Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée engloutie (volume 1 : synthèse)

 | 
Justine Gaborit

Chapitre I - Dynamiques géographiques et historiques du Moyen-Euphrate

Texte intégral

La configuration géographique de la vallée du Moyen-Euphrate

  • 1 Geyer 1995, p. 16.
  • 2 Voir l’intitulé du colloque de Barcelone : Archaeology of the Upper Syrian Euphrates the Tishrin Da (...)
  • 3 Comparer les titres des deux synthèses publiées à partir des prospections réalisées entre Deir ez-Z (...)

1De Zeugma en Turquie de l’Est à Baqouz en Syrie, le cours moyen du fleuve présente une cohérence géographique qui s’appuie sur les caractéristiques topographiques de la vallée et la dynamique d’écoulement fluvial (fig. 1). La transition entre les cours supérieur et moyen s’amorce à la hauteur de Samosate, à l’emplacement du barrage Atatürk, où le fleuve quitte les montagnes turco-iraniennes pour les plateaux de piémont, mais les caractéristiques du cours moyen, tels l’élargissement de la plaine alluviale et la formation d’îles, ne s’affirment que dans le secteur de Zeugma, qui représente la limite supérieure de cette étude. Quant à la limite méridionale, elle a été fixée immédiatement au sud d’Abou Kemal : les massifs de Baqouz constituent, en effet, le dernier obstacle résistant qui infléchisse le cours du fleuve vers l’est, avant son entrée dans la cuvette alluviale mésopotamienne, à la hauteur de Hît, dans la vallée1. En aval de Hît, l’Euphrate occupe un large chenal, incisé dans une plaine alluviale élargie, et se rapproche du Tigre, avec lequel il forme un vaste delta marécageux jusqu’au Golfe persique. Ces limites permettent d’insister sur la continuité géographique du Moyen-Euphrate turc et syrien et de souligner combien l’Euphrate a été un trait d’union culturel et économique entre les composantes anatolienne, méditerranéenne et syrienne du Proche-Orient antique. Dans les publications archéologiques liées aux fouilles de sauvetage des barrages turcs et syriens sur l’Euphrate, l’accent a parfois été mis sur les divisions politiques récentes de la vallée. Les études se réfèrent plus volontiers au « Haut-Euphrate syrien »2, pour situer les sites condamnés par la construction du barrage de Teshrin, ou à la « basse vallée de l’Euphrate syrien »3, pour le segment en aval de Tabqa. Ces dénominations, tout à fait légitimes, nous habituent à une conception de l’espace cloisonnée par les frontières les plus récentes du Proche-Orient.

Fig. 1 ‑ Les bassins du Tigre et de l’Euphrate

Fig. 1 ‑ Les bassins du Tigre et de l’Euphrate

(d’après Sanlaville 2000, p. 66, fig. 29).

Le contexte géographique

  • 4 Concept proposé par J.-C. Margueron au colloque de Barcelone en 1999, cf. Margueron 1999.

2C’est en reconnaissant l’Euphrate comme une « force structurante »4 du monde syro-mésopotamien qu’on peut comprendre l’émergence et le développement des organisations sociales sur ses rives, du village à la ville.

Dynamiques physiques

L’unité tectonique

3Il est d’usage, dans la présentation géographique de la Syrie moderne, d’opposer la façade méditerranéenne à l’intérieur du pays et, par là, le relief accidenté de la côte à la monotonie du plateau continental. Sans être absolu, le contraste est intéressant dans la mesure où la structure géologique de l’intérieur de la Syrie a incontestablement déterminé la majeure partie du tracé de l’Euphrate. Le plateau syrien constitue la partie la plus septentrionale de la vaste plate-forme arabo-syrienne, dont il partage les principales caractéristiques. La plate-forme arabo-syrienne est partout masquée par une couverture sédimentaire tertiaire qui résulte de l’exondation de la mer intérieure syrienne précédant la formation du Golfe persique. Sur la plaque calcaire s’est formé, du néocène au pliocène supérieur, un substrat marneux en amont et plutôt gypso-marneux en aval, qui, selon les études géomorphologiques, a eu un rôle déterminant pour la configuration de la vallée fluviale (fig. 2). Ce plateau est un espace ouvert de forme tabulaire ; il s’étend du pied des massifs plissés des hautes terres anatoliennes et iraniennes jusqu’au pourtour du Golfe persique. Dans sa partie occidentale, le plateau est légèrement bombé, mais obéit à l’inclinaison générale d’ouest en est de la plate-forme syrienne, surchargée par les chaînes montagneuses de l’Iran septentrional. Il est constitué, au nord-est, par la Jezireh, région qui appartient au piémont anatolien, et, au sud, en aval de Hît sur l’Euphrate et de Samarra, sur le Tigre, par une cuvette alluviale qui correspond à la Mésopotamie proprement dite. Cette plaine alluviale de 200 km de long est caractérisée par sa nature limono-argileuse, son uniformité plane et sa faible pente (maximum de 0,034 %). À l’évidence, l’incision d’un réseau hydrographique pérenne unique, comme celui de l’Euphrate, dans un même ensemble géologique renforce le caractère solidaire des différentes régions qu’il traverse, en dépit des nuances climatiques.

Fig. 2 ‑ Géologie du plateau syrien et de la Jezireh

Fig. 2 ‑ Géologie du plateau syrien et de la Jezireh

(Sanlaville 2000, p. 99, fig. 43).

  • 5 Sur les caractéristiques du piémont anatolien et de la Mésopotamie, Sanlaville 2000, p. 67-69 et p. (...)

4Le plateau syrien appartient au vaste piémont du Taurus, essentiellement calcaire5. Sa pente dominante du nord au sud, de 500 m à 200 m, dicte l’écoulement d’un réseau hydrographique fortement incisé, marqué par l’Euphrate et le Tigre et les principaux affluents de ces fleuves, le Khabour et les deux Zab. Les vallées fluviales, à fond plat, sont encaissées de quelques dizaines de mètres entre des terrasses caillouteuses pléistocènes. La région montagneuse du Taurus constitue le château d’eau de l’Euphrate. Elle se différencie nettement de son piémont par son relief accidenté, son régime torrentiel et son apport alluvial grossier. Le piémont anatolien, beaucoup plus large et progressif que celui du Zagros, perd très vite ses caractéristiques montagnardes — telles que la violence des crues et un relief plissé — mais présente des reliefs qui marquent encore la topographie de la vallée moyenne de l’Euphrate. Le fleuve, en traversant le plateau syrien, adopte un cours compliqué, dont l’orientation générale, du nord-ouest au sud-est, est opposée à celle de son bassin supérieur. Ses fréquents changements de direction sont dus à la rencontre des plis linéaires est-ouest de la zone aride qui déterminent le grand arc de Meskené à Abou Kemal. Le plateau syrien est séparé de l’étroite bande méditerranéenne, au nord, par les chaînes côtières de l’Amanus et du Cassius, prolongées, dans l’arrière-pays, par le Jebel Zawiya, le Jebel Sam‘ân et le Kurd Dağı, et, au sud, par l’arrondi de l’Anti-Liban, depuis la région volcanique du Hauran jusqu’à la trouée de Homs. Au nord de la Palmyrène, le plissement anticlinal du Jebel Bishri, orienté d’ouest en est, a perturbé le tracé de l’Euphrate et l’a contraint à infléchir brusquement son cours vers l’est. En Haute-Jezireh, les reliefs très accidentés du Twal ‘Aba et du Jebel ‘Abd Al-Aziz ont joué un rôle semblable.

Les limites climatiques

5Affirmant sa présence sur 700 km de long, le cours moyen du fleuve traverse des régions arides dont il constitue le premier réseau hydrographique. Les régions du piémont anatolien et du plateau syrien sont clairement dominées par le climat méditerranéen. Mais les rives du Moyen-Euphrate sont affectées par trois nuances climatiques, allant du semi-aride au désertique (fig. 3). Le premier régime climatique correspond à la partie occidentale et septentrionale du Croissant fertile. Cette zone semi-aride, qui dessine un arc de cercle du Jourdain à la Mésopotamie, recouvre, en effet, deux régions distinctes du plateau syrien : à l’ouest de l’Euphrate, la région nord, en amont de la confluence du Balikh, et, à l’est, la Haute-Jezireh. Pour les années humides, il convient de signaler une bande moins arrosée, située entre les courbes isohyètes 400 et 300 mm, dont la limite méridionale contourne Homs par le sud, puis s’élargit en s’arrondissant vers le nord ; elle passe sur l’Euphrate entre le coude de Meskené et Raqqa, en amont de la confluence du Balikh, et couvre le Khabour à la limite méridionale de la Haute-Jezireh. Au sud de cette zone privilégiée se trouve une région transitoire, au-delà de laquelle commence la zone désertique, délimitée par une ligne schématique de Homs à Deir ez-Zor et incluant la vallée fluviale depuis Halabiya et la rive orientale du Khabour. Cependant, cette zone de transition se confond avec la partie aride en cas d’année sèche, puisqu’elle est alors située en dessous de la ligne isohyète des 100 mm. En effet, la ligne isohyète 100 mm calculée pour les années sèches suit le même tracé que la ligne isohyète 300 mm pour les années à pluviosité forte ; cette dernière doit donc être reconnue comme la véritable limite sud de la culture sèche.

Fig. 3 ‑ Variations des précipitations entre années sèches et humides

Fig. 3 ‑ Variations des précipitations entre années sèches et humides

(Sanlaville 2000, p. 108, fig. 47).

6La steppe syrienne est bordée au nord et à l’ouest par le Jebel Bishri, par les Jebel Abou Roujmein et Khanazir, au sud-ouest et au sud-est de Palmyre, et par le Jebel Nashran Al-Nasri, dans le prolongement de l’Anti-Liban. Parfois improprement désignée comme le « désert syrien », elle représente 56 % du pays. Il s’agit en réalité d’une vaste steppe aride qui bénéficie de précipitations annuelles moyennes entre 100 et 150 mm, ce qui ne permet pas de culture en dehors des oasis naturelles ou des sites irrigués. Elle concerne l’ensemble de la vallée fluviale au sud de Deir ez-Zor.

L’Euphrate : présentation générale

  • 6 Geyer 1995 et Geyer et Monchambert 1986.
  • 7 En Syrie, sur le segment de Jerablous à Qal‘at Al-Najm et la vallée du Sajour, cf. Besançon et Sanl (...)
  • 8 Pour la Turquie, voir l’étude géomorphologique de la vallée dans le secteur de Belkıs à Çardak, Kuz (...)
  • 9 Kerbé 1987.

7On trouverait évidement bien des façons différentes d’exposer les formations géologiques de cette région, mais les études de B. Geyer6, P. Besançon7, P. Sanlaville et C. Kuzucuoglu8 offrent l’avantage d’avoir été conçues dans une perspective archéologique et complètent les données de J. Kerbé9.

Le cours général du fleuve

  • 10 Cf. Geyer 1995, p. 16.

8Depuis les massifs arméniens jusqu’au Golfe persique, l’Euphrate s’étire sur 2700 km. Sa partie médiane s’écoule sur 700 km de long, dont 680 km en Syrie, avec une pente moyenne de 0,3 %10. Ce n’est pas le segment le plus court du fleuve, qui a déjà parcouru 470 km en amont. Son bassin versant, situé dans un contexte géologique et géographique tout à fait différent du reste de son cours, couvre 70 000 km², nettement moins que la superficie qu’il occupe en Turquie (110 000 km²) et moins que celle de la basse vallée en Irak (17 000 km² pour un parcours de 1 200 km). Le cours moyen du fleuve a, en effet, une configuration très éloignée de celle du puissant torrent de Turquie de l’Est et les dimensions de sa plaine d’inondation ne peuvent rivaliser avec celles de son cours inférieur.

Le régime hydrographique

  • 11 J. Kerbé écarte fermement l’hypothèse d’un apport hydrologique de sources souterraines, cf. Kerbé 1 (...)
  • 12 Rappel de la différence entre les régimes nivo-pluvial et pluvio-nival : le premier s’applique aux (...)

9La nature allogène du régime hydraulique du Moyen-Euphrate oblige à prendre davantage en compte les caractéristiques du climat tempéré froid qui affecte les hauteurs de l’Anatolie que celles du climat proprement syrien. L’influence subie par le Moyen-Euphrate est, en effet, entièrement négative. Malgré ses trois affluents, le fleuve connaît un régime de perte, dû à son exploitation indispensable à la mise en valeur des régions qu’il traverse, et à l’évaporation croissante en zone aride11, comme l’indique la forte diminution de son débit entre Youssef Pasha et Deir ez-Zor. Ce sont les apports en eau, collectés dans son bassin versant, qui déterminent les variations de débit du fleuve et fournissent la clé du régime de l’Euphrate. Deux phénomènes climatiques expliquent le comportement du fleuve : la fonte des neiges, qui intervient à la fin de l’hiver, parfois accélérée par des pluies printanières précoces, et les précipitations d’hiver. Le fleuve, dont les crues étaient célèbres pour leur caractère intempestif, a fait l’objet d’une série d’aménagements hydrauliques, avec la construction, depuis les années soixante-dix, de cinq barrages de retenue. Les données de référence, tirées principalement de l’étude de J. Kerbé, sont antérieures à 1970 et peuvent servir à restituer un calendrier des crues de l’Euphrate plus ou moins valable pour l’Antiquité. Le régime nivo-pluvial du fleuve entraîne un cycle annuel marqué par une variation des débits en deux temps (fig. 4). D’après les données enregistrées à Youssef Pasha, la période d’étiage, qui s’amorce dès la fin du printemps, atteint son maximum en automne ; le débit varie alors entre 200 et 250 m3/s. La lente remontée des eaux, d’abord liée aux précipitations hivernales anatoliennes, est accélérée en janvier par une crue d’importance secondaire. Ce n’est qu’au printemps, d’avril à mi-mai, qu’intervient la crue principale responsable des plus fortes inondations12. Le volume d’eau véhiculé par la crue de printemps varie, selon l’intensité de la fonte des neiges, entre 2000 m3/s et 7000 m3/s. L’analyse des variations interannuelles des débits amène à nuancer ce tableau, en établissant une distinction entre les années de faible écoulement et les années d’écoulement abondant, et révèle des fluctuations de température et de pluviosité propres à la Turquie de l’Est. Cette différenciation repose non seulement sur la durée des crues, mais aussi sur la quantité des débits. Entre une année de faible débit et une année de bon écoulement, l’écart des mesures va du simple au double, tandis qu’entre deux années extrêmes, c’est-à-dire une année à très fort écoulement et une année à débit très faible, le volume d’eau se trouve divisé ou multiplié par quatre. Une année de flux abondant, la référence étant l’année 1962, est caractérisée par trois gonflements successifs du débit du fleuve entre décembre et février, qui révèlent l’existence de fortes précipitations hivernales dans la région du bassin versant ; en cas d’année à fort écoulement, on enregistre un débit moyen de 5000 m3/s. Les crues du printemps sont tout aussi volumineuses : l’année 1967 enregistre une crue record avec un débit, à la fin du mois de mai, de 8500 m3/s. L’étiage est complet à la mi-septembre. Sur ce schéma simple peut se greffer une crue précoce et hâtive dès le mois de novembre, provoquée par des précipitations automnales orageuses en Turquie. Une année moyenne de faible débit s’explique, au contraire, par une sécheresse hivernale en amont. La crue d’importance secondaire est retardée jusqu’à la fin du mois de janvier. Son débit se situe alors entre 600 et 700 m3/s, et prépare la crue principale de printemps, peu abondante. S’il s’agit d’une année particulièrement sèche, comme en 1954-1955, le débit fluvial peut alors être à peine supérieur à 1500 m3/s. La première décrue brutale intervient en mai et annonce un étiage évidemment plus précoce et plus resserré, en général en juillet, parfois dès juin. Il connaît alors son maximum au tout début de septembre. Ce comportement hydraulique est identique en amont de Deir ez-Zor, quoique les débits y soient nettement moins importants, passant de 1000 m3/s, à Youssef Pacha, à moins de 800 m3/s à Deir ez-Zor. Quant à la période d’étiage, elle est généralement plus longue en zone aride, s’étendant de juillet à novembre avec un débit extrêmement ténu. Parmi les affluents de l’Euphrate, le Sajour, le Balikh et le Khabour sont les seuls cours d’eau permanents : leur comportement hydraulique est beaucoup plus régulier. Les sources du premier sont aussi situées dans les hauts plateaux d’Anatolie, tandis que le second est formé de très nombreux affluents venus de la Haute-Jezireh turque. Aucun des deux n’est, cependant, en mesure d’influer sur le régime hydraulique de l’Euphrate, étant donné le faible volume de leur débit, respectivement de 41 m 3/s pour le Sajour et de 76 m3/s pour le Balikh. Les besoins de l’irrigation appauvrissent encore ces rivières avant leur confluence avec l’Euphrate. Le Khabour, en particulier, qui constitue le principal réseau hydrographique de la Jezireh, a toujours été intensivement exploité sur tout son cours syrien.

Fig. 4 ‑ Courbes du régime de l’Euphrate d’après le débit annuel enregistré à Youssef Pasha

Fig. 4 ‑ Courbes du régime de l’Euphrate d’après le débit annuel enregistré à Youssef Pasha

(Kerbé 1987)

10Quoique la succession de telles variations dans l’Antiquité nous échappe, les principaux caractères du régime hydraulique du Moyen-Euphrate n’ont certainement pas été modifiés depuis lors, et l’exploitation du fleuve devait comporter des impératifs identiques. On retiendra donc deux saisons difficiles, l’automne et le printemps, qui sont autant d’obstacles pour l’irrigation et le trafic fluvial. La durée des crues ou de l’étiage est, on l’a vu, relativement extensive ; toutefois, dans l’intervalle, on peut définir une période, de mi-janvier à mars, de débit constamment supérieur à 500 m3/s – excepté dans le cas d’une année très sèche qui compromet les crues d’hiver et de printemps. On peut donc avoir, sur une centaine de jours, l’assurance d’un niveau suffisant pour la navigation, sans le courant violent qui accompagne les crues. Il serait difficile d’établir un parallèle pour la période estivale, car la décrue ne suit pas de repères chronologiques réguliers, et la première tranche d’étiage, avec un écoulement maintenu au-dessus de 500 m3/s, est généralement resserrée sur moins d’un mois. À l’inverse, la durée des plus faibles débits peut s’étendre de juillet à novembre et comprendre un niveau bas annuel de soixante jours, de la mi-septembre à la mi-novembre, qui, détail important, rend le fleuve aisément franchissable.

La dynamique du cours moyen

  • 13 Sur les distinctions entre différentes formes alluviales, cf. Berthemont 2000, p. 34-35.

11La spécificité du cours moyen de l’Euphrate est manifeste en aval de Horum Höyük. L’élargissement de la vallée permet alors la formation d’îles sans cesse remodelées et le passage d’un lit unique et sinueux à un écoulement en bras multiples ou en tresse. La charge alluviale et la vitesse d’écoulement, déjà fortes dans le cours supérieur, sont encore accentuées à partir de Horum Höyük et créent des mouvements tourbillonnants propres à augmenter la capacité de transport des alluvions. Le cours moyen se caractérise par une forte charge alluviale, par une plus forte capacité de drainage que dans le cours inférieur et par des méandres en tresse instable13. La force d’une crue exceptionnelle permet au fleuve de surmonter les bourrelets fluviaux et de creuser un nouveau lit dans la plaine alluviale. Les dynamiques physiques et hydrauliques expliquent les particularités de la vallée du Moyen-Euphrate : succession de resserrements et d’alvéoles, propice à l’installation de barrages, élasticité de la vallée fluviale, tantôt extrêmement large, tantôt étranglée, et propension du fleuve à varier le tracé de son lit et à créer des méandres.

La formation de la vallée du Moyen-Euphrate

  • 14 Stordeur et Jamouss 1999.
  • 15 Coqueugniot 1999.
  • 16 Molist et Faura 1999.
  • 17 Sur l’environnement des sites, cf. Belmont 1999.

12L’Euphrate s’est creusé un passage au milieu du plateau néogène calcaire et a façonné sa vallée à la faveur de l’alternance entre périodes humides et périodes sèches qui affecte la Syrie durant le pléistocène. Les périodes sèches, favorables à la sédimentation fluviale, ont présidé au comblement du fond de la vallée en terrasses de galet et de gravier (fig. 5). La succession des périodes de sédimentation et de surcreusement du fleuve fait que ces terrasses pléistocènes se superposent et s’échelonnent sur chacune des rives, la terrasse la plus haute et la plus éloignée du fleuve étant généralement la plus ancienne. Au Paléolithique, les conditions climatiques ne sont pas stabilisées, ni même le cours de l’Euphrate, qui se présente encore comme un réseau de chenaux occupant tout le fond de la vallée. Cette dernière constitue un milieu suffisamment attractif pour que les premières occupations s’installent en hauteur, en bordure de plateau, sur les terrasses les plus anciennes et les plus éloignées du fleuve. L’évolution des formes d’occupation est ensuite liée à la constitution définitive d’une zone climatique stable et naturellement favorable à la diversification des espèces végétales : le Croissant fertile. Dans la mesure où la partie nord du fleuve bénéficie de ces avantages, le Moyen-Euphrate connaît une multiplication de sites paléolithiques et épi-paléolithiques importants, dont Moureybet, Sheikh Hassan et Abou Houreyra, ainsi que le Tell Baroum en aval de Raqqa et le site de Bouqras sur la rive droite, à la hauteur du Khabour, en milieu aride. Entre 10 000 et 7 500 av. J.-C., les sites de Jerf Al-Ahmar14, Jaade Al-Magara15, Haloula16 et Tell Al-‘Abr sont généralement implantés à proximité immédiate de la plaine alluviale, et mettent à profit un accès direct à l’eau d’un affluent, saisonnier ou permanent, ainsi que des positions stables à l’abri des crues17.

Fig. 5 ‑ Restitution des phases de formation de la vallée de l’Euphrate

Fig. 5 ‑ Restitution des phases de formation de la vallée de l’Euphrate

(d’après Geyer et Monchambert 1986, p. 67).

Entre Belkıs et Qal’at Al-Najm

  • 18 Muhesen 1993, p. 20.
  • 19 Kerbé 1987, p. 644-649.

13Quoique l’on distingue quatre séquences de « formation quaternaire fluviatile »18, celles-ci sont inégalement représentées dans la vallée de l’Euphrate. La combinaison la plus fréquente est composée de deux terrasses situées à une hauteur de 30 à 100 m au-dessus du fleuve19. Il arrive qu’elles soient présentes sur une rive tandis qu’elles manquent sur l’autre, ou encore qu’elles disparaissent complètement sur un segment du fleuve (fig. 6).

Fig. 6 ‑ Profil transversal du secteur du Jebel Hammam

Fig. 6 ‑ Profil transversal du secteur du Jebel Hammam

(d’après Kerbé 1987, fig. XIV-72)

Entre Raqqa et Abou Kemal

  • 20 Geyer et Monchambert 1989, p. 66-68 et fig. 2a-2 p. 67.
  • 21 Geyer 1995, p. 17.

14Dans le fond de la vallée, occupé par un réseau de chenaux fluviaux, s’est créée, à la suite d’inondations répétées, une nouvelle terrasse alluviale, désignée comme la terrasse holocène ancienne (fig. 7). C’est en entaillant cette nouvelle surface d’écoulement que le fleuve établit son chenal principal, au Ve millénaire. De texture limoneuse à limono-sableuse, elle s’élève à cinq ou six mètres au-dessus du fleuve et forme un talus très net, dominant les dépôts des terrasses postérieures. La partie haute de cette terrasse, à proximité du talus, est propice à l’installation des villages de plaine. La phase où celle-ci se produit est décisive, car elle marque les premières installations humaines dans la basse vallée20. Le tracé de l’Euphrate est, cependant, resté très variable, car les débordements du fleuve ne sont contenus dans le fond de la vallée que par des formes géologiques résistantes, telles que la paroi du plateau néogène, menacée néanmoins par les risques d’affouillement, et les résidus surélevés des terrasses pléistocènes. C’est ainsi que l’Euphrate s’écoule entre une ligne rocheuse discontinue, c’est-à-dire les falaises, qu’on trouve majoritairement en rive droite, et une série de « môles résistants »21, buttes résiduelles composées de graviers et de galets du premier comblement du fond de vallée au pléistocène. Ces éléments topographiques déterminent la largeur des boucles de l’Euphrate.

Fig. 7 ‑ Coupe schématique de la vallée de l’Euphrate en aval de Deir ez-Zor

Fig. 7 ‑ Coupe schématique de la vallée de l’Euphrate en aval de Deir ez-Zor

(d’après Besançon et Geyer 1995)

La dynamique du fleuve exprimée par les méandres

  • 22 B. Geyer relève l’erreur d’estimation de « Ch. Héraud qui pense que le lit principal est fixe », ib (...)
  • 23 Cf. Rouault 1998, p. 195.
  • 24 Conférence d’E. Peltenburg à l’auditorium du Louvre du 26/01/2001.
  • 25 Cf. Rouault 1998, p. 196.

15La formation de méandres sur le cours moyen du fleuve est accentuée par la présence de reliefs ou de môles résistants dont l’érosion fluviale n’a pu venir à bout. Ces verrous géologiques jouent le rôle de goulets d’étranglement car le fleuve, pour les franchir, doit se resserrer en un chenal principal. C’est pourquoi, immédiatement en amont de ces défilés étroits, les eaux développent le plus grand nombre de tresses, qui tendent à glisser vers l’amont (fig. 8). À l’intérieur du défilé, l’Euphrate prend une vitesse et une profondeur qu’il perd dès qu’il se retrouve dans une plaine élargie. La dynamique de l’écoulement de l’Euphrate lui confère aussi une force d’érosion d’autant plus redoutable que le déplacement des méandres en accroît les effets. Ainsi, dès que l’Euphrate vient buter sur un secteur, son tracé en amont se modifie pour prendre en compte la résistance rencontrée, tandis que son tracé en aval se charge des matériaux arrachés à l’obstacle. En amont, le tracé des chenaux a donc tendance à s’arrondir et à prendre appui sur la terrasse opposée à l’obstacle le plus résistant, tandis qu’en aval, le fleuve, ayant perdu sa force, reste tangent à la bordure érodée sur une centaine de mètres, avant de s’en éloigner. En raison de ce même dynamisme, le fleuve change fréquemment de lit : il peut adopter une divagation secondaire comme chenal principal, puis la délaisser22. L’abandon d’un chenal secondaire est tout aussi progressif : il s’amorce dès lors que le fleuve a perdu en amont les points d’appui qui avaient permis son creusement. Ce chenal est ensuite comblé irrégulièrement de dépôts d’alluvions. Les tracés d’anciens chenaux ou paléoméandres les plus récents restent des zones instables et mal drainées qui marquent le paysage (fig. 9). On les repère d’après la répartition des habitations alignées sur la rive extérieure du méandre et l’orientation des champs disposés en rayon à l’extérieur du méandre et orthogonalement à la rive à l’intérieur de sa courbe ; ces aménagements fossilisent, en quelque sorte, le tracé des paléoméandres. La répétition des crues accentue l’instabilité du fleuve et sa force d’érosion. La stratigraphie de certains sites a ainsi révélé des épisodes de crues destructrices et d’alluvionnements importants. À Tell Masaïkh, en rive gauche au nord-ouest de Terqa/Ashara23, un mur en pierre, associé à la période Halaf, a été identifié comme une digue de protection contre l’Euphrate. Découverts au fond d’un sondage, à la limite nord-ouest du site, ces vestiges sont partiellement situés sous le niveau actuel de la plaine. Cet exemple expliquerait que les niveaux halafiens soient si mal conservés sur les sites où ils ont été fouillés ; il est vraisemblable que de nombreux autres sites, détruits par l’érosion de la rive ou masqués par les limons des crues, n’ont pu être décelés par les méthodes traditionnelles de prospection archéologique et sont moins représentés sur les rives du Moyen-Euphrate que dans les vallées plus stables du Khabour et du Balikh. Cette absence de lisibilité sur le terrain pourrait être attribuée à la nature même de ces sites agricoles de taille très réduite. Les villageois, qui dépendaient de la culture céréalière en milieu plus aride et sans recours à l’irrigation, se seraient fixés dans des zones les plus proches de l’Euphrate et donc les plus vulnérables aux crues. À Jerablous Tahtani, la stratigraphie du versant oriental du site montre que les crues régulières de l’Euphrate ont atteint le sommet du tumulus daté du milieu du IIIe millénaire et l’ont arasé24. À Jebel Mastala25, des dépôts d’alluvions fluviaux recouvraient un petit site remontant au xie s. av. J.-C. La formation de la vallée de l’Euphrate n’est pas encore terminée et, bien qu’elle ait passé les étapes décisives de son implantation, elle ne cesse de se transformer sous l’action érosive du fleuve et la présence de nouveaux dépôts alluviaux. Toutefois, l’aménagement des barrages turcs et syriens a profondément modifié les mécanismes de l’évolution de la vallée et du cours du fleuve.

Fig. 8 ‑ Déplacement des méandres et formation d’un chenal unique pour passer le défilé, en amont du resserrement du Kara Qouzak

Fig. 8 ‑ Déplacement des méandres et formation d’un chenal unique pour passer le défilé, en amont du resserrement du Kara Qouzak

(extrait photo satellite SPOT 1991-1992).

Fig. 9 ‑ Méandres à différents stades d’activité (1-paléo-méandres, 2-méandres détachés du chenal principal, 3-méandres en formation) et implantation du cadastre agricole en fonction des chenaux anciens et récents du fleuve, à la hauteur de Deir ez-Zor

Fig. 9 ‑ Méandres à différents stades d’activité (1-paléo-méandres, 2-méandres détachés du chenal principal, 3-méandres en formation) et implantation du cadastre agricole en fonction des chenaux anciens et récents du fleuve, à la hauteur de Deir ez-Zor

(extrait photo satellite SPOT 1991-92).

La vallée et le plateau : rappel des termes

  • 26 Ces définitions s’inspirent des analyses complexes de Besançon et Sanlaville 1985 et Geyer 1995. Po (...)

16Avant d’aborder la description détaillée du cours moyen, il convient de définir les composantes du paysage : la vallée, la plaine alluviale et le plateau26. La vallée est ici comprise comme un terme générique ; elle inclut les versants des reliefs érodés par les différentes phases de creusement du fleuve : le plateau, les terrasses et le ruban en dépression entre ces hauteurs, c’est-à-dire le fond de vallée. Le fond de vallée correspond à la plaine alluviale, c’est-à-dire à la partie supérieure du comblement de la vallée ; il recouvre les terrasses tapissées des limons déposés par le fleuve, les chenaux actuels de l’Euphrate, lit principal et bras secondaires, ainsi que les îles dans le cours du fleuve, et, enfin, les méandres anciens, qu’ils soient comblés ou encore en eau. Les terrasses alluviales se répartissent en différents paliers : une terrasse haute, dite « holocène », formée au néolithique, et des terrasses basses, dites « historiques », c’est-à-dire de formation plus récente, de l’âge du Bronze à la période contemporaine. La plaine alluviale constitue un domaine agricole potentiel, fertile et favorisé par un drainage naturel grâce au faible dénivelé par rapport au fleuve et à la présence des méandres anciens. La terrasse haute, très fertile, est la plus éloignée du fleuve et son exploitation extensive nécessite des aménagements hydroagricoles dans les zones de faible pluviosité. Les terrasses basses, les premières touchées par les débordements du fleuve, ne peuvent être cultivées en continu. Rappelons, cependant, que toute la plaine alluviale est inondable à l’occasion des crues exceptionnelles. Seules les buttes géologiques résistantes sont assez surélevées dans la plaine alluviale pour échapper aux crues. Ces crues terribles jouaient, par ailleurs, un rôle positif car elles lavaient la terre des remontées de sel de la nappe phréatique et fertilisaient les sols par un apport nouveau d’alluvions. La mise en place des barrages, accompagnée d’une exploitation intensive des sols, a entraîné une salinisation progressive des terrasses alluviales, qui les rend à long terme impropres à la culture.

17Les versants de la vallée sont formés par le rebord du plateau, calcaire ou gypso-marneux selon le secteur, aux déclivités parfois abruptes, parfois en pente régulière, et par des terrasses pléistocènes plus ou moins hautes. Mais l’articulation entre ces terrasses et le rebord du plateau se traduit par des configurations très diverses sur le terrain : on englobera ces deux unités géologiques, sans les distinguer, sous les formules « limite ou ligne du plateau » ou « étagement en terrasses du plateau ». Comme le potentiel agricole est identique sur ces lambeaux de terrasses pléistocènes et sur le plateau, cette simplification ne fait pas disparaître d’informations essentielles à la compréhension du milieu. Sur les flancs de la vallée, les sols présents forment une couche mince soumise à une forte érosion de surface par les eaux de ruissellement. En dehors des régions situées au-dessus de la ligne isohyète 250 mm adaptée à la culture sèche, il y pousse une végétation rase et quelques graminées. C’est le domaine réservé au pastoralisme. Le sommet du plateau est très vallonné et incisé d’oueds, ou wadis, plus ou moins pentus, qui rejoignent la vallée suivant l’orientation créée par les accidents topographiques ponctuels. Les plus petits cours d’eau atteignent rarement la plaine et se perdent dans leur propre cône de déjection ou sur le glacis des terrasses pléistocènes. Certains cours d’eau ont des bassins versants plus développés et s’écoulent au fond de petites vallées secondaires, assez larges pour accueillir des cultures.

Les divisions régionales du Moyen-Euphrate

  • 27 Inspirée de la division hydrographique proposée par J. Kerbé, cf. Kerbé 1987, p. 650.

18En référence à ces caractéristiques générales, il est possible d’établir une division orographique et hydrographique27 du Moyen-Euphrate, qui mette en valeur les changements d’orientation de son cours et les particularités de certains secteurs de la vallée.

Sur quelle base définir une « unité régionale » ?

19Le terme de « région » permet d’isoler une unité cohérente dans un ensemble géographique plus large, ici le Moyen-Euphrate. Pour définir ces unités régionales, il est pertinent de croiser les critères orographique, climatique et culturel. Le relief pris en compte est considéré à l’échelle de la vallée : il s’agit de la présence de massifs rocheux en bordure du plateau dont la limite peut être abrupte, telle une falaise, ou étagée. Les divisions climatiques ont déjà été présentées ; elles déterminent un certain type de culture et de mode de vie adapté aux ressources en eau, sauf dans le cas d’innovations agricoles. L’identité culturelle d’une région correspond à la zone d’influence culturelle à laquelle elle appartient, que le centre de diffusion de cette culture soit plus ou moins proche de la vallée. Dans une certaine mesure, elle se confond avec les axes de communication naturels qui traversent le Moyen-Euphrate et déterminent, à toute période, le rattachement culturel d’un segment de la vallée à l’arrière-pays qui lui est le plus facilement accessible. Le partage culturel le plus repérable correspond aux aires d’influence du domaine méditerranéen, de la steppe, de la Haute-Mésopotamie et de la Basse-Mésopotamie.

La division tripartite : une vision synthétique

  • 28 Cf. Margueron 1999.
  • 29 Besançon et Geyer 2003, p. 23.
  • 30 Margueron 1999, p. 484.

20La division du Moyen-Euphrate la plus fréquemment reconnue distingue trois sections syriennes de longueur variable. Ce découpage a l’avantage de souligner les changements de direction générale du fleuve et donne un rôle prépondérant aux trois affluents syriens de l’Euphrate : le Sajour en rive droite, le Balikh et le Khabour en rive gauche. La section septentrionale, de Jerablous à Meskené, orientée du nord au sud et comprenant la confluence du Sajour, correspond, en outre, au segment du fleuve compris dans le Croissant fertile. La section médiane, de Meskené au détroit de Halabiya, orientée d’ouest en est, comprend la confluence du Balikh. La section méridionale, du détroit de Halabiya à Abou Kemal, orientée du nord-ouest au sud-est, comprend la confluence du Khabour. Cette conception tripartite sert aussi bien la logique d’une étude hydrographique comme celle de J. Kerbé que l’intérêt des problématiques archéologiques, comme l’a rappelé J.-C. Margueron28. Ce dernier en a fait valoir la pertinence pour la compréhension historique du Moyen-Euphrate et a montré comment la répartition spatiale des villes pour la période halafienne et l’âge du Bronze et la diffusion des modèles culturels étaient en étroite relation avec les réseaux hydrographiques de l’Euphrate et de ses affluents. Si cette division tripartite permet de dégager les grands traits de chaque composante régionale, la réalité topographique révèle des divisions locales plus restreintes : la ligne des reliefs combinée au parcours sinueux du fleuve morcelle la vallée en une succession de plaines dont la surface représente le terroir agricole potentiel des installations humaines ; c’est la structure alvéolaire de la vallée que B. Geyer et P. Sanlaville ont, les premiers, mise en valeur, en se référant aux « alvéoles de Mayadin et de Mari »29 comme à des unités régionales définies. Plus récemment, J.-C. Margueron rappelait combien ces alvéoles ou ces bassins fortement individualisés caractérisent tout le parcours du Moyen-Euphrate30.

21Pour mieux souligner les variations du paysage et les éléments favorisant ou limitant les communications interrégionales, il faut mettre en valeur les verrous géologiques : localement, ils représentent des contraintes dans la vie de la vallée, soit comme des obstacles impraticables, détournant les routes vers les terres intérieures, soit comme des passages obligés des communications et, donc, des points de contrôle. À partir de ces critères, on divisera la vallée en huit segments (fig. 10). Cette division permet à l’analyse archéologique de passer outre les repères modernes telles les frontières, les limites administratives ou les aires d’immersion des barrages qui servent de cadre aux recherches de terrain. Cette répartition rétablit l’homogénéité des paysages de part et d’autre de la frontière turco-syrienne. Par ailleurs, elle permet de rappeler la localisation et les dimensions des plaines alluviales – c’est-à-dire des terrasses, en bordure de fleuve, les plus facilement exploitables –, parties du paysage qui ont été les premières touchées par la mise en eau des barrages et ont aujourd’hui disparu sur la majeure partie du Moyen-Euphrate.

Fig. 10 ‑ Division du Moyen-Euphrate en huit régions.

Fig. 10 ‑ Division du Moyen-Euphrate en huit régions.

Première section : De Horum Höyük à Birecik

22Cette première section isole la partie du Moyen-Euphrate caractérisée par l’orientation nord-sud de son écoulement et par la proximité des reliefs montagneux du Kara Dağı à l’ouest et du Direkli Dağı à l’est. Le paysage emprunte encore un peu à l’environnement des gorges de l’Euphrate, avec l’étroitesse du fond de vallée et la sinuosité du fleuve entre de hauts plateaux, entre 710 et 880 m d’altitude. Le climat méditerranéen est ici plus contrasté, en raison de la proximité du piémont anatolien. On enregistre de très fortes pluviosités dès la fin octobre et des températures hivernales très basses. Le cours du fleuve est incisé dans un plateau calcaire dont le sommet, en rive droite, est recouvert d’une couche très résistante de dépôts volcaniques qui donne au paysage un aspect particulier et désolé. Le sol est fertile mais le terrain est très accidenté ; la couche de sol arable est mince et régulièrement lessivée par les violentes pluies d’automne.

Le cours supérieur de l’Euphrate entre le barrage Atatürk et Horum Höyük

23La vallée en amont de Horum Höyük est très encaissée (fig. 11). Le rebord dentelé de la partie supérieure du plateau domine une pente relativement raide, sans végétation, où se sont accumulés les éboulis sur les différentes terrasses, témoins des phases de creusement de l’Euphrate dans les couches karstiques et marneuses du plateau. Le fond de vallée est étroit, de moins d’1 km de large, et, par endroits, bordé d’une bande de terre exiguë, boisée. L’élargissement ponctuel de la vallée est créé par la confluence des nombreux cours d’eaux descendus des hauts plateaux et, majoritairement, situés en rive droite. Ces cours d’eau ont un parcours très long et très ramifié dans la partie supérieure du plateau, puis s’enfoncent dans des ravins accidentés au tracé sinueux, qui s’élargissent en rejoignant l’Euphrate avec une orientation ouest-est. L’apport en eau de ces affluents mineurs, tels le Göksu, le Merzum Su, est aussi violent que ponctuel et, à la suite d’une forte pluie, ces vallées secondaires peuvent devenir infranchissables et compromettre ainsi la circulation le long de la vallée.

Fig. 11 ‑ Cours supérieur de l’Euphrate en aval de Samosate ; boucle du fleuve à la hauteur de Gözeli et d’Ayni

Fig. 11 ‑ Cours supérieur de l’Euphrate en aval de Samosate ; boucle du fleuve à la hauteur de Gözeli et d’Ayni

(© Y. Gellie 2001).

La vallée à la hauteur de Horum Höyük

  • 31 Cumont 1917, p. 291.
  • 32 Terrasse identifiée comme récente, de formation « holocène, subactuelle, actuelle » et dans le cas (...)

24À la hauteur de Horum Höyük, à 6 km en amont de Zeugma, la vallée change d’aspect : elle s’évase notablement (1,4 km de large) entre les hauteurs du Fakir Dağı à l’ouest et du Kalazan Dağı à l’est. Cet élargissement n’est pas dû seulement à l’adjonction d’une vallée secondaire, mais est marqué par la présence en rive droite d’une petite plaine alluviale de 0,5 km de large et de 2,6 km nord-sud, tandis qu’en rive gauche, le fleuve coule directement au pied des pentes. Les abords de la vallée sont occupés par une ligne de buttes fortement soulignées par le débouché des cours d’eau. C’est la présence de ces collines en aval de l’éminence calcaire de Çardak31 qui représente véritablement la fin du cours supérieur de l’Euphrate et l’entrée dans le cours moyen. Le recul de la falaise en rive droite et l’élargissement du fond de vallée, occupé par la plaine alluviale de Horum Höyük, résulte d’une phase ancienne de creusement du fleuve suivie d’une exondation et d’un comblement. Le fond de la vallée est ici comblé par un dépôt homogène de galets roulés par le fleuve ; un chenal passait d’ailleurs à la hauteur du site de Horum Höyük, chenal comblé et recouvert d’une couche de dépôts d’alluvions qui constitue le niveau actuel de la plaine. Il n’en reste pas moins que cette zone restait inondable et que le site a été fortement affecté par les changements de niveau du cours du fleuve. Au moment de la construction du barrage de Birecik, alors que son débit était contrôlé par l’activité du barrage Atatürk, le fleuve érodait la terrasse sur laquelle est établi le site et découvrait des aménagements en bordure de rive, précédemment enfouis sous les alluvions récentes32.

La vallée à la hauteur de Zeugma

  • 33 Ibid.
  • 34 Terrasse rissienne recouverte de terra rossa, cf. ibid.

25En aval, l’Euphrate change ponctuellement de direction et fait une boucle vers l’est. La configuration de la vallée s’inverse et présente une plaine alluviale en rive gauche et une rive escarpée en face. En rive droite, un affluent mineur, le Bahce Dere, rejoint la vallée immédiatement en amont du site de Zeugma avec une orientation unique du sud-ouest au nord-est. La vallée du Bahce Dere est dominée par la colline du Belkıs Tepe, dont l’étroit sommet culmine à 618 m d’altitude. Les pentes du Belkıs Tepe et des reliefs qui s’abaissent vers la plaine ont acquis un aspect très particulier que le travail humain autant que l’érosion ont nettement remodelé. En rive gauche, la plaine alluviale est restée une zone inondable lors des cycles de crues fluviales et sa limite a été périodiquement attaquée puis reconstruite par la dynamique du fleuve (fig. 12). La plaine alluviale est formée par la terrasse würmienne, comme à Horum Höyük, et prolongée en bordure du fleuve par deux terrasses plus récentes recouvertes de limons. La première, limitée par la rive convexe du fleuve à l’ouest, est constituée d’alluvions récentes et la seconde, plus ancienne, de galets33. En contrebas du plateau du Kalazan Dağı, un niveau intermédiaire34, plat et incliné vers le sud-est, et séparé des terrasses basses par un escarpement fort, est désigné comme la plaine de Hobab. Celle-ci couvre une surface de 3,5 km nord-sud sur 4 km est-ouest, avec un bon potentiel agricole.

Fig. 12 ‑ Transition entre le cours supérieur et le cours moyen de l’Euphrate en amont d’Horum Höyük, vue depuis le Belkıs Tepe

Fig. 12 ‑ Transition entre le cours supérieur et le cours moyen de l’Euphrate en amont d’Horum Höyük, vue depuis le Belkıs Tepe

(© Leriche 1995, archives mission ZMVE).

Deuxième section : Le resserrement de Birecik

  • 35 La ville de Nizip se trouve à 18 km à l’ouest.

26L’écoulement du fleuve du nord-ouest au sud-est est maintenu dans une vallée d’1 km de large sur 7 km de long, dominée par une falaise haute en rive droite (fig. 13). Le fleuve décrit ensuite une boucle vers le sud-ouest en se heurtant aux falaises crayeuses de Hacınebi Tepe en rive gauche, puis s’écoule vers le sud en passant devant la crête de Birecik, occupée par une forteresse mamelouke. Remarquons que la ville médiévale s’est étendue en aval de la forteresse, où le recul du rebord du plateau a ménagé une terrasse haute, prolongée par une plaine alluviale. À Birecik, le relief monte abruptement vers le plateau à 880 m d’altitude. En rive droite, les divagations du fleuve ont créé une zone un peu marécageuse le long de la rive basse. Le relief s’élève ensuite, terrasse après terrasse, vers le plateau de Nizip35, à 710-770 m d’altitude. Après le resserrement de Birecik, le fleuve traverse un troisième élargissement de 2 à 3 km de large en longeant la rive droite, marquée par une terrasse abrupte. En rive gauche, la plaine alluviale, de 2 km de large, est dominée par une falaise de hauteur moyenne au relief souple (590 m d’altitude), dont la ligne est souvent interrompue par l’incision de cours d’eau d’importance mineure.

Fig. 13 ‑ Resserrement de Birecik

Fig. 13 ‑ Resserrement de Birecik

(d’après photo satellite SPOT 1991-1992)

Troisième section : De Elifoglu Höyük à Tell Ahmar (40 km du nord au sud)

27En aval d’Elifoglu Höyük, la vallée est caractérisée par le recul du plateau en rive gauche et l’affirmation progressive des falaises calcaires, en rive droite, jusqu’au défilé de Kara Qouzak, en aval de Tell Ahmar. Le climat est affecté par une saison sèche plus longue. Le fleuve a une pente de 0,5 o/oo. Il passe de 330 m d’altitude au niveau de Jerablous à 315 m à Kara Qouzak. Le plateau occidental forme une ligne surélevée, très proche de la rive, ne laissant qu’une étroite bande intermédiaire entre lui et le fleuve, dont il souligne les nombreuses sinuosités. Sur la rive gauche, en revanche, c’est une série de cônes de déjection alluviale récents qui délimite l’extension maximale de la plaine alluviale, marquée par une large terrasse holocène. Tell Ahmar se trouve précisément à l’emplacement d’un môle alluvial résistant de ce type, au‑dessus de la plaine d’inondation, qui s’élève à 330 m d’altitude.

Le plateau et la rive occidentale

  • 36 Sanlaville et Besançon 1985, p. 7.
  • 37 Ibid., p. 8.

28Le contraste des paysages de part et d’autre de l’Euphrate est ici beaucoup plus affirmé. Le plateau occidental forme un ensemble homogène du nord au sud, de Gaziantep à la région de Membij, et se prolonge vers l’ouest jusqu’à Cyrrhus, où le paysage est caractérisé par un sol rouge, fertile et doucement vallonné. On retrouve, dans la partie nord, des buttes volcaniques culminant à 620-640 m d’altitude, au-dessus de couches de marnes calcaires sous-jacentes, plus tendres et fortement attaquées par l’érosion. Le plateau, à 520-530 m d’altitude à l’ouest, s’abaisse régulièrement vers l’Euphrate. À Jerablous, il descend à 420 m d’altitude, tandis que, de part et d’autre de la confluence du Sajour36, il se maintient entre 440 et 450 m. La partie proche de l’Euphrate est plus accidentée37, marquée par un réseau dense de vallons plus incisés qui divisent les bords du plateau en buttes escarpées et accentuent l’érosion du sol arable. Les sommets dénudés sont adaptés à la culture sèche et les terres fertiles se concentrent le long des vallées irriguées. Les plus larges descendent vers l’Euphrate : la vallée du Kerzin Çay, qui décrit une large boucle depuis Nizip, le Çutluk Çay en amont de Jerablous, le Wadi Amarna et enfin le Sajour, pour ne citer que les affluents les plus longs.

Autour de Jerablous

29En aval d’Elifoglu Höyük, le fleuve dessine une série de boucles serrées, successivement vers l’ouest et l’est, en se heurtant à un relief résistant sur la rive droite puis sur la rive gauche, mais garde une direction générale du nord vers le sud. Il n’y a pas de resserrement géologique à proprement parler, mais des points résistants, comme les collines contre lesquelles s’appuient, sur la rive gauche, à 5,6 km de la frontière, l’ouvrage principal du barrage de Karkemiş et les terrasses hautes immédiatement en amont du site de Jerablous. Entre Jerablous et le Wadi Amarna s’étend une petite plaine alluviale de 3,5 km de large sur 7 km de long. La présence des tells de Jerablous Tahtani et d’Amarna, chacun situé en bordure d’un bras secondaire de l’Euphrate, marque la limite occidentale de divagation du fleuve à l’époque historique, même si ces sites ont été eux-mêmes touchés par les crues du fleuve. Le Wadi Amarna, peu encaissé, reçoit les eaux de ruissellement du plateau entre Koundaria et ‘Ayn Al-Beïda avant de rejoindre la vallée. En aval de Tell Amarna, la limite du plateau s’avance vers l’est et prend de la hauteur (fig.  14). La bande de terre et les îles en contrebas de la falaise peuvent être considérées comme une surface agricole d’importance négligeable, dont l’exploitation n’a pu être constante en raison des divagations de l’Euphrate.

Fig. 14 ‑ Coupes des terrasses de la vallée de l’Euphrate entre Jerablous et Jebel Hammam

Fig. 14 ‑ Coupes des terrasses de la vallée de l’Euphrate entre Jerablous et Jebel Hammam

(Besançon et Sanlaville 1983, p. 22).

La vallée du Sajour

  • 38 Le débit moyen du Sajour est de 41 millions de m3/s, avec une année extrême de 450 millions de m3 e (...)
  • 39 Ibid., p. 8-9.
  • 40 Ibid., p. 10.
  • 41 Par exemple, voir la carte de l’État-major ottoman ainsi que celle réalisée par H. Kiepert pour E.  (...)
  • 42 Besançon et Sanlaville 1985, p. 8.

30Le Sajour décrit une large boucle du nord-ouest vers l’est, sur plus de 70 km, entre la région de Gaziantep, où il prend sa source, et l’Euphrate. Cet affluent étant essentiellement alimenté par les pluies, son débit est extrêmement variable38 ; il connaît un très fort accroissement hivernal entre décembre et avril, avec un pic en janvier-février, et une longue période d’étiage de juin à octobre. Sa vallée se présente comme une « gouttière »39 étroite, de 0,3 à 0,5 km de large, incisée dans le plateau. Elle n’offre pas de conditions très favorables aux installations humaines car son fond est exigu et ses versants toujours à la merci d’une forte crue40. Elle draine l’essentiel des cours d’eau de la région, dont les plus importants se situent sur son versant droit, comme le Wadi Membij. Ce dernier a creusé une vallée peu profonde et large, avec une plaine alluviale plus accueillante. Dans la partie du Sajour la plus proche de la confluence de l’Euphrate, où la vallée est située à 10 m en contrebas de la surface du plateau, les strates de calcaire marneux constituent un matériau très accessible et abondamment exploité comme carrières de pierre et pour l’habitat troglodyte (fig. 14). Les grottes artificielles abondent aussi dans les nombreuses ravines qui tranchent le rebord du plateau et rejoignent l’Euphrate. Les toponymes transmis par les voyageurs et indiqués sur les cartes du xixe s.41 rendent tout à fait compte de ce phénomène, avec des appellations imagées comme « Kirk Magara », les « quarante cavernes », le long de l’Euphrate et dans la vallée du Sajour. En aval de la confluence du Sajour, l’altitude du plateau monte rapidement jusqu’au défilé de Kara Qouzak. Le Jebel Hammam a détourné l’écoulement des eaux du plateau de Membij vers le nord, augmentant le bassin versant du Wadi Membij et du Wadi Hammam, qui rejoint l’Euphrate à 5 km en aval de la confluence du Sajour. En aval du Wadi Hammam, l’écoulement est drainé par des ravines encaissées et pentues42.

Le relief étagé en rive gauche

  • 43 Cf. ibid., p. 12.

31En rive gauche, le caractère spectaculaire du relief est créé par l’altitude du plateau qui monte progressivement vers Urfa. En face de la plaine de Jerablous, s’élèvent de hautes falaises de 50 à 55 m, continues pendant 7 km ; elles dessinent ensuite une anse vers l’est, courbe au creux de laquelle se développe une plaine alluviale s’élargissant jusqu’à 6 km est-ouest. Le relief de la rive gauche présente, dès lors, un bel étagement de terrasses en retrait vers l’est. Cependant, ces terrasses ne structurent pas fortement le paysage. Leurs limites sont irrégulières et peu marquées, excepté entre Khamis et Jaade, à 6 km en amont de Kara Qouzak. À cet endroit, la plaine est brusquement rétrécie par la présence de la terrasse ancienne, mieux conservée, dont le rebord dessine sur 5 km une courbe très prononcée, dominant les basses terrasses d’une trentaine de mètres. Elle est interrompue par le wadi de Kara Qouzak43. En aval de ce wadi, le niveau du plateau s’élève rapidement.

Quatrième section : De Kara Qouzak au défilé de Teshrin (34 km du nord au sud)

Le défilé de Kara Qouzak (10 km du nord au sud)

  • 44 Buttes résistantes « constituées de calcaires helvétiens d’une centaine de mètres d’épaisseur », ib (...)

32À Kara Qouzak, à la hauteur du pont actuel, la largeur de la vallée s’amenuise jusqu’à 1,7 km. Le défilé lui-même mesure 10,5 km de long et 0,5 à 0,9 km de large entre les falaises. Les reliefs qui forment le défilé résultent de la présence de buttes calcaires résistantes en sommet44. Les buttes de la rive droite – le Jebel Hammam et le Jebel Journ – sont divisées par des vallées profondes et se distinguent bien les unes des autres. Ce défilé offre des avantages stratégiques évidents, mais reste peu accessible. On ne pouvait sans doute pas longer les rives en période de crue. Le Wadi Qadahiya, incisé sur la rive droite entre le Jebel Hammam et le Jebel Journ, représente une route naturelle d’est en ouest, mais, en rive opposée, la ligne de falaise, presque continue, n’offre pas de voie similaire. Une route plus praticable doit contourner ce défilé. Quant aux routes est-ouest liées à un point de traversée, il faut les chercher soit immédiatement en amont du défilé, soit en aval, comme l’indique l’emplacement du pont de Kara Qouzak.

De Qal’at Al-Najm au défilé de Teshrin (24 km du nord au sud)

33La sortie de ce premier défilé est contrôlée en rive droite par le château médiéval de Qal‘at Al-Najm. Ce site n’est pas établi sur le flanc du Jebel Journ, mais sur un piton détaché et de moindre altitude, rehaussé et isolé par les soins des constructeurs médiévaux. Le cours actuel du fleuve s’oriente vers le sud-est en longeant au plus près la terrasse occidentale, marquée à présent par un replat de faible altitude. En rive opposée, la ligne concave du rebord du plateau a été modelée par le creusement de l’Euphrate, et domine une petite plaine inondable, large de 1,6 km d’est en ouest et longue de 4,5 km, qui s’étire vers l’aval jusqu’au prochain revirement du fleuve. La configuration de la vallée est alors inversée : la plaine est lovée en rive droite tandis que le fleuve longe la rive opposée, de faible hauteur. L’Euphrate dessine un « S » du nord-est au sud-ouest et s’écoule ensuite vers le sud-ouest dans une sorte de canyon de moins de 4 km de large et de 13 km de long, fermé par le défilé de Teshrin. Dans ce segment entre deux défilés, l’Euphrate a changé de tracé en réaction aux obstacles rencontrés, comme en témoignent les méandres anciens repérables sur les images satellites (fig. 15).

Fig. 15 ‑ Défilé de Kara Qouzak

Fig. 15 ‑ Défilé de Kara Qouzak

(photo satellite SPOT 1991-1992).

Cinquième section : De Teshrin à Tabqa : la grande boucle de l’Euphrate (49 km)

Le défilé de Teshrin

  • 45 Nommé « défilé de Katerkaya » par le navigateur C. Héraud, cf. Une mission de reconnaissance sur l’ (...)
  • 46 Appelé parfois et à tort Tell Ahmar ; à ne pas confondre avec le tell identifié avec Til Barsip, en (...)

34L’entrée du défilé de Teshrin est véritablement spectaculaire : un goulot de moins de 0,4 km de large dans lequel vient s’engouffrer l’Euphrate, qui développe en amont un très grand nombre de méandres. C’est là le site choisi pour la construction du second barrage syrien, dont le lac de réservoir remonte jusqu’à Jerablous, en aval du barrage turc de Karkemiş. Ce couloir s’étend sur 7 km et se desserre progressivement sur la rive orientale, où l’arrondi de la ligne du plateau surplombe une petite plaine alluviale. La fin du défilé mesure 1,2 km de large en moyenne. Sur le versant occidental, on note en aval la présence d’éminences calcaires bordant immédiatement la passe45 : les deux buttes de part et d’autre de la confluence du Wadi Galgal, le Jebel Khaled, culminant à 424 m d’altitude, et le Jebel Shash, dont la crête allongée est orientée perpendiculairement à la rive. L’horizon, à l’ouest, est lui-même barré par le massif du Jebel Mashi, avec ses deux pics à 592 m d’altitude. La vallée du Wadi Galgal contourne le Jebel Mashi par l’ouest et par le nord pour rejoindre l’Euphrate. Entre les flancs du Jebel Shash et du Jebel Mashi, l’espace est occupé par des replats traversés de cours d’eau peu incisés. En rive gauche, le relief est plus accidenté et les pentes, raides, descendent directement à la rive sans présenter de replats d’érosion ou de front de falaises. La présence d’un puissant massif, le Jebel Ahmar46, dont le sommet est à 634 m d’altitude, constitue un obstacle de taille dans les communications. Aucun wadi n’offre de voie praticable vers la vallée ou parallèlement à la rive. En aval, une butte en vis-à-vis du Jebel Shash marque la sortie du défilé.

La grande boucle de l’Euphrate

  • 47 Pour ce segment du fleuve, noyé depuis la mise en eau du barrage de Tabqa en 1976, nous ne disposon (...)

35En aval de la passe, le fleuve s’oriente vers le sud-ouest avant de décrire une large courbe vers l’est47. La vallée s’élargit progressivement et mesure environ 5 km de large à la hauteur de Shams Al-Dîne. La rive droite est alors dominée par le Jebel Arouda. Le profil des versants s’étage de nouveau (fig. 16). Un dense réseau de wadis isole une série de collines aux pentes érodées et molles en bordure de la plaine alluviale ; l’Euphrate se sépare en chenaux nombreux et son étalement favorise la formation d’îles (grèves, alluvions) au milieu du lit principal. Les boucles du fleuve sont limitées à l’est par une haute rive rocheuse dessinant une ligne concave de falaises basses.

Fig. 16 ‑ Profil transversal du secteur de Meskené

Fig. 16 ‑ Profil transversal du secteur de Meskené

(d’après Kerbé 1987, fig. XIV-72)

La courbe de Meskené

36La courbe de Meskené s’explique par la présence du Jebel Bishri, en rive droite, qui contraint le fleuve à emprunter une orientation vers l’est puis vers le sud-est (fig. 17). Cette seconde direction est dictée par la rencontre du prolongement du Jebel ‘Abd Al-Aziz, situé en rive gauche. Le coude de Meskené correspond à un fort évasement de la vallée, qui ralentissait et atténuait les crues de l’Euphrate, avant la construction du barrage de Tabqa. La ligne concave des reliefs en rive droite, anciennement creusée par le fleuve, aménage une cuvette privilégiée dans la plaine, mais exploitable seulement pendant les périodes historiques où le cours de l’Euphrate coulait plus à l’est. En aval du Jebel Arouda, se succèdent une série de promontoires reliés par de grandes zones vallonnées, plus basses. La ligne des reliefs au-dessus de 300 m décrit un arc de cercle irrégulier et déformé par l’avancée des promontoires vers le nord-est : celui de Meskené, au nord-ouest du site, à 309 m d’altitude, et celui dit de Tell Faq’ous, nommé ainsi d’après le site qui en occupe la partie nord. La plaine alluviale est bordée par une ligne basse de falaises avoisinant les 250 m d’altitude, que le cours du fleuve longe jusqu’à Dibsi Faraj. L’évasement de la vallée, accentué par la présence de grands wadis très ramifiés sur chacun des versants, atteint environ 5 km en amont du col de Tabqa. En aval, les promontoires de Qal‘at Ja‘bar, en rive gauche, à 371 m d’altitude, et d’El‑Qoussour, en vis-à-vis, à 360 m d’altitude, annoncent le resserrement de Tabqa, de 2,5 km de large.

Fig. 17 ‑ Courbe dite de Meskené, changement d’orientation du cours de l’Euphrate vers l’est

Fig. 17 ‑ Courbe dite de Meskené, changement d’orientation du cours de l’Euphrate vers l’est

(photo satellite déclassée Landsat 1965)

Sixième section : De Tabqa au défilé du Khanouqa et à la confluence du Balikh (97 km d’ouest en est)

37Le resserrement de Tabqa, qui serpente sur 18 km environ, est aujourd’hui limité à l’ouest par le mur puissant du barrage de Tabqa et par un bassin secondaire à l’est. En aval de cette passe, le développement de la vallée varie de 4 à 5 km de large, avec de rares amincissements.

Distinction entre le plateau shami et la Jezireh

38Dès que le fleuve aborde les régions de la steppe syrienne, la distinction entre les deux rives devient plus forte. Ce contraste des paysages se reflète dans la représentation mentale de l’espace ; l’Euphrate sépare un ensemble occidental, appelé « Shâmiya », c’est-à-dire rattaché au Bilâd Al-Shâm (Levant), et un espace en rive gauche, appartenant à la Jezireh. Cette opposition n’est pas factice, mais correspond à une différence d’aspect entre les deux rives : en rive droite, la limite de la vallée, majoritairement escarpée, est formée de falaises gypso-marneuses ou de collines au profil souple, tandis qu’en rive gauche s’étagent des terrasses marquées jusqu’au niveau du plateau (fig. 18). Le tracé du fleuve divague entre ces deux lignes d’horizon, créant une bande de verdure et d’eau dans le paysage monotone de la steppe.

Fig. 18 ‑ Profil transversal du secteur de Raqqa

Fig. 18 ‑ Profil transversal du secteur de Raqqa

(d’après Kerbé 1987, fig. XIV-72)

De Tabqa à Raqqa

39Le cours du fleuve suit d’abord la ligne concave de la rive droite puis s’oriente vers Raqqa et la confluence du Balikh. L’érosion du plateau en rive gauche n’a épargné que peu d’escarpements ou de buttes, excepté aux environs de Halabiya, de part et d’autre du Wadi Al-Faid. Sur le versant droit de la vallée, le fleuve s’est heurté à une masse calcaire résistante dont le sommet s’élève progressivement en aval du site de Soura et dont la limite sinueuse a été modelée par le passage des anciens chenaux (fig. 19).

Fig. 19 ‑ Replats d’érosion du plateau marno-gypseux en rive droite à la hauteur de Sura-El Hammam

Fig. 19 ‑ Replats d’érosion du plateau marno-gypseux en rive droite à la hauteur de Sura-El Hammam

(© Y. Guichard 2002)

De Raqqa au défilé du Khanouqa

40Aux approches de Raqqa, le talus séparant le plateau de la plaine alluviale est très faible, à peine deux mètres, mais suffisant pour tenir en respect les dernières crues du fleuve. Au nord de Raqqa, le plateau s’élève rapidement avec les buttes topographiques de Tell Aswad et de Tell Bi‘a, occupées par des sites archéologiques. Les alentours de la confluence du Balikh sont plus accidentés, mais cet affluent, en rejoignant la vallée de l’Euphrate, creuse son lit dans une terrasse d’alluvions récentes (fig. 20). Son tracé, incisé de 2 à 3 m dans les alluvions, est tout à fait instable et ses berges sont meubles et friables. Le fleuve chargé de limons mêle actuellement ses eaux brunes au cours vif de l’Euphrate à plus de 12 km à l’est de Raqqa, mais la confluence se situait jadis beaucoup plus à l’ouest et, à certaines périodes, dans l’axe de la vallée du Balikh, comme on peut le voir sur les clichés satellites. La vallée du Balikh est l’axe de communication le plus direct vers les plaines de Haute-Mésopotamie qui s’étendent autour d’Urfa-Édesse et de Harran. Elle permet d’éviter le long détour vers l’ouest que représente la boucle de l’Euphrate et, à ce titre, apparaît comme une route complémentaire et très fréquentée. La confluence du Balikh et de l’Euphrate représente un carrefour primordial des communications nord-sud et est-ouest.

Fig. 20 ‑ Confluence du Balikh et de l’Euphrate

Fig. 20 ‑ Confluence du Balikh et de l’Euphrate

(d’après photo satellite SPOT)

  • 48 Ces méandres marécageux étaient portés sur les cartes du xixe s. et mieux localisés sur la carte FF (...)
  • 49 Carte FFL 1945, feuille NJ 37-XXII, Raqqa.
  • 50 Cf. Kohlmeyer 1984, carte 4.

41En aval de Raqqa, la vallée mesure 6,5 km de large. En rive droite, la falaise escarpée du plateau gypso-marneux se poursuit entre 340 m et 347 m d’altitude tout le long de la vallée. Au pied du plateau, une bande, résultant de l’érosion de la roche, forme un replat irrégulier qui assure la transition avec la plaine alluviale. Cette terrasse est très nette à la hauteur d’Al-Ermekesh, en face de Raqqa, et de Sabkha à Maadan. Cette bande en contrebas du plateau est, par endroits, directement bordée, sur 2 ou 3 km, par le développement de méandres encore en eau, comme en aval de Saffin. En rive gauche, la limite du plateau se profile en retrait de la vallée à 250 m d’altitude. L’horizon est barré par les pics du Jebel ‘Abd Al-Aziz, culminant à 800-900 m. Le seul point de vue remarquable sur la vallée est constitué par le promontoire de Hamrat Balasin, dominant le fleuve d’environ 20 m. Le tracé actuel du fleuve surcreuse la limite orientale du promontoire de Hamrat Balasin, puis reste à mi-distance des versants jusqu’à Maadan. Cependant, le dessin ondulant de la limite sud du plateau, entre Falisat Dib et Yaroubiya, et les nombreux méandres encore en eau, à proximité des sites d’Abou Saïd ou de Jazirat As-Sati, montrent que le fleuve a développé là de nombreux méandres. Les cours d’eau qui descendent du versant sud du Jebel ‘Abd Al-Aziz strient la surface du plateau et gagnent la vallée avec une orientation du N.-N.-E. au S.-S.-O. La plaine est ici particulièrement marquée par le tracé des méandres anciens, qui ont pu être, à certaines époques, des chenaux principaux de l’Euphrate. Quelques méandres, bien que détachés du cours actuel du fleuve, sont toujours en eau48et constituent des zones semi-marécageuses. Il faut noter une très forte et récente salinisation des sols les plus éloignés de la rive, ce qui les rend impropres à la culture. En rive droite, à la hauteur de Maadan, le plateau est nivelé (fig. 21). Des falaises basses, entre 245 et 250 m, longent la vallée jusqu’à l’étranglement du Khanouqa, au pied d’une pente raide qui mène au sommet aride du plateau de Shâmiya, à 300-350 m d’altitude. Ce dernier est constamment présent à l’arrière de la vallée, mais est masqué par la masse basaltique qui borde le défilé. Avant de s’engager dans le défilé, l’Euphrate, mû par l’obstacle à franchir, serpente de la rive droite à la rive gauche, développant ses méandres de l’aval vers l’amont. La largeur de la vallée passe de 4,5 km à Maadan à 2,8 km en amont du défilé. En rive gauche, une petite dépression, occupée par la confluence du Wadi Haqilâ49 ou Wadi Malih50, constitue la transition entre le promontoire de Jazirat As-Sati et le massif oriental du Khanouqa. Dans le défilé, la vallée, de moins d’1 km de large, entre la limite du plateau et les coulées basaltiques, se rétrécit, jusqu’à former une bande exiguë de 200 m directement sous l’escarpement du massif occidental du Khanouqa.

Fig. 21 ‑ Vue de la rive droite depuis Tell Khmeyda

Fig. 21 ‑ Vue de la rive droite depuis Tell Khmeyda

(© Y. Guichard 2000)

Septième section : Du Khanouqa à la confluence du Khabour (86 km du nord au sud)

42Dans cette section, on rencontre à la fois le défilé spectaculaire de Halabiya, qui redresse le cours de l’Euphrate vers le sud, et le plus fort élargissement de la vallée fluviale.

Défilé volcanique du Khanouqa (10 km du N. au S.)

43Constitué de deux massifs résistants de basalte, le défilé du Khanouqa est l’élément structurant de la moitié méridionale du Moyen-Euphrate, parce qu’il induit un changement de direction du cours vers le sud sur 180 km. Ses reliefs, à 310-315 m d’altitude, sont formés par une coulée basaltique caractérisée par un rebord découpé par les eaux de ruissellement. Leurs flancs raides, sans être escarpés, laissent voir, sous la mince couche basaltique, le substrat gypseux qui les constitue (fig. 22). Cet environnement exceptionnellement préservé est, depuis quelques années, bouleversé par l’exploitation de carrières de basalte et de pouzzolane ouvertes dans les parties hautes des wadis. À court terme, ce secteur fera l’objet d’un aménagement hydro-électrique. Le massif oriental, de forme irrégulière, est le plus développé (23 km est-ouest et 15 km nord-sud) mais il ne borde directement la vallée que sur 11 km du nord au sud. Il se prolonge, ensuite, vers le sud-est. Le massif occidental constitue une unité plus isolée, qui mesure de 10 km nord-sud sur 7 km est-ouest et surplombe d’une dizaine de mètres le plateau calcaire présent à l’ouest. Il domine le fleuve sur toute sa longueur orientale. Cette disposition permet un évasement symétrique de la vallée au sortir du défilé. Dans la première moitié du défilé, tout l’espace entre les deux massifs est investi par le fleuve, qui se resserre en un unique chenal, de 120 à 170 m de large. En rive gauche, une voie de chemin de fer construite sous le Mandat français et une route étroite se disputent une bande de 20 à 10 m de large. Le premier élargissement se situe à moins de 2 km en aval du site de Halabiya : une boucle du fleuve a laissé place pour une petite plaine alluviale triangulaire, de 1,6 km est-ouest sur 2,5 km nord-sud. À la tangente de la rive, une accumulation de blocs signale le barrage antique dit de Sémiramis, ce qui indique que le cours de l’Euphrate n’a pas varié ici. En rive gauche, à l’aplomb de la falaise, se dressent les murs ruinés de Zalabiya, en partie détruite par le recul de la falaise.

Fig. 22 ‑ Défilé du Khanouqa vu depuis l’amont sur le plateau en rive gauche

Fig. 22 ‑ Défilé du Khanouqa vu depuis l’amont sur le plateau en rive gauche

(© Y. Guichard 2000)

Du Khanouqa à Deir ez-Zor (51 km du N.-O. au S.-E.)

  • 51 C’est par cette ravine que passe la route de Palmyre.

44En sortant du défilé du Khanouqa, le fleuve longe ponctuellement la rive droite. En aval, son écoulement est maintenu entre les terrasses basses du plateau, dont la ligne de relief, à 300 m d’altitude, se maintient en retrait à 1 ou 3 km de la plaine alluviale. Cependant, le tracé sinueux des limites du plateau reflète le travail d’érosion différentiel du fleuve. Les terrasses résistantes, aux formes arrondies, s’avancent sur chaque rive à la hauteur de Tibni et de Kasra et contraignent le tracé du fleuve à les contourner. Entre ces resserrements de 1,8 à 2 km de large, le fleuve a évidé la limite du plateau, comme en témoigne la présence de méandres anciens. La plupart sont comblés ; certains sont encore en eau, comme le méandre lové contre la limite nord-est du promontoire de Kasra, en rive gauche. La circulation entre le plateau et la plaine est facilitée par les nombreuses ravines qui entaillent le rebord de ces promontoires. En aval de Kasra, la plaine atteint 8 km de large. En rive droite, le niveau intermédiaire du plateau disparaît après 5 km ; il est remplacé par une ligne de falaises hautes qui domine la plaine de 40 m. Son rebord est traversé de failles et tranché par des wadis pentus et courts, orientés perpendiculairement à la falaise. Au pied de la falaise, il n’est pas rare de retrouver des pans entiers effondrés (fig. 23). En rive gauche, la limite du plateau (autour de 225 m d’altitude) est marquée par un dénivelé faible (10 m) par rapport à la plaine, puis la surface du plateau s’élève progressivement au-dessus de 250 m d’altitude. Le fleuve a beaucoup divagué entre ces deux reliefs. Son cours actuel est à peu de distance du plateau oriental, mais de nombreux paléoméandres, dont deux longs méandres encore en eau, l’un sous les falaises de Tabouz et l’autre en amont de Rhaïta, ont laissé leur empreinte dans la plaine alluviale de la rive droite. À la hauteur de Rhaïta, la falaise occidentale, qui perd de la hauteur (245 m d’altitude), est directement longée par l’Euphrate et marque un léger rétrécissement de la vallée à 5 km de large. La ligne de reliefs au-dessus de 280-300 m recule vers l’intérieur de la steppe et laisse place à une grande dépression du terrain au contact de la vallée. Cette dépression, qui est occupée par la localité de Deir ez-Zor et ses faubourgs, est marquée par un réseau de ravines dont la plus large, la branche septentrionale du Wadi Malih, ménage une transition facile au sommet du plateau51. La dépression est limitée au sud-est par un promontoire de 250 m d’altitude, dont la falaise orientale est parallèle à la vallée. Ce promontoire est contourné par la branche méridionale du Wadi Malih. En rive gauche, la surface du plateau, légèrement inclinée vers la vallée, est dépourvue d’accident topographique notable. Entre ces deux lignes de reliefs, la vallée s’étend sur 8 km de large.

Fig. 23 ‑ Falaise sous le site de Tabouz en rive droite.

Fig. 23 ‑ Falaise sous le site de Tabouz en rive droite.

De Deir ez-Zor à la confluence du Khabour (25 km du N.-O. au S.-E.)

  • 52 Cf. Carte FFL 1945, feuille Deir ez-Zor.

45Le contraste entre les deux rives s’accentue définitivement. En rive droite, la limite du plateau se dédouble : la plaine alluviale est limitée par un niveau d’érosion du plateau en pente douce vers l’ouest, autour de 225 m d’altitude. Au-dessus de ce niveau intermédiaire, la ligne de hauteurs, entre 250 et 235 m d’altitude, décrit un grand arc de cercle qui rejoint le fleuve à la hauteur de Salhiya-Doura-Europos. Entre Deir ez-Zor et Mayadin, il faut noter la présence de pics isolés en bordure du plateau, qui culminent de 291 à 268 m d’altitude52, mais à l’ouest de Mayadin, le bord du plateau, incisé par un réseau dense de ravines, se maintient entre 234 et 235 m d’altitude. La monotonie de la rive gauche est interrompue par la vallée du Khabour. En amont de la confluence, en effet, le dénivelé entre le plateau et la plaine reste faible, caractérisé par une pente douce, excepté pour les secteurs directement érodés par le cours du fleuve à l’époque historique. Dans ces cas, l’Euphrate a tranché le substrat du plateau et les couches de dépôt de conglomérat de la partie supérieure. Le réseau hydrographique du Khabour représente un axe de circulation important, reliant au nord une plaine agricole fertile, proche des ressources en fer et en bois du piémont anatolien, et les régions méridionales de l’Euphrate, qui en sont dépourvues. La vallée du Khabour, de 1,5 km de large environ, s’écoule avec une orientation du nord-est au sud-ouest. Jusqu’au moment où l’affluent entre dans la vallée de l’Euphrate, il est maintenu entre deux lignes de relief du plateau, qui dominent la vallée d’une dizaine de mètres. À la hauteur de la confluence, il traverse la plaine alluviale de l’Euphrate et contourne par l’est une série de môles résistants, ceux de Barhadi et d’Al-Bousayra, ce qui le dévie de l’axe de la vallée (fig. 24). Il rejoint l’Euphrate en aval d’Al-Bousayra en se dédoublant en plusieurs chenaux, mais le tracé actuel a naturellement varié, de même que la boucle de l’Euphrate, qui s’est, notamment, déplacée vers l’ouest, alors qu’un ancien chenal passait en limite occidentale d’Al-Bousayra. La vallée de l’Euphrate atteint ici, ponctuellement, 10 km de large.

Fig. 24 ‑ Confluence du Khabour et de l’Euphrate

Fig. 24 ‑ Confluence du Khabour et de l’Euphrate

(photo satellite SPOT 1991-1992)

Huitième section : De la confluence du Khabour au verrou du Jebel Baqouz (95 km du nord-ouest au sud-est)

46La partie méridionale de l’Euphrate est dans la totale continuité du segment précédent. En rive droite, le niveau d’érosion en contrebas du plateau s’amenuise jusqu’à disparaître sous les falaises de Dweir à Doura-Europos, dont l’à‑pic est au-dessus du fleuve. Cette situation privilégiée ne se reproduit pas avant les massifs de Baqouz, car la limite du plateau, en aval de Salhiya, est séparée de l’Euphrate par une large plaine alluviale de 8 km de large en moyenne et de 180-170 m d’altitude. Il faut noter l’existence de grands oueds, larges d’1 à 1,5 km, qui traversent le plateau et créent de véritables couloirs de circulation de la steppe vers l’Euphrate. Il y a tout d’abord le Wadi Al-Khorr, qui décrit, depuis le versant sud du Jebel Bishri, une large boucle vers le sud-est pour rejoindre la vallée à 10 km en aval de Mayadin. Le Wadi Souab, ou Wadi Deinah, dont le débouché se situe à 3 km en aval de Doura-Europos, est le plus développé (de 2 à 3 km de large) et peu incisé dans le plateau. Il suit l’orientation du sud-ouest au nord-est propre au réseau hydrographique du plateau irakien, comme le Wadi Ahmar, à 17 km en aval de là, et le Wadi Akash, en aval d’Abou Kemal. Ces derniers ont un débit non négligeable, notamment le Wadi Souab. La plaine est limitée par les variations du cours du fleuve. Celui-ci est contraint de dépasser certains éléments géologiques résistants dont la position, dans le fond de la vallée, crée un resserrement du lit majeur du fleuve. Les plus notables sont celui d’Ashara, en rive droite, que le fleuve contourne par l’est, et les deux môles symétriques occupés par le site d’Al-Ramadi en rive droite et par le site de Tell Abou Hassan en vis-à-vis. Quant au plateau, il est affecté, en aval de la confluence du Khabour, par une série de dépressions du terrain, de 285 à 205 m d’altitude, qui drainent en ravines très ramifiées toutes les eaux de ruissellement. La transition du plateau à la plaine, de tracé très irrégulier, est parfois à peine soulignée par une rupture et le terrain s’élève très progressivement. La masse du Jebel Baqouz s’impose d’abord sur la rive gauche ; sa falaise occidentale contraint l’Euphrate à la contourner par le sud-est. Parallèlement, en rive droite, l’avancée du plateau vers le nord-est confirme la réorientation du cours vers l’est. Le fleuve est maintenu par ce défilé sur 21 km dans une direction qui le rapproche définitivement du tracé du Tigre.

47On retiendra trois prédispositions naturelles de l’Euphrate. Tout d’abord, sur le plan spatial, le réseau hydrographique de l’Euphrate et de ses affluents permet d’unir différentes régions du Proche-Orient, du nord-ouest au sud-est, et s’affirme comme un couloir de circulation majeur entre les régions septentrionales, proches de la Méditerranée, et le Golfe. À celà s’ajoutent les routes transversales le long des affluents et des wadis les plus importants, qui font de la vallée un carrefour entre l’Ouest et la Jezireh. Deuxièmement, la potentialité économique de la vallée est paradoxale, puisque les plus grandes surfaces agricoles de la vallée sont situées dans la zone climatique aride et doivent être irriguées. Il faut souligner qu’en dehors de l’agriculture, les régions du Moyen-Euphrate ne possèdent pas de ressources naturelles propres, mais que le fleuve est au contact des zones forestières et métallurgiques d’Anatolie, des plaines fertiles de Harran à l’est et de Membij à l’ouest, et des sources de bitume de Basse-Mésopotamie. Enfin, les défilés ou les reliefs bordant la vallée isolent les segments successifs de l’Euphrate en des alvéoles qui sont autant de points de passage et de contrôle. Elles forment aussi des unités régionales ou des sous-régions politiques et administratives.

  • 53 Titre génial du colloque consacré au bilan des fouilles d’urgence de Tabqa, organisé par J.-C. Marg (...)

48En reliant ces informations, on comprendra pourquoi le Moyen-Euphrate a pu, à toutes les époques, fonctionner comme une « zone de contacts et d’échanges »53 et jouer un rôle militaire important. La chronologie longue des sites de la vallée permet de mesurer, à l’échelle d’une unité régionale, le transfert d’une même fonction d’un site à l’autre sur de très longs intervalles ou de percevoir la révision des fonctions prioritaires d’un site singulier entre deux périodes successives. À une échelle spatiale plus grande (10 km), la vallée est structurée par une succession d’alvéoles délimitées par des points résistants dans la plaine. Ces alvéoles correspondent à des zones d’occupation continue, c’est-à-dire favorables à l’activité humaine ou indispensables au contrôle du territoire. L’occupation sans interruption d’un site est exceptionnelle en raison du facteur d’instabilité représenté par l’Euphrate lui-même, qui entretient une relation menaçante et destructive avec son environnement. Généralement, une occupation n’a pu se maintenir sur sa place initiale, mais s’est déplacée dans un rayon kilométrique proche (de 0,5 à 5 km), où le milieu répondait à ses nouveaux besoins. De nombreux sites, et en particulier les tells, ont connu des phases de réoccupation. Mais le terme « réoccupation » est parfois ambigu. Que signifie, en effet, pour reprendre les formules consacrées du milieu archéologique, qu’un site de l’âge du Bronze ait été réoccupé à l’époque romaine, ou un site hellénistique, au xie s. apr. J.-C. ? Comment le concept de fondation séleucide « ex nihilo » doit-il être compris, alors que le Proche-Orient offre une densité de sites archéologiques telle que toutes ces implantations nouvelles sont, chacune, à proximité immédiate d’un site d’occupation antérieure ? Le terme « réoccupation » implique qu’il y a une interruption dans la vie du site, et donc un abandon de toutes les fonctions qui lui étaient associées par l’identité culturelle et économique du groupe précédemment installé. Le projet de la géographie historique est justement de relier le contexte historique qui accompagne le retour de l’activité sur un site donné – par exemple, une phase de croissance démographique, l’implantation d’une nouvelle population, la réorganisation politique du territoire – avec le contexte géographique, qui limite les choix d’implantation. La localisation des sites archéologiques des périodes préclassiques est d’autant plus importante que ces vestiges archéologiques, notamment les tells, s’inscrivent dans le paysage de l’Antiquité. Ainsi, comme tout autre élément du paysage, le tell, butte artificielle formée par l’accumulation de niveaux d’occupation, est pris en compte dans l’organisation humaine de l’espace. Par exemple, un site anciennement occupé en plaine constitue un espace impropre à la culture et sera plus facilement réinvesti par des villageois pour laisser les terres agricoles libres. Par ailleurs, un site en bordure de fleuve ou de méandre, c’est-à-dire dans une position exposée, connaît une durée de vie plus aléatoire, à moins d’être implanté sur une unité géologique résistante qui en fait un point topographique élevé, moins exposé aux crues, propice à une occupation de longue durée et avantageux pour l’implantation d’un nouvel établissement. Comme le montrent les études géomorphologiques, nombre de sites sont implantés sur des unités géologiques résistantes. Jusqu’à la construction des barrages actuels, toute installation dans la vallée a été le résultat d’un compromis entre l’accès à l’eau et la nécessité de se protéger du fleuve. Tout site qui ne répondait pas à ces critères a été l’objet d’aménagements particuliers. La mise en œuvre de ces infrastructures implique une conception raisonnée de l’occupation de l’espace et, donc, une volonté politique émanant de la population locale ou des représentants d’un État centralisé. C’est aussi ce qui fait leur fragilité, car il suffit que l’équilibre des forces politiques et économiques, qui a permis et entretenu les aménagements, soit rompu pour que la survie du site soit compromise.

Conditions d’exploitation du fleuve et maîtrise de l’eau

  • 54 Voir le rappel des données présenté par Geyer et Monchambert 2003c, p. 269-270.

49Envisager l’occupation de la vallée du Moyen-Euphrate sous l’angle de la maîtrise de l’eau est nécessaire. Si la question de l’eau comme ressource vitale se trouve effectivement simplifiée par la proximité du fleuve, elle n’en demeure pas moins au centre des préoccupations et des stratégies humaines. Cette eau abondamment offerte ne demandait qu’à être exploitée pour mettre en valeur les terres environnantes, potentiellement fertiles. Mais les aménagements doivent permettre de tirer profit du fleuve tout en s’en protégeant. La nature instable de l’Euphrate a donc appelé des solutions originales et souples. Deux saisons, l’automne et le printemps, sont contraignantes pour l’activité humaine dans la vallée. L’étiage entre août et novembre réduit les possibilités de navigation et correspond, en zone aride, soit sur les deux tiers de la vallée, à la saison sèche où l’accès à l’eau devient problématique. Au début du printemps, la violence des crues peut compromettre le trafic fluvial, rendre le fleuve difficilement franchissable et menacer d’inondation les terres cultivées et les villages. Pour toutes ces raisons, la relation entre l’activité humaine dans la vallée et le fleuve s’avère plus difficile à saisir qu’il n’y paraît a priori. Enfin, entre les périodes hellénistique et byzantine, le facteur climatique est nuancé par un changement favorable appelé « petit optimum climatique classique », caractérisé par une plus forte pluviosité et une plus forte chaleur. Ce phénomène, bien identifié sur la façade méditerranéenne, a touché également l’intérieur du pays et notamment la steppe, où il est attesté par des études archéobotaniques à Palmyre et à Hassaké54.

L’irrigation

50L’importance de l’irrigation varie selon la zone climatique concernée. Dans la partie de la vallée comprise dans la zone du Croissant fertile, le développement agricole repose sur la redistribution et le stockage ponctuel des eaux apportées par une pluviosité suffisante ou des cours d’eau locaux et saisonniers. Les plaines cultivées du plateau de Nizip ou de Hiérapolis-Membij ne dépendaient pas de l’Euphrate, avant la construction des barrages. Dans les régions semi-arides et désertiques qui représentent les deux tiers de la moyenne vallée, en aval de Bâlis-Meskené, et qui ne peuvent bénéficier des avantages de la culture sèche, l’accès à l’eau est au premier rang des préoccupations humaines et dépend presque exclusivement de l’exploitation du fleuve et de ses principaux affluents.

Un réseau hydrographique dense de Horum Höyük au défilé de Teshrin

51Dans la partie septentrionale de l’Euphrate, la superficie de la plaine alluviale convient aux systèmes d’irrigation rudimentaires. Rappelons, en rive droite, l’existence des affluents de l’Euphrate : le Bahce Dere, le Nizip Su en Turquie, le Wadi Amarna, le Wadi Membij, le Wadi Galgal et le Nahr Al-Homr en Syrie, qui forment des milieux accueillants, propres au développement des exploitations agricoles. Quant aux villages, aux vergers et aux jardins installés à flanc de colline dans la vallée, ils sont alimentés par les nombreux cours d’eau qui descendent du plateau.

Puits, citernes, aqueducs

  • 55 Observations sur le tracé de l’aqueduc de Zeugma réalisées par l’équipe de la mission ZMVE entre 19 (...)

52Les puits creusés à la surface du plateau occidental atteignent une nappe phréatique potable. Dans un tel environnement, ce sont donc les cours d’eau incisés dans les hauts plateaux qui sont dérivés pour la mise en valeur des terres et l’alimentation des agglomérations éloignées du fleuve. Les aménagements typiques de la vallée, alors que le lit de l’Euphrate est encore relativement encaissé, sont les aqueducs antiques creusés dans la paroi calcaire des vallées secondaires. Le tracé de l’aqueduc de Zeugma passe en aval de Rumkale. Un canal de dérivation creusé dans le flanc du wadi à Enesh est encore utilisé par les habitants. À Zeugma, plusieurs conduits creusés dans le flanc nord du Bahce Dere ont été explorés55.

Les ressources en eau en milieu aride

  • 56 Cf. D’Hont 1994.

53Les recherches menées par O. D’Hont dans la vallée du Moyen-Euphrate, sur le mode de vie des bédouins ‘Agedat56, ont mis en évidence les types de ressources en eau de la région et ont sauvé de l’oubli les gestes traditionnels d’une agriculture d’autosuffisance. Le mode de vie de cette tribu arabe, installée dans la région depuis le xvie s., retranscrit assurément les gestes d’une activité plurimillénaire, comme l’agriculture pratiquée par les paysans du delta du Nil, avant l’introduction des pompes motorisées et la construction des barrages.

Les ressources en eau

  • 57 D’Hont 1994, p. 27-28.

54O. D’Hont a, préalablement, inventorié tous les types de ressources en eau et précisé les domaines de leur utilisation en distinguant l’eau potable, l’eau destinée aux troupeaux et l’eau appropriée à l’agriculture. On résumera ici sa classification57 pour la région de Deir ez-Zor.

  • L’Euphrate, le lit majeur ou les méandres ; les bras morts de l’Euphrate peuvent fournir une eau suffisamment douce si elle a été revivifiée par une crue du fleuve.

    • 58 Sur les puits, cf. Geyer et Monchambert 2003b, p. 230.

    Les nappes souterraines ; celles accessibles à 3-5 m de profondeur en contrebas de la terrasse haute sont à peine saumâtres et peuvent servir pour l’irrigation ; des puits58, d’époque médiévale, creusés en limite du plateau atteignaient une eau aujourd’hui trop saumâtre pour l’irrigation.

  • Les terres aquifères du piémont du plateau ; l’eau, assez saumâtre, qui sourd par un drain ou un puits creusé en bordure du plateau, est peu appropriée mais utilisable.

  • Les oueds incisés en bordure du plateau et alimentés par les pluies saisonnières.

  • Les dépressions naturelles en surface du plateau, rares mais offrant une eau douce consommable.

  • Les nappes sous la surface du plateau ; les puits creusés à moins de 20 m atteignent une eau saumâtre juste consommable par le bétail ; à une profondeur de plus de 25 m, des puits anciens ont touché une nappe d’eau douce potable.

  • Le Bas-Khabour, dont les seuils naturels forment des bassins de retenue d’eau en période d’étiage.

L’accès à l’eau

  • 59 D’Hont 1994, p. 29.

55Les ressources en eau potable sont donc rares, en dehors du fleuve ; toute installation sur le plateau doit être liée à un puits ou à des aménagements spécifiques. Le moyen le plus simple consiste à aller remplir les récipients dans l’Euphrate et à les transporter à dos d’âne ; les processions de porteuses d’eau sont encore visibles sur les berges (fig. 25). Aujourd’hui, l’eau peut aussi être prélevée dans les canaux les plus proches du village ou à la pompe municipale. C’est l’eau destinée à la consommation familiale et domestique. Les autres solutions demandent un savoir-faire plus poussé : creuser des puits en bordure de wadi ou dans les dépressions du plateau59 ; construire des barrages dans les oueds à fort débit comme le Wadi Souab. Les bassins ouverts servant à recueillir les eaux de pluie peuvent être alimentés par les canaux de dérivation à partir des oueds saisonniers, ainsi que les citernes, creusées dans le substrat rocheux et reliées à un canal ou à un bassin ouvert qui recueille les eaux de pluie.

  • 60 Dont un qanât, canalisation drainante souterraine, retrouvée en rive droite, cf. Geyer et Monchambe (...)
  • 61 Geyer 2003, p. 66 et Monchambert 2003, p. 122-123 et p. 125, fig. 18.
  • 62 Geyer et Monchambert 2003a, p. 88, site no 68 et Monchambert 2003, p. 122, fig. 14.

56De nombreux systèmes60 d’acheminement de l’eau vers la ville ont été éprouvés sur le Moyen-Euphrate. La solution la plus audacieuse semble avoir été mise en place à Mari, située à 2 km à l’ouest de l’Euphrate. D’après les études géomorphologiques61, la ville pourrait avoir été traversée par un canal, directement relié au plus proche méandre du fleuve, pour répondre aux besoins en eau des habitants et conduire les bateaux au cœur de la ville. À la suite d’une crue, l’Euphrate a vraisemblablement emprunté ce canal et submergé la partie orientale de la cité. Un type similaire d’aménagement semble encore avoir été mis en œuvre à Jebel Mastala, site divisé en son milieu par un canal aujourd’hui à sec62.

Fig. 25 ‑ Corvée d’eau, près du village de Maadan.

Fig. 25 ‑ Corvée d’eau, près du village de Maadan.

Des systèmes d’irrigation plurimillénaires de Meskené à Baqouz

57Le long des rives, sur les terrasses basses, est pratiquée une agriculture de proximité. L’irrigation de cette bande de terre étroite passe par un réseau de canaux alimentés par l’eau de l’Euphrate ou du Khabour. Les systèmes traditionnels de captation de l’eau du fleuve sont relativement performants.

Les systèmes élévatoires

  • 63 D’Hont 1994, p. 32.
  • 64 Ibid., p. 32-33.
  • 65 Ibid., p. 33-34.
  • 66 Geyer et Monchambert 2003b, p. 228-230.

58La nasba est le système élévatoire le plus rudimentaire63. Sur une structure en bois surélevée, un système d’enrouleur permet d’élever des récipients de 60 à 80 litres ; un plan incliné augmente la force de traction humaine ou animale ; un canal en terre latéral reçoit l’eau déversée du récipient. Le garraf est l’équivalent mésopotamien de la saqiya égyptienne64. Il permet une activité continue de la roue verticale située à l’entrée du canal de dérivation et qui récupère directement les eaux dans le courant du fleuve. Cette roue est actionnée par un axe ou une roue horizontale, elle-même mue par la force de traction circulaire d’un animal qui tourne en continu. Le garraf, qui permet d’irriguer 30 à 50 ha, est voué à une utilisation collective. Le propriétaire peut être différent des utilisateurs ; c’est parfois un homme du bourg, qui reçoit en échange de l’utilisation du garraf un sac de la récolte. La nahara ou noria65 est une grande roue de bois fonctionnant verticalement et dont l’axe repose sur deux piliers en maçonnerie surélevés et situés dans le cours du fleuve. Ce système doit être associé à un seuil rocheux naturel ou artificiel. On trouve des batteries de norias sur le Khabour et sur la rive droite de l’Euphrate, à Salhiya et, en rive gauche, à Tell Hajin66.

Les canaux d’irrigation

  • 67 D’Hont 1994, p. 34.

59Le canal principal, la sagia67, est alimenté par le système élévatoire à la prise d’eau ; sa pente calculée permet un fonctionnement gravitaire mais, sur un segment trop long ou à l’embranchement de certaines dérivations, le système est complété par une machine élévatoire avec pales ou godets. Le réseau de canaux est plus ou moins ramifié selon la dimension et le débit du canal principal. La mise en valeur des terres de la terrasse holocène, potentiellement fertiles mais trop éloignées des rives, suppose l’aménagement d’un canal de dérivation parallèle à l’Euphrate, et à mi-distance entre le plateau et la rive. L’eau est ensuite redistribuée, par un réseau de canaux secondaires et de rigoles, dans les champs, situés essentiellement entre le canal principal et le fleuve. L’irrigation des terres comprises entre le plateau et le canal est plus exceptionnelle.

  • 68 Notamment les prospections réalisées par B. Geyer et J.-Y. Monchambert (1982-1990), Geyer et Moncha (...)

60L’existence de canaux sur les deux rives du fleuve, entre Bâlis et Raqqa, avait été signalée lors de voyages d’exploration dès le milieu du xixe s., (Chesney en 1835, Sachau en 1883, et Sarre et Herzfeld en 1898). Certains de ces ouvrages en terre étaient encore visibles au début du xxe s., selon le témoignage de G. Bell (1909) et d’A. Musil (1927). Différentes prospections topographiques et archéologiques ont, depuis, permis de repérer les secteurs d’aménagements hydrauliques68 :

  • le nahr Masmala, en rive droite aux environs de Meskené/Bâlis ;

  • le canal dérivé du Balikh ;

  • les canaux de la rive gauche en amont et en aval de Raqqa ;

  • le nahr Sémiramis du défilé du Khanouqa à la confluence du Khabour ;

  • les canaux de Deir ez-Zor ;

  • le nahr Saïd dans l’alvéole de Mayadin ;

  • le canal dit de Mari en rive droite ;

  • le nahr Dawrîn en rive gauche, du Khabour au Jebel Baqouz.

  • 69 En particulier, leur datation, cf. infra p. 33-34.
  • 70 Présentation sur les canaux, cf. Geyer 1990.
  • 71 Geyer 1990b, p. 69 et carte 1.
  • 72 Ibid., p. 73-74 et carte 1.
  • 73 Sur les arguments en faveur du raccordement au Wadi Souab, voir les remarques de J.-C. Margueron da (...)
  • 74 Cf. Lafont 1993, Noter cependant un problème toponymique puisque le Wadi Akash (en aval d’Abou Kema (...)
  • 75 Geyer 1990b, p. 74 et carte 1-2.

61C’est dans la région de Mari que les aménagements hydroagricoles sont le mieux attestés par les sources épigraphiques et que les hypothèses de fonctionnement ont été les plus approfondies, en dépit de certaines incertitudes69. Entre Deir ez‑Zor et Abou Kemal, B. Geyer et J.-Y. Monchambert, lors de leurs prospections entre 1982 et 198570, ont relevé les tracés de cinq canaux (fig. 26). À Deir ez-Zor, qui correspond peut-être à une installation ancienne, se trouvaient encore en 1945 les vestiges de deux canaux non datés. L’un, creusé au nord, à 5 km en amont, avait là son aboutissement, tandis que le second était destiné à irriguer les terres en aval. Son point de départ (sa prise d’eau) au bord du fleuve, au milieu de l’agglomération moderne, était pourvu d’une digue en épi. Il parcourait en ligne droite la ville, vers le sud, jusqu’au Wadi Al-Jafra, situé à la sortie de la zone industrielle récente au sud de Deir ez-Zor71. Le tracé du nahr Saïd, repéré sur 33 km de long, était beaucoup plus important72. Construit à partir d’une large boucle de l’Euphrate à la hauteur de Tell Guftan, il se dédoublait immédiatement : le canal oriental desservait le site de Tell Mohasan, implanté en marge de la plaine inondable, tandis que le canal occidental se poursuivait le long de la falaise jusqu’en amont d’Ashara. Il a été identifié comme le canal construit par Ishim Yahdun-Lim, mais son tracé a été réutilisé et remanié à l’époque médiévale. En aval, le canal de Mari traversait toute la plaine entre Salhiya et Abou Kemal, soit un segment de 30 km environ. D’un niveau un peu surélevé pour faciliter l’écoulement de l’eau, il assurait la mise en culture de la terrasse holocène fertile, à l’abri des débordements du fleuve. Plusieurs tronçons d’un long réseau ont été repérés, mais la partie amont du canal a disparu. Deux hypothèses ont été proposées par B. Geyer pour l’alimentation en eau du canal : soit par une prise d’eau directement dans l’Euphrate, au pied des falaises de Salhiya, soit par le canal du Wadi Souab, dont la crue de printemps est un phénomène régulier73. Dans ce dernier cas, l’irrigation et la culture auraient été limitées à la saison de crue du wadi. En aval, le canal de Mari était probablement alimenté par les eaux saisonnières captées dans le Wadi Ahmar et le Wadi Akash, ainsi que par un canal secondaire, dit canal d’Appân, ayant sa prise d’eau dans l’Euphrate à 10 km en amont de Mari. Une tablette de Mari relate comment Sumu-Hadu, gouverneur de Mari au début du règne de Zimri-Lim (vers 1775 av. J.-C.), utilisa un canal, identifié par B. Lafont comme le canal de Mari74, pour y faire passer des barques chargées des récoltes de l’été, opération qui fit céder une des digues, au risque d’inonder la plaine. Quant aux deux canaux75 situés, l’un au pied du plateau à As-Sreij, dans l’alvéole de Mayadin, l’autre en périphérie du canal de Mari, ils pouvaient servir à drainer les eaux trop salées du plateau ou à canaliser un ruissellement trop abondant des eaux de pluie.

Fig. 26 ‑ Carte générale des canaux repérés par B. Geyer et J.-Y. Monchambert entre le Khabour et Baqouz

Fig. 26 ‑ Carte générale des canaux repérés par B. Geyer et J.-Y. Monchambert entre le Khabour et Baqouz

(Margueron 2004, p. 68)

Les aménagements hydro-agricoles : problème de datation

  • 76 Monchambert 1990.

62L’étude de ces canaux pose des problèmes méthodologiques, tant pour la datation de leur aménagement et de leur fonctionnement que pour la durée de leur utilisation. Il faut d’abord souligner combien il est difficile de dater la construction de ces ouvrages et d’estimer leur durée d’utilisation. Les indices archéologiques directement liés à ces ouvrages sont généralement insuffisants, de sorte que les datations proposées dépendent parfois de la compréhension du fonctionnement du système hydro-agricole et d’un raisonnement historique, comme l’a justement démontré J.-Y. Monchambert à propos des canaux de Mari et de Mayadin76.

Des éléments de datation insuffisants

  • 77 Ibid., p. 89.
  • 78 Aucune prise d’eau n’a été précisément localisée, exceptée celle du nahr Saïd, qui pourrait être à (...)
  • 79 J.-Y. Monchambert insiste sur la faible quantité de matériel recueilli dans les tranchées ouvertes (...)

63L’étude de ces ouvrages, construits en terre, se heurte, en effet, à de multiples obstacles. La technique de construction des digues et le matériel archéologique contenu dans ces ouvrages ne sont pas significatifs, la terre pouvant être prélevée n’importe où. Le repérage du tracé du canal ne repose que sur l’observation des tronçons qui ont échappé à l’érosion et aux destructions77. De plus, le canal repéré ne représente que l’épine dorsale du système d’irrigation car, la plupart du temps, les dérivations secondaires et le reste du réseau ont disparu. La localisation de la prise d’eau est également problématique : sa position en bordure de l’Euphrate, du Khabour ou au croisement d’un wadi la rend vulnérable aux phénomènes de crues et d’alluvionnements78. La collecte de matériel datable donne souvent peu de résultats79 : rares sont les tessons identifiables que procure le ramassage de surface . Seule la stratigraphie des digues et du comblement du canal, que des tranchées perpendiculaires au canal peuvent faire apparaître, apporte des informations sur toute la période de fonctionnement de l’ouvrage, à condition que les tessons datables y soient nombreux. L’entretien des canaux, en effet, suppose un curage régulier du canal et les dépôts ainsi prélevés dans le fond du canal sont rejetés sur le sommet des digues pour les renforcer. Le matériel des couches de comblement indique, quant à lui, la période d’abandon.

  • 80 Cf. Wilkinson 1995. Ces résultats ont bénéficié du fait que le canal a été comblé à la période byza (...)
  • 81 Cf. Berthier 2001a, p. 36-49 (coupes du nahr Dawrîn) et p. 90-98 (coupes du nahr Saïd).

64L’étude du canal du Balikh menée par T. J. Wilkinson en 1994 a permis d’établir une séquence stratigraphique des dépôts sédimentaires de cet ouvrage hydraulique à Tell Sabi Abyad depuis sa première utilisation jusqu’à son comblement80. Alors que ce canal était présumé remonter à l’occupation paléo-babylonienne du site, le matériel issu des premiers dépôts a été daté de la période hellénistique-parthe, tandis que la dernière période pleine d’utilisation a été fixée au ve-vie s. Ces résultats ont été confirmés par l’analyse des cycles d’alluvionnement d’un lit ancien du Balikh, en aval du site : l’écoulement du Balikh, abondant du IIIe au Ier millénaire av. J.-C., s’est révélé faible voire inexistant à partir de la période hellénistique, sans aucun doute en raison de sa dérivation pour alimenter le canal d’irrigation. En revanche, dans la région de Deir ez-Zor, les phases de réutilisation des canaux ont compliqué les analyses chronologiques : par exemple, les coupes stratigraphiques dressées sur les canaux du nahr Dawrîn et du nahr Saïd, analysées par B. Geyer et S. Berthier81, ont montré que les phases de comblement et de curage du chenal à l’époque médiévale ont affecté le canal originel lui-même. Dans ces conditions, il a été impossible d’obtenir des éléments directs de datation pour les phases de création et d’utilisation antérieures de ces ouvrages.

Les sites associés aux canaux : une répartition révélatrice des pratiques agricoles

  • 82 J.-Y. Monchambert distingue deux cas pour les sites associés aux canaux : le premier regroupe les s (...)
  • 83 Geyer et Monchambert 1987.

65Le repérage des sites jalonnant les canaux82 peut être considéré comme apportant des indices indirects sur le fonctionnement des systèmes d’irrigation. Mais ces indices doivent faire l’objet d’une interprétation prudente selon la nature des cultures irriguées. Dans la région de Deir ez-Zor à Baqouz, B. Geyer et J.-Y. Monchambert ont ainsi rencontré différentes configurations83 :

  • au canal dit de Mari, aucun site n’était associé ;

  • sur le tracé du nahr Saïd se trouvait une majorité de sites médiévaux ;

  • la partie septentrionale du nahr Dawrîn (fig. 27) était liée à des établissements d’époque médiévale, pour l’essentiel, alors qu’aucune installation ne jalonnait la partie méridionale du canal.

Fig. 27 ‑ Vue aérienne oblique du nahr Dawrîn dans le secteur de Darnaj

Fig. 27 ‑ Vue aérienne oblique du nahr Dawrîn dans le secteur de Darnaj

(photo aérienne par cerf-volant et montage © Y. Guichard 2000)

  • 84 Cf. la discussion à la suite de l’intervention de S. Berthier : Berthier 1990, p. 236.
  • 85 Sur l’exploitation de la vallée au Moyen-Âge, cf. Berthier 2001a, et résumé infra p. 52-54.
  • 86 La contradiction entre le caractère saisonnier de l’écoulement de l’eau dans certains canaux, à l’é (...)

66Cette constatation a conduit à différencier les types d’ouvrage et les modes d’exploitation agricole selon les phases d’utilisation attestées. Le problème a été très clairement exposé par P. Sanlaville : « La question qui se pose est de savoir s’il y a eu, selon les époques, des relations différentes des villages aux canaux, et si l’introduction des cultures d’été, des cultures de type tropical et en partie commerciales, n’a pas transformé le rapport à l’agriculture et au canal »84. La répartition des sites médiévaux le long du nahr Saïd et du nahr Dawrîn est, en effet, liée à de nouvelles techniques agricoles appliquées du viiie au xiiie s. : la culture des plantes de type subtropical (riz, coton), introduite à l’époque omeyyade dans la vallée, repose sur une irrigation continue des terres, du printemps à l’automne. Cet apport en eau pendant la saison sèche a rendu habitables des secteurs éloignés de l’Euphrate et a permis l’implantation de villages le long des digues85. Avant la période médiévale, l’irrigation pratiquée était saisonnière : les canaux fonctionnaient prioritairement au printemps pour les besoins de l’agriculture et ne pouvaient approvisionner en eau un village tout au long de l’année86. Dans ce contexte, l’absence de sites antérieurs au viiie s. sur le tracé du canal de Mari et du nahr Saïd paraît logique : les secteurs habités et les domaines agricoles sont différenciés ; les premiers sont situés près de l’Euphrate ou sur des dérivations ponctuelles à partir du fleuve, les seconds le long des canaux.

Une irrigation saisonnière entre le iiie millénaire av. J.-C. et le viie s. apr. J.-C.

  • 87 Nous élargissons là une mise au point de J.-C. Margueron : « La différence entre ce qui se passe à (...)
  • 88 Monchambert 1990, p. 95.
  • 89 Cette datation repose sur un a priori clairement exprimé par J.-C. Margueron : « Il est très diffic (...)
  • 90 Cf. Finet 1969.
  • 91 O. D’Hont s’est interrogé sur la possibilité que ces canaux aient été réutilisés, au moins partiell (...)
  • 92 Wilkinson 1995 et supra p. 50.
  • 93 Strabon, XVI, 11.
  • 94 Strabon, XVI, 9.
  • 95 PDura26, cf. DE Final Report 1956, p. 134-135 et infra, p. 82.

67Ainsi la distinction entre l’irrigation printanière et l’irrigation continue est-elle un facteur déterminant, et il faut garder à l’esprit que c’est l’introduction de nouvelles cultures au viiie s. apr. J.-C. qui entraîne un redéploiement des installations humaines dans la vallée87. Entre le IIIe millénaire av. J.-C. et le viie s. apr. J.-C., en revanche, la pratique agricole repose, sur les cultures de printemps. L’absence de sites le long d’un canal principal dans cet intervalle chronologique n’est donc pas un indice probant de la désaffection pour des systèmes d’irrigation performants. En revanche, l’absence de matériel autre que médiéval dans les coupes stratigraphiques du nahr Saïd et du nahr Dawrîn est problématique : il est possible que le curage régulier du chenal puisse avoir fait disparaître les couches de comblement les plus anciennes dans le canal, mais le matériel inclus dans les couches inférieures des digues devrait pouvoir les révéler. En l’absence d’indices chronologiques directs, dater la mise en place du nahr Saïd et du canal dit de Mari est délicat : à la suite d’un « raisonnement historique », pour reprendre la formule de J.-Y. Monchambert88, leur construction a été rattachée à l’âge du Bronze par J.-C. Margueron89. La mise en œuvre d’un tel programme hydro-agricole manifeste la puissance politique et économique d’un État ayant intérêt à développer le potentiel agricole de la région. Or, la richesse agricole du royaume de Mari et l’existence des canaux sur son territoire sont clairement attestées dans le corpus épigraphique du IIe millénaire av. J.-C. Quant au nahr Dawrîn, large canal creusé dans la terrasse pléistocène de la rive gauche, il a été interprété comme un canal de navigation destiné à simplifier le transit des bateaux et leur remontée entre l’Euphrate et le Khabour, au vu des multiples mentions de circulation par voie fluviale qu’offre la correspondance des souverains de Mari90. Toutefois, l’utilisation de ces trois canaux entre l’époque hellénistique et la période byzantine, quoique fort probable, ne peut s’appuyer sur une documentation écrite aussi abondante91. Cependant, la pratique de l’agriculture irriguée, dans la région et pour ces périodes, est attestée, soit par des mentions textuelles, soit par des indices archéologiques. Les arguments archéologiques sont assez rares mais probants. Le premier a été fourni par l’étude du canal du Balikh, dont la dérivation a été datée par T. J. Wilkinson de la période parthe-hellénistique92. Le second a été apporté par les résultats des prospections de B. Geyer et J.-Y. Monchambert : la répartition d’une série de sites occupés entre le iiie s. av. J.-C. et le iiie s. apr. J.-C. permet de restituer un canal en rive droite (secteur d’Al-Graiya) et deux canaux en rive gauche, dans les secteurs d’Al-Jourd Al-Sharqi et de Maqbarât Al-Madi. Quant aux mentions textuelles, elles concernent essentiellement la Basse-Mésopotamie : l’entretien d’anciens canaux et la création de nouvelles dérivations du surplus des crues sont présentés comme une preuve de la bonne gouvernance d’Alexandre en Babylonie et comme une mesure préparatoire à la conquête de l’Arabie93. Strabon, citant Aristobule, détaille par le menu les contraintes et enjeux de l’entretien des canaux94, dont l’alimentation en eau semble gravitaire. Il souligne aussi la nécessité de garder en eau les canaux le plus longtemps possible à la période chaude, pour empêcher que les cultures ne brûlent. Pour maintenir un niveau d’eau suffisant pendant la période de basses eaux, les paysans babyloniens doivent savoir détourner du fleuve une quantité juste nécessaire, sans abaisser drastiquement le fleuve et compromettre la navigation. Une irrigation a minima au cours de la saison chaude est donc bien attestée et sans doute destinée aux cultures dont les récoltes sont tardives (dattes, sésame) et aux vergers. Dans un texte grec de la première moitié du iiie s. apr. J.-C., un canal d’irrigation est pris comme point de repère dans l’acte de vente95 d’un terrain – un vignoble – situé près du Khabour. Le nom araméen du village où réside le vendeur est Zaira de Sacharé, c’est-à-dire « Le Barrage Blanc » ; ce toponyme semble s’inspirer de la présence d’un aménagement hydraulique plutôt que d’une caractéristique naturelle.

Mise en valeur de nouvelles terres agricoles à partir de l’époque omeyyade

  • 96 Ces variétés botaniques subtropicales, qui exigent beaucoup d’eau mais dont la croissance est très (...)
  • 97 Sur cette mutation agricole, qualifiée parfois de révolution, à l’époque médiévale, O. D’Hont renvo (...)
  • 98 Cf. infra, p. 54 sur le peuplement lié au nahr Dawrîn.
  • 99 Cette réflexion s’appuie sur les résultats des prospections menées par G. Algaze et R. Breuninger s (...)

68La dynastie omeyyade (661-750 apr. J.-C.) ouvre une grande période de mutation agricole pour le Moyen-Euphrate, portée à son apogée au xe s., sous les Abbassides. La première phase de mise en valeur des terres agricoles, limitée au segment méridional de l’Euphrate, intervint, d’après les sources, sous le règne d’Hisham Al-Malik (724-743). Elle s’est manifestée par le développement de domaines agricoles sur le plateau syrien : Qasr Al-Hayr Al-Sharqi, à l’emplacement d’un castrum romain, contrôlait en 728-29 l’irrigation de plus d’une centaine d’hectares entre Palmyre et l’Euphrate, tandis qu’au sud-ouest de Palmyre, à Qasr Al-Hayr Al-Gharbi, un aqueduc romain fut restauré pour alimenter les jardins dans la nouvelle résidence palatiale. Dans la vallée de l’Euphrate, la politique omeyyade se traduisit par l’aménagement de réseaux d’irrigation autour de Raqqa, de Bâlis et en aval de Qarqisiya-Circesium. Cette politique de grands travaux est liée à une innovation importante dans le domaine agricole : l’adaptation des cultures typiques des zones subtropicales (riz, coton et sorgho) aux territoires subdésertiques, grâce à une irrigation intensive en période sèche96. Cette mutation agricole avait été, jusqu’ici, attestée en Basse-Mésopotamie. Plus récemment, les analyses botaniques liées aux recherches archéologiques en aval de Deir ez-Zor ont prouvé qu’à l’époque omeyyade, la culture du coton et du riz avait, ici aussi, remplacé les pratiques traditionnelles de l’orge et du millet en hiver et celle du sésame en été97. Ce phénomène n’a malheureusement pas été étudié pour les régions de Raqqa et de Bâlis. Cependant, comme les conditions climatiques y sont adéquates – la ligne isohyète 250 mm/an passe aux environs de Raqqa –, on peut supposer que les aménagements hydroagricoles réalisés au début du viiie s. sont venus appuyer cette agriculture innovante. D’ailleurs, il est significatif que dans les régions méridionales du Moyen-Euphrate, où cette mutation agricole est attestée, celle-ci s’accompagne d’une poussée démographique et d’une forte densité de villages98, alors que la partie septentrionale semble touchée par un fort dépeuplement99.

  • 100 Cf. Sourdel-Thomine 1960, p. 1026.
  • 101 Selon les sources arabes, le canal fut creusé à la demande des habitants de Bâlis et des villages e (...)
  • 102 Lauffray 1983, p. 53, n. 1.
  • 103 Prospection de T. J. Wilkinson, cf. Wilkinson 1975.
  • 104 Les fouilles de Dibsi Faraj (B32) ont mis au jour les niveaux d’époque omeyyade, caractérisés, dans (...)
  • 105 A. Raymond cite d’autres agglomérations secondaires, Buwaylis, Abidin et Siffin, appartenant au ter (...)

69– À Bâlis100, le creusement d’un grand canal est attribué au général omeyyade Maslama Ibn Abd al Malik101, demi-frère du calife Hisham. Ce canal, appelé nahr Maslama, prenait l’eau de l’Euphrate pour alimenter les terres éloignées de la rive102. Courant au pied des falaises, sur la berge, sur une trentaine de kilomètres, il desservait la ville de Bâlis et pouvait assurer l’irrigation, en particulier, des terres basses, à 300 m du site, mais aussi de toute la région à l’est, jusqu’à Abou Houreira où l’on perd sa trace. Peut-être continuait-il plus en amont. Toutefois, le départ d’un second canal a été repéré sur cette même rive, à la hauteur de Qal‘at Nemroud. Il a été suivi jusqu’au Tell Sheikh Assad, en face de l’embouchure du Balikh. En chemin, il desservait Soura et permettait la mise en culture de quelque 3000 ha en face de la grande ville de Raqqa. Son prolongement en amont peut être mis en relation avec le segment de canal repéré aux environs de Néocésarée/Dibsi Faraj103. Cette agglomération byzantine, réoccupée à l’époque omeyyade sous le nom de Qasirin104, appartenait au territoire de Bâlis105. Dotée d’un territoire agricole étendu, Bâlis devint la propriété de Maslama, puis, à la mort de ce dernier en 738, de ses descendants. Ensuite, le fief fut confisqué par le nouveau pouvoir abbasside et donné à Sulayman Ibn ‘Ali, jusqu’à ce que Haroun al Rashid le récupère en 786.

  • 106 Rousset 2001, p. 565, n. 79.
  • 107 Cf. Meinecke 1993.

70– Ar-Rafiqa/Raqqa, à l’ouest de la ville byzantine de Callinicum, devint la capitale du Diyar Moudar. Le calife Hisham, qui y fit construire la première mosquée, créa le domaine agricole de Wasit al-Raqqa, irrigué par deux canaux, le nahr Al-Hani et le nahr Al-Mari106. Sur le Balikh, à 72 km au nord, une seconde exploitation agricole a été fondée par Maslama107.

  • 108 Rousset 2001, p. 565.
  • 109 Cf. Ulbert 1993.

71– À Rasafa, un canal aurait été creusé108. Les constructions omeyyades109 remontent également au début du viiie s. Une grande mosquée, à trois nefs, a été construite dans la partie nord du péristyle de la cathédrale Sainte-Croix (basilique A) avec les blocs architecturaux de la basilique B, ruinée par un tremblement de terre au vie s. La clôture ouest de la cathédrale fut réoccupée au cours du viiie s. par des souks, en activité jusqu’au xiiie s. Une ville nouvelle se développa extra-muros. Elle comprenait un complexe palatial, dont la situation au fond d’un wadi laisse penser qu’il était pourvu de jardins.

  • 110 Pour la plupart, les sites préexistant à la conquête arabe aux alentours d’Al-Bousayra, soit huit v (...)

72– Qarqisiya/Al-Bousayra n’a pas été le bénéficiaire direct de la réutilisation du nahr Dawrîn sur la rive gauche de l’Euphrate, en aval du Khabour. Au contraire, les recherches archéologiques menées par S. Berthier et J.-Y. Monchambert dans la région montrent que les aménagements agricoles entraînèrent une dispersion des habitants groupés en villages autour de Qarqisiya110.

  • 111 Le matériel céramique des niveaux d’occupation les plus anciens (céramique pré-Samarra) est antérie (...)
  • 112 Sur le tracé du nahr Dawrîn médiéval reprenant le tracé d’un canal préislamique repéré sur plus de (...)
  • 113 Les prospections ont effectivement mis en évidence l’absence de sites islamiques entre Tell Marwani (...)
  • 114 Pour les détails du tracé et de la morphologie du canal, cf. ibid.,p. 33-36.
  • 115 Cf. ibid., p. 51.
  • 116 Sur les sondages stratigraphiques du nahr Dawrîn, cf. ibid.,p. 36-48.
  • 117 Selon la carte D, localisant les sites de la période omeyyade, l’occupation est incontestable pour (...)
  • 118 Au total, 36 villages liés au canal sont dénombrés au début de l’époque abbasside, ibid., p. 180-18 (...)
  • 119 Ibid., p. 91-96.
  • 120 Ibid., p. 102-103.
  • 121 Sur 209 sites repérés en prospection par B. Geyer et J.-Y. Monchambert entre Deir ez-Zor et Abou Ke (...)
  • 122 « 31 sites préislamiques (toutes périodes confondues) », sites protobyzantins non compris, accueill (...)
  • 123 Ibid., p. 166.

73– La fondation au bord du fleuve de la ville de Rahba, rattachée par la tradition à la légende de Haroun Al-Rashid, n’intervient que dans la première moitié du ixe s., sous le califat d’Al-Ma’oum (813-833)111. Elle constituait le centre d’une vaste région agricole, dont le développement remontait aux premiers Omeyyades, avec la remise en état du nahr Dawrîn. Ce canal, en rive gauche, a été réutilisé à l’époque médiévale sur seulement 30 km de long. Sa prise d’eau était sur la rive gauche du Khabour, près du site d’Es-Sreij, à 20 km en amont de la confluence avec l’Euphrate. Son extrémité se perd à environ 10 km en amont de Tell Marwaniya112, qui représente la limite méridionale de la répartition des villages occupés à l’époque médiévale113. La zone mise en valeur était donc protégée à chaque extrémité par les forteresses de Qarqisiya et d’Al-Marwaniya. Le canal, de 9 à 11 m de large, était alimenté par une lame d’eau de 1 m de haut avec un écoulement gravitaire, tant sur le chenal principal que pour les dérivations114. Dix-sept sites étaient implantés directement sur le tracé du canal principal et la détection d’alignements de villages, dans la répartition des sites en rive gauche, permet de restituer le tracé de vingt-cinq dérivations secondaires, toutes périodes confondues115. Une série de coupes pratiquées sur le tracé du nahr Dawrîn116 a donné une stratigraphie claire de son creusement et des différentes phases d’entretien ou de curage, mais n’a fourni d’indices datables que sur les phases de fonctionnement. L’existence de vingt-sept villages117 associés au canal entre la fin du viie s. et le milieu du viiie s. prouve que le système d’irrigation a été mis en place pendant cet intervalle. La phase suivante, attestée par le matériel trouvé dans les sondages du canal, correspond à l’époque abbasside (2e moitié du viiie s.). À cette période, le réseau d’irrigation s’étendait : la création de dix nouveaux villages118 marque l’ajout de cinq dérivations. Les aménagements préexistants ont donc été entretenus sous les Abbassides (750-940), qui planifièrent le creusement d’un canal en rive droite, le nahr Saïd. D’après les fouilles, le recreusement de l’ancien canal du nahr Saïd, au début de la période abbasside, a accompagné le développement autour de la première ville de Rahba et l’exploitation optimale de la vallée de la 2e moitié du viiie s. au xe s. Le tracé du nahr Saïd s’étend, depuis l’aval de Deir ez-Zor, sur 33 km, jusqu’à Mayadin. À la hauteur de Ta’as Al-Jaiz, un second canal desservait les environs d’Ashara. Le nahr Saïd est constitué de trois canaux superposés, dont l’étude, en liaison avec celles des sites médiévaux de la rive droite, en a restitué l’histoire et le fonctionnement complexes119. Le premier chenal, incisé sur une partie de son tracé et protégé par de hautes digues, irriguait l’alvéole fertile sise en amont de Mayadin. Aux xe-xie s., le second canal, reconstruit sur un tracé identique, impliquait, sur le segment en amont, des machines élévatoires de type saqiya, roue élévatoire avec godets dont de nombreux exemples ont été retrouvés120. Dans la partie en aval du tracé, l’écoulement était gravitaire. Les terres agricoles, desservies par un réseau de dérivations secondaires très dense, étaient principalement situées entre le canal et l’Euphrate, tandis que l’irrigation de parcelles à l’ouest du canal, vers le plateau, est peu attestée. Du ixe s. jusqu’au milieu du xe s., époque où le nahr Dawrîn et le nahr Saïd ont fonctionné ensemble, la région a connu sa plus forte poussée démographique121. Comme le manifeste la renaissance de sites byzantins autour de la confluence du Khabour, de nombreux sites préislamiques ont connu une nouvelle activité, aussi bien dans les zones irriguées qu’en bord de fleuve122. Dans le premier cas, les tells, qui représentent un espace impropre à la culture, ont ainsi absorbé l’expansion des villages ; dans le second cas, les tells, implantés sur des buttes naturelles résistant aux crues de l’Euphrate, étaient propices à l’implantation de nouvelles agglomérations et au développement d’activités artisanales et commerciales complémentaires de l’agriculture. D’un point de vue plus général, les aménagements hydroagricoles de l’Euphrate ne reflètent qu’une étape du programme politique des Abbassides, qui voulurent lier la mise en valeur agricole à l’expansion des centres urbains et à la « création de ports fluviaux pour l’écoulement des produits »123

L’Euphrate est-il navigable ?

  • 124 Pline l’Ancien, VI, 124 : « Néarque et Onésicrite disent que l’Euphrate est navigable depuis la mer (...)
  • 125 Cf. Une mission de reconnaissance de l’Euphrate, p. 93.
  • 126 V. Chapot dénie à la flotte de Julien le statut de véritable flotte de guerre, en dépit de la descr (...)
  • 127 En particulier par les archives des IIIe et IIe millénaires, cf. Finet 1969.

74Les obstacles naturels à la navigation sont tels que la réalité du trafic fluvial sur l’Euphrate est difficile à mesurer, excepté pour les trajets entre Babylone et l’embouchure du fleuve, clairement établis par la tradition littéraire124. Le régime hydraulique du fleuve représente, certes, un facteur contraignant, mais la navigation dans l’Antiquité s’est toujours pliée à des rythmes saisonniers particuliers, qui n’ont pas compromis son développement. La maîtrise des courants et la connaissance des périodes de crue et d’étiage renvoient au savoir-faire des marins et permettent, en principe, d’assurer la bonne marche du trafic pendant les saisons favorables. Mais toute une série d’inconvénients, d’ordre secondaire, semblent limiter l’intérêt des routes fluviales de l’Euphrate. D’abord, le trajet est considérablement allongé par les particularités du tracé du fleuve : l’orientation générale de son cours vers le sud-est est détournée par la large courbe de l’Euphrate, entre Qal‘at Al-Najm et Raqqa, et par d’incessantes arabesques qui constituent autant de détours. Ensuite, la progression des navires est retardée en raison de l’instabilité des chenaux navigables et des vents dominants du sud-est et du nord, qui rejettent les navires contre les rives dans les boucles du fleuve125. De telles conditions ont amené les historiens à manifester quelque scepticisme126 sur la place à accorder aux échanges fluviaux sur le Moyen-Euphrate, échanges, par ailleurs, attestés dans les sources127. C’est donc à l’aide de ces témoignages, complétés par des documents modernes, comme les bilans des missions de reconnaissance sur la navigabilité de l’Euphrate, que nous examinerons quelles conditions ont rendu possible la navigation sur le Moyen-Euphrate.

Les missions de reconnaissance sur l’Euphrate

  • 128 Cf. Valle 1745, Lettre XV.
  • 129 « Une caravane qui devoit aller par eau sur l’Euphrate qui n’est éloigné d’Alep que de 4 jours ey c (...)
  • 130 « The Chiah of the Bashaw of Urfa, who was then at Beer ordering many boats of corn down to Bagdad  (...)
  • 131 Sur la navigation aux époques précédentes, voir Pascual 1995, p. 31-39.
  • 132 Ibid., p. 40.
  • 133 Sous la direction de F. R. Chesney, en 1835-1837 puis en 1868, et de H. R. Dobbs en 1903.

75Au xviie s. encore, plusieurs témoignages, comme celui du Romain della Valle128, signalent l’existence d’un transport fluvial qui descendait l’Euphrate depuis Birecik129. En 1697, l’anglais H. Maundrell assiste par exemple au départ d’un transport de blé par bateaux vers Bagdad, supervisé par le « shah d’Urfa », venu spécialement à Beer (Birecik) pour cette mission130. La grande navigation sur l’Euphrate semble avoir été abandonnée par les autorités ottomanes à partir du xviiie s.131. Au milieu du xixe s., témoin de ce déclin, l’officier britannique F. R. Chesney ne voit sur le fleuve que des embarcations rudimentaires, des bacs permettant de gagner la rive opposée (fig. 28) ou des barques à fond plat, nommées « chartouche », qui remontent le fleuve sur de petites distances, depuis le Nord de l’Irak132. Mais l’intérêt suscité par l’Euphrate en tant que voie de navigation réapparaît au xixe s., à mesure que les puissances européennes s’investissent au Proche-Orient. La Grande-Bretagne, soucieuse de trouver la meilleure route vers ses comptoirs en Inde, s’est, la première, penchée sur le rôle potentiel du Tigre et de l’Euphrate. Trois missions de reconnaissance133, de 1835 à 1903, se sont succédé sur l’Euphrate, sans apporter les résultats escomptés, puisque la voie maritime par Suez a offert de plus grandes garanties. Les militaires allemands, grâce à leurs relations privilégiées avec la Turquie pendant la Première Guerre mondiale, utilisèrent, quant à eux, la vallée à des fins logistiques et procédèrent au balisage et au relevé cartographique du fleuve, mais leur tentative d’introduire des embarcations modernes échoua. Quand cette région du Levant échut à la France, lors du démantèlement de l’Empire ottoman, les vapeurs allemands s’enlisaient le long des rives.

Fig. 28 ‑ Dessin du bac utilisé à Birecik au milieu du xixe s

Fig. 28 ‑ Dessin du bac utilisé à Birecik au milieu du xixe s

(Chesney 1850, I, p. 47).

  • 134 Cf. Velud 1995, p. 65.
  • 135 Ces documents inédits, conservés dans les archives de l’Institut Français d’Études Arabes de Damas, (...)
  • 136 Geyer 1995.

76La mission française du Lt Héraud, sous l’autorité de l’Armée du Levant, conclut cette série d’expériences de navigation sur le fleuve, qui ont surtout démontré l’écart entre les atouts potentiels de l’Euphrate et la difficulté de leur exploitation. Les résultats de la mission Héraud, qui s’est déroulée du 9 février au 11 avril 1922, devaient mettre en évidence le type d’embarcation adapté aux bas-fonds du fleuve et suggérer certains aménagements – principalement des barrages – ainsi que l’entretien des chenaux repérés. L’abandon presque immédiat du projet par les autorités françaises tint surtout à des questions politiques et financières134. Le rapport établi par Charles Héraud est précieux135, puisqu’il reflète un état de l’Euphrate aujourd’hui révolu. Le relevé cartographique, en cinquante-huit feuillets assortis de légendes et de croquis perspectifs d’alignement, couvre la section du fleuve comprise entre Jerablous et Abou Kemal et a fixé dans le détail les segments du fleuve qui ont été, depuis, profondément modifiés par les aménagements récents de la vallée. Quant au bilan de l’expédition, qui présente le déroulement des opérations, il rend compte des principaux obstacles à la navigation et comprend, en annexe, une description attentive des rives du fleuve. La fiabilité des cartes est toutefois limitée par certaines erreurs d’échelle ou d’approximation dans le compte des distances, et les conclusions générales souffrent d’une relative méconnaissance du contexte géologique de la vallée136. Mais le relevé du tracé et des chenaux du fleuve peut être considéré comme juste. Les annotations ponctuelles, comme les toponymes, les altitudes, les traits principaux du paysage, constituent une documentation d’appoint indispensable. Toutefois, ce sont surtout les informations consignées par le lieutenant-pilote Héraud sur le déroulement de son voyage que l’on peut confronter ici avec les remarques des auteurs antiques pour mieux comprendre les conditions de navigation sur l’Euphrate.

Les « sérieuses difficultés que l’Euphrate oppose à la navigation » 137

  • 137 Cf. Une mission de reconnaissance de l’Euphrate, p. 94.

77Les trois principaux obstacles relevés par C. Héraud et F. R. Chesney font écho à un certain nombre d’observations des auteurs antiques :

  • 138 Ammien Marcellin, XXIV, 1, 4.

78– Les boucles du fleuve allongent le parcours. C’est précisément ce qui a compliqué la progression de Julien en Mésopotamie. Ce dernier, d’après Ammien Marcellin, doit veiller à ce que la flotte et l’armée progressent de front : « Classis autem licet per flumen ferebatur adsiduis flexibus tortuosum nec residere nec praecurrere sinebatur. Quant à la flotte, bien qu’elle fût poussée par le cours sinueux du fleuve à des détours continus, [Julien] ne la laissait prendre ni retard ni avance 138 ».

  • 139 Velud 1995, p. 62.

79– Les variations saisonnières du débit perturbent à divers degrés la navigation. Elles influent sur la durée du voyage. En période de basses eaux, la durée d’un trajet doit être multipliée par deux, comme le montrent les évaluations tirées du rapport préliminaire de C. Héraud 139.

Trajet en bateau

Hautes eaux

Basses eaux

De Jerablous à Deir ez-Zor

4 à 5 jours

9 à 10 jours

De Meskené à Deir

3 à 4 jours

7 jours

De Raqqa à Deir

2 à 3 jours

4 à 5 jours

De Deir à Bessiré/B’seira

12 heures

1 jour

De Deir à Mayadin

1 jour

2 jours

  • 140 Polybe, Histoires, fragment du livre IX, 43, 6.

80Polybe fait la même constatation à propos des bateaux qui descendent le fleuve à une mauvaise saison : « ᾟ καὶ τότε βραδεῖαν συνέβαινε γίνεσθαι τὴν κομιδὴν τῶν δυνάμεων, ἅτε καταγόμων μὲν ὄντων τῶν πλοίων, ταπεινοτάτου δὲ τοῦ ποταμοῦ, καὶ τελέως βραχύ τι συνεργούσης τῆς τοῦ ῥεῦματος βίας πρὸς τὸν πλοῦν / Voilà comment le transport des troupes était alors si lent : les bateaux étaient très chargés, le fleuve ne roulait que très peu d’eau et la force du courant n’aidait que fort peu à la progression des bateaux » 140.

  • 141 Isidore de Charax, 13e étape (3, 4, 9-10), cf. GGM I, p. 247.

81– Le risque de s’échouer est augmenté par la difficulté de reconnaître les chenaux de navigation. L’équipage français y consacra en vain une grande part de ses activités, car les chenaux empruntés à une période donnée ne sont plus forcément valables un mois plus tard, si le volume des eaux s’est modifié. Isidore de Charax fournit une illustration particulière de cette règle générale à propos de la descente par bateau dans le défilé du Khanouqa141 : « Quand l’eau est basse, les bateaux, aux alentours du canal de Sémiramis, risquent de se briser sur les pierres qui barrent le fleuve ». Un trajet, possible en période de hautes eaux, se révèle donc périlleux à l’étiage.

Les conditions favorables à la navigation

  • 142 La description de Polybe correspond à peu près à un cycle composé d’une année à écoulement abondant (...)
  • 143 Zosime, III, 13, 1.
  • 144 Chiffre calculé par A. Finet ; rappelons qu’un tonneau équivaut à 2,83 m3, cf. Finet 1969.
  • 145 Arrien citant Aristobule, Anabase, VII, 19, 3-4, cf. Historiens d’Alexandre, p. 430-433.
  • 146 Arrien, VII, 19, 4. À comparer avec l’utilisation de la même source par Strabon (XVI, 11), cf. Hist (...)
  • 147 Zosime, III, 12, 2-3.
  • 148 L’absence d’inscription attestant la présence d’une flotte basée sur l’Euphrate est certes troublan (...)

82Que les conditions de navigation sur l’Euphrate soient ardues et demandent une très grande compétence et des moyens adaptés ne signifie pourtant pas que le fleuve ait été inapte à la navigation et qu’il faille minimiser les témoignages antiques sur les flottes de l’Euphrate. Pour nuancer ce tableau négatif, on peut y opposer un certain nombre d’indices encourageants, relevés dans les textes. Il faut, tout d’abord, créditer les Anciens d’une parfaite connaissance du régime hydraulique de l’Euphrate. Polybe, par exemple, lie très explicitement l’exercice de la navigation à la nature nivo-pluviale du fleuve. Il n’exclut pas la possibilité de descendre l’Euphrate en bateau, en dépit des complications résultant du niveau trop bas des eaux. En mentionnant les difficultés rencontrées par la flotte d’Antiochos III, trop lourdement chargée alors qu’elle est censée rejoindre Séleucie du Tigre dans les plus brefs délais, il souligne l’erreur tactique du roi séleucide et suggère qu’il y a une saison plus favorable pour ce type de transport142. La période favorable à la navigation n’est pas l’été mais, bien évidemment, le moment qui se situe entre les crues secondaires hivernales et la crue de printemps : le haut niveau du fleuve y est garanti. La période de crue, quant à elle, serait trop dangereuse en raison de la violence du courant. Ainsi l’utilisation de bateaux est-elle soumise à un rythme saisonnier : les auteurs anciens le reconnaissent indirectement, puisque toutes les expéditions romaines en Mésopotamie ont lieu à la fin de l’hiver ou, plus précisément, entre mars et avril, tandis que le rassemblement de la flotte, dispersée dans le bassin supérieur de l’Euphrate, a lieu fin février143. La chronologie précise d’Ammien Marcellin sur l’expédition de Julien est, de ce point de vue, révélatrice : chaque évènement étant daté, on constate que la flotte, après s’être rassemblée à la hauteur de Hiérapolis, très probablement vers la confluence du Sajour et de l’Euphrate, a atteint le 15 mars le secteur de Nicephorion où l’attendaient l’armée et l’empereur. En fait, un tableau chronologique des expéditions connues prouverait la prédominance de cette saison pour la navigation. Le second point litigieux concerne le type des navires employés. La majorité des historiens penche pour l’usage d’embarcations légères, du moins à tonnage réduit – C. Héraud recommandait d’utiliser des embarcations dont la calaison est inférieure à 0,8 m3. Les bateaux employés sur le Moyen-Euphrate semblent, cependant, beaucoup plus diversifiés : le commerce entre Mari et Ebla comptait des navires jaugeant jusqu’à 36 tonneaux144. Pour la fin du ive s. av. J.-C., Aristobule rappelle que les navires sur lesquels Néarque s’embarqua pour le périple autour du Golfe furent acheminés par l’Euphrate : quarante-cinq navires fabriqués en Phénicie – « deux quinquérèmes phéniciennes, trois quadrirèmes, douze trirèmes et trente navires à trente rameurs »145 – furent « démontés et transportés »146 et furent assemblés à Thapsaque, sur l’Euphrate. Ils descendirent le fleuve jusqu’à Babylone et furent accueillis dans le port qu’Alexandre avait fait spécialement aménager pour les navires de guerre. Cette flotte fut complétée par des bateaux fabriqués en Babylonie à partir des cyprès et du bois pillé sur les édifices de la capitale. Pour le milieu du ive s. apr. J.-C., l’inventaire et la présentation de la flotte de Julien, par Ammien Marcellin et par Zosime, donnent l’impression qu’il s’agit d’une véritable « armada », barrant le fleuve sur toute sa largeur : mille cent bateaux, cinquante navires de guerre et des embarcations destinées à faire des pontons et à transporter des machines. On peut toutefois se demander si le nombre important des bateaux ne compensait pas, en quelque sorte, leur contenance réduite. La spécialisation des navires, les uns destinés au transport des vivres et de l’armement, les autres désignés comme des navires de guerre – « naves bellitrices » – laisse supposer une typologie moins limitée que l’alternative généralement proposée entre le « kelek » – radeau fait de poutres croisées et d’outres gonflées – et le « chartouch » à fond plat. Ces deux sortes d’embarcation ont leur équivalent chez Zosime, qui mentionne 500 navires en peau et 600 en bois147. La question se pose plutôt au sujet des « naves bellitrices », que Chapot considère comme des embarcations légères destinées à la défense de la flotte elle-même, et non à un rôle stratégique offensif148.

  • 149 PEuphr. 11 (inv. 6), cf. Feissel et Gascou 2000, p. 158-163.
  • 150 Comfort et Ergeç 2001, p. 38, fig. 18.
  • 151 Fragment de sarcophage, cf. Colledge 1976, pl. 103 et Tanabe 1986, notice 430 et p. 458, fig. 430. (...)

83La difficulté de la navigation sur l’Euphrate rend plausible l’existence de soldats-pilotes spécialement versés au service de la flotte dans les légions romaines, comme semblent l’indiquer certaines inscriptions funéraires. J. Gascou et J. Feissel ont ainsi interprété l’acte de vente d’un bateau, conservé parmi les papyri du Moyen-Euphrate et daté de 232149 : l’embarcation en mauvais état est vendue par un soldat romain, Aurelius Corbulo, à des villageois de Beith Phrouraia, pour 75 deniers ; le prix de vente, supérieur, d’après les éditeurs, aux exemples connus en Égypte, est peut-être lié au prix des matériaux – qui vont être récupérés sur le bateau hors d’usage – ou à la qualité du vendeur, puisque le soldat se présente comme pilote – « gubernator » – de la legio XVI Flavia Firma. Pour la flotte civile et commerciale à l’époque romaine, on retiendra deux témoignages iconographiques. Le premier, un graffito relevé par A. Comfort150 près de Rumkale, montre une embarcation à voile (fig. 29). La seconde représentation, sur un sarcophage de Palmyre, quoique plus détaillée et soignée, est assez similaire151.

Fig. 29 ‑ Relevé d’un graffiti représentant un bateau, gravé sur la paroi d’une salle troglodyte près de Rumkale

Fig. 29 ‑ Relevé d’un graffiti représentant un bateau, gravé sur la paroi d’une salle troglodyte près de Rumkale

(Comfort 2001, p. 38, fig. 18)

  • 152 Diodore, II, 9.
  • 153 Fragment transmis par Strabon (XVI, 3,3), traduction tirée d’Historiens d’Alexandre, p. 446-447. Le (...)
  • 154 Finet 1969.
  • 155 Raymond 1995.

84Un dernier point, qui concerne l’ampleur du trafic fluvial dans l’Antiquité, demande à être précisé : les textes antiques sont ici d’un faible secours et n’apportent que peu de preuves d’une activité commerciale dépassant les limites du Moyen-Euphrate. L’existence d’échanges et de transports sur de courtes distances, limités à quelques segments du fleuve, semble aller de soi. Mais, bien que ce soit le principal intérêt du fleuve, on a généralement contesté la possibilité que les bateaux aient eu des destinations plus lointaines. Or l’exposé de Pline sur le Moyen-Euphrate met indirectement en valeur le rôle du fleuve : Pline estime, en effet, la distance qui sépare Zeugma de Babylone à vingt jours de navigation. Cette estimation semble cohérente avec les données de C. Héraud, qui indique cinq jours de navigation en période de hautes eaux, pour la moitié du trajet, entre Jerablous et Deir ez-Zor. Bien que cette mention de Pline date du début du ier s., elle atteste, pour l’Antiquité, d’un voyage à moyenne distance. Quels que soient les retards accumulés lors des manœuvres sur le fleuve, le transport des marchandises pondéreuses n’est, d’ailleurs, guère concevable que par voie fluviale. Diodore rappelle que la reine Sémiramis aurait fait venir d’Arménie, par l’Euphrate, un bloc monolithe pour orner sa cité152. L’organisation des échanges par l’Euphrate souffre d’un déséquilibre certain, puisque la remontée du fleuve est excessivement compliquée par la présence des méandres et du courant constant. Sur de courts trajets uniquement et pour une embarcation peu chargée, le halage peut être utilisé. Un fragment de l’œuvre d’Aristobule, ingénieur naval d’Alexandre, évoque indirectement cette technique : « Aristobule dit que les gens de Gerrha transportent la plupart de leur marchandises sur des navires jusqu’en Babylonie. De là, ils remontent avec leur cargaison jusqu’à Thapsaque, et ils l’acheminent ensuite par voie de terre un peu partout »153. Mais le halage n’est pas envisageable pour faire remonter un bateau jusqu’à son point de départ. La solution, déjà en pratique aux IIIe et IIe millénaires, consistait à revendre le bateau une fois arrivé à destination ; mais cette pratique suppose, en contrepartie, la présence d’une industrie navale dans les régions septentrionales boisées du Moyen-Euphrate, comme en témoigne l’organisation des expéditions romaines, qui s’appuie sur la flotte de Samosate. Néanmoins, la pauvreté des témoignages littéraires et archéologiques rend difficile l’estimation de la navigation sur l’Euphrate entre les périodes séleucide et byzantine, surtout si l’on prend comme référence le trafic fluvial florissant du IIIe millénaire154 ou de l’époque médiévale155, périodes pour lesquelles les relations commerciales des villes de la moyenne vallée avec la Basse-Mésopotamie sont assez bien attestées.

La navigation aux IIIe et IIe millénaires

  • 156 Margueron 1999, p. 483.

85Pour le IVe millénaire, J.-C. Margueron rappelle que la construction du temple calcaire d’Uruk nécessita l’importation de 6 000 à 12 000 poutres de bois provenant des régions boisées de l’Anatolie156. Quant aux échanges par voie fluviale des IIIe-IIe millénaires, très actifs d’après les textes, ils semblent correspondre à un contexte géopolitique et économique particulier : la présence de véritables cités-royaumes sur les rives du fleuve et de ses affluents paraît avoir privilégié les communications par bateaux. La fréquence de ces échanges et leur importance économique pourraient avoir justifié de gigantesques travaux d’aménagement, destinés à s’affranchir des principales contraintes induites par le tracé sinueux et le courant de l’Euphrate.

  • 157 Cf. Finet 1969, p. 43.
  • 158 Ibid., p. 41.
  • 159 Geyer 1990b, p. 75-76.
  • 160 On ne sait s’il existait des dérivations secondaires destinées à l’irrigation des terres de la rive (...)
  • 161 Pour cette datation, cf. Margueron 1990.
  • 162 Une des opérations de halage citées par A. Finet fait intervenir 40 femmes esclaves, cf. Finet 1969 (...)

86D’après la documentation textuelle présentée par A. Finet, l’usage de la navigation paraît très prisé pour les voyages officiels (ambassade, déplacement des familles royales), mais représente aussi une alternative nécessaire à la route pendant la saison où les chemins sont impraticables157. Elle s’impose pour le transport des marchandises pondéreuses, le bois et surtout les céréales. On retiendra, par exemple, la demande d’une importation de grains d’Emar vers Mari, qui nécessite la mobilisation de dix bateaux d’une capacité de 36 tonnes. Ces échanges prouvent l’existence d’une batellerie très diversifiée, de la chaloupe (1,5 tonneau) aux bateaux les plus grands (40 tonneaux). Deux chantiers navals sont mentionnés sur le Moyen-Euphrate158 ; le premier, à Tuttul, sur le Balikh, produisait des chaloupes (1,5 tonneau) et le second est situé à Mari : y a été construite une flotte de 10 navires de 12 tonneaux. Les documents conservés, principalement dans les archives de Mari, fournissent des témoignages détaillés et diversifiés sur la navigation fluviale et les produits destinés, en majorité, aux villes de Basse-Mésopotamie (céréales, bois, métaux, vin, huile...). Si le transport des charges pesantes d’amont en aval était fréquent, la remontée des embarcations à contre-courant posait un problème auquel les hommes ont essayé de remédier par le halage et en creusant des canaux de navigation. Sur le Moyen-Euphrate, le canal du nahr Dawrîn159 pourrait avoir été prioritairement destiné à simplifier le transit des bateaux sur le fleuve160. Sa construction, que J.-C. Margueron veut attribuer à la puissance de Mari161, illustrerait la dépendance économique de cette métropole par rapport au trafic fluvial entre la Basse-Mésopotamie, la Syrie septentrionale et le Khabour. Ce canal aurait assuré la navigabilité de l’Euphrate entre le Khabour et la région de Mari, raccourcissant indéniablement le trajet et supprimant les détours des méandres – de sorte que la distance à parcourir n’était plus que de 120 km par le canal, contre 160 km par le fleuve. Il semble avoir essentiellement avantagé la remontée, par l’aménagement d’un chemin de halage continu sur ses bords. Le halage, travail d’une grande pénibilité et qui requiert une main-d’œuvre abondante162, est, en tout cas, bien attesté sur l’Euphrate pour Mari et les villes de Babylonie. L’existence et l’entretien des canaux de navigation supposent à la fois un intérêt essentiel pour le maintien de l’activité commerciale par voie fluviale et une implication des États pour l’aménagement, l’entretien des ouvrages, ainsi que la capacité de mobiliser une classe laborieuse peu onéreuse.

  • 163 Geyer 1990b, p. 76-77 et fig. 3 (plan).
  • 164 Calvet et Geyer 1992, p. 22.
  • 165 Lauffray 1983, p. 56-57.
  • 166 Isidore de Charax, 13e étape (3, 4, 9-10), cf. GGM I, p. 247, et Chaumont 1984, p. 70-71 et p. 84.
  • 167 Sur cette figure littéraire, voir le commentaire critique des extraits réédités par C. Terreaux, cf (...)
  • 168 Lucien, La déesse syrienne, XXXIX.
  • 169 Lauffray 1983, p. 81.

87Les aménagements du défilé du Khanouqa doivent être également cités ici, car ils pourraient avoir été destinés à faciliter la navigation, bien que leur utilisation pour l’irrigation à d’autres périodes paraisse probable. Le défilé basaltique du Khanouqa se prête à un type d’aménagement hydraulique à grande échelle. La stabilité exceptionnelle du cours et la largeur minimale du lit fluvial à cet endroit aplanissent, en effet, certaines difficultés en garantissant un contrôle efficace des eaux du fleuve. Le premier ouvrage, construction en blocs de basalte contre la rive droite, à 1 km en amont de Zalabiya, correspondrait à un môle de protection de la rive concave163. En vis-à-vis des falaises de Zalabiya, un second amas de blocs de basalte barre le lit du fleuve sur les deux tiers de sa largeur (fig. 30). Selon B. Geyer et Y. Calvet164, ce seuil-barrage agissait comme un bassin de retenue qui assurait l’alimentation régulière d’un canal situé sur la rive gauche, immédiatement en amont. Ce système, qui amoindrit la différence entre le niveau du fleuve et celui de la terrasse alluviale en rive gauche (5 m de dénivelé), pouvait fonctionner même en période d’étiage. Ce canal, appelé canal de Sémiramis, a été signalé par plusieurs explorateurs européens et repéré par J. Lauffray jusqu’au site de Kasra165, puis prolongé par J.-Y. Monchambert et B. Geyer jusqu’à Tell es-Sinn, ce qui l’amène à proximité du Khabour. Il est creusé, comme le nahr Dawrîn, dans la plus haute terrasse, la terrasse pléistocène en limite du plateau, et a été considéré comme un canal de navigation plutôt qu’un ouvrage hydro-agricole. Le nahr Sémiramis, associé au barrage du Khanouqa, dédoublerait, sur la rive orientale, le tracé du fleuve jusqu’au Khabour, c’est-à-dire sur un segment caractérisé par de nombreux bancs de sable et des méandres qui rendent la navigation difficile. Les dimensions ambitieuses de ce canal montrent qu’on avait l’intention de détourner ainsi un volume important des eaux du fleuve. Si la fonction régulatrice de ce barrage a pu être approchée, sa datation, en revanche, reste imprécise. La technique de construction et l’assemblage des blocs sans mortier peuvent renvoyer à une période préhellénique. Cependant, l’indication chronologique principale est littéraire : Isidore de Charax, dans les Stations parthes, mentionne, à la treizième étape de son itinéraire, l’existence d’un canal de Sémiramis, « à l’endroit où l’Euphrate est barré de pierres afin que, une fois rétréci, il inonde la plaine »166. L’intérêt de ce court passage est double. D’abord, la fonction attribuée au canal au ier s. av. J.-C. est celle d’un canal d’irrigation. Ensuite, la référence à la reine Sémiramis sert à indiquer l’ancienneté du canal, car le nom de cette souveraine est souvent rattaché aux époques préclassiques de la Syrie dans la tradition littéraire hellénistique et romaine167. Diodore de Sicile, qui lui a consacré une grande partie de son récit sur l’Asie, lui attribue la fondation de Babylone et la construction de canaux. Lucien, quant à lui, la présente comme initiatrice des rites religieux encore en usage à Hiérapolis dans l’Antiquité168. Cette référence légendaire prouve, avant tout, que les contemporains d’Isidore considéraient le canal comme un ouvrage déjà très ancien. Il est tentant de le relier à la période assyrienne ou au plein développement hydroagricole de la région à l’âge du Bronze, en l’absence d’élément direct de datation. Notons que l’identification de ces blocs de barrage au milieu du fleuve s’est évanouie au fil des siècles. À l’époque islamique, leur présence suscite d’autres légendes : on y voit un tunnel secret reliant les deux citadelles de Halabiya et de Zalabiya, ou les vestiges d’un pont169.

Fig. 30 ‑ Vue du môle aval du barrage dit « de Sémiramis » depuis la rive gauche, en amont de Zalabiya.

Fig. 30 ‑ Vue du môle aval du barrage dit « de Sémiramis » depuis la rive gauche, en amont de Zalabiya.

La vallée de l’Euphrate : un itinéraire fluvial secondaire à l’époque achéménide ?

88Les sources occidentales et orientales concernant l’empire perse mettent en valeur une petite série d’itinéraires commerciaux et militaires qui passent par l’Euphrate. La conquête de Cyrus (siège de Sardes en 546 et prise de Babylone en 540-539) sur les territoires assyriens et néo-babyloniens place, en effet, le fleuve au cœur d’un empire continu de la Méditerranée à l’Asie centrale, mais le rôle stratégique du cours moyen du fleuve paraît de moindre importance par rapport à la Babylonie et à la vallée du Tigre, dont les affluents, le grand et le petit Zab, et surtout la Diyala, permettent un accès plus direct à la Médie et à la plaine du Fars, territoires d’origine des Achéménides. D’un point de vue administratif, le Moyen-Euphrate est d’abord englobé dans la grande satrapie, créée par Cyrus, qui réunit la Babylonie et le pays d’Ebir Nari, ou Transeuphratène, c’est-à-dire l’ouest de l’Euphrate, et dont on connaît le premier gouverneur, Gubaru, en 535. Cette satrapie fut divisée sous Darius Ier, sans qu’apparaisse dans la bibliographie moderne une délimitation nette sur le fleuve, avec l’Arménie au nord ou avec la Babylonie au sud. En revanche, les sources textuelles, en majorité grecques, concordent pour démontrer que les routes et les étapes de la vallée appartiennent bien aux réseaux de communication perses entre la Méditerranée et Babylone. Le principal réseau de voies reliant les centres du pouvoir achéménide, Sardes et Suse, désigné par Hérodote comme la « route royale des Perses », est terrestre. Le segment le plus direct passe par le Haut-Euphrate arménien puis emprunte la vallée du Tigre, mais il existe une variante méridionale qui franchit le Moyen-Euphrate – on se sait pas précisément où – et, à travers la Haute-Mésopotamie, rejoint Arbalès ; de là partent deux routes, l’une vers la Médie, l’autre vers la Babylonie, le long du Tigre. Les itinéraires pour la vallée de l’Euphrate ne sont connus que par cinq témoignages, plus ou moins détaillés, relatant des trajets réalisés dans des conditions aussi exceptionnelles que peuvent l’être des ambassades à Suse, une route de conquête ou le transport de matériaux prestigieux.

89– Voie commerciale :

  • 170 Briant 1996, p. 395.
  • 171 Arrien, VII, 19.
  • 172 Cette indication, supprimée par Arrien, est conservée dans le texte de Strabon, alors que tous deux (...)

90P. Briant a réuni trois indications, dont deux antérieures à la conquête macédonienne, qui permettent d’établir l’existence d’une route commerciale fluviale entre un port de l’Euphrate, Thapsaque d’après les sources tardives, jusqu’à Babylone170. Il s’agit de produits importés de Phénicie jusqu’à l’Euphrate, mais l’itinéraire terrestre jusqu’au fleuve n’est pas détaillé par les sources. La première mention, tirée d’Hérodote (I, 185, 194), rapporte que les bateaux babyloniens transportent des jarres de vin de Phénicie jusqu’à Babylone. La seconde est extraite de la Charte de la fondation du palais de Darius à Suse : un passage précise que le bois employé a été apporté d’une montagne du Liban jusqu’à Suse en passant par Babylone. P. Briant restitue les étapes de ce transport en le comparant à une manœuvre similaire effectuée à l’époque de la conquête macédonienne (331) : une partie de la flotte d’Alexandre, construite en Phénicie, a été démontée et transportée jusqu’à Thapsaque sur l’Euphrate pour descendre le fleuve jusqu’à Babylone171. Étant donné la charge particulière de ce transport, la partie terrestre du trajet dura sept jours172.

91– Ambassades :

  • 173 Sur ces différents témoignages et leur interprétation, cf. Briant 1996, p. 395-397.
  • 174 XIV, 20, 4.
  • 175 Xénophon, Anabase, livre I, 4, 11 - 5, 10.
  • 176 Identifiée à Al-Bousayra par J.-Y. Monchambert, cf. Monchambert 1999.
  • 177 Briant 1996, p. 398.

92Deux voyages vers la cour royale perse semblent reprendre cet itinéraire173. Il faut les prendre en compte, bien que les sources qui les mentionnent soient postérieures à l’époque achéménide. La première ambassade, rapportée par Diodore174, concerne le voyage que fit en 394 l’Athénien Conon, chef de la flotte perse, pour rencontrer Artaxerxès II (404-359). Conon fait voile vers la Cilicie puis se rend à Thapsaque de Syrie, d’où il embarque, sur l’Euphrate, sur un navire qui l’amène jusqu’à Babylone. Le second cas apporte un témoignage plus indirect : il s’agit de l’ambassade en 437-436 de Diotimos à Suse ; l’anecdote est rapportée par Ératosthène et retransmise comme une histoire invraisemblable par Strabon, puisque Diotimos est censé avoir navigué de Kydnos en Cilicie jusqu’à Suse, en quarante jours. Selon l’interprétation donnée par P. Briant, qui s’appuie une nouvelle fois sur une comparaison avec les mouvements de la flotte d’Alexandre, il est vraisemblable que Diotimos, après avoir traversé la Syrie, a embarqué sur l’Euphrate jusqu’au Golfe et remonté le Pasitigre puis l’Eulaios jusqu’à la capitale perse. Comme Conon et Diotimos ont atteint le fleuve en venant de Cilicie, leur embarquement sur l’Euphrate est vraisemblablement situé en Syrie du Nord. Thapsaque sert de port d’embarquement dans les deux récits, alors qu’elle est assimilée à un point de traversée de l’itinéraire routier le long de la vallée qu’emprunte l’armée de Cyrus le Jeune175. D’après Xénophon, les soldats atteignent l’Euphrate à Thapsaque, ville prospère en rive droite, où ils traversent à gué, puisque le satrape Abrocomas a brûlé le pont de bateaux qui reliait cette ville à la rive gauche. Ensuite, l’armée progresse en rive gauche et passe les deux affluents de l’Euphrate, l’Araxès, où une étape de trois jours permet de s’approvisionner auprès des villages riches en blé et en vin, puis le Mascas, auprès duquel est située la ville en ruines de Corsôté176. P. Briant voit en Thapsaque une étape caravanière où les marchandises transitent entre les deux rives du fleuve par un pont de bateaux et y suppose l’existence d’un poste douanier à l’entrée du pont, comme à Opis177. Il faut de toute évidence y placer également un quai, voire un port.

  • 178 Ibid., p. 396.
  • 179 Ibid., p. 648.

93D’après cette hypothèse, ces exemples d’itinéraires par voie fluviale et par voie terrestre, à partir d’un point d’embarquement ou de traversée sur l’Euphrate, indiquent que « l’usage complémentaire de ces routes devait être habituel »178. Remarquons, cependant, que le voyage de Conon et la marche de Cyrus sont explicitement présentés par les auteurs comme des expéditions très rapides : Conon veut conférer avec le Roi avant de lancer une attaque décisive contre les Spartiates et Cyrus le Jeune doit attaquer son frère rival avant que celui-ci n’achève ses préparatifs de défense de la Babylonie et ne reçoive les renforts que le satrape Abrocomas conduit vers la Babylonie par la route royale, en Haute-Mésopotamie – armée qui arrive cinq jours après la défaite et la mort de Cyrus à Kounaxa179. Ces exemples suggèrent bien que la route fluviale ou terrestre de la vallée de l’Euphrate est plus rapide que les itinéraires par le nord. Un autre enseignement peut être tiré de ces témoignages : bien que les sources n’aient retenu qu’un unique toponyme sur la rive droite, Thapsaque, il devait exister au moins deux étapes distinctes sur l’Euphrate : l’une en connexion avec le réseau routier de Syrie du Nord et de Cilicie, emprunté par Conon et Diotimos, l’autre en relation avec les voies caravanières entre la Phénicie et Babylone, utilisées pour le transport du bois et du vin.

Les ports de l’Euphrate

  • 180 Margueron 1999, p. 484.
  • 181 Rostovtzeff 1941, p. 330.

94Toute étude de la navigation sur l’Euphrate serait incomplète si elle ne s’interrogeait pas sur un aspect corollaire mais révélateur : la présence de villes portuaires sur les rives du fleuve. C’est sous cet aspect qu’apparaissent, à différentes périodes, les villes de Séleucie-Zeugma, d’Europos-Carchemish, d’Emar-Bâlis, de Tuttul-Nikephorion-Rafiqa, de Thapsaque, de Rahba-Mayadin et de Mari. Comme l’a souligné J.-C. Margueron, la « situation des ports n’est pas le produit du hasard »180, mais tient compte de l’arrière-pays, de ses ressources et du tracé des routes terrestres. Localement, la topographie aussi est importante, car les rives concaves rendent l’abordage difficile. Les ports sont donc systématiquement situés sur les rives convexes ou rectilignes. Or, comme ce type de rive est en priorité concerné par le travail de comblement fluvial, des protections (digue, môle) ont sans doute été associées aux aménagements portuaires. Grâce aux recherches archéologiques, des vestiges romains ou byzantins identifiés comme des quais ont été repérés à Carchemish/Jerablous (A28), à Horum Höyük (A04), à Abou Qoubai (E2), à Safat ez-Zour (F27), à Halabiya (E07). Pour les autres sites potentiels, le fleuve, déposant de nouvelles alluvions ou surcreusant les rives, n’a pas permis, jusqu’ici, de retrouver d’aménagements portuaires pour l’époque antique. Rappelons cependant que la navigation était surtout de transit. Les produits transportés vers l’aval ou l’amont ne provenaient pas de la vallée elle-même, excepté les productions céréalières et les céramiques, à certaines époques historiques exceptionnelles. Les marchandises n’étaient pas destinées dans leur majorité aux villes de l’Euphrate, mais acheminées plus loin, vers les grands centres de consommation de la côte ou du Golfe. Cependant, cette activité, qui génère des taxes et des droits de péage, pourrait avoir été une source économique essentielle pour la vallée. Rostovtzeff rappelle que les droits de péage font partie des prérogatives royales achéménides et séleucides. Une bulla des archives du temple d’Anou Amoun à Uruk atteste l’existence d’un impôt spécifique sur les bateaux de l’Euphrate181.

Cités-États et ports des IIIe-IIe millénaires

  • 182 Voir supra, p. 59.

95Au milieu du IIIe millénaire, le Moyen-Euphrate se présente comme un ensemble organisé et divisé entre plusieurs puissances, soucieuses d’avoir une ouverture sur le fleuve. Si l’histoire politique montre l’importance des cités-États de la vallée pour le contrôle des routes et du fleuve, aucune recherche spécifique n’a été menée sur les aménagements portuaires de ces villes. Dans la boucle de l’Euphrate se trouve le royaume d’Emar, attesté par les tablettes éblaïtes dès la seconde moitié du IIIe millénaire et sans doute lié à Ebla par une alliance dynastique. Par sa position géographique, il contrôlait un carrefour entre la voie fluviale et les routes terrestres du plateau, celle de Halab/Alep par le nord-ouest et celle de Homs et de Damas par le sud-ouest. Sur la rive droite du Balikh, en amont de sa confluence avec l’Euphrate, se trouvait la ville prospère de Tuttul-Tell Bi‘a, avant-poste de la civilisation sumérienne des souverains d’Agade (vers l’actuelle Bagdad), dont la zone d’expansion s’étend vers la Jezireh. Elle contrôlait le trafic de la vallée du Balikh, le transport du bois et des céréales cultivées dans les plaines fertiles de Harran, vers la Basse-Mésopotamie. La mention d’un chantier naval à Tuttul182 implique l’existence d’un port, assurant le transport des productions de la Haute-Mésopotamie vers l’Euphrate.

96La section méridionale de la vallée est marquée par le rayonnement de Mari sous les dynasties sumériennes, puis amorites. La puissance économique et politique du royaume indépendant de Mari, fondée au xxviie s. par un gouverneur du royaume sumérien, est telle, au milieu du IIIe millénaire, qu’elle apparaît comme l’égale d’Ebla, sinon sa rivale. Des documents (archives éblaïtes) indiquent que toute la vallée du Moyen-Euphrate, en aval de la région contrôlée par Carchemish, glisse dans son orbite. Mari, sous la dynastie des Shakkanaku, apparaît aussi comme le vecteur de diffusion de la civilisation babylonienne vers la Syrie occidentale. Dans la partie méridionale de la vallée se comptent plus de quinze sites de l’âge du Bronze, qui seraient liés à l’activité économique de la région, redynamisée par le commerce avec la Babylonie.

  • 183 Lacambre et Tunca 1999, p. 594-595.
  • 184 Ibid., p. 599.
  • 185 Bunnens 1999, p. 613-614.

97Au IIe millénaire, le royaume de Carchemish semble avoir dominé la vallée du Moyen-Euphrate vers l’aval jusqu’à la forteresse de Dur-Sumu-Epuh, sans doute à localiser vers la confluence du Sajour183. Sa prospérité est attestée par les sources, à défaut de faits archéologiques184. La ville de Carchemish était pourvue d’un port, faisait commerce de vin, de bois, et importait du bitume et des céréales. C’était un relais entre l’Anatolie et les royaumes méridionaux de l’Euphrate, avec lesquels elle commerçait par voie fluviale, ainsi qu’un point de contact avec les routes de la façade occidentale, puisque Carchemish apparaît comme un royaume vassal du « Grand Royaume », qui couvrait alors toute la Syrie du Nord, de la côte méditerranéenne à l’Euphrate, ainsi que le bassin du Haut-Khabour, avec Tell Leilan (identifié à Shubat Enlil). Sur la rive opposée, Til Barsip/Masuwari185 semble avoir eu, au ixe s., un rôle politique et économique similaire à celui de Carchemish.

Évidence d’une grande activité économique des ports médiévaux d’après les sources

98Les sources arabes reflètent une organisation économique basée sur la relation campagne-ville-port. Le secteur de Raqqa devint primordial sous les premiers califes abbassides. Al-Saffah, en 749, fonde une ville nouvelle nommée Rafiqa, « la compagne », immédiatement à l’ouest de la ville byzantine de Callinicum. En 754, ce projet est repris par le calife Al-Mansur, et la construction est poursuivie et étendue sous Al-Mahdi entre 771 et 775. La nouvelle ville, dont le plan semi-circulaire est inspiré de celui de Bagdad, devient, entre 796 et 808, la résidence principale d’Al-Rashid. Centre politique et point de regroupement des armées en partance pour la frontière byzantine, Rafiqa connaît une extension et une prospérité économique sans précédent, illustrées par la richesse des monuments de la ville, notamment le complexe palatial construit par Al-Rashid au nord de l’enceinte. Les productions de céramique prouvent le grand dynamisme et l’esprit d’innovation des artisans de la ville à cette époque, et leur grande diffusion révèle les connexions commerciales de Rafiqa avec la Basse-Mésopotamie. En 809, après la mort d’Al-Rashid, les trésors et le centre du pouvoir sont rapatriés vers Bagdad, mais le pôle de richesse créé par les Abbassides reste actif jusqu’au milieu du xie s.

  • 186 Raymond 1995, p. 25.
  • 187 Ibid., p. 25-26.
  • 188 Inventaire d’A. Raymond d’après les sources, ibid., p. 26.
  • 189 C’est-à-dire la route de l’Euphrate.
  • 190 Bianquis 1993, p. 27.
  • 191 Sur la place forte de Qarqisiya, aux mains de Toulounides jusqu’en 881, cf. Rousset 2001, p. 559.
  • 192 Sur la monnaie frappée à Rahba découverte en fouilles, Rousset 2000, p. 245.
  • 193 Bianquis 1993a, p. 410.
  • 194 Berthier 2001a, p. 148.

99Sur la rive droite, la ville de Bâlis est qualifiée par les sources arabes de « port syrien sur l’Euphrate, là où on embarque les marchandises d’Égypte vers Bagdad »186. L’existence d’une installation portuaire au bord du fleuve est admise par les historiens mais n’a jamais été précisément localisée187. En revanche, la diversité des constructions extra-muros est mieux documentée. Le faubourg accueillait un quartier de potiers, mis au jour par les fouilles de l’IFEAD, ainsi qu’une mosquée, un couvent, un khan et une importante madrassa188. La création, sous les Abbassides, d’une subdivision administrative, le Tariq al Furât189, montre combien le contrôle de la région située entre Raqqa et Bagdad est primordial pour le nouveau pouvoir. Dans cette nouvelle circonscription, qui associe les deux rives, occupées par les villes de Qarqisiya, de Rahba, de Tell Marwaniya, de ‘Ana, de Hît et de Koufa190, le développement urbain et le commerce sont favorisés. Rahba, fondée à l’époque abbasside, devint une cité plus importante que Qarqisiya191, d’un point de vue tant stratégique qu’économique. Un atelier monétaire y est même attesté vers 911192. Le port de Rahba constitue aussi une étape commerciale pour les caravanes empruntant les routes de la steppe depuis Palmyre, Damas, Homs et Salamiya193, ainsi qu’un atout pour l’économie du Diyar Moudar, dont les productions transitaient par le Khabour. Depuis le port de Rahba, sont embarquées les céréales produites dans la proche vallée, mais aussi du vin, du bois et des poteries, destinés à Bagdad. L’étude du matériel céramique montre que la ville est incluse dans le large espace d’échange des productions céramiques du territoire abbasside. De petits centres de production de verre et de poterie ont été repérés à Tell Hrim, Tell Mouhassan et Tell Qaryad Medad 194. À proximité d’Ashara, le site d’Al-Graiya, qui a été identifié avec la ville de Dâliya, seconde activement Rahba. Le petit bourg, occupé de l’époque abbasside jusqu’à la fin de l’époque ayyoubide, est fortifié et muni d’un quai.

  • 195 Les déplacements du fleuve à Bâlis sont mentionnés à plusieurs reprises par les géographes arabes m (...)
  • 196 La pénurie de bois est mise en évidence par le manque de combustible pour les ateliers de potiers e (...)

100Le trafic fluvial à partir de Bâlis, Raqqa et Rahba cesse progressivement au xiie s., au profit du commerce caravanier, qui n’emprunte la vallée que sur des segments définis et en fonction de points de traversée précis. Outre l’instabilité politique, plusieurs facteurs ont été invoqués pour expliquer ce déclin des ports de l’Euphrate : le tracé du fleuve se serait modifié à la hauteur de Bâlis195 et une baisse d’approvisionnement en bois, denrée nécessaire à la construction des bateaux, aurait ralenti toute l’activité artisanale de la région de Rahba196.

  • 197 Strabon, XVI, 3, 3.
  • 198 M. I. Rostovtzeff situe le déclin de Gerrha au début de l’époque parthe, Rostovtzeff 1941, p. 320.

101Ces exemples, qu’ils remontent aux IIIe et IIe millénaires ou au Moyen-Âge, attestent bien que le transport via l’Euphrate canalise des denrées et des matériaux produits dans la vallée, dans les régions du Balikh et du Khabour, et dans les centres de production méditerranéens et anatoliens, pour les distribuer vers l’aval et, en particulier, vers les zones de forte consommation, comme Babylone puis Bagdad. Les villes et l’activité des ports du Moyen-Euphrate sont, sous la domination de Mari puis sous l’empire abbasside, tournées vers la Basse-Mésopotamie. En revanche, dans l’empire achéménide, la voie du Moyen-Euphrate semble avoir souffert de la concurrence des itinéraires terrestres, car les centres de consommation privilégiés sont situés plus au nord. Même si la Babylonie reste un centre politique et économique important, seules deux étapes commerciales, liées à la Phénicie, semblent alors s’être maintenues dans la vallée, qui accuse un fort dépeuplement et une activité économique moindre, d’après le témoignage de Xénophon. Pour le début de l’époque hellénistique, un seul exemple concernant la navigation commerciale à moyenne distance a été conservé : celui des commerçants de Gerrha en Arabie, qui, selon Aristobule, transportent par bateau leurs produits jusqu’à Thapsaque197. Ce court texte est d’autant plus intéressant qu’il s’agit d’une remontée du fleuve et d’un système d’exportation qui combine itinéraires terrestres et fluviaux, avec Thapsaque comme port et point de redistribution. Strabon cite ce témoignage pour l’opposer à la prédominance du commerce caravanier, à la fin du ier s. av. J.-C.198.

102Entre les périodes romaine et byzantine, la circulation fluviale s’effectue dans un contexte politique contraignant, avec des frontières qui ne valorisent pas la situation privilégiée du fleuve, route naturelle vers le Golfe. Même dans ces conditions défavorables, une navigation saisonnière, à but commercial ou militaire, sur de longues distances, était possible, mais ne paraît pas avoir été si essentielle qu’il ait été jugé nécessaire de recourir à des aménagements spéciaux. Pour le transport des marchandises lourdes, telles que le bois de construction, il n’y avait, cependant, pas d’alternative à la voie fluviale.

Franchir le fleuve

  • 199 Épisode de la campagne d’Arménie précédant la prise de Tigranocerte à l’automne, en 69 av. J.-C. : (...)
  • 200 Cette anecdote, qui pare Lucullus de l’aura du conquérant favorisé par les dieux, est une variante (...)
  • 201 Ammien Marcellin, XXX, 1, 8.
  • 202 Maundrell 1714, journée du 23 avril.

103L’Euphrate, à vrai dire, apparaît rarement comme un obstacle : seules des circonstances exceptionnelles, comme la violence d’une crue, le rendent infranchissable. Plutarque conte ainsi l’impatience de Lucullus199, retenu sur la rive droite du fleuve par le débit gonflé et rapide de l’Euphrate : il faudrait suspendre sa marche forcée contre Tigrane, le temps de réunir la flotte et de faire construire des radeaux pour traverser. Une baisse soudaine des eaux rend le passage guéable et le proconsul sacrifie un taureau à l’Euphrate200. L’effet dramatique est plus fort dans le récit d’Ammien Marcellin : l’armée de Julien, sur le chemin du retour, sombre ainsi dans le plus profond désarroi quand elle est placée dans l’impossibilité de franchir le fleuve, faute de bateaux : « Cum ad flumen venisset Euphraten, et inopia navium voraginosum amnem vado transire non posset… / Comme l’armée était arrivée à l’Euphrate et ne pouvait passer à gué le fleuve tourbillonnant, en l’absence de navires… »201. L’alternative est dans les deux cas clairement soulignée : le fleuve, quand il n’est pas guéable, est franchi à l’aide de bateaux. Pour un usage local et réduit, les barques sont suffisantes. Mais le transbordement d’un groupe de passagers ou d’une caravane d’une rive à l’autre est long et parfois houleux : d’après les récits de voyage européens du xviie s., aucun pont n’était construit à Birecik, bien que ce fût le point de passage principal de l’Euphrate, par lequel transitaient les caravanes de Mossoul et de Shiraz. La traversée s’effectuait à l’aide de barques à fond plat, ouvertes sur un côté et pouvant contenir quatre chevaux (fig. 31). La technique de traversée, décrite par l’Anglais H. Maundrell en 1697, est assez rudimentaire : les barques sont placées très en amont sur la rive occidentale, pour atteindre avec la force du courant le point de débarquement choisi sur la rive opposée202. Sur la rive orientale, les voyageurs et leur chargement entrent dans la ville par une porte étroite des remparts et logent dans un caravansérail situé à flanc de colline, taillé dans le rocher.

Fig. 31 ‑ Bac photographié par la mission allemande sur l’Euphrate

Fig. 31 ‑ Bac photographié par la mission allemande sur l’Euphrate

(Humann et Puchstein 1890, p. 174, fig. 12)

104Dans l’Antiquité, certains points de passage très fréquentés, liés aux grands axes de communication ou à la traversée d’un contingent militaire fourni, ont nécessité l’aménagement de ponts de bateaux entre les rives du fleuve : ils sont souvent mentionnés par les auteurs anciens. L’ambiguïté des termes traduits du grec et du latin ne doit pas, cependant, induire en erreur, car la probabilité est très faible qu’il y ait eu des arches construites en pierre dans la vallée du Moyen-Euphrate. Les témoignages littéraires et les observations archéologiques appellent une analyse plus précise de la nature et de l’usage des ponts pour les époques hellénistique et romaine.

Les gués de l’Euphrate

  • 203 Les seuils sont indiqués sur les cartes anglaises de 1845 et signalés par Héraud, cf. Une mission d (...)
  • 204 I, Rois, V, 4.
  • 205 Xénophon, Anabase, I, 4, 17.
  • 206 Ibid., I, 4, 18 : « Les gens de Thapsaque disaient qu’excepté cette fois-ci, ce fleuve n’était jama (...)
  • 207 Ibid.
  • 208 Par exemple, chez Plutarque, l’exploitation littéraire et idéologique de la baisse inattendue des e (...)

105Une des particularités de l’Euphrate tient au nombre de ses gués. En période d’étiage, en effet, le faible débit du fleuve rend la traversée à pied tout à fait praticable, et l’on peut compter sur la présence de gués ponctuels et saisonniers tout au long de l’Euphrate. Comme le tracé du fleuve a constamment varié, les gués actuels, à proximité des sites qui nous intéressent, ne sont probablement pas les mêmes que ceux fréquentés dans l’Antiquité. Seuls les gués liés à un accident géologique définitif peuvent faire l’objet d’une localisation précise : il s’agit de seuils rocheux au milieu du fleuve, bien connus des voyageurs et des navigateurs203. Ce sont des veines rocheuses qui barrent le lit sur plus de 800 m ; très denses au centre du fleuve, elles sont suffisamment entaillées à proximité des rives pour permettre le passage des bateaux. Le premier de ces seuils rocheux était situé à 12 km en aval de Dibsi Faraj, actuellement dans la zone submergée par le lac de Tabqa. Le second est, en revanche, toujours visible à 7 km en amont de Raqqa. Ces deux emplacements sont importants, car chacun est susceptible de correspondre à un gué, un « thapsaque ». Le toponyme de Thapsaque, transmis par la tradition grecque, est une transcription du terme sémitique taphsah, qui désigne un passage ou un gué. Ce nom représente dans la Bible, au premier Livre des Rois204, la limite nord de la Transeuphratène soumise à l’autorité de Salomon. Le Thapsaque de l’Euphrate, cité par Ptolémée, tient donc son nom d’un lieu-dit, « Le Gué », appellation peut-être attachée à l’un des gués permanents du fleuve. C’est d’ailleurs l’existence d’un point de traversée de ce type qui permet à Cyrus de franchir le fleuve, alors qu’Abrocomas a pris soin d’incendier les bateaux pour le retenir sur la rive occidentale. La traversée se fait, au dire de Xénophon, sans que « personne n’ait d’eau au-dessus de la poitrine »205. Quant à l’étonnement des habitants de Thapsaque, qui disent voir pour la première fois le fleuve traversé sans bateaux206, il faut, certainement, le considérer comme un topos littéraire : « Ἐδόκει δὴ θεῖον εἶναι καὶ σαφῶς ὑποχωρῆσαι τὸν ποταμὸν Κύρῳ ὡς βασιλεύσοντι / On vit là un prodige : visiblement le fleuve s’était soumis à Cyrus comme à son futur roi »207. On retrouve constamment cette image du fleuve soumis au futur conquérant208.

  • 209 Lauffray 1983, p. 53.

106Par la suite, l’importance du lieu, associé à la célébrité d’Alexandre, en fait la référence de tout point de traversée du fleuve, les géographes antiques n’ayant de cesse de lui trouver des équivalents contemporains. Les premières tentatives de localisation de Thapsaque invoquaient plus volontiers la présence des ruines d’un pont que les particularités topographiques du lieu. Ainsi, F. R. Chesney pressentait les environs de Funsa, en amont de Raqqa, tandis qu’H. Kiepert proposait les alentours de Qal‘at Dibsi. Tous deux se fondaient sur le signalement de vestiges de piles de pont antique sur la rive droite, là où une observation plus attentive permet de reconnaître les restes d’une noria ou d’un quai209. La notion de pont sur l’Euphrate demande donc à être réexaminée.

Les « ponts » de l’Euphrate

  • 210 Cumont 1917, p. 126-127 et Metheny 1907, p. 159-160.
  • 211 V. Chapot a ainsi cru reconnaître le pont de Zeugma sur un bas-relief de l’arc de Bénévent, cf. Cha (...)
  • 212 Pococke 1745, II, p. 156.
  • 213 Dont J. R. Metheny, cf. Metheny 1907, p. 159.
  • 214 « Donc il n’y avait alors pas de pont maçonné – à l’époque où Crassus franchit pour la seconde fois (...)

107Aucune indication archéologique n’a, jusqu’à présent, pu confirmer l’existence de ponts antiques en pierre sur les rives du fleuve. Quant aux ponts actuels qu’on a, parfois, abusivement considérés comme héritiers d’une tradition passée, ils reflètent une circulation moderne, qui ne s’appuie pas exactement sur les mêmes points de traversée que ceux fréquentés dans l’Antiquité. À comparer la liste des ponts actuels et celle des points de traversée antiques attestés, on a le sentiment que, si les destinations finales visées sont restées longtemps identiques, le détail des routes et des points de traversée a sensiblement changé. L’histoire de la localisation de Zeugma illustre tous les aspects de la question. Une des premières hypothèses acceptées voulait que la ville de Séleucie-Zeugma et le pont qu’elle commandait correspondissent à la ville de Birecik. Cette localisation, qui malmenait à la fois l’interprétation des textes anciens et les principes archéologiques, prévalut pendant la seconde moitié du xixe s. et le début du xxe s., tant était forte la croyance des historiens en la tradition d’un passage à Birecik depuis l’Antiquité. Grâce aux études de J. R. Metheny et de F. Cumont210, le véritable emplacement de Séleucie-Zeugma fut reconnu à Belkıs, à 20 km en amont. En dénonçant la préférence accordée, en dépit de tout, à Birecik, les deux historiens sacrifiaient pourtant à une autre tradition tenace : celle qui concerne les ponts construits sur le fleuve211. Les premiers indices qui attirèrent, en effet, l’attention sur Belkıs, furent rapportés, dès 1745, par le voyageur R. Pococke, à qui un informateur local assura qu’à Zima – nom arabe de Zeugma –, à environ 12 miles de Beer/Birecik, « on pouvait voir de chaque côté de la rivière, lorsque l’eau est basse, des ruines en pierre qui peuvent être celles d’un pont »212. L’information fut reprise et complétée par toute une série d’explorations213, jusqu’à J. Wagner qui, en 1976, interprétait les maçonneries en béton hydraulique sur la rive comme des piles de pont. Quant à F. Cumont, qui imposa l’identification de Belkıs en 1917, il supposait, que, sous Trajan, « les ingénieurs romains avaient substitué au vieux pont de bateaux une solide construction de pierres », en mettant probablement à contribution les proches carrières d’Enesh214. Ni les observations archéologiques récentes sur le site, ni les témoignages des auteurs anciens ne viennent appuyer cette hypothèse. Les vestiges de maçonnerie repérés sur la berge occidentale et identifiés comme le piédroit du pont s’apparentent plutôt à une installation hydraulique. Enfin, une étude attentive des occurrences des expressions grecques et latines pour désigner les ponts de l’Euphrate montrent l’usage exclusif des ponts de bateaux.

Terminologies grecques et latines

  • 215 Plutarque, Crassus, XIX, 7.
  • 216 Eschyle, Les Perses, v. 723.
  • 217 Hérodote, IV, 83.
  • 218 Polybe, V, 46, 9 et V, 52, 4. : « Διέγνω ζευγνύειν τὸν Τίγριν ».
  • 219 Arrien, III, 7, 5 : « Alexandre fait jeter deux ponts à Thapsaque ».
  • 220 Hérodote, VII, 24.
  • 221 Polybe, III, 66, 6 : « Hannibal établit un pont sur le Tessin ».

108Le terme « ζεῦγμα / le lien », c’est-à-dire tout ce qui sert à unir, qui est finalement resté comme nom d’usage à la ville de Séleucie sur l’Euphrate, tire son sens de la technique bien connue des ponts des bateaux. L’expression verbale « ζευγνύναι πλοῖα » est plus explicite encore : on liait étroitement des embarcations ensemble pour former une plate-forme continue qui permettait de traverser à sec en toute saison. À l’inverse, pour démanteler ce dispositif, on délie le pont : « Ἔφη γὰρ τὸ ζεῦγμα τοῦ ποταμοῦ διαλύειν / [Crassus] dit qu’il faisait rompre le pont du fleuve »215. Mais l’image de ces bateaux, fermement maintenus malgré la pression du courant, a donné naissance à une variante littéraire : par métonymie, ce ne sont plus les navires qu’on maintient sous les liens, mais les deux rives du fleuve qu’on relie par un pont de bateaux, d’où la formule « ζευγνύναι ποταμόν / lier le fleuve ». Parmi de nombreuses occurrences, un vers d’Eschyle, tiré des Perses, exploite superbement la violence de cette image216 – lorsque, frappé d’une témérité fatale, Xerxès met l’Hellespont sous le joug d’un long pont de bateaux : « Μηχαναῖς ἔζευξεν Ἕλλης πορθμόν, ὥστ’ἔχειν πόρον / Avec des engins, il mit l’Hellespont sous le joug pour se faire un passage ». Les occurrences oscillent donc entre les formules « ζευγνύναι πλοῖα » et « ζευγνύναι ποταμόν », qu’on peut considérer comme totalement équivalentes. Elles concernent aussi bien les fleuves que les détroits. Hérodote l’emploie à propos du Bosphore217, Polybe à propos d’un pont de bateaux sur le Tigre218. La langue grecque dispose toutefois d’un champ lexical concurrent, formé à partir du terme homérique « γέφυρα / chaussée ou passage ». Ce nom souligne un aspect plus pratique que technique : l’aménagement d’une voie de passage (fig. 32). Son emploi avec le verbe « ζευγνύναι » rend donc compte de l’utilité de ces ponts flottants de manière très complète : « γέφυραν ζευγνύναι219 / relier d’une chaussée [les deux rives d’un fleuve] ». On retrouve des constructions grammaticales semblables pour le verbe : « γεφυροῦν / faire un chemin, un passage », « γέφυρειν ποταμόν / jeter un pont sur le fleuve220 », ou plus explicitement « ποταμὸν πλοῖοις γεφυροῦν » et « τοῖς ποταμίοις πλοίοις τὴν διάβασιν γεφυροῦν / aménager la traversée au moyen d’embarcations fluviales »221.

Fig. 32 ‑ Dessin d’un pont de bateaux militaire parapet construit sur le fleuve Danube, personnifié à gauche, d’après les reliefs de la colonne trajanne

Fig. 32 ‑ Dessin d’un pont de bateaux militaire parapet construit sur le fleuve Danube, personnifié à gauche, d’après les reliefs de la colonne trajanne

(section F. 26-31)

  • 222 Plutarque, Crassus, traduction de J. Amyot, XXXIII, p. 72.
  • 223 Plutarque, Crassus, traduction de R. Flacelière, XVII, 4, p. 227.
  • 224 Wagner 1976, p. 23, n. 6.
  • 225 Mansiones Parthicae, 1.
  • 226 Plutarque, Crassus, XIX, 4. Il n’est pas d’usage que le nom d’une ville soit précédé de l’article d (...)
  • 227 Strabon, XVI, 1, 22. La traduction anglaise substitue également ici la ville au pont, cf. Strabon, (...)
  • 228 XVI, 1, 23. Cette opposition perd tout sens si on traduit « le Zeugma en Commagène et l’ancien Zeug (...)

109Pour le lecteur moderne, la possibilité de confusion réside dans les effets d’une traduction trop littéraire. Ainsi, certaines traductions obscurcissent fréquemment le texte grec : « Crassus fit bâtir un pont sur l’Euphrate »222 pour l’expression « καὶ γὰρ ἔζευξε ῥᾳδíως τὸν Ἐυφράτην / Il fit rapidement jeter un pont sur l’Euphrate ». La traduction de R. Flacelière est aussi approximative : « Il franchit aisément l’Euphrate »223. Une autre source d’erreur, propre à l’interprétation des textes grecs, tient à la confusion entre le sens technique du mot « ζεῦγµα » et le toponyme Zeugma, qui s’est substitué à celui de Séleucie sur l’Euphrate224. Les constructions grammaticales permettent de trancher : l’expression « κατὰ τὸ ζεῦγμα » fait référence au pont, et non à la ville. Elle apparaît chez Isidore de Charax : « Διαβάντων τὸν Ἐυφράτην κατὰ τὸ ζεῦγμα πόλις ἐστὶν Ἀπάμεια / Quand on a franchi l’Euphrate par le pont, il y a Apamée »225, et chez Plutarque : « Τῷ δὲ Κράσσῳ διαβιβάζοντι τὴν στρατιὰν κατὰ τὸ ζεῦγμα / Crassus faisant passer l’armée sur le pont »226. De son côté, Strabon fait bien référence au « pont qui passe en Commagène / τὸ κατὰ Κομμαγηνὴν ζεῦγμα »227 : le pont de Séleucie-Zeugma est une référence géographique connue de ses lecteurs, par opposition à celui de Thapsaque : « τῷ ζεύγματι τῷ τε νῦν τῷ κατὰ τὴν Κομμαγηνὴν καί τῷ πάλαı τῷ κατὰ τήν Θάψακον / le pont qui passe aujourd’hui en Commagène et le pont d’autrefois, celui du côté de Thapsaque »228.

  • 229 Pline, XXXIV, 43, 150.
  • 230 Pline, V, 24.
  • 231 Tacite, VI, XLIII, 4.
  • 232 Ammien Marcellin, XXIII, 2, 6.
  • 233 Ibid., XXIII, 5, 4.

110La mention des ponts de l’Euphrate par les auteurs latins est sujette à moins d’ambiguïté. Les termes latins font appel au même registre sémantique : « iungere pontem / réunir un pont de bateaux », attesté chez Pline à propos du pont de la ville de Séleucie-Zeugma : « … Alexander Magnus ibi iunx(it) pontem / … Alexandre le Grand a réuni là un pont de bateaux »229. On trouve également une variante plus explicite : « iungere fluvium ponte / joindre les rives d’un fleuve par un pont », qu’on traduit souvent par la formule : « jeter un pont [sur un fleuve] ». Le pont de Zeugma inspire une autre image à Pline : « ex adverso Apameam Seleucus idem utriusque conditor ponte iunxerat / Sur la rive opposée, Séleucos, fondateur de chacune de ces villes, avait relié par un pont Apamée (à Zeugma) »230. Tacite emploie une expression un peu plus technique pour la traversée de l’armée d’Ornospadès sur l’Euphrate : « ponte navibus effecto / un pont ayant été construit avec des bateaux »231. Ammien Marcellin, quant à lui, désigne, chaque fois, les ponts de l’Euphrate par l’expression pons navalis, peut-être représentative du vocabulaire militaire. L’armée de Julien en provenance de Hiérapolis franchit l’Euphrate au début du printemps : « Euphrate navali ponte transmisso / ayant franchi l’Euphrate par un pont de bateaux »232 ; puis le passage du Khabour est formulé de manière identique – « ut per navalem Aborae pontem exercitus et omnes sequellae transirent / de sorte que l’armée et toute sa suite traversèrent l’Aboras par un pont de bateaux »233.

111Cette terminologie sert de guide pour l’établissement d’une typologie des ponts de bateaux, par l’étude des embarcations utilisées pour les construire et du rôle joué par ces dispositifs.

Les ponts de bateaux : éléments de typologie

  • 234 Polybe, V, 45, 4.
  • 235 Polybe, III, 66, 6.
  • 236 Ammien Marcellin, XXIII, 3, 2-4.
  • 237 V. Chapot ne semble pas croire à la spécialisation de telles embarcations. Il suggère que les « pon (...)
  • 238 Zosime, III, 13, 2.
  • 239 Plutarque, Crassus, XIX, 4.

112Les ponts de bateaux jouent un rôle militaire considérable. Du point de vue des impératifs de la guerre, il s’agit d’une technique éprouvée et maniable, qui requiert simplement la présence de navires sur le fleuve, qu’on assemble pour faire traverser l’armée. Cette condition est, d’ailleurs, assurée chaque fois que les forces terrestres sont appuyées par une flotte et que les évènements se déroulent à la saison où l’Euphrate charrie un important volume d’eau. Nous avons vu comment Cyrus, privé de navires par son ennemi, contournait la difficulté en profitant du faible débit du fleuve et de la présence d’un gué. Une manœuvre semblable, rapportée par Polybe, est censée retenir Molon sur la rive gauche du Tigre : Molon, résolu à assiéger Séleucie, est empêché de traverser « par Zeuxis qui a fait retirer toutes les embarcations du fleuve / ὑπὸ Ζεύξιδος διὰ τὸ καταλαβέσθαι τὰ ποτάμια πλοῖα »234. Les termes grecs « ποτάμια πλοῖα » sont précis : il s’agit bien d’embarcations fluviales. L’expression est récurrente chez Polybe quand il mentionne un pont de bateaux235, et laisse supposer l’existence d’embarcations proprement réservées à cet usage. D’autres indications, pour le ive s. apr. J.-C., viennent confirmer cette hypothèse. Le catalogue des navires dressé par Ammien Marcellin236 pour la flotte qui accompagne l’expédition de Julien distingue, en effet, la présence « d’embarcations pour constituer des pontons pour traverser »237. La description de Zosime est plus complète encore : « καὶ ἕτεραι πλατεῖαι συνηκολούθουν δι’ὧν, εἴ που δεήσειεν, ἔδει γίνεσθαι ζεύγματα πεζῇ διδόντα τῷ στρατοπέδῳ τοὺς ποταμοὺς διαβαίνειν / d’autres embarcations plates avec lesquelles, si le besoin s’en faisait quelque part sentir, on devait construire des ponts donnant la possibilité à l’armée de traverser à pied les fleuves »238. L’auteur énonce en quelque sorte les caractéristiques des ponts de bateaux, « ζεύγματα », à l’usage de l’armée, et met en évidence la spécialisation d’un certain type d’embarcation. Le recours à des barques plates garantit la légèreté du dispositif : il s’agit de constituer et de démonter un ponton dans les meilleurs délais. Une anecdote malheureuse laisse d’ailleurs soupçonner la précarité des ponts de bateaux. Le pont improvisé par Crassus sur l’Euphrate est brisé par la violence d’un soudain orage : « πνεῦμα δὲ νέφει καὶ πρηστῆρι μεμιγμένον ἐρεῖσαν αὐτοῦ κατὰ τῆς σχεδίας ἀνέρρηξε πολλὰ καὶ συνέτριψεν / Une rafale d’orage chargée de foudre s’abattit juste sur le pont, qu’elle brisa et fracassa sur une grande longueur »239. Le nom « σχεδία », qui renvoie au pont de bateaux dans le texte de Plutarque, désigne habituellement un radeau ou une embarcation légère. Ce type de ponton léger convient bien aux impératifs d’une campagne militaire.

  • 240 En grec, « Σελεύκεια ἐπὶ τοῦ Εὐφράτου », et en latin, « Seleucia ad Euphratem ».
  • 241 « Σελεύκεια ἐπὶ τοῦ Ζεύγματος », chez Polybe, V, 43, 1.
  • 242 C’est-à-dire le « Pont sur l’Euphrate », par exemple chez Ciceron, Ad Quintum, CXXIII, et chez Plin (...)
  • 243 Pline, V, 24 : « transitu Euphratis nobile ».

113En revanche, les ponts liés à certaines villes du Moyen-Euphrate correspondent très probablement à des aménagements plus importants, avec piédroits et chaînages. Le pont entre Séleucie et Apamée de l’Euphrate apparaît ainsi comme une installation permanente puisque, dans la langue vernaculaire, il finit par se confondre avec la ville de Séleucie. De « Séleucie sur l’Euphrate »240, l’usage glisse vers « Séleucie sur le Pont (Zeugma) »241, tandis qu’à partir du ier s. av. J.-C., s’impose le nom « Zeugma sur l’Euphrate »242, puis exclusivement celui de « Zeugma », l’équivalent grec du toponyme français « Le Pont ». Pline est explicite : de toutes les villes baignées par le fleuve, Zeugma est « célèbre parce qu’on y passe l’Euphrate »243.

  • 244 Pline, XXXIV, 43, 150.
  • 245 L’origine séleucide du pont et de la double fondation de Zeugma et Apamée est pourtant mentionnée a (...)
  • 246 Arrien, III, 7, 5.
  • 247 Cumont 1917, p. 28.
  • 248 Ammien Marcellin, XXIII, 5, 5.

114La célébrité de ce pont est rehaussée par une tradition historique dont Pline se fait l’écho : « Ferunt (…) exstare ferream catenam apud Euphratem amnem in urbe quae Zeugma appellatur qua Alexander Magnus ibi iunxerat pontem cujus anulos qui refecti sunt robigine infestari carentibus ea prioribus / On raconte qu’on voyait sur le fleuve Euphrate, dans la ville appelée Zeugma, la chaîne en fer avec laquelle Alexandre le Grand réunit ici un pont, et que ceux de ses anneaux qui ont été réparés sont rongés par la rouille, alors que les anciens en sont dépourvus » 244. Cette citation, où l’on reconnait bien les éléments du topos littéraire lié à la figure magique du conquérant ou au style des mirabilia, insiste sur l’ancienneté du pont de bateaux, en l’attribuant à Alexandre et en occultant l’origine de la ville fondée par Séleucos Ier 245. L’allusion à la réfection des chaînes du ponton se comprend d’autant plus aisément si ce pont-ci est permanent. De tels systèmes pourraient avoir fonctionné en maints endroits sur le fleuve. Les indications des textes en attestent à Thapsaque, à l’époque achéménide 246 et, peut-être, aux points de traversée en connexion avec les principales routes du Moyen-Euphrate, comme les pontes navales empruntés par l’armée de Julien, à la confluence du Sajour et sur le Khabour. Le premier est lié à l’itinéraire le plus direct depuis Hiérapolis 247. D’après Zosime – en dépit de sa localisation erronée de Hiérapolis au bord de l’Euphrate –, c’est là que l’empereur convoque une première fois sa flotte, ce qui a pu lui fournir les moyens de constituer son propre pont, s’il n’y avait pas là de pont permanent. Quant au pont sur le Khabour, chez Ammien Marcellin 248, Julien est seulement désigné comme responsable de sa destruction : « Statimque transgressus pontem avelli praecepit, ne qui militum ab agminibus propriis revertendi fiducia remaneret / Aussitôt passé le fleuve, il fit enlever le pont pour qu’aucun soldat ne reste à l’arrière de sa formation avec l’assurance de retourner sur ses pas ». L’effet dramatique de l’événement est plus frappant s’il s’agit d’un pont permanent et non d’un ponton militaire qui, par définition, est démonté une fois les troupes passées sur l’autre rive. Or dans cet épisode, le geste de Julien est funeste : les soldats romains sont comme prisonniers en territoire ennemi, la retraite coupée. À vrai dire, la question des ponts sur l’Euphrate se pose de manière moins pressante pour la partie méridionale du fleuve, à partir de Nicéphorion, car les saisons où le fleuve est guéable y sont plus longues.

  • 249 Polybe, I, 66, 3 : « Hannibal longe la rivière du Tessin à la recherche d’un endroit pour établir u (...)
  • 250 Ibid., V, 52, 4.
  • 251 Bell 1911, p. 12.
  • 252 F. R. Chesney décrit l’usage de bacs tout aussi rudimentaires mais de grande contenance à Biredjik, (...)

115Pour les ponts de l’Euphrate, les données topographiques sont déterminantes. Certaines remarques de Polybe suggèrent que le choix d’un site propice à l’installation d’un pont de bateaux requérait quelques précautions249. Mais il s’agit de conditions favorables qui, pour la vallée de l’Euphrate, n’ont rien de limitatif : par exemple, dans l’intention de tromper Molon, Xénoitas feint ostensiblement de vouloir barrer le Tigre d’un pont de bateaux, à un endroit où le fleuve, nous dit Polybe, forme une île : « Ὑποδείξας δὲ διότι μέλλει ζευγνύναι τὸν ποταμὸν κατά τινα νησίζοντα τόπον / Feignant de vouloir jeter un pont sur le fleuve à un endroit pourvu d’îles »250. Ce détail n’est pas indifférent, puisque la présence d’une île au milieu du fleuve, ajoutée aux manœuvres exécutées par les bateaux ennemis, fait partie des éléments susceptibles de faire croire à Molon que Xénoitas est sur le point d’attaquer. La présence d’une île à mi-chemin allège bien évidement les tensions inhérentes au système du pont de bateaux. Cette situation permet de diviser la longueur du pont en deux parties, en répartissant les embarcations de part et d’autre de l’île et en incluant cette dernière dans la traversée. Cet aspect topographique vaut, en fait, pour tout type de traversée, qu’elle se fasse au moyen d’un gué ou d’une embarcation. On peut rappeler ici le déroulement de la traversée de l’Euphrate à la hauteur du Sajour, au début du xxe s., tel que le raconte l’exploratrice britannique G. Bell251. La traversée s’effectue par bac en deux temps : un premier bac dépose le voyageur au milieu, sur une grande île qu’il traverse à pied, pour s’embarquer une seconde fois avant d’arriver à la rive opposée252. Mais, on l’a vu, la présence d’îles divisant le fleuve en différents chenaux, la facilité d’accès aux rives, sont des données naturelles tout au long de la vallée du Moyen-Euphrate, qui rendent à l’évidence le fleuve très aisément franchissable. Le recours aux ponts de bateaux et aux embarcations disponibles en période de hautes eaux paraît avoir largement compensé les inconvénients d’un fleuve changeant. Ce modus vivendi plutôt satisfaisant peut expliquer, en toute vraisemblance, l’absence de piles de pont en pierre ou en autre matériau durable enjambant l’Euphrate.

Notes

1 Geyer 1995, p. 16.

2 Voir l’intitulé du colloque de Barcelone : Archaeology of the Upper Syrian Euphrates the Tishrin Dam Area, cf. Olmo Lete et Montero Fenellos 1999.

3 Comparer les titres des deux synthèses publiées à partir des prospections réalisées entre Deir ez-Zor et Abou Kemal : La basse vallée de l’Euphrate syrien du Néolithique à l’avènement de l’Islam, cf. Geyer et Monchambert 2003, et Peuplement rural et aménagements hydro-agricoles dans la moyenne vallée de l’Euphrate (fin viie s. – xixe s.), cf. Berthier 2001.

4 Concept proposé par J.-C. Margueron au colloque de Barcelone en 1999, cf. Margueron 1999.

5 Sur les caractéristiques du piémont anatolien et de la Mésopotamie, Sanlaville 2000, p. 67-69 et p. 100-102.

6 Geyer 1995 et Geyer et Monchambert 1986.

7 En Syrie, sur le segment de Jerablous à Qal‘at Al-Najm et la vallée du Sajour, cf. Besançon et Sanlaville 1985.

8 Pour la Turquie, voir l’étude géomorphologique de la vallée dans le secteur de Belkıs à Çardak, Kuzucuoglu 1999 et 2006.

9 Kerbé 1987.

10 Cf. Geyer 1995, p. 16.

11 J. Kerbé écarte fermement l’hypothèse d’un apport hydrologique de sources souterraines, cf. Kerbé 1987, p. 673.

12 Rappel de la différence entre les régimes nivo-pluvial et pluvio-nival : le premier s’applique aux fleuves et rivières dont le débit maximum en mai résulte de la fonte des neiges dans les régions du Taurus et du Kurdistan (les précipitations hivernales représentant 35 à 55 %) ; le second affecte les régions d’Anatolie orientale et du Sud du Zagros où les précipitations sont plus abondantes au printemps et induisent une montée des eaux dès avril. Cf. Sanlaville 2000, p. 68.

13 Sur les distinctions entre différentes formes alluviales, cf. Berthemont 2000, p. 34-35.

14 Stordeur et Jamouss 1999.

15 Coqueugniot 1999.

16 Molist et Faura 1999.

17 Sur l’environnement des sites, cf. Belmont 1999.

18 Muhesen 1993, p. 20.

19 Kerbé 1987, p. 644-649.

20 Geyer et Monchambert 1989, p. 66-68 et fig. 2a-2 p. 67.

21 Geyer 1995, p. 17.

22 B. Geyer relève l’erreur d’estimation de « Ch. Héraud qui pense que le lit principal est fixe », ibid., p. 21.

23 Cf. Rouault 1998, p. 195.

24 Conférence d’E. Peltenburg à l’auditorium du Louvre du 26/01/2001.

25 Cf. Rouault 1998, p. 196.

26 Ces définitions s’inspirent des analyses complexes de Besançon et Sanlaville 1985 et Geyer 1995. Pour plus de précisions cf. Geyer et Monchambert 1987, p. 295-297.

27 Inspirée de la division hydrographique proposée par J. Kerbé, cf. Kerbé 1987, p. 650.

28 Cf. Margueron 1999.

29 Besançon et Geyer 2003, p. 23.

30 Margueron 1999, p. 484.

31 Cumont 1917, p. 291.

32 Terrasse identifiée comme récente, de formation « holocène, subactuelle, actuelle » et dans le cas d’Horum Höyük, postérieure à la période romaine, cf. Kuzucuoglu 1999, fig. 3.

33 Ibid.

34 Terrasse rissienne recouverte de terra rossa, cf. ibid.

35 La ville de Nizip se trouve à 18 km à l’ouest.

36 Sanlaville et Besançon 1985, p. 7.

37 Ibid., p. 8.

38 Le débit moyen du Sajour est de 41 millions de m3/s, avec une année extrême de 450 millions de m3 en 1968 et un minimum de 38,2 millions de m3 en 1960 (rapport de 1 à 11), Ibid., p. 11.

39 Ibid., p. 8-9.

40 Ibid., p. 10.

41 Par exemple, voir la carte de l’État-major ottoman ainsi que celle réalisée par H. Kiepert pour E. Sachau, Sachau 1883, et les relevés de F. Cumont, Cumont 1917.

42 Besançon et Sanlaville 1985, p. 8.

43 Cf. ibid., p. 12.

44 Buttes résistantes « constituées de calcaires helvétiens d’une centaine de mètres d’épaisseur », ibid., p. 8.

45 Nommé « défilé de Katerkaya » par le navigateur C. Héraud, cf. Une mission de reconnaissance sur l’Euphrate, p. 83.

46 Appelé parfois et à tort Tell Ahmar ; à ne pas confondre avec le tell identifié avec Til Barsip, en face de la confluence du Sajour (site D07).

47 Pour ce segment du fleuve, noyé depuis la mise en eau du barrage de Tabqa en 1976, nous ne disposons que des cartes de Ponikarov publiées en 1966 et 1967 mais pas de descriptions précises. Cf. Besançon et Geyer 2003, p. 7-8.

48 Ces méandres marécageux étaient portés sur les cartes du xixe s. et mieux localisés sur la carte FFL qui a servi aux repérages de J. Lauffray, cf. Lauffray 1983, fig. 2.

49 Carte FFL 1945, feuille NJ 37-XXII, Raqqa.

50 Cf. Kohlmeyer 1984, carte 4.

51 C’est par cette ravine que passe la route de Palmyre.

52 Cf. Carte FFL 1945, feuille Deir ez-Zor.

53 Titre génial du colloque consacré au bilan des fouilles d’urgence de Tabqa, organisé par J.-C. Margueron en 1977, cf. Margueron 1980b.

54 Voir le rappel des données présenté par Geyer et Monchambert 2003c, p. 269-270.

55 Observations sur le tracé de l’aqueduc de Zeugma réalisées par l’équipe de la mission ZMVE entre 1998-1999.

56 Cf. D’Hont 1994.

57 D’Hont 1994, p. 27-28.

58 Sur les puits, cf. Geyer et Monchambert 2003b, p. 230.

59 D’Hont 1994, p. 29.

60 Dont un qanât, canalisation drainante souterraine, retrouvée en rive droite, cf. Geyer et Monchambert 2003a, p. 231.

61 Geyer 2003, p. 66 et Monchambert 2003, p. 122-123 et p. 125, fig. 18.

62 Geyer et Monchambert 2003a, p. 88, site no 68 et Monchambert 2003, p. 122, fig. 14.

63 D’Hont 1994, p. 32.

64 Ibid., p. 32-33.

65 Ibid., p. 33-34.

66 Geyer et Monchambert 2003b, p. 228-230.

67 D’Hont 1994, p. 34.

68 Notamment les prospections réalisées par B. Geyer et J.-Y. Monchambert (1982-1990), Geyer et Monchambert 2003.

69 En particulier, leur datation, cf. infra p. 33-34.

70 Présentation sur les canaux, cf. Geyer 1990.

71 Geyer 1990b, p. 69 et carte 1.

72 Ibid., p. 73-74 et carte 1.

73 Sur les arguments en faveur du raccordement au Wadi Souab, voir les remarques de J.-C. Margueron dans la discussion consécutive à l’intervention de B. Geyer, cf. ibid., p. 85.

74 Cf. Lafont 1993, Noter cependant un problème toponymique puisque le Wadi Akash (en aval d’Abou Kemal) est nommé par l’auteur « Wadi Balikh ».

75 Geyer 1990b, p. 74 et carte 1-2.

76 Monchambert 1990.

77 Ibid., p. 89.

78 Aucune prise d’eau n’a été précisément localisée, exceptée celle du nahr Saïd, qui pourrait être à Tell Guftan, cf. Monchambert 1990, p. 93, et l’intervention de C. Safadi dans la discussion et les réponses de B. Geyer et de J.-Y. Monchambert, cf. ibid., p. 100.

79 J.-Y. Monchambert insiste sur la faible quantité de matériel recueilli dans les tranchées ouvertes sur les canaux, voire sur l’absence de matériel, comme ce fut le cas pour l’un des sondages ouverts sur le nahr Dawrîn, cf. ibid., p. 90.

80 Cf. Wilkinson 1995. Ces résultats ont bénéficié du fait que le canal a été comblé à la période byzantine et non réutilisé.

81 Cf. Berthier 2001a, p. 36-49 (coupes du nahr Dawrîn) et p. 90-98 (coupes du nahr Saïd).

82 J.-Y. Monchambert distingue deux cas pour les sites associés aux canaux : le premier regroupe les sites de différentes époques, proches des canaux, dont « l’environnement immédiat atteste que seul le canal les approvisionnait en eau », et qui ne peuvent s’appuyer ni sur un wadi ni sur un méandre de l’Euphrate. Le second cas concerne les sites contemporains implantés le long du canal. Cette concentration indique qu’ils sont reliés à une même période d’utilisation du canal, mais n’établitpas la date de construction, cf. Monchambert 1990, p. 91.

83 Geyer et Monchambert 1987.

84 Cf. la discussion à la suite de l’intervention de S. Berthier : Berthier 1990, p. 236.

85 Sur l’exploitation de la vallée au Moyen-Âge, cf. Berthier 2001a, et résumé infra p. 52-54.

86 La contradiction entre le caractère saisonnier de l’écoulement de l’eau dans certains canaux, à l’époque du Bronze, et l’approvisionnement nécessairement permanent en eau des villages, est rappelée (cf.. la discussion à la suite de l’intervention de S. Berthier : Berthier 1990, p. 236) par P. Sanlaville. J.-C. Margueron ajoute, à propos de l’alimentation du canal de Mari par le Wadi Souab : « Il n’y a pas d’autre culture que celle du blé et l’installation de villages est impensable car il faudrait avoir une alimentation en eau toute l’année pour permettre aux villages de vivre ».

87 Nous élargissons là une mise au point de J.-C. Margueron : « La différence entre ce qui se passe à l’époque islamique et à l’époque du Bronze se justifie certainement par la nature des cultures, par la nature du pouvoir et les responsabilités qui étaient engendrées par ce genre de travail. ». Cf. ibid., p. 236.

88 Monchambert 1990, p. 95.

89 Cette datation repose sur un a priori clairement exprimé par J.-C. Margueron : « Il est très difficile, voire impossible d’attribuer aux Assyriens, aux Séleucides (ou aux Parthes ?), ainsi qu’aux Musulmans la paternité de tels travaux... ». Cf. Margueron 1991, p. 87.

90 Cf. Finet 1969.

91 O. D’Hont s’est interrogé sur la possibilité que ces canaux aient été réutilisés, au moins partiellement, après le Bronze moyen, notamment à la période classique, pour alimenter Doura-Europos et sa région, en tenant compte du fait que « le tracé [du Bronze moyen] était dès le début le tracé idéal, qu’on réemployait ». La réponse de B. Geyer fait état de l’absence de trace de réutilisation et de la rareté des installations romaines et byzantines dans cette partie de la vallée. Cf. Berthier 1990, p. 235, intervention de O. D’Hont, et p. 236 pour l’intervention de B. Geyer.

92 Wilkinson 1995 et supra p. 50.

93 Strabon, XVI, 11.

94 Strabon, XVI, 9.

95 PDura26, cf. DE Final Report 1956, p. 134-135 et infra, p. 82.

96 Ces variétés botaniques subtropicales, qui exigent beaucoup d’eau mais dont la croissance est très rapide pendant les grandes chaleurs, devinrent des cultures d’été dans les régions du Moyen-Euphrate, cf. Berthier 2001a, p. 163.

97 Sur cette mutation agricole, qualifiée parfois de révolution, à l’époque médiévale, O. D’Hont renvoie aux travaux de A. M. Watson. Cf. D’Hont 2001 et Watson 1983.

98 Cf. infra, p. 54 sur le peuplement lié au nahr Dawrîn.

99 Cette réflexion s’appuie sur les résultats des prospections menées par G. Algaze et R. Breuninger sur le segment turc de l’Euphrate condamné par les barrages de Birecik et Karkemiş. Les résultats statistiques indiquent un abandon important des installations « late Roman-early Byzantine », dont le nombre total atteint 41 sites, à partir de l’époque médiévale, pour laquelle on ne compte que 17 sites (période no 13 : ixe s.-xiiie s.). Cf. Algaze et Breuninger 1994, p. 81, fig. 17 B-17 C. Ce changement s’accompagne de la disparition des grands centres urbains (Europos et Zeugma) et, donc, d’une brusque baisse de la densité d’occupation de l’espace : l’estimation est de 8,3 ha d’espace minimum occupé à la période médiévale, contre 238 ha pour la période byzantine, cf. ibid., p. 82, fig. 18.

100 Cf. Sourdel-Thomine 1960, p. 1026.

101 Selon les sources arabes, le canal fut creusé à la demande des habitants de Bâlis et des villages environnants, contre un paiement prélevé sur les récoltes, cf. Rousset 2001, p. 565, et Raymond 1995, p. 23.

102 Lauffray 1983, p. 53, n. 1.

103 Prospection de T. J. Wilkinson, cf. Wilkinson 1975.

104 Les fouilles de Dibsi Faraj (B32) ont mis au jour les niveaux d’époque omeyyade, caractérisés, dans la ville haute, par un bâtiment en « L » remployant une partie de la basilique et par des habitations dans les principia. La céramique commune a aussi été étudiée. Cf. Harper 1980, p. 329-345.

105 A. Raymond cite d’autres agglomérations secondaires, Buwaylis, Abidin et Siffin, appartenant au territoire de Bâlis, mais les deux premiers toponymes ne sont pas répertoriés dans l’Encyclopédie de l’Islam. Cf. Raymond 1995, p. 24.

106 Rousset 2001, p. 565, n. 79.

107 Cf. Meinecke 1993.

108 Rousset 2001, p. 565.

109 Cf. Ulbert 1993.

110 Pour la plupart, les sites préexistant à la conquête arabe aux alentours d’Al-Bousayra, soit huit villages autosubsistants en territoire sassanide, furent momentanément abandonnés à l’époque omeyyade, puis réoccupés sans exception sous les Abbassides. Cette interruption est interprétée comme le signe de l’installation des villageois à proximité de la zone nouvellement irriguée par le nahr Dawrîn. Cf. Berthier 2001a, p. 84.

111 Le matériel céramique des niveaux d’occupation les plus anciens (céramique pré-Samarra) est antérieur à 836, d’après Rousset 2000, p. 244.

112 Sur le tracé du nahr Dawrîn médiéval reprenant le tracé d’un canal préislamique repéré sur plus de 130 km de long, cf. Berthier 2001a, p. 36.

113 Les prospections ont effectivement mis en évidence l’absence de sites islamiques entre Tell Marwaniya et Abou Kemal, cf. ibid.,p. 33.

114 Pour les détails du tracé et de la morphologie du canal, cf. ibid.,p. 33-36.

115 Cf. ibid., p. 51.

116 Sur les sondages stratigraphiques du nahr Dawrîn, cf. ibid.,p. 36-48.

117 Selon la carte D, localisant les sites de la période omeyyade, l’occupation est incontestable pour au moins dix sites, cf. ibid., p. 53 et p. 180 ; sur la connaissance incomplète de la céramique omeyyade dans la région et sur l’impossibilité d’un creusement de l’ouvrage à l’époque byzantine, cf. ibid., p. 55.

118 Au total, 36 villages liés au canal sont dénombrés au début de l’époque abbasside, ibid., p. 180-182.

119 Ibid., p. 91-96.

120 Ibid., p. 102-103.

121 Sur 209 sites repérés en prospection par B. Geyer et J.-Y. Monchambert entre Deir ez-Zor et Abou Kemal (130 km), 146 sites occupés à l’époque médiévale, dont 72 nouvellement fondés, sont répartis sur un secteur de 60 km de long, ce qui correspond à une très forte densité de peuplement, cf. ibid., p. 164.

122 « 31 sites préislamiques (toutes périodes confondues) », sites protobyzantins non compris, accueillent des villages médiévaux à partir du ixe s.-xe s., cf. ibid., p. 164.

123 Ibid., p. 166.

124 Pline l’Ancien, VI, 124 : « Néarque et Onésicrite disent que l’Euphrate est navigable depuis la mer de Perse (Golfe Persique) jusqu’à Babylone, sur 412 milles (610 km) ». Chez ces deux auteurs, la plupart des narrations de voyage ou de transport par voie fluviale se rapportent à ce trajet, cf. Historiens d’Alexandre, p. 210-213 et p. 270-273.

125 Cf. Une mission de reconnaissance de l’Euphrate, p. 93.

126 V. Chapot dénie à la flotte de Julien le statut de véritable flotte de guerre, en dépit de la description d’Ammien Marcellin, cf. Chapot 1907, p. 147.

127 En particulier par les archives des IIIe et IIe millénaires, cf. Finet 1969.

128 Cf. Valle 1745, Lettre XV.

129 « Une caravane qui devoit aller par eau sur l’Euphrate qui n’est éloigné d’Alep que de 4 jours ey coule au-dessous d’une ville nommée en arabe El Bir », Valle 1745, II, p. 172-173.

130 « The Chiah of the Bashaw of Urfa, who was then at Beer ordering many boats of corn down to Bagdad », Maundrell 1714, journée du 22 avril.

131 Sur la navigation aux époques précédentes, voir Pascual 1995, p. 31-39.

132 Ibid., p. 40.

133 Sous la direction de F. R. Chesney, en 1835-1837 puis en 1868, et de H. R. Dobbs en 1903.

134 Cf. Velud 1995, p. 65.

135 Ces documents inédits, conservés dans les archives de l’Institut Français d’Études Arabes de Damas, ont été redécouverts en 1986 et ont fait l’objet d’une édition critique : les cartes ont été publiées dans un premier volume, paru en 1988, et le texte du « Rapport de 1922 du Lt Héraud », accompagné des analyses de C. Velud, B. Geyer, J.-P. Pascual, dans un second, paru en 1995. Cf. Une mission de reconnaissance de l’Euphrate.

136 Geyer 1995.

137 Cf. Une mission de reconnaissance de l’Euphrate, p. 94.

138 Ammien Marcellin, XXIV, 1, 4.

139 Velud 1995, p. 62.

140 Polybe, Histoires, fragment du livre IX, 43, 6.

141 Isidore de Charax, 13e étape (3, 4, 9-10), cf. GGM I, p. 247.

142 La description de Polybe correspond à peu près à un cycle composé d’une année à écoulement abondant et à forte crue de printemps, dont l’étiage atteint son maximum fin septembre mais, comme l’indique D. Roussel, Polybe fixe à tort les plus hautes eaux au moment de la constellation du Chien, c’est-à-dire en été, cf. Polybe, Histoires, p. 703, note 77. En fait, l’historien grec démarque Aristobule ; il semble qu’il y ait eu confusion avec la période des crues du Nil, qui commencent en juillet.

143 Zosime, III, 13, 1.

144 Chiffre calculé par A. Finet ; rappelons qu’un tonneau équivaut à 2,83 m3, cf. Finet 1969.

145 Arrien citant Aristobule, Anabase, VII, 19, 3-4, cf. Historiens d’Alexandre, p. 430-433.

146 Arrien, VII, 19, 4. À comparer avec l’utilisation de la même source par Strabon (XVI, 11), cf. Historiens d’Alexandre, p. 444-445.

147 Zosime, III, 12, 2-3.

148 L’absence d’inscription attestant la présence d’une flotte basée sur l’Euphrate est certes troublante, cf. Chapot 1907, p. 148.

149 PEuphr. 11 (inv. 6), cf. Feissel et Gascou 2000, p. 158-163.

150 Comfort et Ergeç 2001, p. 38, fig. 18.

151 Fragment de sarcophage, cf. Colledge 1976, pl. 103 et Tanabe 1986, notice 430 et p. 458, fig. 430. Ce bateau à voile renvoie très probablement à la flotte commerciale entre l’Euphrate et le Golfe.

152 Diodore, II, 9.

153 Fragment transmis par Strabon (XVI, 3,3), traduction tirée d’Historiens d’Alexandre, p. 446-447. Le terme grec « ἀναπλεῖν » indique bien que les produits et les épices d’Arabie sont transportés en bateau, donc à contre-courant.

154 Finet 1969.

155 Raymond 1995.

156 Margueron 1999, p. 483.

157 Cf. Finet 1969, p. 43.

158 Ibid., p. 41.

159 Geyer 1990b, p. 75-76.

160 On ne sait s’il existait des dérivations secondaires destinées à l’irrigation des terres de la rive gauche.

161 Pour cette datation, cf. Margueron 1990.

162 Une des opérations de halage citées par A. Finet fait intervenir 40 femmes esclaves, cf. Finet 1969, p. 39.

163 Geyer 1990b, p. 76-77 et fig. 3 (plan).

164 Calvet et Geyer 1992, p. 22.

165 Lauffray 1983, p. 56-57.

166 Isidore de Charax, 13e étape (3, 4, 9-10), cf. GGM I, p. 247, et Chaumont 1984, p. 70-71 et p. 84.

167 Sur cette figure littéraire, voir le commentaire critique des extraits réédités par C. Terreaux, cf. Diodore de Sicile, Sémiramis, Reine de Babylone et autres récits.

168 Lucien, La déesse syrienne, XXXIX.

169 Lauffray 1983, p. 81.

170 Briant 1996, p. 395.

171 Arrien, VII, 19.

172 Cette indication, supprimée par Arrien, est conservée dans le texte de Strabon, alors que tous deux s’appuient sur le récit d’Aristobule ; cf. Strabon, XVI, 1, 11.

173 Sur ces différents témoignages et leur interprétation, cf. Briant 1996, p. 395-397.

174 XIV, 20, 4.

175 Xénophon, Anabase, livre I, 4, 11 - 5, 10.

176 Identifiée à Al-Bousayra par J.-Y. Monchambert, cf. Monchambert 1999.

177 Briant 1996, p. 398.

178 Ibid., p. 396.

179 Ibid., p. 648.

180 Margueron 1999, p. 484.

181 Rostovtzeff 1941, p. 330.

182 Voir supra, p. 59.

183 Lacambre et Tunca 1999, p. 594-595.

184 Ibid., p. 599.

185 Bunnens 1999, p. 613-614.

186 Raymond 1995, p. 25.

187 Ibid., p. 25-26.

188 Inventaire d’A. Raymond d’après les sources, ibid., p. 26.

189 C’est-à-dire la route de l’Euphrate.

190 Bianquis 1993, p. 27.

191 Sur la place forte de Qarqisiya, aux mains de Toulounides jusqu’en 881, cf. Rousset 2001, p. 559.

192 Sur la monnaie frappée à Rahba découverte en fouilles, Rousset 2000, p. 245.

193 Bianquis 1993a, p. 410.

194 Berthier 2001a, p. 148.

195 Les déplacements du fleuve à Bâlis sont mentionnés à plusieurs reprises par les géographes arabes mais, selon A. Raymond, ce serait une raison insuffisante pour expliquer le déclin commercial de la ville ; auraient-ils compromis l’alimentation en eau de la cité ? Rappelons que les installations portuaires en bordure du fleuve n’ont pas été localisées ; cf. Raymond 1995, p. 42.

196 La pénurie de bois est mise en évidence par le manque de combustible pour les ateliers de potiers et la fabrication des briques cuites, cf. Bianquis 1989, p. 226.

197 Strabon, XVI, 3, 3.

198 M. I. Rostovtzeff situe le déclin de Gerrha au début de l’époque parthe, Rostovtzeff 1941, p. 320.

199 Épisode de la campagne d’Arménie précédant la prise de Tigranocerte à l’automne, en 69 av. J.-C. : Vie de Lucullus, 24, 1-6.

200 Cette anecdote, qui pare Lucullus de l’aura du conquérant favorisé par les dieux, est une variante de l’épisode où Cyrus se pose en futur roi maître des forces naturelles, voir infra p. 80.

201 Ammien Marcellin, XXX, 1, 8.

202 Maundrell 1714, journée du 23 avril.

203 Les seuils sont indiqués sur les cartes anglaises de 1845 et signalés par Héraud, cf. Une mission de reconnaissance de l’Euphrate, p. 88.

204 I, Rois, V, 4.

205 Xénophon, Anabase, I, 4, 17.

206 Ibid., I, 4, 18 : « Les gens de Thapsaque disaient qu’excepté cette fois-ci, ce fleuve n’était jamais traversé à pied, mais avec les bateaux, qu’Abrocomas avait brûlés auparavant, pour que Cyrus ne passât pas. »

207 Ibid.

208 Par exemple, chez Plutarque, l’exploitation littéraire et idéologique de la baisse inattendue des eaux de l’Euphrate devant Lucullus : Plutarque, Vie de Lucullus, 20, 3-5 (voir supra, p. 64).

209 Lauffray 1983, p. 53.

210 Cumont 1917, p. 126-127 et Metheny 1907, p. 159-160.

211 V. Chapot a ainsi cru reconnaître le pont de Zeugma sur un bas-relief de l’arc de Bénévent, cf. Chapot 1907, p. 275, n. 5 ; Cumont 1917, p. 125, n. 3.

212 Pococke 1745, II, p. 156.

213 Dont J. R. Metheny, cf. Metheny 1907, p. 159.

214 « Donc il n’y avait alors pas de pont maçonné – à l’époque où Crassus franchit pour la seconde fois l’Euphrate –, mais peut-être les Romains accomplirent-ils ce travail lorsqu’ils eurent définitivement consolidé leur autorité en Osrhoène », cf. Cumont 1917, p. 125-126 ; voir aussi Chapot 1907, p. 276.

215 Plutarque, Crassus, XIX, 7.

216 Eschyle, Les Perses, v. 723.

217 Hérodote, IV, 83.

218 Polybe, V, 46, 9 et V, 52, 4. : « Διέγνω ζευγνύειν τὸν Τίγριν ».

219 Arrien, III, 7, 5 : « Alexandre fait jeter deux ponts à Thapsaque ».

220 Hérodote, VII, 24.

221 Polybe, III, 66, 6 : « Hannibal établit un pont sur le Tessin ».

222 Plutarque, Crassus, traduction de J. Amyot, XXXIII, p. 72.

223 Plutarque, Crassus, traduction de R. Flacelière, XVII, 4, p. 227.

224 Wagner 1976, p. 23, n. 6.

225 Mansiones Parthicae, 1.

226 Plutarque, Crassus, XIX, 4. Il n’est pas d’usage que le nom d’une ville soit précédé de l’article défini neutre. C’est pourquoi on peut rectifier ce détail de la traduction de R. Flacelière, p. 230.

227 Strabon, XVI, 1, 22. La traduction anglaise substitue également ici la ville au pont, cf. Strabon, XVI, 1, 22, édition Loeb, traduction d’H. L. Jones (1930), p. 231. En revanche, pour la même formulation au livre XVI, 2, 1, le traducteur reconnaît le pont de Commagène comme point oriental de la distance entre la mer et l’Euphrate.

228 XVI, 1, 23. Cette opposition perd tout sens si on traduit « le Zeugma en Commagène et l’ancien Zeugma, à Thapsaque ».

229 Pline, XXXIV, 43, 150.

230 Pline, V, 24.

231 Tacite, VI, XLIII, 4.

232 Ammien Marcellin, XXIII, 2, 6.

233 Ibid., XXIII, 5, 4.

234 Polybe, V, 45, 4.

235 Polybe, III, 66, 6.

236 Ammien Marcellin, XXIII, 3, 2-4.

237 V. Chapot ne semble pas croire à la spécialisation de telles embarcations. Il suggère que les « pontonniers » employaient des embarcations marchandes privées. Cf. Chapot 1907, p. 147.

238 Zosime, III, 13, 2.

239 Plutarque, Crassus, XIX, 4.

240 En grec, « Σελεύκεια ἐπὶ τοῦ Εὐφράτου », et en latin, « Seleucia ad Euphratem ».

241 « Σελεύκεια ἐπὶ τοῦ Ζεύγματος », chez Polybe, V, 43, 1.

242 C’est-à-dire le « Pont sur l’Euphrate », par exemple chez Ciceron, Ad Quintum, CXXIII, et chez Pline, V, 67 (oppidum in Euphrate Zeugma).

243 Pline, V, 24 : « transitu Euphratis nobile ».

244 Pline, XXXIV, 43, 150.

245 L’origine séleucide du pont et de la double fondation de Zeugma et Apamée est pourtant mentionnée au livre V : Pline, V, 21, 1-2. Pline méconnaît cependant l’équivalence entre Séleucie de l’Euphrate et Zeugma, ce qui prouve que le nom séleucide était tombé en complète désuétude à l’époque romaine, cf. infra, p. 79-80.

246 Arrien, III, 7, 5.

247 Cumont 1917, p. 28.

248 Ammien Marcellin, XXIII, 5, 5.

249 Polybe, I, 66, 3 : « Hannibal longe la rivière du Tessin à la recherche d’un endroit pour établir un nouveau pont de bateaux ».

250 Ibid., V, 52, 4.

251 Bell 1911, p. 12.

252 F. R. Chesney décrit l’usage de bacs tout aussi rudimentaires mais de grande contenance à Biredjik, pour faire passer les caravanes d’une rive à l’autre : Chesney 1850, II, p. 644.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Les bassins du Tigre et de l’Euphrate
Crédits (d’après Sanlaville 2000, p. 66, fig. 29).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 2 ‑ Géologie du plateau syrien et de la Jezireh
Crédits (Sanlaville 2000, p. 99, fig. 43).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 3 ‑ Variations des précipitations entre années sèches et humides
Crédits (Sanlaville 2000, p. 108, fig. 47).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 4 ‑ Courbes du régime de l’Euphrate d’après le débit annuel enregistré à Youssef Pasha
Crédits (Kerbé 1987)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 5 ‑ Restitution des phases de formation de la vallée de l’Euphrate
Crédits (d’après Geyer et Monchambert 1986, p. 67).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig. 6 ‑ Profil transversal du secteur du Jebel Hammam
Crédits (d’après Kerbé 1987, fig. XIV-72)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 7 ‑ Coupe schématique de la vallée de l’Euphrate en aval de Deir ez-Zor
Crédits (d’après Besançon et Geyer 1995)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Fig. 8 ‑ Déplacement des méandres et formation d’un chenal unique pour passer le défilé, en amont du resserrement du Kara Qouzak
Crédits (extrait photo satellite SPOT 1991-1992).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig. 9 ‑ Méandres à différents stades d’activité (1-paléo-méandres, 2-méandres détachés du chenal principal, 3-méandres en formation) et implantation du cadastre agricole en fonction des chenaux anciens et récents du fleuve, à la hauteur de Deir ez-Zor
Crédits (extrait photo satellite SPOT 1991-92).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Fig. 10 ‑ Division du Moyen-Euphrate en huit régions.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Fig. 11 ‑ Cours supérieur de l’Euphrate en aval de Samosate ; boucle du fleuve à la hauteur de Gözeli et d’Ayni
Crédits (© Y. Gellie 2001).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 12 ‑ Transition entre le cours supérieur et le cours moyen de l’Euphrate en amont d’Horum Höyük, vue depuis le Belkıs Tepe
Crédits (© Leriche 1995, archives mission ZMVE).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 13 ‑ Resserrement de Birecik
Crédits (d’après photo satellite SPOT 1991-1992)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 14 ‑ Coupes des terrasses de la vallée de l’Euphrate entre Jerablous et Jebel Hammam
Crédits (Besançon et Sanlaville 1983, p. 22).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 15 ‑ Défilé de Kara Qouzak
Crédits (photo satellite SPOT 1991-1992).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 16 ‑ Profil transversal du secteur de Meskené
Crédits (d’après Kerbé 1987, fig. XIV-72)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 17 ‑ Courbe dite de Meskené, changement d’orientation du cours de l’Euphrate vers l’est
Crédits (photo satellite déclassée Landsat 1965)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 18 ‑ Profil transversal du secteur de Raqqa
Crédits (d’après Kerbé 1987, fig. XIV-72)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 19 ‑ Replats d’érosion du plateau marno-gypseux en rive droite à la hauteur de Sura-El Hammam
Crédits (© Y. Guichard 2002)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 20 ‑ Confluence du Balikh et de l’Euphrate
Crédits (d’après photo satellite SPOT)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 21 ‑ Vue de la rive droite depuis Tell Khmeyda
Crédits (© Y. Guichard 2000)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 22 ‑ Défilé du Khanouqa vu depuis l’amont sur le plateau en rive gauche
Crédits (© Y. Guichard 2000)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Fig. 23 ‑ Falaise sous le site de Tabouz en rive droite.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 24 ‑ Confluence du Khabour et de l’Euphrate
Crédits (photo satellite SPOT 1991-1992)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Fig. 25 ‑ Corvée d’eau, près du village de Maadan.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 26 ‑ Carte générale des canaux repérés par B. Geyer et J.-Y. Monchambert entre le Khabour et Baqouz
Crédits (Margueron 2004, p. 68)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 27 ‑ Vue aérienne oblique du nahr Dawrîn dans le secteur de Darnaj
Crédits (photo aérienne par cerf-volant et montage © Y. Guichard 2000)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Fig. 28 ‑ Dessin du bac utilisé à Birecik au milieu du xixe s
Crédits (Chesney 1850, I, p. 47).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 29 ‑ Relevé d’un graffiti représentant un bateau, gravé sur la paroi d’une salle troglodyte près de Rumkale
Crédits (Comfort 2001, p. 38, fig. 18)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 30 ‑ Vue du môle aval du barrage dit « de Sémiramis » depuis la rive gauche, en amont de Zalabiya.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 31 ‑ Bac photographié par la mission allemande sur l’Euphrate
Crédits (Humann et Puchstein 1890, p. 174, fig. 12)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 876k
Titre Fig. 32 ‑ Dessin d’un pont de bateaux militaire parapet construit sur le fleuve Danube, personnifié à gauche, d’après les reliefs de la colonne trajanne
Crédits (section F. 26-31)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/8354/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Presses de l’Ifpo, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540