Version classiqueVersion mobile

Les élites bagdadiennes au temps des Seldjoukides

 | 
Vanessa Van Renterghem

Volume 1 : texte

Note préliminaire

Translittération, onomastique, calendriers, annexes

Texte intégral

Translittération

1Le système de translittération suivi est celui de la revue Arabica. Le cas échéant, les translittérations alternatives ont été conservées dans les titres d’ouvrages et les citations. En dehors de ces cas, l’alphabet arabe est translittéré de la façon suivante :

          ʿع          āا
          ġغ          bب
          fف          tت
          qق          ṯث
          kك          ǧج
          lل          ḥح
          mم          ḫخ
          nن          dد
          hه          ḏذ
          wو          rر
          yي          zز
          āى          sس
          ʾء          šش
    a / atة          ṣص
         ātاة          ḍض
          ṭط
          ẓظ

2Translittération des voyelles :

3Longues :        ا       ā       ي     ī        و     ū

4Brèves :         َ       a        ِ      i        ُ       u

5Diphtongues        يْ        َ        ay        وْ َ        aw

6Tanwīn        ً      an        ٍ         in        ٌ       un (en exposant)

7La hamza n’est pas transcrite en début de mot. L’article al‑ est lié par un trait d’union au mot déterminé et il n’est pas assimilé par les « solaires ».

8Les termes persans sont translittérés en respectant la vocalisation propre au persan (ex. Seyāsat‑nāmeh), mais dans un souci d’homogénéisation, la vocalisation des noms de personnes suit systématiquement la vocalisation arabe, même dans le cas où il s’agit de noms persans ou turcs (ex. Ṭuġril et non Tuğrul, Ṭuġrul, Ṭoğrül ou Ṭoġrıl) ; en revanche, l’orthographe turque usuelle a été conservée pour les noms des sultans les plus connus (ex. Alp Arslān pour la graphie arabe Alb Arslān, Beg pour Bak, etc.).

9Les termes arabes les plus courants, comme « cadi », « madrasa », « ulémas » ou « vizir », les noms de dynasties comme Abbassides, Seldjoukides ou Bouyides, les noms de lieux qui font l’objet d’une entrée dans les dictionnaires français (dictionnaire Robert, encyclopédie Larousse, Trésor de la langue française), sont indiqués sous leur forme francisée, sans italiques dans le cas des noms communs. Le terme ʿālim, au singulier, a cependant été utilisé de préférence à « un uléma ». Tous les termes transcrits de l’arabe sont en italiques : ribāṭ, dīwān, à l’exception des composantes des noms propres, titres honorifiques (laqab‑s) compris : Faḫr al‑dawla, Niẓām al‑mulk.

10Les termes arabes en italiques font l’objet d’une entrée dans le lexique fourni en annexe, en dehors de ceux qui ne sont cités qu’à une unique reprise dans l’ensemble du texte et sont alors traduits directement dans le passage en question. Pour simplifier l’accès au texte aux lecteurs non arabisants, les noms arabes au pluriel ont été rendus par leur forme au singulier, en italiques, suivie de ‑s : « les faqīh‑s » et non « les fuqahāʾ », les « wāʿiẓ‑s » et non « les wuʿʿāẓ », « les masǧid‑s » et non « les masāǧid ». Le pluriel arabe est cependant conservé lors de la translittération d’expressions ou de phrases complètes en arabe, pour préciser le vocabulaire au sein des passages traduits, et dans les noms de fonctions ou titres honorifiques (laqab‑s) comprenant un pluriel : Raʾīs al‑ruʾasāʾ, le qāḍī l‑quḍāt. Lorsqu’une forme composée est utilisée au pluriel, le ‑s n’est pas appliqué : les ustāḏ al‑dār abbassides, les naqīb al‑nuqabāʾ bagdadiens. Les termes collectifs qui ne sont jamais employés au singulier ou dont le sens diffère au singulier et au pluriel ont été translittérés sous leur forme au pluriel : les ʿawāmm, les aʿyān, les hauts fonctionnaires (arbāb al‑dawla), le genre littéraire des ṭabaqāt.

11Les noms de mois ont été laissés sous leur forme arabe dans l’indication des dates. En dehors de ce cas, le mois de ramadan se trouve sous son orthographe française ; on lira donc « au mois de ramaḍān 458/juillet 1058 », mais « les festivités de ramadan ».

12Sauf précision contraire, toutes les traductions de l’arabe sont de moi.

Noms de lieux et d’institutions

13Les noms de villes, d’éléments géographiques et de régions ont été orthographiés selon l’orthographe française lorsqu’elle existe, en translittération lorsque ce n’est pas le cas. Lorsque deux orthographes francisées existent, la plus proche de la forme arabe a été adoptée (ex. Khurasan plutôt que Khorasan pour Ḫurāsān). Pour les noms de lieux, y compris iraniens, la vocalisation arabe a été privilégiée sur la vocalisation persane en raison de la nature des sources utilisées, essentiellement écrites en arabe. Les principales sources de vocalisation des noms de lieux sont le Muʿǧam al-buldān de Yāqūt et le Kitāb al-ansāb d’al-Samʿānī.

14Lorsqu’un terme ou une locution désigne une structure ou une institution, il est transcrit en italiques, sans majuscule ; lorsque le même terme désigne un lieu connu à Bagdad, il est transcrit en lettres romanes, avec une majuscule. « Le mašhad d’Abī Ḥanīfa » désigne ainsi le mausolée du faqīh hanafite, tandis que « Mašhad Abū Ḥanīfa » désigne le quartier environnant cette structure, au nord de la rive orientale.

15Les institutions de Bagdad (mosquées, madrasas, ribāṭ‑s…) sont la plupart du temps désignées par la nisba de leur fondateur ou par le nom d’un personnage célèbre y officiant ou l’ayant fondé. Dans le premier cas, l’article al‑ est omis : la madrasa Niẓāmiyya (fondée par Niẓām al‑mulk), le māristān ʿAḍudī (fondé par ʿAḍud al‑dawla). Le second cas est rendu par « le ribāṭ de Bahrūz » ou « la madrasa du sultan ».

Onosmatique

16Les noms de personnes sont entièrement translittérés. L’indication bn (« fils de ») est rendu par l’abréviation b., l’indication ibn (« fils ou descendant de ») laissée telle quelle, en minuscules : Abū Manṣūr ibn Yūsuf (de son nom complet : Abū Manṣūr ʿAbd al‑Malik b. Muḥammad ibn Yūsuf). La majuscule est rétablie dans le cas d’une šuhra : Ibn al‑Muhtadī, Ibn al‑Muslima, Ibn Ǧahīr. La nisba professionnelle est rendue en italiques sans majuscule, sauf dans le cas où elle était devenue le nom sous lequel le personnage était connu (šuhra) : un ḫaṭīb de mosquée, un tailleur (ḫayyāṭ), mais al‑Ḫaṭīb al‑Baġdādī, Abū Manṣūr al‑Ḫayyāṭ.

17L’onomastique arabe, complexe, livre jusqu’à six composantes distinctes du nom d’un individu (kunya, ism, nasab, nisba, šuhra, laqab : voir le lexique des termes arabes dans le volume 2), qui peuvent être combinées de diverses manières. Dans les sources, en fonction des auteurs et des contextes, le même personnage est tantôt désigné par son titre honorifique (laqab), tantôt par sa kunya suivie d’éléments de son nasab, tantôt par une šuhra. D’autre part, les homonymes sont fréquents, au sein d’une même famille notamment. L’index des noms de personnes contenu dans le volume 2 tient compte de ces difficultés. Les personnages y sont classés selon leur nisba ou leur šuhra, suivie de la kunya et du ism, ainsi que du laqab éventuel, et des renvois sont systématiquement effectués à partir du laqab. La date de mort est indiquée pour distinguer entre eux les cas d’homonymie. Dans le texte du volume 1 comme dans les tableaux prosopographiques du volume 2, des variantes onomastiques peuvent apparaître. Elles sont en grande partie élucidées par les index, auxquels le lecteur est invité à se reporter.

Calendriers

18Afin de s’inscrire dans la chronologie d’une histoire islamique telle qu’elle est établie par les sources, sans pour autant priver le lecteur des repères de l’histoire occidentale, les dates sont systématiquement indiquées de façon double : d’abord l’année hégirienne, suivie de l’année du calendrier grégorien correspondant. Par souci d’allégement, seule l’année du calendrier grégorien correspondant au début de l’année hégirienne est indiquée (année grégorienne en cours au premier muḥarram de l’année hégirienne), sauf lorsque la date hégirienne fournie permet, par l’indication du mois par exemple, une plus grande précision dans la conversion. L’ordre des mois du calendrier hégirien est le suivant : muḥarram, ṣafar, rabīʿ 1, rabīʿ 2, ǧumādā 1, ǧumādā 2, raǧab, šaʿbān, ramaḍān, šawwāl, ḏū l‑qaʿda, ḏū l‑ḥiǧǧa.

19Certaines dates d’édition d’ouvrages publiés en Iran sont indiquées en années de l’hégire solaire (h. š.), suivies de l’année correspondante de l’ère commune.

20Dans les tableaux en annexe, sauf exception mentionnée, toutes les dates sont données selon le calendrier de l’hégire (lunaire).

Annexes

21Cet ouvrage se compose de deux volumes, dont le second est entièrement consacré aux annexes. Il contient une présentation de la base de données prosopographique sur le dépouillement de laquelle une grande partie des analyses de l’ouvrage sont fondées, 21 cartes thématiques de Bagdad, 9 graphiques, 52 tableaux prosopographiques et thématiques, 34 arbres et schémas généalogiques, ainsi qu’un lexique, plusieurs index (noms de personnes, noms de lieux, lieux et institutions de Bagdad, index thématique), la bibliographie et une table des matières détaillée du volume 1. Les cartes ont été réalisées par moi‑même, avec les précieux conseils de Cyril Yovitchitch. Le fonds de carte vectoriel a été dessiné par Feral Erkol. Les index ont été réalisés en collaboration avec Arnaud Chabrol.

22Pour simplifier la lecture et alléger les notes, les références bibliographiques concernant la plupart des personnages évoqués dans le volume 1 ont été indiquées sous une forme abrégée dans les tableaux prosopographiques, qui regroupent les individus par domaine d’activité ou en fonction de caractéristiques déterminées (appartenance hachémite par exemple). Ces tableaux recensent plus de 1 000 des 2 639 personnages rassemblés dans la base de données. Le texte renvoie en note à la ligne du tableau où se trouvent ces références bibliographiques. On trouvera la liste des tableaux en annexe, ainsi que l’index des noms de personnes et la liste des abréviations renvoyant aux sources.

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search