Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État, rente et prédation

 | 
Mohamad Salhab
, 
Jérôme Maucourant

Partie II. Rente, développement, prédation

L’économie institutionnelle, l’héritage colonial et le monde arabe.
Un essai d’interprétation

Abdallah Zouache

Résumé

Cet article propose une interprétation des difficultés économiques du monde arabe en faisant appel à une explication institutionnaliste. L’héritage colonial est proposé comme canal de transmission institutionnel des blocages au développement dans le monde arabe. Dans un premier temps, nous montrons comment l’intégration de l’hypothèse d’héritage colonial dans un cadre néo-institutionnaliste à la Acemoglu et Robinson (2012) est insuffisante. Aussi les contributions des anciens institutionnalistes, notamment John Roger Commons (1934) et Thorstein Veblen (1914), sont privilégiées afin de mettre en évidence, en particulier, le rôle des mentalités et des habitudes dans la reproduction d’institutions héritées de la période coloniale. Dans un deuxième temps, ce cadre institutionnaliste est appliqué à deux pays arabes, l’Algérie et le Liban.

This article proposes to look at the Arab world’s economic difficulties through an institutionalist viewpoint. The colonial legacy is regarded as the institutional element that allowed the transmission of obstacles to development in the Arab world. Firstly, we argue that integrating the hypothesis of a colonial legacy into a neo-institutionalist framework as Acemoglu and Robinson do (2012) is inadequate. We thus favour the contributions of old institutionalists like John Roger Commons (1934) and Thorsein Veblen (1914) to highlight the role played by mentalities, attitudes and habits in the reproduction of institutions inherited from the colonial period. Secondly, we apply this institutionalist framework to two Arab countries, Algeria and Lebanon.

Texte intégral

Introduction

1L’hypothèse de la malédiction des ressources naturelles est souvent adoptée lorsqu’il s’agit de traiter du monde arabe. Frankel (2010) fournit un panorama exhaustif de cette littérature. La thèse fait suite à l’observation suivante : la possession de pétrole, de gaz naturel ou d’une autre ressource naturelle, principalement de nature minérale, ne conduit pas de façon automatique au succès économique. Au contraire, il existerait une malédiction des ressources naturelles puisque de nombreux pays possédant ce type de ressources souffriraient de performances économiques médiocres, en particulier sur le long terme. Face à ces échecs, la littérature met en exergue les réussites économiques de nombreux pays ne disposant d’aucune ou de faibles quantités de ressources naturelles, comme le Japon, la Corée du Sud, Taïwan, Singapour ou Hong Kong.

2Au Moyen‑Orient et en Afrique du Nord, la malédiction des ressources naturelles s’applique au pétrole et au gaz, présents en très grandes quantités : s’y trouvent de grands producteurs de pétrole comme l’Arabie saoudite, l’Iran, l’Irak ou le Koweït, et des producteurs de gaz comme le Qatar ou l’Algérie. Dans cette zone, certains pays du Golfe sont considérés comme riches : le Qatar, le Koweït et les Émirats arabes unis bénéficient d’un PIB par tête parmi les plus élevés de la planète. Cette observation met en question la validité de l’hypothèse concernant les pays arabes. Cependant, elle ne s’applique ni au premier producteur de pétrole, l’Arabie saoudite, ni aux deux suivants, l’Irak et l’Iran. Le Soudan illustre également la malédiction du pétrole et du gaz pour les pays arabes. D’autres pays qui ont bénéficié d’une manne plus partielle d’hydrocarbures comme le Liban, la Syrie ou l’Égypte n’ont pas convergé vers les niveaux de richesse des pays développés. En revanche, le pays qui ne dispose ni de pétrole, ni de gaz, la Turquie, est entré dans une phase de convergence économique vers les pays développés.

3Face à ce constat, l’article n’adopte pas l’hypothèse de malédiction des ressources naturelles appliquée au monde arabe. En effet, la littérature économique citée par Frankel insiste sur le fait que la malédiction des ressources naturelles opère à travers un effet institutionnel. Aussi, selon nous, l’enjeu analytique majeur est-il d’identifier les mécanismes de transmission institutionnelle : par quelle(s) voie(s) les institutions affectent-elles la trajectoire de développement des pays arabes ?

4Cet article propose une interprétation des difficultés économiques du monde arabe en faisant appel à une explication institutionnaliste. La thèse défendue est que les pays arabes ne sont pas victimes d’une malédiction des ressources mise en évidence par la littérature standard en économie mais d’une mauvaise gestion des ressources dont l’origine est institutionnelle. Plus précisément, l’héritage colonial est proposé comme canal de transmission institutionnel des blocages au développement dans le monde arabe. Dans un premier temps, nous montrons comment l’intégration de l’hypothèse d’héritage colonial dans un cadre néo-institutionnaliste à la manière d’Acemoglu et Robinson (2012) est insuffisante. Aussi, nous privilégions les contributions des anciens institutionnalistes, notamment John Roger Commons (1934) et Thorstein Veblen (1914), en particulier pour mettre en évidence le rôle des mentalités et des habitudes dans la reproduction d’institutions héritées de la période coloniale. Dans un deuxième temps, nous appliquons ce cadre institutionnaliste à deux pays arabes pour aborder plus précisément le rôle de l’héritage colonial dans la stratégie de développement industriel en Algérie après l’indépendance et la persistance d’institutions politiques dont l’origine remonte, au Liban, à l’occupation coloniale.

1. Le cadre institutionnaliste

  • 1 Rutherford 2003, p. 174.
  • 2 Menard et Shirley 2005, p. 1.
  • 3 Menard et Shirley 2005, p. 1.

5Le terme d’économie institutionnaliste, ou institutionnalisme américain, ou encore ancien institutionnalisme (Rutherford 2003), se réfère en économie à une tradition associée aux noms de Thorstein Veblen (1898b, 1899b, 1914), John R. Commons (1934), Wesley Mitchell (1913) et Clarence Ayres (1944). Malgré des divergences (Rutherford 2000), les auteurs institutionnalistes partagent une vision selon laquelle les institutions ne représentent pas seulement des contraintes sur l’action individuelle, mais sont également une façon de penser et de se comporter. En ce sens, les institutions façonnent les préférences et les valeurs des individus 1. La nouvelle économie institutionnaliste étudie les institutions et la manière dont elles interagissent avec les organisations 2. Elle trouve son origine dans l’analyse des coûts de transaction (Coase 1937), des droits de propriété (North 2005) et des organisations (Williamson 1995). La nouvelle économie institutionnaliste tente d’étendre le champ de la théorie néo‑classique en expliquant les facteurs institutionnels considérés comme donnés, tels que les droits de propriété et les structures de gouvernance (Rutherford 2003). Dans cette littérature, les institutions et le changement institutionnel sont conçus comme des moyens de réduire les coûts de transaction, l’incertitude et d’internaliser les externalités. Les auteurs néo‑institutionnalistes s’intéressent également aux modèles mentaux qui façonnent le changement institutionnel 3.

6Le cadre théorique proposé dans l’article s’inspire de la tradition institutionnaliste nord‑américaine en deux temps. Dans un premier temps, il fait appel au traitement de la question coloniale chez les néo‑institutionnalistes. Dans un second, il dépasse le cadre institutionnaliste afin d’élaborer une hypothèse comportementale permettant de construire un canal de transmission entre l’existence de rentes et les faibles performances économiques.

1.1. Héritage colonial, institutions et développement

7Pour les néo‑institutionnalistes, le sous‑développement s’expliquerait par le fait qu’un pays puisse être bloqué à un niveau de sous‑développement du fait de ses « mauvaises » institutions. Or, ces dernières n’évoluent pas facilement. Il existe une dépendance au sentier, c’est‑à‑dire une dépendance aux conditions initiales, qui élucide la persistance du sous‑développement. Lorsqu’une économie se retrouve sur un sentier inefficient qui produit de la stagnation, elle peut rester sur ce sentier du fait de la nature de la dépendance au sentier. La question majeure qui se pose est de savoir pourquoi certains pays ont créé des règles favorables au changement institutionnel pendant que d’autres restent bloqués à des niveaux de sous‑développement. Certains économistes néo‑institutionnalistes se sont penchés sur le colonialisme comme facteur explicatif des trappes à sous‑développement observées dans de nombreux pays pauvres. La question coloniale est surtout introduite dans un cadre néo‑institutionnaliste dans une littérature récente portée par les travaux d’Acemoglu et de ses confrères (Acemoglu 2003 ; Acemoglu, Johnson et Robinson 2001, 2005, 2011 ; Acemoglu et Robinson 2010, 2012). Ils réhabilitent ainsi le rôle du facteur colonial à travers l’effet que le pouvoir politique hérité de la période coloniale exerce sur la formation et la persistance des institutions économiques (Acemoglu, Johnson et Robinson 2001, 2005). North s’est également penché sur la question.

8Dans une de ses contributions, North (1990) suggère en effet que les pouvoirs coloniaux ont créé des institutions politiques à l’image des pouvoirs métropolitains. L’Espagne aurait ainsi transplanté en Amérique latine des institutions féodales caractérisées par un gouvernement centralisé et des institutions protégeant la noblesse. En revanche, l’Angleterre aurait transféré des institutions politiques décentralisées et des droits de propriété favorisant la concurrence et, in fine, le développement économique. Poursuivant cette idée, La Porta (et al. 1999) considèrent que le type de système juridique implanté par le pouvoir colonial, le système de « common law » à l’anglaise ou le système de « civil law » à la française, a exercé un effet considérable sur les institutions actuelles des pays colonisés. D’après La Porta (et al. 1999), les pays qui ont hérité du « common law » britannique ont développé des institutions protectrices des droits de propriété alors que les pays dont les institutions se sont inspirées du « civil law » français auraient développé des institutions de monopole moins protectrices, notamment des innovations financières. Cette thèse est testée par Bertocchi et Canova (2002). Leur résultat principal est que l’héritage colonial, mesuré par l’identité de l’ancienne métropole coloniale et le degré de pénétration économique (dépendance du pays envers la métropole coloniale, avant et après la décolonisation), est important pour rendre compte de l’hétérogénéité des performances de croissance en Afrique. Bertocchi et Canova (2002) estiment que la colonisation a eu un impact négatif sur le développement des pays africains car elle a altéré le processus d’accumulation des facteurs de production et a provoqué des distorsions économiques institutionnelles (mesurées par un indicateur de « rule of law »). L’impact négatif de la colonisation dépendrait des différents modèles de colonisation : les effets les plus néfastes sont mesurés pour le Portugal, puis la Belgique, la France et finalement le Royaume-Uni qui aurait fourni un cadre institutionnel plus favorable. Engerman et Sokoff (2000, 2002) insistent quant à eux sur les différences en termes de dotations initiales en facteurs de production et d’inégalités entre les pays colonisés, notamment entre les États‑Unis et l’Amérique latine, pour expliquer les différences des sentiers de développement observées dans les Amériques. Force est de constater que la question coloniale est surtout introduite de façon analytique dans un cadre néo‑institutionnaliste par Acemoglu et ses confrères (Acemoglu 2003 ; Acemoglu, Johnson et Robinson 2001, 2005, 2011 ; Acemoglu et Robinson 2010, 2012).

9La piste suivie par Acemoglu (2003) revient à une remise en cause du théorème de Coase (1960) appliqué à la sphère politique. Une extension du théorème de Coase au domaine politique suggère que les sociétés devraient choisir des politiques et des institutions efficientes. Acemoglu récuse l’application du théorème de Coase à la politique et défend l’idée que certaines sociétés peuvent être conduites à adopter des institutions économiques inefficientes car celles‑ci sont choisies par des politiques ou des groupes politiques qui cherchent non pas à maximiser le bien‑être social, mais qui sont plutôt motivés par la défense de leurs intérêts personnels. Ce type de comportements prédateurs peut soit résulter de conflits internes aux sociétés, soit être le produit de forces extérieures telles que le pouvoir colonial. Dans cette perspective, il est indispensable de concevoir la colonisation des Européens – depuis le xve siècle jusqu’au xixe siècle, de l’Amérique latine à l’Afrique et l’Asie – comme un système politique de domination qui a imposé des institutions économiques aux sociétés colonisées. Acemoglu, Johnson et Robinson (2001) proposent ainsi une rencontre entre le politique et l’économique sous la forme d’un croisement entre un système de domination issu du pouvoir colonial et une matrice composée de règles institutionnelles plus ou moins efficientes. La question fondamentale devient celle du choix de la stratégie de colonisation.

10Acemoglu, Johnson et Robinson (2001) distinguent deux stratégies de colonisation classifiées en fonction d’un critère démographique, à savoir le nombre de colons implantés dans les colonies. Dans un premier cas, les colonies de peuplement, comme les États‑Unis, le Canada et la Nouvelle‑Zélande, ont « bénéficié » d’un afflux massif de colons sous la forme d’une immigration des pays européens colonisateurs. Dans ce type de colonies, la présence massive d’Européens aurait favorisé l’importation d’institutions des pays d’origine, en particulier les droits de propriété censés protéger les marchands et négociants européens. De même, les colonies de peuplement avaient besoin d’un système d’éducation qui offrait ainsi un capital humain indispensable à la mise en place de nouvelles technologies. En revanche, dans les Caraïbes, en Afrique, en Amérique Latine ou en Asie du Sud, lorsque l’immigration n’a pas été « suffisante » pour fournir un flux massif d’Européens, un second type de système colonial s’est implanté, basé sur des colonies d’extraction de ressources naturelles. Le système caraïbéen de plantation avec esclaves constitue un exemple typique de ces colonies d’extraction où l’importation d’une matrice institutionnelle protectrice des droits de propriété et soutenue par un capital humain de qualité n’a pas été possible. Dans ce type de colonies, la domination coloniale a créé un pouvoir politique prédateur qui n’avait aucun intérêt à étendre les institutions efficientes issues du pays colonisateur. À partir de quel(s) critère(s) tel ou tel type de stratégie de colonisation s’est‑il imposé ?

11Acemoglu, Johnson et Robinson (2001) testent l’hypothèse selon laquelle les taux de mortalité des Européens affectaient les choix de colonisation. Ces auteurs attribuent ainsi un poids considérable aux motivations des colons : ceux‑ci avaient une plus grande probabilité de quitter leur pays d’origine lorsque les taux de mortalité observés dans les colonies étaient plus faibles. Le taux de mortalité des colons est alors employé comme une variable instrumentale permettant de mesurer l’imposition d’institutions plus ou moins efficientes dans les colonies. Lorsque les taux de mortalité étaient élevés, du fait de la malaria ou de la fièvre jaune, peu de colons immigraient de sorte que le système colonial qui s’imposait était un système de colonies d’extraction accompagné d’institutions inefficientes d’un point de vue économique. En revanche, lorsque l’environnement était moins risqué, avec notamment des taux de mortalité plus faibles, les Européens étaient incités à immigrer vers les colonies, et plus grande était alors la probabilité de voir s’implanter des institutions économiques efficientes. Acemoglu, Johnson et Robinson (2001) observent une corrélation entre la faible mortalité durant la colonisation et le niveau actuel du PIB. Ils considèrent cette observation comme robuste d’un point de vue économétrique. Ces économistes néo‑institutionnalistes interprètent ce résultat comme une preuve de l’impact des stratégies de colonisation sur les sentiers de développement économique des pays colonisés. Les choix de stratégie de colonisation font partie des conditions initiales dont souffrent encore aujourd’hui les pays colonisés. En d’autres termes, les institutions coloniales ont eu tendance à persister, en particulier dans une zone géographique très touchée actuellement par les problèmes de développement, à savoir l’Afrique.

12L’argumentation principale résumée dans l’ouvrage récent d’Acemoglu et Robinson (2012) s’articule autour des concepts d’institutions inclusives et extractives. D’après ces auteurs, les institutions politiques déterminent la distribution du pouvoir politique mais aussi économique dans les sociétés. Les institutions politiques dites inclusives sont à la fois centralisées et pluralistes. Lorsque ces deux conditions ne tiennent pas, les institutions politiques sont dites extractives. Cette distinction est valable dans la sphère économique dans la mesure où il existe une synergie forte entre les sphères économiques et politiques. Les institutions inclusives favorisent la croissance en protégeant les droits de propriété et en favorisant l’innovation et la compétition entre les individus. En revanche, les institutions extractives bloquent les mécanismes de la croissance économique. Selon les auteurs, les institutions politiques extractives concentrent le pouvoir entre les mains d’une élite restreinte et placent peu de contraintes sur l’exercice de ce pouvoir. Les institutions économiques extractives accompagnent alors les institutions politiques extractives. L’enjeu pour l’élite restreinte est bien de conserver le pouvoir politique pour éviter une distribution plus élargie des richesses au profit du plus grand nombre car celle‑ci conduirait alors à l’affaiblissement de cette élite.

13Le problème principal de l’analyse d’Acemoglu et Robinson (2012) est qu’elle n’explique pas la persistance des institutions inclusives dans le temps. En particulier, un scénario possible serait que l’élite au pouvoir choisisse de rendre inclusif le pouvoir politique afin d’accroître les gains économiques liés à une ouverture économique. En d’autres termes, l’élite politique inclusive pourrait comprendre que l’ouverture politique et économique puisse provoquer une augmentation des richesses de sorte qu’une distribution moins inégalitaire de celles‑ci ne provoquerait pas une baisse de leur pouvoir économique, bien au contraire. C’est par exemple la voie que la Corée du Sud a empruntée, connaissant ainsi le passage d’un régime autoritaire à un régime politique plus ouvert. Les études de cas pourraient être élargies : la plupart des pays d’Europe occidentale – France et Allemagne en particulier – ont connu leur révolution industrielle sous des régimes autoritaires et belliqueux – respectivement le troisième empire de Napoléon III et la Prusse de Bismarck. Par ailleurs, la monarchie parlementaire anglaise ne fonctionnait pas sous les principes de la démocratie moderne puisque seule une minorité disposait d’un pouvoir politique auquel était associé un pouvoir économique.

  • 4 Acemoglu et Robinson 2012, p. 81.
  • 5 Acemoglu et Robinson 2012, p. 402.

14Si la question posée par Acemoglu et Robinson – pourquoi ne pas toujours choisir la prospérité ? 4 – est donc particulièrement intéressante, et si le cadre théorique est également très convaincant, force est de constater que les préconisations et les conclusions sont très décevantes : « The solution to the economic and political failure of nations today is to transform their extractive institutions toward inclusives one » 5. Selon nous, cette limite peut s’expliquer par deux faiblesses principales du cadre théorique. En premier lieu, celui‑ci est construit sur l’hypothèse de rationalité des décisions. En deuxième lieu, les auteurs n’envisagent l’héritage colonial qu’à travers l’effet qu’il peut produire sur les institutions économiques mais pas sur le comportement des élites dites inclusives. Aussi, la section suivante envisage les écrits des anciens institutionnalistes du point de vue de leur contribution aux hypothèses de comportements des agents économiques, hypothèses qui trouveront leur utilité pour comprendre la rationalité des décisions de l’élite inclusive. Nous verrons notamment que, si les hypothèses comportementales des anciens institutionnalistes sont retenues, le comportement des élites inclusives peut alors se comprendre par l’héritage colonial : celui‑ci intervient en particulier sur le façonnement du comportement des élites inclusives.

1.2. Institutions, comportement et héritage colonial

15Dans cette section, nous insistons sur les deux contributions de Commons et de Veblen. D’une part, Veblen démontre que les institutions sont le produit d’un processus d’évolution culturelle. Elles sont notamment dérivées des instincts humains. L’apport de Commons porte quant à lui sur la compréhension des institutions comme des actions collectives qui contrôlent l’action individuelle. Elles prennent notamment la forme de coutumes qui persistent dans le temps.

  • 6 Veblen 1914, p. 1.
  • 7 Veblen 1914, p. 4.
  • 8 Veblen 1914, p. 5. Voir également Veblen 1899b, p. 13 : « Par une nécessité sélective, l’homme est (...)

16Veblen s’oppose à la vision hédoniste, dont il croit voir en Bentham la figure emblématique, selon laquelle l’homme est ce lieu passif livré à une mécanique des plaisirs et des peines. Plutôt qu’un être de raison, l’homme est dominé par un agencement de pulsions ou inclinaisons (« inclinations ») variables au cours du temps. Veblen distingue deux structures du comportement humain : les tropismes et les instincts 6. D’après lui, la routine et les détails de la vie humaine sont, en dernière instance, déterminés par les instincts. Ces inclinaisons naturelles dirigent l’activité humaine. Si les tropismes consistent en des réponses automatiques de l’individu à des stimuli extérieurs, l’action instinctive est téléologique et implique une conscience de soi et une adaptation à une fin visée 7. Les fins de la vie, les objectifs à atteindre sont donc déterminés par les inclinaisons instinctives de l’homme 8.

  • 9 Veblen 1914, p. 13.
  • 10 Veblen 1914, p. 15.
  • 11 Veblen 1914, p. 14.

17En effet, chez Veblen, les instincts sont des caractéristiques secondaires de l’espèce, des « traits héréditaires » 9, produit des activités physiologiques. Il existe une diversité des instincts à la fois au niveau individuel et au niveau du groupe, diversité sous la tutelle d’un classement hiérarchique : il en est ainsi de la diversité entre les peuples européens et les peuples des colonies 10. La diversité est plus faible pour les cultures inférieures, du fait d’une plus grande uniformité, à la fois au niveau biologique et culturel 11.

  • 12 Veblen 1914, p. 14.
  • 13 Veblen 1899b, p. 13.
  • 14 Veblen 1899b, p. 13.
  • 15 Aron 1970, p. xxi.
  • 16 Aron 1970, p. xxv.

18Les stocks raciaux diffèrent ainsi par leurs instincts, et en particulier par rapport à l’« instinct of workmanship » 12, ou instinct artisan, qui regroupe l’attitude de l’homme vis‑à‑vis du « goût de l’effort efficace » 13. L’instinct artisan permet d’apprécier, de « sentir » suivant la terminologie de Veblen, le rendement de l’activité, de l’effort, de la capacité humaine. Lorsque les circonstances ou les traditions incitent les individus à nouer des relations envisagées sous le prisme de l’efficacité, l’instinct artisan peut conduire à l’émulation ou à la comparaison 14. En d’autres termes, l’instinct artisan caractérise l’homme de travail 15 qui pousse l’homme à maîtriser la nature et, par voie de conséquence, à modeler la société. Comme le rappelle Aron, l’instinct artisan est le plus indispensable pour le progrès de la civilisation et prospère majoritairement dans les zones modérées 16.

  • 17 Le concept de « trust » renvoie à la situation des États‑Unis à la fin du xixe siècle où des grand (...)
  • 18 Veblen 1904, p. 497.
  • 19 Veblen 1914, p. 13.
  • 20 Veblen 1914, p. 15.
  • 21 Veblen 1914, p. 18.
  • 22 Veblen 1914, p. 18.
  • 23 Veblen 1914, p. 16‑17.
  • 24 Veblen 1914, p. 24.

19Dans un article sur les trusts 17, Veblen associe des attributs économiques d’entrepreneuriat à une « race », la « race » européenne, dont il localise l’origine en Europe du Nord 18. Une culture, dans le cas étudié une culture d’entreprise, serait portée par un stock racial. Dans un article de portée plus générale, il envisage la possibilité de variations individuelles au sein de la « race » humaine 19. Veblen (1913) propose ainsi une application du principe de mutation à l’émergence de la « race blonde ». Il défend la thèse selon laquelle le type blond serait le résultat d’une mutation du « stock méditerranéen ». En effet, même si Veblen (1914) accepte le concept de stocks raciaux, il est possible selon lui de distinguer un type générique humain. Malgré les rencontres hybrides, ce type humain générique se dégage par un processus de sélections et d’adaptations aux circonstances. Il est conçu comme « une moyenne générale de la nature humaine » 20. Il en est ainsi de la « race » européenne qui est en réalité un mélange de « races ». Les types raciaux sont stables alors que, étant donné le changement continuel des circonstances, les institutions évoluent dans le cadre d’un processus d’adaptation cumulative 21. Les types nationaux traversent les stocks raciaux car ils sont des hybrides de « races ». Les nations occidentales sont le résultat d’une lutte concurrentielle pour la survie entre les différents stocks raciaux européens 22, lutte face aux changements imposés par de nouvelles situations et contraintes culturelles 23. Les variations raciales sont peu considérables mais une très faible variation peut exercer une incidence forte lorsqu’elle agit de façon cumulative à travers un système d’institutions 24. Toute « race » est, en dernier ressort, à la merci de ses instincts de sorte que, lorsqu’une civilisation ne révise pas ses institutions du fait de ses instincts, elle risque de décliner voire de disparaître.

  • 25 Veblen 1914, p. 18.

20Veblen dépasse cependant la référence raciale et propose également une explication plus poussée de cette relation ; la thèse principale étant que la culture véhicule un certain nombre de modes de pensée hérités de croyances religieuses, croyances et modes de pensée favorisant l’émergence de certaines institutions économiques telles que l’instinct artisan. La dimension religieuse est également présente pour qualifier la civilisation européenne mais Veblen ne s’inscrit pas dans une différenciation entre catholiques et protestants et préfère utiliser le terme de « chrétienté (christendom) » 25.

  • 26 Veblen 1899, p. 137‑138, 149‑150.
  • 27 Veblen 1914, p. 17.

21La dimension culturaliste semble finalement dominante chez Veblen de sorte que les différences s’expriment comme des différences culturelles, comme lors de son analyse comparative des pensées économiques anglaise et française. Français et Anglais font partie d’une seule communauté : la culture européenne. Pourtant, des croyances et une vie religieuse différentes entre les Anglais et les Français conduisent à une personnalisation plus faible chez les Anglais par rapport aux Français. Cela implique une allégeance plus forte aux lois impersonnelles plutôt qu’à une personne supérieure, c’est‑à‑dire un système institutionnel moins autoritaire chez les Anglais. Deux cultures différentes ont induit la formation de différents corps d’habitudes de pensée et, in fine, d’institutions différentes ; ainsi qu’un rapport à la connaissance différente ou plutôt une inclinaison vers la recherche de détention de connaissances complètement différentes 26. D’un point de vue plus général, le processus de changement et d’adaptation aux nouvelles circonstances culturelles, notamment l’adaptation aux nécessités matérielles de la vie et aux conditions économiques, conduit à l’adoption de nouvelles habitudes de travail et de pensée dans la communauté ; ce qui installe de nouveaux principes de conduite 27.

  • 28 Veblen 1898a, p. 193.
  • 29 Veblen 1898a, p. 195.
  • 30 Veblen 1898a, p. 198.
  • 31 Veblen 1898a, p. 192.
  • 32 Veblen 1898a, p. 195.

22La prédominance de la vision culturaliste s’explique par une conception de l’homme comme un animal qui réagit aux stimuli de son environnement 28. L’action et la pensée s’influencent mutuellement et de façon cumulative 29. L’homme est une créature d’habitudes et de propensions, inclinaisons, dispositions à faire 30. Toute action instinctive est de nature téléologique ; elle suppose un but, l’atteinte d’un objectif et implique un certain degré d’intelligence pour surveiller l’atteinte du but. Chez Veblen, on pourrait dire « je travaille donc je suis » : « la vie de l’homme est activité ; et il pense et ressent comme il agit » 31. Les modes de pensée, les habitudes ne sont pas seulement de nature individuelle ; ils sont également de nature collective 32. Les habitudes se transforment en aptitudes et se transmettent à la fois au niveau individuel et au niveau collectif.

23Ce qui constitue le point commun de toutes les approches institutionnalistes selon Commons (1931) est qu’une institution pourrait être définie comme étant une action collective qui contrôle, libère et étend le champ de l’action individuelle :

24- L’institution est une action collective, ce qui implique qu’il ne faut pas analyser les problèmes institutionnels du point de vue de la rationalité individuelle.

25- L’action collective contrôle l’action individuelle : contrôle par contrat, par interdiction, tabou, coutume. Par tous ces moyens de contrôle, les institutions établissent des relations de droits et d’obligations (peut ou ne peut pas faire, doit faire ou ne doit pas faire). Elles permettent le fonctionnement de la société (et en particulier des transactions) en définissant des règles qui sont modifiées au cours de l’histoire. Par exemple, la coutume est formalisée dans le droit coutumier, né de la résolution de conflits d’intérêts. La coutume représente une forme complète d’action collective, très efficace et universelle. On est donc bien dans l’intersection du droit et de l’économie auquel Commons ajoute l’éthique : cette dernière concerne les règles de conduite qui naissent du conflit d’intérêts et qui sont sanctionnées par la morale ; l’économie est contrainte par ces règles et est sanctionnée par le profit ou la perte ; le droit se fonde également sur ces règles mais sanctionne par la violence. La rencontre entre ces trois sanctions délimite le champ d’évaluation de l’économie institutionnaliste.

  • 33 Commons 1931, p. 651.

26- L’action collective est libératoire car elle « libère l’action individuelle de la coercition, de la contrainte, de la discrimination ou de la concurrence déloyale exercées par d’autres individus 33 ». Elle offre donc une sécurité pour que les individus s’expriment sans contrainte.

27- L’action collective est expansive car elle offre à l’individu la possibilité de s’exprimer au‑delà de ses propres moyens. Elle étend le champ d’action de l’individu à des ensembles.

  • 34 Commons 1931, p. 652.

28Commons précise alors sa conception de l’action individuelle : les actions individuelles sont littéralement des transactions et non un comportement individuel ou un échange de marchandises 34. Il distingue trois types de transactions. Les transactions de marchandage tout d’abord, dont le domaine est le marché, traitent des relations d’échange et sont fondées sur l’égalité entre participants. Les transactions de direction ensuite, qui produisent la richesse, sont fondées sur un rapport d’inégalité entre les participants. Les transactions de répartition enfin participent de la négociation et sur un rapport d’autorité.

29Que retenir de ces deux contributions pour notre propos ? Dans l’analyse des néo‑institutionnalistes, le comportement est rationnel au sens standard. Il en est ainsi lorsqu’Acemoglu et Robinson (2012) analysent le comportement des élites extractives. Celles‑ci maximisent leur utilité et cherchent à maximiser leurs gains. L’atteinte de cet objectif suppose, et même implique, le maintien d’institutions politiques extractives. Le raisonnement est brillant mais il suppose que les élites extractives soient autonomes : dans le cadre théorique, il n’est pas possible de faire intervenir l’impact de l’héritage colonial sur le comportement des élites extractives.

30L’apport principal des écrits des anciens institutionnalistes s’inscrit dans cette perspective. Commons et Veblen proposent une conception différente du comportement des agents économiques : ceux‑ci agissent de manière coutumière, habituelle et tendent à reproduire les comportements passés. De plus, les agents économiques agissent en fonction de leurs instincts qui sont hérités également d’un processus de reproduction du passé. Les institutions ne sont donc pas seulement des droits de propriété ou des règles de droit mais des modes de pensée qui se transmettent dans le temps, prennent la forme d’habitudes et se transforment finalement en aptitudes, en capacité à réagir, et dans le cas qui nous intéresse de la malédiction des ressources naturelles en capacité à gérer une rente en hydrocarbures. De plus, ces modes de pensée, habitudes, et, in fine, cette capacité à agir et à réagir à l’environnement, sont non seulement individuels mais également de nature collective.

31Survient alors dans notre raisonnement la question de l’héritage colonial. Ce dernier n’intervient pas seulement à travers les canaux traditionnels (routes, voies ferrées, institutions politiques et types de système économique) mais également à travers les habitudes, les coutumes, les inclinaisons à agir qui ont été transmises aux sociétés colonisées et en particulier aux segments les plus en contact avec la société coloniale, en d’autres termes à l’élite. Si on revient à la thèse d’Acemoglu et Robinson (2012), en y intégrant les hypothèses de comportement des anciens institutionnalistes, on en déduit que le comportement extractif des élites peut s’expliquer par cet héritage colonial. En effet, une des caractéristiques de nombreuses sociétés coloniales était leur dimension extractive : le projet colonial était d’extraire les ressources naturelles et de rapatrier ensuite les gains vers la métropole. Si on accepte l’hypothèse institutionnaliste de comportement, on peut en déduire que ce fonctionnement a persisté après l’indépendance des pays, de sorte que la malédiction des ressources naturelles aurait bel et bien un fondement institutionnaliste qui se situe dans les comportements de l’élite extractive qui reproduirait le comportement de l’ancienne élite coloniale.

2. Étude de cas : d’Alger à Beyrouth

32Dans cette section, nous présentons deux études de cas afin d’illustrer le processus de transmission institutionnelle présenté à la section précédente. Il s’agit d’estimer la transmission de mentalités et d’habitudes de comportement présentes à la période coloniale et qui ont persisté avec les indépendances, tout en présentant un impact économique direct ou indirect. Après avoir adopté une démarche globale et quantitative qui a mis en évidence l’impact de l’héritage colonial dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique (Parent et Zouache 2012), nous avons choisi d’examiner de manière plus précise les mécanismes de transmission des institutions économiques dans les pays arabes. Dans cette section, nous utiliserons des résultats obtenus pour l’Algérie et le Liban. Nous n’entrons pas dans le détail de l’argumentation et renvoyons le lecteur à nos publications sur ce sujet (Zouache 2012 ; Diss et Zouache 2015).

2.1. Le cas de la stratégie de développement de l’Algérie

33Du point de vue de la politique économique, la stratégie de développement algérienne s’inscrit dans la tradition de la planification collectiviste. Elle suppose que l’indépendance économique est une condition de l’indépendance politique. Or, la stratégie socialiste de développement à l’algérienne n’est pas la résultante de son ancrage géopolitique avec le bloc de l’Est mais constitue bel et bien un legs de la colonisation. Il est intéressant de noter que cet héritage colonial, relatif à la stratégie de développement de l’Algérie, est en partie le fruit de la prise de conscience d’au moins une partie des autorités françaises de l’échec du projet colonial français et de l’enjeu que constitue l’Algérie dans le nouveau contexte géopolitique issu de la Seconde Guerre mondiale (Morgaut 1962). L’héritage colonial des débats relatifs à l’industrialisation de l’Algérie s’exerce au moins à trois moments : lors de la commission des réformes économiques musulmanes (1944), lors des débats qui ont précédé et suivi le plan de Constantine (1958) et lors des accords d’Évian (1962).

34Seule une petite industrie « européenne » existe depuis les années 1930. Par contre, il n’existe pas d’industries « musulmanes ». Le projet d’une industrialisation de l’Algérie est né du choc de la défaite de 1940. Les produits alimentaires les plus élémentaires manquant, une industrie agro‑alimentaire s’improvise et fournit des produits de remplacement. La commission des réformes musulmanes (21 décembre 1943-8 juillet 1944) insiste sur la nécessité d’industrialiser l’Algérie à travers la création d’industries nouvelles capables d’absorber un plus grand nombre de « travailleurs musulmans ». La commission propose au total un programme de dépenses d’investissement de 21 milliards d’anciens francs pour vingt ans dont la charge devait être partagée entre l’Algérie et la métropole. Le gouvernement général lance alors un plan d’industrialisation en 1946. Malgré ces efforts, l’Algérie ne s’industrialise pas dans les années d’après‑guerre. De plus, la faible industrialisation existante ne touche pas la population « musulmane ». En effet, les propositions de réformes économiques et sociales ne seront pas adoptées. Le rapport Maspétiol (1955), qui propose un état des lieux des relations financières entre l’Algérie et la métropole, reprendra certaines des conclusions de la commission de 1944 en insistant sur la nécessité de programmes d’investissements ordonnés autour d’un plan de long terme. Les propositions du rapport Maspétiol subiront le même sort que celles de la commission des réformes de 1944.

  • 35 Perroux 1962, p. 258.

35Le plan de Constantine (1958), souvent appréhendé par son volet immobilier (construction de logements), était également un plan de développement économique et social dont l’objectif était l’industrialisation de l’Algérie. Il prévoyait notamment la construction d’une raffinerie à Alger, d’un complexe pétrochimique à Arzew et d’une usine de sidérurgie à Annaba. Enfin, en sus de la déclaration de principe sur le pétrole et le gaz, les accords d’Évian (1962) incluent une déclaration de principes relative à la coopération économique et financière 35 censée faciliter les transferts technologiques.

36Des experts français se réunissent à la fin des années 1950 et au début des années 1960 pour penser le développement de l’Algérie. Leurs réflexions sont notamment réunies par l’économiste français le plus célèbre de l’époque, François Perroux, dans un ouvrage édité au troisième trimestre de 1962, au lendemain de l’indépendance. Son titre, L’Algérie de Demain, est à la fois évocateur et révélateur. Certains de ces experts ont conscience du legs de la stratégie économique coloniale à l’Algérie indépendante, en particulier de l’impact du plan de Constantine sur les choix de stratégie de développement de l’Algérie :

  • 36 Darbel et Rivet 1962, p. 69.

Avec des moyens politiques et psychologiques souvent meilleurs, avec une expérience nouvelle, ils auront à repenser le plan de développement de leur pays, et bien des choses laissent présager que leurs options ne seront pas si éloignées de certaines de celles du plan de Constantine 36.

  • 37 Lambert 1962, p. 107.

37La stratégie de développement à l’algérienne est donc bien héritée des débats français relatifs à l’industrialisation de la colonie. À titre d’illustration, Lambert suggère dans son texte sur « les choix de l’économie algérienne », la création d’un centre sidérurgique « sur les confins tunisiens ou marocains » ce qui permettrait « de modifier les conditions de localisation et de développer une infrastructure industrielle dans une zone d’économie traditionnelle 37 ». Ainsi, les leaders politiques algériens qui réalisaient que le développement du pays (« de l’économie nationale ») dépendait d’une industrialisation rapide, rejoignaient en cela les préoccupations des Français à la fin de la période coloniale. Évidemment, ils pensèrent que cette industrialisation pourrait être financée par les revenus issus de l’exploitation du pétrole et du gaz plutôt que par le surplus limité issu d’une agriculture relativement peu productive.

2.2. Le cas du système confessionnel libanais

  • 38 Voir par exemple la contribution (« Une approche de l'économie politique libanaise : éléments de r (...)

38Il est de connaissance commune que le système confessionnel libanais est la source d’une instabilité politique qui ne favorise pas le développement économique du pays, voire favorise un capitalisme de prédation et de rente autour de l’économie immobilière 38. L’insécurité politique est synonyme d’une insécurité économique qui se traduit notamment par la difficulté de mener des investissements productifs. L’histoire économique du Liban est aussi l’histoire de sa désindustrialisation progressive. Or, on oublie souvent de noter que ce système politique n’est pas récent et est le fruit de l’héritage colonial lorsque se croisent, à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, la fin de l’Empire ottoman et le début de la présence française au Liban et en Syrie. La guerre civile entre les Maronites et les Druzes en 1860 sert de prétexte à une intervention politique européenne (et militaire française) sur le sol de l’Empire ottoman. La conférence de Constantinople, en juin 1861, définit l’organisation d’un État autonome au Mont-Liban, avec une majorité chrétienne, isolée des autres districts à majorité musulmane. Les Ottomans ne pouvaient plus intervenir militairement sur le Mont‑Liban mais n’avaient pas non plus la possibilité de lever de taxes. À partir de 1864, le Mont‑Liban commence à gérer son budget et élit son propre Conseil administratif par le vote de dignitaires locaux. Les gouverneurs locaux des sept districts composant le Mont‑Liban étaient nommés sur une base confessionnelle suite à un consensus établi avec les puissances européennes qui avaient participé à la conférence (Autriche, France, Grande‑Bretagne, Prusse, Russie puis Italie). La distribution confessionnelle des administrateurs locaux était la suivante : un Maronite pour chacun des quatre premiers districts (Batroun, Kesrawan, Metn, Jezzine), un Grec-orthodoxe pour la Koura, un Grec-catholique pour Zahleh et un Druze pour le Chouf (Makdisi et Marktanner 2008 ; Makdisi et Sadaka 2003). Aussi, la formation du Grand Liban pendant le Mandat français était coordonnée de façon étroite avec le patriarche maronite. Cela renforça le poids politique et économique de la communauté maronite tout en affaiblissant le pouvoir central du fait de la domination française (Makdisi et Marktanner 2008 ; Makdisi et Sadaka 2003).

39Bien que la constitution de l’État indépendant garantisse des droits égaux pour tous les citoyens, l’article 95 institué en 1926 et conservé dans la constitution à l’indépendance (1943), prévoit que les communautés religieuses seront représentées de façon équitable dans l’emploi public et les postes ministériels (Makdisi et Sadaka 2003). Le principe de représentation équitable ne fait dès lors pas l’objet d’un texte écrit mais est le résultat d’un accord informel entre les leaders politiques (« Le Pacte National », 1943). Cet accord stipule que la présidence de la République est dévolue à un chrétien maronite, le président du Parlement doit être issu de la communauté chiite, et le poste de premier ministre est réservé à un musulman sunnite. Cet arrangement sera formalisé dans les accords de Taëf (1989). Il s’accompagne d’une distribution sur le mode confessionnel des postes des hauts fonctionnaires. Ainsi, les postes dans les cabinets ministériels par exemple doivent être distribués entre les six principales communautés religieuses du pays, tout en respectant plus globalement le principe d’équité entre les musulmans et les chrétiens.

40Néanmoins, après l’indépendance, les sièges parlementaires sont à une faible majorité (55 %) attribués à la communauté chrétienne. De plus, le président est doté de pouvoirs exécutifs non négligeables : il préside le conseil des ministres, nomme le premier ministre et les membres du cabinet après consultation. De telles prérogatives présidentielles font dire à Makdisi et Sadaka (2003) que la communauté maronite émergea comme la communauté religieuse la plus influente de 1943 à 1975. Elle était d’autant plus influente que ce positionnement politique lui permettait également d’avoir un poids économique plus important, notamment par la distribution des postes de gestion économique des administrations et des entreprises publiques. D’après ces auteurs, ce déséquilibre confessionnel affaiblissait l’État libanais face aux chocs extérieurs, tels que la guerre de 1967 qui fut suivie d’un afflux massif de réfugiés palestiniens au Liban. Une telle faiblesse expliquerait ainsi la guerre civile connue par le Liban de 1975 à 1990.

41L’accord de Taëf marque la fin de la guerre civile et institue le fonctionnement du système confessionnel actuel. L’accord conserve l’esprit d’un fonctionnement du système politique libanais sur une base confessionnelle. L’objectif est néanmoins de rééquilibrer ce système entre les deux principales communautés religieuses, les musulmans et les chrétiens. La dimension présidentielle du régime est, en particulier, affaiblie tandis que le pouvoir du premier ministre, musulman sunnite, et celui du président du Parlement, chiite, se trouvent renforcés. Ainsi, la nouvelle constitution stipule que la nomination du premier ministre doit se faire en consultation avec les membres du Parlement. La durée du mandat du président de la chambre passe de 1 an à 4 ans. De plus, l’accord spécifie une représentation égalitaire de la représentation des communautés musulmanes et chrétiennes.

42D’après certains commentateurs, cet accord a renforcé les sunnites, maintenus à la présidence d’un conseil doté de pouvoirs élargis, cela étant compensé, pour le Hezbollah, par l’octroi officiel de la force militaire (Berthelot 2010). L’affaiblissement des chrétiens s’expliquerait par l’affaiblissement des prérogatives du président de la République. Pourtant, il faut noter que ceux‑ci conservent une surreprésentation parlementaire avec 50 % des sièges malgré la baisse de leur poids démographique. Makdisi et Sadaka (2003) considèrent quant à eux que l’accord de Taëf a essentiellement institutionnalisé une règle de fonctionnement politique qui persiste aujourd’hui sous le régime d’une troïka composée du président de la République, du président du Parlement et du premier ministre.

Conclusion

43Notre article adopte une interprétation institutionnaliste de l’héritage colonial sur le sentier de développement économique des pays arabes. Dans la littérature contemporaine sur l’héritage colonial (Acemoglu et Robinson 2012), les économistes insistent sur le rôle des institutions économiques, comme les droits de propriété, la sécurité des échanges, la dimension impersonnelle des transactions, pour expliquer les divergences de croissance entre les pays développés et les pays en développement. Néanmoins, de notre point de vue, cette littérature néo‑institutionnaliste n’offre pas une explication convaincante de la persistance d’institutions « inefficientes » dans les pays en développement, en partie car elle suppose que les agents sont rationnels au sens économique du terme, c’est‑à‑dire qu’ils cherchent à maximiser leur utilité. En outre, lorsqu’il s’agit du monde arabe, cette littérature pointe les institutions « islamiques » comme blocage au développement (Kuran 2012, voir à ce sujet Maucourant 2012), appliquant ainsi à la sphère économique un point de vue que l’on peut qualifier de néo‑orientaliste.

44Insatisfait de ces explications, notre article se retourne donc vers les écrits des anciens institutionnalistes que sont Veblen et Commons, afin de proposer une explication de la persistance dans le temps d’institutions « inefficientes ». Concernant le monde arabe, il s’agit en effet de comprendre pourquoi des institutions économiques et politiques, de nature prédatrice et rentière, ont persisté malgré les indépendances. Une piste intéressante, de notre point de vue, est d’adopter une hypothèse institutionnaliste qui considère que les décisions des agents ne sont pas automatiquement rationnelles. Au contraire, les individus, mais aussi les systèmes, ont tendance à se reproduire dans le temps, les comportements étant coutumiers, soumis aux passions et aux habitudes. Aussi, dans le cas du monde arabe, il semble possible de supposer que les comportements prédateurs, exclusifs des anciennes élites coloniales aient pu persister après les indépendances, et aient même été reproduits par les nouvelles élites post‑coloniales, empêchant ainsi l’émergence d’institutions économiques et politiques de nature inclusive. Dans l’article, cette hypothèse de travail est testée dans le cas de deux pays arabes. Un premier pays, l’Algérie, a vu sa stratégie de développement économique s’inscrire de manière étroite dans la lignée de la stratégie de développement des anciennes autorités coloniales. Concernant le deuxième pays, le Liban, nous avons pu constater que le système politique confessionnel issu de la domination coloniale a été confirmé, puis constitutionnalisé et, enfin, institutionnalisé plus récemment par les nouvelles élites dirigeantes.

Bibliographie

Acemoglu Daron, 2003, « Why not a political Coase theorem? Social conflict, commitment, and politics », Journal of Comparative Economics 31, p. 620‑652.

Acemoglu Daron, Johnson Simon et Robinson James A.,

2001, « The Colonial Origins of Comparative Development: An Empirical Investigation », American Economic Review 91/5, p. 1369‑1401.

2005, « Institutions as a fundamental cause of long‑run growth », in Philippe Aghion et Steven N. Durlauf (éd.), Handbook of Economic Growth, Vol. 1A, Amsterdam, North‑Holland, p. 386‑472.

2010, « Why is Africa Poor? », Economic History of Developing Regions 25/1, p. 21‑50.

2011, « Hither Thou Shalt Come, But No Further: Reply to “The Colonial Origins of Comparative Development: An Empirical Investigation: Comment” », NBER Working Paper 16966, Avril, p. 1‑49.

Acemoglu Daron et Robinson James A., 2012, Why Nations Fail. The Origins of Power, Prosperity, and Poverty, Londres, Profile Books.

Aron Raymond, 1970, « Avez‑vous lu Veblen ? », in Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisirs, Paris, Gallimard, p. vii‑xli.

Ayres Clarence, 1944, The Theory of Economic Progress, 2nd Edition, 1962, New York : Shocken.

Bertocchi Graziella et Canova Fabio, 2002, « Did colonization matter for growth? An empirical exploration into the historical causes of Africa’s underdevelopment », European Economic Review 46, p. 1851‑1871.

Berthelot Pierre, 2010, « Vers une polarisation durable de la vie politique libanaise ? », Maghreb-Machrek 205, p. 7–30.

Bonin Hubert, 2009, « Les banques et l’Algérie coloniale : mise en valeur impériale ou exploitation impérialiste ? », Outre-Mers. Revue d’Histoire 97/362‑363, p. 213‑226.

Bourdieu Pierre, Darbel Alain, Rivet Jean-Paul et Seibel Claude, 1963, Travail et travailleurs en Algérie, Paris/La Haye, Éditions Mouton.

Coase Ronald,

1937, « The Nature of the Firm », Economica 4 (16), p. 386‑405.

1960, « The Problem of Social Cost », Journal of Law and Economics 3, p. 1‑44.

Commons John Rogers,

1907 [rééd. 2010], Races and Immigrants in America, Londres/La Vergne, The Macmillan Company et Kessinger Publishing Rare Reprints.

1931, « Institutional Economics », The American Economic Review 21/4, p. 648‑657.

1934a [rééd. 2005], Institutional Economics. Its place in Political Economy. Vol. 1, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers.

1934b [rééd. 2005], Institutional Economics. Its place in Political Economy. Vol. 2, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers.

Darbel Alain et Rivet Jean-Paul, 1962, « Emploi et Développement en Algérie », in François Perroux (éd.), L’Algérie de Demain, hors-série de la revue Tiers Monde, Paris, P.U.F, p. 69‑93.

Destanne de Bernis Gérard,

1966, « Industries industrialisantes et contenu d’une politique d’intégration générale », Économie Appliquée 19, p. 415‑473.

1971, « Les industries industrialisantes et les options algériennes », Tiers-Monde 12/47, p. 545‑563.

1972, « La Lybie et l’Algérie : stratégies de développement comparées », in Jean-Claude Santucci et Maurice Floury (éd.), Annuaire de l’Afrique du Nord, vol. 10, Paris, Éditions du CNRS.

1998, Furtado et l’économie mondiale (Cahiers du Brésil Contemporain 33‑34), p. 59‑67.

Diss Mostapha et Zouache Abdallah, 2015, « Une étude de la répartition confessionnelle au Liban », Revue d’Économie Politique 125/4, p. 527‑546.

Easterly William, 2007, The White Man’s Burden, New York, Penguin Books.

Engerman Stanley et Solokoff Kenneth,

2002, “Factor Endowments, Inequality, and Paths of Development among New World Economies”, Economia 3 (1), p. 41‑88.

2000, “Institutions, Factor Endowments, and Paths of Development in the New World”, Journal of Economic Perspectives 14 (3), p. 217‑232.

Frankel Jeffrey, 2010, The Natural Resource Curse : A Survey, NBER Working Paper n15836, NBER : Cambridge, p. 1‑47.

Kuran Timur, 2012, The Long Divergence: How Islamic Law Held Back the Middle East, Princeton, Princeton University Press.

Lambert Denis, 1962, “Les choix de l’économie algérienne : développement asymétrique et développement harmonisé”, in Perroux François (éd.), L’Algérie de demain, Paris, Presses Universitaires de France, p. 95‑112.

La Porta Rafael, Lopez De Silanes Florencio, Shleifer Andrei et Vishny Robert, 1999, « The Quality of Government », Journal of Law, Economics and Organizations 15/1, p. 222‑282.

Makdisi Samir et Sadaka Richard, 2003, « The Lebanese Civil War », Lecture and Working Paper Series 3, Beyrouth, American University of Beirut (Institute of Financial Economics), p. 1‑53.

Makdisi Samir et Marktanner Marcus, 2008, « Trapped by consociationalism: The case of Lebanon », Lecture and Working Paper Series 1, Beyrouth, American University of Beirut (Institute of Financial Economics), p. 1‑31.

Maucourant Jérôme, 2012, « New Institutional Economics and History », Journal of Economic Issues XLVI, p. 193‑207.

Ménard Claude et Shirley Mary, 2005, “Introduction”, in Ménard C. et M. Shirley (éd.), Handbook of New Institutional Economics, Springer, Dordrecht, p. 1‑18.

Mitchell Wesley, 1913, Business Cycles, Berkeley : University of California Press.

Morgaut Marc‑Edmond, 1962, « L’Algérie, test mondial du développement », in François Perroux (éd.), L’Algérie de Demain, numéro hors-série de la revue Tiers Monde, Paris, P.U.F., p. 55‑68.

North Douglas,

1981, Structure and Change in Economic History, New York, W.W. Norton.

1990, Institutions, Institutional Change, and Economic Performance, New York, Cambridge University Press.

2005, Understanding the Process of Economic Change, Princeton, Princeton University Press.

North Douglas et Thomas Robert Paul, 1973, The Rise of the Western World. A New Economic History, Cambridge, Cambridge University Press.

North Douglas, Wallis John J. et Weingast Barry R., 2009, Violence and Social Orders, Cambridge, Cambridge University Press.

Parent Olivier et Zouache Abdallah, 2012, « Geography versus Institutions: New Perspectives on the Growth of Africa and the Middle East», Journal of Institutional and Theoretical Economics 168/3, p. 488‑518.

Perroux François, 1962, L’Algérie de Demain, Paris, P.U.F.

Rapport Maspétiol, 1955, Rapport du groupe d’études des relations financières entre la métropole et l’Algérie, 223 pages.

Rutherford Malcolm, 2003, « Institutional Economics : Then and Now », Journal of Economic Perspectives 15 (3), p. 173‑194.

Salibi Kamal, 1965 [rééd. 2003], Histoire du Liban du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Naufal.

Veblen Thorstein,

1898a, « The Instinct of Workmanship and the Irksomeness of Labor », American Journal of Sociology 4/2, p. 187‑201.

1898b [rééd. 1990], « Why Is Economics Not an Evolutionary Science? », in The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 56‑81.

1899a, « The Preconceptions of Economic Science », The Quarterly Journal of Economics 13/2, p. 121‑150.

1899b [rééd. 1970], Théorie de la classe de loisir [The Theory of the Leisure Class], Paris, Gallimard.

1904 [rééd. 1990], « An Early Experiment in Trusts », in The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 497‑509.

1913 [rééd. 1990], « The Mutation Theory and the Blond Race », in The Place of Science in Modern Civilization and other Essays, New Brunswick/Londres, Transaction Publishers, p. 457-476.

1914 [rééd. 1918], The Instinct of Workmanship and the State of the Industrial Arts, New York, B.W. Huebsch.

1917 [rééd. 2008], An Inquiry into the Nature of Peace and the Terms of its Perpetuation, Charleston, Bibliobazaar.

Williamson Oliver, 1995, “Hierarchies, Markets and Power in the Economy : An Economic Prespective”, Industrial and Corporate Change 4 (1), p. 21‑49.

Zouache Abdallah, 2012, « État, Héritage Colonial et Stratégie de Développement en Algérie », Les Cahiers du Cread 100, p. 7‑36.

Notes

1 Rutherford 2003, p. 174.

2 Menard et Shirley 2005, p. 1.

3 Menard et Shirley 2005, p. 1.

4 Acemoglu et Robinson 2012, p. 81.

5 Acemoglu et Robinson 2012, p. 402.

6 Veblen 1914, p. 1.

7 Veblen 1914, p. 4.

8 Veblen 1914, p. 5. Voir également Veblen 1899b, p. 13 : « Par une nécessité sélective, l’homme est un agent. Il se perçoit lui‑même comme le centre d’un déploiement d’activité impulsive-d’activité “téléologique”. C’est un agent qui dans chaque acte cherche l’accomplissement de quelque fin concrète, objective, impersonnelle. »

9 Veblen 1914, p. 13.

10 Veblen 1914, p. 15.

11 Veblen 1914, p. 14.

12 Veblen 1914, p. 14.

13 Veblen 1899b, p. 13.

14 Veblen 1899b, p. 13.

15 Aron 1970, p. xxi.

16 Aron 1970, p. xxv.

17 Le concept de « trust » renvoie à la situation des États‑Unis à la fin du xixe siècle où des grandes entreprises se concertent et abandonnent leur gestion à un « board of trustees » auquel les actionnaires des sociétés membres confient leurs actions en échange de certificats. L’entité juridique gère alors les actifs en suivant les consignes qui lui ont été fournies par les créateurs du trust.

18 Veblen 1904, p. 497.

19 Veblen 1914, p. 13.

20 Veblen 1914, p. 15.

21 Veblen 1914, p. 18.

22 Veblen 1914, p. 18.

23 Veblen 1914, p. 16‑17.

24 Veblen 1914, p. 24.

25 Veblen 1914, p. 18.

26 Veblen 1899, p. 137‑138, 149‑150.

27 Veblen 1914, p. 17.

28 Veblen 1898a, p. 193.

29 Veblen 1898a, p. 195.

30 Veblen 1898a, p. 198.

31 Veblen 1898a, p. 192.

32 Veblen 1898a, p. 195.

33 Commons 1931, p. 651.

34 Commons 1931, p. 652.

35 Perroux 1962, p. 258.

36 Darbel et Rivet 1962, p. 69.

37 Lambert 1962, p. 107.

38 Voir par exemple la contribution (« Une approche de l'économie politique libanaise : éléments de réflexion à partir de la production urbaine ») de Bruno Dewailly dans le cadre de la Table ronde des 8 et 9 juin 2015 dont est issu cet ouvrage.

Auteur

Sciences Po Lille

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540