Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Urban Violence in Africa

 | 
Eghosa E. Osaghae
, 
Ismaila Touré
, 
N’Guessan Kouamé
, 
et al.

La violence urbaine en Côte d’Ivoire

Le cas de la ville d’Abidjan

Ismaila Touré et N’Guessan Kouamé

Texte intégral

1. Introduction

1La violence dans les villes africaines a pris de telles proportions, surtout depuis environ une quinzaine d’années, avec une mention particulière pour les cinq dernières, que la cote d’alerte a été largement dépassée partout, qu’il s’agisse de l’Afrique noire ou de l’Afrique blanche, de l’Afrique du Nord ou de l’Afrique australe, de l’Afrique relativement riche ou de l’Afrique désespérément pauvre. Il est donc absolument nécessaire et même vital que l’on y refléchisse de façon plus objective afin d’appréhender le phénomène dans ses dimensions réelles et d’ouvrir ainsi les voies qui permettent de déterminer les moyens les plus pertinents de le combattre aussi bien en amont qu’en aval ; objectiver le problème est la meilleure approche pour espérer le combattre avec quelques chances de succès et, sinon pour l’extirper totalement, du moins pour le ramener à des proportions moins dangereuses pour la société. Objectiver la chose est la seule manière de ne pas la considérer comme une fatalité, une donnée ex-nihilo, mais au contraire de voir ses possibilités de ramification, de percevoir ses relations dynamiques avec d’autres faits sociaux dont le traitement impartial ou scientifique pourrait permettre de soigner le mal par la racine ; tout subjectivisme doit être proscrit parce qu’il conduirait à une approche partisane et partiale, moyen le plus sûr d’accentuer la chose par une fuite en avant. La perception dynamique et relationnelle en fait un phénomène social total dont la thérapie exige des méthodes globales éliminant les techniques sporadiques et inefficaces, les solutions intermédiaires et sans lendemain, les actions d’éclat et leurs lendemains de désenchantement.

2S’agissant de la Côte d’Ivoire le phénomène se manifeste à trois niveaux :

  • Une recrudescence dans les foyers traditionnels que sont Abidjan, capitale administrative et poumon économique du pays, lieu de convergence du phénomène migratoire ; Bouaké deuxième ville, deuxième centre économique, ville carrefour par excellence, point de passage obligé et lieu de régulation du flux migratoire tant en provenance du reste du pays qu’en provenance des pays voisins ; et ce qu’il est convenu d’appeler des ‘agrovilles’ c’est-à-dire les villes qui tirent l’essentiel de leur animation économique et de leurs ressources de l’agriculture (Abengourou, Agboville, Daloa, Gagnoa, Korhogo, Man, etc.).

  • Son apparition et/ou son développement accéléré dans des centres urbains aussi pauvres que ceux qui ont grossi dans la plupart des zones rurales (Odienné, Boundiali, Séguéla, etc.).

  • Enfin sa naissance et son évolution très rapide sur les grands axes routiers avec l’intensification du trafic routier et l’essor du transport terrestre depuis une quinzaine d’années, expansion liée à la naissance de véritables entreprises de transport qui rivalisent d’ingéniosité pour s’attirer les faveurs de la clientèle et n’hésitent donc pas à investir dans la recherche du plus grand confort des voyageurs.

3Il y a donc une évolution très sensible du phénomène tant dans la nature que dans le volume ; mais il faut toutefois convenir que c’est dans les villes, surtout à Abidjan, que la violence liée à la grande délinquance prend des dimensions non plus seulement inquiétantes, mais dramatiques, catastrophiques ! Elle est tout simplement devenue un des nouveaux fléaux qui caractérisent le sous-développement, la pauvreté, la misère, et au rang desquels il faut également citer le SIDA. En effet violence et SIDA, de par leur caractère endémique, leur nature et leur spécificité par rapport à ce qui se passe ailleurs, sont désormais des critères de sous-développement. Comment en est-on arrivé là ? Faut-il y voir une espèce de fatum ? Réagir ainsi serait la meilleure façon de creuser plus profond le lit du phénomène. Il faut au contraire y faire face le plus objectivement possible afin de le mieux cerner et, par conséquent, mieux le traiter. Comment le phénomène est-il perçu, vécu et traité en Côte d’Ivoire ? Tel est l’objet de cette étude à travers l’exemple d’Abidjan ; elle se subdivise en trois grandes parties. La première est consacrée à des généralités théoriques, la seconde à la manifestation du phénomène et la troisième à la perception et au mode de gestion.

2. Généralités

2.1 La position du problème

4La violence urbaine, du fait même des caractéristiques de la ville, est un fait social normal et surtout consubstantiel au cosmopolitisme d’une ville comme Abidjan. En effet, Abidjan, plaque tournante au plan socio-culturel et socio-économique de la sous-région ouest-africaine a été longtemps considérée comme le miroir de l’Afrique ; et la Côte d’Ivoire comme l’un des leaders de l’Afrique qui gagne.

5Véritable miroir aux alouettes, Abidjan s’est bâtie sous l’effet conjugué d’un boom économique sans précédent en Afrique et d’une croissance démographique subséquente tout aussi remarquable et due essentiellement à un phénomène migratoire tant interne qu’externe. Tout cela a débouché sur une urbanisation accélérée pas toujours bien maîtrisée avec son cortège d’habitat précaire et spontané. Et tel un miroir trop sollicité et mal entretenu qui perd son tain, se fèle et se brise, Abidjan a connu et continue de connaître les revers, les défauts, les tares générés par la mauvaise exploitation de ses qualités. Abidjan a connu et continue d’accuser de façon de plus en plus accentuée ses félures, ses lignes de fractures, ses points de rupture qui conduisent, chez certains acteurs sociaux dont le nombre croît sans cesse, à des actes qui sont la manifestation de la violence à différents stades de son évolution et qui, parce qu’ils entament très sérieusement le crédit de sécurité de la ville, la menacent d’une ‘implo-explosion’.

6En effet, le tissu urbain d’Abidjan tel qu’il a été bâti ne pouvait pas ne pas générer ses déviants, ses marginaux, ses faibles, ses opprimés, ses exclus qui se rencontrent à tous les niveaux de la vie sociale : économique, culturel et politique et dans tous les milieux. Et pour survivre, à défaut de pouvoir s’adapter au système, leur seule arme, leur ultime recours, c’est la violence. Ainsi par exemple, celui qui se sent exclu du partage des fruits de la croissance, qui n’a même plus le strict minimum pour vivre pour nombre de raisons dont la plus déterminante est d’être tout simplement privé de travail, donc amputé d’une bonne partie de sa personnalité de sa dignité d’homme, et qui est contraint de voler pour survivre.

7Seulement le vol peut aller du simple larcin au vol avec aggravation comme le vol à main armée, le vol avec effraction, le vol en réunion, l’agression sur la voie publique, le ‘braquage’ ; du simple vol sans violence à l’assassinat, de plus en plus fréquent, pour s’emparer des biens d’autrui.

8A l’observation simple, Abidjan et la plupart des grandes villes de Côte d’Ivoire sont passées de la petite délinquance au grand banditisme au point que, dès 1974 déjà, devant l’ampleur du phénomène, les autorités politiques ont fait voter par l’Assemblée Nationale dans la plus pure tradition de l’idéologie sécuritaire, une loi draconienne destinée à condamner systématiquement à un minimum de 5 ans d’emprisonnement ferme quiconque commettrait le moindre larcin avec comme principe de base que ‘qui vole un œuf, vole un bœuf.

9Et comme il fallait s’y attendre, la force dissuasive en a été quasiment nulle dans la mesure où la violence liée au banditisme, au lieu de décroître, a connu une courbe ascendante en revêtant par ailleurs des formes plus variées et plus sophistiquées.

10La tentation est grande de lier cela à la crise économique sans précédent que connaît la Côte d’Ivoire. La crise économique suffit-elle à expliquer le phénomène ? En affirmant que le développement de la ville et l’afflux pour raisons économiques d’étrangers à Abidjan sont à la base de l’essor de la violence, n’admetrait-on pas implicitement l’hypothèse que l’intensité et l’ampleur de la violence et du banditisme sont essentiellement fonction du niveau élevé dé développement avec comme philosophie simple qu’il n’y a de voleur que lorsqu’il y a quelque chose à voler ? Partant de là on devrait s’attendre à ce que la crise et l’effondrement du niveau de développement conduisent à un fléchissement certain de la courbe délinquantielle. Au lieu de cela on constate une recrudescence du phénomène très étroitement liée à la crise. Faut-il alors penser que la première hypothèse n’est pas vérifiée ? Ce serait assurément aller très vite en besogne car à l’analyse, dans un sens comme dans l’autre, la croissance du banditisme est liée au niveau de développement économique et social dans la mesure où ‘trop de développement’ y conduit de même que trop peu de développement peut y mener. Cette hypothèse-synthèse élargit les possibilités d’explication en les étendant au social qui prend en compte le niveau de développement des forces productives. Et qui dit niveau de développement des forces productives implique nécessairement la dimension politique ; cette dimension, qui a toujours existé, fait ici irruption de façon plus manifeste avec l’avènement du multipartisme depuis bientôt cinq ans ; une introduction d’autant plus remarquée et tapageuse qu’elle est brandie par les autorités politiques pour expliquer tous les maux actuels de la Côte d’Ivoire dont notamment la violence. Cette utilisation abusive et même outrancière ne devrait pas conduire à l’attitude contraire qui consisterait à vouloir minimiser dans l’explication de la recrudescence de la violence, la dimension politique qui non seulement est réelle mais aussi et surtout englobe les autres aspects.

11C’est cette hypothèse-synthèse qui a guidé cette étude à partir des objectifs suivants :

  • Déterminer les caractéristiques et les fonctions essentielles de la ville d’Abidjan, la violence procédant des caractéristiques de la ville.

  • Faire la différence entre la violence urbaine ‘normale’ c’est-à-dire celle qui ne peut pas ne pas exister sans remettre en cause les fondements de la cité, et la violence urbaine ‘pathologique’, c’est-à-dire, celle qui, parce qu’elle est la manifestation des dérèglements, des dysfonctions graves de la société, présente un danger sérieux pour sa survie.

  • Faire cette différenciation implique de procéder à une classification opératoire afin de cerner le fait social dans sa globalité.

  • A partir de cette classification faire une analyse comparée aussi bien dans le temps que dans la forme.

  • Cette analyse, à partir de données quantitatives, devrait permettre d’identifier les causes du phénomène ; et à partir de ces causes, on peut alors faire des propositions pertinentes pour une autre approche, approche qui permettrait d’entrevoir les esquisses d’une lutte efficace contre l’ampleur de la chose.

2.2 Classification de la violence urbaine

2.2.1 La violence sociale

12La violence comme fait social normal est inhérente au processus de production et de reproduction de la société. Ce qui veut dire que toutes les sociétés, quel que soit le niveau de développement de leurs forces productives, connaissent la violence sans distinction du lieu de résidence, rural ou urbain. Parce qu’elle s’inscrit dans le cours normal du développement conflictuel de la société, cette violence n’a pas d’âge, elle remonte à la constitution des premières formations sociales. ‘Homo homini lupus’, l’homme est un loup pour l’homme, disaient déjà les Romains pour signifier que l’homme, dès qu’il entre en procès d’interaction avec autrui, est prédisposé à la violence, si infime soit-elle, pour défendre ses intérêts tant physiques, matériels que moraux. Cette violence sociale normale concourt à l’évolution de la société quand elle est maîtrisée, gérée de façon pertinente ; c’est en cela qu’elle est doublement historique : historique d’abord parce qu’elle est à l’origine de la constitution de la société, historique ensuite parce qu’elle permet la production de nouvelles valeurs, donc le développement de la société sur de nouvelles bases. L’historicité de la violence sociale suppose que l’on admette l’expression de ses manifestations légitimes. Si l’on s’ingénie à vouloir lutter contre l’expression naturelle et légitime de la violence sociale ‘populaire’ alors qu’il existe une violence institutionnelle, constitutive de tout régime économique ou politique, on s’expose à exacerber les causes de la violence : ‘La prétention illusoire de supprimer toute violence aboutit le plus souvent à accroître démesurément la violence’ (R. Ruyer, Nuisances 292).

13Si de façon générale la violence sociale est un phénomène normal à toute société, elle a des formes qui sont propres aux mécanismes de production et de reproduction de la société, ce qui signifie que la violence n’a pas les mêmes aspects que l’on soit en ville ou à la campagne. La violence urbaine a donc ses caractéristiques propres qui procèdent non seulement des facteurs constitutifs de la ville mais aussi de ses fonctions (politiques, administratives, économiques, culturelles, etc.). Ces fonctions déterminent la nature de la violence urbaine ‘normale’ et celle de la violence urbaine ‘pathologique’.

2.2.2 La violence politique

14La politique, à l’origine, c’est l’administration de la cité, de la ville. Par extension elle est devenue la gestion de la société nationale. Que l’administration de la cité soit devenue gestion de la société nationale procède d’une dynamique sociale ‘naturelle’ – ou qui l’est devenue – dans la mesure où, non seulement les rapports entre la ville et la campagne ne sont pas aussi antagoniques que l’on dit, mais aussi et surtout parce que les leviers de commande d’une société, d’un pays, sont essentiellement regroupés en ville, avec un accent particulier pour les pays du Tiers-Monde dont notamment la Côte d’Ivoire où Abidjan est à la fois pôle politique et administratif centralisateur, foyer culturel sinon exclusif du moins essentiel, pôle économique exagérément dominant.

15La mise en place des différents instruments nécessaires à la gestion de la ville est génératrice de violence, violence qui se caractérise ici par la domination de quelques-uns sur l’ensemble des autres et qui est constitutive de tout régime politique et économique. Cette violence institutionnelle appelle une autre sorte de violence, celle manifestée par les ‘dominés’, les administrés qui cherchent à atténuer les rigueurs de la violence institutionnelle. Si cette autre forme de violence est ‘révolutionnaire’ en ce qu’elle peut être exclusivement orientée vers la négation du régime, elle est surtout une violence de conservation qui n’a rien de réactionnaire. Ni absolument réactionnaire ni systématiquement révolutionnaire, cette violence est un élément intrinsèque de la vie urbaine, de la vie en cité ; participant ainsi de plain-pied à sa dynamique et même à son dynamisme. C’est d’ailleurs pourquoi le concept de police à la même origine que celui de politique. Politique et police sont deux notions issues de grec ‘polis’ qui veut dire cité ; la police étant l’ensemble des règles conçues et élaborées pour lutter contre les débordements de la Violence de conservation’, pour veiller au bon ordre de la société. Qui dit donc politique dit police, ce qui signifie que le fonctionnement normal, la gestion courante de la cité ou de la société nationale ne va pas sans violence.

16Outre cette violence politique, ‘normale’ parce que liée à la gestion de la cité ou de la société nationale et à la perception que les administrés en ont, il peut exister d’autres formes de violence politique suscitées par la manière de maintenir l’ordre établi. En effet, pour faire respecter l’ordre établi à son profit, pour préserver à tout prix les mécanismes essentiels du régime politique ou économique, la classe dirigeante ou la classe dominante a recours à des procédés qui vont de la séduction à la force en passant par la manipulation ; c’est ainsi que l’on peut observer, dans la gestion des hommes, les régimes politiques les plus divers qui vont des plus policés aux plus policiers. Si dans les premiers l’on rencontre une violence sociale plus facilement contrôlable, dans les seconds on rencontre une violence sociale plus brutale, plus accentuée aussi bien dans la forme que dans le volume. Dans les premiers, on fait l’effort d’intégrer la majorité à la gestion globale de la société, sinon par la participation effective aux processus de décision, du moins par leur intéressement au produit social. Les seconds se caractérisent par une concentration excessive des pouvoirs politique, économique et social aux mains d’une miniroté qui ne recule devant rien pour asseoir sa domination, et par la marginalisation progressive de la très grande majorité de la population condamnée à une aliénation certaine, selon l’approche d’Alain Touraine qui définit l’homme aliéné comme celui qui n’a d’autre rapport aux orientations majeures de sa société que celui qui lui est reconnu par la classe dirigeante comme étant compatible au maintien de sa domination (La société post-industrielle, 1969). Et parce qu’ils se sentent étrangers aux orientations majeures de leur société et donc aux valeurs sociales essentielles de leur société, ils sont moins enclins à les respecter. C’est ce qui explique la naissance et la multiplication des actes de deviance qui vont de la délinquance mineure au grand banditisme ; et ces actes ne sont que la manifestation de la faiblesse de leurs auteurs, faiblesse générée et entretenue par les responsables de la société.

17L’inadéquation entre le régime économique et le régime politique, entre la manière de produire les richesses et la manière de les gérer et de les partager, l’inadéquation entre la production et les moyens d’accès aux fruits de la production, entre la création et les moyens de recherche par les producteurs de leur propre épanouissement, non seulement génère un type particulier de violence, mais aussi et surtout conduit les acteurs sociaux à trouver des exutoires où ils peuvent exprimer leur ‘aggressivité’ ; ce qui conduit à un autre type de violence.

2.2.3 La violence dans le sport

18Privés des canaux normaux d’expression (partis politiques, associations professionnelles ou syndicales non embrigadés) les acteurs sociaux pour s’affirmer, cherchent des palliatifs, des exutoires où ils peuvent deverser leur trop plein d’énergie. Ces canaux de communication ou d’expression pour pauvres, c’est généralement dans le sport qu’on les trouve. Et le sport roi ici est le foot-ball qui a pris une importance démesurée dans les pays en voie de développement dont l’une des caractéristiques communes est l’absence voulue, imposée et entretenue, de canaux courants d’expression de la liberté et de liberté d’expression. Aussi ne compte-t-on plus les débordements de violence liées à la pratique du football dans ces pays. D’aucuns diront que la violence dans le football n’est pas spécifique aux pays pauvres avec, à l’appui de leurs affirmations, les scènes atroces que l’on voit sur les stades dans les pays de l’Europe riche (Heysel à Bruxelles en mai 1985 ; Parc des Princes à Paris en mai 1993, etc.). Mais le hooliganisme dans le football européen est en général le fait d’une frange de la population extrêmement fragilisée aussi bien par son âge que par sa position sociale : les jeunes issus des couches sociales pauvres, au seuil de la misère. Ces personnes s’affirment dans le sport, soit par la pratique (moyen d’intégration possible mais très peu utilisé parce que de plus en plus élitiste) soit en s’identifiant à des athlètes, à une équipe, à un club. Et l’emprise du sport, notamment du football, est telle qu’il est devenu pratiquement une religion. Les responsables en sont conscients et tentent par tous les moyens de le recupérer non pas pour le sructurer et en faire une véritable voie d’intégration sociale mais pour s’en servir comme un analgésique pour anesthésier les consciences ; voilà en quoi le football, devenu religion ou fétiche, c’est-à-dire objet matériel auquel on rend un culte réservé à dieu, se fait opium du peuple. Et le problème ici est que cet investissement des jeunes et quelquefois de moins jeunes dans le sport se fait selon des normes, des schémas, des lois qui ne sont plus les mêmes que celles que la société défend. Quand on s’aperçoit que le monde que l’on a bâti en marge ou contre la société est menacé, quand on se rend compte de la fragilité ou de la ‘nudité’ de ses idoles, on est prêt à tout pour les défendre. Les débordements, la violence qui entoure le sport national et qui gagne jusqu’à sa pratique trouvent là leur origine.

19En outre, du fait de son importance grandissante dans la société, importance proportionnelle au degré de marginalisation des populations, le football a été récupéré au plan financier. Des promoteurs investissent des sommes d’argent colossales (surtout quand on considère le niveau de pauvreté dans les pays du Tiers-Monde) et ne reculent devant rien pour défendre leurs intérêts. C’est pourquoi les possibilités de débordements autour du football sont quelquefois savamment entretenues par ces promoteurs qui s’en servent tantôt comme arme dissuassive, tantôt comme épée de Damoclès pour sauvegarder leurs intérêts.

20Ainsi le sport devient une source de violence alimentée ou par la politique ou par l’argent. Nerf de la guerre, l’argent est aussi à la base de cette autre forme de violence, celle liée à la grande délinquance.

2.2.4 La violence liée à la grande délinquance

21Au delà de la violence ‘normale’ constitutive de la société et nécessaire à son évolution, il y a la violence ‘délictuelle’ qui est une manifestation de la déviance sociale et que l’on peut grosso modo définir comme étant l’ensemble des actes portant tort à autrui et troublant l’ordre public ; au-delà de cette violence, il y a la violence liée à la grande délinquance, la violence ‘criminelle’ qui se manifeste à travers des actes comme le vol à main armée, le braquage, le vol avec effraction, le kidnapping, le vol en réunion, etc. Elle n’exclut pas la mort d’hommes ; bien au contraire, elle en est souvent accompagnée. De façon générale ses auteurs en ont fait leur profession ; et comme toute profession, elle nécessite un minimum d’organisation ; elle est même très bien structurée ; les actes sont la plupart du temps soigneusement préparés et parfaitement exécutés. Cette faculté d’organisation est une contradiction de fond dans leur comportement dans la mesure où l’on s’attendrait à ce qu’elle leur permette de s’adapter à la société ; au lieu de cela, elle est plutôt une manifestation de leur incapacité à s’intégrer au système social contre lequel ils construisent un modèle parallèle, bien structuré, ayant ses lois, ses normes propres qu’il faut scrupuleusement respecter sous peine de sanctions plus sévères, plus radicales parfois que celles édictées par la société. Cette contradiction, Pinatel la perçoit quand il affirme que ce qui intrigue dans la personnalité des professionnels du crime :

… c’est la coexistence de la capacité d’organisation que suppose leur adaptation à la criminalité et leur incapacité sociale d’organisation, car ils savent bien qu’en persévérant dans la vie criminelle, ils font en définitive un mauvais calcul. Mais tout en le sachant, ils ne peuvent agir autrement, et c’est là leur drame. (La société criminogène, 230)

22Faut-il alors rendre la société entièrement responsable de cette autre forme de violence ? Pinatel affirme que les manifestations de la criminalité sont sous la dépendance des occasions que la société leur offre ; ce qui signifie que la société en est partiellement responsable. La société partiellement responsable, voilà qui nuance très sérieusement l’approche de Cesare Lombroso pour qui des facteurs indépendants de la volonté comme l’hérédité ou l’influence des maladies nerveuses jouent un rôle essentiel dans la psychologie du criminel et réduisent presque à néant sa responsabilité ; pour lui le criminel est donc fondamentalement un malade. C’est ce qui explique sa classification en :

  • Criminel-né caractérisé par des stigmates anatomiques, physiologiques, psychologiques ; celui en définitive que des tares congénitales prédéterminent ou prédisposent au crime.

  • Criminel d’occasion qui est un débile suggestible dont les actes sont guidés par la conjonction, la circonstance, un faisceau de facteurs qui atténuent très considérablement sa responsabilité.

  • Criminel passionné celui qui, du fait qu’il est déséquilibré émotif et impulsif, ne peut être comptable de ses actes devant la société.

23Ni responsabilité individuelle, ni responsabilité collective ou sociale : est-on alors criminel de père en fils ? L’avenir de tout homme est fonction de deux conditions : d’un côté le patrimoine héréditaire, c’est-à-dire l’ensemble des tendances, des aptitudes, des caractères (bons ou mauvais) reçus des parents lors de la conception et de l’autre l’éducation qui consiste comme le dit Emile Durkheim, en une socialisation méthodique de la jeune génération (Education et sociologie 41, 1966) assurant la continuité de la société et la promotion de l’individu, de l’acteur social, par la transmission des valeurs essentielles de la société, de la civilisation, et la préparation concomitante des acteurs sociaux aux différentes fonctions qu’ils sont appelés à exercer dans le procès de production économique et sociale en vue de leur épanouissement pluridimensionnel.

24C’est l’éducation qui permet de développer les aptitudes innées de l’invididu, de les optimiser afin que, non seulement la société puisse en tirer le meilleur parti, mais aussi et surtout que l’homme lui-même s’en serve à la fois comme moyen d’intégration sociale et de promotion sociale, économique et culturelle propre.

25Ainsi l’interaction entre le patrimoine héréditaire et l’éducation est telle qu’à la longue c’est l’éducation qui devient la variable déterminante dans le processus ; et comme telle, elle s’emploie à étouffer toutes les vélléités susceptibles de nuire à la société et donc à museler toutes les tendances criminelles de l’individu. Ce qui conduit à penser que c’est l’éducation qui permet de déterminer, d’identifier et de définir les caractères essentiels de l’individu.

26Aussi, quand bien même il y aurait des ‘criminels nés’ – ce qui n’est pas sûr – l’éducation, la socialisation se charge-t-elle de les policer pour les mettre au service de la société. Cela nous ramène à la responsabilité évidente de la société dans la naissance et l’expansion de la criminalité, à la société criminogène, celle qui sécrète elle-même les conditions favorables au développement de la criminalité.

27Voilà donc tracées à très gros traits les différentes formes de violence que l’on peut rencontrer dans la société, dans la cité, dans la ville. Comment cela se présente-t-il concrètement à Abidjan ?

3. Les manifestations de la violence urbaine

3.1 Le contexte socio-économique

3.1.1 La Côte d’Ivoire : le pays du miracle économique

28Au seuil de son indépendance, le constat que l’on pouvait faire de la Côte d’Ivoire est qu’elle était un pays aux énormes potentialités économiques mais aux faibles ressources humaines. La faiblesse de la main-d’œuvre disponible pour sa mise en valeur va l’entraîner, d’abord à l’époque coloniale, ensuite à l’ère post-coloniale, à avoir massivement recours à des travailleurs étrangers originaires des pays limitrophes, particulièrement du Burkina Faso.

  • 1 Samir Amin, Le développement du capitalisme en Côte d’Ivoire, Editions de Minuit, Paris, 1973, pp. (...)

29Estimée à 1825 000 personnes en 1920, c’est-à-dire au lendemain de la première guerre mondiale, la population ivoirienne atteint 2 775 000 habitants en 1950. Les travaux d’ouverture du Canal de Vridi, la construction du Port d’Abidjan et la création des plantations de café et de cacao vont provoquer un énorme besoin en main-d’œuvre dont une grande partie sera puisée coutre a à 3 865 000 habitants ; elle passe à 5 500 000 habitants en 1970, à 6 709 600 en 1975 pour atteindre 10 815 694 en 1988. La population africaine étrangère qui était de l’ordre de 100 000 personnes en 1950 (moins de 5 % de la population totale) atteignait 950 000 en 1965, soit près du quart de la population du pays1. En 1975, on dénombrait 1 474 469 étrangers (soit 24 % de la population totale) dont 898 667 nés dans les pays limitrophes (Burkina Faso : 548 242 ; Ghana : 235 683). Le nombre de ressortissants des pays voisins sur le sol ivoirien s’élevait à 1 278 278, répartis de la manière suivante :

30Burkina Faso 774 099

31Ghana 47 431

32Guinée 99 476

33Mali 353 448

34Libéria 3 824

35La proportion des étrangers en Côte d’Ivoire a connu une progression constante pour atteindre le tiers de la population totale du pays en 1988. Les résultats du recensement effectué à cette date sont assez significatifs. Pour une population totale de 10 815 694 habitants, les données sur la population étrangère se présentent de la manière suivante :

  • population née dans les pays limitrophes : 1 507 123
    (Burkina Faso : 866 47 ; Ghana : 137 340 ; Libéria : 3 536 ; Guinée : 120 148 ; Mali : 379 401).

  • population totale originaire des pays limitrophes : 2 675 389 dont :

    • Burkina Faso : 1 564 650

    • Ghana : 167 683

    • Guinée : 225 845

    • Mali : 712 500

    • Libéria : 4 711

  • population étrangère totale : 3 039 079.

36L’attrait de la Côte d’Ivoire sur ses voisins trouve son origine dans la prospérité relative qu’elle va connaître durant les deux décennies qui ont suivi son accession à la souveraineté nationale, surtout dans la période 1960-1975. Cet attrait a également été favorisé par le discours officiel qui présente ce pays comme un havre de paix et de prospérité au milieu de l’océan de misère qu’est le continent africain.

  • 2 Félix Houphouët-Boigny, Message du Nouvel An 1968.

Accueillante à tous, comment ne le serions-nous pas, d’abord à nos frères moins favorisés, qui chez nous, donnent autant qu’ils reçoivent ? La Côte d’Ivoire saura rester une ierre de refuge, de dialogue et d’échange2.

37ouvrant largement ses frontières à ses voisins, la Côte d’Ivoire favorisait l’entrée d’une main d’œuvre abondante et laborieuse mais également celle d’individus peu recommandables.

  • 3 Dominique Couret, Abidjan en chiffres in Chroniques du Sud, n° 10, ORSTOM, mai 1993, p. 16

38Le poids de la population étrangère est encore beaucoup plus sensible dans le développement démographique de la ville d’Abidjan. Les grands travaux qui y ont été réalisés à partir de 1950 vont lui donner un élan extraordinaire. En 1900, alors que Grand-Bassam, la capitale de la Côte d’Ivoire, comptait 7 000 habitants, Abidjan n’était qu’un village de pêcheurs. En 1912, sa population atteint 1400 habitants ; au recensement de 1955, elle en avait 125 000. Les recensements généraux de la population de 1975 et 1988 donnent respectivement 951 216 et 1 929 079 habitants. Aujourd’hui, la population de l’agglomération abidjanaise est évaluée à 2 200 000 habitants, malgré un ralentissement de sa croissance démographique qui est passée du rythme annuel de 11 % au cours de la période 1960-1980 à 3, 12 % sur la période 1978-1984, avant de connaître une légère reprise pendant la période 1984-1988 (4,05 %)3.

39Le recensement démographique d’Abidjan réalisé en 1955 a permis de se rendre compte du poids de la population étrangère : sur un total de 127 585 habitants, on comptait 119 148 Africains dont 111 925 domiciliés, et 8 437 non Africains. Par groupes ethniques, les Baoulé (11 569) viennent en tête, suivis de très près par les Mossi (10 710) originaires de Haute-Volta (actuel Burkina-Faso). Ces derniers représentaient 10 % de la population de la ville. La répartition de la population africaine domiciliée par lieu de naissance fait apparaître que seuls 62,1 % des habitants d’Abidjan sont nés en Côte d’Ivoire. On peut donc conclure qu’en 1955 déjà, plus de 35 % d’étrangers vivent dans la ville.

Tableau 1. Croissance de la ville d’Abidjan

Tableau 1. Croissance de la ville d’Abidjan

Source : Direction de la statistique, Analyse des données démographiques disponibles, Abidjan, 1984.

  • 4 Un quartier d’Abidjan : étude démographique d’Adjamé, INADES, 1970.

40L’étude démographique du quartier d’Adjamé publiée en 1970 par l’INADES4 fait également ressortir qu’un homme sur cinq dans ce quartier est voltaïque (burkinabé) ; sur une population totale de 136 380 habitants, on dénombre 22 430 voltaïques, soit 16,4 % de l’ensemble des résidants du quartier ; les Ivoiriens en constituent 59,6 %. Les résultats du recensement général de la population de 1975, donnent pour l’agglomération du Grand-Abidjan 951 000 habitants dont 917 045 Africains (ivoiriens et non ivoiriens). La population africaine étrangère est de 356 386 personnes, soit 39 % de la population totale africaine et 37,5 % de la population totale de la ville

Tableau 2. Répartition de la population africaine de la ville d’Abidjan

Tableau 2. Répartition de la population africaine de la ville d’Abidjan

Source : Recensement général 1975, agglomération du Grand Abidjan, avril 1978.

Le recensement de 1988 donne à Abidjan 1 929 079 habitants dont 726 514 étrangers, soit 37,66 % de la population totale de la ville.

  • 5 Abidjan a perdu il y a quelques années cette fonction au profit de Yamoussoukro.

41Le développement de la Côte d’Ivoire ayant provoqué un important déséquilibre entre, d’une part, les zones forestières du Sud et les autres régions et, d’autre part, entre Abidjan et les autres villes du pays, il en a découlé un important courant migratoire interne dans le sens Nord-Sud. Les départs des zones rurales vers les zones urbaines se dirigent principalement vers la ville d’Abidjan, ville hyperdéveloppée comparativement aux autres. Les mouvements migratoires d’origine externe et les mouvements migratoires internes vont se conjuguer pour créer un énorme flux de population vers Abidjan, la ‘Perle des lagunes’, capitale politique,5 administrative et économique, véritable symbole de la réussite économique de la Côte d’Ivoire. L’accroissement démographique annuel de 11 % qui a marqué la période de 1960-1980 se compose ainsi de 8,5 % d’apport migratoire et de 2,5 % de croît naturel.

42L’explosion démographique de la ville d’Abidjan se caractérise également par un fort rajeunissement de sa population. De 1955 à 1988, la proportion des moins de 15 ans, qui était de 32,6 %, est passée à 39,5 % en 1975, 42 % en 1978 et 42,4 % en 1988.

43Si l’on doit résumer l’évolution démographique de la ville d’Abidjan, les éléments essentiels à retenir sont les suivants :

  • 1°/ une croissance démographique rapide

  • 2°/ une croissance démographique alimentée par un important courant migratoire ;

  • 3°/ un rajeunissement de la population de la ville qui est le signe d’une fécondité élévée.

44Ces caractéristiques de la ville portent en elles-mêmes les germes des problèmes auxquels elle est actuellement confrontée, parmi lesquels celui de la violence qui est, sans doute, la conséquence de la marginalisation d’une partie de ses habitants. Ne serait-elle pas la forme d’expression des bannis de la société ?

3.1.2 Le choix capitaliste ivoirien et ses inégalités sociales

45La société capitaliste, modèle choisi par les dirigeants ivoiriens, reposant foncièrement sur la libre entreprise et l’esprit d’initiative individuelle, est une société qui cultive les inégalités sociales. C’est une société où les plus forts écrasent les plus faibles.

46L’inégalité sociale se traduit à travers les revenus et la répartition spatiale des différentes couches de la population. Alors qu’à la fin de l’année 1993, avant la dévaluation du F CFA, le SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) était de l’ordre de 30 000 F, les salaires de certaines catégories de travailleurs (Directeurs Généraux, Présidents Directeurs Généraux) dans les secteurs privé, semi-privé ou para-public dépassaient les 2 000 000 F. A ces salaires, il faut ajouter de nombreux avantages matériels et privilèges. Au niveau de l’habitat, au luxe de certains quartiers résidentiels (Cocody, Marcory résidentiel) s’oppose la précarité des conditions de vie des quartiers populaires et des bidonvilles.

47Les effets positifs de la croissance économique des deux premières décennies ont masqué dans le comportement social ces inégalités qui sont pourtant visibles à l’œil nu. L’Etat, pour compenser la faiblesse du pouvoir d’achat des couches les plus défavorisées, a mené une polique implicite ou explicite de subvention à l’éducation, à la santé et à la consommation. Ceci a fait dire au Président Félix Houphouet-Boigny que la Côte d’Ivoire, bien que n’étant pas un pays socialiste, faisait un social des plus hardis.

48Dans ce contexte de prospérité économique générale où chacun, malgré les inégalités, arrivait à subvenir à ses besoins essentiels, les actes de criminalité violente étaient considérés comme des faits isolés, ayant pour auteurs quelques étrangers. Si la violence normale, c’est-à-dire qui est inhérente à toute société, est le fait de tous les habitants de la cité, la violence pathologique (vols à main armée ou vols aggravés, assassinats, meurtres, aggressions sur les personnes physiques) a été à ses débuts attribuée principalement à la population d’origine burkinabé. L’amplification du phénomène au cours des dernières années a vu une diversification des nationalités qui y sont impliquées ; mais les Burkinabé sont toujours les principaux auteurs des actes de violence qui sont commis en Côte d’Ivoire et à Abidjan. Les autres nationalités qui sont également incriminées dans la violence urbaine sont les Maliens et les Guinéens.

49La structure démographique de la Côte d’Ivoire a montré qu’un tiers de la population totale du pays est d’origine étrangère ; on note, d’autre part, à Abidjan, un quasi-équilibre entre la population ivoirienne et la population non ivoirienne. La Côte d’Ivoire, foyer d’immigration, se caractérise aussi par l’absence d’une politique d’intégration de ses étrangers. Tolérés, intégrés à l’appareil de production économique, acceptés même quelquefois car ils ont une grande liberté de mouvement, ils sont ignorés au plan juridique. Les démographes mettent à 10 % la proportion d’étrangers supportable par une population’ ; c’est le seuil de tolérance à ne pas franchir. Comment donc expliquer que la Côte d’Ivoire, avec 30 % d’étrangers, fonctionne relativement bien ? Il arrive certes, de temps en temps, des explosions entraînant une chasse à l’étranger, situation dont ont déjà été victimes des Nigérians, des Mauritaniens et tout récemment des Ghanéens après le match retour de la demi-finale de la Coupe d’Afrique des clubs champions de football entre l’ASEC d’Abidjan et l’Ashante Kotoko de Kumasi.

  • 6 Institut National de Statistique, Recensement Général de la population et de l’Habitat 1988, caract (...)
  • 7 Alors qu’en 1975, seuls 29,18 % des Burkinabé vivant en Côte d’Ivoire sont nés sur place, en 1988, (...)

50La plupart des éléments impliqués dans les actes de violence sont nés en Côte d’Ivoire ; leurs parents y sont nés ou y vivent depuis très longtemps et ont donc atteint le stade de non retour. Alors qu’en 1975, seuls 29,7 % de la population originaire des pays limitrophes vivant en Côte d’Ivoire sont nés sur le sol ivoirien, en 1988, leur taux passe à 44,67 %. Ils sont cependant demeurés étrangers parce qu’ils n’ont jamais demandé ou eu accès à la nationalité ivoirienne. Les secteurs économiques dans lesquels ils évoluaient et continuent d’évoluer (main-d’œuvre agricole, personnels domestiques, secteur informel) ne leur imposaient pas cette nationalité comme conditions d’exercice de leurs activités ; ceux parmi eux qui l’ont sollicitée car se sentant plus ivoirien qu’autre chose, ne sont pas toujours satisfaits. Juridiquement, ces hommes et femmes qui n’ont servi ou connu que la Côte d’Ivoire demeurent d’éternels étrangers, sans droit et moyen de promotion véritable. Le cursus scolaire de leurs enfants, dans le meilleur des cas, s’arrête au seuil de l’enseignement supérieur. ‘Sur une population de 2 303 169 personnes âgées de 6 ans et plus, on observe que 68,9 % sont des analphabètes, 14,8 % ont le niveau primaire, 8,2 % le niveau coranique. Le autres niveaux n’atteignent pas le seuil de 4 %’6. Le taux d’analphabétisme demeure particulièrement élevé chez les Burkinabé : 75,8 % de la population de 6 ans et plus résidant en Côte d’Ivoire.7

51En ne mettant pas en place une politique d’intégration consécutive à sa politique d’immigration, la Côte d’Ivoire n’a-t-elle pas préparé les conditions de la violence qui, aujourd’hui, donne des sueurs froides à tout le monde ? Les quartiers luxueux de la ville d’Abidjan coexistent avec des bidonvilles peuplés en grande partie d’étrangers, particulièrement burkinabé. Cette coexistence du luxe et de la misère, du citoyen avec tous les droits et du marginal sans droit ne peut que provoquer des tensions dont les manifestations se traduisent parfois par des crimes crapuleux. Cette situation déjà difficile sera aggravée par la crise socio-économique qui a marqué la décennie 1980-1990 et qui continue de sévir.

3.2 La crise économique de la décennie 1980-1990

  • 8 La dévaluation de F CFA de 50 % le 11 janvier 1994 a été le remède du dernier recours.

52La crise économique, dont les premiers signes sont apparus dans les années 1970 à la suite du premier choc pétrolier, va s’accentuer dans la décennie 1980-1990. Les grands médecins que sont le FMI (Fonds Monétaire International) et la Banque Mondiale, appelés au chevet de l’économie ivoirienne, n’ont pas réussi par leurs remèdes (plans d’ajustement structurel) à juguler le mal. Bien au contraire, la situation est allée de mal en pis.8 Les conséquences de la crise économique qui sont énormes sur la société ivoirienne peuvent se percevoir à plusieurs niveaux :

  • au plan de l’emploi : faillites et fermeture d’entreprises, nombreux licenciements, réductions de salaire ;

  • au niveau social : dégradation des conditions de vie de la population, difficultés d’accès à l’éducation et aux soins médicaux. Aux bidonvilles créés par les immigrants sont venus s’ajouter les bidonvilles de la crise économique où se sont refugiés les ‘paumés’ de la société ivoirienne. La situation a empiré depuis la dévaluation du F CFA en janvier 1994.

  • au niveau scolaire : le système éducatif déjà très sélectif et marqué par de nombreux goulots d’étranglement se trouve pratiquement asphyxié par la grande demande émanant de la population. L’école déverse chaque année dans la rue une grande partie de la jeunesse ivoirienne.

53Le constat d’ensemble que l’on peut faire est que la crise économique a accentué la misère et le désœuvrement de la population. L’impossibilité de retrouver un emploi pour ceux qui ont perdu le leur, d’un, les difficultés d’embauche pour ceux qui sont à la recherche premier emploi, particulièrement pour les personnes ayant achevé ou interrompu leurs études, créent un climat d’oisiveté favorable à toutes les tentations. Dans cette lutte quotidienne que mènent les habitants de la cité pour leur survie, beaucoup de valeurs morales sont reléguées en arrière-plan. Le pas vers la délinquance est vite franchi quand les besoins essentiels de l’existence quotidienne ne sont pas satisfaits.

54Dans ce contexte de crise générale (crise économique doublée de crise morale et de valeurs) que vit la société ivoirienne, on assiste à une dislocation progressive des structures sociales traditionnelles. L’espace urbain, devient synonyme de relâchement du contrôle social et des mœrs. En détruisant la base financière des ménages, la crise économique fragilise par la même occasion la cellule familiale, entraînant du coup crise d’autorité, ruptures et divorces.

55Le domicile familial n’est plus un cadre de sécurité pour les enfants. Pour ces enfants en rupture avec leur famille, la rue devient le principal et l’unique moyen de survie. Ici également le seuil de la délinquance est vite franchi. La prostitution, la toxicomanie, le vol et la violence deviennement alors le vécu quotidien d’une jeunesse déboussolée.

  • 9 A Abidjan, le langage des jeunes de la rue est appellé ‘nouchi’.
  • 10 terme affectif dans le langage nouchi pour désigner les jeunes gens et jeunes filles versés dans la (...)

56Cette jeunesse désormais sans repère et sans soutien, essaie de se recréer un autre monde qui repose sur les vertus de la solidarité à laquelle ils n’ont plus droit de la part des adultes et de la société ; un monde ayant ses propres normes, ses propres symboles et son propre langage9. Ces jeunes deviennent des ‘frères de sang’ ou des ‘parents’. Désormais coulent dans leurs veines non pas le sang de la véritable parenté consanguine mais le sang de la misère et de la débrouillardise. C’est la communauté des ‘john bri’ et des ‘gos bri’.10Constitués parfois en bandes plus ou moins rivales, ces exclus de la société évoluent dans des milieux où c’est la force qui fait la loi. La pratique des arts martiaux, sans la philosophie qui va avec, ou la possession de quelques rudiments de ces arts ajoute un degré supplémentaire à la violence ambiante.

57La crise économique avec son cortège de misère va provoquer une remise en cause sérieuse de la société ivoirienne, surtout au plan politique. En effet, les tensions sociales accumulées mais contenues depuis des années grâce à la violence morale exercée par la classe dirigeante sur les citoyens à travers le parti unique vont éclater en 1990 et faire voler en éclats le consensus superficiel entretenu grâce à la relative prospérité économique. Cette remise en cause du parti unique et la réinstauration du multipartisme en 1990 sera précédée et suivie de son lot de violence dont le sommet sera atteint avec les événements qui ont eu lieu le 18 février 1992 à Abidjan.

3.3 Le contexte politique : du parti unique au multipartisme

58La Côte d’Ivoire multipartisane s’est muée au seuil de l’indépendance en une Côte d’Ivoire monopartisane. Devant la tâche immense de construction nationale, le parti unique a été perçu comme le creuset où devaient se fondre tous les intérêts et toutes les énergies des divers groupes socio-économiques et socio-culturels. Multipartisme, pour les nouveaux dirigeants, signifie pluralité de choix et de visions politiques, donc division et déstabilisation de la vie nationale et par conséquent obstacle au développement.

59L’année 1960 symbolise, pour tous les Ivoiriens, la liberté, valeur cardinale à laquelle aspirent tous les peuples. Ayant su mobiliser la majorité du peuple ivoirien à un moment crucial de son histoire, le PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire) et son chef Félix Houphouet-Boigny héritent d’un capital de crédit qui leur donne toute latitude d’organiser la vie socio-politique et économique de la Côte d’Ivoire indépendante. Le héros libérateur, le ‘Père de la Nation’ se fait un devoir de rassembler tous ses enfants en une seule famille. Il ramène les dissidents et les adversaires politiques d’hier au sein de ladite famille. Mais, comme toute grande famille celle-ci, a ses propres contradictions qui sont plus ou moins étouffées. En effet, la prospérité économique a mis, en veilleuse les revendications politiques et les aspirations des citoyens à plus de libertés politiques. Mais, avec la fin du ‘miracle ivoirien’, c’est le réveil brutal ; l’aura personnelle du chef charismatique ne suffit plus pour rassurer le peuple qui ne voit d’autre alternative à la crise socio-économique que le renouvellement de la classe politique. C’est la remise en cause du parti unique qui, par l’absence de véritables débats démocratiques et l’étouffement des libertés et initiatives individuelles, est accusé d’être à la base de tous les maux auxquels le pays est confronté. Mais l’obstination du chef, sous-estimant la volonté de changement de son peuple, va entraîner une flambée de violence dont l’aboutissement a été le retour au multipartisme le 30 avril 1990.

60Le multipartisme étant insuffisant à satisfaire les aspirations et les ambitions de tous ceux qui prônent une alternative politique, Abidjan va vivre après le 30 avril 1990 des heures chaudes marquées par des affrontements incessants entre les militants des nouveaux partis politiques et les forces de l’ordre. C’est le cycle infernal des marches de protestation et de revendication, des répressions policières, des destructions des biens publics ou privés. L’école ivoirienne, malade depuis des années et qui a été en février 1990 le détonateur de tout le processus de remise en cause, tient une place de choix sur la scène des manifestations. La lutte pour le pouvoir va aggraver les tensions politiques et sociales, les affrontements entre les partisans de l’ancien parti unique, toujours au pouvoir, et ceux des nouveaux partis. Les élections générales de 1990 seront une occasion de manifestation de la violence : électeurs battus ou interdits d’urne, urnes détruites, etc. Le refus du Verdict’ des urnes par les perdants et leur exigence de nouvelles dispositions constitutionnelles pour les prochaines élections, surtout présidentielles, seront également à la base de nombreuses manifestations de rues dégénérant parfois en manifestations violentes dont celle du 18 février 1992 à Abidjan qui a marqué à jamais la mémoire collective. Ce jour-là, après une marche de protestation de l’opposition contre les brutalités des forces de l’ordre dans les cités universitaires qui s’est achevée dans la violence et a entraîné la destruction importante de biens publics et privés, des responsables politiques et syndicaux furent arrêtés, jugés et condamnés à des peines de prison ferme.

61Le contexte socio-économique et socio-politique de la Côte d’Ivoire depuis 1960 jusqu’à nos jours est un contexte marqué par plusieurs facteurs qui à tout moment pouvaient entraîner l’explosion de la société ivoirienne. La relative prospérité économique du pays a voilé certaines de ses contradictions. La paupérisation de la grande masse a été le catalyseur des ébullitions des années 1990. La ville d’Abidjan, pôle économique, politique et administratif est le lieu d’expression de toutes les remises en cause et de toutes les contradictions de la société ivoirienne. Sous l’effet conjugué de la misère, de la lutte pour la survie et des aspirations politiques, la violence est entrée dans les mœurs quotidiennes des Abidjanais.

3.4 Les manifestations de la violence à Abidjan

3.4.1. Aperçu général du phénomène

62La violence politique et la violence dans le sport étant des phénomènes sporadiques, cet aperçu général du phénomène sera axé sur la criminalité violente qui jette un véritable effroi sur la ville.

63Depuis quelques années, on peut parler de terreur sur la ville d’Abidjan. De jour comme de nuit, l’insécurité rode à tous les coins de rue et plane sur la ville. Au bureau, à la maison, à la banque, en voiture (à l’arrêt ou en circulation), la menace d’agression est permanente. Les actes de violence quotidiens se répartissent principalement en cinq rubriques.

3.4.2 Les vols

64C’est le délit le plus fréquent qui va du simple vol à la tire ou à l’étalage au vol à main armée entraînant des pertes en vies humaines. On distingue :

  • les vols simples ;

  • les vols aggravés réalisés sous la menace d’armes ou d’objets contondants sans l’usage de ceux-ci ;

  • les vols à main armée opérés en faisant usage des armes ;

  • les vols par effraction, qui peuvent prendre des allures dramatiques lorsque surpris, le voleur fait usage d’une arme.

65Les vols alimentent régulièrement la rubrique des faits divers des journaux. Le quotidien Fraternité-Matin a même créé une ‘Chronique policière’ le contenu de la chronique du 26 juillet 1994 est significatif des faits de violence auxquels sont exposés tous les jours les Abidjanais :

Une villa combriolée
Dans la nuit de mardi à mercredi aux environs de 4h, une villa qui serait la propriété du Directeur Général de la Caisse Autonome d’Amortissement (CAA.), à la Riviera Golf, a été attaquée par trois bandits armés de pistolets. Ceux-ci ont emporté plusieurs appareils électro-ménagers, un coffret de bijoux de grande valeur, un lot de pagnes et près de 300 000 F.CFA. Les voleurs se sont enfuis à bord d’une voiture dont les références n’ont pu être relevées.

Hold-up à Arpêche
Le comptable de la société ‘Arpêche’, une unité de poissonnerie, a passé la semaine dernière un mauvais quart d’heure. Vers 9h, alors que M.BA. s’apprêtait à aller effectuer un versement dans une banque de la place, quatre individus armés de pistolets automatiques lui ont arraché la somme de 4 650 000 F CFA. Les gangsters se sont enfuits à à bord de la Honda Civic de couleur grise, immatriculée 485g CA 02, appartenant la société ‘Arpêche’. Ce véhicule a été retrouvé par la suite à Trelchville, près de la Bourse du Travail.

Saditex attaqué
Saditex, un magasin de pagnes, situé à la rue du Commerce au Plateau a été le théâtre le jeudi dernier à 16h 15, d’une attaque à main armée. Deux hommes armés de pistolets et circulant à bord d’une Renault blanche du type 11, immatriculé 260 AX 01 (probablement volée), ont fait irruption dans le magasin avant de faire main basse sur une somme de 5 000 000 de francs CFA

  • 11 Fraternité-Matin, n° 8-935 du 26 juillet 1994, p.4, 5e colonne

Une commerçante dévalisée
Mme D. Marie-José est inconsolable. Elle a été visitée dans la nuit de mercredi par de sinistres individus. En effet, aux environs de 21 h, cinq bandits armés de pistolets automatiques se sont introduits à son domicile à Yopougon ‘Camp Militaire’. Les gangsters ont emporté des appareils électro-ménagers, des effets vestimentaires et près de 1 800 000 francs CFA11.

66Les principales victimes des vols à main armée ou vols aggravés sont les taxis (arrachage du véhicule et de la recette), les véhicules particuliers, les sociétés et commerces et les domiciles, particulièrement les domiciles des Européens, Libanais et hauts cadres africains (ivoiriens ou non ivoiriens) qui disposent d’un pouvoir d’achat relativement élevé et vivent dans un cadre dont le confort tranche avec les conditions d’existence des autres habitants de la cité. Ces attaques s’appuient sur un véritable réseau de renseignements et de complicités qui facilitent leur exécution. Parfois, une dizaine de minutes suffisent pour réaliser un vol à main-armée dans une banque ou dans un commerce. La même bande pousse l’audace jusqu’à perpétrer quelquefois plusieurs attaques en une matinée ou soirée. Les agresseurs n’hésitent pas, à la moindre résistance ou au moindre geste de leurs victimes, à faire usage de leurs armes ; quand il s’agit de protéger leur fuite ou leur butin, la vie d’autrui n’a aucune valeur.

3.4.3 Les agressions de personnes sur la voie publique

67Ces agressions ont lieu dans des endroits peu fréquentés ou à des heures où il y a peu de monde dans les rues. Les ‘loups affamés’ de la ville ne ratent aucune occasion favorable. La victime peut être n’importe qui, ivoirien ou non ivoirien, homme ou femme. L’automobiliste en panne ou le promeneur solitaire ou égaré risque à tout moment d’être agressé et délesté de son bien. Les touristes font de temps en temps l’amère expérience d’une ville qu’ils étaient en train de découvrir.

68Les agressions sur les personnes physiques sont généralement le fait de bandes de jeunes délinquants (quelquefois drogués) qui n’hésitent pas à faire usage de leurs couteaux pour obliger leurs victimes à leur donner ce qu’ils demandent. Ces jeunes élisent domicile sous les ponts, dans des bâtiments abandonnés, dans les jardins publics ou dans les marchés. Pendant une partie de la journée, certains se livrent aux activités du secteur informel (gardiens de voiture, cireurs de chaussures, porte-faix) qui leur donnent une couverture relativement honorable. Les risques d’agression sont aujourd’hui tellement grands, surtout la nuit, que la vie nocturne dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire a considérablement baissé d’intensité.

3.4.4 Les coups et blessures volontaires

69La violence traduit l’état des tensions et des déséquilibres dans la société. Certaines valeurs cardinales de la société africaine ne résistent plus face aux nombreux problèmes que rencontrent les individus. Que représentent, de nos jours, pour les uns et les autres, des valeurs telles que la famille, le mariage, le respect de l’être humain, le droit d’aînesse, la tolérance et le pardon ? Dans cette lutte pour la survie, les intérêts particuliers prennent largement le pas sur les intérêts collectifs. Tout l’univers existentiel est atteint par la violence. L’homme et la femme, le fils ou le père au sein de la famille, faute d’arguments, finissent par régler leurs problèmes à coups de muscles. La polygamie, forme de mariage admise dans la société traditionnelle car source d’enrichissement humain et économique, ne va pas sans poser d’énormes problèmes en milieu urbain. Les conditions de l’affrontement sont créées lorsque l’épouse légitime ou ‘régulière’ découvre l’existence d’une ‘rivale’, de surcroît mieux entretenue par le mari infidèle ou lorsque le mari découvre que sa femme entretient des relations adultérines. Les abus de confiance, l’escroquerie, la consommation de drogue faisant perdre à l’individu tous ses sens, les règlements de compte individuels, le partage inégal du butin après le vol sont des occasions où les uns et les autres n’hésitent pas à s’agresser.

70Les coups et blessures volontaires sont également fréquents dans les zones d’habitat populaire caractérisées par les cours communes et la promiscuité entre locataires. Les cours communes, réunissant dans le même espace des individus d’origines et de cultures différentes, aux comportements différents, constituent des lieux de tensions latentes. L’usage et l’entretien des éléments communs (WC et douches surtout) provoquent régulièrement des altercations entre locataires. Les querelles entre enfants de locataires sont quelquefois récupérées par les parents eux-mêmes.

3.4.5 Les homicides volontaires

71Ces faits peuvent être reliés aux coups et blessures volontaires car ils ont pratiquement les mêmes causes même si les effets sont plus radicaux ici. Les homicides volontaires marquent, en tout cas, un changement radical dans l’éthique des auteurs de ces faits. Attenter à la vie d’autrui est un acte hautement condamné dans les sociétés traditionnelles africaines. Des dispositions étaient prises pour éviter les blessures volontaires : c’est un sacrilège de voir la terre souillée par le sang émanant d’une blessure volontaire. Un sacrifice était fait pour conjurer les mauvais sorts qui pourraient s’abattre sur la communauté. Dans ce contexte, l’homicide volontaire n’est même pas envisageable.

72Le changement de mentalité est conditionné par le cadre de la ville. C’est le domaine du relâchement du contrôle social et des mœurs, de l’anonymat et de l’individualisme. Celui à qui on a affaire n’est plus nécessairement un parent. Les structures traditionnelles de règlement des conflits (famille, lignage, clan) n’interviennent plus dans les litiges. La communauté circonstantielle d’intérêts se désagrège dès que quelques-uns de ses membres ont l’impression de ne plus gagner au change. Les règlements de compte, à travers l’homicide volontaire du conjoint, du partenaire, du rival, de l’associé deviennent la solution extrême aux conflits interpersonnels et d’intérêts.

3.4.6 Les viols

73Les victimes sont, généralement, des mineurs et les auteurs de tous âges : des adolescents, des adultes, des vieillards sexagenaires abusant de fillettes d’une dizaine d’années, parfois même moins (5 ans). Les viols sur les femmes adultes sont quelquefois accompagnés de meurtres : la personne violée est assassinée après l’acte sexuel ou l’acte sexuel est réalisé après avoir violenté et rendu la victime inconsciente. Le viol peut également être associé au vol : la maîtresse de maison ou la domestique est violée avant le départ des voleurs.

74Le viol est commis de façon solitaire ou en association ; dans ce dernier cas, la victime subit à tour de rôle les assauts de ses différents agresseurs. L’auteur est parfois identifié et connu de la victime : par exemple, quelqu’un qui abuse de l’innocence de la fillette d’un voisin. Les auteurs peuvent être des inconnus qui profitent de circonstances favorables pour accomplir leur acte, sans préméditation.

75Comme on le voit, la violence s’exprime dans la vie quotidienne des Abidjanais. Les victimes en sont nombreuses. Elle a atteint des proportions qui ont largement dépassé le seuil du tolérable.

  • 12 Organe consultatif non officiel du PDCI, alors parti unique, qui était convoqué quand c’était néces (...)

76En novembre 1983, lors d’un Conseil National12, le Président Félix Houphouet-Boigny déclarait :

Nous avons parlé ici entre frères. Vous avez, après délibérations au niveau des différents groupes socio-économiques, arrêté des suggestions pertinentes sur les trois grands problèmes qui nous préoccupent. D’abord la sécurité : c’est le préalable à tout développement. Qui dit sécurité dit paix, qui dit paix dit justice. Et je comprends le mécontentement qui s’empare de la plupart de mes compatriotes, de l’inquiétude surtout. Vous m’avez demandé de faire opérer des contrôles à nos frontières, et à l’intérieur du pays, de façon à limiter l’immigration de mauvaise gens.

77Il reconnaissait, par la même occasion, les difficultés à surveiller les frontières ivoiriennes et l’insuffisance des moyens humains et matériels :

la Côte d’Ivoire est un petit pays, avec une petite ouverture sur la mer que nous n’arrivons pas avec les moyens dont nous disposons en ce moment-ci, à surveiller. Mais en plus, elle a trois grandes frontières : à l’Est, au Nord, et à l’Ouest. Nos moyens humains sont insuffisants, il faut le reconnaître, parce qu’il nous faut du temps pour former des policiers dignes de ce nom’.

78Mais, il lança un véritable défi aux bandits :

  • 13 Fraternité-Matin du 14 novembre 1983, p.13.

Je viens de passer cinq mois à l’extérieur. Vous m’avez permis ce luxe - c’est un luxe très rare en Afrique – le luxe de retrouver inoccupé le fauteuil que vous m’avez confié. Alors de même, je vous donne - je veillerai à ce que cela soit scrupuleusement réalisé - cinq mois pour qu ‘on ne parie plus de banditisme en Côte d’Ivoire’.13

79Le Chef de l’Etat ivoirien avait sans doute sous-estimé l’ampleur du mal. Plus d’une décennie après ses propos, le problème du banditisme, de l’insécurité et de la violence demeure entier. Il va même connaître une accentuation particulière pendant le quinquennat 1989-1994. C’est également à partir de 1989 que les autorités ont commencé à dresser de façon systématique des statistiques pour en saisir les dimensions réelles.

3.5 Un quinquennat de violence : 1989-1994

80L’année 1989 est celle où un sacrifice supplémentaire est demandé aux Ivoiriens, après ceux qu’ils ont consentis pendant plus d’une décennie en acceptant avec résignation les licenciements massifs et les blocages de salaire malgré une augmentation continuelle du coût de la vie. Le ton a été donné avec les paysans qui ont vu le prix d’achat de leurs principaux produits (café et cacao) réduit de moitié. Pour une meilleure répartition du sacrifice, le même effort était demandé aux salariés des secteurs public et privé qui devaient consentir sur une période de trois ans à une réduction de leurs revenus de 5 à 15 %. Le résultat, c’est la contestation qui pendant l’année 1990 a ébranlé tout l’édifice socio-politique ivoirien.

81Mobilisées à contenir la contestation sociale et à gérer la crise socio-politique, les forces de l’ordre laissent le champ libre aux délinquants de tout acabit pour opérer aisément. On peut donc dire que 1989 marque le début d’un accroissement sensible de la violence urbaine, surtout à Abidjan.

82De 1989 à 1994, les statistiques sur la criminalité violente à Abidjan sont édifiantes. Un examen de la situation générale du pays en 1989 permet d’avoir un repère pour mieux apprécier les faits qui se sont déroulés à partir des années 90, années qui peuvent être considérées comme de années de braise au plan socio-politique.

83Dans ce tableau, il ressort que du 31 janvier au 31 décembre 1989, 368 affaires ont été traitées dont 204 cas résolus et 366 auteurs déférés. Les statistiques de 1989 font également ressortir que 76 armes ont été saisies, les auteurs impliqués dans la détention et le trafic illégal d’armes qui ont été déférés (21) sont à 85, 71 % étrangers et à 14, 25 % ivoiriens. Quelques remarques s’imposent à l’analyse du tableau 3.

Tableau 3. Infractions criminelles du 1er Janvier au 31 Décembre 1989 (Ensemble Côte d’Ivoire)

Tableau 3. Infractions criminelles du 1er Janvier au 31 Décembre 1989 (Ensemble Côte d’Ivoire)

Source : Ministère de la Sécurité.

  1. les homicides volontaires sont surtout le fait des Ivoiriens ;

  2. les étrangers sont prédominants dans les vols avec violence (aggravés, à main armée ou avec effraction) ;

  3. il y a une égalité de proportion entre Ivoiriens et étrangers en ce qui concerne les coups et blessures graves ;

  4. une ivoirisation de la criminalité. Même si les Ivoiriens demeurent minoritaires, leur proportion n’est plus négligeable.

84Le peu de cas d’infractions sexuelles, d’enlèvements d’enfants et de prises d’otages mentionnés dans le tableau ne permet pas d’en faire une analyse objective. On peut toutefois noter que les enlèvements ou disparition d’enfants deviennent de plus en plus fréquents. Ces enfants sont parfois assassinés, avec des organes prélevés.

85Pour l’année 1992 (du 1er janvier au 31 décembre), les chiffres de la criminalité sont en constante progression. On passe ainsi à 944 affaires criminelles portées à la connaissance de la sous-direction des affaires criminelles pour 273 cas résolus, 355 auteurs appréhendés et déférés dont 247 étrangers (69,57 %) et 108 Ivoiriens (30,43 %). Pendant cette même période, 148 armes ont été saisies, 69 bandits tués et un blessé.

86Les étrangers demeurent prédominants dans les vols à main armée (85/120, soit 70,83 %) et dans la détention illégale d’armes à feu (70/82, soit 85,36 %).

87Le taux de criminalité qui était de 4, 34 faits constatés par an pour 1000 habitants pour les villes de l’intérieur est passé à 5,37 en 1993. Mais ce taux demeure très faible comparé à celui d’Abidjan qui est de 28 à 30 faits constatés pour 1000 habitants.

88De 1990 à octobre 1993, la criminalité enregistrée dans les différents commissariats de la Préfecture d’Abidjan s’élève à 188 852 infractions parmi lesquelles on dénombre :

  • 173 homicides volontaires

  • 999 infractions sexuelles (y compris le viol)

  • 37 121 coups et blessures volontaires, violences et voies de fait

  • 89 945 vols se répartissant en 4 081 vols de taxis ; 2 719 vols de véhicules particuliers ; 2 061 attaques contre les sociétés, les commerces et les domiciles ; 10 605 attaques contre les individus sur la voie publique ; 3 642 vols avec effraction et 66 037 vols simples

89Pendant cette période, plusieurs mineurs ont été impliqués dans divers délits (1 534 au total) dont ;

  • 1 273 cas de vols

  • 98 coups et blessures volontaires, violences et voies de fait

  • 26 viols

  • 17 attentats à la pudeur

  • 17 infractions à la législation sur les armes

90La plupart des délits commis par les mineurs sont des vols (82,9 %).

91L’action des forces de l’ordre s’est soldée par 1 277 bandits arrêtés, 154 tués, 11 084 déférés et 293 armes saisies.

92De 1990 à 1991, la criminalité à Abidjan a connu une faible augmentation du volume global (0,05 %). Elle a même connu une baisse entre 1991 et 1992 (-2,18 %) avant de connaître une nouvelle croissance entre 1992 et 1993 (7,5 %). La reprise est même très nette à partir de mai 1993, où l’on voit le nombre de faits répertoriés mensuellement passer successivement de 300 à 500 puis 600. Les cibles principales demeurent les mêmes, à savoir les taxis, les sociétés, les commerces, les domiciles et les personnes sur la voie publique. De 1992 à 1993, les pourcentages d’augmentation pour les agressions sont les suivants :

  • taxis, de 420 à 767 (+82 %)

  • véhicules particuliers, de 502 à 487 (-3 %)

  • sociétés, commerces, domiciles, de 507 à 875 (+ 72 %) ;

  • agressions de personnes sur la voie publique, de 2 953 à 3 944 (+ 34 %).

93De décembre 1992 à décembre 1993, on a enregistré 18 262 vols. Pour l’ensemble de l’année 1993, la situation se présente dans le tableau qui suit. Le tableau 4, comme le précédent, n’est toutefois pas complet car certains délits (homicides volontaires, coups et blessures graves, viols, etc…) n’y figurent pas ; mais il permet d’avoir une idée de certaines agressions auxquelles sont exposés les Abidjanais.

94La violence urbaine a trouvé en la ville d’Abidjan un lieu de prédilection. Même si le phénomène connaît une progression également inquiétante dans les autres villes du pays, il est sans commune mesure avec ce qui se passe dans la capitale économique ivoirienne, ville dont les dimensions permettent à l’individu d’échapper aux mailles du contrôle social traditionnel. L’arrachage de véhicule est particulier à la ville d’Abidjan. De même, les agressions de personnes sur la voie publique qui y sont quotidiennes sont beaucoup plus rares ailleurs.

Tableau 4. Evolution de la criminalité violente à Abidjan (1991-1992-1993)

Tableau 4. Evolution de la criminalité violente à Abidjan (1991-1992-1993)

Source : Ministère de la Sécurité.

Tableau 5. Evolution de la criminalité à Abidjan en 1993

Tableau 5. Evolution de la criminalité à Abidjan en 1993

Source : Ministère de la Sécurité.

95Violence sociale, violence liée à délinquance, violence politique, violence dans le sport sont les manifestations d’un monde d’inégalités sociales, de frustrations, de gains faciles et de stress permanent entretenu par les problèmes existentiels de la vie quotidienne. Ce sont également les signes d’une société africaine en pleine déstructuration où certaines valeurs jugées fondamentales semblent anachroniques par rapport à la marche du temps. Quel sens donner, aujourd’hui, à la famille, à la solidarité, au respect de la vie humaine ? La famille a-t-elle encore un sens pour les enfants lorsqu’elle n’arrive pas à subvenir à leurs besoins essentiels et qu’elle les pousse à la rue, les exposant ainsi aux dangers d’un monde impitoyable où la seule loi qui prévaut est celle du plus fort ?

96La violence urbaine est également le tribut que la Côte d’Ivoire paie à sa politique d’immigration et à sa relative prospérité économique. Malgré sa situation économique difficile, elle demeure encore une oasis de prospérité dans une zone ouest-africaine toujours sinistrée. Elle constitue de ce fait le territoire de chasse de bandits venus de Guinée, du Mali et du Burkina Faso qui se replient dans leurs pays respectifs, dès qu’ils ont commis leurs forfaits, avec leurs butins. La proximité de la poudrière libérienne, favorisant la grande circulation d’armes à feu, fait que les gangsters n’ont aucune difficulté à se procurer les moyens de leurs actions.

97Refusant de subir passivement le poids de la délinquance et de la violence qui en découle, les pouvoirs publics et les populations essaient de trouver des stratégies pour ramener le phénomène à des proportions moins inquiétants. Y arrivent-ils ? S’y prennent-ils de la meilleure manière ? Les résultats perceptibles ne sont-ils pas fonction de l’approche du phénomène ?

4. La perception et le mode de gestion de la violence

4.1 L’action des pouvoirs publics

98La gestion des phénomènes de violence est fonction de la perception que l’on en a ; et cette perception est fonction de la vision de la violence sociale ‘normale’ et donc de l’approche et du traitement du conflit social.

99Qu’il s’agisse du conflit social de classes de portée nationale parce qu’intéressant l’ensemble des travailleurs d’une part, l’État et l’Union patronale de l’autre, ou du conflit social particulier d’entreprise opposant tout ou partie du personnel d’une entreprise à sa direction, la vision des pouvoirs publics en Côte d’Ivoire est négative et le comportement négateur.

100Cette vision est si profondément ancrée dans la volonté de puissance et d’accomplissement des ‘décideurs’ ivoiriens qu’ils l’ont inscrite dans les principes directeurs de la société nationale qui en portent l’empreinte indélébile. Comment cela se présente t-il ?

101Pays anciennement colonisé, la Côte d’Ivoire, à l’indépendance, a opté au plan économique pour le mode de production capitaliste qui, parce qu’il se caractérise par la propriété privée des moyens de production et donc par des intérêts sociaux et économiques antagoniques, est régi par une philosophie de développement conflictuel. On s’attendrait donc qu’au plan de la défense des intérêts respectifs, on autorise l’expression des moyens légitimes de lutte, la manifestation courante de la lutte des classes favorisée en l’occurrence par l’instauration au plan politique, c’est-à-dire au plan de la gestion des hommes, d’un régime qui permette l’expression de la diversité d’opinions, d’un régime fondé sur le multipartisme. Au lieu de cela, on a plutôt choisi le mode de gestion unanimiste, le parti unique comme dans les ‘démocraties populaires’ au mode de production socialiste. Contradiction majeure ! Contradiction fondamentale ! Contradiction génératrice d’injustice sociale plus sérieuse, de conflits sociaux plus graves et annonciatrice de violence sociale plus aiguë et aux conséquences imprévisibles. Cela conduit à vouloir fondre tout le monde dans le même moule. Tout le monde doit pouvoir s’exprimer au sein d’un même ensemble ; en fait tout le monde apprend ou à pratiquer la ‘langue de bois’ ou à se taire au sein d’un ensemble, le PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire) qui ne doit s’exprimer que d’une seule voix, celle autorisée de la classe dirigeante tenue de main de maître par son leader ; seul habilité à déterminer les orientations majeures du pays, le premier responsable du Parti, avec la caution onctueuse des dignitaires, a dû, pour atteindre ses objectifs, annexer l’État.

102Démonstration de force, concentration excessive de pouvoir, mais aussi et surtout accumulation de tensions ! Car en agissant ainsi on s’expose au risque de ne pas percevoir les vrais problèmes du pays et donc de ne pas pouvoir les identifier et les formuler clairement pour les traiter objectivement. On s’expose au risque de n’avoir comme préoccupation majeure que le maintien de la classe dirigeante au pouvoir ; ce qui conduit inéluctablement à opter pour des méthodes policières et drastiques de gestion des hommes car à partir de cette vision unanimiste de la gestion de la chose publique et de la société nationale on ne perçoit plus les voix discordantes comme possibilité de revitaliser, de dynamiser la société, mais comme menace certaine pour le système ; on ne conçoit plus l’existence d’opposants politiques, et quand par extraordinaire il en existe on ne les perçoit plus tels qu’en eux mêmes, c’est-à-dire des adversaires politiques qui ont un autre projet de société, une autre manière de concevoir la gestion des hommes qui peut s’avérer vivifiante pour la société, mais comme des ennemis ; et comme tels il faut les réprimer, les mettre hors d’état de nuire. Hors d’état de nuire à la société perçue ici à travers le seul prisme des dirigeants ; donc hors d’état de nuire à la classe dirigeante.

103La séduction et la manipulation sont des armes toujours utilisées dans cette perspective. On ne peut pas ‘décemment’ considérer la majorité de la population comme autant d’ennemis à mettre hors d’état de nuire ; aussi a-ton recours pour la gagner à sa cause ou pour mieux la billonner, à des artifices fondés tantôt sur la manipulation, tantôt sur la séduction, ou sur les deux à la fois. Cela consiste à l’encenser en magnifiant son rôle dans la production et la gestion de la société ; en exaltant sa communauté d’intérêt avec la classe dirigeante qui n’existe que pour travailler à bien-être.

Dans leur ensemble les nations africaines sont des nations pauvres et leur aliénation n’est pas d’une classe à une autre (…) La conclusion qui en découle est qu’il n’y a pas d’intérêts divergents au sein de notre société. En conséquence, à partir de la souveraineté pleine et entière, tout le monde doit s’unir pour lutter en commun contre la pauvreté des individus et le sous-développement des pays. Guidés donc par le souci de l’indépendance économique qui devient désormais l’objectif premier, nous voulons rejeter cette théorie de la lutte des classes chez nous et adopter plutôt la théorie du parti unique au nom des intérêts supérieurs et bien compris d’une société à peine différenciée (Rapport moral du Secrétaire Général au 5e congrès du PDCI en 1970).

104Cette nivellation des intérêts socio-politiques qui s’inscrit dans une perspective de développement transclassiste, de développement sans heurt, sans violence sociale, de ‘développement harmonieux’ pour utiliser le terme consacré en Côte d’Ivoire, a nécessairement un prolongement au plan économique : l’évacuation de toute contradiction économique interne. Pour y arriver, on s’est donné le moyen suivant : créer et imposer une centrale syndicale unique seule habilitée à organiser les travailleurs et à ‘défendre’ leurs intérêts. En fait l’objectif fondamental de cette centrale est de maîtriser et canaliser le monde du travail pour le mettre au service du capital par une pacification constante, indispensable à la stabilité politique, gage de stabilité économique, elle-même ferment de stabilité politique donc condition essentielle du maintien de la classe dirigeante au pouvoir. Pour atteindre cet objectif, la centrale syndicale, l’Union Générale des Travailleurs de Côte d’Ivoire (UGTCI) a opté dès sa naissance en 1962 pour un syndicalisme de construction qui est devenu à partir de 1970 syndicalisme de participation (collaboration étroite avec les pouvoirs publics) et dont l’éthique repose sur le principe qu’il ne faut rien entreprendre qui puisse compromettre la sacro-sainte loi de la production, qui puisse donc heurter l’idéologie productiviste exaltée à tout propos et qui permet d’exécuter ‘en toute quiétude’ les programmes économiques élaborés par les pouvoirs publics. Cette philosophie syndicale est ainsi exprimée par le tout premier et tout puissant secrétaire général de l’UGTCI :

Dans notre économie de subsistance, comment peut-on raisonnablement tolérer les conflits sociaux dont le seul résultat serait de multiplier les difficultés inhérentes à toute construction nationale ? (…) voix authentique de la classe ouvrière de ce pays, le syndicalisme ivoirien est l’allié naturel d’une politique gouvernement le éclairée … (Message de l’UGTCI au 6e congrès du PDCI en octobre 1975).

105Cette approche est une ‘ardente nécessité’, d’autant qu’elle est très fortement recommandée par le PDCI par la voix de son secrétaire général lors du même 6e congrès :

…l’UGTCI devra continuer dans la voie suivie depuis le 5e congrès : faire régner la paix sociale. Au niveau des syndicats qui lui sont affiliés, l’accent devra être mis sur la nécessaire unité du monde syndical. Camarades travailleurs de Côte d’Ivoire, croyez bien que le Parti est conscient que la stabilité et la paix sociale que la nation connaît, il les tient beaucoup de vous.

106Difficile de se tromper sur le sens réel de cette addresse ! Elle se voudrait lénifiante, et même coup d’encensoir sur la fin (séduction !), mais elle est surtout injonctive ; et on voudrait s’y tromper qu’on serait vite ramené à la réalité par cette autre interpellation à valeur de sommation véritable, faite lors de la même intervention :

Nous ne pouvons pas nous offrir la fantaisie de vivre sur des mots d’ordre qui ne correspondent pas à nos préoccupations immédiates ; nous n’avons pas du temps à consacrer aux idéologies, toutes choses de nature à engendrer la contestation gratuite, des discussions stériles, la violence parfois, la désunion toujours, toutes choses de nature à nous éloigner à terme des activités concrètes. Ce rôle est dicté par les nécessités de l’heure, c’est-à-dire l’événement et l’événement, qu’il s’appelle sous-équipement, sous-alimentation, sous-éducation, est partout. Pour le combattre avec quelques chances de succès il importe d’aller vite, d’aller le plus loin possible, d’avancer dans l’ordre, le travail et la discipline et que tout ce qui est entrepris ici procède de la nation.

107Les intérêts de la nation étant identifiés et déterminés par la classe dirigeante.

108Il n’est donc pas indiqué de prôner une idéologie autre que celle autorisée, l’idéologie dominante ; contrevenir à cela, c’est se poser en ennemi, qui menace l’intégrité de la nation ; et s’exposer non seulement à la désapprobation musclée de l’État et du PDCI, qui font intervenir la soldatesque pour faire rétablir leur ordre, mais aussi à la réprobation virulente de l’UGTCI. Des travailleurs, les enseignants du supérieur en 1982, 1983 et 1984, ceux du secondaire public en 1983, les employés de l’Hôtel Ivoire en 1983, les médecins du secteur public en 1984, les agents des sociétés d’État et des Établissements Publics Nationaux (EPN) en 1985, l’ont apris à leurs dépens, qui ont voulu défendre leurs intérêts par des voies tout à fait légitimes mais qui n’ont pas eu l’heur de convenir aux pouvoirs publics qui les ont durement reprimés avec la caution de l’UGTCI. L’UGTCI qui fustigeait en février 1982, la grève des chercheurs et enseignants du supérieur en ces termes : ‘Attachée à la Côte d’Ivoire et aux institutions qui la régissent, l’UGTCI tient à réaffirmer tout haut et publiquement sa volonté de lutter par tous les moyens contre les forces déstabilisatrices et de façon générale contre les ennemis de la nation ivoirienne...’ Voilà des travailleurs devenus des ‘ennemis de la nation’ pour avoir tout simplement revendiqué leurs droits les plus élémentaires (de meilleures conditions de vie et de travail) par la voie la plus légitime et de surcroît légale, l’arrêt de travail.

109Toute cette philosophie politico-sociale, économique et syndicale est en fait un instrument de classe car elle sert essentiellement au maintien de l’ordre établi et de la classe dirigeante. En effet, quand on demande aux travailleurs, c’est-à-dire la très grande majorité des populations, de renoncer à la lutte des classes, on leur demande de renoncer par la même occasion aux moyens qui leur permettent de se développer, de s’épanouir ; ce faisant, au nom des intérêts supérieurs de la nation, ils produisent plus, créant ainsi davantage de plus-value ; on s’attendrait qu’au nom du développement des solidarités, au nom de la lutte commune contre l’ennemi commun, à savoir le sous-développement, cette plus-value serve à tous ; au lieu de cela, elle revient le plus normalement du monde, et ce conformément à la logique élémentaire du capitalisme, aux détenteurs des moyens de production.

110C’est en cela que la communauté d’intérêts tant magnifiée par les pouvoirs publics et qui ressembe fort à l’association du cavallier et du cheval n’est qu’un instrument d’exploitation des travailleurs, reposant sur leur aliénation continuelle. Et il n’y a rien de plus violent au plan social que l’aliénation ; elle est d’autant plus frustratoire, traumatisante et pernicieuse qu’elle s’accompagne de tout un arsenal de répression qui va de la manière la plus douce au moyen le plus brutal. Le traitement du conflit qui a opposé en décembre 1983 les employés de l’Hôtel Ivoire à leur employeur (l’État) illustre parfaitement la perception du conflit du travail par les pouvoirs publics en Côte d’Ivoire ; en témoigne l’épilogue par les travailleurs eux-mêmes :

par suite de nombreux conflits qui nous avaient opposés à notre employeur, nous avons maladroitement rompu le dialogue le 23-12-1983, compromettant toute possibilité de négocier. Par ce fait le Parti et le gouvernement, soucieux du maintien de l’ordre public et de la stabilité dont ils sont responsables, avaient pris la décision qui s’imposait. C’est ainsi que 270 d’entre nous ont perdu leur emploi tandis que 359 autres ont été réengagés au titre de nouveaux employés, soit au total 629 personnes touchées. Mais quels que soient les effets de cette décision qui nous frappe, nous demeurons conscients du fait qu’elle a été prise dans l’intérêt supérieur de la nation, donc dans notre intérêt, conformément aux idéaux de notre grand Parti, le PDCI-RDA et de son vénéré chef (...) qui à travers tous ses messages à la nation, n’a jamais cessé de plaider pour la paix par le dialogue. Nous sollicitons par conséquent l’indulgence de tous nos frères et partant du Président et du gouvernement pour les fautes commises afin que la possibilité nous soit offerte de retrouver le bonheur perdu … (Fraternité-Matin du 7 juin 1985).

111La menace permanente de l’État et des chefs d’entreprise, et ce, la plupart du temps, en violation flagrante de la législation sur le travail, est la révocation ou le licenciement pour les travailleurs qui s’obstinent à ne pas percevoir les ‘intérêts supérieurs de la nation’ et veulent par conséquent lutter pour faire valoir leurs droits les plus élémentaires. ‘Rompre maladroitement le dialogue’ c’est tout simplement se mettre en grève même après être passé par tous les chemins, à dessein tortueux, de la procédure légale ; la grève est alors jugée illégale parce que politique et donc dirigée contre la politique en vigueur et comme telle, elle est réprimée avec la dernière énergie ; le premier stade de cette répression est la privation pure et simple d’emploi pour le travailleur ; ainsi fragilisé à l’extrême, ce dernier est obligé d’accepter de poser toute sorte d’actes même les plus vexatoires, les plus attentatoires à sa dignité, comme des actes de contrition qui consistent à se repentir le plus souvent publiquement en sollicitant l’absolution du Parti et de l’Etat à travers l’extrême indulgence de leur chef commun.

112En agissant ainsi, on accentue les sentiments d’injustice et, par voie de conséquence, on fait le lit de la violence à partir du principe qu’il faut préférer l’injustice au désordre. Ainsi pendant 30, ans de 1960 à 1990, la Côte d’Ivoire a construit sa relative prospérité économique et sa stabilité politique sur une espèce de poudrière, un consensus social obtenu au forceps à partir de techniques de pacification empruntées aux démocraties populaires. La poudrière a explosé en 1990 sous l’effet conjugué d’un certain nombre de facteurs, ce qui explique la vague de violence que le pays connaît depuis cinq ans au triple plan économique, social et politique.

113Au plan socio-économique l’inexistence de toute possibilité de contrôle par l’expression franche de la lutte des classes a conduit à un laxisme dans la gestion de la chose publique au point que le système économique au fil des années s’est complètement délité ; cette déliquescence s’est traduite par des fermetures massives d’entreprises aussi bien dans le secteur public que dans le secteur privé, mettant ainsi au chômage et à la rue des dizaines de milliers de travailleurs ; il n’est donc pas vain de penser que la recrudescence de la criminalité, la hausse de la courbe délinquantielle que l’on connaît depuis environ une dizaine d’années avec une note particulière pour les cinq dernières, est étroitement liée à ce phénomène.

114En effet, non seulement les travailleurs des villes se sont retrouvés pour la plupart sans emploi, mais aussi et surtout ils ont été rejoints par un afflux massif de nouveaux citadins venus des campagnes qui, sous l’effet conjugué de l’économie de plantation et de la trop grande importance accordée aux produits de rente dont notamment le café, le cacao et dans une moindre mesure le coton, ont été confrontées à un processus de paupérisation et de prolétarisation propre à les vider de leurs bras valides. L’économie de plantation a marginalisé les petits paysans qui n’avaient désormais que deux possibilités : ou bien partir pour la ville, ou bien se résoudre à devenir des ouvriers agricoles au service des grands planteurs ou de l’État à travers les sociétés spécialisées de développement agricole (SATMACI, CIDT, SODEPALM etc.) Ils ont été extrêmement nombreux à choisir de venir en ville et surtout à Abidjan. La ville a doublé sa population en moins de 10 ans (2. 100 000 habitants actuellement) et, ne pouvant supporter un tel afflux, a connu un phénomène d’‘implo-explosion’ propre à toutes les villes dont les structures d’accueil sont devenues caduques parce qu’elles sont non seulement très nettement insuffisantes, mais aussi et surtout obsolètes et inadaptées. Tout cela contribue à faire de la ville une société criminogène. Au plan politique, le parti unique, pour éviter d’étouffer par sa propre flatulence, a dû se donner de l’air en acceptant le multipartisme, c’est-à-dire l’existence d’autres partis. Ce faisant, il admettait implicitement la compétition politique la lutte multiforme pour la conquête du pouvoir…Mais là aussi, il faut convenir que les attitudes et comportements de l’ex parti unique qui s’est maintenu au pouvoir à l’issue des élections générales de 1990, sont sujets à caution depuis lors. Et il faut craindre que là aussi, le multipartisme n’ait été utilisé que comme une arme, un instrument de classe dont l’objectif fondamental est le maintien au pouvoir avec la bénédiction d’une opinion internationale lui accordant le label démocratique du fait de l’existence formelle de partis parfois abusivement placés sous l’étiquette de ‘gauche’ ou d’opposition. Ayant compris, un peu par flair politique et beaucoup sous la pression des événements, que si la vague de revendications de 1990 était restée au strict plan économique, cela aurait conduit inéluctablement à la chute du régime, les dignitaires du PDCI et leur chef ont déplacé les problèmes au plan politique et ont réussi à sauver l’essentiel dans l’immédiat en jetant en pâture le multipartisme à la face du peuple, puisque des voix s’étaient auparavant élevées pour dénoncer les méfaits du système monopartisan et lui imputer tous les maux ou presque de la société ivoirienne.

115Le multipartisme a détourné les ivoiriens de leurs problèmes immédiats dans le même temps qu’il a permis au PDCI alors en totale déliquescence de se ressaisir, de reprendre l’initiative de l’action politique et de se préparer en vue des élections générales suivantes qu’il a organisées à sa convenance et gagnées.

116Mais son maintien au pouvoir a posé de très sérieux problèmes qui ont débouché sur un cycle de violence qui a toujours cours.

117En effet, ayant gagné les élections, le PDCI est devenu plus arrogant que jamais ; d’une arrogance inversement proportionnelle à la certitude de perdre les élections, n’ayant jamais été confronté à la compétition politique. De parti unique, il est devenu parti non pas dominant mais dominateur, foulant aux pieds de manière quasi-permanente les régies élémentaires de la démocratie et des droits de l’homme ; ce faisant, il attise les rancœurs des partis d’opposition, asseyant ainsi sa nouvelle puissance sur une poudrière aux dimensions beaucoup plus larges et aux parois beaucoup plus minces, nettement plus fragiles. Et les partis d’opposition sont d’autant moins disposés à accepter l’arrogance du PDCI qu’ils pensent avoir été privés d’une victoire qu’ils croyaient certaine par ce qu’il est convenu d’appeler désormais ‘la technologie électorale’ (selon les termes mêmes de l’actuel secrétaire général du PDCI qui a estimé en avoir été victime lui-même de la part de sa propre famille politique, du parti qu’il ne dirigeait pas encore à l’époque) c’est-à-dire la fraude massive érigée en système de vote.

118Qu’est-ce qui fonde la certitude des partis d’opposition d’avoir été proprement grugés lors des dernières élections ? Pendant pratiquement un an, du dernier trimestre de 1989 jusqu’au dernier trimestre de 1990, période des élections, le PDCI l’État qui en est l’émanation et surtout leur chef commun, le Président de la République ont été non seulement désavoués massivement, mais aussi et surtout abondamment conspués. En partant de ce fait sans précédent, on a pensé que le PDCI et son chef étaient promis à une défaite irrémédiable et retentissante. Le PDCI avait-il besoin de la fraude massive pour se maintenir au pouvoir ? Les mouvements sociaux de l’année 1990 avaient-ils réellement des fondements politiques ? Etait-ce la manifestation d’une volonté profonde de changement de régime politique ou des cris de détresse en même temps que la stigmatisation de conditions de vie et de travail étriquées ? Voulait-on changer de régime politique et les hommes avec ou bien changer ses conditions de vie ? Est-il certain qu’on ait pensé que pour changer les statuts socio-économiques il fallait changer les hommes chargés de la gestion de la société nationale et donc le régime politique ? Rien n’est moins sûr. Toujours est-il que depuis les élections générales de 1990 deux logiques s’affrontent en Côte d’Ivoire : celle des vainqueurs qui, par peur rétrospective, ne tolèrent pratiquement plus aucun manquement à leur ordre et celle des vaincus qui, sérieusement ébranlés et même traumatisés, subissent la rigueur des autres et accumulent les frustrations, sources de violence.

119C’est cet affrontement qui détermine et oriente le mode de gestion du phénomène de la violence en Côte d’Ivoire depuis cinq ans. Ici on peut schématiquement classer les différentes formes de violence en deux catégories : d’un côté la violence sociale de défense qui englobe les faits liés aux conflits sociaux, aux conflits du travail et à la lutte politique, et qui est le contrepoids de la violence institutionnelle ; de l’autre la violence liée à la grande délinquance, la criminalité violente. Et la lutte contre chacune d’elles s’organise tant en fonction de la perception que l’on en a, qu’en fonction de l’importance que l’on accorde à l’une ou à l’autre.

120A l’observation, le choix de priorité effectué par les autorités politiques et administratives est on ne peut plus clair et procède d’une analyse élémentaire : la violence sociale de défense est plus dangereuse parce qu’elle remet en cause le régime politique et donc le pouvoir des hommes qui en ont la charge, tandis que la violence de grande criminalité est plus neutre dans son expression, elle n’a pas de charge, de connotation ou de portée immédiatement politique ; elle est fait social total.

121Aussi n’hésite-t-on pas à consacrer la majeure partie des moyens (hommes et matériel) à contenir ou à réprimer la violence sociale. Ainsi depuis 1990 les forces de l’ordre, dont nul n’ignore la noble tâche d’informer, d’éduquer les citoyens à leur devoir de respect de la chose politique, de les dissuader par conséquent quand il y a risque de déviance et enfin de les défendre et de rassurer quand ils sont menacés dans leurs droits de citoyen, se sont muées en véritables forces de repression de l’État. Au point que même les Forces Armées Nationales interviennent, et ce en violation flagrante de la loi et de la constitution, dans ‘les banales opérations de maintien de l’ordre’ (interventions repétées sur les campus universitaires, mobilisation constante dans les établissements scolaires, surveillance musclée des réunions des partis d’opposition etc) ; et la création en leur sein de la FIRPAC (Forces d’intervention rapide paracommando) éfectée à la répression non seulement rapide mais aussi et surtout pure et dure (leur expédition contre les étudiants à la cité universitaire de Yopougon dans la nuit du 17 au 18 mai 1991, caractérisée par toutes sortes d’exactions aussi infamantes les unes que les autres, en est la preuve éclatante) est la manifestation la plus claire du dévoiement de leur mission. La mission fondamentale de l’Armée est de défendre l’intégrité de la Nation contre l’agresseur extérieur, contre l’ennemi. Comment expliquer alors que l’on puisse affecter à de ‘banales opérations de maintien de l’ordre’ des acteurs dont le métier en temps de guerre est de tuer l’ennemi extérieur qui menace l’intégrité territoriale du pays ? La raison fondamentale est que, comme nous l’avons déjà souligné, l’État et le Parti devenus incapables d’identifier, de formuler clairement et de traiter objectivement les vrais problèmes de la nation, voient dans les auteurs des troubles sociaux les plus légitimes des dangers publics et dans les opposants politiques, non pas des adversaires, des compétiteurs au même titre que la classe dirigeante, mais des ennemis qu’il faut ‘abattre’ parce qu’ils menacent le maintien de leur domination, parce qu’ils menacent leurs intérêts de classe confondus ici, dans un jeu constant d’amalgame tantôt subtil, tantôt cousu de fil blanc, avec les intérêts supérieurs de la nation.

122Pendant que pratiquement toute la logistique de sécurité est consacrée à réprimer la violence sociale, la violence liée au grand banditisme ne cesse de croître sinon en toute quiétude du moins avec une relative facilité dans la mesure où elle n’est pas traquée comme il le faudrait. Toutefois pour donner l’illusion à la population qui vit désormais dans une totale hantise d’insécurité, on fait dans le spectaculaire pour frapper son imaginaire. Cela explique la création de certaines structures qui se livrent à des démonstrations parfois plus ostentatoires qu’efficaces. C’est le cas de la S.A.V.A.C. (Section anti vol et anti criminalité) qui rappelle la tristement célèbre police politique du dernier Shah d’Iran, la SAVAK qui s’est singulièrement illustrée par la traque et la torture terrifiante, sadique et totalement gratuite des opposants politiques ; et tout citoyen était susceptible de devenir opposant du jour au lendemain, au point que la simple évocation du nom suffisait à terroriser les populations. Notre SAVAC est censée ne s’occuper que du grand banditisme ! Mais, elle a commencé à acquérir auprès des Abidjanais une réputation qui n’a rien à envier à celle de l’autre ; cela est assurément une performance car en si peu de temps d’existence, elle n’inspire que répulsion parce que nombre de ses actions d’éclat sont des bavures policières.

123La fébrilité inopérante et même très dangereuse de la SAVAC s’explique par le fait que, n’ayant pas les moyens qu’il faut pour combattre efficacement l’inquiétante montée de la criminalité violente, la police nationale en est réduite à procéder par actions d’éclat avec les moyens dont elle dispose des actions exemplaires propres à dissuader les criminels. Mais l’exemplarité ici, comme dans les peines de mort, est difficilement avérée. La lutte contre la criminalité est une œuvre de longue haleine ; elle exige non seulement des moyens, mais aussi et surtout de la persévérance, une approche pluridimensionnelle, des techniques adaptées, une logistique fondée à la fois sur la hardiesse et l’expérience, l’audace et la sagacité, le discernement et l’intrépidité, le flair et la détermination. Procéder par actions d’éclat et épisodiquement s’inscrit en général dans une idéologie sécuritaire dont les effets sont aussi fugaces que la gloriole qui s’en suit immédiatement ; l’idéologie sécuritaire est en outre une manifestation de fragilité, de faiblesse ; toutes choses qui empêchent une analyse saine et objective des problèmes réels pour ne s’attacher qu’à la recherche de la survie immédiate à travers des actes aussi inefficaces qu’impopulaires ; elle s’embarrasse très peu de légalité et peut alors devenir aussi repréhensible que la violence qu’elle combat. Toute police régie par l’idéologie sécuritaire s’expose à un effet de boomerang dans la population qui n’y verrait plus une force sereine et rassurante, mais lui renverrait au contraire une image tout à fait destituante, totalement disqualifiée.

124Tout cela permet d’apprécier à leur juste valeur et les moyens déployés et le travail, somme toute méritoire en considération de ses moyens, effectué par la police.

125L’effectif de la police nationale, toutes polices et toutes catégories confondues, s’élève aujourd’hui à 6 000 hommes. Que peuvent 6 000 hommes sous-équipés ou pas équipés du tout pour garantir la sécurité des près de 13 millions d’habitants que compte la Côte d’Ivoire ? Les seules unités relativement bien équipées sont la B.A.C. (Brigade Anti Criminalité) créée en 1991 au sein de la Police judiciaire, la SAVAC et la FIR (Force d’Intervention Rapide), toutes de création récente et rattachées à la Préfecture de Police d’Abidjan. Unités spécialisées avec environ 1000 agents chacune, la SAVAC, la FIR et la BAC ont pour mission de lutter, chacune dans son domaine, contre le grand banditisme, de même que la Brigade Auto, la dernière née (1993), a pour objectif, avec sa quarantaine d’éléments, de lutter contre les vols de voitures devenus monnaie courante.

126De 1990 à novembre 1993, le bilan des activités de la FIR traduit par :

  • 104 interventions

  • 12 échanges de coups de feu avec les bandits

  • 31 bandits tués

  • 317 bandits appréhendés

  • 122 armes et 88 munitions saisies

127Pendant la même période, la SAVAC a traité 71 affaires dont 36 vols (15 vols simples ; 21 vols aggravés), deux homicides volontaires et cinq infractions à la législation sur les armes. Elle a tué 43 bandits, en a appréhendé 70 et déféré autant.

128Le GMI réalisait pendant ce temps 64 services de maintien d’ordre et 3140 patrouilles. Son bilan est le suivant :

  • 455 personnes interpellées

  • 5 armes et 15 paquets de munitions calibre 12 saisies

  • 5 véhicules retrouvés

  • 58 000 cigarettes mobilisées

  • 12 boules de chanvre indien récupérées

129Malgré la faiblesse des moyens en hommes et en équipements, les actions entreprises par les force de police contre les vols de voitures semblent porter leurs fruits : de 1990 à 1993, sur plus de 6000 véhicules (dont 4 081 taxis et 2719 voitures particulières arrachés à leurs conducteurs, 5 625 (dont 3 734 taxis et 1 891 voitures particulières ont été retrouvés après recherche, soit un taux de réussite de 82,72 %.

130Ces succès relatifs ne doivent pas cacher la disproportion entre l’ampleur de la tâche à accomplir et les moyens effectivement misen œuvre à cette fin.

131Les forces de l’ordre doivent-elles pour autant se résigner à des actions d’éclat qui ne sont pas toujours très pertinentes : ni persuasives (pour les populations) ni dissuasives (pour les délinquants) surtout en ce qui concerne la S.A.V.A.C. dont les faits d’armes retenus par la société ont déjà été signalés ? Cela arrive plus souvent qu’il ne faudrait.

132Un autre moyen pour rassurer les populations et dissuader les délinquants est de multiplier les structures sur le territoire national. Il existe actuellement 36 commissariats sur tout le territoire à l’exclusion d’Abidjan ; ces commissariats sont répartis en trois catégories : la première catégorie dont l’effectif devrait être de 67 éléments ; la deuxième catégorie conçue pour 50 éléments et enfin la troisième catégorie prévue pour 38 éléments ; mais toutes ces indications sont éminemment théoriques car dans la réalité la quasi totalité des commissariats fonctionnent en sous-effectifs.

133Les 36 commissariats et autres infrastructures policières à l’intérieur du pays ne totalisent en effet à ce jour que 2235 agents, toutes catégories confondues (Commissaires, Officiers et Sous-Officiers), qui ne peuvent en aucun cas faire face à la constante augmentation de la criminalité. A titre d’exemple, pour le seul premier trimestre de l’année 1994, on enregistre 9878 crimes et délits contre 6390 pour la même période en 1993, soit une augmentation nette de 27 %. Dans les détails, on enregistre pour le mois de janvier 1994 2856 crimes et délits contre 2041 en janvier 1993, 3378 en février 1994 contre 2144 en février 1993, 3644 en mars 1994 contre 2205 en mars 1993. Si l’on constate une légère baisse pour le deuxième trimestre 1994 (7133 crimes et délits contre 9878 au premier trimestre), baisse consécutive semble-t-il à la focalisation sur la dernière coupe du Monde de football dont les 52 matches ont été entièrement retransmis en direct par la Télévision Nationale à des heures où les délinquants ont l’habitude d’opérer (décalage horaire oblige !), il faut convenir que si l’on compare par exemple le mois d’avril 1994 (2886 crimes et délits) à celui de 1993 (2521 crimes et délits) et même de 1992 (1764 crimes et délits), il existe une progression nette de la criminalité.

134Devant une telle ampleur la police ne peut qu’être impuissante même si elle n’est pas seule à intervenir, la gendarmerie jouant un rôle non négligeable elle aussi. Plus proche des populations par tradition et par vocation, donc comprenant mieux leurs problèmes, la gendarmerie, surtout dans les zones rurales ou semi-rurales, son terrain d’intervention de prédilection, a toujours donné une image rassurante, quelquefois débonnaire, mais très discrète et très efficace, du maintien de l’ordre et de la sécurité ; sa mission étant essentiellement fondée sur la prévention plus que sur la répression, symbole de la force publique tranquille et sereine, la gendarmerie, conformément à sa vocation de couvrir tout le territoire national, intervient aussi dans les villes. C’est en cela qu’elle participe aussi à la lutte contre la délinquance et la criminalité à Abidjan.

135Même l’apport de la gendarmerie n’est pas suffisant pour prévenir et combattre efficacement la criminalité à Abidjan qui dispose pourtant de la majeure partie des moyens de lutte. En effet, sur les 6000 agents de la police nationale, la ville d’Abidjan en mobilise 3 800 environ, soit 63 % à peu près de l’effectif national. Alors que tout l’intérieur ne compte que 36 commissariats, Abidjan et sa banlieue en ont 22 à savoir les 19 arrondissements de la ville et les 3 commissariats de banlieue : Bassam, Bingerville, Anyama, L’implantation des arrondissements est fonction à la fois de l’importance démographique des communes ou des quartiers et de la fréquence relative de la criminalité. Ainsi, si des communes comme le Plateau, Treichville, Koumassi, Port Bouët, Marcory n’ont qu’un seul arrondissement, par contre Yopougon, Abobo, Adjamé ont été éclatés en quartiers ; aussi a-t-on 3 arrondissements à Yopougon (16e, 17e et 19e) de même qu’a Abobo (13e, 14e, et 15e) tandis que l’arrondissement de la zone 4 vient renforcer ceux de Treichville (2e), Kumassi (6e), Port-Bouët (5e), Marcory (9e), quand ceux de Williamsville (11e), d’Attécoubé (10e) et des 220 Logements (7e) viennent renforcer celui d’Adjamé (5e). Quant à la commune de Cocody (8e), son éclatement (12e arrondissement aux 2 Plateaux, 18e arrondissement à la Riviera SIDECI) est dû en partie à l’extension très rapide de la commune, mais également au fait qu’étant considérée comme la commune huppée de la ville, la commune la plus riche de par la qualité de ses habitants, elle est aussi le lieu de prédilection du grand banditisme. Quel impact tout cela a-t-il eu sur les attitudes et comportements des Abidjanais ?

4.2 Attitudes et comportements des populations

136Le perception et les comportements des Ivoiriens ont évolué en même temps que la courbe de la criminalité ; celle-ci a connu un changement aussi bien qualitatif que quantitatif ; une évolution tant dans la forme que dans la nature et l’intensité ou la fréquence.

137Ainsi, avant que la Côte d’Ivoire ne soit sérieusement confrontée à la crise socio-économique qui la secoue très durement depuis environ une quinzaine d’années, la criminalité, dans l’imagerie populaire, était essentiellement le fait d’étrangers venant surtout des pays limitrophes ; cette vision était soutenue, consciemment ou inconsciemment, par la presse écrite notamment, parce que chaque fois qu’il y était question de criminels, il s’agissait la plupart du temps d’étrangers dont les photographies étaient largement diffusées. La conséquence majeure de cette situation était le développement d’une xénophobie rampante, qui sans être négligeable, bien au contraire, ne remettait pas fondamentalement en cause le caractère très cosmopolite de la ville d’Abidjan. Pendant cette phase, seule la classe dirigeante et la plus riche s’inquiétait quelque peu parce qu’elle était la plus touchée par les actes criminels (surtout les vols). C’est ce qui explique d’ailleurs au seuil des années 70 qu’elle ait fait voter par l’Assemblée Nationale, plus pour se rassurer et se protéger elle-même que pour assurer la sécurité des populations, la fameuse loi sur les vols qui permettait d’emprisonner pour un minimum de 5 ans celui qui volerait un œuf. Si cette loi a été diversement appréciée par les populations, l’opinion dominante était qu’elle était trop peu sévère !

138La seconde phase commence à partir de 1980 à peu près quand les effets de la crise ont commencé à se faire sérieusement sentir avec des manifestations qui, sans être inconnues auparavant, demeuraient peu habituelles, telles que les premières compressions massives dans les entreprises ou les premiers licenciements collectifs, sans compter les nouveaux diplômés de plus en plus nombreux à être déversés sur le marché de l’emploi sans trouver à s’employer.

139On a coutume de dire que la croissance de la criminalité va de pair avec le développement économique ; en effet ‘il n’y a de voleur que lorsqu’il y a quelque chose à voler’. On est donc en droit de penser que, puisque le développement de la criminalité violente s’est fait de concert avec la relative prospérité de la Côte d’Ivoire que d’aucuns n’ont pas hésité à qualifier de miracle économique avec Abidjan comme épicentre, avec la crise aiguë que l’on connaît, la courbe de la criminalité devrait, en toute logique, baisser. Paradoxalement c’est à une recrudescence de la violence que l’on assiste ; plus la situation économique se dégrade, plus la courbe délinquantielle monte. Mais ici le paradoxe n’est qu’apparent car c’est toujours la situation économique qui explique le phénomène. En effet la crise que connaît la Côte d’Ivoire n’a pas stoppé le courant migratoire parce que, pour les pays voisins encore plus sévèrement frappés, la Côte d’Ivoire et Abidjan conservent leur attrait économique dans une sous-région sinistrée.

140Les premières causes de la criminalité demeurent donc ; elles sont au contraire consolidées par un phénomène nouveau. Non seulement la proportion d’étrangers auteurs d’infraction n’a pas diminué, mais aussi et surtout celle des ivoiriens a commencé à augmenter à une allure vertigineuse pour les raisons précitées dont essentiellement le chômage. Cette irruption massive des jeunes ivoiriens dans le monde de la grande délinquance a commencé à inquiéter les populations et les a poussées à une prise de conscience nette : la criminalité est véritablement à leur porte et leur société est menacée d’implosion si rien n’est fait pour enrayer le phénomène ; c’est cette raison qui explique qu’elles aient participé très nombreuses à la célèbre opération ‘sécurité et paix’ initiée par l’État en 1989 et qui a consisté à demander à tous et à chacun de donner selon ses moyens (et le niveau de conscience qu’il avait de la gravité de la situation), quelque chose (espèce ou nature) qui servirait à prendre les dispositions contre la montée de la criminalité et pour la sécurité et la paix de la société. Si l’opération, à cause de la noblesse apparente de ses objectifs, a connu un franc succès populaire, le résultat au plan financier ne fut pas exceptionnel ; elle n’a engendré que quelques deux milliards au maximum, une goutte d’eau dans l’océan des besoins des forces de l’ordre. Ainsi le regain de criminalité s’accompagnait d’une régression des moyens de lutte des forces de l’ordre qui, pour des raisons économiques, devenaient de plus en démunies. Démunie, la police nationale l’est, aussi bien en terme de matériel qu’en terme d’hommes ; et si le manque de moyens matériels frise le dénuement (absence d’équipements adéquats, manque chronique de carburant et de véhicules, ou alors véhicules qui semblent d’un autre âge faute d’entretien, etc.), l’insuffisance en hommes n’est pas moins criarde, moins préoccupante, comme nous l’avons déjà vu.

141Ainsi, malgré le quadrillage relativement important du territoire national, la police et les forces de l’ordre restent toujours pratiquement impuissantes ; cette impuissance agit sur les attitudes et comportements des populations qui vivent désormais dans une crainte obsessionnelle de la criminalité. Cette psychose les conduit parfois à poser des actes pour le moins repréhensibles. Ainsi l’on assiste de plus en plus à des exécutions sommaires quand on réussit à mettre la main sur un voleur ; des actes qui rappellent la célèbre loi du talion : puisque les délinquants n’hésitent plus à tuer, il n’y a pas de raison de les épargner quand ils sont pris sur le fait ; on en arrive ainsi à une altération sérieuse du sens de la justice tout aussi grave pour la société que les faits que l’on condamne. Ce sont des actes d’auto-défense que l’on pourrait appeler auto-défense informelle où le droit subjectif prend le pas sur les considérations de droit positif.

142Il arrive que l’auto-défense ne soit aussi expéditive, aussi sommaire ; elle se structure petit à petit pour donner naissance, dans pratiquement toutes les communes de la ville, aux comités de défense des quartiers (C.D.Q.) ; ces C.D.Q., qui se veulent aussi des structures de développement, sont le fait de jeunes, déscolarisés ou non, qui refusent la fatalité du chômage, la fatalité de la délinquance et qui, partant du principe que pour se développer il faut savoir se défendre contre les aggressions, ont décidé de protéger bénévolement leur quartier ; il y a certes d’autres actions à but lucratif, mais du fait de la crise économique, les seules qui soient vraiment concrètes résident dans la défense, surtout pendant la nuit, de leur commune. Ceci est évidemment une excellente chose, mais le risque de dérapage est permanent dans la mesure où l’auto-défense informelle à base de justice sommaire peut y être pratiquée quelquefois.

143Quand l’action des C.D.Q. s’avère inopérante, parce qu’il faut convenir que la bonne volonté ne suffit pas toujours, on fait appel à d’autres structures de défense : les sociétés de gardiennage. Naguère ces sociétés existaient, mais en très petit nombre et s’occupaient de fournir des gardiens plus aux entreprises de toutes sortes qu’aux ménages. Spécialisées, bien structurées et bien équipées, elles ont fait du très bon travail et y étaient d’ailleurs contraintes puisque l’une des clauses du contrat était une assurance pour couvrir les éventuelles indélicatesses des gardiens chez les clients. Depuis cinq ans, elles ont atteint le chiffre record de 140 officiellement autorisées et reconnues par le Ministère de l’Intérieur ; à ces 140, il convient d’en ajouter un nombre au mois égal qui œuvrent dans une illégalité totale. Les sociétés de gardiennage sont devenues aujourd’hui un passage obligé pour garantir sa sécurité ; du moins le croit-on. En effet, elles ont profité de la psychose d’insécurité des populations pour proliférier de façon anarchique ; elles vont même parfois jusqu’à créer elles-mêmes l’insécurité pour s’imposer ! Ce ne sont plus des ménages particuliers qui y ont recours, mais des îlots entiers de quartiers. Si elles jouent quelquefois un rôle important quand elles suppléent véritablement les forces de l’ordre, elles sont pour la plupart plus voyantes qu’efficaces ; elles sont même parfois franchement dangereuses ; dangereuses car elles ne maîtrisent pas leur personnel dont les critères de sélection ne sont pas très rigoureux, ce qui conduit quelquefois à recruter dans le réservoir de délinquants, de ‘loubards’ ; elles sont dangereuses parce qu’elles se livrent à des actes tout à fait reprehensibles comme les voies de fait, les ‘passages à tabac’ sur des personnes seulement soupçonnées d’indélicatesse, ou qui ont le tort de ne pas présenter un visage avenant, ou un visage qui n’a pas le bonheur de leur être familier. En plus de cela, profitant de la naïveté des populations, de leur fragilité ou de leur ignorance de leurs droits élémentaires, elles posent des actes que seuls des agents assermentés sont habilités à poser : barrages de routes, contrôles d’identité, fouilles de véhicules, etc. ; si l’on n’y prend garde les sociétés de gardiennage vont créer elles-mêmes des îlots d’insécurité ; il devient donc urgent de réagir ; d’abord en freinant leur prolifération anarchique, ensuite en fermant celles qui fonctionnent sans autorisation et enfin en réglementant strictement leur exercice par une politique rigoureuse de recrutement, par une définition claire et précise de leurs attributions et par des possibilités d’identification simples et nettes. Faute de quoi elles ne rendraient service ni aux forces de l’ordre, ni à la société, ni à elles-mêmes.

144Enfin l’obsession de l’insécurité a considérablement altéré la qualité de la vie des ivoiriens de façon générale. Cela est très nettement sensible au niveau de l’habitat. Protéger son lieu d’habitation est un phénomène courant et normal ; on le protège contre les risques habituels : incendies, inondations, etc., en souscrivant une assurance. On peut l’assurer aussi contre le vol ; le cambriolage. On peut également installer un système d’alarme sophistiqué et très dissuassif. Mais tout le monde a-t-il les moyens de se protéger ainsi ? Evidemment non ! On a donc recours à des moyens de protection moins coûteux qui consistent à poser des grilles antivol à toutes les ouvertures de la maison (portes et fenêtres en général) ; pratiquement toutes les maisons sont conçues désormais ainsi. Cela agit très naturellement sur l’esthétique mais cela empêche surtout de jouir de tout le confort qu’une habitation peut fournir. Voilà une conséquence pour le moins inattendue de l’insécurité : une architecture non pas faite pour le confort mais conçue essentiellement pour être fonctionnelle. Et tout cela joue sur le mental des populations, tout cela ajoute au stress quotidien, tout cela contribue à la diminution de l’espérance de vie.

145Il n’est donc pas vain d’affirmer qu’il est urgent de s’arrêter pour réfléchir et concevoir une autre approche des problèmes de la violence, de l’insécurité et de la grande délinquance.

5. Conclusion

146L’observation et l’analyse ont montré la nécessité et même l’urgence d’une autre approche des problèmes de la violence et de la grande délinquance. Cette nouvelle approche devrait reposer sur des principes d’objectivité dans l’identification, la formulation et le traitement du phénomène. Et cela part de la vision et du traitement de la violence sociale ‘normale’ et surtout des conflits sociaux ‘ordinaires’, des conflits de travail inhérents à tout régime socio-économique surtout de type capitaliste comme c’est le cas du mode de développement choisi par la Côte d’Ivoire.

147Jusqu’à maintenant, le conflit du travail ou le conflit social a toujours été perçu dans son aspect le plus négatif par la classe dirigeante qui n’y voit aucune vertu. A partir de là, on a voulu le combattre par tous les moyens ; on y consacre, moins pour la prévention que pour la répression, la majeure partie des maigres moyens de lutte contre la violence. Une approche plus objective permettrait pourtant de voir que :

…‘loin d’être toujours un facteur’ négatif qui ‘déchire’ le tissu social et affaiblit les liens de la vie, les conflits sociaux peuvent contribuer de bien des manières au maintien des groupes sociaux et des strates sociales ainsi qu’à l’émergence de nouveaux groupements’ (LA. Coser : Les fonctions du conflit social PUF, Paris, 1982 : 10).

148C’est en cela que l’on peut affirmer que le conflit et l’ordre, la rupture et l’intégration, sont des éléments essentiels à la transformation, à la dynamique et donc à la survie de la société. Le conflit ne peut être exclu de la vie sociale dans la mesure où, comme le dit Max Weber, la paix n’est rien d’autre qu’un changement dans la forme du conflit ou dans l’esprit des antagonistes ou dans les enjeux du conflit ou finalement dans les hasards de la sélection. En prendre conscience est déterminant dans la gestion des conflits sociaux parce que cela permet un traitement plus serein et une thérapie plus efficace dans la mesure où, ayant identifié ses origines et établi ses relations dynamiques avec les autres faits de société, on est mieux à même de définir de la manière la plus pertinente les moyens de lutte non seulement pour la prévention mais aussi et surtout pour la médication. Il n’existe pas de société parfaitement harmonieuse ; une telle société serait une société figée, incapable de renouvellement et par conséquent rongée par un mal irrémissible, l’immobilisme, et donc vouée à une mort inéluctable ; sans contraires, le progrès n’existe pas et les conflits étant l’expression des contraires, ils sont les meilleurs remèdes pour tonifier la société, lui assurer sa cohésion et lui donner les conditions de sa survie. Le conflit, quand il n’est pas traité subjectivement et partialement, en plus d’avoir une vertu de régénération sociale, évite les accumulations inutiles de tensions. Parce qu’il est vitalisant, il empêche la société de se scléroser.

149Le traitement impartial du conflit conduit au traitement objectif de la violence, et cette approche permet d’identifier les relations étroites entre le niveau de développement économique et social et le développement de la délinquance ou de la violence. Ainsi les difficultés socio-économiques constituent un terreau fertile, un ferment de la délinquance et de la violence. En effet, parce qu’elles contribuent à les fragiliser davantage, elles font des maillons déjà faibles de la chaîne économique et du système social une armée de réserve certaine pour la délinquance, un potentiel sûr de violence. La meilleure prévention contre la violence, et cela semble être une vérité première, domieure l’amélioration des conditions de vie des plus faibles par leur intégration de plus en plus poussée au système social. Cette action d’intégration doit être pluridirectionnelle.

150Elle doit se faire non seulement en direction des jeunes ivoiriens, mais aussi en direction des étrangers en raison même de la structure de la population en Côte d’Ivoire. Les étrangers sont de plus en plus nombreux en Côte d’Ivoire ; le seuil de tolérance aussi bien au plan démographique qu’au plan sociologique est largement dépassé. En effet si l’on prend par exemple le cos des Burkinabé, ils sont 1 500 000 représentant à eux seuls environ 12 % de la population totale de la Côte d’Ivoire, ce qui est énorme ; 50 % de ce total sont nés en Côte d’Ivoire et ne connaissent pas leur pays d’origine ; 75 % sont analphabètes et constituent le maillon le plus faible de la chaîne économique, la plupart étant sans emploi et les autres souffrant d’un sous-emploi chronique ou exerçant une activité peu valorisante. Les intégrer devient donc une ‘ardente nécessité’.

151Cette intégration doit impérativement commencer par l’élaboration et l’application rigoureuse d’une politique réaliste d’immigration. Aucun pays au monde ne peut supporter l’afflux continuel d’étrangers ; et il le peut d’autant moins qu’il est lui-même confronté à une sévère crise socio-économique ; il faut donc sinon stopper le flux migratoire, du moins le freiner considérablement par un contrôle drastique. Ce contrôle ne peut se faire qu’avec une police des frontières opérationnelle, qui soit donc dotée de moyens adéquats et située à des endroits véritablement stratégiques contrairement à ce que l’on constate actuellement où la plupart des postes de police de frontière sont implantés à des dizaines de kilomètres des frontières réelles. Quand le flux migratoire est maîtrisé, on peut alors s’atteler à des tâches plus concrètes d’intégration de ceux qui auront été admis, dans les normes, à séjourner dans le pays. Cela pourrait se faire plus aisément avec la collaboration des pays d’origine des immigrants ; le combat contre la criminalité s’inscrirait ainsi dans une perspective régionale et ce combat bien mené augmenterait les chances de réussite des méthodes de lutte propres à chaque pays.

152Une autre condition de réussite de la lutte interne contre la délinquance et la criminalité violente serait d’assurer la cohésion des différents niveaux d’intervention ; la cohérence entre l’action policière et l’action judiciaire. Faute de cela, les effets de l’une peuvent être annihilés par les errements de l’autre. L’on pourrait alors s’acheminer vers une société où se développerait de façon inconsidérée la défense du droit subjectif au net détriment du droit positif désormais disqualifié aux yeux des populations. Certes, il y a toujours eu un affrontement subtil entre le droit positif et le droit subjectif. Mais quand la confrontation prend de telles proportions, quand on en arrive à de telles extrémités, il y a danger pour la société, danger d’explosion, danger de convulsions sociales.

Notes

1 Samir Amin, Le développement du capitalisme en Côte d’Ivoire, Editions de Minuit, Paris, 1973, pp. 32-33.

2 Félix Houphouët-Boigny, Message du Nouvel An 1968.

3 Dominique Couret, Abidjan en chiffres in Chroniques du Sud, n° 10, ORSTOM, mai 1993, p. 16

4 Un quartier d’Abidjan : étude démographique d’Adjamé, INADES, 1970.

5 Abidjan a perdu il y a quelques années cette fonction au profit de Yamoussoukro.

6 Institut National de Statistique, Recensement Général de la population et de l’Habitat 1988, caractéristiques Socio-économiques de la population, analyse des résultats définitifs, Abidjan, septembre 1992, p.42.

7 Alors qu’en 1975, seuls 29,18 % des Burkinabé vivant en Côte d’Ivoire sont nés sur place, en 1988, leur taux passe à 44,62 %.

8 La dévaluation de F CFA de 50 % le 11 janvier 1994 a été le remède du dernier recours.

9 A Abidjan, le langage des jeunes de la rue est appellé ‘nouchi’.

10 terme affectif dans le langage nouchi pour désigner les jeunes gens et jeunes filles versés dans la délinquance. ‘Bri’ est l’abréviation de brigand.

11 Fraternité-Matin, n° 8-935 du 26 juillet 1994, p.4, 5e colonne

12 Organe consultatif non officiel du PDCI, alors parti unique, qui était convoqué quand c’était nécessaire pour débattre des grands problèmes nationaux.

13 Fraternité-Matin du 14 novembre 1983, p.13.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Croissance de la ville d’Abidjan
Légende Source : Direction de la statistique, Analyse des données démographiques disponibles, Abidjan, 1984.
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 2. Répartition de la population africaine de la ville d’Abidjan
Légende Source : Recensement général 1975, agglomération du Grand Abidjan, avril 1978.
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/786/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau 3. Infractions criminelles du 1er Janvier au 31 Décembre 1989 (Ensemble Côte d’Ivoire)
Légende Source : Ministère de la Sécurité.
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/786/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 4. Evolution de la criminalité violente à Abidjan (1991-1992-1993)
Légende Source : Ministère de la Sécurité.
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/786/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 5. Evolution de la criminalité à Abidjan en 1993
Légende Source : Ministère de la Sécurité.
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/786/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteurs

Institut d’Ethno-Sociologie Université d’Abidjan

© IFRA-Nigeria, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540