Version classiqueVersion mobile

Les élites bagdadiennes au temps des Seldjoukides

 | 
Vanessa Van Renterghem

Volume 2 : annexes

Lexique

Texte intégral

1Ce lexique rassemble les termes arabes cités à plus d’une reprise dans le volume 1, quelques termes persans, syriaques et hébreux ainsi que les termes techniques propres au contexte bagdadien et les noms propres (dynasties, ethnonymes, groupes lignagers) cruciaux pour l’histoire de la période. Sauf précision : tous les mots cités sont des noms arabes. Les majuscules sont rétablies, suivant l’usage de la langue française, pour les noms propres désignant des groupes humains (familles, ethnies) et des lieux.

2Dans l’ordre alphabétique, ni le ʿayn (ʿ), ni la hamza (ʾ), ni l’article al‑ ne sont pris en considération, et les voyelles longues (ā, ī, ū) sont traitées comme les voyelles courtes. Les lettres portant des signes diacritiques sont placées après la même lettre sans signe, selon l’ordre alphabétique arabe (par exemple : ḥ puis ḫ après h, ǧ puis ġ après g, š puis ṣ après s). Lorsqu’ils apparaissent dans le texte du volume 1, les termes au pluriel sont référencés et renvoient à la forme du mot au singulier.

3Sauf précision, le sens des termes livré ici est valable pour la période et le corpus de textes étudiés, et peut connaître des variations dans d’autres contextes.

4A

5Aʿāǧim : voir ʿAǧam.

6ʿAbbāsiyyūn : Abbassides ; 1) membres du lignage abbasside, à savoir descendants d’al‑ʿAbbās ibn ʿAbd al‑Muṭṭalib, oncle paternel du prophète Muḥammad ; à Bagdad, les Abbassides étaient représentés par un syndic (naqīb, q.v.) appelé naqīb al‑ʿAbbāsiyyīn (q.v.) ou encore naqīb al‑Hāšimiyyīn ; 2) en particulier, membres de la famille régnante ; 3) dynastie formée par les califes issus du lignage abbasside (132‑656/750‑1258).

7Abbassides : voir ʿAbbāsiyyūn.

8ʿabd (pl. ʿabīd) : esclave. Voir mamlūk, ǧāriya, umm walad.

9ʿabīd : voir ʿabd.

10abnāʾ : voir ibn.

11abwāb : voir bāb.

12ʿāda (pl. ʿādāt) : habitude, coutume, usage.

13adab (pl. ādāb) : 1) politesse, savoir‑vivre, connaissance de l’étiquette, des pratiques d’une profession ou d’un groupe social ; 2) discipline littéraire incluant les connaissances nécessaires à l’homme cultivé et revêtant une forme à la fois instructive et distrayante ; la personne versée en matières littéraires était nommée adīb (q.v.).

14ʿadāla : terme désignant la capacité juridique d’une personne, définie à partir d’une série de critères incluant la puberté, la capacité physique et mentale et l’honorabilité morale ; la personne satisfaisant à la ʿadāla, qualifiée d’ « honorable » (ʿadl, q.v.) était autorisée à témoigner devant un qāḍī (q.v.). La ʿadāla était une qualité nécessaire pour être agréé comme témoin instrumentaire (šāhid, q.v.) par le qāḍī l‑quḍāt (q.v.) ; elle devait être attestée par deux garants, à la suite d’une enquête de moralité (tazkiya, q.v.).

15ʿādāt : voir ʿāda.

16adīb (pl. udabāʾ) : lettré versé dans les disciplines littéraires (prose, poésie, « culture générale » en langue arabe) et fin connaisseur de l’adab (q.v.).

17ʿadl (pl. ʿudūl) : personnage de moralité reconnue, satisfaisant aux critères de l’honorabilité (ʿadāla, q.v.) et dont le témoignage pouvait être reçu par le juge (qāḍī, q.v.).

18āḏān : appel ; appel à la prière, effectué par le muezzin (muʾaḏḏin, q.v.).

19aǧall : très noble, très honorable.

20ʿAǧam (terme collectif, pl. Aʿǧam, pl. du pl. Aʿāǧim, adj. ʿaǧamī, aʿǧamī) : non‑Arabe(s) ; à Bagdad, désignait en premier lieu des Iraniens, mais aussi, occasionnellement, des Turcs (voir Turk), des Kurdes (voir Kurd) ou d’autres non‑Arabes. Il est probable que le terme désignait tout particulièrement des locuteurs d’autres langues que l’arabe : persan, turc, kurde, etc.

21aǧnād : voir ǧund.

22aǧurr, āǧurr (pl. āǧurra) : brique. À Bagdad, le terme désignait le principal matériau de construction, une brique cuite de grand module, dont le nom local était ṭābūq. Les briques était parfois utilisées comme armes de fortune lors des émeutes opposant entre elles des fractions de la population bagdadienne (voir fitna).

23ʿahd (pl. ʿuhūd) : contrat, pacte ; voir aussi ʿaqd. La plupart du temps, le terme ʿahd désignait un contrat écrit entérinant l’investiture par le calife d’un haut dignitaire de son administration ou même d’un sultan ; au cours de la cérémonie d’investiture, le ʿahd était lu publiquement puis remis au personnage nommé. Les relations entre le calife et le sultan étaient régulées par un pacte de ce type.

24ahl : 1) famille, maison ; 2) gens, ensemble de personnes ayant un point en commun (centre d’intérêt, activité, trait distinctif…).

25ahl al‑ḏimma : voir ḏimmī.

26ahl al‑sunna wa‑l‑ǧamāʿa : expression désignant les sunnites par opposition aux groupes chiites (voir šīʿa), désignés par les auteurs sunnites sous les termes péjoratifs de rāfiḍites (q.v.) ou de bāṭinites (q.v.).

27aḥādiṯ : voir ḥadīṯ.

28aʾimma : voir imām.

29akābir (pluriel de akbar) : littéralement « les grands » ; notables, élites. Voir aussi amāṯil, aʿyān, ṣadr, wuǧūh.

30Akrād : voir Kurd.

31ʿalāma (pl. ʿalāmāt) : marque, signe distinctif.

32ʿAlawiyyūn (pluriel de ʿAlawī) : Alides, descendants de ʿAlī ibn Abī Ṭālib, gendre et cousin du prophète ; également nommés Ṭālibides (Ṭālibiyyūn). Les Alides de Bagdad, essentiellement (mais non exclusivement) de confession chiite (voir šīʿa), étaient représentés et contrôlés par un naqīb (q.v.) nommé naqīb al‑Ṭālibiyyīn (q.v.). Les Alides se scindaient en plusieurs branches, parmi lesquelles les Ḥasanides (descendants d’al‑Ḥasan, fils aîné de ʿAlī ibn Abī Ṭālib) et les Ḥusaynides (descendants d’al‑Ḥusayn, fils cadet de ʿAlī ibn Abī Ṭālib).

33Alides : voir ʿAlawiyyūn.

34ʿālim (pl. ʿulamāʾ, fr. ouléma, uléma) : spécialiste de sciences religieuses ; savant, lettré. Le ʿālim est celui qui détient le ʿilm (q.v.), savoir traditionnel.

35alqāb : voir laqab.

36amāṯil : pluriel de amṯal ; désigne les grands, les principaux personnages, les notables. Voir aussi akābir, aʿyān, ṣadr, wuǧūh.

37ʿamīd (pl. ʿumadāʾ) : 1) titre utilisé sous les Ghaznévides et les Samanides pour désigner un personnage de rang élevé ; 2) à l’époque seldjoukide, représentant civil du sultan, nommé pour défendre les intérêts seldjoukides dans une circonscription précise, aux prérogatives proches de celle du šiḥna (q.v.) en matière de protocole et de maintien de l’ordre. La fonction du ʿamīd avait pour nom ʿimāda (q.v.).

38ʿāmil (pl. ʿummāl) : littéralement « agent » ; agent fiscal, percepteur.

39amīn (pl. umanāʾ) : homme de confiance, chargé d’affaires.

40amīr (pl. umarāʾ, fr. émir) : littéralement « celui qui ordonne ». Dans les premiers siècles de l’islam, le terme amīr désignait le chef administratif et militaire d’une circonscription territoriale, c’est‑à‑dire un gouverneur de province ; par la suite, il prit le sens plus restreint de « chef militaire », traduit par sa forme francisée « émir », et désigne alors un homme chargé de la direction de troupes. À l’époque seldjoukide, il renvoie le plus souvent aux chefs des armées califales ou sultaniennes. Le mot signifie aussi « souverain territorial » : la locution umarāʾ al‑aṭrāf (synonyme aṣḥāb al‑aṭrāf, voir ṣāḥib) désignait les souverains des régions situées aux marges du territoire abbasside (voir aṭrāf). En dehors du contexte politico‑militaire, le titre amīr était parfois décerné à un personnage réputé, brillant, reconnu dans son domaine d’activité.

41amīr al‑ḥāǧǧ : « celui qui commande aux pèlerins » (ḥāǧǧ, q.v.) : émir du pèlerinage, personnage éminent nommé par le calife abbasside (ou, à certaines périodes, par le sultan seldjoukide) afin de mener de Bagdad à La Mecque la caravane des voyageurs se rendant annuellement dans la ville sainte musulmane pour y accomplir les rites du pèlerinage musulman (ḥaǧǧ, q.v.).

42amīr al‑muʾminīn : « Commandeur des croyants » ; titre décerné aux califes (voir ḫalīfa).

43amīr al‑umarāʾ : « grand émir, émir en chef », titre porté par les souverains de la dynastie bouyide (334‑447/945‑1055) (voir Buwayhiyyūn).

44amlāk : voir milk.

45ʿāmma (pl. ʿawāmm) : le peuple, le commun des mortels, « la populace » pour conserver la connotation souvent péjorative du terme, surtout marquée dans son emploi au pluriel (ʿawāmm). Voir aussi ḫāṣṣa et al‑ḫāṣṣa wa‑l‑ʿāmma.

46amwāl : voir māl.

47anhār : voir nahr.

48ansāb (pluriel de nasab, q.v.) : littéralement « généalogies » ; branche du savoir traditionnel consacrée à la connaissance des noms et des lignages. Voir aussi ʿilm al‑riǧāl.

49ʿaqāʾid : voir ʿaqīda.

50ʿaqār (pl. ʿaqārāt) : bien foncier.

51ʿaqd : 1) contrat, serment (voir aussi ʿahd) ; 2) document contractuel attestant d’un accord ou d’une nomination ; 3) arcade ou passage couvert.

52ʿaqīda (pl. ʿaqāʾid) : littéralement « foi, conviction, croyance » ; profession de foi.

53ʿaql : intelligence, raison. La locution al‑ʿulūm al‑ʿaqliyya désignait les sciences rationnelles, par opposition avec les sciences traditionnelles, al‑ʿulūm al‑naqliyya (voir ʿilm).

54ʿArab (pl. Aʿrab, pl. du pl. Aʿārīb, adj. ʿarabī) : 1) ethnonyme collectif désignant les Arabes (par opposition à ʿAǧam, q.v.), ou, dans certains contextes, les populations arabophones (idem) ; 2) dans un contexte politique, le terme désignait les Arabes bédouins (Badū, q.v.), populations nomades ou semi‑nomades de la steppe (bādiya, q.v.).

55arbāʿ : voir rubʿ.

56arbāb : pluriel de rabb, « possesseur, maître de ».

57arbāb al‑dawla : littéralement « maîtres de l’État » ; terme collectif désignant les hauts fonctionnaires politico‑administratifs. Voir dawla.

58arbāb al‑dunyā : voir dunyā.

59arbāb al‑manāṣib : littéralement « maîtres des [hautes] positions » ; terme collectif désignant les principaux dignitaires politiques et les hauts fonctionnaires. Voir manṣab.

60ʿasākir : voir ʿaskar.

61asāqifa : voir usquf.

62ʿaskar (pl. ʿasākir) : troupe, armée.

63asmāʾ : voir ism.

64aswāq : voir sūq.

65ašʿarisme (al‑ašʿariyya) : courant (maḏhab, q.v.) de la théologie dogmatique (kalām, q.v.) se référant à l’œuvre d’Abū l‑Ḥasan al‑Ašʿarī (m. 324/935). Les partisans de cette école de kalām, les ašʿarites (al‑ašāʿira), étaient soutenus par les sultans seldjoukides et rencontraient une forte hostilité de la part des hanbalites (q.v.) bagdadiens. Les points de vue ašʿarites étaient essentiellement exprimés au cours de séances de prédication (waʿẓ, q.v.) par des sermonnaires (wāʿiẓ‑s, q.v.) venus, en grande part, de l’Orient iranien. Ces séances de waʿẓ ašʿarite, protégées par les forces de l’ordre seldjoukides, avaient lieu dans les mosquées‑ǧāmiʿ (q.v.) ou dans les madrasas (q.v.) chafiites de Bagdad, fait soulignant le lien fréquent (mais non systématique) entre le kalām ašʿarite et le droit chafiite.

66ašrāf : voir šarīf.

67ʿāšūrāʾ : chez les chiites (voir šīʿa), jour commémorant, le 10 du mois de muḥarram, la mort en martyr d’al‑Ḥusayn, fils de ʿAlī ibn Abī Ṭālib et troisième imam (voir imām) de l’islam chiite, tué par les armées omeyyades à Karbala en 61/680.

68aṣḥāb : voir ṣāḥib.

69aṣl : voir uṣūl.

70ʿatīq (pl. ʿutaqāʾ, fém. ʿatīqa) : esclave affranchi.

71Atrāk : voir Turk.

72aṭibbāʾ : voir ṭabīb.

73aṭrāf (pluriel de ṭaraf) : littéralement « confins ». Désignait les territoires aux marges des régions contrôlées par les Abbassides, dont les souverains locaux, qu’ils reconnussent ou non l’autorité califale, étaient appelés aṣḥāb al‑aṭrāf (voir ṣāḥib) ou encore umarāʾ al‑aṭrāf (voir amīr).

74ʿaṭṭār (pl. ʿaṭṭārūn) : parfumeur, fabricant ou vendeur de parfums.

75awqāf : voir waqf.

76ʿawāmm : voir ʿāmma.

77aʿyān : forme nominale plurielle désignant collectivement les élites, les notables, les membres les plus en vue d’un groupe, d’un domaine d’activité ou d’une société donnée. Voir aussi akābir, amāṯil, ṣadr, wuǧūh.

78ʿayyār (pl. ʿayyārūn) : membre d’un groupe d’hommes à l’organisation mal connue, dont les exactions répétées (pillages, attaques de la population, troubles de l’ordre public) rythmaient la vie bagdadienne. Les ʿayyār‑s apparaissaient également parmi les forces locales défendant la ville aux côtés des troupes califales en cas d’agression extérieure. Voir aussi fityān, šuṭṭār, ṣibyān.

79azimma : voir zimām.

80B

81bāb (pl. abwāb) : 1) chapitre ; 2) porte. La locution al‑bāb al‑ʿazīz renvoyait au calife et à l’univers abbasside.

82Bāb al‑Ḥuǧra : voir ḥuǧra.

83bādiya : steppe.

84Badū : Bédouin ; voir ʿArab.

85baġl (fém. baġala, pl. biġāl) : mulet, mule.

86balāġa : éloquence, art de l’éloquence.

87banū : forme plurielle du terme ibn (q.v.), « fils de ». Le terme Banū suivi d’un nom propre désigne collectivement, soit les membres d’une tribu arabe (ex. Banū Ḫafāǧa), soit ceux d’un lignage connu (ex. Banū l‑Muhtadī, Banū Ǧahīr).

88baqqāl (pl. baqqālūn) : épicier, boutiquier, petit commerçant.

89baraka (pl. barakāt, fr. baraka) : qualité surnaturelle d’un ascète (zāhid, q.v.), d’un maître soufi (šayḫ, q.v.) ou de tout autre personnage révéré pour sa piété, son savoir religieux ou son autorité, y compris les califes. La baraka, forme de rayonnement accordé par faveur divine, était considérée comme le résultat de la proximité envers Dieu du personnage qui en était doté, et expliquait la capacité de celui‑ci à accomplir des actes surnaturels ou karāmāt (q.v.). Un disciple pouvait bénéficier d’une part de la baraka de son maître par le contact physique avec celui‑ci. De la même racine est dérivé le verbe tabarraka bi : « prendre la baraka [de quelqu’un] », et le terme tabarruk qui en est le nom d’action.

90basātīn : voir bustān.

91bāṭinite (bāṭinī, pl. bāṭiniyya) : littéralement « dissimulateur, dissimulé » : terme péjoratif employé par les auteurs médiévaux sunnites pour désigner les chiites ismaéliens (q.v.).

92bawwāb (pl. bawwābūn) : littéralement « portier » ; gardien d’un bâtiment, d’une institution ou d’un quartier.

93bayʿa : serment d’allégeance par lequel l’ensemble de la communauté des musulmans (umma, q.v.) reconnaissait en théorie la légitimité du calife ou du souverain régnant. Dans les faits, la bayʿa était prêtée par une fraction de la population seulement, à savoir par certains membres des élites politiques et sociales, convoqués au palais abbasside pour reconnaître l’intronisation d’un nouveau calife. Elle consistait en un serment assorti de gestes précis. La bayʿa pouvait également être prise, du vivant d’un souverain, au nom de son successeur désigné (walī l‑ʿahd, q.v.).

94bayt (pl. buyūt, pl. du pl. buyūtāt) : 1) habitation, maison, pièce d’une maison ; 2) famille, lignage. La forme plurielle buyūtāt désignait les plus prestigieux lignages dans une société donnée.

95bayyiʿ : vendeur, commerçant ; voir tāǧir.

96bazzār (pl. bazzārūn) : marchand de graines, grainetier.

97bazzāz (pl. bazzāzūn) : marchand d’étoffes.

98Bédouin : voir ʿArab, Badū.

99bīʿa (pl. biyaʿ) : église ou synagogue. Voir aussi dayr, kanīsa.

100bīmāristān : voir māristān.

101bint : voir ibn.

102Bouyides : voir Buwayhiyyūn.

103burda : « manteau [du prophète] » ; l’un des insignes de la souveraineté du calife abbasside, avec le qaḍīb (q.v.).

104burǧ (pl. abrāǧ) : tour.

105bustān (pl. basātīn) : jardin, verger.

106Buwayhiyyūn : Bouyides, membres de la famille daylamite des Banū Buwayh ayant régné sur l’Iran et l’Irak et mis le califat abbasside sous tutelle (334‑447/945‑1045). Les souverains bouyides, chiites, portaient le titre de amīr al‑umarāʾ (q.v.).

107buyūt, buyūtāt : voir bayt.

108C

109cadi : voir qāḍī.

110calife : voir ḫalīfa.

111caravansérail : voir ḫān.

112catholicos : voir ǧāṯulīq.

113chafiisme : l’une des principales écoles (maḏhab‑s, q.v.) du droit musulman (fiqh, q.v.) sunnite, se référant à l’œuvre du juriste Muḥammad b. Idrīs al‑Šāfiʿī (m. 204/820). À l’époque seldjoukide, les chafiites (al‑šāfiʿiyya) représentaient la moitié des juristes bagdadiens pour lesquels une affiliation à un maḏhab est connue. Les chafiites de Bagdad, bénéficiant du soutien d’influents dignitaires seldjoukides tels que Niẓām al‑mulk, pouvaient espérer faire carrière comme juges (qāḍī‑s, q.v.) mais endurèrent la compétition de juristes extérieurs à la ville, attirés par les postes de mudarris‑s (q.v.) proposés par les prestigieuses madrasas (q.v.) chafiites de Bagdad, en premier lieu la Niẓāmiyya.

114charia : voir šarʿ.

115chiisme, chiites : voir šīʿa.

116D

117dabbās (pl. dabbāsūn) : marchand de miel ou de mélasse.

118dakākīn : voir dukkān.

119danānīr : voir dīnār.

120dār (pl. dūr) : maison, résidence ; par extension, palais.

121dār al‑ḍarb : hôtel de la Monnaie ; bâtiment où avait lieu la frappe monétaire, ou ḍarb (q.v.).

122dār al‑ḥarb : « territoire de la guerre » ; en droit musulman, la locution désignait les territoires non soumis à l’autorité d’un souverain musulman, potentiellement objets de conquête, par opposition au dār al‑islām (q.v.), « territoire de l’islam ».

123Dār al‑Ḫilāfa : palais du calife, complexe palatial situé sur la rive orientale de Bagdad et isolé des quartiers voisins par une enceinte ; par extension, nom des quartiers d’habitations jouxtant les palais. Le Dār al-Ḫilāfa n’était que partiellement accessible au public, et formait un territoire protégé (ḥarīm, q.v.) où la population bagdadienne était susceptible de se réfugier.

124dār al‑islām : « territoire de l’islam » ; en droit musulman, la locution désignait les territoires sous la domination politique d’un pouvoir se réclamant d’une des branches de l’islam, dans lesquels s’appliquait en théorie la loi religieuse (šarʿ, q.v.). Les territoires non soumis à une autorité musulmane étaient désignés par le terme dār al‑ḥarb (q.v.), « territoire de la guerre ».

125Dār al‑Mamlaka : palais des sultans seldjoukides, situé sur la rive orientale de Bagdad, au nord des quartiers califaux. Voir mamlaka.

126Dār al‑Rūm : siège du catholicos (ǧāṯulīq, q.v.) de l’Église nestorienne, situé sur la rive orientale, au nord des quartiers califaux.

127darāhim : voir dirham.

128darb (pl. durūb) : passage, ruelle.

129dars (pl. durūs) : cours, leçon ; désignait plus particulièrement la leçon de fiqh (q.v.). La personne qui délivrait le dars était nommée mudarris (q.v.). Le dars prenait souvent la forme d’un cercle d’enseignement (ḥalqa, q.v.) et pouvait s’effectuer dans une madrasa (q.v.), mais aussi dans d’autres lieux, publics comme les mosquées, ou privés comme le domicile des enseignants ou de leurs mécènes. Voir aussi tadrīs.

130dast (pl. dusūt) : banquette surélevée.

131daʿwa : littéralement « appel, invitation » ; 1) propagande politico‑religieuse menée par des propagandistes nommés dāʿī (pl. duʿāt) ; 2) en contexte bagdadien, le terme désignait aussi une occasion sociale de type banquet ou réception, une invitation lancée par un personnage fortuné ; 3) dans la seconde moitié du vie/xiie siècle, le terme al‑daʿwa renvoyait plus précisément à la réception annuelle organisée par le calife abbasside au Dār al‑Ḫilāfa (q.v.), rassemblant les notables des milieux soufis et lettrés pour une séance de samāʿ (q.v.).

132dawāwīn : voir dīwān.

133dawla (pl. duwal) : 1) période ; 2) État, dynastie, gouvernement. Les émirs bouyides, détrônés par les sultans seldjoukides, portaient des laqab‑s (q.v.) composés en al‑dawla. À l’époque seldjoukide, des laqab‑s semblables étaient fréquemment décernés aux hauts fonctionnaires, califaux comme sultaniens.

134dāwūdī : voir ẓāhirite.

135dayr (pl. adyār) : monastère. Voir aussi bīʿa.

136dībāǧ : étoffe de soie, brocart. Voir aussi ḥarīr, ibrīsam, saqlāṭūn.

137dībāǧī : fabricant ou marchand de brocart.

138Diǧla : nom arabe du Tigre.

139dikka (pl. dikāk) : banquette, estrade ; en particulier, estrade où prenait place le cercle d’études (maǧlisq.v.).

140dīnār (pl. danānīr, fr. dinar) : monnaie d’or. À l’époque seldjoukide, la monnaie la plus recherchée était le dinar fatimide, de bon aloi, nommé par les sources dīnār maġribī. Voir aussi dirham, qīrāṭ.

141dirham (pl. darāhim, fr. dirham) : monnaie d’argent. Les dirhams frappés par les Seldjoukides étaient nommés darāhim ġuziyya, « dirhams des Ghuzz ». Voir aussi dīnār, qīrāṭ.

142dīwān (pl. dawāwīn) : 1) service administratif spécialisé (ex. dīwān al‑inšāʾ : service de la chancellerie ; dīwān al‑barīd : service de la poste ; etc. ; voir inšāʾ, ḫarāǧ, tarikāt, zimām) ; les locutions al‑dīwān al‑ʿazīz et al‑dīwān al‑nabawī renvoyaient à l’administration califale abbasside ; les chefs de service étaient nommés ṣāḥib‑s (q.v.) du bureau concerné, les inspecteurs nāẓir‑s (q.v.) et les employés kātib‑s (q.v.) ; 2) au singulier : le terme désignait le bâtiment ou complexe administratif situé au sein des palais califaux (Dār al‑Ḫilāfa, q.v.), sur la rive orientale de Bagdad ; 3) en dehors du contexte administratif, il désigne également un recueil littéraire, une anthologie, notamment poétique.

143dīwān al‑inšāʾ : voir inšāʾ.

144dīwān al‑rasāʾil : voir inšāʾ.

145dīwān al‑tarikāt : voir tarikāt.

146dīwān al‑zimām : voir zimām.

147dukkān (pl. dakākīn) : boutique.

148dunyā : littéralement « monde d’ici‑bas, vie et biens de ce monde ». L’expression arbāb al‑dunyā désignait les détenteurs de richesses.

149duodécimains : adeptes d’une branche du chiisme (voir šīʿa) reconnaissant l’autorité de douze imams (q.v.). Le chiisme duodécimain était la branche du chiisme la plus répandue à Bagdad à l’époque seldjoukide. Les auteurs sunnites médiévaux désignaient fréquemment ses adeptes par le terme péjoratif de rāfiḍites (q.v.). L’historiographie moderne les nomme parfois imamites.

150durūb : voir darb.

151

152ḏayl (pl. ḏuyūl) : suite, continuation (d’un ouvrage).

153ḏikr : littéralement « rappel » ; 1) invocation ou remémoration de Dieu, injonction coranique faite aux fidèles musulmans ; 2) pratique collective soufie : invocation répétée du nom de Dieu, jusqu’à parvenir à la transe.

154ḏimma : littéralement « lien contractuel, protection, alliance » : statut juridique des ḏimmī‑s (q.v.), accordant à certaines communautés non‑musulmanes résidant dans le dār al‑islām (q.v.) des droits et des garanties concernant leurs biens, leurs personnes et leur autonomie cultuelle, en échange de l’acquittement collectif d’une taxe de capitation, la ǧizya (q.v.), et de la limitation de certaines libertés publiques, sous la forme de restrictions vestimentaires, sociales, professionnelles, etc. La réalité de la ḏimma se révéla fort variable en fonction des périodes et des régions du dār al‑islām.

155ḏimmī (pl. ḏimmiyyūn) : non‑musulman professant l’une des grandes religions révélées (christianisme, judaïsme, zoroastrisme) et vivant au sein du dār al‑islām (q.v.), dont les relations avec l’État musulman étaient régulées par la ḏimma (q.v.). Le terme est parfois traduit par « protégé » ou « tributaire » en raison du fait que les ḏimmī‑s, en échange de leur liberté de culte garantie par le pouvoir musulman, devaient s’acquitter d’une taxe qui leur était spécifique, la ǧizya (q.v.) ou taxe de capitation, due collectivement par chaque communauté confessionnelle. À Bagdad, les principaux groupes de ḏimmī‑s étaient les communautés juives, chrétienne nestorienne et chrétienne jacobite, chacune dotée d’une organisation religieuse propre (voir raʾs ǧālūt et ǧāṯulīq). Les ḏimmī‑s étaient parfois désignés sous l’expression ahl al‑ḏimma.

156

157ḍaman, ḍamān : prise à ferme, droit concédé par le souverain à un ḍāmin (q.v.) de percevoir les revenus fiscaux d’une circonscription ou d’une région donnée en contrepartie du paiement d’une somme annuelle fixée à l’avance. Le système diffère de celui de l’iqṭāʿ (q.v.), concession du droit de percevoir les revenus fiscaux d’un territoire en rémunération d’un service rendu.

158ḍāmin : « garant, fermier », personne à qui le souverain concédait en ferme (ḍamanq.v.) les revenus fiscaux d’une circonscription ou d’une région donnée.

159ḍarāʾib (pluriel de ḍarība) : taxes, impôts. Le terme désignait plus spécifiquement les impôts prévus par le droit musulman, par opposition aux taxes non canoniques (mukūs, q.v.).

160ḍarb : frappe monétaire. En théorie privilège califal, la frappe monétaire était, à l’époque de la domination seldjoukide, opérée par les sultans. Voir dār al‑ḍarb, ḍarrāb, sikka.

161ḍarība : voir ḍarāʾib.

162ḍarrāb : responsable de la frappe monétaire, personne frappant monnaie. Voir ḍarb, dār al‑ḍarb, sikka.

163E

164émir : voir amīr.

165exilarque : voir raʾs ǧālūt.

166F

167faḥl (pl. fuḥūl) : homme le plus remarquable dans sa classe, dans son genre.

168falsafa : philosophie, discipline relevant des sciences rationnelles (ʿulūm ʿaqliyya, voir ʿilm).

169faqīh (pl. fuqahāʾ) : spécialiste de la doctrine du droit musulman (fiqh, q.v.). Le faqīh, ayant atteint la maîtrise du fiqh, pouvait enseigner cette discipline en tant que mudarris (q.v.), rendre des avis juridiques (fatwas, voir fatwā, iftāʾ) ou encore prétendre aux carrières judiciaires, en particulier à celle de qāḍī (juge, cadi, q.v.). À l’époque seldjoukide, la majorité, mais non la totalité, des faqīh‑s étaient affiliés à une école juridique (maḏhab, q.v.) précise.

170faqīr : voir fuqarāʾ.

171farʿ : voir furūʿ.

172faraḍī (pl. faraḍiyyūn) : spécialiste de la science des farāʾiḍ (q.v.).

173farāʾiḍ (pluriel de farīḍa) : 1) préceptes divins ; 2) en particulier, science du calcul des parts d’héritage ; discipline auxiliaire du fiqh (q.v.), nécessitant des connaissances en calcul (ḥisāb, q.v.). Un spécialiste de farāʾid était nommé faraḍī (q.v.).

174farǧiyya : robe portée au‑dessus des autres vêtements, souvent offerte sous la forme d’une robe d’honneur (ḫilʿa, q.v.) par le souverain à un fonctionnaire ou tout autre personnage qu’il souhaitait récompenser.

175farrāš (pl. farrāšūn) : chargé de l’entretien (d’une institution, d’un mausolée, etc.).

176fasād : corruption, dépravation, état causé par les fauteurs de trouble (voir mufassid).

177fatā : voir fityān.

178Fatimides : voir Fāṭimiyyūn.

179Fāṭimiyyūn : Fatimides ; 1) branche de la famille alide (q.v.) : descendants de Fāṭima, fille du prophète Muḥammad, et de ʿAlī ibn Abī Ṭālib, son gendre et cousin ; 2) dynastie de souverains chiites ismaéliens (q.v.) ayant régné avec le titre de califes sur le Maghreb puis l’Égypte, se déclarant d’ascendance fatimide. Les califes fatimides du Caire (348‑567/969‑1171) étaient les grands rivaux des Abbassides de Bagdad (voir ʿAbbāsiyyūn) ; la ḫuṭba (q.v.) fut dite en leur nom dans la capitale abbasside pendant une année entière au tout début de la période seldjoukide, en 451/1059.

180fatwā (pl. fatāwā ; fr. fatwa) : avis juridique, émis par écrit par un faqīh (q.v.) en réponse à une question de droit précise posée par un de ses contemporains. Les fatwas étaient des réponses à des cas pratiques et non des développements théoriques. La pratique consistant à rendre des consultations juridiques sous la forme de fatwas se nommait iftāʾ (q.v.), et le juriste émettant des fatwas était parfois désigné sous le terme de muftī (q.v.). La fatwa n’avait qu’un caractère de recommandation.

181fiqh : droit musulman en tant que discipline ; l’une des branches les plus importantes des sciences traditionnelles avec la transmission du ḥadīṯ (q.v.) et l’étude du Coran. Le fiqh comprenait la connaissance des fondements du droit (uṣūlq.v.) et celle de ses applications (furūʿ, q.v.), variant en fonction de l’affiliation à une école juridique précise (maḏhab, q.v.). Un individu versé en fiqh était nommé faqīh (q.v.). La connaissance du fiqh était nécessaire pour accéder aux professions judiciaires (voir qāḍī).

182fitna (pl. fitan) : littéralement « discorde » ; terme utilisé dans les sources arabes pour désigner une émeute urbaine accompagnée de violences et ce, quels qu’en soient la cause et les acteurs. De nombreuses fitna‑s étaient causées par les exactions des ʿayyār‑s (q.v.) ou des militaires, mais elles pouvaient également être déclenchées par des querelles entre ulémas ou par l’activité de sermonnaires (wāʿiẓ‑s, q.v.) ašʿarites (q.v.) décriés par les hanbalites (q.v.) locaux.

183fityān (pluriel de fatā) : littéralement « jeunes hommes » ; 1) hommes, jeunes ou moins jeunes, susceptibles de se livrer à des exactions mais aussi de participer à la défense de la ville contre des assaillants, dans un sens proche de ʿayyār‑s (q.v.) ; 2) adeptes de la futuwwa (q.v.). Voir aussi ṣibyān, šuṭṭār.

184fuḥūl : voir faḥl.

185fuqahāʾ : voir faqīh.

186fuqarāʾ (pluriel de faqīr) : pauvres, indigents ; à partir du vie/xiie siècle, le pluriel désigne fréquemment les soufis.

187al‑Furāt : nom arabe de l’Euphrate.

188furūʿ (pluriel de farʿ) : littéralement « branches, divisions » ; en fiqh (q.v.), le terme désigne l’étude des applications concrètes du droit, par contraste avec les uṣūl (q.v.) qui en sont les bases théoriques.

189futuwwa : mouvement idéologique fondé sur un ensemble de valeurs incluant la générosité, le courage, la libéralité, l’hospitalité et la solidarité entre les membres. Les adeptes de la futuwwa, nommés fityān (q.v.), formaient une organisation clandestine parfois soupçonnée de complot politique, comme lorsque la futuwwa bagdadienne fut démantelée dans la seconde moitié du ve/xie siècle après avoir été accusée de sympathies pro‑Fatimides (voir Fāṭimiyyūn). La futuwwa fut réorganisée et réintégrée à la légitimité abbasside après la période seldjoukide par le calife al‑Nāṣir (r. 575-622/1180-1225).

190G

191gaon (pl. geonim) : terme hébreu signifiant « majesté, splendeur » ; titre porté par le directeur de l’académie (yeshiva) juive de Bagdad, parfois traduit par « scolarque ». Les geonim étaient les principales autorités religieuses du judaïsme mésopotamien.

192Ghuzz : voir Ġuzz.

193Ǧ

194ǧāh : autorité, charisme ; voir aussi hayba, ḥišma, ḥurma.

195ǧamāʿa : groupe, ensemble. Sous la plume d’auteurs hanbalites tels qu’Ibn al‑Bannāʾ, désigne en particulier le groupe des hanbalites bagdadiens.

196ǧāmiʿ (pl. ǧawāmiʿ) : littéralement « qui rassemble » ; « mosquée du vendredi » ou « grande mosquée », où avait lieu la prière collective des fidèles le vendredi midi, précédée de la ḫuṭba (q.v.). Les mosquées‑ǧāmiʿ étaient théoriquement, dans chaque ville, en nombre limité ; à l’époque seldjoukide, Bagdad en comptait cependant près d’une dizaine. Elles sont à distinguer des oratoires de taille plus modeste, désignés par le terme masǧid (q.v.). Seul le calife pouvait, en théorie, ordonner l’ouverture d’un ǧāmiʿ ou la transformation d’un masǧid en ǧāmiʿ.

197ǧāriya (pl. ǧawārī) : littéralement « celle qui se trouve aux côtés » : 1) femme esclave ; 2) concubine servile.

198ǧaṯāliqa : voir ǧāṯulīq.

199ǧāṯulīq (pl. ǧaṯāliqa) : catholicos (pl. catholicoi) ; chef de l’Église nestorienne, choisi par les membres influents de sa communauté, investi par le calife abbasside et siégeant au Dār al‑Rūm (q.v.) de Bagdad. Le catholicos nommait les dignitaires ecclésiastiques nestoriens, intervenait dans les affaires internes à sa communauté, et avait théoriquement autorité sur l’ensemble des communautés chrétiennes de l’Orient musulman, y compris sur leur hiérarchie ecclésiastique. Voir aussi miṭrān, qass, šammās, usquf.

200ǧawāmiʿ : voir ǧāmiʿ.

201ǧawārī : voir ǧāriya.

202ǧisr (pl. ǧusūr) : pont. Dans le contexte bagdadien, le terme désignait un pont de bateau sur le Tigre, par opposition aux passerelles (qanṭara‑s, q.v.) permettant de franchir les canaux (nahr, q.v.). À l’époque seldjoukide, Bagdad comptait entre un et trois de ces ponts de bateaux.

203ǧizya : taxe annuelle de capitation, touchant les hommes capables d’âge adulte, la ǧizya était due collectivement par les communautés ḏimmī‑es (q.v.) en compensation de la ḏimma (q.v.) ou « protection » accordée par le pouvoir musulman. Le catholicos nestorien (ǧāṯulīq, q.v.) et l’exilarque (raʾs ǧālūt, q.v.) étaient responsables de l’acquittement de la ǧizya par leurs communautés respectives.

204ǧubba (pl. ǧubāb) : robe de dessus (vêtement masculin).

205ǧund (pl. aǧnād) : armée, troupe. Voir aussi ʿaskar.

206ǧusūr : voir ǧisr.

207Ġ

208ġilmān : voir ġulām.

209ġiyār : signe distinctif vestimentaire imposé aux ḏimmī‑s (q.v.) ; l’obligation de porter le ġiyār était périodiquement réitérée, et inégalement appliquée.

210ġulām (pl. ġilmān) : 1) jeune homme ; 2) jeune esclave ; en particulier, serviteur armé, membre d’une garde privée.

211Ġuzz (ethnonyme, terme collectif) : Ghuzz, Oghuz : branche des peuples turcs d’Asie centrale à laquelle appartenait la famille seldjoukide ; voir aussi Turkmān, Salāǧiqa.

212H

213Hachémites : voir Hāšimiyyūn.

214hanafisme : l’une des principales écoles (maḏhab‑s, q.v.) du droit musulman (fiqhq.v.) sunnite, se référant à l’œuvre du juriste irakien Abū Ḥanīfa (m. 150/767). À l’époque seldjoukide, les hanafites (al‑ḥanafiyya) représentaient le quart des juristes bagdadiens pour lesquels une affiliation à un maḏhab est connue. Jouissant du soutien des sultans seldjoukides et d’une partie de leur personnel politique, les hanafites bagdadiens disposaient d’un solide réseau de madrasas (q.v.) pour l’enseignement du fiqh selon leur maḏhab et monopolisèrent le poste de qāḍī l‑quḍāt (q.v.) ainsi que de nombreux postes de juges (qāḍī‑s, q.v.).

215hanbalisme : l’une des principales écoles (maḏhab‑s, q.v.) du droit musulman (fiqhq.v.) sunnite, se référant à l’œuvre du juriste bagdadien Aḥmad ibn Ḥanbal (m. 241/855). À l’époque seldjoukide, les hanbalites (al‑ḥanābila) représentaient le quart des juristes bagdadiens pour lesquels une affiliation à un maḏhab est connue et formaient un groupe compact, intégrant, outre des juristes (faqīh‑s, q.v.) et des ulémas, des non‑spécialistes du savoir traditionnel, en particulier des grands commerçants. Les hanbalites bagdadiens, peu soutenus par les milieux du pouvoir au début de l’époque seldjoukide, ne bénéficièrent que tardivement de madrasas (q.v.) qui leur soient réservées, et n’accédaient que rarement à la judicature.

216Hāšimiyyūn (pluriel de Hāšimī) : Hachémites, descendants du lignage des Banū Hāšim (clan auquel appartenait le prophète Muḥammad). Les Hachémites se voyaient décerner le titre de šarīf (pl. ašrāf, q.v.) et se divisaient en deux branches majeures : les Alides (voir ʿAlawiyyūn) et les Abbassides (voir ʿAbbāsiyyūn). Les Hachémites étaient, à Bagdad, représentés par un ou plusieurs syndics (naqīb‑s, q.v.).

217hayba : crainte respectueuse inspirée par un puissant, un notable ou tout autre personnage charismatique. Voir aussi ǧāh, ḥišma, ḥurma.

218hôpital : voir māristān.

219

220ḥadīṯ (pl. aḥādiṯ) : faits, gestes et paroles attribués au prophète de l’islam, à valeur normative et dont le récit fut transmis oralement par ses Compagnons puis par les générations suivantes de musulmans. À partir du iie/viiie siècle, le ḥadīṯ fut consigné par écrit dans des compilations canoniques, mais la collecte orale de maître à disciple demeura le vecteur privilégié de sa transmission. Les spécialistes de la transmission du ḥadīṯ étaient les muḥaddiṯ‑s (q.v.) ; la transmission orale du ḥadīṯ était nommée riwāya (q.v.) et l’audition du ḥadīṯ samāʿ (q.v.). Chaque ḥadīṯ se composait d’une chaîne de transmetteurs (isnād, q.v.), suivie du texte de l’information transmise (matn).

221ḥāfiẓ (pl. ḥuffāẓ) : individu ayant mémorisé l’intégralité du texte coranique (du verbe ḥafiẓa : « mémoriser »).

222ḥaǧǧ : pèlerinage ; désigne en particulier le pèlerinage à La Mecque, les visites pieuses auprès des tombeaux et mausolées étant désignées par le terme ziyāra (q.v.). Le pèlerinage s’accomplissait collectivement, la caravane des pèlerins (ḥāǧǧ‑s, q.v.) au départ de Bagdad étant dirigée par un amīr al‑ḥāǧǧ (q.v.), nommé par le calife ou par le sultan.

223ḥāǧǧ (pl. ḥuǧǧāǧ) : pèlerin se rendant à La Mecque ou personne ayant accompli ce pèlerinage.

224ḥāǧib (pl. ḥuǧǧāb) : 1) individu remplissant une fonction domestique au service d’un souverain, en particulier du calife, à implication protocolaire et politique ; 2) agent exécutif du calife. Le ḥāǧib, littéralement « celui qui voile, qui cache » (c’est‑à‑dire qui dérobe le calife à la vue de ses sujets), terme parfois traduit par « chambellan », était au service personnel et privé du calife ou d’un haut dignitaire, chargé de certains aspects de sa vie quotidienne et doté d’une fonction protocolaire. Dans l’univers abbasside, les ḥāǧib‑s prirent une importance politique croissante et, vers la fin de la période seldjoukide, le terme désignait un personnage doté de fonctions de maintien de l’ordre, aux prérogatives parfois territoriales. Le grand chambellan du calife, nommé ḥāǧib al‑bāb (q.v.) ou ḥāǧib al‑ḥuǧǧāb, était doté de fonctions particulières en terme de protocole et de service du souverain. La fonction du ḥāǧib était nommée ḥiǧāba (q.v.).

225ḥāǧib al‑bāb : littéralement « ḥāǧib (q.v.) de la Porte » ; haut dignitaire de l’entourage abbasside, chambellan privé du calife, chargé de la surveillance de Bāb al‑Nūbī, la porte principale par laquelle étaient reçus en audience les personnages importants ; chef du protocole, le ḥāǧib al-bāb était aussi responsable des bâtiments du Dār al‑Ḫilāfa (q.v.). Les sources le nomment parfois ḥāǧib al‑ḥuǧǧāb.

226ḥāǧib al‑ḥuǧǧāb : voir ḥāǧib al‑bāb.

227ḥakīm (pl. ḥukamāʾ) : médecin ; voir ṭabīb.

228ḥalāl : terme juridique désignant ce qui est autorisé, permis, licite aux yeux de la loi religieuse (šarʿ, q.v.). Voir aussi ḥarām, wāǧib.

229ḥalba : hippodrome. L’hippodrome de Bagdad était situé sur la rive orientale, extra‑muros, au sud‑est du rempart ; une porte nommée Bāb al‑Ḥalba (« Porte de l’hippodrome ») le rendait accessible depuis la ville intra‑muros.

230ḥalqa (pl. ḥalaqāt) : cercle d’enseignement oral, présidé par un maître (šayḫ, q.v.) et fréquenté par des disciples. Les ḥalqa‑s se tenaient soit dans les mosquées, soit au domicile du maître ou d’un de ses mécènes. Voir aussi maǧlis.

231ḥamāmī (pl. ḥamāmiyyūn) : marchand d’oiseaux.

232ḥanābila : hanbalites, voir hanbalisme.

233ḥanafiyya : hanafites, voir hanafisme.

234ḥaqq al‑bāʿa : voir ḥaqq al‑bīʿ.

235ḥaqq al‑bīʿ : taxe sur les transactions commerciales, perçue par le pouvoir souverain, également désignée par l’expression ḥaqq al‑bāʿa.

236ḥarām : terme juridique désignant les actions répréhensibles, interdites par la loi religieuse (šarʿ, q.v.). Voir aussi ḥalāl, wāǧib.

237ḥarīm : espace inviolable, protégé, où l’on peut venir trouver refuge.

238Ḥarīm du Dār al‑Ḫilāfa : à Bagdad, quartiers centrés autour du Dār al‑Ḫilāfa (q.v.), ceints d’un rempart, où la population pouvait venir trouver refuge ou mettre ses biens à l’abri en cas de troubles militaires, ou encore s’abriter d’éventuels poursuivants.

239ḥarīr : soie, étoffe de soie. Le port de vêtements en soie était condamné par certains ulémas comme étant une pratique répréhensible, symbolisant la corruption des puissants. Voir dībāǧ, ibrīsam, saqlāṭūn.

240Ḥasanides : voir ʿAlawiyyūn.

241ḥāšiya (pl. ḥawāšī) : littéralement « ce qui vient à côté » ; entourage proche, famille, suite, domesticité. Le sens est proche de la forme au pluriel, ḥawāšī (q.v.).

242ḥawāšī (terme collectif) : entourage domestique, suite. Voir ḥāšiya, forme au singulier, de sens proche.

243ḥiǧāba : fonction remplie par le ḥāǧib (q.v.).

244ḥikāyāt (pluriel de ḥikāya, « récit, histoire ») : anecdotes, historiettes plaisantes ; branche du savoir littéraire (adab, q.v.) reposant sur le récit de telles historiettes.

245ḥinnāʾī : marchand de henné.

246ḥisāb : calcul, arithmétique ; discipline auxiliaire de l’étude du fiqh (q.v.), nécessaire notamment aux spécialistes de farāʾiḍ (q.v.) ou de certaines sciences rationnelles (voir ʿulūm ʿaqliyya).

247ḥisba : fonction dévolue au muḥtasib (q.v.), comprenant la surveillance des marchés et des transactions commerciales (poids, monnaies, qualité des marchandises), ainsi que le contrôle de la moralité des actions et des activités se déroulant dans l’espace public.

248ḥišma : crainte respectueuse inspirée par un puissant ou un notable. Voir aussi ǧāh, hayba, ḥurma.

249Ḥusaynides : voir ʿAlawiyyūn.

250ḥuffāẓ : voir ḥāfiẓ.

251ḥuǧǧāb : voir ḥāǧib.

252ḥuǧǧāǧ : voir ḥāǧǧ.

253ḥuǧra (pl. ḥuǧrāt) : 1) chambre, pièce ; 2) en contexte abbasside, le terme al‑ḥuǧra désignait spécifiquement les appartements privés du calife au sein du Dār al‑Ḫilāfa (q.v.) ; 3) Bāb al‑Ḥuǧra : bâtiment du complexe palatial abbasside, construit sous le règne du calife al‑Mustaršid, où se déroulaient les cérémonies de remise d’une robe d’honneur à un nouveau vizir et les séances de félicitations.

254ḥukamāʾ : voir ḥakīm.

255ḥurma : respect confinant à la vénération, inspiré par un puissant, en général un souverain ou un haut dignitaire. Voir aussi ǧāh, hayba, ḥišma.

256

257ḫabbāz (pl. ḫabbāzūn) : boulanger.

258ḫadam : voir ḫādim.

259ḫādim (pl. ḫadam, ḫuddām) : littéralement : « celui qui sert » ; serviteur, esclave domestique. Le terme désignait en particulier les serviteurs privés (ḫādim ḫāṣṣ) du calife, dont certains jouissaient d’un pouvoir important.

260ḫalīfa (pl. ḫulafāʾ, fr. calife) ; à l’origine ḫalīfat rasūl Allāh, « successeur de l’envoyé de Dieu », le calife, portant le titre de Commandeur des croyants (amīr al‑muʾminīn, q.v.) était le seul souverain légitime reconnu par le droit sunnite. La fonction de calife était nommée ḫilāfa (q.v.). Après le règne des quatre premiers califes dits « bien guidés » (rāšidūn, q.v.), le califat devint dynastique sous les Omeyyades de Damas puis les Abbassides de Bagdad (voir ʿAbbāsiyyūn). Les sources de l’époque médiévale, y compris sunnites, emploient fréquemment le terme imām (q.v.) comme synonyme de calife, et imāma en équivalent à ḫilāfa. La reconnaissance de la légitimité du calife était symbolisée par la cérémonie de la bayʿa (q.v.).

261ḫalq (terme collectif) : groupe, foule.

262ḫān (pl. ḫānāt) : khan, caravansérail. Bâtiment offrant aux voyageurs et marchands gîte et protection pour eux‑mêmes, leurs montures et leurs marchandises. Les ḫān‑s extra‑urbains étaient autant d’étapes sur les routes caravanières, et les ḫān‑s intra‑urbains abritaient aussi des activités marchandes. Les ḫān‑s pouvaient être intégrés à un waqf (q.v.). À Bagdad, les ḫān‑s urbains servaient essentiellement de lieu de stockage des marchandises.

263ḫānqāh : terme d’origine persane, désignant un établissement abritant des activités soufies et parfois dédié à la vie collective des disciples rassemblés autour d’un maître (šayḫ, q.v.) mystique. Voir le synonyme ribāṭ, plus employé en contexte bagdadien ; voir aussi ṣūfī, taṣawwuf.

264ḫarāba (pl. ḫarābāt) : terrain en ruine, friche. Synonymes ḫariba, ḫirba.

265ḫarāǧ : impôt foncier, perçu par le pouvoir souverain, par le bénéficiaire d’un iqṭāʿ (q.v.) ou par un fermier (ḍāmin, q.v.). Le service administratif (dīwān, q.v.) gérant ce impôt, le dīwān al‑ḫarāǧ, prit le nom de dīwān al‑zimām (voir zimām).

266ḫāṣṣ (pl. ḫawāṣṣ) : 1) adjectif : proche, particulier, propre à ; 2) substantif : proche, familier. Voir ḫawāṣṣ.

267ḫāṣṣa (pl. ḫawāṣṣ) : 1) groupe restreint de personnes proches d’une autre personne, et notamment entourage proche d’un souverain (domestiques, serviteurs, courtisans, confidents, cour, garde personnelle) ; dans cette acception, le singulier et le pluriel ont la même valeur (voir ḫawāṣṣ) ; 2) al‑ḫāṣṣa : l’élite, la meilleure partie ; 3) en annexion (ḫāṣṣat al‑) : les meilleurs d’un groupe particulier d’individus. Voir aussi al‑ḫāṣṣa wa‑l‑ʿāmma.

268al‑ḫāṣṣa wa‑l‑ʿāmma : expression signifiant littéralement « l’élite et le peuple », utilisée pour désigner l’ensemble de la population, toutes catégories sociales inclues. Voir ʿāmma, ḫāṣṣa.

269ḫaṭīb (pl. ḫuṭabāʾ) : 1) prédicateur ; 2) en particulier, personnage chargé de prononcer le sermon accompagnant la prière collective du vendredi (ḫuṭba, q.v.), officiant du haut d’un minbar (q.v.) dans une mosquée‑ǧāmiʿ (q.v.). La fonction de ḫaṭīb était nommée ḫiṭāba (q.v.). À l’époque seldjoukide, les ḫaṭīb‑s étaient directement nommés par l’autorité abbasside.

270ḫātim (pl. ḫawātim) : 1) bague ; 2) sceau.

271ḫaṭṭ : 1) ligne, trait ; 2) art de la calligraphie.

272ḫātūn (pl. ḫātūnāt) : « princesse », terme d’origine sogdienne. Titre honorifique désignant des femmes de haut rang, en particulier les princesses de la famille seldjoukide, dont certaines rejoignirent, par alliance, la cour abbasside. Les princesses abbassides étaient également désignées par ce titre. Certaines de ces princesses jouèrent un rôle non négligeable dans la vie sociale bagdadienne, en particulier à travers leurs activités de mécénat et de fondation d’institutions telles que ribāṭ‑s (q.v.) et madrasas (q.v.).

273ḫawāṣṣ (pluriel de ḫāṣṣ) : 1) les meilleurs (d’un groupe) ; 2) proches, familiers ; désigne en particulier l’entourage d’un souverain, sa cour. Voir ḫāṣṣ, ḫāṣṣa.

274ḫayl (pl. ḫuyūl) : cheval.

275ḫayṭiyya : embarcation apte à la navigation sur le Tigre. Voir aussi markab, samīriyya, zabzab.

276ḫayyāṭ (pl. ḫayyāṭūn) : tailleur.

277ḫidma : littéralement « service ». Un personnage se plaçant dans la ḫidma d’un autre, plus puissant, devenait symboliquement son serviteur (ḫādim, q.v.). En contexte bagdadien, le terme ḫidma renvoie presque toujours au service du calife, parfois désigné par la locution al‑ḫidma al‑šarīfa, « le noble service ». Tous les hauts dignitaires de l’État abbasside, nommés par le calife, entraient dans la ḫidma de celui‑ci et lui devaient théoriquement obéissance.

278ḫilaʿ : voir ḫilʿa.

279ḫilʿa (pl. ḫilaʿ) : littéralement « récompense » ; robe d’honneur offerte par un puissant (calife ou sultan) lors de la nomination d’un haut dignitaire ou pour honorer un représentant diplomatique d’un autre souverain, ce souverain lui‑même, etc. Ces récompenses se composaient de plusieurs pièces de vêtements d’étoffes précieuses (voir dībāǧ, ibrīsam, saqlāṭūn) qui se portaient superposées, comprenant des éléments tels que robe de dessus (farǧiyya, q.v.), turban (ʿimāma, q.v.) ou voile de tête (ṭarḥa, q.v.) et s’accompagnaient parfois de cadeaux de prix : montures (voir baġl, ḫayl), harnachements (voir markab), bijoux (voir ṭawq) ou autres objets précieux. La valeur de ces robes pouvait être très élevée. Certaines robes étaient réservées à une fonction particulière : les sources évoquent par exemple les « robes du vizirat » (ḫilaʿ al‑wizāra). Les robes d’honneur décernées par le calife étaient souvent de couleur noire, symbole de la dynastie abbasside.

280ḫilāf : littéralement « différend, opposition, contradiction ». Branche du savoir juridique (fiqh, q.v.) spécialisée dans la connaissance des divergences d’opinions entre les écoles juridiques (maḏhab‑s, q.v.).

281ḫilāfa : califat, fonction remplie par le calife. Voir aussi imāma.

282ḫirba : voir ḫarāba.

283ḫirqa (pl. ḫiraq) : vêtement caractéristique des soufis (q.v.), fait d’étoffe grossière ; « prendre la ḫirqa » signifiait « se faire soufi », car ce vêtement était remis au disciple (talmīḏ, q.v.) par son maître spirituel (šayḫ, q.v.) en symbole de l’initiation du premier et de son entrée dans la communauté mystique formée autour du maître et dans sa descendance spirituelle.

284ḫiṭāba : fonction du ḫaṭīb (q.v.). À Bagdad, à l’époque seldjoukide, la ḫiṭāba était presque systématiquement confiée à des membres du lignage hachémite (voir Hāšimiyyūn) des Banū l‑Muhtadī.

285ḫuddām : voir ḫādim.

286ḫulafāʾ : voir ḫalīfa.

287ḫuṭabāʾ : voir ḫaṭīb.

288ḫuṭba : 1) sermon, prêche ; 2) plus particulièrement, sermon prononcé le vendredi par le ḫaṭīb (q.v.) à la mosquée‑ǧāmiʿ (q.v.), du haut du minbar (q.v.), à l’occasion de la prière collective des fidèles musulmans. Son importance politique provenait du fait que la ḫuṭba rappelait le nom et la titulature du calife abbasside régnant et du sultan seldjoukide en titre, ainsi parfois que de leurs successeurs désignés (walī l‑ʿahd, q.v.). La ḫuṭba était ainsi une manifestation symbolique de l’autorité du souverain sur le territoire où elle était prononcée.

289I

290ibn (pl. abnāʾ, banū ; fém. bint) : 1) fils ; 2) « fils de », élément séparant les ism‑s (q.v.) des ancêtres d’un personnage énumérés dans son nasab (q.v.) ; en cas de nasab long de plusieurs générations, le terme ibn est abrégé, en translittération, par la mention b. (« fils de »). Voir banū, ism, kunya, laqab, nisba et šuhra.

291ibrīsam : terme persan désignant une étoffe de soie ; voir aussi dībāǧ, ḥarīr, saqlāṭūn.

292ʿīd : « fête » ; désigne en particulier la fête célébrant la fin du mois de ramadan (ʿīd al‑fiṭr, le premier jour du mois de šawwāl) et la fête du sacrifice (ʿīd al‑aḍḥā, le 10 du mois de ḏū l‑ḥiǧǧa), marquant la fin du pèlerinage (ḥaǧǧ, q.v.).

293iftāʾ : pratique de la consultation juridique, au cours de laquelle un individu demandait à un faqīh (q.v.) de se prononcer sur une question pratique de droit et d’émettre un avis juridique nommé fatwā (q.v.) ; fait de rendre des fatwas. Le faqīh pratiquant l’iftāʾ était nommé muftī (mufti, q.v.).

294iǧāza (pl. iǧāzāt) : autorisation orale ou écrite de transmettre un ḥadīṯ (q.v.) ou un ouvrage. En théorie, l’iǧāza devait être délivrée au disciple par le maître lui ayant oralement transmis ce même ḥadīṯ ou ouvrage. Le terme de « transmission par iǧāza » désigne cependant, en général, une transmission d’après un maître dont le disciple n’avait pas reçu l’enseignement oral, mais qui lui avait tout de même accordé la permission de transmettre sous son autorité.

295iǧmāʿ : 1) consensus ; 2) accord des spécialistes de sciences traditionnelles sur un point de droit, de théologie, etc.

296ʿilm (pl. ʿulūm) : 1) science, savoir (au sens large) ; 2) au singulier : savoir traditionnel, comprenant notamment les sciences coraniques, la connaissance du ḥadīṯ (q.v.) et du droit musulman (fiqh, q.v.). Les sources arabes médiévales distinguent les sciences traditionnelles (ʿulūm naqliyya) ou « sciences de la transmission » des sciences rationnelles (ʿulūm ʿaqliyya) telles que la philosophie (falsafa, q.v.), la logique (manṭiq), l’ingénierie (handasa), la médecine (ṭibb, q.v.), etc.

297ʿilm al‑riǧāl : littéralement « science des hommes » ; connaissance des lignages arabes ; par extension, savoir biographique et généalogique. Voir aussi ansāb.

298ʿimāda : fonction du ʿamīd (q.v.).

299imām (pl. aʾimma) : 1) littéralement « [celui qui est] devant » : autorité religieuse dirigeant, en première ligne, la prière collective des fidèles musulmans le vendredi midi ; 2) titre honorifique désignant un personnage ayant atteint un haut degré de savoir ou de compétence dans son domaine ; 3) dans les sources sunnites médiévales, le terme imām renvoie la plupart du temps au calife abbasside, dont la fonction est alors nommée imāma (q.v.) ; 4) dans les sources chiites, le terme imām désigne le chef de la communauté musulmane tel qu’il devait être choisi selon les critères chiites, à savoir parmi les descendants de ʿAlī ibn Abī Ṭālib (voir ʿAlawiyyūn).

300imāma : « imamat » ou califat, fonction du calife (voir ḫalīfa, ḫilāfa) ou de l’imam (voir imām) ; pour les communautés sunnites, jusqu’au viie/xiiie siècle, l’imamat devait être réservé aux membres de la famille abbasside (voir ʿAbbāsiyyūn), tandis que le mouvement chiite se divisait à propos de la dévolution de l’imamat à telle ou telle branche de la famille alide (voir ʿAlawiyyūn).

301ʿimāma (pl. ʿamāʾim) : turban. Voir aussi ṭarḥa, ṭaylasān.

302imamites : voir duodécimains.

303ʿimāra : littéralement « construction » ; fonction consistant à superviser les programmes de construction ordonnés par un souverain, sultan ou calife. Dans les sources, une confusion s’opère parfois avec le terme ʿimāda (q.v.), à la graphie proche.

304inšāʾ : service de la chancellerie (dīwān al‑inšāʾ) chargé de la correspondance officielle (du calife, du sultan…) ; son chef était nommé kātib al‑inšāʾ (voir dīwān, kātib). La chancellerie seldjoukide portait le nom de ṭuġra (du turc ṭuġrā : sceau, empreinte, signature).

305iqṭāʿ (pl. iqṭāʿāt) : concession par le pouvoir souverain des revenus fiscaux d’une circonscription donnée, par la suite assortie de la délégation de fait de l’autorité politique sur les territoires formant l’iqṭāʿ, en échange d’un service rendu (fonction administrative ou militaire). Déjà diffusé à la période bouyide, le système de l’iqṭāʿ devint, sous le règne des Seldjoukides, la forme par excellence de rémunération des chefs militaires et de certains hauts fonctionnaires. La personne concédant l’iqṭāʿ était nommée muqṭiʿ (q.v.), celle qui en bénéficiait muqṭaʿ (q.v.).

306ism (pl. asmāʾ) : élément de la chaîne onomastique arabe. Identifiable à un prénom, le ism ou « nom de naissance » (par exemple Muḥammad, Aḥmad, ʿAlī, ʿAbd al‑Raḥmān, Fāṭima…), élément le plus personnel du nom décerné à un personnage, utilisé dans le classement alphabétique des notices des dictionnaires biographiques, était peu employé pour s’adresser à un personnage. Voir kunya, laqab, nasab, nisba et šuhra.

307ismaéliens : adeptes d’une branche du chiisme (voir šīʿa) reconnaissant l’autorité de sept imams (q.v.). Le mouvement ismaélien connut le succès politique sous la forme de la dynastie des Fatimides (voir Fāṭimiyyūn) du Caire (348‑567/969‑1171), califes rivaux des Abbassides de Bagdad. Une branche radicale du mouvement ismaélien, la branche nizarite (al‑nizāriyya) d’Alamut, s’illustra par l’assassinat de hautes personnalités des États seldjoukide et abbasside, engendrant une ferme répression de la part des autorités sunnites. Les auteurs sunnites médiévaux désignent fréquemment les ismaéliens sous le terme péjoratif de bāṭinites (q.v.).

308isnād : « chaîne des transmetteurs » ; première partie d’un ḥadīṯ (q.v.) citant tous les maillons de la chaîne des muḥaddiṯ‑s (q.v.) ayant oralement transmis l’information, de la personne citant le ḥadīṯ ou le transmettant à son tour au Compagnon du prophète qui fut le premier à le rapporter.

309išrāf : fonction de surveillance ou d’inspection, confiée à un mušrif (q.v.). Le terme naẓar (q.v.) est de sens très proche.

310K

311kaḏḏāb (pl. kaḏḏābūn) : « menteur » ; dans la terminologie de la science du ḥadīṯ (q.v.), cette épithète désigne un muḥaddiṯ (q.v.) souçonné de mauvaise transmission, invalidant ou rendant suspecte, par sa présence dans un isnād (q.v.), l’authenticité du ḥadīṯ rapporté. Antonyme ṯiqa.

312kalām : 1) parole ; 2) théologie dogmatique ; branche du savoir traditionnel discutant des points de dogme et discours s’y rapportant. Les spécialistes de kalām étaient nommés mutakallim‑s (q.v.). Il existait, en matière de kalām comme en matière de fiqh (q.v.), des maḏhab‑s (q.v.) ou courants de pensée souvent opposés entre eux. Les principaux courants de kalām représentés à Bagdad étaient le muʿtazilisme (q.v.), l’ašʿarisme (q.v.) et le hanbalisme (q.v.). Les thèmes propres au kalām étaient discutés au cours de séances oratoires (munāẓara, q.v.) voyant s’opposer plusieurs opinions, ou bien s’exprimaient lors de séances de prédication publique (waʿẓ, q.v.).

313kanīsa (pl. kanāʾis) : église, synagogue. Voir aussi bīʿa, dayr.

314karāma (pl. karāmāt) : action merveilleuse, phénomène n’obéissant pas à l’ordre naturel des choses. Des karāmāt étaient attribuées à certains ascètes ou personnages charismatiques, ainsi qu’à des maîtres (šayḫ‑s, q.v.) soufis, et interprétés comme la manifestation de leur baraka (q.v.).

315kātib (pl. kuttāb) : scribe, secrétaire. Étaient désignés comme kātib‑s les employés des services administratifs (dīwān‑s, q.v.) califaux et sultaniens ; l’exercice de cette fonction était nommé kitāba (q.v.).

316kātib al‑inšāʾ : chef de la chancellerie ; voir inšāʾ.

317kišk (pl. akšāk) : kiosque, pavillon de loisir.

318kitāb (pl. kutub) : 1) écrit, lettre, missive ; 2) livre, ouvrage, traité.

319kitāba : 1) art de l’écriture, de la chancellerie ; 2) exercice de la fonction de kātib (q.v.).

320kunya : élément de la chaîne onomastique arabe. La kunya se compose du terme Abū (« père de ») ou Umm (« mère de »), suivi d’un ism (q.v.) désignant en théorie le fils aîné du personnage. C’est par la kunya que l’on s’adressait ordinairement à l’un de ses contemporains. Voir ism, laqab, nasab, nisba et šuhra.

321Kurd (pl. Akrād, adj. kurdī) : ethnonyme à valeur collective : Kurde.

322kurr (pl. kirār) : unité de mesure de céréales utilisée à Bagdad, équivalent à un peu moins de trois tonnes.

323kursī (pl. karāsī) : littéralement « chaise, trône » ; 1) chaire, pupitre ou tout siège surélevé du haut duquel un prêcheur (wāʿiẓ, q.v.) ou un enseignant (mudarris, q.v.) s’adressait à son public ; 2) au sein de la communauté nestorienne de Bagdad, le terme al‑kursī désignait le siège du catholicos (ǧāṯulīq, q.v.), situé dans l’église du Dār al‑Rūm (q.v.), au nord de la rive orientale.

324kuttāb : voir kātib.

325kutub : voir kitāb.

326L

327laqab (pl. alqāb) : une des composantes de la chaîne onomastique arabe ; selon les cas, sobriquet ou titre honorifique. Les hauts dignitaires politiques portaient des laqab‑s décernés par le calife ou le sultan, souvent des composés en al‑dawla (« de l’État ») ou al‑mulk (« du pouvoir »), tandis que certaines autorités religieuses et les ulémas les plus célèbres portaient des laqab‑s composés en al‑dīn (« de la religion »). Les textes médiévaux désignent les personnages portant un titre de ce type par leur laqab plus volontiers que par les autres éléments composant leur nom. Voir ism, kunya, nasab, nisba et šuhra.

328M

329madāris : voir madrasa.

330madīna (pl. mudun) : ville.

331Madīnat al‑Manṣūr : « ville d’al‑Manṣūr », premier noyau urbain de Bagdad dont la construction fut planifiée par le calife al‑Manṣūr lors de la fondation de la capitale abbasside en 145/762. Protégée par un impressionnant appareil défensif, la ville d’al‑Manṣūr est parfois appelée « Ville ronde » par les historiens modernes. Ses portes donnèrent leur nom à plusieurs quartiers de la rive occidentale de Bagdad, en particulier celui de Bāb al‑Baṣra. La mosquée du même nom, Ǧāmiʿ al‑Manṣūr, avait été édifiée au cœur de ce noyau urbain et était encore en activité à l’époque seldjoukide.

332Madīnat Ṭuġril : « ville de Ṭuġril », quartier seldjoukide fortifié bâti sur la décision du sultan Ṭuġril Beg (en 448/1056), situé sur la rive orientale de Bagdad, entre les quartiers califaux et la zone septentrionale d’al‑Ruṣāfa, comprenant notamment un palais, le Dār al‑Mamlaka (q.v.), et une grande mosquée, Ǧāmiʿ al‑Sulṭān.

333madrasa (pl. madāris, fr. madrasa) : institution d’enseignement du savoir traditionnel, et notamment du fiqh (q.v.), originaire de l’orient du dār al‑islām et largement diffusée à Bagdad à partir de la période seldjoukide. La madrasa consistait en un bâtiment où se tenaient des leçons (dars‑s, q.v.) de fiqh, ainsi parfois que des séances de transmission du ḥadīṯ (q.v.), de waʿẓ (q.v.) ou des cours d’autres composantes du savoir traditionnel arabo‑musulman : sciences coraniques, langue arabe, grammaire, matières littéraires, poésie. À l’époque seldjoukide, les madrasas bagdadiennes, essentiellement consacrées à l’enseignement du droit musulman, étaient réservées à un unique maḏhab (q.v.) juridique. En tant qu’institution, la madrasa était financée par les revenus d’un waqf (q.v.) permettant d’entretenir les locaux, de rémunérer les enseignants (mudarris‑s, q.v.) et les autres types de personnel (nāẓir, q.v., gardien, personnel d’entretien, ainsi que parfois muezzin et imam, q.v.) et de fournir aux étudiants une aide matérielle sous la forme de logement et de nourriture.

334maḏāhib : voir maḏhab.

335maḏhab (pl. maḏāhib) : littéralement « voie » ; courant de pensée ou école de droit musulman (fiqh, q.v.) ou de théologie dogmatique (kalām, q.v.). Dans le domaine du fiqh, chaque école se définissait par la référence à l’œuvre (et parfois à la personne) d’un juriste éponyme. Les maḏhab‑s juridiques se distinguaient par des différences de méthode (types de raisonnement acceptés) et d’interprétation des corpus sur lesquels se fondent le droit musulman (essentiellement Coran et ḥadīṯ, q.v., mais aussi jurisprudence et avis motivé du faqīh), d’où des divergences entre les différents maḏhab‑s (voir ḫilāf). À l’époque seldjoukide, une grande proportion des faqīh‑s revendiquaient une affiliation à un maḏhab déterminé. Au moins cinq maḏhab‑s de fiqh étaient représentés à Bagdad ; les plus importants étaient les écoles hanbalite, chafiite et hanafite (q.v.), les maḏhab‑s malékite (q.v.) et ẓāhirite (q.v.) étant parfois évoqués. En matière de théologie dogmatique (kalām), le maḏhab ašʿarite (q.v.) était favorisé par les dignitaires seldjoukides, tandis que le maḏhab muʿtazilite (q.v.) n’était plus que faiblement représenté à Bagdad. L’adhésion à un maḏhab de fiqh n’impliquait pas systématiquement l’appartenance à un maḏhab de kalām déterminé, bien que chafiisme et ašʿarisme fussent fréquemment associés et que les hanbalites eussent leurs propres opinions en matière théologique.

336maǧālis : voir maǧlis.

337maǧlis (pl. maǧālis) : littéralement « lieu où l’on s’assied » ; séance de transmission orale du savoir (ḥadīṯ, fiqh, sciences coraniques mais aussi littéraires, médecine, poésie, etc.). Voir aussi ḥalqa.

338maḥall (pl. maḥāll), maḥalla (pl. maḥallāt) : quartier, circonscription.

339maḫzan (pl. maḫāzin) : 1) magasin, stock, dépôt ; 2) Trésor public ou privé. Dans le domaine abbasside, le fonctionnaire chargé de la surveillance des finances publiques était nommé ṣāḥib al‑maḫzan (q.v.).

340maks : voir mukūs.

341māl (pl. amwāl) : argent, possession, bien, richesses.

342malékisme : l’une des principales écoles (maḏhab‑s, q.v.) du droit musulman (fiqh, q.v.) sunnite, se référant à l’œuvre du juriste médinois Mālik ibn Anas (m. 179/795). Les malékites (al‑mālikiyya) étaient très peu nombreux à Bagdad à la période considérée, et ne bénéficiaient d’aucune madrasa dans la capitale abbasside.

343malik (pl. mulūk) : roi, souverain ; celui qui exerce le mulk (q.v.). Dans les sources d’époque seldjoukide, ce terme est parfois employé pour désigner le sultan.

344mālikiyya : malékites, voir malékisme.

345mamālik : voir mamlūk.

346mamlaka : 1) royaume, territoire soumis au pouvoir d’un souverain ; 2) en contexte seldjoukide, le terme désigne plus particulièrement le pouvoir sultanien, par opposition à l’autorité du calife (imāma, ḫilāfa). À Bagdad, les palais seldjoukides étaient désignés sous le terme de Dār al‑Mamlaka (q.v.), que l’on peut traduire par « Palais du sultan » plus encore que par « Palais de la souveraineté ».

347mamlūk (pl. mamālik, fr. mamelouk) : 1) littéralement « [bien ou personne] possédé(e) » : esclave ; 2) le terme désigne essentiellement un esclave militaire. Les mamelouks étaient importés des régions extérieures au dār al‑islām (q.v.) et employés dans les armées musulmanes ; d’origines ethniques variées, ils pouvaient s’élever dans la hiérarchie militaire jusqu’à des rangs importants comme celui d’émir.

348manāṣib : voir manṣab.

349manšūr (pl. manāšīr) : décret, écrit à valeur autoritative du calife. Voir aussi marsūm, tawqīʿ.

350manṣab (pl. manāṣib) : poste, fonction officielle. Les hauts fonctionnaires occupant ces postes, collectivement désignés par la locution arbāb al‑manāṣib (q.v.), formaient une élite sociale dotée de pouvoir, de prestige et de possibilités accrues d’enrichissement.

351manzil (pl. manāzil) : habitation, maison, endroit où l’on réside.

352manzila (pl. manāzil) : rang, position élevée (en particulier à la cour). Voir martaba.

353manẓara : littéralement « point de vue, lieu d’où l’on voit » ; belvédère, observatoire, lieu surplombant. À Bagdad, le terme manẓara désignait les belvédères du haut desquels le calife assistait à des séances de waʿẓ (q.v.) ou à d’autres événements comme la revue des troupes. L’un de ces belvédères était situé à Bāb al‑Ḥalba, surplombant l’hippodrome (al‑ḥalba, q.v.), l’autre à Bāb Badr, près de Ǧāmiʿ al‑Qaṣr.

354maqābir : voir maqbara.

355maqāmāt (pluriel de maqāma) : littéralement « séances » ; genre littéraire dont le plus éminent représentant, pour la période seldjoukide, était l’Irakien Abū l‑Qāsim al‑Ḥarīrī (m. 516/1122), originaire de Bassora.

356maqbara (pl. maqābir) : littéralement « lieu d’ensevelissement » ; cimetière.

357marākib : voir markab.

358marāsim (pluriel de marsam) : 1) habitude, coutume ; 2) étiquette, protocole. Voir rusūm.

359marāsim : voir marsūm.

360marātib : voir martaba.

361māristān : terme d’origine persane, littéralement bīmāristān : « lieu où se trouvent les malades (bīmār) » : hôpital. Institution fonctionnant en général grâce à un waqf (q.v.), employant médecins et personnel infirmier et fournissant asile, nourriture et traitements aux malades. Bagdad comptait au moins trois institutions de ce type à la période seldjoukide. Le plus célèbre était le māristān ʿAḍudī, sur la rive occidentale, datant de l’époque bouyide.

362markab (pl. marākib) : 1) monture ; 2) selle et harnachement d’une monture ; 3) embarcation, bateau (voir ḫayṭiyya, samīriyya, zabzab).

363marsūm (pl. marāsim) : édit, décret, décision écrite de l’autorité. Voir aussi manšūr, tawqīʿ.

364martaba (pl. marātib) : rang, degré, position. Voir manzila.

365masāǧid : voir masǧid.

366masǧid (pl. masāǧid) : littéralement « lieu où l’on se prosterne » ; oratoire destiné aux prières quotidiennes des fidèles et où se déroulaient d’autres activités, notamment de transmission du savoir traditionnel. Les masǧid‑s se distinguaient des mosquées‑ǧāmiʿ (q.v.) où avait lieu la prière collective du vendredi. Les masǧid‑s, de taille plus modeste que les ǧāmiʿ‑s, étaient beaucoup plus nombreux et jouaient un rôle plus directement lié à la vie des quartiers.

367mašhad (pl. mašāhid) : 1) lieu où un individu est mort en martyr ; 2) mausolée, sanctuaire ; lieu (réel ou supposé) de sépulture d’un personnage mémorable. Ces mausolées étaient composés d’une structure architecturale comprenant généralement une coupole (qubba, q.v.). Il était fréquent de se rendre en visite pieuse (ziyāra, q.v.) sur la tombe de tels personnages. Certains mašhad‑s fonctionnaient comme des institutions de type madrasa (q.v.), comme dans le cas du mašhad d’Abū Ḥanīfa, situé dans le quartier d’al‑Ruṣāfa, au nord de la rive orientale de Bagdad ; des séances de transmission du savoir traditionnel ou de dévotion (récitation du Coran, prières…) y prenaient alors place. Voir aussi turba.

368mašraʿ, mašraʿa (pl. mašraʿāt) : embarcadère ou débarcadère ; ces termes désignaient, à Bagdad, certaines portions des rives du Tigre aménagées afin de permettre l’embarquement et le débarquement des hommes et des marchandises sur les barques et navires navigant sur le fleuve (voir ḫayṭiyya, samīriyya, zabzab). Plusieurs de ces embarcadères sont signalés par les sources pour la période seldjoukide.

369mašyaḫa : liste des maîtres (šayḫ‑s, q.v.) sous l’autorité desquels un ʿālim (q.v.) avait étudié. Les mašyaḫa‑s se présentent généralement comme une succession de brèves notices biographiques concernant les maîtres et leur formation, contenant chacune un ou plusieurs ḥadīṯ‑s transmis par chaque maître au rédacteur de la mašyaḫa.

370mawāʿiẓ : voir mawʿaẓa.

371mawākib : voir mawkib.

372mawālī : voir mawlā.

373mawʿaẓa (pl. mawāʿiẓ) : littéralement « sermon », séance de waʿẓ (q.v.) tenue publiquement par un wāʿiẓ (q.v.) ; au pluriel, le terme mawāʿiẓ désigne un recueil de sermons et de prêches.

374mawkib (pl. mawākib) : 1) audience ; 2) cortège, parade, défilé. Désignait en particulier la suite de hauts fonctionnaires, gardes, émirs, serviteurs et dignitaires accompagnant le calife, le sultan, le vizir, etc. dans leurs déplacements à Bagdad ou envoyés pour accueillir les hôtes de marque aux portes de la ville ou du palais.

375mawlā (pl. mawālī, fém. mawlāt) : terme désignant un individu impliqué dans une relation de clientélisme (walāʾ, du verbe waliya : « être proche de, être lié à »), qu’il s’agisse du patron ou, plus fréquemment, du client. D’où la polysémie du terme, signifiant à la fois 1) client, personnage affilié à un maître, à un patron, et en particulier 2) esclave affranchi devenu le client de son ancien maître, mais également 3) maître, patron. Dans ce dernier sens, la locution mawlā‑nā, « notre maître », désigne le calife, ou encore le maître (šayḫ, q.v.) mystique d’un disciple soufi.

376maẓālim (pluriel de maẓlima) : littéralement « injustices » ; tribunal d’exception présidé par le calife ou par ses représentants et fonctionnant comme une cour indépendante du tribunal où officiaient les juges (voir qāḍī).

377miḥna : littéralement « épreuve, mise à l’épreuve ». Dans les écrits des ulémas, le terme est utilisé pour désigner les épisodes d’inquisition religieuse du pouvoir politique contre certains ulémas, à l’exemple de la miḥna subie par Aḥmad ibn Ḥanbal lors de l’imposition de la doctrine du Coran créé par le calife al‑Maʾmūn en 218/833.

378miḥrāb (pl. maḥārīb, fr. mihrab) : niche ornementée, située dans la salle de prière d’une mosquée, sur le mur de la qibla (q.v.), souvent jouxtée d’un minbar (q.v.).

379milk (pl. amlāk) : propriété privée de nature perpétuelle ; 1) qualité juridique d’un bien ; 2) la forme au pluriel, amlāk, désigne les biens possédés par une personne. Voir aussi māl.

380minbar (pl. manābir, fr. minbar) : chaire surélevée, située, dans la salle de prière d’une mosquée, sur le mur de la qibla (q.v.), à droite du miḥrāb (q.v.), du haut de laquelle le ḫaṭīb (q.v.) délivrait la ḫuṭba (q.v.) au cours de la prière collective du vendredi.

381miṭrān (pl. maṭārina) : métropolite, haute dignité de l’Église nestorienne, à la tête d’une province ecclésiastique. Les métropolites étaient choisis parmi les évêques et investis par le catholicos (ǧāṯulīq, q.v.). Voir aussi qass, šammās, usquf.

382mosquée : voir ǧāmiʿ, masǧid.

383muʾaddib (pl. muʾaddibūn) : littéralement « celui qui instruit » ; précepteur, instituteur.

384muʾaḏḏin (pl. muʾaḏḏinūn) : littéralement « celui qui avertit » ; muezzin. Personnage chargé de l’appel à la prière (āḏān, q.v.), avertissant les musulmans de l’horaire des cinq prières quotidiennes.

385muʿaskar (pl. muʿaskarāt) : camp militaire, où étaient cantonnées les troupes (ʿaskar, q.v.).

386mudarris (pl. mudarrisūn) : 1) personnage transmettant le droit musulman (fiqh, q.v.) sous la forme d’une leçon (dars, q.v.) délivrée devant une assemblée d’élèves ; 2) après la diffusion des madrasas (q.v.), le terme mudarris désignait en particulier l’enseignant de fiqh appointé pour enseigner dans une madrasa précise, rémunéré grâce aux revenus du waqf (q.v.) de la madrasa. Le mudarris était officiellement choisi et nommé par le fondateur du waqf (wāqif, q.v.) ou par le gérant (nāẓir, q.v.) de l’institution. Voir aussi tadrīs.

387mudun : voir madīna.

388muezzin : voir muʾaḏḏin.

389mufassid (pl. mufassidūn): « fauteur de trouble », celui qui apporte désordre et corruption (fasād, q.v.).

390mufassir (pl. mufassirūn) : spécialiste d’exégèse coranique (tafsīr, q.v.).

391muftī (pl. muftiyyūn, fr. mufti) : personnage ayant des connaissances en fiqh (q.v.) et susceptible de répondre par des fatwā‑s (q.v.) à des questions juridiques ponctuelles. À l’époque seldjoukide, la dénomination muftī ne correspondait à aucune fonction officielle mais désignait simplement l’individu se livrant à la consultation juridique (iftāʾ, q.v.) et émettant des fatwas.

392muġannī (pl. muġanniyyūn) : chanteur.

393muḥaddiṯ (pl. muḥaddiṯūn) : spécialiste du ḥadīṯ (q.v.) et de sa transmission (riwāya, q.v.).

394muḥtasib : personnage chargé de la ḥisba (q.v.), à savoir de la surveillance des marchés, des transactions commerciales et des espaces publics. À Bagdad, à l’époque seldjoukide, la nomination des muḥtasib‑s revenait au calife. Il y avait à Bagdad un ou plusieurs muḥtasib‑s, aux prérogatives territoriales.

395muḫālaṭa : mélange, fréquentation.

396muḫtaṣar (pl. muḫtaṣarāt) : abrégé, résumé.

397muʿīd (pl. muʿīdūn) : répétiteur, assistant d’un mudarris (q.v.) ou de tout autre enseignant.

398mukūs (pluriel de maks) : taxes non canoniques. Les sources arabes médiévales entendent par ce terme les taxes et impôts ne figurant pas parmi les taxes licites de la fiscalité musulmane (voir ḍarāʾib, ḫarāǧ, ǧizya). Le terme recouvrait, à la période seldjoukide, des réalités diverses et changeantes, incluant des taxes sur les possessions foncières et immobilières (voir ʿaqār), des taxes sur les transactions commerciales (voir ḥaqq al‑bīʿ) et d’autres ponctions fiscales régulières ou exceptionnelles. Certains ulémas critiquaient ces taxes, considérées comme signe d’injustice et d’oppression (ẓulm, q.v.) de la part du souverain.

399mulk : pouvoir, puissance. Le détenteur du mulk était nommé malik (q.v.), « roi, souverain ». À la période seldjoukide, de nombreux titres honorifiques (laqab‑s, q.v.) de dignitaires politiques étaient composés en al‑mulk.

400mulūk : voir malik.

401munāẓara : séance de discussion publique, se déroulant généralement au sein d’une ḥalqa (q.v.) ; joute verbale entre deux ou plusieurs orateurs, portant sur des sujets littéraires, juridiques, théologiques (kalām, q.v.) ou autres. Synonyme : naẓar (q.v.). Les spécialistes de munāẓara étaient nommés munāẓir‑s (q.v.).

402munāẓir (pl. munāẓirūn) : spécialiste de discussion polémique ou disputatio (munāẓara, q.v.), juridique, théologique ou autre.

403muqaddam (pl. muqaddamūn): littéralement « celui qui est placé devant, à qui est donnée la précédence » ; chef, directeur (d’un service, d’une institution, d’un corps d’armée…). Synonyme : mutaqaddim (q.v.).

404muqriʾ (pl. muqriʾūn) : littéralement « celui qui lit, celui qui récite » ; lecteur ou récitateur du Coran. Les muqriʾ‑s participaient collectivement à un certain nombre d’occasions cultuelles mais aussi sociales. Synonyme : qāriʾ.

405muqṭaʿ (pl. muqṭaʿūn) : personne recevant la concession du revenu fiscal d’une terre ou d’un territoire en rémunération d’un service militaire ou civil ; certains muqṭaʿ‑s s’arrogèrent progressivement, sur les territoires ainsi concédés, des droits de maintien de l’ordre ou la perception d’autres taxes, jusqu’à devenir les véritables gouverneurs des régions qui leur étaient confiées en iqṭāʿ (q.v.). Voir aussi muqṭiʿ.

406muqṭiʿ (pl. muqṭiʿūn) : souverain concédant à un muqṭaʿ (q.v.) le revenu d’une terre ou d’un territoire en iqṭāʿ (q.v.) en rémunération d’un service militaire ou civil.

407murīd (pl. murīdūn) : disciple, élève. À l’époque seldjoukide, le terme talmīḏ (q.v.), de sens équivalent, était plus fréquemment employé que murīd, mot qui entra par la suite plus spécifiquement dans la terminologie soufie pour désigner le disciple spirituel d’un maître (šayḫ, q.v.) mystique.

408mustamlī (pl. mustamliyyūn) : assistant d’un professeur (mudarris, q.v.).

409mustawfī (pl. mustawfiyyūn) : chargé des finances dans l’administration seldjoukide.

410mušrif (pl. mušrifūn) : superviseur, contrôleur, inspecteur. Voir išrāf et nāẓir.

411mutakallim (pl. mutakallimūn) : spécialiste de théologie dogmatique (kalām, q.v.).

412mutaqaddim (pl. mutaqaddimūn) : chef, préposé, responsable (d’un service, d’une institution, d’un corps d’armée…). Synonyme : muqaddam (q.v.).

413mutaṣawwif (pl. mutaṣawwifa) : qui pratique le taṣawwuf (q.v.), soufi (voir ṣūfī).

414muʿtazilisme : courant de la théologie dogmatique (kalām, q.v.) né dans la première moitié du iie/viiie siècle. Imposé par le calife al‑Maʾmūn (r. 198‑218/813‑833) puis florissant à l’époque bouyide, le muʿtazilisme, souvent (mais pas systématiquement) associé au maḏhab de droit hanafite, perdit en vigueur à Bagdad sous la domination des Seldjoukides, qui favorisaient les ašʿarites (q.v.) en matière de kalām.

415N

416nadīm (pl. nudamāʾ) : compagnon, commensal ; en contexte abbasside : commensal du calife.

417naffāṭ (pl. naffāṭūn) : lanceur de bouteilles de naphte (voir nafṭ).

418nafṭ : naphte, liquide inflammable utilisé pour remplir des projectiles incendiaires en contexte militaire ou lors de révoltes et de combats urbains (voir fitna).

419nahr (pl. anhār) : fleuve, canal. À Bagdad, le terme désignait les canaux de la ville, se jetant dans le Tigre.

420naḥū : grammaire, l’une des disciplines littéraires étudiées par les lettrés versés en adab (q.v.). Les spécialistes de grammaire étaient désignés sous le terme de naḥwī‑s (q.v.).

421naḥwī (pl. nuḥāt) : spécialiste de grammaire arabe (naḥū, q.v.).

422nāʾib (pl. nuwwāb) : 1) lieutenant, délégué, substitut : personne nommée par un haut fonctionnaire pour exercer par délégation un pouvoir précis sur un territoire déterminé (en particulier, pour exercer la judicature dans une circonscription judiciaire) ; les juges (cadis, voir qāḍī) étaient ainsi les « substituts » du grand cadi (qāḍī l‑quḍāt, q.v.) ; 2) remplaçant, substitut : personne remplaçant un fonctionnaire en l’absence de celui‑ci ; suppléant, susceptible de remplacer le dignitaire auquel il suppléait en cas d’absence ou de destitution (ex. nāʾib du vizir).

423nāmeh : terme persan signifiant « livre, traité, ouvrage » ; synonyme arabe : kitāb (q.v.).

424naqīb (pl. nuqabāʾ) : chef, représentant. Le terme, souvent traduit par « syndic », désignait à Bagdad plusieurs dignitaires nommés par le calife, chargés de la représentation et du contrôle du groupe des Hachémites (voir Hāšimiyyūn) bagdadiens, aussi désignés sous le terme de šarīf‑s (q.v.). Il y avait au moins deux naqīb‑s à Bagdad : le naqīb des Abbassides (naqīb al‑ʿAbbāsiyyīn, q.v.), aussi nommé naqīb al‑nuqabāʾ (q.v.) ou « grand naqīb », et le naqīb des Alides (naqīb al‑ʿAlawiyyīn, q.v.), aussi nommé naqīb al‑Ṭālibiyyīn. La fonction exercée par le naqīb avait pour nom niqāba (q.v.).

425naqīb al‑ʿAbbāsiyyīn : « naqīb (q.v.) des Abbassides ». Également désigné sous le terme de naqīb al‑Hāšimiyyīn ou de « grand naqīb » (naqīb al‑nuqabāʾ, q.v.), le naqīb des Abbassides (voir ʿAbbāsiyyūn), outre ses fonctions de contrôle et de représentation des Hachémites (voir Hāšimiyyūn), était doté de prérogatives dans le domaine du contrôle urbain, peut‑être sur une base territoriale.

426naqīb al‑ʿAlawiyyīn : aussi désigné sous le terme de naqīb al‑Ṭālibiyyīn. Le naqīb (q.v.) des Alides (voir ʿAlawiyyūn) était plus particulièrement chargé du contrôle des populations chiites de la rive occidentale de Bagdad.

427naqīb al‑Hāšimiyyīn : voir naqīb al‑ʿAbbāsiyyīn.

428naqīb al‑nuqabāʾ : « grand naqīb (q.v.) » ou « naqīb en chef » ; titre dévolu, à la période seldjoukide, au naqīb des Abbassides (naqīb al‑ʿAbbāsiyyīn, q.v.).

429naqīb al‑Ṭālibiyyīn : voir naqīb al‑ʿAlawiyyīn.

430nās (terme collectif) : le terme al‑nās désignait, soit, de façon très générale, « les gens », soit, plus particulièrement, les soldats et surtout les élites militaires.

431nasab (pl. ansāb) : élément de la chaîne onomastique arabe. Le nasab retrace la généalogie par ascendance paternelle du personnage, en énumérant les ism‑s (q.v.) de ses ancêtres, séparés par le terme ibn (q.v.), « fils de ». Voir ism, kunya, laqab, nisba et šuhra ; voir aussi ansāb.

432nāsiḫ (pl. nāsiḫūn) : copiste, lettré copiant des manuscrits contre rémunération. Voir aussi warrāq.

433naṣrānī (pl. naṣārā) : chrétien.

434naẓar : 1) littéralement « regard, point de vue » ; 2) synonyme de munāẓara (q.v.) ; 3) surveillance, droit de regard (voir nāẓir), supervision, dans un sens proche de išrāf (q.v.).

435nāẓir (pl. nuẓarāʾ) : surveillant, gérant, administrateur ; synonyme mušrif (q.v.). Le terme désignait souvent le gérant du waqf (q.v.) d’une institution ; son rôle était de veiller à ce que les revenus du waqf fussent bien perçus et affectés aux postes budgétaires prévus par la waqfiyya (q.v.). Il était aussi chargé de nommer les employés de l’institution : le gardien (bawwāb, q.v.) et le personnel d’entretien (farrāš‑s, q.v.), mais aussi les médecins et infirmiers d’un hôpital, le mudarris (q.v.) et les répétiteurs (muʿīd‑s, q.v.) d’une madrasa (q.v.), etc.

436niʿālī : cordonnier, savetier.

437niqāba : fonction exercée par le naqīb (q.v.).

438nisba (pl. nisbāt, nisab) : l’un des éléments de la chaîne onomastique arabe. La nisba, terme souvent traduit par « nom de relation », était un adjectif renvoyant à une appartenance géographique (al‑Baġdādī, al‑Ṭūsī), ethnique (al‑Kurdī, al‑Turkī) ou tribale (al‑Qurašī, al‑Bakrī) ; un même individu pouvait porter plusieurs nisba‑s. Il existait aussi des nisba‑s professionnelles rattachant l’individu à un métier ou à un champ d’activité. Voir ism, kunya, laqab, nasab et šuhra.

439nudamāʾ : voir nadīm.

440nuḥāt : voir naḥwī.

441nuqabāʾ : voir naqīb.

442nuwwāb : voir nāʾib.

443nuẓarāʾ : voir nāẓir.

444O

445Oghuz : voir Ġuzz.

446ouléma(s) : voir ʿālim.

447Q

448qāḍī (pl. quḍāt, fr. cadi) : juge. Le qāḍī, qui devait être formé en fiqh (q.v.) et satisfaire à certaines conditions physiques et surtout morales (voir ʿadāla), était nommé par le pouvoir politique afin de rendre la justice dans une circonscription administrative donnée. Le qāḍī rendait en théorie la justice en délégation du pouvoir judiciaire du calife. Les qāḍī‑s étaient nommés par le grand cadi (qāḍī l‑quḍāt, q.v.), dont ils étaient officiellement les substituts (nāʾib‑s, q.v.).

449qāḍī l‑quḍāt : « grand cadi », juge suprême agissant en délégation du pouvoir de justice du calife ; ce personnage, nommé par le pouvoir politique (le calife au cours de la période seldjoukide, entérinant parfois le choix du sultan), était hiérarchiquement à la tête des juges (qāḍī‑s, q.v.) exerçant dans les territoires sous autorité abbasside. Par délégation également du pouvoir dont l’avait investi le calife, il choisissait généralement les juges des différentes circonscriptions administratives, considérés comme ses substituts (nāʾib‑s, q.v.), et devait en théorie surveiller leurs activités. En raison du penchant hanafite des sultans, les qāḍī l‑quḍāt de la période seldjoukide étaient presque toujours choisis parmi les membres de ce maḏhab (q.v.).

450qaḍīb : bâton, baguette, sceptre ; l’un des attributs du calife avec la burda (q.v.), présenté comme étant le « bâton du prophète ».

451qahramāna (terme d’origine persane) : gouvernante ; dignitaire de la cour abbasside, chargée de la supervision de l’univers domestique abbasside et en particulier de la surveillance des concubines (ǧāriya‑s, q.v.) du calife. Certaines de ces gouvernantes jouèrent, à l’époque seldjoukide, un rôle politique non négligeable.

452qalʿa (pl. qilāʿ) : place forte, citadelle.

453qamīṣ (pl. aqmiṣa) : tunique, robe, vêtement (de dessous).

454qanāṭir : voir qanṭara.

455qanṭara (pl. qanāṭir) : pont, passerelle. À Bagdad, désignait une passerelle permettant de franchir l’un des canaux de la ville, par opposition au pont de bateau (ǧisr, q.v.).

456qāriʾ (pl. qurrāʾ) : littéralement « lecteur, récitateur [du Coran] ». Synonyme de muqriʾ (q.v.).

457qass (ou qissīs, pl. qusūs) : prêtre ; terme en usage dans les sources arabes nestoriennes. Voir aussi ǧāṯulīq, mitrān, šammās, usquf.

458qaṣīda (pl. qaṣāʾid) : forme de la poésie arabe, ode versifiée de longueur variable.

459qaṣr (pl. quṣūr) : palais, résidence.

460qāṣṣ (pl. quṣṣās) : sermonnaire, prédicateur populaire ; voir wāʿiẓ, waʿẓ.

461qaṭīʿa (pl. qaṭīʿāt) : 1) concession ; 2) circonscription, quartier. À Bagdad, le terme qaṭīʿa désignait un quartier anciennement confié en concession à un dignitaire par les califes abbassides, en particulier par al‑Manṣūr après la fondation de la ville (ex. Qaṭīʿat Umm Ǧaʿfar, Qaṭīʿat al‑Rabīʿ).

462qaṭṭān (pl. qaṭṭānūn) : marchand de cotonnades.

463qazzāz (pl. qazzāzūn): marchand de soie grège.

464qibāb : voir qubba.

465qibla : direction de La Mecque, vers laquelle se tournent les fidèles musulmans pour prier. Les mosquées, ǧāmiʿ‑s (q.v.) comme masǧid‑s (q.v.), sont orientées en direction de la qibla, repérée par le miḥrāb (q.v.) situé sur le mur du fond de la salle de prière.

466qilāʿ : voir qalʿa.

467qirāʾa (pl. qirāʾāt) : récitation, lecture. Désignait généralement, au singulier, l’activité consistant à réciter tout ou partie du texte coranique (voir muqriʾ, qāriʾ) et, au pluriel, les différentes lectures canoniques du Coran.

468qīrāṭ (pl. qarārīṭ) : unité de mesure (poids et monnaie).

469qissīs : voir qass.

470qubab : voir qubba.

471qubba (pl. qubab, qibāb) : 1) coupole, dôme surmontant un édifice ; 2) tente ou édifice provisoire, dressé pour pavoiser Bagdad ; 3) char, palanquin ou structure mobile, parfois monté sur roues, utilisé en parade lors de certaines occasions de réjouissances populaires.

472qurrāʾ : voir qāriʾ, muqriʾ.

473quṣṣāṣ : voir qāṣṣ.

474quṣūr : voir qaṣr.

475R

476rāfiḍite (rāfiḍī, pl. rāfiḍa ou rawāfiḍ) : terme péjoratif employé par les auteurs sunnites médiévaux pour désigner les chiites (voir šīʿa), en particulier les duodécimains, en raison de leur rejet (rafḍ) des premiers califes « bien guidés » (rāšidūn, q.v.), en dehors de ʿAlī ibn Abī Ṭālib.

477raḥba (pl. raḥabāt) : esplanade, place publique. À Bagdad, le terme al‑Raḥba, sans plus de précision, renvoyait généralement à l’esplanade sur laquelle ouvrait la mosquée du palais califal, Ǧāmiʿ al‑Qaṣr.

478raʾīs (pl. ruʾasāʾ) : chef, dirigeant (de raʾs, « tête »). Toute personne à la tête d’un groupe ou occupant une fonction de leadership, riʾāsa (q.v.). Le titre honorifique (laqab, q.v.) Raʾīs al‑ruʾasāʾ (« grand chef, chef suprême ») était porté, au tout début de l’époque seldjoukide, par un dignitaire abbasside à la fonction semblable à celle de vizir (voir wazīr).

479raqqās (pl. raqqāsūn): danseur.

480raʾs ǧālūt : terme d’origine araméenne, désignant l’exilarque ou « chef de la captivité », plus haute autorité temporelle du judaïsme dans les territoires abbassides. Les autorités religieuses juives portaient le titre de geonim (sing. gaon, q.v.) ou « chefs de l’académie ». Exilarque et geonim résidaient à Bagdad, le premier depuis la fondation de la ville, les seconds depuis le iiie/xe siècle.

481rasm : voir rusūm.

482rasūl (pl. rusul) : littéralement « envoyé, émissaire » ; 1) prophète ; 2) envoyé chargé d’une mission diplomatique auprès d’un puissant ; 3) émissaire privé.

483rašāʾ : 1) fait de corrompre, concussion ; 2) somme versée dans le cadre de pratiques de concussion. Synonyme rašwa ou rišwa (q.v.).

484rāšidūn : « bien guidés » ; épithète décernée, dans la tradition sunnite, aux quatre premiers califes de l’islam (voir ḫalīfa), Abū Bakr al‑Ṣiddīq (11‑13/632‑634), ʿUmar ibn al‑Ḫaṭṭāb (13‑23/634‑644), ʿUṯmān ibn ʿAffān (23‑35/644‑656) et ʿAlī ibn Abī Ṭālib (35‑40/656‑661).

485rašwa : voir rišwa.

486raṭl (pl. arṭāl) : unité de mesure de poids ; le raṭl de Bagdad représentait environ 400 grammes.

487rawāfiḍ : voir rāfiḍite.

488riʾāsa : leadership, capacité à diriger, à agir en raʾīs (q.v.).

489ribāṭ (pl. rubuṭ, arbiṭa) : terme polysémique désignant un édifice, parfois fortifié, destiné à l’accueil de résidents temporaires ou permanents. Dans le contexte bagdadien, le terme ribāṭ désignait un établissement susceptible d’accueillir pour la nuit des voyageurs venus d’autres parties du dār al‑islām, abritant des communautés d’indigents (fuqarāʾ, q.v.) ou de mystiques (voir ṣūfī, taṣawwuf) groupés autour d’un maître dirigeant l’institution (šayḫ, q.v.). Les ribāṭ‑s, fondations privées, fonctionnaient grâce aux revenus d’un waqf (q.v.) constitué par leur fondateur. Au cours de la période seldjoukide, les ribāṭ‑s de Bagdad se spécialisèrent progressivement (mais non exclusivement) dans les activités soufies comme le ḏikr (q.v.) et le samāʿ (q.v.) et certains accueillaient les communautés mystiques. Le synonyme ḫānqāh (q.v.), d’origine persane, n’est qu’exceptionnellement utilisé en contexte bagdadien.

490riǧāl : voir ʿilm al‑riǧāl.

491riḥla (pl. riḥal) : 1) voyage ; 2) récit de voyage.

492rišwa (ou rašwa) : 1) concussion, corruption ; 2) somme versée dans le cadre de pratiques de concussion. Synonyme rašāʾ (q.v.).

493riwāya : 1) récit oral ; 2) transmission orale, de maître à disciple, et plus particulièrement transmission du ḥadīṯ (q.v.), parfois sanctionnée par l’obtention d’une autorisation de transmettre (iǧāza, q.v.).

494ruʾasāʾ : voir raʾīs.

495rubʿ (pl. arbāʿ) : littéralement « quart, quartier » ; circonscription administrative ou judiciaire territorialement définie.

496rubuṭ : voir ribāṭ.

497Rūm : empire byzantin ; Byzantin, Grec.

498rusūm (pluriel de rasm) : 1) habitudes, coutumes, pratiques ; 2) protocole, étiquette, par exemple de la cour abbasside. Voir ʿāda.

499rutba (pl. rutbāt, rutab) : rang, place. Voir martaba, manzila.

500S

501saǧʿ : prose rimée.

502Salāǧiqa (pluriel de Salǧūqī) : descendants de Salǧūq ; terme désignant la dynastie des sultans seldjoukides et les membres de leur famille. Voir aussi Turkmān, Ġuzz.

503salāṭīn : voir sulṭān.

504Salǧūqī : voir Salāǧiqa.

505samāʿ : 1) audition, par un disciple, d’un corpus de ḥadīṯ‑s ou de tout ou partie d’une œuvre lue ou récitée par un maître ; 2) séance didactique du type maǧlis (q.v.) où avait lieu la lecture de l’œuvre ou du corpus par le maître en présence des disciples ; 3) séance collective d’invocation du nom de Dieu dans le but de parvenir à la transe mystique (pratique soufie, voir aussi ḏikr) ; 4) en contexte profane : séance de réjouissance accompagnée de l’audition de musique, de récitation poétique, etc.

506samīriyya (pl. samīriyyāt) : en contexte bagdadien : petite embarcation apte à la navigation sur le Tigre, utilisée en particulier pour traverser le fleuve. Voir aussi ḫayṭiyya, markab, zabzab.

507saqlāṭūn : étoffe de soie. Voir aussi dībāǧ, ḥarīr, ibrīsam.

508sarāwīl : voir sarwīl.

509sarīr (pl. asirra) : lit, trône.

510sarwīl (pl. sarāwīl) : pantalon.

511sāʿūr : terme syriaque, désignant en contexte bagdadien le médecin chef d’un hôpital (māristān, q.v.), en particulier celui du māristān ʿAḍudī.

512scolarque : voir gaon.

513Seldjoukides : voir Salāǧiqa.

514sikka : 1) frappe monétaire ; 2) monnaie frappée. Voir ḍarb.

515simāṭ (pl. sumuṭ, aṣmiṭa) : 1) natte ou tapis que l’on étend pour y disposer de la nourriture ; 2) par extension, banquet, réception. Voir aussi daʿwa.

516sīra (pl. siyar) : 1) comportement, conduite (terme proche : sunna, q.v.) ; 2) biographie, récit de vie ; en particulier : sīra nabawiyya, « biographie prophétique » : biographie du prophète Muḥammad.

517siyar : voir sīra.

518siyāsa : gouvernement, autorité, commandement ; art du gouvernement.

519soufi : voir ṣūfī.

520soufisme : voir taṣawwuf.

521souk : voir sūq.

522sudda (pl. sudad) : surélévation, estrade, banquette.

523sulṭān (pl. salāṭīn, fr. sultan) : 1) littéralement « celui qui exerce le pouvoir terrestre » : sultan ; titre octroyé par le calife abbasside à Ṭuġril Beg en 448/1055 puis, à sa suite, aux plus puissants souverains seldjoukides. Par la suite, le titre fut porté par de nombreux chefs politiques appartenant à diverses dynasties du dār al‑islām. Par extension, le terme collectif al‑ṣalāṭīn désigne parfois, sous la plume des auteurs médiévaux, l’ensemble des souverains en dehors du calife. 2) Dans les textes de l’époque seldjoukide, en particulier chez Ibn al‑Bannāʾ, le terme sulṭān désigne parfois le calife abbasside, le sultan seldjoukide étant désigné par le titre de malik (q.v.), « prince, roi ».

524sunna (pl. sunan) : 1) conduite, comportement ; 2) de là, bonne conduite, comportement exemplaire, en particulier conduite du prophète de l’islam, sur laquelle le ḥadīṯ (q.v.) apporte un témoignage ; 3) corpus de l’ensemble des ḥadīṯ‑s considérés comme authentiques, élevé par le fiqh (q.v.) chafiite au rang de deuxième source du droit musulman ; 4) de là, l’expression ahl al‑sunna wa‑l‑ǧamāʿa (q.v.) désignant, à l’époque étudiée, les sunnites par opposition aux groupes chiites (voir šīʿa).

525sunnisme, sunnites : voir sunna, ahl al‑sunna wa‑l‑ǧamāʿa.

526sūq (pl. aswāq, fr. souk) : marché. En milieu urbain, lieu de production artisanale, de stockage des marchandises et de vente en gros et au détail, organisé autour de rues parfois couvertes abritant boutiques et ateliers. Certains sūq‑s étaient spécialisés et suivaient une division par secteurs d’activités et types de marchandises, d’autres abritaient des activités diversifiées. Les sūq‑s étaient parfois inclus dans les biens immobiliers placés en waqf (q.v.) et produisant des revenus affectés au fonctionnement d’institutions telles que mosquées (voir ǧāmiʿ), hôpitaux (voir māristān), ribāṭ‑s (q.v.) et madrasas (q.v.). Bagdad abritait également des « petits marchés » (suwayqa, pl. suwayqāt) de quartiers.

527sūr (pl. aswār) : mur, enceinte, rempart.

528surādiq (pl. surādiqāt) : « tente d’apparat » ; pavillon ou palanquin de toile, richement décoré, abritant le calife ou un autre puissant lors de ses déplacements.

529suwayqa (pl. suwayqāt) : petit marché ; voir sūq.

530syndic : voir naqīb.

531Š

532šafāʿa : 1) pouvoir d’intercession ; 2) recommandation, fait d’intercéder en faveur de quelqu’un.

533šāfiʿiyya : chafiites, voir chafiisme.

534šahāda : 1) reconnaissance, attestation, témoignage ; 2) formule par laquelle le croyant musulman effectue sa profession de foi ; 3) cérémonie au cours de laquelle un aspirant šāhid (q.v.) était agréé comme témoin instrumentaire par le qāḍī l‑quḍāt (q.v.).

535šahīd (pl. šuhadāʾ) : martyr.

536šāhid (pl. šuhūd) : 1) témoin, celui qui a vu de ses yeux ; 2) témoin instrumentaire des tribunaux musulmans, agréé par le qāḍī l‑quḍāt (q.v.) comme étant de bonne moralité (ʿadl, q.v.) et apte à témoigner auprès des tribunaux sous sa juridiction. L’agrément était accordé sous la forme de l’acceptation de la prestation de serment (šahāda, q.v.) du šāhid. Ce dernier officiait alors auprès du tribunal en tant que témoin assermenté susceptible de témoigner de la validité légale d’un document, d’un procès, d’un témoignage, etc.

537šāʿir (pl. šuʿarāʾ) : poète, auteur de compositions versifiées.

538šalmūṯ : littéralement « vote » ; terme syriaque, en usage dans les sources arabes nestoriennes pour désigner le document, authentifié par la chancellerie abbasside, reconnaissant l’élection d’un nouveau catholicos nestorien (voir ǧāṯulīq).

539šammās (pl. šamāsima) : diacre ; premier échelon de la hiérarchie ecclésiastique nestorienne. Voir aussi ǧāṯulīq, mitrān, qass, usquf.

540šarʿ : loi religieuse islamique telle qu’elle fut systématisée par les grands spécialistes de fiqh (q.v.) des iieiiie/viiieixe siècles, à partir des sources d’autorité constituées par le Coran, les collections de ḥadīṯ‑s (q.v.) et de l’emploi de certaines méthodes de raisonnement. L’ensemble des musulmans étaient théoriquement soumis au šarʿ, via la juridiction des tribunaux présidés par les cadis (voir qāḍī) ; les séances de maẓālim (q.v.) ponctuellement organisées sur ordre califal représentaient cependant une juridiction d’exception parallèle à la justice des cadis reposant sur le šarʿ. Les non‑musulmans (ḏimmī‑s, q.v.), eux, avaient la possibilité d’avoir recours à leur propre justice communautaire ou de s’en remettre à l’application du šarʿ par le cadi de leur circonscription administrative. Le synonyme šarīʿa est moins employé, dans les sources d’époque, que 610/25.

541šaraf : honneur, qualité personnelle acquise ou héritée en raison de l’appartenance à un lignage prestigieux. Voir šarīf.

542šāriʿ (pl. šawāriʿ) : rue, artère de circulation.

543šarīʿa : voir šarʿ.

544šarīf (pl. ašrāf) : littéralement « honorable » ; adjectif substantivé désignant un membre du lignage hachémite, à savoir un descendant du clan du Prophète (voir Hāšimiyyūn). Plusieurs branches familiales étaient distinguées parmi les šarīf‑s, notamment le groupe des Alides ou Ṭālibides (voir ʿAlawiyyūn) et le groupe des Abbassides (voir ʿAbbāsiyyūn). Les šarīf‑s des différents lignages étaient collectivement représentés et contrôlés par un naqīb (q.v.).

545šāṭir : voir šuṭṭār.

546šayḫ (pl. šuyūḫ) : 1) homme âgé, jouissant, en tant que tel ou de par ses qualités sociales et personnelles, d’un prestige et d’une autorité supérieurs à la moyenne ; 2) maître, savant versé dans une discipline du savoir profane ou religieux et doté de disciples ; 3) maître soufi (voir ṣūfī) pourvu d’un cercle de disciples (talmīḏ‑s ou murīd‑s, q.v.) ; 4) à l’époque seldjoukide, le titre de šayḫ d’un ribāṭ (q.v.) était décerné au maître soufi ou plus généralement au personnage placé à la tête de cette institution ; voir aussi šayḫ al‑šuyūḫ.

547šayḫ al‑šuyūḫ : littéralement « grand šayḫ, šayḫ de [tous] les šayḫ‑s » : dans la Bagdad seldjoukide, titre porté par le plus important šayḫ (q.v.) de ribāṭ (q.v.) bagdadien. Le titre, honorifique et dont les modalités d’attribution ne sont pas bien connues, fut dévolu au soufi Abū Saʿd al‑Nīsābūrī (m. 477/1084), puis réservé à ses descendants. Contrairement aux époques ultérieures, le šayḫ al‑šuyūḫ de Bagdad n’était, aux ve-vie/xie-xiie siècles, doté d’aucune prérogative particulière sur les autres šayḫ‑s de ribāṭ, ni en matière de contrôle des pratiques de taṣawwuf (q.v.).

548šīʿa : littéralement « parti », sous‑entendu « mouvement ou groupe des partisans de ʿAlī ibn Abī Ṭālib » ou chiites. Le chiisme, mouvement réservant la direction de la communauté des musulmans (imāma, q.v.) aux descendants de ʿAlī (Ṭālibides ou Alides, voir ʿAlawiyyūn), était divisé en plusieurs groupes dont les plus importants, pour la période considérée, étaient les zaydites (q.v.), les ismaéliens (q.v.) et les duodécimains (q.v.). Les sources sunnites les désignent la plupart du temps par des termes péjoratifs tels que bāṭinites (q.v.) ou rāfiḍites (q.v.).

549šiḥna : terme d’origine persane, désignant, dans le système politico‑administratif seldjoukide, le représentant militaire du sultan dans chacune des villes de son empire. À Bagdad, le šiḥna sultanien, assisté par des troupes armées, assumait une fonction de maintien de l’ordre en même temps qu’un rôle de représentation et de défense des intérêts seldjoukides dans la ville et auprès du calife. La fonction de ʿamīd (q.v.), proche de celle de šiḥna, était réservée à des fonctionnaires civils libres, tandis que les šiḥna‑s étaient la plupart du temps (mais pas exclusivement) choisis parmi les émirs (voir amīr) ou les ḫādim‑s (q.v.) d’origine servile.

550šuʿarāʾ : voir šāʿir.

551šubbāk (pl. šabābīk) : fenêtre ; en contexte abbasside, le terme désignait la fenêtre grillagée (šubbāk ḥadīd) séparant le calife des individus qu’il recevait en audience au sein de ses palais.

552šuhadāʾ : voir šahīd.

553šuhra : élément de la chaîne onomastique arabe ; nom sous lequel un personnage était connu (mašhūr bi‑). Voir aussi ism, kunya, laqab, nasab, nisba.

554šuhūd : voir šāhid.

555šurṭa : force de police, dirigée par le ṣāḥib al‑šurṭa (q.v.), fonctionnaire nommé par le calife abbasside. À Bagdad, la šurṭa faisait partie des instances se partageant le contrôle urbain, aux côtés des autorités seldjoukides, ʿamīd (q.v.) et šiḥna (q.v.), d’autres fonctionnaires abbassides tels que les ḥāǧib‑s (q.v.) et le wālī (q.v.), et des forces locales telles que le naqīb des Hachémites (voir naqīb al‑Hāšimiyyūn).

556šurūṭ (pluriel de šarṭ) : littéralement « conditions » ; formulaires destinés à la rédaction d’actes notariés certifiés par des témoins instrumentaux (šahīd‑s, q.v.). L’individu spécialisé dans la rédaction des šurūṭ était dénommé šurūṭī (q.v.).

557šurūṭī (pl. šurūṭiyyūn) : dans le vocabulaire juridique : spécialiste de la rédaction d’actes authentiques (šurūṭ, q.v.).

558šuṭṭār (pluriel de šāṭir) : terme collectif désignant littéralement des « hommes dégourdis, débrouillards » et décerné, à Bagdad, à de jeunes hommes susceptible de se livrer à des exactions mais aussi de participer, armes à la main, à la défense de la ville contre des assaillants. Des šuṭṭār étaient parfois mentionnés parmi les ʿayyār‑s (q.v.) ; voir aussi fityān, ṣibyān.

559šuyūḫ : voir šayḫ.

560

561ṣabī : voir ṣibyān.

562ṣābiʾ (pl. ṣābiʾūn) : sabéen.

563ṣadr (pl. ṣudūr) : 1) partie antérieure, partie la plus élevée, la plus centrale ; 2) chef, premier, notable.

564ṣaffār (pl. ṣaffārūn): dinandier.

565ṣāḥib (pl. aṣḥāb) : 1) au singulier : maître, ami, associé ; 2) au pluriel : partisans, disciples, compagnons ; 3) dans les sources hanbalites, le terme au singulier désigne le plus souvent un compagnon de maḏhab (q.v.), la forme plurielle le groupe (ǧamāʿa, q.v.) des compagnons hanbalites ; 4) dans un contexte politico‑militaire, le terme ṣāḥib désigne un souverain territorial, maître de fait d’une ville ou d’une région. Dans ce dernier sens, la locution aṣḥāb al‑aṭrāf (ou umarāʾ al‑aṭrāf) désigne les souverains des régions situées aux marges du territoire abbasside (voir aṭrāf). 5) En contexte administratif, le terme désigne un chef de service (ex. ṣāḥib al‑maḫzan, q.v.).

566ṣāḥib al‑maḫzan : haut dignitaire de l’administration abbasside, chargé du Trésor public (maḫzan, q.v.) et de la gestion financière de l’État.

567ṣāḥib al‑šurṭa : chef de la police (voir šurṭa).

568ṣaḥrāʾ : littéralement « endroit vide, désert » ; à Bagdad : vaste étendue non construite séparant des espaces urbanisés.

569ṣayrafī (pl. ṣayrafiyyūn) : changeur.

570ṣibyān (pluriel de ṣabī, « garçon ») : littéralement « jeunes hommes ». Le terme au pluriel désignait collectivement des Bagdadiens, jeunes ou moins jeunes, susceptibles d’intervenir aux côtés des troupes califales pour défendre leur ville contre d’éventuels assaillants. Les ṣibyān étaient souvent présentés en rapport avec le Tigre, et munis d’armes légères telles que frondes (miqlaʿ, pl. maqālīʿ), arcs ou projectiles incendiaires (voir nafṭ, naffāṭ). Le terme est à rapprocher de šuṭṭār (q.v.) et de ʿayyār (q.v.).

571ṣudūr : voir ṣadr.

572ṣūfī (pl. ṣūfiyya, fém. ṣūfiyya, pl. ṣūfiyyāt ; fr. soufi/e/s) : individu, homme ou femme, pratiquant le taṣawwuf (q.v.) et la recherche du contact avec la divinité par le moyen de la transe (voir ḏikr, samāʿ), ayant adopté un mode de vie particulier, caractérisé entre autres par le port d’un vêtement spécifique, la ḫirqa (q.v.), et impliquant parfois des formes de vie communautaires en ribāṭ (q.v.). L’apprentissage du disciple soufi (talmīḏ ou murīd, q.v.) se fondait sur la relation au maître (šayḫ, q.v.) et sur le franchissement d’étapes spirituelles et mystiques constituant un lent chemin d’initiation. À l’époque seldjoukide, les plus importantes personnalités mystiques jouissaient d’une importante proximité avec les milieux du pouvoir, sultaniens puis califaux, mais il n’existait pas à proprement parler de confréries soufies (ṭarīqa‑s), organisations structurées qui se développèrent par la suite et dont certaines, comme la Qādiriyya, font référence à des maîtres d’époque seldjoukide.

573T

574tabarraka (v.), tabarruk : voir baraka.

575tadrīs : fait d’enseigner, et notamment d’enseigner le fiqh (q.v.), en madrasa ou dans tout autre contexte ; la personne dont l’activité était le tadrīs était nommée mudarris (q.v.), et la leçon dars (q.v.).

576tafsīr : commentaire, explication (du verbe fassara, « expliquer ») ; en particulier commentaire ou exégèse coranique. Le tafsīr était l’une des disciplines du savoir traditionnel, pratiquée par les mufassir‑s (q.v.).

577tāǧir (pl. tuǧǧār) : commerçant, grand commerçant. Synonyme bayyiʿ (q.v.). L’activité commerciale était nommée tiǧāra (q.v.).

578talāmiḏ : voir talmīḏ.

579talmīḏ (pl. talāmiḏ) : élève, disciple. Le terme désignait aussi bien le disciple d’un transmetteur de ḥadīṯ (muḥaddiṯ, q.v.) que celui d’un šayḫ (q.v.) soufi. Le terme murīd (q.v.), utilisé par la suite pour désigner le disciple d’un maître mystique, était d’emploi peu fréquent dans les sources d’époque seldjoukide.

580taqaddum : 1) prééminence (sociale) ; 2) commandement (du verbe taqaddama : « être placé devant, commander ») ; l’individu jouissant de ce pouvoir de commandement était nommé mutaqaddim (q.v.).

581taqiyya : littéralement « crainte, circonspection » ; pratique chiite consistant à dissimuler son appartenance religieuse en temps de domination d’un pouvoir sunnite.

582taqlīd : investiture (du verbe qallada : « nommer, investir »), en particulier des fonctionnaires. Synonyme tawliya (q.v.) ; voir aussi tartīb.

583taʾrīḫ (pl. tawārīḫ) : 1) datation, fait d’assigner une date à un événement ; 2) par extension, « histoire » ; 3) ouvrage historiographique ordonnant les événements de façon chronologique, chronique.

584tarikāt (pluriel de tarika, « legs, héritage ») : biens restés sans héritiers, revenant en conséquence au Trésor public, et gérés par un service administratif (dīwān, q.v.) nommé dīwān al‑tarikāt.

585tartīb : nom d’action du verbe rattaba : « ranger, mettre en ordre » : 1) ordonnancement, agencement ; 2) nomination (à un poste, un office) ; voir aussi taqlīd.

586taṣawwuf : savoir mystique s’accompagnant de pratiques de dévotion propres aux soufis (voir samāʿ, ḏikr). L’individu s’adonnant à l’expérience mystique, par la fréquentation d’un maître (šayḫ, q.v.) spirituel, était nommé mutaṣawwif (q.v.) ou soufi (voir ṣūfī).

587tawliya : investiture (du verbe wallā : « nommer, investir » ; voir aussi wālī) ; synonyme taqlīd (q.v.).

588tawqīʿ (pl. tawāqīʿ) : littéralement « signature » (du verbe waqqaʿa, « signer ») ; en contexte bagdadien, document authentifié, décret califal produit par la chancellerie abbasside (inšāʾ, q.v.). Voir aussi manšūr, marsūm.

589tazkiya : enquête d’honorabilité (ʿadāla, q.v.) exigée par le qāḍī l‑quḍāt (q.v.) avant d’agréer comme témoin instrumentaire (šāhid, q.v.) le personnage qui en faisait l’objet. La tazkiya était menée par deux garants, qui devaient eux‑mêmes être connus comme honorables (ʿadl, q.v.).

590tiǧāra : commerce, activité du tāǧir (q.v.).

591tuǧǧār : voir tāǧir.

592turab : voir turba.

593turba (pl. turab) : 1) tombeau ; 2) mausolée, édifice construit au‑dessus de l’emplacement, réel ou supposé, de la sépulture d’un personnage éminent, parfois doté d’une coupole (qubba, q.v.). Dans le contexte bagdadien, le toponyme al‑Turab désignait le cimetière dit « de Qurayš », au nord de la rive orientale, abritant les sépultures des membres de la famille abbasside. Voir aussi mašhad.

594Turk (pl. Atrāk, adj. turkī) : ethnonyme à valeur collective : Turc. Voir aussi Ġuzz, Turkmān.

595Turkmān (terme collectif, adj. turkmānī) : ethnonyme à valeur collective : Turkmène. Voir aussi Ġuzz, Turk.

596

597ṯawb (pl. ṯiyāb) : habit, vêtement.

598ṯiqa (pl. ṯiqāt) : « digne de confiance » ; dans un contexte lettré, adjectif qualifiant le transmetteur de ḥadīṯ (muḥaddiṯ, q.v.) dont la transmission était reconnue comme fiable par ses pairs. Antonyme kaḏḏāb (q.v.).

599ṯiyāb : voir ṯawb.

600

601ṭabaqa (pl. ṭabaqāt) : 1) couche, classe, catégorie, strate ; 2) génération, et en particulier génération de transmetteurs de ḥadīṯ, de juristes, de soufis ou de lettrés ; 3) par extension, au pluriel, désigne les ouvrages de biographies ordonnées par générations.

602ṭabīb (pl. aṭibbāʾ) : médecin, spécialiste et praticien de la médecine (ṭibb, q.v.).

603ṭabl (pl. ṭubūl) : tambour.

604ṭābūq : nom local de la brique cuite utilisée à Bagdad, de grand module. Voir aǧurr.

605Ṭālibides (Ṭālibī, pl. Ṭālibiyyūn) : voir ʿAlawiyyūn.

606ṭarḥa : voile de tête, pan de turban ; type de coiffe proche du ṭaylasān (q.v.). Voir aussi ʿimāma.

607ṭawq (pl. aṭwāq) : collier ; l’un des éléments parfois inclus dans la remise d’une robe d’honneur (ḫilʿa, q.v.) et constituant l’un des insignes de la souveraineté théoriquement concédée aux sultans seldjoukides par le calife abbasside.

608ṭaylasān (pl. ṭayālis, ṭayālisa) : voile de tête, pièce de vêtement réservée à certaines catégories de la population, porté en particulier par les juges (qāḍī‑s, q.v.), mais aussi par certains lettrés et agents califaux. Voir aussi ʿimāma, ṭarḥa.

609ṭayyār : littéralement « celui qui vole [en raison de sa rapidité] » : en contexte bagdadien, désignait le bateau rapide dédié aux déplacements du calife sur le Tigre et aux promenades d’apparat. Datant de l’époque bouyide, le ṭayyār fut détruit au cours de la période seldjoukide en raison de son coût d’entretien trop élevé.

610ṭibb : médecine, savoir médical. Le médecin était nommé ṭabīb (q.v.) ou ḥakīm (q.v.).

611ṭubūl : voir ṭabl.

612U

613udabāʾ : voir adīb.

614ʿudūl : voir ʿadl.

615ʿulamāʾ (fr. ouléma, uléma) : voir ʿālim.

616uléma(s) : voir ʿālim.

617ʿulūm : voir ʿilm.

618ʿulūm ʿaqliyya : voir ʿilm.

619ʿulūm naqliyya : voir ʿilm.

620ʿumadāʾ : voir ʿamīd.

621umarāʾ : voir amīr.

622umm walad : concubine esclave ayant donné un fils à son maître, susceptible d’être affranchie à la mort de ce dernier en raison de cette naissance. Voir aussi ǧāriya.

623umma : 1) groupe, communauté ; 2) en particulier, communauté des croyants musulmans.

624ʿummāl : voir ʿāmil.

625uskūl : école, terme origine grecque ; dans les sources arabes nestoriennes, le terme désignait les lieux de formation des clercs et lettrés nestoriens, délivrant un enseignement en syriaque et en arabe. Ces uskūl‑s dépendaient la plupart du temps d’un monastère ; le Dār al‑Rūm de Bagdad (q.v.) abritait également une institution de ce type.

626usquf (pl. asāqifa) : évêque ; les évêques de l’Église nestorienne étaient ordonnés par le catholicos (ǧāṯulīq, q.v.). Voir aussi mitrān, qass, šammās.

627ustāḏ al‑dār (parfois orthographié ustādār) : haut fonctionnaire de la cour abbasside. Tout comme le ḥāǧib al‑bāb (q.v.), l’ustāḏ al‑dār, mentionné à partir du règne du calife al‑Mustaršid (r. 512‑529/1118‑1135), alliait un rôle interne au Dār al‑Ḫilāfa à des prérogatives en matière de maintien de l’ordre. Les ustāḏ al‑dār prirent, au cours du vie/xiie siècle, une importance croissante dans les intrigues de palais et faisaient partie des dignitaires abbassides les plus en vue. La fonction d’ustāḏ al‑dār était nommée ustādāriyya.

628ustādāriyya : fonction exercée par l’ustāḏ al‑dār (q.v.).

629uṣūl (pluriel de aṣl) : littéralement « bases, fondements ». Au pluriel, en droit (fiqhq.v.) et en théologie (kalām, q.v.) islamiques, le terme désignait la discipline théorique impliquant la connaissance des corpus et des méthodes à partir desquels se construit le raisonnement. Dans les sources utilisées ici, le terme uṣūl désigne en général les uṣūl al‑fiqh ou « fondements » du droit musulman, plus rarement les fondements du raisonnement théologique (uṣūl al‑dīn). En fiqh, le pendant des uṣūl était la discipline des furūʿ (q.v.) ou applications du droit.

630V

631vizir : voir wazīr.

632vizirat : voir wizāra.

633W

634wafayāt (pluriel de wafāt, « décès ») : obituaire, liste de décès. Dans les chroniques arabes médiévales (voir taʾrīḫ), le terme désignait l’énumération des personnages célèbres décédés au cours d’une année donnée, énumération généralement située après le récit des événements de cette même année.

635waǧh : voir wuǧūh.

636wāǧib (antonyme : ġayr wāǧib) : dans le vocabulaire juridique, désignait l’action obligatoire, devant être accomplie par le croyant musulman, par contraste avec les autres catégories d’actions : autorisées (ḥalāl, q.v.), déconseillées ou interdites (ḥarām, q.v.).

637wāʿiẓ (fém. wāʿiẓa, pl. wuʿʿāẓ) : prêcheur ou sermonnaire prêchant publiquement le waʿẓ (q.v.) ; synonyme : qāṣṣ (q.v.). Les wāʿiẓ‑s touchaient une vaste audience et certains jouissaient d’une très grande renommée. Les plus importantes figures de wāʿiẓ‑s bagdadiens du vie/xiie siècle incluaient les hanbalites ʿAbd al‑Qādir al‑Ǧīlānī (m. 561/1165) et Ibn al‑Ǧawzī (m. 597/1201). Certains wāʿiẓ‑s rassemblèrent une partie de leurs sermons dans des recueils intitulés mawāʿiẓ (q.v.).

638wakīl (pl. wukalāʾ) : fondé de pouvoir ; personne chargée par un puissant de veiller au bon déroulement d’une opération (immobilière, financière, judiciaire…) ; en contexte judiciaire, le terme désignait un personnage chargé de représenter un accusé ou un plaignant devant le qāḍī (q.v.).

639wālī (pl. wulāt) : littéralement « celui qui dirige » ; gouverneur de région, de ville ou de province, nommé par le calife ou par le sultan. Le terme, parfois synonyme de muqṭaʿ (q.v.), désignait aussi occasionnellement le šiḥna (q.v.) seldjoukide. À Bagdad, à la fin de l’époque considérée, un fonctionnaire abbasside nommé wālī avait des prérogatives proches de celles du chef de la police (šurṭa, q.v.).

640walī l‑ʿahd : successeur désigné du vivant d’un souverain régnant (calife, sultan…). Le nom du walī l‑ʿahd était parfois mentionné dans la ḫuṭba (q.v.), après celui des souverains en titre.

641waqf (pl. awqāf) : fondation pieuse constituée d’une série de biens (terres, biens immobiliers, établissements de rapport, structures commerciales…) dont les revenus étaient affectés au fonctionnement d’une institution : madrasa (q.v.), ribāṭ (q.v.), hôpital (voir māristān), mosquée ou oratoire (voir ǧāmiʿ, masǧid), etc. La liste des biens contenus dans le waqf et des indications sur la répartition des revenus et les modalités de nomination du personnel chargé de contrôler le fonctionnement du waqf (nāẓir, q.v.) et d’y officier étaient consignées dans un document nommé waqfiyya (q.v.). Le fondateur du waqf était nommé wāqif (q.v.).

642waqfiyya (pl. waqfiyyāt) : « acte de waqf ». Document notarié consignant la liste des biens et des structures placés en waqf (q.v.) et décrivant la ou les institutions auxquelles les revenus du waqf étaient affectés, leur fonctionnement et le personnel nécessaire à celui‑ci. La waqfiyya contenait également le nom du fondateur du waqf ou wāqif (q.v.), et était authentifiée par la signature de témoins instrumentaires (šāhid‑s, q.v.). Aucune waqfiyya bagdadienne de l’époque seldjoukide ne nous est parvenue, mais les sources historiographiques citent des extraits de certains actes de waqf, notamment de celui de la madrasa Niẓāmiyya.

643wāqif (pl. wāqifūn) : personne à l’origine de la fondation d’un waqf (q.v.), les biens et revenus placés en waqf provenant de la fortune personnelle du fondateur.

644warrāq (pl. warrāqūn) : copiste, lettré copiant des manuscrits contre rémunération. Voir aussi nāsiḫ.

645wasāṭa : médiation, intercession, capacité d’intercession.

646wazīr (pl. wuzarāʾ, fr. vizir) : haut dignitaire politique de la cour abbasside, nommé par le calife et chargé d’être l’intermédiaire entre ce dernier et ses services administratifs (dīwān‑s, q.v.). Les sultans, les hauts dignitaires et certaines princesses seldjoukides avaient également un vizir à leur service. Au début de la période seldjoukide, le calife abbasside était dépourvu de vizir, bien qu’un dignitaire portant le titre de Raʾīs al‑ruʾasāʾ (q.v.) exerçât des fonctions proches ; la fonction de vizir du calife ne fut officiellement rétablie qu’en 459/1066, sur décision du sultan Alp Arslān, et le poste fut régulièrement pourvu jusqu’à la fin de la période. Les vizirs abbassides comptaient parmi les notables les plus riches et influents de la Bagdad seldjoukide. La fonction occupée par le wazīr était nommée wizāra (q.v.).

647waʿẓ : sermon populaire. Forme de prêche public pratiquée par les wāʿiẓ‑s (q.v.), destinée à émouvoir le sentiment religieux des foules par le recours à des procédés rhétoriques particuliers (prose rimée : saǧʿ, q.v., citations poétiques et coraniques, etc.), autour de thèmes en grande partie eschatologiques. Les séances de prédication prenaient place dans des lieux variés, incluant les espaces publics de la ville (rues, esplanades, terrains vagues). Le waʿẓ, activité polémique car susceptible de se charger d’un message politique, était régulièrement interdit ou régulé par le pouvoir politique, sans pour autant disparaître des rues bagdadiennes. Des séances de waʿẓ avaient aussi lieu dans des bâtiments institutionnels comme les madrasas (q.v.) ou les mosquées (voir ǧāmiʿ) ; le wāʿiẓ siégeait alors sur une chaire nommée kursī (q.v.). Les sultans seldjoukides encouragèrent à Bagdad l’activité de sermonnaires ašʿarites (q.v.) qui se heurtaient à l’hostilité marquée des hanbalites bagdadiens (voir hanbalisme), eux aussi fort actifs en matière de waʿẓ.

648wikāla : procuration ; délégation d’autorité à un fondé de pouvoir (wakīl, q.v.).

649wilāya : autorité, pouvoir délégué par un souverain à un gouverneur (wālī, q.v.).

650wizāra : vizirat, fonction politique et administrative occupée par le vizir (wazīr, q.v.).

651wuʿʿāẓ : voir wāʿiẓ.

652wuǧūh (pluriel de waǧh) : notables, personnages d’importance. Voir aussi akābir, amāṯil, aʿyān, ṣadr.

653wukalāʾ : voir wakīl.

654wulāt : voir wālī.

655wuzarāʾ : voir wazīr.

656Y

657yamīn : littéralement « main droite » ; le terme désignait un serment solennel, symbolisant un engagement de personne à personne. Voir aussi ʿahd, bayʿa.

658Z

659zabāzib : voir zabzab.

660zabzab (pl. zabāzib) : terme bagdadien : embarcation utilisée pour la navigation sur le Tigre. Voir aussi ḫayṭiyya, markab, samīriyya.

661zāhid (pl. zuhhād) : ascète ; le terme désignait un personnage, généralement un lettré, se livrant à des pratiques ascétiques impliquant le renoncement au confort matériel et à certaines nourritures et la multiplication des actes de dévotion (prières surérogatoires, jeûne, renoncement au sommeil, etc.). Ces pratiques s’accompagnaient parfois d’un retrait de la vie sociale et de l’isolement dans un masǧid (q.v.) ou une zāwiya (q.v.). Voir zuhd.

662zaʿīm (pl. zuʿamāʾ) : chef, souvent auto‑désigné, d’un groupe.

663zāwiya (pl. zawāyā) : littéralement « coin, angle » ; le terme, parfois synonyme de ribāṭ ou ḫānqāh (q.v.), est peu employé en contexte bagdadien.

664zaydites (zaydī, pl. zaydiyya) : adeptes d’une branche du chiisme (voir šīʿa) reconnaissant l’autorité de cinq imams (voir imām). Les zaydites étaient présents à Bagdad, mais formaient une branche très fortement minoritaire du chiisme local, essentiellement duodécimain (q.v.).

665zayy (pl. azyāʾ) : aspect, apparence ; en particulier : habit, vêtement.

666zimām (pl. azimma) : littéralement « bride, renne ». Le dīwān al‑zimām était un service (dīwān, q.v.) de l’administration centrale abbasside, tout d’abord consacré au contrôle des autres services, puis prenant en charge l’administration fiscale des territoires sous contrôle califal, remplaçant ainsi le dīwān al‑ḫarāǧ (voir ḫarāǧ). À l’époque considérée, le dīwān al‑zimām, dirigé par un fonctionnaire portant le titre de ṣāḥib (q.v.) du dīwān al‑zimām ou encore kātib (q.v.) al‑zimām, était l’un des principaux services de l’administration abbasside.

667ziyāra (pl. ziyārāt) : littéralement « visite » ; le terme désignait la visite pieuse aux tombes, pèlerinage individuel ou collectif ayant pour destination la sépulture de personnages importants du passé islamique ou de grandes figures récemment décédées parmi les lettrés, les ascètes ou les mystiques bagdadiens. La ziyāra pouvait prendre pour but un mausolée (mašhad, q.v.) ou une simple sépulture, et s’accompagnait de rites particuliers (récitations coraniques, prières, fait de passer la nuit sur la tombe).

668zuʿamāʾ : voir zaʿīm.

669zuhd : renoncement, ascétisme ; vertu propre aux zāhid‑s (q.v.) et ensemble de pratiques ascétiques incluant le renoncement à certaines nourritures ou au confort matériel, des pratiques de dévotion surérogatoires (prières, jeûne, etc.) et parfois le choix du retrait et de l’isolement social.

670zuhhād : voir zāhid.

671

672ẓāhirite  (ou dāwūdī) : adhérent au maḏhab (q.v.) de droit et théologie se référant à l’œuvre de Dāwūd b. Ḫalaf (m. 270/884), caractérisé par son approche littéraliste du Coran (de ẓāhir : apparent, visible). Le maḏhab ẓāhirite (al­ẓāhiriyya) était très peu représenté à Bagdad.

673ẓulm (pl. ẓulma) : oppression, tyrannie, injustice.

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search