Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

État, rente et prédation

 | 
Mohamad Salhab
, 
Jérôme Maucourant

Présentation générale

Mohamad K. Salhab et Jérôme Maucourant

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier Bernard Drevon, président de la Société des Amis de Veblen, (...)

1Ce recueil 1 est issu des travaux d’un colloque tenu à Beyrouth les 8 et 9 juin 2015 sur le campus de l’Université Libano‑Française à Clemenceau et organisé avec l’appui de l’Agence universitaire de la Francophonie et l’Association francophone pour le développement de l'enseignement supérieur. L’idée initiale était d’exposer quelques-unes des évolutions en cours dans le champ de l’économie du développement, en présentant les outils théoriques nécessaires à leur compréhension. Cet objectif s’est vite révélé un défi important, qu’il a fallu relever avec l’ensemble des participants. En effet, les évolutions en question nous éloignent des schémas classiques de l’économie du développement, qui marquent actuellement leurs limites. De la crise économique qui débute en 2008 et des errements et soubresauts des prix des matières premières, aux différents soulèvements et violences qui meurtrissent l’actualité, rarement le champ de la recherche économique et sociale n’a été aussi fortement sollicité pour renouveler ses outils d’analyse.

2C’est à cet effort que se consacre le présent ouvrage. Certains aspects théoriques et pratiques y sont privilégiés, en particulier lorsqu’ils impliquent les économies de rente, de prélèvement et de prédation comme modes structurels des systèmes économiques. L’économiste et sociologue Thorstein Veblen (1857‑1929), une figure souvent citée aujourd’hui, mais rarement lue, par les sociologues et les économistes, constitue un guide pertinent pour accompagner nos réflexions et nos interrogations. N’est‑il pas l’un des premiers penseurs à orienter sa compréhension du capitalisme américain de la fin du xixe siècle, celui des « robber barons », vers la notion de « predatory instinct » notamment ? D’après lui, des forces puissantes dans le cadre du « système des prix (price system) » tendent à réactiver sans cesse ce mécanisme de prédation et l’on aurait tort d’y voir quelque chose d’absolument singulier comme une « accumulation primitive ». Par ailleurs, les changements techniques concourent à rendre obsolètes les vieux cadres réglementaires, permettant à l’instinct prédateur de laisser libre cours à sa démesure.

3Assurément la référence à Veblen ne peut être exclusive, comme l’illustre tout à fait ce livre. Néanmoins, introduire les concepts vébléniens est profitable à l’analyse socio‑économique. Outre une originalité rafraîchissante et stimulante, Veblen offre l’occasion de s’éloigner d’une perspective quelque peu exotique dans l’appréhension de certains systèmes semblant immédiatement prédateurs, pour inscrire tous les systèmes économiques dans une analyse de l’extorsion, par‑delà ses formes changeantes. Dans le climat actuel de guerre des mondes, ce genre de point de vue est salutaire.

4Il n’en reste pas moins que nous sommes bien conscients de la singularité, voire de l’étrangeté, de se référer de façon centrale à un auteur qui peut sembler périphérique dans les sciences sociales contemporaines et, a priori, éloigné des problématiques relatives à l’économie du développement. Le lecteur nous pardonnera quelques développements supplémentaires qui plaident encore en faveur de la cohérence du présent ouvrage, mais la référence même à Veblen implique certaines précisions qui seraient inutiles pour d’autres auteurs contemporains. Évoquons tout d’abord un paradoxe : la figure de Veblen ne fut pas marginale. Contributeur à de prestigieuses revues, il fut même l’inventeur du terme économie néo‑classique qui fit florès. Mais la domination progressive de ce courant, fondé sur l’individualisme méthodologique, occulta longtemps l’approche critique prônée par Veblen. D’autres auteurs américains comme John R. Commons et Wesley C. Mitchell subirent le même sort. Ces économistes ont été rattachés à ce qui devint progressivement l’« école institutionnaliste ». Lorsque la crise de 1929 ébranla les fondements de l’école néo‑classique, l’option keynésienne fut retenue comme alternative. Pour beaucoup, elle avait en effet le grand avantage (a priori) de ne pas impliquer de transformations majeures du capitalisme. Il était préférable que le budget de l’État compense les failles récurrentes du système de marché plutôt que d’agir sur la structure même de l’économie privée. D’un autre côté, ceux qui se référaient au marxisme se sentaient en général éloignés de l’importance que les institutionnalistes accordaient aux droits « formels » essentiels aux idéaux démocratiques.

5À l’aube d’un nouveau siècle, ces problématiques du xxe siècle doivent être, au moins en partie, dépassées. La crise de 2008 est progressivement devenue une crise de la pensée économique, les tragiques difficultés de la zone euro s’ajoutant à un indéniable trouble intellectuel. Il y a bien sûr une force d’inertie étonnante des pensées instituées et une capacité extraordinaire d’amnésie, mais la cohérence, souvent célébrée, des modèles, qui justifiait les politiques néolibérales ne peut se substituer à la pertinence, qui seule compte quand la pensée prétend se mêler de l’action. La crise du marxisme est plus ancienne : nul besoin de revenir ici sur les impasses de ce qui fut une composante majeure de la pensée critique. Or, c’est fréquemment au sein de cette mouvance qu’une réflexion sur les institutions, à la manière des institutionnalistes américains des années 1920, a commencé à croître dans les années 1970, qui marquent l’épuisement du marxisme classique. En France, l’école de la régulation (dont les concepts sont explicitement développés dans la contribution de S. Bellal), combine dès cette époque certains éléments issus du marxisme et des problématiques typiquement institutionnalistes, même si les régulationnistes n’en prirent conscience que progressivement.

6Osons résumer l’esprit de la démarche institutionnaliste : ne pas fonder une théorie intemporelle de l’action humaine mais comprendre la dialectique des agencements socio‑économiques et des comportements des individus en dehors, notamment, de toute hypothèse sur le caractère nécessairement « efficient » de l’évolution économique propre à la société de marché. Pour dire les choses autrement : un espace de légitimité s’ouvre pour une authentique analyse institutionnelle quand la construction sociale des grandes règles structurant les flux économiques est reconnue comme décisive, dès lors qu’on admet que les règles constitutives de l’organisation marchande n’émergent pas spontanément du jeu d’acteurs rationnels dans un monde d’optimalité et que l’autorégulation des marchés est conçue comme un mythe. Ainsi, si Veblen n’est pas nommément mentionné par tous les auteurs de ce recueil, les éléments fondamentaux de l’approche institutionnaliste qu’il a contribué à fonder sont, eux, bien présents.

7Revenons maintenant sur la particularité de son institutionnalisme et le caractère large de la notion de « rente » dont il est, de facto, fait usage dans ce recueil. Veblen, même s’il n’utilise pas en effet ce terme, souligne l’importance de ce type de revenu qu’engendre le capitalisme financier, système où l’on peut obtenir quelque chose à partir de rien, à partir de moyens divers mais toujours plus sophistiqués. Il étend donc cette caractéristique majeure et bien connue de la rente foncière, part importante de la théorie économique classique qui règne au xixe siècle, pour comprendre le capitalisme du tournant du xxe siècle. Il dénonce le parasitisme de la finance sur l’industrie, thème dont la force est évidente à l’époque contemporaine : n’est‑ce pas l’État américain lui‑même qui a massivement augmenté la dette publique après 2008 pour sauver la rente financière devenue le fondement de l’économie actuelle ? Or Veblen estime que le capitalisme financier n’est en rien nécessaire au fonctionnement d’un système économique développé. Il ne cesse d’exprimer des vues qui peuvent être qualifiées d’industrialistes. N’est‑il pas frappant de remarquer que les temps keynésiens ont eu, en moyenne, des taux de croissance bien supérieurs à ceux de l’ère néolibérale qui s’ouvre en 1980 ? La réussite du capitalisme chinois ne réside‑t‑elle pas dans le fait que la finance soit restée, pour l’essentiel, au service de l’industrie ?

8Les auteurs de l’ouvrage font également un usage large du concept de rente, allant de la rente pétrolière à la rente qui provient de l’usage des liens de clientèle politique permettant d’extraire du produit économique des richesses qui ne résultent pas d’un effort productif. C’est la figure même de l’État prédateur qui se dessine ici, dans la lignée de la pensée de Veblen, et l’on soulignera que les deux types de rentes mentionnées s’articulent à merveille dans la réalité. Les contributions concernant les cas algérien ou syrien se prêtent tout à fait à l’analyse en termes de « rente politique ». Mais, comment ne pas voir que l’État des économies plus développées, en Europe comme aux États‑Unis, est lui‑aussi soumis, en tous cas en partie, aux exigences de groupes d’intérêts sauvant leurs profits privés dans un contexte de chaos économique et social menaçant. Le cas de la finance américaine évoquée plus haut en est un bon exemple, mais il en existe bien d’autres de ce genre ! Certes, il ne faut pas oublier que les économies suffisamment développées peuvent subir un certain niveau de prélèvement d’autres économies où un capitalisme directement politique inhibe la croissance. C’est pourquoi la critique de la rente n’a pas le même statut selon le système économique considéré, même si la référence au rôle majeur des institutions économiques est partagée par l’ensemble des auteurs de cet ouvrage.

9Par conséquent, si tous les auteurs ne sont pas vébléniens, tous ont en commun un certain rapport à l’institutionnalisme en général – l’un des contributeurs évoquant même Polanyi – comme cadre de référence ; d’ailleurs, il n’est pas regrettable d’avoir quitté une époque où la problématique d’un travail se devait de se référer à un génial prédécesseur, Ricardo, Marx, Walras, Keynes, Friedman, etc. L’économie (politique) est en train de devenir plus éclectique car la dureté des faits impose aux chercheurs plus de modestie dans l’usage des théories.

10La première partie du recueil, historique et méthodologique, est centrée sur l’œuvre de Veblen. Cet économiste montre en effet, avec une verve remarquable, la nature essentiellement prédatrice du capitalisme de son époque en voie de financiarisation. La méthode institutionnelle sera actualisée dans cette partie. Cette méthode, que Veblen prolonge dans une perspective mondiale, n’a, croyons‑nous, pas perdu de son actualité. Olivier Brette développe une réflexion importante pour introduire la pensée de Veblen, en identifiant et en articulant les principaux apports de l’œuvre de Thorstein Veblen à la théorie de la valeur économique. Cet auteur a offert des éléments puissants de critique à l’encontre des différentes traditions de pensée qui ont tenté de justifier la capacité du marché à fournir une mesure objective de la valeur économique. Ayant mis en évidence l’autonomie des valeurs marchandes et leur irréductibilité à d’autres régimes d’évaluation, Veblen a jeté ensuite les bases d’une théorie de la « valeur sociale (social value) » et nous invite, par là même, à nous interroger collectivement sur les moyens et les fins de l’organisation économique de nos sociétés. Jérôme Maucourant analyse ensuite certaines spécificités du système véblénien. Veblen offre du capitalisme financier, qu’il voit naître, la conception d’un régime économique fondé sur de nouvelles pratiques commerciales, financières et bancaires qui s’emparent de la production et nous éloigne du capitalisme de Ricardo et de Marx. Quand la finance soumet l’industrie, il faut comprendre comment les représentations collectives aliénantes sont autant d’images agissantes sur la société. Veblen est un savant iconoclaste, un briseur de cette « économie des images » qui est le secret de la nouvelle forme que prend le capitalisme au début du xxe siècle. Cette forme a, depuis lors, connu bien des avatars déclinés à l’envi grâce aux multiples progrès techniques, mais demeure, pour l’essentiel, un principe toujours organisateur du capitalisme. À cet égard, les dispositifs monétaires et financiers ne peuvent être compris sans l’emprise que les vested interests exercent sur le système économique. Veblen soutient que le Système de la Réserve fédérale, véritable machine à produire de l’illusion de façon à opérer des transferts de richesses au profit de la perpétuation d’un pouvoir de classe, est une émanation par excellence de ces intérêts établis. Mohamad Salhab s’intéresse quant à lui à un ouvrage peu commenté de Veblen et non traduit en français : An Inquiry into the Nature of Peace and the Terms of its Perpetuation ou Enquête sur la nature de la paix et les termes de sa perpétuation, paru en 1917. Veblen y développe ses analyses sur les causes de la guerre et les conditions d’institution d’une paix durable. Il revient ainsi sur les éléments de bellicosité propres aux nationalismes et aux impérialismes. Plus encore, il met en évidence d’autres foyers de bellicosité, à l’œuvre dans ce qu’il nomme le « système des prix (price system) », c’est‑à‑dire le capitalisme lui‑même. À plusieurs égards, ces analyses de Veblen demeurent d’une grande pertinence.

11La deuxième partie révèle l’actualité des analyses de Veblen près d’un siècle après leur formulation, en s’appuyant en particulier sur la question de la rente comme modèle de développement. Marie‑Pierre Arzelier rappelle que les pays riches en ressources naturelles voient souvent, et paradoxalement, leur situation économique se détériorer, alors qu’une approche superficielle verrait en cette manne un facteur de développement. La dégradation de ces économies porte différents noms dans la littérature, le plus connu étant la « malédiction des ressources naturelles ». Ce constat a donné naissance à un corpus théorique dénommé « syndrome hollandais (Dutch disease) », ce phénomène ayant été analysé tout d’abord dans les années 1970, suite à la découverte de gisements importants de gaz naturel aux Pays‑Bas. L’étude présentée dans ce volume met en évidence la nécessité de prendre en compte d’autre variables, absentes du modèle classique. Elle cherche à analyser les influences de l’évolution de la filière productrice de ressources naturelles sur les autres secteurs productifs en montrant quelles sont les conséquences possibles d’une phase d’essor dans ce secteur exposé à la concurrence internationale et inscrit dans une dynamique territoriale forte. Il est fécond de comprendre les effets d’entraînement propres à ce secteur, et leurs influences sur les autres secteurs de l’économie.

12La contribution d’Abdallah Zouache, riche tout à la fois d’analyses théoriques sur la pensée de Veblen et d’une approche fine des systèmes algérien et libanais, propose une interprétation des difficultés économiques du monde arabe en faisant appel à une explication institutionnaliste. La thèse défendue est que les pays arabes ne sont pas victimes d’une « malédiction des ressources » mais d’une mauvaise gestion de ces ressources dont l’origine est institutionnelle. Plus précisément, l’héritage colonial est proposé comme canal de transmission institutionnel des blocages au développement dans le monde arabe. Dans un premier temps, il est montré que l’intégration de l’hypothèse d’héritage colonial dans un cadre néo-institutionnaliste tel que développée par des auteurs récents comme Acemoglu et Robinson est insuffisante. Aussi sont privilégiées les contributions d’anciens institutionnalistes, notamment Commons et Veblen, en particulier pour mettre en évidence le rôle des mentalités et des habitudes dans la reproduction d’institutions héritées de la période coloniale. Dans un second temps, ce cadre institutionnaliste est appliqué à deux pays arabes afin d’examiner le rôle de l’héritage colonial dans la stratégie de développement industriel en Algérie après l’indépendance, ainsi que la persistance, au Liban, d’institutions politiques dont l’origine remonte à l’occupation coloniale.

13Examinant lui‑aussi l’expérience algérienne, Mourad Ouchichi se propose de contribuer à cerner la nature des obstacles à la transition de l’économie algérienne vers le marché, en usant des enseignements de l’approche institutionnelle du traitement des phénomènes économiques. Il propose d’envisager le rôle des institutions, au sens large, dans la persistance du caractère rentier et prédateur de la sphère marchande algérienne. En ce sens, l’analyse du système politique, de ses contraintes et de ses contradictions est le point de départ de toute réflexion sur les problématiques de transition. Le poids du passé, et son influence déterminante sur le passage d’une organisation économique à une autre, est quant à lui un facteur mis en question dans cette perspective. L’approche institutionnelle est donc déterminante comme grille d’analyse de sociétés indifférenciées.

14L’étude de Boutros Labaki teste les catégories de l’analyse institutionnelle par rapport aux institutions du Proche‑Orient. L’auteur révèle le champ d’application privilégié qu’a l’économie institutionnelle dans le Machrek ottoman puis arabe. Bien que cette approche puisse expliquer certains changements socio‑politiques et économiques de la région, son importance est trop peu soulignée. Ainsi, les Tanzimat ont joué un rôle fondamental dans le passage d’un capitalisme périphérique d’enclave, relais urbain du commerce plus ou moins lointain, à un capitalisme qui s’enracine dans le monde rural et agricole. Après l’échec des étatismes de l’ère des indépendances, l’irruption massive d’une rente pétrolière en Algérie, en Libye et dans les pays du Golfe, durant les années 1970, favorise un capital financier avec ses « réformes » plus ou moins libérales et son « ouverture économique ». Il s’accompagne de la montée d’une nouvelle bourgeoisie locale, des capitalistes du Golfe et leurs États, et du recul partiel de l’emprise étatique. Néanmoins, ce type de capitalisme pose des problèmes redoutables en termes politiques et sociaux.

15Les deux dernières contributions illustrent un effet de contraste entre une construction et une déconstruction, cette dernière étant malheureusement de nature réelle et non conceptuelle. Ainsi, Akram Kachee relève que les analyses nombreuses de la situation syrienne actuelle s’attachent à décrire les enjeux politiques, militaires, stratégiques, géopolitiques, sociaux et humanitaires des événements auxquels nous assistons depuis mars 2011 sans que la prise en compte des facteurs et des aspects économiques soit fréquente. Il se propose de réfléchir à l’économie de guerre qui se structure sous nos yeux en Syrie depuis plus de quatre ans, non comme un élément annexe, un corollaire ou une conséquence fâcheuse, mais comme un paradigme d’analyse à part entière.

16Cette suite d’explorations se clôt avec la contribution de Samir Bellal, qui constitue une ouverture aux échos moins tragiques. Son article examine les politiques d’industrialisation dans le contexte particulier d’une économie rentière, celle de l’Algérie. Cette question peut être appréhendée de façon particulièrement féconde à travers l’analyse de la combinaison des formes institutionnelles considérées comme fondamentales par l’École de la régulation. Par rapport à la théorie classique dominante du Dutch disease, l’approche par la régulation présente l’avantage d’avoir une portée plus générale puisque le phénomène du syndrome hollandais correspond en fait à une configuration particulière de la combinaison institutionnelle d’ensemble. Cette particularité se lit notamment au niveau du mode d’insertion internationale, à travers le taux de change. Après une caractérisation des évolutions de ces deux dernières décennies dans les configurations concrètes de chacune des formes institutionnelles, l’auteur propose de mettre en relief la dimension institutionnelle de la question de l’industrialisation à travers l’examen de l’impact de chacune des formes institutionnelles sur le développement d’une industrie manufacturière en Algérie. L’analyse conclut à la nécessité d’une reconstitution du contexte institutionnel dans une configuration permettant une réhabilitation des activités productives.

Notes

1 Nous tenons à remercier Bernard Drevon, président de la Société des Amis de Veblen, pour la lecture critique de ce texte.

© Presses de l’Ifpo, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540