compagnie des autres membres du gang. Les filles ne sont pas très visibles le matin ; selon leurs témoignages, la majorité dorment à cette heure-là et ne commencent leur journée que vers midi. Certaines d’entre elles, principalement celles qui ont des petits enfants, se déplacent tôt le matin au Jevanjee Garden où un groupe de bénévoles distribue, tous les jours, des petits déjeuners gratuits, pour ensuite retourner dormir.

60La spécialisation dans le travail, les horaires et même, les victimes choisies, font partie d’un planning organisé où le leader assume la principale responsabilité tant dans son élaboration que dans son exécution. Encore une fois on constate la solidarité et la cohésion au sein des groupes ; par exemple, un jeune n’est jamais envoyé seul faire des travaux dangereux. En revanche, un jeune est libre de se déplacer tout seul pour aller ramasser du papier ou de la nourriture. Ces dernières activités s’opèrent le matin. D’après notre expérience du terrain, nous croyons qu’à cause de sa solitude, du manque d’encadrement sécuritaire pouvant assurer la réussite de son action, le jeune n’attaque personne à cette heure-là, ce qui rend la rue plus sûre (jusqu’environ 12 heures) aux passants.

61Nous constatons, encore une fois, que les jeunes de la rue doivent, pour leur survie, faire comme les populations marginalisées de Nairobi, c’est-à-dire, qu’ils sont obligés de passer de manière forcée de l’informel à l’illégal. Nous constatons aussi que les travaux matinaux des jeunes de la rue, dans le secteur informel, se combinent avec la délinquance régulière, celle qui est devenue un mode de vie.

La spécialisation dans la rue : délinquance organisée et violence urbaine

  • 50 M. Forsé, 1981, La sociabilité, Revue Economie et Statistique n°132.

62L’organisation sociale des enfants de la rue est, dans un premier temps, fortement structurée par la création de nouveaux repères identitaires. Leur sociabilité s’identifie aux liens sociaux, à tous ces rapports inter-personnels construits dans la rue, qui se caractérisent par la régularité, la cohésion et la stabilité. Cette nouvelle sociabilité est aussi associée à l’apprentissage et à la reconnaissance d’une nouvelle autorité. Se trouve ainsi consolidée une sociabilité marginale ‘externe’ où la relation traduit une certaine (ou totale) distance par rapport aux normes, aux valeurs, centrés sur le foyer familial.50

63L’organisation sociale procède aussi, au début, d’une phase violente dans l’intégration des nouveaux venus qui finissent par s’assimiler au groupe dont ils adoptent le mode de vie, la violence régulière et le système de valeurs. En fait, les nouveaux venus commencent par s’insérer, généralement en exposant leur force et leur capacité à s’exprimer par la violence, dans la violence symbolique et réelle. La pratique de la violence, individuelle ou collective, fait qu’au fil du temps les parcours se diversifient dans une mobilité ascendante qui les intégre à d’autres formes de délinquance violente. Cette mobilité est favorisée par les évolutions du groupe qui doit, non seulement faire face à sa propre survie mais, aussi, se défendre des agressions externes, des violences rencontrées dans la ville.

64C’est ainsi que les jeunes passent du travail dans la petite délinquance à la délinquance organisée jusqu’à s’intégrer dans une violence urbaine pour ainsi dire institutionnalisée. La première, et nous croyons la plus importante manifestation d’intégration à la violence urbaine concerne la défense du territoire. En fait, le territoire induit un sentiment d’appartenance qui montre que ces jeunes ont acquis l’identité de la rue, qu’ils ont créé leur espace symbolique et concret, en réinventant, par la violence, des dispositifs visant à sauvegarder l’acquis. Ces dispositifs régulateurs articulés aux territoires accomplissent aussi une fusion remarquable, comme le montrent les réponses des jeunes quand ont leur demande ce qui se passe si quelqu’un d’autre vient prendre leur territoire, leur parcelle de trottoir : nous le défendrons même aux prix de notre vie et au prix de la vie des agresseurs. En réalité, les symboles et la régulation sociale autour du territoire contribuent à construire, à entretenir et à transmettre aux membres de chaque gang, des modèles et des repères culturels : ce sont eux qui se substituent aux solidarités familiales perdues.

65Quand le territoire d’un gang est envahi, la structure sociale du groupe se voit perturbée. Les codes régulateurs du groupe obligent à la défense collective de l’acquis, tous les membres du gang sont alertés et regroupés, chaque membre prépare son ou ses armes et la guerre des gangs commence sous le commandement du leader. Cette manifestation de l’intégration collective à la violence urbaine se termine par des blessés et des morts ; personne, dans la société civile, ne s’inquiète de savoir ce qui se passe ; les autorités n’interviennent pas : la société formelle reconnaît implicitement l’appartenance de ces groupes à un lieu où elle n’a pas à intervenir, comme s’ il s’agissait d’une propriété privée. Les guerres pour la défense du territoire ont généralement lieu la nuit, dans les rues, sous le regard d’autres gangs amis ou ennemis qui, en principe, n’interviennent pas. Ecoutons les récits livrés par certains membres des gangs.

H. O. (g) 13 ans : Les luttes les plus importantes et les plus graves se passent quand nous avons des guerres contre des gangs ennemis. Nous faisons ces guerres quand un autre gang veut acquérir notre territoire. Ces gangs provoquent la guerre parce qu’ils sont nombreux et n’ont plus de place sur le territoire qu’ils possèdent ; ils essaient donc de prendre le territoire voisin ou le territoire d’un autre gang moins nombreux. Nous nous battons aussi quand quelqu’un d’un autre gang vole ou agresse un des nos amis, ou quand il prend l’épouse ou la petite amie d’un de nos camarades. Nous nous battons aussi quand l’autre gang nous a dénoncés auprès de la police ou auprès du public… parce que si la police ou la foule vient chez nous, nous pouvons nous faire tuer, nous faire lyncher… Nous considérons qu’il faut éliminer ceux qui nous dénoncent parce qu’ils sont des traîtres. C’est pour tous ces motifs que nous faisons la guerre. Ces guerres sont très violentes. Quand nous sommes en guerre l’objectif est d’éliminer, d’écraser l’ennemi. C’est une guerre ouverte, de tous contre tous, nous nous battons avec tout ce que nous trouvons, par exemple, avec nos canifs et nos couteaux, mais aussi avec des morceaux de verre, des bouteilles cassées, des morceaux de métal, des ceintures, du bois, des bâtons, etc. Nous essayons de ne pas participer et même de ne pas aider un gang ami dans ces guerres parce que, généralement, cela se termine avec des victimes… des blessés et même des morts. Nous essayons aussi de ne pas nous mêler des problèmes qu’un de nos membres peut avoir avec un autre gang, nous le laissons se débrouiller seul ; nous venons l’aider si nous voyons que vraiment il va se faire tuer, mais les membres de notre gang doivent savoir se défendre et sortir de toutes les situations. Mais quand le problème relève d’un gang contre le nôtre, nous devons tous être prêts à nous battre, c’est la loi, peu importe ce qui peut nous arriver. C’est pour cela que nous portons toujours nos couteaux et nos canifs avec nous ; nous devons être prêts à nous défendre nous-mêmes et à défendre notre territoire.
D. K. (g) 12 ans : Je suis dans la rue depuis 1988 ; à ce moment-là, avec d’autres amis, nous avons fondé notre gang. Nous sommes 10 membres, âgés entre 12 et 18 ans. Du gang que nous avons fondé en 1988 ne restent que 4 membres vivants parce que deux ont été assassinés par le leader et les autres ont été assassinés par la justice expéditive. La loi dans le gang est très stricte, personne ne va contre la loi parce que celui qui n’obéit pas, celui qui vole les autres, celui qui ne fait pas les choses bien le paie de sa vie. C’est la loi. La loi est la même si un autre gang nous pose des problèmes on veut occuper notre territoire ; nous répondons par la guerre et c’est la guerre à mort ; nous les tuons s’il le faut. Les autres gangs nous connaissent, ils ne viennent plus chez nous.
A.M. (g) 20 ans : Personne ne peut venir sur notre territoire, nous le protégeons par la force. Parfois nous avons des problèmes sérieux, par exemple, quand un de nos membres est blessé au cours des combats, nous devons le cacher et le soigner. Nous devons être très violents avec les autres gangs parce qu’ils veulent prendre notre territoire mais nous nous sommes bien battus et nous avons réussi à le garder depuis 6 ans. Notre territoire c’est ici où nous sommes, ce n’est qu’une rue mais c’est la nôtre… tous les gens qui habitent ici et les commerçants nous connaissent, ils ne nous dérangent pas alors nous les laissons tranquilles. En réalité les problèmes ne viennent pas de nos voisins de rue mais de la police ou des autres gangs. Par exemple, parfois nous allons travailler dans certaines rues près du centre ; là tout le monde peut travailler mais il y a des jeunes d’autres gangs qui empêchent les autres de rester, même de passer par là et nous ne pouvons pas supporter cela. Nous attendons les jeunes qui nous ont dérangés et les battons pour qu’ils apprennent à ne pas nous embêter et à ne pas déranger un des nôtres. Mais après ces jeunes viennent avec leur gang pour se venger et nous devons répondre. Nous avons subi quelques défaites mais nous avons réussi à garder notre territoire ; seulement trois de nos camarades sont morts suite à ces guerres. Oui, les morts dans les gangs ennemis ont été plus nombreux que chez nous. Des deux côtés nous avons toujours eu des blessés, même très graves. Parfois nous les soignons nous mêmes ou nous les amenons à l’hôpital de charité, cela dépend de la souffrance du garçon. Non, les filles ne sont pas obligées de se battre au cours des guerres, elles nous accompagnent et aident à soigner les blessés. Nous vengeons aussi nos blessés et nos morts, et nous ne permettons pas que quelqu’un vienne nous déranger ; c’est pour cela que nous sommes toujours prêts à nous battre et que nous sommes toujours armés et ensemble.
E.K. (g) 12 ans : Nous avons notre territoire, nous n’acceptons ni espions ni intrus ; si nous les trouvons il y a problème, cela dégénère et le résultat est une guerre avec d’autres gangs. Nous nous battons à mort. Nous nous battons principalement pour garder notre territoire mais aussi contre les voleurs et les autres gangs jaloux qui savent que nous travaillons bien et que nous avons de bons revenus et viennent pour nous voler notre argent ou nos avoirs. Le gang a un revenu de 3 000 shillings par jour mais ce n’est pas fixe, cela dépend des victimes que nous trouvons. Parfois aussi, des membres d’autres gangs attaquent un de nos camarades, dans la rue, pour lui voler son argent ; comme il est seul, le mot d’ordre est de ne rien faire pour ne pas se faire assassiner mais de rentrer tout de suite chez nous et de nous concerter. Ensuite, nous nous rassemblons et partons ensemble venger notre camarade. La guerre est à mort, nous devons toujours montrer que nous sommes forts sinon on pourra nous éliminer facilement.

66Dans cette violence organisée se manifestent de nombreux mécanismes de surveillance, des dispositifs organisateurs et régulateurs, ainsi qu’une maîtrise dans la manipulation et dans la sauvegarde de l’espace. La culture de la rue est à envisager comme un moyen de construction sociale, façonné dans un contexte d’exclusion et de misère, consolidant en même temps une identité propre à la rue. Dans les guerres entre les gangs, plus encore que leur honneur, les jeunes défendent leur territoire.

  • 51 M. de Certeau, 1990, L’invention du quotidien, 1, Arts de faire, Editions Gallimard, Paris, 148.

67Par ailleurs, les rapports jeune/rue/territoire, nous amènent à dire que les jeunes de la rue donnent un sens à celle-ci et créent des mobilités spatiales différentes de celles qui sont planifiées par l’aménagement urbain officiel. La rue est ainsi parcourue avec une autre signification, celle du jeune maître de la rue. Source d’identité et de force pour les jeunes qui la parcourent, la rue est inventée, occupée, parcourue, appropriée, partagée etc. L’acte de marcher a en effet une triple fonction ‘énonciative’ : c’est un processus d’appropriation du système topographique par le piéton ; c’est une réalisation spatiale du lieu ; il implique des relations entre des dispositions différenciées, c’est-à-dire, des ‘contrats’ pragmatiques sous la forme de mouvements,51 qui aident à la consolidation de la culture de la rue. L’espace n’est donc pas seulement le territoire à défendre. La rue est aussi l’espace formel d’intégration à la violence urbaine car la mobilité spatiale apprend au jeune de nouvelles démarches, l’associe à d’autres jeunes, renforce des liens sociaux avec des adultes qui n’obéissent pas non plus aux normes de la société dite formelle. De même, la mobilité spatiale comporte une fonction de proximité car elle permet aux jeunes de la rue de créer et de resserrer des liens et des complicités avec les membres d’autres gangs, avec les gangs de classes d’âge supérieures (avec qui on peut s’associer pour développer de nouveaux parcours criminels) et même, avec certains membres de la police avec qui on entretient des complicités et des actions secrètes.

  • 52 R. Ledrut, 1984, La forme et le sens dans la société, Librairie des Méridiens, Paris.

68C’est de cette façon que s’ouvre le paradigme sur la forme et le sens de l’espace urbain52 dans un contexte de violence. En fait, la culture de la rue nous montre que, selon la mobilité physique et sociale des jeunes concernés, apparaissent des spécificités spatiales, des zones ‘criminogènes’, des rues avec des particularités sociales définies. Ce sont ces spécificités spatiales qui permettent de relever des variations topographiques dans la structure de la criminalité urbaine. Sans tenir compte du nord, très résidentiel, de la ville, nous allons décrire les spécificités ‘délictueuses ou criminelles’ de chaque secteur, d’après un relevé fait à partir de tous les témoignages recueillis.

69A l’est de la ville, où se situent les quartiers les plus pauvres, dans les grands bidonvilles tels que Mathare Valley et Korogocho, on remarque une spécialisation dans les vols de vêtements (ceux que la population met à sécher au soleil à l’extérieur des huttes), de fenêtres pour récupérer le bois et le revendre, de matériaux de construction, de légumes non cuits dans les postes de fortune installés dans les rues, de nourriture préparée dans les kiosques, et de vêtements et de chaussures de seconde main dans les marchés du secteur informel. Les pickpockets sont nombreux ; on vide les poches des gens, on prend d’assaut les femmes pour leur voler leur sac et leurs paquets, on vole, de façon très amicale, presque amusante, les hommes ivres qui se promènent dans la rue. On assaillit les gens qui partent tôt ou qui rentrent tard du travail, on vole même leurs sacs de nourriture pour la journée. Toutes ces activités sont réalisées par des garçons et des filles tous âges confondus, chacun d’entre eux ayant sa propre fonction dans chaque acte. D’après les témoignages, les jeunes essaient de ne pas avoir recours aux armes dans ces quartiers, ils se limitent à intimider, en groupe, la victime et n’ont recours aux canifs qu’en cas d’agression de la part de la victime ou si celle-ci ne veut pas donner ce qu’ils lui demandent. Cependant, il est important de signaler que, d’après d’autres témoignages recueillis chez les habitants du secteur, et d’après nos propres observations, c’est seulement pendant la journée qu’il n’y a généralement pas de recours systématique aux armes et les proies choisies sont les femmes, les vieillards et les hommes ivres. Au petit matin et durant la nuit, les gangs s’attaquent à tout le monde de façon indifférenciée et utilisent leurs armes.

70A l’ouest de la ville, c’est à Westlands, secteur de classes moyennes, mais aussi dans les bidonvilles de Kawangare et Kangemi, que l’on remarque une appropriation des rues par des gangs très structurés qui comptent, généralement, plus de 20 membres. Il s’agit de gangs composés de jeunes âgés, principalement, de plus de 15 ans dont les actions sont plus organisées et plus spécialisées. Ces gangs s’associent aussi à d’autres groupes urbains plus spécialisés dans des actes délictueux. Les gangs à Westlands font le parcours de l’ouest et du centre de la ville ; ils arrivent à circuler sans se faire repérer par les autorités, par les commerçants (leurs principales proies) ou par les passants. Ces gangs ont établi des mécanismes sécuritaires et gardent aussi des liens de solidarité, d’entraide, principalement avec les gangs du City Park et de Jevanjee Garden. Les hold-ups, les assauts à main armée dans la rue durant la nuit et les pickpockets permanents, sont la spécialité de ces groupes. Certains membres des gangs ayant Westlands comme siège ne travaillent pas le matin dans le recyclage mais ils portent, pour quelque monnaie, les paquets des gens qui font leurs courses dans tout le réseau des supermarchés du secteur, ils nettoient les trottoirs où sont installés les marchands de fleurs et collaborent au ramassage d’ordures à la sortie des magasins. Ces travaux matinaux assurent à ces jeunes une relation avec la société formelle parce qu’ils assurent aussi la sécurité des gens qui leurs donnent l’emploi mais, ceci ne les empêche pas de s’adonner aux activités délictueuses propres au gang le reste de la journée et durant la nuit.

71Au sud de la ville, les gangs se sont établis principalement à Kibera, bidonville historique progressivement devenu quartier structuré, et près de la zone industrielle et de ses entrepôts. A Kibera les gangs, comparés à ceux des autres quartiers, sont moins nombreux. Ils travaillent au ramassage de papiers ainsi que dans la petite délinquance mais leurs actions ne dénotent pas le même niveau de violence que celui des gangs des secteurs déjà décrits. Nous croyons que ceci est à attribuer au fait religieux (une grande partie des habitants est musulmane) et également au moindre nombre de familles monoparentales dans le quartier : le contrôle social des jeunes, même quand ils habitent dans la rue, y est moins dégradé. Cependant, la délinquance juvénile devient criminalité organisée dans d’autres secteurs du sud, par exemple, dans la zone industrielle où se réalisent des cambriolages et des hold-ups principalement pendant la nuit dans des maisons, garages, magasins, entrepôts et fabriques. Il s’agit de groupes organisés, constitués principalement d’hommes adultes (de 20 à 45 ans selon nos sources), qui travaillent de concert avec d’autres gangs de jeunes. Ces groupes se sont organisés pour commettre des vols de voitures garées, ainsi que des holdups dans les voitures qui vont ou viennent de l’aéroport. Ces activités ne se font que la nuit, elles obéissent à des plans décidés par avance quant au lieu et à l’heure. Les jeunes obéissent à des consignes données par des adultes ou des rabatteurs qui n’appartiennent pas aux gangs mais qui relèvent d’autres organisations et qui sont armés de couteaux, de canifs et d’armes à feu. L’adulte qui dirige l’opération choisit les jeunes qui peuvent participer, il s’assure de leur fidélité, de leur force et de ce qu’ils soient bien armés. Selon les résultats du pillage, l’adulte qui dirige paie les jeunes avec de l’argent ; le butin ‘récupéré’ dans l’action et les plus grosses sommes d’argent ne sont pas distribuées. Il s’agit d’une sorte de recrutement de jeunes pour une action déterminée car ceux qui sont liées à ces groupes d’adultes réalisent toujours le même travail, par exemple surveiller l’arrivée d’autres voitures ou dégonfler les pneus de la voiture prise comme proie.

72Il faut donc souligner que les gangs à Nairobi ne sont pas centrés sur un seul quartier, sur un seul espace public. En fait, les gangs s’étendent de l’extrême est de la ville vers le centre, le sud et l’ouest. Les gangs sont plus nombreux à l’est, principalement à Mathare Valley, Huruma State, Korogocho, Pangani, Muoroto, etc. La mobilité spatiale montre que même si la majorité des jeunes des gangs est née à Mathare Valley, ces jeunes ne restent pas là et cherchent aussi à s’insérer au cœur de la ville. Nous ne pouvons pas encore parler de ‘pression démographique’ des gangs sur le centre ville, mais nous observons une importante densité de peuplement dans ce secteur, principalement, dans et autour de City Park, Kenyatta Avenue et Jevanjee Garden.

73L’ouest de la ville ne subit cependant pas la même pression et, comme le nord lui aussi habité par des classes aisées, la population met en pratique des mesures de sécurité privées très strictes (alarmes, vigilance permanente, maisons entourées d’enceintes en béton et auxquelles on n’accède qu’en voiture). Les activités délictueuses sont donc planifiées en accord avec la topographie sociale de sorte que le nord de la ville se voit le plus épargné par la criminalité, grâce à son éloignement, aux difficultés (relatives au transport) qu’on trouve pour y avoir accès et aux mesures de vigilance privée. Dans la distribution spatiale de la violence à Nairobi on observe donc une spécialisation des activités selon les quartiers déterminée autant en fonction de la classe sociale de leurs habitants que de celle de l’âge des membres des gangs. Il n’en demeure pas moins que c’est dans les quartiers les plus défavorisés que la délinquance et la violence quotidiennes sont les plus manifestes.

74Le niveau de nos recherches sur le terrain ne nous permet pas encore d’établir un lien entre les activités énoncées et le crime organisé ou les assassinats. En revanche, nous pouvons déjà différencier les crimes et les violences commis contre la personne de ceux qui le sont contre les biens. En fait, en ce qui concerne les jeunes de la rue âgés de moins de 20 ans, ils sont, en tant qu’acteurs, impliqués principalement dans des crimes contre les biens et, en tant que victimes, par des crimes contre la personne.

  • 53 D. Rodriguez-Torrès, 1996, Le gang Serena : origine et production d’une contre-société de la rue à (...)
  • 54 Cette constatation modifie en partie, les rapprochements faits entre besoin et action délictueuse (...)

75Nous constatons aussi qu’avec le temps la rue devient un espace de spécialisation. Il s’agit d’activités développées par les jeunes en fonction de leur âge et qui n’obéissent pas à une échelle de valeurs communément admise. Par exemple, le leader principal du gang ‘Serena’, nous disait que pour pouvoir se sauver il faut courir très vite et nous sommes déjà trop vieux pour arriver à nous enfuir, on peut nous rattraper tout de suite ; nous sommes obligés de chercher d’autres alternatives pour survivre, nous faisons donc d’autres travaux.53 Avec ces nouvelles activités criminelles, le passage de la délinquance à la violence urbaine institutionnalisée n’obéit donc plus aux seuls besoins54 de nourriture ou à ceux d’un foyer. Ces activités obéissent à un mode de vie, à une culture, à une entreprise organisée, structurée, pourvoyeuse de revenus. Cette entreprise renforce d’une part les pratiques unificatrices et, d’autre part, elle ouvre sur la criminalité organisée.

Les dangers de la rue

76Les jeunes de la rue sont perçus comme dangereux mais eux-mêmes sont également en danger. Il s’agit des dangers inhérents à l’exclusion et à la marginalisation qu’ils subissent, inhérents aux pratiques de survie qui sont les leurs, voire même inhérents à leur simple exposition dans la rue où ils peuvent être tués par d’autres camarades de la rue, par la justice expéditive de la foule ou même par des policiers. Ils sont le plus souvent incapables de compenser les effets pervers de leur environnement physique et social et ne peuvent compter ni sur l’aide des pouvoirs publics ni sur celle des réseaux d’entraide.

Viol et prostitution

  • 55 Le viol est aussi une des activités réalisées par des jeunes de la rue, principalement la nuit, da (...)

77Ce sont principalement les filles de la rue qui subissent les viols. Le viol est un rite d’initiation à la vie du gang mais il est aussi une des manifestations de la violence subie par les jeunes de la rue.55 Il est très difficile de trouver des données et même des témoignages sur le sujet mais, d’après les récits des jeunes, nous savons qu’ils sont agressés sexuellement par des adultes durant la nuit, comme nous l’avons déjà décrit dans leur façon de s’organiser pour dormir.

  • 56 Street Contact, 1992, Sexual Abuse and Exploitation in Kenya, Undugu Society, Kenya, 9.

78Il est aussi difficile de réunir des données dignes de foi sur la prostitution et l’exploitation sexuelle qui entoure les jeunes de la rue. D’après certaines estimations, environ 25 000 filles habitent dans les rues des villes du Kenya ; la majorité se trouve à Nairobi.56 Selon les résultats de nos enquêtes sur le terrain, la majorité des filles de la rue à Nairobi, âgées de 11 ans et plus, trouvent dans la prostitution la source pratiquement unique de leurs revenus. Elles ne sont protégées que par les membres de leur gang et doivent subir la violence du milieu social qui les entoure. Elles donnent naissance à une deuxième génération d’enfants de la rue dans des conditions d’hygiène et d’alimentation désastreuses pour la mère comme pour l’enfant. Et n’omettons pas non plus de mentionner le cas des petites filles qui sont utilisées par des pédophiles nationaux et étrangers.

79Malgré leurs maigres ressources et leur manque d’éducation formelle, les filles que nous avons rencontrées, de même que les garçons, connaissent les dangers liés à l’activité sexuelle. Ils disent se protéger contre le sida et pour ce faire, les filles utilisent les préservatifs qui sont mis à leur disposition dans les ‘hôtels’, elles les volent et les gardent pour les utiliser avec d’autres clients dans d’autres endroits où ce service n’est pas assuré. Les filles volent aussi des préservatifs pour les offrir à leur époux ou à leurs petits amis ; K. L., un garçon de 17 ans, ‘marié’ à une de ces filles, avec qui il a un petit garçon de 2 ans, nous expliquait leur façon de se protéger des maladies aussi bien que de grossesses non voulues.

Ma femme part au travail tous les soirs, c’est moi qui garde notre fils, je le prends avec moi ou je le laisse avec les petits du gang tandis que je travaille. Quand ma femme rentre, si elle était dans un hôtel, elle ramène des condoms neufs qu’elle a pris dans les toilettes ; sinon, elle récupère le condom utilisé par le client et nous le ramène. On récupère tous les condoms utilisés, nous ne pouvons pas en acheter de nouveaux, ils sont trop chers. Nous les lavons et les réutilisons. Normalement, nous recyclons les condoms, nous les utilisons jusqu’à quatre fois, il suffit de les laver. Les condoms que ma femme amène ne sont pas seulement pour moi, nous les distribuons entre tous les garçons, les autres filles font la même chose, il faut que tout le monde se protège des maladies. Le moment où les filles de notre gang ne sont pas protégées c’est quand elles sont violées.

80Les viols et la prostitution sont des éléments implicites dans le parcours féminin de la rue. En ce sens, ces éléments font aujourd’hui partie du quotidien de la culture de la rue, dans un processus de mondialisation où l’enfant et le jeune sont devenus des marchandises sexuelles.

Consommation de drogues et de boissons alcoolisées

  • 57 Par exemple, en langue locale, bhang (marijuana), glue (colle), Junic’s, thinner, piriton, miraa, (...)
  • 58 Alcool illicite préparé à base de millet.

81La consommation de drogues et de boissons alcoolisées est caractéristique de la culture de la rue. Tous les garçons rencontrés consomment un stupéfiant quelconque et boivent de la bière ou des alcools locaux.57 D’après les témoignages, les filles se limitent à sniffer de la colle et/ou à boire de l’alcool, quand elles sont avec leur petit ami ou avec un client. La consommation de certains alcools, par exemple le miti ni dawa58 et la chang’aa, est d’usage courant chez les garçons âgés de plus de 12 ans. En revanche, la consommation de stupéfiants et, particulièrement, de la colle, est une habitude généralisée sans distinction d’âge. Chaque jeune porte son petit flacon de colle qu’il s’empresse de remplir, en achetant ce qu’il faut ou en le volant à un autre jeune de la rue, pour assurer sa dose quotidienne.

82Le milieu familial n’a aucune responsabilité dans ces habitudes ; elles ont été apprises, elles ont été déterminées par leur environnement et font partie des comportements qui identifient le jeune à la rue. Les jeunes énoncent eux-mêmes les raisons qui les conduisent à user de drogues ou d’alcools : pour calmer le froid, la faim, la douleur, la tristesse ; pour avoir le courage d’attaquer les passants ; pour avoir de la force et pouvoir se battre. D’autre part, comme il s’agit de produits fabriqués et vendus de façon clandestine, il n’existe aucune interdiction de vente aux mineurs. Les vendeurs d’alcools et de drogues sont les premiers intéressés à l’écoulement de leur marchandise et peu importe qui est le client.

83La majorité des jeunes luttent pour avoir de l’argent à dépenser dans ces produits plutôt que dans la nourriture. Il faut dire aussi qu’avec leurs maigres revenus ils n’arrivent pas à acheter un repas complet par jour. Des jeunes rencontrés, 55 % dépensent leurs revenus dans l’achat de nourriture et de colle ; 15 % n’achètent que de l’alcool et certaines drogues, ce qui, en conséquence, les oblige à voler leur nourriture ou la chercher dans les poubelles. Les filles disent dépenser leur argent en achetant de la nourriture et des vêtements ; elles disent aussi que, pour la colle, ‘nous pouvons la sniffer gratuitement dans les flacons de nos amis ou de nos époux’.

84La carence affective dont tous souffrent, le besoin d’une aide que personne ne fournit, comptent aussi au nombre des causes de la consommation d’alcool ou de drogue. Par exemple, 25 % de ces jeunes disent n’être heureux que s’ils boivent de l’alcool ou de la bière avec leur petite amie à leur côté. 20 % disent avoir besoin de se droguer, même en l’absence de compagnie, pour atteindre le bonheur. Beaucoup invoquent la déprime et la tristesse et considèrent que la seule façon de se remonter le moral, d’atténuer le chagrin, de cesser de se poser des questions, est de se droguer ou de boire. Un petit garçon de 10 ans, A.K.M., appartenant à un des gangs du centre de la ville, nous a donné une explication unique en son genre à la question de savoir pourquoi il fumait de la marijuana :

Je suis dans la rue depuis 4 ans, je suis seul dans la vie. Je sais que j’ai des camarades dans la rue mais je sais que je suis seul. Comme je suis encore petit je n’arrive pas encore à supporter l’alcool, j’y ai déjà goûté mais ça ne m’a fait que du mal. J’ai goûté à la marijuana et je l’ai aimée, elle ne m’a pas fait de mal. J’en achète tous les jours, je la fume seul, dans mon coin, à l’heure où personne ne viendra me déranger. Je fume à la fin de l’après midi, c’est plus joli, je regarde comment les gens courent pour prendre le matatu, je regarde le soleil se coucher. Je fume pour méditer. J’aime bien méditer, je reste là, tranquille et je médite sur ma vie, sur demain… quand je médite sur ce que sera mon avenir je perds l’espoir mais je continue à méditer…

85La rencontre et l’influence des autres, associées à la facilité qu’il y a à se procurer de la drogue, orientent incontestablement la consommation vers la dépendance. Nous ne saurions cependant dire s’il existe un accroissement des pratiques toxicomanes mais, d’après nos observations, il est clair que la consommation de colle conduit à celle d’autres stupéfiants et que la consommation de bière mène à celle d’alcools.

Pollution et risques pour la santé

86Les facteurs environnementaux font aussi partie des dangers de la rue. Dès qu’ils s’y installent, les jeunes se retrouvent dans un environnement malsain, fait de saleté et d’ordures, de froid et de maladies. Tous habitent, dorment et mangent, dans des endroits où on entasse des ordures. Ils n’ont pas les moyens de se laver, ils n’ont pas de toilettes. Ils ne possèdent que les vêtements qu’ils portent sur eux, sales et déchirés. Ils dorment par terre, couverts de papiers, de cartons et de plastiques sales qu’ils ramassent dans la rue. Ils couchent sur la saleté des trottoirs ou sur des ordures de toutes sortes. Pendant la journée, ils sont tout le temps entourés de mouches ou autres insectes. Nombreux sont aussi les jeunes qui dorment dans des ateliers de mécanique, ou sous des voitures, ou dans des entrepôts où on stocke toutes sortes de marchandises, où ils respirent des vapeurs d’essence ou sont contaminés par des produits chimiques.

87Si un jeune tombe malade (ils sont constamment enrhumés et les plus petits ont tout le temps le nez qui coule), il est soigné avec les ‘moyens du bord’par ses camarades du gang. S’il est blessé, par exemple suite à une guerre de gangs, il est toujours gardé et soigné par les siens. Les blessures sont nettoyées avec des ‘mouchoirs’ sortis des poches de ses amis, avec de l’eau ramassée dans un coin de la rue (s’il pleut) ou empruntée dans un bar du coin. Les médicaments sont achetés à la pharmacie par les camarades du malade, la prescription est faite par l’enfant qui fait l’achat, les médicaments sont administrés par un autre qui fait ‘la garde’, tout ceci dans la rue, le plus souvent de nuit, à la belle étoile. Certains jeunes malades ont recours aux services offerts par des institutions de charité mais ce sont surtout les filles qui fréquentent ces lieux où elles sont suivies par des infirmières et des religieuses qui contrôlent l’éventuelle présence de maladies contractées dans leurs travaux nocturnes.

  • 59 UNICEF, 1997, La situation des enfants dans le monde 1997, UNICEF.

88Nous avons identifié les viols, la prostitution, la consommation de drogues et de boissons alcoolisées, ainsi que la pollution, comme les éléments qui créent les plus grands dangers pour la santé des jeunes de la rue. En fait, nous constatons que les jeunes de la rue prennent tous les jours des risques graves pour leur santé : sida, maladies sexuellement transmissibles, grossesses non désirées, toxicomanie, sans parler des maladies respiratoires. De plus, ils se retrouvent plongés dans une réalité faussée où la violence et la méfiance, la honte et le rejet sont les normes.59

  • 60 A. Rosario, 1988, ‘Ragpicking and ragpickers’ education and development scheme in Bangalore City, (...)

89La nature des activités et du milieu de vie de ces jeunes est particulièrement insalubre, dangereuse et dégradante. Les jeunes contractent diverses maladies de peau – ulcères, gale, etc. En ramassant des morceaux de fer rouillé, il n’est pas rare qu’ils s’écorchent les mains, au risque d’attraper le tétanos. Les débris de verre cachés dans les ordures peuvent blesser leurs pieds nus, ce qui provoquera des lésions suppurantes. L’exposition à des conditions climatiques extrêmes peut être à l’origine d’autres problèmes : insolation, pneumonie, grippe, paludisme par exemple.60 La situation n’est pas différente à Nairobi mais encore faut-il y ajouter les risques encourus en mangeant de la nourriture qui a été jetée dans les poubelles ou qui est ramassée par terre, sur les trottoirs.

Culture de la rue et violence urbaine

90Les mécanismes violents par lesquels la culture de la rue s’installe en milieu urbain se trouvent donc liés à l’origine socio-familiale des jeunes, aux rapports avec les groupes qu’ils créent, aux luttes qu’ils doivent livrer pour le droit à la vie, bref, à l’environnement physique et social dans lequel cette société s’enracine. L’insertion des jeunes de la rue dans la violence urbaine est définitoire de la micro-société qu’ils forment. C’est une société fondée, entretenue et renforcée par la violence ; c’est une société qui suscite des réactions sociales externes aussi violentes que les leurs ; c’est une société qui n’a comme objectif que la survie et dont les membres trouvent la mort très jeunes et de façon violente.

Les jeunes de la rue, victimes désignées de la violence urbaine

91La violence urbaine ne se limite pas aux actions délictueuses commises par les jeunes de la rue. Il existe d’autres manifestations de violence dans lesquelles le rôle des jeunes n’est plus celui d’acteurs mais de victimes. Les violences qu’ils subissent ne sont pas toutes attribuables aux gangs qu’ils constituent ou aux combats auxquels se livrent les gangs entre eux. Dans une proportion inquiétante, il existe aussi une victimisation constante de ces jeunes de la part d’autres corps sociaux constitués, au travers de violences émanant par exemple de la police ou encore de la foule des quartiers lorsqu’elle se livre à des lynchages. Les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire officiel font que se développent en effet des modes formels et informels d’exécution de crimes qui contribuent notoirement à l’accroissement de la mortalité des jeunes dans la rue.

92Pour expliquer comment la violence physique se retourne contre les jeunes de la rue, nous reproduirons un échantillon des récits de la mort de leurs camarades, récits particulièrement révélateurs du devenir effectif de ces jeunes et des causes, toutes violentes, de leur mortalité. Nous serons alors en mesure de porter le coup de grâce au mythe, encore véhiculé, selon lequel les gosses de la rue meurent ou bien de faim ou bien du sida.

La justice expéditive

  • 61 Connue en Afrique de l’Est sous le nom de ‘mob justice’, la justice expéditive est perçue générale (...)

93La justice de la rue à Nairobi61 est une justice où, à tort ou à raison, un coupable est désigné du doigt, identifié sans preuves et immédiatement condamné à la peine capitale, sans être jugé, ni écouté, ni défendu. Le condamné est livré à son sort, sous le regard impassible de la foule. Il se constitue ainsi une justice spontanée qui échappe aux autorités et est le fait de personnes qui, alertées par les cris de ‘au voleur’, courrent derrière l’accusé sans se poser de questions quant à la culpabilité du prétendu délinquant ou quant à leur propre rôle au milieu de la foule.

94Dans les années 80 la majorité des victimes de la justice expéditive n’étaient que des hommes âgés de plus de 18 ans. A cette époque-là on ne touchait pas aux femmes et dans des cas exceptionnels on s’attaquait aux enfants. C’est à partir de 1990 que la justice expéditive commence aussi à prendre comme cible les enfants et les jeunes parce que, comme nous l’a expliqué un des exécuteurs à Mathare Valley, ‘il y a beaucoup d’enfants abandonnés qui n’ont d’autre chose à faire que de déranger les passants, voler dans les maisons ou dans les poches des gens ; ce sont des petits voleurs et il faut en finir avec le mal. On exécute les enfants voleurs mais pas aussi souvent que les adultes’. La justice expéditive, selon les témoignages des jeunes, vise uniquement les garçons (au moins pour le moment), ne fait pas de distinction d’âge, et compte des supporters même chez les jeunes de la rue.

  • 62 Note de l’auteur.
  • 63 ibidem.

J. N. (g) 14 ans : Je suis d’accord avec la justice expéditive. Nous savons, dans notre gang, quand aura lieu une exécution, nous savons quand les gens arrêtent des voleurs pour les assassiner. Nous allons aux exécutions avec les gens qui arrêtent le voleur et nous participons de deux façons : nous le frappons, nous lui donnons des coups de pied et, avec du bois, nous allumons aussi le feu. Si un membre de notre gang est victime de la justice expéditive nous essayons de l’aider à s’échapper mais, si c’est un garçon d’un gang ennemi, nous faisons déclencher la réaction de la foule contre lui et nous participons en cherchant le pneu pour l’attacher, le bois pour le brûler, etc. Nous avons déjà perdu six membres de notre gang qui sont décédés victimes de la justice expéditive ; le cas le plus récent s’est passé en janvier 1996 et le garçon assassiné était mon frère aîné… Je n’étais pas présent quand mon frère a été lynché et je l’ai su parce que mes camarades du gang m’ont informé.
J. O. (g) 15 ans : J’ai déjà été présent et j’ai participé activement à de nombreuses exécutions expéditives. Oui, je suis d’accord avec la justice expéditive parce que je ne connais pas les victimes et je ne suis pas triste. Les bandits sont des personnes arrêtées par les résidents du quartier. Nous ne connaissons pas ces bandits mais dans notre gang nous croyons qu’ils doivent être exécutés. Nous nous joignons à la foule, nous restons là, près d’eux et nous aidons à l’exécution. Quand le bandit va être assassiné il y a beaucoup de monde sur place, tout le monde veut participer, je participe moi-même et c’est moi qui assure le ravitaillement en bois. Ce sont les hommes les plus âgés qui frappent le bandit et qui allument le feu. La dernière fois que j’ai participé à une exécution c’était la semaine dernière (troisième semaine de février 1996) ;62 il s’agissait d’un garçon qui avait mon âge. J’ai le sentiment que la justice expéditive est une bonne chose parce qu’elle est une vengeance contre l’agonie et contre la douleur ; quand je vois brûler les autres j’oublie tout, je me sens très bien.
O. M. (g) 14 ans et S. O. (g) 13 ans : Nous sommes d’accord avec la justice expéditive et nous aidons les autres dans les exécutions. Personne ne nous invite à y participer mais nous écoutons les cris, quand les gens arrêtent le suspect, et nous nous présentons au lieu où aura lieu l’exécution. Les gens qui font la justice sont des gens adultes, ils sont très furieux et ils sont très violents avec la victime. Nous deux, nous avons participé dernièrement à deux exécutions, hier soir ainsi que ce matin (le 22 et le 23 février 1996).63 Les victimes ont été frappées à mort, elles étaient beaucoup plus âgés que nous, je crois qu’elles avaient entre 18 et 24 ans. Notre fonction dans les exécutions consiste à apporter du bois, des bâtons et des pneus. C’est vrai, la justice expéditive s’attaque aussi à nous. Nous avons perdu deux camarades de notre groupe qui ont été arrêtés à Mathare Valley, ils ont été battus et lapidés par des gens du bidonville ; ensuite ils ont été brûlés. Les dépouilles sont ramassées par la famille de la victime, si elle a quelqu’un de proche, sinon elles sont ramassées par la police qui est appelée par des témoins… la police ne fait rien, elle arrive et après avoir fait des photos de la victime elle prend les dépouilles et retourne au poste. Nous avons un sentiment mélangé à l’égard de la justice expéditive parce que nous sommes d’accord quand elle ne nous concerne pas, mais nous sommes contre quand elle touche à un des nôtres ou à moi même, par exemple… nous sommes toujours en danger, c’est pour cela que c’est bien de participer, ainsi les gens voient que nous sommes contre les bandits, que nous sommes des jeunes bien.
J. K. (g) 17 ans, D.K. (g) 19 ans, E.M. (g) 20 ans, F.M. (f) 18 ans : Nous sommes dans le même gang. Nous savons que la justice expéditive existe depuis longtemps ici à Eastleigh, tout près d’ici à Pangani et à Mathare Valley. Nous ne sommes pas d’accord avec la justice expéditive et nous ne collaborons en rien avec ces gens-là. Ce sont des personnes qui se défoulent contre des innocents, ils voient des bandits partout et tous les jours. Par exemple, ils nous voient nous et tout de suite ils nous appellent voleurs. Nous n’allons aux exécutions que pour vérifier si la victime est un des nos camarades ; mais si c’est un inconnu nous partons tout de suite parce que nous pouvons nous faire lyncher nous aussi. Si la victime fait partie de notre gang nous luttons pour la libérer mais ce n’est pas facile, parce que tout le monde est contre nous. C’est pour cela que, pour essayer de le libérer, nous devons attaquer les exécuteurs, nous battre avec eux mais nous ne réussissons pas toujours, nous avons déjà vu brûler certains de nos amis là, attachés à un poteau. Pour essayer de libérer notre ami nous devons nous rassembler et partager le travail entre ceux qui vont discuter, ceux qui vont frapper et ceux qui vont, entre temps, essayer de le détacher et s’enfuir avec lui. Nous faisons ça parce que nous sommes un gang nombreux mais, malgré cela, nous continuons à perdre des amis. Si nous perdons cette lutte, nous devons nous cacher et vite. Nous sommes impuissants devant la justice expéditive, si nous appelons la police, la foule va les diriger contre nous ; si nous discutons avec la foule, elle nous accuse d’être des voleurs et essaie de nous prendre aussi. Nous sommes très seuls. C’est pour cela que nous ne sommes pas d’accord avec la justice expéditive.
J. G. (g) 12 ans : J’ai déjà vu plusieurs personnes frappées et brûlées à mort par la justice expéditive. Je fais partie des mouvements de la foule quand ils vont lyncher quelqu’un ; si je connais la victime je me sens très mal mais, si je ne connais pas la victime je justifie l’action, je crois qu’on est en train de faire quelque chose de bien, qu’on est en train de liquider l’injustice. Le problème c’est que la foule nous attaque nous aussi, les gens nous battent, nous assassinent ou nous amènent au poste de police où nous sommes encore battus. Cela se passe quand nous faisons quelque chose de mal et même quand nous n’avons rien fait de tout… oui, les gens battent et brûlent les voleurs, d’autres battent et assassinent les enfants de la rue mais nous pouvons faire la même chose… par exemple, normalement nous frappons les femmes, nous attaquons les hommes ivres, nous nous en prenons aux jeunes filles pour les harceler, voler leurs sacs ou pour les violer.

Les violences policières et carcérales

95Un autre mode de violence, subi par les jeunes de la rue, se rapporte aux actions de certains membres de la police et au comportement des autorités judiciaires locales. Ces actions sont souvent justifiées comme étant l’unique moyen de punir les infractions, pour réduire le nombre des crimes et des délits, et donc la criminalité dans la société.

S. L. K. (g) 18 ans : J’ai déjà été arrêté plusieurs fois par les policiers, parce qu’ils m’ont accusé de vagabondage ou d’être en possession de marijuana. Quand j’ai été arrêté, j’ai aussi été battu par les policiers au poste de police. Non, je n’ai jamais été conduit en prison parce que j’ai toujours payé pour qu’ils me laissent partir… oui, j’ai eu de la chance d’avoir de l’argent sur moi quand j’ai été arrêté, c’est de l’argent que je gagne à mon travail et j’ai pu leur donner ce qu’ils m’ont demandé pour pouvoir partir. Même lorsque j’ai déjà payé, la police me frappe très fort avant de me laisser partir. Je suis toujours attentif à la présence des policiers, je ne veux pas les croiser sur mon chemin, je hais la police. Mes camarades font comme moi, dès que nous voyons un policier nous prenons la fuite… oui, même si nous ne sommes pas en train de faire quelque chose de mal. Nous devons fuir, nous cacher, parce que pour la police il suffit d’être dans la rue pour être un mauvais garçon. Parmi mes amis du gang, dont je suis le chef, plusieurs ont été battus par des policiers, ici dans la rue. A ce moment-là, nous ne pouvons rien faire et nous avons décidé qu’il vaut mieux les laisser battre notre ami parce qu’ainsi on empêche les policiers d’amener notre ami au poste de police. Parce qu’au poste de police le garçon sera battu de façon brutale, il sera aussi blessé… je vous dis ça parce que j’en ai l’expérience, je sais ce que veut dire être conduit au poste de police, j’ai été la victime des policiers plusieurs fois. Alors s’ils amènent le garçon au poste de police il devra rester là bas et nous ne pourrons pas l’aider, il aura faim et froid, tandis que s’il est battu ici dans la rue nous pouvons l’aider, rester auprès de lui et le soigner s’il est blessé. Je crois que la police frappe les garçons avec une telle violence ici dans la rue parce qu’il y a des gens qui regardent… les gens restent là à regarder, ils laissent faire le policier, très peu de fois un wananchi intervient en notre faveur, c’est comme dans la justice expéditive, personne ne nous défend.
Z. W. (f) 15 ans : J’ai déjà été arrêtée plusieurs fois, je suis une cliente permanente du poste de police. Je n’ai jamais été battue parce que les policiers sont sympathiques avec moi. De temps en temps je leurs offre de l’argent. J’ai déjà dû dormir, je ne sais plus combien de fois, au poste de police où ils m’ont laissée en garde à vue. L’endroit n’est pas propre, nous sommes mélangés avec d’autres gens, avec des adultes, avec de vrais bandits. Les policiers ne font pas attention au fait que nous sommes des mineures, que nous sommes des filles. Les policiers nous mettent dans les mêmes endroits que les adultes et souvent ces gens abusent de nous… des filles ou des garçons. Quand je suis libérée, après avoir payé, je reviens chez moi, dans la rue, je dois continuer mon travail parce que si je n’ai pas d’argent, je ne pourrai pas payer la police la prochaine fois qu’elle m’arrête. Je déteste la police à cause de leur harcèlement constant, ils veulent toujours prendre notre argent. Je n’ai jamais reçu d’aide légale, jamais un garçon ou une fille de la rue n’a été assisté par quelqu’un lors de son arrestation. C’est la police qui décide de notre sort et aussi le tribunal pour les enfants où nous sommes aussi battus… non, nous n’avons pas de droits, pour ces gens-là nous n’avons rien à dire.
A. M. (f) 15 ans : J’ai été arrêtée plusieurs fois, tellement de fois que je ne sais pas vous dire le nombre exact. Normalement je suis arrêtée pour vagabondage et parfois la police m’accuse de prostitution. La police se trompe, je suis une fille qui travaille. Je suis toujours conduite au poste de police, puis au tribunal pour enfants et après je suis envoyée à la campagne. Je ne sais pas pourquoi on m’envoie à la campagne, je suis de Nairobi ; quand ils m’amènent à la campagne, loin de Nairobi, je dois me mettre à travailler là-bas pour trouver un moyen pour rentrer ici, chez moi… oui, ici, dans ma rue. Je cherche quelques clients là-bas, je dois avoir de l’argent pour manger, pour payer le matatu et pouvoir revenir. Je ne connais personne à la campagne et parfois je passe des jours à la recherche d’argent dont j’ai besoin pour survivre et pour rentrer ici. Non, je ne veux pas rester à la campagne, je suis d’ici, de Nairobi, qu’est-ce-que je vais faire là-bas ? Quand je suis arrêtée je suis toujours battue, on ne m’a jamais violée, les policiers n’ont pas besoin de le faire parce que nous achetons aussi notre liberté en offrant notre corps. J’ai un avis négatif sur la police, même sur la justice.
A. M. (g) 15 ans : La première fois que j’ai été arrêté, j’ai passé 20 jours en détention préventive, au poste de police de Pangani, où on m’a battu tous les jours. J’ai été accusé de mendicité et de vol. Quand j’ai été libéré on m’a conduit chez ma grande-mère mais de là je suis retourné ici dans la rue parce qu’elle est très pauvre et je dois survivre ; de plus je n’habite plus avec ma famille depuis presque 8 ans. La deuxième fois j’ai été amené au poste de police du centre ville parce que j’avais volé de l’argent, je suis resté là-bas quelques jours. Après on m’a amené au tribunal pour enfants, que je connaissais déjà ; là on m’a battu et puis après on m’a envoyé en prison. J’ai été incarcéré durant 3 mois, on m’a obligé à faire des travaux très durs, je devais me battre pour avoir un peu de nourriture, j’ai dû dormir avec des adultes. Je n’ai pas eu d’avocat pour me défendre, personne ne m’a aidé. L’année dernière, en 1995, j’ai été arrêté encore une fois à Pangani, toutes les procédures mentionnées se sont répétées et j’ai été condamné à 18 mois de prison. En prison, j’ai été traité de façon très violente, j’ai subi le harcèlement des policiers et des autres prisonniers, je n’ai jamais reçu de vêtements pour me changer, je ne pouvais pas prendre de douche parce que je risquais ma peau si je me mettais tout nu devant les autres prisonniers. La vie en prison était plus dure que la vie dans la rue, on est très mal traité, je me suis donc échappé et je suis retourné sur mon territoire, chez mes camarades de la rue. Je n’ai pas d’avis sur la police, je ne veux pas me rappeler qu’elle existe.

96Nous nous demandons à quoi et à qui sert réellement la violence infligée aux jeunes. Cette façon de ‘faire justice’ ne s’applique qu’à l’égard des exclus, des démunis, de ces ‘damnés de la terre’ dont l’Etat et la société civile ne pensent qu’à se débarrasser. Dans ce contexte d’illégalismes officiels permis, d’indifférences sociales, nous rejoignons M. Foucault dont l’analyse de la prison et des châtiments peut s’appliquer à la situation des jeunes de la rue à Nairobi.

  • 64 M. Foucault, 1975, Surveiller et punir. Gallimard, Paris, 317-18.

Il faudrait alors supposer que la prison et d’une façon générale, sans doute, les châtiments ne sont pas destinés à supprimer les infractions ; mais plutôt à les distinguer, à les distribuer, à les utiliser ; qu’ils visent, non pas tellement à rendre dociles ceux qui sont prêts à transgresser les lois, mais qu’ils tendent à aménager la transgression des lois dans une tactique générale des assujettissements. La pénalité serait alors une manière de gérer les illégalismes, de dessiner les limites de la tolérance, de donner du champ à certains, de faire pression sur d’autres, d’en exclure une partie, d’en rendre utile une autre, de neutraliser ceux-ci, de tirer profit de ceux-là. Bref, la pénalité ne ‘réprimerait’ pas purement et simplement les illégalismes ; elle les ‘différencierait’, elle en assurerait ‘l’économie’ générale. Et si on peut parler d’une justice de classe ce n’est pas seulement parce que la loi elle-même ou la manière de l’appliquer servent les intérêts d’une classe, c’est que toute la gestion différentielle des illégalismes par l’intermédiaire de la pénalité fait partie de ces mécanismes de domination.64

La mort dans la rue

97La violence, les agressions à l’encontre des jeunes de la rue, s’expriment au niveau de deux justices, l’une officielle, l’autre privée. C’est par ces violences, principalement, que les jeunes trouvent très tôt la mort dans la rue.

  • 65 Ce témoignage fait référence à l’assassinat de cinq enfants de la rue en 1994. Selon les témoignag (...)

D. K. (g) 16 ans : Nous sommes 20 garçons et filles dans notre gang, nous avons entre 12 et 25 ans et notre groupe existe depuis 7 ans. J’ai déjà vu mes amis décéder victimes de la justice expéditive, victimes de la violence des wananchi et je me sens très mal parce que je perds mes amis sans pouvoir rien faire pour empêcher ces massacres. Je suis contre la justice expéditive et je préférerais qu’on prenne les suspects et qu’on les conduise au poste de police. Dans notre gang nous avons perdu six de nos camarades : 4 ont été assassinés par la justice expéditive, un autre a été assassiné par la police et l’autre s’est suicidé. Non, personne n’est mort à cause de la malaria ou du sida ; nous mourons dans la rue sans être malade.
R. R. M. (g) 16 ans : Nous sommes un groupe de 35 garçons, nous avons entre 13 et 25 ans. Quatre de nos camarades sont morts : deux ont été assassinés par la justice expéditive à Mathare Valley ; un autre a été assassiné par notre leader… il avait manqué à la loi et il a été puni… c’est notre leader qui se charge des punitions et dans ce cas-ci il a frappé le garçon et l’a blessé à mort avec son canif. L’autre garçon est décédé lors d’une guerre que nous avons eu avec un autre gang ; nous nous sommes battus avec des couteaux et des canifs ; notre ami a été blessé à mort, puis après nous l’avons vengé et nous avons tué un membre du gang rival. Nous essayons de garder notre groupe complet, nous nous protégeons l’un l’autre. Quand nous perdons un de nos camarades nous avons décidé d’accepter un nouveau membre, pour nous permettre d’oublier la tragédie. Parfois nous sommes malades mais nous guérissons vite, nos amis sont décédés mais pas parce qu’ils étaient malades, je crois que c’est à cause de la loi de la rue.
A. M. (g) 15 ans : Nous sommes 25 membres dans notre gang ; nous avons entre 12 et 28 ans ; notre gang existe depuis 10 ans et nous avons déjà eu 5 leaders. Nous étions plus nombreux avant mais 8 de nos amis sont morts. Non, nous ne remplaçons pas nos amis quand ils meurent, leur place reste là. Je crois que notre gang cessera d’exister quand le dernier d’entre nous sera tué. Nos amis sont morts de façon tragique et nous n’avons rien pu faire pour eux, seulement aller les chercher pour les enterrer. Nous les enterrons dans le cimetière de Nairobi. Quatre garçons ont été assassinés par la justice expéditive à Mathare Valley et à Eastleigh ; parmi eux il y avait deux de nos anciens leaders. Deux autres garçons ont, été jetés des matatu et ont été écrasés par les autres voitures qui passaient à côté. Un autre garçon, un autre leader, a été assassiné par un garçon d’un gang ennemi. Un autre garçon, un autre leader, est mort quand il était en prison. Je me souviens de tous, j’étais tout petit quand le premier d’entre eux a été assassiné, c’était un leader.
D. K. (g) 18 ans : Nous avons fondé notre gang en 1987 ; nous étions 23 membres dans notre groupe ; maintenant nous ne sommes plus que 10. Nous avons perdu 13 de nos camarades… ils n’ont pas trouvé de travail, ils n’ont pas trouvé leurs familles, ils sont morts. Plusieurs de mes amis sont morts à cause de la justice expéditive. Trois garçons ont été poignardés dans la rue. Six ont été tabassés et massacrés par la justice expéditive. Un autre garçon a été écrasé par un bus, il a été jeté du matatu quand celui-ci roulait sur Juja Road. Deux garçons ont été tués par balles par des wananchi dans des rues du centre ville. L’autre garçon a été tué par balles par un policier… ce garçon avait pris beaucoup de drogue et puis il est allé voler de l’argent ; le policier l’a vu quand il volait l’argent et a tiré sur le garçon qui est mort sur le coup. Nous ne voulons pas remplacer nos amis morts, c’est mieux d’avoir un petit gang, c’est plus sûr.
E. I. (g) 13 ans : Quand j’ai été admis dans notre gang, en 1994, il y avait 32 membres mais ce nombre ne cesse de diminuer. Aujourd’hui nous ne sommes plus que 25, les autres sont morts. Non, nous n’avons pas accepté de nouveaux membres, ceux qui ont demandé à être admis n’ont pas su montrer leur bravoure. Ce qui s’est passé c’est qu’il y a eu trois garçons qui ont été poignardés à mort par les différents leaders que nous avons eus. Un des anciens leaders est décédé au poste de police en décembre 1995. Les trois autres garçons ont été assassinés par la justice expéditive. Nous avons aussi un de nos camarades qui est un miraculé… parce qu’il a été arrêté par la justice expéditive, la foule l’a tabassé et on lui a mis du feu ; nous avons réussi à l’arracher à la foule et nous enfuir avec lui ; cela a été très difficile parce que nous avons dû nous battre avec les gens qui voulaient nous lyncher nous aussi ; mais notre camarade a été très brûlé, nous l’avons soigné nous même mais il n’est plus comme avant, voyez vous, il est malade mental, il n’est plus le même qu’il était avant. Nous le gardons avec nous, qu’est ce qu’il va devenir si nous le laissons abandonné ?
E. K. (g) 13 ans : Nous avons entre 12 et 18 ans. Notre gang avait 30 membres en 1994 mais aujourd’hui nous ne sommes plus que 22. Les autres sont morts, cinq d’entre eux ont été tués par la justice expéditive, un autre a été jeté d’un matatu et tué sur le coup. Deux ont été tués par un policier, ce sont les deux garçons de la rue qui ont été assassinés par un réserviste de la police en 1994.65 Je n’ai plus rien à vous raconter, ils sont morts parce qu’ils étaient dans la rue, c’est tout.

  • 66 M. Foucault, 1975, op. cit., 301.

98Plus que tout autre, les jeunes de la rue sont victimes de crimes et c’est la justice populaire qui emporte le plus grand nombre de leurs vies. C’est dans cette action justicière collective, informelle et tolérée par la population et les autorités, qu’on peut trouver un peu des rites du bouc émissaire qu’on frappe en le chassant, un peu de la fête des fous où se pratique l’inversion des rôles, une part des vieilles cérémonies d’échafaud où la vérité doit éclater au plein jour (même quand cette vérité ne se trouve que dans l’imaginaire des exécuteurs), une part aussi de ces spectacles populaires,66 car la justice expéditive, pour la foule des assistants, n’est pas seulement une action judiciaire, elle est aussi spectacle.

99Bien que la justice expéditive n’utilise pas encore les services de tueurs à gages et qu’elle ne fonctionne que comme système de règlements de comptes, elle produit déjà de nouvelles formes de droit local qui jouissent d’une légalité populaire à grande échelle. Il s’agit d’une situation d’inter-légalité, c’est-à-dire, d’une relation complexe entre deux droits qui oblige à l’improvisation de nouveaux modèles de régulation. Il s’agit aussi d’un phénomène qui s’approprie, aujourd’hui, des espaces sociaux et physiques déterminés : les habitants et les lieux d’habitation des plus pauvres, les marginaux, et donc les jeunes de la rue. La justice populaire constitue donc une facette de plus de la violence urbaine ; elle fonctionne avec des codes qu’elle déplace tout en revendiquant la légitime défense du corps social.

100Dans la même logique, l’action répressive de l’Etat devient manifeste avec les méthodes justicières appliquées publiquement par la police locale à l’encontre des jeunes de la rue. Ce genre d’action révèle que l’Etat essaie de s’imposer par la force, confirmant son caractère autoritaire et accusant (directement ou indirectement) les antagonismes sociaux. Dans ce contexte, la violence qu’il exerce fonctionne comme signal d’avertissement pour mettre en garde la société civile : la violence officielle se donne comme mode de contrôle social. Mais cette politique se retourne contre l’intérêt collectif car elle contribue à la production et au durcissement d’une contre-société de la rue qui n’utilise que la violence comme mode d’intégration et de régulation sociales.

101La justice qui emprisonne et celle qui lynche à mort définissent toutes deux un dispositif articulé contre les jeunes de la rue. D’après les témoignages recueillis, nous avons constaté que 65 % de nos jeunes ont été arrêtés et conduits au poste de police ou en prison, 90 % d’entre eux ont été tabassés par la police ; de ces jeunes, 45 % ont déjà été arrêtés plus d’une fois. Ces jeunes nous ont aussi parlé de la mort, de la façon dont sont décédés leurs amis : c’est encore la violence qui l’emporte sur la jeunesse. Tous leurs camarades décédés (excepté un qui est mort de malaria et un autre qui s’est suicidé) ont été brûlés, tués par balle, battus, étranglés ou jetés d’un bus en marche. La souffrance, la violence et la mort sont les seuls débouchés de la culture de la rue.

  • 67 L’action délictueuse n’est pas une qualité naturelle propre à l’individu mais elle est plutôt une (...)

102Nous avons constaté aussi que les jeunes ne répondent pas à la situation qui leur est faite de façon nécessairement délictueuse mais ils se battent avec les seules armes que la société leur a laissées et en accord avec les propres principes régulateurs qu’ils ont développés : regroupement solidaire, spécialisation dans les pratiques violentes d’auto-défense, durcissement personnel, accroissement de la haine à l’égard de ‘l’autre société’. Malgré leur souffrance, leur désarroi et leur violence, les jeunes n’ont pas encore, d’après les informations officielles, répondu à la violence qu’ils subissent en tuant, par exemple, un membre de la police.67

103Au nombre croissant des agressions que subissent les jeunes de la rue répond leur marginalisation accrue. Le phénomène peut être remarqué dans la façon dont ces jeunes reçoivent l’annonce d’une mort dans la rue : quand un des leurs est assassiné, toute la structure du groupe s’en trouve perturbée ; les jeunes se rassemblent et, généralement, se terrent pour ne pas subir le même sort que leur camarade décédé. L’annonce d’un assassinat se transmet très vite et perturbe également les autres gangs. Au cours de nos recherches à Mathare Valley, quand était apportée la nouvelle de l’assassinat d’un garçon de la rue, nous avons remarqué que, même quand le jeune assassiné faisait partie d’un gang ennemi, le sentiment d’impuissance et de révolte émergeait chez tous et toutes les rues avoisinantes en prenaient le deuil. La joie exprimée par ceux qui se disaient satisfaits d’avoir vu assassiner un autre garçon de la rue ou un adulte disparaissait devant un sentiment de peur, de solitude, de désarroi, devenu collectif.

104Une autre réaction s’observe lorsqu’un jeune est arrêté et conduit au poste de police. Là encore la structure du groupe s’en trouve perturbée mais cette perturbation provoque une mobilisation collective du gang en faveur du malchanceux. Nous avons plusieurs exemples de ce cas mais nous n’allons exposer qu’un seul témoignage : celui de Benson, leader d’un des gangs du centre ville, qui nous a accompagnée de nombreux soirs au cours de notre travail dans ce secteur. Une nuit du premier week-end d’avril 1996, après avoir terminé nos enquêtes auprès du gang mentionné (qui a son territoire près du City Market) la police est arrivée, a encerclé la rue et a arrêté 7 des garçons que nous venions d’interviewer.

Quand les policiers arrivent, mon rôle en tant que leader est de venir les rencontrer et voir ce qu’ils veulent. Ils répondent, presque toujours, qu’ils doivent amener certains des garçons au poste de police parce qu’ils sont accusés de quelque chose. A ce moment-là tout le gang est là, autour de moi et des garçons arrêtés. Je commence à négocier, comme je l’ai fait hier avec nos 7 camarades. Le système consiste à payer les policiers pour qu’ils ne les embarquent pas, nous devons payer leur libération. Ce sont les policiers qui fixent le montant, c’est très cher. Pour ces sept amis les policiers nous ont demandé 600 shillings. Comme c’est moi le leader c’est aussi moi qui fais office de trésorier. J’ai donc sorti l’argent que j’avais dans ma poche, tous les autres ont fait la même chose, nous avons mis tout notre argent ensemble sans même regarder la quantité que l’autre donnait. Non, on ne regarde pas à la quantité d’argent donné par chacun, cela n’a pas d’importance, nous donnons tout ce que nous avons parce que ce qui compte c’est d’empêcher qu’on emmène nos amis. Nous n’avons réuni que 300 shillings, nous les avons offert aux policiers mais ils n’ont pas voulu accepter, ils ont dit que c’était 600 ou le poste de police. La police a emmené nos amis, ils sont dans le poste de police du centre et aujourd’hui nous sommes tous à la recherche de l’argent qui nous manque parce qu’il faut les faire sortir de là. C’est comme ça, c’est la loi, nous ne pouvons pas laisser écraser nos amis, nous sommes tous obligés de donner nos revenus d’aujourd’hui pour avoir les 300 shillings qui nous manquent et aller sortir nos amis du poste de police. On nous a déjà confirmé qu’ils étaient là, je suis allé négocier ce matin et les policiers attendront jusqu’à ce soir sinon, ils vont les envoyer au tribunal. Quand je suis allé les voir ce matin je leur ai amené à manger, du pain et du lait.

105La cohésion du groupe, la solidarité à préserver entre ses membres sont toujours et partout les valeurs auxquelles il est fait appel, même dans les cas cruciaux où, d’entre deux maux, il s’agit de choisir le moindre. Ceci dicte par exemple le choix de laisser tabasser (pour le secourir après) un ami par un policier plutôt que de le voir conduire en prison. Mais on soigne et on accompagne l’ami moribond qui a été récupéré des flammes allumées par la justice expéditive ; on paye des pots-de-vin à la police pour qu’elle n’arrête pas un des siens ; on rend visite et on apporte à manger à l’ami arrêté, etc.

106Le bilan du devenir effectif des jeunes de la rue est donc foncièrement négatif. Les récits de la façon dont les jeunes trouvent la mort montrent que la très grande majorité décèdent des suites d’actes violents. Et nous verrons plus loin que, de par le cumul des actions justicières de la foule, de la police et des chefs de gang se dessine un nouveau champ juridique, indépendant de celui de l’Etat.

Culture de la rue : références et allégeances

107La culture de la rue est liée à des significations concrètes aussi bien qu’abstraites ; elle devient singulière à partir du moment où elle exhibe des particularités qui permettent de l’identifier. Ces significations se révèlent à l’étude des références et les allégeances qui contribuent à l’incrustation d’une certaine culture de la rue dans la mentalité des jeunes. Elles se lisent aussi bien dans l’analyse des codes autonomes de survie que dans celle des modes de régulation de la vie en groupe qui déterminent les comportements des jeunes de la rue. Elles font partie des éléments qui guident l’étude de la culture de la rue dans une perspective moins historique que structurelle.

Références de la culture de la rue : pauvreté et violence

  • 68 O. Lewis, 1975, The culture of poverty, In : City Ways : A selective reader in urban anthropology, (...)

108La première référence identifiable renvoie à la pauvreté, au dénuement et à la dégradation des conditions de vie. La misère est pour ces jeunes une réalité sans issue qu’aucun effort n’arrive à éradiquer. Nous ne croyons pas que leur façon de réagir face à la pauvreté soit le résultat d’une résignation ; elle est plutôt une façon de l’assumer, de faire avec de manière dynamique même si cela implique qu’il faille transgresser les lois. A Nairobi, la culture de la rue est indissociable de la ‘culture de la pauvreté’ définie par O. Lewis et, comme lui, nous constatons que la pauvreté s’enracine et que, une fois que la culture de la pauvreté s’établit, elle a tendance à se perpétuer elle-même.68

109Les références de la culture de la rue à Nairobi renvoient aussi à la façon dont les jeunes ont remplacé certaines valeurs traditionnelles, certaines références qui les identifiaient à leur société d’origine. A ce stade, nous n’en sommes qu’au niveau des hypothèses car le terrain n’a pas encore répondu à plusieurs de nos questions. Nous nous limitons donc à proposer quelques pistes de recherche qui nous permettront un jour de dire si, vraiment, ces jeunes ont remplacé les rites traditionnels par des actions violentes, s’ils sont en train d’inscrire à leur place dans leur mémoire collective les rites d’initiation à la vie des gangs.

110Dans cet ordre d’idées, nous avons constaté que leurs références ne se construisent pas en fonction de leur origine. Il n’est guère tenu compte des différences ethniques au sein du gang parce que, comme l’exprimait une habitante de Mathare Valley, nous sommes égaux dans la pauvreté. Nous avons rencontré des gangs ‘mixtes’ dont la disparité ethnique n’a pas de signification identitaire et n’est pas déterminante pour faire fonctionner le groupe. Ainsi en va-t-il du gang ‘Kagesha’ regroupant 10 membres de 6 ethnies différentes :

  • Stevo69 14 ans, Kamba
  • Kachwani 14 ans, Kikuyu
  • Kuch 13 ans, Kikuyu
  • Oliver 14 ans, Kamba
  • Kjiji 13 ans, Luo
  • Ochibe, 13 ans, Luo
  • Nganga, 14 ans, Meru
  • Samson, 15 ans, Kikuyu
  • Turo, 15 ans, Turkana
  • Sexy man, 14 ans, Luhya

111Dans ce gang, comme dans la majorité de ceux rencontrés, l’appartenance ethnique n’est pas pourvoyeuse d’identité. Quand un jeune prend un surnom en rapport avec son ethnie ce n’est pas pour se distinguer des autres membres du gang ; en fait, le jeune ne fait qu’assumer et porter le nouveau nom qui lui a été donné par ses camarades lors de son acceptation comme membre du gang.

112Par ailleurs, la quête identitaire ne se fait pas à travers certains rites traditionnels tels que la circoncision ou l’excision ; les garçons qui le veulent sont libres de le faire et, à cette fin, ils ont recours aux services médicaux gratuits offerts par un dispensaire local. D’après les témoignages de toutes les filles rencontrées, elles ne subissent plus l’excision. Il n’y a pas de pression au sein du groupe obligeant ses membres à accomplir ces rites ; le jeune qui veut le faire ne jouit pas des cérémonies et des fêtes qui entourent l’acte dans la société formelle. Nous pensons que ce genre de rites n’est pas inscrit, dans la culture de la rue à Nairobi, parmi les références identitaires.

113La famille formelle, comme référence identitaire, a presque complètement disparu de la mémoire collective de cette société. On ne parle presque plus des parents, on ne mentionne presque jamais les oncles ou tantes, les cousins ou cousines. Le jeune, nous l’avons vu tout au long de ces pages, a inventé une nouvelle famille dans la rue. Il n’a pour repères que ceux de son groupe et il repense son ‘moi’ sans référence à sa famille : il lui faut s’assumer lui même.

114De ce processus se dégage néanmoins un nouveau repère identitaire, celui de l’autorité. Il n’y a plus de reconnaissance de l’autorité familiale, le jeune ne reconnaît que l’autorité du leader du gang et l’autorité dont il est lui-même capable. Ces nouvelles représentations de l’autorité sont visibles dans les différences qui existent entre les façons d’agir d’un jeune de la rue et d’un jeune dans la rue. En fait, quand on approche un jeune de la rue, il assume son rôle de manière indépendante et décontractée ; il fait savoir qu’il obéit à un leader et, selon le cas, qu’il est son propre maître ; il s’exprime comme il veut et ne donne pas de signes de timidité. Par contre, quand on approche un jeune dans la rue, celui qui vit toujours avec sa famille, qui rentre à la maison tous les soirs, qui travaille dans le secteur informel légal, il ne répond pas de manière ouverte, il hésite avant de vous approcher, il peut même vous dire qu’il doit avoir l’autorisation de ses aînés ou de son patron avant de vous répondre, manifestant la reconnaissance d’une autorité qu’il n’est pas en mesure de s’approprier.

115Les références qui caractérisaient la société traditionnelle ont disparu de la société de la rue. L’appartenance à la famille traditionnelle, à la famille élargie qui, dans la coutume, prend en charge les enfants de la communauté, n’est plus qu’un mythe dans les quartiers pauvres de Nairobi et ce genre de repères est inconnu dans la société de la rue. Les familles monoparentales, dont la femme est le chef de famille, sont prépondérantes et l’institution du mariage a elle aussi presque totalement disparu au sein de la société du bidonville. Or le bidonville est justement le pourvoyeur de 90 % du total (2 391) des jeunes de la rue sur lesquels nous avons enquêté. Tandis que leurs familles d’origine se sont désintégrées, les enfants et les jeunes de la rue sont en train de créer une autre famille, plus solide que les restes de celles qui existent encore dans les bidonvilles.

116Ces nouvelles références collectives sont « familiales » si l’on veut mais d’une autre manière ; il existe des « mariés de la rue », des ‘épouses’, des ‘époux’ et souvent leurs enfants. Ces ‘mariages’ sont légitimés de fait, implicitement et sans appel ni au sacré, ni à la coutume, ni au droit formel. Les jeunes de la rue n’ont que faire de documents officiels ni pour survivre ni pour sauvegarder la cohésion du groupe-famille.

  • 70 Voir à ce sujet M. Wolfgang et F. Ferracuti, 1966, La subculture de la violence, F.C.E., Mexico, q (...)

117Au total, dans la rue, violence et délinquance sont apprises et transmises. Le recours continu à la violence met en lumière son degré de pénétration et de diffusion dans la culture de la rue. Elle est profondément ancrée dans l’imaginaire des jeunes et tous leurs agissements confirment qu’ils se sont appropriés les valeurs associées à la violence70 en les intégrant comme références identitaires et comme ressources pour la survie.

  • 71 B. Badie, 1993, Culture et politique, Economica, Paris, 155.

118D’après l’interprétation que livrent les jeunes des faits ‘illégaux’ qu’ils réalisent ou provoquent, la délinquance et la violence apparaîtraient comme un mode de conduite ‘normale’. On observe un processus de légitimation de la force et de l’usage de la violence qui font de cette dernière le seul réfèrent identitaire même s’il va de pair avec certains symptômes tels que le désarroi, le désespoir, l’indifférence, le cynisme, etc. Cette légitimation ne trahit cependant aucun des signes de l’anomie, propre à certains groupes sociaux, parce que dans la culture de la rue les références obligent au respect des règles, des normes et au maintien de la régulation socio-’juridique’ des groupes. Plus une identité s’affirme, plus elle incite les individus à marquer leurs différences (…) en pratiquant une stratégie d’exit les conduisant à s’ériger en contre-communauté, à remettre en cause l’ordre politique en place et à lui opposer une contre-légitimité .71

Culture de la rue : allégeances et codes de conduite

  • 72 ibidem, 151-7.

119Sur un autre plan, la survie d’un jeune dans la rue présuppose son adhésion à des principes qui transcendent son devenir individuel et suppose également qu’il rende allégeance à des pouvoirs qui lui sont extérieurs. C’est ce que marquent la fidélité obligée ou volontaire envers le gang ; l’obéissance, parfois transformée en vassalité, à l’égard du leader ; l’indispensable préservation de la solidarité, l’attachement à un territoire et sa défense et le respect de la loi du gang. Ce sont ces spécificités propres à la collectivité des jeunes de la rue qui permettent de considérer leur ensemble comme une culture. Selon B. Badie, une collectivité sociale est dotée d’un système de significations propre dès lors qu’elle est constituée d’interactions suffisamment denses et autonomes (…). Son autonomie permet de comprendre qu’elle aboutisse à la production d’un sens constitué indépendamment des autres modèles culturels.72 En ce sens, les interactions ne sont pas dissociables des allégeances que présupposent les pratiques sociales des jeunes de la rue.

120La fidélité obligée ou volontaire envers le gang est surtout sensible dans des moments de crise, dans les instants où les membres du gang doivent légitimer par leurs actions leur raison d’appartenir au groupe. La fidélité produit une mobilisation active et valorise les actions individuelles ou collectives. Renforçant également les sentiments d’appartenance et d’obéissance, elle est un des instruments du contrôle social à l’intérieur du gang.

121L’obéissance, parfois transformée en vassalité à l’égard d’un leader souvent autoritaire, est étroitement liée à la fidélité. Obéissance et fidélité concourent au renforcement de la solidarité, unique moyen pacifique attesté dans les mécanismes déployés pour la survie dans la rue. Les membres d’un gang doivent rester étroitement soudés les uns aux autres et les actions déployées collectivement pour pérenniser leur emprise sur un territoire supposent fidélité et obéissance absolues.

122Les preuves d’allégeance que nous avons identifiées sont cependant davantage centrées sur le milieu humain que sur un milieu physique ou spatial. Elles se manifestent, par exemple, dans les principes et les codes à respecter selon la loi de la rue comme le montrent les récits de trois leaders qui nous ont expliqué, partiellement, le fonctionnement de leurs gangs.

  • 73 Le gang ‘Serena’ est structuré par classes d’âge et fonctionne selon trois niveaux d’âge qui, en r (...)

‘Farah’, 20 ans, leader du gang ‘Machipo’ (environ 200 membres) : Selon notre loi, chaque membre du gang doit participer à des activités programmées…
Personne n’a écrit notre loi, nous l’avons inventée et nous la connaissons par cœur. Oui, je sais qu’il y a une autre loi, la loi des wananchi, mais cette loi ne compte pas pour nous, nous avons la nôtre. Il y a différentes sortes d’activités à développer dans notre gang, cela dépend des âges, des capacités et de l’expérience des membres. Chaque jeune a son job à faire dans chaque situation ; si l’un d’entre nous ne participe pas il doit s’en justifier auprès de moi. Si un des membres nous a trahis ou s’il ne veut pas travailler il peut être battu ou renvoyé du groupe… je sais qu’il y a des groupes où le garçon qui a trahi son gang, en faisant part, par exemple, à la police des projets du groupe, est battu à mort non seulement par le leader mais par les autres membres du gang. Ici dans mon gang c’est moi qui décide et exécute la punition mais je n’ai jamais tué un des membres. Par contre, j’ai renvoyé certains de nos membres, ils sont maintenant dans des gangs ennemis ou ont dû joindre des gangs plus petits à Mathare Valley. Il faut obéir à la loi, il faut être très dur et discipliné pour ne pas mettre la vie du gang en péril. Quand, par exemple, des garçons qui volent ou violent se font repérer par la victime ou par les passants, nous sommes tous en danger ; ces garçons reçoivent une punition très sévère, ils sont battus et doivent payer une amende en shillings, ils ne reçoivent pas d’aide des membres du gang durant quelques jours, même pas de la nourriture. Pour eux c’est grave, parce que pour pouvoir travailler ils doivent être accompagnés, appuyés par le gang et à ce moment-là ils sont isolés et ne peuvent même pas chercher de quoi manger. Tout ça c’est parce que s’introduire et rester dans le gang est un affaire très sérieuse, parce que la discipline et l’obéissance sont des règles à garder pour toujours. Oui, il arrive que nos rencontres avec d’autres gangs finissent de façon violente, par exemple, quand nous jouons au football tout se passe très bien jusqu’au moment de la défaite d’un des groupes ; à ce moment-là commence la bagarre, on n’hésite pas à blesser l’autre même avec des couteaux, c’est très violent. C’est la même chose quand un gang veut s’emparer de notre territoire. Quand il y a un problème entre deux garçons du gang nous les laissons résoudre le problème à leur façon ; si les autres membres interviennent dans ces disputes, il se forme, normalement, une bagarre qui ne se termine que quand ils sont tous épuisés. Je n’interviens que pour des cas extrêmes. Par exemple, quand il y a des blessés avec des canifs. Non, il n’y a pas de pénalisation pour l’agresseur parce que nous devons tous savoir nous défendre. Si c’est un agresseur d’un autre gang la vengeance peut être à mort, là je n’interviens pas non plus, je surveille, je laisse mes garçons défendre notre vie par n’importe quel moyen. J’interviens dans un autre genre d’affaires, dans des situations qui sont beaucoup plus dangereuses. Les pénalisations dans les cas de vols internes sont différentes, elles se font selon les âges mais, normalement, nous ne les faisons pas. Si le voleur est un membre du gang, la victime doit se défendre toute seule, sauf quand le voleur s’en prend aux petits du groupe, là je réagis avec violence, j’enlève ma ceinture et je frappe le voleur jusqu’à ce qu’il accepte de rendre l’objet volé. Je fais ça parce que je dois, nous devons tous, défendre nos petits… nous avons des petits qui n’ont que 6 ans, ils apprendront aussi à se défendre plus tard, pour le moment il faut les défendre.
‘Karanza’, 18 ans, leader du gang ‘French Town Ravers’ (45 membres) : Nous avons des lois, nous ne pouvons ni mentir, ni désobéir, ni voler les affaires des autres, ni travailler seul, ni prendre l’épouse de nos camarades, etc. Si quelqu’un viole la loi il est puni de façon sévère, il est battu par moi qui, en tant que leader dois faire appliquer la loi. Le membre du gang, garçon ou fille, qui ne respecte pas l’autre, qui n’obéit pas, peut aussi être battu par les autres membres du gang, il peut même se faire renvoyer du gang… par exemple, si un membre n’obéit pas aux ordres qui lui sont donnés, s’il va se promener avec des ennemis, s’il viole l’épouse d’un de nos amis, nous le battons ou, selon la gravité, nous le poignardons avec nos canifs ou avec une bouteille cassée, ou nous le marquons d’une cicatrice… le garçon puni n’a rien à expliquer, quand il est puni c’est parce qu’il a violé la loi et tout le monde le sait. Les punitions se font selon les faits, cela dépend aussi de l’activité que chacun était censé faire. Nous devons faire très attention quand nous faisons nos travaux parce que la rue est très dangereuse, les wananchi sont contre nous et si nous nous laissons prendre ils peuvent nous tuer ; c’est pour ça que je dois punir celui qui ne fait pas les choses bien. Je ne peux pas vous en dire plus, c’est la loi aussi, nous ne devons parler de nos activités que dans le gang.
‘Jossy’, 17 ans, membre du gang ‘Serena’ (150 membres), leader du groupe de la classe d’âge ‘junior’ :73 Notre gang est divisé en trois groupes, chaque groupe a son leader et nous avons un grand leader. Oui, nous sommes quatre leaders : selon notre loi, le leader principal coordonne toutes les activités du gang, c’est lui qui commande, qui négocie et qui donne les ordres. Il nous transmet toutes les informations à savoir aux trois sous-leaders et nous nous chargeons de coordonner les choses avec les membres de nos groupes. Chaque sous-groupe fonctionne séparément mais toujours surveillé et appuyé par le grand leader. Quand nous avons réalisé nos tâches, nous joignons le grand leader pour l’informer de tout, c’est lui qui décide de la suite. Avant de réaliser une activité qui n’a pas été programmée avec le grand leader nous devons lui demander l’autorisation, il décide quoi faire, comment faire et nous obéissons. Nous obéissons parce que nous devons respecter la loi, nous devons être d’accord et nous devons savoir ce que les autres font… parce que si nous ne sommes pas informés nous ne pourrons pas venir à leur aide. Parce que nos activités sont très délicates, nous devons faire très attention. Il arrive que nous ne soyons pas en danger, que nous ne devions pas nous battre pour avoir les choses… par exemple, pour avoir de quoi manger, nous allons aux fêtes et là, généralement, les gens sont gentils et nous offrent à manger. Les autres activités sont plus délicates, j’ai vous l’ai déjà dit, c’est pour cela que nous sommes toujours ensemble, pour nous protéger. C’est pour cela aussi que nous, les grands, devons être armés et que nous obéissons à la loi et à notre leader ; nous devons nous protéger nous-mêmes.

  • 74 B. Badie, 1993, op. cit., 154.

123Les allégeances à l’égard de la loi et du leader indiquent que dans la culture de la rue se déploient des réseaux d’entraide qui ne font pas de distinction entre les notions de légalité et de nécessité. Ce sont des allégeances qui se tissent dans le temps et dans l’espace et valorisent l’engagement des jeunes à l’égard de la société qu’ils ont créée. Dans ce contexte, la loi de la rue devient aussi une référence identitaire. En même temps instrument de contrôle social qui, de façon symbolique, confirme l’identité, elle consolide la structure et les codes du groupe, et renforce les allégeances à l’égard de la culture de la rue. Bref, l’identité suppose une disposition à agir conformément à un sentiment subjectif d’appartenance à un même ensemble social. Cette identification peut se construire soit par la mobilisation de valeurs communément partagées, soit par l’activation des solidarités unissant entre eux les membres de la collectivité ainsi valorisée.74

La violence urbaine dans une perspective structurelle

124Les références et les allégeances que dénote le comportement des jeunes de la rue sous-tendent l’existence d’une société qui s’est construite au fil des années moyennant l’élaboration, la mise en place et l’application de différentes stratégies de survie, de modes de régulation et de codes spécifiques. La problématique des jeunes de la rue et de la contre-société qu’ils ont créée, ne permet plus de parler de la violence comme étant une phase temporaire dans le développement urbain car l’évolution et la permanence du phénomène invitent à l’étudier dans une perspective structurelle.

125Nous constatons que cette société de la rue s’est dotée de dispositifs symboliques tels que les appropriations spatiales qui font qu’elle gagne en légitimité et en reconnaissance. Le fait d’occuper un territoire a provoqué une nouvelle définition de l’espace urbain, les jeunes ont transformé les trottoirs et les dépôts d’ordures en lieux habités. C’est par ailleurs grâce aux lois qu’ils créent qu’ils rendent l’endroit et la vie du groupe gérables.

126L’accroissement du nombre des membres des gangs accompagne par ailleurs l’appropriation de la rue : d’un phénomène apparu dans les années 70, nous constatons déjà l’émergence d’une deuxième génération. Il s’agit des enfants de membres des gangs, enfants qui sont nés et qui grandissent dans la rue, n’ayant comme famille et comme repère que leurs parents et les autres membres du gang. Il s’agit aussi d’autres enfants nés dans la rue, de filles de la rue qui sont décédées ou qui les ont abandonnés, mais qui ont été sauvés, recueillis au coin de la rue, par d’autres jeunes de la rue qui les ont élevés. Le phénomène de la culture de la rue est structurel et il est en train de s’ancrer profondément dans la société car la naissance, dans la rue, d’enfants issus des jeunes de la rue, marque leur identité de façon indélébile et leur bloque tout avenir dans la société formelle.

127La croissance démographique de la société de la rue est donc attribuable non seulement à l’arrivée des nouveaux jeunes qui sont renvoyés de leur famille ou qui la quittent mais aussi à la reproduction de ses propres habitants. Cette croissance s’accélère et confirme que la culture de la rue est plus qu’une réponse à une situation temporaire : elle est là pour durer et elle s’aggrave avec le temps.

128La société de consommation n’a que très peu d’emprise sur ces jeunes qui n’arborent aucun signe extérieur permettant de les identifier à un groupe, à une croyance, à une idole, etc. Ils ne portent ni casquettes ni T-shirts pourvoyeurs d’identités et de symboles comme le font les gangs des ‘Maras’ à El Salvador ou les gangs de jeunes à Los Angeles. Dans leur quête identitaire ils ne cherchent pas non plus, parce que leurs moyens ne le permettent pas, à se parer de bijoux ni à se procurer des armes sophistiquées comme le font les jeunes tueurs à gages en Colombie. Les jeunes de la rue n’ont l’uniformisation ni comme repère identitaire ni comme moyen de ressembler aux jeunes de la société formelle.

129Par ailleurs, dans la société de la rue il n’y a pas de production de capital ; l’emploi est inexistant ; les possibilités de recevoir une rémunération ne se font que sous la contrainte et selon les lois d’un marché sans contrôle qui peut exploiter l’enfant travailleur ; je préfère voler un portefeuille le matin, avec ça j’aurai de quoi manger mon petit-déjeuner, plutôt que d’aller m’employer dans un kiosque où le propriétaire va m’exploiter pendant des heures et me faire dépenser ce que je gagne dans sa propre affaire à lui.

  • 75 O. Lewis, 1963, Les enfants de Sánchez. Autobiographie d’une famille mexicaine, Gallimard, Paris, (...)

130La culture de la rue se développe dans un milieu qui n’offre pas de possibilités de survie différentes de celles qui sont déjà ritualisées par les jeunes eux-mêmes. Avec le temps, le durcissement des jeunes qui survivent à la rue devient évident, ils renforcent aussi leurs stratégies de survie et, peut être, pourront-ils développer dans l’avenir une contestation d’ordre politique. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit de sociétés qui possèdent une attitude critique et de la haine à l’égard de la police, de la méfiance à l’égard du gouvernement et des personnalités haut placées, et un cynisme qui s’étend même à l’égard de l’église (…) ces éléments possèdent une qualité d’opposition et un potentiel utilisable dans des mouvements politiques dirigés contre l’ordre social existant.75

Culture de la rue et pluralité des mondes à Nairobi

131Marchant dans Nairobi, on croise des jeunes de la rue, mais aussi des jeunes travailleurs, des jeunes qui vont ou qui viennent de l’école, ainsi que des jeunes désœuvrés qui ne s’inscrivent, apparamment, dans aucune des catégories énoncées. Il existe une pluralité de jeunes urbains, certains habitant dans des quartiers aménagés, d’autres dans le bidonville, d’autres dans la rue. C’est de ce mélange de jeunesse et de ce potentiel violent que se servent d’autres groupes sociaux : il existe une pluralité de violences urbaines.

L’embrigadement de la jeunesse

  • 76 Voir à ce sujet R. Dowse y J. Hughes 1975, Sociología política, Alianza Editorial, Madrid.

132Une des caractéristiques de cette pluralité des mondes s’observe dans l’engagement des jeunes à des fins politiques. Apparemment, l’idée est d’exploiter leur potentiel violent, de se servir de certaines valeurs que les jeunes accumulent dans leur environnement social. C’est ainsi que des jeunes sont appélés, de façon collective ou individuelle, à participer à des violences qui deviennent légitimes76 du seul fait de servir à des fins politiciennes.

  • 77 Pour aller plus loin dans ce sujet voir Africa Watch 1991, 251 et 261, Kenya Taking Liberties, An (...)
  • 78 Le site des Jua Kali.
  • 79 Kenya African National Union, parti politique au pouvoir depuis 1963.
  • 80 The General Service Unit (GSU) est une unité paramilitaire appartenant aux forces de police locale

133Il existe à Nairobi des bandes recrutées par les partis politiques ou par des propriétaires d’immeubles (pour aider à l’éviction de locataires) mais nous n’avons pas trouvé de preuves compromettant les jeunes de la rue dans ce genre d’activités. Parmi les actions les plus connues, pour lesquelles ont été recrutés des bandes de jeunes, se trouvent celles réalisées à Muoroto77 le 25 mai 1990, où a été exécutée une des plus violentes actions d’expulsion d’habitants, ainsi que de démolition de taudis et de postes de vente du secteur informel78 à Nairobi. Le saccage et la destruction ont été le fait de centaines de vigiles locaux, aidés par la police et par les jeunes supporteurs de la KANU79 (Kanu Youth Wingers). Suite à cette journée de violence, les propriétaires d’étals sont revenus sur place au cours des deux premières semaines d’octobre et ils se sont à nouveau fait attaquer. Mais cette fois, la population elle-même était visée et des biens ont été détruits par l’Unité de Service Général80 (GSU), par les jeunes des Kanu Youth Wingers et par des unités de la police.

134L’action des jeunes supporters de la KANU ne se limite pas à leur participation à des actes violents ; ils participent aussi, au côté des policiers, à des programmes sécuritaires, à la surveillance de la ville, à la recherche des délinquants (city clean-up operations). La participation des jeunes à ce genre de violence est peut-être interprétable en tant que moyen que se donne la KANU de conditionner des formes collectives de violence pour ensuite les utiliser à des actions servant d’autres intérêts politiques ou économiques. Ceci pourrait expliquer la présence de ces jeunes dans d’autres actions officielles ou privées. Mais il convient d’ajouter que des jeunes sont aussi recrutés, pour des activités semblables, par d’autres partis politiques.

135Selon leurs témoignages, les jeunes de la rue ne participeraient à ces actions politiciennes violentes que comme spectateurs et ils nient toute implication dans ce genre d’activités. Benson, leader déjà cité et l’un des rares jeunes de la rue qui ne se cache pas de la police, nous disait que ni lui ni aucun autre membre de son gang ne travaillera jamais aux côtés des jeunes de la KANU ni des groupes spéciaux de la police, parce nous ne pouvons pas travailler pour nos ennemis, au contraire, quand nous les voyons nous devons nous cacher, nous ne travaillons pas pour ces gens là.

136L’intégration des jeunes de la rue à la société formelle n’a donc tout simplement pas lieu, ils n’ont aucune alliance avec des groupes de jeunes reconnus officiellement. Même s’ils assistent à leurs agissements en tant que spectateurs, les jeunes de la rue ne s’inscrivent pas dans ce type de violence urbaine. Les actions des jeunes de la rue ne revêtent pas, ou pas encore, de signification politique et ils n’accordent aucune légitimité aux actions des autorités. Ils ne font partie d’aucune clientèle officielle et ne sont pas dominés par des ‘patrons’ externes au gang.

Le ‘droit de la rue’

  • 81 J. Griffiths, 1986, What is legal pluralism ? Journal of Legal Pluralism 24 : 38.

137Les relations sociales des jeunes ne sont pas exemptes de conflits, traversées qu’elles sont d’oppositions internes au groupe qu’ils forment aussi bien qu’entre groupes différents. De plus, des conflits porteurs de violence apparaissent dans leurs rapports avec le reste de la société. La pluralité des mondes se manifeste ainsi au travers de toutes les autres formes de violence et de conflits dans lesquels les jeunes sont impliqués. Il s’agit de processus qui les conduisent à trangresser des règles collectives, à exécuter des actions illégales et à adopter un comportement criminel. Sont aussi concernées les infractions commises par la société formelle à l’encontre des jeunes de la rue. Ces interactions formelles et informelles confirment, nous allons le voir, que l’organisation légale d’une société fonctionne en accord avec son organisation sociale.81

138La culture de la rue a créé une nouvelle interprétation populaire de la justice où les sentiments de vengeance, d’insécurité, le désir de protester contre le manque d’accès aux biens matériels, créent un nouveau code de conduite et d’auto-protection sociale. C’est ainsi que les sous-groupes vivant dans la pauvreté et dans le désarroi sécrètent leur propre droit, un droit de la rue qui, légitimé par les acteurs sociaux qui s’en servent, ne fait jamais mention ni du droit coutumier ni du droit moderne.

  • 82 N. Rouland, 1988, Anthropologie juridique, PUF, Paris.

139Avec l’invention de ce droit de la rue, de ces nouvelles instances judiciaires non étatiques82 se sont créés aussi de nouveaux objets sociaux, tels que certains codes de régulation informels qui, aux yeux des jeunes et des gangs, octroient une légalité à leurs actions. En fait, l’évolution de la culture de la rue montre qu’il existe des codes de conduite qui ont été structurés au fil des années, qui fonctionnent de façon symbolique et réelle, et qui ont été validés et légitimés par les gangs comme modes juridiques locaux.

  • 83 S. Falk Moore, 1973, Law and social change : the semi-autonomus social field as an appropriate sub (...)

140Nous constatons aussi que la mobilité spatiale des jeunes et des gangs est limitée, créant dans leur propre territoire ce qui a été défini par S. Falk Moore83 comme un champ social semi-autonome défini non par son type d’organisation mais par un caractère de type processuel résidant dans le fait qu’il peut donner naissance à des normes et assurer par la contrainte ou l’incitation leur application. Dans ce contexte, les rapports sociaux développés par les jeunes de la rue se projettent ainsi non sur un territoire déterminé mais dans un espace symbolique où ils s’inscrivent en le produisant.

  • 84 P. Clastres, 1974, La société contre l’Etat, Ed. de Minuit, Paris.

141Les rapports communauté-survie-sécurité-violence-espace urbain, nous aident à confirmer que la loi de la rue n’obéit pas uniquement à une volonté délibérée, programmée par les gangs, de se faire justice dans un sens juridique : la loi de la rue peut aussi obéir à une réaction incontrôlable provoquée par le désir d’en finir avec un ennemi difficile à identifier, par un refus de l’ordre établi, manifestant ce que P. Clastres appelle une rupture fondamentale entre cette société et l’Etat.84

Une police justicière

  • 85 Les réactions et les réponses données actuellement par le gouvernement à toute forme de délinquanc (...)
  • 86 Africa Watch, 1991, op. cit.

142Il convient de ne pas omettre le rôle d’autres acteurs sociaux en jeu, tel que l’Etat, dans l’exécution de la violence. En fait, depuis la réintroduction du multipartisme au Kenya la violence urbaine, à Nairobi, prend une tournure politique.85 Les rabatteurs des transports (matatu boys) et le petit peuple des bidonvilles sont réputés avoir été le fer de lance de la contestation populaire ayant abouti aux émeutes du 7 juillet 1990 (connues sous le nom de Saba-Saba). En réaction à ces émeutes et au contrôle de la rue par des gens soutenant l’opposition politique, une Shoot to kill policy fut mise en place en 1990 ; n’importe quel suspect pouvait être abattu par la police, les jeunes de la rue inclus.86

143Commence ainsi à se légitimer une action extra-judiciaire officielle, les policiers excerçant, dans la même logique que celle la justice expéditive, le rôle de juges, jurés et exécuteurs. Et on en arrive à reconnaître que co-existent trois modes d’action judiciaire, l’un formel et les autres informels, symbolisés respectivement par les mots d’ordre de ‘lutter contre la délinquance’ (les autorités), ‘lutter pour la survie’ (les jeunes de la rue) ou ‘se faire justice’ (le petit peuple), chacun légitimant sa propre version de la violence.

144Du côté de la justice officielle les mécanismes d’exercice de la violence se renforcent quand, en 1995, le gouvernement autorise l’installation dans les postes de police de Nairobi et de Mombasa d’une ligne téléphonique (the telephone hot lines) grâce à laquelle n’importe qui peut appeler pour dénoncer un ‘bandit’. Dans la justice expéditive il suffit que quelqu’un crie ‘au voleur’ pour que la foule se lance derrière la victime désignée du doigt. Pour que la police intervienne, il suffit d’appeler les hot lines et de donner le signalement du ‘bandit’ ainsi que l’endroit où il se trouve. La police se déplace et liquide la victime qui est, là aussi, montrée du doigt, jugée et exécutée sans intervention d’un tribunal. Les jeunes de la rue sont, encore une fois, l’une des cibles de la justice officielle.

  • 87 Il suffit de lire les journaux locaux où sont publiés les ‘exploits’ de la police dans la ‘lutte c (...)
  • 88 K. H. R. C, 1995, Licensed to kill : police shootings in Kenya, Kenya Human Rights Commission Repo (...)

145Actuellement la police kenyane compte deux recours légitimes lui permettant d’assurer sa propre justice expéditive : la loi l’autorisant à tirer sur tout suspect et la dénonciation téléphonique anonyme, jamais vérifiée. La loi (The Police Act, Section 28) autorise à tirer sur un suspect mais elle ordonne aussi de le faire seulement dans certains cas (par exemple, la légitime défense et le cas échéant de ne tirer que dans les jambes). Aujourd’hui on ne tient plus compte de ces restrictions et le nombre d’exécutions augmente.87 Selon la K.H.R.C.88 plus de 43 personnes ont été exécutées par la police kenyane entre janvier et juin 1995. Ce rapport fait référence aux assassinats d’adultes mais, selon notre propre observation sur le terrain, des jeunes de la rue sont eux-aussi assassinés dans cette logique officielle, comme le prouve ce témoignage anonyme que nous avons recueilli le jour même des faits, le 2 mai 1996 :

Cet après-midi vers 14 heures nous étions à un arrêt de bus sur Juja Road et nous avons vu arriver deux voitures de police ; l’une a continué et s’est arrêtée un peu plus loin, au coin de la rue, près de la station d’essence ; l’autre a continué tout droit pour revenir quelques minutes plus tard. Les policiers regardaient tout le temps, à l’intérieur d’un petit bar, deux jeunes qui étaient assis et qui buvaient du soda. Ces jeunes ont aussi vu la police et sont sortis en vitesse ; ils ont traversé la rue et essayé de s’enfuir par les petites rues de Mathare. Entre temps, les policiers sont aussi sortis de leur voitures et ont commencé, armés de revolvers, à poursuivre ces deux jeunes. Ceux-ci ont fait tout un tour et sont ressortis de nouveau sur Juja Road où les policiers étaient déjà revenus. Les policiers n’ont rien dit du tout. Ils n’on pas demandé à ces jeunes de s’identifier, ils ne les ont accusé de rien, ils les ont encerclé et les ont abattu de plusieurs coups de révolver. Les deux jeunes ne se sont pas défendus, ils n’étaient pas armés. La police les a tués devant tous les gens qui attendaient le bus, devant les passants ; tout le monde sait que la police les a tués de sang-froid. La police est partie en les laissant par terre. Non, personne n’a réagi. C’est très dangereux, on peut aussi être pris pour un autre ‘suspect’. Nous sommes allés parler avec le propriétaire du bar où ces deux jeunes se trouvaient, il nous a dit qu’ils avaient été dénoncés, par téléphone, par un voisin, mais qu’il ne savait pas s’ils étaient délinquants ou non.

  • 89 M. Augé, 1979, Symbole, fonction, histoire. Les interrogations de l’anthropologie. Hachette, Paris

146Le droit officiel compte des ressources institutionnelles et symboliques avec lesquelles il peut matérialiser et rendre collectifs de nouveaux modes de soumission. C’est pour cela que dans son interprétation du droit de la rue, le droit officiel considère que les actions expéditives et la violence exercée par les jeunes de la rue ont un contenu éthique différent. C’est pour cette raison aussi que le langage du juridique et du politique ne s’articule pas seulement autour d’alliances (patron-client, peuple-politicien) mais aussi autour d’une violence institutionnalisée dont, nous le constatons, l’Etat n’a pas le monopole. Entre temps, les acteurs de la violence urbaine se chargent de créer, de leur côté, un droit pénal de la rue avec ses propres mécanismes de légitimation symbolique en essayant, selon les paroles de M. Augé de l’assurer au sein de la communauté en tant qu’institution sociale et en s’assurant en même temps de sa reproduction.89

  • 90 J. Griffiths, 1986, op. cit.

147Nous constatons que le phénomène de la violence urbaine (formelle ou informelle) est créé sous une forme de droit qui produit différents objets juridiques à partir d’objets sociaux empiriques. En sécrétant son propre droit, en assumant un ‘pouvoir légitime’ qui lui permet d’établir des règles et de les faire appliquer, chaque sous-groupe établit ses propres principes et leur coexistence aboutit à une pluralité de mondes porteuse de réalités juridiques différentes.90

148La situation d’inter-légalité qui se présente à Nairobi est plurielle comme le sont aussi les acteurs sociaux impliqués : jeunes de la rue, société civile, autorités officielles. Nous constatons l’émergence de trois violences qui fonctionnent de façon parallèle et avec presque les mêmes méthodes justicières. On se trouve devant une situation de partage de la violence, légitime et illégitime, sans qu’aucune de ces violences ne renonce à son propre caractère ‘légal’.

La contre-société de la rue

  • 91 G. Rocher, 1968, Introduction à la sociologie générale, Vol. I, L’action sociale, Editions H.M.H., (...)

149Nous pouvons conclure cette partie de notre étude en montrant que la pluralité des mondes à Nairobi se confirme avec l’existence de ce que nous appelons une contre-société de la rue, société déjà porteuse d’une certaine tradition et d’une certaine permanence. C’est une contre-société qui possède une identité formalisée associée à la violence. Elle secrète un ensemble lié de manières de penser, de sentir et d’agir qui constituent les jeunes de la rue en une collectivité particulière et distincte.91

150Finalement, nous pouvons présenter un modèle conceptuel provisoire de cette contre-société, une sorte de typologie qui la présente comme un monde de plus, avec toutes ses différences, dans le milieu urbain. La contre-société de la rue, avec ses repères tous orientés vers la violence, n’assure à ses membres aucune longévité : le taux de mortalité est très élevé et la mort y est presque toujours violente. Ses acteurs ne sont pas intégrés dans les institutions nationales, ils ne possèdent pas de cartes d’identité, ils sont laissés dans la marginalité, comptés dans la masse des exclus sociaux, même s’ils vivent et se reproduisent dans la ville. L’initiation à la vie sexuelle est précoce. Ces jeunes n’ont pas accès aux services de santé et, encore moins, à l’éducation. Ce sont des groupes qui mènent une lutte constante pour le droit à la vie et à la ville, se livrant à des guerres territoriales fréquentes. Ces luttes, les efforts qu’ils doivent déployer pour garder au groupe sa cohésion, ajoutés à l’acceptation de la supériorité d’un leader, provoquent aussi une forte prédisposition à l’autoritarisme.

Initiatives de réinsertion

151Exposer les stratégies, gouvernementales ou non, déployées en direction des jeunes de la rue à Nairobi, c’est aussi mettre en lumière un autre aspect des rapports entre société formelle et société informelle.

Politiques officielles

152Dans l’évolution observée des programmes officiels concernant les jeunes, il semble que les objectifs aient visé la répression plus que la rééducation. En fait, comme beaucoup d’autres réglementations en usage au Kenya, les stratégies ‘en faveur’ des jeunes trouvent leur origine, en grande partie, dans les politiques établies lors de la période coloniale.

  • 92 Les Kikuyu, ethnie majoritaire au Kenya, réagissent dès le début du vingtième siècle aux spoliatio (...)

153En 1909 a été fondée une maison de correction à Kabete ; son fonctionnement était basé sur la philosophie juridique britannique. Dans cet établissement a été établi, en 1934, le premier Comité destiné à travailler sur la délinquance juvénile. Toujours en 1934, cette maison de correction a été transformée pour devenir une école spécialisée et ensuite est redevenue une maison de correction. En 1937, pour résoudre les problèmes de surpeuplement à Kabete, a été fondée une nouvelle maison de correction à Dagoretti. En 1946 a été publié un rapport sur les jeunes récidivistes précisant qu’environ 35 % des jeunes arrêtés avaient commis des crimes alors qu’ils n’avaient pas atteint l’âge de 20 ans. Plus tard, en 1954, a été organisé un nouveau comité chargé de revoir tout le système de la justice à l’égard des jeunes ; ce comité a recommandé la séparation du système de justice juvénile de celui destiné aux adultes. Cependant, suite à la résistance Mau Mau92 et à l’instauration de ‘l’état d’urgence’, on a assisté au renforcement des lois, et parmi celles-ci des restrictions relatives au vagabondage, qui ont augmenté le nombre de jeunes conduits devant le tribunal de la jeunesse de Nairobi. Durant cette période on estime qu’environ 3 000 jeunes passaient chaque année devant ce tribunal.

  • 93 Pour ce développement historique nous nous sommes inspirée des travaux de A. H. Buluma, 1975, The (...)

154Les lois concernant les enfants et les jeunes, établies durant la période coloniale, ont été confirmées en 1963 après l’indépendance du pays. Ensuite, ces lois ont été modifiées à plusieurs reprises pour aboutir, en 1969, à la loi actuelle, le Children and Young Persons Act.93 Aujourd’hui, la fourniture gouvernementale de services à l’égard des jeunes délinquants, est représentée par un grand nombre de maisons de rééducation, des centres de réhabilitation, de maisons de redressement et de maisons d’arrêt existant à Nairobi et dans tout le pays.

155Par ailleurs, le Children and Young Persons Act autorise l’existence de tribunaux juvéniles qui exercent, selon leur propres mots, des politiques spécifiques pour la protection et la discipline des jeunes. Cette loi donne le droit aux tribunaux de placer les jeunes dans une des différentes institutions officielles, de les envoyer en prison ou devant une instance supérieure, de les laisser en détention préventive ou, tout simplement, de les laisser en liberté. De même, la loi ordonne la prise en charge des enfants qui restent sous la juridiction des instances officielles, ainsi que des enfants orphelins ou qui ont été abandonnés par leurs familles. A cet effet, la loi octroie des moyens juridiques pour que les autorités veillent au respect des lois dans les institutions où les jeunes sont placés. La loi attire l’attention sur les jeunes de moins de 18 ans qui, emprisonnés dans une institution officielle, doivent recevoir l’attention et l’éducation nécessaires à leur réinsertion dans la société.

  • 94 ANPPCAN 1991, 152, A report on a study on Street children in Kenya, Submitted to : Attorney Genera (...)

156Quand le jeune est conduit devant le tribunal et que ce dernier décide que le jeune a besoin de protection et de discipline, la Cour peut prendre une des décisions suivantes : ordonner au jeune de rentrer chez ses parents ; appeler les parents et leur ordonner, selon le cas, des mesures à prendre avec leur enfant ; envoyer le jeune dans une maison de détention préventive ou l’envoyer directement en prison.94 Nombreuses sont les occasions où la Cour, suivant ses propres lois, ordonne au jeune de rentrer à la maison après avoir subi un châtiment corporel reçu du juge ou d’un des fonctionnaires du tribunal. Cette figure juridique se produit de façon quotidienne au tribunal de Nairobi et elle est employée à l’égard des filles et des garçons. Dans d’autres cas, la Cour peut ordonner le transfert du jeune à la campagne où les autorités croient que se trouve la famille du jeune. Comme nous l’avons déjà vu dans les témoignages, à la campagne le jeune est forcé d’établir des nouvelles stratégies de survie afin de trouver les moyens de retourner chez lui, à savoir dans les rues de Nairobi.

  • 95 La Loi contre le Vagabondage (The Vagrancy Act) fut copiée de celle existant au Royaume-Uni (Vagra (...)

157La plupart des jeunes arrêtés à Nairobi sont accusés de vagabondage ou de vol. Dans ce sens, on peut dire que la loi continue d’être appliquée en accord avec les principes instaurés durant la période coloniale. En effet, la définition du vagabondage, en tant que crime, a pour conséquence que tous les jeunes de la rue sont susceptibles d’être conduits devant les tribunaux et accusés d’être des délinquants. La loi contre le vagabondage95 de 1968, section 2, livre deux définitions des jeunes susceptibles d’être de vagabonds :

158Section 2 (b) : toute personne sans domicile fixe ou qui est trouvée en train d’habiter dans un des endroits suivants : vérandas, trottoirs, couloirs, parcs, garages, à l’entrée d’une maison ou d’un établissement commercial, dans un bâtiment non occupé, à l’air libre, dans ou autour d’un véhicule ;

159Section 2 (c) : toute personne trouvée en train de mendier dans un endroit public.

160C’est à cette loi que les jeunes se voient confrontés quand ils sont conduits devant le tribunal, accusés de délinquance ou de crime, du simple fait de se trouver dans la rue. Quand le jeune est condamné pour des actes qualifiés de criminels, il est envoyé dans des endroits spécifiques tels que : (a) Getathuru Children’s Home, Kabete Approved School et Nairobi Remand Home (rue Wangige, derrière le campus Kabete de l’Université de Nairobi). Ces maisons de réhabilitation sont, apparemment, les seules où les enfants accusés de vagabondage sont conduits. Ces maisons reçoivent des jeunes amenés par la police, par les parents ou par les assistants sociaux en plus de ceux qui sont envoyés par le tribunal. Il s’agit de jeunes qui ont besoin de ‘protection et de discipline’, (b) The Youth Corrective Centre à Kamiti et la Athi River Prison, reçoivent principalement des jeunes âgés de 14 à 17 ans. (c) Kabete et Kirigiti Approved Schools sont des centres spécialisés dans la réhabilitation ; Getathuru Approved School fonctionne comme centre de réception, tandis que le Nairobi Juvenile Remand Home héberge les jeunes accusés de délinquance qui attendent d’être conduits et jugés devant le tribunal.

  • 96 D. Rodriguez-Torrès, 1995 (2), op. cit., 278-281.

161Les jeunes qui sont conduits dans une quelconque de ces institutions ne reçoivent pas d’assistance légale. La situation est la même quand un jeune doit faire face au code pénal devant des instances supérieures. Bien que la Constitution établit le droit à la défense de tout accusé au civil ou au pénal, les jeunes ne jouissent ni de conseil ni d’aide juridique ; de plus, il n’ont pas les moyens financiers de payer l’avocat qui pourrait assurer leur défense. Le jeune appelé à être condamné, à tort ou à raison, reste donc à la merci des autorités.96

162D’après les témoignages recueillis auprès des jeunes de la rue, de certaines organisations locales d’aide sociale et de certains fonctionnaires des tribunaux, la situation du jeune en garde à vue ou emprisonné est critique. Ceci n’est pas dû uniquement à l’absence de défense légale mais aussi aux mauvais traitements reçus. Isolé, séparé de son environnement social sans avoir les moyens de communiquer avec quiconque, généralement sans famille, le jeune sera coupé de tout contact avec le monde extérieur ; les seuls qui pourraient lui rendre visite sont ses propres camarades de la rue mais ils se garderont de le faire de peur d’être eux aussi emprisonnés. Selon ces mêmes témoignages, le jeune emprisonné est mal nourri, il est souvent placé dans des cellules partagées avec des adultes, il est soumis aux violences physiques et sexuelles des autres prisonniers ainsi qu’à la violence qui lui est infligée par des gardiens ou par des agents de la police. Par ailleurs, il est fréquent que, dans les prisons, les jeunes soient soumis à des châtiments et à des punitions établis par l’institution d’accueil. Par

  • 97 L. W. Muya, 1978, The Kenya juvenile in the borstal institution, dissertation, Faculty of Law, Uni (...)

163exemple, selon une étude réalisé en 1978,97 sur 95 garçons detenus à Shikusa Borstal Institution, les punitions en prison étaient classées en quatre catégories :

  1. Enfermement dans une cellule et rationnement de la nourriture
  2. Arrêt temporaire de la formation scolaire
  3. Confiscation de l’argent épargné
  4. Châtiments corporels

164Outre ces programmes judiciaires établis pour la ‘réhabilitation’ des jeunes, le gouvernement compte aussi des institutions qui s’occupent du développement et de l’avenir des jeunes. Il s’agit de programmes gouvernementaux pour la jeunesse tels ceux du Children’s Department, du Ministère des Affaires Sociales, ainsi que certains programmes des Ministères de la Santé et de l’Education. Tel est aussi le cas de la Child Welfare Society of Kenya, organisme étatique qui se consacre à la protection et à la discipline des jeunes jusqu’à 16 ans. Environ 39 000 jeunes orphelins, abandonnés, ou accusés d’actes délictueux, reçoivent les services de cette institution.

  • 98 La seule information à ce sujet se trouve dans les journaux locaux de l’époque.

165Il existe enfin d’autres politiques, peu visibles et non-inscrites dans les plans de développement, mais qui ont comme objectif d’occulter les jeunes quand le prestige du pays est en jeu. C’est ce qui s’est passé, par exemple, en mai 1994 : le gouvernement devait accueillir les délégués de la Banque Africaine de Développement et a décidé de renvoyer les enfants et les jeunes de la rue pour ne pas donner une mauvaise image du pays aux bailleurs de fonds. Les jeunes de la rue furent ramassés par centaines et conduits au camp de Rowallan à Jamhuri Park, tout près de Ngong Road, où ils ont été nourris et sont restés sous la vigilance de différentes organisations gouvernementales et non gouvernementales, jusqu’au départ des investisseurs étrangers.98

166Finalement, il faut souligner que dans les politiques gouvernementales aucune différence n’est faite entre les jeunes de la rue et les jeunes dans la rue et il semble aussi que le principal critère adopté pour l’arrestation d’un jeune soit le simple fait de l’avoir rencontré en train de traîner dans la rue.

Initiatives associatives

167Il existe au Kenya des organisations non gouvernementales, des associations religieuses, des églises et d’autres groupes de civils qui ont créé des programmes destinés, en théorie, aux jeunes de la rue. Ce déploiement des ONG est une conséquence des effets défavorables des programmes d’ajustement structurel plus ou moins compensés par l’augmentation des activités non étatiques dans presque tous les secteurs, celui des enfants et des jeunes inclus. Les activités des ONG, approuvées et soutenues par l’Etat, dans son Plan de développement 1989-1993, sont destinées à servir les populations les plus pauvres. Leurs objectifs se concentrent sur l’aide aux enfants et aux jeunes orphelins, aux pauvres, aux négligés, aux abandonnés et aux maltraités.

  • 99 ANPPCAN 1995, 44-48, op. cit.

168La brochure publié par l’ANPPCAN,99 présente une liste de 113 associations non gouvernementales et 19 organisations religieuses travaillant actuellement sur des programmes destinés à aider les jeunes. A cette liste nous ajoutons d’autres associations qui travaillent, avec les mêmes objectifs, dans les bidonvilles et dans les quartiers pauvres.

  • Kenya Children’s Fund Trust, qui a son siège à Dandora.
  • Imani Maria House, qui fonctionne comme programme pour la réhabilitation des jeunes et qui a son siège à Eastleigh.
  • Don Bosco Boys Town qui aide les enfants de la rue, principalement dans le centre de la ville
  • St. John’s Catholic Church, travaille pour les jeunes de et dans la rue, collabore avec les jeunes qui travaillent dans le ramassage des ordures et a son siège dans un des secteurs les plus pauvres de Nairobi, Korogocho.
  • Tunza Dada Centre destiné à aider les jeunes en difficulté, basé à Pangani.
  • Kibarage Good News Centre, qui aide les enfants abandonnés.
  • Mama Fatuma Goodwill Children’s Home, fondé en 1966, se consacrait aux enfants abandonnés ou orphelins suite aux luttes pour l’indépendance. Ce centre a débuté en accueillant 15 enfants (10 garçons et 5 filles). Aujourd’hui cette institution accueille des enfants mineurs de 3 ans, héberge 66 enfants et sa fonction principale est de leur donner une éducation préscolaire.
  • Starehe Boys Centre, œuvre à l’éducation de garçons abandonnés. Le centre compte quelques ateliers et assure l’éducation d’environ 1 148 garçons dans différentes institutions du pays qui reçoivent l’aide du gouvernement.
  • Salesians of Don Bosco réalisent leurs travaux à Makuu, Dagoreti Corner, Karen et Kibera. Ce sont des centres de réhabilitation et d’éducation pour des garçons nécessiteux, issus des bidonvilles de Nairobi. Ils éduquent environ 320 jeunes.
  • S.O.S Children’s Home, fondé en 1978 a son siège à Bum Buru. Ce centre accueille environ 200 enfants abandonnés et orphelins logés au village S.O.S. Nairobi ; y sont admis les enfants de moins de 3 ans qui ont perdu leur mère à la naissance ou qui ont été abandonnés par leurs parents. Ces enfants sont accueillis totalement par l’institution qui leur offre aussi des études primaires et secondaires.
  • L’Armée du Salut accueille environ 60 jeunes, âgés entre 9 et 18 ans, dans son siège à Pand Pieri Catholic Church. Les jeunes habitent dans le centre où ils sont logés, nourris et éduqués.

169Il existe aussi des organisations plus importantes qui se consacrent à l’aide aux enfants et aux jeunes. Tel est le cas de l’Undugu Society, l’organisation la plus connue dans son genre au Kenya. Elle dispose d’un budget d’environ 30 millions de shillings par an, destiné à la réalisation de programmes d’aide à environ 1 400 jeunes à Nairobi. L’objectif central de ces programmes est l’encadrement des jeunes travailleurs dans la rue, (par exemple les parking boys) ; l’amélioration de la santé des populations les plus pauvres (par exemple à Mathare Valley, Kitui-Pumwani, Kibera) ; l’aide aux filles de la rue et, en général, l’aide aux enfants issus des familles pauvres. Undugu gère l’école Machuma, institution qui offre ses services le matin et qui se consacre à des jeunes issus de foyers très pauvres pour empêcher qu’ils aboutissent à la rue. Mentionnons aussi l’aide offerte à environ 300 jeunes, issus de mères célibataires des bidonvilles, qui grâce à elle sont scolarisés.

170Undugu a aussi des programmes d’éducation dans les bidonvilles, destinés à la formation de jeunes qui veulent travailler dans le secteur informel ; ces programmes accueillent environ 200 jeunes. Un autre centre dirigé par Undugu Society est destiné à héberger les filles de la rue. Ce programme a commencé en avril 1996, son siège se trouve à Kitengele et compte 72 filles de la rue âgées de moins de 18 ans. Son objectif est d’offrir une vie ‘normale’, une éducation, une réhabilitation et, éventuellement, de réintégrer ces filles dans leurs familles d’origine.

171Les programmes d’Undugu Society, consacrés au secteur informel, aux mères célibataires, aux jeunes désœuvrés, aux parking boys, etc., font de la prévention mais n’aident (selon notre étude terminée en mai 1996) que 192 jeunes de la rue proprement dits.

172Finalement, nous constatons que les pauvres et les jeunes de la rue sont considérés comme les acteurs sociaux les plus vulnérables et, en conséquence, sont les principaux bénéficiaires des ONG locales et étrangères. Mais, à l’instar des institutions gouvernementales, les ONG, les églises et toutes les autres associations qui travaillent dans ce type d’activité, ne font pas de différence entre les jeunes de la rue et les jeunes dans la rue.

Bibliographie

Quelques références

Almeida-Topor H. d’et al. 1992. Les jeunes en Afrique. Evolution et rôle (xlxe-xxes). L’Harmattan, Paris.

Aparicio, J. y A.M. Ramponi. 1985. Delincuencia juvenil urbana. Revista Humanitas. Buenos Aires.

Bekombo, M. 1992. Changements socioculturels et marginalisation des enfants et des jeunes en Afrique subsaharienne. In : UNICRI, Criminology in Africa. UNICRI Publication n°47, Roma.

European Committee on Crime Problems. 1979. Social change and juvenile delinquency. Council of Europe, Strasbourg.

Jeunes, ville, emploi. Quel avenir pour la jeunesse africaine ? Actes du Colloque organisé par le Ministère de la Coopération et du Développement sous le haut patronage du Président de la République, 26-29 octobre 1992, Paris.

Kvaraceus, W. 1970. Delincuencia juvenil. A.I.D., Librería del Colegio, México.

Marjuvia. 1994. A l’écoute des enfants de la rue en Afrique noire. Fayard, Paris.

Mayhew, P. et al. 1976. Crime as opportunity. Home Office Research Study n°34, HSMO, London.

Mbembe, A. 1985. Les jeunes et l’ordre politique en Afrique noire. L’Harmattan, Paris. Poirier, J. 1993. Une nouvelle forme de violence institutionnelle : la violence par préténtion. In : La violence et l’Etat. Formes et évolution d’un monopole. E. Le Roy et Tr. von Trotha (dirs). L’Harmattan, Paris.

Rutter, M. 1983. Delincuencia juvenil. Ed. Martinez Roca, Barcelona.

Werner, J.F. 1994. Marges, sexe et drogues à Dakar, enquête ethnographique. Karthala-ORSTOM, Paris.

Zaluar, A. 1992. A Criminalizaçao de drogas e o reencantamento do mal. Revista do Rio, UERJ/UNICAMP, Rio de Janeiro.

Notes

1 World of Work n°11, 1995.

2 Par exemple, selon des statistiques mondiales, 20 % des mères célibataires se trouvent dans sept pays africains (Botswana, Cameroun, Kenya, Liberia, Madagascar, Namibie et Tanzanie), alors qu’il y en a 10 % dans trois pays d’Amérique Latine (Bolivie, Paraguay, Colombie). J. Bruce et al., 1995, Families in Focus. New perspectives on mothers, fathers and children, The Population Council, New York.

3 Des millions de femmes ont aujourd’hui une responsabilité de chef de famille. C’est le cas dans un tiers des foyers de la planète, dans plus de la moitié des foyers de certains pays africains où les femmes produisent près de 90 % de la nourriture. PNUD, 1994, Rapport sur le développement humain 1994, PNUD.

4 ECA, 1994, Third African Population Conference, vol.1, E/ECA/POP/APC3, United Nations Economic Commission for Africa, Addis Ababa.

5 On estime qu’environ 50 % de la population de Nairobi vit dans les bidonvilles. Les squatters sont nombreux ; d’autres paient un loyer à des propriétaires fonciers qui n’habitent pas le secteur. La majorité de la population de ces bidonvilles est composée de femmes et d’enfants. D. Rodriguez-Torrès, 1995 (1), Nairobi : le bidonville face à la ville, Academia-L’Harmattan, Belgique.

6 C.B. Lloyd, 1995, Household Structure and Poverty. What are the connections ?. The Population Council, Working Paper n°74.

7 A titre d’exemple : 7 millions d’enfants, abandonnés et sans appui familial, travaillent tous les jours dans les rues du Brésil. Au Mexique, des 650 000 enfants qui travaillent sans protection légale, environ 200 000 travaillent dans les rues. A Rio de Janeiro, environ 100 enfants de 3 ans au moins, sont abandonnés chaque mois. Il y a environ 130 000 enfants abandonnés dans les rues de Bogota et 6 000 qui travaillent dans les rues de Quito. O. Valverde, 1993, La sociedad y los niños de la calle, Revista de Ciencias Sociales 59, 9-17, marzo, Costa Rica.

8 Au Kenya, on estime qu’il existe environ 500 000 enfants qui ne vont pas à l’école et qui peuvent donc être considérés comme des enfants de la rue (The Standard, 20.5.92, Nairobi).

9 Nous définissons les enfants/jeunes de la rue comme étant ceux qui n’ont plus de liens avec leur famille. Il s’agit, généralement, d’enfants qui ont été abandonnés par leurs parents ou par la mère, ou des enfants qui de façon volontaire ont quitté le foyer familial. Etant donné l’absence d’un capital de départ ou d’un employeur, ces jeunes n’exercent pas un métier mais vivent de la ‘débrouille’ (légale ou illégale). Pour une définition plus large, des caractéristiques des enfants/jeunes de la rue en Afrique, voir Y. Marguerat, 1995, Les enfants de la rue : le cas de l’Afrique Noire. Questions et réponses, Document présenté au séminaire préparatoire au sommet mondial sur le développement social (Copenhague, mars 1995), ORSTOM et Ministère des Affaires Etrangères, Royaumont, 9-11 janvier 1995.

10 Eastleigh et Pangani sont habités par des personnes appartenant aux classes moyennes et pauvres ; à l’intérieur des deux quartiers on peut trouver des secteurs qui gardent les caractéristiques de bidonville.

11 Ce développement s’inspire d’une recherche que nous avons réalisée sur l’histoire et l’évolution socio-économique de Nairobi. D. Rodriguez-Torrès, Nairobi de Muthaiga à Mathare Valley, In : Prunier G. et Grignon F. (dirs.), Le Kenya Contemporain, à paraître en 1997 chez Karthala.

12 F. Furedi, 1990, 29, The Mau Mau War Perspective, Heinemann, Kenya, Nairobi.

13 F. Cooper, 1980, From slaves to squatters. Plantation labour and agriculture in Zanzibar and coastal Kenya 1890-1925, Kenya Literature Bureau, Nairobi, 240.

14 L’existence des bidonvilles dès le début de la période coloniale n’est donc étrangère ni au développement de la ville ni à la politique du gouvernement en place. Dès les premières apparitions de squatters, le gouvernement prend des mesures pour les éliminer, comme en 1901, quand le Conseil Municipal vote une loi destinée à leur faire quitter la ville.

15 La fabrication, la distribution et la vente de cette liqueur continue, encore aujourd’hui, à se faire dans la clandestinité et offre des possibilités de survie économique et de régulation sociale à grand nombre d’habitants pauvres, principalement à Mathare Valley. D. Rodriguez-Torrès, 1996, De l’informel à l’illégal, la production de Chang’aa à Nairobi, Travaux et Documents n°27, IFRA, Nairobi.

16 Ces femmes africaines sont les premières autochtones à construire des maisons à Nairobi. Engagées dans la prostitution ou la distillation clandestine, elles entament un processus d’accumulation économique en offrant d’abord leurs services puis du travail aux travailleurs migrants. Elles acquièrent des propriétés à Pangani et louent des maisons ou des chambres aux africains. J. Bujra, 1982, Women ‘entrepreneurs’ in early Nairobi, In : Crime, Justice and Underdevelopment, C. Summer (ed), Heinemann, London, 224-233.

17 T. Hirst, 1994, The Struggle for Nairobi, Majestic Printing Works Ltd., Nairobi, p.41.

18 D. Etherton, 1971, Mathare Valley : A case study of uncontrolled settlements in Nairobi, Housing Research and Development, University of Nairobi.

19 Aujourd’hui Moi air base.

20 Ces règlementations ont renforcé l’image des indiens qui, comme les européens, étaient perçus par les africains comme les seigneurs de la terre à Nairobi, comme une classe privilégiée de propriétaires urbains investis dans la spéculation foncière, acteurs dominants dans le commerce et à la source des conflits générés dans les relations de marché avec la paysannerie. En conséquence, les relations entre les africains et les asiatiques sont devenues encore plus antagoniques. J.D. Barkan (ed.), 1984, Politics and Public Policy in Kenya and Tanzania, Heinemann, Kenya. Voir aussi : D. Etherton, 1971, op. cit. ; M. Lovett, 1989, Gender Relations, Class Formation and the Colonial State in Africa, In : J.L. Parpart and K. Staudt, eds., Women and the State in Africa, Lynne Rienner Publishers, Boulder, London ; L. White, .1983, A colonial state and an African petty bourgeoisie : Prostitution, property and class struggle in Nairobi 1936-1940, In : Struggle for the City : Migrant labor, capital and the state in urban Africa, F. Cooper ed., Sage Publications.

21 F. Cooper, 1980, op. cit., 244.

22 Ghai and McUslain, 1970, Public Law and Politicial Change in Kenya, Oxford University Press, Nairobi ; C. Leys, 1976, Underdevelopment in Kenya, Heinemann, London.

23 B. Hertz, 1970, Land Reform in Kenya, A.I.D., Spring Review, June.

24 J.D. Barkan, 1984, op. cit. 241.

25 Kenya Population Census, 1989, Volume I, Republic of Kenya, Office of the Vice-President and Ministry of Planning and National Development Central Bureau of Statistics, Government printer, Nairobi 1994.

26 R.A. Obudho, 1993, Growth, Problems of the City of Nairobi, Special Report, Daily Nation, August 8.

27 Republic of Kenya, 1991, Statistical Abstract, Central Bureau of Statistics, Ministry of Planning and National Development, Nairobi.

28 Gomez H. Buendia, ed., 1989, Urban crime : global trends and policies, The United Nations University, Tokyo, Japan.

29 Voir The Standard February 12, 1995.

30 Plus de 60 % des foyers à Mathare Valley sont entretenus par une mère célibataire.

31 Pour aller plus loin sur ce sujet voir : D. Rodriguez-Torrès. 1995 (1), op. cit.

32 A propos des droits des femmes et des enfants à Nairobi, voir D. Rodriguez-Torrès, 1995 (2), Accès à la justice dans les quartiers urbains pauvres, Dar-es-Salaam, Kampala, Nairobi, In : Collectif, Pauvreté urbaine et accès à la justice en Afrique, L’Harmattan, France.

33 Les Blancs.

34 Le taux de change était, en mai 1996, de 58 shillings pour 1 $US.

35 Farine de maïs cuite.

36 Bière locale, fabriquée de façon artisanale.

37 Sorte de choux ; traduit littéralement, ‘passer la semaine’.

38 Marijuana.

39 Par exemple à Nakuru ou en d’autres régions, celles de Molo et de Kericho en particulier, que des familles entières ont dû fuir lors des troubles inter-ethniques de 1991 et 1992.

40 Au cours des années 50, la théorie des besoins associait déjà la faim à la violence : l’organisme est un système de tension qui, devant des besoins organiques non satisfaits, tels que la faim, peut conduire à une phase de ‘terror total’ et partant à agir de façon violente ou à assumer des conduites délictueuses. H.S. Sullivan, 1953, The Interpersonal Theory of Psychiatry, Norton, New York.

41 G. Balandier, 1981, Sens et Puissance, Quadrige, PUF, Paris, 63.

42 C. Denot, 1993, ‘Dieu est grand, je me débrouille seul’ ou le cas d’Inox, l’enfant d’acier, Cahier des Sciences Humaines 29(4) : 625, Paris.

43 La cohésion connote les diverses formes de solidarité et la référence à un même ensemble de valeurs et de normes. Y. Grafmeyer, ed., 1994, Sociologie Uurbaine, Nathan, France, 79.

44 Petit bus de transport en commun.

45 Stimulant végétal qui se mâche.

46 Citoyens.

47 Vigile privé.

48 Nourriture composée de haricots rouges et de maïs.

49 Chausson frit farci avec de la viande ou des légumes.

50 M. Forsé, 1981, La sociabilité, Revue Economie et Statistique n°132.

51 M. de Certeau, 1990, L’invention du quotidien, 1, Arts de faire, Editions Gallimard, Paris, 148.

52 R. Ledrut, 1984, La forme et le sens dans la société, Librairie des Méridiens, Paris.

53 D. Rodriguez-Torrès, 1996, Le gang Serena : origine et production d’une contre-société de la rue à Nairobi, Politique Africaine 63, octobre, 61-71, Paris.

54 Cette constatation modifie en partie, les rapprochements faits entre besoin et action délictueuse ou criminelle, comme c’est le cas avec la théorie des besoins qui, depuis des années, dans son analyse des comportements délictueux, associe les besoins à l’espace vital et considère les besoins comme organisateurs de la conduite. K. Lewin, 1935, A Dynamic Theory of Personality, McGraw Hill, New York.

55 Le viol est aussi une des activités réalisées par des jeunes de la rue, principalement la nuit, dans des endroits comme Uhuru Park, City Park, Jevanjee Garden, Juja Road, près des toilettes publiques dans le centre de la ville, etc.

56 Street Contact, 1992, Sexual Abuse and Exploitation in Kenya, Undugu Society, Kenya, 9.

57 Par exemple, en langue locale, bhang (marijuana), glue (colle), Junic’s, thinner, piriton, miraa, rochee, jombi, chang’aa, busaa, miti ni dawa, etc.

58 Alcool illicite préparé à base de millet.

59 UNICEF, 1997, La situation des enfants dans le monde 1997, UNICEF.

60 A. Rosario, 1988, ‘Ragpicking and ragpickers’ education and development scheme in Bangalore City, Prevention and protection of working children and abandoned children, Country Reports and Case Studies, Second Asian Regional Conference on Child Abuse and Neglect, Bangkok, 8-13 February 1988, cité dans UNICEF 1997, op. cit.

61 Connue en Afrique de l’Est sous le nom de ‘mob justice’, la justice expéditive est perçue généralement comme un des symboles de l’impunité judiciaire qui contribue, directement ou indirectement, à la privatisation de la justice, à l’apparition des escadrons de la mort, des groupes d’auto-défense, des organisations para-militaires et des systèmes policiers privés.

62 Note de l’auteur.

63 ibidem.

64 M. Foucault, 1975, Surveiller et punir. Gallimard, Paris, 317-18.

65 Ce témoignage fait référence à l’assassinat de cinq enfants de la rue en 1994. Selon les témoignages des camarades de ces enfants assassinés et, d’après les informations parues dans les journaux locaux de cette période, 5 enfants de la rue ont été tués à Ngara, en juin 1994, par un réserviste de la police kenyane (appelé Arvinderjit Singh Chadha). Le réserviste a déclaré qu’il faisait la ‘chasse aux voleurs’. Quelque temps plus tard, le 11 août 1994, un garçon de la rue âgé de 15 ans, Simon Kanampiu Kamande, qui appartenait à ce gang, a aussi été tué par ce réserviste, quand il se trouvait près de la gare ferroviaire à Ngara, Nairobi. La Cour a acquitté le réserviste de la police, le 7 mars 1995, des charges d’assassinat du garçon de la rue, a accepté la défense du réserviste qui plaidait l’auto-défense et a ordonné sa libération sur-le-champ. Pour avoir plus d’information sur le sujet consulter les journaux locaux de l’époque, spécialement le Daily Nation et le Standard de juin, juillet et août 1994 et février et mars 1995.

66 M. Foucault, 1975, op. cit., 301.

67 L’action délictueuse n’est pas une qualité naturelle propre à l’individu mais elle est plutôt une caractéristique qui lui a été donnée par la société. N. Walker, 1977, Behaviour and Misbehaviour: Explanations and non explanations, Basil Blackwell, Oxford.

68 O. Lewis, 1975, The culture of poverty, In : City Ways : A selective reader in urban anthropology, J. Friedt and N.J. Chrisman, eds., Crowell, New York, 394.

69 Chaque jeune est rebaptisé quand il arrive dans un gang, les noms de famille ne sont plus utilisés et ils se présentent avec leur surnom, comme ils l’ont fait dans ce gang. Parfois le jeune prend comme surnom un nom proche de son origine ethnique, comme dans le cas de ‘Turo’ qui renvoie à l’ethnie Turkana.

70 Voir à ce sujet M. Wolfgang et F. Ferracuti, 1966, La subculture de la violence, F.C.E., Mexico, qui développent la théorie de ‘la sous-culture de la violence’, théoriquement déterminée par l’âge des acteurs sociaux et toujours associée à la pauvreté.

71 B. Badie, 1993, Culture et politique, Economica, Paris, 155.

72 ibidem, 151-7.

73 Le gang ‘Serena’ est structuré par classes d’âge et fonctionne selon trois niveaux d’âge qui, en reprenant ses termes, correspondent aux ‘children’ entre 6 et 13 ans, aux ‘juniors’ entre 13 et 25 ans et aux ‘seniors’ à partir de 25 ans. Ces classes d’âge déterminent les fonctions et les responsabilités de chaque groupe au sein du gang. D. Rodriguez-Torrès, 1996, op. cit., 64.

74 B. Badie, 1993, op. cit., 154.

75 O. Lewis, 1963, Les enfants de Sánchez. Autobiographie d’une famille mexicaine, Gallimard, Paris, 33.

76 Voir à ce sujet R. Dowse y J. Hughes 1975, Sociología política, Alianza Editorial, Madrid.

77 Pour aller plus loin dans ce sujet voir Africa Watch 1991, 251 et 261, Kenya Taking Liberties, An Africa Watch Report, USA, ainsi que les journaux locaux de l’époque.

78 Le site des Jua Kali.

79 Kenya African National Union, parti politique au pouvoir depuis 1963.

80 The General Service Unit (GSU) est une unité paramilitaire appartenant aux forces de police locale.

81 J. Griffiths, 1986, What is legal pluralism ? Journal of Legal Pluralism 24 : 38.

82 N. Rouland, 1988, Anthropologie juridique, PUF, Paris.

83 S. Falk Moore, 1973, Law and social change : the semi-autonomus social field as an appropriate subject of study, Law and Society Review 7: 719-746.

84 P. Clastres, 1974, La société contre l’Etat, Ed. de Minuit, Paris.

85 Les réactions et les réponses données actuellement par le gouvernement à toute forme de délinquance, de contestation sociale ou politique, trouvent leur raison d’être dans le contexte politique que connaît le Kenya depuis les années 80. En 1982, le gouvernement kenyan change la Constitution et le gouvernement redevient monopartiste ; le seul parti politique autorisé était le parti au pouvoir, le Kenya African National Union (KANU). Commencent alors des campagnes politiques, menées par l’opposition, pour le retour au multipartisme et celles-ci s’intensifient entre 1989 et 1991 quand, sous la pression des organismes financiers internationaux, le gouvernement autorise ce retour.

86 Africa Watch, 1991, op. cit.

87 Il suffit de lire les journaux locaux où sont publiés les ‘exploits’ de la police dans la ‘lutte contre la criminalité’. On peut aussi lire des justifications, officielles, données à ces exécutions : ‘il s’agissait d’un individu suspecté de participer à des activités criminelles’ ; ‘c’était quelqu’un qui s’était battu avec la police’ ; ‘c’était un criminel recherché par les autorités’ ou ‘c’était un criminel qui a voulu s’échapper’.

88 K. H. R. C, 1995, Licensed to kill : police shootings in Kenya, Kenya Human Rights Commission Report, Nairobi, Kenya, August.

89 M. Augé, 1979, Symbole, fonction, histoire. Les interrogations de l’anthropologie. Hachette, Paris.

90 J. Griffiths, 1986, op. cit.

91 G. Rocher, 1968, Introduction à la sociologie générale, Vol. I, L’action sociale, Editions H.M.H., Paris.

92 Les Kikuyu, ethnie majoritaire au Kenya, réagissent dès le début du vingtième siècle aux spoliations des terres et aux politiques coloniales à l’égard des Africains. Ils créent le mouvement Mau Mau, société secrète, qui commence la lutte pour l’indépendance en 1950. Le pays devient indépendant en 1963.

93 Pour ce développement historique nous nous sommes inspirée des travaux de A. H. Buluma, 1975, The treatment to juvenile delinquent in Kenya, LLB Degree dissertation. Faculty of Law, University of Nairobi, et de R. M. Nyonyintono, 1979, Problems of delinquency, Paper presented to the Child Welfare Society of Kenya, Department of Sociology, University of Nairobi.

94 ANPPCAN 1991, 152, A report on a study on Street children in Kenya, Submitted to : Attorney General’s Office, African Network for the Prevention and Protection of Children against Abuse and Neglect, May. Nairobi.

95 La Loi contre le Vagabondage (The Vagrancy Act) fut copiée de celle existant au Royaume-Uni (Vagrancy Act of the United Kingdom, 1824-1935).

96 D. Rodriguez-Torrès, 1995 (2), op. cit., 278-281.

97 L. W. Muya, 1978, The Kenya juvenile in the borstal institution, dissertation, Faculty of Law, University of Nairobi.

98 La seule information à ce sujet se trouve dans les journaux locaux de l’époque.

99 ANPPCAN 1995, 44-48, op. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© IFRA-Nigeria, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Place des libraires
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search