Version classiqueVersion mobile

The Dilemma of Post-Colonial Universities

 | 
Yann Lebeau
, 
Mobolaji Ogunsanya

I. Elite Formation: Political discourse and policies

Les évolutions historiques de la structuration de l’élite kenyane

Hélène Charton

Texte intégral

  • 1 Banque Mondiale, Les universités en Afrique pour une stratégie de stabilisation et de revitalisatio (...)
  • 2 G. Eshiwani, Education in Kenya since Indépendance, East African Educational Publishers, 1993, p. 7 (...)

1La République du Kenya n’échappe pas, à l’instar de la plupart des pays du continent africain, à une restructuration profonde de son système de formation supérieure. Celle-ci s’opère, depuis une quinzaine d’années, sur le mode de la privatisation des formations nationales. Un double mouvement se dégage : d’une part, les filières privées se multiplient, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays et, d’autre part, les établissements supérieurs publics ont recours à des méthodes de gestion qui s’apparentent à celles du secteur privé. Ces dernières stratégies semblent directement répondre aux nouvelles exigences économiques qui touchent le continent : restrictions budgétaires sévères dans un contexte d’ajustement structurel. Cependant, le Kenya se singularise par l’ampleur du phénomène. En 1992, les 11 établissements supérieurs privés de ce pays accueillaient 2000 étudiants, soit un tiers de l’ensemble des étudiants scolarisés dans ce type d’institutions pour l’ensemble de l’Afrique subsaharienne.1 De plus, un très grand nombre de jeunes Kenyans étudie à l’étranger : en 1989, ils étaient aussi nombreux que ceux inscrits dans les établissements nationaux de tout type.2

2L’objet de cette étude est de comprendre, en les appréciant dans leur profondeur historique, les enjeux de ces recompositions. Les évolutions récentes du système éducatif du Kenya montrent un recul du monopole de l’Etat. Ce dernier n’est plus au cœur de la dynamique de la fabrication de l’élite du pays.

3Toutefois, si l’Etat a été, depuis la période coloniale, un formidable agent de promotion sociale en permettant aux jeunes Kenyans de valoriser leurs formations à son service, l’acquisition des diplômes a toujours reposé sur des stratégies individuelles. Il s’agit ici de retracer, dans son développement et ses évolutions, les mécanismes de fabrication et de contrôle de ce groupe par les différents pouvoirs qui se sont succédés. Pareille analyse permet d’identifier les permanences et les ruptures dans le processus de fabrication de l’élite afin de comprendre la nature et les enjeux des recompositions que l’on observe aujourd’hui dans le paysage universitaire kenyan. Celles-ci peuvent être lues comme une forme de rééquilibrage de la relation dynamique qui unit stratégies individuelles et stratégie du pouvoir. Il semble en effet se dessiner, depuis le début des années 1980, un rapport nouveau entre l’Etat et la formation de l’élite qui passe notamment par une remise en question des modèles de formation hérités de la période coloniale.

4Les conditions de l’émergence de la première élite scolarisée du Kenya permettent de dégager la nature du groupe qui se structure autour de ses diplômes. Nous nous intéressons ici aux étudiants formés à l’étranger entre 1945 et 1955. Leurs conditions d’étude définissent un rapport spécifique au diplôme qui est ensuite projeté dans les systèmes de formation supérieure de la République du Kenya. Ce sont, en effet, ces premiers étudiants qui jettent les bases de la nouvelle société. Les recompositions qui s’opèrent depuis une quinzaine d’années sur fond de crise, semblent traduire la faillite de ces modèles.

Le recrutement des premiers étudiants africains du Kenya : nature et modalités

  • 3 II s’agit de l’Alliance High School et Mangu High School.
  • 4 Etablissement fondé en 1922, il offre de diplômes supérieurs à partir de 1933. C’est une conséquenc (...)
  • 5 Il est le fondateur du collège indépendant de Githunguri, établi en 1939, et dont le but était d’of (...)

5Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, les différents gouvernements coloniaux s’engagent dans un processus de modernisation de l’administration de ces territoires, tant sur les plans politique, économique que social. La politique du Colonial Office glisse ainsi de la notion de Trusteeship à celle de Partnership. C’est l’éducation qui est le vecteur privilégié de ces transformations dont l’objectif est une plus grande association des Africains à la gestion des colonies. Dans ce contexte, le gouvernement britannique vote, en 1940, une aide spéciale aux colonies, le Colonial Development and Welfare Fund, effective en 1945. Ce programme prévoit notamment l’attribution de bourses d’études supérieures en Grande-Bretagne pour tous les ressortissants des colonies quelle que soit leur origine. De plus, le gouvernement colonial met en place une structure équivalente avec les Government African Overseas Bursaries. Ces initiatives introduisent une rupture majeure ; c’est la première fois que le pouvoir colonial s’investit dans la formation supérieure des Africains. Jusque là l’éducation de cette population avait été laissée aux sociétés missionnaires. Avant la guerre, la colonie comptait quatre établissements secondaires dont deux3 seulement permettaient à leurs élèves d’accéder à une formation complémentaire au collège de Makerere en Ouganda4. Ceux qui souhaitaient acquérir une éducation plus poussée s’engageaient alors dans des stratégies privées. C’est ainsi que sont partis les premiers étudiants du Kenya, dans les années 1930, comme Peter Mbiyu aux Etats-Unis5, ou encore Jomo Kenyatta à Londres. Le plus souvent, ces étudiants « indépendants » se rendaient en Afrique du sud. Mais ces démarches rares étaient l’apanage des "puissants" ; c’est-à-dire de ceux qui jouissaient d’une certaine aisance matérielle et qui étaient en mesure de négocier leur départ avec l’administration. Dans le contexte colonial, il s’agissait pour l’essentiel des agents de l’administration.

6Ces nouvelles opportunités entraînent une augmentation et une diversification des filières suivies à l’étranger, comme le montre le tableau sur la page suivante.

  • 6 Public Record Office (PRO), Londres, CO/822/143/7. Ses modalités sont précisées dans une circulaire (...)
  • 7 Le recensement de 1948 donne le chiffre de 90 530 Indiens pour la colonie.
  • 8 Archives Nationales du Kenya, Nairobi, ED/I/2342.

7Si le Royaume-Uni accueille la majeure partie des étudiants africains du Kenya, d’autres destinations leur sont désormais ouvertes. Dès son indépendance, en 1947, l’Inde met en place un programme de bourses d’études destinées aux ressortissants des colonies. Leur nombre augmente rapidement, passant de 2 à 15 entre 1947 et 19536. Mais la majorité des étudiants en Inde sont indépendants. La proximité de ce pays, la faiblesse relative du coût des études, enfin l’importance des liens qui existent entre ces deux espaces (le Kenya abrite la plus grande communauté indienne d’Afrique de l’est7), expliquent ce phénomène. Les Etats-Unis s’ouvrent également aux étudiants africains grâce aux efforts des associations noires américaines pour leur offrir des bourses. Enfin l’Afrique du sud continue d’attirer une partie de la jeunesse kenyane. Mais, à partir de 1951, le gouvernement d’apartheid restreint l’entrée des universités d’Afrique du sud aux étudiants noirs étrangers8. Les étudiants indépendants constituent donc une part importante des effectifs à l’étranger ; au Royaume-Uni, ils représentent 30 % du total.

  • * Les chiffres donnés pour le Royaume-Uni sont extraits des rapports du Liaison Officer à Londres. Po (...)

Evolution de la répartition des étudiants du Kenya à l’étranger*

Evolution de la répartition des étudiants du Kenya à l’étranger*
  • 5 Débats parlementaires. Archives Nationales du Kenya, ED/I/2591 ; recensement personnel : 16 étudian (...)

Note**5

8Ce premier groupe apparaît donc hétérogène et l’on peut s’interroger sur les enjeux de ces formations nouvelles tant pour les étudiants que pour le pouvoir colonial.

9La diversité des filières empruntées reflète des parcours variés. Les candidatures retenues par les comités de sélection des programmes gouvernementaux déterminent le profil type de l’étudiant colonial. Celui-ci est passé par l’Alliance High School (AHS) pour une durée de deux ans minimum afin d’achever sa scolarité secondaire et avant d’entrer au collège de Makerere pour un cycle de deux années d’études. Parmi tous les boursiers du Colonial Development and Welfare Scheme, deux cas seulement échappent à cette règle. En revanche, les parcours des étudiants indépendants sont beaucoup plus variés.

10Les candidats aux bourses du Gouvernement de l’Inde (BGI), viennent de tous les établissements secondaires de la colonie et rares sont ceux qui ont fréquenté Makerere. Les cursus indépendants offrent une alternative aux filières élitistes proposées par le gouvernement. Ces dernières offrent, en effet, un cadre à l’expression des ambitions des élèves les plus méritants, à condition qu’ils acceptent les règles d’une éducation occidentale. C’est le but d’un établissement comme l’Alliance High School - reproduction coloniale des Public Schools britanniques - que d’inculquer à ses élèves enseignements et valeurs occidentaux. Mais les exclus de ce système peuvent trouver une seconde chance en Inde ou en Afrique du sud.

11Alors que le pouvoir cherche à forger une élite coloniale homogène, car issue d’un même moule, les filières indépendantes fournissent aux étudiants hors jeux d’autres leviers de promotion individuelle. Les cursus suivis permettent d’éclairer les motivations qui sous-tendent le désir d’éducation supérieure des jeunes kenyans.

12On observe une nette opposition entre les boursiers et les étudiants indépendants au niveau des filières empruntées. L’objectif de l’administration coloniale est de former des cadres africains pour ses propres besoins. Par conséquent, les cursus proposés dans le cadre des bourses gouvernementales correspondent à des postes accessibles aux Africains. En effet, les étudiants formulent leur demande de bourse en spécifiant les disciplines qui les intéressent mais ce sont ensuite les différents départements de l’administration coloniale qui proposent ces étudiants au comité de sélection en fonction de leurs nécessités. C’est dans l’enseignement que les besoins sont les plus importants, ce qui explique la prépondérance des formations en éducation, lettres, et sciences pour ce type de candidats. En revanche aux Etats-Unis ou en Inde, toutes les filières sont accessibles dès lors que le candidat possède les qualifications requises. Ainsi, les étudiants en droit sont généralement indépendants.

13Ce clivage souligne la profonde ambiguité des formations supérieures. Les programmes gouvernementaux mettent en relation deux logiques contradictoires. Pour les autorités coloniales, l’objectif est de fabriquer une main d’œuvre d’élite étroitement encadrée et sélectionnée. En revanche, les études supérieures sont, pour les Africains, un puissant instrument de promotion individuelle. Les contraintes liées à ces programmes sont donc ressenties comme autant d’obstacles à leurs ambitions. C’est ce qui explique l’engouement des étudiants pour les bourses offertes par le gouvernement indien ou encore celles qui proviennent des

  • 9 Archives Nationales du Kenya, Nairobi, ED/1/2856, Applications for the Award of a Government of Ind (...)

14Etats-Unis. Le comité de sélection du gouvernement indien a ainsi enregistré 66 demandes pour les 15 bourses offertes pour l’année universitaire 1953-19549. Mais ces dynamiques affectent également les étudiants boursiers, puisque leurs volontés individuelles l’emportent souvent sur les stratégies de contrôle du pouvoir.

Les filières de formation des étudiants africains à l’étranger

Les filières de formation des étudiants africains à l’étranger
  • 10 Le Liaison Officer est chargé d’informer les autorités coloniales du déroulement de la scolarité de (...)

15Entre 1947 et 1949, parmi les sept boursiers qui ont suivi en Angleterre une formation courte de 15 mois en éducation, un seul est rentré au Kenya. Tous les autres sont restés pour préparer un diplôme universitaire. La frontière est souvent ténue entre boursiers et étudiants indépendants. En 1949, le Liaison Officer10soulignait l’ambiguité de ce type de formations :

  • 11 Archives Nationales du Kenya, Nairobi ; ED/ 1/ 2297, (01/10/1949).

"I feel strongly that Africans who have reached a good standard of secondary education and are still young enough to enter a United Kingdom university should not be sent over here to take courses other than degree courses, except in very special circumstances. Events of the past years have subscribed to this view. When such a man is sent to the Institut to take the professional certificate course, he obtains a university entrance qualification in his spare time, and then applies for extension of his scholarship. If the extension is not granted, there is very likelihood of his returning to the Colony embittered and disgruntled."11

  • 12 Archives Nationales du Kenya, Nairobi ED/I/2985, circulaire du 5/07/1950.

16Après 1949, les formations courtes sont abandonnées mais les défections se poursuivent tout au long de la période étudiée. Le pouvoir n’entend pourtant pas laisser ces étudiants hors de tout contrôle. Dans la mesure où commencent à apparaître dans les colonies des revendications politiques fortes, il ne s’agit pas de fournir, en les formant, des chefs nationalistes à ces mouvements. L’attitude des autorités oscille donc entre fermeté et ménagement. Le cas des étudiants en droit illustre bien ce point. Les professions juridiques sont fermées aux Africains, par conséquent, ces formations ne sont pas prévues par le gouvernement, elles sont même jugées suspectes.12 Or la majorité des étudiants, qui a commencé ce type d’études à titre privé, finit par obtenir une bourse gouvernementale. A défaut de pouvoir complètement interdire ces formations, les autorités préfèrent les encadrer, afin de maintenir une forme de contrôle. Le premier boursier du gouvernement indien, John Seroney, a ainsi commencé sa formation juridique dans ce pays, en 1947 ; lorsqu’il retourne au Kenya en 1951, les responsables de la colonie ne sachant que faire de cet étudiant embarrassant, lui offrent un prêt afin qu’il puisse effectuer un nouveau cycle d’études juridiques en Angleterre. La méfiance du gouvernement est ainsi synthétisée par le Chief Native Commissioner :

  • 13 Archives Nationales du Kenya, CNC/ 7/777.

The dilemma which faced the Government at the end of 1951 was that, as things were going, Seroney appeared se to become an effective agitator against Government. The chances of harnessing his energies in the service of the Government did not look good. On the other hand, he was clearly an able person with whom it might be worth while to take trouble. Accordingly, the decision was taken to offer Seroney a loan to study for a period in England, in the hope that he would mature and absorb more constructive ideas.13

17Le pouvoir colonial modifie donc ses stratégies de contrôle face à l’éclosion des ambitions individuelles. L’obéissance de la nouvelle élite repose alors moins sur un recrutement homogène que sur la satisfaction de ses aspirations. Le profond désir d’éducation de la population africaine du Kenya semble déborder les stratégies du pouvoir colonial. On peut alors se demander si ce groupe initialement divers tend à s’unifier autour de l’acquisition d’un diplôme universitaire vecteur de promotion sociale.

Genèse de l’élite de la République du Kenya

18On peut définir l’élite comme la minorité qui occupe des positions de première importance dans la société. C’est donc la place qui est donnée à ces anciens étudiants, au sein de la colonie du Kenya, qui permet d’identifier la manière dont ils peuvent former une élite par opposition à la masse de la population. Or c’est précisément l’Etat colonial qui définit cette place. Au milieu des années 1950, une bureaucratie africaine, en grande partie constituée de ces anciens étudiants, émerge. Ce processus contribue à uniformiser ce groupe mais il flèche également le passage à l’indépendance. Ce sont, en effet, ces mêmes individus qui sont appelés à prendre des responsabilités politiques après 1963. Or les conditions dans lesquelles cette population se constitue en élite sont déterminantes pour comprendre la nature des systèmes de formation mis en place par la nouvelle République. Les étudiants ont, en effet, imposé aux tenants du pouvoir leur rapport aux titres universitaires.

19Tous les étudiants doivent être traités de la même manière à leur retour dans la colonie ; c’est ce que préconise le Colonial Office comme on peut le lire dans cette lettre de Gorell Barnes au gouverneur du Kenya, Evelyn Baring, en 1954 :

  • 14 Archives Nationales du Kenya, Nairobi, ED/I/2327, lettre du 4/12/1954.

The more I see of African nationalist movements, both subversive and respectable, the more impressed I become with the tremendous importance of making sure that these young men are able to carve out for themselves a life which will appear reasonably satisfaying to them after their three or four years or more of experience of a very advanced form of Western culture and standard of living ; and those who have been private students are of course, no less important than those who have been to the university as Government Scholars14.

  • 15 ibid.

20On peut lire plus loin : « it is frustrated egos and not empty bellies that make agitators »15. C’est bien un souci de stabilité intérieure qui guide le pouvoir dans sa politique. L’enjeu est donc d’offrir à ces étudiants un confort matériel suffisant mais aussi une position sociale qui corresponde à ce qu’ils ont vécu à l’étranger. Mais la réalité sociale de la colonie perturbe souvent la mise en pratique de ces principes. En effet, ces formations avaient pour objectif initial de permettre à des Africains d’accéder à certains emplois clairement définis, afin notamment d’éviter toute forme de concurrence avec les Européens. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le Kenya a connu une seconde vague d’implantation coloniale. Or le niveau de qualification des nouveaux colons est modeste, et la plupart de leurs emplois, notamment en milieu urbain, pourraient être occupés par des Africains. La réintégration des étudiants est alors parfois perçue comme une menace. Le secrétaire du gouvernement colonial s’élève contre ce type d’attitude à l’occasion du retour de deux ingénieurs africains, en 1951 :

  • 16 Archives Nationales de Nairobi, ED/I/2985, circulaire du 3/09/1951.

This problem of qualified Africans going into employment and having to give orders to Europeans in subordinate positions, is one that has to be faced, and the longer it is put off, the more unpleasant the consequences can be. (...) I do not think that the entry of one or two qualified men of this kind should be regarded as the beginning of Africanization of the service. If these men qualify technically and prove themselves competent, then as local people they have the same right, as anyone else to be tested out in positions, on the basis of their own merit and ability. Surely the position is that they should not be kept out of that just because they are Africans, that is something we cannot permit16.

21Le gouvernement s’efforce d’intégrer les étudiants qui ont reçu une formation atypique. L’administration créé ainsi spécialement un poste pour un diplômé de commerce rentré d’Afrique du sud en 1951. L’inactivité et la frustration sont considérées comme une source de dangers. Mais ce sont de nouveau les juristes africains qui préoccupent le plus les autorités coloniales. Le premier à rentrer au Kenya est Argwings Khodek en 1951. Il est immédiatement employé dans le service juridique de l’administration où il bénéficie d’un salaire inédit pour un Africain, avant d’être autorisé à s’installer comme avocat indépendant à Nairobi. Mais pour la majorité, qui a reçu une formation d’enseignant, le retour est souvent amer. La plupart enseignait déjà avant leur départ, or la réintégration dans les mêmes fonctions est vécue comme un pas en arrière, une négation de ces années d’études, une abdication du statut nouveau que leurs diplômes devaient leur conférer. Certains, les plus offensifs, parviennent à décrocher un emploi dans l’administration. Webungo Akatsa refuse ainsi de retourner à Maseno (où il a enseigné pendant huit ans) et obtient un poste dans le département juridique de l’administration (il avait commencé des études de droit contre l’avis des responsables de l’éducation ...).

  • 17 Archives Nationales du Kenya, Nairobi, ED/I/2767. Le rapport Holmes avait fixé le principe suivant (...)

22Mais le plus souvent, les seules compensations sont d’ordre matériel. Leurs diplômes universitaires confèrent aux anciens étudiants des salaires plus élevés. Toutefois, à qualification égale, la rétribution d’un enseignant africain est plus de deux fois inférieure à celle d’un Européen17. De grands efforts sont pourtant déployés pour leur permettre de prolonger à l’intérieur de la colonie leur expérience de l’Occident. Faute d’éradiquer complètement le Color Bar, le pouvoir colonial s’efforce de rehausser leur statut social. Les contacts avec les Européens sont par exemple encouragés et multipliés. Il s’agit de donner à ce groupe, pourtant divers, une conscience de l’unicité de son expérience qui doit avoir valeur d’exemple. L’administration leur procure également des résidences décentes qui soulignent à la fois leur nouveau statut tout en les invitant à adopter un mode de vie qui se rapproche de celui des Européens. Dans un contexte de forte ségrégation cela entraîne des aménagements inédits. Le pouvoir colonial s’efforce donc d’accéder au désir de reconnaissance de ce groupe tout en l’intégrant à son système de domination. Ce sont bien les diplômes étrangers qui lui donnent son unité et l’isolent du reste de la population en le constituant en élite.

  • 18 Le mouvement a éclaté en 1952 parmi les populations kikuyu du centre du Kenya. Il a été sévèrement (...)
  • 19 B. A Ogot, R A Ochien’g, Decolonization and Independence in Kenya, 1940-93, Londres, James Currey, (...)
  • 20 ibid, p. 55.

23C’est alors naturellement sur ce groupe que le pouvoir s’appuie pour amorcer une transition progressive vers le self-government au milieu des années 1950. Les premières élites politiques du pays sont recrutées parmi les anciens étudiants. En 1955, la colonie sort d’une période de troubles après la révolte des Mau-Mau18. L’administration cherche alors à reconstruire la vie politique du pays en associant les Africains ; les anciens étudiants, qui sont globalement des modérés, correspondent aux critères du pouvoir. En 1955, les partis politiques sont de nouveau autorisés sur une base provinciale. Argwings Khodek, fonde ainsi le premier nouveau parti : le District National Congress19. Lors de la première élection de représentants africains au Legislative Council, en 1957, 10 des 37 candidats ont été formés à l’étranger et presque tous ont reçu une éducation au moins secondaire. A quelques exceptions près, ils sont tous fonctionnaires : enseignants ou membres de l’administration locale20. Les résultats de ces élections entérinent l’emprise d’une nouvelle couche sociale sur la vie politique naissante de la colonie, qui se structure autour de l’éducation. Cette première génération d’étudiants correspond à ce que Tessy Bakary identifie comme une « élite d’instruction » :

  • 21 T. D. Bakary, Les élites africaines au pouvoir, problématique, méthodologie, état des travaux, Tale (...)

C’est l’élite par excellence en raison d’abord de sa fonction d’intermédiaire entre les colonisateurs et les colonisés, ensuite de porte-parole de ces derniers et enfin d’héritière du pouvoir laissé par les premiers à la tête des nouveaux Etats21.

24C’est, en effet, l’Etat qui donne à l’élite les moyens de son affirmation sociale. Après l’indépendance, les Africains ne sont plus bridés dans leur promotion sociale par la présence des Européens. Le jeune Etat qui a besoin de personnel qualifié recrute ses agents au sein de ce vivier de jeunes instruits. La transition politique s’opère donc dans la continuité. Mais comme le remarque cet auteur, ce groupe, dès lors qu’il accède à une situation de pouvoir, a tendance à se protéger et à restreindre son accessibilité. Effectivement la nature du système éducatif qui se met en place au lendemain de l’indépendance illustre cette stratégie. Les diplômes et plus encore peut-être, l’assimilation de la culture occidentale, restent le plus sûr moyen d’acquérir une position sociale avantageuse.

  • 22 T. Watson , O W. Furley, A history of education in East Africa, New York, Nok Publishers Internatio (...)
  • 23 ibid, p. 310 et 326.
  • 24 ibid., p. 318.

25Les filières de formation supérieure se développent en Afrique de l’est, à partir du milieu des années 1950. Leur nature est révélatrice des stratégies de préservation du groupe dominant. En 1964, le collège universitaire de Makerere devient the University of East Africa, indépendante de Londres. Cette même année, l’ancien Royal Technical College de Nairobi, créé en 1956, devient l’Université de Nairobi, affiliée à l’université d’Afrique de l’est. Elle est complètement indépendant en 1970, l’université d’Afrique de l’est est alors démantelée au profit d’entités nationales22. Au début des années 1960, ces établissement scolarisent 650 Africains du Kenya23. Mais la majorité des étudiants continue d’être formée à l’étranger. Le mouvement s’amplifie à la fin des années 1950 grâce aux initiatives de certains hommes politiques. Le leader syndicaliste Tom Mboya organise, entre 1959 et 1961, des charters vers les Etats-Unis. Sept cent étudiants kenyans se sont ainsi rendus dans ce pays. Pour faire contrepoids, les chefs politiques de gauche comme Odinga Oginga créent des filières d’études supérieures vers les pays du bloc socialiste. Le nombre des Africains du Kenya à l’étranger est ainsi passé de 912 à 1823 entre 1961 et 1963 ; ils sont alors six fois plus nombreux que ceux présents en Afrique de l’Est24. Les offres de bourses de la part des gouvernements étrangers se multiplient et se diversifient. Ces études recouvrent deux réalités différentes. Certains étudiants se rendent dans les universités occidentales prestigieuses ; mais les collèges de niveau plus faible permettent également d’accueillir ceux qui n’ont pas pu entrer dans les établissements d’Afrique de l’est.

  • 25 Cette mesure est instituée à l’occasion de la célébration des dix années de pouvoir de Jomo Kenyatt (...)
  • 26 Kenya Governement, Statistical Abstract. 1979.
  • 27 Cette expression signifie en swahili, "travaillons tous ensemble pour aller de l’avant". Le préside (...)
  • 28 G. Eshiwani, Education in Kenya since independence, East Africa Education Publishers, Nairobi, 1993 (...)

26Comme dans la plupart des pays d’Afrique, c’est au lendemain de l’indépendance que la scolarisation explose. Au Kenya, l’éducation est au cœur des préoccupations de la KANU (Kenya African National Union), le parti politique au pouvoir, qui avait, dès 1963, inscrit à son programme la scolarisation primaire gratuite. Cette mesure est progressivement mise en place entre 1974 et 197825. Entre 1963 et 1979, le nombre des élèves scolarisés dans le primaire est ainsi passé de 1 à 4 millions26. Mais la scolarisation primaire « pour tous » est avant tout un idéal social et cet effort repose essentiellement sur les communautés, à travers les initiatives harambee encouragées par le gouvernement, depuis 196327. Les communautés collectent des fonds et construisent des écoles. Ces initiatives populaires se multiplient, après 1974, pour accueillir les nouveaux élèves du primaire et s’étendent au second degré. En effet, le développement du premier cycle a généré une forte demande au niveau du secondaire que le gouvernement n’est pas en mesure de prendre en charge. Un réseau d’écoles privées secondaires gérées par les communautés est alors établi. Il s’agit des harambee schools, elles permettent d’accueillir les élèves qui n’ont pas trouvé de places dans les écoles gouvernementales gratuites au recrutement très sélectif. Mais le nombre sans cesse croissant des élèves achevant un cursus secondaire dévalorise ces diplômes, et la demande scolaire est reportée au niveau du supérieur. Le recrutement de l’université devient alors plus sélectif et exclut les élèves des harambee d’un niveau plus faible que leurs collègues des lycées publics. Ainsi, en 1970, 48 % des bacheliers entraient à l’université mais ce taux tombe à 23 % en 197928.

  • 29 Kenya Statistical Abstract ; 1971.
  • 30 Nairobi Times, 6/9/1982.
  • 31 Daily Nation, 14/2/1982.
  • 32 Daily Nation, 30/05/1979.

27Les étudiants cherchent alors des solutions alternatives qui reposent essentiellement sur des financements privés. Les universités étrangères continuent d’absorber le surplus d’étudiants. Après une période de stagnation, leur nombre augmente de nouveau au milieu des années 1970. Ils étaient 4 300 en 1970 contre 1800 à l’intérieur du Kenya29. Dix ans plus tard, en 1982, plus de 9 000 Kenyans s’apprêtent à partir à l’étranger, dont 3 000 pour l’Inde seule30. Ces établissements recrutent, en effet, à un niveau plus faible. Ainsi, si les critères de l’Inde étaient appliqués au Kenya, 7 à 8 000 bacheliers auraient été admis à l’université, en. 1982, au lieu de 4 56031. L’accès aux études supérieures dépend alors moins du niveau des candidats que de leurs revenus. Le gouvernement redoute que des établissements privés se développent à l’intérieur du pays pour combler la demande d’éducation supérieure des nantis, à l’instar de l’Inde ou ce genre d’institutions s’est fortement développé32. Mais déjà depuis le début des années 1970, quelques institutions privées supérieures ont ouvert leurs portes au Kenya comme le Seventh Day Adventist College Nandi (affilié à St Andrews University aux Etats-Unis) et l’United States International Uniuersity of Africa (USIUA). Les autorités du Kenya avaient alors fait bon accueil à ces initiatives qui permettaient de soulager un peu l’Université de Nairobi tout en offrant aux étudiants une alternative à des études à l’étranger.

  • 33 Daily Nation, 19/06/1979.
  • 34 Daily Nation, 26/11/1982.

28Le système éducatif du Kenya, apparaît profondément élitiste. Il ne se départit pas de ses origines coloniales. Or cette marque originelle est un élément structurant du développement de l’Université du Kenya issue de Makerere, elle même appendice de l’Université de Londres. Un enseignant d’histoire noir américain à l’université de Nairobi, faisait part de son étonnement, dans une interview en 1979, devant une institution restée profondément britannique jusque dans le formalisme des relations entre enseignants et étudiants33. Cette caractéristique est sans doute renforcée par la présence d’un corps enseignant largement composé d’étrangers ou de Kenyans passés par des institutions occidentales, notamment britanniques34. Les établissements universitaires d’Afrique de l’Est apparaissent comme des pôles de diffusion de la culture occidentale mais leur vocation rappelle également celle des études supérieures à l’époque colonial qui était de former les cadres de l’administration. Les étudiants de l’Université de Nairobi évoluent dans un microcosme. Ils jouissent, en effet, d’un statut privilégié grâce à la gratuité de leurs études et bénéficient aussi de bourses pour la durée de leur scolarité. Comme le fait observer JF. Bayart, cette situation correspond à un choix politique de la part du gouvernement :

  • 35 JF Bayart, L’Etat en Afrique, la politique du ventre, Paris Fayard, 1989, p. 105.

... très classiquement, la répartition des institutions d’enseignement et plus encore, leur hiérarchisation, correspondent fidèlement aux clivages socio-économiques. A la fois parce que l’ordre du pouvoir est celui de la prérogative sociale et parce que les instruments éducatifs font l’objet d’une gestion toute politique de la part des gouvernants, l’appartenance aux catégories dirigeantes de l’Etat est l’un des critères saillants de cette inégalité devant le savoir. L’implantation des collèges et des facultés, la distribution des bourses, les inscriptions dans les prestigieuses universités occidentales, voire les quotas régionaux dans les concours, quand ils n’obéissent pas aux desseins explicites et immédiats du pouvoir, n’en reflètent pas moins sa structure radicale35.

29Depuis la période coloniale, la maîtrise des savoirs occidentaux est un élément déterminant dans l’accès aux ressources de l’Etat, au centre du « processus d’accumulation ». L’Indépendance, en éliminant les intermédiaires, a introduit un rapport direct à l’Etat et à ses richesses, le groupe dominant cherche alors à se préserver en protégeant notamment les circuits de sa reproduction.

  • 36 Banque Mondiale : Education en Afrique subsaharienne. Pour une stratégie d’ajustement, de revitalis (...)

30Individus et communautés continuent donc de déployer des stratégies afin de contourner les blocages imposés par un système de formation élitiste. Les diplômes sont, en effet, toujours considérés comme un moyen de s’élever sur l’échelle sociale. Le statut des étudiants et plus encore l’assurance qu’ils ont de trouver des emplois lucratifs ont fortement stimulé la demande scolaire. En 1979, un diplômé kenyan gagnait plus de 14 fois le salaire moyen du pays36. Mais les enjeux de l’éducation apparaissent ambigüs. En effet, l’enseignement a catalysé l’idée de développement du nouvel Etat tout en concentrant les espérances individuelles d’ascension sociale. Le gouvernement encourage et cautionne ces initiatives communautaires qui favorisent paradoxalement une culture privée de l’éducation conçue (étant donné la forte mobilisation financière qu’elle implique) comme un investissement productif. Or plus l’investissement est lourd et plus il devient impératif de le rentabiliser. L’équilibre est donc fragile entre la valeur sociale et l’apport individuel qui sous-tend ce système. Il est menacé lorsque le diplôme ne garantit plus la réussite sociale ; l’enseignement risque alors de devenir un lieu d’accumulation des frustrations.

La libéralisation de la formation de l’élite

31A la fin des années 1970, la situation économique du Kenya se dégrade de façon notable. Les blocages du système éducatif sont révélés par des crises qui conduisent à sa refonte globale sur le mode d’une libéralisation. Mais les enjeux des formations supérieures sont alors profondément modifiés.

  • 37 B.A. Ogot, W. R. Ochieng’, (ed) Decolonization and independence in Kenya, 1940-1993, London, James (...)

32Entre 1980 et 1987, la croissance annuelle du PIB est tombée à 3,8 % contre 6,9 % entre 1965 et 198037. Le marché du travail a désormais du mal à absorber des diplômés devenus trop nombreux par rapport aux besoins et aux capacités réelles du pays. Mais il semble également que le gouvernement ne soit plus en mesure de financer un système de formation coûteux et apparemment inadapté. C’est dans ce contexte que des réformes sont envisagées.

  • 38 Daily Nation, 9/04/1982.
  • 39 Daily Nation, 16/12/1982.

33En juillet 1981, le président Moi, nomme un Working Party pour préparer la création d’une seconde université. Cette initiative participe d’une volonté de réorganisation des filières de formation supérieure. Le développement de la demande et l’atomisation des opportunités ont réduit la capacité de contrôle du pouvoir en place. En 1982, le gouvernement demande un dépôt équivalent aux trois années de scolarité aux étudiants en partance pour l’Inde38. Il s’agit de limiter l’afflux des candidats vers ces filières indépendantes. C’est au même moment que le gouvernement entre en guerre contre l’université privée américaine de Nairobi. L’établissement est inspecté en 1983. 11 opérait jusque là dans des quartiers résidentiels, et la direction est alors sommée d’ouvrir un vrai campus ou de fermer ses portes sous un mois39. Cet établissement, qui fonctionne comme une compagnie privée (il est effectivement enregistré auprès du Registar of Companies), est perçu comme une menace pour les institutions publiques dans la mesure où il recrute son personnel parmi le corps enseignant de l’université de Nairobi. Mais le malaise touche également les établissements publics. Le président Moi constate à l’issue d’une visite en Inde, que les étudiants kenyans y ont de bien meilleurs résultats, alors qu’ils financent eux-mêmes leurs études. Il s’en prend aux privilèges des étudiants de l’université de Nairobi en ces termes :

  • 40 Daily Nation, 28/02/1981.

The university of Nairobi has become a place for demonstrations and drunkards. That is why the loan system has been introduced so that graduates do not get away with wananchi’s money40.

  • 41 Daily Nation, 29/05/1981.
  • 42 Le Monde, 18/11/1987.

34L’université ne répond plus à ses objectifs initiaux : forger la conscience nationale des étudiants. Elle stimule au contraire leurs ambitions personnelles et leurs aspirations individualistes. Dans la mesure où c’est l’argent public qui finance l’institution, le gouvernement estime avoir un droit de regard sur ce qui se fait à l’université. Mais l’ingérence du pouvoir menace les libertés académiques. Déjà, à la fin de la présidence Kenyatta, un certain nombre d’universitaires avaient été inquiétés. En 1977, le Dr Micere Mugo est arrêtée et torturée en prison. L’année suivante, c’est le tour de l’écrivain et professeur de littérature, Ngugi wa Thiongo, toujours en exil aujourd’hui. Ce type d’action reprend au début des années 1980. En 1981, dix professeurs de Nairobi University se font confisquer leurs passeports sans motif41. Mais la répression est particulièrement sévère au lendemain de la tentative de coup d’Etat contre le président Moi en 1982. Ceux qui ne sont pas arrêtés, s’enfuient à l’étranger. Cette période marque également le départ définitif des professeurs expatriés, lassés par une fermeture de campus qui dure 14 mois42.

  • 43 C’est la réforme 8-4-4 qui modifie la durée des cursus, qui était auparavant de 7 ans pour le prima (...)
  • 44 Cette idée est énoncée dans le plan de 1984-1988, et concerne l’ensemble des services sociaux.

35Le pouvoir semble se crisper sur ses anciennes prérogatives. Mais ces crises traduisent finalement l’essoufflement d’un modèle de formation qui ne fonctionne plus. Au début des années 1980, l’Etat n’a vraisemblablement plus les moyens ni même la capacité de réguler la fabrication de l’élite du pays en assurant à la fois sa formation et sa rétribution. Une réforme globale du système de formation est introduite en 198543. Dans la mesure où l’éducation représente un investissement lourd pour l’Etat, celui-ci se concentre, dans un contexte de rigueur, sur les besoins les plus urgents. Il s’agit en l’occurrence ici de l’enseignement primaire dont la durée est portée par la réforme à huit années. Le principe retenu pour les niveaux secondaire et universitaire est celui du partage des coûts avec les bénéficiaires ("cost sharing with beneficiaries")44. L’Etat se charge toutefois d’élargir les opportunités de formation supérieure. La durée de ce cycle d’études passe de trois à quatre ans et la création de nouvelles universités est prévue. D’autre part l’University Act de 1985 met en place la Commission on Higher Education (CHE) chargée d’habiliter les universités privées. Ce nouveau cadre universitaire génère des recompositions dont il convient d’identifier les modalités et les conséquences.

  • 45 G. Eshiwani, Education in Kenya since independence, East Africa Education Publishers, Nairobi, 1993 (...)
  • 46 Banque Mondiale, Les universités en Afrique pour une stratégie de stabilisation et de revitalisatio (...)

36L’enjeu de ces réformes est de recentrer la formation universitaire des jeunes Kenyans sur des filières nationales, tout en les adaptant au nouveau contexte économique du pays. Trois nouvelles universités sont fondées : Moi University, en 1984, à Eldoret (Rift Valley Province), Kenyatta University (ancien collège de l’Université de Nairobi), en 1985, et enfin Egerton College45. La création de la CHE stimule également le développement d’établissements supérieurs privés dont les diplômes sont officialisés une fois l’établissement accrédité par la commission. L’ancien collège Nandi obtient une charte en 1990 et prend le nom de Baraton University of East Africa. L’USIUA obtient également la reconnaissance de ses diplômes. Afin d’offrir une alternative concurrentielle à des études à l’étranger souvent plus prestigieuses, ces établissements misent sur une grande adaptation aux conditions du marché local. Baraton propose ainsi deux maîtrises (droit et management organisationnel ; développement et administration des affaires). C’est également le créneau que Daystar University a choisi. Elle offre, en effet, des licences de comptabilité ou d’affaires selon une formule de cours souples adaptés aux profils de ses étudiants ; son association d’anciens élèves assure un lien efficace avec le monde du travail46. Ainsi, en dépit de droits d’inscription élevés ($2 500 par an à Daystar), ces établissements connaissent un grand succès, ce qui semble témoigner d’une nouvelle orientation des formations supérieures dont l’enjeu est moins de décrocher un diplôme prestigieux qu’un diplôme immédiatement rentable.

  • 47 The Standard, 29/07/1980.
  • 48 Banque Mondiale, Les universités en Afrique pour une stratégie de stabilisation et de revitalisatio (...)

37L’émergence d’un secteur privé universitaire entraîne une redéfinition de la nature des filières de formation qui pour être rentables doivent s’inscrire dans un créneau économique porteur. Mais ce type de stratégie touche également les universités publiques. En effet, le principe du « cost sharing » qui sous tend la réforme, a profondément altéré le statut privilégié des étudiants. Déjà au début des années 1980, le gouvernement était revenu sur la situation des étudiants rentiers en lui substituant un système de prêts. La part du remboursement exigé restait relativement faible, mais surtout les modalités du recouvrement de ces prêts n’étaient guère efficaces. Pourtant, ces changements ont suscité un vif émoi parmi les étudiants et dans l’opinion publique. La critique principale portait sur les dangers de voir se renforcer les inégalités entre riches et pauvres47. En dépit de ces oppositions, et au regard de la très grande rentabilité de ces diplômes, le gouvernement a décidé, en 1991, d’imposer aux étudiants une redevance de $200 par an pour leurs frais de scolarité. Afin que tous puissent s’en acquitter cette mesure est assortie d’un système de bourses et de prêts. Même si cette participation ne couvre que 18% des frais réels de fonctionnement de ces établissements48, pareille décision revêt une dimension symbolique essentielle. Elle altère considérablement le statut privilégié de l’étudiant formé par et pour l’Etat.

  • 49 Le monde, 18/11/1987.

38Ces recompositions universitaires, issues du contexte de crise de financement, modifient donc en profondeur la nature des systèmes de formation, désormais moins dépendants des stratégies étatiques de contrôle et de fabrication de l’élite, et résolument inscrits dans un champ économique de plus en plus autonome. On assiste donc à un glissement des fonctions assignées aux systèmes de formation, passées d’un souci d’intégration nationale à des objectifs prioritaires d’efficacité économique. Mais la redéfinition du lien entre élite et Etat est souvent problématique. Les crises violentes qui secouent les universités depuis 10 ans en sont l’expression. Les fermetures de campus donnent lieu à des affrontements qui font systématiquement des victimes. Les événements de 1985 ont ainsi fait une vingtaine de morts. La plupart de ces opérations ont une origine politique parfois réelle et souvent projetée (1985). Ainsi, en 1987, la fermeture de l’Université de Nairobi avait été décidée après l’arrestation des chefs du mouvement étudiant qui avaient été élus contre les candidats soutenus par le gouvernement et très critiques à l’égard de ce dernier49. La réforme des bourses, en 1991, a entraîné une grève immédiate de l’université. Il semble donc, et compte tenu des agitations fréquentes de ces dernières années, que le désengagement de l’Etat sur le plan financier ne conditionne pas l’octroi d’une plus grande autonomie aux universités. Mais ces crises à répétition ont des conséquences désastreuses su le travail académique de ces établissements ; elles contribuent à disqualifier un peu plus les institutions publiques au profit de leurs homologues privées.

39Les tensions entre les universités et les gouvernements ne sont pas propres au Kenya ; elles apparaissent comme une constante dans les pays africains. Elles témoignent de la position ambiguë de l’Etat africain face aux intellectuels. Les jeunes Etats comme le Kenya, soumis à des forces centrifuges, doivent en permanence réaffirmer leur cohésion interne qui peut passer par des justifications idéologiques et historiographiques précisément élaborées dans ces universités. Les recompositions universitaires sont donc porteuses de contradictions. Le recours à la force peut être considéré comme l’expression d’un malaise de l’Etat face à une certaine perte de contrôle sur la fabrication de l’élite. En effet, le repli de l’Etat et le développement corrélatif d’un secteur privé plus autonome détournent les élites du seul champ gouvernemental. Les mutations universitaires révèlent des recompositions sociales dont le centre ne serait plus l’Etat.

40Au total, la formation des premiers étudiants éclaire les modalités de structuration de l’élite du Kenya. Le développement de l’éducation supérieure a pour principal moteur les aspirations individuelles. Celles-ci sont stimulées par une image du diplôme ascenseur social. Les systèmes de formation coloniaux élitistes semblent avoir forgé ces représentations. Cependant, elles perdurent lorsque l’Etat continue de remplir les même fonctions au niveau de la régulation de l’élite. Mais les désirs individuels de réussite sociale semblent avoir débordé les stratégies de contrôle des différents pouvoirs. Les restructurations des systèmes universitaires, que l’on observe aujourd’hui, s’apparentent alors à une adaptation des stratégies individuelles qui s’expriment en dehors de la puissance publique, devenue incapable d’offrir des débouchés à ces ambitions personnelles.

English Summary

41Hélène Charton’s paper focusses primarily on the evolution of the role of the State in training and control of the elites. Charton describes how in Kenya (a settlement colony), the British started to pay some attention to higher education only after the Second World War, when the idea of independence became inevitable. From the start, two types of educational networks emerged : the public and the private (through the granting of scholarships). The typical course for public education included attending Makerere University in Uganda, followed by a career in teaching or administration. It is not possible, however, to have a typical profile for students who were able to attend private institutions of higher learning, due to the diversity of disciplines. Obtaining a public scholarship did not, however, ensure loyalty to the crown ; indeed the scholarship-holding students were the first to demonstrate against British rule. These graduates who were mainly found in teaching and administration, later played a key role in the independence process through the formation of political parties, thereby ensuring the transition to self-rule. The Kenyan State took over from the colonial government and was for a long time the major factor in the emergence of the Kenyan elite through its control of the granting of scholarships and the creation of the university. Today, this dominance is diminishing and the private sector is playing a more important role. Individual strategies are more dominant now and the State is trying to adapt by seeking other methods to bring under its control the formation of an elite that is becoming more and more independent of it.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Bakary T. D., Les élites africaines au pouvoir, problématique, méthodologie, état des travaux, Talence, Centre d’étude d’Afrique noire, 1990.

Banque Mondiale : Education en Afrique subsaharienne. Pour une stratégie d’ajustement, de revitalisation et d’expansion, 1985.

Banque Mondiale, Les universités en Afrique pour une stratégie de stabilisation et de revitalisation, 1992.

Bayart J-F, l’Etat en Afrique, la politique du ventre, Paris, Fayard, 1989.

Berman B., Control and Crisis in Kenya, the dialectic of domination, James Currey, Londres, 1990

Berman B., Lonsdale J. Unhappy Valley, James Currey, Londres, 1992.

Charton H., Le désir d’école, les initiatives africaines dans l’éducation au Kenya, Paris, Laboratoire SEDET, Bureau des publications de l’université de Paris 7, 1997.

Clough Marshall S., Fighting two sides : Kenyan chiefs and politicians : 1918-1940, Ninot, Colorado, university of Colorado, 1990. Eshiwani G., Education in Kenya since Independence, Nairobi, East Africa Publishers, 1993

Goldthroup J.E., « Educated africans, conceptuals and terminology problems », in A. Southall (ed.) Social changes in Modern Africa, OUP, 1961, pp. 145-158.

Goldthroup J.E., An African élite : Makerere college students : 1922-1960, OUP, Nairobi, 1965.

Kipkorin B., The Alliance High School and the origins of the Kenya African élite : 1926-1962, Cambridge St John’s College, 1969. Macpherson M., « Makerere college and its old students », Zaire, 1958 pp.349-63.

Mugo Gatheru M., Child of two worlds, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1964.

Ogot B. A., Ochien’g R. A., Decolonization and Independence in Kenya, 1940-93,

Londres, James Currey, 1995

Ogot B.A., Kenya Historical Dictionnary, Londres, Scarecrow Press, 1981.

Politique africaine, « Les intellectuels africains », 1993, N° 51.

Shilling D., « Local Native Councils and the Politics of Education in Kenya (1925-1939) »,

International Journal of African Historical Studies, 1976, 2, pp. 218-247.

UNESCO, Bureau régional de Dakar : L’enseignement supérieur en Afrique : tendances et enjeux pour le xxième siècle, 1992.

Watson T., Furley O. W., A history of education in East Africa, New York, Nok Publishers International, 1978.

Wilson G. M., "The African Elite", in S. Diamond et F.G. Burke (eds.), The Transformation of East Africa, NY. 1966.

Notes

1 Banque Mondiale, Les universités en Afrique pour une stratégie de stabilisation et de revitalisation, 1992, p. 48.

2 G. Eshiwani, Education in Kenya since Indépendance, East African Educational Publishers, 1993, p. 74.

3 II s’agit de l’Alliance High School et Mangu High School.

4 Etablissement fondé en 1922, il offre de diplômes supérieurs à partir de 1933. C’est une conséquence du Currie Report qui proposait que Makerere devienne un collège universitaire. Cette idée est reprise, en 1937, par la De la Warr commission, elle est approuvée par le Trésor. Cependant la guerre interrompt le processus et c’est en 1949 que Makerere devient un collège universitaire.

5 Il est le fondateur du collège indépendant de Githunguri, établi en 1939, et dont le but était d’offrir à des jeunes Africains une éducation secondaire et supérieure en dehors des circuits coloniaux de formation.

6 Public Record Office (PRO), Londres, CO/822/143/7. Ses modalités sont précisées dans une circulaire des ministère des Affaires Etrangères de l’Inde, datée du 29/08/1949.

7 Le recensement de 1948 donne le chiffre de 90 530 Indiens pour la colonie.

8 Archives Nationales du Kenya, Nairobi, ED/I/2342.

9 Archives Nationales du Kenya, Nairobi, ED/1/2856, Applications for the Award of a Government of India Cultural Scholarship (20/10/1953).

10 Le Liaison Officer est chargé d’informer les autorités coloniales du déroulement de la scolarité des étudiants africains au Royaume-Uni.

11 Archives Nationales du Kenya, Nairobi ; ED/ 1/ 2297, (01/10/1949).

12 Archives Nationales du Kenya, Nairobi ED/I/2985, circulaire du 5/07/1950.

13 Archives Nationales du Kenya, CNC/ 7/777.

14 Archives Nationales du Kenya, Nairobi, ED/I/2327, lettre du 4/12/1954.

15 ibid.

16 Archives Nationales de Nairobi, ED/I/2985, circulaire du 3/09/1951.

17 Archives Nationales du Kenya, Nairobi, ED/I/2767. Le rapport Holmes avait fixé le principe suivant lequel un non Européen pouvait accéder à tout type de poste du moment qu’il avait les qualifications requises, toutefois son salaire équivaudrait aux 3/5ème de celui d’un Européen. (ED/I/2743).

18 Le mouvement a éclaté en 1952 parmi les populations kikuyu du centre du Kenya. Il a été sévèrement réprimé.

19 B. A Ogot, R A Ochien’g, Decolonization and Independence in Kenya, 1940-93, Londres, James Currey, 1995, p. 52.

20 ibid, p. 55.

21 T. D. Bakary, Les élites africaines au pouvoir, problématique, méthodologie, état des travaux, Talence, Centre d’études d’Afrique noire, 1990, p. 31.

22 T. Watson , O W. Furley, A history of education in East Africa, New York, Nok Publishers International, 1978, p. 311.

23 ibid, p. 310 et 326.

24 ibid., p. 318.

25 Cette mesure est instituée à l’occasion de la célébration des dix années de pouvoir de Jomo Kenyatta.

26 Kenya Governement, Statistical Abstract. 1979.

27 Cette expression signifie en swahili, "travaillons tous ensemble pour aller de l’avant". Le président Kenyatta en fait un principe de développement qui repose sur l’effort des communautés.

28 G. Eshiwani, Education in Kenya since independence, East Africa Education Publishers, Nairobi, 1993. p. 72.

29 Kenya Statistical Abstract ; 1971.

30 Nairobi Times, 6/9/1982.

31 Daily Nation, 14/2/1982.

32 Daily Nation, 30/05/1979.

33 Daily Nation, 19/06/1979.

34 Daily Nation, 26/11/1982.

35 JF Bayart, L’Etat en Afrique, la politique du ventre, Paris Fayard, 1989, p. 105.

36 Banque Mondiale : Education en Afrique subsaharienne. Pour une stratégie d’ajustement, de revitalisation et d’expansion. 1985, p. 72.

37 B.A. Ogot, W. R. Ochieng’, (ed) Decolonization and independence in Kenya, 1940-1993, London, James Currey, 1995, p. 151.

38 Daily Nation, 9/04/1982.

39 Daily Nation, 16/12/1982.

40 Daily Nation, 28/02/1981.

41 Daily Nation, 29/05/1981.

42 Le Monde, 18/11/1987.

43 C’est la réforme 8-4-4 qui modifie la durée des cursus, qui était auparavant de 7 ans pour le primaire, 4+2 ans pour le secondaire et 3 ans pour le supérieur.

44 Cette idée est énoncée dans le plan de 1984-1988, et concerne l’ensemble des services sociaux.

45 G. Eshiwani, Education in Kenya since independence, East Africa Education Publishers, Nairobi, 1993, p. 72-75.

46 Banque Mondiale, Les universités en Afrique pour une stratégie de stabilisation et de revitalisation, 1992, p. 49.

47 The Standard, 29/07/1980.

48 Banque Mondiale, Les universités en Afrique pour une stratégie de stabilisation et de revitalisation. 1992, p. 53.

49 Le monde, 18/11/1987.

Notes de fin

* Les chiffres donnés pour le Royaume-Uni sont extraits des rapports du Liaison Officer à Londres. Pour les autres destinations, il s’agit d’estimations effectuées a partir de recensements personnels et des informations fournies par les rapports officiels.

5 Débats parlementaires. Archives Nationales du Kenya, ED/I/2591 ; recensement personnel : 16 étudiants.

Table des illustrations

Titre Evolution de la répartition des étudiants du Kenya à l’étranger*
Légende Note**5
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/1008/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Les filières de formation des étudiants africains à l’étranger
URL http://books.openedition.org/ifra/docannexe/image/1008/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 265k

© IFRA-Nigeria, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search