Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (volume 1 : synthèse)

 | 
Justine Gaborit

Chapitre II - Sources textuelles et documentaires

Texte intégral

Les sources antiques

  • 1 Cf. infra, annexes 1 et 2.

1Parmi les sources littéraires qui nous renseignent sur l’histoire du Moyen-Euphrate ou qui mentionnent des toponymes, les listes de Pline, de Ptolémée et surtout les itinéraires de la Table de Peutinger et d’Isidore de Charax se prêtent le mieux à l’établissement de tableaux de concordance1. La spécificité de chaque auteur apparaît clairement lorsqu’on recoupe toutes les mentions d’un même toponyme. Cette confrontation est, en définitive, très productive, même si elle semble, dans un premier temps, révéler des contradictions irréductibles d’un texte à l’autre et compromettre les chances de parvenir un jour à une localisation certaine. En fait – et les péripéties de l’identification de Zeugma avec le site de Belkıs en sont un exemple flagrant –, l’harmonisation des versions, toujours possible, a plus souvent suivi la confirmation archéologique qu’elle ne l’a précédée. La très grande variété des documents requiert une présentation chronologique et typologique (documents officiels, histoire, géographie, littérature, philosophie) qui met en évidence l’utilisation probable d’ouvrages hellénistiques comme source commune aux écrits postérieurs. Il faut cependant, chaque fois, faire une distinction entre les mentions ponctuelles d’événements survenus dans la région ou dans une ville du Moyen-Euphrate, et les longs développements historiques ou descriptifs, qu’on peut traiter de manière presque autonome, tant le cadre géographique y joue un rôle important. Les premières fournissent des renseignements isolés, amenés par divers contextes généraux, tandis que les seconds livrent un ensemble d’indications interdépendantes et cohérentes. Le corpus des sources antiques soulève certains problèmes plus généraux : la catégorie littéraire à laquelle appartient une œuvre, et les lacunes ou les contradictions internes des textes montrent la difficulté d’exploiter ces mentions sans les rééquilibrer à l’aide des données archéologiques. Les documents issus du corpus épigraphique de la région contribuent ponctuellement à la connaissance des localités du Moyen-Euphrate et à la localisation des toponymes répertoriés.

Époques classique et hellénistique

  • 2 Sartre 2001, p. 26-27.

2À la rareté des sources littéraires conservées pour la Syrie séleucide2, on doit ajouter la part mineure occupée par la Syrie intérieure et la Mésopotamie dans les événements politiques et historiques, en comparaison avec l’activité des cités côtières et des centres babyloniens. De la conquête d’Alexandre, par exemple, un seul toponyme, Thapsaque, a été retenu et les sources plus tardives mentionnant ce point de traversée ont servi à proposer des localisations très variées.

Les témoins de la conquête et l’exploration géographique

3L’expédition d’Alexandre, décisive pour la connaissance géographique et ethnographique de l’Orient, a fourni matière à rédaction pour de nombreux ouvrages, ajoutant les nouveaux territoires conquis au domaine d’investigation des géographes et historiens grecs. Notre connaissance en est, cependant, partielle et indirecte, car elle est tributaire de mentions ou de citations, parfois très longues, chez des auteurs qui, aux siècles suivants, ont démarqué les sources hellénistiques. Cette pratique nous prive aussi d’indications précieuses sur les documents de travail et l’origine des données qui ont servi aux savants hellénistiques. En dépit des efforts de la critique moderne pour sauver de l’oubli ces ouvrages fondamentaux et des résultats auxquels elle est parvenue, nos remarques restent conjecturales, d’autant plus que nous les abordons d’un point de vue particulier et concret.

  • 3 Cf. Pédech 1984.
  • 4 Cf. présentation dans Historiens d’Alexandre, p. 238-275.
  • 5 Ibid., p. 124-235.
  • 6 Ibid., p. 366-453.
  • 7 Fragment cité par Strabon (XVI, 1, 9), traduction J. Auberger ; cf. Historiens d’Alexandre, p. 440- (...)
  • 8 Arrien, VII, 19, 2-5.
  • 9 Strabon, XVI, 1, 9-11.
  • 10 Arrien, VII, 19, 4.
  • 11 Source démarquée par Polybe, cf. Polybe, fragments du livre IX.

4S’il convient, en premier lieu, de citer quelques-uns des historiens « compagnons d’Alexandre »3, c’est en considération non pas de la biographie du conquérant, dont la présence sur les rives du Moyen-Euphrate est liée au seul nom de Thapsaque, mais des digressions à caractère géographique des récits de ces savants. L’exploration des routes maritimes du Golfe et de l’Inde a pour objet la quête d’informations inédites et pour ambition, caractéristique de l’esprit hellénistique, de dresser un inventaire du monde habité. Si les contributions géographiques de l’Éducation d’Alexandre d’Onésicrite4 ou du Périple en Inde de Néarque5 sont importantes, ce sont les fragments de l’Histoire d’Alexandre transmis par Strabon et Arrien que l’on exposera ici, car ils montrent un intérêt tout à fait utile, de la part d’Aristobule de Cassandreia (370-280)6, pour le régime et l’exploitation des fleuves en Mésopotamie. Cet auteur introduit une comparaison, devenue classique par la suite, entre le Tigre et l’Euphrate et constate le faible débit de l’Euphrate en fin de course, en raison des très nombreux canaux d’irrigation que le fleuve alimente. Aristobule mentionne également les aménagements d’Alexandre, à Babylone, destinés à régulariser le cours des deux fleuves, et plus particulièrement celui de l’Euphrate, qui inonde la région de Babylone par la violence de ses crues d’été : « L’Euphrate est en crue au début de l’été ; il a commencé à gonfler au printemps, à la fonte des neiges de l’Arménie. Si bien que fatalement il forme des lacs et recouvre des terres, à moins qu’on ne détourne par des fossés et des canaux l’excès du courant et toute l’eau qui déborde, comme on le fait en Égypte pour le Nil »7. C’est encore par Aristobule – à travers une longue citation de cet auteur chez Arrien8 et Strabon9 – que nous apprenons qu’Alexandre fit venir sa flotte de Phénicie : soit « deux quinquérèmes phéniciennes, trois quadrirèmes, douze trirèmes et trente « τριαχοντόρια » qui sont apportées en pièces détachées jusqu’à la cité de Thapsaque »10 et qui, une fois remontées, descendent l’Euphrate jusqu’à Babylone. C’est là que Néarque s’embarque pour gagner le Golfe. On retiendra donc d’Aristobule une attention louable au phénomène des crues11 et au régime hydraulique de l’Euphrate, mais aussi un témoignage sur la navigation de navires de gros tonnage sur le fleuve, ce qui n’était pas indifférent, au moment de l’ouverture d’une route maritime vers l’Inde.

La connaissance des nouveaux territoires

  • 12 Cf. Historiens d’Alexandre, p. 40-41.

5L’épopée d’Alexandre développe aussi un genre littéraire moins prestigieux, mais qui constitue, dans l’Antiquité, une documentation de première main : les Itinéraires. Conçus pour tenir le compte des étapes – les stathmoi – et des distances parcourues, les « Bématistes », ou arpenteurs, dont les noms nous sont parvenus sont au nombre de cinq : Baeton, Diognète, Philomidès, Archélaos de Cappadoce et Amyntas12. Cependant, la plupart des Itinéraires étaient anonymes, selon Strabon. Baeton aurait relevé les « Étapes de l’expédition d’Alexandre » depuis les Portes Caspiennes jusqu’en Inde, tout comme Diognète, avec les indications de distance. Le titre de l’ouvrage d’Amyntas, Étapes d’Asie / Ἀσίας Στάθμοι, annonce un itinéraire d’une importance égale en Asie. L’état des connaissances est resté longtemps incomplet, certaines distances, comme celle qui s’étendait entre Thapsaque et le Mont Taurus, n’étant pas encore connues à la fin du iiie s. De plus, il faut supposer que le décompte des distances entre chaque étape était probablement calculé d’après la durée du trajet. Cette pratique laisse une certaine marge d’inexactitude dont le lecteur moderne doit rester conscient.

  • 13 Strabon, II, 1, 23-30.

6Au iiie s. av. J.-C., une étape capitale est franchie en matière de géographie, grâce aux travaux d’Ératosthène de Cyrène (275-192). On doit à ce savant, qui fut aussi précepteur de Ptolémée IV Philopator et directeur de la bibliothèque d’Alexandrie, une nouvelle méthode cartographique fondée sur la division géométrique du monde en sphargides, dont la forme est délimitée par des frontières théoriques ou naturelles, comme les fleuves ou les montagnes, et les mesures calculées à partir des distances entre divers points, d’après des données astronomiques et des mesures au sol. Au siècle suivant, la contribution d’Hipparque à la cartographie antique semble avoir été plus théorique : De la géographie d’Ératosthène démontre la nécessité d’établir sur la carte un quadrillage systématique, avec des intervalles constants de 7000 stades, et de recourir exclusivement aux données astronomiques. Hipparque critique donc les méridiens et les parallèles déterminés par Ératosthène, qui s’échelonnent de manière irrégulière et ont été calculés par des moyens empiriques. Par Strabon, nous savons qu’Hipparque essaya d’appliquer son raisonnement géométrique à la troisième sphargide orientale. La position du méridien qui passe par Thapsaque, par rapport à celui de Babylone, et les mesures des sphargides orientales constituaient des éléments importants de son argumentation. Il s’agit, pour Hipparque, de déduire mathématiquement les distances entre certains points, que l’inexactitude ou l’absence de relevés au sol invalidait chez Ératosthène13.

  • 14 Rostovtzeff 1941, p. 50-51 et p. 308-309.
  • 15 Ibid., p. 311 (ἐμπόρια) ; Rostovtzeff rappelle que ce type de taxes faisait également partie du rev (...)
  • 16 Ibid., p. 330 (πλοίων Εὐφράτου).

7Dans la lignée de cet inventaire des connaissances, il faut citer le second livre de l’Économie, les Oikonomika, sur l’importance duquel M. I. Rostovtzeff a beaucoup insisté14. Écrit sur le modèle des traités aristotéliciens, cet ouvrage est l’œuvre d’un auteur inconnu, contemporain des premiers Diadoques. Il présente, dans la préface, une « classification précise et exhaustive des principales formes d’organisation politique et économique » du début du ive s. av. J.-C. Cet exposé consacré au régime des monarchies orientales, au roi perse et aux satrapes, pourrait avoir servi de manuel pour l’élite dirigeante macédonienne. En tout cas, le système décrit est en adéquation avec l’héritage perse en Syrie séleucide, qui réserve au roi hellénistique la gestion des domaines royaux, la politique monétaire et le commerce extérieur. En revanche, le satrape gère les fiscalités (ce que rapportent les terres, le commerce, les péages terrestres, les impôts sur les transactions, le bétail et les impôts personnels). Il est important de retenir que la fiscalité sur le commerce comprenait les taxes sur les marchés et droits de douane prélevées à l’échelle de la satrapie15, ainsi que les revenus royaux sur les ports, la navigation sur l’Euphrate16 et l’utilisation des routes.

Histoire de l’empire séleucide : les sources de Strabon et de Pline

  • 17 Cf. Sirinelli 1993, p. 112, n. 2.

8En ce qui concerne la génération d’historiens qui prend pour sujet les règnes des premiers Diadoques, aucun des extraits conservés n’est en rapport avec l’Euphrate. Il convient, cependant, de dire un mot de Hiéronymos de Cardia (365-270), l’archiviste d’Alexandre17, dont l’Histoire des Diadoques est supposée traiter de la période immédiatement postérieure à la disparition d’Alexandre, jusqu’à la mort de Pyrrhos, en 272. Phylarque d’Athènes, son continuateur, couvre l’intervalle de 272 à 220 avec ses Histoires. Polybe et Plutarque, qui le mentionnent, l’ont accusé d’écrire l’histoire comme une tragédie. En fait, la littérature historique est marquée jusqu’au iie s. av. J.-C. par le genre biographique et la tradition des histoires merveilleuses, les mirabilia – chaque prince ayant, suppose-t-on, eu son biographe attitré –, mais elle reste une source directe ou indirecte pour tous les historiens postérieurs qui ont traité de cette période.

  • 18 Polybe, V, 43, 1.
  • 19 Polybe, IX, 9.

9Historien grec de la première moitié du iie s. av. J.-C., Polybe apporte des informations ponctuelles, mais essentielles à cette étude. Dans ses Histoires, qui couvrent la période qui va de 264 – avec le récit de la Première Guerre punique – à 146 av. J.-C., le livre V est consacré aux guerres des Séleucides. Concernant l’épisode de la révolte de Molon (221), l’auteur mentionne deux villes de l’Euphrate : Séleucie (Zeugma) et Europos (Doura). Cette dernière apparaît, sous sa dénomination grecque « Europos », comme la limite, en Parapotamie, de la reconquête contre le satrape rebelle (V, 49,16). Polybe situe à Séleucie-Zeugma la rencontre entre Antiochos III et sa future épouse, Laodicée, fille du roi Mithridate ; la ville est désignée par le toponyme de « Σελεύκεια ἐπὶ τοῦ Ζεύγματος / Séleucie sur le Pont »18. Quoique réduites, ces deux mentions sont importantes car elles attestent les noms usuels, à l’époque hellénistique, de ces deux villes, qui furent rebaptisées aux siècles suivants. Quant à la compétence de géographe de Polybe, elle s’exerce également au sujet de l’Euphrate, dont il décrit le régime hydraulique dans un fragment du livre IX. À la suite de Cyrène de Cassandreia, il constate le tarissement de son cours à Babylone. Il est, cependant, le premier à exprimer clairement le caractère nivo-pluvial de ce fleuve : « La raison de ces crues est qu’elles ne viennent pas des pluies mais de la fonte des neiges »19.

  • 20 Cf. Sirinelli 1993, p. 164-165.

10Un siècle plus tard, le philosophe Posidonios d’Apamée (130-40 av. J.-C.) s’est voulu l’héritier de Polybe20. En cinquante-deux livres, il reprenait le fil des Histoires à partir de la chute de Carthage, là où son prédécesseur s’était arrêté, et concluait sur une autre victoire romaine, l’annexion de la Cyrénaïque en 96 av. J.-C. C’est donc à lui qu’on doit les premiers renseignements sur les guerres entre Parthes et Royaumes syriens. Parmi les extraits de sa Geographia, qui nous sont parvenus indirectement, les plus longs développements concernent l’Espagne et la Gaule, alors que l’Orient devait compter parmi ses sujets d’étude. Tout d’abord, il en avait une connaissance personnelle, étant originaire d’Apamée sur l’Oronte ; ensuite, Strabon se réfère effectivement à cet auteur lorsqu’il dénombre quatre satrapies pour la Séleucie (livre XVI, 2, 4).

  • 21 Cf. Rostovtzeff 1941, p. 320 et p. 738.

11Si Posidonios a innové et a affiné les principes de l’analyse géographique, Artémidore d’Éphèse, à la fin du iie s. av. J.-C., passe pour avoir réalisé une gigantesque compilation de mesures, d’itinéraires et d’énumérations de lieux divers21. Les données réunies dans les onze livres des Graphoumènes ont alimenté les ouvrages de Strabon et de Pline et inspiré la plupart des dessinateurs de cartes de la période romaine, mais doivent être considérées, déjà, comme des indications de seconde main. Cette géographie de moins en moins descriptive se généralise et accroît la difficulté de se repérer dans un contexte géographique réduit, où les fleuves garderont, cependant, toujours une place importante. Un autre facteur d’imprécision réside dans la nécessité de convertir des unités de mesure, de passer en stades ou en milles romains, et de traduire, plus ou moins littéralement, des noms de lieux.

  • 22 Cf. Sirinelli 1993, p. 166.
  • 23 Diodore, II, 11.

12Les livres XVII-XX de la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile (90-20 av. J.-C.) et les fragments conservés des livres suivants retracent une partie de l’histoire du monde habité, de l’époque d’Alexandre à la Guerre des Gaules. Diodore cite longuement ses sources, dont Posidonios et Clitarque, sans toujours choisir entre elles22, et en juxtaposant parfois des épisodes contradictoires – ce qui a suscité un vif débat sur les sources du livre XVII, dédié à l’histoire d’Alexandre. Les cinq premiers livres, consacrés aux temps mythiques et préclassiques, présentent de nombreuses digressions géographiques, dont une présentation du cours de l’Euphrate et du Tigre qui se conclut, de manière assez originale, par une analyse du potentiel commercial de la Mésopotamie : « comme ces fleuves sont considérables et qu’ils parcourent une vaste étendue de pays, ils offrent de grandes facilités pour les relations commerciales ; aussi voit-on sur leurs rives de riches entrepôts, qui contribuent à la splendeur de Babylone »23. Les fragments des livres XVIII à XXXV constituent une source essentielle, bien que lacunaire, sur les règnes séleucides, les guerres de Syrie et les relations entre Rome et la Syrie après la Paix d’Apamée.

  • 24 Cf. Sirinelli 1993, p. 167.
  • 25 Cf. Sartre 2001, p. 22-23.

13L’œuvre d’Alexandre de Milet, dit Alexandre Polyhistor24, consacrée en grande partie à l’histoire locale des peuples d’Orient, nous fait d’autant plus défaut qu’elle a été peu reprise par les compilations postérieures. L’ouvrage de cet auteur sur la Syrie, Περὶ Συρίας, a néanmoins inspiré plusieurs notices des Ethnica de Stéphane de Byzance, comme celle sur Europos, qui, extraite de son contexte d’origine, devient assez obscure25.

Époque romaine

14La Syrie, annexée par Pompée en 64 av. J.-C., a retenu de façon constante l’attention des historiens et des géographes de Rome.

La connaissance de l’Orient sous Auguste

15Sous le règne d’Auguste apparaît le document de référence de tous les travaux cartographiques et géographiques des siècles suivants : la carte monumentale d’Agrippa, qu’Auguste fit peindre sur les murs du portique de Vispania. Ce modèle est copié et diffusé dans tout l’empire, mais il semble que peu d’auteurs en aient eu une connaissance directe ; en fait, ils consultent soit les Commentarii, rédigés par Agrippa mais conservés sous une forme inachevée parmi les documents impériaux (c’est ce qu’aurait fait Pline), soit des listes de mesures et de toponymes, qu’ils utilisent indépendamment de tout support graphique. Tout recours à l’œuvre d’Agrippa est par conséquent précieux : il apporte une information officielle – donc utilisée dans l’administration romaine – et précisément datée, dont on peut mesurer la postérité.

Les Stations parthes d’Isidore de Charax

  • 26 Cf. les études récentes de Chaumont 1984 et de Gawlikowski 1988. Il faut également consulter l’appa (...)
  • 27 L’auteur des Stations Parthes a ainsi été confondu avec le géographe Dionysius, « terrarum orbis si (...)
  • 28 Les arguments qui établissent la date de rédaction sont assez nombreux : M.-L. Chaumont considère c (...)
  • 29 Rostovtzeff 1937, p. 101.

16On ne sait si les Stations parthes d’Isidore de Charax26 étaient accompagnées d’une carte. L’ouvrage se présente sous une forme abrégée, peut-être issue d’une Description de la Parthie, dont le propos couvrait une aire géographique très étendue, puisque Pline se réfère au géographe sur les sujets les plus divers, l’Arménie, Rhodes ou les dimensions du monde27. Le souvenir de ce titre, Description de la Parthie, a été conservé par Athénée, qui le cite à propos des pêcheurs de perles du golfe Persique. Isidore de Charax a vraisemblablement vécu sous les règnes d’Auguste et de Tibère28. Ses informations seraient essentiellement reprises d’un document parthe du iie s., disparu ; cependant, son exposé comporte des éléments datables du ier s. av. J.-C., si bien qu’à l’instar de M. I. Rostovtzeff, on verra dans ce texte un « reflet de la situation du Moyen-Euphrate à la fin de la période hellénistique et au début de l’époque romaine »29. Les Stations parthes correspondent à la partie orientale d’un trajet qui menait vraisemblablement d’Antioche de Syrie à Séleucie du Tigre (fig. 33). La première station mentionnée, Apamée, se situe après la traversée de l’Euphrate ; à partir de là, la route quitte les bords du fleuve et se dirige vers la vallée du Balikh, qu’elle longe jusqu’à sa jonction avec l’Euphrate. Les stations suivantes, jusqu’à ‘Ana, s’échelonnent le long du fleuve.

Fig. 33 ‑ Localisation des étapes de la Route des Parthes

Fig. 33 ‑ Localisation des étapes de la Route des Parthes

Supra d’après M.-L. Chaumont (Chaumont 1984, p. 81) et infra d’après M. Gawlikowski (Gawlikowski 1988, p. 76).

17Toute la difficulté est de mesurer la véritable portée du texte. Il ne se réduit pas, en effet, à une liste de toponymes et de distances, mais est parsemé d’une foule d’indications en tout genre. Ses prétentions géographiques sont faibles, puisqu’il ne délivre presque aucun repère sur l’environnement régional ou la topographie d’une étape, en dehors d’indications sur les affluents de l’Euphrate. Comme source historique, il livre des informations cruciales, puisqu’il précise l’existence d’étapes royales achéménides et de fondations macédoniennes et donne les correspondances entre toponymes sémitiques et appellations grecques : Doura est appelée « Europos » par les Grecs et Charax Sidou, « Anthémousia ». Mais ces indications ne sont pas systématiques : Apamée est seulement qualifiée de polis, sans référence à ses fondateurs, au contraire de Nicèphorion et d’Ichnaï sur le Balikh, qui sont reconnues comme des villes grecques. On peut tenter de comprendre le sens de ces variations, et se demander ce qu’impliquent les diverses catégories de fondations reconnues par Isidore : Basileia est une fondation de Darius, la ville de Nicèphorion une fondation du roi Alexandre, et celles d’Ichnaï et de Doura sont attribuées aux Macédoniens. Enfin, il faut déterminer quelle valeur accorder aux termes « πόλις / ville », « κωμόπολις / bourg », « κώμη / village » et « ὀχύρωμα / établissement », par lesquels le texte caractérise certaines des agglomérations de l’Euphrate et qui peuvent guider l’identification des sites. Ce vocabulaire implique une hiérarchisation des localités selon leur superficie ou leur fonction ; on est tenté d’y voir l’équivalent de nos préfectures, sous-préfectures et communes, puisque Doura, qui est désignée comme « πόλις / polis », est le siège administratif du gouverneur parthe de la Parapotamie, d’après les documents archivistiques trouvés en fouille. La « κωμόπολις / komopolis » aurait des prérogatives moindres – tribunal ou police –, et la « κώμη / komè » dépendrait du territoire d’une komopolis.

  • 30 Cf. Arnaud 1986.

18Cependant, l’intérêt de toutes ces données dépend très clairement de la manière dont on considère les Stations parthes. S’agit-il, comme l’a suggéré P. Arnaud, d’une description de la vallée fluviale qui concerne indifféremment les villes des deux rives de l’Euphrate30, ou d’une liste au but pratique, qui pourrait avoir été destinée à des marchands empruntant la vallée ? Cette question, importante et récurrente dans les études qui ont été consacrées à Isidore de Charax, conditionne non seulement le sérieux des hypothèses d’identification, mais aussi l’interprétation des limites du district de Parapotamie. Le texte grec est constitué par une longue énumération d’agglomérations situées en Mésopotamie et en Babylonie, entre Apamée de l’Euphrate et Séleucie du Tigre. La partie du texte qui concerne le Moyen-Euphrate peut se diviser en trois segments : le premier traverse le plateau d’Édesse depuis Apamée sur l’Euphrate jusqu’aux sources du Balikh puis, en trois étapes, rejoint Nicèphorion sur l’Euphrate (environ 192 km). Le second longe la rive gauche de l’Euphrate entre ses deux affluents, le Balikh et le Khabour, en sept étapes (160 km). Le troisième comprend, depuis le Khabour, seulement trois étapes dans la région de Doura-Europos. Après la ville de départ, Apamée, l’auteur annonce l’étape suivante, Daiara, et la distance entre ces deux lieux, puis nomme une troisième étape, Charax Sidou, assimilée à Batnae/Sarouj, puis la distance entre Daiara et Charax Sidou, et ainsi de suite. Les distances sont en schoènes et seule la caractérisation rapide des étapes rompt la monotonie de l’énoncé. La difficulté de déterminer la valeur précise du schoène chez Isidore a gêné de nombreux commentateurs et entraîné des identifications erronées. Son calcul a varié entre 4,5 et 11 km. Certaines études s’attachent à respecter strictement les distances calculées par Isidore, tandis que d’autres s’en tiennent ouvertement à des approximations. On retiendra, avec M.-L. Chaumont, une valeur moyenne de 5,5 km pour 1 schoène. Pour la partie qui nous intéresse, entre Apamée et Merrhan, précisons que la formule du texte grec qui annonce la station suivante varie quelque peu : on trouve le plus couramment « εἶτα / ensuite », dans trois cas « ἔνθεν / de là », mais une seule fois « ἐνταῦθα / là », pour introduire le canal de Sémiramis. Parfois, la liaison entre deux stations est énoncée par un verbe : ἀπέχει ou παράκειται. L’auteur des Stations parthes semble soucieux de caractériser rapidement chaque étape. Certaines des informations fournies paraissent utiles à un voyageur : la présence du fleuve ou de ses affluents – le « ποταμὸς βάλιχα / fleuve Balikh » et le « ποταμὸς Ἀβούρας / fleuve Khabour » –, la présence d’un temple – le sanctuaire d’Artémis à Basileia et à Béonan – et l’importance ou le statut de l’agglomération. D’autres indications sont d’un intérêt plus général : on apprend qu’à Auureth, il y a une source dont les habitants se servent pour l’irrigation, ou qu’à proximité du canal de Sémiramis, l’Euphrate est obstrué par de gros blocs qui font échouer les bateaux l’été. De cette dernière précision, on a pu déduire qu’Isidore prenait en compte les possibilités de navigation, mais on verra qu’elle peut avoir une autre explication. D’un point de vue général, la brièveté de ce type de mentions et l’absence de référence aux populations des régions traversées éloignent définitivement le texte d’Isidore du genre des chorographies antiques. De plus, si l’itinéraire n’indiquait pas une route bien définie, on serait en droit de s’interroger sur la valeur à accorder aux indications de distance qui ponctuent chaque étape, car étant donné les sinuosités du fleuve ou les escarpements inégaux de chaque berge, les écarts de distance d’une rive à l’autre se trouveraient trop importants et invalideraient le compte précis des schoènes parcourus. En revanche, si on considère que les Stations parthes présentent des itinéraires terrestres, il faut admettre que l’énumération des agglomérations obéit à une cohérence et à une logique géographiques. Dans cette perspective, une étude critique du texte, qui comprend des ajouts et des corrections, est tout à fait légitime.

  • 31 Gawlikowski 1990, p. 81-83.
  • 32 Ibid., p 82, n. 24.

19Ainsi, M. Gawlikowski, dans son étude très aboutie sur les Stations parthes et la route de Julien31, reprend le décompte des schoènes et établit deux corrections importantes. La première, déjà proposée par L. Dillemann32, concerne les étapes qui longent le Balikh : « Mannuorra Auureth, lieu fortifié pourvu d’une source » pourrait correspondre en fait à deux étapes distinctes : Mannuorra, identifié à ‘Ain Al-‘Arous, et Auureth, à rapprocher de Auladin chez Ptolémée et de l’Aladin de la Table de Peutinger, la distance de 4 schoènes qui les sépare étant omise. La seconde correction concerne le segment qui passe dans la vallée de l’Euphrate : entre Thillada Mirrada et Basileia, la distance n’est pas notée. L’identification de Basileia avec le site de Zalabiya, proposée par P. Poidebard et reprise par M. Gawlikowski, permettrait de restituer cette distance manquante (33 km, soit 6 schoènes), en comparant le total des schoènes entre Nicèphorion et Basileia (9 schoènes, soit 49 km) avec la distance entre Nicèphorion/Raqqa et Zalabiya (83 km, soit 15 schoènes). Mais il faut souligner que cette identification présupposée de Basileia avec Zalabiya est infirmée par la chronologie du site, dont l’occupation n’est toujours pas attestée avant la période byzantine. En fait, cette localisation est motivée par la mention du canal de Sémiramis qui suit immédiatement la station Basileia, car, depuis la falaise de Zalabiya, on aperçoit, vers l’amont, les tourbillons formés par une accumulation de blocs de basalte qui encombrent le cours de l’Euphrate contre la rive droite du fleuve. Quant à la prise d’eau du canal, elle est située juste en aval du site. Le canal constituerait donc, dans le texte d’Isidore, moins une référence à la navigabilité de l’Euphrate qu’un repère géographique aussi évident que les confluences du Balikh et du Khabour. Ce détail implique également que la route suivie par Isidore emprunte le défilé du Khanouqa, au lieu de contourner cette masse volcanique par l’est.

  • 33 Phaliga à Al-Bousayra et Nabagath à Safât az-Zerr, cf. Monchambert 2003, p. 147.
  • 34 Monchambert 2003, p. 150-151.
  • 35 Dussaud 1927, p. 457, Chaumont 1984, p. 86, et Gawlikowski 1988, p. 83.

20Pour les autres segments de l’itinéraire, il est difficile de savoir à quelle distance du fleuve cheminaient les voyageurs. Une troisième lacune affecte le segment du trajet entre Phaliga et Asicha. Phaliga est située à 6 schoènes, soit à 33 km, de Beonan, alors que Nabagath est seulement présentée comme étant « à proximité » de Phaliga, sans indication de distance. Il est difficile de s’assurer que le décompte des schoènes vers l’étape suivante, Asicha, reprend bien depuis Phaliga, car ni la position de cette dernière ni celle de Nabagath sur le fleuve Khabour ne sont assurées. J.-Y. Monchambert a proposé de les distribuer de part et d’autre de la confluence du Khabour33, mais la logique du texte oppose clairement « Phaliga sur l’Euphrate » et « Nabagath sur le Khabour ». La station suivante, Asicha, pourrait se trouver en rive gauche, selon J.-Y. Monchambert34, ou en rive droite35, comme les étapes qui lui succèdent, Doura et Merrhan.

  • 36 Cf. les localisations proposées par C. Müller, GGM III, tab. 9-1 et infra p. 287 et fig. 111.
  • 37 Interprétation réfutée par J.-Y. Monchambert, qui préfère traduire « la rive en face des Romains », (...)
  • 38 Le sens distributif « en descendant, sur, en vue de » est attesté avec l’accusatif, au contraire de (...)

21Comme on le voit, l’identification de ces toponymes avec des sites archéologiques repose sur un certain nombre d’a priori : tout d’abord, il faut supposer que le compte des schoènes est valable et mesure réellement la distance entre deux points identifiés par lesquels passent les voyageurs. Enfin, il faut admettre que l’on traverse le Balikh, le Khabour et l’Euphrate à des points précis, desservis par un système de bacs, un pont de bateaux ou, moins probablement, par un gué. Le problème des points de traversée est donc à examiner de près. Le texte des Stations parthes n’est pas très explicite sur ce sujet : à l’exception du pont menant à Apamée, il n’indique aucun point ou mode de traversée entre les rives du Balikh, celles du Khabour ou celles de l’Euphrate. Dans la première édition critique du texte d’Isidore de Charax36, toutes les stations en aval de Nicèphorion avaient été perçues comme appartenant à la rive gauche. Le texte fait référence à un point de traversée après le Khabour : « c’est de là que traversent les armées vers la rive du côté des Romains », mais cette indication était comprise comme une traversée du Khabour. Puis, Doura ayant été identifiée avec les ruines de Salhiya, en rive droite, les données furent réinterprétées et toutes les stations en aval du Khabour furent recherchées en rive droite. Le point où « les armées traversent » a alors été compris comme l’indication d’un passage sur la rive droite de l’Euphrate37. La formule grecque « εἰς τὴν κατὰ ῾Ρωμαίους πέραν » peut, en effet, impliquer une idée de distribution38. Dans ce cas, il faut traduire « vers la rive par rapport aux Romains » ou « du côté des Romains ». Comme, à l’évidence, Isidore se réfère aux armées parthes, il est également plausible de restituer un mouvement de troupes qui descend le long du Khabour jusqu’à la confluence de l’Euphrate avant de passer en rive droite. M.-L. Chaumont a souligné la clarté avec laquelle une allusion de ce type pouvait résonner à l’oreille des contemporains d’Isidore, après plus d’un demi-siècle d’affrontement entre les deux empires. Nous pouvons donc en déduire que ce point de traversée militaire sur l’Euphrate était connu, mais le texte ne nous permet pas de déterminer s’il se trouvait en amont ou en aval du Khabour, ni s’il se confond avec l’endroit où les voyageurs qui empruntent l’itinéraire décrit par des Stations parthes changent également de rive.

  • 39 Gawlikowski 1988, p. 87.
  • 40 Chaumont 1984, p. 82.

22Une autre question est de savoir si le texte d’Isidore contient ou non une seconde allusion à la rive droite ; M. Gawlikowski39 soutient, contre M.-L. Chaumont40, que Galabatha, étape se trouvant à 22 km de Nicèphorion et associée par le texte à la Parapotamie, doit être située en rive droite. Cette interprétation repose sur l’argument selon lequel le district de la Parapotamie couvre uniquement la rive droite du fleuve. Les conséquences d’une telle hypothèse posent problème pour l’exploitation des Stations parthes : si Galabatha est située en rive droite, cela signifie que le texte fait référence à une localité qui n’appartient pas à l’itinéraire proprement dit. Pour intégrer cette étape en rive droite, il faudrait, en effet, restituer pas moins de trois traversées de l’Euphrate : une première en aval du Balikh, puis un retour en rive opposée avant la confluence du Khabour, avant de repasser sur la rive droite, par Doura-Europos. L’identification des deux étapes suivantes en aval de Galabatha et de Koumbané, Thillada Mirrada et Basileia, avec deux villes de Mésopotamie citées par Ptolémée, Thelda et Basileia, prouve, en effet, qu’à partir de la troisième étape en aval du Balikh, la route parthe emprunte la rive gauche au moins jusqu’à la confluence du Khabour. Un détour par la rive droite s’expliquerait d’autant plus difficilement que Galabatha est, selon Isidore, un village abandonné. On ne peut pas non plus considérer que Galabatha est seulement un point de repère situé de l’autre côté du fleuve car, dans cette partie assez élargie de la vallée, l’environnement rend très aléatoire la vision d’une rive à l’autre, à moins de se tenir sur un point élevé ou de suivre au plus près la rive, en dépit du cours sinueux du fleuve. Les seuls repères visibles dans ce secteur sont les pics volcaniques qui se dressent en rive gauche et les forteresses de Saffin et Nkheyla sur la falaise en rive droite. Mais le texte grec ne fait pas référence à un lieu fortifié. En revanche, si Galabatha se trouve en rive gauche, la cohérence de l’itinéraire et la fiabilité des distances données par le texte sont préservées ; l’itinéraire indique une possibilité d’étape à Koumbané, à un schoène d’un village abandonné. Dans cette perspective, le terme « Parapotamie », qui est énoncé dans le texte juste après l’adverbe de lieu, « ἔνθεν / de là », et juxtaposé au toponyme « Galabatha », annonce qu’ayant franchi le Balikh, le voyageur entre en Parapotamie. Les limites de la Parapotamie hellénistique ou arsacide ne peuvent être définies d’après le texte d’Isidore, mais l’appartenance ou non de Galabatha à la rive droite peut remettre en cause l’exploitation des Stations parthes, s’il est prouvé que certaines des localités citées n’appartiennent pas directement à la route des Parthes. Ce document est un des plus intéressants du corpus, en raison du croisement des données qu’il fournit avec les mentions de Pline et de Ptolémée et avec le dossier des parchemins et papyrus du Moyen-Euphrate. Il apporte des éléments à l’identification des toponymes et prouve une continuité certaine entre les périodes parthe et sévérienne dans la région.

La Géographie de Strabon

  • 41 Cf. Sirinelli 1993, p. 213-214.

23Érudit grec vivant à Rome, Strabon (64 av. J.-C.-24 apr. J.-C.) nous est connu par son œuvre géographique, bien qu’il fût aussi historien. Sa Géographie passe pour avoir été sans doute écrite pour l’information des gouvernants, peut-être pour l’empereur lui-même41. Les principales sources de Strabon sont hellénistiques. Le livre XVI (1-2), en particulier, doit beaucoup à l’œuvre d’Ératosthène. Strabon réfute les conclusions d’Ératosthène, ainsi que celles d’Hipparque, au livre II, au sujet du tracé du cours de l’Euphrate, exposé au livre XI (14, 8). La présentation du fleuve est morcelée, en raison de la composition de l’ouvrage, qui procède par unités régionales ou administratives. L’auteur étudie d’abord le cours général de l’Euphrate jusqu’au Golfe (XI, 12, 3), puis sa partie arménienne à travers le Taurus jusqu’à la Commagène (XI, 14, 1-2). On retrouve l’Euphrate au livre XVI, où Strabon aborde la description de la Syrie et de la Mésopotamie.

  • 42 Strabon, XVI, I, 10 : « μέχρι τοῡ ζεύγματος τοῡ κατὰ τὸν Εὐφράτην ».

24L’Euphrate et le territoire des Arabes Scénites en rive droite du fleuve sont donnés comme la limite orientale de la Syrie (XVI, 2, 1), la limite sud étant représentée par l’Arabie heureuse et l’Égypte. Dans les subdivisions générales de la Syrie, la Commagène et la Séleucide sont bordées par l’Euphrate. La division de la Syrie en quatre satrapies, reprise de Posidonios, complique encore davantage cette mosaïque administrative. L’une de ces satrapies, la Cyrrhestique, est dite limitrophe de la Commagène au nord, sans que soit précisée son extension à l’est. Cependant, il serait logique, si l’on compare avec les subdivisions régionales de Ptolémée, de penser que la Cyrrhestique est bordée par l’Euphrate. En tout cas, il est difficile de situer sa limite sud sur l’Euphrate et de préciser ses relations avec la Parapotamie. Si l’on renverse l’ordre méditerranéo-centriste de cette présentation et si l’on part de l’Euphrate, on constate que la rive droite comporte, au nord, l’hyparchie de Commagène, jusqu’à Zeugma (XVI, 1, 22), et la satrapie de Cyrrhestique ; en aval, il y a la Parapotamie, distincte du territoire des Arabes Scénites et de l’Arabie heureuse. La Parapotamie est située par Strabon comme un des territoires à l’est de l’Apamène. Mais aucune mention de Strabon ne permet de préciser la limite entre ces deux régions. Ce tableau est d’autant plus difficile à dresser que Strabon ne cite que quatre localités de l’Euphrate : Samosate, Séleucie-Zeugma, Thapsaque et Nicèphorion. Encore cette dernière est-elle mentionnée dans la description de la Mésopotamie, parmi les villes de Mygdonie, à l’instar de Carrhes, qui conduit au rappel de la désastreuse défaite de Crassus. Quant à la Mésopotamie, elle est d’abord citée parmi les pays qui composent l’Assyrie (XVI, 1, 1). Elle est divisée en deux cantons qui sont définis non plus en termes géographiques mais par leurs populations, les Gordyéens et les Mygdons de Nisibe. Sa limite occidentale est fixée par rapport au zeugma (pont) de l’Euphrate42. La description de l’Assyrie par Strabon est ici aussi bien ethnographique que politique, puisqu’il y associe, outre la Babylonie et la région environnante jusqu’à Ninive, les régions au-delà de l’Euphrate habitées par les Arabes et une partie des Syriens et s’étendant jusqu’à l’Égypte. Le terme « Mésopotamie » est donc employé dans un sens géographique, pour désigner les terres entre l’Euphrate et le Tigre, ainsi que dans un sens politique, pour isoler une subdivision régionale distincte de la Babylonie. Sur les rives de l’Euphrate, Strabon mentionne également Nicèphorion, à la suite de Carrhes, comme étant au nombre des villes de Mygdonie (XVI, 1, 23).

  • 43 Strabon, XVI, I, 22 : « τὸ δ´ἀπὸ τοῦ κατὰ Κομμαγηνὴν ζεύγματος ».
  • 44 XVI, II, 3 : « τὸ ζεῡγμα τοῡ Εὐφράτου· κατὰ τοῡτο δὲ Σελεύκεια ἵδρυται φρούριον τῆς Μεσοποταμίας πρ (...)
  • 45 Dobias 1925.
  • 46 Cumont 1917, p. 119-141.
  • 47 Wagner 1976, p. 52.
  • 48 Exemple d’un génitif objectif dans Laurand 1942, p. 336 : « la crainte des ennemis », au sens de «  (...)
  • 49 XVI, II, 3.
  • 50 Ad Quintum, CXXIII.

25Au sujet des villes de la frontière, Strabon introduit une distinction entre l’ancien passage de l’Euphrate, emprunté par Alexandre, « Thapsaque », prise par Ératosthène comme référence de son méridien, et un nouveau point de traversée, le « pont qui passe en Commagène »43, manifestant ainsi à la fois le souci de bien interpréter le texte du géographe grec et celui de réactualiser ses données. Les renseignements qu’il donne à propos de ce « zeugma sur l’Euphrate »44 ont porté longtemps à confusion, en particulier la formule qui définit Séleucie comme le « φρούριον τῆς Μεσοποταμίας » et qui a fait supposer une localisation de cette ville sur la rive gauche du fleuve. J. Dobias45 et surtout F. Cumont46, ayant reconnu la véritable position de la ville sur la rive droite, concluaient encore à une erreur du géographe. J. Wagner47, faisant de « τῆς Μεσοποταμίας » un génitif objectif48, restaure la fiabilité de Strabon auprès des lecteurs modernes : le géographe présenterait donc la ville de Séleucie comme « la citadelle contre la Mésopotamie », cédée par Pompée à Antiochos de Commagène pour se défendre contre les Parthes. Strabon rappelle à cette occasion que c’est dans cette forteresse que la reine Cléopâtre Séléné fut assassinée sur l’ordre de Tigrane49. Cicéron (106-43 av. J.-C.) confirme que la valeur stratégique de Séleucie-Zeugma n’avait pas échappé aux stratèges romains. Dans sa correspondance avec son frère Quintus, propretor de la province d’Asie de 61 à 58 av. J.-C., Cicéron se vante d’avoir tourné en ridicule le roi de Commagène auprès du Sénat, d’une façon qui éclaire d’un jour particulier les relations entre Rome et ses royaumes-clients. Dans cette lettre datée de 54, Cicéron affirme avoir repris Zeugma à Antiochos de Commagène. La formule ironique, « oppidulum quod erat positum in Euphrati Zeugmate »50, cible la place-forte et non la ville, si bien que l’on est tenté de traduire : « la petite forteresse qui était située au Pont (Zeugma) de l’Euphrate ».

Du ier siècle au début du iiie siècle

  • 51 V, 19 : « Seleucias praeter iam dictam duas, quae ad Euphraten et quae ad Belum vocantur » ; le top (...)
  • 52 V, 23.
  • 53 V, 24 : « Apamea ad Euphraten »; Apamée est encore mentionnée au livre VI, 26, dans la description (...)
  • 54 V, 24.
  • 55 V, 26.

26Un demi-siècle plus tard, le contenu des ouvrages géographiques s’est déjà modifié. Ainsi Pline (23-79 apr. J.-C.), accomplissant le même travail de compilation que Strabon, traite-t-il de manière très différente des sources identiques. Le propos de l’Histoire naturelle est de recenser et de classer l’étendue des territoires soumis à l’autorité romaine, sous forme de listes de villes, de peuples et de mesures, au détriment de la description et de l’analyse de l’environnement géographique. Il est vrai, cependant, que les auteurs cités par Pline sont de plus en plus nombreux et de plus en plus proches dans le temps : Pline confronte les données d’Ératosthène à celles d’Isidore et de Juba. Sur les villes de l’Euphrate, les distances fournies semblent provenir d’Ératosthène, surtout en raison de la référence à Thapsaque. J. Wagner, à propos des mentions de Séleucie-Zeugma chez Pline, souligne que l’auteur utilise deux dénominations, sans s’apercevoir qu’il s’agit d’une seule et même ville. Cette confusion est, cependant, secondaire, si l’on mesure l’intérêt des informations qu’elle nous livre sur les sources de l’Histoire naturelle. Pline, pour compléter sa description des régions de la Syrie au livre V, se serait servi d’une liste alphabétique tirée des Commentarii d’Agrippa, qui ne fournit aucune indication géographique. À l’exception de Zeugma, qu’il n’aurait pas reconnue sous son nom officiel de « Seleucia ad Euphraten »51, on ne retrouve dans l’énumération, au livre V52, qui s’inspire de la liste d’Agrippa, aucune ville du cours de l’Euphrate qui ne soit déjà mentionnée par ailleurs. Les régions qui touchent les rives de l’Euphrate sont ensuite passées en revue. Le grand mérite de Pline est de donner régulièrement des distances qui se sont, jusqu’ici, révélées tout à fait exactes pour Zeugma. L’auteur procède du nord au sud, en suivant, à n’en pas douter, les divisions utilisées au siècle d’Auguste. Après avoir cité, en Commagène, Samosate, Epiphanie et Antioche dite « de l’Euphrate » – « quae ad Euphraten vocantur » –, il donne la position de Zeugma en face d’Apamée de l’Euphrate53, puis mentionne d’autres localités en Syrie, « oppida Europum, Thapsacum quondam, nunc Amphipolis »54. M. Gawlikowski a proposé de reconnaître dans la formule « Thapsacum quondam » une allusion à l’ancien nom de Zeugma, la « Thapsaque d’autrefois ». Cependant, Pline a déjà mentionné « Zeugma (...) en face d’Apamée », et la structure de la phrase latine « quondam…nunc / autrefois… aujourd’hui » oppose plutôt « Thapsaque autrefois » à « Amphipolis maintenant ». Le texte ne laisse que deux options : soit il énumère trois villes en suivant un ordre géographique d’amont vers l’aval - Europos, Thapsaque, Amphipolis -, soit il assimile Thapsaque à Amphipolis. Dans le second cas, on aurait la trace d’un ancien point de traversée, distinct de Zeugma et situé à l’emplacement d’Amphipolis. À l’instar de Strabon, le géographe latin semble avoir recherché l’équivalent contemporain de Thapsaque, en tant que lieu prestigieux. Après une digression sur Palmyre, le texte revient une dernière fois aux rives de l’Euphrate avec Soura et Philiscum. La position de Philiscum est exprimée en nombre de jours de navigation par rapport à Séleucie (du Tigre ?) et à Babylone : « A Sura autem proxime est Philiscum, oppidum Parthorum ad Euphratem. Ab eo Seleuciam dierum decem navigatio totidemque fere Babylonem / À proximité de Soura, il y a Philiscum, forteresse parthe sur l’Euphrate. De là jusqu’à Séleucie, dix jours de navigation et à peu près autant jusqu’à Babylone »55.

27Notre connaissance de l’histoire des guerres entre Rome et les Parthes procède bien évidemment des sources grecques et latines qui se font l’écho des événements militaires en Orient et de la politique romaine envers son partenaire arsacide, oscillant entre paix armée et conquête. Cependant, une relecture précise de ces auteurs montre que la région-clé de ces relations fut essentiellement l’Arménie. Le Moyen-Euphrate y est impliqué dans la mesure où il offre les contacts les plus directs, aussi bien d’un point de vue militaire, pour la jonction entre la flotte et l’armée, que diplomatique, pour les rencontres entre les émissaires romains et parthes. La cristallisation de la frontière romaine sur le cours moyen du fleuve est, en fait, très temporaire, entre le milieu du ier s. av. J.-C. et le début du iie s. apr. J.-C., mais les phases de militarisation, de fortification et de cantonnement de légions de la rive droite entre Zeugma et Soura, suggérées par les textes, sont des indications historiques intéressantes à confronter avec les données archéologiques. Le problème majeur demeure la dispersion des mentions dans les œuvres et la rareté des indications géographiques.

  • 56 Sirinelli 1993, p. 221.
  • 57 Tacite, Annales, XII, 12.
  • 58 En particulier sur la mise en défense de l’Euphrate par Corbulon en 61-62, Tacite, Annales, XV, 3 e (...)
  • 59 Liste des fondations de Séleucos : Appien, LXI, 57.
  • 60 Mithridate, 114.

28Sans doute parce qu’il est contemporain des premiers contacts entre Rome et les Parthes, l’historien gaulois Trogue Pompée56, auteur d’une Histoire universelle en latin, est le premier historien des guerres parthiques. Son récit, qui ne nous est parvenu qu’à travers les extraits repris par Frontin, Justin et Florus, apporte néanmoins des détails complémentaires, sans lesquels la reconstitution de l’histoire parthe eût, semble-t-il, été encore plus ardue. Retraçant le conflit entre les Juifs et les autorités étrangères successives, Flavius Josèphe (37-97 apr. J.-C.) procède à un minutieux décompte des forces armées présentes en Orient et des fronts ouverts sur l’Euphrate. Les hommes célèbres dont Plutarque (45/46-126 apr. J.-C.) a retracé les vies, Alexandre, Crassus et Pompée, traversent plusieurs fois l’Euphrate dans leurs conquêtes, mais l’absence de goût de cet auteur pour les précisions géographiques en diminue considérablement l’intérêt pour notre étude. On retiendra pourtant, dans la Vie de Lucullus, l’épisode miraculeux de la crue de l’Euphrate (XLIV). L’organisation des Annales, par année et par secteur d’opération, disperse considérablement les mentions des événements d’Orient chez Tacite (50-120 apr. J.-C.). Il cite cependant Zeugma57 et fait à plusieurs reprises allusion aux tactiques des généraux romains pour défendre la rive droite de l’Euphrate58 contre les Parthes. Prenant le contre-pied de l’organisation chère aux annalistes latins, Appien (90-165 apr. J.-C.) a rassemblé et transcrit, dans les livres XI et XII des Histoires romaines, les récits consacrés par d’autres auteurs aux guerres de Syrie et de Mithridate. Les guerres de Syrie lui donnent l’occasion de résumer le règne de Séleucos Ier et ses réalisations. Dans un passage fort commenté59, il présente les très nombreuses fondations et leurs appellations inspirées des noms des membres de la famille dynastique, Antioche, Laodicée, Apamée, ou de villes macédoniennes, Europos, Amphipolis, en particulier, qu’il cite parmi d’autres villes de Syrie comme Béroia ou Édesse. Il associe également le nom de Nicèphorion, en Mésopotamie, aux victoires de l’empereur. Cependant, il ne précise à aucun moment la situation de ces villes par rapport à l’Euphrate et l’on a, par ailleurs, la preuve de quelques confusions géographiques importantes. Démarquant Strabon, il mentionne que « Séleucie et tous les territoires conquis en Mésopotamie »60 furent rendus par Pompée à Antiochos de Commagène, après la défaite de Mithridate en 63 av. J.-C.

29L’Anabase d’Alexandre d’Arrien (85-145 apr. J.-C.) a souvent servi d’intermédiaire entre les œuvres hellénistiques et les siècles postérieurs. Dans son travail de compilation sur l’histoire d’Alexandre, Arrien retranscrit très longuement ses sources et nomme consciencieusement les auteurs illustres dont elles sont l’œuvre. Sa documentation sur la traversée de l’armée macédonienne à Thapsaque (III, 7, 1-3) et le transbordement des bateaux (VII, 19, 3) est essentiellement fournie par Aristobule.

  • 61 Il en existe des copies latines exécutées à partir d’un document du ve s. apr. J.-C. et réunies dan (...)
  • 62 Macadam 1988, fig. 6.
  • 63 Sur les limites de l’exploitation des coordonnées fournies par Ptolémée, cf. Monchambert 2003, p. 1 (...)

30La cartographie romaine du iie s. permet d’ordonner et de compléter heureusement les mentions dispersées. Dans la Géographie de Ptolémée (98-168 apr. J.-C.), compilation monumentale des coordonnées de points géographiques, trois subdivisions de la Syrie concernent les villes du Moyen-Euphrate. Ptolémée énumère, du nord au sud, sept villes du fleuve appartenant à la Cyrrhestique et comprises entre Zeugma et Eragiza, puis deux villes de Chalcybonitide, Barbalissus et Athis, et enfin Alilis, Soura et Alamatha en Palmyrène. Les quatorze villes de la rive gauche sont, au contraire, regroupées dans la seule section de Mésopotamie. L’index de l’Arabia Deserta fournit une suite de neuf noms de localités situées sur la rive droite du fleuve. L’ordonnance certaine des listes, même si celles-ci ne sont pas exhaustives, nous permet d’avoir une base de comparaison pour tous les autres documents anciens et, en particulier, les itinéraires. Il suffit, en fait, de quelques localisations avérées pour que le champ des hypothèses d’identification des villes comprises entre ces points vérifiés se réduise considérablement. Certes, aucune carte fiable de Ptolémée ne nous est parvenue61, mais les indices contiennent des indications numériques de longitude et de latitude qui peuvent être utilisées pour une reconstitution schématique. Celle qu’a reproduite H. I. Macadam62 pour la section de l’Arabie Déserte a l’avantage de donner une notion des positions des villes les unes par rapport aux autres et, en particulier, d’esquisser le dessin de la rive droite de l’Euphrate63. Cette carte permet aussi de mesurer les distances d’une station à l’autre. La référence métrique de Ptolémée étant le stade, si on suppose qu’un degré de longitude vaut entre 500 et 400 stades, une conversion équivaudrait à environ 80 km. Les indications de Ptolémée servent donc de garde-fou pour toute entreprise de localisation, car elles séparent clairement les villes de Syrie occidentale et les villes de Mésopotamie ; elles bornent aussi régulièrement les sections du fleuve en rive droite. Cependant, l’exploitation de la Géographie suppose un travail préalable de recoupement et d’identification des toponymes particuliers qu’elle mentionne, et l’existence d’une documentation topographique et historique sur ces villes.

  • 64 Lucien, Πῶς δεῖ ἱστορίαν συγγράφειν / Quomodo historia conscribenda sit, 24.
  • 65 Ibid., 20.

31Le témoignage de Lucien de Samosate (125-185 apr. J.-C.) est à double tranchant : il donne des témoignages de sa fiabilité en ce qui regarde sa région natale, dénonçant l’ignorance de ses contemporains et les erreurs géographiques fréquentes de l’historiographie sous les Antonins, mais la subtilité littéraire de ses œuvres déroute la critique moderne. L’énigmatique traité Sur la Déesse syrienne fait débat parmi les historiens orientalistes, car il est difficile d’y reconnaître ce qui tient du texte parodique, se jouant d’Hérodote et de son art de propager des fables pieuses sur les religions étrangères, et les détails véridiques sur le culte d’Héra pratiqué à Hiérapolis, près de l’Euphrate. En fait, l’ambiguïté de cet écrit est liée à l’engagement déclaré de l’auteur, qui dit parler « en tant qu’Assyrien » des rites et de lieux sacrés qu’il a fréquentés dans son enfance. L’ouvrage, exclusivement consacré à Hiérapolis, qu’il situe « non loin de l’Euphrate », contient des digressions chronologiques ou géographiques sur les origines de ce culte, mais seule la procession des images divines « à la mer » se réfère aux rives du Moyen-Euphrate. Le traité Πῶς δεῖ ἱστορίαν συγγράφειν / Quomodo historia conscribenda sit, daté de 165, est plus représentatif de l’esprit critique de Lucien et manifeste également son attachement à son pays d’origine. Le philosophe s’y moque, entre autres, de l’ignorance des historiens en matière d’art politique, stratégique ou géographique. Au sujet de la région du Moyen-Euphrate, il relève les affirmations tout à fait fantaisistes de Fronton, historien latin, à propos des victoires de Lucius Verus en Syrie, entre 163 et 166. Ces erreurs concernent Samosate et Europos – sans doute Doura citée sous son nom grec –, qui ont été placées à tort en Mésopotamie64 par l’historien romain. Lucien critique aussi le chiffre invraisemblablement réduit, chez Fronton, des pertes de l’armée romaine au siège de Doura65. Enfin, il mentionne Soura dans le déroulement de l’expédition romaine.

32La Vie d’Apollonios de Tyane de Philostrate, bien qu’elle ait été écrite dans un style proche du récit romanesque et qu’elle affiche un objectif philosophique, doit être prise en compte, dans ce corpus, pour l’épisode qui conduit Apollonios et son disciple à Zeugma. Cette anecdote introduit l’unique mention d’un poste douanier contrôlant la traversée vers la Mésopotamie, mais soulignons qu’elle est au service d’une parabole philosophique : les vertus déclarées par le sage au péage sont interprétées comme des noms d’esclaves par le douanier. En admettant l’existence d’un poste douanier à Zeugma, nous ne savons pas si ces taxes étaient déjà en vigueur au ier s. apr. J.-C., du vivant d’Apollonios, héros du roman, ou si l’auteur décrit un système en usage sous les Sévères.

  • 66 Dion Cassius, XL, 17.
  • 67 Ibid., XLIX, 19, 2-4.

33L’Histoire romaine de Dion Cassius (155-235 apr. J.-C.) comprend le récit des guerres entre Parthes et Romains. Son utilité historique compense le fait que l’auteur ne connaît que trois localités sur l’Euphrate, Samosate, Zeugma et Nicèphorion. Il colporte la tradition selon laquelle le nom de Zeugma est lié au point de traversée de l’armée d’Alexandre : « οὕτω γὰρ ἀπὸ τῆς τοῦ Ἀλεξάνδρου στρατείας τὸ χωρίον ἐκεῖνο, ὅτι ταύτῃ ἐπεραιώθη, κέκληται / Ce lieu porte ce nom depuis l’expédition d’Alexandre, parce que c’est par là qu’il a traversé [l’Euphrate] »66. Il rappelle en détail le stratagème de Ventidius Bassus en 38 av. J.-C. : le général romain, retranché à Zeugma, obligea les Parthes à changer de point de passage et à traverser l’Euphrate plus en aval, pour accéder à la Cyrrhestique67.

Toponymes issus des archives du Moyen-Euphrate

34Les prospections épigraphiques et les fouilles, notamment celles de Doura-Europos et de Zeugma, ont fourni une centaine de textes, majoritairement en grec et en langues araméennes, dont le caractère exceptionnel tient autant à leur rareté dans la région qu’à leur intérêt, tant pour les études onomastiques et toponymiques que par les détails de la vie quotidienne qui y sont livrés. Les archives sur papyrus et parchemins issues de Doura et sa région forment l’ensemble le plus riche et le plus homogène de la vallée, bien que leur quantité semble infime par rapport aux papyrus produits par l’Égypte ptolémaïque et romaine.

  • 68 Frye, Gilliam et al. 1955 et Welles, Fink et Gilliam 1959.
  • 69 PDura 20, daté de 121, Welles, Fink et Gilliam 1959, p. 109-117.
  • 70 PDura 25, daté de 180, ibid., p. 126-133.
  • 71 Cf. supra, p. 76-77.
  • 72 PDura 26, ibid., p. 134-139.

35Les papyrus de Doura68, les uns découverts dans la rue du rempart et dans les tours du rempart ouest et nord, où ils avaient été laissés au rebut, les autres dans une salle du temple d’Azzanathkona, couvrent inégalement l’histoire du site. En dehors de deux documents (P34 et P15), datés de 116 av. J.-C., et de quelques actes antérieurs à la conquête romaine (P18, daté de 87, P19, de 88/89, et P20, daté de 121 apr. J.-C.), la majorité de ces archives renvoie au cadre juridique et institutionnel de la ville au iiie s. (de 208 à 254 apr. J.-C.). Ces textes – contrats de vente, partages d’héritages, procès-verbaux, listes de tâches militaires – remettent en scène des fragments de vie, abondamment commentés d’un point de vue social, économique et politique. Leur intérêt sur le plan géographique n’est pas moindre. Ils ont livré, en effet, une série de toponymes d’agglomérations ou de villages proches de Doura, mais les indices de localisation ne sont pas assez précis. Tout au plus peut-on déterminer un groupe proche de la confluence du Khabour dans les trois documents juridiques privés suivants. Le premier est un contrat de prêt entre Phraates, eunuque parthe, et un emprunteur, Barlaas, de nom araméen. Ce contrat a été signé à Paliga, dans l’hyparchie d’Iardan69. Le second, la vente d’un esclave et d’une vigne, concerne un citoyen d’Europos, Lysias, qui réside à Nabagath, dans l’hyparchie de Gabaleîn (« Les deux montagnes »)70. Remarquons que Nabagath possède ici le statut d’un village (komè), alors qu’elle avait des prérogatives supérieures (komopolis) dans les Stations parthes71. Le troisième document est un acte de vente72 daté de 227 et signé à Sacharé, dans les quartiers d’hiver de la cohors III Augusta Thracum. Un vétéran, Julius Démétrius, achète un terrain à Ortaneus, fils d’Abadabus, du village de Sacharé-da-Aouaran, qui le tient d’un villageois de Zaira-da-Sacharé. Le terrain, qui compte 600 pieds de vigne, est situé aux environs du Khabour, aux limites du village. Les points de repère donnés sont, à l’est, un canal d’irrigation et le Khabour, à l’ouest, un vignoble appartenant à l’acheteur. D’après les éditeurs, le nom araméen « Sacharé-da-hawarae » peut être traduit par « Le barrage blanc ». Il a été rapproché du lieu-dit « Secher », consigné sur les cartes du Mandat français, en rive droite du Khabour, à 25 km en amont de la confluence de l’Euphrate.

  • 73 PDura 60, daté de 208, ibid., p. 222-224.

36Les archives militaires constituent un second groupe intéressant, car elles livrent les noms des lieux de stationnement d’unités militaires le long de l’Euphrate. Des fragments de correspondance militaire en latin73 composent une suite de circulaires adressées par le bureau du gouverneur sis à Antioche, en 208, aux officiers commandants des unités auxiliaires stationnées à Gazica, Appadana, Doura, Eddana et Biblada, pour organiser l’accueil d’un émissaire parthe, Gocès, qui transite par la vallée.

  • 74 PDura 100 et 101, datés de 219 et de 222, ibid., p. 308-364.

37Une troisième série74, assez lacunaire, correspond à des recensions de soldats stationnés dans la région entre 219 et 222. Les lieux de stationnement y sont plusieurs fois mentionnés : Appadana, Barbalissus, Castellum Arabicum, Birtha, Capera, Magdala.

Circulaire (PDura 60) datée de 208

Listes des cohortes (PDura 100-101) datées de 219-222

Barbalissus

Castellum Arabicum

Birtha

Capera

Appadana

Appadana

Gazica

Magdala

Doura

Eddana

Biblada

Parthia

  • 75 Monchambert 2003b, p. 50-51.

38Les tentatives d’identifications achoppent sur une triple question : ces deux listes suivent-elles un ordre géographique et concernent-elles les deux rives de l’Euphrate ou incluent-elles également le Khabour ? Si la circulaire pour l’organisation du voyage diplomatique parthe en 208 mentionne les étapes d’amont en aval, cela signifie que l’émissaire est sur le chemin du retour et descend l’Euphrate. Le toponyme « Appadana » fait écho à deux localités citées par Ptolémée, l’une sur le Khabour, identifiée à Tell Feydan, l’autre, en amont sur l’Euphrate, qui coïncide avec « Basileia », située par Isidore de Charax à la sortie du défilé du Khanouqa. Le choix de l’Appadana érigée sur le Khabour est le plus probant. J.-Y. Monchambert a proposé, de manière assez convaincante, de placer l’étape suivante, Asicha-Gazica, à Tell Masaïkh, sur l’Euphrate75. Si la liste des cohortes suit également un ordre logique, les soldats dépendant de Doura auraient été envoyés jusqu’à Barbalissus, dans la boucle de l’Euphrate, à environ 230 km en amont, et dispersés sur quatre stationnements sur le Khabour – Appadana, Magdala et Parthia.

  • 76 PDura 82, daté de 223, Welles, Fink et Gilliam 1959, p. 270-278.
  • 77 PDura 82, col. II, 6, ibid. p. 275-276.
  • 78 PDura 82, col. II, 3 : « Missi ad hord(eum) » et col. II, 9 : « Missus lignator balnei », ibid., p. (...)

39Enfin, un rapport militaire très incomplet a consigné les entrées et sorties des soldats du camp de Doura76 : parmi les toponymes mentionnés se trouve Atha77, lieu dont reviennent des soldats envoyés accomplir une mission dont le motif n’est pas précisé, mais qui semble comparable aux corvées quotidiennes de collecte d’orge ou de bois pour le bain78 notées dans ce même registre.

  • 79 Cf. Feissel, Gascou et Teixidor 1997 ; pour les documents grecs et latins, cf. Feissel et Gascou 20 (...)
  • 80 Cf. Feissel, Gascou et Teixidor 1997, p. 5-6.
  • 81 PDura 60B, Welles, Fink et Gilliam 1959, p. 224.
  • 82 Cf. Maricq 1958.
  • 83 Sur la reconstitution de la tactique de Shapour Ier et la prise des villes, cf. Kettenhofen 1982.

40Aux papyrus de Doura, trouvés pendant les fouilles de la mission franco-américaine, vient s’ajouter un lot de documents d’archives étudié par D. Feissel, J. Gascou et J. Teixidor79. La provenance exacte de ces 21 documents, principalement des actes notariés, des pétitions et quelques lettres, écrits entre 332 et 352, n’est pas connue, mais l’étude épigraphique a montré qu’ils concernent les habitants d’une agglomération proche de Doura, et les éditeurs ont proposé d’y reconnaître les archives d’Appadana80. En plus d’Antioche, où est adressée la pétition, sont mentionnées Carrhes, Nisibe, Édesse et Marcopolis pour les actes privés. Sur l’Euphrate, Beth Phouraia – qui est désigné comme une komè (village) de statut impérial, du ressort d’Appadana – est cité dans onze documents. On retrouve sur ces documents la plupart des toponymes mentionnés dans les parchemins de Doura, en particulier dans la circulaire de 208, organisant l’ambassade parthe81. La liste des villes conquises par Shapour d’après les Res Gestae82 prolonge ces comparaisons et a inspiré d’autres hypothèses de localisation83.

Archives de Doura

Archives du Moyen-Euphrate

Res Gestae

Appadana

Appadana-Neapolis

Apadana

Magdala

Magdala (en Sophracène = Asparakou)

Birtha

Birtha Asporakou

Birtha Asporakou

Birtha Okhabon

Birtha Akopan

Eddana

Sachare sur le Khabour

Paliga (Khabour)

Iardan (près du Khabour)

Gazicha (Euphrate rive droite ou gauche ?)

Nabagath (Khabour)

Gabalein (Khabour)

Beth Phouria (d’Appadana)

Beth Phouraia (PEuphr 11, 12, 13 5, 20)

 = Beth Purin sur l’Euphrate en syriaque

 = Béphouraia ou Béphourea en grec

Dusarios (PEuphr 14 et 17)

  • 84 Cf. Feissel et Gascou 2000, p. 208, et Gascou 1999.
  • 85 Cf. Dussaud 1927, p. 483.
  • 86 Cf. Orthmann 1989.

41Les deux identifications les plus sûres concernent des sites sur le Khabour84 : Tell Feydan, qui correspondrait à Appadana85, et Tell Sheikh Hamad, où l’importance du matériel et des vestiges romains permet de reconnaître Magdala, réminiscence du toponyme de l’âge du Bronze, Magdalû86. Dusarios rappelle un toponyme euphratésien, Dausara, identifié à Qal‘at Ja‘bar, bien qu’une identification avec Dausara près de Résaina, en Haute-Mésopotamie, soit également acceptable.

  • 87 « Histoire du divin Shapour ». Ce titre a été conçu par M. I. Rostovtzeff sur le modèle de la publi (...)
  • 88 Étude épigraphique récente par P. Huyse, dans le CII, part. III, cf. Huyse 1999.
  • 89 Cf. Maricq 1958.
  • 90 A. Maricq a traduit le texte grec en le complétant à partir du texte moyen perse, cf. ibid., p. 304 (...)
  • 91 Ibid., p. 304.
  • 92 Cf. Kettenhofen 1982.
  • 93 Maricq 1958, p. 309-312.
  • 94 Dérivé de « castellum », attesté notamment chez Ammien Marcellin, le grec καστέλλος se rencontre fr (...)
  • 95 « BYRTA » est en effet le terme utilisé pour désigner les forteresses conquises par le roi, dans la (...)
  • 96 Maricq 1958, p. 338 : Maricq hésite entre deux leçons Byrtrwpn (Birtha Arupan) ou Byrt kwpn (Bir (...)
  • 97 Maricq 1958, p. 338. Cette graphie « Korkousiôn » est une transcription, puisque le toponyme employ (...)

42Le texte, désigné sous le titre Res Gestae Divi Saporis87, est une grande inscription lapidaire trilingue88, en moyen perse, en parthe et en grec, découverte à Naqs-i-Roustam (fig. 34), près de Persépolis. Datée de 270-272, elle commémore le règne du roi Shapour Ier (241-272), fils du fondateur de la dynastie sassanide. Selon A. Maricq89, les versions grecque et parthe de l’inscription ont été traduites à partir d’une source commune, sans doute rédigée en moyen perse, mais un peu différente de la version qui a été gravée dans cette langue. Le texte90 est composé d’un récit dont le locuteur est Shapour lui-même : « Moi, l’adorateur de Mazda, le dieu Shapour, roi des rois des Iraniens et des Non-Iraniens »91. Après s’être présenté de la sorte, il décrit son empire, puis résume les trois guerres qu’il a gagnées contre Rome : la première contre Gordien, en 244, la seconde, qui ravagea la Syrie et la Cappadoce entre 252 et 256, et la troisième, qui se termine par la capture de Valérien en 259-260. Enfin, il annonce les fondations d’autels du feu et les sacrifices qu’il a dédiés à Mazda et exhorte ses héritiers à manifester une égale piété. Pour les offensives successives de 252 à 256, il énumère les noms des forteresses et des villes prises, dévastées et pillées par ses armées. Cette liste ne suit pas un ordre d’importance ou géographique, mais retrace vraisemblablement le déroulement des opérations militaires92. Les villes du Moyen-Euphrate93 sont ainsi regroupées par secteurs : 1) Anatha, Birtha d’Akôpan, Birtha d’Aspôrak, Soura et Barbalissos sont ciblées par les offensives dirigées vers la plaine de l’Oronte via Hiérapolis et Béroia ; 2) Zeugma et Ourima sont liées aux offensives qui atteignent la côte via Gindaros et Cyrrhus en Cyrrhestique ; 3) Doura et Circesium sont concernées par la prise de contrôle du Khabour. Cette énumération est rythmée par une formule répétitive associant la prise de la ville à celle de son territoire (périchôros), « …Σοῦραν πόλιν σὺν τῇ περιχώρῳ, Βαρβαλισσὸν πόλιν σὺν τῇ περιχώρῳ…/... la ville de Soura avec son territoire, la ville de Barbalissos avec son territoire… », qu’A. Maricq a choisi de traduire par « la ville de Soura et son plat pays, la ville de Barbalissos et son plat pays... », en s’inspirant de l’expression en moyen perse. Dans l’envoi qui annonce le pillage et la ruine des forteresses et des villes romaines, les termes grecs employés sont « καστέλλους τε καὶ πόλει[ς] / les castella et les cités »94, mais aucun castellum (forteresse) ne figure dans l’énumération qui suit. Toutes les localités du Moyen-Euphrate sont qualifiées de « cités », à l’exception de Birtha d’Aspôrak, qui correspond à une forteresse95. Quant à Birtha d’Akôpan96, sa mention est omise dans le texte grec et a été restituée, dans la traduction d’A. Maricq, d’après l’inscription en moyen perse. Notons enfin que le toponyme de Circesium, absent des archives du Moyen-Euphrate, apparaît ici pour la première fois sous la graphie grecque « Κορκουσίων », transcrite du moyen perse « Krksyʼ »97.

Fig. 34 ‑ Falaises du Naqs-i-Rustam

Fig. 34 ‑ Falaises du Naqs-i-Rustam

(© K. Mohammadkhani).

Documents à partir du ive siècle

Cartographie et index

  • 98 Tabula Peutingeriana, Codex Vindobonensis 324, cf. Table de Peutinger.
  • 99 Par exemple, sur le Moyen-Euphrate, Zeugma, Apammari et Europos/Jerablous.
  • 100 1 mille romain= 1, 480 km. L. Bosi souligne que l’utilisation des unités de mesure varie selon les (...)
  • 101 XXIIII milles = 31 km.
  • 102 « Limites des armées syriennes et commerce avec les Barbares ».

43La Table de Peutinger, du nom du géographe qui l’a publiée, est un document qui unit les fonctions des cartes et des itinéraires98. Exécuté probablement entre 330 et 365 par le géographe Castorius, à Constantinople, c’est un des rares exemplaires de cartes routières anciennes. Conservée jusqu’à nous par une copie du xiie s., elle se présente comme un schéma des routes du monde romain, sans souci de cohérence géographique ni respect des échelles. Les distances et les noms des villes sont indiqués le long des routes, divisées en lignes brisées de longueurs irrégulières. Pour la partie orientale (segments XI-XII), le réseau fourni de routes et d’étapes se développe de part et d’autre du tracé épais qui représente les cours de l’Euphrate et du Tigre (fig. 35). Il est composé de lignes segmentées, certaines des étapes étant signalées par la silhouette des tours jumelées d’une porte fortifiée99. Ce système de petites « icônes » accompagnées de la mention des distances, généralement en milles romains100, a fait ses preuves : F. Cumont a ainsi pu reconnaître, malgré l’absence de légende, la ville d’Europos/Jerablous, en se fiant seulement à la distance101 et à la position du dessin d’une citadelle en aval de Zeugma. Cependant, les chiffres donnés par la Table de Peutinger sont souvent traités avec défiance par les commentateurs et ont fait l’objet de nombreuses corrections. Cette carte schématique est, pourtant, une excellente source d’appoint, et on a pu faire correspondre nombre de ces étapes avec les villes de Cyrrhestique et de Chalcybonitide de Ptolémée et avec certaines stations d’Isidore de Charax, entre Zeugma et Édesse. La confrontation de ces trois documents suscite aussi une série d’observations qui permettent de s’interroger sur la réalité représentée par la Table de Peutinger et sur sa destination. Tout d’abord, les villes signalées comme étant en rapport avec le cours du Moyen-Euphrate appartiennent toutes à la rive droite du fleuve. Elles s’échelonnent en arc de cercle jusqu’à Eraciha, au-dessus de la légende « areae fines romanorum », qui indique la limite orientale du territoire romain. Deuxièmement, la ligne qui relie Soura et Palmyre, ligne qui correspond à la Strata Diocletiana, s’interrompt au-dessus de la mention « fines exercitus syriaticae et conmertium Barbarorum »102. Sur le dernier segment de cette route subsistent deux indications de distances, ce qui signifie que le copiste a omis le nom des deux dernières étapes, situées respectivement à environ 3 km et à 12 km en aval de Soura. Enfin, le point de traversée le plus méridional sur le fleuve est Zeugma : il symbolise le carrefour entre les routes occidentales venant d’Antioche, l’une par Hiérapolis, l’autre par Gindaros, la voie descendant de Samosate, en amont, et une seule communication vers l’est, menant à Résaina en Mésopotamie. Les principales localités et forteresses des régions d’Édesse et du Tigre jusqu’à Séleucie et Ctésiphon sont présentes, à l’exception notable de celles situées en rive gauche de l’Euphrate. Cela exclut non seulement que ce document soit la représentation du monde connu, puisque les listes de Ptolémée sont plus complètes, mais aussi qu’il s’agisse d’un recueil d’itinéraires militaires ou commerciaux. En effet, comment expliquer, dans un inventaire militaire, l’absence de Circesium, à la confluence de l’Euphrate et du Khabour, alors que cette place-forte aux frontières de l’empire sassanide joue un rôle stratégique depuis la restructuration de Dioclétien ? On pourrait penser qu’à l’époque où cette carte a été créée (milieu du ive s.), Circesium était passée temporairement aux mains des Sassanides, bien que les sources n’en fassent pas mention. Mais « l’icône » de la ville de Hatra, perdue pour Rome depuis 240 et abandonnée, est bien présente (pars XIII, route de Ctésiphon). Pour les routes commerciales, la carte néglige de nombreux points de traversée, notamment celui qui était lié à Soura, et omet Callinicum, centre urbain dont la prospérité basée sur les échanges commerciaux entre la Syrie et la Mésopotamie est attestée par Ammien Marcellin pour le milieu du ive s. Il paraît évident que, même si la route méridionale de l’Euphrate, en aval de Soura, n’est plus sûre depuis la seconde moitié du iiie s., en raison des raids sassanides, et reste réservée aux armées de conquête comme celle de Julien, les communications par Soura et Callinicum sont encore pertinentes tout au long du ive s. Il est, par conséquent, malaisé d’établir la portée historique de la Table de Peutinger et d’expliquer ces lacunes ; peut-être sont-elles causées par une raison pragmatique - pour ne pas surcharger le dessin, une seule route est privilégiée le long de chaque fleuve -, ou peut-être s’agit-il d’une compilation de plusieurs cartes d’époques différentes, avec une sélection des axes de communication. Par ailleurs, la composition des villes de l’Euphrate paraît très proche de la configuration de la limite occidentale de la province Syria Euphratensis dans la Notitia Dignitatum.

Fig. 35 ‑ Table de Peutinger (Pars XI). Itinéraires le long de l’Euphrate.

Fig. 35 ‑ Table de Peutinger (Pars XI). Itinéraires le long de l’Euphrate.
  • 103 Itinerarium Provinciarum Antonini Augusti, et, pour une étude récente de ce recueil, cf. Löhberg 20 (...)
  • 104 Cf. Löhberg 2006, p. 168-169.
  • 105 Ibid., p. 170.

44Bien que le document original soit antérieur au ive s., le recueil d’itinéraires des provinces romaines connu sous le nom Itinerarium Antonini Augusti103 ou Itinéraire d’Antonin n’a pas de meilleur parallèle que la Table de Peutinger pour la partie septentrionale du Moyen-Euphrate. Il présente deux routes venant de Germanicia ou de Cyrrhus, qui se rejoignent à Zeugma et se poursuivent en direction d’Édesse104. En revanche, les itinéraires entre Béroia et Édesse ou entre Émèse et Carrhes passent par Hiérapolis et franchissent l’Euphrate en aval de Zeugma : ce point de traversée n’est pas associé à un toponyme, mais sans doute situé vers la confluence du Sajour, puisque les étapes suivantes en rive gauche correspondent à Thilaticomum (Arslan Tash ?) et à Batnae/Sarouj105. Le fait que la Table de Peutinger n’indique pas cette variante permet de supposer qu’elle a privilégié les ponts permanents comme celui de Zeugma et de Melitène, au détriment de points de franchissement par bac ou non contrôlés par une agglomération.

45La Notitia Dignitatum, parvenue jusqu’à nous par une copie de 1551, présente la liste officielle des postes civils et militaires après la réforme de l’empire sous Dioclétien, vers 297, et a été datée du ve s. Elle est une source majeure des connaissances sur le diocèse d’Orient : à l’époque de rédaction du document, le cours du Moyen-Euphrate a été divisé en deux districts, la Syria Augusta Euphratensis pour la rive droite et l’Osrhoène, qui ont servi de base à la hiérarchisation ecclésiastique chrétienne. La liste des duces et du cantonnement des armées auxiliaires atteste une véritable revalorisation du rôle militaire des forteresses de l’Euphrate, dont la défense avait été très désorganisée depuis les raids successifs des Sassanides entre 240 et 295. On ne s’étonnera donc pas de retrouver nombre de toponymes communs avec la liste de Ptolémée.

Dux Syriae

Dux Osrhoenae

In Augusta Eufratensi

Lieu de stationnement

Lieu de stationnement

Equites Dalmatae Illyriciani

Barbalissus

Praefectus legionis quartae Parthicae

Circesium

Equites Mauri Illyriciani

Néocésarée

Apatna

Praefectus legionis sextaedecimae Flaviae firmae

Soura

  • 106 Cf. Dussaud 1927, p. 483.

46La corruption de certains noms dans la Notitia Dignitatum n’en fait pas un document facile à exploiter, même si les données y complètent vigoureusement la Table de Peutinger : notons par exemple que Circesium est ici explicitement inclus dans l’Osrhoène comme préfecture de la legio IIII Parthica. On assimilera Apatna à Appadana/Tell Feydan sur le Khabour106.

L’expédition de Julien

47L’expédition de Julien en Mésopotamie, de Membij à Ctésiphon, constitue un sujet commun à au moins trois auteurs de la fin du ive s. Il convient, cependant, de privilégier les Res gestae d’Ammien Marcellin par rapport à Libanios et à Zosime. La confrontation de ces trois récits parallèles souligne, du reste, les projets différents des auteurs.

  • 107 Oratio XI.
  • 108 Libanios, Epistola 21, 5-6.

48Libanios (314-393) est originaire d’Antioche, où il a passé toute sa vie, de 314 à 393, comme rhéteur réputé et homme politique. En 362, il se lie d’amitié avec l’empereur Julien qui vient séjourner dans la ville. Une partie de la correspondance de Julien (331-363) pendant la campagne contre les Sassanides lui est adressée et semble destinée à préparer la rédaction du récit des conquêtes de l’empereur. Certaines lettres comportent, en effet, un rapport détaillé du trajet et des opérations de l’armée, nettement différencié du contenu philosophique et littéraire du reste de la correspondance107. Libanios a conçu son Oratio sur la vie de Julien, rédigée vers 390, comme le témoignage et l’hommage d’un fidèle. On citera aussi l’explication poétique que Libanios avance pour le changement de nom de Nicèphorion en Callinicum : la ville aurait été refondée, sous le règne de Gallien (260-268), en l’honneur du sophiste Callinicus Suetorius, mis à mort à Nicèphorion sur ordre de l’empereur Aurélien pour son soutien à Zénobia108.

  • 109 Cf. Dillemann 1961.
  • 110 Le siège d’Anatha semble décrit du point de vue de la flotte. F. Cumont prête même à Ammien Marcell (...)
  • 111 Telles sont les conclusions de J. Bidez et F. Cumont, cf. ibid., p. 12.
  • 112 Parmi d’autres contradictions du texte, on retiendra l’épisode du pont coupé après Circesium sur or (...)

49Quoique témoin de cette expédition, Ammien Marcellin (330-400) tente de la présenter du point de vue de l’historien. Admirateur de Tacite, il est aussi un lecteur attentif de Strabon, dont il dit résumer la présentation de la Mésopotamie dans sa propre digression sur la Parthie. Au livre XXIII, le récit de l’expédition romaine dépasse la personnalité trop controversée de Julien, pour s’intéresser au déroulement de la guerre. L’auteur revendique, en outre, sa qualité de témoin et sa participation à l’expédition « ut Graecus et miles / en tant que Grec et soldat ». L. Dillemann109, étudiant les informations de Marcellin sur la géographie de l’Orient, a avancé l’hypothèse que celui-ci était, pendant l’expédition, embarqué sur les navires destinés au transport des vivres110 et que, pour compléter ses propres informations, il avait eu nécessairement recours à des documents semi-officiels, tels les Acta, sorte de journal de l’armée, où était consigné le détail des itinéraires et du déroulement de chaque journée. L’apparition de la première personne du pluriel dans le récit, au livre XXIII (5, 7) est significative : elle indique que l’auteur n’a pas pris part à la première partie de l’expédition et qu’il a rejoint l’armée et l’empereur à Circesium, avec l’ensemble de la flotte partie de Samosate. Ammien est susceptible d’avoir consulté le carnet de route de l’empereur lui-même, ou ses lettres, procurées vraisemblablement par Aristophane de Corinthe entre 365 et 370111. Son récit est généralement précis, sauf en ce qui concerne l’endroit où Julien traverse l’Euphrate en venant de Hiérapolis : il ne le nomme pas, mais on s’accorde, avec F. Cumont, à placer ce passage vers la confluence du Sajour. L’auteur cite quatre villes sur les rives du fleuve, Callinicum (XXIII, 3, 7), Circesium, dont il décrit la situation stratégique (XXIII, 5, 1), Zaithan (XXIII, 5, 7) et Doura (XIII, 5, 8). Malgré ses qualités, le texte présente quelques incohérences. Après avoir traversé le Khabour au niveau de Circesium, l’empereur Julien est montré marchant en direction de Doura sans qu’ait été signalée une traversée de l’Euphrate sur un pont de bateaux. Cette lacune avait fait rechercher, en vain, Doura en rive gauche du fleuve, jusqu’à la mise au jour fortuite des fresques du temple de Bêl sur la rive opposée, à Salhiya. D’ailleurs, l’organisation du récit d’Ammien est troublée à cet endroit : l’avancée vers Doura est mentionnée deux fois, à la fin du livre XXIII et au début du livre XXIV. L’auteur sacrifie ici l’ordre géographique et chronologique à la présentation dramatique des mauvais présages qui accompagnent la progression de Julien en territoire perse112. Ammien Marcellin reste un informateur très fiable, suivi par les historiens modernes pour toutes les données militaires, de Dioclétien à Valentinien II.

  • 113 Chronographia, XIII, 16-18.

50Zosime (fin du ve s.-premier tiers du vie s.) se réfère essentiellement à Ammien Marcellin, lorsqu’il intègre l’expédition de Julien au livre III de son Histoire nouvelle, rédigée un siècle plus tard, vers 498-518. Il cite exactement les mêmes villes, Callinicum, Circesium, Zautha et Doura, mais plus succinctement encore, sans reprendre les détails donnés par Ammien Marcellin. On lui doit cependant une bonne description de la flotte qui accompagne l’expédition et une variante intéressante sur un possible embarquement de Julien à Callinicum, qui n’apparaît pas chez Ammien Marcellin. Jean Malalas a choisi la tradition d’une réunion de la flotte à Circesium, où les troupes embarquent avec l’empereur113.

  • 114 IX, 2-3.
  • 115 IX, 24.

51À partir du ive s., les deux toponymes les plus récurrents dans la production textuelle conservée sont Callinicum et Circesium : ces deux places fortes servent surtout de points de repère à diverses opérations militaires. Par exemple, dans sa compilation Breviarum ab Urbe Condita, Eutrope rappelle l’assassinat de Gordien, pour lequel un tumulus fut érigé par ses soldats à peu de milles de Circesium sur l’Euphrate114, ou la bataille contre les Parthes menée par Galère Maximien entre Callinicum et Carrhes115.

Témoignages byzantins

  • 116 Voir, par exemple, l’utilisation des Actes syriaques des martyrs perses, édités par G. Hoffmann, ch (...)
  • 117 Ce vademecum est daté du début du règne de Justinien ; E. Honigmann place son époque de rédaction e (...)

52Les sources grecques et latines sont, à partir de la fin du ive s., de types très divers et, à condition d’écarter les compilations, comportent des témoignages très originaux sur les routes et défenses des rives de l’Euphrate. Elles ne suffisent pas à pallier le manque d’accès aux abondantes informations que pourraient offrir sur ce sujet les œuvres de langue syriaque, dont l’exploitation reste à faire116. D’une manière générale, ce sont des œuvres un peu particulières, les Correspondances de Théodoret de Cyr, le récit de la pèlerine Éthérie ou le De Aedificiis de Procope, qui apportent les mentions les plus intéressantes et inédites sur la vie politique, militaire et culturelle des régions du Moyen-Euphrate et sur la place de celui-ci dans l’empire de Byzance. Le recours aux listes des conciles est aussi profitable pour l’histoire de certains centres urbains sur l’Euphrate et pour mesurer leur importance à l’échelle de la région. La Notitia Antiochena, notice épiscopale qui donne la liste hiérarchique des métropolites et de leurs évêchés suffragants du patriarcat d’Antioche au vie s., permet ainsi de vérifier la longévité des villes de l’Euphrate réparties entre les métropoles d’Édesse et de Hiérapolis. Notons que Sergiopolis y a le statut de métropole, ce qui prouve le rayonnement de la ville en raison du culte du martyr saint Serge. Georges de Chypre, dans sa Descriptio orbis Romani, fait d’ailleurs une bonne place au culte de saint Serge, qu’il associe à Néocésarée et à Sergiopolis-Anastasiopolis. L’interprétation des données conciliaires est ardue mais utile, puisqu’elle peut aider à identifier les sites à travers leur évolution toponymique et à les comparer avec les descriptions de l’empire par province, comme dans le Synekdémos d’Hiéroklès117 ou la Descriptio orbis Romani de Georges de Chypre.

  • 118 Théodoret de Cyr, Vie de Publius : cf. Théodoret, Histoire des moines de Syrie I, p. 328-345.
  • 119 Ibid., V, 1, traduction de P. Canivet. Le terme grec employé pour désigner le pont est γέφυρα et no (...)
  • 120 Sans doute au début du ive s., d’après P. Canivet, ibid., p. 11.
  • 121 Parmi les correspondants de Théodoret figurent Alexandre de Hiérapolis, Mélèce de Néocésarée, André (...)
  • 122 Acylène, évêque de Barbalissos, fait partie des correspondants d’Alexandre de Hiérapolis, cf. Azéma(...)
  • 123 Théodoret de Cyr, Correspondance IV, epistola 19.
  • 124 Théodoret de Cyr, Correspondance III, epistola 126, « À Aphtonius, Théodorite, Nonnus, Aphtonius, J (...)
  • 125 Théodoret de Cyr, Correspondance I, epistola VIII, « À Eulalius, Germanus et Proteus, magistrats de (...)
  • 126 Théodoret de Cyr, Correspondance I, epistola IX, « Aux mêmes ».

53Théodoret de Cyr apparaît comme le meilleur guide des régions de Syrie, au début du ive s. Son Histoire ecclésiastique, sa correspondance et les Vies des moines de Syrie apportent un témoignage précieux sur la diversité des communautés chrétiennes de la Cilicie à la Mésopotamie et sur l’importance du monachisme entre Antioche, Palmyre et l’Euphrate. La Vie du moine Publius118 comporte de nombreuses références à Zeugma : « [Publius] avait pour patrie cette ville où le fameux Xerxès, en marche contre la Grèce, avait voulu passer l’Euphrate avec son armée ; il avait fait attacher ensemble un nombre considérable de bateaux qu’il avait groupés là et, après avoir jeté un pont sur l’Euphrate, il appela l’endroit Zeugma et donna ce nom à la ville »119. Publius fit sa première retraite dans la montagne à 30 stades de Zeugma, et l’afflux de disciples l’incita à fonder là l’une des premières communautés monastiques120 de la région. Théodoret insiste sur le fait que la communauté, à l’origine hellénophone, a dû s’ouvrir à « ceux qui parlent la langue du pays », à savoir le syriaque. Dans la correspondance de Théodoret, dont les sujets portent principalement sur des questions de dogme, une série de lettres permettent de suivre les péripéties de la querelle nestorienne, dans laquelle les évêques des principales villes d’Euphratésie, Samosate, Hiérapolis, Néocésarée, Zeugma121 et Barbalissos122, ont joué un rôle actif entre 428 et 444. Le « parti de l’Euphratésie » prit en effet la défense de Nestorius contre Cyrille d’Alexandre : Théodoret de Cyr et André de Samosate se chargèrent de rédiger des réfutations de la doctrine monophysite, à la demande de Jean, patriarche d’Antioche, avant le concile d’Éphèse à l’été 431. En 433, après la déposition de Nestorius, à laquelle Jean d’Antioche fut obligé de se rallier, Théodoret et Acace de Béroia cherchèrent, à leur tour, une voie de conciliation, malgré l’opposition de leur évêque métropolitain d’Euphratésie, Alexandre de Hiérapolis. Sur l’insistance de Théodoret et d’André123, le synode de réconciliation eut lieu à Zeugma en 433, en l’absence d’Alexandre de Hiérapolis, qui fut finalement condamné à l’exil en 435. Par ailleurs, trois lettres sont adressées à des magistrats de la boulè ou du conseil municipal de Zeugma124 pour leur rappeler que les règles du mariage chrétien condamnent le concubinage et les unions consanguines125, ou pour les exhorter à faire preuve de générosité envers l’Église126.

  • 127 Itinerarium Egeriae. L’auteur est parfois désignée sous le nom d’Éthérie ou d’Eucharia, cf. Maraval(...)
  • 128 Sur les indices de datation, ibid., p. 27-35.
  • 129 Elle désigne aussi cette région sous les termes « Mesopotamia Syriae / Mésopotamie de Syrie », cf. (...)
  • 130 Égérie, 18, 2.
  • 131 Égérie, 18, 3.
  • 132 Égérie, 19, 1.
  • 133 Cf. Löhberg 2006, p. 170.

54Le Journal de voyage d’Égérie127 doit être cité ici, puisque le chemin de la pèlerine, au retour de Jérusalem, la conduit d’Antioche à Édesse en mars 384128. Les détails de son itinéraire en Syrie et Mésopotamie129 peuvent être considérés comme représentatifs des conditions de circulation à la fin du ive s. : elle voyage en 25 étapes ou 25 jours entre Jérusalem et Édesse, en passant par Antioche. En Euphratésie, elle ne mentionne que Hiérapolis, ville opulente où elle fait halte plus d’une journée. De là, elle gagne l’Euphrate, à 15 milles de distance : le fleuve lui paraît « énorme et presque terrifiant, car son courant est aussi impétueux que celui du Rhône, sauf que l’Euphrate est encore plus grand »130. Sa traversée en bateau s’effectue par bac : « Comme il fallait le traverser en bateau, et seulement sur de très grands bateaux, je suis restée là plus d’une demi-journée ; puis, au nom de Dieu, le fleuve de l’Euphrate franchi, je suis entrée en Mésopotamie de Syrie »131. Quoique rapide, cette mention de traversée comporte des éléments importants : bien qu’il ne soit pas associé à une localité, le point de traversée semble fréquenté ; il est desservi par un système de bacs, non par de simples barques de riverains. Le temps que la pèlerine passe là avant d’embarquer correspond sans doute à celui de plusieurs transbordements. En rive gauche, la première ville qu’elle mentionne, Batanis-Batnée, se trouve déjà à quelques étapes du fleuve132. Cet itinéraire est comparable à l’une des routes de l’Itinéraire d’Antonin entre Hiérapolis et Édesse ou entre Émèse et Carrhes qui n’empruntent pas le pont de Zeugma133. Les récits de pèlerinage vers Édesse devaient être une production littéraire sans doute plus courante que ne le laisse supposer la rareté des témoignages conservés.

  • 134 « Κιρκήσιον » : Procope, De aed., II, VI, 1-11.
  • 135 Ibid., II, VI, 12.
  • 136 Ibid., II, VII, 17.
  • 137 Ibid., II, VIII, 7.
  • 138 Ibid., II, VIII, 8-21.
  • 139 « τὸ Σούρων πόλισμα » : Ibid., II, IX, 1-2.
  • 140 Ibid., II, IX, 3-9.
  • 141 Ibid., II, IX, 10.
  • 142 Ibid., II, IX, 18.

55Le De Aedificiis, rédigé en 560 par Procope, présente un caractère particulier. Cette commande de Justinien, qui a pour but d’établir sa réputation de grand bâtisseur et de défenseur de l’empire contre l’ennemi sassanide, ressemble, par bien des aspects, à un ouvrage de géographie. L’auteur y énumère les places fortes dont Justinien a restauré les fortifications, en les regroupant par unité géographique. La région du Moyen-Euphrate est divisée entre l’Euphratésie, que Procope assimile étrangement à l’ancienne Commagène, la Mésopotamie et l’Osrhoène, selon un ordre qui suit les rives du fleuve. Les villes ou forts dont les murs ont été relevés par les architectes de Justinien sont : en rive gauche, Circesium134 et Annoucas135 en Mésopotamie, Callinicum en Osrhoène136, et, en rive droite, Mambri137, Zénobia138, Soura139, Sergiopolis140, Barbalissos, Néocésarée, Europos141 et Zeugma142. Cette énumération est interrompue par trois longues présentations consacrées à Circesium, à Sergiopolis et, surtout, à Zénobia. La topographie insolite de Zénobia et l’ampleur des travaux accomplis sur les remparts ainsi que sur les édifices publics et religieux – églises, bains, rues à stoa et palestre – méritaient une description plus détaillée. Procope ne manque pas non plus de préciser quelles villes avaient déjà été fortifiées par Dioclétien et, parfois, de mentionner les matériaux employés pour les ouvrages défensifs. Ces écrits paraissent d’autant plus fiables que la louange à l’empereur ne peut guère se loger dans des informations de ce type et que la connaissance personnelle de ces régions par Procope, originaire de Césarée en Palestine, est des plus vraisemblables. Il a accompagné Bélisaire, général de Justinien, dans de nombreuses campagnes militaires, dont il a tiré une Histoire des guerres. La chronologie des offensives et sièges des villes syriennes et mésopotamiennes est en grande partie tributaire de son livre De Bello Persico, consacré aux guerres sassanides entre 532 et 551.

56L’œuvre de Stéphane de Byzance correspond à un autre genre littéraire apprécié à l’époque : la compilation, résumée et systématisée. Les Ethnica se présentent comme un petit lexique des peuples et des villes de l’empire et contiennent des informations historiques, en particulier sur les fondations séleucides, dont il est difficile de définir les sources. L’utilisation de Polybe et d’Alexandre de Milet comme sources directes, ou par l’intermédiaire d’auteurs les ayant démarqués, paraît certaine. Dans les notices de Stéphane de Byzance, les indications géographiques sont succinctes et font l’économie de toute indication de distances ou d’indices précis. Elles mentionnent, cependant, la proximité de l’Euphrate ou un toponyme connu de la région pour les localités suivantes : Nicèphorion, Nicatoris, Amphipolis – associée au toponyme syrien Tourmeda –, Zeugma, Thapsaque, Europos en Syrie et une « Oropos » (Europos) en face d’Amphipolis.

57Quelques indices topographiques peuvent être livrés par les historiens de Byzance, continuateurs d’un récit sans fin de batailles et de négociations avec les Perses Sassanides, puisque les places fortes de l’Euphrate, Circesium en particulier, semblent jouer un rôle de premier plan dans l’Histoire ecclésiastique d’Evagre, les Chronographia de Jean Malalas et ceux de Théophane, et les Histoires de Théophylacte Simocatta.

58Le corpus des textes sur le Moyen-Euphrate réunit donc quatre types de mentions :

  1. Les listes de stations et de villes mentionnées par des ouvrages des ier-iie s. apr. J.-C. (au livre xvi de la Géographie de Strabon, dans les Stations parthes d’Isidore de Charax, au livre v de l’Histoire naturelle de Pline et dans les indices de la Géographie de Ptolémée), puis par la Table de Peutinger. À ce groupe s’ajoutent, pour la Syrie chrétienne, les listes des conciles, qui, par leur caractère officiel, sont des indications fiables de la longévité des sites, après les raids sassanides de la seconde moitié du iiie s.

  2. Les textes d’historiens, qui permettent de replacer la vallée dans le contexte historique général. À de rares exceptions près (Polybe, Tacite, Ammien Marcellin ou Procope), il s’agit de compilations de sources antérieures, qui font peu de part à la précision géographique ou à la description et dont l’objet, essentiellement militaire, est centré sur l’affrontement de Rome et des empires parthe et sassanide, ce qui ne nous permet qu’une connaissance schématique des régions du Moyen-Euphrate.

  3. Les données dispersées, soit dans les correspondances (Cicéron et Théodoret de Cyr), soit dans des traités d’un type particulier (Lucien, Sur la déesse syrienne, Procope, De aedificiis).

  4. Le dossier épigraphique, composé essentiellement des papyrus de Doura-Europos et de ceux du Moyen-Euphrate, qui regroupe des documents officiels, juridiques et militaires, irremplaçables.

59Dans ce corpus, la période hellénistique, en raison de la pauvreté des sources concernant la Syrie, est représentée par seulement neuf toponymes, tandis que l’époque romaine, d’Auguste aux Sévères, compte plus de 47 noms nouveaux, auxquels s’ajoutent trois toponymes byzantins. Cependant, le nombre de toponymes (un total de 56 noms, toutes sources confondues et en excluant les doublets) est largement insuffisant par rapport au nombre de sites répertoriés (188 sites, nécropoles non comprises). On peut considérer, en effet, qu’à peine 10 % des localités ont dû être citées dans les « chorographies », les « histoires », et sur les cartes qui existaient aux époques hellénistique, romaine et byzantine. Or ces documents ne nous sont parvenus qu’en très petite quantité : les probabilités qu’un toponyme antique du Moyen-Euphrate nous ait été transmis sont donc minimes. C’est leur célébrité historique aux yeux des contemporains, leur longévité ou leur appartenance à un itinéraire qui en a sauvé certains de l’oubli. D’autre part, ces toponymes sont très inégalement représentés : la majorité du corpus concerne Séleucie-Zeugma. Cette fondation de Séleucos Ier est prise par Pline et Strabon comme référence géographique, en tant que point de traversée principal de l’Euphrate, pour les communications militaires aussi bien que commerciales. Nicèphorion-Callinicum, à la confluence du Balikh, et Circesium, à la confluence du Khabour, sont fréquemment cités principalement en raison de leur rôle militaire, puisqu’ils constituent des repères géographiques clairs pour la progression des armées et sont placés à des points de traversée et de réunion avec la flotte qui transporte le matériel de guerre et les vivres. Pourtant, ce n’est pas parce qu’il est fréquemment mentionné qu’un toponyme a le plus de chances d’être localisé, comme le montrent les exemples de Thapsaque, de Basileia ou de Birtha. Il suffit que lui soit associé, dans le texte, un élément géographique, chronologique ou typologique précis, comme dans le cas de Zénobia, citée uniquement par Procope, et dont la description vigoureuse correspond parfaitement au site de Halabiya.

Les récits de voyageurs européens à partir de la fin du xvie siècle et les débuts de la géographie historique

60La connaissance et la célébrité des auteurs antiques ont beaucoup influencé la redécouverte du Proche-Orient par les milieux cultivés, en Europe, à partir du xvie s. Les voyages d’Européens pénétrant plus profondément dans l’empire ottoman suscitèrent une réelle curiosité chez un public érudit et donnèrent lieu, dans les meilleurs des cas, à des publications. Ces récits, quels que fussent les objectifs premiers des voyages relatés, furent rapidement exploités par les philologues et les historiens, qui cherchaient à ancrer dans la réalité géographique et historique des lieux dont ils n’avaient connaissance, le plus souvent, que par la Bible et les textes grecs et latins. Les informations rapportées d’Orient furent alors immédiatement fructueuses, tant certaines appellations notées par les voyageurs étaient restées proches des noms des villes antiques. D’une certaine manière, les auteurs des récits de voyage devinrent de plus en plus conscients de l’attente des milieux savants et enrichirent leurs narrations de cartes, de descriptions de ruines et de leurs propres hypothèses d’identification.

61Les régions du Moyen-Euphrate occupent une place secondaire dans ces publications, qui concernent en majorité la côte et les Lieux Saints. La reconnaissance des rives de l’Euphrate commence cependant très tôt, dans la première moitié du xviie s., avec les itinéraires les plus audacieux et les plus longs qui suivent les axes commerciaux vers la Mésopotamie et la Perse. Les cartes, les observations et les toponymes recueillis par ces voyageurs ont favorisé les progrès de la géographie historique du Moyen-Euphrate et établi le cadre des missions de reconnaissance cartographique et scientifique à partir du milieu du xixe s.

Chronologie des voyages dans les régions du Moyen-Euphrate

  • 143 Voir annexe 3.

62Parmi l’abondante littérature des « voyages en Orient » publiée entre le xviie s. et le début du xxe s., trente-sept ouvrages mentionnent les régions intérieures de la Syrie ou, plus directement, les rives de l’Euphrate143. La liste qui suit n’est pas exhaustive, mais elle se veut représentative de l’évolution des buts de ces entreprises. Elle permet surtout de mettre en évidence les trois phases historiques principales qui ont abouti à l’exploration et à la reconnaissance des sites le long du fleuve. Il est intéressant de noter le statut du voyageur, le but de son voyage et son itinéraire. Il faut également distinguer l’époque à laquelle a eu lieu chacune de ces expéditions de la date de publication du récit de voyage, pour faire apparaître clairement les délais, parfois importants, entre les découvertes réalisées et leur diffusion publique.

Cadre général historique de l’exploration de la Syrie intérieure et de l’Euphrate

  • 144 Sur la clause du contrat obtenu par Savary de Brèves, ambassadeur d’Henri IV en 1604, cf. Billioud (...)

63La première étape de redécouverte des régions du Moyen-Euphrate commence avec des voyages diplomatiques et privés. Elle est liée au contexte politique général, qui, à partir du xvie s., fait de l’Empire ottoman un partenaire diplomatique et commercial appréciable pour les États européens. La recherche d’alliances et de privilèges pour l’établissement des comptoirs aux points stratégiques de l’empire a imprimé sur la présence européenne en Orient une situation de rivalité entre Français, Italiens, Britanniques et Prussiens et s’est traduite par la création de véritables aires d’influence, qui se sont maintenues jusqu’à la Première Guerre mondiale. Cette rivalité est également sensible dans le soutien actif apporté aux chrétiens orientaux, que les royaumes catholiques ont voulu rapprocher du Saint-Siège, tout en jugulant l’influence des missions protestantes. Les traités successifs passés par les États européens avec la Porte, depuis l’alliance de François Ier avec Soliman le Magnifique en 1535, visaient, en effet, à assurer la protection de leurs ressortissants puis, progressivement, des communautés chrétiennes autochtones d’obédience romaine. Il s’agissait également de garantir la sécurité et la liberté de mouvement des pèlerins visitant Jérusalem et les Lieux Saints144. Cette dernière clause est particulièrement importante, puisqu’aux côtés des missions diplomatiques et commerciales, ce sont ces voyages d’ordre privé entrepris par les pèlerins qui ont contribué à la redécouverte des villes antiques de Syrie et à la promotion des études orientalistes.

  • 145 Sur les transports en Syrie au xixe s., cf. Pascual 1995.

64À partir de la première moitié du xixe s., s’ouvre une seconde ère d’exploration, plus systématique, du territoire ottoman. Les stratégies militaires et commerciales européennes coïncident avec l’intérêt des sociétés savantes pour ces régions et les programmes de cartographie réalisés fournissent un cadre indispensable à une discipline en plein essor : la géographie historique. Le Traité de Paris, qui, signé en 1856, instaure l’Angleterre et la France coprotectrices des Chrétiens de l’Empire ottoman, a ouvert plus largement le pays aux investigations. Aussi déterminante est la très rapide révolution des conditions de voyage vers l’Orient : les transports deviennent plus accessibles et plus efficaces, grâce aux compagnies de navigation et à l’apparition de réseaux ferroviaires et de diligences au Proche-Orient145.

65À la fin du xixe s., une nouvelle génération d’historiens, de spécialistes des langues orientales (araméen, syriaque, arabe) et de conservateurs de musée peut ainsi venir sur le terrain chercher les éléments propres à nourrir et à renouveler ses problématiques de recherche. Certaines de ces entreprises sont aussi clairement destinées à enrichir les collections orientales européennes, soit par l’acquisition d’objets et de manuscrits, soit par des fouilles.

La place du Moyen-Euphrate dans les récits de voyage

66En général, la visite de la Syrie intérieure se limite à un séjour à Alep, et le périple sur l’Euphrate à une traversée. Au cours du xixe s., les voyageurs s’arrêtent volontiers en certains lieux de la côte : on visite quelques vestiges du temps des Croisés, ou Palmyre, sauvée des sables, puis, après un détour fortement recommandé par Alep, on gagne Jérusalem en passant par le Liban. F. Volney, par exemple, dont le Voyage en Égypte et en Syrie, publié en 1787, eut un écho plus que favorable, délaisse la région du Moyen-Euphrate. Le fleuve est évoqué succinctement dans les récits de voyage, comme une étape sur la route de la Haute-Mésopotamie ou de Babylone, que les chemins caravaniers rejoignaient en empruntant soit la route du désert, soit la vallée du Tigre – ainsi lors du voyage de J. S. Buckingham en 1816 –, ou comme une extension méridionale, vers la Syrie du Nord, d’un voyage en Turquie de l’Est.

67Les trajets le long des rives de l’Euphrate sont le fait de voyageurs originaux, poussés par une plus grande curiosité. Les parties de ces récits de voyage qui concernent les régions de l’Euphrate font ici l’objet d’une analyse détaillée, qui met l’accent sur la spécificité de chaque itinéraire. Cette présentation permet de distinguer les explorations « pionnières » qui, entre le xviie s. et le milieu du xixe s., ont conduit à la découverte de sites en dehors des axes caravaniers, et les excursions plus stéréotypées, qui empruntent des chemins déjà balisés. À partir de 1870, les voyages scientifiques ont pour but de combler l’absence d’informations sur certains segments de la vallée. Les toponymes enregistrés par les voyageurs sont reproduits tels quels et précisés par le nom actuel de la localité, si elle est identifiée, car cette pratique permet d’établir ou de réfuter des correspondances avec les cartes contemporaines et de souligner l’existence d’appellations doubles pour un même lieu. À la fin du xixe s., des voyageurs, comme Franz Cumont ou Gertrude Bell, ont déjà le souci d’harmoniser ces différentes mentions, et peinent parfois à reconnaître leur position par rapport aux indications toponymiques fournies par leurs prédécesseurs et portées sur les cartes qu’ils utilisent.

Exploration du Moyen-Orient du xviie siècle au début du xixe siècle

  • 146 La conquête de la Syrie et de la Mésopotamie est menée par Selim Ier (1512-1521). Birecik tombe en (...)
  • 147 Le sanjak de Tadmor (Palmyre) dépend du pashalik de Damas, cf. Marino 2000, p. 264.
  • 148 En 1548, une légation diplomatique vénitienne s’installe à Alep ; Volney fait le décompte des compt (...)
  • 149 Cf. Balbi 1590.
  • 150 Ce voyageur et commerçant français en pierres précieuses, fournisseur de Mazarin et de Louis XIV, e (...)
  • 151 Son voyage incognito jusqu’à Babylone en 1614 est relaté dans la lettre XV de son ouvrage, cf. Vall (...)
  • 152 Ibid., p. 204.

68L’exploration de sites archéologiques du Proche-Orient n’a pas été le but des premiers Européens qui ont pénétré sur le territoire de l’empire ottoman. Les premiers voyages sont le fait de diplomates, d’espions notoires et de commerçants. La fréquentation des routes caravanières a alors fourni des informations aussi inédites qu’incroyables, qui font l’objet de récits de voyages ou de communications aux sociétés savantes européennes. D’autre part, le « voyage privé », dont la motivation essentielle est le pèlerinage à Jérusalem, inclut, à partir de la fin du xviiie s. et dans les meilleurs cas, la visite du Liban, de la Syrie et de la Turquie, suivant les axes caravaniers de la façade méditerranéenne. La présence des consuls européens à Alep fait de cette ville une étape recherchée par les voyageurs. Cela explique que le Nord de la Syrie ait été le point de départ des premières expéditions originales vers la steppe et vers l’Euphrate. Ces excursions sont essentiellement le fait de personnalités britanniques, tels Henry Maundrell en 1699 et Richard Pococke en 1745. Le pashalik d’Alep146 recouvre un territoire considérable regroupant les sanjak d’Adana, de Kilis, de Membij, de Bir Jâk (Birecik)147. La place d’Alep dans le commerce international s’affirme au cours des xvie-xviie s., avec l’installation des légations diplomatiques européennes et des comptoirs dans l’enceinte des souks pour défendre leurs intérêts particuliers148. Les produits revendus à Alep sont principalement des marchandises venant d’Inde et d’Iran, ayant transité par la route ou par les ports du Golfe persique. Cependant, sur le territoire syrien, ces transports commerciaux suivent majoritairement les routes caravanières de la vallée de l’Euphrate ou du Tigre. D’après les récits de Gasparo Balbi149, de Jean-Baptiste Tavernier150 et de Pietro della Valle151, diverses caravanes suivent, depuis Alep, des itinéraires différents pendant la bonne saison (entre les premières pluies d’automne et le printemps) : certaines empruntent l’itinéraire traditionnel, qui passe au plus proche de l’Euphrate (essentiellement à Birecik) et font étape dans les principales villes de la Jezireh – soit Diyarbakir, en direction de l’Iran, soit Urfa, sur la route de Mossoul et du Tigre. Les autres caravanes franchissent la steppe, en direction du sud-est, et rallient la rive droite de l’Euphrate à la hauteur de Rahba-Mayadin. Ensuite, elles longent le fleuve jusqu’à ‘Ana, où une flottille locale assure la traversée, « parce que pour aller en Babilone, il faut le faire ou là, ou ailleurs »152. Le voyage de P. della Valle, d’Alep jusqu’à ‘Ana, dura 16 jours, la sécurité de la caravane ayant été garantie par la tribu de « l’émir Fejad », qui perçut un droit de péage lors de la seconde étape à Mellulah.

Premiers voyages dans l’Empire ottoman et vers l’Euphrate

  • 153 Le Moyen-Euphrate, qui dépend du pashalik d’Alep, est alors marginalisé et largement laissé au cont (...)
  • 154 Balbi 1590.

69L’intérêt de la connaissance de l’Orient pour l’histoire de l’Antiquité fut réveillé au milieu du xvie s. par des découvertes sensationnelles, comme celles du diplomate prussien Ghiselin von Busbeck. Entre 1553 et 1558, en effet, Augier Ghiselin von Busbeck, diplomate à la Grande Porte, a exploré la région qui s’étend entre Istanbul et Amasia. On lui doit le relevé des inscriptions du Monumentum Ancyranum Augusti à Ankara. De ses voyages, il rapporte pour la bibliothèque de Vienne plus de deux cent quarante œuvres d’art ainsi que des collections numismatique, botanique et zoologique. En 1567, Ludwig von Rauter, diplomate à Constantinople, pousse son voyage jusqu’à Alep, puis Damas et, sur le chemin du retour, regagne Venise par Le Caire, après avoir accompli son pèlerinage à Jérusalem. Les conditions de voyage en territoire ottoman sont encore alors extrêmement périlleuses, comme le rappelle l’aventure de Melchior von Seydlitz, pèlerin suisse, fait prisonnier en 1556 et qui, pendant son esclavage, découvrit Damas, Baalbek et Alep, avant d’être libéré à Constantinople. Au vu d’un tel contexte153, on mesure mieux l’audace du joaillier Gasparo Balbi, qui emprunte les routes caravanières le long de la vallée, d’Alep jusqu’à Bagdad, avant de poursuivre sa route jusqu’en Inde – un périple qui dura 9 ans, de 1579 à 1588154. Un voyage de même ampleur fut réalisé moins d’un demi-siècle plus tard par Pietro della Valle.

Pietro della Valle : son itinéraire d’Alep à Babylone

  • 155 Valle 1745, lettre XV.
  • 156 Ces lettres, corrigées et augmentées des notes de son journal à son retour, forment un ouvrage dont (...)
  • 157 Ibid., p. 189.
  • 158 Ibid., p. 192.
  • 159 S. Yérasimos rappelle le jugement sévère de Voltaire, dans son Essai sur les mœurs et l’esprit des (...)
  • 160 Lors de ses autres voyages, il a suivi différents itinéraires à travers la Turquie de l’Est, à part (...)

70En 1614, Pietro della Valle, « gentilhomme romain », comme il se désigne lui-même, se trouve à Alep, après avoir parcouru les Lieux Saints et la Syrie occidentale, lorsqu’il décide de visiter la légendaire Babylone155. Ses tribulations, relatées sous la forme d’un recueil de ses lettres de voyage156, fournissent des renseignements précieux, en particulier sur les trajets existants. D’Alep, P. della Valle cherche d’abord à rejoindre une caravane qui allait « par eau sur l’Euphrate » à partir d’El Bir (Birecik), mais le « marchand chrétien qui se charge d’emmener avec lui des Francs pour pareils voyages » lui fait faux bond. Finalement, c’est déguisé en Turc et accompagné d’un intendant vénitien, d’un peintre et de trois chrétiens aleppins qu’il rejoint une caravane traditionnelle. Cette caravane traverse la steppe pour rejoindre la vallée de l’Euphrate seulement au niveau du château de Rahba, près de l’actuelle Mayadin. Ensuite, elle longe le fleuve jusqu’en amont de ‘Ana avant de traverser en rive gauche jusqu’à Babylone, le tout en 19 jours sans halte prolongée. L’arrivée de P. della Valle sur les rives de l’Euphrate est grandiose : « Le samedi, qui fut le premier jour d’octobre, environ à une heure de soleil, nous arrivâmes à des collines, au-dessous desquelles, portant nos regards vers l’Orient, j’aperçus le cours de l’Euphrate, l’un des plus fameux fleuves du monde, et je bus de son eau avec joie, la puisant avec la main sur le rivage et la portant à ma bouche sans aucun vase »157. Dans la vallée, le voyageur observe avec finesse que la caravane progresse « aux environs de l’Euphrate comme si nous eussions pris son cours pour guide, tantôt de fort près, tantôt un peu loin, pour ne pas rendre notre chemin plus long en suivant précisément les grands tours qu’il fait en quelques endroits »158. L’intérêt de della Valle pour les ruines ne se dément jamais, bien qu’il peine à les identifier d’après un abrégé géographique nommé l’Épitomé géographique. Il remarque les ruines importantes de Seria (Esriya), celles du château d’El Her (Qasr Al-Heir Al-Sharqi) dans la steppe, puis le château de Rachba (Rahba) et la forteresse d’Anna dans la vallée. À Bagdad, où le Romain se marie et vit plusieurs années, il reconnaît les ruines de Babylone, dont il rapporte une brique qui fait l’étonnement des sociétés savantes italiennes. Le témoignage de P. della Valle est d’autant plus précieux qu’il rapporte des détails que Jean-Baptiste Tavernier n’a pas notés dans Les six voyages en Turquie, en Perse et aux Indes, publié à Paris en 1679159. Ce dernier, lors de son second voyage, en 1666, a pourtant emprunté la rive droite de l’Euphrate jusqu’à Rahba, où il a traversé pour poursuivre sa route en rive gauche jusqu’à Falloujah160.

71La tradition de l’expédition privée et de la relation de voyage à l’est de la Méditerranée, inaugurée par ces ouvrages, a été un type littéraire très apprécié au xviiie s. et, au-delà du pittoresque recherché, démontre la curiosité d’esprit de ces pèlerins audacieux qui ont, en quelque sorte, conscience d’un devoir envers des lecteurs avides d’informations sur cette terra incognita. Cependant, nombre de ces voyages de reconnaissance en Syrie n’auraient pu se faire sans le soutien des consuls et des notables aleppins qui ont fourni des guides, arméniens ou kurdes, ou ont accompagné eux-mêmes leurs hôtes sur les routes.

Premières découvertes de sites anciens en Syrie intérieure

72Les péripéties qui entourent la découverte de Palmyre mettent en lumière le rôle joué par ces relations de voyage, qui portent à la connaissance des sociétés savantes européennes des informations recueillies auprès des diplomates et des commerçants vivant en Orient.

Palmyre

  • 161 E. Will signale la présence, à l’Université d’Amsterdam, d’un tableau panoramique de G. Hofstede, q (...)
  • 162 Sur les résultats de R. Woods et H. Dawkins et le déchiffrement des inscriptions palmyréniennes dès (...)

73La localisation et la reconnaissance des ruines de Tadmor (Palmyre) paraissent avoir été une préoccupation de la communauté européenne d’Alep : une première tentative, en 1678, échoue en raison de l’hostilité manifeste des tribus bédouines envers les voyageurs. En 1691, une seconde expédition, qui réussit à atteindre la ville antique, coïncide avec le séjour du révérend W. Halifax à Alep. C’est par ce pèlerin, qui se joint à l’expédition organisée par le consul britannique, R. Huntington, que la découverte de Palmyre est très vite annoncée en Europe, où elle fait sensation. Elle donne lieu à une communication officielle de W. Halifax devant la Royal Philosophical Society. D’après E. Will, trois vues panoramiques des ruines de Palmyre ont été exécutées entre 1691 et 1710161, avant la campagne d’études menée en 1751 par R. Woods et H. Dawkins, dont la publication Ruines de Palmyre, en 1753, présenta les célèbres dessins de B. Borra162. C’est pendant les mêmes décennies, à la fin du xviie s., et avec la participation active de la communauté anglaise d’Alep, qu’eurent lieu de semblables découvertes vers les rives de l’Euphrate.

Carchemish et autres sites de l’Euphrate à proximité d’Alep

  • 163 Son statut exact est « chaplain of the Factory of the East India and Turkey companies ».
  • 164 Titre de la première édition : Journey from Aleppo to Jerusalem at Easter, A.D. 1697. Ce récit de v (...)
  • 165 Ibid., p. 55.
  • 166 Ibid., p. 96.
  • 167 Ibid.
  • 168 Remarquable description de Cyrrhus, cf.  ibid., p. 159.
  • 169 Ibid., p. 158.

74En avril 1697, Henry Maundrell, aumônier attaché à une entreprise anglaise basée à Alep163, entreprend une excursion d’une dizaine de jours vers l’est. Son itinéraire décrit une large boucle, passant par Bab (Al-Bab), au sud-est d’Alep, et Bambych (Membij), pour atteindre la rive droite de l’Euphrate à Jerabolus (Jerablous). De là, il traverse ponctuellement le fleuve à Beer (Birecik). Puis, de nouveau en rive droite, il gagne Nisib (Nizip) et, en longeant la vallée du Sajour, il s’arrête à Antab (Gaziantep). Enfin, il traverse les massifs qui le séparent de Corus/Cyrrhus et de la vallée de l’Afrin, avant de rentrer à Alep. La relation de cette intéressante excursion, An Account of the Author’s Journey to the Banks of Euphrates at Beer and to the Country of Mesopotamia, est, en fait, un additif de 1714 à la troisième édition de son pèlerinage, publié sous le titre A Journey from Aleppo to Jerusalem at Easter, A. D. 1697164. Cette augmentation est liée à l’intérêt suscité par la découverte des sites de Jerablous et de Cyrrhus, intérêt qui ne se dément pas, puisque l’ouvrage est réédité pour la septième fois en 1749. Les informations récoltées par H. Maundrell dans la région d’Alep sont, en effet, inédites. À Jerablous165, il a reconnu l’ampleur du site (dont il estime l’étendue à 2 250 pas), la situation de son acropole au bord du fleuve et la forme de ses remparts percés de portes. Le schéma qu’il restitue (fig. 36) montre une enceinte semi-circulaire avec, au bord de l’Euphrate, une acropole fortifiée166. Les vestiges qu’il remarque sont un bâtiment, des fûts de colonnes, et il dessine, dans un style très gréco-romain, un lion hittite167 qui lui rappelle l’animal associé au trône de la déesse syrienne sur les monnaies de Hiérapolis. À Cyrrhus168, il remarque la cathédrale, la configuration du site avec son acropole, bien mise en valeur sur le croquis annoté qu’il publie. En certains points, H. Maundrell fait référence aux sources antiques : il propose d’identifier Antab (Gaziantep) avec Antioche du Taurus169 et reconnaît, à Corus (Cyrrhus), le territoire de Théodoret de Cyr, auquel il attribue la construction d’un pont sur la rivière Sabon (Nahr Saboun).

Fig. 36 ‑ Plan de Carchemish par H. Maundrell et dessin d’un relief in situ

Fig. 36 ‑ Plan de Carchemish par H. Maundrell et dessin d’un relief in situ

(Maundrell 1749, p. 97).

  • 170 Le livre II/1 est consacré à la Palestine et le livre II/2 à la Syrie et à la Mésopotamie.
  • 171 « En 1743, l’évêque anglais R. Pococke amorça un tournant nouveau en publiant de manière systématiq (...)
  • 172 Dans la préface, il est précisé à propos des cartes que les contours des pays sont empruntés aux « (...)

75A Description of the East de Richard Pococke170, une génération plus tard, est, pour la partie syrienne et mésopotamienne, déjà tributaire de Maundrell ainsi que d’autres auteurs souvent non cités : la description de la région qui s’étend d’Alep au Haut-Euphrate mentionne longuement des villes, comme Khilis (Kilis), qui ne font pas partie de l’itinéraire de Pococke. L’ambition de l’ouvrage tiré de ce voyage est déjà plus encyclopédique que les récits de l’époque : A Description of the East, publié à Londres en 1745, fait une plus grande part aux références historiques et aux toponymes antiques, ainsi qu’aux ruines archéologiques171. La carte éditée avec le second volume, Map of the Holy Land and Syria172, dresse un état des connaissances géographiques et des localisations de villes antiques qui va bien au-delà des régions parcourues par Pococke lui-même. Sur le cours de l’Euphrate, par exemple, douze sites sont signalés en rive droite entre Romkala (Rumkale) et al Deyr (Deir ez-Zor), et huit en rive gauche, entre le village de Giben et Kerkisia (Al‑Bousayra).

Table Pococke 1 : Toponymes de l’Euphrate notés sur la carte des voyages de R. Pococke

Rive droite

Rive gauche

1) Romkala (Rumkale)

2) Zima / Zeugma (Belkıs)

3) Kenaia river Nisib (Nizip), Ceurke

4) Jerabees / Gerrhae (Jerablous)

5) Sarouch

6) Raik

7) Balis (Bâlis)

8) Aman (Soura Al-Hammam)

9) Baladac

10) Casibi (Tell Qsoubi)

11) Chelebi (Zénobia/Halabiya)

12) al Deyr (Deir ez-Zor)

1) Giben

2) Beer / Thiar (Birecik)

3) Mezera (Mezraa)

4) Gibeldanshar

5) Rakka (Raqqa)

6) al Amora

7) Zelbi (Zalabiya)

8) Kerkisia (Circesium/Al-Bousayra)

  • 173 Trois chapitres du livre II sont consacrés aux régions du Moyen-Euphrate : chapitre XVI : « Of Anta (...)
  • 174 Il renonce finalement à cette identification.
  • 175 « For after I had left Beer, I enquired if there was any place on the Euphrates of that name; and I (...)
  • 176 Ouvrage mentionné par Hogarth, cf. Hogarth 1914, p. 4.

76Le texte des chapitres consacrés aux régions au nord et à l’ouest d’Alep173 suit moins strictement le déroulement de l’excursion qu’il n’épouse celui des hypothèses d’identification de l’auteur, d’après les distances fournies par les sources antiques, essentiellement d’après Ptolémée. En 1738, l’itinéraire de R. Pococke le mène d’Antab (Gaziantep) à Romkala (Rumkale), à la confluence d’un cours d’eau qu’il nomme Simeren (actuel Merzumen su) et de l’Euphrate. C’est là qu’il traverse le fleuve en bac et rejoint Ourfa (Urfa). De là, il revient vers l’ouest jusqu’à Beer (Birecik). Passé de nouveau en rive droite, il visite le site de Jerabees (Jerablous), puis regagne Alep par la route de Bambouk (Membij). Enfin, il mentionne la région aride au sud d’Alep, qu’il désigne, à l’instar de H. Maundrell, comme « the Valley of the Salt », en référence au lac saumâtre de Gabboul. Comme on le voit, il n’a pas visité Samosate, ni le site de Belkıs-Zeugma, auxquels son nom reste pourtant attaché parce qu’il a très judicieusement cherché à les localiser. La discussion sur l’identification des places fortes de l’Euphrate est amenée par les tentatives de Pococke pour identifier l’affluent de l’Euphrate qui coule au nord de Rumkale avec la rivière Singas mentionnée par Ptolémée174. Sa recherche des villes de la liste de Ptolémée, Samosate, Ourima, Arudis et Zeugma, est uniquement fondée sur les informations collectées auprès des gens du cru. Il obtient des réponses négatives pour les trois premières, mais entend dire à Birecik qu’à 12 miles (19,2 km) en amont se trouve un lieu-dit Zima. On lui confirme aussi qu’on peut y voir, en période d’étiage, les vestiges de piles de pont, de part et d’autre du fleuve175. Fort de ces renseignements, Richard Pococke localise donc sur sa carte Zeugma à Zima. Cette intuition, tout à fait juste, ne retint pourtant pas l’attention des historiens, sans doute parce qu’elle n’était pas étayée par l’exploration du site lui-même. Au sujet des sites qu’il a, au contraire, visités, l’auteur fournit des descriptions vigoureuses et claires, notamment de Rumkale, de Jerablous – qu’il identifie à tort à Gherrae – et de Bambouk (Membij), où il reconnaît Hiérapolis. Si l’ouvrage de Richard Pococke est une référence fréquente dans les débats de géographie historique qui occupent les érudits au cours du xixe s., c’est plutôt pour la qualité de ses observations de terrain, car aucune des propositions d’identification qu’il a présentées n’a alors été définitivement admise. En 1754, Alexander Drummond, consul britannique à Alep, intègre à son tour le récit d’une excursion vers le fleuve dans son ouvrage Travels as far as the Banks of the Euphrates176.

Activité diplomatique et culturelle française

  • 177 Tel J. Otter, qui fut chargé en 1748 de réaffirmer la présence française sur les marchés d’Orient e (...)
  • 178 Comme la mission du docteur Granger en 1745, parrainée par Louis XV et l’Académie des Sciences, ou (...)
  • 179 Sur A. Galland et les sources de cette traduction, cf. Larzul 1996, p. 19-32.
  • 180 La traduction française diverge en plusieurs points de l’ouvrage original (notamment pour la divisi (...)
  • 181 Hommage rendu par R. Dussaud, cf. Dussaud 1927, p. IX.
  • 182 Voyage en Égypte et en Syrie pendant les années 1783, 1784 et 1785, « avec deux cartes géographique (...)
  • 183 D’après l’édition critique de J. Gaulmier, cf. Volney 1787.
  • 184 Son exposé sur le Pachalic d’Alep est d’une clarté réjouissante ; il en aborde l’état politique et (...)
  • 185 Charles-Roux 1928.
  • 186 Alors qu’on dénombrait 30 marchands en 1630. Les comptoirs vénitiens d’Alep périclitent à la même é (...)
  • 187 « Notice sur la carte générale des Paschaliks de Bagdad, Orfa et Haleb et sur le plan d’Haleb de M. (...)
  • 188 Ses voyages ne firent pas l’objet d’une publication immédiate, mais ont été diffusés plus tardiveme (...)

77En ce qui concerne la France, la pénétration du Proche-Orient et les liens diplomatiques avec la Grande Porte ont été privilégiés depuis la Renaissance. Cette tradition s’est manifestée sous les formes les plus diverses : le soutien accordé aux Églises d’Orient, la présence de grands diplomates177 et, surtout, l’envoi régulier de missions à caractère scientifique et botanique178. C’est également dans ces conditions qu’il fut procédé à des achats d’antiquités et de manuscrits, et que l’on compléta les connaissances géographiques, conformément au goût du siècle. La traduction des Mille et une nuits par le savant orientaliste Antoine Galland179, entre 1704 et 1717, a, en quelque sorte, ouvert un grand siècle d’orientalisme pour un large public. L’expression « voyage en Orient » est, d’ailleurs, apparue avec la traduction française de l’ouvrage de Richard Pococke en 1772180. La tradition de la relation de voyage à la française s’est, quant à elle, peu à peu répandue, animée par un but didactique assez marqué, dont le meilleur exemple est sans doute le travail de synthèse, « jamais égalé »181, de Volney, publié en 1787182. Volney séjourne à Alep de décembre 1783 à janvier 1784183, mais ne s’est pas aventuré vers l’est au-delà de Membij184. La présence française en Syrie n’entraîne pas une exploration intense vers l’intérieur du pays. Au début du xviiie s., les intérêts français se sont détournés d’Alep et se sont concentrés sur les comptoirs de la côte, Alexandrette, Smyrne et Seyde (Saïda), pour des raisons politiques et financières185. Le conflit entre les Perses et les Ottomans pour la possession de Bagdad trouble, en effet, les voies commerciales liées à Alep, dont la prospérité a paru momentanément compromise. De plus, les autorités ottomanes réprouvent l’établissement des relations diplomatiques que la France tente de lier avec la Perse. C’est pourquoi, vers 1715, la communauté européenne d’Alep ne compte plus que quinze marchands français186, alors que l’activité commerciale britannique s’y intensifie depuis l’ouverture de comptoirs sur l’Océan indien. Il était, en effet, vital pour l’Angleterre de s’assurer, sur les régions orientales de la Syrie et sur la Perse, une aire d’influence en liaison avec ses intérêts en Inde. La présence d’un consul français est, malgré tout, maintenue à Alep et Joseph Rousseau, qui occupe cette fonction entre 1811 et 1818, fournit un nombre important de données187 : ses observations constituent une référence solide pour la Syrie du Nord, les régions de Mossoul et de Bagdad, où il fut consul en 1805-1807188.

État de la cartographie de la Syrie avant 1830

  • 189 Atlas d’Anvillianus antiquus major 1762, réédité en 1768. R. Dussaud se réfère également à une cart (...)
  • 190 Ibid., p. VIII.
  • 191 Carte anglaise du Dépôt des cartes de la Marine (Recueil factice no 4.029B. des cartes Turquie d’As (...)

78L’état de la cartographie de la Syrie avant 1830, tel que le présente René Dussaud dans la préface de la Topographie historique de la Syrie antique et médiévale, est caractérisé par deux faiblesses marquantes : l’absence de fiabilité des tracés, notamment de celui du réseau fluvial, et un grand déséquilibre des données entre les régions côtières et l’intérieur du pays. Dans le cas de l’Euphrate, le manque de fiabilité et les lacunes présentées par les documents antérieurs à 1835 sont évidents. Le cours sinueux du fleuve est mal restitué et les changements de direction qui marquent la partie du Moyen-Euphrate sont très accentués, voire caricaturés. La position des trois principaux affluents du fleuve, le Sajour, le Balikh et le Khabour, varie selon les cartes et il n’est pas rare que l’une de ces rivières soit oubliée. On note également une certaine confusion entre les localités situées en rive droite et celles de la rive gauche. Qu’il s’agisse des cartes accompagnant la publication d’un récit de voyage ou de la réalisation d’atlas historiques, il faut considérer ces documents comme une compilation d’itinéraires. Les données qui ont été utilisées pour l’établissement de ces cartes sont, d’ailleurs, difficiles à déterminer, comme le remarquait déjà R. Dussaud à propos de l’œuvre de d’Anville189 : le cartographe français paraît avoir utilisé des renseignements sur les sites de la steppe syrienne qui « lui sont certainement parvenus d’Alep qui fut, au xviiie s., le centre des explorations en Syrie »190. R. Dussaud mentionne, à cette occasion, la copie d’une carte anglaise anonyme191, antérieure à 1780, qui semble retracer les explorations réalisées par « des personnes d’Alep ». Tous ces itinéraires rayonnent, en effet, depuis Alep vers la côte (Antioche), vers le nord-est à travers le Massif calcaire (Qal‘at Saman, Cyrrhus, Aintab) et en direction de l’Euphrate (Birecik). Certains de ces trajets sont comparables à ceux de H. Maundrell et de R. Pococke.

  • 192 Turcicum Imperium de la Staatsbibliothek der Stiftung Preussischer Kulturbesitz à Berlin (gr. 2oKar (...)
  • 193 Cedid Atlas Tercümesi, Üsküdar, 1803, carte 75, reproduite par K. Kohlmeyer avec transcription des (...)

79Par ailleurs, K. Kohlmeyer a comparé deux éditions de cartes anciennes de la Syrie : la carte « Turcicum Imperium », issue de l’Atlas Major réalisé par J. Blaeu à Amsterdam en 1663192, et un extrait de l’Atlas ottoman de 1803193. La comparaison entre ces documents de dates, d’usages et d’origines différents est intéressante sur plusieurs points. Tout d’abord, elle permet de voir les tentatives successives de restitution du tracé de l’Euphrate et montre qu’entre le xviie s. et le début du xixe s., aucune technique de relevé fiable n’avait réussi à saisir le parcours de l’Euphrate et de ses affluents. Fait étonnant, c’est la carte de J. Blaeu, la plus ancienne, qui déforme le moins les changements d’orientation du cours du fleuve, peut-être parce que l’auteur s’est référé aux indications des marchands hollandais qui effectuaient par bateau le trajet de Birecik à Bagdad (fig. 37). En revanche, et sans doute pour les mêmes raisons, la distribution des localités entre les deux rives est plus incertaine et, en particulier, la position de Belis/Bâlis en rive gauche est inattendue. Enfin, seule la confluence du Khabour est signalée. Sur l’atlas ottoman, le réseau hydrographique est plus détaillé, ainsi que la position des principaux reliefs (fig. 38). Pour le Moyen-Euphrate, le lecteur moderne peut, du reste, déterminer les localités qui sont communes à ces deux documents en dépit des variations dans les transcriptions.

Fig. 37 ‑ Tracé du Moyen-Euphrate d’après l’Atlas major Blaeu (1663).

Fig. 37 ‑ Tracé du Moyen-Euphrate d’après l’Atlas major Blaeu (1663).

Fig. 38 ‑ Tracé du Moyen-Euphrate d’après le Nouvel atlas turc (1803).

Fig. 38 ‑ Tracé du Moyen-Euphrate d’après le Nouvel atlas turc (1803).

Tableau comparatif

Carte J. Blaeu 1663

Atlas ottoman 1803

RD

RG

RD

RG

Al Bir (Birecik)

Belis (Bâlis)

Balis

El‘abar

Meliolzura

Beletsurie (Soura)

Alahmân (Al-Hammam)

Racha (Raqqa)

Raqqa

Alahmura

Muhamaddiya

Qallûqa (Khanouqa)

Qasâbî (Qsoubi)

Celebi (Halabiya)

Zalabe (Halabiya)

Elder (Deir ez-Zor)

Al Dar

Rhabi (Rahba)

  • 194 Kohlmeyer 1986, p. 63.

80K. Kohlmeyer a comparé les toponymes notés sur la carte de J. Blaeu et ceux inscrits sur la carte ottomane avec le récit de voyage de G. Balbi. Il en résulte que la liste des étapes mentionnées par le voyageur italien, bien qu’antérieure, réunit en fait toutes les localités signalées sur les deux documents194. À partir du xixe s., la précision des cartes permet de localiser les sites antiques dont la position est suffisamment explicitée par les sources ou par la toponymie.

Les débuts de la géographie historique du Moyen-Euphrate au xixe siècle

  • 195 Troisième volume de l’Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l’Orient, cf. Chauvet e (...)
  • 196 Sur l’histoire de cette collection et sur les volumes consacrés à l’Orient, cf. Morlier 2005.

81Tandis que le « voyage en Orient » commence à devenir, au début du xixe s., une mode pour la haute société anglaise, l’exploration scientifique de certaines régions du moyen et du proche Orient – la Turquie de l’Est pour les Allemands et les vallées de l’Euphrate et du Tigre pour les Britanniques – est entreprise avec des visées stratégiques et économiques précises. Le lien entre l’essor des travaux de géographie historique et les progrès de la cartographie n’étonnera personne : René Dussaud l’a admirablement confirmé en ouvrant la préface de sa Topographie historique de la Syrie antique et médiévale par un bilan vigoureux sur la « cartographie de la Syrie », de l’Antiquité au Mandat français. Après 1870, la stabilité relative de l’Empire, la sécurité des routes et l’absence de frontière favorisent également les grandes missions de reconnaissance de la Méditerranée au Golfe. Mais ces investigations s’effectuent selon les zones historiques d’influence des différentes nations européennes. À cette époque, entreprendre un voyage en Orient n’est plus de l’ordre de l’impossible – comme le prouve la parution, en 1882, d’un guide touristique consacré à la Syrie et à la Palestine, proposant des itinéraires selon la durée du séjour, des adresses utiles et des conseils pratiques195, dans la collection « Guides Joanne », inaugurée par l’éditeur Hachette en 1861196. Certains érudits n’hésitent pas alors à faire le périple jusqu’en Syrie pour enrichir leurs connaissances et explorer les régions touchant à leurs sujets d’étude particuliers. Leurs observations de terrain apportent des éléments neufs à la géographie historique du Moyen-Euphrate. En 1834, la localisation des principales agglomérations antiques est encore un exercice théorique, limité par l’état des connaissances cartographiques et archéologiques. Sur la carte « Égypte, Syrie, Phénicie et Asie mineure » présentée dans l’Atlas historique de Laguillermie (fig. 39), la distribution des toponymes entre les rives de l’Euphrate se révèle pourtant assez clairvoyante : Zeugma est située en rive droite, en face d’Apamée. Le tracé fluvial fantaisiste a décalé Europos (Jerablous) à la confluence du Sajour, Barbalissus près de celle du Wadi Qalqal, dont le tracé est bien reconnaissable. Même en l’absence du Khabour, Circesium et Doura-Europos – qui apparaît ici sous la graphie « Oruros », ont été placées plutôt judicieusement.

Fig. 39 ‑ Tracé du Moyen-Euphrate et localisation des toponymes antiques en 1837

Fig. 39 ‑ Tracé du Moyen-Euphrate et localisation des toponymes antiques en 1837

(Extrait de la carte « Égypte, Syrie, Phoenicie et Asie mineure », dressée par C. V. Monin et gravée par G. Laguillermie, 1837).

Les recherches cartographiques

  • 197 Pour l’Asie Mineure et la Syrie, ce sont, en particulier, les observations astronomiques de Wontsch (...)

82Les progrès réalisés dans le domaine de la cartographie ont donné un cadre plus stable aux premiers travaux de géographie historique et relancé l’intérêt des sociétés savantes européennes pour les sites du Moyen-Euphrate. Une étape essentielle pour la réalisation des cartes est franchie dans la première moitié du xixe s., avec la mise au point de techniques de relevé fondées sur le repérage astronomique197 et la triangulation. Cartographier le cours de l’Euphrate, en déterminer scientifiquement les sources et les affluents, fut un souci commun des États européens et ottoman. Cette entreprise était, cependant, motivée par des objectifs bien distincts et fut, par conséquent, réalisée à des échelles différentes. Les régions de l’Euphrate furent concernées par trois programmes majeurs entre 1830 et 1835.

La mission cartographique de Callier et Stamaty (1830-1834)

  • 198 C. A. Callier et P. J. A. Stamaty étaient censés accompagner Michaud, spécialiste des croisades, ma (...)
  • 199 R. Dussaud relate l’épopée de ces deux hommes qui travaillèrent jusqu’à l’épuisement ; Stamaty meur (...)

83R. Dussaud rappelle à juste titre l’entreprise pionnière des lieutenants ingénieurs cartographes Camille Antoine Callier et P. J. A. Stamaty, délégués par l’État-major français pour dresser une carte des régions de Syrie, d’Asie mineure et de Palestine198. Ce projet ambitieux n’aboutit pas complètement, en raison d’événements dramatiques survenus pendant cette expédition (épidémie de peste, révoltes de Birecik et d’Urfa en 1831, de Damas en 1832)199, mais les deux cartographes eurent le temps de reconnaître les sources de l’Euphrate et du Tigre et de suivre, depuis Diyarbakir, le cours de l’Euphrate jusqu’à Birecik. Le résultat final, la Carte de la Syrie méridionale et de la Palestine au 1:500 000e, est publié dès 1835.

Expéditions britanniques sur l’Euphrate et le Tigre (1835 et 1865)

  • 200 Cette mission mandatée par le gouvernement britannique fut suggérée, en premier lieu, par Sir Rober (...)

84La mission de reconnaissance sur les deux fleuves majeurs du Proche-Orient décidée par l’Angleterre est l’entreprise la plus décisive et la plus ambitieuse de notre corpus. L’objectif est clair : tester différentes voies d’accès vers l’Inde. Dans cette perspective, l’Euphrate est considéré comme un lien essentiel entre l’Europe et l’Asie, à condition de prouver que le fleuve est navigable. La mission, confiée au lieutenant-colonel Francis Rawdon Chesney dès 1829200, a pour but de reconnaître tout le réseau fluvial depuis ses sources jusqu’au Golfe, d’en relever en continu les rives, les variations de largeur du cours, de profondeur du lit, et de fixer la position des villes, villages et campements sis à proximité.

  • 201 Cette partie a sans doute été cartographiée en 1835, alors que les navires étaient acheminés d’Anti (...)
  • 202 Sur la légende de la carte I, le nom du Baron von Moltke est mal orthographié « Molke of the Prussi (...)
  • 203 L’identification des ruines de Halabiya avec Zénobia fut immédiate, tant la description de Procope (...)
  • 204 En 1882, la protection du canal fut confiée à l’Angleterre, qui avait racheté à l’Égypte endettée s (...)
  • 205 L’ambition de l’ouvrage de Chesney est quasi encyclopédique : le tome I contient une description ph (...)
  • 206 Cf. Chesney 1850, I, chapitre II, « General Course of the Tigris », et chapitre III, « General Cour (...)
  • 207 Titre du chapitre XVIII, Chesney 1850, I.

85Deux steamers sont donc affrétés, avec un équipage très complet. Le 16 mars 1836 commence la descente de l’Euphrate à partir d’un point situé en rive droite, en aval de Birecik, et rebaptisé pour la circonstance « Port William ». Cette expédition, travail de longue haleine, a permis la réalisation du splendide atlas de quatorze cartes présenté en 1850 avec deux denses volumes de commentaires rédigés par Chesney, synthétisant toutes les informations collectées par les membres de son équipe. La carte I, « The River Euphrates with the Cicilian Taurus and North Syria », restitue les lignes de côte d’Alexandrette à Ras Al-Bassit, le cours de l’Oronte dans la plaine d’Antioche201 et la topographie autour d’Aintab et d’Alep. Pour le Taurus, sa partie occidentale a été reconnue par le lieutenant Murphy, de l’expédition britannique, tandis que la carte intègre, pour sa partie orientale, les informations recueillies par le militaire prussien von Moltke202. La Haute-Mésopotamie, de l’Euphrate à Urfa, a été prospectée par F. R. Chesney en 1832, par H. B. Lynch en 1836, ainsi que par W. F. Ainsworth. Ces superbes cartes, riches en informations topographiques et toponymiques, constituent une documentation précieuse et servent de référence à toute nouvelle carte des régions de l’Euphrate jusqu’au Mandat français. Elles fixent pour la première fois le véritable parcours du fleuve, sa division en différents chenaux, la position des principales îles, celle des affluents les plus notables et la configuration des reliefs bordant le fleuve, avec des indications géologiques et des altitudes relatives (fig. 40). Y sont également notés les tells et les ruines – plus nombreux, à l’époque, que les villages –, les concentrations de grottes, les lieux-dits de campement et le tracé de canaux anciens (fig. 41). En complément, on y trouve aussi quelques hypothèses de routes historiques, comme celle de l’expédition de Cyrus, car l’abondance de sites archéologiques nouveaux répertoriés dans les régions de l’Euphrate a tout de suite encouragé le rapprochement avec les sources antiques. Certains sites, comme Chelebi (Halabiya), pourtant connu depuis le xvie s., sont redécouverts et font l’objet de communications devant les sociétés scientifiques203. On doit, par exemple, à la mission britannique la première mention des ruines de Salhiya, où sera plus tard reconnue Doura-Europos (fig. 42). En outre, les annotations portées sur ces cartes sont explicitées par la série d’ouvrages publiés par les membres de l’expédition. Les deux tomes de The Expedition for the Survey of the Rivers Euphrates and Tigris, publiés en 1850 par F. R. Chesney, ont été précédés en 1842 par la parution d’un récit de voyage, Travels and Researches in Asia Minor, Mesopotamia, Chaldea, and Armenia, signé par W. F. Ainsworth, le géologue embarqué sur l’Euphrates Steamer. La seconde expédition britannique sur l’Euphrate, en 1865, permet à W. F. Ainsworth de préciser son sujet avec A Personal Narrative of the Euphrates Expedition, publication datée de 1888. En dépit de l’œuvre accomplie, l’objectif stratégique de ce programme et le plaidoyer ardent de F. R. Chesney pour ouvrir sur l’Euphrate une nouvelle route commerciale vers l’Inde perdent tout intérêt en 1869, avec l’inauguration du canal de Suez204. En revanche, l’acquisition de nouvelles données archéologiques et topographiques a un effet heureux et durable pour l’essor de la géographie historique de la Syrie et de la Mésopotamie. La volumineuse publication de F. R. Chesney205, The Expedition for the Survey of the Rivers Euphrates and Tigris, constitue une source importante d’informations puisque, outre l’atlas, elle synthétise toutes les prospections réalisées pendant et en marge de cette expédition. L’auteur y présente symétriquement les caractéristiques générales des cours du Tigre et de l’Euphrate206, puis procède par unités régionales. Les régions du Moyen-Euphrate sont ainsi présentées dans le chapitre consacré au « Nord de la Syrie et [au] Pashalik d’Alep »207.

Fig. 40 ‑ Relevés topographiques et hydrographiques réalisés lors de l’expédition britannique dirigée par F. R. Chesney en aval de Birecik. Noter la différence de traitement du cours du fleuve en amont de Port William, point de départ de la mission de reconnaissance

Fig. 40 ‑ Relevés topographiques et hydrographiques réalisés lors de l’expédition britannique dirigée par F. R. Chesney en aval de Birecik. Noter la différence de traitement du cours du fleuve en amont de Port William, point de départ de la mission de reconnaissance

(Extrait de la Chesney II 1850)

Fig. 41 ‑ Relevés et annotations à caractères historiques sur le cours de l’Euphrate entre Aksoobi (Tell Qsoubi) et Tibni. Noter le rendu du défilé du Khanouqa, la mention du canal de Sémiramis et la restitution de la marche de Cyrus

Fig. 41 ‑ Relevés et annotations à caractères historiques sur le cours de l’Euphrate entre Aksoobi (Tell Qsoubi) et Tibni. Noter le rendu du défilé du Khanouqa, la mention du canal de Sémiramis et la restitution de la marche de Cyrus

(extrait de la carte Chesney IV 1850)

Fig. 42 ‑ Première localisation des ruines de Salhiyé en rive droite et restitution de l’itinéraire de Cyrus

Fig. 42 ‑ Première localisation des ruines de Salhiyé en rive droite et restitution de l’itinéraire de Cyrus

(extrait de la carte Chesney IV 1850)

Les progrès de la cartographie allemande

  • 208 Depuis la seconde moitié du xixe s., les liens entre Istanbul et la Prusse étaient les plus forts e (...)
  • 209 Sur l’importance de l’œuvre de Helmut von Moltke pour l’archéologie, cf. Dörner 1981, p. 11-14.
  • 210 Dörner 1981, p. 23.

86Les cartes britanniques couvrant les régions du Taurus et du Haut-Euphrate sont principalement redevables, à partir du milieu du xixe s., à l’activité de Helmut von Moltke. En 1835, von Moltke, jeune capitaine prussien détaché à Constantinople comme conseiller militaire à la cour du sultan turc208, entreprend, à la demande du Haut-Commandement ottoman, un voyage de reconnaissance du Nord et du Sud de l’Anti-Taurus, dans la région qui sépare Malatya et Birecik209. L’objectif stratégique de cette mission est en relation directe avec les revendications de Pasha Mehmet Ali sur la Syrie. Il s’agit d’établir un rapport exact sur les axes routiers menant en Syrie du Nord, pour permettre à l’armée ottomane d’envoyer plus rapidement des renforts en cas de troubles. Le capitaine commence donc par vérifier si le cours de l’Euphrate peut être utilisé pour le transport des unités, du matériel et de l’approvisionnement de troupes. Ses deux tentatives pour descendre le fleuve en kelek échouent, prouvant que la voie fluviale entre Malatya et Samosate est à exclure. Von Moltke prospecte, ensuite, les contreforts du Taurus pour fournir à l’état-major turc la documentation cartographique qui lui fait défaut. Pour ses indications militaires et topographiques, il utilise le sommet du Nemrut Dağι comme point de repère, mais sans y avoir grimpé, manquant ainsi la découverte du complexe funéraire d’Antiochos Ier Theos de Commagène, dont l’inventeur sera, en 1881, Karl Sester. L’exposé, en 1841, de cette exploration, Briefe über Zustände und Begebenheiten in der Türkei, fait sensation : von Moltke y révèle l’existence de nouveaux sites archéologiques, tel le site de Gerger sur les bords de l’Euphrate, dont il a relevé l’inscription monumentale210. Ses notes de travail servent en particulier de base à la carte de H. Kiepert, Karte von Kleinasien, parue dès 1844. Pour toutes ces raisons, le Baron von Moltke a été considéré pendant un demi-siècle comme le grand spécialiste de la Turquie de l’Est.

Le rôle des sociétés savantes et des musées européens

87À partir de 1840, la recherche tournée vers l’Orient s’est diversifiée et intensifiée : sur le plan méthodologique, avec l’essor de la géographie historique et le début des fouilles, et sur le plan géographique, avec les prospections de la côte méditerranéenne au Golfe. Enfin, la découverte des sites assyriens et sumériens de Mésopotamie, inaugurée par les fouilles de P.-E. Botta, entre 1842 et 1843, et de A. H. Layard en Mésopotamie, élargit brusquement le domaine d’étude des civilisations antiques du Proche-Orient. Les historiens et les philologues ont alors à leur disposition une large documentation cartographique et littéraire récente. L’objet de leur recherche s’anime : ils peuvent comparer les témoignages publiés depuis deux siècles d’exploration, augmentés encore par les découvertes sensationnelles, comme celle de Pétra. Ils y puisent activement pour servir l’argumentaire de leurs hypothèses d’identification des vestiges, ces plaidoyers étant d’autant plus passionnés et contradictoires que les voyageurs ne cessent eux-mêmes de critiquer les déductions de leurs prédécesseurs sur le terrain.

Renouveau des éditions de textes de géographie antiques et arabes

  • 211 Dans le tome I, paru en 1855, tandis que les cartes sont présentées dans le tome III, cf. Isidore d (...)
  • 212 « In Isidori mansionibus Parthicis Euphratis particulas (tab. 9) dedimus ex opere Chesneyi : Survey (...)
  • 213 Chesney 1850, I, carte II, « The River Euphrates from Sumeïsàt to Kal’at en Nejm ».
  • 214 Ibid., carte III, « The River Euphrates from Kal’at en Nejm to Abú Ṣaïde », et carte IV, « The Rive (...)

88L’édition des sources anciennes s’ouvre aussi à la réalité du terrain. Dans les années 1830-1850, la géographie antique est à l’honneur. C. Müller entreprend l’édition critique des fragments de textes grecs à teneur géographique Geographi Graeci Minores. La manière dont le philologue a choisi de présenter l’édition du texte grec d’Isidore de Charax211 est tout à fait révélatrice de la qualité de cet ouvrage : il associe les Stations parthes à des supports cartographiques récents, fondés sur la carte des régions iraniennes et kurdes publiée par H. Kiepert et les relevés britanniques de F. R. Chesney212. Sur une première carte générale de l’Euphrate, C. Müller replace les étapes de l’itinéraire entre Apamée et Séleucie du Tigre, en se référant aux localités modernes qui lui semblent pouvoir être identifiées avec les toponymes antiques. Pour trois segments de l’itinéraire – le premier d’Apamée (localisée, à tort, à Birecik) à Charax Sidou, le deuxième entre Nicèphorion et Basileia et le troisième entre Merrhan et Tillabus –, il fournit également des cartes de détail, en s’appuyant sur des extraits des relevés britanniques du fleuve : la carte de la région de Birecik reproduit la carte II de l’atlas de Chesney213 et la carte de la vallée de Ethdein/Tell Thadayain à Waladiyn est tirée des cartes III-VI214 (fig. 43). Ces documents présentent non seulement les hypothèses d’identification du philologue, mais aussi toutes les annotations de la carte originale – localités, vestiges signalés. Ils indiquent aussi la position de Sorrha (Soura) et de Resafah (Rasafa), deux sites qui ne figurent pas parmi les Stations parthes.

Fig. 43 ‑ Détail de l’itinéraire restitué pour l’édition des Mansiones parthicae Euphratis par C. Müller d’après les cartes Chesney III-IV 1950

Fig. 43 ‑ Détail de l’itinéraire restitué pour l’édition des Mansiones parthicae Euphratis par C. Müller d’après les cartes Chesney III-IV 1950

(GGM. I, 1855, tabula 9 dextra)

  • 215 Les textes antiques édités par E. Miller y sont mis en rapport avec dix cartes dressées par le Colo (...)
  • 216 Carl Ritter (1779-1859), co-fondateur de la Société de Géographie de Berlin, die Gesellschaft für E (...)
  • 217 Le titre complet est Die Erdkunde im Verhältniss zur Natur und zur Geschichte des Menschen oder all (...)

89Dans la même décennie paraissent des recueils de routes antiques : l’un, Recueil des itinéraires anciens, publié à Paris par le Marquis de Fortia d’Urban, membre de l’Institut de France, en 1845215, l’autre, Itinerarium Antonini Augusti et Hierosolymitanum, édité à Berlin par Gustav Parthey et Moritz Friedrich Pinder, en 1848. Enfin, il faut ici mentionner l’ouvrage quasi encyclopédique de Carl Ritter216, Die Erdkunde im Verhältniss zur Natur und zur Geschichte des Menschen217, paru à Berlin en 1851. Cette œuvre tend à mettre en valeur l’influence de l’environnement physique sur le développement de l’activité humaine. Les chapitres consacrés à la Syrie sont densément détaillés et reposent sur une compilation très complète des voyages d’exploration menés depuis le xvie s. Les références historiques sont très nombreuses et le géographe essaie d’arbitrer entre différentes hypothèses de localisation de villes antiques. Les identifications proposées ont, d’ailleurs, été reprises et diffusées dans les cartes éditées par les cartographes allemands.

Premières fouilles sur le Moyen-Euphrate

  • 218 Sur les firmans et la législation ottomane sur les fouilles au xixe s., cf. Chevalier 2002, p. 35-4 (...)
  • 219 En accordant leur soutien aux fouilles de sites proche-orientaux, les musées européens trouvaient u (...)

90Une nouvelle impulsion est donnée aux recherches de terrain par les musées et les sociétés savantes européennes, dont le rôle est essentiel quand il s’agit de financer des fouilles ou d’obtenir un soutien logistique et diplomatique. En effet, aucun voyage scientifique ni aucune fouille sur le territoire de l’empire ottoman ne peuvent être entrepris sans le fameux firman218. Alors que les années 1840-1890 correspondent aux temps héroïques de l’archéologie mésopotamienne et que la fouille des plus grandioses cités d’Asie mineure est âprement disputée par la France et l’Allemagne, il faut attendre 1870 pour que les sites du Moyen-Euphrate, par ailleurs bien connus des collectionneurs privés et des antiquaires d’Alep, suscitent enfin l’intérêt d’un musée européen219.

Fouilles du British Museum à Jerablous-Carchemish (1878-1879)

  • 220 La mission de G. Smith et les fouilles à Carchemish sous la direction de P. Henderson sont rappelée (...)

91En 1876, le British Museum220 charge un de ses conservateurs, George Smith, de prospecter des sites d’Asie occidentale et d’étudier la possibilité de fouilles sur un site important. Lors de son séjour à Alep, G. Smith est conseillé par W. H. Skene, consul britannique, qui attire son attention sur le site de Jerablous. Le conservateur constate sur place l’ampleur des vestiges, la présence de fortifications et d’un palais, et copie une inscription hittite. Mais G. Smith succombant aux fièvres pendant le trajet de retour, le British Museum ne peut juger de l’importance du site que d’après le carnet de dessins et les notes du malheureux voyageur. Finalement, le musée dépêche, en juin 1878, P. Henderson à Alep pour demander aux autorités ottomanes un permis de fouille. Après de rudes négociations, les fouilles commencent en décembre 1878 et se prolongent jusqu’à l’été sous la direction de P. Henderson. Le premier rapport, publié dès l’hiver 1880, est très documenté et présente un plan du site, avec la localisation des sondages, des photographies et des relevés des sculptures et des inscriptions dispersées sur le site. Une série de sculptures hittites, à moitié enfouies, a été dégagée et envoyée au British Museum. En juillet 1881, cependant, les British Museum Trustees décident d’abandonner ces fouilles peu rentables, les niveaux hittites étant difficilement accessibles sous la ville romaine et byzantine.

Pillage des mosaïques de Belkıs par le British Museum ?

  • 221 Journée du 29 XI 1879, Sachau 1883, p. 177-178.
  • 222 « Au sud du village se trouve une petite plaine, où l’on a trouvé à 1 ou 3 pieds sous le sol des pa (...)
  • 223 Ibid.
  • 224 Metheny 1907, p. 158.

92Pendant cette campagne de fouilles à Jerablous, il semble que l’équipe de P. Henderson se soit aussi intéressée au site de Belkıs/Zeugma, si l’on en croit le témoignage d’Eduard Sachau, qui visite le site en 1879221. Sachau assiste au dégagement de très belles mosaïques222 : des pavements géométriques, mais aussi un ensemble représentant les travaux d’Hercule et une figuration de Vénus. Pour l’universitaire berlinois, « la dépose et le départ de ces mosaïques au British Museum ont été très certainement planifiés »223. Cette suspicion est peut-être hâtive, puisqu’en 1906, J. R. Metheny reconnaît à Birecik des fragments brisés de trois panneaux des travaux d’Hercule224.

  • 225 Par comparaison, le musée de Berlin consacra beaucoup de temps et de moyens, entre 1890 et 1898, au (...)

93Les projets archéologiques sur les rives du Moyen-Euphrate, épisodiques dans les années 1879-1880225, ne reprennent que trente ans plus tard, alors qu’une série de voyages d’étude, sans lien avec des projets de fouilles, ont mis en évidence le potentiel et l’intérêt historique des sites de la vallée.

Explorations systématiques des rives de l’Euphrate de la fin du xixe s. à 1918

  • 226 Mais il faut compter avec les épidémies récurrentes de choléra ou de peste, les problèmes avec les (...)
  • 227 Comme les éditions Baedecker, ou le guide Joanne Itinéraire descriptif, historique et archéologique (...)

94L’existence d’une documentation cartographique plus fiable sur les régions de l’Euphrate a sans aucun doute facilité aux chercheurs l’accès au terrain, outre le fait que le contexte géopolitique est assez favorable à la fin du xixe s. Les conditions de voyage sont aussi devenues plus faciles226 : les liaisons maritimes sont plus fréquentes vers Beyrouth et Alexandrette et une voie ferroviaire relie Istanbul à Ankara. Les routes, même secondaires, sont mieux balisées par les cartes, et il faut également souligner la parution de guides de voyage très bien informés consacrés à l’Orient227. Grâce aux cartes, les chercheurs disposent enfin d’une plus grande autonomie pour choisir leurs itinéraires et fixer leurs objectifs scientifiques. La richesse des informations, tout comme les lacunes, qui figurent sur les cartes britanniques et allemandes qu’ils ont à leur disposition, les encouragent et les stimulent.

95À l’intérêt de visiter des sites renommés comme Hiérapolis/Membij, Carchemish/Jerablous ou Qal‘at Al-Najm, s’ajoute le souci de compléter les cartes antérieures et l’indéniable satisfaction de les corriger. L’attitude du milieu de la recherche envers la documentation existante sur l’Euphrate est, en effet, ambivalente. La carte renforce la fiabilité des témoignages de ceux qui ont précédé les nouveaux visiteurs sur le terrain : le cartographe, en localisant selon des méthodes plus exactes les lieux déjà prospectés, contribue à leur donner de la réalité. Cependant, le voyageur s’astreint autant à retrouver sur le terrain ce qui est signalé sur ses cartes qu’à corriger celles-ci et, surtout, à en combler les parties « muettes ». Les circonstances particulières qui amènent la découverte du Nemrut Dağι en 1881 et la révision des cartes d’Heinrich Kiepert sont, sur ce point, intéressantes : elles montrent qu’il est alors encore difficile de remettre en question la véracité des cartes établies par la génération pionnière d’explorateurs, qui fait autorité, dans le domaine tant archéologique qu’historique et géographique.

  • 228 Pour une vision claire et plus complète des expéditions qui ont concerné le Moyen-Euphrate de la fi (...)

96Les voyages d’étude examinés ici ont été entrepris dans les régions de l’Euphrate entre 1879 et 1914 et ont contribué significativement à la connaissance des vestiges archéologiques de la vallée. Ils font, par conséquent, partie des sources prioritairement utilisées pour notre catalogue archéologique. Précisons que les reconnaissances sur les rives de l’Euphrate ne constituent pas le cœur de ces voyages, mais qu’elles sont englobées dans une exploration plus large, comprenant au moins la Syrie du Nord ou la Mésopotamie. Cependant, quelle que soit la longueur parcourue dans la vallée, chacun des voyageurs traite avec sérieux et attention les sites qu’il y a visités et fournit des indices de datation et d’identification. La forme des publications issues de ces prospections est très variée et comprend aussi bien des récits de voyage de facture classique, accompagnés de cartes et de relevés, notamment chez E. Sachau, C. Humann et G. Bell, que des synthèses thématiques où les informations du voyage ont déjà été sélectionnées et exploitées, comme les publications de M. F. von Oppenheim, de V. Chapot, de F. Cumont, et de F. Sarre et E. Herzfeld. Ces travaux, qui représentent des étapes majeures pour la documentation archéologique du Moyen-Euphrate, sont à considérer en fonction de la date à laquelle ces explorations ont eu lieu. Un tel choix de présentation met en évidence l’intensification des recherches entre 1899 et 1910. Le délai plus ou moins long entre la réalisation de ces voyages et la diffusion des découvertes – parfois, de courts rapports préliminaires ont précédé la publication d’un ouvrage plus abouti – doit être pris en compte car, pour chaque chercheur, la connaissance des travaux antérieurs publiés par ses collègues joue une part essentielle dans l’élaboration de son itinéraire : soit que son intérêt ait été attiré par une découverte qu’il lui semble important de voir par lui-même et de republier, surtout s’il y a des inscriptions en jeu, soit qu’il tienne à explorer des secteurs moins connus228.

Le voyage d’étude d’Eduard Sachau

  • 229 C’est d’ailleurs E. Lüttick qui guide Sachau de Damas à Palmyre, puis l’accompagne à Alep. Il aide (...)
  • 230 Reise in Syrien und Mesopotamien, mit zwei Karten von Professor Heinrich Kiepert, 18 illustrations (...)
  • 231 Les cartes établies par H. Kiepert s’appuient sur les relevés britanniques pour le tracé du fleuve, (...)

97Le premier voyage d’étude qui couvre un large segment du Moyen-Euphrate a été entrepris par Eduard Sachau en 1879-1880. C’est l’occasion, pour ce spécialiste des langues orientales, d’approfondir ses connaissances dans les domaines « linguistique, épigraphique et géographique ». S’il a reçu le soutien financier d’institutions germaniques, E. Sachau ne s’est pas rendu en Syrie pour représenter l’Université de Berlin, où il vient d’obtenir un poste, mais pour recueillir de nouveaux éléments de réflexion pour ses recherches. Ses intentions sont d’ailleurs assez floues lorsqu’il arrive à Damas. Son itinéraire à travers la Syrie du Nord et la Mésopotamie lui est, en partie, suggéré par Ernst Lüttick, vice-consul allemand à Damas229. C’est avec la conscience de prospecter une région mal connue, où un inventaire systématique des sites archéologiques est encore nécessaire, que l’universitaire aborde les régions de l’Euphrate et non, comme tant de ses prédécesseurs, pour se rendre d’Alep à Mossoul. Le récit de son voyage, de facture assez classique, est publié en 1883 sous le titre Reise in Syrien und Mesopotamien230. Il est assorti de deux cartes établies par Heinrich Kiepert, qui permettent de suivre le parcours compliqué de l’universitaire berlinois231.

  • 232 Voir, par exemple, le plan schématique de l’église d’Abou Hanaya, Sachau 1883, p. 134.
  • 233 Pour le Moyen-Euphrate, inscription latine sur une stèle funéraire trouvée à Tel Ghanime (Tell Amar (...)
  • 234 Ibid., p. 252.

98Le voyage complet forme une large boucle qui relie Alep à l’Euphrate, par Membij et Birecik, pour gagner la Haute-Mésopotamie par Édesse jusqu’à Raqqa. Là, Sachau emprunte la vallée de l’Euphrate jusqu’à Mayadin puis remonte le Khabour, explore la vallée du Tigre, puis revient à Alep en retraversant l’Euphrate à Birecik. Cette exploration de terrain a duré quatre mois, de la mi-octobre 1879 à la fin mars 1880. La liberté et l’esprit scientifique du voyageur sont manifestes quand on détaille son itinéraire. En effet, il n’hésite pas à faire des détours ou des excursions impromptues pour visiter des localités, qu’elles soient indiquées sur sa carte ou qu’il en entende parler localement. Inventeur de nombreux sites, il en fournit une description relativement précise, s’astreint à en évaluer la surface et l’époque, prête attention aux tessons qui jonchent le sol et aux nécropoles. Il dessine parfois le plan des monuments232, copie les inscriptions, aussi bien latines ou grecques qu’arabes233. Maîtrisant parfaitement l’arabe, il recueille des informations sur les populations qu’il rencontre. De plus, Sachau a été parmi les premiers à s’intéresser aux tribus nomades de l’Euphrate et à leurs structures sociales. Il distingue les zones de semi-nomadisme correspondant à chaque composante tribale : les Beni Saïd aux environs de Membij, en rive droite, les ‘Aneze, et, en rive orientale, différentes subdivisions de la tribu des Shewaja : les Baggara à Raqqa et les Boul Khamis dans le Haut-Khabour. Il souligne également l’extrême misère de la population qu’il rencontre dans les campements. Les Bédouins restent soumis à une imposition annuelle, une dîme sur les récoltes et sur le bétail, moutons et chèvres (trois piastres par an) : « Au printemps 1880, on m’a raconté que le gouvernement voulait augmenter la dîme sur le petit bétail à cinq piastres et instaurer un impôt annuel de neuf piastres sur chaque chameau »234. Les hameaux très appauvris se situent non loin de l’Euphrate, au milieu de bosquets de tamaris.

  • 235 Pour la région du Balikh non couverte par les cartes anglaises, E. Sachau se réfère à un autre docu (...)
  • 236 Dans la vallée de l’Euphrate, bien documentée, sa tâche est aisée, car il se positionne par rapport (...)
  • 237 E. Sachau justifie explicitement son exploration de la région entre le sud d’Alep et de Membij, rég (...)
  • 238 Ibid., p. 250-251.
  • 239 E. Sachau se livre à une seconde démonstration avec la localité d’El Khass, désignée localement par (...)
  • 240 Ibid., p. 251. Notons que le doute persistera : en 1909, G. Bell visite un site nommé Jdeideh puis (...)
  • 241 Sachau 1883, p. 177.
  • 242 Tell Ranama chez Chesney et actuellement Tell Amarna, B04.

99Attentif aux paysages, Sachau donne à son lecteur de nombreux points de repère sur l’environnement, la configuration des reliefs, la faune et la flore. La structure de sa narration suit précisément le déroulement de son voyage, jour après jour, et son rapport quotidien est émaillé d’un lot d’anecdotes (heure de départ et d’arrivée, description de la route, des localités traversées, informations sur les vestiges). Les distances sont indiquées en durées de trajet à cheval. Les cartes dont l’universitaire berlinois dispose pour la Syrie du Nord et l’Euphrate sont explicitement celles établies à partir des relevés britanniques et publiées sous la direction de F. R. Chesney en 1849 et 1850235. Elles lui servent constamment pour repérer sa position236. C’est là un point essentiel pour comprendre l’activité de Sachau sur le terrain puisque, en de nombreuses occasions, c’est pour réagir à l’état des informations lisibles sur la carte qu’il organise son itinéraire, que ce soit pour en combler les lacunes, par exemple en prospectant la région de Gabboul et du sud de Membij237, ou pour vérifier une hypothèse que la lecture de la carte lui a inspirée, motivation de son expédition à Srêsât (Sarasat), à Tel Beshar (Tilbeshar) ou à Tabouz. Sachau est le premier, à notre connaissance, à éprouver sur le terrain la fiabilité des cartes britanniques de l’Euphrate. À force d’utiliser ce document, Sachau en perçoit aussi le défaut principal, c’est-à-dire la relativité des toponymes consignés par les ingénieurs anglais. Dans une digression au sujet du toponyme Abû Saïd238, mentionné sur la carte IV de Chesney, il explique comment les cartographes anglais ont été piégés par ce qu’on pourrait appeler une méconnaissance des us et coutumes de la toponymie bédouine. Le cœur du problème, tel que l’analyse Sachau, est qu’à chaque lieu est associée une double appellation : un toponyme fixe et un anthroponyme qui rappelle quel cheikh a autorité sur les habitants du lieu. Dans l’usage, le nom du lieu basé sur l’anthroponyme est donc plus utile à connaître et à faire connaître, puisqu’il renvoie à la structure hiérarchique d’une tribu et à l’organisation spatiale de son territoire, mais c’est aussi le moins précis, puisqu’il s’applique à tout un secteur et qu’il change quand un cheikh succède à un autre. Or, constate le voyageur, de nombreux toponymes consignés sur la carte anglaise sont du type anthroponymique – Abû Saïd, Abû Kemal, Sheikh Husein, Sheikh Sin – alors que les toponymes véritablement attachés à un lieu-dit unique auraient dû être récoltés en priorité par les cartographes. Le voyageur fait sa propre démonstration à partir de l’anthroponyme « Abou Saïd »239, qui double le toponyme Djedede240. En fait, les confusions en matière de toponymie ne font que commencer, puisque la diffusion des cartes anglaises imposera durablement les toponymes anthroponymiques du milieu du xixe s. L’impossibilité de retrouver un lieu-dit signalé sur les cartes est, au demeurant, une difficulté récurrente à laquelle ont été confrontés la plupart des chercheurs qui sont passés dans la vallée. Eduard Sachau, quant à lui, recueille systématiquement toutes les variantes des toponymes dont il a connaissance : par exemple pour Bâlkîz (Belkıs), il précise la prononciation alépine Bâl’iz241, ou bien retranscrit les différents vocalismes de Tel El Ghanîm (Tell Amarna), également appelé Tel Ghanîme, ou Tel Ghanama242.

  • 243 Sachau 1883, p. 133.
  • 244 Ibid., p. 146-152.
  • 245 Sarasat est signalé, sur la carte II de Chesney, comme un lieu de campement bédouin, en aval de l’e (...)
  • 246 Sachau 1883, p. 177-178.

100Mais suivons à présent pas à pas le professeur Sachau vers la vallée de l’Euphrate. Tout d’abord, en partant d’Alep, il ne gagne pas Birecik, en ligne droite par le nord-est, car il tient à explorer le triangle « blanc » qui figure entre Alep, Membij et le secteur au nord de Gabboul243. Au départ d’Alep, il pique vers le sud-est, le long du Jebel Al-Hass, contourne le lac salé par le sud, puis chevauche vers le nord, à l’intérieur des terres, sur un axe parallèle à la vallée, de Meskené jusqu’au Wadi Ghalghal (Wadi Qalqal), avant de rejoindre Membij (fig. 45). En chemin, il inventorie et documente un nombre important de sites antiques, en majorité romains ou byzantins, dont une série dispersée au nord et au sud d’Abou Hanaya. Ayant fait étape à Membij, dont il fournit une précieuse description244, il se dirige vers Qal‘at Al-Najm (B18), puis remonte le fleuve en suivant la crête du Jebel Al-Hammam, où il signale l’existence de sources d’eau chaude. Arrivé à la confluence du Sajour et de l’Euphrate, il délaisse la vallée pour remonter cet affluent jusqu’à Tel Beshar (Tilbeshar). Là, il fait demi-tour et regagne directement l’Euphrate à Djerabîs (Jerablous, A28), où fouille le British Museum. Puis il s’accorde une excursion dans la plaine alluviale au sud de Jerablous, parsemée de tells, pour retrouver la ville antique de Kikilia (Ptolémée), la Ceciliana de la Table de Peutinger. Sur la carte II de Chesney, en effet, une intrigante localisation « ruins, supposed ancient Caeciliana » est lisible entre Tell Amarna et le Sajour, sans qu’aucun toponyme moderne n’y soit rattaché. À partir du Wadi Amarna, E. Sachau poursuit donc sa chevauchée le long de la rive étroite de l’Euphrate et remonte la large ravine qui mène jusqu’à un site important, désigné par le toponyme Srêsât (Sarasat, B05) en raison de sa proximité avec un village du même nom245. Bien qu’impressionné par les vestiges, le savant ne confirme ni n’infirme l’identification de Sarasat avec Caeciliana. De retour à Jerablous, il remonte la vallée jusqu’à Birecik. Avant de se lancer en Mésopotamie, il a l’idée de retraverser en rive droite pour visiter Bâlkîz (Belkıs, A08). Outre l’anecdote déjà mentionnée sur le pillage des mosaïques, il note l’importance de cette ville antique et, surtout, l’existence d’un site Tel Mûsa (Tilmusa/Apamée, C07) sur la rive opposée : « En face de Bâlkîz, sur la rive opposée, se trouve un petit village nommé Tel Mûsa. Au sud de celui-ci s’élève une hauteur qui est en pente raide vers l’Euphrate et dont les parois semblent être en partie des murs anciens. Sur la hauteur, on voit une masse de pierres, comme si c’étaient les restes des constructions d’une ancienne ville. Il est à remarquer aussi que, de ce côté, une construction en pierre du type d’une digue s’enfonce dans l’Euphrate ; elle ressemble aux vestiges d’un pont ancien. Vraisemblablement, les deux rives de l’Euphrate à Bâlkîz et à Tel Mûsa sont l’emplacement d’une ou de deux villes de l’Antiquité »246.

  • 247 Ibid., p. 157.

101L’apport d’E. Sachau pour la connaissance de la région du Sajour et du segment de l’Euphrate entre Belkıs et Qal‘at Al-Najm est ici notable et complète bien la carte britannique. Ce travail est d’ailleurs mis en valeur par la carte intitulée « Route am Euphrat und Sâdjûr », au 1 : 375 000e (fig. 44), qui détaille la carte générale de Birecik à Bâlis établie par Kiepert (fig. 45). Il faut également rappeler l’existence d’un plan schématique, sans échelle, de la confluence du Sajour247.

Fig. 44 ‑ Route am Euphrat und Sadjûr. Itinéraire d’E. Sachau le long du Sajour et dans la vallée de l’Euphrate au printemps 1879 cartographié par H. Kiepert

Fig. 44 ‑ Route am Euphrat und Sadjûr. Itinéraire d’E. Sachau le long du Sajour et dans la vallée de l’Euphrate au printemps 1879 cartographié par H. Kiepert

(Sachau 1883)

Fig. 45 ‑ Itinéraire d’E. Sachau entre Alep et la rive droite de l’Euphrate en 1879 cartographié par H. Kiepert

Fig. 45 ‑ Itinéraire d’E. Sachau entre Alep et la rive droite de l’Euphrate en 1879 cartographié par H. Kiepert

(Sachau 1883)

Table Sachau 1 : Sites prospectés entre Belkıs et Qal‘at Al-Najm

Sites de la rive droite de l’Euphrate visités par E. Sachau entre Belkıs et Qal‘at Al-Najm (1879)

Bâlkîz (Zeugma)

Tashatan (Tell Qanat, B03)

Köfr (Kefri, A13)

Tel el ‘Alawijjé (Jerablous Tahtani, B01)

Tel Bejendûr

El Djâmil (Jerablous Tahtani ? B01)

Alifoghlû (Elifoglu, A18)

Tel el Ghanîm (Tell Amarna, B04)

Kerkiz

Srêsât (Sarasat, B05)

Tel Kellekhî

Kyrk Maghaâa (Qal‘at Mokar, B06)

Tel Ghyrlâuk (Girlavik Harabe, A26)

ruines à proximité de Jebel el Tîn

Merdj Khamîs

Kal‘at en Nidjm (Qal‘at Al-Najm, B18)

Djerabîs (Jerablous, A28)

  • 248 Ibid., p. 241-244. La description par Sachau de Raqqa et d’Ar-Rafiqa a été utilement exploitée par (...)
  • 249 Identifié à tort comme un castellum gréco-romain servant à surveiller le gué d’El Hammam, Sachau 18 (...)
  • 250 Chesney 1850, I, Carte IV. Sur les sites préclassiques de cette section de la vallée, voir les trav (...)

102Le second segment prospecté dans la vallée de l’Euphrate se situe entre Raqqa248 et Mayadin, comme nous l’avons dit. Mais, là encore, le cheminement du voyageur n’est pas linéaire, puisqu’il fait une excursion à Kal‘at Haragla (Heraqlea)249, au nord de Raqqa. Puis, contraint par une tribu bédouine en révolte de renoncer à visiter Resapha (Rasafa), il choisit de longer la rive gauche, de préférence à la rive droite où passe la route la plus fréquentée (fig. 45). Ici aussi, Sachau fait œuvre utile, puisque la rive gauche de l’Euphrate entre Raqqa et Deir est peu documentée par les cartes anglaises250.

Table Sachau 2 : Sites prospectés entre Raqqa et Deir ez-Zor

Sites visités en rive gauche par E. Sachau entre Raqqa et Deir (1879)

Tel Zêdân

Makhada (gué sur le Balikh)

Abû Saïd - Djedêde (Abou Saïd, F05)

El Khass - Katr Elmerdud

Tel el Khmêdâ (Tell Khmeyda, F06)

Gabr Abû Atîc (Qoubr Abou Atiq)

Zelebijje (Zalabiya, F08)

El Kubrâ (Abdallah El Faradj, Al-Kibra)

Umm Regêba (Kasra, F10)

El Khrêtâ

  • 251 Sur l’histoire de cette localité de la fin du xixe s. jusqu’au début du xxe s., cf. Hannoyer 1993.

103Son voyage se poursuit en rive droite. Après avoir passé Noël à Deir ez-Zor251, il entreprend une excursion difficile en amont jusqu’à Tabouz (E09), site qu’il pense devoir être identifié avec Dabausa. Il remarque aussi le site romain de Tel Ajjah (Qreya, E10). En aval de Deir, il gagne Rahba, où il attend, sous la neige, le bac de Mayadin pour traverser et s’engager finalement dans la vallée du Khabour.

104Ce voyage n’est pas centré, on l’a vu, sur une problématique historique précise, ni sur un travail d’identification des sites à partir des sources antiques. Certes, ce linguiste de culture classique avance quelques hypothèses, mais, pour le Moyen-Euphrate, seules deux identifications sont explicitement assumées : Djerabîs (Jerablous) pour Europos – cette identification est même signalée sur sa carte – et Al-Bousayra pour Circesium (F26). Son travail est surtout précieux dans ce qu’il a de plus modeste : en répertoriant systématiquement les sites visités et ceux aperçus ou simplement mentionnés en sa présence, il attire l’attention sur le potentiel archéologique et historique de ces ensembles de vestiges et suscite une très grande curiosité chez son lecteur. Ce faisant, il a ouvert la voie à d’autres voyages d’études ; la nouvelle génération d’orientalistes qui lui a succédé sur les rives de l’Euphrate lui est redevable sur bien des points. D’Ernst Herzfeld et Friedrich Sarre à Franz Cumont, de Victor Chapot à Gertrude Bell, tous ont marché sur ses traces. La publication d’E. Sachau est également marquée par une collaboration plus étroite entre la cartographie et l’exploration archéologique : comme nous l’avons vu, les cartes de H. Kiepert associées au récit de voyage reflètent précisément les itinéraires et les découvertes du savant berlinois. Le travail de Heinrich et de Reinach Kiepert avec les missions archéologiques allemandes au Proche-Orient a accru, nous le verrons, la qualité et l’intérêt des cartes publiées par cette famille de géographes. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, ils ont, non seulement, assuré la réalisation de presque tous les documents cartographiques sur cette région du monde accompagnant les publications archéologiques allemandes, mais ils ont aussi édité un atlas de géographie historique où la qualité des cartes d’Asie Mineure et de Syrie tient en partie à leur étroite collaboration avec le milieu orientaliste. Dans ce contexte, la surprise déclenchée par la découverte fortuite du Nemrut Dağι en 1881, loin de remettre en cause cette association entre les deux disciplines, a encore renforcé la nécessité d’un travail commun.

Découverte du Nemrut Dağι par Carl Humann et Otto Puchstein (1882 et 1883)

  • 252 Sur le Nemrut Dağι et sa découverte, cf. Dörner 1981.
  • 253 En 1880, K. Sester travaillait comme chef-ingénieur pour le vilayet de Diyarbakir, où il enregistra (...)
  • 254 K. Dörner rend un hommage appuyé à A. Conze, dont l’intelligence et la personnalité scientifique on (...)
  • 255 Voyage rapide, du 15 au 30 avril 1882 : depuis Iskenderun (Alexandrette) jusqu’à Adıyaman, puis iti (...)
  • 256 C. Humann, résident à Izmir, avait été envoyé, durant l’été 1882, à Ankara, à la demande de l’Acadé (...)
  • 257 Ce dernier rejoint C. Humann et O. Puchstein à Iskenderun. Il connaissait bien la région, puisqu’il (...)

105Pendant l’hiver 1881-1882, l’Académie royale des Sciences de Berlin traverse une véritable crise252. C’est une lettre du consul allemand Müller-Raschdau, à Izmir, qui déclenche le scandale : elle signale à l’attention des académiciens le témoignage d’un jeune Allemand, Karl Sester, concernant un groupe de statues d’une taille gigantesque, découvertes sur un pic dans la partie orientale de l’Anti-Taurus. La nouvelle paraît d’autant plus incroyable qu’aucune carte ne mentionne ces vestiges de première importance. Elle porte aussi atteinte au prestige de la recherche allemande, puisque cette région a été explorée par le Baron von Moltke, dans sa jeunesse. La parole d’un inconnu253, étranger au milieu érudit, pèse peu face à l’autorité d’une personnalité reconnue. Au plus fort du débat, Alexander Conze, directeur des collections antiques du Königliches Museum de Berlin et, depuis 1881, secrétaire général de l’Institut d’Archéologie254, trouve une solution constructive et scientifique : à l’été 1882, il dépêche Otto Puchstein au Caire, où se trouve alors Sester. Le jeune ingénieur se laisse à grand-peine persuader de le guider jusqu’au site du Nemrut Dağι255. À son retour de Turquie, Puchstein peut certifier la véracité des dires de Sester et l’importance de sa découverte devant l’Académie royale. Celle-ci décide une mission officielle de reconnaissance à grande échelle sur le Haut-Euphrate, dont elle confie la direction à Carl Humann256, secondé par Otto Puchstein et Felix von Luschan257. Leur expédition se déroule pendant l’été 1883 : l’équipe prospecte tout le secteur compris entre Gaziantep et Adıyaman ainsi qu’une série de sites en aval du Nemrut Dağι, dont Gerger, Rumkale et Samsat (Samosate).

  • 258 C’est, par exemple, sur la requête particulière de H. Kiepert qu’a été visité, à cette occasion, le (...)
  • 259 En particulier pour Samosate/Samsat ; le plan topographique, le dessin d’une architrave décorée et (...)
  • 260 Cf. Humann et Puchstein 1890. Le texte est formé par un récit de voyage très détaillé. Les référenc (...)
  • 261 Carte Kiepert 1890.
  • 262 Ces noms sont mentionnés dans la légende de la carte et les trajets correspondants mis en valeur pa (...)

106Bien qu’ils concernent une région située hors du cadre géographique de notre étude, il est important de citer ces deux voyages, car ils ont permis de répertorier et de documenter de nombreux sites, outre le Nemrut Dağι, ainsi que de compléter la cartographie des régions du Haut-Euphrate258 et de vérifier la pertinence des itinéraires antérieurs. Les prospecteurs préparent une publication de très belle qualité, accompagnée de nombreux dessins (fig. 46), de relevés épigraphiques, de plans métrés et, fait nouveau, illustrée par des planches photographiques259. À la publication de ces deux voyages en 1890, Reisen in Kleinasien und Nordsyrien260, est associée l’édition d’un volume de cartes au 1/400 000e réalisées par Heinrich Kiepert. Cet atlas comporte en particulier une carte générale de la Syrie du Nord, « Karte des Nördlichsten Theiles von Syrien », qui couvre un large secteur, d’Alexandrette à Édesse et d’Adıyaman à Hiérapolis, et que vient commenter une notice d’explication du cartographe261. Celui-ci y justifie son travail et détaille les diverses sources cartographiques qu’il a exploitées pour établir les cartes originales au 1/200 000e, réduites pour la publication. Il mentionne aussi très précisément les secteurs géographiques qui ont fait l’objet de restitutions (par triangulation) à partir des notes topographiques enregistrées par l’équipe de C. Humann, tout au long de sa route. Sur cette carte (fig. 47) sont retracés non seulement les itinéraires de C. Humann, d’O. Puchstein et de F. von Luschan, qui se séparèrent pour couvrir chacun un secteur particulier, mais aussi les voyages de M. Hartmann (1882-85), de B. Moritz (1885)262 et, bien sûr, parmi beaucoup d’autres, d’Eduard Sachau (1878-79) et de Helmut von Moltke (1839). Toutefois, le but n’est plus, ici, de compiler des itinéraires, mais bien de signaler les sources topographiques exploitées par le géographe et de renvoyer le lecteur de la carte aux témoignages des voyageurs qui ont prospecté telle ou telle région et en ont répertorié les vestiges archéologiques. Le travail cartographique, qui repose sur le relevé des reliefs et des tracés des côtes et du réseau fluvial, dépasse largement les zones prospectées, permet de « recontextualiser » le déroulement de ces voyages, et aussi de justifier les lacunes de la carte dans les secteurs où aucune expédition n’est passée. Pour l’Euphrate, en aval de Kaktin-Soujack, la carte de H. Kiepert reprend le tracé des cartes anglaises et en reproduit les imprécisions. Cette insuffisance s’explique par le fait que C. Humann et ses collègues ont abordé la vallée de l’Euphrate à partir de ce point et ont remonté ensuite la rive droite jusqu’à Rumkale, puis gagné Samosate par la rive gauche, en suivant une route à l’intérieur des terres. De même, le tracé du fleuve entre Samosate et Gerger, caractérisé par une représentation graphique en grisé, n’a pas fait l’objet de relevés à l’occasion de ces voyages. En revanche, les vestiges de Samosate, de Rumkale et de Gerger sont abondamment décrits et documentés.

Fig. 46 ‑ Plan de Samosate dessiné par K. Humann en 1883

Fig. 46 ‑ Plan de Samosate dessiné par K. Humann en 1883

(Humann et Puchstein, 1890, p. 182)

Fig. 47 ‑ Détail de la carte Syria und Mesopotamia

Fig. 47 ‑ Détail de la carte Syria und Mesopotamia

(Kiepert 1893)

L’œuvre cartographique de Heinrich Kiepert (1818-1899)

  • 263 Ouvrage complété à chaque nouvelle édition : Atlas antiquus (10 Karte zur alten Geschichte), Berlin (...)
  • 264 Aux ouvrages de voyage déjà cités – Sachau 1883, Humann et Puchstein 1890 –, il faut au moins ajout (...)
  • 265 Sans généralement en préciser l’édition, ce qui rend le travail d’exégèse difficile.
  • 266 Metheny 1907, p. 155.

107Au cours du xixe s. et au début du xxe s., la renommée des cartes éditées par la famille Kiepert est mondiale : elles couvrent aussi bien l’Europe, l’Amérique que le continent asiatique, Japon compris. Il faut, cependant, souligner la particularité des éditions réalisées par Heinrich Kiepert pour l’Asie mineure et la Syrie et, surtout, son implication personnelle dans les progrès de la géographie historique. Les liens entre le géographe berlinois et cette discipline sont anciens : la première édition, remarquée, du jeune Heinrich Kiepert en 1840, Atlas von Hellas und den hellenischen Kolonien, est réalisée en étroite collaboration avec le célèbre géographe Carl Ritter. Pour le jeune Kiepert, cette formation avec le maître allemand est décisive : il se spécialise dans les cartes historiques et fait de l’Asie mineure, où il voyage à plusieurs reprises entre 1841 et 1848, le domaine réservé de son activité. La publication de sa Karte von Kleinasien en 1844 précède la réalisation d’une grande carte de l’empire ottoman, Karte des osmanischen Reiches in Asien (1844-1869), qui l’impose comme spécialiste du Proche et du Moyen-Orient. Parallèlement, il travailla à l’établissement d’un atlas historique sur le monde antique qui connut plusieurs versions : Atlas der alten Welt (1848), Atlas antiquus (1858)263. Sa collaboration continue, nous l’avons vu, à l’édition d’ouvrages spécialisés264 lui permet d’intégrer les informations nouvelles issues de prospections de terrain et de réviser les fonds cartographiques au fur et à mesure. Toutes ces cartes successives et dispersées sont destinées à être synthétisées dans son œuvre finale : Formae Orbis Antiqui. En 1893, la première partie de ce grand atlas historique – dont les cartes Syria, Mesopotamia, Assyria, Armenia Major – est déjà réalisée et publiée. À la mort de Heinrich Kiepert en 1899, son fils, Reinach Kiepert, en poursuit l’édition jusqu’en 1914. C’est aussi lui qui termine et publie, en 1902, un considérable volume de cartes de l’Asie mineure, comprenant 24 feuilles au 1/400 000e, que son père avait préparé. En 1900, il édite une carte très détaillée, Syrien und Mesopotamien : zur Darstellung der Reise des Dr Max Freiherr von Oppenheim, vom Mittelmeer zum persischen Golf, qui devient la carte de référence pour la plupart des prospections du début du xxe s. (fig. 48). René Dussaud reconnaît encore, en 1927, qu’elle « est particulièrement utile », tout en dénonçant ses défauts : « Cette synthèse, fondée principalement sur des levés d’itinéraires, souffre des imperfections du système, dont la plus grave est de collectionner les erreurs » : double emploi de toponymes pour un même site, difficulté de suivre la cohérence de certains itinéraires et lacunes fondées sur une utilisation privilégiée des recherches allemandes. L’œuvre réalisée par les Kiepert pour le Proche et le Moyen-Orient n’a pas d’équivalent dans les autres pays européens, ce qui explique la rapide diffusion de ces Atlas, en France, en Angleterre. De Franz Cumont à Gertrude Bell, tous les orientalistes en prospection sur le terrain se sont référés aux « cartes Kiepert »265 et en ont discuté les identifications de sites. Les insuffisances de cette documentation se font toutefois plus criantes avec les années, comme le constate amèrement J. R. Metheny en 1906 : « En attendant que les cartes soient réalisées à partir des explorations actuelles, les cartes du Dr Kiepert restent la norme pour les voyageurs. À plusieurs reprises, on trouve des endroits non localisés et d’autres mal nommés, ou bien les deux, si bien que le voyageur n’a plus rien pour se repérer »266. Ces publications ont accompagné, puis encadré les prospections et les voyages d’étude sur l’Euphrate de la fin du xixe s. au début du xxe s.

Fig. 48 ‑ Itinéraires de M. von Oppenheim et de H. Lucas dans la région du Moyen-Euphrate en 1899

Fig. 48 ‑ Itinéraires de M. von Oppenheim et de H. Lucas dans la région du Moyen-Euphrate en 1899

(Kiepert 1905)

  • 267 Domaine de recherche inauguré dans la région par le voyage de E. Chantre en 1881 et poursuivi en 18 (...)
  • 268 Notamment les travaux de Max von Berchem et de Friedrich Sarre.

108Au cours de la dernière décennie du xixs. et jusqu’à la Première Guerre Mondiale, les voyages en Syrie intérieure et en Mésopotamie se sont multipliés ; mais, pour la plupart des chercheurs, il s’agit moins d’explorer et d’inventorier les traces de civilisations anciennes que de recueillir sur place des matériaux bruts correspondant à leur spécialité. Les thématiques de recherches sont nombreuses – épigraphie, histoire, ethnographie, histoire de l’Art – et couvrent un large champ chronologique, de la préhistoire267 à l’époque arabe268. Les voyages présentés ici concernent naturellement les études centrées sur les périodes hellénistique, parthe, romaine et byzantine :

  • les prospections épigraphiques de Max von Oppenheim, de Jean-Baptiste Chabot, d’Henri Pognon ;

  • les voyages d’étude sur l’Orient romain de Victor Chapot et de Franz Cumont, auxquels s’ajoutent les reconnaissances archéologiques de Gertrude Bell et d’Ernst Herzfeld.

Prospections épigraphiques entre 1899 et 1907

109La très riche moisson épigraphique de l’équipe allemande en marche vers le Nemrut Dağι a encouragé les épigraphistes à faire halte sur les rives de l’Euphrate. C’est à la fin du xixe s. qu’une grande partie des inscriptions et des reliefs de la région est découverte, lors de missions d’une ampleur géographique très vaste.

Voyage de Max Freiherr von Oppenheim et de Hans Lucas (1899)

  • 269 En guise, malgré tout, de résumé, débarqués à Beyrouth, ils passent par Damas puis « zigzaguent » j (...)

110En 1899, Max Freiherr von Oppenheim et Hans Lucas parcourent, durant sept mois, la Turquie d’Asie, la Syrie du Nord et l’Ouest de la Mésopotamie. Cette entreprise vise d’abord à compléter les premières prospections épigraphiques réalisées par M. von Oppenheim, puis à couvrir des régions nouvelles, plus à l’est. Au cours de ce long parcours, les deux voyageurs répertorient et relèvent plus de cent inscriptions arabes, hittites, syriaques, hébraïques et arméniennes, ainsi qu’un nombre comparable d’inscriptions gréco-latines. Chemin faisant, de nombreux sites inédits sont visités et décrits, car les deux savants s’efforcent de s’écarter des routes connues pour choisir des itinéraires nouveaux. L’ensemble de leur itinéraire, formé de boucles et de détours, n’en est que plus compliqué à résumer269.

  • 270 L’évocation de la densité de vestiges archéologiques est très alléchante mais peu détaillée : « Ent (...)

111En Syrie du Nord, en particulier, ils délaissent la route caravanière via Birecik et Mardin pour traverser l’Euphrate à Sandaliya, en aval de Qal‘at Al-Najm (fig. 48). En partant d’Alep, ils rejoignent le Wadi Ad-Dahab, qui relie les agglomérations d’El-Bab, de Tadef, où ils copient des inscriptions hébraïques dans la synagogue, et de Bezaa. Puis ils contournent Hiérapolis/Membij par le sud pour emprunter le cours du Wadi Abou Qalqal270 jusqu’à l’Euphrate. Ils remontent un peu en amont pour prendre un bac dans le secteur d’Es-Sandalije (Sandaliya, B19-19a). En rive gauche, ils cheminent vers l’amont jusqu’à Mas‘oudiya (D20), où ils découvrent et photographient trois mosaïques, dont un panneau représentant une personnification de l’Euphrate, identifiée par des inscriptions grecque et syriaque. Les ruines et grottes aperçues dans ce secteur pourraient correspondre à celles de Boujak (D19). De Mas‘oudiya, ils remontent jusqu’à Sarrin (D15), où, à quelque distance « des ruines d’une grande ville », ils aperçoivent deux tours funéraires (D16) ; ils en établissent la première description architecturale et consignent les premières indications sur l’inscription syriaque datée de l’ère séleucide de la tombe de Manu. Leur route se poursuit en Mésopotamie et passe, sur le trajet du retour, par Birecik.

Table Oppenheim et Lucas 1 : Sites des régions de l’Euphrate

Sites décrits entre Tadef et l’Euphrate

Recoupements avec des prospections antérieures

Maschtala (Mashtala)

– inscription grecque et relief de Mithra

Masrallah (Carte Kiepert 1893, sur le Wadi id Debeb)

Umm es Surdj

– carrière de pierre au sud de Hiérapolis

Umm is Sirdj (Carte Kiepert 1893, et Sachau 1883)

Wadi Abu Kalkal (Abou Qalqal)

– domaine agraire d’un sultan

Es-Sandalije (Sandaliya, B19-19b) : traversée par un bac

– à proximité, en 3 endroits, ruines d’éléments de pont

– « Ruins of a bridge and causeway » (Carte II Chesney 1850)

El-Mas‘udije (Mas‘oudiya, D20)

1) tell : « bâtiments ruinés de l’époque assyrienne » dans la partie inférieure et « mosaïques grecques » dans la partie supérieure ;

2) grottes et ruines de ville alentour (D19)

– non signalé sur les cartes antérieures

Sarrin (D16)

1) deux tours funéraires avec deux pilastres (restitution d’un toit pyramidal)

– sur la tour nord, une inscription syriaque datée de 358 de l’ère séleucide ;

2) estimation de la superficie de la ville de Sarrin à plusieurs km2.

« Red Tower » au nord et « Serin Tower » au sud sur la carte II de Chesney 1850 et la carte de Kiepert 1893.

  • 271 Cf. Oppenheim 1901.
  • 272 Oppenheim et Lucas 1905. Un rapide récit de voyage, qui permet de replacer les lieux des découverte (...)

112Ces prospections ont fait l’objet d’un court rapport préliminaire paru en 1901 dans la Revue de la Société de Géographie de Berlin271, puis d’une publication complète en 1905, Griechische und lateinische Inschriften aus Syrien, Mesopotamien und Kleinasien, où les résultats sont présentés dans un catalogue raisonné272 et les sites localisés sur une carte établie par R. Kiepert.

Découvertes de Jean-Baptiste Chabot à Enesh et à Zeugma

  • 273 Chabot 1900.
  • 274 Enesh, déjà noté sur la carte II de Chesney 1850, était sur le trajet de l’expédition de C. Humann (...)

113Le segment de l’Euphrate prospecté par Jean-Baptiste Chabot se situe en amont de Birecik273. L’épigraphiste français y visite Enesh274 et Belkıs, ne manquant pas ainsi d’attirer l’attention de ses collègues, dont Franz Cumont, sur la richesse épigraphique de ces deux sites.

Table Chabot 1 : Sites de la rive droite en amont de Jerablous

Sites visités par J.-B. Chabot sur la rive droite de l’Euphrate

Zeugma (nécropole ouest, A08a)

– relevés d’inscriptions funéraires, dont la tombe de Zénon (avec dessin des reliefs figurés)

Enesh

1) carrières romaines en amont du village :

– sur le front de taille, de nombreux autels taillés dans des niches, parfois dédicacés, qui marquent l’activité des vexillations de la legio IV Scythica aux iie-iiie s.

2) église Saint-Serge, avec inscription syriaque

Prospections d’Henri Pognon

  • 275 Pognon 1907, notice no 2, fig. 1-2.

114Une troisième prospection doit être mentionnée : celle de H. Pognon, qui, dans la région de l’Euphrate, revient précisément sur les pas de von Oppenheim à Sarrin (D16). C’est à lui que l’on doit le premier relevé complet de l’inscription du tombeau nord, une nouvelle documentation photographique du monument275 ainsi que la publication d’autres inscriptions syriaques, qu’il a repérées dans ce même secteur. Il prospecte à son tour les sites en amont, dont Enesh.

Voyage d’étude de Victor Chapot en 1901 sur « la frontière de l’Euphrate »

  • 276 Oppenheim et Lucas 1899, Chabot 1900.
  • 277 Elles furent intégrées a posteriori dans la publication majeure de V. Chapot, La Frontière de l’Eup (...)
  • 278 Maundrell 1714.
  • 279 Pococke 1745, cf. supra, p. 95-97.
  • 280 Sachau 1883, cf. supra, p. 109-114.
  • 281 Cf. supra, p. 105.
  • 282 Humann et Puchstein 1890, cf. supra, p. 115.
  • 283 Chapot 1902, 1903 et 1903a.
  • 284 Chapot 1905.

115Au moment où Victor Chapot se rend en Syrie du Nord (1900-1901), les découvertes les plus récentes réalisées sur l’Euphrate, notamment celles de M. F. von Oppenheim et de J.-B. Chabot276, n’ont pas encore été diffusées277. L’historien français dispose, cependant, d’une documentation abondante sur les régions qui l’intéressent : les récits de Henry Maundrell278, de Richard Pococke279 et d’Eduard Sachau280 lui sont familiers, ainsi que les publications allemandes sur la Commagène – l’œuvre de von Moltke, traduite en français depuis 1872281, complétée depuis 1890 par l’ouvrage de C. Humann et O. Puchstein282. C’est muni de ces solides références que Victor Chapot entreprend son voyage d’étude, avec un but bien précis : l’étude du limes oriental de l’empire romain et, en particulier, de l’organisation de la défense de l’Euphrate, qu’il parcourt de Samosate à Halabiya (fig. 49). Sur le terrain, sa préoccupation est de visiter en priorité les sites fortifiés répertoriés et de retrouver les traces de l’activité des légions romaines dans la vallée (position des voies de communication et des ponts). V. Chapot exploite en plusieurs temps les données issues de son voyage : tout d’abord, et très rapidement, dès 1902, il publie les inscriptions inédites qu’il a découvertes en aval de Samosate283. En 1905, un récit de voyage succinct, illustré de planches photographiques, paraît dans Le Tour du monde, une revue de géographie assez « grand public » ; l’historien y expose son itinéraire, y livre ses impressions, dans un style assez lyrique quand il s’agit de célébrer les paysages, ainsi qu’une série d’anecdotes, sur un ton plutôt acide284. Son journal de voyage, malheureusement, n’a pas fait l’objet d’une publication autonome et détaillée, si bien que nous ne connaissons son itinéraire que d’après son article de 1905. La première partie de son voyage le mène d’Alexandrette à Alep. Comme il atteint l’Euphrate en passant par Nizip, il commence sa prospection de la rive droite par le site de Belkıs. Après une halte à Birecik, il retrouve la rive droite, qu’il suit jusqu’à Rasafa. La seconde partie de son voyage commence à Raqqa, où il décide de remonter le Balikh pour voir Harran et Urfa. Parvenu à Urfa, il pique au nord jusqu’à Samosate, puis descend la vallée jusqu’à Rumkale. Son trajet de retour le conduit, par Aintab et Cyrrhus, jusqu’au Massif calcaire.

Fig. 49 ‑ Itinéraire de V. Chapot en 1901

Fig. 49 ‑ Itinéraire de V. Chapot en 1901

(Chapot 1907)

  • 285 C’est en fait la publication de la thèse de doctorat de Victor Chapot.

116V. Chapot n’a pas suivi la tradition anglo-saxonne du « récit de voyage ». Il cite quelques rares extraits de ses notes de terrain dans le chapitre III de sa synthèse sur le limes d’Orient, La Frontière de l’Euphrate de Pompée à la conquête arabe, publiée en 1907285. Les informations issues de son voyage y sont déjà sélectionnées, interprétées, confrontées aux observations des autres voyageurs, dans la perspective de localiser les villes-frontières mentionnées par les sources classiques.

  • 286 « Le présent travail, on le devine, procède dans une large mesure de la conception où est né le bea (...)
  • 287 Titre du sous-chapitre II de la partie consacrée à « L’Armée », ibid., p. 143-149.
  • 288 Ibid., p. 255.
  • 289 Ibid., p. VIII.
  • 290 Ibid., p. 265.
  • 291 Ibid., p. 262.

117L’ambition de V. Chapot est explicitement de présenter, pour le limes oriental, une synthèse qui égalerait le travail de René Cagnat sur l’Armée romaine d’Afrique286. Il aborde la question de la défense militaire des provinces orientales de l’empire sous tous ses aspects - contexte géographique et ethnographique des territoires annexés, caractéristiques générales de l’armée, composition des forces présentes en Syrie, type d’armement (avec une mise au point sur la « marine romaine »287), et enfin modalités de l’occupation territoriale en Syrie et Mésopotamie. Chapot s’efforce de redéfinir la notion de limes quand elle s’applique à l’Euphrate : comme l’a constaté l’auteur, sur le terrain, l’Euphrate ne représente aucunement une barrière naturelle, en raison des nombreux points de traversée, qui, entre Samosate et Circesium, se multiplient en période d’étiage. La vallée, insiste-t-il, est même « une voie militaire, un chemin d’invasion »288. Par conséquent, le fleuve a joué le rôle d’une frontière politique, dessinant une « ligne intérieure » et une « ligne extérieure » entre les provinces romanisées et le territoire parthe. De part et d’autre, sa défense ne s’appuie pas sur une « barrière continue », mais sur une série de points fortifiés, au carrefour de voies terrestres et de points de traversée, et sur la présence de garnisons. À cet égard, l’historien a donné, dans sa synthèse, « une importance prépondérante »289 à la partie consacrée à « l’occupation territoriale ». C’est dans cette partie que son exposé se rapproche le plus d’un travail de géographie historique : « Dans cet essai de restitution de la carte romaine et byzantine, pour les contrées qui entourent l’Euphrate, je ne me lierai (…) à aucune règle invariable, m’intéressant de préférence aux lieux qui furent témoins de faits de guerre et à ceux auxquels la Notitia assigne des garnisons ; je mettrai, d’autre part, plus de soin à reconstituer les lignes de postes en plein désert (…) et à identifier les localités situées le long des voies les plus importantes »290. Dans cette perspective, le travail de terrain qu’il a réalisé en 1901 sur les sites fortifiés de l’Euphrate est donc essentiel. Il cite, en effet, « l’examen des ruines superficielles » comme le premier des procédés qui « permettront de les identifier » ; viennent ensuite les « descriptions des auteurs », les « indications de distances dans les routiers, et enfin, artifice fort à la mode aujourd’hui, la toponymie »291. Cependant, il faut noter que, dans le cours de son exposé sur les « rives syriennes de l’Euphrate », la présentation des sites entre Samosate et Circesium (Al-Bousayra) est subordonnée à la présentation des sources et aux problèmes d’identification. Ce sont les listes de Ptolémée, la Carte de Peutinger et, en général, les mentions regroupées issues des sources de l’histoire romaine, qui précèdent l’examen d’un site et servent de fil directeur, et non l’ordre topographique. De même, l’auteur développe plus ou moins la description des vestiges et leur interprétation, selon que ses propres observations confirment ou contredisent celles de ses prédécesseurs sur le terrain.

  • 292 Ibid., p. 281.
  • 293 Ibid., p. 282.V. Chapot attribue également cette hypothèse à E. Sachau, mais l’universitaire allema (...)
  • 294 Pour le plan de Samosate (Chapot 1907, p. 270, fig. 3), voir son commentaire, ibid., p. 270, n. 1: (...)
  • 295 Plan de Sura, Chapot 1907, p. 287, fig. 7. Il commente ainsi la documentation existante sur le site (...)
  • 296 « Dans les grandes plaines uniformes, de maigre peuplement, les matériaux étaient de valeur médiocr (...)
  • 297 Ibid., p. 262.

118Ce parti pris méthodologique expose Victor Chapot à quelques contorsions rhétoriques et le pousse même à n’évoquer que de manière vague certains segments de la vallée, qu’il a pourtant parcourus, pour se contenter des identifications qu’il juge « convenables ». C’est, notamment, le cas pour Zeugma, pour lequel il admet la localisation à Birecik prônée par Carl Ritter. Alors qu’il interprète l’emblème de la ville figuré sur les monnaies comme la représentation d’un temple juché sur une colline auquel conduit un escalier monumental, il n’essaie en rien de retrouver son emplacement dans la topographie accidentée de Birecik. Mieux encore, son exposé historique sur Zeugma, qu’il voit comme une ville étendue aux deux rives, n’est relié à aucune observation de terrain. L’argumentation est exactement inverse, nous le verrons, pour le site de Belkıs. Toujours concentré sur la localisation des toponymes de Ptolémée, il ne s’attarde sur aucun site en aval de Jerablous/Europos et passe directement à Qal‘at Al-Najm, persuadé que ce château arabe correspond à Caeciliana, car, argue-t-il, « il ne serait guère concevable qu’une forteresse naturelle aussi avantageuse n’eût pas été utilisée antérieurement »292. Entre Qal‘at Al-Najm et Bâlis, il tente en vain de retrouver Kara Membidj, supposée être, selon F. Chesney, à l’emplacement de Bethamaria293 ; les sites qu’il prospecte semblent le décevoir et ne font l’objet que d’une rapide caractérisation, même s’il propose, sans grande conviction, d’y placer Bethamaria ou Serre. Une des particularités de la publication réside dans l’absence de précision géographique : il se contente de communiquer les repères de distance en heures de chevauchée, notées dans son carnet, sans fournir de carte d’itinéraires ou de description topographique. Les croquis de terrain sont rares : en général, Chapot reproduit et simplifie les plans de sites publiés par ses collègues (fig. 50)294. Pourtant, le plan de Soura295, qui semble être le fruit de ses propres observations, est extrêmement riche en informations et met en valeur ses notes de terrain (fig. 51). Or ce sont les citations directement reprises de son journal ou de son carnet, comme il l’appelle alternativement, qui éveillent l’intérêt du lecteur d’aujourd’hui, après qu’un siècle de découvertes archéologiques a fait le tri des identifications passionnément débattues à l’époque. Les extraits de son journal, parfois repris dans le corps de son exposé ou, plus généralement, cités en note, montrent clairement le travail de terrain de l’historien, sa recherche d’éléments de datation comme son intérêt pour l’architecture et son souci d’analyser le paysage. Mais ces notes révèlent aussi les doutes et la perplexité d’un homme confronté à une diversité inattendue de vestiges archéologiques296, dont l’état de conservation réduit les possibilités d’analyse : « Les ruines, dans bien des cas, ne servent qu’à étayer faiblement des hypothèses ; le délabrement absolu des vestiges est trop souvent à regretter ; encore bien des observateurs ont-ils mis, de force ou de gré, une hâte excessive à les noter… »297.

Fig. 50 ‑ Plan de Jerablous

Fig. 50 ‑ Plan de Jerablous

(Chapot 1907, p. 280)

Fig. 51 ‑ Plan de Soura

Fig. 51 ‑ Plan de Soura

(Chapot 1907, p. 287)

119Dans les tableaux ci-dessous sont regroupées les indications du texte de V. Chapot qui rendent compte de son activité de terrain.

Table Chapot 1 : Sites prospectés entre Samosate et Rumkale

Prospection des sites de l’Euphrate par V. Chapot (1901)

Entre Samosate et Rumkale

Samosate

– description sommaire du site (acropole et fossé)

– date l’ancienne enceinte (rempart extérieur en brique crue) du ier s. apr. J.-C.

ouest de Samosate

– repère 2 tours carrées à 2 h et 2 h ½ ; dimensions (2 m de côté)

O.-S.-O. de Hayas

– tronçon de voie antique (3 m de large en moyenne), suivi pendant ½ h

Près de Kilik

– prolongement de la voie antique (tracé qui coupe droit par le plateau pour éviter le détour du fleuve)

Près de Zekteridj

– citerne conique taillée dans le rocher

– entend parler d’un ensemble de ruines important, avec plusieurs églises, sur la rive gauche, à 1 km de Boser

Aval de Hink (à Habes), pont ruiné sur l’Abach Sou (Kara Su)

– Journal : détails sur les techniques de construction, qui lui font identifier la 4e arche en plein cintre comme d’époque romaine, alors que le reste de l’ouvrage lui paraît restauré à l’époque arabe

Au sud de l’Abach Sou (Kara Su)

– départ d’une voie romaine

– à ½ h, ensemble de milliaires anépigraphes ou illisibles

Alif (Elif)

– nombre inouï de citernes, bassins

– Journal : entend parler d’un second pont sur l’Abach Sou (indication jugée douteuse et accès difficile, ne s’y rend pas)

Rive droite en face d’Ayni (à Kenk, en face de Gozeli) :

– localisation d’un point de traversée de l’Euphrate, relié à Capersana (rive gauche)

– inscription latine « selon laquelle deux vexillationes, dont une empruntée à la legio III Gallica, [ont] séjourné là sous Vespasien, et établi une cochlis pour puiser de l’eau ».

– repère au sommet de l’escarpement les soubassements d’une construction carrée (réservoir ou tour de guet)

  • 298 Cf. Comfort et al. 2000 et Comfort et Ergeç 2001.
  • 299 IGLS no 8904. Sur la fonction du « cochlis », cf. Comfort et al. 2000, p. 37.

120Après un détour par le plateau du Kara Su, en rive droite, Chapot redescend au bord du fleuve à partir de la confluence du Kara Su. Les sites remarquables qu’il a signalés entre Samosate et Rumkale ont été réétudiés par A. Comfort lors de prospections menées entre le barrage de Birecik et le barrage Atatürk en 1999298. Ces résultats replacent les observations de Chapot sur les deux ponts du Kara Su et les traces de voies romaines dans une restitution approfondie du réseau de communication, en connexion avec les routes du plateau. L’inscription d’Ayni (Gozeli) a été publiée par Chapot à son retour299.

Table Chapot 2 : Sites prospectés entre Rumkale et Bâlis

Prospection des sites de l’Euphrate par V. Chapot (1901)
Entre Rumkale et Bâlis

Rumkale

identifié à Ourima

– référence à la description du guide Isambert et renvoi aux travaux de C. Humann

– « forteresse médiévale dont les fondements sont plus anciens »

Balkis (Belkıs, A08)

identifié à Néocésarée

– pas de fortifications repérées

description du site tirée de son Journal :

1) secteur est

– à proximité du site sur la route de Nizip (sud-est), fragment de mosaïque et sarcophage

– à proximité du village, quelques ruines et une sorte de tour carrée dont le sommet est pavé de mosaïques ; Chapot signale une construction en briques

2) flanc d’un coteau (versant nord du Belkıs Tepe ?) : il repère une tête casquée colossale stylistiquement datée du iie s.

3) nécropole ouest

– grottes funéraires avec arcosolia (copie des sculptures et des inscriptions)

– dans le ravin, restes de construction et sorte d’autel formé d’un cippe polygonal à base attique

– galerie taillée dans le roc : conduite d’eau ou couloir secret menant à la forteresse

4) le long de la rive, Chapot repère d’ouest en est

– en continuation du chemin, un couloir taillé dans le roc

– une construction énigmatique en blocage, dont les pieds baignent dans l’eau

Birecik (C15)

identification avec Zeugma

– aucune description

Djerabis (Jerablous, A28)

identifié avec Europos

(fig. 50)

– description du site concordant avec celle de Maundrell, contra Pococke

– ruines d’une ville byzantine (à peine détaillées)

– passage facilité par la présence d’îles

amont du Sajour

– Sarasat (B05)

– Tell Amarna (B04)

– entre le Sajour et le village de Sérésat, région des « quarante cavernes » : Chapot repère de nombreuses grottes ouvertes à flanc de falaise, qui ne sont pas toutes naturelles.

Journal : « au village de Hamarna/Amarna, on me dit que sur le tell voisin à droite il y a des mosaïques sans inscriptions, naturellement recouvertes d’une épaisse couche de terre ».

Qal‘at Al-Najm (B18)

identifié à Caeciliana

– évoque position du château arabe

Hachlé (non localisé)

– champ de ruines peu considérable

En aval de Hachlé

Journal :

– pendant ½ h, Chapot repère des grottes taillées, la plupart rectangulaires (2 ou 3 d’entre elles conduisent à des escaliers, également taillés dans le roc)

– en un endroit, il reconnaît des soubassements de murailles

  • 300 L’argument le plus convaincant, pour V. Chapot, n’est pas d’ordre archéologique, mais bien arithmét (...)
  • 301 Ibid., p. IX.
  • 302 Ibid., p. 279.
  • 303 Ibid.

121Pour les sites de Birecik et de Qal‘at Al-Najm, d’emblée présentés comme étant à l’emplacement de Zeugma et de Caeciliana, Chapot ne fournit qu’une description succincte, ou plutôt se contente d’insister sur leur position stratégique, sans essayer de renseigner le lecteur sur leur potentiel archéologique. Tout se passe comme si l’historien, convaincu par les arguments de la critique allemande300, ne ressentait pas le besoin de mieux documenter ces sites, du moins pas autrement qu’en faisant appel aux auteurs antiques. Mais, dans les sources, il sélectionne prioritairement les passages qui mettent en lumière le rôle militaire de ces villes. Pour Rumkale et Europos/Jerablous (fig. 50), Chapot préfère également arbitrer entre les descriptions de ses prédécesseurs plutôt que de développer ses impressions personnelles. Il ne s’attarde pas à répéter ce qui lui semble acquis ou peu significatif pour sa démonstration. Il a, d’ailleurs, justifié ce parti pris : « On estimera peut-être que mes développements présentent quelques disproportions. Je me suis décidé à rester bref à l’égard des forteresses déjà signalées et décrites par mes prédécesseurs ; au contraire, j’ai largement utilisé mes notes personnelles de voyage, lorsqu’elles apportaient de l’inédit. L’auteur d’un livre qui ne vise point à être un pur répertoire doit se résigner à ce défaut partiel d’équilibre. »301 Pour le site de Balkis/Belkıs, justement, il cite de longs extraits de son carnet de voyage, lesquels rendent parfaitement compte de la topographie et de l’intérêt archéologique et historique du site. Cette description est suivie d’une revue des toponymes antiques libres de toute localisation : « Quelle était cette ville ? Puisqu’il faut éliminer Urima, Arulis, Capersana, je ne vois qu’un rapprochement de possible : Procope énumère les villes sur les bords de l’Euphrate que Justinien restaura, et, immédiatement après Zeugma, il nomme Néocésarée (…). Que serait-ce sinon Balkis ? »302 Précisons que ses notes sur le site de Belkıs sont intéressantes et claires, en dépit de la critique qu’en fit plus tard Franz Cumont. Les caractéristiques du site y sont bien résumées et l’on circonscrit très facilement les secteurs où il a repéré les principaux vestiges. Malheureusement, V. Chapot a, ici aussi, fait une sélection dans ses notes et ne nous présente sur Belkıs, « parmi les vestiges secondaires, que ceux qui nous donnent des repères chronologiques »303. Sans doute une censure semblable a-t-elle été opérée sur le segment de la rive droite en aval de Qal‘at Al-Najm : les vestiges ne sont ni détaillés, ni même proprement localisés. Enfin, alors que ses prospections entre Zeugma et Hachlé l’ont amené à reconnaître un ensemble assez considérable de tombes rupestres, l’historien semble s’en être ensuite totalement désintéressé.

Fig. 52 ‑ Plan de situation de Halabiya et Zalabiya

Fig. 52 ‑ Plan de situation de Halabiya et Zalabiya

(Chapot 1907, p. 302)

Table Chapot 3 : Sites prospectés entre Bâlis et Raqqa

Prospection des sites de l’Euphrate par V. Chapot (1901)

De Bâlis à Raqqa

Bâlis/Barbalissos (Eski Meskene, B31)

description du site tirée de son Journal :

– « À une assez grande distance du fleuve, dont le cours a dû se déplacer, une accumulation de décombres, briques, terre et graviers ; des colonnes de basalte aux chapiteaux corinthiens ont été transférées dans un petit cimetière arabe tout voisin, où elles servent de pierres tombales »

– « L’enceinte n’est plus reconnaissable, excepté vers le sud ; de ce côté, en effet, le plateau est bordé d’un long fossé continu, que surplombent des restes de maçonnerie en blocage, et qui se termine à l’est au pied d’une construction carrée dont les soubassements demeurent visibles »

– « À l’ouest, des lambeaux d’édifices énigmatiques, faits de briques disposées par assises horizontales, avec de hautes fenêtres ; quelques-unes ont été bouchées aux trois quarts, comme pour servir de meurtrières »

entre Meskené et el Hammam (Soura) :

– Debsi (Dibsi Faraj, B32)

1) à 3 h 1/2 de Meskené, « ruines d’un castel, arabe sous sa forme dernière » : description des murs, constitués de partie en briques cuites alternant avec des pierres, et de parties en briques crues, ce qui amène le commentaire suivant : « on dirait de la boue »

2) champ de ruines appelé Debsi :

– « L’étendue en est peu considérable, pourtant il y avait là une ville antique »

– « Le rebord du plateau (…) était utilisé par l’enceinte » ; vestiges visibles « par places (…), en blocs de pierres régulièrement taillés » ; au nord, « une petite tour carrée, en briques (…), semble avoir été ajoutée par les Arabes »

Sura (Soura, E01)

description précise tirée du Journal et plan :

– « Parmi les décombres, en fait de matériaux de prix, quelques tronçons de colonnes en marbre blanc ; des débris de tessons (…) jonchent toute l’étendue ».

– Sura est « orientée, dans sa plus grande longueur, selon le nord-est-nord/sud-ouest-sud, et (…) mesurait dans ce sens un mille romain environ ». Au sud, la largeur « plus grande qu’au nord et atteignant bien près d’un demi-mille »

– le fossé extérieur au nord dévie et « semble avoir abouti, en son extrémité, à un canal qui se reliait au fleuve ». « En l’état actuel, [le fossé] mesure 7 à 8 m de profondeur, et l’avant-mur dont parle Procope est par endroit très visible ».

– « Le mur paraît avoir consisté, à une faible hauteur au-dessus du sol, en un couloir voûté, large de 5 à 6 m » et de 1 m d’épaisseur ; « tout le long des côtés est et nord, une série de tours rondes, d’une demi-douzaine de mètres de rayon, et s’espaçant de 50 en 50 pas »

– « La citadelle, face à l’Euphrate, est un carré parfait de 145 m de côté, qui présente une tour ronde à chaque angle. Au milieu de chaque face – excepté, m’a-t-il semblé, à l’ouest – se dressait une tour rectangulaire, ayant in fronte 20 m et une dizaine au moins in agro. La moins démolie, au midi, m’a permis, je crois, de reconnaître la disposition des portes qui s’ouvraient de part et d’autre, forçant l’assaillant à changer trois fois de direction avant de pénétrer dans l’intérieur du réduit ; le passage était voûté »

Haragla (Heraqlea)

identifié avec Maubai

– reprise de la description de Sachau

Raqqa

identifié avec Nicephorium-Callinicum

– description des fortifications médiévales (notes personnelles et schéma)

  • 304 La localisation d’Athis à Dibsi avait été déjà proposée par C. Müller, comme le mentionne incidemme (...)
  • 305 Ibid., p. 288.
  • 306 « Ce n’est point l’impression que produisent les ruines de Raqqa… », ibid., p. 289.
  • 307 Embarras non dénué de préjugés : « Le moindre tas de décombres est utile à constater, lorsqu’il app (...)

122Comme on le voit, Victor Chapot a rendu un compte sérieux des sites visités dans ce segment de la vallée et, surtout, des fortifications de Debsi (Dibsi Faraj), Balis (Eski Meskené) et Sura, pour lesquelles, trouvant les descriptions antérieures insuffisantes ou erronées, il cite longuement son carnet de voyage. Au sujet des deux sites repérés entre Meskené et El‑Hamman, quelques précisions s’imposent puisque l’auteur, occupé à discuter de la localisation de Thapsaque, omet de se référer aux cartes : le premier site correspond à Qalaat Dibse ou Dibse, signalé comme une ruine arabe sur la carte de H. Kiepert, et le second à Burdj Dibsi sur la même carte, c’est-à-dire à Dibsi Faraj, identifié depuis, par la fouille, à Athis/Néocésarée304. Pour les sites d’Abou Hanaya, Gabr el Abou Atic et El Bousera (Al-Bousayra), l’exposé de V. Chapot est explicitement tributaire des descriptions de E. Sachau – d’ailleurs fort mal exploitées –, car l’historien ne les a pas visités. Pour les plans de Halabiya et du défilé du Khanouqa, il s’inspire encore des schémas publiés par E. Sachau. Pour la localisation de Callinicum et de Nicephorium, V. Chapot introduit l’examen des sources antiques par une question intéressante, à savoir « si les deux noms que nous rapprochons désignent une seule et même ville »305. Mais cette réflexion, qui aurait pu aiguiser son sens de l’observation sur la topographie du secteur, est tout de suite balayée par l’assertion suivante : « Le fait est des plus probables, bien que contesté, et il s’agit seulement d’un changement de noms », alors même que Chapot manifeste un certain étonnement devant l’enceinte médiévale de Raqqa, qui lui semble très différente de ce que laissait présager la description de Procope sur Callinicum306. On remarque que l’homme est plus familier de l’architecture en pierre de la Syrie du Nord et un peu décontenancé par les murs de blocage ou les murs en brique crue des régions méridionales de la vallée. Tout aussi clair est son embarras307, partagé par beaucoup d’autres, pour distinguer les ouvrages byzantins de ceux de l’époque arabe, par exemple à Debsi (Dibsi Faraj), dont la tour nord est définitivement byzantine, ou à Haragla (Heraqlea), dont la fondation remonte à Haroun Al-Rashid.

123En prenant pour guide les textes antiques et, surtout, en partant du principe que les identifications de Zeugma et de Caeciliana, proposées par ses collègues et admises par lui-même, n’avaient pas besoin d’être étayées par de nouveaux éléments archéologiques, l’historien n’a pas entièrement tiré parti de son travail de terrain et ne s’est pas rendu justice. La comparaison entre Victor Chapot, qui a accepté la localisation fautive de Zeugma en rive gauche à Birecik, et Franz Cumont, qui a su rectifier cette erreur, pourrait être défavorable au premier. Mais F. Cumont a pu construire son argumentation en faveur de Belkıs autant par la force d’un raisonnement scientifique que grâce à la découverte d’une inscription inédite à Birecik.

Résultats archéologiques et géographiques du voyage de Franz Cumont en Syrie du Nord (1907)

  • 308 Cumont 1917. L’auteur distingue trois groupes dans sa préface : 1) Les études inédites : « La march (...)
  • 309 Sur les activités de F. Cumont en Orient, voir Leriche et Gaborit 1999.
  • 310 Cf. Cumont 1906. Son frère, qui l’accompagnait, se chargea des données topographiques et de la réal (...)
  • 311 Cumont 1917, p. 277-315. Cette annexe se présente sous la forme d’un tableau. Dans la partie centra (...)
  • 312 Photographie du site de Sarasat, ibid., p. 284, fig. 96.
  • 313 Ibid., cartes VI à X. Les cartes dessinées par F. Cumont sont schématiques, parfois un peu chargées (...)

124Avec Franz Cumont est franchie une étape majeure de la géographie historique du Moyen-Euphrate. Pourtant, lorsque ce spécialiste des religions orientales vient en Syrie au printemps 1905, son idée première est de marcher sur les traces de l’empereur Julien. Mais cette prospection, qui le mène d’Antioche au Sajour, est complétée, sur le chemin du retour, par une excursion sur l’Euphrate jusqu’à Elif et dans la région de Gaziantep. L’ensemble de cette prospection lui apporte matière à réflexion sur toute une série de thématiques de recherche : routes antiques, iconographie et monuments funéraires, divinités et cultes locaux, villes hellénistiques et romaines. Il tire de ce voyage plusieurs articles, publiés entre 1907 et 1916, puis regroupés avec quelques textes inédits dans le recueil Études syriennes308. Composé pendant la Première Guerre mondiale et paru en 1917, ce recueil est illustré par des photographies prises sur le terrain et des cartes de l’itinéraire de F. Cumont dessinées par lui-même. Ce voyage n’est pas, pour Cumont, son premier contact avec l’Orient, ni sa première prospection309. En 1900, il avait exploré avec son frère la région du Pont et pris alors l’habitude de noter très précisément son itinéraire : enregistrer les noms des localités sur son trajet, noter les distances en heures de chevauchée, s’orienter régulièrement et reporter toutes ces indications sur des cartes. Cette première expédition avait donné lieu à la publication d’un récit de voyage de facture classique310 alors que, pour la présentation de ses recherches en Syrie, Franz Cumont regroupe cette catégorie d’informations dans une partie placée en annexe des Études syriennes311. Cette annexe comporte un cliché photographique (fig. 53)312 et les cartes de son trajet (fig. 54-55) qui n’ont pas été utilisées dans ses articles313.

Fig. 53 ‑ Le village de Sarasat photographié par F. Cumont en 1907

Fig. 53 ‑ Le village de Sarasat photographié par F. Cumont en 1907

(Cumont 1917, p. 284, fig. 16)

Fig. 54 ‑ Itinéraire de F. Cumont de Membij à Birecik en 1907

Fig. 54 ‑ Itinéraire de F. Cumont de Membij à Birecik en 1907

(Cumont 1917, p. 282)

Fig. 55 ‑ Itinéraire de F. Cumont en rive gauche en amont de Birecik et en rive droite jusqu’à Roumkale

Fig. 55 ‑ Itinéraire de F. Cumont en rive gauche en amont de Birecik et en rive droite jusqu’à Roumkale

(Cumont 1917, p. 289)

Itinéraire

  • 314 Plaine en amont de Jerablous, ibid., p. 286.
  • 315 À propos d’Elif (itinéraire 22 mai), ibid., p. 296. Á comparer avec l’étonnement de V. Chapot au mê (...)
  • 316 Table ronde du 6-7 déc. 1997 organisée par A. Rousselle, cf. Rousselle 1999.

125Ces notes de voyage ont été remaniées pour la publication : il en a soustrait les descriptions de sites déjà exploitées dans les articles du même recueil et y a ajouté quelques annotations a posteriori (corrections de la carte de Kiepert, renvois bibliographiques à V. Chapot, justification de son excursion en rive gauche en aval de Birecik, à la recherche d’un milliaire). Son cheminement à travers la Syrie du Nord y est rendu clairement et agréable à lire : les détails de son trajet quotidien, notés en « style télégraphique », sont harmonieusement contrebalancés par des évocations sensibles du paysage. Mais l’auteur ne concède que de rares phrases aux aspects anecdotiques de son voyage : s’il évoque une plaine telle qu’« un immense champ de blé, dont déjà les épis jaunissaient »314, ou remarque à Elif que « malgré l’altitude, la vigne est encore cultivée sur les coteaux », pour la fabrication du pekmez plutôt que du vin, c’est en pensant aux paysages de l’Antiquité et à la prospérité des villages et villes antiques. Ainsi enchaîne-t-il, toujours à propos des vignes d’Elif : « De nombreux pressoirs, taillés dans le roc, montrent que dans l’antiquité on faisait aussi la vendange en ces lieux »315. Les acquis de ce voyage pour l’étude des religions orientales et les qualités d’observation et d’analyse de F. Cumont face au terrain étant déjà connus316, ce sont les données de sa prospection sur le Moyen-Euphrate qui seront détaillées ici.

Villes de l’Euphrate

  • 317 V. Chapot ne mentionne que trois des sites répertoriés par Sachau en aval du Sajour et en aval de J (...)
  • 318 Ce n’est pas minorer le sens de l’observation de Franz Cumont que de dire qu’il s’attache surtout a (...)

126Franz Cumont aborde les régions de l’Euphrate avec, en main, plusieurs guides, les textes antiques naturellement, mais aussi quelques publications de ses prédécesseurs sur le terrain, Eduard Sachau (1883), Jean-Baptiste Chabot (1900) et, dans une certaine mesure, Victor Chapot, qui a publié les inscriptions latines d’Ayni (Gozeli) dès son retour de Syrie (1902-1903). Du Sajour jusqu’à Belkıs, le savant belge est précisément le premier à revenir, plus de vingt ans après, sur les sites distingués par l’universitaire allemand, notamment à Sarasat317. Pour les sites en amont de Belkıs, ce sont plutôt les découvertes épigraphiques récentes qui l’incitent à remonter le fleuve jusqu’à Enesh et à faire un détour par le site d’Ayni. Mais, sur ce secteur déjà « défriché » par ces explorations précédentes, Cumont a su porter un regard neuf et, à la lumière de ses propres découvertes, aboutir à un raisonnement qui interprète les « évidences » topographiques et archéologiques318 du terrain avec la même exigence que lorsqu’il utilise le témoignage des sources antiques.

  • 319 Cumont 1917, p. 283.

127F. Cumont rejoint l’Euphrate, toujours sur les traces de Julien l’Apostat, en suivant la route qui part au nord-est de Membij. Après avoir franchi la partie occidentale du Jebel Hammam, il descend vers la vallée du Sajour : « la rivière circule, selon ses détours, entre des falaises crayeuses, abruptes, que ronge son courant, ou des alluvions fertiles, qui s’inclinent vers son lit et qui produisent presque sans labour des moissons de blé »319. Il passe le Sajour à gué, comme on le fait encore aujourd’hui, à la hauteur du village d’Ar-Rafʻia.

Table Cumont 1 : Sites prospectés en amont du Sajour (fig. 54)

Sites reconnus par F. Cumont en amont du Sajour (1907)

traversée du Sajour à gué

– rive gauche du Sajour : montagne avec « pâtures et maigres cultures »

Ben Moghara (Qal‘at Mokar, B06)

– « groupe d’une dizaine de maisons de pierre et de quelques tentes, à la partie supérieure d’un vallon orienté vers le sud-sud-ouest »

Srésât (Sarasat, B05 et B05a)

« emplacement d’un bourg antique » sans identification précise

1) nécropole :

– « Un tombeau rupestre creusé dans le calcaire tendre de la montagne » (flanc nord du vallon ?) ; « salle carrée ; au fond, à droite et à gauche, une niche cintrée avec un sarcophage taillé dans le rocher ; par devant, un banc règne le long des parois »

– « D’autres sépulcres analogues sont dispersés sur le flanc de la montagne ; le type en est uniforme, les dimensions seules varient »

2) dans le village, « d’énormes blocs équarris et des restes de murailles » ;
« le sol est jonché d’une quantité de tessons »

3) sur une hauteur avec hameau, au sud du ruisseau : « des pierres taillées (…) à demi enfoncées dans la terre »

au nord de Sarasat, sur le plateau

– le long d’un ravin qui s’abaisse vers l’Euphrate : « orifice béant d’un caveau ; plus haut, large escalier taillé dans le rocher. Plus loin, plusieurs souterrains abandonnés »

en descendant vers la rive

– grand camp de Bédouins qui ont élu domicile dans une série de grottes

– chemin au pied du rocher, le long d’un « ancien bras du fleuve, devenu mince comme un ruisseau »

  • 320 Ibid., p. 27-29.
  • 321 L’auteur de ce récit de pèlerinage est maintenant identifié : il s’agit de la pèlerine Égérie, orig (...)

128L’intérêt de F. Cumont pour le secteur du confluent du Sajour et de l’Euphrate est encore lié à son analyse de la marche de Julien depuis Antioche. Il tente, en effet, de déterminer en quel point l’empereur et son armée ont traversé le fleuve en venant de Hiérapolis-Membij. Comme les auteurs qui rendent compte de cette marche (Julien, Zosime et Ammien Marcellin) ne mentionnent pas de station dans ce secteur, le chercheur se sert ici du récit de pèlerinage de la Gauloise Silvia Aetheria320. Pour se rendre à Édesse, cette dernière a, en effet, rejoint l’Euphrate à XV milles de Hiérapolis et traversé le fleuve par bac321. Sur le terrain, Cumont a pu vérifier que la distance entre le Sajour et Hiérapolis, environ 23 km, concorde bien avec les indications de la pèlerine. Partant du principe que Julien, à partir de Hiérapolis, a conduit son armée à marche forcée, il en déduit donc que la troupe impériale a emprunté cette route vers la confluence du Sajour et a franchi le fleuve dans ce secteur. D’après Ptolémée (I, 2) et Strabon (xvi, 1), il y avait bien un passage précis sur l’Euphrate, près de Hiérapolis.

  • 322 Les arguments en faveur de la localisation de Caeciliana à Qal‘at Al-Najm ont été clairement résumé (...)
  • 323 Cumont 1917, p. 28, n. 2.

129Cependant, localiser ainsi un point de traversée fréquenté au ive s. n’est pas sans conséquence : la tentation est forte de rattacher ce point de traversée à une des stations romaines en aval d’Europos, la première sur la liste étant évidemment Caeciliana. Sur ce point, précisément, on est en droit d’admirer le doigté et la rigueur de F. Cumont, qui ne remet pas directement en cause la localisation de Caeciliana à Qal‘at Al-Najm322, mais procède en usant de remarques dispersées dans différents articles du recueil. Tout d’abord, il suggère que diverses routes sont attestées entre Hiérapolis/Membij et l’Euphrate, l’une antique, qui mène à la confluence du Sajour, l’autre fréquentée au Moyen-Âge, qui aboutit à Qal‘at Al‑Najm ; puis il s’interroge sur l’identification du site archéologique de Sarasat, situé en amont de la confluence du Sajour et de l’Euphrate. Reprenons en détail son argumentation : dans l’article sur « La route de Julien », il compare la route directe, suivie par l’empereur Julien et la pèlerine Éthérie entre Hiérapolis et l’Euphrate, non pas avec les itinéraires antiques connus par les sources, mais avec un itinéraire différent, bien attesté pour l’époque médiévale par les textes arabes, et qui relie Hiérapolis/Membij à Qal‘at Al-Najm, lieu également appelé Jisr Membidj, « le pont de Membij ». C’est seulement après avoir établi l’importance historique de Qal‘at Al-Najm à l’époque abbasside qu’il évoque l’identification possible de ce lieu avec la ville antique de Caeciliana : « Il est vrai que ce château occupe peut-être l’emplacement de Caeciliana et que, suivant la Table de Peutinger, une route reliait déjà dans l’Antiquité Hiérapolis à Caeciliana »323. On comprend ainsi que F. Cumont n’adhère pas à l’identification de Qal‘at Al-Najm avec Caeciliana, mais la soumet à l’appréciation de son lecteur, qu’il renvoie à l’ouvrage de Victor Chapot.

  • 324 Ibid., p. 285.
  • 325 Chapot 1907, p. 281.
  • 326 Dussaud 1927, p. 450.

130C’est encore dans le cadre de cette problématique d’identification qu’il faut replacer les notes de Cumont, dans son « Itinéraire », sur les sites de l’Euphrate immédiatement en amont du Sajour. Dans ce secteur, F. Cumont est le premier à mentionner le village de Ben Moghara (Qal‘at Mokar, B06), mais, poursuivant son chemin vers le nord-est, il passe à côté de l’ensemble de tombes rupestres et de vestiges situé dans la partie orientale d’une ravine secondaire. Un seul site archéologique, celui de Srésât (Sarasat, B05), retient longuement son attention. Sa description est complémentaire de celle de Sachau. Franz Cumont apporte une mise au point plus précise sur la nécropole qui s’étend sur le versant nord de la petite vallée, et sur la répartition des vestiges d’occupation couverts par le village de Sarasat et par un « hameau » sur le versant sud. Il paraît aussi évident que l’orientaliste belge n’a pas cherché à retrouver les éléments vus par E. Sachau – qui n’est d’ailleurs pas cité –, puisque le voyageur ne prolonge pas sa visite dans la partie orientale de la vallée, où le philologue allemand avait vu une route taillée et des installations troglodytes. En dehors de la nécropole, les autres ruines sont sommairement décrites (« pierres équarries ») ou d’emblée interprétées (« restes de murailles »), ce qui ne permet qu’une piètre comparaison avec l’ensemble qu’on peut voir actuellement sur le site de Sarasat. Pour F. Cumont, l’existence d’une muraille à Sarasat est un élément important, puisqu’elle établit le caractère militaire de cet établissement en vue d’une possible identification, ce qui lui permet de conclure : « il n’est pas douteux que Srésât occupe l’emplacement d’un bourg antique, probablement d’une des stations militaires disposées le long de l’Euphrate »324. Pourtant, il ne se risque pas lui-même à avancer un nom, renvoyant derechef son lecteur à La Frontière de l’Euphrate de V. Chapot et, plus précisément, à la page où son collègue s’interroge sur l’identification des stations en aval d’Europos : « la Table de Peutinger nous a transmis les noms de Caeciliana, Bethamaris, Serrhae »325. Ainsi Cumont insinue-t-il, indirectement, que Caeciliana pourrait se trouver en amont de Qal‘at Al-Najm, peut-être à Sarasat. Cette dernière localisation a été proposée, depuis longtemps déjà, par Ainsworth. Mais Cumont ne mentionne pas cet auteur et ne prend pas plus parti que Sachau en son temps. Très certainement lui manquent des éléments probants pour remettre explicitement en cause l’identification de Qal‘at Al-Najm avec Caeciliana, car il n’a pas trouvé d’inscription à Sarasat. Il a sans doute conscience aussi que la distance indiquée par la Table de Peutinger entre Europos et Caeciliana porte la localisation de cette dernière en aval du Sajour. Cependant, Cumont a bel et bien instillé le doute et un lecteur averti, tel que René Dussaud, qui sait « lire entre les lignes », n’hésite pas, dix ans plus tard, à enfoncer le clou : « Nous ne comprenons pas pourquoi on veut placer Caeciliana à Qal‘at Nadjm [renvoi en note à V. Chapot]. La condition à laquelle doit répondre cette place est de constituer un passage de l’Euphrate situé immédiatement en aval d’Europos : c’est indiquer suffisamment que Caeciliana se dressait non loin de l’embouchure du Sadjour, près du passage qui menait directement de Hiérapolis à Édesse [renvoi en note à F. Cumont] »326.

131Au-delà de la confluence du Sajour, le voyageur abandonne l’empereur Julien, qu’il avait suivi pas à pas depuis Antioche, et remonte l’Euphrate à la recherche de nouveaux matériaux sur les religions orientales.

Table Cumont 2 : Sites prospectés entre Tell Amarna et Jerablous (fig. 54)

Sites reconnus par F. Cumont dans la plaine au sud de Jerablous, entre Tell Amarna et Jerablous

Ghanimiyé (Tell Amarna, B04)

– tell considérable

– « Sur le sommet d’une hauteur voisine, on aurait mis au jour des mosaïques, des monnaies, de la verrerie »

– « dans la montagne, au nord du village, une série de tombeaux rupestres »

Djâmil (Shamel ?, B02)

« au bord d’un bief dérivé de l’Euphrate »

Tashatân (Tell Qanat, B03)

« bâti au bord des hauteurs qui bordent la plaine en demi-cercle »

Tell el Alavîyé (Jerablous Tahtani, B01)

monticule à droite (est) de la route

En aval d’Eski Djerablis (Jerablous)

– éperon rocheux qui ferme la plaine au nord

– « au sommet, des pierres taillées : on me dit qu’elles proviennent
de “tombeaux des chrétiens” »

Djerablis

– « village arabe, bâti autour d’une source limpide »

– à l’ouest, spacieux tombeau rupestre découvert récemment : 2 salles avec niches, contenant une quinzaine de sépultures

le Kalé

(appellation sous laquelle F. Cumont désigne les ruines de Jerablous/Europos pour les distinguer du village, A28)

– importants bas-reliefs hittites en basalte visibles au-dessus du sol

– description du site non retranscrite

  • 327 Deux de ces sites ont fait récemment l’objet de fouilles d’urgence : Tell Amarna (B04), et Jerablou (...)
  • 328 Cf. Catalogue, B04, p. 85.
  • 329 Cf. Catalogue, A28, p. 75.

132F. Cumont a répertorié de manière exhaustive les localités de la plaine en aval de Jerablous327. Il rectifie aussi la localisation erronée, sur la carte de Sachau, des villages de Djeminnik et de Djaryndja, inventoriés, sur son propre itinéraire, en aval de Jerablous. À Amarna, le voyageur a été informé de l’existence de mosaïques et d’autres vestiges archéologiques, information qui fait écho au témoignage rapporté par V. Chapot au même lieu. Mais les deux versions diffèrent quant à l’emplacement des mosaïques, qui sont, selon Chapot, sur « un tell voisin » et, selon Cumont, « sur une hauteur voisine », distincte, d’après ses notes, du « tell considérable » situé en contrebas du village d’Amarna. Les fouilles partielles de Tell Amarna n’ont pas révélé de mosaïque ; en revanche, sur le flanc au-dessus du village d’Amarna (B04a), a été découverte une église avec de très beaux pavements géométriques. Franz Cumont ne manque pas de signaler également la série de tombes rupestres ménagées sur le flanc des reliefs qui se dressent à gauche de la route, tombes non repérées par Victor Chapot mais vues par Eduard Sachau328. On ne peut que regretter que Cumont n’ait pas retranscrit ses notes sur Jerablous-Europos et renvoie son lecteur à la publication du premier volume des fouilles du British Museum sur ce site. Il n’a gardé, sur ce secteur, qu’une indication complémentaire concernant un « tombeau chrétien » découvert à l’ouest du village arabe329. S’il en livre une description typologique, il ne fournit, contrairement à son habitude, aucun élément de localisation, et n’explique pas en quoi cette sépulture est « chrétienne ».

Table Cumont 3 : Sites prospectés entre Jerablous et Birecik (fig. 54)

Sites reconnus par F. Cumont entre Jerablous/Carchemish et Birecik (1907)

Djeminnik

– à gauche de la route (non caractérisé)

Djaryndja

– au bord d’un gros ruisseau

– « Les tessons épars sur le sol et les antiquailles qu’on y découvre prouvent l’existence d’un établissement antique »

Tell Abesh (Tilhabeş Harabe, A27)

– non décrit

Kelekli Oglou

– important ruisseau

Tell Euyuk (= ? Höyük)

– à droite du chemin, au bord du fleuve

– dans un champ à 1 km, 2 stèles hittites figurées en basalte (description et mesures)

Alif Oglou (Elifoglu Höyük, A18)

– sur le plateau dominant le fleuve

– en amont du Kerzin tchaï (Kerzin Çay)

Kerkiz

– aval du Kerzin Çay

Bahindir

?

Kefré (Kefri, A13)

– village à proximité de prairies marécageuses

– cimetière musulman

Passage pénible de l’Euphrate par bac

133F. Cumont signale seulement trois sites archéologiques entre Jerablous et Birecik – un site de 3 ha à 700 m du village d’Alif Oglou (Elifoglu Höyük) ; un site à 1 km du village de Kerkiz ; un site mineur signalé par la présence de céramique à 1 km à l’O.-S.-O. du village de Kefré –, alors que la densité de tells répertoriés depuis, dans ce secteur, est beaucoup plus grande. Cependant, la plupart de ces sites se trouvent à distance des villages que le voyageur a traversés. Nous nous contenterons donc de quelques remarques sur les données recueillies par Cumont :

  1. Djaryndja est un site important, non documenté depuis ;

  2. Tell Abesh pourrait correspondre à Tilhabes Harabe (A27) ;

  3. Avec Tell Euyuk, F. Cumont a cru retranscrire un toponyme, sans s’apercevoir qu’il associait tout simplement le terme arabe (tell) et le terme turc (euyuk = höyük) qui désignent une hauteur artificielle ;

  4. Kefré correspond au site de Kefri (A13). L’absence de vestiges archéologiques sur la rive droite en face de Birecik est l’un des points-clés de la démonstration de F. Cumont pour corriger la localisation de Zeugma-Apamée à Birecik. Ce constat est à peine corrigé par les résultats des prospections menées en 1989, qui n’ont pu mettre en évidence, à Kefri, qu’un site essentiellement caractérisé par un matériel homogène d’époque romaine.

Table Cumont 4 : Sites prospectés en rive gauche (fig. 55)

Reconnaissance de F. Cumont sur la rive gauche de l’Euphrate en amont de Birecik (1907)

Birecik (C15)

– visite pendant une matinée, mais pas de description retranscrite (renvoi interne)

immédiatement en amont de Birecik

– « passons derrière le château de Biredjik. Le chemin longe le fleuve au pied de hauts rochers sur une étroite corniche puis s’élève en pente douce »

– « coupure dans la falaise, d’où s’échappe un torrent »

– nouveau torrent plus important, traversé par un pont

à env. 6 km en amont de Birecik

– collines

– passage d’un ruisseau

– route à travers une plaine fertile

à env. 15 km de Birecik

– « Arrivée à Hobab au pied d’une chaîne de montagnes, qui se dirige vers le nord-est, puis s’infléchit vers le sud »

– ne trouve pas le milliaire qu’on lui avait indiqué ; retourne à Birecik

  • 330 Cumont 1917, p. 131.
  • 331 Kugener 1908.

134La description de la ville de Birecik est intégrée à l’article sur les « Villes de l’Euphrate ». Le voyageur met surtout l’accent sur la topographie escarpée de la ville, dont les maisons s’accrochent au flanc pentu des reliefs qui barrent la rive gauche de la vallée fluviale. Son jugement sur la topographie du site est sans appel : « les ruelles de Biredjik escaladent la montagne à une telle inclinaison que jamais aucune route romaine n’a pu être tracée dans de pareilles conditions. »330 Sa conviction que la topographie de Birecik est défavorable non seulement à une implantation urbaine de grande ampleur, mais aussi à l’établissement d’un pont, s’exprime avec d’autant plus de force que F. Cumont a découvert dans la forteresse en ruine attenante à la ville « une vieille inscription syriaque » de première importance, qui livre pour la première fois le nom antique de Birecik (C15). La publication et la traduction de cette inscription ont été confiées, dès 1908, à R. A. Kugener331. Franz Cumont en résume ainsi la teneur : il s’agit de l’« épitaphe d’un certain Zarbian commandant de Birtha et gouverneur du toparque d’Osrhoène, Manou fils de Manou », « datée de l’an 6 ».

  • 332 F. Cumont exprime d’ailleurs son regret de n’avoir pu, quand il était à Belkıs, traverser en rive g (...)

135Suivons maintenant sa courte excursion en rive gauche. Elle n’est pas réalisée dans le but de prospecter les sites en amont de Birecik, mais tout entière dédiée à la recherche infructueuse d’un milliaire qu’« on [lui] avait signalé à Hobab ». Cela explique que le voyageur coupe au plus direct jusqu’à Hobab, localité qui se trouve à l’intérieur des terres, dans la plaine délimitée par les falaises en demi-cercle du Kalazan Dağι. Il manque donc les nombreux tells situés le long de la rive de l’Euphrate, ainsi que Tilmusa (C07), bien que la ville antique d’Apamée soit signalée sur la carte VII de Cumont. Le seul tell qu’il repère, au « tournant du fleuve », à la limite sud de la plaine de Hobab, correspond sans doute à Surtepe, à 8 km en aval de Tilmusa/Apamée332.

136En rive droite, le détail du chemin suivi par F. Cumont pour gagner Belkıs est très important, car il confirme l’existence d’une route directe le long de l’Euphrate entre Belkıs-Zeugma et Jerablous-Europos.

Table Cumont 5 : Sites prospectés entre Birecik et Belkıs (fig. 55)

Reconnaissance de F. Cumont en rive droite de Kefri jusqu’à Belkıs (1907).

piste vers l’amont depuis le point de traversée du fleuve

– grève basse, large de 1 km

– gravit une colline

à 5 km env.

– descente vers le fleuve, qui coule au pied d’une côte escarpée

– traverse un ruisseau

– chemin le long du fleuve à 500 m du bord, à travers le plateau cultivé

– passe dans une coupure profonde creusée dans le calcaire tendre puis rejoint la rive

à 8 km

– longe le fleuve au pied d’une haute falaise

– petite plaine

– traverse le lit desséché d’un torrent

à 12 km env.

– « arrivée au village turc (pas arabe) de Bâlkîs, l’ancien Zeugma »

137La description du site de Belkıs, non retranscrite dans son « Itinéraire », est entièrement remaniée et développée par l’auteur dans son article sur les « Villes de l’Euphrate », où il démontre, avec efficacité, la nécessité de reconnaître ce village turc comme le « modeste héritier d’une ville antique considérable », Zeugma. Les notes sur les tombes rupestres de la nécropole (dessin et relevé des inscriptions) sont, quant à elles, intégrées à son étude sur l’iconographie funéraire.

Table Cumont 6 : Prospections à Belkıs/Zeugma (fig. 55)

Prospections de F. Cumont à Belkıs d’après son « Itinéraire » (1907)

Bâlkîs (Belkıs, A08)

identifié avec Zeugma

– étape du 17 mai à 16 h 15 jusqu’à 11 h 55 le jour suivant.

– pas de description retranscrite (renvoi à « p. 149 ss. ».)

immédiatement en amont (Bahce Dere, nécropole, A08a)

– traverse le ruisseau qui coule dans la « vallée des tombeaux »

– d’autres tombeaux « s’ouvrent dans les rochers » à gauche du chemin

  • 333 Annales, XV, 3 et XV, 9-12.
  • 334 L’historien les juge « les débris d’une maçonnerie énigmatique », cf. Chapot 1907, p. 279.
  • 335 Cumont 1917, p. 131-132.

138La présentation générale du site est précédée d’un examen des sources antiques qui se rapportent à Zeugma, et dont le savant belge tire les caractéristiques topographiques et historiques de la ville, telles que l’opposition entre une rive droite dont les reliefs dominent le fleuve et une rive gauche plane – contrairement aux indications données par Tacite333 –, une largeur du fleuve favorable à l’installation d’un pont, et l’emplacement d’un temple en hauteur sur une acropole, d’après l’iconographie des monnaies frappées à Zeugma. Enfin, il relève tous les signes prouvant la longévité et la prospérité de la ville. Dans cette perspective, la description de Belkıs est organisée pour correspondre point par point à chacun de ses arguments, comme l’indique l’invitation de F. Cumont : « si nous nous transportons à Bâlkîs, nous trouvons précisément ce que nous cherchons… » Le premier point de sa démonstration est la question du pont, question primordiale quand on étudie Zeugma. Après avoir posé comme premier argument que « la disposition des lieux est ici autrement propice qu’à Biredjik » à l’établissement d’un pont, il aborde le problème sous l’angle archéologique, à savoir : y a-t-il sur le site de Belkıs les vestiges d’un pont ? Il est intéressant de reprendre ici les termes mêmes de Cumont quand il décrit les vestiges au bord du fleuve, qui intriguèrent tant Victor Chapot334 : « De fait, un peu en amont du village actuel de Bâlkîs, deux fortes murailles s’avancent dans l’Euphrate : les parements en ont été emportés, mais il reste un noyau de blocage, dont le ciment indestructible a résisté à l’action des eaux. Mon guide m’assura que c’étaient les ruines d’un pont ; le niveau alors très élevé du fleuve m’empêcha de constater si cette construction appartenait à une culée ou à une tête fortifiée et si des bases de piles pouvaient être reconnues à travers le lit ; mais je constate que la tradition qui place ici un pont est ancienne, et que sur l’autre rive aussi, il paraît en subsister l’amorce [renvoi en note au témoignage de Pococke] »335. La rhétorique de Cumont est aussi irrésistible qu’ambiguë : c’est le guide qui porte la responsabilité d’interpréter les vestiges décrits, le voyageur n’ayant pu en vérifier la nature. Puis, d’une argumentation assise sur des preuves archéologiques, on glisse subtilement vers une assertion fondée sur une tradition orale locale, transmise par R. Pococke et remontant au xviiie s. Ce dernier, pas plus que Sachau, n’a prospecté la rive gauche en face de Belkıs, ce qui n’empêche pas Cumont de localiser avec justesse Apamée en face de Belkıs sur la carte VII de son itinéraire.

139Un examen approfondi des vestiges signalés par F. Cumont montre que sa prospection n’a apporté, en fait, que peu d’éléments inédits. Le génie de son argumentation est d’avoir su réunir des informations dispersées, de les avoir confrontées aux sources antiques et, surtout, de les présenter comme concernant les éléments cohérents d’une seule et même ville. Il est ainsi le premier à estimer correctement l’ampleur de l’occupation à Belkıs. Par exemple, loin d’isoler la hauteur du Bâlkîs Kalé (Belkıs Tepe), il englobe toutes les collines qui descendent jusqu’à la rive en amont du village de Belkıs, jusqu’à la « vallée des tombeaux » (nécropole occidentale). Les zones de nécropoles lui apparaissent comme un bon marqueur de l’extension urbaine et il prend soin de les localiser, mettant ainsi en valeur non seulement la nécropole occidentale prospectée par J.-B. Chabot et V. Chapot, mais aussi les ensembles de tombes rupestres à l’est et au sud du Belkıs Tepe. Il tire de la densité des tombes autour de la ville la preuve qu’« une agglomération populeuse s’était formée en ces lieux ». Enfin, il mentionne tous les artefacts vus sur le site par des prédécesseurs ou par lui-même, les considérant comme autant de témoignages sur l’opulence et la culture gréco-romaine des habitants : par exemple, la sculpture colossale d’Athéna, dont Chapot a signalé la tête et Cumont le torse, ou encore les pavements de mosaïque et médaillons de mosaïque figurant les Provinces romaines, vus par Cernik en 1905 et vendus à Alep comme provenant de Birecik. Indéniablement, Cumont, qui ne passa que deux demi-journées à Belkıs et consacra beaucoup de temps à l’examen des tombes rupestres, en retira une impression générale, mais d’une clairvoyance inégalée, qui suffit à étayer le dossier d’identification qu’il construisit a posteriori.

140Sur le segment prospecté en aval de Belkıs, il faut se référer à l’article sur les « Carrières d’Enesh », dont le propos double et détaille les informations laconiques transcrites dans l’« Itinéraire ».

Table Cumont 7 : Sites prospectés en amont de Belkıs/Zeugma (fig. 55)

Sites reconnus par F. Cumont en rive droite de Belkıs à Enesh (1907)

sur 4 km env.

– traverse une « plaine allongée entre la montagne et le fleuve, où débouche un assez gros ruisseau »

Ourum (Horum Höyük, A04)

– traverse le lit d’un torrent assez large à sec

– « un peu au-delà, un petit tell au bord du fleuve, c’est Ourum. La malaria a fait abandonner le village, dont il ne reste que quelques murailles branlantes »

à 6 km de Bâlkîs (Belkıs),

Tchardak (çardak)

– traverse de beaux jardins irrigués par un gros ruisseau coulant d’une vallée latérale

– arrive à Tchardak, « sur une éminence au-dessus du ruisseau qui lui doit son nom de Tchardak sou. » Village neuf abritant les habitants réfugiés d’Ourum

– inscription no 22 copiée : épitaphe d’un légionnaire romain sur une dalle remployée comme pavement

Kutchuk Tchardak (Kuçuk çardak)

– suit la vallée du çardak su

– « vieux village (…) où jaillit une source abondante »

– passe un ruisseau

– montée d’une crête

– descente dans un ravin

en aval de Kuçuk çardak

– nouvelle montée, et au sommet : « à nos pieds, nous voyons l’Euphrate resserré entre les hauteurs et au-delà le village de Tell Azym (Tell Azé) »

– descente vers l’Euphrate par un sentier

Kachtîn

– village « situé au débouché d’une vallée sur une petite rivière, qui fertilise ses jardins »

– « quelques antiquités » (renvoi à la p. 152)

en aval de Kachtîn

– suit la rive étroite entre les montagnes et le fleuve

Enesh

identifié avec Arulis

– montée au village d’Enesh

– source naturelle du Serkis su

– chapelle Saint-Serge avec inscription syriaque du viie-viiie s.

– église dans une grotte naturelle « aux parois couvertes de croix qui semblent avoir été tracées à différentes époques », au nord du village

– tombeaux rupestres le long du Serkis su, du côté de l’Euphrate et au-delà des carrières

– description des carrières d’Enesh, avec les autels votifs « ménagés dans des niches creusées dans le roc »

– relevé de nouvelles inscriptions

141Pour le tell d’Ourum (Horum Höyük, A04), dont les ruines comprennent « quelques restes de murailles », F. Cumont rejette l’assimilation avec Ourima, en raison de l’ordre des toponymes de la liste de Ptolémée et de sa proximité avec Bâlkîs (Zeugma). Kachtîn lui semble correspondre à un village antique, signalé par la présence de tombeaux rupestres et d’un fragment de marbre blanc décoré de rinceaux.

  • 336 Cumont 1917, p. 152-160 et fig. 50-53.

142Le village et les carrières d’Enesh font l’objet d’une description complète et soignée, illustrée par cinq clichés pris par l’auteur336. Dans les édifices importants du village, le spécialiste des religions s’essaie à retrouver les lieux de culte antiques : la « source fécondante » du Serkis su est vue comme une source sacrée du temps du paganisme sanctifiée par la chapelle Saint-Serge. Il devine, dans une caverne basse et de forme irrégulière, « un ancien temple – peut-être dédié au dieu Silvain », auquel a pu succéder l’église du village. Selon lui, la dédicace de trois soldats au dieu Silvain, visible sur le mur nord de la cour de la « grande maison de Keivan-Agha », pourrait indiquer « l’emplacement d’une chapelle de Silvain ou d’un bâtiment militaire ». Les carrières, avec leurs fronts de taille de plus de 20 m de haut, qui s’étendent sur 1 km en amont du village, sont présentées tant d’un point de vue technique que sous l’angle de l’anthropologie religieuse. Franz Cumont en détaille l’exploitation pour expliquer l’état actuel de ces falaises à pic, séparées par des portions de rochers en saillie. Il lie aussi au fonctionnement de la carrière les autels et les inscriptions votives laissés par les carriers à différentes hauteurs sur les fronts de taille, au fur et à mesure que les bancs d’extraction étaient débités. Il retrace le travail difficile exécuté dans cette carrière à ciel ouvert, de l’extraction des blocs en escalier jusqu’à leur transport sur l’Euphrate, assuré par la « batellerie au service de l’armée », vers le lieu où « le lourd chargement devait être employé ». Il suppose à cette occasion que des carrières d’Enesh « furent extraits les matériaux du pont construit à Zeugma ». Les inscriptions votives laissées par les carriers intéressent d’autant plus Cumont qu’elles révèlent, à côté des dédicaces à Jupiter optimus maximus, un culte local à Sol divinus assimilé au dieu romain Silvain.

  • 337 Ibid., p. 170-171.

143Franz Cumont pense avoir ainsi trouvé à Enesh assez d’indices archéologiques pour prouver l’existence d’un établissement d’époque romaine, de quelque importance, puisqu’il comprenait des lieux de culte, un détachement de la legio IV Scythica, dont la présence est attestée par les inscriptions liées à l’exploitation des carrières aux iie-iiie s., et une nécropole relativement étendue. La question de l’identification du site d’Enesh donne lieu à une critique très énergique des interprétations portant sur la position d’Ourima et d’Arulis-Arudis d’après les itinéraires antiques. Franz Cumont propose, quant à lui, de reconnaître dans le toponyme Arulis donné par la Table de Peutinger l’ablatif du nom latin arulae, « les petits autels », appellation qui lui semble bien désigner les autels votifs des carrières d’Enesh. Conscient que la distance indiquée par cette même source entre Arulis et Zeugma est grandement supérieure à celle qui sépare les sites de Belkıs et d’Enesh, il suggère de corriger le chiffre de la Table de Peutinger et de lire XIIII milles au lieu de XXIIII. Sa démonstration l’entraîne à s’intéresser également à la localisation d’Ourima, mentionnée par Ptolémée en amont d’Arulis mais absente de l’itinéraire de Peutinger. Ici, son exposé est plus prudent : il se prononce en faveur de l’identification d’Ourima avec le site de Rumkale, refusant de corriger l’ordre des toponymes de la liste de Ptolémée, et s’opposant ainsi à ceux qui avaient rapproché Ourima du site d’Ourum (Horum Höyük, A04)337, mais reconnaît que « l’examen des lieux n’est pas décisif » – même si la « position merveilleuse » de Rumkale, avec son château médiéval construit sur une avancée du plateau calcaire en forme de fer à cheval, à la confluence de l’Euphrate et du Merzimen Su, a dû « être choisie par les Romains comme emplacement d’une de leurs forteresses, quand ils établirent leur ligne de défense à la frontière de Commagène ». Le lien entre la ville antique d’Ourima, connue jusqu’au xe s. par les listes de conciles, et Rumkale, mentionné à partir des Croisades, lui semble vraisemblable, mais n’est attesté par aucune source. Reste pour F. Cumont l’espoir qu’« une inspection minutieuse » de la nécropole rupestre de Rumkale, qui s’étend sur les flancs de la vallée encaissée du Merzimen Su, « y ferait découvrir quelque épitaphe grecque ou latine des morts qui furent autrefois déposés dans ces sépulcres. ». La prospection en rive droite de l’Euphrate se poursuit en amont jusqu’à Alif, où Cumont arrive dans l’après-midi du 21 mai. Son itinéraire recoupe une partie de celui suivi par Victor Chapot en 1905.

Bilan des « Études syriennes »

144La découverte d’une inscription syriaque inédite à Birecik, à l’intérieur de la forteresse abandonnée, a donc permis à F. Cumont de remettre à plat la distribution de certains toponymes antiques de l’Euphrate, entre Samosate et Eragiza. Sa démonstration, cependant, s’appuie moins sur l’apport de découvertes inédites que sur des observations générales issues du terrain et sur la présentation raisonnée des indices archéologiques, si mineurs soient-ils. Excepté à Birecik, en effet, les inscriptions nouvelles qu’il a relevées sur le Moyen-Euphrate font partie d’ensembles (Enesh, Zeugma) déjà signalés par ses prédécesseurs, ensembles qu’il s’attache à compléter lors de son voyage et à replacer dans une perspective historique ou culturelle. Pour les sites qu’il visite et qui ont été déjà prospectés, voire amplement décrits, il s’attache avant tout à en comprendre l’organisation et à isoler les indices archéologiques qui lui semblent le mieux s’harmoniser avec les sources antiques. De plus, il a pris soin, dans ses argumentations, de distinguer les identifications « définitivement tranchées » de celles qui lui semblent « infiniment probables ». Une troisième catégorie correspond aux toponymes antiques dont l’hypothèse de localisation admise par certains de ses collègues lui paraît fautive, mais pour lesquels il n’a à proposer qu’une position imprécise, circonscrite à un segment de l’Euphrate.

1451) Identifications argumentées : Belkıs = Zeugma ; Birecik = Birtha et Macédonopolis.

146L’orientaliste belge n’était pas le premier à douter du bien-fondé de la localisation de Zeugma à Birecik, ni le premier à la remettre en cause ; mais il a fallu la preuve irréfutable d’une inscription donnant le nom syriaque de la forteresse pour qu’il avance une argumentation imparable en faveur de la localisation de Zeugma à Belkıs et qu’il considère cette question controversée comme « définitivement tranchée ». Cette localisation est d’ailleurs, dans les Études syriennes, la seule identification nouvelle qu’il soutienne comme irréfutable, sans qu’elle soit fondée sur une preuve épigraphique. Son argumentation est, nous l’avons vu, avant tout d’ordre topographique et se développe en trois points : a) Zeugma est située en rive droite ; b) à Zeugma, la rive droite est escarpée et la rive gauche est plane ; c) à Zeugma, le fleuve est large et propice au passage d’un bac. Les preuves archéologiques viennent en second : vérifier la présence des vestiges du pont ; repérer les indices matériels de la prospérité du site antique situé à Belkıs ; prouver l’existence d’un site sur la rive en vis-à-vis, correspondant à Apamée. Rappelons que sur la question du pont et sur la localisation d’Apamée en rive gauche, F. Cumont s’est contenté d’informations de seconde main, basées sur des traditions orales.

1472) Identifications probables : Alif = Sugga ; Rumkale = Ourima ; Enesh = Arulis.

  • 338 Cumont 1917, p. 171.

148Pour ces localisations, le chercheur s’en remet à une « découverte épigraphique » future qui, seule, permettrait de « substituer à ces probabilités une certitude »338.

1493) Localisations à préciser : Caeciliana et Néocésarée.

  • 339 Ibid., p. 143, n. 4.

150Pour la localisation de Caeciliana et de Néocésarée, il paraît évident que F. Cumont n’a pas d’éléments archéologiques ni épigraphiques suffisants pour proposer une localisation précise et pour invalider l’argumentation de Victor Chapot, qui associait ces toponymes, respectivement, aux sites de Qal‘at Al-Najm (B18) et de Belkıs. Pour la position de Néocésarée, il se laisse guider par Procope : il la recherche en aval d’Europos/Jerablous, à proximité de Barbalissus/Eski Meskené (B31), faisant ainsi preuve d’une intuition très juste, puisque les fouilles d’urgence ont maintenant permis d’identifier cette ville avec le site de Dibsi Faraj (B32). La chronologie des fortifications de Dibsi Faraj a donné raison, une fois encore, à F. Cumont : elle a confirmé que la première phase des remparts remontait bien à Dioclétien, comme l’avait supposé l’auteur : « Sur les circonstances où cette place reçut son nom, on ne peut hasarder que des conjectures. Peut-être fut-elle fortifiée par Maximien ou Dioclétien, vers 296, au moment où Narsès menaçait la frontière de l’Euphrate »339.

Prospection de la rive gauche de l’Euphrate par Gertrude Bell (1909)

  • 340 L’importance de la contribution de Gertrude Bell à la recherche archéologique du Proche et du Moyen (...)
  • 341 Elle a publié notamment deux articles consacrés aux fouilles de Babylone et d’Assour, dans le Times(...)
  • 342 Cf. Bell 1909-1911, Diaries et Letters. Son journal, sa correspondance ainsi qu’une très riche coll (...)
  • 343 Cf. Bell 1927. Il s’agit d’un recueil de lettres sélectionnées et publiées, après la mort de Gertru (...)

151Au milieu de ces universitaires et de ces membres d’institutions renommées, la contribution de l’exploratrice anglaise Gertrude Bell, qui a voyagé pour son agrément, avec la liberté complète que lui conférait son statut social, pourrait être considérée comme la simple participation d’un amateur éclairé, si cet esprit curieux et sans préjugé n’avait fait preuve de qualités d’observation sur le terrain et d’une clairvoyance scientifique et politique qui lui ont valu la reconnaissance du milieu orientaliste, de son vivant jusqu’à nos jours340. Pour la connaissance archéologique des régions de l’Euphrate et du Tigre, les résultats du voyage qu’elle entreprit en 1909 sont indéniablement de première importance et égalent, par leur ampleur géographique comme par leur recherche d’exhaustivité, les prospections archéologiques menées par Friedrich Sarre et Ernst Herzfeld en 1907. L’intérêt de l’exploration de G. Bell réside également dans le fait que nous pouvons confronter ses publications archéologiques – cinq articles et un récit de voyage341 – avec les notes de son journal342 et sa correspondance familiale343. Ces trois sources explicitent les buts de son voyage, sa progression sur le terrain et le poids des événements politiques pendant ces années de crise que traversait alors le pouvoir ottoman.

Préparation du voyage

  • 344 Sa rencontre fortuite avec Moritz au Caire lui permet de bénéficier d’une mise au point sur les tra (...)
  • 345 Ibid., 27/01/1909.
  • 346 Ibid., 27/01/1909.

152Au début de l’année 1909, le voyage en Arabie intérieure qu’avait projeté Gertrude Bell doit être reporté, car les conflits entre les tribus rendent alors très dangereux un déplacement solitaire dans cette région. Elle se replie donc sur les zones dites « désertiques » de la Mésopotamie. Cependant, son projet n’est pas encore arrêté alors qu’elle fait escale à Alexandrie en janvier 1909 et se rend au Caire où, le 17 janvier, elle rencontre par hasard le professeur Moritz, spécialiste de la Palmyrène. La planification de son voyage (fig. 56) se fait en deux étapes, au fil des informations qu’elle recueille, d’abord au Caire, puis à Bagdad. Pour la première partie, l’Euphrate, deux éléments priment : il lui semble important de visiter le site de Jerablous, qui est, depuis les fouilles Henderson de 1878, identifié à Carchemish. Elle sait que son compatriote, D. W. Hogarth, a effectué en 1908 un « sketch Survey » en Syrie du Nord, pour le compte du British Museum, afin de sélectionner un site à fouiller, et que son choix s’est porté, de nouveau, sur ce grand site hittite. Dans ces conditions, G. Bell ne peut manquer de visiter à son tour le site choisi par le British Museum344. En second lieu, Moritz lui apprend que l’archéologue allemand Friedrich Sarre « a fait Resafa », comme le résume Gertrude Bell dans son journal345. Il lui conseille donc de descendre la rive gauche de l’Euphrate, où, selon lui, « il y a une série de villes à identifier et rien n’a été fait »346. Cet argument la détermine à entreprendre un itinéraire cheminant exclusivement sur la rive gauche de l’Euphrate, avant de rejoindre Babylone. Pour les étapes du retour, elle prend ses informations à Bagdad auprès des archéologues allemands qui travaillent à Babylone et consulte sur place les articles de F. Sarre et E. Herzfeld consacrés aux sites de la vallée du Tigre. Son voyage s’achève à Konya, cinq mois plus tard.

Fig. 56 ‑ Itinéraire de G. Bell de Jerablous à Abou Kemal en 1909

Fig. 56 ‑ Itinéraire de G. Bell de Jerablous à Abou Kemal en 1909

(Détail de la carte hors texte, Bell 1911).

  • 347 Elle a acheté au Caire le livre de M. Fr. von Oppenheim, Griechische und lateinische Inschriften au (...)
  • 348 Elle est probablement renseignée par son guide arménien, qui a accompagné Hogarth sur le terrain l’ (...)

153Ses notes et son journal nous renseignent directement sur les documents que l’exploratrice a utilisés pour se guider le long de l’Euphrate. Tout d’abord, pour les documents cartographiques, elle se réfère non pas aux cartes britanniques, comme on pourrait s’y attendre, mais exclusivement à « Kiepert », sans qu’il nous soit malheureusement possible de préciser de quels documents il s’agit. Un seul indice permet d’exclure qu’elle ait utilisé la carte établie pour la publication de l’expédition de Sachau en 1883. En effet, sur la carte en sa possession, elle lit, pour la Syrie du Nord, la mention Klosterruinen indiquée à l’est du site de Srêsât. Parmi les documents que nous avons répertoriés, cette mention, pourtant issue de la description de Srêsât (Sarasat) par E. Sachau, ne figure que dans l’édition de la Karte des Nördlichsten Theiles von Syrien, établie pour la publication de l’expédition de C. Humann en 1890. Mais comme cette carte ne couvre que le segment de l’Euphrate de Samosate à Qal‘at Al-Najm, la voyageuse a dû utiliser un second document pour la partie méridionale de sa prospection. Dans son Journal, elle mentionne la carte de H. Kiepert réalisée pour l’ouvrage de M. von Oppenheim, Vom Mittelmeer zum Persichen Golf (1889-1900), mais, de l’édition que nous avons consultée, est absente la mention « Bersiba » qui figurait, associée au site de Munbaya/Moumbaqat, sur le document utilisé par G. Bell. À l’instar de Franz Cumont, elle critique ces cartes et en corrige certaines distances et certains toponymes, tout en s’interrogeant sur les identifications annotées. D’autre part, parmi les publications récentes sur les sites de l’Euphrate, on ne trouve cités, dans ces notes de terrain, que les travaux de deux autres orientalistes : Max Freiherr von Oppenheim, à propos du tombeau-tour de Sarrin347, et David George Hogarth. Pour les sites autour de Carchemish, elle se réfère à plusieurs reprises, et de manière très précise, aux résultats des prospections réalisées par Hogarth348. Elle semble d’ailleurs lui destiner certaines photographies, des relevés d’inscriptions et les moulages de bas-reliefs qu’elle réalise à Tell Ahmar. En rédigeant Amurath to Amurath, Gertrude Bell fournit un important travail documentaire et insère de nombreuses références à ceux qui l’ont précédée sur le terrain : E. Sachau, F. R. Chesney, H. Pognon, V. Chapot, F. Cumont.

Fig. 57 ‑ Flanc sud-est de l’acropole de Jerablous photographié par G. Bell en 1909

Fig. 57 ‑ Flanc sud-est de l’acropole de Jerablous photographié par G. Bell en 1909

(Bell 1911, fig. 17)

Impact de la crise politique sur le voyage de G. Bell

  • 349 Au milieu du xixe s., le Vali d’Alep implante des casernes militaires le long des principales route (...)
  • 350 Bell 1911, p. ix.
  • 351 Bell 1911 : les trois premiers chapitres sont consacrés à la route de l’Euphrate.

154En février 1909 éclate une crise politique d’une extrême gravité, qui aurait pu constituer un obstacle majeur à son projet. En arrivant à Alep, le 3 février, G. Bell trouve une situation très troublée, le mouvement des Jeunes Turcs ayant imposé au pouvoir ottoman de rétablir un parlement. Les élections prévues ont encouragé le réveil des nationalismes arabes. D’autre part, parallèlement au Panturkisme, se répand un Panislamisme qui ranime les conflits interreligieux, surtout dans la région de Diyarbakır, dont une partie de la population arménienne se réfugie en Syrie du Nord. Le 27 avril 1909, le sultan Abdul Hamid, qui règne pour son frère Murad V, est déposé. Les informations que G. Bell recueille à Alep sont aussi alarmantes que contradictoires, et la légation allemande prévoit de rapatrier ses ressortissants. En dépit des circonstances, elle maintient son projet, mais demande au Vali d’Alep une escorte de deux soldats349. Le voyage n’en demeure pas moins périlleux. À Raqqa, où son escorte doit être relevée, un télégramme du Vali lui interdit de traverser la Jezireh et lui recommande de passer en rive droite. Comme la voyageuse n’obtempère pas, elle est privée d’escorte jusqu’à Deir ez-Zor, où elle est de nouveau accréditée par les représentants de l’empire en crise. Cette vacance du pouvoir et cette transition dynastique insoluble, qui imprègnent profondément le quotidien de son voyage, lui inspirent le titre du récit qu’elle rédige à son retour : Amurath to Amurath, c’est-à-dire « Du (sultan) Al-Murad au (sultan) Al-Murad ». L’auteur ne néglige pas, en effet, d’y retranscrire la façon dont cette crise politique est perçue au plus profond du pays et d’évaluer le poids économique et politique de cet empire qui pèse sur les populations les plus pauvres de la Mésopotamie. L’ouvrage contient, d’ailleurs, un plaidoyer politique, explicite dès l’introduction : « The five months of journeying which are recounted in this book were months of suspense and even of terror. Constitutional government trembled in the balance and was like to be outweighted by the forces of disorder, by fanaticism, massacre and civil strife. I saw the latest Amurath succeed to Amurath and rejoiced with all those who love justice and freedom to hear him proclaimed. »350. Amurath to Amurath constitue un récit de voyage vif et riche d’anecdotes et d’informations sur l’état des régions syriennes et mésopotamiennes au début du siècle. Il est empreint de qualités humaines réelles : une affinité profonde avec la culture orientale et les paysages, une absence de préjugés et un certain humour qui trouvent rarement leur place dans ce type de publication. Du point de vue archéologique, il est, cependant, moins intéressant que le carnet de voyage, car l’auteur a sélectionné, et parfois simplifié, ses observations de terrain351. La publication comprend une carte générale du Proche et Moyen-Orient, où est tracé l’itinéraire de G. Bell et où sont localisés les sites prospectés (fig. 56).

Itinéraire d’Alep à l’Euphrate

  • 352 À chaque étape, elle prend contact avec la communauté anglaise de l’endroit, mais aussi avec des no (...)
  • 353 À cette occasion, elle corrige la distance indiquée par la carte Kiepert.

155Le 31 janvier, Gertrude Bell débarque à Beyrouth, puis gagne Alep, où elle constitue sa caravane352. Dans cette expédition, elle est accompagnée par un collaborateur arménien indispensable, Fattouh, qui l’a secondée dans ses voyages précédents en Syrie (1905) et qui a servi de guide à David Hogarth en Syrie du Nord, en 1908. Pour rejoindre l’Euphrate depuis Alep, la voyageuse anglaise suit un itinéraire semblable à celui de Franz Cumont en 1905, passant par El Bab et Hiérapolis353. Le 17 février, elle rejoint le Sajour en passant par le hameau d’Ausheriyyeb (Osriya). De là, elle longe le Sajour jusqu’à sa confluence avec l’Euphrate, où elle attend, un peu en aval, le bac qui fait la traversée depuis Tell Ahmar. Selon un système bien rodé, Bell, dans la journée, chevauche indépendamment de la caravane, qu’elle rejoint le soir au lieu de campement. Cela lui permet d’aller plus vite, de prendre des notes sur les sites et de rayonner en chemin sans retarder le rythme du voyage. Dans ses notes figurent donc souvent ses propres temps de trajet et celui du reste de son équipe.

Prospection en amont et en aval de Tell Ahmar

  • 354 Bell 1909, Diaries, 18/02/1909 : à Tell Ahmar, « worked from 8 to 12 at the inscriptions. Ibrahim a (...)

156La voyageuse passe quatre jours dans la région et, depuis son campement établi à Tell Ahmar, prospecte activement les sites de la rive gauche, n’hésitant pas à dégager certaines stèles354 pour en faire de bonnes photographies.

Table Bell 1 : Sites prospectés en amont de Tell Ahmar jusqu’à Kara Qouzak

Sites de la rive gauche prospectés par G. Bell en amont de Tell Ahmar jusqu’à Kara Qouzak

Tell el Kumluk (Tell Qoumlouq, D05)

– tell inoccupé ; fragments de colonnes en remploi dans un cimetière

Tell Bada’a (Tell Baddaya)

– mentionné uniquement dans son journal

Tell el ‘Abr (Tell Al-‘Abr, D06)

– non décrit ; elle y achète « a charming triple god which had come from Kürk Mughara »

Kubbeh (village près de Tell Koubba, D08)

– fragment d’une stèle funéraire avec une inscription latine en remploi dans le cimetière

Tell Ahmar (D07).

– ruine hittite insignifiante à ½ h en amont avec relief de lion

– prospection de la colline principale et documentation sur 5 stèles, dont une avec inscription déjà copiée par Hogarth

– au village, 2 stèles avec griffons et une avec inscription inédite

– photo du site et des bas-reliefs

Ja’deh

Hameau

Mughârah/Qal‘at Al-Magara (Jaade Al-Magara, D12a)

1) vestiges de construction avec des pierres blanches bien taillées

2) tout près des tombes, où les paysans disent avoir trouvé du verre et de l’or, deux sarcophages en pierre brisés, encore pleins, le reste de leur contenu répandu autour

3) tombes rupestres au-dessus de la rive : « the caves are uninteresting » ; elle note un exemple de croix incisée au-dessus d’une porte

Tell Kara Kazak (Kara Qouzak, D13)

– hauteur importante au pied de laquelle se trouve une aire considérable couverte de pierres taillées et moulurées, de jambages massifs encore debout et à moitié enfouis ; elle y trouve un fragment de jarre avec tête humaine appliquée de type parthe ou sassanide (comparaison avec le matériel de Hatra)

  • 355 En revanche, une mosaïque a été dégagée, cf. Catalogue, D08, p. 282-283.

157G. Bell est la première à explorer systématiquement ce segment de la rive gauche, ce qui lui permet de compléter la prospection rapide de D. W. Hogarth effectuée l’année précédente. Son travail met autant l’accent sur les vestiges hittites que sur les indices d’une dense occupation romano-byzantine, notamment à Kara Qouzak, où elle observe des fragments d’architecture dont l’équivalent n’a pas été retrouvé en fouille355, ainsi qu’à Jaade Al-Magara, qu’elle propose d’associer à un point de traversée antique ou à un pont.

Excursion en rive droite à Jerablous/Carchemish

  • 356 Bell 1909, Letters, 20/02/09.
  • 357 Description détaillée dans son carnet de voyage – c’est celle que nous avons retranscrite dans le t (...)
  • 358 Cf. Catalogue, p. 60, 65.

158Le 20 février, elle traverse à nouveau l’Euphrate à partir d’un point d’embarquement situé en amont de Tell Ahmar. La traversée, relatée sur le mode comique dans sa correspondance356, est difficile tant le fleuve est gonflé par les eaux de pluie et agité par le vent. Chevaux et passagers sont embarqués dans un shahtour qui, en raison du fort courant, dérive fortement vers l’aval. Le bateau atteint la rive droite en amont de la confluence du Sajour, au pied des falaises calcaires qui dominent le fleuve. La piste qui suit la rive étant sous l’eau, G. Bell emprunte le chemin de crête avant de redescendre dans la plaine au nord, sans doute à Tell Amarna (localité non citée). Cette excursion en rive droite a pour but précis la visite de Carchemish et ne dure qu’une courte demi-journée, puisqu’il faut franchir le fleuve en sens inverse avant la tombée du jour. C’est donc avec hâte que la voyageuse chevauche vers ce site, sans s’attarder à l’inventaire des ruines et des tells qu’elle aperçoit en chemin. En revanche, ses observations357 sur les vestiges visibles en surface à Jerablous (A28) restituent avec pertinence l’importance de la ville, Europos, de la période hellénistique à la période byzantine, cité en partie détruite par les fouilles du British Museum358 (fig. 56).

Table Bell 2 : Sites de la rive droite prospectés en aval de Jerablous

Sites de la rive droite prospectés par G. Bell en aval de Jerablous

Sur sommet des collines calcaires en amont du Sajour

– « a bare rocky country with a lot of ruins in one place, door jambs and cut stones (Kiepert marks it Klosterruinen) »

Dans la plaine

– tell (non nommé)

– Jerabis (Jerablous)

– village

Site de Carchemish (Jerablous/Europos, A28)

– description (Diaries, 20/02/1909) :

– « Du côté NE, se trouve la citadelle baignée sur 2 côtés par le fleuve. Les importants ouvrages de terre qui signalent les remparts s’étendent depuis la citadelle en un cercle qui s’éloigne du fleuve. Les portes peuvent être repérées, à mon avis. À l’intérieur, il y a une quantité de vestiges : de grandes pierres, des fondations de murs, des pavements, le tracé d’une des rues et de nombreuses colonnes cassées avec leurs chapiteaux moulurés. Sur la colline, les deux blocs sculptés laissés par le British Museum et à côté, les fragments d’un troisième, avec un personnage ailé ».

– extraits d’une lettre à sa mère (Letters, 20/02/09 :

– « we came to the huge mound of Carchemish. It is covered with immense blocks of stone - later than Hittite I imagine - and sometimes you can see clearly the line of the streets and sometimes the pavements of temple or palace courts »

Village de Kerakli (au nord)

– stèle hittite (information obtenue à Jerablous)

Au sud-ouest de Carchemish

– tombe avec loculi (visitée par Hogarth)

  • 359 Il y a de fortes probabilités pour que F. Cumont ait visité le même hypogée ou le même secteur en 1 (...)
  • 360 Cf. Tunca, Waliszewski et Koniordos 2011.

159Gertrude Bell n’a pas visité le village de Kerakli, ni la tombe située au sud-ouest de Carchemish, mais reprend des informations collectées sur place. L’existence d’une stèle au village de Kerakli lui est indiquée par Salim Nebky, propriétaire terrien qu’elle rencontre à Jerablous. Le village de Kerakli paraît correspondre au toponyme Kerkudja, noté sur la carte Kiepert de 1890 et situé en amont d’un gros ruisseau. Rappelons que les deux reliefs hittites signalés par Franz Cumont à Tell Höyük se trouvent dans le même secteur. Elle connaît l’existence de la tombe rupestre à proximité de Jerablous grâce à son intendant arménien, qui a visité celle-ci en compagnie de D. W. Hogarth, en 1908359. Il nous manque néanmoins des précisions sur la localisation et sur la distance de cette tombe par rapport à la ville antique, qui nous permettraient de déduire si elle appartient ou non à la nécropole périurbaine de la ville d’Europos. Quant aux vestiges vus dans le secteur des collines en amont du Sajour, ils peuvent correspondre au site de Qal‘at Mokar (B06), de Magara Sarasat (B05a) ou de Sarasat (B05) et, moins probablement, à l’église découverte à Amarna 1 (B04a), dont l’élévation a été arasée et les blocs décoratifs pillés360.

Prospection de la rive gauche de Kara Qouzak à Raqqa

160En aval de Kara Qouzak, Gertrude Bell emprunte un itinéraire tout à fait nouveau, du 21 au 27 février, date à laquelle elle fait étape à Raqqa. Cette portion de rive de l’Euphrate n’a pas été explorée en continu depuis les missions de reconnaissance britanniques commandées par F. R. Chesney en 1836-1837 et par W. F. Ainsworth en 1868. Nombre de sites inventoriés par G. Bell ne sont donc pas indiqués sur les cartes existant alors et doivent être situés par rapport à des points de repère aperçus sur la rive droite. À cette occasion, Bell utilise avec ingéniosité son appareil photographique et prend de nombreuses vues panoramiques de la vallée pour mieux localiser ses découvertes par rapport aux points connus dans la vallée. À l’exception des tombeaux-tours de Sarrin (D16) et de Mas‘oudiya, aucun des sites n’avait, avant son passage, fait l’objet d’un inventaire archéologique documenté par des plans et des photographies. Si ces prospections ont permis de reconnaître des sites inédits, notons cependant que G. Bell se contente, dans la plupart des cas, d’une caractérisation générale des vestiges, n’apportant que rarement une évaluation de leur étendue et donnant peu d’éléments de datation. Cette dernière lacune est d’ailleurs compréhensible, puisque les critères de datation de son époque permettaient tout au plus à un non-spécialiste de distinguer les vestiges d’époque hittite, assyrienne, hellénistique, romaine, byzantine et islamique.

Table Bell 3 : Sites de la rive gauche prospectés de Sarrin à Mas‘oudiya

Sites

Informations tirées du journal ou de la correspondance (du 21/02 au 27/02/1909)

Informations tirées d’Amurath to Amurath (Bell 1911)

Tell Sarrin (D14)

– sur le tell, il y a un certain nombre de pierres taillées, linteau et jambage de porte, mais pas d’inscription. Bell est informée qu’une pierre en marbre a été trouvée près du moulin, à la source (« at the ‘Ain »), et porte des dessins

Sarrin nécropole (D16)

1) tours funéraires :

– « Oppenheim a seulement publié l’inscription syriaque des tombeaux-tours alors que l’architecture des monuments est très intéressante, d’autant plus intéressante qu’ils sont datés » (photos et mesures) ;

2) à proximité du tombeau-tour nord, de nombreuses tombes rupestres avec un dromos (« with a passage slooping down to them ») mais elles sont toutes comblées de pierres et de débris

1) description et analyse architecturale du tombeau nord (Bell 1911, fig. 20)

– « Serrîn. North tower tomb. Plan and elevation showing mouldings »

– deux photos (Bell 1911, fig. 21-22).

2) photo de la tour sud

vallée en aval de Tell Sarrin (Qousak Shamali, D17)

– visite un hypogée habité par des Arabes, avec une curieuse inscription - « script unknown »

– un hypogée avec 3 larges chambres et une inscription sur un mur, que Bell identifie à du syriaque par comparaison avec les inscriptions vues par Sachau près d’Urfa (relevé, fig. 23)

Mas‘oudiya (D20)

– au sommet du tell, Bell repère les mosaïques découvertes par von Oppenheim, mais le pavement avec les inscriptions a disparu

Idem

  • 361 Inscription retrouvée par A. Egea Vivancos, qui en a publié un bien meilleur relevé ; la traduction (...)

161Il a paru intéressant de mettre en relation les observations prises sur le vif et notées dans le Journal avec la présentation des sites dûment documentée par des recherches bibliographiques postérieures au voyage. Le travail de Gertrude Bell sur ces sites déjà répertoriés permet de les situer dans un ensemble plus cohérent. Pour le tombeau nord de Sarrin, Bell restitue un sommet pyramidal et deux chambres funéraires avec une entrée par la face est. Elle souligne les différences typologiques par rapport aux types palmyréniens et introduit une comparaison avec les cas de tombes à ciborium dont elle a vu des exemples en Syrie du Nord, se référant sur ce point à F. Cumont et H. Pognon. Elle montre également que les deux tombeaux-tours ne constituent plus des éléments isolés à la périphérie d’une ville antique, mais bien les monuments funéraires remarquables d’une vaste nécropole, en majorité rupestre, qui s’étend alentour. Bien que peu familière de l’écriture syriaque, elle tente un relevé de l’inscription syriaque vue dans une des carrières souterraines de Qousak Shamali361.

Table Bell 4 : Sites de la rive gauche prospectés de Tell Banat à Tell Sheikh Hassan

Sites

Informations tirées du journal ou de la correspondance (du 21/02 au 27/02/1909)

Informations tirées d’Amurath to Amurath (Bell 1911)

Tell Banat

– Bell passe près du Tell el Banat, qui se situe à peu près à 1 mile du fleuve

campement d’Er Ramaileh-Ramleh

(Roumeila, D22)

– sur le terrain s’élevant derrière les tentes, il y a des petites collines, chacune avec un cercle de pierres ; Bell en dénombre 5 exemples

– dans le plus grand des cercles de pierres, elle note les fondations de chambres rectangulaires

– peu de pierres taillées autour des tentes

– Bell pense que ce doit être un site byzantin et on lui montre des monnaies byzantines trouvées là

– description moins précise des ruines et plus détaillée du campement bédouin

Sheikh Shems ed Din (Shams Al-Dine, D33)

– « des vestiges de construction à environ 0,5 mile du fleuve ; en bas, à 5 mn de distance du niveau du sable, encore plus de ruines. À 8 h 40, [je] regrimpai une nouvelle fois et [je] trouvai des fragments de corniche avec une frise de feuilles d’acanthe très élaborée et une frise de denticules, reposant parmi des pierres taillées. Cet endroit s’appelle encore Shems ed Din »

– Bell est informée qu’un relief avec la représentation d’un lion a été vu plus loin puis détruit

– idem et interprétation proposée : « peut-être les ruines d’un tombeau-tour »

Tell ed Daher

– « traces de ruines, pierres non taillées »

Tell ez Zaher

Sheikh Sin

– rien au sommet

– Bell fait un plan de la situation des tells alentour

– colline élevée, sans ruines

El ‘Arab (Anab?)

– « walls and mounds as of a walled town »

– non mentionné 

Anab (Anab As-Safinah, D35)

– non mentionné

– « des enclos d’amas de pierres »

Munbayah (Moumbaqat, D36)

– « Munbaya, which Kiepert calls Bersiba » ;

– commence à dessiner le plan du tell ; « immenses pierres taillées visibles dans le mur extérieur, côté fleuve, là où l’eau a dégagé les pierres »

– fait le plan des murs au sol

– commentaire détaillé de l’organisation du site (plan fig. 25 et photo fig. 26).

– site non daté

Jernîyeh (Tell Jerniyah, à 10 km à l’E. de la vallée)

– « Sur le sommet, trois hauteurs dans lesquelles les Arabes ont creusé et dégagé des pierres taillées. Il semble qu’il y ait eu là des tours ou tombeaux-tours. En dessous, à l’angle N.-O., un monticule de faible hauteur ceinturé d’un mur. À l’ouest de celui-ci et au sud du tell, une large zone de ruines ; pas de pierres taillées, mais des fondations de murs très claires »

– « colline isolée dans la plaine, de 100 pieds de haut »

– description identique complétée par une vision d’ensemble

– on montre à Bell des citernes profondes ; « le tout forme un champ de ruines remarquable, bien qu’il ne soit pas nommé sur la carte Kiepert »

– non daté

Tell el Gara (possiblement Tell Khan au N. de Tell Jerniyah

– « Il y a eu des constructions au sommet et il reste quantité de céramiques colorées, d’époque proto-arabe, à mon avis »

– « we picked up too a Byz[antine] coin »

– fondations d’un fort au sommet

– des monnaies byzantines et de la céramique glaçurée bleue, verte ou rouge

Tell Sheikh Hassan (D37)

– « arrivée à Tell Sheikh Hassan ; à mi-chemin entre celui-ci et Mungara, il y a des fondations ruinées au bord de l’eau ; sur le flanc sud du tell, une très large étendue de ruines, parmi lesquelles j’ai vu un chapiteau grossier »

– « vestiges de construction au bord de l’eau, entre deux buttes, et, au sud du tell, terrain accidenté par une large étendue d’amas de ruines », dans laquelle Bell a vu le chapiteau

  • 362 Cf. Wilkinson 2004, fig. A.6 et fig. 9.1. Il s’agit des sites inventoriés dans le catalogue des pro (...)
  • 363 Cf. Catalogue, p. 315, rectifier le no de référence du site : SS16A, cf. Wilkinson 2004, p. 205-206
  • 364 Cf. Catalogue, p. 317. Le site SS26 a été inventorié sans toponyme, mais son emplacement correspond (...)
  • 365 Cf. Catalogue, D22, p. 308. Ce site a été distingué de Roumeila 1 (D26) et de Tell Ali Al-Haj (D25) (...)
  • 366 Cf. Catalogue, p. 326-327.
  • 367 Une tour et un minaret sont également indiqués sur une ligne de crête à l’intérieur des terres en a (...)

162Une comparaison utile doit être faite entre la liste de ces sites répertoriés par G. Bell et les recherches archéologiques qui ont eu lieu sur ce segment de l’Euphrate au cours des campagnes d’urgence qui précédèrent la mise en eau du barrage de Tabqa. À l’exception des grands tells, Moumbaqat, Tell Sheikh Hassan, Moureybet, il est difficile de bien localiser tous les sites repérés par Bell car, dans ce secteur de la vallée, les problèmes toponymiques se combinent avec une très forte densité de sites. Ainsi, autour de Roumeila, les prospections d’urgence liées à la construction du barrage de Tabqa ont distingué cinq sites362 contigus occupés entre la période hellénistique et le début de la période islamique : Dahrat Al-Ramila (D24), Tell Ali Al-Haj (D25), Roumeila 1 (D26), Mishrifat (D27)363 et Ahmed Al-Boussan (D29)364. À ceux-là, il faudrait ajouter le secteur des tumuli funéraires, juste en amont (D22), où trois ensembles ont été fouillés par la mission japonaise de l’université de Tokyo365. La voyageuse anglaise n’avait pas négligé ce type de vestiges et avait bien analysé ces structures comme des « monticule[s] entouré[s] d’un cercle de pierres », sans en comprendre toutefois la fonction. Les sites de Tell Banat, Shams Al-Dine (D33), Anab As-Safinah (D35), Mumbaqat (D36) et Tell Sheikh Hassan (D37), qui ont fait l’objet de fouilles d’urgence, sont désormais bien connus, parfois sous des toponymes différents de ceux enregistrés en 1909. La qualité du registre décoratif découvert dans l’hypogée romain d’Anab As-Safinah366 rend également plausible la présence de reliefs figurés dans la zone funéraire de Shams Al-Dine. Cette prospection de 1909 a profondément complété les cartes existantes puisque sur la carte britannique III de F. R. Chesney, les toponymes sont rares : Sheïkh Sín, Tell Muraïbat (Moureybet), Neshaíb (Neshaba)367. La carte Kiepert de 1893 est quasi identique ; seule la transcription des toponymes varie - Tell Shēch Sīn, Tell Murabjat, et Neschsib.

  • 368 Bell 1911, p. 44.
  • 369 Cf. Orthmann 1975.
  • 370 Bell 1909, Letters, 23/02/1909.
  • 371 Bell 1911, p. 44.

163Du point de vue de G. Bell, la prospection apporte autant de satisfaction que de frustration. Les faibles indices repérés en surface ne lui permettent pas de distinguer réellement si ces sites sont contemporains, témoignant d’une occupation dense et d’un contrôle serré de ce secteur de l’Euphrate, ou s’ils renvoient à différentes périodes. Deux sites, Jerniyah et Moumbaqat, ont plus particulièrement retenu son attention : « Jernîyeh (Jerniyah) et Munbayah (Moumbaqat) sont de loin les sites les plus intéressants que j’ai vus sur ce petit segment peu connu du fleuve entre Tell Ahmar et Qal‘at Ja‘bar ; il est inutile de conjecturer de quelle manière ils pourraient être liés l’un à l’autre, mais, en ces deux endroits, j’aimerais dégager la terre et regarder ce qu’il y a dessous »368. Le vœu de l’exploratrice a été en partie exaucé, puisque les fouilles de sauvetage, sous la direction d’E. Strommenger et W. Orthmann, ont exhumé à Moumbaqat une ville fortifiée de l’âge du Bronze369. Peu d’éléments visibles en surface pouvaient amener en 1909 à cette datation, comme le montrent les nombreuses interrogations de G. Bell à ce sujet dans sa correspondance370 : « …a most curious place that must have been a great fort by the river, but whether it is Assyrian, Greek or Roman I do not know. (…) I spent the rest of the afternoon in making a plan of it, very carefully with a compass; it has probably been planned before (…) ». Elle fait le relevé de ce site, sur lequel elle n’a d’autre source d’informations que la carte de Kiepert : « Kiepert marks the site with a query Bersiba, but that leaves me where I was, for I never heard of Bersiba before. ». En rédigeant Amurath to Amurath, elle a eu le temps de combler cette lacune : « Munbayah (…) has been conjectured to be the Bersiba of Ptolemy’s catalogue » ; mais elle se garde de présenter le site comme un fort de l’époque romaine quand elle entreprend la description, fort précise, des fortifications371. Notre connaissance du site de Jerniyah, situé à 10 km de la vallée, reste tributaire de l’analyse de Gertrude Bell : « Les ruines comprennent une large et basse hauteur ceinte par un mur et un fossé, et un espace considérable couvert de vestiges de constructions de pierres irrégulières. Parfois, le plan d’une maison est visible dans l’herbe ». Après cette incursion sur le plateau, elle redescend sur la rive en direction de Qal‘at Ja‘bar.

Table Bell 5 : Sites de la rive gauche dans la boucle de l’Euphrate

Sites

Informations tirées du journal ou de la correspondance (du 21/02 au 27/02/1909)

Informations tirées d’Amurath to Amurath (Bell 1911)

Tell Jifneh (Tell Jafla?)

– « Here too there were ruins »

Hallaweh (Halawa, D38-38a)

– ruines situées près du fleuve

– idem

Murraibet (Moureybet)

– petites collines basses au nord 

– ville de Murraibet « pas très étendue, ou bien elle est si vieille que toutes les pierres ont disparu »

– une importante colline

– identifié à Anoukas sur la carte générale

Amont de Tell Mudawwarah (« le cercle »)

– recherche en vain la tour située par Kiepert à l’est du fleuve

– idem

Mahal As-Safsaf (D40)

– « sommet d’une colline où il y a une très belle tombe rupestre »

– relevé

– idem

– plan fig. 27

Tell Efra’i (Tell Fray, D39)

– un fossé qui part en cercle depuis l’Euphrate et enclôt un immense espace.

– « le tell est très large, avec de grandes pierres, certaines quadrangulaires »

– fait un plan

– plan non publié

Neshaba (D41)

– « Neshaba est une tour faite de moellons pris dans beaucoup de mortier ; toutes les pierres de parement sont tombées. La porte est à environ 15 pieds au-dessus du sol »

– voit un escalier voûté et plâtré à l’intérieur. Possibilité qu’il y ait une chambre sous la porte : une niche voûtée

– fait plan et photo

– monument dont ne reste que la structure d’une maçonnerie de pierres brutes liées au mortier, avec un escalier tournant auquel on accède par une porte à 4 m du sol

– sous la porte, une niche voûtée, comme les vestiges d’une chambre funéraire

– restitue sur les façades des colonnes engagées

– estime qu’il s’agit d’un tombeau-tour du type Irzi plutôt que d’une tour de guet du château arabe

Qal‘at Ja‘bar (D42)

– description

– idem

Chahf ez Zaqq

– peu de vestiges

– Kahf ez Zakk

– « there are traces of houses which may represent the Jewish settlement »

Kdiran

– Ghiran chez Kiepert

– idem

Billaneh (Tell Billani, D43)

– « Sur la rive, très visible en raison d’une ziareh avec son bosquet. Fragments de colonnes en marbre du temple qui autrefois se trouvait là. Site très beau avec l’Euphrate qui est divisé en plusieurs bras puis se resserre et vient balayer le pied du temple. Le karakol marqué par Kiepert est à présent en ruine, le nouveau est construit un peu plus haut ».

– occupé par un cimetière islamique groupé autour du tombeau d’un saint

– constate la présence de colonnes réutilisées dans les sépultures

164Les sites de Halawa (D38-38a), Tell Al-Fray (D39) et Qal‘at Ja‘bar (D42), situés dans la zone d’immersion du barrage de Tabqa, ont été partiellement fouillés. L’hypogée de Mahal As-Safsah, le tombeau-tour de Neshaba et le site de Billani n’ont pas fait l’objet de recherches nouvelles avant les travaux du barrage de Tabqa. Si les deux sites funéraires sont bien documentés par le travail de G. Bell et sont caractéristiques de l’époque romaine, les informations qui se rapportent au site de Billani (D43) sont équivoques. Il est, en effet, difficile de dater les éléments architecturaux épars vus par G. Bell dans le cimetière qui recouvre le site, ou d’accepter telle quelle l’interprétation de Chesney, qui y restitue un temple à partir du plan octogonal d’un bâtiment vu en 1836. La localisation du site, connue uniquement d’après les cartes anglaises et allemandes, est incertaine.

  • 372 À partir de 1880, le sultan Abdul Hamid fait installer dans les bourgs désertés de Membij, Raqqa, D (...)

165La suite de l’itinéraire, en route pour Raqqa, concerne une région mieux connue. La description du site de Heraqlea est sans surprise, G. Bell se référant pour la datation de ce site à ses prédécesseurs. En revanche, elle est une des rares à observer les canaux d’irrigation alentour. À Raqqa, où elle fait étape, elle distingue clairement deux champs de ruines : la ville ceinte par le rempart semi-circulaire, progressivement réoccupée par les villages arabes et circassiens372, et, à l’est de l’enceinte, les ruines groupées autour d’un minaret carré et le Ziârat d’Ouweis Al-Karani (F01). Elle associe sans hésiter la ville antique de Nicèphorion/Callinicum à la partie orientale de Raqqa.

Itinéraire de Raqqa à Deir ez-Zor

  • 373 Bell 1909, Diaries, 01/03/09.

166En aval de Raqqa, G. Bell suit un itinéraire similaire à celui d’Eduard Sachau en 1879. Elle engage un guide, Khalaf el Alayan, de la tribu de Weldeh, que lui a recommandé M. Sykes. Ce guide, qui lui fausse compagnie au matin du second jour de marche, est remplacé par ‘Ali, de la tribu des ‘Anazeh qui occupent ce segment de l’Euphrate. La première étape, entre le Balikh et Abou Saïd, est l’occasion de beaucoup de critiques touchant la carte Kiepert373. Abandonnant la plaine, la voyageuse explore les pics volcaniques du Jebel Mounakhir, où elle localise une série de sites près des cratères éteints. De retour dans la plaine, elle poursuit son inventaire archéologique.

Table Bell 6 : Sites prospectés dans la plaine entre Raqqa et Deir ez-Zor

Sites prospectés par G. Bell dans la plaine entre Raqqa et Deir ez-Zor

Abou Saïd (F05)

– cimetière avec colonnes en remploi et base de meule en basalte

Tell esh Sha’îr

– tell sans construction, pierres éparses

Khmeidah (Tell Khmeyda, F06)

– vestiges d’une ville considérable, pierres quadrangulaires, murs de briques cuites et sarcophage en pierre

Tell (sans toponyme)

– signalé par des tessons

Abou Atiq

– les ruines se trouvent sur un sol rocheux et élevé qui descend en pente raide dans un ancien lit de l’Euphrate que le fleuve a déserté pour un nouveau, quelques siècles auparavant. Toute cette zone est couverte de fondations en pierre et en brique, certaines construites en blocs de basalte. « The site must represent a city of no small importance ». Selon Bell, Abou Atiq correspondrait à Annouca, protégé par un fort

Zelebîyeh (Zalabiya)

– les murs pourvus de tours rectangulaires enferment sur trois côtés un espace oblong ; le fort était sans doute plus carré qu’il n’apparaît aujourd’hui. L’appareil est fait de larges blocs de pierre sur les deux faces alors que la structure interne est en blocage. Il y a six tours, bastions d’angle inclus, et une porte voûtée sur le long côté entre les tours centrales

Kubra (Kibra)

– sans village ni campement

Umm Rejeibah (Kasra, F10)

– « Une aire importante couverte de ruines, ceinte par un mur clairement marqué par des levées et un fossé. Au nord du site, un bras de l’Euphrate, qui coulait autrefois au pied de la colline, a emporté une partie du site. Les murs ont été coupés par cet effondrement et il est difficile de reconnaître le plan précis de l’enceinte ; il semble de type octogonal irrégulier ; au nord du site, un wadi coule vers l’Euphrate (…) ; il a creusé le sol et révèle dans la section résultante ce qui, ailleurs, est caché par les accumulations de terre »

– « sur les pentes de ce wadi, les soldats ont vu des maçonneries et, en dégageant un peu, ont mis au jour une chambre circulaire avec des murs de briques et un pavement de mosaïque blanche »

  • 374 Ibid., 04/03/09.

167Les observations notées sur les sites de Khmeyda, Abou Atiq et Umm Rejeibah (Kasra) dénotent un bon esprit d’observation et une compréhension d’ensemble qui complètent utilement le travail d’E. Sachau. En aval de Kasra, aucun site n’a été visité : « I saw none of the places marked on the map - but I did not want to much »374. Comme l’explique G. Bell dans son journal, elle chevauche six heures d’affilée, coupant au plus court, loin des courbes du fleuve, dans sa hâte d’arriver à Deir où elle espère régler officiellement le problème de son accréditation.

Itinéraire d’Al-Bousayra à Baqouz

  • 375 Bell 1909, Letters, 06/03/09.
  • 376 Bell 1909, Diaries, 06/03/09 : « We rode just below Tell es Sesin which can be seen a long way off (...)
  • 377 Cf. Catalogue, p. 497.
  • 378 Bell 1911, p. 74-75.
  • 379 Bell, Diaries, 07/03/09.

168De la hauteur de Deir, où elle a fait étape, à Al-Bousayra, la voyageuse anglaise trouve la route monotone, sans doute sous l’influence de la lecture des récits de Xénophon et d’Ammien Marcellin375. Elle progresse dans la plaine et passe sous le site de Tell es-Sinn, en bordure du plateau, mais néglige d’y grimper376. D’autres tells sont répertoriés, qui comportent très peu de vestiges significatifs : le premier, avec des fondations en brique, près des villages de Jedid el Bakkara, deux tells sans nom, en amont et en aval de Sa‘duni, et une série de monticules autour de Tell Helawi. Le rôle historique d’Al‑Bousayra-Circesium (F26), sinon son intérêt intrinsèque, rendent G. Bell plus acharnée à retrouver les villes où sont passés Cyrus et Julien. Al-Bousayra, cependant, lui apparaît comme le site d’une ville arabe. Au moment où elle passe, on extrait des vestiges des matériaux, briques et pierres, pour construire un pont sur le Khabour377. À certains endroits, les paysans ont creusé à plus de 5 m sous la surface de l’amas de ruines et ont fait apparaître quelques salles près du rempart nord378. Seule une grande fondation avec des assises de tuiles lui paraît renvoyer aux fortifications de Dioclétien379. Un bâtiment ruiné, désigné localement comme une église, lui semble, par son style architectural, remonter aux ixe-xe s. ; il est constitué de matériaux remployés. Enfin, elle exclut que la tour ronde située à l’angle sud-est de la ville soit antique. Ayant traversé le Khabour, elle constate que la rive est encore jonchée de matériaux similaires à ceux d’Al-Bousayra.

Table Bell 8 : Sites prospectés en aval d’Al-Bousayra

Sites de la rive gauche prospectés par G. Bell en aval de Buseirah (Al-Bousayra)

kanats (qanat)

– canaux d’irrigation du nahr Dawwarin

Tell el Krah

– tessons multicolores

Tell Buseyih (Tell Masaikh ?)

– carré fermé sur trois côtés, ouvert le long du fleuve, en face de Tiyana (Tell Tayiani)

Jemmah (Tell Masaikh ?)

– une large zone entourée d’un mur et d’un fossé profond

– propose d’y localiser Zeitha

tell sans nom

– « an occasional mound near the river showed that the bank had long been inhabited »

tell sans nom

– « we passed on the high ground a tell that looked like the site of an ancient village which had received its water from the Nahr Dawwarîn »

Tell ech Cha’bi

– avec cimetière arabe

Tell Simbal

– « a small sandy mound »

Tell el Hajin

Abou Hassan (Tell Abou Hassan, F49)

– « Abu’l Hassan is marked in Chesney’s map as « mound » ; it is a very striking tell rising fifty feet above the river »

– cimetière au sommet et briques

  • 380 Sur les datations des tombeaux-tours, cf. Catalogue, p. 533-535.

169Tout au long de ce trajet, elle a cherché à suivre le prolongement du canal dit Nahr Dawwarin. Elle pointe tous les tells de quelque élévation. Grand quadrilatère au bord du fleuve, en amont de Tell Taiyani (F33-F35), Tell Masaïkh (F36) a plusieurs points communs avec Tell Buseyih, ainsi qu’avec le site de Jemmah. Enfin, G. Bell s’attaque aux tours funéraires d’Irzi et de Baqouz (F51). Elle dénombre entre vingt et trente bases de tours tombées en ruines ainsi que quatre monuments à peu près complets, ce qui lui permet de tenter une restitution architecturale assez juste, appuyée sur des relevés. Ses observations la conduisent à dater cet ensemble du ier ou du iie s. apr. J.-C.380 et à exclure du même coup que cette nécropole soit associée à la ville de Corsôté, traditionnellement localisée ici. Elle finit par suggérer que celle-ci se situait dans la plaine alluviale et a été détruite par des inondations.

170Les étapes suivantes, Anah, Ukhaydir, Kerbala et Hît, pour ne rappeler que les sites les plus importants, la mènent jusqu’à Bagdad en avril 1909. Elle séjourne à Babylone et reste durablement impressionnée par la méthodologie des fouilles allemandes. Après avoir planifié son trajet de retour, elle reprend la route en remontant la vallée du Tigre, puis prospecte les villages du Tur Abdin.

  • 381 Archives photographiques consultables sur le site : www,gerty.ncl.ac.uk. Album J ; cliché J-117 à J (...)

171La documentation accumulée pendant ce voyage est considérable : notes, photographies, plans. Le dossier de photographies prises sur le Moyen-Euphrate au printemps 1909 comporte 99 clichés381. Le fait d’avoir suivi en continu l’Euphrate, puis le Tigre apporte une qualité supplémentaire au témoignage de G. Bell, lui permettant de saisir les transitions entre les différents milieux géographiques, de comparer les architectures, les vestiges, et d’affiner son jugement. Son travail archéologique sur la rive gauche du Moyen-Euphrate est, somme toute, une part mineure de la recherche de G. Bell, mais il constitue un inventaire des sites très complet, que des prospections récentes réalisées par des équipes pluridisciplinaires ont finalement précisé et valorisé.

Prospections d’Ernst Herzfeld et de Friedrich Sarre en 1907 et contributions de la recherche allemande

  • 382 Sur les travaux de E. Herzfeld (1879-1948), voir Miles 1952.
  • 383 Fondée à Berlin en 1898. N. Chevalier fait le point sur l’implantation progressive de la Deutsche O (...)
  • 384 Le volume III est un volume de planches.
  • 385 D’après N. Chevalier (Chevalier 2002, p. 108, n. 408), cette publication forme « les trois premiers (...)
  • 386 Il a été, en 1904-1905, l’assistant de Walter Andrae sur les fouilles d’Assour, puis a consacré les (...)
  • 387 F. Sarre fut le premier directeur du Musée des arts islamiques de Berlin, fondé en 1922, en partie (...)
  • 388 Seule mission non financée par la Deutsche Orient-Gesellschaft, cf. ibid., p. 104, n. 388. et p. 10 (...)
  • 389 Cf. Sarre et Herzfeld 1920. La table des matières de cette publication révèle la densité des prospe (...)
  • 390 L’article « Rusafah », signé par S. Guyer, repose également sur des notes et des relevés anciens de (...)

172La contribution de l’archéologue Ernst Herzfeld382 à la géographie historique de la vallée de l’Euphrate est à relier au développement de la recherche archéologique allemande en Mésopotamie, soutenue par la nouvelle Deutsche Orient-Gesellschaft383. La genèse des quatre volumes publiés par F. Sarre et E. Herzfeld, Archäologische Reise im Euphrat- und Tigris-Gebiet (t. I et III384, 1911 et t. II et IV, 1920)385, montre combien la présence des missions conduites sur les sites de Babylone, d’Assour, puis de Samarra, a favorisé les explorations de terrain et, indirectement, la prospection des sites archéologiques du Moyen-Euphrate. Le voyage d’étude principal à l’origine de cette importante publication a lieu en 1907-1908. Il est entrepris par Ernst Herzfeld, archéologue accompli386, et par Friedrich Sarre, collectionneur et historien d’art, spécialiste de l’Islam387. Le but de ce voyage est de choisir un site adéquat pour mener de futures recherches sur les monuments islamiques : ce sera Samarra, où E. Herzfeld dirige les premières campagnes de fouilles en 1911-1913388. Les résultats de cette prospection, publiés en 1911, sont complétés en 1920389 par les membres des expéditions allemandes d’Assour et de Samarra, qui parcourent régulièrement la région, explorant Ctésiphon, Séleucie du Tigre, Mossoul, Sinjar et Nisibe, et empruntent à plusieurs reprises la route de l’Euphrate. Certains sites de l’Euphrate font ainsi l’objet de reconnaissances successives. En 1907, l’itinéraire de F. Sarre et E. Herzfeld emprunte la vallée de l’Euphrate de Bâlis-Meskené à la confluence de Khabour. Ils inventorient les sites de la rive droite de Bâlis à Deir, puis ceux de la rive gauche jusqu’au Khabour. Par la suite, en 1909, le site de Zalabiya est visité par P. Maresch, membre de l’expédition d’Assour. Enfin, à l’automne 1910 et en 1912, E. Herzfeld s’arrête à Rahba et à Doura-Europos/Salhiya. Ces sites avaient été reconnus par F. Sarre en 1898, lors d’un voyage de retour de Perse avec Bruno Schulz, mais n’avaient pas été présentés dans le tome publié en 1911390.

173Dans le premier volume de Archaölogische Reise im Euphrat- und Tigris-Gebiet, les résultats des prospections sont présentés de différentes manières. Les deux premiers chapitres sont thématiques : l’un est consacré aux « inscriptions arabes » relevées par les prospecteurs et confiées à Max von Berchem, l’autre traite de la capitale abbasside de Samarra, site pressenti pour de futures fouilles. La relation du voyage qui a conduit E. Herzfeld et F. Sarre d’Alep à Bagdad occupe la seconde partie de l’ouvrage, dont le troisième chapitre est consacré à l’itinéraire des chercheurs allemands entre Meskené et Al-Bousayra, de novembre à décembre 1907. Dans le volume II, paru en 1920, le chapitre X, intitulé « Euphratburgen », regroupe des études plus ponctuelles sur les monuments isolés de la vallée : la nécropole de Halabiya, Zalabiya, le château de Rahbah (Rahba), de Salihiyyah (Salhiya) et de Baqouz.

Reconnaissance archéologique et travaux topographiques sur la vallée de l’Euphrate

  • 391 Sarre et Herzfeld 1911, p. 110.
  • 392 En guise d’introduction à la présentation de l’itinéraire, cf. ibid., p. 111.
  • 393 Sarre et Herzfeld 1911.

174Bien que le but du voyage de 1907 soit « d’apprendre à reconnaître les ruines islamiques de la région de l’Euphrate et du Tigre »391, les prospecteurs ne négligent pas les vestiges d’autres périodes. Leur travail est caractérisé, au contraire, par un souci d’exhaustivité et de fiabilité, et se veut, comme Herzfeld l’annonce392, « une description archéologique des moindres vestiges des cultures de toutes les époques, et pas seulement de ceux d’une valeur archéologique autonome ». Tous ces indices archéologiques « ont donc été systématiquement recueillis et recherchés, parce qu’ils constituent une source sur des monuments de première importance pour la géographie historique ». Il est facile de reconnaître que ces promesses ont été tenues, tant du point de vue archéologique que topographique. Les sites font pour la première fois l’objet d’une étude exhaustive : plan topographique métré où figurent les vestiges, description architecturale illustrée par de nombreux dessins. Le rôle joué par E. Herzfeld est prépondérant : architecte de formation, il s’est initié à Assour et en Cilicie aux méthodes archéologiques allemandes, école la plus rigoureuse à cette époque. Il maîtrise non seulement les techniques de relevé de terrain, mais aussi celles de la topographie. Sur ce dernier point, son investissement est tout aussi considérable : il ne se contente pas de topographier les sites, mais s’efforce de vérifier également la fiabilité de la documentation cartographique dont il dispose. Dans le chapitre III, Zur Routenkarte, il répertorie les cartes « fiables et authentiques » qui lui ont servi393 :

  • la « Karte von Syrien und Mesopotamien » au 1/850 000e de Richard Kiepert, qui est parue en deux feuillets dans l’ouvrage de M. von Oppenheim, Vom Mittelmeer zum Persichen Golf, en 1900 ;

  • la « Karte der Ruinenfelder von Babylon » au 1/500 000e de Heinrich Kiepert, de 1883 (pour l’Irak) ;

  • la « Karte von Kleinasien » au 1/400 000e de Richard Kiepert (pour la Syrie du Nord et le Nord de la Mésopotamie) ;

  • la « Russische Generalstabskarte von Persien » CVI-CVII au 1/833 000e (pour le sud du Golfe persique) ;

  • la « Karte des assyrischen Tigrislaufes » de Cl. J. Rich ;

  • les cartes anglaises de Chesney (enregistrement trigonométrique de l’Euphrate et du Tigre avec 18 points astronomiques), établies en 1835-1837 et éditées en 1850.

  • 394 Sarre et Herzfeld 1911, p. 112.

175Parmi ces documents, E. Herzfeld reconnaît qu’il a fait une utilisation privilégiée des cartes anglaises. Il remarque que certaines cartes demandent à être révisées : « Ce relevé est établi d’après le fleuve et le fleuve, irrégulier, a déjà changé considérablement son cours depuis lors. Les rives et les tracés du terrain y sont inégalement traités. Une reproduction exacte des reliefs du terrain peut donc signifier une amélioration des anciens relevés. » Cette constatation l’entraîne à réaliser un travail considérable de relevé topographique. Toujours soucieux de la fiabilité des données, il justifie longuement sa méthode : « J’ai appliqué ma propre observation au relevé du terrain. La base de l’itinéraire est le chemin lui-même. Pour son relevé, sont prises chaque jour 60 doubles mesures de distance en heures et d’orientation, donc, au total, environ 1750 mesures, soit une double mesure toutes les 5 mn ½. Le terrain est dessiné par relèvements dont la quantité est presque trop grande. Presque chaque village, chaque sommet de colline, chaque ravine d’écoulement d’eau de pluie ont été fixés par relèvement. Cela signifie un travail ininterrompu pendant toute la durée de la marche. Le résultat peut être considéré comme étonnamment précis. J’ai personnellement effectué les esquisses d’origine, pour lesquelles j’ai compté 1 minute = 2 mm »394. Cette construction, qui réunissait 74 feuilles de 24 x 33cm, a été réduite d’un quart. Après réduction, un contrôle a été réalisé. La carte présentée est à l’échelle 1/200 000e (fig. 58). Ernst Herzfeld a également assuré la seconde tâche inhérente au travail cartographique, la transcription des toponymes : « Ici intervient la nomenclature pour laquelle je me suis donné beaucoup de peine ». Il explique comment les noms des lieux ont été notés en dialecte parlé et retranscrits aussi littéralement que possible, tout en restant astreints à l’exigence de lisibilité. Les transcriptions suivent le schéma donné par Max van Berchem. Suit une liste de vocables avec leur équivalence, « Dĕ’r ez-Zoō’r » pour « Dair al-Zaur ». Pour d’autres, Herzfeld a eu recours aux noms conventionnels allemands, tels Aleppo, Mosul, Samarra.

Fig. 58 ‑ Cartographie de l’Euphrate réalisé par E. Herzfeld entre Al-Tayadin et Heraqla

Fig. 58 ‑ Cartographie de l’Euphrate réalisé par E. Herzfeld entre Al-Tayadin et Heraqla

(Détail de la carte, Sarre et Herzfeld 1911)

176La présentation de l’itinéraire rédigée par Herzfeld marque aussi une rupture avec les relations de voyage présentées précédemment : il s’agit d’un compte-rendu strictement archéologique, dépourvu d’annotations et d’anecdotes. En sont également exclues les considérations de type ethnographique ou politique, et même toute impression personnelle. Sa description de la vallée de l’Euphrate est avant tout topographique et environnementale. Le lecteur n’y trouvera guère l’expression d’une sensibilité aux paysages, aux contrastes de couleur et de lumière, qui caractérisent, par exemple, le style de Franz Cumont. Par ailleurs, il est difficile de restituer les conditions et l’organisation de cette expédition, excepté lorsque Herzfeld signale que les voyageurs chevauchent sous la pluie ou précise dans quels lieux ils font étape. Le texte progresse d’un site à l’autre, comme le montre la mise en page de la publication. Chaque chapitre recouvre un segment de l’itinéraire, puis est subdivisé en paragraphes autonomes précédés du nom du site. Le détail du trajet d’un site à l’autre est peu détaillé : Herzfeld mentionne juste les villages, comme points de repère, ainsi que quelques lieux-dits ou bâtiments (caserne, bureau du télégraphe, comptoir), également portés sur les cartes. En revanche, les indications de distances sont fréquentes.

  • 395 Sarre et Herzfeld 1911, p. 143-151.
  • 396 Ibid., p. 146.
  • 397 Ibid., p. 145, n. 4.
  • 398 Dussaud 1927, p. 454 et n. 4.

177La présentation des sites prospectés suit un schéma assez strict : nom du site, énumération des toponymes associés aux lieux et recueillis sur place, puis description détaillée. Celle-ci commence par les caractéristiques générales du site – superficie, topographie, position et altitude par rapport à l’Euphrate et au niveau de la plaine –, puis s’intéresse aux vestiges architecturaux et au matériel céramique, pour lequel les prospecteurs ont parfois procédé à des estimations de densité et recherché des éléments de comparaison. Pour finir, Herzfeld avance une datation et, si le site s’y prête, une hypothèse d’identification, accompagnée d’un bref rappel historique fondé sur les sources antiques ou arabes. Précisons que les renvois bibliographiques sont nombreux et prennent en compte aussi bien les témoignages des voyageurs anciens que les études récentes. À une seule occasion, la présentation des prospections sur l’Euphrate est suspendue pour faire place à un long exposé de géographie historique395. Ce développement est amené par la description de Tell al Thadayain, que Herzfeld croit pouvoir identifier à Thapsaque. C’est, pour Herzfeld, le prétexte à une mise au point générale sur la localisation des villes des régions de l’Euphrate depuis l’époque assyrienne et sur les données des géographes grecs et latins. Conscient que son évaluation des sources antiques est différente de celle pratiquée au siècle précédent, Herzfeld est convaincu qu’il peut reprendre le problème de la localisation de Thapsaque, contre Carl Ritter qui a placé cette ville à Dibsi. Son argumentation porte, en effet, sur la restitution des distances entre Thapsaque et différentes autres villes (Myriandos, Ctésiphon, Séleucie, Zeugma…) mentionnées par des itinéraires antiques et, d’après lui, bien localisées sur les cartes modernes. Ainsi compare-t-il la distance entre Thapsaque et Myriandos, estimée à 65 parasanges d’après le texte de Xénophon, soit 357 km, avec la distance à vol d’oiseau de Myriandos (localisé à 12 km au sud-est d’Alexandrette) à Tell Al-Thadayain, soit 255 km, et celle entre Myriandos et Dibsi, soit 215 km, mesurées d’après les cartes contemporaines. La même opération est répétée avec les données tirées d’Ératosthène, de Strabon, de Pline, de Ptolémée, ou de la Table de Peutinger. Sa conviction est donc que « les matériaux pour déterminer la position de Thapsaque ne sont pas à trouver chez les historiens, mais chez les géographes »396. Ce raisonnement néglige complètement toute information d’ordre archéologique. Cela l’entraîne, par exemple, à confirmer la localisation erronée de Zeugma en face de Birecik, identifiée à Apamée397, de sorte qu’au lieu de calculer la distance de Zeugma à Thapsaque à partir de Belkıs, il prend comme référence Birtha (Birecik) et n’aide en rien à la résolution du « dossier Thapsaque ». R. Dussaud soulignera très clairement les insuffisances de la démonstration de Herzfeld : « Une objection décisive est que Ptolémée place nettement Thapsaque en aval et non en amont de Soura »398. Force est de constater que Herzfeld se livre ici à un jeu de déduction théorique en matière de géographie historique qui contraste tout à fait avec l’acuité de son regard sur les sites archéologiques.

178Les résultats des prospections ayant été exploités dans le catalogue des sites du Moyen-Euphrate, il paraît plus intéressant de mettre en valeur une autre dimension de ce travail : la datation des sites. En effet, F. Sarre et E. Herzfeld ont eu le souci de chercher des marqueurs de datation fondés sur l’observation des techniques de construction ou sur la typologie des céramiques. Leur intérêt pour l’époque islamique et leur connaissance des sites parthes et sassanides d’Irak et d’Iran leur permettent de distinguer plus aisément les monuments postbyzantins et de signaler les sites présentant plusieurs phases d’occupation. Rappelons que, pour chacun de ces sites, Herzfeld a fourni une documentation importante : plan topographique avec tracé des fortifications, quand il y en a, plan des bâtiments principaux, dimensions des fragments d’architecture et photographies.

Table Herzfeld 1 : Sites de l’Euphrate prospectés entre Meskené et Raqqa (1907)

Sites prospectés par F. Sarre et E. Herzfeld entre Meskené et Raqqa (1907)

Sites

Éléments de datation

Comparaison

Bâlis (Eski Meskené, B31)

– époque byzantine (sous Zénon) : citernes

1) même typologie que les citernes de l’empereur Zénon à Meriamlik (Seleucia ad Calycadnum/Silifke)

– époque byzantine (sous Justinien) :

1) bâtiment nord identifié comme un « prétoire », d’après la technique de construction des maçonneries de brique (de 50 x 42 cm, avec assises de 92 cm liées au mortier de chaux)

2) bastion d’angle au sud-ouest caractérisé par la même maçonnerie que le prétoire

– technique de construction identique à Qasr Ibn Wardan

– plan similaire au prétoire de Halabiya

– époque islamique : reconstruction des remparts et minaret

Dibsi

– ruines d’un bourg médiéval :

tessons de type compact et avec barbotine islamique

Quṣair al Dibsi (Dibsi Faraj, B32) identifié à Athis

– période byzantine :

1) castrum avec fortification

2) prétoire avec maçonnerie de briques liées au mortier de chaux

3) tessons rouges non vernis et céramique à vernis rouge indiquant une occupation « spätantik »

4) fragments d’architecture en remploi dans le cimetière (colonne et base de marbre)

– maçonnerie du prétoire comparable à celle du prétoire de Bâlis

– fragment de base de marbre similaire aux éléments d’architecture des églises d’Asie mineure (ve-vis.)

– occupation encore au début de l’époque islamique

Tell al Thadayain identifié à Thapsaque

– antérieur aux périodes islamique et classique :

1) configuration du tell

2) tessons

– datation possible de la période babylonienne

– occupation d’époque classique non argumentée : « Il ne me semble pas douteux qu’il s’agisse de Thapsaque »

Sūriyyah (Soura, E01) identifié à Sura

– période byzantine :

castrum au centre de la ville fortifiée,

construction de briques cuites liées à la chaux avec un noyau de « béton romain »

– technique de construction byzantine

Abu Qubai (Soura 2, E02 ?)

– antérieur aux périodes islamique et classique :

1) rempart de briques crues sur fondations de pierre

2) pas de tesson reconnaissable

Hiraqlah

– période islamique :

1) château de Haroun al Rashid de type « Terrassenschloss »

2) canaux d’irrigation

– comparaison du plan avec celui de Qal‘at Darab (site sassanide du Fars, Iran)

– comparaison avec le château omeyyade de Muwaqqar

  • 399 Cf. Catalogue, p. 172-175.
  • 400 Cf. Catalogue, p. 181-182.
  • 401 Cf. Kohlmeyer 1986, site no 46 (Tell Tadayin).

179À Bâlis/Eski Meskené, Dibsi Faraj (fig. 59) et Soura, les prospecteurs ont reconnu un ensemble cohérent de constructions, caractérisé par l’emploi de briques cuites maçonnées au « Betonmörtel », soit un mortier de chaux avec graviers, technique reconnue de la période byzantine. Cela leur permet de distinguer les ouvrages qui appartiennent au début de la période islamique, soit la quasi-totalité des fortifications de Bâlis399 et, surtout, le « château » de Heraqlea, confondu jusqu’alors avec un castrum romain. Les comparaisons avec d’autres sites bien datés d’Asie mineure, de Perse et de Syrie contribuent à affiner leur chronologie du bâti. Dans le cas de Heraqlea, Sarre et Herzfeld, en comparant les plans de diverses résidences palatiales, s’interrogent sur la continuité sous les Omeyyades d’une tradition attestée à l’époque sassanide, et peut-être encore antérieure (parthe… etc.). Quant au matériel céramique, il renforce encore la distinction entre les périodes d’occupation dites « tardives », c’est-à-dire l’Antiquité tardive, et la période islamique. Ces datations ont été, pour la plupart, confirmées par les études archéologiques. En ce qui concerne Dibsi Faraj, on ne doit pas s’étonner que les prospecteurs allemands, qui se basent sur des observations de surface, ne mentionnent pas de vestiges d’occupation romaine, puisque ceux-ci, englobés par les reconstructions postérieures, ont été révélés par les fouilles400. Quant à Bâlis/Eski Meskené (B31), soulignons que la description qui en est faite en 1907 reste la meilleure source d’informations sur la période byzantine, en dépit des fouilles des années soixante-dix. Enfin, pour Tell al Thadayain401, si l’identification proposée avec Thapsaque ne repose, pour la période hellénistique ou romaine, sur aucune observation archéologique, du moins Herzfeld a-t-il cherché un site ancien susceptible d’avoir été occupé à la période achéménide.

Figure 59 ‑ Documentation graphique sur Qusair al Dibsi/Dibsi Faraj réalisée par E. Herzfeld. Plan de situation du site, vue de la tour d’angle nord-est et profil d’une base de colonne

Figure 59 ‑ Documentation graphique sur Qusair al Dibsi/Dibsi Faraj réalisée par E. Herzfeld. Plan de situation du site, vue de la tour d’angle nord-est et profil d’une base de colonne

(Sarre et Herzfeld 1911, abb. 51-54)

Table Herzfeld 2 : Sites de l’Euphrate prospectés de Raqqa à Al-Bousayra (1907-1917)

Sites prospectés par F. Sarre et E. Herzfeld entre Raqqa et Al-Bousayra entre 1907 et 1917

Sites

Éléments de datation

Comparaison

Siffin

– village byzantin

(d’après les sources arabes)

Nukhailah (Nkheyla, E04)

– « Antiquité tardive » :

murs de la forteresse construits en petits blocs de pierre (blocage)

Comparable aux forteresses de Jazla (E05) et Tabous (Tabouz, E09) par sa situation et les techniques de construction

Djazlah (Jazla, E05)

– « Antiquité tardive » :

– description du plan

Tell Mutabb (non localisé)

– mur de blocage, tour et puits

– tessons antiques ou arabes

Comparaison avec tessons de Sabkha

Halabiyyah (Halabiya, E07)

– fortifications justiniennes

– nécropole : tombeaux-tours de type palmyrénien

– chronologie basée sur les sources

– tombeaux-tours rapprochés de ceux de Palmyre, de Neshaba (D41) et de Mahal As-Safsaf (D40), Tabouz (E09) et Irzi (Baqouz, F51)

Zalūbiyyah (Zalabiya, F08)

Identifié avec « Hinqu sa Puratte » et Anoukas

rapport de Paul Maresch :

– description du fort byzantin

– agglomération extra-muros

– contemporain de Halabiya

Tabus (Tabouz)

1) « Antiquité tardive » :

– remparts de moellons avec enduit

– céramique non glaçurée

2) période byzantine : lampe à huile

3) iiie s. : tombeau-tour de type palmyrénien

4) période parthe : tesson avec glaçure bleue 

– contemporain des forteresses de Nkheyla (E04) et de Jazla (E05)

– tombeau-tour similaire à ceux de Halabiya

Deir ez-Zor

identifié avec Gadirtha

– pas de vestige antique repéré

Al-Sinn (Tell As-Sinn, F17)

identification possible avec Beonan

– castrum pentagonal

– ville antique

– céramique byzantine

– tessons comparables à ceux vus à Halabiya

Busairah (Al-Bousayra, F26) signale aussi des vestiges de l’autre côté du Khabour

– « ruines byzantines » en brique et mortier de chaux

– tessons byzantins (glaçure)

– céramique arabe fabriquée à Raqqa

  • 402 Sarre et Herzfeld 1920, p. 365-382 : rapport de P. Maresch avec photos, plan de situation avec trac (...)
  • 403 Will 1949. Les études sur la nécropole de Doura-Europos, celle de Baqouz et celle de Halabiya ont c (...)
  • 404 Pour la typologie générale, cf. Clauss 2002 et, pour une mise au point à partir des exemples de Dou (...)
  • 405 Par une équipe syro-espagnole dirigée par J.-L. Montero Fenollós (Université de Murcia) et S. Al-Sh (...)

180Le site de Halabiya est incontestablement utilisé par les prospecteurs comme le site de référence : le plan de son prétoire sert à dater celui de Bâlis-Eski Meskené, sa céramique d’époque byzantine est comparée au matériel recueilli à Tabouz et à Tell As-Sinn. Les techniques de construction exceptionnelles mises en œuvre à Halabiya ne permettent, cependant, d’établir de liens qu’avec la forteresse de Zalabiya, encore qu’il y ait des différences notables, comme le montre la description précise de Paul Maresch402. En revanche, de l’étude des tombeaux-tours de la nécropole de Halabiya, Ernst Herzfeld a tiré une date – iiie s. environ – et une typologie, dite « palmyrénienne », qui sont systématiquement appliquées aux monuments funéraires similaires de l’Euphrate (Tabouz, Baqouz), et même à ceux que Herzfeld n’a pas vus, mais qui ont été décrits par G. Bell (Neshaba, Mahal As-Safsaf). Si l’origine palmyrénienne de ces constructions n’est pas douteuse, des études successives403 ont permis de distinguer une évolution typologique et chronologique, du ier s. à la fin du iiie s., notamment sur les sites du Moyen-Euphrate404. L’autre groupe cohérent distingué lors de ces prospections est constitué par les « forteresses de l’Euphrate » : Nkheyla (E04), Jazla (E05) et Tabouz (E09). Comme Tabouz avait été visitée par E. Sachau et Jazla signalée par F. R. Chesney, seule la forteresse de Nkheyla est inédite à l’époque, mais la documentation constituée sur ces trois sites est entièrement nouvelle, car elle met à disposition un plan topographique, avec le dessin des fortifications et des vestiges visibles en surface. Leur appartenance évidente à l’Antiquité tardive est quelque peu nuancée par l’étude de la céramique, qui atteste également une occupation à l’époque parthe et à la période byzantine (Tabouz). Notons que le propos de Herzfeld insiste plus sur les caractéristiques communes à ces sites (situation topographique, dispositif de puits intra-muros et murs en blocage) que sur leurs différences (typologie des tours, rempart ouest en pierre de taille à Jazla, etc.). À Tell As-Sinn (F17), les observations réalisées en 1907 sont remarquables : le plan des fortifications et la datation du matériel fournis restituent la ville byzantine, fouillée entre 2005 et 2007405. E. Herzfeld propose d’y localiser Beonan, mais sans y croire, car les indications données par Isidore de Charax sur la distance entre Beonan et Nabagath (25 km) sont légèrement inférieures à la distance réelle entre Tell As-Sinn et Al-Bousayra (28 km).

  • 406 Herzfeld est forcé de passer deux jours à Ashara pour y trouver des chevaux à l’automne 1910. Il en (...)
  • 407 Gal’gala/Gilgal, toponyme tiré de la Bible ?
  • 408 Friedrich Hiller von Gaertringen (1864-1947), membre de la Berliner Akademie der Wissenschaften, fo (...)

181Les sites en aval sur l’Euphrate présentés dans le volume II de Archäologische Reise, publié en 1920, ont été, nous l’avons dit, prospectés en marge d’autres voyages, par F. Sarre en 1898 et par E. Herzfeld en 1910 et 1912. Une carte complémentaire au 1/500 000e est alors publiée (fig. 60), mais la région en aval du Khabour n’a pas fait l’objet de relevés topographiques ni de prospections aussi systématiques et documentées qu’en 1907. Sur la rive droite, trois sites importants sont visités parmi « une quantité notable de tells [qui] sont les lointains témoins du peuplement dense de ces temps prospères » : Rahba, Tell Ashara, identifié à Terqa406, et Salhiya, pressentie comme une ville palmyrénienne dont le nom antique serait Aqalgala ou Galagala407. À Salhiya (Doura-Europos, E14), la porte de Palmyre, émergeant du glacis romain, est photographiée et il est procédé à un relevé des inscriptions grecques, dont la publication est confiée à F. Hiller von Gaertringen408.

Fig. 60 ‑ Carte de la vallée de la confluence du Khabour à Mari

Fig. 60 ‑ Carte de la vallée de la confluence du Khabour à Mari

(Sarre et Herzfeld 1920)

  • 409 Dussaud 1927, p. 453 et n. 4.
  • 410 Ibid., p. 453 et n. 2.
  • 411 Ibid., p. 453, n. 10.

182Les résultats publiés par F. Sarre et E. Herzfeld au sujet de la vallée de l’Euphrate ont grandement contribué à la connaissance de l’histoire de la région à la période islamique en raison de leur étude sur Bâlis, Heraqlea, Raqqa et Rahba, mais aussi par la reconnaissance de leur territoire agricole, signalé sur le terrain par la présence de canaux d’irrigation, que les prospecteurs ont su dater et nommer grâce à leur connaissance des auteurs arabes. En revanche, les données archéologiques publiées dans Archäologische Reise ont été exploitées à un moindre degré par les spécialistes de l’Antiquité. Cela s’explique sans doute par le fait que peu d’identifications nouvelles, ou argumentées, et peu d’inscriptions y sont présentées. R. Dussaud mentionne bien évidement les propositions d’identification de Herzfeld : il en rejette deux - Tell al Thadayain = Thapsaque et Deir ez-Zor = Gadirtha - et en admet une : « Avec M. Herzfeld, il est indiqué de placer Anthis [Attas, Ati] vers l’actuelle Dibse [Dibsi Faraj] »409. Il se réfère encore à Archäologische Reise au sujet des géographes arabes qui ont mentionné Bâlis, « port des Syriens sur l’Euphrate »410, et pour Rasafa411, mais pas, comme on pourrait s’y attendre, à propos de Heraqlea, Halabiya et Zalabiya, ou Tell As-Sinn.

  • 412 Kohlmeyer 1984 et 1986.
  • 413 Lauffray 1983 et 1991.
  • 414 Cf. Napoli 2000, Konrad 1999 et Ulbert 1989.
  • 415 Le site de Tabouz a fait l’objet d’une campagne topographique réalisée par l’équipe du « Jebel Bish (...)

183L’importance du travail de F. Sarre et E. Herzfeld prend toute sa valeur dès qu’on se place sur le plan archéologique ; il a gardé tout son intérêt aux yeux des spécialistes de la Syrie antique, même après un siècle de recherches. La documentation très riche et systématique recueillie sur les sites de l’Euphrate est aujourd’hui une source d’informations précieuse sur des vestiges jamais réétudiés ou considérablement dégradés au cours du xxe s. Les plans topographiques et les observations de terrain consignées par les prospecteurs allemands constituent, pour nombre de sites, les seuls documents existants. Archäologische Reise occupe une place de premier plan dans la bibliographie des publications412 sur le Moyen-Euphrate : J. Lauffray en a fait une utilisation approfondie, tant pour son étude régionale que pour la restitution de monuments qui se prêtent aujourd’hui difficilement à l’étude (tours funéraires de Halabiya et agglomération de Zalabiya)413. Les études sur les « forteresses de l’Euphrate » se réfèrent aussi beaucoup aux plans et aux descriptions archéologiques de 1907414, quand – cas fréquent – les missions n’ont pas eu les moyens de faire de nouveaux relevés ou que les nombreux vestiges clairement identifiés par les chercheurs allemands sont désormais masqués par les accumulations ou effondrés415.

  • 416 E. Herzfeld, par exemple, après deux années sur les fronts français et polonais, fut envoyé dans la (...)

184La Première Guerre mondiale représente une rupture nette pour la recherche archéologique au Proche-Orient. Elle éloigne pendant quatre longues années la plupart des chercheurs européens de leur terrain d’étude. Si quelques archéologues allemands ont pu poursuivre de façon marginale leur activité sur le territoire de leur allié ottoman416, la majorité a dû ressentir la contrainte et l’angoisse exprimées par F. Cumont en 1917 :

  • 417 Cumont 1917, p. X.

185« De la région dont nous nous occupons, nul renseignement ne nous parvient plus depuis près de trois ans ; à cet égard nous vivons isolés à peu près comme durant le Haut Moyen-Âge, quand presque toute communication était coupée entre le monde latin et l’empire des khalifes. Nos successeurs auront peine à se figurer une situation où, chaque moitié de l’Europe étant séparée par une barrière de feu de l’autre moitié et d’une partie de l’Asie, chacune ne savait pas ou n’apprenait qu’en gros ce que la science découvrait au-delà de la ligne des combats, malgré tout l’intérêt qui pouvait l’engager à s’en instruire. Car, dans la grande crise qui ébranle le monde, partout les hommes d’étude que leur âge ou leur infirmité retenaient loin des batailles semblent avoir éprouvé le souci de ne pas laisser s’interrompre la continuité de la production scientifique, comme si, redoutant l’atteinte profonde que le sacrifice des jeunes générations devait porter au savoir humain, ils cherchaient dans la faible mesure de leurs forces à la rendre moins désastreuse. En voyageant par la pensée dans la Syrie d’autrefois, nous espérions trouver une diversion à l’obsession anxieuse du présent et de l’avenir »417.

  • 418 Sur le mandat de type A et l’application qu’en fit la France en Syrie et au Liban, cf. Gelin 2002, (...)

186Dans le nouveau contexte géopolitique issu du Traité de Sèvres (10 août 1920), la nature des recherches archéologiques se modifie profondément. Les voyages d’études se raréfient et couvrent des régions moins vastes, le territoire « ouvert » de l’empire ottoman étant divisé par des frontières nouvelles et les programmes scientifiques étant soumis aux règles des instituts archéologiques des nouveaux pays sous tutelles européennes. En Syrie, à partir de 1920, la recherche reprend dans le cadre du mandat attribué à la France par les accords de San Remo (25 avril 1920)418. Sous le contrôle et l’impulsion du nouveau service des Antiquités, elle se traduit majoritairement par l’ouverture de fouilles. La région du Moyen-Euphrate, où jusqu’alors n’avait travaillé que la mission du British Museum de Jerablous, est de ce moment l’objet d’une investigation continue.

La recherche archéologique sur le Moyen-Euphrate

187Une série de travaux archéologiques, entre 1910 et 2004, ont contribué à la connaissance des sites du Moyen-Euphrate. Leurs résultats constituent la source documentaire la plus importante pour les sites datant de la période hellénistique à la période byzantine. Il est donc nécessaire de rappeler les contextes différents dans lesquels se sont déroulées les missions de fouilles et de prospections au cours du xxe s. L’activité archéologique s’est développée et maintenue en fonction de critères qui lui sont spécifiques : accord avec l’administration qui délivre les concessions de fouilles, assurance d’une source de financement, correspondance entre les objectifs de travail et les résultats obtenus. Les projets scientifiques ont pu se poursuivre tant que ces conditions se sont renouvelées ; les événements politiques, si graves soient-ils, ne font qu’ajourner les recherches. En revanche, le refus d’un permis de fouille ou, plus fréquemment, le tarissement des soutiens financiers entraîne inéluctablement la disparition d’une mission et l’arrêt, progressif ou brusque, des publications.

188Pendant deux siècles, le Moyen-Euphrate était resté à l’écart des grands programmes de fouilles européens, loin des missions pionnières de Mésopotamie, de Perse et de Phénicie. La création, en 1910, d’une nouvelle mission anglaise à Jerablous peut donc être considérée comme lançant la première fouille de grande ampleur dans la vallée, et la fin de cette mission n’est pas due à la Première Guerre mondiale, mais au fait que le site, englobé dans la zone frontalière turco-syrienne, devint inaccessible aux archéologues en 1921. Aucun site du Moyen-Euphrate en Turquie n’a d’ailleurs fait l’objet de nouvelles recherches jusqu’aux années soixante-dix. En Syrie, dans le cadre du service des Antiquités – quelles que soient les mutations que cette administration connut sous la tutelle du Mandat français (1919-1944), puis dans les premières années de l’indépendance (1944-1945) –, l’activité des chercheurs a été fortement stimulée et six missions archéologiques ont travaillé dans la vallée. Entre 1919 et 1945, huit sites ont été explorés, dont deux inédits : Doura-Europos et Mari.

189La seconde période de recherches intensives sur le Moyen-Euphrate a été inaugurée par la campagne internationale de fouilles d’urgence et de sauvetage organisée par la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie (DGAMS), en réaction à la construction du barrage de Tabqa, commencé en 1968. Ce programme archéologique, conduit d’une façon exemplaire, a profondément renouvelé les connaissances sur l’histoire du Moyen-Euphrate et a servi de référence aux trois campagnes d’urgence qui, depuis les années quatre-vingt-dix, se sont déroulées sur le fleuve, en Turquie – barrages de Birecik et de Karkemiṣ – et, de nouveau, en Syrie – barrage de Teshrin. Ces campagnes de fouilles d’urgence (1968-2000) doivent être examinées conjointement, car l’archéologie préventive obéit à des stratégies de terrain très particulières et a un impact scientifique différent de celui des missions archéologiques programmées. Ces dernières se sont développées, à partir des années quatre-vingt, le long du dernier segment du Moyen-Euphrate encore accessible aux chercheurs, entre le barrage de Tabqa et la frontière irakienne. Une grande attention doit être portée aux objectifs des missions et aux conditions dans lesquelles elles ont travaillé, ainsi qu’aux programmes de publication. Ce dernier point est capital, puisqu’il explique les lacunes et les atouts de la documentation réunie sur le Moyen-Euphrate antique.

Les conditions de la recherche archéologique jusqu’en 1945

  • 419 Les Accords de San Remo de mars-avril 1920 ont scellé le destin politique de la région, selon les m (...)
  • 420 Sur la formation du service des Antiquités de Syrie et ses mutations pendant la période du mandat f (...)
  • 421 Sur les fouilles effectuées entre 1921 et 1936, voir le tableau issu des archives IFAPO, reproduit (...)
  • 422 Dépôt dans un local provisoire en 1925, en attendant la construction du musée, Gelin 2002, p. 38-39
  • 423 Extrait des archives citées par M. Gelin, qui fait le point sur cette réorganisation des musées, ib (...)
  • 424 Sur la période 1941-1945, ibid., p. 73-82.

190L’activité archéologique, au début du xxe s., est marquée par la reprise des travaux à Jerablous avant la Première Guerre mondiale puis, en 1920, par la découverte de Doura-Europos, qui attire l’attention du nouveau service des Antiquités sur le potentiel de la vallée de l’Euphrate. Après la Première Guerre mondiale s’ouvre une ère archéologique nouvelle : la France mandataire419 organise un service des Antiquités, dont les directeurs successifs sont Joseph Chamonard (1920), Charles Virolleaud (1921-1928) et Henri Seyrig (1929 à 1941)420. Sous leur impulsion et avec le soutien de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et du Musée du Louvre, des travaux archéologiques sont entrepris sur tout le territoire syrien (fig. 61). L’armée du Levant complète la couverture cartographique du pays et procède à des reconnaissances aériennes et à des prospections au sol, qui s’avèreront précieuses pour l’inventaire des sites de la région. Cette période de recherches est d’ailleurs aussi productive pour les périodes historiques les plus anciennes et pour l’époque islamique que pour l’Antiquité classique421. À partir de 1923, le Moyen-Euphrate attire enfin l’attention d’archéologues français spécialistes de l’Orient ancien, qui vont s’investir dans l’exploration des sites de la vallée : Tell Ahmar, Ashara, puis Tell Hariri. Il faut aussi prendre en compte les fouilles ponctuelles menées par l’équipe de l’Université de Yale en amont et en aval de Doura-Europos, à Halabiya et à Baqouz. Enfin, en liaison avec la création de l’Institut français d’archéologie et d’art musulmans en 1922, les médiévistes commencent à s’intéresser aux villes omeyyades et abbassides de la vallée. Administrativement, les sites de l’Euphrate sont rattachés au Musée d’Alep, où sont déposés les objets trouvés en fouille422. Cette répartition change, en 1931, sous la direction de H. Seyrig, qui prône un regroupement thématique et chronologique des collections syriennes entre le Musée d’Alep, dédié aux périodes anciennes, et le nouveau Musée de Damas, qui regroupe « les témoins de l’époque gréco-romaine et byzantine »423. La Seconde Guerre mondiale empêche la poursuite des missions internationales et interrompt l’exploitation des données, répercussion directe – comme dans le cas de la perte des carnets de fouilles de L. C. Woolley – ou indirecte – comme dans celui de la fin des publications sur Doura-Europos – du conflit. Pendant cette période, le service des Antiquités maintient néanmoins une activité réduite. En janvier 1944, la France Libre renonce officiellement à son mandat et reconnaît l’indépendance de la Syrie et du Liban. En Syrie, le service des Antiquités est remis dès mars 1944 à l’État indépendant et ses fonctionnaires sont appointés par le gouvernement syrien. M. Dunand est nommé directeur du service jusqu’en mai 1945424.

Fig. 61 ‑ Carte des territoires du Liban et de la Syrie sous le Mandat français

Fig. 61 ‑ Carte des territoires du Liban et de la Syrie sous le Mandat français

(Syria 1923, p. 82)

  • 425 Sur la méthode de prise de vue aérienne et les recherches de Poidebard, cf.  Bauzou 2000.
  • 426 Cf. Poidebard 1934 et Mouterde et Poidebard 1945.
  • 427 Jalabert et Mouterde 1929.

191Un premier bilan d’une partie de cette période (1910-1927) peut être tiré grâce à la remarquable synthèse de René Dussaud, Topographie historique de la Syrie antique et médiévale. Cet ouvrage, paru en 1927, exploite alors les résultats des fouilles les plus innovants. Dussaud y fixe une série d’identifications vérifiées sur le terrain et circonscrit les hypothèses raisonnables pour les sites sans nom. Les prospections aériennes entreprises par A. Poidebard425, avec le soutien des aviateurs de l’armée du Levant, sur le limes oriental426 ont aussi contribué à la connaissance du Moyen-Euphrate antique. Enfin, il faut citer la création du Corpus des Inscriptions Grecques et Latines de la Syrie, sous la direction de Louis Jalabert et de René Mouterde. Paru en 1929, le premier volume des IGLS regroupe les découvertes épigraphiques de la Commagène et de la Cyrrhestique427.

Implication des institutions dans les fouilles sur le Moyen-Euphrate

  • 428 Tableau reproduit également dans le numéro de la revue de la société archéologique d’Alep consacré (...)
  • 429 Tableau issu des archives Ifpo, reproduit et commenté par M. Gelin ainsi que par N. Chevalier, à l’ (...)
  • 430 La plupart des informations sur les missions de l’Euphrate présentées ici ont été tirées de ce docu (...)
  • 431 D’après C. Virolleaud, R. du Mesnil du Buisson aurait financé à ses frais les fouilles de Baqouz en (...)

192Tel qu’il a été dressé par le service des Antiquités en 1936428, le bilan des travaux des recherches archéologiques dans les États du Levant429 permet de replacer les missions de l’Euphrate dans un contexte plus général. Ce document, où les sites sont classés par ordre alphabétique, précise la nature des opérations réalisées (fouilles, études, restaurations), l’identité de l’institution concessionnaire, les noms des directeurs des missions et les dates des campagnes. Y sont aussi notés les « bailleurs de fonds » et les « institutions ou États bénéficiaires des travaux »430. La répartition géographique des fouilles au Levant en 1936 montre la faible progression des recherches en Syrie intérieure (fig. 62) : sur cinquante-deux chantiers entrepris en Syrie, sept sont implantés sur les rives de l’Euphrate, soit presque la moitié des fouilles ouvertes à l’est d’Alep – quinze au total, région de Palmyre non comprise. Pour cinq sites euphratésiens, le Musée du Louvre figure comme « institution concessionnaire », en tant que tutelle unique à Tell Ahmar, Mari et Meskené, ou en partenariat avec l’Université de Yale à Halabiya (1935) et à Doura-Europos, où intervient aussi l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, qui y cosubventionne les recherches. Le musée français a également financé certaines fouilles : celle de Tell Ahmar en totalité, et celle de Mari aux côtés du ministère français de l’Éducation. L’Université de Yale est mentionnée comme « co-bailleur de fonds » pour Doura et comme seule source de financement pour les campagnes archéologiques sur les nécropoles de Halabiya et de Baqouz431. Le service des Antiquités intervient à partir de 1944 sur les sites de Raqqa et de Halabiya : la concession est à son nom, il en assure le financement et les directeurs des missions appartiennent tous à ce service. L’Université de Yale et le Musée du Louvre apparaissent donc comme les deux acteurs majoritairement impliqués dans les missions de l’Euphrate entre 1921 et 1944.

Fig. 62 ‑ Localisation des chantiers archéologiques entre 1918 et 1945

Fig. 62 ‑ Localisation des chantiers archéologiques entre 1918 et 1945

(d’après Gelin 2002, p. 61)

Le rôle décisif de René Dussaud

  • 432 Rappel sur la carrière de R. Dussaud (1868-1958) : orientaliste reconnu, professeur à l’École du Lo (...)
  • 433 Formule de N. Chevalier, Iibid., p. 472.
  • 434 Sur cette affaire, cf. Gelin 2002, p. 48 et Chevalier 2002, p. 314-319.

193L’action du Musée du Louvre est entièrement liée à la personnalité de René Dussaud, figure dominante des institutions et des commissions impliquées dans l’archéologie432. À partir de 1929, il cumule plusieurs responsabilités : conservateur des Antiquités orientales au Louvre, président, puis secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et membre des commissions chargées des missions à l’étranger. Il apparaît alors comme celui qui « contrôle tous les leviers de l’archéologie au Moyen-Orient »433 et a une influence notable sur l’attribution des crédits accordés aux missions par l’AIBL et le Conseil des musées. Bien qu’il ne fût pas lui-même archéologue, R. Dussaud croyait résolument aux vertus de la fouille pour une meilleure connaissance des civilisations orientales ; en tant que conservateur, il appréciait avant tout la valeur scientifique des objets trouvés dans les fouilles, en raison de la documentation inestimable qu’apportait le contexte de leur découverte, et aussi par souci de l’authenticité du matériel sur lequel se fondent les connaissances historiques. Il encouragea donc autant que possible la création de missions archéologiques et leur maintien, du moment que les intérêts des institutions françaises y étaient respectés – la contrepartie, pour le Musée du Louvre, restant l’enrichissement des collections orientales. En tant qu’interlocuteur privilégié du Ministère des Affaires étrangères, R. Dussaud a veillé à maintenir un équilibre favorable à la recherche française par rapport aux projets archéologiques des autres pays. Ce fait a joué un rôle dans la multiplication des fouilles françaises ou en collaboration avec les universités américaines dans les régions de l’Euphrate, comme le prouvent les archives de « l’affaire Oppenheim »434.

  • 435 Note confidentielle de R. Dussaud à H. Verne, datée du 2 juin 1927 et conservée dans les archives d (...)
  • 436 Quelques lignes plus haut, Dussaud, annonçant sa stratégie, a écrit : « M. Thureau Dangin n’est pas (...)
  • 437 E. A. Speiser, de l’American School of Oriental Research de Bagdad, avait demandé un permis pour fo (...)
  • 438 La création de ces missions ne répond pas à la seule volonté de Dussaud de contrer l’archéologue al (...)
  • 439 Joseph Darrous appartenait au service des Antiquités. Son décès est annoncé par la société préhisto (...)

194En juillet 1927, le milieu archéologique français et anglais, ainsi que les services diplomatiques, réagissent très vivement à la demande de M. F. von Oppenheim de reprendre ses fouilles à Tell Halaf : on reproche, en effet, à l’archéologue allemand d’avoir organisé un service de renseignement à Alep pendant la guerre. En dépit de ce passé d’espion, un permis lui est finalement accordé par le service des Antiquités. Considérant cette conciliation comme une véritable abdication, René Dussaud décide de répondre par une « vigoureuse contre-attaque » sur le terrain archéologique435 : « En octobre [1927], lorsque le Baron (…) reviendra en Syrie (...), il se trouvera encerclé par quatre champs de fouille en activité : 1) Monsieur Thureau Dangin, à l’ouest sur l’Euphrate436 ; 2) Pillet, sur l’Euphrate au sud ; 3) Poidebard et Dunand sur le Khabour au sud ; 4) les Américains de Baghdad à l’est437. » Si l’on compare cette note avec la chronologie des créations de missions sur l’Euphrate, il est certain que cette « affaire Oppenheim » a indirectement accéléré le développement de la recherche archéologique dans l’est de la Syrie438. La mission de Tell Ahmar et d’Arslan Tash, dont le projet remonte à 1925, est créée fin 1927 et œuvre l’année suivante, sur les deux sites successivement. Le premier coup de pioche à Meskené est donné en 1928. Durant cette même période, deux nouvelles fouilles sont ouvertes en Mésopotamie, à Tell Brak, par A. Poidebard, et à ‘Aïn Al-‘Arous, par J. Darrous439. Les conséquences de cette « affaire » révèlent également combien le conservateur des Antiquités orientales était au fait des projets scientifiques et comment il a su, au gré des conjonctures, favoriser les travaux archéologiques sur le territoire syrien.

Jerablous (1911-1921)

  • 440 Cf. Catalogue, p. 67.

195La reprise des fouilles de Jerablous/Carchemish (A28) au début du xxs. reproduit le processus qui, trente ans auparavant, avait amené le British Museum à exploiter ce site. Les fouilles, commencées le 17 décembre 1878 et poursuivies en continu jusqu’à l’été 1881 dans la zone sud-est au pied de la citadelle, avaient permis la découverte d’un escalier monumental montant à l’acropole et de nombreux reliefs, prestement envoyés à Londres440. Mais, en juillet 1881, les Trustees du British Museum avaient mis fin aux fouilles de Henderson, jugées trop onéreuses.

Projet de fouilles du British Museum en Syrie du Nord en 1907

  • 441 T. E. Lawrence avait voyagé en Syrie en 1909 pour réunir les éléments utiles à son doctorat sur « L (...)

196En 1907, un projet de prospection pour trouver un site à fouiller dans la région de Jerablous est proposé à David George Hogarth, conservateur de l’Ashmolean Museum d’Oxford, par Edward Maunde Thompson, directeur du British Museum, avec l’accord d’Ernest Alfred Wallis Budge, égyptologue du département des Antiquités babyloniennes et assyriennes. En mars 1908, D. G. Hogarth réalise donc une courte prospection à partir d’Alep (fig. 63). Il remonte le Sajour jusqu’à Tell Beshar (Tilbeshar), puis étudie les tells de la vallée de l’Euphrate entre Birecik et le resserrement de Kara Qouzak. Le rapport qu’il remet à ses commanditaires conclut que « Jerablous reste le site hittite le plus important » de la région. En 1910, les Trustees du British Museum obtiennent l’accord du gouvernement ottoman pour poursuivre le dégagement dans leurs anciens chantiers. Sous la direction de D. G. Hogarth, la conduite des opérations sur le terrain est prise en charge par R. Campbell Thompson, T. E. Lawrence441 et G. Antoniou. En raison des difficultés réelles de l’entreprise, D. G. Hogarth abandonne la direction à Thompson à la fin de la saison (du 12 mars au 20 avril 1911) ; celui-ci la cède à son tour à Charles Leonard Woolley pour la seconde saison. Tous les objets trouvés au cours des campagnes suivantes sont remis aux autorités ottomanes, conformément à la loi sur les antiquités.

Fig. 63 ‑ Carte de la région prospectée par D. Hogarth pour le British Museum en 1908

Fig. 63 ‑ Carte de la région prospectée par D. Hogarth pour le British Museum en 1908

(Hogarth 1914, fig. 7).

  • 442 Bell 1911, Letters, 21/05/1911 : « Just after I had written to you the Kaimmakam and the Commandant (...)
  • 443 Bell 1911, Diaries, 21/05/1911 : « Off at 5.10 and rode to Carchemish in 5 hours along the Euphrate (...)

197Un témoignage intéressant sur la première campagne de fouille est fourni par G. Bell, qui passe sur le site alors qu’elle fait étape à Birecik en revenant de Bagdad, les 20-21 mai 1911. D. G. Hogarth étant déjà reparti, ce sont les jeunes R. Thompson et T. E. Lawrence qui font les honneurs du site – non sans une certaine angoisse – à cette éminente visiteuse, dont les articles archéologiques et géopolitiques dans le Times font autorité442. L’anecdote, consignée dans les notes de G. Bell, rend compte des progrès et des difficultés de la fouille : « Départ à 5 h 10 et chevauchée pendant 5 h, le long de l’Euphrate. [Je] trouve M. Thompson et M. Lawrence en station au village. J’ai vu leurs objets, dont les plus curieux sont les céramiques « coupe de champagne » [provenant] des tombes hittites. M. T[hompson] se plaint de l’absence de trouvailles et d’inscriptions. Après déjeuner, nous allons sur la colline. Ils ont de très nombreux reliefs, dont un grand avec inscription, [et ils ont trouvé] l’entrée et l’escalier vers le palais. Le sommet de la colline [l’acropole] doit avoir été nivelé pour faire place aux constructions romaines ; de fait, les fondations romaines descendent presque jusqu’au niveau des fondations hittites. Ils ont aussi quelques fondations préhistoriques et cette population de la préhistoire pourrait avoir été des anciens Hittites. Il y a aussi un mur hittite assyrien sur la colline. Ils ont ouvert des tranchées dans la ville [basse] et trouvé des fondations préhistoriques sous les ouvrages romains »443.

  • 444 Cf. Catalogue, p. 68-69.
  • 445 Cf. Catalogue, p. 63.
  • 446 Cf. Catalogue, p. 70.
  • 447 Cf. Catalogue, p. 74-75.
  • 448 La compagnie allemande du Bagdadbahn avait obtenu la concession du chemin de fer d’Istanbul à Bagda (...)
  • 449 Juste avant la guerre, David Hogarth tout comme Gertrude Bell commencèrent à collaborer avec le ser (...)

198Les travaux sont jugés lents et difficiles, car la ville hittite est recouverte et très perturbée par les aménagements urbains postérieurs. Dans le style des grandes fouilles du xixe s., les fouilleurs ne s’embarrassent pas des vestiges jugés tardifs et excavent les niveaux supérieurs du site, à grand renfort de main-d’œuvre. Ces opérations sur le centre monumental de la ville basse, recouvert par le forum romain444, les portes445 et la partie nord du site446, sont la cause d’amples destructions dans l’urbanisme de la ville d’Europos (A28), refondée sur le site de Carchemish à l’époque hellénistique et active durant l’époque romaine et byzantine. La perte d’informations est d’autant plus considérable que les publications ne mentionnent les ouvrages posthittites qu’en fonction des perturbations qu’ils ont entraînées dans l’avancée des chantiers. La mission doit aussi lutter pour la préservation du site, qui est alors menacé de servir de carrière de matériaux pour les constructions du ballast du chemin de fer de Bagdad et d’un pont ferroviaire sur l’Euphrate. Un ouvrage situé au bord de l’Euphrate et identifié comme un quai447 est en partie démonté par les ouvriers du Bagdadbahn448. Les relations avec les Allemands sont d’autant plus tendues qu’une forte suspicion d’espionnage entoure l’équipe britannique449. Alors que les fouilles sont interrompues par la guerre, entre 1914 et 1919, le carnet d’inventaire et les objets conservés dans la maison de fouilles sont pillés.

Tentative de reprise des fouilles après guerre

  • 450 Sur les détails des négociations qui ont été révélés, cf. Gelin 2002, p. 43 et Chevalier 2002, p. 2 (...)
  • 451 Le découpage de l’empire ottoman par le Traité de Sèvres avait prévu de satisfaire les intérêts fra (...)
  • 452 Chevalier 2002, p. 284-285. Le site archéologique est actuellement pris dans le no man’s land entre (...)
  • 453 Carchemish, Report on the Excavations at Jerablus est composé de trois volumes. Le premier est cons (...)
  • 454 Sur la stratigraphie, cf. Catalogue, p. 73-74.

199En 1919, le site, qui se trouve dans le territoire sous mandat français, est investi par l’armée française. Les troupes françaises, stationnées là pour surveiller le pont ferroviaire, gênent la poursuite des fouilles. Un accord passé entre le British Museum et le Gal Gouraud permet la reprise des travaux archéologiques au printemps 1920450, sous la direction de C. L. Woolley assisté de Philip L. O. Guy, avec le financement du musée londonien et d’un généreux donateur anonyme. La révolution kémaliste451, à l’automne 1920, et le recul de la frontière syrienne immédiatement au sud de Jerablous stoppent définitivement les fouilles452. La publication a souffert de l’interruption brusque de la mission453. Il faut attendre 1953 pour que C. L. Woolley pallie la perte d’une partie des carnets de fouille pendant la Seconde Guerre mondiale et publie les chantiers restants de la ville basse – les portes, le palais – et de l’acropole, démontrant une grande intelligence de la stratigraphie et une grande honnêteté intellectuelle454.

Doura-Europos (1920-1922 et 1926-1938)

  • 455 Cf. Gelin 1997.
  • 456 Fin 1919, Ramadân Pasha Shlash, frère du sheikh des Abou Sarâya (région de Deir ez-Zor) et nommé go (...)

200L’histoire des fouilles anciennes de Doura-Europos (E14) a été réétudiée à la lumière des documents d’archives455. Les circonstances dramatiques de la découverte des peintures de Salhiya par la troupe du capitaine Murphy, reculant devant les partisans de Fayçal en mars 1920, sont bien connues456 et la diffusion rapide de cette découverte dans le milieu archéologique a entraîné l’exploration et l’identification du site dès 1922.

Création de la mission française sous la direction scientifique de Franz Cumont

  • 457 C’est par l’intermédiaire de G. Bell que J. Breasted fut dépêché sur place. Le capitaine Murphy ava (...)
  • 458 Correspondance de Cumont inventoriée par Corinne Bonnet [en ligne] sur le site de l’Academia Belgic (...)
  • 459 Breasted, Lettre du 20/06/1922.
  • 460 Breasted, Lettre du 27/08/1922.

201En avril 1921, Franz Cumont est invité aux États-Unis pour une série de conférences ; il a alors l’occasion de rencontrer, à Chicago, James Henry Breasted, directeur de l’Oriental Institute de Chicago, qui avait réussi, le 3 mai 1920, à relever et photographier les peintures de Salhiya457. Impressionné par l’intérêt des documents que lui montre l’égyptologue américain, Cumont persuade celui-ci de venir présenter ses découvertes devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Cette conférence, tenue le 5 juillet 1922, encourage les savants français à tenter des fouilles à Salhiya. Les lettres envoyées, entre juin et juillet, par J. Breasted à F. Cumont458 montrent combien l’orientaliste belge s’est investi dans cette affaire. On y apprend tout d’abord que l’identification de Salhiya avec Doura a été suggérée par J. Breasted et confirmée par Cumont, qui se chargea de l’étude des mentions par les géographes grecs et latins pour préparer la conférence parisienne459. On y suit aussi la genèse du projet de fouille, qui a reçu, dès août 1922, le soutien de R. Dussaud, au nom de l’Académie et du Musée du Louvre, et celui de C. Virolleaud, directeur du service des Antiquités460. J. Breasted, invité à participer aux futures fouilles, refuse, par manque de temps et parce que les tribus de l’Euphrate en révolte lui semblent constituer pour l’entreprise une menace sérieuse. Cette dernière contingence est d’ailleurs prise en compte, puisque le Gal Gouraud accepte de mobiliser un corps expéditionnaire de deux cents soldats pour les fouilles de Doura-Europos. La création officielle de la mission française est décidée le 13 octobre 1922 et sa direction scientifique confiée par l’Académie à F. Cumont.

Une mission prometteuse, interrompue en 1924 en raison du contexte politique

  • 461 Sur les effectifs militaires travaillant à Doura, cf. Leriche et Gaborit 1999 ; pour le rôle des of (...)
  • 462 Cumont et Renard 1924.
  • 463 Sur les travaux et le rapport de Delaplanche, cf. Gelin 1997, p. 238 et fig. 6 : plan du site par D (...)
  • 464 Sur la création de la revue Syria, cf. Gelin 2002, p. 35.

202Les fouilles françaises (1922-1923) ont été entièrement assumées par les militaires envoyés sur place : ils en constituent la main-d’œuvre, les officiers encadrant les chantiers et se chargeant des descriptions et des relevés461. La première étude des fortifications, parue en 1924, s’appuie ainsi sur les observations et les dessins du Cdt  Eugène Renard462. En novembre 1922, Franz Cumont se rend sur le site et assiste au dégagement du temple des dieux palmyréniens et aux fouilles du temple d’Artémis. L’Académie ayant décidé la poursuite de la mission, il supervise la seconde saison de fouilles (3 octobre-7 novembre 1923). La troisième saison se déroule dans des conditions difficiles : la politique de répression militaire des mouvements anti-Français intensifiant les combats, F. Cumont ne peut se rendre en Syrie, tandis qu’un nombre réduit de soldats, sous le commandement du Lt Delaplanche, poursuit les recherches sur le site pendant six mois463. La situation politique et militaire empire et interdit jusqu’en 1925 toute activité dans la région. Les travaux effectués entre 1922 et 1924 ont permis de dégager la tour dite « des archers », un segment du rempart, le temple des dieux palmyréniens avec ses fresques, le temple d’Artémis, et aussi d’étudier la citadelle et le palais du stratège (fig. 64). Ce bilan est couronné par la découverte d’une nouvelle peinture confirmant le nom antique de la ville, d’une statue d’Artémis et de nombreux objets et documents, dont la majeure partie figure maintenant dans les collections du Louvre. La publication des résultats de la mission sous la direction de F. Cumont est très rapide et très complète. Aux communications présentées annuellement devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, il faut ajouter les articles parus dans Syria, Revue d’art oriental et d’archéologie464 : dès l’année 1922, un article de J. Breasted sur les « Peintures d’époque romaine dans le désert de Syrie » est donné dans cette revue, accompagné d’une note additionnelle de F. Cumont. En 1926, ce dernier produit la remarquable synthèse des Fouilles de Doura-Europos et pose les premiers jalons de l’histoire de la ville.

Fig. 64 ‑ Plan de Doura-Europos en 1922 avec le tracé presque complet des fortifications et de la citadelle ainsi que la localisation des premiers monuments fouillés

Fig. 64 ‑ Plan de Doura-Europos en 1922 avec le tracé presque complet des fortifications et de la citadelle ainsi que la localisation des premiers monuments fouillés

(Renard et Cumont 1924, fig. 1)

Création de la mission de Yale en collaboration avec l’AIBL

  • 465 Pour les détails de cette négociation et le règlement du service des Antiquités pour les objets, cf (...)
  • 466 F. Cumont reconnut le rôle prépondérant de son collègue, « grand animateur de cette entreprise scie (...)
  • 467 Archéologue qui dirigea également les fouilles de Dmeir et de Raqqa pour le service des Antiquités, (...)
  • 468 Gelin 1997.

203En 1926, l’Université de Yale dépose, à l’initiative de M. I. Rostovtzeff, une demande auprès de l’État syrien pour reprendre les fouilles de Doura. La négociation avec le service des Antiquités est d’autant plus dure que ce projet est en concurrence avec les vues de l’Université de Chicago. C’est finalement la question de la répartition des objets issus de la fouille, à partager entre l’État syrien et la mission étrangère, qui donne l’avantage à Yale. L’université du Connecticut accepte de recevoir uniquement « la moitié des objets en double », engagement qui ne sera pas du tout respecté465. En 1928, la mission reprend les recherches sur le site avec l’appui logistique de l’armée du Levant, sur la base d’un accord avec le Haut-Commissaire. M. I. Rostovtzeff et F. Cumont en assurent la direction scientifique466. Elle est placée sous le copatronage de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et de Yale, mais entièrement financée par cette dernière. Elle commence sous la direction « technique » du français Maurice Pillet, qui a pour adjoint Clark Hopkins. De 1931 à 1934, la direction est assurée par Clark Hopkins, avec André Naudy467 comme représentant de la partie française, remplacé ensuite par Robert du Mesnil du Buisson. Ce dernier dirige la campagne de 1934-1935 avec Franz Brown, qui le remplace pour l’ultime saison de fouilles en 1937. À cette date, la mission est ajournée pour des raisons financières, puis définitivement stoppée par la guerre468.

  • 469 Cf. Yon 1997.
  • 470 Ce qui explique la détérioration des peintures de la synagogue, atteintes par une forte pluie penda (...)
  • 471 Par D. Toll lors des 7e et 8e campagnes, dont les résultats sont présentés par Du Mesnil du Buisson (...)

204La lecture de l’ouvrage de Clark Hopkins, The Discovery of Dura-Europos, publié en 1979, donne du déroulement des saisons archéologiques sur le site un aperçu très vivant, qui peut être utilement complété par la consultation des archives de Yale469. Les neuf campagnes de fouilles ont lieu pendant les mois d’hiver470, avec une équipe de direction de chantier réduite à trois archéologues et cinq contremaîtres en 1931, tandis que le nombre d’ouvriers travaillant sur le site varie de quarante à plus de trois cents, avec un maximum atteint pendant une année de famine pour les Bédouins. Le rythme rapide des dégagements est facilité par l’évacuation des déblais grâce aux wagonnets Decauville, système mis en place sur de nombreuses fouilles à l’époque. On dégage ainsi entre un quart et un tiers de la ville antique, mettant au jour la citadelle, les remparts, l’agora, dix-sept temples, trois bâtiments de prestige, dits palais « du Stratège », « de la citadelle » et « du Dux Ripae », trois îlots complets d’habitat domestique (D5, C7 et Lysias) et quelques quartiers partiellement explorés, comme le camp romain et l’îlot dit « des potiers ». Différents monuments et tombes de la nécropole ont également été explorés471.

  • 472 Fouillé par Du Mesnil du Buisson entre 1933 et 1934.
  • 473 D’après les archives du Louvre, un certain nombre d’objets échurent au Département des Antiquités o (...)
  • 474 En particulier le mobilier découvert sous le glacis de la rue du rempart. Par exemple, la récolte d (...)
  • 475 À côté de l’ensemble exceptionnellement conservé des maisons ensevelies sous le glacis de la rue du (...)
  • 476 Y figurent les synthèses finales sur la synagogue et la maison chrétienne, ainsi que les études de (...)

205Lors de la 8e campagne, les fouilleurs ont la chance de trouver, sous le tell de déchets antiques faisant face à la porte de Palmyre, une série d’hypogées inviolés (fig. 65), qui livrent un échantillonnage du matériel funéraire : des feuilles d’or, des couronnes funéraires, des vases glaçurés complets et des figurines de terre cuite. Les trouvailles issues de la fouille font l’objet d’âpres négociations avec le service des Antiquités, la solution finalement adoptée prévoyant le partage de l’ensemble des découvertes, et non des seuls objets en double. La synagogue peut ainsi être remontée dans le nouveau musée de Damas, en contrepartie du départ des fresques de la maison chrétienne et du mithraeum472 pour Yale. Certains objets sont également donnés au Musée du Louvre473. Ces collections sont cependant loin de réunir le nombre pléthorique d’objets474, de peintures475 et de graffiti découverts en fouille. Excepté ceux de la dernière saison, les travaux firent l’objet de rapports préliminaires annuels, les Dura-Europos Preliminary Reports, supervisés par M. I. Rostovtzeff, qui dirigea aussi la publication de volumes thématiques, regroupés dans la série Dura-Europos Final Reports. Ceux-ci sont consacrés à l’étude soit d’un monument, soit du matériel ; mais ce programme de publication est resté inachevé476.

Fig. 65 ‑ Intérieur d’un hypogée fouillé par la mission de Yale

Fig. 65 ‑ Intérieur d’un hypogée fouillé par la mission de Yale

(Toll 1946, pl. 32-2).

Prospections et fouilles au Nord (Syrie) : Tell Ahmar et Meskené

206Les comptes-rendus de l’Académie permettent de suivre la progression des recherches sur la partie nord de l’Euphrate syrien, de la prospection à la fouille.

Prospection à Membij, Tell Ahmar, Arslan Tash et projet de fouilles

  • 477 « M. René Dussaud communique une note de M. Paul Perdrizet qui lui a été transmise par le Haut-Comm (...)
  • 478 Relief photographié par G. Bell, voir supra, p. 142.
  • 479 Dussaud 1925a, p. 268-269.
  • 480 Après deux échecs en 858 et 857, Salmanazar III s’empara de Til Barsip-Masuwari et conclut sa trois (...)

207Une note présentée par René Dussaud à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, lors de la séance du 16 octobre 1925, donne un aperçu précieux sur la genèse des fouilles de Tell Ahmar et d’Arslan Tash. Il s’agit d’un compte-rendu sur l’activité de Paul Perdrizet et d’Henri Seyrig en Syrie du Nord477 : « Assisté de M. Seyrig, membre de l’École d’Athènes, et de M. Daniel Schlumberger, étudiant à Strasbourg, le savant correspondant de l’Académie [P. Perdrizet] a procédé sur le site de Hiérapolis de Syrie (Menbidj) à d’importants sondages. Entre temps, il a exploré deux sites au-delà de l’Euphrate. D’abord Tell Ahmar, à une vingtaine de kilomètres en aval de Carkémish, puis Arslan Tach, à une trentaine de kilomètres à l’est du même point. […] En terminant, le savant correspondant de l’Académie se loue grandement de l’excellent accueil réservé à la mission par le chef kurde de la région, Moustapha bey Schaïn, chef des Alaeddin et député au Parlement de Damas. Aussi M. Perdrizet s’est-il rendu auprès du Haut-Commissaire pour lui soumettre ces résultats et lui demander l’autorisation d’entreprendre des fouilles régulières sur les sites explorés. MM. Edmond Pottier et François Thureau-Dangin insistent sur l’importance des recherches de M. Perdrizet ». Des fragments de sculptures vus à Tell Ahmar478 et des reliefs hittites trouvés par P. Perdrizet au village de Kubbé (Koubba, D08) révèlent pleinement l’importance du site au fouilleur, qui envisage immédiatement quelles pourraient être les découvertes des futures fouilles : « Nous n’avons pas découvert Tell Ahmar, je me hâte de le dire. Hogarth (…) a même publié une stèle hittite qui en provient. Qu’elles soient inédites ou non, les deux plaques que nous signalons sont des orthostates, comme les sculptures analogues de Carkémish et de Sindjirli ; il est donc possible de trouver à Tell Ahmar une masse de plaques analogues qui décoraient jusqu’à la hauteur de cimaise, c’est-à-dire jusqu’au commencement du mur de pisé, la grande salle, mégaron ou apadana, du palais royal »479. R. Dussaud ajoute à la communication de cette note une proposition d’identification du site et commente la datation probable des sculptures du décor du palais à découvrir : « Le site de Tell Ahmar, qui a retenu l’attention de M. Perdrizet, représente l’ancienne ville de Til-Barsip que je crois retrouver dans les listes de Ptolémée sous la forme Bersiba. Après s’être emparé, en 857, de cette place qui commandait le passage de l’Euphrate, Salmanasar lui imposa son nom sous la forme de Kar-Shulman-asharid. Cette circonstance permettra peut-être de prendre cette date comme limite basse de la décoration proprement hittite et comme limite haute du décor purement assyrien »480. Comme on le voit, l’idée de fouiller le palais hittite et assyrien de Tell Ahmar est déjà clairement ancrée parmi les membres de l’Académie, mais ce n’est qu’en 1927 qu’elle est mise en œuvre. C. Virolleaud propose alors que la direction de la fouille soit confiée à François Thureau-Dangin, membre de l’Institut et ancien conservateur du département des Antiquités orientales au Louvre, le Musée devenant l’institution concessionnaire et le principal bailleur de fonds des missions archéologiques d’Arslan Tash et de Tell Ahmar.

Mission de Tell Ahmar/Til Barsip (1928-29 et 1931)

  • 481 Cf. Catalogue, p. 271.
  • 482 Cf. ibid., p. 269.
  • 483 Cf. ibid., p. 270.
  • 484 Thureau-Dangin 1929.
  • 485 Thureau-Dangin et Dunand 1936.

208L’équipe qui avait travaillé à Arslan Tash en 1927-1928 est de nouveau réunie sur les fouilles de Tell Ahmar (D07). F. Thureau-Dangin s’est assuré la collaboration du Père Édouard-Paul Dhorme, de l’École biblique de Jérusalem (EBJ), de l’architecte Lucien Carvo et du jeune Maurice Dunand, inspecteur du service des Antiquités depuis 1926. La première campagne de fouille a lieu en 1928 et la dernière en 1931 ; l’ensemble du site est reconnu, du tell à la ville basse, avec sa porte orientale dite « des lions ». Les travaux de dégagement se concentrent sur le sommet du tell, où un palais assyrien est effectivement découvert à 2 m sous la surface, puis dégagé sur une superficie de 140 x 60 m (fig. 66). La chronologie obtenue confirme l’occupation du site aux époques hittite (xive-xiis.) et assyrienne, ainsi que l’abandon du palais au viie s. av. J.-C. Les fouilles révèlent également une nécropole achéménide481, les vestiges d’un bâtiment hellénistique482, qui est comparé au petit temple fouillé à Arslan Tash, ainsi qu’un important trésor monétaire d’époque hellénistique483. L’histoire du site à l’ère chrétienne repose alors sur l’analyse des sources littéraires dressée par R. Dussaud. Les premiers résultats de la mission font l’objet d’un article dans Syria en 1929484 ; puis vient la publication finale, Til-Barsib, présentée en 1936 par F. Thureau-Dangin et M. Dunand485.

Fig. 66 ‑ Extrait du plan archéologique de Tell Ahmar établi par la mission française

Fig. 66 ‑ Extrait du plan archéologique de Tell Ahmar établi par la mission française

(Thureau-Dangin et Dunan 1936, vol.2, plan A)

Bâlis/Eski Meskené

  • 486 Sur les questions posées par ce monument, cf. Rihaoui 1965, p. 106, et sur sa localisation à 4 km a (...)
  • 487 Très contesté et malade, il fut accusé d’avoir détourné une partie des fonds de la mission. Sur cet (...)
  • 488 Cf. Salles 1939.

209Entre 1928 et1929, une équipe dirigée par Eustache de Lorey, avec la collaboration de Jean Sauvaget, de Lucien Carvo et de Georges Salles, explore la ville médiévale de Bâlis/Eski Meskené (B31). Cette mission, dont la création a été encouragée par René Dussaud – la concession de fouille est au nom du Louvre – est entièrement subventionnée par Edmond de Rothschild, membre de l’Académie des Beaux-Arts, qui alloue un budget de 300 000 F. Des tranchées sont ouvertes dans la zone d’habitat et à l’emplacement d’une mosquée hors les murs486. La mission prend fin brusquement, avec la crise de l’Institut français d’archéologie et d’art musulmans, dont Eustache de Lorey est le directeur487. Les résultats des fouilles ne connurent qu’une diffusion partielle488.

Prospections et fouilles au Sud (Syrie) : Ashara, Mari, Baqouz et opérations ponctuelles

Ashara/Terqa

  • 489 Selon les termes d’O. Rouault, cf. Rouault 1997, p. 75-76.
  • 490 Il s’agissait de confirmer la provenance des tablettes achetées sur place par Herzfeld, cf. supra, (...)

210C’est au cours d’un voyage à travers la Haute Syrie, la Mésopotamie et l’Irak entrepris par F. Thureau-Dangin et E. Dhorme qu’ont été donnés les premiers coups de pioche sur le tell d’Ashara (E12). Ces recherches, qui eurent « tous les caractères d’une improvisation sur place »489, ont pour but de trouver de nouvelles tablettes provenant des archives de Terqa, avec la garantie d’une provenance incontestable490. Mais les légionnaires de Deir ez-Zor creusent vainement, pendant cinq jours, un trou de 18 m de profondeur. En dépit de cet échec, un projet de fouilles reste envisagé, mais toujours ajourné.

La mission de Tell Hariri/Mari

  • 491 Dès 1933, la poursuite des fouilles françaises à Tello et à Larsa était fortement compromise.
  • 492 Sur la découverte de Mari, cf. Margueron 2004, p. 10-11.
  • 493 Sur cette terrasse haute et le temple des lions, cf. ibid., p. 380-386.
  • 494 Parrot 1938, p. 26. Sur ces nécropoles, cf. Jean-Marie 1999 et Catalogue, p. 439.

211La création de la mission de Mari montre la rapidité de réaction du service des Antiquités et, une fois encore, le rôle décisif de René Dussaud. En août 1933, un fragment de sculpture est mis au jour fortuitement sur le site de Tell Hariri (E19), puis transporté à Abou Kemal par le commandant du poste militaire, le Lt Cabane. Transférée à Deir ez-Zor, puis à Alep, la sculpture est signalée à Henri Seyrig par George Ploix de Rotrou, inspecteur du service des Antiquités. À l’annonce qu’une statue sumérienne a été découverte sur le Moyen-Euphrate, R. Dussaud décrète la nécessité d’une mission de reconnaissance et dépêche, depuis Paris, André Parrot, accompagné des collaborateurs qui avaient travaillé avec lui en Irak491. Les dédicaces inscrites sur deux statues trouvées dans les sondages-tests ouverts en décembre 1933 permettent l’identification immédiate du site avec la ville de Mari492 et pérennisent la mission dirigée par A. Parrot jusqu’à 1938, date de la sixième campagne, intervenue à la veille de la guerre. Les fouilles mettent au jour le complexe palatial et plusieurs temples, ainsi que plusieurs milliers de tablettes, chaque saison ; elles se déroulent avec l’aide active des officiers et troupes de l’armée du Levant, stationnée à Abou Kemal, et le concours de la 39e escadre aérienne, qui assura une couverture photographique aérienne du site et du palais au cours de la 4e campagne. Dans le rapport des travaux effectués à l’hiver 1936-1937, André Parrot commente ainsi la découverte des deux statues de lion en bronze qui ornaient la salle intérieure du temple associé à la ziggourat493 : « Il n’est pas étonnant que ces monuments soient environnés de constructions postérieures (assyriennes, néobabyloniennes et même sassanides) et le relief antique ne sera retrouvé qu’après l’évacuation de tous ces monuments »494. Les vestiges funéraires ont été étudiés par M. Jean-Marie dans les années quatre-vingt-dix, essentiellement à partir des archives de Parrot.

Tell Abou Hassan (1936-37)

  • 495 Sur cette identification, voir Monchambert 2003, p. 140-144.
  • 496 Cf. Parrot 1938, p. 27-29.
  • 497 Ibid., p. 27.
  • 498 Geyer et Monchambert 2003a, p. 77-78, site no 9.

212C’est également à l’occasion de la quatrième campagne de fouille à Mari qu’André Parrot engage des fouilles à Tell Abou Hassan (F49), remarquable tell de la rive gauche identifié à la ville assyrienne de Ṣupru495. Le sondage de 8 m de profondeur ouvert au sommet du site traverse huit niveaux d’occupation et s’arrête après la découverte de céramique contemporaine de celle du Palais de Mari. Les résultats de ces fouilles n’ont donné lieu qu’à une rapide mention dans le rapport annuel des fouilles de Mari diffusé dans la revue Syria496. Les niveaux les plus récents (1-5) comprenaient des vestiges de maisons ainsi qu’une rue : « Les niveaux 1-3 ont abandonné des maisons de construction très soignée, dont l’ornementation aussi bien que la céramique rappellent étroitement ce qui est sorti de Dura. On voit ainsi : une entrée de maison, avec vestibule à banquettes et sols en plâtre ; un escalier pour monter à l’étage supérieur. Dans les éboulis, des éléments de linteaux, corniches en gypse, bandeaux en stuc avec un décor de palmettes. Avec le niveau 4, des maisons nouvelles dont le plan diffère quelque peu. Les verres irisés, les poteries vernissées disparaissent. Au niveau 5, maisons dont le plan est très voisin : quelques monnaies, une baignoire en céramique avec décor en relief et croix gammées. On a toujours la rue, signalée dès le niveau 1 »497. La longue phase d’abandon entre les niveaux anciens (6-8) et tardifs (1-5) trouve une correspondance dans le hiatus chronologique entre la fin de l’âge du Bronze et la période néoassyrienne ou hellénistique, révélé par le matériel des prospections menées par B. Geyer et J.-Y. Monchambert en 1982498.

Baqouz (1934-36)

  • 499 D’après J.-B. Yon, aucun document exploitable à ce sujet n’est conservé dans les archives de Yale, (...)
  • 500 Du Mesnil du Buisson 1948, p. 12-13.
  • 501 Du Mesnil du Buissson 1940, p. I. La société française des fouilles archéologiques a aussi contribu (...)
  • 502 Dans la préface de Baghouz, l’ancienne Corsôté, C. Virolleaud rend hommage au travail de R. du Mesn (...)

213Peu d’éléments ont été publiés sur les conditions des fouilles menées à Baqouz (F51) entre 1934 et 1936499. Il semble que cette entreprise ait répondu à une volonté personnelle de Robert du Mesnil du Buisson, alors qu’il était codirecteur de la mission de Doura-Europos. L’archéologue français signale explicitement la collaboration qui lui a été apportée par la mission de Yale : « M. Hopkins et M. Rostovtzeff voulurent bien me faciliter la tâche en mettant à ma disposition le Dr Nicolas Toll, directeur de l’Institut Kondakov à Prague, et Henry Pearson, architecte de Doura »500. L’Université de Yale finança également la mission, sans doute ni en totalité ni à chaque saison, puisque la Société française des fouilles archéologiques a dû assurer une part des dépenses501. Selon toute vraisemblance, R. du Mesnil du Buisson a aussi personnellement pris en charge beaucoup de frais502.

  • 503 Du Mesnil du Buissson 1940, p. 12-13.

214Le site de Baqouz recouvre une très vaste zone sur la rive gauche en face d’Abou Kemal et comprend un tell néolithique, une nécropole de l’âge du Bronze et une vaste nécropole parthe réunissant des hypogées et des tombeaux-tours (fig. 67). Trois campagnes archéologiques de courte durée s’y déroulent en marge de celles de Doura. Du Mesnil du Buisson en donne un résumé qui est assez révélateur des méthodes de fouilles appliquées aux vestiges funéraires503. En 1934, la première expédition ne dure qu’un petit nombre d’heures, car un violent vent de sable contraint les fouilleurs – R. du Mesnil du Buisson, H. Pearson et N. Toll – à arrêter. Ils ont, cependant, eu le temps d’ouvrir une vingtaine de tombes. En janvier 1935, Du Mesnil du Buisson loge à Baqouz dans une maison mise à sa disposition par le maire. Avec l’aide de Toll, présent pendant plusieurs semaines, il comptabilise une centaine de tombes fouillées. Enfin, en janvier-février 1936, la mission monte un campement équipé sur place. La participation de Toll se limite à une dizaine de jours, mais l’équipe est renforcée par la collaboration du Lt Deangéli, délégué du Haut-Commissariat à Abou Kemal et collaborateur apprécié de la mission de Mari. Trois cents tombes ont été ouvertes, ainsi qu’une dizaine d’hypogées.

Fig. 67 ‑ Nécropole de Baqhouz. Tombeau-tour dit « Abou Gelal »

Fig. 67 ‑ Nécropole de Baqhouz. Tombeau-tour dit « Abou Gelal »

(Toll 1946, pl.65-2).

215Seule la publication sur les états préclassiques du site, Baghouz : l’ancienne Corsôté, le tell archaïque et la nécropole de l’Âge du Bronze, est présentée par R. du Mesnil du Buisson en 1948. Le souhait exprimé par C. Virolleaud, dans la préface de cet ouvrage, que l’auteur « nous apporte prochainement, dans un second volume, les résultats de son enquête sur Baqouz à l’époque parthe » n’a pas été réalisé et, pour l’instant, aucune trace des archives de cette fouille n’a été signalée. Les tombeaux-tours de Baqouz sont utilisés par N. Toll pour son étude des exemplaires de la nécropole de Doura-Europos.

Nécropole de Halabiya (1934-1935)

  • 504 Les fouilles de la nécropole de Doura sont présentées dans le rapport préliminaire de la neuvième s (...)

216Nicolas Toll, anthropologue de la mission de Doura-Europos, fait pendant la neuvième saison une courte campagne d’étude et de dégagement sur les tombeaux-tours de Halabiya (E14). En 1937, il y consacre une étude, « The Necropolis of Halebie-Zenobia », parue dans les Annales de l’Institut Kondakov. Ces travaux servent également de comparaison pour la nécropole de Doura504.

Fouilles du service des Antiquités après 1945 sur les sites de Halabiya et de Raqqa

217Les fouilles menées à Halabiya et Raqqa comptent parmi les premières opérations du service des Antiquités syrien. Ces travaux figurent d’ailleurs dans le premier volume des Annales archéologiques syriennes, publié en 1951.

Halabiya (1944-1945)

  • 505 R. Pfister, spécialiste des tissus de Doura, étudia les pièces de vêtements des femmes et d’enfants (...)
  • 506 Lauffray 1946. L’auteur y tient pour certaines l’origine palmyrénienne de la ville et l’absence d’o (...)
  • 507 Lauffray 1951.
  • 508 Lauffray 1951, p. 57.

218En 1944, Jean Lauffray est conservateur du Musée d’Alep et architecte en chef des Monuments historiques de la Syrie du Nord. Il décide une tournée d’inspection sur les sites de l’Euphrate, en suivant les itinéraires d’E. Herzfeld et F. Sarre sur la rive droite et d’E. Sachau et de G. Bell sur la rive gauche. Constatant la très grande détérioration des monuments de Halabiya, il demande à M. Dunand, directeur du service des Antiquités, une autorisation et des crédits pour fouiller la ville byzantine (E07), sur les crédits du Musée d’Alep. Deux campagnes de fouilles ont eu lieu entre 1944 et 1945, avant que la mission ne se replie en urgence. Les relevés, réalisés par deux topographes, et les fouilles et prospections, menées en collaboration avec Pierre Hamelin, ancien membre de la mission de Mari, sont très impressionnants. À l’intérieur de la ville, les sondages s’efforcent de révéler le plan d’urbanisme et d’obtenir une chronologie de l’occupation. Les chantiers concernent les principaux édifices : dégagement complet des bains, du tétrapyle et du baptistère, puis du sanctuaire et de l’atrium de l’église orientale. Sont également menées des prospections autour de Halabiya, visant à repérer des vestiges extra-muros, et une fouille des tours funéraires 13 et 14505. Dès 1946, J. Lauffray présente ses résultats devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres506. Il publie ensuite un rapport préliminaire sur les prospections et les fouilles dans le premier volume des Annales archéologiques syriennes, en 1951507. Il y confirme « l’origine palmyrénienne de la ville », et s’efforce de retrouver le programme monumental de Justinien dans les monuments qu’il a fouillés, en particulier dans les fortifications : « Les points de raccord entre l’ancien et le nouveau rempart ont laissé des traces. L’emplacement de ces points s’accorde parfaitement avec le texte de Procope »508.

  • 509 Lauffray 1983 et Lauffray 1991.
  • 510 Deichmann 1974.
  • 511 Karnapp 1976.
  • 512 Fourdrin 1991.
  • 513 Orssaud 1991.

219Ce n’est qu’en 1979, alors qu’il poursuit en France sa carrière d’architecte, que Lauffray rouvre le dossier « Halabiya » et prépare une publication complète sur les fortifications509, afin de défendre sa chronologie contre les critiques de F. W. Deichmann510, spécialiste d’architecture byzantine, et celles de F. W. Karnapp, fouilleur de Rasafa511. Une campagne complémentaire de relevés et de sondages de vérification, assurée par J.-P. Fourdrin512, le conduit à rédiger un volume complémentaire sur les phases de construction à l’intérieur de l’enceinte, ainsi qu’à dresser un inventaire succinct des vestiges de la nécropole. Le matériel céramique et numismatique des fouilles d’avant-guerre est partiellement retrouvé et son étude est prise en charge par D. Orssaud513, malgré l’absence d’informations sur le contexte archéologique de leur découverte.

Raqqa

  • 514 Un premier diagnostic a été effectué dès 1919 par Keppel Creswell pour le Quartier général britanni (...)
  • 515 Saliby 1955.

220Les recherches sur la capitale abbasside commencées en 1926514 reprennent, quant à elles, en 1944 : le service des Antiquités syrien entreprend la fouille des complexes palatiaux sous la direction de Nassib Saliby, fouille qui se poursuit jusqu’en 1970515.

Bilan

221Il est difficile de faire un bilan critique de cette période, alors que l’éventail des sites fouillés est si large et la durée des missions si variable.

Le choix des sites fouillés

222Les neuf sites de l’Euphrate fouillés entre 1910 et 1945 peuvent être répartis en deux groupes distincts. Le premier réunit les sites qui ont fait l’objet de fouilles de longue durée ou, pourrait-on dire aujourd’hui, de fouilles programmées, tant leur importance historique et les résultats obtenus justifiaient la poursuite de ces missions : Carchemish, Doura-Europos, Raqqa et Mari. Ces sites, qui correspondent à des métropoles de l’Euphrate actives à diverses périodes, sont destinés à être au cœur des programmes scientifiques. Le second groupe compte les sites qui ont fait l’objet de travaux de fouille plus ponctuels, du fait de leur superficie réduite (Tell Ahmar, Baqouz) ou parce que la poursuite des fouilles n’était soutenue par aucune volonté particulière, ou par aucune source financière (Halabiya, Bâlis, Tell Abou Hassan). Le choix de ces neuf sites, parmi les quelque deux cents sites repérés au cours des voyages et des prospections des siècles antérieurs, répond à deux critères. Pour la majorité, il s’agit de sites depuis longtemps identifiés, ou dont le nom antique a été livré dès la première campagne de fouilles ; les archéologues ont pu en évaluer les potentialités et replacer les découvertes dans un cadre historique prédéfini. Quant aux sites non identifiés avec certitude, comme Baqouz et Tell Abou Hassan, ils ont été fouillés en marge des missions de Doura-Europos et de Mari ; ils ont été choisis principalement parce que chacun était présumé contemporain de ces villes et pouvait apporter aux missions des éléments de comparaison.

Essai de synthèse avec René Dussaud

223Les travaux de géographie historique ont considérablement progressé pendant la période 1910-1945, grâce aux prospections, à l’archéologie et à la réédition critique des textes antiques.

  • 516 Dussaud 1927.
  • 517 Dussaud 1900.

224En 1927, la Topographie historique de la Syrie antique et médiévale516 intègre ces trois sources d’informations, avec une maîtrise inégalée, et synthétise plus de deux siècles de recherches. La propre activité de terrain de Dussaud, qui a commencé avec le voyage qu’il a réalisé en octobre et novembre 1896 en Syrie, révèle que les régions désertiques syriennes font partie de son domaine d’étude privilégié : trois voyages successifs l’y conduisent, le premier en 1896, puis lors des prospections réalisées en collaboration avec Frédéric Macler, spécialiste d’études araméennes. De ces missions sont issus, d’une part, une contribution suivie au corpus épigraphique et, d’autre part, un essai, Les Arabes en Syrie avant l’Islam (1907). La géographie du Jebel Druze lui est, elle aussi, bien connue, et sa thèse sur Histoire et religion des Nosairîs, soutenue en 1899517, lui a rendu plus familière encore la topographie des régions montagneuses de la côte syrienne. En ce qui concerne la Mésopotamie, il semble fortement impliqué dans le travail de prospection au sol et de reconnaissance aérienne mené par A. Poidebard sur le limes oriental syrien.

  • 518 Dussaud 1927, p. XXIII-XXIV.
  • 519 Rappelons que l’ouvrage de son collègue Honigmann sur la topographie historique de la Syrie du Nord (...)
  • 520 Dussaud 1927, p. XXV.

225Une allusion dévoile l’enseignement que R. Dussaud voudrait voir tirer de son ouvrage : « Nous ne saurions trop insister auprès des voyageurs et des fonctionnaires sur la nécessité de relever avec exactitude le nom des localités qu’ils traversent. C’est à leur intention que ce travail a été rédigé. Mais il ne suffit pas de transcrire tels qu’on les entend les sons perçus, il faut obtenir d’un informateur sérieux une graphie du nom arabe »518. La Topographie historique de la Syrie aurait-elle été conçue par son auteur comme un vade-mecum à l’usage des membres des missions archéologiques, des fonctionnaires du service des Antiquités et des cartographes ? L’originalité de la démarche de Dussaud est de donner une place prépondérante à la cartographie519. L’avant-propos et la préface constituent un exposé méthodologique et didactique sur l’état et l’usage des cartes. La bibliographie qu’il présente a elle-même été dressée « dans l’intention de signaler les travaux utiles pour la documentation topographique »520. Les références aux recueils de cartes et aux récits de voyageurs y sont aussi nombreuses que les renvois aux études historiques ou archéologiques.

  • 521 Ibid., p. XXII.
  • 522 Ibid., p. XXV.
  • 523 Ibid., p. I.
  • 524 Ibid., p. XVIII.

226L’ouvrage s’ouvre sur une histoire des cartes de la Syrie, de l’Antiquité à 1920, où les sources littéraires antiques et médiévales et les expéditions archéologiques ne sont abordées que dans la mesure où elles ont contribué à la connaissance géographique de la Syrie. Dans la préface, l’auteur démontre que son travail d’identification des sites repose sur la sélection des meilleurs documents topographiques dont il dispose pour chaque région de la Syrie et sur l’exploitation des données des cartes ; c’est en confrontant les indications tirées des géographes antiques et médiévaux avec la carte topographique la plus fiable que Dussaud élabore ses hypothèses. Son utilisation de la carte repose sur la lecture des indices d’identification les plus probants : la toponymie arabe et la topographie. Sa conviction est que la toponymie arabe est susceptible d’avoir conservé la trace de vocables anciens : « si de tels rapprochements peuvent s’établir entre vocables antiques ou médiévaux et toponymes modernes, c’est qu’en dépit des civilisations qui se sont succédé en Syrie, les noms des lieux survivent aux millénaires »521. Ce phénomène est lié, d’une part, au « bilinguisme gréco-araméen des populations syriennes », pour les toponymes préclassiques, et, d’autre part, au fait que les noms grecs et latins ont été transmis à l’arabe par l’intermédiaire du syriaque. Toujours soucieux de l’application pratique de sa méthode par ses lecteurs, Dussaud fournit une petite liste d’équivalences (français, araméen, arabe, turc) des termes géographiques, dont une majorité de toponymes, en général révélateurs de la présence de vestiges522. L’étude des relevés topographiques le guide constamment dans la sélection des toponymes modernes. Le fil directeur de cette recherche est le constat que les villes mentionnées par les géographes antiques et médiévaux sont situées par rapport aux axes de circulation. Or les routes et les itinéraires, quelle que soit leur importance commerciale ou stratégique, sont déterminés par la topographie (contraintes des reliefs et points d’eau) : surtout dans « un pays comme la Syrie, que caractérisent à la fois un trafic intense et un relief très accusé, la nature du terrain détermine des passages obligés et crée des liens étroits entre les stations d’une même route ». Dussaud s’attache ainsi à renouer avec les traditions anciennes de la géographie et de la cartographie, où les réseaux routiers priment sur les divisions géographiques et administratives. L’entreprise de Dussaud est, par conséquent, tributaire de l’état de la cartographie de son temps, ce dont est conscient l’auteur : « Si le titre de cet ouvrage n’était déjà trop long, nous l’eussions volontiers fait précéder du terme d’« Essai », car c’est bien un essai que nous présentons. Nos connaissances, en ce qui concerne la topographie de la Syrie, sont encore trop lacuneuses pour qu’on puisse entreprendre un exposé systématique (…). Nous n’avons pu adopter le même cadre pour les divers chapitres, ni suivre la même méthode pour tous les exposés »523. Le constat du chercheur porte sur la qualité des cartes antérieures au début du xxe s. : « En résumé, les meilleurs de ces travaux ne recouvrent qu’une portion très réduite du pays, les autres sont de simples itinéraires ou des compilations fondées sur des données absolument insuffisantes »524. Les relevés cartographiques de l’Armée du Levant n’en sont alors qu’à leurs débuts (régions de la Beqa‘a, de Homs et ouest d’Alep). La seule documentation cartographique fiable dont dispose le savant a été réalisée par le service géographique turc créé par le Gal Mehmed Chevki en 1909. C’est visiblement d’après ces relevés qu’ont été établies les cartes qui accompagnent l’ouvrage.

  • 525 Dussaud 1927, p. I.
  • 526 Ibid., cartes XIV et XV.

227Avant d’en venir à la place du Moyen-Euphrate dans la Topographie historique de la Syrie, signalons une dernière particularité. L’auteur n’a pas tenté une synthèse historique sur la Syrie, ni même un exposé particulier sur l’histoire des régions ou des villes. Il a réduit à l’essentiel la présentation des sites dont l’identification est assurée et dont le développement historique peut être déduit des sources ou des résultats des fouilles archéologiques. Il se contente d’en recenser les différentes appellations, l’appartenance à différents itinéraires ou routes militaires. La bibliographie proposée au lecteur est elle-même très sélective. Seule l’hypothèse d’un rapprochement avec un toponyme ancien, assyrien, hébreu ou araméen, pour lequel le savant a trouvé de nouveaux arguments, occasionne un exposé plus long. Ce parti pris, tout à fait différent de la conception française de la géographie historique, est annoncé dès l’avant-propos : « La première tâche à s’imposer, précisément celle que nous avons tentée, est de s’attacher à l’étude critique des documents soit historiques, soit géographiques, tant anciens que modernes, dans l’intention de fixer le nom et l’emplacement des localités. Dans le cas où nous n’avons pu y parvenir, du moins aurons-nous attiré l’attention des voyageurs qui traversent la contrée et pourront-ils tenter les recherches nécessaires. De là résulte une disproportion, qui est voulue, entre les indications rapides fournies sur un site dont le nom et l’emplacement sont déjà déterminés et les développements qu’ont nécessités les localités non encore identifiées »525. La contribution de René Dussaud à l’histoire est pourtant considérable : c’est l’étude du réseau de communication de tout un territoire, une mise au point sur le tracé et la hiérarchisation des routes et des itinéraires et, surtout, sur la différenciation entre routes antiques et médiévales526, qui concluent son essai.

Topographie historique du Moyen-Euphrate en 1927

  • 527 Ibid., p. 447-466.
  • 528 Situé immédiatement en amont de la frontière turque moderne.

228L’organisation de l’ouvrage par secteurs géographiques fait que les entrées pour les localités de l’Euphrate sont multiples. Les deux côtés de la vallée sont traités en continu dans le chapitre VII, « La Haute Syrie ». L’exposé progresse en respectant les divisions de Ptolémée527 en rive droite – villes de Commagène, de Cyrrhestique, de Chalybonitide, d’Arabie déserte – et en rive gauche – villes de Mésopotamie. Sont ainsi mises en valeur les routes de la vallée (Isidore de Charax, Table de Peutinger), mais aussi les routes transversales (conquête assyrienne, route de Xénophon, conquête d’Alexandre, itinéraires de Julien et de Qayt-Bey), car Dussaud insiste sur les points de traversée. Certaines localités sont mentionnées également en fonction des routes à longue distance auxquelles elles appartiennent, et étudiées dans les sous-parties « Les routes du désert » et « La Palmyrène de Ptolémée et les postes militaires de la Notitia Dignitatum », dans le cadre du chapitre V, « Palmyre et la Damascène », et dans celles du chapitre VII, « Villes et routes de la Cyrrhestique » et « Le bassin du Khabour ». La liste des sites du Moyen-Euphrate qui ont été pris en compte met en évidence le petit échantillon qui a retenu l’attention de l’auteur. Les sites répertoriés peuvent être classés en trois groupes : 1) ceux qui ont été reconnus de façon avérée, 2) ceux qui ont fait l’objet d’hypothèse(s) d’identification de la part de prédécesseurs, 3) ceux qui ont retenu plus particulièrement l’attention du conservateur français et au sujet desquels il avance une nouvelle identification. Précisons également que l’auteur n’a présenté, pour appuyer ses arguments d’ordre topographique, qu’une seule carte détaillée, qui couvre une portion réduite de la vallée : la carte XIII, « Région de Menbidj et de Djerablis », au 1 : 300 000e, comprend le segment du fleuve situé entre Tilhabeṣ528 et Arouda (fig. 68). Par ailleurs, le Moyen-Euphrate apparaît sur les cartes générales des routes antiques et médiévales, de Samosate à Abou Kemal sur la carte XIV (fig. 69), et de Raqqa à Al-Bousayra sur la carte XV, qui concerne la Haute-Mésopotamie. Dans les exposés qui concernent les sites en aval d’Arouda, le lecteur est invité à se reporter aux cartes allemandes et britanniques. Ce déséquilibre pose un problème, car certains sites ont une position approximative sur ces documents de référence et ont disparu ou sont masqués sous un toponyme différent sur les relevés postérieurs.

Fig. 68 ‑ Carte de la « Région de Membidj et de Djerablis »

Fig. 68 ‑ Carte de la « Région de Membidj et de Djerablis »

(reproduction partielle, Dussaud 1927, carte XIII)

Fig. 69 ‑ Carte des « routes antiques et médiévales de Syrie »

Fig. 69 ‑ Carte des « routes antiques et médiévales de Syrie »

(reproduction partielle, Dussaud 1927, carte XIV)

  • 529 Dussaud 1927, p. 447.
  • 530 Ibid., p. 448.

229C’est l’itinéraire de Qayt-Bey en Syrie du Nord529 qui ouvre l’examen des localités de l’Euphrate. Suivent quelques considérations sur la géographie et la place stratégique de la vallée et, surtout, sur sa place dans le réseau routier : « Malgré son impétuosité et sa largeur, ce fleuve n’a jamais arrêté les conquérants venus de Mésopotamie. La large courbe qu’il décrit vers l’ouest, de Samosate à Thapsaque et Raqqa, les nombreux points où l’on peut passer le fleuve, rendent précaire la défense de ses abords quand on n’occupe pas les deux rives. Ainsi la frontière qu’Hadrien avait ramenée à l’Euphrate dut être reportée plus à l’est. La contrée du Moyen-Euphrate, c’est-à-dire depuis Samosate jusqu’à ‘Ana, était d’une remarquable fertilité dans l’antiquité : un grand nombre de villes se dressaient sur les deux rives du fleuve qui, par un système fort développé de canaux, fécondait une large bande du territoire. La position de beaucoup de ces villes reste encore indécise ; nous nous proposons de fixer quelques emplacements nouveaux. Comme presque toutes ces villes marquaient un passage de l’Euphrate, nous utiliserons cette détermination, dans le paragraphe suivant, pour le tracé des grandes routes du pays »530. Face à la densité de l’occupation de la vallée, constatée par tous ceux qui ont traité de la géographie historique de ces régions, le travail de sélection opéré par Dussaud laisse volontairement de côté tous les sites qui n’appartiennent pas au réseau routier ou qui n’ont aucune chance d’avoir été mentionnés dans les sources. Les identifications retenues par Dussaud sont le résultat de trois principes méthodologiques :

2301) Exploitation des recherches récentes :

  • 531 « Zeugma-Séleucie possédait un sanctuaire que représentent ses monnaies (…). La nouvelle identifica (...)
  • 532 Ibid., p. 462-463 et p. 468.
  • 533 « ‘Ashara, dont des fouilles récentes ont permis d’établir l’antiquité présargonique » [renvoi en n (...)
  • 534 Depuis, elle a été remise en cause par J.-Y. Monchambert, cf. infra, p. 287.
  • 535 Dussaud 1927, p. 457.
  • 536 Ibid. Sur le débat quant au point de traversée de l’Euphrate chez Isidore, cf. supra, p. 77 et sv.

231En raison de sa fonction au Louvre, de son soutien au service des Antiquités et de son rôle à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, pour laquelle il sollicite sans cesse des communications et au sein de laquelle il supervise les publications des comptes-rendus dans les CRAI et dans Syria, nul n’est plus apte que ce savant à exploiter les progrès des recherches épigraphiques et archéologiques des premières décennies du xxe s. Alors qu’en 1923, Ernst Honigmann méconnaît totalement les travaux de F. Cumont en Syrie du Nord, R. Dussaud intègre les données nouvelles des Études Syriennes. Les références à cet ouvrage sont nombreuses et toutes les identifications proposées par son collègue de l’Académie sont reprises : Sugga/Alif, Ourima/Rumkale, Arulis/Enesh. La localisation de Zeugma à Belkıs et celle de Birtha à Birecik lui apparaissent incontestables531. Les fouilles réalisées ou en cours en Syrie ont également été suivies avec vigilance et R. Dussaud est le premier à en tirer toutes les conclusions dans le cadre de cet essai. Pour Carchemish532 et Terqa533, c’est l’importance stratégique de ces sites qui retient son attention. Si l’emplacement d’Europos à Jerablous est déjà bien établi, la correspondance entre Asicha et Terqa/Ashara est inédite534. Cette proposition a été rendue possible grâce à l’identification concomitante de Salhiya avec Doura-Europos et Addara, que « les découvertes de M. Cumont ont brillamment confirmé[e] »535. Celle-ci est, en effet, un acquis majeur pour les recherches de géographie historique, car elle a entraîné une réinterprétation partielle des Stations parthes d’Isidore de Charax, dont toutes les étapes en aval de la confluence du Khabour étaient, jusqu’en 1920, placées en rive gauche. Il est alors aisé de rectifier la lecture de cet itinéraire : « L’importance de cette rive droite a été méconnue parce qu’on a pensé que les itinéraires se tenaient constamment sur la rive gauche. Mais Isidore de Charax prend soin de nous dire que son itinéraire franchit l’Euphrate au confluent du Khabour et du grand fleuve [citation du texte grec]. C’est pourquoi il cite Doura. On peut donc se dispenser de supposer que Doura possédait sur la rive gauche une dépendance du même nom, car ce serait une explication contre laquelle s’élèvent tous les exemples fournis par les villes de l’Euphrate. D’ailleurs, les autres vocables [Asicha, Merrhan, Giddan] qu’on peut identifier dans l’itinéraire en question, à partir du Khabour, appartiennent à la rive droite »536.

232Quant à Til Barsip-Tell Ahmar, la proposition de R. Dussaud d’y placer Bersiba a précédé, on l’a vu, les fouilles de Thureau-Dangin, qui ont confirmé l’occupation du site à l’époque hellénistique. Le fait que de nouvelles identifications aient été vérifiées par la fouille est primordial pour les travaux de géographie historique : il permet de fixer des points entre lesquels on redistribue les hypothèses de localisation des localités dont l’emplacement est encore inconnu. C’est un jeu de déduction basé sur l’étude des toponymes et, occasionnellement, sur des indices archéologiques, dans lequel excelle Dussaud.

2332) Étude des toponymes et recoupement des sources :

  • 537 Nous ne savons pas de quelle carte précisément ou de quelle prospection est tiré ce toponyme. R. Du (...)
  • 538 R. Dussaud entreprend notamment de nombreuses mises au point sur les localités des royaumes assyrie (...)
  • 539 Dussaud 1927, p. 465-466.
  • 540 Ibid., p. 466.
  • 541 D’après lui, le géographe antique représenterait « un bien meilleur guide qu’on ne l’a dit », ibid.(...)
  • 542 Dussaud 1927, p. 2.
  • 543 Ibid., p. 455.

234La pérennité des noms anciens dans la toponymie moderne est une composante méthodologique essentielle de la Topographie historique de la Syrie. Le Moyen-Euphrate offre plusieurs exemples de ce type, depuis longtemps mis en lumière : Soura, Bâlis/Barbalissos, Qal‘at Ja‘bar, dont le premier nom arabe, Qal‘at Dausar, a été rapproché de Dausara (Procope). Dussaud s’est attaché à en repérer de nouveaux : Deir ez-Zor pour Auzara ; Tell Khanouqa pour Khanouqa (Ibn Hauqal) et Annoucas (Procope)537, Ashara pour Asicha et Abou Houreira pour Alalis. Le recoupement entre les sources littéraires et épigraphiques, qu’elles soient sémitiques, latines, grecques ou arabes, conduit également Dussaud à un travail des plus fructueux538. Le traitement des localités de la rive gauche situées en aval du Balikh montre la façon dont Dussaud a travaillé sur les sources antiques : « De Nicèphorion jusqu’au Khabour, l’itinéraire d’Isidore de Charax suit la rive gauche de l’Euphrate et il est surprenant qu’on n’y ait pas reconnu certaines localités mentionnées par Ptolémée sur cette même rive. Pour les faire apparaître, il suffit de mettre les deux listes en présence »539. Cette confrontation éclairante est appuyée par un tableau de comparaison, puis chaque concordance entre les toponymes des deux listes est détaillée. Le savant est ainsi amené à corriger les hypothèses erronées de ses prédécesseurs : « Faute d’avoir reconnu l’erreur graphique qui s’est glissée avec Chabora, dans le texte de Ptolémée [corruption du toponyme « Choumbana » chez Isidore], R. Kiepert a déclaré impossible de placer entre le Khabour et Zeitha tous les noms donnés par Ptolémée »540. R. Dussaud délimite ainsi le segment de l’Euphrate, entre le Balikh et le Khabour, qui doit être étudié pour placer les trois localités mésopotamiennes de l’Euphrate : Thelda, Apphadana, Banake. Cet exemple souligne la façon dont cet érudit s’est efforcé de comprendre la logique des textes antiques et d’attribuer les difficultés de lecture aux lacunes des connaissances historiques et géographiques de son temps plutôt que d’incriminer l’incohérence des sources. Dès l’introduction de son ouvrage, il défend ainsi fermement Ptolémée541 : « Nous verrons que les difficultés qu’on éprouve dans la localisation de certaines villes mentionnées par Ptolémée disparaissent dès qu’on a constaté que le célèbre géographe s’attache moins à la constitution physique d’une région qu’aux groupements qu’ont déterminés les voies commerciales »542. Enfin, il fournit la meilleure mise au point sur les mentions de Thapsaque, dont la localisation a erré et donné lieu à toutes sortes d’hypothèses : « Thapsaque est un nom sémitique « passage, gué » auquel on a pu, à l’époque grecque, adjoindre un nom occidental. Précisément le vocable actuel de Funsa pourrait n’être que la déformation de Philiscum, ville que Pline place non loin de Soura. Dans Pline, V, 24, il faut renoncer à considérer Thapsaque comme un nom propre de localité. La source à laquelle a puisé Pline indiquait qu’il y avait un passage (tiphsah) à Europos [Jerablous] et que de l’autre côté du fleuve on trouvait Amphipolis. Il n’y a donc pas lieu, comme on l’accepte généralement, de supposer un désaccord entre Pline et Stéphane de Byzance au sujet de l’emplacement d’Amphipolis »543. S’il propose la localisation de Thapsaque à Funsa, c’est parce que le vocable « Funsa » lui paraît proche du nom sémitique et, surtout, parce que les vestiges signalés par Chesney à cet endroit, qu’il s’agisse ou non de ceux d’un pont antique, prouvent, selon lui, que la rive était fréquentée. Il a rejeté toutes les propositions qui ne tenaient pas compte de la logique des itinéraires.

2353) L’appartenance à une route lui sert de critère infaillible pour discriminer la pertinence des localisations proposées par ses collègues. À la suite de l’historien V. Chapot, Dussaud a mis en évidence l’importance et la multiplicité des points de traversée dans la vallée et a su les rattacher aux tracés de routes à longue distance ; surtout, il a étendu sa démarche à différentes époques, d’une façon plus constante que son prédécesseur. À cet égard, grâce à sa connaissance des géographes arabes, il a pu mettre en évidence le développement d’un réseau routier à l’époque médiévale, dont les points de passage importants différaient de ceux des voies antiques. Il a aussi montré la continuité historique entre la route des Parthes, via le Balikh et la vallée de l’Euphrate, et les itinéraires des époques antérieures et postérieures. Sur la carte XIV (fig. 69), on dénombre ainsi six passages sur l’Euphrate dont la fréquentation est attestée dans l’Antiquité : 1) Samosate-Persica ; 2) Capersana à Ayni ; 3) Zeugma-Apamée ; 4) Caeciliana-Bersiba à Tell Ahmar ; 5) en face de Nicèphorium/Raqqa ; 6) immédiatement en aval de la confluence du Khabour. Dans la partie nord du fleuve, ces points de traversée drainent une multiplicité de routes est-ouest qui représentent différentes variations d’itinéraires passant par Doliché et Alep, à l’ouest, et par Édesse et Harran, à l’est. Au sud, les voies de circulation est-ouest mènent de Palmyre à l’Euphrate, puis suivent les vallées du Balikh ou du Khabour en Mésopotamie. Pour le trafic sud, les villes de l’Euphrate sont reliées entre elles par les chemins qui longent la vallée, en rive droite de Samosate à Raqqa, puis en rive gauche jusqu’au Khabour, avant de repasser sur la rive opposée à la hauteur de Doura-Europos. Cette configuration marginalise donc des secteurs assez importants du Moyen-Euphrate. Mais il faut préciser que les données synthétisées sur ce document sont essentiellement tirées des sources textuelles. Les explorations aériennes d’A. Poidebard en Syrie intérieure commencent à peine quand est publié l’« Essai » de René Dussaud.

Les campagnes d’urgence liées à la construction de quatre barrages sur le Moyen-Euphrate (1968-2000)

  • 544 Deshayes 1980, p. 403.

236« Il est assez surprenant qu’il ait fallu attendre la construction du grand barrage de l’Euphrate et l’invitation lancée par le gouvernement syrien (…) pour que les fouilleurs s’intéressent à cette région du Moyen-Euphrate qui, depuis Thureau-Dangin, avait été bien négligée »544.

237L’étonnement que Jean Deshayes exprimait en conclusion du colloque de Strasbourg, en 1977, concerne les sites noyés par la mise en eau du barrage de Tabqa, mais force est de reconnaître que ce commentaire pourrait s’appliquer aux régions submergées par les barrages de Teshrin, Karkemiş et Birecik, où l’investigation archéologique a précédé d’une courte longueur la disparition des sites.

  • 545 Sur ce sujet, voir le dossier, d’une grande précision documentaire, réalisé sur la relation entre p (...)
  • 546 Ce chiffre est une estimation a minima. Les variations du remplissage des réservoirs rendent imposs (...)
  • 547 La planification des travaux était encore à l’étude en 2011. En 2009, un appel à projets archéologi (...)

238Les politiques d’aménagement hydraulique à grande échelle, qui couvrent tout le réseau hydrographique du Proche‑Orient, obligent à prendre en compte l’impact de la construction des barrages sur la recherche archéologique de ces régions545. Le cas de l’Euphrate est assez extrême puisque, entre 1968 et 2000, cinq barrages ont été construits sur ce fleuve, créant une succession de lacs artificiels du piémont anatolien jusqu’au centre de la Syrie. Les conséquences de ces aménagements peuvent être chiffrées : sur l’ensemble très sélectif inventorié dans notre catalogue, au moins soixante-dix sites ont été engloutis ou partiellement noyés546. Certes, des fouilles continuent sur une petite dizaine de sites implantés en limite des lacs de barrage et les difficultés à remplir l’immense réservoir du barrage de Tabqa favorisent périodiquement la reprise de fouilles sur les tells les plus élevés, mais il faut reconnaître que le domaine d’investigation archéologique accessible à la jeune génération d’archéologues qui s’intéresse à la vallée de l’Euphrate a été bien réduit depuis trente ans : seul le segment en aval du barrage de Tabqa est hors d’eau. Mais, depuis 2008, un projet de barrage hydro-électrique est à l’étude dans ce secteur et pourrait entraîner la mise en eau du défilé du Khanouqa547.

239Au contraire du cas du barrage Atatürk, dont la réalisation n’avait été accompagnée d’aucune opération préventive d’envergure, des campagnes archéologiques intensives ont été menées en amont des barrages syriens – Tabqa (1968-1973), Teshrin (1994-2000) – et turcs – Birecik (1995-2000) et Karkemiş (1999-2001). Il convient de souligner combien les institutions académiques et le milieu archéologique orientaliste ont été sollicités par ces campagnes d’urgence, particulièrement à la fin des années quatre-vingt-dix, qui ont vu la construction quasi simultanée des barrages de Teshrin, de Birecik et de Karkemiş.

Les fouilles de Tabqa/Thawra (Syrie)

240La construction du barrage de Tabqa-Thawra, commencée en 1968, a amené la Direction Générale des Antiquités de Syrie (DGAMS) à mettre en place un programme archéologique sans précédent pour le Moyen-Euphrate. Le lac de retenue, qui couvre un segment du fleuve de 80 km de long entre le mur du barrage, implanté sur le verrou géologique de Tabqa, et le resserrement de Teshrin, a submergé les terrasses inférieures et moyennes de la vallée sur 6 km de large : ce sont, au total, environ 650 km2 qui ont été mis en eau.

Organisation

  • 548 Cf. Bahnassi 1978.
  • 549 Voir www.international.icomos.org/monumentum/vol17/vol17_3.pdf
  • 550 Rihaoui 1965.
  • 551 A. K. Rihaoui concluait son rapport par un certain nombre de suggestions (fouilles intensives, rest (...)
  • 552 Seize missions étrangères et deux missions avec une codirection syrienne à Tell Al-Fray, cf. Bahnas (...)
  • 553 Dont Tell Al-‘Abd, Anab As-Safinah, Qalʻat Ja‘bar, Tell Sheikh Hassan, Tell Al-Fray, cf. Bahnassi 1 (...)
  • 554 Ibid., p. 67-68.
  • 555 Au projet muséal lié aux fouilles d’urgence s’est substituée une exposition temporaire, puis pérenn (...)
  • 556 Voir le témoignage de Namio Egami, directeur du Ancient Orient Museum de Tokyo, dont l’équipe mena (...)
  • 557 Estimation limitée à la zone du réservoir en aval de Shash Hamdan.

241L’organisation de la campagne de sauvetage du patrimoine archéologique par le directeur général de la DGAMS, Afif Bahnassi548, et par Adnan Bounni, alors directeur du Service des fouilles, a été assez exemplaire pour l’époque549. Elle a reçu le soutien de l’UNESCO, l’assistance technique de l’IGN et de la direction du barrage. La mobilisation des archéologues et des restaurateurs de la DGAMS a été continue pendant cinq ans de campagnes. Elle commença, en 1963, avec les prospections d’Abdel Kader Rihaoui, qui répertoria trente-quatre sites et fit une évaluation des périodes chronologiques d’occupation sur la zone de submersion du barrage550. Sur la base du rapport de Rihaoui551, la DGAMS lança, par l’entremise de l’UNESCO, un appel international, assorti d’une législation spéciale accordant aux missions étrangères qui travailleraient aux fouilles d’urgence la moitié des objets découverts. Une quinzaine d’instituts de recherche et d’universités européens, américains et japonais se sont investis dans cette opération ; des missions étrangères ont parfois opéré sur plusieurs sites successivement, ou bien se sont relayées en fonction des résultats mis au jour par les fouilles552, tandis que, sous la direction d’Adnan Bounni, des missions nationales – auxquelles participèrent Nassib Saliby, Abdelrazzak Zaqzouq et Qassem Toueir – travaillaient sur une dizaine de sites553. Parallèlement, la DGAMS assurait le sauvetage des monuments islamiques : restauration et consolidation des remparts et fouille de la mosquée à Qal‘at Ja‘bar (D42), transformation de la forteresse en île dans le lac de retenue, transfert du minaret d’Eski Meskené (B31) sur la partie haute du site et de celui d’Abou Houreira à Tabqa554. Enfin, l’hypogée romain fouillé par A. Bounni à ‘Anab As-Safinah (D35) a été démonté pour être présenté au public555. Les fouilles, qui prirent fin officiellement le 15 novembre 1973, se sont, en fait, prolongées tant que la mise en eau du réservoir n’a pas été totale556. Sur une période de dix ans, 29 sites ont fait l’objet de sondages avant leur disparition complète ou partielle557. Les résultats de cette collaboration scientifique internationale ont jeté un éclairage tout à fait nouveau sur le Moyen-Euphrate au Néolithique, à l’âge du Bronze et à l’époque islamique. De la période hellénistique à la période byzantine, le bilan est positif aussi, malgré une très grande disproportion entre la densité d’occupation estimée dans ce secteur pour ces périodes et le nombre de villes antiques qui ont attiré l’intérêt des spécialistes de l’Orient romain et byzantin.

Les prospections

  • 558 Le répertoire d’A. K. Rihaoui est classé par secteur topographique et regroupe parfois sous un même (...)
  • 559 Van Loon et Heinzelin 1967.
  • 560 Holland 1976 et 2006.
  • 561 Le catalogue spécifique du Sweyhat Survey contient au total 30 sites, cf. Wilkinson 2004, p. 199-22 (...)
  • 562 Wilkinson 2004, Appendix A et B, avec les variantes toponymiques et les correspondances entre les n (...)
  • 563 Sont exclus de cette liste Khirbet Khaled, Youssef Pacha et Shash Hamdan, situés en limite nord du (...)

242Les prospections menées en 1963 par A. K. Rihaoui sur toute la zone touchée par le réservoir de Tabqa ont distingué 34 ensembles archéologiques558. En 1964, la détection des sites en porta le nombre à 55, grâce à l’exploitation par M. N. van Loon559 des photos aériennes et des cartes topographiques au 1:25 000e. Ces deux inventaires furent décisifs pour l’implantation des premières missions d’urgence, qui entreprirent des reconnaissances complémentaires en rayonnant à partir d’un site de référence : par exemple, l’équipe de la Deutsche Orient-Gesellschaft opéra à partir de Tell Moumbaqat et celle de l’Oriental Institute de l’Université de Chicago, à partir de Tell As-Sweyhat560. Par ailleurs, en 1974, une étude environnementale et archéologique est amorcée par T. J. Wilkinson, en collaboration avec D. Whitcomb et T. A. Holland, sur une aire de 60 km2, dans l’alvéole de Tell As-Sweyhat, en rive gauche de l’Euphrate. Ces prospections complémentaires dans le secteur de Tell As Sweyhat ont abouti à la découverte de 26 nouveaux sites561. Dans la synthèse publiée dans le cadre du Tell es-Sweyhat Project, ces inventaires successifs ont été harmonisés562 – exercice rendu difficile par l’existence de doublons toponymiques et par la densité des sites environnant Tell As-Sweyhat. Sur 36 sites, le matériel de surface a permis de détecter une (ré)occupation d’époque hellénistique, romaine et/ou byzantine563 (fig. 70).

Figure 70 ‑ Sites d’époques hellénistique, parthe, romaine et byzantine repérés dans la zone de submersion du barrage de Tabqa/Al Thaoura.

Figure 70 ‑ Sites d’époques hellénistique, parthe, romaine et byzantine repérés dans la zone de submersion du barrage de Tabqa/Al Thaoura.

Table Tabqa 1 : Sélection des sites avec matériel ou vestiges des périodes hellénistique, parthe-romaine et byzantine repérés en prospection par A. K. Rihaoui, par M. van Loon et par T. J. Wilkinson.

Nom du site

Rihaoui 1965

Van Loon et Heinzelin 1967

Wilkinson 2004

Catalogue

Ta’as

no 30

no 526

p. 254

B26

Arouda Kabira

no 31

no 558

p. 227

B27

Tell Hadidi

no 24

no 548

p. 232

Shajara Saghira

p. 213, no SS29

Tell Al-Hajj

no 517

p. 234

B28

Habouba Kabira

no 509

p. 231

B29

Tell Kannas

no 33

no 508

p. 242

B30

Dibsi Faraj

no 4

no 541

B32

Khafse Saghira

27

no 516

p. 242-243

Soukhni

no 524

p. 254

non localisé

Abou Dara

no 525

p. 227

non localisé

Khirbet Salama

no 516

p. 247

non localisé

Roumeila

no 21

no 554

p. 247

D22

Tell As-Sweyhat

no 539

p. 199, no SS1

D23

Dahrat Al-Ramila

p. 208, no SS18

D24

Tell Ali Al-Hajs

no 20

p. 207, no SS17

D25

Tell Hajji Ibrahim

p. 200, n SS3

Khirbet Al-Hamrah

p. 201, no S7

Roumeila 1

p. 206, no SS16B

D26

Mishrifat

no 18

no 539

p. 206, no SS16A

D27

Khirbet Abou Al-Hazou

p. 201, no SS6

D28

Sans toponyme

p. 212, no SS26

D29 (Ahmed Al-Boussan)

Sans toponyme

p. 203, no SS4

D30 (As-Sweyhat Est)

Khirbet Al-Haj Hassan

SS10

D31

Tell Joueif

no 17

no 537

SS8

D32

Shams Al-Dine

no 15,16 et 19

p. 210, no SS22 ?

D33

Shams Al-Dine (tell)

site no 14

no 533 et 536

p. 258

D33

Tell Al-ʻAbd

535

p. 226

D34

Tell Moumbaqat

534

p. 244-246

D36

Tell Sheikh Hassan

site no 13

D37

Al-Tawi

no 521

p. 255

Hawigat Halawa

no 511-511B

p. 238

D38

Tell Halawa (A)

no 11

no 519A

p. 237

D38a

Tell Al-Fray

site no 8

D39

Khirbet Houeish ?

510

p. 240

non localisé

Qal‘at Ja‘bar

site no 2

540

D42

  • 564 La synthèse livrée sous la direction de T. J. Wilkinson constitue un exemple très approfondi d’étud (...)
  • 565 Cinq sites aient échappé à notre propre inventaire : Shajara Saghira, Tell Hadidi, Tell Hajji Ibrah (...)
  • 566 Périodisation : Iron Age (X), Hellenistic (XI), Roman (XII), Late Roman-Early Byzantine (XIII), Ear (...)
  • 567 Holland 20065, p. 4-10 (catalogue des sites avec renvoi au matériel issu des fouilles).

243Les prospections dirigées par T. J. Wilkinson ont permis la détection de sites de superficie inférieure ou égale à 0,5 ha en rive gauche. Le choix méthodologique (prospection systématique liée à une étude environnementale)564 a doublé la proportion de sites inventoriés par rapport aux travaux préliminaires d’A. K. Rihaoui. La densité des sites dans l’alvéole de Tell As-Sweyhat est également nettement supérieure à celle estimée en aval de la zone de prospection de l’équipe américaine. D’autre part, la périodisation des sites s’avère plus fine565, car l’étude du matériel de surface a bénéficié des acquis des fouilles plus récentes566 et a été complétée par la publication du matériel de Tell As-Sweyhat567.

Les fouilles

244Sur la trentaine de sites fouillés dans le cadre du sauvetage archéologique de Tabqa, d’importants résultats ont été obtenus : les sondages ont mis au jour, sur dix-huit sites, des niveaux d’occupation répartis entre le ve s. av. J.-C. et le viie s. apr. J.-C. L’avantage des périodes récentes est qu’elles sont immédiatement signalées par le matériel de surface et peuvent être documentées par des sondages stratigraphiques ; à l’inverse, ces couches sont les premières touchées par l’érosion de surface, mais la fouille consciencieuse et l’étude de ces niveaux ont permis de bien caractériser leur nature, de la période hellénistique à la période byzantine (habitats, fortifications et nécropoles).

Table Tabqa 2 : Sites avec niveaux hellénistiques et/ou romains et/ou byzantins attestés en fouille.

Nom du site

Référence catalogue

Situation

Mission/directeur de mission

Fouille d’urgence

Occupation préclassique

Périodes hellénistique et/ou romaine et/ou byzantine

Ta’as

B26

RD

Franken

1972 ?

oui ?

?

Arouda Kabira

B27

RD

van Driel

1972-1977

oui

?

Tell Al-Hajj

B28

RD

Stucky

1971-1972

oui

ville

Habouba Kabira sud

B29

RD

Strommenger

1973

oui

nécropole

Tell Kannas

B30

RD

Finet

1967

oui

nécropole

Eski Meskené

B31

RD

Golvin/ Ifead

1970-1973

oui

ville

Dibsi Faraj

B32

RD

Harper

1971-1974

non

ville

Roumeila

D22

RG

Egami

1975-76

oui

nécropole

Tell As-Sweyhat

D23

RG

Holland

1973

oui

habitat

Tell Ali Al-Hajs

D25

RG

Egami

1975-1976

oui

Habitat et nécropole

Mishrifat

D27

RG

Egami

1975-1976

non

forteresse

Shams Al-Dine

D33

RG

Bounni

1971-1972

oui

nécropole

Tell Al-‘Abd

D34

RG

Bounni

1971-72

oui

ville

‘Anab As-Safinah

D35

RG

Bounni

1971-1972

oui

nécropole

Moumbaqat

D36

RG

Bounni

1971-1977

oui

nécropole

Tell Sheikh Hassan

D37

RG

Boese

1973-76

oui

ville

Tell Halawa

D38a

RG

Orthmann

1977-1978

non

ville ?

Hawigat Halawa

D38

RG

Hafez-Balty

1972

non

ville ?

Tell Al-Fray

D39

RG

Bounni

1972-1976

oui

nécropole

Qal‘at Ja‘bar

D42

RG

DGAMS

Depuis 1971

?

?

  • 568 Cette sous-représentation est particulièrement évidente dans les actes du colloque de Strasbourg, L (...)

245Remarquons que, parmi les missions à l’œuvre, les « antiquisants » sont mobilisés essentiellement sur trois sites568.

246— Tell Al-Hajj (B28)

247À la demande du Séminaire d’archéologie classique de l’Université de Berne, Rolf Stucky, pensionnaire étranger à l’IFAPO de Beyrouth, monta une mission de reconnaissance dans la zone d’immersion et choisit de travailler sur le site de Tell Al-Hajj, en raison de l’importance de celui-ci pour l’époque romaine. Des vestiges d’époque byzantine, romaine et hellénistique étaient visibles en surface et le site était libre de toute réoccupation perturbatrice, à l’exception d’un cimetière médiéval au sommet du tell. Cette mission suisse, financée par le Fonds national de la recherche scientifique (Nationalfonds zur Förderung der wissenschaftlichen Forschung), réalisa deux campagnes de fouille, en septembre 1971 et 1972. La faible extension des fouilles, qui ne permet pas de restituer l’organisation de chaque niveau d’occupation, est compensée par la répartition des sondages sur toute la surface du tell et par une étude stratigraphique très complète.

248— Dibsi Faraj (B32)

249Dès 1971, le site de Dibsi Faraj avait retenu l’attention de Cyril Mango et George Mendenhall, qui étaient chargés de sélectionner un site antique pour le compte du Dumbarton Oaks Center for Byzantine Studies et du Kelsey Museum (Michigan). En novembre 1971, des fouilles exploratoires ont été réalisées par Qassem Toueir, pour la DGAMS. À partir de 1972, la mission américaine dirigée par R. P. Harper a mené trois campagnes sur le site et une dernière complémentaire sur la basilique de la citadelle en 1974. Cette mission a fonctionné grâce à un financement conjoint du Dumbarton Oaks Center et de l’Université du Michigan (Ann Arbor).

250— Hawigat Halawa (D38)

  • 569 Pavements étudiés par J. Balty, cf. Balty 1984.
  • 570 Je remercie M. Y. Abdullah (DGAMS-Deir ez-Zor), qui a bien voulu me signaler la reprise de fouilles (...)

251La mission d’urgence dirigée par R. Hafez (DGAMS) a mis au jour, dès 1971, de grands pavements de mosaïque appartenant à un complexe ecclésial daté du milieu du ve s. par des inscriptions grecques et syriaques569. L’intérêt de cette découverte, une des premières de ce type pour ce secteur, a suscité la création d’une mission archéologique belge sous la direction de J.-C. Balty (mission archéologique belge d’Apamée de l’Oronte) et l’ouverture de fouilles au sud de l’église570.

Bilan

  • 571 Par exemple, dans Levant, MDOG, AASOR, et DumbOP.
  • 572 Margueron 1980b.
  • 573 Je remercie Olivier Callot pour avoir attiré mon attention sur ce point. Le sondage stratigraphique (...)
  • 574 Sur au moins sept sites, cf. supra, table Tabqa 2. Une synthèse de ces travaux reste à faire à part (...)
  • 575 Il serait intéressant de publier les archives de ces fouilles ainsi, par exemple, que le plan de l’ (...)
  • 576 Outre les rapports parus dans les Annales Archéologiques Arabes Syriennes (AAAS), voir Bounni 1979b(...)
  • 577 Bounni 1980.
  • 578 Finet 1973 et Catalogue, B30.
  • 579 Stucky 1974, Stucky 1975 et Catalogue, B28.
  • 580 Boese 1994 et Catalogue, D37.

252Une occupation est attestée entre l’époque hellénistique et la fin de la période byzantine sur au moins 36 sites (nécropoles comprises) dans la région de Tabqa et les fouilles d’urgence ont permis de documenter ces niveaux sur plus de la moitié des sites répertoriés. Les résultats de ces fouilles ont été diffusés, pour la plupart, dans la revue des Annales archéologiques arabes syriennes entre 1972 et 1976, et dans les périodiques correspondant aux problématiques de fouilles des missions571. En 1979, des rapports finaux ont paru dans les actes du colloque de Strasbourg : Le Moyen-Euphrate, zone de contacts et d’échanges572. Plus de trente ans après cette campagne, il est possible de tirer un bilan nuancé des opérations. Deux paramètres inhérents au contexte des fouilles de sauvetage sont à prendre en compte : la faible proportion des surfaces documentées en fouille par rapport à la superficie estimée des niveaux d’occupation, et l’ajournement de la majorité des publications finales. Les causes de ces limitations sont simples : les contraintes de temps, de moyens financiers et techniques ont réduit drastiquement l’extension des fouilles, tandis que les équipes ponctuellement mobilisées pendant ces opérations se sont dispersées après la disparition du site. La perte d’informations est relativement importante. L’étude du matériel issu des fouilles, notamment de la céramique, souffre plus particulièrement de l’absence de publication approfondie. Quant aux fouilles, certaines données restent inédites : par exemple, aucune stratigraphie précise n’a encore, à notre connaissance, été publiée sur les niveaux préislamiques de la ville fortifiée de Bâlis-Eski Meskené (B31), alors que les niveaux romains ont été atteints dans les sondages profonds573. D’autre part, les nombreuses fouilles conduites par les équipes de la DGAMS574 ont fait l’objet de publications préliminaires sérieuses, qui ne recouvrent, cependant, qu’une faible partie des découvertes concernant les périodes hellénistique et byzantine réalisées sur les sites de ‘Anab As‑Safinah (D35), Shams Al-Dine (B33) et Moumbaqat (D36)575. Chaque communication d’A. Bounni576 constitue, certes, une contribution essentielle à la connaissance archéologique de ces périodes et laisse deviner la richesse des archives de la DGAMS ; c’est le cas, par exemple, de l’analyse originale et extrêmement bien documentée présentée sur « Les tombes à tumuli du Moyen-Euphrate » au colloque de Strasbourg577. Quant aux exemples de synthèse détaillée publiés avant 2000, ils ont permis une exploitation approfondie des données archéologiques et une restitution de l’organisation générale d’un site, en dépit de la surface réduite des sondages. On peut ainsi tirer profit des rapports très détaillés (plans, coupes stratigraphiques, relevés des chantiers à chaque campagne) publiés sur Tell Kannas578, Tell Al-Hajj579 et Tell Sheikh Hassan580.

Les fouilles de Teshrin (Syrie)

253Le barrage de Teshrin, construit entre 1989 et 1998, se situe immédiatement en amont du resserrement géologique qui marque la limite du lac artificiel de Tabqa (fig. 71).

Figure 71 ‑ Vue du barrage de Teshrin depuis l’aval

Figure 71 ‑ Vue du barrage de Teshrin depuis l’aval

(© Y. Gellie 2001)

État de l’inventaire des sites dans la zone condamnée par le barrage de Teshrin

  • 581 Mission R. C. P. 438 (CNRS), à laquelle participaient deux géographes, J. Besançon et P. Sanlaville (...)
  • 582 Cf. Holocene Settlement.
  • 583 Ibid., chapitre II.
  • 584 Voir la table de concordance, ibid., p. 43.
  • 585 Ibid., p. 171.
  • 586 Ibid., p. 178, carte 10 et p. 179, carte 11.

254L’intérêt des résultats obtenus sur les sites préclassiques de la zone de Tabqa avait amené les spécialistes de l’Orient ancien à porter un regard neuf sur cette région de la Syrie et, en particulier, à compléter leurs recherches par des prospections en amont sur le fleuve. C’est pourquoi les travaux qui servirent de référence pour les fouilles préventives en amont du barrage de Teshrin résultent de prospections entreprises avant l’annonce de la construction du barrage, l’une en 1977, par A. M. T. Moore (université d’Oxford), fouilleur d’Abou Houreira, et la seconde en 1979, par une équipe pluridisciplinaire dirigée par L. Copeland et P. Sanlaville (CNRS)581. Ces recherches complémentaires ont été publiées conjointement en 1985 dans Holocene Settlement in North Syria582. La zone géographique prospectée couvre le segment de l’Euphrate qui s’étire entre la frontière turque et Qal‘at Al-Najm ainsi que la région du Sajour. Outre l’analyse du milieu géographique par P. Sanlaville et J. Besançon, cette étude contient un inventaire et une description des sites repérés583 ; chaque prospection y est présentée séparément, option qui se justifie pleinement, puisque dix sites seulement ont été visités successivement par les deux missions584. Enfin, le tableau intitulé « Liste des tells de la région de Membij avec leurs industries »585 récapitule, pour chaque site, les périodes d’occupation, déterminées d’après le matériel recueilli. Les résultats qui concernent les périodes hellénistique, romaine et byzantine sont synthétisés sur deux « cartes des sites archéologiques des régions du nahr Sajour » : la carte 10 pour la période perse-hellénistique et la carte 11 pour la période romaine-byzantine586. Ces documents, qui cartographient et répertorient des sites archéologiques par période d’occupation, sont d’ailleurs les premiers de ce type pour le Moyen-Euphrate. Le bilan est très positif : sur l’ensemble des sites prospectés (vingt-sept), vingt-deux sites ont fourni du matériel daté entre le ive s. hellénistique et le viie s. apr. J.-C. (fig. 72).

Figure 72 ‑ Sites d’époques hellénistique, parthe, romaine et byzantine repérés dans la zone de submersion du barrage de Teshrin.

Figure 72 ‑ Sites d’époques hellénistique, parthe, romaine et byzantine repérés dans la zone de submersion du barrage de Teshrin.

Table Teshrin 1 : Sélection des sites avec occupation hellénistique, romaine ou byzantine (d’après Holocene Settlement).

Site

Catalogue

Prospections Moore (1977)

Prospections RCP 438/L. Copeland (1979)

Jerablous Tahtani

B01

site no 22 (Tell Alawieh)

site no 96

Shamel

B02

site no 97

Tell Qanat

B03

site no 109

Tell Amarna

B04

site no 2

sites no 103 et 110-111

Qal‘at Mokar

B06

site no 20

Oum Routhah Tahtani

B07

site no 19

Ar-Rafi‘a

B09

site no 10.

Hammam Saghir 3

B11

site no 9 (tell et nécropole)

Hammam Saghir 1

B12-B12a

site no 7

site no 102

Hammam Saghir 2

B13

site no 8

Hammam Kabir 3

B14

site no 6

Hammam Kabir 1

B14

site no 4.

Hammam Kabir 2

B15

site no 5

Qadahiya

B17

site no 3

Al-Najm

B18

site no 2 (tell et nécropole)

Tell Shioukh Fouqani

D02

site no 24

site no 24

Tell Tellik

D04

site no 94

Tell Qoumlouk

D05

site no 26

site no 22

Tell Ahmar

D07

site no 28

site no 20

Tell Khamis

D09

site no 101

Khirbet Al-Qal‘a

D12

site no 16

Kara Qouzak

D13

site no 29

site no 73

  • 587 En projection Greenwich pour A. T. Moore et en projection Lambert pour l’équipe française.
  • 588 Voir Contenson 1985.
  • 589 « À part Tell Ahmar, dont la stratigraphie est très lacunaire, aucun site n’a été fouillé dans la z (...)
  • 590 « Il existe actuellement trop peu de vaisselle commune publiée pour ces périodes dans les régions a (...)
  • 591 Néanmoins, ce faible échantillon permet de souligner les deux points suivants. Premièrement, l’occu (...)

255Les deux inventaires sont véritablement exploitables, puisque la position de chaque site est référencée en latitude et longitude587. Les problèmes toponymiques – noms arabes, turcs et kurdes – ont aussi été pris en compte et le matériel récolté en prospection a été étudié par H. de Contenson588. Pour les périodes récentes, trois catégories ont été déterminées : l’âge du Fer, qui inclut les époques perse et hellénistique, la période romaine-byzantine et la période islamique. Une sélection de tessons pour chaque période a été publiée, quoique l’étude des céramiques basée sur une simple typologie ait été fortement handicapée par l’absence d’ouvrage de référence sur la région589. Cette lacune était flagrante, en particulier pour le matériel romain, byzantin et islamique590. Pour l’époque hellénistique, les comparaisons ont été dressées d’après les études établies pour la région de Qoueiq (Syrie du Nord). Les résultats des fouilles d’urgence de Teshrin ont, pour l’essentiel, confirmé cette périodisation, mais il est difficile de tirer un enseignement de ces diagnostics, puisque huit seulement des sites occupés entre la période hellénistique et la période byzantine ont fait l’objet de fouilles591.

  • 592 L’inventaire de 1964 a précisé le potentiel du secteur de Shash Hamdan : site no 550 daté de la pér (...)
  • 593 Sur ces prospections, voir supra, p. 182.

256L’inventaire des sites de la zone submergée par la construction du barrage de Teshrin peut aussi être complété par les informations issues des prospections menées antérieurement par A. K. Rihaoui, puis M. N. van Loon592, sur le secteur septentrional du réservoir de Tabqa593.

Table Teshrin 2 : Sélection des sites avec occupation hellénistique, parthe-romaine ou byzantine repérés par A. K. Rihaoui.

Nom du site

Catalogue

Inventaire des prospections (Rihaoui 1965)

Youssef Pacha

B21

no 22

Khirbet Khaled

B22

no 23

Shash Hamdan

B24 ou B25

no 25 (A) non daté

257Il faut également mentionner les prospections de W. Culican et T. L. Mc Clellan, de la mission australienne d’El Qitar, qui ont permis la découverte des sites de Jebel Khaled et de Jerf Al-Ahmar en 1984. Précisons que Jebel Khaled (B23) a été fouillé dès 1985 dans le cadre d’une mission australienne programmée, sous la direction de P. J. Connor – jusqu’en 1996 – et de G. W. Clarke (Université de Sydney).

258Enfin, une troisième vague de prospections est liée à l’activité des missions internationales mobilisées entre 1991 et 2001. Ces reconnaissances, qui sont principalement motivées par la nécessité de replacer les sites fouillés dans leur contexte régional, ont affiné la détection des sites de petite superficie et des nécropoles.

  • 594 Catalogue, p. 274-275.
  • 595 Ibid., p. 281-285.

259L’intérêt suscité par les niveaux supérieurs des sites de Tell Khamis594 (université de Murcia) et de Tell Kara Qouzak595 (université de Barcelone, I.P.O.A.) semble ainsi avoir favorisé la création d’une équipe de prospection, sous la direction d’A. Gonzalez Blanco (Université de Murcia). Sa recherche, régionale, était centrée sur les périodes romaine et paléochrétienne (fig. 73). Elle a permis de détecter plusieurs sites inédits, dont Kara Qouzak 1 (B16), Hammam Saghir 3 (B12a) et Magaratayn (D18), de mettre en évidence de nouvelles zones de nécropole, à Jaade Al-Magara (D12a), à Kara Qouzak (D13a) et à Sarrin (D16), ou de réactualiser les descriptions de sites déjà connus, tels Mas‘oudiya (D20) et Tell Sarrin (D14).

Figure 73 ‑ Sites prospectés par A. Gonzàlez Blanco

Figure 73 ‑ Sites prospectés par A. Gonzàlez Blanco

(Gonzàlez Blanco 1999, p. 657).

Table Teshrin 3 : Sites prospectés par la mission archéologique espagnole en Syrie (Gonzàlez Blanco et Matilla Séiquer 1998).

Nom du site

Catalogue

Situation

Vestiges décrits

Amarna

B04

RD

nécropole

Qal‘at Mokar

B06

RD

nécropole

Wadi Sajour

B08

RD

nécropole et monastère

Hammam Saghir 3

B12a

RD

thermes

Hammam Saghir 2

B13

RD

nécropole

Kara Qouzaq 1

B16

RD

fort

Al-Najm

B18

RD

tour byzantine ? tell et nécropole

Jaade Al-Magara

D12a

RG

nécropole (tombe syriaque)

Kara Qouzak

D13

RG

site

Kara Qouzak nécropole

D13a

RG

nécropole

Qouzak Shemali

D17

RG

nécropole

Tell Sarrin

D14

RG

site

Sarrin

D16

RG

nécropole

Magaratayn

D18

RG

ermitage

Mas‘oudiya

D20

RG

site

  • 596 Ce travail quasi exhaustif a été publié très rapidement, cf. Egea Vivancos 2005. Cette prospection (...)

260Après la mise en eau du barrage, cette mission d’exploration a été systématiquement reprise et complétée par Alexandro Egea Vivancos sur les parties non immergées de la vallée596.

Table Teshrin 4 : Sélection des zones de vestiges inédits ou réévalués par A. Egea Vivancos.

Toponyme (Egea Vivancos 2005)

Situation

Vestiges décrits

Catalogue

Magāra Sarasat

RD

Habitat, monastère troglodyte, nécropole

B05a

Al Jirba

RD

Habitat, nécropole

B05

Quruq Magāra

RD

Habitat, nécropole

B06

‘Ušariyya

RD Sajour

Monastère troglodyte

B08

Ḥammam Kabir

RD

Nécropole

B15

Burtāqli

RD

Nécropole

Non 

Ḥammam Ṣagir

RD

Habitat troglodyte, nécropole

B13

Qal‘at Nāŷm

RD

Hypogées

B18

Naqita

RG

Habitat

D01

‘Awaynat

RG

Habitat troglodyte

D10

Turaman

RG

Fort ?

D11

Quzak Šamali

RG

Habitat, carrière, hypogée

D17

Būjak

RG

Site fortifié, habitat, nécropole

D19

  • 597 Egea Vivancos 2005, voir annexe 4, p. 729-730.

261Cette prospection a fourni une masse de données souvent inédites sur les installations rupestres : dans les zones funéraires, le prospecteur a tenté un inventaire exhaustif des hypogées et une analyse de leur répartition topographique et typologique. Les habitats troglodytes et les carrières en galerie ont aussi été systématiquement visités et décrits, sur les deux versants de la vallée, mais aussi le long des wadis secondaires. Enfin, ce travail a enrichi le corpus des inscriptions latines, syriaques et arabes597 ; parmi les nombreux graffitis relevés, une attention particulière a été portée aux signes et symboles chrétiens.

  • 598 Eidem et Pütt 1999 et 2001.

262De multiples autres reconnaissances ont été réalisées sur la zone touchée par le barrage de Teshrin, tel le travail de la mission danoise de Qadahiya-Tell el Journ, qui a fait l’objet d’un rapport préliminaire en 2001598.

Table Teshrin 5 : Sélection des sites postclassiques repérés par la mission danoise.

Nom du site

Catalogue

Inventaire des prospections danoises

Qadahiya

B17

Maqbarat Sandaliya Kabir

B19

Site 6505

Sandaliya Kabir

B19a

Site no 16

Maqbarat Sandaliya Saghir

B19b

Khirbet Meshreq

B20

Site no 6512

263Au total, les prospections préliminaires ont dénombré vingt-six sites avec du matériel hellénistique, romain ou byzantin et les reconnaissances liées aux missions espagnoles et danoises ont quasiment doublé ce nombre en 2001.

Les fouilles

  • 599 La carte publiée au colloque de Barcelone ne rend pas compte de toutes les opérations préventives, (...)

264Le projet de construction du barrage de Teshrin, qui condamnait de nouveau 60 km de la vallée, a mobilisé les milieux archéologiques à partir de 1990, et la DGAMS a facilité la venue des missions internationales souhaitant travailler sur cette partie de l’Euphrate. Les multiples stratégies mises en place avec succès lors de la campagne de Tabqa ont été reconduites : restauration de la forteresse de Qal‘at Al-Najm, destinée à accueillir un musée, démontage d’une « maison » néolithique de Jerf Al-Ahmar. Sur la plupart des sites, les archéologues de la DGAMS ont travaillé en collaboration ou en relais avec les missions étrangères. Environ vingt-deux sites ont fait l’objet de fouilles d’urgence, toutes périodes confondues599. Sur cet ensemble, dix-huit comprenaient des niveaux d’occupation de la période hellénistique à la période byzantine.

Table Teshrin 6 : Sites avec niveaux hellénistiques et/ou romains et/ou byzantins attestés en fouille.

Nom du site

Catalogue

Situation

Direction de mission

Fouille d’urgence

Occupation préclassique

Périodes hellénistique, romaine ou byzantine

Jerablous Tahtani

B01

RD

Peltenburg

1992-1996

Bronze

village

Tell Amarna

B04

RD

Tunca

1991-1997

Bronze

ville

Amarna 1

B04a

RD

Tunca - Waliszewski

1991-1997

non

église

Qadahiya

B17

RD

Eidem-Pütt

1997-2000

Bronze

habitat

Youssef Pacha

B21

RD

Clarke

1987

?

nécropole

Khirbet Khaled

B22

RD

Clarke

1989

non

ville

Jebel Khaled

B23

RD

Clarke

Depuis1988

non

ville

Shash Hamdan (Nécropole)

B25a

RD

Clarke

1995-1997

non

nécropole

Tell Shioukh Fouqani

D02

RG

Bachelot

1994-1998

Bronze, Fer

?

Tell Shioukh Tahtani

D03

RG

Falsone

1993-1998

Bronze

ville

Tell Al-‘Abr

D06

RG

Yamazaki

1990-1992

Néolithique

?

Tell Ahmar

D07

RG

Bunnens

1988-2000

Bronze

ville

Tell Khamis

D09

RG

Séiquer

1992-1997

Bronze

hameau

Jaade Al-Magara

D12a

RG

Gonzalez

1996

non

nécropole

Kara Qouzak

D13

RG

del Olmo

1989-1997

Bronze

ville

Tell Sarrin

D14

RG

DGAMS

1982-1983

?

habitat

Qouzak Shemali

D17

RG

Matsutani-Niashiaki

1994- ?

Néolithique

trésor monétaire hellénistique ?

Tell Bazi

D21

RG

Einwag et Otto

1993-1997

Bronze

castrum

  • 600 Une nouvelle fois, il suffit de se reporter aux actes du colloque de Barcelone consacré aux fouille (...)

265Comme le laisse deviner ce tableau, la quasi-totalité des missions mobilisées dans ces fouilles préventives travaillait sur des problématiques de recherches axées sur l’Orient préclassique600. Les fouilles plus particulièrement consacrées aux périodes hellénistique, romaine et byzantine ont été menées par trois missions :

266– Fouilles d’urgence autour de Jebel Khaled

  • 601 Les archéologues y avaient remarqué un chemin d’accès à la rive et, peut-être, un quai.
  • 602 Catalogue, p. 151-155.
  • 603 Ibid., p. 127.
  • 604 Ibid., p. 128.

267Étant donnée la position élevée du promontoire occupé par la forteresse hellénistique de Jebel Khaled, seule la base du flanc oriental du site a été touchée par la mise en eau du réservoir de Teshrin601. Par ailleurs, l’équipe australienne sous la direction de G. W. Clarke a pris part, à la demande de la DGAMS, à plusieurs opérations de sauvetage à proximité du site : fouille et étude d’une tombe remarquable à Shash Hamdan602 et d’un hypogée à Youssef Pasha603. Les infrastructures du barrage de Teshrin étant placées juste en amont de Jebel Khaled, G. W. Clarke préleva en 1989 sur le site de Khirbet Khaled604, détruit par ces travaux d’aménagement, une plaque calcaire avec une inscription latine.

268– Fouilles en amont de Tell Kara Qouzak

  • 605 Ibid., p. 279-280.

269Dans la nécropole de Jaade Al-Magara605, l’équipe espagnole de l’IPAO s’est impliquée dans le dégagement et le relevé d’un hypogée où elle avait découvert une inscription funéraire syriaque, datée de 240 apr. J.-C.

270– Fouille de sauvetage à Tell Amarna

  • 606 Ibid., p. 87-90.
  • 607 Cf. Tunca, Waliszewski et Koniordos 2011. Dans le cadre d’un projet européen, une restauration part (...)

271La mission archéologique de l’université de Liège qui travaillait à Tell Amarna sous la direction d’Önhan Tunca a fait la découverte en 1998 d’une église située sur une colline au sud du site, au-dessus du village d’Amarna606. Cette église, dont la moitié des pavements avait été préservée, a fait l’objet d’une fouille de sauvetage, puis, avec l’accord de la DGAM de Syrie, la mission a opté pour la dépose des pavements de mosaïque, quoiqu’ils soient hors de la zone d’inondation du barrage de Teshrin. Ce programme de sauvetage a été mené, entre 1999 et 2001, en collaboration avec une équipe du Centre polonais d’archéologie méditerranéenne et la Faculté de restauration de l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie607.

Bilan

  • 608 Catalogue, p. 298.
  • 609 Ibid., p. 258.
  • 610 Catalogue, p. 260-261.
  • 611 Ibid., p. 306-307.

272Il est sans doute paradoxal de souligner la faible mobilisation des spécialistes de l’Orient hellénisé dans ce contexte d’urgence, alors que les fouilles d’urgence de Teshrin ont dévoilé pour ces périodes des sites inédits ainsi qu’une grande diversité de vestiges. En fait, l’occupation de la rive gauche aux époques romaine et byzantine s’est révélée plus dense que ne le laissaient prévoir les études préliminaires. En dehors de quelques tells où l’érosion de surface n’a pas permis de bien caractériser la nature des réoccupations (Tell Qouzak Shemali608, Tell Shioukh Fouqani609), les fouilleurs, quelle que soit leur spécialité, se sont attachés à documenter précisément les niveaux romains et byzantins : par exemple, à Tell Shioukh Tahtani, où la mission a ouvert in extremis un sondage sur les thermes repérés dans la ville basse610 ; à Tell Bazi, où a été découvert un fortin romain611 couronnant le sommet du site ; à Tell Amarna ; et enfin, à Tell Ahmar, dont le rempart romain a été mis en évidence dans la ville basse. En revanche, les informations attendues pour l’époque hellénistique sont plutôt évanescentes sur quatre sites prometteurs (Tell Al-‘Abr, Tell Amarna, Qouzak Shemali, Qadahiya) : ces niveaux ne semblent pas y avoir été recherchés, soit parce qu’ils étaient déjà mal conservés, soit par manque de temps.

273Ces fouilles sont encore trop récentes pour que les programmes de publication et les études sur le matériel soient aujourd’hui achevés. L’essentiel de notre documentation repose donc sur la diffusion de rapports préliminaires, dans l’ensemble assez exhaustifs. Un bon aperçu a aussi été fourni par la publication, en 1999, des communications présentées au symposium international tenu du 28 au 30 janvier 1998 à Barcelone : Archaeology of the Upper Syrian Euphrates, the Tishrin Dam Area, édité par G. del Olmo Lete et J.-L. Montero Fenollós. En 1998, date prévue pour la mise en eau, le réservoir n’était pas encore rempli, si bien que certaines missions ont continué à travailler, sur le terrain, sur les parties supérieures de certains sites.

Les fouilles de Birecik et de Karkemiş (Turquie)

  • 612 La zone de submersion du barrage Atatürk fait partie des régions prospectées dans le cadre du Tigri (...)
  • 613 Guneydogu Anadolu Projesi/GAP, sigle qui désigne à la fois le programme de développement planifié d (...)

274Les recherches archéologiques liées à la construction des barrages de Turquie gagnent à être présentées conjointement, car les prospections préliminaires ont traité d’un seul tenant le segment de l’Euphrate compris entre le barrage Atatürk et la frontière syrienne, et les phases du déroulement des fouilles d’urgence en amont des barrages de Birecik et de Karkemiş ont été très étroitement liées. En Turquie, les aménagements des barrages hydro-électriques sur les bassins versants de l’Euphrate et du Tigre étaient en projet depuis les années soixante. La construction des barrages de Keban (1965-1975, province de Elazig) et de Karakaya (1976-1987, province de Diyarbakır) sur le Haut-Euphrate a été suivie de près par celle du grand barrage Atatürk, dont l’immense réservoir a formé un lac artificiel de 817 km2 au cœur de l’ancienne Commagène612. Au début des années quatre-vingt-dix, le programme du GAP613 prévoyait d’implanter deux derniers barrages sur le segment aval du fleuve qui s’étend jusqu’à la frontière syrienne : le barrage de Birecik (fig. 74), qui n’est pas situé à proximité immédiate de la sous-préfecture turque, mais immédiatement en aval du site de Séleucie-Zeugma (réservoir de 56,2 km2), et le barrage de Karkemiş, qui a créé un lac de retenue de 28,4 km2 en amont de la frontière syrienne (fig. 75), et en limite nord du réservoir de Teshrin.

Figure 74 ‑ Le barrage de Birecik situé immédiatement en aval du site de Belkıs-Zeugma

Figure 74 ‑ Le barrage de Birecik situé immédiatement en aval du site de Belkıs-Zeugma

(© Y. Gellie 2001)

Figure 75 ‑ Le barrage de Karkemiṣ depuis l’aval

Figure 75 ‑ Le barrage de Karkemiṣ depuis l’aval

(© Y. Gellie 2001)

Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project

  • 614 Algaze et Breuninger 1994.

275L’inventaire du patrimoine archéologique menacé par ces futurs aménagements débute dès 1988. Il est réalisé sous la direction de G. Algaze (Université de Chicago), le fouilleur de Titris, déjà chargé des prospections sur les zones de submersion des barrages du Tigre et de ses affluents. Ce programme, intitulé The Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project, a été financé par divers instituts américains et conduit en liaison avec le TEKDAM, relayé sur le terrain par la très dynamique Middle East Technical University (METU) d’Ankara. Les prospections sur l’Euphrate qui se déroulent en 1989 sont menées par une équipe pluridisciplinaire réunissant, autour de G. Algaze, un géomorphologue, R. Breuninger, un architecte, J. Knustad, et quatre archéologues venant d’universités américaines et turques. Deux campagnes, en 1990 et 1991, ont été consacrées à l’étude du matériel collecté sur les sites et conservé au Musée de Sanli Urfa. Au total, quatre-vingt-cinq sites sont inventoriés dans la vallée de l’Euphrate. Les résultats finaux de cette exploration sont publiés dès 1994, avec un catalogue des sites, la chronologie des occupations, fondée sur l’étude du matériel, et des cartes de localisation614.

  • 615 Ibid., p. 23.
  • 616 L’étude du segment en amont de Horum Höyük a été prise en charge par Anthony Comfort (mission franc (...)

276G. Algaze conclut ainsi son rapport : « …more sites are now threatened by the construction of Birecik and Carchemish reservoir areas. (…) important cultural information will be lost if not recovered immediately. It is hoped that the Birecik and Carchemish reservoir areas will become the object of intensive archaeological research - possibly as part of an international salvage effort modelled on those so successfully already conducted in Turkey in the Keban and Atatürk Dam areas. »615. Avant d’en venir à la mobilisation, relativement tardive, du milieu archéologique, il est opportun de présenter le bilan de ces prospections pour l’occupation de la vallée entre le ive s. av. J.-C. et le viie s. apr. J.-C. Cette recherche a été complétée, entre 1996 et 2002, par de fructueuses prospections sur la vallée et les plateaux adjacents616.

277En amont du barrage de Birecik, 21 sites prospectés en 1989 ont livré du matériel qui révèle une occupation ou réoccupation entre la période hellénistique et la période byzantine (fig. 76).

Figure 76 ‑ Sites d’époques hellénistique, parthe, romaine et byzantine repérés dans la zone de submersion du barrage de Birecik.

Figure 76 ‑ Sites d’époques hellénistique, parthe, romaine et byzantine repérés dans la zone de submersion du barrage de Birecik.

Table Birecik 1 : Sélection des sites avec occupation hellénistique, romaine ou byzantine (d’après Algazé et Breuninger 1994).

Nom du site

Catalogue

Situation

Prospections américaines (1989)

Mutlak Tarlası

A01

RD

sites no 6 et 7

Domuz Tepe

A02

RD

site no 8

Acemi

A03

RD

site no 11

Horum Höyük

A04

RD

site no 10

Haci Ali Tarlası

A05

RD

site no 9

Bindıklı

A06

RD

site no 13

Bindıklı Harabe

A07

RD

site no 12

Zeugma

A08

RD

site no 19

Bahce Dere

A08a

RD

site no 18

Belkıs sud

A09

RD

site no 35

Colfelek Tarlası

C01

RG

site no 20

Tepecik

C02

RG

site no 21

Haci Mehmet Höyük

C03

RG

site no 22

Boztarla Tarlası

C04

RG

site no 25

Koltuk Meric Tarlası

C05

RG

site no 26

Tilbeş Höyük

C06

RG

site no 14

Apamée/Tilmusa

C07

RG

site no 17

Tilöbür 1

C08

RG

site no 30

Karaoglu Mezar

C08a

RG

site no 29

Tilöbür Höyük

C09

RG

site no 31

Tilvez 1

C11

RG

site no 32

Tilvez Höyük

C12

RG

site n° 34

  • 617 Wagner 1976.
  • 618 Cf. Catalogue, p. 201-203.
  • 619 Algaze et Breuninger 1994, p. 33 et fig. 33 et 37.

278Les prospecteurs ont choisi de mettre en valeur la répartition topographique des vestiges plutôt que des ensembles repérés sur un même secteur. Par exemple, à Zeugma, ils ont séparé le site proprement dit (site no 19) de sa nécropole occidentale dans le vallon du Bahce Dere (répertorié sous l’intitulé « site no 18, Near Zeugma # 2 »), ainsi que des vestiges visibles dans la plaine alluviale au sud du village de Belkıs (« site no 35, Near Zeugma # 1 »), où ont été construites les infrastructures du barrage. La nécropole (C08 et C08a), située à quelques kilomètres au nord-est d’Apamée/Tilmusa, est signalée par deux sites (« site no 29 : Karaoglu Mezar » et « site no 30 », hypogée au nord-est du village de Tilöbür). Autant les observations de terrain sur le site de Belkıs pouvaient être éclairées par la monographie sur Séleucie-Zeugma publiée par Jorg Wagner en 1976617, autant les vestiges découverts à Apamée/Tilmusa sont inédits. Leur interprétation est fondée : les prospecteurs ont repéré l’angle nord-est des fortifications et le départ du rempart nord, qui comporte une courtine en chevron entre les tours 12 et 13 – dont les assises, encore visibles en 1989, étaient arasées en 1995618. Ils ont pu restituer les limites de l’enceinte hellénistique, en forme de triangle619, alors que J. Wagner proposait un tracé rectangulaire.

279Pour les mêmes périodes (ive s. av. J.-C. - viie s. apr. J.-C.), les prospections de 1989 ont dénombré 29 sites en amont du barrage de Karkemiş (fig. 77).

Figure 77 ‑ Sites d’époques hellénistique, parthe, romaine et byzantine repérés dans la zone de submersion du barrage de Karkemiṣ.

Figure 77 ‑ Sites d’époques hellénistique, parthe, romaine et byzantine repérés dans la zone de submersion du barrage de Karkemiṣ.

Table Karkemiş 1 : Sélection des sites avec occupation hellénistique, romaine ou byzantine (d’après Algazé et Breuninger 1994).

Nom du site

Catalogue

Situation

Prospections américaines (1989)

Tilhane

A10

RD

site no 37

Saray

A11

RD

site no 36

Büyük Tilmiyan Höyük

A12

RD

site no 40

Kefri

A13

RD

site no 39

Çukurkoyak Harabe

A14

RD

site no 41

Aktas Harabe

A15

RD

site no 43a

Humeyli Höyük

A16

RD

site no 54

Danaoglu Höyük

A17

RD

site no 55

Elifoglu Höyük

A18

RD

site no 56

Kirmizi Ok Tarlası

A19

RD

site no 57

Seraga Höyük

A20

RD

site no 71

Karahamit Harabe

A21

RD

site no 58

Sara Mezar Harabe

A22

RD

site no 60

Cisirin Höyük

A23

RD

site no 63

Büyük Semik Harabe

A24

RD

site no 61

Akdere Tarlası

A25

RD

site no 62

Girlavik Harabe

A26

RD

site no 78

Tilhabeṣ Harabe

A27

RD

site no 64

Surtepe Höyük

C13

RG

site no 33

Hacınebi Tepe

C14

RG

site no 28

Zeytin Bahceli Höyük

C16

RG

site no 44

Fistıklı Höyük

C17

RG

site no 44 (near Zeytin Bahceli)

Ayvaslarin Destisi

C18

RG

site no 47

Teleilat Höyük

C19

RG

site no 48

Mezraa Höyük

C20

RG

site no 51

Akarçay 1

C22

RG

site no 67

Akarçay Höyük

C23

RG

site no 72

Harabebezikan Höyük

C24

RG

site no 75

Küçük Kale Tepe

C25

RG

site no 79

280À cette liste de 29 sites repérés par les prospections américaines, il faut ajouter deux autres sites, qui ont fait l’objet de recherches pendant la campagne de sauvetage :

  • 620 Algaze et Breuninger 1994, site no 65.
  • 621 Dittmann et Huh 2002.

2811) Savi Höyük (C21) : le site, inventorié en 1989620, n’avait pas livré de matériel renvoyant aux époques hellénistique, romaine et byzantine. La mission d’urgence a montré que les prospecteurs n’avaient détecté qu’une partie du site (Savi I). Sur les autres monticules qui forment ce tell, du matériel hellénistique, romain et byzantin a été prélevé en 1999-2000, mais ces niveaux n’ont pas été fouillés621.

2822) Tilöbür Est (C10) : ce site a été repéré en rive gauche en amont de Tilöbür au cours des prospections menées dans la vallée par A. Comfort (1996-1999) et a été inventorié sous l’intitulé « Near Tilobur A ». Il s’agit d’un fort byzantin perché sur la crête d’une colline surplombant le fleuve, à la hauteur du barrage de Birecik. Cette colline, choisie pour ancrer le barrage-poids en rive gauche, a été détruite dès 1997.

283Étant donné l’importance du travail réalisé en 1989, il est nécessaire de détailler la méthode appliquée dans le cadre du Tigris-Euphrates Archaeological Reconnaissance Project. La limite topographique retenue par les prospecteurs est la cote d’altitude 300 m, si bien que certains sites prospectés se trouvent hors de la zone de submersion des barrages de Birecik et de Karkemiş. Les prospections se sont appuyées sur des cartes au 1/25 000e fournies par le TEKDAM, sur lesquelles la position des sites a été calculée par triangulation et leur altitude déduite. Les cartes de localisation publiées dans le rapport sont une réduction au 1/500 000e, échelle qui rend peu précise la localisation des sites. La périodisation des occupations (treize périodes en tout) a été établie d’après l’étude du matériel recueilli sur le terrain. Sur les sites les plus étendus, les prospecteurs ont classé leurs prélèvements selon les secteurs topographiques (sommet ou base du tell, terrasses inférieures, etc.). Ce système leur permet d’estimer une surface minimale de réoccupation pour les périodes récentes. Le nombre de tessons par époque est aussi précisé - détail important quand l’échantillonnage est très réduit. L’étude des céramiques récentes (hellénistique, romaine, byzantine) a entraîné une division chronologique assez particulière :

Période 11

époque hellénistique-début de l’époque romaine

du ive s. av. J.-C. au iie s. apr. J.-C.

Période 12

fin de l’époque romaine-début de la période byzantine

du iiie s. aux ve-vie s. apr. J.-C.

  • 622 Algaze et Breuninger 1994, p. 20-22.
  • 623 Les résultats indiqués pour les périodes 11 et 12 tiennent compte de la superficie de Zeugma (surfa (...)

284Cette division chronologique est justifiée, dans le rapport, par la continuité des productions céramiques, d’une part, entre la fin de l’époque hellénistique et le début de l’époque romaine, d’autre part, entre la fin de l’époque romaine et le début de la période byzantine622. Au total, vingt-cinq sites ont été détectés pour la période 11 et plus de quarante-deux pour la période 12. La densité des occupations par période est représentée sur les cartes 17 A-B du rapport, avec représentation symbolique de la superficie des sites (de 0,1 ha à plus de 60 ha). La courbe générale de croissance des superficies occupées (total des estimations de superficie minimale occupée des sites par période) montre que la densité de l’occupation explose à la période 11 (160,8 ha) et atteint son maximum à la période 12 (238 ha)623. Les conclusions de cette recherche pointent le dynamisme économique et démographique de la région au cours des périodes hellénistique, romaine et byzantine. Ce phénomène est manifeste dans le cas des villes de Zeugma (A08), d’Apamée (C07) et d’Europos (A28), et confirmé par la présence de villes de moyenne importance repérées en rive droite, à Horum Höyük (site no 10, A04), Girvalık Harabe (site no 78, A26) et Tilhabeṣ Harabe (site no 64, A27).

Les fouilles de sauvetage

285Jusqu’en 1999, le déroulement des fouilles d’urgence est marqué par une lente et difficile mobilisation du milieu archéologique sur les sites en amont du barrage de Birecik, puis, alors que les premières portes de ce barrage se sont refermées et que la construction de celui de Karkemiş touche à sa fin, une campagne de sauvetage internationale est finalement lancée à Zeugma et entraîne dans sa suite des fouilles intensives dans la zone de submersion du barrage de Karkemiş. Il est nécessaire de donner quelques points de repère sur la chronologie de ces campagnes d’urgence sur le Moyen-Euphrate turc avant d’en examiner les résultats pour notre problématique d’étude.

286Le contexte de ces opérations est, en effet, un facteur à prendre en compte pour expliquer l’état de la documentation exploitée. Dans la première phase, 1990-2000, seuls cinq sites ont fait l’objet de fouilles d’urgence : Zeugma (A08), Apamée (C07), Horum Höyük (A04) et Tilbeş Höyük (C06) en amont du barrage de Birecik, et Hacınebi Tepe (C14) pour le barrage de Karkemiş. Tilbeş Höyük a été fouillé par la mission espagnole de J. Fuensanta, en association avec le Musée de Sanli-Urfa (1996-1999), et Hacınebi Tepe par la mission américaine dirigée par G. J. Stein (Northwest University) et A. Misir (1992-1996) ; sur ce site, la fouille et l’étude des niveaux achéménides et hellénistique ont été prises en charge par A. Mc Mahon.

  • 624 Pour les détails, cf. infra, tableau p. 203.

287Le site de Zeugma a accueilli plusieurs missions dès l’annonce de la construction du barrage de Birecik en 1993624 :

    • 625 En particulier, les fouilles de la maison dite d’Ariane et Dionysos et de la maison dite de l’Euphr (...)

    depuis 1993, fouilles continues du Musée de Gaziantep, sous la direction de Rifat Ergeç625 ;

    • 626 David Kennedy, spécialiste du Limes d’Orient, a joué un rôle décisif pour le sauvetage de Zeugma. C (...)

    fouilles de la mission australienne de David Kennedy (1993-1994)626 ;

  • recherche sur le camp romain et fouilles ponctuelles menées par la mission suisse de M. Hartmann et M. A. Speidel ;

  • prospections et fouilles extensives de la mission franco-turque de Zeugma-moyenne vallée de l’Euphrate (ZMVE) sous la direction de Catherine Abadie-Reynal et de R. Ergeç, à partir de 1995.

  • 627 Mosaïques du chantier 12 (maisons dites « de Poséidon » et « de l’Euphrate »), découvertes à la fin (...)
  • 628 Zeugma Archaeological Project, coordonné sur le terrain par une entreprise privée anglaise, Oxford (...)
  • 629 C’est-à-dire une somme à peu près équivalente à la totalité des budgets perçus par les 34 autres mi (...)

288C’est également dans le cadre de la mission ZMVE, financée par le ministère français des Affaires étrangères et associée aux musées de Gaziantep et de Sanli-Urfa, qu’ont été entreprises les fouilles d’urgence à Horum Höyük et sur la ville et la nécropole d’Apamée. À l’été 2000, après les découvertes spectaculaires627 de la mission franco-turque (fig. 78) et du Musée de Gaziantep en 1999, le ZAP (programme international de sauvetage mis en place par le ministère de la Culture turc et financé par l’entreprise américaine Packard Humanities Institute628) est intervenu, alors que l’eau dans le réservoir montait de 25 cm par jour. Le ZAP n’a concerné que le site de Zeugma : dix-huit chantiers ont été répartis sur une bande de terrain en pente d’1 km de long. Cette saison de fouille a impliqué plus de deux cents personnes, archéologues et restaurateurs, et des moyens financiers à hauteur de cinq millions de dollars629.

Figure 78 ‑ Découverte de la mosaïque de Pasiphae par la mission franco-turque ZMVA en septembre 1999, au moment de l’achèvement des infrastructures du barrage de Birecik, situé immédiatement en aval du site

Figure 78 ‑ Découverte de la mosaïque de Pasiphae par la mission franco-turque ZMVA en septembre 1999, au moment de l’achèvement des infrastructures du barrage de Birecik, situé immédiatement en aval du site

(© A.-M. Manière 1999)

Table Birecik 2 : Chronologie des missions préventives sur le site de Zeugma.

Opérations de sauvetage sur le site de Zeugma (1993-2000)

Dates

Ministère de la Culture turc

Missions internationales

1993

Musée de Gaziantep
R. Ergeç, F. Bulgan, K. Sertok

– Fouilles de la villa dite « Ergeç » et autres chantiers

– Zone du barrage : fouilles des thermes par M. Önal

– Fouilles de la nécropole de l’âge du Bronze par K. Sertok

Mission australienne Codir. R. Ergeç et D. Kennedy

– Fouilles de la villa dite « Kennedy »

1994

1995

Mission franco-turque ZMVE

Codir. R. Ergeç et C. Abadie-Reynal

(MAE-CNRS/ENS)

– prospections 1997-1999

– 12 chantiers entre 1996 et 1999

Mission suisse

Codir. M. Hartmann et M. A. Speidel

Patronage de l’Université de Berne et de Lausanne

– Recherche du camp romain dans la zone du barrage

1996

1997

1998

1999

Décembre 1999 : Fermeture des premières portes du barrage et début du remplissage du réservoir

Hiver 1999 Printemps 2000

– Fouille des maisons de Poséidon et de l’Euphrate. Dépose des mosaïques, dépose des peintures (CEPMR)

Été 2000

– Zeugma Archaeological Project (18 équipes internationales)

Soutien privé du GAP et du Packard Humanities Institute-Coordination : Oxford Archaeological United.

Restauration : Centro di Conservazione archeologica (projet dirigé par M. Nardi pour la consolidation in situ) et participation du CEPMR (déposes et études des peintures murales).

Octobre 2000 : Remplissage du réservoir achevé

289La médiatisation des opérations de sauvetage à Zeugma, devenu en quelque sorte le symbole du patrimoine archéologique mondial menacé par les barrages, a eu un effet bénéfique pour les fouilles préventives en amont du barrage de Karkemiṣ, où la mission de Hacınebi travaillait seule depuis 1992. Sur ce segment de l’Euphrate se sont ainsi mobilisées, à partir de 1999, sept universités de Turquie, dont Istanbul, Eskiṣehir ou Diyarbakır, et cinq universités étrangères, comme celles de New York, de Rome et de Tsubabka. Ces missions doivent beaucoup à l’action de K. Sertok, alors directeur par intérim du Musée de Gaziantep. Elles ont été coordonnées, sous la direction de N. Tuna, par la Middle East Technical University (METU) d’Ankara, déjà très impliquée dans les fouilles préventives de la vallée du Tigre.

290Entre Acemi (limite nord de notre étude) et la frontière, ont été répertoriés soixante-quatre sites occupés entre le ive s. av. J.-C. et le viie s. apr. J.-C. Les fouilles d’urgence ont concerné treize de ces sites, avant leur submersion totale ou partielle.

Table Birecik 3 : Sites avec des niveaux hellénistiques et/ou romains et/ou byzantins attestés en fouille.

Nom du site

Catalogue

Situation

Fouilles

Direction de mission

Horum Höyük

A04

RD

1995-2000

Mission ZMVE (C. Marro-A. Tibet)

Séleucie-Zeugma

A08-

RD

1993-2000

voir TABLE BIRECIK 2

Belkıs Sud

A09

RD

1996-1997

Musée de Gaziantep, mission suisse

Tilbeṣ Höyük

C06

RG

1996-1999

J. Fuensanta/Musée Sanli-Urfa

Apamée (ville)

C07

RG

1996-1999

Mission ZMVE (J. Gaborit)

Apamée (nécropole)

C8-C8a

RG

1997-1999

Mission ZMVE (A. Desreumaux)

Tilöbür Höyük

C9

RG

1999

J. Fuensanta/Musée Sanli-Urfa

Tilvez Höyük

C12

RG

1999

J. Fuensanta/Musée Sanli-Urfa

  • 630 Catalogue, p. 196.
  • 631 Ibid., p. 218.

291Les sites urbains de Séleucie-Zeugma et d’Apamée ont focalisé l’attention des spécialistes de l’Orient hellénisé, si bien que les niveaux romains et byzantins de la ville basse autour du tell de Horum Höyük ont été à peine explorés. Les niveaux de la période hellénistique à la période byzantine fouillés à Tilbeṣ Höyük630 et à Tilvez Höyük631 se sont révélés moins importants que prévu, en raison de l’érosion de surface, mais sont bien attestés en stratigraphie.

  • 632 Ibid., p. 210-212.
  • 633 Ibid., p. 35-36.
  • 634 Ibid., p. 38.
  • 635 Campagne de moulage menée par A.-M. Manière, J. Gaborit, J.-B. Yon et I. Gökçaylı-Yon avec le souti (...)
  • 636 Cf. Zeugma I.
  • 637 Opération conduite par Alix Barbet et Florence Monier, puis Matthieu Dussauge en 2000, cf. Zeugma I (...)
  • 638 Depuis 2001, des fouilles programmées ont repris sur les parties hors d’eau, qui représentent 70 % (...)

292En revanche, les fouilles et l’étude des nécropoles des périodes hellénistique et romaine ont été très poussées : en rive gauche, sur l’ensemble qui s’étend du nord-est d’Apamée jusqu’à Tilöbür, une dizaine d’hypogées ont été fouillés sous la direction d’Alain Desreumaux632, tandis qu’en rive droite, les nécropoles de Zeugma ont été intégrées au programme des prospections et des relevés réalisés par Anne-Marie Manière et Pascal Lebouteiller. Dans la nécropole occidentale, dite « du Bahce Dere »633, mise en eau en 2000, et dans la nécropole orientale634, détruite par l’installation d’une station de pompage, les prospecteurs ont inventorié et décrit plus de trois cent quarante-huit tombes, depuis la simple sépulture en fosse jusqu’aux tombes rupestres pouvant abriter entre trois et trente caveaux. Durant l’hiver 1999, la décision a été prise de réaliser des moulages des reliefs de l’hypogée le plus célèbre de Zeugma, la « tombe de Zénon », ainsi que de l’inscription syriaque, datée de 191 apr. J.-C., de la tombe 1 de Tilöbür635. Dès 1999, le Musée de Gaziantep avait procédé à la dépose des pavements de mosaïque figurés des maisons dites « de Poséidon » et « de l’Euphrate »636, tandis que le CEPMR organisait celle de tous les enduits peints découverts pendant l’hiver et le printemps suivant637. L’étude et la restauration de ces éléments compensent, en quelque sorte, la politique inadaptée de conservation in situ de la plupart des peintures et des mosaïques géométriques, traitées par l’entreprise privée italienne, Centro di Conservazione archeologica, dans le cadre du ZAP638.

  • 639 Sur les fouilles du ZAP, cf. Zeugma.
  • 640 Sur les peintures murales, cf. Barbet et al. 2005, dans Zeugma II ; pour les mosaïques, cf. Önal et (...)
  • 641 Par exemple, sur les maisons fouillées par la mission ZMVE en 2000, cf. Zeugma III.
  • 642 L’étude des objets a été menée conjointement par N. Dieudonné-Glad et M. Feugère, cf. Zeugma V. La (...)
  • 643 Cf. Zeugma IV.

293À Zeugma, les multiples campagnes archéologiques qui se sont déroulées entre 1993 et 2000 ont rassemblé une masse de données impressionnantes, à peine effleurée par les rapports préliminaires639 et le colloque international Zeugma from Past to Future qui s’est tenu à Gaziantep en 2004. Depuis 2003, les publications thématiques, consécutives à l’inventaire et à la restauration des décors640 et du matériel trouvé en fouille, permettent d’approfondir les synthèses de fouilles641. L’étude des objets642 et des monnaies643 issus des chantiers de la mission ZMVE est en train de renouveler complètement l’état des connaissances pour la région.

294Quant aux fouilles d’urgence en amont du barrage de Karkemiş, les résultats en sont très variables, en fonction de l’état d’érosion et de la fréquence des campagnes.

Table Karkemiş 2 : Sites avec des niveaux hellénistiques, romains ou byzantins attestés en fouille.

Nom du site

Catalogue

Situation

Fouilles

Direction de mission

Seraga Höyük

A20

RD

Depuis1999

K. Sertok

Hacınebi Tepe

C14

RG

1992-1998

G. J. Stein

Zeytin Bahceli Höyük

C16

RG

1999

M. Frangipane et C. Alvaro

Teleilat Höyük

C19

RG

1999-2000

M. Karul

Akarçay Höyük

C23

RG

1998-2000

Y. Mergen et A. Deveci

Harabebezikan Höyük

C24

RG

1999

A. Ölguz Alp et V. Macit Tekinalp

  • 644 Catalogue, p. 220.
  • 645 Ibid., p. 244-245.
  • 646 Ibid., p. 243-244.

295Deux fouilles ont mis au jour des niveaux hellénistiques d’un intérêt inattendu : à Hacınebi Tepe, un bâtiment de grandes dimensions a été assimilé à un complexe public ou palatial644, tandis qu’à Harabebezikan Höyük a été découvert un atelier de potier645. Au sommet de ce dernier site, les archéologues ont également mis au jour une fortification dont la datation était restée imprécise dans les rapports préliminaires (fin de l’époque romaine ou époque byzantine ?)646. Sur les trois autres sites, l’ajournement des fouilles et la superficie des sondages ont limité l’interprétation des vestiges découverts. Enfin, à Seraga Höyük, les rapports de fouille ne confirment pas, pour l’instant, la présence de niveaux postérieurs à l’âge du Bronze. Un effort remarquable de diffusion marque cette campagne de fouilles préventives en amont du barrage de Karkemiṣ. Les rapports préliminaires ont, en effet, été réunis, accompagnés d’une traduction anglaise et de nombreuses illustrations, dans trois volumes successifs, Salvage Project of the Archaeological Heritage of the Ilisu and Carchemish Dam Reservoirs. Activities in 1998/1999/2000, publiés avec l’aide de la METU entre 2000 et 2002.

Le bilan de l’archéologie préventive sur le Moyen-Euphrate

296Avec la transformation de quatre segments de la vallée en lacs artificiels, il est possible d’évaluer l’apport de trois décennies de fouilles préventives sur les sites des périodes hellénistique, romaine et byzantine, et de mettre en évidence les choix méthodologiques et scientifiques qui ont favorisé ou limité ces recherches.

297Tout d’abord, il faut rappeler le rapport entre le nombre de ces sites inventoriés en prospection – explorations pionnières et travaux systématiques – et le nombre de ceux qui ont été fouillés (nécropoles comprises).

Bilan des programmes d’urgence sur les sites de la période hellénistique à la période byzantine

  • 647 La longueur du segment noyé par le barrage de Birecik (environ 100 km) est en fait équivalente à ce (...)

Birecik (40 km)647

Karkemiṣ (42 km)

Teshrin (60 km)

Tabqa (115 km)

Sites repérés

25

34

58

36

Sites fouillés

9

6

17

20

  • 648 Pour le secteur de Karkemiṣ, le site de Carchemish/Europos, qui n’a pas fait l’objet de fouilles de (...)

298La comparaison du total de sites repérés pour chaque secteur met en évidence les progrès des techniques de prospection et de détection en trente ans, puisque le nombre le plus élevé concerne le segment de Teshrin (60 km), qui est presque deux fois moins long que celui de Tabqa (115 km). La densité des fouilles de sauvetage par secteur est elle aussi instructive648. Le choix de la DGAMS, qui a non seulement facilité la création de missions internationales, mais aussi soutenu l’activité de missions nationales, s’est avéré tout à fait payant (37 sites explorés). Au total, 52 sites ont donc été fouillés en amont des barrages turcs et syriens (nécropoles comprises). Ce chiffre doit être mis en rapport avec la totalité des sites qui ont fait l’objet de fouilles depuis 1910 sur l’ensemble du Moyen-Euphrate antique, soit, à notre connaissance, 70 sites. Ces quatre programmes d’urgence ont ainsi fourni les trois quarts de la documentation archéologique sur l’occupation du Moyen-Euphrate de la période hellénistique à la période byzantine. Même si les données issues du contexte d’urgence sont plus lacunaires que les résultats des fouilles programmées, cette proportion doit être prise en compte.

  • 649 La variation des niveaux de remplissage des réservoirs a permis la reprise ou la poursuite des rech (...)
  • 650 Des tractopelles prêtées par l’entreprise du barrage ont été utilisées dès 1996 à Apamée, et en 199 (...)

299Le dernier chiffre que nous présentons est plus négatif, mais doit être relativisé : la mise en eau de plus de 220 km de la vallée a entraîné la submersion d’environ 60 sites (dont seize nécropoles)649, et les travaux d’aménagement des infrastructures (chantiers des barrages, nouvelles routes) en ont détruit une dizaine d’autres. Parmi ces sites aujourd’hui submergés, trente-six ont fait l’objet de fouilles. Dans cette catégorie, la moitié des sites correspondent à des agglomérations de moyenne et grande superficie (entre 15 ha et 60 ha). Ce dernier chiffre rend plus tangible la perte d’informations induite par les barrages, puisqu’aucune de ces villes antiques n’a pu être explorée en totalité. Alors que l’archéologie préventive est devenue un domaine spécialisé, voire « privatisé », dans de nombreux pays, les campagnes d’urgence sur l’Euphrate turc et syrien ont rarement eu recours à la panoplie de méthodes rapides et mécanisées que justifiaient les contraintes imposées par la construction des barrages. Par exemple, les équipes archéologiques semblent avoir peu utilisé le tractopelle pour des opérations de dégagement ou de décapage, en vue d’accroître la superficie des sondages. Cet usage, qui peut être réprouvé pour certains types de vestiges, convient tout à fait pour la mise en évidence des constructions des périodes récentes, comme les fortifications d’Apamée, et pour les terrains difficiles, tel le site de Zeugma650.

300En dehors du décapage mécanique, procédé qui peut susciter des réticences et, surtout, demande des moyens financiers et logistiques non négligeables, d’autres techniques de reconnaissance extensives, comme la géophysique, ont fait leurs preuves au début des années quatre-vingt-dix. Les prospections géophysiques réalisées sur les sites de Tell Ahmar, d’Apamée et de Tell Bazi ont permis de cartographier les parties planes de ces villes et ont apporté des données inédites immédiatement utiles pour prévoir l’implantation des sondages dans les secteurs-clés du plan d’urbanisme antique. Les cartes géophysiques peuvent, en outre, être considérées comme des documents exploitables à long terme, à l’instar des données de chantier. Sur ces trois sites, les caractéristiques du terrain (basses terrasses d’alluvionnement ancien) ont permis d’obtenir des images très claires. De nombreux sites répondant aux mêmes caractéristiques (ville basse plane et sol homogène) auraient donc pu faire l’objet d’investigations similaires.

301D’un point de vue scientifique, force est de constater que la mobilisation des spécialistes du Proche-Orient hellénisé et byzantin dans ces fouilles préventives est relativement faible, surtout en regard de la densité de sites repérés pour ces périodes et, surtout, par rapport au nombre de missions travaillant sur les périodes plus anciennes, notamment sur l’âge du Bronze. Peu d’éléments peuvent expliquer cette situation de façon satisfaisante. Par ailleurs, il semble y avoir un dénominateur commun entre les missions dédiées à la recherche sur les périodes hellénistique, parthe, romaine et byzantine : toutes ont sélectionné en priorité les sites déjà identifiés, à l’exception de la mission suisse de Tell Al-Hajj et des fouilles des nécropoles menées par la DGAMS. Notre dernière réflexion sur les priorités scientifiques de ces fouilles préventives est plus générale : elle concerne la spécificité fondamentale des sites de l’Euphrate, c’est-à-dire leur appartenance à l’une des plus importantes vallées fluviales du Proche-Orient, axe de communication entre l’Anatolie et le Golfe, entre la Méditerranée et la Mésopotamie. Le titre du colloque de Strasbourg en 1977, Le Moyen-Euphrate, zone de contacts et d’échanges, mettait déjà l’accent sur cette particularité mais, trente ans après, il est difficile d’estimer quels sont les éléments nouveaux obtenus sur les modalités de ces échanges, sur la façon dont on traversait le fleuve et sur les bateaux de l’Euphrate. La perte la plus considérable dans cette catégorie de données est pourtant la plus sous-estimée : avec la modification du contexte environnemental et topographique, c’est la possibilité de retrouver les vestiges d’aménagements des berges qui nous échappe et, par conséquent, toute la structure des échanges économiques et culturels, à courte et à longue distance, qui a été perdue. Aux points de contrôle des axes de circulation fluviale ou terrestre, les sites ont accueilli, qui un fort militaire, qui un comptoir commercial ou un port. Dans les rapports préliminaires, les chercheurs insistent fréquemment sur la relation privilégiée entre le fleuve et l’occupation de la vallée, quelle que soit la période étudiée. Chacun revendique pour « son » site la proximité d’un point de traversée important, le contrôle du trafic fluvial ou d’un carrefour commercial. Cependant, rares sont les aménagements des berges de l’Euphrate qui ont été recherchés et qui nous renseignent sur les installations traduisant cette activité tournée vers le fleuve et la circulation des personnes (militaires ou caravaniers) et des biens. Trouver les preuves concrètes du lien qu’un village ou une ville entretient avec son milieu et avec un fleuve demande du temps et des fouilles extensives sur les rives, ce qu’interdisent les conditions des fouilles d’urgence. L’exemple d’Apamée en rive gauche illustre bien la difficulté de ce type de recherche : sur ce site, l’érosion de la limite occidentale de la ville par des crues répétées du fleuve n’a pas permis de retrouver les structures d’ancrage du fameux pont de bateaux. Sur au moins trois autres sites, des aménagements de la rive ont été repérés, mais trop partiellement étudiés : à Horum Höyük, à Zeugma, et sur le site de Jebel Khaled.

  • 651 Sur Tell As-Sweyhat, cf. Holland 2006 ; sur Zeugma, cf. Zeugma IV et Zeugma V.
  • 652 Voir la collection Zeugma, qui réunit déjà 5 volumes sur les fouilles d’urgence conduites dans le c (...)

302En dernier lieu, il convient de parler de l’état des publications. La majorité de la documentation disponible est constituée de rapports préliminaires, et rares sont les études sur le matériel issu des niveaux récents publiées à ce jour651. Le dossier de la céramique hellénistique, romaine et byzantine recueillie dans des fouilles préventives et prélevée lors de prospections est relativement important et constitue un ensemble très cohérent. Son étude est essentielle pour, enfin, déterminer précisément les traditions culturelles de la moitié septentrionale du Moyen-Euphrate et fixer des fourchettes de datation plus serrées des occupations des sites. Les délais de publication, déjà très longs pour les missions archéologiques programmées, sont encore accrus dans le cas des opérations d’archéologie préventive, car les équipes se dispersent après la mise en eau du réservoir. Le cas de Zeugma fournit un splendide contre-exemple : le ZAP a soutenu (sur le plan logistique et par des financements) les séjours d’étude des chercheurs au Musée de Gaziantep et la restauration du matériel pendant plus de deux ans après la fin des fouilles internationales, de sorte que les délais de publication ont été réduits à moins de dix ans652.

L’archéologie programmée dans la vallée de l’Euphrate

303À partir des années quatre-vingt, deux sites qui font office de références incontournables, Doura-Europos et Jebel Khaled, ont fait l’objet de fouilles programmées, tandis que l’activité des missions archéologiques en aval de Tabqa a favorisé le développement d’études environnementales et diachroniques sur la partie méridionale de la vallée.

Doura-Europos

  • 653 Avec un financement du CNRS, du MAE français et de la DGAMS.
  • 654 Directeur des fouilles à Deir ez-Zor jusqu’en 1998.
  • 655 DGAMS-Damas, responsable de la restauration monumentale à Doura-Europos.
  • 656 Directeur des fouilles à Deir ez-Zor.
  • 657 Leriche 1991, p. 153.
  • 658 Sur les campagnes 1991-1993, cf. Leriche et Al-Mahmoud 1997.
  • 659 Leriche et al. 2005.
  • 660 Voir bibliographie thématique du DEE V.
  • 661 Respectivement, Lenoir et Licoppe  2005, James 2004, Bertolino 2004, et Allag 2005 et 2012.
  • 662 Dans ce volume, cf. « Index analytique » de la bibliographie des fouilles anciennes et récentes, da (...)
  • 663 Sujets traités dans le cadre de thèses de 3e cycle, dont la publication est très attendue : cf.  Be (...)

304Les fouilles ont été reprises sur le site de Doura (E14) en 1986 par la mission franco-syrienne (MFSED)653, sous la direction de Pierre Leriche (CNRS), la codirection pour la partie syrienne étant assurée par Assad Al-Mahmoud654, puis par Edmond Al-Ejji655 et par Yasser Chohan656. La spécificité de cette mission est liée à l’état du site et à la documentation laissés par les fouilles anciennes : « C’est ce double constat de la dégradation avancée des monuments et de l’insuffisance des publications qui est à l’origine de la reprise de l’activité sur le site »657. Les objectifs de la MFSED ont associé, à l’exploitation des archives de la mission de Yale, un travail de terrain qui comprend l’étude des monuments anciennement dégagés et l’établissement de leur chronologie sur la base de sondages stratigraphiques et de l’étude des phases de construction, en vue de leur publication finale et de leur réhabilitation. Plusieurs chantiers ont été lancés, d’abord sur les fortifications et le palais du Stratège658, puis sur la maison chrétienne, l’odéon, le temple de Bêl, la citadelle et l’îlot C7, en raison de la dégradation accélérée de ces ensembles dégagés depuis les années trente. Parallèlement, les recherches sur les états anciens du site et sur les modalités de la création de la cité ont motivé l’ouverture de fouilles complémentaires à la tour 14, au temple de Bêl, dans les îlots C11 et M5, et au temple de Zeus Megistos659. Des sondages extra-muros – encore inédits – ont été réalisés dans la nécropole et sur le camp dit sassanide660. À cette activité s’ajoutent les études thématiques sur le camp romain, le matériel militaire, les inscriptions sémitiques et les peintures murales661. Les étapes et les résultats de ces programmes sont présentés dans la collection Doura Europos Études662. En outre, trois recherches, impliquant une méthodologie innovante appuyée sur l’analyse des techniques de construction et sur l’archéologie expérimentale, font à présent figure de références pour les monuments de Doura et l’urbanisme du site : le premier volet, par Jean-Claude Bessac, porte sur la construction des fortifications hellénistiques en pierre, le deuxième, par Mathilde Gelin, sur l’architecture en brique crue, et le troisième, par Jeanine Abdul Massih, sur l’architecture en pierre de taille et en blocage de djousse663.

  • 664 Les hypothèses de F. Cumont, van Gerkan et Rostovtzeff sont rappelées dans Gelin 2005 et 2010.
  • 665 Stations parthes, 19e étape.
  • 666 Catalogue, p. 424-425.
  • 667 Cf. Leriche 1997.
  • 668 Leriche 2012.
  • 669 Benech 2010.
  • 670 Par G. Thébault. Sur les plans successifs du site et la nécessité de réactualiser le plan final pub (...)
  • 671 Pour la céramique hellénistique, F. Alabe a déterminé une production locale et régionale influencée (...)
  • 672 Les résultats les plus précis pour des comparaisons entre les sites de la vallée reposent donc sur (...)

305L’ensemble de ces travaux a non seulement promu une nouvelle réflexion sur le concept d’urbanisation à l’époque hellénistique, mais a aussi mis en valeur des problématiques pertinentes pour l’étude des sites contemporains de Doura sur l’ensemble du Moyen-Euphrate. Dès 1990, la chronologie proposée par les fouilleurs de la mission américaine a été mise en question et la datation des remparts réexaminée. Les scénarios antérieurement avancés664 s’accordaient à fixer l’implantation de la ville fortifiée entre la fin du ive s. et le début du iiie s., d’après l’interprétation du texte d’Isidore de Charax qui mentionne « Doura, fondation de Nicanor que les Grecs appellent Europos »665. Mais les premiers sondages de la MFSED ouverts dans la rue du rempart, dans la rue principale et à la tour 14 ont fourni du matériel remontant seulement à la seconde moitié du iie s. av. J.-C., de sorte que la construction de l’enceinte et la mise en place du plan d’urbanisme666 sont aujourd’hui considérées comme postérieures à 150 av. J.-C., et comme ayant sans doute pris corps très peu de temps avant la prise de la ville par les Parthes. La remise en question de la chronologie de Doura a initié, dès 1994, une réflexion approfondie sur l’état de l’occupation du site avant 150 av. J.-C. et sur l’existence d’une première installation au iiie s. av. J.-C., pressentie comme un simple phrourion contrôlant la circulation en rive droite et surveillant le fleuve667. Ces problématiques se sont traduites sur le terrain par la recherche de témoins archéologiques de cette première occupation, principalement à partir de sondages stratigraphiques668. L’analyse du plan urbain, du modèle théorique hippodamien jusqu’à son état final au milieu du iiie s. apr. J.-C., a été abordée de manière complémentaire par l’étude des cartes géophysiques réalisées entre 1999 et 2001669 et par un programme de relevés topographiques670. Les recherches à Doura ont aussi montré la diversité des marqueurs chronologiques sur les sites de la vallée. Outre les céramiques, dont l’étude est en bonne voie671, les techniques de construction servent aussi pour l’évaluation des périodes d’occupation. La mise en œuvre des matériaux tels que la pierre, la brique crue ou les maçonneries mixtes (blocage en pierre) a été bien cernée à Doura, et les résultats de ces études peuvent être étendus aux constructions similaires repérées sur les sites contemporains672, situés en aval de Raqqa, à Tabouz (E09), Jazla (E05), et sur les tombeaux-tours de Halabiya (E07) et Baqouz (F51).

Jebel Khaled

  • 673 Avec le financement de l’Australian Research Council.
  • 674 Clarke 1994 et 1995 ; Clarke et Connor 1997.
  • 675 Les délais de publication des fouilles (environ 10 ans) sont tout à fait communs.
  • 676 Rappelons que les niveaux hellénistiques de Zeugma sont encore mal connus aujourd’hui, cf. Catalogu (...)
  • 677 Sur la chronologie tardive du site, voir Catalogue, p. 142.
  • 678 Voir infra, p. 325 et sv.
  • 679 Par exemple, sur les complexes palatiaux, cf.  Leriche et Gaborit 2003 et infra, p. 247.

306Depuis une vingtaine d’années, ce site a fait l’objet de fouilles programmées, dans le cadre d’une collaboration entre les universités de Sydney (ANU) et de Melbourne (Center for Classics and Archaeology)673. La mission australienne de Jebel Khaled a été créée en 1985, un an après la découverte du site par W. Culican and T. L. Mc Clellan lors d’une prospection sur les sites préhistoriques autour d’Al-Qitar. L’exploration et les fouilles de cette ville hellénistique de 50 ha ont été conduites sous la codirection de G. W. Clarke (ANU) et J. P. Connor jusqu’en 1996 et, après la mort de ce dernier, avec la collaboration de H. Jackson (deputy director pour Melbourne). Les travaux de la mission concernent les principaux monuments de la ville : relevé général des fortifications et fouille de la porte occidentale et de la tour nord-ouest, étude complète et restitution du palais, relevés et prospection géophysique de sa redoute et, depuis peu, fouille et restitution d’un temple. L’étude de l’urbanisme a été abordée grâce aux chantiers ouverts dans la partie centrale du site, sur un îlot d’habitation et trois autres bâtiments partiellement dégagés. Enfin, sur la nécropole ouest, ont été réalisées des prospections pédestres et géophysiques et des fouilles. Aucun indice issu des fouilles n’a, jusqu’à présent, permis de connaître le nom antique de cette fondation. Le programme de publications674, amorcé en 1994 dans la collection Mediterranean Archaeology, comprend, depuis 2002, une première synthèse : Jebel Khalid on the Euphrates, Report on excavations 1986-1996. La diffusion de ces résultats, encore en cours675, a d’ores et déjà mis largement en valeur l’importance de ce site pour la région du Moyen-Euphrate et pour la Syrie hellénistique. Les niveaux de réoccupation, postérieurs au ier s. apr. J.-C., ont peu affecté la ville hellénistique, qui a, en revanche, dramatiquement souffert d’un pillage intensif dès l’époque byzantine : les remparts et les monuments, servant alors de carrières de pierres et d’autres matériaux, ont été quasi arasés. Jebel Khaled est un site de comparaison essentiel pour les villes de l’Euphrate, telle Zeugma676 et, surtout, Apamée. La comparaison avec Apamée est tout à fait justifiée, puisque ces deux villes – celle de Jebel Khaled et Apamée – représentent, en quelque sorte, deux exemples de fondations hellénistiques dont le développement a été interrompu à l’époque romaine677. Les points de comparaison envisageables sont nombreux : urbanisme, habitat, culture matérielle très homogène678. Les points de divergence sont aussi notables : contexte de l’implantation (plaine pour Apamée, topographie accidentée pour Jebel Khaled) ; dissymétrie de la documentation (fouilles des fortifications et de l’habitat à Apamée, mais absence d’informations sur les ensembles monumentaux comparables à ceux de Jebel Khaled). Enfin, le rapprochement avec Doura-Europos, déjà commencé679, s’annonce tout aussi fructueux.

Prospections environnementales et archéologiques

307Deux importants programmes de prospections sont rattachés aux missions archéologiques de Tell Bi‘a et de Mari. Les problématiques de ces prospections sont étroitement liées aux axes de recherche de chaque mission et, par conséquent, ont mis en œuvre des méthodologies différentes. Ces campagnes ont cependant en commun d’avoir répertorié les sites d’occupation de la vallée, du Néolithique à l’époque ottomane, et d’avoir incité à la réalisation de fouilles de sauvetage.

Prospections de la mission archéologique de Tell Bi‘a entre 1983 et 1984

  • 680 Le travail de terrain et les études ont été financés par la Gerda Henkel Stiftung.

308Les recherches entreprises par la mission allemande (Deutsche Orient-Gesellschaft) qui travaille à Tuttul/Tell Bi‘a, sous la direction de Kay Kohlmeyer, ont été motivées par les retombées scientifiques des fouilles d’urgence de Tabqa. K. Kohlmeyer a mis en avant, en particulier, les progrès de la datation du matériel céramique des IVe-IIe millénaires qui ont été alors obtenus en fouilles stratigraphiques. C’est donc dans la continuité des travaux menés en amont du barrage de Tabqa qu’il faut inscrire la réalisation d’une prospection systématique des environs de Tell Bi‘a680, conduite en collaboration avec Mahmoud Al-Khalaf (DGAMS) et le Musée de Raqqa, où le matériel recueilli a été déposé.

  • 681 Voir les deux rapports préliminaires : Kohlmeyer 1984 et 1986.
  • 682 Le matériel n’a pas été publié à ce jour.

309Les limites géographiques de cette prospection s’étendent de l’aval de Tabqa jusqu’à Halabiya. Les cartes utilisées sur le terrain étaient au 1 : 25 000e et certains sites ont été cartographiés au 1 : 5 000e. Le tracé des canaux d’irrigation a également été relevé. L’inventaire des sites – environ 120 – a été suivi d’une étude du matériel, dans le but d’estimer les périodes d’occupation de chaque site. Ces travaux ont fait l’objet de deux rapports préliminaires d’un grand intérêt, publiés en 1984 et 1986 dans la revue Mitteilungen der Deutschen Orient-Gesellschaft681. En attendant la parution finale, l’exploitation de ces rapports reste difficile, puisqu’ils ne comportent aucun inventaire complet des sites prospectés, ni de localisation précise sur la carte publiée au 1 : 400 000e. La périodisation indiquée pour les périodes récentes (« romaine », « byzantine ») n’est assortie d’aucune fourchette chronologique précise et est rarement justifiée par la présentation d’une typologie céramique constituée à partir du matériel recueilli682.

Table Raqqa 1 : Sélection des sites de la période hellénistique à la période byzantine

Nom du site

Catalogue

Situation

Kohlmeyer 1984 et 1986

Soura

E01

RD

site no 67 (Sura/Al Hamman)

Saffin

E03

RD

site no 110 (Siffin)

Nkheyla

E04

RD

site no 114

Jazla

E05

RD

site