Version classiqueVersion mobile

The Dilemma of Post-Colonial Universities

 | 
Yann Lebeau
, 
Mobolaji Ogunsanya

IV. Towards a Restructuring of Higher Education

Permissivité d’un espace de formation : Le cas de l’université de Dakar1

Boubacar Niane

Texte intégral

  • 1 Les principaux axes de réflexion de cette communication font partie d’une étude en cours et portant (...)

1A l’instar de l’Etat central, de plus en plus contourné dans l’espace de définition des orientations socio-économiques au profit de nouveaux segments pressentis et/ou favorisés par les règles de la transnationalisation, l’Université sénégalaise en général, et l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) en particulier, encore sous tutelle des pouvoirs publics, n’accuse-t-elle pas un retard stratégique par rapport aux enjeux de la formation supérieure nationale ? Sa restructuration en cours, au lieu d’être un processus d’autonomisation, de redynamisation, ne dévoile-t-elle pas plutôt des signes et repères d’un éclatement, d’un déclassement pouvant se percevoir à travers la relative déliquescence des organisations estudiantines traditionnelles, l’émergence de nouvelles organisations socio-culturelles restructurantes sur le campus, ou encore la place de plus en plus prépondérante du pôle privé dans l’espace de la formation supérieure ?

De la disqualification des pouvoirs publics

  • 2 Il y a une difficulté, voire une impossibilité à identifier une territorialité unique (juridique -t (...)
  • 3 Voir B. Niane. "L’élite sénégalaise face à l’international", in Broady D., Saint Martin (de) M., Pa (...)

2Quand Max Weber soutient que l’Etat se compose de l’ensemble des institutions détenant le ‘monopole de la violence’, Pierre Bourdieu note que l’Etat est le principe d’organisation du consentement, de l’adhésion aux principes fondamentaux de l’ordre social. Il serait le lieu neutre, le point de vue des points de vue. Si ces postulats ne sont plus vérifiés, ou le sont de moins en moins, n’est-on pas fondé à dire que l’Etat-nation disparait, dépérit, est disqualifié au profit d’une ou d’autres instances que sont notamment les ‘méta-Etats2 ou ‘trans-Etats’, relayés par des ‘segments nationaux’ qui adoptent des stratégies individuelles de formation s’imposant de plus en plus comme des modèles pertinents3 ?

Sous la guidance des transnationales

3Avec le processus de transnationalisation qui appelle à une sorte de dépassement des Etats-nations, et l’émergence de nouvelles supranationales, les méta-Etats adoptent une double stratégie d’étouffement et d’anticipation. L’étouffement revient à promouvoir des ‘centres de décision’ indépendants, du moins relativement autonomes par rapport au gouvernement central. En atteste cette conclusion d’une étude conjointe de l’USAID et de l’OCDE :

  • 4 USAID & Club du Sahel / OCDE, Démocratie et participation politique au Sahel la place de l’Educatio (...)

« Il est crucial de tenter des initiatives qui permettront de promouvoir la décentralisation de la volonté et de la capacité d’influer sur les décisions gouvernementales. ... Il faut que les personnes à l’extérieur de la classe, qui ne sont pas inscrites à l’ordre du jour des membres actuels, puissent participer à l’articulation des actions de l’Etat et, par définition, puissent devenir de nouveaux membres. Les donateurs doivent . . . minimiser les actions qui peuvent aider l’appareil d’Etat . . . c’est-à-dire que les donateurs devraient éviter autant que possible de soulager les contraintes budgétaires et, à l’intérieur de cette structure, devraient restreindre l’assistance destinée aux domaines qui semblent promettre que l’entité nationale pourrait jouer un rôle direct même dans des conditions de décentralisation maximale. »4

  • 5 M. Dia, "Développement et valeurs culturelles en Afrique subsaharienne", Finances et Développement, (...)

4De même, une étude de la Banque mondiale prône une stratégie assez explicite reposant sur « une prémisse incontournable, à savoir que l’Etat doit admettre que les décisions seront prises par l’ensemble de la société, souvent sans son contrôle. »5

  • 6 Une stratégie similaire d’anticipation et/ou de contournement est au fondement du développement de (...)

5Quant à l’anticipation, elle consiste en une appropriation-accommodation de certaines attentes et/ou aspirations des populations et des dirigeants. Les experts transnationaux développent une réelle aptitude d’assimilation en reprenant par exemple à leur compte le slogan ‘le pouvoir au peuple’ qui doit être impliqué, responsabilisé pour contribuer à son propre développement. La solution apparaît doublement gagnante. En effet, si du point de vue des principes, il est relativement difficile de s’y opposer, il n’empêche qu’en dernière analyse, elle est imaginée pour favoriser, faciliter le contrôle par les experts transnationaux, des affaires nationales et locales ‘déléguées’ à des agents ne disposant point encore des outils et instruments requis et valorisés dans le processus d’homogénéisation mondiale6.

  • 7 cf A. Mattelart, "Comment résister à la colonisation des esprits ?", Le monde diplomatique, n° 481, (...)

6Pour tout dire, il devient assez difficile de ne pas prendre en compte, par omission ou par abstention, l’interventionnisme direct ou indirect des transnationales dans toutes les sphères de la production universitaire et/ou professionnelle, dans la mesure où celles-là usent dorénavant de stratégies détournées pour influencer fortement les modes de pensée et d’action. Leur volonté de puissance, d’homogénéisation, passerait désormais par des procédures d’euphémisation relativement sophistiquées, dans un mouvement de balancier initié par ‘la dernière instance’ du nouvel espace mondial. En effet, dans leur recherche de ‘segments transnationaux’ (groupes d’individus qui, par delà les frontières nationales, partagent les mêmes valeurs, priorités, goûts, normes, etc), les dominants du ‘marché mondial’ oscillent constamment entre la logique de la globalisation et celle de la démassification généralisée7.

Des stratégies individuelles déterminantes

  • 8 Voir B. Niane, "le transnational, signe d’excellence", Actes de la recherche en sciences sociales, (...)

7Le rôle déterminant de la position sociale, du capital économique et culturel dans les stratégies de formation adoptées par les étudiants sénégalais à l’étranger devient maintenant plus visible et finit par ‘momifier’ les organismes officiels chargés de réguler, de coordonner et d’impulser la politique de formation des cadres, ou du moins par les reléguer vers un statut subalterne8. Dominé dans le champ de la formation, l’Etat semble plutôt s’adapter à une situation fortement influencée de l’extérieur, en prenant plus ou moins en charge un ‘produit fini’ constitué dans une forte proportion de diplômés en administration économique et financière (marketing, gestion d’entreprises, comptabilité, commerce banque, assurances, etc.), en ‘engineering’ (informatique, électromécanique, télécommunications, etc.) qui déferlent sur le marché de l’emploi. Le nombre sans cesse croissant des étudiants sénégalais sans bourses à l’étranger, suivant donc une formation non planifiée par l’Etat, est un indicateur assez probant de la position ‘désengagée’ des pouvoirs publics.

8Même si la France demeure le pays qui accueille encore le plus d’étudiants et de stagiaires sénégalais, le modèle nord-américain (Etats-Unis et Canada) devient de plus en plus attractif. Ceux qui choisissent d’aller dans ces derniers pays, disposent d’un fort capital social. D’origine socioculturelle relativement élevée, ils sont les ‘premiers à comprendre’ les renversements de tendance et à choisir en conséquence les filières les plus ‘nobles’ du moment. Autrement dit, ils sont comme l’avant-garde dans un pays où la valeur ‘marchande’ du diplôme est encore fortement déterminée par le fait qu’il soit obtenu à l’étranger. Ces étudiants, bien qu’ils puissent suivre des études économiques au Sénégal, préfèrent, s’ils en ont les moyens, investir dans le label étranger (surtout en sciences et techniques) qui accroît encore leur avance par rapport aux autres.

9La coopération-domination entre des pays développés et le Sénégal constitue un autre indicateur de la permissivité de l’espace national pour ne pas dire de la perte de contrôle de la formation des cadres par l’Etat, si tant est qu’il l’eut contrôlée réellement depuis l’Indépendance. La plupart des bourses pour l’étranger étant des ‘bourses de coopération’, c’est-à-dire mises à la disposition du Sénégal par des gouvernements étrangers, ce sont très souvent les pays ou les organismes donateurs qui ‘imposent’, selon une logique de concurrence, leurs secteurs privilégiés, même si les filières retenues recoupent quelquefois les préoccupations et les options du Sénégal en matière de formation.

10Au total, les nouvelles filières d’excellence et les pays étrangers choisis pour les études supérieures attestent d’un processus de formation de l’élite dans lequel le pôle techno-économique et managérial devient de plus en plus dominant. L’Etat, quant à lui, se "désengage" de ce processus, ou du moins est vaincu par des choix individuels surdéterminés par une logique "mondialisée" distillée par des organisations transnationales omniprésentes.

L’Université Cheikh Anta Diop (UCAD) : une vocation imprécise

  • 9 S. Niang (Recteur de l’UCAD), "Un espace de paix pour la réforme", Vœux de nouvel an au chef de l’E (...)

11Pour les décideurs universitaires et politico-administratifs, l’UCAD devrait être un « pôle d’excellence » contribuant de manière décisive « à l’élaboration du savoir et à l’épanouissement scientifique et culturelle des différentes composantes sociales de la Nation »9. Mais cette mission de participation à une large diffusion de la culture scientifique et technique, nécessaire au principe de tout véritable processus de développement, peut-elle se concevoir dans une université ‘éclatée’, plutôt hybride, qui n’est véritablement ni un espace de formation efficace, ni une institution de recherche pertinente ? En d’autres termes, l’UCAD n’apparaît-elle pas comme un espace permissif, relativement instable, avec notamment des étudiants esseulés et des enseignants vulnérables, fragilisés ?

12Analysant la situation de l’Education en Afrique subsaharienne, la Banque mondiale constate fort justement que :

  • 10 Banque Mondiale, L’Education en Afrique subsaharienne. Pour une stratégie d’ajustement, de revitali (...)

« le plus préoccupant est que, si les pays africains ne maîtrisent pas les disciplines scientifiques d’où naissent les progrès et les techniques permettant de les adapter en fonction des conditions et des problèmes locaux, ils verront sans doute leur échapper en grande partie - et devront en tout cas attendre plus longtemps - les avantages que le continent aurait pu en tirer. Des programmes universitaires de classe mondiale, aux niveaux de la recherche fondamentale et appliquée et du 3e cycle, sont le ferment de la maîtrise des sciences et des techniques, le préalable à une assimilation judicieuse des progrès foudroyants de savoir, la clé de l’indépendance intellectuelle de l’Afrique. Aussi est-il véritablement paradoxal qu’aucun des pays africains n’ait actuellement les moyens d’avoir de tels programmes, alors qu’aucun ne peut s’en passer à terme »10

13Mais paradoxalement, la même institution a retenu des solutions dont on voit mal comment elles peuvent réellement contribuer au développement de recherche. C’est ainsi qu’un des objectifs visés est la limitation des diplômés. Pour ce faire, il est préconisé :

  • 11 Banque Mondiale, ibid. p. 80.

« Une réduction plus que proportionnelle du nombre des admis dans l’enseignement supérieur ; celle-ci pourrait se faire par la combinaison de diverses mesures, par exemple, en renforçant les critères de sélection par l’institution d’examens d’entrée plus difficiles, en assujettissant l’octroi de bourses à des critères différents selon la région et la discipline ou même en établissant purement et simplement des quotas »11

  • 12 Cf. Pascal Bianchini. "L’université de Dakar sous ‘ajustement’. La Banque mondiale face aux acteurs (...)
  • 13 En dépit de l’opposition radicale de la plupart des enseignants et étudiants, ces mesures ont pu êt (...)
  • 14 Cf. Banque Mondiale (Département Sahel, Bureau Région Afrique), Revitalisation de l’enseignement su (...)

14Ces orientations de la Banque, quand bien même elles sont qualifiées d’« indications » que chaque gouvernement peut rejeter, sont devenues pour le Sénégal notamment, des mesures appliquées pour l’essentiel après une Concertation Nationale sur l’Enseignement supérieur (CNES)12 en 1992, suggérée et financée par l’institution de Bretton Wood. Ces mesures13 se justifiaient selon la Banque par des rendements internes et externes peu probants de l’université par rapport aux moyens mobilisés14.

  • 15 Ces pourcentages ont été calculés, pour les étudiants sénégalais, à partir des Statistiques scolair (...)
  • 16 Ces chiffres ont été calculés à partir des données fournies par les Statistiques scolaires et unive (...)
  • 17 Banque Mondiale, op. cit. (1992), p. iv.

15Une des caractéristiques de la formation à l’UCAD est la sur-concentration des étudiants dans les filières ‘classiques’, en particulier Lettres et Sciences humaines, au détriment des disciplines scientifiques. La filière Science et Techniques reste encore pour l’essentiel relativement moins développée que les autres même si on y note un accroissement absolu. En 1983, la répartition des effectifs de l’Enseignement supérieur par domaines d’études était la suivante : 60 % pour Lettres, Sciences humaines, Sciences économiques et juridiques, contre 40 % pour les Sciences et Techniques15. En 1988/89, le rapport est de 63,3 % pour la première catégorie et 36,7 % pour les Sciences16. En 1992, il n’y avait que 34,8 % d’étudiants en Sciences17. Les mêmes tendances persistent à ce jour.

16Les taux de déperdition notés à l’UCAD sont des indicateurs assez probants de la sélection/élimination, autre caractéristique de ce système universitaire. Les taux de réussite aux examens demeurent assez faibles :

  • 18 Banque Mondiale, op. cit., 1992, p. 6.

“Pour la période 1982-1987, les taux de passage en sciences humaines, en droit, en économie et en sciences sont particulièrement faibles, environ 25 % des étudiants en moyenne passant de première en deuxième année. La situation a même empiré ces dernières années. En juillet 1990, les taux de passage à la première session d’examen étaient de 5 % en biologie, 17 % en sciences humaines, 5 % en philosophie, 10 % en espagnol et 19 % en histoire”18.

  • 19 Calculés à partir des données fournies par les Statistiques scolaires et universitaires. M.E.N, 198 (...)

17Ceci procéderait, d’une part du niveau relativement faible des bacheliers, admis à l’université sans véritable sélection ni orientation, et d’autre part du taux d’encadrement des étudiants qui a notablement baissé. A la Faculté des Sciences par exemple, le taux d’accroissement annuel moyen des professeurs pour la période 78-79 était de 6,9 tandis qu’il est, pour les étudiants et ceci durant la même période, de 11.219. En clair, cela signifie que chaque professeur prend en charge de plus en plus d’étudiants. L’efficacité de la formation dans un cursus où les travaux dirigés et les travaux pratiques ont une importance nodale, ne peut que s’en ressentir. Cet état de fait s’est non seulement amplifié, mais concerne aujourd’hui presque toutes les facultés de l’UCAD.

18Le manque de débouchés après une formation diplômante est un autre indicateur du ‘spleen’ des étudiants de l’UCAD.

  • 20 Banque Mondiale, op. cit. (1992), p. iv.

« L’offre globale de diplômés de l’université dépasse la demande (....). En 1984, on comptait 820 diplômés de l’université inscrits au chômage. Aujourd’hui, il y aurait, selon diverses estimations, entre 2 000 et 3 000 diplômés de l’enseignement supérieur en chômage. La situation risque de se détériorer davantage dans les années à venir. »20

  • 21 Voir B. Niane, "L’Université de développement et de recherche : cas du Sénégal", Afrique Espoir, Da (...)

19La capacité, l’aptitude de l’UCAD à être un pôle de recherche performant21 peut véritablement s’analyser, se mesurer en dehors d’une part de son degré d’autonomisation par rapport aux instances politico-administratives et d’autre part, sans tenir compte de sa place dans l’espace de recherche sénégalais et international.

20L’Assemblée générale de l’UCAD qui devrait être l’instance d’impulsion et de confirmation de l’autonomie universitaire reste encore sous domination des pouvoirs gouvernementaux quand bien même des avancées peuvent être notées. Même si l’UCAD reste une des institutions sénégalaises auxquelles est dévolue la recherche, elle occupe présentement une position non prépondérante. Ceci procède davantage de manque de moyens financiers et/ou d’une politique cohérente, que de potentiel humain.

  • 22 Banque Mondiale, op. cit. (1992), p. v.

21Bien que les enseignants les plus dynamiques participent de fait aux activités de recherche à titre individuel, peu de programmes de recherche sont organisés au niveau institutionnel. Le nombre de publications émanant des chercheurs sénégalais est resté inchangé entre 1975 et 1985, alors que le nombre de chercheurs a doublé au cours de cette période. Les activités de recherche passées et en cours ont eu un impact de développement relativement marginal.22

22En l’absence d’une coordination des projets de recherche qui demeurent pour la plupart individuels et monodisciplinaires d’une part, et à défaut de la définition par l’UCAD, d’une politique de recherche en rapport avec les spécificités sénégalaises d’autre part, les enseignants-chercheurs, dans leurs contacts avec l’étranger, ne peuvent être que des dominés.

23En conséquence de tout cela, les risques de canalisation, d’extraversion, voire de vassalisation de la recherche sont certains du fait de l’étroite dépendance financière de l’université vis-à-vis d’organismes contrôlés ou mis en place par des sociétés transnationales et qui de ce fait ‘orientent’ les thèmes de recherche. Comme le fait remarquer Herbert I. Schiller,

  • 23 H.I. Schiller, "Le citoyen sous le rouleau compresseur des firmes de la communication", Le monde di (...)

« ... sont également touchés par cette omniprésence des critères commerciaux les chercheurs et les scientifiques - une communauté mondiale en voie d’extinction - car ils dépendent désormais de la volonté d’appropriation de leurs découvertes par les groupes qui ont financé les laboratoires publics ou universitaires ... »23

  • 24 La ‘fonction service’ instituée depuis quelques années pour pallier le manque de moyens, peut const (...)

24Sous ce rapport, il est à noter la place de plus en plus prépondérante de transnationales comme la Fondation Ford (multinationale de la recherche) ou le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) dans le financement de projets de recherche universitaires au Sénégal24.

25Comme on peut le constater, il existe plusieurs facteurs handicapants pour les enseignants-chercheurs de l’UCAD qui apparaissent relativement fragiles sur le marché universitaire internationalisé et pour les étudiants qui, en l’absence de perspectives, ne manqueront pas de chercher d’autres repères.

De l’avant-garde à l’ajustement

  • 25 Voir A. Bathily, Mai 68 à Dakar ou la révolte universitaire et la démocratie, Paris, Chaka, 1992.

26A n’en pas douter, le mouvement syndical étudiant a été une force assez déterminante dans l’histoire sociale de l’UCAD. En 1968 notamment, il a joué un rôle assez prépondérant dans l’espace socio-politique sénégalais25. Les organisations estudiantines représentatives, quand bien même elles n’ont pas toujours été reconnues formellement par les pouvoirs publics, n’en ont pas moins été des interlocutrices de ces derniers en cas de négociations. Cependant, force est de constater que depuis le début des années 90, ce mouvement a relativement perdu de son aura. S’il n’est pas en déliquescence, il est en voie d’être supplanté par d’autres formes d’organisations, de regroupements relativement mobilisateurs et qui constituent une sorte de ‘valeur refuge’.

S’accommoder d’un hérétisme

27Si de 1960 à la fin des années 80, tout regroupement hors de la mouvance du syndicalisme estudiantin était fortement suspecté, décrié et rejeté comme hérétique par les étudiants, on assiste maintenant à l’émergence de nouvelles organisations disqualifiantes et restructurantes autour de nouvelles valeurs que sont par exemple la foi religieuse ou la solidarité villageoise. Les regroupements villageois d’entraide et les dahiras (regroupements sur la base de l’appartenance à une confrérie islamique), prennent de plus en plus le pas sur le syndicalisme étudiant classique et sur les mouvements affiliés à des organisations politiques. Ces derniers, bien que toujours présents sur le campus, sont de moins en moins visibles.

28Par contre, avec les difficultés de la vie, sur le campus en particulier, qui se traduisent par des problèmes d’hébergement, de restauration, de transport notamment pour les nouveaux venus, les ‘associations des ressortissants de ...’ qui se développaient plutôt en ville pour raffermir les liens de solidarité, font dorénavant légion sur le campus. Leur nombre sans cesse croissant et leur champ d’activités relativement large (soutiens matériel, moral, administratif -investissements pour le terroir d’origine - manifestations socioculturelles) leur confèrent un statut de plus en plus prépondérant. Sous ce rapport, il est assez symptomatique que par exemple la C.E.D (Coordination des Etudiants de Dakar), structure ‘classique’, ait décidé, lors de la fermeture du campus social et de l’expulsion des étudiants en 1994, de continuer la mobilisation pendant les vacances à travers les associations villageoises. C’est dire qu’à défaut de pouvoir les domestiquer, les ‘anciens dominants’, en signe de reconnaissance, en font des alliés.

Un nouveau paradigme ?

29Ne peut-on pas postuler que cette nouvelle dynamique, cette restructuration du champ universitaire, avec une recomposition des forces, une redéfinition des enjeux est articulée, dans une large mesure à l’émergence d’un nouveau paradigme que serait l’informel comme stratégie de déviance, de rupture par rapport à l’Etat en général, à l’Université en particulier ?

30La ‘faillite des Etats centraux’ en Afrique avec comme corollaire un mal développement, ne pouvait que générer des ‘laissés pour compte’ obligés de développer des stratégies de survie, pour ne pas dire de revanche. Si l’on fonde l’histoire sociale de l’informel sur les crises de l’Etat et du mode de reproduction sociale, on perçoit aisément que ce nouveau champ constitue un espace d’émergence, de promotion (voire de domination), de revanche des ‘exclus’, du ‘non Etat’.

  • 26 Ce que soutient d’une certaine manière J. Goldsmith, homme d’affaires britannique dans son "Eloge d (...)

31Dans ce nouvel espace, les agents développent des stratégies fondées sur l’occupation d’un secteur non investi par l’Etat et/ou ses démembrements. Les ‘frustrés’ (déclassés de l’Institution scolaire et universitaire) s’engouffrent dans des espaces où l’Etat a fait faillite (exemple du mouvement du ‘set setal’ -investissements humains pour une amélioration du cadre de vie dans les quartiers). Il en va de même, quand par exemple, sur le marché de l’expertise, les méta-Etats misent sur des agents dotés de valeurs ‘nobles’ que sont la variabilité, la ‘changeabilité’ de la compétence ou de la posture qui doit être un capital à ‘géométrie variable’ tant du point de vue géographique que du contenu, exprimé plutôt en termes de fréquence que d’amplitude26, ou qu’ils encouragent ceux qui peuvent constamment inventer de nouveaux paradigmes reposant essentiellement sur l’ambivalence, l’ambiguïté, non seulement au niveau théorique, mais aussi au niveau des pratiques et des comportements. L’informel semble retenir, entre autres valeurs et médiations de réussite : i) ne point se presser dans le processus d’accumulation ; ii) prendre tout bénéfice, si minime soit-il ; iii) paraître ignorant, innocent pour réussir ou gagner.

32Pour tout dire, l’informel se positionnerait comme le dernier rempart face à l’omniprésence des transnationales. En cela, des comportements, organisations, etc. dérivés de ses principes fondateurs peuvent constituer, des références, ou en tout cas des alternatives possibles et rentables.

Emergence du secteur privé

33Un autre facteur de la baisse de notoriété de l’UCAD pourrait être trouvé dans l’émergence d’institutions privées dans l’espace de l’enseignement supérieur. Le processus de formation des cadres sénégalais laisse apparaître la filière techno-économique et manageriale, comme le pôle d’excellence que l’Etat contrôle de moins en moins au profit d’organisations transnationales s’appuyant, “instrumentalisant” des agents indigènes engagés dans des stratégies privées. Autrement dit, il se développe dans ce sous-champ de formation, une concurrence public/privé à l’avantage du second et traduite notamment par la présence assez récente (1993) de “Business schools” privées parmi les institutions de formation de hauts cadres.

  • 27 Voir B. Niane, " Des énarques aux managers. Mécanismes de promotion au Sénégal", Actes de la recher (...)
  • 28 Cf B. Niane, "De la facticité d’un pouvoir - L’alternative à l’Etat central", Formation des élites (...)

34La multiplication des écoles -privées- de gestion de la deuxième génération, après la création en particulier du CESAG, de l’IDEP, du COFEB par des institutions transnationales27, correspond sensiblement à la période de “libéralisation” des économies des pays en voie de développement notamment, fortement suggérée par le FMI et/ou la Banque mondiale, et dont un des corollaires demeure la disqualification de l’Etat central.28

35Elles adoptent pour la plupart des appellations françaises telles que “sup de Co”, ESG, avec un contenu de formation assez américanisé. De surcroît, elles essayent de coopter, dans leurs comités scientifiques et/ou de parrainage, des Sénégalais et/ou Africains enseignant ou anciennement formés aux USA, au Canada. Ces écoles cherchent ainsi une reconnaissance, un label nord-américain , ou plus exactement une exterritorialité synonyme d’excellence.

  • 29 Voir B. Niane, "Les effets de l’internationalisation sur les écoles de gestion", Table ronde du col (...)

36Ici, on peut valablement postuler qu’il existe un système peut-être différencié -mais tout aussi omniprésent et efficace- pour distiller au niveau de ces institutions de formation les modèles ennoblis par les transnationales29. En effet, la circulation -tant du point de vue du profil de formation que du parcours professionnel- des experts dans les écoles ‘internationalisées’ de gestion en l’occurrence, les séminaires et rencontres suscités ou encouragés par les multinationales et sur des thèmes d’intérêt pour des écoles de gestion qui se veulent performantes dans un espace de forte concurrence, permettent de créer des conditions de permissivité, de réceptivité, donc d’‘instabilité’ qui facilitent bien une imposition. En clair, les formateurs et étudiants des écoles de gestion deviennent consciemment ou inconsciemment des ‘relais’ d’un modèle adaptable mais qui n’en demeure pas moins omnipotent. Les méta-Etats, tout en restant la ‘dernière instance’, tisseraient ainsi une ‘nébuleuse’, un ordre pyramidal avec plusieurs paliers, et dont une des fonctions demeure le brouillage, ou du moins l’atténuation d’une imposition au fondement même de leur essence. En d’autres termes, il va se constituer comme un lieu géométral de consécration, de légitimation, très proche des institutions de Bretton Woods, des méta-Etats qui distillent et contrôlent les modèles réputés pertinents.

37En cherchant à entrer dans un réseau de reconnaissance mutuelle, les écoles privées de gestion du Sénégal ne font que se mettre en orbite pour espérer un ennoblissement. Du coup et au total, il apparaît que les écoles de formation, aussi bien parapubliques que privées, en adoptant, grâce notamment à ‘ceux qui ont vite compris’, le modèle nord-américain comme nouveau système de référence dans la formation de haut niveau, contribuent au dessaisissement -dans le domaine de la formation des cadres- de l’Etat local, de l’Université publique, au profit d’organismes transnationaux ou internationaux. Cette domination fonctionne grâce notamment à l’internationalisation du marché scolaire où sont dorénavant promus, légitimés, ceux qui disposent d’une ‘identité internationale’ disqualifiant toute posture qui n’intègre pas la nouvelle culture : la logique transnationale.

38Cependant, bien que satellisées, les écoles privées de formation supérieure n’en continuent pas moins d’occuper une place prépondérante dans l’espace sénégalais de formation, notamment en ce qui concerne l’économie, les finances, les techniques managériales, etc. La quasi inexistence d’un contrôle pédagogique des écoles privées de gestion par les services compétents des pouvoirs publics ne peut que renforcer leur développement dans le sillage des valeurs et principes du marché international de la formation.

39Pendant que le privé, dans l’espace de formation supérieure, opère avec des références ennoblies comme le ‘transnational’, l’université publique continue de revendiquer un ‘national’, signe d’un retard stratégique, tout en se référant inconsciemment au transnational et en cherchant à bénéficier de ses opportunité financières.

A la recherche du ‘honey pot’

40En voie d’être surclassée par l’informel et le privé, l’UCAD semble vouée à un ‘ajustement’ instable. Elle doit d’une part contenir, neutraliser une certaine instrumentalisation par les transnationales, et d’autre part éviter les effets pervers d’une recherche du honey pot pour combler son déficit en moyens matériels et financiers.

41Ne disposant pas d’une orientation stratégique propre et pertinente, l’UCAD, ses acteurs en particulier, peuvent faire l’objet d’une instrumentalisation. En témoigne la préparation de la Concertation Nationale sur l’Enseignement Supérieur (CNES). prélude à des réformes profondes envisagées par la Banque mondiale. Pour être ‘doublement gagnante’, cette dernière opta pour une expertise constituée essentiellement d’universitaires sénégalais en vue de rédiger un rapport avec des recommandations. Toutefois, un choix stratégique était posé aux consultants dès le départ : une université pour la formation ou une université pour du social. A l’évidence, la première alternative s’imposait. Dès lors, les déclinaisons faites ne pouvaient que privilégier des solutions allant dans le sens souhaité par la Banque (voir plus haut), ne laissant à la Concertation nationale que l’option de la validation, moyennant quelques retouches.

42En instituant la fonction service’ qui permet à des institutions universitaires de générer des moyens financiers -grâce à des contrats avec tiers- pouvant être utilisés pour le fonctionnement des structures et/ou pour motiver les enseignants-chercheurs, les autorités compétentes ont voulu donner une impulsion certaine à l’UCAD. Mais compte tenu de l’état peu reluisant de l’UCAD, des salaires considérés comme relativement bas par les enseignants, il y a de réels risques de vassalisation : tout contrat pourrait être signé, pourvu qu’il rapporte des moyens à l’institution et à ceux qui l’exécutent.

  • 30 Voir B. Niane, Des instituteurs aux énarques : l’Ecole normale de William Ponty, l’Ecole normale su (...)

43Faute d’avoir évité ces deux risques, l’UCAD en particulier, prit un deuxième retard stratégique - après le refus des étudiants d’entrer à l’Ecole Nationale d’Administration en 1960 sous prétexte qu’elle était d’essence néo-coloniale30 -dans ses options de développement et de positionnement dans le champ du pouvoir au Sénégal.

44Face aux deux paradigmes que sont d’une part les valeurs des transnationales et d’autre part celles prônées par l’informel qui apparaît de plus en plus comme une alternative, les agents sociaux de l’UCAD sont devenus des personnages nietzschéens, obligés de créer pour survivre. Ils ne peuvent se soustraire à la définition, à l’adoption d’un référentiel de sortie de crise, de revalorisation de l’image et de la place d’une institution de formation pour pays en voie d’émergence.

English Summary

45Boubacar Niane’s presentation is part of a more general research on the struggle for influence among national and transnational institutions. Its highly original point of view attempts to go beyond the regular opposition between the State and the university to discover other perspectives which show that the situation is far more complex than is generally imagined.

46Niane shows that there are other forces which are developing and seeking to progressively bypass the State’s influence. This abdication by the State goes hand in hand, understandably, with a declassification of the university, since both are connected to each other.

47The forces involved in bypassing the State include what Niane calls meta-states such as the World Bank or the IMF, and a host of individual strategies. This is typified by the case of students without government scholarships who go to the United States to study and return with ideas which they then diffuse within the society. Now, the granting of scholarships is being done more and more by transnationals.

48The strategies for bypassing the State are seconded by what the author terms ‘the informal’, which is a strategy employing a semi-passive kind of resistance to the State : an ‘ill-will’ which is camouflaged under an air of innocence and ignorance ; a philosophy of slow progression accompanied by an almost systematic abandonment of official networks, only to have them set up again elsewhere.

Notes

1 Les principaux axes de réflexion de cette communication font partie d’une étude en cours et portant sur la restructuration de l’Enseignement supérieur au Sénégal.

2 Il y a une difficulté, voire une impossibilité à identifier une territorialité unique (juridique -technologique) pour ces instances qui mettent en place de nombreuses interrelations, interconnexions brouillant fortement toute visibilité de leur omniprésence.

3 Voir B. Niane. "L’élite sénégalaise face à l’international", in Broady D., Saint Martin (de) M., Palme M. (eds), Les Elites. Formation, reconversion, internationalisation. Actes du colloque de Stockholm (24-26 sept. 1993) Paris, CSEC, EHESS, Stockholm : FUKS, Lärarhögskolan, 1995.

4 USAID & Club du Sahel / OCDE, Démocratie et participation politique au Sahel la place de l’Education, 20/8/92, p. 2

5 M. Dia, "Développement et valeurs culturelles en Afrique subsaharienne", Finances et Développement, vol. 28, 4, déc. 91, pp. 10-13.

6 Une stratégie similaire d’anticipation et/ou de contournement est au fondement du développement de la scolarisation des filles dans des pays comme le Sénégal.

7 cf A. Mattelart, "Comment résister à la colonisation des esprits ?", Le monde diplomatique, n° 481, avril 1994, pp. 28-29.

8 Voir B. Niane, "le transnational, signe d’excellence", Actes de la recherche en sciences sociales, Paris, 95, déc 1992, pp. 13-25.

9 S. Niang (Recteur de l’UCAD), "Un espace de paix pour la réforme", Vœux de nouvel an au chef de l’Etat, Le soleil, 2 janv. 91, p. 9

10 Banque Mondiale, L’Education en Afrique subsaharienne. Pour une stratégie d’ajustement, de revitalisation et d’expansion, Washington DC, 1988, p. 74.

11 Banque Mondiale, ibid. p. 80.

12 Cf. Pascal Bianchini. "L’université de Dakar sous ‘ajustement’. La Banque mondiale face aux acteurs universitaires sénégalais".

13 En dépit de l’opposition radicale de la plupart des enseignants et étudiants, ces mesures ont pu être avalisées grâce entre autres, à la stratégie ‘valorisation de l’expertise locale’ adoptée par la Banque au moment de l’audit de l’Enseignement supérieur (cf. plus bas).

14 Cf. Banque Mondiale (Département Sahel, Bureau Région Afrique), Revitalisation de l’enseignement supérieur au Sénégal : les enjeux de la Réforme, mars 1992.

15 Ces pourcentages ont été calculés, pour les étudiants sénégalais, à partir des Statistiques scolaires et universitaires du M.E.N, 1988/89, pp. 116-117.

16 Ces chiffres ont été calculés à partir des données fournies par les Statistiques scolaires et universitaires, M.E.N, 1988/89, pp. 116-118.

17 Banque Mondiale, op. cit. (1992), p. iv.

18 Banque Mondiale, op. cit., 1992, p. 6.

19 Calculés à partir des données fournies par les Statistiques scolaires et universitaires. M.E.N, 1988/89. pp. 116-118.

20 Banque Mondiale, op. cit. (1992), p. iv.

21 Voir B. Niane, "L’Université de développement et de recherche : cas du Sénégal", Afrique Espoir, Dakar, n°3, Avril-juin 1991, pp. 14-16.

22 Banque Mondiale, op. cit. (1992), p. v.

23 H.I. Schiller, "Le citoyen sous le rouleau compresseur des firmes de la communication", Le monde diplomatique, 443, fév. 91, pp. 26-27.

24 La ‘fonction service’ instituée depuis quelques années pour pallier le manque de moyens, peut constituer un haut risque de vassalisation de la recherche. Cf. plus bas.

25 Voir A. Bathily, Mai 68 à Dakar ou la révolte universitaire et la démocratie, Paris, Chaka, 1992.

26 Ce que soutient d’une certaine manière J. Goldsmith, homme d’affaires britannique dans son "Eloge du déprédateur", in Le monde diplomatique, mai 1995. p. 20.

27 Voir B. Niane, " Des énarques aux managers. Mécanismes de promotion au Sénégal", Actes de la recherche en sciences sociales, Paris, n° 86/87, Mars 1991, pp. 44-57.

28 Cf B. Niane, "De la facticité d’un pouvoir - L’alternative à l’Etat central", Formation des élites et culture transnationale. Colloque de Moscou, 27 avril - 1er mai 1996 (Ed. D. Broady, N. Chamatko, M. de Saint Martin), CSEC, EHESS / SEC, ILU, Université d’Uppsala, 1997, pp. 271- 282.

29 Voir B. Niane, "Les effets de l’internationalisation sur les écoles de gestion", Table ronde du colloque “Les écoles de gestion et la formation des élites” Information sur les sciences sociales, SAGE Publications, Londres, vol. 37, 1, mars 1998, pp. 183-189.

30 Voir B. Niane, Des instituteurs aux énarques : l’Ecole normale de William Ponty, l’Ecole normale supérieure, l’Ecole nationale d’administration dans le processus de formation de la classe dirigeante au Sénégal, Paris, Thèse de doctorat, EHESS, 1987.

© IFRA-Nigeria, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search