Version classiqueVersion mobile

The Dilemma of Post-Colonial Universities

 | 
Yann Lebeau
, 
Mobolaji Ogunsanya

III. Facing a New Institutional and Economic Environment: Strategies for coping among university students and staff

La condition des universitaires sénégalais

Falilou Ndiaye

Texte intégral

1L’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), première des institutions d’enseignement supérieur en Afrique de l’Ouest francophone, est née de l’embryon de l’école de Médecine (1919) ; elle est érigée en 1957 en établissement autonome annexé à l’Académie de Bordeaux (France).

2Les personnels de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (enseignants et chercheurs) sont issus, essentiellement, du processus d’africanisation qu’enclenche la réforme des statuts de l’institution et du cadre contractuel, au tournant des années soixante-dix. C’est le début d’une expansion des effectifs d’enseignants, sous l’effet conjugué de la demande d’enseignement supérieur et d’une politique libérale des modes de recrutement et des conditions d’emploi. Parallèlement, s’accentue la détérioration de l’environnement universitaire et des conditions de travail.

3C’est dans ce contexte que se développent diverses formes de défense corporatives, dans l’institution et, au-delà, dans la société civile. Le malaise des universitaires (étudiants et enseignants) devient ainsi un phénomène qui s’exprime dans des rôles nouveaux de contestation et de subversion de l’ordre social et académique.

4La dernière des réformes en date, initiée par la CNES (Concertation Nationale sur l’Enseignement Supérieur) en 1994, marque un tournant décisif dans la restructuration de l’université et le statut des personnels. Ce qui n’est pas sans influer sur la condition sociale et économique des universitaires sénégalais.

Conditions économiques

5Les conditions économiques et sociales des universitaires sénégalais, toutes catégories confondues, n’ont cessé de se dégrader, sous divers rapports, affectant ainsi la qualité et la pertinence de l’enseignement supérieur. Cet état de fait, notable dans les années soixante-dix, est immédiatement consécutif au décrochage du personnel africain du statut financier de la fonction publique française. Conformément aux dispositions du décret n° 71.936 du 28 Août 1971, il a été instauré un mode spécifique, local, de traitement (salaires, primes, indemnités, etc.) réglementant la situation des personnels enseignants, chefs d’établissements et du recteur africains de l’université de Dakar.

6Au fur et à mesure que s’accentuait cette péjoration des conditions de vie du corps professoral, on a observé que, grâce à divers artifices juridiques et financiers (indemnités spécifiques, primes, frais de mission, avantages divers en nature), l’Etat mettait à l’abri les corps homologués à celui des universitaires.

Le statut financier africanisé

7Le décret N°71.936 du 28 Août 1971 réglemente, dans les détails, la rémunération, les primes de recherches, l’avancement, le logement et les voyages des différentes catégories du corps professoral africain de l’université de Dakar.

  • 1 Précisément celles de la Fonction publique française alors en vigueur à l’université de Dakar.

8Modifiant les dispositions antérieures1 notamment celles du décret N° 65.061 du 04 Février 1965, le décret N°71.936 précise en son article 6 :

Les personnels titulaires et stagiaires, déjà nommés à la prise d’effet du présent décret, percevront une indemnité compensatrice calculée au moment de leur prise en charge de telle manière qu’elle soit égale à la différence entre la rémunération qui leur était servie en vertu de la réglementation française, majorée des retenues qui étaient effectuées sur leur traitement au titre du régime de leur pension et de la sécurité sociale.

9Expression d’une volonté politique du gouvernement sénégalais, ce décret constitue l’acte fondateur de l’africanisation de l’Université de Dakar. Onze ans après l’indépendance, l’université sénégalaise, dix-huitième des universités françaises, étroitement liée à l’Académie de Bordeaux, se constitue, de la sorte, dans son autonomie africaine. Néanmoins, cette décision politique n’en produit pas, pour autant, une décolonisation de l’université, car elle instaure, dans ses dispositions, un système de cohabitation entre enseignants d’origine française et enseignants d’origine sénégalaise et autres (dahoméenne, togolaise, voltaïque, malienne, etc).

10C’est précisément là, dans les dispositions de ce texte réglementaire que s’instaure, pour la première fois, une différence fonctionnelle au sein des personnels enseignants de l’Université de Dakar.

11Deux catégories d’enseignants dotées, l’une du statut financier sénégalais, l’autre du statut financier français, coexistent alors dans l’université, soumises aux mêmes obligations de travail. Ce qui n’est pas sans en ajouter au déséquilibre naguère déjà favorable au groupe des enseignants français détenteurs d’un pouvoir universitaire, auquel se superpose un pouvoir économique largement supérieur à celui de leurs collègues africains et sénégalais.

  • 2 Voir P. Bourdieu, Homo academicus, Paris, Les Editions de Minuit, 1984, p. 219.

12Pendant une décennie, ce décalage issu de "l’africanisation" du personnel académique de l’université sera le point de départ d’un certain nombre de questions à charge conflictuelle et nationaliste autour desquelles le gouvernement et les syndicats (d’enseignants et d’étudiants) vont s’affronter pour le maintien ou la conservation du statu quo. Ainsi, parties d’aspirations désajustées2 des personnels enseignants africains de l’université, ces contestations de l’ordre académique s’étendront aux domaines scolaires, culturels, linguistiques et politiques, etc.

  • 3 Rapport de la commission chargée des revendications, Documents du IIème Congrès du SAES, février 19 (...)

13Toutefois, dans la nature et la portée du texte de 1971, le gouvernement vise à africaniser le statut financier du personnel enseignant d’origine non française plutôt que le contenu des enseignements ou les grandes orientations de l’université. Il y a donc, dans ce projet politique, un hiatus qui brouille l’appréhension de l’enjeu de l’africanisation. La question ne sera abordée que plus tard par les syndicats, notamment par le Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur (SAES) soutenant qu’« un plan d’africanisation devrait être élaboré dans chaque faculté et institut. La relève de l’assistance technique doit être couplée avec la formation de jeunes Africains. Dans chaque département, l’Assemblée définirait un plan de déflation sur la base des objectifs fixés »3.

  • 4 Entretien avec le professeur Iba Mar Diop, Doyen honoraire de la Faculté de Médecine, Avril 1998.
  • 5 L’Association des Professeurs Africains de l’Enseignement Supérieur -APAES- est née au début des an (...)
  • 6 Voir Abdoulaye Bathily, Mai 1968 à Dakar ou la révolte universitaire et la démocratie, Paris, Chaka (...)

14Reprenant l’exigence d’africanisation de l’université que portait timidement l’Association des Professeurs Africains de l’Enseignement Supérieur4 - l’APAES-5, le mouvement étudiant revendique clairement "la réforme de l’enseignement et l’africanisation du personnel"6. En fait, si au terme de la loi № 67-45 du 13 Juillet 1967, l’Université de Dakar était un établissement public de statut sénégalais, la France demeurait maîtresse à bord, avec un Recteur français cumulant pouvoirs académiques, financiers et administratifs. Et au-delà, le personnel enseignant français de rang magistral, en particulier, était fortement représenté dans certaines facultés : 90 % en Droit, Lettres et Sciences.

15Le statut financier a servi de détonateur à une crise latente dans la cohabitation de catégories professionnelles homologuées au plan académique, distinctes au plan salarial. Ces conditions sociales et économiques désajustées ont accouché d’un malaise qui s’est étendu aux autres composantes de la communauté universitaire, dont les étudiants, qui ont servi de vecteurs aux revendications de réforme et d’africanisation.

16Ces hypothèses semblent vérifiées dans ce témoignage du professeur L. de la faculté des Lettres :

J’ai été recruté en Octobre 1971 en qualité d’assistant à la faculté des lettres. Il n’y avait pas besoin de chercher loin pour constater l’écart financier entre les collègues français et nous d’une part, et de l’autre, entre enseignants africains issus du cadre français ancien, dont ils conservaient les avantages, et enseignants africains soumis au régime financier local, "africanisé". Quand je suis tombé sur le bulletin de salaire d’un collègue français, quatre ans plus tard, cette impression se confirma : il percevait dix fois plus que moi, à grade égal ! Naturellement ceci n’a pas été sans en ajouter à certaines frustrations, incompréhensions entre communautés. Mais notre exigence d’africanisation relayée, plus tard par les syndicats, notamment autour des années 80, était souvent perçue non comme une demande légitime, mais comme l’expression d’un nationalisme ombrageux. En tout état de cause, notre démarche pour une université africaine avec des avantages français, était, en soi, une contradiction ; on le sentait assez confusément. Étant donné nos faibles moyens, au plan interne (académique), on ne pouvait nous en remettre qu’aux syndicats pour défendre cette exigence. Dans ces conditions, il apparaissait qu’il était urgent d’agir pour "décoloniser" l’université comme le réclamait l’Union Démocratique des Étudiants Sénégalais (UDES), en 1968, dénonçant aussi bien la main mise du parti unique, l’Union Progressiste Sénégalaise (UPS) sur l’État, que celle de la coopération française sur des secteurs stratégiques, dont l’université. »

17On relève dans ce témoignage l’arrière-plan d’une condition sociale des universitaires africains pris dans l’étau de l’africanisation d’une part, et l’exigence d’un traitement salarial adéquat d’autre part.

  • 7 SUDES, Rapport moral au IIème congrès, ronéoté, 31/3 au 1er/4 décembre 1979 ; SAES, Spécial congrès (...)

18Paradoxalement, l’africanisation, fortement exigée au tournant des années quatre vingt7 par les enseignants et leurs syndicats, allait influer sur l’autonomie de l’université et provoquer une détérioration des conditions sociales, du traitement salarial des africains. Aussi bien, tout en étant au sommet de la hiérarchie de la fonction publique, les universitaires se retrouveront dans les faits, confinés dans une grille salariale dont les avantages se révéleront fort modestes sous la pression de l’inflation, du change en devises étrangères, et de facteurs inhérents à la demande de biens culturels et d’équipements scientifiques sur le marché extérieur (livres, outils de mesure divers, manuels, etc.).

Salaires, primes et indemnités accessoires

19Outre la politique administrative d’africanisation, le second facteur de péjoration des conditions économiques réside dans le statut financier des enseignants. Le classement indiciaire des professeurs d’université est au sommet de la hiérarchie des corps de la fonction publique. Constitué en une catégorie en marge du statut général des fonctionnaires, dans la hiérarchie Al spécial, les professeurs d’université cohabitent avec les magistrats de la cour suprême, les généraux d’armée et les inspecteurs généraux d’État.

20Toutefois, à l’aune des revenus effectifs, les enseignants vivent avec trois fois moins que leurs homologues. Le jeu des indemnités et moyens accessoires établis ou occultes, dont bénéficient les autres catégories professionnelles, creuse d’importants écarts entre celles-ci et les enseignants.

21Faiblement intégrés dans la hiérarchie des grands corps de l’État, du fait inhérent à l’autonomie de l’université, les professeurs vont donc vivre leurs rapports avec l’État sur un mode conflictuel, tantôt larvé, tantôt violent. Profitant de la distance qui sépare naturellement l’université de l’État, les grands commis de l’administration vont proposer et faire adopter divers textes réglementaires (indemnités, primes et autres accessoires) octroyant des avantages en nature et en espèces à tous les grands corps des hiérarchies A, Al Spécial et assimilés, à l’exclusion des enseignants, y compris les professeurs d’université.

22Cette mise à l’écart s’est opérée progressivement avec la constitution des grands corps de l’État consécutifs à la sénégalisation des secteurs de l’armée, de la magistrature, de l’administration et des finances. Dans le sillage de l’africanisation de l’université, pionnière des réformes, tous ces secteurs ont constitué un personnel africain, sénégalais en l’occurrence. Ils ont aligné leur grille indiciaire sur celle des professeurs d’université avant de s’en écarter au fur et à mesure que ceux-ci contestaient l’ordre et menaçaient de ruiner ses fondements dans une série de crises académiques et politiques. Aussi bien, ce cadre de la hiérarchie Al Spécial sera-t-il l’espace de comparaison des syndicats d’enseignants en matière de traitement (salaires et indemnités).

23Quels sont les éléments de ce traitement ? Le bulletin de salaire du professeur d’université comporte diverses rubriques de gains que sont :

  1. La solde mensuelle indiciaire : élément à partir duquel est déterminé le salaire. Le point indiciaire, déterminé pour la fonction publique, a été valorisé de 7 % par le décret n° 80-093 du 31 janvier 1980, passant de 37,25 F CFA à 39,86 F CFA. Les pourcentages des autres composantes du salaire sont calculés en fonction du montant de la solde indiciaire.

  2. Le complément spécial de solde : d’un montant de 20 % de la solde indiciaire, alloué à tous les fonctionnaires compte tenu de leurs sujétions particulières (Loi n° 92-37 du 9 juillet 1992).

  3. L’indemnité d’enseignement : d’abord fixée à 20 % de la solde indiciaire, elle a été portée à 30 %, à la suite des réajustements consécutifs aux revendications des syndicats en 1989 et en 1990.

  4. L’indemnité de logement : d’abord fixée à une somme forfaitaire de 25.000 F CFA en juillet 1979, pour les personnels du primaire, elle a été portée à 30.000 F CFA en juillet 1989 et allouée à tous les ordres du personnel enseignant. Présentement, elle est d’un montant de 35.000 F CFA, depuis le dernier ajustement de juillet 1990.

  5. L’indemnité de recherche : instituée en 1989, d’un montant de 35 % de la solde indiciaire, cette indemnité est exclusivement accordée aux personnels de l’enseignement supérieur.

  6. Prime académique spéciale : instituée en mai 1997, à la suite d’un accord entre le gouvernement et le SAES, cette indemnité est exclusivement accordée aux enseignants et chercheurs du supérieur qui ne sont pas logés par l’État.

  7. Les indemnités de fonction : accordées spécialement aux personnels exerçant des charges - directeur, recteur, doyen, chefs de département.

  8. Les suppléments pour charge familiale : alloués à tout fonctionnaire sous diverses formes :

  • allocation de premier établissement familial : soit 6.000 F CFA les deux premières années de ménage ;

  • allocation familiale pour les enfants à charge : soit 500 F CFA pour le premier et 1.821 F CFA du second au sixième enfant et 1.725 F CFA dès le huitième enfant.

24Par ailleurs, des avantages en nature, voiture de fonction, logement, téléphone, sont réservés exclusivement à une catégorie du personnel enseignant ayant à charge des fonctions dont le Recteur, les doyens et directeurs d’établissements, les directeurs de services académiques ou administratifs. Il est prévu une indemnité compensatrice soumise à l’impôt sur le revenu dans les cas où ces avantages font défaut.

25Tous gains cumulés, le salaire net à percevoir des différentes catégories d’enseignants s’établit en moyenne comme suit :

  • Professeur titulaire, 4 ans d’ancienneté : 300.000 F CFA ($ US 600)

  • Maître assistant, 10 ans d’ancienneté : 200.000 F CFA ($ US 400)

  • Assistant, 4 ans d’ancienneté : 140.000 F CFA ($ US 480)

  • 8 Avec un PIB de 710 dollars US en 1993, le Sénégal est considéré comme un pays à revenu intermédiair (...)

26Cette moyenne étant calculée sur la base des rémunérations actuelles qui intègrent les deux dernières augmentations, à savoir la cinquième et la sixième rubrique du bulletin de salaire dont l’institution a été le résultat de conflits majeurs opposant personnels enseignants et gouvernements. Ces conflits deviennent structurels en l’absence de pratiques éprouvées de négociation collective et sous la pression de conditions de vie sans cesse menacées d’appauvrissement8.

  • 9 Voir, à propos de l’évolution de la taille des ménages et de ses corollaires sur l’habitat, Collect (...)

27Examinons, à ce propos, la structure des dépenses socio-économiques du professeur d’université moyen, à savoir le maître-assistant ayant capitalisé 10 années d’ancienneté et percevant un salaire net de 200.000 F CFA (400 $ US). D’une manière générale, le ménage du professeur d’université de type mononucléaire9, présente une structure mensuelle de dépenses et de consommation qui s’établit comme suit :

  • 10 Source : Direction de la Prévision et de la Statistique - Ministère de l’Economie des Finances et d (...)

28Poste de Dépenses10 Valeur

  1. Loyer 50.000f CFA = 20%

  2. Charges (eau, électricité, téléphone) 28.000 F CFA = 11,1%

  3. Nourriture 70.000 F CFA = 27,9%

  4. Santé 16.900 F CFA = 6,7%

  5. Habillement 22.880 F CFA = 9,1%

  6. Cérémonies 12.760 F CFA =) 5,1%

  7. Equipement 7.000 F CFA = 2,8%

  8. Education 14.000 F CFA = 5,6%

  9. Transport 10.880 F CFA = 4,3%

  10. Transfert 18.900 F CFA = 7,5%

29Total 250.620 F CFA

  • 11 MEFP/DPS, Rapport de Synthèse, octobre 1997, p. 65.
  • 12 Dakar, juin 1992.

30Nous avons reproduit les indications de l’Enquête Sénégalaise auprès des Ménages, (ESAM mars 94-mai 95)11, avec des écarts relatifs aux postes de dépenses suivants : santé, habillement, cérémonies, transport, transfert. En revanche, considérant les Résultats du questionnaire du SAES sur les conditions de logement des enseignants et chercheurs12, nous avons proposé le barème moyen de 50.000 F CFA (100 $ US) de loyer, quoique l’inflation consécutive à la dévaluation a notamment accru les sommes consacrées à ce poste de dépense. Corrélant le loyer et les charges locatives d’une part et, de l’autre, les dépenses de nourriture, d’équipement, d’éducation et le statut professionnel, nous avons pondéré d’un point positif les résultats de l’ESAM.

31En conclusion, le rapport entre le salaire et les dépenses de consommation est structurellement déficitaire (50.620 F CFA). Aussi, des réponses spécifiques seront-elles apportées par le gouvernement au fur et à mesure que les conflits se polarisent sur les conditions de vie et de travail du corps professoral.

32Quelles sont ces réponses ?

Des conflits du travail et du traitement salarial

33Outre les éléments de rémunérations publiques communes à tous les personnels enseignants (élémentaire, moyen et secondaire) dont la seconde, la troisième et la quatrième rubriques, la structure du salaire du corps professoral s’est mise progressivement en place au terme de revendications, de luttes, de négociations, et d’accords qui sont éclairants des conditions spécifiques et du traitement salarial du corps professoral.

34Car si l’on additionne les effets financiers particuliers générés par l’indemnité de recherche d’une part, et de l’autre, l’indemnité académique, on constate que c’est précisément à ces niveaux que sont intervenues les augmentations sensibles qui ont amélioré globalement de 70 % la solde indiciaire.

  • 13 Le Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur -SAES- est né au courant de l’année 1985 des flanc (...)

35L’indemnité spéciale de recherche et de formation (ISRF), dite indemnité de recherche, a été instituée en 1989 au terme des négociations concluant 70 jours de grève des personnels enseignant et chercheur. Quand éclate le conflit en février 1989, à l’initiative du SAES13, paralysant pour la première fois l’université, le gouvernement tente d’abord de désarmer le mouvement, puis de guerre lasse, de le circonscrire en apportant des réponses spécifiques au corps des personnels universitaires. De la sorte, les accords conclus avec le jeune syndicat des universitaires amorçaient un effet d’entraînement faible, voir nul, sur les autres ordres d’enseignants. C’est pourquoi le gouvernement choisit de formuler sa réponse aux revendications financières sous la forme d’un ajout spécifique, d’une indemnité spéciale destinée exclusivement aux enseignants et aux chercheurs d’un montant de 35 % du salaire indiciaire.

  • 14 SAES Documents, Spécial Congrès, 1er Congrès ordinaire 23/24 janvier 1988 ronéoté, Dakar, 1988, p. (...)

36Ce qui est caractéristique, c’est la façon dont sont formulées les revendications par le SAES, syndicat leader dans l’université, au tournant de cette grève de 1989, et les réponses qu’apporte le gouvernement, soucieux de contenir l’effet de contagion du mouvement revendicatif et de restreindre l’enveloppe des augmentations budgétaires au seul domaine des personnels de l’enseignement supérieur. En effet, si l’on examine le tableau des revendications financières, on relève, entre autres, au chapitre des conditions de travail14 :

  1. Une augmentation de 25.000 F de la prime d’enseignement (à savoir le complément spécial de solde, rubrique 2) ;

  2. Une augmentation de 75 % de la solde indiciaire ;

  3. Le relèvement de la prime de recherche à 200.000 F par an ;

  4. Le réexamen du taux des heures complémentaires ;

  5. L’alignement des per diem des enseignants du supérieur sur ceux des corps de la hiérarchie Al spécial et une couverture sanitaire lors des voyages d’études à l’étranger ;

  6. L’octroi d’une indemnité égale à celle des agents de la fonction publique lors des missions sur le terrain.

37Cette indemnité est présentée comme un complément salarial destiné à l’acquisition d’outils et de matériels scientifiques de recherche alors même qu’elle est un compromis dans les négociations qui ont sans cesse buté sur l’augmentation du revenu des universitaires en rupture dans la hiérarchie des grands corps de l’État. Les enseignants se trouvent ainsi acculés à s’engager massivement dans des actions de grèves auxquelles ils avaient pudiquement répugné à recourir jusque là.

38Le gouvernement avait, peu avant, pris les devants, annonçant dans un plan d’action du ministère de l’Éducation nationale (Le Soleil du 26 Juin 1986) certaines décisions destinées à l’université et qui traduisent, si l’on en croit le communiqué, la volonté d’améliorer constamment la fonction enseignante. Au chapitre financier on relève :

  • Un crédit de 5 millions alloué à chaque faculté pour subvenir aux frais de mission scientifique ;

  • Le paiement à temps des indemnités de recherche et des heures complémentaires ;

  • Des facilités accordées aux nouveaux assistants : octroi de prêts, possibilité de loger 3 mois à l’hôtel de l’université.

39Le revenu salarial est un enjeu important dont l’effet catalyseur a produit des revendications qui ont renforcé l’autonomie relative du syndicalisme universitaire et conforté le gouvernement dans une approche différenciée du traitement des revendications salariales sous formes d’indemnités spécifiques.

40La prime académique spéciale, instituée en 1997, au terme des négociations concluant sept semaines de grève, est également le résultat d’un compromis spécifique conclu entre le SAES et le gouvernement. Répondant à la question de l’alignement de l’indemnité de logement des personnels académiques du supérieur sur celle des corps de la hiérarchie Al spécial, le gouvernement a accordé cette prime destinée exclusivement aux enseignants ne bénéficiant pas d’un logement de fonction.

41C’est alors que la question centrale du logement, encore une fois, a alimenté revendications et grèves d’universitaires et amené le gouvernement à certaines concessions de taille dont :

  • la reconnaissance de la légitimité de la revendication de l’alignement de l’indemnité de logement,

  • l’alignement effectif de l’indemnité de logement au 1er janvier de l’an 2000 sur celle des corps homologues,

  • l’octroi d’une prime académique spéciale de 35.000 F aux enseignants non logés.

La question du logement

42Thème récurent et mobilisateur, la question du logement figure en bonne place sur toutes les plates-formes de revendications autour desquelles s’agrègent actions de boycott, de protestations ou de grèves sur le campus. Tout accord scellant un compromis entre gouvernement et syndicats, mentionne en bonne place, cette question du logement.

  • 15 On lira à ce propos SUDES, Rapport moral au IIème Congrès . op. cit. p. 13. SAES, Spécial congrès, (...)

43Elle se présente sous divers aspects : l’accès au patrimoine bâti de l’État ou de l’Université, la construction de cités résidentielles, l’octroi de prêts et conditions d’acquisition de propriétés privées. Du point de vue du droit, les syndicats d’enseignants présentent le logement non point comme un simple domicile mais d’abord comme un lieu de travail, donc un espace inhérent à la qualité des prestations du maître ou du professeur. S’appuyant en cela sur les recommandations de l’UNESCO, l’argumentation insiste sur la nécessité de pourvoir à des conditions épanouissantes de travail, à l’école et à domicile.15

44Du reste, le gouvernement ne conteste pas ce droit et a arrêté en 1978, une indemnité de 25.000 F en compensation des charges de logement. Progressivement, cette indemnité a été portée à 30.000 F puis à 35.000 F pour tous les ordres et catégories d’enseignants. Or, c’est justement sur ce point que les syndicats se sont accordés (en 1994) pour réclamer, avec le SAES, l’alignement de l’indemnité de logement des enseignants du supérieur sur celle des corps de la hiérarchie A spécial 1, portée en 1981 de 100.000 F à 250.000 F, pour les magistrats, les généraux d’armée, les inspecteurs d’État.

  • 16 Noss A. : Education and Adjustment : A review of the literature, Washington D.C, doc. de travail WP (...)
  • 17 Goreux, L. M. : La dévaluation du franc CFA : un premier bilan en décembre 1995, Banque mondiale, 1 (...)
  • 18 Ndoye et Rurhimwishiga ont montré comment la dévaluation a agi directement dans le secteur en rédui (...)
  • 19 Voir A. Ndiaye et B. Tidjani, « L’Etat et les syndicats au Sénégal, l’épuisement d’un modèle de ges (...)
  • 20 L’année académique 1993-1994 a été invalidée à la suite du conflit opposant le gouvernement et les (...)
  • 21 Voir Falilou Ndiaye, « L’Ajustement structurel de l’enseignement supérieur : le cas du Sénégal », c (...)
  • 22 Voir sa contribution « L’Université de Dakar sous "ajustement". La Banque mondiale face aux acteurs (...)
  • 23 Entretiens avec des directeurs de service du Rectorat de l’UCAD.

45Deux facteurs ont agi négativement sur la condition économique des fonctionnaires en général et des universitaires en particulier : d’une part, le gel des salaires décidé par décret n° 80-093 du 31 janvier 1980 et de l’autre, la dévaluation de 100 % du franc CFA en date du 14 janvier 1994, précédée par la baisse des salaires de 20 % imposée par le Plan Économique d’urgence d’assainissement des finances (1993-1995) d’août 1993. Le salaire, déjà fortement comprimé au fur et à mesure que s’accentuaient les politiques d’ajustement structurel plafonnant la masse salariale ou gelant le recrutement16 a subi, avec la dévaluation, une érosion effective. En effet, il est établi qu’à la suite de la dévaluation du franc CFA, l’indice des prix à la consommation dans les pays de l’UEMOA (Union Économique et Monétaire de l’Ouest Africain) (décembre 1993 : base 100) est passé de 108 en janvier 1994 à 146, 6 en septembre 1995, soit une hausse des prix de 35,7 %. Au Sénégal, cet indice est passé de 110,4 à 146,7, soit une hausse de 32,9 % en moyenne17. Or, dans la même période, les salaires n’ont été augmentés que de 10 %, traînant loin derrière l’indice des prix à la consommation. Aussi bien, on aura observé que les professeurs d’universités, dans cette période d’après dévaluation18, réagissent au contexte de régression en intensifiant les résistances syndicales d’une part et, de l’autre, en s’impliquant, pour une large part, dans l’espace politique. En effet, l’année syndicale 1994 aura enregistré des conflits de forte intensité sur l’espace social et politique entraînant une implication ouverte des syndicats19 d’enseignants, dont ceux du Supérieur, autour de questions telles que la pertinence des politiques d’ajustement, la qualité et la nature de la réforme de l’université, la restauration de l’État de droit20 et la libération des parlementaires détenus21. Pascal Bianchini explique comment s’opère le mécanisme d’ajustement du secteur de l’éducation auquel les théoriciens de la Banque mondiale appliquent une rationalité monétaire à court terme en termes de calcul coûts - avantages à l’investissement22. Dans le même temps que se diversifient les résistances sur le terrain social et syndical, on observe que la consommation en biens d’équipements scientifiques et culturels s’est considérablement tassée : réduction des demandes d’exonération, ralentissement des échanges, de la mobilité académique en particulier, etc.23

46L’évaluation exhaustive de la condition économique aurait révélé, à n’en pas douter, que la détérioration continue du pouvoir d’achat et des revenus du corps professoral s’accentuant au tournant de la dévaluation, est un facteur négatif qui limite, pour une large part la qualité de l’enseignement, contribue à la fuite des cerveaux vers des secteurs financièrement attractifs ou vers les pays du Nord, et compromet, pour l’instant, toute politique durable de développement de l’enseignement supérieur.

  • 24 Thème de grève récurrent, en particulier au SAES, en février 1989 et en mai 1994.
  • 25 On lira, à ce propos, K. Diallo, Le Syndicalisme dans l’enseignement public en A.O.F, 1920-1960. Th (...)
  • 26 Revitalisation de l’Enseignement Supérieur au Sénégal : les enjeux de la Réforme, Division Opératio (...)

47Au reste, les acteurs sociaux de l’enseignement supérieur, attentifs à cette dimension économique, n’ont eu de cesse, en ces années quatre-vingt, de réclamer la revalorisation de la fonction enseignante et de déclarer engager leurs actions pour "sauver l’université en péril"24. De son côté, le gouvernement, en butte à "l’efficacité de l’action syndicale"25 n’est pas sans entretenir la suspicion, sinon l’hostilité à l’endroit des syndicats d’enseignants opposés aux mesures économiques en l’occurrence salariales et fiscales26

48En tout état de cause, la dégradation des conditions économiques des enseignants en général et, dans le cas qui nous occupe, des enseignants du supérieur, n’est pas sans influer négativement sur les représentations sociales. Naguère considéré comme un expert au-dessus des tracas de la vie quotidienne, détenteur d’un savoir socialement utile, parce que conduisant à un emploi, le professeur d’université a souffert de la perte d’efficacité de l’institution, de la détérioration des revenus salariaux et des effets de la massification du corps. Ce déficit, d’économique à l’origine, a pris des aspects sociaux dans une conjoncture où sont plutôt valorisées les réussites matérielles, les stratégies à court terme et les logiques de rentabilité monétaire des investissements qu’encouragent les politiques d’ajustement en vigueur depuis une vingtaine d’années au Sénégal.

  • 27 Voir P. U. Teichler, Répondre aux exigences du monde du travail, document de travail, Conférence mo (...)

49Or, le consensus s’est établi, en cette fin du xxème siècle que l’accroissement de l’investissement de l’enseignement supérieur et le perfectionnement du personnel enseignant contribueraient notablement à la richesse économique27.

Les Conditions de Travail

50Au début de la décennie quatre-vingt, les conditions du travail académique connaissent une détérioration accrue sous la pression conjuguée des sureffectifs, de la diminution des allocations budgétaires et de l’absence d’un plan partagé de politique de développement de l’enseignement supérieur. L’université devient alors un foyer de conflits répétitifs, plus ou moins violents.

51Cet état de fait a installé une conjoncture de crise universitaire dans laquelle les personnels enseignants ont joué un rôle actif, à la fin des années quatre-vingt, rejoignant ainsi le mouvement étudiant dont l’activisme ininterrompu a souvent anticipé et catalysé, dans l’université, et au-delà, des conflits aux motivations tantôt corporatistes, tantôt politiques.

La crise universitaire et les conditions de travail des enseignants

52Dans la première phase du Plan d’Ajustement à Moyen et Long Terme (1985-1992), le choix des bailleurs de fonds à investir prioritairement dans l’éducation de base combiné à la réduction de la part du budget alloué à l’éducation (23,18 % en 1983-84 à 22,8 % en 1986-87) ont négativement influé sur les conditions de travail des universitaires. Car, dans le même temps que baissait le budget de l’Éducation et que stagnait le nombre d’enseignants, le flux des entrants à l’Université n’a cessé de croître, et l’encadrement de décroître qualitativement.

53Face à ce phénomène, les syndicats d’enseignants et d’étudiants ont engagé diverses actions contre les politiques d’ajustement et d’austérité budgétaires.

La massification de l’université

54L’accroissement très rapide des effectifs d’étudiants -en moyenne de 7 à 10 %- a considérablement modifié, au tournant des années quatre-vingt, la physionomie de la population universitaire et les conditions du travail scientifique et pédagogique. Confrontés à cette forte demande d’enseignement supérieur, les pouvoirs publics ont dû procéder à un recrutement de plus en plus important d’enseignants.

  • 28 Source : Rectorat, Rapport Général, Rentrée universitaire 1993-1994, Dakar, octobre 1993.

55En dépit de cet effort, le taux d’encadrement des étudiants (t°/ooo) n’a cessé de décroître, comme l’indique le tableau ci-dessous28 :

56Examinons quelques aspects inhérents à ces conditions du travail enseignant, telles qu’esquissées dans ces statistiques rectorales.

La qualité de l’encadrement

  • 29 Voir SUDES, Rapport moral au IIème congrès.

57Le recrutement accéléré de personnels enseignants, principalement des assistants, a donc joué dans la qualité de l’encadrement. On a déjà vu comment l’africanisation programmée du corps professoral, en l’occurrence sous la contrainte d’une demande syndicale29 a accéléré ce processus de massification, dont le recrutement et la responsabilisation directe d’assistants a été un facteur décisif à la fin des années quatre-vingt.

58On ne peut apprécier la crise, ou du moins ses effets principaux sans évaluer la détérioration des conditions de travail et le déclassement qui s’en suit dans l’exercice du métier d’enseignant. S’il demeure, en effet, que l’une des premières conséquences des sureffectifs est la baisse du taux d’encadrement, d’une part et la surcharge horaire, d’autre part, il reste à évaluer cet état de fait dans la qualité de l’enseignement.

  • 30 Rapport général, Concertation Nationale sur l’enseignement supérieur (20-23 août 1992) polycopié, D (...)

59On a observé, à la charnière des décennies quatre-vingt et quatre-vingt-dix, que l’accroissement de la population enseignante s’est effectué essentiellement à la base du corps, au niveau des assistants. Il est remarquable que les experts qui se sont penchés sur les transformations de l’université n’aient souvent retenu de ce phénomène que l’effet de nombre, occultant l’aspect qualitatif des prestations des assistants. S’accordant ainsi sur la nature quantitative du phénomène, des délégués à la CNES (Concertation Nationale sur l’Enseignement Supérieur) soutiennent que »... la massification du corps des assistants est un fait indéniable qu’il importe d’étudier de manière précise en vue de proposer des solutions appropriées »30. Quelles sont la cause, la nature et la portée de cette sédentarisation des assistants ?

60L’évolution des effectifs par grades révèle donc une disposition qualitative en faveur des assistants et assimilés, dans une période moyenne (1975-1993) durant laquelle ne cessent de décroître le taux d’encadrement et, corrélativement la qualité de l’enseignement.

  • 31 Formulée et défendue par le SUDES dans les années 1979-1980.

61Ce phénomène, accentué par l’absence d’une politique d’intégration et d’un plan de carrière des assistants, est devenu source de dégradation de l’efficacité interne dès lors que la catégorie concernée des assistants et assimilés bénéficiait d’une pérennité d’emploi dans cette position subalterne (Loi 81.59). Rappelons que cet état de fait résulte d’une demande syndicale31 inscrite dans la logique du plan d’africanisation : il s’agissait alors de mettre un terme aux renvois, jugés abusifs, d’assistants ayant épuisé leur période de stage. Mais, on a observé qu’une fois entamé le phénomène de massification de l’université, la qualité de l’encadrement a alors accusé une nette diminution.

62Paradoxalement, les pouvoirs publics ont pensé qu’il fallait plutôt mettre un terme à cette titularisation des assistants (Loi 94-1092) en vue de remédier à leur sédentarisation dans ce corps subalterne. Or, les mêmes causes produisant les mêmes effets, il est à craindre que tant que demeurent le phénomène de la massification et l’absence d’un plan de carrière dans des structures adéquates, le temps de séjour dans le corps des assistants se prolongera nécessairement.

La surcharge horaire

63On ne peut apprécier cette détérioration des conditions de travail sans évaluer les diverses conséquences qu’entraînent d’une part la sédentarisation des assistants titulaires dans une catégorie subalterne et, d’autre part, la surcharge horaire qui entrave notamment la contribution à la recherche. S’il est vrai que l’usage des heures complémentaires est un palliatif nécessaire qui a permis d’ajuster en permanence les besoins réels d’enseignement en fonction des effectifs et des emplois budgétaires, il demeure qu’un seuil critique se dresse à l’horizon de l’université du fait d’une massification croissante de la population étudiante. Par ailleurs, le mode de gestion des sureffectifs par le système des heures complémentaires qui a jusqu’ici introduit une certaine souplesse, dans la programmation des enseignements a souvent masqué, de ce fait même, le déficit chronique du personnel enseignant : d’où une surcharge horaire quasi structurelle dans toutes les facultés.

64Ce phénomène de la surcharge horaire s’est accentué au début des années quatre-vingt-dix sous l’effet conjugué de la demande assez forte de l’administration en matière d’encadrement et de la stratégie implicite des enseignants cumulant les accessoires salariaux. Aussi bien, le boycott des heures complémentaires a-t-il abouti, en 1993, à la revalorisation du taux horaire qui est passé de 1 750 F CFA (3,5 $) pour les travaux pratiques et 3 500 F CFA (7 $) pour les cours à un taux horaire de base de 5 000 F CFA (10 $). Dès lors, on a observé un regain de l’activité d’enseignement complémentaire, source de revenus substantiels, notamment en Sciences, Lettres, Droit et Sciences Economiques. On estime que les revenus générés par les heures complémentaires représentent, en moyenne 30 à 45 % du salaire annuel.

  • 32 On lit dans le Rapport Général (Octobre, 1993) : « ...beaucoup d’enseignants font des heures complé (...)

65Les surcharges horaires - consenties ou imposées - se traduisent donc sous forme d’heures complémentaires représentant souvent le double de la charge horaire statutaire32 telle que définie aux articles 3 et 4 de la loi 81-59 qui fixent le service horaire d’enseignement à quatre heures pour les professeurs et maîtres de conférence, à six heures de cours, sept heures et demie de travaux dirigés ou douze heures de travaux pratiques pour les maîtres-assistants.

66Il en résulte un état des services assez confus où prédomine l’informalisation des obligations d’enseignement. L’administration, sachant pouvoir compter sur l’usage des surcharges horaires, n’estime pas nécessaire de mettre en place un programme de recrutement d’enseignants. Tandis que ceux-ci, confortés financièrement par cet ersatz des heures complémentaires, n’hésitent guère à franchir, dans le contrat tacite des emplois du temps, un seuil qui double leur charge horaire. La recherche, naturellement, en accuse un retard certain dans nombre d’établissements où la demande d’enseignement est fort élevée.

67D’où une confusion entre charge d’enseignement et obligations de services. Celles-ci étant souvent réduites au volume horaire hebdomadaire ; le temps à consacrer à la recherche devient nul, aux yeux d’une opinion ignorante de l’organisation du travail universitaire et soucieuse seulement de rentabilité financière et de rendement du travail.

  • 33 Voir les décisions du Conseil intern. astériel relatif aux Universités, Septembre 1998, Dakar, poly (...)
  • 34 Aide-mémoire, République du Sénégal, Projet d’Amélioration de l’Enseignement Supérieur, p. 4.

68C’est ainsi que la CNES proposait l’augmentation de 50 % des charges d’enseignement. De même, le gouvernement s’est engagé33 auprès de la Banque mondiale d’augmenter « le nombre moyen d’heures hebdomadaires d’enseignement... d’au moins une heure à compter du 31 décembre 1998 »34.

La recherche dans le contexte de la crise universitaire

69Il existe formellement, deux catégories de personnels académiques à l’université de Dakar : les enseignants d’une part, et d’autre part les chercheurs régis par deux statuts distincts ; ces deux catégories de personnels sont toutes soumises aux obligations de recherche, quoique de manière distincte. Ainsi les enseignants n’avancent dans la hiérarchie académique, pour une large part, que sur la base des résultats de leurs activités de recherche (loi n° 81-59 modifiée).

70Disséminée soit dans les instituts d’université - CLAD (Centre de Linguistique Appliquée de Dakar), IREMPT (Institut de Recherche sur l’Enseignement de la Mathématique, de la Physique et de la Technologie), CREDILA (Centre de Recherche et de Documentation sur les Institutions et Législations Africaines) ..., soit dans des établissements autonomes - IFAN (Institut Fondamental d’Afrique Noire), ESP (Ecole Supérieure Polytechnique), la recherche est ainsi conduite suivant des modalités et des moyens divers. Logée dans des structures fortes, elle dispose d’une large autonomie d’action, tandis qu’à l’ombre des établissements d’enseignement, elle fonctionne plutôt sur un mode auxiliaire. S’en suivent que certains aléas, d’ordre institutionnel, empêchant la définition et la mise en œuvre d’une politique efficace de la recherche. Les Etats Généraux de 1981 ont tenté de pallier à ces difficultés et de définir l’esprit et les priorités des missions de l’université en matière de recherche-développement articulée dans le contexte global de la société sénégalaise.

  • 35 Document polycopié, Rectorat, UCAD, 1991.
  • 36 op. cit., p. 3.

71Ces nouvelles fonctions de la recherche ont été discutées et planifiées lors des journées consacrées à la recherche à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, en mars 199135. Résumant les grandes options de l’institution, les rédacteurs du document indiquent « la recherche universitaire devra situer sa programmation dans un concept de prospective et de planification à long terme 36». En fait, une option se profile, dont l’ambition est de rompre avec une démarche institutionnelle souvent enfermée dans les limites étriquées du court terme qui n’a pas été sans instrumentaliser la recherche, confinée à la collecte de données ou à l’inventaire de matériaux à des finalités hâtivement définies.

  • 37 La faculté des sciences, avec un taux d’encadrement de 57 pour mille, dépasse largement la faculté (...)

72Après une longue période de paralysie, le programme de coopération sénégalo-italien, le Commodity Aid, a notablement contribué en 1991 à l’équipement scientifique et matériel de l’Université. Ainsi plus de trois milliards de francs CFA ont été investis en équipements scientifiques des laboratoires de recherche, salles de travaux (pratiques et dirigés) des facultés de Sciences, de Médecine, Pharmacie et Odontologie. Il est probable que cet environnement, rénové et revitalisé, ait constitué un facteur décisif dans certaines performances des deux facultés en question, notamment en matière d’encadrement, de taux de réussite des étudiants et de qualification du personnel, comme soulignés dans les rapports annuels du rectorat37.

  • 38 Rapport Général, Octobre 1993, p. 13

73Sous ce rapport, la pratique irrégulière, voire incertaine, des publications centrales des établissements, les annales de faculté, est révélatrice d’un retard effectif dans le domaine de la recherche. On a constaté, à ce propos, que « certaines facultés ne publient plus leurs annales depuis au moins neuf ans »38.

74Dans ces conditions, les enseignants, astreints aux obligations de recherche, soit s’en tiennent au rituel du nombre de publications requises par le CAMES, soit démarchent individuellement les publications étrangères à l’institution. Toujours est-il que l’exiguité des espaces de publications, quand ils existent, n’est guère de nature à encourager et soutenir l’effort de recherche.

75S’agissant des subventions aux publications, prévues dans les budgets des établissements, en dehors du soutien à la confection des thèses, quelques revues spécialisées font souvent l’objet d’un financement ponctuel. Le problème principal, pour les comités éditoriaux de ces revues spécialisées, est en général de savoir où trouver les fonds de publication. Car, si les subventions ne sont pas renouvelées, les ventes, cela va sans dire, ou les abonnements, ne supporteront pas les frais de tirage.

76La recherche, à l’UCAD, demeure, pour l’essentiel, à l’ombre des activités d’enseignement. Ce qui n’a pas été sans influer négativement sur la qualité de la recherche. Certes, des équipes et réseaux ont été érigés au fil du temps, mais, partout la modicité des ressources et la faiblesse des équipements ont entravé le dynamisme de la recherche.

77Dans certaines institutions, des réseaux de recherche ont utilement contribué durant les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix à la formation et au perfectionnement du personnel, notamment dans les domaines suivants :

  • Constitution d’un vivier à même de pourvoir à la demande d’assistants : en faculté des sciences, au département de chimie par exemple dans les années quatre vingt.

  • Contribution à la conception et à l’élaboration de stratégies de perfectionnement du personnel : en faculté de médecine, lors de la préparation des candidats au concours d’agrégation du CAMES (Conseil Africain et Mauricien pour l’Enseignement Supérieur).

  • Formation et perfectionnement des ressources en matière de pratiques pédagogiques et des sciences de l’éducation : à l’ENS, dans le cadre de la chaire UNESCO en Sciences de l’Education, depuis 1995 en particulier.

  • Obtention d’une chaire UNESCO en géographie sur les écosystèmes des zones côtières et lagunaires.

  • Contribution à l’étude et à la découverte du VIH 2 en virologie et parasitologie.

  • Contribution à l’étude de questions et de stratégies économiques au CREA (Centre de Recherches Economiques Appliquées).

78On ne saurait sous-estimer l’intérêt des initiatives dans l’expertise, les prestations de service et de formation continue que développent notamment l’Ecole Supérieure Polytechnique et la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion, dans les secteurs de l’industriel et du tertiaire. Cependant, il convient de remarquer que ces activités ne relèvent que rarement de la recherche et n’ont pas, réellement, contribué à la constitution d’équipes ou de réseaux de recherche.

79Les voyages d études, disposition statutaire (article 50, loi 81-59) relative à la mobilité académique des enseignants, demeurent un élément central du perfectionnement du personnel. En effet, le caractère modeste des équipements et la documentation disponibles, l’absence d’une masse critique de compétences au niveau local ont, entre autres, institué cette disposition qui offrait au chercheur (article 22, loi 89-909) et à l’enseignant le droit d’effectuer un voyage d’études tous les deux ans. Avec la réforme, notamment la loi 94-1092, il est stipulé que les « conditions seront déterminées par la commission de la recherche qui établit les critères et les modalités d’éligibilité ».

80Les voyages d’études, bisannuels, soumis aux conditions d’éligibilité, les missions d’études de six mois, le congé sabbatique et les stages de longue durée, de trois à vingt quatre mois, constituent les divers éléments du système de mobilité académique dont la finalité est de pourvoir aux demandes de perfectionnement académique et scientifique.

Pourquoi cette réforme au sujet des voyages d’études ?

  • 39 op. cit., p. 14.
  • 40 Mémorandum du SAES au sujet de la réforme des textes des universités, Dakar, février 1994, polycopi (...)

81Il semble que ces voyages d’études n’aient pas toujours profité aux enseignants et chercheurs. En effet, si l’on en croit le Rectorat de l’UCAD dans le Rapport Général d’octobre 1993 : « certains enseignants se préoccupent plutôt de percevoir leur per diem, sans faire de voyage d’études, d’autres effectuent des « voyages de vacances », sans production, d’autres enfin, assez rares, il est vrai, font bien des voyages scientifiques mais ne fournissent guère de rapport d’activités39. Réfutant ces accusations, les syndicats, dont le SAES,40 ont répondu qu’il s’agissait de rationaliser et de contrôler l’usage d’un droit plutôt que de lui substituer une disposition dont la possibilité sera de plus en plus hypothétique compte tenu des restrictions budgétaires.

82Essentiellement organisés autour de la destination France, les voyages d’études ont effectivement donné lieu à divers types de pratiques répréhensibles. On peut s’interroger sur la forme que peuvent revêtir ces pratiques, détournant un droit de ses finalités. Toutefois, ces « solutions locales » traduisent, quoi qu’on en dise, le malaise du corps professoral, démotivé, se détournant ainsi des exigences d’une profession qui répond mal aux contraintes sociales.

83Par ailleurs, prolongeant la réforme de 1994, le gouvernement s’est engagé auprès de la Banque Mondiale à remplacer le système actuellement en vigueur par la mise en place d’un fonds concurrentiel de recherche universitaire (FRU) d’un montant de 2,9 millions de $ US. Il s’agirait, une fois l’obstacle de l’Assemblée de l’Université contourné, de verser le fonds actuel des voyages d’études dans un compte bancaire cogéré par l’UCAD et le Projet d’Amélioration de l’Enseignement Supérieur (PAES). La question est de savoir sur quelle base le PAES, mis en place par la Banque Mondiale, domicilié dans le cabinet ministériel, est-il compétent sur la gestion du budget de l’Université, notamment en matière de carrière et de mobilité académiques ?

84La demande documentaire, un facteur essentiel de la recherche, est gérée par la bibliothèque centrale, appuyée par un réseau de bibliothèques de proximité, décentralisé dans les établissements. Cet ensemble de services documentaires a permis de soutenir un niveau académique élevé. Dans les premières années de l’université, cette bibliothèque est demeurée la plus importante de la région de l’Afrique de l’Ouest francophone en terme de collections d’ouvrages et de périodiques, notamment en lettres, sciences humaines et médecine.

85Au tournant des années soixante-dix, l’offre documentaire a accusé un net recul sous l’effet conjugué de la baisse des ressources et de l’augmentation du nombre de lecteurs. Conçue et équipée pour recevoir 3 000 usagers, dont 416 en places assises, la bibliothèque est restée impuissante à répondre à la demande d’une population estimée présentement à 25.000 lecteurs, enseignants et étudiants confondus. Il est certain que ce déficit n’est pas seulement lié aux infrastructures et équipements. La stagnation du budget global de l’université, gelé depuis la mise en œuvre du Plan d’Urgence Economique de 1993, demeure un facteur limitant des ressources de la bibliothèque.

86Dans ces conditions, le travail de recherche et d’enseignement ne s’épanouit guère, confronté au handicap majeur de la documentation. Une documentation aux moyens modestes, ne disposant que d’une collection de 45.000 volumes manuels et ouvrages usuels. Souvent abîmés, sinon détériorés par certains lecteurs indélicats qui jugent plus rapide d’agir ainsi plutôt que de photocopier, les manuels sont donc indisponibles la plupart du temps.

  • 41 Aide-mémoire, Projet d’Amélioration de l’Enseignement Supérieur (PAES) mission de l’IDA, polycopié, (...)

87Cet état de fait est naturellement la conséquence d’une forte pression de la demande. Notamment dans la période du dernier trimestre, à l’orée des évaluations finales, quand affluent un millier de lecteurs devant se partager les rares places assises. Car, dans l’ensemble, seulement 73 % des étudiants ont utilisé la bibliothèque au cours de l’année 1996/97, par rapport aux 73 % prévus41. Quelle que soit la période considérée, les places réservées aux enseignants sont constamment occupées par d’autres lecteurs. Par ailleurs, la détérioration des conditions de travail s’est accentuée avec celle des équipements : climatisation centrale en panne depuis 1980, ascenseurs et monte-charge hors normes sécurité, électrification défectueuse, encombrement dans les réserves et magasins, etc.

  • 42 Résolution, Coordination des Etudiants de Dakar (CED) et Coordination des Etudiants de Saint-Louis (...)
  • 43 SAES : Rapport Moral au IIème Congrès, ronéoté, Dakar, février 1990.
  • 44 CNES : Rapport Général, op. cit.
  • 45 PAES (Programme d’Amélioration de l’Enseignement Supérieur), Aide-mémoire, op. cit. Annexe 2, p. 3.

88Toutefois, à la demande insistante des étudiants42, des enseignants43 et enfin de la CNES44, le gouvernement a mis en œuvre un programme de renforcement et de réhabilitation de la bibliothèque centrale et du réseau documentaire des bibliothèques de proximité. Selon les termes de l’accord de prêt consenti par la Banque mondiale et la revue de l’état d’exécution, ce programme sera achevé au plus tard le 1er juillet de l’an 200045.

89Pour l’instant, la pénurie documentaire entrave l’épanouissement de la communauté universitaire en affectant la qualité de l’enseignement et la recherche.

La réforme de l’Université et la transformation du rôle des universitaires

90La détérioration des conditions dans lesquelles évolue l’Université a considérablement affecté, souvent modifié le rôle des institutions d’enseignement supérieur et celui des enseignants et chercheurs. La réforme de l’enseignement supérieur de 1994 apparaît, à bien des égards, comme un des aspects de cette évolution. L’Université, on l’a vu, a subi des pressions démographiques, budgétaires, sociales et administratives, qui n’ont pas été sans accélérer cette évolution, engageant institutions et personnels, nolens volens, dans des statuts et rôles nouveaux.

De la CNES46 à l’Université : trajectoire d’une onde de choc dans l’espace social

  • 46 Concertation Nationale de l’Enseignement Supérieur

91Au début des années quatre-vingt-dix, le débat sur la crise de l’enseignement supérieur, les initiatives de la Banque mondiale, la convocation de la CNES et, enfin, la mise en œuvre de la réforme, forment les séquences d’une dynamique ininterrompue qui a accéléré, voire précipité l’évolution de l’Université. S’il est apparu un accord sur le diagnostic de la crise de l’Université depuis les Etats Généraux de l’Education et de la Formation de 1981, il en a été autrement, en revanche, des voies et moyens de la réforme. En effet, après le dépôt des conclusions de la Commission Nationale de la Réforme de l’Education et de la Formation (CNREF), en août 1984, le débat et les propositions de réforme de l’université sont restés en jachère. Et l’institution, enlisée dans des conflits fréquents et violents, n’a cessé, par la voix des étudiants et des enseignants, de réclamer une réforme à la mesure des enjeux disputés : qualité et adéquation de l’enseignement, contraintes financière et démographique, autonomie et responsabilité sociale. En ont résulté, dans cette période intermédiaire 1984-1993, des conflits majeurs qui ont soit paralysé totalement les enseignements une année durant (1988, année dite « blanche »), soit entraîné massivement et pour la première fois, les personnels enseignants et chercheurs dans de longues actions de grève (70 jours en février - mars - avril 1989).

92Ces perturbations n’ont pas été sans influer négativement sur la qualité de l’enseignement : fort taux d’échecs, perte de motivation des étudiants et des enseignants, dévalorisation de l’université, etc.

Des initiatives de la Banque mondiale à la CNES

93C’est dans ce contexte que le gouvernement et la Banque mondiale commencent à négocier les voies et moyens d’une intervention concertée autour de la réforme de l’université. Au terme de ces contacts, plusieurs missions de la Banque sont dépêchées auprès de l’université de Dakar au terme desquelles paraît un rapport intitulé Revitalisation de l’Enseignement Supérieur au Sénégal : les enjeux de la Réforme, publié le 4 mars 1992.

94Globalement, le rapport de la Banque mondiale propose au gouvernement :

  • de procéder à une réallocation des ressources consacrées à l’enseignement supérieur, en révisant à la baisse les parts salariale et sociale du budget de l’université ;

  • d’assainir les effectifs par la sélection à l’entrée et la réduction du temps de séjour des étudiants ;

  • de promouvoir les facteurs qualitatifs de l’enseignement et de la recherche, dont la réhabilitation de la bibliothèque.

95Suite à ces propositions, un débat s’engage, qui a abouti à la convocation, par le Chef de l’Etat, de la Concertation Nationale de l’Enseignement Supérieur (CNES).

Les travaux et rapports de la CNES

96De juin 1992 au mois d’août 1993, les travaux de la CNES ont réuni plusieurs centaines de personnes d’horizons divers : académiciens, étudiants, administratifs, entrepreneurs, syndicalistes, enseignants, etc. Quatre sessions plénières, de quarante-huit heures chacune, alternées de travaux en commissions, ont été tenues sur diverses questions relatives à la mission et à la vie des universités.

97Au terme des travaux, ont été produits une dizaine de rapports portant sur diverses questions dont :

  • la révision de l’accès à l’université ;

  • la restructuration des établissements de l’université ;

  • la modification de la composition de l’Assemblée de l’université ;

  • la modification du statut du personnel enseignant.

  • 47 On consultera le Rapport Général, CNES, ronéoté, Dakar 3-4 mai 1993.
  • 48 Voir les 21 recommandations du rapport G. Verhaegen, Propositions de réforme de l’Université au Sén (...)

98On remarque une certaine convergence de vues dans les objectifs définis d’une part dans le rapport de la Banque Mondiale et de l’autre, dans les rapports de la CNES47. En fait, cette convergence est le résultat d’une stratégie arrêtée par le gouvernement doublant les assises de la CNES par les audits d’une commission mixte d’experts (nationaux et étrangers). A mi-chemin, le rapport d’expertise48corrigeait certaines tendances de la CNES, accentuant la logique néolibérale de réallocation budgétaire, du contrôle des effectifs, de la restructuration des établissements, etc. Tribune ouverte, investie d’un pouvoir assez lâche, la CNES était ainsi prise en sandwich entre la logique administrative du gouvernement (négociant alors avec la Banque mondiale) et la démarche consensuelle des partenaires sociaux, dont les syndicats d’enseignants et d’étudiants, exigeant une plus grande ouverture de l’institution sur la demande sociale : ouverture, efficacité, renforcement des capacités, etc.

99Au terme de ces tractations - forum ouvert de la CNES, négociations secrètes entre Banque mondiale et gouvernement - la dernière session de la CNES, en août 1993, concluait sur le rapport d’une dizaine de commissions dont la diversité des recommandations tendait tantôt vers les objectifs malthusiens et/ou financiers de la Banque mondiale et des experts, tantôt vers les objectifs d’ouverture et de renforcement des capacités préconisées par le forum de la CNES. Les rapports de la CNES étaient donc une sorte de pot-pourri tiraillé par des logiques contradictoires qui ne laissaient place qu’à des compromis, somme toute irréalisables, notamment sur les questions touchant aux conditions sociales et académiques.

  • 49 Voir annexe.

100C’est pourquoi le gouvernement fit le choix d’administrer à l’Université un remède de cheval en diligentant une voie administrative de réforme de l’enseignement supérieur. Convoquant un Conseil interministériel sur l’enseignement supérieur, le 9 décembre 1993, le gouvernement procéda alors à un arbitrage unilatéral et promulgua un arrêté de 23 décisions49.

101Globalement, la stratégie du gouvernement, jusque-là adossée sur celle de la Banque mondiale et de la commission d’expertise, projetait de s’appuyer d’abord sur l’administration des ministères de l’Education Nationale et des Finances et sur l’intervention de l’Assemblée nationale en vue des réallocations budgétaires et de la révision des textes de lois touchant à l’accès à l’Université et au statut des enseignants. Ensuite, cette stratégie de mise en œuvre déléguait aux assemblées d’universités restructurées (Universités de Dakar et de Saint-Louis) le mandat de réviser le régime financier, de réformer le système des évaluations et autres questions académiques.

Des conflits universitaires

Le contexte national

  • 50 Pièces annexes.

102A la suite des 23 décisions du Conseil Interministériel de réforme de l’Enseignement Supérieur, nonobstant les réserves des partenaires sociaux (le SAES et la Coordination des Etudiants de Dakar en particulier), la communauté universitaire a réagi par un rejet massif de l’esprit des méthodes de la réforme. Le SAES qui avait, auparavant, adressé un « mémoire sur la dernière session de la CNES »50 réitérait ses positions le 28 février 1994. Celles-ci, en substance, tiennent :

  • d’abord dans la méthode : pour une réforme graduée et concertée en lieu et place de la voie administrative que privilégie le gouvernement ;

  • ensuite dans le modus operandi : par la mise en place d’une commission nationale à composition paritaire devant conduire la réforme ;

  • enfin dans la gestion des décisions de nature conflictuelle : pour un report de ces décisions et la poursuite des discussions Universités/gouvernement afin de parvenir à une démarche consensuelle.

103Ces propositions et positions du SAES, largement partagées par les personnels enseignant et chercheur ont servi d’argumentaire dans les assemblées délibérantes des établissements desquelles il ressortait clairement que l’université rejetait la réforme telle que préconisée par le gouvernement.

  • 51 UCAD : 24 000 étudiants en 1993-1994 ; USL : 2 400 étudiants en 1993-1994

104Si la CED a aussitôt réagi dénonçant les 23 décisions qualifiées de « sataniques » et appelant à organiser la grève, la CESL (Coordination des Etudiants de Saint-Louis), s’est en revanche montrée plus réservée, voire plutôt favorable. Le poids inégal des deux universités51 ouvrait cependant la voie à des tensions étudiants/gouvernement, comme en en témoigne dès juillet de la même année, l’entrée en conflit de la CESL, prétextant qu’elle exige deux sessions d’examens en lieu et place de la session unique projetée.

105Dès la semaine de juin 1994, le monde universitaire enregistre ses premières secousses : grèves, meetings, manifestations de rues, etc.

106Les enseignants, d’abord, en accord avec le SAES, observent unanimement le mot d’ordre de grève pour le retrait des 23 décisions. Au terme de trois semaines, les négociations évoluent sensiblement sous la pression de l’opinion et des actions de masse ; le gouvernement accepte :

  • de retourner certaines dispositions aux assemblées d’universités pour étude, dont les décisions n° 5, 9, 15 et 16.

  • d’ouvrir des discussions sur la demande de relèvement des indemnités de voyage et de logement.

107Le paroxysme des conflits universitaires se manifeste courant juin, à l’UCAD et à l’Université de Saint Louis (USL) par :

  • la coupure des salaires qui suscite, paradoxalement, une adhésion plus large des enseignants et chercheurs aux actions de masse ;

  • la mise à sac du Rectorat par des éléments non identifiés, au cours d’un sit-in convoqué par la CED.

108Fin juin 1994, le gouvernement et le SAES concluent et signent un protocole d’accord qui met fin à la grève des enseignants. Celle des étudiants perdure cependant et gagne en ampleur tout au long du mois de juillet. Les négociations gouvernement/CED ont essentiellement buté sur les contentieux à caractère social, en l’occurrence les décisions Nos13 et 21.

109Les Assemblées d’Universités, convoquées fin juillet, statuent alors sur l’invalidation de l’année académique 1993-1994.

De la crise politique

110L’agitation politique a ponctué toute l’année 1994 d’actions de masse qui ont culminé dans les émeutes sanglantes du 16 février 1994. Accompagnant ou amplifiant les luttes syndicales, universitaires notamment, cette agitation a pesé d’un poids net dans les conflits universitaires.

  • 52 Essentiellement animée par le PDS (Parti Démocratique Sénégalais), AJ/PADS (And Jëf/Parti Africain (...)

111La coalition des partis et organisations de la CFD52 (Coordination des Forces Démocratiques) a pris, très tôt, position contre les mesures du Plan d’Urgence. L’action multiforme de cette coalition a contribué à éclairer l’opinion lors du vote de la loi du Plan, le 22-08-93, à l’Assemblée nationale. N’a-t-elle pas quelque peu influé sur le vote dissident des députés de la CNTS (Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal, centrale affiliée au parti au pouvoir) rejetant les mesures du Plan ?

112Présente dans les actions de masse, notamment au sit in du 22 août devant l’assemblée à côté des autres forces démocratiques, la CFD a réclamé, in situ, la constitution d’une « Union sacrée » de toutes les forces.

113Quand bien même, cette « union » n’aura pas été forgée formellement, du fait des réticences des centrales syndicales, l’action de masse n’en sera pas amoindrie. Et, le 2 septembre 1993, la grève générale, débordant le cadre des syndicats offre le spectacle des « villes mortes » sur tout le territoire.

114Et, courant décembre, dans le feu d’actions décentralisées, la CFD investit les quartiers, organise des visites d’entreprises et tente, sans grand succès, il est vrai, de raccorder espace politique et espace syndical.

115La dévaluation du F CFA de janvier 1994 a revitalisé la crise politique, réarmé l’agitation sociale et ouvert la voie à une conjoncture économique assez aléatoire. Le gouvernement soucieux de creuser l’écart entre les coalitions - politique et syndicale - réouvre les négociations syndicales ; dans le même temps, la police accentue la répression, multiplie les arrestations et s’attache à endiguer les actions politiques de masse.

116De février à juillet 1994, cette crise économique devient politique et alimente tous les conflits sociaux, dont celui de l’université.

Des rôles des universitaires

117On n’a qu’une vue partielle des rôles nouveaux que la crise a assignés aux universitaires si on ne met pas en regard les positions qu’ils occupent dans la transformation de l’institution, et à l’extérieur, dans les mutations sociales. Ces rôles résultent d’implications et de responsabilités que leur confèrent soit la communauté universitaire, soit les évolutions dans la communauté nationale. Trois figures majeures donnent corps aux rôles des universitaires renégociant leur leadership social : l’académicien, le politique et le consultant.

L’académicien

  • 53 On lira, à ce propos P. Bourdieu, Homo academicus, ch. 3 - espèces de capital et formes de pouvoir, (...)

118Au tournant des années quatre-vingt, quand monte très fort le mouvement de contestation dans l’université, mettant parfois en question le mode de reproduction des personnels enseignants53 par le truchement d’une africanisation plus ou moins hâtive, subsiste, au sein de l’université un cénacle d’académiciens qui continue à assurer la pérennité de règles et de traditions propres à leur spécialité et à leur institution. Mandarin « sans-parti », non syndiqué le plus souvent, dépositaire du pouvoir, vacant à la suite du coopérant « déflaté », ce professeur a entamé un processus contradictoire de capitalisation institutionnelle (intellectuel et culturel) et de relégation politique. Et, au terme de ce parcours, le nouveau mandarin est réapparu, tantôt auréolé du prestige de l’enseignant détenteur d’un pouvoir académique reconnaissable (doyen, chef de service, directeur d’établissement, grand électeur) tantôt investi d’une efficacité scientifique reconnue exclusivement dans le cercle restreint de la discipline, mais dépouillé de pouvoir, donc de moyens institutionnels.

119Le premier mandarin, investi en tant que tel dans les fonctions institutionnelles de doyen, de directeur d’établissement, est une figure emblématique de l’académicien sénégalais. Elle est à la croisée des chemins, issue d’un concours de circonstances dans lesquelles s’entrecroisent l’exercice d’un mandat électif, les fonctions d’ordonnateur d’un budget et celles de représentation d’un établissement. Naturellement, des avantages (voiture de fonction, logement, indemnité de la charge, contrôle de l’information) sont liés à ces rôles et à ce rang primordial dans la communauté restreinte, etc. Il s’en suit que les élections décanales, tout comme celles des chefs d’établissements, ont souvent donné lieu à diverses tractations, négociations entre groupes, catégories professionnelles. Et l’enjeu n’est pas seulement de porter un enseignant à la tête de l’établissement, mais de consacrer, par une sorte de rituel démocratique, le triomphe d’un groupe, d’une chaire, d’un réseau d’affinités (syndicale ou politique).

120Ce faisant, lors des élections, quand les syndicats battent campagne, de laboratoires en salles de classe, de bureaux en amphithéâtres, l’objectif visé est de s’assurer un important relais à la tête de la faculté ou de l’établissement : un doyen capable de prolonger les aspirations de ses électeurs, de faire front, dans le contexte qui nous occupe (années quatre vingt - quatre vingt dix) aux immixtions du pouvoir public, de préserver l’autonomie de l’Université et de dénoncer, le cas échéant, les abus de pouvoir dont la violation des franchises, illustre une des formes les plus constantes.

121Paradoxalement, le mandarin ne sera investi de pouvoirs électifs qu’en s’appuyant sur l’activisme des syndicats. A titre d’exemple, les facultés de Lettres et de Sciences ont consolidé la main mise d’une catégorie de mandarins de gauche, relais de plates-formes revendicatives, interlocuteurs de l’administration universitaire. En fait, la trajectoire de l’académicien et la démarche des syndicalistes se sont opportunément rencontrées dans un contexte de massification de l’université et de démocratisation de l’espace politique. Le phénomène n’a cessé de s’accentuer dans les facultés précitées où les carrières individuelles sont relativement libérées de la hiérarchie rigide des concours et parrainages. En Médecine, Sciences Economiques et Droit subsiste cependant encore une logique de discipline et de hiérarchie dans laquelle le collège des professeurs exerce un rôle prééminent, reléguant le syndicat aux arrières-postes dans les consultations électorales, le vote du budget, l’arbitrage des questions « sensibles ». Il va sans dire que tous les élus tout en restant loyal vis-à-vis de l’université, sont, par moments, tiraillés entre ce devoir et les exigences de leurs électeurs qui ne sont pas toujours conformes aux vues de l’institution.

122Le second mandarin, parvenu aux antichambres du pouvoir académique, est demeuré un simple « patron » dont la force tient l’efficacité didactique, à la manière de diriger les thèses, d’animer la chaire, le laboratoire et, éventuellement, de placer le candidat à un poste d’assistant, sur le marché du travail, etc. Professeur ordinaire, entretenant avec l’institution une relation diffuse, le plus souvent relégué par les politiques (du campus et de l’extérieur) dans son laboratoire ou sa bibliothèque, il agit essentiellement dans l’espace de son magistère, d’une discipline, d’un concours ou d’une procédure d’habilitation ou de certification (CAMES).

123De façon générale, ce mandarin n’exerce que dans le champ d’une discipline et n’intervient donc que faiblement dans les compétitions, élections et arbitrages. Ne cumulant pas son pouvoir de patron avec une position de décision dans l’institution, il est obligé de procéder, dans certaines situations, par recours ou procuration. Recours au pouvoir de collègues - doyen ou autorité académique -capable de répondre efficacement quand la demande nécessite une décision politique (rectorale, ministérielle). Procuration aux collègues qui sont impliqués dans les procédures de consultation et de décision.

Le politique

124La figure du politique est hybride dans l’espace du campus sénégalais. Dans le cycle des crises qui ont agité les campus, on a vu apparaître d’abord le syndicaliste et ensuite le politique proprement dit, militant ou leader de parti.

125A l’origine, les professeurs d’université ne sont actifs que de manière exceptionnelle dans le mouvement syndical. Entre 1976 et 1982, on en trouve quelques dizaines, majoritairement en Lettres, dans les rangs du SUDES (Syndicat

126Unique et Démocratique des Enseignants du Sénégal). La seule question brûlante de l’université est alors celle du statut des enseignants. Il en résultera une campagne sur l’université dont la loi n° 81-59 consacrera, entre autres, le succès, avec à la clef, la titularisation des assistants (article 34).

127Paradoxalement, le SUDES fût souvent dirigé par des universitaires, ce qui ressort de la complexité du rapport des enseignants au pouvoir politique : la personnalité de Senghor, en l’occurrence sa fixation sur l’idée que les enseignants, dont Cheikh Anta, conspirent constamment contre son pouvoir, n’est certainement pas étrangère à ces démarches et à cette complexité.

128Au milieu des années quatre-vingt, l’expansion du syndicalisme connaît une phase jusque-là inégalée. Apparaît alors la figure de l’universitaire syndicaliste, en réponse à la crise de l’institution. Assistant ou maître-assistant, anciennement militant des syndicats étudiants, dont l’AESF (Association des Etudiants Sénégalais de France), le nouveau militant syndicaliste emprunte aux étudiants (de la CED, en particulier) certains outils de propagande et de lutte auxquels répugnaient les collègues aînés : assemblées générales ouvertes, longues et souvent conflictuelles, piquets de grève, sit-in, arrêts de travail et débrayages fréquents.

  • 54 du 6 novembre 1987, document ronéoté, Dakar, 1987.

129C’est l’élargissement des pratiques de recrutement qui a ouvert la voie aux formes actuelles d’organisation syndicale consacrées. Avec l’africanisation accélérée, L’Université accueille une masse importante d’enseignants, d’assistants, auxquels l’institution n’offre que des moyens fort modestes de promotion, compte tenu de la faiblesse du taux d’encadrement. Il est symptomatique, à ce propos, que le SAES, dans sa « Déclaration sur la rentrée universitaire »54, après avoir recensé divers obstacles à la promotion académique, s’interroge : "Est-il possible de réaliser l’africanisation (souligné dans le texte) qualitative et quantitative tant souhaitée ?". Le syndicalisme universitaire est dès lors apparu comme un recours nécessaire à la défense du corps et de l’institution lorsque s’épuisaient les voies de dialogue avec le pouvoir politique et que s’amenuisaient les systèmes d’incitation et de motivation du personnel.

130Par le passé, traitements et échelles de traitements des grands corps de l’Etat étaient calqués sur les barèmes en usage dans le statut de 1971, autrement dit sur les avantages des universitaires. Or ceux-ci sont concurrencés, puis dépassés par les grands commis de l’Etat, précisément à partir de 1981. Dans le même temps, l’université commence à perdre la considération qui lui échoit du fait de la perte de son efficacité externe, comme en témoigne l’agitation fébrile des étudiants dits "maîtrisards chômeurs".

131Tels sont les facteurs qui donnent corps à la figure du syndicaliste universitaire, à l’origine assistant ou maître assistant chargé de bousculer l’ordre mandarinal ancien avec la bénédiction et, souvent, le soutien des mandarins, notamment en Lettres et Sciences. Car c’est en Lettres et Sciences que les trajectoires de carrière sont définies avec le moins d’incertitude, entièrement gérées par les Comités Techniques Scientifiques - CTS du CAMES. L’intervention d’un « patron » y est d’une faible efficacité dans l’avancement d’un enseignant subalterne. Tandis que les concours en Médecine, Pharmacie, Odontologie, Droit, Gestion et Sciences économiques fonctionnent suivant des critères et des normes qui laissent ouvertes les incertitudes, donc les possibilités d’intervention de "patrons", d’amont en aval.

  • 55 Crises et Réformes du système d’enseignement sénégalais (1968-1986), Thèse de 3ème cycle, Centre d’ (...)
  • 56 Aux élections professionnelles, le syndicat (SAES) jusque là cantonné au collège B commence à rempo (...)
  • 57 Le taux de syndicalisation, dans la même période, oscille autour de 80 % des effectifs du collège B (...)

132Les premiers noyaux de syndicalistes "autonomes", du SAES en l’occurrence, se constituent avec des enseignants subalternes en facultés des Lettres et Sciences autour de thèmes porteurs tels la revalorisation de la fonction enseignante, la défense de l’Université en péril, le droit au logement, etc. Certes la propagande et l’action syndicale ne mobilisent, dans les premières années (1985-1988), que la catégorie des enseignants subalternes, comme a pu le relever P. Bianchini dans sa thèse55, mais il en va autrement autour des années de réforme (1994/1995) où l’on observe l’entrée en force du syndicat dans le collège A comme en témoignent les résultats aux élections56 et le taux de syndicalisation dans ce collège (environ 30 % des effectifs des professeurs, maîtres de conférence et assimilés).57

133Globalement, toutes catégories confondues, le taux de syndicalisation dans les trois organisations - SAES, SUDES et SYPROS (Syndicat des Professeurs du Secondaire) - est d’environ 75 % des effectifs des personnels enseignant et chercheur. Les modes de participation à l’action syndicale revêtent, cela va sans dire, diverses formes allant de l’adhésion passive à l’implication active dans les instances de délibération.

134Toutefois, la figure du syndicaliste universitaire esquisse, dans l’institution et hors de celle-ci, des réponses à une crise dont les déterminants sont, pour une large part, politiques. On a remarqué que ces réponses se prolongent et se concrétisent dans la figure du politique - universitaire militant, cadre ou leader de partis politiques. Ce n’est qu’au lendemain de la démocratisation de la vie politique (1981) que se manifeste ce type d’universitaire. Naguère militant de groupes et partis clandestins, il est apparu au grand jour, délaissant par moments le rôle du syndicaliste pour celui du politique, animateur d’organe de presse partisane, dirigeant ou membre de la direction de parti politique.

135Le parti unifié au pouvoir, l’Union Progressiste Sénégalaise (l’UPS) comptait, bien sûr, des militants et cadres dans l’institution universitaire. Mais, cette implantation est restée assez marginale. Et, aujourd’hui encore, le fait n’a guère évolué. Au reste, le syndicat - SYPROS - membre de la CNTS (Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal) affiliée au PS, est demeuré un syndicat mineur, ne dépassant pas une trentaine de membres à l’université (UCAD et Université Gaston Berger de Saint Louis).

136En revanche, la montée spectaculaire du SAES est portée par la logique immanente des préférences syndicales dans les partis politiques. On citera précisément la Ligue Démocratique - Mouvement pour le Parti du Travail, (LD-MPT) dont les rapports privilégiés avec l’UDEN (Union Démocratique des Enseignants) ont déterminé la fusion entre le SAES et la section universitaire de l’UDEN, durant la grève de 1989. Nombre d’universitaires militants de la LD-MPT, enseignants en Lettres et Sciences, ont appuyé ce rapprochement. On citera également And-Jëff - Parti Africain pour la Démocratie et le Socialisme (AJ-PADS), dont les cadres, issus de l’AESF (Association des Etudiants Sénégalais en France), ont porté le projet du SAES et continué à lui fournir dans la période 1985-1995, des cadres et des militants.

137Par ailleurs, on note la forte présence des partis politiques - d’opposition en particulier - dans le campus. Et à un niveau élevé, souvent au niveau de leur leadership, les partis politiques affirment leur présence. A titre d’exemple, on relève trois leaders de partis politiques représentés à l’Assemblée nationale en Faculté des Lettres, tandis que la Faculté de Droit en compte deux (dont un qui est ministre du gouvernement) et la Faculté de Sciences Economiques et de Gestion un.

138Au total, une dizaine de leaders de partis politiques sont des enseignants sur le campus de Dakar, signalant par là des nouveaux modes d’expression de la responsabilité sociale des universitaires, désormais impliqués ouvertement et au premier rang dans les compétitions politiques, la gestion technique et politique de l’Etat, l’espace public des initiatives sociales.

Le consultant

139L’observation de la situation matérielle des professeurs d’université révèle tout d’abord une dégradation des revenus salariaux, une détérioration des conditions de travail et une pression psychologique accrue liée à la gestion des conflits du travail. Aussi la tendance est-elle, dans certaines disciplines, à la désertion définitive ou temporaire, et à l’exercice, souvent officieux, de consultations et d’expertises privées.

140Cette possibilité d’exercer des professions libérales est apparue, dans certaines disciplines - Médecine, Gestion, Droit, Ingénierie - comme un palliatif à la dégradation des revenus et des conditions de travail sur le campus. Puis, elle est devenue ou a tendance à devenir une occupation principale. Ceci n’est pas étranger aux démissions évoquées plus haut, assez fréquentes dans les disciplines fortement impliquées dans le tertiaire et le secteur industriel. Aussi bien, la faiblesse du taux d’encadrement est-elle une conséquence de cette instabilité professionnelle. Les perspectives de carrière dans le secteur privé incitent d’ailleurs à ces désertions qui touchent plus particulièrement les jeunes assistants : depuis la réforme de l’article 34 de la loi 81-59 touchant à la titularisation des assistants, ceux-ci sont dans une situation d’insécurité qui ne favorise point leur attachement à l’institution. C’est donc des enseignants démotivés, compétitifs sur le marché des professions libérales (et souvent fortement sollicités par celui-ci) que l’université finit souvent par perdre.

141Les rémunérations des consultations et expertises dépassant largement celles de l’université, il est à craindre que se multiplient les désertions temporaires entraînant une réorientation des objectifs de la recherche. Cabinets d’expertise, ONG, entreprises entrent ainsi en concurrence avec l’Université, remodelant le profil des compétences qu’elle a façonnées au terme de processus longs et complexes.

  • 58 Teichler Ulrich, Changing pattern of the Higher Education System, London, Kingsley, 1988.

142Cependant, le consultant reste dans de nombreux cas un universitaire conscient du rôle de l’institution à l’égard de la société et du monde du travail. Capable d’anticiper les réponses, de mettre en doute les règles existantes et les outils du monde du travail, le consultant universitaire s’acquitte alors de sa tâche, rémunérée ou non, comme il l’aurait fait dans son amphithéâtre58.

  • 59 Cadre réglementaire destiné à fixer les clefs de répartition des ressources issues des prestations (...)

143Cette promotion de la science et de la culture hors de la « tour d’ivoire » semble animer un type de consultance dont les domaines de prédilection vont de l’alphabétisation des adultes au théâtre populaire en passant par la défense des droits humains. On l’a vu, l’université est restée, en dépit de la réforme, assez éloignée de la société et du monde du travail. Elle a timidement essayé d’établir une connexion tangible à travers la « Fonction de service »59 que gère le Rectorat. Toutefois, certains noyaux d’enseignants interviennent, de façon tout à fait individuelle, dans les secteurs de la société civile et du monde du travail.

144On aura remarqué à ce propos le rôle appréciable de quelques universitaires à la direction du CONGAD (Conseil des ONG d’Appui au Développement), de l’ANAFA (Association Nationale pour la Formation des Adultes) et de la RADDHO (Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme).

Conclusion

145Longtemps institution française domiciliée en Afrique, l’Université de Dakar a naguère joué un rôle apprécié dans la formation des élites de l’Afrique francophone. Jouissant d’un statut privilégié, le personnel universitaire, d’abord français d’origine, s’est ouvert progressivement aux cadres africains et sénégalais.

146L’africanisation programmée du personnel enseignant à partir de 1971 a marqué la première étape d’une mutation dans les statuts, conditions d’emplois et de rémunération des professeurs d’université d’origine africaine. L’élargissement des voies de recrutement consécutif à la pression démographique de la demande d’enseignement supérieur a considérablement modifié les conditions de travail dans l’institution.

147Avec sa propre expansion et la conscience qu’il a de la responsabilité sociale de l’université, le corps professoral a entamé une mutation dans les années quatre-vingt, diversifiant ses modes d’intervention au sein de l’université et en dehors : syndicalisation, politisation et consultance deviennent alors des formes prééminentes de l’activité para-académique.

148La seconde étape de la mutation de l’université fût enclenchée par la réforme de 1994, issue de la CNES. Une réforme aux allures d’ajustement dans laquelle la Banque mondiale apparaît à la fois comme un prêteur et une force motrice engageant l’institution dans des voies qui ont vivement suscité la résistance de la communauté universitaire. Alors même que continuent à se dégrader environnement scientifique et salaires, la nouvelle réforme a accentué l’insécurité des conditions d’emploi des assistants, rendant précaire un cadre contractuel, se proposant d’augmenter les charges horaires et modifiant l’environnement institutionnel.

149On ne s’étonnera pas, dans ces conditions, que les meilleurs étudiants, dans certaines disciplines, songent de moins en moins à devenir professeur. On ne s’étonnera pas non plus que l’Université, sous l’emprise de l’ajustement structurel de la Banque mondiale, craigne de perdre de son âme et de son essence, à défaut de répondre à la demande de savoir, de justice et d’équité.

English Summary

150Falilou Ndiaye’s has four points of interest : the training of university personnel, their economic and financial status, working conditions, and development. Ndiaye’s main points concern the inadequacies with respect to the teaching staff at the Cheikh Anta Diop University (CADU). These are rooted in the inequitable system which came into force in 1971 when the university, which used to be officially linked with the Academy of Bordeaux, became Africanised. Two colleges were then established, one for the Senegalese staff (college B), who were mostly assistant lecturers and lecturers, the other for the French nationals (college A) which was primarily made up of the professors. The difference in remuneration (the French salary scale for one group and the Senegalese scale for the other) was such that it could only lead to ill feelings.

151An important phenomenon equally marked the beginning of the 1980s : the arrival en masse of Senegalese nationals among the teaching staff which affected Africanisation of the university and the public service. This link between the university and the State has continued with the establishment of parity between the salary index of higher-level civil servants and that of university professors, even though there still exists a big difference in terms of benefits, which may amount to up to five times the basic salary ; the university teachers are currently fighting for similar benefits.

Annexes

Notes

N1 : L’Association des Professeurs Africains de l’Enseignement Supérieur - APAES - est née au début des années soixante. Essentiellement constituée d’enseignants africains, alors minoritaires dans le personnel académique, à majorité française, cette association avait pour vocation la défense des intérêts matériels et moraux de cette catégorie d’enseignants qui s’estimait lésée par un certain nombre de dispositions et de pratiques institutionnelles dans l’université française et également à l’Université de Dakar.

n2 : Le Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur - SAES - est né au courant de l’année 1985 des flancs du Syndicat Unique et Démocratique des Enseignants du Sénégal - SUDES. A l’origine, la fraction constitutive du SAES contestant la politique revendicative du SUDES, estime qu’il y a également lieu de rompre avec le modèle d’organisation du syndicat unitaire dans lequel sont fondus tous les ordres d’enseignement.

n3 : L’année académique 1993-1994 a été invalidée à la suite du conflit opposant le gouvernement et les syndicats d’enseignants et d’étudiants autour de diverses questions dont la restauration de l’Etat de droit : une dizaine de parlementaires et de leaders politiques avaient été, alors, arrêtés au motif qu’ils étaient impliqués dans des troubles et émeutes ayant entraîné la mort d’une dizaine de personnes, civils et policiers. Voir Supra, p. 32.

n4 : La coordination, nouvelle forme des associations d’étudiants, fleurit sur les campus à la fin des années quatre vingt. A la différence des anciennes structures, politisées et bâties sur un modèle centralisé et hiérarchisé, la coordination est plutôt un espace de convergence de revendications à caractère corporatiste, animant un mouvement devant lequel il est directement responsable, éligible et révocable suivant les délibérations d’assemblées ouvertes organisées à la base.

Notes

1 Précisément celles de la Fonction publique française alors en vigueur à l’université de Dakar.

2 Voir P. Bourdieu, Homo academicus, Paris, Les Editions de Minuit, 1984, p. 219.

3 Rapport de la commission chargée des revendications, Documents du IIème Congrès du SAES, février 1990, p. 3.

4 Entretien avec le professeur Iba Mar Diop, Doyen honoraire de la Faculté de Médecine, Avril 1998.

5 L’Association des Professeurs Africains de l’Enseignement Supérieur -APAES- est née au début des années soixante. Cette association avait pour vocation la défense des intérêts matériels et moraux des enseignants africains, alors minoritaires dans le personnel académique, qui s’estimaient lésés par un certain nombre de dispositions et de pratiques institutionnelles dans l’université française et également à l’Université de Dakar.

6 Voir Abdoulaye Bathily, Mai 1968 à Dakar ou la révolte universitaire et la démocratie, Paris, Chaka, 1992.

7 SUDES, Rapport moral au IIème congrès, ronéoté, 31/3 au 1er/4 décembre 1979 ; SAES, Spécial congrès, janvier 1988 - Ronéoté, Dakar, 1988.

8 Avec un PIB de 710 dollars US en 1993, le Sénégal est considéré comme un pays à revenu intermédiaire. Toutefois, diverses enquêtes ont établi que 33 % de la population vivaient au-dessous du seuil de pauvreté, soit une consommation moyenne inférieure à 2 400 calories par équivalent adulte par jour. Cf. Banque mondiale, Sénégal, Evaluation des conditions de vie, Région Afrique, Département de l’Afrique de l’Ouest, Opérations géographiques, Rapport n° 12 517-Al, mai 1995, p. 2.

9 Voir, à propos de l’évolution de la taille des ménages et de ses corollaires sur l’habitat, Collectif, Les familles dakaroises face à la crise, IFAN/ORSTOM/CEFED, Dakar, 1995, p. 41-48.

10 Source : Direction de la Prévision et de la Statistique - Ministère de l’Economie des Finances et du Plan, Enquête sur les Priorités 1991-1992.

11 MEFP/DPS, Rapport de Synthèse, octobre 1997, p. 65.

12 Dakar, juin 1992.

13 Le Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur -SAES- est né au courant de l’année 1985 des flancs du Syndicat Unique et Démocratique des Enseignants du Sénégal -SUDES. A l’origine, la fraction constitutive du SAES contestant la politique revendicative du SUDES, estime qu’il y a également lieu de rompre avec le modèle d’organisation du syndicat unitaire dans lequel sont fondus tous les ordres d’enseignement.

14 SAES Documents, Spécial Congrès, 1er Congrès ordinaire 23/24 janvier 1988 ronéoté, Dakar, 1988, p. 26.

15 On lira à ce propos SUDES, Rapport moral au IIème Congrès . op. cit. p. 13. SAES, Spécial congrès, op. cit. p. 32/33 février - mars 1989.

16 Noss A. : Education and Adjustment : A review of the literature, Washington D.C, doc. de travail WPS 701, Banque mondiale. 1991, p. 2.

17 Goreux, L. M. : La dévaluation du franc CFA : un premier bilan en décembre 1995, Banque mondiale, 1995.

18 Ndoye et Rurhimwishiga ont montré comment la dévaluation a agi directement dans le secteur en réduisant le coût unitaire de l’éducation, le salaire réel et le coût des différents matériels.

19 Voir A. Ndiaye et B. Tidjani, « L’Etat et les syndicats au Sénégal, l’épuisement d’un modèle de gestion du mouvement syndical », Dakar, CODESRIA, 1994.

20 L’année académique 1993-1994 a été invalidée à la suite du conflit opposant le gouvernement et les syndicats d’enseignants et d’étudiants autour de diverses questions dont la restauration de l’Etat de droit : une dizaine de parlementaires et de leaders politiques avaient été, alors, arrêtés au motif qu’ils étaient impliqués dans des troubles et émeutes ayant entraîné la mort d’une dizaine de personnes, civils et policiers.

21 Voir Falilou Ndiaye, « L’Ajustement structurel de l’enseignement supérieur : le cas du Sénégal », communication au colloque de l’African Higher Education Forum, Johannesburg, avril 1995.

22 Voir sa contribution « L’Université de Dakar sous "ajustement". La Banque mondiale face aux acteurs de la crise de l’enseignement supérieur au Sénégal dans les années 90 ».

23 Entretiens avec des directeurs de service du Rectorat de l’UCAD.

24 Thème de grève récurrent, en particulier au SAES, en février 1989 et en mai 1994.

25 On lira, à ce propos, K. Diallo, Le Syndicalisme dans l’enseignement public en A.O.F, 1920-1960. Thèse de 3ème cycle, UCAD, 1996.

26 Revitalisation de l’Enseignement Supérieur au Sénégal : les enjeux de la Réforme, Division Opérations - populations et ressources humaines. Département du Sahel, Bureau régional Afrique, Banque mondiale, mars 1992.

27 Voir P. U. Teichler, Répondre aux exigences du monde du travail, document de travail, Conférence mondiale sur l’Enseignement supérieur, Paris, UNESCO, octobre 1998.

28 Source : Rectorat, Rapport Général, Rentrée universitaire 1993-1994, Dakar, octobre 1993.

29 Voir SUDES, Rapport moral au IIème congrès.

30 Rapport général, Concertation Nationale sur l’enseignement supérieur (20-23 août 1992) polycopié, Dakar, août 1992, p. 4.

31 Formulée et défendue par le SUDES dans les années 1979-1980.

32 On lit dans le Rapport Général (Octobre, 1993) : « ...beaucoup d’enseignants font des heures complémentaires dont le nombre dépasse souvent leur horaire normal ». Voir également le Rapport Annuel, Juillet 1992, p. 14, op. cit. p. 13.

33 Voir les décisions du Conseil intern. astériel relatif aux Universités, Septembre 1998, Dakar, polycopié, p. 8.

34 Aide-mémoire, République du Sénégal, Projet d’Amélioration de l’Enseignement Supérieur, p. 4.

35 Document polycopié, Rectorat, UCAD, 1991.

36 op. cit., p. 3.

37 La faculté des sciences, avec un taux d’encadrement de 57 pour mille, dépasse largement la faculté des lettres et sciences humaines qui en est à 26 %. Voir notamment Rapport Général, Rentrée universitaire 1993-1994, Octobre 1993, p. 11.

38 Rapport Général, Octobre 1993, p. 13

39 op. cit., p. 14.

40 Mémorandum du SAES au sujet de la réforme des textes des universités, Dakar, février 1994, polycopié.

41 Aide-mémoire, Projet d’Amélioration de l’Enseignement Supérieur (PAES) mission de l’IDA, polycopié, Dakar, février 1958, p. 4.

42 Résolution, Coordination des Etudiants de Dakar (CED) et Coordination des Etudiants de Saint-Louis (CESL), ronéoté, Saint-Louis, 1991.

43 SAES : Rapport Moral au IIème Congrès, ronéoté, Dakar, février 1990.

44 CNES : Rapport Général, op. cit.

45 PAES (Programme d’Amélioration de l’Enseignement Supérieur), Aide-mémoire, op. cit. Annexe 2, p. 3.

46 Concertation Nationale de l’Enseignement Supérieur

47 On consultera le Rapport Général, CNES, ronéoté, Dakar 3-4 mai 1993.

48 Voir les 21 recommandations du rapport G. Verhaegen, Propositions de réforme de l’Université au Sénégal, rapport à la CNES, vol. I, Synthèse, ronéoté, Dakar, juin 1993.

49 Voir annexe.

50 Pièces annexes.

51 UCAD : 24 000 étudiants en 1993-1994 ; USL : 2 400 étudiants en 1993-1994

52 Essentiellement animée par le PDS (Parti Démocratique Sénégalais), AJ/PADS (And Jëf/Parti Africain pour la Démocratie et le Socialisme), MSU (Mouvement pour le Socialisme et l’Unité), CDP (Convention pour la Démocratie et le Progrès), RND (Rassemblement National Démocratique) et l’association religieuse DMWM (Dahiratoul Moustarchidina Wal Moustarchidati, mouvement confrérique).

53 On lira, à ce propos P. Bourdieu, Homo academicus, ch. 3 - espèces de capital et formes de pouvoir, op. cit, p.

54 du 6 novembre 1987, document ronéoté, Dakar, 1987.

55 Crises et Réformes du système d’enseignement sénégalais (1968-1986), Thèse de 3ème cycle, Centre d’Etudes d’Afrique noire, Bordeaux, 1988.

56 Aux élections professionnelles, le syndicat (SAES) jusque là cantonné au collège B commence à remporter 90 % du collège A en Lettres, Sciences.

57 Le taux de syndicalisation, dans la même période, oscille autour de 80 % des effectifs du collège B (des assistants et maîtres-assistants).

58 Teichler Ulrich, Changing pattern of the Higher Education System, London, Kingsley, 1988.

59 Cadre réglementaire destiné à fixer les clefs de répartition des ressources issues des prestations de service, dont l’activité est remarquable en médecine, dans les secteurs industriel et tertiaire.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/1020/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© IFRA-Nigeria, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search