Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique / Youth, Street Culture and Urban Violence in Africa

 | 
Georges Hérault
, 
Pius Adesanmi

Jeunes, culture de la rue et violence urbaine en Afrique : invariants, paramètres et stratégies du changement

Georges Hérault

Editor's note

L’étude des jeunes et de la culture de la rue, qui est à l’origine de ce séminaire, s’inscrit dans un programme de recherche plus vaste initié par l’IFRA en 1994 et portant sur la violence urbaine en Afrique. Elle a été rendue possible grâce au concours du Ministère français de la Coopération et du Programme de Gestion Urbaine des Nations Unies.

Full text

Introduction

1Etant donné l’urbanisation extrêmement rapide du continent au cours du dernier quart de ce siècle et sachant qu’une majorité de la population citadine est constituée de jeunes – à titre d’exemple, 54,8 % de la population de Dakar a moins de 20 ans – s’attacher aux problèmes de la jeunesse urbaine revient à s’intéresser à un large pan de la population.

2La simple fréquentation de n’importe quelle grande ville livre par ailleurs à l’observation la suroccupation de la rue en tant qu’espace public : à sa fonction de lieu de passage et d’interaction sociale fortuite s’est ajoutée celle de lieu d’activité socio-économique quasiment permanente. La rue est devenue marché : transactions, démarchage, colportage y fleurissent, mais aussi prostitution, drogue, agressions, vols et crimes de toute sorte. La rue est devenue un exutoire, une alternative qui fascine, la rue est devenue le bouillon d’une culture nouvelle qui, selon les lieux, coexiste avec ou supplante carrément les espaces sociaux habituels, ceux du foyer, de la famille, de la tradition et des institutions.

3La jeunesse urbaine se trouve au cœur de cette mutation dont elle est l’un des acteurs mais aussi, trop souvent, la victime. Depuis une décennie ou deux, on assiste au développement alarmant du phénomène que constituent les enfants de la rue : la rue habite les jeunes et les jeunes habitent la rue.

4C’est cette culture de la rue que le programme de recherche s’est donné pour tâche de cerner dans huit villes d’Afrique : Dakar, Abidjan, Kano, Lagos, Kinshasa, Nairobi, Johannesbourg et Umtata. Les investigations décrivent des situations locales diverses mais dont le fond commun renvoie constamment à l’extrême pauvreté, aux dysfonctionnements institutionnels, au chômage, à la disparition des réseaux traditionnels de solidarité, etc.

5Il s’agit donc ici de rassembler les diverses expériences décrites, d’identifier les invariants causals et les paramètres locaux. Appréhender la culture de la rue, analyser ses multiples facettes, identifier les facteurs qui la produisent, c’est se donner autant de moyens d’intervention pour parvenir à réorienter un processus qui, laissé à lui-même, ne peut conduire qu’à une dégradation constante de destins individuels comme du tissu social dans son ensemble. Il apparaîtra certainement essentiel de distinguer à cette fin la condition des jeunes dans la rue de celle des jeunes de la rue qu’une rupture catégorique sépare. Mais il faudra aussi certainement raffiner à l’intérieur de cette distinction et ne négliger aucun aspect susceptible d’offrir une prise efficace à des politiques de résorption et de prévention.

6Au delà de la comparaison et fondée sur elle, on se donnera donc pour but la formulation d’options et de recommandations à l’usage des décideurs, qu’il s’agisse de responsables d’initiatives locales, municipales ou étatiques.

Invariants

7Qu’y a-t-il de constant dans le phénomène des enfants de la rue ? Les études font ressortir trois caractéristiques récurrentes : l’uniformité de leur condition, c’est-à-dire de leur mode de survie ; la régularité des mécanismes qui ‘produisent’ des enfants de la rue et, à un autre niveau, l’inadéquation des politiques de cure du phénomène.

L’uniformité des modes de survie dans la rue

8Partout, la condition des jeunes dans la rue se caractérise par le vagabondage, la prostitution, la ‘débrouille’, la mendicité, la délinquance, les trafics et les activités illicites comme autant de moyens de survie. Partout, cette condition se prête à des abus de tous ordres : psychologiques, sociaux, politiques, sexuels, addiction à diverses drogues, etc. Partout, elle constitue un terrain de prédilection pour le développement d’attitudes et de comportements agressifs, violents – mais pas nécessairement immoraux. Partout enfin, elle engendre une contre-culture spécifique où, à son apogée, la bande, le gang, finissent par assumer les fonctions affectives et sociales de la famille disparue.

9Il convient cependant de raffiner quelque peu. La condition des enfants de la rue – ceux qui ont rompu toute attache familiale – et celle des enfants dans la rue sont à distinguer. La distinction est épistémologiquement et pragmatiquement nécessaire bien que la différence, au départ de nature, puisse aboutir à une simple différence de degré dans la déchéance. La vie de gang, en effet, est pourvoyeuse d’une identité très forte pour ses membres : la cohésion interne, l’allégeance à un chef, la fidélité et la solidarité absolue qui la caractérisent en font un noyau dur, très dur à extirper du sein de la société. En revanche, la vie des jeunes simplement dans la rue est faite d’interactions sociales plus éphémères, plus lâches et qui coexistent avec celles de l’environnement familial et social ‘standard’. Les problèmes et leur approche ne sont donc pas les mêmes, même si, encore une fois, la condition des derniers n’est que trop souvent l’antichambre de celle des premiers.

La constance des mécanismes de production d’enfants de la rue

10C’est sans doute au niveau des facteurs en cause que la régularité du phénomène est la plus frappante. Ils se déclinent de façon mécanique, récurrente, systématique.

L’extrême pauvreté

11Le premier d’entre eux ? Les enquêtes sont unanimes : la misère, le dénuement, l’extrême pauvreté. Pendant les dernières décennies, les sociétés africaines ont connu un exode rural sans précédent dont les conséquences ont été exacerbées par un déclin économique marqué et en partie attribuable aux ‘programmes d’ajustement structurel’ auxquels ont été soumis de nombreux pays. Il en est résulté une surpopulation urbaine, une pénurie d’infrastructures, d’emplois et de moyens d’acquisition de ressources qui ont très fortement laminé les classes moyennes et poussé les plus démunies à une situation de dénuement absolu. Les conséquences sont partout les mêmes : chômage massif, extension de l’habitat spontané et des bidonvilles, promiscuité, absence de débouchés, floraison d’activités informelles… et donc exclusion des plus vulnérables.

La dissociation du couple parental

12Les enquêtes qui ont comporté un nombre significatif d’interviews font ressortir l’importance de ce facteur. L’amenuisement de la référence parentale est sensible dès que s’installe l’absence, presque toujours paternelle, et la démission des responsabilités qui en résulte. Il s’aggrave par la mésentente, la séparation et le divorce. L’arrivée d’un nouveau conjoint, que ce soit par polygamie ou remariage, instaure des antagonismes dont les enfants font les frais et qui conduit souvent soit à leur exclusion soit à leur départ volontaire.

13Mais la situation la plus affligeante est celle dans laquelle se retrouvent les veuves et les femmes divorcées ou délaissées sans ressources malgré la charge de leurs enfants. Là où des statistiques fiables ont pu être recueillies, elles sont accablantes. Au Kenya, un tiers des foyers seraient tenus par des femmes seules. Dans le plus grand bidonville de Nairobi, cette proportion atteint 60 % de foyers tenus par des mères célibataires et, d’après les enquêtes, 70 % des enfants de la rue proviennent de ces foyers mono-parentaux. Il ressort donc que si ce type de facteur n’est pas nécessairement déterminant pour jeter les gosses à la rue, il le devient massivement lorsqu’il est corrélé à la pauvreté extrême.

Individualisme et crise morale

14On peut regrouper sous cette rubrique une nébuleuse de causes adjuvantes qui apparaissent de façon récurrente dans les rapports d’enquête. L’urbanisation va très vite de pair avec un individualisme croissant et donc la dégradation des solidarités traditionnelles. Les références ethniques, même si elles demeurent très fortes par exemple dans la gestion politique comme il est dit dans le rapport sur Kinshasa, ont quasiment disparu dans la contre-culture de la rue. Toutes les études mentionnent par ailleurs l’effritement puis la disparition des réseaux de solidarité et d’entraide propres au clan ou à la famille élargie, et cette disparition est concomitante de la perte d’autres rapports de subordination, tels que ceux de parent à enfant ou d’aîné à cadet comme il est noté avec pertinence dans le rapport sur Dakar.

15En regard de ces changements, on s’aperçoit qu’il ne subsite plus, et de façon omniprésente, que des rapports de subordination à l’avoir, à l’argent, à la richesse et au pouvoir qu’elle engendre. Tombe en désuétude tout un ensemble de valeurs et de références, celles qui ne sont pas polarisées sur la fascination de l’argent, et c’est en ce sens qu’il convient de parler de crise morale. L’exemple du Nigeria est loin d’être le seul dans ce domaine mais c’est peut-être le mieux étudié : nombre de travaux font allusion au relâchement des mœurs et à la détérioration des valeurs morales dans la jeunesse comme résultant de l’exemple donné par la corruption, le manque de scrupules et l’arrogance qui prévalent chez les membres les plus haut placés de la société et, par ricochet, à tous ses échelons.

La spirale de la violence

16Partout, la contre-culture de la rue se caractérise par sa violence, partout la culture de la rue apparaît comme un terrain propice au développement de la criminalité. Et cette violence s’exerce dans les deux sens : survivre dans la rue implique un déploiement de violence mais les jeunes à qui tout autre choix est refusé deviennent eux-mêmes la cible de violences répressives, qu’elles soient spontanées ou institutionnelles.

17Il est en effet indéniable que si l’extrême pauvreté est toujours corrélée à la délinquance, à la criminalité et à la violence, elle n’est pas la seule en cause : la responsabilité du corps social tout entier y est engagée. L’analyse la plus explicite sur ce point est contenue dans le rapport sur Umtata : le phénomène des enfants de la rue et les problèmes qu’il pose ne sont pas un épiphénomène qu’un coup de balai peut résoudre ; ils sont structurellement inscrits dans la société au sein de laquelle ils constituent une pathologie à reconnaître et à traiter comme telle par des cures et des prophylaxies appropriées.

18Si donc la violence est corrélée à la pauvreté, celle-ci n’est cependant pas dans une relation de cause à effet avec celle-là. La violence est engendrée par le corps social lui-même dès lors que ses institutions s’affaiblissent et que la corruption les gangrènent, dès lors qu’elles démissionnent de leurs fonctions de médiation et de régulation, laissant la porte ouverte à l’instauration d’une loi de la jungle. La pauvreté ne joue donc tout au plus qu’un rôle de catalyseur dans la montée de la violence urbaine partout attestée.

Paramètres

19Ayant brossé ce tableau d’ensemble des invariants universellement sous-jacents au phénomène des enfants de la rue et de la violence urbaine, il convient de mentionner, même si c’est brièvement, un certain nombre de spécificités locales qui à des degrés variables contribuent à son développement.

20Dans la situation sud-africaine par exemple, le régime d’apartheid s’est montré exemplaire dans l’organisation des conditions ‘idéales’ de fabrique d’exclus à la catégorie desquels appartiennent les enfants de la rue : familles systématiquement brisées, ségrégation de l’habitat et sous-équipement des townships, blocages dans l’accès à l’éducation et à l’emploi etc., la liste est connue. Même s’ils n’ont jamais porté le nom d’apartheid, les principes fortement ségrégationnistes qui ont présidé à la naissance et à la croissance de Nairobi – et qui se sont perpétués sous des formes peu différentes depuis – sont eux aussi à incriminer dans l’acuité de la violence qui s’y développe.

21Le facteur religieux apparaît important dans le monde islamique puisque c’est lui qui donne lieu à une catégorie spécifique d’enfants dans la rue appelés almajirai ici et taalibe là. Les rapports sur Kano et sur Dakar analysent les conditions d’exploitation dans lesquelles ils sont tenus par leurs maîtres avec l’assentiment tacite d’une fraction importante de la société.

22Lagos illustre une autre spécificité : les enfants de la rue y sont présents bien sûr, moins nombreux que les enfants dans la rue, mais on y relève surtout la présence de familles entières dans la rue. Le père est par exemple mécanicien ambulant, la mère est à son étal sur le trottoir et les enfants ou bien vagabondent ou bien sont affectés eux aussi à la vente ambulante. Cette situation qui semble plus particulièrement prévaloir en Afrique de l’ouest ouvre le débat sur les facteurs culturels qui la permettent dans des sociétés où la progéniture est considérée comme assurance sociale et assurance vieillesse. Fonctionnant avec bonheur dans les sociétés traditionnelles, ce système aboutit à des aberrations dans un contexte caractérisé à la fois par l’urbanisation et la paupérisation.

23Pour clore sans doute arbitrairement cette typologie, mentionnons encore l’observation faite à Kinshasa selon laquelle la culture de la rue, dans la mesure où elle repose sur ‘l’ambiance’ – trilogie faite de musique, de boisson et de jouissance, toutes trois non-domestiques – traverserait en fait toutes les couches de la société comme référent comportemental valorisé aussi bien par les jeunes exclus que par la jeunesse dorée.

Options stratégiques

24L’objectif des études entreprises est certes descriptif et typologique : un état des lieux précède nécessairement toute élaboration conceptuelle aussi bien que pragmatique. Mais elles entendent aussi, par l’analyse des facteurs en cause, permettre la formulation d’options susceptibles d’orienter des politiques d’intervention efficaces.

L’inadéquation des réponses

25Les investigations menées dans huit villes du continent comportent une évaluation des initiatives, institutionnelles ou privées, entreprises en vue de résorber et de prévenir la délinquance juvénile et la violence afférente. Cette évaluation est largement négative. Pourquoi ?

26La réaction la plus fréquente des autorités est celle qui consiste à faire disparaître de la face du monde la verrue que représentent les enfants de la rue, les voyous, les loubards, les area boys et autres délinquants. Exemple à Dakar : la déportation des vagabonds pendant le festival des arts nègres. Exemple à Abidjan : le refoulement des enfants de la rue hors du quartier d’affaires du Plateau. Exemple à Lagos, l’opération ‘coup de balai’ entreprise en réaction à l’omniprésence des gêneurs et délinquants. Exemple à Nairobi, la déportation hors les murs des jeunes de la rue lors d’un sommet de l’O.U.A.

27Ce sont là des mesures prises dans l’urgence qui trahissent l’absence de véritables politiques sociales. Il existe bien, dans la plupart des pays, des lieux officiels d’accueil des jeunes, des maisons de correction, des centres de réhabilitation et de formation, etc. mais leur mauvais fonctionnement et la carence des moyens mis à leur disposition limitent considérablement leur succès thérapeutique. Quant à l’instauration de véritables dispositifs de prévention, elle est le plus souvent, quand elle est attestée, timide, sporadique et peu efficace.

28Face à la démission des autorités, on note partout le rôle accru des initiatives privées, des associations religieuses et d’organismes non gouvernementaux. La qualité de leurs interventions est en général reconnue même si elles paraissent parfois en déphasage culturel avec la population délinquante dont elles tentent d’améliorer la condition. Les meilleurs résultats reviennent aux associations de quartiers qui fondent leur travail sur une participation effective des jeunes.

Les leviers d’action envisageables

29Il ressort avec suffisamment de netteté que les mécanismes qui produisent les enfants de la rue, la délinquance et la violence urbaine sont profondément enracinés dans la société où ils sont inscrits structurellement. Les problèmes posés sont donc à la dimension du corps social dans son ensemble et tenter de les résoudre avec succès implique d’imaginer de nouveaux projets de société. On parle alors d’éradiquer la pauvreté, d’assainir l’économie et de multiplier les emplois, de réformer les institutions les plus délabrées : autant de tâches énormes et autant d’obstacles qui resteront insurmontables si des voies d’approche et des points d’insertion de stratégies du changement ne sont pas au préalable identifiés et soigneusement choisis.

30Les actions à mener sont en fait de deux ordres. Il y a d’une part celles qui visent la réforme des institutions et qui s’inscrivent dans le long terme et d’autre part celles qui sont dirigées vers la résolution des problèmes les plus concrets, les plus immédiats, les plus locaux.

31Quelles sont les institutions dont la défaillance est la plus critique ? On peut mettre au premier rang d’entre elles celles qui gèrent la justice et inscrire à l’ordre du jour la nécessité de les revitaliser, de leur restituer l’intégrité qu’elles auraient perdu, d’imaginer les moyens de leur rapprochement des populations les plus défavorisées (justice de proximité, boutiques de droit, etc.). On peut aussi songer à celles dont la charge est d’assurer l’ordre public et envisager des mesures de sensibilisation et de formation spécifiques visant à restaurer un minimum de civisme. On pourrait ajouter l’information, l’éducation et beaucoup d’autres : la liste est longue et déborde quelque peu notre propos.

32Au niveau des actions les plus concrètes à court terme, la palme de l’efficacité revient, dans les évaluations conduites, aux initiatives locales qui, dans les quartiers d’habitation ou dans des secteurs d’activités précis (transport, construction,…) associent les jeunes les plus directement concernés. Il s’agit donc de la prise en charge par la communauté elle-même des problèmes qui l’assaillent et non pas de mesures décrétées par les autorités et parachutées avec plus ou moins de bonheur dans les milieux défavorisés.

33Il convient à ce point de soulever la question de savoir si, dans la contre-culture de la rue telle qu’analysée dans nos recherches, il y aurait quelqu’idée ou quelque valeur qui puisse être récupérée et exploitée dans le cadre de mesures concrètes de réhabilitation. La réponse ne surprendra guère : il n’y pas grand chose sur quoi fonder des stratégies ou leur faire prendre appui. La raison a déjà été annoncée : la loi de la rue s’apparente à la loi de la jungle. Deux valeurs méritent tout de même considération. D’une part les enfants de la rue, même les plus endurcis, disent tous exercer un travail en parlant des moyens d’assurer leur subsistance par de multiples petits boulots (mendicité incluse). Il semble qu’il y ait là un potentiel, une énergie peut-être difficilement transférable mais à prendre en compte : même déclassés, les jeunes ne sont pas oisifs, ils travaillent. D’autre part, plus spécialement au sein des bandes et des gangs, toutes les études mentionnent la solidarité remarquable qui règne entre leurs membres. On en retire alors l’impression que, s’il leur était proposé un projet suffisamment motivant qu’ils puissent faire leur, il y aurait là une valeur sûre à ne pas négliger.

34Un dernier point reste à évoquer. Dans la mesure où les initiatives les plus efficaces sont issues des quartiers, des associations et des municipalités, donc toujours du niveau local, quel rôle assigner à l’Etat ? La plupart des rapports soulignent son désengagement mais dans un même mouvement le regrettent. Ils le regrettent non pas pour revendiquer que l’Etat redevienne l’unique pourvoyeur de remèdes à prescrire au mal, mais pour rappeler qu’il est le seul à pouvoir orchestrer les diverses stratégies du changement. Plus précisément, les études soulignent qu’il lui revient un rôle d’information et de sensibilisation, un rôle de coordinateur des initiatives multiples prises à divers niveaux dans la société et enfin un rôle de facilitateur de l’émergence de ces initiatives.

Author

Institut Français de Recherche en Afrique. Ibadan, Nigeria

© IFRA-Nigeria, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540