Version classiqueVersion mobile

Les élites bagdadiennes au temps des Seldjoukides

 | 
Vanessa Van Renterghem

A. L’encadrement des communautés

Chapitre 3. Le soufisme bagdadien, un univers en voie 
d’institutionnalisation

Texte intégral

1Parmi les personnages dont les activités principales étaient de nature religieuse, il faut faire une place à ceux que les sources d’époque présentent comme soufis (ṣūfī, pl. ṣūfiyya ; fém. ṣūfiyya, pl. ṣūfiyyāt), adeptes d’une approche mystique de l’islam et de pratiques de dévotion particulières, dont la combinaison est désignée sous le terme de taṣawwuf.

  • 1 À l’exception majeure de l’ouvrage d’A. Karamustafa, Sufism: The Formative Period, 2007, qui offre (...)
  • 2 Cette périodisation est celle de J. S. Trimingham, The Sufi Orders in Islam, 1971. Elle est reprise (...)
  • 3 En dehors de travaux comme ceux de J. Chabbi sur la carrière de ʿAbd al‑Qādir al‑Ǧīlānī et les inst (...)
  • 4 Les études sur le soufisme médiéval et ottoman se sont multipliées depuis le début des années 2000, (...)

2Les vevie/xiexiie siècles, souvent considérés comme une période charnière du soufisme – celle d’une première institutionnalisation portant en germe l’apparition postérieure des premières confréries –, restent peu étudiés 1 en regard du iiie/ixe siècle et de ses grandes figures mystiques, ou du phénomène confrérique tel qu’il se développa à partir du viie/xiiie siècle 2. D’autre part, l’histoire sociale du soufisme médiéval a, dans l’ensemble, moins retenu l’attention des chercheurs 3 que ses aspects doctrinaux, ses grandes figures fondatrices ou ses relations au pouvoir 4. La Bagdad de l’époque seldjoukide, où les soufis étaient nombreux et où une large place leur était dévolue, se révèle un observatoire passionnant du rôle des soufis au sein de la société urbaine. Les textes disponibles permettent de détailler les activités, mystiques et autres, auxquelles se livraient les soufis, et de retracer l’importance progressive prise par l’institution du ribāṭ comme l’éminence sociale croissante des personnages les dirigeant. Il devient ainsi possible d’évaluer la nature et le degré de l’insertion des soufis dans la société locale, et d’étudier leurs liens avec les ulémas comme avec les sphères du pouvoir.

Soufis, ascètes, wāʿiẓ‑s et ulémas : une identité en formation

  • 5 A. Karamustafa, Sufism: The Formative Period, en particulier la conclusion. Karamustafa insiste sur (...)

3Les soufis (al‑ṣūfiyya) et les pratiques et disciplines mystiques (taṣawwuf) faisaient partie de l’univers bagdadien bien avant les vevie/xiexiie siècles, et ces deux termes sont couramment employés par les auteurs de l’époque. Il est probable, comme Ahmet Karamustafa en a fait l’hypothèse, que les soufis aient été intégrés à un paysage socio‑religieux varié, où diverses formes et figures de la piété cohabitaient et interagissaient sans être fondamentalement étanches ou étrangères les unes aux autres 5. Les soufis représentaient ainsi l’une des figures de l’autorité religieuse, jouant un rôle d’intermédiaires entre monde matériel et ordre transcendantal. Certains traits les caractérisant pouvaient se retrouver chez des ulémas non mystiques : si certains soufis étaient ainsi présentés comme investis de la baraka divine, et susceptibles de bouleverser l’ordre naturel des choses par des actions merveilleuses (karāmāt), c’était également le cas d’un certain nombre de transmetteurs du savoir traditionnel sans rapport aucun avec le taṣawwuf.

4Les vevie/xiexiie siècles, d’un autre côté, virent le renforcement progressif de la construction d’une identité soufie particulière. Les soufis sont ainsi de plus en plus nettement distingués, dans les textes, des adeptes des pratiques ascétiques (zuhd), tandis que leurs façons de faire, de l’habillement aux pratiques de dévotion, sont signalées comme leur étant propres, et permettant de les identifier comme soufis.

Baraka et karāmāt : ulémas, maîtres soufis et imposteurs

  • 6 Pour reprendre les éléments d’analyse des termes baraka et karāmāt livrés par Ch. Taylor, In the Vi (...)

5Dans les sources tardives, les soufis sont volontiers représentés comme des porteurs de baraka – forme de rayonnement accordé par faveur divine –, susceptibles de bouleverser l’ordre naturel par des actes n’obéissant pas à ses lois, actes désignés sous le terme de karāmāt 6. À l’époque qui nous intéresse, les soufis n’étaient pas en situation de monopole de la baraka, pas plus qu’ils n’étaient systématiquement associés à la baraka ou aux karāmāt. Ainsi, sur les 119 personnages identifiés comme soufis dans la base de données, seuls 13 (dont quatre šayḫ‑s sur les 27 identifiés) sont signalés pour leurs karāmāt et 12 (dont un šayḫ) pour avoir été dotés de baraka. Inversement, sur 32 individus signalés comme porteurs de baraka, seuls quatre avaient des liens avec la mystique et tous les autres étaient des ulémas ; tous sauf un avaient étudié le ḥadīṯ, 19 étaient versés en fiqh, 10 en sciences coraniques, et 6 pratiquaient le waʿẓ. Plus de la moitié d’entre eux (18) étaient également signalés pour leurs pratiques ascétiques (zuhd).

  • 7 Comme en témoigne l’anecdote suivante : le calife al‑Qāʾim, porteur de baraka par excellence en sa (...)
  • 8 Ibn al‑Ǧawzī rapporte que le wāʿiẓ Abū l‑Ḥusayn Ardašīr b. Manṣūr al‑ʿIbādī (m. 497/1104), originai (...)
  • 9 Le faqīh chafiite Abū Isḥāq al‑Šīrāzī (m. 476/1083) était aussi renommé que son contemporain et adv (...)
  • 10 Le hanbalite Ibn Abī Mūsā était porteur de baraka, au point que les gens emportaient un peu de la t (...)

6Que ce soit auprès d’ascètes ou de soufis, les sources mentionnent le tabarruk, pratique consistant à fréquenter le porteur de baraka afin de profiter d’une parcelle de son rayonnement. La baraka se transmettait par la proximité physique avec la personne qui en était porteuse, en particulier par le contact avec son corps ou avec des objets lui appartenant, un vêtement par exemple 7. Elle était susceptible de se transférer à toute matière ayant été en contact avec lui, de l’eau avec laquelle il faisait ses ablutions 8 jusqu’à la poussière foulée par ses pas 9 ou à la terre recouvrant sa tombe 10. L’endroit où était enterré un défunt porteur de baraka se chargeait à son tour de baraka, justifiant la visite pieuse (ziyāra) auprès de cette tombe.

  • 11 Pour une réflexion comparatiste sur les karāmāt, voir D. Aigle et C. Mayeur‑Jaouen, « Miracle et ka (...)
  • 12 Ibn Raǧab, Ḏayl ʿalā ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 3, p. 56, notice n° 28. Ce Qudāma était le grand‑père (...)

7La baraka d’un individu, pour être socialement utile, devait être reconnue par ses contemporains qui cherchaient alors à en bénéficier. La nouvelle de la qualité de porteur de baraka d’un personnage se répandait par bouche à oreille. Elle était souvent liée à un événement marquant ou miraculeux (karāma), témoignant du fait qu’il était investi, et donc dispensateur, de baraka 11. Pour le faqīh et wāʿiẓ hanbalite Abū l‑Faraǧ ʿAbd al‑Wāḥid b. Muḥammad al‑Maqdisī, qui était venu de Jérusalem à Bagdad afin d’étudier le fiqh auprès d’Ibn al‑Farrāʾ, ce fut la nouvelle qu’un dénommé Qudāma, qui lui avait rendu visite et en avait formulé la demande, fut rendu capable, grâce à la baraka du šayḫ, d’apprendre par cœur le Coran 12.

  • 13 L’anecdote est rapportée par Ibn Raǧab, Ḏayl ʿalā ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 3, p. 324, notice n° 193.
  • 14 Voir la notice consacrée à Ibn al‑Mannī par Ibn Raǧab, Ḏayl ʿalā ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 3, p. 301, (...)

8Le faqīh hanbalite Abū l‑Ḥusayn Saʿd b. Marzūq al‑Qurašī (m. 592/1195) fit les frais d’une curieuse anecdote. Quelqu’un ayant rêvé que le prophète Muḥammad disait du bien d’al‑Qurašī, les Bagdadiens se mirent à se presser autour de lui afin de recueillir sa baraka. Le faqīh, qui n’avait pas eu connaissance du rêve, s’exclama alors : « Mais qu’ai‑je donc, et qu’ont donc ces gens ? », et ses admirateurs finirent par se lasser 13. Ce même personnage faillit mourir lors de l’enterrement de son maître de fiqh hanbalite, Abū l‑Fatḥ ibn al‑Mannī (m. 583/1187). Ce šayḫ, lui‑même porteur de baraka, avait demandé qu’al‑Qurašī dirigeât sa prière funéraire. Le jour de la cérémonie, qui eut lieu à Ǧāmiʿ al‑Qaṣr, la foule était immense et les gens se pressèrent tant autour d’al‑Qurašī pour prendre sa baraka que l’on craignit pour sa vie 14.

  • 15 Le faqīh hanbalite Abū Bakr al‑ʿAlṯī (m. 503/1109) est décrit par son biographe Ibn Abī Yaʿlā comme (...)
  • 16 Le muḥaddiṯ Ibn al‑Baṭṭī, affirme son biographe Ibn al‑Dimyāṭī, hérita de la baraka de sa famille, (...)

9La baraka était donc susceptible de s’acquérir (par contact avec d’autres porteurs de baraka ou par gratification divine) et devait être redistribuée auprès de ses contemporains, y compris post mortem par la visite des tombes. Dans le milieu des ulémas comme dans celui des mystiques, la baraka pouvait se transmettre de maître à disciple 15, mais aussi au sein d’une même famille 16.

  • 17 Non que tous les individus porteurs de baraka se soient vu attribuer des karāmāt : c’est le cas de (...)
  • 18 Sur les 32 personnages de la base de données à qui des karāmāt sont attribuées, 19 n’étaient pas dé (...)
  • 19 13 personnages sur les 32 considérés. Sept autres sont qualifiés tantôt de zāhid‑s et tantôt de sou (...)
  • 20 Ibn al‑Bannāʾ rapporte ainsi dans son « Journal » l’histoire d’un dénommé Abū l‑Qāsim al‑dabbās, do (...)
  • 21 Il s’agit d’une histoire de clairvoyance, rapportée d’après Ibn Šāfiʿ, dans laquelle Ibn al‑Qawwās (...)
  • 22 Ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 2, p. 218, notice n° 697.
  • 23 Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 2, p. 432, notice n° 305.
  • 24 Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 501.

10L’une des preuves qu’un personnage était doté de baraka résidait dans les karāmāt accomplies par lui 17. Les personnages à qui des karāmāt sont attribuées étaient loin d’être tous désignés comme étant soufis 18 ; des karāmāt étaient fréquemment associées à des ascètes (zāhid‑s) non soufis 19, et une proportion non négligeable de personnages dotés de karāmāt étaient des juristes hanbalites. Des karāmāt posthumes sont ainsi attribuées par Ibn al‑Bannāʾ à la grande autorité hanbalite de son temps, Abū Manṣūr ibn Yūsuf (m. 460/1067) 20. Ibn Raǧab signale aussi les karāmāt du contemporain de ce dernier, le hanbalite Ibn al‑Qawwās (m. 476/1083), personnalité éminente en matière de sciences coraniques 21. Quant au faqīh hanbalite Abū Bakr al‑ʿAlṯī (m. 503/1109), évoqué plus haut pour sa baraka, Ibn Abī Yaʿlā lui octroie la guérison miraculeuse d’un jeune enfant, grâce à un peu de salive et à la lecture d’un passage du Coran 22. Un autre récitateur du Coran, lui aussi hanbalite, Abū l‑ʿAlāʾ al‑ʿaṭṭār (m. 569/1174), se voit attribuer par Yāqūt la fertilité retrouvée de l’un de ses solliciteurs 23. Ibn al‑Ǧawzī lui‑même se vit doté de karāmāt par son petit‑fils Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, qui interprète sous ce terme le fait que la concubine bien‑aimée de son grand‑père l’ait suivi dans la tombe un jour à peine après son décès, alors qu’elle se trouvait jusque‑là en bonne santé 24.

  • 25 Ce sont là quelques‑uns des exemples de miracles de saints musulmans rapportés par Ch. S. Taylor, I (...)
  • 26 Voir les événements de l’année 501/1107, où une jeune fille aveugle prétendit pouvoir deviner quels (...)

11On le voit, ces karāmāt n’ont rien de foncièrement surnaturel : il ne s’agit pas, contrairement aux anecdotes qui fleurissent à l’époque mamelouke, de marcher sur l’eau, de prévenir des catastrophes naturelles ou d’interagir avec des bêtes sauvages 25, mais plutôt d’interpréter dans le sens d’un don de clairvoyance, d’une intervention post mortem ou de capacités thaumaturgiques des événements de la vie quotidienne dont l’explication seule est ésotérique. Dans un certain nombre de cas, la nature des karāmāt n’est pas détaillée, et il est juste indiqué que de telles actions sont imputées au personnage qui fait l’objet de la notice (la‑hu karāmāt, ṣāḥib/ḏū karāmāt ẓāhira). Les chroniques, elles, mettaient parfois en scène des imposteurs démasqués pour leurs prétendues karāmāt 26.

12Dans la Bagdad d’époque seldjoukide, karāmāt et baraka étaient donc loin d’être l’apanage des soufis, et nombre d’ascètes et de pieux hanbalites jouissaient, aux yeux de leurs contemporains, de la faveur divine tout autant que certains šayḫ‑s soufis. Les mystiques, šayḫ‑s comme disciples, représentaient des figures parmi d’autres de la dévotion, explorant l’une des modalités de la recherche d’un contact avec le divin, modalité complémentaire de la transmission du savoir traditionnel, que certains d’entre eux pratiquaient d’ailleurs, à l’égal des ulémas.

La mystique face au ʿilm et au waʿẓ

Soufis et ulémas : une formation proche, des pratiques distinctes

  • 27 Soit par le qualificatif al‑ṣūfī accolé à leur nom, soit par la mention du fait qu’ils pratiquaient (...)

13Sur les 119 personnages désignés comme soufis par leurs biographes 27, un faible nombre différait nettement des ulémas en matière de formation et de parcours, et seuls 15 d’entre eux n’avaient étudié aucune science traditionnelle (soit 12 %). Près de la moitié des soufis recensés (55, soit 46 %) avaient étudié le ḥadīṯ comme unique discipline traditionnelle, mais 31 (soit 26 %) sont signalés pour avoir étudié le fiqh, et 18 % pour avoir pratiqué le waʿẓ. Or, ces personnages avaient étudié les sciences traditionnelles (ḥadīṯ, Coran, fiqh et autres) sous la direction des mêmes maîtres que les ulémas n’ayant aucun rapport avec la mystique. Les liens entre le monde des ulémas et celui des soufis étaient donc largement développés et il était possible de circuler entre ces deux univers qui s’interpénétraient sans s’opposer, comme c’était également le cas avec les sermonnaires (wāʿiẓ‑s) évoqués au chapitre précédent.

  • 28 Voir la notice du soufi et zāhid Abū ʿAlī al‑Kirmānī (m. 495/1101 ; tableau 3‑2, l. 10) : bien qu’i (...)
  • 29 Al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. Fatīḥ, t. 12, p. 190. Sur ce maître soufi décédé en 507/1113, voir D. Ep (...)
  • 30 Voir les notices consacrées au muqriʾ Abū ʿAlī ibn al‑Mubārak (m. 458/1066), qui avait la réputatio (...)
  • 31 Al‑Subkī, auteur chafiite particulièrement bien disposé envers le soufisme, rapporte ainsi une anec (...)
  • 32 Sufism: The Formative Period, p. 104.

14Certes, certains auteurs des vieviie/xiiexiiie siècles insistent sur les différences existant entre l’univers des sciences traditionnelles et celui de la mystique. Cette insistance prend parfois l’aspect d’une condamnation : Ibn al‑Ǧawzī reproche à plusieurs reprises à des personnages désignés comme soufis leur faiblesse dans la transmission du ḥadīṯ 28, et Ibn Kaṯīr indique que le šayḫ soufi Abū l‑Faḍl ibn al‑Qayṣarānī, originaire de Jérusalem, avait inclus dans l’un de ses ouvrages de taṣawwuf de nombreux ḥadīṯ‑s douteux 29. Mais après tout, ce sont là les mêmes reproches que ceux adressés par ces auteurs à certains ulémas 30, sans que l’on puisse en déduire leur hostilité générale envers les ahl al‑ʿilm. Plus que de condamner sans retour, il s’agissait plutôt de souligner une différence d’approche 31 entre mystiques et ulémas ayant reçu, en matière de sciences traditionnelles, une formation semblable et s’étant sans doute côtoyés dans les mêmes maǧlis‑s de ḥadīṯ et de fiqh. Les vevie/xiexiie siècles s’inscrivent ainsi globalement dans la continuité de la période précédente, au cours de laquelle, indique Ahmet Karamustafa, « la vision traditionaliste du soufisme était en grand partie positive 32 ».

  • 33 Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 2, p. 549. Ibn al‑Ǧawzī déplorait qu’Abū Ḥāmid al‑Ġazālī ait réd (...)
  • 34 Voir par exemple la notice d’Abū ʿAlī Hibat Allāh al‑Baġdādī (m. 563/1167 ; tableau 3‑2, l. 37) che (...)
  • 35 Šayḫ min ahl al‑Qurʾān wa‑l‑taṣawwuf wa‑l‑ḥadīṯ ; Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Bagdad, t (...)

15Il est probable que le choix entre les deux types de parcours s’effectuait après la période d’études pour la plupart des jeunes lettrés, au hasard des rencontres avec un šayḫ mystique pour certains, en conséquence d’une vocation plus ancienne pour d’autres. Pour certains, arrivés à une certaine étape de leur vie, la question se posait de poursuivre une carrière de ʿālim ou d’adopter un mode de vie dédié à la mystique. Le cas le plus célèbre d’un changement d’orientation de ce type est celui d’Abū Ḥāmid al‑Ġazālī (m. 505/1111), qui, âgé de 38 ans, démissionna de son poste de mudarris à la madrasa Niẓāmiyya de Bagdad pour se retirer dans sa ville natale de Tus où il fonda un ribāṭ soufi. Ce faisant, souligne Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, il avait « abandonné le fiqh pour le soufisme 33 ». Mais les deux voies n’étaient pas toujours foncièrement tenues pour incompatibles : d’autres personnages sont présentés par leurs biographes comme des juristes soufis (al‑faqīh al‑ṣūfī, ou l’inverse) 34. Certains pratiquèrent la mystique tout en demeurant des ulémas respectés, à l’instar d’Abū l‑Mufaḍḍal al‑Āmidī, Sibṭ ibn al‑Aġlāqī (m. 578/1183), soufi de Wasit qui était aussi bien versé en taṣawwuf qu’en sciences du ḥadīṯ et du Coran 35.

  • 36 Un soufi est également désigné pour avoir été de maḏhab dāwūdī (ẓāhirite). Le nombre total est supé (...)
  • 37 Ce même point est également relevé par D. Ephrat à propos des soufis de Jérusalem : Spiritual Wayfa (...)
  • 38 O. Safi, The Politics of Knowledge in Premodern Islam – Negociating Ideology and Religious Inquiry, (...)
  • 39 O. Safi, The Politics of Knowledge, chapitre 5. La tendance de Safi à attribuer toutes les évolutio (...)
  • 40 Le courant chafiite continua à se montrer globalement favorable au soufisme, et les collections bio (...)

16Les liens entre soufisme et droit sunnite étaient particulièrement importants, comme en témoigne le cas de 31 soufis qui avaient étudié le fiqh. Une remarque s’impose cependant : sur ces 31 personnages, on ne compte aucun hanafite et seulement cinq hanbalites. En revanche, 29 appartenaient au maḏhab chafiite, dont quatre sont signalés pour avoir été ašʿarites en matière de kalām (ou de uṣūl36. Il y avait donc, à l’époque considérée, une convergence importante entre soufisme et chafiisme 37, non dépourvue d’implications politiques puisque le chafiisme était le maḏhab de certains grands fonctionnaires seldjoukides comme Niẓām al‑mulk. Omid Safi, qui a mis en lumière les liens entre le soufisme khurasanien et les souverains et dignitaires seldjoukides, présente ainsi l’idéologie seldjoukide comme un mélange d’éléments issus de la théologie ašʿarite, du droit chafiite et d’un soufisme rigoureusement compatible avec la Loi musulmane (šarʿ), et insiste sur le rôle des institutions fondées par Niẓām al‑mulk dans le développement de ce courant de pensée 38. Il conclut sur l’utilisation d’une « idéologie soufie » légitimante par les sultans seldjoukides 39. Sans partager toutes ses analyses, on peut retenir le lien fort qui s’était développé entre dirigeants seldjoukides et grandes figures mystiques, particulièrement de la part de soufis penchant vers le maḏhab chafiite 40.

  • 41 Voir notamment J. Chabbi, Abd al‑Qadir al‑Gilani, idées sociales et politiques, première partie. Su (...)
  • 42 Il s’agit du chapitre 10 de l’ouvrage, intitulé : « Les façons dont le diable abuse les soufis » (o (...)
  • 43 Le wāʿiẓ et faqīh hanbalite Abū l‑Ḥasan ibn al‑Daǧāǧī (m. 564/1169 ; tableau 3‑2, l. 39), présenté (...)

17Quant aux hanbalites bagdadiens, leur ambiguïté face au soufisme a été soulignée par plusieurs études 41. L’attitude globalement hostile d’Ibn al‑Ǧawzī, prompt à condamner les excès de ses contemporains soufis, apparaît comme particulièrement radicale. Un peu plus de la moitié des développements du Talbīs Iblīs sont consacrés à critiquer les conduites soufies, des pratiques vestimentaires aux exercices de dévotion en passant par le refus des biens matériels ou encore, excès contraire, par le confort dans lequel certains soufis se seraient complu 42. Faut‑il pour autant en conclure à la condamnation pure et simple du soufisme par Ibn al‑Ǧawzī ? Rien n’est moins sûr. En effet, le sévère hanbalite formula des critiques tout aussi acerbes contre certaines pratiques, qu’il tenait pour déviantes, dues aux ulémas en général, aux faqīh‑s, aux hanbalites même, sans que l’on puisse pour autant en déduire qu’il condamnait le savoir traditionnel, le fiqh et son propre maḏhab dans leur ensemble. Deux siècles plus tard, Ibn Raǧab, auteur d’un dictionnaire biographique consacré aux hanbalites célèbres, se montre largement favorable au soufisme et insiste sur l’appartenance mystique de personnages jusque‑là plutôt présentés pour leur rôle dans la transmission du savoir traditionnel 43. Il est vrai qu’Ibn Raǧab écrivait à une époque où la légitimité du taṣawwuf comme forme de la dévotion musulmane n’était plus remise en cause.

  • 44 Tableaux 2‑3, l. 95, et 3‑2, l. 39.
  • 45 L’anecdote est rapportée par Ibn al‑Ǧawzī (al‑Muntaẓam, t. 18, p. 184, notice n° 4275), et reprise (...)
  • 46 Il me sera donné de revenir sur ce point au cours du chapitre 13.

18On ne peut déduire de la désapprobation de certaines pratiques soufies par Ibn al‑Ǧawzī, fût‑elle virulente, la condamnation globale du phénomène soufi par ses compagnons de maḏhab. Pour autant, les hanbalites bagdadiens du vie/xiie siècle se considéraient collectivement comme distincts des mystiques. Une anecdote en témoigne, liée à la vie d’un faqīh et wāʿiẓ hanbalite, Abū l‑Ḥasan Saʿd Allāh b. Naṣr ibn al‑Daǧāǧī (m. 564/1169) 44. Tout en ayant suivi une formation complète de ʿālim, en ḥadīṯ, Coran et fiqh hanbalite, auprès de maîtres aussi prestigieux qu’Abū Manṣūr ibn al‑Ḫayyāṭ pour la lecture coranique ou Abū l‑Ḫaṭṭāb al‑Kalwaḏānī pour le droit, pratiquant le waʿẓ aussi bien que la transmission du savoir traditionnel, Ibn al‑Daǧāǧī fréquentait les soufis et assistait avec eux à des séances mystiques impliquant la pratique du chant (samāʿ al‑ġināʾ). Lorsqu’il mourut, il fut, sur requête des soufis, enterré au ribāṭ d’al‑Zawzanī. Les hanbalites blâmèrent vertement son fils, Abū Naṣr Muḥammad, d’avoir accédé à leur demande. Cinq jours plus tard, on déterra nuitamment le corps d’Ibn al‑Daǧāǧī pour le porter au cimetière de Bāb Ḥarb, où étaient traditionnellement inhumés les compagnons hanbalites et où reposaient ses parents 45. Les biographes d’Ibn al‑Daǧaǧī, d’un autre côté, ne disent rien de la réaction de ses compagnons hanbalites lorsque, de son vivant, il se rendait aux séances de samāʿ, ni d’éventuelles polémiques qui auraient pu se développer entre eux. L’anecdote, qui constitue certes un cas exceptionnel, montre à la fois une certaine porosité des frontières en matière de pratiques et de fréquentations, et une plus grande rigidité, des hanbalites en tout cas, concernant le devenir de l’individu et ses fréquentations post mortem 46.

  • 47 J. Chabbi, Abd al‑Qadir al‑Gilani, idées sociales et politiques, première partie, et A. Karamustafa (...)

19L’exemple d’Ibn al‑Daǧāǧī illustre un dernier point qu’il convient de souligner, à savoir le lien flagrant entre soufisme et exercice du waʿẓ. 23 des 119 soufis recensés, soit 18 %, sont signalés pour avoir tenu des séances de prédication populaire. Jacqueline Chabbi et Ahmet Karamustafa ont déjà relevé la proximité, pour les vevie/xiexiie siècles, du waʿẓ et des activités mystiques 47. Le fait qu’une proportion non négligeable de soufis aient pratiqué le waʿẓ donne une première indication sur leur insertion dans la société bagdadienne de l’époque : loin d’être cloîtrés dans leurs lieux de résidence, les ribāṭ‑s, les soufis participaient à des activités publiques dépassant le simple cadre des pratiques de dévotion et de la recherche mystique.

Soufisme et ascétisme : deux aspects de la piété musulmane

  • 48 Sur cette question, voir la mise au point synthétique d’A. Karamustafa, Sufism: The Formative Perio (...)

20La recherche récente sur les débuts du soufisme a montré que la mystique musulmane, en particulier bagdadienne, trouve son origine dans une éthique de l’ascétisme (zuhd) répandue dans les cercles pieux, en particulier chez les spécialistes de sciences religieuses 48. Il est donc tentant d’associer zuhd et taṣawwuf, y compris pour des périodes plus tardives. La lecture attentive des sources prouve cependant qu’à l’époque considérée ici, les soufis, bien que particularisés par certains exercices de dévotion, se distinguaient nettement des ulémas signalés pour leur ascétisme.

  • 49 Sur la notion de zuhd et son usage dans les dictionnaires biographiques, voir aussi N. Hurvitz, « B (...)

21Les sources nomment zāhid (pl. zuhhād) les personnages ayant adopté un certain nombre de pratiques ascétiques incluant le jeûne, la dévotion sous forme de prières surérogatoires, le mépris des richesses et des biens matériels et, dans certains cas extrêmes, le retrait du monde et l’arrêt de la fréquentation de ses contemporains 49. 136 des personnages de la base de données sont ainsi désignés, dont 15 seulement étaient connus pour être soufis. En dehors de ces derniers, les personnages désignés comme zāhid‑s étaient des spécialistes de sciences religieuses : la figure du zāhid apparaît comme une variante de celle du ʿālim, et plus particulièrement de celle du faqīh, car les deux tiers des zāhid‑s (67 %) avaient étudié le fiqh. Souvent versés dans plusieurs branches du savoir traditionnel – ḥadīṯ, fiqh et études coraniques –, les zāhid‑s se distinguaient de leurs homologues juristes ou muḥaddiṯ‑s par une pratique pieuse marquée, à laquelle s’ajoutaient parfois le renoncement à certaines nourritures, l’adoption de vêtements grossiers, le dédain des richesses matérielles, le refus de toucher un salaire pour l’exercice de fonctions religieuses ou judiciaires, l’isolement social choisi et la fréquentation exclusive des lieux de prière et de transmission du savoir.

  • 50 Sur ce Bagdadien d’adoption, originaire de Hama dans le Bilād al‑Šām, décédé en 488/1095, voir le t (...)
  • 51 Date des premières notices valorisant la piété et l’ascétisme de ce personnage, chez Ibn al‑Ǧawzī n (...)
  • 52 Min al‑fuqahāʾ al‑zāhidīn ; voir par exemple la notice du faqīh hanbalite Abū Ḫāzim Muḥammad ibn al (...)

22Le juriste chafiite Abū Bakr al‑Šāmī, réputé pour son ascétisme (zuhd), illustre parfaitement ces pratiques 50. D’après ses biographes, ce faqīh portait habituellement un turban de lin et un simple vêtement de coton grossier, et se nourrissait de pain sec trempé dans l’eau. Il ne sortait que rarement de son masǧid de Qaṭīʿat al‑Rabīʿ, sur la rive occidentale de Bagdad, où il habitait et où il enseigna ḥadīṯ et Coran pendant plus de 55 ans. Al‑Subkī rapporte que lorsqu’al‑Šāmī accepta, en ramaḍān 478/janvier 1086, le poste de qāḍī l‑quḍāt, il posa comme condition qu’on ne l’obligerait pas à modifier ses habitudes alimentaires et vestimentaires, et refusa de recevoir un salaire. Que ces détails relèvent du topos ou de la réalité historique, ils dressent le tableau des pratiques et des valeurs ascétiques telles qu’elles étaient diffusées aux vieviie/xiie‑xiiie siècles 51. Ce zāhid était avant tout un faqīh et un transmetteur de ḥadīṯ, importante figure de l’école chafiite de son époque. Ses pratiques ascétiques représentent une curiosité remarquable, un trait de caractère digne de soulever l’admiration de ses biographes et de leurs lecteurs, mais nulle dimension mystique ne leur est associée. Abū Bakr al‑Šāmī n’était pas un soufi, mais un faqīh ayant embrassé une éthique aux implications pratiques, celle du zuhd ; l’un de ces personnages qu’Ibn al‑Ǧawzī désignait comme des « faqīh‑s ascètes 52 ».

23Les soufis, eux, se distinguaient par un mode de vie particulier qui permettait à leurs contemporains de les identifier immédiatement comme tels. Ce mode de vie, dans la Bagdad de l’époque seldjoukide, combinait certains des éléments suivants : le port d’un vêtement de laine ou d’étoffe grossière, le renoncement aux biens matériels (se manifestant par le refus d’exercer une profession rémunératrice, qui pouvait conduire le soufi à pratiquer le tawakkul, le fait de s’en remettre à Dieu, et à demander l’aumône afin d’assurer sa subsistance), certaines pratiques de dévotion incluant des séances collectives d’invocation du nom divin (ḏikr) et de « concerts spirituels » (samāʿ) associant la musique aux exercices de dévotion.

La cristallisation d’une identité soufie

  • 53 ʿAlā ṭarīqat al‑taṣawwuf, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 317.
  • 54 ʿAlā zayy al‑ṣūfiyya, Taʾrīḫ Baġdād, folio 31 verso.
  • 55 Ṣayd al‑ḫāṭir, § 260, p. 360 ; trad. D. Reig, § 148, p. 269.
  • 56 Voir l’évocation des cérémonies suivant le décès du mystique Abū l‑Wafāʾ al‑Fayrūzʾabādī, décédé en (...)

24À Bagdad, la formation d’une identité soufie distincte des autres formes de piété ou de rapport à la sainteté, bien que déjà initiée aux périodes précédentes et en cours de théorisation par les auteurs mystiques, s’accentue visiblement à partir du vie/xiie siècle. Plusieurs expressions en témoignent, attribuant aux soufis des façons de faire particulières. Ibn al‑Ǧawzī indique ainsi que le mystique et faqīh Abū Bakr ibn al‑Ḫabbāza prêchait le waʿẓ « à la façon soufie 53 ». Les soufis se distinguaient par leur mode vestimentaire : al‑Bundārī évoque un muḥaddiṯ ašʿarite, Abū Ḥāmid Muḥammad b. ʿAlī (m. 503/1109), qui s’habillait « comme un soufi 54 », tandis qu’Ibn al‑Ǧawzī critique le port de vêtements bariolés et rapiécés par les soufis, qu’il associe à une pratique ostentatoire « parce que l’on sait que ce dernier [leur vêtement] témoigne de leur qualité de mystiques et d’ascètes 55 ». Les auteurs de l’époque évoquent encore une façon soufie de célébrer le décès de l’un des leurs par un banquet posthume portant le nom de ʿurs, « noces » 56. Tous ces éléments témoignent de la construction progressive d’une identité soufie fondée sur des pratiques particulières débordant largement la sphère des exercices spirituels et de la dévotion. La fixation d’une terminologie spécifique du soufisme, telle qu’elle est aujourd’hui connue, semble en revanche en grande partie postérieure à la période seldjoukide. À titre d’exemple, les auteurs des vevie/xiexiie siècles utilisent le terme général de ṣāḥib (pl. aṣḥāb) pour désigner les compagnons ou disciples d’un maître mystique (šayḫ), tandis que le terme murīd n’est employé que par les auteurs plus tardifs.

  • 57 Ibn al‑Ǧawzī utilise également le terme al‑mutaṣawwif, « qui pratique le taṣawwuf », ainsi que le c (...)
  • 58 Al‑Muntaẓam, t. 18, p. 186, notice n° 4280.
  • 59 Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Bagdad, t. 2, p. 49, notice n° 257.
  • 60 La‑hu karāmātun kaṯīra, al‑Kāmil, t. 10, p. 21.
  • 61 Ṭabaqāt al‑šāfiʿiyya al‑kubrā, t. 6, p. 136, notice n° 658.
  • 62 Taʾrīḫ al‑islām, t. 39, p. 209, notice n° 164.
  • 63 Ṣāḥib aḥwāl wa‑karāmāt, wa‑muǧāhadāt wa‑maqāmāt, Šaḏarāt al‑ḏahab, t. 6, p. 354.

25Le succès grandissant du soufisme dans les siècles suivants, accompagné de la recherche de personnalités susceptibles de renforcer l’épaisseur historique du mouvement mystique, ont valu la qualification rétrospective de « soufis » à des personnages dont les notices plus anciennes soulignaient éventuellement les pratiques de dévotion particulières sans pour autant leur accorder cette qualité. Ainsi, au vie/xiie siècle, Ibn al‑Ǧawzī ne décernait le titre de soufi (al‑ṣūfī) qu’à une dizaine d’individus 57, tandis que le terme devint plus courant dans les sources biographiques des viieviiie/xiiiexive siècles. Les notices consacrées au prédicateur (wāʿiẓ) Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. ʿAbd al‑Malik al‑Fāriqī (m. 564/1169), originaire de la ville de Mayyāfāriqīn (aujourd’hui Silvan), en Haute‑Mésopotamie, offrent une bonne illustration de ce phénomène. La brève notice (cinq lignes) que lui consacre Ibn al‑Ǧawzī s’intéresse uniquement à sa façon de prêcher et à sa mémorisation du Nahǧ al‑balāġa, célèbre anthologie littéraire de textes et sermons attribués à ʿAlī ibn Abī Ṭālib 58. Une génération après Ibn al‑Ǧawzī, Ibn al‑Dubayṯī lui consacre une notice beaucoup plus longue, insistant sur sa connaissance des sciences traditionnelles, sur ses compétences en kalām et en waʿẓ et sur son caractère d’ascète (zāhid) ayant choisi la pauvreté (faqr) et l’austérité (taḫaššun). Il cite le témoignage de deux soufis sur al‑Fāriqī, sans pour autant le présenter comme un maître mystique 59. Dans les deux lignes qu’il accorde au personnage, Ibn al‑Aṯīr, contemporain d’Ibn al‑Dubayṯī, lui attribue de nombreuses actions surnaturelles 60. Au viiie/xive siècle, al‑Subkī, s’appuyant sur Ibn al‑Naǧǧār, précise que les paroles (kalām) d’al‑Fāriqī revêtaient un caractère de taṣawwuf 61. Son contemporain al‑Ḏahabī n’hésite pas à le présenter comme un « ami de Dieu » (min awliyāʾ Allāh62. Trois siècles plus tard, Ibn al‑ʿImād, qui ne lui consacre que quelques brèves lignes, le présente comme wāʿiẓ et zāhid mais utilise un vocabulaire désormais profondément ancré dans l’univers de la mystique pour le décrire 63.

  • 64 En particulier le hanbalite ʿAbd al‑Qādir al‑Ǧīlānī, étudié par J. Chabbi, Abd al‑Qadir al‑Gilani, (...)
  • 65 Al‑Kawākib al‑durriyya, t. 1, p. 619, notice n° 385 ; sur Abū Isḥāq al‑Šīrāzī, voir le tableau 4‑3, (...)

26Le souvenir de nombreux personnages a connu une évolution semblable : leurs biographies insistent de plus en plus sur leur caractère de mystique et sur leurs qualités surnaturelles, au fur et à mesure que le soufisme se structure et consolide sa place parmi les formes reconnues de la piété musulmane. Ce phénomène est particulièrement flagrant en ce qui concerne les personnages éponymes de confréries 64. Dans certains cas, la notoriété d’un individu lui a valu son insertion dans des collections biographiques de soufis tardives sans qu’aucun de ses biographes plus ancien ne lui ait accordé de lien avec la mystique. C’est le cas pour le faqīh chafiite Abū Isḥāq al‑Šīrāzī (m. 476/1083) : ce mudarris à la madrasa Niẓāmiyya est décrit par ses contemporains comme un ʿālim accompli, sans rapport avec les activités mystiques, bien que porteur de baraka, mais al‑Munāwī, au xie/xviie siècle, le présente tardivement comme « un zāhid soufi » 65.

Quelques figures du soufisme bagdadien aux vevie/xiexiie siècles

  • 66 Les études consacrées à Abū Ḥāmid al‑Ġazālī (tableaux 3‑2, l. 12 et 4‑3, l. 9) s’intéressent essent (...)
  • 67 Sur ʿAbd al‑Qādir al‑Ǧīlānī (tableau 3‑2, l. 34) et son parcours historique, voir J. Chabbi, Abd al (...)

27Les plus illustres soufis ayant vécu à Bagdad au cours des vevie/xiexiie siècles, tels que Abū Ḥāmid al‑Ġazālī (m. 505/1111) 66 et ʿAbd al‑Qādir al‑Ǧīlānī (m. 561/1165) 67, ont donné naissance à une abondante bibliographie. Plutôt que de retracer les parcours de ces célébrités, il n’est pas inutile de dresser le portrait de quelques figures plus modestes du soufisme bagdadien de l’époque, afin d’en souligner la diversité, mais aussi l’insertion profonde dans la société urbaine.

  • 68 Tableau 3‑2, l. 6. Sur ce šayḫ proche du pouvoir seldjoukide, qui dirigea l’un des plus importants (...)
  • 69 « Abū Saʿīd Faḍl Allāh b. Abī ’l‑Khayr », EI2, t. I, p. 145‑147 (H. Ritter) ; « Abū Saʿīd Abi’l‑Ḵay (...)
  • 70 Tableau 3‑2, l. 11.
  • 71 Dans la notice qu’Ibn al‑Ǧawzī accorde à ce dernier : al‑Muntaẓam, t. 16, p. 235, notice n° 3533.
  • 72 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 85, notice n° 3738, et Ibn al‑ʿImād, Šaḏarāt al‑ḏahab, t. 5, p (...)
  • 73 Al‑Subkī attribue ce jugement à l’aversion partisane qu’Ibn Nāṣir, ancien chafiite ašʿarite devenu (...)
  • 74 Al‑Bundārī, Taʾrīḫ Baġdād, folio 46 recto.

28L’un des personnages prééminent du soufisme bagdadien des débuts de la période seldjoukide était Abū Saʿd al‑Nīsābūrī (m. 477/1084) 68, originaire du Khurasan et disciple du plus célèbre mystique de la région, Abū Saʿīd b. Abī l‑Ḫayr al‑Mayhanī (m. 440/1049) 69. Un personnage moins connu est souvent cité dans le sillage d’Abū Saʿd : le soufi Abū Bakr Aḥmad b. ʿAlī al‑Ṭurayṯīṯī (m. 497/1104) 70, également désigné sous le nom d’Ibn Zahrāʾ. Présenté comme l’ami d’Abū Saʿd 71, il provenait comme lui de la région de Nishapur, et était également disciple d’Abū Saʿīd b. Abī l‑Ḫayr. Al‑Ṭurayṯīṯī était formé en ḥadīṯ, et c’est avant tout comme muḥaddiṯ qu’il fait l’objet d’une notice dans plusieurs dictionnaires. Bien que certains de ses biographes le désignent comme un transmetteur faible (ḍaʿīf72, al‑Subkī, qui le présente comme chafiite, le défend et refuse la qualification de menteur (kaḏḏāb) décernée par le grand muḥaddiṯ Abū l‑Faḍl ibn Nāṣir (m. 550/1155), qui avait étudié le ḥadīṯ sous sa direction 73. Les sources mentionnent une quinzaine de muḥaddiṯ‑s ayant transmis sous son autorité dans la première moitié du vie/xiie siècle, ce qui signifie qu’il ne fut pas mis au ban des transmetteurs malgré les accusations d’Ibn Nāṣir. Son frère Abū Saʿīd Muḥammad (m. 464/1072) 74 est également désigné comme soufi, mais presque aucun détail n’est connu sur sa vie, en dehors du fait qu’il étudia le ḥadīṯ. Il ne semble pas l’avoir transmis, ou en tout cas pas à Bagdad, car il n’est jamais signalé dans les chaînes de transmission, ni parmi les maîtres de ḥadīṯ cités par les sources de l’époque.

  • 75 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 235, notice n° 3533. Al‑Ḏahabī reprend la même anecdote en dés (...)
  • 76 Taʾrīḫ al‑islām, t. 32, p. 259‑260.
  • 77 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 34, p. 247, notice n° 278. Ibn al‑ʿImād précise que Ṭurayṯīṯ était u (...)
  • 78 Où il s’était réservé une concession funéraire près de la tombe de Bišr al‑Ḥāfī, qu’il dut céder à (...)
  • 79 En 463/1071 comme mentionné dans la note précédente, et lors de la crue du Tigre de 466/1074.
  • 80 Hāḏā aǧall šayḫ šahadtu‑hu bi‑Baġdād, min šuyūḫ al‑ṣūfiyya, wa‑akṯaru‑hum ḥurmatan wa‑haybatan ʿind (...)

29Des activités mystiques d’Abū Bakr al‑Ṭurayṯīṯī, on connaît peu de choses. Ibn al‑Ǧawzī indique qu’il possédait une zāwiya dans la steppe (al‑bādiya), et met en scène Abū Saʿd al‑Nīsābūrī protestant contre la petite taille du bâtiment et se promettant, s’il lui était donné de fonder son propre ribāṭ à Bagdad, de lui faire bâtir une porte suffisamment haute pour qu’elle puisse laisser passer un homme à cheval 75. Dans une autre anecdote rapportée par al‑Ḏahabī, Ibn Zahrāʾ se trouve aux côtés d’Abū Saʿd lors de l’inondation qui détruisit son ribāṭ en 466/1074 ; le šayḫ al‑šuyūḫ s’adresse à lui en le nommant « šayḫ Aḥmad » 76. Comme rapporté au chapitre précédent, Ibn al‑Ǧawzī mentionne qu’al‑Ṭurayṯīṯī faisait toutes les nuits l’appel à la prière du toit du ribāṭ d’Abū Saʿd, et précise que sa voix portait sur les deux rives de Bagdad. Il est donc raisonnable de penser qu’al‑Ṭurayṯīṯī résidait au ribāṭ de son ami le šayḫ al‑šuyūḫ. Sa double nisba (al‑Ṭurayṯīṯī ṯumma al‑Baġdādī 77) indique qu’il s’était fixé à Bagdad, où il mourut en 497/1104 et fut enterré au grand cimetière de Bāb Ḥarb 78. Il s’était installé à Bagdad depuis au moins trois décennies, car plusieurs anecdotes l’y mettent déjà en scène dans les années 460/1070 79. Le nombre important de ses disciples bagdadiens témoigne aussi en faveur d’un long séjour dans la capitale abbasside. Son disciple de ḥadīṯ Abū Ṭāhir al‑Silafī (m. 576/1180), qui dans sa jeunesse marquée par la pauvreté avait connu une période dédiée au taṣawwuf, affirmait n’avoir jamais connu, à Bagdad, de šayḫ soufi inspirant à ses disciples une telle vénération respectueuse (ḥurma, hayba80. En revanche, il ne nous renseigne pas sur le lieu où ces disciples se regroupaient autour de leur maître. Il est difficile de penser qu’il s’agissait du ribāṭ d’Abū Saʿd, dirigé par ce dernier puis, à sa mort, par son fils Ismāʿīl, mais aucun lieu d’exercice qui lui soit propre n’est signalé par les sources. Al‑Ṭurayṯīṯī représente ainsi la figure d’un maître soufi dont le souvenir ne s’est pas véritablement perpétué, mais dont la carrière se déroula en grande partie à Bagdad, dans la proximité du šayḫ al‑šuyūḫ Abū Saʿd al‑Nīsābūrī. Il incarne l’archétype du soufi‑ʿālim, versé en ḥadīṯ autant qu’en taṣawwuf et dont l’héritage principal, tel que présenté par ses biographes, résidait dans la transmission du ḥadīṯ.

  • 81 Tableau 3‑2, l. 7.
  • 82 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 57, notice n° 3696 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. Fat (...)
  • 83 Le terme ǧiwār a ici le sens de « proximité protectrice ».
  • 84 Ibn al‑Naǧǧār, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, t. 18, p. 130, notice n° 673.
  • 85 Ibn al‑Naǧǧār, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, t. 18, p. 130, notice n° 673.

30La figure de son contemporain Abū l‑Ḥasan ʿAlī b. Aḥmad al‑Bisṭāmī (m. 493/1100) 81 est bien différente, car il fait partie de ces quelques soufis qui n’avaient de connaissance dans aucune science traditionnelle. En dehors d’Ibn al‑Naǧǧār, ses biographes ne lui consacrent que quelques brèves lignes, pour rappeler qu’il était le šayḫ d’un ribāṭ de la rive occidentale. Construit par Abū l‑Ġanāʾim ibn al‑Maḥlibān, ce ribāṭ prit par la suite le nom d’al‑Bisṭāmī. On ne sait pas grand chose des activités d’al‑Bisṭāmī, en dehors du fait qu’il s’habillait de laine été comme hiver et que, bien que d’apparence pauvre, il laissa en héritage la somme importante de 4 000 dinars, qu’il avait pris la précaution de dissimuler en les enterrant 82. Ibn al‑Naǧǧār le met en scène dans un rôle d’admonestation du calife al‑Muqtadī : al‑Bisṭāmī l’aurait menacé, si le calife ne renonçait pas aux bonnes nourritures (volailles et sucreries, précise‑t‑il), et à porter du lin rūmī, de lui retirer sa protection (ǧiwār 83). Peu impressionné par ces réprimandes, al‑Muqtadī répondit en écrivant au verso de la lettre que tout cela était permis par la loi religieuse (šarʿ84. Ibn al‑Naǧǧār précise encore qu’al‑Bisṭāmī était arrivé à Bagdad afin de fuir la femme qu’il avait épousée, à Ghazna, et dont il venait de découvrir que les 70 époux précédents étaient tous décédés 85. Il est difficile d’interpréter ces deux anecdotes, qui semblent présenter al‑Bisṭāmī sous un jour plutôt peu favorable, alors qu’Ibn al‑Naǧǧār ne fait généralement montre d’aucune animosité particulière envers les soufis. On doit juste noter le peu de renseignements que l’on possède sur ce personnage, qui dirigeait pourtant l’un des grands ribāṭ‑s bagdadiens de l’époque.

  • 86 Tableau 3‑2, l. 45.
  • 87 Min aʿyān al‑ṣūfiyya, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, t. 16, p. 150, notice n° 142.
  • 88 Ibn al‑Naǧǧār localise ce ribāṭ au Karḫ, mais il s’agit sans doute d’une faute de lecture du copist (...)

31Les informations ne sont pas tellement plus abondantes sur la génération suivante de soufis. Plusieurs mystiques originaires d’Iran se fixèrent, à cette période, dans la capitale abbasside, tandis que d’autres se contentaient de venir en visiteurs, nombre d’entre eux pour y entendre le ḥadīṯ. C’est à cette dernière catégorie qu’appartenait Abū Naṣr ʿAbd al‑Wāḥid al‑Faḍlūsī (m. 569/1174) 86, qu’Ibn al‑Naǧǧār désigne comme faisant partie de « l’élite des soufis 87 » et qu’il présente comme doté de miracles ou actions prodigieuses (āyāt wa‑karāmāt). De ce personnage, on sait tout au plus qu’il avait un ribāṭ où il fut enterré 88, et qu’il parcourait la steppe (al‑bādiya) en dehors de la saison du pèlerinage. Ses biographes donnent, en revanche, une longue liste de ses maîtres de ḥadīṯ et de lecture coranique, précisent qu’il étudia, outre à Bagdad, à Ispahan et Alexandrie, et citent plusieurs de ses disciples.

  • 89 Tableau 3‑2, l. 32.
  • 90 Al‑Ḏahabī cite nommément 90 de ses disciples de ḥadīṯ (Taʾrīḫ al‑islām, t. 38, p. 112, notice n° 93 (...)
  • 91 Ibn Ḫallikān rapporte avoir assisté à une séance de cette sorte en rabīʿ 1 553/avril 1158 (Wafayāt (...)
  • 92 Dār al‑wazīr, Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 382.
  • 93 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 120.
  • 94 Ibn al‑Dimyāṭī, al‑Mustafād, t. 21, p. 113, notice n° 105.
  • 95 Lui‑même soufi transmetteur de ḥadīṯ et mort en 512/1119, à l’âge de 102 ou 103 ans si l’on en croi (...)
  • 96 Une fois de plus, cette dernière qualification est tardive, et n’intervient dans les sources qu’à p (...)
  • 97 Sur lequel voir « al‑Anṣarī al‑Harawī », EI2, t. I, p. 539‑540 (S. de Beaurecueil).
  • 98 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 38, p. 117.
  • 99 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 38, p. 112, notice n° 93. Ibn Ḫallikān, lui, donne comme lieu de rés (...)
  • 100 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, et Ibn Ḫallikān, Wafayāt al‑aʿyān, dans les notices citées ci‑dessus.
  • 101 Situé au sud du Nahr ʿĪsā, sur la rive occidentale.
  • 102 Ibn al‑Dimyāṭī et Ibn Ḫallikān, dans les notices citées ci‑dessus.

32Parmi les soufis orientaux qui choisirent de s’installer à Bagdad, il faut signaler Abū l‑Waqt ʿAbd al‑Awwal al‑Siǧzī (m. 553/1158) 89, originaire de Harat, qui passa les derniers mois de sa vie à Bagdad. Ses nombreux biographes lui consacrent de longues notices, moins pour ses qualités mystiques par ailleurs indiscutées qu’en raison du fait qu’il fut le dernier muḥaddiṯ à transmettre le Ṣaḥīḥ d’al‑Buḫārī d’après les enseignements d’Abū l‑Ḥasan al‑Dāwūdī (m. 467/1074), grande autorité du Khurasan, que son père lui avait fait entendre à Būšanǧ en 465/1072, alors qu’Abū l‑Waqt n’avait que sept ans. Cette audition (samāʿ) précoce lui valut une grande renommée, et il transmit la lecture ainsi reçue à d’innombrables disciples au cours de ses périples en Iran et Irak 90. S’étant arrêté à Bagdad sur le chemin du pèlerinage, il tint des séances de transmission de ḥadīṯ à la madrasa Niẓāmiyya 91, au palais du vizir 92, et vint également lire le Ṣaḥīḥ selon al‑Dāwūdī au cours du maǧlis tenu par Ibn al‑Ǧawzī au palais du ṣāḥib al‑maḫzan 93. Ces détails montrent son insertion parfaite dans le milieu des ulémas, dont il faisait partie. Quant à sa carrière mystique, les sources évoquent sa baraka, héritée 94 de son père Abū ʿAbd Allāh ʿĪsā b. Šuʿayyib al‑Siǧzī 95 ; elles le qualifient d’ascète (zāhid) et de soufi 96, et notent qu’il fut le disciple (ṣāḥib) de l’éminent šayḫ mystique de Harat, le hanbalite Abū Ismāʿīl ʿAbd Allāh b. Muḥammad al‑Anṣārī (m. 481/1089) 97, qui aurait modifié le ism de son disciple (originairement Muḥammad) ainsi que sa kunya 98. On sait également qu’à Bagdad, il résidait au ribāṭ d’al‑Bisṭāmī 99. Lorsqu’il mourut, il fut, sur sa demande, enterré à al‑Šūnīziyya 100, cimetière de prédilection des soufis bagdadiens de l’époque 101. La prière funéraire s’était déroulée à Ǧāmiʿ al‑Qaṣr, la mosquée califale, sous la direction de ʿAbd al‑Qādir al‑Ǧīlānī 102.

  • 103 Tableau 3‑2, l. 57.
  • 104 Contrairement à ce que pourrait laisser penser sa nisba. Voir al‑Ḏahabī, Taḏkirat al‑ḥuffāẓ, ṭabaqa(...)
  • 105 Al‑Ḏahabī, Taḏkirat al‑ḥuffāẓ, ṭabaqa 17/7, t. 4, p. 1356, notice n° 1103.
  • 106 Cette rencontre fait l’objet d’une longue relation dans la notice d’Abū l‑Waqt par al‑Ḏahabī (Taʾrī (...)
  • 107 Al‑Ḏahabī indique tantôt qu’il était le šayḫ des soufis du ribāṭ Arǧawānī, sur la rive orientale de (...)
  • 108 D’après al‑Ḏahabī, les califes lui confièrent à la fin de sa vie des missions diplomatiques dans «  (...)
  • 109 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 41, p. 232, notice n° 200.
  • 110 Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 5, p. 100, notice n° 2770.

33Quelques détails sont connus sur la vie de l’un de ses disciples, Abū Yaʿqūb Yūsuf al‑Šīrāzī (m. 585/1189) 103, né à Bagdad 104. Al‑Ḏahabī indique qu’il avait étudié le ḥadīṯ (près d’une vingtaine de maîtres sont cités, entendus dans différentes villes de l’Iran, de l’Irak et de la Syrie), mais précise qu’il le transmit très peu 105. Il rapporte également le récit de sa rencontre avec le šayḫ Abū l‑Waqt, qui devint son maître 106. Abū Yaʿqūb Yūsuf l’avait recherché jusqu’au fin fond du Kerman, afin d’en entendre le ḥadīṯ (la fameuse version du Ṣaḥīḥ d’al‑Buḫārī d’après la lecture d’al‑Dāwūdī) et d’en recueillir la baraka. Il suivit son maître à Bagdad en 552/1157, alors que lui‑même était alors âgé d’à peine 23 ans. On ne connaît pas les détails de sa carrière, mais ses biographes précisent qu’il devint šayḫ de ribāṭ 107 à Bagdad, et il était suffisamment proche des milieux abbassides pour devenir l’envoyé du calife dans des missions diplomatiques 108. On ne sait pas laquelle de ces fonctions lui permit de s’enrichir, mais il est décrit, à la fin de sa vie, comme un personnage en vue, à la tête d’un patrimoine conséquent 109. On ne ne sait rien non plus de l’articulation des trois domaines de compétence du personnage – la transmission du ḥadīṯ, la direction de ribāṭ et la diplomatie –, ni s’il exerça ces activités de façon contemporaine ou si elles représentent différentes étapes de sa vie. À sa mort, il fut enterré, comme son maître, au cimetière d’al‑Šūnīziyya 110.

  • 111 Tableau 3‑2, l. 19.
  • 112 L’expression est du tardif Ibn al‑ʿImād, Šaḏarāt al‑ḏahab, t. 6, p. 137.
  • 113 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 184, notice n° 3992.
  • 114 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 184, notice n° 3992.
  • 115 Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 148.

34Les liens d’Abū Yaʿqūb Yūsuf au pouvoir étaient‑ils hérités de son père ? Celui‑ci, Abū l‑Wafāʾ Aḥmad (m. 528/1133) 111, était également un šayḫ soufi, entouré de disciples (murīdūn112, résidant au ribāṭ d’al‑Zawzanī et utilisant chant et danse au cours du samāʿ 113. C’est en son honneur qu’avait eu lieu la cérémonie funéraire « à la façon soufie » signalée plus haut. Si l’on ne sait pas grand chose de ses activités mystiques, Ibn al‑Ǧawzī précise qu’outre une foule nombreuse témoignant de sa popularité à Bagdad et à laquelle s’étaient bien entendu joints les soufis (al‑mutaṣawwifa), assistèrent à son enterrement les militaires (al‑ǧund), les plus hauts fonctionnaires de l’État abbasside (arbāb al‑dawla) et le qāḍī l‑quḍāt 114. Sibṭ ibn al‑Ǧawzī ajoute à cette liste les deux naqīb‑s de Bagdad, ainsi que les plus proches serviteurs du calife (les ḫādim‑s de la ḫāṣṣa115. Abū l‑Wafāʾ fut enterré devant le ribāṭ où il avait résidé.

Lignages, ribāṭ‑s et liens aux puissants : la structuration du soufisme bagdadien

35Si ces portraits renseignent assez peu sur la nature des activités mystiques auxquelles se livraient ces personnages, ou sur le fonctionnement interne des ribāṭ‑s où ils dirigeaient des communautés de disciples, ils laissent entrevoir l’importance sociale qu’avaient acquise certains šayḫ‑s soufis au cours du vie/xiie siècle et leur proximité avec les milieux du pouvoir.

  • 116 Tous quatre choisirent de se fixer à Damas. Les soufis restants sont d’appartenance géographique in (...)
  • 117 « Al‑Suhrawardī, Abū ’l‑Nadjīb », EI2, t. IX, p. 778 (F. Sobieroj) ; tableau 3‑2, l. 36.
  • 118 Pour la période, 17 des 20 personnages dont on connaît la région d’origine, sur les 21 mystiques d’ (...)

36Sur les 119 soufis recensés par la base de données, 46 étaient des Bagdadiens de naissance et 53 de simples visiteurs, de plus ou moins longue durée. 21 soufis qui n’étaient pas originaires de la capitale abbasside s’y fixèrent définitivement, ce qui prouve l’attractivité de la ville en matière d’opportunités offertes aux mystiques ; ce point est corroboré par le fait que seuls quatre soufis bagdadiens émigrèrent définitivement 116. Dans le second tiers du vie/xiie siècle en particulier, Bagdad, avec la présence de grands maîtres soufis comme ʿAbd al‑Qādir al‑Ǧīlānī (m. 561/1165) ou Abū l‑Naǧīb al‑Suhrawardī (m. 563/1168) 117, représentait un pôle particulièrement attractif pour les adeptes de l’apprentissage mystique. La faveur accordée aux soufis par les milieux sultaniens puis califaux, ainsi que la multiplication d’institutions abritant les mystiques et leurs activités, représentaient autant de facteurs susceptibles d’inciter des soufis étrangers à se fixer à Bagdad. Et de fait, un certain nombre de soufis, venus essentiellement des régions iraniennes du dār al‑islām (Ǧibāl et Khurasan en particulier) 118, s’installèrent à Bagdad au cours de cette période.

37Le vie/xiie siècle vit ainsi le développement et la structuration du phénomène mystique à Bagdad. Les soufis y étaient plus nombreux qu’au siècle précédent, plus nettement distingués des simples zāhid‑s ; c’est aussi de cette époque que date l’implantation à Bagdad de véritables lignages de soufis, conjointement au développement de l’institution du ribāṭ. Soufis locaux comme étrangers bénéficiaient en effet, dans la capitale abbasside, d’un solide réseau d’institutions qui leur étaient destinées, les ribāṭ‑s ou ḫānqāh‑s.

Les ribāṭ‑s bagdadiens, des établissements non exclusivement dévolus à la mystique

La multiplication des ribāṭ‑s à Bagdad

  • 119 Sur les différentes réalités désignées sous le terme ribāṭ, voir les articles « Ribāṭ », EI2, t. VI (...)
  • 120 On note quelques utilisations ponctuelles du terme par Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān (ex. éd.  (...)
  • 121 Pour désigner une structure de plus petite taille mais abritant des activités similaires, comme dan (...)

38Le terme ribāṭ renvoyait, à l’époque médiévale, à des édifices de types et de fonctions variés, de la place forte frontalière accueillant des combattants du ǧihād, les murābiṭūn, aux établissements destinés à héberger des voyageurs de passage aussi bien qu’à regrouper des communautés de soufis autour d’un maître 119. Dans le contexte bagdadien des vevie/xiexiie siècles, le mot désignait ce second type d’établissement, qui avait entre autres fonctions celle d’abriter des mystiques et leur šayḫ. Le terme ḫānqāh, qui désigne une structure de même type, est presque absent pour la période 120, et le terme zāwiya n’est utilisé que ponctuellement 121.

  • 122 Le ribāṭ d’al‑Zawzanī et le ribāṭ de ʿAttāb (tableau 3‑1, l. 1 et 2). Ibn al‑Ǧawzī attribue la fond (...)
  • 123 Voir le tableau 3‑1 : « Ribāṭ‑s bagdadiens jusqu’à la fin du vie/xiie siècle ». Contrairement aux m (...)

39Contrairement aux madrasas, plus tardives, l’histoire de l’implantation des ribāṭ‑s dans le paysage bagdadien est antérieure à l’arrivée des Seldjoukides, puisque deux ribāṭ‑s au moins existaient déjà à Bagdad au milieu du ve/xie siècle 122. Les fondations de ribāṭ‑s se multiplièrent au cours de la période seldjoukide, en particulier au vie/xiie siècle, où plus d’une trentaine de nouveaux ribāṭ‑s furent édifiés 123.

  • 124 Tableau 3‑1, l. 4 ; sur ce personnage, voir le tableau 3‑2, l. 7, et ci‑dessus.
  • 125 Sur ces événements, voir Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 317‑318.
  • 126 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 331.
  • 127 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 61 et 164. Comme l’indique sa proximité avec les ʿUqaylides de (...)
  • 128 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 61 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 352 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, (...)
  • 129 Al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 23 ; Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 72‑73 et 75 ; Sibṭ ibn al (...)

40Dans la seconde moitié du ve/xie siècle, la seule fondation évoquée est celle du ribāṭ qui prit le nom du premier šayḫ qui le dirigea, Abū l‑Ḥasan al‑Bisṭāmī 124. Ce ribāṭ fut fondé par un personnage mal connu mais visiblement important, Abū l‑Ġanāʾim Muḥammad b. ʿAlī ibn al‑Maḥlibān. Proche du souverain ʿuqaylide Qurayš b. Badrān, Ibn al‑Maḥlibān avait connu des démêlés, à la toute fin de la période bouyide, avec l’émir al‑Basāsīrī 125. Son itinéraire politique fut rempli de volte‑face : après avoir échappé de peu à l’exécution de la main de l’émir chiite, il fut nommé nāẓir de Wasit par son allié, le vizir abbasside Raʾīs al‑ruʾasāʾ ibn al‑Muslima. Il s’opposa alors au gouverneur seldjoukide de la région, et passa brièvement sous obédience fatimide, faisant faire la ḫuṭba à Wasit au nom des califes du Caire 126. Profitant de la situation troublée de ces années pour obtenir le pardon de Raʾīs al‑ruʾasāʾ, il joua par la suite un rôle crucial lors de la fitna de l’émir chiite, mettant à l’abri la famille de Raʾīs al‑Ruʾasāʾ, exécuté en 450/1059, puis les proches du calife al‑Qāʾim, à savoir sa fille, sa mère et son petit‑fils 127. En récompense, il eut l’honneur, lors du retour de la famille abbasside à Bagdad en 452/1060, après l’exécution d’al‑Basāsīrī, de porter sur ses épaules le jeune prince ʿUddat al‑dīn Abū l‑Qāsim, alors âgé de quatre ans, qui deviendrait calife à la mort de son grand‑père sous le nom d’al‑Muqtadī 128. En 454/1062, ce fut encore lui qui fut choisi comme intermédiaire entre le calife al‑Qāʾim et le sultan Ṭuġril Beg qui réclamait d’épouser la fille de ce dernier 129. Ses interventions le désignent comme l’un de ces émirs des régions voisines de l’Irak (en l’occurrence, de la Ǧazīra) qui menaient leur carrière en passant successivement au service des principaux pouvoirs de la région, Abbassides compris, mais dont les loyautés restaient mouvantes. Le fait qu’il ait fondé un ribāṭ à Bagdad témoigne de sa richesse. L’édifice était certainement doté de waqf‑s conséquents, car ce ribāṭ et ses šayḫ‑s sont régulièrement mentionnés tout au long du vie/xiie siècle. La direction de ce ribāṭ passa, après la mort d’al‑Bisṭāmī en 493/1100, aux membres de la famille Mayhanī, mais son nom de ribāṭ d’al‑Bisṭāmī fut conservé.

  • 130 Tableau 3‑1, l. 6 à 18.
  • 131 Sur Bahrūz, voir le tableau 14‑2, l. 15.
  • 132 Tableau 3‑1, l. 6.
  • 133 Tableau 3‑1, l. 14.
  • 134 Tableau 3‑1, l. 12. Sur Abū l‑Naǧīb al‑Suhrawardī, voir le tableau 3‑2, l. 36.

41Dans la première moitié du vie/xiie siècle, une douzaine de nouveaux ribāṭ‑s sont signalés par les sources 130. Le plus célèbre était probablement le ribāṭ de Bahrūz, ancien ḫādim du sultan Masʿūd, qui fut šiḥna de Bagdad, wālī de l’Irak, et supervisa à Bagdad un grand nombre des travaux entrepris par les sultans seldjoukides, en particulier la construction de la mosquée du sultan, Ǧāmiʿ al‑Sulṭān, qui s’échelonna entre 484/1091 et 524/1130. Bahrūz mourut en 540/1145 131. Il avait fondé à Bagdad deux ribāṭ‑s. Le plus célèbre, inauguré au tout début du siècle, en 502/1108, se trouvait sur la rive orientale, près de la madrasa Niẓāmiyya 132 ; destiné aux soufis, il fut confié à des šayḫ‑s provenant du Ǧibāl iranien. Le second, moins souvent évoqué par les sources, était également situé sur la rive orientale, mais hors les murs ; il avait pour fonction d’abriter les anciens ḫādim‑s, et Bahrūz y fut enterré 133. Un autre ribāṭ soufi d’importance passe pour avoir été construit par le šayḫ soufi Abū l‑Naǧīb al‑Suhrawardī (m. 563/1168) à l’emplacement d’une « ruine » (ḫariba) où il avait l’habitude de se réfugier avec ses disciples, sur la berge du Tigre, sur la rive occidentale 134.

  • 135 Tableau 7‑5, l. 19.
  • 136 Tableau 3‑1, l. 18.
  • 137 Tableau 3‑2, l. 50.
  • 138 Tableau 3‑1, respectivement l. 22 et 27.
  • 139 L’une des éditions de Sibṭ ibn al‑Ǧawzī fait également de lui le fondateur d’un ḫānqāh situé sur la (...)
  • 140 Tableau 3‑1, l. 30.

42Une vingtaine d’autres ribāṭ‑s apparurent dans la seconde partie du vie/xiie siècle, portant à près de quarante le nombre des édifices de ce type en activité à Bagdad. Certains avaient été fondés par des personnages proches des milieux du pouvoir abbasside, tels que Šaraf al‑dawla ʿAlī ibn Ṣadaqa (m. 552/1157) 135, ṣāḥib al‑maḫzan devenu vizir, fondateur d’un ribāṭ soufi sur la rive occidentale où il se retira à la fin de ses jours 136, ou encore Faḫr al‑dawla ibn al‑Muṭṭalib (m. 578/1183) 137, dont le père était vizir et le frère ustāḏ al‑dār, et qui utilisa sa fortune pour fonder une madrasa chafiite, deux ribāṭ‑s (l’un destiné aux soufis, l’autre aux femmes 138) et un masǧid sur la rive orientale, et une mosquée‑ǧāmiʿ surplombant le Tigre, sur la rive occidentale 139. Le premier ribāṭ institué par un calife date de la fin de la période : il s’agit de l’établissement fondé par al‑Nāṣir, connu sous le nom de ribāṭ du calife (ribāṭ al‑ḫalīfa), situé sur la rive occidentale, près du mausolée (turba) de son épouse Salǧūqa Ḫātūn al‑Aḫlāṭiyya (m. 584/1188) 140.

  • 141 Sur son ribāṭ : tableau 3‑1, l. 8. On n’en connaît pas les particularités, mais les individus qui s (...)
  • 142 Tableau 3‑1, l. 13. Ibn al‑ʿImād est le seul à attribuer la fondation de ce ribāṭ au sultan Masʿūd (...)
  • 143 Tableau 3‑1, l. 23.
  • 144 Ibn al‑Ǧawzī en rapporte l’inauguration en raǧab 573/décembre 1177, et précise qu’il fut confié à l (...)
  • 145 Tableau 3‑1, l. 28.
  • 146 Tableau 3‑1, l. 10. Il n’est cependant pas précisé si Fāṭima avait elle‑même fondé ce ribāṭ. Al‑Ḏah (...)
  • 147 Tableau 15‑3, l. 63.
  • 148 Tableau 3‑1, l. 24. On sait peu de choses de ce ribāṭ, en dehors du fait que la direction ainsi que (...)

43Il est à noter qu’au cours du vie/xiie siècle, plusieurs ribāṭ‑s furent fondés par des femmes, princesses de l’entourage califal ou lettrées et ascètes issues de familles d’ulémas. La première fondation d’une femme de milieu princier fut le ribāṭ Arǧawānī, fondé par la concubine (ǧāriya) arménienne Arǧawān, mère du calife al‑Muqtadī, qui mourut en 512/1118 141. Dans le premier tiers du vie/xiie siècle, un autre ribāṭ fut construit à Bāb al‑Azaǧ, sur la rive orientale, par l’épouse du calife al‑Mustaẓhir, dont la direction fut confiée au wāʿiẓ controversé al‑Burhān ʿAlī al‑Ġaznawī (m. 551/1156) 142. En 573/1178, une autre femme mécène issue de l’entourage abbasside, Banafšā (m. 598/1201), la concubine du calife al‑Mustaḍīʾ, fonda également un ribāṭ 143. Situé à Sūq al‑Madrasa, sur la rive orientale, il était destiné aux femmes soufies (al‑ṣūfiyyāt) et la direction en fut confiée à la sœur d’un soufi renommé 144. Zumurrud Ḫātūn, mère du calife al‑Nāṣir, fonda à son tour un ribāṭ quelques années plus tard, fin 579/1184 145. Doté d’une bibliothèque (dār al‑kutub), il était connu sous le nom de ribāṭ d’al‑Maʾmūniyya, en référence au quartier de la rive orientale où il était implanté. Quant aux fondations dues à des femmes lettrées, la première était destinée aux femmes ascètes (al‑zāhidāt) et dirigée par la transmetteuse de ḥadīṯ et wāʿiẓa Fāṭima bint al‑Ḥusayn al‑Rāzī (m. 521/1127) 146. La seconde était due à la célèbre transmetteuse de ḥadīṯ Šuhda bint al‑Ibarī (m. 574/1178) 147. Visiblement destiné aux hommes soufis, ce ribāṭ était situé sur l’esplanade de la mosquée du palais, en plein cœur des quartiers califaux 148.

  • 149 Voir le cas de l’ascète (zāhid) grammairien al‑Kamāl Abū l‑Barakāt ibn al‑Anbārī (m. 577/1181), ret (...)

44On ne saurait considérer de façon uniforme les divers ribāṭ‑s bagdadiens, du petit établissement centré autour d’un šayḫ et de ses disciples, ou même, comme c’était encore le cas au vie/xiie siècle, réservé à un unique personnage, en général un ascète retiré du monde 149, au grand ribāṭ ouvert sur l’extérieur, accueillant de nombreux voyageurs et où se déroulaient des séances de waʿẓ et de transmission du ḥadīṯ. Si Bagdad comptait, à la fin du vie/xiie siècle, plus d’une trentaine de ces établissements, bon nombre d’entre eux ne sont mentionnés qu’à une unique reprise par les sources, et sans doute les plus modestes restent‑ils inconnus.

  • 150 Au total, neuf des 36 ribāṭ‑s signalés pour la période étaient situés sur la rive occidentale, et 2 (...)

45Cinq ribāṭ‑s étaient particulièrement importants dans la Bagdad seldjoukide. Deux étaient situés sur la rive occidentale : le ribāṭ d’al‑Zawzanī, près de Ǧāmiʿ al‑Manṣūr, et le ribāṭ d’al‑Bisṭāmī, installé en bordure du Tigre, au niveau du canal de Nahr ʿĪsā. Les trois autres se trouvaient sur la rive orientale : le ribāṭ d’Abū Saʿd le soufi (ou ribāṭ du šayḫ al‑šuyūḫ) à Nahr Muʿallā, au nord du Dār al‑Ḫilāfa, stratégiquement situé entre les palais califaux et le quartier sultanien ; le ribāṭ de Bahrūz le ḫādim, près de la madrasa Niẓāmiyya et de Bāb al‑Marātib, et le ribāṭ Arǧawānī à Darb Zāḫī. Dans la deuxième partie du vie/xiie siècle, ces établissements étaient encore en activité, et il faut leur adjoindre deux importantes fondations du dernier quart de ce siècle : le ribāṭ de Zumurrud Ḫātūn à al‑Maʾmūniyya, sur la rive orientale, et celui du calife al‑Nāṣir, sur la rive opposée. Ainsi, si une majorité de ribāṭ‑s étaient situés sur la rive orientale de Bagdad, la rive occidentale comptait également quelques‑uns des plus importants ribāṭ‑s de l’époque 150.

Les activités abritées par les ribāṭ‑s

  • 151 Šihāb al‑dīn al‑Suhrawardī, d’après son biographe Ibn al‑Dubayṯī, dirigeait plusieurs ribāṭ‑s, cert (...)
  • 152 Comme c’est explicitement le cas pour 11 des ribāṭ‑s de la période (tableau 3‑1, l. 1, 3, 4, 6, 8, (...)
  • 153 Huit cas : tableau 3‑1, l. 4, 5, 18, 19, 26, 34, 35, 36. Le terme est particulièrement fréquemment (...)
  • 154 Voir les lignes 2, 10, 14 et 27 du tableau 3‑1.

46Les ribāṭ‑s bagdadiens sont signalés à des occasions diverses, qui ne sont pas toutes liées au soufisme. Que les ribāṭ‑s n’aient pas été exclusivement destinés à héberger des communautés mystiques, c’est un fait largement attesté par les sources 151, qui précisent lesquels de ces établissement étaient réservés aux soufis, hommes ou femmes (ribāṭ li‑l‑ṣūfiyya, li‑lmutaṣawwifa 152, ou encore li‑l‑fuqarāʾ 153, terme plus ambigu qui désigne de plus en plus exclusivement les soufis au cours de la période). Quant aux autres ribāṭ‑s, il s’agissait soit de petites structures abritant un ʿālim ascète ou un wāʿiẓ renommé, soit de bâtiments d’hébergement collectif réservés à une catégorie particulière de personnes, au statut économique ou social précaire : nécessiteux, femmes (sans qu’elles soient forcément ascètes) ou anciens ḫādim‑s 154.

  • 155 Le wāʿiẓ ašʿarite Abū Naṣr al‑Qušayrī y prêcha en 469/1076 (Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 413 ; a (...)
  • 156 Il brûla au cours de la fitna d’al‑Basāsīrī en 450/1058 (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 34), (...)
  • 157 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 18, et Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1 (...)

47L’établissement le plus fréquemment mentionné par les chroniques est le ribāṭ d’Abū Saʿd le soufi, qui offrait un abri et un lieu d’activité aux wāʿiẓ‑s ašʿarites de passage à Bagdad 155, et fut matériellement endommagé à plusieurs occasions 156. Les dictionnaires biographiques signalent neuf personnages y ayant résidé : à deux exceptions près, tous étaient décédés entre la fin du ve/xie siècle et le premier quart du vie/xiie. Parmi eux, on rencontre quatre soufis, quatre wāʿiẓ‑s et plusieurs transmetteurs de ḥadīṯ. Ce ribāṭ était donc essentiellement destiné aux activités des soufis et des prédicateurs, en particulier ašʿarites, ce qui le place résolument dans la sphère d’influence seldjoukide. C’est dans ce ribāṭ que s’installa Abū Ḥāmid al‑Ġazālī lors de son retour à Bagdad après trois ans d’absence et son « tournant » soufi, en ḏū l‑qaʿda 488/novembre 1095, et où il tint des séances quotidiennes très prisées du public bagdadien 157.

  • 158 Visiteur dont la date de décès nous est inconnue ; voir al‑Bundārī, Taʾrīḫ Baġdād, folio 30 recto.
  • 159 Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 4, p. 316, notice n° 2141.
  • 160 Il s’agit d’Abū ʿAbd Allāh Muḥammad ibn al‑Turkī, qui résidait à Wasit et mourut en 598/1202 ; voir (...)
  • 161 Abū l‑Ḥasan ibn al‑Daǧāǧī, mort en 564/1169 ; tableau 3‑2, l. 39.
  • 162 Tenues par Abū l‑Futūḥ al‑Ġazālī (m. 520/1126), voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 237, noti (...)
  • 163 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 32 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 184
  • 164 Par exemple Abū Ǧāʿfar Muḥammad b. Saʿd al‑maššāṭ, mort après 561/1165 (Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ (...)
  • 165 Comme Abū l‑Mafāḫir ʿAlī al‑Bayhaqī, connu sous le nom d’Ibn al‑Mustawfī (m. 577/1181) (Ibn al‑Duba (...)
  • 166 Par son disciple et successeur al‑Badīʿ Abū l‑Muẓaffar ʿAbd al‑Ṣamad al‑Zanǧānī (m. 581/1185) ; voi (...)

48On trouve également la trace du passage de sermonnaires hébergés au ribāṭ d’al‑Bisṭāmī, comme le wāʿiẓ Abū l‑Faḍl al‑ruwāsī 158. En revanche, parmi les 12 personnages signalés pour avoir résidé, durablement ou lors d’un passage à Bagdad, au ribāṭ d’al‑Zawzanī, on rencontre neuf soufis, un médecin (qui avait épousé la fille du šayḫ du ribāṭ) et plusieurs transmetteurs de ḥadīṯ, mais seulement deux wāʿiẓ‑s. L’un fut le šayḫ de ce ribāṭ : Abū Ḥafṣ ʿUmar b. Ibrāhīm al‑Turkastānī (m. 602/1205), éloquent wāʿiẓ et soufi venu de Wasit 159. Le second était son frère, auquel il servait parfois de suppléant (nāʾib), mais on ne possède aucun renseignement précis sur son activité en tant que wāʿiẓ 160. Les sources signalent par ailleurs une vingtaine de personnages ayant fréquenté le ribāṭ de leur vivant ou qui y furent enterrés, parmi lesquels un seul autre wāʿiẓ, qui se trouvait être aussi un faqīh hanbalite 161. Il y avait donc une nette différence entre le ribāṭ d’Abū Saʿd, où se déroulaient des séances de prédication ašʿarite, et le ribāṭ d’al‑Zawzanī, essentiellement consacré aux activités des soufis qui y résidaient. Des séances de waʿẓ se déroulaient également dans le ribāṭ de Bahrūz 162, dans le ribāṭ Arǧawānī, où officiait le wāʿiẓ ašʿarite Abū l‑Futūḥ al‑Isfarāʾīnī (m. 538/1144) 163 et d’autres prédicateurs, ašʿarites 164 ou non 165, ainsi qu’au ribāṭ d’Abū l‑Naǧīb al‑Suhrawardī 166, et occasionnellement dans d’autres institutions de ce type.

  • 167 Il fut ainsi touché par un incendie en 510/1116 (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 145) puis dét (...)
  • 168 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 242.

49Le ribāṭ de Bahrūz le ḫādim est signalé pour les catastrophes qu’il eut à subir 167, et pour avoir été le théâtre d’une fitna déclenchée, en 521/1127, par un affrontement entre les troupes du calife al‑Mustaršid et celles du sultan Maḥmūd. Au cours de cette émeute, les ʿawāmm, qui se livraient au pillage de la ville et des palais des notables seldjoukides, pénétrèrent dans le ribāṭ et affrontèrent les soufis qui s’y trouvaient 168. Il faut préciser que les pillages avaient explicitement pris pour cible les palais des dignitaires seldjoukides (aṣḥāb al‑sulṭān), comme le vizir et le chargé des finances (mustawfī). Bahrūz lui‑même était au service des sultans, et occupait par intermittence, depuis une vingtaine d’années, la fonction de šiḥna de Bagdad ; on peut donc considérer que cette tentative de pillage était dirigée, soit contre Bahrūz en tant que personnage public au service des sultans, soit contre certains soufis associés, dans l’esprit des Bagdadiens, au pouvoir seldjoukide, particulièrement dans cette institution de coloration pro‑ašʿarite.

  • 169 En 532/1137 par exemple, on crucifia un soufi du ribāṭ d’al‑Bisṭāmī, accusé d’avoir frappé à mort u (...)
  • 170 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 323, et al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 36, p. 203.
  • 171 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 183.
  • 172 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 213. Les affinités anciennes existant entre la famille de Raʾī (...)

50Les autres ribāṭ‑s bagdadiens ne sont pratiquement jamais mentionnés par les chroniques, ou bien à titre anecdotique 169. Les ribāṭ‑s pouvaient jouer un rôle de refuge pour certains dignitaires politiques en disgrâce qui se protégeaient de leurs ennemis en se retirant dans un de ces établissements. Il leur fallait parfois, pour cela, se faire soufi. Ce fut temporairement le cas, en šaʿbān 531/mai 1137, du gouverneur (wālī) Abū l‑Karam, que le šiḥna de Bagdad accusait de ne pas obéir à ses ordres. Assigné au ribāṭ d’Abū l‑Naǧīb al‑Suhrawardī, le wālī se rasa les cheveux, se repentit et prit brièvement la ḫirqa soufie, avant de réintégrer son poste 170. C’est à nouveau dans ce ribāṭ que se réfugia le même wālī en 538/1143, lors de l’arrivée du sultan Masʿūd à Bagdad 171. En ǧumādā 1 570/décembre 1174, lorsque le vizir Abū l‑Faraǧ ibn Raʾīs al‑ruʾasāʾ fut démis de ses fonctions, c’est au ribāṭ d’Abū Saʿd le soufi qu’il trouva refuge, accompagné de ses enfants ; on les y enferma pour s’assurer qu’ils ne pussent s’enfuir 172. Le ribāṭ retrouvait ainsi une de ses fonctions étymologiques, celle de place forte, dans ce cas lieu d’emprisonnement plus que place défensive.

  • 173 Par exemple : Zaʿīm al‑dawla Abū ʿAbd Allāh Muḥammad ibn al‑Muṭṭalib (m. 547/1152), fils du vizir M (...)
  • 174 Voir, à titre d’exemple, le ḥadīṯ transmis de la bouche d’Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Aʿazz al‑Suhra (...)
  • 175 Exemple : Abū Suǧāʿ Muḥammad ibn Munǧiḥ (m. 581/1185), résident du ribāṭ Arǧawānī (Ibn al‑Dubayṯī, (...)

51Les ribāṭ‑s, tout comme d’autres établissements accueillant des ulémas – masǧid‑s, mosquées‑ǧāmiʿ, madrasas –, étaient des lieux de transmission du savoir traditionnel. Soufis et voyageurs y transmettaient le ḥadīṯ, de façon occasionnelle ou régulière 173. Ibn al‑Dubayṯī, en particulier, évoque fréquemment des ḥadīṯ‑s qu’il avait entendus de la bouche de maîtres soufis ou d’ulémas résidant dans divers ribāṭ‑s de Bagdad 174. Certains faqīh‑s rendaient aussi des fatwas dans les ribāṭ‑s où ils résidaient 175. Comme mentionné plus haut, les principaux šayḫ‑s soufis de Bagdad sont presque tous signalés pour avoir transmis le ḥadīṯ, la plupart du temps dans leur ribāṭ, auprès d’une audience dépassant le cercle de leurs disciples en taṣawwuf.

52Pour résumer, si les divers ribāṭ‑s de Bagdad hébergeaient bien les activités des mystiques, ils n’étaient en aucun cas réservés aux seuls soufis, puisque des voyageurs, des savants ou même des dignitaires politiques y résidaient occasionnellement. Certains d’entre eux, en particulier le ribāṭ d’Abū Saʿd, abritaient aussi les activités des sermonnaires ašʿarites de passage à Bagdad. Plus largement, le waʿẓ, qu’il fût ou non ašʿarite, avait droit de cité dans les ribāṭ‑s, tout comme dans les madrasas, et les séances de prédication étaient ouvertes à un public extérieur. Il serait donc erroné de considérer les ribāṭ‑s comme des institutions closes, des enclaves dédiées au seul soufisme au sein de l’univers urbain dont ils auraient été isolés par de hauts murs. Ces établissement apparaissent plutôt comme des lieux dédiés à des activités religieuses de tous types : pratiques soufies comme le ḏikr ou le samāʿ, mais aussi séances de waʿẓ ou transmission du ḥadīṯ. Loin d’être des « couvents soufis » – comme le terme est souvent improprement traduit –, des institutions coupées du reste de la société bagdadienne, les ribāṭ‑s de la Bagdad seldjoukide se trouvaient en contact constant avec le monde qui leur était contemporain.

  • 176 Sur ce personnage, versé dans les disciplines littéraires, voir le tableau 3‑2, l. 44.
  • 177 Le célibat était cependant suffisamment répandu pour qu’Ibn al‑Ǧawzī le fustige parmi les pratiques (...)

53Inversement, tous les soufis ne résidaient pas en ribāṭ, comme en témoigne le cas d’Abū l‑Qāsim Nāṣir al‑Ḫuwayy (m. 567/1171), qui vécut successivement dans les quartiers d’al‑Tūṯa puis de Ǧāmiʿ al‑Manṣūr 176. Enfin, comme l’atteste le grand nombre de lignages de soufis qui se formèrent à Bagdad, les mystiques étaient loin de tous pratiquer le célibat 177. On ne sait rien, cependant, de l’endroit où résidaient leurs épouses et leurs enfants, comme on ignore si la vie en ribāṭ était réservée aux soufis célibataires, ou si les mystiques chargés de famille y effectuaient aussi des séjours, provisoires ou permanents.

  • 178 Ibn al‑Ǧawzī évoque régulièrement ces séances, auxquelles il était convié, et précise qu’il assista (...)
  • 179 Voir à ce sujet A. Hartmann, An‑Nāṣir li‑Dīn Allāh (1180‑1225).

54Les activités mystiques à proprement parler n’étaient pas non plus cantonnées dans l’enceinte des ribāṭ‑s où résidaient les soufis. L’une des nouveautés de la seconde moitié du vie/xiie siècle consista ainsi à convoquer tous les ans, au mois de raǧab, les plus importants soufis de la ville au palais abbasside pour une séance de samāʿ à laquelle assistaient le calife et ses hauts dignitaires (arbāb al‑dawla), ainsi que des ulémas réputés qui n’étaient en rien des soufis 178. À cette occasion, des qaṣīda‑s de louange étaient récitées en l’honneur du calife, puis les soufis recevaient de la part de ce dernier des dons en argent et des robes d’honneur. Cette pratique, qui débuta sous le califat d’al‑Mustanǧid et se poursuivit sous celui d’al‑Mustaḍīʾ, préfigurait l’importance prise par le soufisme dans le système politico‑idéologique mis en place par leur successeur al‑Nāṣir dans les dernières décennies du vie/xiie siècle 179.

Le ribāṭ, lieu de sépulture

  • 180 Plus précisément 13 soufis, un transmetteur de ḥadīṯ, deux ustāḏ al‑dār, un qāḍī l‑quḍāt, un médeci (...)

55Une autre fonction des ribāṭ‑s contribuait à intégrer ce type d’institution dans l’espace urbain et à accentuer la mixité entre les soufis et leurs contemporains : il s’agit de leur rôle comme lieux de sépulture. Au cours de la période, il devint de plus en plus prisé pour de grands personnages sans rapport aucun avec la mystique de se faire enterrer auprès d’un ribāṭ. Les dictionnaires biographiques signalent 42 personnages qui furent ensevelis dans les cimetières attenants aux principaux ribāṭ‑s bagdadiens. Parmi eux, on compte 21 soufis, mais également plusieurs dignitaires politiques (quatre ustāḏ al‑dār dont deux furent également vizirs, deux šiḥna‑s, un ʿāmil au service du calife), un qāḍī l‑quḍāt, deux faqīh‑s (un chafiite et un hanbalite), quatre muḥaddiṯ‑s et un grammairien. L’accentuation de ce phénomène au cours de la période est directement perceptible : sur ces 42 personnages, sept étaient décédés dans la seconde moitié du ve/xie siècle, 14 dans la première moitié du vie/xiie, et 20 dans la seconde moitié. 21 d’entre eux, en majorité des soufis 180, furent enterrés dans le cimetière (maqbara) adjacent au ribāṭ d’al‑Zawzanī, en face de Ǧāmiʿ al‑Manṣūr.

56Le choix des ribāṭ‑s comme lieux de sépulture, en concurrence avec les cimetières où étaient traditionnellement ensevelis les notables de la ville, illustre bien le prestige acquis par les plus célèbres de ces établissements en l’espace d’un bon siècle. La multiplication de ces institutions avait aussi entraîné d’importantes évolutions parmi la population soufie de la ville. D’une part, les ribāṭ‑s, fondations dotées de waqf‑s et donc de revenus, assuraient un minimum de confort matériel (logement et nourriture) aux communautés mystiques qui y résidaient, et étaient donc susceptibles d’attirer à Bagdad des soufis étrangers. D’autre part, chaque ribāṭ était dirigé par un šayḫ qui se trouvait en position éminente en regard des autres soufis, non seulement en matière de direction spirituelle, mais également en termes de prestige social et d’accès aux puissants. Dans ce contexte, certains lignages s’implantèrent durablement dans le paysage social du soufisme bagdadien et parvinrent, au cours de la période, à confisquer la direction (mašyaḫa) des principaux ribāṭ‑s de la ville.

Une élite soufie : les šayḫ‑s et le šayḫal‑šuyūḫ

Šayḫ‑s soufis, directeurs de ribāṭ‑s et inspecteurs des waqf‑s

57Le terme šayḫ (pl. šuyūḫ), décerné à un mystique, désignait un maître soufi entouré de ses disciples. À l’époque des ribāṭ‑s, le šayḫ soufi, bien souvent, dirigeait l’établissement où il s’était fixé. Les sources permettent d’identifier une trentaine de ces šayḫ‑s pour la période, et indiquent leurs établissements d’exercice. Il faut cependant préciser que tous les šayḫ‑s de ribāṭ n’étaient pas systématiquement soufis ; par la « direction » (taqaddum) d’un ribāṭ, on n’entendait donc pas forcément la direction spirituelle d’une communauté mystique.

  • 181 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 235, notice n° 3533, et al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 32, p.  (...)
  • 182 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 108, notice n° 4208. Sur al‑Ġaznawī, mort en 551/1156, voir le (...)

58Sur la façon d’obtenir le titre de šayḫ, les sources restent discrètes. Plusieurs configurations doivent être distinguées. La plus simple est aussi la plus rare : il s’agit du cas où un šayḫ soufi, déjà entouré de disciples, était suffisamment fortuné pour fonder lui‑même le ribāṭ où il officierait. Ce fut le cas, si l’on en croit ses biographes, d’Abū Saʿd al‑Nīsābūrī, qui vendit les propriétés qu’il possédait à Nishapur afin de bâtir à Bagdad le ribāṭ portant son nom 181. Dans d’autres cas, un haut dignitaire de l’État, califal ou sultanien, faisait construire un ribāṭ pour un personnage précis – mystique ou non –, qui en prenait la direction. C’est ce qui se produisit, par exemple, lorsque l’épouse du calife al‑Mustaršid installa dans un ribāṭ de Bāb al‑Azaǧ le prédicateur Abū l‑Ḥasan ʿAlī al‑Ġaznawī 182. Al‑Burhān al‑Ġaznawī, prédicateur controversé et protégé du sultan Masʿūd, n’était pas soufi et ne semble pas avoir porté le titre de šayḫ ; le ribāṭ qui lui avait été dédié n’en prit pas moins son nom, mais on ne sait pas ce qu’il en advint après la mort du wāʿiẓ en 551/1156. Dans d’autres cas encore, les plus nombreux, un ribāṭ était fondé en l’honneur de (ou confié à) un maître soufi déjà reconnu et entouré de disciples (ṣāḥib, pl. aṣḥāb ; talmīḏ, pl. talāmiḏ ; murīd, pl. murīdūn). Ce dernier portait déjà le titre de šayḫ et la direction (taqaddum) du ribāṭ lui était naturellement confiée, s’assortissant parfois (mais pas toujours) de la gestion des waqf‑s attachés à l’établissement (al‑naẓar fī l‑awqāf).

  • 183 Tableau 3‑2, l. 62.
  • 184 Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 3, p. 498‑499, notice n° 1694.
  • 185 Tableau 3‑2, l. 69.
  • 186 Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 2, p. 289, notice n° 753.
  • 187 Ibn al‑Ǧawzī signale la nomination d’Abū l‑Futūḥ à la tête de ce ribāṭ sans préciser qu’elle fut le (...)

59Ibn al‑Dubayṯī détaille la carrière du soufi Abū l‑Qāsim ʿAbd Allāh b. Muḥammad (m. 591/1195) 183, qui remplit plusieurs fonctions importantes au sein des ribāṭ‑s bagdadiens 184. Il fut tout d’abord nāẓir des waqf‑s du ribāṭ d’al‑Zawzanī. Lorsque Zumurrud Ḫātūn, mère du calife al‑Nāṣir, inaugura son ribāṭ d’al‑Maʾmūniyya en 579/1184, Abū l‑Qāsim fut nommé, probablement par sa fondatrice, šayḫ des soufis qui y résidaient (ǧuʿila […] šayḫan li‑l‑ṣūfiyya al‑muqīmīn fī‑hi). Ce n’est qu’ultérieurement qu’on lui confia la direction (naẓar) des waqf‑s de ce même ribāṭ. Son biographe ajoute qu’il était aussi, auparavant, directeur et chargé des waqf‑s du ribāṭ de Bahrūz (kāna yatawallā ribāṭ Bahrūz […] mašyaḫatan wa‑naẓaran). Ses activités mystiques et administratives l’absorbaient tellement qu’il ne trouva pas le temps de transmettre le ḥadīṯ, bien qu’il l’ait entendu de plusieurs maîtres renommés. De même, Abū l‑Faḍl Aḥmad b. ʿAbd al‑Munʿim al‑Mayhanī (m. 614/1217) 185 avait été nommé à la direction du ribāṭ du calife al‑Nāṣir en 585/1189, probablement par le calife lui‑même. Il en administrait également les waqf‑s, ainsi que ceux de la turba attenante 186. Les sources indiquent encore que le calife al‑Mustaršid, après avoir assisté à un sermon du wāʿiẓ ašʿarite Abū l‑Futūḥ al‑Isfarāʾīnī lors de son passage à Bagdad en šaʿbān 516/octobre 1122, le nomma à la tête du ribāṭ Arǧawānī, qui avait été fondé par son arrière‑grand‑mère arménienne, la mère du calife al‑Muqtadī 187. Mais dans la plupart des cas, les sources se contentent de désigner incidemment un personnage comme šayḫ de tel ou tel ribāṭ, sans dater son accession à cette fonction ni préciser si elle découlait d’une nomination officielle ou d’une reconnaissance implicite, de la part du fondateur du ribāṭ ou des soufis qui y résidaient.

  • 188 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 235, notice n° 3533.
  • 189 Tableau 3‑1, l. 3.

60De même, à la mort du šayḫ d’un ribāṭ, les procédures de choix ou de désignation du nouveau šayḫ sont mal connues. Il pouvait s’agir d’un personnage ayant été désigné par l’ancien šayḫ de son vivant : ce fut le cas pour la succession d’Abū Saʿd al‑Nīsābūrī, qui avait stipulé (awṣā) que son fils Abū l‑Barakāt Ismāʿīl devait prendre la direction de son ribāṭ après lui. Lorsqu’Abū Saʿd mourut en 477/1084, le jeune Ismāʿīl succéda à son père comme šayḫ, bien qu’il n’eût alors que 12 ans 188. On ne sait pas comment furent désignés les successeurs d’Ismāʿīl, mais la direction du ribāṭ resta dévolue aux membres de la famille, et l’établissement fut successivement dirigé par deux des fils d’Ismāʿīl, puis par deux de ses arrière‑petit‑fils 189. Il est vrai que le cas particulier de cette institution, propriété de la famille de soufis qui y officiaient, ne permet pas de conclure quant aux autres ribāṭ‑s bagdadiens. Il est cependant probable que la waqfiyya de chaque ribāṭ devait stipuler à qui revenait le choix de son šayḫ ou directeur (mutaqaddim, muqaddam), tout comme dans le cas des madrasas et de leur mudarris.

Le šayḫ al‑šuyūḫ, un notable bagdadien

  • 190 Les sources n’emploient pas ce terme avant la seconde moitié du ve/xie siècle, et J. Donohue ne men (...)
  • 191 Voir l’arbre généalogique de la famille Nīsābūrī (arbre 3‑2).
  • 192 Article « Shaykh », EI2, t. IX, p. 398‑399.

61Outre les šayḫ‑s et directeurs de ribāṭ‑s, les sources évoquent régulièrement, dans l’univers bagdadien, un šayḫ al‑šuyūḫ ou « šayḫ des šayḫ‑s ». Abū Saʿd al‑Nīsābūrī (m. 477/1084) fut le premier soufi bagdadien à porter ce titre 190. Par la suite, son fils Abū l‑Barakāt Ismāʿīl (m. 541/1146) et le fils de celui‑ci, Ṣadr al‑dīn Abū l‑Qāsim ʿAbd al‑Raḥīm (m. 580/1184), furent également nommés šayḫ al‑šuyūḫ 191, sans que l’on sache s’il s’agissait juste d’un titre honorifique ou si cette dénomination impliquait des responsabilités particulières. D’après Éric Geoffroy, au Caire comme à Damas, le terme de šayḫ al‑šuyūḫ correspondait à la fonction de « “cheikh suprême”, chargé de contrôler la pratique du taṣawwuf, et dont le rôle [était] plus souvent politique et diplomatique que spirituel 192 ». Pour Bagdad toutefois, il n’est aucune preuve que le šayḫ al‑šuyūḫ ait joué un rôle dans le contrôle des pratiques de taṣawwuf, ni qu’il ait été doté d’une autorité concrète sur les autres šayḫ‑s soufis.

62Les seules certitudes concernant le šayḫ al‑šuyūḫ de Bagdad sont que ce titre n’était porté que par un seul personnage à la fois, et que, au cours de la période seldjoukide, il fut décerné exclusivement à Abū Saʿd al‑Nīsābūrī et à ses descendants. Aucune procédure de nomination ou d’investiture n’est évoquée par les sources, alors que d’autres personnages portant des titres du même type, comme celui de qāḍī l‑quḍāt ou de naqīb al‑nuqabāʾ, étaient nommés par le calife ou par ses représentants ; ces titres correspondaient par ailleurs à des fonctions déterminées. Dans le cas du šayḫ al‑šuyūḫ, l’hypothèse la plus vraisemblable est que ce titre était honorifique, se transmettait de père en fils, et se portait à vie.

  • 193 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 173‑174. Sur Abū l‑Ḥusayn al‑Dāmaġānī, mort en 540/1145, qui f (...)

63Le šayḫ al‑šuyūḫ était une figure éminente de la société bagdadienne. Son importance s’accentua encore au vie/xiie siècle, comme en témoignent certains événements mettant en scène ce personnage. En 513/1119, le calife al‑Mustaršid dut intervenir dans une affaire de fausse reconnaissance de dettes, embarrassante car elle mettait en cause un membre d’une illustre famille de cadis hanafites, Abū l‑Ḥusayn al‑Dāmaġānī. Le calife chercha l’entremise du šayḫ al‑šuyūḫ Abū l‑Barakāt Ismāʿīl, convoquant chez ce dernier le frère d’Abū l‑Ḥusayn, le cadi Tāǧ al‑quḍāt Muḥammad al‑Dāmaġānī. Le šayḫ al‑šuyūḫ rendit compte de l’histoire au calife par écrit, et al‑Mustaršid finit par régler l’affaire par un décret (tawqīʿ193.

  • 194 Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 257.
  • 195 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 242, et Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, (...)
  • 196 Pour un exemple de soufi envoyé en mission diplomatique par le dīwān califal, voir le tableau 3‑2, (...)

64Dans certaines occasions, le šayḫ al‑šuyūḫ intervenait aux côtés du calife ou de ses émissaires dans des questions d’ordre politique ou diplomatique. En ḏū l‑ḥiǧǧa 516/février 1123, lorsque le calife al‑Mustaršid partit en expédition militaire contre le souverain mazyadite Dubays b. Ṣadaqa, il avait à ses côtés le šayḫ al‑šuyūḫ, ainsi que son vizir, les deux naqīb‑s, le qāḍī l‑quḍāt et d’autres notables 194. Peu de temps après, en 521/1127, lorsque le même calife s’opposa violemment au sultan seldjoukide Maḥmūd, le šayḫ al‑šuyūḫ se trouvait dans la délégation envoyée auprès du sultan pour négocier une trêve, en compagnie du qāḍī l‑quḍāt et d’une trentaine de témoins instrumentaires 195. Ce rôle diplomatique n’avait rien d’exceptionnel en soi : les califes envoyaient occasionnellement des soufis comme émissaires auprès d’autres souverains 196. Il témoigne cependant de l’importance de la place désormais dévolue au šayḫ al‑šuyūḫ dans l’entourage califal.

  • 197 Sur ʿAlī b. Ṭirād al‑Zaynabī, mort en 538/1143, voir le tableau 7‑5, l. 15.
  • 198 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 249.
  • 199 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 9.

65Le šayḫ al‑šuyūḫ, loin d’être isolé dans son ribāṭ, était un personnage public, lié à certaines grandes figures de la scène bagdadienne sans rapport aucun avec le taṣawwuf. Le šayḫ al‑šuyūḫ Ismāʿīl avait ainsi développé une relation très proche avec le naqīb al‑nuqabāʾ ʿAlī b. Ṭirād al‑Zaynabī, qui devint vizir des califes al‑Mustaẓhir, al‑Mustaršid et al‑Muqtafī 197. Cette proximité valut certains déboires à Ismāʿīl. En 522/1128, lorsque le naqīb al‑nuqabāʾ qui venait d’être nommé vizir dut payer une amende exorbitante de 30 000 dinars, le šayḫ al‑šuyūḫ fut lui‑même imposé de 15 000 dinars 198. Plusieurs années plus tard, en 535/1140, ʿAlī b. Ṭirād fut démis de son poste de vizir, et le šayḫ al‑šuyūḫ fut assigné à résidence, avec interdiction de recevoir quiconque, en raison, précise Ibn al‑Ǧawzī, de sa trop grande proximité avec le vizir en disgrâce 199. La première anecdote permet de se faire une idée de la fortune du šayḫ al‑šuyūḫ Ismāʿīl, loin de l’image du soufi dépouillé de toute richesse matérielle. La seconde laisse entrevoir son entregent politique, puisque la volonté de l’isoler des notables trahissait vraisemblablement la peur de le voir intriguer en faveur du retour en poste de son ami déchu.

  • 200 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 193.

66La place de choix prise par le šayḫ al‑šuyūḫ parmi les grandes figures de la notabilité bagdadienne est encore perceptible en ǧumādā 2 566/février 1171, où l’on voit ce personnage assister à la séance inaugurale d’une madrasa anciennement chafiite et désormais consacrée au maḏhab hanafite, en présence de personnalités aussi éminentes que le qāḍī l‑quḍāt, le ḥāǧib al‑bāb, le mudarris de la madrasa Niẓāmiyya et le chef de la chancellerie califale (kātib al‑inšāʾ200. D’un autre côté, le šayḫ al‑šuyūḫ ne semble jamais intervenir dans le fonctionnement des ribāṭ‑s qui n’étaient pas sous sa direction, ni faire valoir une quelconque autorité auprès des autres šayḫ‑s soufis de la ville. Ce personnage ne paraît donc pas avoir été, à Bagdad, doté de prérogatives particulières en matière de taṣawwuf. Il n’en représentait pas moins l’une des figures clés des élites bagdadiennes, et son influence débordait largement le cadre de son ribāṭ pour atteindre les milieux califaux.

L’apparition de grands lignages soufis

67L’importance revêtue, au cours du vie/xiie siècle, par le šayḫ al‑šuyūḫ, tout comme le prestige acquis par les plus grands ribāṭ‑s bagdadiens, où furent ensevelis certains notables, reflètent les liens de plus en plus étroits tissés entre les figures éminentes du soufisme bagdadien et les élites politiques, tant califales que sultaniennes. Parallèlement, la période vit l’intégration croissante des différentes figures du soufisme, maîtres réputés autant que disciples empressés, à la configuration sociale des élites savantes et religieuses de Bagdad. L’une des manifestations de cette évolution fut l’apparition et la consolidation de quelques lignages de soufis qui allaient s’implanter durablement dans la capitale califale.

  • 201 Ce chiffre exclut les simples visiteurs pour ne retenir que les personnages ayant durablement séjou (...)
  • 202 Pour l’étude des principaux lignages de soufis (Zawzanī, Nīsābūrī, Suhrawardī et Mayhanī), voir le (...)

68Sur les 76 soufis ayant vécu à Bagdad au cours de la période seldjoukide 201, 23 se rattachent à un lignage connu 202. De ces 23 personnages, trois seulement sont décédés dans la seconde moitié du ve/xie siècle (plus exactement entre 451/1059 et 479/1086) : deux appartenaient au lignage des Zawzanī, et le troisième fut le premier de la famille des Nīsābūrī à venir s’installer à Bagdad. C’est en effet à cette époque que s’implantèrent à Bagdad les premiers membres de futurs lignages de soufis, qui allaient par la suite dominer la scène mystique bagdadienne et en diriger les plus importantes institutions.

  • 203 Tableau 3‑2, l. 70.

69La première moitié du vie/xiie siècle connut peu de décès de soufis se rattachant à des familles connues. C’est cependant au cours de cette période que s’installèrent à Bagdad les fondateurs de deux autres futurs lignages d’importance, les familles Suhrawardī et Mayhanī. À partir du milieu du vie/xiie siècle, on vit s’établir puis se renforcer la domination des lignages sur le paysage social des soufis bagdadiens : les soufis isolés, sans aucun lien avec un lignage connu, y étaient de moins en moins nombreux. Il faut noter la disparition de la famille Zawzanī, dont le ribāṭ fut dirigé successivement par des descendants des autres grandes familles de soufis, et la persistance des autres lignages : les Mayhanī dirigeaient toujours le ribāṭ d’al‑Bisṭāmī, sur la rive occidentale, et les Nīsābūrī prirent pendant un temps la direction du ribāṭ d’al‑Zawzanī. La principale réussite était celle de la famille Suhrawardī, la plus récemment implantée à Bagdad. Son plus illustre représentant, Abū Ḥafṣ ʿUmar (m. 632/1234) 203, parvint, dans la seconde moitié du vie/xiie siècle, à monopoliser la direction de quatre des plus importants ribāṭ‑s bagdadiens.

*

*         *

70On peut donc parler, au cours du vie/xiisiècle, d’un véritable phénomène de structuration de soufisme bagdadien, autour de l’institution du ribāṭ et de la fonction de šayḫ. Ce phénomène fut favorisé par l’appui des milieux politiques, et permit l’émergence de puissants lignages de mystiques dominant les principaux ribāṭ‑s bagdadiens. De cette structuration croissante, il ne faudrait pas conclure au caractère figé ou formel des activités mystiques à Bagdad, ni à un strict cloisonnement entre le milieu des soufis et celui des élites savantes et politiques de la ville. Au contraire, la diversité des activités prenant place dans les ribāṭ‑s et la présence de grands personnages du mysticisme bagdadien au sein de la « bonne société » bagdadienne laissent deviner une forte intégration des mystiques à la vie de leur siècle, y compris dans ses aspects les plus mondains.

Notes

1 À l’exception majeure de l’ouvrage d’A. Karamustafa, Sufism: The Formative Period, 2007, qui offre une synthèse de l’histoire contextualisée du soufisme entre le iiie/ixe et le vie/xiie siècles ; voir en particulier les chapitres 5 et 6.

2 Cette périodisation est celle de J. S. Trimingham, The Sufi Orders in Islam, 1971. Elle est reprise par la plupart des travaux postérieurs. É. Geoffroy date l’apparition des ṭarīqa‑s du vie/xiie siècle (« L’apparition des voies : les khirqa primitives (xiie siècle ‑ début du xiiie siècle) », dans A. Popovic et G. Veinstein (dir.), Les Voies d’Allah, 1996, p. 44‑53), voire du siècle suivant (première partie de l’article « Ṭarīqa », EI2, vol. X, p. 243‑247). Sur l’évolution du soufisme jusqu’au vie/xiie siècle, voir aussi D. Gril, « Les débuts du soufisme », dans A. Popovic et G. Veinstein (dir.), Les Voies d’Allah, p. 27‑43.

3 En dehors de travaux comme ceux de J. Chabbi sur la carrière de ʿAbd al‑Qādir al‑Ǧīlānī et les institutions soufies de Bagdad : voir en particulier Abd al‑Qadir al‑Gilani, idées sociales et politiques. Plus récemment, D. Ephrat s’est intéressée aux aspects sociaux de l’implantation du soufisme en Palestine, de la conquête musulmane à la fin de la période mamelouke (Spiritual Wayfarers, Leaders in Piety: Sufis and the Dissemination of Islam in Medieval Palestine, 2008).

4 Les études sur le soufisme médiéval et ottoman se sont multipliées depuis le début des années 2000, comme en témoigne la naissance d’un périodique consacré à l’histoire du soufisme, le Journal of Sufi Studies, publié par Brill depuis 2012, et de collections spécialisées chez les éditeurs scientifiques, comme la Routledge Sufi Series qui a publié 27 titres entre 1995 et 2014. Pour une bibliographie des principaux ouvrages parus jusqu’en 2000, voir la première partie de l’article « Taṣawwuf », EI2, t. X, p. 313‑317 (L. Massignon‑[B. Radtke]).

5 A. Karamustafa, Sufism: The Formative Period, en particulier la conclusion. Karamustafa insiste sur la compétition entre ces diverses formes de piété, tout en rappelant que c’est autour de cette période que se forge une « identité soufie commune » fondée notamment sur des modes d’apparence publique, des lieux de résidence réservés, des routines quotidiennes et des rituels spécifiques (p. 175).

6 Pour reprendre les éléments d’analyse des termes baraka et karāmāt livrés par Ch. Taylor, In the Vicinity of the Righteous: Ziyāra and the Veneration of Muslim Saints in Late Medieval Egypt, 1999, p. 127‑129.

7 Comme en témoigne l’anecdote suivante : le calife al‑Qāʾim, porteur de baraka par excellence en sa qualité de Commandeur des croyants, avait exprimé le souhait que le šayḫ hanbalite Abū Ǧaʿfar ibn Abī Mūsā (m. 470/1077) effectuât sa toilette mortuaire. Le scrupuleux Ibn Abī Mūsā accepta, à condition de ne recevoir aucune récompense matérielle, pas même la chemise (qamīṣ) d’al‑Qāʾim, qui lui aurait pourtant transmis la baraka califale. Ayant terminé la toilette du défunt, il sécha le corps du calife avec sa propre serviette (fūṭa) et décréta qu’elle avait, de cette façon, pris la baraka du souverain (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 195, notice n° 3482).

8 Ibn al‑Ǧawzī rapporte que le wāʿiẓ Abū l‑Ḥusayn Ardašīr b. Manṣūr al‑ʿIbādī (m. 497/1104), originaire de Merv, rencontra un grand succès à Bagdad lors de son séjour en 486/1093, au point que les Bagdadiens venaient puiser l’eau du bassin (birka) du ribāṭ où il résidait, dans lequel il faisait ses ablutions, pour en recueillir la baraka. La foule se pressait avec bouteilles et récipients, au point que l’eau vint à manquer dans le bassin (al‑Muntaẓam, t. 17, p. 3).

9 Le faqīh chafiite Abū Isḥāq al‑Šīrāzī (m. 476/1083) était aussi renommé que son contemporain et adversaire hanbalite Ibn Abī Mūsā, qu’il affronta au cours de polémiques juridiques. Le calife l’envoya en mission diplomatique auprès du sultan seldjoukide et de son vizir Niẓām al‑mulk ; lorsqu’il traversait une ville, les habitants se précipitaient pour bénéficier de sa baraka en effleurant les étriers de sa monture ou en recueillant la poussière foulée par sa mule (Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 428‑429). Plusieurs siècles après le récit d’Ibn al‑Aṯīr, al‑Munāwī transforme l’anecdote dans un sens encore plus surnaturel, indiquant que les gens utilisaient cette poussière comme un remède pour se guérir de leurs maux ; il est vrai qu’il présente Abū Isḥāq al‑Šīrāzī comme un šayḫ soufi (al‑Kawākib al‑durriyya, t. 1, p. 619, notice n° 385).

10 Le hanbalite Ibn Abī Mūsā était porteur de baraka, au point que les gens emportaient un peu de la terre recouvrant son tombeau afin d’en bénéficier (Ibn Abī Yaʿlā, Ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 2, p. 203, notice n° 674).

11 Pour une réflexion comparatiste sur les karāmāt, voir D. Aigle et C. Mayeur‑Jaouen, « Miracle et karāma. Une approche comparatiste », dans Denise Aigle (dir.), Miracle et karāma, Hagiographies médiévales comparées 2, 2000, p. 13‑35.

12 Ibn Raǧab, Ḏayl ʿalā ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 3, p. 56, notice n° 28. Ce Qudāma était le grand‑père de Muwaffaq al‑dīn al‑Maqdisī, qui déclara par la suite : « Nous sommes tous dans les baraka‑s du šayḫ Abū l‑Faraǧ » (ibid.).

13 L’anecdote est rapportée par Ibn Raǧab, Ḏayl ʿalā ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 3, p. 324, notice n° 193.

14 Voir la notice consacrée à Ibn al‑Mannī par Ibn Raǧab, Ḏayl ʿalā ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 3, p. 301, notice n° 175.

15 Le faqīh hanbalite Abū Bakr al‑ʿAlṯī (m. 503/1109) est décrit par son biographe Ibn Abī Yaʿlā comme ayant hérité de la baraka de son maître, le cadi Abū Yaʿlā ibn al‑Farrāʾ, à savoir le propre père d’Ibn Abī Yaʿlā (ʿādat barakatu‑hu ʿalay‑hi, Ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 2, p. 218, notice n° 697).

16 Le muḥaddiṯ Ibn al‑Baṭṭī, affirme son biographe Ibn al‑Dimyāṭī, hérita de la baraka de sa famille, de pieux transmetteurs de ḥadīṯ (kāna abwā‑hu ṣāliḥīn, fa‑ʿāda ʿalay‑hi barakatu‑humā, al‑Mustafād, t. 21, p. 16, notice n° 14).

17 Non que tous les individus porteurs de baraka se soient vu attribuer des karāmāt : c’est le cas de neuf seulement des 33 personnages dont la baraka est soulignée par les biographes.

18 Sur les 32 personnages de la base de données à qui des karāmāt sont attribuées, 19 n’étaient pas désignés comme soufis. 11 de ces derniers, soit plus de la moitié, étaient des juristes hanbalites.

19 13 personnages sur les 32 considérés. Sept autres sont qualifiés tantôt de zāhid‑s et tantôt de soufis en fonction des sources. En tout, 20 des 32 personnages à qui des karāmāt sont attribuées sont signalés pour leurs pratiques ascétiques (zuhd).

20 Ibn al‑Bannāʾ rapporte ainsi dans son « Journal » l’histoire d’un dénommé Abū l‑Qāsim al‑dabbās, dont l’absence des dictionnaires biographiques tout autant que sa nisba professionnelle (al‑dabbās, marchand de miel ou de mélasse) indiquent qu’il était de statut modeste. Cet Abū l‑Qāsim recevait habituellement une aide financière d’Abū Manṣūr ibn Yūsuf pendant le mois de ramadan. Après le décès du šayḫ, s’étant vu refuser cette aide par celui qui était d’ordinaire chargé de la lui remettre, Abū l‑Qāsim vit Abū Manṣūr en rêve. Le lendemain, il se rendit sur la tombe du šayḫ au cimetière de Bāb Ḥarb, et découvrit sur celle‑ci la somme qu’Abū Manṣūr lui accordait habituellement. Ibn al‑Bannāʾ interprète cette anecdote comme une manifestation des karāmāt du šayḫ après son décès (hāḏihi karāmatun li‑l‑šayḫ baʿd wafāti‑hi ; « Journal », § 101). Ibn al‑Ǧawzī rapporte la même anecdote, citant Muḥammad al‑Hamaḏānī, qui disait la tenir d’un homme de Nahrawān, principal protagoniste de l’histoire, dont il ne donne pas le nom. Dans cette version, la personne chargée de remettre dix dinars chaque année à l’homme de Nahrawān était un grand commerçant hanbalite de l’époque, Ibn Riḍwān, qui se révéla avoir perdu l’argent retrouvé sur la tombe d’Abū Manṣūr. Al‑Hamaḏānī comme Ibn al‑Ǧawzī présentent ainsi l’histoire sous un aspect plus rationnel que dans le récit d’Ibn al‑Bannāʾ, et il n’est pas fait allusion à des karāmāt. Dans cette version, l’homme de Nahrawān ne vit pas Abū Manṣūr en rêve mais se rendit sur sa tombe afin d’y réciter le Coran, autre moyen de faire appel à son pouvoir d’intercession (al‑Muntaẓam, t. 16, p. 109‑110).

21 Il s’agit d’une histoire de clairvoyance, rapportée d’après Ibn Šāfiʿ, dans laquelle Ibn al‑Qawwās devinait que son élève en lecture coranique Abū l‑Faḍl ibn al‑ʿĀlima al‑iskāf avait perdu le pain qu’il gardait pour son déjeuner. Le šayḫ offrit alors à son disciple une galette de pain pour remplacer celle qu’il avait perdue (Ibn Raǧab, Ḏayl ʿalā ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 3, p. 32, notice n° 19). L’anecdote n’est pas rapportée par Ibn al‑Ǧawzī, qui consacre pourtant une notice à Ibn al‑Qawwās (al‑Muntaẓam, t. 16, p. 231, notice n° 3528).

22 Ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 2, p. 218, notice n° 697.

23 Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 2, p. 432, notice n° 305.

24 Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 501.

25 Ce sont là quelques‑uns des exemples de miracles de saints musulmans rapportés par Ch. S. Taylor, In the Vicinity of the Righteous, chapitre 4, en particulier p. 129 et suivantes.

26 Voir les événements de l’année 501/1107, où une jeune fille aveugle prétendit pouvoir deviner quels étaient les objets cachés qu’on lui présentait, ainsi que les secrets des gens. Les contemporains étaient divisés à son sujet : si Ibn ʿAqīl, cité par Ibn al‑Ǧawzī, cherchait une explication rationnelle au phénomène (un code secret entre le père de la jeune fille, qui lui posait les questions, et cette dernière) (al‑Muntaẓam, t. 17, p. 109‑110), Sibṭ ibn al‑Ǧawzī concluait qu’il ne s’agissait pas là de karāmāt mais de magie (siḥr ; Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 2, p. 491‑492).

27 Soit par le qualificatif al‑ṣūfī accolé à leur nom, soit par la mention du fait qu’ils pratiquaient le taṣawwuf. Bagdad comptait très certainement une population soufie bien plus importante : Ibn al‑Ǧawzī mentionne un certain Ibn Kūḫ le soufi, tué par des ismaéliens en 494/1100, qui résida un temps à Bagdad et menait chaque année un groupe de trois cents soufis au pèlerinage (al‑Muntaẓam, t. 17, p. 65).

28 Voir la notice du soufi et zāhid Abū ʿAlī al‑Kirmānī (m. 495/1101 ; tableau 3‑2, l. 10) : bien qu’il ait beaucoup voyagé en quête de ḥadīṯ et qu’il ait fait montre de nombreuses qualités parmi lesquelles sa dévotion, précise Ibn al‑Ǧawzī, il transmettait des ḥadīṯ‑s qu’il n’avait pas entendus et corrompait ainsi ceux qu’il avait véritablement reçus, au point d’être qualifié de menteur (kaḏḏāb) par certains (al‑Muntaẓam, t. 17, p. 77, notice n° 3725). Ibn al‑Ǧawzī critique aussi le manque de connaissances en sciences de la Loi (ʿulūm al‑šarīʿa) d’Abū ʿAbd Allāh Ḥammād al‑Raḥbī al‑dabbās (m. 525/1131 ; tableau 3‑2, l. 18), qui, bien qu’il eût étudié le ḥadīṯ, suivait la voie de la mystique et se comportait, si l’on en croit son biographe hanbalite, en imposteur extorquant de l’argent à un public crédule (ibid., t. 17, p. 266, notice n° 3967).

29 Al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. Fatīḥ, t. 12, p. 190. Sur ce maître soufi décédé en 507/1113, voir D. Ephrat, Spiritual Wayfarers, p. 86‑88.

30 Voir les notices consacrées au muqriʾ Abū ʿAlī ibn al‑Mubārak (m. 458/1066), qui avait la réputation de forger ses isnād‑s et était décrié par nombre de ses contemporains (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 97, notice n° 3388, et Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. Fatīḥ, t. 12, p. 102), ou à l’Andalou Abū l‑Rabīʿ al‑Saraqusṭī (m. 489/1096), déprécié par les maîtres d’Ibn al‑Ǧawzī (al‑Muntaẓam, t. 17, p. 33, notice n° 3660).

31 Al‑Subkī, auteur chafiite particulièrement bien disposé envers le soufisme, rapporte ainsi une anecdote plaisante à propos de la différence entre fiqh et taṣawwuf : au cours d’une controverse l’opposant à l’un de ses étudiants, le faqīh de Harat Abū Ṭālib ʿAbd al‑Karīm al‑Rāzī, qui résidait parmi les soufis, aurait déclaré que contrairement à l’apprenti soufi, l’apprenti faqīh avait le droit de contredire son maître et de lui demander « pourquoi ? » (Ṭabaqāt al‑šāfiʿiyya al‑kubrā, t. 7, p. 179, notice n° 887).

32 Sufism: The Formative Period, p. 104.

33 Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 2, p. 549. Ibn al‑Ǧawzī déplorait qu’Abū Ḥāmid al‑Ġazālī ait rédigé son Iḥyāʾ ʿulūm al‑dīn « à la façon des soufis », délaissant ainsi, à l’en croire, les règles du fiqh (illā anna‑hu waḍaʿa‑hu ʿalā maḏhab al‑ṣūfiyya, wa‑taraka fi‑hi qānūn al‑fiqh, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 125, notice n° 3799).

34 Voir par exemple la notice d’Abū ʿAlī Hibat Allāh al‑Baġdādī (m. 563/1167 ; tableau 3‑2, l. 37) chez Ibn Raǧab (Ḏayl ʿalā ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 3, p. 253, notice n° 136), celle du célèbre mystique Abū l‑Naǧīb al‑Suhrawardī (m. 563/1168 ; tableau 3‑2, l. 36) chez Ibn al‑Aṯīr (al‑Kāmil, t. 10, p. 10) ou encore celle d’Abū Suǧāʿ Muḥammad b. Munǧiḥ (m. 581/1185 ; tableau 3‑2, l. 58) chez al‑Subkī (Ṭabaqāt al‑šāfiʿiyya al‑kubrā, t. 6, p. 401, notice n° 706).

35 Šayḫ min ahl al‑Qurʾān wa‑l‑taṣawwuf wa‑l‑ḥadīṯ ; Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Bagdad, t. 1, p. 115, notice n° 31.

36 Un soufi est également désigné pour avoir été de maḏhab dāwūdī (ẓāhirite). Le nombre total est supérieur à 31 en raison de la présence de trois personnages ayant changé de maḏhab.

37 Ce même point est également relevé par D. Ephrat à propos des soufis de Jérusalem : Spiritual Wayfarers, p. 92‑93.

38 O. Safi, The Politics of Knowledge in Premodern Islam – Negociating Ideology and Religious Inquiry, 2006, p. 46.

39 O. Safi, The Politics of Knowledge, chapitre 5. La tendance de Safi à attribuer toutes les évolutions importantes de la période à Niẓām al‑mulk, comme s’il s’agissait du seul acteur institutionnel de l’époque, conduit cependant à considérer ses conclusions avec précaution. Voir le compte‑rendu critique que j’ai consacré à son ouvrage dans le Bulletin critique des Annales Islamologiques 24 (2008), p. 117‑119.

40 Le courant chafiite continua à se montrer globalement favorable au soufisme, et les collections biographiques chafiites incluent volontiers des soufis ou des faqīh‑s connus pour leurs tendances mystiques.

41 Voir notamment J. Chabbi, Abd al‑Qadir al‑Gilani, idées sociales et politiques, première partie. Sur les rapports entre hanbalites et soufisme à une époque plus ancienne, Ch. Melchert, « The Ḥanābila and the Early Sufis », Arabica 48/3 (2001), p. 353‑367.

42 Il s’agit du chapitre 10 de l’ouvrage, intitulé : « Les façons dont le diable abuse les soufis » (ou « erreurs des soufis inspirées par Iblīs »), long de plus de 200 pages dans la version imprimée de l’ouvrage, qui en compte 400 (Ibn al‑Ǧawzī, Talbīs Iblīs, p. 160‑377). Pour un résumé des principales critiques d’Ibn al‑Ǧawzī envers les soufis telles qu’exprimées dans ce traité, voir A. Karamustafa, Sufism: The Formative Period, p. 157‑160. D’autres œuvres d’Ibn al‑Ǧawzī attaquent les soufis et leurs excès, par exemple certains passages du Ṣayd al‑ḫāṭir.

43 Le wāʿiẓ et faqīh hanbalite Abū l‑Ḥasan ibn al‑Daǧāǧī (m. 564/1169 ; tableau 3‑2, l. 39), présenté par Ibn al‑Ǧawzī comme un ʿālim accompli indûment revendiqué par les soufis qu’il fréquentait (al‑Muntaẓam, t. 18, p. 184, notice n° 4275), est au contraire ouvertement qualifié de soufi (al‑ṣūfī) par Ibn Raǧab (Ḏayl ʿalā ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 3, p. 254, notice n° 137). Voir l’analyse de ce cas ci‑dessous.

44 Tableaux 2‑3, l. 95, et 3‑2, l. 39.

45 L’anecdote est rapportée par Ibn al‑Ǧawzī (al‑Muntaẓam, t. 18, p. 184, notice n° 4275), et reprise par Ibn al‑Furāt (Taʾrīḫ, p. 76), Ibn Raǧab (Ḏayl ʿalā ṭabaqāt al‑ḥanābila, t. 3, p. 254, notice n° 137), et Ibn al‑ʿImād (Šaḏarāt al‑ḏahab, t. 6, p. 352).

46 Il me sera donné de revenir sur ce point au cours du chapitre 13.

47 J. Chabbi, Abd al‑Qadir al‑Gilani, idées sociales et politiques, première partie, et A. Karamustafa, Sufism: The Formative Period, p. 151. Tous deux prennent comme exemple ʿAbd al‑Qādir al‑Ǧīlānī.

48 Sur cette question, voir la mise au point synthétique d’A. Karamustafa, Sufism: The Formative Period, p. 1‑3.

49 Sur la notion de zuhd et son usage dans les dictionnaires biographiques, voir aussi N. Hurvitz, « Biographies and Mild Ascetism: A Study of Islamic Moral Imagination », Studia Islamica 85 (1997/1), p. 41‑65.

50 Sur ce Bagdadien d’adoption, originaire de Hama dans le Bilād al‑Šām, décédé en 488/1095, voir le tableau 5‑7, l. 24.

51 Date des premières notices valorisant la piété et l’ascétisme de ce personnage, chez Ibn al‑Ǧawzī notamment (al‑Muntaẓam, t. 17, p. 27, notice n° 3653), ainsi que chez al‑Samʿānī qui semble être le premier à l’avoir qualifié de zāhid (cité par al‑Subkī, Ṭabaqāt al‑šāfiʿiyya al‑kubrā, t. 4, p. 202, notice n° 348).

52 Min al‑fuqahāʾ al‑zāhidīn ; voir par exemple la notice du faqīh hanbalite Abū Ḫāzim Muḥammad ibn al‑Farrāʾ, mort en 527/1132 (al‑Muntaẓam, t. 17, p. 281, notice n° 3991 ; tableau 5‑3, l. 50).

53 ʿAlā ṭarīqat al‑taṣawwuf, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 317.

54 ʿAlā zayy al‑ṣūfiyya, Taʾrīḫ Baġdād, folio 31 verso.

55 Ṣayd al‑ḫāṭir, § 260, p. 360 ; trad. D. Reig, § 148, p. 269.

56 Voir l’évocation des cérémonies suivant le décès du mystique Abū l‑Wafāʾ al‑Fayrūzʾabādī, décédé en 528/1133, en l’honneur de qui l’on donna un banquet (daʿwa) de funérailles « selon l’habitude des soufis » (ʿalā ʿādat al‑ṣūfiyya, Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 285, notice n° 3992, et Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 148). Un banquet semblable fut offert après le décès du šayḫ al‑šuyūḫ Abū l‑Barakāt Ismāʿīl (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 50, notice n° 4122). Dans les deux cas, les biographes insistent sur le coût élevé de ces festivités : 300 dinars auraient été dépensés pour alimenter le premier de ces banquets en boissons, nourritures et douceurs.

57 Ibn al‑Ǧawzī utilise également le terme al‑mutaṣawwif, « qui pratique le taṣawwuf », ainsi que le collectif al‑mutaṣawwifa pour désigner l’ensemble des soufis.

58 Al‑Muntaẓam, t. 18, p. 186, notice n° 4280.

59 Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Bagdad, t. 2, p. 49, notice n° 257.

60 La‑hu karāmātun kaṯīra, al‑Kāmil, t. 10, p. 21.

61 Ṭabaqāt al‑šāfiʿiyya al‑kubrā, t. 6, p. 136, notice n° 658.

62 Taʾrīḫ al‑islām, t. 39, p. 209, notice n° 164.

63 Ṣāḥib aḥwāl wa‑karāmāt, wa‑muǧāhadāt wa‑maqāmāt, Šaḏarāt al‑ḏahab, t. 6, p. 354.

64 En particulier le hanbalite ʿAbd al‑Qādir al‑Ǧīlānī, étudié par J. Chabbi, Abd al‑Qadir al‑Gilani, idées sociales et politiques, et « ʿAbd al‑Kādir al‑Djīlānī, personnage historique ».

65 Al‑Kawākib al‑durriyya, t. 1, p. 619, notice n° 385 ; sur Abū Isḥāq al‑Šīrāzī, voir le tableau 4‑3, l. 2.

66 Les études consacrées à Abū Ḥāmid al‑Ġazālī (tableaux 3‑2, l. 12 et 4‑3, l. 9) s’intéressent essentiellement aux aspects théoriques de son œuvre. La bibliographie la plus récente se focalise sur son attitude envers la philosophie et sur les rapports complexes que le personnage illustre entre savoir traditionnel, expérience mystique et tradition philosophique. Pour le détail de sa biographie, voir le premier chapitre de F. Griffel, Al‑Ghazali’s Philosophical Theology, 2009, ainsi que K. Garden, « Coming Down from the Mountaintop: Al‑Ghazāli’s Autobiographical Writings in Context », The Muslim World 101/4 (2011), p. 581–596. Pour une bibliographie sélective, voir « Ḡazālī, Abū Ḥāmed Moḥammad. i. Biography », EIr, t. X/4, p. 358‑363 (G. Böwering) ; les références plus anciennes sont données dans « al‑Ghazālī, Abū Ḥāmid », EI2, t. II, p. 1038‑1041 (W. Montgomery Watt).

67 Sur ʿAbd al‑Qādir al‑Ǧīlānī (tableau 3‑2, l. 34) et son parcours historique, voir J. Chabbi, Abd al‑Qadir al‑Gilani, idées sociales et politiques ; eadem, « ʿAbd al‑Kādir al‑Djīlānī, personnage historique » ; ainsi que l’article « ʿAbd al‑Ḳādir al‑Djīlānī », EI2, t. I, p. 69‑70 (W. Braune).

68 Tableau 3‑2, l. 6. Sur ce šayḫ proche du pouvoir seldjoukide, qui dirigea l’un des plus importants ribāṭ‑s de Bagdad, et sur sa descendance, voir le chapitre 12.

69 « Abū Saʿīd Faḍl Allāh b. Abī ’l‑Khayr », EI2, t. I, p. 145‑147 (H. Ritter) ; « Abū Saʿīd Abi’l‑Ḵayr », EIr, t. I/4, p. 377‑380 (G. Böwering), avec une bibliographie détaillée.

70 Tableau 3‑2, l. 11.

71 Dans la notice qu’Ibn al‑Ǧawzī accorde à ce dernier : al‑Muntaẓam, t. 16, p. 235, notice n° 3533.

72 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 85, notice n° 3738, et Ibn al‑ʿImād, Šaḏarāt al‑ḏahab, t. 5, p. 414.

73 Al‑Subkī attribue ce jugement à l’aversion partisane qu’Ibn Nāṣir, ancien chafiite ašʿarite devenu hanbalite, éprouvait contre les soufis (Ṭabaqāt al‑šāfiʿiyya al‑kubrā, t. 4, p. 39, notice n° 259).

74 Al‑Bundārī, Taʾrīḫ Baġdād, folio 46 recto.

75 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 235, notice n° 3533. Al‑Ḏahabī reprend la même anecdote en désignant al‑Ṭurayṯīṯī sous sa šuhra d’Ibn Zahrāʾ, et lui attribue la suggestion de faire construire un ribāṭ de hautes dimensions (Taʾrīḫ al‑islām, t. 32, p. 259, notice n° 271).

76 Taʾrīḫ al‑islām, t. 32, p. 259‑260.

77 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 34, p. 247, notice n° 278. Ibn al‑ʿImād précise que Ṭurayṯīṯ était une localité des environs de Nishapur (Šaḏarāt al‑ḏahab, t. 5, p. 414).

78 Où il s’était réservé une concession funéraire près de la tombe de Bišr al‑Ḥāfī, qu’il dut céder à al‑Ḫaṭīb al‑Baġdādī à la mort de ce dernier en 463/1071 (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 129, notice n° 3407). Voir le chapitre 13 pour une relation détaillée de cette anecdote.

79 En 463/1071 comme mentionné dans la note précédente, et lors de la crue du Tigre de 466/1074.

80 Hāḏā aǧall šayḫ šahadtu‑hu bi‑Baġdād, min šuyūḫ al‑ṣūfiyya, wa‑akṯaru‑hum ḥurmatan wa‑haybatan ʿind al‑ṣaḥāba, cité par al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 34, p. 248.

81 Tableau 3‑2, l. 7.

82 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 57, notice n° 3696 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. Fatīḥ, t. 12, p. 171 ; Ibn al‑Naǧǧār, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, t. 18, p. 130, notice n° 673. Sibṭ ibn al‑Ǧawzī est le seul à indiquer la somme de 10 000 dinars (Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. 344).

83 Le terme ǧiwār a ici le sens de « proximité protectrice ».

84 Ibn al‑Naǧǧār, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, t. 18, p. 130, notice n° 673.

85 Ibn al‑Naǧǧār, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, t. 18, p. 130, notice n° 673.

86 Tableau 3‑2, l. 45.

87 Min aʿyān al‑ṣūfiyya, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, t. 16, p. 150, notice n° 142.

88 Ibn al‑Naǧǧār localise ce ribāṭ au Karḫ, mais il s’agit sans doute d’une faute de lecture du copiste ou de l’éditeur car al‑Samʿānī situe, sans ambiguïté possible, ce personnage à Karaǧ, localité du Ǧibāl, entre Hamadan et Ispahan, dont il lui attribue la nisba (al‑Ansāb, t. 5, p. 47, article « al‑Karaǧī »). Il faut également corriger en al‑Karaǧī la nisba al‑Kurǧī, lecture de l’éditeur du Taʾrīḫ al‑islām d’al‑Ḏahabī (t. 39, p. 346, notice n° 327).

89 Tableau 3‑2, l. 32.

90 Al‑Ḏahabī cite nommément 90 de ses disciples de ḥadīṯ (Taʾrīḫ al‑islām, t. 38, p. 112, notice n° 93).

91 Ibn Ḫallikān rapporte avoir assisté à une séance de cette sorte en rabīʿ 1 553/avril 1158 (Wafayāt al‑aʿyān, t. 3, p. 226, notice n° 403).

92 Dār al‑wazīr, Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 382.

93 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 120.

94 Ibn al‑Dimyāṭī, al‑Mustafād, t. 21, p. 113, notice n° 105.

95 Lui‑même soufi transmetteur de ḥadīṯ et mort en 512/1119, à l’âge de 102 ou 103 ans si l’on en croit al‑Ḏahabī qui lui consacre une notice (Taʾrīḫ al‑islām, t. 35, p. 339, notice n° 38).

96 Une fois de plus, cette dernière qualification est tardive, et n’intervient dans les sources qu’à partir du viiie/xive siècle (al‑Dimyāṭī, al‑Mustafād, t. 21, p. 113, notice n° 105 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 38, p. 112‑120, notice n° 93 ; Ibn al‑ʿImād, Šaḏarāt al‑ḏahab, t. 6, p. 275).

97 Sur lequel voir « al‑Anṣarī al‑Harawī », EI2, t. I, p. 539‑540 (S. de Beaurecueil).

98 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 38, p. 117.

99 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 38, p. 112, notice n° 93. Ibn Ḫallikān, lui, donne comme lieu de résidence d’Abū l‑Waqt à Bagdad un certain ribāṭ de Fayrūz que je n’ai pu identifier, à moins qu’il s’agisse d’une lecture fautive pour le ribāṭ de Bahrūz le ḫādim, sur la rive orientale de Bagdad (Wafayāt al‑aʿyān, t. 3, p. 226, notice n° 403).

100 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, et Ibn Ḫallikān, Wafayāt al‑aʿyān, dans les notices citées ci‑dessus.

101 Situé au sud du Nahr ʿĪsā, sur la rive occidentale.

102 Ibn al‑Dimyāṭī et Ibn Ḫallikān, dans les notices citées ci‑dessus.

103 Tableau 3‑2, l. 57.

104 Contrairement à ce que pourrait laisser penser sa nisba. Voir al‑Ḏahabī, Taḏkirat al‑ḥuffāẓ, ṭabaqa 17/7, t. 4, p. 1356, notice n° 1103.

105 Al‑Ḏahabī, Taḏkirat al‑ḥuffāẓ, ṭabaqa 17/7, t. 4, p. 1356, notice n° 1103.

106 Cette rencontre fait l’objet d’une longue relation dans la notice d’Abū l‑Waqt par al‑Ḏahabī (Taʾrīḫ al‑islām, t. 38, p. 118‑119).

107 Al‑Ḏahabī indique tantôt qu’il était le šayḫ des soufis du ribāṭ Arǧawānī, sur la rive orientale de Bagdad (Taḏkirat al‑ḥuffāẓ, ṭabaqa 17/7, t. 4, p. 1356, notice n° 1103), tantôt qu’il dirigeait (waliya l‑mašyaḫa) le ribāṭ du calife, situé sur la rive occidentale, près de la turba de la princesse seldjoukide Salǧūqa Ḫātūn (ribāṭ al‑ḫalīfa) (Taʾrīḫ al‑islām, t. 41, p. 232, notice n° 200). Ibn al‑Dubayṯī, lui, cite Abū l‑Mawāhīb b. Ṣaṣrā (m. 586/1190) qui attribue à Abū Yaʿqūb al‑Šīrāzī la direction de plusieurs ribāṭ‑s (Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 5, p. 100, notice n° 2770).

108 D’après al‑Ḏahabī, les califes lui confièrent à la fin de sa vie des missions diplomatiques dans « les régions lointaines » (aṭrāf) (Taḏkirat al‑ḥuffāẓ, t. 14, p. 1356, ṭabaqa 17/7, notice n° 1103), en particulier dans les territoires byzantins (Taʾrīḫ al‑islām, t. 41, p. 232, notice n° 200).

109 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 41, p. 232, notice n° 200.

110 Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 5, p. 100, notice n° 2770.

111 Tableau 3‑2, l. 19.

112 L’expression est du tardif Ibn al‑ʿImād, Šaḏarāt al‑ḏahab, t. 6, p. 137.

113 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 184, notice n° 3992.

114 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 184, notice n° 3992.

115 Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 148.

116 Tous quatre choisirent de se fixer à Damas. Les soufis restants sont d’appartenance géographique indéterminée. Les 76 soufis « bagdadiens » (de naissance, immigrés ou émigrés, à l’exception des visiteurs, en dehors de quelques personnages particulièrement importants) sont recensés dans le tableau 3‑2 : « Šayḫ‑s de ribāṭ‑s et plus importants soufis de Bagdad ».

117 « Al‑Suhrawardī, Abū ’l‑Nadjīb », EI2, t. IX, p. 778 (F. Sobieroj) ; tableau 3‑2, l. 36.

118 Pour la période, 17 des 20 personnages dont on connaît la région d’origine, sur les 21 mystiques d’origine extérieure durablement installés à Bagdad, provenaient du monde irano‑turc (un de Transoxiane, six du Khurasan, huit du Ǧibāl, et deux d’Iran central).

119 Sur les différentes réalités désignées sous le terme ribāṭ, voir les articles « Ribāṭ », EI2, t. VIII, p. 493‑506, et « Khānḳāh », EI2, t. IV, p. 1025‑1026 (J. Chabbi), qui précisent qu’à partir du vie/xiie les deux termes semblent devenir synonymes. Sur les ribāṭ‑s bagdadiens, voir eadem, Abd al‑Qadir al‑Gilani, idées sociales et politiques, et « La fonction du ribat à Bagdad du ve siècle au début du viie siècle », REI 42 (1974), p. 101‑121. Sur l’évolution postérieure de la terminologie et le rapport de ces trois institutions au soufisme dans l’Égypte mamelouke, voir D. P. Little, « The nature of Khānqāhs, Ribāṭs, and Zāwiyas under the Mamlūks », dans W. B. Hallaq et D. P. Little (dir.), Islamic Studies presented to Charles J. Adams, 1991, p. 91‑106.

120 On note quelques utilisations ponctuelles du terme par Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān (ex. éd. Hyderabad, p. 371), Yāqūt, Muʿǧam al‑udabāʾ (ex. t. 5, p. 352, notice n° 879) et al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām (ex. t. 32, p. 259). On notera qu’il s’agit là de trois auteurs syriens. Chez lez auteurs arabophones irakiens ou orientaux, j’ai relevé une unique mention chez al‑Bundārī, Taʾrīḫ Baġdād, folio 8 recto.

121 Pour désigner une structure de plus petite taille mais abritant des activités similaires, comme dans le cas du soufi Abū Bakr al‑Ṭurayṯīṯī, évoqué ci‑dessus, qui dirigeait une petite zāwiya située dans la steppe (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 235, notice n° 3533 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 32, p. 259, notice n° 271), mais aussi le coin (zāwiya) où se retirait un individu. Le terme désignait souvent un oratoire (masǧid) ou une partie d’un masǧid, comme dans le cas de Muḥammad Aḫī Ḥamādī (m. 503/1109), dont les biographes ne disent pas grand chose hormis qu’il s’était retiré dans son masǧid après avoir vu le prophète en rêve, et qu’il fut enterré dans sa zāwiya ; on est fondé à penser qu’il s’agissait là d’un seul et même endroit (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 118, notice n° 3789). Dans la notice du faqīh et zāhid hanbalite Abū l‑Faraǧ Muḥammad b. Aḥmad (m. 563/1167), il est clairement indiqué que celui‑ci avait un coin (zāwiya) qui lui était propre dans un masǧid de Sūq al‑Ṯalāṯāʾ (Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Bagdad, t. 1, p. 102, notice n° 22), tandis que le muḥaddiṯ et wāʿiẓ Abū l‑Ṯanāʾ Muḥammad ibn al‑Zaytūnī (m. 573/1178) avait une zāwiya attenante à son masǧid, dans laquelle il fut enterré (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 247, notice n° 4325). La zāwiya était, avant tout, un endroit où se retirer, comme en témoigne la biographie du muḥaddiṯ Abū l‑Muẓaffar ibn al‑Karḫī (m. 562/1166) qui s’était, précise Ibn al‑Naǧǧār, « retiré chez lui » et fréquentait peu ses semblables (munzawīyan fī manzili‑hi, qalīl al‑muḫālaṭa li‑l‑nās, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, t. 18, p. 107, notice n° 639).

122 Le ribāṭ d’al‑Zawzanī et le ribāṭ de ʿAttāb (tableau 3‑1, l. 1 et 2). Ibn al‑Ǧawzī attribue la fondation de l’édifice qui allait devenir le ribāṭ d’al‑Zawzanī au mystique bagdadien Abū l‑Ḥasan ʿAlī b. Ibrāhīm al‑Ḥuṣrī (m. 371/982), qui fut le šayḫ d’Abū l‑Ḥasan al‑Zawzanī (al‑Muntaẓam, t. 14, p. 285, notice n° 2772), et précise qu’il s’agissait sans doute d’un masǧid par la suite transformé en ribāṭ. Il faut adjoindre à ces deux édifices le ribāṭ d’Abū Saʿd le soufi (tableau 3‑1, l. 3), dont Ibn al‑Ǧawzī mentionne qu’il fut ravagé par un incendie en 450/1058 (al‑Muntaẓam, t. 16, p. 34).

123 Voir le tableau 3‑1 : « Ribāṭ‑s bagdadiens jusqu’à la fin du vie/xiie siècle ». Contrairement aux madrasas, les sources ne signalent quasiment jamais l’inauguration d’un ribāṭ ; les dates de fondation sont donc putatives, et bien souvent, on doit se contenter de constater à un certain moment l’existence d’un nouveau ribāṭ dans l’espace bagdadien, sans connaître la date exacte de son apparition.

124 Tableau 3‑1, l. 4 ; sur ce personnage, voir le tableau 3‑2, l. 7, et ci‑dessus.

125 Sur ces événements, voir Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 317‑318.

126 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 331.

127 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 61 et 164. Comme l’indique sa proximité avec les ʿUqaylides de Mossoul, Ibn al‑Maḥlibān était sans doute originaire de la Ǧazīra, car il mit ces deux familles à l’abri respectivement à Mayyāfāriqīn et à Harran.

128 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 61 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 352 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 87.

129 Al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 23 ; Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 72‑73 et 75 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 107.

130 Tableau 3‑1, l. 6 à 18.

131 Sur Bahrūz, voir le tableau 14‑2, l. 15.

132 Tableau 3‑1, l. 6.

133 Tableau 3‑1, l. 14.

134 Tableau 3‑1, l. 12. Sur Abū l‑Naǧīb al‑Suhrawardī, voir le tableau 3‑2, l. 36.

135 Tableau 7‑5, l. 19.

136 Tableau 3‑1, l. 18.

137 Tableau 3‑2, l. 50.

138 Tableau 3‑1, respectivement l. 22 et 27.

139 L’une des éditions de Sibṭ ibn al‑Ǧawzī fait également de lui le fondateur d’un ḫānqāh situé sur la rive occidentale, où il aurait été inhumé, mais il s’agit là de l’unique mention de cette institution et même de l’un des seuls cas de l’emploi du terme ḫānqāh en contexte bagdadien pour la période (Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 371). Par ailleurs, Ibn al‑Dubayṯī précise qu’il fut enterré dans la mosquée‑ǧāmiʿ qu’il avait fait édifier sur la rive occidentale (Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 3, p. 143, notice n° 1254). Il s’agit donc probablement d’une erreur de copie ou d’édition dans le Mirʾāt al‑zamān.

140 Tableau 3‑1, l. 30.

141 Sur son ribāṭ : tableau 3‑1, l. 8. On n’en connaît pas les particularités, mais les individus qui sont signalés pour y avoir résidé étaient tous des hommes. Sur Arǧawān, voir le tableau 15‑3, l. 27.

142 Tableau 3‑1, l. 13. Ibn al‑ʿImād est le seul à attribuer la fondation de ce ribāṭ au sultan Masʿūd (Šaḏarāt al‑ḏahab, t. 6, p. 264). Al‑Ġaznawī était controversé, d’après ses biographes, en raison de sa tendance à louer le sultan bien plus que le calife dans ses sermons. Protégé par le sultan Masʿūd, il fut, après la mort de ce dernier, interdit de waʿẓ par le calife al‑Muqtadī (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 108, notice n° 4208). Sur ce personnage, mort en 551/1156, voir le tableau 2‑3, l. 70.

143 Tableau 3‑1, l. 23.

144 Ibn al‑Ǧawzī en rapporte l’inauguration en raǧab 573/décembre 1177, et précise qu’il fut confié à la sœur d’Abū Bakr le 2soufi, šayḫ du ribāṭ d’al‑Zawzanī (al‑Muntaẓam, t. 18, p. 238).

145 Tableau 3‑1, l. 28.

146 Tableau 3‑1, l. 10. Il n’est cependant pas précisé si Fāṭima avait elle‑même fondé ce ribāṭ. Al‑Ḏahabī décrit cet édifice comme étant « un ribāṭ où se réfugiaient les femmes » (ribāṭ taʾwī ilay‑hi al‑nisāʾ, Taʾrīḫ al‑islām, t. 36, p. 69, notice n° 11), sans évoquer particulièrement l’ascétisme de ces dernières. Sur Fāṭima bint al‑Rāzī, voir les tableaux 2‑3, l. 48 et 15‑3, l. 32.

147 Tableau 15‑3, l. 63.

148 Tableau 3‑1, l. 24. On sait peu de choses de ce ribāṭ, en dehors du fait que la direction ainsi que la surveillance (naẓar) des waqf‑s en furent confiées à un faqīh chafiite, Abū l‑Muẓaffar ʿAbd Allāh b. Ḫamīs, qui abandonna pour cela son poste de répétiteur (muʿīd) à la madrasa Niẓāmiyya (Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 3, p. 456, notice n° 1644).

149 Voir le cas de l’ascète (zāhid) grammairien al‑Kamāl Abū l‑Barakāt ibn al‑Anbārī (m. 577/1181), retiré dans son ribāṭ de la rive orientale où il recevait des visites, et pour lequel aucun autre résident n’est mentionné (tableau 3‑1, l. 25), ou encore le ribāṭ où Abū l‑Ḥasan ʿAlī b. Sulṭān le wāʿiẓ (m. 585/1189) prêchait le waʿẓ à Darb al‑Maṭbaḫ, sur la rive orientale également (tableau 3‑1, l. 31). Un petit ribāṭ familial du même type était celui où le grammairien Abū l‑Ḥasan ʿAlī ibn al‑Zāhida (m. 594/1198) et sa mère furent enterrés, à al‑Ẓafariyya, sur la rive orientale (tableau 3‑1, l. 33).

150 Au total, neuf des 36 ribāṭ‑s signalés pour la période étaient situés sur la rive occidentale, et 23 sur la rive orientale, 14 de ces derniers ayant été fondés dans la seconde moitié du vie/xiie siècle. Le quartier d’implantation des quatre ribāṭ‑s restants n’est pas précisé. Pour visualiser la répartition des ribāṭ‑s dans l’espace bagdadien, voir la carte 11 : « Les ribāṭ‑s de Bagdad (tentative de localisation) ».

151 Šihāb al‑dīn al‑Suhrawardī, d’après son biographe Ibn al‑Dubayṯī, dirigeait plusieurs ribāṭ‑s, certains réservés aux soufis, et d’autres non (tawallā ʿiddat rubuṭ li‑l‑ṣūfiyya wa‑ġayri‑him, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 4, p. 353, notice n° 2188). Il est intéressant de voir que, dans la notice qu’il consacre au même personnage, al‑Ḏahabī, citant Ibn al‑Dubayṯī, se contente de reprendre le début de la phrase et d’indiquer qu’il dirigeait des ribāṭ‑s soufis (tawallā ʿiddat rubuṭ li‑l‑ṣūfiyya, Taʾrīḫ al‑islām, t. 46, p. 112, notice n° 112).

152 Comme c’est explicitement le cas pour 11 des ribāṭ‑s de la période (tableau 3‑1, l. 1, 3, 4, 6, 8, 9, 16, 23, 29, 30, 32).

153 Huit cas : tableau 3‑1, l. 4, 5, 18, 19, 26, 34, 35, 36. Le terme est particulièrement fréquemment sous le calame d’Ibn al‑Dubayṯī.

154 Voir les lignes 2, 10, 14 et 27 du tableau 3‑1.

155 Le wāʿiẓ ašʿarite Abū Naṣr al‑Qušayrī y prêcha en 469/1076 (Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 413 ; al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 54) ; le wāʿiẓ ašʿarite al‑Ġaznawī y séjourna en 495/1101 (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 76), et deux wāʿiẓ‑s y résidèrent en 516/1122, l’un ašʿarite : Abū l‑Futūḥ al‑Isfarāʾīnī, l’autre non : Abū l‑Qāsim ʿAlī b. Yaʿlā al‑ʿAlawī (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 210 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 218).

156 Il brûla au cours de la fitna d’al‑Basāsīrī en 450/1058 (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 34), puis fut inondé en 568/1172 et 569/1173, au point de s’effondrer partiellement (ibid., t. 18, p. 200 et 205).

157 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 18, et Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. 240.

158 Visiteur dont la date de décès nous est inconnue ; voir al‑Bundārī, Taʾrīḫ Baġdād, folio 30 recto.

159 Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 4, p. 316, notice n° 2141.

160 Il s’agit d’Abū ʿAbd Allāh Muḥammad ibn al‑Turkī, qui résidait à Wasit et mourut en 598/1202 ; voir Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Bagdad, t. 1, p. 166, notice n° 75.

161 Abū l‑Ḥasan ibn al‑Daǧāǧī, mort en 564/1169 ; tableau 3‑2, l. 39.

162 Tenues par Abū l‑Futūḥ al‑Ġazālī (m. 520/1126), voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 237, notice n° 3939.

163 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 32 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 184.

164 Par exemple Abū Ǧāʿfar Muḥammad b. Saʿd al‑maššāṭ, mort après 561/1165 (Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Bagdad, t. 1, p. 277, notice n° 185).

165 Comme Abū l‑Mafāḫir ʿAlī al‑Bayhaqī, connu sous le nom d’Ibn al‑Mustawfī (m. 577/1181) (Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 4, p. 498, notice n° 2391).

166 Par son disciple et successeur al‑Badīʿ Abū l‑Muẓaffar ʿAbd al‑Ṣamad al‑Zanǧānī (m. 581/1185) ; voir al‑Subkī, Ṭabaqāt al‑šāfiʿiyya al‑kubrā, t. 7, p. 170, notice n° 877.

167 Il fut ainsi touché par un incendie en 510/1116 (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 145) puis détruit par un tremblement de terre en 544/1149 (ibid., t. 18, p. 72).

168 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 242.

169 En 532/1137 par exemple, on crucifia un soufi du ribāṭ d’al‑Bisṭāmī, accusé d’avoir frappé à mort un enfant (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 327).

170 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 323, et al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 36, p. 203.

171 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 183.

172 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 213. Les affinités anciennes existant entre la famille de Raʾīs al‑ruʾasāʾ et Ibn al‑Maḥlibān, fondateur du ribāṭ dont Abū Saʿd avait pris la direction, peuvent contribuer à expliquer ce choix.

173 Par exemple : Zaʿīm al‑dawla Abū ʿAbd Allāh Muḥammad ibn al‑Muṭṭalib (m. 547/1152), fils du vizir Maǧd al‑dawla, tenait des séances nocturnes de lecture du ḥadīṯ au ribāṭ du šayḫ al‑šuyūḫ (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 87, notice n° 4177).

174 Voir, à titre d’exemple, le ḥadīṯ transmis de la bouche d’Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Aʿazz al‑Suhrawardī, fils du cousin du šayḫ Abū l‑Naǧīb al‑Suhrawardī, au ribāṭ de Saʿāda (Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 1, p. 248, notice n° 87). Pour une autre séance se déroulant au ribāṭ d’al‑Zawzanī, voir ibid., t. 3, p. 499.

175 Exemple : Abū Suǧāʿ Muḥammad ibn Munǧiḥ (m. 581/1185), résident du ribāṭ Arǧawānī (Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 2, p. 117, notice n° 560).

176 Sur ce personnage, versé dans les disciplines littéraires, voir le tableau 3‑2, l. 44.

177 Le célibat était cependant suffisamment répandu pour qu’Ibn al‑Ǧawzī le fustige parmi les pratiques soufies qu’il considérait comme blâmables : Talbīs Iblīs, p. 175 ; trad. angl. D. S. Margoliouth, Islamic Culture (1936), p. 634.

178 Ibn al‑Ǧawzī évoque régulièrement ces séances, auxquelles il était convié, et précise qu’il assistait au début de la cérémonie puis partait avant que le samāʿ n’ait lieu, car en réprouvait la pratique. Voir al‑Muntaẓam, t. 18, p. 160, 213‑214, 219, 228 (années 559/1164 et 570‑72/1175‑77).

179 Voir à ce sujet A. Hartmann, An‑Nāṣir li‑Dīn Allāh (1180‑1225).

180 Plus précisément 13 soufis, un transmetteur de ḥadīṯ, deux ustāḏ al‑dār, un qāḍī l‑quḍāt, un médecin, un ʿāmil et trois ulémas.

181 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 235, notice n° 3533, et al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 32, p. 258, notice n° 271.

182 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 108, notice n° 4208. Sur al‑Ġaznawī, mort en 551/1156, voir le tableau 2‑3, l. 70.

183 Tableau 3‑2, l. 62.

184 Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 3, p. 498‑499, notice n° 1694.

185 Tableau 3‑2, l. 69.

186 Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 2, p. 289, notice n° 753.

187 Ibn al‑Ǧawzī signale la nomination d’Abū l‑Futūḥ à la tête de ce ribāṭ sans préciser qu’elle fut le fait du calife, mais Ibn al‑Aṯīr est plus explicite sur le déroulement des opérations. Comparer les événements de l’année 516/1122 chez Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 210, et Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 218.

188 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 235, notice n° 3533.

189 Tableau 3‑1, l. 3.

190 Les sources n’emploient pas ce terme avant la seconde moitié du ve/xie siècle, et J. Donohue ne mentionne aucun personnage portant ce titre pour la période bouyide (The Buwayhid Dynasty in Iraq).

191 Voir l’arbre généalogique de la famille Nīsābūrī (arbre 3‑2).

192 Article « Shaykh », EI2, t. IX, p. 398‑399.

193 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 173‑174. Sur Abū l‑Ḥusayn al‑Dāmaġānī, mort en 540/1145, qui fut successivement cadi du Karḫ, sur la rive occidentale, puis de Bāb al‑Azaǧ, sur la rive orientale, voir le tableau 5‑7, l. 51. Sur son frère Tāǧ al‑quḍāt, qui mourut peu de temps après cette anecdote, en 516/1122, voir le tableau 5‑7, l. 40.

194 Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 257.

195 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 242, et Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 275.

196 Pour un exemple de soufi envoyé en mission diplomatique par le dīwān califal, voir le tableau 3‑2, l. 57.

197 Sur ʿAlī b. Ṭirād al‑Zaynabī, mort en 538/1143, voir le tableau 7‑5, l. 15.

198 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 249.

199 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 9.

200 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 193.

201 Ce chiffre exclut les simples visiteurs pour ne retenir que les personnages ayant durablement séjourné dans la capitale abbasside.

202 Pour l’étude des principaux lignages de soufis (Zawzanī, Nīsābūrī, Suhrawardī et Mayhanī), voir le chapitre 12, consacré aux grandes familles bagdadiennes. On trouvera en annexe les arbres généalogiques de ces lignages (respectivement : arbres 3‑1 à 3‑4).

203 Tableau 3‑2, l. 70.

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search