Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État, rente et prédation

 | 
Mohamad Salhab
, 
Jérôme Maucourant

Partie I. Histoire et méthodologie. L’actualité de Veblen

La Paix perpétuelle de Kant à Veblen :
Science post-darwinienne et histoire

Mohamad K. Salhab

Résumé

Cet article revient sur les « écrits polémologiques » de Veblen et leur place dans l’ensemble de son œuvre. Éditée en février 1917, c’est‑à‑dire deux mois avant l’entrée en guerre des États‑Unis aux côtés de l’Alliance,  son Enquête sur la nature de la paix et les termes de sa perpétuation occupe à cet égard une place importante. Dans une réflexion originale et intéressante, Veblen y développe ses vues sur les conditions d’une paix durable qui doit être maintenue par une « Ligue » d’États républicains, ainsi que sur la situation du monde des Nations dans l’après‑Ligue. Partant des pré‑requis de l’institutionnalisme de Veblen, cet article offre une perspective de renouvellement d’une interrogation critique sur notre actualité.

This article discusses Veblen’s War Essays and their place in the entirety of his work. Published in February 1917, i.e. two months before the US war alongside the Alliance, his “Inquiry into the Nature of Peace and the Terms of its perpetuation”, occupies in this regard an important place. Veblen develops his views on the conditions for a lasting peace to be maintained by a "League" of Republicans States and on the state of the community of Nations in a post-League era. Based on the prerequisites of Veblen’s institutionalism, this original article offers the prospects for a renewed critical questioning on our time/epoch.

Texte intégral

Introduction : histoire et épistémologie

  • 1 Une véritable paix ne peut par définition être qu’une « paix perpétuelle », d’où la distinction en (...)
  • 2 Kant 1795 [rééd. 1990], p. 76‑77. Kant est conduit à faire appel à une garantie naturelle afin de (...)
  • 3 Veblen précise très justement que pour Kant l’avènement de la paix perpétuelle relève d’un « desse (...)
  • 4 Voir Suggestions touching the working program of an inquiry into the prospective terms of peace (V (...)
  • 5 Veblen : Inquiry, p. viii.

1C’est en février 1917 que Thorstein Veblen termine la rédaction d’un ouvrage intitulé An Inquiry into the Nature of Peace and the Terms of its Perpetuation ou Enquête sur la nature de la paix et les termes de sa perpétuation (Veblen 1917). Dans la préface, il renvoie à l’opuscule de Kant (1795) sur la Paix perpétuelle rédigé, comme il le précise, cent vingt‑deux ans plus tôt. Manifestement, il voulait rattacher ainsi ses propos à un genre de réflexion dont la tradition est florissante au xviiie siècle et qui s’intéresse au phénomène de la guerre et de la paix, tradition dans laquelle on retrouve les écrits de Voltaire, de l’Abbé de Saint-Pierre, de Rousseau ou encore de Condorcet, et dont le texte de Kant présente la version critique. Dans ce texte, il élève la recherche de la paix au rang d’impératif catégorique et de fin morale 1, dont la réalisation demeure néanmoins, selon le philosophe, tributaire d’un mécanisme extérieur ou « mécanisme de la nature (mechanism der natur) 2 ». C’est précisément cette part d’extériorité que Veblen se propose de réduire 3. Un nouveau tirage et une deuxième édition parus la même année attestent de l’intérêt que l’ouvrage a pu susciter. En témoignent également le compte‑rendu, quoique critique, que lui consacre George Herbert Mead (1918) et la participation de l’auteur aux travaux confiés au Colonel House en vue de la préparation des pourparlers de paix que devait conduire le Président Wilson lors de la cessation des hostilités 4. À notre connaissance, l’ouvrage n’a pas été traduit en français. L’auteur préconise un passage du domaine de la prescription morale à celui de l’inscription historique et sociale, ce qui pose des problèmes méthodologiques qu’il est nécessaire d’expliquer. D’autant que Veblen annonçant la réalisation de la paix lui assigne un « avenir prévisible 5 », posant directement par‑là la question de son actualité pour un lecteur futur, ainsi que celle d’une indispensable lecture rétrospective et récurrente de son essai.

  • 6 . Une indication nous est cependant fournie par le fait que Veblen se présente, en deuxième page d (...)

2Il faut dire que l’ouvrage est d’une grande originalité. Au moment de sa parution, Veblen était reconnu comme un économiste d’envergure mais à la marge des grands courants de l’économie classique, néoclassique ou marxiste. L’Inquiry fait partie des textes qui pourraient être regroupés sous l’étiquette des « écrits polémologiques » de Veblen, à l’image de son ouvrage Imperial Germany and the Industrial Revolution (1915) ou des textes rassemblés sous le titre War Essays et insérés dans la troisième partie des Essays in Our Changing Order, parus à titre posthume en 1934. Veblen se propose d’étudier un objet dont l’inscription dans le champ économique appelle certaines justifications. En effet, s’il est d’usage d’envisager les causes et les conséquences de la guerre d’un point de vue économique, ce qui l’est moins cependant est, pour un économiste, de proposer une réflexion sur « la nature de la paix » et, par conséquent, de la guerre. Cela ne manque pas de poser certaines interrogations quant à la place que l’auteur assigne à ce travail dans l’ensemble de son œuvre 6.

  • 7 Veblen s’explique longuement sur l’usage qu’il fait de ce terme dans l’introduction de The Instinc (...)
  • 8 Veblen 1918a, p. 32 : « All instinctive action is intelligent and teleological » peut être traduit (...)
  • 9 Ce rôle marque même la périodisation de l’histoire qu’il adopte. Comme le note Evrard dans son int (...)
  • 10 Citons, parmi d’autres passages qui vont dans le même sens : « La lutte est en réalité une course (...)
  • 11 Cela lui vaudra les réprobations de Schumpeter (1954) dans la troisième partie de son Histoire de (...)
  • 12 Sur ces données, voir les remarques particulièrement intéressantes de Marc‑André Gagnon (2007).

3Certes l’œuvre de Veblen est multiforme et aborde différents champs : l’économie évidemment, mais également l’histoire, l’anthropologie, l’épistémologie et la philosophie des sciences, voire la critique sociale. Son anthropologie revient à considérer l’activité humaine comme régie par des instincts qui peuvent s’opposer ou se croiser, sorte de pulsions qui dirigent l’effort humain vers la réalisation d’un but ou d’une fin 7, donnant ainsi lieu à une activité intelligente et téléologiquement orientée 8. Parmi ces instincts il accorde un rôle de premier plan à l’instinct de l’artisan (Instinct of Workmanship), ainsi qu’aux instincts agressifs de domination et de prédation 9. La curiosité et la recherche désintéressée trouvent une place dans cette panoplie. Le darwinisme qu’il affiche le conduit cependant à présenter l’histoire comme un champ ouvert aux différents croisements et combinaisons sans pour autant constituer un processus a priori finalisé 10. De ce point de vue, comme le montre Olivier Brette (2016) dans ce volume, Veblen se pose comme un critique de l’évolutionnisme de Spencer. Quant à sa méthodologie, elle consiste à privilégier l’observation et l’induction. Il s’éloigne ainsi des modèles établis par les classiques et les néoclassiques 11 afin de se fier à l’observation des pratiques. C’est ainsi que Veblen fut un lecteur assidu des quelques dix‑neuf volumes de la Commission industrielle américaine (Report of the Industrial Commission, 1900‑1902) chargée d’établir les pratiques concurrentielles des firmes américaines. Cette lecture fournira la matière de son ouvrage Theory of Business Enterprise de 1904 12.

  • 13 Sur les lecteurs francophones de Veblen, voir Dimitri Della Faille et Marc‑André Gagnon (2007).
  • 14 Voir l’introduction à Veblen 1915, p. xii.
  • 15 À cet égard, voir Georges Canguilhem, L’objet de l’histoire des sciences (Canguilhem 1968, p. 9‑24 (...)
  • 16 Gagnon 2007, p. 4.
  • 17 Gagnon 2007, p. 5.

4En France, l’œuvre de Veblen est principalement connue 13 à travers la traduction de son livre de 1899, édité chez Gallimard en 1970 sous le titre Théorie de la classe de loisir. Raymond Aron donne à sa présentation le titre « Avez-vous lu Veblen ? » (1970). En 1971, un recueil d’articles est publié dans une traduction française portant le titre Les ingénieurs et le capitalisme. L’auteur de la présentation, L. Rigal, intitule de nouveau sa présentation sous la forme d’une interrogation : « Pourquoi faut‑il lire Veblen ? ». Notons que les deux traductions françaises sont intervenues par la suite, si ce n’est dans la foulée, de Mai 68 et des nouvelles pratiques culturelles qui ont suivi. C’est, croyons‑nous, la nécessité d’une lecture rétrospective et récurrente qui s’exprime à travers ces interrogations. C’est ce que propose en tous cas Joseph Dorfman, dans son introduction de 1939 à l’ouvrage que Veblen publie en 1915 sur l’Empire germanique et la Révolution industrielle (Veblen 1915). Pour Dorfman, Veblen « a saisi l’esprit du Troisième Reich vingt ans avant sa naissance » 14. Allant plus loin, il considère que la lecture de Veblen ne pouvait se faire qu’à rebours, c’est‑à‑dire à partir des interrogations et des sollicitations de l’actualité car Veblen avait pénétré le secret de la dynamique historique du capital tout en s’écartant des doctrines consacrées, du libéralisme au marxisme tout en étant dans le même temps un auteur marginalisé par l’establishment. Une conception normative de l’histoire des sciences fera systématiquement appel, comme le soutiendra le philosophe français Gaston Bachelard, à ce type de lectures récurrentes 15. De nos jours, l’actualité de Veblen ne semble pas se démentir. Cette actualité, Marc‑André Gagnon la relève en ces termes : « Alors que l’économie néoclassique, marxiste et régulationniste ignore normalement la pensée de Veblen, force est de constater que l’on retrouve des éléments typiquement vébléniens dans leurs développements récents. 16 » Un point essentiel est pour Veblen de définir le capital non pas en termes de productivité, mais en termes de contrôle. Il est donc amené à intégrer dans l’analyse économique « l’ensemble des institutions, lois et normes en vigueur assurant d’une manière ou d’une autre un plus grand contrôle par la classe d’affaires sur les moyens d’existence de la collectivité. 17 » De ce point de vue, le « capitalisme cognitif » est une donnée constante des sociétés régies par le marché ou par le « système des prix » selon la terminologie véblénienne.

  • 18 Faute de pouvoir avancer de plus amples explications dans ce travail, nous nous limiterons à indiq (...)
  • 19 Voir Kant’s Critique of Judgment (Veblen 1934, p. 175‑193) écrit par Veblen en 1884.
  • 20 Voir l’essai intitulé The Evolution of the scientific point of view (Veblen 1919, p. 32‑55).
  • 21 Veblen 1919, p. 47.
  • 22 Voir l’essai de Veblen Why is Economics not an Evolutionary Science? (Veblen 1919, p. 56‑81). On r (...)
  • 23 Voir les textes The Limitations of Marginal Utility (Veblen 1919, p. 231‑252) et The Socialist Eco (...)

5Il existe dans l’œuvre de Veblen des écrits proprement épistémologiques dans lesquels il développe une théorie de nature sociologique et historique, reliant les conditions d’existence, la culture et les institutions 18. Dans une étude de 1884 consacrée à la Critique du jugement de Kant, il plaide pour une méthode inductive qui revient à l’application du principe de l’adaptation dans une démarche expérimentale qui se renouvelle incessamment à chaque étape en partant de ses propres résultats 19. Dans un article de 1908, il considère que l’appréhension des phénomènes observables tourne autour de la question de la causalité, cette dernière étant conçue en fonction des représentations sociales en cours 20. Dans les sociétés primitives, ces représentations dérivent des préoccupations pratiques du travail de production qui privilégient des conceptions terre‑à‑terre (matter‑of‑fact) des relations de cause à effet proche et de production des phénomènes, d’une part, ainsi que des spéculations de type anthropomorphique qui s’expriment dans les mythes et les religions, d’autre part. Dans les groupements primitifs pacifiques, les relations sociales sont de nature non coercitive. Les phénomènes de la nature sont à leur tour conçus comme ceux du « comportement habituel des choses » 21, contrairement aux relations de subordination des groupes de pasteurs prédateurs à tendance monothéiste, les liens de causalité étant appréhendés dans les mêmes termes de coercition et de soumission. Le Moyen Âge européen est caractérisé par la rigueur des distinctions de rang auxquelles fait pendant l’abnégation des subordonnés. Avec les temps modernes, cette même causalité est conçue à travers les mécanismes de l’activité de l’artisan, donnant lieu à la science pré‑darwinienne, selon l’expression de Veblen, privilégiant l’œuvre des causes proches et des lois naturelles qui orientent l’action vers des fins jugées légitimes. Le changement est pensé, dans cette perspective, comme une transition entre un état stable initial et un état stable final. C’est à cette phase que Veblen rattache la science économique de son temps 22. Veblen reproche ainsi aux économistes classiques et néoclassiques, mais également à Marx, d’adopter une conception hédoniste de l’action humaine, selon laquelle l’action déclenchée par la perception d’un manque conduirait au retour à l’état statique antérieur une fois le manque comblé 23. La science post‑darwinienne, celle de la révolution industrielle et du machinisme, renonce quant à elle, selon Veblen, à l’idée d’équilibre initial ou final et s’attache à la connaissance des processus de changement.

6À partir de ces données, nous nous interrogeons sur la manière dont Veblen mène son Enquête, sur les principes qu’il adopte et les résultats auxquels il parvient. Nous revenons sur la question de la valeur que nous devons accorder aujourd’hui à sa démarche. À cet effet, nous revenons sur les circonstances et les résultats de l’Enquête. Nous exposons ensuite les conditions de la paix prévue par Veblen. Nous réserverons une dernière partie au bilan et aux perspectives de l’Enquête.

1. La guerre et les termes de la paix durable

  • 24 Anderson y voit plutôt un « prodrome » d’impérialisme : « ce fut le produit d’une démesure (massiv (...)

7S’agissant d’une enquête portant sur des événements en cours, les dates et les faits qui entourent sa rédaction présentent un intérêt particulier. Or, en ce début d’année 1917, les États‑Unis se trouvaient devant la perspective de prendre parti vis‑à‑vis des évolutions de la Première Guerre mondiale qui ravageait alors l’Europe. Le public américain débattait de la politique à suivre : rester sur la position de neutralité qui fut la sienne jusqu’en avril 1917, ou bien rejoindre l’un ou l’autre des camps en belligérance et, le cas échéant, lequel. Le choix n’allait pas de soi, malgré la communauté, évoquée par Veblen, des peuples anglophones, les « English-speaking peoples ». Au mieux, la décision donnait lieu à un arbitrage entre intérêts divergents. Perry Anderson considère ainsi que « l’entrée américaine dans la Première Guerre mondiale ne répondait à aucun intérêt national identifiable (determinable) » 24. Un historien de la guerre note :

  • 25 Cumin 2014, p. 186 et note.

Jusqu’en 1917, les États‑Unis furent réellement neutres (…), d’autant plus neutres vis‑à‑vis de la Triple Entente [qui regroupe alors la France, le Royaume‑Uni et l’Empire russe] que le Japon s’était rangé aux côtés de cette dernière en déclarant la guerre à l’Allemagne en août 1914 ; or les États-Unis étaient hostiles à l’expansion japonaise en Asie-Pacifique 25.

  • 26 Veblen 1917, p. 239.

8Malgré la gravité des événements qui entourent sa publication et malgré l’opportunité d’un plaidoyer en faveur de l’une ou l’autre des options ouvertes, l’Inquiry n’est pas pour autant un ouvrage de circonstance. Il a dû laisser perplexe plus d’un lecteur, l’approche des événements adoptée par Veblen ne devant pas être courante à l’époque. Veblen place par exemple l’Allemagne aux côtés du Japon impérial parmi les puissances ennemies, s’opposant ainsi aux divisions en cours des belligérants. De surcroît, Veblen ne voit d’autre issue favorable pour la paix qu’une reddition sans conditions des puissances en question : « Sans une défaite (collapse) définitive du pouvoir impérial, aucune ligue des nations ne peut venir à quoi que ce soit de plus qu’un armistice » 26. À ses yeux, toute autre issue de guerre ne pourrait signifier rien d’autre qu’une suspension provisoire des hostilités, en vue d’une nouvelle guerre. L’histoire de la Société des Nations (SDN), puis de l’Organisation des Nations unies (ONU), semble confirmer cette estimation. Veblen anticipe dans son ouvrage une tendance qui invite à envisager les développements des deux guerres mondiales dans une même unité historique et conceptuelle.

  • 27 Veblen 1917, p. 271‑272.
  • 28 Veblen 1917, p. 272.

9Veblen va plus loin en posant les conditions et les objectifs qui doivent, à ses yeux, déterminer l’action des négociateurs pour une issue favorable allant dans le sens d’une perpétuation de la paix. Il détaille les articles qui devraient, selon lui, figurer dans le traité de paix et conduire à l’élimination définitive des forces armées impériales, la destruction des matériaux de guerre et la confiscation des équipements industriels ayant servi à leur production, mais également à l’annulation de la dette publique des pays militairement vaincus, ainsi que l’indemnisation des civils et la prise en charge par les pays de la Triple‑Entente des frais qui découlent de ces dispositions 27. Avec ces propositions, Veblen anticipe en réalité les termes de la controverse qui opposera en 1919 et en 1920 l’anglais John Maynard Keynes (1920) et le français Jacques Bainville (1920), y compris dans la forme. Il faut dire, tout à l’avantage de Veblen, que la distance qui sépare 1917 de 1919 est lourde d’enjeux décisifs qui vont au‑delà d’une simple question de chronologie 28.

10À l’instar des théoriciens du contrat social comme Hobbes, Locke ou Rousseau, il existe chez Veblen  un « récit des origines », sorte d’état de nature, intégré cependant dans une conception qui se veut évolutionniste et darwinienne d’une histoire dans laquelle le sentiment patriotique ou national joue un rôle prépondérant. Il en est ainsi dans ce récit :

  • 29 Veblen 1917, p. 49‑50.

Au commencement, à entendre au commencement européen, les hommes vivaient serrés dans de petits groupes. La proximité réglait la question du contrôle social au sein du groupe et de l’obligation de subordonner les acquisitions et les préférences individuelles au bien commun, sous peine d’extinction du groupe. La condition et les usages actuels des villages esquimaux peuvent servir d’illustration de ces origines. Le sentiment de solidarité nécessaire à soutenir l’action collective était une condition primordiale de la survie de ces premiers Européens exposés à l’environnement qui était le leur. Ce sens de la solidarité avait pour objet, plus impérativement que le prestige partagé du groupe, les intérêts matériels communs. Il faisait respecter un esprit de soutien mutuel et de dépendance, plutôt aidé qu’entravé par une attitude jalouse de prestige conjointe ; et cela tant qu’aucun intérêt divergeant de quelques membres au sein du groupe n’était en position de détourner cet état du sentiment commun à leur propre avantage particulier 29.

  • 30 Voir par exemple dans le célèbre chapitre xiii du Léviathan (Hobbes 1651, p. 123) : « La première (...)
  • 31 Citons par exemple : « L’animosité patriotique est archaïque (…) elle ne semble se prêter ni à l’é (...)
  • 32 Veblen 1917, p. 31. 
  • 33 Selon Hobbes, la fierté porte les individus à faire la guerre « pour des bagatelles, par exemple p (...)
  • 34 Sur l’actualité de la paix de Westphalie, voir World Order (Kissinger 2014, p. 23‑42) ainsi que le (...)

11Mais alors que Hobbes, par exemple, ramène la guerre aux causes de la rivalité, de la méfiance et de la fierté 30, Veblen rattache la racine de ses causes au sentiment patriotique ou national qu’il présente comme une donnée persistante de la nature humaine et qu’il fustige dans des termes d’une grande « éloquence » 31. Il n’attribue en cela aucune différence entre sentiment national et sentiment patriotique. Il ignore également l’existence d’un sentiment de citoyenneté dégagé des déterminations économiques, bien qu’il revienne, comme nous le verrons, sur la période de formation de ce sentiment dans le cadre de l’histoire moderne. Définissant le sentiment national comme « une solidarité partisane en vue du prestige » 32, il est plus proche en cela de la catégorie de la fierté avancée par Hobbes 33 que des besoins raisonnables de défense ou de recherche et d’acquisition des biens. Veblen considère que la guerre est exclusivement une affaire d’État, et même une affaire entre États. Selon lui, le sentiment patriotique ou national relève du genre de l’engouement sportif qui cherche, non pas l’intérêt de tout un chacun, mais le gain différentiel et la comparaison provocante. Il s’éloigne ainsi de l’instinct de l’artisan qui porte vers les réalisations pratiques et l’esprit d’économie et d’équité. Le sentiment national peut, par ailleurs, prendre divers contenus (religieux, culturels, etc.) et se prolonge dans les cheminements vers l’impérialisme. Ainsi, le sentiment primitif de solidarité, qui relie les membres de la communauté dans des groupes restreints, se transforme dès que la production sociale procure des biens qui excèdent la couverture des besoins de base. Avec l’institution de la propriété privée et avec le développement des divisions sociales, la solidarité antique finit par n’avoir d’autre accroche que le sentiment de cette solidarité pour le prestige. En période féodale, il se traduit par la manifestation d’une loyauté personnelle et d’une obligation de servitude, allant jusqu’à l’abnégation, du sujet envers son seigneur. Ce dernier demeure cependant dans un état de liberté et d’absence de responsabilité dans les conséquences de ses actes. Selon Veblen, cette définition de la souveraineté se retrouve dans les États modernes, mais également, ajouterons‑nous, dans le système westphalien des relations internationales tel qu’il est consacré depuis les célèbres traités de 1648 34. Cet état des choses est foncièrement belliqueux et ne peut appréhender la paix que comme une suspension provisoire des hostilités.

  • 35 Veblen 1915, p. 95.
  • 36 Veblen 1915, p. 113.
  • 37 Veblen 1915, p. 110 et note. Veblen examine le cas de la France en ces termes : « Dans tout cela, (...)

12Veblen établit toutefois une opposition tranchée entre les « républiques » (Commonwealth) et les États dynastiques (Allemagne prussienne et Japon impérial principalement). De ce point de vue, l’Angleterre, partie de données raciales et historiques (féodales) similaires à celles de l’Allemagne, fournit une illustration intéressante. Dominée économiquement, vers la fin du xve et le début du xvie siècle, par les pays du continent, elle a su rattraper son retard en « empruntant » au continent les éléments de son entrée en modernité. Ces emprunts ont essentiellement porté sur les « processus de production, appareils, travailleurs et méthodes, et en les adaptant aux besoins et usages de la communauté insulaire » 35. Mais à la place de l’ancien système économique que l’on retrouve sur le continent, se développe sur l’île un système de production artisanale et de petit commerce, appuyé sur une tradition juridique de protection de la propriété privée et de la liberté individuelle. Dans ces conditions, la compétence, la dextérité et le jugement personnel deviennent la source principale de production des richesses. Cet esprit de liberté et de responsabilité est à la source de l’avènement du citoyen moderne. Plusieurs facteurs ont, en réalité, conduit l’Angleterre à l’état de république qu’il lui reconnaît. De ce point de vue, l’isolement insulaire, assurant des frontières plus facilement défendables et de manière moins coûteuse en termes de discipline militaire et de dépense, a joué un rôle important. Mais ce qui a forgé le sentiment républicain est précisément la prévalence prise par l’esprit d’autonomie qui accompagne un système économique de production fondé sur l’artisanat et le petit commerce. L’Angleterre n’a pas échappé à la règle de démarrer son développement à partir d’une suite d’emprunts repris à une économie plus avancée, mais dégagés des « scories » venant de l’ancien état économique et social du préteur. L’Angleterre atteind cependant d’autant plus facilement sa position d’avant‑garde que le continent est plongé dans une suite de guerres interminables qui auront pour effet d’endurcir les disciplines féodales de soumission à l’autorité et d’abnégation par rapport aux intérêts du souverain. À l’inverse, le développement de l’autonomie individuelle que traduisent les pratiques de l’artisanat et du petit commerce, en liaison avec l’esprit porté sur la considération des liaisons de cause à effet proche (matter‑of‑fact), incline tout un chacun à faire prévaloir les intérêts qui le touchent dans la vie quotidienne et à ramener son attention à un cercle de proximité et des consécutions perceptibles de cause à effet. C’est ainsi que le sujet britannique est transformé en citoyen, avec des droits qui lui sont reconnus par le souverain lui‑même, comme l’illustrent les principes de déclaration de droits qui ont suivi la Glorieuse Révolution de 1688. Le rôle de l’État devait à son tour évoluer afin de limiter sa fonction à la garantie de la paix publique et de la résolution des conflits entre les intérêts privés. Cet état d’esprit n’a pas manqué de marquer à son tour la philosophie et la recherche scientifique dans l’île. À l’opposé, l’évolution se fera, en Allemagne, dans le sens d’une accentuation des traits féodaux de soumission et d’abnégation des sujets vis‑à‑vis de leur souverain, en même temps qu’une orientation vers la métaphysique et vers la recherche de la « raison suffisante » – opposée à la culture du matter‑of‑fact 36 –, de l’investigation intellectuelle 37. La révolution industrielle que connaît l’Angleterre à partir du xviiième siècle, après avoir assuré à ce pays une certaine avance en termes de croissance des richesses et de bien‑être des citoyens, donnera cependant lieu à des développements inédits, à la fois dans son pays d’origine et lors de sa diffusion, par emprunt, à l’Allemagne impériale.

  • 38 Dorfman (dans Veblen 1915, p. xx) évoque à cet égard de « the penalty of taking the lead » que l’o (...)
  • 39 Veblen distingue les États du point de vue polémologique en ces termes (Veblen 1917) : « il est po (...)

13La « prime à l’emprunteur » 38, qui se traduit sur le plan économique par une croissance sans précédent de la puissance productive et qui va jouer au xixe siècle en faveur de l’Allemagne, donnera lieu en même temps à une amplification parallèle des revendications impériales, voire même à une exacerbation des instincts les plus archaïques de prédation et de domination qui les accompagnent. La nouvelle organisation industrielle favorise la mise en œuvre des projets de planification et de grands travaux dirigés par des ingénieurs et des techniciens qui s’éloignent des pratiques artisanales et des échanges du petit commerce. Ils se traduisent, sur le plan politique, par une domination de la nouvelle puissance industrielle, au service des ambitions impériales. Veblen considère qu’il y a dès lors lieu de distinguer deux catégories d’États 39, dynastiques et républicains. Pour les premiers, la guerre offensive est de mise, quand bien même elle emprunte une phraséologie justificatrice de défense de l’intérêt national ou de l’honneur de la patrie et de son souverain. Mais le fait même qu’une telle justification soit adoptée montre, aux yeux de Veblen, que la mécanisation de l’industrie appelle le développement d’un mode de pensée technique (matter‑of‑fact) de cause à effet proche, allant dans le sens de l’instinct de l’artisan, y compris chez les travailleurs des États dynastiques. Non point que les populations des républiques soient réfractaires aux violences et exactions de l’esprit nationaliste, bien au contraire, mais ces dernières ne seraient prêtes à passer au conflit armé que suite à une agression perceptible et caractérisée comme telle, ou rendue inadmissible par les politiciens intéressés au déclenchement du conflit. La tendance à une politique de guerre défensive s’expliquerait ainsi. Dans les deux cas, cependant, le sentiment national joue à l’encontre des intérêts matériels et du bien‑être des populations, mais de manière différente dans les États républicains et dynastiques.

  • 40 Veblen 1917, p. 118‑177.
  • 41 Sur la notion de sabotage, voir le chapitre intitulé « Nature et usage du sabotage » dans Les ingé (...)
  • 42 Veblen écrit en ce sens (Veblen 1917, p. 239) : « Il en résulte qu’une ligue constituée afin d’imp (...)
  • 43 Veblen ajoute : « S’il vient à être actuellement reconnu qu’une paix établie peut être faite seule (...)

14Veblen considère qu’une alternative se présente face au bellicisme offensif des États dynastiques : se soumettre à la puissance dynastique ou porter les armes pour éliminer le danger. Veblen consacre un chapitre entier, intitulé « Peace without Honor » ou « la paix sans l’honneur », à l’alternative de soumission 40. Quoique peu compatible avec le sentiment national des États républicains et, de fait, peu envisageable, cette alternative présente néanmoins certains avantages Dans les républiques modernes régies par le marché, ou « système des prix (price system) » suivant la terminologie de l’économiste, la production nationale n’est pas simplement soumise aux éléments relevant des richesses humaines et naturelles et ne relève pas uniquement de l’état d’avancement de la technologie. En effet, une classe de propriétaires cherche à assurer ses propres gains pécuniaires, conduisant éventuellement à une politique de blocage, ou de sabotage 41, de la production des biens destinés à la consommation du public dans le but d’éviter la chute des prix. Or, dans la mesure où les pouvoirs et privilèges d’un État dynastique sont constitués sur d’autres critères que ceux de la détention de capitaux marchands, les tenants d’un tel État pourraient être enclins à ne point pratiquer ce type de politique, offrant ainsi un accès plus large de la population aux produits de consommation. Cela contribuerait à une plus grande aisance générale de la population. Néanmoins, cette alternative demeure, comme nous l’avons évoqué, peu envisageable aux yeux de Veblen. Par conséquent, la paix doit être assurée par d’autres moyens qui relèvent des pratiques appropriées des rapports de force militaire. Veblen envisage en ce sens comme nécessaire la reddition des États dynastiques, suivie de la constitution d’une ligue des nations ou des républiques comme moyen adéquat de perpétuation de la paix 42. Quant au coût d’une telle politique, Veblen considère qu’il sera finalement assumé par les États républicains 43.

2. Le système des prix et les limites de la paix

15Sous l’égide de la paix instaurée par la « ligue des nations », la prospérité générale serait favorisée, aux yeux de Veblen, d’une manière qui ne connaît pas de précédent. Elle conduirait à accentuer les traits reliant le système des prix et l’industrie, mais aussi au changement de la nature du système. L’économiste observe en ce sens :

  • 44 Veblen 1917, p. 320‑321.

La mécanisation de la technologie moderne mobilise un équipement en matériel tout à fait considérable (…), représentant un formidable volume de richesses investies, et emploie en même temps un nombre élevé de travailleurs (…). L’usine (plant) devient l’unité opérationnelle qui remplace le travailleur (…) et, à la place d’individus ou d’usines isolées, on trouve un ensemble articulé d’unités de production opérant entre elles comme système intégré (balanced system) (…) sous le contrôle collectif de gestionnaires (…). Parvenu à ce point, le droit de propriété a cessé d’être en pratique une garantie de la liberté individuelle. 44

16Le régime issu de la paix connaît dès lors un glissement de la fonction du droit de propriété. Reprenant en cela les leçons de la « science ethnologique », Veblen considère que la technologie, dans les sociétés humaines, ne peut être qu’un élément du domaine commun des savoirs sociaux et un héritage collectif. De sorte que :

  • 45 Veblen 1917, p. 321.

La connaissance technologique, qui permet de faire fonctionner l’équipement matériel dans le but de servir les objectifs de la production et du gain privé, constitue en réalité un cadeau gratuit offert par la communauté au bénéfice des propriétaires de l’équipement industriel (industrial plant). 45

  • 46 Veblen 1917, p. 350: « Those who live by investment and those who live by work.  »
  • 47 Veblen 1917, p. 244.
  • 48 Veblen 1917, p. 346.
  • 49 Notons qu’il s’agit précisément de la condition du père de Veblen, qui, émigré aux États‑Unis une (...)

17Ce processus se poursuit par la financiarisation continue de l’économie qui prépare et accompagne l’acquisition de nouveaux équipements pour la production, à travers des investissements de très grande ampleur de la part des détenteurs de capitaux. Cela conduit à une division de la société entre « ceux qui vivent de leurs placements et ceux qui vivent de leur travail » 46. Le résultat sera, certes, une croissance générale de la production industrielle, mais elle n’empêchera cependant pas d’éventuels recours à la pratique du sabotage, ni la répartition inégale des richesses. Ainsi, à côté d’une « masse de population qui se retrouve encore plus démunie qu’elle ne l’était avant » 47, Veblen décrit la formation d’une classe moyenne très large, dans laquelle on retrouve les serviteurs proches de la classe des possédants. Il les désigne par l’expression de « menial servants » reprise d’Adam Smith 48. Veblen ne néglige pas la situation de nombreuses catégories de personnes, nominalement propriétaires et indépendantes, à l’instar des agriculteurs américains de son temps qui se retrouvent selon lui soumis et dans la dépendance la plus totale aux besoins et injonctions du système des prix contrôlé par les financiers 49.

  • 50 Veblen 1917, p. 358.
  • 51 Veblen 1917, p. 359.
  • 52 En effet, « à long terme, le régime actuel de l’investissement, des entreprises et du sabotage dev (...)

18À leur tour, la culture et les arts ne manqueraient pas de subir les effets de la domination d’une classe préoccupée par la pratique de loisirs dispendieux, cette « consommation ostentatoire », en rupture avec les vrais besoins, présentant une absence manifeste d’authenticité. Une crise toucherait en outre les vocations culturelles détournées par le travail industriel garantissant la subsistance de son porteur. Veblen considère qu’un nombre plancher ou, selon son expression, une « dose minimale (minimal dose) » 50 de vocations doit être assurée, au risque de mettre en péril la création artistique. Il dénonce ainsi la « répression des talents » écrasés par les contraintes de la société industrielle. Cette dernière entrave l’existence et l’épanouissement d’esprits tournés vers la recherche libre et la liberté de pensée. Une telle répression conduit, selon l’auteur, à une crise générale de la culture, « une faillite (failure) qui touche [son] ferment actif » 51. Or cet ensemble d’éléments pronostiqués comme caractérisant la paix qui suit la reddition des États dynastiques, conduit à une situation portant les germes de la guerre et du conflit armé. Dans ce cadre, la guerre acquiert d’ailleurs une nouvelle fonction : elle détourne les esprits des problèmes concrets de la population et du service de ses « intérêts domestiques ». Le système industriel ainsi tenu par les intérêts de la finance aura d’ailleurs d’autant plus de chance de perdurer qu’il sera capable de remobiliser les citoyens grâce aux sentiments patriotiques. En effet, cela les détournera de la politique et des pratiques dont la mise en œuvre est indispensable au bien‑être de la population 52. Cette paix serait donc, par elle‑même, un nouveau ferment de guerre.

3. De la paix perpétuelle à la paix perpétuée : bilan et perspectives

  • 53 Voir, en ce sens, G. H. Mead (1918) et R. Aron (1970).
  • 54 Ainsi d’après Louis Evrard, « la théorie véblénienne du gaspillage ostensible a été critiquée comm (...)

19Veblen a souvent été présenté comme un critique implacable de la société de son temps, incapable cependant de prescrire des remèdes aux maux qu’il diagnostique 53. En effet, la lecture de Veblen se révèle souvent irritante pour des esprits attachés aux justifications, morales ou rationnelles, des institutions sociales et de leur évolution 54. Affichant un évolutionnisme de type darwinien auquel il n’assigne pas, comme nous l’avons évoqué, de finalité prédéterminée, Veblen s’attache à mettre en évidence le champ des perspectives ouvertes par les pratiques en cours. Il se retranche, dans plusieurs passages de son œuvre, derrière la spécificité de son approche « économique » des institutions et des faits sociaux pour justifier son refus d’émettre des jugements de valeur se rapportant aux réalités dont il décortique pourtant les mécanismes « fâcheux (untward) » et dont il exhibe les défauts. Raymond Aron (1970) va cependant plus loin et considère que Veblen n’a pas pleinement répondu à la question qu’il pose lui‑même. Aron s’interroge : « Veblen offre‑t‑il, en dernière analyse, une explication économique des conflits entre États ? » « Oui et non », considère Aron qui poursuit :

  • 55 Aron 1970, p. xxxii.

Les guerres font partie intégrante de la “culture pécuniaire”, définie par la domination des financiers sur le procès industriel de la production. Cette domination constitue la forme institutionnelle sous laquelle, en l’état présent des arts industriels, l’esprit prédateur tient sous son joug l’instinct artisan et le travail pacifique. En ce sens, les guerres se rattachent au caractère essentiel de notre culture. 55

20Or, à défaut de réduire ou, mieux encore, d’identifier la « culture » à un système de pratiques commerciales ou financières, la conclusion aronienne demeure, croyons‑nous, sujette à caution.

  • 56 Voir non seulement The Higher Learning in America (Veblen 1918b), mais également « Les études supé (...)
  • 57 Veblen 1921, p. 85‑104.

21Nous l’avons vu, Veblen attribue à la libre entreprise, dans le domaine économique, et à la défense du droit de la propriété privée, un rôle décisif dans l’avènement du citoyen moderne. Il semble néanmoins cantonner son action au système historique de production artisanale et à l’échange restreint. C’est précisément dans le cadre d’un tel système que le travailleur, ou l’artisan, garde la maîtrise de son œuvre, tout en se présentant, à travers ses compétences et son jugement, comme la source principale de la production des richesses sociales. Ce privilège se perd dès lors que le système industriel conduit à exiger une éducation technique spécialisée et un équipement qui déplace le centre de gravité de la production de la personne du travailleur à l’équipement industriel mis entre ses mains par des investisseurs composant une classe de propriétaires absentéistes intéressés par leurs bénéfices personnels. Il n’en établit pas moins qu’il est de l’intérêt de tout État, y compris dynastique, de fournir une éducation adéquate à la masse de sa population, précisément afin de servir les intérêts du système industriel. Il en va de même pour la classe d’hommes d’affaires ou d’investisseurs qui profitent, dans un régime de paix régi par le système des prix, du fruit des richesses et du travail de la communauté. Veblen consacre à cette question un ouvrage à part 56 dans lequel il stigmatise le détournement de la culture à des fins de service du système des prix. Tel est le dilemme que Veblen dégage et qu’il considère impossible à surmonter, si ce n’est à travers l’abolition ou, tout au moins, la transformation radicale du droit de propriété et du système des prix qui lui sont attachés. Le coût de ce changement demeure manifestement élevé, y compris aux yeux de Veblen, qui considère que l’esprit national est, par nature, conservateur et peu porté à la nouveauté. Sa mise en œuvre conduirait de nouveau à la confrontation armée et à la guerre. Dans son Mémorandum pour un soviet des techniciens, il considère que la seule solution crédible est une prise en main des rouages de l’ensemble de la production par les ingénieurs, ces derniers évinçant les hommes d’affaires et les financiers de la direction de l’industrie. Manifestement peu enclin aux coups d’éclat révolutionnaires, en politique tout au moins, Veblen juge cette solution peu envisageable dans les États-Unis de son époque 57.

22Quant à l’actualité véblénienne en relations internationales, on serait peut-être tenté d’en marquer les limites, puisque Veblen a consacré son Enquête à l’Europe exclusivement. Auraient ainsi été négligées les successives « entrées en modernité », ces dernières ayant produit notre mondialisation actuelle. Un tel reproche n’aurait évidemment pas de sens et exprimerait un anachronisme certain. Au contraire, la valeur des leçons vébléniennes doit être reconnue car elles constituent un outil précieux dans la compréhension de ces entrées successives en modernité. Il faut reconnaître à Veblen le mérite d’avoir dégagé des points de vue inédits. Le citoyen des sociétés régies par le « système des prix (price system) » demeure marqué, dans la perspective véblénienne, par l’horizon national qui ne correspond plus véritablement ni à ses aspirations ni à ses intérêts. Mais ne l’est‑il pas toujours actuellement ? Entre éducation menacée de détournement et travail sacrifié au profit de dépenses ostentatoires de quelques‑uns, Thorstein Veblen ne nous raconte-t-il pas, à sa manière, et par anticipation, dans des livres qui datent du début du siècle dernier, l’histoire du citoyen de notre temps ?

Conclusion

  • 58 Voir l’essai The opportunity of Japan (Veblen 1934, p. 248‑ 266).

23L’épistémologie véblénienne se caractérise par la mise en relation systématique des trois éléments de la vie sociale : les conditions de travail et de production des biens, les règles institutionnelles (modes de gouvernement, normes, valeurs) et les représentations et idées (science comprise). De ce point de vue, la science post‑darwinienne demeure rattachée aux conditions et représentations de la société moderne régie par le machinisme industriel. Certes le lien entre ces éléments n’est pas automatique, Veblen relevant que le décalage qui peut s’y produire est source de perturbation et de guerre. C’est précisément l’acquisition et la mise à disposition de la technologie industrielle au profit des régimes dynastiques qui explique, comme nous l’avons indiqué, l’ampleur et la férocité des guerres de son temps. Cependant, malgré les grandes perturbations qu’ils peuvent occasionner, ces décalages ne peuvent constituer que des transitions dans un processus général de changement. Ainsi dans un texte de juillet 1915 consacré au Japon, Veblen considère que ce ne sont ni les spécificités de la race, ni celles de la géographie qui expliquent l’histoire récente du Japon impérial 58. Cette explication, Veblen la situe dans les modalités de l’« emprunt » technologique et culturel opéré dans ce pays, plus exactement dans le caractère accéléré de l’acquisition de la technologie occidentale par les Japonais, en un laps de temps éminemment court. Selon lui, les Japonais sont, tout autant que les Allemands ou les Anglais de ce point de vue, des « emprunteurs ». Néanmoins, alors que l’Angleterre a pris un temps suffisant pour assimiler les éléments empruntés et les intégrer à sa propre culture, à ses institutions et à ses valeurs, le Japon opère sa modernisation de manière abrupte, sans avoir bénéficié du temps nécessaire à cette intégration. Le pouvoir impérial a pu détourner la puissance technologique nouvelle pour la mettre au service de sa politique de conquête et des institutions et valeurs féodales. En cela, Veblen ne voit nulle exception. Il estime qu’une génération unique suffira au Japon pour que les institutions et les habitudes de pensée rejoignent celles de la société industrielle, et ce à la suite de transformations institutionnelles et sociales. En effet, ces dernières accompagnent la prévalence du mode de pensée et de l’esprit technique (matter‑of‑fact) de la société industrielle avancée. Tel est l’« avenir prévisible » annoncé par Veblen, et dont il situe l’avènement pas plus loin d’ailleurs que celui de la génération suivante.

  • 59 Voir The Mutation Theory and the Blond Race (Veblen 1919, p. 458). L’économiste précise quelques p (...)

24L’institutionnalisme véblénien nous oriente ainsi vers une histoire générale de l’humanité, faite de suites ininterrompues d’emprunts techniques et culturels dans lesquelles les questions de races ou d’instincts jouent un rôle pour le moins négligeable. En réalité, Veblen rejette la notion de « type racial » au nom de la « règle darwinienne » de l’évolution qui, à travers les incessantes variations légères et instables, ne laisse pas de place à la constitution de tels types 59. Des considérations comparables conduiraient à limiter le rôle de la théorie véblénienne des instincts dans le cadre de son institutionnalisme, rejoignant ainsi les réflexions d’auteurs comme Jérôme Maucourant. Ce dernier considère que l’intérêt des thèses de Veblen ne réside pas dans ses vues psychologiques ou biologiques, mais dans leurs aspects épistémologiques et institutionnels (Maucourant 1998). Le sentiment national lui‑même, pourtant le plus récalcitrant et le plus rebelle à l’amendement, comme nous l’avons vu, ne semble pas non plus résister au cosmopolitisme.

  • 60 Veblen 1917, p. 4 sqq.
  • 61 Voir The Intellectual Pre-eminence of Jews in Modern Europe (Veblen 1934, p. 219‑231). Notons que (...)

25Veblen considère ainsi que le peuple chinois qu’il observe au début du xxe siècle semble réfractaire aux élans d’autonomie et d’exaltation agressive du prestige national qui caractérisent le sentiment national. Cela ne l’a nullement empêché, précise Veblen, de présenter un exemple probant de réussite économique et « biologique » 60. À l’autre bout de la chaîne, le sionisme, exemple de nationalisme performant, en prônant un retour à des frontières nationales, balaie la tension entre l’identité collective et l’appartenance nationale, tension dans laquelle Veblen décèle le caractère exceptionnel et éminent de la réussite des intellectuels d’origine juive, notamment dans le domaine de la science. Il explique cette éminence précisément par le scepticisme qui accompagne cette tension, scepticisme indispensable à la créativité intellectuelle et scientifique et qui risque évidemment de se perdre avec la normalisation sioniste 61.

26La société des nations que projette Veblen demeure certes soumise, comme nous l’avons vu, à l’opposition des intérêts de la finance et de l’industrie. Il n’en demeure pas moins incontestable qu’il existe un cosmopolitisme véblénien bâti sur les « emprunts » successifs qui jalonnent l’histoire et qui façonnent le futur. À cette réalisation, Veblen n’assigne pas de date prévisible, mais évoque ouvertement une « République de l’apprentissage (Republic of learning) » dans l’histoire de laquelle peuvent être insérés les « emprunts » historiques incessants. Cette République demeure une œuvre collective qui, aux yeux de Veblen lui‑même, exige une défense collective de ses intérêts. En ce sens, il écrit :

  • 62 Voir The War and the Higher Learning (Veblen 1934, p. 239‑240).

La recherche de la connaissance est, malheureusement, toujours et nécessairement de la nature d’un intérêt joint ou collectif. Il en résulte qu’il n’existe aucune classe, aucun groupe de personnes intéressées, aucun intérêt établi (vested interest), qui soit en position de négocier au nom de cet enseignement supérieur dans lequel le monde civilisé capitalise ses acquis spirituels majeurs 62.

27N’est-ce pas un appel, de l’auteur lui‑même, à la nécessaire promotion et, par conséquent, à l’indispensable identification et distinction d’un intérêt de type cosmopolitique, d’ailleurs situé dans le prolongement de la tradition kantienne mais à inscrire dans une démarche sociologique et historique, afin de défendre un acquis spirituel majeur selon la propre expression de Veblen ?

Bibliographie

Carrère d’Encausse Hélène 1976, La politique soviétique au Moyen-Orient, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences politiques.

Anderson Perry, 2015, American Foreign Policy and Its Thinkers, Londres/New York, Verso.

Aron Raymond, 1970, « Avez‑vous lu Veblen ? », in Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisirs, Paris, Gallimard, p. vii‑xli.

Badie Bertrand, 2016, Nous ne sommes plus seuls au monde. Un autre regard sur l’« ordre international », Paris, La Découverte.

Bainville Jacques, 1920, Les conséquences politiques de la paix, Paris, Fayard.

Brette Olivier, 2014, « Valeur, marché et progrès dans la pensée de Thorstein Veblen », in Salhab Mohamad K. et Maucourant Jérôme (éd.), État, rente et prédation. L’actualité de Veblen, Beyrouth.  

Canguilhem Georges, 1968 [rééd. 2002], Études d’histoire et de philosophie des sciences, Paris, Vrin.

Cumin David, 2014, Histoire de la guerre, Paris, Ellipses.

Della Faille Dimitri et Gagnon Marc‑André, 2007, « Thorstein Veblen : héritage et nouvelles perspectives pour les sciences sociales », Revue Interventions économiques 36. [En ligne] http://interventionseconomiques.revues.org/519

Gagnon Marc‑André, 2007, « Penser le capitalisme cognitif selon Thorstein Veblen ; connaissance, pouvoir et capital », Revue Interventions économiques 36. [En ligne] http://interventionseconomiques.revues.org/569

Hobbes Thomas, 1651 [rééd. 1971], Léviathan, Paris, Sirey.

Kant Emmanuel,

1784 [rééd. 1947], La philosophie de l’histoire (opuscules), Paris, Gonthier.

1795 [rééd. 1990], Projet de paix perpétuelle, Paris, Vrin, 1990.

1795 [rééd. 2006], Vers la paix perpétuelle et autres textes, Paris, Flammarion.

Keynes John Maynard, 1920, The Economic Consequences of the Peace, New York, Harcourt, Brace & Howe.

Kissinger Henry, 2014, World Order, New York, Premium Press.

Lipset Seymour Martin et Raab Earl, 1995, Jews and the New American Scene, Cambridge, Harvard University Press.

Maucourant Jérôme, 1998, « Pulsions et institutions : l’apport de Thorstein Veblen », La revue du G.R.A.T.I.C.E 14/1, p. 21‑38.

Mead George Herbert, 1918, « Review of the Nature of Peace and the Terms of its Perpetuation by Thorstein Veblen », Journal of Political Economy 26, p. 752‑762.

Salhab Mohamad K. et Henn François, 2015, Auguste Comte et Gaston Bachelard. Regards croisés, Beyrouth, Éditions Universitaires du Liban.

Schumpeter Joseph Alois, 1954 [rééd. 1983], Histoire de l’analyse économique. III. L’âge de la science, Paris, Gallimard.

Veblen Thorstein,

1899 [trad. 1970], Théorie de la classe de loisirs [The Theory of the Leisure Class – An Economic Study of Institutions], Paris, Gallimard.

1915 [rééd. 1954], Imperial Germany and the Industrial Revolution, New York, The Viking Press.

1917 [rééd. 1964], An Inquiry into the Nature of Peace and the Terms of its Perpetuation, New York, Augustus M. Kelley.

1918a, The Instinct of Workmanship, New York, B. W. Huebsch.

1918b [rééd. 1965], The higher learning in America. A memorandum on the conduct of universities by business men, New York, A. M. Kelley.

1919 [rééd. 2007], The place of science in modern civilization, New York, Cosimo Classics.

1921 [trad. 1971], Les ingénieurs et le capitalisme [The Engineers and the Price System], Paris/Londres/New York, Gordon & Breach.

1934 [1964], Essays on our changing order, New York, A. M. Kelley.

Notes

1 Une véritable paix ne peut par définition être qu’une « paix perpétuelle », d’où la distinction entre « l’alliance de paix » (foedus pacificum) et « un contrat de paix » (pactum pacis), ce dernier n’étant qu’une suspension provisoire des hostilités (Kant 1795, p. 91).

2 Kant 1795 [rééd. 1990], p. 76‑77. Kant est conduit à faire appel à une garantie naturelle afin de promouvoir la fin morale : « Ce qui donne cette assurance (cette garantie) n’est rien moins que la grande artiste, la nature (natura daedala rerum), dont le cours mécanique laisse manifestement briller une finalité qui fait s’élever, au travers de la discorde des hommes et même contre leur volonté, la concorde. » (Kant 1795 [rééd. 2006], p. 98). Dans le même sens, Kant écrit : « Le problème ne requiert pas l’amélioration morale des hommes, mais seulement de savoir comment on peut tourner au profit des hommes le mécanisme de la nature », (Kant 1795 [rééd. 2006], p. 105). Notons pourtant que dans la page de préface, Kant relève le caractère « ironique » du titre qu’il utilise, ironie provenant de la « discordance » entre les maximes du philosophe et ceux du « politique pratique » (Appendice 1), en d’autres termes, de la dissonance entre la fin morale et les moyens renvoyant aux ruses et expédients de la politique. Sur la reprise par Kant de l’expression de « paix perpétuelle », voir la note de F. Proust (Kant 1795 [rééd. 2006], p. 188). Veblen revient, dans un éditorial de mai 1919, sur le choix de ce terme afin de dénoncer le caractère « lamentable » (maudlin) des pourparlers de paix menés, suite à la Première Guerre mondiale, dans le cadre de « ce conclave d’hommes d’États vieillissants qui sont en train de s’affairer afin de préparer un monde sans danger pour les intérêts établis (vested interests), monde préservé des dissensions internationales », mais au détriment de la paix véritable (Veblen 1934, p. 450).

3 Veblen précise très justement que pour Kant l’avènement de la paix perpétuelle relève d’un « dessein de la nature » (a work of Nature the Designer of things) plutôt que de l’œuvre de la sagesse humaine, Veblen se proposant d’explorer les voies et les moyens ainsi mis en œuvre (Veblen 1917, p. vii‑viii). Dans le même sens, la Neuvième proposition inscrite dans les Idées d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique (1784), est ainsi formulée : « Une tentative philosophique pour traiter l’histoire universelle du plan de la nature (…) doit être envisagée comme possible et même comme avantageuse pour ce dessein de la nature » (Kant 1784, p. 43).

4 Voir Suggestions touching the working program of an inquiry into the prospective terms of peace (Veblen 1934, p. 355).

5 Veblen : Inquiry, p. viii.

6 . Une indication nous est cependant fournie par le fait que Veblen se présente, en deuxième page de couverture, comme étant l’auteur des livres suivants : Théorie de la classe de loisir, publié en 1899, The Instinct of Workmanship, en 1914, et Imperial Germany and the Industrial Revolution, en 1915. Ces mentions se font au détriment d’autres livres non moins importants comme sa Theory of Business Enterprise, publiée en 1904. Faut‑il comprendre qu’il y a une continuité entre les écrits mentionnés ? Si oui, quelle en serait la nature ?

7 Veblen s’explique longuement sur l’usage qu’il fait de ce terme dans l’introduction de The Instinct of Workmanship (Veblen 1918a, p. 3‑37).

8 Veblen 1918a, p. 32 : « All instinctive action is intelligent and teleological » peut être traduit ainsi : « Tout comportement instinctif est intelligent et téléologique ». Les traductions qui suivent sont les nôtres, sauf indication contraire.

9 Ce rôle marque même la périodisation de l’histoire qu’il adopte. Comme le note Evrard dans son introduction à la traduction de l’ouvrage The Theory of the Leisure Class – An Economic Study of Institutions (Veblen 1899, p. 3) : « Veblen distinguait quatre époques économiques en Occident : la néolithique, sauvage et paisible ; la barbarie, guerrière et prédatrice, marquée par la propriété, l’oisiveté d’une classe dominante, la supériorité masculine ; l’artisanale, qui précède notre monde moderne ; la machiniste. ».

10 Citons, parmi d’autres passages qui vont dans le même sens : « La lutte est en réalité une course à l’estime, à la comparaison provocante, il n’est pas d’aboutissement possible. » (Veblen 1899, p. 23). Cela l’éloignerait plutôt du « dessein » kantien. Mais cette question perd, croyons‑nous, de son intérêt dès lors que, nous le verrons, Veblen oriente son enquête sur les processus de changement plutôt que sur les états statiques de départ ou de fin.

11 Cela lui vaudra les réprobations de Schumpeter (1954) dans la troisième partie de son Histoire de l’analyse économique.

12 Sur ces données, voir les remarques particulièrement intéressantes de Marc‑André Gagnon (2007).

13 Sur les lecteurs francophones de Veblen, voir Dimitri Della Faille et Marc‑André Gagnon (2007).

14 Voir l’introduction à Veblen 1915, p. xii.

15 À cet égard, voir Georges Canguilhem, L’objet de l’histoire des sciences (Canguilhem 1968, p. 9‑24). Un rapprochement sur le rôle de l’induction chez Veblen et chez Bachelard nous paraît prometteur.

16 Gagnon 2007, p. 4.

17 Gagnon 2007, p. 5.

18 Faute de pouvoir avancer de plus amples explications dans ce travail, nous nous limiterons à indiquer que l’épistémologie que développe Veblen rejoint de nombreux thèmes de l’épistémologie française, comme ceux abordés par Auguste Comte, qu’il a pu connaître, ou Gaston Bachelard, qu’il n’a pas pu connaître, sans rien perdre de son originalité. À cet égard, voir Auguste Comte et Gaston Bachelard. Regards croisés, textes réunis par Mohamad K. Salhab et François Henn (2015).

19 Voir Kant’s Critique of Judgment (Veblen 1934, p. 175‑193) écrit par Veblen en 1884.

20 Voir l’essai intitulé The Evolution of the scientific point of view (Veblen 1919, p. 32‑55).

21 Veblen 1919, p. 47.

22 Voir l’essai de Veblen Why is Economics not an Evolutionary Science? (Veblen 1919, p. 56‑81). On retrouve un raisonnement comparable dans l’Inquiry, comme le montrent les remarques de la note 2 de notre texte.

23 Voir les textes The Limitations of Marginal Utility (Veblen 1919, p. 231‑252) et The Socialist Economics of Karl Marx I (Veblen 1919, p. 409‑430, en particulier p. 417‑418).

24 Anderson y voit plutôt un « prodrome » d’impérialisme : « ce fut le produit d’une démesure (massive excess) de la puissance américaine par rapport à tout objectif qu’elle pouvait se proposer. » (Anderson 2015, p. 10).

25 Cumin 2014, p. 186 et note.

26 Veblen 1917, p. 239.

27 Veblen 1917, p. 271‑272.

28 Veblen 1917, p. 272.

29 Veblen 1917, p. 49‑50.

30 Voir par exemple dans le célèbre chapitre xiii du Léviathan (Hobbes 1651, p. 123) : « La première de ces choses [la rivalité] fait prendre [aux hommes] l’offensive en vue de leur profit. La seconde, en vue de leur sécurité. La troisième en vue de leur réputation. Dans le premier cas, ils usent de violence pour se rendre maîtres de la personne d’autres hommes, de leurs femmes, de leurs enfants. Dans le second cas pour défendre ces choses. Dans le troisième, pour des bagatelles (…). »

31 Citons par exemple : « L’animosité patriotique est archaïque (…) elle ne semble se prêter ni à l’élimination ni à la répression persistante, ou pouvoir être atténuée par l’éducation, la réflexion ou la reproduction sélective. » (Veblen 1917, p. 41), ainsi que : « le dévouement patriotique est la chose la plus inutile du monde » (Veblen 1917, p. 47), ou encore : « Dans son incidence économique, biologique et culturelle, le patriotisme semble être un trait fâcheux de la nature humaine » (Veblen 1917, p. 38).

32 Veblen 1917, p. 31. 

33 Selon Hobbes, la fierté porte les individus à faire la guerre « pour des bagatelles, par exemple pour un mot, un sourire, une opinion (…), ou quelque autre signe de mésestime (…) adressée à leur parenté, à leurs amis, à leur nation à leur profession, à leur nom. » (Hobbes 1651, p. 124).

34 Sur l’actualité de la paix de Westphalie, voir World Order (Kissinger 2014, p. 23‑42) ainsi que les analyses et la mise à jour de Bertrand Badie dans Nous ne sommes plus seuls au monde. Un autre regard sur l’« ordre international » (Badie 2016, p. 11‑40 notamment).

35 Veblen 1915, p. 95.

36 Veblen 1915, p. 113.

37 Veblen 1915, p. 110 et note. Veblen examine le cas de la France en ces termes : « Dans tout cela, comme dans tant d’autres choses qui touchent le point culminant de la croissance dans la civilisation occidentale, la communauté française, bien sûr, fait figure d’exception manifeste (…). Que les Français aient continué tout au long de la civilisation moderne à occuper une position d’hégémonie ne perturbe pas l’analyse tentée ci‑dessus, qui concerne plus directement la divergence entre le cas anglais et le cas allemand considérés comme les types extrêmes du courant de culture entre les peuples se trouvant dans la zone climatique du littoral de la mer Baltique-Nord ». Dans son introduction aux Essays in Our Changing Order, Leon Ardzrooni observe que Veblen « considère que la France représentait ce qu’il y avait de meilleur dans la culture occidentale » (Veblen 1915, p. ix).

38 Dorfman (dans Veblen 1915, p. xx) évoque à cet égard de « the penalty of taking the lead » que l’on peut traduire par « pénalité ou désavantage de prendre la tête ».

39 Veblen distingue les États du point de vue polémologique en ces termes (Veblen 1917) : « il est possible de distinguer les États entre ceux spontanément portés à prendre l’offensive, et ceux qui vont se battre suite à une provocation. L’Allemagne et le Japon illustrent typiquement les premiers. Parmi les derniers, il faut placer les Français et les Britanniques et, avec moins de confiance, la République américaine. Dans un effort de récapitulation de ce genre, la Russie doit être laissée de côté comme un cas douteux (…) le cours prospectif des choses en Russie pouvant pour le moment à peine être évalué sur le terrain de son passé. L’Espagne et l’Italie étant, au mieux, des puissances douteuses, doivent retenir l’argument ; elles sont, dans la nature des choses, les filiales qui spéculent sur la chance principale. Et l’Autriche, avec tout ce que ce nom peut recouvrir, viendra à se ranger du côté de l’Allemagne. »

40 Veblen 1917, p. 118‑177.

41 Sur la notion de sabotage, voir le chapitre intitulé « Nature et usage du sabotage » dans Les ingénieurs et le capitalisme, (Veblen 1921, p. 1‑16).

42 Veblen écrit en ce sens (Veblen 1917, p. 239) : « Il en résulte qu’une ligue constituée afin d’imposer et de faire respecter la paix doit obtenir la capitulation sans condition des nations guerrières redoutables ; ce qui ne pourrait être accompli que par la défaite absolue et irrémédiable de ces puissances dans leur forme actuelle. »

43 Veblen ajoute : « S’il vient à être actuellement reconnu qu’une paix établie peut être faite seulement au coût de l’éradication des privilèges et droits des nations belliqueuses, il semble raisonnable de penser que, de leur état d’esprit actuel, les nations pacifiques n’hésiteraient guère à appliquer ce remède » (Veblen 1917, p. 244).

44 Veblen 1917, p. 320‑321.

45 Veblen 1917, p. 321.

46 Veblen 1917, p. 350: « Those who live by investment and those who live by work.  »

47 Veblen 1917, p. 244.

48 Veblen 1917, p. 346.

49 Notons qu’il s’agit précisément de la condition du père de Veblen, qui, émigré aux États‑Unis une dizaine d’années avant la naissance de l’auteur, est agriculteur propriétaire de sa ferme.

50 Veblen 1917, p. 358.

51 Veblen 1917, p. 359.

52 En effet, « à long terme, le régime actuel de l’investissement, des entreprises et du sabotage devrait avoir une chance nettement meilleure de survie si les conditions actuelles de préparation guerrière et d’insécurité nationale sont maintenues, ou si la paix projetée est laissée dans un état quelque peu problématique, suffisamment précaire pour garder les animosités nationales en état d’alerte, autorisant ainsi la négligence des intérêts domestiques, en particulier des intérêts qui touchent le bien‑être de la population. » (Veblen 1917, p. 366‑367).

53 Voir, en ce sens, G. H. Mead (1918) et R. Aron (1970).

54 Ainsi d’après Louis Evrard, « la théorie véblénienne du gaspillage ostensible a été critiquée comme étant “cynique et animée par le ressentiment”, et ne tenant pas suffisamment compte de la participation psychique du spectateur des richesses et du loisir étalé » (dans Veblen 1899, p. 272, notes du traducteur). On peut certes demeurer réservé sur la force de persuasion de ce type de justification ou de critique : en effet, en quoi la « participation psychique du spectateur » rendrait‑elle de telles pratiques plus légitimes ou supportables ? En réalité, il arrive à Veblen de reconnaître une fonction sociale à la classe de loisir, celle de la production des standards du goût et de la valorisation sociale (Veblen 1917, p. 352‑353).

55 Aron 1970, p. xxxii.

56 Voir non seulement The Higher Learning in America (Veblen 1918b), mais également « Les études supérieures expression de la culture pécuniaire » (Veblen 1899, p. 240‑266).

57 Veblen 1921, p. 85‑104.

58 Voir l’essai The opportunity of Japan (Veblen 1934, p. 248‑ 266).

59 Voir The Mutation Theory and the Blond Race (Veblen 1919, p. 458). L’économiste précise quelques pages plus loin, à propos de l’Europe : « Les peuples européens existants sont des mélanges hybrides de deux ou plusieurs souches raciales (…). Vraisemblablement, ces types de physique et de tempérament national et local sont des types hybrides, sélectionnés (bred) dans ces formes caractéristiques par l’adaptation aux circonstances particulières de l’environnement et de la culture dans laquelle chaque population locale avait à vivre, et ont été ainsi provisoirement fixés (…), les caractéristiques locales en question étant elles‑mêmes de la nature des habitudes et doivent par conséquent être classées comme (…) élément institutionnel plutôt que comme caractéristique raciale. » (Veblen 1919, p. 472‑473). Outre ce texte décisif, voir l’étude à la veine expérimentale affichée dans laquelle Veblen montre que l’émigration des plus aptes, dans le milieu historique fermé des peuples scandinaves, conduit à des résultats identiques à ceux des guerres en Europe continentale : An Experiment in Eugenics (Veblen 1934, p. 232‑242).

60 Veblen 1917, p. 4 sqq.

61 Voir The Intellectual Pre-eminence of Jews in Modern Europe (Veblen 1934, p. 219‑231). Notons que cette tension présente un thème majeur du sionisme historique. À ce propos, voir Lipset et Raab 1995.

62 Voir The War and the Higher Learning (Veblen 1934, p. 239‑240).

Auteur

Université Libano-Française

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540