Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État, rente et prédation

 | 
Mohamad Salhab
, 
Jérôme Maucourant

Partie I. Histoire et méthodologie. L’actualité de Veblen

Théorie du système prédateur (une lecture de Thorstein Veblen) 

Jérôme Maucourant

Résumé

Veblen offre du capitalisme financier, qu’il voit émerger, la conception d’un régime économique fondé sur de nouvelles pratiques commerciales, financières et bancaires qui s’emparent de la production et nous éloignent du capitalisme de Ricardo et Marx. Quand la finance soumet l’industrie, il faut comprendre comment les représentations collectives aliénantes sont autant d’images agissant sur la société. Veblen est un savant iconoclaste, un briseur de cette économie des images, secret de la nouvelle forme que prend le capitalisme au début du xxe siècle. Une forme qui, depuis lors, a connu bien des avatars déclinés à l’envi grâce aux multiples progrès techniques, mais une forme qui, pour l’essentiel, demeure un principe toujours organisateur du capitalisme. À cet égard, les dispositifs monétaires et financiers ne peuvent être compris sans prêter attention à l’empire que les vested interests exercent sur le système économique. Veblen soutient que le Système de la Réserve fédérale est, par excellence, une émanation de ces intérêts établis, véritable machine à produire de l’illusion de façon à opérer des transferts de richesses au profit de la perpétuation d’un pouvoir de classe.

Veblen is a thinker of the financial capitalist school, which emerged during the late 19th century and departed from the economic system as developed by Ricardo and Marx. New banking, commercial and financial habits took over industrial capitalism. In other words, it was the birth of an “economy of the image”: monetary values, advertising campaigns etc. became the ultimate reality. By attempting to break away from these images, Veblen built a reputation as an iconoclastic scholar, highlighting and denouncing the new order of things. Within a century, technical progress reinforced the dominance of finance, but one critical point must nonetheless be made: the role of the Central Bank, controlled by vested interests, became of paramount importance. Indeed, the policy of the Federal Reserve System now consists in promoting wealth transfers in order to strengthen and maintain the ruling elite in power, thus allowing the rule of an almighty illusion-producing machine.

L’habitude est une seconde nature 
Ibn Khaldûn
Cité par Monteil dans sa Préface à sa traduction d’Ibn Khaldûn (Monteil 1997, p. xxx).

Texte intégral

Introduction : Veblen, économiste iconoclaste

1La première grande dépression du xxie siècle pose de redoutables défis au savoir économique : à de très rares exceptions près, les économistes ont été fort surpris par la profondeur de l’effondrement et par l’incapacité des marchés à régler eux‑mêmes la question de la dette. Dans ces conditions, n’est‑il pas nécessaire de revenir à des problématiques occultées mais à la puissante force de suggestion ? Le travail de Veblen, penseur d’un capitalisme en voie de financiarisation et témoin attentif des crises bancaires de son temps ainsi que de la naissance d’une banque centrale moderne, pose ce type de problématiques. Veblen est aussi connu comme le promoteur d’une conception « évolutionniste » de l’économie, véritable défi lancé à la théorie néoclassique en voie d’édification. En repensant à nouveaux frais ce défi, qui implique une autre conception de l’économie monétaire, peuvent être dégagés certains enseignements sur la dynamique du capitalisme contemporain et le prix à payer pour sa perpétuation.

2Pour bien comprendre la perspective de Veblen, il convient de rappeler que celui‑ci opère une rupture vis‑à‑vis du fondement des grandes théories économiques qui se sont succédé depuis deux siècles : la valeur, que ce fût sur le mode objectiviste de la « valeur‑travail » ou sur le mode subjectiviste de la « valeur‑utilité », ne l’intéresse pas. Selon lui, la possibilité d’une connaissance rationnelle de l’économie réside essentiellement dans la reconnaissance du caractère « institutionnel » de l’économie. Cela signifie que les habitudes et représentations collectives contribuent à organiser les processus de production, de répartition et de consommation des richesses sociales. Mais, ces institutions s’insèrent dans un univers soumis à une évolution permanente, ce qui a des conséquences théoriques.

3Le capitalisme de son époque, en effet, puise de plus en plus sa dynamique dans des ressorts sociaux (connaissance collective et système technique). La richesse capitaliste résulte de façon croissante de procédés de captation de l’intelligence et de l’activité sociale. Veblen affirme même que la survie du capitalisme à l’ère du machinisme n’aurait pas été possible sans les logiques rentières particulières propres à un capitalisme dorénavant financier. Ce nouveau régime de prédation des richesses sociales, qui reste en grande partie le nôtre, se distingue des vieux mécanismes de l’« accumulation primitive » mis en lumière par Marx, lesquels reposaient sur l’usage de la force brute, via le commerce colonial ou via l’expropriation de la paysannerie. Dans le cadre de l’État de droit, les fruits du travail social doivent être transférés pour que se perpétuent la richesse et le pouvoir des intérêts dominants. Une inflation modérée et la mise en place de mécanismes efficaces de rente financière sont au fondement de cette politique.

  • 2 Veblen 1919b, p. 28.

4Dans ce nouveau régime économique, la monnaie devient sa propre fin ; les nouvelles pratiques commerciales, financières et bancaires s’emparent de la production et nous éloignent du capitalisme de Ricardo ou Marx. Le sens du mot « capital » évolue et renvoie aussi bien à des éléments matériels qu’à des artefacts censés les représenter. Telle est la situation quand la finance soumet ainsi l’industrie. Le droit en vient même à légaliser des formes inédites de sabotage capitaliste. Le nouveau régime économique devient principalement, comme nous le verrons, un système de création de la rareté, et non de lutte contre celle‑ci comme on l’a cru au xixe siècle. Les droits de propriété, les titres financiers, toutes ces images du capital, envahissent la vie de l’homme ordinaire et le rançonnent de mille façons. Ainsi notre monde, qui célèbre pourtant bien souvent le travail de façon idéologique, n’en est pas moins sous l’emprise du « to get something from nothing » 2, c’est‑à‑dire d’obtenir quelque chose à partir de rien, ce qui est bien différent de la fameuse sentence marxienne : « Accumulez, accumulez, c’est la loi et les prophètes ».

  • 3 Achcar, à l’intérieur de la problématique marxiste, revisite de fa (...)
  • 4 Certains développements de ce texte sont inspirés de Maucourant (...)
  • 5 Pour le monde francophone, voir néanmoins le travail de la société (...)

5Veblen est bien un savant iconoclaste, briseur de cette économie des images qui nous aliène un peu plus chaque jour au capitalisme qu’il nomme « système des prix ». Lire Veblen est encore utile, car notre époque combine deux types de capitalisme mis en évidence par Weber : un « capitalisme rationnel », issu de la révolution industrielle, et un « capitalisme politique », dont l’histoire est fort ancienne et qui, paradoxalement, est fortifié de la Chine à l’Iran par la mondialisation (Maucourant 2014) 3. Une théorie générale du système prédateur doit en réalité concerner ces deux formes de capitalisme, qui peuvent d’ailleurs trouver des secours réciproques. Notre propos 4 est néanmoins centré sur la première forme car c’est la figure bien trop méconnue de Veblen que nous tentons ici de mettre en lumière 5.

6Nous exposons ainsi, en premier lieu, l’idée que la monnaie n’est pas ce voile qui recouvre la réalité économique. L’essor du système de crédit n’est, par conséquent, en aucune façon une transposition raffinée d’un système idéal de troc. Ce fantôme, qui hante encore l’esprit de nombres d’économistes, contribua à rendre presque impensable la Grande Récession de 2008. Veblen est peut‑être d’ailleurs le premier auteur à contester frontalement l’intérêt de l’« histoire conjecturale » selon laquelle les hommes auraient inventé la monnaie pour faire face aux inconvénients du troc. En second lieu, nous montrons que, depuis le début du xxe siècle, les dispositifs monétaires et financiers ne peuvent être compris sans prendre en compte l’empire que les « vested interests » (« intérêts établis » ou « privilégiés ») exercent sur le système économique. Veblen soutient alors que le Système de la Réserve fédérale est, par excellence, une machine produisant de l’illusion de façon à opérer des transferts de richesses nécessaires à la perpétuation d’un pouvoir de classe. En troisième lieu, les fondements de l’analyse étant établis, nous nous proposons de relire Veblen grâce à Keynes, un autre grand hétérodoxe de la pensée économique, afin de mettre en exergue la vitalité de l’héritage véblénien. La conclusion évoque le pessimisme de Veblen et le dépassement du capitalisme comme économie de l’illusion et du gaspillage semblant aussi nécessaire qu’improbable.

1. De l’institutionnalisme de Veblen à sa conception de la monnaie

1. 1. Une conception « évolutionniste »

  • 6 Il existe une dimension essentielle de la réflexion de Veblen, (...)
  • 7 Veblen 1914, p. 4 et 38, c (...)

7Le fondement de la démarche de Veblen consiste en une certaine représentation de la nature humaine, par quoi cet auteur nie toute autonomie d’un savoir économique qui serait clos sur lui‑même 6. Il développe une anthropologie selon laquelle l’homme est une créature dominée par un agencement évolutif de pulsions 7 et s’oppose ainsi à la vision « hédoniste » des économistes de l’école dominante selon laquelle l’homme est ce lieu passif livré à une mécanique des plaisirs et des peines. Il moque d’ailleurs la « conception fautive de la nature humaine » propre à ces économistes :

  • 8 Veblen 1898, p. 389‑390, cité par Homan 1933, p. 92‑93.

D’après la conception hédonistique, l’homme est un calculateur général des plaisirs et des peines qui, comme une sorte de globule homogène fait de désir de bonheur, oscille sous l’impulsion de stimulants qui le promènent un peu partout, mais sans le déformer. Il n’a ni passé ni avenir. Il est un fait humain isolé, immuable, en équilibre stable, sauf sous le contre‑coup de certaines forces agissantes, qui le déplacent dans un sens ou dans l’autre. Se plaçant lui‑même au milieu des éléments naturels, il tourne régulièrement autour de son axe spirituel, jusqu’à ce que le parallélogramme de ses forces pèse sur lui, de façon qu’il suive la ligne de la résultante. Quand cesse l’action de cette force, il revient au repos et n’est plus comme auparavant qu’un simple globule 8.

8En réalité, l’homme selon Veblen jouit de la peine pour autant que ses instincts le lui enjoignent ; ceci est particulièrement vrai de l’instinct artisan. L’économiste doit ainsi mettre en avant les propensions de l’homme explicatives de la « croissance institutionnelle ». C’est dans ce cadre qu’il centre son attention sur deux pulsions essentielles que sont l’« instinct artisan » et l’« instinct prédateur » et fait l’hypothèse que la structure pulsionnelle peut être soumise à des processus de « contaminations ». En ce qui nous concerne, l’instinct artisan peut être subverti par les tendances prédatrices qui mettront l’efficacité au service de l’émulation. Or, dans nos sociétés, l’émulation est liée à ces formes de gaspillage du travail social qui stimulent l’envie. Ceci tient au fait que l’instinct artisan, véritable incarnation de l’action rationnelle en finalité, est de nature instrumentale. Veblen ne peut donc exclure que les instincts de destruction et de domination en viennent à imprimer un cours funeste à l’avenir de la civilisation. La théorie des institutions conforte cette intuition pessimiste : le progrès n’est pas plus assimilable au meilleur de ce que l’humanité peut mettre en œuvre.

  • 9 Dont la nature même est l’évolution perpétuelle (Anderson 1933 (...)
  • 10 Veblen 1899a, p. 126.
  • 11 Homan 1933, p. 103‑106.

9Les épreuves répétées du milieu n’entraînent pas, en effet, l’émergence de comportements immédiatement adaptés, en raison de l’inertie relative des pulsions 9. L’adaptation se fait donc par la création d’habitudes fonctionnelles, pour un temps, eu égard aux exigences de l’évolution 10. Entre la force de l’inné et le milieu changeant s’insèrent donc les institutions 11 qui renvoient aux habitudes collectives de faire et de penser. Les contraintes propres à l’évolution font que les institutions contraignent les pulsions, à un point tel qu’une ou plusieurs pulsions essentielles en viennent à être atrophiées. Mais le schéma de l’évolution sociale peut être plus complexe que ne le laisse entendre l’affirmation précédente. Car, si les institutions sont soumises à l’évolution, elles contribuent à former le milieu où s’établit la sélection :

  • 12 Veblen 1899a, p. 124.

Les institutions elles‑mêmes ne sont pas les résultats d’un processus sélectif et adaptatif, qui façonnent les types prédominants d’attitudes et d’aptitudes spirituelles ; elles sont en même temps des méthodes particulières de vie et de relations humaines et, à ce titre, elles sont à leur tour de puissants facteurs de sélection ; elles aident le tempérament et les habitudes à se plier au milieu transformé, grâce à la formation d’institutions nouvelles 12.

  • 13 Veblen 1914, p. 25, cité p (...)
  • 14 Veblen 1899b, p. 121.
  • 15 Brette 2003, p. 457.
  • 16 Veblen 1898, p. 255.

10La « croissance institutionnelle » n’est donc pas synonyme de perpétuation de l’espèce. Si les institutions qui favorisent les pulsions mortifères et agressives de l’homme en viennent à infléchir durablement le cours de l’évolution, la société ne disposera plus de médiations efficaces pour s’adapter au changement, ce qui nous conduira à la catastrophe. Dans l’histoire, le « triomphe d’institutions imbéciles sur la vie et la culture » 13 est donc fréquent, l’imminence de la catastrophe de la Grande Guerre confortant ce shéma de pensée pessimiste. La science moderne devrait donc admettre, selon Veblen, la nature non téléologique des processus réels 14. Le concept clef de Veblen, évolutionniste, est ainsi l’émergence 15 qui s’oppose à la permanence des orthodoxes, selon lesquels le système des marchés (essentiellement) autorégulateurs est, tout à la fois, la destinée même de l’évolution économique et la norme devant servir de référence institutionnelle 16.

11Dans le même mouvement, après Marx, Veblen rejette les robinsonnades, fabliaux si courants encore dans l’édification du jeune micro‑économiste, qui présupposent ce qu’il faut démontrer, c’est‑à‑dire un état mental et institutionnel qui serait à l’origine semblable à celui que nous connaissons aujourd’hui. Plus encore, il estime nécessaire une critique des catégories sociales du jugement que la science dominante ne fait pas :

  • 17 Veblen (1919a) cité par Eatwell et Robinson (1979, p. 58‑59) q (...)

La situation économique courante se résume à un système de prix. Dans l’ordre des choses de la civilisation moderne, les institutions économiques sont (en priorité) des institutions qui expriment le système de prix (...) ce schéma mental et institutionnel a acquis une force si envahissante qu’il a été appliqué, souvent comme une évidence très naturelle, à des faits dont ni les fondements, ni la mesure ne sont pécuniaires, telles les œuvres d’art, la recherche scientifique, l’éducation et la religion. 17

1. 2. De l’illusoire économie de troc à l’économie de l’illusion

12Loin de penser les échanges comme mécanique déterminée par une harmonie préétablie, Veblen se refuse à penser ce que la monnaie doit être : il conteste le fait qu’a priori la monnaie doive être pensée comme un moyen neutre des échanges et, même si les fonctions de compte et de paiement définissent empiriquement la monnaie, il ne s’ensuit pas qu’objectivement la monnaie soit ce moyen neutre des échanges. Le point de vue évolutionniste prend tout son sens :

  • 18 Veben 1898, p. 382‑383.

On peut citer l’“histoire conjecturale” comme exemple de l’usage des canons cérémoniels de connaissance, laquelle joue un rôle si grand dans le traitement classique des institutions économiques, comme les comptes rendus normalisés des débuts du troc dans les transactions d’un supposé chasseur, pêcheur ou constructeur de bateaux, ou de l’homme avec le platane et les deux planches, ou des deux hommes avec le panier de pommes et le panier de noisettes. Les caractérisations de la monnaie comme “la grande roue de la circulation” ou comme “le moyen d’échange” ont le même sens. On discute ici de la monnaie comme d’une finalité qui, “dans le cas normal”, doit figurer l’idéal que l’auteur a de la vie économique, plutôt qu’en termes de relation causale 18.

  • 19 Dans une veine post‑keynésienne, nous dirions que la réalité é (...)
  • 20 Veben 1898, p. 382‑383.

13La communication des agents économiques avec le réel est toujours difficile 19, mais, dans un monde où la monnaie est à elle-même sa propre fin, l’illusion monétaire devient une possibilité à examiner. Au moment où la finance prend une place importante, la valeur monétaire capital, loin de refléter la valeur des biens‑capitaux sous‑jacents, devient l’estimation présente du pouvoir de marchandages futurs. En conséquence, toutes les restrictions monopolistiques dues aux brevets, contrôles des marchés, etc., sont capitalisées positivement en unités de compte. Veblen peut ainsi écrire : « ces faits doivent persuader tout observateur que la valeur de la monnaie a une force institutionnelle dans les opinions des hommes d’affaires » 20. La monnaie est ainsi le moyen par lequel s’exerce le pouvoir, ce qui n’a rien à voir avec la circulation des utilités sociales.

14Les crises constituent certes des moments particuliers où s’effondrent les régimes particuliers d’illusion, mais l’illusion demeure la donnée structurelle du fonctionnement socio‑économique : le concept central de l’économie est la routine. De ce point de vue, l’édifice du crédit moderne, fortifié par la banque centrale des États‑Unis (le Système de la Réserve fédérale), est affaire de « confiance », c’est‑à‑dire de l’exploitation de la crédulité et des routines des agents économiques :

  • 21 Veblen 1923, p. 383.

La fabrique du crédit et de la capitalisation est essentiellement une fabrique de production de croyance fondée sur la crédulité routinière de la communauté financière en général. Par conséquent, ceci n’est déterminé que par une préservation continue de la crédulité prévalente dans un état de force non diminué et élastique, ce qui exige une vigilance éternelle de la part de ses gardiens. 21

  • 22 Veblen 1923, p. 371‑372.

15De tels propos sont encore d’une acuité et d’une pertinence remarquable, près d’un siècle après leur rédaction. L’édifice du crédit, même renforcé par le Système de la Réserve fédérale, demeure instable. Veblen va jusqu’à anticiper notre présent : « Pourvu que le niveau des prix continue d’avancer à un taux raisonnable, un taux tempéré ne heurtera pas grandement la crédulité populaire (...) et les saints principes financiers » 22.

  • 23 Mitchell 1922, p. 23.
  • 24 Veblen 1923, p. 328‑329 et (...)
  • 25 Veblen 1923, p. 183.
  • 26 Dyer 1997, p. 49‑50.
  • 27 Cette expression est une traduction du titre d’un ouvrage, The (...)

16Le monde des valeurs monétaires de l’ère moderne se fonde donc sur une illusion instituée. Ici se profile une différence entre Veblen, Wesley C. Mitchell 23 et Commons (1925), autres grands institutionnalistes américains qui lui sont contemporains. Tandis que ces deux économistes estiment que la banque centrale peut être un outil efficace pour la régulation du capitalisme et le bien être social, Veblen persiste à penser que ce dispositif tend essentiellement à instituer des profits de rareté par une limitation permanente de la croissance 24. La banque centrale ne viserait, de ce point de vue, qu’à assurer une redistribution de richesses au profit des « intérêts établis » grâce à l’exploitation de l’illusion monétaire. C’est pourquoi Veblen souhaite l’abolition du capitalisme ou « système des prix » qui subordonne l’efficacité technique aux jeux « cérémoniels » des institutions existantes faisant, perversion ultime de notre temps, que les « valeurs monétaires sont la réalité ultime des choses » 25. L’œuvre de Veblen peut ainsi être comprise comme une dénonciation particulière de l’absurdité d’une culture 26, qui prend pour finalité ce qui n’aurait dû rester qu’un simple moyen d’assurer « la subsistance de l’homme » (pour reprendre la belle expression de Karl Polanyi 27).

2. De la bonne garde des intérêts établis

2. 1. Le capital entre actifs tangibles et intangibles

17Veblen ne définit pas, comme le font souvent les économistes, le capital comme un bien servant à produire d’autres biens. Ce sens précis s’applique aux « biens de production ». En fait, la théorie doit prendre en compte la réalité capitaliste contemporaine où, d’emblée, le capital a un sens en termes de « valeur monétaire » : on ne peut confondre les mots (le capital financier) et les choses (les moyens de production). Une bonne théorie du capital doit ainsi rendre compte d’un état spécifique du développement social, singulièrement celui de l’ère financière. En ce sens, cette historicisation du concept de capital n’est pas loin de la méthode marxienne.

  • 28 Veblen (1971) utilise donc ce syntagme dont il est bien consci (...)

18Veblen commence sa réflexion par une enquête historique et note que, à l’ère « sauvage », l’équipement matériel n’a pas beaucoup d’importance relativement à l’ensemble des connaissances nécessaires au déroulement du processus de production que sont les « actifs intangibles » 28. Ceux‑ci sont communément et égalitairement répandus dans la société alors que l’accès aux « actifs tangibles » est aisé. Il souligne que l’ère « artisanale », quand s’impose la propriété privée, a peu de conséquences importantes sur le mode d’accumulation du capital. Tout change avec l’apparition du machinisme. Dans le cadre de la propriété privée, il se produit alors une inégalité de l’accès aux actifs tangibles. De plus en plus, ces actifs incorporent « l’efficacité technologique courante de la communauté ». La rareté de l’accès aux actifs tangibles balaye donc l’idée selon laquelle l’égalité des droits et l’égalité des chances seraient synonymes (Veblen 1904).

19Or, à la fin du xixe siècle, la vivacité du progrès technique et une syndicalisation croissante de la force de travail entretiennent en effet un climat déflationniste. Pour survivre, le capitalisme doit devenir prédateur dans un sens différent de celui de Marx. L’« entreprise d’affaires » est ce type nouveau de firme qui assure la pérennité du capitalisme en mobilisant intensivement les actifs intangibles, lesquels ne se réduisent plus exclusivement à un état des connaissances socialement mobilisables. Ces actifs désignent aussi, maintenant, toutes sortes de « réalités immatérielles » qui, grâce à la magie du droit, créent de la valeur marchande en réduisant ou en amoindrissant le rythme de la production : fonds de commerce, concessions, privilèges, franchises, droits de reproduction, marques et brevets. Les dissertations actuelles sur la force des logos renvoient à l’importance que Veblen accorde déjà aux « réputations » issues de la propagande publicitaire. Le « goodwill », que Veblen définit comme de « l’illusion accumulée et de la commercialisation vendable », fait dorénavant partie des actifs intangibles. C’est dans ce cadre que s’effectuent les grandes manœuvres de concentration capitaliste rehaussant une profitabilité bien menacée dans les années 1880. La création de raretés est donc le secret de ce nouveau régime du capitalisme.

  • 29 Veblen 1971.
  • 30 Aron dans son introduction de l’ouvrage de Veblen (Aron 1970, (...)
  • 31 Reich 1991, p. 218.

20C’est pourquoi Veblen compare l’actif intangible, sous sa forme moderne, à une forme de sabotage, car de pures fictions juridiques permettent des transferts de richesses par un jeu sur les droits de propriété, et non par la mise en œuvre de créations nettes de richesses. L’actif intangible, de plus en plus important par rapport à l’actif tangible, implique ainsi une capacité de marchandage anticipée, fondée sur l’institution d’un « droit d’abus de négligence et de non‑emploi » 29. Il s’agit donc de créer quelque chose à partir de rien. Aron, dans son introduction à la Théorie de la classe de loisir, souligne avec raison que, « quand la production est rationalisée par la science, [une minorité a] de mutiples occasions (...) de faire fortune sans contribuer à la fortune collective » 30. Les « manipulateurs de symboles » 31 de notre mondialisation contemporaine, cette petite fraction de la population qui manie avec dextérité ces « images du capital », sont encore mieux à même de pratiquer ce genre de rapt à une époque où les réseaux télématiques permettent une veille continue de tous les aspects de la vie.

21Dans ce nouveau système, la capitalisation des firmes cotées en bourse mesure des avantages relativement à d’autres firmes, et non une forme absolue de la richesse sociale. En tant que « représentation » de la richesse capitaliste, l’on est donc bien fondé à dire que l’actif intangible est une « image » même du capital moderne, même s’il y aurait beaucoup à dire sur la signification de cette forme de la richesse. Il est clair que des formes institutionnalisées de gaspillage et la « capitalisation des désutilités » (selon le terme même de Veblen) sont encore des moteurs du capitalisme contemporain.

22Certes Veblen est très unilatéral en affirmant trop souvent que la prolifération des actifs intangibles ne fait que redistribuer la richesse, car la création de ces actifs participe de ce que le capitalisme a de plus profond dans son instrumentalisation du désir humain et engendre un type de croissance économique indéniable. Néanmoins, il n’a pas tort de souligner que les actifs intangibles participent de la formation de bulles spéculatives qui contribuent aux crises périodiques. Entre ces moments récurrents de liquidation globale, la finance joue un rôle essentiel pour assurer l’accès aux actifs tangibles et intangibles sur des échelles sans cesse croissantes. Or la mobilisation de cette finance implique fréquemment une élévation du coût d’usage du capital. Ne soyons pas aveuglés par le fait que le « prix de l’argent » sur les marchés soit parfois peu élevé : ce qui est pertinent, pour la présente analyse, c’est ce que le capital doit rendre, bien au‑delà des frais financiers immédiats. Veblen observe ainsi qu’il n’y a nulle surprise, comme de nos jours, à ce que les montages financiers douteux se multiplient chroniquement et que les survalorisations boursières deviennent la règle. La stabilité supposée de la valeur monétaire des contrats est au cœur de la pérennité du système, ce qui renvoie à une autre facette de la croissance institutionnelle : la naissance de la banque centrale moderne.

2. 2. La banque centrale, gardienne éclairée des « intérêts établis »

23La constitution du Système de la Réserve fédérale en 1913 inaugure l’ère d’une véritable politique monétaire. L’interprétation qu’en donne Veblen est de deux ordres. D’abord, il convient de replacer la naissance de cette institution dans la tendance plus générale au développement des monopoles qui ont pour finalité d’endiguer les tendances déflationnistes. Il remarque, ensuite, que ce dispositif va bien au‑delà de la conjuration des effets de la cut‑throat competition : il s’agit de promouvoir la manipulation de l’illusion comme principe de la défense des intérêts établis. Ce n’est pas un hasard si, après 1920, ce n’est plus la déflation qui est le danger majeur mais l’inflation.

  • 32 Veblen 1923, p. 178‑179, f (...)
  • 33 Veblen 1923, p. 350.
  • 34 Veblen 1923, p. 353.

24La concentration du capital se substitue en effet aux crises déflationnistes précédentes. Il n’en reste pas moins que le recours croissant à la dette rend urgentes des procédures monétaires et financières de régulation. La récession de 1919 est ainsi provoquée par la banque centrale. Mais Veblen estime que la politique de la banque centrale ne fait que contrecarrer les effets positifs du progrès technique industriel, nous conduisant à une stagnation inflationniste sous contrôle. Un plan concerté de centralisation de crédit rend possible l’indépendance du système monétaire relativement au rythme de l’extraction de l’or 32. La banque n’est ainsi plus un secteur concurrentiel, sauf peut‑être pour ce qui est de son rapport avec les couches dominées 33. Une routine apparaît dans l’allocation des ressources : le gouvernement absentéiste des affaires ressemble à une administration fiscale sous la supervision des « Gardiens du Crédit », maîtres d’œuvre du « sabotage éclairé du crédit » 34.

  • 35 Veblen 1923, p. 328.

25La tendance séculaire est donc celle d’une inflation modérée eu égard aux exigences des affaires, ce que l’histoire économique confirmera pleinement. L’efficacité du Système de la Réserve fédérale tiendrait en ce qu’il incarne un « collectif du capital » en vertu de la pratique de la mise en commun des actifs et des engagements. Ce pooling permet une collaboration entre les grands débiteurs et les créanciers de manière à éviter les crises destructrices 35. La politique monétaire est bien l’indice que la classe dominante prend conscience d’elle‑même ; la banque centrale des États‑Unis devient un pièce maîtresse du « grand syndicat des intérêts établis ».

  • 36 Veblen 1923, p. 329.

26Veblen ne nie néanmoins pas la nécessité de liquidations, parfois sévères, mais à condition que les parties importantes de la communauté financière aboutissent à un consensus 36. Mieux valent en effet de légères liquidations de la dette qui, par le biais des politiques « avisées » de réescompte, affecteront plus l’industrie que la finance. Autrement dit, il s’agit d’institutionnaliser des profits de rareté en limitant la croissance par la politique monétaire, comme cela a déjà été évoqué. Afin d’établir ce constat, Veblen observe que prix et capitalisation sont gardés intacts au prix du sous‑emploi du travail et du capital. Les politiques de « stabilisation monétaire » impliquent ceci :

  • 37 Veblen 1923, p. 329.

Des participants mineurs aux affaires industrielles (...) seront rationnés relativement à l’extension de crédit qui leur était nécessaire, selon le plan visant la stabilité du niveau des prix et de l’exceptionnelle capitalisation 37.

  • 38 Veblen va même jusqu’à parler d’un « rationnement systématique (...)
  • 39 Il s’agit en fait de la « fabrique de production de croyances (...)

27Dans wcette perspective, la politique monétaire a pour fonction principale de faire reporter une partie du poids de la régulation de la dette sur la fraction dominée des intérêts dominants. Autrement dit, les outsiders (petits hommes d’affaires encore proches de l’industrie), potentiellement menaçants, sont assignés à leur place subordonnée. La politique monétaire ne frappe donc pas seulement le bien‑être de la couche dominée, mais bloque également les aspirations de la fraction dominée des intérêts dominants 38. On comprend dès lors l’importance pour Veblen de « la fabrique du crédit de la capitalisation » 39 : la Réserve fédérale est la gardienne de la sainte confiance et les banquiers centraux sont les « gardiens du crédit ». Nourrir et entretenir l’illusion, voilà la tâche de ces gardiens qui tentent d’administrer une inflation permettant le grand jeu de la dette.

  • 40 Veblen 1923, p. 352, fn 13.

28L’institution monétaire moderne est donc un dispositif où les intérêts de la finance, grâce au « sabotage éclairé du crédit », prennent le pas sur les intérêts industriels. Dans ce monde des faux‑semblants, du make believe, qui anticipe le monde post‑moderne des simulacres à la Philip K. Dick, l’important est que se reproduise en douceur un système de domination (politique) et d’exploitation (économique). La banque centrale, créée en vertu d’un « act of business like congress » 40, ne peut pas donc pas être « indépendante », sauf à être engluée dans un pur juridisme. Dans ce monde de la finance dont la banque centrale n’est qu’une strate, un même réseau d’individus s’accordent sur leurs intérêts essentiels et partagent fondamentalement les mêmes représentations du monde. Certes Veblen va jusqu’à écrire que l’État ne serait que le « soviet » des affaires. Or cette affirmation est fort discutable puisqu’elle néglige le fait que l’État reflète plutôt cette totalité contradictoire qu’est une société complexe. Néanmoins, ceci n’affecte pas pour autant l’intérêt de l’analyse de Veblen.

3. Relire Veblen à la lumière de Keynes

29Pour penser aujourd’hui le système prédateur, il est nécessaire d’intégrer les acquis de la révolution keynésienne, même si certains ont cru qu’elle s’était dissoute dans le cours de la « mondialisation heureuse ». L’effondrement de 2008, qui est aussi une crise de l’économie néolibérale (Maucourant 2014), nous conduit à oser une synthèse entre Veblen et Keynes, ces deux grands hérésiarques de la science économique.

3. 1. Les illusions nécessaires de l’économie monétaire

  • 41 En revanche, un autre institutionnaliste américain, John R. (...)

30La conception de Veblen selon laquelle la monnaie est devenue un pur moyen de subordination de l’industrie au profit des affaires est insuffisante et justifie l’inclusion des apports de Keynes, penseur primordial de l’incertitude comme facteur essentiel de la structuration des économies décentralisées 41. Pourtant, les historiens de la pensée économique pourraient a priori s’étonner de l’intérêt d’une telle synthèse entre Keynes et Veblen : Keynes raisonne à l’intérieur d’un cadre institutionnel et ne traite pas de la même façon que Veblen le rôle des actifs intangibles dans le capitalisme financier. C’est pourquoi il est possible de soutenir, dans une veine néo‑véblénienne, que :

  • 42 Gambs 1947, p. 6‑7.

la contribution majeure de Keynes consistait en ce qu’il avait mis au point une formule par laquelle les économistes contemporains pourraient conserver intacte la plupart de leurs doctrines et de leurs prérequis, après des années de négligence du cycle des affaires ; ils peuvent aussi garder la face en étudiant maintenant les phénomènes longtemps niés du chômage involontaire 42.

  • 43 Gruchy 1958, p. 18.
  • 44 Gruchy 1958, p. 19.

31Ainsi des néo‑vébléniens d’après‑guerre comme Gambs ou Gruchy souhaitent des planifications indicatives, des formes d’« économie concertée », de façon à agir sur toutes les structures de l’économie 43, ce qui est très éloigné des préoccupations de Keynes. Gruchy affirme dès lors que la « manipulation » de l’économie par le gouvernement dans les années 1950 est « old-fashioned » 44. L’adoption d’un système libérant le progrès technique pour le mettre au service de la société ne peut pas se réaliser, selon cette perspective, dans le cadre des actuelles institutions financières et monétaires. Avec le recul du temps, il est évident que la thèse néo‑véblénienne est solide, car nous ne pouvons ignorer, singulièrement depuis 2008, le coût social exorbitant d’un traitement purement kéynésien des crises majeures. Sans changement structurel, en effet, le prix de la régulation des errements du capitalisme sera payé par les proies habituelles de ce système prédateur.

  • 45 Gruchy 1958, p. 226.
  • 46 Vining 1939, p. 695‑696.
  • 47 Selon la lecture que nous reprenons ici de Rutledge Vining, vo (...)

32Partons ainsi de l’hypothèse suivante, commune à Keynes et Veblen : « la production est gouvernée non par les échanges réels mais par l’institution de la monnaie » 45. Cette dernière rompt avec la tradition orthodoxe, établie par les physiocrates Adam Smith et David Ricardo, suivant laquelle l’économie de troc n’est pas le locus comprehendi de la réalité capitaliste. Notons aussi la proximité des conceptions keynésienne et véblénienne du taux d’intérêt 46. Pour Veblen en effet, la rédaction des contrats se fait en unités monétaires et il n’y a pas de rapports a priori entre cette réalité aliénée du monde des affaires et la réalité fondamentale de nos existences : l’intérêt est une « taxe sur les affaires » perçue par les institutions financières. De facto pour Veblen : « la demande de monnaie est une demande de monnaie et l’offre de monnaie est l’offre de monnaie, rien de plus » 47.

33Ces réflexions anticipent clairement celles de Keynes. C’est pourquoi la conclusion de Veblen sur la « stabilité métaphysique de l’unité de compte » est si proche de « l’illusion monétaire » de Keynes. Ces deux auteurs accordent une importance remarquable à l’habitude dans la vie sociale, ce qui les distingue de l’approche dominante en économie et constitue par ailleurs un moyen de comprendre certains mécanismes prédateurs. Or, l’habitude, antithétique de la vigilance, est ainsi ce qui laisse prise à divers mécanismes prédateurs. Elle est également une illusion nécessaire propre à la vie moderne : le cerveau humain a une maîtrise très limitée de la complexité croissante résultant des interactions sociales. Les moyens nécessaires à une décision purement rationnelle n’existent donc pas. Il est alors possible de renverser le point de vue traditionnel et de s’interroger sur les plaintes récurrentes des économistes de l’école dominante sur « l’imperfection » des marchés réels, sur le fait que nous sommes toujours trop éloignés de l’idéal du marché autorégulateur, l’idéal d’un de leurs maîtres majeurs, Léon Walras :

  • 48 Hodgson 1989, p. 118.

Les prétendues “imperfections” aident à imposer cohérence et ordre dans le système de marché. Les marchés fonctionnent de façon cohérente du fait des rigidités institutionnelles et des “imperfections”, et non en dépit d’elles comme les théoriciens néoclassiques le supposent 48.

34Précisons ainsi ce socle hétérodoxe. Dans le chapitre 7 de la Théorie Générale (1982), Keynes soutient que la stabilité des salaires monétaires (une propriété de l’illusion) permet le maintien de la demande effective et que la célèbre convention financière, analysée au chapitre 12, explique le niveau des cours de bourse selon des mécanismes bien différents de l’évaluation rationnelle des actifs. Souvenons‑nous que Veblen montre que la possibilité même de la dévalorisation de la dette est une condition de la poursuite des affaires dans le capitalisme financier. Dans un tel cadre, il est essentiel que les agents débiteurs croient à la continuation de ce processus, alors que l’inévitable chute subséquente du niveau général des prix les appauvrira en termes réels ou les dépossédera après la faillite. Les organisations financières sont donc de première importance dans ce processus du « make believe » puisqu’elles sont chargées d’appliquer des règles qui permettent aux illusions fondées sur le crédit de prospérer. Chez les deux auteurs, la perpétuation du capitalisme implique donc une confiance (problématique) dans la valeur monétaire des contrats. D’où l’équilibre intrinsèquement instable de la « fabrique générale de crédit », pour reprendre le mot de Veblen. Le monde illusoire du capitalisme financier permet aux acteurs majeurs – le cœur des « intérêts établis » – de reproduire leurs positions éminentes en jouant avec finesse sur les leviers de la grande machine du système prédateur.

3. 2. Parties mortes et parties vives de l’héritage de Veblen

  • 49 Veblen 1923, p. 329, fn. 2

35Même si Veblen critique le capitalisme plus radicalement que Keynes, certains instruments théoriques de Veblen s’inscrivent dans une orthodoxie assez stricte de l’analyse économique. En témoigne son adhésion, parfois, à un quantitativisme assez mécanique et, surtout, à la loi de Say : comme cet économiste français, il estime que l’épargne est automatiquement investie et que, en dernière instance, l’offre finit toujours par produire sa propre demande. Ainsi, quand il étudie les conséquences de la concurrence, il remarque que les fusions d’entreprises se font sous le contrôle de capitalistes toujours plus fortunés. Il affirme alors que les revenus non consommés sont investis effectivement, l’abondance des moyens de production accumulés tirant les prix à la baisse. Veblen, qui est essentiellement un penseur de l’offre, n’estime donc pas la demande insuffisante (Veblen 1892) et affirme que les crises et dépressions longues n’affectent pas vraiment le potentiel de production. Selon lui, ce n’est pas une insuffisance de la demande qui affecte ce potentiel, mais le monopolisme. Il va jusqu’à regretter que les capacités régulatrices du Système de la Réserve fédérale empêchent le retour à une baisse prolongée des prix, synonyme de bien‑être 49 !

  • 50 Selon l’expression de Jean de Largentage, dans son introductio (...)

36En conséquence, Veblen se situe aux antipodes de la « loi de Keynes » 50 que toute l’histoire de l’économie capitaliste de crédit, et notamment la récente Grande Récession, confirme : consommer moins n’est pas épargner plus. C’est ici le constat d’une part morte de l’héritage véblénien qu’il faut faire et oublier les assertions de Veblen selon lesquelles l’impact des dépenses publiques ne peut s’apprécier qu’en termes d’apparence financière. Veblen le radical n’est ainsi pas allé jusqu’au bout de sa révolution théorique en ne cessant de se soumettre toujours à l’esprit de Say. Néanmoins, liquider les parts mortes de l’œuvre de Veblen offre l’occasion de mieux mettre en lumière ses parts vives, en particulier en termes d’analyse institutionnelle. Cette dernière peut être synthétisée en trois affirmations.

37D’abord, pour le meilleur, mais également pour le pire, les institutions normalisent, selon Veblen, les comportements, assurent de la prévisibilité. Contre le modèle mécaniste des interactions, il faut penser la place des institutions dans la socialisation. Les institutions ne sont rien d’autre que des schémas mentaux ayant acquis une inertie remarquable au cours de l’évolution sociale. Ces rigidités doivent également être comprises comme une condition du savoir scientifique. En effet, si l’action humaine était totalement indéterminée, la science serait assurément impossible. Soulignons donc l’ambivalence de l’institution : être tout à la fois ce qui permet le savoir et ce par quoi la société peut exister. Ensuite, il faut repenser les phénomènes que l’école dominante a appréhendés en termes d’« équilibre » : il existe plutôt des configurations stables d’un réseau d’institutions prises dans le jeu de l’évolution. Les systèmes socio‑économiques sont des entités fondamentalement métastables ; seule la lenteur de l’évolution de certaines variables institutionnelles autorise les raisonnements évoqués. Enfin, il n’y a pas lieu d’opposer une économie réelle à une économie monétaire. En effet, les usages monétaires, que l’on doit considérer comme des institutions, sont au fondement même de l’économique. Tout activité économique repose sur la création, la circulation et la destruction de dettes. L’échange pur des économistes est une fiction théorique dangereuse et l’occultation de la dimension anthropologique de la dette n’est rien moins que l’occultation d’un pouvoir social. L’économie a toujours été une économie de la dette, le changement qui caractérise la modernité résidant alors dans l’extrême négociabilité des dettes et dans l’articulation inédite entre les impératifs productifs et certaines formes de ces dettes.

Conclusion – La persistance de l’économie du gaspillage

  • 51 Aron, dans son introduction à l’ouvrage de Veblen (Aron 1970, p. x (...)
  • 52 Cette notion renvoie aussi à la forme et aux besoins créés par la (...)

38Les analyses de Veblen peuvent nourrir la critique sociale en général. Aron souligne ainsi avec justesse que, lorsque « le dirigeant ne se confond plus avec le propriétaire et que le niveau de vie de l’ouvrier augmente » 51, la vision marxienne fondée sur l’exploitation du travail doit décliner au profit de la dénonciation par Veblen de la spéculation, des sabotages capitalistes et de la publicité. L’évolution des dernières décennies le confirme : le rejet du capitalisme tient plus à l’orientation du développement économique et de ses modalités qu’au principe de subordination du travail au capital. Quant à la critique des institutions économiques, nous avons mis l’accent dans cette contribution sur la question monétaire et le rôle de la banque centrale. Cette dernière, médiation essentielle entre le politique et l’économie, redistribue richesses et pouvoir de façon à perpétuer l’accumulation capitaliste en dépit d’un coût social croissant. Cette redistribution repose essentiellement sur une utilisation intelligente des « illusions nécessaires » au fonctionnement d’une société monétarisée et complexe. La politique monétaire mise en œuvre au cœur des intérêts établis par les « gardiens éclairés du crédit » marque, comme nous l’avons vu, le triomphe de l’économie du gaspillage 52. En ce sens, les analyses keynésiennes, par ailleurs éclairantes, ne rendent pas compte de cet aspect systémique. Veblen devient ainsi une source d’inspiration capable de dépasser la crise de la pensée économique qui a suivi la crise économique de 2008.

  • 53 Veblen 1923, p. 390.

39Le coût du gaspillage peut‑il rencontrer une force sociale redéfinissant les tendances spontanées du capitalisme ou visant à l’abolir ? Même si le dépassement du « système des prix » demeure nécessaire pour Veblen, cette éventualité paraît peu probable. Les représentations de la classe dominante sont en effet très largement partagées par les fractions dominantes des couches dominées. Veblen estime qu’une partie de la classe ouvrière, aussi syndiquée que qualifiée, s’est instituée comme « quasi intérêt établi », à la différence de la masse de la classe ouvrière. Il dénonce le fait que, dans les années 1920, les syndicats sont imprégnés de principes capitalistes et acceptent, pour la part de la classe ouvrière qu’ils ne représentent pas, une contrainte du capitalisme financier : « le profit d’équilibre implique le chômage d’équilibre » 53. L’underlying population dont Veblen fait grand cas dans son ouvrage de 1904 est donc, comme il le reconnaît en 1923, profondément clivée.

  • 54 Selon eux, l’urgence est de ne rien faire (ou presque) car le meil (...)

40Dans ces conditions, il y a peu de chance qu’émerge une conscience de classe chez les producteurs, classe qui regroupe selon lui ouvriers, techniciens et ingénieurs. Nous sommes loin des illusions de la téléologie marxiste : le « sens de l’histoire » a disparu. Dans la mesure où les institutions sont à même de transformer en profondeur ce complexe évolutif qu’est la « nature humaine », la dynamique du capitalisme ou le « progrès des forces productives » (vanté par les « optimistes » que sont les libéraux ou les marxistes 54) ne dit rien d’un monde meilleur mais peut‑être tout de capacités accrues à faire le pire. Plus généralement, la classe industrielle est divisée face à la classe financière : nombre d’éléments de la première classe sont de plus en plus imprégnés par l’ethos prédateur de la seconde. Il devient bien difficile d’espérer un changement radical quand les masses en viennent à contempler servilement les hiérarchies établies et à devenir des observatrices attentives de ces petites différences qui sont aux fondements de la consommation capitaliste aliénante.

41Les pensées critiques sont donc démunies face à la marche vers l’insignifiance et la catastrophe : l’ethos prédateur des classes dominantes, qu’incarne le monde de la finance et qui imprègne progressivement toute la société, valorise la concurrence au détriment de la coopération, avant d’exciter le nationalisme. La clivage irrémédiable de la classe dominée et la puissance des hiérarchies n’ont ainsi jamais cessé de s’affirmer dans les guerres de toutes sortes au xxème siècle. Toutes les formes existantes du capitalisme contemporain sont encore en puissance, voire en acte, dans cet état (Maucourant 2013). Il est évident que le retour du surnaturel dans nombre de consciences de notre société mondiale aggrave dangereusement les choses : l’aliénation religieuse n’est pas la moins inquiétante de toutes, car elle est un moyen efficace de consolider des hiérarchies aussi contestables que contestées et de faire de la servitude un objet de désir.

Bibliographie

Achcar Gilbert, 2013, Le peuple veut – une exploration radicale du printemps arabe, Arles, Actes Sud.

Anderson Karl L., 1933, « The Unity of Veblen’s Theoritical System », The Quarterly Journal of Economics 47, p. 598‑626.

Aron Raymond, 1970, « Avez‑vous lu Veblen ? », dans Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisirs, Paris, Gallimard.

Bowles Samuel, Gordon David M., Weisskpof Thomas E., 1983, L’économie du gaspillage - La crise américaine et les politiques reaganniennes, Paris, La Découverte.

Brette Olivier, 2004, « Thorstein Veblen’s theory of institutional change: beyond technological determinism », European Journal of the History of Economic Thought 10/3, p. 455–477.

- 2005, « Connaissances technologiques, institutions et droits de propriété dans la pensée de Thorstein Veblen », Cahiers d’économie politique 48, p. 111‑143.

Commons John R., 1925, « The stabilization of prices and business », American Economic Review 15, p. 43‑62.

Dyer Alan D., 1997, « Prelude to a theory of homo absurdus: variations on themes from Thorstein Veblen and Jean Baudrillard », Cambridge Journal of Economics 21, p. 45‑53.

Eatwell John et Robinson Joan, 1979, L’économique moderne, Paris, Mc Graw Hill.

Gambs John S., 1946, Beyond Supply and Demand: A Reappraisal of Institutional Economics, New York, Columbia University Press.

Gambs John S., 1952, Man, money and goods, New York, Columbia University Press.

Gruchy Allan. G., 1947 [rééd. 1967], Modern Economic Thought: The American Contribution, New York, Augustus M. Kelley.

- 1958, « The Influence of Veblen on Mid‑Century Institutionalism », American Economic Review 48/2, p. 11‑20.

Hodgson Geoff, 1989, « Post-Keynesianism and Institutionalism: The Missing Link », in John Pheby (éd.), New Directions in Post-Keynesian Economics, Aldershot, Edward Elgar, p. 94‑123.

Homan Paul T., 1933, Essai sur la pensée économique contemporaine des Anglo‑Américains, Paris, Sirey.

Keynes John M., 1982, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie, Paris, Payot.

Khan Rabat H., 1973, Introduction à la sociologie de Thorstein Veblen, Thèse de sociologie politique, Paris.

Loty Laurent, 2011, « L’optimisme contre l’utopie. Une lutte idéologique et sémantique », Europe 985, p. 85‑102.

Maucourant Jérôme, 2001, « L’institutionnalisme de Commons et la monnaie », Cahiers d’économie politique 40‑41, p. 253‑284.

- 2005, « Le Capital comme volonté et comme représentation (lectures de Polanyi et de Veblen) », Rue Descartes 3/49, p. 20‑30.

- 2013, « Un retour des capitalismes politiques ? », Économies et sociétés, série Histoire de la pensée économique 48, p. 995‑1017.

- 2014, « La pensée économique à l’épreuve de la crise de 2008 », in Jean‑Pierre Potier (éd.), Les marmites de l’histoire - Mélanges en hommage à Pierre Dockès, Paris, Classiques Garnier, p. 465‑492.

Mitchell Wesley C., 1922, « The crisis of 1920 and the problem of controlling business cycles », American Economic Review 12/1, p. 20‑32.

Monteil Vincent, 1997, « Préface », in Ibn Khaldûn, Discours sur l’histoire universelle, Arles, Acte Sud.

Parker Foster Gladys et Ranson Baldwin, 1987, « Thorstein Veblen on money and production », Économies et sociétés, série Monnaie et production 9, p. 221‑228.

Parsons Talcott, 1935, « Sociological Elements in Economic Thought », Quaterly Journal of Economics 49/3, p. 414‑453.

Polanyi Karl, 2008, Essais de Karl Polanyi, Paris, Le Seuil.

Reich Robert B., 1991 [trad. 1993], L’économie mondialisée [The Work of Nations: preparing ourselves for 21st-century capitalism], Paris, Dunod.

Veblen Thorstein, 1892, « The Overproduction Fallacy », The Quarterly Journal of Economics 6/4, p. 484‑492.

- 1898, « Why is Economics not an Evolutionnary Science », The Quarterly Journal of Economics 12/4, p. 373‑397.

-1899a [rééd. 1970], Théorie de la Classe de loisir, Paris, Gallimard.

-1899b, « The Preconception of Economic Science I », The Quarterly Journal of Economics 13/1, p. 121‑149.

-1904 [rééd. 1927], The Theory of Business Enterprise, New York, C. Scribner’s sons.

- 1909, « Fisher’s rate of interest », Political Science Quarterly 24/2, p. 296‑303.

- 1914 [rééd. 1922], The Instinct of Workmanship, New York, B. W. Huebsch.

- 1919a, The Place of Science in Modern Civilisation and Other Essays, New York, Viking Press.

- 1919b, The Vested Interests and the Common Man, New York, B. W. Huebsch.

- 1923, Absentee Ownership and Business Enterprise in Recent Case: The Case of America, Londres, Allen & Unwin.

- 1923 [rééd. 1971], Les ingénieurs et le capitalisme, Paris, Gamma‑Gordon & Breach.

Vining Rutledge, 1939, « Suggestion of Keynes in the writings of Veblen », Journal of Political Economy 47, p. 692‑714.

Notes

2 Veblen 1919b, p. 28.

3 Achcar, à l’intérieur de la problématique marxiste, revisite de façon stimulante cette idée de Weber en se servant d’un autre syntagme qu’on trouve chez cet auteur : « capitalisme politiquement déterminé » (Achcar 2013, p. 92‑95). C’est ce système que les révoltes arabes ont défié.

4 Certains développements de ce texte sont inspirés de Maucourant (2005). Les citations de Veblen sont traduites par nos soins, sauf s’il existe des traductions françaises de l’œuvre (voir références). Je remercie Bernard Drevon et Olivier Brette de leur lecture de la première version de ce texte.

5 Pour le monde francophone, voir néanmoins le travail de la société savante des Amis de Thorstein Veblen (http://thorstein.veblen.free.fr/).

6 Il existe une dimension essentielle de la réflexion de Veblen, relative à la connaissance et à la technique. Elle n’est pas développée ici mais l’on peut se référer à Brette (2005).

7 Veblen 1914, p. 4 et 38, cité par Gruchy 1947, p. 60, et Aron 1970, p. xxxiii.

8 Veblen 1898, p. 389‑390, cité par Homan 1933, p. 92‑93.

9 Dont la nature même est l’évolution perpétuelle (Anderson 1933, p. 602).

10 Veblen 1899a, p. 126.

11 Homan 1933, p. 103‑106.

12 Veblen 1899a, p. 124.

13 Veblen 1914, p. 25, cité par Gambs 1952, p. 164.

14 Veblen 1899b, p. 121.

15 Brette 2003, p. 457.

16 Veblen 1898, p. 255.

17 Veblen (1919a) cité par Eatwell et Robinson (1979, p. 58‑59) qui qualifient notre auteur de « populiste », terme qui n’est pas a priori péjoratif dans le registre sémantique anglo‑saxon.

18 Veben 1898, p. 382‑383.

19 Dans une veine post‑keynésienne, nous dirions que la réalité économique s’appréhende en bonne partie comme du nominal déflaté par des indices : les phénomènes économiques sont pour une bonne part une construction institutionnelle.

20 Veben 1898, p. 382‑383.

21 Veblen 1923, p. 383.

22 Veblen 1923, p. 371‑372.

23 Mitchell 1922, p. 23.

24 Veblen 1923, p. 328‑329 et p. 383‑384.

25 Veblen 1923, p. 183.

26 Dyer 1997, p. 49‑50.

27 Cette expression est une traduction du titre d’un ouvrage, The Livelihood of Man, évoqué par Polany (2008, p. 51).

28 Veblen (1971) utilise donc ce syntagme dont il est bien conscient du caractère équivoque : cette facilité de langage ne doit pas nous faire oublier qu’il n’existe rien de tel qu’un « capital » ou des « actifs » qu’il faudrait comprendre de façon transhistorique. Il conviendrait plutôt d’évoquer le stock de connaissances techniques dont dispose la société.

29 Veblen 1971.

30 Aron dans son introduction de l’ouvrage de Veblen (Aron 1970, p. xl).

31 Reich 1991, p. 218.

32 Veblen 1923, p. 178‑179, fn 5.

33 Veblen 1923, p. 350.

34 Veblen 1923, p. 353.

35 Veblen 1923, p. 328.

36 Veblen 1923, p. 329.

37 Veblen 1923, p. 329.

38 Veblen va même jusqu’à parler d’un « rationnement systématique des autorisations de crédit » effectué par la banque centrale, véritable « gardienne de la solvabilité » (Veblen 1923, p. 329).

39 Il s’agit en fait de la « fabrique de production de croyances fondées sur la crédulité routinière de la communauté financière en général » (Veblen 1923, p. 383).

40 Veblen 1923, p. 352, fn 13.

41 En revanche, un autre institutionnaliste américain, John R. Commons, a tenté au même moment que Keynes, de penser un fait essentiel de l’économie de crédit : l’avenir, par l’entremise de la monnaie, détermine la réalité présente (Maucourant 2001).

42 Gambs 1947, p. 6‑7.

43 Gruchy 1958, p. 18.

44 Gruchy 1958, p. 19.

45 Gruchy 1958, p. 226.

46 Vining 1939, p. 695‑696.

47 Selon la lecture que nous reprenons ici de Rutledge Vining, voir Vining 1939, p. 698.

48 Hodgson 1989, p. 118.

49 Veblen 1923, p. 329, fn. 2.

50 Selon l’expression de Jean de Largentage, dans son introduction à la traduction française de la Théorie Générale.

51 Aron, dans son introduction à l’ouvrage de Veblen (Aron 1970, p. xi). Le Marx penseur de l’aliénation est liquidé à bon compte tandis que l’importance de Marx dans la genèse des idées vébléniennes est également occultée.

52 Cette notion renvoie aussi à la forme et aux besoins créés par la dynamique du capitalisme, voir Bowles, Gordon et Weisskopf 1986.

53 Veblen 1923, p. 390.

54 Selon eux, l’urgence est de ne rien faire (ou presque) car le meilleur des mondes possible est advenu (ou presque, grâce à une supposée “science de l’histoire”). Voir Loty 2011.

Auteur

Délégué au CNRS 2015-2017 pour le laboratoire Histoire et Sources des Mondes Antiques (HISOMA), Maison de l'Orient et de la Méditerranée, Lyon.

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540