Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État, rente et prédation

 | 
Mohamad Salhab
, 
Jérôme Maucourant

Partie II. Rente, développement, prédation

Les modèles de syndrome hollandais. Analyse et perspectives de recherche

Marie-Pierre Arzelier

Résumé

En s’appuyant sur le corpus théorique des modèles de syndrome hollandais, qui permet d’expliquer la situation économique des pays rentiers, l’auteur montre l’importance de l’effet « mouvement des ressources » et de l’effet « dépense » dans les processus de réallocation des ressources. Les mécanismes de désindustrialisation directe et indirecte qui se mettent en place expliquent une partie de la réalité économique de ces pays. Cependant cette analyse doit être enrichie par l’analyse d’autres facteurs, de nature différente. Cela permet de comprendre l’unicité des processus de croissance selon les pays et de réintroduire la notion de choix dans l’analyse économique.

Using the theoretical corpus that gathers models of Dutch disease, a concept that allows one to explain the economic situation of the rentier States, the author highlights the importance of what she calls the « movement of resources » effect and the « spending » effect in the processes of resources reallocations. The establishment of both direct and indirect deindustrialization mechanisms accounts for part of these countries’ economic reality. This analysis must nevertheless be enriched with other factors of different nature to explain the uniqueness of growth processes in each country and reintroduce the idea of choice in the economic analysis.

Texte intégral

Introduction

1Les pays riches en ressources naturelles voient souvent et paradoxalement leur situation économique se détériorer, alors qu’une vision superficielle laisserait penser que cette manne devrait être un facteur de développement. La dégradation de la santé de ces économies porte, dans la littérature, différents noms, le plus connu restant la « malédiction des ressources naturelles ». Ce constat a donné naissance à un corpus théorique dénommé syndrome hollandais (Dutch disease), ce phénomène ayant d’abord été analysé dans les années 1970 suite à la découverte de gisements importants de gaz naturel aux Pays‑Bas. La présente étude cherche à analyser les influences de l’évolution de la filière productrice de ressources naturelles sur les autres secteurs productifs en montrant quelles sont les conséquences possibles d’une phase d’essor dans ce secteur exposé à la concurrence internationale et inscrit dans une dynamique territoriale forte. Pour cela, il est nécessaire de comprendre les effets d’entraînement propres à ce secteur, et leurs influences sur les autres secteurs de l’économie.

2Dans une première partie seront présentés les mécanismes de base du syndrome hollandais à l’œuvre dans des économies rentières : chute de l’investissement privé, désindustrialisation, « désagriculturisation », alors même que les recettes d’exportation s’envolent. Selon ces modèles, un boom sectoriel dans la production de ressources naturelles, choc exogène positif, a des effets négatifs sur les autres secteurs de l’économie. Ces modèles peuvent être utilisés pour différentes ressources, pétrole, gaz, or, mais également afflux massif de capitaux ou tourisme, et pour des pays développés aussi bien que pour des pays en développement. Les différents impacts économiques doivent être analysés non seulement à court terme, mais également à long terme, dans une vision dynamique.

3Dans une deuxième partie, nous montrerons que ce corpus théorique doit cependant intégrer des éléments nouveaux afin de mieux prendre en compte la réalité des pays concernés. La version de base du syndrome hollandais, suivant laquelle les secteurs économiques en subissent les effets sans alternative possible, peut être enrichie et laisser place à une analyse révélant que les prises de décision des acteurs (privés et/ou publics) entraînent une pluralité de conséquences aux effets positifs ou négatifs. En effet, selon les caractéristiques initiales de l’économie, certains impacts seront accentués ou, au contraire, atténués, ce qui permet d’utiliser la théorie du syndrome hollandais comme base d’analyse pour des pays relativement différents (Nigéria, Mexique, Norvège, etc.). Nous montrerons qu’il existe des phénomènes d’asymétries et de rigidités entraînant des réactions différenciées par rapport au modèle de base. Cela permettra de comprendre en quoi certains pays n’ont pas ou peu subi les effets déstructurants prédits par la théorie.

1. Le syndrome hollandais

4Après avoir présenté les postulats de base de la théorie du syndrome hollandais, nous expliciterons les mécanismes en présence. Ces derniers apparaissent principalement selon deux modalités : effet « dépense » et effet « mouvement des ressources », qui relaient ainsi sur l’ensemble de la structure productive les variations initiales du secteur rentier.

1.1. Situation de départ

5Le constat de départ est l’existence de ressources naturelles pouvant être exploitées de façon importante par rapport au PIB total du pays et qui sont exportées de façon massive (pétrole et gaz naturel principalement). Le modèle initial est un modèle multisectoriel à facteurs spécifiques (Corden et Neary 1982 ; Bruno 1982). L’économie y est trisectorielle et découpée de la façon suivante : un secteur rentier exportateur de ressources naturelles, un secteur abrité regroupant les productions nationales non exportées et un secteur exportateur de biens manufacturiers, agricoles et de services soumis à la concurrence internationale. On est en présence d’une petite économie price taker, c’est‑à‑dire, au sens économique, qui ne peut agir sur les prix des matières premières (Corden 1984).

1. 2. Mécanismes et impacts sur la structure productive

6Les modèles de syndrome hollandais montrent que l’évolution du secteur des ressources naturelles conditionne fortement les dynamiques de croissance des autres secteurs. Ces modèles permettent de cerner les effets multiplicateurs présents à l’échelle nationale, à partir d’impulsions liées à ces exportations, en tenant compte des aspects d’offre et de demande. Les différents travaux ayant donné naissance au corpus théorique du syndrome hollandais peuvent être analysés selon deux types d’effets : l’effet dépense et l’effet mouvement des ressources.

7L’effet dépense correspond au fait qu’un choc positif dans le secteur des ressources naturelles entraîne une hausse généralisée des revenus, d’où un accroissement de la demande de biens (Van Wijnbergen 1984). En effet, l’abondance de la rente provoque une hausse du revenu réel et de la demande, d’où des tensions inflationnistes. Parallèlement, le montant important des exportations de ressources naturelles entraîne un fort excédent commercial, ce qui engendre une appréciation du taux de change réel. Automatiquement, les entreprises exportatrices des autres secteurs se retrouvent en difficulté, le prix de leurs exportations augmentant pour les acheteurs étrangers qui se détournent de ces produits. La compétitivité-prix se détériore pour le secteur exportateur hors rente. Les profits des secteurs hors ressources naturelles diminuant, ces secteurs se contractent tandis que le secteur des ressources naturelles se développe. Cette réallocation des ressources entraîne des effets différenciés sur les divers secteurs, modifiant ainsi la structure productive initiale du pays. L’exploitation de la rente a des effets pervers, correspondant à la contraction des secteurs exposés à la concurrence internationale (Gelb 1986, 1988 ; Edwards et Aoki 1983 ; Bean 1988).

8L’effet mouvement des ressources se met en place lorsqu’une hausse de la demande étrangère dans le secteur exportateur de ressources naturelles entraîne une hausse de la production, induisant la hausse de la demande de facteur travail dans ce secteur et, par conséquent, celle du niveau des salaires réels. Il faut préciser que ces modèles s’appuient sur l’hypothèse d’une quantité fixe de travail dans l’économie. C’est le seul facteur mobile entre les productions à court terme. Chaque secteur se retrouve donc en concurrence directe avec les autres pour le facteur travail. La main d’œuvre est géographiquement immobile et intersectoriellement mobile. Les effets de structure, entraînant des flux de main d’œuvre, sont dus aux variations d’activité des secteurs sur la période étudiée. Le facteur travail se déplace donc des autres secteurs de l’économie vers le secteur en expansion. Le mouvement de la force de travail du secteur des services et des biens échangeables à l’échelle internationale (hors secteur ressources naturelles) vers le secteur en expansion entraîne une diminution de l’emploi dans ces secteurs. Cela correspond à un phénomène de désindustrialisation directe. La chute de main d’œuvre disponible dans le secteur abrité (des biens et services non échangeables au niveau international) et dans le secteur exposé hors ressources naturelles entraîne une diminution de l’offre de ces secteurs. L’excès de demande de ces biens suscite la hausse de leur prix (tensions inflationnistes). La variation des prix a une importance clé dans ce type de modèle puisqu’elle entraîne celle des niveaux de production. L’inflation interne handicape alors les exportations du pays en biens et services et favorise l’importation de biens et services étrangers, provoquant une désindustrialisation indirecte. Les secteurs hors rente se contractent. L’économie devient ainsi fortement polarisée, au bénéfice du secteur rentier.

9Il est intéressant de noter que les effets dépense et mouvement des ressources exercent deux forces antagoniques : l’effet mouvement des ressources tend à faire diminuer la production des biens abrités, tandis que l’effet dépense la tire vers le haut, l’effet revenu de la demande de ces biens reflétant l’importance de l’effet dépense. Quelque soit l’effet qui l’emporte, ce processus entraîne toujours un phénomène de désindustrialisation. Directe, elle est due au mouvement de réallocation des ressources vers le secteur exportateur de ressources naturelles.

10Parallèlement, il peut être utile de faire intervenir ici la notion d’enclave. Dans certains pays, en développement notamment, les effets d’entraînement positifs du secteur d’exportation sur les autres secteurs sont faibles. L’industrie rentière peut alors être considérée comme une enclave, du fait de certaines rigidités et insuffisances économiques inhérentes aux pays en développement : ce sont des multinationales étrangères qui gèrent les effets induits par la production de la ressource naturelle, sans retombées sur le reste de l’économie, transport, consommations intermédiaires, etc. (Sachs et Warner 1995). Les impacts prédits par la théorie se trouvent alors renforcés.

11Ces différents mécanismes hypothèquent la croissance à long terme du pays producteur. Naturellement, le prix élevé des ressources naturelles renforce les phénomènes en action : si le secteur rentier se développe, c’est au détriment des autres secteurs de production (régression des secteurs traditionnels d’exportation). Le pays devient exportateur massif de ces ressources naturelles, alors que les autres secteurs exportateurs se contractent, entravant ainsi la mise en place d’un phénomène d’industrialisation équilibré. La dépendance du pays face à cette rente, qui est également à l’origine d’un afflux massif de recettes publiques, s’accroît.

12L’atrophie des secteurs hors ressources naturelles d’exportation déséquilibre profondément et durablement la structure productive du pays. À long terme, lorsque la rente d’exportation s’épuise, la déstructuration du tissu économique, la surévaluation du taux de change réel et l’inflation interne empêchent toute perspective de croissance. Les entreprises ne sont plus suffisamment nombreuses, diversifiées et efficaces pour être des relais de croissance.

1. 3. Prolongements du modèle de base

13Si les modèles de syndrome hollandais offrent une vision d’ensemble de l’économie, certaines modalités de fonctionnement spécifiques doivent selon nous être prises en compte afin d’étoffer le modèle (pour une modélisation, voir Arzelier 2014). Ainsi, les complémentarités stratégiques entre secteurs (influences directes et indirectes de la production de ressources naturelles sur les autres secteurs) enrichissent l’analyse. Les secteurs primaires, secondaires et tertiaires sont en effet liés par des relations verticales. Il faut donc prendre en compte les relations croisées. Parmi les différents effets d’entraînement, citons les achats intermédiaires du secteur exportateur au secteur des services par exemple, notamment de « proximité » ou au secteur de la construction. Les valeurs dépendent des propensions marginales à consommer des services marchands, du taux d’importation régional ou national, etc. En cas d’expansion ou de crise du secteur exportateur, ce sont tous les secteurs liés qui peuvent voir leur activité varier, et non pas seulement du fait de l’effet dépense ou mouvement des ressources, comme dans le modèle de base. Les effets structurants du commerce international se retrouvent donc au niveau sectoriel et régional.

14Parallèlement, peut apparaître dans le secteur rentier une pénurie de main d’œuvre selon les qualifications demandées, et donc une nécessité de recourir à une main d’œuvre immigrée. L’étude de l’aspect demande du phénomène conduit alors à s’interroger sur les dépenses de consommation des travailleurs migrants par rapport aux résidents, sachant que le multiplicateur régional est plus élevé si les propensions marginales à dépenser localement sont fortes. Les relations entre secteurs s’effectuent donc aussi par le marché du travail qui prend, pour le secteur rentier, des formes plus complexes que dans le modèle original du syndrome hollandais. L’introduction de phénomènes migratoires peut engendrer des effets de fuite des revenus hors du pays pour les travailleurs étrangers, alors que les travailleurs autochtones vont dépenser massivement sur place et réinvestir dans l’économie (éventuellement dans d’autres secteurs).

15Une croissance se fondant uniquement sur des effets multiplicateurs (activité unique autour d’un pôle dominant) a une portée limitée. Des effets de compétitivité peuvent être introduits dans le modèle pour relayer les processus de croissance interne. Ces effets de compétitivité peuvent initier ou ralentir le processus de croissance dû à la variation des exportations (Catin 1995 ; Bandara 1991). Ces dernières ont des effets d’entraînement, dont l’importance dépend du degré d’insertion locale des firmes exportatrices : utilisation du travail local plus ou moins importante, en lien avec la nature des investissements. Ceci oriente les spécialisations régionales et donc les formes de compétitivité.

16Le facteur travail réagit à des chocs exogènes négatifs d’une façon propre au secteur. Il existe en effet des asymétries et rigidités, du fait des différences de comportement possible entre les acteurs de cette filière et la modélisation habituelle. Les spécificités des comportements de ces acteurs apparaissent dans un cadre de processus d’ajustement aux changements induits par le commerce international. En effet, dans l’analyse néoclassique du syndrome hollandais, l’offre de main d’œuvre disponible dans l’économie est fixe, les variations ne portent que sur l’allocation des ressources entre secteurs. Or, il y a ici en fait possibilité de perte ou de création d’emplois par les migrations, le chômage, etc.

17Au‑delà de ces aspects, les particularités mêmes des économies des pays en développement doivent être intégrées au modèle original du syndrome hollandais, afin de mieux refléter leur complexité.

2. La nécessaire prise en compte d’autres variables

18Les modèles de syndrome hollandais doivent être améliorés afin de pouvoir expliquer la diversité des situations en présence et, par là même, pouvoir éventuellement agir sur le futur afin d’éviter les effets déstructurants prédits par les modèles de base. Cette notion est particulièrement intéressante car elle permet d’approcher le réel en prenant en compte ses multiples facettes au sein même du modèle. Il s’avère donc nécessaire d’analyser les différentes logiques des acteurs concernés, les agents économiques ayant des intérêts revêtant une réalité sociale polymorphe. L’introduction d’hypothèses novatrices permet de mieux cerner les mécanismes en présence, ces derniers étant interconnectés. Les agrégats nationaux masquent en effet des spécificités liées aux structures locales (d’où l’introduction des notions de secteur informel et d’imparfaite réallocation des ressources entre secteurs par exemple). Ceci nous permet d’expliciter les phénomènes éventuels d’asymétries et de rigidités en réaction aux contraintes internationales, et de montrer que l’on peut voir une accentuation du phénomène de base ou, au contraire, l’existence de forces permettant d’éviter les effets du syndrome hollandais.

2. 1. Rationalité de l’adaptation sectorielle et irréversibilité des choix

19La question que certains économistes se posent est de savoir si les résultats du syndrome hollandais sont effectivement négatifs pour l’économie (Palma 2014) ou si, au contraire, ces effets découlent précisément d’une adaptation rationnelle de l’économie à un environnement particulier : l’abondance de richesses naturelles. Dans ce cas, une spécialisation du pays liée à ses avantages comparatifs, comme dans les modèles simples de commerce international, entraînerait logiquement une diminution du secteur des industries manufacturières et du secteur agricole. Cependant, les tenants de cette idée, selon laquelle les résultats déstructurants du syndrome hollandais seraient en fait une adaptation rationnelle à l’évolution de l’économie, se heurtent au problème du tarissement futur de ces ressources et/ou à la chute des prix de ces matières premières (contraintes internationales). La notion d’irréversibilité des choix prend ici tout son sens, la réadaptation de l’économie à ces contraintes nouvelles ne pouvant se mettre en place. Les secteurs abandonnés dans le cadre du syndrome hollandais n’ont plus une taille suffisante pour se développer à nouveau à cause d’effets de seuil ou de pièges de sous‑développement, tels qu’analysés dans les modèles de croissance endogène (Matsuyama 1991 ; Artus 1993). Le pays se retrouve donc en situation de crise grave. Cette vision dynamique du modèle de syndrome hollandais n’apparaît pas nécessairement dans les modèles de base. Elle pose pourtant le problème d’une adaptation de l’économie difficile, voire impossible, suite à la chute de la rente : nous sommes alors en présence d’une viscosité du processus d’ajustement.

2. 2. La nécessaire prise en compte des élasticités de substitution entre facteurs de production

20De fortes valeurs d’élasticités de substitution entre facteurs de production peuvent augmenter l’effet du processus de réallocation intersectorielle des facteurs de production. Elles entraînent alors l’accélération et l’accroissement de l’effet mouvement des ressources et, donc, la désindustrialisation de l’économie et sa polarisation. A contrario, de faibles valeurs d’élasticités de substitution entre facteurs de production peuvent diminuer l’effet du processus de réallocation intersectorielle des facteurs de production et donc diminuer l’effet mouvement des ressources.

21Les élasticités de substitution entre facteurs de production sont d’une grande importance. Elles dépendent bien sûr de la plus ou moins grande substitution possible du capital au travail. La substitution capital-travail aide à comprendre la dynamique dans les secteurs agricoles par exemple (entre récoltes à la main et à l’aide de machines par exemple), ce qui entraîne des variations de coûts de production (Nowak 1995). Ainsi, une production massive de ressources naturelles entraîne, par l’effet mouvement des ressources, une raréfaction d’un facteur de production par rapport à l’autre selon les caractéristiques de production de ce secteur. La hausse des coûts de production en résultant pour les autres secteurs de l’économie peut être en partie atténuée par une hausse de l’utilisation de l’autre facteur de production. Les possibilités de substitution entre facteurs entraînent donc un effet récessif sur les secteurs hors rente plus ou moins important.

22Comme chaque secteur est en concurrence directe avec les autres pour le facteur travail, l’hypothèse selon laquelle la main d’œuvre est intersectoriellement mobile est centrale. On voit bien que cet effet peut être atténué s’il est difficile d’avoir des flux de main d’œuvre entre secteurs, et s’il y a possibilité d’immigration (Allcott et Keniston 2014).

23Cependant, si la production de chaque secteur est influencée par l’élasticité de substitution entre facteurs de production, il faut aussi noter l’importance de la part de la dépense en facteurs de production dans le coût de production du secteur ainsi que la variation du taux de salaire réel par rapport au rendement du capital, une variation du coût entraînant une substitution des facteurs de production selon l’élasticité de substitution. Il existe donc bien des influences de différentes natures, dont les effets peuvent être directs et indirects, sectoriels et globaux (Arzelier 2014).

2. 3. Le rôle du secteur informel et de l’autoconsommation

24D’autres variables freinent la diffusion des effets du syndrome hollandais. S’agissant de pays en développement, le rôle du secteur informel doit être pris en compte. Ce dernier a en effet un rôle stabilisateur, puisqu’il se maintient malgré les problèmes économiques. Des secteurs de biens non échangeables à l’international (secteurs dits abrités) continuent même de se développer, allant ainsi à l’encontre des théories du syndrome hollandais. Le secteur informel a en effet des modes de fonctionnement propres, qui échappent à la vision néoclassique des modèles de syndrome hollandais.

25On peut ajouter au modèle de base ce qui pourrait être appelé un « effet dépense augmenté ». Dans ce cas, on ajoute des effets « multiplicateurs de revenu / demande finale ». Le processus initial d’amplification ou d’effet réducteur par la demande est généré par le secteur exportateur. Il s’agit des effets « d’induction » provoqués par la variation de la distribution de revenus, par l’intermédiaire du marché du travail, et dus aux variations de l’activité exportatrice. Liée aux effets multiplicateurs, la variation de la rente peut entraîner une variation de la demande solvable nationale en biens et services, d’où une situation d’incertitude pour les autres secteurs. En effet, les stratégies d’ajustement des acteurs peuvent être diverses : hausse de la pluriactivité (qui dépend des possibilités sectorielles et régionales), recours à l’autoconsommation, etc.

26L’importance de l’autoconsommation doit donc être prise en compte pour compléter les modèles de syndrome hollandais : l’existence d’une agriculture vivrière notamment, qui perdure malgré les difficultés économiques (ou grâce à elles ?), doit être mise en parallèle avec la faible monétarisation des zones rurales de certains pays. Ce phénomène va à l’encontre des conclusions du modèle de base qui prédit une chute des productions des biens non commercialisables sur le marché international.

27Les modèles de syndrome hollandais souffrent donc selon nous de n’avoir pas pris en compte les productions qui ne s’intègrent pas dans la comptabilité nationale. Elles sont néanmoins bien réelles et viennent contrecarrer en partie les effets prédictifs du modèle théorique qui annonce une chute inéluctable des productions dans le secteur abrité.

2. 4. Variables exogènes et renforcement des effets du syndrome hollandais

28Dans nombre de pays en développement, l’exode rural et le vieillissement des populations rurales coexistent avec une situation de syndrome hollandais (sans être causés par lui) et viennent en renforcer les effets. Ils sont propices, dans tous les cas, à une diminution du secteur agricole, comme en témoigne l’exemple du Congo. Ces variables doivent être prises en compte.

29Parallèlement, certains types de demande internationale à la baisse, comme fruits, légumes, oléagineux ou bois tropicaux d’origine africaine (par opposition aux bois d’origine asiatique, dont la demande internationale est en hausse) entraînent dans tous les cas une chute des secteurs d’exportation agricole. Les effets du syndrome hollandais ne sont donc pas en œuvre ici, car il s’agit de tendances à long terme indépendantes de la théorie du Dutch disease. Ces deux tendances viennent néanmoins se surajouter pour accroître le déclin des secteurs exportateurs hors rente.

30Les modèles classiques de syndrome hollandais proposent une vision symétrique des évolutions de l’économie. Les phénomènes en action peuvent se mettre en place à la hausse ou à la baisse puis, sous l’effet de variables contraires, évoluer dans un sens inverse (par exemple expansion d’un secteur de l’économie). Or, il serait judicieux de prendre en compte un phénomène comme celui de « trappe à la pauvreté » qui montre qu’en‑deçà d’un certain seuil, il est impossible pour l’économie de retrouver la situation prévalant avant le choc (Arzelier 1999).

31Ce modèle permet donc de prendre en compte aussi bien l’existence de chocs exogènes que les choix des agents comme vecteurs de croissance ou de crise, mais également les phénomènes d’hystérésis provenant de ces choix, l’histoire passée ayant un impact sur le présent. Le modèle du syndrome hollandais ainsi enrichi implique des conséquences différentes en fonction des actions des acteurs économiques. En ce sens, il est porteur de dynamiques et place au centre de l’analyse le comportement des agents dont les impacts sont différenciés selon les choix effectués.

2. 5. Spécificités du régime rentier d’accumulation et variables endogènes

32Contrairement aux modèles traditionnels de syndrome hollandais, il nous paraît important de mettre en évidence le fait que le facteur spécifique des ressources naturelles n’est pas suffisant à lui seul pour permettre sa production, qu’il s’agisse de pétrole ou de gaz par exemple. L’analyse ne peut donc être conduite uniquement en termes de commerce international, cette production étant considérée comme un « don gratuit de la nature » par les physiocrates. Le raisonnement doit prendre en considération le construit des hommes, ces ressources étant également le fruit de leur travail et de leur réflexion.

33L’économie est la science des choix. Pourtant ce postulat de base n’apparaît pas dans la vision mécaniste du syndrome hollandais. Il paraît donc absolument nécessaire d’enrichir ce modèle par la prise en compte de variables endogènes : résultant des décisions des agents, elles affectent les résultats de la théorie de base. L’État, dans ses différentes acceptions, paraît être alors le vecteur fondamental de mise en place des différentes influences sur l’ensemble de l’économie.

34Une importante littérature s’est intéressée à la notion de captation de la rente par des élites locales, ainsi qu’un laisser‑aller de l’État, dont les ressources financières sont abondantes (du fait des excédents budgétaires) : gaspillages, clientélisme ou absence de vision à long terme accentuent les difficultés de l’économie et ne créent pas les conditions d’une situation de croissance. Le problème est ici l’utilisation de la rente, non l’existence de la rente en elle‑même.

35Le capital institutionnel du pays et son degré de démocratie influencent de façon positive ou négative les résultats du syndrome hollandais. Les réponses politiques, qui diffèrent selon les pays, permettent de sortir de la malédiction des ressources naturelles (Arezki, Gylfason et Sy 2012). L’expérience de plusieurs pays tels que l’Australie, le Canada, le Botswana ou la Norvège en témoigne. L’existence d’un niveau de développement initial élevé permet également d’échapper plus facilement au problème du syndrome hollandais.

36L’action des politiques économiques pour éviter le syndrome hollandais, et faire ainsi sortir l’économie du piège d’un développement insuffisant, doit viser deux aspects principaux : stériliser l’afflux massif des ressources financières issues de la rente et stabiliser les taux de change. Une politique budgétaire contracyclique est parfois évoquée comme solution possible. Elle revient à utiliser une analyse de type keynésien pour un modèle néoclassique. Le niveau imprévisible des revenus du gouvernement, lié aux cours mondiaux, accentue néanmoins l’incertitude à court terme, rendant les modèles prévisionnels délicats. Des politiques publiques inappropriées peuvent également aller à l’encontre des buts recherchés et aggraver le syndrome hollandais. Si les dépenses du secteur public sont importantes, avec la création de multiples infrastructures par exemple, un afflux massif du facteur travail vers ces secteurs va engendrer une demande de travail insatisfaite dans les autres secteurs, et donc handicaper leur développement. Ce phénomène pourrait être appelé effet « mouvement des ressources augmenté », à mettre en parallèle avec l’effet mouvement des ressources initial prévalant dans la théorie.

37Les politiques publiques sont donc des éléments clés dans le problème que représente le syndrome hollandais : des politiques incitatives favorisant la diversification de l’économie et le maintien de tous les secteurs permettent d’éviter la malédiction des ressources. Des incitations fiscales peuvent par exemple favoriser l’initiative privée et l’innovation. Le développement financier, orchestré par l’État, entretient par ailleurs la croissance économique en favorisant la diversification. Le financement d’infrastructures adéquates est également un moyen de diversifier l’économie (Arzelier 1998 ; Al Mutawa 1996). L’incitation au déplacement des travailleurs qualifiés vers les secteurs de l’économie hors rente est aussi une nécessité pour la croissance à long terme. L’objectif final est donc bien d’orienter l’allocation des ressources vers les secteurs non rentiers de l’économie en favorisant l’investissement privé dans ces secteurs.

38Une autre possibilité est de placer une partie de la rente sur les marchés financiers internationaux. L’objectif est de ne pas faire augmenter trop rapidement la demande à court terme par une stérilisation volontaire, en particulier si la capacité d’absorption de l’économie est limitée, et ce même si les besoins en biens publics sont importants. Cette accumulation d’épargne dans les fonds souverains est une technique largement utilisée par des pays comme l’Arabie saoudite, la Norvège et le Koweït.

39Une gestion étatique plus transparente de l’utilisation de la rente est aussi une solution préconisée par de nombreux économistes du FMI en vue d’une croissance future (Cabrales et Hauk 2011).

40Finalement, c’est bien à l’État de prendre la responsabilité d’atténuer les effets néfastes du syndrome hollandais, afin de mettre en place une certaine équité intergénérationnelle, la rente étant amenée à se tarir à long terme. Ainsi, si les modèles de syndrome hollandais démontrent l’inéluctabilité de la distorsion du processus productif au détriment d’une croissance à long terme, il convient d’y ajouter le rôle de l’État qui, à différents niveaux, peut infléchir ces tendances et, donc, le sentier de croissance économique.

Conclusion

41Si certains pays subissent effectivement une situation de syndrome hollandais dans laquelle la diversification de la base productive n’a pas suivi l’afflux massif de recettes issues des exportations de ressources naturelles, d’autres pays , où l’on ne retrouve pas les situations décrites par la théorie, ont réussi à s’en affranchir. La vulnérabilité des économies résultant d’un accroissement du secteur rentier au détriment du reste de l’économie est variable selon les pays. Les raisons de cette inadéquation entre modèle théorique et situations réelles sont, nous l’avons vu, multiples et se situent à plusieurs niveaux d’analyse. Les influences sur ces économies sont liées à des variables exogènes, comme les cours mondiaux des produits miniers ou les termes de l’échange, parallèlement à des variables endogènes comme l’existence d’un secteur informel, d’autoconsommation, de substitution imparfaite entre facteurs de production, de choix de stratégies de croissance du secteur public et, au‑delà, comme l’aptitude à générer et piloter un nouveau régime d’accumulation qui soit en rupture avec le régime rentier.

42Les réponses des acteurs aux chocs sectoriels doivent être positionnées à côté et/ou viennent se rajouter aux mécanismes classiques du syndrome hollandais (effets multiplicateurs d’offre et de demande, effets de compétitivité, etc.) : la viscosité du processus d’ajustement qui en résulte fait que, dans le cas de pays fortement polarisés par l’existence d’une production de rente, l’adaptation à l’évolution de l’environnement international entraîne des dynamiques spécifiques qui viennent renforcer ou vont à l’encontre des phénomènes habituellement décrits par les modèles du syndrome hollandais. La capacité de ces économies à s’adapter aux changements de l’environnement international s’explique précisément par ces spécificités. Ces dernières doivent donc être prises en compte conjointement avec les mécanismes habituellement présents dans les modèles traditionnels de syndrome hollandais.

Bibliographie

Allcott Hunt et Keniston Daniel, 2014, « Dutch Disease or Agglomeration? The Local Economic Effects of Natural Resource Booms in Modern America », NBER Working Paper 20508, septembre. [En ligne] http://www.nber.org/papers/w20508

Al Mutawa Ahmed, 1996, « The Dutch disease, learning by doing and public policy », Journal of Economic Development 21/1, p 235‑264.

Arezki Rabah, Gylfason Thonvaldur et Sy Amadou, 2012, « Beyond the curse: Policies to harness the power of natural resources », VoxEU.org, 8 juillet. [En ligne] http://voxeu.org/article/policies-harness-power-natural-resources

Artus Patrick, 1993, « Croissance endogène : revue des modèles et tentative de synthèse », Revue économique 44/2, p. 189‑228.

Arzelier Marie-Pierre,

-1998, « Dépenses publiques, ressources naturelles et croissance sectorielle : une comparaison Afrique-Asie », Revue économique 49/1, p. 119‑137.

- 1999, « Exportations de ressources naturelles et évolution industrielle : une modélisation dynamique par la théorie du contrôle optimal », Revue Région et Développement 9, p. 151‑169.

- 2014, « Commerce international et syndrome hollandais : un exemple de dynamique territoriale », Document de travail non‑publié, Université de Lorraine, 32 p.

Bandara Jayatilleke, 1991, « An investigation of “Dutch disease” economics with a miniature CGE model », Journal of Policy Modeling 13/1, p. 67‑92.

Bean Charles, 1988, « Real Wage Rigidity and the Effect of an Oil Discovery », Oxford Economic Papers 40/3, p. 451‑462.

Bruno Michael, 1982, « Adjustment and structural change under supply shocks », Scandinavian Journal of Economics 84/2, p. 199‑221.

Cabrales Antonio et Hauk Esther, 2011, « Political institutions and the curse of natural resources, VoxEU.org, 17 juin. [En ligne] http://voxeu.org/article/political-institutions-and-curse-natural-resources

Catin Maurice, 1995, « Les mécanismes et les étapes de la croissance régionale », Région et développement 1, p. 11‑28.

Corden Max, 1984, « Booming sector and Dutch disease economics: survey and consolidation », Oxford Economics Papers 36, p. 359‑380.

Corden Max et Neary Peter, 1982, « Booming Sector and De-Industralisation in a small Open Economy? », The Economic Journal 92/368, p. 825‑848.

Edwards Sebastian et Aoki Masanao, 1983, « Oil export boom and Dutch Disease: a dynamic analysis », Resources and Energy 5, p. 219‑242.

Gelb Alan,

-1986, « From boom to bust », IDS Bulletin 17/4, p. 22‑29.

- 1988, Oil windfalls: blessing or curse?, New York, A World Bank research Publication, Oxford University Press.

Matsuyama Kiminori, 1991, « Increasing Returns, Industrialization and Indeterminacy of Equilibrium », The Quarterly Journal of Economics 106/2, p. 617‑650.

Nowak Jean-Jacques, 1995, « Le syndrome néerlandais : relations intersectorielles et vulnérabilité des branches exposées », L’actualité économique 71/3, p. 308‑333.

Palma José Gabriel, 2014, « De‑industrialisation, “premature” de‑industrialisation and the Dutch Disease », Revista NECAT 3/5.

Sachs Jeffrey D. et Warner Andrew M., 1995, « Natural resource abundance and economic growth », NBER Working Paper 5398, décembre.

[En ligne] http://www.nber.org/papers/w5398

Van Wijnbergen Sweder, 1984, « The Dutch Disease, a disease after all? » The Economic Journal 94/373 p. 41‑55.

Auteur

Université de Lorraine, IAE de Metz

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540