Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État, rente et prédation

 | 
Mohamad Salhab
, 
Jérôme Maucourant

Partie I. Histoire et méthodologie. L’actualité de Veblen

Valeur, marché et progrès dans la pensée de Thorstein Veblen

Olivier Brette

Résumé

L’article vise à identifier les principaux apports de l’œuvre de Thorstein Veblen à la théorie de la valeur économique. Veblen offre d’abord des éléments de critique puissants à l’encontre des deux principales traditions de pensée qui, depuis le milieu du xixe siècle, ont tenté de justifier la capacité du marché à fournir une mesure objective de la valeur économique, c’est‑à‑dire le paradigme marginaliste ou « néoclassique » et l’évolutionnisme libéral d’inspiration spencérienne. Ayant mis en évidence l’autonomie des valeurs marchandes et leur irréductibilité à d’autres régimes d’évaluation, Veblen jette les bases d’une théorie de la valeur sociale et du progrès socio‑économique dont les enjeux sont principalement de nature institutionnelle. En la matière, l’approche de Veblen annonce certaines thèses d’un autre économiste institutionnaliste majeur, Karl Polanyi. Au total, tant dans ses dimensions critiques que positives, l’œuvre de Veblen demeure stimulante pour repenser la question de la valeur et du progrès socio‑économiques.

The article aims at identifying and linking together Thorstein Veblen’s main insights into the theory of economic value. First of all, Veblen develops powerful arguments against the two main traditions of thought that have attempted to justify the ability of the market to provide an objective measure of economic value since the mid-nineteenth century, namely the marginalist or « neoclassical » paradigm and the liberal evolutionary thinking inspired by Herbert Spencer. Having put forward the autonomous and irreducible nature for the market values, Veblen lays the foundations of a theory of social value and socioeconomic progress, which mainly focuses on institutional issues. In that respect, Veblen’s approach prefigures some of the theories by another those other major institutionalist economist, such as Karl Polanyi. Ultimately, both through its positive and critical aspects, Veblen’s work still remains a valuable tool to rethink the issues of social value and socioeconomic progress. Taken together, both the critical and positive Veblen’s insights remain thought-provoking, in order to readdress the issues of socioeconomic value and progress.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article a été publié initialement dans European Journal of Economic and Social Systems, vol. 2 (...)

1L’article se propose d’identifier les principaux apports de l’œuvre de Thorstein Veblen à la théorie de la valeur économique 1. Au‑delà d’un intérêt strictement historique, il vise à nourrir le débat contemporain sur la « refondation de l’économie » à partir du concept de valeur (voir par exemple Orléan 2011 et Perrin 2011).

  • 2 Orléan 2011, p. 262.
  • 3 Le présent article tire parti de divers éléments de notre thèse de doctorat qui visait à élaborer (...)

2L’apport de Veblen à la pensée économique a souvent été réduit à sa théorie de la consommation ostentatoire et mimétique telle qu’elle est développée dans The Theory of the Leisure Class (Veblen 1899a). Sur cette base, Orléan (2011) présente la théorie véblénienne de la valeur comme une prise de distance intéressante, mais avortée, par rapport aux théories de la « valeur substance » fondées sur le travail ou l’utilité. Selon lui, Veblen en viendrait in fine à redéfinir la « valeur substance » comme un « mixte d’utilité et de prestige », échouant à « penser l’autonomie des valeurs marchandes » 2. Partant d’une approche globale de l’œuvre de Veblen, l’article s’attache à montrer que celle‑ci jette les bases d’une théorie de la valeur dont l’originalité et l’intérêt débordent de beaucoup son analyse de la consommation ostentatoire 3.

  • 4 Argyrous et Sethi (1996) développent une critique convaincante de la macroéconomie contemporaine à (...)

3Veblen offre d’abord des éléments de critique puissants à l’encontre des deux principales traditions de pensée qui, depuis le milieu du xixe siècle, ont tenté de justifier la capacité du marché à fournir une mesure objective de la valeur économique, c’est‑à‑dire le paradigme marginaliste ou « néoclassique » et l’évolutionnisme libéral d’inspiration spencérienne. Nous présentons une lecture des critiques adressées par Veblen à l’égard de ces deux traditions de pensée respectivement dans la première et la deuxième partie de l’article. Nous montrons à cette occasion que les arguments développés par Veblen ont ceci d’original qu’ils visent les fondements les plus profonds des systèmes de pensée économique, c’est‑à‑dire les « préconceptions » des économistes. À ce titre, les critiques de Veblen ont conservé une réelle actualité, malgré les transformations internes que ces deux traditions de pensée ont connues depuis plus d’un siècle 4. La troisième partie de l’article propose une interprétation de l’approche véblénienne de la valeur et du progrès socio‑économiques, dont nous montrons qu’elle investit la question des fondements institutionnels des sociétés sur des bases analogues à celles adoptées par Karl Polanyi quelques décennies plus tard. Nous tirons les principaux résultats de notre analyse dans la conclusion.

1. La critique véblénienne du paradigme marginaliste de la valeur

  • 5 Veblen 1899b, p. 94.
  • 6 Veblen 1925, p. 49.
  • 7 Aspromourgos 1986.
  • 8 Veblen 1900, p. 173 ; Veblen 1908a.
  • 9 Selon les termes célèbres de Veblen, « l’hédonisme conçoit l’homme à l’image d’un fulgurant calcul (...)
  • 10 Veblen 1899c, p. 133.

4Veblen (1899b, 1899c, 1900) développe une analyse critique des théories économiques, fondée sur la mise en évidence des « préconceptions » qui sous‑tendent les systèmes de pensée dans lesquels ces théories s’inscrivent. Il s’agit de mettre au jour les postulats ontologiques intériorisés par les économistes, qui « façonnent leur point de vue et les termes de leur formulation ultime de la connaissance économique » 5. Or, selon Veblen, « [ces] préconceptions s’apparentent, par nature, à des idées arrêtées ; elles ne fléchissent et ne s’ajustent aux changements en cours que tardivement et par renoncement » 6. En forgeant le terme d’« économie néoclassique » 7, Veblen (1900) souhaite précisément mettre en évidence la permanence de certaines préconceptions entre le marginalisme et l’économie classique post‑smithienne. Ces préconceptions sont de deux ordres. Il s’agit d’une part de la croyance en l’existence de « lois naturelles » à l’œuvre dans la société, dont découlerait une approche principalement « taxinomique », « statique » et « téléologique » des phénomènes économiques, « orientée vers la détermination des conditions d’un équilibre des activités et d’une situation normale immobile » 8. D’autre part, les économistes marginalistes resteraient attachés aux préconceptions utilitaristes de l’économie classique, qui consistent à universaliser la rationalité calculatrice marchande 9. Or, pour Veblen, ces préconceptions ont conduit à « déplacer le centre de gravité » de la science économique « de la production vers l’évaluation » 10. L’économie serait ainsi passée d’une réflexion de nature « industrielle », centrée sur la production des conditions matérielles d’existence de la société, à une analyse « pécuniaire » se préoccupant avant tout de la distribution dans la société des droits de propriété sur la richesse. Ainsi, Veblen affirme que :

  • 11 Veblen fait ici explicitement référence, à titre d’illustration précise‑t‑il, aux travaux de John (...)
  • 12 Veblen 1908a, p. 183.

La communauté économique normale, vers laquelle l’intérêt théorique [des économistes classiques et néoclassiques] 11 a convergé, est une communauté d’hommes d’affaires centrée sur le marché et dont le schème de vie s’articule autour des notions de profit et de perte. Même lorsque ces systèmes de doctrines portent ostensiblement une grande attention aux théories de la consommation et de la production, celles‑ci sont construites en termes de propriété, de prix et d’acquisition et se réduisent donc en substance à des doctrines de l’acquisition distributive [doctrines of distributive acquisition] 12.

5Or, selon Veblen, les économistes n’auraient pas tiré les conséquences logiques de ce déplacement de point de vue. Ainsi, la théorie marginaliste assimilerait indûment deux régimes d’évaluation distincts, celui de la « valeur pécuniaire » ou « marchande » et celui de la « valeur industrielle » ou de « l’utilité matérielle » (material serviceability). La théorie néoclassique du capital et la « loi » de la rémunération des facteurs à leur productivité marginale constitueraient deux illustrations caractéristiques de cet amalgame.

  • 13 Veblen 1908c, p. 353‑534.
  • 14 Veblen 1908c, p. 372.
  • 15 Veblen 1908c, p. 363.

6Pour Veblen, le capital est fondamentalement une catégorie pécuniaire ou marchande 13. Il mesure la capacité des actifs détenus par une entreprise à générer un revenu. Ces actifs peuvent être de deux ordres. Ils regroupent d’une part des « actifs tangibles » fondés sur des « moyens techniques et industriels – moyens de production traitant des faits de nature brute selon les lois de la cause et de l’effet physiques » 14. Ils incluent d’autre part des « actifs intangibles » fondés sur des artefacts de nature institutionnelle, juridiquement établis comme le brevet ou la franchise, ou plus labiles comme le « good will » 15. En tant qu’ils relèvent de la catégorie du capital, ces deux types d’actifs constituent des « éléments de richesse capitalisée » dont la valeur ne mesure rien d’autre que des « flux de revenus anticipés ». Certes, les actifs tangibles reposent sur des moyens de production physiques de biens et services réels. Cependant, on ne saurait tirer de ce fondement une relation d’identité entre la valeur des actifs tangibles et la capacité productive des moyens techniques et industriels sur lesquels ils reposent. Il y a là deux régimes d’évaluation, le premier de nature « pécuniaire », le second de nature « industrielle », qui répondent à des déterminants propres et mutuellement irréductibles :

  • 16 Veblen 1901, p. 310‑311.

7Les valeurs marchandes étant une manifestation psychologique (psychological outcome), il s’ensuit que le capital pécuniaire, une agrégation de valeurs marchandes, peut voir sa grandeur varier avec une liberté qui donne à l’ensemble un air capricieux – de tels phénomènes psychologiques, en particulier les phénomènes psychologiques de foules, surviennent fréquemment et leur manifestation devient particulièrement frappante en période de panique ou d’inflation spéculative. D’un autre côté, étant affaire de dispositifs et d’adaptation mécaniques, le capital industriel ne peut pas, quant à lui, varier de façon similaire à travers une révision des évaluations 16.

  • 17 On notera, dans la citation précédente, que l’usage que Veblen fait du terme « capital » n’est pas (...)
  • 18 Hodgson (2014) note qu’entre le xiiie et le xviiie siècle, le terme capital a été principalement u (...)

8Contrairement à l’interprétation d’Orléan (2011), Veblen endosse bien ici la thèse de l’autonomie des valeurs marchandes 17. De surcroît, Veblen reproche aux économistes marginalistes d’entretenir une confusion entre les régimes d’évaluation « pécuniaire » (ou marchande) d’une part et « industrielle » d’autre part 18. Ainsi, dans la critique qu’il livre du système théorique de John Bates Clark, le principal artisan de la diffusion de l’économie marginaliste aux États‑Unis au tournant du xxe siècle, Veblen note :

  • 19 Veblen 1908a, p. 195‑196.

Ici, comme ailleurs dans les écrits de M. Clark, une grande importance est donnée à la doctrine selon laquelle les deux faits que sont “le capital” et “les biens capitaux” (capital goods) sont conceptuellement distincts, bien que substantiellement identiques. Les faits auxquels s’appliquent ces deux termes sont quasiment les mêmes que ceux auxquels renvoient les termes “capital pécuniaire” et “équipement industriel”. (…) M. Clark admet que l’on parle du capital et que l’on y pense communément en termes de valeur, mais il souligne qu’en substance le concept opératoire de capital est (devrait être) celui d’un “fonds de biens productifs” considéré comme une “entité durable”. L’expression même de “fonds de biens productifs” est un mélange singulièrement déroutant de termes pécuniaires et mécaniques, bien que l’expression pécuniaire “un fonds” doive vraisemblablement être entendue dans ce contexte comme une métaphore autorisée 19.

  • 20 Veblen 1908a, p. 201.
  • 21 Veblen 1901, p. 282.
  • 22 Veblen 1908a, p. 203. Quelques pages plus loin, Veblen ajoute cette formule incisive, que nous pré (...)
  • 23 Veblen 1919b, p. 56.
  • 24 Veblen 1908a, p. 200n.

9Selon Veblen, la confusion que les économistes marginalistes entretiennent entre le capital comme « fait pécuniaire » et « l’équipement industriel » comme moyen productif est indissociable de la « loi de la distribution “naturelle” [qui] affirme que tout agent productif reçoit “naturellement” ce qu’il produit » 20. Ainsi, la confusion logique qui sous‑tend la théorie néoclassique du capital traduirait aussi la faiblesse des fondements de la théorie marginaliste de la répartition. La relation d’équivalence entre le revenu perçu et la contribution productive, relation qui est au cœur du principe de rémunération des facteurs à leur productivité marginale, n’est rien d’autre, à ses yeux, qu’un « postulat dogmatique » permettant de légitimer la distribution des droits de propriété dans les sociétés capitalistes 21. Au total, les théories néoclassiques du capital et de la répartition posent problème d’un double point de vue. D’une part, en termes de justice distributive, « le fait d’affirmer que les salaires payés pour le travail sont à la hauteur de ce que celui‑ci apporte ne répond à aucune question pertinente d’équité » 22. D’autre part, la prétention des économistes à caractériser (y compris mesurer) la contribution de chaque facteur, sinon de chaque individu, à la production de biens et services fait fi de ce qui constitue pour Veblen le fondement essentiel du phénomène productif, c’est‑à‑dire le « stock commun de connaissances techniques de la société » 23. En effet, Veblen voit dans cette masse de connaissances socialement accumulées au cours de l’histoire, le facteur de production essentiel qui confère aux autres facteurs leur statut d’intrant : « il n’y a pas de travail possible, comme fait industriel, pas plus qu’il n’y a d’usage de “biens productifs”, sans la connaissance technique que la société a accumulée » 24.

  • 25 Veblen 1908b, p. 333.

10Cette thèse a des implications profondes et multiples. Elle conduit tout d’abord à repenser substantiellement la dynamique du développement économique des sociétés (Brette 2003b, 2004b). Elle induit par ailleurs une remise en cause radicale de l’hypothèse de substituabilité des facteurs de production, dans la mesure où l’un de ces facteurs, la connaissance technique, conditionne entièrement la productivité de tous les autres. Par ailleurs, ce facteur étant accumulé, conservé et transmis à l’échelle de la société dans son ensemble, il est impossible d’isoler ses effets de façon à mesurer la contribution productive propre à chacun des autres facteurs. L’individualisation des salaires sur la base de la productivité respective de chaque salarié s’avère a fortiori impossible. Ainsi, l’approche de Veblen sape les fondements mêmes de la thèse d’une corrélation entre le salaire marchand et la productivité individuelle, dont on sait le rôle qu’elle a joué ces dernières années pour justifier l’explosion des très hauts revenus (Brown 2005). Dans la perspective véblénienne, la croissance disproportionnée des très hauts salaires et des revenus du capital traduit avant tout la capacité de certains individus ou classes sociales à s’approprier l’usufruit de « l’efficacité technologique actuelle de la société » 25. Retournant la logique de la théorie néoclassique de la répartition contre elle‑même, Veblen note alors sarcastiquement :

  • 26 Veblen 1908a, p. 200.

Il serait extrêmement difficile de déterminer quelle part de la valeur du produit commun du capital et du travail devrait, en vertu d’une règle d’équité “naturelle”, revenir au capitaliste comme une rémunération équitable pour sa monopolisation d’une portion donnée des actifs intangibles de la société dans son ensemble. 26

  • 27 Veblen 1908c, p. 354.

11In fine, Veblen en vient à renverser radicalement l’approche marginaliste en considérant le capital proprement dit (c’est‑à‑dire en tant que « fait pécuniaire ») comme une valorisation non pas de la capacité productive des moyens physiques de l’entreprise, mais de sa capacité de contrôle et d’appropriation privative des ressources productives de la société tout entière. Autrement dit, la valeur du capital mesurerait principalement le droit de tirage sur « l’équipement immatériel de la société » que confère à leurs détenteurs la propriété des hommes (dans le cadre de l’esclavage et du servage), de la terre, des machines (cf. les actifs tangibles) et plus récemment de certains artefacts institutionnels (cf. les actifs intangibles) 27.

2. La critique véblénienne de l’évolutionnisme spencérien

  • 28 Pour Spencer, l’instauration d’un régime socialiste dans les sociétés industrielles occidentales c (...)
  • 29 Gislain 2003, p. 28‑30.

12L’œuvre de Veblen fournit des arguments stimulants à l’encontre d’une autre tradition de pensée qui a tenté de justifier la capacité du marché à objectiver la valeur économique par des voies différentes du marginalisme. Cette tradition trouve sa source principale dans l’œuvre d’un penseur anglais, Herbert Spencer (1820‑1903), à qui l’on doit le développement d’un « système de philosophie synthétique » prétendant expliquer le monde dans son ensemble au moyen d’une unique loi d’évolution. Celle‑ci consiste en une tendance universelle (physique, biologique, psychologique, morale, sociale) à évoluer d’une « homogénéité indéfinie, incohérente » à une « hétérogénéité définie, cohérente » (Tort 1996). La déclinaison anthropologique de cette loi peut être vue comme une reformulation de la thèse traditionnelle du progrès des sociétés de l’état sauvage à la civilisation. L’anthropologie spencérienne s’appuie notamment sur une typologie des sociétés humaines en deux familles principales : les « sociétés militaires » fondées sur le « régime du statut » et de la « coopération obligatoire » d’une part, les « sociétés industrielles » fondées sur le « régime du contrat », c’est‑à‑dire de la « coopération volontaire » d’autre part. Conformément à sa loi d’évolution universelle, Spencer affirme l’existence d’une tendance générale des sociétés à évoluer du « régime de statut » vers le « régime de contrat », même si des mouvements de réversion ne sauraient être exclus 28. Spencer voit dans cette évolution la manifestation d’un progrès, dans la mesure où elle induit l’avènement d’un système économique libéral, à même de permettre l’accomplissement de la loi « salutaire » de la « survivance des plus aptes » (survival of the fittest29.

  • 30 L’expression « darwinisme social » est une formule particulièrement malheureuse compte tenu du peu (...)
  • 31 Becquemont 1996, p. 1108.

13L’évolutionnisme spencérien constitue l’archétype du dit « darwinisme social » 30, terme apparu dans les années 1880 pour désigner péjorativement « des théories qui voient dans les lois sociales le prolongement direct ou pratiquement direct des lois de la nature » 31. Dans sa forme individualiste, qui est celle du spencérisme, le « darwinisme social » considère la lutte économique entre les individus dans un système de marché comme le prolongement, dans la société, de la supposée lutte naturelle entre les membres d’une même espèce. Assimilant capacité d’adaptation et supériorité, Spencer voit dans la compétition économique le moyen de sélectionner les individus les plus capables, dotés des qualités les plus favorables au progrès de la société.

14L’évolutionnisme spencérien eut une audience très importante dans la seconde moitié du xixe siècle en Angleterre, puis aux États‑Unis où il fut popularisé par William Graham Sumner. Les thèses de Spencer ont alors largement contribué à légitimer les doctrines économiques libérales et les intérêts établis de la classe montante des « capitaines d’industrie et de finance » américains (Löwy 1992). À cet égard, Becquemont reproduit deux citations, la première de John Davison Rockefeller et la seconde d’Andrew Carnegie, particulièrement significatives de la façon dont les arguments spencériens ont été mobilisés pour justifier leurs positions acquises sur le plan économique et social :

  • 32 Becquemont 1996, p. 1113.

« La croissance d’une grande entreprise est simplement une survivance du plus apte. Il n’y a pas de tendance mauvaise dans les affaires. C’est simplement l’accomplissement d’une loi de la nature et une loi de Dieu. »
« La concentration de la richesse est une évolution de l’homogène à l’hétérogène et constitue clairement un autre pas dans le mouvement ascendant du développement » 32.

  • 33 Edgell et Tilman 1989, p. 1007. Il ne reste malheureusement aucun exemplaire connu de cette thèse (...)
  • 34 Veblen 1892, p. 387.

15Il ne fait aucun doute que Veblen avait une très bonne connaissance de la pensée spencérienne. Outre le fait d’avoir suivi les cours de Sumner à l’Université de Yale au début des années 1880, Veblen a vraisemblablement consacré sa thèse de doctorat à discuter certains écrits de Kant et Spencer 33. Que son deuxième article publié ait consisté en une analyse critique de l’essai de Spencer, « From Freedom to Bondage », est un autre indicateur de sa maîtrise de l’œuvre du philosophe anglais (Veblen 1892). Or, le fait d’introduire son article comme « une suggestion émise dans l’esprit du disciple » 34 ne doit pas faire illusion quant à la force des critiques qu’il a adressées à l’encontre du système de pensée spencérien. Celles‑ci témoignent de sa clairvoyance concernant les différences essentielles qui existent entre l’évolutionnisme de Spencer et celui de Darwin, le second ayant indiscutablement les faveurs de Veblen.

  • 35 Veblen 1908a, p. 191n.‑192n.
  • 36 Nous reviendrons dans la troisième partie sur une autre dimension de la critique que Veblen adress (...)
  • 37 Veblen 1896, p. 99.

16Comme dans le cas du marginalisme, Veblen situe sa critique de l’évolutionnisme spencérien au niveau de ses préconceptions. Il conteste tout d’abord le bien‑fondé de la théorie des comportements humains adoptée par Spencer, laquelle traduirait son incapacité à endosser pleinement le point de vue scientifique évolutionniste 35. En second lieu, Veblen critique le caractère téléologique de l’évolutionnisme spencérien, pointant par là même l’une des différences essentielles entre celui‑ci et le darwinisme. En particulier, Veblen conteste le bien‑fondé du présupposé spencérien selon lequel le marché jouerait un rôle de sélection des individus « les meilleurs », c’est‑à‑dire les mieux à même de soutenir le progrès des sociétés 36. D’une part, Veblen questionne la pertinence d’une approche individualiste de l’évolutionnisme. Dans l’un de ses premiers écrits, il relève ainsi l’argument d’Enrico Ferri selon lequel, « appliquée dans le champ de l’évolution sociale, la lutte pour l’existence est une lutte entre groupes et institutions plutôt qu’une concurrence à outrance entre les individus du groupe » 37. D’autre part et surtout, il souligne que :

  • 38 Veblen 1896, p. 100.

C’est seulement en injectant une signification téléologique complètement illégitime dans l’expression “le plus apte”, telle qu’elle est utilisée par Darwin et les darwinistes, que l’on donne à l’expression “la survie du plus apte” le sens d'une survie des individus socialement désirables 38.

17Ainsi, si le marché joue bien un rôle de sélection, rien ne garantit a priori que le critère d’adaptation qui permet à une entité, une firme en particulier, d’être sélectionnée dans la compétition économique, soit lié à son utilité socio‑économique. Ici, comme dans sa critique du marginalisme, Veblen dénonce la confusion entretenue par nombre d’économistes entre différents régimes d’évaluation :

  • 39 Veblen 1901, p. 299.

La raison de la survie dans le processus sélectif [de la concurrence] est l’aptitude à réaliser un gain pécuniaire, non l’aptitude à contribuer au bien commun (fitness for service ability at large39.

18Là encore, c’est la capacité du marché à produire une mesure objective, donc politiquement indiscutable, de la valeur économique que Veblen conteste. Le libre exercice de la concurrence, pour autant que cette expression ait un sens, n’est pas le garant du progrès économique et social, dont la définition des critères ne saurait échapper à une délibération collective.

19Les arguments avancés par Veblen ont fourni des éléments de critique puissants à l’encontre de l’évolutionnisme libéral de la fin du xixe et du début du xxe siècle. Comme le résume Becquemont :

  • 40 Becquemont 1992, p. 154.

Thorstein Veblen, dans sa Théorie de la classe de loisir [entre autres], porta un coup sévère au darwinisme social américain. Tout comme [Thomas Henry] Huxley, il considérait que la sélection naturelle, dans les conditions actuelles de la société, ne sélectionnait nullement les plus aptes, mais ceux qui possédaient la plus grande “faculté prédatrice” et qui étaient les plus avides de pouvoir : la malhonnêteté était le plus souvent le ressort de la domination 40.

  • 41 Hodgson 1993, p. 225.
  • 42 Voir également la troisième partie du présent article.

20Dans la mesure où, comme nous l’avons déjà souligné, elle vise les fondements les plus essentiels des théories qu’elle critique, l’argumentation de Veblen a conservé une réelle actualité. De fait, si les thèses les plus contestables de l’évolutionnisme spencérien ont largement perdu de leur crédit, certaines de ses préconceptions ont continué de travailler l’argumentation d’un certain nombre d’économistes parmi les plus influents. Comme le souligne Hodgson, « l’idée panglossienne de l’évolution conçue comme une sorte d’optimisateur est très courante en économie et a pris des formes variées » 41. Elle sous‑tend notamment l’argument de Friedman (1953), selon lequel la concurrence exercerait une sélection naturelle dans la population des firmes, laquelle tendrait à assurer la survie de celles qui maximisent leurs profits (Hodgson 1994). Elle transparaît également dans certains aspects de l’œuvre de Friedrich Hayek relatifs aux effets de la concurrence et à l’évolution culturelle des sociétés, censée actualiser quelque « ordre spontané » (Hodgson 1991, 1993 ; Michel 1994 ; Gislain 2003 ; Mirowski 2007) 42.

21Il ne s’agit bien sûr pas de prétendre que les arguments avancés par Veblen suffisent à produire une analyse critique détaillée de ces travaux postérieurs à son œuvre. Relire Veblen n’en présente pas moins un réel intérêt pour en questionner certaines dimensions essentielles. En effet, son approche permet d’inscrire ces travaux dans des traditions de pensée dont l’unité se fonde sur la permanence de certaines préconceptions. Elle fournit par là même des pistes de réflexion stimulantes pour éclairer ces présupposés et en discuter le bien‑fondé. À cet égard, l’argument de Veblen selon lequel on ne saurait préjuger des critères de survie (et donc des qualités des survivants) dans un processus d’évolution sélectif, ni a fortiori de l’adéquation entre ces critères et l’intérêt général de la société, a conservé toute sa pertinence.

3. La conception véblénienne de la valeur et du progrès socio‑économiques

22La critique adressée par Veblen à l’encontre du paradigme marginaliste et de l’évolutionnisme spencérien atteste de son rejet d’une supposée objectivité de la valeur marchande. Pour lui, la « valeur pécuniaire » ou « marchande » résulte d’une forme d’évaluation parmi d’autres qui réfère à ses propres critères, ceux de la « rivalité », lesquels sont notamment irréductibles aux critères d’évaluation « industrielle » ou « productive ». Là où la « valeur marchande » mesure un « gain différentiel » de nature monétaire, la « valeur industrielle » mesure une contribution nette aux conditions matérielles d’existence de la société. Cette irréductibilité n’exclut bien sûr pas que la recherche du profit ait des effets positifs sur le bien‑être matériel de la société. Ce que rejette Veblen c’est l’idée d’une relation (logique) de nécessité entre l’un et l’autre. Autrement dit, il n’existe pas de fonction établie permettant de relier ces deux ensembles distincts que sont celui de la « valeur marchande » et celui de la « valeur industrielle » :

  • 43 Veblen 1901, p. 294‑295.

[L]’activité marchande (business activity) peut accroître la richesse matérielle agrégée de la société ou l’utilité globale des moyens dont elle dispose, et c’est peut‑être même ce qu’elle fait dans la majorité des cas. Cependant, la nature du travail de l’homme d’affaires ne garantit en aucune façon un tel résultat industriel 43.

  • 44 Par ailleurs, Veblen distingue une troisième forme de connaissances dites « désintéressées » dans (...)

23Cette conception de la valeur est étroitement liée à la théorie véblénienne de la connaissance. En effet, aux deux modes d’évaluation évoqués précédemment correspondent deux formes de connaissances que Veblen qualifie respectivement de « pragmatiques » et de « techniques ». Les « connaissances pragmatiques » regroupent l’ensemble des connaissances, telles que l’art de la guerre ou les connaissances commerciales et financières, dont la finalité est de servir l’intérêt d’un individu ou d’un groupe social aux dépens d’autres individus ou groupes sociaux. Comme nous l’avons déjà souligné, les « connaissances techniques » désignent quant à elles le stock de savoir accumulé, détenu et transmis socialement, qui permet d’améliorer l’adaptation de l’homme à son environnement 44.

  • 45 Tool 1977 ; Perrin 2011, p. 149‑162.
  • 46 Veblen 1899a, p. 98.

24Sur cette base, Veblen jette les fondements d’une théorie de la « valeur sociale » 45, ou de « l’utilité impersonnelle », c’est‑à‑dire de « l’utilité considérée du point de vue du génériquement humain » 46. Bien qu’il n’ait pas caractérisé précisément cette « valeur sociale », on peut tirer de différentes parties de son œuvre au moins trois critères principaux constitutifs de sa définition de « l’utilité impersonnelle ».

  • 47 Veblen 1908c, p. 364n.‑365n.

25En premier lieu, Veblen définit l’« utilité impersonnelle » en termes d’efficacité industrielle. Ce critère exige de la société qu’elle utilise au mieux ses capacités productives. Or, pour Veblen, la recherche de rentes de monopole qu’implique la quête du profit limiterait l’efficacité globale du système industriel. En particulier, les secrets de fabrication et les brevets seraient autant d’entraves au « bien commun », en tant qu’ils auraient pour effet d’empêcher la société d’utiliser les procédés de fabrication cachés ou brevetés 47.

  • 48 Veblen 1921, p. 7.
  • 49 Veblen 1899a, p. 99‑100.

26En deuxième lieu, Veblen définit l’« utilité impersonnelle » en termes de quantité de biens produits. Ce critère le conduit également à critiquer l’organisation des activités économiques en vigueur dans les sociétés capitalistes. En effet, la quête du profit qui guide les décisions des hommes d’affaires les conduirait à opérer un « sabotage », c’est‑à‑dire un sous‑emploi stratégique des facteurs de production visant à « maintenir les prix à un niveau tel qu’il permette de dégager un profit raisonnable » 48. Le productivisme qui se dégage de l’application de ces deux premiers critères doit être tempéré par un troisième critère relatif à la nature des biens produits. Selon les termes de Veblen, un bien satisfait au critère de l’« utilité impersonnelle », « s’il contribue directement à améliorer la vie humaine en général », c’est‑à‑dire « si, abstraction faite des goûts acquis, des usages et des règles de la bienséance, il procure un gain net en confort ou en plénitude de vie ». Inversement, « un achat coutumier doit être classé dans la catégorie du gaspillage dans la mesure où la coutume sur laquelle il repose trouve son origine dans l’habitude de faire des comparaisons pécuniaires dégradantes » 49. De façon générale, il est difficile d’identifier clairement quels sont les biens qui respectent totalement le troisième critère de l’« utilité impersonnelle » et ceux qui relèvent entièrement de la catégorie du « gaspillage ». De fait, Veblen note que la plupart des biens ont à la fois, quoique dans des proportions très variables, une composante utile (d’un point de vue impersonnel) et des caractéristiques qui ressortissent au gaspillage. Dès lors, l’application de ce troisième critère de l’utilité impersonnelle implique de diminuer autant que possible la part de gaspillage dans chaque bien produit, en particulier les dépenses relatives au marketing et à la vente. Au‑delà des questions qu’il soulève quant aux conditions de son actualisation, ce troisième critère présente l’intérêt d’introduire une réflexion critique sur la nature des biens produits, qui échappe totalement au registre de l’évaluation marchande. Comme Veblen le souligne dans sa critique des théories marginalistes :

  • 50 Veblen 1908a, p. 209.

À supposer que les théories de la valeur objective, fondée sur l’utilité marginale (l’utilité finale), soient vraies, il n’y a aucun consensus, existant ou en construction, concernant “l’utilité effective” des biens produits : il n’y a là aucune décision “sociale”, au‑delà de ce que peut impliquer l’empressement des acheteurs à profiter autant qu’ils le peuvent des nécessités de l’acheteur et du vendeur marginaux 50.

27Enfin, en articulant sa théorie de la connaissance à sa théorie de la valeur sociale, il est possible d’esquisser les contours d’une conception véblénienne du progrès socio‑économique, dont les enjeux sont principalement de nature institutionnelle. Pour Veblen, le progrès socio‑économique suppose d’abord le développement d’institutions propices à la croissance du stock de connaissances techniques, condition de l’accroissement des capacités productives de la société. Il exige par ailleurs que la société se débarrasse autant que possible des institutions qui incitent à l’accroissement et à l’utilisation des « connaissances pragmatiques ». Il s’agit ainsi de contenir le risque que l’efficacité productive de la société soit captée par certains groupes sociaux et/ou utilisée massivement à la production de biens qui ne contribuent pas « à améliorer la vie humaine en général ».

  • 51 Brette propose une lecture de l’héritage véblénien dans la tradition Ayres – Foster – Tool – Bush (...)

28La théorie véblénienne de la valeur sociale et du progrès socio‑économique a donné lieu à diverses interprétations dont les plus courantes ont nourri une tradition de pensée très influente dans le mouvement institutionnaliste américain d’après‑guerre, liant des auteurs tels que Clarence E. Ayres, John Fagg Foster, Marc R. Tool et Paul D. Bush. Rendre compte de ces interprétations et des débats qu’elles ont suscités au sein même du mouvement institutionnaliste, notamment dans la période récente, nécessiterait un travail spécifique, compte tenu de la diversité des questions en jeu. Plutôt que de proposer une vue d’ensemble, nécessairement très grossière dans l’espace dont nous disposons, de la postérité de la théorie véblénienne de la valeur et du progrès socio‑économiques 51, nous préférons conclure cet article en mettant en exergue une filiation intellectuelle qui, de notre point de vue, a été insuffisamment explorée jusqu’alors. La mise en évidence de cette filiation, qui unit Veblen à Karl Polanyi, nous permettra d’éclairer la proximité entre certaines conceptions de ces deux économistes institutionnalistes majeurs, en particulier l’importance que l’un et l’autre accordent à la créativité institutionnelle dans leur approche du progrès socio‑économique. Elle sera aussi l’occasion de mettre en évidence un élément de continuité entre Spencer et Hayek, que nous n’avions pas relevé précédemment.

  • 52 Veblen 1892, p. 402.
  • 53 Veblen 1892, p. 403.
  • 54 Veblen 1892, p. 406. Nous n’aborderons pas ici les conditions de mise en cohérence de cette thèse (...)

29Dans l’article qu’il publie en 1892, Veblen rejette le dualisme spencérien selon lequel l’organisation des sociétés ne pourrait échapper à l’alternative « régime de statut » vs « régime de contrat ». Il affirme ainsi que non seulement l’instauration d’un système socialiste aux États‑Unis est possible, mais que, contrairement à ce que soutient Spencer, elle ne consisterait pas en une réversion vers « un système militaire de gouvernement » ou une « bureaucratie ». Veblen souligne que l’évolution du système industriel se caractérise de facto par une tendance à la formation de « monopoles naturels ». De par sa dynamique propre, le capitalisme tendrait déjà à s’éloigner du système concurrentiel. Or, cette remise en cause du « [principe] de concurrence » ne se traduit pas par une régénération du « principe de statut » 52. De même, les fondements du « système complet de gouvernement constitutionnel moderne » ne relèvent, selon lui, ni du « régime de statut », ni du « régime de contrat » 53. Or, le mouvement socialiste vise précisément, selon Veblen, à étendre « la méthode constitutionnelle » à « l’organisation de l’industrie ». En d’autres termes, « la nationalisation des fonctions industrielles » ne serait que le prolongement de « la nationalisation des fonctions politiques » 54.

  • 55 Polanyi 1944, p. 320‑334.
  • 56 Polanyi 1947, p. 517.

30Il est intéressant de constater que quelques décennies plus tard, Karl Polanyi opposera à Friedrich Hayek une critique similaire à celle que Veblen (1892) adresse à Spencer. Selon Polanyi, la « Grande Transformation » qu’a constituée l’effondrement du système socio‑économique de marché instauré au cours du xixe siècle, lance un défi fondamental aux sociétés industrialisées 55. Il s’agit d’inventer une nouvelle architecture institutionnelle qui prohibe les « libertés néfastes » qu’avait encouragées l’économie de marché (« la liberté d’exploiter ses semblables, la liberté de faire des profits extravagants sans qu’aucun bénéfice tangible s’ensuive pour la société, la liberté de confisquer les inventions techniques dont le public pourrait tirer avantage », etc.), tout en préservant les « bonnes libertés » auxquelles le libéralisme économique a aussi donné naissance (« la liberté de conscience, la liberté de parole, la liberté de réunion et d’association et la liberté de choisir son métier ») 56. À cet égard, Polanyi rejette la thèse de Hayek (1944) selon laquelle « les institutions libres, parce qu’elles sont un produit de l’économie du marché, doivent céder la place au servage quand cette économie disparaît ». Une telle croyance est, selon Polanyi, l’expression d’un « préjugé économiciste » issu d’une conception strictement « formelle » de l’économie qui réduit celle‑ci au « mécanisme du marché ». Faisant référence à l’expérience de l’économie de guerre états-unienne et britannique, durant laquelle les mécanismes marchands ont été suspendus dans des pans majeurs de l’économie, Polanyi affirme :

  • 57 Polanyi 1947, p. 518. Par ailleurs, dans la même veine que Veblen (1892), et d’autres comme Joseph (...)

Pourtant, les libertés publiques ne furent jamais mieux protégées que pendant cette période d’état d’urgence. En fait, il existe autant de liberté que nous désirons en créer et que nous tenons à en sauvegarder. Il n’y a pas qu’une seule détermination dans la société humaine. Les garanties institutionnelles de la liberté personnelle sont compatibles avec tout système économique. C’est uniquement dans la société de marché que le mécanisme économique détermine la norme 57.

  • 58 Polanyi 1977, p. 38.

31Les conceptions véblénienne et polanyienne du progrès socio‑économique présentent divers points de convergence. L’une et l’autre procèdent d’abord d’un même rejet de ce que Polanyi appelle le « sophisme économiste » qui consiste à « assimiler l’économie humaine en général à sa forme de marché » 58. Comme le souligne Bernard Chavance, dans son édition en langue française de The Livelihood of Man, Polanyi rend hommage à Veblen, sans le citer nommément, pour avoir su s’affranchir de ce sophisme :

  • 59 Chavance dans Polanyi 1977, p. 38‑39.

Certains penseurs (…) ont mis l’accent sur la signification substantielle du terme économique. Ils ont identifié l’économie à l’industrie plutôt qu’au business, à la technologie plutôt qu’au cérémonialisme, aux moyens de production plutôt qu’aux titres de propriété, au capital productif plutôt qu’à la finance, aux biens capitaux plutôt qu’au capital, en un mot, à la substance de l’économie plutôt qu’à sa forme et à sa terminologie de marché 59.

32En rejetant le « sophisme économiste », Veblen et Polanyi s’en prennent aussi au déterminisme économique dans l’approche institutionnelle des sociétés. En particulier, tous deux dénoncent le naturalisme des institutions marchandes qui sous‑tend nombre des théories économiques produites depuis la seconde moitié du xviiie siècle.

  • 60 Polanyi 1977, p. 46.

En ce qui concerne la société, une doctrine apparentée fut proposée, selon laquelle le système économique “déterminait” les institutions. Le mécanisme de marché créait par là l’illusion que le déterminisme économique constitue une loi générale pour toute société humaine 60.

  • 61 Maucourant 2005, p. 156.
  • 62 Polanyi 1947, p. 517.

33En dépassant cette illusion, Veblen et Polanyi peuvent endosser une conception ouverte de l’évolution culturelle des sociétés, qui laisse toute sa place à la créativité institutionnelle. En outre, les deux auteurs se rejoignent, au moins dans une certaine mesure, dans leur critique du capitalisme moderne 61 et leurs projets politiques de transformation institutionnelle de la société. Ainsi, les « libertés néfastes » 62 que Polanyi souhaite voir prohibées entrent manifestement dans la catégorie des institutions propices à l’accumulation et à l’utilisation des « connaissances pragmatiques » dont Veblen considère qu’elles entravent le progrès socio‑économique.

34Ainsi, le débat qui oppose Polanyi et Hayek au lendemain de la Seconde Guerre mondiale repose la question du progrès socio‑économique sur des bases analogues à celles qui sous‑tendaient la controverse entre Veblen et Spencer à la fin du xixe siècle. Gageons que ces débats n'ont rien perdu de leur pertinence et méritent d'être largement réinvestis dans le contexte de la crise économique systémique de ce début de xxie siècle (Maucourant et Plociniczak 2013).

Conclusion : relire Veblen pour repenser la valeur

35Nous avons tenté de montrer que l’œuvre de Veblen constitue une ressource stimulante pour repenser la question de la valeur et du progrès socio‑économiques. Les critiques que Veblen adresse à l’économie marginaliste d’une part, et à l’évolutionnisme libéral spencérien d’autre part, conservent leur actualité dans la mesure où elles visent les préconceptions fondamentales de ces deux traditions de pensée.

36Veblen peut nous aider à penser la logique des valeurs marchandes et à saisir leur irréductibilité à d’autres régimes d’évaluation. En outre, en montrant l’impossibilité de tirer de l’agrégation des valeurs marchandes une définition satisfaisante de la « valeur sociale », il nous invite à nous interroger collectivement sur les moyens et les fins de l’organisation économique de nos sociétés. L’œuvre de Veblen ouvre ainsi la voie à une réflexion sur les fondements institutionnels du progrès socio‑économique, que Polanyi poursuivra quelques décennies plus tard et dont les enjeux se manifestent avec une acuité renouvelée dans le contexte actuel de la crise du capitalisme néolibéral.

Bibliographie

Argyrous George et Sethi Rajiv, 1996, « The Theory of Evolution and the Evolution of the Theory: Veblen’s Methodology in Contemporary Perspective », Cambridge Journal of Economics 20/4, p. 475‑495.

Aspromourgos Tony, 1986, « On the Origin of the Term ‘Neoclassical’ », Cambridge Journal of Economics 10/3, p. 265‑270.

Becquemont Daniel,

-1992, « Aspects du darwinisme social anglo-saxon », in Patrick Tort (éd.), Darwinisme et Société, Paris, P.U.F., p. 137‑160.

-1996, « Darwinisme social », in Patrick Tort (éd.), Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, Paris, P.U.F., p. 118‑119.

Brette Olivier,

-2003a, « Thorstein Veblen’s Theory of Institutional Change: Beyond Technological Determinism », European Journal of the History of Economic Thought 10/3, p. 455‑477.

-2003b, « L’accumulation des connaissances technologiques dans la pensée de Thorstein Veblen : Ressources pour l’analyse évolutionniste contemporaine », Économie Appliquée 56/4, p. 7‑38.

- 2004a, Un réexamen de l’économie « évolutionniste » de Thorstein Veblen. Théorie de la connaissance, comportements humains et dynamique des institutions, Thèse pour le Doctorat de Sciences Économiques, Université Lumière Lyon 2.

- 2004b, « Connaissances technologiques, institutions et droits de propriété dans la pensée de Thorstein Veblen », Cahiers d’économie politique 48, p. 111‑145.

- 2014, « Thorstein Veblen on value, market and socioeconomic progress », European Journal of Economic and Social Systems 26/1‑2, p. 55‑72.

Brown Christopher, 2005, « Is There an Institutional Theory of Distribution? », Journal of Economic Issues 39/4, p. 915‑931.

Bush Paul D., 2009, « The Neoinstitutionalist Theory of Value », Journal of Economic Issues 43/2, p. 293‑306.

Edgell Stephen et Tilman Rick, 1989, « The Intellectual Antecedents of Thorstein Veblen: A Reappraisal », Journal of Economic Issues 23/4, p. 1003‑1026.

Friedman Milton, 1953, « The Methodology of Positive Economics », in Milton Friedman, Essays in Positive Economics, Chicago, Chicago University Press, p. 3‑43.

Gislain Jean‑Jacques, 2003, « L’émergence de la problématique des institutions en économie », Cahiers d’économie politique 44, p. 19‑50.

Hayek Friedrich A., 1944, The Road to Serfdom, Londres, Routledge.

Hodgson Geoffrey M., 1991, « Economic Evolution: Intervention Contra Pangloss », Journal of Economics Issues 25/2, p. 519‑533.

- 1993, « Evolution and Institutional Change », in Uskali Mäki, Bo Gustafsson et Christian Knudsen (éd.), Rationality, Institutions and Economic Methodology, Londres, Routledge, p. 222‑241.

- 1994, « Optimisation and Evolution: Winter’s Critique of Friedman Revisited », Cambridge Journal of Economics 18/4, p. 413‑430.

- 2004, « Social Darwinism in Anglophone Academic Journals: A Contribution to the History of the Term », Journal of Historical Sociology 17/4, p. 428‑463.

- 2014, « What is Capital? Economists and Sociologists have changed its Meaning: Should it be Changed Back? », Cambridge Journal of Economics 38/5, p. 1063‑1086.

Löwy Michael, 1992, « L’affinité élective entre social-darwinisme et libéralisme. L’exemple des États‑Unis à la fin du xixe siècle », in Patrick Tort (éd.), Darwinisme et Société, Paris, P.U.F., p. 160‑167.

Maucourant Jérôme, 2005, Avez‑vous lu Polanyi ?, Paris, La Dispute.

Maucourant Jérôme et Plociniczak Sebastien, 2013, « The Institution, the Economy and the Market: Karl Polanyi’s Institutional Thought for Economists », Review of Political Economy 25/3, p. 512‑531.

Michel Jacques, 1994, « Libéralisme et évolution, les deux versants de l’idéologie d’Herbert Spencer », in Maurice Chrétien (éd.), Libéraux et Anti-Libéraux, Royaume-Uni, xixe siècle, Paris, Economica, p. 67‑91.

Mirowski Philip, 2007, « Naturalizing the Market on the Road to Revisionism: Bruce Caldwell’s Hayek’s Challenge and the Challenge of Hayek Interpretation », Journal of Institutional Economics 3/3, p. 351‑372.

Orléan André, 2011, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Le Seuil.

Perrin Jacques, 2011, Pourquoi les sciences économiques nous conduisent dans le mur ?, Paris, L’Harmattan.

Polanyi Karl,

-1944 [rééd. 1983], La Grande Transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps [The Great Transformation], Paris, Gallimard.

- 1947 [rééd. 2008], « Our Obsolete Market Mentality », in Michele Cangiani et Jérôme Maucourant (éd.), Essais de Karl Polanyi, Paris, Le Seuil, p. 505‑519.

- 1977 [rééd. 2011], La subsistance de l’homme. La place de l’économie dans l’histoire et la société [The Livelihood of Man], Paris, Flammarion.

Tool Marc R., 1977, « A Social Value Theory in Neoinstitutional Economics », Journal of Economic Issues 11/4, p. 823‑846.

Tort Patrick,

-1996, « Évolution (Loi d’) », in Patrick Tort (éd.), Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, Paris, P.U.F., p. 1422‑1468.

- 2008, L’effet Darwin : sélection naturelle et naissance de la civilisation, Paris, Le Seuil.

Veblen Thorstein,

-1892 [rééd. 1990], « Some Neglected Points in the Theory of Socialism », in Thorstein Veblen, The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 387‑408.

- 1896, « Review of Socialism et Science Positive by Enrico Ferri », Journal of Political Economy 5/1, p. 98‑103.

- 1898 [rééd. 1990], « Why is Economics not an Evolutionary Science? », in Thorstein Veblen, The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 56‑81.

- 1899a [rééd. 1918], The Theory of the Leisure Class – An Economic Study of Institutions, New York, B. W. Huebsch.

- 1899b [rééd. 1990], « The Preconceptions of Economic Science I », in Thorstein Veblen, The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 82‑113.

- 1899c [rééd. 1990], « The Preconceptions of Economic Science II », in Thorstein Veblen, The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 114‑147.

- 1900 [rééd. 1990], « The Preconceptions of Economic Science III », in Thorstein Veblen, The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 148‑179.

- 1901 [rééd. 1990], « Industrial and Pecuniary Employments », in Thorstein Veblen, The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 279‑323.

- 1908a [rééd. 1990], « Professor Clark’s Economics », in Thorstein Veblen, The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 180‑230.

- 1908b [rééd. 1990], « On the Nature of Capital. I. The Productivity of Capital Goods », in Thorstein Veblen, The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 324‑351.

- 1908c [rééd. 1990], « On the Nature of Capital. II. Investment, Intangible Assets, and the Pecuniary Magnate », in Thorstein Veblen, The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 352‑386.

- 1919, The Vested Interests and the Common Man, New York, B. W. Huebsch.

- 1921, The Engineers and the Price System, New York, B. W. Huebsch.

- 1925, « Economic Theory in the Calculable Future », American Economic Review 15/1, p. 48‑55.

Notes

1 Cet article a été publié initialement dans European Journal of Economic and Social Systems, vol. 26/1‑2 (Brette 2014). L’auteur adresse ses vifs remerciements aux Éditions Lavoisier pour avoir gracieusement autorisé sa reproduction dans le présent ouvrage.

2 Orléan 2011, p. 262.

3 Le présent article tire parti de divers éléments de notre thèse de doctorat qui visait à élaborer une reconstruction du système théorique de Veblen (Brette 2004a).

4 Argyrous et Sethi (1996) développent une critique convaincante de la macroéconomie contemporaine à partir de la distinction véblénienne entre les « préconceptions téléologiques » et les « préconceptions évolutionnistes ».

5 Veblen 1899b, p. 94.

6 Veblen 1925, p. 49.

7 Aspromourgos 1986.

8 Veblen 1900, p. 173 ; Veblen 1908a.

9 Selon les termes célèbres de Veblen, « l’hédonisme conçoit l’homme à l’image d’un fulgurant calculateur de plaisirs et de peines, oscillant comme un globule homogène fait de désir de bonheur, sous l’impulsion de stimuli qui le déplacent un peu partout sans le déformer » (Veblen 1898, p. 73). La critique que Veblen adresse aux préconceptions utilitaristes des économistes classiques et néoclassiques préfigure celle que Karl Polanyi portera à l’encontre du « sophisme économiste (economistic fallacy) » (Polanyi 1977, p. 37‑54). Nous mettons en évidence d’autres points de convergence entre l’institutionnalisme de Veblen et celui de Polanyi dans la troisième partie de l'article.

10 Veblen 1899c, p. 133.

11 Veblen fait ici explicitement référence, à titre d’illustration précise‑t‑il, aux travaux de John Stuart Mill, Alfred Marshall et John Bates Clark.

12 Veblen 1908a, p. 183.

13 Veblen 1908c, p. 353‑534.

14 Veblen 1908c, p. 372.

15 Veblen 1908c, p. 363.

16 Veblen 1901, p. 310‑311.

17 On notera, dans la citation précédente, que l’usage que Veblen fait du terme « capital » n’est pas exempt d’une certaine ambiguïté lorsqu’il utilise l’expression « capital industriel » pour désigner des moyens de production physiques. Cette ambiguïté formelle se retrouve, quoiqu’un peu atténuée, dans ses deux articles sur la nature du capital (Veblen 1908b, 1908c) dans lesquels il fait référence aux biens de production sous le terme « capital goods », parfois entre guillemets et/ou assorti d’une périphrase, telle que « material equipment » (1908b, p. 329), « concrete articles » (1908b, p. 330, 339) ou « productive goods » (1908b, p. 352).

18 Hodgson (2014) note qu’entre le xiiie et le xviiie siècle, le terme capital a été principalement utilisé en Europe au sens d’« argent avancé par les propriétaires ou les actionnaires pour fonder une affaire ». Selon lui, l’introduction du deuxième sens du mot capital en économie, celui de ressource productive physique, et la confusion qu’elle a produite remontent aux Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations d’Adam Smith.

19 Veblen 1908a, p. 195‑196.

20 Veblen 1908a, p. 201.

21 Veblen 1901, p. 282.

22 Veblen 1908a, p. 203. Quelques pages plus loin, Veblen ajoute cette formule incisive, que nous préférons citer dans sa langue d’origine : « But it is not easy to see that some hundreds of pages of apparatus should be required to find one’s way back to these time‑worn commonplaces of Manchester » (Veblen 1908a, p. 206).

23 Veblen 1919b, p. 56.

24 Veblen 1908a, p. 200n.

25 Veblen 1908b, p. 333.

26 Veblen 1908a, p. 200.

27 Veblen 1908c, p. 354.

28 Pour Spencer, l’instauration d’un régime socialiste dans les sociétés industrielles occidentales constituerait un tel cas de réversion. Nous reviendrons sur ce point dans la troisième partie de l’article.

29 Gislain 2003, p. 28‑30.

30 L’expression « darwinisme social » est une formule particulièrement malheureuse compte tenu du peu de rapport que le système de pensée spencérien entretient avec les thèses de Charles Darwin, notamment les conceptions anthropologiques que celui‑ci développe dans The Descent of Man (Becquemont 1996, p. 1109‑1112 ; Tort 2008). Selon Hodgson (2004), le terme « darwinisme social » est demeuré d’un usage très limité jusque dans les années 1940, période à partir de laquelle il a été utilisé de façon courante pour désigner rétrospectivement l’évolutionnisme de Spencer.

31 Becquemont 1996, p. 1108.

32 Becquemont 1996, p. 1113.

33 Edgell et Tilman 1989, p. 1007. Il ne reste malheureusement aucun exemplaire connu de cette thèse intitulée Ethical Grounds of a Doctrine of Retribution.

34 Veblen 1892, p. 387.

35 Veblen 1908a, p. 191n.‑192n.

36 Nous reviendrons dans la troisième partie sur une autre dimension de la critique que Veblen adresse à l’encontre de la conception spencérienne de l’évolution culturelle des sociétés, qui constitue une autre manifestation de ses préconceptions téléologiques.

37 Veblen 1896, p. 99.

38 Veblen 1896, p. 100.

39 Veblen 1901, p. 299.

40 Becquemont 1992, p. 154.

41 Hodgson 1993, p. 225.

42 Voir également la troisième partie du présent article.

43 Veblen 1901, p. 294‑295.

44 Par ailleurs, Veblen distingue une troisième forme de connaissances dites « désintéressées » dans laquelle il regroupe tous les systèmes de représentation du monde, depuis les légendes primitives jusqu’à la science moderne, que l’humanité a produits pour assouvir sa curiosité. Pour une analyse détaillée de la théorie véblénienne de la connaissance, on pourra se reporter à : Brette 2004a, p. 28‑112.

45 Tool 1977 ; Perrin 2011, p. 149‑162.

46 Veblen 1899a, p. 98.

47 Veblen 1908c, p. 364n.‑365n.

48 Veblen 1921, p. 7.

49 Veblen 1899a, p. 99‑100.

50 Veblen 1908a, p. 209.

51 Brette propose une lecture de l’héritage véblénien dans la tradition Ayres – Foster – Tool – Bush et des controverses auxquelles cette filiation intellectuelle a donné lieu quant au statut et au contenu de la théorie de la valeur et du progrès socio‑économiques (Brette 2004a, p. 338‑363). De façon très schématique, cette tradition se présente comme une synthèse de l’économie institutionnaliste d’inspiration véblénienne et de la théorie de la « valuation instrumentale » de John Dewey. Pour un éclairage récent par un des principaux acteurs, on pourra se reporter à Bush (2009).

52 Veblen 1892, p. 402.

53 Veblen 1892, p. 403.

54 Veblen 1892, p. 406. Nous n’aborderons pas ici les conditions de mise en cohérence de cette thèse avec la théorie véblénienne du changement institutionnel comme effet émergent (Brette 2003a). La question de l’intégration des actions délibérées dans le cadre d’analyse de l’évolution institutionnelle de Veblen est discutée dans : Brette 2004a, p. 303‑316).

55 Polanyi 1944, p. 320‑334.

56 Polanyi 1947, p. 517.

57 Polanyi 1947, p. 518. Par ailleurs, dans la même veine que Veblen (1892), et d’autres comme Joseph Schumpeter, Polanyi souligne le fait que le capitalisme moderne présente d’ores et déjà une tendance monopolistique : « la libre entreprise (…) est aujourd’hui réduite à l’état de fiction par la dure réalité des trusts géants et du pouvoir princier des monopoles » (Polanyi 1944, p. 330).

58 Polanyi 1977, p. 38.

59 Chavance dans Polanyi 1977, p. 38‑39.

60 Polanyi 1977, p. 46.

61 Maucourant 2005, p. 156.

62 Polanyi 1947, p. 517.

Auteur

Université de Lyon, INSA Lyon, TRIANGLE, UMR 5206 du CNRS

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

Offert par