Version classiqueVersion mobile

Les élites bagdadiennes au temps des Seldjoukides

 | 
Vanessa Van Renterghem

Première partie. Figures de l’éminence sociale

Introduction de la première partie. Figures de l’éminence sociale

Texte intégral

1L’existence à Bagdad, entre le milieu du ve/xie et la fin du vie/xiie siècles, d’individus se distinguant par leur prestige et leur autorité sociale ne fait aucun doute à la lecture des textes d’époque. Ce phénomène n’est en soi caractéristique ni de Bagdad, ni de l’époque seldjoukide ; mais la composition de ces groupes élitaires, leur évolution au cours de la période et le rôle respectif qu’y jouaient les différents types d’individus composant la notabilité urbaine représentent autant de traits propres à la ville et liés au contexte politique, militaire et intellectuel créé par la domination seldjoukide puis par le rétablissement de l’autorité califale. Cette première partie a pour objectif de décrire ces groupes éminents et de retracer leur évolution. Les élites urbaines sont ici étudiées selon un découpage fondé sur l’exercice d’activités ou de professions, fidèle aux catégories proposées par les sources. Les ensembles ainsi présentés n’étaient pas toujours socialement homogènes, et le groupe composite des élites urbaines, entendu comme l’ensemble des individus les plus éminents et les plus influents, était constitué des individus les plus en vue de chacune de ces catégories.

2Les élites urbaines s’illustraient essentiellement dans trois domaines majeurs d’activité, tous trois cruciaux mais inégalement documentés : l’encadrement juridico‑religieux des populations, le service du pouvoir et les activités économiques. Le premier domaine englobe les autorités religieuses des différentes communautés représentées à Bagdad, musulmans, juifs et chrétiens (chapitre 2), les soufis qui en sont une déclinaison particulière dans l’univers musulman (chapitre 3), les élites savantes chargées d’élaborer et de transmettre le savoir traditionnel de l’islam (chapitre 4), mais aussi les juges et autres représentants des professions judiciaires (chapitre 5). Il regroupe ainsi des individus qui fondaient l’exercice de leurs activités sur leur formation en sciences traditionnelles. Tous n’étaient pas à proprement parler des élites, et il faut distinguer au cas par cas, parmi l’ensemble des muḥaddiṯ‑s, des soufis, des professeurs de madrasas, des juges et des témoins instrumentaires, quels étaient les individus véritablement éminents.

3Le statut matériel et social de ces personnages dépendait en partie du cadre dans lequel ils officiaient. Une attention particulière est en conséquence dévolue aux institutions au sein desquelles certains d’entre eux firent carrière, et à leur développement au fil de la période : les mosquées et oratoires de Bagdad sont évoqués dans le chapitre 2, les ribāṭ‑s dans le chapitre 3 et les madrasas dans le chapitre 4.

  • 1 Parmi les individus au service des Seldjoukides, seuls ont été pris en compte ceux qui ont résidé a (...)

4Le second domaine regroupe les personnages qui servaient l’un des deux pouvoirs dont l’autorité s’étendait sur Bagdad : le calife abbasside et le sultan seldjoukide 1. Les élites militaires comptaient parmi les personnages les plus puissants de l’époque ; elles ne jouissaient pas pour autant de la considération des populations locales, qui en critiquaient volontiers l’arbitraire et le despotisme (chapitre 6). Dans la sphère de l’administration civile s’illustraient les secrétaires des dīwān‑s califaux, les kātib‑s, que l’on ne peut considérer collectivement comme des notables, mais qui sont volontiers évoqués par certaines sources biographiques en raison de leurs compétences littéraires. En revanche, les hauts fonctionnaires des dīwān‑s, au sommet desquels se trouvait le vizir, bénéficiaient d’un grand prestige, cumulant richesse, influence politique, pouvoir décisionnel et accès aux puissants (chapitre 7). Ces deux chapitres ont également pour objectif, à travers l’étude prosopographique des élites, de retracer le renforcement des institutions administratives et militaires abbassides, élément essentiel du redressement califal du vie/xiie siècle. Le chapitre suivant se focalise sur la cour abbasside. Les califes étaient entourés d’individus chargés de les soigner, flatter, servir et distraire, dont certains, sous la figure de grands poètes, médecins ou courtisans, faisaient partie des personnalités influentes de la scène bagdadienne (chapitre 8).

5La troisième sphère, celle des activités économique, est moins bien documentée. Les dictionnaires biographiques évoquent un certain nombre de commerçants (tāǧir‑s) pour leur rôle dans la transmission du savoir traditionnel, mais détaillent peu leurs activités. Le grand nombre d’informations livré par Ibn al‑Bannāʾ sur le milieu des hanbalites de la rive orientale de Bagdad, en revanche, permet une étude de micro‑histoire au centre de laquelle figurent quelques éminents commerçants hanbalites, mécènes actifs de leur communauté (chapitre 9).

  • 2 19 des 2 639 personnages de la base de données (fondée sur le dépouillement de sources presque excl (...)

6Toute tentative pour décrire les élites bagdadiennes de la période étant tributaire des sources, l’image ainsi obtenue est nécessairement incomplète, faisant la part belle aux élites religieuses et politico‑administratives, aux dépens d’autres catégories dont le rôle n’était pas moins important, comme les commerçants. De même, s’il est aisé de recueillir des informations sur les élites sunnites, l’absence de source chiite locale laisse tout un pan de la population bagdadienne dans l’ombre. Quant aux chrétiens et aux juifs, seuls certains individus particulièrement influents, médecins, secrétaires ou dignitaires religieux, se frayent un chemin dans les sources d’époque 2. Leur faible représentation ne doit pas faire perdre de vue leur participation à la vie bagdadienne de l’époque. Cette sous‑représentation indique néanmoins qu’en dehors de certains milieux comme la cour abbasside, les membres des différents groupes confessionnels représentés à Bagdad – sunnites, chiites duodécimains, chrétiens nestoriens et jacobites, juifs – se côtoyaient relativement peu et étaient dotés de chances parfaitement inégales d’accéder aux places les plus en vues de la vie urbaine. Chaque communauté n’en produisait pas moins ses élites propres, auxquelles une place a été accordée : les élites religieuses nestoriennes et juives sont évoquées au chapitre 2, la présence de laïcs chrétiens et juifs dans l’administration et l’entourage abbassides aux chapitres 7 et 8.

7Enfin, il faut se garder de considérer les ensembles catégoriels ainsi décrits comme étanches les uns aux autres, absolument cohérents et strictement définis. Des relations transversales existaient entre ces sphères d’activité, et il n’était pas rare que les membres d’un même lignage s’illustrent dans des domaines aussi différents que le soufisme, le service des puissants, l’enseignement du fiqh ou la composition poétique ; seuls certains domaines tels que la médecine ou les professions militaires paraissent nettement séparés des autres. D’autre part, les ensembles ainsi définis ne formaient pas des groupes socialement homogènes, et étaient en permanence traversés de tensions et de luttes pour l’accès aux positions les plus éminentes. L’étude de la diversité interne et des dissensions qui se faisaient parfois jour à l’intérieur de ces groupes demeure, avec l’analyse des rapports que ces ensembles entretenaient entre eux, l’une des perspectives de recherche les plus fécondes de l’histoire des sociétés urbaines de l’Islam médiéval.

Notes

1 Parmi les individus au service des Seldjoukides, seuls ont été pris en compte ceux qui ont résidé au moins un temps à Bagdad.

2 19 des 2 639 personnages de la base de données (fondée sur le dépouillement de sources presque exclusivement sunnites) sont désignés comme chrétiens, contre deux juifs seulement ; encore ces deux derniers s’étaient‑ils convertis à l’islam. Parmi les chrétiens, 15 avaient étudié ou pratiquaient la médecine, et six occupèrent des fonctions de kātib dans l’administration califale ; cinq de ces 19 chrétiens se convertirent à l’islam.

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search