Version classiqueVersion mobile

The Dilemma of Post-Colonial Universities

 | 
Yann Lebeau
, 
Mobolaji Ogunsanya

III. Facing a New Institutional and Economic Environment: Strategies for coping among university students and staff

Étudier à l'étranger aux frais d'un État en Crise : Le cas des étudiants nigériens

Boubacar Issa Abdourahmane

Texte intégral

  • 1 Le Niger a été successivement dirigé par un régime civil à parti unique (1960-1974), ensuite un rég (...)
  • 2 Voir Tedga (J-P.M.), Enseignement supérieur en Afrique Noire Francophone : la catastrophe ?, Paris, (...)
  • 3 Ces mobilisations ont été initiées et conduites par l'Union des Scolaires du Niger (U.S.N) dont la (...)

1Le Niger, après plus de trente années de régimes autoritaires1, a engagé au début des années 90, des réformes institutionnelles dans le sens d'une libéralisation de la scène politique. Celles-ci visaient à apporter des réponses aux multiples crises sectorielles qui affectaient les institutions publiques. Parmi ces dernières, l'Ecole occupe une position centrale. Comme un peu partout en Afrique2, cette institution a été au Niger le baromètre de la faillite avérée du fonctionnement de l'Etat. Les mobilisations3 des étudiants et élèves, qui ont structuré en partie la revendication démocratique dans ce pays, ont révélé au grand jour le malaise du système éducatif. La crise était particulièrement accentuée au niveau de l'enseignement supérieur. La capacité d'accueil de l'université de Niamey, estimée à 3 000 places seulement, l'allocation irrégulière des ressources pour le fonctionnement de l'institution universitaire, le paiement des bourses aux étudiants et des salaires des enseignants, ont été les enjeux déterminants de l'opposition entre l'Etat et les autres acteurs du système éducatif. L'un des problèmes majeurs à résoudre concernait la demande massive d'accès à une formation supérieure des jeunes bacheliers et autres diplômés en quête de formation de 3e cycle.

2Dans la mesure où l'offre d'éducation au niveau du supérieur, en termes de capacité d'accueil, n'a pas été adaptée à une demande exponentielle, du fait entre autre de la croissance démographique, l'Etat nigérien a choisi comme solution d'orienter une partie de ces demandeurs d'accès à l'Université vers des institutions de formation à l'étranger. Il faut tout suite préciser que cette option n'était ni nouvelle, ni spécifique ; beaucoup de pays africains dotés d'institutions universitaires nationales de faible capacité y ont recours. L'Université de Niamey ne date que de 1973 et les facultés ont été mises en place progressivement. En dehors de celles de médecine et d'agronomie, qui disposent de formation de 3e cycle, les autres ne dispensent que des enseignements limités au niveau de la maîtrise (BAC+4). Aussi, les premiers diplômés nigériens du niveau supérieur ont-il reçu leur formation à l'extérieur.

  • 4 Voir World Bank (1988), Education in Sub-Saharan Africa : policies for ajustment, revitalisation an (...)

3En revanche, la nouveauté tenait au contexte dans lequel l'Etat nigérien a choisi de privilégier cette politique d'orientation des étudiants vers l'étranger à partir des années 1990. Quatre facteurs méritent d'être soulignés : (1) la grande diversité des destinations de ces étudiants avec une grande concentration dans les pays de la sous-région ouest africaine ; (2) le contexte de crise financière profonde marquée par l'incapacité de l'Etat à assurer les dépenses dites de "souveraineté", en particulier les salaires et bourses ; (3) l'engagement de L'Etat à mettre en œuvre avec l'appui de la Banque Mondiale4, le "Projet Education III" dont la philosophie générale visait à encourager l'éducation de base au détriment de l'université jugée trop coûteuse et peu productive ; (4) enfin, la tension dans les relations entre l'Etat et certains acteurs sociaux convaincus d'être les perdants de la politique de réforme du secteur éducatif (étudiants et enseignants).

4Le Ministère de l'Enseignement Supérieur évalue en juillet 1997 à 2127 le nombre d'étudiants boursiers de l'Etat qui suivent une formation en dehors du pays sur un total de 5 550 étudiants, soit une proportion de 40 %. Ce chiffre pourrait être interprété comme un signe du souci de l'Etat de répondre favorablement à la demande de formation supérieure malgré les faibles capacités d'accueil au niveau local. Cependant une telle interprétation est mise en échec dès que l'on porte un pour la grande majorité, les déboires débutent avec le départ pour l'étranger et se poursuivent durant tout le séjour, du fait du versement irrégulier des bourses et autres frais d'études normalement à la charge de l'Etat. De plus, la possibilité de trouver un emploi au Niger après l'obtention du diplôme s'avère très hypothétique depuis quelques années. Aussi, la question se pose aujourd'hui de savoir ce qui pousse les étudiants vers des études à l'étranger dans des conditions précaires pour des lendemains incertains ?

5L'objectif de l'article vise d'une part à décrire des conditions de vie de ces étudiants à l'étranger et, d'autre part, à montrer comment ces conditions ont affecté et continuent d'affecter les relations entre pouvoir politique et étudiants, cela dans un contexte de plus en plus marqué par le désengagement de l'Etat.

L'orientation des étudiants à l'extérieur

6Il importe de noter que la procédure d'orientation des étudiants à l'étranger comporte de multiples étapes. Elle débute par la session de la Commission Nationale des Bourses (CNB) et s'achève par l'inscription effective de l'étudiant dans l'institution d'accueil.

La Commission Nationale des Bourses

7La procédure par laquelle l'Etat attribue une bourse à un étudiant afin qu'il puisse suivre une formation à l'étranger est en principe la même pour tous, quel que soit le niveau et le lieu de la formation. C'est la CNB, qui examine chaque année, au cours d'une session principale, les demandes des candidats. Placée sous l'autorité du Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, cette commission comprend des représentants de la Présidence, de la Primature, des ministères, ainsi que de la société civile, notamment les parents d'élèves et les étudiants organisés au sein de l'Union des Scolaires du Niger (USN).

  • 5 Thierry Vincent, « l'Enseignement Supérieur en Afrique : un besoin de réforme », MFI, 23 mars 1995.

8Dans une première phase, la CNB, examine les dossiers cas par cas, au sein de trois sous-commissions : la sous-commission « nouveaux bacheliers », la sous-commission « renouvellement des bourses », la sous-commission « poursuite d'études et transferts ». Pour les nouveaux bacheliers en plus de l'attribution de la bourse, la commission détermine aussi la filière de formation universitaire, soit en confirmant le choix du candidat, soit en proposant un autre cursus. Malgré les tentatives de la commission d'encourager les filières scientifiques en assouplissant les moyennes pour l'attribution de la bourse, on constate une prépondérance des filières telles la littérature, les sciences juridiques et économiques.5

  • 6 Ce fut le cas lors de la session de la Commission Nationale d'Orientation et d'Attribution des Bour (...)

9Au terme de cette première étape, les conclusions de la Commission sont transmises au Ministre de l'Enseignement Supérieur pour approbation. Cette étape a souvent donné lieu à de vives contestations de la part des étudiants, qui s'opposaient aux modifications des conclusions de la Commission par le Gouvernement. Ce dernier n'a en effet pas hésité, par le passé, à remettre en cause les travaux de la Commission en réduisant le nombre des bénéficiaires de bourses pour respecter les limites budgétaires convenues avec les bailleurs de fonds. Afin de prévenir ce type de conflit avec les étudiants, le Gouvernement détermine désormais les critères d'attribution des bourses seulement après avoir procédé à une estimation de l'impact financier du taux de succès aux examens du baccalauréat. Les critères ainsi "confectionnés" sont rendus publics le jour même de l'ouverture de la session de la CNB.6

  • 7 Pour une illustration de cette instabilité, voir Aboubacar Jazy Souleymane, « L'Université de Niame (...)
  • 8 Les Enseignants de L'Université Abdou Moumouni de Niamey sont organisés dans le cadre du SNECS (Syn (...)

10Une fois la liste des bénéficiaires de la bourse établie, la sélection des candidats à orienter à l'extérieur relève de la compétence exclusive du Ministère de l'Enseignement Supérieur. A ce niveau, les agents de ce Ministère font l'objet de multiples sollicitations de la part des parents d'étudiants qui souhaitent envoyer leurs étudiants à l'étranger pour leur éviter l'inscription à l'université de Niamey, considérée comme peu fiable7. Depuis une dizaine d'années, celle-ci est en proie à une instabilité chronique, caractérisée par des mots d'ordre de boycott des cours de la part des étudiants, mais aussi des mouvements de grève observés par les enseignants8 et le personnel technique. En 1990 et en 1994, les affrontements violents entre les forces de l'ordre et les étudiants ont causé la mort de quatre étudiants. Au total, entre 1990 et 1998, l'Université a connu dans sa très grande composante trois années blanches : 1989-1990, 1992-1993, 1995-1996.

Tableau 1 : La Commission Nationale des Bourses

Tableau 1 : La Commission Nationale des Bourses
  • 9 C'est le cas notamment de la Côte d'Ivoire, du Mali, du Nigeria et du Sénégal.

11Cette instabilité, n'est pourtant spécifique à l'université de Niamey, d'autres institutions de la sous-région, où sont orientées les étudiants nigériens, ont connu des problèmes similaires.9

Le départ à l'étranger

12Pour de nombreux étudiants, le départ à l'étranger revêt de multiples fonctions sociales. Il constitue en premier lieu une opportunité d'émancipation de la tutelle des parents, ensuite l'occasion de découvrir un autre pays et enfin un moyen de pouvoir continuer les études entreprises depuis de longues années.

13L'acheminement des étudiants dans la sous-région ouest africaine se fait par la voie terrestre et les frais sont à la charge du Ministère. Les autres destinations sont aussi à la charge de l'Etat qui délivre des titres de transport aux étudiants, mais le retard pris dans la remise de ces billets d'avion, oblige très souvent les étudiants qui en ont les moyens à les avancer eux-mêmes pour éviter tout retard pris sur les programmes, et ce, en espérant un remboursement des frais engagés.

Les étudiants nigériens dans le monde : les grandes tendances

  • 10 II faut préciser que cette estimation ne concerne ni les étudiants qui suivent une formation à leur (...)
  • 11 Les principales sont : la base de données de l'Unesco et des articles de presse au Niger et à l'étr (...)

14En octobre 1998 à l'occasion de l'annonce d'une mesure de réduction des bourses, le Ministère de l'Enseignement Supérieur a estimé à 2127 le nombre total des étudiants boursiers à l'extérieur10 sans fournir de précision sur leur répartition exacte par pays. Depuis plusieurs années, le problème de la maîtrise de l'effectif réel des boursiers à l'étranger (et donc de l'opacité des attributions) a été évoqué aussi bien par l'administration que les étudiants. Des missions de pointage ont été envoyées sur le terrain, mais les résultats n'ont pas été à la mesure des attentes. Les autorités au plus haut niveau politique admettent l'existence de ce problème, mais la rétention Jes données disponibles par le Ministère ne facilite guère une transparence dans ce domaine. Il arrive très souvent que les listes de boursiers ne soient pas les mêmes au niveau des diverses administrations concernées : Enseignement Supérieur, Ministère des Finances et Trésor Public. Dans ces conditions, obtenir les chiffres sur la répartition des étudiants à l'extérieur oblige à une recoupement de données émanant de plusieurs sources.11

  • 12 voir Abdul Raufu Mustapha, "La situation de la liberté intellectuelle au Nigeria", in Codesria (199 (...)

15Cette données indique une grande concentration des étudiants nigériens dans la sous-région ouest-africaine. Cette orientation de proximité permet de réaliser des économies sur les coûts de transport des étudiants. La plupart de ces pays d'accueil sont par ailleurs francophones, et leur système universitaire est similaire à celui du Niger. A titre d'exemple, on peut citer le Bénin, le Burkina Faso, le Mali qui, accueillent en majorité des nouveaux bacheliers. La Côte d'Ivoire (160 boursiers en 1997) et le Sénégal reçoivent des boursiers de tous niveaux, notamment ceux qui achèvent leur 2e cycle en philosophie, psychologie et sociologie après l'obtention d'une licence à l'université de Niamey. Cependant, une exception notable mérite d'être soulignée parmi ces pays limitrophes : le cas du Nigeria. Avec sa trentaine d'universités et ses instituts de technologie, ce pays est devenu le plus grand centre d'attraction des étudiants nigériens. On en dénombre près d'un millier, dont environ 400 boursiers, inscrits en majorité dans des disciplines scientifiques comme la chimie, l'agriculture ou l'informatique, dans un pays dont le système universitaire et la langue de travail (l'anglais) sont pourtant très éloignés des réalités nigériennes. Les étudiants commencent le séjour par un bain linguistique qui dure environ une année, ils sont ensuite répartis dans les différentes universités et disciplines par la commission conjointe des inscriptions et admissions (JAMB)12. Pour l'administration nigérienne, le faible coût de la vie consécutive aux dévaluations de la naira, la monnaie nigériane, constitue un avantage comparatif. D'ailleurs, le montant de la bourse est le même qu'au Niger.

16Les pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie), constituent une autre destination particulièrement sollicitée ces dernières années. En 1997, on dénombrait environ 300 étudiants nigériens en Algérie. Une partie de ces étudiants au Maghreb, reçoit des compléments de bourse de la part des Etats d'accueil dans le cadre d'accords de coopération bilatérale avec le Niger.

17On peut remarquer une diminution significative du nombre des étudiants nigériens dans les anciens pôles d'accueil. En France par exemple, le nombre de boursiers de l'Etat nigérien est passé de 261 en 1990 à environ 62 boursiers en 1998. Cette baisse est encore plus accentuée dans les anciens pays de l'Est comme la Russie où l'Ukraine qui ne comptent plus qu'une trentaine d'étudiants. Parallèlement, leur nombre est en augmentation dans les universités canadiennes et nord-américaines. Si l'usage de l'anglais dans ces universités reste une contrainte objective pour beaucoup de candidats, les étudiants sortis des universités nigérianes sont cependant en bonne position pour poursuivre vers cette destination. Elles font pour l'instant figure de destination de prédilection pour les étudiants issus des couches sociales aisées en quête de formation dans les nouvelles filières porteuses, que sont le management et le commerce.

Etudiants abandonnés à leur sort

18En principe, pour chaque étudiant boursier, l'Etat prend en charge les coûts de transport, les frais d'inscription et les frais de séjour qui sont indexés sur le coût de la vie dans le pays d'accueil. En octobre 1998, le Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche a annoncé des mesures de réduction du montant des bourses. Ces réductions, de 10.000 FCA à 50 000 FCA par bourse mensuelle, ont concerné tous les étudiants, qui bénéficient désormais des apports suivants :

Tableau 2 : Taux de la bourse depuis octobre 1998 (en milliers de francs CFA/mois)

Tableau 2 : Taux de la bourse depuis octobre 1998 (en milliers de francs CFA/mois)

Source : Démocrate du 12 octobre 1998.

19En réalité, ces chiffres ne reflètent que très partiellement l'engagement réel de l'Etat dans la prise en charge des étudiants. On peut avancer l'hypothèse selon laquelle l'Etat fait largement reposer les frais d'inscription et de séjour sur une partie de la population étudiante de l'extérieur. En effet, les étudiants, aidés parfois par leurs parents paient aujourd'hui plus que l'Etat pour leur formation. La stratégie de l'Etat, illustrée par le tableau ci-dessus, a consisté à se desengager du paiement des frais d'inscription.

Payement irrégulier des bourses

20Depuis quelques années, le payement des bourses est, de plus, devenu très irrégulier.

21Les arriérés ont commencé à s'accumuler à partir de 1991-1992 et ont pris des proportions très grandes entre 1994 et 1998. Sur ces quatre dernières années, les étudiants à l'extérieur n'ont perçu que deux années de bourses. Ce qui signifie dans les faits, une réduction de moitié du montant de la bourse. Actuellement les arriérés sont de l'ordre de 27 mois. Nombre d'étudiants ont même de la peine à se souvenir de la date de leur dernier reçu, au point de ne même plus se considérer comme boursiers et de ne pratiquement plus compter sur cette ressource pour vivre.

22Le montant des arriérés de bourses est toujours approximatif. La confusion provient en partie de la multiplicité des caisses de paiement : le Ministère de l'enseignement supérieur, les ambassades du Niger à l'étranger et le service central du Trésor à Niamey. Il arrive également que le Ministère, pour des raisons de contraintes budgétaires, gèle le paiement des bourses. S'il décide plus tard d'en reprendre le versement, celui-ci ne recommence pas à partir de la date de rupture mais plusieurs mois après. Les mois non payés sont considérés comme gelés au titre des arriérés internes de l'Etat, ce qui crée une situation telle que les étudiants ont beaucoup de mal à connaître le montant exact des sommes qui leur sont dues.

23La situation est similaire pour les frais d'inscription : par exemple l'Etat nigérien n'a plus payé depuis 1993 les frais d'inscription (3 000 à 4 000 FF en moyenne) de ses étudiants en France.

Impuissance et inefficacité des ambassades

  • 13 Daniel Bach, « Les dynamiques paradoxales de l'intégration en Afrique Sub-saharienne : le mythe du (...)

24La faiblesse de l'administration dans le soutien aux étudiants nigériens de l'extérieur est un élément caractéristique de la nature des Etats africains postcoloniaux. En effet, cette situation apparaît comme le prolongement logique de l'incapacité de l'Etat à exercer son contrôle sur les champs sociaux qui relèvent de sa compétence13. Certes, la présence d'une représentation diplomatique à l'étranger offre l'opportunité aux étudiants d'avoir des interlocuteurs officiels à qui ils peuvent présenter leurs doléances et revendications. Toutefois, cette opportunité ne signifie nullement que la résolution des problèmes des étudiants soit une priorité, ni que l'Ambassade dispose des moyens pour y remédier. En effet, les ambassades en tant que prolongements extérieurs de l'Etat sont aussi affectées par le manque de ressources. C'est pourquoi, elles se contentent souvent de répercuter les problèmes déjà connus des étudiants, vers le Ministère de l'Enseignement Supérieur. L'argument avancé par les autorités des ambassades aux étudiants, lorsque ces derniers viennent à réclamer le paiement des bourses, consiste à désigner le Ministère de l'Enseignement Supérieur comme bouc émissaire. Les fonctionnaires travaillant dans les ambassades, excédés par les revendications estudiantines, ont même fini par réclamer une prise en charge du volet académique directement par le Ministère de l'Enseignement Supérieur.

25Ainsi depuis deux ans, plusieurs agents du Ministère de l'Enseignement Supérieur ont été détachés pour servir dans les ambassades comme attachés académiques, notamment au Nigeria, au Bénin, et en France. Ce redéploiement du personnel n'a pas pour autant contribuer à une amélioration significative des conditions de séjour des étudiants à l'étranger, au point que, parfois, une visite du chef de l'Etat est perçue comme l'occasion idéale pour espérer le payement de quelques mois de bourses.

26Le payement irrégulier et sporadique des bourses exprime le désengagement de l'Etat avec comme conséquence la privatisation progressive de la formation à l'étranger. Le taux d'échec résultant de la détérioration des conditions de vie est très élevé surtout au niveau du 1er cycle. Deux options s’offrent à ceux qui échouent : continuer à leur frais en changeant de filière ou retourner au Niger.

Tableau 3 : L'état du paiement des bourses aux étudiants de l'extérieur

Tableau 3 : L'état du paiement des bourses aux étudiants de l'extérieur

L'évolution des rapports entre les étudiants de l'extérieur et l'Etat

27Une analyse historique du mouvement étudiant nigérien amène à la conclusion que les étudiants de l'extérieur ont perdu leur influence en tant que groupe organisé qui conduit des actions collectives dans le champ social et politique depuis l'étranger. Cette perte d’influence ne signifie pas pour autant l'absence de stratégies individuelles et d’une maîtrise des ressources que ces étudiants peuvent échanger dans les transactions sociales en vue par exemple d'occuper une position dominante. C'est toujours parmi eux que se recrutent les cadres dotés des diplômes les plus élevés. Les relations de ces étudiants avec le Pouvoir ont été marquées, ces trente dernières années, par une logique de conflit qui n'excluait pas des épisodes de cooptation massive au sein de l'appareil d'Etat. Une mise en perspective sur la "longue durée" indique deux périodes historiques qui ont structuré ces relations. La première, qui a démarré à partir des années 60 et s'est achevée dans les années 80, fut marquée par une forte influence des étudiants de l'extérieur sur le mouvement scolaire et d'une manière générale sur la scène politique nigérienne. La seconde qui a débuté vers la fin des années 80, est marquée par la fin de leur hégémonie. Entre ces deux périodes, la nature des revendications a évolué vers des enjeux plus matériels, perdant dans le même temps son contenu idéologique.

Protestations idéologiques : avant gardisme estudiantin des années 70

  • 14 Richad Higgoott and Fuglestad Finn (1975), « The 1974 coup d'Etat in Niger : towards an explanation (...)
  • 15 Niandou Souley (1989), Le Niger : un Etat et ses élites, Mémoire de DEA, Etudes Africaines, CEAN-IE (...)
  • 16 Richad Higgoott and Fuglestad Finn (1975), Op. cit.
  • 17 Ces noyaux clandestins donneront naissance lors du multipartisme à des partis politiques comme le P (...)

28Dans les premières années de l'Indépendance, les étudiants nigériens suivaient tous leur formation à l'extérieur du pays. Ils ne sont pas restés en marge des idées et mouvements qui agitaient les campus de leurs pays d'accueil à cette époque. La dénonciation de l'impérialisme et de ses relais locaux, l'appel à la révolution étaient les principaux mots d'ordre qu'ils répercutaient au Niger. Ils ont été actifs lors des mouvements d'agitation scolaire de 1973, considérés par beaucoup d'auteurs comme une des causes de la chute du régime de Diori Hamani renversé en avril 1974 par un coup d'Etat militaire14. Du reste, beaucoup de jeunes technocrates civils ont pour la première fois intégré le système politique à l'occasion d'une politique d'ouverture /cooptation opérée par les militaires15. Le régime civil renversé n'avait jamais pu renouveler son personnel, recruté uniquement au sein du parti unique, le Parti Progressiste Nigérien -Rassemblement Démocratique Africain (PPN-RDA)16. Ceux des étudiants qui avaient échappé ou résisté à la cooptation ont manifesté leur opposition au Pouvoir au travers de structures légales (syndicat des enseignants) ou clandestines17.

  • 18 L'uranium qui représentait 40 % des recettes de l'Etat à la fin des années 70 a connu un déclin et (...)

29Les étudiants à cette époque ne connaissaient pas les arriérés de bourses et à la fin de leurs études, ils étaient pratiquement tous intégré au sein de la fonction publique. Depuis la fin des années 80, avec la baisse des recettes de l'Etat nigérien18 et d'une manière générale la crise du compromis post-colonial, cette tendance a été bouleversée.

Le tournant des années 90 : changement de cap

  • 19 Reynal Jean Jacques. Les Institutions Politiques du Niger, Sépia, 1993.
  • 20 Les stratégies d'alliance entre le mouvement étudiant et les syndicats des travailleurs ont contrib (...)
  • 21 Les étudiants, conscients des enjeux de la médiatisation, ont développé des stratégies de communica (...)
  • 22 L'un des exemples les plus récents est l'évacuation par la police ivoirienne des étudiants nigérien (...)

30Le changement du contexte national et international a influencé profondément la réorientation du mouvement étudiant qui a évolué de revendications de type idéologique vers des revendications plus matérielles ou "alimentaires". Une des hypothèses consiste à interpréter ce changement comme la conséquence de la mise en œuvre d'une politique d'ajustement structurel par l'Etat, avec son cortège de « gagnants » et de « perdants ». Les étudiants sont généralement considérés comme des perdants dans la mesure ou par exemple, l'accès automatique à l'emploi est condamné par l'ajustement dans le secteur de la fonction publique. Cependant, les étudiants de l'extérieur disposent de moyens pour résister à la mise en œuvre de cette politique. Ils ont par exemple aussi pris part aux luttes estudiantines contre l'ajustement. Ainsi, lors de la Conférence Nationale Souveraine tenue à Niamey du 27 juillet au 3 novembre 199119, la délégation de l'Union des Scolaires du Niger, forte de cent membres, comptait dans ses rangs des délégués des sections extérieures telles que celles de France, du Burkina Faso, du Nigeria, du Bénin, etc. Leurs revendications principales portaient sur la question du rejet du Programme d'ajustement structurel. Afin de gagner le soutien d'autres forces sociales20 avec lesquelles ils partagent quelques intérêts communs (syndicats des travailleurs, partis d'opposition), les étudiants ont procédé à un réajustement stratégique de leurs discours. Celui-ci s'est ainsi enrichi d'idées libérales relatives aux Droits de l'Homme, notamment le droit à l'éducation et au travail en lieu et place des considérations idéologiques caractéristiques de l'époque de la guerre froide. Sur le terrain, les étudiants à l'étranger ont de plus en plus recours à l'occupation des ambassades pour faire pression sur le Gouvernement. Ces occupations sont appuyées par des tracts, des communiqués de presse et des interviews sur les radios internationales21. Les autorités des ambassades sur instruction du Gouvernement procèdent généralement à leur évacuation en faisant appel à la police du pays hôte.22

  • 23 Cette situation n'est pas particulière au Niger, voir par exemple Henri Ossébi, « Crise socio-polit (...)

31Parfois les actions revendicatives des étudiants de l'extérieur entrent en concurrence avec celles des étudiants de l'Université de Niamey à propos du payement des arriérés de bourses. Dans ce cas de figure, les étudiants de l'Université de Niamey, qui disposent d'une grande capacité de mobilisation et sont les plus proches du Trésor public, sont les premiers à être servis23. Ceux-ci tendent d'ailleurs à considérer ceux qui se trouvent à l'étranger comme des "privilégiés". Si une telle affirmation est valable pour quelques cas, il est difficile de justifier sa généralisation à tous les étudiants de l'extérieur. Les étudiants issus de familles à faibles revenus ne sont pas mieux lotis que les étudiants de i Université de Niamey. Ils subissent les mêmes conséquences liées au retard des bourses et doivent faire face dans certains cas à des dépenses importantes tels les loyers.

  • 24 voir Ganda Ayouba, « Conditions de vie des étudiants nigériens au Bénin », Sahel Dimanche du 7 févr (...)

32Dans la plupart des pays d'Afrique de l'Ouest, ces étudiants sont logés dans des immeubles à la charge de L'Etat. Par exemple, en 1992, l'Etat nigérien assurait la location de onze villas à Cotonou (Bénin) où étaient répartis environ 400 étudiants. Parfois ces immeubles ne disposent ni d'eau courante, ni d'électricité24. Depuis quelques années, le paiement irrégulier des loyers par l'Etat a conduit certains propriétaires d'immeubles à mettre ces étudiants à la porte.

  • 25 Amougou Emmanuel (1997), Etudiants d'Afrique noire en France, Paris, Harmattan, P 97. Pour une illu (...)

33Les conditions de vie des étudiants en Europe, au Canada ou aux Etats Unis, revêtent au Niger un caractère mythique souvent très éloigné d'une réalité que beaucoup découvrent dès leur arrivée. Les petits boulots qu'ils trouvent difficilement et qu'ils acceptent pour assurer leur survie quotidienne impliquent des sacrifices énormes qui affectent leurs performances académiques. Comme l'affirme Emmanuel Amougou, ils sont souvent, à Paris et en province de « petits travailleurs infatigables" ou pour les étudiantes, "des femmes de ménages"25.

Stratégies d'insertion des étudiants

34Pendant longtemps, l'Etat a eu une politique de recrutement de tous les diplômés sans restriction. Cette intégration des diplômés, quel que soit leur niveau, avait pour but de pallier un déficit en ressources humaines. A la fin des années 70, la politique de "nigériennisation" des cadres qui a été entreprise sous le régime militaire a permis de remplacer le personnel expatrié français et africain par des cadres nigériens sortis des institutions de formation supérieure de France et d'Afrique francophone.

  • 26 Ce service civique comporte une formation militaire de 45 jours pour les étudiants suivie d'une aff (...)
  • 27 Le Gouvernement du Niger a engagé un processus de privatisation des entreprises publiques pour remp (...)
  • 28 Voir Mothes Patrice (1992), Enseignement Supérieur et Elite en Afrique Francophone, Mémoire DEA Etu (...)

35Mais depuis le début des années 80, l'accès de la fonction publique a connu des changements en plusieurs étapes. En 1983, le Gouvernement a institué pour tous les diplômés du niveau supérieur, l'obligation d'effectuer un service civique national d'une durée d'un an26. Durant toute la période de ce service, l'Etat versait à chaque "civicard" une somme mensuelle de 50 000 FCA, permettant ainsi la réalisation d'économies sur les salaires qu'ils auraient dû percevoir s'ils avaient été intégrés directement dans la fonction publique. Aujourd'hui, le système du concours est en voie de généralisation dans le cadre de la réforme de la fonction publique. Le temps de la cooptation systématique est de plus en plus révolue. Face à la nouvelle situation, les jeunes diplômés regardent de plus en plus du côté du secteur privé dont les capacités d'absorption des diplômés sortis des universités restent cependant faibles. Notamment, le processus de privatisation des entreprises publiques27 ne s'est pas traduit, du moins pour l'instant, par un accroissement des opportunités d'emplois. Par ailleurs, le problème de l'insertion se pose de toute façon pour ceux dont les diplômes ne sont pas en adéquation avec les besoins du marché. Cette situation est encore aggravée par le niveau élevé d'informalisation de l'économie nigérienne, qui indique une fois de plus le faible niveau de contrôle et de régulation des activités économiques par l'Etat. Or dans le secteur informel, le diplôme reste une ressource marginale, difficile à faire valoir et loin d'être l'unique moyen d'accès à une position économique et sociale dominante.28

  • 29 Pour une illustration de cette nouvelle tendance, voir Boubacar Niane (1997), « De l'ouverture au m (...)
  • 30 Mothes, op.cité, p 57.

36Certaines familles fortunées, issues justement des activités informelles, envoient de plus en plus leurs enfants suivre des formations dans les nouvelles filières porteuses que sont le management, l'informatique et les grandes écoles de commerce européennes et nord-américaines, afin de les préparer à la future gestion des entreprises familiales29. Se crée ainsi une hiérarchie des diplômes elle même créatrice de hiérarchies sociales entre les étudiants30. Ainsi, on assiste à l'émergence d'une génération d'étudiants qui doit apprendre à se « placer » sans l'aide de l'Etat.

  • 31 Voir Boubacar Niane, op. cit.
  • 32 L'une des recommandations majeures a été la dépolitisation des universités et la recherche du conse (...)

37Face aux contraintes de l'insertion sur le marché national, l'autre alternative à la portée des diplômés reste le marché international. Mais les exigences dans ce secteur sont nombreuses et rares sont les candidats en mesure de remplir les critères exigés, notamment l'expérience professionnelle. De plus, ils doivent faire face dans ce domaine à la concurrence des fonctionnaires qui abandonnent les faibles salaires de la fonction publique pour trouver leur "salut" sur ce marché, en particulier au sein des organisations internationales. Ces phénomènes de mobilité sans précédent liés à la mondialisation des échanges opèrent dans un contexte où les Etats perdent de plus en plus l'initiative en matière de définition de leurs objectifs éducatifs. L'intérêt croissant de la Banque Mondiale pour les questions éducatives, en particulier s'agissant de la formation supérieure, coïncide avec un déclassement stratégique des universités et diplômes classiques, au profit des filières dites "porteuses" dispensées par des institutions organisées et adaptées aux besoins du marché international de l'emploi31. Cette institution financière internationale encourage le désengagement de l'Etat au profit d'une gestion de plus en plus commerciale des universités, tout en formulant des recommandations à court terme pour sortir de la crise32.

  • 33 Le Monde du 7 janvier 1993, « les Universités africaines à bout de souffle », P 13.
  • 34 Eisemon, Thomas Owen (1992), Private Initiatives and Traditions of State Control in Higher Educatio (...)

38Cependant, la désétatisation de l'enseignement supérieur et sa privatisation progressive se heurtent à de multiples résistances, y compris de la part des acteurs étatiques33 qui ont du mal à se défaire de plusieurs décennies de contrôle parfois autoritaire sur l'enseignement supérieur en Afrique34. Les jeunes diplômés de l'enseignement supérieur du Niger commencent seulement à expérimenter des conditions d'étude que leurs collègues d'autres pays connaissent depuis le début des années 80.

  • 35 UNDP, Human Development Report 1998, New York, Oxford University Press, 228 p.

39En conclusion, on peut souligner que la formation des étudiants nigériens actuellement à l'étranger pose, de façon générale, la question de la maîtrise de la formation des cadres par un Etat qui traverse une crise multidimensionnelle. A court terme, aucune alternative n'est envisagée par les pouvoirs publics. Le problème est perçu essentiellement en terme d'équilibre budgétaire. La dimension sociale et ses conséquences à venir ne sont pas à l'ordre du jour en dépit du fait que le Niger dispose d'un des plus faibles indices du développement humain35. Du côté des étudiants et malgré toutes ces contraintes, le diplôme reste un objectif à atteindre, un véritable défi. Il signifie pour beaucoup l'aboutissement d'un parcours qui a commencé dès le plus jeune âge. Il constitue aussi une opportunité, sinon aujourd'hui une étape obligée, en vue d'un emploi qualifié. Relever ce défi ressemble aujourd'hui à un véritable parcours international du combattant pour la plupart des jeunes Nigériens.

English Summary

40Boubacar Issa Abdourahmane’s paper examines the situation in a country whose main problem is the inability of its university to take in all the students who seek admission annually. To alleviate the demand for higher education, Niger exports 40 per cent of its students to other African countries, to the Maghreb, and in certain cases, to Western countries. Nigeria absorbs more than 50 per cent of the total number. Some of these students receive scholarships from the government, while others study abroad at their own expense.

41The University of Niamey (founded in 1971) has also been experiencing the effects of structural adjustment since 1989, like the University of Dakar. Its financial capacity has been drastically reduced and, consequently, its ability to expand curtailed. The upkeep of this differential and the reduction of the funds allocated to higher education have brought about a degradation in the living conditions of the government sponsored students who are abroad. This has also resulted in students training closer to home. Nigeria is becoming more favoured as a replacement for France, Senegal and Côte d'Ivoire, which used to be the preferred countries for study. Two reasons may be adduced for this : lower fees and geographical proximity. The Maghreb, for its part, continues to keep its place due to the fact that it makes a financial contribution to the scholarships offered.

42Niger finds it almost impossible to remit money to its students abroad, while the students can do very little in terms of exerting pressure. The distance and the fact that they are dispersed over many countries, does not allow them to come together to make their claim under one umbrella.

43Just like in the case of Kenya, the students have private and individual strategies for gaining entry into the university, with the public sector not being particularly favoured. There is an increasing interest in short-term and professional courses, like computer studies and management, but these are often expensive, and admission is dependent on money.

Bibliographie

Bibliographie

Abdou, Moumouni (1964), l'Education en Afrique noire, Maspéro.

Amougou, Emmanuel (1997), Etudiants d'Afrique noire en France, Paris, l'Harmattan.

Alou, Tidjani M (1992), Ecole et production des élites au Niger, Thèse de doctorat en science politique, Université de Bordeaux 1.

Assié-Lumumba, N'Dri Thérèse (1993), « Enseignement Supérieur en Afrique Francophone : évaluation du potentiel des universités classiques et alternatives pour le développement »,

Technical Note n°5, World Bank, Washington D.C.

Bach, Daniel (1995), "Les dynamiques paradoxales de l'intégration en Afrique Sub-saharienne : le mythe du hors jeu", in Revue française de Science Politique, décembre 1995, PP. 1023-1038.

Benoît, Cart, Jean-claude Verez (1994), "Les cas du Niger et du Sénégal", in Afrique Contemporaine. n° spécial : Ajustement et Education en Afrique, 4e trimestre 1994, pp. 241-259.

CODESRIA (1997), Les Libertés intellectuelles en Afrique 1995, Paris, Karthala, 200 p. Eisemon, Thomas Owen (1992), Private Initiatives and Traditions of State Control in

Higher Education in Sub-Saharan Africa, World Bank, Washington D.C. Fuglestad, Finn (1983), History of Niger 1850-1960, Cambridge University Press.

Gazibo, Mamoudou (1998), "Gloire et misères du mouvement syndical nigérien", Politique

Africaine, n° 69, mars 1998, pp. 126-134.

INADES (1995), Rénover et Adapter l'Enseignement en Afrique, bibliographie commentée, Abidjan.

Kasongo, N'goy M. (1989), Capital Scolaire et Pouvoir Social en Afrique : A quoi sert le diplôme universitaire ?, Paris, l'Harmattan.

Kennet, King (1997), Aid and Higher Education in Developing World, Occasional Paper,

University of Edinburgh, Center of African Studies.

Kwapong, A. Alexander, Barry, Lesser (1989), Capacity Building and Human Resource

Development in Africa, Lester Institute for International Development, Dallousie University.

Maugenest, D. (1994), « L'enseignement supérieur privé », Afrique contemporaine, n°172,

décembre 1994, pp. 174-185.

Mothes, Patrice (1992), Enseignement supérieur et élite en Afrique noire francophone,

Mémoire de DEA, Bordeaux, CEAN-IEP, Université de Bordeaux I.

Niandou, Souley (1989), le Niger : un Etat et ses élites, Mémoire de DEA Etudes Africaines,

CEAN-IEP, Université de Bordeaux 1.

Niane, Boubacar (1997), "De l'ouverture au marché universitaire international : cas du Sénégal",

Séminaire sur le Renouvellement des élites et le changement social, Bordeaux, Centre d'Etude d'Afrique Noire.

Renaudat, Christine (1998), Les étudiants africains à Bordeaux, Etudes et Recherches n°27,

Bordeaux, Centre d'Etude d'Afrique noire.

Reynal, Jean Jacques, Les Institutions Politiques du Niger, Sépia, 1993. Richard, Higgoott, Fuglestad, Finn (1975), "The 1974 coup d'Etat in Niger : towards an explanation, Journal of Modem African Studies,(13), 3, PP. 383-398.

Tedga Paul. J.M.(1988), Enseignement supérieur en Afrique noire francophone : la catastrophe ?, Paris, l'Harmattan.

UNDP (1998), Human Development Report 1998, New York, Oxford University Press, 228

UNESCO (1998), Statistiques sur les Etudiants étrangers par pays d'accueil, copyright, World Bank (1988), Education in Sub-Saharan Africa : policies for ajustment, revitalisation and expansion, Washington D.C.

Articles de Presse

Afrique Education, N° 31, « Théorie du capital humain, présentée par Assié-Lumumba », mars 1997, pp. 34-37.

Afrique Education, N° 33, « Pertinence de l'enseignement supérieur en Afrique », Pr. Salifou

Touré, mai 1997, pp. 26- 31.

Le Démocrate, « Bourses d'Etudes : les nouvelles mesures sont à la baisse », 12 octobre 1998,

P 1 et 3.

Jeune Afrique n°1 519 du 12 février 1990, P 40-42, Albert Bourgi, « Etudiants où mènera le désespoir ? »

Le Monde du 7 janvier 1993, « les Universités africaines à bout de souffle », P 13.

Sahel Dimanche du 7 février 1992Ganda Ayouba, "Conditions de vie des étudiants nigériens au Bénin",

Notes

1 Le Niger a été successivement dirigé par un régime civil à parti unique (1960-1974), ensuite un régime militaire (1974-1991), puis un régime démocratique qui sera renversé en 1996 par un coup d'Etat militaire.

2 Voir Tedga (J-P.M.), Enseignement supérieur en Afrique Noire Francophone : la catastrophe ?, Paris, L'Harmattan 1988.

3 Ces mobilisations ont été initiées et conduites par l'Union des Scolaires du Niger (U.S.N) dont la date de création remonte à 1960 et qui regroupe les élèves et étudiants du Niger. Les étudiants à l'étranger sont organisés en section par pays d'accueil.

4 Voir World Bank (1988), Education in Sub-Saharan Africa : policies for ajustment, revitalisation and expansion, Washington DC. qui expose les grands axes du programme pour l'Afrique en matière d'éducation.

5 Thierry Vincent, « l'Enseignement Supérieur en Afrique : un besoin de réforme », MFI, 23 mars 1995.

6 Ce fut le cas lors de la session de la Commission Nationale d'Orientation et d'Attribution des Bourses (CNOAB) en août 1994. La CNOAB devient CNB en 1997.

7 Pour une illustration de cette instabilité, voir Aboubacar Jazy Souleymane, « L'Université de Niamey : championne des années blanches », Afrique tribune n° 46, 20 septembre 1996.

8 Les Enseignants de L'Université Abdou Moumouni de Niamey sont organisés dans le cadre du SNECS (Syndicat National des Enseignants du Supérieur) qui a observé plusieurs mouvements de grève pour réclamer le payement des arriérés de salaire et autres indemnités dus par l'Etat.

9 C'est le cas notamment de la Côte d'Ivoire, du Mali, du Nigeria et du Sénégal.

10 II faut préciser que cette estimation ne concerne ni les étudiants qui suivent une formation à leurs frais ni ceux qui sont pris en charge par des bourses de coopération.

11 Les principales sont : la base de données de l'Unesco et des articles de presse au Niger et à l'étranger.

12 voir Abdul Raufu Mustapha, "La situation de la liberté intellectuelle au Nigeria", in Codesria (1997), Les libertés académiques en Afrique, 1995, Karthala, p. 109.

13 Daniel Bach, « Les dynamiques paradoxales de l'intégration en Afrique Sub-saharienne : le mythe du hors jeu », Revue française de Science Politique, décembre 1995, pp. 1023-1038.

14 Richad Higgoott and Fuglestad Finn (1975), « The 1974 coup d'Etat in Niger : towards an explanation », in Journal of Modern African Studies,(13), 3, PP. 383-398.

15 Niandou Souley (1989), Le Niger : un Etat et ses élites, Mémoire de DEA, Etudes Africaines, CEAN-IEP, Université de Bordeaux 1.

16 Richad Higgoott and Fuglestad Finn (1975), Op. cit.

17 Ces noyaux clandestins donneront naissance lors du multipartisme à des partis politiques comme le Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS- Tarraya) et l'Organisation Révolutionnaire pour la Démocratie Nouvelle (ORDN- Tarmamuwa).

18 L'uranium qui représentait 40 % des recettes de l'Etat à la fin des années 70 a connu un déclin et il ne représente plus que 8 % des recettes de l'Etat en 1997.

19 Reynal Jean Jacques. Les Institutions Politiques du Niger, Sépia, 1993.

20 Les stratégies d'alliance entre le mouvement étudiant et les syndicats des travailleurs ont contribué à structurer la revendication sociale et politique au début des années 90.

21 Les étudiants, conscients des enjeux de la médiatisation, ont développé des stratégies de communication en ayant recours aux grandes radios internationales comme la BBC, RFI, et Africa N°1.

22 L'un des exemples les plus récents est l'évacuation par la police ivoirienne des étudiants nigériens qui ont occupé l'Ambassade du Niger pour réclamer le payement de 27 mois d'arriérés de bourses, Dépêche PANA du 21 juillet 1998.

23 Cette situation n'est pas particulière au Niger, voir par exemple Henri Ossébi, « Crise socio-politique et enjeux éducatifs au Congo », in Codesria (1997), op. cit., pp. 139-145.

24 voir Ganda Ayouba, « Conditions de vie des étudiants nigériens au Bénin », Sahel Dimanche du 7 février 1992.

25 Amougou Emmanuel (1997), Etudiants d'Afrique noire en France, Paris, Harmattan, P 97. Pour une illustration provinciale de cette réalité en France, voir Renaudat Christine, Les Etudiants africains à Bordeaux, Etude et Recherche n°27,1998, CEAN-IEP, Talence, 112 p.

26 Ce service civique comporte une formation militaire de 45 jours pour les étudiants suivie d'une affectation de tous les appelés de ce service dans les établissements d'enseignement (collèges et lycées).

27 Le Gouvernement du Niger a engagé un processus de privatisation des entreprises publiques pour remplir une des condition des institutions financières internationales pour le déboursement des crédits d'ajustement structurel. Les privatisations des entreprises comme la Sonidep (pétrole), la SNE (Eau) et la Nigelec (Electricité) sont actuellement en cours.

28 Voir Mothes Patrice (1992), Enseignement Supérieur et Elite en Afrique Francophone, Mémoire DEA Etudes Africaines, CEAN-IEP, 1992, P 72.

29 Pour une illustration de cette nouvelle tendance, voir Boubacar Niane (1997), « De l'ouverture au marché universitaire international : le cas du Sénégal », Séminaire sur le renouvellement des élites et le changement social, Bordeaux, CEAN.

30 Mothes, op.cité, p 57.

31 Voir Boubacar Niane, op. cit.

32 L'une des recommandations majeures a été la dépolitisation des universités et la recherche du consensus sur les questions éducatives. Voir Assié-Lumumba (1993), Enseignement Supérieur en Afrique Francophone : évaluation du potentiel des universités classiques et alternatives pour le développement Technical Note n°5, World Bank, Washington DC, P 73.

33 Le Monde du 7 janvier 1993, « les Universités africaines à bout de souffle », P 13.

34 Eisemon, Thomas Owen (1992), Private Initiatives and Traditions of State Control in Higher Education in Sub-Saharan Africa, World Bank, Washington D.C.

35 UNDP, Human Development Report 1998, New York, Oxford University Press, 228 p.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : La Commission Nationale des Bourses
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/1026/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 2 : Taux de la bourse depuis octobre 1998 (en milliers de francs CFA/mois)
Crédits Source : Démocrate du 12 octobre 1998.
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/1026/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Tableau 3 : L'état du paiement des bourses aux étudiants de l'extérieur
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/1026/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

© IFRA-Nigeria, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search