Version classiqueVersion mobile

Les élites bagdadiennes au temps des Seldjoukides

 | 
Vanessa Van Renterghem

B. Le service du pouvoir

Chapitre 7. Gens de dīwān‑s, secrétaires et vizirs : les élites politico‑administratives de l’État abbasside

Texte intégral

1À l’arrivée des Seldjoukides à Bagdad, l’administration abbasside était réduite à un nombre limité de services, dédiés à la gestion des affaires du calife : chancellerie, administration de ses domaines privés et de leurs revenus fiscaux. Les services administratifs abbassides connurent, au cours de la période seldjoukide, le même type de développement et de réorganisation que l’armée, et au vie/xiie siècle, les califes se trouvèrent progressivement à la tête de dīwān‑s organisés, assurant la gestion d’une grande partie du territoire irakien et de ses revenus. Comme dans le domaine militaire, ce développement des services administratifs s’accompagna de l’émergence d’une élite de hauts fonctionnaires. Pour accéder aux plus importantes fonctions de l’administration califale, certains menaient une carrière complète au sein des dīwān‑s abbassides tandis que d’autres étaient imposés par les sultans seldjoukides ou jouaient de leur entregent pour obtenir les postes les plus convoités. Le trait marquant de la période fut l’apparition de lignages d’administrateurs qui parvinrent à confisquer les fonctions les plus recherchées, en particulier le vizirat, et dont certains se maintinrent pendant de longues décennies.

La renaissance de l’administration abbasside

  • 1 Voir J. Donohue, The Buwayhid Dynasty in Iraq, chapitres 2 et 6.
  • 2 Voir à ce sujet D. Sourdel, Le vizirat ʿabbāside de 749 à 936 (132 à 324 de l’Hégire), 1960, en par (...)

2Sous l’émirat bouyide, le calife avait conservé certains services administratifs, mais s’était vu dépossédé de la plupart des fonctions jusque‑là assumées par l’administration abbasside, en particulier dans le domaine de la collecte des taxes et impôts et de la gestion des provinces 1. Le vizir du calife, élément clé de l’administration de la première période abbasside 2, avait vu son pouvoir se réduire au profit du vizir des émirs, jusqu’à se restreindre à un simple rôle de secrétaire du calife. Les services califaux toujours en activité au début du ve/xie siècle, sous le règne d’al‑Qādir (381‑422/991‑1031), étaient centrés autour de la chancellerie (dīwānal‑rasāʾil ou dīwānal‑inšāʾ), gérant les affaires privées du calife et certains domaines de la vie bagdadienne.

3Telle était la situation lorsque survint la conquête seldjoukide sous le califat d’al‑Qāʾim, fils et successeur d’al‑Qādir. En quelques décennies, malgré la tutelle politique des sultans, les califes abbassides parvinrent à s’entourer de nouveaux fonctionnaires dont certains étaient attachés à leur service particulier, et d’autres s’occupaient de tâches relevant de l’administration centrale et provinciale. L’influence seldjoukide se faisait lourdement sentir, les sultans disposant de moyens de chantage financier pour peser sur les nominations aux plus hauts postes de l’entourage abbasside, et intervenant régulièrement pour faire nommer au vizirat des candidats choisis par eux ou pour exiger la démission des dignitaires abbassides qui ne servaient qu’imparfaitement leurs intérêts. Par la suite, un regain de vitalité de l’administration califale naquit de l’affaiblissement du pouvoir seldjoukide et de son éloignement, et dans la première moitié du vie/xiie siècle, on vit resurgir à Bagdad des services administratifs qui avaient disparu au siècle précédent. Le croisement des informations livrées par les chroniques et les dictionnaires biographiques permet de retracer les étapes de cette renaissance de l’administration abbasside aux vevie/xiexiie siècles.

La persistance de l’administration califale

  • 3 Pendant plusieurs décennies, la bibliographie concernant l’administration califale s’est essentiell (...)
  • 4 Les études classiques sont celles d’A. K. S. Lambton, « The Internal Structure of the Saljuq Empire (...)
  • 5 C. Klausner, The Seljuk Vezirate, p. 27.

4Si l’administration des sultans a suscité l’intérêt des chercheurs, l’organisation des dīwān‑s califaux au cours de la période seldjoukide est moins bien connue 3. Les études concernant l’administration seldjoukide se contentent d’évoquer rapidement la perte de pouvoir du calife avant de s’intéresser à l’organisation des dīwān‑s sultaniens, comme si, à l’arrivée des Seldjoukides, l’administration abbasside disparaissait entièrement pour laisser place aux services mis en place par le nouveau pouvoir 4. Tout au plus Clara Klausner établit‑elle une distinction entre l’institution du sultanat, gérant les affaires temporelles de l’empire, et celle du califat, qui aurait été confinée à la gestion des questions religieuses 5.

5Or, il est clair, à la lecture des sources, que l’arrivée des Seldjoukides à Bagdad, pas plus que la reconnaissance du sultanat par le calife, ne firent totalement disparaître les services de l’administration califale, qui continua à fonctionner tout au cours de la période, y compris sous les Grands Seldjoukides. Certes, le nombre de services administratifs, tout comme l’étendue des territoires véritablement contrôlés par le calife, étaient drastiquement restreints en regard des premiers siècles abbassides, et le partage du pouvoir entre administration califale et administration sultanienne ne s’établit pas sans heurts. Mais malgré tout, on observe la persistance d’un ensemble organisé de services administratifs, d’abord réduit, puis de plus en plus étoffé, dont le siège se trouvait à Bagdad, et dont le développement engendra la formation d’une élite administrative au service du calife.

Les ḥāǧib‑s, agents exécutifs de l’administration abbasside, et le ḥāǧib al‑bāb

  • 6 Ibn al‑Aṯīr mentionne, pour l’année 447/1055, la plainte d’un groupe de sunnites auprès du dīwān, r (...)
  • 7 Les sources désignent souvent les services califaux sous l’expression al‑dīwān al‑ʿazīz (ex. Ibn al (...)
  • 8 Tableau 7‑5, l. 1.
  • 9 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 323.

6À l’arrivée des Seldjoukides, au milieu du ve/xie siècle, le calife al‑Qāʾim disposait de services administratifs situés dans le bâtiment du dīwān, au cœur du Dār al‑Ḫilāfa, au sein desquels travaillaient un certain nombre de fonctionnaires (aṣḥāb al‑dīwān6. Ce dīwān est explicitement désigné comme dépendant du calife 7. La description du cortège officiel que le calife envoya, en 447/1055, pour accueillir le sultan Ṭuġril Beg lors de son entrée à Bagdad, met en scène les plus hauts membres de l’administration et de l’entourage califal de l’époque, les deux milieux étant largement confondus. D’après Ibn al‑Aṯīr, la délégation était conduite par le vizir du calife, Ibn al‑Muslima (m. 450/1059) 8, connu sous le titre honorifique (laqab) de Raʾīs al‑ruʾasāʾ, « chef des chefs ». Elle comprenait des cadis et des šāhid‑s, les naqīb‑s de Bagdad et un groupe de šarīf‑s, des serviteurs du calife (ḫādim‑s) et « l’élite de l’État » (aʿyānal‑dawla), ainsi que les principaux émirs au service du souverain bouyide en titre, al‑Malik al‑Raḥīm 9.

  • 10 Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 15, p. 730.
  • 11 « Ḥādjib », EI2, t. III, p. 45‑49 (D. Sourdel, C. E. Bosworth, A. K. S. Lambton). Sur la fonction d (...)

7Ibn Kaṯīr ajoute à cette liste les indispensables auxiliaires du calife à cette période : les ḥāǧib‑s 10. L’administration locale était en grande partie aux mains de ces personnages, régulièrement évoqués par les chroniques. Étymologiquement, le ḥāǧib (pl. ḥuǧǧāb) est celui qui cache, qui dissimule une personne (le souverain en l’occurrence) aux yeux du vulgaire, sens qui n’est qu’improprement rendu par la traduction courante par « chambellan ». La première fonction du ḥāǧib, à l’époque omeyyade puis abbasside, était de réguler l’accès au souverain, mais les ḥāǧib‑s obtinrent bientôt des prérogatives plus développées, rivalisant, à certaines époques, avec celles du vizir 11.

  • 12 Sur le rôle du muḥtasib, voir le chapitre 14.
  • 13 En particulier les mariages ; voir par exemple al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 22, et Ibn al‑Ǧawzī, (...)
  • 14 En ḏū l‑qaʿda 449/1057, deux ḥāǧib‑s accompagnaient les deux naqīb‑s et deux serviteurs privés du c (...)
  • 15 Par exemple un futur vizir en vue de sa nomination (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 111, et t. (...)
  • 16 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 193.
  • 17 Pour un exemple évoquant les ḥāǧib‑s du sultan seldjoukide, voir les événements de l’année 455/1063 (...)

8À l’arrivée des Seldjoukides, l’entourage du calife était essentiellement composé de ḥāǧib‑s, que l’on voit intervenir à de nombreux niveaux de la vie politique dans la seconde moitié du ve/xie siècle, et qui assuraient aussi des fonctions de maintien de l’ordre public proches de celles exercées par le muḥtasib 12. Les ḥāǧib‑s servaient d’intermédiaires entre le calife et le sultan seldjoukide ou son vizir ; ils accompagnaient le vizir du calife dans ses missions, étaient présents lors des cérémonies impliquant le calife et les membres de sa famille 13, étaient envoyés pour accueillir ou escorter les sultans 14 ou d’autres dignitaires 15. Ils représentaient le dīwān califal dans les occasions importantes, ou en signifiaient les ordres et les convocations 16. Il s’agissait donc d’agents exécutifs du dīwān. Les plus importants dignitaires, abbassides comme seldjoukides, avaient également des ḥāǧib‑s à leur service 17.

  • 18 Bāb al‑Nūbī (la « porte du Nubien ») était réservée au passage des officiels et invités de haut ran (...)
  • 19 Un exemple chez Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 157 ; voir aussi Ibn al‑Aṯīr, al (...)
  • 20 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 52 et t. 17, p. 299.
  • 21 En 520/1126, il fut le seul dignitaire abbasside à demeurer dans le Dār al‑Ḫilāfa pour le garder, a (...)
  • 22 Voir par exemple Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 91, pour l’année 457/1064, et ibid., t. 16, p (...)
  • 23 Pour un exemple, voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 193.

9Il faut distinguer, parmi les ḥāǧib‑s, le chambellan privé du calife, le ḥāǧib al‑bāb (ou « gardien de la porte »), également nommé ḥāǧib de Bāb al‑Nūbī par référence à la porte principale du palais califal 18, ou encore ḥāǧibal‑ḥuǧǧāb 19. Ce ḥāǧib disposait d’une banquette (dikka) réservée, jouxtant cette porte 20. En cas de crise, il était responsable du Dār al‑Ḫilāfa et de sa sauvegarde 21. Dans les premiers temps de la domination seldjoukide, le ḥāǧib al‑bāb était l’un des plus importants fonctionnaires abbassides, au point que les nominations à ce poste étaient mentionnées dans les chroniques 22. Les ḥāǧib al‑bāb sont régulièrement évoqués tout au long de la période, aux côtés des autres dignitaires de l’administration califale. L’éminence de leur statut est évidente à la lecture des chroniques, et on les rencontre aux côtés des autres notables bagdadiens tels que le qāḍī l‑quḍāt, le šayḫ al‑šuyūḫ, le vizir ou les hauts fonctionnaires au cours d’occasions sociales d’importance 23.

Le développement des dīwān‑s abbassides : maḫzan et dīwān al‑zimām

  • 24 En 455/1063, al‑Qāʾim fit lire du haut des minbars et placarder sur les portes des mosquées un décr (...)
  • 25 Voir le tableau 7‑1 : « Impôts et taxes à Bagdad (455‑567/1163‑1171) » où, sur 23 occasions de levé (...)
  • 26 C’était encore le cas sous le califat d’al‑Muqtadī, comme l’indique le fait que le sultan Malik Šāh (...)

10Sous le règne d’al‑Qāʾim (422‑467/1031‑1075), vizir, dīwān central, inšāʾ et ḥāǧib‑s étaient les principaux services et fonctionnaires abbassides mentionnés par les chroniques. Le calife récupéra peu à peu certaines prérogatives financières, notamment le droit de lever ou de supprimer des taxes (ḍarāʾib, mukūs24. Cependant, ce n’était pas là une prérogative califale absolue, et les sultans seldjoukides et leurs agents continuèrent, par la suite, à imposer des taxes ou à les supprimer, y compris à Bagdad 25 ; ils contrôlaient également la frappe de la monnaie 26.

  • 27 Voir les événements de l’année 471/1078, notamment chez Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 198‑19 (...)
  • 28 Voir essentiellement Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 259 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 449 (...)
  • 29 Année 480/1087 ; voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 267, et Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zam (...)
  • 30 Voir par exemple les événements de l’année 484/1091 chez Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 292, (...)
  • 31 Mort en 497/1103 ; tableau 7‑5, l. 8.
  • 32 Sur ces événements, voir ci‑dessous.
  • 33 Le terme dīwān al‑zimām, héritage de la première période abbasside, désignait au départ un service (...)
  • 34 Tableau 7‑4, l. 41.
  • 35 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 13, et Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 494.

11La situation resta à peu près semblable sous le règne d’al‑Muqtadī (467‑487/1075‑1094). Le successeur d’al‑Qāʾim connut néanmoins certaines difficultés dues à l’ingérence du sultan dans le choix du personnel politique abbasside, en particulier du vizir 27. Tout au long de son règne, al‑Muqtadī entretint une correspondance assidue avec les sultans, les informant de ses décisions politiques ou leur exprimant des souhaits ou recommandations qui restaient la plupart du temps lettre morte. Il accueillit cependant avec tous les honneurs le sultan Malik Šāh lors de sa première venue à Bagdad, en 480/1087 28. Pour le reste, les chroniques ne livrent que peu de détails sur l’organisation des dīwān‑s califaux à cette période. Tout au plus constate‑t‑on que le calife avait un pouvoir local suffisamment étendu pour supprimer certaines taxes 29 et imposer des mesures discriminatoires aux non‑musulmans 30. Aucune source ne précise sur quel territoire ces mesures prenaient effet, mais elles semblent avoir concerné essentiellement Bagdad pour la première – à l’occasion de laquelle le tawqīʿ califal fut affiché sur les mosquées‑ǧāmiʿ –, et les services de l’administration califale pour la seconde, qui conduisit à la conversion à l’islam du chef de la chancellerie, le kātib al‑inšāʾ Abū Saʿd ibn al‑Mawṣalāyā 31, et de son neveu 32. Outre la chancellerie (dīwānal‑inšāʾ), un autre service administratif au moins est signalé sous le règne d’al‑Muqtadī : le dīwānal‑zimām 33, dont le responsable (kātib al‑zimām) était alors le futur vizir Abū l‑Qāsim ʿAlī ibn Ǧahīr (m. 508/1114) 34. Sans détailler l’exacte organisation de l’administration califale, les sources précisent qu’elle comportait suffisamment d’employés pour que, lorsqu’al‑Muqtadī mourut en 487/1094, son vizir convoquât par tawqīʿ les hauts fonctionnaires (arbāb al‑manāṣib) qui étaient à son service 35.

  • 36 Tableau 7‑4, l. 39. Ibn al‑Ǧawzī le signale en poste à plusieurs reprises sous le règne d’al‑Mustaẓ (...)
  • 37 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 100 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 111‑112 ; Sibṭ ibn al‑Ǧa (...)

12Sous le règne de son successeur al‑Mustaẓhir (487‑512/1094‑1118), les chroniques mentionnent plus fréquemment l’institution du maḫzan, ou Trésor public. Comme les autres, ce service employait des kātib‑s et était dirigé par un ṣāḥib al‑maḫzan, fonction qui, sous al‑Mustaẓhir, fut exercée par Abū l‑Qāsim ibn al‑Ḥuṣayn (m. 505/1111), également désigné sous le nom d’Ibn al‑Faqīh 36. Signalé en poste à plusieurs reprises, c’était un homme d’influence, politiquement allié au qāḍī l‑quḍāt Abū l‑Ḥasan al‑Dāmaġānī et suffisamment puissant pour obtenir la destitution du vizir Abū l‑Qāsim ʿAlī ibn Ǧahīr en 500/1106. Il fut cependant démis à son tour immédiatement après cela 37.

  • 38 Lorsqu’al‑Mustaẓhir décida de démettre son vizir Sadīd al‑dawla en 496/1102, la cause avouée en éta (...)
  • 39 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 80 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 63 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al (...)
  • 40 Lors de son passage à Bagdad en 498/1104, le sultan Muḥammad fit envoyer à chaque employé du dīwān (...)

13Al‑Mustaẓhir fit preuve d’une autorité nouvelle et, bien que les sultans seldjoukides fussent restés très présents dans la vie politique bagdadienne, il prit soin de nommer des vizirs dévoués à son service et respectueux de l’étiquette abbasside 38. Il fut également le premier calife à ordonner d’interrompre la ḫuṭba seldjoukide à Bagdad, en 496/1102 39. Sous son règne, il n’était pas rare de voir d’anciens fonctionnaires califaux, en particulier des vizirs disgraciés, passer au service des sultans seldjoukides, qu’ils rejoignaient dans les provinces orientales d’où ceux‑ci gouvernaient. L’administration abbasside, quant à elle, se voyait honorée de marques de reconnaissance par les sultans et leurs vizirs 40. C’est aussi à partir du règne d’al‑Mustaẓhir que les chroniques livrent plus fréquemment le nom des fonctionnaires nommés ou destitués par le calife. Il devient dès lors possible de dresser une chronologie des postes politiques et administratifs tombant sous l’autorité califale.

  • 41 Ibn al‑Ǧawzī livre des renseignements de ce type : en ǧumādā 1 515/juillet 1121, un kātib du dīwān (...)
  • 42 Il est par exemple mentionné parmi les notables assistant aux processions célébrant le ʿīd de l’ann (...)

14Sous le califat du fils d’al‑Mustaẓhir, al‑Mustaršid (512‑529/1118‑1135), les hauts fonctionnaires comme le kātib al‑inšāʾ, le ṣāḥib al‑maḫzan, le kātibal‑zimām ou le ḥāǧib al‑bāb sont régulièrement mentionnés, à l’occasion de leur nomination, de leur destitution ou de leurs interventions dans la vie politique bagdadienne. Les sources signalent aussi, pour la première fois depuis les débuts de l’époque seldjoukide, des nominations au poste de nāẓir (« inspecteur, surveillant ») de certains dīwān‑s 41, ce qui témoigne de l’activité accrue de l’administration abbasside et de la volonté du calife d’en contrôler le fonctionnement. C’est également sous le règne d’al‑Mustaršid que certains lignages de fonctionnaires commencèrent à s’établir et à occuper les postes clés de l’administration abbasside. Au cours de cette période, les sources mentionnent volontiers, sous une désignation collective, le groupe des hauts fonctionnaires de l’État abbasside, les arbāb al‑dawla ou arbāb al‑manāṣib. Signe de recouvrement progressif d’une indépendance financière, l’éminence du fonctionnaire en charge du Trésor public, le ṣāḥib al‑maḫzan, s’affirme, et il trouve sa place naturelle parmi les plus importants notables de Bagdad, auprès du vizir, des naqīb‑s et du qāḍī l‑quḍāt 42.

Le rôle croissant de l’ustāḏ al‑dār

  • 43 À l’occasion de son emprisonnement, ce qui prouve qu’un fonctionnaire portant ce titre était déjà e (...)
  • 44 Pour des mentions de ce type, voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 307, 311 et 18, p. 90, 182 (...)
  • 45 Voir les exemples donnés par Ibn al‑Ǧawzī, concernant l’emprisonnement de hauts fonctionnaires et d (...)
  • 46 En 573/1178, l’ustāḏ al‑dār est mentionné comme le seul fonctionnaire abbasside qui soit resté au D (...)

15C’est encore sous le règne d’al‑Mustaršid qu’apparaît dans les chroniques un nouveau haut fonctionnaire du calife, l’ustāḏ al‑dār, mentionné pour la première fois en 518/1124 43. Les fonctions exactes de ce personnage ne sont pas explicitées par les sources, mais on constate son influence croissante. L’ustāḏ al‑dār devint progressivement une figure centrale de l’administration abbasside, souvent mentionné pour sa participation aux intrigues de palais et, par conséquent, à la merci de disgrâces et arrestations, comme tous les hauts fonctionnaires 44. L’ustāḏ al‑dār était doté de compétences multiples. Tout comme le ḥāǧib al‑bāb, il alliait une fonction interne au palais abbasside à un rôle dans le maintien de l’ordre : c’est à lui qu’on déférait les personnages d’importance lorsqu’ils étaient arrêtés, en attendant qu’ils soient transférés en prison 45. Les prérogatives de l’ustāḏ al‑dār débordaient ainsi de l’univers du Dār al‑Ḫilāfa, bien qu’il en fût plus particulièrement chargé, comme l’était le ḥāǧib al‑bāb à une époque antérieure 46. Notable reconnu sur la scène bagdadienne, il est régulièrement mentionné, au vie/xiie siècle, aux côtés des plus importants fonctionnaires califaux.

  • 47 Voir la version d’Ibn al‑Aṯīr sur les événements de l’année 530/1136 (al‑Kāmil, t. 9, p. 291‑292). (...)

16Le règne du calife al‑Rāšid (529‑530/1135‑1136) fut trop court pour que l’on puisse juger s’il introduisit des réformes dans son administration. L’une des causes de sa chute, orchestrée par le sultan Masʿūd, fut que les hauts fonctionnaires abbassides (arbāb al‑manāṣib), qui craignaient al‑Rāšid, responsable d’avoir emprisonné certains d’entre eux et confisqué les biens de certains autres, ne s’opposèrent pas à la déposition, pourtant contestable, du calife 47.

Le recouvrement des prérogatives califales

  • 48 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 320.

17Le règne d’al‑Muqtafī (530‑555/1136‑1160) fut marqué par des tentatives répétées du calife et du sultan pour affirmer leurs prérogatives respectives dans le fonctionnement de l’État. La période fut le témoin d’une instabilité politique constante, et la rivalité croissante entre calife et prétendants seldjoukides au sultanat eut des répercussions directes sur certaines fonctions. La position du ṣāḥib al‑maḫzan devint particulièrement précaire et inconfortable, car le sultan prenait directement ce fonctionnaire à partie lorsque le camp abbasside ne pouvait honorer ses engagements financiers. En 531/1136, le ṣāḥib al‑maḫzan en titre fut même enfermé au palais du sultan, tandis que les hommes de main de celui‑ci se servaient directement dans le Trésor califal 48.

  • 49 Tamakkana min al‑dawlatayn tamakkunan zāʾidan (Taʾrīḫ al‑islām, t. 36, p. 212).
  • 50 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 4, et Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 315.
  • 51 Ibn al‑Ǧawzī, t. 18, p. 49 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 37, p. 6.
  • 52 Voir le chapitre 6 pour le détail de ces événements.

18La situation était d’autant plus tendue que, contrairement à ses prédécesseurs, le sultan Masʿūd fit de Bagdad l’une de ses résidences, et se trouvait donc en position d’intervenir directement dans les choix abbassides. En 534/1140, le calife dut démettre son vizir Šaraf al‑dīn ʿAlī b. Ṭirād al‑Zaynabī, qui était passé au service du sultan et « dominait de façon excessive les deux États », selon l’expression d’al‑Ḏahabī 49. Le vizir déchu se réfugia chez le sultan, qui finit par reconnaître au calife le droit de nommer et démettre qui il souhaitait 50. En 541/1146, une querelle opposa Masʿūd à al‑Muqtafī à propos de la frappe monétaire. Le sultan, qui venait de regagner Bagdad, ouvrit un hôtel de la Monnaie (dār ḍarb ou dār al‑ḍarb) que le calife fit immédiatement fermer. L’Abbasside donna l’ordre d’emprisonner le responsable de la frappe (ḍarrāb) et ne le relâcha qu’un mois plus tard, tandis que le sultan, par l’intermédiaire de son šiḥna, capturait le ḥāǧib al‑bāb du calife et quatre de ses serviteurs proches (ḫawāṣṣ51. L’affrontement semble s’être conclu en faveur du calife, car on ne trouve aucune mention de reprise des activités de frappe monétaire par le Seldjoukide. À compter de 543/1118, date à laquelle le sultan Masʿūd autorisa le calife à enrôler des troupes pour faire face à une coalition d’émirs rebelles menaçant Bagdad, al‑Muqtafī dut s’absenter à plusieurs reprises de sa capitale, pour des périodes parfois longues, afin de mener ses campagnes militaires 52. Son administration continuait à fonctionner en son absence, et des nominations de fonctionnaire y sont régulièrement mentionnées.

  • 53 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 146 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 446 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ (...)
  • 54 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 160.
  • 55 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 10, p. 28‑29 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 283- (...)

19Le règne de son fils et successeur al‑Mustanǧid (555‑566/1160‑1170) bénéficia du déclin de l’influence sultanienne, car les Seldjoukides, affaiblis par de nombreuses dissensions familiales et occupés à se disputer les régions orientales de leur empire, cessèrent d’intervenir dans la politique bagdadienne. La dernière ḫuṭba bagdadienne signalée en faveur d’un sultan seldjoukide se fit au nom d’Arslān Šāh en 556/1161 53. Au cours de ses dix années de règne, al‑Mustanǧid prit des mesures pour assainir l’administration et combattre la corruption du système judiciaire, démettant à son gré les hauts responsables des services administratifs. Il instaura en 559/1164 un usage destiné à connaître un grand succès, celui d’offrir chaque année, au mois de šawwāl ou ǧumādā 2, un banquet suivi d’une séance de samāʿ soufi 54. Ces réjouissance rassemblaient différents types de notables bagdadiens, mélangeant parmi les invités des ulémas de renom (Ibn al‑Ǧawzī signale qu’il y fut convié à de nombreuses reprises), les hauts fonctionnaires de l’administration califale (arbāb al‑dawla) et les plus grands maîtres soufis de la ville. Dans l’entourage du calife abbasside, les personnages dominants étaient, plus que jamais, le vizir et l’ustāḏ al‑dār, ceux‑là mêmes qui complotèrent avec l’émir Qaymāz pour accélérer sa mort lorsqu’il tomba malade après dix ans de règne 55.

  • 56 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 196 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 10, p. 35 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, (...)
  • 57 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 190 ; Ibn Diḥya, Ḫulafāʾ, p. 159.
  • 58 Voir le chapitre 15.
  • 59 Sur les réformes de l’administration abbasside sous le califat d’al‑Nāṣir, voir A. Hartmann, An‑Nāṣ (...)

20Un an après le décès d’al‑Mustanǧid en 566/1170, on apprit à Bagdad que Nūr al‑dīn b. Zankī avait mis fin à la dynastie fatimide et rétabli la ḫuṭba abbasside au Caire 56, élargissant ainsi le territoire sur lequel s’étendait l’autorité théorique du calife de Bagdad. Pour autant, le calife al‑Mustaḍīʾ (566‑575/1170‑1180) ne semble pas avoir contrôlé des domaines beaucoup plus étendus que ses prédécesseurs. Les chroniqueurs soulignent son goût pour la justice, manifesté par le rétablissement de l’institution des maẓālim, et par la poursuite du combat de son père contre la corruption 57. Sous son règne, le dīwān prit en charge la direction des travaux et aménagements urbains décidés par le calife 58. Quant au ṣāḥib al‑maḫzan, en plus de ses fonctions d’administrateur financier, il contribuait à faire appliquer les décrets du calife en emprisonnant (sans doute au maḫzan même) les personnages tombés en disgrâce. Al‑Mustaḍīʾ semble avoir assumé lui‑même la plupart des actes de gouvernement et d’administration que ses prédécesseurs déléguaient à leur vizirs, ustāḏ al‑dār, ḥāǧib al‑bāb et autres grands fonctionnaires. À sa mort en 575/1180, il léguait à son fils et successeur al‑Nāṣir (575‑622/1180‑1225) un système administratif hiérarchisé et fonctionnant correctement. Ce dernier allait à son tour le réformer et le transformer 59.

L’univers des secrétaires et des « gens de dīwān » à Bagdad

21Les dīwān‑s abbassides offraient différents échelons de responsabilité aux Bagdadiens désireux d’obtenir un emploi administratif. Les sources évoquent deux types d’individus officiant dans les dīwān‑s : d’une part, les simples employés de ces services, en particulier les secrétaires (kātib, pl. kuttāb), indispensables rouages des administrations et de la chancellerie ; d’autre part, les dignitaires politiques au statut social élevé. Si les premiers apparaissent parfois dans les dictionnaires biographiques, les seconds peuplent les chroniques, qui les mentionnent, aux côtés des autres élites urbaines, lors des événements mondains de la vie bagdadienne. Le croisement des deux types de sources permet de reconstituer leurs itinéraires au sein de l’administration califale.

  • 60 29 de ces 37 personnages sont inclus dans le tableau 7‑2 : « Principaux employés des dīwān‑s et fon (...)
  • 61 Une trentaine sur 108, soit près du tiers.

22Les dictionnaires biographiques mentionnent incidemment certains des secrétaires (kātib‑s) abbassides, par intérêt pour leurs connaissances et productions littéraires plus que pour leurs activités administratives. 108 kātib‑s sont recensés dans la base de données, parmi lesquels 37 sont signalés pour avoir poursuivi une carrière politique ou administrative plus élevée 60. Ces kātib‑s étaient versés en matières littéraires (adab, poésie, art de la rédaction d’épîtres et calligraphie), et une proportion non négligeable d’entre eux n’avaient reçu aucune formation en sciences traditionnelles61. Ceux qui poursuivirent une carrière politique ou administrative avaient, cependant, plus fréquemment des connaissances en fiqh que les kātib‑s qui restèrent secrétaires toute leur vie. Les kātib‑s formaient un milieu très nettement distinct de celui des ulémas, mais aussi de l’univers judiciaire : sur les 108 secrétaires recensés, on ne compte que deux šāhid‑s, deux muftis et un unique qāḍī l‑quḍāt. Carrières judiciaires et administratives étaient fortement séparées, et si certains qāḍī l‑quḍāt accédaient à de hautes fonctions politiques, voire au vizirat, c’était par des voies totalement distinctes de celles empruntées par les personnels des dīwān‑s.

  • 62 A. K. S. Lambton et, à sa suite, C. Klausner, ont présenté la madrasa comme un instrument volontair (...)

23Contrairement aux conclusions de certains spécialistes de l’administration seldjoukide, aucun lien particulier ne peut être établi entre kātib‑s et formation en madrasa 62. D’autre part, même en ces temps de « restauration sunnite » (Sunni revival), les dīwān‑s califaux restèrent longtemps peuplés de secrétaires et de hauts responsables que l’on ne peut rattacher au sunnisme triomphant. L’administration abbasside offrait au contraire des possibilités d’ascension aux membres de minorités religieuses qui pouvaient difficilement s’illustrer dans d’autres domaines.

Minorités religieuses et conversions à l’islam chez les kātib‑s bagdadiens

Une forte présence de non‑sunnites

  • 63 Niẓām al‑mulk, Seyāsat‑nāmeh, trad. fr. Ch. Schefer. Voir en particulier le chapitre 42, au titre r (...)
  • 64 Tableau 7‑2, l. 70, 83, 86 et 87.
  • 65 Sur l’emploi de chiites aux hauts postes administratifs et politiques sous le califat d’al‑Nāṣir, v (...)
  • 66 Tableau 7‑2, l. 36 et 45.

24Dans son traité de gouvernement, le Seyāsat‑nāmeh, le vizir Niẓām al‑mulk se plaignait que fussent employés sans discrimination juifs, chrétiens, chiites ou qarmates dans les administrations seldjoukides, alors même que des lettrés sunnites restaient sans emploi 63. À Bagdad, on comptait aussi, parmi les kātib‑s et l’ensemble du personnel politique et administratif abbasside, une proportion non négligeable de non‑sunnites. Parmi eux, on note un certain nombre de chiites : 14 sur les 108 kātib‑s recensés, dont six sur les 37 qui firent carrière. Quatre de ces derniers, décédés à la fin du vie/xiie siècle 64, avaient officié sous le règne d’al‑Nāṣir, dont la tendance à employer de hauts fonctionnaires chiites a été soulignée 65. Les deux autres avaient servi sous les califes précédents, à des postes parfois importants 66.

  • 67 Voir l’arbre généalogique de la famille des Banū Ḥamdūn, kātib‑s chiites bagdadiens (arbre 7‑1).
  • 68 Tableau 7‑2, l. 36.
  • 69 Le Mustadrakāt aʿyān al‑šīa (t. 5, p. 137) indique qu’il obtint le poste de responsable (zaʿīm) du (...)
  • 70 Tableau 7‑2, l. 35.
  • 71 Al‑Wāfī bi‑l‑wafayāt, t. 2, p. 358, notice n° 830.
  • 72 Signalé par Ibn al‑Dubayṯī dans la notice qu’il consacre à Abū l‑Maʿālī : Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. B (...)
  • 73 Tableau 7‑2, l. 45.
  • 74 Al‑Taḏkira al‑Ḥamdūniyya, éd. Iḥsān ʿAbbās, Beyrouth, 1983‑1984, 2 vol.
  • 75 Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 3, p. 130, notice n° 1239.
  • 76 Yāqūt, Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 3, p. 1012, notice n° 353. Al‑Ṣafadī, lui, précise qu’il travailla au d (...)

25Il est possible de suivre sur trois générations un lignage de kātib‑s chiites de la première moitié du vie/xiie siècle, les Banū Ḥamdūn 67. Le premier du nom, Abū Saʿd al‑Ḥasan ibn Ḥamdūn (m. 546/1151) 68, était un kātib de l’administration abbasside, bien informé des règles qui y avaient cours. Les détails de sa carrière ne sont pas connus 69, mais il eut au moins trois fils dont deux s’illustrèrent au sein des dīwān‑s califaux. De son fils Abū Naṣr Muḥammad, surnommé Ġars al‑dawla, on sait peu de choses, en dehors du fait qu’il officia au dīwānal‑inšāʾ de Bagdad de 513/1119 à sa mort, en 545/1150 70. Al‑Ṣafadī précise qu’on lui confiait des tâches importantes et qu’il était connu pour improviser sa rédaction 71. On est encore moins renseignés sur Abū l-Muẓaffar, le frère d’Abū Naṣr 72. Le plus connu des fils d’Abū Saʿd ibn Ḥamdūn était Abū l‑Maʿālī Muḥammad, surnommé Kāfī l‑kufāt et Bahāʾ al‑dīn 73, qui fut successivement chargé de l’armée abbasside (ʿāriḍ al‑ǧayš) et responsable de la gestion des iqṭāʿ‑s (wālī l‑muqāṭaʿāt) sous al‑Muqtafī, puis attaché au service privé de son successeur al‑Mustanǧid, qui lui confia le dīwān al‑zimām en 558/1163. Abū l‑Maʿālī ibn Ḥamdūn était célèbre pour son ouvrage d’adab et d’histoire intitulé al‑Taḏkira, comportant plusieurs volumes 74. Il connut cependant la disgrâce, car al‑Mustanǧid crut voir dans l’une des historiettes contenues dans cette œuvre une allusion critique envers son règne et le fit jeter en prison, où il termina ses jours. Les dictionnaires biographiques évoquent encore son fils Abū Saʿd al‑Ḥasan, homonyme de son grand‑père, lui aussi kātib, poète et littérateur, amoureux des livres qu’il achetait en grand nombre et dont il fit un waqf destiné aux étudiants 75. Né en 547/1152, il travailla de façon épisodique au sein des services abbassides : tout d’abord comme administrateur de l’hôpital ʿAḍudī (nāẓir al‑bīmāristān al‑ʿAḍudī), puis, après une période de chômage, en tant que kātib al‑sikka (secrétaire de la frappe monétaire) 76.

  • 77 Cité par al‑Ṣafadī, al‑Wāfī bi‑l‑wafayāt, t. 12, p. 222.
  • 78 Ḫalīfa ġašūm ; Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 3, p. 1013.

26Les quatre membres connus de la famille des Banū Ḥamdūn furent enterrés au cimetière des Quraychites (Maqābir Qurayš ou Maqbarat Bāb al‑Tibn), à proximité du mausolée (mašhad) de l’imam chiite Mūsā b. Ǧaʿfar, sur la rive occidentale. Bien que la plupart des sources sunnites aient passé sous silence leur appartenance chiite, cette dernière est ouvertement mentionnée par Ibn al‑Naǧǧār 77. Le lignage disparut assez rapidement de la scène bagdadienne : Yāqūt déplore qu’Abū Saʿd le jeune, dernier du nom des Banū Ḥamdūn, n’ait laissé qu’une fille elle‑même sans descendance, et incrimine « l’injuste calife » (al‑Mustanǧid) qui avait fait emprisonner son père 78. Il n’en reste pas moins que l’histoire de ce lignage témoigne de la possibilité, pour des chiites bagdadiens, de faire carrière au sein des dīwān‑s abbassides, y compris à des postes de confiance.

  • 79 Mārī b. Sulaymān, Aḫbār faṭārikat kursī l-mašraq, p. 125.
  • 80 De telles mesures, parfois dirigées contre l’ensemble des non‑musulmans sous souveraineté abbasside (...)

27L’administration califale employait aussi un nombre non négligeable de non‑musulmans. Si les dictionnaires biographiques signalent essentiellement des convertis d’origine chrétienne ou sabéenne, les sources nestoriennes évoquent des kātib‑s chrétiens au service du dīwān califal, et soulignent leur influence 79. Les mesures prises contre les ḏimmī‑s par les califes à plusieurs reprises au cours de la période 80 entraînèrent un certain nombre de conversions à l’islam parmi ces personnels, en particulier chez les détenteurs de postes élevés. Le fait même que de telles mesures aient été prises et réitérées témoigne de l’importance de la présence des non‑musulmans dans les administrations abbassides, ainsi que de la pression de plus en plus forte poussant ces personnels à se ranger au sunnisme majoritaire.

La conversion des Banū l‑Mawṣalāyā, kātib‑s nestoriens

  • 81 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 292 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, (...)
  • 82 Yāqūt, Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 3, p. 525.
  • 83 Sur ce personnage, voir Ibn al‑Naǧǧār, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, t. 17, p. 108, notice n° 390, qui ne sig (...)
  • 84 Mort en 497/1103 ; tableau 7‑5, l. 8. Al‑Mawṣalāyā est la vocalisation arabe de la nisba. J.‑M. Fie (...)

28Une affaire qui se déroula sous le califat d’al‑Muqtadī illustre bien l’importante position de certains fonctionnaires chrétiens au sein des dīwān‑s abbassides. Les sources rapportent qu’en ṣafar 484/avril 1091, al‑Muqtadī promulgua un tawqīʿ enjoignant aux non‑musulmans de porter leur signe distinctif : un dirham de plomb frappé du mot ḏimmī à suspendre autour du cou, ainsi que des bottines colorées et des clochettes pour les femmes 81. Yāqūt précise qu’à la suite de cette promulgation, un grand nombre de ḏimmī‑s s’enfuirent, et que d’autres se convertirent à l’islam 82. Ce fut le cas de certains kātib‑s chrétiens (naṣrānī) occupant d’importantes fonctions dans l’administration. Les sources en signalent au moins trois. Le premier à devenir musulman fut le kātib Abū Ġālib ibn al‑Aṣbāġī, qui accéda par la suite, en 502/1108, au poste de nāʾib du nāẓir (superviseur délégué, ou par intérim), puis de mušrif (inspecteur), du dīwānal‑zimām 83. Le jour suivant, le nestorien Abū Saʿd ibn al‑Mawṣalāyā 84, alors en charge de la chancellerie califale (kātib al‑inšāʾ), se convertit en même temps que son neveu, Tāǧ al‑ruʾasāʾ Abū Naṣr Hibat Allāh, qui occupait le poste de confiance de chef des services de renseignement (ṣāḥib al‑ḫabar). Il s’agissait donc de personnages d’importance, piliers de l’administration califale. Abū Saʿd, qui portait le laqab Amīn al‑dawla (« celui qui reçoit la confiance de l’État »), était en poste depuis plus de cinquante ans, ayant débuté sa carrière en 432/1040, sous le califat d’al‑Qāʾim, à l’époque des derniers émirs bouyides. Les deux Banū l‑Mawṣalāyā avaient demandé à ce que le calife al‑Muqtadī assistât à la cérémonie de leur conversion, et cela leur fut accordé, ce qui témoigne du haut rang qu’avaient acquis ces deux nestoriens au sein de l’administration califale, tout autant que de l’importance symbolique que revêtait leur conversion.

  • 85 Al‑Kāmil, t. 9, p. 87 ; sur ce personnage, voir aussi les éléments livrés dans les notices concerna (...)

29Abū Saʿd mourut en 497/1104, après avoir passé 65 ans au service du dīwān. Son neveu Tāǧ al‑ruʾasāʾ occupa à son tour le poste de kātib al‑inšāʾ et mourut en 498/1104, un an après son oncle. Son engagement contre le sultan Barkyārūq lui avait valu une brève disgrâce à la fin de sa vie. Ibn al‑Aṯīr précise qu’il mourut sans héritiers car, sa famille étant restée chrétienne alors qu’il était devenu musulman, ses descendants ne purent jouir de ses biens à sa mort 85.

  • 86 Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 236‑237.
  • 87 Istiṭālat ahl al‑ḏimma ʿalā l‑muslimīn, Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. (...)
  • 88 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 2, p. 433.
  • 89 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 227.
  • 90 Al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 26.
  • 91 En ramaḍān 484/octobre 1091, Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 292‑293 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, (...)
  • 92 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 293 ; al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 78.
  • 93 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. 147.
  • 94 Mārī b. Sulaymān, Aḫbār, p. 144.

30L’anecdote semble plutôt, à première vue, prouver la situation précaire des non‑musulmans dans l’entourage califal, mais une lecture attentive des mêmes événements en fait apparaître d’autres dimensions. Dans le récit qu’il donne des faits, Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, bien qu’il utilise l’ouvrage de son grand‑père comme source principale de sa chronique, livre une version quelque peu différente de celle d’Ibn al‑Ǧawzī 86. Il insiste sur le rôle du vizir du calife, Abū Suǧāʿ (m. 488/1095), qu’il rend responsable de la mesure anti‑ḏimmī‑s, précisant que la décision du vizir répondait à une situation de domination de ces derniers sur les musulmans 87. Quelques éléments permettent de comprendre qu’il existait un antagonisme ancien entre les Banū l‑Mawṣalāyā et le vizir Abū Suǧāʿ, car les premiers étaient proches de son rival, le vizir ʿAmīd al‑dawla ibn Ǧahīr (m. 493/1100) 88, qui avait été destitué de son poste en 476/1083 au profit d’Abū Suǧāʿ 89. L’éloquent tawqīʿ annonçant la nomination d’Ibn Ǧahīr, en 454/1062, avait été rédigé par Ibn al‑Mawṣalāyā 90. Dès qu’Abū Šuǧāʿ fut démis du vizirat, quelques mois à peine après la promulgation des mesures discriminatoires 91, le calife récompensa les deux Banū l‑Mawṣalāyā de présents précieux, et Amīn al‑dawla fut nommé vizir par intérim (nāʾib), en attendant qu’Ibn Ǧahīr fût rendu au vizirat 92. Le sultan seldjoukide et son vizir Niẓām al‑mulk n’étaient pas étrangers au renvoi d’Abū Suǧāʿ, préférant Ibn Ǧahīr qui avait épousé l’une des filles de Niẓām al‑mulk et qui était proche de l'entourage sultanien 93. Il est donc probable que les mesures anti‑ḏimmī‑s prises sur l’impulsion d’Abū Suǧāʿ aient eu pour première cible les hauts fonctionnaires nestoriens qui étaient alliés avec son rival. On ne sait d’ailleurs pas si les répercussions de ces mesures débordèrent le strict milieu de l’administration, car les sources n’en disent rien. Les chroniques nestoriennes signalent l’annulation des ces mesures en 498/1104 94, ce qui laisse penser qu’elles avaient eu des répercussions sur leur communauté, mais ne précisent pas si elles avaient ou non été strictement appliquées, et à quelle échelle.

  • 95 Un troisième personnage du nom d’Ibn al‑Mawṣalāyā, Abū l‑Ḥusayn, kātib du dīwānal‑zimām, est évoqué (...)

31Les Banū l‑Mawṣalāyā représentent donc le cas d’une conversion opportuniste et ponctuelle, répondant à une attaque sans doute personnelle et politique plus que proprement religieuse. Cette conversion avait pour motivation première de permettre aux convertis de poursuivre leur carrière dans la haute administration ; malgré cela, le lignage des Banū l‑Mawṣalāyā n’est plus mentionné par les sources après la fin du ve/xie siècle 95. La conversion à l’islam d’Abū Saʿd et Abū Naṣr, par ailleurs, ne concernait que leurs personnes, puisque leurs descendants restèrent nestoriens et ne purent hériter de leurs biens.

  • 96 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 109 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 2, (...)
  • 97 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 122. C’est essentiellement Ibn al‑Aṯīr qui insiste sur le rôle du s (...)
  • 98 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 335 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p (...)

32Bien que les mesures discriminatoires de 484/1091 fussent restées en vigueur pendant 14 ans, les ḏimmī‑s ne disparurent pas des administrations, où leur présence déclenchait régulièrement la réprobation de certains musulmans. En 501/1107, le sultan seldjoukide Muḥammad fit pression auprès du calife al‑Mustaẓhir afin que soit démis le vizir de ce dernier, Maǧd al‑dīn ibn al‑Muṭṭalib. Le vizir parvint à réintégrer ses fonctions 96, mais sous certaines conditions imposées par le sultan, en particulier l’interdiction d’employer des ḏimmī‑s 97. Peut‑être cette mesure, tout comme celles de 484/1091, visait‑elle certaines personnalités de l’entourage abbasside ; elle ne portait, d’ailleurs, que sur le milieu de l’administration. En 533/1138, à nouveau, tous les juifs et chrétiens qui travaillaient au dīwān et au maḫzan en furent expulsés, avant d’être réintégrés dans leurs fonctions le même mois 98.

33Par la suite, les sources ne signalent plus de telles mesures discriminatoires, soit que les ḏimmī‑s eussent été moins nombreux à travailler dans les dīwān‑s bagdadiens, soit qu’ils y fussent mieux tolérés. L’absence de mention, dans les chroniques comme dans les sources biographiques, de chrétiens ou de juifs travaillant dans les administrations abbassides au cours de cette période fait plutôt pencher en faveur de la première explication, mais rien ne prouve leur disparition complète de ces services.

Des juifs laïques au service du pouvoir

  • 99 Il s’agissait, en effet, de la principale princesse portant ce titre présente à Bagdad à cette péri (...)
  • 100 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 30.

34Les chroniques évoquent également quelques figures de juifs influents dans les milieux du pouvoir. Un certain nombre de juifs officiaient comme secrétaires de dīwān, et comme kātib‑s privés auprès des souverains. En ramaḍān 450/novembre 1058, lorsque l’activiste hanbalite Ibn Sukkara réclama que le signe distinctif fût imposé aux ḏimmī‑s, un certain nombre de mesures discriminatoires furent prises contre les juifs et les chrétiens. Les sources signalent notamment l’assignation à domicile d’un juif du nom d’Abū ʿAlī ibn Faḍlān, secrétaire (kātib) d’une princesse ou femme de haut rang (Ḫātūn), selon toute probabilité Arslān Ḫātūn, nièce de Ṭuġril Beg, récemment devenue l’épouse du calife al‑Qāʾim 99. Ibn Faḍlān se vit également intimer l’ordre d’exiger de ses coreligionnaires de ne pas quitter leurs domiciles 100. En protestation, les kātib‑s juifs et chrétiens cessèrent leur travail au dīwān. Le calife dut reconnaître qu’ils lui étaient indispensables et les réintégra à son service.

  • 101 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 92. Ces événements, qui se rapportent à l’année 461/1069, ont été dét (...)
  • 102 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 140.
  • 103 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 141.
  • 104 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 152.

35Ibn Faḍlān, le kātib de Ḫātūn, devait jouir d’une position importante au sein de la communauté juive de Bagdad, puisqu’il lui fut demandé de répercuter l’ordre donné auprès de ses coreligionnaires. D’autres indices de sa position sont livrés par Ibn al‑Bannāʾ, qui rapporte le rôle joué par Ibn Faḍlān dans une querelle interne à sa communauté, à propos de la nomination d’un nouvel exilarque 101. D’après Ibn al‑Bannāʾ toujours, début raǧab 461/mai 1069, Ibn Faḍlān fut agressé à coups de couteau à Bāb al‑Nūbī par un Bédouin ; le bruit courut que l’homme avait une dette envers lui 102. Peut‑on, à partir de cette seule anecdote, conclure au rôle de financier de ce personnage ? Trois jours plus tard, Ibn Faḍlān fut convoqué au dīwān par le calife qui ordonna de l’y retenir. Le qāḍī l‑quḍāt et le cadi Ibn al‑Sībī furent convoqués afin de juger un différend l’opposant au puissant commerçant hanbalite Abū ʿAbd Allāh ibn Ǧarada 103. L’affaire est relatée de façon assez confuse par Ibn al‑Bannāʾ, mais il en ressort que la querelle tournait autour d’une dette contractée par Ibn Ǧarada envers Ibn Faḍlān, que le premier refusait de reconnaître. L’affaire traîna encore un mois, Ibn Ǧarada confiant à Ibn al‑Bannāʾ qu’il hésitait à faire libérer le juif, de peur que la ʿāmma ne l’agresse et ne le tue au sein même du Ḥarīm abbasside. Le calife demanda finalement à Ibn Ǧarada de payer une grosse somme en caution pour Ibn Faḍlān : 11 000 dinars, dont 5 000 à fournir immédiatement et 6 000 à répartir sur les six années à venir 104. Les détails de l’affaire sont flous, mais les sommes en jeu étaient importantes, et là encore, les éléments tendent à présenter Ibn Faḍlān comme un financier ou un prêteur d’argent.

  • 105 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 61. Voir la note 3 à propos d’Ibn Faḍlān, identifié par G. Makdisi co (...)
  • 106 Localité située à deux parasanges (environ 10 kilomètres) au sud de Bagdad, sur la route de Kufa (Y (...)
  • 107 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 70 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 15, p. (...)

36Ibn Faḍlān disparut bientôt des chroniques, sans que sa date de décès soit signalée. On sait juste, par Ibn al‑Bannāʾ, qu’un de ses frères mourut en 461/1069 105. À peu près à la même période, un autre juif apparaît dans l’entourage califal, dans un contexte de transactions financières. Abū Isḥāq Ibrāhīm ibn ʿIlān al‑Yahūdī est mentionné une première fois en 453/1061, lorsqu’il prit en ferme (ḍaman) l’ensemble des propriétés foncières du calife pour la région s’étendant de Wasit à Ṣarṣar 106, contre la somme annuelle de 86 000 dinars et 17 700 kurr-s de céréales 107. Cette pratique d’affermage du revenu fiscal d’une région découlait des difficultés financières du califat et de ses besoins en liquidités. Les chiffres considérables livrés ici donnent une idée de la richesse d’Ibn ʿIlān, qui devait être capable d’avancer au moins une partie de la somme, autant que de l’ampleur des revenus de l’impôt du Sawād irakien.

  • 108 Tableau 7‑5, l. 2.
  • 109 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 358‑359 ; al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 24 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, M (...)
  • 110 Voir notamment les versions d’Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 358‑359, et Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt (...)
  • 111 Al‑Muntaẓam, t. 16, p. 205‑206 (qui donne la lecture al‑Širāʾī) ; sur ces événements, voir aussi Ib (...)

37Les événements de l’année suivante nous renseignent un peu plus sur Ibn ʿIlān, visiblement arrivé dans l’entourage califal en même temps qu’Ibn Dārust 108. Ce dernier, originaire d’Ahwaz, au Khuzistan, avait officié au maḫzan de l’émir bouyide Abū Kālīǧār ibn Buwayh. Le calife al‑Qāʾim, de retour à Bagdad après son exil forcé, le nomma vizir en 453/1061 sur recommandation du commerçant hanbalite Abū Manṣūr ibn Yūsuf. L’un des arguments en faveur d’Ibn Dārust était qu’il acceptait de servir sans exiger d’iqṭāʿ, soulageant ainsi les finances califales 109. Mais le nouveau vizir se montra bientôt corrompu, nommant des fonctionnaires contre de grosses commissions, et introduisant Ibn ʿIlān auprès du calife. Or ce dernier n’honora pas ses engagements, et ne paya qu’une partie des sommes qu’il devait ; sans compter qu’il opprimait les habitants des régions dont le revenu fiscal lui avait été confié, engendrant de nombreuses plaintes contre lui. D’après les chroniqueurs, ce fut là l’une des raisons qui conduisirent à la destitution de son protecteur Ibn Dārust en 454/1062 110. Ibn ʿIlān disparut ensuite des chroniques, et n’est plus mentionné qu’à l’occasion de son décès. Ibn al‑Ǧawzī rapporte qu’en 472/1079, le sultan Malik Šāh fit saisir et mettre à mort Ibn ʿIlān, fermier (ḍāmin) de Bassora, ce qui montre qu’il avait poursuivi ses activités malgré les accusations portées contre lui vingt ans plus tôt. Ibn al‑Ǧawzī rappelle qu’Ibn ʿIlān était proche de Niẓām al‑mulk, et indique qu’il fut victime d’un complot mené par des ennemis du vizir dans le but d’affaiblir ce dernier auprès du sultan. Ibn ʿIlān avait gagné en influence au cours de ces années, au point, précise le chroniqueur hanbalite, que lorsque sa femme mourut à Bassora, tous les notables de la ville suivirent son cortège funéraire, à l’exception du cadi. Sa fortune était considérable, et 400 000 dinars furent saisis à sa mort. La région de Bassora fut affermée à l’un de ses ennemis, Ḫumārtakīn al‑Širābī, comme une somme annuelle de 100 000 dinars et 100 chevaux 111.

  • 112 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 466.
  • 113 Ibn al‑Ǧawzī rapporte l’événement sans en préciser la cause (al‑Muntaẓam, t. 16, p. 295 et 301).

38Le troisième personnage désigné comme juif (yahūdī) dans les milieux administratifs et politiques, un dénommé Abū Saʿd ibn Samḥā, appartenait lui aussi à l’entourage seldjoukide, car il officiait en tant que fondé de pouvoir (wakīl) du sultan Malik Šāh et de son vizir Niẓām al‑mulk. Ibn al‑Aṯīr lui impute une forte responsabilité dans la destitution du vizir abbasside Abū Suǧāʿ, mentionné plus haut, et ce, quelques mois à peine après la promulgation du tawqīʿ dirigé contre les ḏimmī‑s qu’il avait fait prendre au calife, en 484/1091. Ibn Samḥā s’était allié au šiḥna seldjoukide Kawharāʾīn, et ils allèrent demander l’appui de Niẓām al‑mulk et du sultan afin d’exiger la destitution d’Abū Suǧāʿ, qu’ils obtinrent 112. Ibn Samḥā apparaît encore dans les sources l’année suivante, en 485/1092, lorsqu’il fut chargé par Niẓām al‑mulk de superviser la construction du palais qu’il faisait édifier à Bagdad ; il mourut assassiné quelques mois plus tard 113.

  • 114 Jews in the Economic and Political Life of Mediaeval Islam, 1937.

39Avec Ibn Faḍlān, Ibn ʿIlān et Ibn Samḥā, on se trouve face à trois personnages influents, officiant dans les hautes sphères abbassides ou seldjoukides, en raison, pour les deux premiers tout au moins, de leur grande fortune leur permettant de jouer un rôle de financiers auprès des souverains. Ibn Faḍlān et Ibn ʿIlān semblent pouvoir être assimilés aux « banquiers » (ou tout au moins financiers) juifs qui, d’après Walter Fishel, étaient actifs à Bagdad depuis le ive/xe siècle, fournissant de l’argent aux califes abbassides lorsque ces derniers se trouvaient à cours de liquidités 114. Le cas d’Ibn Samḥā est moins clair, aucune question d’argent n’étant mentionnée dans les anecdotes le concernant ; mais son lien aux milieux sultaniens, plus précisément à la faction de Niẓām al‑mulk, ne fait aucun doute.

40Ces anecdotes montrent clairement qu’Abbassides comme Seldjoukides cherchaient l’appui de riches personnages pouvant leur garantir un apport en numéraire, parfois en échange de l’affermage de revenus fiscaux d’importantes provinces, et ce, quelle que fût leur confession. Le pouvoir économique de ces financiers était considérable, mais leur appartenance juive (comme chrétienne, dans le cas des secrétaires évoqués plus haut) les rendait vulnérables aux attaques politiques, ce qui faisait d’eux des cibles de choix lorsqu’il s’agissait d’affaiblir leurs alliés. Ils faisaient ainsi les frais des intrigues de palais, sans compter que les mesures anti‑ḏimmī‑s destinées à les affaiblir pouvaient avoir des répercussions sur l’ensemble de leurs coreligionnaires.

Les Banū l‑Ṣābiʾ et les Banū l‑Anbārī, deux lignages de kātib‑s au service du calife

  • 115 Voir l’arbre généalogique des Banū l‑Ṣābiʾ, kātib‑s d’origine sabéenne (arbre 7‑3). Sur les fonctio (...)
  • 116 Tableau 7‑2, l. 1.
  • 117 À propos de ces ouvrages, voir la présentation des sources au chapitre 1.
  • 118 Tableau 7‑2, l. 8.
  • 119 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 275, notice n° 3583.
  • 120 Tableau 8‑2, l. 17.
  • 121 Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Bagdad, t. 1, p. 173, notice n° 82, et Ibn al‑ʿImād, Šaḏarā (...)

41En raison peut‑être du fait que les sources biographiques ne mentionnent pas systématiquement les secrétaires des administrations, on identifie à Bagdad relativement peu de familles de kātib‑s, contrairement à d’autres professions. En dehors des Banū l‑Mawṣalāyā, deux lignages essentiellement sont connus. Le premier est celui des Banū l‑Ṣābiʾ, descendants d’un célèbre médecin et philosophe sabéen du ive/xe siècle, dont plusieurs s’illustrèrent comme secrétaires au service des dīwān‑s califaux 115. Pour les vevie/xiexiie siècles, quatre membres du lignage sont connus. Hilāl al‑Ṣābiʾ, kātib et historien mort au tout début de l’époque seldjoukide, en 448/1056 116, se convertit à l’islam après avoir, rapportent ses biographes, vu à plusieurs reprises le Prophète en rêve. Versé en adab, il officiait comme kātib de l’administration abbasside, mais on n’en sait pas plus sur sa fonction. Il laissa plusieurs ouvrages dont une Histoire qui s’achevait en 447/1055 et un manuel concernant l’étiquette de la cour abbasside, le Rusūm Dār al‑Ḫilāfa 117. Son fils Abū l‑Ḥasan Muḥammad (m. 480/1088), kātib du dīwānal‑zimām 118, continua l’ouvrage historique de son père, mais son ʿUyūn al‑tawārīḫ n’est pas parvenu jusqu’à nous. Jouissant d’une haute faveur à la cour abbasside, il fonda en waqf une bibliothèque sur la rive occidentale de Bagdad et laissa à ses héritiers la somme considérable de 70 000 dinars 119. Ses biographes ne précisent pas de quelle façon il s’était enrichi. On connaît encore le neveu de Ġars al‑niʿma, Abū ʿAlī Muḥammad ibn Nabhān (m. 511/1118), petit‑fils de Hilāl par sa mère, également kātib, versé en poésie, en ḥadīṯ et en calcul des parts d’héritage (farāʾiḍ), qui habitait au Karḫ et fut accusé de penchants chiites par certains biographes 120, et son petit‑fils Abū l‑Ḥasan Muḥammad (m. 563/1167), kātib et muḥaddiṯ, résidant à Bāb al‑Marātib 121.

  • 122 Min bayt ahl faḍl wa‑ʿilm wa‑kitāba ; Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 4, p. 500, notice n° 239 (...)
  • 123 Tableau 7‑5, l. 21.
  • 124 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 57, notice n° 4250.
  • 125 Tableau 7‑2, l. 64.
  • 126 Kāna muqaddaman, ḏā ḥišma wa‑ǧāh ; Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 2, p. 39, notice n° 463.
  • 127 Tableau 7‑2, l. 67.

42Le second lignage de kātib‑s fit son apparition dans le second tiers du vie/xiie siècle : les Banū l‑Anbārī, connus sur trois générations, qualifiés par Ibn al‑Dubayṯī de « lignage honorable de kātib‑s et de lettrés » 122. Le premier du nom fut Abū ʿAbd Allāh Muḥammad ibn al‑Anbārī, également connu sous son laqab de Sadīd al‑dawla 123. Il était né en 470/1078 et, outre le ḥadīṯ, il étudia un certain nombre de disciplines littéraires comme l’adab, la poésie et l’art de la rédaction des épîtres et des correspondances (tarassul, mukātabāt). D’après Ibn al‑Ǧawzī, c’est en 503/1109, âgé d’une trentaine d’années, qu’il entra au service du calife al‑Mustaẓhir 124. Il occupa pendant plusieurs décennies le poste de responsable de la chancellerie (kātib al‑inšāʾ, ṣāḥibdīwānal‑inšāʾ), jusqu’à sa mort en 558/1163, et ses biographes vantent ses qualités d’écriture comme son don pour l’administration (tadbīr). Ayant gagné la confiance des califes, il fut à plusieurs reprises employé comme émissaire des Abbassides, notamment en Syrie et au Khurasan, et fut plus d’une fois nāʾib d’un vizir démis. L’importance de son statut social peut se lire dans le fait que la prière funéraire en son honneur eut lieu à la mosquée du Palais califal, Ǧāmiʿ al‑Qaṣr, en présence du vizir Ibn Hubayra et d’autres hauts dignitaires (arbāb al‑manāṣib). Son fils Abū l‑Faraǧ Muḥammad, né en 508/1114, avait été nāʾib de son père au dīwān du vivant de celui‑ci 125. En 558/1163, à la mort de Sadīd al‑dawla, il avait 50 ans et lui succéda au poste de kātib al‑inšāʾ, qu’il occupa jusqu’à son décès, en 575/1180. Ibn al‑Dubayṯī vante son autorité et le respect qui l’entourait 126. Lui succéda son propre fils Abū Manṣūr ʿAlī, qui mourut très peu de temps après, en 578/1182, alors qu’il était encore jeune, sans laisser de descendance 127.

43On se trouve bien, ici, face à une lignée de kātibal‑inšāʾ puisque, pendant trois générations, ce poste fut littéralement transmis de père en fils. Ce cas reste cependant exceptionnel, et concerne l’élite des kātib‑s, ceux d’entre eux qui dirigeaient l’important service de la chancellerie califale. Tous les secrétaires n’accédaient pas, loin de là, à des fonctions aussi prestigieuses, et la plupart se contentaient d’un travail obscur, dont les sources n’ont pas conservé le détail.

Rang social et patrimoine matériel des kātib‑s

  • 128 En 500/1107, à Ispahan, le sultan seldjoukide fit crucifier son vizir en même temps qu’un groupe de (...)
  • 129 En 451/1059, al‑Basāsīrī extorqua plusieurs milliers de dinars aux kātib‑s du calife et au vizir (S (...)

44La fonction de kātib ne conférait pas un statut social particulièrement élevé. Les chroniques ne signalent l’existence collective des kātib‑s qu’à de rares reprises, en général à l’occasion d’événements violents les frappant en tant que groupe : exécutions collectives 128, taxes et confiscations 129.

  • 130 Dans le deuxième tiers du vie/xiie siècle, le poète bagdadien Abū l‑Fatḥ ibn al‑Taʿāwīḏī (m. 584/11 (...)
  • 131 Le salaire mensuel signalé par Yāqūt en rémunération de la fonction de kātibal‑sikka exercée par Ab (...)
  • 132 La kātiba Fāṭima bint al‑Aqraʿ (m. 480/1087 ; tableau 15‑3, l. 16), réputée pour ses talents de cal (...)
  • 133 Le kātib Abū l‑Qāsim ibn Bayān (m. 510/1116), essentiellement connu pour son rôle de grand muḥaddiṯ(...)
  • 134 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 114, parmi les événements de l’année 454/1062.

45Ces mentions ne sont pas toujours d’interprétation facile. Les pressions financières infligées aux secrétaires traduisaient‑elles leur aisance matérielle, ou simplement le fait qu’ils étaient directement soumis aux hauts fonctionnaires politiques et donc vulnérables à leurs pressions ? On possède peu de renseignements sur la rémunération des kātib‑s. Les employés des dīwān‑s percevaient des émoluments versés par le maḫzan, qui pouvaient apparemment être payés en nature 130, mais les sources n’en indiquent que rarement le montant 131. Certains kātib‑s réputés pour leur talent de calligraphes ou leurs dons dans l’art épistolaire pouvaient être ponctuellement récompensés pour une lettre particulièrement bien tournée ou magnifiquement copiée, mais de tels cas restent rares et anecdotiques et ne peuvent être confondus avec la rémunération de leurs services habituels 132. Les secrétaires moins réputés n’hésitaient pas à chercher d’autres sources de revenus, en se faisant rémunérer pour la transmission de ḥadīṯ‑s par exemple 133. Un indice du faible niveau de rétribution de l’office de kātib est que, alors que la vénalité des hautes fonctions politiques et judiciaires est attestée, l’achat d’un poste de kātib n’est indiqué qu’à une seule reprise. Encore s’agissait‑il du poste de « chef des kātib‑s », qui fut cédé à un dénommé Ibn al‑Ḥuṣayn par le vizir du calife, Ibn Dārust, contre la somme faramineuse de 300 000 dinars 134.

L’administration califale : services, profils et carrières

46De grandes perspectives d’enrichissement, assorties d’un statut social éminent, accompagnaient en revanche l’exercice des hautes fonctions administratives et politiques. Certains kātib‑s parvenaient à obtenir de tels postes, mais le recrutement des hauts fonctionnaires pouvait également se faire de façon extra‑administrative, et la plus grande partie des secrétaires et employés de dīwān n’accédaient jamais à des fonctions plus élevées. L’éminence sociale des plus hauts fonctionnaires des dīwān‑s abbassides est indiscutable, et c’est dans leurs rangs que l’on rencontre certains des notables bagdadiens les plus honorés.

  • 135 Soit 36 %. Cette proportion devait être nettement plus faible, car la plupart des kātib‑s ne sont p (...)

47Les perspectives de carrière au sein des dīwān‑s califaux étaient relativement variées, puisqu’un kātib pouvait espérer faire son chemin dans l’un ou l’autre des services abbassides, et parfois même passer au service des sultans. Tous ne connaissaient cependant pas une ascension remarquable : sur les 108 kātib‑s recensés, seuls 37 sont signalés pour avoir poursuivi leur carrière au sein des différents dīwān‑s 135, et tous les hauts dignitaires n’avaient pas débuté leur itinéraire par un poste de secrétaire. Il existait en effet d’autres voies d’accès aux plus hauts postes de l’État abbasside.

  • 136 Voir le tableau 7‑2 : « Principaux employés des dīwān‑s et fonctionnaires abbassides (hors vizirs e (...)
  • 137 Sur les familles de hauts fonctionnaires, voir le chapitre 12.

48La base de données recense 88 personnages ayant occupé une position de responsabilité dans un ou plusieurs des dīwān‑s califaux (administration centrale et provinciale), plus 36 qui furent chargés de la supervision de ces services en exerçant le vizirat ; sur ces 124 individus, seuls les 37 évoqués ci‑dessus avaient commencé leur carrière comme simple kātib 136. Les renseignements glanés dans les sources biographiques permettent de reconstituer des itinéraires personnels et de mettre en lumière l’émergence, le maintien ou le déclin de certains lignages bagdadiens qui, au cours de la période seldjoukide, s’assurèrent, sinon le monopole des hautes positions administratives et politiques, du moins une solide emprise sur celles‑ci 137.

49Les fonctions les plus importantes se modifièrent au cours de la période, au fur et à mesure de la restructuration des services abbassides. L’effacement progressif des ḥāǧib‑s, principaux serviteurs du calife dans la première moitié du ve/xie siècle, au profit d’autres personnages comme le ṣāḥib al‑maḫzan ou l’ustāḏ al‑dār, a été retracé plus haut. Les hautes positions, assorties de prestige et de possibilités d’enrichissement, faisaient l’objet d’une compétition féroce, de la part des kātib‑s professionnels mais aussi de notables urbains proches du calife. Quelle que fût leur provenance, les candidats aux hautes fonctions étaient prêts à dépenser d’importants efforts, y compris financiers, pour obtenir un poste et s’y maintenir.

  • 138 Voir le tableau 7‑4 : « Carrières politico‑administratives d’après les sources biographiques ».

50Un tableau de synthèse permet de retracer les différents types de trajectoires au sein de l’administration califale 138. Deux types de dīwān‑s se distinguent nettement : ceux qui comptaient, parmi leurs employés et leurs superviseurs, une très forte proportion de kātib‑s, et ceux pour lesquels cette proportion était minime. Parmi les premiers, le dīwānal‑inšāʾ n’employait fort logiquement que des kātib‑s, et son directeur, le kātib al‑inšāʾ, était choisi parmi eux. Ce dīwān constituait une entité à part, susceptible de recruter dans d’autres dīwān‑s mais qui ne redistribuait pas ses fonctionnaires dans les autres branches de l’administration. Le dīwānal‑zimām, lui aussi, se distinguait par la forte proportion de kātib‑s parmi ses employés. Il paraît plus intégré que la chancellerie à un ensemble administratif où les fonctionnaires pouvaient circuler d’un dīwān à l’autre ; néanmoins, plus de la moitié de ceux qui y entrèrent y terminèrent leur carrière. Le service du Trésor (maḫzan) présentait des caractéristiques semblables : plus du tiers des personnes qui y travaillèrent avaient été secrétaires ; ses employés, dont certains avaient officié dans d’autres services, avaient la possibilité de changer de dīwān. Le service du maḫzan semble aussi avoir constitué une voie d’accès au vizirat, car cinq des vizirs en titre ou délégués (nāʾib‑s) avaient auparavant officié au Trésor.

51Les trois fonctions restantes, celles de ḥāǧib, d’ustāḏ al‑dār et de vizir (ou de nāʾib du vizir), se caractérisent par un faible recrutement parmi les kātib‑s. Le cas des ḥāǧib‑s s’explique par la nature exécutive de leur fonction, qui ne servait qu’exceptionnellement de tremplin à une carrière administrative. La fonction d’ustāḏ al‑dār se caractérisait elle aussi par un service très proche de la personne privée du calife. Cependant, contrairement aux ḥāǧib‑s, certains ustāḏ al‑dār provenaient des dīwān‑s, et d’autres purent poursuivre leur carrière au sein de la chancellerie, du dīwānal‑zimām ou en tant que vizirs.

52L’administration califale se scindait donc en plusieurs univers distincts, plus ou moins hermétiques les uns aux autres. Les services du Trésor (maḫzan) et le dīwānal‑zimām, tout comme la fonction d’ustāḏ al‑dār, formaient un univers au sein duquel un même individu pouvait changer de service et de fonction, en gardant l’espoir d’accéder en fin de carrière au vizirat. De leur côté, les kātib‑s soucieux de faire carrière trouvaient essentiellement des opportunités au sein de la chancellerie, le dīwānal‑inšāʾ. Les ḥāǧib‑s, attachés au service direct du calife, formaient une catégorie à part, sans rapport avec les employés des dīwān‑s.

Le vizirat abbasside à l’époque seldjoukide

53Le vizirat demeurait la fonction la plus convoitée de l’administration abbasside, et connut une évolution notoire au cours de la période, suivant le processus de redressement abbasside et y participant. Cette fonction exige un examen particulier, les vizirs se distinguant des autres hauts fonctionnaires abbassides par leur milieu d’origine comme par les stratégies mises en œuvre pour parvenir au vizirat et pour s’y maintenir.

  • 139 Sur la restitution du titre de vizir du calife, voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 100 ; Ibn (...)
  • 140 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 115.
  • 141 Tableau 7‑5, l. 1.
  • 142 Tableau 7‑5, l. 4.
  • 143 Ce groupe de 36 personnages comprend 13 individus qui exercèrent la fonction de nāʾib, mais ne devi (...)

54Le titre de vizir ne fut officiellement restitué à un personnage de l’entourage abbasside qu’en 459/1066, sur une décision du sultan Alp Arslān 139. Jusqu’à cette date, le plus haut fonctionnaire au service du calife était désigné comme le superviseur de l’administration abbasside (nāẓir al‑dīwān140, parfois qualifié du titre honorifique d’al‑raʾīs al‑aǧall, « le très noble chef ». Cela n’empêche pas les chroniqueurs postérieurs de désigner rétrospectivement comme vizirs les personnages qui dirigèrent l’administration abbasside avant que ce titre leur fût restitué, comme Abū l‑Qāsim ibn al‑Muslima (m. 450/1059) 141 ; à l’époque où ce personnage était en fonction, ce titre, en théorie, aurait dû n’être porté que par le vizir du sultan. Le premier fonctionnaire abbasside à porter officiellement le titre de vizir après les débuts de la domination seldjoukide fut Faḫr al‑dawla ibn Ǧahīr (m. 483/1090) 142, originaire de Mossoul, qui avait servi les souverains du Bilād al‑Šām et de la Ǧazīra avant d’entrer au service du calife al‑Qāʾim en 454/1062. À partir de cette période, les vizirs du calife sont régulièrement mentionnés, ainsi que leurs remplaçants (nāʾib, pl. nuwwāb) en période de vacance du poste. En tout, 36 vizirs et nāʾib‑s sont connus pour la période 143.

Accéder au vizirat : voie administrative et voie politique

55Le tableau 7‑4 met en lumière l’originalité de la fonction de vizir au sein des dīwān‑s abbassides : si un certain nombre de vizirs ou nāʾib‑s de vizirs avaient exercé des fonctions administratives avant de parvenir au vizirat, ce poste représentait l’apogée d’une carrière au service du calife en même temps que son terme, et jamais un vizir déchu ne remplit, par la suite, d’autres fonctions. Le vizirat, que seuls certains exercèrent jusqu’à leur mort, demeurait une fin en soi. La destitution d’un vizir signifiait son éviction du domaine administratif et bien souvent sa mort sociale, à moins qu’il ne fût rétabli en poste, ce qui se produisait parfois.

56Deux groupes peuvent être distingués parmi les 36 personnages qui officièrent comme vizirs ou nāʾib‑s, composés d’un nombre proche d’individus. 19 d’entre eux étaient issus du service administratif, et avaient effectué une carrière au sein de différents dīwān‑s avant de parvenir au vizirat. Les 17 autres n’avaient aucune expérience administrative et entrèrent directement au service du calife en tant que vizirs. On pourrait qualifier les premiers d’ « administratifs » et les seconds de « parvenus » du vizirat.

  • 144 Tableau 7‑5, l. 3, 11, 16, 26.
  • 145 Tableau 7‑5, l. 15 et 22.
  • 146 Ainsi, en 512/1118, à la mort du calife al‑Mustaẓhir, le qāḍī l‑quḍāt Abū l‑Ḥasan ʿAlī al‑Dāmaġānī (...)

57Les « administratifs », versés dans les disciplines littéraires comme dans les sciences traditionnelles, sont sensiblement plus nombreux à être devenus vizirs (12) que simples nāʾib‑s (sept). Quant aux « parvenus », sur 17 individus, on recense dix vizirs et sept nāʾib‑s qui ne furent jamais vizirs. Plus de la moitié des vizirs qui n’avaient pas officié dans les dīwān‑s provenaient de la sphère judiciaire : en particulier, quatre exerçaient ou avaient exercé la fonction de qāḍī l‑quḍāt 144. Il semble qu’en cas de crise – destitution ou mort brutale du vizir en place, décès du calife –, il ait été d’usage de nommer comme nāʾib au vizirat le qāḍī l‑quḍāt, ou parfois le naqīb al‑nuqabāʾ 145, en attendant de trouver un remplaçant au vizir disparu ou de confirmer le précédent dans son poste 146.

Diversité des fonctions du vizir

  • 147 Le terme ḫidma, « service, travail au service de quelqu’un », ou plus exactement l’expression al‑ḫi (...)
  • 148 En 465/1073, la séance de condoléances tenue au Dār al‑Ḫilāfa suite au décès du sultan Alp Arslān f (...)
  • 149 Pour un exemple, voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 114.
  • 150 Le même Faḫr al‑dawla fut chargé par le calife al‑Muqtadī d’aller demander la main de la fille du s (...)
  • 151 En 488/1095, le calife al‑Mustaẓhir ordonna à son vizir Abū Manṣūr ibn Ǧahīr d’entreprendre le trac (...)
  • 152 Comme ce fut le cas en 487/1094, lorsque le calife al‑Mustaẓhir, qui venait de succéder à son père, (...)
  • 153 Le vizir, traditionnellement, dirigeait les cortèges chargés d’accueillir solennellement le sultan (...)

58Le vizir du calife était en charge de tâches variées, parmi lesquelles les activités politiques étaient nettement prépondérantes. Les fonctions du vizir évoluèrent parallèlement à la modification du rapport de force entre calife abbasside et sultans seldjoukides. Dans un premier temps, au cours de la seconde moitié du ve/xie siècle, la fonction vizirale apparaît essentiellement comme une relation de service personnel du vizir envers le calife (ḫidma147, le service privé du souverain et de sa famille étant confondu avec le service de l’État, incarné par la personne du calife. L’accomplissement de la ḫidma impliquait des obligations de nature protocolaire et semi‑privée. Le vizir siégeait ainsi pour les condoléances en cas de décès du calife, d’un membre de sa famille ou du sultan 148, pour les naissances importantes au sein de la famille abbasside 149, et intervenait dans les négociations maritales impliquant la famille du calife et celle du sultan 150. Dans cette première période, les responsabilités administratives du vizir étaient donc réduites, à l’image du faible pouvoir du calife soumis à la tutelle sultanienne. S’il arrivait au vizir de nommer directement certains fonctionnaires, il avait pour rôle essentiel de signifier oralement les nominations et destitutions décidées par le calife. Ce dernier lui déléguait parfois la surveillance de travaux publics entrepris à Bagdad 151, ou des finances de l’État 152. Les vizirs califaux jouaient également un important rôle diplomatique, servant d’intermédiaires entre Seldjoukides et Abbassides, et assumaient une fonction de représentation protocolaire 153.

  • 154 Le vizir Ibn al‑Baladī se rendit ainsi à Hilla, en 564/1168, afin d’inspecter la région et d’en app (...)
  • 155 Comme ce fut régulièrement le cas entre 517/1123 et 556/1161. Le vizir Ibn Hubayra est signalé à pl (...)
  • 156 En 464/1071, le vizir Faḫr al‑dawla ibn Ǧahīr intervint dans une accusation de corruption dans les (...)
  • 157 En 532/1137, le vizir ʿAlī b. Ṭirād al‑Zaynabī intervint, conjointement avec le šiḥna, contre un ʿa (...)
  • 158 Al‑Muntaẓam, t. 17, p. 312.
  • 159 Pour un exemple d’affrontements entre chafiites et hanbalites à Bagdad, ayant entraîné l’interventi (...)
  • 160 Voir, en 521/1127, l’intervention du vizir abbasside Ibn Ṣadaqa contre le wāʿiẓ ašʿarite Abū l‑Futū (...)

59Avec la réaffirmation du pouvoir califal face à l’autorité seldjoukide réapparut la fonction politique des vizirs, ainsi que leur emprise sur l’administration des provinces 154. Leur rôle militaire connut le même sort à partir du second tiers du vie/xiie siècle : on vit alors le vizir guerroyer aux côtés du calife, passer les armées abbassides en revue ou mener les troupes au combat 155. Le vizir devait, en théorie, défendre les intérêts du calife en délégation duquel il agissait. Il jouait aussi un rôle de conseiller auprès de lui, intervenait dans les affaires mettant en cause des fonctionnaires corrompus 156, et pouvait assister le šiḥna dans sa tâche de maintien de l’ordre public 157. Certains vizirs acquéraient un pouvoir politique particulièrement important, comme ce fut le cas pour ʿAlī b. Ṭirād al‑Zaynabī (m. 538/1143), ancien naqīb al‑nuqabāʾ devenu vizir sous al‑Mustaršid, qui, si l’on en croit Ibn al‑Ǧawzī, fit pression sur les cadis et les faqīh‑s pour qu’ils acceptent de destituer le calife al‑Rāšid en 530/1136, avec l’appui du sultan seldjoukide 158. Enfin, les vizirs jouaient un rôle de médiation dans les conflits socio‑religieux troublant périodiquement la vie bagdadienne : oppositions entre les partisans de différents maḏhab‑s (chafiites contre hanbalites, sunnites contre chiites) 159, fitna‑s provoquées par des wāʿiẓ-s ašʿarites 160, etc.

Le vizirat : une fonction convoitée autant que précaire

60Le vizirat, très convoité comme en témoignent les violentes rivalités autour de son obtention, représentait un état aussi prestigieux que précaire. Source d’enrichissement, de pouvoir et d’honneur, la fonction vizirale pouvait être soudainement confisquée à celui qui l’exerçait, toute destitution représentant un risque important pour le vizir déchu, qui voyait son statut, ses biens et parfois sa vie et celle de sa famille menacés par sa chute.

  • 161 Voir Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 358‑359, et al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 30, p. 278.
  • 162 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 18 ; Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 106 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil(...)
  • 163 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 227 (qui indique le Khurasan comme destination du vizir déchu (...)
  • 164 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 4 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 315 ; al‑Bundārī, Zubdat a (...)

61Dans les premiers temps de la domination seldjoukide, les vizirs déchus quittaient la plupart du temps Bagdad pour chercher refuge loin de la colère califale. Il était fréquent, lorsqu’ils n’étaient pas bagdadiens de naissance, situation majoritaire dans la seconde moitié du ve/xie siècle, de les voir regagner leur région d’origine, ou entrer au service des Seldjoukides dans les régions iraniennes ou de pouvoirs locaux de la Ǧazīra ou du Bilād al‑Šām, qu’ils soient ou non sous obédience abbasside. Ibn Dārust, qui fut vizir d’al‑Qāʾim en 453‑454/1061‑1062, était originaire d’Ahwaz, au Khuzistan ; lorsqu’il fut congédié en 454/1062, en raison de sa mauvaise gestion financière, il repartit pour sa région natale 161. Lorsque le vizir Faḫr al‑dawla ibn Ǧahīr, originaire de Mayyāfāriqīn, fut démis de ses fonctions en 460/1068, il se réfugia à Hilla auprès de Dubays ibn Mazyad 162. Quelques années plus tard, en 476/1083, son fils, le vizir destitué ʿAmīd al‑dawla, s’enfuit avec sa famille à Ispahan, où il fut bien accueilli par le sultan 163. En 534/1139, le vizir ʿAlī b. Ṭirād al‑Zaynabī, qui connaissait la seconde disgrâce de sa carrière, se rendit au palais du sultan afin de demander la protection du Seldjoukide sans quitter Bagdad 164.

  • 165 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 106‑107.
  • 166 « Journal », § 18.

62Les vizirs disgraciés n’avaient pas toujours le temps de fuir, et les moins chanceux se voyaient emprisonnés ou même exécutés. Leurs biens étaient alors confisqués et leurs familles et partisans inquiétés, bien que cela pût faire l’objet d’une négociation avec le calife, comme lors de la disgrâce du vizir Faḫr al‑dawla ibn Ǧahīr en 460/1068, mentionnée plus haut. Apprenant sa destitution par décret califal (tawqīʿ), Ibn Ǧahīr demanda pardon de ses fautes au calife, arrosant de larmes son repentir ; par considération pour la faveur dont il jouissait auprès de la population bagdadienne, il fut autorisé à vendre ses biens et à emporter avec lui l’argent de la vente. Ses partisans (aṣḥāb) en firent autant, divorcèrent de leurs femmes et abandonnèrent leurs enfants, afin de quitter Bagdad en même temps que lui sans s’encombrer de leurs familles. Ibn Ǧahīr négocia son exil à Hilla, où il se rendit accompagné de ses enfants 165. Ibn al‑Bannāʾ, qui livre des détails originaux sur cette affaire, précise que le calife avait formellement interdit à quiconque de porter atteinte à ses biens comme à sa personne, en signe d’extrême honneur 166, car le pillage des biens d’un vizir déchu représentait le symbole ultime de sa déchéance. Ibn Ǧahīr fut d’ailleurs rendu au vizirat quelques mois plus tard.

  • 167 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. 336 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, (...)
  • 168 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 76.
  • 169 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 100 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 111‑112 ; Sibṭ ibn al‑Ǧa (...)
  • 170 Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 140.

63Nombre de ses successeurs ne jouirent pas d’un tel traitement de faveur. Son fils, le vizir ʿAmīd al‑dawla, fut emprisonné au Dār al‑Ḫilāfa en 493/1100 et finit ses jours en détention ; sa disgrâce fut l’occasion de lui confisquer de grosses sommes d’argent, ainsi qu’à ses frères 167. Son successeur Abū l‑Maʿālī al‑Iṣfahānī fut plus chanceux : après sa destitution, il ne fut incarcéré que onze mois 168. En 500/1106, les opposants du vizir Abū l‑Qāsim ʿAlī ibn Ǧahīr, frère de ʿAmīd al‑dawla, obtinrent sa destitution, et son palais de Bāb al‑ʿĀmma fut détruit sur ordre du calife 169. En 526/1132, le vizir déchu ʿAlī b. Ṭirād al‑Zaynabī fut emprisonné et ses biens confisqués. Sibṭ ibn al‑Ǧawzī donne le détail des richesses qui lui furent enlevées : de l’or, de l’argent, des harnachements dorés, des vêtements et des meubles, ainsi que 500 montures et chameaux et une collection de perles que Dubays ibn Mazyad avait dérobées au fils du calife al‑Mustaẓhir. Le chroniqueur précise que trois jours entiers furent nécessaires pour déménager ces richesses du palais du vizir déchu 170.

  • 171 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 10, p. 29 ; Ibn al‑Furāt, Taʾrīḫ, p. 120.
  • 172 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 197 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 28 (...)
  • 173 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 10, p. 61.

64Une mort violente était souvent le lot d’un vizir malchanceux. Après le décès du calife al‑Mustanǧid en 566/1170, le vizir Ibn al‑Baladī, démis, se retira au Dār al‑Ḫilāfa où il fut assassiné, dépecé, puis jeté dans le Tigre, tandis que son domicile était pillé, à la grande satisfaction de la population bagdadienne dont il s’était attiré le ressentiment par ses exactions financières 171. L’année suivante, en 567/1172, le nouveau vizir Ibn Raʾīs al‑ruʾasāʾ fut démis, ses biens furent confisqués et son palais mis à sac 172. Deux ans plus tard, l’ancien vizir fut définitivement exilé par son adversaire, l’émir Qaymāz, très influent auprès du calife 173.

Richesse et prestige des vizirs

  • 174 Al‑Muntaẓam, t. 16, p. 234.
  • 175 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 114.
  • 176 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 271.

65L’accès au vizirat était porteur de promesses d’enrichissement rapide, accentuant certainement l’attrait de la fonction. Les sources détaillent peu les voies par lesquelles les vizirs augmentaient leur capital matériel, mais elles cumulaient l’obtention de riches iqṭāʿ‑s, octroyés par le calife en guise de rémunération du service viziral, avec des procédés moins recommandables incluant l’imposition à la population de taxations injustes ou d’autres pratiques relevant de la corruption. Ibn al‑Ǧawzī signale que le calife al‑Muqtadī octroya en 477/1084 à son vizir Abū Šuǧāʿ un iqṭāʿ représentant un revenu annuel de quelques dizaines de milliers de dinars, somme considérable 174. Il est probable, comme c’était le cas pour le qāḍī l‑quḍāt chargé de rémunérer une partie de ses fonctionnaires et de pourvoir à certaines dépenses de l’institution judiciaire, que le vizir ait dû entretenir une suite assez nombreuse, et peut‑être devait‑il dépenser une partie des revenus de ses iqṭāʿ‑s pour le bien public ; mais il est raisonnable de penser qu’une part conséquente des sommes que les vizirs percevaient contribuait à augmenter leur fortune personnelle. La corruption, comme l’abus de pouvoir, étaient monnaie courante : le vizir corrompu Ibn Dārust céda la place de chef des kātib‑s au nommé Ibn al‑Ḥuṣayn contre la somme de 300 000 dinars 175, et le vizir Ibn al‑Baladī, de tout aussi mauvaise réputation, recourait à des confiscations auprès des kātib‑s et des percepteurs (ʿāmil‑s) pour assouvir ses appétits financiers 176.

  • 177 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 22, notice n° 3652, et Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. (...)
  • 178 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 119.
  • 179 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 125.
  • 180 Respectivement tableaux 3‑1, l. 18 et 4‑2, l. 19. Sur les constructions dues aux vizirs abbassides (...)

66Rien d’étonnant, donc, à ce que les vizirs aient compté parmi les personnages les plus riches de la période : Abū Šuǧāʿ possédait, lorsqu’il fut destitué de son poste de vizir, une fortune personnelle évaluée à 600 000 dinars, qu’il dépensa partiellement en œuvres de bienfaisance 177. Les vizirs se trouvaient, au sommet de leur carrière, à la tête de fortunes parfois colossales, leur permettant des dépenses considérables aux yeux de leurs contemporains, qu’il s’agisse de l’achat de luxueuses résidences, de dépenses somptuaires ou encore de charité. Expression de sa richesse, le vizir hanbalite Ibn Hubayra acquit une réputation de grande générosité en dépensant près de 3 000 dinars pour offrir aux nécessiteux des plats pour la rupture du jeûne (ifṭār) au cours du mois de ramaḍān 552/octobre 1157 178. L’année suivante, il tomba malade et dépensa après sa guérison près de 5 000 dinars, en partie pour récompenser les médecins qui l’avaient soigné, en partie en aumônes et pour payer les dettes de prisonniers 179. La disgrâce restait un risque permanent, et entraînait la perte immédiate de tout ou partie de la fortune ainsi amassée. Pour autant, en comparaison avec d’autres périodes, les vizirs abbassides fondèrent peu d’institutions reposant sur des waqf‑s, ce qui aurait constitué une façon de mettre une partie de leur patrimoine à l’abri des confiscations. À Bagdad, les deux principales fondations vizirales de l’époque datent du vie/xiie siècle : il s’agit du ribāṭ d’al‑Daraǧa, financé par le vizir Šaraf al‑dawla ʿAlī ibn Ṣadaqa (m. 552/1157), et de la madrasa hanbalite dite « du vizir », fondée par Ibn Hubayra en 557/1162 180.

  • 181 Voir en particulier les analyses de Cl. Klausner sur la précarité du vizirat seldjoukide (The Selju (...)
  • 182 Voir le tableau 7‑6 : « Vizirs et nāʾib‑s de vizirs des califes abbassides (d’al‑Qāʾim à al‑Mustaḍī (...)
  • 183 Parmi ceux qui restèrent en poste plusieurs années, on peut citer ʿAmīd al‑dawla ibn Ǧahīr, qui exe (...)

67L’instabilité et la précarité du vizirat abbasside, aux vevie/xiexiie siècles, sont comparables aux tendances constatées dans d’autres contextes 181. Plus d’une vingtaine de destitutions assorties de nouvelles nominations sont signalées pour la période considérée, concernant les 22 individus qui occupèrent la fonction de vizir 182. Certains furent destitués puis rétablis en poste, parfois à plusieurs reprises. Pour quelques individus qui se maintinrent au vizirat de longues années durant, voire moururent en poste 183, on en compte plusieurs qui exercèrent quelques mois seulement. La durée moyenne du vizirat, pour la période, peut être estimée à quatre ou cinq ans. Le caractère extrêmement politique du poste, tout comme les rivalités et complots qui fleurissaient dans le milieu des hauts fonctionnaires abbassides, en expliquent pour une bonne part la précarité, alors que d’autres offices plus administratifs, comme celui de kātib al‑inšāʾ, offraient à leurs titulaires une stabilité bien plus grande. Il est vrai que le poste de chef de la chancellerie, plus technique, était aussi plus directement soumis aux volontés califales et ne semble pas avoir fourni une occasion d’enrichissement comparable au vizirat.

68La fonction vizirale était porteuse d’un prestige tout particulier, et conférait une éminence sociale presque sans équivalent à ses titulaires. À l’époque des Grands Seldjoukides et de la faiblesse affirmée du califat, le vizir était déjà l’une des principales figures de l’État abbasside, le membre de l’entourage du calife qui se trouvait également le plus fréquemment au contact des sultans et de leur personnel. Lors du progressif redressement califal au siècle suivant, le vizir demeura la personnalité éminente de l’administration abbasside. Il vit ses pouvoirs augmentés, bien que son statut exceptionnel fût quelque peu bousculé par la montée en puissance, autour du calife, de hauts fonctionnaires comme l’ustāḏ al‑dār, le ṣāḥib al‑maḫzan ou le qāḍī l‑quḍāt. Ces figures émergentes pouvaient concurrencer légèrement la personne du vizir, sans la mettre en danger : tout au long de la période, les vizirs du calife demeurèrent des personnalités de haut rang, dont la suprématie sociale, le pouvoir politique (du moins à l’échelle de Bagdad), la richesse et le prestige ne furent jamais réellement remis en question.

L’essor de grandes familles de vizirs et de hauts fonctionnaires bagdadiens

69Dès la fin du ve/xie siècle, certains lignages parvinrent à constituer de véritables dynasties de hauts fonctionnaires. Les familles des Banū Ǧahīr ou des Banū l‑Muslima voyaient leurs membres se succéder alternativement au vizirat et aux autres fonctions administratives importantes, laissant peu d’espace aux individus issus de familles moins prestigieuses. L’étude prosopographique des 124 hauts fonctionnaires de l’administration abbasside recensés dans la base de données met en lumière la place croissante occupée par ces lignages : l’analyse fine des données onomastiques et généalogiques permet de distinguer une petite trentaine de groupes familiaux, certains ne comptant que quelques membres, d’autres plus d’une vingtaine, qui exercèrent des fonctions politiques ou administratives dans les dīwān‑s califaux sur plusieurs générations.

  • 184 Voir le tableau 7‑7 : « Principaux lignages officiant dans l’administration abbasside à l’époque se (...)
  • 185 Voir le tableau 7‑8 : « Principaux lignages de vizirs et de responsables de dīwān‑s abbassides (cal (...)

70Deux tableaux récapitulent les spécificités de ces lignages (date d’apparition, longévité, spécialisation ou diversification) et leur part dans l’ensemble du personnel administratif et politique bagdadien. Le premier recense les 27 principaux lignages de fonctionnaires abbassides ayant officié au cours de la période seldjoukide 184. Le second rassemble des données concernant les hauts fonctionnaires qui ont dirigé les principaux dīwān‑s de l’administration califale : vizirs, ḥāǧib‑s, ustāḏ al‑dār, responsables du service de l’inšāʾ, du dīwānal‑zimām et du maḫzan 185. Il indique, pour le règne de chaque calife, les principaux lignages ayant dominé chacune de ces fonctions. La liste n’est pas exhaustive, car les individus isolés qui ne se rattachent à aucune grande famille n’y figurent pas. Ce tableau met cependant en évidence la permanence de certaines familles, qu’elles soient spécialisées dans un domaine précis (les Banū l‑Mawṣalāyā ou les Banū l‑Anbārī pour le dīwānal‑inšāʾ, les Banū l‑Ṣāḥib dans la ḥiǧāba) ou qu’elles aient réussi à placer leurs membres dans divers services de l’administration (comme les BanūǦahīr ou les Banū l‑Muṭṭalib).

  • 186 Pour une analyse détaillée de l’histoire de ces familles, voir le chapitre 12.
  • 187 Très exactement 62 personnages sur les 124 recensés : 34 des 88 hauts fonctionnaires n’ayant jamais (...)

71Ces deux tableaux attestent de l’apparition, de la consolidation et de la persistance d’importants lignages d’élites politico‑administratives au service du calife tout au long de la période. Pour certains, ce processus débuta dans la première moitié du ve/xie siècle, dans les dernières décennies de la domination bouyide ; d’autres firent une arrivée plus tardive. L’étude de quelques‑uns de ces lignages permet d’éclairer le phénomène et d’illustrer les tentatives de patrimonialisation des hautes fonctions comme le vizirat ou la direction des principaux dīwān‑s 186. Au total, la moitié des personnages ayant exercé une fonction politique ou administrative peuvent être rattachés à l’une des 27 familles identifiées 187 ; les individus appartenant aux principaux lignages étaient fréquemment chargés des fonctions les plus importantes et les plus proches du calife. Il était certes des dīwān‑s plus « étanches » que d’autres : le dīwān al‑inšāʾ, en particulier, fut essentiellement dominé par deux familles, les Banū l‑Mawṣalāyā jusqu’au règne d’al‑Mustaẓhir, puis les Banū l‑Anbārī pour le vie/xiie siècle. On pourrait faire une observation semblable pour le poste de ḥāǧib, surtout à partir du règne d’al‑Mustaršid, avec la domination des Banū l‑Ṣāḥib, parfois relayés par les Banū l‑Muʿawwaǧ. Dans les autres services et fonctions de l’administration califale (le maḫzan, le dīwānal‑zimām, le poste d’ustāḏ al‑dār et le vizirat), aucun lignage ne parvint à s’imposer de façon définitive, et la règle pour ces familles semble avoir été d’accepter tout poste élevé dans l’entourage du calife, dans l’espoir d’accéder finalement au vizirat.

  • 188 Voir leur arbre généalogique (arbre 12‑2) ainsi que les développements qui leur sont consacrés au c (...)

72Bien qu’aucune ne parvînt à s’en assurer le monopole absolu, la fonction vizirale fut rapidement confisquée par un nombre restreint de familles : sur les 36 personnages connus pour avoir exercé le vizirat ou l’intérim (niyāba) de cette fonction, 28 se rattachaient à sept lignages. Lorsque les membres de ces familles ne parvenaient pas à accaparer le vizirat, ils obtenaient d’autres postes importants dans les dīwān‑s abbassides. Ce fut le cas pour les Banū l‑Muslima, lignage bagdadien dont l’ascension avait débuté sous les Bouyides et qui parvint à se maintenir aux plus hauts postes de l’administration califale pendant un siècle et demi 188. Les Banū l‑Muslima occupèrent les plus hauts postes administratifs et politiques, notamment celui de vizir (sous al‑Qāʾim puis al‑Mustaḍīʾ) et, de façon presque continue depuis le califat d’al‑Mustaẓhir, celui d’ustāḏ al‑dār. Certains d’entre eux se tournèrent également vers des activités relevant des sciences traditionnelles, de l’adab et du soufisme. Cette reconversion hors de l’univers administratif est comparable à celle effectuée par les Banū Ṣadaqa qui, après avoir fourni plusieurs vizirs et administrateurs aux califes abbassides, disparurent de la scène politique après la disgrâce du dernier de leurs membres, ṣāḥib al‑maḫzan devenu brièvement vizir, en 543/1148. Les Banū l‑Muṭṭalib, lettrés bagdadiens dont plusieurs membres officièrent au sein des dīwān‑s abbassides et comme vizirs, et dont le destin était lié aux Banū Ṣadaqa, relèvent du même type de schéma.

73Contrairement aux Banū l‑Muslima, installés depuis des générations à Bagdad, les Banū Ǧahīr, originaires de Mossoul, ne réussirent qu’imparfaitement leur acclimatation à la scène bagdadienne. Ils fournirent à l’administration califale cinq vizirs et nombre d’autres employés de dīwān‑s, ḥāǧib‑s et ustāḏ al‑dār, et connurent un véritable apogée dans la seconde moitié du ve/xie siècle. Leur réussite au service du calife était essentiellement due à leur association avec le pouvoir seldjoukide et avec les princes mazyadites, à travers un réseau d’alliances matrimoniales qui les liaient à la famille de Niẓām al‑mulk comme à celle de Dubays b. Ṣadaqa. Régulièrement disgraciés auprès du calife, ils se réfugiaient à Mossoul ou à Hilla en attendant d’être rappelés à Bagdad sur intervention des sultans. N’ayant pas cherché à s’investir dans d’autres sphères d’activités, ils disparurent définitivement de l’univers abbasside en même temps que s’éteignait l’influence directe des Seldjoukides sur le califat dans les années 540/1145.

Notes

1 Voir J. Donohue, The Buwayhid Dynasty in Iraq, chapitres 2 et 6.

2 Voir à ce sujet D. Sourdel, Le vizirat ʿabbāside de 749 à 936 (132 à 324 de l’Hégire), 1960, en particulier le chapitre 3.

3 Pendant plusieurs décennies, la bibliographie concernant l’administration califale s’est essentiellement intéressée à la première période abbasside. Pour l’époque bouyide, J. Donohue présente un panorama de l’administration abbasside qui permet de dresser des comparaisons avec la période seldjoukide, décrivant notamment les grandes familles de fonctionnaires en activité à Bagdad dans la seconde moitié du ive/xe et au début du ve/xie siècle (The Buwayhid Dynasty in Iraq ; voir en particulier le chapitre 2). Malheureusement, l’ouvrage ne couvre pas les trois dernières décennies de la période bouyide, correspondant à la première partie du règne du calife al‑Qāʾim, dont l’étude aurait constitué un bon point de comparaison avec les débuts de la domination seldjoukide. L’étude récente de E. Hanne, Putting the Caliph in His Place: Power, Authority, and the Late Abbasid Caliphate, offre une étude fouillée sur le redressement abbasside, retraçant l’histoire politique et institutionnelle du califat de Bagdad aux vevie/xiexiie siècles et en présentant les principaux acteurs, califes et hauts fonctionnaires. Sur la période post‑seldjoukide, l’étude d’A. Hartmann, An‑Nāṣir li‑Dīn Allāh, contient des développements sur l’organisation des dīwān‑s et sur les hauts fonctionnaires ayant servi sous le califat d’al‑Nāṣir.

4 Les études classiques sont celles d’A. K. S. Lambton, « The Internal Structure of the Saljuq Empire », et de C. Klausner, The Seljuk Vezirate.

5 C. Klausner, The Seljuk Vezirate, p. 27.

6 Ibn al‑Aṯīr mentionne, pour l’année 447/1055, la plainte d’un groupe de sunnites auprès du dīwān, réclamant le droit d’ « ordonner le bien et interdire le mal » (al‑amr bi‑l‑maʿrūf wa‑l‑nahī ʿan al‑munkar) et obtenant des fonctionnaires abbassides (aṣḥāb al‑dīwān) l’autorisation de le faire (al‑Kāmil, t. 8, p. 321).

7 Les sources désignent souvent les services califaux sous l’expression al‑dīwān al‑ʿazīz (ex. Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 75 et 105) ou, plus rarement, al‑dīwān al‑nabawī (ibid., t. 17, p. 300).

8 Tableau 7‑5, l. 1.

9 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 323.

10 Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 15, p. 730.

11 « Ḥādjib », EI2, t. III, p. 45‑49 (D. Sourdel, C. E. Bosworth, A. K. S. Lambton). Sur la fonction de ḥāǧib dans la première période abbasside, voir N. El Cheikh, « The Chamberlains », dans Maaike van Berkel et alii, Crisis and Continuity at the Abbasid Court, p. 145‑164.

12 Sur le rôle du muḥtasib, voir le chapitre 14.

13 En particulier les mariages ; voir par exemple al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 22, et Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 173.

14 En ḏū l‑qaʿda 449/1057, deux ḥāǧib‑s accompagnaient les deux naqīb‑s et deux serviteurs privés du calife (ḫawāṣṣ) envoyés à la rencontre du sultan Ṭuġril Beg (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 19).

15 Par exemple un futur vizir en vue de sa nomination (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 111, et t. 18, p. 176), un qāḍī l‑quḍāt ou un naqīb à peine investis (ibid., t. 17, p. 14 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 52) ou encore le fils du vizir Niẓām al‑mulk (ibid., p. 210).

16 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 193.

17 Pour un exemple évoquant les ḥāǧib‑s du sultan seldjoukide, voir les événements de l’année 455/1063 chez Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 80. Pour la mention d’un ḥāǧib au service de l’ustāḏ al‑dār abbasside, voir Ibn al‑Furāt, Taʾrīḫ, p. 120 (année 566/1170).

18 Bāb al‑Nūbī (la « porte du Nubien ») était réservée au passage des officiels et invités de haut rang, tandis que les catégories moins éminentes de la population empruntaient la seconde porte du palais, Bāb al‑ʿĀmma (la « porte du peuple, du commun »). Voir G. Le Strange, Baghdad during the Abbasid Caliphate, p. 274.

19 Un exemple chez Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 157 ; voir aussi Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 354 et al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 24, à propos du titre de ḥāǧibal‑ḥuǧǧāb, décerné, pour la première fois pour la période, par le calife al‑Qāʾim à son ḥāǧib al‑bāb en 453/1061. Ce titre existait depuis le ive/xe siècle (D. Sourdel, article « Ḥādjib », EI2, t. III, p. 46).

20 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 52 et t. 17, p. 299.

21 En 520/1126, il fut le seul dignitaire abbasside à demeurer dans le Dār al‑Ḫilāfa pour le garder, alors que le calife et son entourage (aṣḥāb, ḥawāšī) avaient trouvé refuge sur la rive occidentale, par peur de l’arrivée du sultan Maḥmūd et de ses troupes (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 236).

22 Voir par exemple Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 91, pour l’année 457/1064, et ibid., t. 16, p. 166, où les ḥāǧib‑s successifs du calife al‑Muqtadī sont mentionnés aux côtés de ses vizirs et qāḍī l‑quḍāt. Pour des mentions de nomination d’un ḥāǧib al‑bāb à une période plus tardive, voir Ibn al‑Ǧawzī aux événements des années 564/1168 et 571/1175 (al‑Muntaẓam, t. 18, p. 182 et 218).

23 Pour un exemple, voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 193.

24 En 455/1063, al‑Qāʾim fit lire du haut des minbars et placarder sur les portes des mosquées un décret (tawqīʿ) augmentant les taxes (mukūs et ḍarāʾib) (Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 123).

25 Voir le tableau 7‑1 : « Impôts et taxes à Bagdad (455‑567/1163‑1171) » où, sur 23 occasions de levée d’impôts ou de suppressions de taxes mentionnées par les sources, 12 se firent à l’initiative du calife ou de son administration et 11 sur ordre des sultans ou de leurs représentants (vizir, šiḥna).

26 C’était encore le cas sous le califat d’al‑Muqtadī, comme l’indique le fait que le sultan Malik Šāh fit construire un hôtel de la Monnaie (dār al‑ḍarb) dans les quartiers seldjoukides de Bagdad (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 298). La frappe de la monnaie était pourtant revenue sous le contrôle du calife à la fin du règne d’al‑Qāʾim, en 462/1069, en raison de falsifications récurrentes touchant les frappes sultaniennes (Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 374). Il est probable que cette situation ne dura pas longtemps, car deux ans plus tard, en 464/1071, al‑Qāʾim dut s’adresser au sultan pour obtenir l’autorisation de faire frapper de nouveaux dirhams (Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 176). Le contrôle de la frappe monétaire resta un enjeu important et une source de conflit chronique entre le calife et le sultan jusqu’au milieu du vie/xiie siècle (voir le tableau 7‑1, années 521/1127 et 529/1134).

27 Voir les événements de l’année 471/1078, notamment chez Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 198‑199 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 417‑418 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 213 sq.

28 Voir essentiellement Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 259 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 449 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 258‑259 ; al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 79‑80.

29 Année 480/1087 ; voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 267, et Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 258.

30 Voir par exemple les événements de l’année 484/1091 chez Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 292, et Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. 145.

31 Mort en 497/1103 ; tableau 7‑5, l. 8.

32 Sur ces événements, voir ci‑dessous.

33 Le terme dīwān al‑zimām, héritage de la première période abbasside, désignait au départ un service administratif ayant pour fonction la surveillance des autres dīwān‑s. Aux périodes bouyide et seldjoukide, il réfère au bureau de l’administration financière, remplaçant l’ancien dīwān al‑ḫarāǧ (A. A. Duri, article « Dīwān », EI2, t. II, p. 323‑327, p. 326). Le dīwān al‑zimām abbasside est signalé dès le règne d’al‑Qāʾim (al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 36). Les attributions de ce service au cours de la période ne sont pas détaillées par les sources, mais Ibn al‑Ǧawzī indique qu’en 529/1135, dans un contexte de menaces militaires directes sur Bagdad, le calife ordonna au kātibal‑zimām et au ṣāḥib al‑maḫzan de donner des ordres aux percepteurs (ʿāmil, pl. ʿummāl) du dīwān abbasside (al‑Muntaẓam, t. 17, p. 295), ce qui confirme le lien de ce service avec la gestion des revenus fiscaux.

34 Tableau 7‑4, l. 41.

35 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 13, et Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 494.

36 Tableau 7‑4, l. 39. Ibn al‑Ǧawzī le signale en poste à plusieurs reprises sous le règne d’al‑Mustaẓhir (al‑Muntaẓam, t. 17, p. 13, 76 et 100).

37 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 100 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 111‑112 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 2, p. 464‑465.

38 Lorsqu’al‑Mustaẓhir décida de démettre son vizir Sadīd al‑dawla en 496/1102, la cause avouée en était que ce dernier, qui avait servi les sultans seldjoukides, ignorait les règles (qawāʿid) ayant cours au dīwān abbasside (Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 67).

39 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 80 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 63 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 34, p. 54 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 183. La ḫuṭba seldjoukide fut rétablie l’année suivante à Bagdad.

40 Lors de son passage à Bagdad en 498/1104, le sultan Muḥammad fit envoyer à chaque employé du dīwān abbasside une charge (taḫt) de vêtements, en sus de la robe d’honneur qu’il avait fait porter au vizir du calife (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 92).

41 Ibn al‑Ǧawzī livre des renseignements de ce type : en ǧumādā 1 515/juillet 1121, un kātib du dīwān al‑zimām, Šams al‑dawla Abū l‑Ḥasan ʿAlī b. Hibat Allāh ibn al‑Zawwāl, devint nāẓir du dīwān al‑zimām en plus du dīwān al‑inšāʾ (al‑Muntaẓam, t. 17, p. 194).

42 Il est par exemple mentionné parmi les notables assistant aux processions célébrant le ʿīd de l’année 528/1134, au cours desquelles al‑Mustaršid passa ses troupes en revue (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 283 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 147).

43 À l’occasion de son emprisonnement, ce qui prouve qu’un fonctionnaire portant ce titre était déjà en poste à cette date (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 225).

44 Pour des mentions de ce type, voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 307, 311 et 18, p. 90, 182 et 191 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 289, 439 et t. 10, p. 9 et 28‑29 ; Ibn al‑Furāt, Taʾrīḫ, p. 110 et 120.

45 Voir les exemples donnés par Ibn al‑Ǧawzī, concernant l’emprisonnement de hauts fonctionnaires et dignitaires (ṣāḥibal‑dīwān, naqīb al‑nuqabāʾ, vizir, ḥāǧib al‑bāb) au palais de l’ustāḏ al‑dār (al‑Muntaẓam, t. 18, p. 152, 155, 156, 164 et 325). Toutes ces mentions se rapportent aux années 557‑563/1161‑1167 et 572/1176. L’ustāḏ al‑dār est aussi signalé aux côtés du ḥāǧib al‑bāb pour procéder à l’arrestation de l’un des fils du calife al‑Muqtafī en 542/1147 (ibid., t. 18, p. 57).

46 En 573/1178, l’ustāḏ al‑dār est mentionné comme le seul fonctionnaire abbasside qui soit resté au Dār al‑Ḫilāfa alors que tous les arbāb al‑dawla accompagnaient le vizir du calife lors de son départ au pèlerinage (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 240).

47 Voir la version d’Ibn al‑Aṯīr sur les événements de l’année 530/1136 (al‑Kāmil, t. 9, p. 291‑292). Quelques jours avant sa destitution, al‑Rāšid avait fait arrêter certains de ses hauts fonctionnaires, dont l’ustāḏ al‑dār, le ṣāḥib al‑maḫzan et le nāẓir du maḫzan, avant de s’enfuir nuitamment de Bagdad (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 307 et 311).

48 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 320.

49 Tamakkana min al‑dawlatayn tamakkunan zāʾidan (Taʾrīḫ al‑islām, t. 36, p. 212).

50 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 4, et Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 315.

51 Ibn al‑Ǧawzī, t. 18, p. 49 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 37, p. 6.

52 Voir le chapitre 6 pour le détail de ces événements.

53 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 146 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 446 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 38, p. 32.

54 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 160.

55 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 10, p. 28‑29 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 283-285.

56 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 196 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 10, p. 35 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 285 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 39, p. 34.

57 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 190 ; Ibn Diḥya, Ḫulafāʾ, p. 159.

58 Voir le chapitre 15.

59 Sur les réformes de l’administration abbasside sous le califat d’al‑Nāṣir, voir A. Hartmann, An‑Nāṣir li‑Dīn Allāh.

60 29 de ces 37 personnages sont inclus dans le tableau 7‑2 : « Principaux employés des dīwān‑s et fonctionnaires abbassides (hors vizirs et nāʾib‑s) », et les huit kātib‑s devenus vizirs dans le tableau 7‑5 : « Vizirs et nāʾib‑s de vizirs des califes abbassides de la période seldjoukide ».

61 Une trentaine sur 108, soit près du tiers.

62 A. K. S. Lambton et, à sa suite, C. Klausner, ont présenté la madrasa comme un instrument volontairement développé par les sultans seldjoukides afin, d’une part, de fidéliser les ulémas auxquels les madrasas assuraient des postes et donc des revenus, et, d’autre part, de former une classe de secrétaires susceptibles d’être immédiatement employés au sein des dīwān‑s centraux et provinciaux. La formation des secrétaires au sein des madrasas aurait eu pour corollaire de créer une forte proximité entre kātib‑s et ulémas, due à leur instruction commune. Sultans et vizirs seldjoukides auraient ainsi cherché, bien que cela se soldât globalement par un échec, à confondre les deux classes, religieuse et administrative, dont la synthèse sunnite aurait été fondamentalement acquise aux dirigeants turcs (A. K. S. Lambton, « The Internal Structure of the Saljuq Empire », p. 214, et C. Klausner, The Seljuk Vezirate, p. 5). Ces assertions, contestées par d’autres spécialistes du domaine oriental de l’empire seldjoukide (voir par exemple R. Bulliet, « Local Politics in Eastern Iran under the Ghaznavids and Seljuks », Iranian Studies 11 (1978), p. 35‑56, p. 52), se révèlent également erronées dans le contexte bagdadien, où aucun kātib de l’administration abbasside n’est mentionné pour avoir étudié en madrasa aux ve/xie et vie/xiie siècles. Il aurait été surprenant qu’il en fût autrement, car les madrasas avaient pour activité essentielle l’enseignement du fiqh (et, secondairement, celui du ḥadīṯ et la diffusion du waʿẓ), tandis que la formation majeure des kātib‑s se faisait dans les matières littéraires, non enseignées dans les madrasas bagdadiennes, en dehors de la Niẓāmiyya.

63 Niẓām al‑mulk, Seyāsat‑nāmeh, trad. fr. Ch. Schefer. Voir en particulier le chapitre 42, au titre révélateur : « […] Il est indispensable de ne revêtir de fonctions publiques que des gens qui, ayant une religion pure de toute erreur, sont dignes de les remplir, et de ne donner aucune charge à des individus affiliés à des sectes perverses et réprouvées ; il faut les tenir éloignés de soi ». L’interprétation de J.‑M. Fiey, qui voit dans ces reproches la critique du dīwān califal plus que de l’administration sultanienne, paraît hautement plausible (Chrétiens syriaques sous les Abbassides, p. 216).

64 Tableau 7‑2, l. 70, 83, 86 et 87.

65 Sur l’emploi de chiites aux hauts postes administratifs et politiques sous le califat d’al‑Nāṣir, voir A. Hartmann, An‑Nāṣir li‑Dīn Allāh, chapitre 5.

66 Tableau 7‑2, l. 36 et 45.

67 Voir l’arbre généalogique de la famille des Banū Ḥamdūn, kātib‑s chiites bagdadiens (arbre 7‑1).

68 Tableau 7‑2, l. 36.

69 Le Mustadrakāt aʿyān al‑šīa (t. 5, p. 137) indique qu’il obtint le poste de responsable (zaʿīm) du bureau des opérations comptables (dīwānal‑muḥāsabāt), mais ne cite pas la source de cette information.

70 Tableau 7‑2, l. 35.

71 Al‑Wāfī bi‑l‑wafayāt, t. 2, p. 358, notice n° 830.

72 Signalé par Ibn al‑Dubayṯī dans la notice qu’il consacre à Abū l‑Maʿālī : Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Bagdad, t. 1, p. 205, notice n° 111.

73 Tableau 7‑2, l. 45.

74 Al‑Taḏkira al‑Ḥamdūniyya, éd. Iḥsān ʿAbbās, Beyrouth, 1983‑1984, 2 vol.

75 Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 3, p. 130, notice n° 1239.

76 Yāqūt, Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 3, p. 1012, notice n° 353. Al‑Ṣafadī, lui, précise qu’il travailla au dīwān des constructions avant d’être chargé de l’hôpital (bīmāristān) puis de devenir kātib du dīwānal‑maǧlis (al‑Wāfī bi‑l‑wafayāt, t. 12, p. 222, notice n° 201).

77 Cité par al‑Ṣafadī, al‑Wāfī bi‑l‑wafayāt, t. 12, p. 222.

78 Ḫalīfa ġašūm ; Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 3, p. 1013.

79 Mārī b. Sulaymān, Aḫbār faṭārikat kursī l-mašraq, p. 125.

80 De telles mesures, parfois dirigées contre l’ensemble des non‑musulmans sous souveraineté abbasside et parfois plus ciblées, sont signalées par les chroniques aux années 450/1058, 478/1085, 480/1088, 484/1091, 501/1108, 515/1121 et 525/1131. Elles étaient promulguées par le calife (plus rarement, par le sultan), souvent sous impulsion de son vizir ou de quelque personnage influent. Voir les chapitres 2 et 11

81 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 292 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. 145 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 118.

82 Yāqūt, Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 3, p. 525.

83 Sur ce personnage, voir Ibn al‑Naǧǧār, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, t. 17, p. 108, notice n° 390, qui ne signale pas sa conversion ; celle‑ci est en revanche mentionnée par Yāqūt, Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 3, p. 525, et par al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 77.

84 Mort en 497/1103 ; tableau 7‑5, l. 8. Al‑Mawṣalāyā est la vocalisation arabe de la nisba. J.‑M. Fiey propose la vocalisation « Mūṣilāyā », qu’il juge plus fidèle au syriaque (Chrétiens syriaques sous les Abbassides, p. 217, n. 30).

85 Al‑Kāmil, t. 9, p. 87 ; sur ce personnage, voir aussi les éléments livrés dans les notices concernant son oncle.

86 Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 236‑237.

87 Istiṭālat ahl al‑ḏimma ʿalā l‑muslimīn, Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. 145. Le rôle du vizir dans la proclamation du tawqīʿ est aussi souligné par al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 77.

88 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 2, p. 433.

89 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 227.

90 Al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 26.

91 En ramaḍān 484/octobre 1091, Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 292‑293 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 466.

92 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 293 ; al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 78.

93 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. 147.

94 Mārī b. Sulaymān, Aḫbār, p. 144.

95 Un troisième personnage du nom d’Ibn al‑Mawṣalāyā, Abū l‑Ḥusayn, kātib du dīwānal‑zimām, est évoqué par Ibn al‑Aṯīr parmi les personnages décédés en 487/1094 (al‑Kāmil, t. 8, p. 499), mais les éléments onomastiques sont trop ténus pour qu’on puisse établir un lien direct entre lui et les deux personnages évoqués ci‑dessus. Voir l’arbre généalogique des Banū l‑Mawṣalāyā, chrétiens convertis à l’islam (arbre 7‑2).

96 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 109 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 2, p. 489 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 35, p. 13.

97 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 122. C’est essentiellement Ibn al‑Aṯīr qui insiste sur le rôle du sultan dans cette affaire, les autres sources se contentant de mentionner la disgrâce du vizir puis son retour en poste.

98 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 335 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 322.

99 Il s’agissait, en effet, de la principale princesse portant ce titre présente à Bagdad à cette période. Deux ans auparavant, en 448/1056, la même Ḫātūn s’était opposée à l’imposition du signe distinctif aux ḏimmī‑s de Bagdad, bien que l’ordre provînt du sultan Ṭuġril Beg en personne (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 6).

100 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 30.

101 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 92. Ces événements, qui se rapportent à l’année 461/1069, ont été détaillés au chapitre 2.

102 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 140.

103 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 141.

104 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 152.

105 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 61. Voir la note 3 à propos d’Ibn Faḍlān, identifié par G. Makdisi comme un banquier juif.

106 Localité située à deux parasanges (environ 10 kilomètres) au sud de Bagdad, sur la route de Kufa (Yāqūt, Muʿǧam al‑buldān, t. 3, p. 401, article « Ṣarṣar »).

107 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 70 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 15, p. 782‑783. Le kurr était une mesure de céréales, correspondant à un peu moins de trois tonnes.

108 Tableau 7‑5, l. 2.

109 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 358‑359 ; al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 24 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 114.

110 Voir notamment les versions d’Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 358‑359, et Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 114.

111 Al‑Muntaẓam, t. 16, p. 205‑206 (qui donne la lecture al‑Širāʾī) ; sur ces événements, voir aussi Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 421‑422, et Ibn Kaṯīr, al‑Bidāyawa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 73.

112 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 466.

113 Ibn al‑Ǧawzī rapporte l’événement sans en préciser la cause (al‑Muntaẓam, t. 16, p. 295 et 301).

114 Jews in the Economic and Political Life of Mediaeval Islam, 1937.

115 Voir l’arbre généalogique des Banū l‑Ṣābiʾ, kātib‑s d’origine sabéenne (arbre 7‑3). Sur les fonctions des Banū l‑Ṣābiʾ à Bagdad à l’époque de la domination bouyide, voir J. Donohue, The Buwayhid Dynasty in Iraq, p. 187.

116 Tableau 7‑2, l. 1.

117 À propos de ces ouvrages, voir la présentation des sources au chapitre 1.

118 Tableau 7‑2, l. 8.

119 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 275, notice n° 3583.

120 Tableau 8‑2, l. 17.

121 Ibn al‑Dubayṯī, Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Bagdad, t. 1, p. 173, notice n° 82, et Ibn al‑ʿImād, Šaḏarāt al‑ḏahab, t. 6, p. 348.

122 Min bayt ahl faḍl wa‑ʿilm wa‑kitāba ; Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 4, p. 500, notice n° 2393 (Abū Manṣūr ʿAlī ibn al‑Anbārī, m. 578/1182). Voir l’arbre généalogique de la famille des Banū l‑Anbārī, kātib‑s du dīwān al‑inšāʾ (arbre 7‑4).

123 Tableau 7‑5, l. 21.

124 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 57, notice n° 4250.

125 Tableau 7‑2, l. 64.

126 Kāna muqaddaman, ḏā ḥišma wa‑ǧāh ; Ḏayl taʾrīḫ Baġdād, éd. Beyrouth, t. 2, p. 39, notice n° 463.

127 Tableau 7‑2, l. 67.

128 En 500/1107, à Ispahan, le sultan seldjoukide fit crucifier son vizir en même temps qu’un groupe de kātib‑s d’élite (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 100).

129 En 451/1059, al‑Basāsīrī extorqua plusieurs milliers de dinars aux kātib‑s du calife et au vizir (Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 68). Un siècle plus tard, en 563/1167, fut démis le vizir du calife, Ibn al‑Baladī, qui s’était montré injuste et avait, entre autres, infligé des taxes ou confiscations (muṣādarāt) aux kātib‑s et aux percepteurs (ʿāmil, pl. ʿummāl) (ibid., éd. Hyderabad, p. 271).

130 Dans le deuxième tiers du vie/xiie siècle, le poète bagdadien Abū l‑Fatḥ ibn al‑Taʿāwīḏī (m. 584/1188 ; tableau 8‑2, l. 33), fils d’un mamelouk de l’ustāḏ al‑dār, était kātib au dīwān chargé de l’administration des muqāṭaʿāt (ou iqṭāʿ‑s). Ses biographes précisent qu’il recevait, pour sa fonction, un salaire (rātib) qui lui était versé par le dīwān. À la fin de sa vie, il devint aveugle. Il demanda alors que son salaire continuât d’être versé à ses enfants, et écrivit une qaṣīda au calife al‑Nāṣir dans ce but, arguant de sa famille nombreuse et affamée. Il se plaignait également que cette pension lui soit versée en mauvaise farine (Yāqūt, Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 5, p. 365, notice n° 884).

131 Le salaire mensuel signalé par Yāqūt en rémunération de la fonction de kātibal‑sikka exercée par Abū Saʿd ibn Ḥamdūn était de dix dinars (Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 3, p. 1012, notice n° 353).

132 La kātiba Fāṭima bint al‑Aqraʿ (m. 480/1087 ; tableau 15‑3, l. 16), réputée pour ses talents de calligraphe, reçut mille dinars du vizir du sultan ʿAmīd al‑mulk al‑Kundurī, pour une page de sa main qu’elle lui avait offerte (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 272, notice n° 3579, et Yāqūt, Muʿǧam al‑udabāʾ, t. 4, p. 537, notice n° 708).

133 Le kātib Abū l‑Qāsim ibn Bayān (m. 510/1116), essentiellement connu pour son rôle de grand muḥaddiṯ, réclamait un dinar par assistant lorsqu’il transmettait le ḥadīṯ (Ibn al‑Dimyāṭī, al‑Mustafād, t. 21, p. 134, notice n° 137).

134 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 114, parmi les événements de l’année 454/1062.

135 Soit 36 %. Cette proportion devait être nettement plus faible, car la plupart des kātib‑s ne sont pas signalés par les sources.

136 Voir le tableau 7‑2 : « Principaux employés des dīwān‑s et fonctionnaires abbassides (hors vizirs et nāʾib‑s) ». L’étude qui suit concerne exclusivement les hauts fonctionnaires abbassides. Les personnels sultaniens, s’ils n’étaient pas dépourvus d’influence à Bagdad, étaient tous étrangers à la ville. Ils provenaient majoritairement des provinces orientales (Ispahan, Tus et Kharezm), et la plus grande partie de leur carrière se déroula dans les administrations seldjoukides de ces mêmes provinces ; leur présence à Bagdad était temporaire et ils ne peuvent, à proprement parler, être considérés comme des élites locales. Certains de ces personnages influents, qui jouèrent un rôle important dans la vie urbaine, sont évoqués aux chapitres 14 (contrôle urbain) et 15 (mécénat et fondations). Les 11 d’entre eux les plus fréquemment cités sont recensés dans le tableau 7‑3 : « Principaux personnels politico‑administratifs seldjoukides mentionnés dans la vie bagdadienne (hors šiḥna‑s) ».

137 Sur les familles de hauts fonctionnaires, voir le chapitre 12.

138 Voir le tableau 7‑4 : « Carrières politico‑administratives d’après les sources biographiques ».

139 Sur la restitution du titre de vizir du calife, voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 100 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 379‑380. Sibṭ ibn al‑Ǧawzī précise que le vizir avait pour rôle d’être l’intermédiaire entre le calife et ses sujets (Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 115).

140 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 115.

141 Tableau 7‑5, l. 1.

142 Tableau 7‑5, l. 4.

143 Ce groupe de 36 personnages comprend 13 individus qui exercèrent la fonction de nāʾib, mais ne devinrent jamais vizirs, et 23 vizirs, dont six avaient auparavant été nommés nāʾib‑s, et 17 furent directement nommés vizirs. Voir le tableau 7‑5, « Vizirs et nāʾib‑s de vizirs des califes abbassides de la période seldjoukide ».

144 Tableau 7‑5, l. 3, 11, 16, 26.

145 Tableau 7‑5, l. 15 et 22.

146 Ainsi, en 512/1118, à la mort du calife al‑Mustaẓhir, le qāḍī l‑quḍāt Abū l‑Ḥasan ʿAlī al‑Dāmaġānī fut chargé de recevoir la bayʿa à la place du vizir. Le nouveau calife al‑Mustaršid, à peine intronisé, démit le qāḍī l‑quḍāt du poste de nāʾib du vizir, pour nommer au vizirat le fils du vizir du sultan Maḥmūd, Abū Šuǧāʿ Muḥammad, alors âgé de 20 ans (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 162‑163 ; d’après Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, le nom du jeune vizir était Abū Manṣūr ibn Abī Suǧāʿ : Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 2, p. 653).

147 Le terme ḫidma, « service, travail au service de quelqu’un », ou plus exactement l’expression al‑ḫidma al‑šarīfa, « le noble service », désignait le service du calife, tant privé au sens actuel du terme que « public » ou administratif. Le sultan seldjoukide lui‑même devait signifier son obéissance au calife, d’une part en lui prêtant le serment d’allégeance ou bayʿa, et d’autre part en l’assurant de sa participation à sa ḫidma. Le sultan Malik Šāh dut ainsi garantir, en 480/1187, au calife al‑Muqtadī qu’il se trouvait bien dans sa ḫidma, c’est‑à‑dire qu’il n’œuvrait pas contre les intérêts abbassides (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 270). En 568/1172, le zankide Nūr al‑dīn envoyait un émissaire à Bagdad pour assurer le calife de sa ḫidma et lui demander une investiture officielle pour les régions qu’il gouvernait de fait (Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 10, p. 49). Sur la notion de ḫidma à l’époque seldjoukide, voir A. Jurado Aceituno, La « Hidma » selyuquí : la red de relaciones de dependencia mutua, la dinámica del poder y las formas de obtención de los beneficios, Universidad Autónoma de Madrid, 1994 (thèse de doctorat, inédite).

148 En 465/1073, la séance de condoléances tenue au Dār al‑Ḫilāfa suite au décès du sultan Alp Arslān fut présidée par le vizir Faḫr al‑dawla (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 145). Deux ans plus tard, le même vizir, secondé par son fils, dirigeait les condoléances en l’honneur du calife al‑Qāʾim (ibid., t. 16, p. 163 ; al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 53-54 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 48).

149 Pour un exemple, voir Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 114.

150 Le même Faḫr al‑dawla fut chargé par le calife al‑Muqtadī d’aller demander la main de la fille du sultan Malik Šāh en 474/1081 (Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 425‑426 ; al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 72 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 227 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 32, p. 11 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 79).

151 En 488/1095, le calife al‑Mustaẓhir ordonna à son vizir Abū Manṣūr ibn Ǧahīr d’entreprendre le tracé d’un rempart (sūr) au Ḥarīm, sur la rive orientale de Bagdad (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 16‑17 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 506 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. 235).

152 Comme ce fut le cas en 487/1094, lorsque le calife al‑Mustaẓhir, qui venait de succéder à son père, autorisa son vizir Ibn Ǧahīr à disposer comme il le souhaitait de l’argent du Trésor (al‑ḫaẓāʾin) (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 12).

153 Le vizir, traditionnellement, dirigeait les cortèges chargés d’accueillir solennellement le sultan ou ses envoyés lors de leur arrivée à Bagdad, ou de les raccompagner lors de leur départ. Les sources historiographiques mentionnent à 22 reprises ce type d’accueils menés par le vizir du calife ; sur ces 22 mentions, 15 concernaient la seconde moitié du ve/xie siècle (entre 447/1055 et 493/1100) et les sept autres s’échelonnaient entre 513/1119 et 550/1155.

154 Le vizir Ibn al‑Baladī se rendit ainsi à Hilla, en 564/1168, afin d’inspecter la région et d’en apprécier l’état (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 183).

155 Comme ce fut régulièrement le cas entre 517/1123 et 556/1161. Le vizir Ibn Hubayra est signalé à plusieurs reprises pour avoir dirigé les troupes abbassides : en 547/1152 contre le šiḥna seldjoukide réfugié à Hilla, en 551/1156 pour défendre Bagdad menacée de siège par Sulaymān Šāh, en 556/1161 contre les Banū Ḫafāǧa (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, respectivement t. 18, p. 84, 107 et 148 ; sur les derniers événements, voir aussi Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 451 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 401).

156 En 464/1071, le vizir Faḫr al‑dawla ibn Ǧahīr intervint dans une accusation de corruption dans les milieux judiciaires, qui le conduisit à s’opposer au qāḍī l‑quḍāt (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 140).

157 En 532/1137, le vizir ʿAlī b. Ṭirād al‑Zaynabī intervint, conjointement avec le šiḥna, contre un ʿayyār devenu trop puissant (Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 306).

158 Al‑Muntaẓam, t. 17, p. 312.

159 Pour un exemple d’affrontements entre chafiites et hanbalites à Bagdad, ayant entraîné l’intervention du vizir sur requête califale, voir les événements de l’année 469/1076 chez Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 182, et Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 206.

160 Voir, en 521/1127, l’intervention du vizir abbasside Ibn Ṣadaqa contre le wāʿiẓ ašʿarite Abū l‑Futūḥ al‑Isfarāʾīnī (Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 245 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 125).

161 Voir Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 358‑359, et al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 30, p. 278.

162 Ibn al‑Bannāʾ, « Journal », § 18 ; Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 106 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 381 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 154 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 15.

163 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 227 (qui indique le Khurasan comme destination du vizir déchu et de sa famille) ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 8, p. 430 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 236 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, t. 32, p. 16 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 85.

164 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 4 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 315 ; al‑Bundārī, Zubdat al‑nuṣra, p. 179.

165 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 16, p. 106‑107.

166 « Journal », § 18.

167 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. 336 ; Ibn Kaṯīr, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. al‑Turkī, t. 16, p. 172.

168 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 76.

169 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 100 ; Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 9, p. 111‑112 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 2, p. 465.

170 Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 140.

171 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 10, p. 29 ; Ibn al‑Furāt, Taʾrīḫ, p. 120.

172 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 197 ; Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 286 ; Ibn al‑Furāt, Taʾrīḫ, p. 187.

173 Ibn al‑Aṯīr, al‑Kāmil, t. 10, p. 61.

174 Al‑Muntaẓam, t. 16, p. 234.

175 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Ankara, p. 114.

176 Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. Hyderabad, p. 271.

177 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 17, p. 22, notice n° 3652, et Sibṭ ibn al‑Ǧawzī, Mirʾāt al‑zamān, éd. La Mecque, t. 1, p. 257.

178 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 119.

179 Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, t. 18, p. 125.

180 Respectivement tableaux 3‑1, l. 18 et 4‑2, l. 19. Sur les constructions dues aux vizirs abbassides de la période, voir aussi le tableau 15‑2, l. 11, 34, 39, 41 et 45.

181 Voir en particulier les analyses de Cl. Klausner sur la précarité du vizirat seldjoukide (The Seljuk Vezirate, en particulier chapitre 2‑i).

182 Voir le tableau 7‑6 : « Vizirs et nāʾib‑s de vizirs des califes abbassides (d’al‑Qāʾim à al‑Mustaḍīʾ), d’après les chroniques ».

183 Parmi ceux qui restèrent en poste plusieurs années, on peut citer ʿAmīd al‑dawla ibn Ǧahīr, qui exerça le vizirat pendant plus de huit ans sous al‑Qāʾim et al‑Muqtadī, de 472/1079 à 477/1084, puis de 484/1091 à 487/1094, et mourut en 493/1100 (tableau 7‑5, l. 7). Son fils Abū l‑Qāsim ʿAlī demeura lui aussi huit ans vizir sous le califat d’al‑Mustaẓhir, entre 496/1102 et 500/1106, puis de 502/1108 à sa mort en 508/1114 (tableau 7‑5, l. 10). Mais le vizir qui resta le plus longtemps en poste fut Ibn Hubayra, qui exerça sous le règne des deux califes al‑Muqtafī et al‑Mustanǧid, de 543/1148 à son décès en 560/1165 (tableau 7‑5, l. 23).

184 Voir le tableau 7‑7 : « Principaux lignages officiant dans l’administration abbasside à l’époque seldjoukide ». Ce tableau précise pour chaque lignage le nombre d’individus identifiés et le type de fonctions exercées (kātib‑s et employés de dīwān‑s, hauts fonctionnaires, vizirs, professions judiciaires, activités relevant du savoir traditionnel ou du soufisme). Pour montrer la longévité du lignage sur la scène politico‑administrative bagdadienne, le tableau indique les califes sous le règne desquels le premier et le dernier membre du lignage sont signalés en poste pour la période, ainsi que le nombre de générations ayant servi les califes et le nombre de califes servis par des membres du lignage.

185 Voir le tableau 7‑8 : « Principaux lignages de vizirs et de responsables de dīwān‑s abbassides (califats d’al‑Qāʾim à al‑Mustaḍīʾ) ».

186 Pour une analyse détaillée de l’histoire de ces familles, voir le chapitre 12.

187 Très exactement 62 personnages sur les 124 recensés : 34 des 88 hauts fonctionnaires n’ayant jamais exercé le vizirat, et 28 des 36 vizirs et nāʾib‑s de vizirs.

188 Voir leur arbre généalogique (arbre 12‑2) ainsi que les développements qui leur sont consacrés au chapitre 12.

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search