Version classiqueVersion mobile

The Dilemma of Post-Colonial Universities

 | 
Yann Lebeau
, 
Mobolaji Ogunsanya

I. Elite Formation: Political discourse and policies

L'Université de Dakar sous "ajustement" La banque mondiale face aux acteurs de la crise de l'enseignement supérieur au sénégal dans les années quatre-vingt-dix

Pascal Bianchini

Texte intégral

Introduction : La genèse du projet d"'ajustement" de l'enseignement supérieur en Afrique

  • 1 Sur ce point cf. Annik OSMONT, La Banque mondiale et les villes. Du développement à l'ajustement, P (...)

1Il est banal de constater que, depuis les années quatre-vingt, la Banque mondiale est devenue un acteur déterminant des politiques publiques en Afrique à la faveur de l'"ajustement structurel". Mais paradoxalement, cette emprise croissante s'est faite à travers une évolution de l'approche de la Banque en réponse à certaines critiques récurrentes - et parfois superficielles - de la logique de rajustement structurel". En effet, on a d'abord reproché aux grandes agences internationales (notamment le FMI) d'être responsables de la contraction des budgets sociaux victimes de l'impératif de remboursement de la dette. Or, on a pu voir qu'une institution comme la Banque mondiale a utilisé ce contexte pour mettre en avant, dès la deuxième moitié de cette décennie quatre-vingt, un nouveau leitmotiv : la "dimension sociale de l'ajustement". Elle a ainsi investi de nouveaux espaces de décision dans les domaines de l'éducation ou de l'urbanisme pour étendre la portée de cet "ajustement structurel"1.

2S’agissant du secteur éducatif, la Banque mondiale a, au cours de cette même décennie, relégué au second rang l'institution internationale qui agissait statutairement sur ce secteur dans le cadre du système des organisations internationales, à savoir l'UNESCO. Il ne s'agit pas d'une simple substitution d'un acteur à un autre mais d'un changement de contenu des projets, du "culturalisme" vers l'"économisme", et également des méthodes (des réformes plus contraignantes et programmées pour être diffusées plus rapidement).

3Un regard rétrospectif permet de constater que la Banque s'intéresse depuis longtemps au domaine de l'éducation. Dès le début des années 70, elle est présente en Afrique dans ce secteur, mais elle ne s'est alors pas encore dotée du corpus doctrinal qui sera le sien par la suite. Ce n'est qu'un peu plus tard que cette ambition s'affichera sous l'influence des thèses de l'école du "capital humain". Ce courant est apparu dans les années cinquante avec les travaux de Gary S. Becker et de Théodore W. Schultz. Mais c'est surtout avec George Psacharopoulos dans les années 70, que la théorie du capital humain devient une "science appliquée" débouchant sur un programme d'action à destination des pays du Tiers Monde. Quelques années plus tard, alors que la crise de la dette puis les bouleversements géopolitiques placent la Banque mondiale en position de force, ce sont ces thèses qui vont servir à légitimer sa politique de scolarisation.

  • 2 Une critique très argumentée de ces thèses en économie de l'éducation a été faite in : Annie Vinoku (...)

4La démarche intellectuelle des théoriciens du capital humain est simple à comprendre dans son principe : elle consiste à appliquer un calcul coûts-avantages à l'"investissement" en éducation, mesuré en termes monétaires. La comparaison s'effectue entre, d'une part, le total des sommes actualisées qu'un individu peut espérer gagner par son activité productive, déduction faite des frais de formation, et, d'autre part, le total des gains (toujours actualisés) que l'on aurait pu obtenir sans cette formation supplémentaire. Pour chaque choix de dépenses en éducation, on obtient ainsi un taux de rendement comparable à des investissements alternatifs (en capital physique ou humain). Toutefois, cette démarche soulève des problèmes épistémologiques et méthodologiques nombreux qui questionnent la signification des résultats proposés2.

  • 3 Ce néologisme que l'on voudra bien nous autoriser s'inspire du concept de théodicée que l'on trouve (...)
  • 4 L'essentiel de ces résultats se trouvent dans Georges Psacharopoulos, Maureen Woodhall, L'éducation (...)

5Ce rapide détour par l'économie de l'éducation est nécessaire pour comprendre la position particulière de la Banque mondiale par rapport aux politiques de développement de l'enseignement supérieur en Afrique. En effet, une des conclusions les plus connues de cette "arithmodicée"3 prétend que, dans les pays du Tiers Monde, et en particulier en Afrique, le taux de rendement de l'investissement dans l'éducation primaire est supérieur à celui des autres cycles. Autrement dit, la Banque mondiale considère qu'en Afrique, il est préférable de financer la construction d'écoles élémentaires et l'achat de manuels de lecture que d'augmenter les capacités d'accueil du secondaire et du supérieur. De plus, le secteur privé est, de manière générale, jugé plus rentable que le secteur public (la "rentabilité privée" de l'éducation est estimée supérieure à la "rentabilité sociale")4.

  • 5 Ce problème a été ouvertement évoqué dans un document récent qui rend compte de la mise en place d' (...)

6Lorsque la Banque mondiale prétend ensuite mener à bien des réformes de l'enseignement supérieur, elle se trouve quelque peu en porte-à-faux par rapport aux acteurs du système universitaire, du fait du credo initial de sa politique éducative. Son attitude plus diplomate par la suite n'a jamais remis en cause cet axe stratégique de sa politique5. Pour cette raison au moins, elle ne devait pas s'attendre à un accueil débordant d'enthousiasme de la part des acteurs de l'espace universitaire. Les critiques adressées à la Banque insistent notamment sur le fait que cette relégation de l'enseignement supérieur dans l'ordre des priorités éducatives, entérine et conforte la marginalisation du continent africain. S’ajoute à cela une méfiance due à la préférence de la Banque pour un enseignement supérieur privé, en particulier dans les anciennes colonies françaises, héritières d'une forte tradition d'enseignement supérieur public.

7Par ailleurs, la Banque mondiale a du rapidement intégrer dans son programme d'action le caractère éminemment sensible des relations entre le pouvoir politique et les acteurs universitaires. La réussite des projets de la Banque en la matière, suppose un apaisement des tensions récurrentes entre l'Etat et ses adversaires socio-politiques dans l'"arène universitaire", dans le sens d'un équilibre plutôt défavorable à ces derniers. Etudiants et enseignants organisés sous la forme syndicale constituent en effet, de manière explicite ou implicite, les principales "cibles" de l'"ajustement" proposé.

  • 6 Cf. Sako Bako, « Education et ajustement en Afrique : Conditionalités et résistances », in M. Diouf (...)

8C'est sans doute faute d'avoir pris suffisamment la mesure du climat politique interne et de l'ampleur des résistances rencontrées que la Banque mondiale a essuyé un échec lors de sa tentative de réforme du système universitaire nigérian à la fin des années quatre-vingt6.

  • 7 Ainsi on note une évolution dans la littérature de la Banque consacrée à ce sujet. Dans un premier (...)

9L'opération menée au Sénégal à partir de 1992, a pu ainsi constituer une sorte de nouveau banc d'essai pour la Banque, en matière d'enseignement supérieur en Afrique, s'efforçant de "corriger le tir" en prenant en compte la dimension socio-politique des crises universitaires7.

Le contexte socio-politique sénégalais

10Pour comprendre cette dimension socio-politique dans le cas du Sénégal, il est sans doute nécessaire de revenir sur les conflits et les compromis qui ont jalonné l'histoire des relations entre les étudiants et les enseignants, d'une part, et le pouvoir politique, d'autre part.

  • 8 Cette thèse symétrique à celle des "étudiants manipulés de l'étranger" est défendue en particulier (...)

11Rappelons tout d'abord l'existence d'un "mai 68" au Sénégal. Ni le décalque parfait du "mai" français, comme le dénonçait le président Senghor, ni expression totalement autonome d'un mouvement social uniquement sénégalais8, ces événements peuvent être analysés plus objectivement comme le moment fondateur d'une génération politique que l'on retrouve plus tard dans l'éventail des organisations de la gauche intellectuelle du Sénégal (les plus significatives étant la Ligue démocratique et Ande Jëf).

  • 9 Il ne s'agit pas tant du point de vue juridique ici mais surtout d'une perspective sociologique fon (...)

12En outre, les événements de mai 68, ont eu également pour conséquence, une "sénégalisation" de l'institution universitaire, demeurée officiellement jusqu'alors, une université française9. Logiquement, il s'en est suivie une "sénégalisation" des enjeux, liée au fonctionnement de cette institution et aux interférences avec le contexte politique. S'il n'est pas question de revenir ici sur les péripéties des affrontements qui ont eu pour cadre le campus de Dakar, on peut dans la perspective choisie, proposer une schématisation analytique de l'histoire telle qu'elle s'est écoulée entre "mai 68" et l'ajustement du début des années quatre-vingt-dix.

  • 10 Le terme d'"acteurs contre-hégémoniques" désigne pour nous les acteurs traditionnels des mobilisati (...)

13On peut opposer approximativement une décennie soixante-dix, caractérisée par une absence d'ouverture politique en direction des acteurs contre-hégémoniques10 de la "gauche intellectuelle", à la décennie suivante où les formations syndicales et politiques issues de ce milieu bénéficient d'un cadre légal qui autorise les négociations avec le pouvoir politique. Il convient toutefois d'être prudent avec ce schéma d'analyse. Paradoxalement, cette ouverture politique n'apaise pas durablement la tension dans l'enseignement supérieur, car les déterminants socio-économiques des conflits entre le gouvernement et les syndicats d'étudiants et d'enseignants tendent à peser de plus en plus lourdement. A partir de 1984, l'Université entre, pour une décennie, dans un cycle quasi continu de mobilisations centrées sur la préservation d"'acquis sociaux", thème récurrent du déclenchement de mouvements de grève, y compris en mai 68, même si, dans les années soixante et soixante-dix, la question de la prise du pouvoir politique et un contexte idéologique plus "flamboyant" ont pu occulter cette réalité.

14Pour mesurer la complexité de cette évolution, il faut ajouter que le Sénégal, même s'il se singularise déjà par un multipartisme illimité au cours des années 80, connaît cependant lui aussi une montée des revendications de démocratisation, centrées notamment sur les moyens de contrôle de la régularité des consultations électorales. En parallèle, on a observe alors une certaine « usure » du pouvoir politique en place, ébranlé par plusieurs crises de nature très variable, tant dans leur durée et que dans leur inscription territoriale : la révolte des policiers en 1987, les émeutes post-électorales de 1988, la crise avec la Mauritanie, et, à partir de 1990, le début des opérations de guérilla en Casamance. Au niveau de l"'arène" universitaire, c'est dans ce contexte délicat pour le pouvoir, qu'ont pris place, deux moments d'affrontements majeurs : d'abord avec les étudiants, à l'issue des élections contestées de février 1988, puis l'année suivante avec les enseignants du supérieur qui ont mené une longue grève portant notamment sur la question du logement (indemnités, construction de cités d'enseignants...).

15Dans les deux cas, l'épreuve de force s'est termine par des négociations qui entérinent la montée en puissance organisationnelle de ces deux acteurs : les étudiants avec la Coordination des étudiants de Dakar (CED), créée en 1987, et les enseignants, réunis au sein du Syndicat autonome des enseignants du supérieur (SAES) qui est apparu en 1985. On voit donc, quelle que soit la période considérée, qu'on ne peut comprendre les crises universitaires au Sénégal hors de leur environnement socio-politique.

16D'autres grèves de moindre ampleur se déroulent au début de la décennie quatre-vingt-dix, où les équipes gouvernementales successives donnent souvent l'impression de « lâcher du lest » face à la mobilisation des acteurs universitaires, afin d'éviter d'allumer un autre foyer de crise à un moment inopportun, quitte d'ailleurs à ne pas honorer leurs engagements pris par la suite ! C'est, manifestement, ce qu'ont compris les "ajusteurs" de la Banque mondiale qui se sont intéressés à la séquence répétitive des crises universitaires au Sénégal.

Le point de départ du projet

17Lorsque l'expertise de la Banque conçoit le projet de réforme, elle force le trait de l'opposition entre la "rationalité économique" de son projet et l'"irresponsabilité" d'une logique socio-politique qu'il va falloir contenir, voire neutraliser, en adoptant une stratégie spécifique. On peut remarquer au passage que, contrairement à certains points de vue généralistes sur l'attitude de la Banque, celle-ci n'est pas totalement atteinte de cécité s'agissant du contexte politique. L'exemple de l'ajustement de l'Université de Dakar montre qu'elle est tout à fait capable de se départir de son attitude officielle de neutralité politique lorsqu'elle le juge nécessaire.

18C'est pourquoi dans ce processus, l'essentiel n'est peut-être pas tant le contenu des axes de la réforme - certes révélateur et qui sera examiné par la suite que la forme. Le rapport d'un expert de la Banque, rédigé en 1992, qui constitue le point de départ de la réforme, insiste en ces termes sur le lien entre le contenu des mesures préconisées et l'art et la manière de les faire passer :

Dans ces conditions, la démarche la plus logique consisterait à moduler le développement de l'enseignement supérieur en fonction des perspectives d'emploi et à mettre en œuvre des mesures de recouvrement des coûts.

  • 11 Revitalisation de l'enseignement supérieur : les enjeux de la réforme, Département du Sahel, Bureau (...)

Il est clair que l'application d'une telle stratégie rencontrerait beaucoup de résistance de la part de ceux qui bénéficient actuellement de la généreuse politique d'accès et de subvention. Il est néanmoins indispensable d'avancer résolument dans cette direction si l'on veut vraiment revitaliser le système d'enseignement supérieur. En raison de la nature politique de certaines des réformes requises, il serait plus judicieux d'adopter une stratégie de transition conciliant de manière plus équilibrée les objectifs économiques et sociaux de l'enseignement supérieur grâce à un processus d'ajustement réaliste du système11

  • 12 "La réforme envisagée étant politiquement sensible, il faut s'efforcer d'informer et de convaincre (...)

19Plus loin, l'auteur de ce document essentiel pour comprendre l'"agenda caché" de la réforme, envisage explicitement d'« élaborer et de lancer une campagne de marketing politique ». La formule retenue pour obtenir un consensus autour de la réforme envisagée fait allusion aux "Etats généraux" de l'éducation de 198112. Cependant cette référence ne doit pas faire illusion. Le contexte a profondément changé en l'espace d'une décennie. Alors qu'en 1981, les "Etats généraux" constituaient une concession du gouvernement face à la mobilisation orchestrée par le Syndicat Unique et Démocratique des Enseignants du Sénégal (SUDES), la "Concertation nationale" dont il est désormais question, doit faire accepter aux acteurs contre-hégémoniques du champ universitaire - syndicats d'enseignants et d'étudiants -les mesures déjà formulées dans le projet initial.

  • 13 Cette dichotomie est présente dans l'intitulé du projet "Pour une stratégie d'ajustement, de revita (...)

20Le contenu du projet fait apparaître une partition entre des mesures négatives et des mesures positives. Les premières, les plus immédiates et "politiquement sensibles" entraînent une diminution du niveau des ressources ou la remise en question des avantages acquis par certains des acteurs du système universitaire. Les secondes, qui sont présentées comme une contrepartie, promettent une réaffectation de ces ressources en vue de redynamiser l'institution13.

  • 14 ibidem, p. 32.
  • 15 Le "cartouchard" c'est l'étudiant auquel on a accordé la permission d'effectuer une année supplémen (...)
  • 16 Voir par exemple, cette comparaison qui vient conclure la première partie du rapport : "L'Universit (...)

21Les mesures négatives concernent d'abord l'ensemble des étudiants. C'est bien ici le cœur de la réforme, dont l'objectif affiché est "un meilleur contrôle des cohortes d'étudiants tant au niveau de l'accès à l'enseignement supérieur que sur le plan de l'efficacité interne"14. Autrement dit, le baccalauréat du secondaire ne doit plus ouvrir automatiquement les portes de l'Université. Une nouvelle catégorie, jusqu'ici inconnue au Sénégal, apparaît alors avec les "bacheliers non orientés". De surcroît, parmi les admis à l'université, le projet prend pour cible une figure sociale, déjà bien ancrée dans l'univers étudiant sénégalais, celle du "cartouchard"15. L'autre attaque frontale des "acquis étudiants" vise ce que l'on a appelé le "campus social". Partant du déséquilibre affiché sur le plan financier, au détriment des dépenses liées directement à l'enseignement et la recherche ("le campus académique"), la Banque mondiale remet en cause la politique d"'aide sociale généreuse" (bourses, hébergement en cités, restauration, remboursement de frais médicaux)16. Ceci remet implicitement en cause une pratique répandue dans les cités universitaires, communément baptisée "clandotage", à savoir l'occupation des chambres universitaires par des étudiants n'ayant pas droit à cet hébergement voire par des résidents non-étudiants. Ainsi, une chambre en cité théoriquement prévue pour deux occupants en abrite souvent trois ou quatre, d'où une surconsommation en eau et en électricité.

  • 17 ibid., p. iv.

22Le contre-pouvoir syndical des enseignants, est également, bien que dans une moindre mesure, perçu comme responsable de la dégradation de la qualité de l'enseignement, du fait de la proportion croissante de jeunes enseignants moins expérimentés et de la stagnation du volume des recherches entreprises17. Ce constat n'est pas sans rappeler les critiques adressées parfois au Syndicat Autonome de l'Enseignement Supérieur (SAES), le plus représentatif, qualifié parfois par ses détracteurs de "syndicat des assistants".

23Plus généralement, l'esprit de la réforme proposée, tend à "remettre à leur place" certaines des "catégories dominées" de l'espace universitaire qui avaient conquis des positions de contre-pouvoir (notamment à travers les instances électives de l'Université) au cours de ces dernières années.

24En fait, un constat de carence est ainsi indirectement adressé aux autorités universitaires - et en l'occurrence au recteur - du fait de l'absence de "planification stratégique", de "vision à long terme", qui aurait engendré une dégradation progressive de la situation. Face à ces critiques, l'opposition du pouvoir rectoral à la réforme, d'abord en sourdine, se manifeste plus ouvertement.

25En dehors de ces thèmes sensibles, les orientations plus techniques vont dans le sens d'une "rationalisation" du fonctionnement de l'Université. Le projet favorise les filières courtes et professionnalisées, la mise en place d'un enseignement par unités de valeur, ou encore la fusion de certains établissements qui offrent des formations similaires ou complémentaires.

26La contrepartie de cette panoplie de mesures restrictives concerne essentiellement la rénovation de la bibliothèque universitaire, et l'amélioration de l'équipement en matériel pédagogique.

  • 18 ibid., p. 46.

27Enfin, ce rapport initial prévoit une structure spécifique chargée de "lancer", "suivre" et "évaluer" l'impact de la réforme18. Cette structure spécialisée correspond au mode d'intervention de la Banque auprès des Etats auxquels elle accorde des crédits, qui consiste à implanter au sein des ministères, des "cellules" ou des "unités de coordination", qui tendent à court-circuiter le fonctionnement normal des administrations compétentes. Dans un champ tel que celui de l'Université, où les responsables institutionnels tendent à être soucieux de leurs prérogatives, cette pratique s'expose à des critiques encore plus vives qu'ailleurs.

La mise en œuvre de la Concertation Nationale sur l'Enseignement Supérieur

  • 19 C'est ce qui différencie notamment les réformes de la Banque dans le domaine de l'éducation de cell (...)

28Le délai court qui sépare la proposition de l'expertise de sa traduction politique est une autre caractéristique de la pratique de la Banque mondiale19. Un peu plus de trois mois après la publication de ce rapport, se tient à Saint Louis la première réunion plénière de la Concertation Nationale. La séance est présidée par Bouna Gaye, directeur de cabinet au ministère de l'Urbanisme et de l'Habitat. On pourrait s'étonner du choix de cette personnalité, mais les choses s'éclairent, lorsque l'on suit les méandres de la vie politique sénégalaise, et en particulier le phénomène de l' « entrisme » de certains partis d'opposition au sein du bloc au pouvoir à la suite des bouleversements géopolitiques sur la scène internationale, le Parti de l'indépendance et du travail (PIT) - jusqu'alors "prosoviétique" sur le plan de ses alliances internationales et traditionnellement implanté dans le syndicalisme enseignant, au SUDES - accepte, en compagnie du Parti démocratique sénégalais (PDS) d'Abdoulaye Wade, de faire partie du gouvernement. Le ministère de l'Urbanisme et de l'Habitat est ainsi attribué au secrétaire général de ce parti, d'où la présence de membres éminents de son cabinet dans la première réunion de la Concertation nationale.

  • 20 Le syndicat réclamait notamment que soit clairement défini le statut de la concertation nationale s (...)
  • 21 Concertation nationale sur l'enseignement supérieur. Saint Louis, les 19-21 juin 1992, Rapport géné (...)
  • 22 Les quatre commissions étaient fixées comme suit :

29En revanche, on enregistre l'absence des organisations les plus représentatives, du côté des enseignants du supérieur20 ou des étudiants, avec la seule présence d'étudiants de la Coordination des étudiants de Saint Louis (CESL)21. Les participants réunis en quatre commissions22, ont ainsi pu orienter les travaux de la concertation dans le sens du rapport initial rédigé par l'expert de la Banque.

  • 23 Concertation nationale sur l'enseignement supérieur, Dakar, les 20-21-22 et 23 août 1992, Rapport d (...)
  • 24 Concertation nationale sur l'enseignement supérieur, Dakar, les 20-21-22 et 23 août 1992. Rapport g (...)
  • 25 Concertation nationale sur l'enseignement supérieur, Dakar, les 20-21-22 et 23 août 1992. Rapport d (...)
  • 26 Concertation nationale sur l'enseignement supérieur, Dakar, les 20-21-22 et 23 août 1992. Rapport d (...)

30Toutefois par la suite, les organisations absentes renoncent à leur stratégie de boycott, de peur d'être marginalisées, et participent au mois d'août à la deuxième réunion de la concertation qui reprend largement les propositions de la session de Saint Louis, tout en laissant en suspens certains points de litiges évidents. A ce stade du processus, l'affirmation du principe d'un numerus clausus à l'Université et donc d'un abandon de l'entrée de droit à l'Université pour les titulaires du baccalauréat est par exemple éludée23. De même, les mesures visant à limiter le pouvoir électif des étudiants dans les instances représentatives de l'Université sont provisoirement laissées de côté24. Les mesures les plus délicates concernant le corps enseignant, notamment la question de la "sédentarisation des assistants", demeurent également en suspens25. En outre, les travaux de la commission n° IV demandent que soit menée une série d'audits, notamment sur la gestion de l'Université et sur celle des œuvres universitaires26.

  • 27 Pour les promoteurs de la réforme, cette invitation était sans doute conçue comme un moyen de neutr (...)
  • 28 Le montant annuel de ces détournements a été évalué alors à 2,5 milliards de CFA selon un participa (...)

31A ce stade, le processus de réforme retourne donc à l'expertise, et passe donc nouveau sous le contrôle effectif de la Banque. En effet, cette dernière a exigé et obtenu la présence d"'experts" non sénégalais, et notamment d'universitaires belges. On peut remarquer aussi la présence, diversement appréciée, du secrétaire général du SAES au sein de ce groupe d'experts27, connu sous le nom de "commission Verhaegen". Elle s'est en particulier penchée sur la gestion des œuvres universitaires et a pu mesurer l'ampleur des détournements opérés par les directions successives du COUD28.

32Suite aux propositions formulées par la commission Verhaegen, la Concertation nationale se réunit une dernière fois les 4, 5 et 6 août 1993 et formule vingt et une recommandations regroupées en quatre chapitres :

  • renforcement de l'autonomie administrative et pédagogique,
  • organisation académique et pédagogique,
  • gestion financière des Universités,
  • assainissement des œuvres sociales.

33Le rapport général issu de cette dernière réunion, rédigé par le modérateur et ancien ministre Assane Seck, devait contenir les propositions pour lesquelles un consensus avait été trouvé. Cependant, certaines recommandations sont assorties de réserves formulées par des participants.

  • 29 "La FEDER a émis des réserves sur les nouvelles conditions établies pour accéder à l'enseignement s (...)
  • 30 ibid.,p. 27.
  • 31 ibid., p. 25.

34Ainsi l'instauration d'un numerus clausus pour les bacheliers à l'entrée de l'Université, n'a pas suscité l'adhésion de la Fédération de l'Education nationale et de la Recherche (FEDER), qui inclut le SAES et l'Union démocratique des enseignants du Sénégal (UDEN) pour le secondaire et le primaire29. Le SAES a également émis des réserves sur le statut des assistants, contraints d'obtenir le titre de maîtres-assistants, au plus tard six ans après leur nomination30, et sur la suppression de l'automaticité des voyages d'études31.

  • 32 Communiqué du Conseil interministériel du 9 décembre 1993. Voir annexe I.

35A l'issue de ce processus, long de dix-huit mois environ, la parole revient au gouvernement qui reprend ces recommandations tout en les modifiant sensiblement. S'il n'est pas possible ici de détailler chacune des étapes du processus de "filtrage" décisionnel qui aboutit à l'annonce des "vingt-trois mesures "du gouvernement32, on peut, à titre d'exemple, revenir sur celle concernant la privatisation des restaurants universitaires. Le tableau sur la page prochaine en détaille le processus de "filtrage".

36Cet exemple montre bien comment la proposition d'une expérimentation limitée de gestion privée de la restauration universitaire devient une mesure générale et définitive de privatisation des œuvres universitaires.

37A l'inverse, d'autres propositions de la Concertation n'ont pas été retenues, notamment celles remettant en cause le processus de désignation du recteur, actuellement soumis à l'autorité politique, ou encore le projet de création d'une chancellerie des universités, qui aurait concurrencé à ce pouvoir rectoral.

L'épreuve de force : l'année invalidée de 1994-95

38La CED et le SAES ont évidemment réagi de façon hostile à ce train de mesures. Les syndicalistes du SAES et de la FEDER demandent la mise en place d'une commission paritaire chargée de l'application de la réforme, ce que refuse le gouvernement. Aussi, au passage en douceur de la période 1992-93, succède une phase de véritable épreuve de force qui se termine à la rentrée d'octobre 1994.

  • 33 SAES, Appel aux enseignants et chercheurs des universités, Dakar, le 11 mai 1994.
  • 34 SAES, Eléments de bilan et perspectives de lutte à propos de la réforme dans le supérieur, Dakar, l (...)

39Les enseignants du SAES sont en grève à partir du 13 mai33 et jusqu'au 2 juillet34, relayés par la CED. Le ministère menace d"'invalider" l'année, c'est-à-dire de considérer tous les étudiants comme redoublants, ce qui revient à hypothéquer la poursuite de leur cursus.

40Le 2 août, le gouvernement décide de précipiter les choses pour montrer sa détermination : un communiqué du recteur annonce que pour le lendemain à 12 heures toutes les cités devront être évacuées. Un grand exode a lieu en moins de 24 heures à grands renforts de taxis et de charrettes.

41Lors de la rentrée suivante en octobre 1994, la CED tente de relancer le mouvement contre la réforme. Mais privée de sa base traditionnelle par l'évacuation de la cité au mois d'août, l'organisation étudiante mobilise peu : ses dirigeants se livrent à un baroud d'honneur, vite dispersé par la forte présence policière et ne peuvent guère compter sur la solidarité de leurs camarades, gagnés par un sentiment de lassitude la suite de l'"année invalidée". La CED ne se remettra jamais de cet échec ; elle s'autodissout d'ailleurs quelques mois après. Le syndicalisme enseignant, s'il a pu éviter une situation aussi critique, sort également affaibli de cette épreuve de force avec le gouvernement et la Banque mondiale.

  • 35 Ce thème de revendications a fait l'objet d'un intérêt renouvelé au début de la décennie 90 de la p (...)

42Le gouvernement en profite, dans les semaines qui suivent, pour promulguer une série de décrets, et faire adopter au mois d'octobre par l'Assemblée nationale des textes législatifs conformes aux décisions du conseil interministériel du 9 décembre ainsi qu'une législation restrictive sur les franchises universitaires35

Une "pacification" apparente mais provisoire de l"'arène" universitaire au Sénégal

  • 36 Les données relatives à ce projet ont figuré sur un site internet : Paes@sonatel.senet.net Copyrig (...)

43A l'issue de cette deuxième phase, on a pu croire à une pacification relativement durable de l'"arène" universitaire dans le sens voulu par les initiateurs de la réforme. Certes, son acceptation ne s'est pas faite sans heurts, mais finalement la victoire s'est dessinée sans ambiguïté en faveur du gouvernement et de la Banque mondiale. L'accord de crédit portant sur le projet a pu être finalisé et officiellement signé le 3 octobre 1996, pour un montant de 30,9 millions de $, dont 26,7 $ apporté par l'Agence Internationale pour le Développement (IDA), le reste étant supporté par l'Etat sénégalais (CR 2872-SE)36. Le projet est divisé en composantes (amélioration des services de bibliothèques, amélioration de l'enseignement et de la recherche, renforcement de la capacité de gestion) elle-même divisées en plusieurs volets.

  • 37 C'est le cas par exemple de la fusion entre l'Ecole polytechnique de Thiès d'une part, l'ENSUT et l (...)

44Mais ce Programme d'amélioration de l'enseignement supérieur (PAES) est aussi une nouvelle structure parallèle, une "administration de projet", dépendant d'une autorité extérieure et centralisée. Elle se révéle tout aussi peu efficace que la bureaucratie étatique, si l'on en juge par les retards qui s'accumulent dans l'exécution du projet. Par ailleurs, certaines fusions d'établissements décrétées sur le papier, s'avèrent dysfonctionnelles sur le terrain du fait de l'éparpillement géographique des bâtiments37

  • 38 « La Banque mondiale à l'UCAD : réforme ou rétrogradation ? » SAES-Liaison, février 1997, p. 2.
  • 39 "La réforme de l'enseignement supérieur est lancée depuis octobre 1994 et jusqu'à présent si l'Univ (...)
  • 40 Voir annexe II.

45La situation est telle au cours de l'année 1997, qu'à l'hostilité déclarée des organisations étudiantes et enseignantes38 s'ajoutent des critiques publiques du recteur Souleymane Niang à l'endroit du PAES et de la Banque mondiale39. Les acteurs de l'Université, y compris ceux qui n'étaient initialement pas hostiles à la réforme, ont alors l'impression, qu'ayant a réussi à imposer ses "mesures contraignantes" (notamment la diminution des flux d'entrée à l'Université40), la Banque mondiale est moins pressée de mener à bien son œuvre de réhabilitation et d'équipement de l'Université.

46De plus, une nouvelle innovation de la Banque, l'"Université virtuelle africaine" (UVA) a été initiée sans aucune concertation, et donc perçue comme une remise en cause du rôle pédagogique des enseignants. Pour résumer, il s'agit d'une nouvelle version du transfert de technologie Nord/Sud portant les cours (essentiellement dans les disciplines techniques et scientifiques). On peut aussi voir le projet de l'UVA comme une manifestation symptomatique de l'ambition démesurée de certains experts de la Banque, d'un pilotage à distance de la formation d'élites africaines, toutes acquises aux vertus de la mondialisation des marchés.

  • 41 Université virtuelle africaine. Cultiver le savoir pour la maîtrise du destin, avril 1997, The Worl (...)

47"Ce qui distinguera l'Université virtuelle africaine des établissements d'enseignement supérieur existants, sera son organisation matérielle et financière, sa philosophie, sa gamme de produits et de services, et sa stratégie de commercialisation et de distribution. Mais ce qui lui conférera fondamentalement son caractère unique et constituera son atout essentiel sera sa capacité à s'adapter aux demandes du marché. »41

Le regain des mobilisations d'enseignants et d'étudiants

  • 42 SAES-Liaison, n° spécial, avril 1997.
  • 43 Le SAES demandait que l'indemnité de logement passe de 35 000 F CFA à 100 000 F CFA. Il a accepté d (...)

48La défaite des acteurs contre-hégémoniques (syndicats d'enseignants et d'étudiants) s'est rapidement révélée provisoire. On assiste à partir de 1997, à un retour des mouvements sociaux, avec notamment la grève des enseignants pour une augmentation de leur indemnité de logement. Classés dans la catégorie spéciale Al sur la grille de la fonction publique, ils réclament un alignement de cette indemnité sur les autres fonctionnaires de même catégorie. Largement suivie, la grève met le gouvernement en difficulté. Le SAES rappelle qu'en 1991, le président Abdou Diouf avait lui-même donné son accord de principe et que la concertation nationale de 1993 avait aussi accepté cette revendication42. Après une menace d'année blanche, la grève se solde sur une demi-victoire du SAES43, et permet, indirectement, au mouvement étudiant de refaire surface, puisque c'est à cette occasion que celui-ci se réorganise au sein d'un Comité de Gestion de la Crise (CGC).

  • 44 Ces événements ont été relatés par la presse. Voir notamment : "Journée d'action des étudiants norm (...)
  • 45 Sud, 09/05/98 et 11/05/98.

49A partir de février 1998, les mobilisations étudiantes reprennent. Le mouvement débute avec la grève des élèves de l'école normale supérieure (ENS) revendiquant la garantie de recrutement dans la fonction publique. Il s'étend ensuite à l'ensemble des étudiants qui défendent une plate-forme des plus classiques, centrée sur la revalorisation des bourses et la question des franchises universitaires. Cette agitation déborde du campus et plusieurs manifestations de rue donnent lieu à des "casses" et à des affrontements sérieux avec la police44. A Saint Louis, où le mouvement étudiant est souvent apparu plus discret qu'à Dakar, des tirs à balles réelles ont lieu au cours de la journée du 5 mai, occasionnant des blessés parmi les étudiants45.

50Cette même année voit également l'apparition d'un nouvel acteur contre-hégémonique, capable de construire une mobilisation collective, qui rassemble les "travailleurs de l'Université" et les "personnels administratifs, technique et scientifiques" (PATS) au sein de la Coordination des syndicats des travailleurs du supérieur (CSTS).

  • 46 Quelque temps auparavant, du 22 février au 25 mars, une mission de l'agence internationale pour le (...)

51C'est dans ce contexte que se réunie l'Assemblée de l'Université le 10 juin 1998, qui se prononce en faveur d'une "réforme de la réforme" impulsée 6 ans plus tôt par la Banque mondiale46. Il n'est donc pas excessif de dire que le Programme d'Amélioration de l'Enseignement Supérieur a réussi à coaliser contre lui une opposition assez remarquable, alors qu'il avait pu apparaître dans un premier temps, comme un test réussi pour la Banque mondiale au Sénégal.

Une double lecture des péripéties de l'"ajustement de l'enseignement supérieur" au Sénégal

52Deux perspectives permettent d'étayer l'analyse des raisons de cette situation, l'une s'intéressant à l'action historique des acteurs contre-hégémoniques dans l'"arène universitaire", et l'autre au comportement institutionnel de la Banque mondiale.

  • 47 Il ne s'agit pas seulement d'une affaire de sigles. La succession de ces organisations dans l'histo (...)

53La première perspective permet de décrire la présence des acteurs contre-hégémoniques en termes de cycles de mobilisation s'étalant sur plusieurs années. C'est en particulier le cas pour le mouvement étudiant sénégalais qui a connaît périodiquement des phases de déclin et de renaissance marquées par une succession d'organisations.47 Or, la mise en œuvre des projets de réforme de la Banque mondiale coïncide avec la fin d'un cycle de mobilisation engagé depuis le milieu des années quatre-vingt. Dans l'optique des experts de la Banque, la réussite de la manœuvre de la Concertation nationale s'explique sans doute en partie par l'"usure" des organisations contre-hégémoniques, remarquables dans leur capacité de mobilisation sur la défense d'intérêts corporatistes, mais peu efficaces dans l'ébauche d'alternatives de sortie de crise.

54A l'inverse, les événements récents semblent accréditer l'idée d'une relance d'un cycle de mobilisation avec d'abord la grève des enseignants en 1997, puis les manifestations étudiantes et l'action des travailleurs de l'Université en 1998.

  • 48 Voir notamment : Susan George, Fabrizio Sabelli, Crédits sans frontières. La religion séculière de (...)

55Mais la situation actuelle de la réforme de l'enseignement supérieur doit aussi être lue comme un échec des ambitions hégémoniques de la Banque mondiale. Sur cette question, certains auteurs ont esquissé une comparaison entre le fonctionnement de cette dernière et celui d'autres institutions à vocation universelle, telles que l'Eglise catholique ou encore l'Internationale communiste48. L'hypothèse paraît assez pertinente si l'on songe à la lourdeur bureaucratique de l'organisation, à son cloisonnement vis-à-vis de l'extérieur, à sa référence à une orthodoxie, son maniement de la "langue de bois", etc.

  • 49 On peut cependant remarquer, dans le cas particulier du PAES, que la rémunération des consultants l (...)
  • 50 A rapporter évidemment à la situation matérielle des "intellectuels africains" lorsqu'ils doivent s (...)

56Toutefois, mettre sur un pied d'égalité la Banque mondiale et ces organisations qui ont marqué fortement l'Histoire, est sans doute exagéré. En particulier, le manque de base sociale différencie considérablement les technocrates de la Banque mondiale, des évêques de l'Eglise catholique ou des apparatchiks du mouvement communiste international. Qui plus est, son attrait auprès des couches sociales de l'intelligentsia ou de la haute fonction publique auprès des couches sociales de l'intelligentsia ou de la haute fonction publique repose surtout sur les rémunérations qu'elle offre, bien supérieures aux salaires ordinaires de la fonction publique. Cette situation nourrit le "syndrome des consultants" que l'on observe parmi les universitaires africains depuis quelques années49. Autrement dit, le prestige symbolique et la légitimité intellectuelle de l'expertise de la Banque sont largement des "produits dérivés" de sa puissance financière50. On l'aura compris, ce ne sont pas les références à l'"équité", à l'"efficacité", à la "bonne gouvernance", etc., qui constituent des éléments d'une idéologie mobilisatrice capables d'attirer des fidèles ou des militants comme ont su le faire d'autres grandes organisations à vocation universelle.

57Dans le cas de l'enseignement supérieur au Sénégal, l'action réformatrice de la Banque a visiblement manqué de relais intermédiaires, au-delà de l'action d'une "administration de projet" qui a surtout suscité des réflexes de rejet de la part des différents acteurs universitaires.

English Summary

58In his presentation, Pascal Bianchini suggests that beyond the vulgate and habitual criticisms often levelled against the World Bank (systematic reduction of all social expenditure, promotion of a mercantile logic in every sphere of economic endeavour and a dogmatic cut in the number of civil servants, no matter the local realities involved), the institution, in practice, often has to, and indeed knows how to adapt itself to a country's individual and specific political realities.

59Bianchini argues that the World Bank is usually accused of ignoring the political context of the countries where it operates. For example, in the case of Senegal, a nation-wide effort was made to put across the Bank's message in order to seek support for its reforms. However, this was a reform aimed at reducing public spending on students and at cutting back on the number of assistants that were being reviewed for promotion to full professorship. The result of these efforts by the World Bank was a reduction by the Senegalese state in the funds allocated to the university, which led to demonstrations by the students and the lecturers.

Annexe I. LES 23 DECISIONS DU CONSEIL INTERMINISTERIEL DU 09/12/1993

601. Budget de l'université

61Une commission chargée de réviser le régime financier de l'Université devra déposer ses conclusions d'ici juin 1994. Désormais le 1/12ème du budget de l'Université lui sera versé chaque mois.

622. Désignation du recteur

63Le statu quo est maintenu jusqu'à la mise en place de nouvelles structures.

643. Désignation du Président de l'assemblée de l'université

65Le statu quo est maintenu mais l'Assemblée sera désormais composé de 50 % de Professeurs et Maîtres de conférence, 20 % de Maîtres de conférence, 20 % de Maîtres assistants et d'Assistants, 15 % d'étudiants, 10 % de personnalités extérieures. 5 % de personnels administratifs scientifique et techniques

664. Gestion de L'université

67La gestion des inscriptions, des ressources humaines, de la comptabilité et des finances sera centralisée au niveau du rectorat.

685. Composition des assemblées de faculté

69Les assemblées de faculté seront désormais composées de 50 % de Professeurs et de Maîtres de conférences, 22 % de Maîtres-assistants et d'Assistants, 15 % d'étudiants, 8 % de personnels administratifs scientifiques et techniques et 5 % de personnalités extérieures.

706. Maïtrise des flux et gestion des effectifs

71Le transit maximum est fixé à 4 ans au niveau du premier cycle, soit du flux entrant. Il se fera en fonction des places disponibles et selon les procédures arrêtées par les différentes structures universitaires. Enfin le baccalauréat sera réformé en 1995.

727. Réorganisation des structures de formation

73Une commission ad hoc sera créée afin de réfléchir sur une éventuelle fusion entre l'EBAD et le CESTI et statuer sur les modalités de : fusion entre l'ENCR de Bambey et l'ENSA de Thiès, la réorganisation de certains enseignements entre l'ENSEPT, l'ENSUT et l'EPT, la réorganisation de certains enseignements entre l'ENS et l'ENSEPT

748. Chancellerie des universités

75Le projet de création d'une chancellerie des universités a été rejeté et en lieu et place un groupe de travail devra proposer de nouveaux textes organiques renforçant les pouvoirs de la Direction de l'Enseignement supérieur.

769. Encadrement des étudiants

77Les étudiants pourront désormais confectionner des syllabus sur la base des notes de cours et les publier sans que les enseignants ne reçoivent de droits d'auteur. Par ailleurs, ils évalueront anonymement les enseignants et les évaluations seront portées à la connaissance d'une commission pédagogique et mises dans le dossier des intéressés.

7810. Mesures en cas de grèves

79En cas de grèves des étudiants, les cours devront être dispensés même en présence d'un seul étudiant et l'évaluation portera sur l'ensemble du programme que celui-ci ait été vu ou pas. Lors des grèves des salariés, des retenues seront effectuées sur les salaires.

8011. Découpage de l'année universitaire

81L'Assemblée de l'Université continuera à procéder au découpage de l'année universitaire.

8212. Unités de valeur

83Une évaluation des expériences en cours devra être faite avant toute généralisation

8413. Enseignement et recherche

85Des commissions d'enseignement et de recherche devront être créées dans les universités.

8614. Entreprenariat

87La création de cycles d'études destinées à la formation de futurs entrepreneurs devra être poursuivie.

8815. Voyages d'études

89Les voyages d'études automatiques sont supprimés et la commission recherche définira les critères et les modalités d'utilisation de l'enveloppe financière qui lui sera consacrée.

9016. Charge horaire

91La charge horaire des professeurs, maîtres de conférences et maîtres-assistants est augmentée de 50 % alors que le statu quo est maintenu pour les assistants.

9217. Carrière des enseignants

93La titularisation automatique des assistants et supprimée. Le corps des assistants bénéficiera d'un contrat de trois ans renouvelable une fois, à l'issue duquel il devront être inscrits sur la liste d'aptitude aux fonctions de maîtres-assistants (LAFMA) ou seront remerciés.

9418. Réorganisation administrative et financière

95Une mission d'étude sera mise en place afin de procéder à la réorganisation administrative et financière de l'Université.

9619. Assainissement des œuvres universitaires

97Il sera procédé à une inspection approfondie du COUD et de CROUS en vue d'une privatisation progressive.

9820. Gestion des bourses

99La part des bourses destinées à des études à l'étranger sera réduite et la priorité données aux bourses destinées à des études de 3 ème cycle, n'existant pas localement et des formations spécifiques.

10021. Droits universitaires

101Les droits d'inscription pour les étudiants étrangers sont portés à 150 000 F dans les facultés et à 300 000 F dans les écoles nationales et les instituts. Par ailleurs le MEN étudiera l'instauration d'un ticket modérateur et le relèvement du prix des repas, des chambres et des droits d'inscription pour les étudiants sénégalais.

10222. Politique de communication

103Le MEN est chargée de populariser les mesures arrêtées par le Gouvernement.

10423. Reforme des textes de l'université

105Le Secrétariat Général du gouvernement accélérera le suivi des textes relatifs aux franchises universitaires et l'ensemble des nouveaux textes devront être applicables pour la rentrée universitaire 1993-94.

Notes

1 Sur ce point cf. Annik OSMONT, La Banque mondiale et les villes. Du développement à l'ajustement, Paris Karthala, 1995, pp. 160-165.

2 Une critique très argumentée de ces thèses en économie de l'éducation a été faite in : Annie Vinokur, "La Banque mondiale et les politiques d"'ajustement" scolaire dans les pays en voie de développement", Revue Tiers-Monde, XXVII, 112, oct.-déc. 1987, pp. 918-934.

3 Ce néologisme que l'on voudra bien nous autoriser s'inspire du concept de théodicée que l'on trouve chez Weber, puis de sociodicée utilisé par Bourdieu. On pounait ajouter qu'il évoque aussi l'usage ésotérique de l'arithmomancie ...

4 L'essentiel de ces résultats se trouvent dans Georges Psacharopoulos, Maureen Woodhall, L'éducation pour le développement. Une analyse des choix d'investissement, Paris, Economica, 1988.
Pour l'Afrique, les prescriptions qui en découlent figurent dans un autre ouvrage écrit dans une optique de vulgarisation : L'éducation en Afrique subsaharienne. Pour une stratégie d'ajustement, de revitalisation et d'expansion, Washington, Banque mondiale, 1988.

5 Ce problème a été ouvertement évoqué dans un document récent qui rend compte de la mise en place d'un groupe technique pour le renforcement des capacités de l'enseignement supérieur, associant la Banque mondiale et les responsables de l'enseignement supérieur en Afrique :
« Une série d'études comparatives des taux de rentabilité de l'enseignement primaire et de l'enseignement supérieur en Afrique, concluent que le premier est plus rentable que le second, et le rôle prépondérant joué par la Banque dans le mouvement "Education pour tous" ont donné à bien des Africains l'impression que la Banque ne considère pas les universités comme des investissements valables. Cette perception a été renforcée par la baisse marquée des prêts de la Banque à l'appui de l'enseignement supérieur en Afrique au cours des exercices 90-94. » (La revitalisation des universités en Afrique, Avant-projet, 8 avril 1997).

6 Cf. Sako Bako, « Education et ajustement en Afrique : Conditionalités et résistances », in M. Diouf. M. Mamdani (dir), Liberté académique en Afrique, Dakar, CODESRIA, 1994, pp. 177-201.

7 Ainsi on note une évolution dans la littérature de la Banque consacrée à ce sujet. Dans un premier temps, il est surtout question de mesures de réduction des coûts, de diminution des dépenses sociales au profit des dépenses académiques. Cf. Angela Ramsom, Financing Higher Education in Francophone Africa, Washington DC, Economic Development Institute of the World Bank, 1988. Quelques années plus tard, la réflexion se développe aussi sur les moyens de faire accepter ces mesures d'ajustement par les acteurs universitaires. Cf. William S. Saint, Les universités en Afrique. Pour une stratégie de stabilisation et de revitalisation, Banque mondiale, Washington, mars 1993.

8 Cette thèse symétrique à celle des "étudiants manipulés de l'étranger" est défendue en particulier par Abdoulaye bathily, in Mai 68 au Sénégal, Paris, Chaka, 1992.

9 Il ne s'agit pas tant du point de vue juridique ici mais surtout d'une perspective sociologique fondée sur l'observation de l'évolution du corps enseignant ainsi que de celle des effectifs étudiants.

10 Le terme d'"acteurs contre-hégémoniques" désigne pour nous les acteurs traditionnels des mobilisations sociales urbaines que l'on peut repérer en Afrique noire : syndicats de salariés (notamment de la fonction publique enseignante) ou encore organisations d'élèves ou d'étudiants. 11 n'implique pas une adhésion à une conception néogramscienne de l'Etat en Afrique, qui hypostasie la notion d'hégémonie, oubliant que les rapports de force que l'on y observe, supposent bien plus fréquemment que dans les "vieilles nations" l'exercice effectif de la coercition physique.

11 Revitalisation de l'enseignement supérieur : les enjeux de la réforme, Département du Sahel, Bureau régional de la Banque mondiale, Dakar, 4 mars l992, p. vii.

12 "La réforme envisagée étant politiquement sensible, il faut s'efforcer d'informer et de convaincre tous les acteurs concernés à travers un dialogue constructif qui englobe étudiants, universitaires, parents et employeurs. Pour être crédibles, les recommandations en faveur du changement doivent émaner de commissions indépendantes représentant les divers groupes d'intérêt concernés, comme cela s'est passé durant les Etats généraux de 1981.", ibidem pp. 45-46.

13 Cette dichotomie est présente dans l'intitulé du projet "Pour une stratégie d'ajustement, de revitalisation et d'expansion sélective", où l'on reconnaît la classique figure de rhétorique : thèse, antithèse et synthèse ... Ces mesures positives tiennent une place plus limitée que les premières.

14 ibidem, p. 32.

15 Le "cartouchard" c'est l'étudiant auquel on a accordé la permission d'effectuer une année supplémentaire (d'où le verbe "cartoucher") afin d'obtenir son examen. Il n'a, en principe, plus le droit d'échouer (il aura alors épuisé ses cartouches ...)

16 Voir par exemple, cette comparaison qui vient conclure la première partie du rapport : "L'Université de Dakar consacre chaque année cinq fois plus d'argent à l'achat de médicaments pour les étudiants et leur famille qu'à l'acquisition de livres et de périodiques pour la bibliothèque. Cette répartition des ressources est révélatrice du changement progressif du rôle de l'université par la suite de l'accroissement incontrôlé des effectifs et du militantisme efficace des étudiants.", ibid., p. 31.

17 ibid., p. iv.

18 ibid., p. 46.

19 C'est ce qui différencie notamment les réformes de la Banque dans le domaine de l'éducation de celles inspirées par l'UNESCO dans les années 70, qui demeuraient longtemps au seul stade de l'expérimentation.

20 Le syndicat réclamait notamment que soit clairement défini le statut de la concertation nationale sur l'enseignement supérieur afin d'éviter qu'elle soit "un débat de plus ou un vœu pieux dont seules les conclusions les plus contraignantes seraient mises en application". SAES, IV ème congrès ordinaire. Rapport moral du bureau national. "Quelle réforme pour l'enseignement supérieur ?", 16-17 avril 1994, Université Cheikh Anta Diop, Dakar, p. 9.

21 Concertation nationale sur l'enseignement supérieur. Saint Louis, les 19-21 juin 1992, Rapport général, juillet 1992.

22 Les quatre commissions étaient fixées comme suit :

  • gestion des effectifs
  • réforme de l'enseignement et de la recherche
  • acteurs de l'Université
  • moyens de la réforme

23 Concertation nationale sur l'enseignement supérieur, Dakar, les 20-21-22 et 23 août 1992, Rapport de la commission I. Gestion des effectifs, ainsi que :
Concertation nationale sur l'enseignement supérieur, Dakar, les 20-21-22 et 23 août 1992, Rapport de la commission II, Sur la réforme de l'enseignement et de la recherche.

24 Concertation nationale sur l'enseignement supérieur, Dakar, les 20-21-22 et 23 août 1992. Rapport général, p. 17.

25 Concertation nationale sur l'enseignement supérieur, Dakar, les 20-21-22 et 23 août 1992. Rapport de la Commission n° III. Les acteurs de l'Université, p. 4.

26 Concertation nationale sur l'enseignement supérieur, Dakar, les 20-21-22 et 23 août 1992. Rapport de la Commission n° IV. Les moyens de la réforme.

27 Pour les promoteurs de la réforme, cette invitation était sans doute conçue comme un moyen de neutraliser l'opposition du syndicat, d'où les critiques que le secrétaire général a du essuyer de la part de certains de ses camarades. Lui s'en est défendu, expliquant que sa présence n'engageait pas le syndicat et que c'était un moyen d'être tenu au courant de l'élaboration du processus de réforme impulsé par la Banque. (Communication personnelle)

28 Le montant annuel de ces détournements a été évalué alors à 2,5 milliards de CFA selon un participant aux travaux des experts. (Communication personnelle)
Les membres de la commission ont même pu voir les villas construites grâce à cette activité de prédation ... mais cependant ces détails ne figurent pas explicitement dans le rapport officiel remis à la Concertation nationale.
G. Verhaegen, Propositions de réforme de l'Université au Sénégal. Rapport à la concertation nationale sur l'enseignement supérieur. Volume I : Synthèse, juin 1993.

29 "La FEDER a émis des réserves sur les nouvelles conditions établies pour accéder à l'enseignement supérieur. Elle estime en effet, qu'il faut articuler ces nouvelles conditions à la création de nouvelles filières pour prendre en charge les autres bacheliers." . Rapport général du séminaire des 4,5 et 6 août 1993, p. 12.

30 ibid.,p. 27.

31 ibid., p. 25.

32 Communiqué du Conseil interministériel du 9 décembre 1993. Voir annexe I.

33 SAES, Appel aux enseignants et chercheurs des universités, Dakar, le 11 mai 1994.

34 SAES, Eléments de bilan et perspectives de lutte à propos de la réforme dans le supérieur, Dakar, le 5 juillet 1994.

35 Ce thème de revendications a fait l'objet d'un intérêt renouvelé au début de la décennie 90 de la part des syndicats d'universitaires en Afrique, avec notamment la déclaration de Kampala sur les libertés académiques. Ceci s'explique par la double lecture que l'on peut faire des franchises universitaires : Il s'agit d'une revendication spécifique à une communauté, pouvant s'intégrer dans un mouvement plus large de "contestations démocratiques". Or, en l'occurrence, le gouvernement a adopté une vision restrictive des franchises, limitées au seul "campus padagogique" et non au "campus résidentiel".

36 Les données relatives à ce projet ont figuré sur un site internet : Paes@sonatel.senet.net Copyright © 1997 Marne Maria Mbaye. Pour donner un ordre de comparaison, l'autre grand projet de la Banque en cours dans le secteur éducatif, le PDRH2, était d'un montant environ deux fois plus élevé.

37 C'est le cas par exemple de la fusion entre l'Ecole polytechnique de Thiès d'une part, l'ENSUT et l'ENSEPT d'autre part, situés à Dakar.

38 « La Banque mondiale à l'UCAD : réforme ou rétrogradation ? » SAES-Liaison, février 1997, p. 2.

39 "La réforme de l'enseignement supérieur est lancée depuis octobre 1994 et jusqu'à présent si l'Université a satisfait à toutes les conditions qui lui étaient posées, par contre la Banque mondiale, par l'intermédiaire du PAES tarde à respecter ces engagements.", Le Soleil, 24 décembre 1997.

40 Voir annexe II.

41 Université virtuelle africaine. Cultiver le savoir pour la maîtrise du destin, avril 1997, The World Bank.
On peut aussi remarquer que le responsable de ce projet n'est autre que l'auteur du rapport déjà cité qui a constitué le point de départ de la réforme.

42 SAES-Liaison, n° spécial, avril 1997.

43 Le SAES demandait que l'indemnité de logement passe de 35 000 F CFA à 100 000 F CFA. Il a accepté de conclure un accord portant sur un montant de 70 000 F CFA.

44 Ces événements ont été relatés par la presse. Voir notamment : "Journée d'action des étudiants normaliens et élèves. Trois véhicules incendiés et des casses". Sud, 27/02/98 "UCAD : Les étudiants occupent la rue", Sud, 21/04/98
"Journée d'action à l'Université. Une pluie de grenades s'abat sur le campus. Sud, 28/04/98 "Chaude journée à Dakar. La colère déborde des campus", Sud 13/05/98

45 Sud, 09/05/98 et 11/05/98.

46 Quelque temps auparavant, du 22 février au 25 mars, une mission de l'agence internationale pour le développement (IDA) avait procédé à une évaluation de la réforme en cours sous la forme d'un aide-mémoire. La prise de position de l'Assemblée du l'Université constitue donc une réaction à ce document. Sud, 11/06/08.

47 Il ne s'agit pas seulement d'une affaire de sigles. La succession de ces organisations dans l'histoire contemporaine s'est accompagnée aussi d'une modification des modalités de la représentation étudiante.

48 Voir notamment : Susan George, Fabrizio Sabelli, Crédits sans frontières. La religion séculière de la Banque mondiale, Paris, La Découverte, 1994. On trouve aussi d'autres tentatives de comparaison avec les phénomènes religieux. Voir par exemple : Mbaya Kankwenda. « Marabouts et marchands de développement en Afrique », Bulletin du CODESRIA. 3, 1994, p. 14.

49 On peut cependant remarquer, dans le cas particulier du PAES, que la rémunération des consultants locaux (500$ par mois pour les honoraires) est sans commune mesure avec celle des expatriés (12 000 $ par mois).

50 A rapporter évidemment à la situation matérielle des "intellectuels africains" lorsqu'ils doivent se contenter de leur rémunération "normale" au sein de la fonction publique nationale.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/1010/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Annexe II
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/1010/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 431k

© IFRA-Nigeria, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search