Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État, rente et prédation

 | 
Mohamad Salhab
, 
Jérôme Maucourant

Partie II. Rente, développement, prédation

Des Tanzimat à la prédominance de la rente pétrolière : États, capitalismes et sociétés dans le Machrek ottoman puis arabe

Boutros Labaki

Résumé

Le Machrek arabe du début xixe siècle se caractérise par un capitalisme d’enclave dans les villes côtières et de l’intérieur lié au commerce caravanier et à la navigation à voile. Dans le courant du siècle, l’expansion du capitalisme européen et les changements politico-juridiques du monde ottoman (Tanzimat) imposent le libre‑échange dans la région, l’ensemble favorisant à la fois les Européens et un capitalisme dépendant. Dès le dernier tiers du xixe siècle, les capitaux européens s’investissent surtout dans les dettes publiques et l’infrastructure de transport. Après 1918, l’Empire ottoman se désagrège, le Machrek arabe est partagé entre l’Angleterre et la France. La crise de 1929 favorise la montée d’une « bourgeoisie nationale », accélérée par la Deuxième Guerre mondiale qui hâte elle‑même la décolonisation. Avec la première Guerre de Palestine et ses suites, l’influence franco‑britannique décline au profit de celles des États-Unis et de l’URSS. Une bureaucratie d’origine militaire prend le pouvoir en Syrie, en Égypte et en Irak, éliminant les grands propriétaires terriens et les grands capitalistes locaux et étrangers. Le « capitalisme d’État » et le nationalisme arabe se développent. Ce dernier connaît des défaites à partir de 1967 principalement. L’influence soviétique est réduite, les États-Unis mènent le jeu. Au niveau économique, l’« infitah » (ouverture économique) est favorisée par la mondialisation et accélérée par la chute de l’Union soviétique, entraînant une montée de l’influence des pays arabes pétroliers, au détriment du triangle Égypte-Syrie-Irak. Tous ces événements déterminent des changements dans les formes institutionnelles du capitalisme, passant d’un capitalisme d’État à un capitalisme de rente pétrolière qui semble aujourd’hui décliner.

From the Tanzimat to the hegemony of oil-producing states: capitalism, societies and States in the Ottoman then Arab Mashreq

Until the beginnings of 19th century, the Arab Mashreq was characterized by a “landlocked capitalism” in the coastal and internal big cities related to sailing and caravan trade. The expansion of European capitalism along with the legal and political changes implemented by the Ottoman Empire (the Tanzimat), imposed the development of free trade and of a peripheral capitalism in the region. From the late 19th century, European powers started to invest capital in public debts and transport infrastructure. After WWI and the collapse of the Ottoman Empire, the Arab Mashreq was taken over by Great Britain and France. The 1929 world crisis favored the rise of a “national bourgeoisie”. Along with the process of decolonization, this phenomenon increased until the outbreak of WWII. With the first Palestinian war (1948‑1940) and its consequences, British and French influence declined to the benefit of that of the Americans and the Soviets. A military bureaucracy took over in Egypt, Syria and Iraq, while marginalizing the important landowners and the big local and foreign capitalists. “State capitalism” and Arab nationalism developed until the end of the 1960s. They were came to an end in 1967. Soviet influence declined to the advantage of the US. In economic terms, globalization favored the rise of the “infitah” (economic liberalization), further accelerated by the collapse of the Soviet Union. On the other hand, the influence of oil-producing states grew at the expense of Egypt, Syria and Iraq. These developments determined institutional changes in the Mashreq countries and led to a shift from a “state capitalism” to “rent-driven capitalism”. The latter seems to recently have started its decline.

Texte intégral

Introduction

1Le fait que l’économie institutionnelle ait un champ d’application privilégié dans le Machrek ottoman puis arabe, est rarement souligné de manière explicite par les travaux des économistes et des historiens de l’économie. Pourtant, une telle approche peut contribuer à expliquer les changements sociaux, politiques et économiques connus par cette région du monde au cours des deux derniers siècles. Ces changements peuvent être répartis en six périodes qu’il est utile de présenter ici.

  • 1 À ce propos, voir Witfogel 1970 et Amin 1969.

2La structure sociétale de l’Empire ottoman est le type même de la « formation sociale tributaire » 1. Dans cette formation, le tribut ponctionné par le pouvoir central transite de la base paysanne, pastorale, artisanale et commerciale vers le centre politique de l’Empire à Istanbul à travers les fermiers d’impôts et les walis (gouverneurs des provinces). Ce système a relativement bien fonctionné durant la phase d’expansion de l’Empire ottoman, expansion qu’il servait d’ailleurs à financer. Quand cette dernière fut freinée à partir du xviie et surtout du xviiie siècle du fait des expansions autrichienne et russe, ce système commença à décliner, les impôts s’alourdirent, les révoltes fiscales se firent nombreuses et les gouverneurs se succédèrent à la tête des provinces. À la même période, l’Europe, se tournant vers le capitalisme industriel, commença à s’étendre fermement vers l’est ottoman de la Méditerranée. En témoignent l’expédition de Bonaparte (1860-61) puis les interventions britanniques. Cette pénétration politique et économique ébranla le système tributaire ottoman et sa structure économique, le soumettant à ses besoins. Dans le troisième tiers du xixe siècle, le capitalisme européen, en transition vers un capitalisme financier et oligopolistique, s’imposa dans le Machrek, aboutissant à la Première Guerre mondiale. Cette dernière était, dans le Machrek arabe également, la conséquence d’un conflit aigu entre les intérêts des puissances européennes. Le démantèlement de l’Empire ottoman qui suivit cette guerre soumit le Machrek à une domination anglo‑française directe. La crise de 1929 et la Seconde Guerre mondiale promurent à l’avant‑plan économique et politique des noyaux de « bourgeoisie nationale » qui menèrent aux indépendances politiques. Le système des tutelles coloniales s’acheva (en dépit de l’abcès palestinien) par la montée au pouvoir d’une bureaucratie militaire qui ravit le pouvoir des élites rurales et urbaines récentes. Cette ère, celle du capitalisme d’État, du nationalisme arabe et de la prédominance soviéto-américaine, connut ses premiers échecs suite à la défaite arabe de 1967 et, surtout, avec la montée en puissance des États pétroliers pro‑occidentaux stimulée par la rente pétrolière. La chute de l’Union soviétique accéléra également la mondialisation et la « libéralisation » des économies arabes, ouvrant à terme la voie aux « printemps arabes ». Ces derniers semblent dégénérer le plus souvent en guerres « civilo-multinationales ».

3Des changements ont finalement eu lieu dans la structure institutionnelle du capitalisme central : il a évolué d’un capitalisme concurrentiel à un capitalisme financier et oligopolistique, puis au « New Deal » et au « capitalisme socialo-keynésien », pour finir par un retour en force de l’ultralibéralisme dans les dernières décennies du xxe siècle. Ces changements ainsi que les réactions des sociétés, des États et des économies du Machrek ont déterminé les changements institutionnels dans le capitalisme local en développement dès la première moitié du xixe siècle. Ce capitalisme local, tout d’abord soumis aux intérêts du capitalisme européen, tente de s’affranchir, avec un certain succès, de la tutelle européenne avec la crise de 1929 et la Seconde Guerre mondiale (bourgeoisie nationale indépendantiste puis bureaucratie militaire étatiste). Cette évolution est cassée par la défaite arabe de 1967 et ses suites. On passe d’un essai de « capitalisme national étatique » à une domination des États pétroliers rentiers et, derrière eux, des intérêts occidentaux. Cela conduit à une polarisation sociale ayant contribué à déclencher des « printemps arabes ».

1. Première période. Capitalisme d’enclave et commerce lointain

4Cette période débute avec la fin des Croisades et les efforts des pouvoirs mamelouk puis ottoman pour contrer le blocus des puissances chrétiennes européennes sur l’Orient à dominance musulmane par les traités dits des « capitulations ». Un commerce lointain de caravanes et de navigation se développe au gré des circonstances. Il est structuré dans notre région par un capitalisme d’enclave, dans les villes côtières (Tripoli, Saïda, Smyrne, Alexandrie, Rosette) et dans les villes de l’intérieur (Damas, Alep, Le Caire, Mossoul, Bagdad), basé sur le trafic caravanier et la navigation à voile. Le reste de la région vit largement dans une économie de subsistance, quelques productions d’exportation (soie, coton, laine, cuir, textile, blé, orge, etc.) s’ajoutant aux produits transitant entre autres par les villes relais citées plus haut. Cette période perdure jusqu’à la fin du XVIIIe siècle (Labaki 2005).

2. Deuxième période. Irruption dans le Machrek du capitalisme européen industriel et commercial à partir du début du xixe siècle

5Plusieurs événements conduisent à d’importants changements institutionnels : l’expédition de Bonaparte en Égypte à la fin du XVIIIe siècle, puis la conquête d’importantes provinces du Machrek ottoman par le vice‑roi d’Égypte Mohamad Ali Pacha (1832‑1840), en particulier les réformes que ce dernier impose dans divers domaines politiques, juridiques et économiques, et, enfin, l’imposition du libre-échangisme à l’Empire ottoman par l’Angleterre à travers le traité de Balta Liman (Labaki 2005). On passe progressivement de ce capitalisme urbain d’enclave basé surtout sur le commerce lointain et entouré d’un monde rural encore largement dans l’autarcie, à un capitalisme agricole, commercial, industriel et manufacturier dépendant.

  • 2 Labaki 1984, p. 15‑18.

6Cette transformation des structures économiques s’accompagne d’une transformation des structures sociales et juridiques. Ibrahim Pacha, fils de Mohamad Ali et gouverneur du Bar-Ech-Cham (« Syrie »), prend une série de mesures de modernisation de la société et de l’économie au cours de la période d’administration égyptienne : création de conseils représentatifs dans les provinces et dans les villes, égalité entre musulmans et chrétiens, création d’une quarantaine à Beyrouth, accueil favorable des écoles, missions et imprimeries américaines et françaises, affaiblissement et désarmement des « moukataajis » (notables ruraux responsables de l’affermage des impôts pour les Ottomans), saisie de leurs biens et encouragement de l’extension de la production agricole, manufacturière et artisanale locale 2.

  • 3 Issawi 1966, p. 38‑41.

7Les sultans ottomans de leur côté initient une évolution en partie semblable. D’un côté, ils signent en 1838 la convention commerciale de Balta Liman avec l’Angleterre : elle ouvre les marchés ottomans aux marchandises britanniques en abaissant les taxes et supprimant les monopoles. D’autres pays européens y adhèrent 3. À partir de ces années, les autorités ottomanes entreprennent une série de réformes, connues sous le nom de « Tanzimat », modernisatrices de leur Empire. Le sultan ottoman proclame une charte dite « Hatt‑i Sharif » de Gülhane en 1839 qui prévoit d’une part des garanties de liberté individuelle, de propriété privée et d’égalité des citoyens dans leurs rapports à l’État (fiscalité, justice, service militaire). D’autre part, elle prévoit la création d’institutions modernes (Conseil des Ministres, Conseil d’État, Conseils communaux et provinciaux) et certaines réformes administratives et judiciaires (création d’un fonctionnariat rétribué, de tribunaux mixtes, publication d’un Code Pénal). En 1853‑54 est promulgué un Code Commercial et, en 1856, est fondé un ministère de l’Éducation.

8Cette même année (1856) est proclamée, également sous la pression européenne, une seconde charte, le « Hatt‑i Humayoun ». Elle renouvelle les garanties du « Hatt‑i Sharif » et insiste sur l’égalité effective entre musulmans et non‑musulmans. Cependant, cette charte est axée sur les problèmes économiques : il y est ainsi stipulé que la fiscalité ne doit pas freiner la production et le commerce, que les travaux publics sont entrepris afin de faciliter les communications, que la création d’établissements de crédit est encouragée, que le système monétaire et financier ainsi que les finances publiques sont réformés. Enfin, elle affirme que l’on profitera de la science, des arts et des fonds européens pour atteindre les objectifs de cette charte. En 1858, un Code Foncier définit les catégories des droits de propriété en formulant les règles prévalant en cette matière. Ce code facilite la transformation des divers types de droits de propriété collectifs en droits de propriété privée. En 1867, un firman autorise les étrangers à s’approprier des biens immeubles. Entre 1855 et 1870, une série de législations paraît sur les biens immeubles. En 1863 est promulgué le Code du Commerce Maritime et en 1870 le Code Civil. À la fin des années 1870 et au cours des années 1880 sont prescrites des législations dans les domaines douanier, commercial, civil, criminel, procédurier, tandis que des tribunaux civils sont instaurés pour les questions commerciales et criminelles.

  • 4 Labaki 1984, p. 22‑26.

9Le traité de Baltan Liman et les Tanzimat contribuent à l’évolution des structures sociales, économiques et politiques dans un sens de modernisation capitaliste : protection et promotion de la propriété privée, promotion de la production, des échanges, des communications, du crédit, modernisation de l’appareil d’État, des tribunaux, de la législation. Cette évolution se fait en faveur des Européens : faveurs douanières, fiscales, juridiques (tribunaux mixtes), foncières, appel aux capitaux européens, encouragement à l’établissement d’institutions de crédit européennes. Néanmoins, ce type de capitalisme coexiste avec beaucoup de structures traditionnelles dans plus d’un domaine 4.

  • 5 Labaki 1984, p. 228‑229.

10Ces changements institutionnels ont accompagné et facilité l’expansion des échanges commerciaux entre l’Europe qui s’industrialise et le Machrek ottoman qui se désindustrialise. La manufacture et l’artisanat sont progressivement déstructurés par l’invasion des produits européens, surtout anglais, moins chers et pénétrant dans des marchés qui leur étaient ouverts sans entraves par le Traité de Balta Liman. Cependant, ce commerce polarisé par l’Europe industrielle devient de plus en plus déficitaire en défaveur du Machrek. Le déficit du Bar-Ech-Cham (Liban, Syrie, Palestine, Jordanie actuels) passe de 6,8 millions de francs en 1833 à 45 millions de francs en 1910‑1911 5. L’Égypte est elle‑même soumise au diktat européen après sa défaite dans le Bar-Ech-Cham en 1840‑1841. Le Traité de Balta Liman lui est imposé, les monopoles d’État démantelés. Les exportations de coton augmentent rapidement, stimulées par la guerre civile américaine. L’Égypte est ouverte la première, massivement, aux capitaux européens. La Turquie, le Yémen et l’Irak subissent des évolutions institutionnelles et économiques similaires au Bar-Ech-Cham et à l’Égypte. C’est l’ensemble de l’Empire ottoman qui est saisi par l’expansion du capitalisme industriel et commercial européen (voir tableau 1 ci‑dessous). Cette quasi intégration connait une phase rapide entre les années 1830 et la période de ralentissement économique européen des années 1870, qui s’inverse vers la fin du siècle (voir tableau 1 ci‑dessous).

  • 6 Source : Issawi 1982, p. 25.

Table 1. Commerce extérieur ottoman 1830-1914 (Export plus Import) (£ millions de livres et taux de croissance annuels)6.

Années 1830 1870‑1873 1900 1910‑1912
Empire ottoman 9 3,5 % 14 - 0,2 % 38 2,7 % 66
Turquie 5 3,5 % 26 - 0,5 % 20 2,4 % 33
1810 1850 1900 1910
Égypte 1.5 3 % 5 4,0 % 36 5,3 % 60
1843-50 1875 1903 1913
Aden 0.2 10,2 % 3.1 3,5 % 6 4,2 % 9
1845-46 1864-71 1880-87 1912-13
Iraq 1.2 3 % 0,4 8,7 % 1,8 4,6 % 6,4
Années 1820 Années 1860 1890 1913
Syrie 0.5 5,6 % 4,5 2,8 % 9 0,5 % 10
1820 1860 1895-99 1913
Monde 340 3,7 % 1,450 2,7 % 3,900 4,9 % 8,360

3. Troisième période. Irruption du capitalisme financier européen dans le Machrek arabe et ottoman : les débuts de la domination politique (1870‑1914)

  • 7 Ducruet 1964, p. 16‑52, 76‑120.
  • 8 Ducruet 1964, p. 141‑219, 240‑262, 327‑339.
  • 9 Ducruet 1964, p. 340‑437.
  • 10 Labaki 1984, p. 77‑103 ; Ducruet 1964, p. 294‑295, 297‑299, 328.

11À partir du milieu du XIXsiècle, l’expansion commerciale européenne se double d’une expansion des exportations de capitaux européens vers le Machrek ottoman. Ces capitaux se placent dans divers secteurs. Tout d’abord, les prêts à l’État ottoman et à l’État égyptien commencent au milieu du XIXsiècle. Leur montant connaît une croissance spectaculaire jusqu’à la Première Guerre mondiale. Ces prêts financent essentiellement, en ce qui concerne l’Empire ottoman, les dépenses militaires dues aux guerres fréquentes menées par l’Empire pour ralentir son déclin face à l’expansion des puissances européennes (Russie, Autriche-Hongrie, France, Italie) et aux révoltes des nationalités non‑turques de l’Empire (Serbes, Bulgares, Roumains, Grecs, Monténégrins, Arméniens, Arabes). Ces emprunts mènent à un contrôle financier des créanciers européens et de leurs États sur les administrations ottomanes et égyptiennes, puis à un contrôle de plusieurs secteurs économiques (finances publiques, monnaie et banques, branches agricoles et industrielles, etc.). Pour l’Égypte, la dette publique contribue à sa mise sous tutelle et son occupation dans les années 1880 7. Les capitaux sont par ailleurs destinés aux investissements dans les voies de communications : le Canal de Suez et le chemin de fer en Égypte, les concessions de chemin de fer (Bagdad-Berlin) en Anatolie, les chemins de fer en Palestine et, dans le Bar-Ech-Cham, la route Beyrouth-Damas, le port de Beyrouth, les chemins de fer Beyrouth-Rayak-Damas-Hauran et Rayak-Homs-Alep puis Tripoli-Homs, la navigation fluviale Basra-Bagdad. Des investissements sont effectués en outre dans les services municipaux au Liban, en Syrie, en Turquie et en Palestine 8, mais également dans les banques et les sociétés d’assurance en Égypte, en Turquie, au Liban, en Palestine, en Syrie 9. Des investissements ont lieu dans les industries minières, de production et de transformation des matières premières locales comme la filature de la soie au Liban, les sociétés agricoles en Égypte et en Palestine, la cimenterie en Égypte ainsi que la filature et le tissage du coton, les industries agro-alimentaires, la fabrique de cigarettes et l’industrie minière et pétrolière (extraction et raffinage) 10.

12Les flux de capitaux accompagnent et promeuvent le commerce européen dans le Machrek, mais accélèrent également l’évolution capitaliste des économies par la promotion des banques et la monétarisation de l’économie, le développement des villes, des transports maritime et terrestre, ainsi que d’activités capitalistes de production agricole, minière et industrielle. Ces flux d’investissements préludent à la partition future de l’Empire ottoman après la Première Guerre mondiale. Ils correspondent par ailleurs au besoin des économies européennes d’exporter des capitaux en dehors de l’Europe pour leur assurer des taux de profit plus élevés que dans les métropoles, pour garantir des marchés pour leurs produits manufacturés et des approvisionnements en matières premières pour les économies métropolitaines. Cela explique leur concentration dans les secteurs des transports, des banques, de l’infrastructure urbaine, des activités agricoles, industrielles et minières destinées à l’exportation.

4. Quatrième période. Domination politique européenne directe du Machrek arabe, crise de 1929, développement d’une bourgeoisie locale et débuts de l’extraction pétrolière (1918‑1948)

13La défaite de l’Empire ottoman, à la fin de la Première Guerre mondiale, entraîne sa désagrégation. Le Machrek arabe voit alors apparaître une série d’États arabes, dont certains sont soumis à des mandats français (Syrie, Liban) ou britanniques (Irak, Transjordanie, Palestine), et d’autres à des protectorats britanniques (Koweït, Bahreïn, Qatar, Côte de la Trêve (future EAU), Oman, principautés du Sud du Yémen). Deux États, l’Arabie saoudite et le Yémen, deviennent formellement indépendants. L’Égypte demeure quant à elle sous hégémonie britannique, avec des bases militaires et un contrôle de la vie politique et de l’administration.

14Au niveau économique, des frontières apparaissent suite à la partition de la région arabe asiatique de l’Empire ottoman en plusieurs États. Elles sont suivies d’arrangements quant aux échanges entre ces États. De même, des administrations économiques et fiscales séparées voient le jour. Elles sont généralement contrôlées par les puissances dominantes : l’Angleterre pour l’Irak, la Palestine, la Transjordanie, l’Égypte et les protectorats de la péninsule Arabique, et la France pour le Liban et l’ensemble de la Syrie. L’économie de ces pays est donc encadrée par les puissances britannique et française, hormis celle, peu significative, de l’Arabie et du Yémen.

  • 11 Chidiac 2002, p. 269‑270.
  • 12 Al‑Saleh 2002, p. 206.

15Le Liban et la Syrie ne commencent à connaître une certaine croissance sous le mandat français qu’à partir de la seconde moitié des années 1920, après la « pacification » de cette zone 11 sous la houlette du haut‑commissaire français et de par la présence militaire de la métropole. Néanmoins, la crise de 1929 frappe de plein fouet l’activité économique : les exportations de soie et d’autres produits de l’agriculture et de l’élevage diminuent drastiquement du fait de la crise en Europe, provoquant un marasme de l’agriculture et de l’élevage. De même, l’industrie traditionnelle (filature de soie, tissage et bonneterie) est frappée de plein fouet par la quasi-fermeture du marché français ainsi que par la dévaluation de certaines monnaies, en particulier la livre sterling qui facilite l’importation au Liban et en Syrie de fils et cotonnades britanniques. Les soieries japonaises sont par ailleurs vendues à des prix très bas du fait de la crise, concurrençant ainsi les produits locaux 12.

  • 13 Longrig 1958, p. 274.
  • 14 Al‑Saleh 2002, p. 207.
  • 15 Al‑Saleh 2002, p. 208‑210.

16À partir de la première moitié des années 1930, on assiste à un développement graduel d’une industrie moderne qui renouvelle des métiers traditionnels (textile) tout en répondant à de nouveaux besoins. Au Liban, ces développements sont souvent financés par d’anciens émigrés de retour au pays 13. En Syrie, ils sont surtout financés par des capitaux qui quittent l’agriculture devenue peu rentable avec la chute des prix agricoles 14. La Seconde Guerre mondiale renforce la croissance de l’industrie, du fait de la chute des importations de biens manufacturiers, et des besoins des troupes alliées (franco-britanniques) en ces produits (Atallah et Sayegh 1967 ; Menassa 1948). Il en est de même au niveau agricole : l’embargo et les besoins alimentaires des troupes alliées appuient la modernisation et l’extension de l’agriculture pour subvenir à des besoins croissants. Ajouté à l’augmentation de la production, un deuxième facteur, l’augmentation des prix agricoles, améliore les revenus des cultivateurs et, surtout, des grands propriétaires. D’autre part les commerçants, en particulier importateurs, s’enrichissent par la hausse des prix de leurs stocks. Dans l’espace libano-syrien, les mandats s’achèvent avec la Seconde Guerre mondiale par une modification de la structure du capitalisme local à l’avantage des industriels, des grands agriculteurs et des commerçants locaux 15.

  • 16 Moussally 1933, p. 106 ; Himadeh 1938.

17La Palestine connaît une évolution en partie semblable : reprise dans les années 1920, crise à partir de 1929, reprise avortée dans les années 1930 du fait de la Révolte arabe (1936‑1939) contre le mandat anglais et la colonisation sioniste, et reprise économique du fait de la Seconde Guerre mondiale pour les mêmes raisons que dans l’espace libano-syrien. Néanmoins, en Palestine, le secteur économique juif progresse beaucoup plus vite que le secteur économique arabe, car il est stimulé par l’afflux de capitaux, de populations immigrées, de techniques modernes importées et d’un outillage bancaire très développé 16. Globalement l’économie de la Palestine connaît une croissance plus rapide que celle de l’espace libano-syrien. Cette période est caractérisée par des conflits croissants entre la majorité palestinienne arabe et la minorité juive en expansion, appuyée jusqu’aux années 1940 par le mandataire britannique. À la fin du mandat en 1948 et avec le retrait des troupes britanniques, la minorité juive proclame son État d’Israël et parvient à vaincre la majorité arabe appuyée de manière incohérente par les armées des États arabes voisins. Un tiers de la population arabe est chassé de ses foyers vers les pays arabes voisins (Liban, Syrie, Transjordanie), une partie reste sur la rive ouest du Jourdain (Cisjordanie) annexée par l’Émirat de Transjordanie devenu Royaume de Jordanie, et une partie reste dans la bande de Gaza placée sous administration égyptienne. Ce drame crée un abcès de fixation dont les ondes de choc ne cessent, depuis, d’ébranler le Machrek arabe. L’Émirat de Transjordanie reste un pays à semi-désertique, foncier, à structure tribale, à l’économie agro-pastorale aux ressources limitées, sous protectorat anglais et doté de bases britanniques et d’une armée commandée par les Anglais.

  • 17 Hassan 1965, p. 518.
  • 18 Hassan 1965, p. 534.
  • 19 Hassan 1965, p. 566‑567, 483‑484.

18Concernant l’Irak, royaume constitutionnel formellement indépendant depuis 1932 mais soumis à la tutelle britannique, il connaît une croissance économique basée essentiellement sur l’exportation des produits de l’agriculture et de l’élevage facilitée par la navigation fluviale sur le Tigre et l’Euphrate. À partir de 1934, apparaissent les premières exportations pétrolières qui dépassent très rapidement les exportations du secteur agropastoral 17. Cette croissance, tirée par les exportations, connaît un ralentissement jusqu’en 1936‑1937 (secteur pétrolier exclu), puis une certaine reprise (1937‑1938), de nouveau un ralentissement au début de la Seconde Guerre mondiale et, enfin, une reprise à partir de 1943‑1944 18. Le dernier ralentissement est probablement dû aux difficultés d’exportation. La croissance du secteur agropastoral, due à la demande externe, est facilitée par l’évolution de la tenure foncière tribale et communautaire, vers la propriété privée de la terre agricole. Les superficies des terres cultivées et celles des pâturages se sont accrues. L’augmentation de la rente foncière ne se traduit pas en investissements d’amélioration de la productivité agricole (amélioration de la fertilité des terres, protection face aux inondations, amélioration de l’irrigation, désalinisation), entraînant la diminution de la production à l’hectare. L’accumulation lente de capital se fait surtout dans les villes. La rente foncière y est investie dans le commerce et le secteur foncier surtout, quoi qu’un peu dans l’industrie également. Ces investissements ne suffisent pas à provoquer le plein emploi urbain. Par ailleurs, l’industrie n’arrive pas à satisfaire les besoins du pays, entraînant une augmentation des importations, ralentie par la crise de 1929 mais qui reprend avec l’amélioration du trafic maritime et l’apparition des revenus pétroliers à partir de 1934 et, surtout, de 1943 19. À la campagne, une couche de gros propriétaires agricoles et de paysans pauvres apparaît graduellement tandis que, dans les villes, se développent une bourgeoisie urbaine, surtout commerciale, et une classe laborieuse. On assiste par ailleurs à une monétarisation croissante de l’économie et à une polarisation sociale des revenus. L’économie irakienne devient de plus en plus dépendante du pétrole et de l’extérieur. L’Irak de cette période (1918‑1945) présente un exemple typique du passage rapide d’un capitalisme commercial d’enclave, avec un secteur agropastoral (dattes, orge, blé, peaux, laine) d’exportation limité, à un capitalisme, certes agropastoral, mais de plus en plus pétrolier et dépendant, du fait de la politique britannique de pacification, du développement des transports et de l’appui à l’extraction pétrolière. Par conséquent, le nomadisme recule face à l’expansion agricole et urbaine tandis que le capitalisme agraire et le capitalisme surtout commercial urbain se développent. Au sein des groupes dominant la société et liés au mandataire britannique qui maintient des bases militaires dans le pays, viennent s’ajouter les chefs tribaux, les grands propriétaires fonciers et les commerçants urbains.

  • 20 Tomiche 1977, p. 93.
  • 21 Tomiche 1977, p. 94, 97, 99, 101, 102.

19L’Égypte de cette période présente les caractéristiques d’un pays plus intégré économiquement et politiquement dans le système international que les autres pays du Machrek arabe. Au niveau politique, l’Égypte est soumise à ses créanciers depuis 1876 par la création de la Caisse de la dette publique égyptienne. Cette dernière représente les créanciers. Elle contrôle directement les ressources fiscales du pays en recevant la partie des impôts affectée au remboursement des créances et surveillée par des commissaires étrangers, à savoir deux contrôleurs et deux ministres anglais et français 20. Au niveau politique, l’Égypte est militairement occupée par l’Angleterre qui lui impose un protectorat en 1882, suite à la révolte d’Orabi Pacha. Dès lors, elle ne paie plus de tribut à la Porte ottomane. Le processus vers l’indépendance est ensuite long et procède par étapes. En 1922, suite aux revendications des nationalistes et des émeutes populaires, la Grande Bretagne reconnaît à l’Égypte le statut d’État souverain et indépendant. Cependant, l’occupant anglais est militairement présent dans tout le territoire et régente l’État comme par le passé. Les mouvements nationalistes continuent à revendiquer l’indépendance, encouragés par l’annexion, en 1936, de l’Éthiopie par l’Italie, qui mène par ailleurs une propagande anti-britannique en Égypte. De fait, les Britanniques sont poussés à accepter la suppression des capitulations et des tribunaux mixtes en 1936 et 1937 rendant à l’Égypte sa souveraineté juridique sur son territoire. En 1940, l’Égypte met fin à la Caisse de la dette publique égyptienne et entre à la Société des Nations. L’Égypte entre à l’ONU en 1945. Elle participe à la première guerre de Palestine en 1948. Son armée est vaincue et cette défaite aura des conséquences importantes. En 1949, sous la pression populaire, l’armée anglaise quitte Le Caire, Alexandrie et le Delta pour se concentrer dans la zone du Canal de Suez 21.

  • 22 Tomiche 1977, p. 97‑98.
  • 23 Ducruet 1964, p. 52‑53.
  • 24 Ducruet 1964, p. 64‑66.
  • 25 Ducruet 1964, p. 59‑62.
  • 26 Ducruet 1964, p. 59‑60, 62.

20Au niveau économique, au lendemain de la Première Guerre mondiale, la conjoncture favorise la formation d’une bourgeoisie en Égypte : les cours du coton montent, une épargne se constitue dans les banques contrôlées jusque là par des étrangers. Dans l’atmosphère créée par les mouvements nationalistes de 1918 et 1919, un groupe d’Égyptiens fonde la Banque Misr en 1920. Il s’agit du noyau d’une véritable bourgeoisie centrée sur la petite industrie, le commerce intérieur et l’exportation du coton. Durant les quinze années qui suivent, ce groupe crée des entreprises variées : imprimerie, égrenage du coton, papier, compagnies de navigation, filature et tissage, sociétés commerciales. La conjoncture de la crise de 1929 leur est favorable puisque le resserrement des marchés à l’exportation du coton, principale monoproduction de l’Égypte, la prive de ressources d’importation et la contraint à leur substituer une production locale 22. Entre‑temps l’Égypte obtient la cessation du paiement en or des arrérages de la dette (1931) 23 et rachète progressivement les titres détenus par des étrangers avec les excédents commerciaux des années 1915‑1923, excédents dus aux besoins en coton des pays épuisés par la guerre. En novembre 1943, les excédents budgétaires accumulés permettent au gouvernement égyptien de rembourser la dette étrangère et de la transformer en dette intérieure à un taux d’intérêt inférieur. Ses titres sont réservés aux placements des résidents en Égypte 24. L’extinction progressive de la dette publique extérieure égyptienne permet de dégager des excédents financiers. En parallèle, le gouvernement égyptien entreprend une politique de construction de barrages, de canaux et de drains destinés à augmenter les superficies irriguées. Pour ces travaux hydrauliques, il dépense 20 millions de livres égyptiennes dans les années 1920 et 1930, soit le double de ses investissements dans les chemins de fer, contribuant ainsi à améliorer les rendements agricoles avec une augmentation de l’ordre de 13% à 91% suivant les cultures, entre 1909 et 1939. Les surfaces ensemencées s’accroissent grâce à la densification l’irrigation. Elles augmentent de 15,7 % entre 1915 et 1945. La baisse des prix du coton entre 1929 et 1940 conduit à la diversification des cultures 25 et stimule le développement industriel. L’indice de la production industrielle de l’Égypte passe de 100 en 1938 à 151 en 1947. Dans cet essor, l’action de la Banque Misr est essentielle. Son capital passe de 80.000 LE en 1927 à 34 millions de LE en 1945, lui permettant ainsi de contrôler un grand nombre d’entreprises. Ce développement industriel est stimulé par la hausse des tarifs douaniers plafonnés à 8 % jusqu’en 1930. Ceux‑ci sont ensuite remplacés par des droits spécifiques, dont la moyenne augmente de 39 % en 1935 à 59 % en 1940. Ces recettes supplémentaires découlent de l’abolition des capitulations en 1937 et de l’expiration des traités commerciaux bilatéraux le 17 février 1930. Elles permettent au gouvernement égyptien de dégager des sommes destinées aux investissements publics extra-budgétaires cités plus haut 26.

21L’Égypte offre, durant cette période, l’exemple du passage d’un capitalisme colonial (monoculture, contrôle financier, politique et militaire étranger, prédominance des investissements étrangers dans l’économie) à un capitalisme en voie d’autonomisation (indépendance politique et militaire, libération des dettes externes, montée d’un mouvement national indépendantiste, montée d’un noyau de bourgeoisie nationale dans plusieurs secteurs tels que industrie, banque, assurance, commerce, transport, agriculture commerciale, etc). La période suivante (1948‑1967) prolongera les tendances précitées tout en les modifiant.

22Durant une période allant de 1918 à 1948, l’ensemble du Machrek arabe a donc connu des évolutions similaires dans les formes de leur capitalisme : passage au capitalisme dans l’agriculture, ascension d’une bourgeoisie locale, avec un noyau d’industrie se substituant aux importations, indépendance politique, tentatives d’indépendance économique. Comme nous l’avons souligné précédemment, ces évolutions sont fortement conditionnées par l’évolution politique interne et externe, les structures de la société et ses institutions.

5. Cinquième période. Achèvement de la décolonisation et essor d’une bureaucratie militaire et nationale au pouvoir (1948‑1970).

23Sur le plan international, cette période, qui court de la première guerre de Palestine jusqu’à la mort de Nasser, est caractérisée par le déclin de l’influence franco‑britannique dans la région, au bénéfice d’une double influence américaine et soviétique, en particulier après l’échec de la campagne franco‑britannique de Suez en 1956. Au niveau intérieur, trois pays, Égypte, Syrie, Irak, voient la montée au pouvoir d’une bureaucratie militaire issue de milieux petits bourgeois urbains et ruraux. Cette nouvelle élite entreprend des réformes agraires et marginalise ainsi le pouvoir des grands propriétaires fonciers. Elle proclame la République en Égypte et en Irak, nationalise les intérêts étrangers (exemple du Canal de Suez), puis les grandes et moyennes entreprises locales, éliminant ainsi le pouvoir de la bourgeoisie locale dans les domaines de l’industrie, du commerce et des services. De grands travaux d’infrastructure, surtout hydraulique, sont par ailleurs réalisés (Haut Barrage d’Assouan sur le Nil, Barrages sur l’Euphrate et l’Oronte) avec l’aide soviétique. Se forme alors un capitalisme d’État, appelé « socialisme arabe », à partir des entreprises nationalisées et des nouvelles entreprises créées par les États. Au niveau politique régional, on assiste à la montée du nationalisme arabe avec Nasser comme dirigeant charismatique, concurrencé par le parti Baath en Syrie et en Irak. L’échec de l’union syro‑égyptienne au sein de la République arabe unie et l’embourbement de l’Égypte au Yémen affaiblissent le pouvoir nassérien. La guerre israélo‑arabe de 1967 accélère l’affaiblissement du pouvoir de Nasser qui meurt en 1970. Une page de l’histoire du Machrek arabe se tourne alors.

24L’Émirat de Transjordanie, après avoir englobé la rive ouest du Jourdan suite à la première guerre de Palestine en 1948, devient le Royaume de Jordanie. Sa population est à majorité palestinienne. Après des soubresauts politiques nationalistes pronassériens en 1956‑1957, le pays se stabilise. Il est doté d’une administration moderne. L’économie est répartie en deux secteurs : le secteur privé à prédominance palestinienne dans le commerce, l’agriculture, le tourisme, les services ; le secteur public à prédominance transjordanienne et qui comprend, mise à part l’administration publique, les armées et les forces de sécurité, un ensemble d’entreprises publiques surtout minières qui exploitent les phosphates, la potasse, le sel, ainsi que d’autres usines de grande taille (cimenteries et raffineries de pétrole). L’ensemble du pays est assez pauvre, quoique mieux administré que le reste de la région. Son économie et surtout ses finances publiques reposent sur l’aide internationale (entre autres aux réfugiés palestiniens) et celle des pays occidentaux. La partie palestinienne (rive ouest du Jourdan) est conquise par Israël en 1967. Le pouvoir, quoique formellement constitutionnel, repose sur une alliance du roi, des tribus, de la bourgeoisie palestinienne et de notables cooptés.

25La Palestine disparaît, en tant qu’État, en 1948. Elle est absorbée par le nouvel État d’Israël, ainsi que par l’Égypte et le Royaume de Transjordanie qui prennent respectivement le contrôle de la bande de Gaza en 1948 et de la Cisjordanie englobant Jérusalem est en 1949. Une des caractéristiques de cette période est la création de l’Organisation de Libération de la Palestine en 1963 par la Ligue arabe à Jérusalem. Cette création est précédée de la naissance de mouvements de résistance palestinienne dont les principaux sont le Fatah fondé par Yasser Arafat en 1959 parmi les émigrés palestiniens au Koweït et le Front Populaire de Libération de la Palestine créé par le Mouvement des Nationalistes Arabes dirigé par Georges Habache. Ces mouvements sont soutenus par les régimes syrien et saoudien puis irakien, libyen, algérien, et la diaspora palestinienne. Ils s’étendent après la défaite arabe de 1967 et attirent la sympathie des Palestiniens, en particulier dans la diaspora et les camps de refugiés de Jordanie, de Syrie et du Liban. Ils mènent des opérations sur les frontières libano-israéliennes et jordano‑israéliennes. Certaines sont spectaculaires, comme le détournement d’avion, et font ainsi connaître la cause palestinienne dans le monde. Ces mouvements essaient de prendre le contrôle de la Jordanie en 1970, provoquant une courte « guerre civile » en Jordanie. Le régime jordanien prend le dessus militairement. Les mouvements armés palestiniens évacuent la Jordanie en 1971 vers le Liban où ils avaient déjà étendu leur influence politique et militaire sur plusieurs régions, obligeant l’État libanais à leur reconnaître, en 1969, un quasi statut d’extraterritorialité (accords du Caire, printemps 1969).

26Dans les pays de la péninsule et du golfe Arabique, la situation évolue également sous l’influence de la croissance de l’extraction pétrolière poussée par les besoins énergétiques des Trente Glorieuses en Occident. En Arabie saoudite, le régime de royauté absolue est modernisé par le roi Fayçal dans les années 1960 et 1970. Les recettes croissantes du pétrole enrichissent le royaume et contribuent à la modernisation graduelle d’une économie encore largement commerciale et pastorale avec la construction d’infrastructures de base dans tous les domaines : transport, électricité, eau potable, logement, éducation, santé, administration publique et militaire, etc. À côté des enclaves pétrolières de l’ARAMCO et des villes, se développe un secteur capitaliste local à partir de l’activité commerciale traditionnelle des villes, « boostée » par les dépenses publiques gonflées par les recettes pétrolières et leur investissement partiel dans l’infrastructure. Un capitalisme d’État se développe autour du secteur pétrolier encore contrôlé par les majors anglo-saxons. Les ambitions politiques du Royaume le mettent en conflit avec le Yémen, son voisin devenu républicain depuis 1962 et soutenu par l’Égypte nassérienne. Afin de contrecarrer le nationalisme arabe d’inspiration nassérienne et baathiste et sur les conseils des États-Unis, le roi Fayçal met en place des réseaux de solidarité islamique tels que la Ligue islamique mondiale, l’Organisation de la conférence islamique et les Sommets islamiques. Il appuie par ailleurs les royalistes au Yémen. Le pouvoir royal théocratique imamiste et tribal y a en effet été renversé par un coup d’État républicain de tendance nationaliste arabe en 1962. Le nouveau régime est combattu par les royalistes appuyés par l’Arabie saoudite. Une armée égyptienne est envoyée au Yémen pour le soutenir mais elle s’embourbe dans une longue guerre de guérilla dont elle ne se dégage que par un arrangement égypto-saoudo-yéménite suite à la guerre de 1967. Les principautés du Golfe connaissent des sorts similaires. Le Koweït acquiert son indépendance de la Grande Bretagne en 1960 et devient un émirat constitutionnel avec une économie pétrolière s’ajoutant aux activités traditionnelles de pêche de perles et de commerce. Le secteur pétrolier devient le secteur prédominant de l’économie. La famille princière partage le pouvoir avec les familles de commerçants. L’Irak républicain conteste l’indépendance du Koweït, prétendant qu’il constitue une sous-préfecture de la province irakienne de Basra. En 1970, les Britanniques retirent leurs troupes de « l’est de Suez », et leurs autres protectorats deviennent formellement indépendants. Le Bahreïn qui produit et raffine déjà du pétrole à côté de son activité traditionnelle agricole et de pêche perlière devient un émirat constitutionnel où la famille régnante garde un pouvoir décisif. Le Qatar devient un émirat indépendant bientôt producteur de gaz. Les émirats et « cheikhats » de la « Côte de la Trêve » deviennent en 1971 la Fédération des Émirats arabes unis. La production de pétrole est particulièrement importante dans l’émirat prédominant d’Abu Dhabi mais Dubaï présente également un important et florissant secteur commercial régional. Le Sultanat d’Oman subit un changement à sa tête. A l’indépendance en 1970, le nouveau sultan modernise le pays avec l’aide anglaise. Le pétrole vient s’ajouter aux ressources traditionnelles de ce royaume, à savoir l’agriculture, l’élevage, la pêche, le commerce international, la navigation et l’émigration. La population est ethniquement et religieusement diversifiée. Ce sultanat est transformé par un processus de « modernisation conservatrice », après l’écrasement d’une rébellion religieuse au nord et marxiste à Dhofar, à l’ouest du pays. Les cheikhats de la Fédération d’Arabie du Sud traversée par une guérilla nationaliste marxiste deviennent, en 1970, la République démocratique populaire du Yémen, qui se rapproche du bloc soviétique. Son économie n’a pas de ressources pétrolières. Le rôle commercial de la capitale Aden disparaît par ailleurs avec la décolonisation et le nouveau régime. La République vit d’activités agro‑pastorales, de pêche et des remises de ses émigrés. Le peu d’activités modernes est nationalisé et le pouvoir est détenu par un parti unique nationaliste marxiste recouvrant des structures tribales.

27Le Liban, quant à lui, est dominé par une alliance de notables ruraux et de bourgeois urbains commerçants et banquiers. Quoique très lié aux différents pays du Machrek arabe, il a suivi une évolution quelque peu particulière. Avec l’indépendance de la tutelle française en 1943, débute un processus de séparation de l’espace économique libano-syrien. Le « Conseil des intérêts communs », qui regroupe les administrations des douanes, des chemins de fer, des sociétés concessionnaires, de la Banque de Syrie et du Liban (Banque d’émission et banque commerciale), est récupéré par les deux États libanais et syrien. Ces deux États partagent ces institutions en 1950. Le Liban crée une livre libanaise séparée de la livre syrienne et du franc français de 1948. Séparé économiquement de la France et de la Syrie, le Liban confirme l’option économique libérale d’une économie intermédiaire entre l’hinterland arabe et les pays occidentaux, axée sur les services (transport, transit, import-export, banques, tourisme et estivage, commerce triangulaire) avec une politique économique adéquate : faibles barrières douanières, liberté du change, liberté du commerce extérieur, faibles charges fiscales, puis secret bancaire au milieu des années 1950. Cependant, se développe également, à partir du milieu des années 1960, une industrie de substitution des importations puis d’exportation vers les marchés arabes. De même, une agriculture capitaliste axée sur les productions fruitières et légumières et sur l’élevage avicole s’accroît. Ces produits sont aussi largement exportés vers les marchés arabes, en particulier pétroliers. Le secteur des services qui représente les 2/3 du PIB est très orienté vers l’exportation dans les pays arabes (transport, tourisme, transit, estivage, banques). L’agriculture, l’industrie et la construction représentent, à la fin des années 1960, à peine le tiers du PIB. Au niveau politique, le pouvoir est tenu par une alliance de notables, surtout ruraux, et d’une bourgeoisie urbaine issue du commerce et des services. Mais à partir du début des années 1950, on constate un recul progressif des notables ruraux et urbains, au profit d’une élite de classes moyennes issue du monde professionnel et particulièrement de celui des affaires. Après l’insurrection de 1958, le mandat du Président Chéhab accélère et systématise la modernisation de l’administration, qu’il réforme. Il développe les services sociaux publics (éducation, santé, sécurité sociale, etc.). Il œuvre à un rééquilibrage, du fait de l’action de l’État, des disparités sociales, et sectorielles (en agriculture en particulier) et, surtout, à diminuer les disparités régionales. Au niveau politique, il intègre des partis et mouvements petits bourgeois et populistes à la vie politique légale et institutionnalisée. Ces réformes sont ralenties, dans la seconde moitié des années 1960, par l’affaiblissement du « chéhabisme » et le retour partiel au pouvoir des notables ruraux et urbains. Ce retour est facilité par le déclin des alliés extérieurs du « chéhabisme », De Gaulle et Nasser, contribuant à sa chute en 1970.

28L’ensemble du Machrek arabe a connu, malgré des divergences entre pays, des évolutions présentant de nombreux éléments communs. Elles ont façonné un type de capitalisme dominant caractérisé par : le recul de la domination franco-britannique, l’essor de l’influence américaine et soviétique, le déclin des notables ruraux et urbains, la montée d’élites issues des classes moyennes ou de la petite bourgeoise, le contrôle croissant de l’État sur l’économie, la croissance d’un capitalisme d’État, le recul du contrôle étranger direct sur les économies, un certain progrès, mais relativement moyen dans les domaines de la santé et de l’éducation.

6. Sixième période. De la prédominance de la rente pétrolière (1973) aux « printemps arabes »

29Après la défaite de 1967, l’Égypte restructure son armée et conduit une « guerre d’usure » contre les troupes israéliennes sur le canal de Suez. La Syrie renforce elle‑aussi son potentiel militaire. En octobre 1973, les deux pays entreprennent conjointement une attaque contre les troupes israéliennes sur les territoires qu’elles occupent dans le Sinaï et sur le plateau syrien du Golan. Ils sont aidés militairement par la Jordanie, le Maroc, l’Irak et l’Algérie principalement. L’Arabie saoudite mobilise les pays pétroliers du Golfe pour stopper les exportations de pétrole, exigeant un retrait des territoires occupés depuis 1967 (Sinaï, Golan, Cisjordanie et Gaza). Ils provoquent ainsi une hausse brutale des prix du pétrole. Israël contre-attaque et reprend le Sinaï et une grande partie du Golan. Les belligérants parviennent néanmoins, sous la houlette du secrétaire d’État américain Henri Kissinger, à des accords de désengagement militaire qui aboutissent, quelques années après, à des pourparlers de paix avec l’Égypte. Entre temps, les prix du pétrole, bloqués depuis 1966, ont presque décuplé, provoquant une « crise pétrolière » mondiale et l’accumulation de « rentes » pétrolières colossales dans les États arabes producteurs (Arabie saoudite, Irak, Koweït, Qatar, Bahreïn, EAU, Oman, Lybie, Algérie). Cette accumulation de « surplus pétroliers », s’ajoutant au décès de Nasser en 1970 et l’arrivée d’Assad au pouvoir en Syrie, renforce les monarchies pétrolières conservatrices de la péninsule et du golfe Arabique, l’Arabie saoudite en tête.

30Par ailleurs, les États-Unis mènent désormais le jeu au Machrek en solo, les Soviétiques étant sur la touche. Ainsi, en Égypte, Sadate fait précéder la guerre de 1973 d’un retrait des conseillers militaires soviétiques. L’Égypte sadatienne se réoriente en effet politiquement vers les Américains. Au niveau économique « l’infitah » (ouverture économique) conduit à la promotion du secteur privé, la libéralisation économique et l’ouverture aux capitaux arabes et internationaux. La Syrie quant à elle prend des mesures d’ouverture économique limitée, mais elles s’accélèrent après 1973, pour attirer les capitaux pétroliers et privés locaux, tout en gardant son régime politique autoritaire. L’OLP, chassée de Jordanie, s’investit au Liban, y déclenchant des guerres aux multiples facettes : libano-palestiniennes, libano-libanaises, syro-libanaises, syro-palestiniennes, israélo-palestiniennes, israélo-libanaises, et israélo-syriennes. Elles entraînent en outre des interventions internationales (ONU et puissances occidentales) et arabes diverses. Durant 15 ans (1975‑1990), ces guerres détruisent le Liban et déplacent un quart de sa population à l’intérieur et un autre quart à l’extérieur du pays. Elles s’achèvent avec la signature, en Arabie saoudite, de l’accord de Taëf (1989). Ce dernier affaiblit radicalement la part des communautés chrétiennes dans le pouvoir au profit des communautés musulmanes, en particulier sunnite. En Irak, Saddam Hussein s’approprie le pouvoir en 1979. La guerre irako-iranienne, qui s’étend de 1980 à 1988, épuise les deux pays. De même, l’invasion du Koweït par l’Irak en 1990 affaiblit les deux voisins. Au niveau international, la chute de l’Union soviétique accélère la mondialisation et laisse le champ libre aux États-Unis dans le Machrek durant près de deux décennies.

31Cette période voit le triomphe du « néolibéralisme » et de l’unilatéralisme américains dans la région, suivant des colorations particulières: dans plusieurs pays, les législations sont amendées pour favoriser l’ouverture aux capitaux étrangers (Égypte, Liban, Jordanie et, dans une moindre mesure, Syrie), en particulier dans le secteur foncier et le secteur bancaire (Égypte, Liban, Syrie, Soudan, Jordanie). Les législations du travail sont assouplies en faveur des employeurs. Les forces syndicales restantes sont affaiblies, ou mises au pas. Des accords de libre échange au niveau bilatéral, interarabe et euro‑arabe sont signés et mis en place, ruinant beaucoup d’activités agricoles et, surtout, industrielles (en Syrie et au Liban) et augmentant l’insatisfaction populaire, le chômage et l’émigration. Les subventions de certains produits de base sont diminuées ou supprimées, créant une vague de mécontentement populaire (Jordanie, Égypte). En Syrie, dans les années 2000, le retrait des subventions au gasoil et aux engrais ruine l’agriculture et contribue à l’exode massif vers les grandes villes. Le traité de libre échange syro‑turc sape l’industrie privée syrienne vigoureusement renaissante, provoquant un chômage urbain massif. Dans plusieurs pays, des activités et secteurs régionaux nouveaux ou traditionnels sont privatisés. En Égypte, comme en Syrie, au Liban, en Jordanie, au Yémen), le téléphone mobile est privatisé au profit de groupes proches des pouvoirs en place. Des opérations de reconstruction urbaine sont également privatisées, comme, par exemple, dans le centre ville de Beyrouth ou celui de La Mecque. Il en est de même pour les services urbains : ramassage et traitement des ordures ménagères sont confiés à des entreprises privées au Liban et en Arabie saoudite. Par ailleurs, la mondialisation dans le Machrek arabe se double d’une « golfisation » de l’économie. Les capitaux des pays du Golfe, renforcés par la hausse du prix des hydrocarbures et réconfortés par les mesures en faveur des capitaux étrangers (surtout arabes) et du secteur privé, augmentent leurs investissements dans divers secteurs des économies arabes du Machrek : secteur foncier et construction, secteurs hôtelier et touristique, projets de rénovation urbaine, téléphonie mobile, banques, assurances, transport, grande distribution.

32Un pays, l’Irak, suit néanmoins une trajectoire particulière. Il est en effet appauvri, ruiné et affamé par les sanctions internationales et l’embargo après 1991, mais également par les errements de sa direction politique. Aux bombardements aériens succède, en 2003, une invasion sous le prétexte fallacieux de la présence d’armes de destruction massive. L’infrastructure du pays est ruinée, ses ressources pillées, son intelligentsia tuée ou poussée à l’émigration. Fondement de l’État irakien contemporain, l’armée est démobilisée, entraînant la déstructuration de l’État. La région peuplée d’une majorité kurde devient largement autonome tandis que des conflits armés et politiques déchirent la composante arabe de la population, divisée entre communautés chiites, sunnites, chrétiennes et yézidis, ces deux dernières étant attaquées et déplacées. L’économie est ruinée, le pétrole et les trésors archéologiques pillés.

33Dans tous les pays, la corruption se développe parmi les élites politiques, contribuant à l’accroissement de la dette publique. Cet accroissement peut être vertigineux comme au Liban où la dette est trois fois supérieure du PIB. Ce mode de fonctionnement économique accroît par ailleurs les inégalités, appauvrissant des catégories de plus en plus nombreuses, au profit de groupes au pouvoir ou alliées du pouvoir. Les services publics se détériorent (éducation, santé, eau potable et électricité) et la hausse des prix due à la levée des subventions sur les produits de base (aliments de base, carburants, etc.) aggrave l’appauvrissement : une partie croissante de la population croupit sous le seuil de pauvreté. Tous ces facteurs préparent le terrain pour ce que l’on appellera d’une manière partiellement indue « le printemps arabe ». Dans les pays à clivages sociaux verticaux (Lybie, Syrie, Irak, Bahreïn, Yémen), les luttes démocratiques et socialement revendicatives glissent vers des guerres civiles qui deviennent rapidement multinationales. Dans les pays plus homogènes (Tunisie, Égypte), les changements de l’élite politique sont partiels et les changements sociaux peu significatifs.

Conclusion

34Les pays du Golfe et de la péninsule Arabique, l’Arabie saoudite en tête, deviennent prédominants tant au niveau économique, du fait de leurs importantes ressources financières, qu’au niveau politique, du fait du déclin des autres pays traditionnellement leaders du Machrek arabe, à savoir l’Égypte, la Syrie et l’Irak.

35La mondialisation, l’unilatéralisme américain, et la suprématie des pays du Golfe déterminent les structures sociales et politiques des autres pays du Machrek et l’évolution de la forme du capitalisme dans la région au cours des quatre dernières décennies. Au capitalisme d’État longtemps prédominant s’est substitué le capitalisme de rente. Ce dernier commence à connaitre des difficultés à partir du milieu de la seconde décennie du xxie siècle.

Bibliographie

Atallah Mohamed et Sayegh Youssef, 1967, Un second regard sur l’économie libanaise, Beyrouth, Dar Al‑Tali‘a (en arabe).

Chidiac Edmond, 2002, « Les intérêts communs syro‑libanais 1920‑1950 », in Nadine Méouchy (éd), France, Syrie et Liban 1918‑1946. Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire, Damas, Institut Français d’Études Arabes de Damas, p. 259‑271.

Ducruet Jean, 1964, Les capitaux européens au Proche-Orient, Paris, P.U.F.

Al‑Saleh Mohamed Ali, 2002, « Introduction de partie. Les aspects économiques généraux de la relation mandataire France, Syrie et Liban, 1918‑1946 », in Nadine Méouchy (éd), France, Syrie et Liban 1918‑1946. Les ambiguïtés et les dynamiques de la relation mandataire, Damas, Institut Français d’Études Arabes de Damas, p. 197‑210.

Himadeh Saïd, 1938, The Economic Organisation of Palestine, Beyrouth, American University of Beirut.

Hassan Mohamed Salman, 1965, La croissance économique en Irak, Saïda, Éditions Al‑Maktaba Al‑‘Asria, Saïda (en arabe).

Issawi Charles, 1966 [rééd. 1975], The Economic History of the Middle East 1800‑1914, Chicago, University of Chicago Press.

Labaki Boutros, 2005,

« Évolution économique des moukata’as libanaises et relation avec la France (XVIIe‑XIXsiècles) », in Bernard Delpal, Bernard Hours et Claude Prudhomme, France-Levant. De la fin du XVIIsiècle à la Première Guerre mondiale, Paris, Éditions Geuthner, p. 275‑312.

1984, Introduction à l’histoire économique du Liban, Beyrouth, Publications de l’Université Libanaise.

Longrigg Stephen Hemsley, 1958, Syria and Lebanon under French Mandate, Londres/Toronto/New York, Oxford University Press.

Menassa Gabriel, 1948, Plan de reconstruction de l’économie libanaise et de réforme de l’État, Beyrouth, Publications de la Société Libanaise d’Économie Politique.

Moussally Nagib, 1933, Études économiques sur la Syrie et le Liban, Harissa, Imprimerie St. Paul.

Tomiche Nada, 1977, « Les origines politiques de l’Égypte Moderne », in L’Égypte d’aujourd’hui: Permanence et Changements: 1805-1976, Paris, Éditions du CNRS, p 85‑105.

Notes

1 À ce propos, voir Witfogel 1970 et Amin 1969.

2 Labaki 1984, p. 15‑18.

3 Issawi 1966, p. 38‑41.

4 Labaki 1984, p. 22‑26.

5 Labaki 1984, p. 228‑229.

6 Source : Issawi 1982, p. 25.

7 Ducruet 1964, p. 16‑52, 76‑120.

8 Ducruet 1964, p. 141‑219, 240‑262, 327‑339.

9 Ducruet 1964, p. 340‑437.

10 Labaki 1984, p. 77‑103 ; Ducruet 1964, p. 294‑295, 297‑299, 328.

11 Chidiac 2002, p. 269‑270.

12 Al‑Saleh 2002, p. 206.

13 Longrig 1958, p. 274.

14 Al‑Saleh 2002, p. 207.

15 Al‑Saleh 2002, p. 208‑210.

16 Moussally 1933, p. 106 ; Himadeh 1938.

17 Hassan 1965, p. 518.

18 Hassan 1965, p. 534.

19 Hassan 1965, p. 566‑567, 483‑484.

20 Tomiche 1977, p. 93.

21 Tomiche 1977, p. 94, 97, 99, 101, 102.

22 Tomiche 1977, p. 97‑98.

23 Ducruet 1964, p. 52‑53.

24 Ducruet 1964, p. 64‑66.

25 Ducruet 1964, p. 59‑62.

26 Ducruet 1964, p. 59‑60, 62.

Auteur

Économiste et historien, professeur émérite - Université Libanaise.

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540